Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

Addenda

Texte intégral

Addendum iii. i

Atticus et son environnement

  • 1 Cf. REA 100, 1998, p. 60-63, § IV : “un fils pour Statilia Messalina, Atticus (VII.32 ; IX.99)”.

1Le jeune Atticus des épigrammes VII.32 et IX.99, présumé fils de Statilia Messalina et de M. (Iulius) Vestinus Atticus cos. 65, tient par sa parentèle une place qui ne se réduit pas à ces témoignages : c’est elle qu’étudie cet Addendum1.

  • 2 Tacite, Annales XV.68 sq sur l’exécution de Vestinus. L’historien place immédiatement après elle ce (...)
  • 3 M. (Iulius) Vestinus Atticus était un magnat de Vienna : voir B. Rémy et F. Kayser, Les Viennois ho (...)
  • 4 Tacite, Annales XV.68.2 : certains à cause d’inimitiés personnelles, la plupart parce qu’ils le jug (...)
  • 5 Pour reprendre la terminologie de V. Rudich. Le mariage avec Statilia Messalina était une dangereus (...)
  • 6 Les Libérateurs des Ides de Mars, après “le plus beaux des exploits”, se rendirent au Capitole vois (...)
  • 7 Le peuple ne suivit pas les Tyrannoctones : furieux de l’attentat il s’empara du corps de César et (...)
  • 8 Nous ne trouvons pas mention de cette domus de Pison dans l’étude précieuse de M. Royo, “Le quartie (...)
  • 9 Dion Cassius LXII.27.1, qui raconte l’affaire anonymement, la date de 65 ; Tacite l’avait évoquée d (...)
  • 10 Le verbe iminere se réfère sans doute plus qu’à la dénivellation du terrain à la menace idéologique (...)

2En avril 65, Néron fit arrêter et exécuter, dans une mise en scène que Tacite décrit et dont il n’est pas dupe2, Vestinus3 consul de cette année ; il avait été laissé pourtant à l’écart de la conspiration de Pison par les conjurés4 quoique peut-être nostalgique de la République. Ce n’était pas un danger pour le pouvoir, mais un “dissident sexuel”5 provocant : il avait épousé Statilia Messalina, qui en 66 deviendra la dernière femme de Néron : un homme assurément imprudent, mais qui ne méditait aucun coup d’état ; la prétendue fortification de sa domus et le prétendu recrutement de jeunes partisans capables de porter les armes ne sont que des prétextes de Néron : c’est que sa demeure, devenue pour ce dernier une arx6 – une citadelle menaçante – dominait le Forum (Foro imminens)7. Le coup de force impérial – vis dominationis – exploitait la position symbolique de cette domus : Vestinus imminentes Foro aedes... habebat. Vieux thème idéologique qui, comme le souvenir du fratricide de Romulus, se réveille dans les épisodes de conflit civil ; il reparaît périodiquement depuis les origines de la République quand se profile la menace d’une Restauration. L’œuvre de Tacite en présente plusieurs exemples : quand sous Tibère Pison et Plancine vinrent à Rome où Agrippine avait déposé au Mausolée d’Auguste les cendres de Germanicus, ils provoquèrent une flambée d’hostilité du peuple : fuit inter inritamenta invidiae domus fora imminens festa ornatu conviviumque et epulae et celebritate loci nihil occultum Annales III.9.38. À peu près à la même époque que l’exécution du consul 65, Salvidienus Orfitus fut accusé par Regulus et condamné pour avoir loué trois boutiques attenant à sa domus voisine du Forum9. Imminens Foro n’est pas une donnée topographiquement exploitable10 : il n’est pas nécessaire pour qu’une domus “domine le Forum” qu’elle soit bâtie sur une pente escarpée ni sur une colline comme le Palatin : une modeste surélévation du terrain, comme est la Velia, doit y suffire pour peu que son architecture lui confère cette hauteur : ce n’est pas tant le terrain qui iminet, c’est la bâtisse – qui ne doit évidemment pas être située dans un bas-fond.

  • 11 Proculus devait être le fils d’un clarissimus vir.

3L’épigramme I.70 envoie le libellus à la demeure clairement sénatoriale (clari Penates) de C. Iulius Proculus : pour nous le fils de Vestinus et demi-frère d’Atticus (cf. le stemma), occupant de la domus Vestini11 : l’itinéraire indiqué par Martial à son libellus donne l’adresse aux vers 3-4 : quaeris iter, dicam : vicinum Castora canae/transibis Vestae virgineamque domum ; tout y est : les Castores, et la domus de Vestinus, allusivement.

  • 12 La superbia est notion psychologique et morale – l’orgueil ; mais c’est aussi un concept politique, (...)
  • 13 Nous nous bornerons aux points sur lesquels nous avons quelques hypothèses à proposer ; M. Royo a e (...)
  • 14 Il y a un quart de siècle, Rodriguez-Almeida, dans le Bull. Com. 1982/3, p. 87 sq, a voulu, ressusc (...)
  • 15 Voir supra l’Annexe III.1.
  • 16 F. Coarelli, Il Foro Romano Romano. Periodo Arcaico, Rome, 1983, p. 40 et suivantes.
  • 17 Platner-Ashby, A Topographical Dictionary, p. 183 ; cf. l’exposé rapide mais clair de P. Howell, A (...)
  • 18 Construit selon la tradition au viiie siècle avant n. è.
  • 19 Voir dans l’article de M. Royo la zone (Palatine) du “forum adiectum” p. 99, fig. 2.
  • 20 Plan de la partie orientale de la Via Sacra dans E. B. Van Deman, “The Neronian Sacra Via”, AJA 27, (...)

4L’édifice est aristocratique, élevé (atriaque excelsae sunt adeunda <tibi> domus), mais non pas hautain : ne metuas fastus limenque superbum (vers 13) car nulla magis toto ianua poste patet (vers 14)12. Sa localisation est controversée13 de manière parfois étonnante14. Le libellus remontera la via sacra, ayant en face de lui, assez lointain, le colosse Rhodien15 et, arrivé à la summa via sacra16, tournera non pas selon nous à droite – la domus aurait été alors située dans la zone de la villa Barberini17 – mais à gauche ; protinus a laeva s’élève la brillante domus. Nous la situerions in summa via sacra : le libellus serait passé par le clivus sacer, entre le temple archaïque de Jupiter Stator18 et l’emplacement de l’antique chapelle des Lares et, “immédiatement à gauche”, aurait tourné en direction des Pénates19. Toute la zone avait été réaménagée pour la construction de la domus aurea20.

  • 21 Stemma de la descendance de Messala Corvinus dans l’Augustan Aristocracy de R. Syme, Oxford, 1986 : (...)
  • 22 Statilia Messalina pratiquait la declamatio. Nous avons interprété le vers 2 de VII.32 – nec sinis (...)
  • 23 La domus Vestini, celle de Proculus que nous assimilons à elle, peut-être celle de Pison et Plancin (...)

5Vestinus s’était allié à la descendante d’une ingens domus dont son fils Attticus perpétue la tradition éloquente. C’est que sa mère était Statilia Messalina21, arrière petite-fille (abneptis) de Statilius Taurus cos. II 26 a. C, et arrière petite-nièce de Messala Corvinus, d’où descendait une lignée d’orateurs et de poètes22. Elle se devait d’occuper dans la Ville une domus en un site témoin de sa grandeur. L’étude de M. Royo sur les habitations privées du Palatin dénombre 27 demeures (33 occupants) pour une durée de 200 ans ; à l’époque de Martial, elles se comptent sur une main23 : la colline est presque entièrement occupée par les constructions impériales. Pour détenir sous Néron une domus foro imminens un Narbonnais de la colonie de Vienne comme Vestinus n’avait qu’une possibilité : épouser une représentante de la nouvelle aristocratie Augustéenne ayant hérité quelques biens de l’ancienne aristocratie Républicaine : ce que fit Vestinus. C’est à Statilia Messalina que C. Iulius Proculus doit d’occuper une domus plus que toute autre chère à Phébus et aux neuf Muses :

nec propior quam Phoebus amat doctaeque sorores (vers 15).

  • 24 Valeria Messalina, mère d’Octavia et de Britannicus, cousine de Statilia Messalina, descendait comm (...)

6Atticus fut orateur et aimait les Muses de Martial ; il n’y a pas d’indice que C. Iulius Proculus les ait pratiquées ; mais le souvenir de M. Valerius Messala Corvinus, oncle de Sulpicia I, plane sur sa domus24.

  • 25 Consul 61 a. C.
  • 26 Att. I.13.6.
  • 27 G. Lugli, Fontes ad topographiam Urbis Romae pertinentes, XIX, Rome, 1960. p. 153 no 151.
  • 28 G. Lugli, ibid., p. 127 no 8.
  • 29 Id., ibid., p. 153 no 143.
  • 30 R. Syme, The Roman Revolution, trad. R. Stuvéras, Paris, 1967, p. 213 avec n. 89.
  • 31 M. Royo, o. c., p. 108.
  • 32 Tite-Live II. 7.5 sq.
  • 33 G. Lugli, ibid. p. 152 no 137-140 ; M. Royo, o. c., p. 108 et autres références n. 116.
  • 34 F. Coarelli, Il Foro Romano. Periodo arcaico, Rome, 1983, p. 79-83.
  • 35 Voir G. Lugli, Fontes XI, chapitre IV, no 86-96.

7Les Valerii avaient été “chez eux” sur la Velia. Messala n’avait peut-être pas conservé la domus d’Autronius que son père, “Messala le consul”25, avait achetée pour 3 200 000 sersterces en 61 a. C.26. Son fils Messala Corvinus avait possédé une très belle demeure dans une zone essentielle du Palatin27 : elle avait appartenu à Marc-Antoine28 puis à Agrippa29 et fut totalement détruite par un incendie en 25 (Dion LIII.27.5) ; Auguste avait aidé Messala de ses deniers30 ; elle faisait partie de l’insula Clodiana31. Mais on prête surtout aux Valerii la possession de deux très antiques domus construites au début de la République32 aux frais de l’État pour remercier P. Valerius Publicola et son frère M. Valerius Maximus, vainqueur des Sabins dans deux batailles lors de son consulat et triomphateur : il reçut une domus sur le Palatin33 ; située dans le lieu “le plus éminent”, elle se confondrait selon F. Coarelli avec la demeure des Tarquins34. L’autre domus s’élevait in summa Velia, et appartenait à Publicola35 ; en ces temps très proches de la monarchie étrusque, la Velia est le domaine propre des Valerii : comme l’écrit M. Royo en concluant sur les demeures de Messala, “l’importance de la tradition qui lie cette très illustre famille à la Velia et au Palatin permet d’envisager l’existence d’une maison familiale non loin de la domus publica d’un côté ou de l’autre de la Via Sacra”. Peut-être à gauche ? M. Citroni, dans son commentaire de l’épigramme I.70 attire l’attention sur la surcharge expressive des vers 11 et suivants : protinus a laeva clari tibi fronte Penates / atriumque excelsae sunt adeunda domus. / Hanc pete. Ne metuas fastus limenque superbum... Cette pléthore pourrait s’expliquer par la volonté de conjoindre dans une évocation unitaire éléments d’architecture privée et éléments d’architecture publique : clari penates d’une domus clarissime et Clari Penates voisins, nitidos lares de la demeure et ancienne chapelle des Lares Publici ; les Lares sont représentés comme des génies dansants, sous forme de statuettes d’argent.

  • 36 Pline NH XXXVI.24.112 pour les maisons de Publicola et de son frère Maximus ; Plutarque, Publicola (...)

8Ce n’est pas à dire que la domus Vestini et Proculi soit à identifier à la domus de Publicola in summa Velia ; mais elle devait en être très proche. Quelques détails sont peut-être à ajouter. Pline l’Ancien et Plutarque36 apprennent que les domus des deux frères furent dotées de portes sur la rue dont les battants ouvraient sur l’extérieur : privilège accordé à deux consuls qui avaient bien mérité de la République d’empiéter sur l’espace public. Martial rassure son libellus

  • 37 Le motif de la porte libéralement ouverte symbolise certes chez Martial l’hospitalité : ainsi dans (...)

nulla magis toto ianua poste patet37 ;

9l’accueil de la domus aristocratique sera d’une simplicité démocratique, le seuil tout voisin de la demeure des Tarquins n’aura que cela de Superbe : seul un tyran y aurait vu une arx.

  • 38 Il emploie cette flatteuse comparaison dans l’épigramme IX.51 à propos de la mort de Lucanus, l’un (...)
  • 39 “Mineur de vingt-cinq ans”, à la date de I.70, il n’avait, semble-t-il, pas hérité comme son aîné d (...)
  • 40 I.12.10 : ce Iulius Atticus, dont Pline ne mentionne pas la qualité sénatoriale éventuelle, est PIR(...)
  • 41 Ibid., p. 45 avec n. 15 (R. Syme, RP VI, 222).
  • 42 Ce cinquième mariage de Messalina. est le troisième de Néron. Après la mort de ce dernier, Othon au (...)

10Les deux fils de Vestinus n’étaient pas des jumeaux ; Martial peut les désigner (très allusivement) par une référence aux Dioscures en dépit d’une différence d’âge38 et du fait qu’ils n’étaient que demi-frères. Le cadet, peut-être né peu de temps avant le consulat de son père, vers 64, aura atteint vingt-cinq ans lorsque Martial lui adressera VII.32 : c’est un iuvenis39. On trouve un Iulius Atticus – nomenclature bien banale – dans une lettre de Pline, datée par A. N. Sherwin-White de 97-9840 : possiblement l’Atticus de Martial, mais peu probablement. Ce dernier en tout cas ne fit pas de carrière sénatoriale : les fils de sénateurs victimes de Néron ne s’engagent guère41 dans cette voie – surtout quand leur mère a épousé Néron en cinquièmes noces42.

  • 43 Connu par l’inscription d’Antium ILS 1040 : il en était patron.
  • 44 Dans Aspects of non-imperial patronage, p. 69 sq : il suggérait que Proculus pouvait être un sénate (...)
  • 45 RP I 389-390 avec n. 11 ; II, 484 avec n. 2 ; III, 1048 avec n. 36 réexposant les analyses de Tacit (...)

11Il est aussi très malaisé de dater la naissance de l’aîné C. Iulius Proculus né d’un mariage antérieur du consul ; en 85-86, “majeur de vingt-cinq ans”, il est le dominus de la domus où Martial envoie son libellus : né à peu près vers 60, il fit peut-être bien plus tard une carrière de sénateur. On connaît en effet un C. Julius M (arci) f (ilius) Proculus Vol(tinia tribu) – la tribu des Viennois – qui fut consul suffect en 10943. P. White44 envisage, avec réserve, de l’identifier au Proculus de Martial ; R. Syme, qui a étudié à de nombreuses reprises45 sa carrière, remarquable à plusieurs égards, n’a à notre connaissance jamais proposé cette identification, peut-être parce qu’il serait très anormal que le fils d’un consul ordinaire ne revêtît un consulat suffect que 44 ans après son père. Cela engage à n’exposer qu’avec de multiples points d’interrogation une tentative d’interprétation de la destinée du destinataire de I.70.

  • 46 Dans les 10 postes des vigintiviri, les trois postes des monetales sont pratiquement réservés aux p (...)
  • 47 Sur la crise de l’été-automne 97, G. Alföldy-H. Halfmann, “M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus (...)

12Le suffect 109 commença sa vie publique, connue en particulier (PIR2 I 497) par l’inscription ILS 1040, en gérant la prémagistrature prometteuse46 de triumvir monetalis : il n’est pas encore sénateur. Les deux fonctions suivantes, sénatoriales, présentent une interversion connue au milieu du ier siècle, exceptionnelle dans ses dernières années : d’abord une quaestura Augustorum (Domitien et Nerva ou Nerva et Trajan) – confirmation de la faveur impériale ; après cette questure gérée à Rome, un tribunat militaire laticlave dans la légion d’Antioche, la IVa Scythica, dont il dut assumer le commandement vice legati : l’année 97 est troublée en Syrie, des commandants de légion suspects sont remplacés47. Rentré de ce commandement, le sénateur est chargé par Trajan (la faveur dure) de rédiger les procès-verbaux des séances de l’assemblée – ab actis imperatoris Traiani ; suivent le tribunat de la plèbe (le consul 65 n’était pas patricien), la préture qui donne accès aux fonctions prétoriennes confiées par l’empereur que sont la légation de la VIa Ferrate en Syrie, la légation pro praetore de la région Transpadane ; enfin le consulat suffect au 1er Septembre 109. Suivront des fonctions consulaires.

  • 48 On n’a guère retenu l’identification que nous examinons. Voir l’article de la PIR2 I 491 pour les a (...)
  • 49 D’autant plus que l’intervalle classique entre questure et consulat est abrégé au début du règne de (...)

13C’est la carrière rapide d’un homme sûr ; on hésite à y voir celle du C. Iulius Proculus de Martial48 ; d’abord parce qu’une carrière rapide d’un homme soutenu par le pouvoir ne devrait pas mener à un consulat géré à pratiquement 50 ans49 ; ensuite parce que le consulat est suffect. Mais il est possible que Proculus, comme son demi-frère, n’ait pendant longtemps pas voulu entrer dans la carrière et ne s’y soit que tardivement résolu. On note le parfait équilibre du traitement consacré par Martial aux deux frères : Atticus reçoit VII.32 sur son choix d’un otium très studieux, puis trois ans plus tard IX.99 qui lui parle de M. Antonius, un converti de la politique venu à une vie toute spirituelle. Proculus aussi est le destinataire de deux épigrammes : I.70 sur sa domus et XI.36 qui le montre se réveillant d’une longue maladie et d’une longue inaction ; les quatre épigrammes sont de même forme élégiaque, les deux dernières assez proches chronologiquement.

14L’odelette anacréontique qui suit I.70 boit à la santé de cinq puellae appelées à rejoindre le poète : toutes figures inventées dotées de noms qui, par le nombre des lettres qui composent chacun d’eux, déterminent un nombre de coupes bues en l’honneur de chacune : Laevia aura droit à six cyathes, Iustina à sept, Lycis à cinq, Lydè à quatre, Ida à 3 : le total se monte à vingt-cinq. Le pentamètre final se termine par un appel au Sommeil : et quia nulla venit, tu mihi, Somne, veni. Vingt-cinq coupes de Falerne en endormiraient d’autres. Au nom de quel “transfert” ce que dit cette pièce I.71 doit-il être rapporté au Proculus de I.70 ? En raison du commentaire à I.70/I.71 que donne Martial dans la seconde épigramme adressée à Proculus, XI.36 : le motif développé est celui du Réveil : Gaius Iulius relève d’une très grave maladie : “Hypnos, sers un immortel Falerne, et buvons-en cinq puis six et huit coupes

  • 50 Le nombre de coupes bues, correspondant à des noms, nous a suggéré notre hypothèse sur la nomenclat (...)

GAIUS ut fiat IULIUS et PROCULUS” (vers 8)50.

15Ce qui, dans I.71, endormait – Somnus – réveille en XI.36 : l’allégorie un peu abstraite s’incarne dans un être vivant, l’échanson Hypnos, qui sommeille et que Martial houspille d’un piger ; le vin est toujours du vieux Falerne. Une arithmétique élémentaire unifie I.71 et IX.36 en l’honneur du Proculus de I.70.

  • 51 La chronologie est très serrée – de 96 à 98 ? – pour les postes de IIIvir AAAFF, de questeur et de (...)
  • 52 Les quaestores Augustorum (au nombre de deux sur les vingt questeurs) entrent en charge le 5 Décemb (...)
  • 53 Sur le consulat de Sura, supra p. 187, n. 234.
  • 54 Bien connue sur les murs de Pompéi.
  • 55 Sur les événements de ces mois, supra n. 47 et l’appendice “Syria in 97” du Tacitus II, p. 631 sq d (...)

16Ce dernier ayant vers 85-86, atteint l’âge sénatorial de 25 ans, n’entreprend pas la carrière à laquelle le destinait sa filiation ; il mène la dolce vita dont Martial prend fictivement la responsabilité ; il la mène durant une bonne dizaine d’années, sautant enfin le pas vers la fin du règne de Domitien : triumvir monetalis avant Septembre 9651, il se serait présenté à la questure52 après la mort de l’empereur : l’épigramme XI.36, publiée pour les Saturnales de 96, salue son rétablissement et le réveil de l’endormi : il peut y avoir eu coïncidence de la guérison et d’une candidature politique ; on songe à l’épigramme VII.47 sur la résurrection de L. Licinius Sura, peut-être consul suffect en 9353. L’insistance sur la nomenclature peut être sentie comme ayant la valeur d’une suffragatio54. Proculus est élu questeur – quaestor Augustorum en 96-97, fonction occupée avant ou après l’adoption de Trajan en Octobre de 9755 ; son tribunat militaire dans la IVa Scythica a pu se placer à cheval sur 97 et 98. Il avait largement atteint ses 35 ans quand il devint triumvir monetalis – une fonction d’ordinaire gérée avant la vingtième année –, et presque atteint la quarantaine quand il fut élu à la questure. Le commandement vice legati d’une légion, dans des circonstances politiques difficiles, convient à un homme d’âge. Que sa carrière ait été ensuite rapide (suffect précoce) est très normal s’il n’est pas fils de M. Iulius Vestinus Atticus, très étonnant s’il l’était, comme nous croyons.

  • 56 B. Rémy et F. Kayser, o. c., p. 41-46, qui admettent cette filiation dont R. Syme doutait : RP IV, (...)
  • 57 CIL XIII. 1668, lignes 50-52 (ILS, 262).
  • 58 Tacite, Histoires IV. 53.
  • 59 REA 100, 1998, p. 44. R. Syme, RP VII, p. 534, n. 91 : “Martial (IV.73.3f) and Statius (Silvae IV.6 (...)
  • 60 REA 100, 1998, p. 44-46.
  • 61 Martial IX.43 et 44 sur cet exiguo magnus in aere deus (43.2). Stace Silves IV.6.

17M. Vestinus Atticus était vraisemblablement fils du Préfet d’Égypte L. Vestinus56, ami de l’empereur Claude qui le nomme dans son discours de 48 conservé par la table de bronze de Lyon57, et qui en 70 avait reçu la charge – immense honneur – d’être choisi par Vespasien pour superviser les travaux de reconstruction du Capitole58. Le nom est conservé par un descendant, possiblement un neveu et certainement un parent, du consul 65 : il est célébré par Martial (IV.73) : jeune aristocrate que nous avons mentionné59 à propos de son ami Novius Vindex60, possesseur d’une statuette décrite par Martial et par Stace61 ; le premier rappelle sa mort : à ses derniers moments, il obtient des Parques le délai dont il avait besoin pour partager ses immenses richesses entre ses amis, dont très visiblement Novius Vindex (Stace, Silvae IV.6.93-95).

  • 62 En y ajoutant que ce Novius Vindex, amateur d’art et doctus, paraît être le Novius rapproché de Pub (...)

18Sur Vindex, ses origines, la signification possible de son cognomen, nous renvoyons à ce que nous avons écrit dans un article déjà ancien62 et nous bornons à la question de l’Héraclès Épitrapézios longuement décrit par les deux poètes.

  • 63 Dans une récension d’Élisabeth Bartman (“Ancient Sculptural Copies in Miniature”, Columbia Studies (...)
  • 64 La description serait, pour ce qui est de la “filiation”, parodique selon R. Robert, dans son artic (...)

19L’épithète Épitrapézios (“sur la table”) se réfère tant à la destination de la statuette d’Hercule, faite pour être posée sur une table de marbre et admirée à hauteur d’yeux par les convives qu’à la représentation du dieu banquetant lui même. Novius Vindex entré en possession de cet Hercule miniature, qui parait immense à Martial, tel un dieu de Phidias, a donné une soirée en l’honneur de ce trésor dû, disait-on, au maître du ive siècle Lysippe : attribution que M. Turcan considère comme une tradition orale qu’il ne cautionne ni ne rejette63 ; il ne paraît pas penser que la généalogie alléguée par Stace et Martial soit toute parodique ni purement fictive : l’Héraclès aurait appartenu à Alexandre puis à Hannibal et à Sylla ; de la cour de Néron, ajouterons-nous, elle serait venue aboutir chez Novius Vindex, protecteur des deux poètes Flaviens, Stace et Martial ou Martial et Stace64.

  • 65 Nous regrettons de n’avoir pu consulter Cl. Rolley, professeur émérite à l’Univerité de Dijon, spéc (...)
  • 66 La découverte de la tombe de Vergina, qui semble celle de Philippe II, a rendu à l’actualité le ive(...)
  • 67 Le fils de Sylla Faustus ouvrit la bibliothèque rapportée d’Asie par son père à Cicéron, qui y trav (...)

20Lysippe travailla pour Alexandre – le premier sculpteur qui ait façonné des petits bronzes de ce type65 ; certaines de ses œuvres durent rester dans les trésors de la cour de Pella – capitale de Philippe II et de son fils66. À la fin du iiie siècle le roi Philippe V descendant de ces souverains, voyant monter à l’Ouest la puissance de Rome, décide d’intervenir aux côtés des Carthaginois : il envoie une ambassade auprès d’Hannibal alors en Italie du Sud, qui conclut avec lui une alliance qui ne passera pas immédiatement dans les faits, mais entraînera plus tard une intervention de la Macédoine : à la bataille finale de Zama en 202, un contingent Macédonien combat contre Scipion l’Africain. Une ambassade venue conclure un traité d’alliance apporte des gages : Hannibal, dévot d’Héraclès – il s’était rendu à son temple de Gadès avant d’envahir l’Italie – dut recevoir le petit bronze : le dieu l’inspire. Après la paix de Zama, Hannibal exilé se réfugiera à la cour de Prusias en Bithynie, où il emporta la statuette. La conquête de l’Asie Mineure par Rome attendra la guerre de Mithridate : la capitale du royaume du Pont est prise, et les trésors royaux, en particulier une superbe bibliothèque, passent en Italie, dans les domaines de Sylla : la statuette dut se retrouver dans une villa ou une domus de la gens Cornelia67.

  • 68 Ses noms rappelaient ses “grands aïeux”.

21La fin de la République et les débuts de l’Empire virent l’anéantissement progressif des familles de l’aristocratie. L’Augustan Aristocracy de R. Syme (c’est la nouvelle aristocratie) permet de suivre (tableau XVI) la descendance de Sylla jusqu’à la sixième génération, celle du consul 52 Faustus Sylla Felix68 avec qui s’éteint la famille : Néron le fait exiler, puis exécuter ; il s’empare de ce qui pouvait rester d’une grande fortune : peu de choses – peut-être encore quelques belles pièces, comme un petit bronze de Lysippe ; il aboutit donc au Palatin ou à la Domus Aurea. Fin 66, après avoir tenté sa chance matrimoniale auprès d’Antonia – et, sur son refus, l’avoir fait mettre à mort – il épouse, après avoir fait exécuter son mari Vestinus Atticus, Statilia Messalina. Peut-être offrit-il à cette épouse, amatrice d’art comme lui, et “femme de lettres”, l’Héraclès Épitrapézios ; du reste, après sa mort, sa veuve hérita des biens personnels de l’empereur.

  • 69 Par magnis avis, dit Stace de Vestinus : ses grands aïeux, plutôt que de grands aïeux.
  • 70 Au vers 87 de la silve de Stace, la statuette est dite “ semper claros intrare penates adsuetum”, c (...)

22Née vers 30-35, elle put aisément vivre jusqu’à la fin du siècle ; elle devait avoir conservé des liens avec les Vestini : aucune source ne l’accuse d’avoir été complice de l’assassinat de M. Vestinus Atticus ni de l’empereur, quelles qu’aient été ses relations avec lui avant son mariage avec le consul et après la disparition de ce dernier. Qu’elle ait légué des biens à son fils Atticus et à son beau-fils Proculus est probable ; peut-être (c’est notre hypothèse) également au jeune Vestinus mort en 89. Le dernier maillon de la chaîne que nous avons essayé de restituer n’est pas “le maillon faible” : il semble solide, mais, faute de données précises, en particulier juridiques, il n’est pas possible d’en dessiner exactement la forme. Les modalités de la transmission de l’Héraclès admiré chez Novius Vindex par nos deux poètes demeureront incertaines : mais transmission il y eut. Bornons-nous aux points essentiels et assez sûrs : d’abord, il est certain que la possession de la statuette par Novius Vindex est liée à l’amitié étroite qui avait unis les deux amis : les vers 89-95 de la Silve de Stace (IV.6), sans lien explicitement dégagé avec le sujet (l’Héraclès), et qui seraient s’il n’y en avait pas un, une très maladroite parenthèse ou digression, suffisent pour qui lit avec attention le poème (d’un auteur habile sinon génial) à l’établir : ils sont consacrés au cœur “pur et au-dessus de toute faute” du propriétaire de l’œuvre d’art : d’une loyauté antique et qui tient pour perpétuel le pacte de l’amitié qu’il a formée. Vestinus le sait bien, lui qui est traité, bien qu’encore dans la fleur de l’âge, comme (le seraient) ses grands aïeux69 : “jour et nuit Vindex porte en lui sa pensée et vit dans les bras de cette ombre chérie” (cette traduction est celle de H. J. Izaac, dans l’édition de la CUF, à peine modifiée). Secondement, plusieurs années séparent l’épigramme IV.73 ayant pour objet les derniers instants et les dernières volontés de Vestinus de la Silve de Stace datée de 94-95, comme les épigrammes correspondantes de Martial IX. 43 et 44 ; soit cinq à six ans d’écart. Troisièmement, de très menus détails suggèrent dans la Silve de Stace que la statuette vient d’entrer chez Novius Vindex70 ; on peut contester cette “lecture” ; mais il est en tout état de cause très peu plausible que le propriétaire de l’objet ait attendu 5 ou 6 ans pour faire connaître et célébrer son acquisition.

23D’où le principe d’explication que nous retenons : en 89, au moment de mourir, Vestinus prend des dispositions testamentaires prévoyant que l’Héraclès Épitrapézios de Statilia Messalina, qu’elle lui aurait promis de lui léguer à sa mort (à elle), mais qu’elle possède encore, revienne en fin de compte à Novius Vindex. Un engagement (un acte) aurait été pris avec Messalina : Stace insiste d’une manière qui serait autrement surprenante sur la fidélité parfaite de Vindex au “pacte d’amitié” (fœdus) qui le lie au défunt : Messalina conservera la statuette sa vie durant et s’engage à la faire parvenir le moment venu à Novius Vindex : legs différé, Statilia Messalina acceptant de se substituer à Vestinus “empêché”. Elle serait morte en 94-95. Le dîner chez Vindex est, pour les invités, fête de la découverte de la statuette, pour Vindex fête du souvenir de Vestinus. Il faudrait pouvoir soumettre ce “montage” d’un profane à des juristes compétents.

  • 71 Ce témoignage du scholiaste contraste avec l’image que donne Juvénal du frère de Statilia Messalina (...)

24L’ombre de Statilia Messalina planerait donc sur les poèmes de Stace et de Martial – où elle n’est jamais nommée. On ne s’étonne néanmoins guère qu’un scholiaste l’ait louée en ces termes, déjà cités : opibus et forma et ingenio plurimum viguit71.

  • 72 Ignarus culpae : une âme “immaculée” – mais peut-être aussi allusion à l’innocence de son père bann (...)

25Ni Martial ni Stace n’évoquent explicitement le “maillon” néronien de la chaîne qui descend d’Alexandre à Novius Vindex : ils ne citent que le roi de Macédoine, Hannibal et Sylla : Néron et Statilia Messalina sont une restitution de notre cru. Stace, aux vers 86-91 de sa Silve, passe semble-t-il directement de la maison de Sylla, homme public, à la demeure privée de Novius Priscus ; Martial ne procède pas autrement dans l’épigramme IX.43, vers 10-12 : privatos gaudet nunc habitare lares – “il se réjouit maintenant d’habiter les lares d’un homme privé”, sans stemma. Les deux poètes, en bref, feraient passer l’Héraclès Épitrapézios de Sylla (et peut-être ses descendants) au triclinium de Vindex. Le poète bavard qu’est Stace ajoute heureusement le souvenir de Vestinus (vers 93-95 : non aula quidem, Tirynthie, nec te/regius ambit honos, sed casta ignaraque culpae/mens domini, cui prisca fides coeptaegue perenne/foedus amicitiae. Scit adhuc florente sub aevo/par magnis Vestinus avis etc.72 ; beaucoup plus succinctement Martial : offensus variae tumidis terroribus aulae/privatus gaudet nunc habitare lares. Au destin “aulique” d’autrefois (aula, aulae), dont il est “blessé”, succède pour Héraclès le reposant statut de propriété d’un privatus. Aula (la Cour, royale) renvoie à Alexandre, et par extension à Hannibal et Sylla ; mais comment passe-t-on d’une Cour ou d’une succession de Cours aux collections d’un poète (ce qu’était Vindex) amateur d’art fréquentant les antiquaires ? Peut-être par un Vestinus.

  • 73 Interprétation judicieuse de l’adjectif tumidis dans l’édition de la CUF (III. 268, p. 50 n. 7) “qu (...)
  • 74 Variae aulae : variation de Cour, variation de toute Cour.
  • 75 “Il était de plus terrorisé par les avertissements très clairs de songes, d’augures et de présages”

26L’expression de Martial, moins loquace mais plus dense que Stace, attire l’attention : “dégoûté de” (ou “blessé par”) les terreurs qui enflent comme une houle73 (ou “bouffies d’orgueil”) d’une Cour inconstante”74, la statuette arrive au port : révélatrice de l’idéologie “républicaine” de Rome, hostile à tout ce qui est monarchique, cette formulation caractériserait parfaitement la Cour de Néron : brutaux renversements de la faveur, tuméfaction des amours-propres, terreurs : la fin de Néron dans la biographie de Suétone n’est que revirements et terreurs : devant les manifestations de l’opinion qui réclame “un Vengeur” (Vindex) – allusion à Iulius Vindex, légat de Lyonnaise qui fait sécession –, Néron vit dans la terreur : terrebatur ad hoc evidentibus portentis somniorum, auspiciorum et ominum…75 : spectres de sa mère, de sa femme Octavia, qui le hantent depuis ses assassinats.

27Novius Vindex le bien nommé, âme pure et ignorante de la faute, entra en possession de l’Héraclès Épitrapézios grâce à Vestinus qui l’aurait tenu d’une grande dame innommée : c’est ce que, bien conscient du caractère très hypothétique de cette proposition, nous proposons.

Stemma IV : Atticus et son environnement

Stemma IV : Atticus et son environnement

Addendum III.2. Conclusion

Maternus : réalité, fiction, symbole

  • 76 Martial I.61.11-12 : te, Liciniane, gloriabitur nostra / nec me tacebit Bilbilis.
  • 77 I.49.39-40 : veroque fruere non superbus gaudio,/dum Sura laudatur tuus.

28Le nom apparaît trois fois dans les épigrammes : en I.96 et II.74 – année 86, et en X.37, année 98. D. R. Shackleton Bailey pense qu'il s'agit d'un personnage réel, “jurist, native of Bilbilis, friend of Martial”. Certains détails sont surpenants : en I. 96 il est noster Maternus, un vetus sodalis en X.37. C'est cohérent ; mais l'épigramme du livre I ne comporte pas la moindre indication qui révèle le jurisconsulte ; le vieux camarade ne reçoit signe de vie qu'aux deux extrémités de l'œuvre, distantes de douze années. On est aussi frappé de la ferveur de l'éloge du premier distique de X.37 : “du droit et des lois équitables très saint gardien, qui de ta bouche véridique règnes sur le Forum latin” – Bilbilis est “felix” qui a donné le jour dans le même temps à un grand poète76, un grand avocat, Licinianus, et au prince des jurisconsultes dont la parole faut loi ; sans parler de Sura, parent vraisemblablement de Licinianus, que peut-être cette patrie a sinon engendré, du moins enfanté77.

29L'épigramme II.74 souhaite à Maternus de ne pas se voir escorté par un cortège digne de Régulus – un avocat célèbre – comme Saufeius, qui doit ses apparents succès à ceux qui le financent : fiction peut-être allusive au Maternus du Dialogus, comme l'épigramme II.65 l'est au Secundus qui l'arbitre et à son ami Saleius Bassus. La figure de Maternus, ici fictive sans doute, est en relation avec la réalité du monde sénatorial contemporain : adressée au sénateur-poète qui bientôt disparaîtra à Tibur (IV.60), courtisant Regulus (le demi-frère de Vipstanus Messala, dialoguant du Dialogus) qui domine le barreau, elle conviendrait bien à un jurisconsulte création du poète : entre l'activité d'un patronus et celle d’un jurisconsultus, le poète Martial respectait plus la seconde.

  • 78 Horace, Épîtres I.20, à son livre.
  • 79 Ovide, Tristes I.1.1 : Parve, nec invideo, sine me, liber, ibis in urbem ; Pontiques IV.5.1 : ite l (...)

30Martial poussa loin la fiction, déjà chère à Horace78 et Ovide79 qui confère une existence autonome à l'écrit et le personnifie sous l'aspect d'un enfant ou d'un puer “dépendant” du père : il peut être délégué par son créateur, chargé d'une mission ou témoin d'une confidence. Le rôle que peut jouer le vers est variable : le scazon (auquel Martial recourt dans I.96 comme dans II.74), être d'écriture malicieux et fantasque, capable de s'apprivoiser à l'amitié et de se charger à l'occasion d'une mission délicate, n'a pas perdu tout souvenir de ce qu'il est fondamentalement, un iambe fait pour l'attaque.

  • 80 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme, Paris, 1989, p. 239. Il cite Juvéna (...)
  • 81 M. Citroni, M. Valerius Martialis Epigrammaton liber I, Florence, 1975, p. 296 sur le caractère fam (...)
  • 82Frater meus” = mon frère ; “ meus frater” = “mon cher frère”.
  • 83 Juvénal, satire II.97 pour le symbolisme de cette couleur. Cf. Plutarque 565 C.
  • 84 Voir les références données par M. Citroni sur ce débat, en particulier H. Haffter, “Interpretation (...)
  • 85 Arrien, Diss. Epict. III.17.4 : c’est un des traits qui ont permis à T. D. Barnes, “The horoscope o (...)
  • 86 Mentionné par Martial VI.64.13.
  • 87 R. Syme, RP IV, p. 82 (“Rival Cities, Notably Tarraco and Barcino”, 74-92).
  • 88 R. Syme, “Partisans of Galba” RP IV, p. 115-139, particulièrement p. 127, n. 68.
  • 89 Martial, VI.76 ; il y est dit sacri lateris custos, “gardien du côté sacré” = Praefectus Praetorio.
  • 90 Histoires II.86.3 : idem pro Galba dux coloniae suae ; cf. RP VII, p. 514 (“Verginius Rufus”, p. 51 (...)
  • 91 Il entre, avec les autres amici terrorisés, au conseil d’Albano dans la Satire IV de Juvénal, 111-1 (...)

31L'épigramme I.96 est un poème chuchoté à l'oreille, insinuant, qui s'enveloppe de mystère : car il s'agit de démasquer un Tartufe80. Le naïf ( ?) scazon qui posera au dernier vers la question qu'il ne fallait pas poser est chargé poliment81 d'aller glisser à l'oreille de Maternus une confidence ou une révélation ; il a été choisi pour cette écoute : l'antéposition de l'adjectif (nostro… Materno), souvent signifiante82, fortement soulignée par la disjonction qui pose le possessif (qui vaut meo) et le nom auquel il se rapporte aux deux extrémités du vers dit l'élection ; Maternus seul devra entendre ce qu'est un ille (déictique qui fait voir le personnage) : propos et vêtements austères, mais mœurs “verdâtres”83. Martial prévoit la réaction de Maternus, en avertit le scazon, lui fournit la réponse à la question qui ne manquera pas de lui être posée : c'est le comportement du quidam aux thermes (un lieu qui dévoile) qui a révélé le vicieux drapé dans les oripeaux de la vertu. À la question du scazon qui veut un nom, le poète rompt le dialogue sur une formule qu'on a trouvée ambiguë : excidit mihi nomen. Depuis Juste-Lipse au moins on s'est demandé s'il ne fallait pas chercher dans l'épigramme elle-même ce nom qui “échappe” à Martial, et l'on a cru le découvrir dans les vêtemts de l'hypocrite, en particulier dans le vers 9 : habeat et licet semper / fuscos colores, galbinos habet mores ; Martial jouerait sur deux noms, Fuscus et Galba84. Divers éléments de l'épigramme pourraient suggérer le nom de L. Licinius Sura, homosexuel notoire85 qui avait fait construire près de sa demeure des Thermes, sur l'Aventin86 qui feront encore l’objet de restaurations sous Gordien III (238-242). Ce Tarraconais de Celsa87 avait pu jouer quelque rôle dans le soulèvement des Espagnes en 68 et l'appui apporté à Galba, hérité comme en bien d'autres cas par le parti Flavien88, être le point de départ d'une grande carrière ; quant à Cornelius Fuscus89, il rallia, dit Tacite, “sa colonie” – Forum Iulii, Fréjus90, et fera sous les Flaviens la carrière qui le mènera à la Préfecture du prétoire, et aux vautours Daces91 en 86 – l'année de la publication du livre II. L'explication est ingénieuse mais suppose chez Martial une connaissance bien précise sur la marche de Galba (qui ne peut être exclue de la part d'un Espagnol) ; mais la mise en cause de Sura est improbable. L'épigramme peut fort bien être entièrement fictive, et le Maternus à qui s'adresse le scazon n'avoir rien à voir avec la réalité historique. Mais il y a d'autres réalités que celle de l'Histoire : il y a la réalité de Martial, de ses mœurs, de ses “valeurs” singulières, comportant le mépris de l'hypocrisie. Sur ce terrain, une lettre de Pline, retractatio de l'épigramme, est significative. Le thème traité n'est pas exactement celui de l'hypocrisie, mais celui de l'incohérence de qui, ayant grand besoin d'indulgence, est impitoyable pour les défauts d'autrui. Mais, comme dans la pièce de Martial, il y a, au moment de nommer celui qui lui inspire ces réflexions, repentir et suspension de la confidence – pour éviter de médire (ce qui n'était pas le souci de Martial). Cette lettre VIII. 22 est adressée par Pline à son questeur Rosianus Geminus, dont le cognomen – “jumeau” – peut-être sans signification particulière, peut éclairer le sens de celui de “Maternus”.

  • 92 P. Laurens, o. c., p. 217-218 (et alibi).
  • 93 Le retour du vers initial pour conclure une épigramme, s’il ne comporte pas de suspension du sens, (...)
  • 94 La récurrence d’un premier vers à sa conclusion, loin de suspendre un sens arrête une voix : Martia (...)

32L'épigramme X.37, écrite en 98 à la veille du départ pour l'Espagne, est l'une des plus déconcertantes de l'œuvre de Martial : elle est exceptionnelle en ce que, malgré le réalisme outrancier des descriptions de pêche et de chasse, elle est un poème “ouvert”, un poème lyrique. Que l'épigramme de Martial dépasse souvent les limites étroites du “self countained poem” et que, par le réseau des échos, la récurrence des personnes, et de leurs noms, Martial ait voulu faire de ces fragments de poésie comme éclatée un livre n'est pas une découverte92 ; il reste que l'épigramme, même chez lui, est comme une perle close sur elle-même et sur sa perfection, telle la goutte d'ambre – “pleur d'Héliade” – qui renferme et transfigure l'abeille (IV. 32) ou tels les quelques arpents de Iulius Martialis93. Ici pas de clôture, pas d'achèvement du sens : la récurrence du vers 4 au vers 20, assez différente de ce que peut être la “ritournelle” du premier vers au dernier, ne termine pas le poème : s'accompagnant d'une suspension – une aposiôpèse, sans autre exemple dans les Épigrammes, elle l'ouvre à jamais sur l'immensité océanique94.

  • 95 L. Friedländer, M. Valarii Martialis epigrammaton libri mit erklärenden Anmerkungen von L. Friedlän (...)
  • 96 Id., ibid. n. f renvoie à la référence passablement ironique que fait Cicéron Att. I.1.1 à la royau (...)
  • 97 Epist. II.17, 28 sur les ressources (l’absence de ressources) de la côte laurentine ; et sur l’impr (...)
  • 98 Ce pourrait bien être sur cette côte que (Pomponius ?) Bassus possédait son suburbanum, une fames m (...)
  • 99 Martial n’a nulle part étalé avec autant de sensualité ses appétits de coquillages, poissons et râb (...)

33Callaicum mandas si quid ad Oceanum “si tu as mandat à confier pour l'Océan de Galice...” Et pourtant cette évasion et cet envol lyrique partent du réel le plus plein, le plus lourd de concret. D'abord, d'une adresse à un personnage sur lequel les deux premiers distiques apportent toutes les informations désirables, qui l'ancrent dans la plus indiscutable des identités – l'amateur de prosopographie est comblé : Maternus, connu depuis de nombreuses années, vieil ami du poète (sodalis), comme lui né à Bilbilis, offre une carte de visite à faire rêver, en forme d'éloge soigneusement ciselé, de juriste sans doute doté du ius publice respondendi95 dont les conclusions font loi sur le Forum96. L'“effet de réel” est soutenu par cet art de la mise en scène dramatique si frappante dans l'épigramme de Martial : le lecteur la découvre vers à vers. Le poète le situe en un lieu précis et évocateur, sur le rivage Laurentin où Pline97 aura sa villa suburbaine (où il recevra les grives de Calpurnius Flaccus) ; il parle et fait parler l'interlocuteur, s'adressant à lui lors d'une visite qu'il vient lui rendre à la veille d'un départ, sur le bord de mer98. Le poème vit aussi des réalités concrètes, celles d'ici, celles de là-bas, que sont les êtres – gibiers et chasseurs, pêcheurs et poissons – et les lieux, sableux et stériles ici, rocheux et giboyeux là-bas où de merveilleux filets passent si aisément des profondeurs marines à la terre, pour capturer, encore humides, les lièvres. Est-il monde plus réel et plus savoureux99, plus concret et plus poétique en même temps ?

  • 100 Marziale e la “poetica” degli oggetti, Naples, 1976 ; nous avons eu plaisir à constater que P. Laur (...)
  • 101 L’épigramme tend à rivaliser avec l’ode.
  • 102 Odes I.11.7-8 (à Leuconoè) : dum loquimur, fugerit ávida / aetas…

34La charge de réel dont l'épigramme est bourrée n'interdit pas au lecteur le plus sensible à “la poetica degli oggetti” chère à C. Salemme100 de l'être plus encore au mystère des vers 4 et 10, bis repetiti, au son de lyre ou de luth que rendent les adverbes de lieu hic et illic, opposés et consonnants101, à la note si lyrique du dum loquor du vers 17102. Et, parvenu au terme de la traversée, lorsque revient au vers 20 le thème de l'ouverture, il s'interrogera.

  • 103 C’est par voie maritime que le libellus de X.104 va gagner avec Flavus Tarragone : tout pays lointa (...)
  • 104 On explique que “Oceanus” est vague et que Callaicus vaudrait “Hispanus”. R. Syme, RP IV, page 107 (...)

35Ce que demande Martial à Maternus n'est pas, à nos yeux, s'il veut le charger d'un mandatum à transmettre à l'occasion de son retour en Espagne où il va aborder, analogue aux mandata confiés au libellus partant en compagnie de Flavus (un bien mystérieux ami) pour Tarraco, et de là pour Bilbilis : saluer en son nom les amis non revus depuis 34 ans, rappeler à Flavus de lui trouver à Bilbilis un logement – pas trop onéreux103. S'il s'agissait dans X.37 d'une mission analogue à celle de X.104, Callaicus y vaudrait simplement Hispanus et Oceanus, Méditerranée. Il s'agit en fait des côtes océaniques de la Galice104, la région la plus espagnole de l'Espagne Citérieure, la dernière qui ait été, avec le pays des Cantabres romanisée, la plus occidentale que la connaissance géographique pouvait opposer, avec ses côtes rocheuses, giboyeuses et poissonneuses, au rivage Tyrrhénien.

36Martial ne songe pas précisément à Bilbilis comme lieu de retraite dans son entretien avec Maternus. Il suggère un établissement sur une côte plus lointaine. C'est ce qu'indique la question qui suit immédiatement la mention de l'océan de Galice : “à moins que tu ne penses préférable de pêcher sur le rivage des Laurentes de hideuses grenouilles”. Du vers 5 au vers 19 il plaide pour ce départ et cette retraite en commun, et renouvelle au vers 20 cette suggestion.

  • 105 IX.73, vers 7 : at me litterulas stulti docuere parentes. Le motif des “sots de parents” n’est qu’h (...)
  • 106 Pour la rentabilité de l’activité professionnelle choisie, I.76,5 : quid petis a Phoebo ? nummos ha (...)
  • 107 Si la pratique de l’avocat est décriée, la science juridique est entourée d’un immense respect (iur (...)

37Il n'y avait aucune chance qu'elle soit entendue d'un roi du Forum (et il est très peu probable que Martial ait songé pour lui-même à un établissement au Cap Finistère). Pourquoi alors la faire ? La charge de réalité qui environne Maternus et semble l'insérer dans la société contraste tant avec l'irréalisme d'un tel départ qu'on conçoit des doutes sur la réalité� de Maternus. Il peut représenter un être très proche de Martial, qui au moment du retour en Espagne se trouverait dans une situation toute différente de celle de son ami, environné de vénération et exerçant sur le Forum une royauté qui aurait pu être celle de Martial s'il n'avait pas choisi la voie des Lettres où ses stulti parentes l'ont engagé105. À l'époque du livre I il conseillait à Flaccus, attiré par la poésie, de choisir la voie plus rémunératrice du droit : Romanum propius divitiusque forum est106 ; le choix était bien pour lui entre Piérides et Forum, où l'on peut être causidicus, option qui ne le tente nullement, mais aussi Maternus, grand jurisconsulte107. Il entre certes de l’humour et de l’ironie dans ce dilemme, mais il y a eu choix.

  • 108 Le sénateur à qui Martial dédie son livre IX par sa lettre à son frater Toranius, L. Stertinius Avi (...)
  • 109 FX VII (1981), 108 (à propos d’un Patruinus).

38Maternus peut être pour Martial un gemellus fictif : au moment de quitter Rome, c'est l'heure des bilans : il prend congé de cette moitié de lui-même qui ne s'est pas réalisée, parce qu'il ne l'a pas voulu ; mais en même temps, dans une fiction qui a tout le flou et toute la précision du rêve, il cherche à l'entraîner avec lui. Il a donné à son jumeau un nom très Espagnol – vraisemblance oblige –, un de ces cognomina dérivés des termes exprimant la parenté comme Avitus108, Paternus, Patruinus, particulièrement fréquents dans les pays de peuplement celtique109 : en l'occurrence dérivé de mater.

39Martial avait à Rome un quasi-père, Frontin, peut-être originaire de Lucus Augusti : c'est ce que nous avons plus haut suggéré. La capitale des Vocontii – les seuls Gaulois de Narbonnaise ayant dans l'armée Romaine un corps “national”, l’ala Vocontiorum – était, avec Vasio, Lucus Augusti qui a une jumelle en Galice, Lucus Augusti (Lugo). Peut-être faut-il y voir l'une des raisons qui ont fixé dans cette lointaine province le voyage de X.37 ?

40Maternus est fiction essentielle, utilisée comme truchement pour une allusion à Curiatius Maternus en II.74. En X.37, Martial retrouvera, à la toute fin de son œuvre Romaine, et refondra en génial jurisconsulte, la figure gémellaire qu'il avait chargée en I. 96 de partager son dégoût devant l'hypocrisie du vice. Avec Martial un être sera son nom.

Maternus i.96 ; ii.74 ; x.37

Texte et traduction.

41I. 96

Si non molestum est teque non piget, scazon,
nostro rogamus pauca verba Materno
dicas in aurem sic ut audiat solus.
Amator ille tristium lacernarum
et baeticatus atque leucophaeatus,
qui coccinatos non putat viros esse,
amethystinas mulierum vocat vestes,
nativa laudet, habeat et licet semper
fuscos colores, galbinos habet mores.
Rogabit unde suspicer virum mollem.
Una lavamur: aspicit nihil sursum,
sed spectat oculis devorantibus draucos
nec otiosis mentulas videt labris.
Quaeris quis hic sit? excidit mihi nomen.

42“Si cela ne t'ennuie pas et ne te gêne pas, mon scazon, je te demande de dire ces quelques mots à l'oreille de mon ami Maternus, de manière qu'il soit seul à t'entendre. Cet amateur de manteaux ternes, et qui, ne portant que laine écrue et drap gris, estime que ceux qui portent du rouge ne sont plus des hommes et que les vêtements violets sont féminins, il a beau louer le naturel et ne porter que des teintes sombres, il a des mœurs verdâtres. Il te demandera d'où je le soupçonne d'être un homme efféminé ? Nous prenons ensemble notre bain : il ne lève jamais le regard mais dévore des yeux les Apollons et ne voit jamais leurs mentules sans remuer les lèvres. Tu veux savoir qui c'est ? Son nom m'a échappé.”

43NB : on se baignait en compagnie nu.

44II.74

Cinctum togatis post et ante Saufeium
quanta reduci Regulus solet turba,
ad alta tonsum templa cum reum misit,
Materne, cernis? Invidere nolito
 : comitatus iste sit precor tuusnumquam.
Hos illi amicos et greges togatorum
Fuficulenus praestat et Faventinus.

45“Cette compagnie de clients en toge qui marche devant et derrière Saufeius nombreuse comme Regulus n'a pas d'escorte quand il vient d'envoyer un accusé rasé aux temples élevés, tu le vois, Maternus ? Puisse pareil cortège être toujours loin de toi, j'en fais la prière. Ces ‘amis’ et ces troupes de clients, c'est Fuficulenus, c'est Faventinus qui les lui fournit”.

46X.37

Iuris et aequarum cultor sanctissime legum,
veridico Latium qui regis ore forum,
municipi, Materne, tuo veterique sodali
Callaicum mandas si quid ad Oceanum –
an Laurentino turpis in litore ranas
et satius tenues ducere credis acos
ad sua captivum quam saxa remittere mullum,
visus erit libris qui minor esse tribus?
et fatuam summa cenare pelorida mensa
quosque tegit levi cortice concha brevis
ostrea Baianis quam non liventia testis,
quae domino pueri non prohibente vorent?
Hic olidam clamosus ages in retia vulpem
mordebitque tuos sordida praeda canes:
illic piscoso modo vix educta profundo
impedient lepores umida lina meos.
Dum loquor, ecce redit sporta piscator inani,
venator capta maele superbus adest:
omnis ab urbano venit ad mare cena macello.
Callaicum mandas si quid ad Oceanum…

47“Du droit et des lois équitables très saint dévot, qui de ta bouche véridique règnes sur le Forum Latin, si tu as, Maternus, quelque chose à confier à ton compatriote et vieux camarade pour l'Océan de Galice – mais peut-être penses-tu préférable de pêcher sur le rivage Laurentin les hideuses grenouilles et les menues ‘ aiguilles’ plutôt que de rendre à ses rochers le mulet captif qui te semblera ne pas atteindre trois livres ? et de manger à ton dîner comme plat de résistance des insipides palourdes et de ces animaux qu'une petite coquille revêt de son lisse tégument, plutôt que d'huîtres qui ne pâlissent pas devant celles de Baïes et que les esclaves dévorent sans que leur maître ne l'interdise ? Ici tu pousseras dans tes rets un renard puant avec de grands cris et la proie répugnante mordra tes chiens ; là-bas, à peine tirés des profondeurs poissonneuses les filets humides captureront mes lièvres. – Tandis que je parle, voici que rentre avec son panier vide le pêcheur et arrive tout fier le chasseur avec sa prise, un blaireau : le dîner du bord de mer vient tout entier du marché de la ville. Si tu as quelque chose à me confier pour l'Océan de Galice…”

Notes

1 Cf. REA 100, 1998, p. 60-63, § IV : “un fils pour Statilia Messalina, Atticus (VII.32 ; IX.99)”.

2 Tacite, Annales XV.68 sq sur l’exécution de Vestinus. L’historien place immédiatement après elle celle de Lucain (Annales XV.70.1), qui est datée par la Vita Lucani du 30 Avril 65 ; voir V. Rudich, Political Dissidence under Nero, Londres-New-York 1993, p. 290. La datation de K. R. Bradley, Suetonius’ Life of Nero. An Historical Commentary, Bruxelles, 1978, p. 29 (1er Juillet terminus ante quem) est juste mais imprécise.

3 M. (Iulius) Vestinus Atticus était un magnat de Vienna : voir B. Rémy et F. Kayser, Les Viennois hors de Vienne (Ausonius, Mémoires 15), Bordeaux, 2005, p. 32.

4 Tacite, Annales XV.68.2 : certains à cause d’inimitiés personnelles, la plupart parce qu’ils le jugeaient “emporté et insociable”.

5 Pour reprendre la terminologie de V. Rudich. Le mariage avec Statilia Messalina était une dangereuse bravade ; il est vrai que selon une scholie à Juvénal VI.434-435, opibus et forma et ingenio plurimum viguit (Messalina), qui pouvait avoir de surcroît de l’influence politique.

6 Les Libérateurs des Ides de Mars, après “le plus beaux des exploits”, se rendirent au Capitole voisin, oubliant sans doute que la Roche Tarpéienne est toute proche.

7 Le peuple ne suivit pas les Tyrannoctones : furieux de l’attentat il s’empara du corps de César et dans un geste de révolte le brûla sur le Forum, enfreignant une loi majeure de la cité qui exclut du pomerium tout ce qui touche à la mort – exception faite pour quelques combats de gladiateurs.

8 Nous ne trouvons pas mention de cette domus de Pison dans l’étude précieuse de M. Royo, “Le quartier républicain du Palatin. Nouvelles hypothèses de localisation”, REL 65, 1987.

9 Dion Cassius LXII.27.1, qui raconte l’affaire anonymement, la date de 65 ; Tacite l’avait évoquée dans les Histoires IV.42.1.

10 Le verbe iminere se réfère sans doute plus qu’à la dénivellation du terrain à la menace idéologique de la hauteur d’une construction voisine du Forum.

11 Proculus devait être le fils d’un clarissimus vir.

12 La superbia est notion psychologique et morale – l’orgueil ; mais c’est aussi un concept politique, celui de tyrannie : Tarquin le Superbe est Tarquin le tyran – qui, appuyé sur la plèbe, brime l’aristocratie.

13 Nous nous bornerons aux points sur lesquels nous avons quelques hypothèses à proposer ; M. Royo a exclu de son enquête les domus de Vestinus et de Proculus parce que les données topographiques lui semblent trop imprécises.

14 Il y a un quart de siècle, Rodriguez-Almeida, dans le Bull. Com. 1982/3, p. 87 sq, a voulu, ressuscitant une très ancienne théorie, la placer sur la pente Sud du Palatin ; nous ne connaissons cet article que par celui de M. Royo.

15 Voir supra l’Annexe III.1.

16 F. Coarelli, Il Foro Romano Romano. Periodo Arcaico, Rome, 1983, p. 40 et suivantes.

17 Platner-Ashby, A Topographical Dictionary, p. 183 ; cf. l’exposé rapide mais clair de P. Howell, A Commentary on Book One of the Epigrams of Martial, Londres 1980, ad locum et naturellement celui de M. Citroni.

18 Construit selon la tradition au viiie siècle avant n. è.

19 Voir dans l’article de M. Royo la zone (Palatine) du “forum adiectum” p. 99, fig. 2.

20 Plan de la partie orientale de la Via Sacra dans E. B. Van Deman, “The Neronian Sacra Via”, AJA 27, 1923, pl. III ; reproduit dans MEFR 77, 1965, p. 358/359.

21 Stemma de la descendance de Messala Corvinus dans l’Augustan Aristocracy de R. Syme, Oxford, 1986 : stemma IX.

22 Statilia Messalina pratiquait la declamatio. Nous avons interprété le vers 2 de VII.32 – nec sinis ingentem tacuisse domum – comme une référence à la mort prématurée de Vipstanus Messala. Pour la poésie, on peut au moins songer à Sulpicia I.

23 La domus Vestini, celle de Proculus que nous assimilons à elle, peut-être celle de Pison et Plancine, celle – hypothétique – de Messala si elle n’est pas identifiable à la domus Vestini.

24 Valeria Messalina, mère d’Octavia et de Britannicus, cousine de Statilia Messalina, descendait comme elle de Messala Corvinus, mais pas de Statilius Taurus : Stemma X de l’Augustan Aristocracy.

25 Consul 61 a. C.

26 Att. I.13.6.

27 G. Lugli, Fontes ad topographiam Urbis Romae pertinentes, XIX, Rome, 1960. p. 153 no 151.

28 G. Lugli, ibid., p. 127 no 8.

29 Id., ibid., p. 153 no 143.

30 R. Syme, The Roman Revolution, trad. R. Stuvéras, Paris, 1967, p. 213 avec n. 89.

31 M. Royo, o. c., p. 108.

32 Tite-Live II. 7.5 sq.

33 G. Lugli, ibid. p. 152 no 137-140 ; M. Royo, o. c., p. 108 et autres références n. 116.

34 F. Coarelli, Il Foro Romano. Periodo arcaico, Rome, 1983, p. 79-83.

35 Voir G. Lugli, Fontes XI, chapitre IV, no 86-96.

36 Pline NH XXXVI.24.112 pour les maisons de Publicola et de son frère Maximus ; Plutarque, Publicola 20.1-4 évoquant (pour la domus de Maximus) l’insigne honneur rendu par l’État aux triomphateurs, dont il aurait été le premier bénéficiaire.

37 Le motif de la porte libéralement ouverte symbolise certes chez Martial l’hospitalité : ainsi dans l’épigramme IV.64 sur le domaine de Iulius Martialis : tam non invida, tamque liberalis, tam comi patet hospitalitate (vers 13-14) ; mais il y a des degrés dans l’ouverture des portes, et toto poste n’est pas banal du tout.

38 Il emploie cette flatteuse comparaison dans l’épigramme IX.51 à propos de la mort de Lucanus, l’un des deux “frères Curvii”, de plusieurs années plus jeune que Tullus, mais qui est parti “prior”. Dans I. 70 du reste, la comparaison n’est que très implicite.

39 “Mineur de vingt-cinq ans”, à la date de I.70, il n’avait, semble-t-il, pas hérité comme son aîné du domaine ancestral, ou du moins n’en est pas dominus – celui qui donne son nom à la domus.

40 I.12.10 : ce Iulius Atticus, dont Pline ne mentionne pas la qualité sénatoriale éventuelle, est PIR2 I 185 ; cf. REA 100, 1998, p. 61 n. 172.

41 Ibid., p. 45 avec n. 15 (R. Syme, RP VI, 222).

42 Ce cinquième mariage de Messalina. est le troisième de Néron. Après la mort de ce dernier, Othon aurait écrit à Messalina pour lui demander sa main, mais elle n’accepta pas cette sixième union.

43 Connu par l’inscription d’Antium ILS 1040 : il en était patron.

44 Dans Aspects of non-imperial patronage, p. 69 sq : il suggérait que Proculus pouvait être un sénateur, “a sponsor or protector of the arts, but one without personal literary bent”, que très “tentatively” il songeait à l’identifier au Iulius Proculus PIR2 I 491 (pour nous exclu : son père était un Caius) ou au sénateur suffect 109. Signalé par P. Howell, o. c., p. 276.

45 RP I 389-390 avec n. 11 ; II, 484 avec n. 2 ; III, 1048 avec n. 36 réexposant les analyses de Tacitus II p. 631 sq et y renvoyant ; IV, 74 ; V, 448 et n. 48.

46 Dans les 10 postes des vigintiviri, les trois postes des monetales sont pratiquement réservés aux patriciens ; quand ils sont gérés par des plébeiens, ils annoncent une belle carrière.

47 Sur la crise de l’été-automne 97, G. Alföldy-H. Halfmann, “M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus, General Domitians und Rivale Trajans”, dans Chiron 3, 1973 (331-373), p. 363 sq. ; p. 364, importante n. 149, où Proculus est mentionné.

48 On n’a guère retenu l’identification que nous examinons. Voir l’article de la PIR2 I 491 pour les autres hypothèses envisagées.

49 D’autant plus que l’intervalle classique entre questure et consulat est abrégé au début du règne de Trajan : R. Syme, RP IV, p. 316-317.

50 Le nombre de coupes bues, correspondant à des noms, nous a suggéré notre hypothèse sur la nomenclature de P. Iulius Lupus dans l’épigramme X.48. Le total de 25 (c’est nous qui le calculons) ne correspond pas à la nomenclature de C. Iulius Proculus, mais – autre “griphos” possible – à son âge.

51 La chronologie est très serrée – de 96 à 98 ? – pour les postes de IIIvir AAAFF, de questeur et de tribun laticlave : l’époque est “révolutionnaire”.

52 Les quaestores Augustorum (au nombre de deux sur les vingt questeurs) entrent en charge le 5 Décembre suivant leur élection (Mommsen, DPR IV, p. 229 sq, 262), qui a eu lieu le 3 Janvier (DPR II, 253 sq.) Sur les élections au sénat, l’étude de M. L. Paladini, “Le votazioni del senatus nell’età di Traiano”, Athenaeum 37, 1959, p. 3 sq est largement utilisée par le commentaire des Letters of Pliny de A. N. Sherwin White (en particulier p. 159 sur la lettre II. 9.2). Mais ces dates canoniques ne concernent peut-être pas des candidatures exceptionnelles comme a pu l’être celle de Proculus dans ses débuts.

53 Sur le consulat de Sura, supra p. 187, n. 234.

54 Bien connue sur les murs de Pompéi.

55 Sur les événements de ces mois, supra n. 47 et l’appendice “Syria in 97” du Tacitus II, p. 631 sq de R. Syme ; très sommairement, comme suit : une inscription révèle (AE, 1908, 237, cf. ILS 1055 : R. Syme, RP I, 250) qu’un sénateur quaestor en Asie fut envoyé en Syrie comme légat de la IVa Scythica d’Antioche mais aussi comme pro legato consulare provinc(iae) Syriae : le gouverneur, identifié désormais à M. Cornelius Nigrinus Curiatius Maternus (supra, n. 47) avait été rappelé. Le tribunat laticlave de C. Iulius Proculus doit se placer dans le même contexte que la mission exceptionnelle de ce Larcius Priscus.

56 B. Rémy et F. Kayser, o. c., p. 41-46, qui admettent cette filiation dont R. Syme doutait : RP IV, p. 384 n. 76 (“rather the son (by birth or adoption) of a Marcus Iulius Vestinus”). Nous l’adoptons comme une vraisemblance dans notre stemma : c’était l’opinion de la PIR2 I 622.

57 CIL XIII. 1668, lignes 50-52 (ILS, 262).

58 Tacite, Histoires IV. 53.

59 REA 100, 1998, p. 44. R. Syme, RP VII, p. 534, n. 91 : “Martial (IV.73.3f) and Statius (Silvae IV.6.94) record an aristocratic and wealthy Vestinus who died young. Observe also” (nous soulignons) “young Atticus, an eloquent aristocrat in Martial (VII. 32 ; IX. 99). Adduced in Some Arval Brethren (1980), 22 f. The first item is worth adding to PIR2 J 624” (= M. Iulius Vestinus).

60 REA 100, 1998, p. 44-46.

61 Martial IX.43 et 44 sur cet exiguo magnus in aere deus (43.2). Stace Silves IV.6.

62 En y ajoutant que ce Novius Vindex, amateur d’art et doctus, paraît être le Novius rapproché de Publius par l’épigramme VII.72.

63 Dans une récension d’Élisabeth Bartman (“Ancient Sculptural Copies in Miniature”, Columbia Studies in the Classical Tradition XIX, Leyde, Brill, 1992) publiée dans la RA, 1995, p. 411-413.

64 La description serait, pour ce qui est de la “filiation”, parodique selon R. Robert, dans son article de la RA, 1995, p. 291-305.

65 Nous regrettons de n’avoir pu consulter Cl. Rolley, professeur émérite à l’Univerité de Dijon, spécialiste des petits bronzes

66 La découverte de la tombe de Vergina, qui semble celle de Philippe II, a rendu à l’actualité le ive siècle.

67 Le fils de Sylla Faustus ouvrit la bibliothèque rapportée d’Asie par son père à Cicéron, qui y travailla en 55 ; mais, ayant besoin d’argent, il en dispersa les collections. Le même sort échut à celle que Paul-Émile avait rapportée de Macédoine après la défaite du dernier de ses rois, Persée : elle avait été organisée par Aristote et valait non seulement par ses rouleaux, mais par son classement et ses catalogues, reflet de la science du philosophe. Ces dispersions des trésors des imperatores alimentèrent les antiquaires : une voie possible pour l’acquisition de l’Héraclès Épitrapézios.

68 Ses noms rappelaient ses “grands aïeux”.

69 Par magnis avis, dit Stace de Vestinus : ses grands aïeux, plutôt que de grands aïeux.

70 Au vers 87 de la silve de Stace, la statuette est dite “ semper claros intrare penates adsuetum”, ceci à propos de Sylla. Ainsi que nous l’écrivions plus haut à propos de la domus de C. Iulius Proculus, clari penates paraît caractériser la demeure d’un membre de l’ordo senatorius : Novius Vindex nous semble être le fils du sénateur exilé Novius Priscus.

71 Ce témoignage du scholiaste contraste avec l’image que donne Juvénal du frère de Statilia Messalina, “Catullus l’assassin” (L. Valerius Catullus Messalinus, consul 73) dans sa satire IV.

72 Ignarus culpae : une âme “immaculée” – mais peut-être aussi allusion à l’innocence de son père banni par Néron. R. Syme a expliqué le cognomen de Servaeus Innocens comme une protestation contre de fausses accusations.

73 Interprétation judicieuse de l’adjectif tumidis dans l’édition de la CUF (III. 268, p. 50 n. 7) “qui montent et grossissent comme les vagues à l’approche de la tempête” ; mais le tumor est aussi l’enflure de l’orgueil.

74 Variae aulae : variation de Cour, variation de toute Cour.

75 “Il était de plus terrorisé par les avertissements très clairs de songes, d’augures et de présages”.

76 Martial I.61.11-12 : te, Liciniane, gloriabitur nostra / nec me tacebit Bilbilis.

77 I.49.39-40 : veroque fruere non superbus gaudio,/dum Sura laudatur tuus.

78 Horace, Épîtres I.20, à son livre.

79 Ovide, Tristes I.1.1 : Parve, nec invideo, sine me, liber, ibis in urbem ; Pontiques IV.5.1 : ite leves elegi. Voir P. Howell, A Commentary on Book I of the Epigrams of Martial, Londres, 1980, p. 306.

80 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre. Célébration de l’épigramme, Paris, 1989, p. 239. Il cite Juvénal, satire II.3 et sa formule célèbre sur ceux qui Curios simulant et Bacchanalia vivunt.

81 M. Citroni, M. Valerius Martialis Epigrammaton liber I, Florence, 1975, p. 296 sur le caractère familier et “colloquial” de si non molestum est (cf. ne molestus accedas dans VII.26.2 à Apollinaris) : formule de politesse usuelle. – L’emploi de piget annonce de manière plus spécifique la nature du message à transmettre, dont pourrait s’effaroucher un scazon pudique.

82Frater meus” = mon frère ; “ meus frater” = “mon cher frère”.

83 Juvénal, satire II.97 pour le symbolisme de cette couleur. Cf. Plutarque 565 C.

84 Voir les références données par M. Citroni sur ce débat, en particulier H. Haffter, “Interpretationen zur römischen Volkspoesie”, Hermes 87, 1959, 91-102.

85 Arrien, Diss. Epict. III.17.4 : c’est un des traits qui ont permis à T. D. Barnes, “The horoscope of Licinius Sura ?”, Phoenix 30, 1976, 76-79, de lui rapporter l’horoscope de l’Hephaistion de Thèbes CCAG II. 2.83 ; cf. R. Syme, RP VI, p. 405 ; G. di Vita-Évrard, “Des Calvisii Rusones à Licinius Sura”, MEFRA, 99,1, 1987, p. 322.

86 Mentionné par Martial VI.64.13.

87 R. Syme, RP IV, p. 82 (“Rival Cities, Notably Tarraco and Barcino”, 74-92).

88 R. Syme, “Partisans of Galba” RP IV, p. 115-139, particulièrement p. 127, n. 68.

89 Martial, VI.76 ; il y est dit sacri lateris custos, “gardien du côté sacré” = Praefectus Praetorio.

90 Histoires II.86.3 : idem pro Galba dux coloniae suae ; cf. RP VII, p. 514 (“Verginius Rufus”, p. 512-529). Pour l’identification probable de la colonie de Fuscus avec Forum Iulii, idem, “The Colony of Cornelius Fuscus : An Episode in the ‘ Bellum Neronis’”, dans Danubian Papers, Bucarest, 1971, p. 73-83.

91 Il entre, avec les autres amici terrorisés, au conseil d’Albano dans la Satire IV de Juvénal, 111-112 : et qui vulturibus servabat viscera Dacis / Fuscus marmorea meditatus proelia villa (“et celui qui réservait ses entrailles aux vautours Daces, Fuscus, qui s’était entraîné aux combats dans sa villa de marbre”. Tué sur le front Danubien en 86.

92 P. Laurens, o. c., p. 217-218 (et alibi).

93 Le retour du vers initial pour conclure une épigramme, s’il ne comporte pas de suspension du sens, en fait un poème fermé. Le retour des “quelques arpents de Iulius Martialis” qui avaient ouvert le poème le referment et consomment la parfaite sphéricité de la perle. X.37, avec des “formes de discours” analogues, aboutit à un effet inverse : la récurrence d’un vers, parce que le sens se suspend, ouvre le poème sur un ailleurs, alors que IV.64 était une épigramme (merveilleuse) sur un “ici”, un belvédère ramenant le monde à son “point de vue” : hinc (“d’ici”) au vers 11, illinc (“de là”) au vers 18 n’opposent pas un point de vue à un autre, mais dédoublent le point de vue unique du “belvédère” : il suffit de faire quelques pas, ou de tourner les yeux. – Horace, le premier des lyriques, a bâti un chef-d’œuvre (ou presque chef d’œuvre, car il sent encore la jeunesse du poète) avec son épode XVI : poème ouvert s’il en est, qui pourrait avoir pour titre “Ici et Là-bas”, Hic et Illic (profondément différents du hinc et illinc de IV. 64). L’épigramme X.37 est de sa famille.

94 La récurrence d’un premier vers à sa conclusion, loin de suspendre un sens arrête une voix : Martial recourt au procédé dans la dernière épigramme du livre IV : Ohe, iam satis est, ohe, libelle ! (“Holà, cela suffit maintenant, holà, mon livre”) met un terme à un bref poème, et à un livre assez court, stoppe la voix (IV.89).

95 L. Friedländer, M. Valarii Martialis epigrammaton libri mit erklärenden Anmerkungen von L. Friedländer, Leipzig, 1886 (réimpr. Amsterdam, 1967) II, p. 129, renvoyant à sa Sittengeschichte I, p. 296 ; D. R. Shackleton Bailey, édition Loeb, II, p. 359, n. a.

96 Id., ibid. n. f renvoie à la référence passablement ironique que fait Cicéron Att. I.1.1 à la royauté des tribunaux du sénateur juriste Aquilius.

97 Epist. II.17, 28 sur les ressources (l’absence de ressources) de la côte laurentine ; et sur l’improductivité de son Laurentinum, le billet humoristique à Iulius Naso IV.6.

98 Ce pourrait bien être sur cette côte que (Pomponius ?) Bassus possédait son suburbanum, une fames munda (III.58.45) ; c’est à la porte Capène que Martial voit passer son équipage (III.47) ; ce serait toutefois plus évident si la rencontre avait lieu à la porta Ostiensis ou à la porta Portuensis ; mais Martial n’est pas topographe, et la Porta Capena a un tout autre prestige littéraire.

99 Martial n’a nulle part étalé avec autant de sensualité ses appétits de coquillages, poissons et râbles de lièvre.

100 Marziale e la “poetica” degli oggetti, Naples, 1976 ; nous avons eu plaisir à constater que P. Laurens en pense ce que nous pensons de ce livre (L’abeille dans l’ambre, Paris, 1989, p. 229).

101 L’épigramme tend à rivaliser avec l’ode.

102 Odes I.11.7-8 (à Leuconoè) : dum loquimur, fugerit ávida / aetas…

103 C’est par voie maritime que le libellus de X.104 va gagner avec Flavus Tarragone : tout pays lointain est une ora, un rivage. La mise en scène “dramatique”, toute imaginaire, est celle d’un embarquement, et la brise s’est levée, qui a “ouvert le port”.

104 On explique que “Oceanus” est vague et que Callaicus vaudrait “Hispanus”. R. Syme, RP IV, page 107 (“Spaniards at Tivoli”, p. 94-114) mentionne X.37,4, où il voit une “licence” (une approximation) comme celle qu’il juge possible dans VII.28.3 (les pressoirs de Tartessus) – encore qu’il note justement que la référence est à la Bétique ; il concevait X.37 comme une lettre adressée de Bilbilis à Maternus. Tartes(s) os, ville peut-être mythique, devait être située à l’embouchure du Baetis (cf. Pline l’Ancien NH III.7 et le commentaire de H. Zehnacker, CUF, Paris, 2004, page 96). Il n’y a pas de flou “poétique” ni de confusion dans X.37, où l’établissement rêvé aura lieu sur une côte rocheuse et poissonneuse (vers 7 et 15-16) : Callaicus signifie “de Galice” ; ainsi l’entend D. R. Shackleton Bailey.

105 IX.73, vers 7 : at me litterulas stulti docuere parentes. Le motif des “sots de parents” n’est qu’humour.

106 Pour la rentabilité de l’activité professionnelle choisie, I.76,5 : quid petis a Phoebo ? nummos habet arca Minervae.

107 Si la pratique de l’avocat est décriée, la science juridique est entourée d’un immense respect (iuris... cultor sanctissime).

108 Le sénateur à qui Martial dédie son livre IX par sa lettre à son frater Toranius, L. Stertinius Avitus (suff. 92), est-il un Espagnol ?

109 FX VII (1981), 108 (à propos d’un Patruinus).

Table des illustrations

Titre Stemma IV : Atticus et son environnement
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search