Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice H

Texte intégral

L’entreprise du doctus Severus

11. I.2

Qui tecum cupis esse meos ubique libellos
et comites longae quaeris habere viae,
hos eme, quos artat brevibus membrana tabellis:
scrinia da magnis, me manus una capit.
Ne tamen ignores ubi sim venalis et erres
urbe vagus tota, me duce certus eris:
libertum docti Lucensis quaere Secundum
limina post Pacis Palladiumque forum.

2“Toi qui désires que mes petits livres soient partout avec toi et souhaites les avoir pour compagnons dans un long voyage, achète ceux-ci que le parchemin condense en de petites pages : donne aux gros livres des coffres, moi je tiens dans une main. Pour que tu n’ailles pas ignorer où je suis en vente et errer au hasard par toute la ville, je vais t’y conduire sûrement : cherche l’affranchi du docte Lucensis, Secundus, après l’entrée du forum de la Paix et de celui de Pallas.”

32. II.6 – Année 85-86

I nunc, edere me iube libellos!
Lectis vix tibi paginis duabus
spectas eschatocollion, Severe,
et longas trahis oscitationes.
Haec sunt, quae relegente me solebas
rapta exscribere, sed Vitellianis,
haec sunt, singula quae sinu ferebas
per convivia cuncta, per theatra,
haec sunt, aut meliora si quanescis.
Quid prodest mihi tam macer libellus
nullo crassior ut sit umbilico
si totus tibi triduo legatur ?
Numquam deliciae supiniores.
Lassus tam cito deficis viator,
et cum currere debeas Bovillas,
interiungere quaeris ad Camenas ?
I nunc, edere me iube libellos!

4“Va donc, pousse-moi à publier mes petits livres ! À peine as-tu lu deux pages que tu cherches le dernier feuillet, Severus, et te tires de longs bâillements. Ce sont là les poèmes que, quand je te les relisais, tu avais coutume de recopier hâtivement, mais sur papier Vitellien, ce sont là ceux que tu portais dans ton giron de dîner en dîner, de théâtre en théâtre : ce sont ceux-là, ou peut-être d’autres meilleurs que tu ignores. À quoi m’avance une plaquette si mince qu’elle n’est pas plus épaisse que le moindre ombilic, s’il te faut trois jours pour la lire en entier ? Jamais vu esthète plus négligent. Tu défailles de fatigue si vite en voyage et quand tu devrais courir jusqu’à Bovillae, tu demandes qu’on détèle aux Camènes ? Va donc, pousse-moi à publier mes petits livres !”

53. V.5 – Année 90

Sexte, Palatinae cultor facunde Minervae
ingenio frueris qui propiore dei –
nam tibi nascentes domini cognoscere curas
et secreta ducis pectora nosse licet –
sit locus et nostris aliqua tibi parte libellis
qua Pedo, qua Marsus quaque Catullus erit.
Ad Capitolini caelestia carmina belli
grande cothurnati pone Maronis opus.

6“Sextus, toi dont l’éloquence dessert le culte de la Minerve Palatine, et qui jouis de tout près du génie du dieu – car il t’est permis de connaître dès leur naissance les soucis de notre maître et de pénétrer les pensées secrètes du chef – qu’il y ait une place grâce à toi pour mes petits livres au voisinage de Pedo, de Marsus et de Catulle. Au côté du poème céleste de la guerre du Capitole, place l’ouvrage grandiose du noble Maro.”

74. V.11 – Année 90

Sardonychas, zmaragdos, adamantas, iaspidas uno
versat in articulo Stella, Severe, meus.
Multas in digitis, plures in carmine gemmas
invenies : inde haec est, puto, culta manus.

8“Sardoines, émeraudes, diamants, jaspes, voici ce que tourne et retourne à une seule phalange, Severus, mon ami Stella. Tu trouveras beaucoup de gemmes sur ses doigts, de plus nombreuses dans son poème : de là ce qui fait, je crois, cette main soignée.”

95. V.80 – Année 90

Non totam mihi, si vacabis, horam
dones et licet imputes, Severe,
dum nostras legis exigisque nugas.
“Durum est perdere ferias”: rogamus
iacturam patiaris hanc ferasque.
Quod si legeris ista cum diserto
– sed numquid sumus inprobi? – Secundo
plus multo tibi debiturus hic est
quam debet domino suo libellus.
Nam securus erit, nec inquieta
lassi marmora Sisyphi videbit
quem censoria cum meo Severo
docti lima momorderit Secundi.

10“Accorde-moi une heure pas même entière, si tu en as le temps, – et tu peux même la porter à mon compte, Severus, – à lire et critiquer mes bagatelles. ‘ Il est dur de perdre ses congés’ : je te demande de supporter cette perte et de l’endurer. Que si tu lis ceci avec l’éloquent (mais ne suis-je pas importun ?) – l’éloquent Secundus, c’est beaucoup plus qu’il te devra qu’il ne doit à son maître, ce petit livre. Car il se sentira tranquille et ne verra pas, perpétuellement en mouvement, le marbre de Sisyphe fatigué, quand l’aura mordu, en compagnie de mon ami Severus, la censure de la lime du docte Secundus.”

116. VI.8 – Année 91

Praetores duo, quattuor tribuni,
septem causidici, decem poetae
cuiusdam modo nuptias petebant
a quodam sene. Non moratus ille
praeconi dedit Eulogopuellam.
Dic, numquid fatue, Severe, fecit?

12“Deux préteurs, quatre tribuns, sept avocats, dix poètes demandaient récemment à un certain vieillard la main de sa fille : sans tarder, il accorda la belle au crieur public Eulogus : dis-moi, Severus, a-t-il fait une sottise ?”

137. VII.38 – Année 92

Tantus es et talis, nostri Polypheme Severi,
ut te mirari possit et ipse Cyclops.
Sed nec Scylla minor. Quod si fera monstra duorum
iunxeris, alterius fiet uterque timor.

14“Tu es si grand et si laid, Polyphème de notre ami Severus, que le Cyclope lui-même pourrait être stupéfié. Mais Scylla n’est pas plus petite. Si tu unis ces deux monstres prodigieux, l’un sera la terreur de l’autre.”

158. VII.49 – Année 92

Parva suburbani munuscula mittimus horti:
faucibus ova tuis, poma, Severe, gulae.

16“Je t’envoie de mon iardin des environs ces menus présents : pour ta gorge, des œufs, des fruits, Severus, pour la gourmandise.”

179. XI.57 – Année 96

Miraris docto quod carmina mitto,Severe,
ad cenam cum te, docte Severe, vocem?
Iuppiter ambrosia satur est et nectare vivit:
nos tamen exta Iovi cruda merumque damus.
Omnia cum tibi sint dono concessa deorum,
si quod habes non vis, ergo quid accipies?

18“Tu t’étonnes que j’envoie des poèmes au docte que tu es, Severus, alors que je t’invite à diner, docte Severus. Jupiter est gorgé d’ambroisie et vit de nectar ; pourtant nous offrons à Jupiter des tripes crues et du vin pur. Puisque tout t’a été accordé en don des dieux, si tu ne veux pas de ce que tu as déjà, qu’accepteras-tu donc ?”

19NB Nous ne faisons pas figurer dans cet appendice les épigrammes à Severus VII.34 et VIII.61 (sur Charinus, inverti et jaloux), ni VII.79, qui comporte sans doute un jeu de mots sur un vin antique et sur le nom d’un consul, apparemment Priscus (on peut penser à Helvidius Priscus le jeune, héros de la libertas ; la date de son consulat est malheureusement ignorée de nous).

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search