Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Troisième partie. Les îles

Paysage urbain et paysage rural de l’Aléria romaine

Jean Jehasse

Texte intégral

1Pour le ier siècle avant notre ère, Aléria romaine présente le plus vif intérêt. Elle permet de saisir sur le vif les procédés d'une précoce romanisation, et la façon d'édifier le paysage d'une nouvelle petite Rome qui peut se mirer dans l'environnement réciproque de son paysage rural (fig. 1).

  • 1 Sur Korsis, voir D.P., 5.458 et Eustathe, dans Jehasse 1986, 67 ; légende reprise par Mgr. Giustin (...)

2Complémentaires, paysage urbain et paysage rural rattachent leurs perspectives aux pics montagneux, à ces “crêtes chevelues” et couvertes de denses forêts, qui selon une antique tradition grecque auraient donné son nom à Korsis, ou Corsa, à notre Corse1.

3Cette double transformation urbaine et rurale présente trois caractères au cours des étapes de son renouvellement. D'abord rationnelle, elle n'en reste pas moins pragmatique, faite d'incessants réajustements sur une mince acropole divisée en trois lobes escarpés, d'une quarantaine de mètres de dénivellation. Et cette succession de reprises et de compléments se retrouve sur le plateau tertiaire entrecoupé de fleuves et ruisseaux, et de vieux deltas quaternaires isolant de nombreuses buttes, pointes, ou teppe (fig. 2).

  • 2 Les socii, Jehasse J. et L. 1991, inscription IV ; voir Étienne 1966, 123. Sur Saturninus, Marius, (...)
  • 3 Sur les textes, voir Pais 1922 ; Zucca 1996. Sur les fouilles, voir Jehasse 1965 ; Jehasse J. et L (...)

4Ensuite, à la ville et à la campagne, cette colonisation se heurte à une implantation souvent très ancienne qu'il faut aménager et accommoder aux temps nouveaux. C'est de plus une époque troublée, marquée par le passage d'une garnison militaire et d'un praetorium à une colonie regroupant à la fois des vétérans “citoyens romains”, et, comme à Pompei et Pouzzoles, probablement des “alliés”, les socii d'une inscription, provenant pour une part des anciens Alerini2. Mais les événements les ballottent entre parti sénatorial et parti populaire, entre Sylla et Lépide, Pompée et César, Octave et Sextus Pompée, avant le pouvoir d’Auguste. Enfin l'architecture voulue parlante change progressivement de sens : ordonnée au début devant la grandeur prédestinée de la Rome républicaine, elle tourne progressivement à l'exaltation du Prince. Et le forum, de plus en plus fermé sur lui-même, prétend inspirer respect et dévotion envers la seule personne d'Auguste3. Aussi vais-je m'efforcer d'établir des correspondances chronologiques, en marquant des phases de transformations monumentales et d'aménagement rural provoquées par l'évolution politique et culturelle.

Fig. 1 : Le site d’Aléria, vu du sud.

Fig. 2 : Le site d’Aléria vu de l’ouest. La gradation des couleurs allant du plus clair au plus foncé rend compte de six niveaux successifs menant au sommet du plateau.

5L'archéologie découvre des caractéristiques propres à l'Occident romain, mais aussi particulières à Aléria :

  1. le module de base est l'actus de 120 pieds.
  2. La célébration des anniversaires tous les 5, 10, 20 ans joue un rôle important : notamment les uicennalia en 60, 40 20 a.C.
  3. La construction, au début du siècle en moellons calcaires quadrangulaires, fait place à un opus caementicum de petites pierres dans un béton plancheyé, et à un opus reticulatum ; puis à un appareil de galets de moins en moins régulièrement taillés, et à un opus mixtum, avec l'apparition de filets de terre cuite, et de briques, de plus en plus épais. Les colonnes sont très tôt en briques moulées en portions de disque et recouvertes d'enduit coloré.
  4. La mosaïque apparaît d'abord en lithostroton aux tesselles de marbre sur un fond de dés en céramique.
  5. Enfin de nombreuses stratigraphies par tout le site précisent l'évolution des céramiques campaniennes B, C, D ; des sigillées préarétines, arétines, et cisalpines ; de fragments métalliques et de verreries, enfin d'une circulation monétaire bien établie après seulement 19.

6L'évolution des données archéologiques est à mettre en rapport avec celle d'un nouveau pouvoir militaire et civil, avec l'installation programmée de nouveaux colons citoyens romains, et l'admission d'alliés insulaires ; et, bien entendu, la place réservée aux artisans les plus divers. Tel est l'arrière-plan sur lequel se dessinent des phases qu'on peut assigner au ier siècle a.C.

La 1ÈRE phase

  • 4 Jehasse J. et L. 1973 ; 2001 ; 2003.

7S'impose en plaine par la centuriation N.15' Est dont l'orientation remonte à la voie sépulcrale préromaine de Casabianda. On dénombre aux abords d'Aléria, et au sud, vers Ghisonaccia, des centuries de 15 x 15 actus. L'orientation décumane à partir d'Aléria se dirige sur le Monte Rotondo4.

8En ville, cette orientation se retrouve par des empreintes fossiles persistant sous l'Empire sur la colline nord-ouest : la rue bordant la falaise est parallèle au cardo, à deux actus de distance ; elle mène à une importante citerne placée au pied de la colline au cœur des communications du plateau. Un forum réduit d'un demi-actus sur un demi-actus aurait fait face à un ancien sanctuaire transformé en capitole.

  • 5 Ambrosi 1923 ; Jehasse 1989. Sur Saturninus, voir note 2. Sur les centuriations en plaine oriental (...)

9Les témoignages archéologiques ont ici été bouleversés lors des fouilles exécutées en 1923 par A. Ambrosi “sur 30 mètres de long, et 3 mètres de largeur et profondeur”. Mais de 137 à 90, M. J. Jehasse constate “le redémarrage de l'économie” avec 22 pièces dont 8 deniers et 3 quinaires, et des fragments de campanienne A et B. On peut penser aux lois agraires de L. Appuleius Saturninus et à la création vers 100 de la voisine colonie latine de Mariana, où Marius pouvait élever à la dignité de citoyens un certain nombre de colons. Plus riches sont les deux phases suivantes5 (fig. 3).

Fig. 3 : Vu de l’est.

La phase ii

  • 6 Brown 1961, pl. XII ; Tenney Franck 1924.

10Plus typiquement coloniale, suit l'orientation N.2', en direction du Monte d'Oro. Deux bornes repérées par l'architecte Pierre André délimitent en effet une aire rectangulaire d'un actus sur un actus et demi. Et cette aire, tangente à la grande citerne du forum, est bordée de constructions. Au sud, c'est un oecus en lithostroton. Le sanctuaire s'affirme à l'ouest comme capitole avec tribune au nord et entrée latérale, comme au temple d'Hercule à Cori. Derrière le temple, un espace alors apparemment vide, mais fermé6. Au nord, le bâtiment B, probablement la curie, s'aligne dans l'orientation N.2' et touche à l'ancien cardo. Au delà, on trouve, au déclin de la pente, des restes épars d'anciennes constructions. Puis une petite basilique ; et la vaste domus au dolium avec ses communs en bon état, un niveau primitif de lithostroton, et au nord les salles de réception à moitié déversées au long de la pente. Au sud de la domus, un petit sanctuaire sera repris trois fois. À l'est, la colonie est ceinte d'un rempart, à trois actus de la borne I, fait d'un long mur de galets, renforcé par de gros blocs calcaires en opus quadratum, récupérés pour le clocher de l'église saint Marcel en 1884. Elle s'établit ainsi autour d'un axe majeur, quasi definitive.

11Une nouvelle série de centuries, complémentaire de la précédente N.15', couvre l'est et le sud d'Aléria. La superficie en est plus grande (20 x 20 actus), et le domaine des Opini voisins est respecté. On peut penser cette fois à Sylla, vers 80. Mais moins de deux ans plus tard, la colonie doit être bouleversée par l'expédition avortée de Lépide.

La phase iii

12qui suit l'orientation très voisine N.2° ouest, élargit l'implantation romaine à la ville comme à la campagne.

13Le forum est agrandi d'un actus vers l'est, et c'est au nord qu'ont lieu les plus grandes interventions. Le péribole du capitole est pourvu d'une fenêtre en liaison avec la tribune antérieure ; et surtout un arc en réticulé marque une entrée spectaculaire. À l'ouest, l'arc donne sur un portique où quatre colonnes de briques encastrées dans un opus caementicum mènent à une porte nord-sud. À l'est, c’est la reprise du bâtiment B dans un axe infléchi, avec l'obturation de la borne Il, puis une longue colonnade gagnant le péribole du sanctuaire oriental : élargie, la basilique donne sur ce portique et complète ce côté nord de façon définitive.

14Le programme de centuriations de 20 x 20 actus est toujours dense au sud d'Aléria, mais aussi à l'est, en direction du port commercial situé à l'estuaire du Tavignano. La défense se trouve ainsi complétée par une exploitation et commercialisation intenses. Les données archéologiques suggèrent ici l'époque de Pompée, soit lors de son action victorieuse contre les pirates, où la Corse était le pivot de la défense occidentale, vers 67 ; soit, plutôt, après son triomphe de 61, où il démobilise ses vétérans, voire en 57-51 lors de sa curatèle de l'annone. Étroitement complémentaires, les deux phases suivantes portent au contraire la marque de César, mais seront réalisées par Octave en 42-40 et en 36 (fig. 4).

Fig. 4 : Aléria vue de l’ouest.

La phase iv

  • 7 Rebuffat 1984, 73-95.
  • 8 En dernier lieu, Zucca 1996, 109-114.

15suit l'orientation N.27' Est en direction, au Niolo, du Capo alla Vorta. Du côté sudest de la porte orientale, le rempart fouillé par R. Rebuffat est postérieur à 50, et le prolongement du rempart ouest semble de même date et même facture (béton plancheyé, gros galets irrégulièrement taillés, fragments de céramiques)7. L'essentiel semble l'élargissement du capitole, dont le péribole s'orne de deux ailes latérales. Un escalier frontal semble alors ajouté, et dans l'opus caementicum on distingue de minces filets de briques cuites. Plutôt qu'à une colonisation césarienne, comme à Turris Libysonis, on pourrait penser à une colonia Iulia faite en 42-40 par le propréteur M. Lurius, envoyé d'Octave8.

  • 9 Jehasse, M. J., 1989.

16Étirée du sud du Fiumorbo jusqu'à Cervione, la centuriation est non seulement étendue, mais dense et peut répondre aux efforts d'Octave pour caser les nombreux vétérans de César. Ce que confirmerait l'archéologie par la fin de la céramique campanienne D, et de rares monnaies : un Q. OPPIVS PR en orichalque, un quinaire M CATO PRO PR, frappé en Afrique à la mort de César9.

La phase v

  • 10 Grant 1969 (1946), 150.
  • 11 Rebuffat 1984.

17semble ignorer tout programme de centuriation. Elle est propre à la ville, sans doute à la suite des trahisons de Ménas qui avait à deux reprises livré à Octave la Corse et ses légions. M. Atius Balbus, oncle d'Octave et en 36 propréteur de la prouincia Corse-Sardaigne, pourrait être pour le compte d'Octave restitutor de la colonie d'Aléria10. Ce qui permettrait d'interpréter l'inscription CCVIRT, découverte dans le péribole du temple oriental, par COLONIA VENERIA IVLIA RESTITVTA TERTIANORVM, selon l'hypothèse de R. Rebuffat, proposant les vétérans d'une “troisième légion” de Lépide11. Quant à l'inscription honorant Auguste et ses deux petitsfils, datée de 9 avant notre ère, on pourrait entendre CCVPR par COLONIA VENERIA PIA RESTITVTA, au lieu de Pacensis.

  • 12 Lugli 1947.

18De fait cette orientation N. 75° s'avère décisive pour la ville. Le relevé du temple oriental atteste un nouvel état du sanctuaire dont le péribole, au nord et au sud, est fait de quatre colonnes de briques insérées dans un opus caementicum où les galets sont en arêtes vives, utilisées au temps de César12. Après un léger décrochement au sud, un long portique méridional, bordé du côté du forum par une canalisation pour la pluie, est tangent à la borne 1, et gagne le bâtiment A, qui prend appui sur un second arc municipal couronnant le débouché du cardo. Puis le decumanus maximus, dans le prolongement, gagne une fontaine au sommet d'un petit col, et se termine par la porte occidentale en demi-lune.

19Cette reprise rationnelle du cœur de la ville répond à une stricte ordonnance : péribole du temple oriental / borne 1 = un actus / borne 1 / arc sud = un actus / borne 1 / borne 111 = deux actus et demi / borne 111 porte occidentale = un actus ; et au nord temple oriental / arc en réticulé : deux actus.

20et le forum élargi en trapèze répond à une stricte ordonnance :

  • péribole du temple oriental / borne I = un actus
  • borne I / arc sud = un actus
  • borne I / borne III = deux actus et demi
  • borne III / porte occidentale = un actus

21et au nord : temple oriental / arc en réticulé : deux actus.

La phase vi

22Elle caractérise, selon l'orientation N.82' en direction du Monte Renoso, la reprise de l'ensemble antérieur, à la fois à l'est et au nord-ouest.

23Le temple oriental est réorienté au nord pour mieux se placer en vis-à-vis du capitole. De même le socle de statue situé au côté de la borne 1 s'avance en médiation entre les deux sanctuaires. Qu'il s'agisse d'une statue, ou d'un groupe tétrastyle comme le propose P. André, il constituait la base d'un monument consacré à Auguste.

  • 13 Ambrosi 1923.

24L'arc sud est également réorienté, et prend appui à l'ouest sur un prolongement du péribole du Capitole. Ce nouvel angle, qui mord sur le decumanus antérieur, comporte au niveau du forum un cryptoportique avec accès latéral au nord, la “grotte” signalée par Mérimée ou la “citerne” d'Ambrosi13. Sur l'ensemble s'élève un double portique où 9 grosses colonnes de briques stuquées font face à l'intérieur à 11 colonnes plus petites, orientées également N.82'. Presque a angle droit, ce double portique se prolonge vers le nord et clôt le péribole du capitole. Celui-ci, au pronaos encore allongé, s'impose désormais au milieu du côté ouest du forum.

25Enfin la colline nord-ouest est couronnée de domus de plus en plus spacieuses, avec d'imposantes citernes qu'entoure un atrium doublé, et que surmontait un étage. Au sud on reconnaît une suite de chambres froides, tièdes et chaudes ; à l'ouest un ensemble de baignoires et bassins. Quant à l'implantation de centuries, alors réduites à 15 x 15 actus, elle remodèle toute la plaine depuis le Travo au sud, à Cervione au nord. Sans doute pour renforcer la liaison ville-campagne, le decumanus de la colonie semble issu du forum même, et placer toute l'empreinte romaine sous le patronage d'Auguste (fig. 5).

26La réalisation progressive de proportions régulières fondées sur un même module, le choix d'orientations complémentaires convergeant vers le centre constitué par la statue d'Auguste assurent, face à la basilique et à la curie, un équilibre entre les deux sanctuaires. Portiques, thermes, et fontaines, de leur côté, rendent également parlant un paysage urbain, qui inculque dans des lieux de réunion et de communion la grandeur de Rome et le bonheur attendu de la colonie.

  • 14 Curtius 1956, 352 sq.

27Prolongeant les grandes perspectives urbaines, la campagne étend jusqu'aux “forêts d'essences mélangées” et aux pics neigeux en toile de fond, une succession de damiers soulignés de haies, de voies et chemins, de fleuves et d'étangs. Ainsi de larges points de vue créent ce locus amoenus cher aux Anciens, et tendent un miroir où se reflètent ville et campagne14.

28N'était-ce pas, exactement à la même époque, la leçon exemplaire de Virgile ? Les Géorgiques vantaient l'heureux travail de la terre que bénissent les dieux, avec les labours, la vigne et l'olivier, l'élevage et les abeilles récoltant le miel d'éternité. À quoi l'Éneide ajoutait “le long enfantement de la grandeur romaine”, gage de la civilisation, et chantait en Auguste le garant de l'harmonie cosmique, le médiateur entre le monde et les dieux.

Insularité et romanité

29Mais dans cette île, la romanité, comme d'autre part l'insularité, ne peuvent être que des cas limites. Aléria ne donne de Rome qu'une faible, très faible image. Et les damiers de la campagne ne cessent de s'effilocher sous les passions et convoitises humaines, les caprices des saisons, les résistances du terroir ; au total, ils ne peuvent recouvrir qu'un cinquième de la surface, livrant le reste à l'emprise des forêts de chênes, hêtres et pins, ainsi qu'au maquis.

30À Aléria même, le centre du pouvoir politique et religieux impose difficilement ses épures rationnelles et ses perspectives. Installé sur un site bosselé, soumis aux pesanteurs d'un long passé, il fait apparaître des portes excentrées, des rues désaxées et tortueuses, des insulae disparates.

31Or Aléria bénéficiait au mieux des importations de la romanité, en hommes, en biens de consommation et transformation, en matériaux, en techniques à jour, et en idéologies. Certes il existait une large osmose devant permettre en deux siècles à Ptolémée de dénombrer une trentaine de villes, quasiment toutes proches des côtes, à l'exception de Talkinon et Ouenikion directement reliées à Aléria. Mais les communications difficiles par terre, dangereuses par mer, limitaient considérablement ces apports et ces échanges.

32Disséminés en “hameaux” sans structure municipale, les XII “peuples” cantonnés dans leurs petites régions traditionnelles se romanisaient et latinisaient chacun à sa façon, comme le montre la variété des langages microrégionaux. Ainsi s'explique le double caractère d'un habitat où la technique du ciment romain était réservée au chauffage des bains, alors que le reste de la construction était en galet ou torchis. Et le double civisme de ces soldats de la flotte devenus citoyens romains, qui sur leur tombe faisaient rappeler leur “naissance corse”.

Bibliographie

Bibliographie

Ambrosi, A. (1923) : “Notes archéologiques. Aléria”, Bull.Soc.Sciences, fasc. 449, Bastia.

Brown, F. E. (1961) : Roman Architecture, New-York.

Carcopino, J. (1940) : Histoire romaine, Paris.

Charre, R. (1983) : “Les cadastres antiques d’Aléria”, Archeologia Corsa, 8-9, 57-65.

Curtius, E. R. (1956) : La littérature européenne et le Moyen Age latin, trad. fr., Paris.

Étienne, R. (1966) : La vie quotidienne à Pompéi, Paris.

Frank, T. (1937) : Roman Buildings of the Republic, Rome.

Giustiniani et Cecaldi (Mgr.) (1993) : dans Graziani, A. M., Description de la Corse.

Grant, M. (1969) : From Imperium to Auctoritas, Cambridge.

Jehasse, J. (1965) : “Le plateau d’Aleria et ses problèmes”, Gallia, 21, 77-109.

Jehasse, J. et L. (1973) : “La nécropole préromaine d’Aléria”, XXVe suppl. de Gallia, Paris.

——— (1991) : Aléria antique, Lyon.

——— (1993) : La Corse antique, CRDP d’Ajaccio.

——— (1996) : “La Corse romaine”, in : Histoire de la Corse, Toulouse, 97-128.

——— (1999) : Aleria rediviva. Quarante ans de fouilles, Ajaccio.

——— (2001) : La nécropole préromaine d’Aléria. Nouvelles données, I-II, Lyon.

——— (2003) : Aleria métropole, Ajaccio.

Jehasse, M.-J. (1989) : La circulation monétaire à Aléria, Thèse de l’Université de Lyon II.

Jehasse, O. (1986) : Corsica Classica, Ajaccio.

Lugli, G. (1947) : La tecnica edilizia, Rome.

Pais, E. (1922) : Storia della Sardinia e della Corsica, Rome.

Rebuffat, R. (1983) : “Le rempart romain d’Aleria”, Archeologia Corsa, 8-9, 96-102.

Rebuffat, R. et J. Gascou (1982) : “Les propugnacula d’Aléria”, Archeologica Corsa, 6-7, 49-64.

Zucca, R. (1996) : Corsica Romana, Oristano.

Notes

1 Sur Korsis, voir D.P., 5.458 et Eustathe, dans Jehasse 1986, 67 ; légende reprise par Mgr. Giustiniani et Ceccaldi, dans Graziani 1993.

2 Les socii, Jehasse J. et L. 1991, inscription IV ; voir Étienne 1966, 123. Sur Saturninus, Marius, et la colonie latine de Mariana, Carcopino 1940, 352 ; Rebuffat & Gascou 1982, 4964.

3 Sur les textes, voir Pais 1922 ; Zucca 1996. Sur les fouilles, voir Jehasse 1965 ; Jehasse J. et L. 1996 ; La Corse antique 1993 ; Aleria rediviva. Quarante ans de fouilles 1999 ; Aléria métropole 2003.

4 Jehasse J. et L. 1973 ; 2001 ; 2003.

5 Ambrosi 1923 ; Jehasse 1989. Sur Saturninus, voir note 2. Sur les centuriations en plaine orientale, voir Charre 1983 ; Peretti 1988 ; Jehasse 1965, l'évolution du forum d'Aléria, que nous précisons.

6 Brown 1961, pl. XII ; Tenney Franck 1924.

7 Rebuffat 1984, 73-95.

8 En dernier lieu, Zucca 1996, 109-114.

9 Jehasse, M. J., 1989.

10 Grant 1969 (1946), 150.

11 Rebuffat 1984.

12 Lugli 1947.

13 Ambrosi 1923.

14 Curtius 1956, 352 sq.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Le site d’Aléria, vu du sud.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/507/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Fig. 2 : Le site d’Aléria vu de l’ouest. La gradation des couleurs allant du plus clair au plus foncé rend compte de six niveaux successifs menant au sommet du plateau.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/507/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 3 : Vu de l’est.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/507/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Légende Fig. 4 : Aléria vue de l’ouest.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/507/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/507/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 788k

Auteur

Président Association Archeologia Corsa.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540