Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Troisième partie. Les îles

Provincia Sardinia. Un projet politique de Rome (ve siècle a.C. - iie siècle a.C.)

Olivier Jehasse

Texte intégral

  • 1 Il est en effet frappant de voir, qu'hormis les travaux conduits dans les deux îles, la bibliograp (...)

1Rechercher les modes constitutifs de la pensée de Rome envers les îles n'est pas chose assurée, même si les sources, les informations archéologiques et les études ont connu un accroissement certain ces trente dernières années. Sans vouloir reprendre de grands débats ni explorer des questions trop fines, je souhaiterais proposer ici un cadre repensé des grands événements qui ont fait que ces deux îles, inscrites précédemment dans un réseau d'échanges international fort ancien, sont devenues une des premières circonscriptions administratives romaines hors du continent italique, avant d'être insérées dans un nouveau type d'exploitation, caractéristique de leur histoire du ier siècle a.C., celui de la colonisation. Cette nouvelle organisation chronologique permet ainsi de saisir tout ce que la dimension idéologique, ce que nous appelons la philologie du politique, apporte à la connaissance et à la compréhension des événements souvent minorés de l'histoire ancienne de ces territoires insulaires1.

1. Des Traités Rome-Carthage à l’annexion : une pratique diplomatique des échanges (509-227 a.C.)

2La diplomatie est le premier acte de Rome envers les îles et elle est ancienne. Dès le vie siècle, aux premiers moments de la République, si on accepte la date proposée par Polybe de l'année 509 a.C., Rome insère les îles de Sardaigne et de Corse dans une politique de relations internationales particulièrement construite. Relisons Polybe :

  • 2 Plb., Hist., 3.22 (trad. Olivier Jehasse, 2003).

“Les Romains et leurs alliés s'abstiendront de naviguer audelà du Beau Promontoire, à moins que la tempête ou une force ennemie ne les y contraignent : si un navire se trouve entraîné malgré lui audelà de ce cap, il sera interdit à l'équipage de rien vendre et de rien acheter, sinon ce qui sera nécessaire pour mettre le dit navire en état de reprendre la mer ou pour offrir un sacrifice. Le navire devra repartir dans les cinq jours. Pour ceux qui viendront faire du commerce, aucune transaction ne pourra être conclue dans la présence d'un héraut ou d'un greffier. Quant au règlement des achats effectués en présence de ces fonctionnaires, l'état carthaginois se portera garant envers le vendeur cela pour les ventes effectuées en Sardaigne et en Afrique. Tout Romain qui se rendra en Sicile, dans la zone soumise à l'autorité de Carthage jouira des mêmes droits que les autres. Les Carthaginois s'abstiendront de toute agression contre Ardée, Antium, Laurentum, Ciceii, Terracina et toutes les cités latines qui sont soumises à Rome. Quant à celles qui sont indépendantes, ils éviteront de les attaquer, ou, s'il leur arrive de s'emparer de l'une d'elles, ils devront la remettre intacte aux Romains.
Les Carthaginois ne construiront aucun fort dans le Latium, et, s'il advient qu'ils pénètrent en armes en territoire latin, ils s'en retireront avant d'y avoir passé une nuit2”.

  • 3 Gras 1985.
  • 4 J. et L. Jehasse 2001.
  • 5 Sal., Hist., Papyrus, 111, b.

3Ainsi l'effort diplomatique est construit vers différents territoires, l'Afrique, la Sicile, le Latium et la Sardaigne, et entre Rome et Carthage s'organisent des espaces de navigation, des zones démilitarisées, et des lieux, où il s'agit pour Rome de vendre, de pratiquer des opérations de commerce. En 509 a.C., il ne s'agit pas de fonder des cités ou des “colonies”, il s'agit seulement d'être présent dans les “trafics tyrrhéniens3”. En découlent des relations avec les insulaires, les Corses de Corse, l'archéologie l'atteste à Aleria4 les Corsi de Sardaigne, avec les Balari aussi si l'on pense au texte d'un papyrus attribué à Salluste5, et les Sardes, les sardopuniques et les cités plus proprement carthaginoises. C'est ce que, au siècle suivant, précisera encore, toujours selon Polybe, le second traité entre Rome et Carthage.

  • 6 Nous préférons cette leçon du manuscrit à celle qui veut y lire les “Tyriens”. comme par exemple P (...)
  • 7 Plb., Hist., 3.24 (trad. Olivier Jehasse, 2003).

“Après le premier traité, les Carthaginois en signèrent une second, dans lequel furent inclus les ‘Kurniens6’ et ceux d'Utique. Au Beau Promontoire on ajouta Mastia et Tarseiou, limites audelà desquelles on établit que Romains ne devaient ni conduire des pillages, ni fonder des cités. Voici en résumé le texte du traité : suivant ces conditions, est assurée l'amitié entre les Romains et leurs alliés, et le peuple des Carthaginois, des Kurniens et des habitants d'Utique et de leurs alliés. Les Romains ne procéderont pas à des pillages, ne feront pas de commerce, et ne fonderont pas des cités audelà du Beau Promontoire, de Mastia et de Tarseiou. Si les Carthaginois font conquête en territoire latin d'une cité qui n'est pas soumise aux Romains, ils conserveront les hommes et les biens, mais ils restitueront la cité. Si les Carthaginois capturent des habitants de cités, avec lesquels les Romains ont passé un accord de paix écrit, mais qui ne sont pas leurs sujets, ils ne devront pas les faire débarquer dans les ports tenus par les Romains. Mais si une de ces personnes est touchée par un Romain, ils devront la laisser aller libre. Quant aux Romains ils doivent agir de même. Si un Romain se fournit en eau ou en vivres dans un territoire qui est sous le commandement des Carthaginois, il ne doit pas créer d’injustices à l'aide de ces ressources à l'encontre d'aucun peuple avec lequel les Carthaginois ont des rapports de paix et d'amitié. Quant aux Carthaginois, ils doivent agir de même. En cas contraire, on ne se fera pas vengeance personnellement, et si quelqu'un agit de la sorte, on considèrera qu'il s'agit d'une affaire d'état. Aucun Romain ne fera commerce ni ne fondera de cité en Sardaigne ou en Libye, ni n'y séjournera de manière définitive, sinon le temps de se fournir en vivres ou de réparer son navire. S'il y est poussé par une tempête, au bout de cinq jours, il devra quitter ces territoires. Dans les zones de la Sicile soumises au pouvoir de Carthage et à Carthage, qu'il fasse et vende comme s'il s'agissait d'un citoyen carthaginois, Qu'il en aille de même à Rome pour un Carthaginois7.”

  • 8 Serv., Ad. Aen., 4.628 : “Dans les traités, on stipula semblablement que la Corse serait neutre en (...)

4Ce texte est plus précis, puisqu'il développe toute une argumentation stratégique militaire, et surtout juridique, même si ce qui touche à la navigation est toujours mentionné. Ce qui est important pour les îles, c'est la différence de traitement pour chacun des territoires. On constate en effet l'existence de groupes différents qui n'ont pas le même statut, les Kurniens de Corse sont alliés de Carthage, sans doute une mémoire de la neutralité, de l'état médian que Servius leur attribue8, les Sardes sont plus soumis à Carthage. Ainsi un cadre est tracé, et cela fait naître une situation maîtrisée sous de nombreux aspects au profit des deux signataires de ces documents diplomatiques. Et il est intéressant de voir que ce cadre va guider l'action de Rome longtemps, jusqu'au milieu du iiie siècle a.C., entre 509 et 236 a.C. date de l'épisode de Marcus Claudius évoqué par Valère Maxime, sur lequel nous reviendrons.

  • 9 Thphr., HP, 111.15, et 5.8.

5Durant cette longue période on remarque qu'au ve siècle, selon Théophraste, “Les Romains exilent Valerius Torquatus en Corsica”, car il avait mal agi en Étrurie, à Chiusi. Au ive siècle, toujours selon Théophraste9, ils initient un projet d'exploitation forestière, en vue de construire des navires, pour des actes de piraterie, je crois, mais bien en accord avec les termes des traités qui viennent probablement d'être signés pour la seconde fois.

  • 10 C'est le nom que donne Pline au détroit qui sépare les deux îles.
  • 11 Liv. 21.1.5. Florus 1.18.1516.
  • 12 Plb., Hist., 1.88.8 et 3.27.7 où est mentionnée l'existence d'un “traité additionnel” au traité de (...)
  • 13 Sur l'histoire romaine de l'Espagne, Blázquez & Montenegro 1980.

6Quant au iiie siècle, avec le déclenchement des Guerres puniques, c'est le siècle charnière. Jugées progressivement territoires essentiels, la Corse et la Sardaigne vont être l'objet de l'attention soutenue de Rome, dès les premières années de guerre. En 259, on voit les îles subir une attaque éclair en deux points de leurs territoires respectifs, Aleria et Olbia, points de contrôle des routes de Tyrrhénienne, et lieux de garantie des passages maritimes dans le “détroit gaulois”10. À la fin de la première guerre punique, elles vont servir de prétexte entre 241 et 238 si l'on en croit Tite-Live et Florus11 puis elles seront proprement annexées en 236, “de manière frauduleuse” écrira Tite-Live, et c'est là que se place l'épisode essentiel de Claudius Clineas. Tite-Live évoque dans la Periocha du livre 20 une révolte conjointe des Sardes et des Corses, que Valère Maxime permet de mieux connaître. Il rapporte qu'en 236 a.C., Marcus Claudius avait signé “une paix honteuse” avec les Corses, et qu'il fut mis à mort, à cause de cette négociation diplomatique. Cet événement est riche de sens. Il souligne une étape dans l'histoire du statut des insulaires aux yeux de Rome. Jusqu'en 236 a.C., ceux-ci semblent avoir été considérés comme des adversaires et non des ennemis, et certains Romains entretiennent avec eux des rapports inscrits dans le monde de la diplomatie et du droit de la guerre. Or, cette année-là, le Sénat change de position, et Marcus Claudius paie de sa vie ce changement de politique, un changement lié soit à l'affaire des mercenaires révoltés de Sardaigne12, soit, plutôt, à la naissance de la domination des Barcides en Espagne et la fondation de Carthagène13. Et il apparaît une fois de plus, que ce sont les événements stratégiques internationaux, et les règles de la paix et de la guerre, qui conditionnent en priorité l'évolution de la politique romaine dans les îles.

7Cette nouvelle donne dans les rapports entre Rome et les îles connaît alors son dénouement. Elles deviennent en effet une seule prouincia en 227, en pleine guerre d'Hannibal. Et c'est cette magistrature ancienne qui devient l'outil fondateur de la politique insulaire de Rome et qui conduit au second moment de leur histoire, en ouvrant une époque de domination politique, qui met fin définitivement à leur présence dans les réseaux d'échanges stratégiques et politiques de l'époque précédente.

2. La provincia Sardinia et la romanisation des îles de Corse et de Sardaigne (227-111 a.C.)

  • 14 Arnold 1879. Marquardt 1889-1892. Crawford 1999, 177-202.
  • 15 Robiquet 1835.

8Le second fondement de l'action de Rome envers les territoires conquis est l'implantation de l'administration, et plus particulièrement l'établissement de la province. Cet aspect essentiel, bien connu ailleurs14, reste traité rapidement par les historiens des deux îles15. Pourtant le corpus des textes est important, même si souvent les notes sont brèves. À la lecture de douze auteurs, on relève quatre-vingt cinq évocations du statut des deux îles, même si ce chiffre est lié à l'œuvre de Tite-Live qui en rassemble soixante douze, lui qui apparaît comme l'auteur le plus attentif à cet aspect de la politique romaine. D'ailleurs, souvent, les autres sources, ne font que le reprendre, tel Valère Maxime, ou le compléter, comme Florus et Solin. Quelques citations sont plus anciennes ; elles sont tirées de Lucius Caelius Antipater, de Sinnius Capito et de Valerius Antias, d'autres sont contemporaines, tels les textes de Cicéron ou encore immédiatement postérieures, comme la note de Velleius Paterculus. C'est ainsi que vingt-sept citations évoquent les événements qui se sont déroulés durant le iiie siècle a.C., et soixante ceux du iie siècle a.C. Il s'agit d'un ensemble riche qui éclaire précisément les dimensions multiples de l'action politique et administrative de Rome entre les Guerres Puniques et le début de la Guerre civile.

  • 16 Crawford 1999, 177 ; sur la province de Sicile, cf. Florus et la ‘Sicile urbaine’ qui montre que m (...)

9En Corse et en Sardaigne, dans la seconde moitié du iiie siècle a.C., la province est fille de la guerre internationale, mais sa mise en place ne s'effectue qu'au cours de la paix. Telle est le sens de la remarque de Velleius Paterculus, qui affirme que c'est en 235 a.C., “entre la première et la seconde guerre punique” que “la Sardaigne passa de manière assurée sous le joug de la souveraineté de Rome”. Et c'est quelques années plus tard, en 227, si l'on en croit Solin, que “la province fut créée, l'année où M. Valerius et C. Flaminius furent tirés au sort comme préteurs, le premier pour la Sardaigne, le second pour l'autre île”, c'est-à-dire la Sicile, et ce, “bien que les deux îles aient été réduites auparavant à la volonté de Rome”. Ces deux textes sont clairs. Tous deux montrent que c'est dans les années qui suivent la fin de la guerre contre Carthage que la province est instituée, ce que confirme le lien souligné entre l'histoire de la Sardinia et celle de la Sicile, où la réduction en province est traditionnellement datée de 241 a.C.16 Aux temps de la République, la province se définit ainsi comme un espace politique où la fonction administrative s'inscrit dans un territoire en voie de domination. Elle est confiée à un préteur, magistrat regroupant des fonctions juridiques, essentiellement de police, mais aussi militaires, comme remplaçant les consuls appelés à conduire les opérations guerrières majeures. Le premier préteur connu est M. Valerius, et la lecture de Tite-Live fait connaître le nom de sept autres. Pourtant il faut remarquer que pour la Corse et la Sardaigne, l'installation ne fut pas aussi aisée que dans d'autres lieux. En effet, en 217 a.C., à Rome, on ne comprend pas les raisons de la présence des préteurs dans les îles, si l'on en croit Tite-Live, car ils font défaut pour défendre la ville contre la marche victorieuse d'Hannibal. Pire, en 216, ces mêmes préteurs se plaignent de problèmes de ravitaillement et d'intendance, alors que la situation militaire est catastrophique, ce qui contraint le Sénat à les prier de se tirer eux-mêmes de cette situation. Cette décision suscite une réflexion intéressante de Valère Maxime, qui y voit un abandon irréfléchi de souveraineté, à ses yeux le Sénat “laisse choir de ses mains le gouvernail de la souveraineté”, alors que les îles ont acquis une valeur de “généreuses nourricières de notre Vrbs”, et un rôle reconnu d'“escales et d'appuis assurés en temps de guerre”. Chez lui, la vision des îles se construit selon un regard stratégique global, au moment où leur contrôle est totalement assuré. Pourtant, les choses apparaissent plus complexes. En effet, en 215 a.C., une grande révolte des Sardes va entraîner un nouveau choix politique. Si l'on suit Tite-Live, l'armée était suffisante pour défendre une province en temps de paix, mais impréparée à conduire une guerre qui apparaissait sur le point d'éclater. Les sénateurs décidèrent alors que Q. Fluvius Flacco enrôlerait cinq mille fantassins et quatre cents cavaliers, et s'attacherait à faire passer en Sardaigne la légion qui venait à peine d'en revenir, et qu'il placerait à sa tête celui qui lui paraîtrait le plus compétent, jusqu'à la guérison de Mucius. C'est cette charge que reçut T. Manlius Torquatus, lui qui avait été consul et censeur deux fois, et qui avait déjà, sous son consulat, soumis les Sardes. C'est l'événement majeur de l'histoire de la jeune province au iiie siècle a.C., puisque après cette période très difficile pour Rome, l'installation va se poursuivre régulièrement et perdre progressivement de sa dimension militaire. La liste répétée des nominations de préteurs, que l'on relève régulièrement chez Tite-Live, en 212, 208, 206, et durant les années 205, 204 et 203 a.C. l'atteste clairement. On constate d'abord que le rôle de ces préteurs est souvent subordonné aux actions navales menées au large des côtes, comme le soulignent aussi Lucius Caelius Antipater et Valerius Antias, à propos de l'année 205 a.C. Mais il convient aussi de souligner un fait rarement étudié. La lecture de Tite-Live fait apparaître un classement dans la liste des provinces attribuées aux préteurs. Ce classement est intimement lié au statut des territoires insulaires durant les grands événements stratégiques et militaires, et porte la marque des différences de valeur que ceuxci représentent aux yeux des Romains. Au cours du iiie siècle, la Sardinia, occupe en 215 a.C. le rang de quatrième province, après la province urbaine, celle des pérégrins et la Sicile. Mais l'année suivante, alors que les provinces deviennent plus nombreuses, elles sont six, elle garde cette place dans la liste transmise par Tite-Live. Car il s'agit bien d'une liste officielle, que l'auteur suit scrupuleusement, comme la suite de l'étude va le démontrer, tant pour la fin du iiie siècle, que pour le siècle suivant.

10En 212 a.C., on assiste à une brusque augmentation des charges provinciales, puisque Tite-Live en cite douze. Parmi elles, certaines sont des territoires, une concerne la flotte, d'autres concernent des cités, en particulier Syracuse. Et dans ce classement, la Sardinia n'apparaît qu'en onzième position, après la Grèce, et avant les Hispanies. Cette année-là, la Sardinia n'est classée qu'après des objectifs jugés plus importants, des territoires italiens d'abord, puis la Sicile dont Syracuse est détachée, la flotte, et enfin la Grèce. Quatre ans plus tard, on assiste à un retour à la même place qu'à l'origine, quatrième sur quatre provinciae, mais les territoires sont différents. En effet les prétures, les “ iurisdictiones” selon le mot de Tite-Live, sont la préture urbaine, la préture des pérégrins à laquelle on joint la Gaule, la ville de Capoue, et enfin la Sardinia. Les raisons de la création de nouvelles provinces sont toujours militaires, mais elles sont aussi politiques, et leur valeur fluctue selon les événements et les objectifs de Rome, qui sont pensés annuellement. En 206 a.C., par exemple, la situation est encore plus évidente. Quatre prétures sont crées, l'urbaine, la pérégrine, la Sicile et Tarente, et cinq proprétures, correspondant aux territoires ayant aidé Hannibal, Capoue, l'Étrurie, la Gaule, la Sardinia et les Hispanies. Le lien est fort entre les événements militaires et les statuts provinciaux, comme le montrent aussi les quatre dernières années de la Seconde guerre punique. En 205 et 203 a.C., la Sardinia est placée en seconde position, après la préture urbaine, elle est quatrième en 204, après l'urbaine, la pérégrine et la Gaule réunies, et la Sicile, et elle devient troisième en 202, après l'urbaine, le Bruttium, et avant la Sicile. Ces changements constants sont extrêmement significatifs. Ils permettent de saisir les évolutions de la pensée de Rome, selon les événements, et le rôle important accordé à l'action provinciale pour instaurer la domination romaine et transformer les réalités antérieures. Durant les guerres, la vieille magistrature qu'était la province, devient principalement une magistrature territoriale, même si celle de la flotte montre la nécessité d'être présent et actif sur terre et sur mer.

  • 17 Liv. 23.40.1.

11Tout cela est un signe fort de l'installation de l'institution provinciale à l'intérieur des îles. Cela se lit encore une fois en 215 a.C. Cette année-là, Tite-Live souligne que l'alliance du chef sarde Ampsicora avec Asdrubal, l'amiral carthaginois, oblige Manlius à se réfugier à Karalis, ce qui permet aux deux autres protagonistes de “dévaster le territoires des alliés du peuple romain17”. Cet épisode assure une nouvelle fois de la construction d'un territoire sous autorité directe de Rome et de ses représentants, et est une attestation évidente du lien entre stratégie, conquête et implantation administrative. D'ailleurs, dès que Carthage est vaincue, en 201 a.C., le préteur, nouvellement nommé dans les îles, doit prioritairement, selon Tite-Live, démobiliser les “cinq mille alliés de la confédération latine qui avaient accompli leur service militaire de plus brève durée. ” Désormais, pour Rome, la province se substitue à la conduite de la guerre, car elle est la continuation de l'implantation du pouvoir dans les territoires ennemis.

12C'est pour cela que le Second siècle avant notre ère est le moment où la province acquiert ses caractères propres par une succession d'étapes, parfois contradictoires, qui s'achèvent en 104 a.C., avec l'épisode d'Albucius que rapporte Cicéron, qui montre combien alors la perception des deux îles a considérablement changé.

13Tout commence par l'épisode de la préture de Caton, qui succède à une période de démobilisation des troupes ayant participé aux combats “en Hispanie, en Sicile et en Sardaigne”, selon Tite-Live. Sa première tâche est de remplacer les troupes stationnées dans l'île, et de recueillir une grande quantité de fournitures et de vêtements pour l'armée en campagne. Cette activité de type militaire, se double d'une innovation en direction des habitants de la province. En effet Marcus Porcius Caton passa “pour trop sévère dans la répression de l'usure”, mais surtout supprima “les frais que les alliés avaient coutume de faire pour honorer les préteurs”. Ces gestes de bonne administration, en fait de bonne politique, sont une étape supplémentaire dans l'histoire de la province, et portent leurs fruits, puisque entre 197 et 192 a.C., durant cinq ans, Tite-Live n'évoquera plus que la liste des noms des préteurs, sans ajouter quoi que ce soit de caractéristique à l'exercice de leur charge. C'est durant cette première décade, que le statut de province de la Sardinia se stabilise. En effet, dans l'ordre des prétures, la Sardinia se classe entre la quatrième et la sixième place des provinces, et désormais toujours après la Sicile, sauf en 197 a.C., où elle est placée avant, en troisième position. Les variations sont liées encore et toujours aux objectifs militaires, comme le montrent les années 196 et 194 a.C., où les deux grands territoires occidentaux sont jugés moins essentiels que les deux Hispaniae, situation qui s'inverse très précisément en 193 et 192 a.C. Et c'est d'ailleurs l'année suivante, en 191, que Tite-Live est le plus explicite, puisqu'à la liste traditionnelle des provinces, il va attribuer un numéro, et ce pour une année où Rome décide de créer six provinces. La numéro un est la préture urbaine augmentée de celle des citoyens et des pérégrins, la seconde est le Bruttium, la troisième, celle de la flotte, la quatrième la Sicile, la cinquième la Sardinia, et la sixième l'Hispanie ultérieure. C'est une des dernières années où l'on verra créée une préture pour la flotte, et on peut noter aussi l'absence de l'Hispanie citérieure, qui ne nécessite pas une forte attention de Rome cette année-là. En fait hormis les années exceptionnelles, il semble bien que l'ordre des provinces place en ce début du siècle, la Sardinia en quatrième position dans l'échelle des territoires importants pour l'administration romaine.

14Ainsi durant toutes ces années, la province désormais régulièrement activée, fonctionne de manière diversifiée. Elle possède toujours une dimension militaire, mais qui n'est plus la principale, car s'y ajoute une dimension d'exploitation des ressources au profit de l'armée en guerre ailleurs, une gestion plus policée des biens des insulaires, et surtout une prise en considération soutenue des alliés. Tout cela montre que le temps de l'affrontement direct est en passe de s'estomper, du moins aux yeux des Romains.

15Après cette première décade, la vie provinciale se poursuit dans le même esprit durant encore dix ans. Entre 190 et 180 a.C., les informations recueillies par la lecture de Tite-Live évoquent soit la poursuite de prélèvements fiscaux au profit de l'armée, “une double dîme” est ainsi perçue en 191, 190, et 189 a.C., en 187 on nomme deux préteurs pour “rendre la justice hors d'Italie, en Sicile et en Sardaigne”, et on connaît presque pour chaque année le nom du préteur désigné par le sort. Pour ce qui concerne la place de la prouincia dans le classement des prétures, la Sardinia est quatrième sur six prouinciae en 188, 187, 184, et 180 a.C. Elle est troisième sur six en 185, et 186 a.C., et cinquième sur cinq en 183 a.C., année où elle est séparée de la Sicile par l'Apulie et la Gaule qui la précèdent ; elle est cinquième sur six en 181, et enfin sixième sur six prétures en 182 a.C., car, cette annéelà, les Hispanies sont jugées plus importantes que les îles de Sicile, de Sardaigne et de Corse. Mais c'est en 181 a.C. que cette situation s'interrompt pour une durée d'environ dix ans, jusqu'en 172 a.C. Sans qu'il soit utile de revenir sur l'aspect proprement militaire des événements, c'est l'évolution de l'action administrative de Rome qu'il est ici intéressant de detailler.

  • 18 Sinnius Capito, ex Festus, Fragmenta / Codex Farnèse, 1420.

16Dans un premier temps, durant ces dix ans, une solidarité entière apparaît entre les événements de Corse et de Sardaigne, ce qui manifeste clairement la communauté d'action des habitants des deux territoires. Tout commence en 181 a.C. par une “défection des Corses”, mot précis pour manifester une rupture volontaire par les insulaires d'accords préalablement existants. Parallèlement une “guerre est entreprise par les Iliens de Sardaigne”, ce qui nécessite l'envoi de troupes nouvellement recrutées. Même si les préteurs se voient chargés également de traiter des affaires d'empoisonnement dans les environs de Rome, c'est le cas de Maenius en 180 a.C., qui reprend une charge mise en place pour la première fois en 184 a.C., ce qui laisse penser que Rome ne prend d'abord pas trop au tragique les événements de l'année précédente, dès 178 la situation change. En effet, les Sardes envoient des émissaires à Rome, pour signaler qu'il s'agit désormais de “venir au secours des villes, les campagnes ayant été déjà toutes abandonnées”. Cette remarque montre à l'évidence la réalité d'un travail de construction administrative dans le territoire, et que Rome agit à partir des cités contrôlées par elle. Mais surtout l'Vrbs est obligée de changer le statut de la province, et de lui attribuer le rang de “province consulaire, du fait de l'importance de la guerre” en 177 a.C. ; ce changement est significatif de la pratique romaine. Alors que le statut des deux îles semblait se stabiliser, puisqu'elle avait gardé le quatrième rang des prétures en 179 et en cette même année 177, on constate combien, dès que le besoin s'en fait sentir, les structures administratives et les magistratures s'adaptent au plus près à l'état rencontré dans le territoire concerné. La guerre recommençant, la vie dans la province redevient celle d'une terre ne livrant “d'autre butin que des esclaves, qui par leur multitude furent vendus à très vil prix”, suivant Sinnius Capito18. Tite-Live ajoute même que la guerre se conduit aussi sur mer avec la mise à disposition “en cas de besoin de dix quinquérèmes”. Mais la victoire revient à Rome, en Sardaigne dès 174 a.C., et en Corse, deux ans plus tard, en 172 a.C. Dans toutes ces années, deux événements politiques sont à remarquer. En 174 a.C. se produit le dépôt à Rome de l'offrande de la carte géographique représentant et les centuriations effectuées dans les îles, et le dessin de la bataille victorieuse contre les Sardes. Et en 173 comme une conséquence immédiate, la province redevient une province prétorienne, et, comme auparavant, à cause des événement dans les Hispanies, retrouve un sixième rang sur six prétures créures crées. Les activités militaires sont conduites désormais principalement en Corse, où, là aussi, une grande victoire est obtenue contre les insulaires. Ainsi se clôt cette période de l'histoire, où hormis l'année 170, qui voient la Sicile et la Sardinia occuper les premières et deuxièmes places du classement des provinces, il ne se passera plus rien de remarquable, sinon une attention vigilante de Rome, qui replace la Sardinia en quatrième position dans la liste des quatre provinces annuellement créées, comme en 172 et en 171 a.C.

17Les quatre dernières années évoquées par Tite-Live ne viennent pas contredire cette vigilance, et entre 169 et 162 a.C., la situation suit les objectifs de Rome. Si en 169 la Sardinia apparaît une nouvelle fois en troisième position, ce n'est plus derrière la Sicile, mais devant, et juste derrière les Hispanies. L'année suivante, la situation se rétablit, elle est cinquième, la dernière préture étant celle de la flotte, préture qui devient essentielle en 167 a.C., puisqu'elle est placée en troisième position, devant les Hispanies, ce qui place la Sardinia en sixième position, place qu'elle aura encore en 166 a.C., dernière année où on aura connaissance du tirage au sort des préteurs, puisque dernière année des textes de Tite-Live.

18Il faudra attendre 162 a.C. pour qu'un texte de Valère Maxime évoque Scipion Nasica, consul, présent en Corse. Est-ce le signe d'une activité militaire d'importance ? Est-ce la trace d'une divergence de statut entre les deux îles ? Le fait que cette mention est unique dans l'ensemble du corpus des textes, incite à la prudence, à moins d'y voir au contraire une nouvelle mission attribuée aux consuls républicains du milieu du iie siècle a.C. Non seulement ils auraient encore et toujours à mener pour le Sénat les opérations militaires utiles, mais ils seraient aussi chargés de missions à l'intérieur des provinces autrefois consulaires du fait de la forte hostilité aux intérêts romains. Cette question reste impossible à éclaircir définitivement, mais cette double présence dans un même territoire administratif méritait d'être relevée.

  • 19 Gel. 15.12.13.
  • 20 Cic., Prov., 7.15.

19Il est d'ailleurs significatif de voir, qu'après toutes ces années connues selon un déroulement presque parfait, la fin des informations fait naître une période de silence de près de quarante ans dans l'histoire de la province. Ce n'est qu'en 125-124 a.C. que de nouvelles informations sont transmises par Aulu Gelle, à propos de Caius Gracchus19. Elles concernent son séjour dans l'île en tant que préteur, séjour qui avait suscité de fortes oppositions à Rome, qui l'obligèrent, à son retour, à justifier de son action et de sa morale. Ce texte est extrêmement intéressant, car par-delà les effets rhétoriques concernant les “crapules de taverne, les filles à l'aspect enjôleur”, les “maquerelles” et le “jeune esclave poussé au vice”, la conclusion du discours montre comment désormais, à Rome, il convient de penser l'action dans les provinces. Au lieu de faire comme “d'autres, qui avaient emporté des amphores emplies de vin, et les ont ramenées chez eux débordantes d'argent”, Caius Gracchus, lui, se flatte d'avoir quitté Rome en portant “des ceintures pleines d'argent”, et d'avoir “quitté cette province” en les ayant vidées, sans avoir non plus accepté “comme cadeau des provinciaux, quelque chose d'une valeur supérieure à un seul as”. Ainsi, il ne s'agit plus de se servir de la magistrature pour s'enrichir, mais bien d'enrichir les habitants pour accroître la puissance des sénateurs. C'est d'ailleurs dans le même esprit qu'il convient de lire Cicéron20. Parlant d'Albucius qui “s'était attribué lui-même en Sardaigne l'honneur qu'il demandait au Sénat”, en voulant “quasi célébrer le triomphe”, il rappelle cet événement scandaleux, car il ne s'agit plus dans les îles de mener une “vraie guerre amenée au bout par une armée placée sous le commandement d'un consul” mais une “opération militaire menée par une seule cohorte auxiliaire commandée par un propréteur”. À la fin du Second siècle la situation dans les îles a bien changé, et les pratiques administratives de Rome aussi. Nées de la guerre et de la volonté de dominer durablement des espaces hostiles à ses intérêts, les provinces, à la place changeante suivant les objectifs annuels de la République, deviennent progressivement des circonscriptions territoriales destinées à assurer la pérennité de la présence romaine. Et dans un second temps, loin d'être de simples territoires, les provinces gardent leur fonction de magistratures et s'accompagnent désormais de pratiques qui s'inscrivent dans un espace, tantôt urbain, c'est le cas à Rome, mais aussi à Syracuse et à Capoue, tantôt juridique, c'est le cas des pérégrins et des citoyens de l'Italie. Mais il s'agit en conclusion d'un espace géographique, d'une géographie qui définit elle-même son champ d'existence, comme le montre l'épisode de la forma de T. Sempronius Gracchus, et le fait que sous le mot Sardinia, n'existe pas un territoire bien défini, mais deux îles différentes qui sont incluses dans un cadre à la fois militaire, politique et administratif original.

  • 21 Jehasse 2001.

20Le moment significatif de cette évolution se perçoit clairement dans l'année 174 a.C., date du dépôt de la Tabula picta dans le temple de Mater Matuta : En effet, il ne peut y avoir de gestion administrative, sans description du territoire, sans représentation du territoire, sans carte, sans forma. Et il est particulièrement intéressant de rappeler que c'est à propos de la Sardaigne, à propos de grands événements militaires, que cette réalisation est attestée pour la première fois à Rome. En 174 a.C., Tite-Live rapporte les cérémonies de célébration du triomphe de Ti. Sempronius Gracchus, au cours desquelles fut effectué un dépôt d'un tableau dans le Temple de Mater Matuta, qui représentait la bataille victorieuse, ainsi que du dépôt de “la forma de l'île de Sardaigne”. Cette information, même si elle ne concerne que l'île de Sardaigne, est fondamentale. En effet elle exprime un rapport direct entre les grandes victoires militaires fondatrices du pouvoir et l'action géographique conduite de façon réfléchie. L'établissement de la forma vient après la victoire, en accompagnement de la victoire, ce qui lui donne une valeur stratégique et politique essentielle. Document de base de la politique agraire de Rome, ce dessin, cette carte, assure d'un travail mené par les troupes en campagne, et exprime clairement la volonté d'appropriation politique et économique des espaces que Rome saisit pour son nouveau devenir. Pour l'histoire de la géographie romaine, le texte de Tite-Live est un texte majeur, mais il n'est pas le seul à évoquer cette pratique. En effet, au-delà de cet événement, on retrouve d'autres attestations de ce travail. Un second texte de Tite-Live évoque, dès 207 a.C., en Sardaigne et en Corse, “des terroirs”, agri, des espaces organisés en vue d'une production agricole, ce qui montre bien le lien fort entre la conquête militaire, la description du territoire et la visée d'un prélèvement fiscal21.

21Ainsi entre le iiie et le iie siècle a.C., au moment où Rome conquiert un espace politique nouveau, elle se dote d'outils adaptés, qui l'aident à assurer ses victoires, à les préparer aussi, et à accroître son emprise sur les terres entrant dans l'espace de sa domination. L'exemple de la province de Sardinia permet alors de saisir comment cette action est fondatrice de romanité, et comment ces pratiques continues transforment durablement l'existence et la réalité historique des territoires concernés.

22Tout est dit, désormais la Sardinia fait partie du patrimoine politique de Rome, les alliés sont encouragés et les ennemis soumis au vectigal, qui vient s'ajouter au stipendium, attesté dès 222 a.C., et qui est le “prix de la victoire et punition de la guerre” selon le mot de Cicéron. Cet impôt de guerre est désormais complété par ce nouvel impôt qui signifie la location d'espaces de l'ager publicus. C'est à ce moment-là que commence l'urbanisation du centre romain d'Aleria, et c'est parce que la Corse et la Sardinia sont désormais arpentées complètement, que la gestion coloniale du ier siècle viendra s'insérer dans le territoire des deux îles.

Conclusion

23L'analyse proposée ici permet de comprendre ainsi plusieurs éléments. Le premier concerne l'importance des îles dans l'élaboration continue de la pensée de Rome. Durant ce long cours du temps et en plusieurs étapes on lit précisément l'évolution politique des Romains qui abandonnent progressivement leurs pensées de puissance de la Méditerranée archaïque pour bâtir une représentation du monde politique et administratif dont la spécificité s'appuie principalement sur la magistrature provinciale. D'autre part cette partition chronologique appuyée sur les sources antiques, et l'histoire des territoires insulaires montrent que les îles ont joué un rôle non négligeable dans cette évolution idéologique, ce qui leur confère une place beaucoup plus forte que ne le pense la tradition historique. Enfin elle assure d'un lien fort entre l'histoire de la Corse et de la Sardaigne, ce qui ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension des réalités anciennes de la Méditerranée insulaire occidentale.

Bibliographie

Bibliographie

Arnold, W. (1979) : Roman provincial administration, Oxford.

Blazquez, J.-M. et A. Monténégro (1980) : Historia de Espana antigua, Madrid.

Crawford, M. (1999) : “Origini e sviluppo del sistema provinciale romano”, in : Giardina & Schiavone 1999, 177-202.

Giardina, A. et A. Schiavone, éd. (1999) : Storia di Roma, Rome.

Gras, M. (1985) : Trafics tyrrhéniens archaiques, Rome.

Jehasse, J. et L. (2001) : Aleria, nouvelles données sur la nécropole, TMO, 34, Lyon-Corte.

——— (2004) : Aleria métropole, Corte-Ajaccio.

Jehasse, J. (1980) : “Rapports de la Sardaigne et de la Corse”, in : Kunst und Kultur Sardiniens vom Neolithikum bis zum Ende der Nuraghenzeit, Catalogue d'exposition, Karlsruhe, 103-107.

Jehasse, O. (2003) : Corsica Classica, Ajaccio.

——— (à paraître) : “La politique des Corses au ive siècle a.C.”, in : Actes de la 1ère Université d'Été de Corte (Corte, 2002), Corte.

Marquardt, J. (1889-1892) : Organisation de l’Empire Romain, III, Paris.

Meloni, P. (1975) : La Sardegna romana, Sassari.

Nicolet, Cl. (1991) : Rome et la conquête du monde méditerranéen, II, Génèse d'un Empire, Paris.

Perra, M. (1997) : Sardo, Sardinia, Sardegna, le antiche testimonianze letterarie sulla Sardegna dall'inizio dei tempi antici (VI sec. a. C.) sino al principato di C. Ottaviano Augusto, Oristano.

Robiquet, F. (1835) : Recherches historiques et statistiques sur la Corse, Paris.

Zucca, R. (1993) : “La tavola di Esterzili e la controversia finium tra Vanacini e Mariani in Corsica”, La tavola di Esterzili, Sassari, 185-205.

——— (1996) : Corsica Romana, Oristano.

Notes

1 Il est en effet frappant de voir, qu'hormis les travaux conduits dans les deux îles, la bibliographie scientifique européenne n'évoque que très rarement l'histoire de l'action de Rome dans ces deux territoires.

2 Plb., Hist., 3.22 (trad. Olivier Jehasse, 2003).

3 Gras 1985.

4 J. et L. Jehasse 2001.

5 Sal., Hist., Papyrus, 111, b.

6 Nous préférons cette leçon du manuscrit à celle qui veut y lire les “Tyriens”. comme par exemple P. Pedech, éditeur de Polybe aux Belles Lettres. Pour la démonstration, Jehasse à paraître.

7 Plb., Hist., 3.24 (trad. Olivier Jehasse, 2003).

8 Serv., Ad. Aen., 4.628 : “Dans les traités, on stipula semblablement que la Corse serait neutre entre les Romains et les Carthaginois.”

9 Thphr., HP, 111.15, et 5.8.

10 C'est le nom que donne Pline au détroit qui sépare les deux îles.

11 Liv. 21.1.5. Florus 1.18.1516.

12 Plb., Hist., 1.88.8 et 3.27.7 où est mentionnée l'existence d'un “traité additionnel” au traité de 241, dans lequel Rome obligea sur un prétexte, sans doute lié à l'annexion de l'île, Carthage à ajouter 1200 talents à l'indemnité prévue par le traité de paix de 241 qui clôturait la 1ère guerre punique. Voir Nicolet 1991, 611.

13 Sur l'histoire romaine de l'Espagne, Blázquez & Montenegro 1980.

14 Arnold 1879. Marquardt 1889-1892. Crawford 1999, 177-202.

15 Robiquet 1835.

16 Crawford 1999, 177 ; sur la province de Sicile, cf. Florus et la ‘Sicile urbaine’ qui montre que même dans la grande île, le processus de naissance de la province s’effectue par étapes et toujours en lien avec la perception géographique du territoire concerné.

17 Liv. 23.40.1.

18 Sinnius Capito, ex Festus, Fragmenta / Codex Farnèse, 1420.

19 Gel. 15.12.13.

20 Cic., Prov., 7.15.

21 Jehasse 2001.

Auteur

Labiana (UMR 8546, CNRS-ENS), Université de Corse.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search