Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice G

Texte intégral

Épigrammes à Frontin

I. Fronto

1I. 55 – Année 86

Vota tui breviter si vis cognoscere Marci
clarum militiae, Fronto, togaeque decus,
hoc petit, esse sui nec magni ruris arator,
sordidaque in parvis otia rebus amat.
Quisquam picta colit Spartani frigora saxi
et matutinum portat ineptus have,
cui licet exuviis nemoris rurisgue beato
ante focum plenas explicuisse plagas
et piscem tremula salientem ducere saeta
flavaque de rubro promere mella cado?
pinguis inaequales onerat cui vilica mensas
et sua non emptus praeparat ova cinis?
Non amet hanc vitam quisquis me non amat, opto
vivat et urbanis albus in officiis.

2“Si de ton Marcus tu veux en quelques mots connaître les vœux, éclatante gloire, Fronto, de l’épée et de la toge, voici ce qu’il désire : cultiver une campagne qui soit à lui et petite ; une vie indépendante sans apprêts, dans un cadre modeste, voilà ses amours. Est-il quelqu’un qui courtise les pavements en marbre glacial et bigarré de Sparte et y apporte, stupide, son salut du matin, quand il peut, comblé des dépouilles du bois et de la campagne, devant son foyer vider ses filets pleins, tirer au bout d’une soie tremblante le poisson qui tressaute et puiser le miel fauve d’un rouge pot ? Tandis qu’une grasse fermière charge pour lui la table bancale et que des braises qu’on n’a pas dû acheter lui cuisent ses propres œufs ? Qu’il n’aime pas cette mienne vie, celui qui ne m’aime pas, je le souhaite, et qu’il vive, livide, dans les devoirs de la ville.”

II. Frontinus

3X.58 – Année 98

Anxuris aequorei placidos, Frontine, recessus
et propius Baias litoreamque domum
et quod inhumanae cancro fervente cicadae
non novere nemus, flumineosgue lacus
dum colui, doctas tecum celebrare vacabat
Pieridas; nunc nos maxima Roma terit.
Hic mihi quando dies meus est? iactamur in alto
urbis, et in sterili vita labore perit
dura suburbani dum iugera pascimus agri
vicinosque tibi, sancte Quirine, lares.
Sed non solus amat qui nocte dieque frequentat
limina nec vatem talia damnadecent.
Per veneranda mihi Musarum sacra, per omnes
iuro deos : et non officiosus amo.

4“Les paisibles retraites, Frontin(us), de la marine Anxur, une Baïes rapprochée et, sur le rivage, une demeure, et ce bois que les cigales cruelles quand brûle le Cancer ne connaissent pas, et ces bassins d’eaux fluviales, tant que j’ai frequenté tout cela, j’avais loisir de cultiver avec toi les doctes Piérides. Maintenant l’immense Rome nous écrase. Ici, quand une journée est-elle à moi ? nous sommes ballottés sur l’océan de la Ville, et dans un labeur stérile la vie se meurt, tandis que je soutiens les arpents rebelles d’une campagne suburbaine et mes Lares tes voisins, saint Quirinus. Mais n’est pas aimant celui-là seul qui nuit et jour hante les seuils, et un tel temps perdu ne sied pas au poète. Par les rites sacrés des Muses, par tous les dieux je te le jure : quand même je ne te rends pas de devoirs, je t’aime.”

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search