Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice C

Texte intégral

1Les épigrammes adressées à Marcellinus ou le concernant

21. III.6 – Année 88

Lux tibi post Idus numeratur tertia Maias,
Marcelline, tuis bis celebranda sacris.
Imputat aetherios ortus haec prima parenti,
libat florentes haec tibi prima genas.
Magna licet dederit iucundae munera vitae,
plus numquam patri praestitit ille dies.

3“La lumière de ce jour, le troisième après les Ides de Mai, t’est décomptée, Marcellinus, elle que doivent célébrer deux fois tes rites sacrés. C’est celle, la première, qui porte sa naissance vers le ciel au compte de ton père, c’est celle, la première, qui prélève la primeur de tes joues florissantes. Quoique il lui ait fait le beau cadeau d’une heureuse vie, jamais ce jour n’a accordé davantage à ton père.”

42. VI.25 – Année 91

Marcelline, boni suboles sincera parentis,
horrida Parrhasio quem tegit ursa iugo,
ille vetus pro te patriusque quid optet amicus
accipe et haec memori pectore vota tene:
cauta sit ut virtus, nec te temerarius ardor
in medios enses saevaque tela ferat.
Bella velint Martemque ferum rationis egentes:
tu potes et patris miles et esse ducis.

5“Marcellinus, fils véritable d’un bon père, toi que couvre l’ourse frissonnante de son attelage Parrhasien, entends ce que pour toi un vieil ami et qui te vient de ton père souhaite, et garde d’une âme non-oublieuse ces vœux : que ta valeur soit circonspecte, et qu’une ardeur téméraire ne t’emporte pas dans la mêlée des épées et sous les traits cruels. Qu’ils cherchent la guerre et un Mars sauvage, ceux qui manquent de raison : toi il t’est possible d’être et le soldat de ton père et le soldat du Chef.”

63. VII.80 – Année 92 = Appendice A, no 17

74. IX.45 – Année 95

Miles Hyperboreos modo, Marcelline, triones
et Getici tuleras sidera pigra poli:
ecce Prometheae rupes et fabula montis
quam prope sunt oculis nunc adeunda tuis!
Videris immensis cum conclamata querelis
saxa senis, dices “durior ipse fuit.”
Et licet haec addas: “potuit qui talia ferre,
humanum merito finxerat ille genus.”

8“Sous les armes, naguère, Marcellinus, tu avais enduré les Bœufs Hyperboréens et les constellations engourdies du firmament Gétique. Vois, les roches de Prométhée et la fable de sa montagne, comme de près tes yeux maintenant doivent les aborder ! Lorsque tu auras vu les rocs qui ont retenti des immenses plaintes du viellard, tu diras : ‘ Lui fut plus dur encore’. Et tu peux ajouter : ‘ celui qui put endurer pareilles peines avait mérité de modeler la race des hommes.’”

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search