Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

1. Les médecins à travers les inscriptions

II - Les médecins

Texte intégral

1Les soixante-six inscriptions nous font sans doute connaître soixante-neuf médecins, car la rédaction d’un texte d’Augst (no 55) laisse penser qu’il concerne deux praticiens : Ti. Ingenuius Satto et Ti. Ingenuius Saturninus. À Narbonne (no 31), les deux Pompei ont fait graver ensemble une inscription en l’honneur d’Antonin le Pieux. Le statut de médecins des deux hommes (Q. Postumius Hyginus et Postumius Hermes) qui honorent les médecins et les professeurs dans une dédicace d’Avenches (no 51) n’est pas attesté, mais il est au moins très plausible.

2Cinq médecins (no 20, 21, 31 [bis], 38) qui ont fait graver des inscriptions en langue grecque, étaient probablement des hellénophones venus exercer leur art en Occident. Les soixante-quatre autres, dont les inscriptions étaient rédigées en latin, étaient sans doute des Occidentaux, même quand ils avaient des cognomina ou des noms uniques grecs.

La répartition par sexe

  • 1 Hygin, Fabula, 274, 10-13. Voir H. King, Proceedings of the Cambridge Philological Society, 212, 19 (...)

3J’ai recensé soixante-cinq hommes et quatre femmes (no 5, 29, 42, 47), qui, à l’instar de la mythique Hagnodice1, avaient acquis assez de connaissances médicales pour devenir médecins. Même s’il évident qu’il y avait beaucoup plus d’hommes que de femmes qui exerçaient la médecine, il est probable que les femmes-médecins étaient plus nombreuses que ne le laissent penser les inscriptions (5,8 %), puisque nous savons que les femmes sont sous-représentées dans l’ensemble des textes épigraphiques. Même modeste, ce pourcentage s’explique par le fait que ce métier apprécié donnait aux femmes-médecins un statut et une véritable place dans la société (voir notice no 5). Voici leur très courte liste (tableau no 11) :

4Nous pouvons remarquer qu’elles sont présentes dans quatre (Lusitanie, Narbonnaise, Lyonnaise, Belgique) des dix provinces occidentales. Surprenante en Bétique, leur absence en Bretagne, en Aquitaine et en Germanie inférieure, trois provinces qui ont livré fort peu d’inscriptions de médecins, n’est guère étonnante. Ailleurs, elle doit tenir au seul hasard de la conservation des documents. Attestées dès les Julio-Claudiens, les femmes-médecins étaient encore en activité dans les années 150-250.

5À en croire nos inscriptions, elles auraient seulement travaillé dans les capitales de cités.

Le statut juridique

  • 2 C’est aux seuls médecins de la ville de Rome que César avait accordé la citoyenneté romaine (Suéton (...)
  • 3 Voir Suétone, Diuus Claulius, 25.

6Connaître le statut juridique précis des médecins est indispensable pour comprendre la place qu’ils occupaient dans la société2. Cette recherche se fonde essentiellement sur l’examen de la dénomination des hommes et des femmes qui distingue légalement les différents statuts3. Il est légitime de parler de citoyenne romaine et non de fille ou de femme de citoyen, puisque les enfants d’une mère-célibataire, fille de citoyen romain, étaient citoyens romains et portaient les duo ou les tria nomina. Or il va de soi qu’il est impossible de transmettre un statut que l’on ne possède pas.

7Dans la réalité, c’est-à-dire dans les textes privés qui sont très majoritaires dans tout le monde romain et sont les seuls représentés dans ce corpus, la recherche du statut juridique des hommes et des femmes est beaucoup plus compliquée, car les dénominations sont rarement conformes aux règles de l’état-civil, sauf dans les couches supérieures de la société (sénateurs, chevaliers) et encore. Il est rarissime que les citoyen(ne) s romain(e)s ingénu(e)s, c’est-à-dire né(e)s de père et de mère libres, mentionnent leur filiation ou leur tribu (pour les hommes). Ils devaient considérer que l’indication de la filiation était seulement un moyen de s’inscrire dans une lignée familiale et n’apportait pas de précision sur leur ingénuité. Les inscriptions étaient gravées à l’intention des contemporains qui n’avaient aucun doute sur l’identité et le statut juridique des défunts et des dédicants. Aucun des médecins recensés n’a pris la peine de mentionner sa filiation et/ou sa tribu, même pas les militaires, ce qui est quelque peu surprenant, car, ordinairement, ils recopiaient leur “livret militaire”.

8Il arrive aussi – notamment dans les en-têtes de lettres (no 53, 54, 66) – que les médecins soient désignés par un nom unique. Il n’est alors pas toujours simple de déterminer leur statut et de savoir si ce nom est un cognomen, le véritable nom individuel des citoyens romains à l’époque impériale, ou s’il est un nom unique de pérégrin. En effet, dans les textes privés, il est courant que les pérégrin(e)s n’indiquent pas leur patronyme, car ils n’ont probablement pas accordé plus d’importance à l’indication de leur filiation que les citoyens romains et ne jugeaient pas nécessaire d’allonger les épitaphes ou les dédicaces par une précision évidente pour leurs contemporains. Il n’est pas non plus facile de les distinguer des esclaves qui, pour les mêmes raisons, sont loin de toujours mentionner leur statut.

  • 4 C’était le cas de Trimalchion.

9Il semble aussi, mais il est plus délicat de se prononcer, que l’obligation d’indiquer l’affranchissement n’ait guère été plus respectée par les affranchis de citoyens romains et de pérégrins. Nous avons seulement neuf, peut-être dix, occurrences de cette indication (no 12, 18, 19, 34-36, 37 ?, 51, 63, pour des liberti de citoyens romains ; no 33, pour un affranchi de pérégrin). Faut-il envisager que les affranchis ne mentionnaient plus leur affranchissement lorsque leur patron était mort ? voire mort sans enfant ?, ce qui les libérait de toute contrainte juridique4. Il faut peut-être plutôt penser que, au fil des temps, les règles d’état-civil n’ont pas été plus respectées par les affranchis que par les ingénus, puisque l’indication de l’affranchissement entre le gentilice et le surnom est presque toujours attestée au ier siècle (no 12, 18, 35-37, 64). Seuls l’épouse et la fille de Ti. Claudius Apollinaris (no 19) ainsi que Postumius Hermes (no 51) ont ensuite mentionné l’affranchissement du médecin défunt. Comme les deux femmes l’indiquent par les tria nomina du patron, nous pouvons penser que ce dernier était un personnage assez important qu’il fallait honorer. Être son affranchi rehaussait aussi le prestige du défunt.

  • 5 J. André, 1987, p. 35-36 ; C. de Filippis Cappai, 1993, p. 65-66. U. Agnati, Epigrafia, diritto e s (...)

10Distinguer un citoyen romain ou un pérégrin affranchi d’un citoyen romain ou d’un pérégrin ingénu devient dès lors très difficile ; or, pour mener à bien une étude sociale, il est fondamental de savoir si les ingénus ont été nombreux à choisir d’exercer la médecine, d’autant que les historiens de la médecine considèrent souvent que, dans tout le monde romain, très peu devenaient médecins5.

  • 6 I. Kajanto, “The significance of Non-Latin Cognomina”, Latomus, 27, 1968, p. 517-534.
  • 7 R. Duthoy, “Notes onomastiques sur les Augustales. Cognomina et indication de statut”, AC, 1970, p. (...)

11Depuis les travaux d’I. Kajanto6, un bon nombre de savants7 estiment qu’il est possible de distinguer un ingénu d’un affranchi par le fait que ce dernier portait ordinairement un nom grec. Les marchands d’esclaves ou les maîtres auraient donné, par snobisme culturel, des noms grecs aux esclaves, même à ceux d’origine occidentale. Le port d’un nom grec indiquerait donc beaucoup plus fréquemment une origine servile qu’une origine hellénophone. Globalement, cette opinion paraît être fondée, mais, au moins en Hispanie et en Narbonnaise, où les contacts avec le monde grec étaient anciens et où les caractères grecs avaient été utilisés pour transcrire les langues celtiques, une certaine prudence s’impose, car certains ingénus cultivés ont pu choisir pour leurs fils un nom grec. Il faut être encore plus circonspect dans le cas des médecins. Dans NH, 29, 17, après avoir affirmé que l’exercice de la médecine n’était pas digne de la romana grauitas, Pline l’Ancien ajoute : “malgré les profits qu’il [l’art de la médecine] rapporte, un petit nombre seulement de Romains s’y sont adonnés, et encore ils ont aussitôt passé dans le camp des Grecs, tant il n’y a d’autorité dans cette profession que pour ceux qui emploient le grec, même auprès des ignorants et de ceux qui ne connaissent pas cette langue”.

  • 8 Même si la comparaison est un peu osée, nous savons que les prostituées travaillant dans les lupana (...)

12Du texte de Pline, nous pouvons, semble-t-il, tirer trois conclusions sur les praticiens qui exerçaient en Occident : les hellénophones étaient (assez) nombreux [au moins cinq dans notre corpus (no 20, 21, 31 (bis), 38), puisqu’ils ont fait graver des inscriptions en grec] – les Romains, c’est-à-dire les Occidentaux (Italiens et provinciaux) qui s’adonnaient à la médecine et portaient un nom grec, n’étaient pas tous des anciens esclaves, puisque certains ingénus prenaient un nom grec comme pseudonyme8 – certains n’hésitaient pas à se faire passer pour des hellénophones [nous ne pouvons pas les repérer].

13En l’absence de l’indication de l’affranchissement, il faut essayer de trancher au cas par cas entre ingénu et affranchi. C’est ce que j’ai tenté de faire dans le commentaire des inscriptions du Corpus, avec un succès mitigé, d’autant que certains affranchis pouvaient avoir des surnoms latins ; ainsi, G(aius) Domitius, G(ai)l (ibertus), Restitutus, affranchi de C. Domitius Pylades (no 4) ; Tib. Claudius, Ti. Cl. Oniti lib., Apollinaris (no 19). Malgré une analyse aussi rigoureuse que possible, je n’ai donc pas toujours (loin de là !) pu distinguer les ingénus des affranchis. J’ai dû aussi me résoudre à créér deux catégories de médecins incerti (citoyens romains ou pérégrins ; pérégrins ou esclaves). Enfin, j’ai laissé de côté l’anonyme d’une épitaphe très mutilée de Bordeaux (no 40), car il est impossible d’avancer la moindre hypothèse sur son statut juridique.

14Avançons avec prudence ce tableau récapitulatif du statut juridique des médecins occidentaux (tableau no 12).

  • 9 On notera que ce sont les maîtres des deux esclaves qui ont fait graver leur épitaphe.

15Même s’il n’est guère possible de déterminer avec quelque précision, le statut juridique de sept médecins (no 16, 24, 38, 40, 41, 44, 66), soit 10,2 %, il faut noter une très nette prépondérance dans toutes les provinces des cinquante-cinq citoyens romains ou affranchis de citoyens romains (79,7 %) sur les cinq pérégrins (7,2 %) et les deux esclaves (2,9 %)9. Remarquons, sans en tirer de conclusion, qu’en Bétique et en Germanie supérieure, tous les médecins sont citoyens romains ou affranchis de citoyens romains.

Les médecins libres

16Dans un premier temps, il faut séparer les citoyens romains et les affranchis de citoyens romains des pérégrins.

• Les citoyens romains

17Cinquante-cinq médecins étaient des citoyens romains ou des affranchis de citoyens romains. Quarante-trois exerçaient à titre civil et douze étaient des médecins de l’armée (no 22, 23, 43, 52-54, 56, 57, 59, 61, 62, 64). Pour mieux apprécier le statut juridique des praticiens, il est nécessaire d’essayer de distinguer les ingénus des affranchis. Voici le tableau récapitulatif (tableau no 13).

No

Provenance

Nom du médecin

Statut juridique

Date

36

Narbo Martius

L. Suestilius, L. l., Aprodisius

Affranchi

10 a.C. -20 p.C.

6

Emerita

P. Sertorius Niger

Ingénu

1-50

14

Mellaria

P. Frontinius Sciscola

Ingénu

1-50

15

Ipagrum

M. Fulvius Icarus

Affranchi ( ?)

1-50

18

Dianium

P. Sicinius, P. l., Eutychus

Affranchi

1-50

63

Colonia Agrippinensis

M. Rubrius, M. l., Leonta

Affranchi

1-50

12

Corduba

M. Aerarius, soc. aerar. l., Telemacus

Affranchi

1-50 ( ?)

37

Narbo Martius

[---] tius Auctus

Affranchi ( ?)

1-50 ( ?)

7

Metellinum

C. Argentarius Heracles

Affranchi ( ?)

1-100

11

Corduba

L. Iulius Protogenes

Affranchi ( ?)

1-100

13

Corduba

[---] Nymphius

Affranchi

1-100

34

Narbo Martius

P. Lucceius, Philini l., Menes

Affranchi

1-100

35

Narbo Martius

L. Pomponius, L. l., Diocles

Affranchi

1-100

32

Narbo Martius

Sex Fadius, Sex. [---]

Ingénu ou affranchi

1-100 ( ?)

53

Vindonissa

[---] Priscus

Ingénu (actif dans l’armée)

30-100

54

Vindonissa

[---] Gaius

Ingénu (actif dans l’armée)

30-100

59

Mogontiacum

[---] nius Valens

Ingénu Militaire

43-70

52

près de Vindonissa

Ti. Claudius Hymnus

Affranchi (actif dans l’armée)

45-70

3

Emerita

Q. Aponius Rusticus

Ingénu

50-100

4

Emerita

C. Domitius Pylades

Affranchi ( ?)

50-100

9

Astigi

V (alerius ?) Eros

Affranchi ( ?)

50-100

27

Limony

M. Apronius Eutropus

Affranchi ( ?)

50-100

29

Nemausus

Flavia Hedone

Ingénue ( ?)

50-100

2

Emerita

L. Cordius Symphorus

Affranchi ( ?)

70-100

42

Lugdunum

Metilia Donata

Ingénue

70-100 ( ?)

17

Ebusus

L. Sempronius Apollonius

Ingénu ( ?)

100-150

28

Nemausus

C. Antistius Anti [---]

Affranchi ( ?)

100-150

55

Augusta Raurica

Ti. Ingenuius Satto Ti. Ingenuius Sabinianus

Ingénus

100-150

64

Iversheim

M. Sabinianius Quietus

Ingénu Militaire

145

30

Nemausus

C. Terentius Atticus

Ingénu

100-200

50

Eburodunum

C. Sentius Diadumenus

Ingénu ou affranchi

100-200 ( ?)

31

Narbo Martius

[---] ( ?) Pompeios E [---] [---] ( ?) Pompeios Fortunatos

Ingénus ou affranchis

138-161

10

Albanius Artemidorus

Affranchi ( ?)

150-200

39

Burdigala

[---] Flavius Pollianus Eburius

Ingénu

150-200

51

Auenticum

Q. Postumius Hyginus Postumius Hermes, lib.

Affranchi ( ?) Affranchi

150-200

No

Provenance

Nom du médecin

Statut juridique

Date

43

Lugdunum

Bononius Gordus

Ingénu (actif dans l’armée)

150-200 ( ?)

57

Obernburg

M. Rubrius Zosimus

Affranchi ( ?) Militaire

150-200 ( ?)

46

Diuodurum

M. Iunius Lunaris

Ingénu

150-200 ( ?)

1

Mirobriga

C. Attius Ianuarius

Affranchi ( ?)

150-250

5

Emerita

Iulia Saturnina

Ingénue

150-250

19

Tarraco

Tib. Claudius, Ti. Cl. Oniti lib., Apollinaris

Affranchi

150-250

23

Vercouicium

Anicius Ingenuus

Ingénu Militaire

150-250

25

Aquae Sextiae

Sex. Iulius Felicissimus

Ingénu

150-250

45

Hermes

Sex. Fabius As [---] s

Affranchi ( ?)

150-250

48

Ihn, Kreis Saarlouis

L. Geminius Similis

Ingénu

150-250

61

Grosskrotzenburg

L. Fabius Anthi (-)

Affranchi ( ?) Militaire

150-250

60

Mogontiacum

Peregrinius Heliodorus

Ingénu

150-250

49

Vieu-en-Valromey

G. Rufius Eutactus

Affranchi ( ?)

150-250

58

Bingium

Q. Avitius Hermes

Affranchi ( ?)

150-250

56

Osterburken

Ulpius Iulianus

Ingénu Militaire

198

22

Vinouia

M. Aurelius [---] ocomas

Affranchi ( ?) Militaire

200-250

62

Niederbieber

T. F (lavius) Processus

Ingénu Militaire

238-244

18Au terme de notre analyse, nous pouvons considérer que vingt et un médecins (no 3, 5, 6, 14, 23, 25, 30, 39, 42, 43, 46, 48, 53, 54, 55 [bis], 56, 59, 60, 62, 64), dont huit militaires (no 23, 43, 53, 54, 56, 59, 62, 64) et deux femmes (no 5, 42) étaient certainement ou très probablement des ingénus. Deux autres (no 17, 29, une femme) pourraient l’être. Dix (no 12, 13, 18, 19, 34-36, 51, 52, 63), dont un militaire (no 52) étaient des affranchis. Dix-sept autres (no 2, 4, 7, 9, 10, 11, 15, 22, 27, 28, 37, 45, 49, 51, 57, 58, 61), dont trois militaires (no 22, 57, 61) pourraient eux aussi avoir été d’anciens esclaves, mais il est impossible de l’affirmer, sauf peut-être pour [---] tius Auctus (no 37), le seul porteur d’un nom latin. Son statut pourrait avoir été indiqué sur la pierre, mais la lacune de l’inscription interdit de se prononcer avec certitude. Enfin, il m’a paru impossible de me prononcer sur le statut de cinq médecins (no 1, 31 [bis], 32, 50).

19Avec vingt et une occurrences (soit 38,2 % des cinquante-cinq citoyens romains), peut-être même vingt-trois, les praticiens ingénus occidentaux occupent donc une place non négligeable, bien supérieure à celle que semblait leur assigner Pline l’Ancien. Deux des trois femmes médecins citoyennes romaines (no 5, 42), dont au moins une (no 5) était mariée, étaient des ingénues. La troisième (no 29) pourrait l’avoir été. Elles avaient fait le choix d’exercer la médecine à titre libéral. Toutefois, la majorité des médecins occidentaux de notre corpus paraissent bien avoir été des affranchis, car, d’un point de vue statistique, une bonne partie des affranchis incertains (dix-sept occurrences) et des incerti (cinq occurrences) doivent avoir été d’anciens esclaves, à moins de considérer – ce qui est assez plausible – que beaucoup d’ingénus avaient fait le choix de prendre un pseudonyme grec… À en juger par ce modeste corpus, la médecine ne paraît donc pas avoir été la chasse gardée des affranchis ; un nombre non négligeable d’ingénus ont choisi une profession rentable qui était un bon moyen de promotion sociale.

20Vu le petit nombre de documents, une étude de la répartition par provinces (tableau no 14) ne donne aucun résultat probant, car le très fort pourcentage de médecins ingénus en Germanie supérieure s’explique par le fait que cinq sont des militaires (no 53, 54, 56, 59, 62).

• Les pérégrins

21Avec deux occurrences certaines et trois très probables, ils sont très peu nombreux. Là encore, il faut essayer de distinguer les ingénus des affranchis (tableau no 15).

22Leur dénomination atteste que deux médecins étaient de statut pérégrin : une femme ingénue (no 47), la fille anonyme de [---] inus, et un homme (no 33), Heraclides, affranchi de Xsanthermus ; affranchi d’un pérégrin, il était lui aussi pérégrin. C’est le seul affranchi de pérégrin. Désignés par un nom unique grec, les deux médecins de Deua (no 20, 21), dont les dédicaces en grec ont été retrouvées dans le camp de la légion XXe Valeria Victrix à Chester, étaient très probablement des militaires ; pérégrins hellénophones, ils avaient été recrutés dans l’armée comme “contractuels”, ce qui n’aurait pu être le cas d’esclaves. Porteur d’un nom gaulois et cultor d’une divinité indigène, Divos (no 65) était très certainement pérégrin.

23Ces cinq pérégrins sont attestés pendant les deux premiers siècles. La présence d’une ingénue confirme qu’une femme de naissance libre pouvait choisir d’exercer la médecine.

• Les incerti (citoyens romains ou pérégrins)

24Il ne m’a pas semblé possible de déterminer le statut juridique de quatre médecins libres (tableau no 16).

25À Valkenburg, Albanus est désigné par un nom unique dans un en-tête de lettre. Même s’il était le médecin d’une garnison d’auxiliaires, il pouvait tout à fait être un citoyen romain (voir no 22, 23, 56, 57, 61). Son correspondant lui aurait donné son seul surnom (voir no 53, 54, la correspondance de Pline le Jeune). C’est aussi le cas de Marcus, dans le document de Vindolanda, dont le contenu exact est difficile à préciser (sans doute un rapport militaire). Les deux autres textes sont fragmentaires et il est impossible de savoir si un gentilice était gravé avant le nom conservé.

Les esclaves

26Il faut distinguer les esclaves certains des incerti.

• Les esclaves certains

27Seulement deux sont attestés (tableau no 17).

28Ianuarius est le seul médecin, dont le statut servile est certain, puisqu’il est dit D. Percae ser(uus), mais Dionysius, un alumnus qui est désigné par un seul nom grec dans son épitaphe, était très probablement lui aussi un esclave.

• Les esclaves incerti

29Il est difficile d’être sûr que deux autres médecins étaient bien des esclaves (tableau no 18).

30Bien qu’ils soient tous les deux porteurs d’un nom unique grec, ces deux médecins pourraient être des pérégrins qui n’auraient pas indiqué leur patronyme ou des affranchis de pérégrins qui n’auraient pas mentionné leur affranchissement. Comme le contexte des deux inscriptions rédigées en latin ne nous éclaire guère, j’ai préféré les ranger parmi les incerti.

31Quoi qu’il en soit de ces deux hommes, les médecins esclaves, qui sont attestés pendant tout le Haut-Empire, sont très peu nombreux dans nos documents. Il est impossible de savoir si ces médecins qui travaillaient pour le compte de leur maître étaient des esclaves talentueux devenus médecins ou s’ils étaient déjà médecins, lorsqu’ils ont été achetés. Il n’y a aucune femme parmi eux.

32Au total, la très forte majorité des médecins attestés dans le Corpus étaient des citoyens romains ingénus et surtout ( ?) des affranchis de citoyens romains, ce qui atteste leur bon niveau social.

Le statut professionnel

33Dans l’Antiquité, les médecins étaient globalement très appréciés. Ils n’ont donc pas hésité à indiquer leur profession dans les inscriptions. C’est d’ailleurs le seul moyen que nous ayons de les repérer dans les textes épigraphiques. Comme nous l’avons vu, la profession de médecin n’est pas indiquée sur la dédicace aux dieux d’Avenches (no 51) en l’honneur des médecins et professeurs.

  • 10 C’était sans doute la même chose pour les rhéteurs.

34Sauf le texte (encore difficile à interpréter) d’Avenches, nous n’avons aucun témoignage sur les conditions et la durée des études des médecins qui semblent avoir été courtes10, puisque Sex. Iulius Felicissimus (no 25), un civil, et Anicius Ingenuus (no 23), un militaire, décédés à dix-neuf et vingt-cinq ans, étaient déjà médecins.

35La première mention d’un enseignement médical à Rome n’apparaît pas avant le IIe siècle, dans le temple de la Paix (Galien, De methodo medendi, 19, 2, vol. X, p. 20-21, éd. Kühn). Dans l’Empire tardif, L’Isagoge in artem medicam du pseudo-Soranos indique que les études médicales débutaient à quinze ans et duraient cinq ans. Sous Claude, à en croire Galien (Ibid. 1, 1), Thessalus de Tralles affirmait pouvoir former un médecin en six mois !, ce qui lui avait valu “un très grand nombre de disciples” et une critique très acerbe de Galien qui avait passé douze ans à se former.

  • 11 On trouve encore de nos jours sur la plaque de certains praticiens l’indication “diplômé de la Facu (...)
  • 12 Des collèges de médecins sont attestés ailleurs, notamment à Bénévent (CIL, IX, 1918).

36Trois praticiens semblent avoir fait connaître le lieu de leur formation : C. Attius Ianuarius (no 1) est dit medicus Pacensis, Q. Aponius Rusticus (no 3), medicus ocul(arius) Patriciensis, [---] Victor (no 44), medicus Mediom(atricus). Les trois adjectifs [Pacensis, Patriciensis, Mediom(atricus)] n’indiquent pas l’origo des médecins, puisqu’ils ne sont pas placés après leurs tria nomina, comme pour M. Fulvius Icarus (no 15) qui est dit Pontuficiensis, medicus, mais après la mention de la profession. Ils qualifient donc le titre de medicus. Il est peu probable qu’ils signalent le lieu d’exercice (voir les trois notices). Il n’est guère plausible d’envisager qu’ils aient été des médecins publics, car, habituellement, la formulation est beaucoup plus claire ; ainsi à Mellaria (no 14), P. Frontinius Sciscola est medicus c(olonorum) c(oloniae) P(atriciae). Il est donc très vraisemblable que ces trois qualificatifs font connaître que ces praticiens ont été formés à Pax Iulia, l’actuelle Béja, Cordoue, la colonia Patricia, et à Metz, chez les Médiomatriques. Dans ces trois capitales de cités devait exister une “école de médecine” réputée11. La réalité de celle de Metz semble confirmée par la découverte à Metz de deux inscriptions de médecins (no 46, 47) et surtout par l’épitaphe de l’affranchi d’un collège de médecins (appendice 1)12 et par un bas-relief trouvé près de Merlebach en Moselle, à la source d’eau minérale de Sainte-Fontaine (E. Espérandieu, 4431). Il représente cinq jeunes gens sous la conduite d’un vieillard allant offrir un coq à Esculape, probablement un médecin (et enseignant) et ses disciples.

  • 13 Voir R. Jackson, “A Roman Doctor’s House in Rimini”, British Museum Magazine, 44, 2002, p. 20-23.
  • 14 Voir P. Gros, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. I. (...)

37À Rimini, dans la somptueuse maison d’Eutyches, un chirurgien qui vivait au milieu du iiie siècle, les archéologues ont, semble-t-il, reconnu la présence d’une véritable école de médecine13. Il pourrait en être allé de même à Velia en Lucanie14.

38Les huit médecins ingénus de l’armée et l’affranchi se sont probablement engagés dans l’armée après avoir achevé leurs études, car nous n’avons aucun témoignage d’une “école militaire” de médecine, ni de formation “sur le tas”, ce qui ne prouve pas qu’elles n’existaient pas.

Les médecins civils

39Cinquante-trois médecins exerçaient à titre civil dans les provinces occidentales. Il faut distinguer d’une part les médecins privés du médecins public et du/des “médecin(s) du travail” et d’autre part les généralistes des spécialistes.

• La désignation de la profession

40À Tarragone, la profession de Tib. Claudius Apollinaris (no 19) est désignée par une périphrase “artis medicine doctiss(imus)” ; à Mayence (no 60), la mère de Peregrinius Heliodorus a précisé qu’il était un “consummatae peritiae medicus”. Les autres médecins portent le titre latin de medicus/a (abrégé ou non) ou grec de iatros. Quand il n’y a pas d’autre précision, nous pouvons sans doute penser à des généralistes, puisque les spécialistes ajoutent leur spécialité.

• Les généralistes

41Quarante-huit ( ?) médecins civils étaient des généralistes. La plupart exerçaient à titre privé, mais nous connaissons aussi un médecin public et un “médecin du travail”.

– Les médecins privés

  • 15 G. Fabre, 1981, p. 323-326. Voir aussi W. Waldstein, Operae Libertorum. Untersuchungen zur Dienstpf (...)

42Quarante-six ( ?) médecins avaient une clientèle privée, dont les inscriptions ne nous disent rien. La plupart exerçaient en ville, visitaient les malades à leur domicile ou les recevaient dans leur officine, qui était tout à la fois un cabinet de consultation et une “clinique” (Galien, 11, 300). Les hommes libres travaillaient pour leur propre compte. Formés par (ou grâce à) leurs maîtres, les esclaves leur versaient sans doute la majeure partie de leurs gains. Comme l’a montré G. Fabre15 en s’appuyant notamment sur un texte du Digeste (38, 2, 36, pr. Alfenus Varus 7), les affranchis travaillaient avec leurs patrons et leur reversaient une part de leurs bénéfices. Un autre passage d’Alfenus Varus (Digeste, 38, 1, 26) indique que, pour éviter la concurrence, un médecin pouvait interdire à ses affranchis médecins d’exercer indépendamment de lui dans la même ville. S’ils partaient, ils devaient lui verser une indemnité compensatoire.

– Le médecin public

  • 16 Voir V. Nutton, “Archiatri and the medical Profession in Antiquity”, PBSR, 45, 1977, p. 191-226 et (...)

43Dans les inscriptions des provinces occidentales, la médecine publique, une institution très fréquente dans le monde grec à l’époque hellénistique et sous l’Empire romain16, n’est attestée qu’en Bétique, où P. Frontinius Sciscola était medicus colonorum coloniae Patriciae (no 14). Engagé par un contrat à durée déterminée (mais renouvelable) conclu avec la cité qui était soucieuse d’assurer sa réputation ou avait peut-être peur de manquer de secours médical et souhaitait s’assurer la présence permanente d’un médecin, Sciscola avait été appointé par la colonie et exerçait son art au profit de tous les colons de Cordoue et peut-être aussi de tous les habitants de la ville. Toutefois, un texte de Strabon (Geographica, 4, 1, 5) laisse penser qu’à Marseille certains médecins étaient rétribués par le trésor public. Rien ne permet de le dire pour Narbonne (no 31), même si les deux Pompeios ont dédié en grec une inscription à Antonin le Pieux, sans doute pour le remercier d’un bienfait dont nous ignorons tout.

– Le “médecin du travail”

  • 17 L’affranchissement n’apparaît pas, ni les éventuels “actionnaires”.

44D’abord esclave médecin d’une société de publicains qui exploitaient des mines de cuivre près de Cordoue, M. Aerarius Telemachus (no 12) fut ensuite affranchi et dut rester au service de la compagnie. À Metellinum (no 13), le gentilice latin “professionnel” et le sunom grec de C. Argentarius Heracles pourraient laisser penser à un affranchissement du médecin par une société exploitant des mines d’argent en Hispanie, mais rien n’indique qu’il ait continué à travailler pour le compte des “actionnaires”17.

• Les spécialistes

45Au moins cinq médecins étaient des spécialistes. Ils exerçaient tous à titre privé. Dans son épitaphe retrouvée à Limony dans le territoire de la colonie de Vienne, M. Apronius Eutropus (no 27) s’honore d’être un medicus asclepiadius. Tenant de la doctrine méthodique d’Asclépiade de Pruse, un médecin qui exerçait à Rome dans la première moitié du ier siècle a. C. (Pline, Naturalis Historia, 7, 37), Eutropus accordait une grande place à toutes les formes de la gymnastique. Il faut peut-être aussi rattacher à cette thérapeutique un médecin de la Gaule Belgique, Sex. Fabius As[---] s, si son surnom – qui serait alors un pseudonyme – était bien Asclépiadès (no 45), ce qui doit rester une hypothèse. Asclépiadès ( ?) pourrait aussi avoir choisi ce nom par référence à la famille des Asclépiadès, célèbres médecins grecs, qui prétendaient remonter à Asclépios, et être un généraliste. C’est peut-être plus douteux en Gaule Belgique.

46Quatre médecins, peut-être six, étaient spécialisés en ophtalmologie (medicus ocularius) : Q. Aponius Rusticus (no 3) exerçait à Mérida, en Lusitanie ; Albanius Artemidorus (no 10) et M. Fulvius Icarus (no 15), en Bétique, à Chiclana de La Frontera et à Ipagrum ; L. Suestilius Aprodisius (no 36), à Narbonne. Comme l’attestent les nombreuses découvertes de cachets d’oculistes, au moins certains d’entre eux étaient itinérants. Deux autres praticiens pourraient avoir été ophtalmologistes : Tib. Claudius Apollinaris (no 19), à Tarragone, s’il faut bien l’identifier à T. Claudius Apollinaris, qui est mentionné sur un cachet d’oculiste d’origine inconnue, jadis conservé dans les collections du musée de Gotha en Allemagne (J. Voinot, 1999, no 42) ; (Q.) Postumius Hermes (no 51), à Avenches, qui pourrait très probablement être le Q. Postumius Hermes, propriétaire d’un cachet d’oculiste découvert à Lausanne-Vidy (E. Howald, E. Meyer, no 446 ; J. Voinot, 1999, no 254), à une cinquantaine de kilomètres d’Avenches.

Les médecins de l’armée romaine

  • 18 Sur la situation pré-impériale, voir C. F. Salazar, 2000, p. 74-79. Sur l’époque impériale : R. W. (...)

47Les inscriptions du corpus attestent l’existence de médecins dans les légions (no 20, 21, 52, 59, 64), la garnison de Lyon (no 43), les cohortes (no 23, 24, 56, 57, 61, 66) et les ailes auxiliaires (no 22), les numeri (no 62), et la flotte (voir la notice de C. Acilius Bassus) de l’armée impériale18. Voici la liste chronologique des seize médecins de l’armée romaine, connus par des inscriptions du corpus.

Tableau no 20

No

Provenance

Noms

Titre

Date

53

Vindonissa

[--- ?] Priscus

medicus (d’une unité indéterminée)

30-100

54

Vindonissa

[--- ?] Gaius

medicus (d’une unité indéterminée)

30-100

66

Valkenburg

Albanus

medicus (de la IIIe cohorte montée des Gaulois)

40-42

59

Mayence

[---] nius Vale (n) s

[me] dicus leg (ionis) IIII Mac (edonicae)

43-70

52

Près de Vindonissa

Ti. Claudius Hymnus

medicus leg (ionis) XXI

45-70

24

Vindolanda

Marcus

medicus (de la VIIIIe cohorte des Bataves ?)

97-105

20

Chester

Hermogenes

ατρòς (sans doute de la XXe légion Valeria Victrix)

100-200 ( ?)

21

Chester

Antiochus ( ?)

ειητρòς (sans doute de la XXe légion Valeria Victrix)

100-200 ( ?)

64

Iversheim

M. Sabinianius Quietus

miles medicus l(egionis) I M(ineruiae) p(iae) f(idelis) (dans le contexte d’une vexillation)

145

43

Lyon

Bononius Gordus

medicus castrensis

150-197 ( ?)

57

Obernburg

M. Rubrius Zosimus

medicus coh(ortis) IIII Aq(uitanorum) eq(uitatae) c(iuium) R(omanorum)

150-235 ( ?)

61

Grosskrotzenburg

L. Fabius Anthi (-)

med(icus) [coh(ortis)] IIII [Vindelicorum]

Fin iie-250

23

Housesteads

Anicius Ingenuus

medicus ord (inarius) coh(ortis) I Tungr (orum)

Fin iie -iiie s.

56

Osterburken

[Ul] pius Iulianus

medicu[s c]oh(ortis) III Aq[u(itanorum)]

198

22

Binchester

M. Aure (lius) [---] ocomas

me[dicus] alae Vet [tonum] c(iuium) R (omanorum)

200-250 ( ?)

62

Niederbieber

T. F (lavius) Processus

medicus {h}ordinarius n(umeri) Diuitiensium Gordianorum

238-244

  • 19 Pour les inscriptions grecques relatives aux médecins de l’armée dans les provinces orientales, voi (...)

48Plus généralement, les textes découverts à Rome et dans le reste de l’empire19 confirment que chaque type d’unité militaire disposait de médecins, voire d’un “corps médical”, qui restent mal connus.

49La première incertitude concerne le nombre de spécialistes médicaux affectés aux différentes unités et le “taux d’encadrement” qui en découle. Le chiffre devait évidemment varier en fonction des effectifs totaux, mais les inscriptions de notre corpus ne livrent pas d’éléments déterminants. Ce sont surtout des textes romains qui permettent de formuler des hypothèses à ce sujet. Deux inscriptions collectives (CIL, VI, 1058 + 31234 et p. 4320 = ILS, 2157 ; CIL, VI, 1059 et p. 4321), gravées en 210 par les IIe et Ve cohortes de vigiles, livrent les noms de quatre médecins, suggérant que ce chiffre correspondait à l’effectif standard de ce type d’unité. Sans doute composées de mille hommes à l’époque sévérienne, les cohortes uigilum auraient disposé d’un médecin pour deux cent cinquante pompiers. Toutefois, et pour des raisons différentes, R. W. Davies (1970, p. 87, qui insiste sur le travail continu des vigiles, de jour comme de nuit) et J. C. Wilmanns (1995, p. 66-67, qui met en avant la dispersion géographique des stationes et des excubitoria, jointe à l’éventualité de grands incendies) ont songé à une éventuelle spécificité des vigiles, qui auraient pu compter un nombre plus élevé de médecins. Chez les prétoriens, une cohorte devait compter au moins un médecin, mais il est difficile d’en savoir plus (J. C. Wilmanns, 1995, p. 67-68).

  • 20 Le no 64 mentionne un miles medicus dédiant une inscription au Genius uexillationis de la légion I (...)

50Nous ne sommes guère mieux renseignés à propos des légions, des unités auxiliaires et des numeri, car les inscriptions ne mentionnent jamais plus d’un médecin. Dans notre corpus, leur caractère privé (épitaphes, dédicaces) n’aide pas à faire progresser nos connaissances. La présence de médecins dans des vexillations légionnaires (voir no 64 et CIL, III, 7449)20 suggère qu’une légion comptait plusieurs medici, mais il s’agit d’une évidence, compte tenu de ses effectifs.

  • 21 Voir à ce propos M. Reddé, Mare Nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la mar (...)

51Dans ce contexte, le chiffre le plus souvent retenu demeure celui d’un médecin pour cinq cents hommes (J. C. Wilmanns, 1995, p. 70), effectif théorique d’une cohorte légionnaire ou auxiliaire, et de certaines cohortes de la garnison urbaine des deux premiers siècles de notre ère. Une cohorte auxiliaire aurait donc bénéficié des services d’un seul médecin, tandis qu’une légion aurait compté un medicus par cohorte, soit dix à onze médecins au total, compte tenu des effectifs supérieurs de la première cohorte (J. C. Wilmanns, ZPE, 69, 1987, p. 179 ; ead., 1995, p. 69). Satisfaisant pour l’esprit en raison de sa cohérence, ce raisonnement demeure hypothétique et la validité de cette méthode reste incertaine. Il semble aussi nécessaire de garder ses distances face à un trop grand esprit de système. Certains corps (comme les numeri) ou certaines structures (comme les navires de la marine impériale),21 ne comptaient pas autant d’hommes et ne rentraient pas forcément dans ces schémas cohérents en apparence. Un autre problème est celui de la présence de médecins dans chaque camp, auxiliaire notamment (voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 68-69 et 111-115). Si le chiffre d’un médecin pour cinq cents soldats est un référent possible, que les Romains ont pu chercher à respecter au moins dans certaines circonstances, il n’était sans doute pas systématique. À l’instar des effectifs généraux des unités, qui pouvaient considérablement varier en fonction des événements, le nombre de médecins devait lui aussi être susceptible de fluctuer. Il paraît logique, par exemple, de penser que les temps de guerre et d’expéditions ont encouragé le recours à un plus grand nombre d’entre eux. Cette souplesse est aussi rendue vraisemblable par ce que semble avoir été le mode de recrutement des médecins de l’armée romaine.

52En effet, les inscriptions suggèrent que l’armée disposait du concours de deux principaux types de médecins : d’une part, ceux que l’on pourrait qualifier au sens strict de “médecins militaires” ou, peut-être plus justement encore de “militaires médecins”, engagés dans l’armée et possédant véritablement le statut militaire ; d’autre part, ceux qui devaient être des civils “contractuels”, employés pour une période d’une durée inconnue (J. C. Wilmanns, 1995, p. 70-74). Tout “médecin de l’armée romaine” n’était donc pas un militaire au sens strict. Il en résultait très probablement des différences de statut et de traitement, non seulement entre les deux types de personnel, mais aussi à l’intérieur même de la catégorie des “militaires médecins”.

  • 22 Nous pouvons faire le même constat dans les inscriptions découvertes dans d’autres parties de l’emp (...)

53À ces derniers, les textes attribuent différents titres, qui paraissent varier en fonction des unités. Le cas le plus clair est peut-être celui des flottes prétoriennes de Misène et de Ravenne, où sont attestés la totalité des medici duplicarii connus. Ils devaient recevoir une double solde (voir la notice de Gaius Acilius Bassus)22. Cet avantage distinguait les médecins de la masse des soldats. Cela devait être aussi le cas dans les autres types d’unités. En effet, un texte juridique dû à Taruttienus Paternus (Digeste, 50, 6, 7) range les medici parmi les immunes, exempts de corvée, alors qu’une précieuse inscription de Montana (CIL, III, 7449), relative à une vexillation de la XIe légion Claudia, mentionne un medicus au sein des principales, après le tesserarius, le tubicen et le cornicen, mais avant les immunes uenatores. Dès lors, les hommes portant le titre de miles medicus (no 64) devaient avoir rang d’immunis, voire de principalis. Dans la formule miles medicus, qui demeure rare, le terme miles ne renvoyait sans doute pas au statut de miles gregalis, mais pouvait servir à exprimer l’appartenance à l’armée, puisqu’il s’appliquait à l’ensemble des militaires. Le titre pouvait désigner un premier type de militaires médecins, voire un soldat ayant des compétences médicales particulières, qu’il pouvait mobiliser en cas de besoin. Quant aux cinq medici ordinarii, connus dans les légions comme dans les unités auxiliaires (no 23) et les numeri (no 62), mais dont nous ne comptons que quelques attestations (voir tableau no 21), il s’agissait sans doute de médecins d’un rang supérieur encore.

Tableau no 21

Nom

Provenance

Titre

Références

Anicius Ingenuus

Vercouicium

medicus ord(inarius) coh(ortis) I Tungr(orum)

no 23

T. F (lavius) Processus

Niederbieber

medicus {h}ordinarius n(u) meri Diuitiensium Gordianorum

no 62

Aemilius Deciminus

Környe

medicus ordinarius leg(ionis) I Adi(utricis)

CIL, III, 4279 ; RIU 682

C. Papirius Aelianus

Lambèse

medicus ordinarius leg(ionis) III Aug (ustae)

CIL, VIII, 18314 (ILS, 2432)

Ulp (ius) Lucilianus

Ratisbonne

medicus ordinarius (de la IIIe légion Italica ?)

CIL, III, 5959

  • 23 Pour une vue d’ensemble, voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 80-86.
  • 24 Sur cette question, voir toutefois O. Stoll, JRGZM, 50, 1, 2003, p. 329-354.

54Le titre a été diversement interprété23. À ceux qui le rapprochaient du centurionat (E. Sander, V. Nutton, R. W. Davies, J. C. Wilmanns) s’opposaient les tenants d’une simple précision du statut militaire : un medicus ordinarius ne serait rien d’autre qu’un medicus qui in ordine meret, c’est-à-dire un médecin inclus dans l’ordo (ainsi Th. Mommsen, A von Domaszewski, J. F. Gilliam). Mais il serait alors difficile de comprendre pourquoi les intéressés ne se seraient pas simplement dits miles medicus. Surtout, le terme ordinarius pouvait être employé pour désigner un centurion, à partir du début du iiie siècle au plus tard, comme celui d’ordinatus (mais au vu des exemples conservés, il semble qu’ordinarius soit préférable, dans le cas des médecins). Or, si les inscriptions de medici ordinarii ne sont pas toutes datées avec précision, rien n’empêche de les associer à la fin du iie ou au iiie siècle, à l’instar de la dédicace de T. Flavius Processus (no 62), rédigée sous Gordien III. Des centurions, les medici ordinarii n’avaient sans doute que le rang et les privilèges, sans les fonctions habituelles. En cela, ils étaient distincts des officiers subalternes chargés d’encadrer quotidiennement les hommes et de les mener au combat24. Il ne s’agissait pas non plus de médecins placés à la tête de centuries composées de personnel médical, qui ne sont jamais attestées dans les sources.

  • 25 Sur l’existence éventuelle d’un centurio medicus dans le papyrus grec PSI 1063, rédigé au iie siècl (...)
  • 26 En dernier lieu sur les centurions ordinati et ordinarii, voir S. Janniard, “Centuriones ordinarii (...)
  • 27 Voir R. W. Davies, 1972, p. 8 ; C. F. Salazar, 2000, p. 82-83 ; V. Nutton, 2004, p. 179.

55Si cette reconstruction générale paraît la plus vraisemblable, elle ne dissipe pas toutes les interrogations. Par exemple, comment expliquer le recours visiblement systématique au terme ordinarius, plutôt qu’à celui de centurio25 ? Signifierait-il que le rang n’est apparu qu’au iiie siècle, ou (plutôt ?) que le terme centurio était trop associé à l’idée d’un commandement d’une centurie pour être employé, comme le pense J. C. Wilmanns (1995, p. 84) ? À la suite de Végèce (Epitoma rei militaris, 2, 7, 2), qui établit un lien précis entre les ordinarii et le combat en première ligne, faut-il imaginer que les medici ordinarii accompagnaient les soldats des rangs directement soumis au choc de l’ennemi26 ? Cela semble peu probable, d’autant que nous connaissons très mal l’organisation et le fonctionnement des services médicaux sur le champ de bataille27. En l’état actuel de la documentation, le plus sage semble de s’en tenir à l’existence de médecins ordinarii bénéficiant du statut et des privilèges des centurions. Il paraîtrait logique de leur attribuer des responsabilités supérieures, et de considérer les simples médecins comme leurs subordonnés, mais les rapports de hiérarchie et la répartition des tâches au sein du groupe ne se laissent jamais entrevoir dans les sources. En la matière, il est difficile de suivre R. W. Davies lorsqu’il envisage l’existence d’une sorte de médecin-chef, d’une compétence et d’un statut supérieurs, généralement grec, et peut-être membre de l’ordre équestre (R. W. Davies, 1969, p. 91 et 93 ; id., 1972, p. 7). Les sources paraissent trop laconiques pour pouvoir étayer solidement cette hypothèse, et les quelques exemples de médecins très renommés actifs dans l’armée ou lors d’expéditions (R. W. Davies, 1969, p. 86-87) ne sont pas forcément représentatifs (voir J.-C. Wilmanns, 1995, p. 76-77). De plus, certains des cas évoqués par R. W. Davies pourraient correspondre à des médecins contractuels et non à des “militaires médecins”.

  • 28 Voir J.-C. Wilmanns, 1995, p. 72.

56Contrairement aux militaires médecins, qui étaient des soldats au sens strict, les médecins civils qui passaient un contrat avec l’armée romaine n’étaient pas soumis à certaines obligations du service (durée réglementaire, interdiction de mariage), mais ne recevaient peut-être pas les mêmes gratifications (soldes régulières, possibilité de promotions éventuelles). Leur statut et leurs conditions de travail (durée du contrat, rémunération) sont assez mal connus (voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 91-97). Un rescrit de Caracalla mentionne probablement un médecin “contractuel” attaché à la IIe légion Adiutrix (Code Justinien, 10, 53, 1)28, mais ce type de praticien est globalement plus difficile à identifier dans les sources épigraphiques. Les deux médecins grecs attestés dans le camp de Chester (no 20 et 21), par exemple, faisaient vraisemblablement partie de cette catégorie. Il en allait probablement de même de l’affranchi Ti. Claudius Hymnus (no 52, qui dans le corpus est le seul médecin de l’armée dont nous connaissons la compagne, ce qui ne signifie rien quant à son statut civil ou militaire), voire de Bononius Gordus, le medicus castrensis de Lyon (no 43).

  • 29 Voir C. F. Salazar, 2000, p. 81.
  • 30 Voir à ce propos E. Samama, 2003, p. 5-6 et supra, p. 39-40.

57Leur proportion par rapport au nombre total de médecins est inconnue, et pouvait varier en fonction des circonstances, notamment en temps de guerre. Le recours à des contractuels avait aussi pour corollaire la variété des statuts juridiques personnels des médecins. Outre les citoyens romains (no 22, 23, 43, 56, 57, 59, 62, 64 ?), certains medici du corpus devaient être des affranchis (no 52) ou des pérégrins (no 20 et 21, ainsi que 24 ?). Ces statuts ne sont d’ailleurs pas toujours aisés à déterminer, que ce soit en raison de la position incertaine des médecins ou du type de documentation (ainsi dans les tablettes no 24, 53 et 54, où le seul cognomen est peut-être employé). Il en résultait des différences sociales et culturelles, ainsi que des niveaux d’éducation et de compétence certainement variés : la dédicace faite par Antiochos ( ?), par exemple (no 21), dénote son degré d’éducation et témoigne de la présence dans l’armée de médecins originaires de la partie gréco-orientale de l’empire. Ils sont aussi en nombre remarquable parmi les médecins civils29, même s’il faut parfois se défier des surnoms grecs comme indicateurs d’origine, et de l’emploi du grec accompagné de formes ioniennes, qui peut découler d’un désir de rattachement à la tradition hippocratique30. Dans notre corpus, six médecins de l’armée romaine portent des surnoms ou noms uniques grecs (no 20, 21, 22, 52, 57, 61).

  • 31 Sur leurs savoirs et leurs pratiques médicales, voir R. W. Davies, 1969, p. 94-95 ; J. C. Wilmanns, (...)

58L’âge au décès de certains médecins, comme Anicius Ingenuus (no 23, mort à vingt-cinq ans), rend très probable un apprentissage du métier avant leur entrée dans l’armée, mais il faut aussi envisager une possible formation “sur le tas”, notamment pour des membres du personnel médical. Ainsi, des discentes capsariorum apparaissent dans une inscription lambésitaine relative au collegium formé par certains membres du personnel médical (sans les medici) de la IIIe légion Auguste (CIL, VIII, 2553 + 18047 = ILS, 2438 + AE, 1906, 9). Cette instruction progressive rendait peut-être possible une progression hiérarchique, même si une seule “carrière” de médecin nous est parvenue (CIL, XI, 3007). L’existence de tels cursus demeure donc mal connue, mais la distinction visiblement opérée entre divers statuts (miles medicus, medicus ordinarius), jointe à la diversité du personnel médical (voir infra), permet d’envisager des promotions, qu’il s’agisse de transferts, de progressions dans les niveaux de soldes ou dans les fonctions (voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 78-80 et 86). Il faut admettre qu’il était difficile de n’offrir aucune perspective à des hommes dont la spécialisation très particulière pouvait encourager leur progression dans des fonctions médicales, et rendre peu opportune le passage par d’autres tâches, comme l’a fait remarquer J. C. Wilmanns (1995, p. 74-75). Il existait même des spécialités “internes” aux fonctions médicales, comme en témoignent les titres de medicus clinicus, medicus chirurgus (CIL, VI, 2532 et AE, 1945, 62, chez les prétoriens) et medicus ocularius (Galien, De compositione medicamentorum, 4, vol. XII, p. 786, éd. Kühn). Parmi les médecins de l’armée romaine, de qualité et de formation évidemment variables (P. A. Baker, 2004, p. 45-47), figuraient certainement des hommes très compétents, qui étaient capables de pratiquer des gestes ou des opérations parfois complexes31.

  • 32 G. Wesch-Klein, Soziale Aspekte des römischen Heerwesens in der Kaiserzeit, Stuttgart, 1995, p. 84- (...)
  • 33 À ce sujet, voir R. W. Davies, 1972, p. 3-4.

59Il est vrai que le métier militaire devait offrir un large éventail de cas médicaux à traiter, qu’il s’agisse de maladies bénignes ou de très graves blessures, avec d’évidentes différences selon les conditions militaires du moment, pacifiques ou belliqueuses. Il devait même arriver que des médecins civils sans aucune relation particulière avec l’armée soient amenés à soigner ponctuellement des soldats, en cas de besoin (J. C. Wilmanns, 1995, p. 97-101, P. A. Baker, 2004, p. 52-53). Une tablette de Vindolanda, consignant un strenght report de la cohors I Tungrorum, daté du 18 mai d’une année inconnue, procure quelques informations sur l’état médical des soldats de cette unité auxiliaire (Tab. Vindol. II, 154). Sur les deux cent quatre-vingt-seize soldats présents au fort (dont un centurion, alors que quatre cent cinquante-six hommes sont absents), trente et un ne sont pas en état de servir : quinze sont malades (aegri), six blessés (uolnerati), et dix souffrent d’une inflammation des yeux (lippientes). Il convient également de se souvenir que les soldats eux-mêmes pouvaient posséder quelques rudiments médicaux. En fonction des lieux et des circonstances, ils pouvaient aussi se faire soigner hors du camp, et nos sources montrent très clairement qu’ils fréquentaient volontiers les établissements thermaux et les sanctuaires guérisseurs32. À l’inverse, il est probable que les médecins de l’armée romaine ont parfois soigné des civils, notamment dans les agglomérations formées autour des camps, où résidaient les familles des soldats (V. Nutton, 2004, p. 181). Quant aux officiers supérieurs, la dédicace de M. Rubrius Zosimus (no 57) relative au rétablissement du préfet de la quatrième cohorte des Aquitains, suggère qu’ils avaient eux aussi recours au(x) médecin(s) des unités qu’ils commandaient, et pas forcément à des médecins personnels, ce qui aurait peut-être été mal vu33.

  • 34 Sur ces bâtiments et leur personnel, voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 103-118 ; C. F. Salazar, 2000, p (...)

60Au sein d’une unité militaire, le ou les medici devaient probablement prendre les décisions médicales, pratiquer et superviser l’ensemble des soins, avec l’assistance du personnel prévu à cet effet, éventuellement réuni dans un ualetudinarium34. Au prix de quelques restitutions, l’inscription de Lambèse évoquée supra donne un aperçu de sa composition. L’optio ualetudinarii devait être responsable de l’hôpital (notons que l’inscription de Lambèse les mentionne au pluriel). Les capsarii, qui tirent leur nom de la capsa – une sorte de boîte probablement pourvue du matériel médical, des bandages et des médicaments nécessaires –, étaient sans doute des infirmiers (P. A. Baker, 2004, p. 43). Ils accompagnaient peut-être les hommes au combat, mais cela demeure fort mal connu (voir supra). Leur nombre l’est tout autant, en dépit du texte no 62, dédié au genius capsariorum d’un numerus (J. C. Wilmanns, 1995, p. 122, avance le chiffre de vingt à trente capsarii par légion). À Lambèse, la mention d’un librarius (secrétaire), qui relève de la gestion administrative du ualetudinarium et de ses occupants, fait écho à la tablette de Vindolanda citée supra et dénote le souci de décompter et de contrôler les admissions. Tous ces hommes sont rangés dans la catégorie des immunes par Taruttienus Paternus (voir supra). La présence de pequarii (responsables des bêtes de trait) ne serait pas forcément en rapport avec les soins qui étaient prodigués aux animaux (il existait des ueterinarii), mais relèverait de la capacité du service médical à prendre en charge des hommes incapables de se déplacer. La restitution du terme marsi, qui devait désigner des spécialistes des morsures de serpents et de scorpions, demeure fort incertaine. Quant au statut militaire des seplasiarii (le terme n’apparaît pas dans l’inscription de Lambèse), spécialisés dans les parfums, huiles et onguents, il paraît de moins en moins incertain (voir la discussion aux no S1, S2 et S3), même si leur véritable rôle médical est encore difficile à cerner. Enfin, l’allusion de Taruttienus Paternus à ceux qui aegris praesto sunt suggère la possible implication d’autres personnels, que des esclaves pouvaient encore assister, dans les soins prodigués aux malades. À ce jour, aucune femme n’est attestée dans le service médical militaire romain.

61Au niveau supérieur, Végèce (Epitoma rei militaris, 2, 10, 3) attribue au praefectus castrorum des responsabilités sur les médecins et les malades (praeterea aegri contubernales et medici, a quibus curabantur, expensae etiam ad eius industriam pertinebant), tandis que Macer (Digeste, 49, 16, 12, 2) souligne qu’il était du devoir des tribuns de visiter les malades. Le général en chef devait aussi témoigner de l’intérêt pour la santé de ses hommes, et l’existence même d’un service médical dans l’armée de l’empereur relevait de cette nécessité. Mais il va de soi que la nature du personnel et l’organisation du service médical variaient en fonction des unités, de leurs effectifs, de leur lieu de garnison ou de leurs missions, et qu’elles évoluèrent grandement au cours des siècles (J. C. Wilmanns, 1995, p. 120-123). Leur connaissance passe non seulement par l’étude des textes découverts dans tout l’empire, mais aussi par la prise en compte de toutes les autres sources disponibles, iconographiques et archéologiques notamment (valetudinaria, instruments médicaux découverts sur les sites militaires…).

La dénomination

62Il semble logique d’étudier la dénomination des médecins en tenant compte de leur statut juridique. J’ai donc laissé de côté les sept médecins, dont le statut demeure inconnu (no 40) ou incertain (no 16, 24, 38, 41, 44, 66). Restent soixante-deux médecins : cinquante-cinq citoyens romains ou affranchis de citoyens romains, cinq pérégrins et deux esclaves.

La dénomination des citoyens romains et des affranchis de citoyens romains

63Les cinquante-cinq citoyens romains et affranchis de citoyens romains ont une dénomination plus ou moins complète, puisque nous ignorons le gentilice de cinq médecins et le surnom de trois. Ce modeste échantillon doit nous inciter à la plus grande prudence dans nos conclusions.

Tableau no 22

No

Noms

Gentilices

Surnoms

Date

36

L. Suestilius, L. l., Aprodisius

latin

grec

6

P. Sertorius Niger

latin

latin

1-50

14

P. Frontinius Sciscola

latin patronymique

indigène

1-50

15

M. Fulvius Icarus

latin

grec

1-50

18

P. Sicinius, P. l., Eutychus

latin

grec

1-50

63

M. Rubrius, M. l., Leonta

latin

grec

1-50

12

M. Aerarius, soc. aer. l., Telemacus

latin

grec

1-50 ( ?)

37

[---] tius Auctus

( ?)

latin

1-50 ( ?)

7

C. Argentarius Heracles

latin

grec

1-100

11

L. Iulius Protogenes

latin

grec

1-100

13

[---] Nymphius

-

grec

1-100

34

P. Lucceius, Philini l., Menes

latin (homonyme ?)

grec

1-100

35

L. Pomponius, L. l., Diocles

latin

grec

1-100

32

Sex Fadius, Sex. [---]

latin

( ?)

1-100 ( ?)

53

[---] Priscus

-

latin

30-100

54

[---] Gaius

-

latin

30-100

59

[---] nius Valens

( ?)

latin

43-70

52

Ti. Claudius Hymnus

latin

grec

45-70

3

Q. Aponius Rusticus

latin

latin

50-100

4

C. Domitius Pylades

latin

grec

50-100

9

V (alerius ?) Eros

latin

grec

50-100

27

M. Apronius Eutropus

latin

grec

50-100

29

Flavia Hedone

latin

grec

50-100

2

L. Cordius Symphorus

latin

grec

70-100

42

Metilia Donata

latin

latin

70-100 ( ?)

17

L. Sempronius Apollonius

latin

grec

100-150

28

C. Antistius Anti [---]

latin

( ?)

100-150

55

Ti. Ingenuius Satto Ti. Ingenuius Sabinianus

latin patronymique latin patronymique

indigène latin

100-150

64

M. Sabinianius Quietus

latin patronymique

latin

145

30

C. Terentius Atticus

latin

latin

100-200

50

C. Sentius Diadumenus

indigène ( ?)

grec

100-200 ( ?)

31

[---] ( ?) Pompeios E [---] [---] ( ?) Pompeois Fortunatos

latin latin

( ?) latin

138-161

10

Albanius Artemidorus

latin patronymique

grec

150-200

39

[---] Flavius Pollianus Eburius

latin

latin germanique

150-200

51

Q. Postumius Hyginus Postumius Hermes, lib.

latin latin

grec grec

150-200

43

Bononius Gordus

indigène

indigène

150-200 ( ?)

57

M. Rubrius Zosimus

latin

grec

150-200 ( ?)

46

M. Iunius Lunaris

latin

latin

150-200 ( ?)

No

Noms

Gentilices

Surnoms

Date

1

C. Attius Ianuarius

latin

latin

150-250

5

Iulia Saturnina

latin

latin

150-250

19

Tib. Claudius, Tib. Cl. Oniti lib., Apollinaris

latin

latin

150-250

23

Anicius Ingenuus

latin

latin

150-250

25

Sex. Iulius Felicissimus

latin

latin

150-250

45

Sex. Fabius As [---] s

latin

grec ( ?)

150-250

48

L. Geminius Similis

latin patronymique

latin

150-250

61

L. Fabius Anthi(-)

latin

grec

150-250

60

Peregrinius Heliodorus

latin patronymique

grec

150-250

49

G. Rufius Eutactus

latin patronymique

grec

150-250

58

Q. Avitius Hermes

latin patronymique

grec

150-250

56

Ulpius Iulianus

latin

latin

198

22

M. Aurelius [---] ocomas

latin

grec

200-250

62

T. Flavius Processus

latin

latin

238-244

• Les gentilices

  • 35 Voir, par exemple, B. Rémy, 2001.

64Nous disposons de cinquante gentilices. Seulement, deux ( ?) médecins portaient un gentilice indigène : C. Sentius ( ?) Diadumenus (no 50, à Yverdon) et Bononius Gordus (no 43, à Lyon), entre 100 et 250. Ce très faible pourcentage (4 %) ne signifie évidemment pas que les Occidentaux autochtones étaient rarement médecins, puisque nous savons que les nouveaux citoyens romains prenaient beaucoup plus souvent un gentilice latin qu’un gentilice indigène35.

65Parmi les quarante-huit noms de famille latins, il faut distinguer les trente-huit gentilices latins “italiens” (76 %) des dix ( ?) gentilices “latins régionaux” (20 %). Neuf gentilices étaient très probablement des noms latins “de formation patronymique” (Albanius, Avitius, Frontinius, Geminius, Ingenuius [bis], Peregrinius, Rufius, Sabinianius), fabriqués par les indigènes, lors de leur accession à la citoyenneté romaine, en rajoutant le suffixe -ius ou -inius au nom unique latin de leur père (voir p. 85). Un gentilice latin (Lucceius) pourrait être “homonyme” et avoir été choisi pour sa ressemblance avec un nom celtique. Quoi qu’il en soit, la prépondérance des gentilices latins “italiens” reste absolue pendant tout le Haut-Empire. Remarquons que Aerarius (no 12) et peut-être Argentarius (no 7), deux ( ?) affranchis, avaient un gentilice “professionnel” (voir p. 49).

• Les surnoms

66Nous disposons de cinquante-deux cognomina. Quatre médecins portaient des surnoms indigènes, gaulois [Sciscola (no 14, à Mellaria) ; Gordus (no 43, à Lyon) ; Satto (no 55, à Augusta Raurica)] ou germanique, si [---] Flavius Pollianus Eburius (no 39) était bien un polyonyme, pourvu d’un second cognomen. Dans la dénomination des médecins, la part des sunoms indigènes (7,7 %) est donc quasiment aussi faible que celle des gentilices. Il ne faut pas en tirer plus de conclusions. Avec vingt et une occurrences, les surnoms latins (40,4 %) – tous “italiens” – viennent bien après les vingt-sept cognomina grecs (51,9 %). Fortunatos (no 31), surnom latin grécisé, et Felicissimus (no 25) étaient des noms de bon augure.

67Sauf Apollinaris (no 19), les dix affranchis certains (no 12, 13, 18, 19, 34-36, 51, 52, 63) avaient tous un surnom grec. Au moins, Hyginus, “qui rend la santé” (no 51), et peut-être Apollinaris, par référence à Apollon médecin, semblent être des noms choisis par les maîtres en fonction de la future activité de leurs esclaves, puis affranchis. Hermes (no 51) avait un théonyme pour s’attirer la protection des dieux. Sauf [---] tus Auctus (no 37), les dix-sept autres praticiens (no 2, 4, 7, 9-11, 15, 22, 27, 28, 37, 45, 49, 51, 57, 58, 61) qui pourraient avoir été des affranchis, avaient tous des surnoms grecs. As[---] s (no 45) et Apollonius (no 17) renvoient peut-être à Asclépios et à Apollon ; surnom de bon augure, Eutychus (no 18), “le chanceux”, convient bien à un médecin. Artemidorus (no 10), Heracles (no 7) et Hermes (no 51) portaient un surnom théonyme. Les autres cognomina n’avaient, semble-t-il, aucun rapport avec la médecine, mais pourraient avoir été choisis parce qu’ils étaient grecs. Au vu du contexte des inscriptions, un ingénu [Peregrinius Heliodorus (no 60)], peut-être trois [L. Sempronius Apollonius (no 17) ; Flavia Hedone (no 29)] ont peut-être pris des pseudonymes grecs pour exercer leur profession dans les meilleures conditions financières possibles (voir le texte de Pline, p. 40).

  • 36 S’il était bien un polyonyme, [---] Flavius Pollianus Eburius (no 40) avait un premier surnom latin (...)

68Sur les quarante-huit médecins dont nous connaissons la dénomination complète, Bononius Gordus avait une dénomination purement indigène et treize médecins (no 1, 3, 5, 6, 19, 23, 25, 30, 31, 42, 46, 56, 62) des duo ou des tria nomina latins36. Les autres avaient une dénomination mixte : C. Sentius Diadumenus associait un gentilice gaulois à un cognomen grec ; P. Frontinius Sciscola et Ti. Ingenuius Satto, un nom “latin patronymique” à un surnom celtique ; Ti. Ingenuius Sabinianus, M. Sabinianius Quietus et L. Geminius Similis, un gentilice “latin patronymique” à un cognomen latin ; Peregrinius Heliodorus, G. Rufius Eutactus et Q. Avitius Hermes, un gentilice “latin patronymique” à un surnom grec ; mais la plupart (no 2, 4, 7, 9, 11, 12, 15, 17, 22, 27, 29, 35, 36, 45 ?, 51 [bis], 57, 61, 63) avaient un gentilice latin – peut-être “homonyme” (no 34) – et un cognomen grec.

  • 37 Je n’ai retenu que les porteurs des duo ou des tria nomina, même si certains oculistes citoyens rom (...)

69Les oculistes (citoyens romains) attestés sur les cachets à collyre semblent avoir eu une dénomination un peu différente. Dans le méritoire corpus de J. Voinot, j’ai recensé deux cent vingt-neuf citoyens romains37 ; tous des hommes. Six portaient les duo nomina première manière, cent quatre-vingt-neuf les tria nomina et trente-quatre les duo nomina seconde manière. Six oculistes ne sont pas utilisables dans cette étude : trois, sans doute très connus, sont désignés par les initiales de leurs tria nomina et trois ont un gentilice et un cognomen trop abrégés ou trop fragmentaires. Restent deux cent vingt-trois oculistes, dont nous connaissons au moins partiellement la dénomination.

– Les gentilices

70Vingt-quatre oculistes ont un gentilice réduit à l’initiale ou mutilé. Sur les cent quatre-vingt-dix-neuf autres gentilices, j’ai recensé seize gentilices indigènes (8 %), cent soixante-deux gentilices latins “italiens” (81,4 %) et vingt et un gentilices latins “patronymiques” (10,6 %). La répartition des gentilices des oculistes est donc très sensiblement la même que celle des gentilices des médecins occidentaux.

– Les surnoms

  • 38 Nous sommes très loin des chiffres avancés par V. Nutton (2004, p. 257) qui envisage que “90 per ce (...)

71Les six porteurs des duo nomina première manière n’ont évidemment pas de cognomen ; cinq autres oculistes en ont un trop mutilé ou trop abrégé pour être utilisé. Sur les deux cent douze surnoms utilisables, sept étaient indigènes (3,3 %), cent-vingt-huit latins “italiens” (60,4 %) ; sept pourraient être des noms “latins régionaux” (3,3 %) ; soixante-dix étaient grecs (33 %)38.

72La répartition des surnoms des oculistes attestés est très différente de celle des surnoms des médecins occidentaux. Si l’on ajoute les cognomina indigènes et ceux qui étaient peut-être “latins régionaux”, les surnoms à connotation indigène sont quasiment au même niveau que chez les praticiens des provinces occidentales, mais le rapport surnoms latins-surnoms grecs est très différent. Avec 60,4 %, les premiers l’emportent largement chez les oculistes, alors qu’ils étaient nettement minoritaires (40,4 %) chez les médecins (citoyens romains et affranchis de citoyens romains) du corpus, où les surnoms grecs atteignaient 51,9 %. Dans l’état de nos connaissances, les oculistes avaient beaucoup moins souvent un cognomen grec. L’écart de 20 % est important ; faut-il penser que les oculistes qui faisaient des tournées dans les campagnes avaient des clients moins sensibles au prestige des noms grecs ou que les oculistes étaient plus souvent des ingénus occidentaux ?

73Comme les médecins du corpus, un certain nombre d’oculistes avaient (pris ?) des surnoms grecs ou latins de bon augure ou des théonymes : Apollinaris, Dionysius, Dionysodorus, Felicianus, Heracles, Hermes, Hyginus, Salutaris, Sothericus, Theo, Theofilus, Victor, Victorinus Trois oculistes avaient une dénomination entièrement indigène. La dénomination des autres était mixte.

74La dénomination des pérégrins

75Nous disposons du nom complet de quatre pérégrins (tableau no 23)

No

Noms

Noms uniques

Date

33

Heraclides, Xsanthermi l.

grec

1-100

65

Divos

indigène

100-200

20

Hermogenes

grec

100-200 ( ?)

21

Antiochos ( ?)

grec

100-200 ( ?)

76Sauf Divos, très probable ingénu, qui porte un nom gaulois plutôt que latin, ils ont tous un nom grec. Heraclides, dont le nom rappelle celui d’Hercule, était un affranchi, alors que Hermogenes, qui portait le nom du médecin personnel d’Hadrien, et Antiochos étaient très vraisemblablement des ingénus venus du monde grec exercer la médecine dans l’armée romaine.

77La dénomination des esclaves

78Des deux esclaves attestés (tableau no 24), un avait un nom latin, l’autre un nom grec.

No

Noms

Noms uniques

Date

8

Ianuarius, D. Percae ser.

latin

1-100

26

Dionysius

grec

150-200

79Ianuarius avait un nom très courant dans le monde servile (voir notice no 1). Dionysius portait un théonyme.

80Vu le nombre de documents, ces deux dernières catégories ne sont en rien représentatives.

Les catégories sociales

  • 39 À Rimini, l’archéologie a permis de connaître la fastueuse (mosaïque, peinture) maison d’un chirurg (...)
  • 40 À Mérida, le marbre est caractéristique des épitaphes d’affranchis.

81Il est clair que les citoyens romains et les pérégrins – ingénus et affranchis – attestés dans notre petit corpus qui exerçaient la médecine dans les provinces occidentales appartenaient au moins aux couches moyennes de la population, celles qui faisaient graver des inscriptions39. En se fondant sur ce type de documents, il est difficile d’aller beaucoup plus loin, sauf dans de trop rares cas, notamment pour les affranchis qui constituaient sans doute la (petite ?) majorité des médecins. À jamais marqués par leur macule servile, ils ne devaient guère être intégrés dans “la bonne société” et avaient donc à cœur d’afficher leur réussite financière en se faisant construire, dans la première moitié du ier siècle, de beaux monuments funéraires.40 Ainsi, L. Suestilius Aprodisius (no 36) et M. Fulvius Icarus (no 15) ont-il fait bâtir un mausolée à Narbonne et à Aguilar de la Frontera. À Mérida (no 6), ce fut aussi le cas de P. Sertorius Niger, un ingénu. Icarus l’avait même orné d’une épitaphe en lettres de bronze, témoignage éloquent de sa volonté d’ostentation. Certains praticiens, comme L. Cordius Symphorus (no 2) ou Phlegon (no 41), ont fait de belles offrandes aux dieux ; d’autres ont été évergètes et ont dépensé leur argent pour la communauté où ils vivaient (voir p. 62-63).

82Même les médecins esclaves devaient avoir un statut social et financier meilleur que la plupart des autres esclaves.

Les croyances et les cultes

83Avec seize occurrences (23,9 %), les dédicaces aux dieux, qui ont été gravées à l’initiative de dix-sept dévots, viennent au deuxième rang des inscriptions qui nous font connaître des médecins. Deux sont en grec (no 20, 21), dont une (no 20) en médiocres héxamètres. Voici leur liste chronologique (tableau no 25) :

No

Provenance

Nom

Divinités honorées

Date

41

Lugdunum (Lyonnaise)

Phlegon

Dédicace aux Mères augustes et représentation de trois déesses-mères pas de formule votive

1-200

2

Emerita (Lusitanie)

L. Cordius Symphorus

dédicace à Vénus Victrix ex uoto

70-100

65

Colonia Ulpia Traiana (Germanie inf.)

Divos

Dédicace à Alateivia ex iussu

100-200

20

Deua (Bretagne)

Hermogenes

Dédicace (en grec) aux très puissants dieux sauveurs pas de formule votive ; donation d’un autel

100-200 ( ?)

21

Deua (Bretagne)

Antiochos ( ?)

Dédicace (en grec) à Asclépios, Hygeia et Panakeia - brisée en bas

100-200 ( ?)

50

Eburodunum (Germanie sup.)

C. Sentius Diadumenus

Dédicace à Mars auguste u s l m

100-200 ( ?)

64

Iversheim (Germanie inf.)

M. Sabinianius Quietus

Dédicace au Génie du détachement de la légion I Mineruia p. f. pas de formule votive

145

51

Auenticum (Germanie sup.)

Q. Postumius Hyginus Postumius Hermes, lib.

Dédicace aux numina Aug., au Génie de la colonie des Helvètes et à Apollon d s d

150-200

57

Obernburg (Germanie sup.)

M. Rubrius Zosimus

Dédicace à Jupiter Optimus Maximus, Apollon, Esculape, Salus et la Fortune en remerciement de la guérison du préfet de sa cohorte u s l l m

150-200 ( ?)

1

Mirobriga (Lusitanie)

C. Attius Ianuarius

Dédicace à Esculape donation testamentaire à l’ordo de Mirobriga pour une fête locale des Quinquatries fac cur

150-250

45

Hermes (Belgique)

Sex. Fabius As[---] s

Dédicace en l’honneur de la maison divine, à Jupiter Optimus Maximus, Hercule ( ?) Saxanus ( ?) et au uicus ( ?) Ratumagus donation d’un temple ( ?) d s p f c

150-250

48

Ihn, Kreis Saarlouis (Belgique)

L. Geminius Similis

Dédicace au deus Apollon u s l m

150-250

61

Grosskrotzenburg (Germanie sup.)

L. Fabius Anthi(-)

Dédicace à Mithra u s l l m

150-250

56

Osterburken (Germanie sup.)

Ulpius Iulianus

Dédicace aux (dieux) bienfaisants pour la sauvegarde de la troisième cohorte des Aquitains de suo posit l. l. m.

198

22

Vinouia (Bretagne)

M. Aurelius [---] ocomas

Dédicace à Esculape et à Salus pour la sauvegarde de l’aile des Vettons, citoyens romains u s l m

200-250

62

Niederbieber (Germanie sup.)

T. Flavius Processus

Dédicace au Génie des capsarii du numerus des Diuitienses Gordianiens en l’honneur de la maison divine d p s

238-244

84Une seule dédicace (no 2, d’Emerita) a très probablement été gravée dans la seconde moitié du ier siècle. Les autres datent des années 100-250. Vu le petit nombre de documents, une étude de leur répartition géographique n’a donné aucun résultat probant (voir p. 29-32). Nous pouvons seulement remarquer que le hasard de la conservation des pierres a fait qu’elles sont absentes de Bétique, de Citérieure, d’Aquitaine et peut-être de Narbonnaise.

85Assez variés, les divinités sont toutes honorées “à la romaine”. Sept inscriptions votives ont un formulaire très classique : ex uoto (no 2) ou u(otum) s(oluit) l(ibens) m(erito) (no 22, 48, 50, 56, 57, 61). Impliquant une très bonne connaissance des complexes pratiques cultuelles romaines, elles affirment que le cultor a attendu la satisfaction de sa demande – plus exactement l’exécution par le dieu invoqué de sa part du contrat qu’il est réputé avoir accepté – pour s’acquitter de son vœu. Elles sont avant tout un paiement libératoire. Divos (no 65) a fait sa dédicace à Alateivia sur l’ordre de la déesse (ex iussu). Quatre autres dédicaces (no 41, 51, 62, 64) ne comportent pas de formule votive et sont probablement des dons “gratuits” aux dieux. Deux textes (no 51, 62) précisent que le dédicant a personnellement financé le monument et l’inscription. Les trois autres (no 1, 20, 45) sont tout à la fois des hommages aux dieux (sans formule votive) et des donations évergétiques à caractère religieux. La dernière (no 21) est brisée en bas, ce qui nous interdit de nous prononcer.

86Huit (trois civils et cinq militaires) des dix-sept cultores ont réuni dans la même vénération plusieurs dieux et déesses. Une dédicace concerne deux divinités [Esculape et Salus (no 22)], trois, trois dieux [Asclépios, Hygeia et Panakeia (no 21) ; Jupiter Optimus Maximus, Hercule ( ?) Saxanus ( ?) et le uicus ( ?) Ratumagus (no 45) ; les Numina Augustorum, le Génie de la colonie des Helvètes et Apollon (no 51)], une, cinq [Jupiter Optimus Maximus, Apollon, Esculape, Salus et la Fortune (no 57)]. Dédiées aux très puissants dieux sauveurs (no 20) et aux (dieux) bienfaisants (no 57), les deux dernières s’adressent à tout le panthéon. Ces dédicaces multiples, qui ne se retrouvent qu’en Bretagne (no 20-22), Belgique (no 45) et Germanie supérieure (no 51, 56, 57), manifestent le souci de s’assurer la protection divine la plus efficace possible en associant les dieux qui présentaient le plus d’affinités ou ceux dont les pouvoirs se complétaient le mieux. Par cette répétition d’intensité, le dévot souhaitait mettre toutes les chances de son côté ; il a donc souvent réuni les dieux “médecins” : Esculape est présent quatre fois, Apollon et Salus deux fois. À Deua (no 21) et Vinouia (no 22) ne sont associés que des dieux protecteurs de la santé des hommes (Asclépios, Hygeia et Panakeia ; Esculape et Salus), alors qu’à Obernurg (no 57), nous retrouvons Apollon, Esculape et Salus, mais aussi Jupiter Optimus Maximus et la Fortune ; de même, à Avenches (no 51), les deux dévots honorent les numina Augustorum (culte importé), le génie de la colonie des Helvètes (culte romanisé de leur patrie) et Apollon, la divinité (romaine ou gallo-romaine) “guérisseuse”. Enfin, à Hermes (no 45), Sex. Fabius As[---] s dédie à des dieux locaux ( ?) sans rapport avec la médecine.

87Trois médecins de l’armée romaine ont fait graver des “dédicaces professionnelles”. Désespérant sans doute de guérir le préfet de la quatrième cohorte montée des Aquitains citoyens romains par ses seuls talents de médecin, M. Rubrius Zosimus (no 57) a fait appel à cinq dieux. Exaucé, il s’est acquitté de son vœu. Ulpius Iulianus et M. Aurelius [---] ocomas, qui avaient passé un “contrat” avec les dieux bienfaisants (no 56) et avec Esculape et Salus (no 22) pour leur demander d’assurer la sauvegarde de la troisième cohorte des Aquitains et de l’aile des Vettons citoyens romains, sans doute à l’occasion d’une épidémie ou d’une campagne, ont fait de même. Ce type de dédicace montre l’attachement des deux médecins aux hommes de leur unité et leur confiance envers les dieux.

Les divinités indigènes

88Après la conquête, les provinciaux ont continué à prier leurs anciens dieux, car ils avaient fait depuis longtemps la preuve de leur efficacité pour la protection des hommes ; mais il est très probable qu’ils ont été quelque peu transformés par l’adoption d’un rituel romain (dédicaces épigraphiques, formulaires votifs, sacrifices “à la romaine”) très différent des coutumes indigènes. Écrire le nom d’un dieu obscur sur une pierre peut lui donner, à nos yeux, une importance qu’il n’avait jamais eue. Le dieu local qui bénéficie de la dédicace d’un autel, un acte d’origine étrangère, subit par là même l’empreinte de la religion romaine.

  • 41 On peut penser à un rapprochement avec la divinisation des villes comme Axima, Nîmes, Vienne, qui s (...)

89Avec deux dédicaces de praticiens civils, les divinités indigènes ne semblent guère avoir été en faveur. À Lyon (no 41), Phlegon, un esclave ( ?) au nom grec, vénère les déesses-mères augustes, les grandes divinités féminines populaires de la Gaule. Personnifications universelles de la terre et de la prospérité agricole, garantes de la santé des hommes, elles présidaient à la naissance, conféraient le bonheur et assuraient l’existence par-delà le tombeau. Nous comprenons donc qu’elles soient honorées par un médecin. À Cologne (no 65), Divos, un pérégrin, a élevé un autel à Alateivia, une déesse locale au nom germain, dont nous ne savons rien. Il faut peut-être rajouter à cette courte liste le uicus (?) Ratumagus (no 45), si cette petite agglomération gauloise avait bien été divinisée41.

Les divinités “assimilées”

  • 42 Voir J. Scheid, “Les dévotions en Germanie inférieure : divinités, lieux de culte, fidèles”, in M. (...)

90La conquête a fait connaître aux habitants des provinces occidentales les dieux du panthéon romain, mais il se pourrait que les provinciaux n’aient pas toujours adoré les dieux de Rome, mais des dieux “assimilés”. Toutefois, il ne faut sans doute pas penser qu’ils vénéraient leurs divinités traditionnelles sous un nom romain. Ces dieux “assimilés” ne sont pas de simples transpositions de divinités superficiellement romanisées. Remplacer le nom indigène d’un dieu par un nom romain – ou même le reléguer au second rang comme épiclèse – indique un degré décisif d’intégration dans la religion romaine des divinités et des cultores. Même si les divinités “interprétées” ont conservé une certaine dimension locale, il est probable, exempli gratia, que Mercure, le grand dieu tutélaire de la colonie de Vienne, Maia, sa mère, et Mars, l’autre grand dieu allobroge, avaient en fait des personnalités et des fonctions très proches de celles des dieux gréco-romains du même nom. Comme leurs dévots allobroges – devenus très tôt des Viennois, citoyens romains – ils s’étaient tout bonnement romanisés. Avec des nuances, il dut en aller de même partout42.

91À en croire notre documentation, les divinités “assimilées” n’ont guère été honorées par les médecins. Avec quelque certitude, il faut penser à Hercule ( ?) Saxanus ( ?) et peut-être au Jupiter Optimus Maximus d’Hermes (no 45), à Mars auguste d’Yverdon (no 50) et à deus Apollon d’Ihn, Kreis Saarlouis (no 48). Dans ces deux derniers cas, l’épiclèse indigène (Caturix ? pour Mars) serait sous-entendue. Les rares dévots étaient tous des civils.

Les divinités gréco-romaines et romaines

  • 43 Sur Esculape, voir, en dernier lieu, Gr. Masson, 2005, p. 107-136.

92La plupart des médecins, dont tous les militaires, honorent des divinités gréco-romaines et romaines : Vénus Victrix (no 2), Esculape (no 1, 21, 22, 57), Jupiter Optimus Maximus (no 57), Salus (no 22, 57), Hygeia et Panakeia (no 21), la Fortune (no 57), le Génie de la colonie des Helvètes (no 51), le Génie d’une vexillation de la légion I Mineruia, pieuse, fidèle (no 64), le Génie des capsarii du numerus des Diuitienses Gordianiens (no 62). À côté de Jupiter Optimus Maximus, qui est sans doute à Obernburg (no 57) le maître du panthéon, même si Junon et Minerve n’apparaissent pas à ses côtés, et du culte typiquement romain du Génie (du lieu et de deux unités), les dévotions des médecins s’adressent surtout à des divinités salutaires, réputées pour être les protectrices de la santé des hommes, parce qu’ils considéraient qu’ils avaient aussi besoin de l’aide divine pour ramener leurs patients à la santé. Avec quatres occurrences, Esculape, le “dieu médecin” est le plus sollicité43. Antiochos ( ?) (no 21), un médecin hellénophone, vénère des dieux grecs, Asclépios, aux mains douces, Hygeia et Panakeia, leur fille. À Avenches (no 51) et à Obernburg (no 57), les deux médecins remercient (entre autres) un Apollon qui est bien le medicus romain. C’est aussi le cas de Salus (no 22, 57) et sans doute de Vénus Victrix (no 2) qui remporte la victoire sur la maladie et de la (bonne) Fortune (no 57) qui veille sur la vie des hommes. Hermogenes (no 20), un médecin grec, honore les très puissants dieux sauveurs, Ulpius Iulianus (no 56) les dieux bienfaisants. En sollicitant tous les dieux du panthéon, les deux hommes prennent garde de n’en oublier aucun.

Les “cultes orientaux”

93Avec une seule dédicace à Mithra offerte par L. Fabius Anthi(-), un médecin de cohorte (no 61), ils sont très peu attestés, même s’il faut rajouter la présence à Vieu-en-Valromey d’un important initié de Mithra, G. Rufius Eutactus (no 49), qui était aussi médecin.

Le culte impérial

94Apparemment les médecins n’étaient guère des dévots du culte impérial, puisque nous disposons d’une seule dédicace aux Numina Augustorum (no 51). La dédicace multiple d’Hermes (no 45) commence par un hommage à la maison divine qui n’a aucun caractère religieux, mais affirme seulement le loyalisme du dédicant au régime impérial, qui était de mise dans le cadre d’une évergésie. Assez curieusement, les médecins de l’armée sont absents, peut-être parce qu’ils étaient plus médecins que militaires.

La participation à la vie publique

  • 44 Dans le monde grec, les médecins sont fréquemment magistrats (voir É. Samama, 2003).

95À en juger par les inscriptions du Corpus, les médecins ont très peu participé à la vie publique de leur cité. Ils ne sont jamais magistrats et n’appartiennent pas non plus à l’ordre des décurions, même si certains étaient riches ou au moins aisés. Il ne fait guère de doute que les élites municipales considérassent que leur dignitas (respectabilité) n’était pas suffisante pour prétendre aux “honneurs” (voir le texte de Pline l’Ancien)44. Seul, C. Attius Ianuarius (no 1) semble avoir eu des relations suivies avec le conseil municipal de Mirobriga auquel il a fait une donation à caractère religieux (voir p. 88). Sans doute était-il le médecin personnel d’un certain nombre de ces notables, puisqu’il ne précise pas qu’il était décurion ou magistrat. Deux ont été “prêtres” et trois ont fait œuvre d’évergètes.

Les “prêtres”

  • 45 Dei I(nvicti) M(ithrae) / Patri patru-/m, G(aio) Ruf(io) / Eutacto, / G(aius) Ruf(ius) Viri-/lis, f (...)
  • 46 Voir les peintures de l’église Santa Prisca à Rome.
  • 47 Ce texte est donc postérieur à la création du culte municipal de Cybèle par Antonin le Pieux (voir (...)

96Il se pourrait qu’en ce domaine, nous soyons en partie victimes de notre type principal de documentation : les épitaphes. Leurs auteurs pourraient avoir parfois passé sous silence certaines fonctions qui relevaient du culte privé. Ainsi, lorsqu’elle a fait graver sa propre épitaphe et celle de son mari G. Rufius Eutactus (no 49) – en précisant qu’il était médecin – Caesiccia Ianuria n’a pas jugé bon d’indiquer qu’il avait été “Père des pères” de Mithra, “Grand-prêtre” de la communauté mithriaque de Vieu-en-Valromey, ce qui n’était pas rien. Nous le savons par une autre inscription (ILAin, 103) élevée par son fils, G. Rufius Virilis, qui n’apparaît d’ailleurs pas dans l’épitaphe de ses deux parents. Virilis a érigé cet autel en l’honneur de son père, mais il a pris soin de faire figurer à la première ligne le nom du dieu Mithra au génitif, dont son père était l’initié45. Eutactus occupait la place la plus élevée dans la hiérarchie du culte de Mithra (saint Jérôme, Ep., 107, 2), qui comportait six autre grades : Corax (corbeau), Nymphus (fiancé ou jeune époux), Miles (soldat), Leo (lion), Perses (Perse), Heliodromus (courrier du Soleil), tous placés sous la protection d’une “planète”46. Toutefois, il convient peut-être de ne pas généraliser l’attitude de Caesiccia Ianuria, puisqu’une épitaphe fragmentaire de Vienne mentionne un dendrophore attaché au culte de Cybèle (ILN, Vienne 111), mais il est vrai qu’il s’agissait alors d’un culte municipal officiel47.

  • 48 Voir B. Rémy, “Les sévirs augustaux dans la cité de Vienne”, La Pierre et l’Écrit, 18, 2007, p. 19- (...)

97Outre ce haut dignitaire du culte de Mithna qui officiait dans la seconde moitié du iie siècle ou au début du iiie, nous connaissons un autre “prêtre”, M. Apronius Eutropus (no 27), qui était membre du collège des sévirs augustaux de la colonie de Vienne, vers la fin de la dynastie julio-claudienne48. Desservant du culte des Lares augustes, il disposait au moins d’une certaine aisance, puisqu’il avait dû payer une summa honoraria pour entrer dans le collège et faire ensuite certaines dépenses ob honorem seuiratus. Dans la hiérarchie sociale de la cité, il venait juste après les décurions.

Les évergésies

98Un bon nombre des médecins libres (ingénus et affranchis) appartenaient au moins à la frange inférieure des notables de leur cité. Faute de pouvoir être décurions ou magistrats, ils ont dû se contenter de faire œuvre d’évergètes pour se distinguer de leurs contemporains moins fortunés, mais là encore notre documentation est très restreinte. À Lyon, sans doute dans la seconde moitié du ier siècle, un gros bloc de calcaire conserve le souvenir très partiel d’une donation de Metilia Donata (no 42). Nous en ignorons tout, mais, à en juger par la taille de l’inscription – pourtant fragmentaire –, elle devait être d’importance, d’autant que le conseil des décurions avait donné son accord pour qu’elle soit installée (ou construite) sur un terrain public du territoire de la colonie. Nous ne connaissons pas nominalement les bénéficiaires de cette générosité, mais il va de soi qu’il s’agissait des Lyonnais.

  • 49 E. Frézouls, “Évergétisme et construction urbaine dans les Trois Gaules et les Germanies”, Revue du (...)

99À Mirobriga (Lusitanie) et à Hermes, chez les Bellovaques, selon une pratique courante partout49, les deux médecins ont associé culte et évergétisme et dédié leurs évergésies aux dieux (voir p. 88 et 143), mais les bénéficiaires de leurs dons étaient les habitants de Mirobriga et d’Hermes (le uicus Ratumagus). Dévot d’Esculape, qui est le destinataire de l’inscription, C. Attius Ianuarius (no 1) a légué par testament au conseil municipal de Mirobriga une somme d’argent non précisée pour lui permettre d’organiser localement la fête des Quinquatries en l’honneur de Minerve, la patronne des médecins (voir p. 88). Le texte ne précise pas s’il s’agissait d’une fondation pour la création d’une fête pérenne annuelle ( ?) ou du financement ponctuel d’une cérémonie déjà existante. À Hermes, chez les Bellovaques, à la même époque, Sex. Fabius As[---] s a offert, en l’honneur de la maison divine, à Jupiter Optimus Maximus, à Hercule ( ?) Saxanus (?) et au uicus (?) Ratumagus un monument (aedes, templum, portique). Dans la même inscription, les deux médecins commémoraient donc une double démarche, cultuelle et évergétique.

Vie privée

100Une fois encore, l’austère documentation épigraphique nous oblige à limiter très sérieusement nos ambitions, d’autant que nous ne pouvons pas nous fonder sur les épitaphes pour tenter de connaître la composition des familles antiques, puisque nous ignorons à peu près tout des coutumes des Anciens en matière de rédaction des épitaphes. Ainsi, à Vieu-en-Valromey (no 49), G. Rufius Virilis ne figure pas dans l’épitaphe de ses deux parents, gravée par sa mère à l’occasion du décès de son père. De plus, seules les épitaphes peuvent fournir quelques renseignements, puisque les autres textes mentionnent uniquement le nom du médecin et sa profession.

101Nous pouvons seulement avoir la confirmation que vingt, peut-être vingt-deux médecins étaient marié(e) s ou vivaient en concubinage (pratique courante chez les affranchis), car nous connaissons leur épouse ou compagne (no 3 ?, 4, 6, 9, 15, 19, 27, 28, 34, 35, 39, 44, 49, 52, 58 ?) ou leur mari (no 5) et/ou un de leurs enfants (no 7, 16, 17, 19, 27, 55). À en croire notre documentation, seulement sept (no 7, 15, 16, 17, 19, 27, 55) auraient eu au moins un enfant Comme il se doit, la plupart avaient des affranchis.

Notes

1 Hygin, Fabula, 274, 10-13. Voir H. King, Proceedings of the Cambridge Philological Society, 212, 1986, p. 53-77.

2 C’est aux seuls médecins de la ville de Rome que César avait accordé la citoyenneté romaine (Suétone, Diuus Iulius, 42), ce qui montre que la Ville manquait alors de médecins.

3 Voir Suétone, Diuus Claulius, 25.

4 C’était le cas de Trimalchion.

5 J. André, 1987, p. 35-36 ; C. de Filippis Cappai, 1993, p. 65-66. U. Agnati, Epigrafia, diritto e società. Studio quantitativo dell’epigrafia latina di zona insubre, Côme, 1997, p. 75-167, a longuement cherché à définir les critères de repérage des affranchis, mais il n’arrive pas à des résultats très convaincants.

6 I. Kajanto, “The significance of Non-Latin Cognomina”, Latomus, 27, 1968, p. 517-534.

7 R. Duthoy, “Notes onomastiques sur les Augustales. Cognomina et indication de statut”, AC, 1970, p. 88-105, H. Solin, Beiträge zur Kenntnis des griechischen Personennamen im Rome, Helsinki, 1971, J. Kaimio, The Romans and the Greek Language, Helsinki, 1979…

8 Même si la comparaison est un peu osée, nous savons que les prostituées travaillant dans les lupanars prenaient un pseudonyme grec (Plaute, Poenulus, 1139-1140).

9 On notera que ce sont les maîtres des deux esclaves qui ont fait graver leur épitaphe.

10 C’était sans doute la même chose pour les rhéteurs.

11 On trouve encore de nos jours sur la plaque de certains praticiens l’indication “diplômé de la Faculté de médecine de”.

12 Des collèges de médecins sont attestés ailleurs, notamment à Bénévent (CIL, IX, 1918).

13 Voir R. Jackson, “A Roman Doctor’s House in Rimini”, British Museum Magazine, 44, 2002, p. 20-23.

14 Voir P. Gros, L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C. à la fin du Haut-Empire. I. Les monuments publics, Paris, 1996, p. 379.

15 G. Fabre, 1981, p. 323-326. Voir aussi W. Waldstein, Operae Libertorum. Untersuchungen zur Dienstpflicht freigelassener Sklaven, Stuttgart, 1986.

16 Voir V. Nutton, “Archiatri and the medical Profession in Antiquity”, PBSR, 45, 1977, p. 191-226 et E. Samama, 2003, p. 38-45.

17 L’affranchissement n’apparaît pas, ni les éventuels “actionnaires”.

18 Sur la situation pré-impériale, voir C. F. Salazar, 2000, p. 74-79. Sur l’époque impériale : R. W. Davies 1970 ; J. C. Wilmanns 1995.

19 Pour les inscriptions grecques relatives aux médecins de l’armée dans les provinces orientales, voir E. Samama, 2003, p. 34. En Occident, voir encore P. A. Baker, 2004, p. 128-131.

20 Le no 64 mentionne un miles medicus dédiant une inscription au Genius uexillationis de la légion I Mineruia, mais qui ne se dit pas expressément medicus uexillationis.

21 Voir à ce propos M. Reddé, Mare Nostrum. Les infrastructures, le dispositif et l’histoire de la marine militaire sous l’Empire romain, Rome, 1986, p. 109, 111, 113, 536 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 69.

22 Nous pouvons faire le même constat dans les inscriptions découvertes dans d’autres parties de l’empire, à l’exception de CIL, X, 3599, qui concerne toutefois un jeune médecin décédé après dix-sept jours de service.

23 Pour une vue d’ensemble, voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 80-86.

24 Sur cette question, voir toutefois O. Stoll, JRGZM, 50, 1, 2003, p. 329-354.

25 Sur l’existence éventuelle d’un centurio medicus dans le papyrus grec PSI 1063, rédigé au iie siècle, voir en dernier lieu O. Stoll, loc. cit.

26 En dernier lieu sur les centurions ordinati et ordinarii, voir S. Janniard, “Centuriones ordinarii et ducenarii dans l’armée romaine tardive (iiie-vie s. ap. J.-C.)”, in A. S. Lewin, P. Pellegrini (éds), with the aid of Z. T. Fiema and S. Janniard, The Late Roman Army in the Near East from Diocletian to the Arab Conquest. Proceedings of a colloquium held at Potenza, Acerenza and Matera, Italy (May 2005), Oxford, 2007, p. 383-393.

27 Voir R. W. Davies, 1972, p. 8 ; C. F. Salazar, 2000, p. 82-83 ; V. Nutton, 2004, p. 179.

28 Voir J.-C. Wilmanns, 1995, p. 72.

29 Voir C. F. Salazar, 2000, p. 81.

30 Voir à ce propos E. Samama, 2003, p. 5-6 et supra, p. 39-40.

31 Sur leurs savoirs et leurs pratiques médicales, voir R. W. Davies, 1969, p. 94-95 ; J. C. Wilmanns, 1995, p. 129-131 ; P. A. Baker, 2004, p. 45-47 ; V. Nutton, 2004, p. 182-185.

32 G. Wesch-Klein, Soziale Aspekte des römischen Heerwesens in der Kaiserzeit, Stuttgart, 1995, p. 84-87.

33 À ce sujet, voir R. W. Davies, 1972, p. 3-4.

34 Sur ces bâtiments et leur personnel, voir J. C. Wilmanns, 1995, p. 103-118 ; C. F. Salazar, 2000, p. 81-82.

35 Voir, par exemple, B. Rémy, 2001.

36 S’il était bien un polyonyme, [---] Flavius Pollianus Eburius (no 40) avait un premier surnom latin et un second cognomen germanique.

37 Je n’ai retenu que les porteurs des duo ou des tria nomina, même si certains oculistes citoyens romains ont pu se désigner par leur seul surnom, car il est impossible de les distinguer des authentiques pérégrins.

38 Nous sommes très loin des chiffres avancés par V. Nutton (2004, p. 257) qui envisage que “90 per cent of doctors named on inscriptions in the first century of the Roman Empire had Greek Names, and the percentage was still over 60 per cent two centuries later”.

39 À Rimini, l’archéologie a permis de connaître la fastueuse (mosaïque, peinture) maison d’un chirurgien (voir A. Fontemaggi, O. Piolanti, Rimini antique. Parcours archéologiques entre terre et mer, Rimini, 2009).

40 À Mérida, le marbre est caractéristique des épitaphes d’affranchis.

41 On peut penser à un rapprochement avec la divinisation des villes comme Axima, Nîmes, Vienne, qui semblent bien remonter à l’époque de l’indépendance.

42 Voir J. Scheid, “Les dévotions en Germanie inférieure : divinités, lieux de culte, fidèles”, in M. Dondin-Payre, M. Th. Raepsaet-Charlier (éds), 2006, p. 297-346 ; M.-Th. Raepsaet-Charlier, “Les dévots dans les lieux de culte de Germanie supérieure et la géographie sacrée de la province”, Ibid., p. 347-435.

43 Sur Esculape, voir, en dernier lieu, Gr. Masson, 2005, p. 107-136.

44 Dans le monde grec, les médecins sont fréquemment magistrats (voir É. Samama, 2003).

45 Dei I(nvicti) M(ithrae) / Patri patru-/m, G(aio) Ruf(io) / Eutacto, / G(aius) Ruf(ius) Viri-/lis, fil(ius).

46 Voir les peintures de l’église Santa Prisca à Rome.

47 Ce texte est donc postérieur à la création du culte municipal de Cybèle par Antonin le Pieux (voir B. Rémy, Antonin le Pieux, Paris, 2005, p. 266-268).

48 Voir B. Rémy, “Les sévirs augustaux dans la cité de Vienne”, La Pierre et l’Écrit, 18, 2007, p. 19-48.

49 E. Frézouls, “Évergétisme et construction urbaine dans les Trois Gaules et les Germanies”, Revue du Nord, 66, no 260, 1984, p. 27-54.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540