Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les médecins dans l’Occident romain

 | 
Bernard Rémy
, 
Patrice Faure

Avant propos

Bernard Rémy

Texte intégral

  • 1 R. W. Davies, 1969, p. 83, n. 2.

1En 1932, H. Gummerus a publié un catalogue des inscriptions de médecins découvertes dans la partie occidentale de l’Empire romain : Der Ärztestand im römischen Reiche nach den Inschriften, Societas Scientiarum Fennica, Commentationes Humanarum Litterarum, III, 6, Helsinki, 1932. Pour l’essentiel, le savant finlandais s’est borné à reprendre les textes parus dans les grands recueils d’inscriptions (CIE, CIG, CIL, IG, IGR, ILC...) et les principales revues, dont L’Année Épigraphique, en développant les abréviations, mais sans soumettre les documents rassemblés à une étude critique. Il faisait seulement dans les notes infra-paginales quelques remarques plus ou moins étoffées sur la validité du texte proposé par l’éditeur, sur sa datation ou sur l’identification des personnages mentionnés. Cette liste a été jugée sévèrement par R. W. Davies qui écrit, à juste raison, qu’elle est “by no means exhaustive and at times inaccurate”1.

  • 2 B. Rémy, 1984.
  • 3 B. Rémy, 1987b ; Id., 1991 ; Id., 1996.
  • 4 R. W. Rowland Jr a donné une compilation des découvertes effectuées depuis la parution du livre de (...)
  • 5 Toutefois, il va de soi que les inscriptions de médecins ont été prises en compte dans les nouveau (...)

2Aussi, en 1984, après l’achèvement de ma thèse de doctorat d’État et la publication d’un article sur les inscriptions de médecins retrouvées en Gaule2, j’ai conçu le projet de réaliser un véritable Corpus des inscriptions non chrétiennes de médecins découvertes dans les provinces occidentales du monde romain. Pris par d’autres travaux, j’ai seulement fait paraître depuis cette date trois articles sur les inscriptions des médecins de Bretagne, de la péninsule Ibérique et des Germanies3, où j’ai intégré les inscriptions chrétiennes. Comme entre temps mon projet n’a été repris par personne4, je me suis enfin décidé à écrire ce corpus5, où j’ai adopté les principes de publication des derniers volumes des Inscriptions Latines de Narbonnaise (ILN, Vienne, ILN, Alba, ILN, Die). J’ai ajouté les nouvelles découvertes, d’ailleurs assez rares, mais j’ai exclu de l’étude les trois épitaphes chrétiennes témoignages du maintien tardif d’une médecine rationnelle, car elles étaient beaucoup trop peu nombreuses et n’étaient en rien représentatives. Je les donne en appendice. J’ai revu avec le plus grand soin tous les textes épigraphiques et récrit toutes les notices en tenant compte des progrès accomplis par la recherche, notamment dans le domaine onomastique et institutionnel. Ce catalogue n’est donc en rien une simple compilation de mes quatre articles.

  • 6 Citons pour les trente dernières années : S. C. Ortiz de Zarate, L. Sagredo San Eustaquio, 1976 ; (...)

3Chemin faisant, j’ai constaté que si, en plus de vingt ans, les historiens avaient beaucoup travaillé sur les médecins en utilisant les inscriptions, ils s’étaient surtout intéressé à leur rôle économique et social6. Aussi, même si ce catalogue n’est pas le reflet de la réalité des médecins exerçant au Haut-Empire dans les provinces occidentales, m’a-t-il semblé qu’il y avait encore à dire sur les médecins (statut juridique, dénomination, croyances, participation à la vie publique…) et que l’analyse de tous les textes rassemblés pouvait permettre d’écrire une synthèse sur les professionnels de santé de l’Occident romain, ou plutôt sur les seuls médecins, car les sages-femmes et les “infirmiers” (militaires) sont trop peu nombreux.

4Après la brillante soutenance de sa thèse, j’ai eu le grand plaisir d’associer à cette recherche, mon élève Patrice Faure, dont l’expérience du milieu militaire et les talents d’épigraphiste ont été fort précieux, tant dans la rédaction des notices des médecins de l’armée romaine que dans l’élaboration de la synthèse concernant ces derniers.

5Ce livre comprend donc deux parties : un Corpus des inscriptions non chrétiennes de médecins, sages-femmes, infirmiers et seplasiarii découvertes dans les provinces occidentales, où les notices des médecins de l’armée sont co-signées des initiales des deux auteurs (Bernard Rémy : B. R. — Patrice Faure : P. F.) ; une étude des médecins, d’après ces textes épigraphiques, où les pages sur les médecins de l’armée sont l’œuvre du seul P. Faure.

6Tout au long de cette recherche, beaucoup de personnes m’ont aidé d’une manière ou d’une autre et ont permis à cette étude de voir le jour. Sans prétendre être exhaustif, il m’est agréable de remercier : J. M. Abascal Palazón, J. M. Alvarez Martinez, L. Caballero Zoreda, R. Corzo Sanchez, J. d’Encarnação, J. H. Fernández, D. Oliva Alonso, dans la péninsule Ibérique ; B. Dobson, R. Jackson, G. Lloyd-Morgan, M. Roxan †, D. J. Smith, W. G. Thomas, D. Zienkiewicz, dans le Royaume Uni ; J.-N. Bonneville †, A. Chastagnol †, H. Chew, M. Christol, A.-M. Demailly, H. Desaye, P.-M. Duval †, Robert Étienne †, J. Gascou, M. Gayraud, D. Gourevitch, J. Guyon, J.-J. Hatt †, Fr. Kayser, P.-Y. Lambert, J. Lasfargues, M. Le Glay †, P. Le Roux, P. Levêque †, X. Loriot, J. Marcillet-Jaubert †, R. Montagut, P. Roesch †, G. Sabbah, H. Savay-Guerraz, P. Sillières, R. Sabrié, P. Veyne, en France ; M.-Th. Rapsaet-Charlier, en Belgique ; B. Cämmerer, U. Heimberg, M. Klein, M. Marquart, A. U. Stylow, S. Wolfram, en Allemagne ; H. Bögli, H. Cornaz, R. Frei-Stolba, J. Portmann, M. A. Speidel, J.-L. Veuthey, G. Walser †, en Suisse. Je ne saurais oublier certaines institutions : l’Institut archéologique allemand de Madrid, le Centre Ausonius et les services photographiques de l’université Michel Montaigne de Bordeaux, le Centre Camille-Jullian (CNRS, Aix-en-Provence) et son service photographique, le Rijksmuseum van Oudheden de Leyde. Enfin, ma reconnaissance va à J.-P. Bost qui a relu l’ensemble du manuscrit et m’a proposé nombre de corrections bien venues, à Y. Roman qui dans le cadre du Cluster 13 (région Rhône-Alpes), sous-programme éditions critiques, a financé en partie cet ouvrage et à l’équipe d’Ausonius qui a pris en charge la réalisation matérielle du livre.

7Saint-Agrève, le 20 mai 2009.

Notes

1 R. W. Davies, 1969, p. 83, n. 2.

2 B. Rémy, 1984.

3 B. Rémy, 1987b ; Id., 1991 ; Id., 1996.

4 R. W. Rowland Jr a donné une compilation des découvertes effectuées depuis la parution du livre de Gummerus : “Some new medici in the roman Empire”, Epigraphica, 39, 1977, p. 174-179. À sa suite, j’ai publié deux articles de compilation dans la même revue : B. Rémy, 1987a ; Id., 2001.

5 Toutefois, il va de soi que les inscriptions de médecins ont été prises en compte dans les nouveaux corpus en cours, notamment en Hispanie et en France (IGF, ILA, ILN…). De son côté, É. Samama a publié un recueil des inscriptions de médecins en grec découvertes dans l’ensemble du monde romain (É. Samama, 2003).

6 Citons pour les trente dernières années : S. C. Ortiz de Zarate, L. Sagredo San Eustaquio, 1976 ; J.-F. Rodríguez Neila, 1977 ; K. D. Fischer, “Zur Entwicklung des ärztlichen Standes im römischen Kaiserreich”, Medizin Historisches Journal, 14, 1979, p. 165-175 ; D. Gourevitch, 1984 ; F. Kudlien, 1986 ; J. André, Être médecin à Rome, Paris, 1987 ; J. Korpela, Die römischen Ärzte, Annales Academiae Scientiarum Fennicae, Helsinski, 1987 ; Id., Das Medizinalpersonal im antiken Rom. Eine sozialegeschichtliche Untersuchung, Helsinki, 1987 ; R. Jackson, Doctors and Diseases in the Roman Empire, Londres, 1988 ; H. W. Plekett, 1995 ; C. De Filippis Cappai, 1993 ; J. C. Wilmanns, 1995 ; H. Gallego Franco, 1999 ; A. Buonopane, 2002…

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4898/img-1.jpg
Fichier image/, 595k

Auteur

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540