Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice D

Texte intégral

1Les épigrammes adressées à L. Iulius, Iulius Cerialis et Iulius Rufus, dans l’ordre chronologique

21. I.15 – Année 85-86

O mihi post nullos, Iuli, memorande sodales,
si quid longa fides canaque iura valent,
bis iam paene tibi consul tricensimus instat
et numerat paucos vix tua vita dies.
Non bene distuleris videas quae posse negari,
et solum hoc ducas, quod fuit, esse tuum.
Exspectant curaeque catenatique labores,
gaudia non remanent, sed fugitiva volant.
Haec utraque manu complexuque adsere toto:
saepe fluunt imo sic quoque lapsa sinu.
Non est, crede mihi, sapientis dicere “vivam”;
sera nimis vita est crastina; vive hodie.

3“Ô toi que je ne dois nommer, Iulius, après aucun de mes camarades, si une longue loyauté et des liens blanchis par les ans comptent pour quelque chose, déjà ton deux fois trentième consul te talonne presque, et ta vie compte à peine quelques rares jours. Tu ferais mal d’ajourner ce que tu vois qui peut t’être refusé et crois que cela seulement qui fut, est tien. T’attendent soins et peines en chaîne, les joies ne demeurent, mais fuyardes s’envolent. Saisis-les de l’une et l’autre main et embrasse-les de toute ton étreinte : souvent elles échappent, même ainsi, et glissent du fond de ton sein. Ce n’est pas le fait d’un sage, crois-moi, de dire ‘ je vais vivre’ ; trop tardive est la vie de demain : vis aujourd’hui.”

42. I.107 – Année 85-86

Saepe mihi dicis, Luci carissime Iuli,
“scribe aliquid magnum: desidiosus homoes”.
Otia da nobis, sed qualia fecerat olim
Maecenas Flacco Vergilioque suo:
condere victuras temptem per saecula curas
et nomen flammis eripuisse meum.
In steriles nolunt campos iuga ferre iuvenci:
pingue solum lassat, sed iuvat ipse labor.

5“Tu me dis souvent, très cher Lucius Iulius, ‘ écris quelque chose de grand : tu es un paresseux.’Donne-moi des loisirs, mais de ceux que Mécène jadis avait faits pour Flaccus et pour son Virgile. Je tenterais alors des travaux capables de vivre au long des siècles, et d’arracher mon nom aux flammes. Les taureaux refusent de porter leur joug dans des champs stériles : une terre grasse fatigue, mais de lui-même le travail est un plaisir.”

63. III.5 – Année 88

Vis commendari sine me cursurus in Vrbem,
parve liber, multis, an satis unus erit?
Vnus erit, mihi crede, satis, cui non eris hospes,
Iulius, adsiduum nomen in oremeo.
Protinus hunc primae quaeres in limine Tectae;
quos tenuit Daphnis, nunc tenet ille lares.
Est illi coniunx, quae te manibusque sinuque
excipiet, tu vel pulverulentus eas.
Hos tu seu pariter sive hunc illamve priorem
videris, hoc dices: “Marcus havere iubet.”
Et satis est. Alios commendet epistula: peccat
qui commendandum se putat esse suis.

7“Veux-tu être recommandé, toi qui sans moi vas prendre ta course vers la Ville, mon petit livre, à beaucoup, ou un seul suffira-t-il ? Un seul, crois-moi, suffira, pour qui tu ne seras pas un étranger, Iulius, un nom perpétuellement dans ma bouche. D’emblée, tu le chercheras sur le seuil même de la Voie Couverte : le logis qu’a occupé Daphnis, c’est lui aujourd’hui qui l’occupe. Il a une épouse qui te prendra dans ses mains et dans ses bras, même si tu y vas couvert de poussière. Eux deux, que tu les voies en même temps ou que tu voies en premier lui ou elle, tu leur diras ceci : ‘ Marcus vous salue’. Et cela suffit. Les autres qu’une lettre les recommande ; mais il se trompe, celui qui pense devoir se faire recommander aux siens.”

84. IX.97 – Année 95

Rumpitur invidia quidam, carissime Iuli,
quod me Roma legit, rumpitur invidia.
Rumpitur invidia quod turba semper in omni
monstramur digito, rumpitur invidia.
Rumpitur invidia tribuit quod Caesar uterque
ius mihi natorum, rumpitur invidia.
Rumpitur invidia quod rus mihi dulce sub urbe est
parvaque in urbe domus, rumpitur invidia.
Rumpitur invidia quod sum iucundus amicis,
quod conviva frequens, rumpitur invidia.
Rumpitur invidia quod amamur quodque probamur:
rumpatur quisquis rumpitur invidia.

9“Un quidam crève d’envie, très cher Iulius, parce que Rome me lit, il crève d’envie. Il crève d’envie parce que dans toute foule, toujours, on me désigne du doigt, il crève d’envie. Il crève d’envie parce que les deux Césars m’ont accordé le droit des pères, il crève d’envie. Il crève d’envie parce que j’ai aux environs de la ville une douce campagne, et en ville une petite demeure, il crève d’envie. Il crève d’envie parce que je suis agréable à mes amis, parce que je suis souvent prié à dîner, il crève d’envie. Il crève d’envie parce que je suis aimé et approuvé : qu’il crève celui, quel qu’il soit, qui crève d’envie.”

105. XI.52 – Année 96

Cenabis belle, Iuli Cerialis, apud me;
condicio est melior si tibi nulla, veni.
Octavam poteris servare; lavabimur una:
scis quam sint Stephani balnea iuncta mihi.
Prima tibi dabitur ventri lactuca movendo
utilis, et porris fila resecta suis,
mox vetus et tenui maior cordyla lacerto,
sed quam cum rutae frondibus ova tegant;
altera non deerunt leni versata favilla
et Velabrensi massa coacta foco,
et quae Picenum senserunt frigusolivae.
Haec satis in gustu. Cetera nosse cupis?
Mentiar, ut venias: pisces, coloephia, sumen,
et chortis saturas atque paludis aves,
quae nec Stella solet rara nisi ponere cena;
plus ego polliceor: nil recitabo tibi,
ipse tuos nobis relegas licet usque Gigantas
rura vel aeterno proxima Vergilio.

11“Tu dîneras joliment, Iulius Cerialis, chez moi ; si tu n’as aucun engagement préférable, viens donc. Tu pourras réserver la huitième heure ; nous nous baignerons ensemble : tu sais comme l’établissement de Stephanus est proche de chez moi. D’abord on te servira de la laitue propre à lâcher le ventre, et des fibres retranchées des poireaux qui les portaient ; ensuite un jeune thon vieilli plus grand qu’un poisson-lézard, mais recouvert d’œufs et de feuilles de rue ; d’autres ne manqueront pas, légèrement retournés sous la cendre, et une motte de lait caillé sur un foyer du Vélabre, et des olives ayant senti les frimas du Picenum. Ce sera tout pour les hors-d’œuvre. Veux-tu connaître le reste ? Je mentirai, pour que tu viennes : des poissons, des coquillages, des tétines de truie, de gras oiseaux de la basse-cour et du marais, comme Stella lui-même n’en sert qu’aux dîners fins. Je te promets plus encore : je ne te donnerai pas de lecture, quand même tu me relirais encore et encore tes ‘ Géants’ou tes ‘ Campagnes’qui approchent l’immortel Virgile.”

126. (X.48 – Année 98 : la cena des sept)

137. X.99 – Année 95 ou 98

Si Romana forent haec Socratis ora, fuissent
Iulius in Satyris qualia Rufus habet.

14“Si ce portrait de Socrate avait été œuvre Romaine, ç’aurait été la tête qu’a Iulius Rufus au milieu des Satyres.”

158. XII.34 – Année 101 ca

Triginta mihi quattuorque messes
tecum, si memini, fuere, Iuli,
quarum dulcia mixta sunt amaris,
sed iucunda tamen fuere plura;
et si calculus omnis huc et illuc
diversus bicolorque digeratur,
vincet candida turba nigriorem.
Si vitae voles acerba quaedam
et tristis animi cavere morsus,
nulli te facias nimis sodalem:
gaudebis minus et minus dolebis.

16“Trente-quatre étés me furent avec toi, si je me souviens, Iulius, dont les douceurs furent mêlées d’amertumes, mais dont les plaisirs toutefois furent les plus nombreux ; et si tous les graviers d’un côté et d’un autre, étaient répartis en tas distincts des deux couleurs, la troupe des blancs battra les noirs. – Si tu veux éviter certains chagrins de la vie et te garder des tristesses et des regrets, ne t’affectionne trop à aucun : tu connaîtras moins la joie, et moins la douleur.”

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search