Version classiqueVersion mobile

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

2. Catalogue des inscriptions

Appendices

Texte intégral

Appendice 1. Épitaphe de l’affranchi d’un collège de médecins

Belgique

1- DIVODVRVM/Metz. Épitaphe de Sextus Publicius Decmanus, affranchi du collège des médecins.

2Stèle moulurée de calcaire dur avec fronton triangulaire mouluré et acrotères décorés de rosaces à cinq pétales et socle mal dégrossi, brisée en deux fragments non jointifs.

3Découverte, en juillet 1904, lors de la démolition de la lunette d’Arçon (CIL). Conservée à Metz, au musée archéologique. 58 x 47 x 33.

4Texte, incomplet en bas ( ?), d’au moins quatre lignes entourées d’un cadre mouluré (Hirschfeld). H. d. l. : 4,5. Points triangulaires de séparation.

5CIL, XIII, 11359 (A. Riese, 1914, no 2575 ; H. Gummerus, 1932, no 360) ; B. Rémy, 1984, p. 147-148. Vu.

6La mise en page est soignée (lettres alignées à gauche et à droite). Profondément gravées, les lettres sont de bonne facture.

Dis Manib(us).

Sex(to) Public(io)

Decmano,

4

col(legi) medOcorum) lib(erto).

---

7L. 4 : la pierre est aujourd’hui très abîmée et il est impossible de lire MED comme mes prédécesseurs, mais le texte en capitales semble certain. Hirschfeld proposait deux hypothèses de développement : COL(ONIAE) MED(IOMATRICVM) ou COL(LEGII) MED(ICORVM) LIB(ERTO), mais donnait la préférence à la seconde possibilité.

8Aux dieux Mânes. À Sextus Publicius Decmanus, affranchi du collège des médecins.

9Pour le développement de la ligne 4, j’ai retenu la seconde hypothèse d'O. Hirschfeld, car nous n’avons aucune preuve que Metz ait jamais été colonie même honoraire dans les nombreux documents du Haut-Empire découverts dans la ville, alors que nous connaissons l’existence de collèges de médecins, notamment à Bénévent (CIL, IX, 1918). Nous savons aussi que les collèges avaient des affranchis ; ainsi à Metz, M. Publicius Secundanus était affranchi du collège des nautes de la Moselle (CIL, XIII, 4335 ; voir aussi CIL, V, 4422 ; VI, 1826, 9953, 32314 ; Digeste, 2, 4, 10, � ; N. Tran, 2006). Certes, en dehors de cette inscription, nous n’avons pas de témoignages formels de la présence d’un collège de médecins à Metz, mais je ne vois pas d’autre hypothèse de développement, d’autant que le défunt avait le gentilice (Publicius) typique d’un affranchi de collectivité (collège, cité).

10Citoyen romain, Sex. Publicius Decmanus portait les tria nomina. Son gentilice latin est assez courant en Belgique (dix-huit autres occurrences, in B. Lörincz, 2000, p. 170). Variante bien connue de Decimanus, Decmanus est un surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 202), peu fréquent en Gaule (six autres occurrences en Gaule Belgique et Germanie ; une en Lyonnaise, in B. Lörincz, 1999, p. 94).

11L’invocation, à peine abrégée, aux dieux Mânes et l’abréviation lib(ertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] datent cette épitaphe de la fin du i er siècle ou des premières années du ii e, malgré l’abréviation du gentilice.

Appendice 2. Épitaphe d’une jeune femme morte par la faute de son médecin

Germanie supérieure

12- AVGVSTA RAVRICA/Augst. Épitaphe métrique de Prisca Iulia morte par la faute de son médecin.

13Plaque ornée d’une moulure, cassée à droite et en bas.

14Découverte, en 1780, dans les ruines du théâtre romain (Stähelin). Perdue.

1540 x 17 x ( ?).

16Texte d’au moins six lignes, incomplet à droite. Ponctuation par points triangulaires (Burckhardt-Wildt).

17F. Stähelin, Basler Zeitschrift für Geschichte und Altertumskunde, 47, 1948, p. 11-18, d’après un manuscrit de D. Burckhardt-Wildt, Delineationes Antiquitatum Aegyptiacarum et Romanarum ex collectione Danielis Burcardi quas propria manu fecit 1780, p. 33, avec dessin (AE, 1952, 16 ; R. W. Rowland Jr, 1977, p. 177, no 421 ; B. Rémy, 1996, p. 159-160).

Prisca Iulia I[---]

ann(orum) XX. Heic si[ta est.]

Deflendam semper medici [deflerem ego culpam]

4

si non et reges ideni raperentu[r ad Orcum.]

Deserui coniunx una pat[rem uirumque]

[qu]em lugere [decet thalami consorte carentem]

18F. Stähelin a fondé ses restitutions sur plusieurs comparaisons littéraires (Pétrone, Satiricon, 42 ; Aulu Gelle, Noctes atticae, 1, 24) ou épigraphiques (CIL, III, 3355, 14188 ; VI, 5953, 7872, 30112 ; ILS, 9441 ; Fr. Bücheler, 1895-1897, I, p. 50, no 94). Si ses propositions ne sont pas toutes certaines, elles sont au moins plausibles. L. 5 : noter CONIVNX pour CONIVX.

19Ici repose Prisca Iulia... ; âgée de vingt ans. Je déplorerais toujours la faute déplorable d’un médecin si les rois n’étaient pas, eux aussi, pareillement emportés vers Orcus. Épouse, j’ai quitté à la fois un père et un époux auquel les larmes conviennent, car il est privé de celle qui partageait sa couche.

20À en croire F. Stähelin, cette épigramme funéraire métrique, en vers très corrects, pourrait dater de l’époque augustéenne. Cette datation est confirmée par le Heic (pour hic) de la ligne 2.

Appendice 3. Les épitaphes chrétiennes de médecins

Lusitanie

21A - EMERITA/Mérida. Épitaphe d’un médecin quasi anonyme.

22Tablette de marbre blanc, brisée à gauche et en bas.

23Signalée, en 1899, dans la rue Alphonse IX, à proximité de l’église Sainte-Eulalie (Monsalud). Conservée à Almendralejo, dans un mur de la cour extérieure de l’ancien palais Monsalud.

2415 x 38 x ( ?).

25Texte de trois lignes, incomplet à gauche et en bas. H. d. l. : l. 1 : 3,5 ; l. 2-3 : 3. Points ronds de séparation.

26M. de Monsalud, BRAH, 35, 1899, p. 223, no 2 ; E. Hübner, 1900, p. 134, no 526, d’après un estampage de Monsalud (H. Gummerus, 1932, no 335) ; E. Diehl, 1925-1967, I, no 613 ; J. Leite de Vasconcelos, Medicina dos Lusitanos, Lisbonne, 1925, p. 315, no 4 ; J. Vives, 1942, p. 91, no 288 ; M. Sanabria Escudero, 1964, p. 79 ; J. M. Navascués, Los epigrafes cristianos latinos de Mérida, Madrid, 1948, dact., p. 59 ; J. Mallon, T. Marin, Las inscripciones publicadas por el marqués de Monsalud (1897-1908). Estudio crítico, Madrid, 1951, p. 80-81, no 163 ; B. Rémy, 1991, p. 330-331, no 4. Vu sur photo.

27Malgré de profondes réglures gravées au poinçon, la mise en page semble avoir été médiocre, les lettres finales ne sont jamais alignées. La ligne 1, où figurait le nom du défunt, est en plus grands caractères. Peu de mots sont séparés. Graphie “visigothique”, très irrégulière (hauteur, largeur, forme des lettres). Quelques traits marquants peuvent être relevés : certains U (dans MEDICUS et à la première lettre de la deuxième ligne) sont largement ouverts à gauche et ont la haste antérieure ondulée ; les B et certains R ont la boucle inférieure proéminente ; la boucle de certains C et D n’est pas ronde.

28[---]+ dus, medicus, debito

29[funct] us, hoc in sepulcro quiescit

30[resurrect ?]urus. Uixisse firtur fere

314 [---]

[---]+dus, medicus, debito

[funct]us, hoc in sepulcro quiescit

[resurrect ?|urus. Vixisse firtur fere

4

[---]

32L. 1 : [RECAR ?]EDUS (Monsalud, Hübner et al.). De la première lettre avant le D subsiste seulement un fragment de barre horizontale. Monsalud a transcrit cette trace par un E, mais nous pourrions tout aussi bien penser à un L, comme le notent Mallon et Marin. La restitution de RECAREDVS est donc arbitraire, tout comme celles de Diehl : [BALDAR] EDVS ou [THEODOR] EDVS. Il semble plus prudent de renoncer à connaître le nom de ce médecin - l. 1-2 : [QVEM TEMPORE VITAE PROTEXIT DOMIN] VS (Hübner) - l. 2 : [FVNCT] VS (Monsalud, Vives) - l. 3 : [RESVRRECTVR]VS (Monsalud, Diehl) ; [SECVR] VS(Hübner, Vives). La restitution adoptée : [RESVRRECT] VRVS n’est pas certaine. Nous n’avons pas retrouvé ce terme dans les inscriptions chrétiennes de la Péninsule, mais des formules très proches : SPERANS RESVRRECTIONEM A DEO (J. Vives, 1942, no 220 et 221 (après restitution), RE[SVRRE] CTIONEM (ibid., no 222). RESVRRECTVRVS est bien attesté dans le nord de la Viennoise (onze attestations dans le RICG XV (voir introduction § 178, p. 136-137). Nous connaissons seize autres formules d’espérance en la résurrection. Je lis FIRTUR et non FERTUR sur la pierre - l. 4 : [---] ITI N[---] (Monsalud qui transcrit [ANNOS VIGIN] TI N[OVEM]). Il est suivi par Vives. Hübner a vu trois barres horizontales sur l’estampage de Monsalud. Il est très probable que cette ligne comportait l’indication de l’âge du défunt, mais il est actuellement impossible de proposer un chiffre.

33[---]dus, médecin, s’étant acquitté de sa dette, repose dans ce tombeau en attendant la résurrection ( ?). On dit qu’il a vécu presque...

34Cette inscription chrétienne très fragmentaire est la seule de l’époque visigothique qui mentionne un médecin dans la péninsule Ibérique. Le défunt devait être citoyen romain, mais, comme c’était quasiment la règle à cette époque très tardive, il est désigné par un nom unique, qu’il n’est pas possible de restituer.

35Le marquis de Monsalud considérait que les auteurs de l’épitaphe ne pouvaient pas indiquer l’âge exact au décès de ce médecin parce qu’il n’était pas mort à Mérida et que son corps y avait été transporté, peut-être à la suite de dispositions testamentaires. C’est une hypothèse très peu probable. Comme le maintien des services d’état-civil à cette époque tardive est loin d’être certaine, l’âge des défunts ne devait pas être connu avec une grande précision [voir l’épitaphe de Sarmanna (no C)].

36Selon Hübner, ce texte pourrait dater du vi e siècle.

Lyonnaise ( ?)

37B - Origine inconnue, peut-être Lyon. Épitaphe de Felix, médecin.

38Support indéterminé.

39Signalé dans un manuscrit du ix e siècle (BM de Valenciennes). Origine précise indéterminée. Perdu.

40Dimensions inconnues.

41Texte de dix lignes. H. d. l. : indéterminée.

42E. Le Blant, Inscriptions chrétiennes de la Gaule antérieures au viii e siècle, II, Paris 1865, no 666, d’après le manuscrit no 393, f° 8 (BM de Valenciennes) ; CIL, XIII, 2414 (B. Rémy, 1984, p. 139-140, no 19) ; Fr. Bücheler, 1895-1897, no 902 ; E. Diehl, 1925-1967, I, no 612 (H. Gummerus, 1932, no 354) ; J. B. Rossi, Inscriptiones christianae Vrbis Romae, II, 2e éd., Rome, 1888, p. 261, no 4, d’après le manuscrit de Bruxelles no 9803, qui présente quelques variantes.

PRAETERIENS HOMINVM SORTEM MISERARE VIATOR

DEQVE MEIS RESTENT QVAE TIBI FATA VIDE

EN MIHI TERRA DOMVS PRAEBET CINISQVE SEPVLCRVM

4

VERMIS ET EXIGVVS MEMBRA CADVCA VORAT

CONDITOR OMNIPOTENS PARADYSI QVEM ESSE COLONVM

IVSSERAT HANC TRIBVIT CVLPA NEFANDA VICEM

NOMINE FELICEM ME OLIM DIXERE PARENTES

8

VITA DICATA MIHI HIC MEDICĪNA FVIT

AEGROS MVLTORVM POTVI RELEVARE DOLORES

MORBVM NON POTVI VINCERE AB ARTE MEVM

Praeteriens hominum sortem miserare, uiator,

deque meis, restent quae tibi fata. uide.

En mihi terra domus praebet cinisque sepulcrum,

4

uermis et exiguus membra caduca uorat.

Conditor omnipotens paradysi quem esse colonum

iusserat, hanc tribuit culpa nefanda uicem.

Nomine Felicem me olim dixere parentes,

8

uita dicata mihi hic medicina fuit.

Aegros multorum potui releuare dolores,

morbum non potui uincere ab arte meum.

43L. 1 : MISERARE, Cod. Valenciennes - l. 3 : CINE[RE] ISQVE, Diehl - l. 4 : VERMIS ET ASSIDVVS, Cod. Bruxelles - l. 9 : POTVIT, Cod. Valenciennes - l. 10 : Fr. Bücheler, 1895-1897, 902, l. 6 : “CREVIT ET HVMANA MORBVS AB ARTE MEVS”.

44Passant, prends pitié du sort des hommes et vois ce qui reste à tes yeux de mes destins funestes. Voici la demeure que la terre me fournit, le sépulcre que me prête la mort et le ver minuscule dévore mes membres périssables. Le créateur tout puissant qui avait ordonné que je fusse l’habitant du paradis m’a octroyé cette destinée pour une faute abominable. Mes parents, autrefois, m’avaient donné le nom de Felix. L’existence qui me fut dévolue ici-bas, fut l’exercice de la médecine : j’ai pu soulager les douleurs de bien des malades, mais je n’ai pu vaincre par mon art ma propre maladie.

45Le lieu d’exercice de ce médecin reste indéterminé. Son épitaphe en vers (distiques élégiaques très corrects, sauf le cinquième vers qui est trop long) est d’époque chrétienne, car la formule conditor omnipotens paradysi ne peut s’employer qu’à une époque où le christianisme est reconnu officiellement, bien qu’elle soit attestée dans les textes littéraires au moins depuis Tertullien (De patientia, 5, 13). Avec Le Blant et J. Guyon (lettre du 25 janvier 2006), il faut considérer qu’en évoquant “une faute abominable”, Felix fait allusion au “péché originel”. Il affirme partager une punition commune au genre humain et ne considère pas que sa mort est une punition divine pour avoir commis quelque forfait. Se sachant condamné, Felix pourrait avoir rédigé lui-même sa propre épitaphe peu avant son décès. Toutefois, cette mise en scène à la première personne pourrait tout aussi bien être un artifice de rhétorique dû à un tiers non nommé.

46Comme l’exige la prosodie, Felix s’est désigné par son seul surnom, qui était d’ailleurs le véritable nom individuel des hommes et des femmes. À cette époque tardive, cette pratique du nom unique est courante dans tous les textes privés. Cognomen latin (I. Kajanto, 1965, p. 272) de bon augure, assez courant au Haut-Empire, Felix se retrouve une autre fois en Lyonnaise (CIL, XIII, 2477) dans l’Empire chrétien.

47En rapprochant ce poème funéraire chrétien des elogia tardifs si nombreux dans le Nord de la toute proche Viennoise (RICG, XV, introduction § 265, p. 185), nous pourrions envisager une datation du v e siècle.

Germanie supérieure

48C - Kobern-Gondorf (cité de Mayence ?). Épitaphe de Sarmanna, médecin.

49Plaque de marbre jaune clair, retaillée en rectangle en vue d’un remploi.

50Signalée, en 1936 (Oelmann). Localisation précise inconnue. Conservée à Bonn, au Rheinisches Landesmuseum (inv. no 35.15).

5120 x 26,3 x 3,4.

52Texte de sept lignes entourées d’un cadre mouluré. H. d. l. : 1,7-2,2. Pas de point de séparation.

53F. Oelmann, BJ, 140-141, 1936, p. 456 (AE, 1937, 17 ; R. J. Rowland jr., 1977, p. 176, no 410) ; F. Pauly, Aus der Geschichte des Bistums Trier, 1, 1968, p. 26 et fig. 30 ; J. Janssens, De vroegkristelijke grafschriften uit Rijn-en Moezelland 1, Louvain, 1969, p. 18-23 ; Kobern-Gondorf. Von der Vergangenheit zur Gegenwart, 1980, p. 55 et fig. 23 ; Germanische Denkmäler der Völkerwanderungszeit, B. Die fränkischen Altertümer des Rheinlandes, herausgegeben von K. Böhner, Stuttgart, 1990, p. 53, no 458 avec fig. 116, 8 ; Spätantike und frühes Mittelalter. Ausgewählte Denkmäler im Rheinischen Landesmuseum Bonn, herausgegeben von J. Engemann und C. B. Rüger, Cologne-Bonn, 1991, p. 83, no 19 et fig. 47 ; B. Rémy, 1996, p. 150-151, no 13. Vu sur photo.

54Voir M. Schulze-Dörrlamm, Die spätrömischen und frühmittelalterlichen Gräberfelder von Gondorf, Gem. Kobern-Gondorf, Kr. Mayen-Koblenz, Stuttgart, 1990, I. Teil : Text, p. 101-102.

HICIACETSARMAN

NA MEDICAVKIT

PL MAN LXX PIENTIVS

1

PIENTINVSFILIET

HONORATANORVS (!)

TITOLIM POSVERV'NT' (!)

IN PACE

55Il est difficile d’apprécier la qualité de la mise en page de cette inscription, puisque le monument a été retaillé sur les deux côtés, mais, pour ce que nous en savons, le lapicide a fait preuve d’une grande bonne volonté, puisque les lignes horizontales de guidage sont encore très apparentes et qu’à gauche une ligne verticale délimite le champ épigraphique. Toutes les premières lettres des lignes sont alignées, les lignes 3-6 se terminent à peu près au même niveau. La maîtrise de l’occupation de l’espace est confirmée par l’existence d’une seule coupe syllabique et d’une seule ligature. La gravure est moins réussie. L’écriture tend vers la cursive, les lettres sont de dimensions assez irrégulières, les espacements sont inégaux. La barre supérieure des T est ondulée ou oblique, la barre inférieure des L est oblique ou ondulée. L. 3 : ligne ondulée au‑dessus du M et du N ; les deux XX, en plus petits caractères, dans le L - l. 5 : NORVS pour NVRVS, par ouverture du U en O - l. 6 : TITOLVM pour TITVLVM, par ouverture du U en O - l. 7 : rosace de part et d’autre du texte.

Hic iacet Sarman-

na, medica. Vixit

pl(us) m(inus) an(nis) LXX. Pientius,

4

Pientinus, fili, et

Honorata, norus,

titolum posuerunt.

In pace.

56Ici repose Sarmanna, médecin. Elle a vécu plus ou moins soixante-dix ans. Pientius et Pientinus, ses fils, et Honorata, sa belle-fille, ont placé cette inscription. En paix.

57Cette épitaphe chétienne d’une femme médecin, morte aux environs de soixante-dix ans, est la seule qui conserve le souvenir de la médecine “rationnelle” à cette époque tardive dans les inscriptions de Germanie. Ce n’est peut-être pas le fait du hasard, car le médecin a été alors supplanté par le thaumaturge qui opère des guérisons miraculeuses (voir L. Pietri, in Mélanges Pierre Lévêque, tome 3, Besançon, 1989, p. 342-357). Toutefois, il y avait encore des médecins et des femmes médecins. Ainsi Aemilia Hilaria, tante d'Ausone “pareille à un homme s'adonna à l’art du médecin” (Ausone, Parentalia, 6, 6) à Bordeaux, où elle exerçait avec son beau-frère. Forte femme, aux allures garçonnières, elle s'était vouée à la chasteté parce qu'“elle garda toujours la haine du sexe féminin” (Ibid., 6, 7-10). Sarmanna devait exercer dans le petit bourg, où a été retrouvée sa pierre tombale.

58Dans ce texte privé, tous les personnages sont désignés par un nom unique. Sarmanna avait un nom germanique (E. Förstemann, Altdeutsches Namenbuch 1. Personennamen, 2e éd., 1900, col. 1300 et M. Schönfeld, Wörterbuch der altgermanischen Personen-und Volknamen, 1911, p. 198). C’est un unicum (non recensé, in B. Lörincz, 2002, p. 195 ; présent, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 291), mais une Sarmanina se retrouve à Regensburg en Rétie dans une inscription chrétienne (CIL, III, 5972 ; ILCV, 2179). Les deux fils et la belle-fille portent un nom latin [I. Kajanto, 1965, p. 279 (Honorata) ; p. 251 (Pientius et Pientinus)]. Pientius se retrouve en Gaule Cisalpine (une occurrence, in B. Lörincz, 2000, p. 180) ; Pientinus n’est pas attesté dans les provinces occidentales (absent des listes de B. Lörincz, 2000 et de A. Kakoschke, 2007-2008). Relativement courant au Haut-Empire dans les Germanies (vingt occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 410-411), Honoratus/a n’y apparaît qu’une autre fois dans l’Empire tardif (CIL, XIII, 5357).

59Le formulaire est très proche de celui de certaines inscriptions de Trèves (K. Krämer, Die frühchristlichen Grabinschriften Triers, Mayence, 1974, p. 18 et sqq., N. Gauthier, RICG I. Première Belgique, Paris, 1975 et W. Binsfeld, K. Doethert-Polaschek, L. Schwinden, Katalog der römischen Steindenkmäler des Rheinischen Landesmuseums Trier. I. Götter-und Weihedenkmäler, Mayence, 1988). Toutefois, dans RICG I (introduction § 38, p. 37-38), nous constatons que hic iacet ne représente que 26 % du corpus contre 50,5 % pour hic quiescit et que titulum posuit/erunt in pace – qui est le seul signe de christianisme du texte – est beaucoup plus rare (12,8 %) que t. p. tout court (70,17 %).

60Les formules funéraires, les noms uniques et les fautes de latin incitent à dater ce texte de la seconde moitié du iv e ou du début du v e siècle, des années 400, selon K. Krämer (ouv. cit., p. 19, n. 214).

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search