Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

2. Catalogue des inscriptions

Les medecins

Texte intégral

Les médecins certains

Péninsule Ibérique

Lusitanie

11 - MIROBRIGA/Santiago do Caçém. Dédicace au dieu Esculape et mention d’un acte d’évergétisme testamentaire par Gaius Attius Ianuarius, médecin.

2Bloc de calcaire détérioré en surface par un objet contondant, brisé en deux au niveau des l. 8 et 9 et reconstitué avec du ciment qui masque en partie certaines lettres.

3Signalé, en 1721, dans le mur extérieur du vieil hôpital (Abrantes, Documentos da Accad. real da hist., 1, 1721, 31 juill., hist. da Acad., 1, p. 302). Conservé au même endroit.

454,7 x 51,5 x ( ?).

5Texte de onze lignes, quasi complet. H. d. l. : l. 1 : 5 ; l. 2 : 4,5 ; l. 3-9 : 3,2-4. Point de séparation triangulaire et hederae cordiformes.

6CIL, II, 21, d’après Abrantes et deux manuscrits (ILS, 6903) ; J. Leite de Vasconcelos, Medicina dos Lusitanos, Lisbonne, 1925, p. 54-55 [= Opusculos V, Lisbonne, 1938, p. 310-313] (AE, 1927, 164 ; H. Gummerus, 1932, no 321) ; J. G. da Cruz e Silva, Arquivo de Beja, 3, 1946, p. 348-351 (ILER, 188) ; D. Fernando de Almeida, Ruinas de Mirobriga dos Celticos (Santiago do Caçém), Setúbal, 1964, p. 45-48 ; J. d’Encarnação, MHA, 5, 1981, p. 27-29 (Id., Inscripções romanas do Conventus Pacensis subsidios para o estudo de romanizaçao, Coimbra, 1984, p. 218-220, no 144) ; B. Rémy, 1991, p. 324-326, no 1 ; J. d’Encarnação, Conimbriga, 35, 1996, p. 129-146 (AE, 1996, 835 ; B. Rémy, 2001b, p. 280-281, no 463). Vu sur photo.

7Voir F. H. Stanley Jr, ZPE, 82, 1990, p. 249-267.

8En dépit de certains efforts de symétrie aux lignes 1, 2 et 11 et de traces de réglure, la mise en page est médiocre ; les lettres initiales des lignes ne semblent guère alignées, les dernières ne le sont quasiment jamais. Le nom de la divinité est mis en valeur par des lettres plus grandes. Les mots ne sont presque jamais séparés. Graphie, en capitales carrées, gravées peu profondément et assez médiocres. Notons l’absence de régularité dans le calibrage des lettres. La barre horizontale des L est tantôt rectiligne (l. 2, 6...), tantôt ondulée (l. 1, 4...) ; la barre horizontale des T est parfois très courte (l. 5, 6...) ; les O ne sont pas circulaires ; le second jambage des R révèle l’influence d’une minute rédigée en caractères cursifs.

Aesculapio

Deo,

G(aius) Attius Ianuarius,

4

medicus Pacensis,

testamento legauit

ob merita splendi-

dissimi ordinis

8

[qu]od ei [q]uinquatri-

[b(us) uin ?]um praestiterit.

Fabius Isas, heres,

fac(iendum) cur(auit).

9L. 3 : CATTIVS (CIL ILS, Cruz e Silva), mais sur la photo, je distingue nettement un point triangulaire après le C ; la lecture G(AIVS) ATTIVS s’impose donc - l.8 : [QVO]D [PE]QV[N] IN (CIL) - l.8/9 : IN QVATRI[DV]VM (CIL) ; QVINQVATRI[V]M (Almeida) ; LOC[V]M IN QUATRI[DV]M (Th. Mommsen, Act. Berol., 1861, p. 750) ; [Q]VINQVATRI[..]VM (J. d’Encarnação, 1996 ; AE, 1996, 835) ; dans le commentaire de IRCP 144, d’Encarnação considérait qu’il ne manquait peut-être pas de lettres avant le V.

10Au dieu Esculape, Gaius Attius Ianuarius, médecin de Pax Iulia, a légué par testament, en raison des mérites de l’ordre très splendide, de quoi offrir le vin ( ?) pour la fête des Quinquatries. Fabius Isas, son héritier, a pris soin de faire exécuter (cette disposition).

11Ce texte, dont plusieurs formules sont peu courantes, a fait l’objet d’interprétations très divergentes de la part des précédents éditeurs. Elles sont exposées par J. d’Encarnação, dont la dernière publication modifie peu sa précédente lecture. Fabius Isas, l’héritier du cultor et évergète, a pris soin de préciser que C. Attius Ianuarius était medicus Pacensis. Il n’est guère possible de considérer que cet adjectif indique l’origo du médecin, car, dans ce cas, il aurait probablement été placé après les tria nomina de Ianuarius (voir no 15, à Ipagrum : M. Fulvius Icarus, Pontuficiensis, medicus) et non après l’indication de la profession. Il qualifie donc medicus. Il est peu vraisemblable qu’il indique le lieu d’exercice de Ianuarius : Pax Iulia, l’actuelle Béja. En effet, il est très peu plausible que ce dernier ait été un médecin public de la cité, car, ordinairement, la formulation est beaucoup plus claire ; ainsi à Mellaria (no 14), P. Frontinius Sciscola est dit medicus c(olonorum) c(oloniae) P(atriciae). Il faut sans doute plutôt penser que Ianuarius a été formé à Pax Iulia, où devait exister une “école” de médecine réputée (voir aussi no 3, Q. Aponius Rusticus pour Cordoue ; 44, Victor pour Metz). Formé à Pax Iulia, Ianuarius se serait installé à Mirobriga à titre privé.

12Si cette hypothèse est la bonne, nous comprenons pourquoi C. Attius Ianuarius a demandé par testament à Fabius Isas de faire à Mirobriga une dédicace à Esculape, le dieu médecin qui est assez fréquemment honoré par les praticiens (no 21, à Chester ; no 22, à Binchester ; no 57, à Obernburg). Sur la même pierre, il a fait mentionner le legs testamentaire d’une somme d’argent au conseil municipal d’une cité – dont le nom n’est pas précisé – pour lui permettre d’organiser localement la fête des Quinquatries pour laquelle il a peut-être offert le vin. Le montant de la donation n’a pas été indiqué par l’héritier (souci d’économie ?). Instituées par Domitien en l’honneur de Minerve, la patronne des médecins, qui était honorée à Rome d’un temple à Minerua medica situé sur l’Esquilin (Cicéron, De diuinatione, 2, 123 ; CIL, VI, 10133, 30980), où ont été retrouvés des ex-voto montrant que ce culte était bien vivant sous l’Empire (Gatti, Bulletino Comunale, 1887, p. 154-156 et 192-200 et 1888, p. 124-125 ; British School at Rome, Catalogue of the Museo di Conservatori, Rome, 1926, p. 305-312), ces fêtes avaient lieu tous les ans sur le domaine impérial de l’arx Albana, du 19 au 23 mars. Des médecins y participaient (Ovide, Fasti, 3, 809-821).

13Si l’exécuteur testamentaire n’a pas pris soin de préciser le nom de l’ordo, destinataire de l’évergésie, c’est qu’il allait soi. C’était celui de Mirobriga, puisque l’inscription a été retrouvée dans cette ville. Fernando de Almeida et J. d’Encarnação pensaient que Ianuarius exerçait à Pax Iulia et qu’il avait demandé à Isas de placer à Mirobriga, à plus de soixante-quinze kilomètres à vol d’oiseau de Pax Iulia, cette dédicace à Esculape mentionnant un acte d’évergétisme parce qu’il y avait là un important sanctuaire du dieu, peut-être un centre renommé de pèlerinage. C’est peu probable, car nous n’en avons aucun témoignage. Appartenant aux notables de la cité, le médecin devait avoir des relations suivies avec les membres de l’ordo de Mirobriga, notamment parce qu’il devait les soigner. S’il avait fait un legs au conseil municipal de Pax Iulia, d’une part, il aurait indiqué dans son texte le nom de cet ordo, d’autre part, il n’aurait guère eu de raison de se glorifier à Mirobriga d’un acte d’évergétisme en faveur de Pax Iulia.

14Citoyen romain, C. Attius Ianuarius portait les tria nomina. Son gentilice et son surnom latins sont fréquents dans la péninsule Ibérique [cinquante autres occurrences pour Attius (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 88-89 ; il est peu plausible ici que son nom soit celtique, comme c’est le cas en Gaule) ; cinquante-trois pour Ianuarius (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 388-389)]. Comme ce surnom est courant chez les esclaves (voir no 8) – pour indiquer le mois de naissance ou d’entrée en esclavage, il pourrait indiquer une origine servile. Le prénom de Fabius Isas, lui aussi citoyen romain, n’était apparemment pas indiqué sur la pierre ; Fabius, son gentilice latin, est très commun en Hispanie (trois cent vingt-quatre occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 132-136), mais Isas, son surnom grec (H. Solin, 2003, III, p. 1375), est unique dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 1999, p. 197). Ce théonyme est à relier au culte d’Isis qui semble avoir été bien implanté en Hispania (J. Alvar, E. Muñiz, “Les cultes égyptiens dans les provinces romaines d’Hispanie”, in L. Bricault (éd.), Isis en Occident. Actes du IIe colloque international sur les études isiaques, Lyon III, 16-17 mai 2002, Leyde, 2004, p. 69-94 ; L. Bricault, Recueil des inscriptions concernant les cultes isiaques, 3 vol., Paris, 2005, t. 2, p. 671-687 : trente-huit occurrences). Ce cognomen grec pourrait suggérer une extraction servile d’Isas. Affranchis, les anciens esclaves n’auraient pas fait mention de leur affranchissement, de même que les ingénus n’indiquaient pas leur filiation (voir p. 39-40).

15Le nom de la divinité suivi de Deo et les duo nomina seconde manière (gentilice + surnom) de l’exécuteur testamentaire pourraient permettre de dater ce texte de la seconde moitié du ii e siècle, voire de l’époque des Sévères (R. Mancini, Tituli, 2, 1980, p. 171-178 ; M.-Th. Raepsaet-Charlier, 1993, p. 12-17).

162 - EMERITA/Mérida. Dédicace à Vénus Victrix par Lucius Cordius Symphorus, médecin.

17Autel de marbre blanc avec fronton triangulaire orné d’une rosette, dont le sommet est brisé, flanqué de deux tores arrondis décorés de rosettes en façade, et base ornée de deux moulures décorées de rais de cœur en ciseaux. En dessous de l’inscription, aigle aux ailes éployées, tête à gauche.

18Signalé, en 1544, dans le monastère des Dominicains (Fl. Docampo, Los quatro libros primeros de la cronica general de España, Zamora, 1544, f° 56). Conservé à Madrid, au Musée archéologique national (inv. no 20220).

1978 x 43 x 22.

20Texte de quatre lignes. Champ épigraphique : 43 x 38. H. d. l. : l. 1 : 4 ; l. 2 : 3,7 ; l. 3 : 3 ; l. 4 : 3,5. Points triangulaires de séparation.

21CIL, II, 470, d’après Docampo et d’autres manuscrits (H. Gummerus, 1932, no 322 ; ILER 417) ; F. Fita, BRAH, 25, 1894, p. 161, no 148 ; E. Hübner, ibid., p. 465 (Id., EE, 8, 1899, p. 363, no 16 ; M. Sanabria Escudero, 1964, p. 61) ; L. Garcia Iglesias, Epigrafia romana de Augusta Emerita, Madrid, dact., 1973, 1 ; R. Hurtado de San Antonio, Corpus provincial de Inscripciones Látinas (Cáceres), Cáceres, 1977, p. 136, no 252 ; B. Rémy, 1991, p. 326-328, no 2. Vu sur photo.

22Bonne mise en page, l’axe de symétrie est bien respecté. Le champ épigraphique est entièrement occupé, mais, à trois reprises, le graveur a dû avoir recours à l’emploi de petites lettres, dont deux sont incuses (l. 1 : T dans le premier C de UICTRICI ; l. 3 : I de MEDICUS dans le D). Sauf à la l. 3, tous les mots sont séparés par des points. Le texte est ordonné de façon à mettre en valeur le nom de la divinité qui est gravé en lettres plus grandes. Toutes les lettres sont en capitales carrées, bien cadrées et d’une graphie régulière. Quelques traits marquants sont à relever : les S sont légèrement inclinés ; les C sont outrepassés par rapport au demi-cercle.

Veneri Victrici,

L(ucius) Cordius Sym-

phorus, medicus,

4

sacKauit) ex uoto.

23À Vénus victorieuse, Lucius Cordius Symphorus, médecin, a consacré (cet autel) à la suite d’un vœu.

24Depuis César, Venus Victrix est officiellement honorée comme la mère de la puissance de Rome ; c’est elle qui donne la victoire (C. Koch, RE, VIII, A, 1955, col. 828-887 ; M. P. Speidel, in ANRW, II, 17, 4, 1984, p. 2225-2238). Elle apparaît d’ailleurs à ce titre sur le revers du monnayage des empereurs et surtout des impératrices : Faustine II (RIC, III, 272/736, aureus) ; Lucilla (RIC, III, 279/786-787, deniers) ; Crispina (RIC, III, 400/290, aureus) ; Iulia Domna (RIC, IV, 1, 171/581, aureus et denier ; 211/888-890, dupondius et as) ; Caracalla (RIC, IV, 1, 259/311, aureus, denier, antoninianus ; 312, denier, antoninianus ; 308/577 a et b, as) ; Plautilla (RIC, IV, 1, 270/369, aureus, denier ; 309/582, dupondius et as) ; Élagabal (RIC, IV, 2, 44/204, denier) ; Iulia Paula (RIC, IV, 2, 46/223, denier) ; Iulia Maesa (RIC, IV, 2, 50/275, denier) ; Sévère Alexandre (RIC, IV, 2, 94/309, denier) ; Iulia Mamaea (RIC, IV, 2, 98/357, quinaire ; 98/358, denier ; 127/705, sesterce ; 127/706, dupondius ; 127/707, as) ; Gordien III (RIC, IV, 3, 28/126, quinaire ; 28/131, denier) ; Cornelia Supera (RIC, IV, 3, 198/35, antoninianus) ; Valérien (RIC, V, 1, 39/20 et 55/222, antoninianus) ; Gallien, règne conjoint (RIC, V, 1, 91/298, antoninianus) ; Salonina, règne conjoint (RIC, V, 1, 108/8 et 109/13, aureus ; 112/37 et 115/68, antoninianus) ; Gallien (RIC, V, 1, 156/289, antoninianus) ; Salonina (RIC, V, 1, 194/31 et 197/54, antoninianus) ; Magnia Urbica (RIC, V, 2, 184/342-343 et 185/347, antoninianus).

25Est-ce à cette divinité de l’État romain que L. Cordius Symphorus a élevé un autel pour la remercier d’avoir exaucé un vœu ? C’est difficile à dire. Venant d’un médecin, il s’agirait alors d’une victoire sur la maladie (voir aussi M. Le Glay, “Les religions populaires dans l’Occident romain”, in Praktika, Athènes, 1984, p. 160-161). La représentation d’un aigle, symbole de victoire, serait normale, même si l’aigle n’est pas l’animal de Vénus.

26Porteur des tria nomina, ce médecin, qui exerçait “en cabinet”, était citoyen romain. Il associait un gentilice latin, peu fréquent en Hispanie (cinq autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 116), à un surnom grec (H. Solin, II, 2003, p. 999-1000), encore plus rare (trois autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 519). Il pourrait suggérer une extraction servile ; toutefois, dans le cas d’un médecin, le doute est permis (voir p. 39-40).

27La beauté du monument, la qualité du travail et la forme des lettres orientent la datation vers l’époque des Flaviens.

283 - EMERITA/Mérida. Épitaphe de Quintus Aponius Rusticus, médecin ophtalmologiste.

29Plaque rectangulaire de marbre sans décor, fendue en deux et légèrement ébréchée en haut à droite.

30Signalée, en 1994, en remploi, lors d’une fouille de sauvetage, 39-43 avenida Juan Carlos I, en face du cirque romain. Proviendrait de la nécropole tardive (fin du iii e-iv e siècles) de l’Albarregas (Ramírez Sádaba, Gijón Gabriel). Conservée à Mérida, à l’Alcazaba.

3146 x 59 x 3.

32Texte de sept lignes. H. d. l. : l. 1 : 5,6 ; l. 2 : 5 ; l. 3-5 : 4,5 ; l. 6 : 6 ; l. 7 : 4. Points triangulaires de séparation.

33J. L. Ramírez Sádaba, E. Gijón Gabriel, 1994, p. 130, no 3 (AE, 1994, 840 ; B. Rémy, 2001b, p. 280, no 461). Vu sur photo.

34Le lapicide a fait un effort de mise en page (texte centré, champ épigraphique entièrement occupé), mais il a dû serrer les lettres à la fin de la l. 1. Seules les deux dernières lignes sont moins réussies. Profondément gravées, les lettres sont d’assez belle facture. Tous les mots sont séparés par des points. L. 1 : l’appendice de la lettre Q se prolonge à droite sous le A ; T plus grand surplombant le S et le I - l. 4 : l’appendice de la lettre Q se prolonge à droite sous le L - l. 6-7 : les barres horizontales des T sont très courtes.

Q(uintus) Aponius Rusticus,

medicus ocular(ius)

Patriciensis.

4

Aponia, Q(uinti) Kiberta), Mandata.

Eucharidi, sorori.

Hic sit(i) sunt.

Et tu et tibi.

35Quintus Aponius Rusticus, médecin ophtalmologiste de Cordoue. Aponia Mandata, affranchie de Quintus, pour Eucharis, sa sœur. Ils reposent ici. Et toi et pour toi !

36Q. Aponius Rusticus se dit medicus ocularius Patriciensis. Ce qualificatif doit indiquer qu’il avait fait ses études de médecine à Cordoue et s’était spécialisé en ophtalmologie. Deux autres médecins de cette spécialité sont attestés en Hispanie (no 10, 15). Ils sont parmi les rares ophtalmologues mentionnés dans des inscriptions découvertes en dehors de l’Italie (V. Nutton, Epigraphica, 34, 1972, p. 16-29), ce qui n’est guère surprenant, puisque les cachets d’oculistes sont rares en Hispanie (B. Rémy, 1991, no 5, 13, 18). Il s’était ensuite installé à Mérida.

37Au vu du formulaire, il avait choisi d’être enterré avec Aponia Mandata, son affranchie, qui semble avoir été sa compagne ou son épouse. Nous pouvons penser qu’il a fait cette épitaphe de son vivant, à l’occasion du décès d’Eucharis, une esclave, sœur de Mandata. Écrites en plus petits caractères, les deux dernières lignes qui attestent la sépulture des trois personnages dans la même tombe, paraissent être d’une autre main. Elles auraient donc été gravées postérieurement.

38Porteur des tria nomina, Q. Aponius Rusticus était citoyen romain, très probablement ingénu. Son gentilice et son surnom latins sont courants en Hispanie (dix-neuf autres occurrences d’Aponius/a, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 82-83 ; quatre-vingt-huit autres occurrences de Rusticus/a, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 491). Eucharis est désignée par un nom unique grec (H. Solin, 2003, II, p. 938), qui ne se retrouve en Hispanie qu’à Riba-Roja de Turia, en Citérieure (AE, 1990, 645) et montre qu’elle était esclave. Affranchie du médecin, Aponia Mandata s’est désignée par sa dénomination complète (duo nomina et mention de l’affranchissement), sans doute pour bien montrer qu’elle avait été affranchie, alors que sa sœur ne l’avait pas été. Elle portait le gentilice de son patron et un cognomen latin (I. Kajanto, 1965, p. 353) qui est un hapax en Hispanie. Les liens étroits de Rusticus avec un milieu servile n’impliquent pas qu’il était lui-même affranchi. Peu courante l’apostrophe finale s’adresse au passant, lecteur éventuel (voir aussi AE, 1994, 115).

39L’absence d’invocation aux dieux Mânes, l’emploi du datif pour la défunte, l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] et la relative concision du texte incitent à le dater de l’époque flavienne.

404 - EMERITA/Mérida. Épitaphe de Gaius Domitius Pylades, médecin.

41Plaque de marbre à bandeaux en ressaut en haut et en bas, cassée en deux morceaux jointifs et légèrement ébréchée à gauche, où ont été gravées six inscriptions. Je n’ai repris que le texte A (à gauche) qui est le seul à mentionner un médecin.

42Signalée, en 1994, en remploi, lors d’une fouille de sauvetage, 39-43 avenida Juan Carlos I, en face du cirque romain. Proviendrait de la nécropole tardive (in du iii e-iv e siècles) de l’Albarregas (Ramírez Sádaba, Gijón Gabriel). Conservée à Mérida, à l’Alcazaba.

4361 x 213 x 9,5.

44Texte de neuf lignes, quasiment complet. Champ épigraphique : 50 x 213. H. d. l. : l. 1 : 3,4 ; l. 2-3 : 3 ; l. 4-5 : 2,5 ; l. 6 : 3 ; l. 7 : 2,4 ; l. 8 : 2,6 ; l. 9 : 2. Points triangulaires de séparation.

45J. L. Ramírez Sádaba, E. Gijón Gabriel, 1994, p. 151-153, no 22 (AE, 1994, 859 a ; B. Rémy, 2001b, p. 280, no 462). Vu sur photo.

46Le lapicide a bien aligné son texte à gauche. Profondément gravées, les lettres sont d’assez belle facture, mais les E, T, U et X ont une certaine tendance à la cursive. Tous les mots sont séparés par des points. En in de ligne, les points sont aléatoires. L. 4 : T plus grand ; I plus petit.

G(aius) Domitius

Pvlades, medic(us).

An(norum) LV. Hic s(itus) e(st).

4

[T]e rogo praeteriens

[u]t dicas : s(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

[C]ornelia, M(arci) Kiberta),

Maurilla, uxor.

8

[G(aius)] Domitius, G(ai) Kibertus),

Restitutus.

47Gaius Domitius Pylades, médecin. Âgé de cinquante-cinq ans. Il repose ici. Je te demande de dire en passant que la terre te soit légère. Cornelia Maurilla, affranchie de Marcus, son épouse. Gaius Domitius Restitutus, affranchi de Gaius.

48Établi à Mérida, où il exerçait à titre privé, C. Domitius Pylades est mort à cinquante-cinq ans. Citoyen romain, il portait les tria nomina. Son gentilice latin est commun en Hispanie (cent douze autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 129-131) ; son surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 561-562) est beaucoup moins fréquent dans la Péninsule (six autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 475). Dans le cas présent, faut-il considérer que le fait que Pylades ait épousé une affranchie (qui n’appartenait pas à sa familia) indique qu’il était lui-même affranchi (voir p. 00) et que les auteurs de l’épitaphe (l’épouse et un affranchi) n’ont pas pris la peine de l’indiquer ? Cela reste une hypothèse, d’autant que les deux affranchis certains ont mentionné leur propre affranchissement.

49Cornelia Maurilla, l’épouse, avait les duo nomina, associant un gentilice latin très commun en Hispanie (cinq cent quarante-six autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 116-125), qui renvoie à l’octroi du droit de cité aux indigènes par les Scipions (service militaire, concession uiritim), à un surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 206), qui est très peu fréquent dans les provinces occidentales (huit autres occurrences en Hispanie, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 421 et deux en Narbonnaise, in B. Lörincz, 2000, p. 68). Affranchi de Pylades, C. Domitius Restitutus portait le gentilice de son patron et un surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 353), courant dans la Péninsule (trente-huit autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 483).

50Nous pouvons noter une certaine recherche dans la formulation du texte demandant au passant lecteur de prononcer la phrase traditionnelle : “que la terre te soit légère”.

51L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, le début de la formule funéraire, l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] et l’emploi du nominatif pourraient dater le texte de la seconde moitié du Ier siècle.

525 - EMERITA/Mérida. Épitaphe de Iulia Saturnina, médecin.

53Autel de marbre blanc, avec fronton triangulaire surmonté d’un focus, flanqué de deux tores décorés de feuilles avec torsades et corniche moulurée. Sur le côté droit, patère avec manche ; sur le côté gauche, vase sacrificiel (urceus). Un petit enfant emmailloté est sculpté sur la face opposée à l’inscription. Sur la base du monument est gravée une ligne d’inscription très effacée et à graphie irrégulière. Elle ne semble pas antique.

54Trouvé, en 1608, dans une maison (P. A. Ponz, Viage de Espanà, o cartas, enque se da noticia de las cosas mas appreciables y dignas de saberse que hay en ella, 2e éd., 1776-1788, vol. 8, p. 136). Conservé à Mérida, au Musée (inv. no 158).

5595,5 x 46 x 21,5.

56Texte de neuf lignes, quasiment complet, mais très endommagé. La ligne 1 est gravée sur les tores et le fronton. Champ épigraphique : 41,7 x 39. H. d. l. : l. 1 : 5,3-5,5 ; l. 2 : 4,5-4,8 ; l. 3-4 : 4,2-4,5 ; l. 5-8 : 2,5-2,7 ; l. 9 : 4,2-4,5. L. 10 : 5,6 ; 5,1 ; 5,8 ; 6,6. Points triangulaires de séparation.

57CIL, II, 497, d’après B. Moreno de Vargas, Historia de la ciudad de Mérida, Madrid, 1633, f° 53, I. Alsinet, Inscriptiones Emeritae, 1754, f° 3, suivi à tort par Hübner pour la coupe des lignes, et d’autres auteurs (ILS, 7802 ; H. Gummerus, 1932, no 323) ; E. Hübner, EE, 8, 1899, p. 363, no 16 ; F. Fita, J. Ramon Mélida, BRAH, 58, 1911, p. 189-190, no 3 ; R. Lantier, Inventaire des monuments sculptés pré-chrétiens de la péninsule Ibérique, I, Bordeaux, 1918, p. 23, no 98 ; D. M. Macias Lianez, Mérida monumental y artística, 2e éd., Barcelone, 1929, p. 176-177, no 158 (M. Sanabría Escudero, 1964, p. 63) ; L. Wickert, Homenaje a Mélida, Anuario del Cuerpo Facultativo de Archiveros, Bibliotecarios y Arqueólogos, I, Madrid, 1934, p. 125-128 (ILER, 4368) ; mission du centre Pierre Paris du 26-27 septembre 1972 ; B. Rémy, 1991, p. 328-330, no 3. Vu sur photo.

58De la dernière ligne gravée sur la base, je lis seulement : QCXLIV.

59En dépit d’un effort de symétrie aux lignes 3 et 9 et d’une coupe syllabique à la ligne 4 qui a nécessité un espacement différent des trois dernières lettres, la mise en page est médiocre. Les lettres initiales sont très rarement alignées (l. 1 et 7), les dernières ne le sont jamais ; obligation de ligature pour les trois dernières lettres de la l. 2. La hauteur des lettres décroît régulièrement pour mettre en valeur le nom de la défunte. Sauf à la ligne 1, où ce n’était pas nécessaire, tous les mots sont séparés par des points. Lettres allongées, étroites, en particulier les M et les T (à barre horizontale très courte). Les A se rapprochent de la capitale carrée. Le L de la dernière ligne a une barre horizontale ondulée. L. 1 : premier I long - l. 2 : N, A et E liés de SATVRNINAE, gravés moins profondément et en plus petit.

D(is) M(anibus) s(acrum).

Iuliae Saturninae,

ann(orum) XXXXV,

4

uxori incompara-

bili, me[dic]ae optimae,

mulieri sanctissimae.

Cassius Philippus,

8

maritus, ob meritis.

H(ic) s(ita) e(st). S(it) t(ibi) t(erra) Keuis).

60L. 2 : SATVRNIAE (Moreno de Vargas) ; SATVRNINAE (CIL). En l’état de conservation de la pierre, la lecture paléographique du surnom de la défunte n’est pas certaine, mais, comme SATVRNIAE serait un hapax, il semble raisonnable de retenir la proposition du CIL - l. 3 : XXV (Fita) - l. 5 : Moreno de Vargas avait lu MEDICAE. Mais à la suite d’un examen de la pierre en 1928, Wickert a voulu comprendre MATRI en lisant le M, le I, le trait horizontal du T et un morceau du R. Il a été suivi par Vives. En fait, il n’y a pas de vestige de R, ni de T. Il y a bien un A, mais ce ne peut être celui de MATRI. Comme se lit actuellement ME[---] AE, il n’y a pas de raison de remettre en cause la lecture de Moreno, d’autant qu’il y a trop de place sur la pierre pour MATRI.

61Consacré aux dieux Mânes. À Iulia Saturnina, âgée de quarante-cinq ans, épouse incomparable, médecin excellent, femme tout à fait irréprochable. Cassius Philippus, son mari, pour ses mérites (a élevé ce monument). Elle repose ici. Que la terre te soit légère.

62La représentation d’un poupon emmailloté sur la pierre au dos de l’inscription ne me paraît pas indiquer que Saturnina est morte en couches ou peu après son accouchement. Selon moi, ce bébé apporte un indice assez fort de l’exactitude de la lecture medicae à la ligne 5, car ce nourrisson devait être le symbole de la profession de Iulia Saturnina, puisqu’il ne fait guère de doute que les accouchements étaient l’une des principales activités des femmes-médecins, même si nous connaissons des sages-femmes (SF.1, SF.2) ; mais ce n’était pas la seule, comme certains l’ont prétendu. Plus largement, elles devaient veiller à la santé des femmes et des enfants. À bien lire, une inscription de Rome (IGVR, II, 1, 675) mentionnant un médecin impérial Ti. Claudius et son élève Restituta, elle recevait le même enseignement que les hommes. Installée à Mérida, Saturnina devait y exercer “en cabinet”.

63Citoyenne romaine, très probablement ingénue, cette femme porte deux noms latins, associant un gentilice “impérial”, commun partout – c’est le gentilice le plus attesté dans la Péninsule : huit cent deux autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 150-166 – à un surnom, Saturnina (I. Kajanto, 1965, p. 213), très courant en Hispanie (cent vingt-neuf autres témoignages, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 496-498). Cassius Philippus, son mari, avait les duo nomina seconde manière avec un gentilice latin très fréquent dans la Péninsule (soixante-dix-sept autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 108-109) et un surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 234-237), beaucoup plus rare [trois autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 456 : à Gadès (CIL, II, 1876), Tarraco (RIT, 378) et Aquae Calidae (CIL, II 4492)]. Il pourrait être affranchi (voir p. 39-40).

64Il est intéressant de noter que le mari rend hommage à trois des fonctions ou rôles de la femme dans la famille et la société antiques ; chaque terme étant affecté d’une épithète laudative ou affective, qui définit la défunte. Il vante les qualités familiales de l’épouse, sociales de la femme, mais aussi professionnelles du médecin, ce qui est plus rare, et globalement les mérites de la défunte. Seule, la mère n’est pas mentionnée. Faut-il penser que cette femme n’avait pas eu d’enfants ou qu’ils étaient déjà morts ? C’est une hypothèse, puisque le mari est le seul dédicant, mais il est vrai que nous ne savons pas grand-chose des coutumes des Anciens en matière de rédaction des épitaphes.

65L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes, l’indication de l’âge de la défunte, la présence de plusieurs superlatifs louangeurs et l’absence du prénom du mari nous permettent d’envisager une datation de la seconde moitié du ii e siècle ou du début du iii e.

666 - EMERITA/Mérida. Épitaphe de Publius Sertorius Niger, médecin et de sa famille.

67Plaque de marbre, sans mouluration, brisée en six fragments jointifs, ébréchée au bord des cassures.

68Découverte, avant 1984, lors de fouilles dans la Rambla de Santa Eulalia, “site d’une nécropole le long de la voie en direction de Saragosse et de Cordoue” (Sádaba). Conservée à Mérida au MNAR (inv. no 26472).

6962,5 x 147 x 6,5.

70Texte de cinq lignes. H. d. l. : l. 1 : 9 ; l. 2 : 5 ; l. 3-5 : 3,5. Points triangulaires de séparation.

71G. Rodríguez Martin, Il Jornadas de Metodologia y Didactica de la Historia – Historia Antigua – (Cáceres 1984), Cáceres, 1986, p. 125-130 ; J. L. Ramírez Sádaba, in XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, Roma, 18-24 settembre 1997, Atti, 2, Rome, 1999, p. 277, no 2 (AE, 1999, 876). Vu sur photo.

72Malgré le large uacat (22 cm) en bas du texte, la mise en page est très convenable (lettres alignées à gauche, sauf la l. 5). Profondément gravées, les lettres sont de belle facture. L. 2 : I de SIBI et de PATRI longs - l. 5 : I longs, sauf le premier de SIBI.

73P(ublius) Sertorius Niger, medic(us),

74sibi, et P(ublio) Sertorio, patri suo, et Caeciliae

75Urbanae, uxori suae, Sertoriae Tertullae, sorori

764 suae et M(arcus) Didius Postumus, sobrinus et heres

77P(ubli) Sertori Nigri, de suo, sibi statuam pos(u)it.

78L. 4/5 : noter la rupture syntaxique, avec un passage du datif au nominatif - l. 5 : il n’est peut-être pas nécessaire de corriger POSIT en POSVIT.

79Publius Sertorius Niger, médecin, pour lui, et pour Publius Sertorius, son père, et pour Caecilia Urbana, son épouse, (et) pour Sertoria Tertulla, sa sœur, et Marcus Didius Postumus, neveu et héritier de Publius Sertorius Niger, à ses frais, a placé une statue à son intention.

80En se fondant sur la rédaction du texte, Ramírez Sádaba considérait qu’il avait été gravé en trois fois. Dans un premier temps, P. Sertorius Niger aurait décidé de faire son épitaphe et celle de son père ; puis il aurait ajouté le nom de son épouse et de sa sœur après leur décès ; enfin, sans doute, après sa mort, son neveu et héritier, M. Didius Postumus, aurait précisé qu’il a fait placer sur le tombeau familial sa propre statue funéraire. Toutefois, au vu de la mise en page de l’épitaphe, il faut plutôt penser que la rédaction est seulement maladroite. Héritier de Niger qui était probablement décédé sans descendant, Postumus se serait chargé de l’exécution de ses dispositions testamentaires et aurait pris l’initiative de faire élever sa statue sur ou près de la tombe familiale, ce qui atteste qu’il avait prévu de la partager.

81Installé comme médecin à Mérida, sans doute à titre privé, Niger avait donc bien réussi et avait pu faire élever pour lui-même et sa famille (son père, son épouse, sa sœur et son neveu), tous citoyens romains ingénus, un monument funéraire, dont la taille devait être assez imposante, à en juger d’après les dimensions de la plaque. Nous pouvons penser à un mausolée.

82Le médecin, son père – qui portait les duo nomina première manière (prénom + gentilice) – et sa sœur avaient un gentilice latin qui remonte sans doute au général romain Sertorius qui gouverna, entre 82 et 72 a.C., une Hispanie, qui avait fait sécession. Il se retrouve à quatorze reprises dans la péninsule Ibérique (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 220), notamment dans la région de Valence. Caecilius, le gentilice latin de l’épouse du médecin, est très courant (deux cent quarante-sept occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 98-101). Attesté dix-huit fois en Hispanie (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 128), le gentilice latin Didius est caractéristique de l’onomastique de la cité de Mérida (L'Année Épigraphique). Tous les personnages mentionnés sur la pierre portaient des surnoms latins : Niger (I. Kajanto, 1965, p. 228) est commun dans la Péninsule (cinquante-neuf occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 439) ; Urbanus/a (I. Kajanto, 1965, p. 311) et Tertullus/a (I. Kajanto, 1965, p. 292) sont moins fréquents (trente et une et vingt-deux occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 526) ; Postumus (I. Kajanto, 1965, p. 295) est assez peu répandu (douze occurrences, in B. Lörincz, 2000, p. 155).

83L’emploi du nominatif et surtout les duo nomina première manière du père du médecin datent l’épitaphe au plus tard de la fin de la première moitié du 1er siècle.

847 - METELLINVM/Don Benito (cité d’Emerita). Épitaphe de Gaius Argentarius Heracles, médecin.

85Support indéterminé.

86Signalé, avant 1770 (Ortiz). Localisation précise inconnue. Perdu.

87Dimensions inconnues.

88Texte de trois ( ?) lignes, peut-être incomplet en bas.

89A. Reccio Veganzones, J. Curbera, Anas, 9, 1996, p. 13-14, no 5, d’après le manuscrit de P. Ortiz de Tovar, rédigé au milieu du xviiie siècle (AE, 1997, 791).

C ARGENTARIO HERACLIDI

G(aio) Argentario Heraclidi,

MED ERASISTRATV F

med(ico). Erasistratu(s), f(ilius)

[---?]

[patri f(aciendum) c(urauit)? S(it) t(ibi) t(erra) l(euis)?]

90L. 3 : plausibles, mais non indispensables, les restitutions sont fondées sur deux autres textes de la même région (AE, 1997, 790, 792).

91À Gaius Argentarius Heraclides, médecin. Erasistratus, son fils, a pris soin de faire élever ( ?) (ce monument) pour son père. Que la terre te soit légère ( ?).

92Porteur des tria nomina, Gaius Argentarius Heraclides était citoyen romain ; il exerçait probablement la médecine à titre privé dans cette agglomération du territoire d’Emérita, où il a été enterré.

93Son gentilice latin “professionnel”, Argentarius, qui n’est attesté dans les provinces occidentales qu’en Hispanie, notamment en Bétique (dix autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 84), laisse penser qu’il pourrait avoir été affranchi par une société exploitant des mines d’argent dans la Péninsule (voir no 12). Sur ce gentilice, voir S. Dardaine, MCV, 1983, p. 5-15. Heraclides, surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 523-525), est peu courant dans les provinces occidentales (trois autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 384). Comme son fils, Erasistratus, porte aussi un surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 54), qui n’est pas attesté dans la Péninsule (absent des listes de J. M. Abascal Palazón, 1994 et B. Lörincz, 1999 ; deux occurrences à Rome), le médecin pourrait être originaire du monde hellénophone. Bien qu’Erasistratus se soit désigné par un nom unique, il fait peu de doute qu’il était lui aussi citoyen romain et qu’il n’a pas répété son gentilice, car il avait le même que celui de son père, sauf s'il était né avant le probable affranchissement de son père. Toutefois, même s'il était né esclave, il est presque certain qu'il avait été affranchi en même temps que son père. Dans ce cas, une origine “onientale” de la famille ne s'impose pas.

94L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, l’emploi du datif et la concision du texte permettent une datation du 1er siècle.

958 - Villafranca-de-los-Barros ( ?) (cité d’Emerita). Épitaphe de Ianuarius, esclave de Perca, médecin.

96Stèle de marbre blanc-grisé, au sommet arrondi sur fond rectangulaire, brisée en deux fragments jointifs au niveau des lignes 5/6, ce qui a fait disparaître une partie de ces deux lignes. Manquent le socle et l’angle supérieur droit ; rosette à quatre pétales dans l’angle supérieur gauche.

97Signalée, en 1888, par Hübner. Origine incertaine, peut-être trouvée à Villafranca-de-los-Barros - Conservée à Séville, au musée archéologique provincial.

9862 x 30 x 4.

99Texte de neuf lignes, quasiment complet. Champ épigraphique : 38,8 x 24,6. H. d. l. : l. 1 : 3,7 ; l. 2 : 3,9 ; l. 3-4 : 3-3,2 ; l. 5 : 2,7 ; l. 6 : 3 ; l. 7-9 : 3,2-3,3. Points triangulaires de séparation.

100CIL, II, 5389, d’après une description de J. Ficker + add. p. 1037 (H. Gummerus, 1932, no 334 ; ILER, 5725) ; C. Fernández Chicarro, MMAP, 7, 1946, p. 123, no 9 ; B. Rémy, 1991, p. 339-340, no 12. Vu sur photo.

101Bonne mise en page avec un effort, pas toujours réussi, de symétrie qui a amené le lapicide à ligaturer le U et le S de la première ligne et à graver le U de MEDICUS en plus petit caractère à la l. 3 ; les lettres initiales des l. 1-5 et 7 sont alignées. Les lettres des deux premières lignes sont de plus grande taille pour mettre en valeur le nom du défunt et de son maître ; tous les mots sont séparés par des points. Lettres en capitales carrées, assez régulières. Notons quelques traits marquants : la barre horizontale de certains A est légèrement inclinée à droite ; les C, bien arrondis, sont outrepassés par rapport au demi-cercle ; la boucle des D est bien arrondie ; les U sont largement ouverts.

Ianuarius

DComiti ?) Percae

ser(uus), medicus.

4

Ann(orum) XXXI.

H(ic) s(itus) e(st). S(it) t(ibi) t(erra) Keuis).

G(aius) I+[---]us

December

8

fratri

d(e) s(uo) f(aciendum) c(urauit).

102L. 6 : Hübner avait d’abord lu C TRAIVS, ce qui est peu plausible, au vu des vestiges conservés ; il corrige en C IRIIVS dans les additamenta du CIL. En l’état actuel de conservation de la pierre, cette hypothèse plausible est invérifiable.

103Ianuarius, esclave de Domitius ( ?) Perca, médecin. Âgé de trente et un ans. Il repose ici. Que la terre te soit légère. Gaius Ir[---] December a pris soin de faire élever à ses frais (ce monument) pour son frère.

104Ianuarius est l’un des deux ( ?) esclaves médecins mentionnés dans les inscriptions de la péninsule Ibérique (voir no 16). Il exerçait ses talents pour le compte de son maître et lui reversait une part de ses bénéfices. Il est 99 très probable que ce dernier lui avait fait apprendre la médecine, car l’exercice de la profession était, semble-t-il, rentable, mais il pourrait aussi l’avoir acheté, alors qu’il était déjà médecin.

105Citoyen romain, D. Perca, le maître de Ianuarius, porte deux noms, sans doute un gentilice et un surnom. Cette formulation abrégée pourrait s’expliquer par le fait que ce personnage était bien connu dans la région. Cependant, l’hypothèse d’un prénom (Decimus) et d’un gentilice n’est pas exclue, encore que Perca ne ressemble guère à un gentilice ; J. M. Abascal Palazón (1994, p. 454) et B. Lörincz (2000, p. 132) le recensent comme cognomen. Si D est bien l’abréviation d’un gentilice, ce nom devait être connu dans la région ; il est peut-être possible de le développer en D (omitius), puisque c’est le gentilice commençant par D de loin le plus attesté dans la Péninsule (voir no 4). Bien que le surnom masculin Perca ne soit pas attesté ailleurs en Hispania et dans les provinces occidentales (seule mention, in B. Lörincz, 2000, p. 132), ce personnage était sans doute indigène.

106C. Ir[...] us December, le frère du défunt qui a pris soin de commémorer son souvenir, était très probablement un affranchi, même s’il n’a pas jugé utile de mentionner son affranchissement. Comme Irius, Irrius et Irtius ne sont pas connus avec certitude dans les provinces occidentales – Hirtius ne l’est guère plus (ILA, Pétrucores 72) –, il semble préférable de ne pas restituer le gentilice de cet homme. Les deux frères portent comme cognomen et nom unique latins le nom d’un mois de l’année, qui fait vraisemblablement référence à leur date de naissance ou d’entrée en esclavage. Sur Ianuarius, voir no 1 ; December (I. Kajanto, 1965, p. 219) est peu attesté en Ibérie (trois autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 342).

107L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, l’emploi du nominatif, les formules funéraires et les particularités paléographiques signalées aux lignes 1 et 3 permettent de dater ce document du ier siècle, malgré les duo nomina seconde (?) manière du maître.

Bétique

1089 - ASTIGI/Ecija. Épitaphe de Sabina, épouse du médecin V (alerius ?) Eros.

109Support indéterminé.

110Trouvé, avant 1623, dans un cimetière au-delà de la porte de la Verdad ou de la Palma (M. de Roa, Ecija, suos santos, su antigüedad eclesiastica y seglar, Séville, 1629, f° 47). Perdu.

111Dimensions inconnues.

112Texte de quatre lignes.

113CIL, II, 1483, d’après Roa et d’autres auteurs (H. Gummerus, 1932, no 324 ; ILER, 5724 ; B. Rémy, 1991, p. 333-334, no 6 ; CIL, II2, 5 1182).

SABINA V EROTIS ME

Sabina, V(aleri ?) Erotis me-

DICI VXOR AN L M VI

dici uxor ; an (norum) L, m(ensium) VI ;

PIA IN SVIS H S E

pia in suis. H(ic) s(ita) e(st).

4

S T T L

4

S(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

114L. 1 : V(ALERI) EROTIS (Hübner).

115Sabina, épouse du médecin V (alerius ?) Eros ; âgée de cinquante ans (et) six mois ; pleine d’affection envers les siens. Elle repose ici. Que la terre te soit légère.

116Sabina, l’épouse du médecin, porte un nom unique latin (I. Kajanto, 1965, p. 186), assez fréquemment attesté dans la péninsule Ibérique (soixante et onze autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 492-493). Son statut juridique reste indéterminé ; nous pouvons hésiter entre une esclave et une affranchie portant le même gentilice que son mari, qui n’aurait donc pas pris la peine de l’indiquer. À en juger par la formule laudative utilisée par son époux, elle pourrait avoir été mère de famille.

117Citoyen romain, Eros, qui exerçait “en cabinet”, avait les duo nomina seconde manière ; son gentilice était probablement répandu dans la région, puisqu’il est réduit à l’initiale. Dans ce texte, l’abréviation n’a pas de valeur chronologique. Valerius est l’hypothèse la plus plausible, car les Valerii sont très nombreux dans la province et dans toute l’Hispanie (sept cent dix-huit occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 232-244), mais il faut peut-être penser aussi à Valius, puisque ce gentilice se retrouve à trois reprises dans une autre inscription d’Astigi (CIL, II2, 5 1249) ou même à Vibius, puisqu’il y a un Vibius à Astigi (CIL, II2, 5 1510) et d’autres en Bétique (CIL, II 1184, 1424, 1938). Éros, son surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 529-530), est peu courant en Hispania (treize autres témoignages, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 353). Il pourrait laisser penser que le médecin était un affranchi (voir p. 39-40).

118Eros, qui s’est chargé de l’épitaphe de Sabina, a pris soin d’indiquer sa profession, ce qui montre que les médecins occupaient une place non négligeable dans la société romaine provinciale.

119L’emploi du nominatif, l’indication des mois dans l’âge de la défunte, le qualificatif élogieux et le formulaire funéraire final semblent permettre de dater cette épitaphe de la seconde moitié du i er siècle.

12010 - Chiclana de la Frontera (cité de Gadès). Épitaphe d’Albanius Artemidorus, médecin ophtalmologiste.

121Autel de marbre blanc, avec base moulurée, fendu et partiellement brisé à droite et en bas. Le couronnement et le début de la face inscrite ont été arasés. Au-dessous de l’inscription antique et sur les deux côtés du monument ont été gravées, au début du xvii e siècle, en lettres capitales, d’autres inscriptions.

122Découvert, au xvii e siècle, en remploi dans le mur d’une maison (J. de la Concepción, Cádiz, emporio del orbe, p. 532). Conservé à Cadix, au musée archéologique.

123126 x 60 x 44.

124Texte de huit lignes entourées d’un cadre mouluré. Les trois premières ont disparu. Champ épigraphique : 61 x 54. H. d. l. : 5-5,5. Points triangulaires de séparation.

125CIL, II, 1737, d’après Concepción pour les lignes 1-3 et d’après la lecture d’Hübner pour le reste du texte (H. Gummerus, 1932, no 325 ; ILER 5726) ; F. Fita, BRAH, 23, 1893, p. 458-460 ; R. del Castillo y Quartiellers, 1897, p. 58-60, no 1 (Id., 1907, p. 51 ; E. Romero de Torres, Catálogo Monumental (provincia de Cádiz), Madrid, 1934, p. 189) ; J. González Fernández, Inscripciones romanas de la provincia de Cádiz, Cadix, 1982, p. 87-88, no 133 ; B. Rémy, 1991, p. 334-335, no 7. Vu sur photo.

126Très bonne mise en page, avec un grand effort de symétrie (même les points sont centrés). Toutefois, le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé en bas. Lettres en capitales carrées. Tous les mots conservés sont séparés par des points. Quelques traits marquants sont à relever : les A et les S sont très légèrement inclinés à gauche ; les C, bien arrondis, sont outrepassés par rapport au demi-cercle ; la boucle du R (l. 2) n’est pas fermée ; les branches obliques du K (l. 4) sont très courtes et très peu profondément gravées.

D(is) M(anibus) s(acrum).

Albanius

Artemidor(us),

4

Medic[us]

ocular[i]us.

Ann(orum) XXXXVI[I,]

k(arus) s(uis). H(ic) s(itus) e(st).

8

S(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

127L. 1-3 : jusqu’au milieu du xix e siècle, tous les éditeurs du texte ont lu sur la pierre : DMS / ALBANIVS / ARTEMIDOR ou ARTEMIDORVS. Il n’y a donc pas de raison de ne pas leur faire confiance. À la suite d’Hübner, nos prédécesseurs ont admis qu’il manquait deux lignes. Ce n’est guère plausible. D’une part la deuxième ligne serait beaucoup trop longue. Elle compterait dix-neuf lettres si ARTEMIDORVS était écrit en entier, dix-sept si ce surnom était abrégé en ARTEMIDOR, comme l’écrivent plusieurs auteurs antérieurs à Hübner. Or, les lignes conservées les plus longues (l. 5 et 6) ont neuf et dix lettres. Il semble donc préférable de comprendre ALBANIVS (huit lettres) / ARTEMIDOR (neuf lettres). D’autre part l’espace occupé par ces trois lignes permettrait de combler exactement la lacune actuelle de la pierre - l. 6 : XXXXVI (Hübner), mais Fita, Castillo et González donnent XXXXVII, à juste raison, puisque nous apercevons encore sur la pierre un morceau de la base du second I et que la cassure suit le tracé de cette lettre.

128Consacré aux dieux Mânes. Albanius Artemidorus, médecin ophtalmologiste. Âgé de quarante-sept ans ; cher aux siens. Il repose ici. Que la terre te soit légère.

129Enterré à Chiclana de la Frontera, Albanius Artemidorus est l’un des trois médecins spécialistes attestés en Hispanie (voir no 3). Il y avait donc des opthalmologistes, peut-être itinérants, en dehors des grandes villes. Toutefois, Artemidorus pourrait aussi avoir décidé de se faire enterrer sur ses terres. À en juger par la périphrase affective, il paraît avoir été marié et père de famille et semble avoir été regretté par les siens, mais il est vrai qu’il serait inconvenant de dire du mal des défunts dans les épitaphes !

130Porteur des duo nomina seconde manière (gentilice + surnom), ce citoyen romain associe un gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85) à un surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 28-30) peu fréquents en Hispanie (six autres occurrences d’Albanius ; six autres d’Artemidorus, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 73-74 et 287). Sa dénomination pourrait indiquer une origine servile.

131L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes, l’indication de l’âge du défunt, l’absence de prénom et l’écriture nous incitent à ne pas dater cette épitaphe avant le milieu ou la seconde moitié du ii e siècle.

13211 - CORDVBA/Cordoue. Épitaphe de Lucius Iulius Protogenes, médecin.

133Plaque de marbre blanc (F. Ruano, Historia general de Cordoba, vol. 1, Cordoue, 1762, p. 166).

134Signalée, en 1762, “en casa Cevallos, en el zaguán” (Ruano). Perdue.

135Dimensions inconnues.

136Texte de quatre lignes. Points de séparation (Ruano).

137CIL, II, 2237, d’après Ruano et d’autres manuscrits (H. Gummerus, 1932, no 326 ; ILER, 5729 ; B. Rémy, 1991, p. 335-336, no 8 ; CIL, II2, 7 338).

L IVLIVS

L(ucius) Iulius

PROTOGENES

Protogenes

MEDICVS

medicus

4

H E S T T L

4

H(ic) s(itus) e(st). S(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

138Lucius Iulius Protogenes, médecin. Il repose ici. Que la terre te soit légère.

139Établi à Cordoue, le chef-lieu de la province de Bétique, L. Iulius Protogenes y exerçait à titre privé. Citoyen romain, il portait les tria nomina, associant un gentilice latin “impérial” courant partout (voir no 5) à un surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 146-148) qui pourrait laisser penser que ce médecin était un affranchi (voir p. 39-40). Très peu présent dans la Péninsule (deux autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 473), Protogenes, “le premier né”, pourrait aussi convenir à une naissance dans une famille ingénue. L. Iulius Gallus Mummianus, parvenu aux honneurs municipaux et provinciaux dans la première moitié du ii e siècle (CIL, II, 2224) pourrait très éventuellement être l’un de ses descendants.

140L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, l’emploi du nominatif et la formule funéraire permettent de dater l’épitaphe du i er siècle.

14112 - CORDVBA/Cordoue. Épitaphe de Marcus Aerarius Telemachus, affranchi de la société des mineurs, médecin.

142Plaque rectangulaire de pierre rouge de la Sierra de Cordoue, sans décor.

143Trouvée, en 1970, lors de travaux dans l’ancien couvent de la Merced, aujourd’hui siège de l’assemblée provinciale (García y Bellido). Conservée sur place.

14425 x 38 x 10,5.

145Texte de trois lignes. H. d. l. : l. 1 : 2,8-3 ; l. 2-3 : 2,5. Points triangulaires de séparation.

146A. García y Bellido, BRAH, 168, 1971, p. 179-180, no 1 (AE, 1971, 181 ; R. W. Rowland Jr, 1977, p. 178, no 434) ; B. Rémy, 1991, p. 336-337, no 9 ; CIL, II2, 7 34. Vu sur photo.

147Voir Cl. Domergue, Les mines de la péninsule Ibérique dans l’Antiquité romaine, Rome, 1990, p. 270, 338, 339 et 342, n. 30.

148Très bonne mise en page avec un effort de symétrie (traces de réglure). La hauteur des lettres décroît légèrement pour mettre en valeur le nom du défunt. Tous les mots sont séparés par des points. Profondément gravées, les lettres sont en capitales carrées. Notons quelques différences dans le calibrage des lettres. Quelques traits marquants sont à relever : les S sont un peu inclinés à gauche ; les C sont outrepassés par rapport au demi-cercle ; l’appendice de la lettre Q est très allongé à droite, les U sont largement ouverts, notamment à gauche. L. 1 : L de LIBERTUS plus grand.- l. 3 : I de HIC long.

149M(arcus) Aerarius, soc(ietatis) aerar(iorum) l(ibertus),

150Telemac<h>us, medicus.

151Hic quiescit. Vale.

152Marcus Aerarius Telemachus, affranchi de la société des mineurs, médecin. Il repose ici. Adieu.

153D’abord esclave médecin d’une société de publicains qui exploitaient des mines de cuivre près de Cordoue (Pline, Naturalis Historia, 34, 4), Telemachus, dont le surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 565) est mentionné une autre fois en Hispanie, à Olisipo (CIL, II, 253+ AE, 1953, 258), fut ensuite affranchi, sans doute en raison de ses bons services. Il a reçu le nom de la communauté qui lui avait donné la liberté (voir à Arles : Q. Navicularius Victorinus [CIL, XII, 853], probablement affranchi par les naviculaires). Connu une seule autre fois dans la Péninsule (AE, 1991, 1076, à Ubeda) et dans les provinces occidentales (B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 44), ce gentilice “professionnel” se retrouve à Rome, essentiellement chez des affranchis (CIL, VI, 200, col. VII, l. 4, 7542, 8799, 11177...). Il a obtenu la citoyenneté romaine parce que les actionnaires étaient citoyens romains. Après sa libération, Telemachus a dû rester au service de la société.

154L’emploi du nominatif, l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] et la présence des deux formules finales : hic quiescit et uale, qui se retrouvent en Italie sur plusieurs inscriptions antérieures à l’époque impériale (ILLRP, 780, 819, 853, 935, 965), incitent à dater ce texte du i er siècle, plutôt de la première moitié. Contre la datation trop tardive préconisée par A. García y Bellido, Cl. Domergue, ouv. cit., p. 270, n. 41, invoque aussi, à juste titre, la paléographie, notamment la forme des lettres C, O, M et Q.

15513 - CORDVBA/Cordoue. Épitaphe d’un anonyme, de [---] Nymphius, médecin, et des affranchis de l’anonyme.

156Plaque grossièrement rectangulaire de calcaire blanc, retaillée de partout.

157Découverte, à une date inconnue, “en el barrio del Brillante, C. Cruz de Juarez” (A. U. Stylow). Conservée à Cordoue, au musée archéologique provincial (inv. no 28933).

15846 x 44 x 5.

159Texte de six lignes, incomplet de partout sauf en bas. H. d. l. : 3,7-5. Points triangulaires de séparation.

160CIL, II2, 7 350.

161Il est impossible d’apprécier la mise en page de ce texte très fragmentaire. Gravées assez peu profondément, les lettres ont une nette tendance à la cursive (A, E, M, O, T). La boucle inférieure des B est proéminente ; la barre supérieure des T est sinusoïdale. Les barres inférieures des L se prolongent sous les lettres suivantes. L. 3 : apex sur le O et le I ; I long - l. 4 : apex sur le I et le O de NYMPHIO, dont la barre oblique droite du Y est très allongée - l. 5 : apex sur le I de BERTIS et le A de LIBERTAB.

--- ?

[---]A.RR+[---]

[---] liberta Xene

[---] suo bene merit[o]

4

[et ---] Nymphio, medi[co]

[---et] libertis libertab[usq(ue).]

[H(oc)] m(onumentum) [h(eredem) non sequetur.]

162L. 3 : [---MARITO ?], Stylow, mais nous pourrions aussi restituer PATRONO. Il n’est guère possible de trancher - l. 5 : [FIL] ou [C C P], Stylow - l. 6 : [D (IS)] M (ANIBVS) [S (ACRVM)], Stylow, qui pense qu’il n’y a pas assez de place pour la solution retenue et que cette formule ne conviendrait pas avec la date qu’il propose.

163---Xene, affranchie de [---], pour son [---] bien méritant et pour [---] Nymphius, médecin [---] et pour ses affranchis et affranchies. Ce monument ne fera pas partie de l’héritage.

164Gravée par une affranchie de citoyen romain, cette épitaphe collective concerne deux hommes nommément désignés – le mari ou le patron de Xene et un médecin, dont nous ignorons les liens de parenté avec cette femme – et des affranchis et affranchies qui sont probablement ceux du défunt, dont le nom a disparu dans la lacune de la pierre.

165Xene, le surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 1068) de la dédicante, est un unicum dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2002, p. 189 ; une seule occurrence à Rome : IGVR, 17539). Nymphius, le surnom grec (H. Solin, 2003, III, p. 1304-1035) du médecin, est un peu plus fréquent (deux autres occurrences en Hispanie, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 442 ; quatre en Cisalpine ; deux en Dalmatie et une en Aquitaine, in B. Lörincz, 2000, p. 108). Au vu du contexte de l’épitaphe (milieu d’affranchis), il est probable que Nymphius était lui aussi un affranchi. Il exerçait son art à Cordoue, soit à titre privé, soit (très) éventuellement comme médecin de la colonie de Cordoue (Stylow). Sur les médecins publics, voir no 14.

166À en croire Stylow qui se fonde sur la paléographie et les apices, le texte pourrait dater de la seconde moitié du IIe siècle, mais, avec P. Le Roux (opinion orale), il semble préférable de proposer une date plus précoce, le Ier siècle, à cause de la forme des lettres, des apices et (surtout) de la formule finale.

16714 - MELLARIA/Dos Torres. Épitaphe de Publius Frontinius Sciscola, médecin des colons de la colonie Patricia.

168Plaque rectangulaire.

169Découverte, en 1668 (Anonyme, in J. Vázquez Venegas, Man. de 1672, f° 2142). Localisation précise inconnue. Perdue. Moulage ancien en plâtre, conservé à Cordoue, au musée archéologique (inv. no 52).

17017,6 x 15,5 x ( ?).

171Texte de quatre lignes. H. d. l. : 2,2-2,4. Points ronds ( ?) de séparation.

172CIL, II, 2348 + add., p. 890, d’après l’Anonyme et d’autres manuscrits (F. Fita, BRAH, 60, 1912, p. 50 ; H. Gummerus, 1932, no 327 ; ILER 5728) ; A. U. Stylow, MDAI(M), 27, 1986, p. 261, no 21 (AE, 1986, 356 ; B. Rémy, 2001b, p. 281, no 464), d’après le moulage ; B. Rémy, 1991, p. 337-338, no 10, d’après le moulage ; CIL, II2, 7, 789, d’après le moulage. Moulage vu sur photo.

173Voir J.-F. Rodríguez Neila, Trabajos científicos de la Universidad de Córdoba, 14, 1977, p. 3-23.

174La mise en page est convenable (lettres alignées à gauche) et les lettres irrégulières sont d’assez bonne facture. Tous les mots sont séparés par des points.

P(ublius) Frontin<i>us

Sciscola,

medicus c(olonorum) c(oloniae) P(atriciae).

4

H(ic) s(itus) e(st). S(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

175Publius Frontinius Sciscola, médecin des colons de la colonie Patricia. Il repose ici. Que la terre te soit légère.

176Avec Hübner, il faut développer les abréviations de la ligne 3 en medicus c (olonorum) c (oloniae) P (atriciae). Comme l’indique son titre officiel, Sciscola était médecin public de la colonie Patricia de Cordoue. Recruté sur contrat par la cité, il a exercé ses talents au service de l’ensemble des habitants du territoire municipal et notamment des notables. Comme dans le monde grec, il n’était sans doute pas tenu de procurer des soins aux nécessiteux à titre gratuit et il percevait des honoraires – sans doute modiques et fixés contractuellement – de ses autres patients. Rétribué forfaitairement par la cité, le médecin public devait disposer d’un cabinet mis gratuitement à sa disposition ou moyennant un loyer modeste. C’est le seul médecin public attesté dans le corpus. Si la pierre n’a pas été déplacée, il pourrait ensuite s’être retiré dans sa région d’origine, d’ailleurs toute proche, ou dans un domaine acheté au cours de sa carrière.

177Citoyen romain, il porte les tria nomina, associant un gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85), rarissime en Hispanie (une seule autre occurrence : CIL, II, 337, en Lusitanie) à un cognomen local (M. L. Albertos Firmat, 1966, p. 200 et 283) qui ne se retrouve pas dans la Péninsule (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 498) et semble être un hapax. C’est un indigène ingénu.

178L’emploi du nominatif, le type de monument et la concision du texte font penser à une épitaphe de la première moitié du i er siècle.

17915 - IPAGRVM/Aguilar de la Frontera. Épitaphe de Marcus Fulvius Icarus, médecin ophtalmologiste, et des siens.

180Linteau de marbre noir, brisé en bas et à droite, encastré au-dessus de la porte d’un mausolée.

181Découvert, en 1860, sur la colline “llamado la Vegueta” (Castillo). Conservé à Cordoue, au musée archéologique (inv. no 38).

18241 x 162 x 20.

183Texte de trois lignes, quasiment complet. H. d. l. : 10. La profondeur inusitée de la gravure (0,4) et l’existence de trous de fixation sur chaque lettre indiquent que l’inscription était autrefois composée avec des lettres de bronze. Points de séparation ronds et triangulaires.

184CIL, II, 5055, d’après une description de Guerra (ILS, 7808 ; H. Gummerus, 1932, no 333 ; ILER, 5730) ; R. del Castillo y Quartiellers, 1897, p. 60-61, no 2 (Id., 1907, p. 49) ; B. Rémy, 1991, p. 338-339, no 11. Vu sur photo.

185La mise en page semble avoir été assez médiocre (lettres mal alignées à gauche), mais les lettres de bronze pouvaient modifier l’apparence du texte. Tous les mots sont séparés par des points. Comme les lettres de bronze n’ont pas été conservées, il est délicat de se prononcer sur leur graphie, en se fondant sur la forme de leur emplacement. L. 2 : erreur du lapicide pour le D de MEDICUS ; il avait d’abord gravé un H.

186M(arcus) Fuluius Icarus, Pontu-

187ficiensis, medicus ocu-

188larius, sibi et suis fec[it.]

189Marcus Fulvius Icarus, (originaire du municipe) Pontuficiensis (Obulco), médecin ophtalmologiste, a fait (construire ce monument) pour lui et les siens.

190Originaire d’Obulco (aujourd’hui Porcuna), une cité attestée par Strabon (Geographica, 3, 2, 1) et Ptolémée (Geographia, 2, 4, 11), qui, selon Pline l’Ancien (Naturalis Historia, 3, 10), aurait eu rang de municipe sous le nom d’Obulco municipium Pontuficiense, ce médecin ophtalmologiste exerçait à Ipagrum, sans doute à titre privé. Il avait fort bien réussi, puisqu’il avait eu les moyens de faire bâtir pour lui et sa famille un mausolée de belle taille – au vu de la dimension du support de l’épitaphe, orné d’une inscription en lettres de bronze.

191Citoyen romain, M. Fulvius Icarus associait un gentilice latin courant en Hispanie (quatre-vingt-dix-neuf autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 142-144) à un surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 534) qui semble être un unicum dans la Péninsule (seule occurrence, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 389). Il pourrait laisser penser que ce médecin était un affranchi (voir p. 39-40), ce que pourrait confirmer sa volonté d’ostentation.

192L’emploi du nominatif, la forme archaïque (Pontuficiensis), la concision du texte et le formulaire utilisé tendraient, en accord avec l’écriture, à dater ce document de la première moitié du i er siècle.

Espagne citérieure

19316 - SEGOBRIGA/Cabeza del Griego. Épitaphe de Philumenus, médecin.

194Support indéterminé.

195Signalé, avant 1792, engagé dans un mur de l’église gothique (Capistrano). Perdu.

196Dimensions inconnues.

197Texte de six lignes.

198CIL, II, 3118, d’après le manuscrit de J. Capistrano de Moya, Noticia de las excavaciones de Cabeza del Griego, con algunas observaciones por el bachiller D. Iacome Capistrano de Moya, Alcalá de Henares, 1792, f° 87 b 3 (H. Gummerus, 1932, no 328 ; ILER, 5727 ; B. Rémy, 1991, p. 342, no 14).

D M S

D(is) M(anibus) s(acrum).

PHILUMENO

Philumeno,

MEDICO

medico.

4

RUFUS FIL

4

Rufus, fil(ius),

PATRI F C

patri f(aciendum) c(urauit).

S T T L

S(it) t(ibi) t(erra) l(euis).

199L. 4 : FILIUS, Capistrano.

200Consacré aux dieux Mânes. À Philumenus, médecin. Rufus, son fils, a pris soin de faire élever (ce monument) pour son père. Que la terre te soit légère.

201Philumenus exerçait à Segobriga, probablement à titre privé. Comme son fils, il est désigné par un nom unique. Nous pouvons donc hésiter sur le statut juridique des deux hommes. Malgré leurs liens familiaux, ils pourraient avoir été de statut servile, mais il n’est pas exclu qu’il aient été des pérégrins, disposant du droit latin, comme tous les habitants de la Péninsule depuis 74. Avec A. Chastagnol (La Gaule romaine et le droit latin, Lyon, 1995, p. 93), il ne faut peut-être pas parler de citoyen(ne) s de droit latin, puisque “le droit latin est accordé à une cité et non pas à des hommes pris individuellement”. Toutefois, même si les habitants des cités latines ne sont évidemment pas devenus des citoyen(ne) s romain(e) s, ils ne sont pas non plus des pérégrins ordinaires, pusqu’ils ont obtenu certains privilèges recherchés, notamment par les notables (voir en dernier lieu, D. Kremer, Ius latinum. Le concept de droit latin sous la République et l'Empire, Paris, 2006). On pourrait parler de pérégrine, vivant dans une cité de droit latin. Le fils n’aurait pas jugé utile de mentionner la filiation de son père, car elle ne faisait de doute pour personne. Philumenus pourrait être aussi un affranchi de pérégrin (voir no 33). En tout cas, son fils avait un nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 229), ce qui pourrait indiquer un souci du père d’affirmer l’ingénuité du fils, qui serait donc né après l’affranchissement de son père. Cette hypothèse pourrait être confirmée par le fait que Rufus/a est le deuxième surnom ou nom unique le plus courant dans la Péninsule (deux cent deux autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 487-490). Nom grec (H. Solin, 2003, II, p. 965-968), Philumenus se retrouve à cinq reprises dans l’épigraphie ibérique (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 547).

202L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes, la relative concision du texte et la formule dédicatoire finale incitent à dater ce document de la première moitié du ii e siècle.

20317 - EBVSVS/Ibiza. Épitaphe de Lucius Sempronius Apollonius, médecin.

204Bloc rectangulaire mouluré et ébréché de calcaire local.

205Trouvé, en 1876, au lieu-dit Ca Na Marieta (Veny). Conservé à Ibiza, au musée archéologique.

20644,5 x 54,5 x 37.

207Texte de cinq lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 42 x 29,3. H. d. l. : l. 1 : 3,6 ; l. 2 : 3,5 ; l. 3-4 : 3,3 ; l. 5 : 3. Points triangulaires de séparation.

208CIL, II, 3666, d’après une description de M. Aguilo (H. Gummerus, 1932, no 330 ; ILER, 5732) ; F. Fita, BRAH, 51, 1907, p. 335-336, no 3 ; C. Veny, Corpus de las inscripciones Baleáricas hasta la dominación árabe, Rome, 1965, p. 205-206, no 182 ; B. Rémy, 1991, p. 342-344, no 15. Vu sur photo.

209La mise en page n’est pas très réussie ; seules les lettres initiales des lignes 2 et 4 sont alignées ; aux lignes 2/3 et 4/5, le lapicide s’est résolu à une coupe syllabique, mais n’a pas fait d’effort de symétrie à la l. 3. Sauf à la l. 4, tous les mots sont séparés par des points. Les lettres sont assez peu profondément gravées sur une pierre de mauvaise qualité et assez mal lissée ; elles imitent la capitale carrée, mais avec des tendances à la cursive, notamment les M. Elles sont assez irrégulières : l. 2, le premier L est plus petit que les autres lettres, la barre horizontale du second est quasi inexistante ; la largeur des E n’est pas identique ; le O de la dernière ligne n’est pas circulaire ; la boucle des R n’est pas fermée ; les S sont très étroits ; les U ne sont pas symétriques.

D(is) MCanibus).

L(ucio) Sempronio Apol-

lonio, medico.

4

L(ucius) Sempronius Phi-

loxenus patri pio f(ecit).

210L. 1 : D et M non indiqués par Hübner.

211Aux dieux Mânes. À Lucius Sempronius Apollonius, médecin. Lucius Sempronius Philoxenus a élevé (ce monument) pour son père affectionné.

212Établi à Ibiza, L. Sempronius Apollonius devait exercer la médecine à titre privé. Citoyen romain, il portait un gentilice latin très courant dans la péninsule Ibérique (deux cent soixante-dix autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 214-218). Ce nom rappelle le souvenir de Ti. Sempronius Gracchus qui gouverna l’Hispania en tant que propréteur en 179 et 178 a.C. (voir T. R. S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, vol. I, Cleveland, 1951, réimpr. anast., 1968, p. 393) et accorda la citoyenneté romaine à un nombre important d’indigènes (E. Badian, Foreign Clientelae, 264 B. C.-70 B. C., Oxford, 1958, p. 121-124). Fréquent dans les provinces occidentales, son surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 294-300) est peu attesté en Hispanie (huit autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 280-281). Nous pouvons donc envisager que ce soit lui qui ait érigé à Ibiza, l’épitaphe fragmentaire de son père homonyme (CIL, II 3665). Ce surnom convient bien à un médecin, puisque Apollon était le père d’Esculape et était lui-même un dieu médecin. Il se retrouve dans la dénomination d’un certain nombre de praticiens (voir H. Solin, 1995, p. 132-133). On pense donc à un pseudonyme. Philoxenus, le fils, porte lui aussi un surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 805-806), qui se retrouve à Murcie (CIL, II, 3521) ; Philoxsinus est attesté à Tarragone (RIT, 14).

213S’il faut bien identifier Apollonius à l’auteur de l’épitaphe CIL, II, 3665, trois générations d’hommes d’une même famille auraient porté des surnoms grecs. Dès lors, il est possible de penser que le grand-père était un ancien esclave venu du monde hellénophone, car sinon nous ne voyons pas pourquoi il aurait donné à son fils un cognomen grec, à moins d’admettre que ce soit un pseudonyme. Toutefois, Apollonius, le père du médecin, pourrait avoir été affranchi après la naissance de son fils, qui aurait obtenu la liberté en même temps que lui et aurait reçu son nom grec de son maître par snobisme culturel. Plausible, cette hypothèse ne peut s’appliquer à Philoxenus. Dès lors, l’origine “grecque” de la famille et l’ingénuité du médecin deviennent assez probables. Fita pensait à un affranchissement d’Apollonius par L. Sempronius Senecio, l’ami du préteur C. Iulius Tiro Gaetulicus (CIL, II, 3661), peut-être mort en 106 (PIR 2, IV, 3, 284/603), ou plutôt par l’un de ses descendants, car l’inscription pourrait être postérieure au début du ii e siècle. Toutefois, vu la fréquence du gentilice Sempronius, c’est très improbable.

214L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes incite à dater cette épitaphe du courant du ii e siècle, plutôt de la première moitié.

21518 - DIANIVM/Denia. Épitaphe de Publius Sicinius Eutichus, médecin.

216Autel mouluré de marbre blanc-jaunâtre avec couronnement monolithe plat, dont le socle mobile a disparu ; moulures avec alternance de bandeaux, scoties et tores.

217Découvert, vers 1790, en remploi dans la muraille du château (Bayer). Conservé à Denia, au musée archéologique.

21893 x 43 x 28.

219Texte de cinq lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 48 x 34. H. d. l. : l. 1 : 6,7-7,3 ; l. 2 : 6 ; l. 3-5 : 4,5. Points triangulaires de séparation.

220CIL, II, 3593, d’après une description de Fr. Bayer (H. Gummerus, 1932, no 329 ; ILER 5731) ; G. Martín, Dianium. Arqueología romana de Denia, Valence, 1970, p. 58-59, no 8 ; revue et estampée par J.-N. Bonneville, le 25 novembre 1984 (B. Rémy, 1991, p. 344, no 16) ; M. A. Rabanal Alonso, J. M. Abascal Palazón, Lucentum, 4, 1985, p. 210, no 36. Vu sur photo et estampage.

221L’ordinator a fait un effort de mise en page (champ épigraphique entièrement occupé, lettres initiales alignées, symétrie parfaite à la l. 2) qui n’a cependant pas toujours été couronné de succès, notamment à la dernière ligne. Toutefois, les mots du texte, bien séparés par des points, ont été répartis entre les lignes sans césure. La taille des lettres décroît assez sensiblement pour mettre en valeur le gentilice du défunt et la mention de son affranchissement. Les lettres, qui ont certains caractères cursifs, sont allongées, irrégulières et assez peu élégantes : les E sont étroits ; les L ont la base légèrement arrondie ; la barre horizontale des T est très courte ; les U ne sont pas toujours symétriques (l. 1). L’ensemble est assez médiocre.

P(ublius) Sicinius,

P(ubli) Kibertus),

Eutichus,

4

medicus,

h(ic) s(itus) est.

222Publius Sicinius Eutichus, affranchi de Publius, médecin, repose ici.

223Installé à Denia, où il devait exercer à titre privé, Publius Sicinius Eutichus indique dans sa dénomination qu’il était affranchi. Ce médecin portait un gentilice latin, Sicinius, qui est attesté à six autres reprises en Hispanie (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 222) et un surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 866-871) à peine plus fréquent dans la Péninsule (dix autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 355-356).

224Le nom du défunt au nominatif, la très grande concision du texte, la formule funéraire et l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] permettent de dater cette inscription du ier siècle, plutôt de la première moitié. Comme le notent à juste raison Rabanal Alonso et Abascal Palazón – qui datent l’inscription de la seconde moitié du ier siècle, le style de ce monument diffère de ceux retrouvés à Denia. Mais l’emploi du nominatif (CIL, II, 3589, 5963-5965, 5968 ( ?), 5969) et la formule finale (CIL, II, 5963, 5964) y sont relativement courants.

22519 - TARRACO/Tarragone. Épitaphe de Tiberius Claudius Apollinaris, médecin.

226Tabula ansata (G. Alföldy, RIT, d’après I. Boy, Recopilaçíon sussinta de las antiguedades romanas q. se allan del tiempo de los emperadores romanos en la ciudad de Tarragona y sus cercanías. Copiadas y escritas de las mesmas antiguedades por Ioseph Boy, ingeniero en dicha ciudad, ms., 1713).

227Découverte, au xvi e siècle, en remploi dans la porte de Saint-Antoine (Ant. Augustinus, Misc. Bb 187). Perdue.

228Dimensions inconnues.

229Texte de cinq lignes entourées d’un cadre mouluré, accosté de queues d’aronde ; celle de droite avait disparu. Points triangulaires de séparation (Boy).

230CIL, II, 4313, d’après Augustinus + add., p. 711 (H. Gummerus, 1932, no 331 ; ILER, 5733) ; RIT, 442 avec pl. XCV, 1 (B. Rémy, 1991, p. 345-346, no 17).

231Voir E. Albertini, in Mélanges R. Cagnat, Paris, 1912, p. 307.

232À en croire le dessin de Boy, la mise en page était médiocre en dépit d’un certain effort (lettres initiales alignées, dernière ligne centrée). Tous les mots auraient été séparés par des points. Il n’est guère possible de se prononcer sur la graphie, car l’exactitude du dessin n’est pas certaine, ni même peut-être la répartition des lignes (l. 1 ?).

Dis M(anibus). Tib(erius) Cl(audius) Apollinaris, Ti(beri)

Cl(audi) Oniti lib(ertus), et heres ; artis medicine

doctiss(imus). H(ic) s(itus) e(st). Titulum posuit Iul(ia) Rhodine,

4

uxor, marito b(ene) m(erenti) et Cl(audia) Iuliane Potentia ?,

patri pientiss(imo).

233L. 1 : noter les deux abréviations différentes de TIBERIVS, TIB et TI - l. 2 : Boy a lu CE au lieu de CL. À la place de MEDICINE, on attendrait MEDICE pour MEDICAE ; peut-être faut-il voir là une erreur de lecture - l. 3 : Boy a lu E et T liés au lieu de S · E et RODINE. POSVERVNT serait plus logique.

234Aux dieux Mânes. Tiberius Claudius Apollinaris, affranchi de Tiberius Claudius Onitus et son héritier. (Il était) très savant dans l’art médical. Il repose ici. Iulia Rhodine, son épouse, pour son mari bien méritant, et Claudia Iuliana Potentia ( ?) pour son père très affectionné, ont fait cette inscription.

235Sur un cachet à collyre découvert en un lieu inconnu et jadis conservé dans les collections du musée de Gotha en Allemagne (J. Voinot, 1999, no 42) est mentionné un oculiste du nom de T. Claudius Apollinaris. Ce cachet pourrait être daté de 205 par un graffite qui semble être une date consulaire. Voici la lecture de Zangemeister : “scr(ipsit) M(arcus) Pompeianius Victorinus, IIII kal(endas) mart(ias), Imp(eratore) Antonino Aug(usto) et Geta Caes(are) c(onsulibus)”. Même si la lecture est bonne, il est difficile de savoir si ce graffite a été écrit lors de la gravure du cachet (par le graveur ?) ou s’il est postérieur.

236Selon Hübner et Alföldy, il faudrait peut-être identifier l’Apollinaris du cachet avec le médecin qui aurait donc été spécialisé en ophtalmologie. Toutefois, si le surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 221) Apollinaris n’apparaît que deux autres fois dans la Péninsule (CIL, II 2636, à Asturica ; HEp., 2, 47, à Ibiza), il est attesté dans tout l’Occident, notamment en Belgique et dans les Germanies (six occurrences, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 145) ; sur ce cognomen pour des médecins, voir no 17, à Ibiza. Nous pouvons noter que le prénom n’est pas identique (Tib. pour le médecin attesté à Tarragone et T. pour l’oculiste) et surtout que cette épitaphe ne précise pas l’éventuelle spécialité du défunt, ce qui serait un peu étonnant, à moins d’admettre que tous les médecins pouvaient prescrire des collyres. Il paraît donc plus prudent d’attendre la découverte éventuelle d’autres documents pour se prononcer sur l’identité des deux hommes.

237Porteur des tria nomina, ce médecin était citoyen romain. Son gentilice impérial est très courant en Hispanie (voir D. Nony, MCV, 4, 1968, p. 51-71) et dans le monde romain. Il a été affranchi par un patron qui avait évidemment le même prénom (abrégé en Ti.) et le même gentilice. Son surnom, Onitus, semble être inconnu par ailleurs dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2000, p. 113) ; peut-être est-ce un nom d’origine grecque (non recensé par H. Solin, 2003) ou une mauvaise lecture (non recensé par I. Kajanto, 1965). Apollinaris devait être fort apprécié de son patron, puisque ce dernier, sans doute sans descendance, en a fait son héritier. Son épouse et sa fille, qui ont fait son épitaphe, vante ses mérites de médecin (artis medicine doctissimus), de mari (bene merenti) et de père (pientissimus).

238Iulia Rhodine, sa femme, associe un gentilice “impérial” commun partout (voir no 5) à un surnom grec (H. Solin, 2003, III, p. 1187-1188), mentionné trois autres fois en Hispanie (J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 483-484), qui pourrait suggérer une extraction servile. Sa fille portait le gentilice de son père et au moins un surnom latin, Iuliana, dérivé du gentilice de sa mère, qui est courant dans la Péninsule (cinquante-six autres occurrences, in J. M. Abascal Palazón, 1994, p. 392). Albertini et Alföldy – mais pas J. M. Abascal Palazón – envisagent avec quelque doute que le mot Potentia soit un second surnom. Ce serait alors sa seule occurrence dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2000, p. 156). Au vu des autres erreurs de Boy, il est peut-être possible de penser qu’il a mal lu ce nom et comprendre alors Pollentia, ce qui ferait référence au domicile de la fille du médecin dans cette ville des Baléares. Toutefois, Pollentius/a est attesté comme surnom en Gaule Cisalpine (douze occurrences, in B. Lörincz, 2000, p. 148). Si la lecture de Boy a été correcte, nous pourrions admettre, avec Gummerus, que Iuliana habitait à Potentia dans le Picenum, mais ce serait assez inattendu.

239L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes, l’abréviation lib(ertus) [voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV], l’abréviation du gentilice (Ibid.), la présence de plusieurs qualificatifs élogieux se rapportant au défunt et la possible graphie E pour AE à la ligne 2 s’accordent pour dater cette épitaphe de la fin du ii e siècle et peut-être même du iii e, ce qui pourrait éventuellement laisser penser que l’oculiste et le médecin ne faisaient qu’un.

Bretagne

24020 - DEVA/Chester. Dédicace aux très puissants dieux sauveurs, par Hermogenes, médecin.

241Partie inférieure d’un autel de grès rouge, avec base ornée de deux moulures saillantes à profil droit et chanfrein renversé. Le haut du dé et le couronnement ont disparu.

242Trouvée, en juillet 1851, in situ, sous l’hôtel Saracen’s Head, sur le côté ouest de Northgate Street, à l’emplacement présumé, mais incertain du ualetudinarium du camp (D. F. Petch, JCAS, 55, 1970, p. 1-5 ; Wilmanns). Conservée à Chester, au Grosvenor Museum (no inv. 10).

24347 x 38 x 40,5.

244Texte de six lignes, incomplet en haut. H. d. l. : l. 1 : 2,5-3,2 ; l. 2 : 3,5-3,9 ; l. 3 : 3,1-3,4 ; l. 4 : 2,7-3,5 ; l. 5 : 3. Hedera.

245CIL, VII, p. 48 ; IG XIV 2547 (H. Gummerus, 1932, no 378 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 175-176, no 30) ; RIB, 461 ; B. Rémy, 1987b, p. 72-74, no 2 ; É. Samama, 2003, p. 554, no 523.

246Voir L. Robert, Hellenica, II, 1946, p. 108 ; R. W. Davies, 1969, p. 97, no 39 ; Id., 1972, p. 3 ; T. J. Strickland, JCAS, 66, 1982, p. 5-24 ; S. J. Malone, 2006, p. 193, no 8-3. Vu sur photo.

247Il est difficile d’apprécier la mise en page, mais tout le champ épigraphique semble avoir été occupé. Profondément gravées, les lettres sont un peu maladroites. Les mots ne sont pas séparés. L. 3 : I plus petit dans C ; N plus petit - l. 5 : A non barré - l. 6 : A non barrés.

[Θεοῖς]

[σω]τῆρσιν

ὑπερμενέσιν

4

Ερμογένης

ἰατρòς βωμòν

τόνδ’ ἀνέθηκα.

248Aux très puissants dieux sauveurs, moi Hermogenes, médecin, j’ai élevé cet autel.

249Porteur d’un nom unique, Hermogenes n’était probablement pas un citoyen romain. Bien qu’il n’ait pas indiqué sa filiation, nous pouvons penser qu’il était pérégrin, plutôt qu’esclave. Retrouvée dans le camp de la légion de Chester, la XXe Valeria Victrix (M. G. Jarrett, Arch. Cambr., 118, 1969, p. 77-91 ; L. Keppie, in Y. Le Bohec, 2000, p. 25-35 ; S. J. Malone, 2006), sa dédicace, dont les trois dernières lignes sont un médiocre hexamètre, s’adresse aux très puissants dieux sauveurs, sans doute les divinités protectrices de la santé des hommes. C’est le seul exemple connu dans les inscriptions en grec gravées à l’initiative de médecins. Si les divinités ne sont pas précisément nommées, c’est peut-être parce que Hermogenes englobait dans sa dévotion les dieux grecs, romains et indigènes. En l’absence de formulaire votif, il est plausible d’envisager un “don gratuit”.

250Nom grec (H. Solin, 2003, I, p. 57-59), Hermogenes ne se retrouve pas en Bretagne, mais il est attesté dans l’onomastique des provinces romaines d’Occident (B. Lörincz, 1999, p. 180), notamment chez les médecins (il apparaît plusieurs fois dans l’Anthologie Palatine, 11, 114, 131, 237). C’est aussi le nom d’un célèbre médecin de Smyrne (É. Samama, 2003, no 194). Aussi n’y a-t-il pas de raison d’identifier ce personnage avec l’Hermogenes qui fut le médecin personnel d’Hadrien (Dion Cassius, Histoire romaine, 69, 22), comme voulait le faire H. Barnes (Proceedings of the Royal Society of Medicine, 7, no 2, Febr. 1914, Section of the history of Medicine, p. 76). Un tel rapprochement s’impose d’autant moins qu’il est bien connu que les praticiens grecs prenaient souvent le nom de fameux prédécesseurs (H. Solin, ACD, 34-35, 1998-1999, p. 389-393). Le médecin d’Hadrien apparaît sans doute sur une pierre de Rome, où figure l’épitaphe d’un [---] Marcius Hermogenes, archiatros de l’empereur (É. Samama, 2003, no 475). S’exprimant en grec et portant un nom grec, Hermogenes était un hellénophone.

251Il est difficile de dater ce texte. Peut-être pourrions-nous penser au ii e siècle, d’autant que la légion xxe Valeria Victrix n’est pas stationnée à Deua avant 87 (S. J. Malone, 2006, p. 47-49).

252[B. R.-P. F.]

25321 - DEVA/Chester. Dédicace à Asclépios aux mains douces, Hygie et Panacée, par Antiochos ( ?), médecin.

254Stèle moulurée de grès rouge, brisée en bas, dont le fronton est orné de deux acrotères décorés de rosaces encadrant un fronton triangulaire lisse. La partie inférieure du champ épigraphique et le socle ont disparu.

255Trouvée, en 1968, in situ, au Vieux Marché, sur l’emplacement présumé, mais incertain du ualetudinarium de la légion (Wright). Conservée à Chester, au Grosvenor Museum (no inv. 37. R 1968).

25662 x 41 x 18.

257Texte de plus de neuf lignes, incomplet en bas. H. d. l. : l. 1 : 2,3-2,8 ; l. 2 : 2,1-2,8 ; l. 3 : 2,4-2,6 ; l. 4 : 2,2-2,6 ; l. 5 : 2,4-3,1 ; l. 6 : 2,5-2,8 ; l. 7 : 3-3,2 ; l. 8 : 2,6-3,5 ; l. 9 : ( ?). Hederae.

258R. P. Wright, JRS, 59, 1969, p. 235, no 3 avec figure (AE, 1969/1970, 291 ; B. Rémy, 1987a, p. 262, no 440 ; SEG, 37, 1987, 840 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 176-177, no 31) ; V. Nutton, JCAS, 55, 1970, p. 7-13 ; B. Rémy, 1987b, p. 74-76, no 3 ; É. Samama, 2003, p. 554-555, no 524. Vu sur photo.

259Voir J. et L. Robert, BE, 1970, 667 ; R. W. Davies, 1972, p. 2-3 et 11, no VI ; J. Clackson, T. Meissner, Proceedings of the Cambridge Philological Society, 46, 2000, p. 1-6 ; S. J. Malone, 2006, p. 193, no 8-1.

260Le lapicide a occupé tout le champ épigraphique, mais n’a pas toujours bien coupé les mots entre les lignes (l. 2). Les mots sont très rarement séparés. Profondément gravées, les lettres sont d’assez belle facture.

Πανυπειρόχα-

ς ἀνθρώπων

σωτῆρας ἐν ἀθα-

4

νατοῖσιν

Ἀσκληπιòν ἠ-

πιοχεῖρα Ὑγεί-

ην Πανάκει-

8

αν εἰητρòς

[Ἀ]ντίοχ ος ?

---

261Les sauveurs sans pareil des hommes parmi les immortels, Asclépios aux mains douces, Hygie et Panacée (sont honorés par) Antiochos ( ?), médecin---

262Dans le camp de la légion de Chester, Antiochos ( ?), un médecin hellénophone, a fait cette inscription en prose, mais à allure métrique, en l’honneur d’Asclépios, Hygie et Panacée, ses filles. Ces trois divinités qui figurent ensemble dans le même ordre au début du serment d’Hippocrate (L. Edelstein, The Hippocratic Oath ; Translation and Interpretation, Baltimore, 1943), ne sont pas honorées ailleurs en grec par un médecin. Comme l’ont montré J. et L. Robert, l’adjectif πανυπειρóχας se rapporte à Asclépios et aux deux déesses, bien que le féminin pluriel soit surprenant sur le plan morphologique et syntaxique. C’est un qualificatif recherché, assez peu utilisé, surtout dans les inscriptions (IGR, IV, 415 ; MAMA I, 306), qui dénote le souci du dédicant de montrer qu’il était cultivé. L’épithète d’Asclépios, dont la main adoucit les souffrances, est traditionnelle. Le support de l’inscription, une stèle, est surprenant, car les stèles sont ordinairement des monuments funéraires.

263La forme ionienne εἰητρòς, pour ἰατρòς (L. Robert, RPh., 13, 1939, p. 168 sqq.), ne surprend guère, car elle se retrouve à Ostie (IG, XIV, 942), Rome (IGVR, 1163, 1283), Narbonne (no 31), Aix-en-Provence ( ?) (no 38) et en Sicile (NSA, 1895, p. 165 et 1937, p. 472). Nous pouvons supposer que cet emploi découle du dialecte maternel du médecin – qui serait alors originaire d’Asie Mineure – à moins qu’il ne faille songer à une recherche d’effet littéraire, soucieuse de se rattacher à la tradition médicale et hippocratique ionienne (sur ce phénomène, voir É. Samama, 2003, p. 5-6). La restitution du nom Antiochos est très probable. Ce nom unique grec (H. Solin, 2003, I, p. 209-214) n’apparaît pas ailleurs en Bretagne dans les inscriptions sur pierre. Comme celui d’Hermogenes, le statut juridique de ce médecin reste incertain. Il faut penser à un pérégrin, manifestement cultivé, plutôt qu’à un esclave.

264Il est difficile de dater ce texte. Peut-être pourrions-nous penser au ii e siècle.

265Nous pouvons nous demander ce que faisaient à Chester, au ii e siècle, deux médecins grecs (voir aussi RIB 808, à propos d'un dénomé A. Egnatius Pastor, auteur d'une dédicace en grec à Esculape, retrouvée à Maryport, et pour lequel R. W. Davies, 1969, p. 98, no 68, envisage la fonction éventuelle de médecin d'une unité auxiliaire ; notons toutefois que cet homme n'est pas désigné comme médecin). Rien n’indique dans les inscriptions qu’ils étaient attachés à la XXe légion. Toutefois, étant donné la localisation de ces deux autels et malgré l'identification incertaine du bâtiment où ils ont été découverts (S. J. Malone, 2006, p. 193), c’est une quasi-certitude. V. Nutton (JCAS, 55, 1970, p. 12) a émis l’hypothèse que ces deux personnages auraient été les médecins personnels du légat de la légion. Il est difficile de la suivre, car chaque légion disposait d’un corps médical bien organisé, et les intéressés auraient pu préciser le lien particulier qui les unissait au commandant de l’unité. Il faut plutôt penser à des “contractuels” (voir p. 52-53).

266[B. R.-P. F.]

26722 - VlNOVlA/Binchester. Dédicace à Esculape et à Salus par Marcus Aurelius [---] ocomas, médecin de l'aile des Vettons citoyens romains.

268Tablette rectangulaire votive de grès jaune, brisée à gauche, avec une représentation d’Esculape et de Salus (très mutilée), se tenant la main ; la main gauche d’Esculape est posée sur le cou d’un serpent qui s’enroule autour d’un objet indéterminé.

269Trouvée en 1879 (Hoopell). Localisation précise inconnue. Conservée à Durham, au musée archéologique de l’université (inv. no : DUMA 1986 123).

27058,4 x 40,6 x 16,5.

271Texte de six lignes, incomplet à gauche. Les deux premières lignes sont gravées en haut de la tablette, quasiment entre les deux divinités ; les quatre autres en dessous. H. d. l. : l. 1 : 2,5 ; l. 2 : 2 ; l. 3-6 : 2,2. Points triangulaires de séparation.

272R. E. Hoopell, Archaeologia Aeliana, Society of Antiquaries of Newcastle-upon-Tyne, 2e série, 8, 1879, p. 247-255 ; H. M. Scarth, Archaeological Journal, 37, 1880, p. 129-135 ; W. T. Watkin, Ibid., p. 140 sqq. ; F. Haverfield, EE, 7, 1892, no 979 (W. Haberling, 1910, no 45 ; H. Gummerus, 1932, no 377) ; RIB, 1028 (J. C. Wilmanns, 1995, p. 178-179, no 33) ; B. Rémy, 1987b, p. 77-78, no 4. Vu sur photo.

273Voir R. W. Davies, 1969, p. 86 et p. 97, no 45 ; J. M. Roldán Hervas, Hispania y el ejército romano, Salamanque, 1974, p. 136-137.

274Il est impossible d’apprécier la mise en page. Profondément gravées, les lettres sont d’assez belle facture. Presque tous les mots sont séparés par des points.

[Aesc] ulapio

[et] Saluti,

4

[pro salu] te alae Vet-

[tonum] c(iuium) R(omanorum), M(arcus) Aure(lius)

[---]ocomas, me-

[dicus, u(otum) s(oluit)] l(ibens) m(erito).

275L. 2 : la restitution de ET est très probable ; voir à Chester une dédicace à Fortuna Redux, Esculape et Salus (RIB 445) - l. 4 : s’il y a bien un point après AVRE, le gentilice n’était pas écrit en entier. On attendrait plutôt AVR ou AVREL - l. 5 : [GLOSSO] COMAS, Hoopell ; [HABRO] COMAS, Hübner ; [CRVSO] COMAS, Scarth ; [---] OCOMAS, Watkin, Haverfield, RIB, Davies.

276À Esculape et Salus, pour la sauvegarde de l’aile des Vettons citoyens romains, Marcus Aurelius [---] ocomas, médecin, s’est acquitté de son vœu volontiers et à juste titre.

277Citoyen romain, M. Aurelius [---] ocomas était médecin des cavaliers de l’aile des Vettons, une unité composée de citoyens romains. Levée, au moins à l’origine, chez les Vettons d’Espagne centrale, l’unité stationne en Bretagne dès le i er siècle, mais son histoire est mal connue (J. Spaul, 1994, p. 236-237). M. G. Jarrett (Britannia, 25, 1994, p. 44-45) estime qu’elle occupait le fort de Binchester dans la première moitié du iii e siècle.

278[---] ocomas vénère Esculape et Salus, deux divinités protectrices de la santé des hommes. Il s’est acquitté “à la romaine” d’un vœu formulé pour la sauvegarde de son unité, dans des circonstances inconnues. Cette dédicace montre tout à la fois l’attachement du médecin aux hommes de son unité et sa confiance envers les dieux.

279Dans ses tria nomina, ce médecin associait un gentilice impérial commun partout à un surnom grec incertain, mais qui pourrait indiquer une origine orientale, à l’instar de deux autres médecins attestés en Bretagne dans le camp de Chester (no 20, 21). Le prénom et le gentilice laissent penser que ce texte n’a pas été gravé avant le règne de Marc Aurèle, ou peut-être plus vraisemblablement l’édit de Caracalla, qui octroya la citoyenneté romaine aux pérégrins (Aurelius est aussi très largement attesté en Bretagne). Il date sans doute de la première moitié du iii e siècle, comme le pensaient déjà P. A. Holder (The Roman Army in Britain, Londres, 1982, p. 10) et B. Dobson (lettre du 26 avril 1985). La probable abréviation du gentilice pourrait permettre de confirmer une date postérieure à 150 (voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV).

280[B. R.-P. F.]

28123 - VERCOVICIVM/Housesteads. Épitaphe d’Anicius Ingenuus, médecin ordinarius de la première cohorte des Tongres.

282Stèle rectangulaire de grès à sommet plat, brisée en deux après la deuxième ligne ; au-dessus de l’inscription est sculpté en léger relief un lièvre. Il est couché, tête vers la gauche, sur une sorte de support et entouré d’un arceau formé de deux files opposées de chevrons, imitant une tresse. Dans les deux angles supérieurs de la pierre, deux rosaces. Le socle a disparu.

283Trouvée peu après 1800 (Hübner). Localisation précise inconnue. Conservée au Musée des Antiquités de l’université et de la société des antiquaires de Newcastle-upon-Tyne (no inv. 1822-16).

284153 x 76 x 15.

285Texte de sept lignes entourées d’un cadre mouluré en creux, formé de deux baguettes. H. d. l. : l. 1-7 : 8. Points triangulaires de séparation.

286CIL, VII 690 (W. Haberling, 1910, no 38 ; H. Gummerus, 1932, no 375) ; RIB 1618 (J. C. Wilmanns, 1995, p. 178, no 32) ; D. J. Smith, Archaeologia Aeliana, series 4, 46, 1968, p. 285 sqq. ; A. Gilson, Archaeologia Aeliana, series 5, 6, 1978, p. 162-165 avec fig. ; B. Rémy, 1987b, p. 79-80, no 5. Vu sur photo.

287Voir R. W. Davies, 1969, p. 90 et p. 97, no 49.

288Le lapicide a fait un effort de mise en page (lettres alignées à gauche). Tous les mots sont séparés par des points. Profondément gravées, les lettres sont d’assez bonne facture. L. 3 : O plus petit - L. 5 : O plus petit dans le C.

D(is) M(anibus).

Anicio

Ingenuo,

4

medico

Ord(inario) coh(ortis)

I Tunqr(orum).

Vix(it) an(nis) XXV.

289Aux dieux Mânes. Pour Anicius Ingenuus, médecin ordinarius de la première cohorte des Tongres. Il a vécu vingt-cinq ans.

290Anicius Ingenuus était médecin dans la première cohorte des Tongres, lorsque celle-ci stationnait à Vercouicium, sur le mur d’Hadrien, où plusieurs inscriptions attestent sa présence. Levée, au moins à l’origine, chez les Tongres de Gaule Belgique, l’unité compta d’abord cinq cents hommes, mais son effectif passa à mille au plus tard en 103 (sur ces divers points, voir M. G. Jarrett, Britannia, 25, 1994, p. 48-49 ; J. Spaul, 2000, p. 225-227). Le titre de medicus ordinarius est peu courant et signifie probablement que l’intéressé avait un rang équivalent à celui de centurion (voir p. 52). C’est un fait remarquable, compte tenu de son âge au décès, mais il n’est pas certain qu’il faille envisager une origine privilégiée (fils de décurion ou chevalier), comme le supposait J. C. Wilmanns.

291Porteur des duo nomina seconde manière, Anicius Ingenuus était citoyen romain. Son gentilice latin Anicius est rarissime en Bretagne [une occurrence (RIB, 233), peut-être deux (RIB, 953), in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 114]. Très fréquent dans le monde celtique, son surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 314) est moins courant dans la province, où il apparaît cinq autres fois (B. Lörincz, 1999, p. 194). Il affirme peut-être l’ingénuité du défunt.

292Il n’y a pas d’autre représentation de lièvre sur les monuments funéraires bretons, mais il existe un parallèle en Autriche, à Sankt-Peter-im-Holz, l’ancienne Teurnia (R. Egger, Teurnia. Die römischen und frühchristilichen Altertümer Oberkärntens, Vienne, 1973, p. 63-64). En Gaule, le lièvre (ou le lapin) apparaît aussi sur quelques monuments figurés, mais dans une attitude quelque peu différente (E. Espérandieu, no 3649, 6206, 7452). Il n’est guère possible de suivre Gilson, quand il écrit qu’Anicius Ingenuus pourrait descendre d’une famille domiciliée dans la péninsule Ibérique parce que le lapin passait pour être le symbole de l’Espagne. Selon toute vraisemblance, l’animal représenté est un lièvre. Pour expliquer le choix de ce motif iconographique, J. M. C. Toynbee (Animals in Roman Life and Art, Londres, 1973, p. 202) a songé à un possible animal domestique ou, plus probablement, à une allusion au caractère fécond du lièvre, de bon augure dans un contexte funéraire. En Bretagne, selon Dion Cassius (62, 6, 1-2 ; 6, 4 ; 6, 5), Boudicca aurait employé un lièvre à des fins de divination [J.-L. Voisin, in A. Vigourt, X. Loriot, A. Bérenger, B. Klein (dir.), Pouvoir et religion dans le monde romain en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, 2006, p. 471-493].

293L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes et les duo nomina seconde manière du défunt, ainsi que l’emploi du terme ordinarius et le lieu de découverte (où les inscriptions de la cohorte semblent plutôt dater du iii e siècle), permettent de dater ce texte de la fin du ii e siècle ou du iii e. C’était déjà l’avis de B. Dobson (lettre du 26 avril 1985) et des éditeurs de l’épitaphe.

294[B. R.-P. F.]

29524 - VINDOLANDA/Chesterholm. Inscription mentionnant Marcus, médecin.

296Dix fragments jointifs d’un feuillet ou lamelle pliable en bois.

297Découverts durant les fouilles des années 1985-1989. Conservés à Londres, au British Museum (inv. no 85.248).

2989,6 x 3.

299Texte de six lignes, assez effacé par endroits et incomplet en bas. H. d. l. : non précisée.

300Tab. Vindol. II, p. 100, no 156 (AE, 1994, 1131 ; B. Rémy, 2001b, p. 281, no 465) ; Tab. Vindol. III, Appendix, p. 156, no 156. http:vindolanda.csad.ox.uk/TVII-156 ; photo. Vu sur photo.

301Texte en caractères cursifs difficile à lire.

Nonis Martis.

Missi ad hospitium Marco, medico,

faciendum structores n(umero) ? XXX,

4

[a]d lapidem flammandum n(umero) ? XVIIII,

[a]d lutum uim[ini]bus castrorum facien-

[dum ---]

---

302Aux l. 3 et 4, avant les nombres, il faut peut-être lire H à la place de N : H(OMINES) au lieu de N(VMERO).

303Le 7 mars. Envoyés pour la construction d’une résidence ( ?) pour Marcus, médecin, trente maçons ; dix-neuf pour brûler la pierre ; [---] pour produire l’argile des clayonnages du camp ---

304Une première lecture missi ad hospiti[u] m cum Marco medico (Tab. Vindol. II) suggérait que le médecin avait accompagné des hommes chargés de bâtir une “résidence” et d'accomplir diverses tâches, non pas pour diriger le groupe et les travaux, mais sans doute pour soigner d’éventuelles blessures. Cependant, les corrections apportées dans l’appendice des Tab. Vindol. III incitent à revoir le sens supposé du texte. L’hospitium aurait été construit au profit du médecin, qui n’aurait donc pas forcément veillé sur les travailleurs. Le bâtiment, qui devait se trouver dans le camp, ne semble pas en rapport avec la pratique médicale (pour la mention du ualetudinarium, voir Tab. Vindol. II, 155), et il est plus raisonnable de songer au logement du médecin (sur ces points, voir Tab. Vindol. II, p. 100, qui songeait à une guest-house ; Tab. Vindol. III, p. 156). Au total, la lecture et le sens exacts de ce texte, difficile à lire, demeurent incertains.

305Il n’est pas exclu que Marcus ait pu être un citoyen romain, dont la dénomination aurait été réduite à son seul surnom, ce qui était courant dans la vie quotidienne. Mais dans le contexte d’une unité auxiliaire, il est aussi possible de reconnaître en lui un pérégrin, désigné par son nom unique. Marcus peut être rangé parmi les noms uniques ou les surnoms latins (I. Kajanto 1965, p. 173). A. R. Birley (“The Names of the Batavians and Tungrians in the Tabulae Vindolandenses”, in Th. Grünewald (éd.), Germania Inferior. Besiedlung, Gesellschaft und Wirtschaft an der Grenze der römisch-germanischen Welt, Berlin-New York, 2001, p. 241-260) estime qu’environ 58 % des noms des Bataves connus à Vindolanda sont des noms latins. Mais Marcus pourrait aussi être un nom celtique (par référence au nom celtique du cheval, * marko ; voir X. Delamarre, 2003, p. 217 ; id., 2007, p. 126) ou au moins un nom latin « homonyme » (voir p. 85).

306Au vu du texte et du contexte archéologique, le document doit dater du 7 mars de l’une des années de la “période 3” d’occupation du camp de Vindolanda, entre 97 et 105 environ (A. R. Birley, Garrison Life at Vindolanda. A Band of Brothers, Stroud, 2002, p. 90). Dès lors, Marcus devait être le médecin de la viiiie cohorte auxiliaire des Bataves, dont certains soldats étaient employés à des travaux de construction.

307[P. F.-B. R.]

Narbonnaise

30825 - AQVAE SEXTIAE/Aix-en-Provence. Épitaphe de Sextus Iulius Felicissimus, médecin et chasseur d’ours dans l’arène.

309Autel ( ?) mouluré de calcaire dolomitique, brisé en deux fragments non-jointifs. Au-dessus du cadre d’anathyrose devait reposer un couronnement qui a disparu. Sur la face droite est gravée une ascia, qui sépare les quatre premières lignes du texte B du reste de l’inscription ; sur la face gauche est sculpté un niveau de maçon. À la base de la face principale, du côté droit, un gros éclat a emporté quelques mots du texte. Le fragment inférieur est anépigraphe.

310Trouvé, en 1839, “dans le jardin de l’ancien couvent des Minimes, occupé aujourd’hui par les Dames du Saint-Sacrement” (E. Rouard, Inscriptions en vers du Musée d’Aix, Aix-en-Provence, 1839, p. 14-29), à l’occasion de la création d’un bosquet, avec de nombreux vestiges antiques. Conservé à Aix-en-Provence, au musée Granet (inv. no FA 225).

311101 x 62 x 57.

312Texte A de dix-huit lignes entourées d’un cadre mouluré ; il est quasiment complet. Champ épigraphique : 74 x 54,5. H. d. l. : l. 1 : 2,5-3,5 ; l. 2 : 2,3-2,5 ; l. 3-4 : 1,7-1,9 ; l. 5 : 1,6-1,8 ; l. 6-7 : 1,5-1,8 ; l. 8 : 1,5-2 ; l. 9 : 1,5 ; l. 10 : 1,5-1,7 ; l. 11 : 1,5 ; l. 12-14 : 1,5-1,7 ; l. 15 : 3,2 ; l. 16 : 3,9 ; l. 17 : 2,5-2,7 ; l. 18 : 3,7. Points triangulaires de séparation et hederae.

313Texte B de seize lignes, mutilé en bas à gauche. Champ épigraphique : 74 x 54,5. H. d. l. : l. 1 : 2,4-2,6 ; l. 2 : 2,3-2,8 ; l. 3-4 : 2,5 ; l. 5 : 2,3 ; l. 6 : 2-2,3 ; l. 7-8 : 2,2 ; l. 9 : 2-2,3 ; l. 10-11 : 2,2 ; l. 12 : 2-2,2 ; l. 13 : 2,2-2,5 ; l. 14-15 : 2,3 ; l. 16 : 2,2. Points triangulaires de séparation.

314CIL, XII 533 + add., p. 814 (Fr. Bücheler, 1895-1897, II, p. 218-219, no 465 ; H. Gummerus, 1932, no 336) ; B. Rémy, 1984, p. 117-121, no 1 ; J. Carabia, Pallas, hors série, 1986, p. 105-117 ; ILN, Aix-en-Provence 41. Vu.

315Voir J. Carabia, Trames. Études antiques, Limoges, 1985, p. 111-131.

316Texte A

317Le lapicide a fait un effort de mise en page (l. 1-15 : alignées à droite ; l. 16-18 : centrées ; nom du défunt et des auteurs de l’épitaphe en plus gros caractères). Assez profondément gravées, les lettres sont de belle facture. Les mots sont très peu séparés par des points ou des espaces.

Paulo siste gradum, iuuenis

pie, quaeso, uiator, ut mea per

litulum noris sic inuida fata. Vno

4

minus quam bis denos ego uixi per ann<o>s.

 

integer, innocuus, semper pia mente

probatus. Qui docili lusu iuuenum

bene doctus harenis, Pulcher el ille fui.

8

Variis circumdalus armis, saepe feras lusi;

medicus lamen, is quoque uixi et comes

ursaris, comes his qui uictima(m) sacris

caedere saepe solent el qui nouo lempore

12

ueris floribus intexlis refouent

simulacra deorum. Nomen si quaeris

titulus libi uera fatelur :

Sex(ius) luKius) Felicissimus.

16

Sex(ius) luKius) Felix

alumno incomparabi[li.]

Felicitas f[(ratri) ou f(lio)].

318L. 4 : ANNOS, avec petit O dans le second N (tous les prédécesseurs de Gascou). Il n’y a pas de O - l. 7 : Hirschfeld pensait que PULCHER pouvait être le nom du défunt ; Bücheler et Gascou envisagent, à juste titre, un agnomen de Felicissimus ; en 1984, je penchais pour un simple adjectif - l. 10 : dans UICTIMAM, l’amuïssement du M final est courant dans la langue populaire ; plus surprenant dans un texte en vers, il s’explique par une mauvaise licence poétique - l. 11 : SAEPE SOLENT, Gascou note que ce pléonasme est très classique, (Ovide Métamorphoses, 1, 639) - l. 14-15 : Hirschfeld comprenait que Felicissimus et Felix avaient fait cette inscription en l’honneur de Pulcher, leur alumnus commun - l. 17 : INCOMPARA[BILI ET], Hirschfeld, Bücheler, Rémy, 1984, qui doute de la présence de ET. Il n’y a pas de place pour la conjonction de coordination. Il devait y avoir une seconde ligature pour LI - l. 18 : Carabia considère que FELICITAS est un nom commun et interprète : FELICITAS F [IAT] : “que vienne la félicité !”, c’est assez peu vraisemblable ; à la fin de la ligne F√, Hirschfeld, Bücheler, Gascou ; T√, Rémy, 1984. Je vois seulement l’angle supérieur d’une lettre qui est sans doute un F.

319Arrête un peu tes pas, je t’en prie, jeune et pieux voyageur pour apprendre par cette inscription combien la destinée m’a été cruelle. J’ai vécu deux fois dix années, moins une, incapable de nuire, toujours d’une piété éprouvée. Parfaitement instruit aux savants exercices qu’apprennent les jeunes gens dans les arènes, j’ai aussi été le fameux Pulcher. Revêtu de différentes armes, je me suis souvent joué des fauves et pourtant (j’étais) aussi médecin et j’ai vécu en compagnie des chasseurs d’ours et j’ai souvent été le compagnon de ceux qui frappent les victimes lors des cérémonies religieuses et aussi de ceux qui, au retour du printemps, avec des fleurs entrelacées donnent vie aux statues des dieux. Si tu veux savoir mon nom, l’inscription te dit la vérité : Sextus Iulius Felicissimus. Sextus Iulius Felix, pour son alumnus incomparable. Felicitas pour son frère ( ?) ou pour son fils ( ?).

320Texte B

321Comme le texte est mutilé à gauche, il est difficile d’apprécier la mise en page, mais il semble y avoir eu une alternance de lignes alignées à gauche (1, 3, 5, 7, 9, 11, 13, 15) et de lignes centrées (2, 4, 6, 8, 10, 12, 14, 16). Assez profondément gravées, les lettres sont de belle facture. Les points de séparation sont beaucoup plus nombreux que sur la face principale.

Tu quicumque legis titulum

ferale(m) sepulti,

qui fuerim, quae uota mihi,

4

quae gloria, disce.

Bis denos uixi depletis

mensibus annos

[e]t uirtute potens et pulcher

8

flore iuuentae,

[e]t qui praeferrer populi

laudantis amore.

[Q]uit mea damna doles ? Fati

12

non uincitur ordo.

[R]es hominum sic sunt ut

[citre ?]a poma :

|aut matur]a cadunt, aut

16

[limmatural] leguntur.

322L. 2 : dans FERALEM, l’amuïssement du M final est courant dans la langue populaire ; plus surprenant dans un texte en vers, il s’explique là aussi par une mauvaise licence poétique - l. 3 : MIH[I], éditeurs précédents, sauf Gascou. Je vois assez nettement la partie supérieure du I - l. 4 : Hirschfeld a lu d’abord DISCE, puis a corrigé en DISCI dans l’addendum. Comme Gascou, je considère que la lettre finale est bien un E dont les barres transversales sont très peu marquées - l. 7 : au début (avec Gascou), j’aperçois des traces du T, ce que je n’avais pas vu en 1984 - l. 9 : j’ai restitué [UT] en 1984 ; le T est encore partiellement visible. Je me rallie à la proposition de Gascou - l. 12 : j’entrevois la dernière haste verticale du N de NON - l. 13 : au début, dans l’addendum, Hirschfeld a rectifié sa lecture et ne propose rien, de même que Gascou ; je lis le S et des traces du E ; [FATA], Carabia - l. 14 : au début, proposition de Bücheler, suivi par Hirschfeld et Gascou ; [MITI] A POMA, Rémy, 1984 ; [PENDENTI] A POMA, Carabia - l. 15-16 : propositions de Hirschfeld et Bücheler, qui s’appuient sur un texte de Rome (CIL, VI 7574) : [---]IS QVOMODO / MALA IN ARBORE PENDVNT, / SI CORPORA NOSTRE/AVT MATVRA CADVNT, AVT CITA ACERBA RVVNT,...

323Qui que tu sois, toi qui lit l’épitaphe de celui qu’on a enseveli, apprends qui j’ai été, quels furent mes vœux, quelle fut ma gloire. J’ai vécu deux fois dix ans, moins quelques mois, puissant par ma valeur et beau de tout l’éclat de la jeunesse, j’avais la faveur du peuple, ses louanges et son amour. Pourquoi regrettes-tu ma perte ? On ne vainc pas l’ordre du destin. Il en va des hommes comme des fruits du citronnier ( ?) : les uns tombent à maturité ; les autres sont cueillis encore verts.

324La longue épitaphe de Sex. Iulius Felicissimus comporte deux poèmes épigraphiques (lignes 1-14 de la face principale ; tout le texte de la face latérale droite) en hexamètres écrits en hommage et en souvenir du jeune défunt. Ces vers, où il est possible de repérer quelques réminiscences des poètes classiques (Virgile, Aeneis, 6, 465 ; Ovide, Héroïdes, 13, 102 ; Stace, Silvae, 5, 5, 18 ; voir J. Carabia, Trames, 1985, p. 112-115 et alii), sont quelque peu fautifs ; notons, par exemple, que l’auteur traite la voyelle d’un même mot tantôt comme une brève, tantôt comme une longue (voir l’analyse de J. Gascou, in ILN, Aix 41, p. 120-121).

325Malgré son jeune âge (dix-neuf ans) indiqué à deux reprises, Sex. Iulius Felicissimus, dit le Beau, avait bien rempli sa courte vie. Il avait fait l’apprentissage des jeux de l’amphithéâtre, où il était devenu la coqueluche de tout le peuple d’Aix en se distinguant dans les chasses aux bêtes fauves. Peut-être a-t-il fait partie du collegium iuuenum de la cité (J. Carabia, Trames, p. 122). Il avait été également le compagnon des chasseurs d’ours (J. Carabia, ibid., p. 123-125 ; ead., Bulletin philologique et historique, 1982-1984, p. 189-194), des uictimarii et des coronarii.

326Il se dit aussi médecin. Ses études médicales avaient donc été fort courtes, encore qu’il avait pu les commencer très jeune, ce qui n’aurait rien d’étonnant (voir p. 45-46). Peut-être était-il attaché comme médecin à l’amphithéâtre de la ville, puisqu’il a vécu en compagnie des chasseurs d’ours.

327Citoyen romain, ce jeune homme était un alumnus. Comme l’ont montré E. de Ruggiero (Diz. epigr., I, 1895, p. 437-440), M. Corbier (L’Africa romana, 7, 1989, p. 816-823 ; ead., 1999, p. 1283-1284), J. Bellemore, B. Rawson (ZPE, 83, 1990, p. 1-19), ce mot d’affection qui atteste une relation nourricière, n’avait pas de valeur juridique (Pline le Jeune, Epistulae, 10, 65-66). Il recouvre plusieurs types de réalité juridique. Il pouvait désigner un bébé nourri par sa nourrice, un enfant élevé par d’autres que ses parents biologiques, un enfant abandonné recueilli et élevé qui pouvait en toute légalité être considéré comme un esclave (voir no 26), être affranchi (ILN, Vienne 307) et peut-être adopté ou même être “un membre privilégié de la domesticité ou un fils d’élection” (M. Corbier). Pour Felicissimus, qui avait le prénom et le gentilice de Sex. Iulius Felix, nous pouvons hésiter entre un affranchi et un fils adoptif, même si “la ressemblance du cognomen suggère une relation de parenté (réelle ou fictive) entre les deux personnages” (Gascou). Ruggiero préférait en faire un affranchi ; je l’avais suivi en 1984 ; Gascou et Carabia pensent à un fils adoptif. Au vu du surnom, dérivé de celui de Felix, et de la belle épitaphe du jeune défunt, c’est sans doute la bonne solution.

328Nous ignorons les liens de parenté de Felicitas avec les deux hommes. Il est un peu curieux qu’elle soit désignée par un nom unique, mais l’absence du gentilice peut s’expliquer par le fait qu’elle avait le même que Felix et Felicissimus, ou plutôt par la prosodie. Comme son nom (unique en Narbonnaise, in B. Lörincz, 1999, p. 137) est très proche de celui de Felix, nous pouvons envisager qu’elle soit sa fille (par le sang ou adoptive) et la sœur (par le sang ou adoptive) de Felicissimus. Il est moins vraisemblable qu’elle ait été l’épouse de Felix et la mère adoptive de Felicissimus.

329Dans leurs tria nomina, les deux hommes associaient un gentilice “impérial”, commun partout, à deux surnoms latins : Felix est très courant en Narbonnaise (quarante-cinq autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 138) ; Felicissimus est beaucoup moins attesté (six autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 137). Ce sont des unica dans la cité d’Aix.

330Il est difficile de dater cette épitaphe. Malgré les quelques fautes de prosodie et de langage, nous pouvons penser à la seconde moitié du ii e siècle ou à la première moitié du iii e, ce que pourraient confirmer la présence de l’ascia, l’abréviation du gentilice (voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV), encore que la prosodie puisse aussi expliquer cette abréviation.

33126 - ARELATE/Arles. Épitaphe de Dionysius, médecin.

332Stèle de calcaire à grains fins, à sommet arrondi, ornée de deux acrotères ; celui de droite est brisé.

333Découverte, en 1875, dans le faubourg de Trinquetaille, lors de travaux pour l’établissement de la gare maritime (Hirschfeld). Conservée à Arles, au musée lapidaire (inv. no P. 570).

33476,7 x 34 x ca 15.

335Texte de cinq lignes. H. d. l. : l. 1 : 5 ; l. 2 : 3,7 ; l. 3-4 : 3,3 ; l. 5 : 3. Séparation par hedera (l. 1) et espace (l. 4).

336CIL, XII, 725 (H. Gummerus, 1932, no 337) ; B. Rémy, 1984, p. 121-122, no 2. Vu.

337Bien que le champ épigraphique ne soit pas entièrement occupé, la mise en page est assez convenable (l. 1, 2, 4 alignées à gauche ; l. 3, 5 centrées). Gravées assez peu profondément, les lettres sont peu soignées.

D(is) M(anibus)

Dionvsi,

medici.

f

lul(ius) Hermes

alumno.

338Aux dieux Mânes de Dionysius, médecin. Iulius Hermes, pour son alumnus.

339Désigné comme alumnus (sur le sens de ce mot, voir no 25) par Iulius Hermes, Dionysius était sans doute un esclave – peut-être mort jeune – puisqu’il portait un nom unique. Il est très peu probable qu’il ait été un citoyen romain désigné par son seul cognomen, parce qu’il avait le même nom que Iulius Hermes, d’autant qu’il restait de la place sur la pierre. Il devait exercer la médecine pour le compte de son maître (voir no 8).

340Son nom grec (H. Solin, 2003, I, p. 323-332), de caractère religieux, est assez courant en Narbonnaise (quinze autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 101-102). Citoyen romain, Iulius Hermes, son maître, portait les duo nomina seconde manière, associant un gentilice “impérial” – abrégé –, commun partout, à un surnom théophore grec (H. Solin, 2003, I, p. 368-380), fréquent dans la Province (trente-deux autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 179). Il pourrait laisser penser qu’il était affranchi.

341L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes et les duo nomina seconde manière du dédicant datent le texte du ii e siècle, plutôt de la seconde moitié, puisque le gentilice est abrégé (voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV).

34227 - Limony (cité de Vienne). Épitaphe de Marcus Apronius Eutropus, médecin asclépiadien, et de son épouse Clodia.

343Plaque moulurée de calcaire, presque intacte.

344Mise au jour, vers 1847, lors des travaux de construction de la RN 86, “à l’entrée du village, du côté du nord” (T.-Cl. Delorme, Journal de Vienne du 14 juillet 1849, no 28). Conservée à Saint-Romain-en Gal, au musée archéologique (inv. no 14-483.19).

34597,5 x 74 x 43.

346Texte de huit lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 73,5 x 48,5. H. d. l. : l. 1-2 : 7,5 ; l. 3-8 : 6. Points triangulaires de séparation.

347CIL, XII, 1804 (ILS, 7790 ; H. Gummerus, 1932, no 339) ; A. Allmer, P. Dissard, Musée de Lyon. Inscriptions antiques, vol. 4, Lyon, 1893, p. 202-203, no 483-19 ; A. Blanc, Forma Orbis Romani (FOR). Carte archéologique de la Gaule romaine. XV. Carte et texte du département de l’Ardèche, Paris, 1975, p. 81 ; B. Rémy, 1984, p. 122-124, no 3 (CAG, 07, p. 282, no 143,3) ; ILN, Vienne 306. Vu.

348Voir R. Duthoy, in ANRW, II, 16, 1978, p. 1254-1309.

349Le champ épigraphique est entièrement occupé, mais la mise en page est peu réussie (texte trop serré). Les lignes 2, 4, 6 sont mal centrées ; les autres plus ou moins alignées à gauche. Gravées assez peu profondément, les lettres sont de facture assez médiocre. Tous les mots sont séparés par des points. Notons les deux fautes (l. 4 et 8) du lapicide ou de l’ordinator. L. 4 : I de ADIO long.

M(arco) Apronio

Eutropo,

medico Asclepi-

4

adio, IIIII<I> uir(o)

Aug(ustali) et

Clodiae eius.

Apronia ClodiKla),

8

parentib(us) opt<i>m(is).

350À Marcus Apronius Eutropus, médecin asclépiadien, sévir augustal, et à Clodia, son (épouse). Apronia Clodilla, pour les meilleurs des parents.

351M. Apronius Eutropus était un medicus asclepiadius. Appliquant les enseignements d’Asclépiade de Pruse, un médecin qui exerçait à Rome dans la première moitié du i er siècle av. J.-C. (Pline, Naturalis Historia, 7, 37), il était un tenant de la doctrine méthodique (voir J. Benedum, Gesnerus, 35, 1978, p. 20-43 ; J. Pigeaud, in Ph. Mudry, J. Pigeaud (éds), Les Écoles médicales à Rome, Genève, 1991, p. 9-50 ; V. Nutton, 2005, p. 187-201). S’appuyant sur la physique atomiste d’Épicure, Asclépiade accordait une grande place à toutes les formes de la gymnastique. Il fut notamment le médecin de M. Licinius Crassus (Cicéron, De oratore, 1, 62). Cette école a connu un grand succès dans le monde romain.

352Eutropus appartenait au collège des seuiri Augustales de la colonie. Il est l’unique médecin sévir augustal connu dans la cité, mais d’autres exemples sont attestés dans l’empire (CIL, X, 6649 ; AE, 1961, 242 ; 1971, 9�). Il était donc un notable reconnu dans la cité de Vienne. Il est difficile de savoir s’il était établi “en cabinet” dans cette petite bourgade ou au chef-lieu de la cité qui n’est pas très éloigné (une trentaine de kilomètres). Toutefois, au vu de sa spécialité, il semble plus probable qu’il monnayait ses talents médicaux à Vienne et qu’il avait investi en terres à Limony une partie de ses bénéfices. Avec son épouse, ils auraient alors souhaité être enterrés sur leur domaine pour affirmer leur promotion sociale.

353La présence d’un cognomen grec dans ses tria nomina, la mention du sévirat et peut-être le lieu de la sépulture laissent penser qu’Eutropus pourrait être un affranchi, qui n’aurait pas indiqué son affranchissement (voir p. 39-40). A. Holder (1896-1913, III, col. 645) considérait que son gentilice, Apronius, était celtique, mais son attestation en Italie (Cicéron, Verrines, 3, 22 ; W. Schulze, 1904, p. 110) montre qu’il s’agit en fait d’un nom latin (non recensé par X. Delamarre). Il est très peu courant dans la Province (trois, peut-être quatre autres occurrences : ILN, Vienne 393, à Grenoble ; CIL, XII 1324, ILGN, 213 ( ?), à Vaison ; CIL, XII 3420, à Nîmes). Eutropus, son cognomen grec (H. Solin, 2003, III, p. 1368), n’est pas connu ailleurs en Narbonnaise (B. Lörincz, 1999, p. 128).

354Son épouse est désignée par un seul nom Clodia. Soit il s’agit de son gentilice et l’absence de surnom serait un signe de précocité du texte (équivalent des duo nomina première manière des hommes), soit il s’agit d’un cognomen et il faut penser qu’elle portait le même gentilice que son mari. Toutefois, comme Clodius/a n’est pas mentionné comme surnom dans les listes de Kajanto, Lörincz, Solin et Salomies, il faut peut-être retenir de préférence la première hypothèse, d’autant que Clodius/a est un gentilice latin assez fréquent en Narbonnaise (dix-huit autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 65). Clodilla, la fille peut-être unique, avait un cognomen latin (I. Kajanto, 1965, p. 168) qui est unique dans la Province (B. Lörincz, 1999, p. 65) et ne semble se retrouver que dans un texte de Cisalpine (CIL, V 7482). Il est dérivé du gentilice ( ?) de sa mère, ce qui est un usage courant en Gaule et en Italie ; le suffixe-illus/ a le fait peut-être entrer dans la catégorie indigène. Elle s’est chargée de l’épitaphe de ses deux parents, ce qui n’implique pas qu’ils sont décédés à peu d’intervalle.

355L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, le type probable de dénomination de l’épouse et l’emploi du datif incitent à dater cette épitaphe du milieu ou de la seconde moitié du i er siècle, malgré l’épithète laudative attribuée aux parents.

35628 - NEMAVSVS/Nîmes. Épitaphe de Gaius Antistius Anti[---], médecin, et d'Antistia Ir[---], son épouse.

357Autel mouluré de calcaire, dont le couronnement a disparu et dont la base a été arasée. Il a été retaillé sur le côté droit, ce qui a fait disparaître une partie du texte. Si le texte a été bien mis en page, la lacune serait d’environ douze centimètres.

358Découvert, au xvii siècle, “dans un jardin qui au siècle précédent avait été celui du médecin Jean Pistorius” (IAN). Conservé à Nîmes, au musée archéologique.

35952 x 65 x 45.

360Texte, incomplet à droite, de six lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 46 x 35. H. d. l. : l. 1 : 5 ; l. 2 : 3,7 ; l. 3 : 4,2 ; l. 4 : 4 ; l. 5 : 3,4 ; l. 6 : 3,7. Points triangulaires de séparation.

361CIL, XII, 3341 (H. Gummerus, 1932, no 341) ; IAN, no 235 ; HGL, XV, no 569 ; B. Rémy, 1984, p. 124-126, no 4. Vu.

362Le lapicide a fait un effort, semble-t-il, réussi de mise en page (l. 1, 3, 5, 6 centrées ; l. 2, 4 alignées à gauche). Assez profondément gravées, les lettres sont plutôt médiocres et irrégulières. Les mots sont séparés par des points. L. 2 : quasi ligature du C et du A et point inclus dans le C ; dernier I long ; l. 3 : dernier I long ; l. 6 : I long ; barre horizontale du L très courte.

D(is) [M(anibus)]

G(ai) Antisti Anti[---,]

Medici, [et]

4

Antistiae Ir[---.]

Synero[s,]

lib(ertus).

363L. 2 : le bas du dernier I est nettement visible. ANTI[STIANI], Hirschfeld - l. 3 ET est la seule restitution possible - l. 4 : IR[ENAE ?], Hirschfeld.

364Aux dieux Mânes de Gaius Antistius Anti[---], médecin, et d'Antistia Ir[---]. Syneros, leur affranchi.

365Médecin, Gaius Antistius Anti[---] devait exercer à Nîmes, à titre privé.

366Comme c’est souvent le cas, c’est leur affranchi qui s’est chargé de l’épitaphe de ses patrons. Citoyens romains, ils portaient le même gentilice et pourraient donc eux aussi avoir été des affranchis d’un même maître (ou Ir[---] affranchi d’Anti[---], puisqu’une femme ne pouvait affranchir un esclave pour l’épouser [Gaius, Institutiones, 1, 104]) et ne l’auraient pas indiqué. Gentilice latin, Antistius/a est peu fréquent en Narbonnaise (huit autres occurrences, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 129-130). En dehors de Nîmes (CIL, XII, 3409 (bis), 6036), il est attesté à Arles (CIL, XII, 856), Vaison (AE, 1962, 143) et Narbonne (CIL, XII, 4365, 4468, 4712). Ce nom pourrait venir du légat de César, C. Antistius Reginus (53-50 a.C.).

367Les surnoms des défunts ont quasiment disparu dans la lacune de la pierre. Hirschfeld proposait Antistianus pour le mari, mais c’est un cognomen long qui suppose une lacune de six lettres, ce qui est trop, si nous avons vu juste sur l’ampleur de la cassure. Il faudrait donc supposer la ligature de plusieurs lettres, hypothèse envisageable. Toutefois, comme Antistianus est un surnom rarissime en Narbonnaise (deux autres occurrences, in ILN, Vienne 17), il faut plutôt penser à un surnom latin plus court, comme Antiquus, d’ailleurs tout aussi rare (ILN, Vienne 622) ou à un surnom grec, comme Antigonus (CIL, XII, 5145, à Narbonne) ou Antiochus (huit occurrences, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 126), qui conviendrait bien à un médecin. Pour Ir[---], la proposition d’Hirschfeld est plausible, puisque Irenaeus est attesté en Narbonnaise (CIL, XII, 2828, 2830, 3079), mais il est peut-être plus sage de ne pas proposer de restitution (B. Lörincz, 1999, p. 196). Syneros n’a pas pris la peine d’indiquer son gentilice qui était le même que celui des défunts. Son surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 153-154) est attesté deux autres fois dans la Province (B. Lörincz, 2002, p. 103).

368L’invocation, en abrégé aux dieux Mânes, l’abréviation lib(ertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] datent l’épitaphe du ii e siècle, plutôt de la première moitié (concision du texte, tria nomina du défunt).

36929- NEMAVSVS/Nîmes. Épitaphe de Flavia Hedone, médecin.

370Support indéterminé.

371Signalé, à la fin du xvi e siècle (Cod. Paris. 5825 J, f° 21). Localisation précise inconnue. Perdu.

372Dimensions inconnues.

373Texte d’au moins cinq lignes, incomplet en bas.

374CIL, XII, 3343, d’après Cod. Paris. et d’autres manuscrits (HGL, XV, no 570 ; H. Gummerus, 1932, no 343 ; B. Rémy, 1984, p. 126, no 5).

FLAUIAE

Flauiae

HEDONES

Hedones,

MEDICAE

medicae,

4

EX TESTA

4

ex testa-

[---]

[mento.]

375L. 4 : copie de Gruter ; Hirschfeld préfère EX T.

376À Flavia Hedone, médecin, conformément à son testament.

377Femme médecin (voir no 5, 42), Flavia Hedone exerçait ses talents à Nîmes. Citoyenne romaine, elle associait dans sa dénomination un gentilice impérial très classique en Narbonnaise (cinquante-neuf autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 145-148) à un surnom grec (H. Solin, 2003, III, p. 1328-1330) beaucoup moins fréquent dans la Province (cinq autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 175), dont une à Nîmes (CIL, XII, 3570).

378Elle avait prévu dans son testament les modalités de ses funérailles, que ses héritiers étaient obligés de respecter (Digeste, 35, 1, 14 ; 35, 1, 17, 4 ; 35, 1, 80...). Cette prévoyance pourrait montrer qu’elle ne faisait pas partie d’une familia et était donc ingénue.

379Son gentilice, l’emploi du datif et la concision du texte le datent de la seconde moitié du i er siècle.

38030 - NEMAVSVS/Nîmes. Épitaphe de Gaius Terentius Atticus, médecin.

381Stèle ( ?) moulurée de calcaire très mutilée, entourée d’un rinceau et décorée d’un oiseau, tourné à gauche, gravé juste en dessous de l’inscription. Voir G. Sauron, “L’enracinement d’un décor augustéen à Nîmes : le rinceau”, in M. Christol, D. Darde (dir.), L’expression du pouvoir au début de l’Empire. Autour de la Maison Carrée à Nîmes, Paris, 2009, p. 169-175. Il ne subsiste qu’un fragment de la partie centrale du monument.

382Découverte, en 1922, au mas du Sorbier, avec d’autres épitaphes (CAG, 30/1, p. 500, notice 671-2). Conservée à Nîmes, au musée archéologique (inv. no 922-2-1).

38373 x 40 x 25.

384Texte, incomplet en haut, de quatre lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 71 x 40. H. d. l. : l. 1 : ( ?) ; l. 2 : 6 ; l. 3-4 : 5. Points triangulaires de séparation.

385ILGN, 432, (H. Gummerus, 1932, no 349) ; B. Rémy, 1984, p. 126, no 6. Vu.

386Le lapicide semble avoir réussi sa mise en page (lignes alignées à gauche), mais à la l. 3 il a dû inclure les deux derniers I, en petits caractères, dans le D et le C. Gravées assez peu profondément, les lettres sont quelconques. Tous les mots semblent avoir été séparés par des points. L. 2 : I long.

[D(is) M(anibus)]

G(ai) Terenti

Attici, medici.

4

Viuus s(ibi) p(osuit).

387Aux dieux Mânes de Gaius Terentius Atticus, médecin. De son vivant, il s’est fait construire (ce monument).

388Médecin privé, C. Terentius Atticus exerçait “en cabinet” à Nîmes.

389Citoyen romain, il portait les tria nomina. Son gentilice latin, très classique en Narbonnaise (cinquante-quatre autres occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 113), notamment à Nîmes (treize autres occurrences), pourrait remonter à la venue en Transalpine, en 43 a.C., du légat de Lépide, Q. Terentius Culleo. Nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 45 et 203), son surnom n’a plus rien d’ethnique ; il est assez fréquent en Italie et dans les provinces celtiques (B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 210). Dans la Province, sont recensées trente-sept autres occurrences sous les formes masculine et féminine. Il pourrait être homonyme, voire celtique (voir X. Delamarre, 2007, p. 32).

390De son vivant, Atticus s’est chargé de sa propre sépulture, ce qui semble montrer qu’il ne faisait pas partie d’une familia et était donc ingénu.

391L’emploi du génitif dans la dénomination du médecin atteste que l’invocation aux dieux Mânes a disparu dans la lacune de la pierre. Cette mention permet de dater l’épitaphe du ii e siècle.

39231 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Inscription en l’honneur d’Antonin le Pieux par [---] ( ?) Pompeios E [---] et [---] ( ?) Pompeios Fortunatos, médecins.

393Partie médiane d’un piédestal quadrangulaire mouluré de marbre blanc, retaillé de partout en vue d’un remploi. Le dessus conservait une partie de l’emplacement destiné à encastrer une statuette du Prince.

394Découverte, en 1914, avenue de l’Hérault (CAG, 11/1, p. 374, no 131). A. Grenier la situe fautivement à l’extrémité de la rue Gabriel-Pelouze. Perdue.

39510 x 17 x ( ?).

396Texte de cinq lignes, dont il ne reste que la partie centrale, peut-être entourées d’un cadre mouluré. H. d. l. : 1. Point triangulaire et hedera.

397A. Héron de Villefosse, CRAI, 1914, p. 223-224, d’après une copie de H. Rouzaud (AE, 1914, 251 ; H. Gummerus, 1932, no 348a ; A. Grenier, Carte archéologique de la Gaule romaine. XII. Aude, Paris, 1959, p. 208, no IIa ; B. Rémy, 1984, p. 131-132, no 12 ; SEG, 34, 1984, no 1034 ; E. Semama, 2003, p. 553, no 521 ; CAG, 11/1, p. 374, no 131 ; IGF, 133).

398Voir L. Robert, RPhil., 65, 1939, p. 172 (= 1969, p. 1325) ; J. et L. Robert, BE, 1962, 374 ; R. Jackson, JRA, 3, 1990, p. 5-27.

399D’après le dessin de Rouzaud, la gravure était assez profonde et les sigma lunaires. Les mots étaient très peu séparés.

[Αὐτοκράτ]ορι Ἀντω[νείνωι]

[Σε]βαστῶι,

[--- ? Π]ομπεῖος Ε[--- καὶ

4

[--- ? Πυμ]πεῖυς Φορ[ιυυνᾶτος]

[--- ? ] ἱητροί.

400La coupe des lignes 3 et 4 reste hypothétique.

401À l’Empereur Antonin Auguste, [---] ( ?) Pompeios E[---] et [---] ( ?) Pompeios Fortunatos, médecins.

402Œuvre de deux médecins installés à Narbonne, sans doute à titre privé, cette inscription a très probablement été gravée en l’honneur d’Antonin le Pieux, puisque H. G. Pflaum (in Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à J. Carcopino, Paris, 1966, p. 717-736) a montré que “les titulatures abrégées ‘Imp. Antoninus Aug.’et ‘Antoninus Imp.’s’appliquent en principe à Antonin le Pieux”.

403C’est la seule inscription grecque trouvée à Narbonne avant l’époque chrétienne, où est connue une épitaphe bilingue datée de 527 (IGF 134). Il n’est pas étonnant qu’elle ait été le fait de médecins, car il y a une bonne proportion de médecins parmi les auteurs d’inscriptions grecques en Occident (voir pour Rome l’index de L. Moretii, IGVR, Rome, 1968-1973 et H. Gummerus, 1932, no 31, 137-161, 183, 184). La forme & ihtrçoj pour & iatrçojest fréquente surtout dans les épigrammes (voir J. et L. Robert, BE, 1963, 374). Elle vise peut-être à rappeler l’antique tradition des études médicales en Ionie, mais il est beaucoup plus probable qu’elle indique que les deux hommes, qui ont rédigé en grec la dédicace de leur petit monument, étaient des hellénophones. Originaires d’Ionie, ils seraient venus tenter leur chance en Gaule comme médecins. Ils honorent sans doute Antonin le Pieux pour le remercier d’un bienfait, dont nous ignorons tout. Il serait en effet paradoxal de penser à la décision de cet empereur de limiter le nombre des médecins publics susceptibles d’être dispensés des liturgies, au moins dans la province d’Asie (Digeste, 27, 1, 6, 7), d’autant que rien ne permet de dire que les deux hommes aient été des médecins publics.

404Citoyens romains, ils portaient soit les tria nomina, soit les duo nomina seconde manière, car il est impossible de savoir s’ils avaient indiqué leur prénom dans leur dénomination. Porteurs du même gentilice latin Pompeius qui est commun – il pourrait renvoyer au nom, hellénisé en Pompeios, de Pompée qui fut très actif en Anatolie – les deux hommes pourraient être les affranchis d’un même maître ou deux frères ingénus. Il est impossible de restituer le surnom du premier médecin qui est réduit à sa première lettre, un E. Les auteurs antérieurs ont restitué le cognomen fragmentaire du second For[---] en For[tounatos]. C’est l’hypothèse la plus vraisemblable, car ce surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 273), de bon augure, est largement répandu partout (B. Lörincz, 1999, p. 150-151).

405Le texte a été gravé entre 138 et 161.

40632 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Épitaphe ( ?) de Sextus Fadius [---], médecin.

407Support indéterminé.

408Copié, dans la seconde moitié du xviii e siècle, par G. Lafont (Cod., f° 234) et J.-Fr. Séguier (Cod. 143, de la BM de Nîmes, fasc. 2, f° 18, no 8), dans les remparts de François Ier, bastion Saint-Félix. Perdu.

409Dimensions inconnues.

410Texte d’au moins deux lignes, incomplet sur trois ( ?) côtés.

411CIL, XII, 4486, d’après Lafont et Séguier (HGL, XV, no 196 ; H. Gummerus, 1932, no 345 ; M. Christol, RANarb., 14, 1981, p. 221-222 ; B. Rémy, 1984, p. 157, no 8 ; CAG, 11/1, p. 199, notice 1-5).

412Voir F. Kudlien, 1986, p. 18-19.

--- ?

--- ?

[---] X FADIUS SEX [---]

[Se] x (tus) Fadius, Sex (ti) [---]

MEDICUS

medicus.

413AE, 1993, 1160, considère que medicus est un surnom. C’est assez peu probable.

414[---] ( ?) Sextus Fadius, [---] de Sextus [---], médecin.

415Après M. Christol et B. Rémy (1984, p. 115-116), H. Solin (Arctos, 27, 1993, p. 126, repris dans AE, 1993, 1160) a montré que cette inscription est un doublet de CIL, XIII, 1994. Elle figure sous deux numéros in H. Gummerus (no 345, à Narbonne ; no 353, à Lyon). L’origine narbonnaise de ce texte est certaine, puisqu’elle a été lue dans les remparts par Lafont et Séguier.

416Il est très probable que Sex. Fadius [---] était un médecin installé à Narbonne à titre privé. Il est difficile de connaître la nature du texte fragmentaire qui nous est parvenu. Nous pouvons penser à une épitaphe où le nom du défunt serait au nominatif, mais d’autres hypothèses sont possibles, notamment que Fadius soit l’auteur de l’épitaphe. Nos prédécesseurs ont restitué l(ibertus) dans la cassure de la pierre de la ligne 1 et considéré que Sex. Fadius [---] était un affranchi de la grande famille narbonnaise des Sexti Fadii qui a donné à la cité des naviculaires, des magistrats municipaux et des évergètes (CIL, XII, 3856-3862, 4393 ; A. Héron de Villefosse, Mém. Soc. Ant. de France, 8e sér., 4, 1914, p. 153-180), car plusieurs médecins de Narbonne sont des affranchis (no 33-36, 37 ?). Plausible, cette restitution n’est cependant pas certaine, car le gentilice latin Fadius est typique de l’épigraphie de Narbonne au Haut-Empire (M. Gayraud, 1981, p. 417 et 532) et n’apparaît pratiquement pas ailleurs dans la Province (B. Lörincz, 1999, p. 133-134). Il faut donc en conclure que ce nom était à l’origine celui d’une famille de colons, d’autant que sont connus à Rome à la fin de la République le philosophe M. Fadius Gallus et le tribun de la plèbe Q. Fadius Gallus (Cicéron, Ad Quintum fratrem, 1, 4, 3 ; Ad Atticum, 3, 23, 4). Citoyen romain, ce médecin pourrait aussi être un ingénu, peut-être descendant d’affranchi.

417Il est difficile de dater avec précision ce texte fragmentaire. Peut-être a-t-il été gravé au i er siècle.

41833 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Épitaphe d'Heraclides, médecin.

419Stèle ( ?) rectangulaire de calcaire, à sommet cintré arasé, retaillée en haut et brisée en bas.

420Trouvée, en 1875, dans la courtine des remparts de François Ier, entre les bastions Saint-Cosme et Saint-François (CAG, 11/1). Conservée à Narbonne, au musée lapidaire de l’église de Notre-Dame-de-Lamourguier (inv. no 875-7-24-1846).

421119 x 54 x 46.

422Texte de sept lignes. H. d. l. : l. 1 : ( ?) ; l. 2-3 : 8 ; l. 4-5 : 6 ; l. 6 : 4 ; l. 7 : 3. Points triangulaires de séparation.

423CIL, XII, 4487 (H. Gummerus, 1932, no 346 ; CAG, 11/1, p. 232, notice 6-27, avec fig. no 112) ; HGL, XV, no 197 ; B. Rémy, 1984, p. 128-129, no 9. Vu.

424Il est difficile d’apprécier la mise en page, mais le texte semble avoir été centré. Gravées peu profondément, les lettres sont de médiocre facture et irrégulières. Les deux dernières lignes “montent” vers la droite. Presque tous les mots sont séparés par des points.

O(biti)

Heraclides,

Xsanth<e>rmi l(ibertus),

f

medicus. Hic sepdiltus est).

Iacchus, Lepotinis s(eruus),

annorum XIII. Lepos

patrono d(e) s(uo) f(ecit).

425L. 1 : la lettre O pourrait être en fait le Θ de ΘΑΝΩΝ (voir no 34). Sur cette formule funéraire, voir R. Friggeri, C. Pelli, Tituli, 2, 1980, p. 95-172 - l. 3 : la graphie XS pour X appararaît dans les inscriptions à la fin de la République (ILS, 2488), où elle est très fréquente (A. Degrassi, ILLRP, II, Rome, 1963, index, p. 507). Nous pouvons penser à une simple habitude graphique qui relève de la préoccupation de marquer la consonne double par deux lettres (J. Gascou, 1989, p. 16). Noter l’oubli du E - l. 4 : je vois nettement la partie supérieure du I de MEDICVS ; avec Hirschfeld, il faut envisager une ligature du H et du I de HIC - l. 7 : non vu par nos prédécesseurs, le S de SERVVS est très apparent sur la photo.

426Morts. Heraclides, affranchi de Xanthermus, médecin. Il est enterré ici ; (ainsi que) Iacchus, esclave de Lepos, âgé de treize ans. Lepos a fait à ses frais (cette épitaphe) pour son patron.

427L’inscription rappelle le souvenir de deux défunts : Heraclides, un médecin affranchi installé à Narbonne, et Iacchus, esclave de Lepos. C’est ce dernier qui s’est chargé de l’épitaphe de son patron et de son jeune esclave. La formulation est très maladroite, mais il est quasiment certain que les trois dernières lignes n’ont pas été rajoutées après coup.

428Affranchi de Xanthermus, un pérégrin, Heraclides avait le même statut juridique. Les deux hommes portaient des noms uniques grecs (Xanthermus n’est pas recensé par H. Solin, 2003 ; sur Heraclides, voir no 7) qui ne se retrouvent pas en Narbonnaise. Selon L. Robert (BE, 1962, 282 et 1965, 507 ; JS, 1968, p. 206-207) et Fr. Salviat (RANarb., 2, 1969, p. 193-196), Xanthermus serait d’origine marseillaise. Son nom composé, où l’élément ερμυς fait allusion à l’Hermos, un fleuve d’Asie Mineure, est de la même veine que’Eρμοκαικόξαντος et ’Eρμόκαικος qui sont assez abondants dans la ville phocéenne. C’est une hypothèse plausible.

429Iacchus portait un nom grec (H. Solin, 2003, I, p. 334) qui ne se retrouve en Occident qu’à Hyères (ILGN, 44) ; affranchi d’Heraclides, Lepos avait un nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 283), qui n’est pas attesté dans les provinces occidentales et est très rare à Rome (huit occurrences).

430La lettre O ou Q apparaît dans l’épigraphie funéraire dès la fin du i er siècle a.C. (ILS, 4971, de 31 a.C. ; 8150, de 12 a.C.). Elle se retrouve fréquemment à Narbonne (CIL, XII, 4634, 4726, 4960). Elle est beaucoup plus rare dans les autres cités de la Province. La formule hic sepultus est (et ses variantes) est très courante à Narbonne (plus d’une trentaine d’occurrences), alors qu’elle est quasiment inconnue ailleurs. Elle est seulement attestée à Vaison (CIL, XII, 1457) et dans la région de Nîmes (CIL, XII, 5497). Avec l’emploi du nominatif, la formule funéraire et l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] datent cette épitaphe du ier siècle de notre ère.

43134 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Épitaphe de Publius Lucceius Menes, médecin.

432Stèle ( ?) rectangulaire de calcaire, à sommet cintré arasé, retaillée en haut et en bas, ébréchée à gauche.

433Trouvée, en 1875, dans la courtine des remparts de François Ier, entre les bastions Damville et Montmorency (CAG 11/1). Conservée à Narbonne, au musée lapidaire de l’église de Notre-Dame-de-Lamourguier (inv. 869-324-689-226).

43483 x 65 x 59.

435Texte de six lignes. H. d. l. : 7,5-8,5. Points triangulaires de séparation.

436CIL, XII, 4488 (H. Gummerus, 1932, no 347 ; CAG, 11/1, p. 265, notice 12-6, avec fig. no 224) ; HGL, XV, no 198 ; B. Rémy, 1984, p. 129-130, no 10. Vu sur photo.

437Il est difficile d’apprécier la mise en page. Les lignes 1 et 6 sont centrées, les autres alignées à gauche. Profondément gravées, les lettres sont plutôt médiocres et irrégulières. Tous les mots sont séparés par des points.

Θ(ανών),

P(ublius) l(ibertus),

Philini l(ibertus),

4

medicus, Menes.

V(iua), Kaninia, P(ubli)

l(iberta), Attice.

438Mort. Publius Lucceius Menes, affranchi de Philinus, médecin. Vivante, Kaninia Attice, affranchie de Publius.

439Malgré sa place insolite, après l’indication de la profession et non avant, comme il devrait l’être en bonne règle onomastique, Menes est très vraisemblablement le surnom grec du défunt [voir une autre épitaphe de Narbonne : [---] C. L. Philomusus/ampullarius/Frugi heic est/sepultus [CIL, XII, 4455)]. Il est peu plausible d’envisager que Philinus ait été le médecin. Porteur des tria nomina, cet affranchi était citoyen romain. Lucceius, son gentilice latin – peut-être homonyme (X. Delamarre, 2003, p. 210 et 2007, p. 120), voire gaulois, est assez peu fréquent en Narbonnaise (six autres occurrences, in B. Lörincz, 2000, p. 34), où il se retrouve surtout dans les cités riveraines du Rhône : Arles (CIL, XII, 913), Avignon (CIL, XII, 1051), Orange (CIL, XII, 1247), Vaison (CIL, XII, 1330), mais aussi à La Bâtie-Montsaléon (CIL, XII, 1538 ; ILN, Die 253) et à Fréjus (ILN, Fréjus 21). Nom grec (non recensé par H. Solin, 2003), Menes est un unicum dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2000, p. 76). Ce médecin avait probablement été installé à Narbonne à titre privé par son patron.

440“Affranchie de Publius”, Kaninia Attice n’était sans doute pas l’affranchie de Menes, puisqu’elle ne porte pas le même gentilice. Il faut plutôt penser à une homonymie du prénom des deux hommes. À la mort du médecin, elle a fait de son vivant leur épitaphe. Comme elle avait prévu de partager sa tombe, il est très vraisemblable qu’elle était sa compagne. Dans ses duo nomina de citoyenne romaine, elle associait un gentilice et un surnom latins. Kaninius/a est mentionné dix autres fois dans les textes épigraphiques de la Province (B. Lörincz, 1999, p. 31), dont deux à Narbonne (CIL, XII, 4679, 4680). Ce nom pourrait remonter au légat de César, C. Caninius Rebilus (52-49 a.C.) ou à un colon. Pour Atticus/a, qui est attesté à Narbonne (CIL, XII, 4419, 4670, 5060), voir no 30.

441Les deux lettres Θ et V, l’emploi du nominatif et l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] datent l’épitaphe du i er siècle.

44235 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Épitaphe de Lucius Pomponius Diocles, médecin.

443Stèle rectangulaire de calcaire, brisée en deux fragments jointifs, retaillée en bas et ébréchée à gauche. Le haut du champ épigraphique est arrondi.

444Découverte, au xviii e siècle, dans les remparts de François Ier, bastion Saint-François (CAG, 11/1). Conservée à Narbonne, au musée lapidaire de l’église de Notre-Dame-de-Lamourguier (inv. 846-5-3-4102).

44545 x 55 x 13.

446Texte de cinq lignes, quasiment complet. Champ épigraphique : 43 x 55. H. d. l. : l. 1 : 5,8 ; l. 2 : 2,6-9,8 ; l. 3 : 2-6,6 ; l. 4 : 6,6-6,8 ; l. 5 : ( ?). Points triangulaires de séparation.

447CIL, XII, 4489 (H. Gummerus, 1932, no 348 ; CAG, 11/1, p. 217-218, notice 5-35 avec fig. no 59) ; HGL XV, no 199 ; B. Rémy, 1984, p. 130-131, no 11. Vu sur photo.

448Le texte semble avoir été centré, mais le lapicide a dû graver les dernières lettres en plus petits caractères. Le champ épigraphique est assez mal lissé. Gravées assez peu profondément ou usées, les lettres sont plutôt médiocres et irrégulières. Tous les mots sont séparés par des points. L. 2 : S en plus petit caractère - l. 3 : E de DIOCLES dans le L en plus petit caractère ; U de MEDICUS dans le C en caractère plus petit ; S en plus petit caractère - l. 5 : seul le haut des lettres est conservé, mais ma lecture, qui est la même que celle de mes prédécesseurs, est quasiment certaine.

Viu(us).

L(ucius) Pomponius,

L(uci) l(ibertus), Diocles, medicus,

4

[s]ibi et Atiliae

[Q]uar[t]ae, uxso[ri.]

449L. 5 : la graphie XS se retrouve dans VXSOR (voir no 44).

450Vivant. Lucius Pomponius Diocles, affranchi de Lucius, médecin, pour lui et pour Atilia Quarta, son épouse.

451Affranchi d’un citoyen romain, L. Pomponius Diocles exerçait ses talents de médecin à Narbonne, où il avait dû être installé par son patron. Dans ses tria nomina il associait un gentilice latin à un surnom grec. Attesté à douze autres reprises en Narbonnaise (B. Lörincz, 2000, p. 151-152), surtout dans les grandes villes portuaires (Arles, Marseille, Narbonne) et à Nîmes, le nom de Pomponius pourrait remonter à M. Pomponius qui, en 67 a.C., fut chargé de la défense des côtes gauloises, ou à un colon. Surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 42-43), Diocles est peu attesté dans la Province (trois autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 101, dont une à Narbonne : ILGN, 585). Citoyenne romaine, Atilia Quarta portait un gentilice latin fréquent en Narbonnaise (quarante-huit autres occurrences, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 199-201) et un surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 293) de numérotation ( ?), peut-être de traduction (voir p. 85), courant dans la Province (trente-six autres occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 16), notamment à Narbonne. De son vivant, Diocles a fait son épitaphe et celle de son épouse.

452L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, le nominatif et l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] datent le texte du i er siècle.

45336 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Épitaphe de Lucius Suestilius Aprodisius, médecin ophtalmologiste.

454Plaque moulurée de calcaire fin, ébréchée de partout, qui devait faire partie d’une chapelle ou d’un petit mausolée.

455Découverte, en 1995, lors de travaux, en face du no 20 de la rue de Normandie, dans le secteur de la nécropole du nord-est. Conservée à Narbonne, au dépôt archéologique de la ville.

45656,5 x 165 x 21.

457Texte de trois lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 19 x 99,5. H. d. l. : l. 1 : 9 ; l. 2 : 7-7,5 ; l. 3 : 7. Points triangulaires de séparation.

458M. Christol, M. et R. Sabrié, BCAN, 46, 1995, p. 55-68 ; M. Christol, CCG, 7, 1996, p. 313-318 et 373 (AE, 1996, 1032 ; CAG, 11/1, p. 334, no 89, avec fig. no 387). Vu sur photo.

459Le lapicide a fait un effort de mise en page (l. 1, 3 alignées ; l. 2 centrée). Gravées assez profondément sur un champ épigraphique bien lissé, les lettres sont de belle facture. Tous les mots sont séparés par des points. L. 2 : premier I long.

460L(ucius) Suestilius, L(uci) l(ibertus),

461Aprodisius,

462medicus ocularius.

463L. 2 : APRODISIVS, pour APHRODISIVS ; issu de la transcription de l’occlusive aspirée grecque marquée par le F, le H a tendance à disparaître (voir J. Gascou, 1989, p. 16-17).

464Lucius Suestilius Aprodisius, affranchi de Lucius, médecin ophtalmologiste.

465Affranchi de citoyen romain, L. Suestilius Aprodisisus est le seul médecin ophtalmologiste attesté en Gaule, où les trouvailles de cachets d’oculistes sont très nombreuses. Ce spécialiste devait exercer à Narbonne à titre privé.

466Dans ses tria nomina, il associait un gentilice latin à un surnom grec. Son gentilice Suestilius est inconnu par ailleurs en Narbonnaise. Probablement originaire d’Italie centrale, ce nom atteste l’immigration italienne à Narbonne, soit lors des deux phases de la colonisation, soit plus tard. Surnom grec (H. Solin, 2003, I, p. 336-340), Aprodisisus est assez peu courant dans la Province (douze autres occurrences, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 140).

467L’emploi du nominatif et l’abréviation l(ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] permettent de dater cette épitaphe du i er siècle, mais sans doute pouvons-nous considérer avec Christol qu’elle a été gravée à la fin du i er siècle a.C. ou au début de notre ère (10 a.C.-20 a.C.).

46837 - NARBO MARTIVS/Narbonne. Épitaphe fragmentaire de [---]tius Auctus, médecin.

469Stèle de calcaire, à sommet cintré, retaillée au moins à gauche. Au-dessus de l’inscription, grosse rosace.

470Découverte, au xviii e siècle, dans la courtine des remparts de François i er, entre les bastions Damville et Montmorency (CAG, 11/1). Conservée à Narbonne, au musée lapidaire de l’église de Notre-Dame-de-Lamourguier (inv. 869-324-688-242).

47191 x 52 x 53.

472Texte, incomplet à gauche, de deux lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 40 x 52. H. d. l. : 8. Points triangulaires de séparation.

473CIL, XII, 4485 (H. Gummerus, 1932, no 344 ; CAG, 11/1, p. 264-265, notice 12-5 avec fig. no 223) ; HGL, XV, no 195 ; B. Rémy, 1984, p. 127, no 7. Vu sur photo.

474Il est impossible d’apprécier la mise en page. Profondément gravées, les lettres sont de médiocre facture et irrégulières. Faute de place ( ?), le lapicide a serré les mots et les lettres, mais ces dernières, notamment les C et les O sont larges. Tous les mots sont séparés par des points. L. 1 : T surplombant le I ; A non barré ; T surplombant une partie du C et du O.

475[---]tio Aucto

476[libert ?]o, medico.

477L. 2 : [---]TO, G. Lafont, Cod., f° 234 ; [---] O, Hirschfeld.

478À [---] tius Auctus, affranchi ( ?), médecin.

479Cette inscription très fragmentaire pose des problèmes de restitution. Au vu du support, il ne faut sans doute pas envisager que l’épitaphe mentionnait deux hommes : [---] tius Auctus et [---] us, un médecin quasi anonyme, ou penser que nous avons affaire à un polyonyme. Ma proposition de restitution est donc plausible, surtout si nous tenons compte de la lecture de Lafont. Toutefois, si le texte était centré par rapport à la rosace, les lacunes de gauche ne devaient pas être très importantes et [libert]o (six lettres) serait peut-être un peu long, mais des ligatures sont possibles.

480Comme l’inscription est au datif, le défunt, citoyen romain, portait sans doute les tria nomina. Il est impossible de restituer son probable prénom et son gentilice. Auctus, son surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 350), est assez bien attesté dans la Province (dix-neuf autres occurrences, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 220), notamment à Narbonne (CIL, XII, 4495, 4504, 4516…).

481L’emploi du datif, le type de stèle et la concision datent l’épitaphe du i er siècle, peut-être de la première moitié.

48238 - Narbonnaise, peut-être de la région d’Aix-en-Provence. Mention de [---] Phoebus, médecin.

483Autel mouluré de grès, dont le haut du dé et le couronnement sont brisés, ce qui a fait disparaître une partie du texte. Trous de scellement sur les côtés, à la hauteur de la base moulurée.

484Signalé, en 1913, au musée d’Aix-en-Provence par M. Clerc, “il est à peu près certain que cette inscription provient de la Gaule ; il est probable qu’elle provient de la Gaule Narbonnaise ; et il n’est pas impossible qu’elle provienne de la région d’Aix”. Conservé à Aix-en-Provence, au musée Granet.

48528 x 16,5 x 12,5.

486Texte de trois lignes, incomplet en haut. H. d. l. : l. 1 : ( ?) ; l. 2 : 2,5-5,5 ; l. 3 : 2,5-3,5.

487M. Clerc, REA, 15, 1913, p. 190 (M. Gayraud, 1981, p. 549) ; B. Rémy, 1984, p. 132-133, no 13 (SEG, 34, 1984, 1034) ; ILN, Aix-en-Provence 39 (SEG, 49, 1996, 1360) ; E. Semama, 2003, p. 553-554, no 522 ; IGF, 49. Vu.

488Voir L. Robert, RPhil., 65, 1939, p. 172 (= 1969, p. 1325) ; R. Jackson, JRA, 1990, p. 5-27 ; H. Solin, 1995, p. 133.

489--- ?

490[---]+[---]

491ΦOIBOC

492EIATROC

493Il est impossible d’apprécier la mise en page, mais les deux lignes conservées sont alignées à gauche. Gravées profondément, les lettres sont de médiocre facture et peu régulières. Sigma lunaires.

494--- ?

495[---]+[---]

496Φοῖβος

497εἰατρός.

498L. 1 : Clerc ne lisait rien. Une haste verticale, dont le sommet a disparu, est visible. Nous pouvons penser à un iôta, un tau ou un gamma - l. 2 : ΦΟΙΒΟ/C IATPOC, Clerc.

499[---] Phoibos, médecin.

500La cassure du sommet du monument nous interdit de savoir s’il s’agissait d’une inscription funéraire ou d’une dédicace à une divinité et de connaître l’étendue de la lacune. Pour un civil, l’indication de la profession incite plutôt à penser à l’épitaphe de Phoibus (pour Phoebus). Il est certain que ce nom désigne un médecin et non le dieu.

501Courant à Rome (H. Solin, 2003, I, p. 303-306), ce nom grec est attesté à Aix-en-Provence (ILN, Aix-en-Provence 78), Beaucaire (CIL, XII, 577), Nîmes (CIL, XII, 3202, 3228, 3674), Narbonne (CIL, XII, 4319, 4335) et en Tarentaise (IL, Alpes Graies, 67). Le statut juridique de cet homme reste incertain, puisqu’il est impossible de savoir s’il y avait de la place sur la pierre pour un gentilice, ce qui ferait de Phoebus un citoyen romain.

502La forme eéiatrçojpour éiatçrojest assez fréquente dans les inscriptions, ainsi à Comiso, en Sicile (P. E. Arias, NSA, 1937, p. 473) ; Tarse, en Cilicie (H. Goldmann, Excavations at Gözlu Kute, Tarsus, vol. 1, Princeton, 1950, p. 384-386, no 7) Faut-il en déduire une origine anatolienne du médecin ? En tout cas, il était hellénophone, puisqu’il a rédigé en grec ce texte privé.

503Il n’est guère possible de préciser la date de cette inscription : i er -ii e siècles ( ?).

Trois Gaules

Aquitaine

50439 - BVRDIGALA/Bordeaux. Épitaphe de Flavius Pollianus Eburius.

505Bloc quadrangulaire de calcaire, avec un grand entablement à sommet plat et une base moulurée, retaillé des deux côtés. Au-dessous de l’inscription, un espace vide encadré de pilastres, surmonté d’une arcade, occupe les deux tiers du monument.

506Découvert, en 1863, au no 7 de la rue de Grassi, dans les premières assises d’une tour semi-circulaire du rempart gallo-romain (Sansas, La Gironde du 13 juillet 1863). Conservé à Bordeaux, au musée d’Aquitaine (inv. no 60.1.78).

507165 x 70 x 47.

508Texte de cinq lignes, incomplet à gauche et à droite ; il est gravé sur les consoles et les bandeaux de l’entablement. H. d. l. : l. 1 : 6,8 ; l. 2 : 3,5 ; l. 3 : 4,5 ; l. 4 : 3,2 ; l. 5 : 3,8. Points triangulaires de séparation.

509CIL, XIII, 617 (H. Gummerus, 1932, no 350) ; B. Rémy, 1984, p. 133-134, no 14. Vu sur photo.

510L’emplacement choisi pour graver le texte est surprenant ; il est impossible d’apprécier la mise en page. Gravées assez profondément, les lettres sont de bonne facture.

[D(is))] M(anibus)

[--- ?] Fl(auio) Polliano Eburio, m[e-]

[d]ico. Defuncto ann[o-]

4

|ru|m XXXVI, Valeļria, [plonendum con[iux,] curauit.

511L. 4 : la lecture du N est certaine. Nous pourrions aussi envisager qu’il s’agit du surnom de Valeria, mais au vu de la place disponible, la restitution proposée est plus vraisemblable. CON[IVGI] n’est pas à exclure.

512Aux dieux Mânes. À [---] ( ?) Flavius Pollianus Eburius ( ?), médecin. Décédé à trente-six ans. Valeria, son épouse, a pris soin de faire élever (ce monument).

513Citoyen romain polyonyme ( ?), ce médecin était installé à Bordeaux, sans doute à titre privé. Il portait les duo nomina seconde manière ou les tria nomina, car son prénom a pu disparaître dans la lacune de la pierre. Écrit en abrégé, Flavius, son gentilice impérial, n’est pas très courant en Aquitaine (neuf autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 145-147). Il avait peut-être deux surnoms, un latin, Pollianus (I. Kajanto, 1965, p. 153) qui ne se se retrouve pas dans les Gaules et est très peu attesté dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2000, p. 148), et un gaulois, Eburius (X. Delamarre, 2003, p. 159 ; id., 2007, p. 93), connu en Gaule Belgique (CIL, XIII, I 4102, à Gondorf), en Narbonnaise (CIL, XII, 4154, à Clavisson ; 4373, à Narbonne), en Hispanie et en Italie (six occurrences). Dans le cas de ce médecin, B. Lörincz (1999, p. 113) ne retient pas Eburio parmi les surnoms et le considère (id., 2000, p. 148) comme un adjectif d’origine, indiquant l’appartenance au peuple des Éburons. C’est une hypothèse difficile à envisager, puisque ce peuple germanique fut quasiment exterminé par César (De bello gallico, 6, 34-35) et, sous l’Empire, intégré dans la cité des Tongres en Germanie Inférieure (M.-Th. Raepsaet-Charlier, Latomus, 54, 1995, p. 361-369). Il n’apparaît plus en tant que tel. Il serait assez surprenant qu’un médecin citoyen romain, très probablement ingénu, revendique une telle origine.

514Valeria, son épouse, s’est désignée par un nom unique, un gentilice latin qui est couramment employé comme surnom ou nom unique en Gaule (B. Lörincz, 2002, p. 142), mais peu en Aquitaine (deux occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 148, qui le range parmi les gentilices, ce qui est peu convaincant). Même s’il n’est pas exclu qu’elle ait pu être esclave, il est plus probable qu’elle était pérégrine et qu’elle n’a pas mentionné son patronyme, car il allait de soi pour les contemporains. Il est moins plausible qu’elle ait été citoyenne romaine et ait eu le même gentilice que son mari.

515L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes date cette épitaphe du ii e siècle, peut-être du règne d’Antonin le Pieux, car ce bloc se rapproche d’autres monuments bordelais datés de cette époque par Fr. Braemer (Les stèles funéraires à personnages de Bordeaux, Paris, 1959, p. 32-35). Même si le gentilice est bien connu, son abréviation pourrait permettre de confirmer une date postérieure à 150 (voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV).

51640 - BVRDIGALA/Bordeaux. Épitaphe d’un médecin anonyme.

517Support indéterminé.

518Découvert, en 1756, dans les fondations de l’Intendance (Dom Devienne). Perdu.

519Dimensions inconnues.

520Texte de six lignes, mal lu par son inventeur.

521CIL, XIII, 640, d’après Dom Devienne, Inscriptions trouvées dans les fondements de l’intendance de la ville de Bordeaux, cat. manuscrit no 21 et Éclaircissements sur plusieurs antiquités trouvées dans les fondements de l’intendance de la ville de Bordeaux en l’année 1756, Bordeaux, 1757, p. 58 (B. Rémy, 1984, p. 134-135, no 15).

522Dom Devienne a donné deux versions du texte :

Cat. man.

Éclaircissements

D M

D M

MSNV

MSNA

MEDICI

MEDICI

4

DE ANLI

DE AVLI

SE PVL

SE[---] PVL

II ET

II[---] ET

523C’est la version manuscrite qui a été reprise dans le CIL, XIII. C. Jullian (Inscriptions romaines de Bordeaux, 2 vol., Bordeaux, 1887-1890, no 79) a proposé de comprendre ainsi :

D(is) M(anibus)

[---]MSNV[---]

medici.

4

De(functi) an(norum) LI.

[Hic] sepul[tus]

e[s]t ?

524L. 2 : J.-P. Bost envisage la possibilité d'un nom comme Mansuetus.

525Ces propositions sont assez séduisantes, mais, sauf defunctus, elles ne sont pas attestées dans l’épigraphie bordelaise et ne concordent pas avec la dernière ligne de Devienne.

526À la ligne 2, le texte est incompréhensible. Avec Jullian, il faut admettre une fort probable mauvaise lecture et supposer, que la ligne était incomplète, car même dans le cas d’un texte très abrégé (prénom et gentilice réduits à l’initiale), le cognomen est le plus souvent écrit en entier (CIL, XIII, 2793, 2966, 3777). Il y aurait surtout trop de lettres pour cette hypothèse. À la ligne 4, De pour defunctus apparaît uniquement à Trèves (CIL, XIII, 3722) ; def. annorum (plus ou moins abrégé) est connu seulement deux fois à Bordeaux (CIL, XIII, 617, 685), mais aussi à Lyon (CIL, XIII, 2018), dans l’Ain (CIL, XIII, 2459, 2469, mais ces deux textes sont perdus)... Aux lignes 5/6, la formule hic sepultus est est inconnue dans les Trois Gaules pour les épitaphes païennes, mais elle est attestée en Narbonnaise (voir no 33).

527Il est impossible d’espérer jamais connaître le texte complet de cette épitaphe. Elle atteste à Bordeaux au iie siècle (invocation en abrégé aux dieux Mânes) la présence d’un médecin dont le nom et le statut juridique restent indéterminés.

Lyonnaise

52841 - LVGDVNVM/Lyon. Dédicace aux Mères augustes par Phlegon, médecin.

529Tablette rectangulaire moulurée de marbre blanc. Aux angles restent quatre tenons de fer. Trois déesses vêtues de tuniques à manches courtes ceinturées sous la poitrine et chaussées sont assises de face entre deux pilastres corinthiens entourés d’un cadre mouluré. Celle de gauche tient deux fruits ; celle du milieu une patère dans la main droite et une corne d’abondance dans la main gauche ; deux fruits sont posés dans les plis de sa robe. La déesse de droite tient des deux mains une corbeille où sont placés trois fruits.

530Signalée, au xvii e siècle, dans un mur du clocher de Saint-Martin-d’Ainay (Iucundus, Cod. Marc., f° 210’). Conservée à Lyon, au musée de la civilisation gallo-romaine (no inv. AD 201).

53135 x 48 x 10.

532Texte d’une ligne, gravée sur le rebord de la tablette. H. d. l. : 2,3-2,5. Points triangulaires de séparation ; fleur ( ?) de part et d’autre du texte.

533CIL, XIII, 1762 (H. Gummerus, 1932, no 351) ; É. Espérandieu, III, no 1741 ; B. Rémy, 1984, p. 135-136, no 16 ; NEsp. II, 061, avec pl. 45. Vu.

534Profondément gravées, les lettres sont irrégulières. Tous les mots sont séparés par des points. Petit O dans le G. Les lettres ont été peintes en rouge

535Matr(is) Aug(ustis), Phlegon, med(icus).

536Aux Mères augustes, Phlegon, médecin.

537Il est frappant de constater que ce médecin au nom unique grec (H. Solin, 2003, II, p. 744), installé à Lyon honore – en latin – les déesses mères, les divinités salvatrices gauloises. À Lyon, comme dans le reste de la Gaule, elles devaient être importantes (voir G. Bauchhenss, G. Neumann (éds), Matronen und verwandte Gottheiten. Ergebnisse eines Kolloquium veranstaltet von der Göttinger Akademiekommission für Altertumskunde Mittel-und Nordeuropas, BJ-Beiheft 44, Bonn-Cologne, 1987 ; T. Derks, Gods, Temples and Ritual Practices. The Transformation of Religious Ideas and Values in Roman Gaul, Amsterdam, 1998, p. 119-130).

538Sans doute honorées sous la forme celtique Matrae, elles portent l’épithète auguste qui ne se retrouve comme qualificatif des Mères qu’à Lyon (CIL, XIII, 1758-1760, 1764, 11176) et dans les cités voisines de Vienne (ILN, Vienne 13-16, 359, 596, 694, 829) et d’Alba (ILN, Alba 58, à Mirabel ; 78, à Villeneuve-de-Berg). Dès lors, il est peut-être possible d’envisager que les Mères augustes aient fait dans cette région l’objet d’un culte qui dépassait les seules initiatives individuelles et était plus structuré, peut-être en liaison avec le culte impérial. Est-il trop hasardeux d’envisager l’éventualité d’un culte civique ? Phlegon n'a pas précisé la raison de son offrande (espoir d'une future prospérité ?). Il ne semble pas s'être acquitté d'un vœu.

539Le statut juridique de ce médecin, dont le nom est un unicum dans les Trois Gaules, reste incertain. Il est possible de penser à un esclave, à un affranchi de pérégrin qui n’aurait pas mentionné son affranchissement ou à un pérégrin qui n’aurait pas indiqué son patronyme.

540Cette dédicace date des deux premiers siècles, peut-être du ii e en fonction de la graphie et du type de monument.

54142 - LVGDVNVM/Lyon. Donation indéterminée de Metilia Donata, médecin.

542Bloc rectangulaire de calcaire dur, brisé à droite et recreusé en sarcophage.

543Trouvé, en 1824, au cours de travaux d’agrandissement de l’église Saint-Irénée (Cochard, Archives du Rhône, 1, 1825, p. 470). Conservé à Lyon, au musée de la civilisation gallo-romaine (inv. no AD 219).

54460 x 229 x 77.

545Texte de trois lignes, légèrement incomplet. H. d. l. : 10,5. Séparation par hederae.

546CIL, XIII, 2019 ; J. Rougé, in Mémoires du Centre Jean Palerne, III, Saint-Étienne, 1982, p. 165-169 ; B. Rémy, 1984, p. 138-139, no 18. Vu.

547Le lapicide semble avoir voulu centrer son texte. Profondément gravées, les lettres sont de belle facture. Tous les mots sont séparés par des hederae. L. 2 : apex sur le E de DE et le U de PECVNIA.

548Metilia Donata, medic[a,]

549de sua pecunia dedit.

550L(oco) d(ato), d(ecreto) d(ecurionum).

551Metilia Donata, médecin, a fait don (de ce monument) à ses frais. Emplacement donné par décret des décurions.

552Installée à Lyon, cette femme médecin était riche. Nous ignorons tout de sa donation, mais, à en juger par la taille de l’inscription, elle devait être importante. Avec l’accord du conseil des décurions, elle avait été installée ou construite dans un lieu public, ce qui indique que Donata était tenue en haute estime par les autorités municipales. Nous ne connaissons pas non plus les bénéficiaires de cette générosité.

553Citoyenne romaine ingénue, Metilia Donata associe dans ses duo nomina un gentilice et un surnom latins. Metilius/a est peu fréquent dans l’épigraphie gallo-romaine. C’est un unicum en Lyonnaise, mais il se retrouve une fois en Narbonnaise [à Fréjus (ILN, Fréjus 55)] et deux fois en Gaule Belgique et en Germanie (CIL, XIII, 6889, à Mayence ; 8288, à Cologne), mais pour des étrangers à la région. Donatus/a est à peine plus fréquent en Lyonnaise (deux occurrences : CIL, XIII, 1858, 1941, à Lyon) et en Narbonnaise (six occurrences), mais est plus courant en Gaule Belgique et en Germanie (treize occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 107). Faut-il penser à une Italienne ?

554Le matériau (calcaire dur) atteste que le texte est postérieur à l’époque de Claude. Il pourrait dater de l’époque Flaviens-Trajan (graphie).

55543 - LVGDVNVM/Lyon. Épitaphe de Marcus Aquinius Verinus par Bononius Gordus, médecin du camp et deux autres militaires héritiers.

556Autel de calcaire, avec une base (très mutilée) et un couronnement (petit fronton triangulaire et acrotères) moulurés.

557Trouvé, en 1844, dans les fondations de la vieille église de Vaise (A. Comarmond, BM, 1846, p. 250). Conservé à Lyon, au musée de la civilisation gallo-romaine.

558110 x 88 x 67.

559Texte de onze lignes. Champ épigraphique : 80 x 65. H. d. l. : l. 1 : 7 ; l. 2-10 : 4,5 ; l. 11 : 3,5. Points triangulaires de séparation.

560CIL, XIII, 1833 (ILS, 2126 ; W. Haberling, 1910, no 32 ; H. Gummerus, 1932, no 352 ; H. Freis, Epigr. Studien, 2, 1967, p. 130 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 184-185, no 37) ; B. Rémy, 1984, p. 136-138, no 17. Vu.

561Voir A. Bruhl, Revue Lyonnaise de médecine, 7, 1958, p. 13-18 ; R. W. Davies, 1969, p. 85 et p. 95, no 7.

562Le lapicide a globalement assez bien réussi sa mise en page (l. 1 et 11 centrées ; les autres sont alignées à gauche). Gravées peu profondément, les lettres sont de bonne facture. Les mots sont très irrégulièrement séparés par des espaces ou des points. L. 3 : les deux jambages obliques du K sont très courts.

D(is) M(anibus)

M(arci) Acjuini Verini,

optionis karce-

4

ris ex cohort(e) XIII

urban(a). Bononi-

us Gordus, medi-

cus castrensis,

8

et Maccius Modes-

tus et Iulius Mater-

nus, milites, hered(es),

faciend(um) cur(auerunt).

563L. 6 : le G est certain, si nous le comparons aux autres C - l. 10 : au vu de la pierre, il semble qu'il ne manque qu'une seule lettre ; HEREDES n’était donc pas gravé en entier.

564Aux dieux Mânes de Marcus Aquinius Verinus, responsable de la prison de la treizième cohorte urbaine. Bononius Gordus, médecin du camp, et Maccius Modestus et Iulius Maternus, soldats, ses héritiers, ont pris soin de faire élever (ce monument).

565Avec deux soldats, très probablement membres de la même unité que le défunt, Bononius Gordus a pris soin de l'épitaphe du responsable de la prison, attaché à la XIIIe cohorte urbaine (la charge d’optio carceris est attestée dans les unités de la garnison de Rome : voir Fr. Bérard, in Y. Le Bohec (éd.), La hiérarchie (Rangordnung) de l'armée romaine sous le Haut-Empire. Actes du congrès de Lyon (15-18 septembre 1994), Paris, 1995, p. 379). Cette unité fut transférée de Carthage à Lyon, à une date difficile à déterminer avec précision, faute de documentation explicite. Forte de cinq cents hommes, comme les cohortes urbaines instituées par Auguste pour assurer la sécurité de Rome, elle prit la place de la cohorte I Flauia Vrbana, créée par Vespasien afin de remplacer, dans la capitale des Gaules, la dix-huitième cohorte qui avait pris le parti de Vitellius en 69. L’épitaphe de M. Carantius Macrinus (ILN, Vienne 866) témoigne que la première cohorte était toujours stationnée à Lyon en 90, date à laquelle ce militaire fut promu au centurionat. En l’absence de témoignages postérieurs de la présence de cette unité à Lyon, A. Audin et Y. Burnand (REA, 61, 1959, p. 320-352) placent son départ vers 90, mais P. Wuilleumier (L’administration de la Lyonnaise sous le Haut-Empire, Paris, 1948, p. 23-28, 30, 51-52) le repoussait jusqu’au début du iie siècle, sous Nerva ou Trajan, et H. Freiss (ouv. cit., p. 28-31) descendait même jusqu’à Hadrien (voir encore Fr. Bérard, loc. cit., p. 378-379). La treizième cohorte fut dissoute par Septime Sévère après son ralliement à Clodius Albinus.

566Bononius Gordus portait le titre de medicus castrensis, qui n'est pas attesté ailleurs. Ce titre semble introduire une nuance par rapport à celui de médecin de la XIIIe cohorte, qu'on aurait pu attendre. Même si, de fait, Gordus devait soigner les soldats urbains, sa responsabilité se serait exercée, au sens strict, sur le camp qui abritait les soldats stationnés à Lyon. Le parallèle le plus proche figure dans une inscription de Rome, mentionnant un medicus castrorum des equites singulares Augusti (voir CIL, VI, 31172). Le rapport premier avec un camp, et non avec une troupe particulière, se comprendrait mieux dans le contexte d'un fort occupé par des membres de plusieurs unités. Mais cet état de fait n'est clairement attesté ni dans le cas des equites singulares Augusti, ni dans celui de la garnison lyonnaise du ii e siècle, en dépit de ce que pense J. C. Wilmanns (1995, p. 160 et 185), songeant à la venue, à Lyon, d'autres soldats destinés à servir dans les bureaux de l'administration provinciale. Sans exclure totalement cette possibilité, il faut admettre que les soldats de la XIIIe cohorte urbaine purent servir d’officiales dans les bureaux du gouverneur et du procurateur durant une large partie du ii e siècle, avant d'être remplacés par ceux des quatre légions des Germanies, à partir de 197 [Fr. Bérard, in G. Alföldy, B. Dobson, W. Eck (éds), Kaiser, Heer und Gesellschaft in der römischen Kaiserzeit. Gedenkschrift für Eric Birley, Stuttgart, 2000, p. 280]. Le sens exact de l'appellation serait donc à chercher ailleurs. Un poste tel que celui de medicus castrensis pourrait impliquer une moins grande mobilité du titulaire, dans le cas d'un déplacement de troupes ou d'un prélèvement de vexillations, mais la cohorte lyonnaise n'était peut-être pas la plus concernée par ces mouvements ponctuels.

567Dès lors, ne pourrions-nous pas plutôt supposer qu'en insistant sur la relation du médecin avec le camp, l'adjectif castrensis permettait de préciser son lieu d'exercice, sans signifier pour autant que son titulaire était véritablement membre de la cohorte ? Au contraire des trois autres protagonistes, le statut militaire de Bononius Gordus n'est pas clairement indiqué dans l'inscription. Tous les commentateurs l'ont considéré jusqu'ici comme un militaire au sens strict, en raison notamment de ses rapports avec des soldats (J. C. Wilmanns, 1995, p. 185). Mais il ne s'agit pas d'un argument définitif, car le lieu d'exercice du médecin peut aussi permettre d'expliquer ces relations (notamment avec le défunt, optio carceris, qui servait lui aussi au sein même de l'établissement militaire). Q. Marcius Artemidorus, le medicus castrorum des equites singulares ne porte pas de gentilice impérial, et ne paraît pas avoir été membre de la garde montée. Dès lors, Bononius Gordus ne pourrait-il avoir été le médecin “contractuel” de la garnison, sans que son nom ait jamais été inscrit sur les listes de la XIIIe cohorte urbaine ? Le recours aux titres de medicus castrorum et de medicus castrensis constituerait une solution originale (au vu de leur rareté, peut-être précisément due à leur caractère non “officiel”) employée pour exprimer un statut assez particulier. Certes, et comme l'a fait valoir Fr. Bérard (loc. cit., p. 380-381), le sens du terme castrensis demeure incertain, et le caractère isolé de l'attestation incite à la prudence, mais il semblait légitime de proposer cette nouvelle hypothèse (le 2 novembre 2007, Fr. Bérard a bien voulu nous dire qu'il n'excluait pas non plus un possible statut de civil contractuel pour Bononius Gordus).

568Le défunt portait les tria nomina, mais les trois dédicants avaient les duo nomina seconde manière et n’ont pas indiqué leur prénom, ce qui est assez courant dans les épitaphes. M. Aquinius Verinus avait un gentilice latin, dont c’est la seule attestation en Lyonnaise (B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 159), et un surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 254), dérivé de Verus, qui pourrait être un nom latin “homonyme”, peut-être choisi pour sa ressemblance phonétique avec un nom gaulois (voir p. 85). X. Delamarre (2007, p. 196) le range même parmi les noms celtiques. Courant en Narbonnaise (vingt-trois occurrences), il est peu attesté en Lyonnaise (cinq autres occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 159). Bononius Gordus aurait une dénomination entièrement gauloise (X. Delamarre, 2003, p. 84 et 183 ; id., 2007, p. 45 et 105), mais son gentilice (B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 310) et son surnom (B. Lörincz, 1999, p. 168) sont des unica en Gaule. Maccius Modestus et Iulius Maternus avaient une dénomination latine. Maccius est un unicum en Lyonnaise, où le gentilice “impérial” Iulius est commun. Modestus (trois autres occurrences en Lyonnaise, in B. Lörincz, 2000, p. 85) et Maternus (six autres occurrences en Lyonnaise, in B. Lörincz, 2000, p. 65) sont peu courants dans la province. Faut-il en conclure que les deux soldats n’en étaient pas originaires ? C’est tout à fait possible. Les quatre hommes étaient des citoyens romains.

569La présence de la treizième cohorte et l’invocation en abrégé aux dieux Mânes datent l’épitaphe du ii e siècle, avant 197, et plutôt de la seconde moitié en raison des duo nomina seconde manière.

570[B. R.-P. F.]

57144 - AVGVSTODVNVM/Autun. Épitaphe de [---] Victor, médecin.

572Support indéterminé, brisé dans sa partie supérieure.

573Signalé, en 1660, dans la muraille derrière le chancel de l’église Saint-Symphorien (E. Thomas, Histoire de l’antique cité d’Autun, Lyon, 1660, p. 54). Perdu.

574Dimensions inconnues.

575Texte de cinq lignes, incomplet en haut.

576CIL, XIII, 2674, d'après Gruter, 1115, 6 et d'autres documents (H. Gummerus, 1932, no 355 ; B. Rémy, 1984, p. 141-142, no 1 ; CAG, Autun, 71/1, p. 150, no 451).

[D M?]

[D (is) M (anibus)?]

---

---

VICTO (RI)

Victori

MEDICO

medico

MEDIOM

mediom (atrico).

4

4 VXSOR.

4

uxsor

POSVIT

posuit.

577Au début du texte, la mention des dieux Mânes est possible. L. 1 : tous les auteurs donnent VICTOR, mais un nominatif serait incompréhensible, puisque, à la l. 2, MEDICO est au datif ; il faut supposer une ligature RI qui n’a pas été vue par l’inventeur - l. 3 : le développement de MEDIOM est quasiment certain, puisque nous ne connaissons pas de nom de personne commençant par ces six lettres.

578Aux dieux Mânes ( ?). À [---] Victor, médecin médiomatrique. Son épouse a placé (ce monument).

579Le mot médiomatrique ne peut guère indiquer la patrie de ce médecin qui était installé à Autun, probablement à titre privé, puisqu’il vient après la profession et non après le nom. Il est donc sans doute préférable d’envisager que Victor avait appris son métier à Metz, où il y aurait eu une école réputée de médecins (voir livre I, p. 00).

580Nous ignorons le statut juridique de Victor ; nous pouvons hésiter entre un pérégrin et un citoyen romain. Comme nous ne connaissons pas l’étendue de la lacune au début du texte, il est impossible de trancher. Nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 278), Victor, son cognomen ou (moins sûrement) nom unique latin, est assez courant en Lyonnaise (quinze autres occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 167-168). Son épouse n’a pas pris soin d’indiquer son nom, ce qui est rare (voir pourtant ILN, Alba 57, à Lussas).

581L’emploi du verbe posuit fait plutôt penser au ii e siècle, ce qui induit une très probable invocation aux dieux Mânes.

Belgique

58245 - Hermes (cité des Bellovaques). Dédicace en l’honneur de la maison divine, à Jupiter Optimus Maximus, à Hercule ( ?) Saxanus ( ?) et au uicus ( ?) Ratumagus ( ?), commémorant un acte d’évergétisme, par Sextus Fabius As[---] s, médecin.

583Bloc rectangulaire mouluré de calcaire jaune, remployé en sarcophage à l’époque mérovingienne, retaillé des deux côtés.

584Trouvé, en 1878, au pied du mont (Mowat). Conservé à Amiens, au musée de Picardie.

58536 x 64 x 40,5.

586Texte de quatre lignes entourées d’un cadre mouluré ; il est incomplet à gauche et à droite. Champ épigraphique : 27,5 x 64. H. d. l. : l. 1 : 7 ; l. 2-3 : 6,5 ; l. 4 : 5. Points triangulaires de séparation.

587CIL, XIII, 3475, d’après un estampage de Villefosse (H. Gummerus, 1932, no 356) ; ILTG, 358 ; B. Rémy, 1984, p. 142-144, no 22 (G.-P. Woimant, CAG, 60. L’Oise, p. 275). Vu sur photo.

588Voir A. Héron de Villefosse, BSNAF, 1878, p. 162-163 ; R. Mowat, CRAI, 1878, p. 149-151 ; V. Leblond, REA, 26, 1914, p. 123-124 ; C. Jullian, REA, 36, 1924, p. 123-124 ; M. Tarpin, 2002, p. 368, no XXV. 23.1.

589Il est impossible d’apprécier la mise en page. Très profondément gravées, les lettres sont larges et de belle facture.

[In hon(orem)] dom(us) d(iuinae), KouO O(ptimo) M(aximo) et

[Herc(uli) ? Sa]x(ano) ? et uic(o) Ratum[ag---]

[---]m. Sex(tus) Fabius Asi[---]

4

[---]s medic(us) d(e) s(ua) p(ecunia) f(aciendum) [c(urauit).]

590Nous ignorons l’étendue de la lacune de gauche. L. 1 : la restitution, plus ou moins abrégée, est certaine ; paléographiquement, la restitution du T est assurée - l. 1-3 : E [X V (OTO)] / [PRO SAL[VTE E] X (ERCITVS) ET VIC(ANORVM) RATVM[A-] / [GENSIV] M, Mowat ; E [T---] X VIC(O) RATVM[AGENSIV] M ?, Hirschfeld ; E [T] / [HERCVLI SA] X (ANO) ET VIC(ANIS) RATVM[AG(ENSIBVS)] / [TEMPLV] M, Wuilleumier - l. 3 : au début de la ligne, nous pourrions aussi penser à [AEDE] M - l. 4 : D · S · P · F, Mowat, Wuilleumier ; D · S · P · F [C], Héron de Villefosse, Hirschfeld. Cette restitution semble préférable.

591En l’honneur de la maison divine, à Jupiter Optimus Maximus et à Hercule ( ?) Saxanus ( ?) et au uicus Ratumagus, Sextus Fabius As[---]s, médecin, a pris soin de faire construire à ses frais ce temple ( ?) ou En l’honneur de la maison divine, à Jupiter Optimus Maximus et à Hercule ( ?) Saxanus ( ?) et au uicus des Ratumagenses, Sextus Fabius As[---] s, médecin, a pris soin de faire construire à ses frais (ce monument).

592Les lacunes des lignes 2 et 3 rendent difficile la complète compréhension du texte, mais le formulaire de cette dédicace qui commémore un acte d’évergétisme est classique dans la Gaule du Nord-Est. C’est la manière la plus fréquente d’associer la maison impériale aux divers cultes (voir AE, 1978, 524, 525, 551 et no 62). Avec Jupiter Optimus Maximus, le grand dieu du panthéon romain – ou plutôt une divinité locale “assimilée”, puisqu’il est, semble-t-il, vénéré avec des dieux locaux – ce médecin pourrait avoir honoré Hercule Saxanus, un dieu souvent associé à Jupiter Optimus Maximus en Belgique et en Germanie (ILTG, 387, CIL, XIII, 4625, à Noroy, en Belgique ; 7717, 7718, 7720, à Brohl, en Germanie supérieure). Une invocation à Hercule Saxanus serait d’autant moins étonnante à Hermes qu’au sommet de la colline il y a de grandes carrières exploitées depuis des temps immémoriaux. On en trouve aussi tout au long de la vallée du Therain jusqu’à Creil, Burgy, Thury (Leblond). Le second et introduit très probablement une troisième divinité. Villefosse pensait aux uicani Ratumagenses, les divinités protectrices du uicus Ratumagus, dont le nom pourrait avoir perduré dans le lieudit Rouen sur le terroir de Méhécourt, dans la commune de Hermes (Leblond). De fait, le mot uicani a cette signification dans au moins deux inscriptions (CIL, V, 5716, près de Milan ; XIII 2985, à Mesve-sur-Loire, dans la Nièvre), mais ce n’est pas la plus courante. Ordinairement, il faut le traduire par habitants du uicus. Il est donc préférable de penser à une invocation au uicus divinisé et de rapprocher cette dédicace de trois inscriptions de Trèves (CIL, XIII, 3649, 3650, 11316).

593Reste à restituer la fin de la ligne 2 et le début de la ligne 3. Il est difficile de choisir entre au moins deux hypothèses : uic(o) Ratum[ago]/[templu] m et uic(o) Ratum[ag-] / [ensiu] m. Vicus Ratumagus conviendrait bien, mais la mention de l'évergésie vient plutôt après le nom du donateur ; toutefois à Trèves (CIL, XIII, 3650), elle vient après le nom du uicus. L’emploi du mot uicus suivi du nom des habitants au génitif (uicus Ratumagensium) est moins courant, mais on connaît au moins uicus Arceuoturum à Nîmes (CIL, XII, 5894) et uicus Voclannionum à Trèves (CIL, XIII, 3650). Peut-être est-il plus raisonnable de ne pas trancher.

594Au vu du formulaire de l’inscription, nous pouvons admettre que ce médecin exerçait en cabinet à Hermes, le uicus Ratumagus. Il avait sans doute bien réussi, puisqu’il a offert aux dieux un monument qu’il mettait à la disposition des habitants du uicus. La nature du don était peut-être indiquée au début de la ligne 3. En ce cas, la restitution du mot templum serait la plus vraisemblable ; cependant, avec Villefosse, nous pourrions aussi envisager aedem, voire porticum ou proscaenium, peut-être plus difficilement.

595Sextus Fabius As[---] s était citoyen romain. Dans ses tria nomina, il associait un gentilice latin assez peu courant en Belgique et Germanie (onze autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 132-133) à un surnom qu’il est délicat de restituer. Tous mes prédécesseurs ont accepté avec plus ou moins de réserve la proposition de Mowat As[clepiade]s. Elle est séduisante, car Asclepiades est un surnom très usité chez les médecins (CIL, VI, 8895 ; IGVR, 282, 1163, 1355), d’autant que cet homme pourrait avoir été un tenant de la doctrine méthodique d’Asclépiade de Pruse (voir no 27). Mais, si le médecin était un ingénu, il faudrait supposer qu’Asclepiades était un pseudonyme, car, à sa naissance, ses parents ne pouvaient guère prévoir qu’il serait médecin (voir D. Gourevitch, 1985, p. 67). Si, malgré l’absence de l’indication de l’affranchissement, cet homme était un esclave affranchi, il pourrait avoir reçu ce nom de son ancien maître, lorsqu’il est devenu médecin. Même si j’ai préféré ne rien restituer, car plusieurs autres surnoms grecs ou latins sont envisageables (Ascanius, Ascelus, Ascernus, in B. Lörincz, Fr. Redö, 1994, p. 181-183), la restitution de Mowat est donc au moins plausible, de même que des surnoms proches (Asclepiodorus, Asclepiodotus), qui renverraient alors au dieu Asclepios et non à Asclépiade de Pruse. Nous pourrions admettre aussi un souvenir de la célèbre famille de médecins grecs des Asclépiadès.

596Ce texte doit dater de la seconde moitié du ii e siècle ou de la première moitié du iii e (M.-Th. Raepsaet-Charlier, 1993, p. 9-11).

59746 - DIVODVRVM/Metz. Épitaphe de Marcus Iunius Lunaris, médecin.

598Stèle moulurée de grès, à fronton triangulaire mouluré et à acrotères.

599Trouvée, en 1903, aux alentours de la ferme de La Horgne-au-Sablon (Hirschfeld). Conservée à Metz, au musée archéologique.

600102,5 x 49,5 x 38.

601Texte de trois lignes. Les deux premières sont gravées sur le bandeau ; la troisième est entourée d’un cadre mouluré. H. d. l. : l. 1-2 : 4,5 ; l. 3 : 5,5-6,5. Points triangulaires de séparation.

602CIL, XIII, 4333 (A. Riese, 1914, no 2561 ; H. Gummerus, 1932, no 357) ; B. Rémy, 1984, p. 144-145, no 23. Vu.

603La mise en page est curieuse. Gravées peu profondément (ou usées ?), les lettres irrégulières sont très quelconques.

604D(is) M(anibus).

605M(arco) Iun(io) Lunari,

606medic(o).

607Aux dieux Mânes. À Marcus Iunius Lunaris, médecin.

608Citoyen romain, M. Iunius Lunaris exerçait à Metz, sans doute à titre privé. Sa dénomination est latine. Son gentilice abrégé est fréquent en Gaule Belgique et en Germanie (trente autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 208). Il pourrait remonter au légat de César, M. Iunius Silanus, dont ce médecin porte aussi le prénom. Le surnom, qui fait référence à la lune (I. Kajanto, 1965, p. 338), est très peu répandu dans l’épigraphie du monde romain (CIL, III, 14214, en Mésie inférieure ; VI 1057, 6, 90 ; XIII 5422, à Ladenburg ; ILTG, 141, à Bordeaux ; ILGB, Lingons, 262, aux sources de la Seine), mais est attesté une seconde fois à Metz (CIL, XIII, 4387). L’emploi du datif et l’absence de dédicant laissent penser que ce médecin s’est occupé, de son vivant, de sa propre sépulture, ce qui semble montrer qu’il ne faisait pas partie d’une familia et était donc ingénu.

609L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes date cette épitaphe du ii e siècle, plutôt de la seconde moitié, puisque le gentilice est abrégé (voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV).

61047 - DIVODVRVM/Metz. Épitaphe d’une pérégrine anonyme, médecin.

611Stèle moulurée de grès, retaillée au moins en haut et en bas. Dans une niche cintrée, une femme drapée, debout de face, tient de la main gauche un objet difficile à déterminer et de la main droite un objet fruste.

612Trouvée, en 1898, lors des travaux de reconstruction de l’église Sainte-Ségolène (Hirschfeld). Conservée à Metz au musée archéologique.

613111 x 63 x 51.

614Texte mutilé d’au moins deux lignes entourées d’un cadre mouluré, au-dessus de la niche. H. d. l. : l. 1 : ( ?) ; l. 2 : 4,2. Points triangulaires de séparation.

615CIL, XIII, 4334 (A. Riese, 1914, no 2562 ; H. Gummerus, 1932, no 358) ; E. Espérandieu, no 4363 ; B. Rémy, 1984, p. 145, no 24. Vu.

616Il est impossible d’apprécier la mise en page. Profondément gravées, les lettres sont de belle facture. I de MEDICA long.

617[---]SA[---]

618ini fil(ia), medica.

619[---] fille de [---] inus, médecin.

620Cette femme médecin exerçait à Metz, sans doute à titre privé. Sa dénomination atteste que cette quasi anonyme était pérégrine. Il est impossible de restituer son nom et celui de son père.

621L’emploi du nominatif et la coiffure très simple de cette femme semblent permettre de dater sa stèle funéraire du i er siècle.

62248 - Ihn, Kreis Saarlouis (cité des Trévires). Dédicace au deus Apollon par Lucius Geminius Similis, médecin ( ?).

623Colonne cylindrique de grès blanc avec base et chapiteau largement ébréchés.

624Découverte, avant 1980, dans le mur du bâtiment rectangulaire du sanctuaire d’Apollon. Conservée à Trèves, au Landesmuseum (no inv. EV 86/32,3).

62557,5 x 17,5 (diam. au chapiteau) et 52 (circonférence maximum).

626Texte de cinq lignes. H. d. l. : 3. Points triangulaires de séparation

627H. Merten, in A. Miron (éd.), Das gallorömische Quellheiligtum von Ihn (Kreis Saarlouis), Sarrebruck, 1994, p. 66-68, no 1 (AE, 1994, 1250 ; B. Rémy, 2001b, p. 281, no 467). Vu sur photo.

628Le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé. Profondément gravées, les lettres sont de belle facture, même si les M et les N ne sont pas très réussis.

629Deo

630Apollini,

631L(ucius) Geminius

632Similis, med(icus),

633u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito).

634L. 4 : MED(ICVS), plutôt que MED(IOMATRICVS), car MED serait une abréviation un peu courte ; MED est une abréviation assez courante de MED(ICVS) [no 7, 41, 55, 61].

635Au dieu Apollon, Lucius Geminius Similis, médecin, s’est acquitté de son vœu volontiers et à juste titre.

636À en juger par le nombre de dédicaces (six à Apollon, trois à Sirona, une à Minerve et une à Mercure et Rosmerta), le titulaire du sanctuaire – connu depuis 1903 – était très probablement Apollon, mais il “hebergeait” d'autre dieux. L. Geminius Similis s’est acquitté d’un vœu inconnu envers Apollon, qui devait être le dieu médecin, peut-être indigène, car il faut s’interroger sur la signification du mot deus devant le nom d’une divinité. Pour M.-Th. Raepsaet-Charlier (1993, p. 17), c’est uniquement un critère de datation. Toutefois, avec P.-M. Duval (Les dieux de la Gaule, 2e éd., Paris, 1976, p. 77), P. M. Leunissen (Fundb. Baden-W., 10, 1985, p. 155-183) et d’autres, il est légitime de se demander si deus ne pourrait pas avoir été employé pour désigner un dieu indigène ou un dieu “gallo-romain”, puisque A. Villaret (Aquitania, 16, 1999, p. 127-151) a sans doute raison de remarquer que “le titre de deus serait redondant pour des dieux romains”, dont les noms et qualités étaient bien connus. Sans doute médecin civil, Similis, qui a utilisé un support de dédicace fort peu courant, devait exercer son art dans la région.

637Citoyen romain, L. Geminius Similis avait un gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85), même s’il existe une gens romaine qui porte ce nom, puisqu’il est très peu courant en Gaule Belgique et en Germanie (quatre autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 163-164). Son surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 289) est plus fréquent (seize autres occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 83). Il était très vraisemblablement ingénu.

638Quelle que soit la signification du mot deo devant le nom d’un dieu, c’est aussi un critère de datation (M. -Th. Raepsaet-Charlier, 1993, p. 12-17) qui permet de dater ce texte des années 150-250.

Germanies

Germanie supérieure

63949 - Vieu-en-Valromey (cité des Ambarres ou des Séquanes). Épitaphes de Caesiccia Ianuaria et de Gaius Rufius Eutactus, médecin.

640Stèle double moulurée de calcaire, avec deux frontons triangulaires moulurés accostés d’acrotères (celui de gauche est brisé). Dans le fronton de gauche est sculpté un croissant de lune, dans celui de droite un disque solaire. Une ascia est gravée en dessous du texte de gauche.

641Trouvée, avant 1821, dans la cour du château de Rougemont dans des circonstances inconnues (M.-Cl. Guigue, RSS, sér. 5, 2, 1870, p. 89). Conservée à Belley, au collège Lamartine.

642170 x 92 x 22.

643Texte de gauche de neuf lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 118,5 x 29. H. d. l. : l. 1 : 8,5-9,5 ; l. 2-9 : 5,5-6. Points triangulaires de séparation.

644Texte de droite de dix lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 120 x 31. H. d. l. : l. 1 : 8,5 ; l. 2-7 : 5-5,5 ; l. 8 : 6 ; l. 9 : 5,5-5,8 ; l. 10 : 6-6,5. Séparation par hederae.

645CIL, XIII, 2509, d’après A. Allmer, 1875-1876, III, p. 390-392, no 700 (E. Dubois, ASEA, 57, 1931-1932, p. 366-368 ; M. Le Nezet-Célestin, G. Vicherd, Vieu-en-Valromey et sa région à l’époque gallo-romaine, 2002, p. 90-92) ; B. Rémy, 1984, p. 140-141, no 20 ; ILAin 108. Vu.

646Voir R. Turcan, Les religions de l’Asie dans la vallée du Rhône, Leyde, 1972, p. 36-39.

647Texte de gauche

648Texte de droite

649Dans cet espace restreint, le lapicide a fait un effort méritoire de mise en page avec des coupes syllabiques. Peu profondément gravées, les lettres sont d’assez bonne facture. Texte de gauche : l. 2 : C en petit caractère ; texte de droite : l. 9 : O en petit caractère au-dessus du U.

D(is) M(anibus)

D(is) M(anibus)

Caesic-

G(ai) Rufi

Ciae

Eutac-

4

Ianu-

4

ti, medi-

ariae.

ci. Cae-

Viua,

Siccia

sibi

Ianua-

8

fecit

8

ria ma-

s(ub) a(scia) d(edicauit).

rito suo

p(onendum) c(urauit).

650Aux dieux Mânes de Caesiccia Ianuaria. De son vivant, elle a fait (ce monument) pour elle-même (et) l’a dédié sous l’ascia.

651Aux dieux Mânes de Gaius Rufius Eutactus, médecin, Caesiccia Ianuaria a pris soin d’élever (ce monument) pour son mari.

652Caesiccia Ianuaria portait les duo nomina des citoyennes romaines, associant un gentilice probablement indigène (A. Holder, 1896-1913, III, col. 1035 ; non recensé par X. Delamarre, 2003 et 2007), qui est unique dans toute la Gaule (B. Lörincz, 1999, p. 19), à un surnom latin commun ; c’est un unicum dans l’Ain. De son vivant, elle a fait sa propre épitaphe et celle de son mari décédé. Ce médecin est attesté dans une autre inscription de Vieu (ILAin 103), où il est qualifié de “père des pères” du dieu Mithra.

653G. Rufius Eutactus portait les tria nomina du citoyen romain. Son gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85) est mentionné quinze autres fois dans les Trois Gaules, dont cinq dans l’Ain [ILAin, 79, 80, à Chazey-Bons, 103, 108 (pour le même homme), 109, à Vieu-en-Valromey (avec deux F)] et onze fois en Narbonnaise, dont cinq dans la cité de Vienne. Le cognomen grec (H. Solin, 2003, II, p. 796-797) Eutactus est unique dans les Trois Gaules et dans les Germanies. En Narbonnaise, il n’apparaît qu’à Aix-en-Provence (ILN, Aix-en-Provence, 55) et à Arles (CIL, XII, 795). La dénomination des deux époux [gentilice à connotation indigène, surnom de la femme (voir no 1) et cognomen grec du mari] pourrait laisser penser qu’ils étaient affranchis. L’engagement d’Eutactus dans la hiérarchie du culte de Mithra s’expliquerait alors, au moins en partie, par un souci de promotion sociale. Toutefois, ces hypothèses sont impossibles à démontrer.

654Il est intéressant de remarquer que Caesiccia Ianuaria a invoqué les dieux Mânes dans son épitaphe et celle de son mari, mais qu’elle a placé sa seule épitaphe sous la protection de l’ascia. Comme le montre un texte funéraire de Vienne (ILN, Vienne, 202) qui se termine par la formule : “ hoc sax(um) sub ascia ded(icatum) est”, il faut en conclure que ce n’est pas l’épitaphe qui est dédiée sous l’ascia, mais le monument lui-même. Il devient une res sacra. Dans le cas d’une épitaphe double, il n’était donc pas nécessaire de répéter la formule de consécration dans le second texte.

655L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes et la dédicace sous l’ascia incitent à dater cette épitaphe de la seconde moitié du ii e siècle ou du début du iii e. La présence de la lune et du disque solaire, symboles respectifs de l’immortalité féminine et masculine ne sont pas des critères d’une datation du iii e siècle, où le croissant de lune et le soleil se retrouvent sur les monnaies impériales et où le croissant des impératrices correspond à la couronne radiée des souverains (RIC, IV, 1, 273/379a, 274/387-389a), car ils sont attestés beaucoup plus tôt sur des monuments des Germanies et de l’Hispanie celtique.

65650 - EBVRODVNVM/Yverdon-les-Bains. Dédicace à Mars auguste par Gaius Sentius Diadumenus, médecin.

657Autel mouluré de calcaire blanc, extrait de la carrière de La Lance, au bord du lac de Neuchâtel, près de Concise (canton de Vaud), en assez bon état de conservation, orné dans la partie supérieure d’une tablette sur laquelle reposent deux volutes (celle de droite est très endommagée) encadrant un fronton à peine marqué et un focus circulaire en relief. Cette tablette est reliée au champ épigraphique par une baguette, un tore et un bandeau. La base est constituée par un tore entre deux bandes.

658Découvert, en 1825, dans le cimetière (Correvon de Martines, Schweiz. Geschichtsf., 6, 1827, p. 96-97). Conservé à Yverdon, au Musée du château.

659150,5 x 66 x 62.

660Texte de cinq lignes. Champ épigraphique : 76,5 x 55,5. H. d. l. : l. 1-2 : 8 ; l. 3-5 : 5. Séparation par hederae aux l. 3 et 4. Lettres peintes en brun à l’époque moderne et rajout de points de séparation à la ligne 5.

661CIL, XIII, 5053 (A. Riese, 1914, no 2043 ; H. Gummerus, 1932, no 362 ; E. Howald, E. Meyer, 1940, no 173) ; D. Viollier, Carte archéologique du Canton de Vaud, des origines à l’époque de Charlemagne, Lausanne, 1927, p. 631 ; A. Voirol, 1928, p. 28 ; G. Walser, 1979-1980, I, p. 130-131, no 61 ; B. Rémy, 1996, p. 135-137, no 1. Vu.

662Le lapicide a fait un effort maladroit pour centrer son texte et a largement employé les ligatures et les lettres incuses. La mise en page n’est guère équilibrée, car le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé et l’axe de symétrie n’est jamais respecté. Le résultat n’est pas très heureux, même si le nom de la divinité est mis en valeur par des lettres beaucoup plus grandes. La gravure profonde manque de souplesse et donne une écriture plutôt anguleuse. Les lettres, en capitales carrées avec certaines tendances à la cursive, sont assez irrégulières, notamment les M et les A, qui ne sont pas symétriques. Les boucles des C et des D ne sont pas très rondes. Tous les mots sont séparés (hederae, espaces). L. 3 : E retro ; A en caractère beaucoup plus petit - l. 4 : les deux E sont retro, le premier U en petit caractère, le second U dans le C.

Marti

Aug(.usto),

G(aius) Sentius Diadu-

4

menus, medicus,

u(otum) s(oluit) Kibens) m(erito).

663À Mars auguste, Gaius Sentius Diadumenus, médecin, s’est acquitté de son vœu volontiers et à juste titre.

664Comme les environs du lac de Neuchâtel sont le domaine de Caturix, un dieu indigène assimilé à Mars (CIL, XIII, 5054, 11472, 11473 à Yverdon, 5046 à Nonfoux, 5035 à Riaz, 6474 à Boëckingen), il est très probable que la divinité honorée par C. Sentius Diadumenus n’est pas le dieu romain guerrier, mais Mars Caturix (voir P. Lambrechts, 1942, p. 132 et E. Thevenot, 1955, p. 86-89). La présence de l’épithète “auguste” me paraît renforcer sérieusement cette hypothèse. Toutefois, comme il ne faut sans doute pas penser que les Gaulois vénéraient seulement leurs divinités traditionnelles sous un nom romain, ce Mars n’est pas une simple transposition d’un dieu superficiellement romanisé. Il est probable qu’il avait en fait une personnalité et des fonctions très proches de celles de la divinité romaine du même nom. Comme l’ont montré J. Scheid (1992, p. 38), “c’est par son action agressive envers toutes les forces menaçantes que Mars défend ceux qui l’implorent” et déjà G. Dumézil (La religion romaine archaïque, 2e éd., Paris, 1987, p. 241) “[il est prié d’]arrêter, de repousser et de bouter dehors les maladies visibles et invisibles”.

665La signification précise de l’épithète “auguste” accolée à plus d’une centaine de divinités [ThLL., 2, col. 1393-1402, s. v. Augustus (dii)] est encore discutée. Pour J. Toutain (Les cultes païens dans l’Empire romain (provinces latines), t. I, Les cultes romains, Paris, 1905, p. 223-224), c’est un titre accroché au nom du dieu, comme une sorte de synonyme de sanctus, sans aucun rapport avec le nom donné à Octavien. Selon L. Robert (RPh., 60, 1934, p. 267-292), elle aurait été donnée aux divinités pour flatter l’empereur qui serait ainsi associé aux dieux immortels. Pour F. Stähelin (1948, p. 505), l’empereur est identifié au dieu, ainsi dans une dédicace à Mercure « auguste », ce n’est pas Mercure qui est honoré, mais l’empereur sous la forme de Mercure. K. Latte (Römische Religiongeschichte, Munich, 1960, p. 324) estime que c’est seulement une marque de loyauté envers le gouvernement impérial et un moyen de renforcer la dignité du dieu. Selon A. D. Nock (JHS, 45, 1925, p. 91-98), l’emploi de cette épithète traduit le désir des dédicants d’appeler la protection du dieu sur les empereurs de Rome. Il a été suivi par W. Van Andringa, 2002, p. 164-165.

666Pour R. Étienne (Le culte impérial dans la péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, Paris, 1958, p. 349), “le culte des divinités augustes nous révèle un nouveau mécanisme du culte impérial”, le panthéon auguste devient le panthéon de l’Auguste. P. Herz (Untersuchungen zum Festkalender der römischen Kaiserzeit nach datierten Weih-und Ehreninschriften, Mayence, 1975, p. 87-90) pense qu’il faut distinguer deux groupes dans les divinités “augustes” : celles qui sont en relation directe ou indirecte avec le culte impérial, et celles qui portent Augustus comme “ein unverbindlicher Ehrentitel”. Pour A. Villaret (Les dieux augustes en Gaule et leurs caractéristiques dans les provinces latines de l’Empire romain, thèse de 3e cycle, université Paul-Valéry de Montpellier, 2 vol. dact., Montpellier, 1979, p. 2), “à travers les dieux augustes, l’empereur apparaît... comme un intermédiaire entre les dieux et les hommes,... un catalyseur”. Selon M. Le Glay (“Les religions populaires dans l'Occident romain”, in Praktika, Athènes, 1984, p. 166-167), “dans une expression comme Aecorna Augusta ou Saturnus Augustus, les deux entités évoquées s’enrichissent mutuellement, Aecorna et Saturnus de l’idée de primauté, de puissance et de sainteté contenue dans Augustus, et l’Auguste régnant de la valeur et du prestige des deux divinités aux yeux des gens d’Emona et aux yeux des Africains”. H. Desaye (Revue Drômoise, 82, no 420, juin 1981, p. 341) considère que c’est une marque d’indigénat du dieu honoré. D. H. Fishwick (1991, p. 446-454) conclut qu’“Augustus rather implies that the power of a divinity is appropriated for the Imperial house, that the god’s numen is invoked for the protection of the emperor and his family”, ce qui semble quelque peu restrictif. Fr. Marco Simón (Aurea saecula. Studia paleohispanica et indogermanica J. Untermann ab amicis hispanicis oblata, Barcelone, 1993, p. 165-174) distingue lui aussi le cas des divinités du panthéon gréco-romain et celui des divinités indigènes. M.-Th. Raepsaet-Charlier (lettre du 22 mai 2006) envisage qu’il puisse s’agir “d’une simple manière de donner au dieu une épithète flatteuse”.

667Citoyen romain, ce médecin porte les tria nomina. Attesté en Étrurie (CIL, XI, 2097, 2208, 2227... ; W. Schulze, 1904, p. 228-229), Sentius, son gentilice, est cependant très probablement gaulois (voir J. Whatmough, The Dialects of ancient Gaul, Cambridge (Mass.), 1970, passim ; X. Delamarre, 2003, p. 271 ; id., 2007, p. 166). Il se retrouve dix fois dans les deux Germanies (A. Kakoschke, 2006, p. 360). Surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 928-930), Diadumenus est fort peu attesté dans les Germanies (quatre autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 296). Si ce médecin avait bien un gentilice gaulois ou latin “homonyme”, il n’était pas hellénophone. Soit il était d’extraction servile, soit il avait pris un pseudonyme.

668Il est délicat de dater cette dédicace (ii e siècle ?).

66951 - AVENTICVM/Avenches. Dédicace aux puissances divines des Empereurs, au Génie de la colonie des Helvètes et à Apollon en l’honneur des médecins et des professeurs par deux médecins ( ?).

670Autel de calcaire, assez bien conservé, avec une corniche moulurée à sommet plat et une base moulurée.

671Découvert, au xvi e siècle, en remploi dans le mur de l’église Sainte-Marie-Madeleine (N.-Cl. Fabri de Pereisc, Codex Parisinus Latinus no 8958, f° 129). Conservé à Avenches, au Musée romain.

67258,2 x 57 x 52.

673Texte de sept lignes. Champ épigraphique : 38 x 53. H. d. l. : l. 1 : 5 ; l. 2 : 4,5 ; l. 3 : 3,5 ; l. 4 : 3 ; l. 5 : 2,5. Traces de réglure. Points triangulaires de séparation.

674CIL, XIII 5079 + pars IV, add., p. 63 (ILS, 7786 ; A. Riese, 1914, no 2044 ; H. Gummerus, 1932, no 363) ; E. Dunant, Guide illustré du musée d’Avenches. Seconde partie : monuments épigraphiques, Genève, 1900, no 44 ; A. Voirol, 1928, p. 29 ; E. Olivier, ASA, 1938, p. 191 (AE, 1939, 6 ; E. Howald, E. Meyer, 1940, no 210) ; G. Walser, 1979-1980, I, p. 162, no 77 (L. Flutsch, U. Niffeler, Fr. Rossi (dir.), 2002, p. 249, fig. 285) ; R. Frei-Stolba, A. Bielman, Musée romain d’Avenches. Les inscriptions. Textes, traduction et commentaire, Lausanne, 1996, p. 31-34, no 4 ; B. Rémy, 1996, p. 137-139, no 2. Vu.

675Voir F. Stähelin, 1948, p. 484-485 ; D. Gourevitch, in A. Pelletier (éd.), La médecine en Gaule. Villes d’eaux, sanctuaires des eaux, Paris, 1985, p. 66-67 ; W. Drack, R. Fellmann, Die Römer in der Schweiz, Stuttgart, 1988, p. 151-153 ; R. Fellmann, La Suisse gallo-romaine. Cinq siècles d’histoire, Lausanne, 1992, p. 166 (photo) et 179 ; A. Bielman, Ph. Mudry, in R. Frei-Stolba, M. A. Speidel (éds), Römische Inschriften. Neufunde, Neulesungen und Neuinterpretation. Festschrift für Hans Lieb, Bâle, 1995, p. 259-273.

676Très bonne mise en page, le champ épigraphique est entièrement occupé et l’axe de symétrie est presque toujours respecté ; seule la ligne 6 est moins réussie. La hauteur des lettres décroît de la première à la dernière ligne de façon à mettre en valeur le nom des Numina Augustorum, des deux divinités et celui du patron. Placés entre chaque mot, les points de séparation aident à la clarté du texte. Notons toutefois (l. 2) la ligature de deux lettres de deux mots différents. Toutes les lettres sont gravées profondément en capitales carrées. Bien cadrées et d’une graphie régulière, elles ont une certaine élégance et donnent au monument un caractère très soigné. À la ligne 4, l’appendice du Q se prolonge sous les deux lettres suivantes. L. 2 : la première haste verticale du H n’a pas été gravée ; malgré le point de séparation, il faut penser à une ligature entre le L de COL et le H de HELU - l. 6 : le second I de MEDICIS est long, le I de PROFESSORIB est en plus petit caractère.

Numinib(is) Aug(ustorum)

et Genio col(oniae) Hel(uetiorunv),

Apollini sacr(um),

4

Q(uintus) Postum(ius) Hyginus

et Postum(ius) Hermes. lib(ertus),

medicis et professorib(us)

d(e) s(uo) d(ederunt).

677Consacré aux puissances divines des Augustes et au Génie de la colonie des Helvètes, à Apollon, Quintus Postumius Hyginus et Postumius Hermes, son affranchi, ont offert (ce monument) à leurs frais aux médecins et aux professeurs.

678Retrouvée dans la colonie flavienne latine d’Avenches (D. van Berchem, Les routes et l’histoire, Genève, 1982, p. 150-151), cette dédicace, gravée en l’honneur des médecins et des professeurs – une association unique en épigraphie latine – a déjà fait couler beaucoup d’encre. Pourtant, les savants ne sont toujours pas d’accord sur le statut de ces professeurs. Certains croient qu’ils étaient des maîtres de rhétorique et n’avaient rien à voir avec les médecins. D’autres estiment qu’il faut donner à la conjonction de coordination et un sens fort et la traduire par la périphrase “qui sont aussi”. Dans la droite ligne de la tradition hippocratique, les médecins d’Avenches, peut-être réunis dans un collège comme à Metz (appendice I), à Rome (CIL, VI, 9556, 29805) et dans plusieurs villes d’Italie [Turin (CIL, V, 6970), Bénévent (CIL, IX, 1618) et Misène (CIL, X, 3441)], auraient donc eu la double tâche de soigner les malades et d’enseigner la médecine à leurs disciples tant par la parole que par l’écriture. En l’état de nos maigres connaissances sur l’apprentissage de la médecine dans le monde romain (voir livre I, p. 45-46), cette seconde hypothèse semble la plus probable. Selon Frontin (De controuersiis agrorum, p. 37, 9 Lachmann), professores est l’équivalent de spécialistes.

679Reste à essayer de comprendre pourquoi les deux hommes ont fait cette inscription. Comme G. Fabre (1981, p. 323-326) a montré que les médecins affranchis étaient ordinairement installés par leur patron, nous pourrions avancer l’hypothèse suivante : Q. Postumius Hyginus, dont le cognomen (“qui rend la santé”), formé sur le théonyme Hygie (l’épouse d’Esculape), est particulièrement parlant, a de bonnes chances d’avoir été médecin. Il aurait fait apprendre le métier de médecin à son esclave Hermes auprès du corps médical d’Avenches. Au terme des études de son protégé, il aurait décidé de l’affranchir et les deux hommes auraient alors offert ce monument à ceux qui avaient pris soin de la formation du nouveau médecin pour les remercier de leur aide. Nous comprendrions moins bien à quelle occasion ils associeraient médecins et rhéteurs. Certes, rien n’atteste la qualité de médecins des deux hommes, puisqu’ils n’ont pas indiqué leur titre éventuel dans cette inscription, peut-être parce qu’il allait de soi pour leurs contemporains. Il est d’ailleurs très tentant d’identifier Postumius Hermes avec Q. Postumius Hermes, un opthalmologiste quasi homonyme, propriétaire d'un cachet d’oculiste découvert à Lausanne-Vidy (E. Howald, E. Meyer, 1940, no 446, J. Voinot, 1999, no 254), à une cinquantaine de kilomètres d’Avenches, d’autant que l’Hermes de cette dédicace devait avoir le prénom de son patron, Quintus.

680Peut-être pour placer la carrière du débutant sous d’heureux auspices, les deux auteurs de cette triple dédicace ont réuni dans la même vénération deux cultes officiels, le culte importé des “Puissances divines” de l’ensemble des empereurs, vivants ou morts (D. H. Fishwick, 1991, p. 388-396) et celui, local, du génie de la colonie des Helvètes, leur patrie, et le culte privé d’un Apollon qui est peut-être la divinité romaine ou gallo-romaine “guérisseuse”. Notons que le “vrai” dieu vient en troisième position. C’était s’assurer un triple patronage bénéfique.

681Citoyens romains, les deux hommes ont une dénomination très classique. Q. Postumius Hyginus porte les tria nomina, Postumius Hermes, les duo nomina seconde manière, sans doute parce que les dédicants ont négligé d’indiquer le prénom de l'affranchi, puisqu’il avait le même que son patron. Tous deux associent un gentilice latin rarissime en Gaule Belgique et en Germanie (une autre occurrence, in B. Lörincz, 2000, p. 155 et A. Kakoschke, 2006, p. 317-318) à un surnom grec (pour Hyginus, voir H. Solin, 2003, II, p. 734-736 ; pour Hermes, voir H. Solin, 2003, I, p. 368-380). Postumius est un gentilice patronymique (formé sur Postumus). Théonyme, Hermes est peu fréquent dans les Germanies (quatre autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 403-404) ; dérivé d’Hygie, Hyginus est encore plus rare (deux autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 413). Ce surnom conviendrait bien à un médecin ; c’est d'ailleurs le nom d’un médecin de Livie (H. Gummerus, 1932, no 51). Au vu de ce cognomen, il pourrait lui aussi être d’extraction servile et ne pas l’avoir indiqué, car, à sa naissance, ses parents ne pouvaient guère prévoir qu’il serait médecin. Mais, il est vrai qu'Hyginus pourrait être un pseudonyme.

682La mention des Numina Augustorum, l’abréviation lib(ertus) [M.-Th. Raepsaet-Charlier, 1993, p. 43-47 ; M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] et l’écriture incitent à dater cette inscription de la seconde moitié du ii e siècle, ce que pourrait confirmer l’abréviation du gentilice (Ibid.).

68352 - Près de VINDONISSA/Windisch. Épitaphe de Tiberius Claudius Hymnus, médecin de la vingt et unième légion.

684Support indéterminé.

685Découvert, en 1698, à Gebenstorf “ ad confluentes Arolam et Vrsam” (Cod. C. 220). Perdu dès le xviii e siècle.

686Dimensions inconnues.

687Texte de quatre lignes. Point de séparation (manuscrits).

688CIL, XIII, 5208, d’après plusieurs manuscrits (W. Haberling, 1910, no 10 ; A. Riese, 1914, no 1059 ; A. Voirol, 1928, p. 27 ; H. Gummerus, 1932, no 364 ; E. Howald, E. Meyer, 1940, no 274 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 190-191, no 43 ; B. Rémy, 1996, p. 139-140, no 3).

689Voir R. W. Davies, 1969, p. 96, no 23.

690À Tiberius Claudius Hymnus, médecin de la vingt et unième légion. À Claudia Quieta, son (épouse). Atticus, leur patron.

691Ti. Claudius Hymnus porte le titre de médecin de la légion XXI, qui occupa le camp de Vindonissa entre 45/46 et 69/70 environ (E. Ritterling, 1925, col. 1783 ; M. Hartmann, Vindonissa. Oppidum - Legionslager - Castrum, Windisch, 1986, p. 53-70 ; Fr. Bérard, in Y. Le Bohec, 2000, p. 50-52 ; R. Fellmann, in M. Reddé, 2006, p. 424). Son unité ne portait pas encore le surnom de Rapax qui ne figure ordinairement pas dans les inscriptions avant les Flaviens. Affranchi d’un citoyen romain nommé Ti. Claudius Atticus et sans doute fraîchement investi du droit de cité si nous en jugeons par ses prénom et nom, Hymnus devait être un médecin civil “contractuel” attaché à la XXIe légion (M. A. Speidel, 1996, p. 73). Il semble avoir vécu dans sa région d’origine, puisque son patron, soucieux de ses devoirs envers ses affranchis (voir G. Fabre, 1981, p. 141-161), s’est chargé de l’épitaphe des deux défunts. Peut-être après l'avoir rachetée (Pétrone, Satiricon, 57), Hymnus avait épousé Claudia Quieta, une de ses anciennes compagnes d’esclavage.

692Porteur d’un gentilice impérial, très répandu partout (B. Lörincz, 1999, p. 60-62 ; cent quarante-quatre occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 138-141), Ti. Claudius Atticus avait reçu la citoyenneté romaine de Tibère (avant son adoption par Auguste, en 4 ap. J.-C.), de Claude ou de Néron. Sur Atticus/a, voir no 30. Cognomen grec (H. Solin, 2003, III, p. 1262-1264), Hymnus est attesté une seule autre fois dans les Gaules et les Germanies, à Lyon (AE, 1973, 334). Sur les surnoms grecs des médecins, voir p. 40. Quieta, surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 262), est assez courant en Gaule Belgique et dans les Germanies (B. Lörincz, 2002, p. 17 ; A. Kakoschke, 2007-2008, p. 243-244).

693L’emploi du datif et la concision du texte confirment une datation du milieu du i er siècle, au plus tard des années 60.

694[B. R.-P. F.]

69553 - VINDONISSA/Windisch. Lettre à Priscus, médecin de l’armée romaine.

696Petite tablette à écrire en bois, brisée en bas.

697Découverte dans l’hiver 1947/1948, dans le “Schutthügel”, tertre des décombres (Laur-Belart). Jadis conservée à Windisch, au musée (no inv. 1947, 48), elle semble aujourd’hui perdue.

698Dimensions inconnues.

699Texte de trois lignes, incomplet en bas.

700R. Laur-Belart, Jahresbericht der Gesellschaft pro Vindonissa, 1947/1948, p. 32 (AE, 1953, 246 b ; R. W. Rowland Jr, 1977, p. 177, no 424 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 191-192, no 44) ; R. Marichal, Annuaire de la IVe section de l’École Pratique des Hautes Études, 1972/1973, p. 376 ; CEL, 56 ; M. A. Speidel, 1996, no 69 (B. Rémy, 1996, p. 140-141, no 4).

701Voir R. W. Davies, 1969, p. 97, no 40.

702PRISCO ME

703DICO

704MANIP ?[---]

705---

706Lettres cursives.

707Prisco, medico,

708manip[ulo ?---]

709---

710L. 3 : R. Marichal est le seul à l’avoir lue (voir ci-dessous). Lecture reprise par P. Cugusi dans CEL.

711À Priscus, médecin, du manipule ( ?)...

712De très nombreuses tablettes de bois inscrites ont été retrouvées dans le camp légionnaire de Vindonissa. Ce sont ordinairement des lettres adressées aux soldats. Pour certaines, R. Marichal (loc. cit., p. 375-376) a voulu lire après le nom du destinataire l’indication du manipule dont il relevait. Ce serait le cas de cette tablette, mais M. A. Speidel (1996, no 69 et p. 37-38) doute de l’exactitude de la lecture de ces documents. Même si, à l'époque impériale, le manipule ne fut sans doute pas aussi insignifiant que le laisse entendre la communis opinio (à ce sujet, voir M. P. Speidel, ZPE, 154, 2005, p. 290-292), il reste difficile de trouver des parallèles sûrs à cette lecture, finalement peu probable.

713Cette tablette ayant été découverte, hors de toute stratigraphie, dans un dépotoir constitué dans les années 30-100, nous ignorons l'identité de l'unité à laquelle Priscus pouvait être attaché. Mais l'incertitude concernant la mention éventuelle d'un manipule ne rend plus obligatoire son appartenance à une légion. Outre les légions XIII Gemina (en poste de 16-17 à 43-45 environ), XXI Rapax (ca 43/45-69/70) et XI Claudia Pia Felix (de 69 jusqu’à son départ pour la Pannonie, ca 101 ; voir M. Hartmann, ouv. cit., p. 39-52 et 71-85 ; C. Wolff, in Y. Le Bohec, 2000, p. 203 ; R. Fellmann, in M. Reddé, 2006, p. 424), il faut aussi songer aux unités auxiliaires qui stationnèrent à Vindonissa : cohors VII Raetorum equitata, cohors XXVI uoluntariorum ciuium Romanorum, cohors VI Raetorum, cohors III Hispanorum (sur les troupes qui occupèrent le camp, voir M. A. Speidel, 1996, p. 40-43).

714Nous ne savons rien de la lettre adressée à Priscus et guère plus sur son destinataire. Connu par un seul nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 288), Priscus peut être un pérégrin ou plutôt un citoyen romain. Comme très souvent dans la correspondance, l’auteur de la missive n’aurait pas jugé utile de le nommer par son nom complet, mais aurait seulement utilisé son cognomen, le nom usuel, qui est fréquent dans les Germanies (trente-cinq autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 223-225).

715[B. R.-P. F.]

71654 - VINDONISSA/Windisch. Lettre à Gaius, médecin de l’armée romaine.

717Petite tablette à écrire en bois, brisée en bas et peut-être en haut.

718Découverte en 1947/1948, dans le “Schutthügel”, tertre des décombres (Marichal). Conservée à Windisch, au musée.

71912 x 2,7.

720Texte de deux lignes, gravées sur la face extérieure du fragment.

721R. Marichal, Annuaire de la IVe section de l’École Pratique des Hautes Études, 1972/1973, p. 378, tablette D ; CEL, 57 ; M. A. Speidel, 1996, no 37 (AE, 1996, 1131 ; B. Rémy, 2001b, p. 282, no 468) ; B. Rémy, 1996, p. 141-142, no 5. Vu sur photo.

722--- ?

723GAIO ME

724ḌỊCO

725Lettres cursives.

726--- ?

727Gaio, medico.

728---

729À [---] ( ?) Gaius, médecin---

730Peut-être désigné par un seul nom latin (I. Kajanto, 1965, p. 172) qui est peu fréquent dans les Germanies (sept autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 192 et 372), Gaius était probablement un citoyen romain désigné par son seul cognomen (voir texte précédent), même si un pérégrin n'est pas exclu. Il exerçait en tant que médecin dans la garnison de Vindonissa, peut-être dans une légion (voir notice no 53).

731Il est diicile de déterminer la date de rédaction de cette tablette, puisqu’elle a été trouvée, hors de toute stratigraphie, dans un “Schutthügel”, constitué dans les années ca 30-100 (voir le texte précédent).

732[B. R.-P. F.]

73355 - AVGVSTA RAVRICA/Augst. Épitaphe de Tiberius Ingenuius Satto et de son ils (Tiberius Ingenuius) Sabinianus, médecin(s).

734Stèle moulurée de grès blanc, assez grossièrement taillée et fort peu lissée, brisée en deux fragments jointifs, avec fronton triangulaire mouluré orné d’une rose.

735Découverte, en 1887, dans les fondations du clocher de l’église Saint-Ulrich, près de la cathédrale (Burckhardt, Biedermann, Schweizer Anzeiger, 1887, p. 470). Conservée à Bâle, au musée historique.

736114 x 73 x 25.

737Texte de cinq lignes entourées d’un cadre mouluré. Il est quasiment complet, mais, à la ligne 2, un trou percé dans le monument a fait disparaître une partie des lettres. Champ épigraphique : 43 x 40. H. d. l. : 5-6. Points triangulaires de séparation.

738CIL, XIII, 5277, d’après Burckhardt et Biedermann (A. Riese, 1914, no 2083 ; H. Gummerus, 1932, no 365 ; E. Howald, E. Meyer, 1940, no 359) ; A. Voirol, 1928, p. 30 ; G. Walser, 1979-1980, II, p. 208, no 212 (L. Flutsch, U. Nifeler, Fr. Rossi (dir.), 2002, p. 249, ig. 284) ; B. Rémy, 1996, p. 142-143, no 6. Vu.

739Voir F. Kudlien, 1986, p. 52.

740Le champ épigraphique a été un peu mieux lissé que le reste de la pierre. La mise en page est assez soignée. Le lapicide a essayé de centrer la première et la dernière lignes et d’aligner les lettres initiales et terminales des autres lignes. Tous les mots sont séparés par des points. Peu profonde, la gravure des lettres, en capitales carrées, est assez médiocre, tout comme l’ensemble du monument.

D(is) M(anibus)

Ti(beri) In[ge]nui

Sattonis et

4

Sabiniani,

fil(i), med(ici) ou peut-être plus sûrement med(icorum).

741L. 2 : la restitution du gentilice des deux hommes est quasiment certaine. On pourrait même envisager Ti(beriorum) In[ge] nui(orum).

742Aux dieux Mânes de Tiberius Ingenuius Satto et de (Tiberius Ingenuius) Sabinianus, son fils, médecin(s).

743Étant donné la place de medicus dans cette épitaphe, il est difficile de savoir qui était médecin : le père (Zangemeister, qui considère que l’interposition du nom du fils entre le nom du père et la mention de sa profession est une simple négligence de style ; Walser), le fils (Voirol, Gummerus, F. Stähelin, 1948, p. 486, n. 1) ou les deux. Pour ma part, j’aurais plutôt tendance à retenir cette troisième hypothèse, qui a le mérite de respecter l’ordre du texte. Elle est aussi envisagée par Gummerus.

744Réunis dans la même épitaphe, les deux hommes étaient citoyens romains. C’est assuré pour le père qui portait les tria nomina. C’est quasiment certain pour le fils ; si son prénom et son gentilice ne sont effectivement pas indiqués, c’est parce qu’ils étaient identiques à ceux de son père. Walser considérait que leur gentilice latin Ingenuius, très peu courant dans les Germanies (deux autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 210-211), pourrait être le témoignage du mariage d’une femme libre avec un non-libre ou plus vraisemblablement un affranchi. C’est une hypothèse, mais il faut plutôt penser à un gentilice latin patronymique (voir p. 85), d’autant que Satto, le surnom gaulois (X. Delamarre, 2003, p. 268 ; id., 2007, p. 161) du père, démontre son origine. Il est assez bien attesté dans les Germanies (quatorze autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 293-294). Satto a donné à son fils un cognomen latin (I. Kajanto, 1965, p. 186), Sabinianus, commençant aussi par la syllabe Sa. Ce n’est sans doute pas un hasard. Ce nom est très peu fréquent dans les Germanies (cinq autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 274-275). Les deux hommes étaient des ingénus.

745L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes et la concision du texte incitent à proposer une datation de la première moitié du ii e siècle.

74656 - Osterburken (cité Aurelia G (-) ?). Dédicace aux (dieux) bienfaisants pour la sauvegarde de la troisième cohorte des Aquitains par Ulpius Iulianus, médecin de cette cohorte.

747Plaque de grès rouge brisée et ébréchée de tous côtés.

748Découverte, en 1910, tout près de la porte décumane du camp inférieur (Wagner). Conservée à Osterburken, dans l’annexe du Badisches Landesmuseum de Karlsruhe.

74950 x 57 x 27.

750Texte de cinq lignes, incomplet à gauche, à droite et peut-être en haut. H. d. l. : 3-4. Points triangulaires de séparation.

751E. Wagner, Fundstätten und Funde im Großherzogtum Baden, t. II, Tübingen, 1911, p. 438 (A. Riese, 1914, no 1536 ; H. Gummerus, 1932, no 374) ; CIL, XIII, 11767 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 199-200, no 49 ; B. Rémy, 1996, p. 143-144, no 7. Vu sur photo.

752Voir R. W. Davies, 1969, p. 98, no 56.

753En l’état de conservation du monument, il n’est guère possible de se prononcer sur la qualité de la mise en page d’un document qui, à en juger par les erreurs de gravure aux lignes 3 et 5, semble avoir été assez peu soigné. Nous pouvons seulement noter que le champ épigraphique n’était pas entièrement occupé. Toutefois, la hauteur décroissante des lettres de la première à la dernière ligne et les points de séparation facilitent la lecture du texte. Les lettres, en capitales carrées, sont assez belles et assez régulières, en dépit de certaines imperfections (A et D de la l. 2). L. 1 : sauf oubli du lapicide, la ligature du T et du E est très probable, puisqu’il n’y a pas de trace du T sur la pierre - l. 3 : le lapicide avait d’abord gravé un E au lieu du S - l. 5 : oubli du second L de GALLO ; gravure primitive d’un S au lieu du C. Les lettres sont plus espacées.

--- ?

[pro] salute coh(ortis) III Aq[u(itanorum),]

[Vl]pius Iulianus, medicu[s]

[c]oh(ortis) s(upra) s(criptae), bene merentib[us]

f

[d]e suo posit, Saturn[ino]

[e]t Gal<l>o co(n)s(ulibus), l(aetus) Kibens) [m(erito).]

754L. 2 : [AP ?] PIUS, Wagner, sans doute à tort - l. 4 : il n’est peut-être pas nécessaire de corriger POSIT en POSVIT.

755--- ( ?) pour la sauvegarde de la troisième cohorte des Aquitains, Ulpius Iulianus, médecin de la cohorte sus-nommée, a érigé à ses frais (ce monument) aux (dieux) bienfaisants, joyeusement, de bon gré et à juste titre, sous le consulat de Saturninus et de Gallus.

756Ulpius Iulianus (gentilice le plus probable, malgré Appius et Oppius) servait en tant que médecin de la troisième cohorte montée des Aquitains, citoyens romains, dont il n'a probablement pas donné le titre entier. Formée sous les Julio-Claudiens avec des Aquitains, cette unité a d’abord été cantonnée en Sardaigne (voir Y. Le Bohec, La Sardaigne et l’armée romaine sous le Haut-Empire, Sassari, 1990, p. 23-27 et 107-108), avant de rejoindre le secteur germanique, où elle se trouvait dès 74 (CIL, XVI, 20).

757En 198, pendant le consulat de P. Martius Saturninus et de L. Aurelius Gallus, Iulianus a offert un monument à des dieux bienfaisants pour les remercier d’avoir veillé à la sauvegarde de sa cohorte, sans que nous connaissions les circonstances précises de ce vœu. Même si l’adjectif qualificatif bene merens s’applique ordinairement aux défunts dans les épitaphes et est rarement attribué aux dieux [les parallèles sont rares : à Mayence dans une dédicace au Genius bene merens (CIL, XIII, 6711) et à Trieste dans une dédicace à Hercule (CIL, V, 515)], il ne fait aucun doute que le médecin invoque ici les dieux, peut-être ceux de tout le panthéon romain, étant donné que toutes les divinités sont bienfaisantes. Mais il est aussi possible d'envisager un rapport avec des divinités plus précisément nommées, évoquées en début de texte et dont les noms sont aujourd'hui perdus.

758Très vraissemblablement citoyen romain, Ulpius Iulianus portait les duo nomina seconde manière. Même pour des militaires, l’absence de prénom ne surprend pas à la fin du ii e siècle. Iulianus portait probablement le gentilice impérial de Trajan, qui est courant dans les Germanies (cinquante-deux autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 404-406), mais ce nom ne signifie pas forcément que la citoyenneté de sa famille était aussi ancienne. Son surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 148) est assez fréquent dans les Germanies (vingt-six autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 433-434).

759[B. R.-P. F.]

76057 - Obernburg (cité des Auderienses). Dédicace à Jupiter très bon et très grand, à Apollon et à Esculape, à Salus, à la Fortune, pour la sauvegarde de Lucius Petronius Florentinus, préfet de la quatrième cohorte montée des Aquitains citoyens romains, par Marcus Rubrius Zosimus, médecin de cette cohorte.

761Autel de grès rouge, grossièrement dégrossi (ou arasé ?), sauf le champ épigraphique qui a été bien lissé et encadré d’une moulure. Sur le côté droit, Neptune, debout sur une base ronde, nu, le manteau sur l’épaule gauche, tenant le trident de la main gauche et un dauphin de la main droite. Sur le côté gauche, buste de la Fortune, portant une corne d’abondance appuyée sur l’épaule droite. Devant elle, un bouclier rond, posé sur un trépied ( ?) ; du centre du bouclier monte une corne d’abondance qui repose sur l’épaule gauche de la Fortune.

762Découvert, au milieu du xix e siècle, au no 234 de la grande rue, à l’auberge “zum Ochsen” [Zangemeister]. Conservé à Aschaffenburg, au musée (inv. no 185).

763130 x 42/46 x 30/34.

764Texte de treize lignes entourées d’un cadre mouluré, sauf la l. 1, qui est gravée sur la moulure ; il pourrait s’agir d’un ajout ultérieur. Champ épigraphique : 56 x 39. H. d. l. : 3-3,5. Points ronds de séparation.

765CIL, XIII, 6621 (W. Haberling, 1910, no 39, avec photos, p. 47 ; ILS, 2602 ; A. Riese, 1914, no 1539 ; H. Gummerus, 1932, no 366) ; H. Castritius, M. Clauss, L. Hefner, in W. Wackerfuss (éds), Beiträge zur Erforschung des Odenwaldes und seiner Randlandschaften. II. Festschrift für H. Weber, Breuberg-Neustadt, 1977, p. 264-265, no 31 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 197-199, no 48 ; B. Rémy, 1996, p. 144-146, no 8 ; CSIR Deutschland, II, 13, p. 113-114, no 175, avec photos, pl. 64. Vu sur photo.

766Voir R. W. Davies, 1969, p. 98, no 55 ; H. Devijver, 1976-2001, II, p. 634, P. 23 et IV, p. 1678 ; M. A. Marwood, The Roman Cult of Salus, BAR Int. ser. 465, Oxford, 1988, p. 71-72.

767En dépit de certaines imperfections (l. 1, 2, 7), cette inscription révèle un souci de présentation et de mise en page équilibrée (champ épigraphique entièrement occupé, lettres initiales alignées, coupe syllabique des mots, symétrie de la dernière ligne). La gravure des lettres, en capitales carrées, est soignée et assez régulière. Les O et les Q sont circulaires, les C et D formés sur un demi-cercle, les U et les A très ouverts. L. 2 : espace entre AE et S - l. 7 : la deuxième haste de IIII est en caractère plus grand, la quatrième est gravée sur la moulure - l. 8 : il y a peut-être un point entre le M et le R - l. 11 : gravure moderne de I et T - l. 12 : gravure moderne de E et R.

Ị(ouï) O(ptimo) M(aximo),

Apollini et Aes-

culapio, Saluti,

4

Fortunae sacr(um),

pro salute L(uci) Pe-

troni Florenti-

ni, praef(ecti) coh(ortis) IIII

8

Aq(uitanorum) eq(uitatae) c(iuiunv) R(omanorum). M(arcus) Ru-

brius Zosimus,

medicus coh(ortis) s(upra) s(criptae),

domu Ostia,

12

u(otum) s(oluit) Kaetus) Kibens) m(erito).

768L. 11 : on attend DOMO ; il faut voir là l’influence de la quatrième déclinaison.

769Consacré à Jupiter très bon et très grand, à Apollon et à Esculape, à Salus, à la Fortune, pour la sauvegarde de Lucius Petronius Florentinus, préfet de la quatrième cohorte montée des Aquitains citoyens romains, Marcus Rubrius Zosimus, médecin de la cohorte sus-nommée, originaire d’Ostie, s’est acquitté de son vœu joyeusement, volontiers et à juste titre.

770Sans doute afin de guérir L. Petronius Florentinus, le préfet de la quatrième cohorte montée des Aquitains citoyens romains, peut-être assez gravement malade ou blessé, M. Rubrius Zosimus, le médecin de cette unité, a souhaité adjoindre à son savoir médical le concours des grands dieux “médecins” du panthéon romain (Apollon, Esculape et même Salus), mais aussi de la (bonne) Fortune et de Jupiter Optimus Maximus, dont Florentinus semble avoir été le dévot – il lui a offert un ex-voto (CIL, XIII, 6620), peut-être pour le remercier d’avoir recouvré la santé – et leur a promis d'élever un autel en cas de guérison. Son vœu ayant été exaucé, il s’est acquitté de sa promesse. Comme le remarquait déjà J. Scheid (1992, p. 36), les dieux “médecins”, ou plutôt les divinités dont “la fonction principale consistait à guérir et à garantir la santé, n’étaient pas les seuls guérisseurs”. À Die (CIL, XII, 1685 ; ILN, Die 23), le dévot anonyme a demandé à tous les dieux de lui conserver une santé perpétuelle : [ ? pet] ii a dis imm[ortalibus perpet] uam sanita[tem].

771Ce médecin officiait dans une cohorte de citoyens romains, mise en place sous la dynastie julio-claudienne (voir CIL, XVI, 20, un diplôme militaire de 74 ; J. Spaul, 2000, p. 149-150). Originaire d’Ostie, il servait pourtant dans une cohorte stationnée à Obernburg, un fort du limes rhénan, au moins depuis l’année 162 (AE, 1923, 30). Il est donc permis de s'interroger sur le statut de Zosimus : medicus au statut militaire qui n'aurait pas été enrôlé localement (sur le recrutement des unités auxiliaires hors de leur région de stationnement, voir K. Kraft, Zur Rekrutierung der Alen und Kohorten an Rhein und Donau, Berne, 1951, notamment les tableaux, p. 66-68), ou bien “contractuel” venu chercher du travail sur le limes ? Quoi qu'il en soit, le dédicant a peut-être pris soin d’indiquer son origo italienne pour se distinguer de la majorité des militaires, qui étaient des “locaux”.

772M. Rubrius Zosimus portait les tria nomina des citoyens romains. Dans sa dénomination, il associait un gentilice latin à un surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 886-894), qui ne surprendrait pas vraiment pour un homme originaire d'Ostie, mais qui pourrait aussi laisser envisager une origine servile et un affranchissement. L. Petronius Florentinus, le préfet de la cohorte, était originaire de Saldae, en Algérie, l’actuelle Bejaïa (CIL, XIII, 6620). Il portait un gentilice et un surnom latins.

773Le formulaire votif ne permet pas de dater cette inscription, puisque la locution pro salute fut en usage pendant tout le Haut-Empire (M.-Th. Raepsaet-Charlier, 1993, p. 26-27). Attestée en 162 à Obernburg, la cohorte était peut-être déjà cantonnée là depuis quelques années. Une datation du texte de la seconde moitié du iie ou du début du iiie siècle est envisageable.

774[B. R.-P. F.]

77558 - BINGIVM/Bingen. Épitaphe de Quintus Avitius Hermes, médecin.

776Stèle ( ?) de grès, brisée sur les quatre côtés, avec un décor indéterminé.

777Découverte, peu avant 1930, lors de la destruction d’une ancienne tour de la muraille de la ville, au coin de la Grabenstraße (Behrens). Peut-être conservée au musée de Bingen.

77854 x 47 x 23/26.

779Texte d’au moins cinq lignes, incomplet à gauche et en bas. Point de séparation triangulaire (Behrens).

780G. Behrens, Mainzer Zeitschrift, 27, 1932, p. 29 avec dessin (AE, 1934, 129 ; H. Nesselhauf, BRGK, 27, 1937, p. 88-89, no 123 ; R. W. Rowland jr., 1977, p. 175, no 407 ; B. Rémy, 1996, p. 149-150, no 12).

781À en croire le dessin de Behrens, la gravure des lettres aurait été assez soignée. La coupe des lignes reste incertaine.

D(is) M(anibus).

[P]erpetuae secu[ri-]

tati. Q(uinto) Auitio Her-

4

[me]ti, medico, con-

[i]ugi ? [---]

--- ?

782L. 4/5 : CON/[IVX---], Behrens. J’ai adopté la lecture de Nesselhauf, qui semble plus vraisemblable au vu du dessin de Behrens, mais le texte de la ligne 5 reste très incertain, car seul le haut des lettres est conservé.

783Aux dieux Mânes. À la sécurité perpétuelle. Pour Quintus Avitius Hermes, médecin, époux ( ?) de... ou son époux (suivi du nom de la veuve au nominatif).

784Selon toute vraisemblance, Q. Avitius Hermes était un médecin civil qui exerçait “en cabinet” à Bingen. Porteur des tria nomina, il était citoyen romain. Dans sa dénomination, il associait un gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85), assez peu fréquent dans les Germanies (huit autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 102), à un surnom grec théonyme (voir no 51), qui pourrait laisser penser que le médecin était un affranchi, à moins qu’il n’ait pris un pseudonyme.

785L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes et la mention de la sécurité perpétuelle permettent d’envisager une datation de la seconde moitié du ii e siècle ou de la première moitié du iii e.

78659 - MOGONTIACVM/Mayence. Inscription mentionnant [---] nius Vale(n) s, médecin de la quatrième légion Macedonica.

787Autel (matériau indéterminé), brisé dans sa partie supérieure, avec base moulurée, décoré sur le côté gauche d’une pomme de pin ( ?) entourée d’un cadre mouluré.

788Signalé, en 1777, dans l’ancien rempart (Fuchs). Perdu.

789Dimensions inconnues.

790Texte d’au moins six lignes, largement incomplet en haut et à gauche. Points triangulaires de séparation (Fuchs).

791CIL, XIII, 6700, d’après I. Fuchs, Alte Geschichte von Mainz. Aus den ältesten und ersten Zeiten von dem Anfange dieser Hauptstadt unter dem Kaiser Augustus bis zu Ende des siebenden Jahrhunderts in vier Bände abgetheilt, 1, Mayence, 1771, p. 17 (W. Haberling, 1910, no 15, avec le dessin de Fuchs, p. 31 ; A. Riese, 1914, no 651 ; H. Gummerus, 1932, no 367 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 188-189, no 41 ; B. Rémy, 1996, p. 146-147, no 9). Vu sur dessin.

792Voir R. W. Davies, 1969, p. 97, no 41.

---

+++[---]

+SEP[—]EA

[—]OM

1

[---]NIVS VALES

[---]DICVS (LE)G IIII

MAC

---

+++[---]

+SEP[—]EA

[—]OM

4

[---] nius Vale(n) s,

[me] dicus leg(ionis) IIII

Mac(edonicae).

793L. 3 : Gummerus restitue [---I (OVI)] O(PTIMO) M(AXIMO), mais propose aussi en note [D(IS)] M(ANIBVS). S’il faut se fier au dessin de Fuchs reproduit par le CIL, aucune de ces deux hypothèses ne conviendrait vraiment. Le CIL ne propose d’ailleurs rien - l. 4 : lire VALENS.

794--- nius Valens, médecin de la quatrième légion Macedonica.

795[---]nius Valens était un des médecins de la quatrième légion Macedonica, qui stationna à Mayence entre 43 et 70/71, date de sa dissolution par Vespasien (E. Ritterling, 1925, col. 1551-1555 ; J. Gomez-Pantoja, in Y. Le Bohec, 2000, p. 105-117). Probablement citoyen romain et ingénu, ce médecin portait au moins les duo nomina seconde manière (gentilice + surnom), mais, au vu de la date de l’inscription, plus vraisemblablement les tria nomina. Il associait un gentilice indéterminé à un surnom latin commun dans tout l’Occident (B. Lörincz, 2002, p. 139-140 ; A. Kakoschke, 2007-2008, p. 419-421).

796La présence d’une pomme de pin ( ?), symbole de la force végétative de la nature et de l’immortalité de l’âme (Fr. Cumont, Recherches sur le symbolisme funéraire des Romains, Paris, 1942, p. 219 ; Fr. Delage, Gallia, 10, 1953, p. 25-39 ; J. Gascou, RANarb., 16, 1983, p. 165-167), pourrait laisser penser à une épitaphe (déjà J. C. Wilmanns).

797[B. R.-P. F.]

79860 - MOGONTIACVM/Mayence. Épitaphe de Peregrinius Heliodorus, médecin.

799Sarcophage (Brilinger, Cod. Aar., f° 4).

800Signalé, au xvi e siècle, “ in aedibus dn. Petri Lindenfels” (Brilinger) ou “ in monte diui Stephani aedes zum Sampson” (K. Peutinger, Cod. 527, f° 88). Perdu.

801Dimensions inconnues.

802Texte de quatre lignes (Accursius, D 420 I, no 29). Points de séparation (manuscrits).

803CIL, XIII, 7094, d’après Brilinger, Peutinger et d’autres manuscrits (W. Haberling, 1910, no 42 ; A. Riese, 1914, no 2147 ; H. Gummerus, 1932, no 368 ; B. Rémy, 1996, p. 147, no 10).

PEREGRINIO HELIODORO CON

SVMMATE PERITIAE MEDICO ET MI

RAE PIETATIS IVVENICOMINIA FAV

1

STINA MATER INFELICISSIMA F C

Peregrinio Heliodoro, con-

summat(a)e peritiae medico et mi-

rae pietatis iuueni. Cominia Fau-

4

stina, mater infelicissima, f(aciendum) cCurauit).

804L. 1 : PEREGRINIO, Huttlich, f° 3 ; P · (TE)R · EGRINIO, Accursius - l. 2 : noter la graphie E pour AE, par réduction de la diphtongue AE à la monophtongue E (J. Gascou, 1989, p. 13).

805À Peregrinius Heliodorus, médecin d’une science accomplie et jeune homme d’une affection merveilleuse. Cominia Faustina, sa mère très infortunée, a pris soin de faire élever (ce monument).

806Sans doute mort jeune, Peregrinius Heliodorus exerçait ses talents de médecin auprès de la population civile de Mayence, puisque sa mère ne fait aucune référence à un lien quelconque de son fils avec l’armée. Dans ses duo nomina seconde manière de citoyen romain, il associe un gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85), très peu courant dans les Germanies [deux autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 305 : une à Mayence (CIL, XIII, 7095) ; une à Bonn (CIL, XIII, 8053), pour un soldat de la légion I Mineruia] à un cognomen grec (H. Solin, 2003, I, p. 70-72), tout aussi rare (une autre occurrence, in B. Lörincz, 1999, p. 175 et A. Kakoschke, 2007-2008, p. 401). Cominia Faustina, sa mère, avait un gentilice gaulois (X. Delamarre, 2003, p. 227), assez peu fréquent dans les Germanies (treize autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 145) et un surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 272), qui est encore moins courant (dix autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 340). Notons qu’une épithète affective (très infortunée) qualifie l’auteure de l’épitaphe, ce qui est assez rare dans l’épigraphie funéraire. Au vu du gentilice à connotation indigène de la mère et du fils, il est plausible d’envisager que le surnom grec du médecin était un pseudonyme et qu’il était ingénu.

807En dépit de l’absence de l’invocation aux dieux Mânes (il se pourrait toutefois que les lettres D et M aient été gravées de part et d’autre de l’inscription et, peut-être quelque peu effacées, n’aient pas été vues par les premiers éditeurs), le manque de prénom, la présence de superlatifs laudatifs et affectifs, ainsi que, dans une moindre mesure, le sarcophage incitent à dater ce texte au moins de la seconde moitié du iie siècle, peut-être du iii e. M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier (2001a, p. X) datent les épithètes funéraires appliqués aux dédicants à partir de la fin du ii e siècle.

80861 - Grosskrotzenburg-sur-le-Main (cité des Taunenses). Dédicace à Mithra par Lucius Fabius Anthi(-), médecin de la quatrième cohorte des Vindéliciens.

809Autel de grès rouge, brisé en quatre fragments non jointifs, orné d’un fronton triangulaire décoré d’un croissant de lune.

810Découvert, avant 1880, dans le mithraeum (Zangemeister). Jadis au musée d’Hanau, détruit lors de la Seconde Guerre mondiale.

81162 x 23 x 17 (Schwertheim).

812Texte d’au moins six lignes, incomplet en bas. Points de séparation (Zangemeister).

813CIL, XIII, 7415 (W. Haberling, 1910, no 40 ; A. Riese, 1914, no 1701 ; H. Gummerus, 1932, no 369 ; M. J. Vermaseren, Corpus inscriptionum et monumentorum religionis Mithriacae, II, La Haye, 1960, p. 85, no 1153 ; E. Schwertheim, Die Denkmäler orientalischer Gottheiten im römischen Deutschland, Leyde, 1974, p. 131, no 113 c ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 196-197, no 47 ; B. Rémy, 1996, p. 147-149, no 11 ; CSIR Deutschland, II, 12, p. 130, no 284, avec photo de la copie, pl. 104).

814Voir R. W. Davies, 1969, p. 97, no 52 ; B. Oldenstein-Pferdehirt, Jahr. Röm-Germ. Zentralmuseum, 30, 1983, p. 337-346 ; M. Clauss, Cultores Mithrae. Die Anhängerschaft des Mithras-Kultes, Stuttgart, 1992, p. 110-111.

815À en croire le dessin de Zangemeister, les noms du dieu et du dédicant auraient été gravés en caractères beaucoup plus grands pour les mettre en valeur.

D(eo) [S(oli)] Inu(icto),

L(ucius) Fabi(us)

Anthi(-)

4

u(otum) s(oluit) Kaetus) Kibens) m(erito),

med(icus) [coh(ortis)] IIII 

[Vindelicorum.]

816L. 1 : Zangemeister juge étroit l'espace après le D - l. 3 : ANTHI, CIL ; ANTHI(MVS ?), Vermaseren, Schwertheim - l. 5/6 : sans doute oublié par le lapicide, le titre du médecin, qui occupe une place inusitée, a peut-être été gravé dans un second temps. Le nom de la cohorte était peut-être quelque peu abrégé.

817Au dieu Soleil invincible, Lucius Fabius Anthi(-), médecin de la quatrième cohorte des Vindéliciens, s’est acquitté de son vœu joyeusement, volontiers et à juste titre.

818Possible citoyen romain, le dédicant portait les tria nomina, associant un gentilice latin (abrégé) assez courant dans les Germanies (vingt autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 174) à un surnom grec. Vermaseren et Schwertheim pensaient avec hésitation à Anthimus (H. Solin, 2003, II, p. 1155), mais l’abréviation Anthi pour Anthimus serait quelque peu surprenante (on attendrait plutôt Anthim). Toutefois, avec l'abréviation Fabi pour Fabius, et parce que les quatre premières lignes comportent cinq lettres, c’est au moins une hypothèse plausible, même si Anthimus n’est pas attesté dans les Germanies (A. Kakoschke, 2007-2008, p. 105). Retenu par B. Lörincz, Fr. Redö (Ibid.), Anthus (H. Solin, 2003, II, p. 1156-1158), qui est attesté à quatre autres reprises dans les Germanies (A. Kakoschke, 2007-2008, p. 105), n’est pas possible à moins d’envisager une faute du lapicide. Fabi pourrait alors être aussi une faute. A. Kakoschke (2007-2008, p. 105) ne tranche pas entre Anthimus et Anthus. Faut-il penser à un affranchi, au vu de son cognomen ?

819Dévot de Mithra, un dieu très populaire chez les soldats (R. Turcan, Mithra et le mithriacisme, 2e éd., Paris, 2000, p. 37-39), L. Fabius Anthi(-) lui a consacré un ex-voto dans le mithraeum local (M. J. Vermaseren, ouv. cit., p. 84-86, no 1148-1157 et E. Schwertheim, ouv. cit., p. 131-132), où fut trouvée une autre inscription gravée par un immunis de la VIIIe légion Auguste (CIL, XIII, 7416). Anthi(-) était alors le médecin de la quatrième cohorte des Vindéliciens, une unité très probablement créée sous les Julio-Claudiens (voir CIL, XVI, 20, un diplôme de 74 ; J. Spaul, 2000, p. 290-291). La regrettée M. Roxan avait bien voulu attirer notre attention sur un passage de Tacite (Annales, 2, 17, 4), mentionnant des Raetorum Vindelicorumque et Gallicae cohortes qui combattaient en 16 avec Germanicus. Cependant, comme elle le remarquait, il n’est pas certain qu’à cette date les cohortes de Vindéliciens aient déjà été organisées en cohortes de troupes auxiliaires de plein exercice. Cette unité était stationnée à Grosskrotzenburg (Cichorius, RE, IV, 1, 1900, col. 350-351 ; G. Alföldy, 1968, p. 9), un fort du limes rhénan, peut-être depuis les années 110 (J. C. Wilmanns, Epigr. Stud., 12, 1981, p. 138-139).

820Le texte pourrait dater de la fin du ii e siècle ou de la première moitié du iii e, comme le confirmerait l’abréviation du gentilice (voir M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. IX-XIV).

821[B. R.-P. F.]

82262 - Niederbieber (cité des Mattiaques). Dédicace au Génie des infirmiers du numerus des Diuitienses Gordiens par Titus Flavius Processus, medicus ordinarius.

823Piédestal rectangulaire mouluré de grès d’une statuette du Génie des “porteurs de boîtes” ; seuls les pieds de la statuette ont été conservés ; à droite, subsistent les restes des pieds du dédicant ( ?) ; à gauche, un fragment de colonne cylindrique. Le monument est ébréché à droite (en haut et en bas).

824Découvert, en 1911, sur la rive gauche de l’Aubach, au bord de la route, lors de la construction des maisons d’ouvriers (Finke). Conservé à Bonn, au Rheinisches Landesmuseum (inv. no 21421).

82520 x 20 x 8.

826Texte de six lignes. Champ épigraphique : 8,5 x 17. H. d. l. : 1-1,2. Points ronds de séparation.

827J. Klinkenberg, BRGK, 4, 1911, p. 69 (AE, 1911, 236 ; A. Riese, 1914, no 1769 ; H. Gummerus, 1932, no 373) ; CIL, XIII, 11979 (ILS, 9182) ; H. Lehner, 1918, p. 91-92, no 190 (R. A. Waterman, 1974, I, p. 104-107) ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 192-194, no 45 ; B. Rémy, 1996, p. 151-153, no 14. Vu sur photo.

828Voir E. Ritterling, Fasti des römischen Deutschlands unter dem Prinzipat, Vienne, 1932, p. 151 ; R. W. Davies, 1969, p. 98, no 58 ; H. Devijver, 1976-2001, p. 872, V. 108.

829Sur ce matériau difficile à travailler, nous constatons un effort certain de mise en page (champ épigraphique entièrement occupé, lettres initiales alignées, ligatures, coupe syllabique des mots). Peu profondément gravées, les lettres, en capitales carrées, sont assez soignées et régulières (O circulaires, C et D formés sur un demicercle, U et A largement ouverts). Sauf à la l. 2, les mots sont bien séparés par des espaces ou des points, mais le texte est un peu serré. L. 1 : I de GENIO long - l. 2 : le D est peu réussi.

In h(onorem) d(omus) d(iuinae), Genio capsari-

orum n (umeri) Diuitiensium

Gordianorum, T(itus) F(lauius) Proces-

4

sus, medicus {h}ordina-

rius, sub G(aio) Vibio Vita-

le, pr(a)ef(ecto) n(umeri) s(upra) s(cripti) d(e) p(ecunia) s(ua).

830L. 6 : dans PREF, notons la réduction de la diphtongue AE à la monophtongue E ouvert (J. Gascou, 1989, p. 13).

831En l’honneur de la maison divine, Titus Flavius Processus, médecin ordinarius, (a offert) à ses frais (cette statuette) au Génie des infirmiers du numerus des Diuitienses Gordiens, sous (le commandement de) Gaius Vibius Vitalis, préfet du numerus susnommé.

832En l’honneur de la famille imperiale de Gordien III, ce médecin a offert une statuette au génie tutélaire des capsarii, c'est-a-dire des soldats qui avaient la charge des capsae, les boîtes de medicaments et de matériel médical (A. von Domaszewski, 1967, p. XVIII et 45). Plus que des pharmaciens, ces capsarii, qui avaient rang d'immunes (Digeste, 50, 6, 7), pourraient être des infirmiers (voir p. 54). T. Flavius Processus était medicus ordinarius du numerus des exploratores Germaniciani Diuitienses, et possedait sans doute un rang égal à celui de centurion (voir p. 52-53). Un seul autre médecin de numerus est probablement connu dans les inscriptions (AE, 1933, 44, à El Kantara), même si son titre n’est pas indiqué.

833Citoyen romain très vraisemblablement ingénu, T. Flavius Processus porte les tria nomina. Puisqu'il prénom et le gentilice (réduit à l’initiale) des empereurs flaviens, qui est commun dans les Germanies Kakoschke, 2006, p. 182-185), il est possible que sa famille ait reçu la citoyenneté bien avant l’édit de Unicum dans les Germanies (A. Kakoschke, 2007-2008, p. 228), Processus, son surnom latin Kajanto, 1965, p. 354), est surtout attesté en Afrique (vingt occurrences dans les indices du CIL, VIII), ce signifie pas nécessairement que ce médecin en était originaire.

834Sans doute créée à l’origine avec des hommes levés dans la région de Diuitia en Germanie inférieure hui Deutz), peut-être sous Trajan ou Hadrien (A. Stein, Die Kaiserlichen Beamten und Truppenkörper römischen Deutschland unter dem Prinzipat, Vienne, 1932, p. 264-268), l’unité milliaire où Processus exerçait fonctions devait résider à Niederbieber (CIL, XIII, 7750 de 221, 7751, 7761, à Niederbieber ; 6814, 7054, Mayence) où fut construit un gros fort (5,2 hectares), sous Commode. Selon A. Stein (ouv. cit., 262-265), elle aurait eu la responsabilité d’un important secteur du limes au nord du Main (sur les numeri en général voir aussi H. Callies, BRGK, 45, 1964, p. 130-227 ; M. P. Speidel, in ANRW II, 3, 1975, p. 202-231 et Epigr. Stud., 13, 1983, p. 63-78 ; P. Southern, Britannia, 20, 1989, p. 81-140 ; M. Reuter, BRGK, 80, 1999, p. 357-569).

835Chevalier romain, le préfet C. Vibius Vitalis portait un gentilice et un surnom latins assez courants dans les provinces de l’Occident romain (B. Lörincz, 2002, p. 165-166 et 176-177), ce qui nous interdit de connaître son origine. Un autre Vibius Vitalis apparaît dans une courte épitaphe romaine (CIL, VI, 28846), mais la simple homonymie ne suffit pas à rapprocher les deux hommes.

836Dans cet hommage rendu à la maison divine, le médecin ne manque pas d'honorer son supérieur hiérarchique en mentionnant son nom. Le surnom “impérial” de l’unité permet de dater ce texte des années 238-244.

837[B. R.-P. F.]

Germanie inférieure

83863 - COLONIA AGRIPPINENSIS/Cologne. Épitaphe de Marcus Rubrius ( ?) Leonta, médecin.

839Stèle. La pierre aurait été ornée d’une façade de temple à trois colonnes avec fronton et architrave (R. A. Watermann, 1974, I, p. 98, d’après le dessin de H. Hondius et A. Mercator, Forma urbis coloniae, Cologne 1642).

840Trouvée, en 1632, près de l’église Saint-Séverin (Hondius, Mercator). Perdue.

841Ca 174 x 72 x 28,8 (Hondius, Mercator).

842Texte de quatre lignes. Points de séparation (Hondius, Mercator).

843CIL, XIII, 8349, d’après Hondius et Mercator (A. Riese, 1914, no 2318 ; J. Klinkenberg, Die Kunstdenkmäler der Stadt Köln, Düsseldorf, 1906, p. 321-322 ; H. Gummerus, 1932, no 371 ; R. A. Watermann, 1974, I, p. 98-100, avec dessin ; B. et H. Galsterer, Die römischen Steininschriften aus Köln, Cologne, 1975, p. 77, no 322 ; B. Rémy, 1996, p. 154-155, no 16).

M(arcus) RubçrÇius ?, M(arci) l(ibertus),

Leonta. Ann(orum) XXX.

Medicus.

4

H(ic) s(itus) e(st).

844L. 1 : en me fondant sur le dessin de Watermann, repris de celui d’Hondius et Mercator, j’ai adopté la lecture RVBRIVS au lieu de RUBBIUS, d’autant que RVBBIVS est inconnu par ailleurs dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2002, p. 32). Certains auteurs, qui n’ont pas vu la pierre, ont proposé de lire F, donc F (ILIVS), la dernière lettre. Il n’y a pas de raison de remettre en cause la lecture de Hondius.

845Marcus Rubrius ( ?) Leonta, affranchi de Marcus. Âgé de trente ans. Médecin. Il repose ici.

846Mort à trente ans, Marcus Rubrius Leonta exerçait son métier de médecin à Cologne, sans doute à titre civil, puisque l’épitaphe ne fait aucune référence à un lien quelconque du défunt avec l’armée. Nous pouvons remarquer que l’indication de la profession vient après la mention de l’âge. Citoyen romain, Leonta porte les tria nomina. Son gentilice latin, Rubrius ( ?), est rarissime dans les Germanies (trois autres occurrences, in A. Kakoschke, 2006, p. 337, sans prendre en compte M. Rubrius Zosimus (no 57) qui était originaire d’Ostie). A. Kakoschke (2006, p. 336) envisage aussi de garder Rubbius qui n'est pas attesté en Occident avec deux B (deux occurrences en Hispanie avec un seul B, in B. Lörincz, 2002, p. 32). Son surnom grec (H. Solin, 2003, II, p. 1131-1132) est un unicum dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 2000, p. 23 ; voir A. Kakoschke, 2007-2008, p. 457). C’est une forme latinisée de Leontas. Si la lecture des premiers éditeurs a été correcte, il s’agit d’un affranchi.

847L’absence de l’invocation aux dieux Mânes, l’emploi du nominatif, l’abréviation l (ibertus) [M. Dondin-Payre, M.-Th. Raepsaet-Charlier, 2001a, p. XI] et la formule funéraire finale laissent penser que ce texte date de la première moitié du i er siècle, sans doute avant la création de la colonia Claudia Ara Agrippiniensium par Claude, en 50 (W. Eck, Köln in römischer Zeit. Geschichte einer Stadt im Rahmen des Imperium Romanum, Cologne, 2004 ; id., La romanisation de la Germanie, Paris, 2007).

84864 - Iversheim (cité de Cologne). Dédicace de Marcus Sabinianius Quietus, soldat médecin, au Génie d’une vexillation de la première légion Minervia.

849Piédestal monolithe mouluré de grès rouge, brisé en haut. Au-dessus de la dédicace, un socle mouluré supportait la statuette du Génie du détachement dans une niche, aujourd’hui détruite, flanqué de deux petites colonnes ; seuls subsistent les pieds du Génie. L’inscription est encadrée par deux pilastres. La base moulurée est intacte.

850Découvert, en 1870, dans le lit de l’Erft (J. Freudenberg, BJ, 50/51, 1871, p. 186). Conservé à Bonn, au Rheinisches Landesmuseum (inv. no A 1401).

85155 x 45 x 22.

852Texte de huit lignes entourées d’un cadre mouluré. Champ épigraphique : 30 x 30. H. d. l. : l. 1-5 : 3,5 ; l. 6 : 3 ; l. 7 : 2,5 ; l. 8 : 2. Points triangulaires de séparation.

853CIL, XIII, 7943 (W. Haberling, 1910, no 2 ; A. Riese, 1914, no 548 ; H. Gummerus, 1932, no 370 ; A. W. Byvanck, Excerpta Romana. De bronnen der romeinsche geschiedenis van Nederland. II. Inscripties, Gravenhage, 1935, no 837 ; R. Saxer, Untersuchungen zu den Vexillationen des römischen Kaiserheeres von Augustus bis Diokletian, Cologne, 1967, p. 79, no 217 ; G. Alföldy, Epigr Stud., 5, 1968, p. 18, no 1 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 185-186, no 38) ; H. Lehner, 1918, p. 93-94, no 194 ; R. A. Watermann, 1974, I, p. 101-102 ; B. Rémy, 1996, p. 153-154, no 15. Vu sur photo.

854Voir R. W. Davies, 1969, p. 97, no 34.

855En dépit d’un effort certain (champ épigraphique entièrement occupé, ligatures, ponctuation, coupe syllabique des mots) le résultat de la mise en page est médiocre sur ce matériau difficile à travailler. L’axe de symétrie n’est pas respecté à la première et à la dernière lignes, les nombreuses ligatures (de deux mots différents à la l. 3) et les petites lettres (rajoutées après coup ?) ne sont pas toujours très heureuses. Les noms de la divinité et du dédicant sont en caractères beaucoup plus grands, peut-être pour les mettre en valeur, mais peut-être aussi par maladresse. Peu profondément gravées ou plutôt très usées, les lettres, en capitales carrées, sont assez régulières (O circulaires, A et U largement ouverts, la barre horizontale des A est en fait oblique). L. 2 : petit I au-dessus du X ; petit I entre A et T liés et O - l. 5 : le I est fortement gravé au-dessus du U ; petit S, peu profondément gravé, au-dessus du U - l. 6 : petit E entre M, I et L liés et S ; petit I au-dessus de la ligne, entre D et C.

Genio

uexillatio-

nis Kegionis) I M(ineruiae), p(iae), f(idelis),

4

M(arcus) Sabinian-

ius Quietus,

miles medicus.

Antonino IIII et Vero

8

II co(n)s(ulibus).

856L. 4/5 : SABINIANVS, tous nos prédécesseurs (sauf Alföldy) ; notre lecture semble certaine.

857Au Génie du détachement de la première légion Minervia, pieuse, fidèle, Marcus Sabinianius Quietus, soldat médecin. Sous le quatrième consulat d’Antonin (le Pieux) et le deuxième de Verus.

858Créée, au témoignage de Dion Cassius (Histoire romaine, 55, 24, 3), par Domitien, la première légion Mineruia – dont les noms sont réduits aux initiales – fut cantonnée à Bonn pendant quasiment tout le Haut-Empire (E. Ritterling, 1925, col. 1420-1433 ; Y. Le Bohec, in Y. Le Bohec, 2000, p. 83-85). Mais nous savons par les inscriptions (CIL, XIII, 7946, sous Commode ; 7945, sous Septime Sévère, 7944, sous Sévère Alexandre...) qu’un détachement de cette unité stationna souvent à Iversheim, où se trouvaient notamment des fours à chaux (CIL, XIII, 7945). En 145, pendant le quatrième consulat d’Antonin le Pieux et le deuxième du César Marc Aurèle, M. Sabinianius Quietus en était le médecin. Lui aussi avait été détaché de la légion pour s’occuper de la santé des soldats de la vexillation. Pour une raison inconnue, il a offert une statuette au Génie du détachement de son unité (voir M. P. Speidel, A. Dimitrova-Milceva, in ANRW II, 16, 2, 1978, p. 1542-1555) et fait une dédicace pour en conserver le souvenir.

859Son titre de miles medicus (voir p. 53) permettait peut-être de souligner son statut militaire et de le distinguer des “contractuels” civils parfois employés par l'armée, car le simple terme de miles pouvait désigner tous les militaires.

860Citoyen romain ingénu, M. Sabinianius Quietus portait les tria nomina, avec un gentilice latin de formation patronymique (voir p. 85), qui semble se retrouver trois autres fois dans les Germanies (A. Kakoschke, 2006, p. 341, qui garde la leçon Sabinianus). Quietus, son surnom latin (I. Kajanto, 1965, p. 262), est assez courant dans ces mêmes régions (A. Kakoschke, 2007-2008, p. 243-244). Il s'agirait donc d'un indigène.

861[B. R.-P. F.]

86265 - COLONIA VLPIA TRAIANA/Xanten. Dédicace à Alateivia par Divos, médecin.

863Autel de calcaire, avec base et couronnement plat moulurés.

864Découvert, en 1822, dans un jardin, devant la porte de Clève (Fr. Fiedler, Denkmäler von Castra Vetera und Colonia Traiana in Ph. Houbens Antiquarium zur Xanten, Xanten, 1839, p. 150). Conservé à Bonn, au Rheinisches Landesmuseum (inv. no U 63).

86535 x 23 x 10.

866Texte de cinq lignes. Champ épigraphique : 23,5 x 18,5. H. d. l. : 3,3-3,5. Points triangulaires de séparation.

867CIL, XIII, 8606 (ILS, 4739 ; A. Riese, 1914, no 2625 ; H. Gummerus, 1932, no 372) ; H. Lehner, 1918, p. 112, no 234 (S. Gutenbrunner, Die germanischen Götternamen der antiken Inschriften, Halle, 1936, p. 203, no 9) ; R. A. Watermann, 1974, I, p. 100 ; B. Rémy, 1996, p. 155-156, no 17. Vu sur photo.

868La mise en page est très médiocre. Le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé et le texte est beaucoup trop décalé vers le haut. Les lettres initiales sont alignées, mais il n’y a aucun axe de symétrie. Profondément gravées, les lettres, en capitales carrées, sont assez régulières avec quelques exceptions (boucle du D bien ronde à la ligne 5, beaucoup moins à la ligne 4).

AJateiui-

ae, ex

iussu.

4

Diuos,

medicu(s).

869L. 3 : après le V, un I et un O, très peu profondément gravés, sont très probablement des ajouts postérieurs, sans doute du xx e siècle (ils ne sont pas signalés par Zangemeister), mais Lehner, suivi par Gutenbrunner et Watermann, pense avec quelque doute que ces deux lettres pourraient avoir appartenu à l’inscription primitive et propose : EX/IVSSV I [P (SIVS) ?] ; c’est très peu vraisemblable - l. 4 : Lehner mentionne le S de MEDICVS, qui n’a jamais été gravé. À la suite d’Henzen, Gummerus considère que, par suite d’une erreur du lapicide, le S de DIVOS appartient en fait à MEDICVS. C’est une hypothèse très peu probable.

870À Alateivia, à la suite d’une injonction, Divos, médecin.

871Ce médecin a offert un autel inscrit à Alateivia sur l’ordre de la divinité. A. Holder (1896-1913, I, col. 74) a recensé cette déesse locale dans son recueil, où il n’a pas fait de distinction entre les noms d’origine celtique et germanique [X. Delamarre, 2007, p. 16 en fait lui aussi un nom celtique], mais Alateivia est un nom germain, qui signifie “déesse” (H. Reichert, Lexicon altgermanischen Namen, Vienne, 1987-1990, I, p. 31). Elle est inconnue par ailleurs. Il ne semble pas possible de la rapprocher des Alaferhuiae (H. Reichert, ouv. cit., p. 18-19), sans doute des Matronae, attestées en Germanie inférieure à Patteren (CIL, XIII, 7862 + suppl. IV, p. 136) et à Altdorf (CIL, XIII, 12012), et des Matres Alatervae et Matres Campestres de Bretagne (RIB 2135, à Nether Cramond).

872Même si elle est vénérée par un médecin, il n’est pas du tout certain qu’Alateivia ait eu un caractère guérisseur. La formule ex iussu peut laisser entendre que la déesse conseillait les malades et leurs médecins pendant leur sommeil ; toutefois, cette expression n’est pas seulement utilisée à des fins thérapeutiques, mais est employée pour indiquer qu’un dédicant a reçu l’ordre d’une divinité (dans le sommeil ou à la suite d’une vision) de lui élever un autel... Gutenbrunner voulait rapprocher Alateivia d’Isis et pensait qu’elle pourrait être une déesse de la lune. Il convient d’acueillir avec prudence cette proposition.

873Porteur d’un nom unique, gaulois (K. H. Schmidt, 1957, p. 190-191 ; X. Delamarre, 2003, p. 142 ; id., 2007, p. 87) ou latin (I. Kajanto, 1965, p. 211), qui n’est pas attesté ailleurs dans les provinces occidentales (B. Lörincz, 1999, p. 103 ; voir A. Kakoschke, 2007-2008, p. 304), Divos est sans doute un pérégrin, qui n’a pas jugé utile d’indiquer sa filiation, plutôt qu’un esclave. Il exerçait probablement à titre privé dans le civil, mais il ne faut peut-être pas exclure qu’il ait pu être médecin “contractuel” dans une des unités de ce grand site militaire (voir N. Hanel, in M. Reddé, 2006, p. 431).

874Le texte pourrait dater du iie siècle, après la création de la colonia Vlpia Traiana par Trajan.

87566 - PRAETORIUM AGRIPPINAE/Valkenburg aan den Rijn (cité des Canninéfates). Lettre à Albanus, médecin.

876Tablette à écrire en bois (fragment de dyptique).

877Découverte, en 1941, dans le castellum romain (Glasbergen). Conservée à Leyde, au musée.

87811,9 x 4,8 x 0,9.

879Texte de deux lignes. H. d. l. : 1-1,5.

880W. Glasbergen, Jaarboek der Koninklijke Nederlandse Akademie vanWetenschappen, 1965-1966, p. 18, no 33 (id., Jaarverslag van de Vere(e) niging voor Terpenonderzoek, 52-54, 1967-1970, p. 67 ; W. Glasbergen, W. Groenman-van Waateringe, The Pre-Flavian Garrisons of Valkenburg Z. H ; fabriculae and bipartite barracks, Amsterdam-Londres, 1974, p. 37, no 3) ; J. E. Bogaers, Festoen (Opgedragen aan A. N. Zadoks-Josephus Zitta bij haar zeventigste Verjaardag), Groningen-Bussum, 1976, p. 123-126, avec fig. 1 (AE, 1975, 634 ; B. Rémy, 1987a, p. 263, no 443 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 187-188, no 40) ; B. Rémy, 1996, p. 156-157, no 18. Vu sur photo.

881Voir R. W. Davies, 1972, p. 11, no V ; R. A. Watermann, 1974, I, p. 108.

882TULO LOUCORU

883ALBANO MEDICO

884Lettres en caractères cursifs.

885Tul(l)o Loucoru(m),

886Albano, medico.

887(Ecrit) à Toul, chez les Leuques. À Albanus, médecin.

888Rédigée à Toul, capitale de la cité des Leuques en Gaule Belgique, et adressée au médecin Albanus, cette lettre, dont il ne reste aujourd’hui que l’en-tête, a été retrouvée dans le fort de Valkenburg aan den Rijn (Praetorium Agrippinae). Albanus était donc le médecin d’une garnison d’auxiliaires. Comme il était porteur d’un nom unique latin (I. Kajanto, 1965, p. 181) ou plus probablement celtique (X. Delamarre, 2007, p. 16), il faudrait en principe le considérer comme un pérégrin. Toutefois, l’auteur de la lettre a pu le désigner par son seul cognomen, le nom usuel, comme souvent dans les correspondances (voir no 53, 54). En ce cas, même s’il servait dans une troupe d’auxiliaires, il pourrait être citoyen romain no 22, 23, 56, 57, 61. Son statut juridique reste donc incertain. Relativement fréquent dans les Germanies (vingt autres occurrences, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 81-82), Albanus n’a pas de signification géographique.

889D’après le contexte archéologique, ce texte daterait des années 40-42 (Glasbergen). Dès lors, Albanus a vraisemblablement servi dans la troisième cohorte montée des Gaulois, qui fonda à cette époque ce castellum sur le limes de Germanie inférieure (W. Wagner, Die Dislokation der römischen Auxiliarformationen in den Provinzen Noricum, Pannonien, Moesien und Dakien von Augustus bis Gallienus, Göttingen, 1938, p. 138-140 ; J. Spaul, 2000, p. 161-162, J. K. Haaleboos, in M. Reddé, 2006, p. 397-403). Sans doute fondée par Corbulon, la cité des Canninéfates fut peut-être promue au rang de municipe par Hadrien qui donna son nom au chef-lieu (Forum Hadriani/Voorburg-Arentsburg).

890[B. R.-P. F.]

Les médecins possibles

Narbonnaise

891I- La Balme-Les-Grottes (cité de Vienne). Dédicace fragmentaire, en ex-voto, à Apollon auguste par Titus Cominius Gratus, médecin ( ?) et sa mère.

892Plaque oblongue de calcaire, moulurée dans sa partie inférieure, brisée du côté droit.

893Signalée, dans la première moitié du xvi e siècle, à l’entrée des grottes de La Balme (Ph. Pingon, f° 176’). Conservée sur place.

89444,5 x 140 x 21.

895Texte de trois lignes, incomplet à gauche et à droite. H. d. l. : l. 1 : 8 ; l. 2 : 7,8 ; l. 3 : 6,2. Points triangulaires de séparation.

896CIL, XII, 2374, d’après A. Allmer, 1875-1876, III, p. 192, no 522 ; ILN, Vienne 553. Vu.

897Voir B. Rémy, in Territoires et paysages de l’âge du Fer au Moyen Âge. Mélanges offerts à Philippe Leveau, Bordeaux, 2005, p. 259-268.

898Il est difficile d’apprécier la mise en page, mais le texte pourrait avoir été centré. Profondément gravées, les lettres sont d’assez belle facture.

899Apollini Aug(usto) sa[crum,]

900T(itus) Cominius Gratus, me[dicus ?]

901[et ?] Censa, mater, ex [uoto.]

902L. 2 : Allmer restitue ME[DICVS], ce qui conviendrait pour la mise en page.

903Consacré à Apollon auguste, Titus Cominius Gratus, médecin ( ?) et ( ?) Censa, sa mère, (ont élevé ce monument), à la suite d’un vœu.

904Bien honoré dans la ville de Vienne (A. Pelletier, Vienne antique, Roanne, 1982, p. 398-399), où il semble qu’un temple lui était consacré, auquel se rapportent cinq reliefs en marbre, deux chapiteaux et trois plaques de frise ou chapiteaux d’ante (NEsp. I, no 331-335), Apollon l’est aussi dans le territoire de la cité (neuf autres inscriptions). L’épithète auguste laisse penser que l’Apollon invoqué est plutôt une divinité gallo-romaine (voir no 50).

905T. Cominius Gratus portait les tria nomina du citoyen romain. Son gentilice gaulois (X. Delamarre, 2003, p. 227-228 ; id., 2007, p. 71) est attesté vingt-trois autres fois en Narbonnaise, dont huit dans la cité de Vienne (B. Lörincz, 1999, p. 70). Gratus, son cognomen latin (I. Kajanto, 1965, p. 282), est courant dans la Province (B. Lörincz, 1999, p. 171). La restitution de son éventuelle profession de médecin s’accorderait assez bien, en Gaule, avec une dédicace à Apollon, qui est souvent en Gaule un dieu “médecin” (César, De bello gallico, 6, 17).

906Si nous admettons l’hypothèse d’Allmer, Censa, la mère de Gratus aurait été désignée par un nom unique latin (I. Kajanto, 1965, p. 350), éventuellement “homonyme”, qui ne se retrouve dans la Province qu’à Genève (ILN, Vienne 883) et est très peu courant dans le monde romain. Toutefois, nous pourrions aussi envisager de combler la lacune des lignes 2 et 3 par le gentilice de cette femme. Si elle avait un nom unique, il faut hésiter pour son statut juridique entre une pérégrine (en ce cas, elle ne serait pas viennoise) et une citoyenne, désignée par son seul surnom, le véritable nom individuel à l’époque impériale, d’autant qu’elle pourrait ne pas avoir indiqué son gentilice parce qu’elle avait le même que son fils. Si elle avait les duo nomina, elle était citoyenne.

907Selon Allmer, en raison de la taille de la face inférieure, ce bloc constituait l’entablement de la façade d’un petit temple.

Belgique

908II - Montiers-sur-Saulx (cité des Leuques). Inscription mentionnant Mogounus ou Moagounus ou Maogounus.

909Édifice votif (Espérandieu, Hatt) formé de deux pilastres d’angle, rectangulaires monolithiques en calcaire oolithique. Assez dégradé aujourd'hui, le pilier gauche est décoré de bas-reliefs sur deux faces. Le monument est couronné par un chapiteau formé d’un abaque et d’une corbeille de feuilles d’acanthe. Sur la face principale, deux scènes sont représentées. Dans le registre supérieur, deux personnages sont debout face à face sous une arcade entre deux pilastres ; à gauche, tête nue, les cheveux bouclés, un homme imberbe, joufflu, vêtu d’un long manteau, examine (ou opère) l’œil gauche d’une patiente, à droite, à l’aide d’un instrument allongé, qui, compte tenu de sa largeur, ne semble pas être une aiguille, tenu de la main droite. Sa main gauche est placée sur la tête de la femme. Drapée et voilée, la femme tient un vase des deux mains, un linge posé sur le bras gauche. Dans le registre inférieur, un enfant ( ?) emmailloté ( ?) est couché dans un lit ou un berceau ( ?) à pieds et semble dormir. Penchés sur lui, deux hommes le regardent. Le premier passe son bras autour du cou de l’enfant ( ?), le second est accoudé sur le bord du berceau ( ?). Au second plan, une femme voilée tient un vase.

910Sur la face droite, aujourd’hui très mutilée, trois scènes sont superposées. En haut, une déesse drapée et probablement diadémée et voilée est assise sur un siège. Elle tient de la main droite une patère. Derrière elle, une petite ( ?) fille debout lève les bras (orante ?) ; elle est vêtue d’une tunique et s’appuie peut-être contre l’épaule droite de la femme. Au milieu, un homme nu est assis de face ; il tend le bras droit. En bas, Espérandieu et Hatt ont entrevu une troisième scène, mais la pierre était déjà très dégradée. Peut-être, un personnage vêtu d’une tunique courte debout ; tourné vers la droite, il pourrait jouer avec un animal couché devant lui.

911Découvert, en 1829, dans un puits antique, près de La Malmaison, au lieu-dit Les Ronchers, parmi les ruines d’un habitat gallo-romain (Maxe-Werly, RA, 1876, p. 399 et pl. X). Conservé à Bar-le-Duc, au musée Barrois (inv. no 850.20.1).

912Actuellement : 97 x 32 x 29. Espérandieu donnait une hauteur de 162 cm. Texte d’une ligne, gravée sur un astragale qui souligne la corbeille. H. d. l. : 2,5.

913CIL, XIII, 4668 (H. Gummerus, 1932, p. 91, no 359) ; E. Espérandieu, VI, 1915, p. 83-85, no 4665 ; J.-J. Hatt, Mythes et dieux de la Gaule. 1. Les grandes divinités masculines, Paris, 1989, p. 274-275 (avec photos) ; Chr. Landes, Les dieux guérisseurs en Gaule romaine. Catalogue d’exposition, Lattes, 1992, notice 135. Vu sur photo.

914Voir M. Renard, “Asklépios et Hygie en Gaule”, in Actes du Colloque sur les influences helléniques en Gaule, Dijon (29 avril-1er mai 1957), Dijon, 1958, p. 104-105 ; E. Künzl et alii, “Les aiguilles à cataracte de Montbellet (Saône-et-Loire)”, Bulletin de la Société des Amis des Arts et des Sciences de Tournus, 87, 1988, p. 82 ; Y. Burnand, Encyclopédie illustrée de la Lorraine. Les temps anciens. 2. De César à Clovis, Nancy, 1990, p. 159.

915Comme le reste du monument, l’inscription a souffert des ravages du temps. Avec prudence, je propose la lecture suivante :

916MOGOVNVS (ou MOAGOVNVS ou MAOGOVNVS) INVCTIONVS

917Assez profondément gravées, mais usées dans la partie droite, les lettres sont d’une facture médiocre avec une certaine tendance à la cursive, notamment les S. Les deux mots sont largement séparés. Un A est inscrit dans le O.

918Mogounus (ou Moagounus ou Maogounus), inuctionus.

919Dans le CIL, Hirschfeld et Zangemeister proposent deux hypothèses de lecture : MOGOVNVS INVCI [F] et MOGOVNVS INV(ICTO). Se fondant sur le fait que Mogounus est une épiclèse d’Apollon Grannus (CIL, XIII, 5315, à Horbourg en Germanie supérieure), Hatt comprend A (POLLO) MOGOVNVS INVICTVS INVOCATUS et traduit : “Le grand Apollon invincible a été invoqué”. Landes avance III MOAGOVNVS INV(N)CTIONVS. Les trois hastes du début ne me paraissent pas à appartenir à l’inscription, car je crois voir aussi trois hastes à la fin du texte. Je pense plutôt à un élément de décor. X. Delamarre, 2007, p. 124, comprend MAOGOVNVS (Mago).

920Mogounus (ou Moagounus ou Maogounus), inuctionus.

921Cet homme porte un nom unique, dont la racine celtique *mag/mog est fréquente (X. Delamarre, 2003, p. 214). Magonus est attesté à trois reprises [deux en Hispanie (Hispania Antiqua Epigraphica, 1350, 1354), une à Brescia en Cisalpine (CIL, V, 4609)], mais Magounus serait un hapax dans les inscriptions occidentales (B. Lörincz, 2000, p. 47). Mogounus et Moagounus ne se retrouvent pas ailleurs en Occident comme anthroponymes (B. Lörincz (2000, p. 83 et 85 ; X. Delamarre, 2007, p. 124 et 135), mais Mogounus est connu comme épiclèse d'Apollon en Germanie supérieure (CIL, XIII, 5315). Il est donc bien difficile de trancher entre les différentes leçons possibles. Recensé par B. Lörincz (1999, p. 195), Inucus est apparemment un hapax. Pour Landes, Inuctionus ne serait pas un nom d’homme (qui semble inconnu), mais de métier, “dont le sens dériverait du mot latin inunctio, action d’oindre ou de frotter”. Il n’est, semble-til, pas attesté, mais ce n’est peut-être pas une raison pour repousser l’hypothèse. Ce personnage pourrait donc avoir été l’auxiliaire d’un oculiste, encore qu’il ne semble pas être en train d’oindre ou de frotter l'œil de la patiente.

922Comme l’inscription, les deux bas-reliefs de la face principale sont très difficiles à comprendre. M. Renard, qui les relie, ne voyait pas dans le tableau supérieur la représentation d’un acte d’ophtalmologie, mais conférait à cette scène une valeur ésotérique, l’image “du dessilement des yeux, de l’accession du myste à la contemplation des vérités éternelles”. Le tableau inférieur serait une scène d’exposition d’une morte “assurée de connaître une immortalité bienheureuse par ce qu’elle a atteint la contemplation des vérités éternelles, comme le suggère le dessillement des yeux”. Le défunt ne serait donc pas un enfant, mais la femme du registre supérieur. J.-J. Hatt considère que la scène supérieure représente une opération de la cataracte ; celle du bas serait un “épisode réaliste de la vie de l’hôpital annexe du sanctuaire”. Les sculptures de la face droite du pilier représenteraient des divinités (une déesse mère et Apollon). E. Künzl pense lui aussi à une scène d’opthalmologie (examen de l’œil ou pose d’un collyre), mais il estime que ce ne peut être une opération de la cataracte, car les sources écrites et iconographiques précisent que le malade était opéré assis, ce qui se conçoit aisément. Toutefois, la représentation ne visait peutêtre pas à l’exactitude. Pour sa part, Y. Burnand a fait remarquer que des fragments de groupe(s ?) de Jupiter terrassant le géant anguipède ont été découverts avec les vestiges de l’édifice votif (É. Espérandieu VI, 1915, no 4666 et 4670) et en déduit que Jupiter “personnifiant la lumière céleste, était tout naturellement invoqué pour la sauvegarde de la vue”, ce qui doit rester une hypothèse. Les deux scènes pourraient donc représenter un médecin au travail, mais, en l’absence d’indication formelle de la profession, la prudence doit demeurer.

923Si cet homme était bien un pérégrin, ce texte serait antérieur au décret de Caracalla qui accorda en 212 la citoyenneté romaine à quasiment tous les hommes et toutes les femmes libres. Toutefois, il reste à prouver que, dans les textes privés, ils ont tous adopté la nouvelle dénomination.

Germanie supérieure

924III - Bourbonne-les-Bains (cité des Lingons). Dédicace à Borvo et Damona par Sextilia, femme-médecin ou Médiomatrique.

925Autel mouluré de grès, avec couronnement plat, brisé en bas. La base et la partie postérieure droite du dé ont été grossièrement restaurées avec du ciment.

926Découvert, en 1874, “dans la vase du Puisard” (Renard, Mémoires de Langres, 1877, p. 41). Conservé à Saint-Germain-en-Laye, au Musée des Antiquités Nationales (inv. no 61040).

92752 x 24,5/35 x 23/32.

928Texte de six lignes, incomplet en bas. Champ épigraphique : 27 x 25. H. d. l. : l. 1 : 3,5 ; l. 2-6 : 4. Points ronds de séparation.

929CIL, XIII, 5919 (A. Riese, 1914, no 2574 ; H. Gummerus, 1932, p. 93) ; S. Reinach, Catalogue illustré du musée des Antiquités Nationales au château de Saint-Germain-en-Laye, I, Paris, 1917, p. 173-174 ; G. Drioux, 1934, p. 70, no 231 ; H. Troisgros, Borvo et Damona, divinités gallo-romaines des eaux thermales, Bourbonne-les-Bains, 1975, p. 14-15, no 6 ; H. Chew, notice no 26 du Catalogue de l’exposition : dieux guérisseurs en Gaule romaine, Lattes, 1992 ; B. Rémy, 1996, p. 157-158, no 19 ; ILGB, Lingons, 206. Vu sur photo.

930En dépit de certains efforts (coupe syllabique), la mise en page est médiocre (le champ épigraphique n’est pas entièrement occupé, l’axe de symétrie n’est pas respecté, notamment aux lignes 3 et 6, et les lettres initiales ne sont pas alignées).

931Les lettres, en capitales carrées, sont gravées assez profondément, mais elles sont assez irrégulières (hauteur et largeur) et l’intervalle entre les lettres n’est pas toujours identique. Les deux premières lignes sont plus soignées.

Boruoni

et Damo-

nae.

4

[Selxtilia,

Sexti fil(ia),

med(ica) ou MedCiomatrica)

---

932L. 6 : Zangemeister dans le CIL et H. Chew penchent plutôt pour MEDIOMATRICA. Le Bohec ne se prononce pas, mais pense aussi à un cognomen abrégé ; la dédicante serait alors citoyenne romaine. C’est une hypothèse fragile (voir B. Lörincz, 2000, p. 72-73), car MED serait une abréviation un peu trop courte.

933À Borvo et Damona, Sextilia, fille de Sextus, femme-médecin ou Médiomatrique.

934H. Gummerus avait exclu de sa liste cette femme, j’ai préféré la ranger parmi les médecins possibles.

935Sextilia, une pérégrine, a élevé un autel aux deux grandes divinités gauloises des eaux thermales : Borvo et sa parèdre Damona, soit pour leur demander une guérison, soit pour les remercier. La lacune du texte nous interdit de trancher. Dans un premier temps, Bormo/Borvo, le “bouillonnant”, fut sans doute un nom commun appliqué aux divinités locales des sources [Borbollion, à Faverges (74), La Bourbaz, à Marigny-Saint-Marcel (74), Bourbonges, à Lovagny (74)], mais, à l’époque gallo-romaine, il semble être devenu le nom du dieu “guérisseur” des sources et des eaux thermales bienfaisantes (P.-Y. Lambert, 2003, p. 192), puisque ce théonyme est devenu l’éponyme de plusieurs autres stations thermales (Bourbon-l’Archambault, Bourbon-Lancy, La Bourboule) et que Bormo/Borvo est adoré dans des inscriptions de toute la Gaule (M. et P. Vauthey, Ogam, 11, 1959, p. 445-468) et même de Galice (Bormanicus, à Caldas : CIL, II, 2402, 2403 ; voir M. Le Glay, LIMC III, 1, 1996, p. 325). À Bourbonne-les-Bains (CIL, XIII, 5911), Borvo a été assimilé à Apollon, mais ailleurs il semble être resté un dieu indigène, dont nous ignorons la représentation iconographique.

936Il n’est pas possible de développer avec certitude l’abréviation MED, car s’il est plausible d’envisager que la dédicante ait été une curiste qui a fait référence à sa cité d’origine, ce qui est le cas de trois autres cultores, tous Lingons, du sanctuaire de Bourbonne-les-Bains [ILGB, Lingons, 200 (ciuis lingonus) ; 204 (Ling) ; 207 (Lingo)] ; mais il est tout aussi logique de considérer qu’un médecin ait pu exercer son art et invoquer deux divinités salutaires dans une station thermale, où les malades étaient nombreux. Nous devons aussi remarquer que l’abréviation med pour Med(iomatrica) n’est pas attestée ailleurs, alors que l’abréviation med pour med(icus) est assez courante (no 7, 41, 55, 61). Il semble donc plus plausible de faire de Sextilia une femme médecin.

937Dérivé de celui de son père, son nom latin unique, qui est en fait ordinairement un gentilice (I. Kajanto, 1965, ne le recense pas parmi les cognomina), est très rare en Gaule Belgique et en Germanie (une autre occurrence en Gaule Belgique, in B. Lörincz, 2002, p. 79 ; unicum, dans les Germanies, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 333). Sextus, le patronyme de son père, n’est pas un prénom (qui ne serait pas écrit en toutes lettres), mais un nom latin unique de pérégrin, peut-être de traduction (voir p. 85). Ce nom de numérotation (des enfants) est assez courant en Gaule Belgique et en Germanie (dix-neuf autres occurrences, in B. Lörincz, 2002, p. 79 ; vingt, in A. Kakoschke, 2007-2008, p. 334-335).

938La concision du texte et la forme des lettres incitent à dater cette inscription des deux premiers siècles.

Germanie inférieure

939IV - BONNA/Bonn. Dédicace à Esculape, Hygie et au Génie ( ?) de [---] par [---] médecin ( ?).

940Stèle de trachyte, brisée de tous côtés, sauf à gauche. L’inscription est encadrée par une bande ornée de feuilles d’acanthe et une étroite moulure.

941Découverte, en 1959, dans l’ancien camp légionnaire (Kolbe). Conservée à Bonn, au Rheinisches Landesmuseum (inv. no 59.474).

94227,5 x 15 x 15.

943Texte de sept lignes, incomplet de partout, sauf à gauche et peut-être en haut. H. d. l. : l. 1-6 : 3 ; l. 7 : 1,5.

944H. G. Kolbe, BJ, 161, 1961, p. 587, no 1 ; B. Rémy, 1996, p. 158-159, no 20. Vu sur photo.

945Il est très difficile d’apprécier la mise en page, mais elle semble avoir été médiocre, puisque les lettres initiales ne sont pas tout à fait alignées. Assez peu profondément gravées, les lettres, en capitales carrées avec certaines tendances à la cursive, sont assez irrégulières.

--- ?

Ae[sculapio et]

Hvgtiae, ---]

Gen[io ? ---]

4

LL+[--- me?]

dilcus ? ---]

PE[---]

D+[---]

946L. 1-2, restitutions de Kolbe ; elles sont certaines - l. 3 : après le E, j’aperçois une haste verticale, Kolbe pense à un T ; je penche pour un N. Je propose ce complément par comparaison avec les textes no 51, 62, 64 - l. 4 : après les deux LL, haste verticale - l. 4/5 : propositions prudentes de Kolbe, d’autant qu’après le D le I n’est pas certain, un H n’est pas exclu - l. 7 : avec Kolbe, nous pourrions penser à restituer D[E S(VA] P(ECVNIA]) P (OSVIT)] ou une formule équivalente.

947À Esculape et Hygie,... au Génie ( ?).... médecin ( ?)...

948Comme le propose Kolbe, cette dédicace à Esculape et Hygie, deux divinités “guérisseuses”, pourrait avoir été le fait d’un médecin. Toutefois, même si un autre médecin de Germanie, M. Rubrius Zosimus, a dédié un autel aux mêmes divinités pour les remercier d’avoir ramené à la santé le préfet de sa cohorte (no 57), les médecins ne sont pas les seuls à les honorer. Ce fut notamment le cas du légat de la première légion Mineruia, Q. Venidius Rufus Marius Maximus Lucius Calvinianus qui a élevé, à la fin du ii e siècle, un autel aux Fortunes salutaires, à Esculape et à Hygie (CIL, XIII, 7994 ; sur ce personnage, voir B. Rémy, Les carrières sénatoriales dans les provinces romaines d’Anatolie au Haut-Empire, Istanbul-Paris, 1989, p. 349-350, no 309). En l’état de conservation du document, il est donc préférable de ranger seulement ce dédicant anonyme dans la courte liste des médecins possibles.

949Ce texte pourrait dater de la fin du ii e siècle ou du début du iii e.

Inscription exclue géographiquement

950PVTEOLI/Pouzzoles. Épitaphe de Gaius Acilius Bassus, médecin doté d’une double solde.

951Petite plaque de marbre, grossièrement taillée, ébréchée à l’angle inférieur droit.

952Trouvée, avant 1860, à Pouzzoles (Minervini). Localisation précise inconnue. Transportée, en 1870, par Sir J. Y. Simpson, à Édimbourg, au Musée National des Antiquités d’Écosse, où elle se trouve toujours.

95325,5 x 26 x 3.

954Texte de quatre lignes. H. d. l. : 2,5. Point de séparation triangulaire.

955I. Minervini, Bulletino Archeologico Napoletano, n. s., 8, 1860, p. 23 (CIL, X, 3441 ; H. Gummerus, 1932, no 211).

956CIL, VII, 1144 (W. Haberling, 1910, no 49 ; H. Gummerus, 1932, no 376) ; F. Haverfield, EE, 9, 1903, p. 622 ; RIB, 2315*.

957B. Rémy, 1987b, p. 82-84 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 165-166, no 21. Vu sur photo.

958Voir R. W. Davies, 1969, p. 92-93 et 98, no 59 ; V. Nutton, 1970, p. 70-71.

959Le lapicide a fait un effort de mise en page (l. 1 à peu près centrée ; l. 2-4 alignées à gauche). Gravées profondément, les lettres sont d’assez belle facture. L. 1 : trace de réglure - l. 3-4 : les mots sont bien séparés par des espaces - l. 4 : A non barré.

960D(is) M(anibus).

961G(aio) Acilio Basso,

962medic(o) duplic(ario),

963collegae eius.

964L. 4 : Mommsen, qui n’a pas vu la pierre, a donné dans le CIL, X, la lecture fautive de Minervini : COLLEG ATIVS/CNEIVS et suggère de comprendre COLLEG(AE) A [E] IVS. Il est le seul.

965Aux dieux Mânes. À Gaius Acilius Bassus, médecin doté d’une double solde, ses collègues.

966Ce document italien se rapporte à l’escadre de Misène et ne devrait pas figurer au CIL, VII, comme l’avait d’ailleurs supposé Hübner (originis incertae). Le titre de medicus duplicarius indique que C. Acilius Bassus servait dans la marine de guerre romaine, puisqu’il ne se retrouve jamais dans d’autres secteurs de l’armée et qu’il est attesté pour neuf des dix autres médecins de la flotte connus (voir la liste in V. Nutton, 1970, p. 66-71 et J. C. Wilmanns, 1995, no 19-23, 25, 27-29). Seul L. Lollius Valens (CIL, X, 3559, à Naples), mort après dix-sept jours de service comme manipularis, n’a pas le titre de duplicarius (J. C. Wilmanns, 1995, no 24). Il est probable que ces médecins percevaient le double de la solde d’un soldat de marine, peut-être parce qu’ils avaient seuls la responsabilité de la santé de l’équipage de tout un bateau (R. W. Davies, 1969, p. 92). Pour sa part, C. G. Starr (The Roman Imperial Navy, 2e éd., New-York, 1960, p. 81), considère que la double solde pouvait servir à les aligner sur le traitement des médecins de l’armée de terre.

967Le duplicarius, qui faisait partie des principales (D. J. Breeze, BJ, 174, 1974, p. 245), avait une meilleure position que l’immunis, exempt de corvées, et le sesquiplicarius, bénéficiaire d’une solde et demie. T. Flavius Euprepes (CIL, VI, 3910 = 7653 = 32767) jouissait déjà de ce statut au bout de cinq ans de service, mais l’exemple de Valens montre que les médecins de la flotte n’étaient pas duplicarii dès leur entrée au service, à moins de supposer, comme R. W. Davies (1972, p. 10), que la mère de ce soldat (qui a érigé son épitaphe) ne connaissait pas son titre exact, ce qui est peu vraisemblable. Comme dans le cas d’un autre médecin de la flotte, L. Naevius Nicator (J. C. Wilmanns, 1995, no 29), ce sont ses collègues qui ont pris soin de l’épitaphe de Bassus. Est-ce à dire qu’il existait un collège des medici duplicarii ? Il se pourrait aussi, comme E. Birley l’avait suggéré à R. W. Davies (1972, p. 2, n. 9), que collega soit un synonyme de commilito. Les occurrences de cet emploi sont fort rares dans le Thesaurus Linguae Latinae (vol. VII, Leipzig, 1906-1912, col. 1585-1595), et difficiles à discerner dans les inscriptions, comme le révèle notre cas. V. Nutton (1970, p. 70-71) envisage que Bassus ait fait partie d’un collège funéraire (CIL, VI, 5350), qui aurait pris en charge sa sépulture et son épitaphe.

968L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes incite à dater cette épitaphe du ii e siècle.

969[B. R.-P. F.]

Inscription ne concernant pas un médecin

970- NEMAVSVS/Nîmes. Épitaphe de Titus ( ?) Caecilius Optatus, édile de la colonie.

971Autel funéraire mouluré avec couronnement, dont la base avait disparu.

972Signalé, à la fin du XVIIIe siècle, dans les murs du jardin de la maison de J.-Fr. Séguier (Inscriptions de l’Académie). Perdu.

973Dimensions inconnues.

974Texte d’au moins quatre lignes, incomplet en bas.

975CIL, XII, 3342, d’après un manuscrit anonyme appartenant à l’Académie de Nîmes, intitulé Inscriptions de l’Académie, p. 8 et A. L. Millin, Voyage dans les départements du midi de la France, t. IV, Paris, 1811, p. 262 (HGL, XV, no 275 ; H. Gummerus, no 342 ; B. Rémy, 1984, p. 145-146 ; M. Christol, in D. Darde, M. Christol, La collection Séguier au Musée Archéologique de Nîmes, Nîmes, 2003, p. 55, no 25).

D M

D (is) M (anibus)

T ? CAECILI

T (iti) ? Caecili

OPTATI

Optati

4

A[.] D CO[---]

4

a [e] d (ilis) co [loniae]

---

---

976L. 2 : le manuscrit de l’Académie donne un T ; Millin a vu une haste verticale. Hirschfeld propose L ou T. Un T est assez vraisemblable - l. 4 : au début, le manuscrit de l’Académie avait identifié avec quelque doute un A et restitutait A [E] D (ILIS) CO[LONIAE]. Quelques années plus tard, Millin a lu sans hésitation MED(ICI) CO[---] qu’Hirschfeld a complété en MED(ICI) CO[LONIAE].

977Aux dieux Mânes de Titus Caecilius Optatus, édile de la colonie---

978En 1984, en me fondant sur la lecture de Millin, approuvée par Hirschfeld dans le corps du CIL, XII, et dans l’index (p. 936 et 943), j’avais rangé Optatus parmi les médecins incertains. En fait, il semble plus raisonnable de l’exclure du dossier de la médecine nîmoise. D’une part, nous n’avons aucun texte épigraphique concernant des médecins publics en Gaule. Nous n’avons guère de témoignages en Occident de l’existence de cette institution si populaire dans les villes d’Orient (J. et L. Robert, BE, 1949, 83 et 1962, 198 ; E. Samama, 2003, p. 38-45). Les médecins publics sont seulement attestés en Hispanie (no 14), dans quelques villes italiennes, dont Viterbe (CIL, XI, 3007), et à Marseille, une ville grecque (Strabon, Geographica, 4, 1, 5). D’autre part, ce personnage appartenait à une famille de notables nîmois, puisque T. Caecilius Guttur était questeur de la colonie (CIL, XII, 3206) ; voir aussi deux autres Caecilii dans une inscription de Saint-André-de-Godols (CAG, 30/1, p. 489, no 642). Enfin, plusieurs inscriptions concernant des édiles de la colonie (CIL, XII, 3193, 3195, 3196, 3217, 3227) sont attestées à Nîmes.

979Ce personnage portait les tria nomina, avec un gentilice latin fréquent en Narbonnaise (soixante-trois autres occurrences, in B. Lörincz, 1999, p. 16) et un surnom latin tout aussi courant (soixante-trois autres occurrences, in B. Lörincz, 2000, p. 115).

980L’invocation, en abrégé, aux dieux Mânes date cette épitaphe du ii e siècle.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4934/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540