Version classiqueVersion mobile

Prodosia

 | 
Anne Queyrel

2. L'acte de trahison dans l’Athènes du ve siècle

II - Athènes, une cité grecque : trahir la patrie

Texte intégral

Définition juridique de la prodosia et perception large de la prodosia

1Le comportement de “prodosia”, condamné moralement dans la mentalité commune, n’est pas précisément défini lorsqu’il n’affecte que le cercle familial : la victime en reste au stade du sentiment, accablement, colère, déception, qui la pousse à rejeter à son tour celui qui l’a rejetée, à vouloir le retrancher de la communauté dont il ne s’est pas voulu solidaire. Avant d’être défini juridiquement par la cité comme un délit, ce comportement est perçu par l’individu qui en est la victime comme un tort qui lui est injustement porté : la dimension psychologique de la prodosia, déception et/ou colère, bien évidemment absente de la définition juridique, est souvent sous-jacente dans les reproches de trahison, qu’ils en restent au stade du soupçon ou qu’ils aboutissent à une action en justice. La cité place sous le terme “ prodosia” diverses situations caractéristiques, lorsque le comportement de l’un des siens la lèse dans ses rapports avec les autres États : elle, qui se veut “souveraine entre toutes les communautés” (Arist., Pol., 1.1.1), parce qu’elle inclut toutes les autres, attend des citoyens qui se sont réunis en elle qu’ils lui donnent la préférence absolue parmi les communautés auxquelles ils se trouvent appartenir. Le citoyen qui cherche à donner, pour quelque raison que ce soit, à un ennemi extérieur le contrôle de la cité, qu’il s’agisse d’une partie ou de la totalité de la population civique, ou de son territoire, ou de tout élément qui contribue à assurer sa puissance ou son indépendance, est coupable pour elle du délit de prodosia. L’existence d’un ennemi extérieur qui doit bénéficier de l’acte d’un membre de la communauté civique est nécessaire pour que le délit puisse être qualifié de prodosia : lorsqu’un citoyen ou un groupe de citoyens, dans le cadre de la communauté, sans aucune intervention étrangère, s’empare pour son profit personnel du territoire, d’une portion du territoire, du pouvoir sur la cité ou d’un élément qui assure la puissance de celle-ci, on parlera de discorde civile, de troubles politiques ou sociaux, de stasis visant à renverser le régime établi au profit d’un nouveau type de gouvernement, dans ce qui pourra être, dans le cas d’Athènes, une katalusis tou dèmou, une dissolution de la démocratie. Que l’acte aille ou non jusqu’à sa fin, qui est de remettre une personne ou une chose dans les mains de l’ennemi, la caractéristique de la prodosia est la présence, manifeste ou encore cachée, de la personne extérieure, l’ennemi qui va s’emparer indûment d’une personne ou d’une chose qui auraient dû lui rester étrangères.

  • 1 Xen., HG, 1.7.22 : “Si vous préférez cette autre procédure, appliquez, pour les juger, la loi suiv (...)
  • 2 La graphè prodosias est attestée par Pollux VIII 40 : sur cette graphè, voir Harrison 1971, 59 ; H (...)
  • 3 Sur la difficulté, pour les procès de la première moitié du ve siècle au moins, de savoir quelle a (...)
  • 4 Nous disposons, pour l’année 405, date à laquelle Les Grenouilles furent jouées, d’une brève allus (...)
  • 5 Sur l’épineuse question de l’eisangélie, qui a suscité une très abondante bibliographie, notamment (...)
  • 6 Les procès mentionnés aux § 1 et 2 du Pour Euxénippos furent tous tenus, à l’exception de celui qu (...)
  • 7 Comme l’expression “μίαν πόλιν” – μίαν μὲν πόλιν εἰ ἀπώλεσεν ἢ ναῦς δέϰα μόνας, πεϱὶ πϱοδοσίας ἂν (...)
  • 8 La katalusis tou dèmou, qui ne fait pas en tant que telle l’objet de notre étude, est abordée p. 0 (...)
  • 9 La dôrodokia, ou fait d’accepter des cadeaux pour agir ou parler contre ce que l’on croit être l’i (...)
  • 10 Sur les actes de prodosia rapportés dans le Pour Lycophron, fr. 3bis, cf. Harrison 1971, 54. Sur l (...)
  • 11 La tentative de l’agent de Philippe II, un dénommé Antiphon, peut-être un métèque qui avait usurpé (...)

2Même si nous n’avons pas en notre possession de texte du ve siècle définissant exactement du point de vue juridique les divers cas dans lesquels un citoyen athénien était considéré par la cité comme coupable du délit de prodosia, nous savons qu’il existait une loi qui prévoyait pour ce délit, défini généralement – “si quelqu’un trahit la cité… (ἐάν τις τὴν πόλιν πϱοδιδῷ)” – certaines peines, à savoir la privation de sépulture en Attique et la confiscation des biens1. Pour le type de procédure utilisé en cas de prodosia, nous connaissons l’existence d’une graphè prodosias, sans savoir précisément à quelle date elle apparut, sans doute dans la première moitié du ve siècle, et dans quelles occasions elle fut utilisée2 ; lorsque nous avons une certitude sur le type d’action judiciaire intenté pour prodosia, à la fin du ve siècle et surtout au ive siècle, il apparaît que la procédure utilisée était la procédure générale de l’eisangélie, dont relevaient tous les crimes graves commis contre la sûreté de l’État et qui, offrant plus d’avantages à l’accusateur qu’une simple graphè, semble avoir définitivement supplanté, au ive siècle au moins, la graphè prodosias3. En rapport avec cette procédure, nous disposons, transmis dans un discours d’Hypéride de la seconde moitié du ive siècle (Pour Euxénippos 7-8), d’un texte donnant une définition officielle de divers cas de fautes graves contre la cité, auquel il faut ajouter une version transmise sous une forme plus complète par des lexicographes tardifs. Ce texte, qui a existé sous cette forme dès la fin du ve siècle4, et qui a, peut-être, été élaboré sous une autre forme dès le temps des réformes de Clisthène ou même dès l’époque de Solon, rassemble en effet les cas dans lesquels un citoyen était passible de la procédure d’eisangélie5. Hypéride, dans son discours Pour Euxénippos, prononcé peu après 330, estimant nécessaire qu’à des délits de natures différentes répondent des lois distinctes, après avoir évoqué aux § 1 et 2 de célèbres procès en eisangélie intentés une trentaine d’années plus tôt contre des stratèges6, coupables d’avoir, en définitive, “remis” – prodidonai – à l’ennemi des navires ou des villes “appartenant aux Athéniens – poleis Athènaiôn7, rappelle aux § 7 et 8 les fautes graves qui tombent sous le coup de la procédure d’eisangélie : outre la subversion de la démocratie, la katalusis tou dèmou8, il cite la corruption, la dôrodokia9, qui pousse un orateur à ne pas faire les propositions les plus conformes à l’intérêt du peuple, et, employant le verbe “prodidonai”, la remise à l’ennemi d’une cité, de navires, de forces terrestres ou d’une flotte : “… ἐάν τις πόλιν τινὰ πϱοδῶι ἢ ναῦς ἢ πεζὴν ἢ ναυτιϰὴν στϱατιάν…”. Un autre cas de prodosia, rapporté par Hypéride dans le Pour Lycophron (Fragment 3bis = Pollux IX 156), aurait figuré, sans doute à la même date, dans la loi d’eisangélie : il concernait, comme ceux qui étaient cités dans le Pour Euxénippos 7-8, la remise à l’ennemi d’éléments de la puissance de la cité : “[ἐν μέντοι τῷ Ὑπερείδου ὑπὲρ Λυκόφρονος εὗρον γεγϱαμμένον] “ἢ νεωρίων πϱοδοσίαν ἢ ἀρχείων ἐμπυϱισμὸν ἢ ϰατάληψιν ἄκρας” (livraison d’arsenaux maritimes, incendie d’archives, occupation d’une forteresse…)10. Le projet de destruction des arsenaux au profit de l’ennemi est évoqué aussi par Démosthène en 330, dans son plaidoyer Sur la Couronne (132-133), lorsqu’il parle d’un individu qu’il surprit sur le point de passer à l’acte pour le compte de Philippe et qu’il fit arrêter et exécuter11.

  • 12 Lexicon Cantabrigiense, s.v. eisangelia (FGrH 342, F11) : “Εἰσαγγελία, ϰατὰ ϰαινῶν ϰαὶ ἀγϱάϕων ἀδι (...)
  • 13 Pollux 8.52 : “ἐγίνοντο δὲ εἰσαγγελίαι ϰαὶ ϰατὰ τῶν ϰαταλυόντων τὸν δῆμον ῥητόϱων, ἢ μὴ τὰ ἄϱιστα (...)
  • 14 McDowell 1978, 185, pense que le délit de trahison constitué par la marche aux côtés de l’ennemi q (...)
  • 15 Sur les procès pour prodosia des oligarques, qui tirent de l’arrière-plan politique une coloration (...)

3Les articles de la loi d’eisangélie qu’Hypéride avait choisi de lire sont à compléter par un autre article se rapportant aux délits militaires, qui figurait, avec les articles déjà cités, dans le Traité des lois de Théophraste, le successeur d’Aristote à la tête du Lycée après 323, et qui nous a été transmis sous deux versions tardives qui diffèrent légèrement l’une de l’autre : l’une, plus complète, énumère comme étant soumis à l’eisangélie les actes que peut accomplir un citoyen passé ouvertement à l’ennemi, lorsqu’il se rend auprès de l’ennemi alors qu’il n’a pas reçu de mission de la cité, lorsqu’il demeure près de lui ou fait campagne à ses côtés, ou reçoit de lui des présents12, tandis que l’autre version évoque seulement, à propos de cet acte public de trahison, le fait de se rendre auprès de l’ennemi sans être investi d’une mission officielle13. Ainsi, le fait d’être passé auprès de l’ennemi au vu et au su de tous, de se rendre auprès de lui sans mission officielle, ou de faire campagne à ses côtés pouvait être jugé aussi dans le cadre d’une procédure d’eisangélie14 : comme l’objectif de ce comportement, bien qu’il se déroule au grand jour, est évidemment de permettre ou de favoriser grâce à des connaissances “domestiques” la mainmise de l’ennemi sur la ville ou sur un élément de sa puissance, que l’on “remet” finalement à l’ennemi tout autant que dans l’acte de prodosia proprement dite d’une ville, de navires ou d’une armée, acte qui n’est que l’aboutissement manifeste d’une collaboration avec l’ennemi tenue secrète jusqu’alors, il est légitime d’examiner aussi ces délits d’ordre militaire et diplomatique dans le cadre d’une étude générale sur la trahison au sens moderne. On ajoutera que les oligarques jugés et condamnés en 410 furent accusés de “prodosia” notamment pour s’être rendus en ambassade auprès de l’ennemi et avoir navigué sur un navire ennemi15.

  • 16 Sur le serment prononcé par les magistrats athéniens et sur la malédiction prononcée contre ceux q (...)
  • 17 Sur la question de savoir si la procédure de l’eisangélie n’était applicable qu’à un nombre limité (...)

4Cette énumération faite par la loi de délits graves contre l’État correspondait de manière générale aux actes répréhensibles que, à l’ouverture des séances des grands organes de la cité, Ekklèsia, Boulè et Héliée, les citoyens s’engageaient par serment à ne pas commettre et contre les auteurs desquels le héraut prononçait une malédiction solennelle16. La liste qui énumérait ces délits spécifiques n’était pas exhaustive : elle comportait, semble-t-il une clause générale qui faisait qu’elle pouvait être complétée, le cas échéant, par l’ajout de fautes majeures et nouvelles contre la cité, à l’appréciation desquelles une certaine latitude était laissée par le caractère “ouvert” de la loi, qui visait toutes les fautes graves contre l’État : Hypéride, au début de son discours Pour Euxénippos, § 3, déplore que la procédure de l’eisangélie soit utilisée à son époque pour des délits mineurs, d’une manière qu’il estime abusive, et l’on soulignera que, dans la définition de l’eisangélie donnée par les lexicographes, il est dit aussi que cette procédure était utilisée à l’encontre de “délits publics non-écrits (ἀγϱάϕων δημοσίων ἀδιϰημάτων)” (Pollux 8.51), ou encore de “délits nouveaux et non-écrits (ϰατὰ ϰαινῶν ϰαὶ ἀγϱάφων ἀδιϰημάτων)” (Lexicon Cantabrigiense, s.v. eisangelia : FGrH 342, F11)17. On retiendra ainsi qu’il existait plusieurs types de procédures et plusieurs lois pouvant convenir à des actes commis au détriment de la cité dans ses rapports avec l’étranger, et que leur qualification dépendait de l’appréciation faite librement par l’accusateur quant à leur nature et leur gravité : la procédure de l’eisangélie, parce qu’elle donnait une franche latitude à l’accusateur en lui permettant d’intenter des accusations de nature générale visant la sécurité de l’État, était choisie le plus souvent. À cet avantage s’ajoutait aussi, outre l’absence de pénalité pour l’accusateur qui n’obtenait pas le cinquième des suffrages, celui de porter l’affaire devant la haute responsabilité du peuple lorsqu’il s’agissait de cas litigieux où l’identité de l’accusé et souvent aussi celle de l’accusateur donnaient au procès une coloration politique en faisant intervenir des éléments de nature partisane. Il s’agira pour nous, le moment venu, non de “refaire” ces procès, mais seulement de les insérer, en prenant en compte les divers critères de classement que nous aurons retenus, dans une histoire des crises que constituent les périodes dans lesquelles la communauté civique ou une fraction de cette communauté, mues par une conviction intime ou encouragées par des citoyens éminents, se perçoivent comme victimes, dans les relations de l’un de leurs membres avec un État étranger, d’un acte de prodosia.

  • 18 La marche d’Hippias aux côtés des Perses en 490 correspond bien à la marche avec l’ennemi que ment (...)
  • 19 Alcibiade fut condamné en 415 pour impiété. Mais sa marche aux côtés de l’ennemi, de 414 à 411, co (...)
  • 20 Sur l’extension de sens du mot prodosia dans l’eisangélie, particulièrement dans des procès intent (...)

5L’étude du comportement que nous appelons “trahison”, qui consiste en actes d’hostilité commis envers la communauté par l’un de ses membres au profit de l’étranger, et de sa perception par les Athéniens au ve siècle prend en compte ici les divers cas énumérés dans la loi d’eisangélie telle qu’elle semble bien avoir existé dès la fin du ve siècle, et correspondant à des délits militaires et diplomatiques, livrer des éléments de la puissance de la cité à l’ennemi – prodosia au sens strict –, mais aussi marcher contre la cité avec l’ennemi, se rendre en ambassade sans mission officielle auprès de l’ennemi et se laisser corrompre par l’ennemi. Elle examine aussi des cas, qui n’ont pu, pour des raisons chronologiques, être concernés par cette loi18, ou d’autres qui, alors que la loi était sans doute en vigueur, ne sont pas tombés sous son coup19. Elle prend en compte, pour les situations qui firent, semble-t-il, l’objet d’accusations de “prodosia”, le glissement de sens qui élargit la notion de remise indue contenue au départ dans le verbe prodidonai, au point que la notion, suffisamment vague ou générale au gré des passions du moment, va jusqu’à qualifier tout comportement dont les conséquences peuvent être présentées comme nuisibles aux intérêts d’Athènes, tout particulièrement dans le cadre d’opérations militaires20.

6Les cas de recours à la force avec une aide étrangère, ou de marche aux côtés de l’étranger, sont les plus rares, en raison à la fois de la nature de la rupture qu’ils impliquent avec la communauté, totale et, pourrait-on croire, irréversible, et du statut du personnage, qui doit jouir dans la cité, pour posséder quelque chance de réussite, d’une certaine influence, due à l’exercice d’une fonction officielle ou à son rang social : leur place en tête de notre étude se justifie par leur caractère incroyable et scandaleux aux yeux de l’opinion, qu’ils marquent durablement, dans la mesure où leur caractère atypique va contre la croyance qui associe traditionnellement dans la mentalité commune trahison et dissimulation. Dans un second temps, nous traiterons des cas d’intelligence avec l’ennemi, qui peuvent comprendre la trahison au sens large qu’est l’abandon, aussi bien que la trahison préméditée, accomplie par dissimulation de l’intérieur de la cité et qui vise à remettre à l’ennemi un élément de la puissance de la cité ; pour terminer, nous étudierons les situations dans lesquelles un citoyen, en fait un stratège, est accusé, soit de prodosia, soit d’un autre délit, mais avec le reproche sous-jacent de prodosia, pour avoir porté tort au dèmos en ne remplissant pas, ou en remplissant d’une manière considérée comme insuffisante, la tâche qui lui avait été confiée, de sorte que l’ennemi en a retiré un profit. Dans tous les cas, nous privilégierons le contexte de la trahison, mobiles et modalités d’action de la part de celui qui agit, réaction et sentiments de la part de la cité, formée de compatriotes qui se sentent menacés ou lésés, qui s’affolent ou s’indignent, plutôt que le strict élément judiciaire, chef d’inculpation et procédure, qui, lorsqu’il existe, le stade du simple soupçon étant dépassé, reste souvent obscur et objet de controverses, au moins jusqu’à la réforme d’Éphialte.

  • 21 Le procès qui fut intenté par les Spartiates au Byzantin Anaxilaos, pour avoir remis en 408 Byzanc (...)
  • 22 Brasidas, voulant justifier ceux qui lui ont livré Torônè, déclare, excluant deux motivations pour (...)
  • 23 En 411, Phrynichos, par crainte d’Alcibiade, révèle à Astyochos les projets d’entente d’Alcibiade, (...)
  • 24 Trad. D. Roussel. Pol. 18.13. 1 & 3 : “Ἔμοιγε πολλάϰις μὲν ϰαὶ ἐπὶ πολλοῖς θαυμάζειν ἐπέϱχεται τῶν (...)
  • 25 Sur les célèbres jugements de Démosthène et de Polybe sur les traîtres, et sur le désaccord exprim (...)
  • 26 Trad. D. Roussel. Pol. 18.15.1-4 : “Τίσιν οὖν εἰϰότως ἂν ἐπιϕέϱοι τις τὴν ὀνομασίαν ταύτην, ἔστι μ (...)

7Comme les motivations de ceux qui agissent contre leur cité peuvent être mêlées, faisant intervenir des sentiments tels que l’ambition, la rancune ou la cupidité, mais aussi l’opportunisme ou l’idéologie, ou évoluer au gré des circonstances, nous n’avons retenu parmi elles qu’un seul critère de distinction, à savoir, lorsqu’un mobile idéologique est présent, sa priorité ou non sur d’autres mobiles éventuels : les cas de trahison étudiés dans le Chapitre II portent sur la remise, le projet de remise ou l’abandon à l’ennemi, du territoire, d’une partie du territoire ou d’un élément de puissance de la cité, tandis que le Chapitre III, faisant intervenir le mobile idéologique, étudie les cas de prodosia dans lesquels l’hostilité aux institutions de la cité pourrait, s’il n’y avait pas en même temps proximité ou intervention étrangère par un soutien recherché, promis ou apporté effectivement, faire qualifier de stasis l’action de ceux qui cherchent à prendre le pouvoir. À l’intérieur du Chapitre II, l’absence fréquente de motivation unique et inébranlable est l’une des raisons qui expliquent que la motivation ne soit pas retenue comme principal critère de classification, d’autant que ces motivations, intervenant dans des proportions inégales dans presque tous les actes de prodosia, n’auraient guère aidé à opérer un classement : nous réservant donc d’étudier la motivation à chaque fois dans son contexte, nous avons choisi comme critère de classement à l’intérieur de ce chapitre la manière dont s’opère la prodosia. À la présence récurrente des mêmes motivations s’ajoute la difficulté essentielle qui vient de l’appréciation du mobile de l’acte : tel acte, qui est trahison pour la victime, peut être pour l’acteur ou le bénéficiaire un acte justifié et raisonnable. Les Grecs s’accordent pour reconnaître l’intérêt personnel21, que ce soit la cupidité, l’ambition22, la rancune ou la crainte23, comme les motivations du véritable traître (Thc. 4.114.3 ; Ps. Lys., 2. 29 ; Pol. 18.14.9 et 15.1-4 ; Paus. 7.7.5 et 10.1-3). Mais il conviendrait aussi de mettre les mêmes choses sous les mêmes mots, ce que rendent impossible les points de vue différents des uns et des autres : la divergence de jugement entre Démosthène et Polybe sur les Péloponnésiens qui s’allièrent à Philippe de Macédoine contre Sparte provient de ce que Démosthène affirme juger selon un critère panhellénique, alors que, pour Polybe, il juge selon un critère strictement athénien (Dem. 18.295 ; Pol. 18.14). Polybe peut en effet écrire : “Il m’arrive souvent de m’interroger sur les fautes que, dans bien des cas, les humains sont portés à commettre et notamment sur les cas de trahison.(…) Sans doute n’ignoré-je pas combien il est difficile d’y voir clair dans une telle question et de se prononcer là-dessus d’une façon précise. Qui, en effet, doit-on considérer vraiment comme un traître ? La réponse est difficile à trouver.”24 (18.13, 1 et 3) ; après avoir examiné des cas précis de chefs qui avaient pris l’initiative de ranger leur cité dans une alliance nouvelle, en vue du bien de leurs compatriotes et non de leur bien propre, il conclut, d’une façon qui montre qu’il est conscient de l’incertitude qui caractérise souvent ce genre d’affaires25 : “Il est donc difficile de dire avec précision quels sont les hommes qu’on peut à juste titre taxer de trahison. Mais on serait sans doute très près de la vérité en réservant cette accusation à ceux qui, dans les situations critiques, pour assurer leur sécurité ou leur avantage personnels, ou encore pour abattre leurs adversaires politiques, livrent leurs cités aux mains de l’ennemi, à ceux aussi, sans aucun doute, qui y accueillent une garnison et se font appuyer par des troupes étrangères pour mener à bien des entreprises inspirées par leurs ambitions particulières, livrant ainsi leur pays à la domination d’un État plus puissant. Tous ces gens-là, on est en droit de les classer parmi les traîtres.” (Pol. 18.15.1-4)26.

8Dans l’appréciation des motifs et du comportement, il est nécessaire aussi de tenir compte de la chronologie, puisqu’un appel à l’étranger s’apprécie à la fois en fonction de l’évolution interne de la cité et en fonction de ses rapports avec l’étranger : deux faits apparemment similaires ne seront donc pas nécessairement jugés de la même manière, et donc pas nécessairement étudiés ensemble, selon qu’ils se produisent à la fin du vie siècle, durant les guerres médiques, pendant la période d’hégémonie athénienne, ou encore durant la guerre du Péloponnèse : des renvois d’un chapitre à l’autre permettent, en dehors du chapitre où ils sont traités prioritairement, de marquer la relation, même considérée comme secondaire, de certains actes de trahison avec un autre contexte ou une autre motivation.

Marcher contre la patrie avec l’ennemi

9La caractéristique de la démarche de trahison que nous étudions ici est que son auteur agit ouvertement, de l’extérieur de la cité. Le recours à la force, et ici la force de l’étranger, est la dernière possibilité pour tenter de rentrer dans la patrie ou de reprendre le pouvoir, ou la part de pouvoir, qui a été perdu. Celui qui marche contre sa cité n’est pas exactement en état de “remettre” – prodidonai – une place ou une part de territoire à l’ennemi : mais il fait bénéficier l’ennemi d’informations précieuses sur sa cité qu’il connaît du-dedans, et ainsi, “remettant”, “livrant” à l’ennemi des secrets dont la connaissance par un tiers est préjudiciable à la cité, il a pour objectif, au terme de sa démarche, de “remettre” effectivement sa cité ou un élément de sa cité à l’ennemi : la démarche de remise à l’ennemi s’accomplit au grand jour, au su de tous, au lieu de se faire de manière souterraine et de se révéler d’un coup. La question sensible est, certes, le point de vue à partir duquel est apprécié l’“intérêt” de la cité ; la notion de revanche, de vengeance même, est très souvent présente dans ce type de trahison, dans la mesure où la situation du personnage à l’extérieur de la cité indique qu’il en a été précédemment chassé. Or, pour tout citoyen, l’exil sur un sol étranger, où il est privé de sa participation au gouvernement de la cité et parfois même de ses moyens de subsistance, est une peine cruelle : il peut être tenté de recourir à la force pour recouvrer ce qu’il considère comme un bien personnel dont il a été injustement dépossédé, même lorsque son exil hors de la cité résulte du jeu normal des institutions. Le citoyen qui se retrouve en dehors de la cité et qui refuse d’accepter son éviction ne peut espérer rentrer chez lui par ses propres moyens : l’alliance avec l’étranger, qui lui apporte la force armée en échange de l’établissement de son influence ou de son contrôle sur la cité, lui est indispensable.

  • 27 À l’automne 415, lorsqu’Alcibiade se présente à Sparte, ni les Athéniens ni les Spartiates ne croi (...)
  • 28 La démarche de Xénophon, combattant contre sa cité, aux côtés des Spartiates, à Coronée en 394, ne (...)

10De 500 à 404, les retours, ou tentatives de retour, d’Athéniens exilés de leur cité ne se font pas de la même manière et ne revêtent pas la même signification. Au début du ve siècle, la marche d’Hippias, ou la tentative de marche d’Hippias contre la cité aux côtés d’une cité étrangère, Sparte, qui déjà plusieurs fois est intervenue pour changer le pouvoir en place, ou aux côtés d’un État qui est un ennemi d’un genre nouveau, la Perse, apparaît comme une démarche archaïque dans sa motivation, qui est d’obtenir un pouvoir exclusif sur la cité, et donc éminemment individuelle et isolée. Environ quatre-vingts ans plus tard, la démarche d’un Alcibiade, fondée sur le désir de revanche et de gloire, alors que sa cité et la cité ennemie sont de nouveau au bord de la guerre27, relève d’une semblable démarche personnelle, dans laquelle prime la volonté de pouvoir ou de gloire d’un individu, qui se pose seul face à la cité. L’abondance des sources contemporaines et la transmission par certaines de discours au style direct permettent d’élaborer à propos d’Alcibiade une construction psychologique que l’état de la documentation rend impossible pour des personnages comme Thémistocle ou Théramène. Fondée sur une personnalité hors du commun, l’incroyable entreprise d’Alcibiade, qui n’avait pas connu de précédent autre que les tentatives de retour d’Hippias, situées dans un contexte très différent, reste unique28 : la cité en effet, grâce à la cohésion que lui ont donnée la réforme clisthénienne et l’épreuve des guerres médiques, ne peut plus être considérée comme une proie sur laquelle un individu seul jette son dévolu pour des mobiles purement personnels. En 404, face à une communauté forte et puissante, seuls des mobiles idéologiques donnent l’énergie nécessaire pour s’allier de manière naturelle, lorsque le contexte s’y prête, à la cité adverse, tenante d’un autre système politique et dont la victoire permet aux citoyens exilés de rentrer dans leur cité. Mais les citoyens en question ne font que profiter d’une victoire à laquelle ils n’ont pas collaboré militairement d’une façon significative : ajoutant la prodosia à la stasis, ils ne jouent un rôle véritable qu’au lendemain de la défaite de leur cité, au service de la cité ennemie.

La fin de la période archaïque : marcher contre la cité avec une armée ennemie

  • 29 Les marches qui se firent sur Athènes avec une armée étrangère, de 510 à 500, nous sont connues av (...)

11En 500, lorsque les Spartiates tentent de restaurer la tyrannie d’Hippias à Athènes, le régime établi par Clisthène, d’abord menacé par des interventions extérieures, est en train de s’enraciner après les succès remportés sur les autres cités grecques29. Dans sa tentative pour reprendre le pouvoir, l’ancien tyran Hippias s’allie à une armée étrangère pour tenter de reconquérir la cité du dehors. Entre les deux expéditions lacédémoniennes de 510, celle d’Anchimolios et celle de Cléomène, dirigées à la demande et avec l’aide d’aristocrates athéniens contre la tyrannie d’Hippias, et la tentative de 500, quand le même Hippias se voit proposer par les mêmes Lacédémoniens la restauration de son pouvoir tyrannique sur Athènes, ont eu lieu, en 508/7 et en 506, deux expéditions dirigées par Sparte au profit d’un aristocrate athénien, Isagoras, contre un autre aristocrate, Clisthène, et le régime qu’il a établi : toutes ces expéditions, de 510 à 500, dans lesquelles un Athénien marche aux côtés de l’étranger pour renverser le pouvoir du moment dans la cité sont infructueuses, sauf la seconde expédition de 510. Dans tous les cas, l’Athénien vient de l’extérieur, sauf lors de la tentative d’Isagoras en 508/7, marquée par un appel venu de l’intérieur de la cité. Les entreprises de 510 se font contre contre la tyrannie, celle de 500 – comme la dernière tentative d’Hippias en 490 –, pour son rétablissement ; celles de 508/7 et de 506 se font dans l’espoir de restaurer un régime aristocratique, tel qu’il existait à Athènes avant la longue tyrannie de Pisistrate et de ses fils.

  • 30 De Cylon à Isagoras et Clisthène, l’histoire d’Athènes consiste en expulsions successives de group (...)
  • 31 Sur la conception archaïque et aristocratique de la cité, conçue comme un bien personnel par les P (...)
  • 32 Sur la position des aristocrates athéniens face à la cité au viie et au vie siècle, aristocrates s (...)
  • 33 Le régime démocratique athénien, en imposant dans les faits les unions entre un citoyen athénien e (...)

12Au plus fort des luttes civiles, chercher à rentrer chez soi en sollicitant l’aide de l’étranger est un comportement fréquent de la part des aristocrates qui détiennent le pouvoir dans les cités grecques à l’époque archaïque30 : il témoigne d’un état d’esprit dans lequel la cité est considérée comme un bien, que l’on partage avec d’autres personnes du même milieu aristocratique en y détenant, d’une manière que l’on considère comme légitime, une part du pouvoir, ou que l’on s’approprie en y exerçant indûment la totalité du pouvoir, à la manière d’un tyran, qui est lui-même généralement d’origine aristocratique. La mentalité aristocratique archaïque est de détenir une part du pouvoir ou de le conquérir dans sa totalité31. Dans ces luttes, qui se déroulent entre aristocrates pour ou contre le partage du pouvoir, les protagonistes, avant de se sentir originaires d’une cité précise, Athènes, se reconnaissent dans une classe sociale particulière, l’aristocratie, dont les valeurs dépassent les limites étroites des cités32. Le fréquent appel à l’étranger de la part des aristocrates était explicable de la part d’individus auxquels la cité archaïque, assez ouverte et dont ils n’hésitaient pas à sortir pour conclure des alliances matrimoniales avec des membres d’autres grandes familles, permettait de s’élancer vers des horizons plus larges33 : comme le montre la lutte entre Isagoras et Clisthène, qui est en conformité avec le schéma de la lutte interne entre aristocrates, ils n’hésitent pas, dans un comportement typique de l’époque archaïque, à solliciter ou à accepter l’aide d’une cité étrangère, ici Sparte, considérée comme la plus puissante cité du monde grec d’alors.

  • 34 D’après Hérodote 5.70, Isagoras avait assiégé les Pisistratides sur l’Acropole à côté de Cléomène  (...)
  • 35 Isagoras souhaitait remplacer le régime isonomique par un régime aristocratique : en 508/7 ou en 5 (...)
  • 36 Nos sources sur ces luttes pour le pouvoir, toutes deux éloignées chronologiquement des faits, son (...)
  • 37 Sur les raisons possibles de l’intervention de Sparte – et de Cléomène – en 510, puis de leur revi (...)

13La première tentative d’Hippias, en 500, comme celle qu’il fait en 490, pour remettre en son pouvoir la ville où il avait pendant un temps exercé seul le pouvoir, doit être rapprochée de celles d’Isagoras, typiques de la fin de l’époque archaïque. Isagoras, qui avait participé à l’expulsion d’Hippias34, refusa la nouvelle orientation politique donnée à la cité par Clisthène à la faveur d’un retournement de majorité, et tenta de s’y opposer par deux fois, en 508/7 et en 506, avec l’aide de l’armée lacédémonienne35 : en faisant intervenir Cléomène contre le programme politique nouveau de Clisthène, il agissait conformément aux prétentions traditionnelles de domination de l’aristocratie36. En 508/507, le roi Cléomène de Sparte, qui était lié à Isagoras par un lien d’hospitalité, se présenta donc, à l’appel d’Isagoras que Clisthène venait de mettre en minorité, avec une petite armée devant Athènes : il avait précédemment exigé le bannissement de Clisthène et d’un certain nombre d’Athéniens. En 506 eut lieu une nouvelle intervention armée de Sparte, à la tête de l’armée péloponnésienne, contre l’Athènes de Clisthène, avec Isagoras, qui avait quitté Athènes avec Cléomène lors de l’échec de la précédente intervention : mais l’expédition se solda par un échec péloponnésien, avant même toute tentative de pénétrer dans Athènes, du fait des dissensions entre les alliés péloponnésiens et entre les deux rois de Sparte. Ces interventions armées d’une puissance étrangère au profit d’un Athénien sont à replacer dans le cadre d’une lutte entre Athéniens, d’une stasis, dans laquelle le perdant du moment, qui est encore à l’intérieur de la cité en 508/7, fait appel à l’étranger en vue de recevoir une aide qui lui permettrait, en 506, de rentrer dans sa cité et, en 508/7 comme en 506, de substituer un régime politique à un autre : la cité qui prête le concours de son armée à l’étranger qui l’a appelé trouve elle aussi dans cette intervention un intérêt, qui est à tout le moins d’obtenir la reconnaissance de celui qu’elle soutient et qui jouira, grâce à elle, d’une position prépondérante dans sa cité, et, peut-être même, d’amoindrir l’indépendance de la cité attaquée en la faisant entrer dans sa sphère d’influence37.

  • 38 Sur la lutte entre Isagoras et Clisthène et sur le rôle moteur des conseillers athéniens non-arist (...)
  • 39 On rappellera que les partisans de Cylon qui furent mis à mort étaient considérés comme coupables (...)
  • 40 Il faudra attendre la fin du ve siècle, avec la guerre du Péloponnèse, pour voir de nouveau, mais (...)
  • 41 Sur une éventuelle révision de la liste des citoyens après la chute de la tyrannie, voir Welwei 20 (...)

14Le fait nouveau par rapport aux précédentes luttes entre aristocrates est, dans l’expédition lacédémonienne de 508/7, la mobilisation des magistrats et citoyens athéniens, non-aristocrates, qui contraignent à se retirer l’envahisseur appelé par Isagoras : elle témoigne à la fois de leur sentiment d’appartenir à une même communauté, qui, allant au-delà du particularisme aristocratique, ne peut accepter l’occupation du centre de la cité par une armée étrangère, et d’une prise de conscience civique, qui leur fait refuser que leur soit imposé de l’extérieur leur mode de gouvernement et qui les pousse à prendre en main la défense de leurs institutions (Hdt. 5.72)38. À l’issue de la lutte, après l’expulsion définitive des Lacédémoniens, tandis que Clisthène aménage le nouvel ordre politique qu’il avait commencé à instaurer et qu’ont défendu les citoyens athéniens face à l’envahisseur étranger, les partisans athéniens d’Isagoras sont exécutés : il semble bien que leur appel à l’étranger pour que celui-ci intervienne par la force contre Athènes, en faisant prendre conscience de lui-même au peuple athénien en tant que communauté indépendante, souveraine sur son sol et libre de choisir elle-même ses institutions, soit à l’origine de cette décision de mettre à mort des membres de la communauté considérés comme coupables d’avoir brisé le lien de solidarité qui les unissait à leurs concitoyens en faisant appel à l’étranger pour régler des différends internes39. L’évolution politique et sociale de la cité entraîne ensuite la disparition d’affrontements qui ne concernaient que les premiers des Athéniens et qui se transforment, à l’intérieur du système nouveau mis en place par Clisthène à partir de 508/7 et progressivement perfectionné, en rivalités pour exercer des magistratures confiées et contrôlées par le dèmos, en même temps que l’abandon de l’appel à une autre cité au nom de principes idéologiques sous-tendus par des intérêts particuliers40. L’un des phénomènes majeurs de cette évolution est la transformation du corps civique qui, de relativement mouvant et dépourvu d’unité qu’il était à la fin de la tyrannie, gagne rapidement en cohésion avec la mise en œuvre des réformes de Clisthène41.

  • 42 Forsdyke 2005, 133, pense que les motifs mis en avant par Hérodote pour justifier l’intervention l (...)

15Vers 500, Cléomène envisage de rétablir Hippias, alors réfugié en Perse, comme tyran à Athènes : mais les alliés de Sparte refusent d’intervenir, et Hippias repart en Perse. Cette tentative de rétablissement de la tyrannie nous est connue par Hérodote 5.90-94, qui la replace dans le cadre de l’expansion d’Athènes face aux cités voisines au lendemain des réformes de Clisthène. D’après notre source, c’est, cette fois-ci, Sparte qui souhaite monter une expédition – à moins qu’elle n’ait été sollicitée une fois encore par un Athénien, Hippias, en quête d’un soutien étranger qui lui permettrait de rentrer chez lui en maître42. La grande puissance péloponnésienne, en effet, responsable de la chute de la tyrannie d’Hippias en 510, n’a retiré alors aucun profit de son intervention, et ses deux tentatives suivantes en faveur d’Isagoras, qui, à la différence de Clisthène, était prêt à manifester sa gratitude, ont échoué. Sparte s’inquiète de l’indépendance manifestée par Athènes et de ses victoires sur ses voisins, au point qu’elle n’hésite pas, revenant sur son action de 510, à faire venir chez elle Hippias, et à tenter de mettre sur pied une intervention commune contre Athènes auprès des représentants des cités alliées. L’opposition des Corinthiens, peut-être parce que le souvenir de la tyrannie des Cypsélides reste vif chez eux, ou pour une raison relative au rapport de forces à l’intérieur de la Confédération péloponnésienne, entraîne l’abandon du projet : Hippias, sans soutien extérieur, n’a plus qu’à repartir. Cet essai avorté de restauration de la tyrannie se situe bien dans la ligne des entreprises aristocratiques, dans la mesure où l’ancien tyran continue à considérer la cité comme son bien personnel : il accourt de sa retraite d’Asie Mineure dans l’espoir d’être réinstallé à Athènes, et cela en dépit de l’opposition de ses concitoyens ; par ailleurs, il ne veut le pouvoir que dans sa cité d’origine, au point de refuser les offres de ses amis macédoniens et thessaliens, qui lui proposent, les uns, Anthémonte, les autres, Iolcos. Cette tyrannie, si elle avait été établie, aurait différé de celle qu’exerçait Hippias avant 510 : en effet, elle aurait nécessairement été sous contrôle, ou tout au moins sous influence spartiate, car la grande cité péloponnésienne, échaudée par ses déconvenues face à Athènes depuis 508, aurait veillé à obtenir une contrepartie à son intervention. La cité étrangère intervenante et l’Athénien bénéficiaire de l’expédition auraient bien, en cas de réussite, été liés l’un à l’autre par des intérêts mutuels.

  • 43 Il est vraisemblable que c’est Clisthène, particulièrement menacé par le désir de vengeance de Clé (...)
  • 44 Sur l’exil d’Hippias en Perse et sur les appuis qu’il y trouva, cf. Cagnazzi 2001, 13-34.

16La tentative de 500 est intéressante aussi dans la mesure où elle remet Hippias, et non plus Isagoras, dans la course pour la possession d’Athènes, et où elle constitue un chaînon entre les interventions aristocratiques d’autres cités grecques et l’intervention de l’empire perse lors de la première guerre médique. En effet, à peine rentré en Perse, alors que, d’après nos sources, il semble avoir été discret de 510 à 500, Hippias se rend à Sardes, auprès du satrape de Lydie, Artaphrénès, auquel, d’après Hérodote 6.96, il se plaint des Athéniens : s’il était rétabli comme tyran à Athènes avec l’aide perse, Darius, le Grand Roi, ferait passer ainsi la cité sous sa domination. On rappellera que, vers 500, nombre de cités grecques d’Asie, et des cités d’importance, sont gouvernées par des tyrans placés sous l’autorité du Roi, alors même que la tyrannie a disparu de Grèce continentale ; c’est même par l’intermédiaire d’un tyran, Syloson, que la puissante cité de Samos est passée en 522 sous l’autorité de Darius, et le scénario pourrait se répéter. Athènes, malgré sa situation en Grèce d’Europe, n’est pas alors inconnue d’Artaphrénès : nous savons, par Hérodote 5.73, que, en 507/6, au moment où les Athéniens s’étaient trouvés particulièrement isolés face à la coalition de la Ligue péloponnésienne, de Chalcis et de Thèbes, ils avaient envoyé une ambassade à Artaphrénès pour solliciter l’alliance du Grand Roi. Cette alliance, malgré l’engagement pris par les ambassadeurs, n’avait pas été conclue, car les Athéniens avaient refusé de se soumettre en offrant la terre et l’eau au Roi. Nous ignorons qui, dans cette période très obscure pour nous, avait pris l’initiative de rechercher cette alliance : mais la soumission exigée en contrepartie de ce qui aurait été une protection annulait le côté positif de l’alliance, en privant Athènes de sa liberté à l’extérieur et en faisant entrer de plain-pied la Perse dans les affaires intérieures athéniennes. Les Athéniens, désavouant leurs ambassadeurs, avaient donc refusé d’être protégés en tant que sujets43. Les relations, qui n’avaient pas été poursuivies entre Athènes et Artaphrénès, sont renouées au détriment d’Athènes : le satrape prend parti pour le tyran déchu, puisque son rétablissement rapporterait une ville au Roi, et ordonne aux Athéniens, menace à l’appui, de se soumettre à Hippias. Les Athéniens refusent : c’est dans ce contexte d’hostilité ouverte avec la Perse qu’ils cèdent aux sollicitations d’Aristagoras de Milet et, avec les Erétriens, apportent un temps une contribution, même modeste, en hommes et en navires, à la révolte de l’Ionie qui éclate en 499 (Hdt. 5.97-103). Or, dans cette révolte, les Ioniens se dressent à la fois contre leurs tyrans et contre le Roi qui les leur impose44.

  • 45 Certaines mesures, prises sur un court laps de temps, semblent montrer des avancées, puis des recu (...)
  • 46 La décennie 500-490 et les premières années qui suivent Marathon semblent marquées par des luttes, (...)

17La méfiance demeure vive de part et d’autre jusqu’en 490, lorsqu’est lancée par mer l’expédition de la première guerre médique. Le soutien apporté par la Perse aux prétentions d’Hippias, après sa tentative de 500, a creusé un fossé entre Perses et Athéniens, qu’a accru la répression par les Perses de la révolte de l’Ionie, à laquelle les Athéniens avaient participé directement dans un premier temps et dont ils avaient suivi ensuite le déroulement avec passion. La répression de la révolte a aussi entraîné le retour du grand aristocrate Miltiade, un Philaïde, jusqu’alors tyran en Chersonèse de Thrace, autour duquel se regroupent les adversaires de la Perse. Les Athéniens, à la veille de la première guerre médique, semblent encore avoir été partagés face à la menace que représentait pour eux l’empire perse. La mainmise de la Perse sur leur cité signifiait, ils le savaient, le rétablissement à Athènes de la tyrannie, un régime dont il était clair qu’ils ne voulaient plus, dans leur grande majorité, après l’évolution politique entamée en 508/7 et l’effet de cohésion qui en était le corollaire ; mais des désaccords, certains revirements ou hésitations l’avaient montré depuis une dizaine d’années45, pouvaient subsister sur l’attitude à adopter face au grand empire, complaisance, temporisation ou franche opposition, ou encore sur des questions de personnes ou de groupes familiaux46. Certains encore, bien que cette tendance se manifeste surtout dans l’entre-deux guerres et lors de la seconde guerre médique, pouvaient attendre, comme dans d’autres régions du monde grec, une intervention perse en leur faveur dans les affaires intérieures de la cité. Une tyrannie restaurée par la Perse, comme par Sparte, signifiait pour chaque citoyen la perte de l’isonomie et de la souveraineté du dèmos rassemblé en Ekklèsia, dèmos qui serait soumis à l’arbitraire d’un seul ; elle signifiait encore pour la cité, non pas simplement, comme avec Sparte, une mise sous tutelle, qui pouvait n’être que temporaire, mais la fin définitive de son indépendance, car elle serait soumise, pardessus la tyrannie immédiate d’Hippias qui ne serait plus lui-même qu’un sujet du Grand Roi, à la domination d’un empire perse considéré alors comme invincible.

  • 47 Une tyrannie d’Hippias en 490 à Athènes aurait présenté un aspect paradoxal, dans la mesure où Art (...)

18La menace se concrétise lorsque le vieil Hippias, chassé d’Athènes en 510 et réfugié en Perse, participe à l’expédition commandée par Datis et par le fils et successeur d’Artaphrénès à la satrapie de Sardes : il en est à la fois le conseiller, puisqu’il indique aux Perses le site qui en Attique devrait être le plus propice à leur cavalerie, et le bénéficiaire, puisqu’un succès des Perses aurait pour résultat son rétablissement comme tyran à Athènes (Hdt. 6.94-117, particulièrement § 94, 102 et 107). Vingt ans après sa chute, Hippias n’a pas renoncé : son entreprise montre qu’il considère toujours la cité comme un bien propre, qu’il cherche à reprendre, en tant qu’ancien possesseur : la volonté de tout exilé de retourner dans sa patrie est renforcée ici par la situation personnelle du tyran, dont la chute a été d’autant plus rude en 510 qu’il exerçait un pouvoir de nature presque familiale, puisqu’il lui avait été transmis par son père. Une nouvelle tyrannie d’Hippias aurait ajouté à un régime personnel et arbitraire, issu d’une stasis entre Athéniens, la domination étrangère, fruit non pas seulement de la supériorité perse, mais de l’appel et de la collaboration d’un citoyen athénien47. La victoire athénienne à Marathon en septembre 490, en chassant pour un temps les Perses d’Attique et de Grèce continentale, met fin aux espérances d’Hippias et de sa famille. Même si des Pisistratides installés à Suse conseillent avec d’autres à Xerxès, dix ans plus tard, d’entrer en guerre contre la Grèce, accompagnent le Roi dans son expédition, entrent avec lui dans une Athènes désertée, avant la bataille de Salamine, et sur son ordre sacrifient aux dieux de la cité sur l’Acropole (Hdt. 7.6 ; 8.52-55), dans un acte qui montre bien que l’éloignement ne rompt pas le lien indissoluble entre les hommes originaires d’un territoire et les dieux qui y sont révérés, c’est Hippias qui demeure pour les Athéniens celui qui a voulu revenir avec l’aide de l’étranger, à la fois pour les remettre à cet étranger et pour leur imposer un régime qui faisait fi de leur liberté : tyran effectif de la cité pendant dix-sept ans, il est bien plus réel et dangereux, dans sa singularité, que des descendants anonymes qui n’ont jamais exercé le pouvoir sur la cité, dont le caractère athénien s’estompe au fond de l’empire perse et dont la capacité de nuisance, surtout, est manifestement subordonnée à un dessein perse qui les dépasse.

  • 48 Cf. supra la n.000 p. 000.
  • 49 Cf. Lavelle 1993, 36-37, 76-79 et 127-129, d’après lequel l’exécration, qui n’est rapportée de man (...)
  • 50 Sur l’affaire de La Prise de Milet, jouée en 493, cf. supra la n.000 p. 000.

19Ainsi, à partir de Marathon et pour toute la durée de leur histoire, les Athéniens considèrent Hippias guidant les Perses en 490 contre sa patrie comme un homme qui non seulement a voulu de nouveau leur imposer sa tyrannie, mais a apporté dans cet objectif sa collaboration et ses connaissances à l’étranger. C’est parce que leur tyran a été soutenu par la Perse que les Athéniens vont associer l’empire à la tyrannie. Ce lien ne s’est pas fait dans leur esprit dès la chute de la tyrannie : la monarchie perse, certes, est le gouvernement d’un seul, mais celui-ci est légitime, c’est parce que les autres cités grecques ne lui paraissaient pas des refuges sûrs qu’Hippias a gagné la Troade en 510 – comme Démarate le fera après lui – et, dans les années qui suivent la chute de la tyrannie et l’établissement des réformes de Clisthène, l’empire perse est si peu associé à la tyrannie que les Athéniens, dans leur isolement face à Sparte et à ses alliées, vont jusqu’à solliciter l’alliance perse auprès du gouverneur de Sardes, quittes à renoncer à leur demande lorsque celle-ci apparaît comme trop contraignante48. Ce n’est qu’après 500, lorsqu’Artaphrénès appuie une revendication que Sparte a encouragée et qui a redonné espoir au tyran déchu, sans soutien depuis sa chute en 510, que l’empire perse apparaît aux yeux des Athéniens comme lié à la tyrannie : la révolte de l’Ionie, avec l’engagement athénien et la terrible répression qui frappe Milet, et, plus encore, l’invasion de l’Attique en 490 marquent la rupture définitive entre Athènes et l’empire perse, englobé, avec la tyrannie, dans une haine sans rémission. Les Athéniens opposeront désormais avec constance et rigidité leur système politique fondé sur l’isonomie et la liberté des citoyens à la royauté perse, pouvoir absolu d’un seul sur une multitude de sujets. C’est dans cette période, approximativement entre 493 et 487, qu’a dû être prononcée l’exécration solennelle contre Hippias, sous-entendue notamment par l’érection sur l’Acropole de la stèle d’adikia, destinée à commémorer l’iniquité des tyrans49 : l’exécration n’a certainement pas été prononcée dès la chute du tyran, qui conserve des parents et des alliés dans la cité, comme le prouvent l’élection à l’archontat, en 496, d’Hipparchos, fils de Charmos, et les hésitations des Athéniens sur l’attitude à adopter face aux Perses après leur retrait de la révolte de l’Ionie50. La démarche violente d’Hippias en 490, par laquelle il a montré qu’il considérait la cité comme son bien personnel, méprisant la liberté de ses concitoyens, jette l’opprobre sur lui en l’associant pour toujours à un empire où, aux yeux de ses concitoyens, un maître règne sur des esclaves : en flétrissant l’injustice du tyran, son adikia, les Athéniens proclament leur attachement à leur liberté et à leur indépendance, en même temps que ce refus contribue à donner forme à leur identité. L’appel d’Hippias à la Perse, qui s’insérait dans un comportement archaïque, est jugé sur-le-champ par les Athéniens, dans une appréciation qui sera amplifiée ultérieurement, comme portant atteinte à l’essence de la cité, comme voulant détruire la cité, et donc comme beaucoup plus grave que ne pourront l’être la plupart des actes ultérieurs de “prodosia”, accomplis par dissimulation et dont les conséquences sont considérées comme moins dévastatrices.

  • 51 Sur les accusations de trahison figurant sur des ostraka, cf. infra, Chapitre II, p. 000.
  • 52 D’après Hérodote, qui ne dit pas ce qu’il advint d’Hippias après la bataille, l’ancien tyran, de s (...)
  • 53 Sur l’officialisation du culte des Tyrannoctones, cf. Lavelle 1993, 36-37, 76-79, 128-129. Dans l’ (...)

20Dans la période où est prononcée l’exécration, l’ostracisme frappe des Athéniens, parmi lesquels figure Hipparchos51, tandis que commence à se développer le culte des Tyrannoctones, Harmodios et Aristogiton, qui célèbre un acte accompli en 514 contre le jeune frère d’Hippias et que l’on présente dorénavant comme étant à l’origine du renversement de la tyrannie, selon une version officielle qui perdurera et qui occulte le rôle joué en 510 par les Alcméonides exilés, soutenus militairement par Sparte. Le tyrannicide est considéré dès lors comme un acte patriotique, qui a libéré la cité ; projection du passé vers un futur proche, il est achevé par l’expulsion, l’éradication pourrait-on dire, d’un tyran qui n’a pas hésité à faire appel à l’étranger pour remettre la main sur une cité qu’il considérait comme son bien, alors qu’elle veut l’oublier52. La mise au premier plan d’Harmodios et Aristogiton dans la propagande antityrannique, remodelage du passé, est rattachée, par-dessus l’expédition aristocratique et lacédémonienne de 510, d’origine alcméonide, à la résistance des Athéniens, magistrats et simples citoyens, à l’entrée dans Athènes des Lacédémoniens en 508/7 en faveur d’Isagoras : elle s’harmonise avec la croyance, qui se répand dès la première décennie du ve siècle et qu’encourage ensuite le sentiment de cohésion et d’unité né de l’épreuve des guerres médiques, qui veut que les Athéniens, dans leur grande majorité, aient été hostiles à la tyrannie. Le groupe en bronze représentant les Tyrannoctones sur le point de frapper, œuvre d’Anténor, est dressé sur l’Agora, plutôt qu’à l’extrême fin du vie siècle, sans doute dans les années qui suivent de près la victoire de Marathon : première œuvre à Athènes, et la seule pour longtemps, à représenter des hommes, et non des dieux, qui soit érigée par la cité, elle témoigne de la victorieuse résistance à la fois sur la tyrannie et sur les Perses, désormais indéfectiblement liés. L’hostilité à la tyrannie se renforce, avec les menaces lacédémonienne et perse de 500 et l’attaque perse de 490, de la résistance à l’ennemi étranger qui veut intervenir dans les affaires intérieures de la cité53.

Le ve siècle : l’exil, généralement accepté… La trahison d’Alcibiade

  • 54 Forsdyke 2005, 159-165, insiste sur le caractère modéré de l’institution démocratique de l’ostraci (...)
  • 55 Sur le rôle éminent joué par Aristide, Xanthippe et Cimon à leur retour d’ostracisme, cf. Forsdyke (...)
  • 56 Sur l’ostracisme, cf. Carcopino 1935 ; Brenne 2001 ; Siewert 2002 ; Forsdyke 2005, 144-204 ; Queyr (...)
  • 57 Cf. infra p. 000. Sur la période 490-460, cf. 1995, 187-194 : les Athéniens en exil, ou ostracisés (...)

21Passées les grandes luttes de la fin du vie siècle et de la première guerre médique, qui avaient vu l’affrontement entre aristocrates pour le contrôle de la cité, les tentatives d’un exilé, même illustre, pour retourner de force dans sa patrie avec l’aide d’une armée étrangère sont rares. Dans l’Athènes du ve siècle, le vote d’ostracisme, cette mesure mise au point par Clisthène qui permettait de bannir pour dix ans des citoyens jugés dangereux ou indésirables pour la cité, ne fut en fait jamais suivi d’un essai de retour par force de l’ostracisé avant la fin des dix années ou avant un rappel officiel par la cité54. Les citoyens athéniens ostracisés se plièrent en effet au jeu des institutions : Aristide, Xanthippe, Cimon, ou plus tard encore Hyperbolos, pour ne citer qu’eux, acceptent, malgré le rôle de premier plan qu’ils ont joué dans la cité, de partir pour dix années, au bout desquelles ils savent, même si l’exil est dur, qu’ils retrouveront leurs droits et leur patrie55 ; quant à d’autres, qui avaient été ostracisés au lendemain de la première guerre médique en raison de leurs sympathies pour les tyrans, comme Hipparchos, fils de Charmos, parent des Pisistratides, ou encore les deux grands-pères d’Alcibiade, un Mégaclès, Alcméonide, et un Alcibiade, dont le petit-fils devait reprendre le nom, rien n’indique qu’ils aient tenté, de l’extérieur, quelque chose contre leur patrie56. Le cas de Thémistocle, accusé de trahison alors qu’il se trouvait ostracisé, constitue un cas isolé57.

  • 58 L’idée que la gravité de la faute est bien plus importante lorsqu’elle est “oikeios”, commise par (...)

22En revanche, la perte de la patrie, qui entraîne celle de la jouissance du statut civique et des biens qui y sont attachés, est beaucoup plus forte, parce qu’elle est théoriquement définitive, pour un citoyen condamné à l’exil par sa cité, ou qui s’y condamne lui-même en prenant la fuite pour échapper à l’éventualité d’une condamnation à mort. Si, à la conviction que la patrie est un bien personnel, comparable à tout bien que l’on peut s’approprier et dont on ne saurait être dépossédé par le fonctionnement légal des institutions, s’ajoutent des qualités d’énergie et d’audace, soutenues par la volonté de vengeance et par des compétences militaires, la notoriété du personnage et des circonstances favorables pourront permettre à l’exilé, même dépourvu de compagnons d’infortune, de tenter de reprendre par la force, avec une indispensable aide extérieure, ce qu’il a perdu. La réaction de l’exilé, acceptation ou refus, tient évidemment à la personnalité de l’individu, et sa réussite, au bénéfice que pourra retirer de ses propositions l’État, étranger et ennemi, qui lui apportera, s’il juge l’accord intéressant pour lui, l’aide à son retour dans la patrie, envisagé comme une conséquence de ses propres opérations militaires : l’indispensable association de ces deux facteurs explique que, au ve siècle, la trahison consistant à attaquer le territoire de la cité avec l’aide étrangère, avant tout pour reprendre sa place de citoyen dans la patrie, en dehors de toute accointance politique véritable, ait été un phénomène rare, illustré pour nous par le cas unique d’Alcibiade. L’absence de secours porté à la patrie, que Lycurgue reproche comme une trahison au lâche Léocrate, ne comporte pas, malgré tout ce que peut en dire l’orateur, d’accord explicite, conscient, passé par le fuyard avec l’ennemi extérieur : en revanche, les efforts faits par un citoyen, Alcibiade, pour récupérer le bien perdu et se venger sur les auteurs de cette perte, n’excluant pas de faire du mal, au-delà des ennemis personnels, à la cité elle-même, “coupable” de soutien à ces ennemis, font nécessairement intervenir un État étranger, Sparte, qui est en guerre contre la cité et trouve son intérêt à lui nuire : alors que, dans de simples troubles civils, le différend peut se régler entre citoyens, l’appel à l’étranger, mettant en jeu l’indépendance, et donc l’existence même de la cité qui se définit, comme toute cité grecque, d’abord par rapport aux autres cités, est d’autant plus grave qu’il vient de quelqu’un qui n’aurait jamais dû l’émettre, un membre de la cité, dont la faute est “domestique”58.

  • 59 Polynice, chassé de Thèbes, ou déjà mort, apparaissait ou était mentionné dans au moins quatre piè (...)
  • 60 Cf. les vers 71-76, 154-155, 258-260, 318-319, 431-434, 473-496, 626-630, 1655. Sur la situation p (...)
  • 61 Sur le contexte dans lequel furent jouées Les Phéniciennes et sur les allusions à Alcibiade, sous- (...)
  • 62 Sur Critias et d’autres exilés, – comme Chariclès, stratège en 414, banni et soumis aux Spartiates (...)
  • 63 Il faut mettre à part le cas, qui sera étudié plus loin dans ce chapitre, p. 000, d’Alcibiade de P (...)
  • 64 Sur le sentiment d’indifférence qu’Alcibiade éprouve finalement à l’égard du régime politique en v (...)
  • 65 Le Pseudo-Lysias, même s’il minimise la portée des renseignements donnés par Alcibiade dans le Con (...)

23Les Athéniens connaissaient bien l’histoire, tirée du cycle thébain et portée à la scène plusieurs fois au ve siècle, du héros Polynice, fils d’Œdipe et de Jocaste, chassé de Thèbes par son frère Étéocle qui refusait de lui céder sa légitime part du trône et venu, avec l’aide de l’armée argienne, assiéger sa ville pour recouvrer ses droits59. De la pièce d’Eschyle, Les Sept contre Thèbes, jouée en 467, à celle d’Euripide, Les Phéniciennes, dont la date de représentation, incertaine, va de 410 à 408, on constate une évolution en ce que la conduite de Polynice qui, dans Les Sept, pièce centrée sur la figure d’Étéocle, défenseur de la patrie en danger, était condamnée comme un acte impie même par un allié de Polynice, le devin Amphiaraos (v. 580-586), est expliquée et presque justifiée dans Les Phéniciennes : plusieurs personnages y évoquent le bien-fondé de la revendication de Polynice60, qui insiste lui-même sur les souffrances de l’exilé, car “aimer sa patrie est pour tous une loi de nature” (v. 358-359). La complexité du comportement de Polynice est au cœur de la pièce : il est difficile de porter un jugement objectif sur l’acte d’un homme qui déclare avoir agi “malgré lui” en amenant une armée étrangère sous les murs de sa patrie (v. 431-434). Les Sept ont été portés à la scène à un moment où la cité connaît encore en apparence une belle harmonie, avant que n’éclatent les tensions manifestées lors de la réforme d’Éphialte de 461. Les Phéniciennes en revanche sont jouées alors qu’Athènes est enlisée dans une guerre interminable et que la cité est en proie depuis 415 à des dissensions intérieures, que la révolution des Quatre-Cents et le gouvernement des Cinq-Mille ont aggravées, en provoquant la scission entre deux Athènes. Parmi les Athéniens exilés, il en est un, illustre, qui, après avoir travaillé du-dehors contre sa patrie avec l’étranger, combat à présent pour Athènes, pour laquelle il a remporté de brillantes victoires : la justification du comportement de Polynice, qui marche “malgré lui” contre sa patrie, fait irrésistiblement songer aux arguments avancés par Alcibiade et par ses partisans pour justifier la conduite de l’Athénien au service de Sparte, de 415 à 412, si bien que les spectateurs athéniens, Euripide le leur suggère peut-être, pourraient songer à rappeler, en le réhabilitant totalement, le vainqueur de Kynos-Sèma et d’Abydos, qui serait sans doute en mesure de leur apporter enfin la victoire61. Alcibiade est de très loin le mieux connu, en dépit des zones d’ombre qui subsistent, des Athéniens exilés dans les dernières années de la guerre du Péloponnèse, qui s’engagèrent activement aux côtés de Sparte62 : à la différence de ces derniers, pour lesquels la motivation politique, qui était généralement à l’origine de leur exil, était primordiale63, Alcibiade voulait avant tout rentrer dans sa patrie pour y jouir de tous ses droits et retrouver, avec une situation en vue, les responsabilités et les honneurs dont il jouissait avant son exil, comme membre d’une grande famille, homme politique connu et stratège : il pouvait donc fort bien s’accommoder du maintien d’une démocratie qui avait, jusqu’à une date récente, choisi ses chefs parmi les membres de l’aristocratie athénienne, même s’il dénonçait devant l’Apella spartiate l’absurdité de ce système et s’il songea un temps, en 411, à le remplacer par l’oligarchie64. Enfin, Alcibiade, le mieux connu des Athéniens qui, du-dehors, travaillèrent contre leur patrie en s’alliant à l’ennemi, est aussi celui qui, en raison de sa fonction de tout premier plan dans les opérations militaires de sa cité, fut le plus à même de donner des conseils, de “livrer” – ou peut-être plutôt de confirmer – des informations qu’il savait être d’une importance capitale pour la suite de la guerre : il est certain que sa collaboration active avec les ennemis de sa patrie, trahison pour nous, a eu des conséquences sur le cours de la guerre à partir de l’hiver 41565.

  • 66 Le Contre Alcibiade, faussement attribué à Andocide, ne contient des griefs contre Alcibiade que j (...)

24Sur la période à l’intérieur de laquelle se déroule la trahison proprement dite d’Alcibiade, nous sommes renseignés précisément par Thucydide, qui, aux livres 6 à 8, rapporte à la fois les actes d’Alcibiade et les justifications qu’il en donne, notamment devant l’assemblée de Sparte ; Xénophon, prenant le relais dans les livres 1 et 2 des Helléniques, revient sur la conduite de l’exilé en mentionnant, lors de son retour à Athènes, les arguments mis en avant par Alcibiade pour se justifier. Deux discours, composés dans les premières années du Ivème siècle, l’un, pour le fils d’Alcibiade, l’autre, contre lui, font tous deux référence au père du jeune homme, dont la conduite pendant la guerre continue à susciter des réactions passionnées : le plaidoyer d’Isocrate, Sur l’attelage, défend la mémoire d’Alcibiade, tandis que le Contre Alcibiade (14), attribué à Lysias, s’en prend, au-delà du fils, au père, soulignant le caractère scandaleux de sa conduite. Diodore de Sicile, au livre 13 de sa Bibliothèque historique, rapporte, dans son récit de la guerre du Péloponnèse, de 415 à 404, les actes les plus marquants de la carrière d’Alcibiade à partir de son rappel de Sicile (13.5, 7, 37, 41-42, 46, 50-51, 66-69, 71-74, 105), insistant surtout sur les campagnes d’Alcibiade aux côtés des Athéniens à partir de 410 ; Plutarque, beaucoup plus tard, revient, dans la Vie d’Alcibiade et, à un moindre degré, dans la Vie de Nicias, sur la personnalité exceptionnelle d’Alcibiade, une figure que le recul du temps permet bien alors de considérer comme unique66.

L’accusation et la condamnation d’Alcibiade

  • 67 Alcibiade lui-même déclare, dans l’hiver 415/414, devant l’assemblée lacédémonienne, que ses origi (...)
  • 68 Les goûts de luxe d’Alcibiade se marquent notamment dans l’entretien d’une écurie de course, avec (...)
  • 69 Plut., Alc., 16.1-7. Sur l’irritation des Athéniens face à Alcibiade, cf. Hatzfeld 1951, 132-135 ; (...)
  • 70 Thc. 6.15.4 ; Ps.-Andocide, Contre Alcibiade, 24 ; Plut., Alc., 16.2-3 et 7-8. Sur la crainte de l (...)

25Thucydide brosse un portrait bien connu d’Alcibiade au livre 6.15, lors de la discussion avec Nicias, au printemps 415, sur l’opportunité d’une expédition athénienne contre Syracuse. Le jeune homme – né peu avant 450, il a trente-six ou trente-sept ans, mais son opposition avec Nicias, âgé d’une soixantaine d’années, le classe du côté des jeunes gens –, issu de la plus haute aristocratie athénienne, Eupatride par son père Cleinias, mort en 447 à la bataille de Coronée, est parent par sa mère, une Alcméonide, de Périclès, dont il a été le pupille : son milieu familial, naissance et éducation, le prédestine donc à jouer un rôle dans la cité, plus précisément parmi ceux qui se posent en chefs du peuple67. Alcibiade a commencé à se pousser sur la scène publique athénienne depuis 420, au lendemain de la paix signée avec Sparte grâce aux efforts de son rival Nicias (Thc. 5.43) ; il a été le grand artisan de l’alliance avec Argos (5.47), qui, malgré la victoire lacédémonienne à Mantinée en 418 et une période de remise en cause, a permis à Athènes d’acquérir de l’influence auprès de quelques cités péloponnésiennes. Cependant, en 415, au moment où se décide l’expédition de Sicile, Alcibiade est connu de ses concitoyens, autant que pour sa naissance, sa beauté, ses dons intellectuels et ses légitimes ambitions politiques, qui se sont déjà manifestés, pour le dérèglement de sa vie privée, marquée par des prodigalités et des excentricités en tous genres : ses goûts de luxe68, et plus encore peut-être son indifférence affichée pour l’opinion publique, voire sa recherche de la provocation, exaspèrent une partie des Athéniens69, qui le suspectent de ne pas vouloir respecter le fonctionnement des institutions démocratiques et d’aspirer à la tyrannie70.

  • 71 Il est possible qu’Alcibiade ait participé effectivement à une parodie en règle des Mystères d’Éle (...)
  • 72 Sur le soupçon de tyrannie à l’égard d’Alcibiade, qui revendique un traitement de faveur en 415, c (...)
  • 73 Sur la coalition contre Alcibiade, cf. Hatzfeld 1951, 190-192 ; McGregor 1965, 34-36 ; Connor 1971 (...)
  • 74 Thc. 6.61.3 : les hôtes d’Alcibiade à Argos sont soupçonnés de menées antidémocratiques ; 6.61.4 : (...)
  • 75 Sur les craintes d’Alcibiade, que justifiait notamment l’attitude des Athéniens envers ses proches (...)
  • 76 Au destin d’Alcibiade, dès lors exilé d’Athènes, on comparera, pour en souligner similitudes et di (...)

26Cette opposition à Alcibiade, diffuse dans la partie de la population athénienne qu’agaçait l’irrespect apparent du jeune homme pour les conventions établies, sut se faire active lorsqu’éclata, en juin 415, le scandale de la mutilation des hermès, que suivit celui de la parodie des Mystères, dans lequel Alcibiade fut mis en cause71. Des rivaux personnels d’Alcibiade, groupés autour d’Androclès, à l’intérieur du courant démocratique, exploitèrent habilement les difficultés rencontrées par le stratège : alors qu’Alcibiade n’était impliqué, à la suite d’une dénonciation faite par l’esclave Andromachos, que dans la parodie des Mystères, acte strictement privé, par lequel il n’avait pas voulu défier l’opinion, ils parvinrent dans un premier temps, même si l’accusation devait par la suite être abandonnée, à opérer une confusion par laquelle Alcibiade se trouvait aussi mis en cause dans l’affaire de la mutilation des hermès, publique et provocatrice, et dont la coloration oligarchique était prouvée. Mettant en avant les excentricités d’un homme qui avait toujours refusé de se couler dans le moule de l’Athénien ordinaire, ils purent facilement exploiter contre lui le soupçon de tyrannie, grâce au lien que les Athéniens établirent très vite entre sacrilège et atteinte à la cité et à la démocratie (Thc. 6.28.2)72. Alcibiade, accusé de sacrilège par l’eisangélie déposée par un certain Pythonicos (And. 1.11-14 et 27), conscient du danger, souhaitait passer immédiatement en jugement, avant son départ pour la Sicile : mais ses adversaires, craignant la popularité du stratège auprès de ses hommes, réussirent à faire reporter son passage en jugement, dans l’intention de mettre à profit son absence en suscitant contre lui de nouvelles dépositions. Ils travaillèrent en effet activement contre lui après son départ d’Athènes, où la crainte d’un complot visant à établir l’oligarchie ou la tyrannie faisait régner la suspicion et entraînait des arrestations sans cesse plus nombreuses. Nous savons, par le discours Sur les Mystères, prononcé par Andocide en 399, comment la dénonciation que fit celui-ci en 415 alors qu’il croupissait en prison, apporta une lumière relative sur l’affaire des hermès, qui mena à l’exécution de plusieurs Athéniens, d’autres ayant pu prendre la fuite ; c’est dans ce contexte, alors qu’une autre dénonciation, celle d’Agaristè, avait de nouveau mis Alcibiade en cause, entraînant une seconde accusation en eisangélie, déposée par Thessalos, fils de Cimon, que les Athéniens se retournèrent contre lui, préservant à son égard une apparente neutralité, mais en fait persuadés de sa culpabilité dans l’affaire des Mystères, dirigée, selon eux, contre la démocratie, et donc déterminés à le mettre à mort pour complot (Thc. 6.61.1-4 ; Plut., Alc., 20.4-6 et 21.7)73. En l’absence du stratège, les soupçons montent, au point que tout mouvement hostile de la part de l’ennemi lui est attribué, ou encore que ceux qui sont liés à lui, y compris en dehors d’Athènes, sont soupçonnés, à cause de ce seul lien, de menées antidémocratiques74. Les Athéniens, s’excitant mutuellement, étaient alors résolus à traduire Alcibiade en justice et à le condamner à mort (Thc. 6.61.4). Ils l’envoyèrent chercher à Catane, par une délégation montée sur l’une des trières officielles, la Salaminienne, sans doute au début de l’automne 415, pour comparaître dans l’affaire de la parodie des Mystères. Le stratège ne fut pas alors mis en état d’arrestation, car les Athéniens craignaient, tout comme en juin, lors de l’appareillage de la flotte, la popularité d’Alcibiade auprès de ses troupes et auprès des alliés mantinéens et argiens dont il avait procuré le concours à Athènes (Thc. 6.61.5 ; Plut., Alc., 21.7-8). Mais Alcibiade était renseigné sur l’état d’esprit des Athéniens et craignait le pire : il commit alors, avant même de quitter la Sicile, son premier acte d’hostilité envers sa patrie, en révélant aux habitants de Messine partisans de Syracuse l’existence d’un complot destiné à livrer la ville aux Athéniens (Thc. 6.74 ; Plut., Alc., 22.1). Il décida, surtout, de ne pas rentrer à Athènes : il lui sembla que ses adversaires politiques y avaient pris en son absence tellement d’influence sur le peuple qu’il n’avait aucune chance d’être jugé équitablement et que son procès dans l’affaire de la parodie des Mystères ne pourrait mener qu’à une condamnation à mort75. Il suivit, sur son propre navire, la délégation athénienne jusqu’à Thourioi, puis il disparut, pour gagner ensuite, librement, le Péloponnèse76.

  • 77 Le texte de l’eisangélie déposée par Thessalos est cité par Plut., Alc., 19.1-3 et 22.4-5 ; Isocra (...)
  • 78 Sur la condamnation et le rite de malédiction, cf. Ps. Lys. 6.51. Sur le châtiment prononcé contre (...)

27Les Athéniens prononcèrent alors contre lui une sentence de mort par contumace. Thucydide, qui décrit l’atmosphère délétère de ces mois de 415, n’indique pas le motif exact et la procédure officielle de l’accusation intentée contre Alcibiade, que nous connaissons par Plutarque ; la trahison en tout cas n’entre pas en ligne de compte dans les motifs de la condamnation d’alors, puisqu’Alcibiade n’a encore commis aucun acte répréhensible de cette nature. La manoeuvre montée contre Alcibiade par des démagogues radicaux guidés par Androclès, qui s’étaient alliés provisoirement avec des aristocrates modérés, avait abouti à une seconde eisangélie, déposée par Thessalos, fils de Cimon, en l’absence d’Alcibiade : Alcibiade était accusé de sacrilège pour avoir parodié les Mystères d’Éleusis et avoir ainsi violé les lois et les dispositions instituées par les Eumolpides, les Kérykes et les prêtres d’Éleusis. Pour beaucoup d’Athéniens, le sacrilège revêtait une signification politique, qui voulait qu’Alcibiade ait comploté contre la démocratie77. L’accusation, à laquelle Alcibiade s’était soustrait par la fuite, entraîna sa condamnation à mort par contumace, la confiscation de ses biens, l’inscription de son nom sur une stèle d’infamie placée sur l’Acropole et la malédiction de son nom par les prêtres et prêtresses78. Alcibiade, peu de temps auparavant stratège autokratôr par la volonté du peuple athénien, se trouvait donc dès lors dans les faits condamné à l’exil, dans l’impossibilité de rentrer dans sa patrie à moins d’un retournement de situation en sa faveur. Il a donc été, en 415, condamné sûrement pour asebeia : le passage à l’ennemi et les conseils donnés à l’ennemi, postérieurs, si l’on excepte l’avis donné aux Messiniens qui peut ne pas avoir encore été connu à Athènes, n’entrent donc pas en ligne de compte dans les motifs de la condamnation.

  • 79 Sur le rappel d’Alcibiade par les Athéniens de Samos, sur le décret de rappel et les limites posée (...)
  • 80 La fortification de Décélie, sur les conseils d’Alcibiade, provoqua à Athènes une forte indignatio (...)
  • 81 Au § 9 du Contre Alcibiade du Ps.-Andocide, l’orateur déclare, comme si l’ostracisme était une mis (...)
  • 82 Diod. 13.69 et Plut., Alc., 33.3 rapportent l’abrogation des mesures prises contre Alcibiade paral (...)
  • 83 Xen., HG, 1.4.20, parle de la réponse d’Alcibiade à l’accusation d’impiété (“ὡς οὐϰ ἠσεβήϰει”) ; D (...)
  • 84 Xen., HG, 1.5.16, mentionne rapidement le mécontentement contre Alcibiade qui s’empara des Athénie (...)

28Une autre accusation, dont nous ignorons la nature et la date, aurait été déposée plus tard contre lui par Cléophon : si elle est authentique, généralement placée au lendemain de Notion, en 406, elle pourrait aussi, moins vraisemblablement nous semble-t-il, dater de l’année 410, lors de la restauration démocratique qui suit la chute des Cinq-Mille et qui est marquée par l’influence de Cléophon, démocrate radical, proche d’Hyperbolos et d’Androclès, les violents adversaires d’Alcibiade récemment assassinés. En septembre 411, le régime des Cinq-Mille, tout juste installé, avait voté, sur proposition de Critias et sous l’influence de Théramène, et en geste de bonne volonté à l’égard des Athéniens de Samos qui avaient appelé au printemps Alcibiade auprès d’eux en lui garantissant la sécurité – adeia – et l’avaient élu stratège en surnombre (Thc. 8.81, 1 et 82.1), un décret de rappel d’Alcibiade : celui-ci ne réhabilitait pas le fugitif, puisque l’accusation subsistait, mais, suspendant la condamnation qui le frappait, il l’autorisait à rentrer pour se défendre (Thc. 8.97.3 ; Diod. 13.42 ; Plut., Alc., 33.1). Alcibiade cependant, méfiant et conscient de la vulnérabilité qui serait la sienne si une coalition semblable à celle qui l’avait chassé en 415 se reformait, avait préféré prudemment rester encore loin d’Athènes pour travailler à son retour en luttant cette fois-ci contre les ennemis de sa patrie79. Après la chute des Cinq-Mille, alors qu’Alcibiade n’avait remporté encore aucune grande victoire au service d’Athènes, l’accusation intentée par Cléophon pouvait mettre en cause la collaboration d’Alcibiade avec les Spartiates, les conseils donnés pour l’intervention en Sicile et surtout pour la fortification de Décélie80, qui avait rendu si dure la situation en Attique, et le rôle joué dans la défection des cités alliées : une accusation à cette date aurait trouvé sans peine sa matière, mais Alcibiade, qui n’était pas rentré à Athènes se justifier après le vote du décret de rappel des Cinq-Mille, était toujours sous le coup de la condamnation à mort par contumace de 415 : pouvait-on intenter contre lui une nouvelle accusation81 ? On pourrait encore alléguer contre cette date le fait que les textes dont nous disposons sur le retour d’Alcibiade à Athènes en 407 évoquent la défense qu’Alcibiade opposa, devant l’Ekklèsia et devant la Boulè, aux eisangélies qui lui avaient été intentées pour sacrilège en 415 et pour lesquelles il avait été condamné à mort par contumace, mais qu’ils ne font pas mention d’une autre accusation à laquelle il aurait certainement tenu à répondre, même si sa toute récente élection à la stratégie effaçait sa condamnation – et les suites qui lui avaient été données82. Certes, l’heure n’était plus au procès mais à la liesse, les Athéniens se tournaient vers l’avenir avec l’homme providentiel qu’ils pensaient avoir trouvé et dont ils attendaient seulement, plus que la justification détaillée de faits pénibles sur lesquels ils préféraient peut-être ne pas s’appesantir, des propos généraux sur la triste situation qui l’avait éloigné d’eux : on peut penser cependant qu’une accusation précise, surtout s’il s’était agi d’une accusation en rapport avec le passage à l’ennemi, aurait mérité de la part d’Alcibiade, et des auteurs qui mentionnent ses propos, plus de considération que n’en reçut le sentiment diffus de rancœur et de tristesse éprouvé par la foule83. En revanche, après le relatif échec de Notion, en 406, qui vit, en l’absence d’Alcibiade, la défaite de sa flotte commandée par son pilote, la déception de la foule qui avait trop espéré, accrue par les adversaires personnels d’Alcibiade comme Cléophon ou Thrasyboulos de Collytos, qui surent rappeler la responsabilité d’Alcibiade dans les maux passés et persuader qu’il n’y avait rien à attendre d’un tel homme, dont ils mettaient en cause la négligence, la légèreté et, finalement, la capacité à redresser une situation qu’il avait contribué à aggraver, explique mieux qu’une action ait été intentée à cette date contre le stratège, qui fut destitué et ne fut pas réélu pour l’année suivante84.

29Ayant débarqué en Élide, Alcibiade se rendit un peu plus tard, alors que les Athéniens l’avaient déjà condamné à mort, à la fin de l’hiver 415/414, auprès des Lacédémoniens, que les Corinthiens étaient en train de solliciter en vue d’une reprise active de la guerre contre Athènes, qui, en dépit de la paix de 421, opposait de manière larvée les deux cités depuis 418. Par ses conseils, ô combien précieux puisqu’ils émanaient d’une personne bien avertie de la situation, Alcibiade allait encourager les Lacédémoniens, hésitants jusqu’alors, à reprendre activement la guerre par des interventions dirigées sur les points vulnérables d’Athènes.

30L’étude des actes d’Alcibiade, de la fin de l’hiver 415 jusqu’à la fin de l’été 412, moment où il est devenu suspect aux Péloponnésiens et cesse de leur prodiguer ses avis, repose à la fois sur la source contemporaine que représente l’ouvrage de Thucydide, certains discours, un peu plus tardifs et polémiques, d’Isocrate et du pseudo-Lysias, et, dans une moindre mesure, le livre 13 de Diodore (§ 5, 7, 37) et la Vie d’Alcibiade de Plutarque ; Xénophon, dans Les Helléniques, commence son récit seulement au début de l’hiver 411-410, alors qu’Alcibiade, désireux de rentrer dans sa patrie, combat dans l’Hellespont et en Ionie aux côtés des Athéniens. On s’intéressera d’abord à la décision même d’Alcibiade de se rendre à Sparte, puis à la nature et à la portée de ses conseils aux ennemis de sa patrie, en envisageant successivement les justifications mises en avant, sur le moment et plus tard, par Alcibiade et par ses partisans, et les accusations de ses compatriotes, à propos desquelles se pose la question de la qualification du comportement d’Alcibiade.

La venue d’Alcibiade à Sparte

  • 85 Thucydide 6.89.1-3, place dans la bouche d’Alcibiade lui-même, lorsqu’il se présente devant l’asse (...)

31Qu’Alcibiade, à peine rappelé de Sicile, se soit rendu à Sparte, peut étonner, si l’on se rappelle son opposition à la paix de 421 avec Sparte et le rôle qu’il avait joué ensuite dans la conclusion de l’alliance avec Argos, faisant preuve à cette période de la plus grande hostilité à l’égard de Sparte, à Athènes même (Thc. 5.43-46, 56) et aussi à l’intérieur du Péloponnèse, où il se rendit à plusieurs reprises, avant et après la bataille de Mantinée (Thc. 5.52,61,76, 84)85 ; les Athéniens eux-mêmes avaient bien conscience du prestige d’Alcibiade auprès de certains de leurs alliés péloponnésiens, argiens et mantinéens, puisqu’ils avaient pris garde, lors du départ de l’expédition pour la Sicile en juin, puis lors du rappel d’Alcibiade au début de l’automne 415, à ménager en apparence le stratège, pour ne pas provoquer le départ d’alliés qu’ils considéraient comme lui étant liés personnellement (6.29 et 61). Alcibiade avait donc, dans les années qui précédaient l’expédition de Sicile, créé des difficultés à Sparte dans le Péloponnèse : il s’attendait par suite à trouver dans la cité, quand bien même il avait dû quitter Athènes où il était à présent condamné à mort, des ennemis plus acharnés encore, qu’il n’est normal d’en trouver face au chef désormais proscrit d’une cité avec laquelle on est, sinon en guerre, du moins en mauvais termes. Inquiet et méfiant, il demanda un sauf-conduit pour se rendre à Sparte, où les Lacédémoniens eux-mêmes l’invitaient à venir (Thc. 6.88) : ces circonstances montrent bien qu’Alcibiade, au moment où il est contraint à l’exil, a, dans sa nouvelle situation, moins de raisons que quiconque de se rendre dans la cité adversaire de sa patrie qui vient de le condamner.

  • 86 Thucydide ne fait pas mention d’un séjour d’Alcibiade à Argos, qui est évoqué par Isocrate, Sur l’ (...)
  • 87 Après Notion, Alcibiade se réfugiera dans des places fortifiées qu’il avait aménagées en Thrace ; (...)
  • 88 La fin d’Alcibiade en Phrygie, quelques années plus tard, montre les limites des relations de xeni (...)
  • 89 Sur la proxénie en général dans le monde grec, cf. infra p. 000. D’après Plut., Alc., 14.1, Alcibi (...)
  • 90 Sur les liens de xenia en général dans le monde grec, cf. infra p. 000. Sur les liens de xenia ent (...)
  • 91 D’après Thucydide 6.88.9, ce sont les autorités spartiates qui prirent l’initiative de faire venir (...)
  • 92 Sur la question des empiètements éventuels entre obligations dues aux relations de xenia avec des (...)

32Pour expliquer la venue d’Alcibiade à Sparte, il faut faire intervenir à la fois la puissance d’Athènes en 415, et les relations que procuraient à l’exilé ses origines familiales. Athènes, en 415, maintient une autorité pesante sur ses alliés de longue date de la Ligue de Délos, chez lesquels Alcibiade ne peut espérer trouver de refuge ; en outre, à l’instigation d’Alcibiade lui-même, elle a, depuis l’année précédente, renoué avec les entreprises impérialistes, contre la petite île de Mélos d’abord, puis contre la puissante Syracuse, intéressant du coup au conflit toute la Sicile et l’Italie du sud, dont les cités ne peuvent plus, sous peine de graves ennuis, offrir d’asile au ressortissant condamné de l’une des deux cités hégémoniques. Le Péloponnèse n’était pas plus sûr pour Alcibiade : ou bien il se rendait dans une cité alliée de Sparte, qui ne pourrait prendre sur elle de l’héberger et le renverrait à Sparte même, ou bien il gagnait une cité alliée d’Athènes, où, malgré ses relations personnelles et son rôle dans la conclusion de l’alliance, il ne pouvait espérer une protection efficace : il ne put ainsi demeurer à Argos, où il séjournait sans doute quand fut proclamée sa condamnation à mort, car Athènes le réclamait86. La région des Détroits présentait le double inconvénient de l’éloignement et de l’influence athénienne87 ; quant aux proches satrapies côtières de l’empire perse, asile, avant lui, du proscrit Thémistocle, elles ne pouvaient non plus être envisagées comme lieux de retraite, car Athènes restait puissante dans les Détroits, et les satrapes perses n’étaient pas sûrs88. Paradoxalement, Alcibiade pouvait estimer que sa sécurité ne serait nulle part mieux assurée que chez l’ennemi déclaré de sa patrie qui l’avait condamné à mort, seul assez puissant pour ne rien craindre. En outre, des relations personnelles facilitaient sa venue : en effet, la famille paternelle d’Alcibiade avait longtemps exercé à Athènes la proxénie pour le compte de Sparte et, même si son grand-père s’était démis de cette charge, qui n’avait pas de nouveau été confiée à sa famille malgré les efforts d’Alcibiade après la prise de Sphactérie (Thc. 5.43 et 6.89)89, des liens d’hospitalité au moins étaient demeurés avec une grande famille, à laquelle Alcibiade devait son nom, d’origine laconienne90 : Endios, influent à Sparte et qui devait plus tard exercer l’éphorat, joua sans doute un rôle dans l’invitation à se rendre à Sparte qui fut adressée à l’Athénien exilé91. Il soutiendra Alcibiade auprès de ses compatriotes lacédémoniens durant tout son séjour à Sparte, jusqu’au moment où Alcibiade sera appelé par les Athéniens de Samos. On pensera cependant que l’invitation d’Endios, qui pouvait être bien accueillie par un homme aux abois, n’était pas dictée seulement par le louable devoir d’hospitalité, mais peut-être aussi par des arrière-pensées intéressées, et qu’Alcibiade, en y répondant, devait bien s’attendre à ce qu’on lui demande une contrepartie92.

Les conseils d’Alcibiade

  • 93 Sur l’incertitude concernant la date et la manière dont Alcibiade donna ses conseils à Sparte et s (...)
  • 94 D’après Thucydide 1.142-144, Périclès avait attiré l’attention de ses concitoyens sur la vulnérabi (...)
  • 95 À propos de l’expédition de Sicile, Alcibiade révéla aux Lacédémoniens le grand projet contre Cart (...)
  • 96 Alcibiade déclare, à propos de Décélie : “Le moyen le plus sûr d’atteindre ses ennemis n’est-il pa (...)
  • 97 Cf. Delebecque 1965, 221.
  • 98 Avec Messine, Alcibiade avait commencé, dès que son rappel lui avait été notifié, cette vengeance (...)

33Les conseils qu’Alcibiade donna aux Spartiates sont bien connus : qu’ils aient été donnés d’emblée, en une fois (Thucydide 6.89-92), ou qu’Alcibiade, à plusieurs reprises, les ait précisés ou orientés en fonction des circonstances (7.18.1 ; 8.12.1)93, ils portaient tous sur des points majeurs de l’affrontement entre Athènes et Sparte, que Périclès, avant le début de la guerre, avait soulignés devant ses concitoyens94 ; les Corinthiens aussi, à la même période et devant le congrès de la Ligue péloponnésienne, avaient indiqué comment tirer parti des faiblesses athéniennes, en installant un point fortifié en Attique et en provoquant la défection des alliés (Thc. 1.122.1). Alcibiade, dès son arrivée à Sparte, parla devant l’Apella, justifiant sa conduite passée à l’égard de Sparte et proposant ses services, inestimables, disait-il, car ils venaient d’un homme bien au fait de la situation d’Athènes ; ses conseils furent écoutés, même si on ne lui confia pas de mission effective jusqu’au départ pour l’Ionie, et il lui fut toujours loisible, jusqu’à la rupture avec Agis, de se faire entendre des autorités de Sparte grâce à ses relations avec Endios. Citoyen athénien, occupant au moment de son passage à l’ennemi la plus haute magistrature, il communiqua ainsi pendant des années à une cité en guerre contre sa patrie des informations, accompagnées de conseils, qui devaient avoir un effet négatif certain pour Athènes sur la suite du conflit : autant qu’il était en son pouvoir, il révéla à l’ennemi les secrets de sa cité, projets95, ou encore appréhensions96, l’engageant à intervenir là où Athènes était faible (6.92.5), et participant même à des expéditions en Ionie, en quelque sorte comme conseiller militaire des Lacédémoniens (8.1214 et 17) ; à Milet, il combattit même contre les Athéniens, aux côtés des Milésiens et de Tissapherne (8.26.3)97. À la fois, il renseigna l’ennemi et s’engagea auprès de lui pour faire tomber de son côté, par le prestige de sa parole et de ses relations, ou par sa présence au combat, des positions tenues jusqu’alors par sa patrie, comme Chios et Milet98 : la volonté de nuire à la patrie, pour le plus grand profit de la cité ennemie, fut bien présente, durant une période de trois ans, dans tous les actes d’Alcibiade.

  • 99 Sur les traités d’alliance entre Sparte et la Perse, à propos d’Alcibiade, cf. Delebecque 1965, 22 (...)

34Dès son arrivée à Sparte, Alcibiade fit ainsi des révélations sur l’expédition de Sicile, dont il était à l’origine et qu’il avait conduite en partie : il insista sur le besoin qu’avaient les Syracusains de l’aide péloponnésienne, et comment un succès athénien en Sicile se répercuterait en Grèce propre à l’avantage d’Athènes ; tout de suite aussi, il révéla – ou plutôt il attira l’attention, après les Corinthiens, sur ce que les Athéniens redoutaient le plus, à savoir l’occupation et la fortification par l’ennemi d’un point de leur territoire, qui les priverait au moins partiellement des produits de leurs domaines, des revenus des mines du Laurion et du phoros versé par les alliés. Ces conseils balayèrent les hésitations des Lacédémoniens qui s’interrogeaient sur l’opportunité d’une intervention que sollicitaient déjà les Corinthiens et les Syracusains, à la fois parce qu’ils étaient bien argumentés et qu’ils provenaient de l’homme le mieux renseigné qui fût sur la situation d’Athènes (Thc. 6.93.1), comme lui-même le proclamait (6.91.1 et 6 ; 92.1 et 5 – “τὰ μὲν Ἀθηναίων οἶδα”) : ils contribuèrent à la décision spartiate de l’intervention en Sicile, avec l’envoi de troupes commandées par Gylippe au printemps 414 (6.93.2-3), et à celle de l’ouverture d’un nouveau front avec l’installation à demeure en Attique de troupes péloponnésiennes à Décélie au printemps 413 (6.93.2 ; 7.18.1 ; 19.1-2 ; 27.3-5 et 28). Cette double intervention péloponnésienne eut très vite des conséquences dramatiques pour Athènes, obligée de mener la guerre sur deux fronts, privée d’une bonne partie de son territoire et de ses revenus et, de ville, devenue une place sur la défensive. Un peu plus tard, la troisième décision, conséquence directe du désastre athénien en Sicile, au début du printemps 412, fut l’intervention en Ionie, qui visait à encourager les défections des alliés d’Athènes (Thc. 8.6.3 ; 11.3 ; 12). Dès son arrivée à Sparte, Alcibiade avait bien montré que l’installation à demeure des Lacédémoniens dans un point fortifié de l’Attique provoquerait, entre autres conséquences, un ralentissement du versement du phoros (6.91.7) : bien au-delà, la défaite athénienne en Sicile fait naître chez les alliés d’Athènes l’espoir de se libérer de la domination de la cité hégémonique. Malgré la vigilance des Athéniens, Sparte, qui a reçu des sollicitations émanant de cités alliées, encourage des défections favorisées par les judicieux avis d’Alcibiade, qui prend même, à côté d’officiers lacédémoniens, la tête d’expéditions navales péloponnésiennes destinées à faciliter la défection des cités alliées (8.11.3-14). En même temps, au cours de l’hiver 413-412, Sparte est sollicitée par Pharnabaze, satrape de Phrygie hellespontique, et par Tissapherne, satrape de Lydie, pour la conclusion d’une alliance avec le Grand Roi qui permettrait d’affaiblir Athènes et de lever le tribut dans les cités alliées d’Athènes (Thc. 8. 5.6)99 : Alcibiade, certes, n’est pas à l’origine de l’alliance avec le Grand Roi, qui aura des effets désastreux pour Athènes en apportant l’abondance financière à Sparte, mais il est dans les meilleurs termes avec Tissapherne qu’il appuie d’abord auprès des Lacédémoniens (VIII 6, 3) et qui conclut très vite, au printemps 412, alors qu’Alcibiade vient de provoquer la défection de Milet, le premier traité d’alliance entre le Roi et Sparte (8.18).

  • 100 Alcibiade prit part en Ionie à des expéditions péloponnésiennes destinées à détacher d’Athènes des (...)

35Toutes ces interventions, qu’elles aient été prises sous l’impulsion d’Alcibiade, ou simplement encouragées ou orientées par lui, eurent une répercussion décisive sur l’évolution défavorable du conflit pour Athènes, à un moment où la domination de la cité sur ses alliés était intacte et où elle avait, grâce à la paix de 421, reconstitué sa flotte et son trésor. Il faut insister sur le fait que, conseillées par un stratège athénien, le mieux placé pour connaître les défauts de la cuirasse, elles frappèrent Athènes aux points faibles que Périclès avait mis en évidence dès avant l’éclatement de la guerre : l’établissement à demeure des Lacédémoniens en Attique, l’encouragement à la défection des cités alliées, et l’exploitation de l’erreur athénienne qui avait consisté à entreprendre – en Sicile – une expédition à caractère expansionniste (Thc. 1.142-144, 1). Pendant les années qui vont de l’hiver 415-414 au début de l’automne 412 (Thc. 6.61 et 8.45-47), date à laquelle, menacé de mort par Sparte, il se réfugie auprès de Tissapherne dans l’objectif de préparer son retour à Athènes, Alcibiade a bien commis, dans la continuité, ce que nous appelons une “trahison”, au sens où ce terme désigne une atteinte portée délibérément, dans la mesure de ses moyens, aux intérêts de sa patrie et cela, à l’avantage d’un autre État : il a porté tort à sa patrie, non pas en “livrant” une place, une portion de territoire ou des navires – encore qu’il ait contribué en Ionie, par sa connaissance du contexte local, à faire tomber des cités alliées d’Athènes, mais en “livrant” des renseignements et des conseils lors de son passage à l’ennemi. Sa trahison a consisté en informations, aux conséquences dévastatrices, prodiguées à la cité ennemie de la sienne, en encouragements à la défection aux cités alliées de la sienne, ou encore en une participation effective, comme conseiller, presque comme commandant en second officieux, à des expéditions menées non pas directement contre sa cité elle-même, encore peu vulnérable à cette date, mais contre des cités alliées de sa patrie, proies plus facilement accessibles et dont la chute menaçait à terme infailliblement sa propre cité100.

Alcibiade de Phégonte, un Athénien se battant contre Athènes, pris les armes à la main…

  • 101 Sur Alcibiade de Phégonte, cf. Kirchner 1901, 43, no 599 ; Bicknell 1972, 96-100 ; Traill 1994, 2, (...)
  • 102 Westlake 1985, 105-106, émet l’hypothèse que, peut-être, Alcibiade de Phégonte se trouvait en tant (...)
  • 103 Certains érudits, admettant difficilement que Thrasyllos ait pu faire lapider le cousin d’Alcibiad (...)

36Par sa participation aux côtés de l’ennemi à des expéditions menées contre l’intérêt de sa patrie, Alcibiade répétait, à plus de soixante-seize ans d’intervalle, la démarche d’Hippias, qui avait conseillé dans un intérêt personnel l’expédition, à laquelle il prenait part, d’une puissance ennemie contre sa patrie. On fera le rapprochement avec le comportement de l’un de ses comparses, qui nous est connu pour une période plus tardive, à un moment où Alcibiade lui-même a rompu avec Sparte et lutte depuis Samos aux côtés des Athéniens : en 409, l’Athénien Thrasyllos, alors qu’il faisait relâche à Méthymne, sur l’île de Lesbos, s’empara de quatre navires syracusains, dans l’équipage desquels il trouva l’Athénien Alcibiade, du dème de Phégonte, cousin du grand Alcibiade, qu’il fit lapider (Xen., HG, 1.2.13). Les Syracusains, à la suite de leur victoire sur Athènes en 413, avaient en effet décidé d’envoyer une flotte aider les Péloponnésiens dans leur lutte contre Athènes, et celle-ci, riche de vingt navires, était arrivée en Ionie à la fin de l’été 412 (Thc. 8.26) ; après un affrontement au large d’Éphèse, c’est contre vingt-cinq navires syracusains que Thrasyllos engage avec ses hommes une poursuite, au terme de laquelle, s’étant emparé de quatre d’entre eux, il fait prisonnier Alcibiade de Phégonte. Celui-ci, alors que les Athéniens venaient d’être frappés par le scandale de la mutilation des hermès en juin 415, avait été à l’origine de la dénonciation faite par Diocleidès, qui avait entraîné l’arrestation d’une quarantaine de personnes avant de se révéler fausse : tandis que Diocleidès était mis à mort, l’instigateur qu’il avait dénoncé, Alcibiade de Phégonte, prenait la fuite (And. 1.65-66)101. Xénophon dit d’Alcibiade de Phégonte qu’il s’était trouvé en exil en même temps que son cousin – symphygas –, mais nous ignorons quels ont été précisément l’itinéraire et les activités jusqu’en 409 de cet Athénien, parti en exil, comme bien d’autres, dans les turbulences qui affectèrent la cité dans l’été 415 ; qu’il se soit trouvé embarqué sur un navire syracusain lorsqu’il est capturé fait penser que, peut-être, il avait rejoint son cousin en Sicile, pour passer du côté ennemi, précisément syracusain, lorsque la Salaminienne vint chercher Alcibiade à Catane – à moins qu’il l’ait suivi à Sparte, puis en Ionie102. À la différence du stratège, revenu dans le camp athénien depuis déjà deux années après avoir activement lutté contre sa patrie, y compris en combattant aux côtés de ses ennemis en Ionie, le Phégontin, sur lequel pèse une menace de mort du fait d’une dénonciation calomnieuse et d’une possible implication dans les scandales, ne s’est pas signalé par son combat pour sa patrie. Xénophon, notre seule source sur cette affaire, sans donner aucun aperçu des motifs auxquels obéit Thrasyllos, écrit que celui-ci envoya à Athènes ses prisonniers, à l’exception d’Alcibiade de Phégonte, qu’il fit lapider103.

  • 104 Le crime qui consistait à faire campagne avec l’ennemi était réprimé par la loi d’eisangélie : cf. (...)
  • 105 Sur l’exécution d’Alcibiade de Phégonte et ses raisons, cf. Hatzfeld 1951, 279 ; Bleckmann 1998, 4 (...)
  • 106 Sur Lycidas, cf. infra le Chapitre II, p. 000. Rosivach 1987, 245-246, établissant le parallèle en (...)

37La question qui se pose est évidemment de savoir pourquoi Thrasyllos n’envoya pas Alcibiade à Athènes avec les autres prisonniers. Or, à la menace de condamnation pour fausse dénonciation dans l’affaire des hermès, s’ajoutait à présent un flagrant délit de trahison : pour la punition d’un crime aussi patent, faire campagne avec l’ennemi, sur un navire de l’ennemi104, Thrasyllos mit certainement en application la loi athénienne, dont on peut penser qu’elle permettait de punir sur-le-champ tout citoyen athénien qui, luttant aux côtés de l’ennemi contre sa patrie, était pris en flagrant délit de trahison105. Pour ce mode d’exécution, il obtint la participation de son équipage, sans doute indigné de trouver un Athénien sur un navire ennemi : ce châtiment, sommaire et collectif, basé à l’origine sur une réaction émotionnelle contre une personne qui rompt la solidarité de la communauté, est à rapprocher de la mise à mort expéditive qui frappa en 479 le bouleute Lycidas, suspecté de s’être laissé corrompre pour proposer d’accueillir favorablement les propositions perses106.

  • 107 Cf p. 000.

38On peut se demander aussi, toujours en l’absence d’indication de Xénophon, quelle répercussion pouvaient avoir, sur la nouvelle carrière d’Alcibiade aux côtés de ses compatriotes, la capture de son cousin, pris sur un navire ennemi, et son exécution immédiate : il est vraisemblable qu’un procès en forme, tenu à Athènes, aurait fâcheusement ravivé le souvenir, à la fois de la parodie des Mystères, dans laquelle Alcibiade avait été compromis, et de sa collaboration avec Sparte, lors de son séjour en Laconie et lors des expéditions, encore bien récentes, auxquelles il avait participé en Ionie pour détacher d’Athènes ses alliées107. Ainsi, Thrasyllos, qui était plutôt bien disposé à l’égard d’Alcibiade en 409, n’a peut-être pas forcément, par cette exécution sommaire qui frappait un Athénien pris en flagrant délit de combat avec l’ennemi, nui aux intérêts du stratège qui, de retour d’exil, s’employait à travailler pour Athènes : mais, si l’on remonte de 409 à 415/411, il est certes loisible de s’interroger sur le sort qui aurait été réservé à Alcibiade, sur lequel pesait une condamnation à mort en règle, s’il avait été appréhendé par des Athéniens alors qu’il combattait contre eux.

L’objectif d’Alcibiade

39Quel était l’objectif exact d’Alcibiade lorsqu’il donnait à Sparte, dans l’hiver 415/4, les conseils les plus avisés contre sa patrie ? Il voulait reconquérir, disait-il, ce qui avait été sa patrie et qu’il avait injustement perdu (Thc. 6.92.4) : pour cela, il lui fallait faire le plus de mal possible aux ennemis qui l’avaient chassé, et donc à Athènes, dont il voulait, il l’affirmait, ruiner radicalement, “présente et à venir, la puissance” (6.92.5), avec l’aide et au profit des Lacédémoniens. Sa démarche, dans son approche de l’objectif, différait de celle d’Hippias qui, en 490, guidait l’armée perse à Marathon, en Attique même, dans l’espoir de remettre la main sur un bien perdu : Athènes était alors vulnérable, facilement accessible, tandis qu’en 415 la cité, forte d’une incomparable flotte de guerre et de marins expérimentés, qui lui assurent la maîtrise de la mer, maintient son hégémonie sur des cités alliées qui lui apportent revenus et ravitaillement. Dans un premier temps, Alcibiade, fugitif, a pour impératif de se mettre à l’abri. Or, cette protection, il ne pourra l’obtenir que d’une cité qui, à la fois, soit puissante et trouve un intérêt à l’accueillir : nécessairement, cette cité sera Sparte, et il devra lui apporter des informations sur la manière d’atteindre Athènes le plus efficacement possible. Cette contrepartie qu’attend Sparte, Alcibiade n’entend pas s’y dérober, bien au contraire, puisque, il le proclame, il veut aller le plus loin possible contre sa patrie, afin de se venger, de rendre coup pour coup : mais la vengeance, au-delà de son aspect négatif, doit aussi lui permettre de reconquérir, de recouvrer un bien qu’il a perdu (6.92.4), c’est-à-dire de rentrer à Athènes pour y exercer ses droits politiques, et, à ce stade de sa démarche, de rentrer dans Athènes vaincue avec l’aide de Sparte, conseillée par lui. Alcibiade, dans les propos que rapporte Thucydide, reste bien un peu vague, mais il pense nécessairement alors à un retour par force dans sa patrie, aux côtés de l’ennemi : son objectif, en définitive, est bien le même que celui que s’était fixé Hippias lorsqu’il indiquait aux Perses en 490 la plaine de Marathon où ils pouvaient déployer leur cavalerie (Hdt. 6.102). Pendant trois ans, peut-être, cet objectif reste celui d’Alcibiade, puisque, à l’automne 412, il joue encore un rôle actif dans les défections de cités ioniennes, comme à Chios et Milet (Thc. 8.14 et 17 ; Plut., Alc., 24.1-2).

  • 108 Sur l’évolution des rapports entre Sparte et Alcibiade, depuis la méfiance originelle de la cité j (...)

40Cependant, entre Alcibiade et les Lacédémoniens, il s’est produit à la longue un phénomène d’usure mutuelle, dont le degré d’avancement se révèle lorsqu’Alcibiade apprend, au cours de l’automne 412, que sa mort a été secrètement ordonnée par les autorités de Sparte : les raisons de ce revirement spartiate ne furent évidemment pas officiellement exprimées, mais la haine d’Agis, dont Alcibiade avait séduit l’épouse Timaïa, ne peut suffire à expliquer que Sparte ait décidé de se priver des services d’Alcibiade si ceux-ci, certes précieux dans les premiers temps, n’avaient fini par leur paraître inopportuns, inutiles, et peut-être même dangereux. Il est possible que les Lacédémoniens, qui semblent s’être méfiés d’Alcibiade peut-être dès son arrivée à Sparte, et encore plus alors qu’il s’activait en Ionie, aient pensé que l’Athénien, déjà traître à sa patrie, jouait double jeu, en particulier dans les rapports subtils avec les satrapes perses, et aussi, dès lors qu’ils avaient poussé leur avantage à l’intérieur même de l’“empire” athénien, qu’ils n’avaient plus besoin d’une personnalité extérieure, qui risquait, en dehors de Sparte, de s’affranchir de leur contrôle et de prendre trop d’importance dans une région qu’elle connaissait mieux qu’eux (Thc. 8.45.1 ; Plut., Alc., 24.3-4)108. Alcibiade, apprenant la menace qui pesait sur lui, cessa aussitôt toute relation avec les Lacédémoniens et se réfugia auprès du satrape de Lydie, Tissapherne, auprès duquel il se mit, ou il continua, à intriguer, de manière, avant tout, à nuire aux intérêts spartiates (Thc. 8.45-46) : dès ce moment, Alcibiade, qui cherche toujours à atteindre le même objectif, rentrer dans sa patrie, a inversé sa démarche, puisque, menacé par Sparte et ne pouvant plus penser rentrer chez lui par la force, dans les bagages du vainqueur qu’il aurait aidé, il envisage désormais un retour à Athènes sur un libre rappel de ses concitoyens, auxquels il aurait rendu des services annulant le préjudice précédemment infligé par son fait. La nouvelle volte-face d’Alcibiade ne porte donc que sur la forme – comment rentrer à Athènes ? –, et non sur le fond – rentrer à Athènes –, qui est resté le même depuis le départ pour l’exil. Mais, en adoptant dans un premier temps comme solution pour la forme de guider les coups portés à la patrie par l’ennemi, Alcibiade était allé si loin que sa nouvelle situation, qui était en fait un nouveau point de départ, manifestait à la fois l’ampleur de son rôle personnel dans le désastre voulu par lui, et l’importance du chemin à parcourir en sens inverse : Alcibiade “voulait favoriser son retour dans sa patrie, sachant que, s’il n’allait pas jusqu’à la ruiner, il pourrait un jour la persuader de le rappeler” (Thc. 8.47.1). Celui qui avait trahi sa patrie va, à partir de ce jour, et toujours dans l’espoir d’y rentrer, travailler pour rétablir la situation qu’il avait grandement contribué à créer.

Les motivations d’Alcibiade

  • 109 Les propos que Thucydide prête à Alcibiade en 6.92.2-4, ont peut-être été rapportés à l’historien (...)
  • 110 Sur le schéma politique de la démocratie athénienne dressé par Alcibiade à Sparte, dans lequel l’e (...)
  • 111 Thc. 6.89.6 : “ἐπεὶ δημοϰϱατίαν γε ϰαὶ ἐγιγνώσϰομεν οἱ ϕϱονοῦντές τι, ϰαὶ αὐτὸς οὐδενὸς ἂν χεῖϱον, (...)
  • 112 Thc. 6. 92.3 : “ϕυγάς τε γάϱ εἰμι τῆς τῶν ἐξελασάντων πονηϱίας, ϰαὶ οὐ τῆς ὑμετέϱας, ἢν πείθησθέ μ (...)
  • 113 Les termes “ponèroi”, “ponèria”, désignent, employés par Alcibiade, ses adversaires politiques : s (...)
  • 114 Alcibiade, en 6.92.2, emploie le terme “polemios” pour qualifier sa situation nouvelle à l’égard d (...)
  • 115 Thc. 6.92. 2 et 4 : “Καὶ χείϱων οὐδενὶ ἀξιῶ δοϰεῖν ὑμῶν εἶναι, εἰ τῇ ἐμαυτοῦ μετὰ τῶν πολεμιωτάτων (...)

41Les explications qu’Alcibiade donna à son passage à l’ennemi, à Sparte même, purent dans sa bouche devenir ce que nous, modernes, considèrerions à juste titre, si ce comportement se produisait en notre temps et dans notre monde, comme une “apologie” de la trahison ; mais ses défenseurs, plus tard, s’efforcèrent de reprendre les justifications que lui-même avait données à sa conduite. Au moment de proposer ses services à la puissance ennemie, Alcibiade, précédemment stratège athénien en guerre contre Sparte, se doit d’expliquer son retournement : d’après Thucydide, 6.92.2-4, il tient devant l’Apella, lors de son arrivée à Sparte, des propos qui sont destinés à la fois à corriger l’opinion défavorable qui s’attache généralement, même chez ceux qui en tirent profit, aux hommes qui travaillent contre leur patrie, et – allant au bout de sa décision – à donner à ses conseils, en insistant sur leur bienfondé, toute chance d’aboutir à un résultat109. Alcibiade, dans son discours aux Spartiates, justifie le fait qu’il se retourne contre sa patrie par l’injustice qui l’en a chassé : à Athènes, il se trouvait des gens “qui, de nos jours comme aux temps anciens, égaraient misérablement la masse : ce sont eux précisément qui m’ont chassé” (6.89.5). Ces manœuvres, c’est le régime démocratique, par sa rupture avec la tradition de modération et de stabilité qui avait été la sienne, qui les a permises110 : “La démocratie, en effet, nous savions, nous les gens sensés, ce qu’elle vaut – et, tout aussi bien qu’un autre, d’autant même qu’elle m’a fait le plus grand mal, je pourrais l’accabler. Mais d’une folie universellement reconnue pour telle, comment rien dire de nouveau ?” (6.89.6)111. Plus loin, il poursuit : “Exilé, je le suis ; mais je me dérobe ainsi à la méchanceté de qui m’a chassé, non à la possibilité, si vous m’écoutez, de vous être utile. Et les plus grands ennemis d’Athènes, d’autre part, ne sont pas ceux qui, comme vous, visaient en elle l’ennemie, mais ceux qui ont contraint ses amis à lui devenir ennemis” (Thc. 6.92.3)112. Il se proclame donc la victime d’autres Athéniens, d’ennemis personnels – ceux qui l’ont poursuivi en 415 dans l’affaire de la parodie des Mystères, qui lui ont intenté un procès dans lequel il se savait condamné d’avance et qui s’est terminé, en effet, par sa condamnation à mort par contumace, qui l’a contraint à l’exil : c’est injustement (ἀδίϰως) (6.92.4), par méchanceté (πονηϱία) (6. 92. 3)113, que ces hommes lui ont fait perdre sa patrie et qu’ils ont fait de lui, qui se retrouve en exil (ϕυγάς) (92, 3), ce qu’il ne devait pas être, un ennemi114 de sa propre patrie : “Et je demande que personne d’entre vous ne me juge défavorablement si, moi qui passais naguère pour avoir l’amour du pays, je marche aujourd’hui à toute force contre ma patrie avec ses plus grands ennemis… Quant à l’amour du pays, je ne l’éprouve point là où l’on me fait tort, mais là où en sécurité j’exerçais mes droits politiques ; à mon sens il n’est pas vrai que j’aie une patrie et qu’aujourd’hui je marche contre elle : bien plutôt, elle a cessé d’être et je veux la reconquérir. Et l’on a vraiment l’amour du pays, non pas quand, après l’avoir injustement perdu, on se refuse à marcher contre lui, mais quand par tous les moyens, dans l’ardeur de son désir, on s’efforce à le recouvrer”115.

  • 116 Cf. Moggi 1999, 67-68 n. 97.
  • 117 Sur la première trahison d’Alcibiade, qui révèle aux Messiniens partisans de Syracuse, dès son rap (...)

42Ulcéré, plein de rancœur, Alcibiade entend donc reconquérir la patrie qu’il a perdue sans l’avoir mérité. Les justifications données par Alcibiade lui-même au moment où il donne à l’ennemie de sa cité des armes contre elle, lorsqu’il déclare que “les plus grands ennemis d’Athènes… sont ceux qui ont contraint ses amis à lui devenir ennemis” (6.92.3), seront reprises ultérieurement par lui et par ses partisans lorsque les services qu’il aura rendus à Athènes, par ses victoires en Ionie, lui feront entrevoir, après 411, la possibilité du retour (Xen., HG, 1.4.13-17) : la violence de sa réaction est due à la sournoiserie de l’attaque, à l’injustice de l’accusation, puis de la condamnation qui l’a frappé officiellement après sa fuite à Thourioi, et qu’il connaît lorsqu’il se rend à Sparte, alors que toutes les portes se sont fermées devant lui. Dès lors, estimant que son entreprise est légitime parce qu’elle est fondée sur la réparation d’une injustice, qu’elle n’est en rien ce que nous appellerions une “trahison”, mais bien un acte méritoire, un moyen de l’emporter sur ce qui n’est qu’une faction adverse116, et n’ayant de toute façon plus rien à perdre, il va jusqu’au bout de ce qu’il avait commencé déjà en Sicile, à propos de Messine, lorsque des émissaires athéniens étaient venus le chercher officiellement à bord de la Salaminienne117 : dès son arrivée à Sparte, ou très rapidement après, il conseille les Lacédémoniens sur les points faibles de sa patrie et, pendant trois ans, il persiste dans ce comportement, s’adaptant aux circonstances et apportant sa contribution éclairée à la défection de cités ioniennes. Obéissant à des motifs privés, il met en avant non un mobile idéologique auquel il serait difficile de croire, mais le salut de la cité, qui risque, dit-il, d’être perdue par ses ennemis personnels.

  • 118 Sur l’évolution de la conception civique à la fin du ve siècle, qui fait qu’un citoyen revendique (...)
  • 119 Alcibiade, se considérant comme chassé de sa patrie par ses ennemis personnels et déclarant que so (...)
  • 120 L’affront qu’Alcibiade déclare avoir reçu des Lacédémoniens en 421 lors de la négociation de la pa (...)
  • 121 Avant et après Athènes, Sparte fait l’expérience, en 420, puis en 411, de cette volonté de vengean (...)
  • 122 Sur le caractère excessif du comportement d’Alcibiade, marqué, déjà à Athènes, par la violence du (...)
  • 123 On rapprochera la situation d’Alcibiade, privé de l’exercice de ses droits politiques dans la réal (...)
  • 124 Sur l’importance de la période dans laquelle se situe la jeunesse d’Alcibiade, cf. Strauss 1993, 4 (...)

43Dans les explications que, d’après Thucydide, le nouvel exilé donne de son geste lors de son arrivée à Sparte, il apparaît clairement qu’Alcibiade est, à ses propres yeux, le pivot central, l’axe autour duquel doit tourner la vie athénienne : il se conçoit lui-même comme étant “face” à la cité, de sorte que, si la cité le condamne ou lui nuit, il se place alors au-dessus de la cité118. Au lieu de se considérer comme une partie d’un tout en tant que membre de la communauté civique, il n’hésite pas, lorsqu’il s’estime lésé par certains membres de cette communauté, à se dresser contre tout le reste de la communauté puisqu’il ne lui est pas possible d’atteindre individuellement ceux qui lui ont porté tort. Sa volonté de vengeance contre ses ennemis personnels, qui s’étend au peuple, coupable de s’être laissé manipuler par leurs manœuvres et de l’avoir condamné injustement, va donc jusqu’à transformer, en fait dénaturer, le lien qui l’unit à sa cité, puisqu’il déclare vouloir marcher contre elle “à toute force (ἐγϰϱατῶς) (Thc. 6.92.2 et 4) et aider les Lacédémoniens à ruiner “radicalement, présente et à venir, la puissance d’Athènes (ϰαὶ Ἀθηναίων τήν τε οὖσαν ϰαὶ τὴν μέλλουσαν δύναμιν ϰαθέλητε)” (6.92.5)119. Alcibiade, qui revendiquait, avant le départ de l’expédition de Sicile, le droit de sortir du rang (Thc. 6.16), a toujours été animé par l’ambition, la recherche de la gloire personnelle, pour lui et pour ses amis qui le soutiennent120 : logiquement, lorsqu’il se voit menacé, son amour-propre exacerbé, s’ajoutant au légitime souci de sa sécurité, fait naître le désir de vengeance et entraîne des volte-face, qui se produisent contre Athènes, puis contre Sparte121. Pour Alcibiade, qui mettait en cause, en 415, la cohésion des cités grecques de Sicile, faites, selon lui, de ramassis de gens d’origines diverses, il ne saurait être question de changer de cité : Athènes est sa cité pour la vie, d’où la violence de sa réaction passionnelle contre elle et sa volonté farouche d’y rentrer, à toute force. À ses yeux, la rupture est le fait de sa cité, qui l’a injustement rejeté : c’est Athènes qui a pris l’initiative de rompre, sans raison valable, le contrat qui l’unissait à elle, et en vertu duquel il s’efforçait de l’illustrer par ses succès personnels, dont la gloire rejaillissait sur elle. Alcibiade estime être dans son droit, puisqu’il est victime d’une injustice, en recourant à tous les moyens, y compris la force, pour recouvrer ce qu’il considère comme son bien : se sentant à la fois humilié dans son orgueil et menacé dans sa sécurité, il refuse d’obéir aux lois de la cité au-dessus desquelles il se place et il veut dès l’abord, dans un sursaut irraisonné, se venger, comme le ferait un être exclusivement tourné vers lui-même122. Il apparaît, dans ses propos passionnés, comme un individu qui ne s’est pas dépouillé de ses réflexes personnels de manière à appréhender les exigences de la communauté qui existe en dehors de lui : ainsi, c’est d’abord à une morale personnelle qu’obéit Alcibiade, lorsqu’il veut enfreindre la décision de sa patrie, qui l’a, dans les faits, condamné à l’exil, la pire des situations pour un citoyen qui vivait dans une démocratie directe où ses origines et sa personnalité lui permettaient d’influencer le dèmos, pour rentrer chez lui et refaire de cette patrie hostile, par force, ce qu’elle était avant, c’est-à-dire un lieu où en sécurité il exerçait ses droits (6.92.4)123. La jeunesse enfin et l’inexpérience relative renforcent l’emportement et l’excès de la réaction124 : Alcibiade, instruit par les années et les épreuves, fera montre face à ses divers interlocuteurs, de 411 à 404, de plus de subtilité et de nuance.

  • 125 Sur l’idéal aristocratique et sa persistance au ve siècle, voir Adkins 1972 ; Donlan 1980, particu (...)
  • 126 Sur le sentiment de sa propre valeur et de sa supériorité qu’exprime Alcibiade dans son discours d (...)
  • 127 Sur les luttes entre citoyens de l’époque archaïque, dans lesquelles les aristocrates exilés march (...)
  • 128 Sur la conception, exposée par Alcibiade à Sparte, d’une démocratie dans laquelle le peuple se lai (...)
  • 129 Sur l’évolution politique de la guerre du Péloponnèse, qui voit des hommes “nouveaux”, qui “n’ont (...)
  • 130 Sur les différents cercles de collectivité auxquels peuvent appartenir les Athéniens au ve siècle, (...)
  • 131 Sur le possible conflit entre deux réseaux d’appartenance individuelle, l’aristocratie, société “i (...)

44Mais il faut souligner que cette morale personnelle rejoint une morale aristocratique, qui a contribué à nourrir le terreau sur lequel s’est épanoui l’égocentrisme d’Alcibiade : dans les propos qu’il tenait devant l’Ekklèsia avant son départ pour la Sicile, Alcibiade revendiquait le droit d’avoir une place à part dans la cité, grâce à l’éclat de ses victoires aux concours d’Olympie et à la magnificence de ses liturgies – et cela conformément à la pratique aristocratique ancienne qui consiste, dans la fidélité à ses origines, à se distinguer du commun parce qu’on est le meilleur, que ce soit par la naissance, par la richesse, par les performances125, c’est-à-dire, en toutes choses, à “laisser transparaître (sa) puissance” (Thc. 6.16.2) : “…et ce n’est pas non plus un crime, quand on a de soi une haute opinion, que de se refuser à l’égalité avec autrui, puisque aussi bien celui qui ne réussit pas ne rencontre personne pour partager sa disgrâce. Maltraités de la fortune, on nous tourne le dos : qu’on ne trouve donc pas mauvais pareillement d’être méprisé par ceux qui réussissent, ou bien qu’on fasse d’abord part égale, si l’on prétend à la réciproque” (Thc. 6.16.4)126. Cette volonté farouche de sortir du commun pouvait annoncer le refus d’obéissance à un ordre de la cité, et cela même si Alcibiade n’envisagea jamais d’établir la tyrannie à son profit : comme les aristocrates grecs de l’époque archaïque, comme, à Athènes, Isagoras ou encore Hippias en 500 ou en 490, qui considèrent comme naturelle leur domination sur une cité qui serait leur bien, sa conviction profonde que sa supériorité sur les ponèroi qui l’ont chassé lui donne le droit de jouer un rôle majeur dans le gouvernement de la cité lui fait regarder comme parfaitement justifié un retour avec et éventuellement au profit de l’étranger127. Du point de vue d’Alcibiade, c’est à bon droit qu’il se dresse contre une cité où le pouvoir est détenu par des ponèroi : il s’est accommodé certes, en raison du poids de la tradition, d’une cité démocratique, mais à condition que dans cette cité le pouvoir de guider le dèmos soit attribué, même démocratiquement, à des aristocrates, à ceux qui appartiennent aux grandes familles et auxquels une ambition légitime, fondée sur le rôle de leurs ancêtres, promet une brillante carrière128. Si Athènes, au rayonnement de laquelle il estime avoir précédemment contribué par son éclat personnel, lui retire, par le fait d’un petit nombre de démocrates extrêmes qui ont su entraîner la masse du dèmos, son appui et la possibilité de briller à son service, alors, dans un raisonnement qu’il considère comme logique et parfaitement fondé, il se retourne contre elle et les mauvais chefs qu’elle suit, afin de rentrer de force et de rétablir la situation de chef du peuple que lui vaut nécessairement à ses yeux sa naissance aristocratique129 : entre les différentes communautés auxquelles il appartient par la naissance, il donne, d’une certaine manière, la priorité à la communauté aristocratique qui lui garantit la reconnaissance de sa qualité d’agathos et le rôle de chef qui en découle, en refusant l’exil et le retrait des affaires que lui imposerait son autre communauté de naissance, sa cité, s’il lui donnait la priorité en lui obéissant alors qu’elle connaît une évolution qui lui est devenue défavorable130. Mais la priorité donnée en apparence à l’appartenance aristocratique n’exclut du reste pas, aux yeux d’Alcibiade, l’appartenance à la cité, puisqu’elle est destinée à rendre à celui qui la privilégie sa situation de prééminence dans sa cité particulière : elle n’est finalement qu’un moyen pour parvenir à la fin qu’est le retour en position de supériorité dans la cité. Ce choix d’Alcibiade explique que les dommages qui peuvent être infligés à la cité le sont à ses yeux de manière accessoire, “collatérale” pourrait-on dire, et ne méritent pas d’être pris en considération : ils ne peuvent pas arrêter Alcibiade pour deux raisons complémentaires et apparemment contraires, qui sont que le retour dans la cité est l’objectif majeur, et donc que nécessairement tout étant bon pour y parvenir, la priorité donnée à l’intérêt particulier du sujet prime tout : le jugement moral qui consisterait à reconnaître et dénoncer l’égoïsme de l’individu ne serait pas à sa place ici, car Alcibiade a choisi – certes conformément à son intérêt du moment – de privilégier son appartenance à un cercle social d’après lequel sa naissance doit tout lui donner à Athènes131.

  • 132 La description d’Athènes, comme démocratie idéale et “école de la Grèce”, est faite par Périclès d (...)
  • 133 On ne citera comme exemples que Thucydide, l’historien, frappé d’exil pour son arrivée trop tardiv (...)
  • 134 Sur les intentions déclarées qui ne sont que prétextes, sur les ententes secrètes et le double jeu (...)
  • 135 Thucydide 3.70-81, partant du cas particulier de Corcyre, évoque en 3.82-83 les luttes civiles qui (...)

45La situation d’Athènes en 415, cependant, diffère profondément de celle que connaissait la cité à la fin de l’époque archaïque : les victoires des guerres médiques, l’hégémonie exercée sur les cités alliées, la culture et le mode de vie athéniens, ont contribué à créer chez la plupart des habitants de la cité un sentiment de fierté partagée, qui renforce le sentiment d’appartenance à une même communauté né de la participation de tous au jeu des institutions mises en place à la fin du vie siècle et progressivement aménagées. Au début de la guerre du Péloponnèse, Périclès décrivait une cité où, dans la concorde, chacun trouve sa place (Thc. 2.37-41)132 : mais cette cité idéale souffre en réalité de fissures dues aux intérêts particuliers, que dénonce du reste le grand homme d’État dès le début du conflit (Thc. 2.60-64). La longueur et le durcissement de la guerre, les rivalités d’ambitions et d’intérêts, quand ce ne sont pas des questions de survie, politique ou personnelle, mettent progressivement à mal ce fragile consensus qui semblait exister entre concitoyens, au point d’aboutir, à partir de 415, à plusieurs crises majeures. Certes, au cours de la guerre, bien des magistrats athéniens se soumettent sans protester à la peine à laquelle ils ont été condamnés pour une faute que le dèmos souverain leur impute, ou se refusent à toute initiative sans l’aval du dèmos133 : mais Alcibiade ne sera pas le seul, même s’il est le premier et si sa personnalité donne un extraordinaire retentissement à sa conduite, à accorder la priorité à son intérêt particulier, et d’autres, guidés parfois par leur conviction qui rejoint ou soutient des intérêts partisans ou personnels, mis en avant au nom du salut de la cité, n’hésiteront pas, de manière moins spectaculaire il est vrai, à s’entendre avec l’ennemi134. La crainte qu’Alcibiade éprouve lors de sa convocation, puis les sentiments d’injustice et de révolte à l’annonce d’une condamnation sans appel, font qu’il ne saurait être question pour lui de se tenir provisoirement en retrait, de se plier à un verdict qui, plus clément, aurait pu être temporairement accepté : comme lors des luttes civiles entre aristocrates de l’époque archaïque, qui entraînaient l’exil du clan vaincu, mais aussi à l’instar de ce qui se passe à la même époque dans d’autres cités, où des factions opposées dans des luttes à mort sont encouragées par le contexte de guerre à faire appel à l’étranger135, il ne saurait être question pour Alcibiade, qui s’estime victime d’une lutte sans merci, d’envisager, selon le comportement normal du jeu démocratique, une nécessaire mise à l’écart, dont il pourrait raisonnablement penser qu’elle n’est qu’une renonciation temporaire à ses ambitions.

  • 136 Sur l’action des exilés politiques cherchant à rentrer chez eux par la force et souvent avec une a (...)
  • 137 Alcibiade, en 415, n’envisage certes pas de changement de régime à proprement parler à Athènes, co (...)
  • 138 Sur le thème de la recherche du salut de la cité, qui se développe à Athènes dans ces années, cf. (...)

46Morale personnelle, morale aristocratique, morale typique aussi de la stasis : les exilés qui se considèrent comme victimes de rivaux personnels ou de rivaux politiques, en pleine guerre du Péloponnèse comme au vie siècle, n’acceptent généralement pas une situation qui fait d’eux des apatrides, et surtout des gens privés de droits politiques, sans grande chance de pouvoir devenir citoyens d’autres cités : les retours par la force, ou leurs tentatives, sont nombreux, qu’ils se fassent seuls ou, souvent, avec l’aide d’une puissance extérieure136. La crainte que ferait éprouver à Alcibiade la conscience d’avoir à redouter le jugement de ses concitoyens n’est pas seule à l’origine de sa décision de s’attaquer à sa cité137 : il est poussé à franchir le pas davantage sans doute par le sentiment de révolte qu’il éprouve en s’estimant victime d’une injustice qui le frustre du rôle de chef du peuple : par suite, les vrais ennemis d’Athènes ne sont pas les Spartiates, mais bien ceux des Athéniens qui obligent d’autres Athéniens, qui étaient amis de leur cité, à devenir ses ennemis, comme il l’affirme devant l’assemblée de Sparte (Thc. 6.92.3). On trouve ainsi chez lui l’argument, même s’il est juste esquissé, selon lequel le tort qu’il subit à titre personnel et qui est à l’origine de l’attaque qu’il porte à sa patrie, est un tort que subit aussi Athènes, car elle souffre par contrecoup du fait d’être privée de ses meilleurs citoyens. Le sentiment personnel d’injustice rejoint l’intérêt général de la cité, qui ne peut se trouver bien d’être gouvernée arbitrairement par des ponèroi : ainsi donc, ce serait presque finalement pour le salut d’Athènes qu’Alcibiade déclare marcher contre elle…138.

  • 139 Cf. Thc. 6.92.2 : “… τῇ ἐμαυτοῦ μετὰ τῶν πολεμιωτάτων… νῦν ἐγϰϱατῶς ἐπέϱχομαι…”, ou encore 6.92.4  (...)
  • 140 Thc. 6.92.3 : “πολεμιώτεϱοι… οἱ τοὺς ϕίλους ἀναγϰάσαντες πολεμίους γενέσθαι.”
  • 141 Si la conduite d’Alcibiade ne risquait pas de choquer, aurait-il besoin de se justifier ? En 6.92. (...)
  • 142 Pour l’influence sur Alcibiade de l’enseignement sophistique et pour un rapprochement, à faire sur (...)
  • 143 Par le retournement des termes, Alcibiade justifie la démarche qu’il entreprend contre Athènes, qu (...)

47Son comportement de vengeance, qui consiste à s’opposer par la force à un jugement qu’il considère comme injuste en s’alliant à l’ennemie de sa patrie, Alcibiade va très loin dans sa justification, puisqu’il le présente comme légitime au point que, à l’entendre, le droit serait de son côté (6.92.4). Le stratège exilé fait ici objectivement, devant l’Apella spartiate, l’apologie du comportement de trahison : il ne s’agit pas ici d’un acte précis, la remise ou l’abandon à l’ennemi d’un fort ou de navires, la “prodosia”, mais d’une règle de conduite, la marche contre la patrie avec les plus grands ennemis de celle-ci, dans l’intention de ruiner sa puissance139 : parce que sa situation l’y contraint, déclare Alcibiade, d’“ami” de sa patrie qu’il était, il devient son “ennemi (polemios)”140, lui faisant la guerre au lieu d’assurer sa défense. Non seulement Alcibiade prodigue aux Spartiates des conseils préjudiciables à sa patrie, mais il se donne raison de le faire et, jouant sur les mots avec une admirable virtuosité rhétorique, d’un relativisme issu de l’enseignement des sophistes et confinant au cynisme par la gravité du sujet, il n’hésite pas à jouer sur le sens du terme “amour du pays” – to philopoli – et à nier l’objection qui pourrait lui être faite d’emblée : “Non, ce n’est plus là sa patrie…”. Les aristocrates de la fin du vie siècle n’auraient pas éprouvé le besoin de se justifier, tant il était naturel de faire passer en premier l’intérêt personnel ou partisan lié à l’appartenance sociale : Alcibiade, en 415, célèbre stratège, se doit, devant un auditoire étranger, au moins d’expliquer sa conduite dont il sait bien qu’elle risque d’étonner, et même de choquer un bon nombre141. Ne faisant rien à moitié, il cherche même, par amour-propre blessé, à provoquer, et se place délibérément au centre de son raisonnement, sur lequel se reconnaît la marque de l’enseignement sophistique des dernières décennies du ve siècle142. D’après lui en effet, la même cité, Athènes, est, ou n’est pas, sa patrie, selon qu’elle est bien disposée, ou non, à son égard : Alcibiade ne marche donc pas contre sa patrie, puisqu’il n’a plus de patrie : c’est en marchant, avec violence, “dans l’ardeur de son désir”, contre une cité qui n’est plus sa patrie et dont il veut refaire sa patrie (6.92.4), qu’il se montre pleinement “amoureux de son pays” – philopolis143.

  • 144 Lysias accuse Philon, et Lycurgue accusera Léocrate, d’avoir abandonné leur cité natale quand elle (...)
  • 145 Thc. 2.60.5-6 : “ϰαίτοι ἐμοὶ τοιούτῳ ἀνδϱὶ ὀϱγίζεσθε ὃς οὐδενὸς ἥσσων οἴομαι εἶναι γνῶναί τε τὰ δέ (...)
  • 146 Sur le divorce entre intérêts particuliers et intérêt de la cité, voir Lévy 1976, 225 ; Bearzot 19 (...)

48Ce raisonnement d’Alcibiade, qui renvoie la responsabilité à la cité, ne laisse aucune cité à l’abri du revirement hostile de ses propres citoyens : la cité, comme patrie à laquelle le citoyen est attaché par de multiples liens, est vue non pas tant comme un bien que l’on peut échanger contre un autre qui serait plus avantageux144, mais comme un bien personnel, que l’on reprend, par force et sans état d’âme, si l’on a éprouvé de sa part quelque désagrément. Alcibiade, dans l’hiver 415-414, devant l’Apella spartiate, définissant le philopolis comme celui qui met en œuvre tous les moyens, y compris le recours à la force militaire de l’ennemi, pour reconquérir son pays perdu, est bien loin de la définition que donnait du même terme Périclès, dans l’été 430, devant l’Ekklèsia athénienne : pour Périclès, le citoyen qui est le mieux à même de guider la cité est celui qui, aux qualités de discernement, de clarté dans l’expression et d’incorruptibilité, ajoute la qualité fondamentale du patriotisme, car l’absence de cette qualité, qui est la bienveillance pour la cité, suffit à ruiner la possession des deux autres : “En ma personne, pourtant, votre colère vise un homme qui, je crois, n’est inférieur à personne pour juger ce qu’il faut et le faire comprendre, qui de plus est patriote – philopolis – et ne cède pas à l’argent. Tel qui juge bien, mais n’expose pas clairement, se trouve ramené au même cas que s’il n’avait pas conçu l’idée ; tel qui a les deux mérites, mais ne veut pas de bien à la cité, ne saurait s’expliquer avec la même communauté de points de vue ; et que ce dernier trait soit acquis, si l’homme est cependant dominé par l’argent, pour ce seul avantage il vendrait tout” (Thc. 2.605-6)145. Ce patriote, qui peut diriger la cité, est situé dans la cité, car c’est la préservation de l’intérêt commun qui le préoccupe, et non celui de son sort particulier (2.60.2-4)146 : ainsi, dans le débat du rapport entre le citoyen et sa patrie, la conception du philopolis qu’expose avec provocation Alcibiade, qui ne conçoit pas, dans son orgueil blessé, que sa cité vive et prospère sans lui, pour lequel son propre exil, celui d’une seule personne, doit entraîner la chute de sa communauté entière, est bien à l’opposé de celle de Périclès, pour qui chaque citoyen doit être “épris (erastès)” de la grandeur de sa cité, à laquelle il doit apporter sa valeur comme sa “quote-part, la plus belle de toutes” (Thc. 2.43.1). Les conséquences de la conception d’Alcibiade sont d’autant plus graves quand la cité se trouve embarquée dans une guerre qu’il a voulue…

  • 147 On rappellera qu’Hippias avait refusé, en 500, lors de la tentative spartiate, d’exercer la tyrann (...)
  • 148 Les discours civiques de la fin du ve siècle et des premières décennies du ive siècle mettent régu (...)

49Les deux démarches, celle d’Hippias en 490 et celle d’Alcibiade à l’automne 415, présentent le point commun de reposer sur un appel à une force étrangère en guerre contre la cité, pour le plus grand profit de l’exilé. Cependant, sans pouvoir rapprocher la provocante justification d’Alcibiade des propos que tint Hippias devant les Perses avant de guider l’expédition de 490, puisque nous ne les connaissons pas, il faut souligner la différence de signification de l’une à l’autre démarche : les changements considérables survenus pendant la très longue période qui s’est écoulée depuis Hippias, parmi lesquels figure la formation d’un sentiment national athénien, fondé sur le souvenir des dangers courus ensemble et sur la fierté d’appartenir à une grande cité, rendaient impérative une explication, même tournée en cynique pirouette, par Alcibiade lui-même de son comportement. Alors que, jusqu’à la fin du vie siècle encore, les aristocrates grecs n’hésitaient pas à faire appel à l’étranger pour revenir chez eux en vainqueurs, un ancien tyran pouvait dans cette logique, en 490, faire appel aux Perses pour récupérer une cité qu’il considérait comme son bien personnel147. En 415, l’Athènes nouvelle exige que, face aux Spartiates, Alcibiade avance au moins une apparence de justification : balayant avec désinvolture la mauvaise opinion de ceux qui, comparant passé et présent, voudraient soupçonner dans sa marche d’exilé contre sa patrie, aux côtés des polemioi de celle-ci, malveillance ou haine148, il déclare qu’en se comportant comme un polemios, il agit en fait comme un philopolis.

  • 149 Sur les antécédents familiaux démocratiques d’Alcibiade et son attachement à la démocratie, cf. Th (...)
  • 150 C’est à une raison personnelle, son désir de rentrer à Athènes, que se rattachent, pour un temps, (...)

50Pour le fond, bien que la réforme clisthénienne et les aménagements démocratiques aient laissé leur marque, Alcibiade, comme Hippias, considère la cité comme un bien qui ne saurait avoir d’existence en dehors de lui, et c’est pour des raisons personnelles, et non politiques, qu’il trahit, car il a su faire sa place dans le régime démocratique, bien qu’il en dise le plus grand mal à Sparte149 : mais l’échec final de sa stratégie de trahison, avec sa mise à l’écart par Sparte, le contraint, pour rentrer chez lui, à tenir compte de la volonté de la cité qui, seule, en régime démocratique, sera maîtresse de la décision de retour ou de maintien en exil150.

  • 151 Sur la coalition montée contre Alcibiade par ses ennemis personnels, élément mis en avant encore a (...)
  • 152 Pour expliquer la décision d’Alcibiade de ne pas rentrer à Athènes, il faut tenir compte de l’ambi (...)

51Nous allons examiner à présent les éléments qui, prouvant un authentique attachement au pays ou dénonçant la faiblesse de l’exilé, ont été utilisés par Alcibiade lui-même, ou ultérieurement par ses défenseurs, pour atténuer la gravité des actes du stratège en fuite. Alcibiade, qui aurait voulu être jugé avant son départ et qui s’était plié à la décision prise par le peuple de passer en jugement à son retour de Sicile, se sent pris au piège lorsque la Salaminienne vient le chercher. Il craint que le procès qui l’attend à Athènes soit marqué par l’iniquité provoquée par la haine personnelle de quelques-uns, qui ont su exploiter la hantise des complots et de la trahison ressentie par le peuple : nos sources les plus anciennes, Thucydide et Xénophon, insistent toutes deux, dans leur présentation des faits, sur le climat de suspicion qui règne à Athènes et dont profitent certains pour monter une machination contre Alcibiade151 : plusieurs de ses amis, quand ils ne se sont pas exilés, ont été exécutés, et ses ennemis personnels, il le sait, non contents de briser sa carrière, en veulent à sa vie152.

  • 153 Cf. l’éloge d’Athènes par Périclès en 431 chez Thucydide 2.37. Hatzfeld 1951, 57, refuse l’idée qu (...)
  • 154 Plut., Alc., 22.3, cite la riposte qui aurait été celle d’Alcibiade apprenant sa condamnation à mo (...)
  • 155 Sur l’exil volontaire d’Alcibiade après Notion, cf. Bleckmann 1998, 487-508.

52Au vif sentiment d’injustice s’ajoute un désir exaspéré de rentrer à Athènes, si fort que pour le contenter Alcibiade est prêt à tout (Thc. 6.92.4 ; Isoc. 16.14) : Alcméonide et Eupatride, enraciné dans cette cité, Athènes, par toute son histoire, familiale et personnelle, il n’envisage pas de devoir vivre durablement, et peut-être pour toujours, en exilé, privé de tout droit politique, en dehors de la cité où un avenir brillant lui semblait destiné, et une cité, aussi, qui, en cette fin du ve siècle, telle l’“école de la Grèce”, se détache si nettement au-dessus des autres153. En fait, à ses yeux, Athènes le trahit, en le rappelant alors qu’il est au loin et en le condamnant déjà en intention, sans lui permettre de se défendre : les conseils qu’il donne publiquement à Sparte ne sont pour lui qu’une riposte154, si légitime qu’il n’éprouve sans doute pas le sentiment de mal agir, car il agit pour se défendre, au grand jour, comme un ennemi déclaré qu’on l’a forcé à devenir. Après sa destitution, ou son non-renouvellement comme stratège, au lendemain de Notion, il se retire en Thrace, par pur souci de sécurité, malgré les reproches que lui lancent ses adversaires, selon lesquels il serait si peu attaché à sa cité que déjà il en change (Ps.-Lys. 14.38 ; Plut., Alc., 36.3), et, de ses domaines, il continue de surveiller tout ce qui touche aux Athéniens, au point de venir, à Aigos Potamoi, proposer aux stratèges athéniens, qui auraient été bien inspirés de l’écouter, ses conseils et son aide (Xen., HG, 2. 1.25-26 ; Plut., Alc., 36. 6 – 37.1-2)155 ; après le désastre, contraint de se retirer en Phrygie, il espère encore pouvoir redresser la situation d’Athènes en intriguant auprès du Grand Roi (Plut., Alc., 37.7-8)… L’attachement d’Alcibiade à Athènes est viscéral : quand la cité l’a chassé, il a voulu rentrer de force, en conseillant ses ennemis ; quand, après lui avoir retiré sa confiance, elle a été vaincue, et lui avec elle, il n’a eu de cesse de lui procurer une puissante alliance, afin qu’elle soit sauvée, et sauvée par lui.

L’appréciation du comportement d’Alcibiade par les Athéniens

  • 156 Dès le début du ive siècle, quatre œuvres rhétoriques, le Contre Alcibiade du Pseudo-Andocide, le (...)

53Au début du ive siècle, lorsque la cité s’interroge sur son passé récent, il n’est plus question de l’accusation d’impiété, qu’avaient effacée le rappel voté par le peuple et l’élection d’Alcibiade à la stratégie en 407, et à propos de laquelle l’ancien exilé lui-même s’était justifié devant les Athéniens à son retour : ce qui reste des actes d’Alcibiade, ce n’est plus la parodie des Mystères qui aurait été accomplie en privé, c’est toute une série de conseils donnés aux Lacédémoniens et d’entreprises menées à leurs côtés au détriment des Athéniens, qui posent la question de la relation d’un individu à sa patrie et, plus précisément, de la justification que celui-ci, s’il s’estime victime de sa cité, peut donner à son comportement d’hostilité envers elle. Les épreuves des dernières années de la guerre, marquées par des luttes civiles, et les espérances suscitées par les victorieuses opérations militaires menées sous ses ordres, de la fin 411 jusqu’à Notion, font que le personnage d’Alcibiade, qui attirait déjà l’attention en 415 par ses illustres origines et par sa personnalité, suscite encore plus la passion chez des Athéniens qui se sont toujours divisés à son sujet entre admirateurs inconditionnels et détracteurs soupçonneux : là où un autre aurait rencontré l’unanimité dans le jugement, puis l’oubli, Alcibiade ne cesse d’alimenter la controverse156

  • 157 Sur le retour d’Alcibiade à Athènes tel qu’il est traité par Xénophon dans les Helléniques, cf. Du (...)
  • 158 Comme Xénophon dans Les Helléniques, 1.4.13-20, qui laisse beaucoup plus de place aux éléments de (...)
  • 159 Xen., HG, 1.4.15 ; Isoc., 16.8-9, qui insiste sur le fait que, malgré sa condamnation par contumac (...)
  • 160 Xen., HG, 1.4.15 : “C’est alors que cette situation sans issue, le réduisant à l’esclavage, l’avai (...)
  • 161 Xénophon, et encore davantage Plut., Alc., 34.3-6, insistent dans leur récit sur la piété d’Alcibi (...)

54Alcibiade, au terme du raisonnement qu’il mène lors de son retour à Athènes et que reprennent ses défenseurs, privé de son pays par une condamnation injuste et réduit à l’exil, a été poussé à agir aux côtés de Sparte uniquement pour se défendre157 : “malheur (συμϕοϱά)” est le terme neutre, dépourvu de tout jugement de valeur, qui est employé pour qualifier la période de son activité pro-spartiate (Isoc. 16.15)158. Ce serait finalement la misère qui l’aurait contraint à chercher refuge à Sparte, car la puissance d’Athènes, dirigée alors par ses ennemis, faisait se fermer devant lui les portes de ceux qui l’auraient accueilli. Où Alcibiade aurait-il pu trouver protection, si, étant rejeté par Athènes, il n’avait pas servi Sparte159 ? L’exilé a été en quelque sorte obligé de rendre des “services” pour être protégé, et non pas pour rentrer coute que coûte dans sa patrie malgré la décision de celle-ci, assurent ses partisans, qui parlent, lors de son retour en 407, de “servitude”, d’“esclavage” au service de ses ennemis (Xen., HG, 1.4.15)160, et insistent sur les périls sans cesse encourus. Chez Xénophon, Alcibiade, lorsqu’il évoque son passé en 407 devant l’Ekklèsia et la Boulè d’Athènes, se défend contre l’accusation de sacrilège et met en avant l’injustice dont il estime avoir été victime, et dont tout le reste, sur lequel il ne semble pas s’être étendu, a découlé (HG, 1.4.20)161 ; un peu plus tard, vers 396, Isocrate, dans le procès intenté au fils d’Alcibiade, ne dit finalement rien de la trahison elle-même, qui est pudiquement appelée “malheur (sumphora)” (Sur l’attelage, 15) et qui, dans tous les cas, en raison des souffrances endurées par toute personne injustement exilée, mérite d’être “pardonnée” (“je pense qu’il aurait grand droit d’obtenir votre pardon (sungnômè)” (Sur l’attelage, 12). D’après les partisans d’Alcibiade, le comportement de l’exilé n’a pas été volontaire, mais il lui a été imposé de l’extérieur, il a été en quelque sorte “subi”, au point que, d’après la conclusion extrême qu’en tirent ses adversaires, Alcibiade n’aurait finalement “rien fait de si grave en marchant contre sa patrie (Ἀλϰιβιάδης οὐδὲν δεινὸν εἲϱγασται ἐπὶ τὴν πατϱίδα στϱατεύσας)” (Ps. Lysias, C. Alcibiade, 32).

  • 162 Sur l’intervention d’Alcibiade avant Aigos-Potamoi et la possible trahison du stratège Adeimantos, (...)

55En fait, l’appréciation portée par les Athéniens sur la conduite d’Alcibiade de 415 à 412, déjà déformée dans nos textes par les besoins des procès que dut soutenir le fils d’Alcibiade, et aussi par la passion partisane, fut encore influencée par le comportement de celui qui lutta de nouveau pour sa patrie de 411 à 405. Ceux qui prennent la défense d’Alcibiade estiment en effet que, s’ajoutant au caractère immérité de ses malheurs, les services éminents rendus à Athènes après 411, la tentative de rendre encore service à sa patrie avant Aigos-Potamoi en 405162, tout cela montre la profondeur de son attachement à sa cité, et donc aussi la profondeur de sa déception et de sa rancœur en 415, et justifie son comportement hostile de 415-412. Le fils d’Alcibiade, dans le plaidoyer que lui fait prononcer Isocrate en 396, n’hésite pas, omettant la rupture d’Alcibiade avec les Lacédémoniens, qui obligeait l’exilé à mettre fin à sa politique de collaboration avec Sparte, à déclarer que son père, qu’il représente comme le sauveur de la cité en 410, ne combattait que contre ceux qui l’avaient chassé, et non contre la cité, et qu’il “voulait rentrer dans sa patrie, et non pas la perdre” (Sur l’attelage, 14-21). Il parvient même à établir un parallélisme entre le sort d’Athènes et celui de son père : “Or, quand l’État était prospère, quel citoyen était plus heureux, plus admiré ou plus envié ? Quand l’État fut malheureux, qui se vit privé de plus grands espoirs, de plus de richesses ou d’une plus belle gloire ?” (Sur l’attelage, 40). Cette quasi-symbiose entre Alcibiade et Athènes est poussée si loin que l’anéantissement de la puissance d’Athènes, avec la destruction des Longs-Murs en 404, est parachevé par l’assassinat d’Alcibiade : les Lacédémoniens et Lysandre “pensaient qu’ils ne seraient pas sûrs de notre État en abattant ses murailles, s’ils ne faisaient pas périr aussi celui qui pouvait les relever” (Sur l’attelage, 40).

  • 163 La position louangeuse qui voit en Alcibiade un homme dont le destin est indissociable de celui d’ (...)
  • 164 Plut., Alc., 35-36, insiste sur la persistance des inimitiés personnelles d’un petit nombre à l’ég (...)
  • 165 Ps. Lys., C. Alc., (14). 30 : “ὃς ἔπεισε μὲν Δεϰέλειαν Λαϰεδαιμονίους ἐπιτειχίσαι, ἐπὶ δὲ τὰς νήσο (...)
  • 166 Cf. Seager 1967, 6-18, particulièrement 12-13 sur le Contre Alcibiade du Pseudo-Lysias et l’accusa (...)
  • 167 Lys., C. Alc., (14). 37 : “ὥστ’οὐ χαλεπὸν γνῶναι ὅτι Ἀλϰιβιάδης δυνάμει μὲν οὐδὲν τῶν ἄλλων διέϕεϱ (...)
  • 168 Sur la difficulté à retenir d’Alcibiade une image simple, telle qu’elle puisse facilement être uti (...)
  • 169 Isocrate, dans le Philippe, publié en 346, voulant exhorter le roi de Macédoine à se mettre à la t (...)

56Cette sorte d’héroïsation posthume, forcée certes par un fils en situation difficile163, est rejetée avec vigueur par les adversaires d’Alcibiade, qui, prenant argument de l’échec final du stratège entraîné par l’issue de la bataille de Notion, dans lequel ils décèlent une mauvaise volonté et une négligence foncières, omettent le tort éventuellement subi par Alcibiade lors de sa condamnation et minimisent les services rendus à partir de 411, qui ne peuvent être mis en balance avec le préjudice causé à la cité à partir de l’hiver 415-414164. Dans le Contre Alcibiade (14), le Pseudo-Lysias énumère les actes commis contre sa patrie pendant son exil par Alcibiade, qui, déclare l’orateur à l’adresse des Athéniens, “engagea les Lacédémoniens à fortifier contre nous Décélie, s’embarqua pour aller soulever les îles, apprit à vos ennemis les moyens de faire du mal à la cité, et (…) marcha plus souvent avec eux contre la patrie qu’avec ses concitoyens contre eux !” (30)165 : le conseil de fortifier Décélie (30), l’aide apportée au soulèvement des alliés (30, 35, 36), la marche contre la patrie aux côtés des ennemis (30, 32, 33), tous ces actes réfutent, au nom de la volonté de nuire d’Alcibiade, la comparaison avancée par l’autre camp entre Alcibiade banni marchant, dans son désir de le recouvrer, contre son pays avec l’étranger, et les démocrates chassés qui rentrèrent en 404 dans leur ville occupée par les Lacédémoniens (33-34). L’orateur finit, en déniant au stratège les qualités exceptionnelles qui lui sont généralement attribuées, par lui reconnaître une seule caractéristique, la “scélératesse (ponèria)”166, trait de caractère que Thucydide (8.73.3), dans un jugement passionné, attribuait à un adversaire personnel d’Alcibiade, Hyperbolos, et qu’il rendait responsable de son ostracisme : “Il n’est donc pas difficile de se rendre compte qu’en fait de capacités, Alcibiade n’en a pas eu plus que les autres, et que c’est seulement pour la scélératesse qu’il avait la première place dans sa patrie. Il dévoilait aux Lacédémoniens les points sur lesquels il savait que nos affaires allaient mal ; mais il était incapable de leur causer le moindre dommage, quand il s’agissait de conduire nos armées.” (37)167. Les services rendus ultérieurement à Athènes, parce qu’ils n’amenèrent pas une victoire définitive, ne purent faire oublier aux Athéniens la conduite d’Alcibiade en 415, lorsqu’il passa à Sparte168. Les orateurs du ive siècle, au premier rang desquels Isocrate, qui défendit pourtant la mémoire d’Alcibiade, et Démosthène, font régulièrement l’éloge d’un autre stratège, Conon, qui, parti lui aussi de bien bas, après la défaite d’Aigos-Potamoi qui lui interdisait tout retour dans sa patrie, sut remonter la pente pour le plus grand profit de sa cité169.

  • 170 Le récit de Xénophon dans Les Helléniques ne concerne pas directement les actes d’Alcibiade de 415 (...)
  • 171 Thc. 6.61.2 : “… on crut que c’était pour une affaire montée par [Alcibiade], et non point pour le (...)
  • 172 Thc. 6.74.1 : “Cependant, les troupes athéniennes, rentrées à Catane, se portèrent directement par (...)
  • 173 Ps. Lys., C. Alc., (14). 38 : “Enfin, juges, pour mettre un comble à sa scélératesse, il eut l’aud (...)
  • 174 Sur cette double accusation de trahison – qui est, dans un cas, sans fondement véritable, et, dans (...)

57Les termes qui définissent dans nos différentes sources les actes d’Alcibiade, lorsqu’il donne des indications et des conseils aux Lacédémoniens ou lorsqu’il participe à leurs expéditions en Ionie, sont des termes précis, dépourvus de jugement de valeur, comme “montrer (δηλῶ)”, “enseigner (διδάσϰω - et διδάσϰαλος)”, “révéler (μηνύω - et μηνύτης)”, “marcher contre (στϱατεύω - et στϱατεύομαι)” (Thc. 6. 93.1 ; Isoc., Sur l’attelage, 10 ; Ps. -Lys., C. Alc., 30, 32, 35, 37). Le jugement de valeur, éventuellement, n’intervient que pour l’appréciation globale de ce comportement, lorsque la nature du texte et l’orientation de l’auteur incitent à en porter un. Thucydide, écrivant un récit historique, qui veut être impartial, décrit les actes d’Alcibiade par des termes précis et neutres ; mais il choisit de donner une place de premier plan à tout ce qui concerne Alcibiade, parce que tout cela concerne aussi Athènes, en donnant la parole directement à l’exilé, et à lui seul, lors de la réunion de l’assemblée spartiate devant laquelle s’expriment aussi les ambassadeurs corinthiens et syracusains, dans un discours (6. 89-92) où sont concentrés, avec les griefs d’Alcibiade qui renvoient le lecteur à la manipulation de l’opinion évoquée précédemment par Thucydide (6. 28-29, 53 et 61)170, tous les conseils que le stratège exilé donne aux Lacédémoniens. Il n’utilise des termes de la famille de prodidonai que deux fois à propos du comportement, supposé ou non, d’Alcibiade : la première occurrence concerne une erreur des Athéniens qui, en l’absence d’Alcibiade parti pour la Sicile, les esprits échauffés par la crainte d’un complot antidémocratique et en pleine atmosphère de délation, s’imaginent, devant un mouvement de troupes des Péloponnésiens vers la frontière, que c’est le stratège, accusé d’impiété et soupçonné de vouloir renverser le régime, qui a monté l’affaire pour faire livrer la ville par des gens à lui (Thc. 6.61.2)171 ; la seconde occurrence se rapporte à la première trahison d’Alcibiade, qui est l’équivalent en négatif d’un acte de remise de ville par ruse – donc, une prodosia au sens strict –, lorsque, par suite de l’action du stratège, qui, sachant ce qui l’attendait à Athènes, a révélé aux Messiniens partisans de Syracuse le projet de remise de leur ville par trahison, les Athéniens sont déçus dans leur espérance de s’emparer de Messine (6.74.1)172. Isocrate, dans le plaidoyer qu’il composa pour le fils d’Alcibiade au début du ive siècle, Sur l’attelage, outre le fait que la conduite d’Alcibiade de 415 à 412 n’était théoriquement pas au centre du procès, était tenu par l’objectif même du texte, œuvre de défense, d’atténuer la gravité des actes d’Alcibiade pendant cette période : le jugement de valeur qu’il porte consiste donc à minimiser les fautes, à grandir les succès. Le Pseudo-Lysias, qui compose le Contre Alcibiade (14) à la même époque, utilise, comme Thucydide, les termes de la famille de prodosia très précisément pour qualifier la remise indue à l’ennemi d’un élément de la puissance de la cité : prodidonai est employé une fois, pour qualifier la remise de la flotte athénienne à Lysandre en 405 lors d’Aigos-Potamoi, que l’auteur attribue, avec beaucoup de mauvaise foi, à Alcibiade en exil, autant qu’au stratège Adeimantos (38)173 ; on remarquera qu’un autre terme formé sur didonai, paradidonai, est utilisé pour désigner la remise de la maîtrise maritime aux Lacédémoniens (34)174. L’auteur, dans ce qui est un discours d’accusation, attaque, autant que le fils, le père, dont il énumère les actions accomplies au profit de Sparte avec les termes précis et neutres cités plus haut : le jugement de valeur, négatif, est réservé à l’appréciation de ce comportement, selon laquelle Alcibiade a fait preuve de “méchanceté”, de “scélératesse” (ponèria) envers la cité, et “a commis des fautes (hamartèmata)” envers la cité (29, 35, 37, 38).

  • 175 Sur les portraits d’Alcibiade dans ces deux œuvres, cf. Häusle 1987-1988, 109-121 ; Gribble 1999, (...)

58Ce jugement de valeur se retrouve dans un texte composé peut-être à la même période, le Contre Alcibiade attribué à tort à Andocide (11-12). Alcibiade, opposé à Aristide le Juste, y est traité de ponèros prostatès, car l’augmentation du tribut des alliés voulue par lui ne peut que dresser les alliés contre Athènes : le terme “ ponèros” qualifie aussi ici un homme dont le comportement nuit aux intérêts vitaux de la cité – d’autant que, d’après l’auteur, cette augmentation aurait profité personnellement à Alcibiade, qui, déjà, faisait passer ses intérêts propres avant ceux de la cité175. On remarquera que Thucydide plaçait dans la bouche d’Alcibiade parlant en 415 à Sparte de ses adversaires, responsables de son exil, des termes de la famille de ponèros (6.89, 5 et 92, 3) : la fureur de se voir injustement évincé par des gens issus d’un milieu social inférieur explique le recours, par un Athénien issu de l’aristocratie, à des termes à valeur d’abord morale, auxquels s’attache ensuite, avec une forte charge émotionnelle, une connotation politique. Mais, pour certains Athéniens du début du ive siècle, le ponèros est Alcibiade, lui dont le passage à l’ennemi a été à l’origine des malheurs de la cité.

  • 176 Sur l’article de la loi d’eisangélie, repris par des lexicographes tardifs du Traité des Lois de T (...)

59Cet examen rapide de vocabulaire, tant chez le Pseudo-Lysias que chez Isocrate ou Thucydide, confirme que, prodidonai signifiant “livrer”, “remettre”, au sens de remettre une personne ou une chose, partie intégrante de sa propre communauté, à un tiers dont l’autorité n’est pas reconnue sur la personne ou la chose en question, le terme “prodosia” désigne “le fait de livrer, de remettre indûment à un tiers” et, par extension, “le fait d’abandonner à un tiers” – qui est un ennemi : Alcibiade, qui se trouvait à l’extérieur de sa cité, n’a rien pu “livrer” à proprement parler aux Lacédémoniens – même pas la flotte d’Aigos-Potamoi, quoi qu’en dise le Pseudo-Lysias (Contre Alcibiade, 38), et il n’est donc pas accusé de prodosia : sa conduite, d’après l’opinion commune que veulent exprimer certains orateurs au début du ive siècle, est empreinte de ponèria, car il a fait preuve – en tout temps, puisque ses adversaires le qualifient, grâce à la connaissance que procure le recul, de “ponèros” aussi pour sa conduite antérieure à 415 – d’une “scélératesse” qui a été une source de tort, général et profond, pour la cité. Il s’est rendu coupable, en allant chez les ennemis et en marchant à leurs côtés contre sa cité, d’un délit militaire visé par l’une des clauses de la loi d’eisangélie telle qu’elle nous a été transmise par un texte remontant à la seconde moitié du ive siècle, reformulation d’un texte plus ancien : par cette infraction, l’une des plus graves qui puissent être reprochées à un citoyen athénien et qui relevaient logiquement de la procédure visant à réprimer les atteintes à la sûreté de la cité176, il a porté tort à sa cité de manière active en s’efforçant, autant qu’il était en lui, de la mettre au pouvoir de l’ennemi aux côtés duquel il combattait.

  • 177 On remarquera que le Pseudo- Lysias, dans le Contre Alcibiade, ne parle pas d’une trahison d’Alcib (...)
  • 178 Dans la tragédie, les termes de la famille de prodosia sont fréquents, car, dans le conflit qui es (...)

60La notion que nous comprenons en français sous le terme “trahison” déborde largement celle que les Grecs entendaient par le terme “prodosia” qui, juridiquement, désigne, de manière restrictive, la remise de la cité ou d’un élément de la cité à l’ennemi par une personne qui appartient à la cité et qui, logiquement, se trouve à l’intérieur de la cité et détient des informations ou une parcelle d’autorité lui permettant de les faire passer au pouvoir de l’ennemi : or, Alcibiade, depuis sa fuite à l’automne 415 jusqu’à son élection comme stratège en surnombre par les soldats de Samos au printemps 411 (Thc. 8.82.1), s’est toujours trouvé à l’extérieur de la cité et a agi contre Athènes à visage découvert, qu’il s’agisse de donner des conseils pour l’intervention en Sicile177 ou la fortification de Décélie, ou de jouer un rôle actif dans la défection des cités alliées. Que la prodosia soit accomplie de l’intérieur fait nécessairement entrer dans l’acte en question une nuance de dissimulation, et même de ruse ou de fourberie, qui implique, nous l’avons vu dans les textes tragiques, une connotation morale178 : la prodosia est non seulement un acte qui consiste à livrer par ruse une personne ou une chose à l’ennemi, mais aussi, nécessairement, un acte accompli avec dissimulation, ou encore un comportement général qui a pour caractéristique la dissimulation.

  • 179 Plutarque emploie aussi le terme prodidonai dans son sens exact de “remettre indûment, par ruse” : (...)
  • 180 Thc. 6.90-92 ; a contrario, Ps.-Lys., C. Alc., (14). 35, partiellement contredit par 37.

61Plutarque, qui, n’étant ni Athénien ni contemporain d’Alcibiade, est dépourvu de motif de partialité, et qui surtout écrit dans une optique d’histoire morale, ne porte pas de jugement négatif sur Alcibiade, dont il veut magnifier les qualités ou souligner la misère : l’emploi qu’il fait avec insistance de termes de la famille de prodidonai à propos d’ennemis d’Alcibiade, l’Athénien Phrynichos et le Lacédémonien Astyochos, qu’il traite de prodotai et dont ils qualifient les actes de prodosia, “trahison”, dans un cas, palimprodosia, “contre-trahison”, dans l’autre (Alc., 25.7 et 11), lorsque, en 411, ils envoient des messages secrets pour informer l’ennemi de ce qui se passe chez eux, montre qu’il condamne, tout autant que le fait de nuire à l’intérêt de leurs patries respectives, le fait que, agissant en cachette, ils trompent la confiance d’autrui en divulguant ce qui devrait être un secret179. Du comportement de Phrynichos, qui révèle à Astyochos le double jeu d’Alcibiade, on pourrait rapprocher, par un aspect, celui d’Alcibiade à Sparte, lorsqu’il indique aux Lacédémoniens les points faibles des Athéniens : même si Phrynichos agit secrètement et Alcibiade au grand jour, il s’agit dans les deux cas de diffuser un fait dans l’intention de nuire à sa cité ou à son camp – ou tout au moins, dans le cas d’Alcibiade, de mettre tout le poids de ses connaissances dans la balance pour persuader l’interlocuteur de la faiblesse, pourtant bien apparente, de la cité sur certains points180.

  • 181 Ps.-And., C. Alc., (4).21 : “Αἴτιοι δ’ὑμεῖς, οὐ τιμωϱούμενοι τοὺς ὑβϱίζοντας, ϰαὶ τοὺς μὲν λάθϱᾳ ἀ (...)
  • 182 Du jeu ambigu d’Alcibiade en 411 on rapprochera celui qu’il avait mené dans un tout autre contexte (...)
  • 183 Sur Polynice, dont l’histoire est plusieurs fois portée à la scène à Athènes au ve siècle, notamme (...)
  • 184 Sur l’accusation d’“adikia”, qui désigne de manière très générale toute action préjudiciable au pe (...)
  • 185 Dans la reprise de l’imprécation prononcée au début des séances de l’Ekklèsia, placée dans la bouc (...)
  • 186 L’emploi des mots “ponèros” et “kakos”, et des mots de même famille, fréquent dans les tragédies, (...)
  • 187 Sur le procès d’Antiphon, Archeptolemos et Onomaclès, cf. infra p. 000.
  • 188 Les défenseurs de la mémoire d’Alcibiade se groupent autour de son fils lorsque celuici est attaqu (...)

62Mais Alcibiade n’agit pas de l’intérieur, en se cachant, à la différence de ce qu’il avait fait à Messine, où, visant à annuler les effets bénéfiques pour Athènes de la trahison projetée par des Messiniens, il s’était rendu coupable de palimprodosia, de “contre-trahison”, acte qui était, à l’envers, une prodosia au sens strict, et qui, plus largement, était dirigé contre l’intérêt de sa patrie : conformément à ce qui était déjà sa manière de faire à Athènes avant son départ pour la Sicile, il dit bien haut ce qu’il fait, lorsqu’il est à Sparte, pour que les Athéniens en soient informés. Le pseudo-Andocide, dans un texte composé au début du ive siècle mais qui est censé avoir été prononcé avant le départ d’Alcibiade pour la Sicile, regrettait en effet que les Athéniens se soient laissé impressionner par la violence et l’arrogance d’Alcibiade : “Mais les responsables c’est vous, qui ne châtiez pas les auteurs de violences, vous qui êtes sévères à ceux qui font le mal secrètement et pleins d’admiration pour ceux qui se livrent au grand jour à leurs écarts impudents” (§ 21)181. On ne trouve pas, jusqu’en 411 où il joue un jeu ambigu entre les Lacédémoniens, Tissapherne et les Athéniens, de trace de ruse ou de dissimulation dans son comportement182 : comme Alcibiade ne livre rien aux Lacédémoniens par dissimulation, des termes de la famille de prodosia ne sont pas employés pour qualifier son comportement à Sparte. Incontestablement, sa démarche présente des analogies avec celle de Polynice, dans le mythe, qui marche ouvertement contre sa ville183. Alcibiade, à nos yeux, est assurément coupable de trahison, pour avoir marché contre sa patrie, avec une violence que condamne unanimement la mentalité commune, et pour avoir sciemment, dans un esprit de revanche, nui aux intérêts de la cité qui était sa patrie ; mais, si l’on excepte le cas de la remise de Messine par les partisans d’Athènes, qu’il empêcha, le délit de prodosia au sens strict ne pouvait pas lui être imputé avec une certitude absolue, puisqu’il n’avait rien livré de l’intérieur ni rien révélé par ruse ou en profitant de son autorité. En revanche, il était coupable d’avoir marché aux côtés de l’ennemi, crime visé par la loi d’eisangélie comme atteinte à la cité, telle qu’elle fut formulée, ou reformulée, sans doute peu après. Ses adversaires, dans un procès en forme, auraient pu l’accuser, de manière un peu vague, d’“adikia”, c’est-à-dire d’“avoir porté tort” au peuple d’Athènes184 en luttant contre la cité à laquelle il appartenait et sur laquelle il s’était acharné, en dépit des liens qui l’unissaient à elle185 ; ils l’accusaient plutôt, dans le registre émotionnel, car l’affaire évoquée appartenait alors au passé et l’on n’y pouvait plus rien changer, de “scélératesse” – ponèria –, terme très général désignant la totalité de la personne186, qui montre bien que toute prise de position devenait passionnelle dès qu’il s’agissait d’Alcibiade. On remarquera encore que les oligarques Antiphon, Archeptolemos et Onomaclès, accusés, après la chute de l’oligarchie, en 410, d’avoir navigué sur un navire ennemi et de s’être rendus à Décélie, tenue par l’ennemi, sont jugés conformément à la “loi sur les traîtres (nomos peri tôn prodotôn)”187 : l’entente secrète avec l’ennemi qui est soupçonnée dans leur cas se rapproche certes plus de la dissimulation typique de la prodosia que la manière de faire d’Alcibiade, mais eux aussi étaient passés de manière ouverte du côté de l’ennemi, fait visé par l’une des rubriques de la loi d’eisangélie. Il est vraisemblable qu’un procès véritable, en présence de l’accusé, pour les faits accomplis de l’hiver 415/414 jusqu’en 411, aurait mené à une qualification des faits plus précise que ne pouvait le faire l’évocation passionnée, après sa mort, du comportement inouï d’Alcibiade, qui conservait des partisans soucieux de défendre sa mémoire188.

Le poids réel de la trahison d’Alcibiade

  • 189 Sur les mesures prises par la cité à l’égard d’Alcibiade lors de son retour en 407, telles que la (...)

63Il est possible que l’indécision des auteurs, et particulièrement des adversaires d’Alcibiade, à propos du terme qui qualifierait de manière adéquate le comportement d’un personnage que la cité avait réintégré dans ses droits, effaçant elle-même l’accusation d’impiété qui avait entraîné le passage à l’ennemi189 d’un Athénien qui remporta ensuite des victoires pour sa patrie et mourut parce qu’il représentait un danger aux yeux des ennemis de celle-ci, provient aussi, autant que du caractère public de sa conduite, de l’incertitude sur les conséquences réelles de celle-ci : en effet, s’il y a bien eu chez Alcibiade, de 415 à 412, volonté manifeste et soutenue de nuire à sa patrie, qui mérite pour nous l’appellation de “trahison”, il n’en demeure pas moins que, si l’on excepte la révélation faite aux ennemis d’Athènes à Messine, acte de “prodosia” au sens strict, et l’intervention militaire active en Ionie, particulièrement à Chios et devant Milet, où il se battit aux côtés des Milésiens et des Perses contre les Athéniens, au printemps 412 (Thc. 8.25.2 et 26.3), et dont la conséquence directement préjudiciable pour les Athéniens est certaine, les informations et les conseils qu’il a donnés aux Lacédémoniens n’ont pas présenté de caractère vraiment nouveau pour eux. Ils ont sans doute été l’élément décisif poussant à passer à l’acte, jouant en fait le rôle d’aiguillon, de stimulant, dans une lutte où les mêmes décisions auraient sans doute été prises sans lui, mais plus tard et avec moins d’ardeur – et auraient peut-être, du coup, été couronnées d’un moindre succès. Alcibiade, d’après l’impression que nous retirons à la lecture de Thucydide, a fait en sorte que les Lacédémoniens ont cru, après des années de luttes vaines, que la victoire était enfin possible, et qu’ils ont agi avec la détermination et l’énergie qui avaient plutôt jusqu’alors été l’apanage des Athéniens : là se trouve sans doute vraiment la trahison d’Alcibiade, d’avoir permis à la pesanteur spartiate de se muer en rapidité et en efficacité. En effet, lorsqu’Alcibiade parvient à Sparte, à la fin de l’automne 415, il y trouve, arrivés avant lui, des ambassadeurs corinthiens et syracusains venus solliciter l’intervention de Sparte contre Athènes en Sicile (Thc. 6.88.7-10) : si sa qualité d’instigateur de l’expédition et sa fonction de stratège donnaient à ses conseils une autorité incontestable, il n’a donc été, en aucun cas, le seul, ou le premier, à recommander aux Spartiates d’intervenir en Sicile. Quant aux autres éléments, liés les uns aux autres, sur lesquels insista Alcibiade, à savoir les difficultés que procureraient à Athènes l’installation à demeure des Lacédémoniens dans un point de l’Attique et la défection provoquée des alliés, autant que Périclès, qui, dans un discours à l’Ekklèsia, les avait évoqués pour les écarter (Thc. 1.142.2-4), les Corinthiens, peuple de marins eux aussi, et qui avaient joué un rôle majeur dans le déclenchement du conflit, les avaient pointés du doigt dès 432 (Thc. 1.122.1) ; les Lacédémoniens eux-mêmes, au printemps 421, avaient déclaré à leurs alliés envisager de fortifier une base en Attique, afin de rendre les Athéniens plus accommodants dans la négociation de la paix (Thc. 5.17.2) : on pouvait donc logiquement s’attendre à ce que Sparte ne laisse pas échapper l’occasion qui allait se présenter, à l’annonce du désastre sicilien, de détacher d’Athènes les cités grecques d’Asie. Les Lacédémoniens ne pouvaient que donner la préférence, parmi leurs conseillers, à des alliés puissants, qui se montraient clairvoyants, énergiques et tenaces, plutôt qu’à un ancien ennemi, qui avait fait preuve d’une particulière hostilité à leur égard et qui se présentait dans la situation peu flatteuse d’un exilé, plein de rancœur envers sa patrie (Thc. 6. 92.2).

  • 190 Le “secret (τἀπόϱϱητα)” est par définition ce que l’on garde pour ses proches ou ses concitoyens, (...)
  • 191 Sur le crédit d’Alcibiade auprès des Lacédémoniens et l’influence qu’il put avoir dans la conduite (...)
  • 192 Sur la persistance de l’intérêt au ive siècle pour le personnage d’Alcibiade, qui devient une figu (...)

64Ainsi, plutôt que d’avoir “révélé” ce qui n’était pas un secret190 – à l’exception du grand projet de conquête de l’Italie et de Carthage, chimère caressée par un petit cercle d’impérialistes athéniens, au premier rang desquels se trouvait Alcibiade lui-même, et dont la connaissance n’apportait rien à Sparte (6.90.2-4) –, Alcibiade, selon les termes de Thucydide, “stimula l’ardeur des Lacédémoniens et leur énergie” : ceux-ci, lents à leur habitude, furent décidés par la conjonction des demandes corinthienne et syracusaine avec les conseils et les exhortations d’Alcibiade (6.88.10). Une fois la décision prise, il est difficile, pour la mise en œuvre des opérations, d’apprécier l’exacte influence d’Alcibiade : Thucydide souligne, pour l’hiver 414-413, l’énergie des Corinthiens et des Syracusains et celle d’Alcibiade, poussant tous à l’action, à la fois en Sicile et en Attique, des Lacédémoniens eux-mêmes alors très déterminés et pleins d’espoir devant les difficultés de leur adversaire (7.18). Mais le choix fait par l’historien de privilégier, parmi les discours prononcés devant l’assemblée de Sparte, le fulgurant discours qu’aurait tenu Alcibiade dès son arrivée, dans lequel il a condensé justifications et conseils qui n’ont peut-être pas été mis tous en avant en même temps, ne permet pas de savoir si le délai mis à fortifier Décélie, opération préparée dans l’hiver et exécutée seulement au printemps 413, après l’envoi en Sicile de troupes commandées par le Spartiate Gylippe, est dû à un reste de méfiance à l’égard d’Alcibiade, à la circonspection ordinaire des Lacédémoniens, qui attendirent jusqu’à l’été 414 une violation manifeste de la paix par les Athéniens (Thc. 6.105), au fait que cette intervention, que les Corinthiens recommandaient dans l’absolu, fut conseillée dans un second temps seulement par Alcibiade à cet endroit précis plutôt qu’ailleurs en Attique, ou encore aux difficultés pratiques présentées par un ouvrage de ce genre191. Si le stratège exilé a bien, dans sa rancœur, trahi au sens où nous l’entendons, dans la mesure où il a, de toutes ses forces, aidé l’ennemi en guerre contre sa patrie, les effets de sa trahison doivent donc, dans leur portée, être relativisés : le nom qu’Alcibiade avait su se faire jusqu’au-dehors de l’Attique, ses origines prestigieuses, sa haute fonction, tout cela explique l’énorme retentissement de son passage à l’ennemi, effectué alors même qu’il dirigeait une expédition qu’il avait absolument voulue. Les adversaires d’Alcibiade marquent bien cette ambiguïté, dans les premières décennies du ive siècle où le souvenir des luttes civiles demeure vivace, lorsqu’ils affirment qu’Alcibiade, n’ayant que la volonté de faire du mal, a “révélé” des secrets connus de tous, et, en même temps, qu’il a été capable de nuire à sa cité pendant son exil, mais incapable de lui rendre service après son retour (Ps.-Lys., Contre Alcibiade, 35-37)192 : l’interprétation des événements de 415-412 est nécessairement influencée par celle des derniers événements de la guerre, qui ont vu, après l’espoir suscité par de grandes victoires jusqu’en 407, une immense déception née de l’échec relatif de 406 (Plut., Alc., 35.3-5), suivi de près par un bouleversement du personnel militaire des deux côtés, avec l’arrivée et le maintien de Lysandre et la disparition des stratèges des Arginuses. Alors que les contingents péloponnésiens sont dirigés par un homme de génie qui a su s’allier efficacement aux Perses, les Athéniens, dans l’ambivalence de leurs sentiments à l’égard d’Alcibiade, en viennent plus tard à lui reprocher à demi-mots de s’être effectivement retiré, alors même qu’ils ne lui avaient plus confié de commandement, et de les avoir privés de ses compétences au moment crucial (Ps.-Lys., Contre Alcibiade, 38).

Le cas du laconophile Xénophon

65Nous mentionnons seulement ici, car il se trouve à la limite chronologique de notre étude ou même peut-être l’excède, le cas de Xénophon, citoyen athénien parti combattre, de 401 à 399, avec des mercenaires grecs aux côtés de Cyrus le Jeune, prince perse qui, dans les dernières années de la guerre du Péloponnèse, avait soutenu de manière indéfectible Sparte, et particulièrement Lysandre, l’auteur de la chute d’Athènes. Xénophon, à l’issue de l’expédition des Dix Mille qu’il devait relater dans l’Anabase, n’était pas rentré à Athènes, mais, en homme de guerre qu’il était, avait continué à combattre, cette fois-ci directement contre Athènes, dans les rangs de l’armée que commandait le roi de Sparte Agésilas.

  • 193 Nous conaissons l’exil de Xénophon par les allusions, vagues malheureusement, qu’il y fait lui-mêm (...)
  • 194 L’exil de Xénophon semble bien avoir été révoqué par décret, sans doute dans la période qui vit le (...)
  • 195 Sur le procès engagé contre Xénophon, le motif et la date de sa condamnation, cf. principalement R (...)
  • 196 Sur les raisons qui militent en faveur d’une action en eisangélie pour marche et séjour aux côtés (...)
  • 197 Sur la laconophilie, et l’agacement ou l’incompréhension qu’elle pouvait susciter à Athènes, et, d (...)
  • 198 Le cas de Xénophon n’est pas traité au Chapitre III, car il n’y a aucune preuve d’une quelconque t (...)
  • 199 Cf. Dreher 2004, 61-62.
  • 200 Cf. Tuplin 1987, 59-68.
  • 201 Xénophon retrace dans les Helléniques, 4.3.15-23, la bataille de Coronée de manière très détaillée (...)
  • 202 Cf. supra p. 000.
  • 203 Sur les problèmes soulevés par l’identification de l’accusateur, qui ne peut être le célèbre Eubul (...)
  • 204 La sympathie hautement proclamée de Xénophon pour Sparte explique que nous en fassions mention dan (...)

66Xénophon, dès les premières années du ive siècle, était condamné à vivre en exil193 ; nous ne pouvons dire avec certitude s’il rentra, et quand, à Athènes194. Nous ignorons quel fut exactement le type d’action judiciaire engagé à son encontre, et surtout quels furent, liés l’un à l’autre, le motif exact et la date de sa condamnation, qu’il ne nous indique pas195. C’est durant son absence d’Athènes que Xénophon fut l’objet d’une accusation : il fut vraisemblablement accusé dans le cadre d’une procédure d’eisangélie pour avoir séjourné et marché aux côtés de l’ennemi et, condamné très certainement à mort, il se trouva contraint, ne pouvant prendre le risque de retourner dans sa patrie, de vivre en exil196. La seule sympathie pour Sparte, même poussée très loin de la part d’un Athénien qui professait la plus vive admiration pour un souverain lacédémonien, ne pouvait être reprochée comme un délit susceptible d’entraîner l’exil, car il n’existait pas à Athènes de délit de “laconisme”197 ; quant au grief que les Athéniens auraient pu être tentés de formuler à l’encontre de Xénophon à propos de sa participation à l’expédition de Cyrus, à l’issue de l’aventure en 399, au moment où était mis en accusation Socrate, qu’avaient fréquenté Xénophon et ses amis de la jeunesse dorée athénienne, cavaliers suspects de sympathie pour les Trente198, il pouvait difficilement être mis en avant dans une accusation publique à un moment où Athènes, encore très affaiblie, était l’alliée de Sparte, la nouvelle cité hégémonique au lendemain de sa victoire dans la guerre du Péloponnèse199. Une accusation pour marche aux côtés de l’ennemi apparaît en revanche beaucoup plus plausible quelques années plus tard, lorsqu’avec l’aide de la Perse s’est nouée une coalition en Grèce et qu’Athènes, qui s’est alliée à Thèbes dans l’été 395 contre Sparte, ne craint plus de mettre en œuvre ouvertement une politique antispartiate : la mise en accusation de Xénophon, un Athénien qui apparaît alors comme un capitaine expérimenté, intime d’un roi spartiate, revêt, peut-être dès avant la bataille de Coronée, pour sa participation aux campagnes d’Agésilas en Asie200, ou après la bataille de Coronée dans l’été 394, à laquelle il participa peut-être du côté lacédémonien contre sa patrie201, une signification politique beaucoup plus nette. L’accusation put être motivée, si elle eut lieu après Coronée, par la situation même de Xénophon dans les lignes ennemies, ou encore, moins probablement, si elle fut intentée plus tard, par l’installation de Xénophon chez l’ennemi, à Sparte même ou sur une terre concédée par l’ennemi, à Scillonte en Élide : à l’occasion de l’un ou l’autre de ces deux types de situation, concernés explicitement par la loi d’eisangélie202, l’accusateur, resté pour nous inconnu203, rappela sans doute aussi la participation de Xénophon à l’expédition de Cyrus, notoire ennemi d’Athènes, ou encore les sentiments de sympathie, typiquement aristocratiques, que l’accusé avait dû éprouver pour Sparte au temps de l’oligarchie des Trente204.

  • 205 Le goût de l’aventure, qui pousse Xénophon à se rendre en Asie auprès de Cyrus, apparaît bien dans (...)
  • 206 On mettra en avant le fait que Xénophon ait envoyé ses deux fils combattre comme cavaliers à Manti (...)

67La situation de Xénophon du côté spartiate n’était pas sans présenter des analogies avec celle d’Alcibiade quelque vingt ans plus tôt. Dans les deux cas, un Athénien, homme de guerre de valeur, combattait avec Sparte contre sa patrie, ou séjournait à Sparte, où il bénéficiait d’une certaine faveur. Mais Alcibiade était un stratège, chargé officiellement d’une expédition en cours, lorsqu’il était passé à l’ennemi, pour préserver sa vie, certes, mais aussi dans l’intention de nuire le plus possible à sa patrie pour tirer d’elle une vengeance ; Xénophon en revanche n’était qu’un particulier, passé du côté de Sparte, peut-être sans mesurer la portée de sa décision, d’abord par goût de l’aventure205, auquel s’était ajoutée, avec la sympathie des aristocrates athéniens pour la manière d’être spartiate, l’admiration personnelle pour Agésilas dont il partageait l’intimité. D’une certaine manière, c’est insensiblement, une bonne raison succédant ou s’ajoutant à une autre, que Xénophon se trouva dans les faits vivre dans un exil qui se prolongeait naturellement de lui-même, jusqu’au jour où, sa situation dans le camp ennemi étant devenue trop visible, sa cité décida pour lui, à un moment qui pour elle était propice, en le frappant pour complicité avec l’ennemi d’une peine de mort qui, du fait de son absence, fut transformée en une peine d’exil définitif et, cette fois-ci, imposé. Lorsque la condamnation l’atteignit, il vivait déjà de sa propre volonté en exil depuis de nombreuses années, s’étant en quelque sorte, par choix, retranché progressivement de lui-même d’une communauté à laquelle il restait sans doute attaché sentimentalement206, mais loin de laquelle sa prédilection pour une autre communauté l’avait éloigné. Sa carrière, fidèle à quelques orientations essentielles, et fluide malgré l’aventure des premières années, ne connut pas les retournements spectaculaires d’Alcibiade et n’alimenta pas les controverses : dépourvu à l’égard de sa patrie d’origine d’une hostilité qui aurait pu le pousser à lui vouloir du mal, mais en même temps suffisamment détaché d’elle pour mener sa propre vie ailleurs, il s’était laissé porter en tant que particulier, par son propre choix et par les circonstances, vers la cité qui correspondait le mieux à ses goûts profonds et qui se trouvait être alors l’ennemie de sa patrie. Briller à Athènes était vital pour Alcibiade, d’où la violence de sa réaction quand il se vit condamné dans les faits à l’exil : la blessure de Xénophon fut plus superficielle car son intérêt l’avait porté depuis longtemps sur d’autres chemins. Sa trahison n’eut pas de répercussion réelle sur sa patrie, malgré sa position d’intime d’Agésilas, car il ne disposait pas d’information à livrer sur sa cité : il était surtout représentatif d’un courant de l’aristocratie athénienne qui, séduit par le caractère militaire du régime lacédémonien, se laissait éblouir par le “mirage” spartiate. Sa laconophilie déboucha sur une action concrète au service de Sparte ; mais sa renommée vint non pas d’un comportement qui aurait pu passer presque inaperçu, mais bien d’une abondante œuvre historique rédigée pour partie à la gloire de Sparte.

S’entendre contre la patrie avec l’ennemi

68Cette seconde partie étudie les situations dans lesquelles les Athéniens considéraient que certains de leurs concitoyens, depuis l’intérieur de la cité, s’étaient secrètement entendus avec l’ennemi, que cette intelligence ait été préméditée et active, ou qu’elle n’ait été que latitude d’agir laissée à l’ennemi, abandon de la cité en danger, en fait trahison au sens large. Conclue par un citoyen resté dans sa cité, au milieu des siens dont il partage en apparence les préoccupations, ou par un citoyen qui se trouve à l’extérieur de sa cité, chargé par les siens d’une mission officielle, l’entente secrète avec l’étranger se fixe pour objectif de remettre à l’ennemi – prodidonai – une parcelle du territoire, le territoire tout entier, un élément de la puissance de la cité tel qu’il assure à l’ennemi un avantage dans le conflit en cours, ou le pouvoir sur la cité, de manière à mettre fin à l’indépendance de celle-ci. La dimension chronologique, qu’il faut nécessairement introduire pour l’éclairage du contexte et des mobiles, fait apparaître une césure entre les cas des premières décennies du ve siècle, marqués par le grand affrontement avec l’empire perse, où subsiste la tradition archaïque des rivalités aristocratiques, et la période suivante, où un profond sentiment de communion est né des épreuves courues ensemble et de la fierté causée par la victoire et par l’hégémonie sur les alliés : elle impose de traiter comme un ensemble tous les éléments, qu’il s’agisse de simples soupçons, de ce qui est présenté comme des certitudes ou de ce qui prend encore la forme d’accusations, sans que nous puissions pour autant les tenir pour des trahisons avérées, qui relèvent du phénomène du médisme athénien - qui doit lui-même être replacé dans le cadre général du médisme grec. Un cas particulier est présenté, dans l’étude du médisme, par l’association médisme et tyrannie, depuis l’asile trouvé par Hippias dans l’empire perse en 510. En dehors des cas qui se rattachent au médisme ou à la hantise du médisme, nous étudierons les différentes situations de prodosia dans des cadres généraux, consacrés à la sympathie pour l’ennemi, à la livraison d’éléments de la cité à l’ennemi, à l’abandon au profit de l’ennemi et enfin aux accusations, à caractère très général, de tort porté au dèmos.

Médisme et trahison

  • 207 Sur le médisme grec, et en général les relations entre Grecs et Perses au ve siècle, voir principa (...)
  • 208 Sur la formation de termes dérivés de noms de peuples, comme mèdizein, mais aussi lakônizein ou at (...)
  • 209 La trahison, par intérêt ou ambition, de certains chefs grecs au profit des Perses est fréquemment (...)
  • 210 Cf. Picard 1980, 97-111.
  • 211 Cf. supra, p. 000.

69Le médisme est un phénomène général, qui, dès avant 490 et encore dans la décennie 470, au lendemain de la seconde guerre médique, touche l’ensemble du monde grec207. Le médisme (mèdismos), avec tous les termes de même famille – “médiser”, [être un] “médisant”, de mèdizein208 –, désigne, particulièrement chez Hérodote, notre première source sur cette période, le comportement des Grecs qui choisirent d’adopter durant ces années une attitude favorable aux Mèdes, peuple iranien parent du peuple perse, et en fait favorable à l’epire perse, de nature à nuire à la liberté d’autres Grecs209 : le médisme, qui toucha des individus, des cités ou des peuples, revêtit des formes variées et atteignit des degrés divers dans la profondeur de la collaboration avec les Perses, de la soumission imposée par la défaite au ralliement choisi et actif, en passant par l’absence de résistance, dans une lutte présentée d’emblée comme perdue d’avance210. L’adhésion volontaire, lorsqu’elle se traduisait par l’appel à la Perse, ne voulait pas dire que le médisant éprouvait de l’admiration pour la monarchie perse et qu’il souhaitait se soumettre à ce régime politique, inconnu dans le monde grec, mais qu’il attendait de ce grand empire, à la proximité ressentie par tous depuis l’échec de la révolte ionienne, l’aide que peut apporter, dans la lutte pour le pouvoir dans la cité, une puissance extérieure supérieure. Un tel appel se situait dans la tradition aristocratique archaïque, dans laquelle la faction vaincue ou menacée n’hésitait pas à solliciter une intervention étrangère dont le poids pouvait être décisif dans la prise de pouvoir211. C’est ainsi que les Aleuades, membres d’une grande famille thessalienne, encouragèrent, pour satisfaire leur ambition personnelle, Xerxès à intervenir en Grèce avant la seconde guerre médique (Hdt. 7.6.130 et 172).

  • 212 Cf supra, p. 000.
  • 213 Cf. supra p. 000.
  • 214 Cf., pour le culte, Chapitre I p. 000.

70Dans le cas précis d’Athènes, les relations, complexes, avec la Perse, remontaient à la fin du vie siècle. Nous avons vu plus haut que les Athéniens avaient spontanément, sans doute à l’initiative de Clisthène, lui qui avait chassé le tyran, recherché en 507/6 l’alliance de l’empire perse, comme ils l’auraient fait d’une quelconque puissance extérieure, pour remédier à leur isolement face à Sparte et à ses alliées212, alors même qu’Hippias avait d’abord tenté de se rétablir à Athènes en se faisant aider par Sparte, et ne se tourna qu’ensuite, en l’absence de tout soutien grec efficace, vers les Perses sur le territoire desquels il avait trouvé refuge en Troade : les Athéniens, certes, avaient renoncé auparavant à conclure une alliance avec la Perse, qui aurait été inégale et aurait entraîné leur soumission effective, mais c’est seulement lorsqu’Artaphrénès, gouverneur de Sardes, leur enjoignit de replacer Hippias à la tête de leur cité (Hdt. 5.96), en 500, que les Athéniens sentirent la menace qui les concernait directement, en établissant un lien entre la tyrannie, le régime qu’ils avaient subi sous Hippias, et le roi de Perse, qui voulait la leur imposer de nouveau. La révolte de l’Ionie, à laquelle Athènes apporta sa contribution, et sa dure répression par les Perses accrurent chez les Athéniens, malgré la peur, le sentiment d’hostilité à la Perse, qui se manifesta en 493, lors de la représentation de la pièce de Phrynichos, la Prise de Milet, et encore quelques années plus tard, par le refus de la cité d’accorder “la terre et l’eau” aux envoyés de Darius (Hdt. 7.133). Le soutien apporté par le Grand Roi, lors de la première guerre médique de 490, aux revendications d’Hippias, membre intéressé et actif de l’expédition (Hdt. 6.102-107)213, interdit dès lors à la cité tout accommodement officiel : la victoire de Marathon, immédiatement célébrée, agrandit le fossé en empêchant toute attitude conciliante. Le lien entre la tyrannie et la Perse est encore marqué lors du second conflit, après la mort d’Hippias, puisque des descendants à lui, des “Pisistratides”, dit Hérodote sans préciser davantage (8.52), assumant à leur tour la revendication paternelle, quittent la Perse où ils se sont installés pour suivre Xerxès et, le moment venu, offrent un sacrifice sur l’Acropole d’Athènes prise par les Perses214.

71Les circonstances, plus qu’une affinité politique, ont donc conduit Hippias en Perse – et il ne fut pas la seule personnalité à trouver refuge en Perse, si l’on pense au roi de Sparte Démarate qui, déposé par sa cité à la suite de rivalités personnelles avec son collègue Cléomène, vint vivre, en 491, à la cour de Darius (Hdt. 6.70) : ce n’est que dans un second temps que les Athéniens sont amenés à établir une relation d’analogie, sur laquelle ils fondent leur propagande, entre les deux types de régime, la tyrannie grecque et la monarchie absolue perse, dans laquelle seul le souverain est libre, tous les autres étant esclaves. Pour eux, désormais, “Perse” signifie “tyrannie”, imposition à la cité d’un régime qu’elle honnit : l’Athénien qui serait suspecté de “médiser” aurait, pense-t-on, l’intention, en soutenant les Perses, d’aider à imposer à sa cité un régime tyrannique sous contrôle perse ; il serait coupable de vouloir soumettre sa cité, dans son désir de prendre le pouvoir, à un gouvernement autoritaire et illégal, mais aussi de la placer dans un état de sujétion qui lui ferait perdre la pleine indépendance qui est la marque de la cité grecque.

72La période des deux guerres, au cours desquelles l’Attique est deux fois envahie, est marquée par le soupçon, par la hantise, permanente chez les Athéniens, que certains d’entre eux, comme cela se produit dans d’autres cités en Grèce, soient tentés de collaborer avec les Perses, par ambition, par cupidité ou par faiblesse ; au-delà même de la seconde guerre médique, la suspicion perdure, menant parfois à des accusations en forme. Mais la victoire grecque, surtout, consolida le régime clisthénien et l’identité athénienne.

Crainte et soupçons à propos d’une entente avec les Perses : des guerres médiques à la guerre du Péloponnèse

Le “bouclier de Marathon” : les Alcméonides dans la première guerre médique

  • 215 Cf. Meier [1980] 1995, 83-84.
  • 216 Sur le rôle de Miltiade à Athènes avant et pendant Marathon, cf. notamment Pericola 2008, 50-53.
  • 217 La crainte de toute ville assiégée, que nous connaissons surtout pour la première moitié du ive si (...)
  • 218 On rappellera que Pisistrate, lors de sa troisième prise de pouvoir, qu’il effectua avec ses fils (...)
  • 219 Sur la bataille de Marathon et les objectifs perses, cf. récemment Doenges 1998, 1-17.

73Dans son récit de la première guerre médique, Hérodote rapporte un acte de trahison qui aurait été commis du côté athénien (6.115 et 121-124) : après la bataille de Marathon, les Perses qui étaient remontés sur leurs navires pour contourner le cap Sounion dans l’espoir de surprendre Athènes encore vide de ses défenseurs auraient agi sur le conseil d’Athéniens qui, pour les guider dans cette manœuvre, recoururent à des signaux faits avec des boucliers, depuis un point élevé du Pentélique. Hérodote accepte la tradition selon laquelle il y eut, après Marathon, une manœuvre (mèchanè) (6.115), consistant en signaux faits avec un bouclier, dans l’intention de livrer (prodidonai) (6.124) la ville aux Perses et à Hippias, qui les accompagnait ; mais il refuse d’accorder créance aux soupçons, répandus à Athènes, selon lesquels des Alcméonides auraient été les auteurs de ces signaux. Que des Athéniens aient été d’intelligence avec les Perses n’est pas niable selon lui (6.115 et 121), et l’on sait en effet que depuis 500 et l’injonction faite aux Athéniens par Artaphrénès de reprendre leur ancien tyran, la cité s’était trouvée divisée sur l’attitude à adopter face aux Perses, franche opposition, que renforça ensuite le retour de Miltiade, avec l’aide apportée aux Ioniens révoltés, ou discrétion et même attitude conciliante, avec l’élection à l’archontat d’un parent d’Hippias ou l’amende infligée au dramaturge Phrynichos pour avoir porté sur la scène la chute de Milet : Hippias en effet avait conservé des sympathisants sur place, dont le chef était son parent Hipparchos, fils de Charmos, archonte en 496, qui devait être ostracisé en 487 (Ath. Pol., 22.4-6) et être plus tard accusé de prodosia. Au-delà même du cercle des proches de l’ancien tyran, l’intelligence avec les Perses, depuis l’appel pour intervention adressé à une puissance lointaine jusqu’à l’entente avec un ennemi aux portes du territoire, pouvait, dans les luttes d’influence que les aristocrates athéniens continuaient de se livrer dans une cité sous régime isonomique, constituer un atout pour certains, auxquels elle apportait un poids militaire apparemment décisif, assorti, semblait-il, de l’avantage d’une tutelle éloignée : en 490 encore, moins de vingt ans après les réformes de Clisthène, le temps manquait pour que tous les citoyens athéniens soient prêts, particulièrement dans les familles aristocratiques, à renoncer à leur mode de vie antérieur pour se couler dans les formes de lien social, senties encore comme étrangères, qu’avait créées le réformateur215. L’un des arguments de Miltiade pour décider le polémarque Callimachos à engager la bataille de Marathon est précisément le risque que ferait courir cet attentisme à la cohésion de la cité : la discorde pourrait bien survenir entre Athéniens, dont certains n’hésiteraient plus à passer ouvertement du côté des Perses (Hdt. 6.109)216. Ce qui venait de se passer à Érétrie, où la division des citoyens face aux Perses avait entraîné la remise de la ville aux assiégeants par des Érétriens qui attendaient des avantages personnels, montrait bien la réalité du péril (Hdt. 6.100-101)217. Cette crainte exprimée par Miltiade montre qu’Hippias, en guidant les Perses, espérait, dès lors qu’il se montrerait en Attique en position de force, amener à passer de son côté des sympathisants athéniens qui se taisaient par peur de leurs compatriotes : ainsi, l’ancien tyran marchant avec l’ennemi pouvait, si les autorités de la cité ne prenaient pas les devants en lançant l’armée dans la bataille, obtenir le soutien de citoyens athéniens médisants qui, opérant de l’intérieur, ou du champ de bataille même de Marathon218 en vue de remettre leur cité à l’ennemi, se rendraient alors coupables d’une authentique prodosia. L’objectif des Perses, en prenant Hippias avec eux, était en effet d’abord politique : ils espéraient, grâce à sa connaissance de la cité et aux appuis qu’il avait pu y conserver, mettre facilement la main sur Athènes et dominer la cité en l’y installant comme tyran ; leurs forces devaient d’abord être dissuasives et n’entrer en jeu que si les ralliements attendus ne se produisaient pas219.

  • 220 Thomas 1989, analyse, 247-251, les diverses traditions orales qu’a pu recueillir Hérodote sur la c (...)
  • 221 Sur les rapports véritables de Mégaclès, puis de Clisthène, avec les tyrans, mariage manqué de la (...)
  • 222 Sur la remise en cause du comportement de Clisthène face à la tyrannie, cf. Lavelle 1993, 101-106  (...)
  • 223 Sur l’archontat de Clisthène, connu par un fragment de la liste des archontes athéniens, et sur l’ (...)
  • 224 Sur la question de l’alliance perse, cf. supra p. 000. Plus généralement, sur la politique de la c (...)
  • 225 Sur l’affaire du bouclier de Marathon, les doutes sur l’existence même d’un signal, et l’accusatio (...)
  • 226 Cf. Lavelle 1993, 102.

74Le risque d’une connivence d’Athéniens avec les Perses était bien réel ; mais, pour ce qui est d’une connivence quelconque des Alcméonides avec les Perses, Hérodote réfute avec vigueur cette idée, qui est, selon lui, en contradiction totale avec le passé de cette famille (6.123) : il affirme hautement, au terme de son enquête220, que les Alcméonides détestaient les tyrans, qu’ils vécurent en exil sous la tyrannie et qu’ils furent, plutôt qu’Harmodios et Aristogiton, qui ne firent que tuer Hipparque, les véritables responsables de la chute d’Hippias en 510, grâce à leurs manœuvres auprès de la Pythie qui poussèrent les Lacédémoniens à intervenir. Or, nous savons que l’exil des Alcméonides ne fut en fait que temporaire, puisque Clisthène exerça l’archontat après la mort de Pisistrate, au début de la tyrannie d’Hippias, en 525/4, et que sa période d’exil n’est assurée qu’au lendemain de la mort d’Hipparque, lorsque le chef des Alcméonides, ayant obtenu l’adjudication des travaux de reconstruction du temple d’Apollon à Delphes, soudoya la Pythie en vue de convaincre les Lacédémoniens de la nécessité d’une intervention à Athènes. Dans la réalité, cette grande famille aristocratique avait bien su s’accommoder du pouvoir en place, dans la mesure où celui-ci, reconnu comme modéré jusqu’à l’assassinat d’Hipparque en 514, avait pris soin de ménager les intérêts des éventuels opposants : Clisthène, comme avant lui son père Mégaclès, semble bien être passé vis-à-vis du régime tyrannique par des phases diverses, dont une phase d’entente, qui fut marquée par l’archontat de Clisthène et par une alliance matrimoniale, sans doute le mariage de son frère Hippocratès avec Koisyra, une fille de Pisistrate221. Les soupçons de trahison reposaient donc sur une remise en cause du caractère désintéressé de l’œuvre de Clisthène et de la sincérité de ses mobiles, à un moment où, après les victoires des guerres médiques et pour toute l’époque classique, tout ce qui a à voir avec la tyrannie est décrié222. La tradition orale, en effet, a pu garder souvenir de l’archontat que Clisthène exerça au début de la tyrannie d’Hippias223, ou de la tentative d’alliance avec les Perses, à l’origine de laquelle il fut peut-être, en 507/6, à un moment où Athènes se trouvait fortement isolée (Hdt. 5.73)224 : ces accommodements avec les tyrans avaient laissé des souvenirs à Athènes, qui peuvent être à l’origine de la rumeur de trahison des Alcméonides dans l’affaire du bouclier de Marathon225. Ces reproches avaient pu être formulés au départ, plus ou moins clairement, par les citoyens, bouleutes et hoplites, qui avaient pris conscience de leur force et du rôle qu’ils pouvaient jouer dans leur cité depuis qu’ils s’étaient opposés victorieusement à Cléomène et à Isagoras en 507/6. Le désintéressement de Clisthène dans sa lutte contre Hippias, puis contre Isagoras avait été remis en question par certains, qui, gardant en mémoire le souvenir de ses compromissions passées et le regardant comme un “cothurne”226, estimaient qu’il ne travaillait que pour lui ; ces Athéniens, méfiants et prudents, avaient craint peut-être aussi un nouveau retournement dans la tradition des luttes aristocratiques, s’il faut placer Clisthène à l’origine de la demande d’alliance avec la Perse en 506, quand il avait senti sa position à Athènes menacée du fait de l’hostilité de la Sparte de Cléomène qui soutenait Isagoras.

  • 227 Lavelle 1993, 103-104, rappelant l’apostrophe de la prêtresse d’Athéna à Cléomène pénétrant sur l’ (...)

75Il n’était pas jusqu’au rôle des Alcméonides dans la chute de la tyrannie en 510 qui ne pouvait être regardée d’un œil critique. En effet, leurs intrigues à Delphes leur avaient attiré la réputation de manœuvriers : or, celui qui, une fois, a ourdi – pour sa cause personnelle, au moins autant que pour celle des autres – des intrigues, qui plus est, au détriment d’un oracle, est susceptible de recommencer : et pourquoi ne recommencerait-il pas au détriment de sa patrie, quand il a agi la première fois au détriment d’un oracle ? L’emploi du même terme, mèchanè, pour caractériser les manigances de Clisthène auprès de la Pythie et de Sparte (Hdt. 6.123) et l’entente avec l’ennemi consistant en signaux de bouclier après Marathon (6.115), attire l’attention, malgré les dénégations d’Hérodote, sur la nature des Alcméonides, souples, opportunistes, et au fond intrigants et manœuvriers : les adversaires des Alcméonides, en les accusant de trahison après Marathon, ne faisaient finalement que prêter aux riches. Par ailleurs, et sans même tenir compte du fait que la cité qui avait chassé Hippias grâce aux manœuvres des Alcméonides, condamnables du point de vue de la piété, tenterait ensuite, en 507/6, d’établir Isagoras comme tyran, puis, en 500, de rétablir à Athènes ce même Hippias qu’elle avait chassé en 510, on peut penser que la première intervention lacédémonienne au pied de l’Acropole, voulue par Clisthène dans sa lutte contre Hippias, ne fut pas forcément appréciée de tous les Athéniens, notamment pour une raison religieuse227.

  • 228 Sur le rôle des Alcméonides, qui ne jouent sans doute plus à Athènes un rôle de premier plan après (...)
  • 229 Sur l’adoption par les Alcméonides de la tradition favorable aux Tyrannoctones, qui est devenue la (...)
  • 230 Sur le mythe, qui se construit à Athènes avec l’épreuve des guerres médiques, selon lequel les Ath (...)
  • 231 Cf. sur ce point, notamment, Lavelle 1993, 104 ; Pébarthe 2005a, 49-50. Ces auteurs soulignent que (...)

76Les Alcméonides eux-mêmes, dans les années de tension avec Sparte, mais aussi sous la pression des luttes politiques avec leurs rivaux, jusqu’au-delà de la seconde guerre médique228, avaient pris le parti de ne plus exalter leur rôle dans la libération d’Athènes, trop lié à l’intervention d’une cité contre laquelle il avait fallu se défendre et inséré dans une suite d’événements quelque peu confus, et de se rallier à la tradition, qui n’était du reste pas complètement inconciliable et avait l’avantage de se présenter sous l’aspect d’un événement fortement symbolique, selon laquelle Harmodios et Aristogiton, d’authentiques Athéniens, et non l’armée lacédémonienne, étaient, par le meurtre d’Hipparque, à l’origine de la chute de la tyrannie229. Le rôle des Tyrannoctones athéniens annonçait aussi la participation essentielle des bouleutes de 506 et, avec eux, du peuple athénien, qui, en chassant Cléomène, pouvaient se targuer d’avoir écarté définitivement la tyrannie230. Mais, malgré les tentatives des Alcméonides pour faire oublier leurs relations d’un temps avec les tyrans, et peut-être aussi la tentative d’alliance inégale avec la Perse en 506, les rivalités politiques et la suspicion générale, en une période de péril aigu puis d’examen du passé, dans lequel tout ce qui se rattachait à la tyrannie impliquait a posteriori médisme et trahison, avaient vite fait, au nom de compromissions embarrassantes dont on gardait encore la mémoire, d’attribuer à tel individu ou à telle famille des sympathies properses ou des intentions de trahison. Ces réserves qui subsistaient chez les Athéniens à l’égard de Clisthène et de sa famille proche expliquent sans doute que, en dépit de ses réformes fondatrices, l’Alcméonide ait subi une éclipse dans l’Athènes classique et qu’il n’ait pu aucunement le disputer en popularité avec les Tyrannoctones231.

  • 232 Périclès, à cause ou malgré sa prééminence de fait, gardait des adversaires dans la cité : il n’es (...)

77Hérodote croit pouvoir écarter le soupçon de trahison des Alcméonides en affirmant qu’ils n’auraient eu aucune raison de trahir, puisqu’ils étaient alors à Athènes considérés et comblés d’honneurs (VI 124) : nous venons de voir pourtant que le passé de Clisthène était regardé avec suspicion, et l’on sait que le retour de Miltiade à Athènes, ainsi que l’ascension de Thémistocle, avaient entamé une situation de prééminence sans doute déjà fragilisée par le rejet de la demande d’alliance avec la Perse. L’ostracisme de Mégaclès, chef des Alcméonides et sans doute petit-fils de Pisistrate par sa mère, Koisyra, en 486, devait confirmer que la famille connaissait en fait un moment difficile. Dans l’incapacité absolue de savoir qui avait bien pu envoyer des signaux aux Perses après Marathon, Hérodote pense cependant être en mesure d’innocenter les Alcméonides : ayant recueilli des témoignages sur l’activité de Clisthène à Delphes avant 510 et sur la corruption de la Pythie, destinée à obtenir une intervention lacédémonienne contre Hippias (5.62-63 et 90-91 ; 6.123), il passe outre au fait qu’un tel comportement vis-à-vis d’un grand oracle panhellénique était unanimement blâmé et que les Alcméonides, eux-mêmes gênés par cette tricherie, n’avaient pas cherché à empêcher la mise au premier plan des Tyrannoctones, pour proclamer, au nom de la cohérence d’une ligne de conduite, qui ne pouvait, selon lui, être remise en question, son refus catégorique d’une trahison des Alcméonides en 490 au profit des Perses et d’Hippias. Après la grande tourmente des guerres médiques, en plein ve siècle, alors qu’Athènes renouvelle régulièrement sa confiance au plus illustre des Alcméonides232, l’appréciation d’Hérodote sur la politique de la famille face aux tyrans ne pouvait que souffrir d’un décalage qui établissait désormais une correspondance entre tyrannie et médisme, tyrannie et trahison, et condamnait d’emblée toute collaboration au régime qui avait été celui d’Athènes pendant près d’un demi-siècle.

  • 233 Ailleurs qu’à Athènes, eurent lieu des trahisons avérées, explicables le plus souvent par l’ambiti (...)
  • 234 Dans le cas des personnes suspectées de trahison, on pensera évidemment aux regrets de Médée à pro (...)

78Enfin, au-delà même de toutes les raisons, bonnes ou moins bonnes, qui pouvaient être avancées pour mettre en cause ou pour défendre les Alcméonides dans l’affaire des signaux adressés aux Perses, on retrouve, dans l’affaire du bouclier de Marathon, l’importance du soupçon : qu’il y ait calomnie ou médisance bien fondée, la preuve de la culpabilité n’est pas apportée ; et, à supposer même qu’un signal ait bien été fait à l’intention des Perses, quel pouvait être son objectif après Marathon, alors que les Perses avaient été vaincus ? Des médisants pouvaient-ils réellement se soulever à ce moment-là et remettre la ville à la flotte perse ? Ce qui n’était sans doute au départ que rumeur à propos d’un fait qui intrigua devint rapidement un élément dans la propagande qui se développa dans la décennie 480 à l’encontre des Alcméonides. Dans les vagues soupçons qui, au lendemain des grands affrontements, cherchent toujours à prendre corps pour savoir qui a pu souhaiter la victoire de l’ennemi, le coupable n’est pas condamné, puisqu’il n’y a pas de preuve, mais l’innocent n’est pas blanchi non plus et sa réputation reste à jamais entachée. Dans les premières décennies du ve siècle, marquées par un affrontement d’autant plus inquiétant qu’il est d’un type nouveau, ce que l’on conviendra d’appeler les “actes de trahison” liés au médisme relèvent plus souvent, dans le cas précis d’Athènes, du soupçon que de la trahison avérée233 : les conséquences peuvent en être une réaction primaire, de caractère émotionnel, comme le lynchage de Lycidas et des siens, et, dans tous les cas, une permanente incertitude qui affecte d’une marque a priori négative, d’une tache ineffaçable, les personnes soupçonnées, mais aussi leurs proches234.

La seconde guerre médique et le rappel des ostracisés

  • 235 Sur le procès de Miltiade, cf. infra, p. 000.
  • 236 Sur les ostracismes liés à des accusations de médisme et de prodosia, cf. infra p. 000.
  • 237 Sur l’ambivalence des sentiments des Athéniens face à leurs ostracisés, lorsqu’ils adoptent un déc (...)
  • 238 Parmi les plus célèbres exilés grecs dans l’empire perse, on citera Hippias et sa descendance, le (...)

79La décennie qui sépare les deux guerres médiques est marquée à Athènes par des luttes politiques, dans lesquelles dominent la question perse et la question navale, à propos desquelles s’affrontent, après la disparition de Miltiade, dès 489235, des hommes représentatifs de l’élite traditionnelle, comme Aristide ou le Bouzyge Xanthippe, lié par mariage aux Alcméonides, ou des hommes d’une origine moins illustre, comme le Lycomide Thémistocle. La victoire de Marathon, remportée sur des Perses qui amenaient dans leurs bagages l’ancien tyran Hippias, tombé depuis vingt ans, associe rejet des Perses et rejet de la tyrannie : liés à ce contexte qui encourage, après les hésitations du début du siècle, des décisions tranchées, quand bien même la procédure interdit d’expliciter le grief, les premiers ostracismes frappent effectivement, ou visent seulement sans obtenir d’effet, pendant plusieurs années consécutives, des Athéniens qui apparaissent indésirables. Les soupçons de sympathie pour les Perses, et/ou les soupçons de sympathie pour la tyrannie, ont dû jouer un rôle non négligeable236. À l’approche du second grand conflit, dont les préparatifs du côté perse annoncent une ampleur qui risque de décourager toute tentative de résistance, la cité s’interroge sur ce qu’il convient de faire face aux ostracisés, dont l’exil de dix années ne touche pas encore au terme et qui, citoyens capables et actifs, bien au fait des affaires de la cité, pourraient contribuer à la lutte : mais le doute est-il possible sur le camp vers lequel ils pencheraient ? Les ostracisés, nous le savons, ont été rappelés (Ath. Pol., 22.8), et certains, comme Aristide ou Xanthippe, se sont signalés par leur valeur au cours et au lendemain du nouveau conflit. La question, cependant, se pose des motivations exactes auxquelles obéissent les Athéniens quand ils rappellent leurs ostracisés237. Sont-ils désireux de rassembler toutes les énergies de la cité pour faire le plus efficacement possible obstacle aux Perses, veulent-ils conclure, en abrégeant un exil qu’ils ont imposé eux-mêmes, une sorte d’union sacrée entre ceux qu’ils se reconnaissent pour chefs, ou, cédant à la méfiance et se voulant lucides, parce que leur raisonnement les conduit à tenir compte, et peut-être à surestimer, des mobiles personnels peu avouables qu’ils prêtent à autrui, craignent-ils que “leurs” ostracisés, parce qu’ils résident en dehors du sol de l’Attique, se laissent approcher par une puissance perse habituée déjà anciennement à la fréquentation d’exilés grecs238, capable de discerner les compétences et l’intérêt présentés par les uns et les autres, capable de les attirer et de les utiliser en vue de son propre objectif, la soumission du monde grec, et d’Athènes ?

  • 239 Des sources littéraires mentionnent un décret, attribué à Thémistocle, qui aurait fait voter des m (...)
  • 240 Sur la question de savoir si Aristide séjournait à Égine en raison d’une mission qui lui aurait ét (...)

80Parmi les Athéniens soumis à l’ostracisme en 480, se trouvaient Hipparchos, fils de Charmos, un parent d’Hippias, le premier à avoir été ostracisé, en 488/7, Mégaclès, un Alcméonide, neveu de Clisthène, mais aussi parent de Pisistrate, sans doute son petit-fils par sa mère Koisyra, tous deux suspects de sympathie pour les tyrans, Xanthippe et Aristide (Ath. Pol., 22.4-8) : la cité rappela par décret ceux qu’elle avait frappés d’ostracisme, leur assignant un lieu de résidence où ils se tiendraient à sa disposition239. Andocide, au tout début du ive siècle, évoquant la nécessité de la concorde dans la vie de la cité, rappelle comment les Athéniens, “…lorsque le Grand Roi marcha contre la Grèce, connaissant la gravité des dangers qui fondaient sur eux et les armements du Roi, (…) décidèrent de faire rentrer les bannis (…) et de donner à tous part égale au salut et aux périls” (Sur les Mystères, 107) ; le texte de l’Athènaiôn Politeia, très bref, dit simplement que les ostracisés furent rappelés “à cause de l’expédition de Xerxès” (22.8). Du texte d’Andocide, il est possible de comprendre que les Athéniens, devant l’imminence d’un grave péril, éprouvent le besoin de rassembler toutes les énergies de la cité, car tous les citoyens, y compris les exilés, sont concernés par ce qui arrive à la cité et doivent y tenir leur rôle, que la cité connaisse bonheur ou malheur : l’appartenance à la cité de chaque citoyen est clairement affirmée. On aurait tendance ici à ne reconnaître dans les mobiles des Athéniens qui rappellent leurs concitoyens que de nobles motivations, dans lesquelles prime le sentiment de l’unité, de l’appartenance à une même communauté, qui a le droit d’attendre de tous d’être défendue dans le danger : néanmoins, la situation personnelle d’Andocide, un temps frappé d’atimie, depuis peu rentré d’exil et plaidant ici pour la concorde, explique l’orientation donnée au rappel de 480. Notre source la plus ancienne sur l’un de ces ostracisés, Hérodote, ne mentionne qu’incidemment le retour d’Aristide, qui nous est présenté au moment crucial qu’est la veille de la bataille de Salamine, lorsque Thémistocle peine à convaincre les chefs grecs de la nécessité de combattre dans le détroit : Aristide, défini d’emblée comme l’homme “le plus vertueux et le plus juste qu’Athènes ait connu”, et dont il est dit 160 qu’il arrive d’Égine, mais sans qu’il soit précisé s’il revient d’exil, ou d’une mission remplie comme stratège240, propose son aide à Thémistocle, insistant sur le fait que, en dépit de leur rivalité, ils doivent s’unir afin de lutter ensemble pour leur patrie (8.79). Evoquant Aristide “le Juste”, alors qu’il coopère avec Thémistocle à ce qui allait fournir aux Athéniens leur plus grand sujet de gloire, mettant en valeur l’union des Athéniens dans une lutte commune d’où sont chassés tous motifs de rancune, Hérodote ne pouvait guère mentionner méfiance ou sentiment de crainte qui auraient pu être à l’origine du rappel des bannis.

  • 241 Xanthippe, malgré son mariage avec une Alcméonide, est distingué de Mégaclès, dans Ath. Pol., 22.6 (...)
  • 242 Sur la date probable du rappel des ostracisés, 481/0 ou 480/79, qui se fit en plusieurs étapes, de (...)
  • 243 Sur Hipparchos, cf. infra p. 000, et Figueira 1987, 291-292.
  • 244 Il est cependant possible que les raisons de leur ostracisme, si des raisons clairement définies p (...)

81Plutarque cependant fait état, à l’origine du décret de rappel, de l’inquiétude nourrie par les Athéniens à propos du comportement que pourrait adopter Aristide soupçonné de vouloir, pour se venger d’avoir été ostracisé, passer du côté des Perses et entraîner avec lui beaucoup de citoyens (Arist., 8.1 et Them., 11.1) : Thémistocle, prenant en compte cette crainte et la partageant peut-être lui-même, aurait alors proposé le décret de rappel des ostracisés, afin que ceux-ci “pussent parler et agir, avec les autres citoyens, au mieux des intérêts de la Grèce” (Them., 11.1) – ce que fit Aristide, avec la droiture et l’esprit de justice qui lui sont unanimement reconnus, et cela même avant le vote du décret de rappel (Arist., 8.1). On peut cependant s’interroger, même si elles se révélèrent particulièrement peu fondées dans les cas d’Aristide et de Xanthippe241, sur les raisons de cette méfiance à l’égard des ostracisés. La puissance perse était un facteur important dans les luttes qui se livraient à l’intérieur des cités, et tout banni pouvait être naturellement amené, dans son désir de rentrer chez lui, à solliciter l’aide perse : or, alors que cette immense armée venait de se mettre en marche, inspirant l’effroi aux peuples voisins242, les bannis, libres de leurs mouvements en dehors du territoire de la cité, bénéficiaient de toute latitude pour approcher les Perses et leur proposer leurs services. Un groupe relativement nombreux d’Athéniens, des parents d’Hippias ou encore le devin Onomacrite, vivait à la cour de Xerxès : certains d’entre eux participaient à l’expédition et devaient plus tard entrer dans Athènes prise par les Perses. Des Athéniens, comme Hipparchos, fils de Charmos243, ou encore Mégaclès, fils d’Hippocratès, apparentés à Hippias, avaient été ostracisés sans doute en partie parce qu’ils étaient a priori suspectés de liens persistants avec l’ancien tyran (Ath. Pol., 22.4-6)244 : à présent que l’armée perse s’ébranlait avec, dans le cas précis d’Athènes, l’objectif de placer à la tête de la cité un tyran de la famille des Pisistratides, il était logique de penser que certains ostracisés pourraient joindre leurs efforts à ceux des Perses, en apportant des renseignements précieux sur la situation de la cité. Les Athéniens savaient aussi que l’ancien roi de Sparte, Démarate, qui avait trouvé refuge en Perse après avoir été déposé, participait à l’expédition comme conseiller écouté de Xerxès (Hdt. 6.67-70 ; 7.101-105, 209, 234-239) : au-delà même de ceux que l’on suspectait de sympathie pour la tyrannie, un homme de l’envergure d’Aristide ne pouvait-il pas songer à se venger et, si telle était son intention, ne présentait-il pas aux yeux des Perses suffisamment d’intérêt pour que ceux-ci tentent de l’attirer à eux afin de profiter de ses avis et, grâce à son prestige, de se rallier d’autres Athéniens ou Grecs ?

  • 245 Cf. infra p. 000.
  • 246 Sur les étroites relations qu’entretenait Aristide avec l’aristocratie éginète, au moment où Athèn (...)
  • 247 Si la réconciliation entre Athéniens et Éginètes intervint avant la décision de rappel des ostraci (...)
  • 248 Sur les craintes, rapportées à deux reprises par Plutarque, qui les tenait sans doute de l’atthido (...)
  • 249 Pour l’étude d’ostraka portant un reproche de trahison, cf. infra p. 000. Sur l’ostrakon d’Aristid (...)

82Nous étudierons plus loin les cas particuliers d’Hipparchos et de Mégaclès, qui donnaient aux Athéniens de sérieuses raisons de se méfier245 ; si, en dépit de son alliance avec une Alcméonide, nul soupçon de médisme ne semble avoir pesé sur Xanthippe, qui commanda les Athéniens sur mer en 479, certains éléments en revanche, dans le cas précis d’Aristide, éveillaient aussi des craintes, dont Plutarque se fait l’écho pour mieux faire ressortir l’équité du grand homme. Aristide, une fois ostracisé, choisit de vivre non loin d’Athènes, à Égine, à laquelle l’attachaient des liens d’amitié, mais qui se trouvait aussi engagée dans une guerre contre sa patrie, une guerre longue et dure (Hdt. 5.81-89, 6.49-50, 85-94), que Thémistocle avait précisément mise en avant pour expliquer la nécessité de la construction d’une flotte de guerre athénienne (Hdt. 7.144 ; Ath. Pol., 22.7)246. Un terme, certes, venait d’être mis à cette guerre, puisque les Grecs résolus à combattre les Perses, comme Égine et Athènes, avaient décidé d’un commun accord de liquider toutes leurs querelles antérieures (Hdt. 7.145). Mais, en dépit d’une réconciliation imposée par l’urgence du danger, le souvenir d’un contentieux ancien demeurait avec cette trop proche voisine, à la puissante flotte commerciale et militaire. Dans ce long conflit, un Éginète, banni par les siens, Nicodromos, s’était même proposé, dans l’espoir de rentrer chez lui en vainqueur, de livrer sa cité aux Athéniens (Hdt. 6.88-91) : Aristide, exilé du fait des Athéniens, ne pouvait-il nourrir aussi un tel désir de revanche et n’aurait-il pu avoir dans l’esprit en choisissant ce lieu de séjour compromettant, avant la décision de cessation des hostilités, de se mettre au service d’Égine ? Par ailleurs, les Athéniens gardaient en mémoire que les Éginètes, à la veille de la première guerre médique, avaient cédé “la terre et l’eau” à Darius : au plus fort de leur conflit, les Athéniens les avaient alors accusés de “trahison envers la Grèce” (Hdt. 6.49), si bien que, pendant la décennie qui sépare les deux guerres médiques, amitié avec les Éginètes et médisme étaient liés aux yeux des Athéniens. Cette conjonction, entre un vraisemblable sentiment de rancune de la part d’Aristide et le terrain propice offert par une voisine anciennement hostile et médisante247, ne risquait-elle pas de déboucher sur un comportement néfaste pour Athènes, si Xerxès ou les Grecs qui lui étaient inféodés parvenaient jusqu’à Aristide et entreprenaient de faire miroiter à ses yeux pouvoir ou argent248 ? Cette suspicion qui entourait Aristide est attestée aussi par un ostrakon, sur lequel il est traité de « frère de Da[tis]” ou de “frère de Da[rius]”249. L’influence qu’Aristide conservait à Athènes, s’ajoutant à la crainte des Athéniens d’une éventuelle défection properse de leur compatriote, suffit à expliquer la décision de rappel : dans l’impossibilité de contrôler leurs ostracisés, qui risquaient, dans le pire des cas, de gagner le territoire de l’empire perse, comme le fit sans doute Hipparchos, fils de Charmos, les Athéniens ne pouvaient rien faire d’autre, à la fois pour neutraliser d’éventuels projets de trahison et pour réaliser la concorde indispensable à la victoire, que de réintégrer les ostracisés dans la cité.

L’“affaire de Lycidas”

83La seconde guerre médique, marquée par l’invasion de la Grèce entière jusqu’à l’Attique, voit se développer, bien plus que le premier conflit, beaucoup plus limité, le phénomène du médisme dans les régions directement exposées, principalement Thessalie et Grèce centrale. La décision d’opposer aux Perses un front commun, prise par les Grecs coalisés lors de leur congrès à l’Isthme de Corinthe à la veille de l’invasion, est régulièrement menacée par les craintes des cités de combattre pour les autres avant de combattre pour elles-mêmes : ce danger de l’émiettement, de la désagrégation des efforts qui mènerait les cités à l’isolement et à la défaite est bien vu par Thémistocle qui parvient à convaincre les chefs grecs de rester unis à Salamine (Hdt. 8.56-64). Mais, après la victoire de Salamine, en septembre 480, les Péloponnésiens, rentrés chez eux, s’occupent à fortifier l’Isthme et les Athéniens, revenus dans leur ville saccagée, doivent, ayant refusé les propositions, transmises par Alexandre de Macédoine, que leur a faites Mardonios au nom de Xerxès (8.136 et 140-143), de nouveau se retirer à Salamine, laissant une ville déserte que Mardonios, en juin 479, occupe une seconde fois.

  • 250 Sur le caractère nécessairement inégalitaire d’une alliance avec le Grand Roi, qu’Athènes avait dé (...)
  • 251 Sur l’affaire de Lycidas, voir Hignett 1963, 281 ; Gillis 1979, 75-76 ; Burn 1984, 503 ; Ostwald 1 (...)

84C’est dans ce contexte difficile, bien mis en lumière par Hérodote, que se situe l’“affaire de Lycidas” : alors que Mardonios a repris possession de leur ville et que les Péloponnésiens tardent à se mobiliser de nouveau (8.144 et 9.6-10), les Athéniens reçoivent, à Salamine, devant la Boulè des Cinq-Cents, l’Hellespontin Mourychidès, qui leur fait part encore une fois, après Alexandre de Macédoine, des propositions de Mardonios (9.4). Celles-ci consistaient en une offre d’accord avec la Perse, d’après laquelle les Athéniens, leurs sanctuaires reconstruits par les soins de Xerxès, garderaient leur autonomie et leur territoire, augmenté du territoire de leur choix. Le refus catégorique immédiatement opposé par les Athéniens ne permet pas de savoir quelles auraient été les modalités précises de cet accord, présenté comme très avantageux pour les Athéniens, à la fois par Mardonios et par Alexandre (8.140.21 et 8.140.32) : l’intérêt qu’il aurait offert pour les Perses était de mettre de leur côté une cité à la population nombreuse et résolue, dotée de la première flotte grecque, comme l’avait prouvé la bataille de Salamine (8.136) : les Perses, pourvus de la supériorité sur terre, auraient détenu aussi la supériorité sur mer. Mais il était clair que l’inégalité devait demeurer entre les deux parties, Xerxès consentant, selon l’expression consacrée dans la monarchie perse, à “accorder son pardon pour les fautes commises” (8.140.5 et 140.36-37) aux Athéniens250. Hérodote, qui avait retransmis le discours de réponse à Alexandre (8.143), refus solennel du médisme, couplé au discours de réponse, en forme de profession de foi hellénique, aux inquiétudes lacédémoniennes (8.144), ne rapporte pas la réponse au messager hellespontin, qui est immédiatement congédié, car le traitement réservé à l’accueil favorable fait par le bouleute Lycidas en tient lieu. Brièvement (9.5), l’historien raconte comment Lycidas, trouvant avantageuses les propositions transmises par Mourychidès, émit le souhait d’en faire part au peuple, agissant, dans son choix de transmettre une proposition faite au peuple, conformément à sa charge de bouleute : mais les autres bouleutes, et les Athéniens au-dehors quand ils en furent informés, s’indignèrent contre Lycidas, au point de le lapider251.

85Mais la réaction du peuple ne s’arrête pas là, car, après celle des hommes, vient celle des femmes : la mise à mort de Lycidas a fait si grand bruit que la ville entière de Salamine est au courant, si bien que les Athéniennes, épousant la conduite de leurs maris, se ruent sur la maison de Lycidas, où elles lapident sa femme et ses enfants. Hérodote ne fait pas de commentaire sur le lynchage du conseiller et de sa famille : il s’interroge seulement sur le motif de sa prise de position, se déclarant incapable de choisir entre corruption ou conviction sincère. Dans l’impossibilité d’obtenir aucune information d’ordre personnel sur Lycidas, dont nous ne connaissons, hormis le nom, que sa qualité de bouleute, il nous faut nous reporter au contexte très tendu, seconde occupation d’Athènes, qui semble annihiler l’effet de Salamine, et tergiversations des Péloponnésiens, barricadés dans leur péninsule, dans lequel se situe cette affaire.

  • 252 Dans Plutarque, Arist., 10.2-5, il est question, dans la proposition perse, non d’un accroissement (...)
  • 253 “Envoie de l’argent à ceux qui ont de l’autorité dans les cités ; ce faisant, tu sèmeras la divisi (...)
  • 254 Sur le cadre de la Boulè, où se déroule l’affaire de Lycidas, cf. Ruzé 1997, 438-440. Pour une étu (...)

86Les motifs avancés par Hérodote comme raisons véritables de l’avis donné par Lycidas sont tous deux plausibles. Les Athéniens savaient que bien des Grecs étaient sensibles à l’attrait de l’argent que les Perses avaient la capacité d’offrir en abondance, et qui pouvait se substituer efficacement à la force des armes : après la proposition transmise par Alexandre, ils avaient déclaré hautement qu’il n’était ni or, ni territoire qui pourraient les pousser à médiser (8.144.6)252 ; peut-être connaissaient-ils aussi les conseils tout récents des Thébains à Mardonios, selon lesquels la meilleure manière de faire était de corrompre les puissants pour diviser les Grecs et venir ainsi à bout des opposants (Hdt. 9.2)253. Lycidas, en tant que bouleute, pouvait disposer d’une certaine influence auprès des Athéniens, dans la mesure où sa fonction lui donnait le pouvoir de participer à l’élaboration des projets présentés à l’Ekklèsia254 : mais le crédit dont il jouissait éventuellement était partagé avec ses collègues bouleutes, et le pouvoir de décision revenait en définitive au seul peuple souverain, réuni en assemblée. À Athènes, les luttes politiques étaient tranchées par le peuple qui exprimait sa volonté, non seulement lors des séances ordinaires de l’Ekklèsia, mais aussi, dans la décennie de l’entre-deux guerres médiques, lors des séances consacrées aux votes d’ostracisme. Lycidas, outre que l’obscurité dont il ne sort que pour subir la lapidation témoigne qu’il ne devait pas être à Athènes un personnage de premier plan, n’était, comme ses collègues, qu’un magistrat soumis à l’annualité et à la collégialité, dépourvu de l’autorité dont jouissaient non seulement satrapes et dynastes dans l’empire perse, mais aussi les aristocrates thessaliens ou les oligarques thébains. Il est sûr que sa position, malgré notre ignorance concernant le personnel politique athénien de l’époque des guerres médiques, pour lequel nous ne connaissons que quelques grands noms, ne lui donnait pas sur le peuple une influence donnant la garantie qu’il serait suivi : Lycidas ne présentait pas nécessairement un grand intérêt pour les Perses, contrairement à Aristide par exemple, auquel était reconnue une réelle influence en dépit de son exil jusqu’en 480. En outre, d’après Hérodote (9.3-4), le chef perse, après la réponse négative rapportée par Alexandre de Macédoine, avait refusé d’écouter les conseils des Thébains, dans son désir de reprendre Athènes et de le faire connaître au Roi. Mardonios en fait ne voulait plus négocier, il voulait agir vite, faire sentir sa force pour contraindre les Athéniens aux abois à plier.

  • 255 La lenteur et l’apparente indifférence des Péloponnésiens face à la menace que présentait Mardonio (...)
  • 256 Hdt. 9.7.12-17 : “Ἡμεῖς δὲ Δία τε Ἑλλήνιον αἰδεσθέντες ϰαὶ τὴν Ἑλλάδα δεινὸν ποιεύμενοι πϱοδοῦναι (...)
  • 257 Sur l’inquiétude d’une partie de la population athénienne, et son mécontentement certain devant le (...)

87Lycidas n’avait peut-être pas besoin de l’or perse pour rendre un avis favorable à la proposition de Mardonios : il suffit de rappeler combien Alexandre avait insisté, et dans le message transmis et dans son commentaire personnel, sur le caractère avantageux de la proposition perse (8.140.21, 31-32 et 35-37), qui avait bien été saisi par les Lacédémoniens, même s’ils s’étaient efforcés d’en amoindrir l’intérêt (8.142.19), effrayés qu’ils étaient à l’idée d’une possible défection athénienne. Les Athéniens eux-mêmes avaient joué du caractère avantageux de la proposition perse pour inquiéter les Lacédémoniens, faisant traîner les choses en longueur pour que leurs alliés soient informés de la proposition perse (8.141.10-13) et fassent parvenir en conséquence de prompts renforts. Dans le retour en arrière qu’il fait sur la situation athénienne après la lapidation de Lycidas, Hérodote mentionne la déception des Athéniens, contraints de se réfugier de nouveau à Salamine devant le retour de Mardonios, en raison de l’égoïste absence des Péloponnésiens occupés à fortifier leur isthme, et rapporte le discours d’admonestation qu’auraient tenu à Sparte les délégués athéniens (9.7). Ceux-ci insistent sur le contraste entre le comportement de leur cité, soucieuse du sort de la Grèce, et l’égoïsme des Lacédémoniens255 : les Athéniens, disent-ils, sont en droit d’opposer, à l’injuste abandon des Lacédémoniens, l’avantageuse offre du souverain perse : “Mais nous, pleins de respect pour Zeus Hellènios et tenant pour une indignité de trahir la Grèce, nous n’avons pas consenti, nous avons repoussé ses offres, bien que traités injustement et abandonnés par les Grecs, et convaincus qu’il est plus avantageux de s’entendre avec le Perse que de lui faire la guerre.” (9.7.12-17)256. Ainsi, tous, Perses bien sûr, mais aussi Lacédémoniens et Athéniens, reconnaissent l’intérêt en soi des offres perses : Lycidas, en émettant un avis favorable à des propositions réitérées alors même que Mardonios, en position de force, occupe Athènes, ne tire-t-il pas, en tant qu’individu, la conséquence logique d’une situation qui, depuis la victoire de Salamine, a évolué d’une manière défavorable pour Athènes ? Il est parfaitement possible que la proposition perse ait semblé intéressante à Lycidas, qui voyait sa cité à bout de forces et occupée pour la seconde fois, sans que se signale la moindre concentration de troupes chez des Péloponnésiens occupés à se barricader. Au-delà de la sincérité de sa conviction quant à l’intérêt de sa cité, nourrissait-il une ambition particulière, que la position qu’il affichait lui aurait permis de satisfaire ? L’absence de tout autre renseignement sur lui empêche évidemment de le savoir. Mais d’autres Athéniens sans doute pensaient comme lui : son sort devait les inciter à agir de manière souterraine, sans prendre le risque d’affirmer hautement leur opinion257. On peut penser, à la lecture d’Hérodote, qui insiste sur la conduite glorieuse des Athéniens, qui se distinguèrent des cités “médisantes” ou de celles qui ne pensaient qu’à leur intérêt propre, que les Athéniens agirent ainsi pour éloigner d’eux le soupçon de médisme qui aurait pu venir à l’esprit des Spartiates, après la proposition, même rejetée avec hauteur, que venait de leur transmettre Alexandre de Macédoine : Lycidas serait ainsi coupable d’“atteinte à l’honneur de la patrie” plutôt que de trahison – ou de soupçon de trahison.

  • 258 Sur la liberté de parole en général, cf. le Chapitre III, n.000 p. 000. Cf. Balot 2004, 233-259 ; (...)
  • 259 Cf. supra, Chapitre I, p. 000.

88L’avis de Lycidas provoqua l’indignation des Athéniens, bouleutes et citoyens, qui le lapidèrent sur-le-champ. Hérodote n’en dit pas plus : il n’y eut manifestement pas de débat, aucune confrontation entre ce partisan de l’acceptation, dont on ne peut savoir s’il était vraiment le seul à penser ainsi, et les tenants du refus. Il y eut seulement la réaction primaire, “à chaud”, d’une cité qui, campant sur une position difficile avec l’énergie du désespoir, crut que l’un des siens était d’intelligence avec l’ennemi, s’estima trahie, menacée dans son existence même par la remise en cause de l’alliance hellénique librement choisie et, s’exaltant de proche en proche, commit l’irréparable, mettant à mort sans jugement, de manière expéditive et collective, le “coupable” et sa famille. Sous l’effet de l’émotion, ceux qui se sont crus trahis ont littéralement fermé la bouche de celui qu’ils ont soudainement découvert comme un “traître” : l’émotion détruit la liberté de parole, elle détruit en fait tout débat et toute vie politique258. Les Athéniens, en mettant sommairement à mort Lycidas et sa famille, ont fait, avec les moyens supérieurs qui étaient les leurs, l’équivalent de ce que fait Œdipe, lorsque, se croyant trahi par son beau-frère Créon, il déclare l’exiler de Thèbes (OT, v. 532-643)259.

  • 260 Dans leur réaction face à Lycidas, les Athéniens considèrent comme traître celui qui est infidèle (...)
  • 261 Pour la confirmation par l’archéologie des destructions perses commises lors des deux invasions d’ (...)
  • 262 Lycurgue, dans le Contre Léocrate, affirme que le crime des traîtres est avant tout “une impiété q (...)
  • 263 Hdt. 8.144.17-19 : “Ἐπίστασθέ τε οὕτω, εἰ μὴ ϰαὶ πϱότεϱον ἐτυγχάνετε ἐπιστάμενοι· ἔστ’ ἂν ϰαὶ εἷς (...)
  • 264 L’une des modalités de la lapidation, châtiment infligé par un groupe, est la pluralité des respon (...)
  • 265 Les Athéniens, qui ont dû pour la seconde fois évacuer leur cité et qui, repliés à Salamine, atten (...)

89La difficulté, pour apprécier correctement l’affaire de Lycidas, est que, si nous écartons les allusions plus tardives des orateurs du ive siècle, nous ne possédons comme source ancienne, légèrement postérieure aux faits, que L’Enquête d’Hérodote, rédigée à l’époque de la domination athénienne, justifiée précisément par l’inébranlable et héroïque résistance de la cité à l’envahisseur perse au nom de la solidarité à la communauté hellénique260. La victoire militaire a été fondée sur une victoire morale : les Athéniens ont été vainqueurs militairement des Perses précisément parce qu’ils l’ont emporté moralement sur eux, en refusant tout accommodement, sans doute profitable pour eux à court terme, mais qui faisait fi du respect dû aux dieux et de l’appartenance à la communauté hellénique (Hdt. 8.144. 9-17). La position de résistance à outrance était-elle effectivement celle de toute la cité ? Athènes, certes, possédait des atouts, dont les Perses eux-mêmes prirent conscience avec la bataille de Salamine (8.136.10-17) : mais ses forces, qui avaient fait merveille sur mer grâce à une flotte considérable et au génie de Thémistocle, pouvaient se révéler insuffisantes sur terre, malgré le glorieux précédent de Marathon, si les Perses savaient, à l’avantage de leur supériorité numérique, ajouter la division entre Grecs et la persévérance. Cette détermination athénienne, apparemment inébranlable et encouragée par des hommes résolus comme Thémistocle, Aristide, Xanthippe ou le jeune Cimon, fils de Miltiade, tirait son origine à la fois du refus de la tyrannie et de la volonté de punir les sacrilèges commis par les Perses : la tyrannie, depuis la première guerre médique, était liée, dans l’esprit des Athéniens, aux Perses, qui amenaient cette fois-ci dans leurs bagages les descendants d’Hippias et qui, eux-mêmes, étaient gouvernés par un souverain dont le comportement, vu de près puisqu’il participait à l’expédition, s’apparentait souvent à celui d’un despote ; au désir passionné de liberté, que les Athéniens mettaient en avant dans leur réponse à Alexandre (Hdt. 8.143, 4-5), s’ajoute le sentiment de scandale causé par l’impiété des Perses, qui ont brûlé temples et statues de l’Acropole (8.143. 9-11 et144.9-13)261. À l’horreur de la tyrannie s’ajoute l’horreur du sacrilège : or, les dieux sont liés à la cité qu’ils protègent, si bien que celui qui ne défend pas l’indépendance de sa cité trahit en même temps les dieux de sa cité262. Le sentiment de scandale est ainsi le ciment qui unit les Athéniens dans l’épreuve : l’exaltation ressentie dans le danger, quand ils sont attaqués chez eux, qu’ils ont leurs dieux et eux-mêmes à venger, explique qu’ils aient conscience de leur communauté comme d’un seul corps : “Sachez-le bien, si vous ne le saviez pas déjà auparavant : aussi longtemps qu’il survivra un Athénien, il n’y aura pas d’accord entre nous et Xerxès.” (8.144.17-19)263. D’après une source suivie par Plutarque, Aristide aurait même fait décréter, après la réponse faite à la première ambassade perse, que des imprécations seraient prononcées contre ceux qui traiteraient avec les Perses ou rejetteraient la cause grecque (Arist., 10.6) : l’excitation des Athéniens, la fièvre qui les possède d’autant plus que, sur leur île de Salamine, tout appui stable semble leur faire défaut, suffisent à expliquer leur réaction passionnelle face à l’individu, le seul apparemment, qui soit prêt à abandonner la ligne de conduite à laquelle ses concitoyens se raccrochent d’autant plus fermement que leur situation est désespérée, et à transgresser ce qui apparaît comme un interdit en se démarquant de la position commune de la cité264. Ce que les Athéniens refusent surtout dans l’avis favorable de Lycidas aux propositions perses, c’est l’idée que l’un des leurs puisse accepter ce contre quoi eux-mêmes se révoltent, c’est-à-dire, au minimum, l’abandon de la lutte, la collaboration passive, et sans doute davantage : Lycidas ne mérite pas un châtiment avant tout parce qu’il aurait été corrompu, mais parce qu’il a émis un avis qui brise la concorde sacrée entre les citoyens et vise à détruire l’indépendance de la cité265.

  • 266 Sur la figure ambiguë d’Alexandre Ier de Macédoine dans l’œuvre d’Hérodote en général, voir Scaife (...)
  • 267 Depuis Marathon, les Athéniens vainqueurs de l’empire perse considèrent le modèle d’indépendance d (...)

90Du sort qui frappa Lycidas pour avoir émis un conseil jugé scandaleux, on rapprochera l’avertissement, presque les menaces, qu’avaient précédemment adressés les Athéniens à Alexandre de Macédoine qui venait de leur apporter le message de Mardonios (8.143.12-15) : Alexandre avait non seulement transmis, mais surtout appuyé la proposition de Mardonios, que les Athéniens considéraient comme inique. Proxène et ami, lié à la communauté, et conseillant pourtant d’accepter une proposition qui risquait de nuire à l’indépendance de la cité, il était presque regardé comme coupable de trahison par abandon266. Une mise en garde lui avait été adressée, l’avertissant de ne plus reparaître devant les Athéniens pour apporter et soutenir un tel message : et en effet, la même proposition est transmise aux Athéniens à Salamine par l’Hellespontin Mourychidès, qui n’est pas inquiété dans le cadre de sa mission, étant totalement étranger aux Athéniens, contrairement au proxène Alexandre et au concitoyen Lycidas. Les Athéniens, fermes sur leur position, n’étaient pas disposés à entendre un avis discordant dans ce qu’ils voulaient être le consensus de toute la cité267.

  • 268 Sur la “fortune” de la lapidation de Lycidas dans la mémoire collective athénienne, et sur son tra (...)
  • 269 L’histoire des guerres médiques fournit aux orateurs du ive siècle nombre d’exemples à vocation de (...)
  • 270 La différence de nom entre Hérodote, qui constitue la source originelle sur Lycidas, et Démosthène (...)
  • 271 Dans la Seconde Philippique, § 11, prononcée en 343, Démosthène, rappelant un événement survenu pe (...)
  • 272 Georges Mathieu, dans son commentaire au § 203 du Sur la Couronne, p. 91, fait justement le rappro (...)

91L’affaire de Lycidas était de nature à impressionner les esprits par son caractère soudain et dramatique : les grands traits en sont cités en effet par des orateurs du ive siècle, dans un contexte qui veut exalter le patriotisme268, mais les distorsions qu’elle subit par rapport au récit d’Hérodote, le plus fiable, montrent comment le côté gênant de l’histoire a été oublié, gommé, au profit d’un objectif d’édification des citoyens269. Dans son grand discours Sur la Couronne, à la fois plaidoyer et discours politique, Démosthène, dans l’été 330, revenant, pour justifier sa politique face à Philippe, sur l’histoire glorieuse d’Athènes qui toujours préféra l’honneur et la gloire à la sécurité dans l’esclavage, mentionne l’affaire de Lycidas : l’opposant à Thémistocle, il évoque rapidement le personnage – qu’il nomme “Kyrsilos”270, dans lequel il voit un personnage qui, conseillant aux Athéniens de “mener une vie d’esclave dans le bonheur” – δουλεύσουσιν εὐτυχῶς (§205), fut lapidé pour avoir recommandé d’obéir aux ordres perses, de même que sa femme fut lapidée par les femmes athéniennes (§204) : très vague sur les circonstances de l’affaire au cours de la seconde guerre médique, il affirme que “le roi de Perse aurai[t] volontiers accordé à notre cité, et avec beaucoup de reconnaissance, de prendre ce qu’elle voudrait tout en gardant son propre domaine, pourvu qu’elle obéît à des ordres et laissât un autre diriger les Grecs (…). Mais (…) jamais personne, à aucun moment, n’a pu persuader notre pays de s’allier aux puissants, s’ils agissaient injustement, pour trouver la sécurité dans la servitude.” – ἀσϕαλῶς δουλεύειν, (§202-203)271. Le souvenir que les Athéniens gardent de Lycidas dans la tradition patriotique d’Athènes, c’est que cet homme, en fait, fut coupable d’avoir parlé contre ce qui faisait l’essence même de la cité, c’est-à-dire non seulement le principe intangible de l’indépendance, mais la lutte constante pour l’honneur et la gloire, en dépit des dangers : une autre conduite, pour les Athéniens, n’aurait été “ni traditionnel[le], ni supportable, ni naturel[le]” (ἀλλ’ οὐϰ ἦν ταῦθ’, ὡς ἔοιϰε, τοῖς Ἀθηναίοις πάτϱια οὐδ’ἀνεϰτὰ οὐδ’ἔμϕυτα) (§203) : Lycidas, commettant une faute contre l’esprit de la cité en voulant lui offrir la “sécurité dans la servitude”272, commet la faute la plus grave qui soit, pour laquelle il reçoit un châtiment extrême qui s’étend même à ses proches. Démosthène ne s’attarde pas sur la question de savoir s’il y eut jugement ou non, et cela d’ailleurs lui importe peu, car son intention est de donner une valeur exemplaire à l’affaire de Lycidas, en montrant comment, à faute contre l’esprit de la cité a répondu, infligé collectivement par la cité tout entière, un châtiment extrême et sans délai.

  • 273 Même si la faute commise par Lycidas a été moindre que celle qu’a commise Léocrate, il n’empêche q (...)
  • 274 D’après Lycurgue, C. Leocr., 123, les Athéniens “ont infligé la mort à un homme pour n’avoir trahi (...)
  • 275 La mention d’un décret en vertu duquel le bouleute aurait été mis à mort par lapidation ne peut pa (...)

92Quelques mois plus tôt, dans la même année 330, l’orateur et homme d’État Lycurgue attaque devant l’Héliée l’Athénien Léocrate, coupable d’avoir quitté Athènes au lendemain de la défaite de Chéronée : exhortant ses concitoyens à faire preuve de sévérité à l’égard de Léocrate, qu’il considère comme un traître, il passe en revue les célèbres traîtres de l’histoire d’Athènes (§111-121) et en vient au cas de Lycidas (§122-123). Celui-ci – dont il ne donne pas le nom –, n’a, affirme-t-il, tenté de trahir la cité qu’en paroles (“ὅτι λόγῳ μόνον ἐνεχείϱει πϱοδιδόναι τὴν πόλιν”) (122)273, contrairement à Léocrate, qu’il s’agit ici de punir, et qui, lui, déserta Athènes peuplée de tous ses habitants (§123) : mais les Athéniens d’alors, qu’admire Lycurgue, savaient châtier comme il convient, et c’est donc surtout à la peine qui frappa Lycidas que s’intéresse Lycurgue, et non pas tellement à sa faute, qu’il juge finalement, pour le bsoin de la cause, moins grave que celle de Léocrate274. D’après l’orateur, c’est à la suite d’un décret rendu à son propos que le bouleute fut lapidé, décret dont le jugement fut exécuté par les autres bouleutes qui retirèrent, pour l’accomplir, la couronne qui leur conférait un caractère sacré. La lapidation de Lycidas perd ici le caractère sauvage et primitif qui est le sien dans le récit d’Hérodote, elle est “civilisée”, car elle a été accomplie en toute légalité, de manière rationnelle et réfléchie, à la suite d’un jugement régulier dont Lycurgue admire la noble rigueur et qu’il propose à ses concitoyens d’imiter275.

  • 276 Le caractère “idéalisé” de la mise à mort de Lycidas est particulièrement frappant dans la conclus (...)
  • 277 Sur le châtiment des traîtres à la fin du ve siècle, cf. infra p. 000. Sur les différents modes de (...)

93Dans les cas de trahison cités précédemment par Lycurgue, le coupable, condamné à mort, était exécuté d’une manière qui se voulait exemplaire par la rareté et le caractère extrême de son application, qui était destinée à faire disparaître totalement le coupable de la communauté : les ossements de Phrynichos, convaincu de trahison après sa mort, furent déterrés et jetés hors de l’Attique, et ceux qui avaient présenté sa défense furent mis à mort (§112-116), Hipparchos, fils de Charmos, condamné à mort par contumace, eut sa statue de bronze fondue (§ 117-119), les transfuges passés à Décélie, pendant la guerre du Péloponnèse, devaient être jetés dans le Barathre (§120-121). On remarquera seulement à propos de Lycidas, dont le lynchage est singulièrement édulcoré par l’adjonction d’un jugement qui prive cette affaire de son caractère émotionnel pour lui donner un caractère d’épure presque abstraite276, et par l’énumération de supplices qui précédent, que la lapidation n’était pas le mode d’exécution spécialement prévu pour les traîtres, en cas de condamnation à mort : Xénophon, dans Les Helléniques, citant, lors du procès des stratèges des Arginuses, la loi relative aux traîtres, rapporte que le condamné n’est pas enterré en Attique et que ses biens sont confisqués (1.7.22) ; dans les Vies des Dix Orateurs, il est dit qu’Antiphon, reconnu coupable de trahison, “subit le châtiment des traîtres” et que “son cadavre fut jeté hors des frontières, privé de sépulture”, cependant que l’atimie dont il était frappé atteignait aussi sa postérité (Vie d’Antiphon 833A). Ce “châtiment des traîtres” semble désigner la peine de mort, sans que soit précisée la manière dont elle est infligée. Le traitement réservé au cadavre, qui est jeté hors du territoire qu’il souillerait par sa présence en même temps que la maison du coupable est détruite, est spécifique de l’aspect religieux du châtiment pour trahison, qui veut éloigner le danger de la contamination ; l’aspect collectif d’une partie de la peine, qui s’étend à la descendance, se rattache au même aspect religieux277.

  • 278 Du sort réservé à Lycidas, en partie sous l’effet d’une extrême émotion, on rapprochera celui que (...)
  • 279 Pour un autre cas de lapidation, rapporté de manière très rapide, sans aucun commentaire, par Xéno (...)

94Les Athéniens de 479, lorsqu’ils s’emparèrent de pierres pour en frapper à mort celui d’entre eux qui venait de tenir des propos qui les avaient émus et indignés au plus profond d’eux-mêmes278, ne pensaient certes pas que cette manière de punir convenait précisément à ce qu’ils ressentaient comme une trahison : ce fut pour eux un réflexe, une façon instinctive, irréfléchie, de faire taire celui qu’ils ne voulaient pas entendre, mais l’opération fut précisément à la fois tellement expéditive et collective, pour châtier un crime envers la communauté dont la punition ne souffrait aucun délai, qu’elle devint dans la mémoire athénienne, d’autant plus qu’elle avait eu pour cadre la prestigieuse île de Salamine, comme le modèle de l’exécution du traître – quand bien même elle en resta quasiment la seule occurrence dans l’histoire d’Athènes279.

La conjuration de Platées

  • 280 Plutarque ne cite pas la source chez laquelle il a trouvé le récit, assez détaillé, de la conspira (...)
  • 281 Beaucoup d’éléments plaident à notre avis en faveur de l’authenticité du récit de Plutarque : on i (...)
  • 282 Dans une lutte commune, une cité dont on découvre qu’un membre trahit ou s’apprête à trahir, risqu (...)

95Une autre affaire mettant en cause des Athéniens qui auraient été d’intelligence avec les Perses se produisit quelque temps plus tard, entre la mise à mort de Lycidas et la bataille de Platées : elle eut lieu dans le camp grec, à Platées même, dans la période qui précéda immédiatement l’affrontement. Des doutes ont été émis sur l’authenticité de cette conjuration de 479, qui n’est rapportée que par Plutarque, Aristide 13280 : Hérodote en effet ne dit rien de cette affaire, dont il n’est question dans aucune autre source, mais on peut penser que l’échec de la conjuration, étouffée par Aristide, conscient que l’intérêt supérieur de la cité était la préservation de son unité, a pu aider à sa quasi-disparition dans les récits des guerres médiques. En outre, la connaissance d’une telle conjuration dans les rangs athéniens, qui, lorsqu’elle fut découverte, regroupait un nombre assez important de soldats (13.2), et cela à la veille de la bataille panhellénique décisive, aurait risqué à la fois d’entamer dangereusement le moral des combattants, et de nuire au prestige d’Athènes, à un moment où le lynchage de Lycidas, présenté comme le juste retranchement d’un membre gangréné, venait de montrer la détermination athénienne dans la lutte commune : la conjuration de Platées, si elle a réellement existé281, démentait dans l’immédiat la justice et le bien-fondé de la mise à mort de Lycidas, en montrant que la cité n’était pas unanime dans sa volonté de résistance, elle risquait de saper le moral des Athéniens et des Grecs à la veille de la bataille et de fournir un élément de méfiance envers Athènes282 et, pour l’avenir, elle ne pouvait fournir d’élément de glorification à la cité : l’intérêt d’Athènes, comme le comprit d’emblée Aristide, était d’étouffer l’affaire, de n’en laisser subsister nulle trace autant que faire se pouvait, et même d’en tirer parti en exhortant à bien se conduire au combat les soldats qui craignaient d’être découverts (13.3).

  • 283 L’attachement des Athéniens aux biens qu’ils possèdent à la campagne se vérifiera une quarantaine (...)
  • 284 Sur l’affaire de Lycidas, cf. supra p. 000.

96D’après Plutarque, le complot, à la tête duquel se trouvaient deux Athéniens, Aischinès de Lamptres et Agasias, ou Agèsias, d’Acharnes, qui ne nous sont pas connus autrement par les sources littéraires, regroupaient des aristocrates appartenant à des familles illustres et riches, pour lesquels la guerre avait entraîné ruine et perte d’honneurs dans la cité. Ici aussi, comme pour l’affaire de Lycidas, il importe de replacer ce complot dans le contexte difficile d’avant Platées : certes, Athènes, que les Perses avaient occupée une seconde fois en juin 479, a été évacuée par Mardonios, replié en Béotie, et c’est avec une forte armée panhellénique, commandée par Sparte, que les Athéniens s’apprêtent à affronter les Perses dans la plaine de Platées. Il n’empêche que la situation de la cité, dont, par deux fois, l’agglomération a été pillée et brûlée et les campagnes ravagées, est mauvaise, dramatique même si l’on en croit, malgré les protestations athéniennes, la sollicitude intéressée de Sparte au moment des offres perses transmises par Alexandre (Hdt. 8.142.13-18), et qu’elle reste préoccupante, comme le soulignait le même Alexandre, dans le message de Mardonios et à titre personnel (8.140.12-37), et cela en dépit de la concentration de l’armée grecque à Platées. Les aristocrates tirent alors leur richesse uniquement de leurs biens fonciers, et l’on conçoit sans peine que certains se soient alarmés devant le saccage de leurs récoltes et de leurs biens283. On rappellera que les Perses avaient récemment, après Salamine, fait à deux reprises des propositions présentées comme avantageuses pour Athènes si celle-ci, en échange d’un territoire accru et de la restauration de ses monuments détruits, parvenait à un accord avec la Perse (Hdt. 8.140 et 9.4) : ces aristocrates athéniens avaient pu souhaiter la conclusion d’une entente, qui aurait écarté définitivement la menace d’un nouveau ravage de leurs terres et, pour eux, d’une ruine assurée. Or, Athènes avait hautement repoussé ces offres : la seconde proposition s’était même soldée par la mise à mort expéditive du conseiller, Lycidas, qui avait émis un avis favorable, et qui certainement n’était pas seul – la conjuration de Platées le prouve – à souhaiter la conclusion d’un accord284. Il est dès lors possible que ces Athéniens, exaspérés par l’intransigeance de leur cité qui refusait même l’idée de toute négociation, aient cru, désespérant d’une victoire grecque, que la seule solution pour préserver leur mode de vie était l’alliance avec la Perse qui ne pouvait plus être obtenue, après le refus athénien, qu’à titre privé, par une conjuration qui les mettrait directement en rapport avec les Perses.

  • 285 Il n’est pas impossible qu’Aristide, proche de l’aristocratie éginète et hostile à la politique na (...)
  • 286 Cf. supra, p. 000.
  • 287 Sur les expéditions aristocratiques de l’époque archaïque, dirigées contre la cité avec l’aide étr (...)
  • 288 Sur l’affaire du bouclier de Marathon, cf. supra, p. 000. Sur la position politique des Alcméonide (...)
  • 289 Sur les valeurs aristocratiques, cf. supra, n.000 p. 000. L’hégémonie qui sera exercée par Athènes (...)
  • 290 Plutarque (Arist., 13.1), utilisant une terminologie anachronique, dit des conspirateurs qu’ils av (...)
  • 291 S’il est certain que, dans le conflit qui opposait les Grecs aux Perses, les aristocrates étaient (...)

97On peut aussi faire la supposition, devant la pauvreté des détails en notre possession, que la ruine ou la perte d’honneurs de ces Athéniens n’étaient pas toutes récentes et dues uniquement à l’invasion perse : l’évolution politique, depuis la première guerre médique, était marquée par une orientation antityrannique et antiperse, dont plusieurs Athéniens de haute naissance, apparentés aux Pisistratides, mais aussi aux Alcméonides, avaient fait les frais par la procédure de l’ostracisme, désormais couramment employée ; par ailleurs, la politique de construction navale inaugurée par Thémistocle, dirigée officiellement contre Égine et dont la conséquence première, la primauté maritime, était dès à présent envisageable, avait suscité des oppositions dans l’aristocratie à Athènes, dont le principal représentant, Aristide, avait été ostracisé seulement deux années avant le conflit285. Aristide, certes, avait été rappelé et tenait bien sa partie dans la lutte286 : mais il n’est pas exclu que des rancœurs soient demeurées du fait des luttes de l’entre-deux guerres, qu’elles aient confirmé une hostilité ancienne ou remis en cause une orientation traditionnelle. Il n’existe pas encore, avant la victoire définitive sur les Perses et l’obtention de l’hégémonie sur les alliés, le profond sentiment de communion issu des dangers courus ensemble, mélange d’angoisse, d’exaltation et de fierté : la conjuration de Platées, dans ce que l’on peut pressentir de ses motivations, diminution de la richesse et perte de considération dans la cité, ressemble aux initiatives aristocratiques des dernières décennies du vie siècle, lorsque des membres de grandes familles, exilés par la faction adverse ou simplement privés de la part de pouvoir qu’ils estimaient devoir leur revenir, n’hésitaient pas à faire appel à l’étranger pour rentrer chez eux en position de force287. Hérodote, lorsqu’il rapporte, dans son récit de la première guerre médique, l’entente avec les Perses qui aurait été, après Marathon, concrétisée par des signaux de bouclier, écarte l’idée que les Alcméonides, puisqu’ils sont soupçonnés, auraient pu commettre cet acte de trahison, car ils étaient alors, dit-il, très honorés à Athènes (6.124)288. La perte d’honneurs, en 490, pouvait être considérée par un aristocrate comme une raison de trahir, c’est-à-dire de s’entendre avec une puissance étrangère qui lui garantissait le maintien de ses avantages, compromis par une cité dont il ne contrôlait plus l’évolution : celle-ci, à Athènes entre les deux guerres médiques, n’avait pas été telle qu’elle ait pu faire changer de position des aristocrates, qui considéraient la nouvelle constitution d’Athènes comme toute relative et dont la morale restait fondée sur l’affirmation de leur propre valeur289. Dans le contexte qui précède Platées, il est donc plausible, comme le rapporte Plutarque, que des aristocrates athéniens se soient unis secrètement par serment en vue de passer à l’action : leur projet aurait consisté à renverser le régime athénien en place, très certainement afin de conclure l’accord avec les Perses dont la cité ne voulait pas entendre parler – dans les termes où l’avait proposée Mardonios ? –, et, en cas d’échec, à mettre le désordre dans le pays en vue de le remettre aux Perses290. Leur intérêt particulier devait être satisfait par le passage de la cité sous l’autorité perse, qui certainement leur aurait accordé honneurs et richesses dont ils étaient privés : les conjurés de Platées ne faisaient que suivre l’exemple qui leur était donné, à Athènes même par les Pisistratides, et en dehors par d’autres aristocrates grecs, qui s’appuyaient sur les Perses pour dominer dans leur cité291.

  • 292 On fera le rapprochement entre l’incertitude qui avait précédé Marathon, dix ans plus tôt, lorsque (...)
  • 293 Dans une situation qui présente une certaine analogie avec celle des Athéniens à la veille de Plat (...)
  • 294 On lira avec intérêt les fines remarques de Burn 1984, 526-527, sur le comportement d’Aristide fac (...)
  • 295 Cf. supra p. 000 et infra p. 000.
  • 296 La même hauteur de vue avait fait défaut aux accusateurs de Miltiade, particulièrement à Xanthippe (...)

98Enfin, au-delà de ce contexte précis qui explique les motivations des conjurés les plus résolus, la longue attente qui précéda la bataille de Platées, avec son cortège d’incertitude, de relâchement et de tentation, joua peut-être aussi un rôle dans le ralliement aux instigateurs du complot d’un grand nombre de soldats : Plutarque insiste (Arist., 13.2 et 3) sur le fait que “beaucoup” avaient été gagnés quand Aristide apprit l’affaire, et que c’est en raison de leur grand nombre que le stratège n’en fit arrêter que huit, dont deux seulement – qui parvinrent à s’enfuir –, devaient être traduits en justice292. Le traitement de cette affaire par Aristide est caractérisé par la discrétion, qui vise à préserver le moral et la cohésion des troupes grecques, et par une certaine mansuétude, qui vise aussi, à sa manière, à préserver un moral qui serait atteint par la découverte de “vides” laissés par des soldats inculpés de trahison, en même temps qu’à laisser leur chance à des gens qui ont pu simplement se laisser égarer en une période difficile293 : Aristide, contrairement à ses compatriotes qui avaient sommairement mis à mort quelques mois plus tôt à Salamine l’un des leurs, coupable d’avoir rendu à voix haute un avis favorable à la négociation avec les Perses, fit preuve, au-delà de l’esprit de justice dont il était notoirement crédité à Athènes, d’un esprit de tolérance et d’humanité qui lui fit comprendre les sentiments contradictoires par lesquels passaient des gens qui soumis, comme tous les autres en cette période, à des phases d’espoir et d’abattement, se trouvaient encore déchirés entre des intérêts et des attachements opposés, le souci de leur fortune privée, conservation de leurs biens et de leur prestige d’un côté, de l’autre, attachement qui demeurait sans doute à une certaine forme d’indépendance de la cité qu’ils s’apprêtaient à sacrifier, hésitation à franchir un pas décisif, à quitter un monde familier auquel les attachaient tant de liens, pour entrer dans l’inconnu294. Le contexte fait penser qu’un nombre non négligeable de conjurés dut se résoudre à entrer dans le complot, non pas tellement par refus de l’idéologie qui s’était mise en place depuis 508/7 et qui, après des débuts difficiles et bien qu’elle ait été confortée quelques années plus tôt par la réforme de l’archontat et par les premiers ostracismes, n’était peut-être pas encore suffisamment enracinée pour provoquer un franc rejet, mais parce qu’ils désespéraient d’une situation personnelle qu’ils estimaient sans issue et qu’ils avaient finalement résolu de placer au-dessus de toute autre considération. Sans doute plus à même que d’autres, en raison de ses difficultés politiques récentes et de son ostracisme, de comprendre des gens qui avaient entrepris de passer sur l’autre bord, et bien que lui-même ait repoussé des offres perses qui lui avaient peut-être été faites295, Aristide sut s’adapter à la situation et faire preuve de souplesse, comme il l’avait fait auparavant à la veille de la bataille de Salamine avec son ancien rival Thémistocle : il se présente encore, en cette fin de seconde guerre médique, comme un homme dépourvu de la rigidité qui caractérise un esprit de système, comme un homme libre de traiter une affaire de manière indépendante, capable, dans un généreux calcul, de laisser impuni un errement dont il juge qu’il est peut-être passager, quand il pense que c’est dans l’intérêt supérieur de la cité296.

  • 297 L’étude complète et récente des ostraka du Céramique est celle de Brenne 2001 ; sur Agasias, voir (...)
  • 298 Cf. Brenne 2001, 89-90, qui estime, rappelons-le, que l’identification des deux Agasias en un seul (...)
  • 299 Cf. infra, p. 000.

99Le rapprochement a été fait entre le récit de Plutarque, qui nomme pour chefs de la conjuration Aischinès de Lamptres et Agèsias, ou Agasias, d’Acharnes, et une quarantaine d’ostraka, découverts dans les fouilles du Céramique, portant, les uns, le seul nom d’Agasias, d’autres, celui d’Agasias fils d’Arximachos, d’Agrylè, et d’autres encore, celui d’Agasias de Lamptres297. Agasias d’Agrylè et Agasias de Lamptres ne forment sans doute qu’un seul homme, car le patronyme “Arximachos” se retrouve sur des ostraka portant mention de l’un et l’autre dème : les Athéniens ont dû reporter sur le tesson tantôt le nom du dème urbain Agrylè, tantôt celui du dème rural, Lamptres, qui tous deux appartenaient à la tribu Érechtheis et se trouvaient au sud d’Athènes. Il est possible que l’Agèsias ou Agasias de Plutarque et l’Agasias des ostraka aient été le même personnage, si l’on pense que le problème posé par les démotiques différents, Acharnes dans le texte de Plutarque, et Agrylè ou Lamptres sur les ostraka, est dû à une confusion de Plutarque entre les démotiques des deux chefs. Une difficulté supplémentaire, cependant, semble provenir de la datation de ces ostraka, qui, puisqu’ils appartiennent au grand dépôt du Céramique, a été abaissée à l’ostracophorie de 471298, donc d’une période postérieure à la conjuration de Platées. Mais nous savons, par Aristide 13.3, qu’Agasias, arrêté avec son complice, parvint à s’enfuir et s’exila. Il est possible, la conjuration ayant été tenue secrète, que tous deux, ou Agasias seul, soient ensuite rentrés à Athènes, où ils auraient bénéficié du silence d’Aristide : personnage en vue, connu pour ses sympathies properses ou pour un passé que l’on devinait, Agasias aurait alors été visé par des votes d’ostracophorie, à une période où continuaient à se succéder les ostracismes. Plus peut-être que dans la décennie 480, les ostraka de cette décennie portent, outre le nom du personnage, de brèves remarques, inscrites ou peintes, qui renseignent sur les motifs du vote d’ostracisme, bien souvent des reproches de médisme ou d’amitié pour les tyrans299 : dans ces années, qu’un aristocrate notoirement properse ou dont en tout cas nul ne pouvait dire quel exploit il avait accompli à Platées, ait été ostracisé ou ait failli l’être, ne présenterait donc rien d’étonnant.

100Du complot de 479, on rapprochera le complot de 457, rapporté par Thucydide (1.107.4). On retrouve en effet, dans ces deux complots aristocratiques, la collusion de factions internes avec une puissance étrangère, la Perse dans un cas, Sparte dans l’autre ; néanmoins, l’étude du complot de 457 trouve mieux sa place dans le Chapitre III, où elle est justifiée par le net refus de l’évolution politique de la cité, qui, pour avoir été présent, n’était pas prioritaire dans le complot de 479, en raison de sa date même, moins de trente ans après la mise en application d’une réforme régulièrement remise en cause jusque vers 500, et même 490. Les aristocrates de 479 se situaient nettement dans la tradition archaïque, d’après laquelle, quel que soit le régime politique de la cité, la recherche de la part de pouvoir et de richesse qu’ils considéraient comme un dû poussait naturellement les aristocrates grecs à l’alliance avec l’étranger.

La victoire sur les Perses et la consolidation de l’identité athénienne

  • 300 Au culte général en l’honneur des soldats morts à la guerre, assuré à Athènes même par l’archonte (...)
  • 301 Sur les monuments athéniens qui délivrent un message politique, exaltant le régime politique athén (...)
  • 302 Sur l’exaltation des marathonomaques, et sur les relations de Marathon et des hoplites avec la cit (...)
  • 303 Sur le rôle des grandes victoires des guerres médiques, qui font définitivement entrer dans l’idéo (...)
  • 304 Cf. Lavelle 1993, 127-129. Sur la glorification des Tyrannoctones, cf. supra, Chapitre I, p. 000 e (...)
  • 305 Cf. supra, à propos du “bouclier de Marathon”, p. 000.
  • 306 Sur le rôle des guerres médiques dans l’évolution du processus démocratique, cf. Bleicken 1995, 33 (...)

101Les victoires remportées sur les Perses ont pour résultat, non seulement de conserver à la cité l’indépendance qui fait son essence même, mais encore de consolider le régime établi par Clisthène et l’identité qu’il donne à la cité : les Athéniens sortent de ces affrontements libres, souverains, comme ils proclamaient vouloir à tout prix le demeurer, et aussi renforcés dans leur détermination face à la tyrannie, désormais irrémédiablement associée à l’empire perse, et dans leur attachement à la constitution qui a fait ses preuves dans le danger et qui leur a permis de demeurer unis. Les grandes victoires grecques, parmi lesquelles les Athéniens retiendront surtout Marathon et Salamine, aident à définir l’identité athénienne dans la haine de la tyrannie, dans la haine des Perses et dans la haine de tous ceux qui ont manifesté de la sympathie pour l’une ou pour les autres, amis des tyrans, médisants, traîtres. Athènes entretient le souvenir de ses victoires par des fêtes300 et des monuments, dans les espaces publics de la cité301 et dans le grand sanctuaire panhellénique de Delphes ; elle honore ses guerriers, les “marathonomaques”, qu’elle héroïse, comme les combattants de Salamine, les hissant au rang des grands personnages mythiques302. Ces valeureux Athéniens ont préservé dans les épreuves leur liberté, et celle des Grecs, se constituant un trésor d’histoire commune, source de fierté collective, par leur opposition glorieuse au despote perse et au tyran, qui auraient voulu profiter de la défaite de la cité pour établir, ou rétablir, leur pouvoir : la collaboration d’Hippias, puis de ses descendants, avec le Roi, entraîne la condamnation sans réserve de la tyrannie, contre laquelle se retrouveront, tout au long du ve siècle, démocrates et oligarques303. La haine des tyrans et de la tyrannie, sans cesse répétée et exaltée, entre dans l’idéologie de la cité : l’acte des Tyrannoctones, déjà honoré par un monument avant les guerres médiques, célébré au lendemain de la victoire comme un acte fondateur, devient le symbole fort de la libération de la cité, à laquelle tous les Athéniens se flattent d’avoir participé304. Les Athéniens dont des ancêtres se sont, à un moment ou à un autre, accommodés des tyrans ou ont collaboré avec eux, traînent derrière eux une mauvaise réputation, se font traiter d’amis des tyrans ou de traîtres, et cela dès le lendemain de Marathon305. Les victoires des guerres médiques favorisent la condamnation des Pisistratides, l’ostracisme des “amis des tyrans”, le développement du culte des Tyrannoctones, et encouragent le processus démocratique306, fortifiant dans la communauté civique athénienne le sentiment de son identité et donnant à la cité son visage officiel de l’époque classique.

Suspicion de médisme dans la durée : les votes d’ostracisme

  • 307 Sur la procédure de l’ostracisme à Athènes en général, et particulièrement du point de vue de l’en (...)
  • 308 Pour une liste des ostraka portant une inscription supplémentaire ou un dessin, ajoutés au nom du (...)
  • 309 Sur la vie politique athénienne de 490 à 470, on pourra consulter Karavites 1977, 129-147 ; Shapir (...)
  • 310 Sur le procès de Miltiade, cf. infra p. 000.
  • 311 Sur le lien qui semble devoir être établi entre la condamnation de Miltiade et la série d’ostracis (...)
  • 312 Sur les ostracismes de “médisants” ou d’“amis des tyrans” des années 480, voir Lavelle 1993, 35-40 (...)
  • 313 Sur les motifs de réprobation mis en avant par certains ostraka, trahison, médisme, mais aussi amb (...)
  • 314 Il importe de distinguer de l’ostracisme qui frappa Hipparchos, fils de Charmos, l’action judiciai (...)
  • 315 Sur les caractéristiques de l’ostracisme, procédure “muette”, qui n’a pas besoin qu’ait été commis (...)
  • 316 Cf. Forsdyke 2005, 158 ; Pébarthe 2006, 311.

102Une procédure essentielle du nouveau régime clisthénien, l’ostracisme, mais qui ne fut mise véritablement en œuvre que dans les années qui suivirent de peu le succès athénien de la première guerre médique, a préservé jusqu’à nous des témoignages de l’opinion publique à l’égard des hommes en vue307 : en effet, comme elle permettait à la suspicion du dèmos de s’exercer librement, sans contrôle, les ostraka, ces tessons de vases en céramique sur lesquels les citoyens peignaient ou incisaient le nom de celui qu’ils désiraient ostraciser, c’est-à-dire bannir pour dix ans de la cité, portent parfois, à côté du nom, une inscription par laquelle le votant explicitait plus ou moins la raison de son choix308. Or, depuis 487, date du premier vote d’ostracisme ou ostracophorie, jusque dans la décennie 470, figurent sur un certain nombre d’ostraka des inscriptions accusant de médisme ou de trahison le personnage retenu : ces inscriptions rendent très sensible, dans le cadre des guerres médiques, l’atmosphère de suspicion qui entourait certains hommes politiques issus de familles illustres, en même temps qu’une volonté de revanche, d’“épuration” presque, qui subsista au-delà même des victoires décisives de la seconde guerre médique. Cette période fut marquée par de vives rivalités, sur lesquelles demeurent beaucoup d’incertitudes, notamment en ce qui concerne les raisons qui purent motiver les ostracismes dans lesquels il est difficile de démêler le rôle que purent jouer des personnalités que nous connaissons par les textes, et d’autres aussi que les ostraka seuls nous ont révélées309. Elle s’ouvrit, dès le lendemain de Marathon, par une immense peur rétrospective et une méfiance toujours en éveil et aux bases parfois fragiles, sentiments qui furent exploités dans d’âpres luttes politiques : la condamnation de Miltiade, accusé lors de son second procès, en 489, d’avoir “trompé” le peuple après l’échec de son expédition contre Paros310, fut suivie à peu d’intervalle par des ostracismes en cascade, qui frappèrent, dans les années 480, entre Marathon et Salamine, plusieurs personnalités, dont quatre sont nommées par l’Athènaiôn Politeia 22.3-7311 : ces ostracismes s’expliquaient d’après l’auteur, pour les premiers, ceux d’Hipparchos fils de Charmos, de Mégaclès, fils d’Hippocratès et neveu de Clisthène, et d’un troisième personnage dont le nom n’est pas donné, par les liens des ostracisés avec les tyrans (22.3-6), pour les suivants, ceux de Xanthippe et d’Aristide, par des motifs différents (22.6-7), que l’on pensera avoir été des motifs de luttes politiques312 ; l’étude minutieuse des ostraka, découverts en grand nombre dans les fouilles du Céramique, fait apparaître en réalité des motifs très variés de réprobation, qui relèvent aussi bien de la vie privée que de la vie publique313. Nous ne nous intéresserons ici qu’aux ostraka qui portent une accusation de médisme ou de trahison, en les mettant en relation avec des textes d’Hérodote, de Thucydide et de l’Athènaiôn Politeia, quand ceux-ci mentionnent les personnages nommés sur les ostraka, mais sans perdre de vue que ces inscriptions doivent être regardées avec un certain recul, car nous ne connaissons aucun procès pour prodosia qui ait été intenté à un personnage désigné comme traître par ces inscriptions314 : il ne s’agit donc que de la matérialisation, par un individu, par plusieurs ou par un nombre conséquent d’individus, d’une rumeur défavorable, concernant un personnage en vue et touchant un point sensible de l’opinion comme le médisme. Ces inscriptions vengeresses permettent en fait au citoyen quelconque qui les trace de se libérer, par ce qui ressemble à un coup d’aiguille s’il reste isolé, en exprimant, au gré de son humeur et sans avoir besoin de le justifier315, un éventuel ressentiment contre un concitoyen placé bien au-dessus de lui par son origine familiale et sociale, et souvent par sa proximité avec le pouvoir, qui souvent encore à cette époque est liée à cette origine316 : elles nous indiquent donc un certain état d’esprit qui règne dans la cité, un état de l’opinion, mais qui reste au stade du soupçon, sans qu’il y ait preuve aussi longtemps qu’une action judiciaire ne vient pas lui donner corps – si tant est que l’on puisse toujours accorder foi à ce qui est avancé comme preuve dans ce genre de procès. Nous ne ferons donc que mentionner ici des votes d’ostracismes, que des textes nous font parfois connaître lorsqu’ils frappèrent effectivement certaines personnes, ou que des ostraka nous révèlent, sans que nous puissions toujours savoir s’ils eurent un effet réel sur ceux dont les noms nous sont ainsi transmis : ces attestations sont révélatrices de la suspicion, basée sur des vraisemblances elles-mêmes dues essentiellement à des liens familiaux, qui entoura certains personnages dans la période des guerres médiques.

  • 317 Sur les témoignages d’Androtion, FGrH 324 F6 et de l’Ath. Pol., 22.4 sur l’ostracisme d’Hipparchos (...)
  • 318 Sur le soupçon de tyrannie sur les ostraka, qui n’est jamais clairement exprimé et que l’on ne peu (...)
  • 319 Les ostraka qui ont été retrouvés avec le nom d’Hipparchos, fils de Charmos, douze en tout, ne por (...)
  • 320 Cf. supra p. 000.
  • 321 Cf. infra p. 000.

103L’Athènaiôn Politeia 22.4, reprenant pour partie l’atthidographe Androtion, notre plus ancienne source littéraire qui évoque clairement l’objectif de l’ostracisme, rapporte qu’Hipparchos, fils de Charmos, fut le premier Athénien ostracisé, à une date que nous fixons en 488/7, et établit explicitement une relation entre ce vote d’ostracisme et les liens familiaux d’Hipparchos avec Pisistrate : Hipparchos ne s’était pas “compromis”, mais il était le “guide et le chef” des “amis des tyrans”, au point que Clisthène aurait même établi la loi d’ostracisme en pensant particulièrement à lui317. On notera cependant que ni les ostraka ni des sources littéraires contemporaines n’expriment clairement le soupçon de tyrannie et que les mentions d’Androtion et de l’Athènaiôn Politeia, tardives par rapport aux premiers ostracismes, ne font que reprendre la tradition établie ultérieurement selon laquelle l’ostracisme aurait été institué en vue d’empêcher un rétablissement de la tyrannie318 : alors même que nous ne savons rien de précis sur les luttes politiques qui agitèrent Athènes entre les deux guerres médiques, il est plutôt à penser, en cette période à partir de laquelle la question tyrannique est intimement liée à la question perse, qu’Hipparchos fut ostracisé en raison de liens qu’on lui supposait avoir avec sa famille réfugiée dans l’empire perse, et particulièrement avec son grand-père maternel Hippias, participant et bénéficiaire prévu de l’expédition de 490319. Hipparchos dut être rappelé, comme les autres ostracisés, à la veille de la seconde guerre médique320 ; nous verrons plus loin qu’il fut, à une date et dans des circonstances indéterminées, accusé de trahison et condamné à mort par contumace321.

  • 322 Pour des témoignages sur l’ostracisme de Mégaclès – ou plutôt les ostracismes, car Mégaclès semble (...)
  • 323 Pour les ostraka avec inscriptions rajoutées concernant Mégaclès, cf. Brenne 2001, 200-203 et 225- (...)
  • 324 Pour les inscriptions et les graffiti mettant en cause le statut social de Mégaclès et son train d (...)
  • 325 Sur l’affaire du bouclier de Marathon, cf. supra p. 000. Pour un ostrakon, daté de 471, qui se rap (...)
  • 326 Sur les ostraka au nom de Mégaclès mentionnant Érétrie ou Koisyra, et sur la signification qu’on p (...)
  • 327 Sur l’importance de la suspicion et de la vraisemblance dans les premiers ostracismes, cf. Hollada (...)

104Mégaclès, chef de la maison des Alcméonides dans les premières décennies du ve siècle, neveu de Clisthène par son père Hippocratès, est le second personnage dont l’Athènaiôn Politeia, 22.5-6, mentionne l’ostracisme, qui eut lieu l’année suivant celui d’Hipparchos, et qui, lui aussi, aurait été dû à l’hostilité envers les “amis des tyrans”322. De très nombreux ostraka, plus de quatre mille, assignables à deux ostracophories au moins, ont été retrouvés au nom de Mégaclès ; un certain nombre portent des inscriptions ou des graffiti supplémentaires, mettant en cause tel ou tel aspect du personnage, notamment sa moralité, son arrogance, liée, semble-t-il, à son statut social, ou sa parenté323. L’abondance des ostraka et des inscriptions rajoutées montre la place éminente que devait occuper Mégaclès à Athènes : Pindare, qui célèbra une victoire de l’Alcméonide à la course de quadriges aux concours pythiques, atteste la gloire et l’opulence du grand aristocrate, en même temps que le sentiment d’envie qu’il pouvait susciter (P., 7.18-21). Plus que la qualification d’“ami des tyrans”, sans doute accolée tardivement comme pour le précédent ostracisé, quand bien même bon nombre d’ostraka mettent en avant l’arrogance ou le goût du luxe de Mégaclès324, on mettra en avant, pour expliquer l’ostracisme de 486, le soupçon de médisme qui touchait les Alcméonides, comme le laissent supposer les rumeurs qui couraient concernant une entente secrète de membres de la famille avec les Perses au moment de Marathon325 ; on y ajoutera l’argument qu’apportent peut-être des ostraka mettant Mégaclès en relation avec Érétrie, qui avait finalement été livrée aux Perses sans combat par certains Érétriens en 490 (Hdt. 6.100-101 ; Paus. 7.10.2), et avec sa mère Koisyra, liée aux Pisistratides, et d’origine érétrienne326, tout en soulignant le caractère nécessairement elliptique des mentions sur ostraka, dont les allusions, qui devaient être comprises sans problème par des contemporains, restent souvent pour nous obscures et objets de spéculation. Pour Mégaclès, comme pour d’autres Alcméonides, tel Kallixenos, ou pour Hipparchos, on mettra en avant le rôle que durent jouer dans la décision d’ostracisme les liens familiaux, qui vraisemblablement suffirent à alimenter la suspicion, en l’absence de preuve véritable d’un délit quelconque qui aurait entraîné une action en justice327. Mégaclès cependant, rappelé en 480 comme les autres ostracisés, rentra à Athènes, sans que son comportement au lendemain de son retour fournisse apparemment matière au soupçon de médisme ; et il ne fit plus parler de lui, semble-t-il, pendant un certain temps, jusqu’à la période de son second ostracisme, en 471.

  • 328 Pour une étude du médisme d’après les ostraka, cf. Brenne 2002, 156-158.
  • 329 La question se pose, à propos d’un ostrakon qui date de la même période que les autres, mais qui e (...)
  • 330 Sur le personnage de Kallixenos, fils d’Aristonymos, cf. en général Brenne 2001, 186-188 ; Traill (...)
  • 331 Cf. Brenne 2002, 57 et 90, T 1/62 : [’Αλϰ]μεōν[ίδōν Καλλ]ίχσεν[ος ’Αϱ]ιστο[νύμō]. On fera le rappr (...)
  • 332 Cf. Brenne 2002, 91, T 1/65 : [Καλλ]ίχσενος [hο πϱ]οδότες.
  • 333 Sur l’ostrakon de Kallixenos orné d’une tête barbue coiffée d’une couronne de coq, cf. Brenne 2002 (...)

105Contrairement aux textes littéraires qui n’établissent pas de lien explicite entre le médisme et l’ostracisme de tel ou tel personnage, l’examen d’ostraka portant des inscriptions rajoutées apporte de précieuses informations sur la réputation de “médisant” ou de “traître” qui était attachée à certains Athéniens : Kallixenos, un Alcméonide, avant 480, et un certain Kallias, fils de Kratios, dans une ostracophorie sans doute postérieure d’une dizaine d’années, tous deux inconnus des textes littéraires, rassemblent sur leurs noms, surtout le second, de nombreux reproches de médisme, qui nous renseignent sur les éléments sur lesquels se focalisait l’opinion publique dans les décennies 480-470 et sur la relative “chasse aux sorcières” à laquelle pouvaient donner lieu les ostracophories328. Kallixenos fils d’Aristonymos329 appartenait très certainement à la famille des Alcméonides ; peut-être était-il même un neveu de Clisthène330. Parmi les deux-cent-soixante-dix-huit ostraka portant son nom, tous antérieurs à 480, mais dont on ne sait s’ils furent suivis d’un ostracisme effectif, on remarque, outre un ostrakon qui souligne l’appartenance à la famille des Alcméonides, certainement dans une intention critique, étant donné la réputation qui était attachée à certains de ses membres dans la période qui suivit Marathon331, un ostrakon qui qualifie explicitement Kallixenos de “traître” – prodotès332 : en l’absence de source littéraire sur ce personnage, dont nous ignorerions tout sans le témoignage des ostraka, nous ne pouvons qu’établir un rapprochement, une fois de plus, avec le soupçon de trahison qui s’attacha à la famille dans la décennie 480, reposant sur ses liens familiaux avec les Pisistratides et sur le souvenir d’une collaboration temporaire avec le régime tyrannique, tous éléments défavorables qui se concrétisèrent dans la rumeur d’une trahison des Alcméonides au moment de Marathon, en faveur des Perses qui soutenaient l’ancien tyran. On peut reconnaître une autre allusion à la réputation de traître que certains Athéniens attachaient à la personne de Kallixenos sur l’un des dessins gravés sur un ostrakon portant le nom de Kallixenos : en effet, la coiffure ressemblant à une crête de coq qui surmonte la tête barbue incisée à côté du nom “Kallixenos”, outre que le coq était qualifié d’“oiseau perse”, devait renvoyer à la volonté de domination du Grand Roi, avec la couronne de laquelle une ressemblance serait aussi à saisir333. C’est très certainement une intention satirique qu’il faut prêter à ce dessin rapide gravé sur l’ostrakon de Kallixenos, comme à quelques autres dessins gravés sur des ostraka au nom de Kallias fils de Kratios.

  • 334 Sur la préparation d’ostraka contre Kallixenos, cf. Stamires & Vanderpool 1950, 376-390 ; sur la p (...)

106On soulignera cependant que le bien-fondé des inscriptions rajoutées, parfois à considérer simplement comme des inscriptions vengeresses contre des personnalités discutables à certains points de vue, prête d’autant plus à caution que l’examen attentif des ostraka, lieux de trouvaille et écritures, a révélé depuis longtemps que certains groupes d’ostraka, notamment dans le cas de Kallixenos et de Thémistocle, avaient été préparés à l’avance au nom d’un personnage précis par un petit nombre de personnes : si l’on ne peut pas toujours exclure une préparation faite par des “professionnels” impartiaux, la manipulation par des adversaires politiques, cherchant à influencer le vote par une campagne concertée, limite la signification des inscriptions rajoutées – même si celles-ci, vu leur relative rareté, doivent être attribuables à des personnes convaincues –, dans la mesure où elles peuvent être à l’origine influencées par l’exploitation intentionnelle d’une “faille” du personnage visé par des rivaux334.

  • 335 Sur les soupçons que nourrissaient les Athéniens à propos d’Aristide, ostracisé sans doute en rais (...)
  • 336 Sur l’ostrakon exprimant à l’encontre d’Aristide un soupçon de médisme, cf. Brenne 2001, 114-117 ; (...)

107Pour la fin de cette même décennie 480, certainement pour la période antérieure de peu à l’invasion d’Athènes par les Perses, un ostrakon confirme sans doute ce que des textes bien postérieurs aux événements affirment à propos d’un personnage autrement connu que Kallixenos ou même Mégaclès, le grand Aristide : alors qu’Hérodote (8.79) et, plus tard, l’Athènaiôn Politeia (22.7) mentionnaient l’ostracisme d’Aristide, que l’on date de 482, soit sans en donner la raison, soit en le mettant en relation avec la loi navale de Thémistocle, à l’exclusion de tout lien avec la tyrannie, contrairement à Plutarque qui, nous l’avons vu précédemment, évoquait les craintes qu’auraient nourries les Athéniens à la veille de la seconde guerre médique à propos d’une éventuelle défection d’Aristide (Arist., 8.1 ; Them., 11.1)335, un ostrakon, daté d’avant 480, traite Aristide, si l’on doit bien ainsi compléter le nom fragmentairement conservé, de “frère de Da[tis]” ou de “frère de Da[rius]”336 : il y est fait ainsi allusion à des relations qu’Aristide était censé entretenir avec la Perse, que ce soit avec le Grand Roi, Darius, ou avec l’un des chefs de la première expédition perse, le Mède Datis, qui commanda avec Artaphrénès la flotte qui s’empara des Cyclades et d’Érétrie en 490, avant de débarquer dans la baie de Marathon. Aristide, suspecté de sympathie pour Égine, qui avait accordé la “terre et l’eau” aux hérauts de Darius avant l’expédition perse, dut sans doute son ostracisme, de l’époque duquel doit dater l’ostrakon en question, à ses sentiments pro-éginètes, auxquels des Athéniens ajoutèrent des sentiments pro-perses qu’eux-mêmes prêtaient alors aux Éginètes.

  • 337 Sur l’attitude des Grecs coalisés contre les Perses à l’égard des Grecs médisants, au lendemain de (...)
  • 338 Le grand nombre d’ostraka au nom de “Kallias Kratiou” fit que l’on crut longtemps pouvoir identifi (...)
  • 339 Cf. Brenne 2002, 56, 87-90, T 1/45 à T 1/61, et fig. 1, p. 523. Les inscriptions, qui pour la plup (...)
  • 340 Cf. supra n.000 à propos de Kallixenos. Shapiro 1982, 69-73, dans un article intitulé “Kallias Kra (...)

108Au lendemain des victoires grecques de Salamine et de Platées, alors même que les Perses ont été chassés de la Grèce d’Europe et des îles, les grandes expéditions de la Ligue de Délos, dirigées par des stratèges athéniens, au premier rang desquels se tient Cimon, fils de Miltiade, maintiennent intactes la haine et la méfiance à l’égard du Mède. Le danger immédiat est certes passé, mais l’exaltation demeure, entretenue par la célébration des grandes victoires, dans les sanctuaires panhelléniques et à Athènes même, qui s’orne de monuments et où Eschyle, après Phrynichos et ses Phéniciennes, fait jouer avec succès, en 472, sa pièce des Perses ; avec les succès militaires qui s’enchaînent dans la région des Détroits et sur les côtes mêmes de l’Asie Mineure, où les cités grecques sont progressivement libérées de la domination perse, Athènes poursuit son avantage, fière d’une hégémonie incontestée sur ses alliés, mais toujours sur ses gardes, car elle est consciente de la puissance persistante de l’immense empire perse, dont nul ne sait encore s’il ne tentera pas d’attaquer de nouveau la Grèce d’Europe. Ce contexte explique que les Athéniens continuent d’être sensibles, comme les autres Grecs qui ont participé à la lutte337, au reproche de médisme, de trahison au profit de celui qui est désormais considéré comme l’ennemi héréditaire, et qu’ils l’adressent encore à certains de leurs concitoyens lors d’ostracophories à la fin des années 470 : il constituera même à cette date, nous le verrons, le chef officiel d’accusation contre un homme comme Thémistocle, le vainqueur de Salamine. Kallias fils de Kratios, du dème d’Alôpekè, lié, semble-t-il à la fois aux familles des Alcméonides et des Kérykes, fut, lors de l’ostracophorie de 471, avec plus de sept-cents ostraka à son nom, un sérieux “candidat” à l’ostracisme338. Seize ostraka, datés de 471, mettent explicitement Kallias en relation avec les Mèdes, qu’il soit lui-même traité de “Mède” ou qu’il soit dit venir “de Médie” ; sur l’un d’entre eux est même incisée l’esquisse d’un personnage barbu en costume asiatique, coiffé d’un bonnet phrygien et armé d’un arc339. Cependant, l’absence totale de renseignements fournis sur Kallias par les sources littéraires rend, par contraste avec le nombre d’ostraka, autrement dit de votes de défiance, que le personnage a recueillis sur sa tête, particulièrement criante notre ignorance sur des hommes politiques athéniens de l’époque, dont on aura du mal à croire qu’ils n’étaient que des personnalités secondaires : nous ne pouvons ainsi, étant donné que les inscriptions gravées sur les ostraka ne sont pas, par nature, des accusations fondées en droit, mais peuvent n’être que des rumeurs fugitives, lancées avec un sentiment de vengeance contre des personnalités peut-être discutables, que demeurer au stade des hypothèses quant aux actes de Kallias fils de Kratios qui ont pu susciter de tels reproches de médisme340.

  • 341 Sur l’ostrakon qui qualifie de “médisant” Habrônichos de Lamptres, cf. Brenne 2001, 153-154 ; id. (...)
  • 342 Sur l’ostrakon, daté de 471, qui reproche à Léagros, fils de Glaucon, d’avoir trahi, cf. Brenne 20 (...)
  • 343 La première partie du patronyme, qui est conservée, “Hippo…”, alors que Mégaclès était fils d’Hipp (...)
  • 344 Le procès intenté à Miltiade en 489, peut-être pour trahison, est étudié dans un autre cadre, p. 0 (...)

109À la fin des années 470, il est sûr que le reproche de médisme était toujours, et peut-être plus que jamais, d’actualité, et qu’il ne visa pas seulement Kallias, sur ostraka tout au moins, puisque deux ostraka encore reprochent clairement à ceux qu’ils visent d’avoir médisé ou trahi : un certain Habrônichos, qui jouissait manifestement d’une relative notoriété, est traité une fois de “médisant”, sans que nous puissions savoir exactement à quel événement faisait allusion l’inscription341, tandis qu’un certain Léagros, bien connu pour les acclamations qui le désignent comme “kalos” sur des vases attiques de la fin du vie siècle, est accusé sur un ostrakon d’avoir trahi – “hoti eprodidôse” –, reproche qui demeure aussi pour nous énigmatique, même s’il est vraisemblable qu’il doit être mis en relation avec l’exercice d’une charge militaire342. Peut-être même faut-il reconnaître encore une accusation sous-entendue de médisme dans ce qui serait une déformation “à la perse” du nom de l’Alcméonide Mégaclès, frappé à nouveau par l’ostracisme, sur un ostrakon daté de 471, portant l’inscription “Begakèdès”, nom complètement inconnu en Attique343. La crainte du médisme était donc encore bien présente à Athènes à la fin des années 470, qu’elle ait été sincère ou qu’elle ait fait l’objet de manipulations de la part de politiciens, débouchant sur ce qui pouvait bien n’être que des campagnes de diffamation à l’égard de leurs rivaux. Avec Kallias, comme avec Habrônichos et Léagros, on en restait encore, malgré le nombre et la virulence de reproches clairement formulés, au stade du soupçon : il arriva cependant à la même époque, et nous en connaissons deux cas célèbres, étudiés plus loin, que la cité formule officiellement une accusation de trahison, contre Hipparchos fils de Charmos d’abord, le premier ostracisé, puis contre Thémistocle, le vainqueur de Salamine344.

Permanence du soupçon : hostilité et méfiance, intérêt et fascination : de Cimon à la guerre du Péloponnèse

  • 345 Sur la paix dite “de Callias”, à l’authenticité controversée, et dont des lectures différentes peu (...)
  • 346 Sur les relations qu’entretiennent avec l’empire perse les cités grecques, particulièrement Athène (...)
  • 347 À propos du soutien perse, qu’attestent notamment des inscriptions, apporté à des membres de cités (...)
  • 348 Au début des Acharniens (61-125), Dicéopolis assiste, à la Pnyx, au retour des ambassadeurs athéni (...)
  • 349 Isocrate, dans le Panégyrique, en 380, fait allusion aux malédictions proférées à l’ouverture des (...)
  • 350 On remarquera, à propos de l’affirmation d’Isocrate (Panégyrique, 157), qui devait penser à Lycida (...)

110Après la disparition de Cimon et la fin effective, avec la paix de Callias345, des grandes expéditions de la Ligue de Délos dirigées par Athènes, la cité, qui signe aussi pour trente ans la paix avec Sparte en 446, se consacre à l’exploitation de son acquis et à l’embellissement de ses sanctuaires. Il ne s’agit pas d’esquisser ici une histoire des relations qui s’ouvrent alors entre Athènes et l’empire perse346, mais seulement, dans ce rappel à grands traits de leurs rapports mouvementés, de distinguer, tandis qu’évoluaient l’attitude officielle et, éventuellement, le sentiment populaire à l’égard de celui qui fut honni de 490 à 450 environ, si l’on continua à regarder comme traîtres ceux qui entraient en relation, autre que belliqueuse, avec le Perse. Il est notable que, dans un contexte devenu pacifique, la méfiance à l’égard de l’ennemi d’hier ne faiblit pas : le souvenir de l’échec athénien en Égypte est bien présent, et la grande révolte de Samos, au cours de laquelle le satrape de Lydie, Pissouthnès, n’hésite pas, en 440, à intervenir en faveur des oligarques samiens internés à Lemnos par les Athéniens (Thc. 1.115 ; Plut., Per., 25.3-4 – 26.1), montre la fragilité de la domination athénienne dans une région où le grand voisin perse, qui n’a pas renoncé à sa domination sur ce qui est la frange de ses États, est toujours prêt à soutenir, voire à encourager les défections des alliés, ou du moins à se manifester en cas de litige entre Athènes et ses alliés, comme il le fait encore dans l’été 430 à Colophon (Thc. 3.34)347. Même si l’affrontement militaire est suspendu, un comportement vigilant reste de rigueur de la part des Athéniens, car le Grand Roi, souverain d’un territoire immense, inspire toujours la crainte, d’autant plus qu’il supporte difficilement d’être dépossédé de sa façade maritime sur l’Égée : ainsi, alors que les échanges commerciaux et aussi, fait nouveau, les échanges diplomatiques, font connaître, après le butin des guerres médiques, des produits perses qui suscitent admiration ou étonnement, au point d’être imités et adaptés, contribuant à répandre pour un temps dans l’aristocratie athénienne le goût du luxe perse et à entretenir dans le grand public l’intérêt pour le monde perse348, la compromission avec le Perse demeure officiellement proscrite, la crainte d’un complot monté au bénéfice du grand empire demeure une hantise, comme l’attestent les imprécations prononcées, à l’ouverture des séances de l’Ekklèsia349, contre ceux qui noueraient des relations d’intelligence avec la Perse au détriment de la cité350.

  • 351 Sur le traité d’Épilycos, du nom du négociateur athénien, qui établissait une relation d’amitié di (...)
  • 352 Sur les étrangers, particulièrement les Perses, dans la comédie, voir notamment Daumas 1985, 290-3 (...)
  • 353 Sur les contacts diplomatiques engagés par Sparte avec la Perse dès le début du conflit, cf. Lewis (...)
  • 354 Sur la révolte d’Amorgès, soutenue par Athènes contre Darius II (Thc. 8.5.28 et 54), cf. Lewis 197 (...)
  • 355 Sur les traités conclus entre Sparte et la Perse, cf. Lewis 1977, 90-107 ; Lévy 1983, 221-241 ; Br (...)
  • 356 Cf. Briant 1996, 611-617.
  • 357 Sur les imprécations prononcées publiquement contre les Mèdes, cf. Rhodes 1972, 36-37 ; Schubert 1 (...)
  • 358 Aristoph., Th., 335-339 et 356-367 : “Εἴ τις ἐπιβουλεύει τι τῷ δήμῳ ϰαϰὸν
    τῷ τῶν γυναιϰῶν, ἢ ’πιϰηϱ (...)
  • 359 Sur l’anti-médisme réel et persistant des Athéniens pendant la guerre du Péloponnèse, cf. Lewis 19 (...)

111Quand bien même cette méfiance semble dénuée de fondement réel, d’autant qu’en 423 ou 422 la cité a renouvelé la paix avec la Perse (And. 3.29)351, elle est largement répandue dans le peuple, qui s’exalte au souvenir des exploits sur lesquels il a fondé sa puissance du moment : plusieurs comédies d’Aristophane, y compris des pièces jouées à des périodes que ne marque aucune tension particulière avec le grand empire, jouent sur le sentiment anti-perse qui prédomine dans la population athénienne, sentiment fait de peur, de répulsion et de fascination. Dans Les Cavaliers, en 424, et dans La Paix, en 421, des personnages lancent des accusations de complot au profit des Perses : certes, Aristophane joue sur un effet comique, lorsque l’odieux Paphlagonien s’en prend à des adversaires auxquels va la sympathie des spectateurs (Eq., v. 475-479 et 862), ou lorsque Trygée accuse Zeus, Hélios et Séléné de trahir les Grecs au profit des Barbares (Pax, v. 108 et 406-408), le public accueille par le rire, dans la décennie 420, des accusations de trahison au profit d’un ennemi dont il aime à se remémorer la défaite, mais il n’empêche que ces plaisanteries stéréotypées et attendues ont du succès, parce que les spectateurs athéniens se tiennent sur leurs gardes face à un peuple ressenti fondamentalement comme étranger, plutôt inférieur et potentiellement dangereux352. Les Athéniens, qui étaient parvenus à gêner les démarches réitérées de Sparte auprès de la Perse, dès 430 et encore en 424 (Hdt. 7.137 ; Thc. 2.67 et 4.50)353, sont durablement en paix avec le Roi, conformément à l’accord de paix conclu en 423 ou en 422. Mais, au lendemain du désastre de Sicile, les Athéniens soutiennent la révolte contre le Roi du Perse Amorgès, fils de Pissouthnès (Thc. 8.28.2 ; And. 3.29)354 : Athènes semble riposter, par cette aide apportée à un rebelle perse, à la volonté tenace du Grand Roi de remettre la main sur les cités grecques d’Asie, qui a trouvé un terrain favorable dans la situation désastreuse d’Athènes au lendemain de son échec en Sicile et qui rejoint les efforts de Sparte pour détacher d’Athènes les cités de la Ligue de Délos. Mais la capture d’Amorgès, surpris à Iasos en Carie dès 411 (Thc. 8.28.2-3), ne permet pas à Athènes de lutter efficacement en Ionie contre Tissapherne. Dès la fin de 413 en effet, celui-ci, comme son collègue Pharnabaze, est entré en relations avec Sparte, désireux de lever pour le Roi le tribut sur les cités alliées d’Athènes (Thc. 8.5.5) : une période d’incertitude s’est ouverte alors pour Athènes, au cours de laquelle Sparte et la Perse concluent plusieurs traités, aux termes desquels la Perse s’engage à fournir aux Péloponnésiens des subsides contre la reconnaissance de la souveraineté perse sur la côte d’Asie Mineure (Thc. 8.18.37 et 58)355. Mais hésitations lacédémoniennes et lenteur perse, quelles qu’aient été les raisons de celle-ci356, firent durer l’incertitude pour les Athéniens, qui espèrent encore, en 411, avec Alcibiade, obtenir pour eux l’alliance et les subsides perses (Thc. 8.46-48 et 53), et ne prennent conscience de l’hostilité effective de la Perse, qui a choisi son camp et décidé de s’y tenir, qu’en 407, avec l’arrivée de Cyrus le Jeune sur la côte. En 411, année où la Perse semble encore pouvoir basculer d’un côté ou de l’autre, les femmes des Thesmophories, puis le chœur, reprennent les imprécations que prononcent les citoyens lorsque s’ouvrent les séances de l’Ekklèsia, contre les conspirateurs de tous poils, notamment contre ceux qui négocient avec les Mèdes357, ou qui aspirent à rétablir la tyrannie, traditionnellement associée à l’empire perse : “Si quelqu’un conspire pour faire du mal au peuple des femmes, ou négocie avec Euripide et les Mèdes au détriment des femmes ; si quelqu’un projette d’être tyran ou d’aider à ramener le tyran ;… Mais toutes celles qui trompent et transgressent leurs serments solennels, par intérêt, à notre détriment ; celles qui cherchent à bouleverser les décrets et la loi, qui révèlent nos secrets à nos ennemis, ou veulent faire marcher les Mèdes contre le pays, à notre détriment, celles-là sont impies et coupables envers la cité”358. (v. 335-350 et 339-367). Même si les imprécations sont parodiées par l’identité de celles qui les prononcent et par les ajouts qui y sont faits, elles démontrent la permanence de l’hostilité et de la méfiance, non seulement dans le discours officiel, mais aussi, plus profondément, dans la mentalité commune pour laquelle le Perse est le Barbare, l’Autre par excellence359.

  • 360 La question est de savoir, au-delà de la définition de la communauté hellénique telle que la donne (...)
  • 361 Les rivalités sont telles, notamment entre cités voisines, que certaines cités se détermineraient (...)
  • 362 Cf. supra p. 000.
  • 363 Sparte, qui n’occupait aucun territoire du Grand Roi et pouvait prendre ombrage de l’expansion ath (...)
  • 364 Sur le traité d’Épilycos, cf. supra n.000 p. 000.
  • 365 Sur les rivalités entre les deux satrapes, Tissapherne et Pharnabaze, sur leurs hésitations entre (...)
  • 366 Sur le jugement porté par les orateurs athéniens des premières décennies du ive siècle sur les rap (...)

112Mais, dans les faits, cette méfiance profonde à l’égard du Barbare est tempérée par les rivalités entre les cités grecques : parmi celles-ci, certaines, lors des guerres médiques, s’étaient engagées de leur plein gré au côté des Barbares, tandis que les autres avaient dû, pour s’unir, et encore plus pour combattre ensemble, surmonter des différends qui, naissant d’intérêts divergents, furent à plusieurs reprises sur le point de mettre un terme à une coalition d’autant plus fragile que chacun cherchait le salut de sa propre cité au moins autant que le salut de la Grèce360. L’indépendance des cités grecques, leur premier souci, est garantie par leur puissance : de là découlent rivalités et divisions361, qui peuvent, lorsque l’âpreté des luttes l’emporte sur la conscience de l’appartenance à une même communauté, lézarder une harmonie qui n’était que de façade et entraîner une alliance ou recherche d’alliance avec le voisin, et longtemps ennemi, perse. C’est dans la tradition archaïque d’appel des exilés à des cités étrangères que certains chefs grecs avaient fait appel aux Perses lors des deux guerres médiques362 : mais la victoire grecque, l’opprobre attaché aux médisants et les expéditions de la Ligue de Délos rendirent ensuite impensable pendant longtemps, pour Athènes encore plus que pour Sparte363, non pas nécessairement tout accord de paix, mais toute alliance avec la Perse. Dès lors, le paradoxe est que, dans un monde grec déchiré par les rivalités pour l’hégémonie et où les protestations de panhellénisme sont plus souvent du ressort de la propagande que de la conviction sincère, les cités ennemies recherchent l’alliance de ce Roi pour lequel leurs membres n’ont pas de mots assez durs : on ne raisonne plus en 430 ou en 411 comme en 480, car l’Empire perse n’est plus un danger pour les cités grecques, mais un État extérieur dont l’aide financière peut permettre de l’emporter dans la lutte que se livrent les Grecs entre eux, l’heure, pour les Grecs, n’est plus à l’union et au rejet des Perses, mais bien à la désunion et à la recherche des Perses. Les belligérants grecs des deux camps veulent s’allier aux Perses, les Lacédémoniens les premiers, dès l’été 430 (Hdt. 7.137 ; Thc. 2.67), puis à plusieurs reprises jusque dans l’hiver 424, où les Athéniens, s’étant emparé d’un ambassadeur perse envoyé par le Roi en réponse aux ambassades lacédémoniennes, Artaphernès, envoient aussi des représentants, dont la mission est interrompue par la mort d’Artaxerxès Ier et les troubles consécutifs (Thc. 4.50) ; mais il semble bien que ce soit en relation avec cette affaire qu’une ambassade ultérieure, conduite par Épilycos, oncle d’Andocide, signe avec la Perse de Darius II un traité de paix et d’amitié (And. 3.29)364. En 412-411, les Athéniens nourrissent encore l’espoir, que leur fait miroiter Alcibiade, d’une alliance perse, alors même que le Roi, Darius II, non sans de multiples atermoiements, se tourne vers Sparte (Thc. 8.18, 36-37, 43-59, 88)365, définitivement à partir de 408-407, au point que l’ambassade athénienne, venue solliciter l’alliance royale dans l’espoir d’obtenir l’or précieux, est retenue par le satrape Pharnabaze trois ans durant, pendant que le Spartiate Lysandre reçoit un soutien déterminant de Cyrus, le fils du Roi (Xen., HG, 1.3.13 ; 4.1-7 ; 5.1-9 ; 6.6-11 ; 2.1.11-14). Des deux, ou trois côtés, athénien, spartiate, perse, chacun ne cherche que son intérêt, avec le souci naturel de ne pas dépasser la limite au-delà de laquelle les concessions ne seraient plus supportables (Thc. 8.52-54 et 56, 4-5) : le traître, manifestement, n’est plus, à Athènes comme à Sparte, celui qui apporterait à sa cité l’or perse pour lutter contre la cité rivale, mais bien celui qui s’entend avec la cité grecque à présent ennemie pour écarter de sa cité la manne financière perse, en d’autres temps méprisée ou rejetée comme preuve de trahison, et à présent convoitée366.

  • 367 En 411, à la veille du coup d’État, Pisandre expose aux Athéniens, en pleine séance de l’Ekklèsia, (...)
  • 368 Cf. Rhodes 1972, 37 ; Lévy 1976, 33 n. 9 et 10 ; Lewis 1977, 86 n. 19 ; Ostwald 1986, 357.
  • 369 La réticence à conclure une alliance avec la Perse n’est pas sans analogie avec celle qui caractér (...)
  • 370 On ne peut que mentionner ici, à la fois en raison du doute qui plane sur la réalité d’un procès e (...)
  • 371 Sur l’affirmation du panhellénisme depuis la fin du ve siècle jusqu’aux premières décennies du ive(...)
  • 372 Démosthène, dans sa harangue Sur les Symmories, prononcée en 354, s’exprime selon la rhétorique pa (...)

113Dans le cas d’Athènes, ces démarches, même avouées367, n’entraînent pas l’abandon des vieilles formules antiperses (Aristoph., Eq., v. 478-479)368, dont on peut se demander si elles n’étaient guère plus alors qu’une phraséologie de façade, exprimant une hostilité à la fois réelle et dépourvue d’effet, ou si elles pouvaient entraîner véritablemement la définition d’un délit et une sanction. Il est sûr néanmoins que, lorsque la cité recherche l’alliance avec la Perse, c’est en dernier recours369, car ce rapprochement va contre le sentiment populaire370. L’inquiétude latente demeure à l’égard du Barbare, auquel on ne saurait s’allier de gaieté de cœur. Même lorsque leur cité a conclu une alliance avec la Perse, certains Grecs, tel le Spartiate Callicratidas, demeurent hostiles. Le dilemme aurait été pour les Athéniens, s’ils avaient vraiment eu le choix, entre la défense d’Athènes en acceptant l’aide perse, garantie d’une victoire probable, ou la défense d’Athènes en refusant cette aide, qui, se portant du côté de Sparte, créait un déséquilibre pouvant être fatal à la cité. Ainsi, dès la fin du ve siècle, en dépit des rivalités qui ont entraîné une guerre hellénique, certains Grecs regrettent le conflit qui oppose leurs cités et, renouant avec le panhellénisme des premières décennies du siècle, n’hésitent pas à affirmer qu’ils se sentent mieux entre Grecs : le Barbare, qui est fondamentalement Autre, est simplement utile, de manière provisoire et à condition de ne pas dépasser certaines limites, pour dominer, ou tout au moins remettre à leur juste place, d’autres Grecs. Au cours du ive siècle, ce renouveau panhellénique s’affirme, au moins dans la rhétorique athénienne, en lien avec l’exaltation des guerres médiques et en réaction à l’influence prise par le Roi dans les affaires grecques depuis la paix générale de 386371 : dans une situation mouvante, où une cité hégémonique chasse l’autre, la guerre entre Grecs, avec ses violentes rivalités, est condamnée, la solidarité grecque est mise en avant, dans le rappel du passé glorieux des guerres médiques, dans lequel les “traîtres” sont associés au Barbare. La défaite athénienne à Embata en 355 et l’ultimatum d’Artaxerxès III semblent donner raison à l’antimédisme ancestral, que renforce le panhellénisme prêché par Isocrate : aucun rapprochement officiel avec la Perse ne peut se concevoir à Athènes pour lutter contre la Macédoine, malgré les intrigues secrètes de Démosthène, pour lequel Philippe lui-même n’est qu’un Barbare372

Accusations de trahison par médisme

L’accusation contre Hipparchos, fils de Charmos

  • 373 Sur le procès intenté en 489 à Miltiade, cf. infra p. 000.
  • 374 Hipparchos avait dû être élu à l’archontat après la défaite subie par les Grecs à Éphèse, sans dou (...)
  • 375 Sur le rappel des ostracisés, cf. supra p. 000. D’après Ghinatti 1970, 127 n. 41, Hipparchos fut e (...)
  • 376 Lycurg., C. Leoc., 117 : “Hipparque, fils de Charmos, accusé de trahison devant le peuple, s’étant (...)
  • 377 Berti 2004, après avoir rappelé, 168-170, les différents problèmes, d’ordre chronologique et d’ord (...)
  • 378 Sur la question de la réalité d’un procès, cf. Raubitschek 1958, 105-109, qui soulève le délicat p (...)
  • 379 La question se pose de la nature et de la date de la statue, et de l’authenticité du décret par le (...)
  • 380 Pour une étude détaillée du terme adikia et des délits qu’il peut recouvrir, cf. Lavelle 1988, 19- (...)
  • 381 Sur l’accusation de trahison portée contre Hipparchos, cf. Lavelle 1984, 17-19 ; id. 1988, 30-31 ; (...)

114Le stade du simple soupçon d’intelligence avec l’ennemi fut dépassé, peut-être dès 489, quelques mois après Marathon, lorsque le grand vainqueur, Miltiade, qui était parti à la tête d’une flotte athénienne soumettre les Cyclades, revint, défait, de Paros, pour se trouver en butte à une accusation de “tromperie à l’égard du peuple” (apatè tou dèmou), ou même de trahison (prodosia)373. Avec Miltiade, le peuple frappa l’Athénien peut-être le plus éminent de la cité : deux ans plus tard, il entreprit de continuer à affirmer son pouvoir, cette fois-ci avec le premier ostracisme, qui atteignit en 487, en la personne d’Hipparchos, fils de Charmos, un Pisistratide, dont nous savons qu’il avait été élu archonte en 496 et qu’il tenait un rôle important dans la cité374. Hipparchos dut, comme les autres ostracisés, être rappelé à la veille de la seconde guerre médique, car aucune des sources qui mentionne ce rappel collectif ne dit qu’il en fut exclu375. Or, d’après une source tardive, l’orateur et homme d’État Lycurgue, prononçant en 330 son discours Contre Léocrate, Hipparchos, accusé de trahison, fut, à une date que nous ne connaissons pas, jugé et condamné à mort par contumace, et la statue de bronze qu’il avait dédiée sur l’Acropole fut, à la suite d’un décret, fondue et transformée en stèle où son nom fut inscrit comme celui d’un traître, inaugurant la liste des noms de traîtres qui y furent ensuite régulièrement portés, et que Lycurgue put encore faire lire à son auditoire376 (§117). Beaucoup d’obscurités et d’incertitudes entourent cependant cette accusation portée contre Hipparchos377, non seulement à propos de ce que ne dit pas Lycurgue, mais aussi à propos de ce qu’il dit, à tel point qu’il a même été avancé que Lycurgue, dans une erreur explicable par le décalage chronologique et par l’ignorance relative des Athéniens eux-mêmes quant à cette période, aurait transformé en procès pour trahison l’ostracisme dont Hipparchos fut frappé le premier378 ; lorsque la réalité de l’accusation est acceptée, plusieurs hypothèses, mettant en question notamment la date et la nature de la statue et l’authenticité du décret, ont été avancées sur la date de l’accusation et sur la nature exacte du fait reproché379. En l’absence de toute indication autre que celle de Lycurgue, qui mentionne l’adikia dont s’était rendu coupable Hipparchos, mais sans préciser quelle était la nature de la faute générale comprise sous ce terme380, nous ignorons, s’il faut bien distinguer entre ostracisme et accusation de trahison, ce qui s’ajouta, et dans quel laps de temps, à la suspicion des Athéniens à l’égard d’Hipparchos pour les faire passer de l’ostracisme, qui n’était en aucun cas une condamnation, à une accusation formelle et grave, débouchant sur une condamnation réelle ; de même, notre incertitude est grande quant à la procédure qui aurait été suivie pour cette accusation381.

  • 382 Le refus de rentrer à Athènes, après le rappel d’ostracisme, pouvait-il être frappé d’une accusati (...)
  • 383 L’hypothèse de l’entrée d’Hipparchos dans Athènes avec les Perses pourrait expliquer que la statue (...)

115Comme nous perdons toute trace de l’activité d’Hipparchos au-delà de son ostracisme, il est loisible de penser que, après son départ, chassé pour une période de dix ans, il s’établit sur le territoire de l’empire perse, où étaient déjà installés plusieurs membres de sa famille, autour desquels gravitait une petite “colonie” athénienne : peut-être refusa-t-il de rentrer, quand il fut rappelé à Athènes avec les autres ostracisés ; peut-être rentra-t-il effectivement, mais aux côtés des Perses, et fit-il partie des Athéniens exilés que Xerxès chargea, lors de la première prise d’Athènes, avant Salamine, de sacrifier sur l’Acropole (Hdt. 8.52-55)382. Tout cela, si cette hypothèse est exacte, justifierait l’accusation de prodosia portée par les Athéniens contre l’un des leurs qui, comme Hippias en 490, aurait accompagné les Perses, prêt à profiter de la défaite de ses compatriotes ; que le procès ait eu lieu par contumace s’expliquerait d’autant plus facilement que, très certainement, Hipparchos, au cas où il serait venu à Athènes avec les Perses, serait reparti avec eux383.

  • 384 Hansen 1975, 69-70, se fondant sur l’expression “οὐχ ὑπομείναντα τὴν πεϱὶ τῆς πϱοδοσίας ἐν τῷ δήμῳ (...)
  • 385 Que le retour d’Hipparchos à Athènes fut voté par les Athéniens comme pour les autres ostracisés s (...)
  • 386 On rappellera, pour illustrer la prudence nécessaire dans l’interprétation de faits, antérieurs pe (...)

116Mais il n’est pas impossible non plus qu’Hipparchos, rappelé par les Athéniens avec les autres ostracisés, soit effectivement rentré dans sa patrie : il serait étonnant en effet que Lycurgue, voulant convaincre ses concitoyens que leurs ancêtres ont systématiquement usé de rigueur à l’égard des traîtres (§116), ne fasse pas mention d’un éventuel retour d’Hipparchos à Athènes aux côtés des Perses, qui, s’il s’était produit, aurait durablement frappé les esprits. Les termes employés par Lycurgue – “n’ayant pas attendu le procès pour trahison devant le peuple”, – (οὐχ ὑπομείναντα τὴν πεϱὶ τῆς πϱοδοσίας ἐν τῷ δήμῳ ϰϱίσιν) (§117) – sous-entendent en outre qu’Hipparchos était présent à Athènes avant l’ouverture du procès mais que, ne pouvant en soutenir le choc, il préféra quitter la ville avant une condamnation à laquelle il s’attendait384 : or, si Hipparchos était présent avant son procès, c’est qu’il n’avait pas dû rentrer dans la ville avec les Perses, car il se serait sûrement retiré alors avec eux après Salamine : il avait donc bien dû rentrer à Athènes avec les autres ostracisés385. En restant dans le domaine mouvant des hypothèses, le seul qui convienne, dans l’état actuel de nos connaissances, à l’accusation pour trahison d’Hipparchos386, on penchera donc, plutôt que pour une accusation de trahison qui aurait découlé d’une entrée dans Athènes avec les Perses, comme celle qu’avait effectuée Hippias dans la plaine de Marathon en 490, pour une accusation fondée, dans le contexte de méfiance dont témoignent ostracismes effectifs et inscriptions sur ostraka dans les décennies 480 et 470, sur un fort soupçon ou peut-être sur une preuve réelle d’entente avec l’ennemi, sur place à Athènes. Dans cette hypothèse, Hipparchos aurait été accusé d’être entré en relation avec des Grecs passés à l’ennemi, des Athéniens, sans doute des Pisistratides, parents à lui qui avaient accompagné Xerxès et sacrifièrent sur l’Acropole avant Salamine (Hdt. 8.52-54), et peut-être, par leur intermédiaire, avec des Perses de l’armée de Xerxès ou de Mardonios, qui envahirent Athènes à deux reprises. Quelle pouvait être la nature de ces relations, Hipparchos aurait-il, en toute bonne foi, sous-estimé leur gravité, puisqu’il semble, d’après Lycurgue, avoir été présent à Athènes lorsque l’accusation fut intentée contre lui et n’aurait-il compris que dans un second temps qu’il risquait la mort dans ce procès ? Après Salamine et Platées, alors que tyrannie et médisme apparaissaient aux Athéniens comme étroitement liés l’un à l’autre et étaient pareillement honnis, dans le climat de peur qu’avait connu la cité qui se sentait tout juste dégagée d’une menace qu’elle attribuait pour une bonne part aux descendants de l’un des siens, il devait être très difficile, quoi qu’il ait fait, pour un Pisistratide, qui, déjà, avait été le premier Athénien frappé par l’ostracisme après Marathon, de conserver une place dans la cité : le soupçon de médisme, présenté comme une certitude, suffisait à ruiner les réputations les mieux établies et même à emporter la condamnation, quelques années plus tard, d’un homme comme Thémistocle.

  • 387 Sur le châtiment de Phrynichos, Archeptolemos et Antiphon, et sur l’usage du bronze pour la transc (...)

117Quel qu’ait été l’acte commis par Hipparchos, sa statue fut, à une date que nous ignorons, fondue en une stèle sur laquelle furent, à la suite du sien, gravés les noms des traîtres, dorénavant exposés à la haine du peuple, et que pouvaient lire Lycurgue et ses contemporains : cette stèle de bronze, la “stèle des traîtres” devait, sur ce matériau impérissable, laisser aux générations futures un témoignage perpétuel, à valeur d’enseignement, sur l’indignation de la cité à l’égard de ceux qui l’avaient trahie (§ 119). Les décrets relatifs à Phrynichos, à Archeptolemos et à Antiphon seront pareillement, en 410, gravés sur une stèle de bronze et exposés, pour rappeler éternellement la honte attachée à leurs noms et exhorter les Athéniens à la sévérité : cet objectif en effet est bien atteint en 330, puisque Lycurgue fait donner lecture, lors de son discours d’accusation contre Léocrate, du décret contre Phrynichos (§115), et s’appuie sur la sévérité passée des Athéniens pour les encourager à continuer à agir de même387.

L’accusation contre Thémistocle

  • 388 Le rapprochement s’impose entre l’accusation portée contre le vainqueur de Salamine et celle qui a (...)
  • 389 Sur la question de savoir si Thémistocle agissait contre Sparte par conviction ou parce qu’il y ét (...)
  • 390 Pour une étude récente et complète, centrée sur Thémistocle, du récit d’Hérodote de la seconde gue (...)
  • 391 Sur l’accusation de “médisme” forgée par Thémistocle contre ses rivaux politiques, particulièremen (...)

118Nous connaissons en effet une autre accusation de trahison pour entente avec les Perses portée officiellement par la cité : à la différence de la précédente accusation, qui fut intentée contre un homme, Hipparchos, dont nous savons au moins de manière sûre qu’il ne s’était jamais signalé d’une quelconque manière contre les Perses, cette autre accusation de médisme fut portée contre un Athénien qui avait joué un rôle capital dans la défense athénienne de la seconde guerre médique et dont rien, lorsque la révélation soudaine fut apportée de sa collaboration avec l’ennemi, ne pouvait laisser présager une possible entente avec les Perses388. Thémistocle en effet, le vainqueur de Salamine, après avoir connu son heure de gloire à la fin du second grand conflit, s’était trouvé progressivement relégué au second plan pendant qu’Athènes, à la tête de ses alliés de la Ligue de Délos, menait ses expéditions maritimes ; Aristide et Xanthippe continuaient encore quelque temps à tenir un rôle important, Cimon surtout, affable et populaire, passait sur le devant de la scène, occupé à poursuivre les Perses contre lesquels la cité s’exaltait, tandis que Thémistocle, le créateur de la flotte athénienne, écarté dans les faits des opérations militaires, alors qu’il dirigeait opiniâtrement ses efforts contre Sparte, l’adversaire inévitable d’un futur proche, semblait l’homme du passé389. C’est dans ce contexte d’expansion de la Ligue de Délos que Thémistocle, qui décidément lassait, fut ostracisé, très certainement en 470390 : sans doute fut-il l’objet, dans un jeu politique où le facteur personnel et psychologique primait, d’une campagne de dénigrement de la part de ses rivaux, comme bien d’autres l’avaient été avant lui, et pour certains par ses propres soins391.

  • 392 Sur l’ostracisme de Thémistocle, cf. principalement Thc. 1.135.2-3 et Plut., Them., 22. Les témoig (...)
  • 393 Pour la datation du procès de Thémistocle, cf. Carawan 1987, 196-200.
  • 394 La digression que Thucydide consacre à Thémistocle, après celle qu’il consacre à Pausanias, tout à (...)
  • 395 Pour une étude des principales sources littéraires sur Thémistocle, cf. Podlecki 1975, 47-142. Sur (...)
  • 396 En raison de la divergence des sources, la question est controversée de savoir si Thémistocle fut (...)
  • 397 Sur la carrière de Thémistocle en général, et particulièrement sur sa chute, de l’ostracisme à la (...)

119On remarquera cependant que ni les sources sur son ostracisme, ni les ostraka à son nom qui ont été retrouvés, n’établissent alors la moindre relation entre un soupçon de médisme et le vote de ses concitoyens392 : c’est alors qu’il se trouvait en exil, où il était parti conformément à la volonté des Athéniens, que Thémistocle se retrouva l’objet d’une accusation de trahison au profit des Perses, à un moment qu’il faut sans doute placer en 467/6, par synchronisme avec la mort du régent Pausanias de Sparte, et du siège de Naxos, évoqué par Thucydide (1.137.2) lors de la fuite de Thémistocle393. Thucydide, au livre I de son ouvrage, a consacré une longue digression (§135-138) à Thémistocle, dans laquelle il rapporte comment le grand Athénien, alors qu’il résidait en exil à Argos, se trouva mis en cause par les Lacédémoniens394. Ceux-ci, qui disaient avoir convaincu de collaboration avec les Perses le régent Pausanias, mort de faim dans le sanctuaire d’Athéna Chalkioikos- où les éphores l’avaient fait emmurer (Thc. 1.134), affirmèrent détenir la preuve de la complicité de Thémistocle et réclamèrent pour lui auprès des Athéniens un châtiment identique à celui de leur concitoyen. Nous disposons encore, pour compléter le récit parfois rapide de Thucydide, du récit de Diodore (11.54-56), inspiré principalement d’Éphore, et de celui que fait Plutarque dans sa Vie de Thémistocle (23) : les deux auteurs, s’appuyant sur de nombreuses sources, donnent des informations plus poussées, mais qui ne font pas pour autant disparaître toute zone d’ombre, sur les relations qu’auraient entretenues Pausanias et Thémistocle, sur le ou les procès auxquels Thémistocle aurait été en butte, sur les raisons que pouvaient avoir les Athéniens de se laisser convaincre par les Lacédémoniens, sur l’identité de l’accusateur athénien de Thémistocle et sur la manière dont se serait défendu dans un premier temps Thémistocle à l’annonce de l’accusation portée contre lui395. Finalement, Thémistocle, poursuivi à la fois par des émissaires lacédémoniens et athéniens chargés de l’arrêter, prit la fuite : quittant le Péloponnèse, il se réfugia d’abord chez les Corcyréens, qui ne voulurent pas le garder par crainte de Sparte et d’Athènes, puis en Épire, chez le roi des Molosses, Admète, qui le fit passer à Pydna, sur le golfe Thermaïque, d’où, après une traversée mouvementée, il arriva en territoire perse, en Ionie. La traque, à propos de laquelle se pose parfois la question de la part de légende qui est entrée dans cette histoire, s’arrêta là : Thémistocle entra en relation avec le Grand Roi396, qui lui accorda l’asile et auprès duquel il se rendit un an plus tard, quand il se fut familiarisé avec la langue et les coutumes perses. Le destin de Thémistocle, auquel Thucydide rend hommage pour son exceptionnelle intelligence et son rôle décisif dans l’histoire d’Athènes, voulut ainsi que le vainqueur de Salamine, celui qui avait tourné les Athéniens vers la mer et fait le plus de mal aux Perses, finît sa vie avec honneur chez ces mêmes Perses, après avoir été accusé de trahison à leur profit par ses concitoyens397.

  • 398 Sur l’“affaire de Pausanias”, qui révéle, outre une incontestable dérive personnelle, la division (...)
  • 399 Sur l’hostilité de Thémistocle envers Sparte et sur la construction des fortifications dès la fin (...)

120Thucydide, dans son récit, ne dit rien de précis sur les “preuves” de la culpabilité de Thémistocle que les Lacédémoniens affirmèrent détenir ; Diodore (11.55, 3-4 et 55, 7-8) et Plutarque (Them., 23) écrivent que Thémistocle, lorsqu’il fut ostracisé, fut mis par Pausanias au courant de ses projets d’entente avec le Grand Roi, qu’il refusa de s’y associer, mais qu’il n’en dit rien à personne, considérant sans doute qu’ils n’avaient aucune chance de réalisation. On remarquera que les deux hommes, tous deux au faîte de leur gloire à la fin de la seconde guerre médique, se trouvaient au même moment écartés de leur cité : Pausanias, après le premier procès dans lequel il avait été acquitté, en 477, n’avait plus reçu de mission officielle de Sparte et séjournait en Asie à titre privé lorsqu’il fut accusé à Sparte et convaincu de médisme, et peut-être aussi de menées révolutionnaires contre le régime spartiate, à une date difficile à préciser, entre 470 et 465 sans doute398. L’enquête sur les agissements de Pausanias en Asie, après la mort du régent, avait permis aux Spartiates, selon leurs dires, de découvrir des preuves de la culpabilité de Thémistocle : ils affirmèrent qu’à tout le moins l’Athénien était au courant et n’avait rien dit. Surtout, les Lacédémoniens avaient des raisons de craindre Thémistocle et de vouloir l’abattre, à un moment où il était en butte à l’hostilité de ses concitoyens et donc vulnérable : ils se souvenaient du rôle qu’avait joué Thémistocle en 478, lui qui, alors qu’ils lui avaient décerné auparavant les plus grands honneurs (Hdt. 8.124), les avait bernés à Sparte pendant que les Athéniens se hâtaient pour construire des fortifications autour de leur ville (Thc. 1.90-91) ; plus grave, Thémistocle, depuis son ostracisme, séjournait dans le Péloponnèse, à Argos, la vieille ennemie de Sparte, et s’ingéniait à y attiser l’hostilité contre Sparte399.

  • 400 Frost 1968, 105-124, insiste sur le côté personnel et psychologique, et non logique, du jeu politi (...)
  • 401 Cf. les ostraka portant des inscriptions hostiles à Habrônichos, Léagros et Kallias, supra p. 000.
  • 402 Les Athéniens reprochent finalement à Thémistocle sa souplesse, son ingéniosité, qu’il avait démon (...)
  • 403 Sur les relations entre Thémistocle et Timocréon de Rhodes, poète “médisant”, dont nous connaisson (...)
  • 404 Thémistocle suscita les passions dès Salamine, par la force de sa personnalité, par ses conviction (...)

121Les Athéniens semblent avoir été convaincus sans difficulté de la culpabilité de Thémistocle : des lettres qui auraient été trouvées lors de l’enquête sur Pausanias furent produites par les Lacédémoniens, sans que nous sachions exactement en quoi consistait la “preuve” de la culpabilité de l’Athénien. Mais celui-ci, ostracisé depuis peu, était nécessairement mal vu par une majorité d’Athéniens, car cette antipathie n’avait pas eu le temps encore d’être apaisée par sa mise à l’écart : le préjugé défavorable dont il souffrait, fondé sur des raisons personnelles plus que proprement politiques400, fut accru par la nature même de l’accusation qui lui était adressée. Il régnait en effet toujours à Athènes, nous l’avons constaté avec l’étude des ostraka401, un fort climat d’antimédisme, dû à la fois au souvenir d’une guerre effroyable, à l’exaltation de victoires, celles de 480 et de 479, qu’on disait héroïques, mais aussi des victoires toutes fraîches de Cimon, et à l’appréhension d’un retour perse encore possible, climat qui permit à ses adversaires d’exploiter contre lui la crédulité des Athéniens, d’autant que son habileté, sa capacité à monter des stratagèmes ou encore la cupidité qu’on lui prêtait, pouvaient précisément être mises en avant pour expliquer l’incroyable, la trahison en faveur des Perses du vainqueur de Salamine402. L’âpreté jubilatoire dont sont empreints les poèmes de Timocréon de Rhodes, anciennement lié à Thémistocle par des liens de xenia, lorsque l’Athénien fut accusé à son tour de médisme, comme lui-même l’avait été quelques années plus tôt sans avoir obtenu de son hôte alors puissant le soutien qu’il en avait espéré403, montre bien les passions que suscita Thémistocle, à Athènes même et en dehors d’Athènes404.

  • 405 Nous ne savons rien par ailleurs de Léobotès, mais il est vraisemblable qu’il renvoyait à Thémisto (...)
  • 406 Sur la procédure, graphè prodosias ou eisangélie, qui fut suivie pour intenter une accusation de p (...)
  • 407 Sur la question, chez Diodore et chez Plutarque, influencés par Éphore et l’historiographie du ive(...)
  • 408 Sur les mobiles de certains chefs thessaliens médisants, cf. Hdt. 7.6 et 130.
  • 409 Cf. Thc. 1.128-130.
  • 410 Cf. Plut., Them., 11.1 ; Arist., 8.1 : cf. supra p. 000.

122La question du nombre et de la nature des procès n’est pas claire : dans un premier temps peut-être, Thémistocle, accusé de trahison à Athènes même par un certain Léobotès d’Agrylè, un Alcméonide (Plut., Them., 23)405, peut-être dans le cadre d’une eisangélie, ou d’une graphè prodosias406, se serait justifié par lettre, protestant qu’il n’avait jamais eu l’intention de livrer la Grèce aux Perses ; mais ses adversaires, parmi lesquels Plutarque cite, dans la Vie d’Aristide (25.10), “Cimon et beaucoup d’autres”, ne renoncèrent pas, soutenus par les Lacédémoniens, et tous, déclarant que c’était “la Grèce” que Thémistocle voulait trahir, et pas seulement Athènes, réclamèrent sa comparution devant “les Grecs”407. Il est en tout cas certain, comme le souligne Thucydide, qu’Athéniens et Lacédémoniens étaient unis dans leur volonté d’arrêter Thémistocle et dans la poursuite à travers la Grèce à laquelle ils se livrèrent. Au-delà des motifs personnels qui poussaient les adversaires de Thémistocle à intenter une action contre lui, les Athéniens durent bien s’interroger, s’ils accordaient crédit aux “preuves” alléguées contre Thémistocle, sur les raisons susceptibles d’avoir poussé leur compatriote à trahir : l’ambition personnelle, la soif d’honneurs et d’argent étaient les mobiles fondamentaux qui avaient poussé certains Grecs, dès avant l’invasion perse de 480-479, à “médiser”408 ; Pausanias lui-même, d’après ce qui lui avait été reproché depuis son arrivée à Byzance, s’était laissé séduire par le luxe perse et aurait projeté d’occuper une place de choix à la cour du Grand Roi409. Plutôt que ces mobiles très humains, mais auxquels on pouvait s’étonner qu’ait cédé, après la victoire, un homme qui était resté ferme dans le danger le plus pressant, ne pouvait-on penser au désir de vengeance d’un homme chassé par l’ostracisme, alors qu’il s’attendait à l’éternelle gratitude de ses compatriotes ? Ce sentiment de vengeance, en effet les Athéniens l’avaient redouté, en 480, de la part de leurs concitoyens ostracisés : peut-être certains ont-ils pensé sincèrement, comme l’idée leur en était venue pour Aristide ou d’autres410, que Thémistocle ostracisé avait pu proposer ses services aux Perses pour rentrer avec honneur dans sa patrie.

  • 411 D’après Diodore 11.55.5-7, les Athéniens craignaient d’être discrédités aux yeux des Grecs par les (...)
  • 412 D’après Diodore 11.55.5-8, Thémistocle savait qu’un procès devant le “congrès des Grecs” se termin (...)
  • 413 D’après Plutarque, Thémistocle, 24.6, qui cite Stésimbrote comme source, Épicratès aurait été cité (...)

123D’après les sources dont nous disposons, Thémistocle dut essayer dans un premier temps de se disculper, par lettre, auprès des Athéniens (Plut., Them., 23.4-5) ; mais son absence d’Athènes, imposée par l’ostracisme, affaiblissait sa défense, l’empêchant de faire travailler activement en sa faveur ses réseaux d’amitié et de clientèle et, qu’il soit parvenu ou non à se disculper dans une première phase, le répit ne fut de toute façon que de courte durée, car les Athéniens et les Lacédémoniens envoyèrent conjointement des émissaires dans le Péloponnèse, où il s’était fixé depuis son ostracisme, pour l’arrêter et le juger : Thémistocle prit alors la décision de s’enfuir, se sachant condamné d’avance par l’entente d’Athènes et de Sparte. Ses ennemis personnels étaient puissants dans sa patrie, et celle-ci se devait, d’autant plus qu’elle dirigeait une Ligue occupée à lutter contre les Perses, de montrer l’exemple aux autres Grecs, de réagir avec la plus grande rigueur contre les médisants, y compris chez elle411 ; quant à Sparte, elle avait eu le temps, depuis la remise des prix de la valeur après Salamine (Hdt. 8.123-124), de mesurer le danger que représentait pour elle un homme comme Thémistocle, et l’occasion d’établir un lien, de quelque nature qu’il ait été, entre lui et son régent Pausanias, adepte d’une politique d’expansion qu’elle avait fait le choix de rejeter, constituait une aubaine qui devait lui permettre de se débarrasser d’un homme redoutable, et qui plus est avec le concours de la patrie de ce dernier. Pausanias, embarqué dans une aventure encore mystérieuse pour nous, et de toute façon désavoué au départ par sa patrie, avait été poussé à la mort : dans un tel contexte, les craintes de Thémistocle, alors qu’il était déjà ostracisé par sa patrie, se comprennent encore plus aisément lorsque l’accord de Sparte et d’Athènes se fit contre lui : il put légitimement penser que son sort était scellé et qu’aucune défense de sa part ne pourrait rien y changer412. L’acharnement des Athéniens devait du reste se vérifier peu de temps après, lorsque l’ami de Thémistocle, Épicratès d’Acharnes, accusé par Cimon d’avoir aidé dans sa fuite un homme recherché pour trahison, fut jugé coupable et condamné à mort (Plut., Them., 24.6)413.

  • 414 Cf. supra p. 000.
  • 415 De l’évocation d’un mariage de Pausanias avec une fille du Grand Roi ou du satrape Mégabatès on ra (...)

124Peut-on penser qu’il y eut effectivement prodosia de la part de Thémistocle au profit de la Perse ? Tout fait penser qu’intervinrent dans cette affaire des intérêts très divers, de cités et de particuliers, dont certains furent peut-être de bonne foi et que, la passion et le parti-pris s’en mêlant, dans un contexte où l’accusation de trahison était facilement utilisée, Thémistocle, abandonné et même accablé par les siens, n’eut finalement d’autre solution, par le retournement même dont on l’accusait, que de s’enfuir chez celui au profit duquel on l’accusait de trahir. Thémistocle, ostracisé, fut sans doute en contact avec Pausanias, et c’est à partir de cette seule relation que les Lacédémoniens purent monter leur machination contre lui, d’autant plus aisément que Pausanias était mort ; avec le temps, l’extraordinaire destin des vainqueurs des deux grandes batailles de la seconde guerre médique subit, dans la tradition orale, enjolivements et broderies, qui en firent par certains aspects, pour Thémistocle surtout, presque une légende. On ne peut manquer ainsi d’être frappé par la présence dans ces récits d’éléments caractéristiques de la notion que les Grecs se faisaient de la prodosia, tels que nous les avons examinés dans l’histoire d’un personnage mythique qui n’est pas sans ressemblances avec Thémistocle : Palamède en effet, héros de la guerre de Troie, dont la mésaventure était connue par les Nostoi et les Chants cypriens, avant d’être traitée par les trois grands Tragiques puis de fournir la matière à des défenses fictives, comme celle que rédigea Gorgias414, fut victime, de la part d’Ulysse qui voulait se venger, d’une calomnieuse accusation de trahison, dans laquelle on trouve, inventés de toutes pièces, les ingrédients typiques de la trahison, à savoir la correspondance qu’auraient échangée Palamède et Priam, le tas d’or qui aurait corrompu Palamède, et même la promesse d’un mariage avec Cassandre – que l’on rapprochera de la correspondance de Pausanias avec Xerxès, correspondance dans laquelle aurait été impliqué Thémistocle, de la lettre de Thémistocle lui-même au Roi, de la promesse d’argent et d’honneurs à Pausanias, de l’évocation d’un possible mariage de Pausanias avec une fille de Xerxès et des honneurs finalement accordés par le Roi à Thémistocle, à sa cour et à Magnésie415. Les accusations portées contre Pausanias et Thémistocle, inextricablement mêlées dès le moment où elles furent portées contre eux, comportaient ainsi des éléments, trop beaux pour être vrais, mais qui étaient agencés de manière à emporter l’adhésion parce qu’ils ne laissaient apparemment rien de côté qui eût pu faire mettre en doute la culpabilité des accusés. Les personnalités mêmes de Thémistocle et de Palamède, tous deux ingénieux, et bienfaiteurs chacun à sa manière, grâce à leur ruse ou à leur capacité d’invention, de l’armée à laquelle ils appartenaient, pouvaient paradoxalement contribuer à inspirer la méfiance et à expliquer a posteriori la trahison : l’habileté, si elle n’est pas conduite par une droiture native, ne saurait-elle pas être déviée par l’ambition ou par l’appât du gain ?

  • 416 Cf. Plut., Them., 5.4 et 21.3 : les ennemis personnels de Thémistocle opposaient les manières dont (...)
  • 417 Sur les appréciations, après coup, des stratagèmes et en fait du comportement général, de Thémisto (...)

125Après la chute de Thémistocle, ses ennemis personnels, grossis de ceux qui en tout temps accablent les grands tombés dans la disgrâce, purent encore plus facilement opposer, à l’illustre ascendance des Alcméonides, qui semblaient reprendre le dessus, ou encore à celles d’Aristide, de Cimon ou de Xanthippe, l’origine plus modeste du Lycomide416. L’ingéniosité de Thémistocle, après sa chute, n’était plus considérée comme une forme de l’intelligence, de la xunesis que devait tant priser Thucydide, elle n’était plus que la marque d’un esprit retors, attaché à son seul intérêt : elle n’était plus finalement que le terreau favorable à l’acte de trahison qui venait de s’accomplir, et dont les manifestations annonciatrices, au lieu d’être sous-estimées, auraient dû servir d’indices pour découvrir le penchant à la prodosia, avant que celui-ci ne se concrétise dramatiquement417.

  • 418 Sur la situation des citoyens accusés dans le cadre d’une eisangélie, qui purent dans les faits se (...)
  • 419 Cf. Piccirilli 1987, 40-42 ; cf. infra, n.000 p. 000 et p. 000.
  • 420 D’après Hansen 1975, 70 n. 7, la privation de sépulture en Attique et la volonté d’arrêter Thémist (...)

126Aucune source antique n’indique que la condamnation à mort fut prononcée contre Thémistocle : mais, alors que l’exil était une peine qui dans les faits se substituait à la condamnation à mort lorsque l’accusé était absent418, et qui pouvait s’appliquer en cas de trahison419, le fait que Thémistocle ait été poursuivi malgré son exil laisse penser que les Athéniens estimaient nécessaire de pouvoir l’entendre, parce que les faits reprochés étaient à leurs yeux assez graves pour lui faire éventuellement encourir la peine de mort, et aussi parce que l’affaire avait pris, sous la pression lacédémonienne, une dimension panhellénique qui contraignait les Athéniens à faire preuve de la plus forte détermination pour arrêter celui qui était présenté comme traître à la Grèce. Thémistocle, condamné pour trahison par contumace, dut en fait être condamné à la confiscation de ses biens, à l’exil et à l’interdiction de sépulture en Attique : Thucydide écrit que c’est à l’insu des Athéniens que sa famille fit, selon son souhait, rapatrier ses restes, et précise bien qu’il était interdit de l’ensevelir en Attique, en tant que banni pour trahison (1.138.6)420.

  • 421 Plut., Thémistocle, 24.7 et 25.1, mentionne, pour l’écarter aussitôt au nom de l’invraisemblance, (...)
  • 422 Lenardon 1978, 135-136, souligne combien absurde aurait été la méfiance de Thémistocle à son arriv (...)
  • 423 En 415, Alcibiade, accusé de sacrilège et risquant la peine de mort dans sa patrie, n’aura d’autre (...)
  • 424 Sur l’interprétation négative des actes de Thémistocle par ses ennemis, cf. supra p. 000. D’après (...)
  • 425 Sur l’avantage que présentait pour le Roi le ralliement, quelle qu’en ait été sa cause, de Grecs d (...)
  • 426 Sur les promesses de services contre la Grèce qu’aurait faites Thémistocle au Roi, cf. Thc. 1.137- (...)

127La question de la condamnation ne peut être traitée séparément de celle de la fuite en Perse, qui pouvait sembler donner consistance à l’accusation : l’arrivée de Thémistocle dans l’empire perse était-elle connue lorsque la condamnation fut prononcée et, si elle était connue, eut-elle une conséquence sur le verdict, dont aucune source ne permet d’affirmer qu’il fut la peine capitale ? Thémistocle, lorsqu’il se vit sur le point d’être arrêté par les Athéniens et les Lacédémoniens, dans un contexte où il craignait pour sa vie (Thc. 1.136.4), traqué dans tout le Péloponnèse, tenta d’abord de trouver refuge à Corcyre, où il jouissait du titre de bienfaiteur : mais, ne pouvant y rester en raison de la puissance de Sparte et d’Athènes à laquelle les Corcyréens ne se sentaient pas en état de résister, et poursuivi jusqu’en Épire, il n’eut plus d’autre solution que de solliciter la protection de la Perse421. Il est manifeste, en raison de la direction que prit d’abord Thémistocle, puis des précautions dont il s’entoura lors de son arrivée dans l’empire, où il savait sa tête mise à prix, que cette destination n’avait pas été prévue dès l’origine : elle s’imposa plutôt au fugitif comme une nécessité pour échapper à l’acharnement de ses poursuivants – comme elle s’était imposée avant lui à Hippias, encore que celui-ci n’ait pas été en son temps soumis à une nécessité aussi forte422. Contraint de quitter la Grèce, Thémistocle devait se fixer pour objectif, s’il tenait à garder la vie, de se faire accepter dans le seul État où l’autorité de Sparte et d’Athènes ne pouvait rien et au profit duquel on l’accusait de trahir423 : c’était l’empire perse, auquel il avait causé le plus grand mal quelque quinze ans plus tôt, et dont il savait bien, en raison de l’inexistence de ces relations qu’on lui reprochait, qu’il ne pouvait compter que sur son intelligence pour y parvenir. Grâce à son habileté, à sa pénétration psychologique, à sa souplesse, toutes formes de cette intelligence tant admirée de Thucydide, il y parvint fort bien, de sorte que se pose inévitablement la question, – au-delà de celle de relations antérieures remontant au lendemain de Salamine, que lui-même dut bien rappeler, comme ses adversaires l’avaient fait424 –, des promesses que put faire Thémistocle au Grand Roi : du côté perse en effet, une fois surmontée, au nom de l’intérêt de l’empire, la rancune à l’égard de l’artisan de la défaite perse à Salamine, on comprend l’étonnement et la joie que dut éprouver le Roi de disposer ainsi d’une éminente personnalité, pour la capture de laquelle il avait promis une récompense (Plut., Them., 26.1 et 29.3), et dont il pouvait espérer que les conseils, en temps voulu, aideraient à lui procurer la domination sur la Grèce425. Quelles furent les promesses que fit Thémistocle, obligé d’en faire pour être accepté et pour survivre ? Manifestement très vagues, elles devaient se présenter comme une offre de service en cas de besoin et n’aboutirent à rien, que le Grand Roi, occupé ailleurs, n’ait pas demandé l’aide ou les avis de Thémistocle, ou que celui-ci, le moment venu de tenir ses promesses, ait fait traîner les choses en longueur, estimant qu’il ne pouvait rien faire, ou ne voulant rien faire426.

  • 427 Sur la question d’une éventuelle réhabilitation officielle de Thémistocle, qui peut avoir eu lieu (...)
  • 428 Sur l’évolution très vite positive de l’image de Thémistocle, présenté dans la tradition littérair (...)

128Il n’est pas sûr que Thémistocle, privé du deus ex machina qui dans le mythe révèle l’innocence de Palamède, ait été officiellement réhabilité par les Athéniens, même si son exceptionnelle stature d’homme d’État, avant d’être célébrée à l’envi par les orateurs, a été unanimement reconnue dès le début du ive siècle427. Déjà au milieu du ve siècle, passée l’apogée de Cimon, les Athéniens, qui s’opposaient dorénavant aux Lacédémoniens pour l’hégémonie dans le monde grec, considéraient Thémistocle comme l’une des figures fondatrices de leur histoire récente. Périclès, d’une certaine manière, se situait dans la lignée de Thémistocle : et comment aurait-il pu être un traître, celui qui avait fait tant pour sa cité, celui dont Thucydide (1.138.3) affirmait qu’il possédait au plus haut point les qualités mêmes dont il faisait dire à Périclès, en 430 (2.60.5-6), qu’elles étaient les seules indispensables au bon chef d’État, à savoir la clairvoyance et la capacité d’exposer ses vues, celui auquel seul un incroyable revers de fortune avait dénié aux yeux du monde, dans les dernières années de sa vie, par le fait d’ennemis personnels convaincus par les Lacédémoniens, l’amour de la patrie, cette disposition dont Périclès affirmait qu’elle était le couronnement des autres qualités428 ?

  • 429 Ainsi, le Lycidas d’Hérodote (9.4-5) devient Cyrsilos chez Démosthène 18, 204. Sur l’évocation de (...)
  • 430 Démosthène notamment, mais aussi Eschine et Dinarque, citent à plusieurs reprises le décret d’atim (...)
  • 431 On consultera, sur la pensée de la vengeance dans les relations gréco-perses, depuis les guerres m (...)
  • 432 La rhétorique antiperse perdure jusqu’à Alexandre. D’une mauvaise foi flagrante, les Lacédémoniens (...)

129Les deux guerres médiques semblèrent bien avoir pour résultat, du côté grec, la proclamation, sinon la conviction, de l’inévitable hostilité entre le monde grec et l’empire perse : alors même que les affrontements effectifs cessent complètement vers le milieu du ve siècle, l’opprobre d’avoir médisé couvre toujours de honte, en plein ive siècle, l’évocation du passé de telle ou telle cité, de tel ou tel personnage… Les orateurs et hommes politiques athéniens, dans un monde où les rapports de forces ont évolué, nourrissent leurs discours de références aux exploits des grands ancêtres, auxquels ils opposent la trahison d’individus, Athéniens ou Grecs, parfois si obscurs qu’ils estropient leur nom429 ou que l’évocation de leur comportement condamnable, maintes fois refaite, sonne pour leurs auditeurs comme un signal, sans qu’ils sachent ce qui se trouve réellement derrière430. Devenu un leit-motiv obligé de la propagande grecque et athénienne, l’opposition insurmontable entre Grecs et Perses, provenant, à ce qu’affirmait déjà Hérodote (8.144), des temples et des statues des dieux, brûlés et renversés, prend avec le temps, dans les déclarations des Grecs, un caractère irréconciliable431 : de même que les destructions perses appellent la vengeance, la collaboration avec les Perses, le médisme, appelle un châtiment, que celui qui se proclame lésé veille à appliquer d’autant plus sévèrement lorsqu’à la propagande se joint un intérêt bien précis432. La trahison à la “cause hellénique”, avant même la mise en avant par Philippe et Alexandre de leur grande expédition de “représailles”, justifie ainsi, après la mise à mort sans jugement du “traître” Lycidas, la vigueur de la réaction à l’égard d’un Thémistocle accusé de médisme.

130Mais, si la condamnation du médisme demeure à la fois un principe et un masque derrière lequel s’abriter, Grecs, et Athéniens en particulier, n’hésitent plus, après la “paix de Callias”, à rechercher le Perse et même à s’entendre avec lui, lorsque leur intérêt le commande : alors que la place de premier ennemi, prise dans les faits par Sparte, n’est pas clairement attribuée à un État grec, tant demeure forte la rhétorique qui veut identifier dans le Perse l’ennemi héréditaire, l’“ennemi par nature”, avec le danger, même si la vigilance demeure, s’éloigne l’obsession du Perse. Ce retournement va si loin que les Grecs, dès les premières années de la guerre qui les met aux prises pendant près de trente ans, de 432 à 404, font des Perses les arbitres de leur lutte et recherchent auprès d’eux, parfois avec mauvaise conscience, une aide décisive : surmontant toute réticence à l’égard du Barbare, Athéniens et Lacédémoniens rivalisent à qui obtiendra l’indispensable manne financière perse. Le Grand Roi, quand le besoin d’argent se fait sentir, peut être recherché par les cités grecques en plein ive siècle, et cela jusqu’à l’expédition d’Alexandre, mais il ne sera jamais un allié que l’on se glorifie d’avoir.

La sympathie à l’égard de l’étranger : soupçon justifié ou intolérance ?

  • 433 Cf. supra p. 000.

131Toute communauté, et particulièrement la cité grecque de l’époque classique, ne peut se maintenir que dans la mesure où ses membres accordent la priorité au sentiment de leur appartenance au même ensemble : la prise en compte de l’intérêt commun assure cohésion et pérennité, là où la priorité donnée par chacun à l’intérêt particulier affaiblit et à terme détruit. L’examen des cas où des citoyens athéniens marchèrent avec l’ennemi contre leur cité nous a permis d’étudier les raisons qui les poussèrent à opérer cette rupture avec leur communauté d’origine : nous avons relevé la raréfaction, avec le temps, de ce phénomène qui fait que la démarche aristocratique, toute teintée d’archaïsme, d’un Isagoras ou d’un Hippias s’avançant contre Athènes aux côtés des Lacédémoniens ou des Perses ne se retrouve plus jusqu’à la démarche isolée, à caractère très personnel, d’Alcibiade qui, passé à Sparte, prodigue en 414 et 413 ses conseils à l’ennemie de sa cité et va même, en Ionie, jusqu’à se battre contre les troupes athéniennes433. Au cours de ces trois quarts de siècle s’est opéré un renforcement du sentiment communautaire : au sentiment de communion éprouvé dans le culte commun rendu à des divinités communes, fondement de toute cité grecque, se sont ajoutées l’angoisse et l’exaltation ressenties dans la grande épreuve des guerres médiques, accrues par le sentiment d’une menace, la restauration de la tyrannie pisistratide, qui visait plus particulièrement la cité ; la victoire, puis l’hégémonie sur les cités alliées, confiée aux Athéniens en 478/7, entretiennent un sentiment d’orgueil, partagé par la communauté civique qui se sent tout entière responsable, puisque, conformément aux institutions mises en place par Clisthène après la chute de la tyrannie et progressivement aménagées au cours du siècle, tous les citoyens athéniens sont invités à participer au gouvernement de la cité. Cultes communs et administration de la cité ouverte à tous en fonction d’une politeia qui se veut accueillante à tous les citoyens, mais aussi fierté et intérêt puisés dans la nouvelle hégémonie, qui favorise l’expansion d’une cité, récemment encore sur la défensive et à présent rayonnant sur le monde grec, tout cela encourage un sentiment de communion entre ceux qui détiennent par la naissance le privilège d’appartenir à une telle cité : croyances communes, partage d’une même culture et pratique d’un mode de vie commun, comme dans chaque cité grecque, mais aussi conviction d’appartenir à une cité singulière et aussi supérieure, et de se distinguer ainsi non seulement des Barbares, mais surtout, à l’intérieur du même monde, de la multitude des autres Grecs, jaloux, hostiles, ou alliés, autant dire sujets, unissent étroitement entre eux les membres de la cité et leur donnent face à l’extérieur, dans le courant du ve siècle, une cohésion renforcée.

  • 434 Avant même le ive siècle, où les développements sur la prééminence d’Athènes constituent un lieu c (...)

132Le sentiment que leur cité est unique, qu’elle est même supérieure aux autres par sa vocation de défense des plus faibles que les Athéniens se reconnaissent désormais volontiers, et la conscience qu’ils ont de leur capacité à tous, citoyens, de pouvoir influer sur les décisions prises en commun, expliquent l’affirmation par les Athéniens, dès le milieu du ve siècle, ou par la plupart des Athéniens, de l’unité de leur communauté : par suite, lorsqu’ils constatent l’existence de failles dans ce qu’ils pensaient être l’identité civique athénienne, forgée par une histoire commune, lorsqu’ils considèrent que cette unité est mise à mal, chez eux, par certains membres de la communauté qui, au lieu de se réjouir en toutes circonstances de leur appartenance à une cité qu’eux-mêmes considèrent comme supérieure aux autres434, veulent prendre leurs distances et affichent leur préférence pour un autre modèle de cité, ces Athéniens éprouvent alors envers leurs concitoyens méfiance et ressentiment, qui peuvent aller, dans un contexte critique comme l’affrontement militaire avec cette cité, jusqu’à la crainte de la trahison. Ces soupçons sont-ils justifiés, ou ne sont-ils, par leur exigence d’uniformité, qu’intolérance destructrice d’une diversité enrichissante, porteuse de renouvellement ?

  • 435 Sur les éventuels conflits de priorités entre réseaux d’appartenance, cf. supra p. 000 n.000, p. 0 (...)
  • 436 Pisistrate, lors de sa dernière prise de pouvoir, en 546/5 peut-être, bénéficia de l’appui de merc (...)

133La question se posait, dans la période des guerres médiques, de savoir de qui certains Athéniens, et particulièrement les aristocrates athéniens, se sentaient les plus proches, de leurs concitoyens, du haut en bas de l’échelle sociale, ou de leurs hôtes de même niveau social et culturel, citoyens d’autres cités grecques, y compris de cités ennemies d’Athènes435. Les Athéniens se souvenaient de la part qu’avaient prise des cités étrangères, ou certains de leurs membres, dans les entreprises militaires dirigées contre eux, du milieu à la fin du vie siècle, au bénéfice et/ou à l’instigation de Pisistrate, puis d’Isagoras ou d’Hippias, liés, pour certains, par des liens de xenia avec l’envahisseur436. Il est compréhensible que certains Athéniens au moins aient éprouvé des soupçons à l’égard de l’un des leurs qui ne cachait pas sa sympathie pour une cité ennemie : le sentiment d’appartenance à une même communauté, libre de décider elle-même de son destin depuis les réformes clisthéniennes, existait déjà en 490, comme le prouve l’indignation des Athéniens devant la présence d’Hippias aux côtés des Perses, si bien que, même avant les guerres qui devaient puissamment le renforcer, l’attirance d’un Athénien pour une cité autre que la sienne pouvait choquer, et au moins intriguer, précisément parce que l’évolution de la cité, en rassemblant au plus près ses membres auxquels elle faisait prendre conscience de leur singularité, les isolait d’autrui et repoussait plus loin les relations avec ce qui n’était plus la communauté immédiate.

134L’étude des liens entre membres de cités différentes, institutionnalisés dans le cas de la proxénie, ou purement privés, durables ou parfois passagers comme un phénomène de mode, ne trouve sa place ici que dans la mesure où elle est centrée sur le risque de trahison que peuvent comporter des liens privilégiés avec une cité étrangère en temps de crise, et avec une cité ennemie en temps de guerre. La possession de tels liens devient alors compromettante : certes, elle n’est pas en soi un délit, car seule est un délit l’utilisation que l’on en fait d’une manière néfaste aux intérêts de la cité, mais le doute peut s’installer. Or, l’absence de certitude, lorsque l’on craint une éventuelle entente avec l’ennemi depuis l’intérieur de la cité, encourage la suspicion, élément facilement exploitable dans les luttes politiques, surtout dans une période où les Athéniens recourent au vote d’ostracisme qui n’a pas besoin de justification officielle. Comment se comporte celui qui sait qu’il court le risque d’être considéré comme susceptible d’être d’intelligence avec l’ennemi, en un mot, d’être un traître, comment se comportent à son égard la cité, ou certains Athéniens, pleins de soupçon ?

Liens de proxénie

  • 437 Sur la proxénie en général et les fonctions du proxène, on se reportera à Wallace 1970, 189-208 ; (...)

135À propos de la proxénie, on rappellera brièvement que, par cette institution, mise progressivement en place au cours de l’époque archaïque pour se présenter dans la seconde moitié du ve siècle comme une sorte de contrat, pourvu d’obligations et de privilèges spécifiques, entre une cité et un individu membre d’une autre cité, les cités grecques cherchaient à procurer à leurs ressortissants en déplacement l’assistance d’un citoyen qu’elles avaient désigné dans d’autres cités et qui, au-delà de l’aide qu’il apportait ponctuellement aux citoyens de la cité dont il était l’auxiliaire attitré, était chargé aussi, et cela de manière permanente, de veiller dans sa propre cité aux intérêts de la cité étrangère dont il était proxène : représentant chez lui une cité autre que la sienne, il servait en quelque sorte d’intermédiaire privilégié entre les deux cités, grâce à des compétences qui touchaient aux échanges aussi bien politiques que religieux ou commerciaux. Cette fonction, assumée dans les cités par des notables, auxquels leur aisance personnelle ou celle de leurs ancêtres avait permis de nouer des liens au-delà de leur seule cité, comportait un côté honorifique qui la faisait rechercher. Mais des difficultés pouvaient survenir lorsque les relations se tendaient entre les deux cités : en cas de crise entre celles-ci, le rôle du proxène, comme médiateur, pouvait être positif et apprécié, si sa cité d’origine, désireuse de dénouer la situation, recherchait les services diplomatiques de celui de ses membres qui était en théorie le mieux placé pour négocier avec une cité à laquelle l’attachaient des liens personnels anciens. Mais, en cas de conflit dur, la position du proxène risquait d’être inconfortable par rapport à ses concitoyens, dont certains pouvaient lui reprocher sa sympathie pour la cité étrangère qu’il représentait, surtout lorsqu’il assumait une charge à la tête de la cité ou était un responsable politique, et même parfois, se fondant sur le rôle inavoué d’agent de renseignement que jouèrent certains proxènes, aller jusqu’à mettre en cause sa loyauté et à le soupçonner d’intelligence avec l’ennemi et de trahison437.

  • 438 Sur le rôle, qui resta exceptionnel, d’“agents de renseignements” remplis par des proxènes étrange (...)
  • 439 Sur la question de la trahison à l’égard d’Athènes de citoyens originaires de cités membres de la (...)

136Des deux facettes du proxène, l’étranger qui est proxène d’Athènes et l’Athénien qui est proxène d’une cité étrangère, nous privilégierons, dans notre étude de la trahison dont Athènes est victime, l’étude de l’Athénien proxène d’une cité étrangère, dans la mesure où seul celui qui est pleinement citoyen est susceptible de se rendre coupable de trahison à l’égard de sa cité. Quant aux étrangers proxènes d’Athènes, nous excluons naturellement de notre étude, puisqu’Athènes est bénéficiaire, les quelques cas que nous connaissons et qui restent des cas extrêmes, fortement marqués par leur contexte, à l’intérieur de la Ligue de Délos et pendant la guerre du Péloponnèse, de Grecs accomplissant au détriment de leur cité d’origine des actes favorables à Athènes438 ; nous ne prenons pas non plus en compte dans notre étude, quand bien même les Athéniens utilisent les termes “prodosia” ou “prodotès” pour qualifier leur comportement, les actes commis à l’égard d’Athènes par des Grecs originaires de cités de la Ligue de Délos mais qui ne sont pas proxènes d’Athènes, et que les Athéniens considèrent comme préjudiciables à l’égard de leur cité439 : ils posent en effet, au-delà de la question de la perception par les Athéniens eux-mêmes de la nature du lien qui les unit à des Grecs qui sont, certes, leurs alliés, mais qui n’en sont pas pour autant citoyens d’Athènes, celle de la perception par les alliés de la nature de ce lien, pure sujétion ou participation consentie à une communauté à dominante athénienne. Nous mentionnons cependant deux cas, connus uniquement par des sources littéraires, de proxènes d’Athènes à propos desquels les Athéniens se considérèrent comme victimes d’une quasi-trahison, parce que leur notoriété à l’époque classique, en nous renseignant sur la perception qu’avaient les Athéniens de ce que nous pourrions appeler une prodosia indirecte, ou au second degré, celle dont se rendraient coupables des hommes qui, sans être citoyens, étaient liés officiellement à leur cité par le biais de la proxénie, éclaire aussi la perception athénienne de la patrie et de la communauté grecque envers lesquelles est commise la trahison.

La proxénie d’Alexandre de Macédoine

  • 440 Sur la proxénie d’Alexandre de Macédoine et sur l’incertitude, accrue par l’absence de documentati (...)

137Le premier cas nous reporte à la seconde guerre médique, à la période qui suit la bataille de Salamine, alors que les Athéniens ont regagné leur cité dévastée par l’invasion perse de Xerxès et attendent anxieusement l’envoi de troupes péloponnésiennes en Béotie, où stationne l’armée de Mardonios : le chef perse, souhaitant obtenir pour son attaque imminente l’alliance d’Athènes dont il connaît la puissance navale, envoie dans la cité, pour présenter l’offre perse, le roi Alexandre de Macédoine. Celui-ci en effet, de par ses liens avec l’un et l’autre camp, lui apparaît comme un intermédiaire tout désigné : soumis à la Perse depuis que le royaume de Macédoine est passé à la fin du vie siècle sous protectorat perse (Hdt. 5.17-21), allié à la noblesse perse par le mariage de sa sœur (Hdt. 5.21 et 8.136), il a prêté son concours à l’armée perse lors du passage de celle-ci sur son territoire ; Mardonios a été informé aussi des bonnes relations d’Alexandre avec Athènes, dont il est l’ami et le proxène (Hdt. 8.136)440. Alexandre transmet aux Athéniens la proposition perse, qu’il appuie personnellement au nom de l’amitié qu’il porte aux Athéniens (8.140) : dans la réponse de ceux-ci, nous nous intéresserons aux reproches que les Athéniens formulent envers Alexandre précisément en raison de l’étroitesse des liens qui existent entre eux et lui.

  • 441 Cf. supra, p. 000.
  • 442 Hdt. 8.143 : “Σύ τε τοῦ λοιποῦ λόγους ἔχων τοιούσδε μὴ ἐπιϕαίνεο Ἀθηναίοισι, μηδὲ δοϰέων χϱηστὰ ὑπ (...)
  • 443 Les proxènes, au cours du ve siècle, interviennent souvent comme médiateurs dans les conflits qui (...)
  • 444 Pour des exemples du comportement d’Alexandre, qui a jusqu’à son ambassade servi Xerxès tout en so (...)
  • 445 Sur l’ambassade d’Alexandre auprès des Athéniens chez Hérodote, voir notamment Tripodi 1986, 621-6 (...)

138En étudiant l’affaire de Lycidas441, nous avons mentionné l’avertissement qu’adressèrent les Athéniens à Alexandre lorsqu’il leur eut délivré son message : “Et toi, à l’avenir, abstiens-toi de te présenter aux Athéniens porteur de semblables messages et, sous prétexte de leur rendre de précieux services, de leur conseiller une conduite inique ; car nous ne voulons pas que, de la part des Athéniens, dont tu es le proxène et l’ami, tu aies à souffrir rien de fâcheux.” (Hdt. 8.143)442. Mardonios avait choisi Alexandre comme messager en raison de ses liens avec les Athéniens : et ces liens précisément le faisaient regarder par les Athéniens comme particulièrement mal désigné pour apporter une offre qu’ils considéraient comme honteuse, car elle risquait de nuire à l’indépendance de la cité. Ainsi, l’amitié, officialisée dans le lien de proxénie, aurait dû, selon les Athéniens, empêcher Alexandre de leur apporter une telle offre et de l’appuyer de ses conseils, car, agissant ainsi, il prenait parti dans une affaire qui ne concernait pas directement sa patrie443 : le proxène, estiment les Athéniens, a voulu profiter des dispositions de la cité qui étaient a priori bienveillantes à son égard pour l’engager dans une direction contraire à ses intérêts, il a tenté d’utiliser la sympathie dont il jouissait en tant que proxène pour orienter la cité vers une direction préjudiciable à son indépendance. Les Athéniens le menacent donc à mots couverts, car il leur apparaît coupable envers eux dans la mesure où, lié à eux, il leur donne alors des conseils destinés à servir l’ennemi, et non leur cité444 : d’une certaine manière, même si les Athéniens n’emploient pas explicitement le terme, ils estiment qu’Alexandre, convaincu que la supériorité du Roi rend impossible toute résistance, leur prodigue des avis destinés à profiter à l’ennemi – “… je ne vois pas en vous la capacité de faire à tout jamais la guerre au Roi ; si je la voyais, je ne serais pas venu vous tenir le langage que je vous tiens.” (8.140), et se rend coupable de trahison envers eux, par abandon et par intelligence avec l’ennemi. Que l’intervention d’Alexandre constitue en elle-même, par la personnalité du messager, un scandale aux yeux des Athéniens est prouvé, peu de temps après, par la nature de leur réaction, qui diffère, face à la même proposition, selon l’identité de l’intervenant, indifférence face au messager hellespontin, Mourychidès, qui, étranger à la cité, repart sans être inquiété, et indignation meurtrière face au concitoyen et bouleute Lycidas, qui a émis un avis favorable à l’offre de Mardonios (9.4-5). À leur proxène, qui est lui-même soumis au Roi et lui doit obéissance, les Athéniens reprochent en fait de vouloir présenter aux autres comme avantageux ce qui serait honteux, au nom d’un défaitisme qui ferait renoncer aux valeurs essentielles de la cité et de l’hellénisme et qu’il tenterait de leur communiquer grâce à ses relations d’amitié avec eux : l’ambiguïté est bien la caractéristique d’un personnage auquel sa lucidité, bientôt désavouée par la victoire grecque, fait adopter ouvertement un comportement qu’il désapprouve secrètement445.

  • 446 Sur le caractère relatif du point de vue de Démosthène, entaché d’athénocentrisme selon Polybe, cf (...)
  • 447 Dem. 18.297 : “Dans cette conspiration et cette scélératesse si honteuses et si scandaleuses, ou p (...)
  • 448 Lycurg., C. Leoc., 71 : “Ils aimaient tous à ce point leur patrie qu’Alexandros, l’envoyé de Xerxè (...)

139Les événements dramatiques que constituaient, dans l’un des pires moments d’angoisse de la guerre, l’ambassade d’Alexandre, l’ambassade simultanée des Lacédémoniens et les deux réponses des Athéniens (Hdt. 8.136-144), furent magnifiés dans la mémoire collective de la cité : déjà au milieu du ve siècle, lorsqu’Hérodote fit son enquête, l’exaltation du courage des Athéniens, qui avaient cru à la victoire quand tout semblait perdu, se nourrissait de la tiédeur lacédémonienne et du double jeu macédonien, considéré comme coupable parce qu’Alexandre se réclamait de l’hellénisme. Cette volonté de défense de la communauté grecque, devenue sujet d’orgueil national, est célébrée par les orateurs du ive siècle dans les périodes critiques que connaît la cité, d’autant plus que l’ennemi du moment, qu’il s’agisse de Philippe II ou de son fils, est un descendant de ce même Alexandre : c’est au nom du principe de continuité qui fait que, ni Athènes ni la Grèce ne peuvent compter sur les Argéades, du premier aux derniers, étrangers et hostiles au monde grec, que Démosthène, vantant la magnanimité des Athéniens, qui préférèrent en tout temps sacrifier leur intérêt à celui des Grecs, rappelle en termes dédaigneux, en 344, dans la Seconde Philippique, le rôle que joua en 479 Alexandre Ier, l’ancêtre de Philippe, “héraut” – kèrux – de l’ennemi (§11), en fait sujet du Grand Roi ; plus tard, en 330, alors que la victoire macédonienne est acquise au moins pour un temps, répondant à Eschine dans son discours Sur la Couronne, il énumère les “traîtres” qui, dans les différentes cités, sacrifièrent à l’époque de Philippe l’intérêt commun à leur intérêt particulier (§ 295-296)446, alors qu’Athènes, elle, s’abstenait de tremper dans cette “trahison de la liberté des Grecs” (297)447. Lycurgue, en 330 aussi, s’embarrassant peu d’exactitude historique et ne retenant, dans sa volonté d’accabler le lâche Léocrate, coupable d’avoir abandonné sa cité au lendemain de Chéronée, que le sentiment de mécontentement jadis éprouvé par les Athéniens à l’égard d’Alexandre parce que lui, qui avait été leur ami, s’était fait l’agent de Xerxès pour les inciter à se soumettre, va plus loin et déclare que le Macédonien “faillit être lapidé quand il vint (…) demander la terre et l’eau”448. Dans sa simplification extrême, l’orateur situe dans un contexte de lâcheté et de trahison les conseils donnés par un homme qui s’est révélé dans l’épreuve être un faux ami : avec l’ambassade d’Alexandre, il ne pouvait être question évidemment d’une accusation de prodosia au sens juridique, mais bien d’un sentiment de prodosia, éprouvé par ceux qui se sentent abandonnés, “trahis” par un proche sur le secours ou la neutralité duquel ils comptaient.

La proxénie d’Arthmios de Zélée

  • 449 Sur l’affaire d’Arthmios de Zélée, voir notamment Habicht 1961, 18-19 et 23-25 ; Wallace 1970, 200 (...)
  • 450 L’authenticité du décret condamnant Arthmios est mise en cause par Habicht 1961, 23-27, selon lequ (...)
  • 451 Démosthène, Sur l’Ambassade, 271, déclare qu’Arthmios fut déclaré “echthros” et “ polemios” du peu (...)
  • 452 À propos de l’extension du territoire sur lequel Arthmios était frappé d’atimie, le seul territoir (...)
  • 453 Il semble qu’il faille exclure les lendemains immédiats de la seconde guerre médique, avec un décr (...)
  • 454 La différence chronologique empêche de rattacher à la loi d’eisangélie, telle que nous la trouvons (...)

140C’est encore dans le contexte de la lutte contre les Perses que se situe l’“affaire” d’Arthmios de Zélée : documentée moins sûrement que l’ambassade d’Alexandre, puisque nous ne la connaissons que par des allusions d’orateurs du ive siècle, auxquels elle fournissait matière à des réflexions édifiantes sur le patriotisme athénien, et par des mentions, beaucoup plus tardives, d’Aelius Aristide et de Plutarque (Them., 6.4), elle ne nous intéresse ici que dans la mesure où, qu’elle ait eu lieu dans le contexte de la seconde guerre médique, comme le croit Plutarque, ou, plus certainement, dans la période qui vit les grandes expéditions de la Ligue de Délos dirigées par Cimon, des années 470 jusqu’à 450, elle met en scène un personnage, inconnu par ailleurs, Arthmios, originaire de la petite cité de Zélée, en Troade, qui, alors qu’il était proxène d’Athènes, fut considéré, pour avoir introduit de l’or perse dans le Péloponnèse, comme coupable de vouloir nuire aux intérêts des Grecs et des Athéniens449 : Arthmios, dont l’histoire n’est jamais donnée en exemple que dans ses grandes lignes, semble, d’après le décret mentionné par les orateurs du ive siècle, avoir été condamné pour corruption, une faute qui aurait fait de lui un traître à la cause hellénique et à la cause athénienne450. Au-delà de la difficulté qui provient de variantes que l’on relève non seulement entre les différents orateurs, Démosthène (19.271 ; 9.41-45), Eschine (3.258) et Dinarque (C. Aristogiton, 24-25), qui font état d’une stèle exposée sur l’Acropole sur laquelle était gravé le décret condamnant Arthmios, mais aussi chez le même orateur451, variantes liées à l’exploitation rhétorique du thème au cas par cas, Arthmios fut en effet, pour sa tentative de corruption active qui devait viser à désunir les Grecs au profit de l’empire perse, frappé par les Athéniens d’une peine qu’ils voulaient exemplaire, qu’il se soit agi d’une seule peine à caractère général – “atimos”, au sens primitif de “hors-la-loi”, et “polemios” se confondant –, ou plutôt que les Athéniens l’aient condamné à deux titres, en le frappant de l’atimie, une peine précise par laquelle ils annulaient les privilèges dus à la fonction de proxène, tant était grande leur indignation à l’égard d’un homme qui avait tissé des liens particuliers avec leur communauté, et en le déclarant “ennemi” du peuple athénien, passible de mort s’il séjournait sur le territoire des Athéniens ou celui de leurs alliés452. Aux yeux des Athéniens du ive siècle, Arthmios, comme Alexandre, avait rompu le lien de solidarité qui unit un proxène à la cité aux intérêts de laquelle il doit veiller. Autant que l’intervention d’Alexandre à Athènes même, qui, à la fois, abandonnait les Athéniens et les incitait à abandonner les Grecs, l’acte d’Arthmios – autant que l’ignorance du contexte exact, dû à l’incertitude chronologique qui entoure cette affaire, nous permet d’en juger –, l’entente avec l’ennemi par une tentative de corruption, qui visait le Péloponnèse dans l’objectif certainement de nuire à Athènes, tendait à affaiblir la Grèce et Athènes au profit d’une puissance extérieure. Mais il importe de souligner que l’ignorance du contexte453, le caractère tardif et allusif des sources, qui laissent ignorer la nature exacte de ce que put être l’action judiciaire engagée contre Arthmios, et la spécificité de cette accusation, de corruption et par suite de trahison454, dans laquelle l’acteur n’était pas citoyen, rendent malaisée l’appréciation de cette affaire.

141Ces deux cas de proxènes, que les Athéniens regardèrent comme coupables de vouloir tromper la confiance qu’ils avaient placée en eux, sont à mettre à part en raison à la fois de leur date haute et du contexte de conflit avec les Perses, par lequel la communauté hellénique était concernée autant qu’Athènes : ces deux circonstances, qui firent qu’ils furent abondamment “travaillés” au ive siècle pour être érigés en exemples, nous les rendent plus difficiles à appréhender avec justesse.

Proxénie, liens de xenia et de philia

  • 455 Des décrets de proxénie montrent le souci qu’éprouvaient les cités grecques d’épargner, dans la me (...)
  • 456 Sur la relation institutionnalisée de la xenia entre membres de deux familles appartenant à des ci (...)

142Nous pouvons apprécier de manière plus objective, car elle ne fut pas autant déformée par la passion qui gonfla de propagande patriotique les événements des guerres médiques, la situation de citoyens athéniens qui exercèrent au ve siècle la proxénie pour le compte d’autres cités. Il faut d’emblée noter que la proxénie, qui donna rarement lieu dans les faits, à Athènes comme ailleurs en Grèce au ve siècle, à des actes de trahison pour le compte d’une autre cité455, n’en suscita pas moins, à certaines périodes de tension entre les deux cités concernées, agacement ou irritation chez les Athéniens, d’autant plus vifs quand elle s’alliait chez le proxène à une sympathie trop marquée pour la cité représentée. Relations d’hospitalité et d’amitié entre deux familles aristocratiques originaires de l’une et l’autre cité favorisaient bien souvent la mise en place de la proxénie456, qui n’était confiée par une cité qu’à un étranger dont elle était sûre qu’il apprécierait l’honneur qui lui était fait, en même temps que sa situation personnelle, parmi les premiers de sa cité, devait lui permettre d’en assumer correctement la charge. Les proxènes étaient donc naturellement choisis parmi des citoyens que leur milieu familial et leur richesse destinaient à jouer un rôle dans la direction de leur cité : s’ajoutant à leur appartenance à l’élite et à un éventuel rôle de chef politique qui les mettaient en vue, leur sympathie personnelle pour le système politique et le mode de vie d’une cité étrangère, quand elle semblait trop marquée au reste de la communauté civique et paraissait influencer les avis que leur place dans la cité les amenait à proposer, les isolait et les exposait aux critiques de l’opinion athénienne. Ce phénomène de tension entre un citoyen athénien, proxène d’une autre cité, et le reste de la communauté civique athénienne semble avoir été rare et ne nous est connu que lorsque se rejoignirent, à un moment où l’hostilité à la cité étrangère était accrue par une fracture idéologique à l’intérieur même du corps civique, deux éléments dont l’association ne pouvait laisser les Athéniens indifférents, à savoir l’identité du proxène, membre de l’élite dirigeante d’Athènes, Cimon surtout et dans une moindre mesure Alcibiade l’Ancien, et celle de la cité au profit de laquelle ils exerçaient la proxénie, la grande rivale, Sparte. Nous nous attarderons ici sur deux cas de proxènes athéniens de Sparte, tous deux d’illustre famille et frappés d’un ostracisme qui fut certainement pour partie en rapport avec leur orientation laconophile, dont la charge de proxène était la manifestation officielle. Pour autant que la nature de nos sources nous permette d’en juger, ces deux Athéniens réagirent différemment à l’égard de la proxénie lacédémonienne : l’un la conserva, l’autre y renonça.

Cimon et Sparte

  • 457 Sur la proxénie lacédémonienne de Cimon, cf. Wallace 1970, 198, 203 et 204 ; Mosley 1971, 431-432.
  • 458 Malgré le nom de “Thessalos” donné à l’un de ses fils, Cimon n’a pas été proxène des Thessaliens : (...)
  • 459 Sur le phénomène de l’amitié, poussée parfois jusqu’à la manie, pour Sparte, cf. infra p. 000.
  • 460 Sur l’amitié, appartenant au domaine des relations privées entre aristocrates, jusqu’en 461, cf. M (...)
  • 461 Cf. Luppino 1981, 76-79.
  • 462 Sur les difficultés que peuvent causer à des citoyens dans leur cité des relations personnelles en (...)
  • 463 Sur la question centrale du point de vue auquel on se place pour porter un jugement, sur le caract (...)
  • 464 Sur les rapports de Cimon, laconophile et aristocrate, avec la démocratie athénienne, voir notamme (...)
  • 465 Les Athéniens reprochaient à Cimon son admiration inconditionnelle pour Sparte : Cimon citait sans (...)
  • 466 Sur le profond attachement de Cimon à Sparte, qui fit que jamais il ne s’opposa à la cité les arme (...)

143Cimon, connu pour son admiration pour Sparte et pour sa volonté de bonne entente avec elle, était à Athènes proxène de Sparte (And. 3.3 ; Aeschin. 2.172 ; Plut., Cim., 14.4)457 ; parmi ses fils, l’un portait le nom de Lakedaimonios, un autre, celui de Thessalos458, noms qui montraient bien l’esprit d’ouverture de leur père et sa volonté de ne pas se limiter à la seule cité d’Athènes, quand bien même la grandeur et la sécurité de celle-ci restaient sa priorité. L’amitié de Cimon pour Sparte, située dans la tradition aristocratique athénienne et renforcée par le sentiment d’une relation privilégiée entre les deux cités né de l’exaltation panhellénique des guerres médiques et de la période qui suivit, était payée de retour par la grande cité du Péloponnèse et fut d’abord bien vue à Athènes, car, dans les années qui suivirent la seconde guerre médique, elle était utile à la cité459. Mais, avec l’expansion d’Athènes qui n’allait pas tarder à éloigner les deux cités l’une de l’autre, devait se poser le problème des relations que certains citoyens pouvaient entretenir, soit à titre privé, comme hôtes ou amis, avec des citoyens de l’autre cité460, soit officiellement, comme proxènes, avec l’autre cité461. En période de crise entre deux cités, l’appartenance à différents cercles, à savoir, la cité, dans la diversité de ses composantes sociales, économiques et politiques, et, au-delà de la cité, le milieu social uniforme de l’aristocratie des cités grecques, avec son mode de vie et ses valeurs, risquait d’apparaître, au mieux, comme un frein à l’indépendance de la politique étrangère de la cité, au pire, comme une possibilité de trahison de l’intérieur, qu’une personnalité de la cité serait dans une position idéale pour commettre462. Dans ces conditions, où se croisaient des objectifs tous proclamés comme valables, mais devenus apparemment contradictoires463, la majorité de la communauté civique exigeait que soit fait un choix : or, l’insistance que mit Cimon à obtenir un vote permettant d’apporter à Sparte, au lendemain du grand tremblement de terre, des secours qui furent ensuite renvoyés, à un moment où Athènes pouvait profiter des difficultés de Sparte, et sa désapprobation de l’évolution politique d’Athènes, marquée par la réforme d’Éphialte464, contribuèrent à l’irritation des Athéniens à l’égard de leur stratège465 : leur mécontentement envers un chef qui, au nom de l’équilibre nécessaire entre les deux grandes cités, ne voulait pas permettre à sa patrie de tirer profit des difficultés d’une cité avec laquelle il entretenait des liens de proxénie et d’amitié, fut l’une des causes qui les menèrent à frapper Cimon d’ostracisme en 461466.

  • 467 Sur la conjuration aristocratique de 457, cf. infra le Chapitre III, p. 000.
  • 468 Sur Cimon à Tanagra, tel qu’il nous est présenté par Plutarque, cf. encore Bultrighini 1999a, qui (...)
  • 469 Sur la conception aristocratique de la philia selon Critias, qui fait que la fidélité aux amis, mê (...)

144Mais Cimon n’était pas seul à marquer son hostilité à l’évolution politique de la cité : la réforme d’Éphialte, en privant d’une partie de ses droits le Conseil de l’Aréopage au profit d’instances plus démocratiques, suscita une opposition durable et profonde d’une partie de l’aristocratie athénienne. La construction des Longs-Murs, qui privilégiait la politique navale au détriment de la campagne, alors même que les aristocrates tiraient leur richesse de leurs biens fonciers, accrut le malaise : certains, qui se sentaient menacés dans leur hégémonie politique et dans leurs intérêts, fomentèrent en 457 un complot destiné, d’après Thucydide (1.107.4), avec l’aide des Lacédémoniens stationnés alors en Béotie, à mettre fin au régime démocratique et à interrompre la construction des Longs-Murs467. Aucune source ne met en cause Cimon dans l’élaboration de ce complot ; bien plus, en dépit de la sincérité de son amitié pour Sparte, qui lui valait de connaître l’exil, il se présenta pour combattre dans sa tribu avant la bataille qui opposa les Athéniens aux Lacédémoniens à Tanagra, en 457. Plutarque insiste sur le loyalisme du grand homme : repoussé par ses adversaires politiques qui mettaient en garde contre la menace qu’aurait représentée, sur place pour l’armée, et là-bas, en Attique, pour la ville elle-même, la présence dans les rangs athéniens d’un homme connu pour son amitié pour le camp d’en face, Cimon encouragea ses partisans que leurs compatriotes athéniens suspectaient de laconophilie à combattre avec ardeur pour leur patrie pour “se laver de cette accusation” (Cimon, 17.6) ; l’armure de Cimon dressée au milieu d’eux, ils se firent tous tuer468. Peu de temps après, Cimon fut rappelé à Athènes : sa laconophilie affichée, dont la proxénie n’était qu’un élément, avait dû être l’une des causes de son ostracisme, qui s’était ajouté à un grave désaccord en politique intérieure, et les Athéniens qui avaient évoqué devant Cimon, à Tanagra, le spectre de la trahison avaient parlé ainsi non sans doute parce qu’ils croyaient à une possible trahison, mais, certainement par méfiance et aussi par désir de se voir délivrés de celui qui, comme tout ostracisé, et comme l’avait été avant lui Thémistocle, était un importun qui ne devait plus pour un temps se mêler des affaires d’Athènes – quittes à le rappeler, lorsqu’il apparut que le rapprochement alors désiré par la cité devait être grandement facilité par ses relations privilégiées avec Sparte. Aucune source, nous l’avons dit, ne met en cause Cimon dans le complot de 457 : mais les événements de cette période montrent bien les incertitudes qui affectaient la cité lorsque certains, parmi les plus éminents de ses membres, étaient liés par d’étroites relations d’amitié avec une autre cité qui, dans leur conception, devait être, avec leur propre patrie, l’une des deux têtes dirigeant le monde grec. Certes, la possession de xenoi n’entraînait pas nécessairement la trahison : seule la conception que l’on avait des liens d’hospitalité et d’amitié en dehors de la cité, et par suite l’utilisation qu’on en faisait, pouvaient amener à commettre ce qui était aux yeux des citoyens une trahison469 – qui, du reste, pouvait tout aussi bien être commise sans qu’il fût besoin de jouir de liens de xenia au-dehors.

Alcibiade l’Ancien et Sparte

  • 470 Lors des négociations de paix de 371, Callias, envoyé par Athènes en ambassade, soulignait l’ancie (...)
  • 471 Sur la proxénie de Sparte détenue dans la famille d’Alcibiade, et que Plutarque, Alcibiade, 14.1, (...)
  • 472 Sur les liens de xenia entre Alcibiade et Endios, cf. supra, p. 000. La renonciation à la proxénie (...)
  • 473 Sur Alcibiade l’Ancien, grand-père d’Alcibiade, cf. Kirchner 1901, I, 42, no 597 ; Traill 1994, 2, (...)

145L’imbrication des relations entre particuliers, héritées de l’époque archaïque, avec les relations entre cités, illustrée à Athènes de manière éclatante par le cas de Cimon, le fut aussi par les vicissitudes que connut la proxénie que Sparte avait confiée à la famille d’Alcibiade. À l’origine de l’hostilité qu’Alcibiade montra pour Sparte à partir de 421 compta le dépit d’avoir été négligé par la cité au profit de Nicias, alors même qu’il avait déployé les plus grands efforts à l’égard des prisonniers lacédémoniens de Pylos dans l’espoir de voir remise en vigueur la proxénie de Sparte qu’avait autrefois assumée son grand-père (Thc. 5.43.2) : or, cette charge, souvent accordée à titre héréditaire470 et que lui, avide d’honneurs, souhaitait exercer pleinement, son grand-père s’en était démis, pour une raison qu’Alcibiade passe sous silence lorsqu’il évoque cette question devant les Lacédémoniens dans l’hiver 415-414 (Thc. 6.89.3), mais qui doit très certainement être mise en rapport avec la franche détérioration des relations entre Athènes et Sparte, survenue entre la réforme d’Éphialte et la bataille de Tanagra471. Ainsi, le grand-père d’Alcibiade, malgré la permanence des liens d’hospitalité entre sa famille et la famille du Spartiate Endios, dont devait plus tard se réclamer son petit-fils472, abandonna la fonction de proxène de Sparte que Cimon, lui, avait choisi de conserver ; que cette renonciation ait été spontanée, qu’elle lui ait été suggérée ou imposée par la désapprobation de ses concitoyens, il est manifeste que la charge de proxène de Sparte, à certains moments de l’histoire d’Athènes, était difficile à assumer pour son titulaire473.

Liens de xenia et de philia

146Indépendamment même de la charge de la proxénie qui ne concernait qu’une minorité de citoyens, les relations à caractère privé d’amitié et/ou d’hospitalité que des Athéniens, appartenant généralement à l’élite de la cité, entretenaient anciennement avec des membres d’autres cités pouvaient, lorsqu’elles étaient poussées trop loin au gré de la majorité de la communauté civique, être ressenties par celle-ci comme une gêne à l’indépendance de la politique étrangère de la cité : avec la question de la priorité à établir entre les différents cercles de relations auxquels se trouvaient appartenir ces citoyens, à l’intérieur et à l’extérieur de la cité, se trouvait posée celle du ciment de la communauté civique. La laconophilie constitua la manifestation extrême, quasiment outrancière, de l’amitié pour une cité particulière, Sparte, qui tourna même dans certains milieux athéniens à une admiration inconditionnelle pour tout ce qui provenait de la cité laconienne, système politique et mode de vie. Nous ne nous intéresserons évidemment à des liens de cette nature que dans la mesure où ils purent faire naître des soupçons de trahison à l’égard de certains membres de la communauté civique.

  • 474 Égine, et Sparte surtout, restent dans le monde grec, si l’on met à part les cités alliées de la L (...)

147Égine, jusqu’au milieu du siècle, et Sparte surtout474, sont les deux cités avec lesquelles certains Athéniens entretiennent des relations étroites qui peuvent par moments susciter dans la communauté des interrogations, un agacement, un mécontentement, voire une crainte de trahison, en raison de l’évolution politique et militaire d’Athènes qui l’éloigne de ces deux cités aristocratiques et puissantes auxquelles des Athéniens sont liés de longue date à titre privé.

Alcibiade et Argos

  • 475 À la rancœur envers Sparte, il faut ajouter l’inimitié personnelle envers Nicias, l’artisan de la (...)
  • 476 Sur la politique argienne d’Alcibiade, cf. Hatzfeld 1951, 83-108.

148On mentionnera cependant, à propos de l’influence que peuvent avoir sur la politique de la cité les relations personnelles que ses dirigeants entretiennent avec l’extérieur, la manière dont Alcibiade orienta sa patrie vers l’alliance argienne dans la période qui suivit la paix de 421, et les conséquences qu’eut la croyance des Athéniens en une entente d’Alcibiade avec des hôtes hostiles à la cité. Dès le printemps 420, Alcibiade, qui en voulait à Sparte pour une raison purement privée, le manque d’égards envers lui, dont les ancêtres avaient été proxènes de Sparte, travailla à la conclusion d’une alliance avec Argos, destinée à établir un front commun face à Sparte475 ; en abusant à la fois les ambassadeurs lacédémoniens et ses propres compatriotes, il parvint à faire conclure avec Argos une alliance, destinée à lui rapporter de la gloire à lui, qui en était le principal artisan (Thc. 5.43-47)476. Alliance avec Argos et Mantinée, interventions dans le Péloponnèse, dont Alcibiade s’attribue le mérite au printemps 415 devant l’assemblée du peuple à Athènes (6.16.6), minimisant la défaite de Mantinée et sa conséquence, le renversement passager de la démocratie à Argos (5.66-81), tous ces événements, quelque peu confus, portent la marque de l’intérêt partisan d’Alcibiade, qui pense pouvoir se pousser sur le devant de la scène en s’opposant à Sparte et en s’alliant à Argos – et cela, quelque sincère que puisse être dans ses calculs l’ambitieux stratège, pour lequel se mêlent avantages pour la cité et avantages pour lui-même.

  • 477 Sur cette forme de détournement constitué par le mélange d’intérêts privés et d’intérêts publics d (...)
  • 478 Plutarque, Alc., 15.5, souligne qu’Alcibiade acquit pour lui-même à Argos, par son activité, autan (...)

149L’intérêt personnel d’Alcibiade le pousse incontestablement à orienter les alliances et les interventions de sa patrie, en 415 vers la Sicile comme en 418 vers Argos477 ; en même temps, il la fait bénéficier de sa capacité à nouer ou à entretenir des relations, grâce auxquelles il amène en 415 sept-cent-cinquante Argiens et Mantinéens (6.29 et 43), que la cité, d’une certaine manière, considère comme ses “clients”, puisqu’elle hésite à le traduire en justice dans la crainte de voir partir les recrues dont la venue, et le maintien, seraient imputables à lui seul478. La croyance en un lien personnel entre le stratège et une fraction de la population d’une autre cité qui constituerait ses clients se retrouve lorsque les Athéniens sont confrontés à ce qu’ils croient être les effets des manœuvres d’Alcibiade : en effet, alors qu’Alcibiade, compromis dans la parodie des Mystères, se trouve en Sicile, ses concitoyens sont tout prêts à établir une relation entre la supposée atteinte à la démocratie dont il se serait rendu coupable et une tentative, là encore supposée, de ses xenoi argiens de renverser la démocratie à Argos (5.84 et 6.61) : confortées dans leurs soupçons par un mouvement de troupes lacédémoniennes près de l’Isthme, aussitôt attribué aux intrigues d’Alcibiade, les deux cités s’accordent pour dénoncer l’utilisation de relations personnelles à une fin privée, qui serait devenue le renversement de la démocratie, poursuivi dans le même temps à Athènes et à Argos par Alcibiade et par ses xenoi argiens.

150Entente secrète avec l’ennemi qui se montre en armes aux portes de la cité, et simultanéité des tentatives, attaque surprise de l’ennemi à Athènes ou putsch contre le régime à Argos, les ingrédients idéaux de la trahison sont réunis : des faits surinterprétés, à l’origine desquels on n’a voulu soupçonner qu’un complot, sans que leur soient recherchées d’autres causes plausibles, sont nécessairement mis en rapport l’un avec l’autre par des esprits mal disposés, qui échafaudent de fragiles constructions sans se soucier de leur donner un fondement vérifié.

Mélésias et Égine

  • 479 Sur Mélésias, cf. Kirchner, I 1901, 62, no 9812 ; Davies 1971, 230-237, no 7268 ; Traill 2003, 12, (...)
  • 480 Sur l’athlète et entraîneur Mélésias, que Wade-Gery fut le premier à identifier avec le père de l’ (...)
  • 481 La mention de l’alipte n’est pas obligée dans une épinicie consacrée à un jeune garçon : la VIIe N (...)

151Égine, voisine d’Athènes dans le golfe Saronique et longtemps sa rivale, son ennemie même dans les années qui précèdent la seconde guerre médique, était unie par l’intermédiaire de certains de ses citoyens à des citoyens athéniens : après Aristide, c’est surtout l’Athénien Mélésias, père de Thucydide, l’adversaire politique malheureux de Périclès, qui est connu dans les décennies 470-460, pour ses relations avec Égine479. Celles-ci sont attestées par plusieurs épinicies de Pindare, poète “panhellénique”, qui célébra, sans distinction de cités, les exploits d’aristocrates venus de tout le monde grec se mesurer les uns aux autres lors des grands concours, et avec lequel Mélésias, brillant athlète, entretint manifestement les liens d’amitié typiques des aristocrates de l’époque archaïque, unis par un mode de vie identique par-delà leurs cités respectives480. Mélésias, après une brillante carrière d’athlète, au cours de laquelle il fut plusieurs fois couronné aux grands concours panhelléniques, fit profiter de son expérience sportive, comme entraîneur, les jeunes garçons des meilleures familles d’Égine, cité qui fournit de nombreux vainqueurs aux concours panhelléniques, notamment à l’Isthme et à Némée : la renommée de Mélésias était telle qu’il est mentionné, comme alipte, dans trois épinicies consacrées par Pindare à de jeunes vainqueurs éginètes481.

152La IVe Néméenne, composée pour Timasarque d’Égine, sans doute vers 475, est la plus ancienne qui mentionne Mélésias, dont l’éloge, par sa place même, puisqu’il clôt le poème, marque durablement l’auditeur (v. 151-156). La VIe Néméenne, sans doute assez plus tardive, datable des environs de 460, et qui s’achève aussi sur l’éloge de Mélésias, bref, car Mélésias est bien connu dans le milieu aristocratique d’où proviennent majoritairement les athlètes, et imagé – “Laissez-moi aussi, pour sa prestesse, égaler à un dauphin, fendant l’onde amère, Mélésias, habile conducteur de bras robustes.” (v. 109-111), célèbre la victoire à la lutte d’Alcimidas d’Égine, membre de l’une des premières familles de l’île, renommée pour le nombre de ses victoires aux concours de la période ; la VIIIe Olympique enfin, dédiée à Alcimédon, vainqueur à la lutte, se distingue par l’importance accordée dans le poème à l’éloge de la patrie du jeune garçon, Égine, dont Pindare glorifie le culte de la justice, en racontant le mythe d’Éaque, et à celui, encore, de l’alipte Mélésias, qui est placé presque au cœur de l’épinicie (v. 71-87). L’œuvre, datée d’après les scholies de 460, à un moment où l’île était de plus en plus menacée par l’impérialisme athénien qui devait mener, à l’issue d’un siège entrepris en 459/8, à la capitulation de la cité en 456, frappe par son éloge appuyé d’Égine, en même temps que par celui de l’entraîneur athénien, qui est plus long que dans les deux Néméennes, mais qui ne clôt pas le poème. On est frappé par ce qui ressemble, avant l’éloge de Mélésias, un Athénien, à une mise en garde : “Quand j’aurai rappelé la gloire qu’ont value à Mélésias les concours d’adolescents, que la jalousie ne me frappe pas de sa pierre dure !” (v. 71-73). L’éloge de Mélésias, dont Pindare célèbre ici, comme entraîneur, la trentième victoire, est nécessaire en raison de la renommée du personnage, mais, peut-être, court le risque d’être mal vu par certains Éginètes, en raison de l’origine de l’entraîneur – à moins qu’on ne puisse supposer aussi que l’activité de Mélésias en faveur de l’aristocratie éginète ait indisposé certains de ses compatriotes athéniens.

  • 482 Sur les relations de xénia entre aristocrates, et particulièrement celles d’Aristide et de Mélésia (...)
  • 483 La volonté de domination d’Athènes sur Égine constitue un motif de discorde récurrent entre Athène (...)
  • 484 Sur l’opposition antidémocratique, aristocratique et oligarchique, représentée à Athènes par Thucy (...)
  • 485 Cf. Hölkeskamp 1998, 1-27. Il faut cependant souligner notre ignorance relative à l’implication d’ (...)

153La situation de l’Athénien installé à Égine, ou entretenant des liens étroits avec des familles éginètes, était en effet sûrement devenue inconfortable, malgré la nature privée de ces relations482, à un moment où l’antagonisme ancien entre les deux cités, parce qu’il avait atteint son point culminant et allait manifestement s’achever par la défaite irrémédiable de l’une, faisait sans doute peser sur Mélésias, de la part de ses compatriotes, les soupçons qui avaient pesé sur Aristide quelque vingt ans plus tôt : les Athéniens devaient considérer avec méfiance l’un des leurs qui, faisant apparemment peu de cas de ce que sa patrie considérait comme son intérêt, l’abaissement de sa vieille rivale, contribuait pour sa part à accroître la gloire d’Égine en faisant bénéficier de son expérience des jeunes garçons de cette aristocratie éginète à laquelle eux-mêmes, Athéniens, étaient anciennement hostiles. Les relations d’amitié que Mélésias entretenait avec des Éginètes pouvaient déjà inquiéter les Athéniens, comme elles les avaient inquiétés du temps d’Aristide, en raison du conflit d’intérêts que pouvait faire naître le contexte, tendu depuis longtemps entre deux cités trop proches, et qui devait aboutir à la guerre et à la soumission d’Égine ; elles étaient encore plus mal vues en raison de l’évolution politique d’Athènes qui, depuis la réforme d’Éphialte de 461, évoluait vers une démocratie accrue, alors que Mélésias entretenait les meilleures relations avec l’aristocratie éginète, elle-même en fort bons termes avec une Sparte dont Athènes s’éloignait de plus en plus483. L’entretien de relations avec des citoyens fortunés d’autres cités, devenues pour certaines, depuis les guerres médiques, des cités alliées, ou plutôt sujettes, d’Athènes, était typique d’une aristocratie archaïque ouverte sur le monde ; il devait être poursuivi par le fils de Mélésias, Thucydide, qui s’opposa à Périclès précisément sur la question des relations avec les cités alliées (Plut., Per., 11-14)484 – encore que le profit que les aristocrates athéniens tiraient de la prééminence de leur cité ne les ait guère poussés à développer une politique extérieure “aristocratique” qui se serait opposée à une politique extérieure “démocratique”485.

Amitié pour Sparte et laconophilie

  • 486 Sur l’admiration et l’amitié pour Sparte, et le phénomène de “laconophilie” en général, cf. Ollier (...)
  • 487 Cf. Meier [1980] 1995, 83-84.
  • 488 Sur la laconophilie de Cimon et des aristocrates athéniens à l’époque de Cimon, cf. Ollier 1933, 1 (...)
  • 489 Sur les relations entre Athènes et Sparte, du lendemain des guerres médiques jusqu’à l’ostracisme (...)
  • 490 Sur la laconophilie des aristocrates athéniens, cf. Carter 1986, 71-75, qui s’intéresse aux jeunes (...)
  • 491 Sur le complot de 457, cf. infra le Chapitre III, p. 000.

154Les liens d’amitié et souvent d’hospitalité qui existaient anciennement entre membres de familles aristocratiques dans le monde grec unissaient de manière privilégiée les Athéniens de l’élite à des Lacédémoniens, dont l’alliance, en raison du code d’honneur rigoureux et de la valeur militaire de leur cité, avait toujours été recherchée par leurs pairs des autres cités486. C’est donc surtout pour les membres de familles aristocratiques que se posa, alors que la cité archaïque était remodelée par les réformes clisthéniennes, la question de l’adhésion aux nouvelles formes de lien social qui se mettaient alors en place487 : ces liens nouveaux, qui pouvaient être assez facilement acceptés tant que les aristocrates conservaient une certaine forme de prééminence politique et sociale, furent rejetés par certains lorsque l’évolution de la cité, par la réforme d’Éphialte ou l’introduction de la misthophorie, remit en cause cette prééminence dans la prise de décision et la conduite de la cité. Nous avons évoqué, à propos des liens de proxénie, le très fort sentiment d’amitié qu’éprouvait pour Sparte Cimon, stratège réélu par les Athéniens à de multiples reprises, qui concevait les relations avec la grande cité péloponnésienne sur le pied d’une coopération complémentaire et fraternelle, qui ne devait en aucun cas nuire à Athènes, comme il le montra, à Tanagra en 457, à ses compatriotes (Plut., Cim., 16)488. Mais le renforcement de la puissance de la cité, en même temps que son évolution politique, l’éloignait inexorablement de Sparte, comme l’avait prévu Thémistocle : dès la fin de la décennie 460, l’attachement pour Sparte, considéré par les Athéniens comme intempestif, indisposait une majorité dans la cité, qui ostracisa Cimon, sans doute en partie pour ce motif (Plut., Cim., 16.3 et 17.3)489. La sympathie affichée pour Sparte du milieu aristocratique athénien, “laconisme” qui tendait à devenir chez certains “laconophilie”, admiration excessive, à temps et à contretemps, pour tout ce qui était laconien, au point d’en devenir une manie, provoquait en réaction dans le reste de la population athénienne irritation, ou même méfiance à l’égard de gens qui ne se satisfaisaient pas de ce qu’ils trouvaient chez eux et voulaient copier ce qui selon eux était mieux ailleurs490. Le complot que fomentèrent certains aristocrates en 457, mécontents de l’évolution du régime, dans l’intention de profiter de la proximité de troupes lacédémoniennes, montre bien que les craintes des Athéniens face à une entente avec l’ennemi étaient justifiées491 ; il importe en même temps, nous l’avons dit, de relativiser l’importance de ce complot, qui ne concerna qu’une minorité, comme le montre le loyalisme de Cimon et de ses amis à Tanagra en 457 (Plut., Cim., 17.4-7).

  • 492 Sur la question des domains de Périclès lors de la première invasion péloponnésienne, cf. notammen (...)
  • 493 On rappellera que Nicias, malgré sa charge de proxène de Syracuse, fut choisi par les Athéniens co (...)

155Passées les décennies qui suivent la seconde guerre médique et qui voient la grande période de Cimon s’achever, du côté athénien, par un désaveu de sa politique prolacédémonienne, les liens d’amitié et d’hospitalité avec des Lacédémoniens, qui faisaient partie du patrimoine commun de l’aristocratie athénienne, subsistent, et cela en dépit de la divergence politique de plus en plus sensible entre les deux cités, et même entre des membres de familles anciennement liées l’une à l’autre : mais ces liens privés, quand les deux cités sont en guerre, deviennent naturellement un sujet d’embarras, surtout quand ils unissent des personnes qui jouent toutes deux un rôle éminent dans leur cité. Ainsi, Périclès, uni par un lien de xenia au roi Archidamos de Sparte, craint, alors même que sa politique n’est pas marquée par une orientation prospartiate, qu’un traitement privilégié de ses domaines par les Péloponnésiens lors de l’invasion de l’Attique dans l’été 431 ne fasse naître la suspicion à son égard dans l’esprit de ses concitoyens et ne nuise en définitive à la cohésion nécessaire à la cité : se défaisant de ses biens au profit de la cité, il place son attachement à la cohésion de la cité, donc à l’intérêt de la cité, avant ses relations privées, l’intérêt public avant l’intérêt particulier, et coupe court à tout soupçon d’entente avec l’ennemi (Thc. 2.13.1 ; Plut., Per., 33.3)492. Les relations d’amitié et d’hospitalité entre la famille de Nicias et celle du roi Pausanias (Lys. 18.10), comme le souci que montre Nicias des prisonniers lacédémoniens de Sphactérie, témoignent certes, chez Nicias, d’une disposition d’esprit a priori favorable aux Lacédémoniens, mais ne le font à aucun moment souçonner de trahison par les Athéniens, qui savent bien que Nicias, pourtant éloigné de toute outrance belliciste ou démocratique, sait distinguer entre relations privées et conduite de la cité493.

  • 494 Certaines pièces d’Aristophane, jouées pendant la guerre du Péloponnèse, témoignent de la hantise (...)
  • 495 On citera comme exemple de réprobation à l’égard du dédain affiché pour la patrie le fr. 18 (347) (...)
  • 496 L’“affaire” de Lycidas, en 479, posait, face à l’union de la communauté civique, la question de la (...)
  • 497 Sur la laconophilie de la jeunesse dorée athénienne, cf. Tigerstedt 1965, 123-127 ; Lévy 1976, 197 (...)
  • 498 Sur le profit que tiraient les aristocrates athéniens de la domination maritime de leur cité sur l (...)
  • 499 Sur le “laconisme” de Xénophon, qui ne put lui valoir en tant que tel sa condamnation pour prodosi (...)

156Avec la guerre qui dure et la hantise du complot qui s’installe494, l’Athénien moyen condamne encore plus l’habitude, détestable à ses yeux, qu’ont certains compatriotes de dédaigner leur propre patrie pour faire l’éloge d’une autre cité495 : en tout temps et partout, l’effort de guerre exige l’union, au point que ceux qui regardent ailleurs, et surtout vers l’ennemi, mais aussi ceux qui se distinguent de la masse, sont mal vus et facilement suspectés de trahison496. La laconophilie n’a pendant longtemps été qu’un moyen pour une partie de la jeunesse dorée athénienne, par l’imitation des manières lacédémoniennes, coiffure, vêtements, langage, de se singulariser, de jouer un rôle, ou même de marquer, mais de manière purement extérieure et sans que cela prête à conséquence, ses distances par rapport à une certaine évolution du régime démocratique497, alors même que nombre d’aristocrates restaient, autant que les “nouveaux riches”, très attachés à la puissance d’Athènes, dont ils tiraient profit498 : même si le “laconisme” de Cimon, en son temps, a sûrement joué un rôle dans son ostracisme, ce motif plausible – qui n’aurait pu être mis en avant puisque la procédure utilisée pour écarter l’Athénien ami de Sparte n’exigeait pas la fourniture d’une justification – n’était pas, tant qu’il n’aboutissait pas à un acte nuisant à l’intégrité ou à la sécurité de la cité, un délit en tant que tel, susceptible de faire condamner pour prodosia ceux qui donnaient dans ce qui ne devait être qu’un travers irritant499.

  • 500 Sur la sympathie pour Sparte des cavaliers et des jeunes gens riches à Athènes, qui apparaît notam (...)
  • 501 Sur le contexte qui voit des stratèges, comme Aristarchos remettre un fort à l’ennemi péloponnésie (...)
  • 502 Sur les oligarques, laconophiles intransigeants, comme le Ps. Xénophon et Critias, et sur leurs éc (...)

157Mais, à partir de 415 surtout, avec le double scandale de la mutilation des hermès et de la parodie des Mystères d’Éleusis, auquel s’ajoute le passage à l’ennemi spartiate du membre, atypique certes, mais aussi le plus brillant, de cette aristocratie, Alcibiade, l’opinion commune, d’abord simplement irritée, exprime de plus en plus vivement sa méfiance à l’égard de manifestations laconophiles qui, dépassant le stade sentimental ou le phénomène de mode, franchissent un degré supplémentaire en exprimant une admiration réfléchie pour les valeurs spartiates, mode de vie et institutions, qui n’est plus tempérée par le profond attachement à la patrie qui caractérisait Cimon500. Après 411, la sympathie pour Sparte n’est plus pour certains un refuge ou une mode, elle se colore de plus en plus souvent d’aspirations oligarchiques, dans une hostilité devenue, lorsqu’elle est le fait de citoyens qui détiennent des responsabilités, dangereuse pour la cité, menacée dans son intégrité et dans sa constitution501. La victoire lacédémonienne de 404 permet à une minorité d’oligarques, menés par Critias, de prendre le pouvoir à Athènes : Sparte non seulement est leur source d’inspiration, mais elle leur fournit en outre l’indispensable soutien armé pour mettre en application ce qu’ils veulent retenir d’elle et, rejetant franchement le régime qu’ils honnissent, placer leur patrie sous sa dépendance502.

La remise à l’ennemi de la cité ou d’un élément de la cité

  • 503 La cupidité expose naturellement à la corruption : sur la corruption, qui était expressément visée (...)

158Cette partie de notre étude est consacrée aux actions de remise à l’ennemi, ou de tentative de remise à l’ennemi, après complot ou entente secrète, non pas tant de la cité tout entière que d’éléments de la puissance de la cité, qu’il s’agisse de cités alliées, de navires, de forts ou d’hommes. Nous n’envisageons en effet que dans le Chapitre III, où nous étudions les cas dans lesquels la stasis se mêle à la prodosia, les situations de remise de la cité entière à l’ennemi. Les cas auxquels nous nous intéressons à présent de “livraison” à l’ennemi, et qui sont des cas de pure “prodosia” au sens où il s’agit littéralement de mettre un élément de la cité dans les mains de l’ennemi, nous sont connus avant tout par des soupçons, des insinuations ou des calomnies, le doute subsiste sur des accusations en forme qui auraient été réellement intentées. Parmi les motifs des trahisons soupçonnées qui sont examinées ci-dessous, on citera, dans la mesure où ces motifs nous sont connus, la cupidité503, l’ambition ou encore la crainte, dans tous les cas le désir d’obtenir un avantage personnel ou le désir de se protéger.

  • 504 Sur les liens de xenia entre Périclès et Archidamos et sur la question des terres de Périclès, cf. (...)
  • 505 Cf. Ach., 205-206, 219-236 et 285-320 ; V., 475-479, 488-489 et 862. Dans un fragment du Marikas d (...)
  • 506 On peut déceler des allusions à des complicités avec l’ennemi dans plusieurs tragédies datant de l (...)

159De manière générale, toute cité en période de guerre redoute que certains de ses membres saisissent l’occasion de la proximité de l’ennemi pour conclure avec lui une entente dont ils tireraient un profit personnel : les Athéniens ressentirent cette crainte durant toute la guerre du Péloponnèse. Lorsqu’elles congédient le héraut lacédémonien Mélésippos au printemps 431, alors que les troupes péloponnésiennes viennent de se concentrer sur l’Isthme, les autorités athéniennes refusent de l’admettre dans les murs de la ville et de lui donner audience ; craignant même, devant le danger que présente la concentration des troupes ennemies aux portes de l’Attique, que le héraut entre en communication avec des éléments de la population, elles prennent soin de le faire raccompagner à la frontière par une escorte (Thc. 2.12). C’est dans ce même souci de maintenir intactes la cohésion de la communauté civique et sa détermination à endurer les ravages de l’ennemi que Périclès, craignant de voir Archidamos épargner ses domaines par respect des liens de xenia ou par calcul politique, déclare qu’il remettra ses terres à la cité si elles ne souffrent aucun dommage (Thc. 2.13.1 ; Plut., Per., 33.3)504. La crainte d’une possible collusion avec l’ennemi demeure vive tout au long de la guerre : dès les premières années, certains personnages des comédies d’Aristophane et de ses rivaux expriment, à temps et contretemps, l’obsession, qui serait celle des Athéniens, de complots visant l’entente avec l’ennemi, lacédémonien ou perse, et le rétablissement de la tyrannie505. Mais la crainte concernant un complot avec l’ennemi au détriment du territoire de l’Attique lui-même, et non pas simplement au détriment du territoire des cités alliées, se fait plus sérieusement sentir lorsqu’une crise intérieure secoue la cité, comme en 415, alors qu’a éclaté le double scandale de la mutilation des hermès et de la parodie des Mystères d’Éleusis et que les Athéniens craignent une entente entre les conjurés et les Lacédémoniens (Thc. 6.60-61 ; And. 1.36-59), ou dans la dernière phase de la guerre, quand l’installation à demeure des Lacédémoniens en Attique, à Décélie, soumet les Athéniens à une pression permanente et diffuse506.

  • 507 Sur les trois autres affaires de “trahison” auxquelles Phrynichos est mêlé de manières variées et (...)

160Dans le cadre de la remise à l’ennemi par un citoyen d’éléments de la puissance de la cité, figurent deux cas de livraison par trahison, d’un fort appartenant aux Athéniens d’une part, d’une cité alliée d’Athènes, de l’autre. Le premier cas nous est connu par une affirmation qui, parce qu’elle est dépourvue de toute information sur le contexte alors même qu’elle est lancée comme une attaque personnelle, est largement sujette à caution. L’autre cas en revanche, bien documenté, ne relève d’après notre source, Thucydide, que d’une calomnie à objectif politique dont le résultat a été immédiat certes, mais sans portée réelle durable en raison du contexte de stasis sévissant alors à Athènes ; il nous intéresse surtout parce que le stratège Phrynichos, qui est alors victime de la calomnie, se trouve en une courte période à quatre reprises au cœur de nœuds de trahisons variées qui, toutes en relation, de plus ou moins près, avec la discorde civile de 411-410, témoignent des conséquences de la guerre et des ambitions personnelles507.

Trahison à Nymphaion ?

  • 508 Sur Nymphaion, ville située sur la rive européenne du Bosphore cimmérien, au sud de Panticapée, cf (...)
  • 509 Aischin., 3.171 : “Γύλων ἦν ἐϰ Κεϱαμέων. Οὗτος πϱοδοὺς τοῖς πολεμίοις Νύμϕαιον τὸ ἐν τῷ Πόντῳ, τότ (...)
  • 510 Sur la situation de Nymphaion par rapport à Athènes, cf. Diehl, RE s.v. “Nymphaion” 7.

161Eschine, dans le Contre Ctésiphon, prononcé en 330, s’en prend, dans son réquisitoire contre Démosthène, à la famille de son adversaire : il affirme ainsi que le grand-père maternel de Démosthène, un citoyen nommé Gylon, avant d’épouser dans le Bosphore une femme scythe, future grand-mère de Démosthène, avait livré aux ennemis par trahison le fort de Nymphaion, que les Athéniens possédaient dans le Pont508 : dénoncé et condamné à mort, Gylon échappa au châtiment par l’exil (Contre Ctésiphon, 171)509. Si le séjour de Gylon dans le Bosphore ne peut être mis en doute, les autres affirmations d’Eschine sont sujettes à caution : sans que l’on puisse se prononcer sur l’origine, athénienne ou étrangère, de l’épouse qu’il prit dans le Bosphore, il est sûr que l’habitude des orateurs athéniens de se livrer à des attaques personnelles à partir de faits inventés ou orientés n’incite guère à accorder une totale confiance à ses dires sur la trahison du grand-père de son adversaire. Sans doute y a-t-il à l’origine un élément qui a permis de donner corps à ces allégations : mais l’absence complète de toute indication sur le contexte de l’acte, période exacte de la guerre et situation précise de Nymphaion à ce moment, fonction et motivations de Gylon, rend impossible de tirer de l’affirmation d’Eschine un enseignement autre que la volonté de ruiner le crédit d’un adversaire politique en dénonçant chez ses ancêtres à la fois l’origine étrangère et un comportement de trahison à l’égard de la cité. Que Gylon ait vécu dans le Bosphore cimmérien, où il était apprécié des souverains et fit un riche mariage, attire l’attention sur l’importance stratégique que revêtait pour les Athéniens cette région productrice de blé, d’où ils importaient dès le dernier quart du ve siècle une part importante de leur approvisionnement. La région des Détroits était étroitement surveillée par la flotte athénienne (HG, 1.1.22 et 36), comme le montra, après l’établissement de la douane de Chrysopolis en 410, l’échec du Lacédémonien Cléarque envoyé par Agis à Chalcédoine et à Byzance pour empêcher les navires chargés de blé du Pont-Euxin d’aller ravitailler le Pirée (Xen., HG, 1.1.35-36) : la perte du contrôle d’un fort, entre 410 et 405, dans une région productrice de blé était d’évidence un revers pour la cité. D’autres sources cependant ne nous renseignent pas sur les circonstances de la perte de Nymphaion, établissement gréco-scythe qui ne semble pas avoir été en réalité soumis à Athènes510, et sur la nature de la faute de Gylon.

  • 511 Sur la situation familiale de Démosthène et les maigres informations qu’il donne sur son grand-pèr (...)
  • 512 Diehl, RE s.v. “Nymphaion”, 51-52, relève, contre une condamnation de Gylon pour trahison, le fait (...)
  • 513 Sur la question de l’identité des “ennemis” auxquels Gylon aurait remis Nymphaion, cf. Diehl, RE s (...)
  • 514 Sur l’usage que font de l’histoire les orateurs attiques, cf. Nouhaud 1982 ; Worthington 1991, 55- (...)

162La condamnation à mort de Gylon, si elle a effectivement été prononcée, a pu être commuée en une amende, car Démosthène, bien avant qu’Eschine s’en prenne à lui, évoque, en réponse à son adversaire Aphobos, en 364/3, l’existence d’une dette passée de son grand-père envers la cité (Contre Aphobos, 2,1-5) : mais cette dette, consécutive à un tort envers la cité dont Démosthène ne précise pas la nature, ne courait plus, son grand-père Gylon l’avait payée et était mort en règle avec sa patrie, si bien que le père de Démosthène n’avait en rien dissimulé les biens de son fils511. On peut penser que Gylon, sans doute effectivement mis en cause, d’une manière quelconque, dans un revers à Nymphaion auquel Eschine devait plus tard faire allusion, soit avait antérieurement été condamné à une amende pour une raison que nous ignorons, soit ne fut, dan l’affaire de Nymphaion, condamné dès le début quà une amende, soit obtint dans un second temps un aménagement de sa peine, commuée en amende, que son riche mariage dans le Bosphore lui permit d’honorer512. Mais à quel titre put-il “livrer par trahison” (3.171) ce fort, dont on ne sait pas précisément comment s’y exerçait l’autorité d’Athènes, comme magistrat détenant une parcelle de pouvoir, comme citoyen-soldat chargé d’une mission ponctuelle, ou comme particulier ? Et le remit-il par intérêt, pour de l’argent, se rendant coupable de “prodosia” au sens étroit, ou par incompétence, dans un comportement d’“abandon”, de “prodosia” au sens large, ou encore le “remit-il” parce que la situation militaire précise du fort, dont nous ignorons tout, était désespérée ? Sous le terme “ennemis” – tois polemiois – employé par Eschine, faudrait-il reconnaître Satyros, “archonte du Bosphore”, avec le fils duquel, Leucon, les Athéniens entretenaient, lors du discours d’Eschine, les meilleures relations513 ? Comme le caractère très général de l’affirmation d’Eschine, due peut-être autant à son ignorance réelle des faits, connus comme de vagues “on-dit”, qu’à son incontestable partialité, ne peut pas être corrigé par d’autres sources, la “trahison” de Gylon demeure pour nous très vague, intéressante plus au titre d’une étude de comportement, le type de relations qu’entretiennent publiquement des adversaires politiques au ive siècle, que d’une étude de faits proprement historiques, auxquels les orateurs de l’époque ne font du reste généralement appel que de manière orientée, en fonction des besoins de leur cause du moment514.

Trahison à Iasos ?

  • 515 Sur le reproche d’“abandon de la guerre”, autrement dit d’une forme de trahison morale, cf. infra, (...)

163La remise à l’ennemi d’une cité alliée d’Athènes, Iasos de Carie, par un stratège athénien, Phrynichos, est évoquée par Thucydide (8.54.3), qui la présente explicitement comme une calomnie de Peisandros, l’un des artisans de l’établissement de l’oligarchie des Quatre-Cents en 411. Peisandros en effet mit en avant une soi-disant trahison de Phrynichos, qui aurait entraîné, avec la perte de la ville, celle du Perse Amorgès, allié des Athéniens, mais, d’après Thucydide, il n’agissait que pour obtenir du peuple la destitution de Phrynichos : celui-ci en effet, à Samos, s’était ouvertement déclaré contre la collaboration avec Alcibiade à laquelle étaient favorables de nombreux triérarques, désireux d’établir un régime oligarchique. L’affaire n’alla pas, semble-t-il, au-delà de la destitution, car l’établissement de l’oligarchie et le ralliement, qui fut presque immédiat, de Phrynichos au nouveau régime mirent fin à son éventuel développement : les informations succinctes que nous possédons sur l’origine de l’accusation et sur la réaction des Athéniens nous renseignent seulement sur la vigilance du dèmos dès lors que la loyauté d’un stratège était soupçonnée, en même temps que sur l’exploitation que pouvaient faire de cette susceptibilité bien connue des politiciens peu scrupuleux. Le caractère immédiat de la réaction du dèmos pouvait en outre s’expliquer facilement par le sentiment de mécontentement diffus que semble avoir provoqué la mollesse de la campagne d’Ionie des stratèges de 411, parmi lesquels figurait Phrynichos515.

  • 516 Sur la mise à mort à l’armée, par apotympanismos, du frère d’Agoratos, qui fut immédiate parce qu’ (...)
  • 517 Cf. Couvenhes 2005, 445 et 450.

164Au cours de la dernière décennie de la guerre du Péloponnèse, les Athéniens virent, en Asie Mineure surtout, leur hégémonie maritime remise en cause : plus que jamais, la vigilance était nécessaire pour prévenir des tentatives d’entente avec l’ennemi de la part de soldats combattant dans les rangs athéniens. Nous connaissons ainsi par Lysias, soucieux de mettre en valeur les méfaits commis par les proches de l’accusé, la tentative d’entente avec l’ennemi dont se rendit coupable l’un des frères d’Agoratos, et le châtiment qui le frappa aussitôt : pris en flagrant délit de trahison alors qu’il adressait des signaux lumineux au camp adverse, ce frère fut, en 415 ou 414, mis à mort sur-le-champ, lors de l’expédition de Sicile, sur l’ordre du stratège Lamachos (1365).516. C’est également dans la crainte que soient communiqués à l’ennemi des renseignements qui entraîneraient une défaite athénienne, qu’Alcibiade, à Cyzique en 410, fit proclamer avant la bataille que quiconque serait surpris à passer en face, dans le camp adverse, serait mis à mort (Xen., HG, 1.1.15)517.

165Deux cas nous sont connus, dans la dernière phase de la guerre du Péloponnèse, de livraison par trahison, ou plus exactement de projet, ou de soupçon, de livraison par trahison de la flotte athénienne, ou d’une partie de la flotte. Très différents l’un de l’autre, ils ont en commun de se rapporter à des moments cruciaux du conflit : le premier, le projet de livraison aux Lacédémoniens de la flotte athénienne de Samos, par Phrynichos, en 411, nous est connu par Thucydide qui rapporte un échange épistolaire, qui ne fut pas suivi de réalisation, entre l’Athénien et le chef de la flotte péloponnésienne ; le second fut soupçonné après la défaite finale d’Athènes à Aigos-Potamoi, où la flotte fut capturée par Lysandre sans combat. Les soupçons de trahison dans la défaite d’Aigos-Potamoi sont examinés ici, et non dans la rubrique consacrée aux cas dans lesquels la corruption est première, entraînant dans un second temps la trahison : les Athéniens furent en effet immédiatement et intimement convaincus qu’ils avaient été trahis et c’est après seulement, et de manière très diffuse, puisqu’une accusation, à supposer qu’elle ait été effective, ne fut déposée qu’une douzaine d’années plus tard, que, devant dépasser le stade du sentiment pour donner un mobile raisonné à la trahison, ils mirent en avant le mobile le plus bas, l’attrait de l’argent.

La trahison de Phrynichos à Samos

  • 518 Sur la question de l’objet même de la prodosia – qui ne peut pas avoir été les relations avec Asty (...)
  • 519 Plutarque, Alc., 25.6-13, reprend, sans guère de commentaire, le récit de Thucydide. Il s’intéress (...)
  • 520 Sur la source, ou les sources, de Thucydide concernant les intrigues d’Alcibiade à Samos et les re (...)
  • 521 Sur l’affaire de Phrynichos à Samos et les relations de Phrynichos avec Alcibiade, qu’étudient à l (...)
  • 522 Les intrigues de Phrynichos auprès d’Astyochos furent révélées sur-le-champ par Alcibiade lui-même (...)

166Nous considérons ici seulement le projet de remise de la flotte par Phrynichos, qui était alors stratège à Samos : les faits qui lui furent reprochés lors de son procès posthume en 410518, comme ils le furent dans un autre procès intenté ensuite contre d’autres membres de l’oligarchie des Quatre-Cents, et qui valurent à son cadavre, après condamnation, le châtiment réservé aux traîtres, sont étudiés dans le Chapitre III en raison de leur nette insertion dans un contexte de stasis. La trahison de Phrynichos à Samos est rapportée par Thucydide (8.50-51 et 68.3), notre principale source519 sur cette obscure et énigmatique affaire, qui dut la tenir d’Alcibiade520, concerné au premier chef par les agissements de Phrynichos521 ; mais, patente d’après notre source, non seulement elle ne se concrétisa pas en raison de l’imbroglio dans lequel se trouva empêtré Phrynichos, mais elle ne semble pas non plus avoir été connue à l’époque au-delà du cercle immédiat de ceux qui furent concernés par cette affaire522.

  • 523 Sur les raisons vraisemblables de l’hostilité que montra d’emblée Phrynichos à l’idée d’une collab (...)
  • 524 Sur l’importance de l’inimitié personnelle, que l’on n’hésite pas, au même titre que des liens d’a (...)
  • 525 Thc. 8.50 ; 2 : “[et Astyochos disait que,] s’agissant d’un adversaire, on devait l’excuser de che (...)

167Phrynichos, l’un des stratèges de l’armée athénienne stationnée à Samos, s’était opposé, dans l’hiver 412/11, par clairvoyance sans doute mais surtout par hostilité personnelle envers l’exilé523, à ses collègues stratèges et triérarques qui, séduits par l’idée d’une entente avec Alcibiade visant à renverser la démocratie pour obtenir l’alliance et l’argent du Grand Roi, voulaient entreprendre les démarches destinées à réaliser ce projet : se voyant désavoué et craignant dès lors l’hostilité à son égard d’Alcibiade, si celui-ci rentrait à Athènes et devenait puissant, se croyant perdu, il ne vit plus son salut que dans l’entente avec l’ennemi lacédémonien qui, en faisant échouer le projet d’Alcibiade et donc son retour à Athènes, lui sauverait la vie. Cette trahison se fit en deux temps. Phrynichos révéla d’abord à Astyochos, le navarque lacédémonien, les intrigues d’Alcibiade auprès de Tissapherne, qui étaient destinées à faire abandonner aux Perses, malgré le deuxième traité signé avec Sparte, l’alliance lacédémonienne et à procurer aux Athéniens le soutien financier du Roi. Le jugement à porter sur cette première révélation est difficile, dans la mesure où, s’il s’agissait d’une tentative pour détourner d’Athènes une alliance possible et prometteuse d’abondance financière, son auteur voulait de cette manière faire échouer un projet qu’il estimait publiquement irréaliste, néfaste à la stabilité intérieure de la cité et à ses chances de victoire (Thc. 8.48.4-7) mais qui surtout, s’il réussissait, remettrait aux affaires un homme dont il avait tout à craindre ; par ailleurs, le contenu de cette révélation n’était pas forcément facilement utilisable par les Spartiates, puisqu’il s’agissait de savoir si le projet d’un banni, théoriquement condamné à mort dans sa patrie et sans mandat officiel de négociateur, pouvait être soutenu assez efficacement par les chefs athéniens de Samos pour entraîner un changement de régime politique, et ensuite être accompli par le satrape, et mieux encore, par le Roi. La marge d’incertitude était grande et cette affaire se présentait surtout comme une affaire intérieure, strictement athénienne, dans laquelle l’un des protagonistes tentait d’entraîner Astyochos pour se garantir d’une crainte personnelle aux dépens d’un autre, qu’il ne savait pas encore mal vu de Sparte et qui l’était d’Athènes. Le comportement de Phrynichos envers la cité était cependant condamnable sans ambiguïté dans la mesure où, voulant satisfaire une crainte personnelle, il introduisait l’ennemi lacédémonien dans ce qui constitue le cœur de tout État, son système de gouvernement, sans se soucier des répercussions funestes à sa patrie que pouvait avoir cet appel au commandant de la flotte ennemie : le souci de son intérêt particulier était si fort qu’il était prêt, en cas de besoin, à le faire passer avant celui de l’intérêt public, et, pour se protéger lui-même en infligeant un dommage principal à son ennemi personnel524, à infliger à la cité, par l’intervention sollicitée de l’ennemi extérieur, un dommage qui serait en quelque sorte collatéral525.

  • 526 L’hypothèse a été faite d’un stratagème que Phrynichos, désireux de sauvegarder les intérêts athén (...)
  • 527 Cf. supra p. 000.

168L’affaire rebondit, car le Lacédémonien, déjà acheté par Tissapherne, dénonça Phrynichos, dans l’espoir d’un gain ou pour toute autre raison, méfiance, incrédulité ou autre, au satrape et à Alcibiade : Phrynichos, découvert et menacé de mort par Alcibiade, et s’imaginant trouver le salut dans la perte de son ennemi personnel ou, au contraire, dans une subtile manigance à l’égard des Lacédémoniens, entra alors en pleine trahison – ou en une trahison feinte526 ? –, en révélant à l’ennemi de sa patrie comment s’emparer de la flotte athénienne basée à Samos. Indiquer à l’ennemi comment détruire l’essentiel de la flotte de la cité, l’une des manières de nuire le plus gravement à un État dont la puissance et aussi, en 411, la survie, reposent sur la maîtrise de la mer, est bien, nous l’avons vu, l’un des crimes visés explicitement par la loi d’eisangélie telle qu’elle sera formulée un peu plus tard527 : il ne s’agissait plus, si l’on croit à la sincérité de Phrynichos lorsqu’il écrit une seconde fois à Astyochos, avant de se raviser et de “révéler” à l’armée la soi-disant imminence d’une attaque ennemie contre Samos insuffisamment fortifiée, d’un projet dont les chances de réalisation étaient hypothétiques, mais bien de l’offre de destruction de l’instrument qui garantit l’indépendance de la cité. Les renseignements donnés par Phrynichos à Astyochos ne furent pas suivis d’effet, car le Lacédémonien, loin d’essayer d’en tirer profit, informa Alcibiade de ce nouveau message : mais, avant qu’Alcibiade ait pu dénoncer cette trahison auprès de l’armée de Samos, Phrynichos, s’étant douté, une fois son message envoyé, qu’Astyochos révèlerait encore une fois la teneur de son message, déclara à l’armée avoir été averti de l’imminence d’une attaque péloponnésienne contre la flotte athénienne, d’autant plus dangereuse que Samos n’était pas fortifiée.

  • 528 Sur l’intelligence, astuce mais aussi clairvoyance et sûreté de jugement, que Thucydide 8.27.5, re (...)
  • 529 On notera cependant, comme conséquence non pas tant des intrigues de Phrynichos, qu’il ne put suiv (...)
  • 530 Sur la trahison d’Astyochos, cf. Thc. 8.39-40 et 45-50.

169Le stratège, qu’il ait tenté de comploter dès l’origine à des fins personnelles et au bénéfice de l’ennemi, ou qu’il ait, dans un second temps, manigancé un stratagème auprès d’Astyochos, qui n’était une trahison qu’en apparence et qui était destiné en fait à perdre Alcibiade, sut donc trouver le moyen de se rétablir : lorsqu’arriva la lettre d’Alcibiade qui l’accusait de vouloir livrer la flotte à l’ennemi, Phrynichos avait réussi à se placer hors d’atteinte528. Du reste, les machinations de Phrynichos se révélèrent bientôt sans objet, puisque le projet que nourrissait Alcibiade d’une alliance avec la Perse échoua de lui-même et que les conjurés se détournèrent de lui. On retiendra aussi de cette affaire, qui ne fut ébruitée que dans un milieu restreint529, qu’elle présentait, avec le souci de la sécurité personnelle comme mobile et les messages secrets de Phrynichos adressés à l’ennemi, les ingrédients typiques de la trahison telle que la concevaient les Grecs. Dans ce ballet de trahisons à trois, nœud de dénonciations et de stratagèmes retors, qui n’est pas sans faire songer au dramatique affrontement entre Palamède et Ulysse, la victime désignée, et finalement effective, était celui qui jusqu’alors s’était seul montré ouvertement “ennemi » de sa patrie : Alcibiade avait trouvé son maître, il faisait les frais, directement, de la prodosia cachée de Phrynichos et, indirectement, de la palimprodosia d’Astyochos, le Lacédémonien qui aurait dû trouver son intérêt au succès du complot initial, mais qui, en le dévoilant, se conformant au comportement de trahison qu’il avait déjà adopté à l’égard des siens, lui fit atteindre de manière détournée son objectif, le discrédit d’Alcibiade530.

Trahison à Aigos-Potamoi ?

  • 531 Sur la bataille d’Aigos-Potamoi, qui a fait l’objet de très nombreuses études, et dont on ne retie (...)
  • 532 Il vaut la peine de citer le commentaire de Plutarque à l’éclatante victoire de Lysandre : “Il ava (...)

170La défaite des Athéniens à Aigos-Potamoi en août 405, marquée par la perte quasiment totale de la flotte sur laquelle reposaient la puissance et la survie de la cité, annonçait le désastre final, qu’il n’était plus question que de repousser, de quelques semaines ou de quelques mois531. Mais la nature même de cette défaite aux conséquences dramatiques, dans laquelle Lysandre s’était emparé par surprise de la majeure partie des navires que les marins n’avaient pas eu le temps de mettre à la mer, suscita aussitôt, par son caractère inattendu et presque incompréhensible532, des interrogations sur l’incapacité des stratèges ou, pire, sur une possible entente avec l’ennemi de certains Athéniens, chefs militaires ou marins. Après la terrible nuit qui suivit l’annonce de la catastrophe, au cours de laquelle personne ne dormit à Athènes (Xen., HG, 2.2.3), il y eut des soupçons, et peut-être même, beaucoup plus tard, une accusation formelle : pour les Athéniens, cette défaite qui avait vu leur flotte anéantie sans qu’ils aient été battus dans une bataille navale digne de ce nom, ne pouvait s’expliquer que par la trahison.

  • 533 Les stratèges sont au nombre de six, d’après nos sources : Ménandros, Tydeus, Adeimantos (Xen., HG (...)
  • 534 Tous les ouvrages ou articles cités supra n.000 se livrent à une étude critique de nos sources qui (...)
  • 535 Alcibiade suspecta la trahison devant la conséquence du mauvais choix du mouillage, la désorganisa (...)
  • 536 Cornelius Nepos, Alcibiade, 8, mentionne, comme Diodore, la proposition faite par Alcibiade de fai (...)
  • 537 Sur la manœuvre de Philoclès rapportée par Diodore, qui aurait été une réplique de celle qu’avait (...)

171Nos principales sources sur la “bataille” sont offertes par le récit de Xénophon dans Les Helléniques 2.1.20-32, et par celui de Diodore 13.105-106, qui apporte de précieux renseignements complémentaires. Plutarque souligne l’indiscipline des soldats athéniens et les qualités militaires, à la fois d’Alcibiade et de Lysandre : le premier, expérimenté et compétent, mais impuissant, puisqu’il ne dispose pour le malheur d’Athènes d’aucune charge officielle, remontre aux stratèges athéniens, qui sont au nombre de six533, le mauvais choix de leur mouillage et l’indiscipline de leurs hommes, qu’il oppose à l’obéissance des Péloponnésiens soumis à l’autorité du second, un chef unique et redouté dont Plutarque souligne la ruse et la ténacité (Alcibiade, 36.6 ; Lysandre, 9.6-11.13)534. D’après Xénophon, le comportement des Athéniens, pendant les quatre jours qui précédèrent l’opération, fut marqué par une relative incompétence des chefs et par la négligence des soldats. Le choix du mouillage pour la flotte qui comptait cent-quatre-vingts trières, en face de Lampsaque, que venait de prendre Lysandre, mais sur une plage, découverte et sans abri, et sans ville à proximité, contraignait les soldats à s’éloigner chaque jour pour le ravitaillement des trente mille hommes environ que comptait l’armée : les stratèges, mis en garde par Alcibiade venu les trouver de sa retraite voisine, le renvoyèrent, et chefs et soldats se sentaient pleins de mépris pour Lysandre qui, refusant chaque jour le combat qu’ils lui offraient, endormait leur vigilance. Or, le Lacédémonien avait fait dès le premier jour surveiller ses ennemis : il fut vite renseigné sur le laisser-aller des Athéniens, dispersés à terre ou désœuvrés, et les surprit facilement le cinquième jour par une attaque rapide qui, les prenant au dépourvu, sans qu’ils aient pu même monter au complet dans les trières, lui permit, grâce à la confusion qui régnait chez les Athéniens, de capturer à la côte, avec une flotte moins nombreuse, la quasi-totalité des trières, insuffisamment garnies, et la plupart des hommes à terre535. D’après Xénophon, seules huit trières, avec le stratège Conon, purent s’enfuir, cependant que la Paralienne parvenait à gagner Athènes pour annoncer le désastre ; d’après Lysias (21.9-11) et Isocrate (18.59), douze autres trières s’échappèrent, avec leurs triérarques, pour Athènes. Diodore, outre des précisions sur l’intervention d’Alcibiade, qui demandait une part du commandement en échange d’une forte armée, destinée à contraindre Lysandre au combat, que pouvaient lui procurer ses amis, les rois thraces Médocos et Seuthès536, mentionne, à propos de l’espionnage de la flotte athénienne opéré par Lysandre, la présence dans le camp lacédémonien de déserteurs du camp adverse : que ceux-ci aient été des Athéniens ou des mercenaires, Lysandre apprit ainsi la sortie que projetait le stratège Philoclès, qui était de commandement ce jour-là537. Prenant en chasse avec tous ses navires Philoclès qui était parti en avant le provoquer avec trente navires, pendant que les équipages restants embarquaient, il le contraignit à fuir vers son point de départ, où il surprit les Athéniens qui n’avaient pas terminé leurs manœuvres, s’empara des trières qu’il tira sur la plage et sema la confusion dans le camp athénien. La majorité des soldats athéniens s’enfuit par voie de terre à Sestos, d’où Lysandre les laissa ensuite repartir pour Athènes où la famine menaçait.

  • 538 Sur la mise en avant par les Athéniens de la malchance dans leur défaite finale, cf. Lévy 1976, 40 (...)
  • 539 À propos des “signes” annonçant la défaite athénienne, astres des Dioscures encadrant le vaisseau (...)
  • 540 Sur la réaction athénienne face à la défaite, et notamment sur la croyance en la trahison, qui ann (...)
  • 541 Les sources unanimes insistent sur la crainte de Lysandre d’affronter les Athéniens en bataille na (...)
  • 542 Salviat 1989, 171-175, explique la malédiction lancée contre Adeimantos dans Les Grenouilles, 1509 (...)
  • 543 Sur les défections et les trahisons au sein de la Ligue de Délos, cf. Losada 1972a, passim ; Lévy (...)
  • 544 Cf. Lévy 1976, 31-37.
  • 545 Xénophon (HG, 2.1.24 et 27) insiste sur l’espionnage de l’armée athénienne qu’organisa Lysandre ; (...)

172Les Athéniens, accablés et incrédules devant un tel coup du sort, car il ne leur était désormais plus possible de remplacer l’énorme flotte anéantie si brutalement, mirent en cause la malchance, malheur contre lequel nul ne peut rien538 et à propos duquel certains crurent même reconnaître une intervention divine favorable aux vainqueurs539. Mais ils soupçonnèrent aussi très vite la trahison, préférable, pour expliquer cette défaite, à la reconnaissance insupportable de leur infériorité face à l’ennemi540 : la ruse, l’expérience et la vigilance d’un chef aux aguets, qui s’était donné les moyens de s’informer sur les habitudes de l’ennemi, suffisaient-elles en effet à expliquer la victoire, dans ce qui n’avait même pas été une bataille navale541, sur une armée qui jouissait d’une inégalable maîtrise de la mer, mais dont il aurait bien fallu reconnaître qu’elle était mal installée, peu disciplinée et trop confiante ? Des rumeurs coururent très vite542, d’autant plus que la cité, qui avait été exposée dès les premières années du conflit à la défection de certains alliés543, l’était aussi, depuis 415, à la trahison, ou à la psychose de la trahison, du fait de certains des siens544. Encore plus que la possible trahison de marins déserteurs545, les Athéniens étaient tourmentés par l’idée d’une trahison “au sommet”, qui aurait été commise par l’un des stratèges.

  • 546 L’auteur du Contre Alcibiade, dont le discours a pour objet une accusation contre le fils d’Alcibi (...)
  • 547 Wylie 1986, 132-133, en se fondant sur le passé d’Alcibiade, alors que le contexte est ici totalem (...)
  • 548 Cornelius Nepos, Alcibiade, 8, rapporte longuement le dialogue entre Alcibiade et Philoclès, dans (...)
  • 549 L’idée qu’un redressement d’Athènes était toujours possible tant qu’Alcibiade vivait était répandu (...)
  • 550 Sur les procès de stratèges, de l’expédition de Miltiade à Paros jusqu’à la défaite d’Aigos-Potamo (...)
  • 551 Après Aigos-Potamoi et sa conclusion dramatique, les Athéniens, sans stratège présent à Athènes à (...)
  • 552 Sur l’état d’esprit à Athènes dans la période qui suivit la défaite, cf. Lévy 1976.

173On écartera d’emblée l’accusation partisane, dont personne ne semble avoir eu l’idée au lendemain de la défaite, lancée contre Alcibiade par l’auteur du Contre Alcibiade (38)546, que l’on peut expliquer par la rancœur qu’éprouvent, dans les premières années du ive siècle, les Athéniens vaincus à l’égard du stratège qui les avait trahis pendant deux années, avant de leur redonner espoir par ses victoires, puis de les décevoir et de les quitter, départ forcé, ressenti après la défaite comme un abandon, forme adoucie de trahison547. Alcibiade, au contraire, avant la défaite fatale, avait proposé ses services et donné ses avis548, et il aurait même, d’après Plutarque (Alcibiade, 36.6 – 37.5), devant le refus des stratèges athéniens et leur obstination à demeurer en un lieu si peu propice au campement d’une armée, soupçonné la trahison ; lui-même avait tout à perdre d’une victoire lacédémonienne, comme devaient le montrer les circonstances de sa mort prochaine549. Les Athéniens, devant l’ampleur et la brutalité de la catastrophe, soupçonnèrent, au-delà de la négligence, de l’incompétence ou de la renonciation estimée trop facile qu’ils avaient pu reprocher précédemment, et avec quelle âpreté, à des stratèges ou à des triérarques550, une entente réelle avec l’ennemi : le laisser-aller collectif de leur armée, en même temps que la négligence réelle de stratèges qu’ils avaient élus, stratèges responsables du choix du mouillage et du bon ordre de leurs troupes551, ne suffisaient pas, en s’ajoutant à la valeur de l’adversaire, à rendre compte du drame, qui ne pouvait provenir que de la lâche trahison de l’un des leurs : comme il leur semblait impossible que leur flotte fût tombée sans combat véritable aux mains de Lysandre, l’artisan de la défaite devait nécessairement être l’un des leurs, qui avait comploté de l’intérieur et trahi sa cité. La difficulté venait de ce que, aucune preuve n’ayant été portée à la connaissance des Athéniens, procès et certitude firent toujours défaut : mais le soupçon de trahison était moralement plus satisfaisant pour les Athéniens que l’aveu de leur propre infériorité militaire, indiscipline et impéritie, et que la reconnaissance de la supériorité militaire de l’ennemi, tout entier tendu vers son objectif et favorisé précisément par le relâchement de l’adversaire552.

  • 553 Dès la reprise des Grenouilles, en janvier-février 404, le soupçon de trahison est attaché à Adeim (...)
  • 554 D’après Plutarque, Lys., 9.7, le décret, qui aurait été voté sur proposition de Philoclès, stipula (...)
  • 555 Sur Adeimantos, mentionné par Andocide, Sur les Mystères, 16, et par Xénophon, Helléniques, 1.4.21 (...)
  • 556 Salviat 1989, 175, reconnaît au vers 645 de L’Assemblée des femmes une allusion à Adeimantos, dont (...)
  • 557 Sur l’hypothétique accusation lancée par Conon contre Adeimantos, cf. Barbieri 1955, qui mentionne (...)
  • 558 Pausanias 4.17.3, rapporte la conviction des Athéniens que les Lacédémoniens furent vainqueurs à A (...)
  • 559 D’après Pausanias, 10.10.11, les Athéniens considéraient leur défaite à Aigos-Potamoi comme injust (...)
  • 560 Les accusations de corruption, formulées souvent spontanément et parfois sans preuve par la foule (...)

174Les soupçons se portèrent très vite, parmi les stratèges, sur Adeimantos, manifestement parce que, seul, il fut épargné par Lysandre553 : d’après Xénophon (HG, 2.1.32), le conseil des alliés péloponnésiens qu’avait réuni Lysandre après sa victoire avait décidé en effet de lui laisser la vie sauve, parce qu’il s’était seul opposé à la décision qu’avaient votée ses concitoyens de couper la main droite aux prisonniers en cas de victoire554 – et l’historien semble indiquer comme en passant qu’un lien de cause à effet, qu’il ne reprend pas à son compte, fut établi par certains entre une trahison et la clémence dont bénéficia Adeimantos. Ce lien, logique et facile entre clémence et trahison, pouvait être renforcé aux yeux de certains par le passé et les relations d’Adeimantos, qui faisaient de lui une cible privilégiée, encore qu’un certain nombre d’Athéniens aient regretté dès ce moment l’absence d’Alcibiade dont il était un fidèle : dénoncé en 415 pour avoir parodié les Mystères d’Éleusis avec Alcibiade, Adeimantos était parti en exil et avait souffert la confiscation de ses biens puis, lié à la fortune d’Alcibiade, il avait été élu comme lui stratège en 407 et avait connu la défaveur après Notion, avant d’être réélu à la stratégie après le procès des généraux vainqueurs aux Arginuses555. L’auteur du Contre Alcibiade, dans les premières années du ive siècle, associe ainsi au stratège défunt, père de l’accusé, Adeimantos, qui n’est plus qu’un complice dans ce qui est le couronnement de la carrière méthodiquement attaquée d’Alcibiade. Ultérieurement, l’association des deux hommes dans la trahison n’est plus faite, car Alcibiade ne peut décidément pas être impliqué dans une défaite que son commandement aurait sans doute empêchée. Mais la réputation de traître reste attachée à Adeimantos, sans doute demeuré en exil, et auquel Aristophane fait une allusion dans L’Assemblée des femmes (v. 645), en 392556. Démosthène (Sur l’Ambassade, 191), beaucoup plus tard, évoque une accusation de trahison que Conon aurait portée contre Adeimantos. Mais l’allusion, qui, d’après son contexte, semble évoquer une accusation en règle, est trop vague pour que nous puissions en déduire l’existence d’une preuve, ou même un élément de chronologie : la tentation est grande, en admettant une accusation formelle qui ne put être intentée au plus tôt que douze ou treize ans après les faits, de penser qu’une telle action, qui aurait été portée par Conon après sa victoire de Cnide, présentait un caractère de complaisance à la fois à son égard et à celui des Athéniens, par la désignation d’un coupable idéal qui dégageait de toute responsabilité le nouveau vainqueur et ses concitoyens557. Avec le temps, ce qui n’était que soupçon facile est devenu certitude, à laquelle est attribué le mobile le plus méprisable et le plus ordinaire de la trahison, l’argent : d’après Pausanias 4.17, 3558 et 10.10, 11559, Adeimantos, auquel sont adjoints Tydeus et parfois, de manière vague, d’“autres stratèges”, a été acheté par Lysandre560.

  • 561 Xénophon, HG, 2.1.32 et Plutarque, Lys., 9.7 et 13.1-2, mettent en scène l’exécution de Philoclès (...)
  • 562 Xénophon rapporte la décision du conseil des alliés péloponnésiens de mettre à mort tous les priso (...)
  • 563 À propos de la justification de la clémence à l’égard d’Adeimantos, on pourrait évidemment avancer (...)

175On objectera au soupçon porté contre Adeimantos que, s’il se fondait uniquement sur la clémence dont le stratège bénéficia, l’opposition de celui-ci au vote d’une décision inique à l’égard des prisonniers de guerre pouvait justifier la décision des alliés péloponnésiens : Xénophon (HG, 2.2.31-32) indique clairement que la décision d’exécuter tous les prisonniers athéniens fut prise en représailles contre les actes contraires au droit des gens dont s’étaient précédemment rendus coupables les Athéniens et qui provoquaient l’indignation des alliés péloponnésiens. Le sort d’Adeimantos est traité généralement en opposition avec celui de Philoclès, qui aurait fait jeter à la mer les équipages de deux trières ennemies et aurait, selon Plutarque (Lysandre, 9.7), proposé le décret des mains coupées, et qui fut, pour cette raison, mis à mort le premier561. La clémence à l’égard d’un Athénien, seul sur trois mille, laisse certes songeur562. Mais la clémence à l’égard d’Adeimantos était pour les Péloponnésiens, au risque de se déconsidérer, l’exception obligée à l’exécution en masse des prisonniers, tout à fait inhabituelle après la bataille, puisque celle-ci était présentée comme la juste réplique au vote athénien des mains coupées qu’avait seul blâmé Adeimantos563.

  • 564 Plutarque, Lys., 13.7-9 et 19.1-6, mentionne de nombreux massacres ordonnés par Lysandre.
  • 565 D’après Xénophon, HG, 2.1.32, les Péloponnésiens décidèrent bien d’exécuter tous les prisonniers a (...)

176On peut du reste se demander, même s’il est avéré que Lysandre ne recula jamais devant les massacres564, si trois mille prisonniers furent effectivement exécutés, et si certains au moins ne furent pas renvoyés, comme de partout ailleurs dans la région, avec ordre de ne gagner qu’Athènes, dans l’objectif d’y hâter la survenue de la disette565 : l’exception faite en faveur d’Adeimantos apparaîtrait alors comme un indice de culpabilité moins accablant. Un dernier fait enfin amène à douter de la trahison d’Adeimantos : des sources, tardives certes, ne le mettent pas seul en cause, mais, à côté de lui, toujours nommé, mentionnent d’autres stratèges, sous une appellation collective ou en les citant de manière individuelle, comme Tydeus (Paus. 4.17.3-4 ; 10.10.11).

  • 566 Cf. Xen., HG, 2.1.26 : “les stratèges”, et particulièrement Tydeus et Ménandros ; Plut., Alc., 36. (...)
  • 567 Sur les stratèges Tydeus et Ménandros, qui avaient servi en Sicile, cf. Strauss 1983, 29 ; Canfora (...)
  • 568 Diodore 13.105.4, qui ne cite aucun stratège en particulier, développe, comme Cornelius Nepos, Alc (...)
  • 569 Sur les craintes d’ordre politique, qui poussèrent très certainement les stratèges à demeurer à Ai (...)

177Cette suspicion à l’égard des chefs rappelle celle que, d’après plusieurs sources, Alcibiade aurait éprouvée à l’égard des stratèges athéniens auxquels il était venu faire des remontrances et qui l’avaient renvoyé. Lorsqu’elles opèrent une distinction à l’intérieur du groupe des stratèges négligents, les sources citent Adeimantos, Philoclès, Tydeus et Ménandros ; seul Conon, qui n’était pas en charge du commandement ce jour-là – mais il semble que seul Philoclès l’était – n’est jamais cité, ce qui indiquerait la volonté de vouloir blanchir le seul rescapé, ou le futur vainqueur de Cnide, de la responsabilité collective des stratèges dans le désastre566. Tydeus et Ménandros surtout sont cités pour le peu de ménagements dont ils usèrent à l’égard d’Alcibiade : congédièrent-ils l’exilé parce que, corrompus par l’ennemi, ils ne pouvaient que repousser des conseils de bon sens qui auraient empêché la victoire péloponnésienne ou, beaucoup plus vraisemblablement, s’opposaient-ils pour des raisons personnelles à Alcibiade, qu’ils connaissaient567, et qu’ils soupçonnaient de vouloir s’attribuer le beau rôle en cas de victoire568 ? Leur mise en cause ultérieure est comme une justification d’Alcibiade, qui souligne la compétence militaire de celui dont s’étaient privés les Athéniens, ne gardant désormais à leur service, après l’exécution des stratèges vainqueurs aux Arginuses, que des généraux sans doute de second ordre, incapables de tenir en échec un chef tenace et rusé comme Lysandre. Mais il faut souligner aussi que la conduite récente du peuple, qui venait de mettre à mort six stratèges, devait inspirer aux généraux de 405 une peur encore plus paralysante que celle qu’avait éprouvée Nicias en Sicile en 413 (Thc. 7.48.3-4) : quitter la plage d’Aigos-Potamoi pour le port bien approvisionné de Sestos, c’était aussi s’éloigner de Lampsaque, dont venait de s’emparer Lysandre, c’était, au moins provisoirement, renoncer à reprendre la ville et à livrer un combat naval où les Athéniens étaient sûrs de l’emporter, c’était laisser Byzance sans protection, et c’était donc une possibilité de mécontenter le peuple qui pourrait demander des comptes et ne pas accepter les justifications avancées569.

  • 570 Selon Diodore 13.106.1-7, Philoclès opéra un mouvement, auquel riposta Lysandre, sans avoir été su (...)
  • 571 De nombreuses suppositions ont été faites pour expliquer que les trières des collègues de Philoclè (...)
  • 572 Un doute sérieux existe sur l’exécution de trois mille prisonniers athéniens ; en revanche, il est (...)
  • 573 La trahison par appât du gain ne pourrait être conciliée avec l’exécution que si l’on met en avant (...)

178Il est possible aussi que le manque de coordination entre stratèges, qui fut, si l’on suit la version de Diodore570, l’une des causes de la catastrophe, ait été considéré par les Athéniens comme la conséquence de la trahison, plutôt que comme la marque de l’incompétence ou d’une mauvaise préparation, que l’un ait été trop rapide ou les autres trop lents571. Ainsi, à la “preuve” de trahison qu’aurait consituée pour Adeimantos la grâce dont il fut seul à bénéficier pouvaient s’ajouter pour d’autres stratèges des “preuves” de trahison que constituait à ne pas se préparer en temps voulu pour suivre Philoclès, offrant ainsi à Lysandre toute latitude pour détruire la flotte. La question du mobile, pour ces stratèges comme pour Adeimantos, était réglée par la raison la plus ordinaire et la plus basse, la cupidité, que Lysandre aurait su satisfaire : des rumeurs évoquèrent la corruption, à laquelle auraient cédé plusieurs stratèges, car le seul Adeimantos n’aurait pu suffire à paralyser la majeure partie de la flotte athénienne. À Adeimantos, on adjoignait donc d’autres stratèges, parmi lesquels était parfois nommé Tydeus (Paus. 4.17.3 et 10.10.11). Par ces soupçons, les stratèges, à l’exception de Philoclès et de Conon, se trouvaient en butte à un procès, comme l’avaient été avant eux d’autres généraux vaincus – ou vainqueurs. La contradiction était que, en ne mettant pas en cause la seule incapacité, puisque, Adeimantos et Conon mis à part, tous les stratèges semblent bien avoir été exécutés572, les Athéniens pouvaient légitimement se demander quel avait été le gain de la trahison, si la mort devait couronner la livraison de la flotte à l’ennemi573.

  • 574 Sur l’affaire du “bouclier de Marathon, cf. supra, p. 000.

179Les Athéniens, qui étaient parvenus après d’immenses efforts à reconstituer, jusque dans les moments les plus critiques, une flotte qui l’emportait encore en nombre sur celle des Péloponnésiens pourtant soutenus par l’or perse, ne supportèrent pas de se voir frustrés d’une victoire qu’ils tenaient pour certaine s’ils avaient pu affronter Lysandre en combat naval : la nouvelle était d’autant plus rude que la perte qui les frappait était cette fois sans remède, et qu’elle entraînait en peu de temps, avec la famine et l’oppression oligarchique du gouvernement des Trente soutenu par le même Lysandre, la chute dans ce qui était la négation même du régime qui avait été le leur pendant plus de cent ans. Dès lors, niant toute part de responsabilité qui aurait pu être la leur dans ce désastre, refusant au vainqueur tout mérite dans la victoire, ne comprenant pas que les meilleurs des Grecs sur mer aient pu se laisser déposséder de leur flotte non pas dans un combat loyal, mais par ruse, ils ne pouvaient que se réfugier dans le soupçon : comme toute rumeur qui résiste à la froide analyse, leur soupçon, fondé sur l’émotion, réagissait à la première impression, enflait, devenait avec le temps certitude rassurante, dans laquelle était abolie toute limite entre incompétence et trahison et, par contamination, finissait par envelopper presque tout le collège des stratèges. Finalement, à l’exception de celui qui avait été exécuté et de celui qui avait pu sauver ses navires et qui devait revenir en sauveur, c’était quasiment tout le commandement qui avait trahi la cité – et qui faisait d’Aigos-Potamoi une fausse victoire pour les Péloponnésiens, une victoire imméritée, qui laissait sauf l’honneur des Athéniens – à défaut de leur domination : or, si l’on peut s’accommoder de perdre son empire par ce qui n’est plus alors qu’un coup du sort, on avoue plus difficilement que la chute est légitime. Ainsi se créait une “légende” d’Aigos-Potamoi, lieu funeste qui, dans la mémoire collective des Athéniens, comme l’attestent au iie siècle p.C. Plutarque et Pausanias, se présentait en quelque sorte comme le pendant négatif de la “légende” de Marathon : la trahison qui menaçait sur le sol de l’Attique, face à Érétrie puis à Athènes même, avait été jugulée à l’orée du siècle574, mais elle avait, sur les rivages de l’Hellespont, donné sa pleine mesure, anéantissant la flotte de la maîtresse des mers, ruinant tout espoir de clore le siècle sur une victoire aussi éclatante que celle de Salamine.

  • 575 Sur l’Athènes idéale des oraisons funèbres, qui présentent une “histoire athénienne d’Athènes”, cf (...)
  • 576 On notera que c’est en visitant le sanctuaire de Delphes, lieu de consécration des plus prestigieu (...)
  • 577 Sur l’attribution de leur défaite par les Athéniens à la trahison, à la désunion et à la malchance (...)
  • 578 Il faut faire ici le rapprochement, pour ce “déni” de défaite typique de la démarche athénienne, a (...)

180Du reste, que les Athéniens avaient été injustement frustrés de leur victoire était amplement démontré par les succès remportés sur mer dans les décennies suivantes : la cité pouvait à bon droit, dans les oraisons funèbres qu’elle développait en l’honneur des citoyens morts au combat, dénier toute valeur à la défaite finale, due à la “scélératesse d’un chef (ἡγεμόνος ϰαϰίᾳ)” ou à la “volonté des Dieux (διανοίᾳ θεῶν)” (Lysias, Epitaphios, 58)575. La défaite encore, selon un discours officiel à l’imprécision voulue, loin d’être imputable à un “mauvais comportement” (kakia) des Athéniens, les futurs héros du Pirée, ou au mérite (aretè) de l’ennemi576, était due aux divisions qui frappèrent la cité (§ 65)577 ; qui plus est, victoire injustifiée remportée par l’ennemi, elle avait été aussi un désastre pour le reste de la Grèce. “On s’aperçut bientôt que la puissance de notre cité était le salut de la Grèce” (Lysias, Epitaphios, 58) : quelle gloire, quel réconfort pour une cité vaincue, que d’entraîner les autres dans sa chute, quelle preuve meilleure aussi du caractère immérité de la défaite ? Dans l’éloge que se décerne la cité, où athénocentrisme et panhellénisme se rejoignent, la domination lacédémonienne qui a suivi la victoire usurpée justifie a posteriori la domination athénienne : la défaite même tourne à la gloire de la cité où le sentiment national, nourri et exalté par un siècle d’hégémonie et d’ouverture, persuade les Athéniens qu’ils sont les meilleurs et les plus justes578. Le fait honteux de la trahison n’est plus évoqué dans sa bassesse, il sous-tend simplement les envolées lyriques sur la désunion, désastreuse dans ses conséquences pour les Grecs autant que pour les Athéniens.

La trahison par abandon

  • 579 Sur la notion de trahison comme abandon, cf. le Chapitre I, p. 000 et 000. Même si une extension d (...)
  • 580 Thucydide (6.14) prête ainsi à Nicias la déclaration selon laquelle un bon citoyen, à plus forte r (...)

181L’abandon de la cité ou d’un élément de la cité peut être considéré comme une “remise” à l’ennemi, par extension, de la cité ou d’un élément de la cité. En effet, dans la mentalité courante, l’abandon est l’absence du secours que l’on doit normalement porter, à un premier niveau, aux membres de sa famille, et, au niveau supérieur, à la patrie : même si la personne qui s’abstient ne complote pas, même si elle ne fait pas preuve de la dissimulation et de la préméditation qui caractérisent l’intelligence avec l’ennemi, le fait qu’elle reste en dehors signifie qu’elle permet à l’ennemi, en ce qui la concerne, de s’emparer de l’objet, de la personne ou du groupe de personnes qu’elle devrait protéger. Lycurgue, lorsqu’il distingue en 330 la nature des divers crimes commis en une seule fois par Léocrate dans sa fuite d’Athènes après Chéronée, nomme d’abord le “crime de trahison, puisqu’en désertant la ville il l’a livrée aux mains de l’ennemi” (πϱοδοσίας μὲν ὅτι τὴν πόλιν ἐγϰαταλιπὼν τοῖς πολεμίοις ὑποχείϱιον ἐποίησε) (C. Leoc., 147)579. Que l’on puisse parler de “prodosia par abandon” indique un élargissement du sens du terme “prodosia”, qui finit par être très vague et par englober tout manquement envers la communauté, donc envers la cité. La difficulté surgit avec l’appréciation du motif du comportement qui nuit à la cité : le manquement est-il intentionnel ou non ? Et même si le manquement n’est pas intentionnel, résulte-t-il d’un facteur extérieur imprévisible, ou aurait-il pu être évité ? L’appréciation d’un comportement comme acte de “ prodosia” risque ici d’être quelque peu extensive, en fait subjective et sujette à caution : comme la cité attend de tous ses membres, et particulièrement de ceux auxquels elle a remis la charge de veiller à sa sécurité et à sa puissance, qu’ils déploient tous leurs efforts pour remplir au mieux leur mission, ne peut-elle pas, lorsqu’elle est gravement atteinte dans ses intérêts, se retourner contre celui qui l’a servie, mettant en cause, alors même qu’elle ne dispose pas de preuve irréfutable de trahison, ses capacités ou, pire, ses intentions ? De nombreux échecs, subis sans la moindre intention de nuire à la cité, ne risquent-ils pas d’être considérés comme des trahisons ? Comment distinguer celui qui ne fait pas de mal, du moins volontairement, à la cité, de celui qui lui nuit volontairement, dans une intention bien arrêtée ou dans une négligence réellement coupable580 ?

182Nous examinerons d’abord des situations dans lesquelles non pas la cité, mais l’opinion publique s’en prit à l’action de chefs militaires, dont elle mit en cause, à tort ou à raison, la mollesse ou la lâcheté, allant même jusqu’à la taxer d’une forme de trahison. Ayant ainsi évoqué le contexte propice aux accusations de trahison, nous examinerons dans un second temps des cas dans lesquels la cité mit effectivement en accusation certains de ses membres à propos de missions précises qu’elle estima incorrectement remplies : nous tâcherons de mettre en évidence les éléments qui, reposant sur un comportement d’abandon, expliquèrent l’accusation officielle de prodosia ou qui, sous une autre accusation officielle, renvoyaient à un comportement de prodosia.

183Descendant ensuite du comportement du stratège à celui du simple citoyen, nous étudierons deux formes du comportement d’abandon, la plus immédiate, la lâcheté en temps de guerre, en nous interrogeant sur la frontière entre lâcheté et trahison, ou, préméditée et indiquant la rupture avec le reste de la communauté civique, la tentation de s’entendre avec l’ennemi. La nature de la documentation nous permettra d’aborder la question cruciale de la relation entre intérêt privé et intérêt public dans le comportement des citoyens : quelle est la limite dont le franchissement peut faire dire qu’un citoyen place son intérêt privé avant celui de sa patrie et peut permettre ainsi, dans certaines circonstances, de l’accuser de trahison ? Nous verrons enfin, en poussant encore plus loin dans ses conséquences l’affirmation selon laquelle la cité doit être le premier objet des soins du citoyen, que l’inversion du point de vue, dans les situations où l’opinion publique mit en cause l’action militaire des chefs de la cité, pour cause de lâcheté ou d’abandon, amène à s’interroger sur l’identité de celui qui adopte objectivement un comportement de trahison envers la cité : qui trahit, le chef de guerre inconsidérément pusillanime ou le peuple justement attentif à son honneur, le chef de guerre prudent et claivoyant ou le peuple soucieux de ses seuls intérêts immédiats ?

L’opinion publique et le reproche d’inaction adressé aux stratèges

Périclès et l’abstention intentionnelle

  • 581 Combattre est le souhait naturel d’une armée, non seulement quand elle défend son territoire, mais (...)

184Thucydide, suivi par Plutarque, nous renseigne, pour les deux premières invasions de l’Attique lors de la guerre du Péloponnèse, sur l’attitude du peuple athénien, ou d’une partie du peuple, à l’égard de l’action de Périclès qui avait mis au point et fait voter la stratégie de défense : le comportement de retrait qui, en tout temps, est mal vécu par les troupes581, l’est tout particulièrement, malgré les décisions en ce sens prises en commun, par une armée sur la défensive, qui doit laisser ravager ses biens sous ses yeux. Les manifestations de l’opinion publique à cette période, telles que nous pouvons les appréhender, se rattachent au type de comportement collectif d’une foule ou d’une armée qui, confrontée à une situation de crise, n’en analyse pas les divers éléments, mais se laisse aller aux sentiments forts et parfois contradictoires que cette situation fait naître dès l’abord chez elle : peur, non pas tellement de l’ennemi affronté au combat, mais appréhension de la menace que représenterait la victoire de l’ennemi, colère ou désespoir devant les ravages causés par l’invasion, mécontentement ou même indignation à l’égard de chefs dont la conduite est considérée comme inadaptée, ces émotions annihilent la capacité de raisonnement et offrent un terrain favorable aux calculs ou manipulations de l’ennemi extérieur.

  • 582 Les difficultés politiques de Périclès dans les deux premières années de la guerre montrent bien, (...)
  • 583 Sur la mise en relation du courage et de la lâcheté à la guerre avec la conduite des dirigeants po (...)
  • 584 L’âge et les considérations d’intérêt local sont les facteurs déterminants de la révolte contre Pé (...)

185Lors des deux premières invasions de l’Attique, les Athéniens, repliés derrière leurs remparts, d’où ils regardaient, impuissants, les Péloponnésiens ravager leurs terres, s’excitaient mutuellement contre Périclès : lors de la première invasion, ils lui reprochaient avec colère de les empêcher de combattre pour protéger leurs biens (Thc. 2.2.2-3) ; lors de la seconde, accablés par l’épidémie autant que par la guerre, ils tentèrent, en vain, de conclure la paix avec Sparte et continuaient de s’acharner sur Périclès, qu’ils rendaient responsable de la guerre (Thc. 2.59.1-2 ; 65.2-4). Le principe du refus de la bataille rangée, qui désavantagerait les Athéniens (Thc. 1.143.5), avait pourtant été voté après débat, Périclès y insistait, mettant en avant la primauté du jugement sur les impressions des sens (Thc. 1.145 ; 2.60-61 et 64.1)582, mais sa mise en pratique, considérée d’abord par la majorité comme une honteuse inaction et comme une lâcheté indigne d’hommes libres583, en fit, dans un second temps, éprouver aussi la dureté à titre privé (2.62.3 et 65.2). Il fallut à Périclès, en butte à l’hostilité des Athéniens, toute sa vigilance, son autorité et son sens politique pour garder la situation en main et ne pas ordonner de sortie en masse contre l’ennemi (2.22.1-2 ; 55.2). Thucydide insiste sur l’habileté et la fermeté de Périclès, l’homme d’État dont il fait ensuite l’éloge funèbre, qui résiste aux pressions de ses concitoyens et, pour empêcher que leur réaction irréfléchie et égoïste584 fasse le jeu de l’ennemi, désireux d’une bataille rangée (Thc. 2.20), sait, lors de la première invasion, les contrôler et les occuper (2.22-23). L’autorité de Périclès était telle qu’il parvint, lors de la seconde invasion, alors que l’épidémie avait provoqué découragement et désir de mettre coûte que coûte fin à la guerre, à convaincre ses concitoyens de ne plus envoyer d’ambassades à Sparte pour demander la paix, et à redoubler d’ardeur ; c’est en quelque sorte seulement pour se donner une satisfaction qu’ils condamnent Périclès à une amende, pour un motif que nous ignorons, alors qu’ils suivent ses conseils et qu’ils le réélisent ensuite à la stratégie (Thc. 2.65.2-4).

  • 585 À propos de Cléon en particulier et, plus généralement, de la prise à partie d’adversaires politiq (...)
  • 586 Sur le traitement par Plutarque du comportement de Périclès face à l’opinion au début de la guerre (...)

186Cette fermeté raisonnée du grand homme face à la foule qui, lors de la première invasion, se laisse porter par ses émotions et s’indigne, lui lançant sarcasmes et menaces parce qu’il refuse d’ordonner une sortie contre les Péloponnésiens, Plutarque, après Thucydide, l’admire lui aussi et la propose en exemple (Per., 33-35) ; chez lui, parmi les adversaires du stratège, il en est un qui se détache, Cléon585, et qui donne aux récriminations de la foule une coloration politique absente chez Thucydide. L’Olympien, insensible aux clameurs, était, d’après Plutarque, “[assailli (…) de chansons et de sarcasmes par les chœurs, qui le honnissaient et] l’outrageaient sous prétexte qu’il conduisait la guerre en lâche et livrait l’État aux ennemis (ἐϕυβϱίζοντες αὐτοῦ τὴν στϱατηγίαν ὡς ἄνανδϱον ϰαὶ πϱοιεμένην τὰ πϱάγματα τοῖς πολεμίοις)” (Per., 33.7) : ainsi, celui qui, parmi les magistrats militaires athéniens, jouissait depuis longtemps du plus grand crédit, était très vivement contesté sur la scène du théâtre, devant tous les citoyens, où on lui reprochait avec virulence sa politique de retrait délibéré qui risquait de remettre la cité aux mains de l’ennemi. Ce prudent calcul, qu’il compare aux sages manœuvres du pilote expérimenté à l’approche de la tempête (Per., 33.5-6), Plutarque, soucieux de psychologie et de questions morales586, le dégage aussi, comme preuve de clairvoyance et de sang-froid, chez le dictateur romain Fabius Maximus, dont il met la vie en parallèle avec celle de Périclès : Fabius aussi, exposé aux railleries et aux insultes, sait résister à la pression d’une opinion publique sceptique sur le bien-fondé de ses choix militaires. Le contexte et le corps civique sont certes différents, entre l’Athènes de 431-430 et la Rome de 217, confrontée aux victoires répétées d’Hannibal sur le sol même de l’Italie, mais on retrouve, dans un climat de luttes politiques, le type de reproches qui était adressé à Périclès : après une victoire illusoire remportée sur le Carthaginois par son rival Minucius, le Cunctator, qui refuse de combattre l’ennemi face à face et préfère l’user méthodiquement, est en butte aux attaques d’un tribun de la plèbe, qui l’“accusait… non plus seulement de mollesse ni de lâcheté, mais de trahison (τοῦ δὲ Φαβίου ϰατηγοϱῶν οὐ μαλαϰίαν οὐδ’ἀνανδϱίαν, ἀλλ’ἢδη πϱοδοσίαν) (Plut., Fab., 8.4).

  • 587 Le Carthaginois, seul à avoir discerné la valeur de la tactique de temporisation de Fabius (Plut.,(...)

187Les chefs militaires dont le plan est mis en cause doivent, pour rester fidèles à la stratégie qu’ils ont choisie, comme Périclès et Fabius, non seulement renoncer en apparence à leur fierté, résister aux insinuations, voire aux reproches de trahison proférés par leurs concitoyens, veiller même à empêcher tout risque de mutinerie, mais aussi redoubler de vigilance face au risque de manipulation par l’ennemi. En effet, le chef ennemi, contrairement à la foule, a clairement identifié le danger représenté par un choix stratégique qui veut l’empêcher de combattre là où il est en position de supériorité : il consacre donc ses efforts à faire renoncer son adversaire à ce choix, il s’emploie même à le compromettre et à donner corps au sentiment diffus de trahison éprouvé par la foule irréfléchie et impulsive. Selon les prévisions d’Archidamos, il est impensable que les Athéniens, devant le spectacle du ravage de leurs terres, qu’il opère à dessein avec lenteur, ne sortent pas combattre (Thc. 2.11.6-8 ; 18, 5 et 20). Dans tous les cas, comme il est souhaitable d’éloigner de la conduite de la guerre Périclès, le stratège le plus écouté des Athéniens jusqu’alors, les Lacédémoniens tentent de le discréditer aux yeux de ses concitoyens avant même l’invasion (Thc. 1.127) ; par la suite, alors que les ravages n’ont pas encore commencé, Périclès, méfiant, prend les devants en annonçant qu’il remettra ses domaines à la cité s’ils sont épargnés par les Péloponnésiens, auxquels il prête le calcul de vouloir éventuellement par ce traitement de faveur attirer sur lui le soupçon des Athéniens et affaiblir ainsi la résistance de la cité (Thc. 2.13.1 ; Plut., Per., 33.1-3). Ainsi, alors que le stratège clairvoyant et philopolis (Thc. 2.60.5) se fait critiquer pour son retrait intentionnel, présenté comme une preuve de lâcheté coupable à l’égard de la cité, ce sont en réalité ses adversaires, foule indistincte, jeunes gens ou groupes originaires des zones dévastées chez Thucydide, Athéniens de toutes origines et, plus particulièrement, Cléon, le rival en politique de Périclès, qui, objectivement, se font les alliés de l’ennemi et mettent la cité en danger. Une situation analogue se retrouve dans l’exercice de la dictature par Fabius Maximus : dans la biographie qu’il lui consacre, Plutarque, encore plus que Polybe (3.89-94 et 103-105) et que Tite-Live (22.12.14) dont il s’inspire, magnifiant son héros, montre comment Fabius, plus nettement que Périclès qui se tient seulement sur ses gardes, est victime d’une manœuvre d’Hannibal587.

Phrynichos et la négligence

  • 588 Sur la mise en cause de Phrynichos pour avoir livré Iasos, cf. supra p. 000.
  • 589 Sur les fréquentes allusions à des complots chez Aristophane, cf. p. 000.
  • 590 Trad. M. Chantry. Sur les diverses scholies au vers 689 des Grenouilles, cf. Chantry 1999, 95-96 ; (...)
  • 591 Sur les conséquences militaires de l’implication de Phrynichos contre Alcibiade et sur le méconten (...)
  • 592 Sur la destitution de Phrynichos, sur celle de Scironidès, et sur la question d’un hypothétique pr (...)
  • 593 De la destitution de Phrynichos et de Skironidès qui, aux yeux du dèmos, avaient par leur mollesse (...)

188Des reproches adressés par les Athéniens à Périclès en 431 on peut rapprocher le mécontentement que semble bien avoir provoqué le manque de succès de la campagne d’Ionie, de l’été 412 à l’hiver 412/11 : la destitution de Phrynichos n’aurait peut-être pas été obtenue sur-le-champ par Peisandros, qui avait calomnié le stratège en affirmant qu’il avait livré à l’ennemi Iasos et le Perse Amorgès, révolté contre le Roi (Thc. 8.54.3)588, si le climat de mécontentement contre les stratèges d’Ionie, critiqués pour leur mollesse et leur manque de résultats, n’avait préparé le terrain auprès du peuple. Dans la cité, cruellement frappée par des années de guerre, par le désastre de Sicile, par la défection des cités alliées d’Ionie et par la présence permanente des Péloponnésiens en Attique, la cohésion de la communauté civique était fragilisée depuis les événements de 415 et le passage à l’ennemi du stratège Alcibiade : la méfiance diffuse à l’égard de concitoyens exerçant des charges militaires et la hantise de complots qui réuniraient pêle-mêle les ennemis, des apprentis oligarques et des apprentis tyrans589, tout cela fait régner un climat d’instabilité qui favorise la montée du mécontentement face à des stratèges inactifs et explique la rapide destitution de Skironidès et de Phrynichos, alors même que seul ce dernier est accusé par Peisandros de trahison dans l’affaire d’Iasos. Les stratèges en effet, malgré une flotte de plus de cent navires (8.30), n’avaient en rien empêché de se poursuivre l’effritement de la domination athénienne sur les alliés en Ionie, Milet, Chios et Cnide n’étaient toujours pas reprises, Rhodes même avait rompu avec Athènes (Thc. 8.14-45). La temporisation à la guerre, qui pouvait être sagesse lorsque Phrynichos avait convaincu dans l’été 412 ses collègues de ne pas livrer bataille sur mer devant Milet que venaient secourir des flottes de Sicile et du Péloponnèse (Thc. 8.27), risquait d’être taxée de mollesse et de négligence pour les intérêts du dèmos lorsque l’absence de succès perdurait : or, du sentiment d’abandon au sentiment de trahison, le pas pouvait être facilement franchi. Une scholie au vers 689 des Grenouilles d’Aristophane, pièce jouée en 405, évoque le mécontentement qu’avaient éprouvé en 411 les Athéniens vaincus à l’égard de Phrynichos alors stratège, auquel ils faisaient grief d’“abandonner la guerre”, de “trahir la guerre” : “Alors qu’il était stratège, les Athéniens furent vaincus, et il fut beaucoup attaqué pour les avoir trahis dans la guerre – (στϱατηγοῦντος αὐτοῦ ἡττήθησαν Ἀθηναῖοι, ϰαὶ πολλοὶ αὐτῷ πϱοσεϰϱούσθησαν, ὡς πϱοδόντι τὸν πόλεμον)”590. L’expression “ton polemon prodidonai”, inhabituelle, signifie dans le contexte que les stratèges ont “trahi” la guerre parce qu’ils l’ont abandonnée, ils l’ont négligée en ne menant pas de campagne énergique qui leur aurait permis de remporter un succès, et en fait ils ont par ce désintérêt laissé passer la guerre, initiatives et victoires, dans le camp de l’ennemi. Et il est vrai que durant la période d’enlisement militaire s’étaient développées à Samos les intrigues d’Alcibiade et des triérarques athéniens, à la mise en échec desquelles Phrynichos avait accordé la priorité dans ses efforts591. Le peuple athénien, avant la fin de l’hiver, destitua Phrynichos, sur lequel pesait le soupçon de trahison porté par Peisandros, mais également son collègue Skironidès, qui pourtant n’était, semble-t-il, pas mis en cause dans l’affaire d’Iasos592, et il les remplaça par Léon et Diomédon, qui firent la preuve de leur énergie par une opération victorieuse contre Rhodes dès leur arrivée en Ionie (8.55.1)593.

  • 594 Sur la destitution d’Alcibiade après Notion, cf. p. 000.

189La destitution de Phrynichos se présente dans un contexte différent de celui dans lequel des critiques virulentes avaient été adressées, en 431, à Périclès, pour son refus motivé d’affronter les Péloponnésiens en bataille rangée, créant un climat de mécontentement qui devait favoriser un an plus tard sa provisoire destitution : comme Phrynichos était loin d’Athènes jusqu’à sa destitution, il n’y eut pas, entre les Athéniens et lui, la critique et la réponse, ou plutôt la volontaire absence de réponse, qu’avait constitué la résistance du stratège aux sollicitations de ses concitoyens ; il n’y eut que le ressentiment des Athéniens contre un stratège qui négligeait leurs intérêts en Ionie, accru peut-être, avant même l’accusation formelle de Peisandros à propos d’Iasos, par des rumeurs malveillantes propagées par de futurs oligarques. Paradoxalement, l’établissement de l’oligarchie qui devait suivre et dont Alcibiade se trouva exclu, et le ralliement immédiat à celle-ci de Phrynichos, auquel la démocratie aurait demandé des comptes pour l’exercice de sa stratégie et qu’elle aurait sans doute mis en accusation pour trahison, permirent de se tirer d’affaire au stratège destitué qui, figure importante du nouveau régime, put en même temps continuer à écarter Alcibiade, qui était au courant de ses démarches de trahison auprès d’Astyochos. De la destitution de Phrynichos, auquel l’opinion publique reprocha sans doute dans un premier temps sa négligence pour les intérêts d’Athènes, avant même que Peisandros ne l’accuse d’avoir livré Iasos, on rapprochera non seulement les jugements portés contre Thucydide pour la perte d’Amphipolis et contre Anytos pour la perte de Pylos, mais aussi la destitution d’Alcibiade, “pour fait de négligence et de faiblesse (δι’ἀμέλειαν τε ϰαὶ ἀϰϱάτειαν)” (Xen., HG, 1.5.16), après Notion en 406594 : la documentation dont nous disposons sur les destitutions de Phrynichos et d’Alcibiade montre que celles-ci ont en commun d’avoir été votées dans un contexte d’inquiétude et d’exaltation, propice à la naissance d’un sentiment irrationnel comme l’est le sentiment d’abandon.

Les actions en justice contre la faute d’abandon

190Trois procès intentés à des stratèges retiennent ici notre attention : dans les deux premiers, une cité liée à Athènes est tombée aux mains de l’ennemi en raison d’une absence de secours efficace de la part du stratège chargé de la protéger, qui s’est rendu en fait coupable de négligence, d’ameleia, à l’égard des intérêts du dèmos : le tort porté aux Athéniens dans la conduite de la guerre peut être qualifié de trahison, de manière “extensive”, au regard des conséquences, non de l’intention, dans la mesure où l’échec militaire est considéré comme une remise de la place à l’ennemi par abandon. Le troisième cas, unique, concerne le procès intenté aux stratèges vainqueurs du combat naval près des îles Arginuses, coupables de ne pas avoir recueilli, donc d’avoir abandonné, au détriment de la cité, les marins athéniens naufragés.

Thucydide et Amphipolis

  • 595 On rappellera que les stratèges, à Potidée, en 429, avaient au moins été vivement critiqués pour a (...)
  • 596 Une source tardive, la Vie de Thucydide, 23.46, de Marcellin, indique que Thucydide fut accusé de (...)
  • 597 Sur l’exil de Thucydide, qui a donné lieu quant à sa cause exacte, effet d’une condamnation effect (...)

191Thucydide, le futur historien, stratège en Thrace dans l’hiver 424/423, ne put arriver à temps, de Thasos où il se trouvait avec son escadre, pour empêcher la chute d’Amphipolis, gardée par son collègue Euklès, aux mains de Brasidas (Thc. 4.104.4-106) : la perte de la ville fut très sensible aux Athéniens, comme le souligne lui-même l’historien (4.108.1), en raison de l’argent et du bois qu’ils en tiraient et aussi à cause du risque de défection que ce revers pouvait provoquer chez les cités alliées. Plus loin dans son ouvrage, Thucydide, qui vient d’exposer les clauses de la paix de Nicias et de l’alliance qui fut jurée ensuite entre Sparte et Athènes, précise, avant de poursuivre son récit du conflit, qu’il se trouva en exil pendant vingt ans à la suite de son commandement à Amphipolis (5. 26.5) : s’il indique clairement que sa stratégie devant Amphipolis fut suivie de ce long exil, il ne dit pas s’il fut condamné à cette peine à la suite d’un procès qui se serait tenu à Athènes, et pour quel motif, ou si c’est de lui-même qu’il choisit de s’exiler595. Si un procès lui fut effectivement intenté, on pensera qu’il put l’être sous l’accusation de prodosia596 : la “trahison” aurait alors consisté en une absence de secours, en une mission mal remplie, car aucune source ne fait mention d’une quelconque accusation de corruption597.

Anytos et Pylos

  • 598 Sur le procès d’Anytos, cf. Losada 1972a, 7 ; Pritchett 1974, 27 ; Hansen 1975, 84, no 65 ; Robert (...)
  • 599 Xénophon, HG, 1.2.18, mentionne très brièvement la reprise par les Lacédémoniens de Pylos, que les (...)
  • 600 Sur l’éventuelle corruption des juges par Anytos, qui, selon l’auteur, ne peut pas avoir été à cet (...)
  • 601 Sur le danger bien connu que présentait le doublement du cap Malée, cf. notamment Hamel 1998, 135, (...)
  • 602 Cf. Hamel 1998, 134 et 136.

192De la possible accusation de Thucydide pour prodosia, en tant qu’absence de secours, et en fait mission mal remplie, on rapprochera celle qui fut intentée contre le stratège Anytos, l’un des futurs accusateurs de Socrate, en 409/8598 : Anytos, qui devait dégager la garnison messénienne de Pylos599, attaquée par les Spartiates, essuya une tempête en contournant le cap Malée et retourna à Athènes, n’ayant pas rempli sa mission. Accusé de prodosia, sans doute dans le cadre d’une eisangélie, il fut acquitté : il aurait, d’après les sources (Ath. Pol., 37.5 ; Diod. 13.64.5-7 ; Plut., Cor., 14.6), été le premier à corrompre les juges600. Il est impossible de savoir s’il y eut effectivement trahison, ou seulement inexpérience ou encore incapacité réelle601 ; il est pareillement impossible de savoir s’il y eut effectivement corruption des juges. Le soupçon de corruption put naître de ce qu’Anytos fut, de toute la guerre du Péloponnèse, le seul stratège en butte à une accusation qui fut acquitté602. La perte de Pylos, position stratégique contre Sparte, dont l’occupation, qui remontait à 425, avait été l’un des grands succès militaires de la guerre de Dix Ans, fut très sensible aux Athéniens, au même titre qu’avait pu l’être celle d’Amphipolis ; en outre, la date peut faire penser que le procès eut une coloration politique et qu’Anytos fut aussi visé par ses accusateurs en tant que démocrate “modéré”.

Les stratèges vainqueurs aux îles Arginuses et les marins naufragés

  • 603 Sur la bataille elle-même, dont nous n’étudions ni les circonstances ni le déroulement, voir notam (...)
  • 604 Sur cette affaire majeure de l’histoire athénienne, qui fut regardée comme une preuve de la tyrann (...)
  • 605 Sur la manipulation de l’opinion, le recours à l’intimidation, le rôle des factions et l’exploitat (...)
  • 606 La nouvelle flotte, équipée en hâte, avait été envoyée pour débloquer Conon, enfermé avec quarante (...)
  • 607 Cf. Xen., HG, 1.6.34 et 1.7.30 : après le combat, douze trières surnageaient encore avec leurs équ (...)
  • 608 Le récit de Xénophon comporte un “trou” entre la fin du combat (1.6.38) et la destitution des stra (...)
  • 609 Cf. Welwei 2000, 28.

193Les stratèges vainqueurs des Lacédémoniens en combat naval près des îles Arginuses603, dans l’été 406, destitués et rappelés à Athènes, furent à leur retour mis en accusation et jugés : dans le procès (Xen., HG, 1.7 ; Ath. Pol., 34.1 ; Diod. 13.101-103.2), qui se tint à l’automne 406 devant l’Ekklésia et aboutit à la condamnation à mort et à l’exécution des six stratèges rentrés à Athènes, sur les huit qui avaient été rappelés, nous laisserons de côté la question de la légalité de la procédure, mise en cause par plusieurs sources en raison du caractère collectif du jugement604, et celle de la manipulation des citoyens, dans laquelle Théramène, qui pouvait être inquiété comme triérarque, joua un rôle majeur605. La joie qu’aurait dû apporter la très nette victoire athénienne, qui dénouait une situation critique606, où l’angoisse avait atteint son comble, avait été gâchée par le nombre élevé de morts, qui devait s’élever, avec vingt-cinq trières perdues, à au moins trois mille morts, toutes catégories de la population confondues607 : le deuil qui accompagnait la victoire frappant un grand nombre de familles athéniennes et semblant incompréhensible et d’autant plus dur après l’énorme effort fait pour équiper les trières (Helléniques, 1.6.24)608, les Athéniens avaient réagi en destituant et en rappelant les stratèges, mais sans que leur apparût nécessairement claire, en l’absence de précédent, la manière de procéder à leur égard609.

  • 610 Sur le tournant dans le procès constitué, après la fête des Apaturies, par la motion de Callixenos (...)
  • 611 Sur la colère, mauvaise conseillère, et sur la nécessité de prendre du temps pour juger sereinemen (...)
  • 612 Sur la peine du Barathron, et de la précipitation en général, cf. supra p. 000 n.000.
  • 613 Sur la mise en rapport du décret de Cannônos avec le procès des stratèges et sur la notion d’adiki (...)
  • 614 Sur la privation de sépulture, cf. supra n.000 p. 000 et infra p. 000.
  • 615 Xen., HG, 1.7.20-22 : “Vous savez bien, Athéniens, que le décret de Cannônos garde toute sa vigueu (...)
  • 616 Lévy 1976, 32-33, souligne, à propos de l’emploi par Euryptolémos du terme “prodosia” (HG, 1.7.33) (...)
  • 617 Xen., HG, 1.7. 33 : “μὴ τοίνυν, ὦ ἄνδϱες Ἀθηναῖοι, ἀντὶ μὲν τῆς νίϰης ϰαὶ τῆς εὐτυχίας ὅμοια ποιήσ (...)
  • 618 Sur les devoirs à l’égard des citoyens morts pour la patrie, dont les belligérants récupéraient le (...)
  • 619 L’allusion de Lysias, C. Ératosthène, 36, au motif de la mise en accusation des stratèges ne perme (...)
  • 620 Sur l’effet, dans la démocratie “radicale” athénienne de 406, des termes tels que “défenseurs de l (...)
  • 621 On a souvent stigmatisé le comportement du peuple qui, agissant telle une foule tumultueuse, une p (...)

194Ce procès nous intéresse ici par la définition du délit qui fut mise en avant et justifia le recours à un jugement par le peuple réuni en Ekklèsia, par une procédure en eisangélie. D’après Xénophon, qui n’indique pas clairement le motif de la destitution des stratèges au lendemain de la victoire, Théramène les accusa de ne pas avoir recueilli les naufragés (1.7.4) et en effet – après la défense prononcée par les stratèges devant l’Ekklèsia –, selon la motion de la Boulè, rédigée dans un second temps sur la proposition de Callixénos, le jugement porta sur la question de savoir si les stratèges étaient “coupables de n’avoir pas recueilli les vainqueurs du combat naval” (1.7.9)610 : Euryptolémos, leur défenseur, cherchant à gagner du temps pour affaiblir l’émotion provoquée dans l’Ekklèsia par la manifestation de parents des morts lors de la fête des Apaturies611, suggéra, après l’échec de sa première tentative de défense, de les juger selon le décret de Cannônos, qui permettait de juger, semble-t-il, séparément, ceux qui étaient accusés de “porter tort” – adikein – au peuple athénien et, s’ils étaient reconnus coupables, les condamnait à la peine du Barathron612 et à la confiscation des biens613, ou encore d’appliquer la loi relative aux sacrilèges et aux traîtres (1.7.20-22), qui prescrivait pour les coupables la privation de sépulture614 et la confiscation des biens, et d’après laquelle le procès aurait eu lieu devant un tribunal de l’Héliée, moins facilement manipulable, et non pas devant l’Ekklèsia615. Euryptolémos concluait son intervention en opposant, à la thèse de la trahison – prodosia – retenue par les Athéniens616, la thèse de la nécessité : “Ah ! N’allez donc pas, Athéniens, quand vous avez la chance d’être vainqueurs, vous conduire comme ceux qui ont le malheur d’être vaincus, ni, quand vous n’avez fait que subir la nécessité voulue par les Dieux, mal reconnaître votre chance en condamnant pour trahison, lorsqu’ils n’ont été qu’impuissants, des gens empêchés par la tempête d’exécuter les ordres.” (1.7.33)617. D’après Diodore (13.101) en revanche, les Athéniens traduisirent en justice les stratèges parce qu’ils n’avaient pas enseveli les morts, se rendant coupables d’impiété – asebeia – envers ceux qui avaient donné leur vie pour la patrie. Malgré l’importance du devoir religieux à l’égard des morts, et particulièrement à l’égard de ceux qui sont morts au combat pour la cité618, il est sûr que le reproche adressé aux stratèges ne fut pas de ne pas avoir enseveli les morts, mais bien de ne pas avoir pris les précautions nécessaires pour secourir à temps les vivants619 : l’émotion et l’incompréhension éclatèrent à Athènes devant une situation inédite – des stratèges vainqueurs, mais responsables de lourdes pertes humaines. Théramène, qui craignait pour lui-même, exploita avec d’autres l’émotion que fait immanquablement naître chez celui qui s’estime victime le sentiment d’abandon, éprouvé comme une injustice, d’autant plus révoltante, dans la démocratie athénienne, qu’elle s’était exercée à l’égard des “vainqueurs du combat naval” (1.7.9), des “meilleurs défenseurs de la patrie” (1.7.11)620, marins innombrables, parents et “semblables” de ceux qui étaient réunis là à l’Ekklèsia pour juger des chefs négligents621.

  • 622 Parmi les délits visés par la procédure de l’eisangélie, Hypéride, dans le Pour Euxénippos 8, cite (...)
  • 623 Sur l’inculpation des stratèges sous le délit de prodosia, cf. Thalheim 1902, 342-344 ; Berneker 1 (...)
  • 624 Sur la date de formulation de l’eisangélie, cf. supra p. 000 n.000.
  • 625 Sur la procédure de l’eisangélie et ses caractéristiques, cf. supra p. 000.

195Le chef d’accusation, qui n’est pas indiqué explicitement par les sources, dut bien être celui de prodosia, car la trahison – la prodosia au sens large d’“abandon” – avait bien atteint des membres du peuple athénien, et cela du fait de stratèges qui avaient vu la situation de trop haut, qui n’avaient pas pris les précautions nécessaires ; en examinant la situation de plus près, l’inculpation pour trahison au sens strict pouvait aussi se justifier par le fait que c’était des hommes avec leurs navires qui avaient été abandonnés, et abandonnés finalement pour le plus grand profit de l’ennemi. Or, s’il existait une loi qui réprimait les crimes des sacrilèges et des traîtres, à laquelle fait référence Euryptolémos dans sa tentative désespérée de défense (HG, 1.7.22), la définition du délit comme faute grave contre l’État, en l’espèce faute qui avait consisté à abandonner, et, par extension, en annulant la supériorité que détenait la cité, à remettre au pouvoir de l’ennemi une force navale622, permettait aussi un jugement selon la procédure de l’eisangélie623, clairement reformulée avant 405 au moins624 : cette procédure confiait au peuple dans son ensemble, à la Boulè et à l’Ekklèsia, le soin de juger l’affaire qui le concernait au premier chef, et cela sans aucun risque pour l’accusateur625.

  • 626 Pour un parallèle, discernable dans le récit des Helléniques, entre le climat politique du procès (...)
  • 627 Sur la conscience qu’éprouve le peuple de lui-même et de sa domination, qui se manifeste notamment (...)
  • 628 Le rôle des individus dans la manipulation du peuple lors de la destitution et de l’exécution éven (...)
  • 629 L’accusation portée contre Erasinidès en particulier d’avoir gardé indûment une somme d’argent ram (...)
  • 630 Le procès de Cimon – cf. infra, p. 000 – montre que même un stratège vainqueur pouvait être accusé (...)
  • 631 L’objectif d’Euryptolémos, Helléniques, 1.7.23-32, est d’obtenir des jugements séparés pour éviter (...)
  • 632 D’après Xénophon, HG, 1.7.35, les Athéniens regrettèrent peu de temps après d’avoir condamné les s (...)
  • 633 Les orateurs du ive siècle ne tarissent pas d’éloges sur Chabrias, au point que Démosthène affirme (...)

196Trois facteurs jouèrent un rôle déterminant dans la condamnation des stratèges : la nature du délit, interprété comme un acte d’abandon, une véritable “trahison”, qui provoqua une émotion d’autant plus forte, indignation et colère, annihilant la capacité des Athéniens de juger sereinement, que l’état d’angoisse et de fatigue du peuple, après l’énorme effort fait pour équiper les trières, était alors à son comble626 ; la conscience qu’avait le peuple de sa souveraineté, conscience qui n’était pas nouvelle, la condamnation de Miltiade l’avait montré dès 489, mais qui s’était renforcée depuis le rétablissement de la démocratie en 410, et qui n’admettait pas une perte à ses dépens627 ; et, facteur contingent, mais dû en fait à la crainte ressentie à l’égard du peuple qui, s’il acquittait les stratèges, pouvait chercher d’autres coupables, la manipulation par des individus qui se sentirent menacés, comme Théramène, et qui attisèrent le mécontentement contre les accusés, dont certains étaient leurs rivaux politiques628. Ce procès fut le premier où des stratèges furent condamnés à mort à Athènes, et ils le furent, au nombre de six, sous l’accusation de prodosia, alors même qu’ils étaient vainqueurs : le soupçon de corruption ou d’un quelconque intérêt personnel629 ne fut mis en avant à aucun moment du procès contre l’un d’eux630, mais la cité considéra qu’ils avaient commis une faute à son égard en laissant périr par négligence des citoyens qui auraient dû être sauvés. Le déroulement du procès lui-même montre que la peine capitale aurait sûrement pu être évitée, au moins pour certains d’entre eux, s’il y avait eu des jugements séparés631. Le procès et son issue, dans laquelle ils avaient frappé fort, par six condamnations, laissèrent un souvenir amer aux Athéniens, même s’ils ne revinrent jamais officiellement sur le bien-fondé de l’accusation et de la condamnation632 : la nature du grief les marqua aussi durablement, au point que le souci de la vie de ses hommes est présenté par Démosthène, quelque cinquante ans plus tard, comme l’une des caractéristiques les plus positives de la carrière idéalisée du stratège Chabrias633.

  • 634 Les stratèges avaient remporté la victoire dans la plus grande bataille navale ayant jamais opposé (...)

197Dans ce procès, on remarquera la valeur particulière de la notion de prodosia : les stratèges se sont rendus coupables de prodosia aux yeux des Athéniens pour avoir perdu des hommes qui auraient pu être sauvés, c’est-à-dire pour avoir remporté une victoire qui, d’un point de vue humain, avait coûté trop de vies et, d’un point de vue militaire, avait diminué l’avantage remporté sur l’ennemi par la perte de trop nombreux marins, ce qui, d’une certaine manière, les rendait complices de l’ennemi ; inversement, le défenseur des stratèges, Euryptolémos, n’avait-il pas lui aussi raison dans son interprétation d’une éventuelle condamnation qui serait finalement elle aussi une forme de prodosia, lorsqu’il mettait en garde les Athéniens contre le risque qu’ils couraient de “faire la guerre aux côtés des Lacédémoniens” – “οὐ συμπολεμήσετε Λαϰεδαιμονίοις” – (HG, 1.7.25) en infligeant la mort à “ceux qui leur ont pris soixante-dix trières et qui les ont vaincus”634 ? À la trahison par abandon s’opposait d’une certaine manière la trahison par campagne aux côtés de l’ennemi.

  • 635 Cf. les Athéniens aux Lacédémoniens avant Platées en 479 : Hdt. 9.7 ; Thc. 1.74.2-4 ; les Corinthi (...)
  • 636 Cf. la justification que donnent les Mytiléniens sécessionnistes aux Lacédémoniens : les Mytilénie (...)
  • 637 Autant que de déclarations soulignant le devoir d’assistance entre cités de même origine, on pourr (...)

198Dans le monde grec, l’absence de secours porté en temps de guerre à celui auquel on est lié par serment est considérée dans la mentalité courante comme une trahison : des guerres médiques à la guerre du Péloponnèse, innombrables sont les déclarations des Grecs, selon lesquelles le respect de l’alliance jurée devant les dieux contraint à prêter secours à celui auquel on est lié635. La rupture d’une alliance, en temps de guerre, peut faire légitimement considérer comme traîtres ceux qui font preuve d’infidélité envers leurs alliés et de parjure envers les dieux636 : mais toute alliance, les Corinthiens le soulignent en 432 à l’égard des Spartiates, implique que le secours soit effectivement porté. Celui qui abandonne un allié dans le danger, même s’il ne s’entend pas avec l’ennemi de manière préméditée, est en effet coupable par défaut en n’honorant pas l’alliance qui l’engage : par suite, celui qui rompt un traité est celui qui n’honore pas ses engagements en apportant son aide à ses alliés, et non pas celui qui, parce qu’il est abandonné, contracte une autre alliance. Même si les Corinthiens, à ce moment crucial, parlent pour eux-mêmes, leur affirmation s’appuie bien sur cette vérité essentielle pour tout Grec, que l’abandon d’un allié est par elle-même une forme de trahison. De l’alliance garantie par serment prêté devant les dieux se rapproche, en théorie, celle qui découle de la communauté d’origine, puisque des Grecs qui sont de même origine partagent, de métropole à colonie, les mêmes cultes : on relèvera ainsi, même si ceux qui font ces déclarations cherchent à convaincre de ce qui n’est pas toujours une réalité637, l’affirmation des Méliens selon laquelle les Lacédémoniens ne les “trahiront” pas en les abandonnant, puisqu’ils sont une colonie à eux (Thc. 5.106), ou celle du Syracusain Hermocrate selon laquelle les gens de Camarine, Doriens, ne pourraient trahir d’autres Doriens, les Syracusains, au profit des Ioniens que sont les Athéniens (Thc. 6.80.3).

Le citoyen et la cité en danger : abandon, entente avec l’ennemi, trahison

  • 638 Se retirer du combat signifie une force en moins pour la cité, et un déséquilibre en faveur de l’e (...)
  • 639 Sur ceux qui se rendent coupables de katalusis tou dèmou, délit que nous n’étudions que dans la me (...)

199Sur un plan comparable à celui de l’abandon, qui en fait est trahison, d’une cité par une cité parente, se situe l’abandon de sa propre cité par tout citoyen, qui par nature est citoyen-soldat, tenu à lutter pour la cité qui est sa patrie. Le simple citoyen est tenu de faire le plus possible pour sa cité : l’intérêt de la communauté doit passer avant l’intérêt de l’individu, car chacun dans la cité, et particulièrement dans la démocratie qu’est Athènes, porte sa part de responsabilité dans le salut et la bonne marche de la cité. Celle-ci serait tout entière ébranlée dans ses fondements si les membres qui la composent faisaient preuve à son égard du désintérêt qui aboutit, en temps de guerre, à l’abandon : le désintérêt en effet laisse nécessairement le champ libre aux ennemis de la cité, qu’il s’agisse de l’ennemi extérieur638 ou de ceux qui visent à renverser la constitution639.

La lâcheté au combat

  • 640 Sur le décret de Patrocleidès, rapporté par Andocide, Sur les Mystères, 77-79, qui veut réconcilie (...)
  • 641 And. 1.74 : “ϰαὶ ὁπόσοι λίποιεν τὴν τάξιν ἢ ἀστϱατείας ἢ δειλίας ἢ ἀναυμαχίου ὄϕλοιεν ἢ τὴν ἀσπίδα (...)
  • 642 Sur le serment des éphèbes, cf. supra p. 000 et infra p. 000.

200Pour réprimer la faute de l’Athénien qui s’est rendu coupable de lâcheté en ayant pour ambition au combat sa propre sécurité, la cité, allant au-delà de la condamnation morale proférée à l’égard d’un proche dans la vie quotidienne, applique une peine spécifique, l’atimie, peine infamante pour des citoyens qui tiennent à la plénitude de leurs droits civiques. Andocide, dans son discours Sur les Mystères, rappelle comment, après la défaite d’Aigos-Potamoi, les Athéniens, voulant ramener la concorde, décidèrent, par le décret de Patrocleidès (§ 77-79)640, de rendre leurs droits aux citoyens frappés d’atimie : parmi ceux-ci figuraient “ceux qui avaient déserté, qui avaient été condamnés pour refus de servir, pour lâcheté, pour avoir, étant triérarques, tenu leur navire hors de l’action, pour avoir jeté leur bouclier…”641 (§74). Cette catégorie d’atimoi rassemble tous les citoyens qui, d’une manière ou d’une autre, n’ont pas honoré à la guerre la place que la cité leur avait assignée pour sa défense, par “lâcheté” (deilia), terme général qui recouvre tous les actes répréhensibles évoqués ; abandonnant leur poste, ces citoyens ont violé le serment qu’ils avaient prêté devant tous, hommes et dieux, comme éphèbes, par lequel ils s’engageaient à ne pas déshonorer leurs armes, à ne pas abandonner leur camarade de combat, à laisser la patrie plus grande et plus forte642. On remarque que le terme “prodosia” ne figure pas dans l’énumération : la lâcheté au combat, doublée d’un parjure, est certes un acte répréhensible, dont les conséquences peuvent être dramatiques, et qui est sanctionné par une lourde peine ; mais le manque de courage imputable à la faiblesse humaine, responsable, dans la plupart des cas cités, de fautes non préméditées, ne saurait se comparer à la trahison véritable, la prodosia, commise contre la cité au profit direct de l’ennemi.

  • 643 Cf. Lycurg., C. Leoc., § 45 : le verbe suneispherô rend bien l’idée d’une contribution qui est fai (...)
  • 644 Sur les délits militaires, voir notamment, les deux discours du Ps. Lysias, Contre Alcibiade, 14 e (...)

201En effet, alors que le vocabulaire tragique, nécessairement soutenu mais en même temps compris et accepté par la foule des spectateurs, applique le terme prodosia au lâche comportement de certains héros dans le milieu familial – milieu très précis certes, qui, dans les cycles troyen et thébain, touche au sommet de l’État –, la cité réserve ce terme à une action délibérée, commise sans pression extérieure et élaborée avec une cité ennemie, dans l’intention de nuire à la cité dans son territoire ou dans ses institutions ou d’obtenir un avantage personnel. La deilia, faute par absence, de celui qui refuse par peur de contribuer pour sa part à la défense commune643, ne saurait donc se comparer, d’après la loi, à la prodosia, faute active, dont l’auteur, quel que soit son objectif, nuit volontairement et avec préméditation à la cité dans son ensemble, telle qu’elle se trouve constituée. Certains délits militaires dont se rendent coupables le réfractaire et le déserteur, comme le fait de n’avoir pas répondu à l’appel, le fait d’avoir abandonné son bouclier, le fait d’avoir abandonné son poste, ou, de manière générale, le comportement lâche au combat, n’étaient pas considérés comme des actes de prodosia, mais étaient regardés comme des faits graves, visés en eux-mêmes par des actions publiques, comme la graphè astrateias, l’apobolès tès aspidos graphè, la graphè lipotaxiou, ou, plus largement, la graphè deilias644.

  • 645 Sur la mort héroïque de Chabrias, exaltée par les orateurs, cf. Nouhaud 1982, 340-341 ; Bearzot 19 (...)
  • 646 Sur la répercussion publique de l’action personnelle du citoyen, cf. Ober 2005, 130-133. Sur la ju (...)

202Où se situe dès lors la frontière entre lâcheté et trahison ? L’accord est unanime sur leur contraire, la mort héroïque au combat, celle que connut par exemple, d’après Démosthène (C. Leptine, 76-82), le stratège Chabrias645. Mais, si la distinction est faite par la loi entre les délits militaires qui relèvent du manque de courage et la volonté bien établie de nuire, la conduite du citoyen qui choisit de rester à l’écart ou même de quitter sa patrie en danger pour se consacrer tranquillement à ses propres affaires, peut être appréciée selon des critères variables : or, parce que chaque citoyen est impliqué quant à lui dans la défense de la cité et que son action personnelle se répercute sur la cité tout entière, un problème de définition de la faute, entre lâcheté, désintérêt et trahison, peut surgir dans un contexte de crise646.

La primauté de l’intérêt privé sur l’intérêt public

  • 647 Sur l’absention volontaire de Périclès lors de la première invasion de l’Attique, que les Athénien (...)
  • 648 Les Athéniens qui vivaient à la campagne avaient amené à la ville leur famille et le matériel dome (...)
  • 649 Ces hommes “tranquilles (apragmones)”, en remettant en cause la primauté du bien de la cité sur le (...)
  • 650 La question du rapport du citoyen à la cité est au centre de la question du rapport entre l’intérê (...)
  • 651 Sur la datation de la République des Athéniens et sur le contexte visé par 2.14-16, qui est très c (...)
  • 652 Ps. Xen. 2.14 : [“Mais une seule chose manque aux Athéniens]. S’ils étaient, en effet, des thalass (...)

203Au-delà de la simple lâcheté au combat, car ce n’est plus seulement sa personne qu’il veut mettre à l’abri, se présente le cas du citoyen dont l’objectif premier est la protection de ses biens privés : ce citoyen, quand il ne conteste pas les ordres des chefs militaires647, soit est prêt à se soumettre sans résistance à l’ennemi, renonçant à ses liens de solidarité avec le reste de la communauté civique en privilégiant son intérêt propre plutôt que l’intérêt commun, soit n’hésite pas à quitter avec ses biens le territoire de la cité. C’est avec l’invasion de l’Attique par les Péloponnésiens que, passé le temps des guerres médiques, le territoire civique est pour la première fois véritablement mis à mal au ve siècle. Après le vif mécontentement provoqué, la première année de la guerre, par la mise en pratique du refus de combattre voté en assemblée sur proposition de Périclès, domine chez les Athéniens propriétaires fonciers648, l’année suivante, le découragement devant les ravages de leurs biens : touchés par le souci de leur intérêt particulier, et d’autant plus affaiblis que l’épidémie sévit à Athènes, ils recherchent une entente avec les Lacédémoniens, auprès desquels ils envoient une ambassade (Thc. 2.59)649. L’objectif de Périclès, dans le discours où il brosse le portrait du bon dirigeant, de celui qui finalement sait préserver la cohésion de la cité et maintenir la continuité de la ligne politique et militaire quoi qu’il en coûte à telle ou telle catégorie de la population, est de convaincre ses concitoyens de la primauté de l’intérêt commun650, que seul peut protéger un effort sur le long terme, négligeant la solution de facilité représentée par des concessions qui se révèleraient vite fallacieuses et ruineuses pour la communauté (II 60-64). Cette réalité de l’été 430 – le mécontentement d’une partie de la population fortunée d’Athènes qui veut non pas livrer la cité, mais, à cause de ses biens, traiter avec l’ennemi dans des conditions désavantageuses pour la cité – semble bien évoquée par l’auteur anonyme à tendance oligarchique de la République des Athéniens651. Le Pseudo-Xénophon en effet, dans son rapide examen des caractéristiques de la thalassocratie athénienne, souligne l’inconvénient que représente pour la cité sa situation continentale : d’après son analyse, le peuple (ὁ δῆμος) sait que l’ennemi ne peut rien brûler ni saccager de ce qu’il possède (2.14) et si la communauté dans son ensemble (οἱ Ἀθηναῖοι), au moment où il écrit, a transféré ses biens meubles dans les îles et laisse ravager l’Attique afin de préserver des biens plus importants (2.16), les Athéniens qui cultivent la terre et ceux qui sont riches (οἱ γεωϱγοῦντες ϰαὶ οἱ πλούσιοι Ἀθηναίων) se montrent plus que les autres disposés, pour protéger leurs terres, à gagner les bonnes grâces de l’ennemi (2.14)652. La régulière remise en cause, au gré et au profit d’intérêts particuliers toujours divers, de la ligne directrice de la politique de la cité reviendrait à abandonner la cité aux désirs du moment et finalement, en détruisant chez elle toute capacité de résistance aux sollicitations extérieures, à la remettre aux mains de l’ennemi.

  • 653 À propos du débat sur la paix, que nous connaissons notamment par Aristophane, qui agite la commun (...)
  • 654 Sur la violence des Acharniens, cf. Bowie 1993, 21-26. Sur l’exécution par lapidation, typique de (...)
  • 655 Sur la rupture de la cohésion de la communauté qu’entraîne dans la comédie le comportement de Dicé (...)
  • 656 Sur les intentions d’Aristophane dans la pièce, qui offre, à propos du dème des Acharniens, le plu (...)
  • 657 Sur le choix de leur tranquillité par Philon et Léocrate, cf. Queyrel 2007b, 182-187.

204Du souhait des Athéniens propriétaires fonciers de 430, qui désiraient négocier une trêve avec les Lacédémoniens, on rapprochera la situation extrême, parfaitement impossible dans le monde réel, qui montre dans la comédie la concrétisation d’une trêve séparée : dans Les Acharniens, pièce jouée aux Lénéennes de 425, Aristophane met en scène le paysan Dicéopolis qui conclut, pour lui seul puisque ses concitoyens s’obstinent à faire la guerre depuis six ans, une trêve avec l’ennemi lacédémonien653. Cette trêve, dont profiterait un unique citoyen qui se retire du combat, est violemment dénoncée dans la pièce par les Acharniens, ces “durs à cuire”, ces “Marathonomaques” (v. 181), qui se sentent trahis par cette décision prise par un seul et qui veulent lapider à la fois le négociateur et le destinataire de la trêve654 : Dicéopolis, ce mauvais citoyen, mérite la mort, car il est “traître à la patrie (ὦ πϱοδότα τῆς πατϱίδος)” (v. 290) pour avoir, tout seul, traité avec l’ennemi qui a fait tant de mal aux Acharniens (v. 290-291,305-316), poussant même l’outrecuidance jusqu’à oser parler ouvertement devant eux en faveur de l’ennemi (v. 311-312 et 316). Fantaisie de poète, qui veut par la dérision, lorsque les Acharniens supplient en choeur Dicéopolis de ne pas frapper le panier à charbon – “ce cher petit panier, vois-tu, jamais je ne le trahirai (τόδε τὸ λαϱϰίδιον οὐ πϱοδώσω ποτέ.)” (v. 340) –, maintenir la distance avec une dure réalité, la pièce, au-delà du désir de juste paix qu’elle exprime, n’en montre pas moins, dans toute la complexité et l’ambiguïté des relations qu’entretiennent les personnages, le risque de fissure dans la cohésion de la communauté civique655 : violence des Acharniens qui ne veulent rien entendre, retrait égoïste de Dicéopolis qui célèbre avec sa seule famille la fête des Dionysies rurales, désaccords entre citoyens, l’unité de la communauté apparaît bien comme remise en cause dans cette parenthèse de comportements subjectifs que constitue un festival dédié au genre comique656. Le désir de paix et de son cortège de plaisirs amène l’un, dans le monde de la comédie, à conclure une trêve séparée en se retirant de la communauté ; la recherche de l’intérêt privé peut amener les autres, dans la vraie vie, à se mettre en retrait ou à quitter leur cité657.

Philon et Léocrate…

  • 658 Cf. p. 000.
  • 659 L’accusation de trahison qu’il porte contre Léocrate permet à Lycurgue d’exalter les valeurs patri (...)

205Deux simples citoyens, Philon, à l’aube du ive siècle, au lendemain des luttes civiles, et plus tard, Léocrate, au début de 330, quand Athènes tâche de se relever de sa défaite de Chéronée, sont accusés d’avoir commis le délit le plus grand, tellement énorme qu’il est le seul auquel le législateur n’ait pas pensé : ils sont, affirment leurs adversaires, coupables d’avoir fait défaut à la cité en péril, et d’avoir par là livré le pays tout entier (Lys., C. Philon [31], 26-29) : “πϱοδοὺς ὅλην τὴν πόλιν”, πϱοὔδωϰε τὴν πόλιν” ; Lycurg., C. Leoc., 8-9). Les accusations portées contre Philon, malgré la similitude qu’elles présentent avec celles qui sont portées contre Léocrate, sont examinées plus loin en raison du contexte de lutte civile qui caractérise la période658 ; Léocrate, lui, plus d’un demi-siècle après le discours d’Andocide qui rapporte le décret de Patrocleidès rétablissant dans leurs droits les citoyens dégradés pour lâcheté à la guerre, se voit intenter, par l’orateur et homme politique Lycurgue, une accusation de trahison, dans le cadre d’une eisangélie, pour avoir quitté précipitamment Athènes juste après la défaite de Chéronée. Malgré le décalage chronologique et le contexte particulier de la vie politique à Athènes après la victoire macédonienne, marquée, sous le gouvernement de Lycurgue, par la tension désespérée et le dépassement de soi qu’inspire un patriotisme intransigeant659, l’accusation de Lycurgue contre Léocrate nous retient ici en raison des informations qu’elle nous donne sur la mentalité des Athéniens face au comportement d’abandon à l’égard de la cité.

  • 660 Sur le crime de Léocrate, qui a en fait par sa fuite détruit pour sa part la cité en bafouant ses (...)
  • 661 La loi d’eisangélie, comportait, semble-t-il, s’ajoutant à la définition de délits précis rapporté (...)
  • 662 Lycurg., C. Leoc., 8 : “τὸν ἐϰλιπόντα μὲν τὴν πατϱίδα, μὴ βοηθήσαντα δὲ τοῖς πατϱῴοις ἱεϱοῖς, ἐγϰα (...)
  • 663 Lycurg., C. Leoc., 97 : “[τοῦτον ϰολάζειν,] τὸν ἅπασι τοῖς μεγίστοις ἀδιϰήμασιν ἔνοχον ὄντα ϰατὰ τ (...)
  • 664 Sur la condamnation à mort par l’Aréopage, comme traîtres à la patrie, de ceux qui ont fui Athènes (...)
  • 665 Lycurgue, aux § 124-126, rapporte et commente le décret de Démophantos, qui accordait l’impunité à (...)
  • 666 L’affirmation de Lycurgue, selon laquelle les déserteurs du champ de bataille retourneraient ensui (...)
  • 667 Sur la valeur du serment dans la cité, cf. supra p. 000. Socrate explique ainsi son refus de fuir, (...)
  • 668 Lycurg., C. Leoc., 59 : “Ἥξει δ’ ἴσως ἐπ’ ἐϰεῖνον τὸν λόγον ϕεϱόμενος, ὃν αὐτῷ συμβεβουλεύϰασί τιν (...)
  • 669 Lycurg., C. Leoc., 147 : “ἡγοῦμαι δ’ ὦ ἄνδϱες ὑπὲϱ ἁπάντων τῶν μεγίστων ϰαὶ δεινοτάτων ἀδιϰημάτων (...)
  • 670 Sur l’importance dans la pensée grecque de l’honneur et de la honte, sur lesquels s’appuie Lycurgu (...)
  • 671 Lycurg., C. Leoc., 149-150 : “ὑμῶν δ’ ἕϰαστον χϱὴ νομίζειν τὸν Λεωϰϱάτους ἀποψηϕιζόμενον θάνατον τ (...)

206Deux décrets votés immédiatement après la défaite, l’un dû peut-être à Lycurgue et l’autre à Hypéride, prescrivaient d’appeler sous les armes tous les hommes en âge de servir : or, Léocrate s’était enfui d’Athènes précisément, semble-t-il, au moment où ces décrets étaient votés, si bien que Lycurgue ne peut lui reprocher nettement de les avoir enfreints. Les faits reprochés à Léocrate appartiennent en fait à une catégorie de crimes tels qu’il est nécessaire, d’après Lycurgue, que les Athéniens se fassent législateurs, car ils dépassent tous les délits spécifiés par la loi, tellement ils paraissent inimaginables (§ 9) – comme ceux qui étaient reprochés à Philon au début du siècle (Lys., C. Philon, 27-28)660. Le délit est d’un type nouveau et non-écrit, mais Lycurgue fonde son eisangélie avant tout sur une accusation de prodosia, dans la mesure où l’abandon dont s’est rendu coupable Léocrate revenait à remettre la cité tout entière aux mains de l’ennemi661. Par son abandon de la cité en danger, Léocrate a pour sa part, selon Lycurgue, “livré” à l’ennemi le territoire, le port, tous les éléments qui constituent la cité et en font sa puissance : il a en effet “déserté sa patrie, refusé de défendre les sanctuaires de sa famille, abandonné les tombeaux des ancêtres, livré aux mains des ennemis le pays tout entier” (§ 8)662 ; il n’a pas eu “pitié” des ports de la ville, des remparts de la patrie qu’il laissait, en ce qui le concernait, sans protection, il n’a pas craint de livrer pour sa part l’Acropole et les sanctuaires des divinités poliades (§ 17) ; quant à ses cultes ancestraux, refusant de les défendre, il les a déracinés et les a installés en intrus sur un sol étranger (§ 25), et les morts, il les a privés des rites transmis par les ancêtres (§ 59). Il est bien, selon l’idée que répète et amplifie sans relâche Lycurgue tout au long de son discours, un “traître à sa patrie” (“ὁ πϱοδότης τῆς πατϱίδος”, § 33), “un traître à sa cité” (“τῷ πϱοδότῃ τῆς πόλεως”, § 43) un homme “qui a accumulé les plus grands crimes, car il a privé les dieux du culte transmis par (les) ancêtres, livré ses parents à l’ennemi, frustré les morts des honneurs qui leur sont dus” (§ 97)663, un homme qui mérite la mort, comme les fuyards que, huit ans plus tôt, les Aréopagites avaient condamnés à mort au lendemain de Chéronée, conformément au décret voté par le peuple sur ceux qui se rendaient coupables de trahison en se soustrayant à la défense de la cité (§52 et 53)664. Le crime de Léocrate est pire qu’une désertion du champ de bataille, qui devrait déjà entraîner la peine suprême665 : en effet, alors que les déserteurs du champ de bataille, d’après Lycurgue, reviennent dans la ville après leur crime666. Léocrate, lui, manquant à tous les devoirs qu’il s’était engagé à respecter dans le serment éphébique et accumulant les parjures, s’est enfui loin d’Athènes pour assurer son salut personnel : il a rompu son serment, alors que c’est le serment qui fait la stabilité de la cité et qui maintient le lien entre les membres de la communauté (§ 75-79) : si le serment n’est pas respecté par un seul, la communauté civique s’effrite, chacun va là où le mène son intérêt667. La lâcheté extrême dont il s’est rendu coupable est bien un acte de trahison, car, en abandonnant complètement sa patrie en un moment critique, il a, en ce qui le concerne en propre, en refusant d’assumer sa part dans la défense de la cité conformément au code de réciprocité qui la liait à elle, “poussé la lâcheté jusqu’à livrer sa patrie aux ennemis” (§ 36,38, 132). Il a ainsi fait pire que ceux qui auraient livré activement les forces de la cité, arsenaux, portes ou armée, car, abandonner soi-même la cité, c’était comme la livrer tout entière (§ 59)668. Lâcheté et désintérêt réunis sont bien alors, dans le raisonnement de Lycurgue, une forme de la prodosia que vise le décret de Démophantos, puisque Léocrate a, en ce qui dépendait de lui, livré sa patrie : son crime, marqué par l’impudence, la trahison et la lâcheté (§ 110 et 134), est plus grand que ceux des traîtres de tous les temps, car Léocrate n’a pas seulement eu le temps de le préparer, comme ceux qu’il est permis de mettre à mort avant qu’ils passent à l’acte, il a eu le temps de le consommer. Léocrate s’est rendu coupable de tous les crimes, à savoir crimes de trahison ([adikèmata] prodosias), de lèse-démocratie (kataluseôs tou dèmou), d’impiété (asebeias), d’outrage aux parents (tokeôn kakôseôs), de désertion (lipotaxiou) et d’insoumission (astrateias) (§ 147)669 ; comme les traîtres dont il est, qui sont des “ennemis communs de l’État (ϰοινοὺς ἐχθϱοὺς τῆς πόλεως)” (§ 111), il est coupable d’avoir remis à l’ennemi sa patrie et d’avoir été finalement d’intelligence avec l’ennemi, car l’abandon est une trahison par l’absence d’un secours qui est dû. L’honneur de la cité tout entière670 recommande de frapper le traître du châtiment suprême (§ 10-15, 133-140 ; § 149-150)671.

  • 672 Sur les rubriques de la loi d’eisangélie, cf. supra p. 000.
  • 673 Sur l’“affaire” de Lycidas, cf. supra p. 000.

207Avec l’accusation de Lycurgue, que nous avons cru devoir aborder ici malgré sa date tardive, parce qu’elle est tout entière centrée sur les notions de patrie et de trahison, le mot prodosia n’est plus employé conformément à la lettre de la définition juridique donnée dans la loi d’eisangélie672 : la définition n’est plus “technique”, et objectivement incontestable comme l’est la remise par trahison d’un fort (χωϱίον, ϕϱούϱιον), ou d’“une” cité (πόλιν τινά) ou de “cités appartenant aux Athéniens” (πόλεις Ἀθηναίων), trahisons limitées à un ou à plusieurs objets, elle est conforme à l’esprit, au sens profond du mot “prodidonai”, qui veut que celui qui, quant à lui, “abandonne” “la” cité en ne lui apportant pas son aide, commet en réalité par son absence un acte aux conséquences incalculables, car il laisse aller la cité aux mains de ses ennemis, qui la dénaturent et détruisent son essence même. Le crime de Léocrate, inimaginable d’après Lycurgue, dépasse tout ce qu’avait pu prévoir la loi d’eisangélie qui n’envisageait que des actes limités : il rejoint, l’orateur le souligne, et même il va bien au-delà de ce qu’avait été le “crime” de Lycidas, à la veille de Platées, et que les Athéniens avaient bien su réprimer673.

Procès pour “tort” au dèmos

  • 674 Sur les grands procès politiques athéniens, on mentionnera ainsi quelques publications générales d (...)
  • 675 Sur le rôle des inimitiés personnelles en politique, cf. supra n.000 p. 000.
  • 676 Si l’on excepte les accusations pour trahison, visant des civils, qui s’insèrent dans le cadre du (...)
  • 677 Sur les caractéristiques du commandement militaire au ve siècle, cf. Fornara 1971 ; Lengauer 1979  (...)

208Il s’agit, dans cette partie de notre étude, d’examiner les affaires dans lesquelles des citoyens athéniens furent accusés d’“avoir porté tort” au peuple : il ne saurait être question d’y “refaire” les grands procès politiques, à la fois abondamment et récemment étudiés674, mais simplement de les insérer dans une étude d’ensemble de la trahison – même si l’accusation officielle n’est pas toujours la “prodosia”. Dans ces procès, dont certains sont dits “politiques”, non en raison d’une quelconque remise en cause du régime lui-même, mais d’une rivalité entre chefs, dans laquelle interviennent inimitiés personnelles, désir de vengeance et compétition pour conquérir ou conserver la faveur du peuple675, il convient de reconnaître, au-delà des questions personnelles, que les accusateurs ont toujours rencontré, même s’ils n’ont finalement parfois pas été suivis, un certain écho auprès du peuple, dont il importe de souligner, en même temps que sa crainte d’être trompé, voire trahi, et son exigence d’être bien servi, la confiance qu’il sait manifester. Ainsi, cette étude ne se veut pas un “catalogue” de grands procès, mais la mise en situation de ces procès dans l’histoire des relations du peuple athénien avec ceux auxquels il confie des missions à exécuter en son nom. Au ve siècle, les missions qui donnent éventuellement lieu à des procès sous accusation de trahison, ou plutôt en rapport avec la trahison, sont pour la plupart676 des expéditions militaires : les personnages mis en cause assument donc la charge de stratège, qui, jusqu’à la guerre du Péloponnèse, est fréquemment revêtue par des personnalités ajoutant la notoriété politique à l’indispensable compétence militaire677.

  • 678 Nos sources ne nous font connaître aucune accusation qui soit explicitement fondée sur une défaite (...)
  • 679 Sur le cas de Potidée, qui est une cité alliée, ou sujette, cf. infra p. 000 n.000.
  • 680 Nous laissons de côté, comme n’étant pas au centre de notre étude, fondée sur les relations de con (...)

209Les affaires qui nous intéressent ici se sont toutes produites en temps de guerre : elles ont pour caractéristique que les motifs, apparemment divers, sous lesquels l’accusation a été intentée, ont en commun un grief “négatif”, pourrait-on dire, en ce sens qu’ils comportent tous le reproche non pas d’avoir essuyé une défaite ou, plus précisément, subi une perte678, mais, sous des appellations officielles variées, le plus souvent la corruption, ou la corruption aggravée de trahison, – ou la non – consultation du dèmos pour corruption, de ne pas avoir fait assez, qu’il s’agisse de la non-conquête de quelque chose qui aurait pu être pris, d’un gain jugé insuffisant, ou d’un repli : la perte proprement dite, quelle que soit la cause de l’abandon qui a été ressenti comme une forme de trahison, a été étudiée à la rubrique précédente, où nous avons évoqué Thucydide, Anytos, ou les stratèges des Arginuses “abandonnant” ce qui “appartenait” déjà au peuple athénien, cité alliée, place alliée ou citoyens montés sur des trières. Il s’agit à présent d’examiner, sous l’angle particulier de la prodosia, terme de plus en plus fréquemment employé à propos des délits militaires, les procès dans lesquels le peuple exprime, avec à chaque fois des nuances dues à un contexte propre, son mécontentement face au comportement de l’un de ses stratèges qui aurait mal rempli sa charge en ne poussant pas plus loin son avantage et, par suite, en faisant subir au peuple athénien un dommage face à l’ennemi extérieur : le stratège est en quelque sorte coupable de ne pas avoir exploité une occasion favorable aux Athéniens. Les affaires dans lesquelles l’entente avec l’ennemi – ou la recherche de l’entente avec l’ennemi – est associée à la discorde civile, avec remise en cause du régime lui-même, sont étudiées au Chapitre suivant. Nous nous intéresserons donc ici à la recherche d’expansion, qu’il s’agisse de la cité victorieuse du lendemain de Marathon, déçue dans ses espérances par les promesses non tenues d’un Miltiade, de la cité hégémonique en pleine conquête, qui estime la victoire insuffisante lorsque Cimon se retire de Macédoine, ou de la cité hégémonique en guerre, qui refuse de se contenter de trop peu, comme à Potidée679 ou en Sicile680. La conservation n’est plus ici en jeu, mais bien l’expansion, le désir du “toujours plus”, cette pleonexia que stigmatisent les délégués corinthiens à Sparte à l’automne 432 : “Quand ces gens n’atteignent pas l’objectif qu’ils s’étaient fixé, ils ont l’impression qu’on les dépouille de ce qui leur appartient, et, si une expédition vient à leur rapporter quelque avantage, c’est pour eux un résultat médiocre en comparaison de ce qu’il leur reste à faire. (…) Chaque fois qu’ils forment un dessein, l’espérance et la possession pour eux ne font qu’un.” (Thc. 1.70.7, trad. D. Roussel).

  • 681 Sur le serment éphébique, cf. supra, Chapitre I, p. 000.
  • 682 La question, dans l’interprétation du serment, est de savoir si la lecture de la seconde partie de (...)
  • 683 Dans l’oraison funèbre des soldats morts pendant la première année de la guerre, Périclès exhorte (...)

210Périclès cependant, à la veille du conflit, lorsqu’il affirme devant ses concitoyens la nécessité de défendre contre les ennemis l’héritage reçu des ancêtres et de le transmettre aux générations futures, souligne seulement qu’il ne doit pas être amoindri (Thc. 1.144.4) : lui qui recommandait à ses concitoyens de ne pas chercher à étendre leur domination aussi longtemps que durerait la guerre, ne fait pas mention non plus d’accroissement lors de la seconde année de guerre, dans le discours que lui prête Thucydide peu de temps avant sa mort : “La honte est plus grande lorsqu’on se laisse dépouiller d’un bien acquis, que lorsqu’on échoue dans une tentative de conquête” (2.62.3). Mais on remarquera que le serment, fondement de la communauté civique, que prêtent les éphèbes athéniens681, impose lui-même d’une certaine manière aux futurs citoyens l’exigence de contribuer à l’accroissement de la patrie : “… je transmettrai à mes cadets une patrie non moins diminuée, mais plus grande et plus puissante…” : ainsi, lorsqu’Alcibiade se fait le chantre de l’impérialisme athénien en 418, encourageant ses concitoyens à s’attacher à la terre et à considérer comme les bornes de leur cité “les blés, les orges, les vignes, les figuiers, les oliviers” (Plut., Alc., 15.7-8), il se situe apparemment dans la ligne d’expansion prônée par le serment en proposant une lecture métonymique de la seconde partie des éléments invoqués comme témoins – “les bornes de la patrie, les blés, les orges….”, après la seconde partie qui comprend, après l’invocation “dieux”, une énumération de divinités –“Aglauros, Hestia, Eniô,…”. La difficulté est certes de savoir si cette interprétation qui fait des produits de la terre cultivée les attributs explicatifs des bornes de la cité se rattache à la signification qui était celle du serment lorsque sa formulation a été élaborée à l’époque archaïque, ou si elle n’est pas plutôt à mettre en relation avec les exercices sophistiques de l’époque, qui visaient par leur subtilité à permettre la défense de positions apparemment inconciliables682. Le même Alcibiade, du reste, en 415, encourage ses concitoyens à poursuivre leur expansion maritime, en leur démontrant qu’ils sont contraints, pour ne pas tomber eux-mêmes sous la domination étrangère, à la fois de préserver leurs acquis et de préparer de nouvelles conquêtes (Thc. 6.18.3). Dans une cité qui cherche à s’étendre toujours plus, et dont l’hégémonie est de nature maritime, la question se pose de la nature de ce qui doit être défendu : s’agit-il de défendre le territoire proprement dit de la cité, ou de défendre sa puissance683, ou encore d’accroître cette puissance, en étendant le contrôle de la cité au-delà des mers, comme le lui permet sa maîtrise navale ?

L’adikia envers le dèmos

  • 684 Sur cette définition très vague de la trahison, répandue surtout après la secousse du coup d’État (...)
  • 685 Le caractère subjectif de la trahison du type de celle qui aurait pu être reprochée à Chabrias s’i (...)

211Une telle conception des rapports entre citoyen et cité est marquée par l’extrême exigence de la cité vis-à-vis du citoyen : peut être considéré, à la limite, comme coupable de “ prodosia” aux yeux de la cité non seulement celui qui “fait du mal à la cité d’Athènes”, en étant à l’origine d’une perte pour les Athéniens, mais aussi celui qui ne lui fait pas tout le bien qui aurait été souhaitable. La notion est alors à la fois très lâche et subjective, autant que les termes qui peuvent désigner le type de comportement condamnable : “faire du mal à”, “faire du tort à”, “se rendre coupable envers”, “agir en vue de faire du mal” à la cité des Athéniens (τὸν τῶν Ἀθηναίων δῆμον ἀδιϰεῖν : Xen., HG, 1.7.20 ; ἐπὶ ϰαϰῷ τῆς πόλεως τῆς Ἀθηναίων […] : Ps. Plut., Vies des Dix Orateurs 833e)684. Dans le domaine proprement militaire qui seul nous intéresse ici, on conçoit qu’un stratège qui, comme tout magistrat, n’est finalement qu’un exécutant chargé de mettre en œuvre les décisions du dèmos, puisse plus facilement qu’un autre courir le risque de franchir la ligne rouge, parce que, devenu par la victoire un chef auréolé de prestige, il prête du coup plus facilement le flanc à une éventuelle accusation de trahison : en 355, Démosthène, même s’il schématise quelque peu pour le besoin de sa cause, n’affirme-t-il pas que Chabrias, lui qui fut toujours vainqueur, aurait été, s’il avait perdu une ville, sûrement accusé de trahison (C. Leptine, 79)685 ?

  • 686 Du délit d’adikia envers le peuple, on rapprochera, bien que le terme soit différent – blaptein –, (...)
  • 687 Sur la notion d’adikia, cf. p. 000 n.000, p. 000, p. 000 n.000, et p. 000. Sur le rapport entre ad (...)
  • 688 Sur la conscience de lui-même et de sa puissance qu’a le peuple athénien, cf. Welwei 1999, 136-139 (...)
  • 689 Les exigences du dèmos, désireux d’expansion, encouragé dans cette voie par des stratèges comme Al (...)

212Dès la seconde année de la guerre, dans l’été 430, Périclès mettait en relief l’inconséquence des Athéniens, qui s’en prenaient à lui, comme à un coupable (adikein), en tant qu’auteur d’une proposition qu’ils avaient eux-mêmes votée, librement et en connaissance de cause, parce que les effets de ce vote leur semblaient pesants (Thc. 2.60.7). Plus tard dans la guerre, Diodotos, dans le célèbre débat qui l’oppose chez Thucydide à Cléon à propos du sort des Mytiléniens, souligne l’inconfort de la situation dans lequel son adversaire tente d’entraîner ses contradicteurs, faisant planer le soupçon de corruption, et donc d’adikia, sur ceux qui savent convaincre, tandis que ceux qui ne persuadent pas semblent cumuler adikia et sottise (3.42.3) ; faisant ensuite l’éloge du bon conseiller, il souligne que celui-ci est responsable devant les citoyens (hypeuthynos), alors qu’il arrive à ceux-ci de frapper d’une peine le conseiller dont ils ont volontairement suivi les avis (3.43.5). Toute personne qui émet un avis intéressant la cité tout entière et adopté par elle, ou qui remplit une charge confiée par la cité, diplomatique ou militaire, court le risque de se voir accusée d’adikia, terme très vague qui, du sens d’“injustice”, passe à celui de “tort”, “dommage”, “faute”, et qui désigne un délit grave allant contre l’intérêt du peuple athénien686 : la mise en relation de l’adikia, telle que cette faute nous est connue par le décret de Cannônos cité par Euryptolémos lors du procès des stratèges des Arginuses, avec la loi sur les traîtres (Xen., HG, 1.7.20-22), montre le lien entre le délit d’adikia, plus général, comme le montre l’emploi qu’en fait Périclès en 430 devant l’Ekklèsia (Thc. 2.60.7), et celui de prodosia, sous lequel sont inculpés les stratèges687. La cité intente en fait un procès à la fois parce qu’elle estime avoir été mal servie et, parce que, le résultat n’étant pas à la hauteur de ses espérances, elle estime avoir subi un tort, un adikèma : le peuple athénien, assuré dans sa situation hégémonique, ferme dans la conviction de sa souveraineté, à laquelle il est encore plus attaché lorsqu’elle a été mise à mal par le coup d’État oligarchique, attend de ceux qu’il a choisis non seulement la défense de la cité, mais celle de sa puissance. Le dèmos est conscient de lui-même et de sa souveraineté en tant qu’incarnation politique de la cité688 ; le décevoir dans ses espérances et dans ses ordres en ne remplissant pas la mission qu’il a confiée, c’est le tromper, c’est le trahir. L’impuissance n’est pas admise, l’échec résulte nécessairement de la mauvaise volonté à son égard ou du fait que tout n’a pas été mis en œuvre pour le satisfaire689.

  • 690 Sur l’exaltation de la puissance d’Athènes et sur le sens politique des fêtes et des constructions (...)
  • 691 De nombreux discours d’officiels athéniens rapportés par Thucydide, tant Périclès ou Alcibiade dev (...)
  • 692 Sur le décret de Cléonymos, cf. IG, I 3, 68 ; ATL, I, 123-126 ; Meiggs & Lewis 1988, 184-188, no 6 (...)
  • 693 Le terme “prodosia”, très probable, est restitué. A propos du décret de Cléonymos et à propos des (...)

213En même temps, hègèmôn d’une symmachie, maître de la plus puissante flotte de la mer Égée, il a clairement conscience de constituer le corps politique d’une cité à part, exceptionnelle, admirée, redoutée et jalousée, dont beaucoup souhaitent la chute : lui qui affirme sa puissance en dédiant sur son rocher de l’Acropole ses plus somptueuses offrandes, édifices et statues, à sa déesse poliade, en exaltant les hauts faits de son histoire sur son Agora ou en organisant pour ses dieux des fêtes magnifiques, où les Grecs accourent comme aux panégyries panhelléniques690, est soucieux aussi de défendre son honneur par une sévérité accrue à l’égard d’alliés qui se révoltent, mais aussi à l’égard des siens qui ne maintiennent pas ses prétentions légitimes : “Ce prestige que notre cité doit à son empire, il est juste que vous le défendiez, puisque vous en tirez tous gloire. C’est une responsabilité à laquelle vous ne pouvez pas vous dérober, à moins de renoncer aussi aux honneurs qu’elle comporte” (Thc. 2.63.1, trad. D. Roussel)691. Peu d’années après que Périclès eut prononcé ce discours, le dernier que Thucydide lui attribue, les Athéniens, en 426/5, sur proposition de Cléonymos, votèrent un décret qui règlementait la perception du phoros692 : adaptant le décret de Cleinias, qui remontait au milieu du siècle, aux difficiles réalités financières du temps de la guerre du Péloponnèse, le décret de Cléonymos fixait les modalités pratiques de perception du tribut, imposait dans chaque cité la désignation d’un collecteur du tribut, et prévoyait de faire poursuivre pour prodosia devant les épimélètes, qui introduiraient l’affaire devant le tribunal, toute personne qui tenterait de s’opposer à l’application du décret ou à l’envoi du tribut à Athènes693. Les procès que nous allons examiner à présent firent pour un certain nombre l’objet d’une procédure en eisangélie ; pour plusieurs, le chef d’inculpation exact ne nous est pas connu sûrement, mais, même si l’accusation officielle n’est pas toujours la “prodosia”, et que la “tromperie à l’égard du peuple”, la “corruption” ou, de manière très vague, le “tort” porté au peuple sont mis en avant, la notion de trahison est toujours sous-jacente dans la mesure où ces délits contiennent l’idée d’une entente avec l’ennemi extérieur au détriment de la cité : celle-ci, en effet, a subi un préjudice en n’obtenant pas, du fait de l’accusé, l’accroissement qu’elle était légitimement en droit d’attendre.

Le procès de Miltiade

  • 694 Nous avons hésité, en raison de son importance à la fois dans les relations avec une puissance étr (...)
  • 695 Sur la réforme de la stratégie (Ath. Pol., 22.2) et les caractéristiques nouvelles de cette magist (...)
  • 696 Sur l’expédition de Miltiade contre Paros et le procès qui suivit, cf. notamment Kinzl 1976, 280-3 (...)

214On commencera par le procès le plus ancien, l’un des plus obscurs aussi pour nous, le second procès de Miltiade, qui se rapporta à son expédition contre Paros en 489694. La date haute du procès, quelques mois après Marathon, contribue au caractère atypique de cette affaire, dans la mesure où la cité, confiante après sa victoire, se lance dans ce qui est déjà, même s’il n’est pas encore clairement défini, un programme d’expansion dans une zone vitale pour elle, en même temps qu’elle va commencer à affirmer son contrôle sur une magistrature militaire redéfinie depuis à peine une dizaine d’années695 et qui est alors assumée par une personnalité éminente. Même si l’échec devant Paros est bien, d’une certaine manière, une défaite militaire pour la cité, on le considèrera plutôt ici – peut-être du reste en raison de l’insuffisance de nos sources – comme une absence de conquête, comme un manque face à l’attente d’un accroissement, comme une authentique déception, et c’est bien ainsi, semble-til, que fut formulé, à un stade au moins du procès, le grief d’accusation à l’égard de Miltiade. Dans la version la plus répandue, celle d’Hérodote, Miltiade fut accusé en effet sous le chef de “tromperie envers le peuple (apatè tou dèmou)”, mise en relation avec l’adikia, motif de la condamnation, qui indiquait déjà l’attente du peuple et sa déception ; une autre version, celle d’Éphore, transmise par diverses sources, fait état d’une accusation de trahison, mise en relation avec la corruption de Miltiade par le Grand Roi. Le procès de 489 qui, par-delà Marathon, est à rapprocher du procès qui fut intenté à Miltiade en 493 pour tyrannie, s’insère à la fois dans le contexte athénien de lutte contre la Perse, dont Miltiade fut l’un des principaux acteurs, et dans le contexte de politique intérieure athénienne, marqué, sur fond de rivalités de personnes et de familles aristocratiques, par la consolidation des pouvoirs du dèmos, attestée, en ces années d’optimisme qui suivent Marathon, par le premier ostracisme et par la réforme de l’archontat. Il paraît nécessaire de résumer ici les deux versions, en présentant leurs divergences, avant de nous arrêter sur ce qui concerne précisément la prodosia696.

  • 697 Sur le silence de Miltiade, accepté par les Athéniens et motivé par une nécessité d’ordre militair (...)
  • 698 Sur la question de la peine de mort éventuellement votée contre Miltiade, cf. infra n.000.

215Selon le récit d’Hérodote (6.132-136), après Marathon, Miltiade, auréolé du prestige de la victoire, demanda aux Athéniens une flotte de soixante-dix navires, avec des hommes et de l’argent, assurant que les Athéniens s’enrichiraient grâce à lui, mais ne révélant pas l’objectif précis de son expédition697. Ayant obtenu ce qu’il demandait, il partit contre Paros, dont il justifia alors l’attaque par le fait que les Pariens avaient joint aux forces perses une trière à Marathon ; il voulait en réalité, selon Hérodote, tirer vengeance d’une offense personnelle. Mais le stratège revint blessé et bredouille, n’ayant rien obtenu malgré un mois de siège : les Athéniens, d’autant plus déçus que les promesses de Miltiade leur avaient fait espérer des merveilles, se dressèrent contre lui, et son adversaire, Xanthippe, l’accusant de “tromperie” à l’égard du peuple (apatès heineken) (6.136) –, réclama la peine capitale. La défense de Miltiade, atteint de gangrène à la cuisse, fut assurée par ses amis : le peuple, prenant en considération le rôle du stratège à Marathon et la prise de Lemnos, ne le condamna pas à mort698, mais, le jugeant coupable, le condamna pour sa faute – kata tèn adikièn- à une amende de cinquante talents.

216Dans le récit d’Hérodote, l’implication de Xanthippe, allié aux Alcméonides, contre le chef de la famille des Philaïdes, souligne l’importance des inimitiés personnelles : Miltiade, à son retour de Chersonèse de Thrace, en 493, avait suscité dans certains milieux athéniens une hostilité qui s’était manifestée dans un premier procès, intenté pour tyrannie, qui s’était terminé par son acquittement et avait été suivi par son élection à la stratégie (Hdt. 6.104). Miltiade ne laissait aucun Athénien indifférent : mais, alors qu’il l’avait emporté sur ses adversaires avant Marathon et que son rôle dans la victoire lui avait donné dans la cité un prestige inégalé, son échec devant Paros, où l’on soupçonna, d’après Hérodote, une ambition personnelle qui aurait détourné les forces de la collectivité à des fins privées, ne fut pas accepté par ses concitoyens. Il apparaît que le peuple, même s’il ne suivit pas l’accusation de Xanthippe jusqu’à sa conséquence ultime, la mort, estima que sa confiance avait été abusée.

  • 699 Sur les obscurités du récit d’Hérodote, cf. principalement Kinzl 1976, 280-293.
  • 700 Sur le récit de Cornelius Nepos concernant l’expédition de Miltiade à Paros, cf. How 1919, 48-61. (...)
  • 701 Thémistocle, après Salamine, poursuivra en fait le même objectif que Miltiade après Marathon, fair (...)
  • 702 D’après Étienne de Byzance, les Pariens allaient se rendre quand un feu, allumé depuis Mykonos, le (...)
  • 703 D’après les scholies à Aelius Aristide, étudiées par Kinzl, 306-307, c’est parce qu’il avait pris (...)
  • 704 D’après Diodore 10.30, 1, le jeune Cimon, pour obtenir que lui soit rendue la dépouille de son pèr (...)

217Mais le récit est succinct dans son ensemble et nettement orienté dans la partie consacrée aux événements pariens proprement dits : Hérodote met en rapport la chute de Miltiade, dont la soudaineté l’impressionne, avec la violation du sanctuaire de Déméter à Paros ; il laisse subsister d’importantes zones d’ombre, non seulement sur les causes de l’attaque de Paros, mais aussi sur le déroulement des opérations, sur la raison du retrait de Miltiade et sur le motif réel de la plainte déposée par Xanthippe699. Plusieurs de ces points obscurs du récit d’Hérodote sont éclairés par des sources plus tardives dérivant d’Éphore, avant tout la biographie consacrée à Miltiade par Cornelius Nepos, mais aussi des indications d’Étienne de Byzance sur Paros et un groupe de scholies à Aelius Aristide700. L’expédition contre Paros est présentée non comme un acte isolé et arbitraire, à visée personnelle, de Miltiade, mais elle est située dans la poursuite, logique après Marathon, de la lutte contre les Perses qui ont soumis les Cyclades701 ; Paros, après des succès remportés dans d’autres îles, était sur le point d’être prise, ou de se rendre702 quand un feu, allumé au loin, fut interprété comme le signal de l’arrivée d’une flotte du Grand Roi : les Pariens furent confortés dans leur résistance, tandis que Miltiade, craignant l’arrivée de troupes perses, rentra à Athènes : il y fut accusé de trahison (proditionis), à savoir qu’il s’était laissé corrompre par le Roi (a rege corruptus) pour se retirer sans avoir rien fait (Cornelius Nepos, Miltiade, VII). Défendu par ses proches, car il était blessé et malade703, il fut condamné à une amende de cinquante talents, mais, ne pouvant la payer, il mourut en prison des suites de ses blessures704.

  • 705 La date très haute du procès, le plus ancien que nous connaissions de ce type, ne permet pas d’uti (...)
  • 706 Sur l’accusation de trahison rapportée par Cornelius Nepos, cf. notamment Bauman 1991, 21. Sur l’a (...)
  • 707 Sur la crainte des Athéniens relative à la corruption par l’or du Roi, qu’ils manifestèrent notamm (...)
  • 708 Quelque quinze ans plus tard, l’autre grand vainqueur athénien des guerres médiques, Thémistocle, (...)
  • 709 Sur la “légende” de Marathon et le rôle de Cimon dans la réhabilitation et la glorification de son (...)

218S’il est incontestable que l’accusation portée contre Miltiade concernait la communauté tout entière, puisque le procès eut lieu devant le peuple réuni en assemblée705, on insistera sur l’incertitude qui exista, dès l’Antiquité, sur sa nature précise. L’accusation de trahison, d’après laquelle Miltiade, corrompu par l’argent du Roi, se serait retiré de Paros alors qu’il était en mesure de s’emparer de l’île, tombée comme les autres Cyclades aux mains des Perses avant Marathon, semble avoir rencontré au procès peu d’écho706. Maintenant qu’était passée la grande angoisse qu’avait fait naître le débarquement des Perses en Attique, les défenseurs de Miltiade parvinrent à écarter la crainte de la trahison par corruption, crainte qui hanta pourtant durablement les Athéniens707, en mettant en avant, d’après Hérodote, outre la prise de Lemnos, le rôle éminent du stratège à Marathon708 : dans les décennies 470 et 460, qui devaient voir, sous l’influence grandissante de Cimon, stratège victorieux contre les Perses, s’édifier la légende de Marathon dont Miltiade était présenté comme le principal artisan, s’éloigna décidément le souvenir même d’une accusation de trahison que toute la carrière de Miltiade, depuis son départ de la Chersonèse, rendait peu crédible709.

  • 710 D’après Platon, Gorgias, 516 d-e, le mécontentement des Athéniens à l’égard de Miltiade était extr (...)
  • 711 D’après Cornelius Nepos, Miltiade, 7, la somme de cinquante talents représentait les frais de l’ex (...)
  • 712 Les Athéniens, étaient intéressés en 489, pour une raison stratégique évidente, à ce que les Cycla (...)
  • 713 Les sources tirées d’Éphore montrent bien le maintien d’une présence perse dans les parages, à laq (...)
  • 714 Pour un commentaire sur l’exaltation des Athéniens, rendue par le verbe epairô, qui montre bien qu (...)
  • 715 Sur l’importance du butin, que Miltiade a promis et que les Athéniens attendent avec impatience, à (...)
  • 716 Tuci 2004b, 254-255 et 270-271, après avoir mis en parallèle le “silence” de Miltiade lors de l’as (...)

219Miltiade, déchargé de l’accusation de trahison, ne fut pas pour autant libéré de toute inculpation : les sources unanimes rapportent qu’il fut condamné à payer, échappant de peu à la peine de mort qui était réclamée par ses adversaires710, l’énorme amende de cinquante talents. Que cette somme ait correspondu au montant des frais engagés pour l’expédition711 ou non, elle signifiait que Miltiade était reconnu coupable d’une lourde charge qui avait été maintenue contre lui : d’après Hérodote, dont le récit n’explicite pas la nature des reproches adressés à Miltiade, Xanthippe aurait accusé le stratège d’avoir “trompé” le peuple. Faut-il penser, si l’on suit le récit d’Hérodote, que les Athéniens accusèrent Miltiade parce que, parti sans révéler ses objectifs précis, il était rentré de Paros, destination qu’il avait lui-même choisie, sans argent mais en ayant dépensé celui des Athéniens, ou simplement parce qu’il était rentré de Paros sans argent, ou encore parce qu’il était rentré sans argent et sans avoir reçu d’eux l’autorisation de retourner à Athènes ? Or, il est à peu près certain que les Athéniens avaient eux-mêmes pris la décision de lancer une expédition conséquente dans les Cyclades712 – qui se trouvent effectivement libérées de l’occupation perse en 481, preuve que Miltiade avait obtenu des succès avant d’échouer devant Paros. Que Miltiade n’ait pas dévoilé publiquement le détail de son plan aux Athéniens, qu’il ne leur ait pas révélé l’ordre de ses interventions – (οὐ ϕϱάσας σϕι ἐπ’ἣν ἐπιστϱατεύσεται χώϱην) (Hdt. 6.132.4) – s’explique d’abord par le souci d’efficacité, qui imposait le secret dans ce type d’opérations où le succès dépendait pour une bonne part de l’effet de surprise : les Perses, en effet, n’étaient pas loin, ils pouvaient encore revenir. L’affaire de Paros allait le prouver, et justifier a posteriori, malgré l’échec final, la discrétion du stratège713 : une “fuite” sur son plan avant même le départ d’Athènes, intentionnelle ou non, du fait d’un Athénien ou non, aurait pu faire obstacle aux succès que Miltiade remporta manifestement avant son échec devant Paros. À cet impératif du secret à garder, pour raison d’efficacité militaire, face aux Athéniens eux-mêmes sur l’objectif, quel qu’il ait été, qui avait été fixé au départ de l’expédition, s’ajoutait, en raison d’une situation qui n’était pas encore stabilisée, la nécessité d’accorder une marge d’adaptation à un chef de guerre, seul juge de décider de la conduite des opérations en fonction de son appréciation personnelle d’un éventuel péril. Les Athéniens, semble-t-il, ne firent pas de difficultés : auréolé de la gloire de Marathon, Miltiade profitait d’un état de grâce, et il trouva en outre l’argument décisif en déclarant qu’il rapporterait de l’or en abondance : les Athéniens, tout exaltés (ἐπαϱθέντες) (6.132.5)714, lui accordèrent ce qu’il voulut. Mais Miltiade échoua et revint sans avoir obtenu d’argent des Pariens (6.133) : le peuple, poussé par les adversaires politiques du stratège qui lui firent penser qu’il avait été manipulé, réagit alors d’autant plus vigoureusement qu’il s’était laissé aller aux plus folles espérances, dans l’euphorie d’un lendemain de victoire. Xanthippe, allié aux Alcméonides, exploita en effet aussitôt la faille qui s’offrait, non pas le revers militaire à Paros, qui en tant que tel ne pouvait constituer un délit, mais le manquement envers le peuple que représentait, au retour de l’expédition, la promesse non tenue, la déception, au sens premier, subie par le peuple abusé par un chef malhonnête : car il apparaît, dans le récit d’Hérodote, que Xanthippe, en intentant un procès pour apatè tou dèmou, mettait en cause un retour qui n’avait pas tenu ses promesses, un stratège qui s’était affranchi de la surveillance du peuple comme dans une entreprise menée à titre privé. Si Miltiade était revenu victorieux, personne parmi les Athéniens ne lui aurait adressé de reproches sur ce qui fit alors certainement le fond de l’affaire : le peuple lui avait concédé la liberté de manœuvre dans l’utilisation de la flotte de la cité, et cela sans contrôle, ni au départ de l’expédition ni pendant son déroulement, mais c’était en vue d’un objectif, l’enrichissement, qui n’avait pas été atteint715. Les Athéniens estimèrent qu’ils avaient fait à tort confiance à un stratège dont l’incapacité avait transformé les assurances données au départ en vaines prétentions et qu’ils avaient été trompés en accordant des moyens importants qui ne leur avaient rien rapporté et qui, finalement, avaient été utilisés comme des moyens privés716.

  • 717 Le délit d’apatè, de tromperie à l’égard du peuple, est déjà imputé par les Athéniens du ve siècle (...)
  • 718 Bonner & Smith 1930, 208-209 et Hansen 1975, 13-14, mentionnent à propos de l’apatè tou dèmou troi (...)
  • 719 Dans le cas de Miltiade, accusé d’apatè, pouvait être mis en avant le risque d’intervention de for (...)
  • 720 La reddition de comptes, jusqu’à Éphialte, se fit devant l’Aréopage ; mais le contrôle et l’accord (...)
  • 721 Des stratèges athéniens vaincus, pendant la guerre du Péloponnèse, manifestèrent la même crainte d (...)

220Nous savons qu’au ive siècle l’apatè tou dèmou, ou fausse promesse faite au peuple, constituait un délit717, mais qui semble s’être appliqué aux orateurs, plutôt qu’aux chefs militaires718. Il faut bien reconnaître, tout particulièrement pour cette première attestation dont nous disposions pour le ve siècle, le caractère vague du terme, qui, se fondant sur un décalage entre une annonce et un résultat, s’attache à mettre en lumière chez l’auteur du délit une intention réputée malhonnête, la volonté délibérée de nuire de manière détournée, et nie d’emblée la possibilité objective d’un échec dû à des forces adverses supérieures ou à un concours de circonstances imprévisibles719 : l’existence dans la législation athénienne d’un tel chef d’accusation qui, si l’accusé était reconnu coupable, pouvait entraîner la peine de mort, devait donner à réfléchir à tous ceux qui nourrissaient le projet de se lancer en politique à Athènes. A l’aube du ve siècle, presque vingt ans après la réforme clisthénienne, il apparaissait déjà qu’assumer une magistrature au nom du peuple exigeait, certes, de faire preuve de compétence et d’énergie, mais aussi et surtout d’agir en liaison constante avec le peuple, qui, régulièrement consulté, devait garder le contrôle sur toutes les étapes d’un processus pour prendre seul la décision finale720. L’évolution que pouvait faire redouter un procès dans lequel l’accusé était, en même temps qu’un stratège dispensé de contrôle par le peuple, un stratège sans victoire – plutôt qu’un stratège vaincu –, était que le peuple, même régulièrement informé, et peut-être précisément parce qu’il était informé et, par là, co-responsable, n’admette pas, ou admette difficilement, la possibilité d’un échec721.

  • 722 L’importance de l’argent dans le récit d’Hérodote fait penser à l’accusation de corruption qui aur (...)
  • 723 Sur la question peu claire et par conséquent très controversée de la nature de l’adikia, qui sembl (...)
  • 724 D’après Hérodote, qui suit ici une tradition hostile aux Philaïdes, on comprend que Miltiade, en a (...)
  • 725 On remarquera que, chez Hérodote, le lien causal entre la blessure reçue par Miltiade à Paros et l (...)

221Cette accusation d’apatè tou dèmou avait peut-être quelque chose à voir avec l’accusation de prodosia par corruption722, intentée d’après les sources qui suivent Éphore ; mais il est bien plus probable qu’elle remplaça cette accusation peu crédible, en excluant le rapport explicite avec l’ennemi et en ne retenant qu’une faute “interne”, commise dans les rapports du stratège avec la cité. La condamnation à une amende n’est pas autrement justifiée dans la tradition venue d’Éphore que par le fait qu’elle devait servir à couvrir les frais de l’expédition : on pensera néanmoins qu’elle était aussi destinée à punir Miltiade pour une faute qui lui restait imputée. Hérodote justifie la condamnation à l’amende de cinquante talents par l’adikia que Miltiade avait fait subir au peuple723 : le terme devait désigner soit le tort qu’il avait porté au peuple en ne lui permettant pas de remporter le succès justement escompté que faisait attendre la flotte de soixante-dix trières qui lui avait été confiée, soit le préjudice moral qu’il avait infligé au peuple en ne le consultant pas correctement sur la conduite des opérations. L’accusation de prodosia par corruption n’avait pas été retenue, que le retour précipité de Miltiade ait été dû à la crainte de voir arriver la flotte perse ou à la terreur religieuse inspirée par un javelot lancé du sanctuaire de Déméter : mais, si Miltiade était, dans certaines limites, maître d’organiser une expédition dans les Cyclades où un rôle important était attribué à l’effet de surprise724, il ne l’était pas, même blessé725, de ramener la flotte à Athènes sans ordre, alors que sa mission n’était pas achevée. L’adikia, terme général, s’appliquait à un préjudice, préjudice moral mais aussi perte bien réelle, en hommes, en efforts, en temps et en argent, que n’avait pas compensée l’accroissement, attendu et manquant : le peuple estimait qu’il avait été victime – et, en cela, il pouvait s’estimer desservi et même, dans un sens très large, “trahi”, puisque le retrait injustifié de ses troupes était pour lui à l’origine d’une perte, ou d’un gain manqué, face aux Pariens ou face aux Perses. Par la lourde amende qu’il infligeait à un stratège, et à celui qui était alors le plus illustre du collège des stratèges, il affirmait en même temps pour la première fois sa souveraineté, sa volonté d’être obéi, à un moment où cette magistrature était encore récente, par tous les stratèges quels qu’ils fussent, et de ne pas se laisser dessaisir de son pouvoir de décision dans la conduite des opérations extérieures. Peut-être frappait-il d’autant plus fort qu’il avait pu laisser croire qu’il consentait au silence de Miltiade, et par là même qu’il consentait à renoncer à sa prérogative de contrôle : or, ce qui avait été exception, et qui de surcroît avait mal tourné, ne devait surtout pas se généraliser ; enfin, il avertissait aussi qu’il y pouvait y avoir une peine en cas d’absence de résultat.

  • 726 Le rôle de Xanthippe, allié aux Alcméonides, dans l’accusation montre bien que le procès intenté à (...)
  • 727 La conduite sacrilège de Miltiade à Paros, rapportée par Hérodote 6.134, est typique du comporteme (...)

222Sans doute les Athéniens affirmèrent-ils leur souveraineté avec d’autant plus de force, au lendemain de la période d’angoisse qui s’était achevée à Marathon, qu’ils avaient en face d’eux, même moribond, un homme qui, quelques années plus tôt, s’était trouvé sous le coup d’une accusation de tyrannie et dont le comportement semblait marqué aux yeux de certains, après la victoire, par une ambition excessive, habilement exploitée alors par des adversaires politiques726 qui prirent leur revanche sur leur échec de 493727.

  • 728 Sur Hipparchos, cf. supra p. 000. D’après Lycurgue, Contre Léocrate, 117, Hipparchos, accusé de pr (...)
  • 729 Sur le comportement de Xanthippe à Sestos, cf. Kinzl 1976, 288-289. L’entre-deux guerres médiques, (...)
  • 730 Sur les craintes de Nicias, cf. infra p. 000.
  • 731 Pour des analogies juridiques entre le procès de Miltiade et celui des stratèges en 406, telles qu (...)
  • 732 Des termes de la famille d’adikia, adikein et adikos sont employés par les Athéniens chez Hérodote (...)

223Le pouvoir du peuple et la soumission au peuple des citoyens les plus éminents se confirmaient de manière éclatante, au-delà même des premiers ostracismes qui frappèrent dès 487, par le procès qui fut intenté, sans doute au lendemain de la seconde guerre médique, à Hipparchos, fils de Charmos, parent des Pisistratides728, et par le refus de Xanthippe, celui-là qui avait accusé Miltiade pour un comportement préjudiciable au peuple, d’abandonner le difficile siège de Sestos, en 479, malgré le désir de ses hommes, siège auquel il fallait se tenir aussi longtemps que le peuple souverain n’aurait pas donné l’ordre de la retraite (Hdt. 9.117)729. De la soumission de Xanthippe on rapprochera l’attitude de Nicias qui, bien plus tard, en 413, en Sicile, dans une situation très compromise, devait refuser de ramener ses troupes à Athènes sans ordre, précisément dans la crainte de se voir accusé de trahison par corruption (Thc. 7.48.3-4)730. “Adikia” – “préjudice”, “tort”, “dommage”– est un terme très général : mais, employé dans un contexte où l’ennemi extérieur est présent, immédiatement ou en arrière-fond, il évoque l’idée d’un tort subi par une personne au profit d’une autre personne, et peut s’entendre d’un acte qui, en définitive, nuit à la cité au profit d’un autre Etat, forme très générale de trahison. Il est employé dans le décret de Cannônos, cité, nous l’avons vu, par Euryptolemos dans le procès des Arginuses en 406, procès qui présente bien des analogies avec le second procès de Miltiade731 ; on le retrouve, plein de force même s’il est alors dépourvu de toute connotation juridique, dans les rapports entre Grecs face aux Barbares, où il qualifie le comportement des Grecs qui ne songent plus qu’au Péloponnèse, entraînant un sentiment d’abandon, de trahison, chez les Athéniens, qui, eux, ont combattu pour la cause commune732. Quels qu’aient été les termes exacts de l’accusation portée contre Miltiade, il est clair qu’il fut en butte à un très fort mécontentement du peuple, qui estima à la fois qu’il avait été trompé dans ses justes espérances d’expansion et que le stratège qu’il avait envoyé en mission n’avait pas montré la soumission indispensable à ses ordres : ce procès nous éclaire ainsi sur la volonté du peuple d’affirmer sa souveraineté et sur les exigences qu’il place sur ses magistrats face à l’ennemi.

Les procès contre des stratèges

224Les procès que nous allons étudier à présent furent intentés à des stratèges à leur retour de campagne, parce que, d’après les Athéniens, ils n’avaient pas poussé assez loin sur l’ennemi l’avantage que leur donnait leur supériorité militaire : ils eurent lieu alors qu’Athènes, l’invasion perse repoussée, dominait la mer Égée comme cité hégémonique de la Ligue de Délos et nourrissait comme préoccupation principale le maintien de cette domination.

La corruption

  • 733 On rappellera que la corruption de tout citoyen ou, plus spécifiquement, de tout orateur, était vi (...)
  • 734 Harvey 1985, 82-89, donne une intéressante étude du vocabulaire de la corruption, montrant que “(...)

225Le délit mis en avant dans ces procès fut généralement celui de corruption733, à propos duquel on soulignera que la conception qu’avaient les Grecs de l’appropriation et de la répartition du butin et de tous biens pris à la guerre n’était pas la nôtre, non plus que leur conception du cadeau, qu’il était d’usage, conformément à la tradition aristocratique archaïque, de s’offrir entre hôtes, en particulier lors d’ambassades, mais qui pouvait, de l’extérieur et lorsque la cité était en jeu, être interprété, lorsqu’il était accepté, comme la preuve que le magistrat ou l’orateur s’était laissé acheter pour agir ou parler contre l’intérêt de la cité : il pouvait en résulter une discordance entre le code social des valeurs, dans lequel le cadeau tenait encore une place éminente, et la réglementation par la loi des charges exercées pour la cité, dans laquelle le cadeau était considéré comme une preuve de corruption (dôrodokia)734. L’acceptation de cadeaux, la corruption passive, était ainsi considérée comme une faute grave lorsqu’elle nuisait aux intérêts de la cité.

  • 735 Sur les délits de nature financière, cf. Ath. Pol., 54.2. Sur la répression des délits financiers, (...)
  • 736 Cf., pour la période de la guerre du Péloponnèse, sur les fréquentes accusations de détournement o (...)
  • 737 Cf. MacDowell 1983, 58-63.
  • 738 Les procès pour corruption dans l’exercice d’une magistrature militaire ne furent pas propres à At (...)
  • 739 Cf. supra p. 000 n.000.
  • 740 Sur les lois réprimant la corruption des orateurs, que nous connaissons pour le ive siècle, citées (...)
  • 741 Sur la question parfois controversée du bien-fondé de certaines accusations lancées au ve et au iv(...)

226Les délits de nature financière, répréhensibles lorsqu’ils étaient commis à l’intérieur même des rouages de la cité735, étaient considérés comme beaucoup plus dangereux et plus sévèrement punis, lorsque, mettant en jeu la sécurité de la cité, ils s’inséraient dans les relations avec l’ennemi extérieur : en cas de corruption, l’ennemi “achetait” une personne influente, un citoyen qui avait l’habitude de parler devant le peuple, et qui pouvait être en même temps stratège, pour orienter la prise de décision du peuple ou obtenir de lui la “remise” d’un élément de la cité ou, au contraire, le retrait ou l’abstention d’une conquête certaine736. Ces délits financiers étaient alors étroitement liés à la trahison, à laquelle ils fournissaient l’un des mobiles les plus répandus et les plus redoutés. Miltiade, on l’a vu, fut en butte, en 489, à une accusation qui était peut-être en rapport avec la corruption dans l’exercice de sa charge de stratège. Le ve siècle, et le siècle suivant encore plus, fournissent de nombreux cas de procès intentés à des magistrats, principalement des stratèges, pour corruption dans l’exercice de leur charge : les actions furent alors souvent intentées, plus que par une graphè dôrôn, par la loi d’eisangélie, qui était utilisée pour les cas graves dans lesquels la corruption était liée à la trahison737. Les Athéniens se montraient particulièrement sensibles au soupçon de corruption, dans leurs affaires à la fois intérieures et extérieures, car, s’ils étaient exposés à ce risque, comme les autres cités, du fait des magistratures militaires738, ils l’étaient davantage, dans les prises de décision, du fait de leur régime démocratique qui accordait une place éminente à la parole ; en même temps, le régime devait veiller à ce que l’accès égal aux charges ne fût pas diminué dans les faits par la corruption d’un petit nombre qui aurait finalement fait dévier vers un profit privé l’exercice des charges publiques. Preuve de l’importance que les Athéniens attachaient à la sincérité des citoyens qui prenaient la parole en public à propos des affaires de la cité, le héraut, à l’ouverture des séances publiques, prononçait une malédiction solennelle contre les orateurs corrompus qui parleraient contre leur conviction739, et les Athéniens avaient spécialement établi des lois pour réprimer les effets nuisibles des conseils donnés sciemment contre les intérêts de la cité740. Pour les stratèges, qui sont seuls concernés au ve siècle par les accusations de corruption en rapport avec la trahison, le risque n’était pas moins grand en cas de procès pour cette inculpation. On soulignera cependant que l’accusation de corruption, dont nous ne pouvons vérifier le bien-fondé, n’était souvent mise en avant que comme prétexte, qui permettait, au moins dans la seconde moitié du siècle, le déclenchement de la procédure spécifique de l’eisangélie : une défaite, un demi-échec ou même simplement l’absence d’une victoire escomptée risquaient de mener le stratège malheureux devant le peuple741.

Le procès de Cimon

  • 742 Sur le procès intenté à Cimon, cf. Sealey 1956, 234-247 ; Hansen 1975, 71, no 5 ; Roberts 1982, 55 (...)
  • 743 Sur les questions de procédure, cf. particulièrement Hansen 1975, 71 ; Carawan 1987, 202-205 ; Bau (...)

227Nous savons que Cimon, à son retour de Thasos, en 463/2, où il venait de réprimer la défection de la cité, fut accusé d’avoir été corrompu par Alexandre, roi de Macédoine, pour ne pas envahir son royaume (Ath. Pol., 27.1 ; Plut., Cim., 14 ; Per., 10.6)742. Plutarque, évoquant ce procès d’après Stésimbrote, précise bien que le chef d’inculpation fut la corruption (Cim., 14.3) ; mais l’incertitude porte sur la nature exacte de la procédure, qui peut avoir été un procès en reddition de comptes devant l’Aréopage, à la fin de la stratégie qui avait mené Cimon en Macédoine (Ath. Pol., 27.1) ou une accusation devant le peuple (Plut., Per., 10.6)743. Les Athéniens, au cours de leur expansion vers les détroits, où ils avaient reconquis avec Cimon la Chersonèse de Thrace, s’étaient heurtés à Thasos, leur alliée, riche de l’exploitation de ses mines d’or sur le continent (Thc. 1.100-101) : ils reprochèrent à Cimon, qui avait soumis Thasos après un long siège, de ne pas avoir poussé son avantage contre le roi de Macédoine qui s’était opposé à l’expansion athénienne en Thrace, estimant que le stratège, en n’utilisant pas l’avantage de sa situation, avait perdu la possibilité qui s’offrait à la cité d’accroître ses possessions ou son influence au détriment de gens qui s’étaient précédemment montrés hostiles. Athènes est alors une cité décidée à défendre l’hégémonie que sa puissante alliée vient de mettre en cause, et à poursuivre ses conquêtes dans une région aux richesses prometteuses : mécontente de ce qu’elle considère comme une victoire insuffisante, comme le refus inexplicable d’exploiter une opportunité, elle attribue à la corruption passive le comportement du stratège, qui se serait fait acheter par le roi de Macédoine pour se retirer. La corruption, lorsqu’elle nuit à ce que la cité estime être son intérêt supérieur, est à l’origine de ce que la cité peut considérer, sous un certain angle, comme une trahison.

  • 744 D’après Plutarque, Cimon, 14.3, il semble bien que Cimon n’avait pas reçu l’ordre d’envahir la Mac (...)
  • 745 Ces trois qualités, affabilité, générosité, incorruptibilité, sont les piliers du portrait très él (...)

228Le contexte, depuis Platées et le début des grandes expéditions de la Ligue de Délos, est celui d’un enrichissement spectaculaire de la cité grâce au butin fait sur les Perses, enrichissement de la cité, des hommes et des stratèges. La cité redoute toujours, depuis 489 peut-être, depuis 480 au moins, l’effet de l’or ennemi sur ses stratèges ou sur les premiers de la cité. En des temps où l’or circule, sans que soient encore clairement fixées les règles de répartition et d’utilisation, elle est prête à suspecter la corruption, dont d’autres chefs de guerre ont fourni, ou fourniront encore des exemples : Leutychidès, roi de Sparte, successeur de Démarate, avait été convaincu, en 476, de ne pas avoir achevé, parce qu’il s’était fait acheter par les Aleuades, la soumission de la Thessalie (Hdt. 6.72) ; plus tard, en 446, c’est Athènes elle-même qui bénéficiera d’un retrait, dû, semble-t-il, à la corruption, lorsque Pleistoanax, tout jeune roi de Sparte, se retirera d’Attique parce que son conseiller Cléandridas se sera fait corrompre par les Athéniens (Thc. 1.114 et 2.21 ; Plut., Per., 22). Notre seule source sur l’accusation de corruption pour n’avoir pas envahi la Macédoine est Plutarque (Cim., 14.3) : les Athéniens se reportèrent-ils sur une accusation de corruption uniquement parce qu’ils regrettaient l’arrêt d’une campagne victorieuse, alors même que Cimon, très vraisemblablement, n’avait fait qu’obéir aux ordres qui lui avaient été donnés à son départ744 ? Mais, si Cimon avait poursuivi sur sa lancée, sans ordre spécifique, n’aurait-il pas couru le risque de se voir accusé d’avoir disposé à sa guise des forces de la cité, dans un objectif que ses accusateurs auraient dénoncé comme étant de nature privée ? Cimon, nous dit Plutarque (Cim., 14.4), se défendit de l’accusation de corruption en mettant en avant son amour de la simplicité, dont témoignait sa charge de proxène de Sparte : les richesses, il ne les recherchait pas pour lui, mais pour Athènes. Mais la cité, précisément, en aurait voulu davantage… En sa faveur encore parlaient son affabilité, sa générosité et sa réputation d’incorruptibilité, qui l’avaient rendu populaire (Cim., 10)745.

  • 746 Cf. supra p. 000.
  • 747 Cf. Pritchett 1974, 23.

229Au-delà de la raison que pouvait avoir eue Cimon de ne pas pousser plus avant en Macédoine – refus raisonné d’outrepasser des ordres qu’on ne lui avait pas donnés, opinion selon laquelle la victoire récente contre les Perses et les Thasiens révoltés était suffisante, alors qu’une attaque de la Macédoine d’Alexandre “le Philhellène” par les forces athéniennes et alliées n’était pas justifiée –, on soulignera le contexte très “politique” du procès, dans lequel l’un des accusateurs fut Périclès. Même si, comme le dit Plutarque (Per., 10.6), l’accusation de Périclès fut faite de manière modérée, sans doute en raison du prestige et de la popularité toujours attachés à Cimon, il n’empêche que la présence d’un Alcméonide, même jeune et encore novice en politique, rival de Cimon et soutien d’Éphialte, et fils de Xanthippe, celui-là même qui avait obtenu la condamnation de Miltiade vaincu et mourant en 489746, donnait un poids particulier à l’accusation, menée par les adversaires de Cimon réunis contre lui747. À cette date, la laconophilie déclarée de Cimon et ses positions conservatrices, qui s’exprimaient notamment en faveur de l’Aréopage, pouvaient expliquer que le stratège soit pris comme cible d’une accusation dans laquelle il était question du maniement de sommes d’argent : à un moment où des membres de ce conseil aristocratique, chargé de vérifier la gestion financière par les stratèges des affaires publiques et des expéditions de la Ligue, origine d’un enrichissement considérable, pour la cité et pour les membres des expéditions, étaient en butte à des attaques répétées d’Éphialte pour des malversations financières, la mise en question de l’intégrité de certains pouvait rejaillir secondairement, si on la dirigeait habilement, sur la réputation de ceux qui semblaient le plus hors d’atteinte. Le désir d’écarter Cimon, ressenti par des citoyens qui soutenaient une politique de fermeté à l’égard de Sparte et à l’égard des Aréopagites, ne fut pas contenté alors par le peuple, qui confirma sa confiance à Cimon, demeuré populaire. Peu de temps après néanmoins, Cimon, dont l’expédition de secours au profit de Sparte et la tentative de revenir sur la réforme votée en son absence à l’initiative d’Éphialte, qui ôtait précisément aux Aréopagites le contrôle des redditions de comptes, avaient mécontenté une part non négligeable des citoyens, fut ostracisé : son éviction en tant que chef politique montrait que, très certainement, son procès n’avait pas visé seulement un chef militaire, mais surtout une personnalité politique de premier plan, dont les orientations ne convenaient désormais plus à la majorité des Athéniens.

Le procès contre les stratèges de Sicile

  • 748 Sur le procès des stratèges de Sicile, cf. Pritchett 1974, 25 ; Hansen 1975, 73, no 7-9 ; Roberts (...)
  • 749 Sur la question de la possibilité laissée ou non aux stratèges de conclure des accords en temps de (...)
  • 750 Sur le comportement énergique d’Eurymédon en Sicile et sur ses possibles affinités politiques avec (...)
  • 751 Sur la possible raison de l’orientation du récit chez Thucydide, qui interprète les raisons du pro (...)

230Du procès intenté à Cimon pour corruption on rapprochera celui qui fut intenté, beaucoup plus tard, pendant la première phase de la guerre du Péloponnèse, à trois stratèges athéniens pour leur action en Sicile. Au printemps 424, un procès frappa en effet les stratèges Pythodôros, Sophoclès et Eurymédon, accusés de s’être laissé corrompre pour accepter un accord mis au point par les cités grecques de Sicile (Thc. 4. 65.3). On ignore quelle fut la procédure suivie, procès pour corruption à l’issue de la reddition de comptes, ou eisangélie ; deux des stratèges, Pythodôros et Sophoclès, partirent en exil, sans que l’on sache si ce fut avant le procès ou à son issue, tandis que le troisième, Eurymédon, fut condamné à une amende748. D’après Thucydide, le motif donné à leur condamnation ne fut pas d’avoir conclu un accord sans en référer à la cité749, mais de n’avoir pas soumis la Sicile alors qu’ils en auraient eu la possiblité : Thucydide (4.65.4) souligne l’état d’esprit des Athéniens, qui connaissent alors succès sur succès et, pleins d’espérance, en veulent toujours davantage et se sentent frustrés par un accord qui, selon eux, les prive injustement d’une expansion qu’ils considèrent comme méritée et inévitable. La scène politique athénienne est alors dominée par Cléon et ses amis, pour lesquels seules l’incompétence et la malhonnêteté peuvent expliquer, sinon un échec, du moins un repli : si l’on admet que tous les stratèges furent effectivement présents au procès, on peut penser qu’Eurymédon fut condamné à une amende, plutôt qu’à la peine d’exil qui frappa ses collègues, du fait qu’il avait déployé en Sicile une énergie et une agressivité typiques du comportement de Cléon750. Mais, en Sicile, les Athéniens se seraient heurtés à une forte résistance : le Syracusain Hermocrate, à la réunion de délégués siciliens qui s’était tenue à Géla, avait souligné l’ambition et les calculs des Athéniens, qui ne cherchaient qu’à s’approprier les richesses de la Sicile (Thc. 4.60-64). Les Athéniens frappèrent donc leurs stratèges pour corruption : celle-ci était cause selon eux qu’ils avaient accepté un accord qu’ils considéraient comme défavorable aux intérêts de la cité, et cela alors même que les cités de Sicile alliées à Athènes l’avaient accepté. En l’absence de source sur les raisons du procès autre que Thucydide751, qui ne s’étend guère sur les débats qui durent secouer Athènes à propos de la complexe situation sicilienne, il est difficile de se faire une idée sur le bien-fondé des espérances athéniennes et sur les raisons de l’acceptation de l’accord par les stratèges : au cas où Pythodôros et Sophoclès, qui semblaient bien au fait des affaires siciliennes, choisirent délibérément l’exil plutôt que de rentrer à Athènes, agirent-ils par crainte devant le mécontentement du dèmos, auquel ils ne s’attendaient pas, ou parce qu’ils se sentaient en position de faiblesse, ayant soit agi à la légère, soit effectivement touché une somme d’argent pour se rallier à un accord qui, dû à un Syracusain, ennemi d’Athènes, coupait court de manière manifeste et intentionnée aux espoirs d’expansion de la cité ? Aux yeux des Athéniens, il était inconcevable que les stratèges aient sincèrement pu juger favorablement un accord qui, d’après eux, brisait leurs espoirs d’expansion : ils n’avaient pu que se laisser corrompre, commettant par là même, en nuisant à la possibilité de développement de la cité, une forme de trahison.

L’hypothétique procès de Lachès

  • 752 Sur l’éventuel procès pour corruption de Lachès, cf. Pritchett 1974, 128 ; Ostwald 1986, 219 ; Bau (...)

231Des allusions d’Aristophane dans Les Guêpes (v. 240-242, 894-1008), dans lesquelles le chien Labès est jugé pour avoir mangé un fromage de Sicile, font penser que le stratège Lachès, qui avait fait campagne en Sicile, s’était peut-être vu intenter un procès pour corruption ou détournement frauduleux, en 425, sous accusation de Cléon, lors de sa reddition de comptes752 ; mais aucun lien n’est établi dans la parodie de procès entre corruption et trahison, et aucune certitude n’existe sur la réalité d’un procès qui aurait été intenté à Lachès, stratège partisan de Nicias, qui continue à jouer un rôle important dans les années suivantes. On pense généralement qu’une accusation de détournement et/ou de corruption fut certainement évoquée comme une possibilité par les adversaires de Lachès, qu’elle fut peut-être même intentée, mais qu’il n’y eut pas de procès effectif.

Les craintes de Nicias

  • 753 Sur Nicias pendant la guerre d’Archidamos, voir Geske 2005. Sur le soin mis par Nicias à entreteni (...)
  • 754 Nicias avait pris soin de tenir par lettre régulièrement les Athéniens informés de sa situation et (...)
  • 755 Sur la hantise du complot dont témoignent les comédies jouées durant la guerre du Péloponnèse, cf. (...)
  • 756 Sur les appréhensions de Nicias, qui craint d’être accusé de trahison par corruption s’il ramène s (...)
  • 757 Thc. 7.47.3-4 : “À l’entendre, Athènes n’admettrait pas d’eux qu’ils s’en fussent allés sans qu’el (...)
  • 758 Sur l’appréciation du comportement des soldats lors d’un procès, éventuel ou réel, de leur ancien (...)
  • 759 Roberts 1982, 178, insiste sur le décalage entre la charge de stratège briguée par Nicias, qui com (...)
  • 760 Sur le procès de Phormion (Androtion, FGrH 324 F8) et les craintes de Démosthène (Thc. 3.98.5), de (...)
  • 761 Le suicide de Pachès, intervenu en plein tribunal, sans doute en 427, dut impressionner Nicias. No (...)

232Dans l’ordre non de la réalité, mais d’une possibilité redoutée, intéressantes car elles illustrent un état d’esprit né des relations entre le peuple et ses stratèges, nous retiendrons surtout les angoisses de Nicias : lui qui avait jusqu’alors toujours été victorieux753 et qui n’avait jamais été accusé pour un motif quelconque, malgré ses craintes de se voir intenter un procès, refusa, lors de sa dernière stratégie en Sicile, alors même que la situation, après le désastre des Épipoles, devenait dramatique pour le corps expéditionnaire, de ramener ses troupes à Athènes sans avoir été formellement rappelé. Il craignait en effet que le peuple, dont il connaissait bien le tempérament et dont il prévoyait les réactions754 au point d’avoir cherché à éviter les commandements difficiles (Plut., Nic., 6.2), mécontent devant une telle initiative, prompt à soupçonner corruption et complots755, sourcilleux sur la question de sa souveraineté et sur son exigence d’être bien servi, ne croie déceler dans ce retour sans gloire et sans profit la conséquence de la corruption des stratèges par les Syracusains et de leur trahison756 : il affirmait préférer mourir au combat en Sicile plutôt que d’être exécuté à Athènes pour trahison757, car il pensait que ses hommes qui, à Syracuse, déclaraient ne plus pouvoir tenir, l’accableraient à Athènes, en disant qu’il s’était fait payer pour les remmener (Thc. 7.48.3-4)758. Les appréhensions de Nicias, aggravées par son caractère timoré (Plut., Nic., 2-4)759 se nourrissaient des condamnations dont avaient été l’objet, avant lui, des citoyens éminents, et notamment des stratèges. Les procès de stratèges, certes, avaient été relativement fréquents jusqu’à 413, si l’on ajoute, à ceux que nous avons mentionnés pour corruption, des procès qui leur furent intentés pour d’autres raisons, comme à Phormion, sans que nous connaissions exactement le chef d’accusation ; la peur avait poussé aussi des stratèges battus, comme Démosthène, à ne pas reparaître à Athènes tant qu’une victoire n’était pas venue corriger un échec760. Aucune condamnation à mort, certes, n’avait été prononcée761, et ne devait l’être jusqu’au procès intenté aux vainqueurs des Arginuses en 406 : mais Nicias gardait en mémoire la condamnation des stratèges de la première expédition de Sicile, en 424, et il avait conscience de l’importance de l’expédition aux yeux du dèmos, qui avait toujours envoyé les renforts demandés et se montrait encore plus susceptible à propos de sa souveraineté depuis les événements de 415.

  • 762 On peut reprendre, à propos des Athéniens illustres dont la chute suivit de peu le bref moment de (...)
  • 763 L’existence ou non d’une mise en accusation, et la vigueur de la réaction du peuple peuvent évidem (...)

233Ainsi, de 489 à la fin de la guerre du Péloponnèse, dans les relations conflictuelles qui l’opposent, dans certains moments de crise, à ses stratèges, le peuple, qu’il exprime simplement son mécontentement ou qu’il aille jusqu’au procès, a pour souci constant de marquer que les stratèges sont des magistrats qu’il a choisis pour défendre vis-à-vis de l’ennemi extérieur ses membres, son territoire et sa puissance : sans que l’on puisse parler de “justice” ou d’“injustice” envers ses grands hommes762, il n’hésite pas, quand ce qu’il estime être ses intérêts supérieurs est en jeu, à frapper, pour avertir ou pour punir, par des peines qui vont de l’amende à la mort. Son attente est grande envers tous ses membres, qui s’engagent à transmettre aux générations futures un héritage non amoindri (Thc. 1.144.4), et particulièrement envers ceux auxquels il a fait l’honneur de confier, en vue d’une mission précise, un pouvoir et des moyens qu’il garde sous son contrôle : lui qui est l’incarnation politique de la cité exige, de ceux de ses membres qu’il a distingués pour le servir, qu’ils lui fassent, pour reprendre la formule de Nicias (Thc. 6.14), non seulement pas de mal volontairement, mais plutôt “tout le bien possible”. Ainsi, il s’en faut parfois de peu, parce que ses exigences sont considérables, à la mesure de la confiance et de l’honneur qu’il accorde763, que celui dont la conduite ne correspond pas à cette appréciation soit considéré comme coupable de prodosia.

Notes

1 Xen., HG, 1.7.22 : “Si vous préférez cette autre procédure, appliquez, pour les juger, la loi suivante, qui est relative aux sacrilèges et aux traîtres : si quelqu’un trahit la cité ou dérobe des objets consacrés, et si, après jugement devant le tribunal, il est condamné, il n’est pas enterré en Attique et ses biens sont confisqués (τοῦτο δ’εἰ βούλεσθε, ϰατὰ τόνδε τὸν νόμον ϰϱίνατε, ὅς ἐστιν ἐπὶ τοῖς ἱεϱοσύλοις ϰαὶ πϱοδόταις, ἐάν τις ἢ τὴν πόλιν πϱοδιδῷ ἢ τὰ ἱεϱὰ ϰλέπτῃ, ϰϱιθέντα ἐν διϰαστηϱίῳ, ἂν ϰαταγνωσθῇ, μὴ ταϕῆναι ἐν τῇ Ἀττιϰῇ, τὰ δὲ χϱήματα αὐτοῦ δημόσια εἶναι)”. Dans les Vies des Dix Orateurs, Antiphon, 22-24, sont rapportés le décret de mise en accusation pour prodosia et le texte de la condamnation pour prodosia d’Antiphon, Archeptolemos et Onomaklès, en 411/10 : cf. infra, p. 000. Sur la loi concernant le délit de prodosia et sur l’évolution de la législation recouvrant les divers types de prodosia, depuis les attestations des dernières décennies du ve siècle jusqu’à la reformulation du nomos eisangeltikos vers le milieu du ive siècle, voir Berneker 1956, 105-137 ; id. 1957. Sur la loi concernant le délit de prodosia, cf. Harrison 1971, 59 ; Bruyn 1995, 54, qui pense que la loi doit dater du début du ve siècle, au moment où se posa, avec les guerres médiques, la question du châtiment de la trahison. Pour une recension des procès tenus sous le chef d’inculpation de prodosia, cf. MacDowell 1978, 176-191 ; Piccirilli 1987, 36-52.

2 La graphè prodosias est attestée par Pollux VIII 40 : sur cette graphè, voir Harrison 1971, 59 ; Hansen 1975, 49 ; Bruyn 1995, 55 ; et surtout Piccirilli 1987, 47-49, qui pense que l’accusation de prodosia contre Thémistocle put être portée dans le cadre d’une graphè prodosias et que ce type de procédure disparut à la suite de la formulation, à la fin du ve siècle, de l’eisangeltikos nomos, en raison à la fois du caractère politique de la nouvelle procédure et des avantages qu’elle accordait aux accusateurs.

3 Sur la difficulté, pour les procès de la première moitié du ve siècle au moins, de savoir quelle a pu être la procédure employée pour les cas de trahison, cf. Harrison 1971, 59 ; Piccirilli 1987, 36-52 ; Schubert 1993, 32-35 ; Bruyn 1995, 59-62.

4 Nous disposons, pour l’année 405, date à laquelle Les Grenouilles furent jouées, d’une brève allusion aux délits de dôrodokia et de prodosia, que nous ne pouvons saisir que grâce à la formulation exacte de l’extrait de la loi d’eisangélie que fait Hypéride (3.7-8) : “…qui, magistrat dans la cité battue par l’orage, se laisse corrompre par des présents, livre – prodidôsin – un fort ou des vaisseaux…” (vers 361-362). Sur l’allusion à la loi d’eisangélie faite dans Les Grenouilles, cf. Kassel 1994, 43 ; Wankel 1994, 19-23.

5 Sur l’épineuse question de l’eisangélie, qui a suscité une très abondante bibliographie, notamment sur les origines de la procédure, la date de sa révision et son rapport avec le reste de la législation athénienne, voir Bonner & Smith 1930, 294-309 ; Ostwald 1955, 103-128, particulièrement 115-119 ; Berneker 1956, 110-111 et 132-135 ; Harrison 1971, 50-64 ; Rhodes 1972, 162-171 et 198-200 ; Pritchett 1974, 29 ; Hansen 1975, particulièrement 12-20 ; McDowell 1978, 183-186 ; Rhodes 1979, 103-114 ; Hansen 1980, 89-93 ; Sealey 1981, 125-134 ; Carawan 1987, 167-208 ; Piccirilli 1987, 36-49 ; Christ 1991, 136-138 ; Hansen [1991] 1993, 249-254 ; Schubert 1993, 32-35 ; Wankel 1994, 19-23 ; Bruyn 1995 ; Kulesza 1995, 16-19 ; Bearzot 1996, 71-92 ; Stein 1998, 19-22 ; Welwei 2000, 15-29, particulièrement 20-29 ; Dreher 2004, 55-70, particulièrement 56-59. Sur la date de la révision qui donna à l’ancienne loi d’eisangélie la forme sous laquelle nous l’ont transmise Hypéride et les lexicographes, à placer sans doute entre 410 et, au plus tard, 405, date à laquelle furent jouées Les Grenouilles, cf. Hansen 1975, 17-20 ; Bauman 1990, 86-87, qui met la définition du nomos eisangeltikos en relation avec le procès et la défense d’Antiphon ; Wankel 1994, 19-23.

6 Les procès mentionnés aux § 1 et 2 du Pour Euxénippos furent tous tenus, à l’exception de celui qui concerna Callistrate d’Aphidna, vers 360, contre des stratèges qui furent accusés à la suite de défaites militaires au ive siècle : sur ces procès, cf. Hansen 1975, 94-98.

7 Comme l’expression “μίαν πόλιν” – μίαν μὲν πόλιν εἰ ἀπώλεσεν ἢ ναῦς δέϰα μόνας, πεϱὶ πϱοδοσίας ἂν αὐτὸν εἰσήγγελλον οὗτοι, employée par Démosthène, dans le Contre Leptine 79, à propos de Chabrias, en 355/4 –, le pluriel employé par Hypéride – “πόλεις Ἀθηναίων” – dans le Pour Euxénippos, 1, reprenant le “πόλιν τινὰ” de la loi d’eisangélie citée un peu plus bas au § 8, montre que les cités alliées d’Athènes, au ive siècle comme au ve siècle, étaient considérées par les Athéniens comme concernées, autant qu’Athènes, par le délit de prodosia qui tombait sous le coup de la loi d’eisangélie : voir sur ce point Stein 1998, 20.

8 La katalusis tou dèmou, qui ne fait pas en tant que telle l’objet de notre étude, est abordée p. 000 seulement dans la mesure où elle interfère avec la prodosia.

9 La dôrodokia, ou fait d’accepter des cadeaux pour agir ou parler contre ce que l’on croit être l’intérêt de la cité, n’est envisagée dans notre étude que dans la mesure où elle est en rapport avec la trahison, dont elle est alors le mobile. On notera qu’au ve siècle, quand il y a accusation de corruption, les procès visent des stratèges à propos desquels les Athéniens estiment qu’ils n’ont pas rempli correctement leur mission, portant tort au peuple athénien parce qu’ils ont été achetés par l’ennemi ; au ive siècle, les procès de stratèges pour corruption sont fréquents, mais il s’y ajoute des procès d’orateurs, accusés de s’être laissé corrompre pour ne pas donner les meilleurs avis au peuple. La clause, à propos du délit de corruption, concernant les orateurs, dans le nomos eisangeltikos tel qu’il est transmis par Hypéride, Pour Euxénippos, 8, a pu être rajoutée lors d’une reformulation : cf. Harvey 1985, 108-113. La corruption, lorsqu’elle est dirigée contre la cité, est bien une forme de trahison, même si la loi d’eisangélie distingue les délits de dôrodokia et de prodosia : Hypéride, Pour Euxénippos, 1, évoque à la suite des Athéniens célèbres accusés en eisangélie pour avoir “livré”, ou plutôt “fait tomber, abandonné” des navires ou des cités appartenant aux Athéniens, l’orateur Callistratos, accusé d’avoir fait des propositions qui n’étaient pas les meilleures pour le peuple. Sur les soupçons et les accusations effectives de corruption, insérés à leurs places respectives par rapport à l’étude générale de la trahison, cf. p. 000.

10 Sur les actes de prodosia rapportés dans le Pour Lycophron, fr. 3bis, cf. Harrison 1971, 54. Sur la livraison d’arsenaux, cf. Starr 1974, 17.

11 La tentative de l’agent de Philippe II, un dénommé Antiphon, peut-être un métèque qui avait usurpé la citoyenneté athénienne, de mettre le feu aux arsenaux du Pirée, est rapportée aussi par Plutarque, Dem. 15.5. Sur la procédure suivie par Démosthène, cf. Hansen 1976, 136-137 ; Carlier 1990, 131-132, qui insiste sur l’absence de preuve de la culpabilité d’Antiphon ; sur le rôle de l’Aréopage, qui condamna Antiphon que le peuple avait fait relâcher, cf. Bruyn 1995, 126-128 et 159.

12 Lexicon Cantabrigiense, s.v. eisangelia (FGrH 342, F11) : “Εἰσαγγελία, ϰατὰ ϰαινῶν ϰαὶ ἀγϱάϕων ἀδιϰημάτων. αὕτη μὲν οὖν ἡ Καιϰιλίου δόξα. Θεόϕϱαστος δὲ ἐν τῷ τετάϱτῳ πεϱὶ νόμων ϕησὶ γενέσθαι, ἐάν τις ϰαταλύῃ τὸν δῆμον ῥήτωϱ ἢ μὴ τὰ ἄϱιστα συμβουλεύῃ χϱήματα λαμβάνων, ἢ ἐάν τις πϱοδιδῷ χωϱίον ἢ ναῦς ἢ πεζὴν στϱατιὰν, ἢ ἐάν τις εἰς τοὺς πολεμίους ἀϕιϰνῆται ἢ μετοιϰῇ παϱ’αὐτοῖς ἢ στϱατεύηται μετ’αὐτῶν ἢ δῶϱα λαμβάνῃ.”

13 Pollux 8.52 : “ἐγίνοντο δὲ εἰσαγγελίαι ϰαὶ ϰατὰ τῶν ϰαταλυόντων τὸν δῆμον ῥητόϱων, ἢ μὴ τὰ ἄϱιστα τῷ δήμῳ λεγόντων, ἢ πϱὸς τοὺς πολεμίους ἄνευ τοῦ πεμϕθῆναι ἀπελθόντων, ἢ πϱοδόντων ϕϱούϱιον ἢ στϱατιὰν ἢ ναῦς, ὡς Θεόϕϱαστος ἐν τῷ πϱώτῳ πεϱὶ Νόμων.” On remarquera que les sources tardives sur la loi d’eisangélie mentionnent la remise par trahison, non d’une cité – polis –, mais d’un fort – chôrion – (Lexicon Cantabrigiense, s.v. eisangelia : FrGH 342 F11), – phrourion – (Pollux 8.52).

14 McDowell 1978, 185, pense que le délit de trahison constitué par la marche aux côtés de l’ennemi qui figurait chez Théophraste doit provenir non de la loi d’eisangélie rapportée partiellement par Hypéride, mais du décret voté en 338 et mentionné par Lycurgue, Contre Léocrate 53, d’après lequel tout citoyen fuyant le territoire d’Athènes était coupable de trahison : mais, si le fait de se rendre chez l’ennemi sans mission officielle et celui de séjourner chez lui peuvent être regardés comme une fuite hors du territoire – dont se serait rendu coupable Léocrate, qui avait du reste séjourné simplement à l’étranger, on ne voit pas que le fait de combattre aux côtés de l’ennemi puisse être comparé à cette fuite.

15 Sur les procès pour prodosia des oligarques, qui tirent de l’arrière-plan politique une coloration particulière, cf. infra p. 000.

16 Sur le serment prononcé par les magistrats athéniens et sur la malédiction prononcée contre ceux qui se laisseraient corrompre pour parler contre l’intérêt de la cité, ceux qui négocieraient secrètement avec les Perses, ceux qui chercheraient à renverser la démocratie,…, cf. p. 000 n.000 et infra p. 000 et 000.

17 Sur la question de savoir si la procédure de l’eisangélie n’était applicable qu’à un nombre limité de délits spécifiques, ou si la possibilité d’une absence de définition exacte des délits relevant de l’eisangélie, ouvrant la porte aux interprétations abusives, permettait de soumettre à cette procédure des délits “mineurs” ou des délits dont l’appréciation était nettement orientée par l’accusateur, cf. Hypéride, Pour Euxénippos, 3. Sur cette question, cf. notamment Bonner & Smith 1930, 294-297 ; Rhodes 1972, 163-164 ; Sealey 1981, particulièrement 126-131. On remarquera que Lycurgue, dans le Contre Léocrate, 8-9, souligne que la conduite de Léocrate n’a été spécifiée par aucune dénomination particulière.

18 La marche d’Hippias aux côtés des Perses en 490 correspond bien à la marche avec l’ennemi que mentionnait Théophraste, mais ne fit évidemment pas l’objet d’une eisangélie ; l’incertitude demeure quant à la procédure suivie pour un certain nombre d’accusations en trahison, comme celles d’Hipparchos et de Thémistocle, surtout dans les premières décennies du ve siècle.

19 Alcibiade fut condamné en 415 pour impiété. Mais sa marche aux côtés de l’ennemi, de 414 à 411, correspondait à l’un des crimes contre l’État visés par la loi d’eisangélie, tels qu’ils étaient rapportés par Théophraste : ce délit était-il à cette date défini sous cette forme ? Sur une autre accusation, peut-être pour prodosia, qui aurait été déposée à une date indéterminée contre Alcibiade, cf. infra p. 000.

20 Sur l’extension de sens du mot prodosia dans l’eisangélie, particulièrement dans des procès intentés à des stratèges qui n’ont pas donné satisfaction et auxquels on reproche d’avoir porté tort au dèmos, cf. infra p. 000. Au milieu du ive siècle, le caractère presque systématique d’une eisangélie pour prodosia à l’égard d’un stratège qui a perdu une cité est souligné par Démosthène, Contre Leptine, 79-80 : l’orateur déclare à propos de Chabrias que, s’il avait perdu une cité, on l’aurait accusé de prodosia. Sur l’extension de sens du mot prodosia, qui peut être interprété par l’accusateur avec une grande latitude, comme le fait Lycurgue à propos de Léocrate, cf. Harrison 1971, 54-55.

21 Le procès qui fut intenté par les Spartiates au Byzantin Anaxilaos, pour avoir remis en 408 Byzance, qu’occupaient les Péloponnésiens, aux Athéniens qui l’assiégeaient, illustre les mobiles “nobles”, qui font que la rupture d’une alliance n’est pas une trahison : Anaxilaos n’avait agi que dans l’intérêt de sa patrie, il n’avait demandé aucune clause spéciale pour lui, ni protection ni argent, mais simplement l’engagement qu’aucun Byzantin ne serait exilé ou mis à mort. Sur la défense d’Anaxilaos qui, disent les sources, impressionna les accusateurs lacédémoniens, cf. Xen., HG, 1.3.18-19 ; Plut., Alc., 31.6-8.

22 Brasidas, voulant justifier ceux qui lui ont livré Torônè, déclare, excluant deux motivations pour lesquelles agissent ceux que l’on considère communément comme “traîtres”, qu’ils n’ont agi ni pour asservir la cité ni pour de l’argent, mais pour le bien et la liberté de la cité (Thc. 4.114.3).

23 En 411, Phrynichos, par crainte d’Alcibiade, révèle à Astyochos les projets d’entente d’Alcibiade, au profit d’Athènes, avec la Perse (Thc. 8.50.2). Sur la trahison de Phrynichos, cf. infra Chapitre II, p. 000 et Chapitre III p. 000.

24 Trad. D. Roussel. Pol. 18.13. 1 & 3 : “Ἔμοιγε πολλάϰις μὲν ϰαὶ ἐπὶ πολλοῖς θαυμάζειν ἐπέϱχεται τῶν ἀνθϱωπείων ἁμαϱτημάτων, μάλιστα δ’ἐπὶ τῷ ϰατὰ τοὺς πϱοδότας… ϰαίτοι γ’οὐϰ ἀγνοῶ διότι δυσθεώϱητον ὁ τόπος ἔχει τι ϰαὶ δυσπαϱάγϱαϕον· τίνα γὰϱ ὡς ἀληθῶς πϱοδότην δεῖ νομίζειν, οὐ ῥᾴδιον ἀποϕήνασθαι.”

25 Sur les célèbres jugements de Démosthène et de Polybe sur les traîtres, et sur le désaccord exprimé par Polybe, on se reportera notamment à Aymard 1967, 354-363 ; Eckstein 1987, 140-162 ; Carlier 1990, 281-283 ; Moggi 1999, 56-59, qui parle, 58-59, du caractère “élastique” de la notion de prodosia, susceptible d’être utilisée de manière subjective et même arbiraire.

26 Trad. D. Roussel. Pol. 18.15.1-4 : “Τίσιν οὖν εἰϰότως ἂν ἐπιϕέϱοι τις τὴν ὀνομασίαν ταύτην, ἔστι μὲν δυσπαϱάγϱαϕον· μάλιστα δ’ἂν πϱοστϱέχοι πϱὸς τὴν ἀλήθειαν ἐπὶ τοὺς τοιούτους ϕέϱων, ὅσοι τῶν ἀνδϱῶν ϰατὰ τὰς ὁλοσχεϱεῖς πεϱιστάσεις ἢ τῆς ἰδίας ἀσϕαλείας ϰαὶ λυσιτελείας χάϱιν ἢ τῆς πϱὸς τοὺς ἀντιπολιτευομένους διαϕοϱᾶς ἐγχειϱίζουσι τοῖς ἐχθϱοῖς τὰς πόλεις, ἢ ϰαὶ νὴ Δία πάλιν ὅσοι ϕϱουϱὰν εἰσδεχόμενοι ϰαὶ συγχϱώμενοι ταῖς ἔξωθεν ἐπιϰουϱίαις πϱὸς τὰς ἰδίας ὁϱμὰς ϰαὶ πϱοθέσεις ὑποβάλλουσι τὰς πατϱίδας ὑπὸ τὴν τῶν πλεῖον δυναμένων ἐξουσίαν. τοὺς τοιούτους ὑπὸ τὸ τῆς πϱοδοσίας ὄνομα μετϱίως ἄν τις ὑποτάττοι πάντας.”

27 À l’automne 415, lorsqu’Alcibiade se présente à Sparte, ni les Athéniens ni les Spartiates ne croient que la paix de 421, qui a déjà subi des accrocs, puisse encore durer longtemps entre eux.

28 La démarche de Xénophon, combattant contre sa cité, aux côtés des Spartiates, à Coronée en 394, ne connut pas le même retentissement auprès des Athéniens que l’entreprise d’Alcibiade : Xénophon ne jouissait pas alors de la notoriété d’Alcibiade, il n’exerçait pas à Athènes de commandement militaire, son entreprise ne visait pas à la destruction proclamée de sa cité, contre laquelle il n’avait donné aucune information et avec laquelle il n’avait pas de compte à régler : il l’avait quittée de lui-même, non pour lui nuire, mais parce qu’il se trouvait mieux ailleurs, à Sparte et auprès d’Agésilas, pour lequel il éprouvait la plus grande admiration. Sur la démarche de Xénophon, contre sa cité, cf. infra p. 000.

29 Les marches qui se firent sur Athènes avec une armée étrangère, de 510 à 500, nous sont connues avant tout par Hérodote 5.62-96 et par l’Ath. Pol., 19-20. Pour une étude, du point de vue athénien, de la période qui va de 510 à la veille de la révolte de l’Ionie, on se reportera principalement à Will 1980, 63-82 ; Baurain 1997, 561-573 ; Anderson 2003 ; Queyrel 2003, 60-81.

30 De Cylon à Isagoras et Clisthène, l’histoire d’Athènes consiste en expulsions successives de groupes d’aristocrates par d’autres groupes et en une oscillation continuelle entre tyrannie et pouvoir exercé par une coalition de groupes aristocratiques. Sur cette caractéristique majeure de l’histoire archaïque d’Athènes – et du monde grec en général, si l’on songe par exemple à Théognis de Mégare, cf. Forsdyke 2000, 232-263, et ead. 2005, 30-143.

31 Sur la conception archaïque et aristocratique de la cité, conçue comme un bien personnel par les Pisistratides et par les aristocrates de l’époque archaïque, cf. encore Forsdyke 2000, 246-252. Sur les rapports entre aristocrates et tyran, l’un anéantissant par sa domination les revendications de puissance des autres, et sur les rivalités entre aristocrates après 510, et notamment sur la lutte entre Clisthène et Isagoras, qui est bien, à ses débuts, une lutte d’aristocrates qui s’affrontent pour le pouvoir, cf. Schäfer 1963, 136-142 ; Ghinatti 1970, 89-113 ; Kienast 1965, 265-283 ; Forsdyke 2000, 232-263, particulièrement 234-236 et 239-252 ; Welwei 2000, 162-165 ; Forsdyke 2005, 133-143. Clisthène lui-même, quand il revient en 510, agit conformément à ses propres intérêts et ne se présente certainement pas en ami déclaré du dèmos, avec son programme tout prêt ; la rivalité entre Isagoras et Clisthène s’instaure sans doute rapidement après la chute des tyrans, comme une rivalité de deux groupes aristocratiques concurrents, jusqu’à ce que Clisthène parvienne à gagner le peuple, obtenant du coup un soutien décisif : la lutte pour le pouvoir ne prend un nouvel aspect qu’à ce moment.

32 Sur la position des aristocrates athéniens face à la cité au viie et au vie siècle, aristocrates souvent en lutte les uns contre les autres, mais pour lesquels l’appartenance à une catégorie sociale précise et l’attachement à ses valeurs passent dans certaines circonstances avant l’appartenance à une cité, cf. Martin 1995, 163 et 207-208. Sur les relations de xenia entre grandes familles aristocratiques, depuis Cléomène et Isagoras jusqu’à Archidamos et Périclès, cf. Wade-Gery 1933, 19 n. 4 ; Hölkeskamp 1998, 17-18 ; Littman 1990, 204-205 ; Forsdyke 2000, 246-252. Par la suite, au ve siècle, les aristocrates athéniens tirent profit de la suprématie de leur cité face aux aristocrates des cités alliées : cf. Martin 1995, 208. Sur les relations avec l’étranger, qu’elles soient caractérisées par la xénophobie ou la philoxénie, voir Riemer 2005.

33 Le régime démocratique athénien, en imposant dans les faits les unions entre un citoyen athénien et une fille de citoyen athénien par le décret de Périclès de 451, mettra fin aux mariages aristocratiques en dehors de la cité, même si ceux-ci sont alors moins nombreux qu’au vie siècle et au début du ve siècle : le champ étroit de la cité limitera du coup l’horizon de tous les Athéniens, et notamment des aristocrates, malgré la persistance des liens de xenia entretenus par certains d’entre eux avec des familles aristocratiques d’autres cités grecques.

34 D’après Hérodote 5.70, Isagoras avait assiégé les Pisistratides sur l’Acropole à côté de Cléomène ; dans l’Ath. Pol., 20.1, en revanche, il est qualifié d’“ami des tyrans”. Sur la ligne politique d’Isagoras, qui a dû évoluer selon des circonstances imposées et selon son intérêt du moment – être contre le tyran ou à ses côtés –, tout comme celle de Clisthène lui-même et de son propre père Mégaclès, cf. Meritt 1939, 62 ; Gomme 1944, 330 ; Kienast 1965, 270.

35 Isagoras souhaitait remplacer le régime isonomique par un régime aristocratique : en 508/7 ou en 506, le souvenir du régime aristocratique, du genre de celui que connaissait Athènes avant la prise de pouvoir de Pisistrate, est encore conservé à Athènes, surtout dans le milieu aristocratique en question qui considérait le pouvoir comme lui revenant de droit, malgré les réformes de Solon.

36 Nos sources sur ces luttes pour le pouvoir, toutes deux éloignées chronologiquement des faits, sont Hérodote 5.66-78 et 90-96 et l’Ath. Pol., 20.

37 Sur les raisons possibles de l’intervention de Sparte – et de Cléomène – en 510, puis de leur revirement à l’égard de Clisthène et d’Hippias, voir Lintott 1982, 52-55 et 84-87 ; Forsdyke 2005, 130-133 : Hérodote met en avant le sentiment qu’auraient éprouvé les Spartiates d’avoir été dupés par les Alcméonides en 510 et de n’avoir rien retiré de leur intervention ; mais il est probable aussi que les Pisistratides en exil cherchèrent à les convaincre d’agir, comme ils devaient le faire plus tard auprès des Perses.

38 Sur la lutte entre Isagoras et Clisthène et sur le rôle moteur des conseillers athéniens non-aristocrates, secondés par une partie de la population, probablement d’origine hoplitique, qui affirment de manière autonome leur contrôle sur la structure politique de la communauté, instaurant entre les aristocrates et le peuple un nouvel équilibre auquel les réformes clisthéniennes donnent leur légitimité constitutionnelle, et apportant la stabilité à la cité en mettant fin aux rivalités aristocratiques, cf. Meier [1980] 1995, 85-87 ; Bertelli 1996, 18-19 ; Forsdyke 2000, 251-252 ; ead. 2005, 135-142 ; Flaig 2004, 35-61. Sur la nouvelle conscience politique des Athéniens et sur le type de monument “national”, à caractère profane, qui est élaboré au cours de cette période, le groupe des Tyrannoctones, cf. Siewert 1992, 12-17.

39 On rappellera que les partisans de Cylon qui furent mis à mort étaient considérés comme coupables non d’avoir appelé l’étranger, mais d’avoir voulu instaurer la tyrannie à Athènes (Hdt. 5.71), alors qu’Isagoras et ses partisans ne voulaient pas, eux, instaurer une tyrannie, mais restaurer un régime aristocratique à leur profit avec l’aide de l’étranger. Sur la signification de l’exécution massive des partisans d’Isagoras, coupables d’un crime envers la communauté civique tout entière, qui scelle dans le sang l’avènement d’un ordre nouveau, cf. Flaig 2004, 53-56. Ces exécutions mettent aussi un terme au cycle exil des vaincus – retour et vengeance des vaincus, typique des luttes pour le pouvoir entre aristocrates. D’après une scholie au vers 273 de la Lysistrata d’Aristophane, les partisans athéniens d’Isagoras et de Cléomène qui avaient, après avoir quitté l’Acropole, attaqué Éleusis, furent exécutés, leurs biens furent confisqués, leurs maisons furent rasées, et le texte de la condamnation fut gravé sur une stèle de bronze exposée sur l’Acropole. Sur ce châtiment typique de la trahison, cf. infra p. 000.

40 Il faudra attendre la fin du ve siècle, avec la guerre du Péloponnèse, pour voir de nouveau, mais dans un tout autre contexte, des citoyens athéniens faire appel à l’étranger. Pour l’heure, la réforme clisthénienne, avec la proclamation du principe de l’isonomie, la mise en place de l’ostracisme et la réforme de l’archontat qui suit en 487 implique le rejet de toute forme de suprématie obtenue d’une manière illégale et violente par le recours à la stasis, et à plus forte raison par une stasis soutenue par l’étranger : sur l’emploi voulu par la réforme clisthénienne de moyens légaux pour maîtriser la compétition entre membres de grandes familles, cf. Bertelli 1996, 20-22.

41 Sur une éventuelle révision de la liste des citoyens après la chute de la tyrannie, voir Welwei 2000, 155-169.

42 Forsdyke 2005, 133, pense que les motifs mis en avant par Hérodote pour justifier l’intervention lacédémonienne de 500 sont une construction athénienne postérieure et que ce sont plutôt les Pisistratides exilés qui cherchèrent par tous les moyens à convaincre Sparte d’intervenir.

43 Il est vraisemblable que c’est Clisthène, particulièrement menacé par le désir de vengeance de Cléomène, qui fut à l’origine de la demande d’alliance à la Perse : sa disgrâce, que semblerait indiquer sa disparition de nos sources pour l’extrême fin du vie siècle ou le tout début du ve siècle, proviendrait du désaveu infligé par les Athéniens à l’auteur d’une initiative qu’ils réprouvaient – mais il est difficile de parler ici de “trahison”, comme Lavelle 1993, 103 : avant les guerres médiques, qui donneront à la communauté civique un sentiment d’unité, les aristocrates athéniens, y compris Clisthène, raisonnent en termes de lutte de pouvoir ou, à tout le moins, de survie : Isagoras était allé chercher l’aide de Sparte, comme Clisthène lui-même en 510 : Clisthène répond en sollicitant l’aide perse. Sur ce que l’on peut supposer du rôle de Clisthène en politique étrangère dans les dernières années du vie siècle et des interprétations négatives qui furent faites au ve siècle par les Athéniens de son comportement d’alors et d’autrefois, sous la tyrannie et en 510 face à Sparte, cf. surtout, dans l’abondante bibliographie récente, Williams 1982, 521-533 ; Thomas 1989, 247-251 ; Lavelle 1993, 101-106. Voir aussi infra le Chapitre II, p. 000, sur la mise en avant du rôle des Tyrannoctones au détriment de celui de Clisthène.

44 Sur l’exil d’Hippias en Perse et sur les appuis qu’il y trouva, cf. Cagnazzi 2001, 13-34.

45 Certaines mesures, prises sur un court laps de temps, semblent montrer des avancées, puis des reculs, et sont dans tous les cas difficiles à interpréter : on mentionnera l’envoi de navires en Ionie en 498, leur prompt retrait après la défaite ionienne devant Éphèse, l’élection à l’archontat en 496 d’Hipparchos, fils de Charmos, parent d’Hippias, le succès remporté par La Prise de Milet, de Phrynichos, en 493, l’amende dont est frappé le dramaturge… Sur cette période, dont les grands événements semblent montrer les hésitations athéniennes face à la Perse, cf. Ghinatti 1970, 117-126 ; Holladay 1978, 174-191 ; Will 1980, 84-94 ; Queyrel 2003, 81-83 ; Tuci 2004b, 237-244.

46 La décennie 500-490 et les premières années qui suivent Marathon semblent marquées par des luttes, dont nous ne pouvons apprécier la gravité, entre membres de grandes familles, les Alcméonides, toujours actifs après la disparition de Clisthène vers 500, les Pisistratides, dont certains membres, comme Hipparchos, sont demeurés à Athènes, et les Philaïdes, dont le chef, Miltiade, n’est pas nécessairement bien accueilli lors de son retour de Chersonèse.

47 Une tyrannie d’Hippias en 490 à Athènes aurait présenté un aspect paradoxal, dans la mesure où Artaphrénès et Mardonios avaient procédé, dans les années qui suivirent immédiatement la répression de la révolte, à une réorganisation des cités grecques d’Asie, où, dans la plupart des cas, la tyrannie semble avoir été abandonnée au profit d’un régime d’autonomie civique : Hdt. 6.42-43.

48 Cf. supra la n.000 p. 000.

49 Cf. Lavelle 1993, 36-37, 76-79 et 127-129, d’après lequel l’exécration, qui n’est rapportée de manière explicite par aucun texte en notre connaissance, est sous-entendue par l’érection de la stèle d’adikia, connue par Thucydide 6.55, 1-2 ; Pébarthe 2005, 50. Sur l’adikia proprement dite du tyran, voir Lavelle 1984, 17-19 ; id. 1988, 30-33 ; id. 1993, 27-85. Il est vraisemblable que la dédicace de Pisistrate le Jeune sur l’autel d’Apollon Pythios, très altérée à l’époque où Thucydide 6.54.7 en rapporte les termes, avait été volontairement endommagée afin de faire disparaître, comme dans toute damnatio memoriae, le souvenir de ce qu’avaient fait les tyrans.

50 Sur l’affaire de La Prise de Milet, jouée en 493, cf. supra la n.000 p. 000.

51 Sur les accusations de trahison figurant sur des ostraka, cf. infra, Chapitre II, p. 000.

52 D’après Hérodote, qui ne dit pas ce qu’il advint d’Hippias après la bataille, l’ancien tyran, de son propre aveu, ne devait obtenir de la terre natale que l’espace occupé par sa dent perdue à Marathon (6.107.15). Quelle que soit la signification à donner au songe d’Hippias quant à la quantité de terre attique qui devait lui revenir, une tradition, conservée par Justin, 2.9.21, fait mourir Hippias à Marathon : outre le doute inspiré par ce témoignage isolé et tardif, on remarquera que la mort sur le champ de bataille d’Hippias, relativement peu vraisemblable en elle-même car Hippias, en raison de son grand âge, devait se trouver dans une situation protégée, si elle s’était effectivement produite là, n’aurait pas manqué de susciter, au ve et encore plus au ive siècle, où les orateurs tiraient volontiers leurs exemples de la période fondatrice des guerres médiques, des commentaires sur ce que devait être le lieu de sépulture d’un Athénien exilé qui était mort en marchant contre sa cité. En effet, si Hippias ne tombait pas à proprement parler sous le coup de la loi contre les traîtres, dont la date est du reste inconnue, rapportée par Xénophon, HG, 1.7.22, il s’était rendu sûrement coupable de sacrilège en menant une armée ennemie contre sa patrie, et par extension contre les sanctuaires de sa patrie : si l’on se souvient de l’expulsion des ossements des Alcméonides coupables de sacrilège pour la mise à mort des partisans de Cylon, Hippias ne devait pas avoir plus droit qu’eux à l’ensevelissement en Attique. Par ailleurs, au cas où Hippias serait bien mort à Marathon, il est vraisemblable que le commandement perse aurait rapporté sa dépouille en Asie et que cet éloignement immédiat aurait coupé court à toute rumeur sur cette mort ; seule l’hypothèse, peu crédible en raison de la ténacité des Perses qui, après Marathon, contournent l’Attique pour se présenter devant Phalère, d’une déroute perse telle qu’elle n’aurait pas permis de recueillir la dépouille d’Hippias, donnerait du poids à une “conspiration du silence” contre l’ancien tyran qui, demeuré sans vie sur le champ de bataille, ne pouvait finalement attendre pire traitement de la part de la cité qu’il voulait reprendre par force. D’après Cagnazzi 2001, 32, la mort d’Hippias aurait été tue intentionnellement par Hérodote, car elle risquait de paraître comme un acte de vengeance de la part des Athéniens et de ternir ainsi leur gloire.

53 Sur l’officialisation du culte des Tyrannoctones, cf. Lavelle 1993, 36-37, 76-79, 128-129. Dans l’abondante bibliographie consacrée à la reconsidération de l’acte des tyrannoctones au ve siècle, à leur popularité dans la cité démocratique, et à l’appréciation du rôle des Alcméonides, famille qui depuis longtemps tient une place à part dans l’aristocratie athénienne, pendant les années de la tyrannie et lors de sa chute, cf. encore Jacoby 1949, 152-168, particulièrement 158-164 ; Fornara 1970, 155-180 ; Taylor 1981 ; Gehrke 1984, 529-564, particulièrement 541-543 ; Thomas 1989, 240-282 ; Gafforini 1990, 37-46 ; Grütter 1997, 113-132 ; Petre 1997, 1208-1226 ; Hoffmann 2002, 76-78 ; Coppola 2003, 283-299, particulièrement 283-288 ; Ober 2005, 212-247 ; Lissarrague & Schnapp 2007, 41-45. Sur l’accusation de sympathie pour la tyrannie adressée aux Alcméonides, cf. infra le Chapitre II, p. 000 ; sur l’utilisation faite au vème siècle de la crainte de la tyrannie, parfois à objectif de propagande, et sans qu’une distinction soit toujours opérée entre tyrannie et oligarchie, cf. le Chapitre III, p. 000.

54 Forsdyke 2005, 159-165, insiste sur le caractère modéré de l’institution démocratique de l’ostracisme, qu’elle oppose au caractère massif des bannissements prononcés lors des luttes entre aristocrates, qui déstabilisaient en fait la cité : la rareté avec laquelle les Athéniens frappèrent effectivement d’ostracisme l’un des leurs et la limitation de l’ostracisme à un citoyen par an ne permirent pas la constitution d’un groupe d’exilés qui aurait pu être tenté de faire par force son retour à Athènes.

55 Sur le rôle éminent joué par Aristide, Xanthippe et Cimon à leur retour d’ostracisme, cf. Forsdyke 2005, 152.

56 Sur l’ostracisme, cf. Carcopino 1935 ; Brenne 2001 ; Siewert 2002 ; Forsdyke 2005, 144-204 ; Queyrel 2007a, 84-89. Sur l’ostracisme qui frappa les deux grands-pères d’Alcibiade, voir Hatzfeld 1951, 13-23 : aux ostracisés cités dans l’Ath. Pol., 22, 4-8, il faut rajouter l’Alcibiade grand-père du grand Alcibiade, dont l’ostracisme est mentionné par Lysias dans le Contre Alcibiade (14), 39 et par le Pseudo-Andocide dans le Contre Alcibiade (4), 34. On notera, dans cette œuvre du Pseudo-Andocide, composée sans doute au début du ive siècle ou plus tard, la condamnation, § 5, de l’ostracisme, présenté, pour la période à laquelle le discours est censé être prononcé – 417 ou 416 –, comme une mesure propre à Athènes : celui qui a été ostracisé intriguera du-dehors contre Athènes, encore plus qu’avant son ostracisme, et plus justement, si bien que l’ostracisme risque de pousser à la trahison celui qui en est frappé. Sur la question de la fin de l’ostracisme à Athènes, cf. Heftner 2003, 23-38, particulièrement 29-38 sur le Contre Alcibiade du Pseudo-Andocide et sur la fin de l’ostracisme. Sur l’ostracisme et le soupçon de trahison, cf. infra p. 000.

57 Cf. infra p. 000. Sur la période 490-460, cf. 1995, 187-194 : les Athéniens en exil, ou ostracisés, ne tentent généralement pas de revenir par la force dans leur cité.

58 L’idée que la gravité de la faute est bien plus importante lorsqu’elle est “oikeios”, commise par un citoyen, se retrouve à propos du sacrilège, moins condamnable lorsqu’il est le fait d’une personne extérieure à la cité : cf. le Ps. Lys., Contre Andocide (6), 17.

59 Polynice, chassé de Thèbes, ou déjà mort, apparaissait ou était mentionné dans au moins quatre pièces : Les Sept contre Thèbes (467), d’Eschyle, Antigone (442) et Œdipe à Colone (407/406), de Sophocle, et Les Phéniciennes (vers 410 ou 409), d’Euripide.

60 Cf. les vers 71-76, 154-155, 258-260, 318-319, 431-434, 473-496, 626-630, 1655. Sur la situation pitoyable de l’exilé Polynice, représentatif de tous les exilés et particulièrement, dans le contexte des Phéniciennes, d’Alcibiade, voir Delebecque 1951, 359-360. Mais Polynice n’est pas exactement Alcibiade : cf. Romilly 1965, 28-47.

61 Sur le contexte dans lequel furent jouées Les Phéniciennes et sur les allusions à Alcibiade, sous-entendant éventuellement le désir de son retour, que pouvaient déceler les Athéniens dans le personnage de Polynice, voir Delebecque 1951, 347-364, particulièrement 352-364 ; id. 1965, 241 ; Romilly 1965, 28-47 ; Lanza [1977] 1997, 142-152 ; Bearzot 1997c, 29-52 ; ead. 1999b, 29-47.

62 Sur Critias et d’autres exilés, – comme Chariclès, stratège en 414, banni et soumis aux Spartiates, puis rentré à Athènes où il fut l’un des Trente (Isoc. 16.42) –, qui profitèrent pour retourner à Athènes de la victoire lacédémonienne, cf. infra le Chapitre III, p. 000.

63 Il faut mettre à part le cas, qui sera étudié plus loin dans ce chapitre, p. 000, d’Alcibiade de Phégonte, cousin du grand Alcibiade, parti en exil à la suite de son implication dans la parodie des Mystères et qui, pris en flagrant délit de lutte aux côtés de l’ennemi lorsqu’il est capturé en 409 par Thrasyllos sur un navire syracusain, est lapidé sur-le-champ.

64 Sur le sentiment d’indifférence qu’Alcibiade éprouve finalement à l’égard du régime politique en vigueur dans sa cité, du moment que celui-ci lui permet de briller, cf. sa déclaration devant l’Apella de Sparte, rapportée par Thucydide 6.89.4-6. On soulignera qu’en 415, et encore en 407, Alcibiade ne tente pas de profiter de la faveur dont il jouit à Athènes pour exercer un pouvoir illégal, tel est le poids sur lui de la tradition familiale d’entente avec le dèmos : sur cette tradition et le fait, souligné par Isocrate, 16.25-28 et 38, et Plut., Alc., 34.7 et 35.1, qu’il n’ait pas profité de ses pouvoirs pour établir la tyrannie, cf. Bearzot 1988, 54-57 ; Bultrighini 1999a, 197-213 ; Mann 2007, 226-227. Mais, si le dèmos se comporte à son égard d’une manière qu’il estime injuste, Alcibiade n’hésite pas à se dresser contre lui : il se prête au jeu démocratique, mais, s’il estime qu’il y a tromperie, il renverse le jeu, et tant pis pour les innocents qui sont atteints en même temps que les coupables. Sur les opinions politiques d’Alcibiade, pour lequel le régime importe finalement peu, qui est repoussé, en leur temps, aussi bien par les Quatre-Cents que par les démocrates radicaux, et qui ne désire qu’une chose, rentrer à Athènes, voir, notamment à propos d’Alcibiade en 411 (Thc. 8.48.4 et 63-77), Delebecque 1965, 146-151 et 166-169 ; Hammond 1977, 147-157 ; Ostwald 1986, 300 ; Romilly 1995, 129-134 ; Bearzot 1997c, 29-52 ; Heftner 2001, 43-44 ; Pinotti 2006,103-174, particulièrement 109-119. Sur la diffusion de ce comportement d’Alcibiade, qui fait que les intentions déclarées ne sont que prétextes, que le double jeu est la règle, cf. Stella 2006, 206-207. Sur le fait qu’Alcibiade considère la cité comme son bien personnel, dont il perd de vue la dimension collective, cf. Sebillotte Cuchet 2006a, 250-251 et 254.

65 Le Pseudo-Lysias, même s’il minimise la portée des renseignements donnés par Alcibiade dans le Contre Alcibiade, 35-37, insiste sur la volonté de nuire de l’exilé ; l’acharnement d’Alcibiade et sa notoriété surtout furent peut-être, plus que la valeur des informations qu’il communiqua, ce qui impressionna le plus Athéniens et Lacédémoniens. Sur la portée réelle des informations fournies par Alcibiade à Sparte, cf. infra p. 000.

66 Le Contre Alcibiade, faussement attribué à Andocide, ne contient des griefs contre Alcibiade que jusqu’en 416. Sur la carrière d’Alcibiade en général, voir principalement Hatzfeld 1951 ; McGregor 1965, 27-46 ; Westlake 1968, 212-260 ; Bloedow 1973 ; Ostwald 1986, 291 sq. ; Ellis 1989 ; Romilly 1995.

67 Alcibiade lui-même déclare, dans l’hiver 415/414, devant l’assemblée lacédémonienne, que ses origines familiales le destinaient à diriger le peuple : Thucydide 6.89.4-6. On pourra aussi se reporter aux portraits d’Alcibiade faits par Isocrate, Sur l’attelage, 25-35 ; par Platon, Alcibiade, 104-105, et par Plutarque, Vie d’Alcibiade, 10.3.

68 Les goûts de luxe d’Alcibiade se marquent notamment dans l’entretien d’une écurie de course, avec laquelle il remporte la victoire aux concours olympiques de 416 (Thc. 6.153 et 16.2) : or, il est remarquable que les riches Athéniens, dès les années 480, ont à peu près renoncé à rechercher la victoire, lors des concours panhelléniques, dans les épreuves hippiques, traditionnellement recherchées par l’aristocratie archaïque. La cause en est vraisemblablement la crainte d’éveiller la jalousie et la suspicion dans la compétition politique à l’intérieur de l’Athènes démocratique : cf. Mann 2007, 144-147. Sur l’envie, qui apparaît comme un mobile essentiel dans l’accusation de bien des procès du ive siècle, cf. Christ 1991, 157-159. Sur les biens d’Alcibiade, connus par les listes de confiscation dressées par les polètes, cf. Aurenche 1974, 124-128.

69 Plut., Alc., 16.1-7. Sur l’irritation des Athéniens face à Alcibiade, cf. Hatzfeld 1951, 132-135 ; Lévy 1976, 140-141. Sur la volonté d’Alcibiade de donner de lui une image brillante, qui frappe l’opinion publique et qui va en fait contribuer à rendre crédibles les accusations portées contre lui en 415, cf. Prandi 1991, 41-50, particulièrement 40-44 ; Mann 2007, 199-229. Sur les difficiles relations entre la cité et l’individu hors du commun, qui ne peut pas être incorporé dans la cité, cf. Gribble 1999, 29-89.

70 Thc. 6.15.4 ; Ps.-Andocide, Contre Alcibiade, 24 ; Plut., Alc., 16.2-3 et 7-8. Sur la crainte de la tyrannie que pourraient inspirer des propos tels que ceux qui sont attribués à Alcibiade par Thucydide 6.15.4 et qu’exploitent ses adversaires, comme Hyperbolos qui tente de faire ostraciser Alcibiade avant de se faire ostraciser lui-même, sans doute en 416, en soulignant qu’ils vont contre l’égalité démocratique, cf. Seager 1967, 6-18 ; Bearzot 1988, 39-57 ; Siewert 1999, 19-27, particulièrement 24-27. Sur les opinions politiques d’Alcibiade, cf. supra n.000.

71 Il est possible qu’Alcibiade ait participé effectivement à une parodie en règle des Mystères d’Éleusis – à moins qu’il se soit fait initier à des mystères orientaux, comme le pense H. Hatzfeld, p. 134, qui pouvaient être interprétés à tort par certains comme des parodies des mystères éleusiniens, ou encore qu’il n’ait commis que des imprudences, qui furent exploitées par ses ennemis : mais, dans tous les cas, il s’agissait de cérémonies à caractère privé, qui se déroulaient devant des personnes consentantes et n’étaient pas destinées à être connues au-dehors. Sur les dénonciations successives dans les deux affaires, mutilation des hermès et parodie des Mystères, et sur la question d’une éventuelle implication d’Alcibiade dans la parodie des Mystères d’Éleusis, on se reportera en général aux ouvrages qui traitent d’Alcibiade – notamment à Hatzfeld 1951, 158-205 et, plus particulièrement sur la signification du scandale de 415 et sur les groupes qui y participèrent, à Aurenche 1974, 160-165 et 171-172 ; Murray 1990, 149-161 ; McGlew 1999, 1-22 ; Welwei 1999, 204-208 ; Graf 2000, 114-127 ; Mann 2007, 244-261. Sur l’arrière-plan social et intellectuel des “sacrilèges” de 415, voir Ostwald 1986, 537-550 (liste des personnages incriminés et présentation).

72 Sur le soupçon de tyrannie à l’égard d’Alcibiade, qui revendique un traitement de faveur en 415, cf. Thc. 6.16.4 ; Isoc. 16.38. Sur le reproche de violence et de dévergondage, cf. le Ps.-And. 4, passim, particulièrement 10-24. Sur l’accusation de non-respect de la démocratie, cf. Hatzfeld 1951, 49, 81, 134-135 ; Bearzot 1988, 39-57 ; Henderson 2003, 155-179, particulièrement p. 170 ; Rosenbloom 2005, 323-327 ; Mann 2007, 209-210 et 226-229. Sur la présentation de la tyrannie chez Thucydide et sur des similitudes décelables chez lui entre le Spartiate Pausanias et Alcibiade, cf. Scanlon 1987, 298-300.

73 Sur la coalition contre Alcibiade, cf. Hatzfeld 1951, 190-192 ; McGregor 1965, 34-36 ; Connor 1971, 71-72 ; sur la manière dont les ennemis personnels d’Alcibiade surent exploiter les soupçons qui pesaient contre lui, cf. Pinotti 2006, 103-174, particulièrement 103-119 et 147-158 ; Queyrel 2007a, 105-110.

74 Thc. 6.61.3 : les hôtes d’Alcibiade à Argos sont soupçonnés de menées antidémocratiques ; 6.61.4 : les Athéniens soupçonnent Alcibiade, devant un mouvement de troupes des Lacédémoniens, de s’être entendu avec eux pour leur livrer Athènes.

75 Sur les craintes d’Alcibiade, que justifiait notamment l’attitude des Athéniens envers ses proches, voir Thc. 6.61 et 92.3 ; Isoc. 16.8-9 ; Plut., Alc., 20.4-8.

76 Au destin d’Alcibiade, dès lors exilé d’Athènes, on comparera, pour en souligner similitudes et différences, celui d’un autre grand chef militaire, banni par sa cité alors qu’il se trouve au loin à la tête d’une expédition officielle, le Syracusain Hermocrate, lui aussi homme aux grandes capacités et aux multiples facettes : les routes des deux hommes se croisent à plusieurs reprises, en Sicile et en Asie, avant que celle d’Hermocrate ne se dirige de nouveau définitivement vers la Sicile, où il trouve la mort comme chef de mercenaires, peu de temps avant la prise du pouvoir à Syracuse par Denys. Sur Hermocrate, cf. récemment Vanotti 2005, 257-281.

77 Le texte de l’eisangélie déposée par Thessalos est cité par Plut., Alc., 19.1-3 et 22.4-5 ; Isocrate, Sur l’attelage, 6-12, fait rapporter de manière assez vague par Alcibiade le Jeune les accusations adressées à son père : Alcibiade était accusé de comploter avec son hétairie pour faire une révolution (neôterois pragmasin) – accusation qui était sans doute en rapport avec la mutilation des hermès, publique et à coloration oligarchique, dans laquelle l’implication d’Alcibiade n’avait pas été prouvée –, et d’avoir parodié les Mystères ; il est dit qu’Alcibiade a été condamné en son absence, mais les motifs exacts et la procédure ne sont pas indiqués. Sur les deux accusations successives d’eisangélie, cf. Hansen 1975, 74-79. Sur l’eisangélie déposée contre Alcibiade par Thessalos, sur le rôle des dignitaires d’Éleusis, et sur les différences avec le procès d’Andocide en 400 – Sur les Mystères –, voir Ostwald 1986, 161-169 (eisangélie et endeixis). Sur la procédure utilisée contre Alcibiade, cf. Prandi 1996, 65-70 ; sur les motifs mis en avant pour pouvoir recourir à la procédure, de nature éminemment politique, de l’eisangélie, asebeia et katalusis tou dèmou, voir Bearzot 1996, 76-79 et 84-92 ; Pinotti 2006, 112-120 et 137-158.

78 Sur la condamnation et le rite de malédiction, cf. Ps. Lys. 6.51. Sur le châtiment prononcé contre Alcibiade, cf. Hatzfeld 1951, 194-195 ; Ostwald 1986, 167-168 et, plus généralement sur le châtiment des sacrilèges et des traîtres, cf. infra les Chapitres II et III p. 000 et 000.

79 Sur le rappel d’Alcibiade par les Athéniens de Samos, sur le décret de rappel et les limites posées par les Cinq-Mille, et sur l’accusation, mentionnée seulement par Himerios 36.18, qu’aurait déposée Cléophon, cf. Hatzfeld 1951, 246-248, 256-258 et 296-297 ; Ostwald 1986, 400 ; Kagan 1987, 206 ; Roberts 1982, 120-123 ; Bearzot 1997c, 38-41, qui penche pour dater l’accusation de Cléophon de 411 plutôt que de 406 ; Vanotti 1997, 84, qui met en relation l’exil de Critias en 407, dû à Cléophon, avec une accusation contemporaine de Cléophon contre Alcibiade ; Bleckmann 1998, 502 n. 205, qui doute qu’une accusation formelle ait été déposée par Cléophon contre Alcibiade ; Bultrighini 1999a, 189-197, sur les problèmes posés par le décret de rappel ; Pinotti 2006, 109-119.

80 La fortification de Décélie, sur les conseils d’Alcibiade, provoqua à Athènes une forte indignation, qui menaça même le fils d’Alcibiade, alors tout jeune enfant : cf. Isoc. 16.45 ; Ps.-Lys. 14.17.

81 Au § 9 du Contre Alcibiade du Ps.-Andocide, l’orateur déclare, comme si l’ostracisme était une mise en jugement, que “ceux qui ont été acquittés peuvent se voir de nouveau imputer les mêmes accusations”, alors que “les lois défendent de mettre deux fois en jugement le même homme sur le même chef d’accusation”. La loi athénienne interdisait en effet de poursuivre deux fois une même personne pour les mêmes faits (Dem. 20.147 ; 24.54-55). Ceux qui, loin d’avoir été acquittés, étaient toujours sous le coup, comme Alcibiade, d’une condamnation à mort, pouvaient-ils se voir imputer une accusation nouvelle, portant sur un motif autre que celui qui avait justifié leur condamnation ?

82 Diod. 13.69 et Plut., Alc., 33.3 rapportent l’abrogation des mesures prises contre Alcibiade parallèlement à sa condamnation à mort : destruction de la stèle d’infamie, restitution ou remplacement des biens confisqués, rétractation des malédictions solennelles.

83 Xen., HG, 1.4.20, parle de la réponse d’Alcibiade à l’accusation d’impiété (“ὡς οὐϰ ἠσεβήϰει”) ; Diod. 13.69.1, tout en disant qu’Alcibiade parla longuement de sa conduite en général devant l’Ekklèsia, ne précise pas la teneur de ses propos, qui visaient certainement, au-delà de la réponse à l’accusation d’impiété, à expliquer son comportement depuis son arrivée à Sparte : si Alcibiade avait eu à se justifier non pas seulement contre le ressentiment général, mais déjà passé, des Athéniens à son égard, mais contre une accusation précise portée par Cléophon, peut-être en relation avec son passage à l’ennemi, il aurait eu recours lui aussi à des arguments précis que n’aurait pas manqué de rapporter Diodore.

84 Xen., HG, 1.5.16, mentionne rapidement le mécontentement contre Alcibiade qui s’empara des Athéniens à la nouvelle de la défaite de Notion ; Diodore 13.73-74 s’attarde plus longuement sur la disgrâce qui atteint durablement Alcibiade et sur l’affaire de l’attelage d’Olympie, à propos de laquelle son fils sera plus tard attaqué (cf. Isoc. 16), et qui semble ressurgir alors ; Plut., Alc., 36.1-4, raconte comment les adversaires d’Alcibiade excitèrent le peuple contre lui et, en 38.1-2, comment les Athéniens, soumis à la tyrannie des Trente, regrettèrent “le deuxième accès de colère qu’ils avaient eu contre Alcibiade”, après Notion. Sur les dates possibles de l’accusation de Cléophon, cf. supra n.000 p. 000 ; sur les relations entre Alcibiade et les Athéniens après Notion, cf. Bleckmann 1998, 491-508.

85 Thucydide 6.89.1-3, place dans la bouche d’Alcibiade lui-même, lorsqu’il se présente devant l’assemblée de Sparte après sa condamnation par Athènes, la justification de son hostilité à l’égard de la cité, coupable de l’avoir dédaigné : cf. infra p. 000.

86 Thucydide ne fait pas mention d’un séjour d’Alcibiade à Argos, qui est évoqué par Isocrate, Sur l’attelage, 9, et par Plut., Alc., 23.1 : Alcibiade, après avoir débarqué en Élide, chercha d’abord refuge à Argos, où il avait des relations. Mais son séjour y fut court, car Athènes surveillait de près la ville, où elle soupçonnait des menées antidémocratiques dans lesquelles elle croyait Alcibiade impliqué ; surtout, l’annonce de la condamnation à mort qui frappa bientôt Alcibiade et la demande d’extradition adressée aux Argiens ne lui permettaient évidemment pas de rester. Sur le réseau d’amitiés d’Alcibiade dans le monde grec et sur ses xenoi à Argos, cf. Mitchell 1997, 69 et 101-102.

87 Après Notion, Alcibiade se réfugiera dans des places fortifiées qu’il avait aménagées en Thrace ; mais il semble bien qu’il n’ait disposé là-bas en 415 d’aucune position de repli. Cf. Hatzfeld 1951, 319-320.

88 La fin d’Alcibiade en Phrygie, quelques années plus tard, montre les limites des relations de xenia – particulièrement quand l’un des xenoi est un Barbare, Pharnabaze –, dès lors que des États puissants imposent leur volonté. Cf. Xen., HG, 1.3.12 ; Plut., Alc., 39. Sur les relations d’Alcibiade et de Pharnabaze, cf. Mitchell 1997, 70, 117-118 et 131-133.

89 Sur la proxénie en général dans le monde grec, cf. infra p. 000. D’après Plut., Alc., 14.1, Alcibiade était lui-même proxène des Lacédémoniens ; mais, d’après Thucydide 5.43.2 et 6.89.1, la proxénie avait été exercée par la famille d’Alcibiade, jusqu’au moment où son grand-père, mentionné seulement en 5.43.2, avait renoncé à cette charge, peutêtre lors de la rupture avec Sparte après le renvoi par celle-ci du contingent athénien commandé par Cimon en 461. Cf. sur cette question Daux 1937, 117-122 ; Luppino 1981, 73-79.

90 Sur les liens de xenia en général dans le monde grec, cf. infra p. 000. Sur les liens de xenia entre la famille d’Alcibiade et celle d’Endios, voir Hatzfeld 1951, 10-11 ; Kebric 1976, 72-78 ; Herman 1985, 22-23, 162 ; Luppino-Manes 1997, 160-161 ; Mitchell 1997, 13, 69-70 ; Mann 2007, 210-213.

91 D’après Thucydide 6.88.9, ce sont les autorités spartiates qui prirent l’initiative de faire venir Alcibiade ; d’après Plut., Alc., 23. 1 – suivi, entre autres, par Hatzfeld 1951, 208 et Romilly 1995, 126 – la demande serait venue d’Alcibiade lui-même.

92 Sur la question des empiètements éventuels entre obligations dues aux relations de xenia avec des étrangers et obligations dues à la cité, cf. Gehrke 1985, 291-297 et 335 ; Herman 1985, 125-176, particulièrement 125-127 ; Mitchell 1997, 35-36, 50-72 ; Duplouy 2007, 44-45 et 50-55.

93 Sur l’incertitude concernant la date et la manière dont Alcibiade donna ses conseils à Sparte et sur le traitement que Thucydide 6.89-92 réserve à ces conseils, cf. Westlake 1968, 225-230 ; Erbse 1989, 83-92 ; Romilly 1995, 128 ; Bearzot 1997c, 30-31.

94 D’après Thucydide 1.142-144, Périclès avait attiré l’attention de ses concitoyens sur la vulnérabilité de l’Attique, en cas d’installation à demeure des Lacédémoniens et sur la nécessité de sauvegarder la domination maritime athénienne, en écartant toute velléité d’expansion.

95 À propos de l’expédition de Sicile, Alcibiade révéla aux Lacédémoniens le grand projet contre Carthage caressé à son départ par les cercles les plus impérialistes d’Athènes : Thc. 6.90 et 91.1.

96 Alcibiade déclare, à propos de Décélie : “Le moyen le plus sûr d’atteindre ses ennemis n’est-il pas de découvrir l’arme qu’ils craignent le plus et de l’employer contre eux à bon escient ? Chacun étant le meilleur juge des périls qui peuvent le menacer, cette crainte qu’éprouvent les Athéniens est fort naturelle” (Thc. 6.91.6 et 7, trad. D. Roussel).

97 Cf. Delebecque 1965, 221.

98 Avec Messine, Alcibiade avait commencé, dès que son rappel lui avait été notifié, cette vengeance qui consistait à détacher de sa patrie des cités alliées, ou sur le point de le devenir : Thc. 6.74.

99 Sur les traités d’alliance entre Sparte et la Perse, à propos d’Alcibiade, cf. Delebecque 1965, 221 ; Lewis 1977, 90-107 ; Lévy 1983, 221-241.

100 Alcibiade prit part en Ionie à des expéditions péloponnésiennes destinées à détacher d’Athènes des cités alliées, comme Chios et Milet : Thc. 8.11.3-8.14, 17, 25-26. Après avoir fait tomber Téôs, il participa, avec le lacédémonien Chalkideus, à la poursuite sur mer du stratège athénien Strombichidès : 8.16 et 17.1. Devant Milet, il se battit même, dans les rangs des Milésiens révoltés et des Perses de Tissapherne, contre un contingent d’Athéniens et d’alliés : 8.25.2 et 26.3.

101 Sur Alcibiade de Phégonte, cf. Kirchner 1901, 43, no 599 ; Bicknell 1972, 96-100 ; Traill 1994, 2, p. 38, no 121650. Sur le rôle d’Alcibiade de Phégonte dans la dénonciation de Diocleidès, cf. Hatzfeld 1951, 171-177, 193-194 et 202-203 ; Aurenche 1974, 64-65, 108, 139 et 170.

102 Westlake 1985, 105-106, émet l’hypothèse que, peut-être, Alcibiade de Phégonte se trouvait en tant que prisonnier sur un navire syracusain, car les Syracusains, en 409, étaient particulièrement irrités par les intrigues que menait son cousin, le grand Alcibiade, auprès de Tissapherne. Cette supposition, que l’on ne peut absolument pas prouver, rend évidemment difficilement crédible la lecture selon laquelle Thrasyllos aurait fait exécuter de manière expéditive un Athénien cousin d’Alcibiade, même condamné à mort, qu’il enlevait des mains de l’ennemi.

103 Certains érudits, admettant difficilement que Thrasyllos ait pu faire lapider le cousin d’Alcibiade et s’appuyant sur une relative similitude de situation avec les Helléniques 1.5.19, où un chef athénien, pris de pitié, laisse aller un prisonnier rhodien autrefois condamné à mort par Athènes, Dorieus, ont proposé une correction au manuscrit, transformant “kateleusen” – “il le fit lapider”–, en “katelusen” – “il le renvoya”. Il semble cependant que la lecture qui respecte le manuscrit puisse trouver une explication satisfaisante. Sur cette question, cf. Hatzfeld 1951, 279 ; Westlake 1985, 93-108, particulièrement 105-106 ; Bleckmann, 459 n. 61 ; Cataldi 2001, 63-65, qui remarque, comme Bleckmann, que l’exécution de son cousin n’indisposa pas forcément Alcibiade, et aussi que l’épisode, qui ne nous est connu que par Xénophon, figurait peut-être dans les Helléniques d’Oxyrrhynchos, dont le texte est lacunaire au moment précis où l’auteur s’apprêtait à traiter de l’expédition de Thrasyllos à Lesbos.

104 Le crime qui consistait à faire campagne avec l’ennemi était réprimé par la loi d’eisangélie : cf. supra p. 000.

105 Sur l’exécution d’Alcibiade de Phégonte et ses raisons, cf. Hatzfeld 1951, 279 ; Bleckmann 1998, 459-460, qui fait le rapprochement, pour le côté expéditif de la procédure, avec deux décrets contemporains, le décret de Démophantos, qui permettait de tuer sur-le-champ toute personne suspecte de vouloir renverser la démocratie, et le décret qui permettait de remettre aux thesmothètes, pour la faire immédiatement jeter dans le Barathre, toute personne qui se serait rendue à Décélie (Lycurg., C. Leoc., 120-121). Ce mode d’exécution, par son caractère sommaire et collectif, est aussi particulièrement approprié au groupe que constitue toute armée : pour des exemples, qui se rencontrent dans tout le monde grec, de soldats lapidant, ou commençant à lapider, l’un des leurs, soldat ou chef, qu’ils considèrent comme un traître, cf. Thc. 5.60.6 ; Xen., An., 1.3.1-6 et 6.6.7 et 22 ; Diod. 13.87.5. Sur le rapport, avec recours relativement fréquent à la lapidation ou à la menace de lapidation, entre les soldats et leur chef, cf. Gras 1984, 75-89, particulièrement p. 84. Couvenhes 2005, après avoir étudié les formes de violence des soldats envers leurs chefs, qui s’expriment principalement par la lapidation, examine, p. 440-451, le pouvoir des chefs sur leurs soldats, et particulièrement le cas des soldats pris en flagrant délit de trahison, c’est-àdire d’entente avec l’ennemi, qui peuvent être mis à mort sur-le-champ : tel est bien ici le cas d’Alcibiade de Phégonte, qui constitue un cas extrême, dans la mesure où le mode d’exécution caractérisé ici autant par la pleine participation des soldats que par la volonté du chef. C’est donc naturellement, parce que la réaction à ce qui leur apparaît comme un acte de trahison incontestable entraîne ce genre de comportement, que le chœur des Acharniens, dans la pièce d’Aristophane, veut lapider Dicéopolis, coupable d’avoir négocié la paix pour lui tout seul (178-203, 219-236, 285-314…). Dans le mythe, mais aussi dans un contexte militaire, Achille, qui veut empêcher le sacrifice d’Iphigénie, destiné à permettre le départ des Grecs contre Troie, est menacé de lapidation par ses soldats (Eur., IA, 1349-1354) : ce comportement apparaît clairement ici comme la réaction quasiment normale des soldats à l’égard d’un chef qui ne semble plus assumer son rôle face à sa communauté. Sur Achille face à l’armée, cf. supra n.000 et 000 p. 000.

106 Sur Lycidas, cf. infra le Chapitre II, p. 000. Rosivach 1987, 245-246, établissant le parallèle entre les morts de Lycidas et d’Alcibiade de Phégonte, les seules par lapidation que nous connaissions dans l’histoire d’Athènes, pense que Thrasyllos s’inspira, consciemment ou non, pour l’exécution d’Alcibiade, qui aurait pu être différée, de celle de Lycidas, qui, depuis la seconde guerre médique, était bien connue à Athènes pour avoir été le juste châtiment par le peuple de celui que l’opinion commune tenait pour coupable de s’être laissé corrompre pour parler en faveur de l’ennemi perse. La lapidation, par laquelle la foule offensée se fait justice elle-même, apparaissait comme la peine appropriée à une entente avec l’ennemi flagrante.

107 Cf p. 000.

108 Sur l’évolution des rapports entre Sparte et Alcibiade, depuis la méfiance originelle de la cité jusqu’à la rupture, en passant par une période d’activité non négligeable de la part d’Alcibiade, qui put lui attirer la jalousie de certains Spartiates, cf. Westlake 1938, 31-40 ; Hatzfeld 1951, 212-218 ; Bloedow 1973, 18-41 ; Westlake 1968, 225-240 ; Luppino-Manes 1997, 147-165.

109 Les propos que Thucydide prête à Alcibiade en 6.92.2-4, ont peut-être été rapportés à l’historien par Alcibiade lui-même. Ils sont en tout cas conformes à la psychologie du personnage, que Thucydide a pu rencontrer lors de son second exil : cf., à propos d’une influence d’Alcibiade sur le livre 8 de Thucydide : Brunt 1952, 59-96 ; Delebecque 1965 ; Westlake 1985, 93-108. Sur le discours lui-même d’Alcibiade en 6.89-92, cf. notamment Erbse 1989, 83-92 ; Roberts 1994, 58-60 ; Romilly 1995, 132-135, qui parle d’une “apologie de la trahison” ; Bearzot 1997c, 30-35 ; Moggi 1999, 57-58.

110 Sur le schéma politique de la démocratie athénienne dressé par Alcibiade à Sparte, dans lequel l’exilé fait intervenir l’héritage d’un régime qui a assuré à la cité grandeur et liberté, et la tradition selon laquelle le peuple s’est laissé jusqu’alors guider par des chefs aptes à maintenir le consensus entre les citoyens, cf. Luppino, discussion dans Bultrighini 2005, 402-403.

111 Thc. 6.89.6 : “ἐπεὶ δημοϰϱατίαν γε ϰαὶ ἐγιγνώσϰομεν οἱ ϕϱονοῦντές τι, ϰαὶ αὐτὸς οὐδενὸς ἂν χεῖϱον, ὅσῳ ϰαὶ [μέγιστ’ἠδίϰημαι] λοιδοϱήσαιμι. ἀλλὰ πεϱὶ ὁμολογουμένης ἀνοίας οὐδὲν ἂν ϰαινὸν λέγοιτο.”

112 Thc. 6. 92.3 : “ϕυγάς τε γάϱ εἰμι τῆς τῶν ἐξελασάντων πονηϱίας, ϰαὶ οὐ τῆς ὑμετέϱας, ἢν πείθησθέ μοι, ὠϕελίας· ϰαὶ πολεμιώτεϱοι οὐχ οἱ τοὺς πολεμίους που βλάψαντες ὑμεῖς ἢ οἱ τοὺς ϕίλους ἀναγϰάσαντες πολεμίους γενέσθαι”.

113 Les termes “ponèroi”, “ponèria”, désignent, employés par Alcibiade, ses adversaires politiques : sur ces termes chez Thucydide, cf. Huart 1968, 467-468.

114 Alcibiade, en 6.92.2, emploie le terme “polemios” pour qualifier sa situation nouvelle à l’égard des Athéniens, car il se considère désormais comme en guerre contre sa cité, au même titre que les Lacédémoniens chez lesquels il se trouve : il est “en guerre” contre Athènes, il n’est pas à proprement parler “hostile” – echthros – à la cité. Sur le choix par Thucydide du terme “polemios”, plutôt que de celui d’“echthros”, à valeur affective, qui s’applique à une hostilité personnelle, à présent dépassée par le passage d’Alcibiade à Sparte, cf. Huart 1968, 107.

115 Thc. 6.92. 2 et 4 : “Καὶ χείϱων οὐδενὶ ἀξιῶ δοϰεῖν ὑμῶν εἶναι, εἰ τῇ ἐμαυτοῦ μετὰ τῶν πολεμιωτάτων ϕιλόπολίς ποτε δοϰῶν εἶναι νῦν ἐγϰϱατῶς ἐπέϱχομαι,… τό τε ϕιλόπολι οὐϰ ἐν ᾧ ἀδιϰοῦμαι ἔχω, ἀλλ’ἐν ᾧ ἀσϕαλῶς ἐπολιτεύθην. οὐδ’ἐπὶ πατϱίδα οὖσαν ἔτι ἡγοῦμαι νῦν ἰέναι, πολὺ δὲ μᾶλλον τὴν οὐϰ οὖσαν ἀναϰτᾶσθαι. ϰαὶ ϕιλόπολις οὗτος ὀϱθῶς, οὐχ ὃς ἂν τὴν ἑαυτοῦ ἀδίϰως ἀπολέσας μὴ ἐπίῃ, ἀλλ’ὃς ἂν ἐϰ παντὸς τϱόπου διὰ τὸ ἐπιθυμεῖν πειϱαθῇ αὐτὴν ἀναλαβεῖν.”

116 Cf. Moggi 1999, 67-68 n. 97.

117 Sur la première trahison d’Alcibiade, qui révèle aux Messiniens partisans de Syracuse, dès son rappel, l’existence d’un complot destiné à livrer la ville aux Athéniens, cf. Thc. 6.74 ; Plut., Alc., 22.1. Delebecque 1965, 216-217, souligne le désir de nuire, la volonté de vengeance contre sa patrie et aussi contre Nicias : cette première trahison est antérieure à la condamnation à mort par Athènes.

118 Sur l’évolution de la conception civique à la fin du ve siècle, qui fait qu’un citoyen revendique son propre intérêt face à celui de la cité, cf. Lévy 1976, 223-228. Sur la rupture qui s’accomplit avec Alcibiade dans l’image de l’homme politique, toujours soucieux de restreindre, dans la démocratie athénienne, la distance entre le peuple et lui, cf. Mann 2007, 210-229. Sur la difficulté d’intégration dans la cité du citoyen hors du commun, cf. Gribble 1999, 13-23 et 29-89.

119 Alcibiade, se considérant comme chassé de sa patrie par ses ennemis personnels et déclarant que son “amour de la patrie” – to philopoli – consiste à revenir de force chez lui, se regarde d’une certaine manière comme victime des effets d’une lutte interne, une stasis, et habilité de ce fait à rentrer par force dans sa patrie envers laquelle il n’a plus aucun devoir, comme veulent le faire effectivement la plupart des exilés politiques : sur le refus des exilés dans un climat de stasis, et particulièrement d’Alcibiade, de se soumettre à une expulsion qui est considérée comme non fondée en droit, cf. Gehrke 1985, 224-225. L’“amour de la patrie” qu’Alcibiade déclare éprouver pour Athènes chez Thucydide 6.92.2-4, s’oppose absolument à celui que dépeint Périclès devant ses concitoyens, dans les deux discours rapportés par l’historien au début du conflit, en II 43, 1 et II 60-64 : alors qu’Alcibiade place au centre de son amour pour la patrie le rôle que lui-même peut jouer, Périclès souhaite que ses compatriotes soient, comme lui, “épris” – erastai (2.43.1) de la puissance et de la grandeur de la cité. Sur la conception du philopolis, le bon citoyen patriote, cf. le Chapitre I, p. 000. Le discours qu’Alcibiade prononce à Sparte est comme l’antithèse de l’“Oraison funèbre” prononcée par Périclès en 2.37-46, en ce qu’il présente la personnalité d’un individu et non plus la peinture idéale d’une cité tout entière : cf. Westlake 1968, 225-227 ; Gribble 1999, 207-210.

120 L’affront qu’Alcibiade déclare avoir reçu des Lacédémoniens en 421 lors de la négociation de la paix serait à l’origine des démarches qu’il entreprend en riposte auprès de Mantinée et d’Argos : Thc. 6.89.2-3 ; au printemps 412, Alcibiade fait valoir auprès d’Endios la gloire qu’il obtiendrait, lui, Endios, plutôt qu’Agis, à provoquer le soulèvement des cités ioniennes alliées d’Athènes : Thc. 8.12.17. Sur l’importance des sentiments d’honneur, de honte et, par suite, de vengeance, chez les Grecs et particulièrement à Athènes, cf. infra n.000 p. 000.

121 Avant et après Athènes, Sparte fait l’expérience, en 420, puis en 411, de cette volonté de vengeance tenace, douée d’une pénétration de jugement qui permet de savoir où frapper, mais dénuée de modération et finalement presque aveuglée par sa détermination : mais Sparte n’est pas la patrie d’Alcibiade, et les coups qui lui sont portés ont pour objectif de servir, en même temps qu’Alcibiade, la patrie d’Alcibiade.

122 Sur le caractère excessif du comportement d’Alcibiade, marqué, déjà à Athènes, par la violence du désir, l’epithymia, cf. Huart 1968, 401-402. Sur la vengeance à tirer de ses ennemis, l’un des aspects de ce qui pourrait quasiment être considéré come une règle de vie chez les Grecs, faire du bien à ses amis et du mal à ses ennemis (Lys. 9.20), cf. notamment Strauss 1986, 32-36 ; Rhodes 1996, 21-30 ; Scheid-Tissinier 2007, 179-198 ; McHardy 2008. Sur l’importance de l’inimitié personnelle et de la vengeance dans les accusations en justice au ive siècle, cf. Christ 1991, 154-159 ; Scheid-Tissinier 2007, 186-198.

123 On rapprochera la situation d’Alcibiade, privé de l’exercice de ses droits politiques dans la réalité historique d’Athènes, de celle de l’exilé Polynice dans le mythe thébain : dans Les Phéniciennes, pièce jouée sans doute vers 410, Polynice, dans un dialogue avec sa mère Jocaste, des vers 387 à 411, se lamente sur la dure condition, analogue à la servitude, de l’exilé, privé de liberté de parole et d’amis, vivant au jour le jour. Pour le regard que les Athéniens portent sur le personnage de Polynice, cf. supra n.000, p. 000 ; sur la privation de liberté de parole qui atteint Polynice, cf. Raaflaub 1980, 19-20.

124 Sur l’importance de la période dans laquelle se situe la jeunesse d’Alcibiade, cf. Strauss 1993, 4-5.

125 Sur l’idéal aristocratique et sa persistance au ve siècle, voir Adkins 1972 ; Donlan 1980, particulièrement, à propos d’Alcibiade, 169-173 ; Stein-Hölkeskamp 1989 ; Fouchard 1997, 57-77, 95-154.

126 Sur le sentiment de sa propre valeur et de sa supériorité qu’exprime Alcibiade dans son discours de 415, cf. Seager 1967, 6-18, particulièrement 8-12 à propos de la défense d’Alcibiade faite dans Sur l’attelage d’Isocrate, et 14-15 sur les reproches d’arrogance et d’orgueil, d’hybris formulés dans le Contre Alcibiade du Pseudo-Andocide. Sur la rupture, avec Alcibiade, dans l’image de l’homme politique toujours soucieux, dans la démocratie athénienne, de restreindre la distance entre le peuple et lui, cf. Mann 2007, 210-229.

127 Sur les luttes entre citoyens de l’époque archaïque, dans lesquelles les aristocrates exilés marchent fréquemment avec l’aide de l’étranger contre leur cité dominée par une faction adverse, cf. p. 000.

128 Sur la conception, exposée par Alcibiade à Sparte, d’une démocratie dans laquelle le peuple se laisse traditionnellement guider par des chefs, d’origine aristocratique, qui savent maintenir le consensus entre les citoyens, cf. Luppino, dans Bultrighini 2005, 402-403.

129 Sur l’évolution politique de la guerre du Péloponnèse, qui voit des hommes “nouveaux”, qui “n’ont pas bonne réputation parmi les honnêtes gens” arriver à la tête du dèmos, alors que celui-ci s’était jusqu’alors laissé guider par des hommes issus de l’aristocratie, voir Ath. Pol., 28. Sur les “chefs du peuple” – prostatai tou dèmou – à l’époque de la guerre du Péloponnèse, voir Reverdin 1945, 201-212 ; Connor 1971, passim ; Mann 2007, passim.

130 Sur les différents cercles de collectivité auxquels peuvent appartenir les Athéniens au ve siècle, cf. Littman 1990. Herman 1985, 125-127 et 173-176, insiste sur l’impossibilité de juger la conduite d’Alcibiade en exil sur des critères modernes et souligne que l’Athénien se référait à des valeurs qui n’étaient pas seulement celles de la cité, mais aussi celles d’un certain milieu social, pour lequel les valeurs civiques étaient de nouvelles venues contestables (contra, A. Duplouy 2007, 50-51, au nom de l’opportunisme d’Alcibiade). On rappellera que c’est sensiblement à cette époque, alors qu’Athènes, maîtresse des mers, a connu une formidable expansion depuis la fin des guerres médiques, qu’un Athénien anonyme, le Pseudo-Xénophon, rédige un pamphlet dans lequel il apparaît clairement que subsiste à Athènes, fondé sur la valeur aristocratique de l’antagonisme entre les “bons” et les “méchants”, un esprit d’opposition au développement du pouvoir du dèmos : Ath., 1.1.4, 5, et 8. On remarquera cependant que d’autres aristocrates athéniens, comme Thessalos, le fils de Cimon, qui dépose une eisangélie contre Alcibiade après son départ pour la Sicile et s’allie temporairement alors à un démocrate radical comme Androclès, ne font pas le même choix qu’Alcibiade. Mais, outre les rivalités familiales entre Philaïdes et Alcméonides, la différence des situations explique la différence des réactions : Thessalos, après la dénonciation faite par Diocleidès, qui met en péril de grandes familles aristocratiques et derrière laquelle certains reconnaissent la main d’Alcibiade – alors que son cousin Alcibiade de Phégonte, l’instigateur de cette dénonciation mensongère, a très certainement agi de lui-même, sans sa recommandation –, choisit, par son eisangélie, de protéger ces familles contre un membre du même milieu qui semble se tourner contre elles. En fait, chacun, dans la situation où il se trouve, protège les intérêts du milieu aristocratique auquel il appartient, Thessalos, en déposant une eisangélie contre Alcibiade, au nom des membres de familles aristocratiques qui risquent d’être inquiétés par la dénonciation de Diocleidès, et Alcibiade à titre personnel, en attaquant sa cité pour y reprendre la place à laquelle sa naissance lui donne droit. Sur les dénonciations dans l’affaire de la parodie des Mystères, le rôle d’Alcibiade de Phégonte et celui de Thessalos, cf. Hatzfeld 1951, 171-177, 193-194, 202-203 ; Aurenche 1974, 64-65, 108, 170.

131 Sur le possible conflit entre deux réseaux d’appartenance individuelle, l’aristocratie, société “internationale”, présente dans toutes les cités grecques où elle revendique la prééminence, et la cité, cf. Mitchell 1997 ; Duplouy 2007, 45, 50-51 et 54.

132 La description d’Athènes, comme démocratie idéale et “école de la Grèce”, est faite par Périclès dans l’oraison funèbre des soldats morts pendant la première année de la guerre du Péloponnèse : l’image de la cité est évidemment faussée dans le genre de l’epitaphios, dont l’éloge est la raison d’être. Sur l’epitaphios, cf. Loraux 1981.

133 On ne citera comme exemples que Thucydide, l’historien, frappé d’exil pour son arrivée trop tardive devant Amphipolis (Thc. 5.26.5) ou le stratège Nicias, à Syracuse, refusant, malgré l’urgence, de ramener l’armée à Athènes sans l’autorisation du dèmos (Thc. 7.48.4-5).

134 Sur les intentions déclarées qui ne sont que prétextes, sur les ententes secrètes et le double jeu, caractéristiques de l’Athènes post-péricléenne dans laquelle évolue Alcibiade, cf. Stella 2006, 206-207 ; Queyrel 2007a, 95-115 et 121-131. Sur l’entente avec l’ennemi dans les luttes partisanes, cf. le Chapitre III, p. 000 – Phrynichos avec Astyochos, Aristarchos et d’autres parmi les Quatre-Cents, Critias…

135 Thucydide 3.70-81, partant du cas particulier de Corcyre, évoque en 3.82-83 les luttes civiles qui se déroulent, pendant la guerre du Péloponnèse, dans quasiment toute la Grèce, et qui sont caractérisées par la recherche systématique d’une alliance extérieure, athénienne ou lacédémonienne.

136 Sur l’action des exilés politiques cherchant à rentrer chez eux par la force et souvent avec une aide extérieure pendant la guerre du Péloponnèse, cf. Losada 1972, passim. La personnalité d’Alcibiade est telle que le fait qu’il soit, lui, victime d’ennemis personnels est à ses yeux nécessairement le fait d’une stasis : sa réaction de victime d’un règlement de comptes politique, assimilé par lui à une stasis, est démultipliée par les effets de sa morale personnelle. De la révolte d’Alcibiade, qui s’estime victime d’ennemis politiques personnels et veut rentrer en force dans sa patrie, on rapprochera, pour l’origine mais non pour le déroulement, celle du stratège syracusain Hermocrate, frappé de bannissement pour raison politique alors qu’il combat pour sa cité en Ionie. Hermocrate refuse de s’incliner et, après avoir fait la guerre en Sicile à titre privé, tente, en 407, de rentrer de force à Syracuse à la tête d’une armée de mercenaires : mais il est tué dans la bataille (Diod. 13.63-75). Comme le souligne Boëldieu-Trévet 2007, 265, la révolte d’Hermocrate contre un ordre de sa cité considéré comme injuste, car émanant de rivaux politiques, annonce en fait la tyrannie de Denys.

137 Alcibiade, en 415, n’envisage certes pas de changement de régime à proprement parler à Athènes, comme il le fera en 411 : on peut néanmoins faire le rapprochement, même si le revirement dont il est question chez ces auteurs est un revirement politique, qui concerne la nature du régime plus que le territoire de la cité ou sa puissance, avec les avis relativistes exprimés plus tard par Antiphon ou Lysias, selon lesquels l’intérêt personnel de chacun détermine son comportement politique. Antiphon, dans le fragment conservé de Sur la révolution, 1 (fragment authentique ? : Roussel 1925, 5-10, en doute), déclare que les hommes sont en général poussés à souhaiter un changement de régime pour des raisons strictement personnelles, comme le souhait d’”échapper au châtiment de [leurs] crimes, ou bien pour se venger du tort qui [leur] a été fait et ne pas subir de représailles”. L’idée qu’un intérêt personnel est nécessairement en jeu lorsque quelqu’un cherche un changement de régime se retrouve dans le Pour Polystratos (29), 4-6, attribué à Lysias, ou encore dans les § 8 et 9 du discours Pour un citoyen accusé de menées contre la démocratie (25). Sur la question du lien entre l’intérêt personnel et la loyauté envers la cité et ses institutions, cf. le Chapitre III p. 000.

138 Sur le thème de la recherche du salut de la cité, qui se développe à Athènes dans ces années, cf. Lévy 1976, 16-27.

139 Cf. Thc. 6.92.2 : “… τῇ ἐμαυτοῦ μετὰ τῶν πολεμιωτάτων… νῦν ἐγϰϱατῶς ἐπέϱχομαι…”, ou encore 6.92.4 : “… οὐδ’ἐπὶ πατϱίδα οὖσαν ἔτι ἡγοῦμαι νῦν ἰέναι, πολὺ δὲ μᾶλλον τὴν οὐϰ οὖσαν ἀναϰτᾶσθαι. ϰαὶ ϕιλόπολις οὗτος ὀϱθῶς,… ὃς ἂν ἐϰ παντὸς τϱόπου διὰ τὸ ἐπιθυμεῖν πειϱαθῇ αὐτὴν ἀναλαβεῖν.”

140 Thc. 6.92.3 : “πολεμιώτεϱοι… οἱ τοὺς ϕίλους ἀναγϰάσαντες πολεμίους γενέσθαι.”

141 Si la conduite d’Alcibiade ne risquait pas de choquer, aurait-il besoin de se justifier ? En 6.92.4, l’exilé évoque ceux qui refusent de marcher contre leur pays, car il sait bien qu’aux yeux d’étrangers, ici des Lacédémoniens, le fait de se retourner contre sa cité pose problème. En 415, aux yeux des étrangers, Athènes est une cité à part, où l’on s’attend à trouver de la cohésion dans la communauté civique : en 415, la réponse à la question de l’existence d’une sorte de sentiment d’identité nationale ou de patriotisme est plutôt positive. En effet, malgré des désaccords idéologiques plus ou moins importants, malgré des méfiances ou des suspicions, il existe un sentiment d’unité qui repose sur la victoire dans les guerres médiques et sur l’hégémonie commune : on s’attendrait donc, en cas de désaccord et d’exil imposé, à ce qu’un Athénien choisisse de rester en retrait, dans la neutralité, quitte à rentrer ensuite avec l’ennemi. Sur l’existence problématique d’un sentiment “patriotique” à Athènes face à l’esprit de faction, depuis Clisthène jusqu’à Alcibiade, cf. Pusey 1940, 215-231, et restrictions à cet article de la part de Lévy 1976, 223 ; sur l’existence d’un tel sentiment plus largement dans le monde grec, cf. Chroust 1954, 280-288, qui suit de près l’article de Pusey.

142 Pour l’influence sur Alcibiade de l’enseignement sophistique et pour un rapprochement, à faire sur certains points, entre Alcibiade et le personnage de Platon, Calliclès, cf. Fouchard 1997, 456 ; Ostwald 2005, 47-51.

143 Par le retournement des termes, Alcibiade justifie la démarche qu’il entreprend contre Athènes, qui ne serait plus sa patrie parce qu’elle l’a rejeté : mais il reste viscéralement attaché à Athènes comme pays. Sur l’attachement d’Alcibiade à Athènes, cf. infra, p. 000.

144 Lysias accuse Philon, et Lycurgue accusera Léocrate, d’avoir abandonné leur cité natale quand elle était en danger, agissant en fonction de leur seul intérêt : C. Philon, 5-14 ; C. Leoc., passim. Sur la patrie comme un bien que l’on peut abandonner en fonction de l’intérêt que l’on y trouve, cf. Queyrel 2007b.

145 Thc. 2.60.5-6 : “ϰαίτοι ἐμοὶ τοιούτῳ ἀνδϱὶ ὀϱγίζεσθε ὃς οὐδενὸς ἥσσων οἴομαι εἶναι γνῶναί τε τὰ δέοντα ϰαὶ ἑϱμηνεῦσαι ταῦτα, ϕιλόπολίς τε ϰαὶ χϱημάτων ϰϱείσσων. ὅ τε γὰϱ γνοὺς ϰαὶ μὴ σαϕῶς διδάξας ἐν ἴσῳ ϰαὶ εἰ μὴ ἐνεθυμήθη· ὅ τε ἔχων ἀμϕότεϱα, τῇ δὲ πόλει δύσνους, οὐϰ ἂν ὁμοίως τι οἰϰείως ϕϱάζοι· πϱοσόντος δὲ ϰαὶ τοῦδε, χϱήμασι δὲ νιϰωμένου, τὰ ξύμπαντα τούτου ἑνὸς ἂν πωλοῖτο.”

146 Sur le divorce entre intérêts particuliers et intérêt de la cité, voir Lévy 1976, 225 ; Bearzot 1997c, 30-31 ; Christ 2006, passim ; Couvenhes & Milanezi 2007, 7-15 ; Queyrel 2007b, 161-187. Sur les conceptions opposées du philopolis que sont celles de Périclès et d’Alcibiade, cf. Erbse 1989, 88-91 et cf. le Chapitre I, p. 000.

147 On rappellera qu’Hippias avait refusé, en 500, lors de la tentative spartiate, d’exercer la tyrannie dans des cités autres qu’Athènes qui lui étaient proposées : cf. p. 000.

148 Les discours civiques de la fin du ve siècle et des premières décennies du ive siècle mettent régulièrement en avant la “bienveillance (eunoia)” pour la cité que doivent ressentir tout citoyen et tout magistrat : les citoyens, notamment dans les procès, ne redoutent rien tant que de se voir reprochés d’être “mal disposés”, “malveillants (dusnous)” à l’égard de la cité. Le langage courant utilise avec prédilection, en l’accompagnant de la négative, le terme vague et édulcoré “dusnous” : il répugne à employer le terme très fort de “ misopolis” – que l’on relève par exemple dans un contexte comique (Aristoph., V., 411).

149 Sur les antécédents familiaux démocratiques d’Alcibiade et son attachement à la démocratie, cf. Thc. 6.92 ; Isoc., 16.26-28 et 36-38. Voir sur ce point Delebecque 1965, 146 ; Fouchard 1997, 236.

150 C’est à une raison personnelle, son désir de rentrer à Athènes, que se rattachent, pour un temps, les intrigues politiques d’Alcibiade : après avoir provoqué la crise, il sera en fait contre les Quatre-Cents, et sa mort sera due en partie aux oligarques de 404. Cf. Isoc., 16.36-41. Voir Pinotti 2006, 103-174, sur Alcibiade, Pisandre et Critias. On se reportera aussi au Chapitre III, p. 000.

151 Sur la coalition montée contre Alcibiade par ses ennemis personnels, élément mis en avant encore au début du ive siècle par ses défenseurs, cf. Thucydide 6.28-29 ; 61, 1-4 ; Xen., HG, 1.4.13-14 ; Isoc., 16.5-14. Delebecque 1965, 241, peut ainsi parler de “circonstances atténuantes pour une trahison impardonnable en soi”. Forsdyke 2005, 267-271, reconnaît, dans le traitement des circonstances de l’exil d’Alcibiade par Thucydide et Xénophon, la marque de leur hostilité à la démocratie, qui finalement, dans le recours aux expulsions injustes, ne diffèrerait pas de la tyrannie ou de l’oligarchie. On se reportera, sur la dissimulation en politique et le complot contre Alcibiade, à la n.000 p. 000.

152 Pour expliquer la décision d’Alcibiade de ne pas rentrer à Athènes, il faut tenir compte de l’ambiance de suspicion qui règne dans la cité, où ont lieu de nombreuses exécutions, et de la crainte qu’inspire le peuple : on citera comme seul exemple, qui suit de près la fuite d’Alcibiade, le comportement de Nicias, qui craint de se faire accuser de trahison s’il rentre de Sicile sans ordre du dèmos : Thc. 7.48. Sur les craintes de Nicias, cf. Ruzé 2003, 195.

153 Cf. l’éloge d’Athènes par Périclès en 431 chez Thucydide 2.37. Hatzfeld 1951, 57, refuse l’idée que les leçons de Socrate aient pu inculquer à Alcibiade un scepticisme qui l’aurait détaché de la notion de patrie, préparant la trahison de 415-413 : d’après Hatzfeld, p. 211 “…le ressort le plus profond de la conduite d’Alcibiade sera son désir passionné de rentrer dans cette Athènes qui l’a chassé, mais qui est la seule ville où la vie vaille la peine d’être vécue et dont le climat… convienne à son tempérament.”

154 Plut., Alc., 22.3, cite la riposte qui aurait été celle d’Alcibiade apprenant sa condamnation à mort : “Eh bien, s’écria-t-il, je leur ferai voir, moi, que je suis en vie !”.

155 Sur l’exil volontaire d’Alcibiade après Notion, cf. Bleckmann 1998, 487-508.

156 Dès le début du ive siècle, quatre œuvres rhétoriques, le Contre Alcibiade du Pseudo-Andocide, le Sur l’Attelage d’Isocrate et deux discours attribués à Lysias (14 et 15) font référence à Alcibiade, dont la figure, liée à la question plus large de l’impérialisme athénien, demeure très actuel dans le débat politique athénien : à propos de la réflexion de cette période sur Alcibiade, cf. notamment Bianco 1992-1993, 7-23 ; ead. 1994, 5-14 ; Gribble 1999, passim. Sur la date de l’œuvre du Pseudo-Andocide, qu’il faut sans doute abaisser dans le ive siècle ou encore au-delà, cf. Gribble 1999, 154-158 ; Gazzano 1997, 45-60, estime possible que l’œuvre soit contemporaine des faits évoqués. La carrière mouvementée du personnage, avec ses retournements spectaculaires, continue à fournir, avec le recul du temps une matière tout indiquée pour des exercices de rhétorique : cf. Stephens 1995, 215-224 ; Bleckmann 1998, 468-472. Aux controverses sans fin que suscite le personnage ambivalent d’Alcibiade, il suffit d’opposer le silence qui entoure la vie d’un Xénophon, qui fut certes mouvementée, mais n’eut pas de répercussion directe sur la vie des Athéniens…

157 Sur le retour d’Alcibiade à Athènes tel qu’il est traité par Xénophon dans les Helléniques, cf. Due 1991, 39-53 ; sur les différentes versions que nous possédons de ce retour, cf. Bleckmann 1998, 461-487.

158 Comme Xénophon dans Les Helléniques, 1.4.13-20, qui laisse beaucoup plus de place aux éléments de justification avancés par Alcibiade et ses partisans qu’aux reproches de ses adversaires, Isocrate, dans son discours Sur l’attelage, 12-15, insiste longuement sur la dureté de l’exil et rend responsable des actes commis par Alcibiade pendant cette période ceux qui l’ont chassé : “Il est donc naturel… de juger criminels non pas ceux qui, exilés, cherchent à revenir (οὐδὲ ϰαϰοὺς ἂνδϱας νομίζειν ὅσοι ϕεύγοντες ϰατελθεῖν ἐζήτησαν), mais ceux qui, restant à Athènes, ont commis des actes dignes de l’exil…… ; de ce qui s’est passé pendant son malheur, ce sont ceux qui l’ont chassé qu’à juste titre vous en jugeriez responsables (14-15)”. À propos de la défense d’Alcibiade et de ses mérites à l’égard de la cité tels qu’ils sont présentés dans le discours d’Isocrate, voir notamment Seager 1967, 9-12 ; Nouhaud 1982, 294-297 ; Häusle 1987-1988, 96-103 ; Gribble 1999, particulièrement 98-111 et 127-131.

159 Xen., HG, 1.4.15 ; Isoc., 16.8-9, qui insiste sur le fait que, malgré sa condamnation par contumace, Alcibiade ne voulut pas passer à l’ennemi, et qu’il fut contraint de se réfugier à Sparte parce qu’une ambassade athénienne réclamait son extradition aux Argiens. Alcibiade lui-même ne semble pas avoir évoqué en 415 devant les Spartiates la difficulté pour lui de trouver un refuge : mais pouvait-il parler aussi librement à Sparte, où l’on était à l’origine mal disposé à son égard, et où on ne l’accueillait évidemment qu’en échange d’une contrepartie ? Son orgueil aussi devait l’empêcher de reconnaître, non pas qu’il était un fugitif, mais que beaucoup de portes lui étaient fermées.

160 Xen., HG, 1.4.15 : “C’est alors que cette situation sans issue, le réduisant à l’esclavage, l’avait obligé à servir ses pires ennemis, en risquant continuellement et tous les jours d’être tué (ἐν ᾧ χϱόνῳ ὑπὸ ἀμηχανίας δουλεύων ἠναγϰάσθη μὲν θεϱαπεύειν τοὺς ἐχθίστους, ϰινδυνεύων ἀεὶ παϱ’ ἑϰάστην ἡμέϱαν ἀπολέσθαι)”.

161 Xénophon, et encore davantage Plut., Alc., 34.3-6, insistent dans leur récit sur la piété d’Alcibiade qui, lors de son retour, assure la protection de la procession des Mystères qui peut se dérouler par voie de terre, malgré la présence péloponnésienne. Sur le traitement plutôt favorable, malgré ses lacunes, réservé par Xénophon à Alcibiade, cf. Canfora 1982, 140-144, qui estime que le discours apologétique d’Alcibiade à son retour à Athènes aurait certainement été développé au style direct, s’il avait achevé son œuvre, par Thucydide dont Xénophon “hérita” de papiers inédits correspondant aux Helléniques 1 et 2.3, 10 ; Roscalla 2005, 64-66. Due, 1991, 39-53, particulièrement 42-49, insiste sur les sentiments irrationnels que provoque Alcibiade chez les Athéniens, en 415 comme en 407 à son retour et comme en 406 après Notion.

162 Sur l’intervention d’Alcibiade avant Aigos-Potamoi et la possible trahison du stratège Adeimantos, cf. Bleckmann 1998, 589-603.

163 La position louangeuse qui voit en Alcibiade un homme dont le destin est indissociable de celui d’Athènes est reprise bien plus tard par Plut., Alc., 38.3 : “Et cependant, en dépit de leur situation présente, ils gardaient un faible espoir que les affaires d’Athènes n’étaient pas entièrement perdues, tant qu’Alcibiade vivrait. Puisque, se disaient-ils, dans son premier exil, il n’avait pu se résoudre à mener une vie oisive et tranquille, il n’allait pas non plus à présent, s’il disposait des moyens nécessaires, laisser un libre cours à l’insolence des Lacédémoniens et à la brutalité des Trente.”

164 Plut., Alc., 35-36, insiste sur la persistance des inimitiés personnelles d’un petit nombre à l’égard d’Alcibiade et sur la méconnaissance des difficultés réelles de la situation par le peuple, qui attendait trop d’Alcibiade. Sur l’état d’esprit à Athènes après Notion et le départ d’Alcibiade pour l’exil, cf. Roberts 1982, 120-122 ; Bleckman 1998, 491-508.

165 Ps. Lys., C. Alc., (14). 30 : “ὃς ἔπεισε μὲν Δεϰέλειαν Λαϰεδαιμονίους ἐπιτειχίσαι, ἐπὶ δὲ τὰς νήσους ἀποστήσων ἔπλευσε, διδάσϰαλος δὲ τῶν τῆς πόλεως ϰαϰῶν ἐγένετο, πλεονάϰις δὲ μετὰ τῶν ἐχθϱῶν ἐπὶ τὴν πατϱίδα ἐστϱατεύσατο ἢ μετὰ τῶν πολιτῶν ἐπ’ ἐϰείνους.”

166 Cf. Seager 1967, 6-18, particulièrement 12-13 sur le Contre Alcibiade du Pseudo-Lysias et l’accusation de ponèria, et 16-18 pour une comparaison entre Sur l’attelage d’Isocrate et le Contre Alcibiade du Pseudo-Lysias ; Häusle 1987-1988, 103-109 ; Bianco 1992-1993, 16-23 ; Gribble 1999, 118-136, et 141-142 sur la “ponèria” d’Alcibiade chez le Pseudo-Lysias.

167 Lys., C. Alc., (14). 37 : “ὥστ’οὐ χαλεπὸν γνῶναι ὅτι Ἀλϰιβιάδης δυνάμει μὲν οὐδὲν τῶν ἄλλων διέϕεϱε, πονηϱίᾳ δὲ τῶν πολιτῶν πϱῶτος ἦν. ἃ μὲν γὰϱ ᾔδει τῶν ὑμετέϱων ϰαϰῶς ἔχοντα, μηνυτὴς αὐτῶν Λαϰεδαιμονίοις ἐγένετο· ἐπειδὴ δ’ ἔδει αὐτὸν στϱατηγεῖν, οὐδὲν ϰαϰὸν ποιεῖν ἐϰείνους ἐδύνατο.”

168 Sur la difficulté à retenir d’Alcibiade une image simple, telle qu’elle puisse facilement être utilisée dans des œuvres rhétoriques qui ne se soucient pas outre mesure de l’exactitude historique, mais qui, pour donner des exemples, schématisent et amplifient volontiers, cf. Nouhaud 1982, 293.

169 Isocrate, dans le Philippe, publié en 346, voulant exhorter le roi de Macédoine à se mettre à la tête des Grecs, cite plusieurs personnages qui, partis de très bas, accomplirent de grandes actions : des § 58 à 64, il résume et oppose l’une à l’autre les entreprises des deux Athéniens, Alcibiade et Conon, qui, devant tous deux, pour des raisons différentes, vivre loin de leur patrie, résolurent d’y retourner par des comportements opposés, l’un, par la force, en s’alliant aux ennemis de sa cité pour la détruire, l’autre, par l’aide apportée à sa cité pour la relever : l’effet de l’activité d’Alcibiade, qui travailla contre, puis pour sa patrie, fut qu’il revint à Athènes “avec beaucoup de gloire, mais non pas avec des éloges unanimes” (§61), et que, dans toute la Grèce, il provoqua un trouble durable (§59-60). Démosthène aussi, en particulier dans le Contre Leptine, 68-74, fait un éloge appuyé de Conon, qui vainquit sur mer les Lacédémoniens et releva les Longs-Murs. Sur l’image très positive de Conon chez les orateurs attiques, cf. Nouhaud 1982, 333-338.

170 Le récit de Xénophon dans Les Helléniques ne concerne pas directement les actes d’Alcibiade de 415 à 412 : mais il est à noter que l’auteur développe surtout les arguments favorables au stratège qui rentre dans sa patrie (1.4.13-20) et aussi qu’il donne le beau rôle à Alcibiade à la veille du désastre d’Aigos-Potamoi (2.1.25-26). Sur les positions de Thucydide et de Xénophon face à Alcibiade, cf. Herman 1985, 175 - 176 ; Forsdyke 2005, 268-271 ; Roscalla 2005, 66-67.

171 Thc. 6.61.2 : “… on crut que c’était pour une affaire montée par [Alcibiade], et non point pour les Béotiens, que les [Lacédémoniens] étaient venus là, sur un signal convenu, et que, si l’on n’avait pas pris les devants en arrêtant les gens dénoncés, la ville était livrée à l’ennemi. (ἐδόϰει οὖν ἐϰείνου πϱάξαντος ϰαὶ οὐ Βοιωτῶν ἕνεϰα ἀπὸ ξυνθήματος ἥϰειν, ϰαὶ εἰ μὴ ἔϕθασαν δὴ αὐτοὶ ϰατὰ τὸ μήνυμα ξυλλαβόντες τοὺς ἄνδϱας, πϱοδοθῆναι ἂν ἡ πόλις)”.

172 Thc. 6.74.1 : “Cependant, les troupes athéniennes, rentrées à Catane, se portèrent directement par mer sur Messine, s’attendant à ce que la ville leur fût livrée (Τὸ δ’ ἐν τῇ Κατάνῃ στϱάτευμα τῶν Ἀθηναίων ἔπλευσεν εὐθὺς ἐπὶ Μεσσήνην ὡς πϱοδοθησομένην)”.

173 Ps. Lys., C. Alc., (14). 38 : “Enfin, juges, pour mettre un comble à sa scélératesse, il eut l’audace, avec Adimante, de livrer notre flotte à Lysandre (ϰαὶ τὸ τελευταῖον, ὦ ἄνδϱες διϰασταί, ὑπεϱβολὴν ποιησάμενος τῆς πϱοτέϱας πονηϱίας ἐτόλμησε τὰς ναῦς Λυσάνδϱῳ μετὰ Ἀδειμάντου πϱοδοῦναι)”.

174 Sur cette double accusation de trahison – qui est, dans un cas, sans fondement véritable, et, dans l’autre, plutôt vague, cf. Seager 1967, 13 ; Gribble 1999, 120-121.

175 Sur les portraits d’Alcibiade dans ces deux œuvres, cf. Häusle 1987-1988, 109-121 ; Gribble 1999, 117-143.

176 Sur l’article de la loi d’eisangélie, repris par des lexicographes tardifs du Traité des Lois de Théophraste, qui inclut le fait de se rendre chez l’ennemi et de marcher à ses côtés, cf. supra p. 000.

177 On remarquera que le Pseudo- Lysias, dans le Contre Alcibiade, ne parle pas d’une trahison d’Alcibiade en Sicile à propos de Messine. Vue d’Athènes, cette prodosia effective devait sembler moins grave que les conseils donnés pour encourager la défection des alliés ou la fortification de Décélie, à moins que cette affaire, rapportée seulement par Thucydide 6.74.1-2 et par Plut., Alc., 22.1, ait été peu connue des Athéniens.

178 Dans la tragédie, les termes de la famille de prodosia sont fréquents, car, dans le conflit qui est au cœur de la pièce, il faut qu’il y ait un sentiment de désespoir ou de colère dû à un abandon inattendu : ce qui est pris, à tort ou à raison, pour de la dissimulation et de l’abandon, donc pour une trahison, provoque l’émotion et la condamnation. Cette charge émotive qui caractérise la tragédie se retrouve dans l’utilisation de termes comme ponèros, kakos, etc…

179 Plutarque emploie aussi le terme prodidonai dans son sens exact de “remettre indûment, par ruse” : dans la Vie d’Alcibiade, 25.13-14, il est dit qu’Alcibiade accuse Phrynichos de vouloir livrer par trahison – prodidonai – la base navale aux ennemis, et que plus tard, après sa mort, il est condamné de manière posthume pour trahison – prodosia –.

180 Thc. 6.90-92 ; a contrario, Ps.-Lys., C. Alc., (14). 35, partiellement contredit par 37.

181 Ps.-And., C. Alc., (4).21 : “Αἴτιοι δ’ὑμεῖς, οὐ τιμωϱούμενοι τοὺς ὑβϱίζοντας, ϰαὶ τοὺς μὲν λάθϱᾳ ἀδιϰοῦντας ϰολάζοντες, τοὺς δὲ ϕανεϱῶς ἀσελγαίνοντας θαυμάζοντες.”. Sur l’“hybris” d’Alcibiade chez le Pseudo-Andocide, cf. Gribble 1999, 142-143.

182 Du jeu ambigu d’Alcibiade en 411 on rapprochera celui qu’il avait mené dans un tout autre contexte en 418, même si le désir de jouer un rôle personnel était déjà à l’origine de son comportement, auprès de ses propres compatriotes et auprès des envoyés lacédémoniens : sur le comportement d’Alcibiade en 418, cf. infra p. 000 et n.000.

183 Sur Polynice, dont l’histoire est plusieurs fois portée à la scène à Athènes au ve siècle, notamment lors de l’exil d’Alcibiade, cf. le Chapitre I, p. 000 et le Chapitre II, p. 000.

184 Sur l’accusation d’“adikia”, qui désigne de manière très générale toute action préjudiciable au peuple d’Athènes, “crime” ou “iniquité”, qu’il s’agisse plus précisément, le plus souvent, de tyrannie ou de trahison, cf. infra p. 000. Les Pisistratides étaient convaincus d’adikia sur la stèle d’infamie mentionnée par Thucydide 6.55.1 ; Hipparchos fils de Charmos, d’après le Contre Léocrate, 117, accusé de prodosia, fut condamné pour adikia ; Miltiade, d’après Hérodote 6.136.3, fut condamné pour adikia dans l’affaire de Paros, mise sans doute en relation avec sa tyrannie en Chersonnèse ; l’adikia est évoquée par Euryptolémos à propos des stratèges des Arginuses en 406, dans les Helléniques, 1.7.21. Le terme est naturellement utilisé dès qu’il y a accord avec l’ennemi pour invasion du territoire – les Perses, dans Les Thesmophories, 365-367, ou lorsqu’il y a livraison – prodosia- à l’ennemi d’un élément de la puissance de la cité, dans Les Grenouilles, 361-362 : voir à ce propos Rosenbloom 2002, 301. Périclès se défend contre le reproche d’adikia, dans Thucydide 2.60.7, lorsqu’il dit qu’il risque d’être accusé d’adikia en tant que personne dont les conseils, pourtant adoptés par vote, ont finalement été jugés mauvais pour la cité. À propos de l’adikia, on mentionnera le désaccord entre Lavelle 1984, 17-19 et Wankel 1984, 43-51. Sur adikein et adikia, leur emploi et leur évolution, et leur rapport avec hamartèma, hamartia et hamartanein, chez les Tragiques, des Euménides à Euripide, et chez Thucydide, voir Saïd 1978, 349-350, 430-431 et 480-485 ; sur l’emploi chez Thucydide des termes de la famille d’adikia, connotés d’une valeur morale et qualifiant un comportement contraire aux lois, cf. Roman 2007, 149-156.

185 Dans la reprise de l’imprécation prononcée au début des séances de l’Ekklèsia, placée dans la bouche des femmes par Aristophane, dans les Thesmophories, jouées en 411, le chœur associe deux formes de trahison, la révélation de secrets à l’ennemi (363-364) et l’action de pousser les Mèdes contre le pays (365-366) : les femmes qui feraient cela seraient coupables à la fois d’impiété et d’injustice envers la cité (“ἀσεβοῦσ’ἀδιϰοῦσί τε τὴν πόλιν”) (367). Alcibiade, en 411, était encore condamné pour asebeia ; et l’on peut penser qu’en poussant et en accompagnant, non pas les Perses, mais les Lacédémoniens, contre la cité, il était aussi coupable d’adikia.

186 L’emploi des mots “ponèros” et “kakos”, et des mots de même famille, fréquent dans les tragédies, dans les comédies et dans l’éloquence judiciaire, implique souvent de la part de celui qui parle émotion ou réprobation. Lysias applique cette même qualification de “ponèria” à Théramène : celui-ci, coupable d’avoir abusé les Athéniens lors des négociations de 404 et d’avoir joué un rôle, peu clair, dans l’établissement des Trente, a été puni justement, non pas pour une quelconque “prodosia”, que Lysias n’évoque pas, mais pour sa “ponèria” (C. Ératosthène, 78). On remarquera, à propos de la force et la généralité du qualificatif qui est appliqué à ces deux personnages, dont l’action, dans le domaine militaire ou le domaine politique, a laissé un souvenir durable dans l’Athènes des premières décennies du ive siècle, qu’il s’agit dans les deux cas de morts, dont les actes, n’ayant plus à être précisément définis comme délits dans le cadre d’une procédure stricte, peuvent être regroupés sous une appellation vague, et que ces morts, dont la conduite a été marquée par des revirements à l’égard de la cité, ont laissé après eux des partisans pour défendre leur mémoire ou même, comme Ératosthène, pour s’abriter derrière leur mémoire. Lysias rencontre des adversaires en s’attaquant à Théramène : il réagit d’autant plus violemment. Sur “kakos” et les mots de même famille, employés de préférence à “ponèros”, dans la tragédie, cf. supra p. 000.

187 Sur le procès d’Antiphon, Archeptolemos et Onomaclès, cf. infra p. 000.

188 Les défenseurs de la mémoire d’Alcibiade se groupent autour de son fils lorsque celuici est attaqué en justice : Ps. Lys., C. Alcibiade, 16.23 ; de même, les défenseurs de la mémoire de Théramène (C. Ératosthène, 64.85-86).

189 Sur les mesures prises par la cité à l’égard d’Alcibiade lors de son retour en 407, telles que la levée des sanctions, le remplacement des biens confisqués, la levée de la malédiction prononcée à son encontre, le renversement des stèles sur lesquelles était inscrite la condamnation, cf. Bleckmann 1998, 472-476. Diodore 13.69.2 parle de l’annulation de toutes les mesures prises contre Alcibiade, tandis que Xénophon, Helléniques, 1.4.20, mentionne simplement la défense d’Alcibiade et les pleins pouvoirs que lui accordent les Athéniens, sans entrer dans le détail des mesures adoptées envers lui.

190 Le “secret (τἀπόϱϱητα)” est par définition ce que l’on garde pour ses proches ou ses concitoyens, et que l’on tait aux ennemis. Lysias, dans le Contre Ératosthène (12) 68-69, accuse Théramène d’avoir, en 404, fait mystère à ses concitoyens d’un secret qu’il ne voulait révéler qu’à Lysandre : mais le reproche de Lysias porte sur la manière non démocratique dont procéda Théramène, alors que le système démocratique exige le débat public et le contrôle du peuple sur les propositions de l’ambassade qu’il envoie. Il est fait grief à Alcibiade d’avoir “révélé” à l’ennemi les faiblesses militaires d’Athènes, non d’avoir bafoué la règle démocratique du débat public : le “secret” révélé par Alcibiade était cependant bien connu des Péloponnésiens.

191 Sur le crédit d’Alcibiade auprès des Lacédémoniens et l’influence qu’il put avoir dans la conduite de la guerre sur divers fronts, les appréciations divergent : on renverra supra à la n.000, en relevant que certains pensent qu’Alcibiade joua un rôle déterminant, comme Westlake 1968, 228-230, qui insiste sur le fait que c’est Alcibiade qui dut indiquer aux Lacédémoniens Décélie comme étant le site qui convenait le mieux pour une fortification, tandis que d’autres, comme Hatzfeld 1951, 212-214, Bloedow 1973, 18-21, ou Ellis 1989, 64, nettement plus réservés, insistent sur la mise à l’écart relative d’Alcibiade dans les affaires de Sicile jusqu’à l’appel adressé par les cités ioniennes à Sparte après l’annonce du désastre de l’Asinaros à l’automne 413.

192 Sur la persistance de l’intérêt au ive siècle pour le personnage d’Alcibiade, qui devient une figure de la rhétorique politique ou de dialogues philosophiques, et pour son itinéraire peu commun, cf. Nouhaud 1982, 292-297 ; Häusle 1987-1988, 85-129 ; Romilly 1995, 235-262 ; Stephens 1995, 215-224 ; Bleckmann 1998, 459-460 ; Gribble 1999 ; Stella 2006, 206-207.

193 Nous conaissons l’exil de Xénophon par les allusions, vagues malheureusement, qu’il y fait lui-même dans l’Anabase, 5.3.7 et 7.7.57. Diogène Laërce, Xénophon, 2.51 et 58, met en relation l’exil de Xénophon avec son soutien à Cyrus le Jeune.

194 L’exil de Xénophon semble bien avoir été révoqué par décret, sans doute dans la période qui vit le rapprochement entre Athènes et Sparte, après Leuctres : cf. D.L., Xénophon, 2.59, et commentaire de Goulet-Cazé 1999, 265 n. 1. Sur les raisons qui rendent possible, mais non de manière contraignante, le rappel d’exil de Xénophon, mais sans que l’on puisse en inférer de manière catégorique que Xénophon retourna effectivement à Athènes, cf. Dreher 2004, 64-68.

195 Sur le procès engagé contre Xénophon, le motif et la date de sa condamnation, cf. principalement Rahn 1981, 103-119 ; Tuplin 1987, 59-68 ; Green 1994, 215-227 ; Goulet-Cazé 1999, 255 n. 3 ; et, en dernier lieu, Dreher 2004, 55-69. De manière plus générale sur la vie de Xénophon, cf. Delebecque 1957 ; Higgins 1977.

196 Sur les raisons qui militent en faveur d’une action en eisangélie pour marche et séjour aux côtés de l’ennemi, délit militaire apparenté à la prodosia, et, au terme de la procédure, d’une condamnation à mort, à l’exécution de laquelle Xénophon ne dut d’échapper qu’à sa situation hors d’Athènes, cf. Dreher 2004, 57-59.

197 Sur la laconophilie, et l’agacement ou l’incompréhension qu’elle pouvait susciter à Athènes, et, dans le cas précis de Xénophon, l’amitié pour Agésilas, la vie à Scillonte et les œuvres pro-lacédémoniennes, cf. Tigerstedt 1965, 159-160 et infra p. 000.

198 Le cas de Xénophon n’est pas traité au Chapitre III, car il n’y a aucune preuve d’une quelconque tentative que Xénophon aurait faite contre les institutions de la cité avec l’aide de Sparte : cf. Dreher 2004, 61 n. 34, qui souligne qu’on ne possède par ailleurs aucune indication d’un procès contre des cavaliers athéniens qui auraient servi les Trente. Sur la méfiance persistante, en 399, de la démocratie athénienne restaurée à l’égard des cavaliers athéniens, attestée par Xénophon, Helléniques, 3.1.4, cf. Delebecque 1957, 83-92 ; Loening 1987, 117-120. Sur les conséquences qu’entraîna sur la destinée de Xénophon son identité de cavalier, cf. Natalicchio 1996, 63-67.

199 Cf. Dreher 2004, 61-62.

200 Cf. Tuplin 1987, 59-68.

201 Xénophon retrace dans les Helléniques, 4.3.15-23, la bataille de Coronée de manière très détaillée : le fait qu’il ne dise pas expressément qu’il a combattu du côté de Sparte, alors même qu’il est sûr qu’il a assisté de très près à la bataille du côté lacédémonien, peut laisser subsister le doute sur son engagement effectif contre ses compatriotes, comme le souligne Rahn 1981, 108 ; mais Xénophon ne dit pas tout sur ce qui le concerne.

202 Cf. supra p. 000.

203 Sur les problèmes soulevés par l’identification de l’accusateur, qui ne peut être le célèbre Eubule, figure dominante à Athènes de 354 à 346, cf. notamment Tuplin 1987, 67-68 ; Dreher 2004, 63, souligne que, en raison du terrain politique sur lequel se situa nécessairement l’affaire, l’accusateur dut être un homme politique important.

204 La sympathie hautement proclamée de Xénophon pour Sparte explique que nous en fassions mention dans le Chapitre II, dans l’étude de la laconophilie, et dans le Chapitre III, mais sans que le cas de Xénophon y soit traité comme tel, car les sentiments prolacédémoniens de Xénophon ne le menèrent pas à intriguer contre sa cité pour en changer le régime politique.

205 Le goût de l’aventure, qui pousse Xénophon à se rendre en Asie auprès de Cyrus, apparaît bien dans la manière dont il consulte l’oracle de Delphes : An., 3.1.4-10. Cf. encore D. L., Xénophon, 2.49-50.

206 On mettra en avant le fait que Xénophon ait envoyé ses deux fils combattre comme cavaliers à Mantinée du côté athénien en 362, et aussi l’intérêt qu’il montre pour les réalités athéniennes dans son ouvrage des Poroi, rédigé au moment des revers de la cité en 355/4.

207 Sur le médisme grec, et en général les relations entre Grecs et Perses au ve siècle, voir principalement McGregor 1940, 71-95 ; Rhodes 1970, 387-400 ; Wolski 1973, 3-15 ; Holladay 1978, 174-191 ; Gillis 1979 ; Graf 1984, 15-30 ; Miller 1997 ; Tuplin 1997, 155-185 ; Cawkwell 2005, 46-125.

208 Sur la formation de termes dérivés de noms de peuples, comme mèdizein, mais aussi lakônizein ou attikizein, cf. Casevitz 1991, 12-15 ; pour une étude générale, lexicale et sémantique, des termes mèdizein et persizein, à partir d’Hérodote, cf. Tuplin 1997, 156-162.

209 La trahison, par intérêt ou ambition, de certains chefs grecs au profit des Perses est fréquemment rappelée par les historiens et les orateurs, notamment lorsqu’elle permet d’exalter la grandeur athénienne : cf. le Ps. Lysias, Epitaphios, (2).29-30. On rappellera que, bien longtemps après Hérodote, Pausanias, dans sa Périégèse de la Grèce, au livre 7 consacré à l’Achaïe, énumérant les actes de trahison commis par des Grecs pour des motifs personnels, commence par la trahison des capitaines samiens lors de la révolte de l’Ionie contre les Perses et évoque ensuite la trahison d’Érétriens lors de la première guerre médique et celles de Thessaliens et de Thébains lors de la seconde guerre médique (10, 1-2).

210 Cf. Picard 1980, 97-111.

211 Cf. supra, p. 000.

212 Cf supra, p. 000.

213 Cf. supra p. 000.

214 Cf., pour le culte, Chapitre I p. 000.

215 Cf. Meier [1980] 1995, 83-84.

216 Sur le rôle de Miltiade à Athènes avant et pendant Marathon, cf. notamment Pericola 2008, 50-53.

217 La crainte de toute ville assiégée, que nous connaissons surtout pour la première moitié du ive siècle grâce à Énée le Tacticien, d’être livrée à l’ennemi extérieur par la trahison de citoyens qui se trouvent dans la cité est un élément important de l’affrontement entre Grecs et Perses : ceux-ci comptent sur les médisants qui les ont appelés et qu’ils mettront au pouvoir en cas de victoire.

218 On rappellera que Pisistrate, lors de sa troisième prise de pouvoir, qu’il effectua avec ses fils déjà adultes, partit d’Érétrie, où il avait rassemblé ses soutiens, pour Marathon, où le rejoignirent des sympathisants athéniens (Hdt. 1.61-62) : il n’est pas impossible qu’une tradition de sympathie pour Pisistrate et ses fils se soit maintenue jusqu’alors à Marathon.

219 Sur la bataille de Marathon et les objectifs perses, cf. récemment Doenges 1998, 1-17.

220 Thomas 1989, analyse, 247-251, les diverses traditions orales qu’a pu recueillir Hérodote sur la chute de la tyrannie à Athènes, qui n’était pas encore très éloignée dans le temps. Sur Hérodote et les Alcméonides, cf. Jacoby 1949, 155-167 ; Holladay 1978, 183-184 ; Develin 1985, 125-40.

221 Sur les rapports véritables de Mégaclès, puis de Clisthène, avec les tyrans, mariage manqué de la fille de Mégaclès avec Pisistrate, archontat de Clisthène, mariage du frère de Clisthène, Hippocratès, avec une fille de Pisistrate, Koisyra, on se reportera surtout à Lavelle 1989, 503-513 ; id. 1993, 75-106 ; id. 2005, 107-114 et 134-136 ; Culasso Gastaldi 1997, 33-44. La phase de la participation au régime a été, après la chute d’Hippias, habilement occultée par la famille, qui a mis en avant, comme faire-valoir de son opposition, l’exil qui suivit le meurtre d’Hipparque, et sans doute aussi celui qui fut imposé à Clisthène lors de l’intervention de Cléomène en faveur d’Isagoras en 506.

222 Sur la remise en cause du comportement de Clisthène face à la tyrannie, cf. Lavelle 1993, 101-106 ; Pébarthe 2005, 45-53.

223 Sur l’archontat de Clisthène, connu par un fragment de la liste des archontes athéniens, et sur l’“oubli” qui frappa cet archontat, cf. Thomas 1989, 148-153 ; Lavelle 1993, 74-76, 80-81 et 102 ; Pébarthe 2005a, 45-53 ; id. 2005b, 11-28.

224 Sur la question de l’alliance perse, cf. supra p. 000. Plus généralement, sur la politique de la cité à l’égard de la Perse, de 508 à 488, et sur la sollicitation de l’alliance perse, à l’origine de laquelle se trouvait peut-être Clisthène, qui disparaît ensuite de nos sources – mort ou désavoué –, cf. McGregor 1940, 71-95, particulièrement 71-80 ; Thomsen 1972, 127-135 ; Holladay 1978, 174-191, particulièrement 179-180 ; Lavelle 1993, 103 : si l’Alcméonide a été à l’origine de cette sollicitation, on comprendrait que le comportement des Alcméonides, qui fournissait déjà matière à questionnement à leurs adversaires, ait été considéré avec encore plus de suspicion lors de l’invasion perse de l’Attique.

225 Sur l’affaire du bouclier de Marathon, les doutes sur l’existence même d’un signal, et l’accusation de trahison portée contre les Alcméonides en 490, cf. notamment Gillis 1969, 133-145 ; Thomsen 1972, 127-128 ; Gillis 1979, 45-53 ; Thomas 1989, 247-251 ; Lavelle 1989, 510 ; id. 1993, 104-105 ; Doenges 1998, 15.

226 Cf. Lavelle 1993, 102.

227 Lavelle 1993, 103-104, rappelant l’apostrophe de la prêtresse d’Athéna à Cléomène pénétrant sur l’Acropole – Hdt. 5.72 – en 507, doute que l’entrée des Lacédémoniens dans Athènes en 510 et leur avance jusqu’à l’Acropole aient pu être considérées comme une “libération” : les Athéniens auraient plutôt vu là un nouveau méfait des Alcméonides, destiné à servir leurs propres intérêts. Du sacrilège que constitue l’entrée de Cléomène sur l’Acropole en 508 on rapprochera celui que constitue, dans un contexte également de discorde civile, l’installation de la garnison lacédémonienne sur l’Acropole en 404/3 à la demande des Trente (Lys., C. Ératosthène [12], 94).

228 Sur le rôle des Alcméonides, qui ne jouent sans doute plus à Athènes un rôle de premier plan après la disparition de Clisthène, de 508 à la seconde guerre médique, sur leurs relations avec le dèmos et avec les autres familles aristocratiques, comme celle de Miltiade, qui aspirent à diriger le dèmos, cf. Jacoby 1949, 158-168 ; Forrest 1960, 221-241, particulièrement 233-235 ; Williams 1982, 521-543. Sur les accusations de trahison et de médisme lancées contre les Alcméonides, sûrement à l’initiative de Thémistocle, sur les ostraka avec accusations de trahison visant des Alcméonides et sur les ostracismes effectifs, cf. Ghinatti 1970, 131-144 ; Littman 1990, 169-191, et infra p. 000. Sur le contexte politique des années 490, notamment sur l’accueil fait à Miltiade à son arrivée à Athènes, sur la propagande antiperse, due à Miltiade lui-même ou ultérieurement à Cimon, et sur l’utilisation précoce des Tyrannoctones par la propagande de Miltiade et de Thémistocle, cf. Coppola 2003, 283-299.

229 Sur l’adoption par les Alcméonides de la tradition favorable aux Tyrannoctones, qui est devenue la tradition populaire et officielle, alors que leur tradition familiale persiste à justifier et exalter, au ve siècle et encore au début du ive siècle, leur conduite passée – cf. Isocrate, Sur l’attelage, 25-26, qui reprend Hérodote 6.121-123 –, affirmant que leurs ancêtres ont toujours été en exil, toujours ennemis des tyrans, et libérateurs d’Athènes, cachant le rôle crucial de Sparte et leur propre tricherie, et jouant sur deux expulsions, l’expulsion réelle, comme maudits, par Cléomène, et l’expulsion imaginaire par les tyrans, cf. Jacoby 1949, 159-165 ; Servais-Soyez 1987, 254-255 ; Thomas 1989, 260-264 ; Lavelle 1993, 101-106 ; Pébarthe 2005a, 45-53.

230 Sur le mythe, qui se construit à Athènes avec l’épreuve des guerres médiques, selon lequel les Athéniens auraient été presque unanimement hostiles aux tyrans durant leur domination sur la cité, cf. Lavelle 1993, 124-125 ; Pébarthe 2005a, 48-50. On peut rapprocher, de cette volonté de minimiser le rôle de l’intervention lacédémonienne, l’importance accordée à la tentative aristocratique athénienne de Leipsydrion, à laquelle faisait allusion la “chanson de Leipsydrion” (Ath. Pol., 19.3), qui aurait ébranlé la tyrannie comme l’avait fait l’assassinat d’Hipparque : sur la tentative de Leipsydrion et la résistance aristocratique à Hippias, cf. notamment Ghinatti 1970, 75-85.

231 Cf. sur ce point, notamment, Lavelle 1993, 104 ; Pébarthe 2005a, 49-50. Ces auteurs soulignent que la crainte de l’Alcméonide Périclès, d’être éventuellement compromis, ou soupçonné de trahison (diabolè, hypopsia), en 431, à propos de ses liens de xenia avec le roi Archidamos de Sparte (Thc. 2.13.1), est sans doute à mettre en relation avec le soupçon de trahison resté attaché aux Alcméonides pour leur comportement en 490 – lui-même lié au souvenir d’une attitude fluctuante sous la tyrannie. Sur Périclès et Archidamos, cf. infra, p. 000.

232 Périclès, à cause ou malgré sa prééminence de fait, gardait des adversaires dans la cité : il n’est pas impossible que l’affaire du bouclier de Marathon ait été (re) mise tardivement en rapport avec les Alcméonides : cf. McGregor 1940, 85-87 ; Jacoby 1949, 159-163 – mais il faut noter que le “médisme” des Alcméonides ne fut jamais tenu pour un fait historique à Athènes, où les membres de la famille, y compris dans la ligne masculine, demeurèrent actifs jusqu’à la fin du ve siècle : cf. Holladay 1978, 185-188. Sur la position de Périclès, dans la décennie 430, face aux honneurs rendus par la cité aux descendants des Tyrannoctones, cf. Jacoby 1949, 159-160 et récemment Duplouy 2007, 43-45.

233 Ailleurs qu’à Athènes, eurent lieu des trahisons avérées, explicables le plus souvent par l’ambition ou la jalousie.

234 Dans le cas des personnes suspectées de trahison, on pensera évidemment aux regrets de Médée à propos des kakoi qui ne sont pas signalés par une marque distinctive : les suspects de trahison, eux, portent cette marque. : cf. supra, Chapitre I, p. 000.

235 Sur le procès de Miltiade, cf. infra, p. 000.

236 Sur les ostracismes liés à des accusations de médisme et de prodosia, cf. infra p. 000.

237 Sur l’ambivalence des sentiments des Athéniens face à leurs ostracisés, lorsqu’ils adoptent un décret de rappel, cf. Goossens 1945, 125-138, particulièrement 126-127 et 136-137 ; Burstein 1971, 93-110 ; Holladay 1978, 184-185 ; Figueira 1987, 281-305.

238 Parmi les plus célèbres exilés grecs dans l’empire perse, on citera Hippias et sa descendance, le devin Onomacrite, le roi lacédémonien Démarate,…

239 Des sources littéraires mentionnent un décret, attribué à Thémistocle, qui aurait fait voter des mesures préparant la future bataille navale de Salamine : Dem. 19.303 ; Plut., Them., 10.4. Il est question aussi d’un décret d’amnistie concernant les ostracisés : Ath. Pol., 22.8 ; ce décret aurait été voté à l’initiative de Thémistocle, d’après Plutarque, Them., 11.1 et Arist., 8.1. Un document épigraphique découvert à Trézène, connu comme “décret de Thémistocle”, énumérant les mesures décidées par les Athéniens à la veille de la bataille de Salamine, évoque la situation des ostracisés, dont le rappel est décidé dans un premier temps, avant que soit prise à leur égard une décision définitive : “Afin que l’ensemble des Athéniens repousse dans la concorde le Barbare, que ceux qui ont été chassés pour dix ans se rendent à Salamine et y restent jusqu’à ce que le peuple décide quelque chose à leur égard.” (trad. Brun 2005, 25). Une abondante bibliographie a été consacrée à ce document à l’authenticité très controversée, qui a de toute façon été gravé bien après les faits, au plus tôt au ive siècle, peut-être au iiie siècle : on citera ici seulement Jameson 1960, 198-223 ; id. 1962, 310-315 ; Habicht 1961, 1-35 ; Hignett 1963, 458-468 ; Podlecki 1975, 147-167 ; Burn 1984, 364-377 ; Meiggs & Lewis 1988, 48-52, no 23 ; Blösel 2004, 247-254 ; Brun 2005, 24-26. Plus précisément à propos du rappel des ostracisés et de ses étapes dans le “décret de Thémistocle”, cf. Burstein 1971, 93-110 ; Figueira 1987, 292-294, d’après lequel le “décret de Thémistocle” pourrait reprendre trois décrets proposés par Thémistocle en 481/0 ; Mayer 2002, 357-367.

240 Sur la question de savoir si Aristide séjournait à Égine en raison d’une mission qui lui aurait été confiée, ou parce qu’il n’était pas encore retourné à Athènes depuis le décret d’amnistie, cf. Goossens 1945, 134-138 ; Figueira 1987, 290-294. Plus largement, sur la date du retour d’Aristide, liée à la question de savoir s’il intervient à Salamine en tant qu’homme privé, ou en tant que stratège, élu pour l’année 480/79, ce qui suppose que son retour à Athènes a eu lieu auparavant, cf. en dernier lieu Brenne 2002, 193-204.

241 Xanthippe, malgré son mariage avec une Alcméonide, est distingué de Mégaclès, dans Ath. Pol., 22.6 ; par ailleurs, le fait qu’il ait pu poursuivre avec succès Miltiade, au lendemain de Marathon, semble être une indication sur son indépendance par rapport aux Alcméonides, alors regardés avec suspicion à Athènes : cf. sur cette question Forrest 1960, 233-234.

242 Sur la date probable du rappel des ostracisés, 481/0 ou 480/79, qui se fit en plusieurs étapes, deux, peut-être trois, de manière à permettre à Xanthippe, rentré assez tôt en 480, d’être élu stratège pour 480/79, cf. Burstein 1971, 97-98 ; Figueira 1987, 292-294.

243 Sur Hipparchos, cf. infra p. 000, et Figueira 1987, 291-292.

244 Il est cependant possible que les raisons de leur ostracisme, si des raisons clairement définies pouvaient être données au vote d’une procédure comme l’ostracisme, aient été variées et que, à côté de la sympathie pour la tyrannie ou du médisme, qui pouvaient être inférés de leurs attaches familiales, des arguments liés aux luttes politiques entre ceux qui aspiraient à diriger le peuple aient joué un rôle majeur : cf. Holladay 1975, 187-188.

245 Cf. infra p. 000.

246 Sur les étroites relations qu’entretenait Aristide avec l’aristocratie éginète, au moment où Athènes entreprenait la construction d’une flotte dirigée avant tout à l’origine contre Égine, cf. Figueira 1987, 301-304 ; Piccirilli 1987, 68-72 ; id. 1983, 169-176 ; Brenne 2001, 114-117 ; id. 2002, 198-199. Sur les relations de xénia qu’entretiennent entre eux les aristocrates des cités grecques, encore en plein ve siècle, cf. Hölkeskamp 1998, 17-18. Sur les difficultés qui survenaient lorsque des questions militaires interféraient avec les relations que des familles aristocratiques entretenaient traditionnellement avec les familles aristocratiques d’autres cités, comme le faisaient, avec Égine, Aristide, et Mélésias, le père de Thucydide, rival de Périclès, cf. Frost 1968, 118 et n. 64 et 65.

247 Si la réconciliation entre Athéniens et Éginètes intervint avant la décision de rappel des ostracisés, Athènes dut être rassurée sur son appréhension quant à une éventuel “médisme éginète” qui aurait pu menacer ses ostracisés : cf. Figueira 1987, 301. Encore faut-il souligner qu’Égine, au cours de la seconde guerre médique, démentit largement cette accusation de médisme que les Athéniens avaient si facilement lancée contre leur ennemie : Hdt. 8.122.

248 Sur les craintes, rapportées à deux reprises par Plutarque, qui les tenait sans doute de l’atthidographe Cleidèmos, nourries par les Athéniens à propos d’un éventuel médisme d’Aristide, cf. Burstein 1971, 108-109 ; Figueira 1987, 299-305 ; Piccirilli 1987, 70-72 ; Brenne 2002, 199. D’après la Souda, les Perses auraient tenté de corrompre Aristide à Égine avec trois mille dariques.

249 Pour l’étude d’ostraka portant un reproche de trahison, cf. infra p. 000. Sur l’ostrakon d’Aristide et les raisons qui purent pousser les Athéniens à ostraciser Aristide, opposition avec Thémistocle, mais aussi sympathies pour Égine et soupçon de médisme, cf. Brenne 2001, 114-117.

250 Sur le caractère nécessairement inégalitaire d’une alliance avec le Grand Roi, qu’Athènes avait déjà refusé, après avoir elle-même pris l’initiative de la démarche, lorsqu’elle s’était trouvée isolée face à Cléomène et à ses alliés (Hdt. 5.73 ; cf. supra p. 000), cf. Alonso Troncoso 1995, 256.

251 Sur l’affaire de Lycidas, voir Hignett 1963, 281 ; Gillis 1979, 75-76 ; Burn 1984, 503 ; Ostwald 1986, 26 ; Lavelle 1993, 37-38 ; Green [1970] 2008, 324-325 ; Tuci 2002-2003, 146-150. Sur la lapidation de Lycidas et la valeur exemplaire qu’elle prit à Athènes, et, plus généralement, sur le thème littéraire de la lapidation chez les auteurs tragiques athéniens, voir Rosivach 1987, 232-248.

252 Dans Plutarque, Arist., 10.2-5, il est question, dans la proposition perse, non d’un accroissement de territoire, mais d’une somme d’argent ; Aristide fait répondre qu’il n’existe suffisamment d’or ni sur terre, ni sous terre, pour décider les Athéniens à conclure un accord avec les Perses.

253 “Envoie de l’argent à ceux qui ont de l’autorité dans les cités ; ce faisant, tu sèmeras la division dans la Grèce ; et alors, avec l’aide de tes partisans, tu triompheras facilement de ceux qui ne seraient pas pour toi.” (Hdt. 9.2).

254 Sur le cadre de la Boulè, où se déroule l’affaire de Lycidas, cf. Ruzé 1997, 438-440. Pour une étude sur la corruption des bouleutes dans l’Athènes du ve siècle, cf. Tuci 2002-2003, 146-164.

255 La lenteur et l’apparente indifférence des Péloponnésiens face à la menace que présentait Mardonios pour Athènes provoquèrent chez les Athéniens, qui se sentirent trahis, une indignation vive et durable, rappelée en plusieurs occasions : Thc. 1.74.2-4 ; Ps. Lys., Epitaphios, 44-46 ; Plut., Them., 9.4 et 11.5. Sur le sentiment d’adikia éprouvé par les Athéniens du fait des autres Grecs, cf. Alonso Troncoso 1995, 255-258.

256 Hdt. 9.7.12-17 : “Ἡμεῖς δὲ Δία τε Ἑλλήνιον αἰδεσθέντες ϰαὶ τὴν Ἑλλάδα δεινὸν ποιεύμενοι πϱοδοῦναι οὐ ϰαταινέσαμεν ἀλλ’ ἀπειπάμεθα, ϰαίπεϱ ἀδιϰεόμενοι ὑπ’ Ἑλλήνων ϰαὶ ϰαταπϱοδιδόμενοι, ἐπιστάμενοί τε ὅτι ϰεϱδαλεώτεϱόν ἐστι ὁμολογέειν τῷ Πέϱσῃ μᾶλλον ἤ πεϱπολεμέειν”

257 Sur l’inquiétude d’une partie de la population athénienne, et son mécontentement certain devant le refus des propositions de Mardonios, attestés par la conspiration de Platées, cf. Alonso Troncoso 1995, 255. Sur la conspiration de Platées, cf. infra p. 000. Tuci 2002-2003, 149-150, insiste sur le fait que d’autres Athéniens devaient partager les vues de Lycidas, mais qu’ils se turent en raison du sort réservé au bouleute.

258 Sur la liberté de parole en général, cf. le Chapitre III, n.000 p. 000. Cf. Balot 2004, 233-259 ; Saxonhouse 2006. Finalement, il est interdit, sous peine de mort, de défendre un avis qui, dans l’opinion majoritaire de la cité, risquerait de ruiner la cité.

259 Cf. supra, Chapitre I, p. 000.

260 Dans leur réaction face à Lycidas, les Athéniens considèrent comme traître celui qui est infidèle à la cause athénienne et à la cause hellénique qui l’englobe : la communauté grecque est mise par les Athéniens, pour la fidélité qu’on lui doit, sur le même plan que la cité d’Athènes. Est donc traître tout Grec qui pactise avec l’ennemi étranger perse contre le monde grec. Dans le sentiment de communion qui unit des semblables face à l’autre, au différent, la Grèce entière est comme une seule cité face au monde barbare. Au début du ive siècle, le Pseudo-Lysias exprime la conviction que le malheur des Athéniens rend la Grèce “orpheline” (Epitaphios, 58-61) ; le point de vue exprimé plus tard par Démosthène (2e Phil. (6), 7-12 ; Sur la Couronne (18), 295-297) face aux Péloponnésiens qui s’allient, ou se sont alliés, à Philippe de Macédoine s’appuiera sur un raisonnement analogue à celui que tiennent les Athéniens face aux Grecs qui s’allient aux Perses lors des guerres médiques. Dans une optique panhellénique, les cités grecques, en se considérant comme des entités distinctes et éventuellement opposées les unes aux autres au sein de la communauté hellénique, sont des éléments de division et de fractionnement de l’unité des Grecs, au même titre que les factions qui désagrègent l’unité de la cité en se considérant elles-mêmes comme des cités à part entière. Sur cette question de la discorde à l’intérieur de la communauté hellénique et à l’intérieur des cités grecques, voir Moggi 1999, 67.

261 Pour la confirmation par l’archéologie des destructions perses commises lors des deux invasions d’Athènes, cf. Étienne 2004, 66-67.

262 Lycurgue, dans le Contre Léocrate, affirme que le crime des traîtres est avant tout “une impiété qui prive les dieux de leur culte héréditaire” (§ 129), et encore que l’accusé, coupable de trahison, est coupable aussi d’impiété, “puisque, pour autant qu’il dépendait de lui, il a laissé ravager les domaines des dieux et raser les temples” (§ 147). Sur le lien entre la patrie et ses dieux, cf. le Chapitre I, p. 000 et 000.

263 Hdt. 8.144.17-19 : “Ἐπίστασθέ τε οὕτω, εἰ μὴ ϰαὶ πϱότεϱον ἐτυγχάνετε ἐπιστάμενοι· ἔστ’ ἂν ϰαὶ εἷς πεϱιῇ Ἀθηναίων, μηδαμὰ ὁμολογήσοντας ἡμέας Ξέϱξῃ.”

264 L’une des modalités de la lapidation, châtiment infligé par un groupe, est la pluralité des responsables : ce sont bien “les Athéniens” qui mettent à mort Lycidas. Sur cette caractéristique de la lapidation, et la différence entre l’“acte politique” accompli par les hommes et la “réaction passionnée” des femmes tuant des innocents, cf. Gras 1984, 75-89, particulièrement p. 77 et 86. La lapidation est dans les armées grecques une forme de châtiment collectif et sommaire infligé à leurs chefs par les soldats en colère : d’une certaine manière, Lycidas, un conseiller, peut être considéré comme un chef dont les propos sont tenus pour révoltants, et donc répréhensibles par les citoyenssoldats athéniens ; ses propos, qui sont interpétés comme un flagrant délit de trahison, nécessitent aux yeux des Athéniens une mise à mort immédiate. L’Athénien Alcibiade de Phégonte, fait prisonnier sur un bateau de Thourioi en 409, pris en flagrant délit de trahison, est aussitôt lapidé par les marins athéniens sur ordre de Thrasyllos (Xen., HG, 1.2.13) : cf. supra, p. 000. En 406, les Agrigentins lapident, après condamnation par l’armée et sans avoir laissé aux accusés la possibilité de se défendre, quatre de leurs cinq stratèges, coupables à leurs yeux de trahison pour ne pas avoir saisi – peut-être sous l’effet de la corruption, ou par prudence – l’occasion qui leur était offerte d’anéantir les restes de l’armée carthaginoise que les Syracusains venaient de vaincre (Diod. 13.87) ; les Syracusains auraient ensuite eux-mêmes, à l’instigation de Denys, déposé leurs stratèges qu’ils considéraient comme responsables de la chute d’Agrigente (Diod. 13.91-92), puis, peut-être, les auraient lapidés (Plat., Ep. 8.354e). Sur la lapidation des chefs dans les armées grecques, et sur la mise à mort immédiate des soldats qui sont pris en flagrant délit de trahison, cf. Couvenhes 2005, 431-457. Dicéopolis, dans Les Acharniens (178-185, 234-236, 285-295, 319-320, 341-346), risque pareillement la lapidation par le chœur pour avoir traité séparément avec l’ennemi. On fera encore le rapprochement, dans le mythe, avec la peine de mort par lapidation à laquelle l’assemblée d’Argos, dans la pièce d’Euripide jouée en 408 (Or., 442, 536, 625, 863, 914-915, 946-947), condamne Oreste pour le meurtre de sa mère – avant d’autoriser la mort par suicide : ce type d’exécution ordonné par un tribunal en dehors de tout contexte militaire peut s’expliquer par le fait que le meurtre de la mère, dénoncé par les adversaires d’Oreste, constitue un sacrilège au même titre que la trahison accomplie contre la patrie. Lycurgue, en 330 (C. Leoc., 147), souligne ainsi le fait que Léocrate, abandonnant et trahissant sa patrie, a abandonné et trahi cultes des dieux, tombeaux des ancêtres et des parents. Le tribunal d’Argos, certes, commue la peine en ordre de suicide, avant qu’Apollon n’intervienne pour sauver Oreste : le cas d’Oreste est éminemment problématique, mais la peine de lapidation, plusieurs fois évoquée dans la pièce, est certainement à mettre en rapport avec l’horreur religieuse soulevée par le matricide, au même titre que la trahison contre la patrie, réprimée par un châtiment analogue à celui qui était réservé aux sacrilèges. C’est pour un sacrilège, qui est même double, puisqu’elle a projeté de tuer dans le sanctuaire d’Apollon une personne consacrée au dieu, que Créuse dans Ion, pièce représentée sans doute en 418, est condamnée, avant qu’intervienne la reconnaissance avec son fils, à la peine de mort par lapidation (1112, 1237-1241) – ou par précipitation (1222-1225, 1266-1268).

265 Les Athéniens, qui ont dû pour la seconde fois évacuer leur cité et qui, repliés à Salamine, attendent le bon vouloir des Péloponnésiens, sont en proie à une sorte de fièvre obsidionale qui les pousse à vouloir faire taire sur-le-champ toute personne qui se distingue du groupe : le caractère immédiat de la mise à mort s’explique par l’horreur de la communauté qui croit découvrir que l’ennemi était déjà présent en son sein dans la personne de Lycidas. Ainsi, le danger n’est pas seulement à l’extérieur, dans l’armée perse clairement identifiée : il est aussi au-dedans, à l’intérieur de la cité assiégée, dans la personne d’un magistrat dont nul ne se méfiait. Un peu plus d’un siècle plus tard, Énée le Tacticien devait décrire dans sa Poliorcétique (11 ; 17 ; 23) les mesures prises par les villes assiégées pour se prémunir contre toute tentative d’entente avec l’ennemi extérieur de la part d’une partie des citoyens ou de magistrats.

266 Sur la figure ambiguë d’Alexandre Ier de Macédoine dans l’œuvre d’Hérodote en général, voir Scaife 1989, 129-137 ; sur l’ambassade d’Alexandre auprès des Athéniens chez Hérodote, voir Tripodi 1986, 621-635. Sur les devoirs du proxène à l’égard de la cité à laquelle il est lié et sur le sentiment des Athéniens à l’égard d’Alexandre en tant que proxène, cf. infra p. 000.

267 Depuis Marathon, les Athéniens vainqueurs de l’empire perse considèrent le modèle d’indépendance de la cité comme un absolu, auquel l’existence de tout citoyen doit être soumise : la cité prime, et avec elle le discours de glorification de la cité, étouffant pour qui veut suivre son propre chemin, discours que l’opinion publique a bâti depuis la victoire à l’usage des citoyens et face à l’étranger. Sur cet aspect en quelque sorte totalitaire de la cité, qui réclame de ses membres qu’ils se vouent entièrement à la défense de l’image unique qu’elle donne d’elle-même, cf. les pages d’H. Van Effenterre 1985, 268-293.

268 Sur la “fortune” de la lapidation de Lycidas dans la mémoire collective athénienne, et sur son traitement par Démosthène et par Lycurgue, cf. Rosivach 1987, 237-238 et 240-241.

269 L’histoire des guerres médiques fournit aux orateurs du ive siècle nombre d’exemples à vocation de propagande édificatrice : on citera ainsi l’histoire, souvent mentionnée par les orateurs de manière elliptique, et rapportée aussi par Plutarque, Them., 6.4, d’Arthmios de Zélée, proxène d’Athènes, qui, coupable d’avoir introduit en Grèce l’or des Perses, fut frappé d’atimie : cf. infra p. 000. On notera cependant que cette condamnation d’un traître à la cause hellénique, non à Athènes même, d’autant plus qu’il n’était que proxène et non citoyen athénien, intervint peut-être seulement dans les années 460, à la grande époque de Cimon. Sur les références historiques chez les orateurs athéniens, on consultera Nouhaud 1982 ; pour une étude comparative des guerres médiques entre les orateurs et historiens du ive siècle et la tradition du ve siècle qui, pour nous, n’est plus représentée que par Hérodote, mais qui à l’époque était riche d’autres récits, cf. Marincola 2007, 127-144. Sur cette volonté de glorification, et parfois de déformation, des guerres médiques, à laquelle participe la réécriture des faits par le ive siècle et encore par le iiie siècle, cf., sur le “décret de Thémistocle” (supra, n.000) et le “serment de Platées”, Habicht 1961, 1-35. C’est ainsi que, dans la decennie 260, avant et après la guerre de Chrémonidès, des décrets exaltent l’union des Grecs, symbolisée par la collaboration des deux cités hégémoniques, Sparte et Athènes, rappellent la lutte contre l’envahisseur perse du début du ve siècle, dont le souverain macédonien a pris la place, et s’attachent à la célébration à Platées du concours des Eleutheria, mis en place en réalité seulement dans la seconde moitié du ive siècle : cf. Étienne & Piérart 1975, 51-75 ; Bertrand 1992, no 95 et 96, 172-176 ; Habicht [1995] 2000, 161 et 175.

270 La différence de nom entre Hérodote, qui constitue la source originelle sur Lycidas, et Démosthène, provient d’une erreur de celui-ci, explicable par l’existence d’un rameau de la tradition un peu floue, moins proche que celui suivi par Lycurgue, concernant la lapidation à Salamine d’un bouleute favorable aux propositions de Mardonios : cf. Habicht 1961, 21-22 ; Burn 1984, 503 n. 40.

271 Dans la Seconde Philippique, § 11, prononcée en 343, Démosthène, rappelant un événement survenu peu avant l’“affaire” de Lycidas, la mission remplie auprès des Athéniens par Alexandre de Macédoine, l’ancêtre de Philippe, de la part de Xerxès et de Mardonios, soulignait déjà que les Athéniens préférèrent subir tous les sacrifices plutôt que d’être les maîtres des autres Grecs en étant les esclaves du Grand Roi.

272 Georges Mathieu, dans son commentaire au § 203 du Sur la Couronne, p. 91, fait justement le rapprochement avec le dernier discours prononcé par Périclès chez Thucydide, lorsque le stratège met en garde ses concitoyens, qui, las de la guerre, veulent faire coûte que coûte la paix avec Sparte, contre l’esclavage qui, inévitablement, va de pair avec la sécurité (2.63.3) : le contexte certes est différent, puisque les Athéniens de 430, à la différence de ceux de 479, exercent leur domination sur des alliés, mais ceux qui voudraient renoncer à cette domination par goût de la tranquillité perdraient la cité, car la tranquillité seule ne permet pas à une cité de conserver son indépendance : “ce n’est pas une cité exerçant l’empire, mais une cité sujette, qui peut tirer profit d’une sécurité trouvée dans l’esclavage (οὐδὲ ἐν ἀϱχούσῃ πόλει ξυμϕέϱει, ἀλλ’ ἐν ὑπηϰόῳ, ἀσϕαλῶς δουλεύειν)” – et l’on retrouve ici les termes mêmes que Thucydide avait mis dans la bouche de Périclès. D’après Démosthène, Kyrsilos – Lycidas était prêt à payer la sécurité au prix de l’indépendance de la cité, car une alliance avec le grand Roi, nécessairement inégale, signifiait la perte de la liberté : or, les Athéniens “ne se jugeaient même pas dignes de vivre s’il ne leur était pas permis de le faire en pleine liberté”, déclare l’orateur (Sur la Couronne, 203), qui amplifie sur l’idéal de la cité hérité des guerres médiques et que les Athéniens se doivent de maintenir (Sur la Couronne, 200-206). Dans la condamnation par Périclès des citoyens “tranquilles”, comme dans celle, par Démosthène, de “Kyrsilos”, lapidé pour avoir, non pas proposé d’obéir à une sommation, mais suggéré de transmettre au peuple une proposition, se retrouve l’idéal de la cité, avec sa grandeur et ses limites, tel qu’il est issu de Marathon, selon H. Van Effenterre 1985, 268-269 et 282-284.

273 Même si la faute commise par Lycidas a été moindre que celle qu’a commise Léocrate, il n’empêche qu’elle méritait bien la mort aux yeux de Lycurgue : pareillement, ceux qui se font les avocats d’un traître, justifiant sa conduite, méritent la mort : C. Leoc., 114-116, à propos des défenseurs de Phrynichos. Il est finalement interdit, sous peine de mort, de défendre un avis qui, dans l’opinion majoritaire, risquerait de ruiner la cité. Sur le caractère totalitaire, très net dans le cas de Lycidas, que revêt l’idéal de la cité, cf. Van Effenterre 1985, 269 et 283-284.

274 D’après Lycurgue, C. Leocr., 123, les Athéniens “ont infligé la mort à un homme pour n’avoir trahi qu’en paroles une ville déjà abandonnée (ἐϰεῖνοι τὸν ἀνάστατον τὴν πόλιν οὖσαν λόγῳ μόνον πϱοδιδόντα οὓτως ἀπέϰτειναν)” : l’orateur, dans sa volonté de montrer que le crime de Léocrate envers sa patrie surpasse tous les crimes antérieurs, feint de croire que la trahison supposée de Lycidas était dirigée contre la ville en tant qu’ensemble urbain, et non, selon l’interprétation athénienne d’alors qui attribuait les propos de Lycidas à la corruption, délit répréhensible, contre l’essence même de la cité, c’est-à-dire sa pleine indépendance. Si la ville était déserte, ses hommes étaient prêts à continuer le combat contre les Perses : ce qui aurait été au cœur d’un débat qui n’eut pas lieu était la question, non de l’abandon de la ville, déserte ou non, mais de la poursuite de la lutte contre les Barbares au nom de la liberté.

275 La mention d’un décret en vertu duquel le bouleute aurait été mis à mort par lapidation ne peut pas renvoyer à un texte authentique, mais seulement à un texte de justification qui a pu être rédigé après coup : cf. Habicht 1961, 18 et 21-22 ; Burn 1984, 503 n. 40.

276 Le caractère “idéalisé” de la mise à mort de Lycidas est particulièrement frappant dans la conclusion que Lycurgue donne à l’évocation de cette affaire, qui n’est au fond selon lui qu’un exploit supplémentaire dans la longue série des hauts faits athéniens : “Admirable décret, juges, et bien digne de vos ancêtres : avec la noblesse native de leur âme, ils devaient naturellement se montrer si rigoureux dans le châtiment des coupables”.

277 Sur le châtiment des traîtres à la fin du ve siècle, cf. infra p. 000. Sur les différents modes de supplices dans l’Antiquité, particulièrement sur la lapidation, qui, risquant de porter atteinte à la paix sociale, resta chez les Grecs en dehors du domaine du droit, cf. Cantarella 1984, 68-70 ; ead. 1991, 73-87. La lapidation était cependant un mode régulier d’exécution chez les Macédoniens pour trahison, après jugement par l’armée : d’après Quinte-Curce 6.11.38, Philotas fut lapidé – tandis que, d’après Arrien 3.26.3, il fut exécuté à coups de javelot : cf. Gernet 1984, 10-11. Gras 1984, 75-89, fait le rapprochement, 77-81, entre la lapidation et le châtiment par précipitation – que l’on retrouve dans le décret de Cannônos, où le coupable est précipité dans le Barathre. Sur la précipitation, châtiment réservé aux crimes religieux et aux crimes politiques, et souvent liée à l’interdiction de sépulture, cf. Gernet 1936-1968, 315-316 – nous n’entrerons pas ici dans la discussion de savoir si le coupable était précipité dans le Barathre encore vivant, ou une fois mort : cf. Gernet 1936-1968, 307-311 ; Cerri 1982, 126-127 ; Whitehorne 1989, 89-97. Lysias, C. Agoratos (13) 67, affirme que l’un des frères de l’accusé, coupable d’avoir trahi en faisant, en Sicile, des signaux lumineux à l’ennemi, fut mis à mort, par ordre du stratège Lamachos, par le supplice de l’apotympanismos, châtiment réservé aux kakourgoi, et donc aussi aux traîtres (peut-être pris en flagrant délit ?) : cf. Gernet [1936] 1968, 316, qui insiste sur le fait que le châtiment fut infligé à l’armée, et que le coupable devait être au moins d’origine servile ; Cantarella 1984, 60-61. Dans Les Lois (853d-857d) de Platon, le châtiment contre les sacrilèges et les traîtres comporte la mort et l’expulsion hors du territoire.

278 Du sort réservé à Lycidas, en partie sous l’effet d’une extrême émotion, on rapprochera celui que les Athéniens réservèrent à deux reprises à leurs ennemis perses. Ils avaient, à la veille de la première guerre médique, précipité dans le Barathre les hérauts envoyés par Darius à Athènes pour réclamer “la terre et l’eau” – de même que les Spartiates avaient précipité dans un puits les hérauts qui leur étaient envoyés (Hdt. 7.133) : une indignation non raisonnée contre ce qui était ressenti comme une atteinte à l’indépendance de la cité, commise par le Grand Roi qui soutenait le tyran Hippias, explique ce sacrilège contre la personne inviolable des hérauts – sacrilège dont les Spartiates prirent bien conscience et qu’ils s’efforcèrent quant à eux d’expier (Hdt. 7.134-137). A ce sacrilège, apparemment sans conséquence pour les Athéniens, commis à l’aube des guerres médiques, répondent, à l’issue de la deuxième guerre médique, la crucifixion, à Sestos, du Perse Artayctès, coupable de sacrilège, et la lapidation de son fils, sous les yeux du père (Hdt. 9.120). Xénophon, dans les Helléniques 1.7.20, rapporte que, d’après le décret de Cannônos, toute personne reconnue coupable (adikein) envers le peuple athénien, doit être exécutée et précipitée dans le Barathre : les hérauts, transmettant l’injonction de Darius, étaient certes coupables d’une faute à laquelle convenait ce châtiment, mais leur caractère inviolable aurait dû être respecté ; Artayctès quant à lui était coupable de sacrilège, et la lapidation de son fils, atteint par la faute du père, était destinée, en se déroulant sous ses yeux, à accroître son châtiment.

279 Pour un autre cas de lapidation, rapporté de manière très rapide, sans aucun commentaire, par Xénophon, Helléniques, 1.2.13, cf. Rosivach 1987, 246, et supra p. 000.

280 Plutarque ne cite pas la source chez laquelle il a trouvé le récit, assez détaillé, de la conspiration : d’après Burn [1962] 1984, 525-527, celle-ci pourrait bien être l’atthidographe Cleidèmos. Sur la conjuration de Platées, on pourra consulter : Calhoun [1913] 1964, 143 ; Burn [1962] 1984, 503 et 525-527 ; Green [1970] 2008, 353-354 ; Bicknell 1972, 61 et 74 ; Harvey 1984, 58-73 ; Ostwald 1986, 176-177 ; Queyrel 2007a, 116-119.

281 Beaucoup d’éléments plaident à notre avis en faveur de l’authenticité du récit de Plutarque : on insistera sur la précision dans l’indication des circonstances et des noms des deux chefs, sur le caractère parfaitement vraisemblable d’une conjuration à cette difficile période de la guerre pour les Athéniens, et sur les raisons, recherche d’efficacité sur le moment, puis refus de voir mis à mal le prestige d’Athènes, qui peuvent expliquer que le souvenir de ce complot, qui n’avait pas été porté à la connaissance publique, n’ait pas été conservé. On ajoutera aussi, pour expliquer l’absence de cette conjuration dans le récit d’Hérodote, que celui-ci ne possédait pas encore la valeur canonique, qui est la sienne pour nous aujourd’hui, aux yeux d’auteurs du ive siècle dont s’inspire souvent Plutarque, et qui pouvaient parfois lui préférer d’autres sources, orales notamment, dont ils disposaient encore à leur époque : cf. Marincola 2007, 127-146. Sur la conception des guerres médiques chez Plutarque, particulièrement dans les Vies parallèles, cf. Pelling 2007, 145-165.

282 Dans une lutte commune, une cité dont on découvre qu’un membre trahit ou s’apprête à trahir, risque d’être atteinte par l’opprobre qui ne devrait tomber que sur le membre fautif de la communauté : Hérodote 8.128, raconte comment, dans l’hiver 480/79, fut découverte, lors du siège de Potidée par les Perses, la trahison du Skionéen Timoxène, qui fut gardée secrète, pour éviter que l’on ne considérât à l’avenir comme traîtres tous les Skionéens.

283 L’attachement des Athéniens aux biens qu’ils possèdent à la campagne se vérifiera une quarantaine d’années plus tard, lorsque l’Attique est ravagée, au début de la guerre du Péloponnèse, pour la première fois depuis les guerres médiques, et que Périclès éprouve le plus grand mal à convaincre ses concitoyens de respecter la stratégie adoptée de repli derrière les murailles : Thc. 2.21-22, 59-65.

284 Sur l’affaire de Lycidas, cf. supra p. 000.

285 Il n’est pas impossible qu’Aristide, proche de l’aristocratie éginète et hostile à la politique navale, ait découvert des partisans à lui parmi les membres de la conjuration : il aurait eu à la fois plus de raisons d’étouffer le complot, et davantage d’autorité pour y parvenir. Green [1996] 2008, 354, souligne qu’Aristide pouvait se trouver dans la situation embarrassante de devoir arrêter des amis à lui extrémistes.

286 Cf. supra, p. 000.

287 Sur les expéditions aristocratiques de l’époque archaïque, dirigées contre la cité avec l’aide étrangère, cf. supra, p. 000.

288 Sur l’affaire du bouclier de Marathon, cf. supra, p. 000. Sur la position politique des Alcméonides, certainement plus difficile que ne le dit Hérodote au début du ve siècle, cf. notamment Forrest 1960, 233-235 ; Holladay 1978, 181.

289 Sur les valeurs aristocratiques, cf. supra, n.000 p. 000. L’hégémonie qui sera exercée par Athènes dans le cadre de la Ligue de Délos donnera aux aristocrates athéniens un champ d’action capable de satisfaire leur désir d’honneurs.

290 Plutarque (Arist., 13.1), utilisant une terminologie anachronique, dit des conspirateurs qu’ils avaient juré de “renverser la démocratie (katalusein ton dèmon)” : ils voulaient assurément renverser le régime instauré par la constitution clisthénienne, comme avaient voulu le faire en leur temps, également avec l’aide étrangère, Isagoras et Hippias.

291 S’il est certain que, dans le conflit qui opposait les Grecs aux Perses, les aristocrates étaient moins limités à leur propre cité, en raison de leur horizon social plus large, ils n’en étaient pas moins attachés aussi aux privilèges qu’ils possèdaient dans les cités et au pouvoir qu’ils espéraient y exercer : un certain nombre étaient donc prêts à médiser, en échange d’avantages personnels dans leur patrie.

292 On fera le rapprochement entre l’incertitude qui avait précédé Marathon, dix ans plus tôt, lorsque Miltiade avait mis en garde Callimachos contre la discorde qui risquait de survenir entre Athéniens en cas d’attente (Hdt. 6.109), et celle qui précède Platées : à toute attente précédant une bataille difficile est inhérent le risque de relâchement et, partant, de défection ou de trahison.

293 Dans une situation qui présente une certaine analogie avec celle des Athéniens à la veille de Platées, on rapprochera de la manière d’Aristide, pour l’en distinguer, celle d’Agésilas, qui doit juguler plusieurs conspirations dans Sparte menacée par l’armée d’Épaminondas, déferlant sur la Laconie dans l’hiver 370/69 : les deux hommes usent de discrétion, gage d’efficacité et de rapidité, mais là où le premier avait fait preuve de clémence et de confiance, le second, sans pour autant recourir à la justice des tribunaux, fait appliquer la peine de mort : Plut., Ages., 33.6-12.

294 On lira avec intérêt les fines remarques de Burn 1984, 526-527, sur le comportement d’Aristide face à la conjuration.

295 Cf. supra p. 000 et infra p. 000.

296 La même hauteur de vue avait fait défaut aux accusateurs de Miltiade, particulièrement à Xanthippe, dix ans plus tôt : toute la question était évidemment de savoir quel était l’intérêt de la cité au retour de l’expédition de Paros.

297 L’étude complète et récente des ostraka du Céramique est celle de Brenne 2001 ; sur Agasias, voir p. 89-90, où est reprise toute la bibliographie sur le personnage. Le rapprochement entre l’Agasias de la conjuration rapportée par Plutarque et l’Agasias des ostraka, proposé par Willemsen 1965, 108-109 et pl. 133, est mentionné par Bicknell 1972, 61 et 74 ; Harvey 1984, 58-73 ; Brenne 2001, 90 (très réservé) ; Queyrel 2007a, 116-119. Sur Agasias, ou les Agasias, voir Traill 1994, 1, no 105862, 105912, 105932 et 106315.

298 Cf. Brenne 2001, 89-90, qui estime, rappelons-le, que l’identification des deux Agasias en un seul personnage est très hypothétique.

299 Cf. infra, p. 000.

300 Au culte général en l’honneur des soldats morts à la guerre, assuré à Athènes même par l’archonte polémarque, s’ajoutent, à Marathon, des concours funèbres célébrés peut-être dès le ve siècle, en l’honneur des combattants de Marathon : sur le culte en l’honneur des morts, mal connu pour le ve siècle, et sur la célébration de Marathon dans l’idéologie collective, cf. Prost 1999, 69-88, particulièrement 73-77 ; Sineux 1999, 97-126, particulièrement 121-122 ; Lafond 1999, 151-178, particulièrement p. 162 ; Jung 2006, 27-224, particulièrement 27-71.

301 Sur les monuments athéniens qui délivrent un message politique, exaltant le régime politique athénien ou les victoires sur les Perses, cf. notamment Grütter 1997, 113-132 ; Boedeker 1998, 185-202 ; Hölscher 1998, 153-183 ; Étienne 2004, 66-98 ; Jung 2006, 72-125 ; Lissarrague & Schnapp 2007, 35-45.

302 Sur l’exaltation des marathonomaques, et sur les relations de Marathon et des hoplites avec la cité, que les guerres médiques font avancer vers la démocratie et la thalassocratie, cf. Hanson 1996, 289-312 ; Fouchard 1997, 200-203 ; Lafond 1999, 153-160 ; Prost 1999, 69-88 ; Hoffmann 2002, 78-81 ; Jung 2006, 126-165. Sur l’exaltation de Miltiade par Cimon, cf. Vanotti 1991, 15-31 ; Jung 2006, 106-122.

303 Sur le rôle des grandes victoires des guerres médiques, qui font définitivement entrer dans l’idéologie démocratique la haine de la tyrannie, considérée comme l’antithèse de la démocratie athénienne, cf. Lavelle 1993, 36-49, 74-79 et 123-129 ; Pébarthe 2005, 47-53.

304 Cf. Lavelle 1993, 127-129. Sur la glorification des Tyrannoctones, cf. supra, Chapitre I, p. 000 et infra p. 000.

305 Cf. supra, à propos du “bouclier de Marathon”, p. 000.

306 Sur le rôle des guerres médiques dans l’évolution du processus démocratique, cf. Bleicken 1995, 337-364 ; Lotze 1997, 89-98.

307 Sur la procédure de l’ostracisme à Athènes en général, et particulièrement du point de vue de l’enseignement que nous pouvons en tirer sur les victimes effectives de l’ostracisme ou sur les simples “candidats” à l’ostracisme, cf. Carcopino 1935 ; Thomsen 1972 ; Lehmann 1981, 85-99 ; Roberts 1982, 142-153 ; Dreher 2000, 66-77 ; Forsdyke 2000, 232-263 ; ead. 2005, 144-181 ; Mann 2007, 58-73, et surtout Brenne 2001 et Siewert 2002.

308 Pour une liste des ostraka portant une inscription supplémentaire ou un dessin, ajoutés au nom du personnage, cf. Brenne 2002, 80-166.

309 Sur la vie politique athénienne de 490 à 470, on pourra consulter Karavites 1977, 129-147 ; Shapiro 1982, 69-73 ; Williams 1982, 521-544 ; Kinzl 1995, 244-245 ; Martin 1995, 187-190.

310 Sur le procès de Miltiade, cf. infra p. 000.

311 Sur le lien qui semble devoir être établi entre la condamnation de Miltiade et la série d’ostracismes qui suivit, cf. Lavelle 1993, 33-35. Sur l’ostracisme et les rivalités de politique intérieure à Athènes dans les années 480, cf. la bibliographie donnée par Alain Martin 1989, 141-142 ; cf. Forsdyke 2005, 166-170, 175-177, sur les rivalités politiques entre chefs, dangereuses pour la stabilité de la cité, dans les ostracismes d’Aristide, Cimon, Thucydide fils de Mélésias, que la cité résout par l’exil temporaire.

312 Sur les ostracismes de “médisants” ou d’“amis des tyrans” des années 480, voir Lavelle 1993, 35-40. Sur l’ostracisme d’Hipparchos, fils de Charmos, cf. Berti 2004, 151-165.

313 Sur les motifs de réprobation mis en avant par certains ostraka, trahison, médisme, mais aussi ambition, goût du luxe, immoralité, etc…, voir Siewert 1991, 3-17 ; Brenne 2002, 155-166 ; Forsdyke 2005, 154-158 ; Pébarthe 2006, 310-311.

314 Il importe de distinguer de l’ostracisme qui frappa Hipparchos, fils de Charmos, l’action judiciaire, ou tout au moins la condamnation officielle pour trahison, qui le suivit avec un intervalle de plusieurs années : cf. p. 000.

315 Sur les caractéristiques de l’ostracisme, procédure “muette”, qui n’a pas besoin qu’ait été commis un “délit” à proprement parler, cf. Carcopino 1935 ; Dreher 2000, 75-77 ; Queyrel 2007a, 84-89.

316 Cf. Forsdyke 2005, 158 ; Pébarthe 2006, 311.

317 Sur les témoignages d’Androtion, FGrH 324 F6 et de l’Ath. Pol., 22.4 sur l’ostracisme d’Hipparchos, cf. Taeuber 2002, 401-412 et 449-454, qui note qu’Hipparchos, sans doute petit-fils de Pisistrate par sa mère, fille d’Hippias, devait être trop jeune pour que la loi sur l’ostracisme ait été établie à son intention ; de même, Berti 2004, 156-165, particulièrement 161-162.

318 Sur le soupçon de tyrannie sur les ostraka, qui n’est jamais clairement exprimé et que l’on ne peut que rapprocher, au mieux, du reproche d’arrogance adressé sur plusieurs ostraka à l’Alcméonide Mégaclès, cf. Brenne 2002, 160-161 ; Forsdyke 2005, 153-154. Sur les intentions, toujours peu claires pour nous, qui auraient été celles de l’ostracisme à l’origine, cf. Brenne 2001, 24-26 ; Siewert 2002, 504-509 ; Forsdyke 2005, 146-165. Sur l’évolution des intentions de l’ostracisme, cf. Heftner 2002, 495-499 et 501-503 ; Scheidel 2002, 483-494 et 500-501 ; Forsdyke 2005, 159-165.

319 Les ostraka qui ont été retrouvés avec le nom d’Hipparchos, fils de Charmos, douze en tout, ne portent aucune inscription supplémentaire qui puisse nous éclairer sur le mobile de l’ostracisme : cf. Brenne 2001, 161, no 98. Sur le climat de peur qui régnait encore à Athènes après Marathon et sur la méfiance à l’égard de tout ce qui touchait à Pisistrate et à sa famille, cf. Lavelle 1993, 33-37.

320 Cf. supra p. 000.

321 Cf. infra p. 000.

322 Pour des témoignages sur l’ostracisme de Mégaclès – ou plutôt les ostracismes, car Mégaclès semble bien avoir été ostracisé deux fois, une première fois en 487/6, et une seconde fois, d’après Lys. 14.39, à une date que des ostraka permettent de fixer en 471 –, cf. Brenne 2001, 225-228 ; Hameter 2002, 327-333 ; Heftner 2002, 302-303, 310-311 ; Taeuber 2002, 449-458 ; Forsdyke 2005, 152.

323 Pour les ostraka avec inscriptions rajoutées concernant Mégaclès, cf. Brenne 2001, 200-203 et 225-228 ; id. 2002, 100-120. À propos de l’envie à l’égard de Mégaclès, que mentionne Pindare dans la VIIe Pythique, cf. Walcot 1978, 53 ; Most 2003, 135-136. Sur l’envie à l’égard des puissants en général, évoquée dans ses épinicies par Pindare, cf. aussi Walcot 1978, 40-42.

324 Pour les inscriptions et les graffiti mettant en cause le statut social de Mégaclès et son train de vie, cf. supra n.000 et Brenne 2002, 160-163.

325 Sur l’affaire du bouclier de Marathon, cf. supra p. 000. Pour un ostrakon, daté de 471, qui se rapporte peut-être à Mégaclès, dont le nom est “persisé” en “Begakèdès”, cf. infra p. 000.

326 Sur les ostraka au nom de Mégaclès mentionnant Érétrie ou Koisyra, et sur la signification qu’on peut leur donner, dans le sens d’une allusion à un lien de Mégaclès avec les traîtres érétriens de 490, ou à un lien de sa mère Koisyra avec la tyrannie ou avec les traîtres érétriens, cf. Brenne 2002, 106-112, T 1/94 à T 1/100. L’ostrakon T 1/94, p. 106-108, porte l’inscription : “[---]αϰλɛÞς [---]οϰϱάτōς [---]λι (eχσō [---]εις ἒλθεις : μ’ ’Εϱετϱ[ί]αζε ; les ostraka T 1/95 à T 1/100, p. 108-109, portent des inscriptions, parfois lacunaires, ajoutant, au nom de Mégaclès, son patronyme et le nom de Koisyra, au génitif ou à l’accusatif : ΜεγαϰλɛÞς hιπποϰϱάτōς ϰαὶ Κοισύϱας ; ΜεγαϰλɛÞς hιπποϰϱάτōς Κοισύϱαν. Sur Mégaclès et Koisyra, cf. Culasso Gastaldi 1997, 33-44 ; sur Pisistrate et Koisyra, cf. Lavelle 2005, 134-136.

327 Sur l’importance de la suspicion et de la vraisemblance dans les premiers ostracismes, cf. Holladay 1978, 186-189.

328 Pour une étude du médisme d’après les ostraka, cf. Brenne 2002, 156-158.

329 La question se pose, à propos d’un ostrakon qui date de la même période que les autres, mais qui est inscrit au nom de “Kallixenos, fils de Kleisthenès”, de savoir s’il s’agit ou non de la même personne que Kallixenos, fils d’Aristonymos : une réponse affirmative pourrait s’expliquer, dans le cas où il ne s’agirait pas d’une erreur dans l’indication de la filiation, par la volonté de marquer d’une connotation négative la personne de Kallixenos, en la rapprochant du célèbre Alcméonide, dont la famille faisait alors l’objet de nombreuses critiques, attestées notamment par les ostraka : cf. Brenne 2002, 91.

330 Sur le personnage de Kallixenos, fils d’Aristonymos, cf. en général Brenne 2001, 186-188 ; Traill 2001, 10, p. 133, no 558660.

331 Cf. Brenne 2002, 57 et 90, T 1/62 : [’Αλϰ]μεōν[ίδōν Καλλ]ίχσεν[ος ’Αϱ]ιστο[νύμō]. On fera le rapprochement avec un ostrakon portant le nom de Mégaclès qui souligne également l’appartenance à l’illustre famille : cf. Brenne 2002, 104. Outre le soupçon de trahison au lendemain de Marathon, déjà mentionné, la famille souffrait du rappel régulier, attesté par des ostraka, de la malédiction qui la frappa collectivement après le sacrilège commis à l’égard des partisans de Cylon : cf. Brenne 2002, 104-106 et 164.

332 Cf. Brenne 2002, 91, T 1/65 : [Καλλ]ίχσενος [hο πϱ]οδότες.

333 Sur l’ostrakon de Kallixenos orné d’une tête barbue coiffée d’une couronne de coq, cf. Brenne 2002, 142-143 et fig. 3 p. 524.

334 Sur la préparation d’ostraka contre Kallixenos, cf. Stamires & Vanderpool 1950, 376-390 ; sur la préparation d’ostraka contre Kallixenos et contre Thémistocle, cf. Lang 1990, 66-88 et 142-161. Sur les possibles manipulations en général dans les votes d’ostracisme, cf. Queyrel 2007a, 84-89. Sur les caractéristiques de l’ostracisme, peutêtre “né comme correctif contre l’excès de pouvoir, et par la suite utilisé à des fins factieuses”, avec possibilité de manipulation par les grandes familles et les hétairies, mais aussi “volupté de vengeance populaire contre des personnes discutables”, qui limitent singulièrement la valeur des inscriptions sur ostraka, cf. Bertelli 1996, 20-21. On se gardera ainsi d’établir systématiquement, en se basant notamment sur ces ostraka des premières décennies du ve siècle, un lien entre “élite” et “trahison”, comme le fait Herman 1985, 171-176.

335 Sur les soupçons que nourrissaient les Athéniens à propos d’Aristide, ostracisé sans doute en raison de ses sympathies pour Égine, principale rivale d’Athènes avant la seconde guerre médique et contre laquelle était ostensiblement dirigée la loi navale de Thémistocle, cf. supra p. 000.

336 Sur l’ostrakon exprimant à l’encontre d’Aristide un soupçon de médisme, cf. Brenne 2001, 114-117 ; id. 2002, 81-82, T 1/37 et 193-204 ; Taeuber 2002, 455. L’inscription est ainsi restituée : ’Αϱιστ[---] τὸν Δά[τιδος] ἀδελϕ[όν], ou ’Αϱιστ[---] τὸν Δα[ϱείου] ἀδελϕ[όν]. Schubert 1993, 30 n. 44, émet l’hypothèse que l’inscription de l’ostrakon ait pu faire allusion à un lien de xenia entre Aristide et Datis et fait un rapprochement avec Plutarque, Arist., 5.2 : l’existence d’un tel lien nous apparaît hautement improbable.

337 Sur l’attitude des Grecs coalisés contre les Perses à l’égard des Grecs médisants, au lendemain de Salamine et de Platées, cf. Hdt. 8.112 et 9.86-88. Sur les rapports de Thémistocle et du poète Timocréon de Rhodes, soupçonné d’avoir médisé, et dont Plutarque, Them., 21.4, nous a conservé, avec des poèmes plus tardifs, un poème qui daterait des débuts de la Ligue de Délos, cf. infra p. 000.

338 Le grand nombre d’ostraka au nom de “Kallias Kratiou” fit que l’on crut longtemps pouvoir identifier ce personnage, inconnu par ailleurs, avec le troisième ostracisé, “ami des tyrans”, qui n’est pas nommé par l’Athènaiôn Politeia 22.6 : mais la datation assurée des ostraka en 471, par des recoupements avec des ostraka dirigés contre Thémistocle et contre Mégaclès, rend impossible cette identification : cf. Brenne 2001, 179-181. Sur Kallias, fils de Kratios, cf. Traill 2001, 10, p. 167, no 554520.

339 Cf. Brenne 2002, 56, 87-90, T 1/45 à T 1/61, et fig. 1, p. 523. Les inscriptions, qui pour la plupart comportent l’indication du patronyme et du démotique, soit traitent Kallias de “Mède”, soit indiquent la provenance, “de Médie”. On peut ainsi reproduire T 1/49 p. 88 et T 1/60 p. 89 : “[Κα]λλίας hο ΜɛÞ[δō]ς Κϱα[τίō] ’Αλοπ[εϰɛÞθεν], et Καλίας ἐγ Μḗδōν.

340 Cf. supra n.000 à propos de Kallixenos. Shapiro 1982, 69-73, dans un article intitulé “Kallias Kratiou Alopekethen”, pense que l’enrichissement soudain de la famille des Kerykes, à la suite de la découverte par Kallias fils d’Hipponikos, sur le champ de bataille de Marathon, au lendemain de la victoire athénienne, d’une fosse remplie d’or perse, a pu valoir à toute la famille, en raison de son origine, la réputation de médisme : l’histoire est racontée par Plutarque, Aristide, 5.6-8.

341 Sur l’ostrakon qui qualifie de “médisant” Habrônichos de Lamptres, cf. Brenne 2001, 153-154 ; id. 2002, 84-85, T 1/41. L’inscription est ainsi formulée : “hαβϱōνίχōι Λαμπτϱεῖ μēδίζοντι”. Habrônichos est attesté à deux reprises, dans la seconde guerre médique et à la fin de celle-ci, dans un rôle de messager, qui ne permet pas de le situer dans la politique intérieure athénienne ni d’expliquer la raison du soupçon de médisme exprimé par l’ostrakon : Hdt. 8.21 ; Thc. 1.91.2.

342 Sur l’ostrakon, daté de 471, qui reproche à Léagros, fils de Glaucon, d’avoir trahi, cf. Brenne 2001, 209-211 ; id. 2002, 95, T 1/71, et 158. L’inscription est ainsi restituée : “Λεάγϱōι Γλαύϰōνος hότι ἐπϱοδίδōσε”.

343 La première partie du patronyme, qui est conservée, “Hippo…”, alors que Mégaclès était fils d’Hippokratès, et la datation de l’ostrakon en 471, date probable du second ostracisme de Mégaclès, font penser que le nom “Begakèdès”, qui serait unique et pour lequel n’existe aucun parallèle en Attique, pourrait avoir été inscrit pour “Mégaclès”, dans une déformation intentionnelle, plutôt qu’involontaire, en raison de l’apparence perse donnée au nom de l’Alcméonide, auquel avait précédemment été reprochée son arrogance – trait de caractère qui pouvait amener à suspecter chez son détenteur sympathie pour le Grand Roi et/ou pour la tyrannie : cf. supra p. 000. Sur l’ostrakon de “Begakèdès”, cf. Brenne 2001, 125 ; id. 2002, 50 et 158.

344 Le procès intenté à Miltiade en 489, peut-être pour trahison, est étudié dans un autre cadre, p. 000, en raison de l’occasion qu’il offre au dèmos d’affirmer pour la première fois sa souveraineté.

345 Sur la paix dite “de Callias”, à l’authenticité controversée, et dont des lectures différentes peuvent être faites selon que l’on se place du point de vue athénien ou du point de vue perse, cf. Briant 1996, 596-599 ; Cawkwell 2005, 139-141 et 281-289.

346 Sur les relations qu’entretiennent avec l’empire perse les cités grecques, particulièrement Athènes et Sparte, de la paix de Callias à la fin de la guerre du Péloponnèse, cf. Lewis 1977 ; Bommelaer 1981, 62-65, 86-89, 218-219 ; Bauslaugh 1991, 124-128 ; Briant 1996, 596-617 ; Miller 1997, 9-24 et 109-133 ; Tuplin 1997, 162-185 ; Cawkwell 2005, 139-161 ; Raaflaub 2009, 89-124.

347 À propos du soutien perse, qu’attestent notamment des inscriptions, apporté à des membres de cités alliées révoltés contre Athènes, comme à Milet, Érythrées, Samos et Colophon, dans les décennies 450-430, cf. Meiggs 1972, 112-118 ; Schuller 1974, 48-52 ; Lewis 1977, 115-116 ; Briant 1996, 597-599 ; Welwei 1999, 128-134 ; Queyrel 2003, 107-108.

348 Au début des Acharniens (61-125), Dicéopolis assiste, à la Pnyx, au retour des ambassadeurs athéniens envoyés auprès du Grand Roi, qui se présentent en compagnie de l’“Œil du Roi”. Cf. Daumas 1985, 290-302 ; Miller 1997, passim ; Tuplin 1997, 162-185 ; Lenfant 2001, 73-75 ; Lonis 2002, 191-192. Raaflaub 2009, 89-124, étudie l’interaction entre Grecs et Perses, et surtout Athéniens et Perses, au lendemain des guerres médiques, et notamment l’influence perse dans la gestion par les Athéniens de leur hégémonie.

349 Isocrate, dans le Panégyrique, en 380, fait allusion aux malédictions proférées à l’ouverture des réunions publiques, contre les citoyens qui comploteraient avec les Perses : “Καὶ πολλῶν μὲν οἱ πατέϱες ἡμῶν μηδισμοῦ θάνατον ϰατέγνωσαν, ἐν δὲ τοῖς συλλόγοις ἔτι ϰαὶ νῦν ἀϱὰς ποιοῦνται, πϱὶν ἄλλο τι χϱηματίζειν, εἴ τις ἐπιϰηϱυϰεύεται Πέϱσαις τῶν πολιτῶν· (“Souvent nos ancêtres ont condamné des gens à mort pour intelligence avec les Mèdes ; et maintenant encore dans nos assemblées on lance des malédictions, avant tout autre débat, contre tout citoyen qui négocie avec les Perses”) (§ 157), affirmation que l’on rapprochera de Plutarque, Aristide, 10.6. Plus tard, Démosthène, Sur l’Ambassade, 70, fait allusion à la malédiction lue à l’ouverture des séances de l’Ekklèsia et de la Boulè, comme Dinarque, C. Aristogiton, 16, “πϱῶτον μὲν ϰαθ’ ἑϰάστην ἐϰϰλησίαν δημοσίᾳ ϰατὰ τῶν πονηϱῶν ἀϱὰς ποιούμενοι, εἴ τις δῶϱα λαμβάνων μὴ ταὐτὰ λέγει ϰαὶ γιγνώσϰει πεϱὶ τῶν πϱαγμάτων, ἐξώλη τοῦτον εἶναι·”, qui donne lecture d’un texte maudissant l’orateur qui se laisse corrompre par des présents. Sur les imprécations prononcées à l’ouverture de la Boulè et de l’Ekklèsia, contre ceux qui se laissent corrompre pour parler contre les intérêts de la cité, ceux qui trahissent ou trompent le peuple et ceux qui négocient secrètement avec les Perses, cf. Rhodes 1972, 36-37. Pour des imprécations semblables, datant sans doute du deuxième quart du ve siècle, cf. les imprécations de Téos : cf. Herrmann 1981, 1-30 ; Graham 1992, 44-73.

350 On remarquera, à propos de l’affirmation d’Isocrate (Panégyrique, 157), qui devait penser à Lycidas et à Hipparchos fils de Charmos, dont les “affaires” étaient souvent citées par les orateurs du ive siècle, que les cas sûrement attestés pour nous de condamnations à mort pour médisme par les Athéniens sont très rares. La condamnation à mort d’Épicratès devant être mise en relation avec une ambassade à Sparte, en 392/1, et non en Perse, c’est à 367 seulement que remonte notre plus ancien témoignage sûr d’une condamnation à mort pour corruption par la Perse : Timagoras, à son retour de Suse, où s’étaient rassemblés auprès d’Artaxerxès II des ambassadeurs d’autres cités grecques, fut en effet accusé et condamné à mort, pour corruption ou trahison. Les sources, qu’elles insistent sur les cadeaux que lui fit le Grand Roi ou sur sa complaisance à l’égard de Pélopidas, prouvent surtout le mécontentement d’Athènes face au soutien perse apporté à Thèbes : Xen., HG, 7.1.35-38 ; Dem., Sur l’ambassade, 31, 137 et 191 ; Plut., Pel., 30.9-13 ; Art., 22.9-12. Quant à Callias, fils d’Hipponicos, il fut, d’après la démonstration de Démosthène, qui veut dissocier le succès politique de l’ambassade et l’accusation de corruption, Sur l’ambassade, 273, alors qu’il avait négocié avec la Perse une paix avantageuse pour Athènes, condamné non pas à mort, mais à une amende de cinquante talents, pour avoir accepté des cadeaux du Roi. Pour la condamnation des ambassadeurs acceptant des cadeaux, voir de manière générale tout le discours de Démosthène, Sur l’ambassade (cadeaux du Roi, et surtout cadeaux de Philippe). Sur les ambassades grecques en Perse, et sur les dons faits ordinairement par le Grand Roi à des amis ou à des fidèles (Ael., VH, 1.22), mais considérés en Grèce comme des pots-de-vin, cf. Hofstetter 1972, 94-107 ; Harvey 1985, 76-117 ; Lewis 1989, 227-236 ; Bauman 1990, 84-94 ; Briant 1996, 327 et 688 ; Miller 1997, 109-133 ; Tuplin 1997, 174-175. Plus précisément sur la condamnation, douteuse, de Callias, cf. Perlman 1976, 230-232 ; Hofstetter 1978, 96-98, no 168 ; Bauman 1990, 85-87 ; Piccirilli 2002, 40 ; sur celle d’Épicratès, à laquelle Démosthène, Sur l’ambassade, 277-280, fait allusion de manière très vague, cf. Perlman 1976, 230-231 ; Hofstetter 1978, 57-58, no 100 ; sur celle de Timagoras, cf. Perlman 1976, 228-229 ; Hofstetter 1972, 102-104 ; id. 1978, 183-184, no 322 ; Bauman 1990, 89 ; Mitchell 1997, 128-129 ; Piccirilli 2002, 40-41.

351 Sur le traité d’Épilycos, du nom du négociateur athénien, qui établissait une relation d’amitié diplomatique entre Athènes et la Perse et devait garantir qu’aucune des deux parties ne s’allierait aux ennemis de l’autre, cf. Blamire 1975, 21-26 ; Bauslaugh 1991, 126-127 ; Briant 1996, 608-609.

352 Sur les étrangers, particulièrement les Perses, dans la comédie, voir notamment Daumas 1985, 290-302 ; Lonis 2002, 191-192 ; Zimmermann 2005, 147-156.

353 Sur les contacts diplomatiques engagés par Sparte avec la Perse dès le début du conflit, cf. Lewis 1977, particulièrement 47-82 ; Briant 1996, 598-599. Sur la condamnation au ive siècle de l’alliance conclue par Sparte avec le Grand Roi, cf., à propos du pastiche de l’oraison funèbre du Ménéxène, § 243b, Nouhaud 1982, 303.

354 Sur la révolte d’Amorgès, soutenue par Athènes contre Darius II (Thc. 8.5.28 et 54), cf. Lewis 1977, 85-86 ; Westlake 1977, 319-329 ; Bauslaugh 1991, 126-127 ; Corsaro 1994, 111-114 ; Briant 1996, 609. Andocide 3.29, souligne les contradictions des Athéniens, qui étaient très attachés pour certains à l’entente avec le Roi : cf. Nouhaud 1982, 303. Mais il est possible que le Roi, comme le soulignent notamment Westlake et Corsaro, en réclamant à Tissapherne la levée du tribut dans les cités alliées d’Athènes, ait choisi le camp de Sparte, moins dangereuse pour lui en Asie : Athènes aurait alors naturellement soutenu Amorgès révolté contre le Roi.

355 Sur les traités conclus entre Sparte et la Perse, cf. Lewis 1977, 90-107 ; Lévy 1983, 221-241 ; Briant 1996, 609-613.

356 Cf. Briant 1996, 611-617.

357 Sur les imprécations prononcées publiquement contre les Mèdes, cf. Rhodes 1972, 36-37 ; Schubert 1993, 22.

358 Aristoph., Th., 335-339 et 356-367 : “Εἴ τις ἐπιβουλεύει τι τῷ δήμῳ ϰαϰὸν
τῷ τῶν γυναιϰῶν, ἢ ’πιϰηϱυϰεύεται
Εὐϱιπίδῃ Μήδοις τ’ἐπὶ βλάβῃ τινὶ
τῇ τῶν γυναιϰῶν, ἢ τυϱαννεῖν ἐπινοεῖ,
ἢ τὸν τύϱαννον συγϰατάγειν…
…… Ὁπόσαι δ’
ἐξαπατῶσιν παϱαβαίνουσί τε τοὺς
ὅϱϰους τοὺς νενομισμένους
ϰεϱδῶν οὕνεϰ’ ἐπὶ βλάβῃ,
ἢ ψηϕίσματα ϰαὶ νόμον
ζητοῦσ’ ἀντιμεθιστάναι,
τἀπόϱϱητά τε τοῖσιν ἐ-
χθϱοῖς τοῖς ἡμετέϱοις λέγουσ’,
ἢ Μήδους ἐπάγουσι τῆς
χώϱας οὕνεϰ’ ἐπὶ βλάβῃ,
ἀσεβοῦσ’ ἀδιϰοῦσί τε τὴν πόλιν.”

359 Sur l’anti-médisme réel et persistant des Athéniens pendant la guerre du Péloponnèse, cf. Lewis 1977, 85-86 ; sur le panhellénisme d’Aristophane, coloré d’hostilité à l’égard des Barbares, cf. Lévy 1976, 158-159 ; Mac Dowell 1995, 158-160 ; sur le panhellénisme d’Euripide dans IA, cf. Demont 1990, 178-180 ; Welwei 1999, 220. De l’antagonisme irréductible et éternel entre Perses et Grecs, Isocrate est bien persuadé, lui qui écrit dans le Panégyrique en 380 : “Notre hostilité naturelle contre eux est si grande que les légendes qui nous occupent le plus agréablement sont celles qui parlent des Troyens et des Perses et par lesquelles nous pouvons apprendre leurs catastrophes. On peut remarquer que la guerre contre les barbares nous a inspiré des hymnes, et les guerres contre les Grecs des chants funèbres, que les premiers sont chantés dans les fêtes et que les autres sont rappelés par nous dans nos malheurs.” (§ 158).

360 La question est de savoir, au-delà de la définition de la communauté hellénique telle que la donnent les Athéniens de 479 d’après Hérodote (8.144), quels peuvent être les rapports entre la communauté hellénique et chaque cité en particulier et si chacune n’invoque pas cette communauté en fonction de ses intérêts immédiats. Ainsi, sur la question de savoir pour qui, cité ou Grèce, meurent les soldats grecs des guerres médiques, voir Prandi 1990, 47-68, particulièrement 66-68. Les Athéniens, lors du procès contre Thémistocle, mettent en avant le mal que celui-ci chercherait à causer à la Grèce, et du coup à Athènes : cf. infra p. 000. Sur le problème général de la “nationalité grecque”, on pourra consulter Schaefer 1963, 269-306. Parlant du ive siècle, Lévy 1976, 254, pose la question de la définition, à laquelle sont intéressés Isocrate, Eschine et Démosthène, du patriotisme et de la trahison : “Faut-il défendre à tout prix Athènes, quitte à s’allier aux Perses, ou la sacrifier à l’unité hellénique et à la lutte contre le Barbare ?”.

361 Les rivalités sont telles, notamment entre cités voisines, que certaines cités se détermineraient en politique extérieure, et en particulier face aux Perses, uniquement de manière à s’opposer à leurs voisines et ennemies : c’est du moins ce qu’affirment les Thébains de leurs voisins platéens en 427, pour relativiser la résistance des Platéens aux Perses lors de la seconde guerre médique (Thc. 3.62-65). Hérodote 8.30 met en doute la sincérité de la proclamation panhellénique des Phocidiens lors de l’invasion perse : selon lui, les Phocidiens s’opposeraient aux Perses uniquement par hostilité envers leurs voisins thessaliens, ralliés aux Perses. Sur cette question des relations entre Phocidiens et Thessaliens, cf. Konstan 1987, 70-73.

362 Cf. supra p. 000.

363 Sparte, qui n’occupait aucun territoire du Grand Roi et pouvait prendre ombrage de l’expansion athénienne, fut très tôt, à plusieurs reprises et vainement jusqu’à la guerre du Péloponnèse, sollicitée par la Perse qui espérait obtenir d’elle une opération de diversion. Ainsi s’explique que, dès 430, Sparte envoie des ambassadeurs à Suse dans l’espoir d’obtenir des subsides contre Athènes (Thc. 2.7.1 et 67). Ces ambassadeurs sont interceptés en Thrace, grâce à l’aide de Sadocos, fils du roi Sitalkès, et amenés à Athènes où ils sont aussitôt mis à mort sans jugement : si le procédé expéditif est justifié aux yeux des Athéniens par les procédés précédents des Spartiates eux-mêmes, l’exécution des ambassadeurs lacédémoniens, et particulièrement de l’ambassadeur corinthien qui les accompagne, est entraînée non pas par l’indignation qu’aurait provoquée la recherche, par des Grecs, d’une alliance avec les Perses contre d’autres Grecs, mais par la nécessité de protéger Athènes contre les entreprises ennemies, et notamment de l’ambassadeur corinthien Aristeus, dont les Athéniens avaient déjà eu à se plaindre (Thc. 2.67.1 et 4).

364 Sur le traité d’Épilycos, cf. supra n.000 p. 000.

365 Sur les rivalités entre les deux satrapes, Tissapherne et Pharnabaze, sur leurs hésitations entre Sparte et Athènes, et sur les raisons probables de l’inefficacité royale jusqu’en 407, cf. Lewis 1977, 87-114 ; Briant 1996, 610-617.

366 Sur le jugement porté par les orateurs athéniens des premières décennies du ive siècle sur les rapports entre Grecs et Perses pendant la guerre du Péloponnèse, si différents de leurs rapports pendant les guerres médiques, cf. Nouhaud 1982, 285-287. À propos de l’ambiguïté des déclarations grecques sur l’irréductible inimitié entre Grecs et Barbares, cf. Giovannini 2007, 26-31.

367 En 411, à la veille du coup d’État, Pisandre expose aux Athéniens, en pleine séance de l’Ekklèsia, les avantages pécuniaires qu’entraînerait pour la cité une alliance avec la Perse : Thc. 8.53-54, 1-2.

368 Cf. Rhodes 1972, 37 ; Lévy 1976, 33 n. 9 et 10 ; Lewis 1977, 86 n. 19 ; Ostwald 1986, 357.

369 La réticence à conclure une alliance avec la Perse n’est pas sans analogie avec celle qui caractérisa la demande d’alliance à la Perse à la fin du vie siècle, lorsqu’Athènes, se sentant isolée au moment des réformes de Clisthène, envoya une ambassade, qui fut ensuite désavouée, à Sardes : Hdt. 5.73. Sur cette ambassade, cf. supra p. 000.

370 On ne peut que mentionner ici, à la fois en raison du doute qui plane sur la réalité d’un procès et de l’incertitude qui concerne la nature de sa prétendue entente avec les Perses, l’accusation qui, d’après Satyros, rapporté par Diogène Laërce, 2, Anaxagore, 12 (Σάτυϱος δ’ἐν τοῖς Βίοις ὑπὸ Θουϰυδίδου ϕησὶν εἰσαχθῆναι τὴν δίϰην, ἀντιπολιτευομένου τῷ Πεϱιϰλεῖ· ϰαὶ οὐ μόνον ἀσεβείας ἀλλὰ ϰαὶ μηδισμοῦ· ϰαὶ ἀπόντα ϰαταδιϰασθῆναι θανάτῳ. = Diels – Kranz 1967-1969, fr. 59 A1, 12), aurait été portée par Thucydide fils de Mélésias, l’opposant à Périclès, contre Anaxagore de Clazomènes : le philosophe aurait été accusé à la fois d’impiété (asebeia) et de médisme (mèdismos) et aurait été condamné à mort par contumace. Dans la version de Sotion, rapportée au même endroit par Diogène Laërce, Anaxagore n’aurait été accusé que d’impiété par Cléon ; la version rapportée par Diodore 12.29.2 et par Plutarque (Per., 32.2-5 ; Nic., 23.3-4) ne mentionne elle aussi qu’une accusation d’impiété. Ce procès contre un philosophe, qui n’était pas citoyen mais qui était proche du citoyen le plus influent dans la cité, Périclès, s’il eut lieu, dut se produire dans la décennie 430, après le retour d’exil de Thucydide ; la formulation de l’un des chefs d’accusation, le médisme, si l’on ne devait tenir compte du fait qu’elle est doublement hypothétique, et l’issue du procès, la mort par contumace, montreraient, en même temps que la force d’une opposition à Périclès dans ce procès politique, la vigueur de la réaction qui pouvait encore être suscitée dans l’opinion publique à cette époque par la crainte d’une entente avec la Perse. L’accusation de médisme pouvait aussi trouver un terreau favorable dans la mesure où elle visait le cosmopolitisme intellectuel du philosophe, dont le choix de se retirer de la vie publique en quittant sa propre cité montrait assez le détachement par rapport au modèle politique que la cité incarnait aux yeux des Athéniens : le relativisme des sophistes devait peu de temps après placer l’appartenance à l’humanité avant l’appartenance à une cité précise. Sur le comportement d’Anaxagore, qui pouvait, dans un contexte plus général d’hostilité à Périclès, finir par apparaître comme une menace pour la cité en raison de son rejet à la fois du particularisme de la cité et de la vie politique, cf. Carter 1986, 141-148. Tuplin 1997, 159, estimant impossible, pour une raison chronologique, de mettre en rapport une accusation de médisme avec Thucydide, insiste sur l’incertitude de notre source et sur la difficulté à mettre l’accusation de médisme en relation avec une attitude générale tirée de la position philosophique ou du comportement social d’Anaxagore. Sur l’éventuel procès contre Anaxagore, dans lequel l’attention a été de loin retenue par l’accusation d’impiété, mise en relation avec le décret de Diopeithès contre l’enseignement de doctrines relatives aux phénomènes célestes (Plut., Per., 32.2), cf. notamment, dans la très abondante bibliographie qui lui a été consacrée, Bauman 1990, 38-42 ; Raaflaub 2000, 106-107 ; Tucci 2008, 113-115.

371 Sur l’affirmation du panhellénisme depuis la fin du ve siècle jusqu’aux premières décennies du ive siècle, d’Euripide et Aristophane à Gorgias, Lysias et Platon, cf. Lévy 1976, 157-163 ; id. 1996, 344-350, à propos de l’affirmation, qui reprend le propos dominant dans la mesure où elle est développée dans le pastiche d’oraison funèbre qu’offre le Ménéxène, selon laquelle les véritables ennemis des Grecs sont les Perses ; sur l’exaltation des guerres médiques chez les orateurs du ive siècle, cf. Nouhaud 1982, 135-221. Même au lendemain de la bataille de Cnide en 394, alors que Conon a pu reconstruire les Longs-Murs en partie grâce à l’aide perse, un sentiment antiperse subsiste, fondé notamment sur le souvenir de l’aide perse à Sparte du temps de Cyrus le Jeune et de Lysandre : cf. Strauss 1986, 107 et 135-136. Le “serment de Platées”, connu par une inscription d’Acharnes datant de 360 environ et cité par Lycurgue dans le C. Léocrate, 80-81, en 330, montre, en dehors de la question de son authenticité, comment étaient entretenus en plein ive siècle le souvenir des grandes victoires et l’hostilité pour les Barbares : sur le “serment de Platées”, cf. notamment Robert 1938, 307-316 ; Habicht 1961, 11-19 ; Siewert 1972, passim ; Étienne & Piérart 1975, particulièrement 65-67 ; Prandi 1990, 60-61.

372 Démosthène, dans sa harangue Sur les Symmories, prononcée en 354, s’exprime selon la rhétorique panhellénique devenue traditionnelle, d’après laquelle un Grec ne saurait trahir le monde grec au profit du Roi : “Est-ce que la guerre contre le barbare n’est pas une guerre pour le pays natal, pour la vie et les coutumes nationales, pour la liberté, pour tout ce qui nous est cher ? Quel homme serait assez misérable pour se trahir luimême et en même temps ses parents, ses tombeaux, sa patrie, en vue d’un si mince profit ?” (§32) et associe ensuite au Barbare, comme “traîtres”, les Grecs qui renieraient la cause hellénique (§35). En 330, dans son discours Sur la Couronne, il exalte encore la valeur des Athéniens qui “les premiers, se sont exposés au péril à Marathon, (…) qui se sont alignés à Platées, (…) qui ont combattu sur mer à Salamine et à l’Artémision,…” (§208).

373 Sur le procès intenté en 489 à Miltiade, cf. infra p. 000.

374 Hipparchos avait dû être élu à l’archontat après la défaite subie par les Grecs à Éphèse, sans doute dans l’intention de ménager les Perses. Sur l’archontat d’Hipparchos, cf. Berti 2004, 127-149 ; sur son ostracisme, cf. supra p. 000.

375 Sur le rappel des ostracisés, cf. supra p. 000. D’après Ghinatti 1970, 127 n. 41, Hipparchos fut exclu de l’amnistie : mais les sources antiques ne précisent pas cette exception.

376 Lycurg., C. Leoc., 117 : “Hipparque, fils de Charmos, accusé de trahison devant le peuple, s’étant dérobé au procès, fut jugé par contumace et condamné à mort : les Athéniens, n’ayant pu se saisir de sa personne pour qu’il répondît du crime, enlevèrent sa statue de l’Acropole, la firent fondre et la transformèrent en stèle, où l’on décréta d’inscrire les noms des criminels et des traîtres : le nom d’Hipparque lui-même est gravé sur cette stèle parmi ceux des autres traîtres. (Ἵππαϱχον γὰϱ τὸν Χάϱμου, οὐχ ὑπομείναντα τὴν πεϱὶ τῆς πϱοδοσίας ἐν τῷ δήμῳ ϰϱίσιν, ἀλλ’ ἔϱημον τὸν ἀγῶνα ἐάσαντα, θανάτῳ τοῦτον ζημιώσαντες, ἐπειδὴ τῆς ἀδιϰίας οὐϰ ἔλαβον τὸ σῶμα ὅμηϱον, τὴν εἰϰόνα αὐτοῦ ἐξ ἀϰϱοπόλεως ϰαθελόντες ϰαὶ συγχωνεύσαντες ϰαὶ ποιήσαντες στήλην, ἐψηϕίσαντο εἰς ταύτην ἀναγϱάϕειν τοὺς ἀλιτηϱίους ϰαὶ τοὺς πϱοδότας· ϰαὶ αὐτὸς ὁ Ἵππαϱχος ἐν ταύτῃ τῇ στήλῃ ἀναγέγϱαπται, ϰαὶ οἱ ἄλλοι δὲ πϱοδόται.)”.

377 Berti 2004, après avoir rappelé, 168-170, les différents problèmes, d’ordre chronologique et d’ordre juridique, soulevés par l’identification d’Hipparchos fils de Charmos, condamné pour trahison, avec le premier ostracisé, avance avec prudence deux hypothèses, intéressantes mais non décisives, concernant l’identité du personnage : selon l’une, faite p. 4 et 171, le personnage en question pourrait être un certain Hipparchos fils de Timarchos – patronyme donné par la tradition manuscrite et corrigé en Charmos d’après l’indication d’Harpocration, s.v. “Hipparchos” –, qui aurait vécu dans le premier quart du ve siècle ; d’après l’autre, p. 171-172, Hipparchos fils de Charmos, dont la condamnation est mentionnée entre celle de Phrynichos et celle des Athéniens passés à Décélie, alors que la mise à mort de Lycidas n’est rappelée que comme un exemple supplémentaire, aurait été condamné dans les dernières années du ve siècle.

378 Sur la question de la réalité d’un procès, cf. Raubitschek 1958, 105-109, qui soulève le délicat problème de savoir comment furent considérées, en leur temps, les premières victimes de l’ostracisme, et la récapitulation faite par Piccirilli 1987, 37 et 39.

379 La question se pose de la nature et de la date de la statue, et de l’authenticité du décret par lequel les Athéniens auraient décidé de fondre cette statue et d’en faire une stèle où ils graveraient les noms des traîtres : cf. Habicht 1961, 18 et 23, d’après lequel le décret pourrait dater en fait de l’époque de la condamnation d’Alcibiade. Piccirilli 1987, 38, souligne, dans sa récapitulation très détaillée des hypothèses concernant la nature et la date de la prodosia attribuée à Hipparchos, le problème constitué par la date de l’érection de la statue, qui aurait dû brûler dans l’incendie de l’Acropole en 480.

380 Pour une étude détaillée du terme adikia et des délits qu’il peut recouvrir, cf. Lavelle 1988, 19-41, et spécialement 30-31 ; voir aussi p. 000 n.000, p. 000.

381 Sur l’accusation de trahison portée contre Hipparchos, cf. Lavelle 1984, 17-19 ; id. 1988, 30-31 ; id. 1993, 77 ; et l’étude très détaillée de Berti 2004, 167-175. La question de savoir si Hipparchos fut soumis à une accusation en eisangélie devant l’Ekklèsia, comme le pensent Hansen 1975, 69-70 et Carawan 1987, 195-196, se fondant sur Lycurgue, Contre Léocrate, qui parle d’un procès devant le “dèmos”, peut difficilement trouver une réponse, en raison de l’éloignement chronologique, source de confusion, qui sépare Lycurgue du procès d’Hipparchos : cf. Piccirilli 1987, 37-40 ; Bruyn 1995, 53-55, qui pense à une eisangélie devant l’Aréopage ou à une graphè prodosias ; Ober 2008, 187-188, qui rapproche le déshonneur public infligé à Hipparchos par l’érection d’une stèle, de la damnatio memoriae pratiquée à Rome.

382 Le refus de rentrer à Athènes, après le rappel d’ostracisme, pouvait-il être frappé d’une accusation pour prodosia ? La réponse pourrait être affirmative, si l’ostracisé séjournait chez l’ennemi de la cité, avec lequel il pouvait être accusé de comploter : cf. Piccirilli 1987, 39 n. 35. La campagne aux côtés de l’ennemi pouvait aussi être éventuellement incriminée, mais ces hypothèses dépendent de la date de formulation des rubriques de la loi d’eisangélie. On peut penser encore que le crime d’Hipparchos, d’abord défini comme “adikia”, a peut-être été plus tard défini comme “prodosia”.

383 L’hypothèse de l’entrée d’Hipparchos dans Athènes avec les Perses pourrait expliquer que la statue de ce médisant dédiée sur l’Acropole ait été préservée de l’incendie ; mais elle n’expliquerait pas comment la statue, alors qu’elle était désormais témoin à charge contre un médisant, même en fuite, aurait été replacée sur l’Acropole incendiée, après Salamine ou après Platées.

384 Hansen 1975, 69-70, se fondant sur l’expression “οὐχ ὑπομείναντα τὴν πεϱὶ τῆς πϱοδοσίας ἐν τῷ δήμῳ ϰϱίσιν” du Contre Léocrate, 117, pense qu’Hipparchos rentra à Athènes lorsque fut votée l’amnistie en faveur des ostracisés, et que son procès dut se situer entre 480 et 460 ; Carawan 1987, 195-196, se rallie à cette position, cependant que Holladay 1975, 189-190, qui est du même avis quant à l’interprétation de l’expression, propose pour le procès une date beaucoup plus tardive, descendant jusqu’à la bataille de Tanagra. Lavelle 1984, 18 n. 7, estime en revanche que l’interprétation du texte de Lycurgue par Hansen est trop formelle et qu’il faut comprendre simplement qu’Hipparchos n’était pas présent lors du procès.

385 Que le retour d’Hipparchos à Athènes fut voté par les Athéniens comme pour les autres ostracisés semblerait prouver qu’il n’existait pas de soupçon de médisme à son égard, et donc pas de raison pour lui de ne pas rentrer : cf. Holladay 1975, 184-189. Il est vrai que, dans le cas d’Aristide, le rappel fut peut-être motivé en partie par la crainte de voir l’Athénien courtisé par les Perses et céder au médisme – cf. supra, p. 000 : mais aucune des sources qui mentionnent le rappel des ostracisés ne fait allusion à une difficulté particulière qui concernerait Hipparchos, que, du reste, les Athéniens auraient pu placer sous surveillance chez eux s’ils s’étaient méfiés de lui.

386 On rappellera, pour illustrer la prudence nécessaire dans l’interprétation de faits, antérieurs peut-être de cent-cinquante ans, rapportés par les orateurs du ive siècle, soucieux en outre de frapper leur auditoire sans entrer dans les nuances, les divergences concernant l’“affaire” de Lycidas entre le récit d’Hérodote et l’évocation qu’en fait Lycurgue dans le Contre Léocrate, 122 : cf. supra p. 000.

387 Sur le châtiment de Phrynichos, Archeptolemos et Antiphon, et sur l’usage du bronze pour la transcription des verdicts de condamnation pour trahison, cf. infra p. 000 et n.000.

388 Le rapprochement s’impose entre l’accusation portée contre le vainqueur de Salamine et celle qui avait été portée, quelque vingt ans plus tôt, contre le vainqueur de Marathon : mais la chute avait été rapide pour Miltiade, tandis que Thémistocle connut une période de retrait avant d’être ostracisé, puis accusé de trahison. Sur le procès de Miltiade, cf. infra p. 000.

389 Sur la question de savoir si Thémistocle agissait contre Sparte par conviction ou parce qu’il y était contraint par des raisons de politique intérieure, cf. Brenne 2002, 257-259.

390 Pour une étude récente et complète, centrée sur Thémistocle, du récit d’Hérodote de la seconde guerre médique, avec un chapitre sur le déclin politique de l’Athénien et ses causes, jalousie et possibles reproches de trahison, antérieurs à l’ostracisme, cf. Blösel 2004. Sur la chute de Thémistocle, de la fin de la seconde guerre médique à sa condamnation et à son exil, cf. Bauman 1990, 22-28 ; Thommen 2000, 81-95. Sur la datation de l’ostracisme de Thémistocle, appuyée sur l’étude à la fois des textes et des ostraka, cf. Brenne 2002, 249-250.

391 Sur l’accusation de “médisme” forgée par Thémistocle contre ses rivaux politiques, particulièrement les Alcméonides, entre les deux guerres médiques, ayant pour conséquences des ostracismes effectifs ou des reproches de trahison portés sur des ostraka, cf. Williams 1978, 111-113 ; Littman 1990, 169-191 ; Lavelle 1993, 35 n. 38.

392 Sur l’ostracisme de Thémistocle, cf. principalement Thc. 1.135.2-3 et Plut., Them., 22. Les témoignages antiques sont rassemblés dans Siewert 2002. Sur des ostraka au nom de Thémistocle, cf. Lang 1990, 102-132 et 142-158 ; Brenne 2001, 297-300 ; id. 2002, 129-131.

393 Pour la datation du procès de Thémistocle, cf. Carawan 1987, 196-200.

394 La digression que Thucydide consacre à Thémistocle, après celle qu’il consacre à Pausanias, tout à fait inhabituelle dans son œuvre, conserve des zones d’ombre, notamment sur la question des sources dont s’inspira Thucydide : l’extraordinaire renversement de fortune des deux grands vainqueurs des guerres médiques frappa très tôt l’imagination des Grecs, si bien que ces histoires, sans cesse racontées, connurent des embellissements qu’il faut parfois regarder avec prudence. Dans la bibliographie abondante sur la question telle que la traite Thucydide, on pourra citer Rhodes 1970, 387-400 ; Westlake 1977, 95-110 ; Carawan 1989, 144-161, et, sur l’ostracisme proprement dit de Thémistocle chez Thucydide et sur la poursuite commune lancée par les Lacédémoniens et les Athéniens, Brenne 2002, 247-257.

395 Pour une étude des principales sources littéraires sur Thémistocle, cf. Podlecki 1975, 47-142. Sur la Vie de Thémistocle de Plutarque, cf. Frost 1980.

396 En raison de la divergence des sources, la question est controversée de savoir si Thémistocle fut reçu par Xerxès, qui régna jusqu’en 465/4, ou par son fils Artaxerxès : c’est avec Xerxès que Pausanias aurait correspondu, et, d’après Thucydide 1.137.3, Artaxerxès régnait depuis peu lorsque Thémistocle arriva en Asie. Plutarque, Thémistocle, 27.1-2, souligne le désaccord, à propos de l’identité du souverain perse, entre Thucydide et d’autres historiens. Sur la divergence des sources, qui pourrait s’expliquer par l’existence de deux traditions, une tradition athénienne indiquant Artaxerxès comme souverain, et une tradition achéménide indiquant Xerxès, cf. Van Compernolle 1987, 267-273.

397 Sur la carrière de Thémistocle en général, et particulièrement sur sa chute, de l’ostracisme à la fuite cf. Podlecki 1975, 34-44 ; Lenardon 1978, 106-138.

398 Sur l’“affaire de Pausanias”, qui révéle, outre une incontestable dérive personnelle, la division entre Spartiates à propos de la politique extérieure et qui fut certainement, après la mort du régent, “retouchée” par les sources officielles de Sparte, cf. Rhodes 1970, 387-400 ; Westlake 1977, 95-110 ; la bibliographie récente donnée par Brenne 2002, 248-249 ; Nafissi 2004, 53-90 ; la mise au point de Christien & Ruzé 2007, 199-203.

399 Sur l’hostilité de Thémistocle envers Sparte et sur la construction des fortifications dès la fin de la guerre, cf. Fornara & Samons II 1991, 118-126. Sur l’activité de Thémistocle dans le Péloponnèse pendant son ostracisme, cf. O’Neil 1981, 335-346. Selon des sources spartiates dont Thucydide se fait l’écho, mais que rien ne vint confirmer dans les faits, Pausanias aurait comploté contre le régime de Sparte en cherchant à s’entendre avec les hilotes : Thémistocle, hostile à Sparte, aurait-il pu être au courant de ce projet, s’il y eut effectivement un projet, et de quelle nature ?

400 Frost 1968, 105-124, insiste sur le côté personnel et psychologique, et non logique, du jeu politique : on reproche à Thémistocle, selon les moments, son origine, sa rapacité, sa soif d’honneurs… L’historiographie, Hérodote en témoigne, porte la trace d’une certaine malveillance à l’égard d’un personnage qui, dès l’origine, suscite les passions et ne laisse personne indifférent : son comportement provoque même de violents pamphlets, comme ceux qu’écrivit son hôte déçu, le poète Timocréon de Rhodes. Sur les sentiments d’envie que suscita Thémistocle, cf. Walcot 1978, 56.

401 Cf. les ostraka portant des inscriptions hostiles à Habrônichos, Léagros et Kallias, supra p. 000.

402 Les Athéniens reprochent finalement à Thémistocle sa souplesse, son ingéniosité, qu’il avait démontrées en inventant le stratagème bien connu de Salamine (Aesch., Pers., 353-363 ; Hdt. 8.75), sa cupidité, même si elle s’emploie aux dépens de médisants, car, pensent-ils, elle pourrait bien le faire trahir pour de l’argent (Hdt. 8.111-112 ; Plut., Them., 21.1-2, ou 3-4, à propos du poète Timocréon de Rhodes), ou encore sa soif d’honneurs (Hdt. 8.124 ; Plut., Them., 18). La dissimulation, inhérente à l’ingéniosité, dont Thémistocle fit preuve dans les actes les plus utiles à sa patrie restait irrémédiablement attachée au personnage et, encore en plein ive siècle et chez les orateurs les mieux disposés – même si le besoin de leur cause les poussait à forcer le trait, elle était présentée comme une tromperie, une apatè. Ainsi, Démosthène, dans le Contre Leptine, 73-74 oppose, à la dissimulation avec laquelle Thémistocle fit élever les remparts d’Athènes, la victoire de Conon qui lui permit de relever les Murs au grand jour : cf. Nouhaud 1982, 219. Sur de possibles reproches de trahison, reposant notamment sur ses ambassad