Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Appendice A

Texte intégral

1Texte et traduction des 19 épigrammes à Faustinus

21. I.25 – Publiée en 85-86 ; rédaction peut-être bien antérieure

Ede tuos tandem populo, Faustine, libellos
et cultum docto pectore profer opus
quod nec Cecropiae damnent Pandionis arces
nec sileant nostri praetereantque senes.
Ante fores stantem dubitas admittere Famam
teque piget curae praemia ferre tuae?
Post te victurae per te quoque vivere chartae
incipiant: cineri gloria sera venit.

3“Publie enfin, Faustinus, tes écrits et fais paraître au jour l’œuvre qu’a parfaite une docte inspiration ; une œuvre que ne sauraient écarter la citadelle Cécropienne de Pandion ni passer sous silence et dédaigner nos ‘anciens’. Quand devant ta porte se tient debout la Renommée, tu hésites à la laisser entrer et tu rougis d’emporter le prix de tes peines ? Ce poème qui vivra après toi, qu’il commence à vivre aussi par toi : la gloire vient trop tard à des cendres.”

42. I.114 – Mêmes données chronologiques

Hos tibi vicinos, Faustine, Telesphorus hortos
Faenius et breve rus udaque pratatenet.
Condidit hic natae cineres nomenque sacravit
quod legis Antullae, dignior ipse legi.
Ad Stygias aequum fuerat pater isset ad umbras:
quod quia non licuit, vivat ut ossa colat.

5“Tout voisin de chez toi, Faustinus, Faenius Telesphorus possède ce parc, cette petite campagne et ces prés humides. Il a enseveli ici les cendres de sa fille et a consacré le nom que tu lis – Antulla, quand il devrait plutôt donner à lire le sien ; puisque cela ne lui a pas été possible, qu’il vive pour vénérer ses ossements.”

63. III. 2 – Publiée en Décembre 88 (Sept. Oct. 87 selon J. P. Sullivan)

Cuius vis fieri, libelle, munus?
festina tibi vindicem parare,
ne nigram cito raptus in culinam
cordyla madida tegas papyro
vel turis piperisve sis cucullus.
Faustini fugis in sinum? sapisti.
Cedro nunc licet ambules perunctus
et frontis gemino decens honore
pictis luxurieris umbilicis
et te purpura delicata velet
et cocco rubeat superbus index.
Illo vindice nec Probum timeto.

7“Pour qui veux-tu être, mon petit livre, un cadeau ? Hâte-toi de te préparer un défenseur, de crainte qu’emporté dans une noire cuisine tu n’enveloppes de ton papyrus humide des miettes de thon ou ne deviennes cornet à encens ou à poivre. Tu te réfugies dans le giron de Faustinus ? Tu as du sens. Maintenant tu peux te déplacer enduit d’huile de cèdre et embelli du double décor de tes plats, t’enorgueillir de tes deux cabochons peints, recouvert d’une pourpre délicate et rougissant superbement de ton titre. Avec un défenseur comme lui, ne redoute pas même Probus.”

84. III. 25 – Même datation

Si temperari balneum cupis fervens
Faustine, quod vix Iulianus intraret,
roga lavetur rhetorem Sabineium:
Neronianas is refrigerat thermas

9“Si tu veux rafraîchir un bain brûlant, Faustinus, où même Iulianus aurait peine à entrer, demande au rhéteur Sabineius de s’y plonger : il glace même les thermes de Néron.”

105. III.39 – Même datation

Iliaco similem puerum, Faustine, ministro
lusca Lycoris amat: quam bene lusca videt!

11“Lycoris la Borgne est amoureuse d’un garçon beau comme l’échanson troyen : comme elle voit bien, cette borgne !”

126. III.47 – Même datation

Capena grandi porta qua pluit gutta
Phrygiumque Matris Almo qua lavat ferrum,
Horatiorum qua viret sacer campus
et qua pusilli fervet Herculis fanum,
Faustine, plena Bassus ibat in raeda
omnis beati copias trahens ruris.
Illic videres frutice nobili caules
et utrumque porrum sessilesque lactucas
pigroque ventri non inutiles betas;
illic coronam pinguibus gravem turdis
leporemque laesum Gallici canis dente
nondumque victa lacteum faba porcum;
nec feriatus ibat ante carrucam
sed tuta faeno cursor ova portabat.
Vrbem petebat Bassus? immo rus ibat.

13“À l’endroit où la porte Capène ruisselle de larges gouttes et où l’Almo lave le fer phrygien de la Grande Mère, à l’endroit où verdoie le champ sacré des Horaces et où brûle la chapelle d’Hercule Enfant, Faustinus, passait Bassus dans un chariot bien rempli, portant tous les produits d’un riche domaine de campagne. On pouvait voir des choux pommés renommés et l’une et l’autre espèce de poireaux, des laitues trapues et des bettes bien utiles aux ventres paresseux ; ailleurs une lourde guirlande de grives grasses, un lièvre blessé par la dent d’un chien Gaulois et un cochon de lait qui n’avait pas encore croqué de fèves. Et le valet de pied ne précédait pas la voiture les bras vides, mais il portait des œufs protégés par du foin. Bassus revenait donc à Rome ? Non, il allait la campagne.”

147. III.58 – Même datation

Baiana nostri villa, Basse, Faustini

non otiosis ordinata myrtetis

viduaque platano tonsilique buxeto

ingrata lati spatia detinet campi,

5

sed rure vero barbaroquelaetatur

Hic farta premitur angulo Ceres omni

et multa fragrat testa senibus autumnis;

hic post Novembres imminente iam bruma

seras putator horridus refert uvas.

10

Truces in alta valle mugiunt tauri

vitulusque inermi fronte prurit in pugnam.

Vagatur omnis turba sordidae chortis,

argutus anser gemmeique pavones

nomenque debet quae rubentibus pinnis

15

et picta perdix Numidicaeque guttatae

et impiorum phasiana Colchorum;

Rhodias superbi feminas premunt galli;

sonantque turres plausibus columbarum,

gemit hinc palumbus, inde cereusturtur.

20

Avidi secuntur vilicae sinum porci

matremque plenam mollis agnus exspectat.

Cingunt serenum lactei focum vernae

et larga festos lucet ad lares silva.

Non segnis albo pallet otio copo,

25

nec perdit oleum lubricus palaestrita,

sed tendit avidis rete subdolum turdis

tremulave captum linea trahit piscem

aut impeditam cassibus refert dammam.

Exercet hilares facilis hortus urbanos

30

et paedagogo non iubente lascivi

parere gaudent vilico capillati

et delicatus opere fruitur eunuchus.

Nec venit inanis rusticus salutator:

fert ille ceris cana cum suis mella

35

metamque lactis Sassinate de silva;

somniculosos ille porrigit glires,

hic vagientem matris hispidae fetum,

alius coactos non amare capones.

Et dona matrum vimine offerunt texto

40

grandes proborum virgines colonorum.

Facto vocatur laetus opere vicinus;

nec avara servat crastinas dapes mensa,

vescuntur omnes ebrioque non novit

satur minister invidereconvivae.

45

At tu sub Vrbe possides famem mundam

et turre ab alta prospicis meras laurus,

fures Priapo non timente securus;

et vinitorem farre pascis urbano

pictamque portas otiosus ad villam

50

holus, ova, pullos, poma, caseum, mustum.

Rus hoc vocari debet, an domus longe?

15“La villa, Bassus, de notre Faustinus, la ‘Baiana’, n’a pas de rangées de myrtes inutiles, de platanes stériles ou de buis taillés occupant des espaces improductifs d’une vaste étendue : c’est une campagne naturelle et brute qui fait sa joie. Là, dans le moindre recoin le blé de Cérès ensilé s’entasse et bien des jarres exhalent d’anciennes vendanges. Là, quand est passé Novembre et que déjà le solstice est imminent, le vigneron hirsute rapporte les grappes tardives. Farouches, dans la vallée profonde, mugissent les taureaux et le veau au front désarmé brûle de combattre. Tout le peuple de la basse-cour va au hasard dans les immondices : l’oie au cri strident, les paons constellés, celle qui doit son nom à son plumage rougeoyant, la perdrix peinte avec les poules de Numidie tachetées et le faisan de la Colchide impie ; orgueilleux les coqs couvrent leurs femelles rhodiennes, et les pigeonniers résonnent des battements d’ailes des colombes ; d’un côté gémit la palombe, de l’autre la tourterelle pâle comme cire. Les porcelets suivent avidement le tablier de la fermière et l’agneau tendre attend sa mère aux pis gonflés. De jeunes esclaves au teint de lait entourent le foyer paisible, et généreuse, devant les lares en fête brille la provision de bois. Pas de cabaretier somnolent qui pâlisse d’une blême inaction, point de maître de palestre huileux qui gaspille le suc de l’olive : mais il tend un filet sournois aux grives gourmandes, tire à lui de sa ligne frémissante le poisson captif, ou rapporte le daim qui s’est pris dans les rets. Le jardin, sans fatigue, exerce dans les rires les esclaves élevés à la ville et sans qu’un surveillant donne des ordres, les jeunes aux longs cheveux se réjouissent d’obéir au fermier, et l’eunuque efféminé a plaisir à sa tâche. Ce n’est pas les mains vides que vient le client campagnard : celui-ci apporte dans ses rayons de cire du miel pâle et une pyramide, fromage qui arrive de la silve de Sassina ; celui-là tend des loirs ensommeillés, tel, le petit bêlant d’une mère aux longs poils, un autre, des chapons forcés à ne pas connaître l’amour. Les grandes fillettes des honnêtes cultivateurs apportent en cadeau les présents de leurs mères. Le travail du jour terminé, on invite le voisin tout joyeux ; et la table ne garde pas mesquinement pour le lendemain les restes : tout le monde est repu et le domestique, rassasié, ne sait pas jalouser le convive qui a bu.

16– Mais toi tu possèdes aux portes de la Ville une demeure de famine élégante, et du haut de ta tour tu n’as vue que sur des lauriers, ton Priape, bien tranquille, ne redoutant pas le voleur ; tu repais ton vigneron de blé importé de la ville, et tu apportes à ta villa en peinture les légumes, les œufs, les poulets, les fruits, le fromage, le vin nouveau. Doit-on appeler ça une maison de campagne ? ou bien plutôt une résidence urbaine éloignée de la Ville ?”

178. IV.10 – Année 89

Dum novus est nec adhuc rasa mihi fronte libellus
pagina dum tangi non bene sicca timet,
i puer et caro perfer leve munus amico,
qui meruit nugas primus habere meas.
Curre sed instructus: comitetur Punica librum
spongea: muneribus convenit illameis.
Non possunt nostros multae, Faustine, liturae
emendare iocos: una litura potest.

18“Pendant que mon petit livre est tout neuf et que ses franges n’ont pas été encore poncées, pendant que ma page encore humide redoute d’être touchée, va, mon garçon, et à mon cher ami porte mon petit cadeau : il a mérité d’avoir le premier mes vers légers. Cours, mais avec ton matériel : qu’avec toi aille la compagne du livre, l’éponge punique, elle est assortie à mes cadeaux. Toutes mes ratures ne peuvent, Faustinus, amender mes plaisanteries : un coup d’éponge le peut.”

199. IV.57 – Année 89

Dum nos blanda tenent lascivi stagna Lucrini
et quae pumicis fontibus antra calent,
tu colis Argei regnum, Faustine, coloni
quo te bis decimus ducit ab Vrbe lapis.
Horrida sed fervent Nemeaei pectora monstri
nec satis est Baias igne calere suo.
Ergo sacri fontes et litora grata valete
Nympharum pariter Nereidumque domus.
Herculeos colles gelida vos vincite bruma,
nunc Tiburtinis cedite frigoribus.

20“Pendant que les eaux caressantes du Lucrin folâtre me retiennent, avec les grottes que chauffent des sources volcaniques, toi, Faustinus, tu fréquentes le royaume de l’exilé d’Argos, où te conduit la vingtième borne à partir de la Ville. Mais le cœur brûle atrocement du monstre de Némée et il ne suffit pas que Baïes s’échauffe de son propre feu. Aussi, sources sacrées, aimables rivages, adieu, demeure tout à la fois des Nymphes et des Néréides : surpassez les collines d’Hercule lors des froidures du solstice ; aujourd’hui, inclinez-vous devant la fraîcheur de Tibur.”

2110. V.32 – Année 90

Quadrantem Crispus tabulis, Faustine, supremis
non dedit uxori. «Cui dedit ergo?» Sibi.

22“‘Pas un sou, voilà ce que Crispus, Faustinus, a laissé à sa femme dans son testament’. – ‘ Qui donc est son légataire ?’–‘Lui’.”

2311. V.36 – Année 90

Laudatus nostro quidam, Faustine, libello
dissimulat, quasi nil debeat: imposuit.

24“J’ai loué dans mon livre un quidam, Faustinus, et il fait semblant de ne rien devoir. Il a triché.”

2512. V.71 – Année 90

Umida qua gelidas summitit Trebula valles
et viridis cancri mensibus alget ager
rura Cleonaeo numquam temerata leone
et domus Aeolio semper amica Noto
te, Faustine, vocant: longas his exige messes
collibus: hibernum iam tibi Tibur erit.

26“Au pays où l’humide Trebula domine de fraîches vallées et où, dans les mois du Cancer, la campagne verdoie et frissonne, une propriété que n’a jamais touchée le lion de Cleonae et une maison toujours amie du suroît fils d’Éole, t’appellent, Faustinus : passe sur ces collines les longues journées de la moisson ; Tibur désormais te sera villégiature d’hiver.”

2713. VI.7 – Année 91

Iulia lex populis ex quo, Faustine, renata est
atque intrare domos iussa Pudicitia est,
aut minus aut certe non plus tricesima lux est,
et nubit decimo iam Telesilla viro.
Quae nubit totiens, non nubit: adultera lege est.
Offendor moecha simpliciore minus.

28“Depuis que la lex Iulia, Faustinus, a été remise en vigueur pour les nations et que la Pudicité a reçu ordre d’entrer dans nos maisons, c’est au maximum – en tout cas pas plus – le trentième jour, et Telesilla prend un mari pour la dixième fois : femme qui prend mari tant de fois ne se marie pas : elle est adultère légalement. Une franche fille me choque moins.”

2914. VI.53 – Année 91

Lotus nobiscum est, hilaris cenavit, et idem
inventus mane mortuus Andragoras.
Tam subitae mortis causam, Faustine, requiris?
in somnis medicum viderat Hermocratem.

30“Il s’est baigné avec nous, a dîné gaiement, et au matin on a trouvé mort le même Andragoras. Tu veux connaître la cause d’une mort si soudaine, Faustinus ? En rêve il avait vu le médecin Hermocrate.”

3115. VI.61 – Année 91

Rem factam Pompullus habet, Faustine: legetur
et nomen toto sparget in orbe suum.
“Sic leve flavorum valeat genus Vsiporum
quisquis et Ausonium non amat imperium.”
Ingeniosa tamen Pompulli scripta feruntur…
– “Sed famae non est hoc, mihi crede, satis:
quam multi tineas pascunt blattasque diserti
et redimunt soli carmina docta coci!
Nescioquid plus est, quod donat saecula chartis:
victurus genium debet habere liber.”

32“Pompullus a gagné, Faustinus : on le lira et il répandra son nom par tout l’univers. – ‘Qu’à ce compte puisse prospérer la nation inconstante des Usipètes et quiconque n’aime pas l’empire de l’Ausonie.’– ‘Pourtant, à ce qu’on dit, les écrits de Pompullus ne manquent pas de talent…’– ‘Mais cela ne suffit pas, crois-moi, pour gagner la Renommée : combien d’écrivains diserts nourrissent les mites et les blattes, et n’achètent leurs poèmes inspirés que les cuisiniers ! C’est un je-ne-sais-quoi de plus qui accorde l’immortalité aux écrits : pour vivre, un livre doit avoir son Génie’.”

3316. VII.12 – Année 92

Sic me fronte legat dominus, Faustine, serena
excipiatque meos qua solet aure iocos
ut mea nec iuste quos odit pagina laesit
et mihi de nullo fama rubore placet.
Quid prodest, cupiant quod quidam nostra videri
si qua Lycambeo sanguine tela madent
vipereumque vomat nostro sub nomine virus
qui Phoebi radios ferre diemque negat?
Ludimus innocui, scis hoc bene: iuro potentis
per genium Famae Castaliumque gregem
perque tuas aures, magna mihi numinis instar,
lector inhumana liber ab invidia.

34“Puisse notre maître me lire sans froncer les sourcils, Faustinus, et recevoir mes jeux avec l’oreille qu’il a coutume de leur prêter, s’il est vrai que mon livre n’a pas blessé même ceux qu’il peut à bon droit détester et s’il est vrai que je hais une renommée acquise par la rougeur de qui que ce soit. À quoi bon, quand certains désirent faire passer pour miens les traits dégouttant du sang d’un Lycambe et si vomit sous mon nom son venin de vipère un qui dit ne pas supporter les rayons du soleil et la lumière du jour ? Mes plaisanteries sont innocentes, tu le sais bien : je le jure par le Génie de la puissante Renommée et la troupe de Castalie, et par tes oreilles à toi qui vaux pour moi une grande divinité, ô lecteur étranger à la haine envieuse indigne d’hommes.”

3517. VII.80 – Année 92

Quatenus Odrysios iam pax Romana triones
temperat et tetricae conticuere tubae,
hunc Marcellino poteris, Faustine, libellum
mittere: iam chartis, iam vacat ille iocis.
Sed si parva tui munuscula quaeris amici
commendare, ferat carmina nostra puer: non
qualis Geticae satiatus lacte iuvencae
Sarmatica rigido ludit in amne rota,
sed Mitylenaei roseus mangonis ephebus
vel non caesus adhuc matre iubente Lacon.
At tibi captivo famulus mittetur ab Histro
qui Tiburtinas pascere possit oves.

36“Puisque la paix Romaine règle désormais le Septentrion Odrysien et que les affreux clairons se sont tus, tu pourras, Faustinus, envoyer ce petit livre à Marcellinus : le voici enfin disponible pour les vers, disponible pour les jeux. Mais si tu veux faire valoir le petit présent d’un ami, qu’un esclave lui porte mes poésies, non point du genre de ceux qui, repus du lait d’une vache Gétique, jouent avec leur cerceau Sarmate sur le fleuve gelé, mais un éphèbe au teint de rose acheté à un marchand de Mitylène, ou un Lacédémonien que sa mère n’a pas encore fait fouetter. Pour toi, tu recevras des bords de l’Hister asservi un garçon qui pourra paître tes brebis de Tibur.”

3718. VIII.41 – Année 93

“Tristis Athenagoras non misit munera nobis
quae medio brumae mittere mense solet.”
An sit Athenagoras tristis, Faustine, videbo:
me certe tristem fecit Athenagoras.

38“En deuil, Athénagoras ne m’a pas envoyé les cadeaux que d’habitude il m’adresse au milieu du mois du solstice. – Si Athénagoras est en deuil, je verrai : mais en tout cas, moi, il m’a endeuillé, Athénagoras.”

3919. X.51 – Année 95

Sidera iam Tyrius Phrixei respicit agni
taurus et alternum Castora fugit hiems:
ridet ager, vestitur humus, vestitur et arbor,
Ismarium paelex Attica plorat Ityn.
Quos, Faustine, dies, qualem tibi Roma Ravennam
abstulit! O soles, o tunica quies!
o nemus, o fontes solidumque madentis harenae
litus et aequoreis splendidus Anxur aquis
et non unius spectator lectulus undae,
qui videt hinc puppes fluminis, inde maris!
Sed nec Marcelli Pompeianumque, nec illic
sunt triplices thermae nec fora iuncta quater
nec Capitolini summum penetrale Tonantis
quaeque nitent caelo proxima templa suo.
Dicere te lassum quotiens ego credo Quirino
“Quae tua sunt, tibi habe: quae mea, redde mihi!”

40“Déjà le taureau de Tyr se retourne pour voir la constellation du Bélier de Phrixos et l’hiver fuit loin de Castor qui échange sa place : la campagne sourit, la terre revêt ses atours, l’arbre revêt aussi les siens et l’adultère Attique pleure son Itys Ismarien. Quelles journées, Faustinus, quelle ‘ Ravenne’ Rome t’a-t-elle enlevées ! Ô soleils, ô repos sans toge ! ô bosquets, ô sources et plage de sable humide et durçi, et toi, Anxur, qui brilles de tes eaux marines et toi, petit lit qui n’a pas vue sur une onde unique mais vois d’un côté les poupes sur le fleuve, de l’autre celles de la mer ! Mais il n’y a là-bas ni le théâtre de Marcellus ou celui de Pompée, ni les triples thermes ni les quatre forums unis, ni au sommet, le sanctuaire du dieu Tonnant du Capitole, ni le temple qui brille de la proximité d’un ciel qui est sien. Que de fois je crois t’entendre dire, las, à Quirinus : ‘ ce qui est tien, garde-le : ce qui est mien, rends-le moi’.”

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search