Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

1. Les médecins à travers les inscriptions

Conclusion

Texte intégral

1L’analyse de ce modeste corpus de soixante-six textes épigraphiques a permis d’obtenir des résultats non négligeables sur les soixante-neuf médecins (quatre femmes et soixante-cinq hommes) qui ont fait graver des inscriptions dans les provinces occidentales. Ils sont attestés pendant tout le Haut Empire, des dernières années du i er siècle a. C. au règne de Gordien III (238-244). La répartition géographique des textes les concernant est globalement conforme à celle des autres documents épigraphiques retrouvés en Occident (cinq occurrences en Bretagne, huit en Lusitanie, sept en Bétique, quatre en Citérieure, quinze en Narbonnaise, deux en Aquitaine, quatre en Lyonnaise, quatre en Belgique, seize en Germanie supérieure, quatre en Germanie inférieure). Gravées essentiellement sur du marbre et (surtout) des matériaux locaux, ces inscriptions sont assez variées (quarante-deux épitaphes, seize dédicaces aux dieux, une inscription en l’honneur d’Antonin le Pieux, une donation, quatre textes divers, deux indéterminés). Très majoritairement, elles ont été retrouvées dans les villes les plus importantes (capitales de provinces et de cités) et dans les forts du limes rhénan. Apparemment, les médecins étaient donc assez peu présents dans “les campagnes”, mais ils pouvaient faire des tournées.

2Cinq médecins qui ont fait graver des inscriptions en grec, étaient probablement des hellénophones installés en Occident. Les autres, dont les textes sont rédigés en latin, étaient sans doute des Occidentaux. Dans leur très forte majorité, les médecins recensés étaient citoyens romains (cinquante-cinq occurrences). Faute d’indication dans leur dénomination, il est très difficile de distinguer les ingénus des affranchis, mais vingt et un, peut-être vingt-trois médecins semblent avoir été des ingénus, dix, peut-être vingt-sept des anciens esclaves ; encore qu’il est probable que certains praticiens ingénus occidentaux ont pris des pseudonymes grecs, car les médecins hellénophones étaient particulièrement prisés. Il n’est pas possible de trancher sur le statut d’ingénu ou d’affranchi des cinq derniers. J’ai recensé aussi au moins cinq pérégrins (dont une femme anonyme) et deux esclaves. Le statut des sept autres praticiens est incertain ou indéterminé. Au terme de l’étude du statut juridique des médecins, il apparaît qu’il est nécessaire d’au moins nuancer l’affirmation de Pline l’Ancien sur le peu d’intérêt des ingénus occidentaux pour l’exercice de la médecine.

3Cinquante-trois médecins, dont trois pourraient avoir été formés dans les “écoles de médecine” de Pax Iulia (Béja), Cordoba (Cordoue) et Diuodurum (Metz) étaient des civils. Quarante-huit ( ?) exerçaient comme généralistes : P. Frontinius Sciscola était le médecin de la colonie de Cordoue, M. Aerarius Telemachus, médecin “du travail”, quarante-six ( ?), médecins “de cabinet”. Au moins cinq étaient des spécialistes : un medicus asclepiadius, quatre, peut-être six ophtalmologistes.

4Seize praticiens étaient des médecins de l’armée romaine. Au moins douze “militaires médecins” s’étaient engagés dans l’armée et possédaient véritablement le statut militaire, alors que les trois, peut-être quatre, autres (no 20, 21, 43 ?, 52) étaient des civils “contractuels”, recrutés pour une période d’une durée inconnue. Tous soignaient les soldats et leur famille, mais probablement aussi les civils qui habitaient non loin des camps.

5Sauf Bononius Gordus qui avait une dénomination purement indigène et treize médecins qui portaient des duo ou des tria nomina latins “italiens”, les citoyens romains et les affranchis de citoyens romains avaient une dénomination mixte assez variée, où la part des cognomina grecs était prépondérante (51,9 %), ce qui les différencie des oculistes chez qui les surnoms latins sont largement majoritaires (60,4 %). Dix-sept médecins ont honoré “à la romaine” des dieux indigènes, “assimilés”, mais surtout gréco-romains et romains, essentiellement des divinités “guérisseuses”, car, conscients des limites de leur art, ils devaient estimer qu’ils avaient besoin du secours des dieux pour protéger et guérir leurs patients. Trois – M. Rubrius Zosimus, Ulpius Iulianus et M. Aurelius [---] ocomas – ont même fait des “dédicaces professionnelles”, ce qui montre l’attachement des médecins de l’armée aux hommes de leur unité et leur confiance envers les dieux. Les “cultes orientaux” et le culte impérial sont très peu attestés dans notre corpus.

6Exercer la médecine était rentable et les médecins recensés étaient aisés, voire riches ; tous les libres, même les affranchis qui trouvaient dans la médecine un bel instrument de promotion sociale, appartenaient au moins à la frange inférieure des notables municipaux. Les ingénus ont très peu participé à la vie publique de leur cité, car leur dignitas n’était pas suffisante pour leur permettre d’accéder au décurionat, aux magistratures et aux prêtrises municipales. M. Apronius Eutropus, a été sévir augustal, alors que G. Rufius Eutactus était “Père des pères” de la communauté mithriaque de Vieu-en-Valromey. Trois médecins, dont une femme, Metilia Donata, ont fait bénéficier leurs compatriotes de leur générosité d’évergètes.

7Compte tenu du type de documentation, la recherche sur les catégories sociales et la vie privée n’a guère donné de résultats.

8Enfin, et ce n’est pas leur moindre mérite, ces inscriptions permettent de conserver le souvenir du passage sur terre de ces médecins, car ils n’ont, semble-t-il, laissé aucune trace dans l’histoire de la médecine, puisqu’il est très peu probable que le Ianuarius cité par Marcellus de Bordeaux dans son livre De medicamentis (23, 24) comme l’inventeur d’un cataplasme pour le foie ait un quelconque rapport avec l’un des deux patriciens “ibériques” de ce nom (no 1, 11). Il est tout aussi certain que l’Hermogenes de Deua (no 20) n’a rien à voir avec l’homonyme qui était le médecin personnel d’Hadrien.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540