Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

Les sages-femmes

Texte intégral

Narbonnaise

1SF. 1 - FORVM IVLII/Fréjus. Épitaphe de Cléopâtre, sage-femme, et de sa mère.

2Stèle de grès, très mutilée. Il ne reste que la partie inférieure, brisée à gauche, et un fragment du talon.

3Signalée, en 1979, au cours de travaux agricoles, au lieu-dit La Gaudine, dans le domaine de la station de l’Institut National de Recherches Agronomiques, avec “un chapiteau et divers fragments d’architecture antique en grès du pays” (Goudineau). Conservée à Fréjus, au musée.

428,5 x 27 x 11,5.

5Texte, incomplet à droite et peut-être en haut, de quatre lignes entourées d’un double cadre mouluré. Champ épigraphique : 20 x 22,5. H. d. l. : l. 1 : ( ?) ; l. 2 : 2,9-3,2 ; l. 3 : 3,1-3,4 ; l. 4 : 4. Points triangulaires de séparation.

6Chr. Goudineau, Gallia, 37, 1979, p. 555 (AE, 1979, 296 ; B. Rémy, 1987a, p. 263, no 446) ; ILN, Fréjus 30. Vu.

7Il est difficile d’apprécier la mise en page, mais nous pouvons remarquer que les trois premières lignes sont alignées à gauche ; la quatrième semble centrée. Assez mal lissé, le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé. Peu profondément gravées ou usées, les lettres sont irrégulières et d’assez médiocre facture.

--- ?

Niger P+[---, uxori ?]

et Cleop[atrae, fil(iae) ?]

suae, opst[etrici]

4

f(ecit).

ILN, Fréjus ILN, Fréjus

8[---] ( ?) Niger a élevé (ce monument) pour [---], sa femme ( ?) et pour Cléopâtre, sa fille ( ?), sage-femme.

9Malgré l’hypothétique lacune du début, il semble que ce texte mentionne une famille de pérégrins qui n’ont pas indiqué leur filiation, car elle devait être évidente pour leurs contemporains ; mais il n’est pas exclu qu’il s’agisse d’esclaves. Niger, le nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 228) unique ( ?) du père ( ?) est assez courant en Narbonnaise (vingt-neuf autres occurrences, in B. Lörincz, 2000, p. 101-102, dont deux à Fréjus). Cleopatra, le nom grec (H. Solin, 2003, I, p. 225-226) de la fille ( ?), est un unicum dans la Province. Il est assez fréquemment porté par des affranchies (ILS, 1947, 2269, 5175…).

10La restitution opst[etrici] de la profession de Cléopâtre est très vraisembable, car opstetrici (pour obstetrici) se retrouve dans un texte de Rome (CIL, VI, 8947). La sage-femme est aussi désignée par le terme grec iatromea (CIL, VI, 9477, 9478).

11Au vu de la concision du texte et de l’absence de l’invocation aux dieux Mânes, il semble possible de dater cette épitaphe du i er siècle.

Belgique

12SF. 2 - AVGVSTA TREVERORVM/Trèves. Épitaphe de Iulia Pieris, sage-femme.

13Plaque moulurée de grès.

14Découverte, en 1879, dans une rue romaine, près de la Porte Noire (Zangemeister). Conservée à Trèves, au Rheinisches Landesmuseum.

15Texte de cinq lignes entourées d’un cadre mouluré. Points triangulaires de séparation et hedera.

16CIL, XIII, 3706 ; Fr. Bücheler, 1895-1897, I, no 226. Vu sur photo.

17Voir H. Cüppers, Kranken-und Gesundheitspflege in Trier und dem Trierer Land von der Antike bis zur Neuzeit, Trèves, 1981, p. 15-16.

18Malgré un effort du lapicide (coupe syllabique des mots, hedera), la mise en page est médiocre. Le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé ; les lignes ne sont ni alignées à gauche, ni centrées (sauf la l. 5). Profondément gravées, les lettres sont irrégulières et de médiocre facture, avec une certaine tendance à la cursive. L. 2 : le T a été rajouté au-dessus des autres lettres en plus petit caractére

Iulia Pier-

is, obstetrix.

Hic iacet.

4

Nulli gra-

uis.

19Ici repose Iulia Pieris, sage-femme. (Elle ne fit jamais) aucun mal à personne.

20Cette sage-femme exerçait à Trèves. Citoyenne romaine, Iulia Pieris portait un gentilice latin “impérial”, commun partout et un surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 644-645) qui se retrouve à deux reprises en Gaule Belgique et en Germanie (B. Lörincz, 2000, p. 141). Nous pouvons noter la formule finale, qui est apparemment un hapax dans les Gaules et les Germanies.

21L’absence de l’invocation aux dieux Mânes et l’emploi du nominatif permettent d’envisager une datation du i er siècle.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540