Version classiqueVersion mobile

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

Introduction

Texte intégral

  • 1 J. Voinot, Inventaire des cachets d’oculistes gallo-romains, Annonay, 1983 ; Id., Les cachets à co (...)

1Faute d’une documentation adéquate, mon étude des professionnels de la santé se réduit en fait à celle des médecins. Je n’ai pas pris en compte les deux sages-femmes, le seul infirmier et les trois seplasiarii connus par les textes épigraphiques, ni les vétérinaires qui mériteraient à eux seuls une étude. Malgré leur nombre imposant, j’ai laissé de côté les cachets d’oculistes, qui ont été publiés à deux reprises par le docteur opthalmologiste J. Voinot1, car il est presque toujours impossible de les dater avec quelque précision, ce qui leur enlève une bonne partie de leur intérêt historique. Je les utiliserai seulement dans le cadre de l’étude onomastique pour effectuer des comparaisons entre la dénomination des oculistes du corpus de J. Voinot et les médecins attestés dans les provinces occidentales, notamment pour voir s’ils portaient aussi fréquemment un surnom grec.

  • 2 Scribonius Largus, Compositiones, préface, 1-3 ; Ulpien, Digeste, 50, 13, 1, 3.
  • 3 Voir Ulpien, Digeste, 50,13, 1, 3.
  • 4 Antonin le Pieux revint sur cette mesure, car cette prodigalité avait le double inconvénient de me (...)

2Même s’il n’y avait pas dans l’Antiquité de critère légal décidant que tel ou tel personnage était bien un médecin, il est certain qu’en Occident la notion de profession médicale était une réalité2 et que la plupart des contemporains distinguaient les “vrais” médecins des charlatans et des sorciers3. Il en allait de même de l’administration, puisque Vespasien (FIRA, I, 73) et Hadrien (Digeste, 27, 1, 6, 8 ; 50, 4, 18, 30) avaient concédé aux médecins de tout l’empire l’exemption des impôts locaux et des liturgies personnelles4.

  • 5 C’est sous Domitien, lors de la création des provinces de Germanie, que les cités des Helvètes et (...)

3Pour le secteur géographique retenu, H. Gummerus avait recensé soixante textes païens et chrétiens concernant des médecins : quinze dans la péninsule Ibérique [quatre en Lusitanie (no 321-323 ; 335), six en Bétique (no 324-327 ; 333 ; 334), cinq en Espagne citérieure (no 328-332)], cinq en Bretagne (no 375-379), vingt-sept dans les Gaules [quinze en Narbonnaise (no 336-348 ; 348a ; 349) ; douze dans les Trois Gaules (no 350-361)] et treize dans les Germanies5 [neuf en Germanie supérieure (no 362-369 ; 374) ; quatre en Germanie inférieure (no 370-373)]. Pour ma part, au terme de cette recherche, qui, malgré tous mes efforts, n’est probablement pas exhaustive, j’arrive à soixante-six inscriptions de médecins certains :

  • dix-neuf en Hispanie (huit en Lusitanie, sept en Bétique et quatre en Citérieure). J’ai retiré des listes de Gummerus le no 332 [l’épitaphe en vers, trouvée à Tarraco, d’un aurige mort à vingt-deux ans malgré le secours de la médecine (RIT, 444)] et le no 335 [l’épitaphe chrétienne d’un médecin quasi anonyme, mort à Mérida]. En 1991, j’avais pris en compte une inscription de Lara de Los Infantes (B. Rémy, 1991, p. 347-348, no 19), à tort, car Ambata Medica, Placidi f (ilia), est en fait désignée par ses duo nomina, suivis de sa filiation, et n’était pas une femme-médecin6. J’ai ajouté six nouveaux documents, découverts à Mérida (no 3, 4, 6), Don Benito (no 7) et Cordoue (no 12, 13) depuis la publication de l’ouvrage de Gummerus.
  • cinq en Bretagne. J’ai écarté des listes du savant finlandais le no 376 (RIB, 2315*) qui vient de Pouzzoles (H. Gummerus précisait d’ailleurs “ originis incertae” et avait aussi rangé ce texte, sous le no 211, parmi les inscriptions italiennes) et le n379, car le prétendu médecin de Llangian (B. Rémy, 1987b, p. 70-72, no 1) s’appelait en fait Melius, Medici fil(ius), Martinus. J’ai aussi laissé de côté une dédicace, en grec, à Esculape, trouvée à Maryport (RIB 808), même si certains historiens anglais (V. Nutton, JCAS, 55, 1970, p. 9…) considèrent que son auteur pourrait être un médecin. C’est sans doute aller un peu loin, puisque A. Egnatius Pastor ne porte pas ce titre. Il est bien évident que l’usage du grec dans les provinces occidentales n’était pas le seul fait des médecins (deux sur les dix inscriptions grecques recensées en Bretagne) et que d’autres pouvaient désirer honorer ou remercier le dieu “guérisseur” (voir, par exemple, RIB, 445, 1050, 1072). J’ai ajouté deux inscriptions découvertes postérieurement à Chester (n20, 21) et Chesterholm (no 24).
  • vingt-quatre dans les Gaules (quatorze en Narbonnaise ; dix dans les Trois Gaules). Je n’ai pas retenu le no 338 de Gummerus, car H. Desaye a retrouvé la partie gauche de ce texte fragmentaire de Luc-en-Diois et montré qu’il ne s’agissait pas d’un médecin (ILN, Die 184) et le n342 qui ne concerne pas un médecin de la colonie de Nîmes, mais un édile. J’ai rangé parmi les médecins possibles (no 1) Titus Cominius Gratus (no 340), qui est mentionné à La Balme-les-Grottes (cité de Vienne) avec sa mère dans une dédicace fragmentaire à Apollon auguste, (ILN, Vienne 553). J’ai ajouté une nouvelle inscription de Narbonne (no 36) et un texte mutilé qui vient très probablement de Narbonnaise, peut-être d’Aix-en-Provence (no 38), oublié par le savant finlandais. Pour les Trois Gaules, d’une part, j’ai retiré trois textes des listes de Gummerus : le no 353 (de Lyon), qui est un doublet du n345 de Narbonne (ici no 32) ; le n354, l’épitaphe chrétienne de Felix ; le no 361 qui est sans doute un faux et a été considéré comme tel par les auteurs du CIL, XIII, (633*). D’autre part, j’ai mis en appendice le no 360, l’épitaphe de Sextus Publicius Decmanus, qui n’était pas un médecin, mais un affranchi du collège des médecins de Metz (CIL, XIII, 11359) et j’ai seulement rangé le n359 de Montiers-sur-Saulx, chez les Leuques (CIL, XIII, 4668) parmi les médecins possibles, car, sur ce monument funéraire, où est probablement représentée une opération chirurgicale qui pourrait être celle de la cataracte, le mot medicus ne figure pas. J’ai rajouté deux documents de Lyon (no 41, 42) qui avaient échappé à la vigilance de Gummerus et une nouvelle dédicace de Kreis Saarlouis (no 48).
  • dix-huit dans les Germanies (quatorze en Germanie supérieure ; quatre en Germanie inférieure). J’ai conservé tous les textes de Gummerus, mais je n’ai pas retenu l’épitaphe chrétienne de Sarmanna (B. Rémy, 1996, p. 150-151, no 13), découverte après la la parution de l’ouvrage du savant finlandais. J’ai ajouté un texte oublié (no 49, de Vieu-en-Valromey) et quatre documents plus récents, trouvés à Windisch (no 53, 54), Bingen (no 58) et Valkenburg (no 66).

4Le total des textes retenus est donc à peine supérieur à celui de Gummerus. Modeste dans l’absolu, ce corpus n’est pas représentatif de la population étudiée, mais il l’est tout autant que bien d’autres recueils d’inscriptions thématiques. Même lacunaire, cette documentation n’est pas négligeable pour une étude d’histoire ancienne. Si elle impose une grande prudence dans les conclusions, elle permet au moins de dégager quelques tendances assez assurées sur les médecins qui ont exercé leur art dans les provinces occidentales pendant le Haut-Empire. Nous étudierons plus particulièrement les documents épigraphiques qui nous livrent le nom des médecins (répartition chronologique, géographique, types de documents, de supports, de matériaux), puis les médecins (sexe, statut juridique, professionnel, dénomination, croyances et cultes, participation à la vie publique, vie privée).

Notes

1 J. Voinot, Inventaire des cachets d’oculistes gallo-romains, Annonay, 1983 ; Id., Les cachets à collyre dans le monde romain, Montagnac, 1999. Il y aurait à dire sur ce livre, mais il a au moins le mérite d’exister.

2 Scribonius Largus, Compositiones, préface, 1-3 ; Ulpien, Digeste, 50, 13, 1, 3.

3 Voir Ulpien, Digeste, 50,13, 1, 3.

4 Antonin le Pieux revint sur cette mesure, car cette prodigalité avait le double inconvénient de mettre en danger les finances municipales et d’accroître la charge de ceux qui ne bénéficiaient pas d’immunités. Aussi, dut-il prendre des mesures draconiennes. Dans un rescrit adressé au conseil de la province d’Asie (Digeste, 27, 1, 6, 2 ; 27, 1, 6, 7 ; 27, 1, 6, 8. Voir J. H. Oliver, Greek Constitutions of the Early Roman Emperors, Philadelphie, 1989, p. 588-591, Appendices 8 et 9), il précisait que les cités étaient réparties en trois groupes hiérarchiques selon leur importance : les métropoles, les cités, où l’on rend la justice, les autres. En fonction de leur classement, elles avaient le droit d’accorder l’immunité à un nombre donné de médecins, de rhéteurs et de professeurs (Voir B. Rémy, Antonin le Pieux, Paris, 2005, p. 190-191).

5 C’est sous Domitien, lors de la création des provinces de Germanie, que les cités des Helvètes et des Rauraques ont été rattachées à la Germanie supérieure. Comme le note D. Paunier (Archéologie suisse, 14, 1991, p. 167, n. 21), l’absence de témoignages sur la cité des Helvètes avant Claude ne permet pas de déterminer son statut politique : “cité à part entière rattachée à la Gaule, ou à la Rhétie (comme le Valais), attribution provisoire aux Séquanes : il est impossible de trancher”. De Claude à Domitien, elle relève de la Gaule belgique. Des délégués helvètes participent d’ailleurs au IIe siècle aux travaux de l’assemblée des Trois Gaules (voir R. Frei-Stolba, in P. Kneissel, V. Losemann (éds), Alte Geschichte und Wissenschaftsgeschichte. Festschrift für Karl Christ zum 65 Geburstag, Darmstadt, 1988, p. 186-201).

6 C’était déjà l’opinion de H. Gallego Franco, 1999, p. 226, n. 3 (qui renvoie à M. C. González Rodríguez, Las unidades organizativas indígenas del área indoeuropea de Hispania, Vitoria, 1986, p. 136, append. XIII) et de P. Le Roux (communication orale).

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search