Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice F

Texte intégral

Claudia Rufina et Burdigala

I. Claudia Rufina

11. XI.53 – Année 96

Claudia caeruleis cum sit RufinaBritannis
edita, quam Latiae pectora gentis habet!
quale decus formae! Romanam credere matres
Italides possunt, Atthides essesuam.
Di bene quod sancto peperit fecunda marito,
quod sperat generos quodque puellanurus.
Sic placeat superis, ut coniuge gaudeat uno
et semper natis gaudeat illa tribus.

2“Claudia Rufina, toute issue des Bretons peints de bleu qu’elle soit, qu’elle a le cœur de la nation Latine ! que de grâce a sa beauté ! Les mères d’Italie pourraient la croire Romaine, celles de l’Attique la croire des leurs. Dieux bons, elle a donné, féconde, à son vertueux mari un enfant, elle peut espérer, jeune femme, des gendres et des brus. Veuillent ceux d’en haut qu’elle trouve la joie dans un unique époux et que toujours elle connaisse la joie d’un trio d’enfants.”

32. XI.52 – Année 96 = Appendice D, No 5 (Invitation à Iulius Cerialis)

43. XI.51 – Année 96

Tanta est quae Titio columna pendet
quantam Lampsaciae colunt puellae.
Hic nullo comitante nec molesto
thermis grandibus et suis lavatur.
Anguste Titius tamen lavatur.

5“Aussi grand est l’appendice qui pend à Titius que celui que vénèrent à Lampsaque les jeunes femmes. Sans qu’aucun l’accompagne et le gêne, il se baigne dans de vastes thermes qui ne sont qu’à lui. Pourtant, Titius se baigne à l’étroit.”

II. Burdigala

61. IX.32 – Année 95

Hanc volo quae facilis, quae palliolata vagatur,
hanc volo quae puero iam dedit ante meo,
hanc volo quam redimit totam denarius alter,
hanc volo quae pariter sufficit unatribus.
Poscentem nummos et grandia verba sonantem
possideat crassae mentula Burdigalae.

7“Je veux une fille facile, qui se promène sous un léger vêtement, j’en veux une qui ait, avant moi, fait l’amour à mon jeune esclave, j’en veux une qu’achète toute entière un ou deux deniers, j’en veux une qui en même temps satisfasse un trio de galants. Celle qui réclame des écus et fait sonner des mots grandiloquents, que la possède la mentule de Burdigala au nom épais.”

82. IX.33 – Année 95

Audieris in quo, Flacce, balneo plausum,
Maronis illic esse mentulam scito.

9“Toutes les fois qu’aux bains tu entendras un applaudissement, Flaccus, sache que la mentule de Maro est là.”

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search