Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice E

Texte intégral

1Épigrammes à et sur Postumus

Eheu fugaces, Postume, Postume, / labuntur anni (Odes II. 14)

21. II.22 – Année 85-86

Quid mihi vobiscum est, o Phoebe novemque sorores?
ecce nocet vati Musa iocosa suo.
Dimidio nobis dare Postumus ante solebat
basia, nunc labro coepit utroque dare.

3“Qu’ai-je à faire avec vous, ô Phébus et vous neuf sœurs ? Voici que la Muse joueuse fait tort à son chantre. Avant, Postumus me donnait des baisers d’une demi-lèvre, il s’est mis maintenant à m’en donner des deux.”

42. II.23

Non dicam, licet usque me rogetis,
qui sit Postumus in meo libello,
non dicam: quid enim mihi necesse est
has offendere basationes
quae se tam bene vindicare possunt?

5“Je ne dirai pas, vous aurez beau me questionner sans cesse, qui est Postumus dans mon livre, je ne le dirai pas : quelle nécessité en effet pour moi d’offenser ces baisotages, qui peuvent si bien se venger ?”

63. II.67

Occurris quocumque loco mihi, Postume, clamas
protinus et prima est haec tua vox “quid agis?”
Hoc, si me decies una conveneris hora,
dicis: habes, puto, tu, Postume, nil quod agas.

7“Où que tu me rencontres, Postumus, immédiatement tu me cries (c’est ton premier mot) ‘ qu’est-ce que tu racontes ?’C’est ce que, si nous nous retrouvons dix fois dans une heure, tu me dis : tu n’as, je pense, toi, Postumus, rien à raconter.”

84. IV.26 – Année 89

Quod te mane domi toto non vidimus anno
vis dicam quantum, Postume, perdiderim?
tricenos, puto, bis, vicenos ter, puto, nummos.
Ignosces: togulam, Postume, pluris emo.

9“De ce que je ne t’ai pas rendu visite le matin de toute une année, tu veux que je te dise combien, Postumus, j’ai perdu ? Deux fois trente, je crois, ou, ce crois-je, trois fois vingt sesterces. Tu me pardonneras : une pauvre toge, Postumus, me coûte plus.”

105. IV.40 – Année 89

Atria Pisonum stabant cum stemmate toto
et docti Senecae ter numeranda domus,
praetulimus tantis solum te, Postume, regnis:
pauper eras et eques, sed mihi consul eras.
Tecum ter denas numeravi, Postume, brumas:
communis nobis lectus et unuserat.
Iam donare potes, iam perdere, plenus honorum,
largus opum: expecto, Postume, quid facias.
Nil facis et serum est alium mihi quaerere regem.
Hoc, Fortuna, placet? “Postumus imposuit.”

11“Quand l’atrium des Pisons était debout, dressant son arbre au complet, et la maison du savant Sénèque trois fois considérable, je t’ai préféré, toi seul, à de si grandes puissances, Postumus : tu étais pauvre, un chevalier, mais pour moi tu étais un consul. Avec toi j’ai compté trois fois dix hivers, Postumus : nous partagions un lit, et nous n’avions qu’un lit. Maintenant tu peux donner, et dépenser, repu d’honneurs, regorgeant de richesses. J’attends ce que tu vas faire, Postumus. Tu ne fais rien, et il est bien tard pour me chercher un autre patron. Fortune, cela te plaît ? – ‘ Postumus m’a bernée’.”

126. V.52 – Année 90

Quae mihi praestiteris memini semperque tenebo.
Cur igitur taceo, Postume? Tu loqueris.
Incipio quotiens alicui tua dona referre,
protinus exclamat “dixerat ipsemihi”.
Non belle quaedam faciunt duo : sufficit unus
huic operi : si vis ut loquar, ipsetace.
Crede mihi, quamvis ingentia, Postume, dona
auctoris pereunt garrulitate sui.

13“Ce que tu as fait pour moi, je m’en souviens et ne l’oublierai jamais. Pourquoi je n’en dis rien, Postumus ? Parce que tu en parles. Chaque fois que je commence à rapporter à quelqu’un tes dons, immédiatement il s’écrie : ‘ il m’en a parlé lui-même’. Il y a des choses qu’il n’est pas joli de faire à deux : un seul suffit à cette tâche ; si tu veux que j’en parle, tais-toi toi-même. Crois m’en, les plus somptueux, Postumus, des dons, les bavardages de leur auteur les tue”.

147. V. 58 – Année 90

Cras te victurum, cras dicis, Postume, semper ;
Dic mihi, cras istud, Postume, quando venit ?
Quam longe cras istud ! ubi est, aut unde petendum ?
Numquid apud Parthos Armeniosque latet ?
Iam cras istud habet Priami vel Nestorisannos.
Cras istud quanti, dic mihi, possit emi ?
Cras vives ? hodie iam vivere, Postume, serum est :
ille sapit quisquis, Postume, vixit heri.

15“Demain tu vivras, demain, dis-tu, Postumus, toujours : dis-moi, ton demain, Postumus, quand vient-il ? Qu’il est loin, ton demain ! où est-il, ou d’où faut-il le faire venir ? Est-ce auprès des Parthes et des Arméniens qu’il se cache ? Déjà ton demain compte les années de Priam ou de Nestor. Ton demain, à combien dis-moi, pourrait-il s’acheter ? Tu vivras demain ? Déjà vivre aujourd’hui, Postumus, c’est trop tard. Celui-là sait vivre, Postumus, qui a vécu hier.”

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search