Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

III- L’ami L. Iulius et le côté de Frontin

Texte intégral

1La troisième Partie est accompagnée des Appendices suivants :

APPENDICE C : Texte et traduction des épigrammes à Marcellinus (ou le concernant).
APPENDICE D : Texte et traduction des épigrammes à (L.) Iulius, à Iulius Cerialis et sur Iulius Rufus, réunies en séquence chronologique.
APPENDICE E : Texte et traduction de sept épigrammes à Postumus (avatar intermittent de L. Iulius).
APPENDICE F : Texte et traduction des épigrammes relatives à Claudia Rufina et à Burdigala.
APPENDICE G : Texte et traduction des épigrammes à Frontin (I Fronto, II Frontinus).
APPENDICE H : Texte et traduction des épigrammes relatives au doctus Lucensis (I. 2), adressées à Sextus (V.5) [Iulius] Severus.

2Tacite, “le plus grand peintre de l’antiquité”, expert en matière de vertus guerrières, met en balance deux grandes figures : celle de Cerialis et celle de Frontin, presque contemporains, dont la virtus s’était illustrée un temps sur le même théâtre, dans la conquête de la Bretagne. Passant en revue dans son Agricola la succession des légats consulaires qui gouvernèrent la province avant son beau-père, et parvenu au régne de Vespasien, il dit d’abord la grandeur de l’action énergique de Cerialis, qui soumit une large partie du pays des Brigantes (Nord de la province), puis celle de Frontin qui fit de même chez les Silures (pays de Galles). Tout autre successeur de Cerialis eût été écrasé par son énergie et son prestige ; mais Frontin assuma et porta cette charge, vir magnus, quantum licebat.

3Les Épigrammes, qui ne visent pas à célébrer les exploits de cet ordre, mais ne les négligent parfois pas, avaient porté sur les deux hommes un témoignage abondant sur le premier, plus bref mais substantiel sur le second. Un troisième – si nous parvenons à établir qu’il mérite le qualificatif de “grand homme” – les aurait égalés : l’ami le plus ancien et le plus durable de Martial, L. Iulius. Les carrières des deux premiers furent rapprochées par la chronologie sous Vespasien, par les mérites et les capacités, peut-être par les vocations ; le troisième, qui devait être à peu près du même âge, pourrait avoir eu un destin comparable, sous Domitien.

4Ce n’est pas seulement par les armes (et la toge) que Faustinus, nous l’avons vu, Frontin et, nous le verrons peut-être, L. Iulius méritent comparaison : tous les trois distingués, à la mesure de leur talent, par leurs productions littéraires. Il n’est que naturel que Martial se soit lié à des protecteurs et amis non seulement lettrés, mais écrivains : nous aurons à nous occuper, comme nous l’avons fait pour Faustinus, de leur culte des Muses.

5Le “côté” de Frontin n’a pas l’unité de celui de Faustinus ; néanmoins le paralléle étudié plus haut de X.51 et de X.58, sans établir explicitement de relations entre les deux sénateurs – mais elles vont de soi, le second, Frontin, ayant servi en 70 sous les auspices du premier, Cerialis – prouve que Martial, comme créateur, a fréquenté en des termes assez semblables les deux personnages, en dépit de la considérable disproportion des places réservées à l’un et à l’autre dans son œuvre. Quant au troisième, par lequel nous commencerons cette troisième Partie, il apparaîtra lié à Faustinus par l’intermédiaire de Marcellinus – son fils.

Marcellinus et Iulius

Fils et père

  • 1 PIR2 M 183.
  • 2 Appendice C.
  • 3 Très approximativement. Cette cérémonie avait lieu à un âge très variable, en particulier selon les (...)
  • 4 R. Syme, RP IV, p. 106.
  • 5 Plusieurs notations de Martial vont dans ce sens, mais sont influencées par les poèmes d’exil d’Ovi (...)
  • 6 W. Eck, apud L. Petersen (supra, n. 1), pensait à une province limitrophe de l’Haemus (Thrace) – Mé (...)

6Marcellinus1 est le dédicataire de trois épigrammes et apparaît dans une quatrième2. III. 6 lui est adressée à l’occasion de sa depositio barbae, en 88 : cela place approximativement sa naissance vers 70-723. Les trois épigrammes suivantes le montrent, jeune officier, en poste dans une province nordique (VI.25), clairement Danubienne en 92, en partance pour l’Orient en 94-954. En 91, c’est la guerre sous la constellation de l’Ourse et il reçoit de Martial des conseils de prudence ; fin 92, les opérations Suébo-Sarmatiques étant terminées, il retrouve des loisirs pour les chartae : Faustinus pourra lui expédier le libellus que lui destine Martial ; il est sans doute en Mésie Supérieure, malgré des indications qui tendraient à le situer5 sur le bas Danube6. C’était peut-être déjà son affectation en 91. En 94 ou 95, après une éventuelle interruption, il va partir pour un poste d’où il verra de près le Caucase – vraisemblablement dans la province de Galatie-Cappadoce.

7La nature des postes n’est nulle part mentionnée mais l’âge qui se déduit de III.6 (une vingtaine d’années en 91) suggère qu’il s’agisse de tribunats militaires – la prolongation ou l’itération de la fonction de tribunus militum laticlavius étant bien attestée. Mais c’est celle qu’exerçait son père – fonction à déterminer – qui permettra de conclure.

  • 7 PIR2 F 127 (A. Stein citant L. Friedländer), cf. R. Syme RP IV, p. 106.
  • 8 Peut-être une Marcella : supra, p. 99-101.
  • 9 Cf. e. g. R. Syme, Danubian Papers, Bucarest 1971, page 207. Le fait tient pour une part aux condit (...)

8Marcellinus n’apparaît qu’une fois en relation avec un autre destinataire de Martial, Faustinus, dans VII.80 ; de la nature de la mission que le poète confie à ce dernier, on a tiré la conclusion, plausible mais inexacte, qu’il était le père7 ; il en est une autre, bien préférable, qui se tire de III.6 et de VI.25. La première épigramme suit immédiatement l’envoi du livre III à un protecteur et ami choisi entre tous – Iulius, adsiduum nomen in ore meo – ou plutôt à Iulius et à son épouse non nommée8. Les deux poèmes, de même forme métrique, font pénétrer dans l’intimité d’une famille : dans III. 5 c’est le tableau de l’arrivée du parvus liber dans la demeure de Iulius et de l’accueil qu’il reçoit des deux époux ; dans III.6, celui de la fête qui rapproche, en un jour solennel pour l’un et pour l’autre (un 17 Mai) un fils et son père, Marcellinus et Iulius. Dans VI.25, c’est en vieil ami de ce père (ille vetus... patriusque amicus) que Martial adjure le jeune homme de savoir allier vaillance et prudence (cauta sit ut virtus) : à trois reprises, dans cette piéce de quatre distiques, revient le motif de la paternité : parentis (vers 1), patrius (vers 3), patris (vers 8) – échos de III.6, vers 3 (parentis), vers 6 (patri). Les vota de Martial se terminent par un distique un peu énigmatique à première vue : bella velint Martemque ferum rationis egentes ;/tu potes et patris miles et esse ducis (“que ceux qui n’ont pas de raison veuillent les guerres d’un Mars farouche : toi tu peux être soldat à la fois de ton père et de l’empereur”) – ce qui se comprend bien si l’on admet que le père exerce sur son fils un commandement délégué par l’empereur : il doit être legatus Augusti (provinciae talis). Martial ne parle pas essentiellement à Marcellinus de devoir, mais de position objective : potes (“tu es en mesure de”). Le cas est bien connu des jeunes gens de l’ordo qui font leur apprentissage du commandement dans une légion dont leur père, gouverneur de la province, a la charge9.

  • 10 Entendu par Horace en un sens différent et exprimé par une image musicale (Épîtres II. 2.144) : ver (...)

9Iulius est généralement identifié à Iulius Martialis, qui serait le plus ancien ami de Martial (si c’était à lui qu’était adressée l’épigramme XII.34). Nous avons exposé plus haut les principales raisons qui nous font écarter cette conjecture : il nous faut y revenir car elle présente sur certains points de fortes vraisemblances. Elle repose principalement sur l’indéniable parenté d’inspiration et de traitement que présentent d’une part l’épigramme I. 15 à Iulius, d’autre part V.20 prolongée par X.47 à Iulius Martialis : on y trouve, en termes fort comparables, le motif épicurien – et Horatien10 – de la “vraie vie” et de l’urgence qu’il y a à la vivre. Les ressemblances profondes ne s’expliquent pas nécessairement par l’identité des destinataires.

  • 11 L’identification est considérée par D. R. Shackleton Bailey comme simplement possible dans son édit (...)

10On construit à partir de ces analogies un *L. Iulius Martialis – en admettant que L. Iulius de I.107 est Iulius Martialis11 – que concernerait la série d’épigrammes suivante : I.15 (“Iulius”), I.107 (“L. Iulius”), III.5 (“Iulius”), IV.64 (“Iulius Martialis”), V.20 (“Care Martialis”), VI.1 (“care Martialis”), VII.17 (“Iuli Martialis”), IX.97 (“Carissime Iuli”), X.47 (“iucundissime Martialis”), XII.34 (“Iuli”) – le Martialis qui apparaît dans l’épigramme X.80 à Flaccus lui étant aussi rapporté. On aurait ainsi la chronique de la longue amitié qu’évoque XII.34 : à l’exception des livres II et VIII, les douze premiers livres de Martial contiendraient tous une épigramme à *L. Iulius Martialis.

11L’évolution de la dénomination, une possible contradiction topographique, le caractère de présentation de l’épigramme très élaborée qu’est IV.64, où apparaît le cognomen Martialis, nous font établir une distinction entre deux personnes (et personnalités) différentes : Iulius Martialis avec qui l’amitié prend vite le caractère d’une relation élective (V.20) et L. Iulius, avec qui elle est comme familiale (elle implique du reste une épouse). Cette distinction ne va pas sans une importante difficulté : le nombre des épigrammes concernant L. Iulius paraît faible, et leur série est étrangement discontinue : Iulius disparaît de l’horizon des Épigrammes après III.5 et 6 (année 88) et ne reparaît qu’en 95 avec IX.97 ; dans cette longue lacune s’insèrent les trois épigrammes à Marcellinus (ou le concernant) des années 91 à 95, VI.25, (VII.80), IX. 45. Peut-être est-il absent de Rome pendant plusieurs années ?

Iulius, un sodalis

  • 12 Imité d’Ovide Tristes 1.5.1 : O mihi post ullos numquam memorande sodales.
  • 13 R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 235 souligne que sodalis “denotes equality in s (...)

12Iulius est pour Martial un sodalis : le terme si Ovidien le définit dès I.15.112 et revient dans le “souvenir pieux” qu’est XII.34. C’est aussi un patron ; l’épigramme III.5 exprime bien cette dualité : le liber va trouver à Rome un protecteur et y sera accueilli comme un proche (non eris hospes). “Sodalis” n’exclut pas que la relation soit très inégale si cette disparité est compensée par une appartenance à la même fraternité littéraire13 ; du reste, ce lien a été noué à une époque où Iulius n’était sans doute pas encore l’important personnage qu’il sera, nous semble-t-il, en 88.

  • 14 Expression reprise par Ausone, 362, vers 14-15 : cf. M. Citroni, commentaire à I. 15.7.
  • 15 Epistulae II.8.3 ; cf. M. Citroni ibid.
  • 16 Qui s’oppose à la “vraie vie”, et qui est celle du sénateur comme du client ; les curae accablent p (...)
  • 17 Aper dans le Dialogus de oratoribus cite les epigrammatum lusus comme les plus modestes des œuvres (...)

13L’invitation pressante que lui adresse Martial dans la première épigramme qu’il lui consacre à “vivre aujourd’hui” et à faire attendre les tâches et la chaîne des travaux (exspectant curaeque catenatique labores)14 emploie une image que développera Pline le Jeune dans une lettre à Caninius Rufus, son municeps, poète qui mène dans leur pays natal la vie à laquelle il aspire ; il y déploreque ses occupations de sénateur-avocat se succèdent sans répit : tot nexibus, tot quasi catenis maius in dies occupationum agmen extenditur15. Si Iulius, parvenu à la veille de son soixantième anniversaire, n’a vécu que peu de jours pour lui-même, ce n’est pas forcément parce qu’il serait comme Martial client dépendant, mais parce qu’un statut de sénateur lui impose une vita occupata16. Le reproche de paresse qu’il fait à Martial et son exhortation à écrire quelque chose de grand (“Scribe aliquid magnum : desidiosus homo es”) semblent le caractériser comme un patron exigeant, qui a de l’écrivain une conception plus haute et veut inciter son protégé à ne pas se contenter des lusus epigrammatum17 ; l’avait-il mise en acte au cours de sa propre vie ? L’épigramme IX.97 où l’on retrouvera un Iulius disparu depuis plusieurs années énumérera lesmotifs de la jalousie d’un quidam, organisés en trois séquences : notoriété littéraire, privilèges conférés par le pouvoir et avantages matériels, succès dans l’ordre de l’amitié : si le témoin choisi par Martial est le carissimus Iulius, c’est sans doute que l’amitié étroite qui les unissait fournissait au quidam le plus important motif de son invidia ; ce qui s’accorderait bien avec l’identification de Iulius avec un grand sénateur.

  • 18 Catulle, carmen 4.25.
  • 19 Non pas sans doute les remords, mais les regrets : la tristitia est essentiellement celle du deuil  (...)

14La dernière épigramme à Iulius (XII.34) est un poème du souvenir ; elle chemine de la mémoire (si memini) au chagrin (dolebis, le mot de la fin). Martial y retrouve, pour ce qui est un adieu, l’adsiduum nomen de III. 5 : le destinataire est simplement “Iuli”, sans épithète. Martial y fait les comptes d’une amitié, n’hésitant pas à évoquer les amertumes qui se sont mêlées aux douceurs dans la relation qui désormais appartient au passé : fuere (vers 2), fuere (vers 4) : “sed haec prius fuere…”18 : il faut que ce passé soit ainsi clos par des parfaits lancinants pour que soit rendu possible le calcul, à l’aide de cailloux des deux couleurs, blanche et noire, d’une ultime comptabilité : “tous comptes faits”, les cailloux blancs sont les plus nombreux. L’épigramme pourrait s’arrêter là : elle repart, pour quatre hendécasyllabes où le thème se généralise : Martial y tire la leçon de cette longue camaraderie ; il est question d’acerba et de tristis animi morsus19. Il ne s’adresse plus seulement à Iulius : la seconde personne des vers 8-11 n’est plus le “tu” de la première partie, qui s’accompagnait du nom au vocatif (tecum… Iuli). La perspective future ouverte par le vers 9 (si vivere voles) ne saurait convenir à qui est parvenu au terme de sa vie : le “tu” est indéterminé. Un tel changement d’orientation, de destination du texte n’a rien de surprenant si l’on comprend que la première partie parlait à un défunt. Tout suggère que l’épigramme est un memento et que dans les vers 8-11 Martial tire, pour qui vit, l’enseignement que lui dicte l’expérience de l’amitié passée.

L’identité de Iulius

  • 20 La dénomination par le prénom et le gentilice n’est pas fréquente chez Martial ; elle n’exclut null (...)
  • 21 À savoir L. Iulius Marinus suff. ? 93 ; son fils L. Iulius Marinus Caecilius Simplex, suff. 101 ; L (...)
  • 22 R. Syme, RP VI, page 398 sq sur Servianus et Sura ; cf. V, 525 et 643.
  • 23 Id., RP VI, p. 642-643 sur l’origine de C. Valerius Flaccus Iulius Ursus fils du sénateur poète C. (...)

15On peut donc fixer approximativement les dates de la vie de Iulius : né un 17 mai de la fin des années 20 (27 ?), il devait être mort en 102 – ce qui importe à une identification précise. S’il est bien le dédicataire de I · 107, son prénom était Lucius20 : Luci carissime Iuli. Les L. Iulii sénatoriaux de l’époque flavienne ne sont pas légion21 ; celui qui paraît répondre le mieux aux données chronologiques découlant des textes de Martial est L. Iulius Ursus, suff. 84, II 98, III 100 ; il mourut peu de temps après ce troisième consulat, puisque Ser. Iulius Servianus (suff. 90, cos. II 102, III 134) revêtit avant son consulat ordinaire de 102 sa nomenclature à la suite d’une adoption, devenant L. Iulius Ursus Servianus : la mort de l’adoptant s’est placée sans doute en 101. La date de naissance de Servianus, beau-frère d’Hadrien, est datable de 4722 : son père adoptif aurait eu vingt ans de plus que lui, et il est possible que ce père adoptif ait été marié et père de famille23.

  • 24 Helbig Führer4 I, no 1097 ; la suscription du dédicant, Crescens libertus, est CIL VI. 1432 ; le bu (...)
  • 25 Voir sur ce portrait de L. Iulius Ursus A. Longo, s. v. Giulio Urso Serviano dans EAAO III (1968), (...)
  • 26 Ce commandement considéré par W. Eck comme une possibilité se serait placé selon lui sous Domitien, (...)

16Le père de Marcellinus (“Iulius”) aurait gouverné vers 91-94 une province danubienne. Il n’y a aucune attestation qu’Ursus ait exercé un commandement consulaire, mais un portrait en buste24 d’un cos. III représente Ursus – portant paludamentum et balteus25 : il gouverna une province stratégique sous Domitien26. Le consulat suffect de 84 en rendait possible la perspective – et on ne parvient pas à un troisième consulat sans avoir exercé des responsabilités.

  • 27 Premier légat de Mésie Supérieure après la division de la province en 86, illustré par la victoire (...)
  • 28 J. Fitz, Die Laufbahn der Statthalter in der Römischen Provinz Mœsia Inferior, Weismar 1966, p. 44  (...)
  • 29 J. Fitz, ibid., p. 55 sq. ; les cas suivants sont attestés : M. Servilius Fabianus Maximus suff. 15 (...)
  • 30 O. c., p. 55.
  • 31 L. Funisulanus Vettonianus est transféré en 86 : R. Syme RP III, p. 1386.
  • 32 Pompeius Longinus passe sans doute dans l’été 96 de Mésie Supérieure en Pannonie. R. Syme, RP V, p. (...)

17Dans les Fastes de la Mésie Supérieure, il y aurait une place vacante entre L. Tettius Iulianus (suff. 83) gouverneur de 88 à 9027 et Cn. Pompeius Longinus (suff. 90) en fonctions de 93 à 97 – donc entre ca. 91 et 93. Bien qu’une lacune existe également entre Sex. Octavius Fronto (89-93) et L. Iulius Marinus (95-98) en Mésie Inférieure28, il est difficile pour ne pas dire impossible d’envisager un passage du légat consulaire de la Mésie Supérieure à la Mésie Inférieure : les cas attestés sont beaucoup plus tardifs et exceptionnels29 ; ainsi que l’a exposé J. Fitz30, dans tous les schémas de carrière, les gouvernements des quatre provinces de Germanie et de Mésie forment une seule étape, de sorte qu’un sénateur ayant gouverné une de ces provinces n’est jamais – sauf exception – nommé au gouvernement de l’une des trois autres. Le transfert direct d’un groupe de provinces à un autre est lui bien attesté, comme de la Pannonie à la Mésie supérieure31, ou vice-versa32.

  • 33 Des commandements très tardifs sont attestés, comme celui d’Hordeonius Flaccus PIR2 H. 202 ; W. Eck (...)
  • 34 Cf. R. Syme, RP I, p. 239 : “at almost any time an elderly legate may be found governing a military (...)

18Ce commandement se placerait au milieu de l’éclipse de L. Iulius dans les Épigrammes ; s’il s’agit du même personnage, la légation sur le Danube aura été revêtue à un âge exceptionnellement avancé33 : Iulius a environ soixante quatre ans en 91. Ce n’est pas courant, surtout sous Domitien sous le règne de qui les carrières sénatoriales sont rapides, mais c’est possible. Les besoins de cadres supérieurs expérimentés et sûrs34 en temps de guerre ou d’instabilité politique peuvent expliquer un choix exceptionnel de l’empereur : la tentative de coup d’état du légat de Germanie Supérieure L. Antonius Saturninus en janvier 89 a laissé des traces. L. Iulius Ursus ne devait pas manquer de capacités militaires – il était Prétet du Prétoire lorsqu’il fut en 83 transféré dans l’amplissimus ordo, et consul suffect en 84 ; peut-être était-il adfinis de l’empereur.

  • 35 C’est ce qu’on pourrait déduire de l’emploi du verbe tenere en III.5.6.
  • 36 Considéré comme un ami de Martial, autrement inconnu, dans PIR2 D 8.
  • 37 Hoc lege, quod possit dicere vitam “Meum est” (X.4.8).

19L’adresse de “Iulius” que Martial donne à son parvus liber en l’envoyant à Rome ne paraît guère convenir à un patron sénatorial : sans être vulgaire, elle n’a rien de prestigieux ; l’habitation – les lares – non plus ; la précision relative au locataire35 précédent, un nommé Daphnis36, est triviale : une touche de réalisme rappelant que la vocation de l’épigramme est de peindre “la vie” ?37 ; le traitement évoque celui que Martial donne aux renseignements publicitaires destinés aux lecteurs désireux d’acquérir chez un libraire ses Épigrammes : ainsi dans I. 2.7-8 il les adresse à l’affranchi Secundus

  • 38 Comparer l’adresse d’Atrectus dans I. 117, à finalité “publicitaire”.

libertum docti Lucensis quaere Secundum
limina post Pacis Palladiumgue forum
38.

20Quand il envoie son livre ou sa Muse à la demeure d’un sénateur ou d’un membre de l’aristocratie, il décrit leur cheminement et loue la demeure avec plus de recherche : dans I. 70, c’est l’envoi du liber chargé de la salutatio à la domus élégante de C. Iulius Proculus, sur le Palatin ; dans X.20 sa Thalie se rend chez Pline, qui occupe la parva domus d’Albinovanus Pedo (la mention du précédent occupant est un hommage à l’occupant actuel) ; dans XII.2, le livre venu d’Espagne pourra gagner, à l’entrée de la Subura, les laurigeros penates du poète Stella, qui vient de gérer les faisceaux ( ? 101).

  • 39 Voie par laquelle on arrive à Rome quand on vient de Cisalpine ; le Lingon de VIII.75 rentre chez l (...)
  • 40 La Via Tecta est-elle “un passage couvert fermé aux deux extrémités allant de la Flaminia au Tibre, (...)
  • 41 La théorie de l’allégorie césarienne de Daphnis développée par P. Grimal, “La Ve Églogue et le cult (...)
  • 42 J. Dion, “Les étoiles dans les Bucoliques”, REL 84, 2006, p. 97-99, n’écarte pas cette “perspective (...)
  • 43 DI XLVI.

21Le liber est invité à chercher – ou à s’enquérir de – la demeure de “Iulius” à peine entré dans Rome par la Flaminia39, juste à l’entrée de la via tecta40, où il trouvera (ou apprendra où se trouvent) les lares jadis habités par Daphnis, un homme au nom grec très bucolique (celui du pâtre idéal de la première idylle de Théocrite et de la cinquième Bucolique de Virgile, le berger né dans un bosquet de lauriers). Ce nom “faisait penser” dès l’Antiquité41 à la figure de César, un Iulius aux lauriers42. Si par hasard celui de Martial s’était occupé de poésie bucolique, le poète pouvait relever que son protecteur et ami occupait l’ancienne demeure de “Daphnis” – tout comme il relèvera que Pline occupe dans X. 20 la parva domus d’Albinovanus Pedo ; arrivant de Cisalpine (la province de César), le parvus liber pouvait apprendre du premier quidam rencontré, s’il s’enquérait de l’adresse de Daphnis, ce que révèlera Suétone aux lecteurs de son Divus Iulius : que César, avant de devenir Pontifex Maximus en 63, ce qui lui permettra de loger à la Regia, avait habité une domus modeste dans la Subura : habitavit primo in Subura modicis aedibus43. Nous pensons donc probable que l’épigramme III.5 est en partie “cryptée”, d’autant que son premier vers peut contenir un jeu sur le nom Ursus :

Vis commendari sine me cursurus in Vrbem,
parve liber... ?

22La forme cursurus (pourquoi le nominatif et non le vocatif cursure ? – raison de métrique) n’apparaît qu’ici, bien que le verbe currere et les substantifs cursus et cursor soient assez fréquents chez Martial ; il est possible qu’il fasse allusion au cognomen de L. Ursus. De même dans l’épigramme X. 12 à L. Domitius Apollinaris de Verceil, il “cite” dans le premier vers son cognomen et sa concordance avec la patria, dans le troisième invente une “paronomase” sur son gentilice :

  • 44 L. Domitius Apollinaris, peut-être poète lui-même (Martial l’associe à sa création dans l’épigramme (...)

Aemiliae gentes et Apollineas Vercellas
et Phaethontei qui petis arva Padi
ne vivam nisi te,
Domiti, dimitto libenter...44

  • 45 Tel Q. Ovidius (IX. 52).
  • 46 Martial VII. 21 ; Stace, Silves II. 7.
  • 47 XII.67, que nous concevons comme un hommage au poète sénateur, écrit à l’annonce de sa décision de (...)
  • 48 Martial VIII.38.14 ; Stace Silves II.1.191 ; 193 ; II.3.75-77.

23Martial ne célèbre pas les anniversaires de personnages socialement obscurs, mais seulement ceux de membres de l’ordre sénatorial – parfois d’un ami lié étroitement à des sénateurs45. L’épigramme III.6 vise à perpétuer le souvenir du 17 Mai, anniversaire du père de Marcellinus ; elle remplit une fonction commémorative, comme les poèmes consacrés par Martial et Stace46 au dies natalis de Lucain, à la demande de sa veuve Argentaria Polla, le 23 Novembre ; comme le bref “Tombeau de Silius”, immortalisant le poète qui célèbre les Ides d’octobre (13 Octobre) qui virent la naissance de Virgile47, fonction comparable à celle des fondations perpétuelles instituées pour assurer le “culte” du souvenir, telle celle qu’Atedius Melior avait consacrée à son ami Velleius Blaesus48.

  • 49 Il n’est pas possible de dater avec précision la rédaction d’une épigramme du livre I.

24Au reste, l’épigramme III.6 ne se borne pas à la célébration d’un anniversaire daté avec une rare précision (Lux... post Idus... tertia Maias) ; elle perpétue aussi – et même pricipalement – la coïncidence, voulue évidemment par le père, de cet anniversaire, peut-être le soixantième annoncé par l’épigramme I.1549, avec l’entrée de Marcellinus dans la vie adulte : l’événement est traité par Martial dans une veine toute intimiste, et la perspective du poème réduite à l’horizon familial, dessiné déjà par l’envoi à Iulius de l’épigramme précédente (six distiques élégiaques pour III.5, trois pour III.6) ; mais la portée en est éminemment sociale, comme l’était celle du poème IX.39 sur une autre coïncidence du calendrier, celle du dies natalis du Tonans du Palatin (24 Octobre) et de celui de “Caesonia Rufi”.

  • 50 Elle se heurte évidemment à de sérieux obstacles : le principal est peut-être le silence absolu de (...)

25L’identification de L. Iulius avec Ursus repose sur une série d’indices suffisants pour en proposer l’hypothése50.

Fils et mère

  • 51 PIR2 A 116.
  • 52 Son urne funéraire provenant d’une tombe familiale du Monte Mario a fait connaître son nom et son â (...)
  • 53 A. N. Sherwin-White, The Letters of Pliny, Oxford, 1968, p. 346 et 475 ; le destinataire de VIII. 2 (...)
  • 54 R. Syme, RP V, p. 484.
  • 55 PIR2 I 731.
  • 56 Ils pouvaient être apparentés par leurs mères, deux Marcellae ? Mais c’est principalement le gentil (...)
  • 57 R. Syme, RP V, p. 459 (aucun exemple dans le CIL V) ; VII, p. 608. La possibilité d’une parenté d’A (...)
  • 58 VI. 74.
  • 59 St. Gsell, Essai, p. 233 et n. 6 sur l’occupation de la porte Caspienne.
  • 60 R. Syme, RP IV, p. 106.
  • 61 Voir dans R. K. Sherk, “Roman Galatia”, ANRW II.7.2 (1980), p. 992 sq (avec la carte p. 993 de l’Ar (...)
  • 62 R. K. Sherk, ibid., p. 996 avec n. 14 et 997.

26Le fils d’un suff. III aurait dû atteindre le consulat autour de 110 ; on n’en trouve pas trace dans les Fastes consulaires. Il faut sans doute envisager un décès prématuré. – Pline adresse en 106 à un Aefulanus Marcellinus51, selon toute vraisemblance de rang sénatorial, sa lettre V. 16 sur la mort de la fille de Minicius Fundanus, la jeune Minicia Marcella52 ; à un Marcellinus, peut-être le même Aefulanus Marcellinus53, sa lettre VIII. 23 – automne 10854 – sur le décès du jeune sénateur, son protégé Iunius Avitus55. L’identité du thème traité suggère que ces lettres – si elles ont bien le même destinataire – sont adressés à un homme que le motif concernait personnellement : une mort prématurée avait peut-être emporté un ou une de ses proches ; et quoique la banalité du cognomen Marcellinus doive inciter à la prudence, on peut envisager qu’un lien de parenté ait existé entre le correspondant de Pline et le Marcellinus de Martial56, non en raison de cette identité des cognomina, mais parce l’on trouve dans les Épigrammes un Aefulanus – le gentilice, cette fois, est rarissime57 – qui ne reçoit qu’une pièce58 : il y a quelque chance qu’il s’agisse du correspondant de Pline – et d’un parent de (Iulius) Marcellinus. Pline rappelle les relations qui s’étaient établies entre le tribun laticlave Iunius Avitus et le gouverneur de Germanie supérieure Ser. Iulius Servianus (parent d’Ursus) ; il s’était fait apprécier du légat consulaire et l’avait accompagné, lors de sa nomination en Pannonie, en qualité de comes (non ut commilito sed ut comes adsectatorque). Une situation comparable (mais non identique) a pu intervenir dans la carrière du jeune Marcellinus en 94-95 : antérieurement sur le Danube sous les ordres de son père, il va partir pour l’Orient et verra de près le Caucase, qui est à l’ordre du jour dans ces annés59. S’il s’agit d’un transfert du tribun dans une des légions de Galatie-Cappadoce60, on pensera à la XIIa Fulminata de Samosate, qui paraît avoir fourni sous Domitien des détachements pour la surveillance des débouchés des Portes Caucasiennes et Caspiennes61, plutôt qu’à la XVIa Flavia de Satala62, beaucoup plus proche du Caucase, trop éloignée néanmoins pour que de là il ait pu voir de ses yeux les “roches Prométhéennes”. De sorte qu’on peut envisager qu’il parte non pour un nouveau tribunat, mais comme comes d’un gouverneur.

  • 63 Sur le retour de ses cendres ramenées par sa veuve (Mummia) Nigrina. Étude du successeur et de sa c (...)
  • 64 Des détachements des cinq légions des deux commandements de Mésie participèrent à la guerre contre (...)

27En 94, à la suite du décès d’Antistius Rusticus, légat de Galatie-Cappadoce évoqué par Martial IX.3063, la province fut pour une brève période remaniée et divisée en deux commandements, dont l’un fut confié à un sénateur de rang prétorien, L. Caesennius Sospes (le frère ? de “Caesonia”) ; l’inscription ILS, 1017 apprend qu’avant ce gouvernement il avait commandé comme légat de légion la XIIIa Gemina de Vienne et qu’il avait été décoré pour son action dans la guerre Suébo-Sarmatique de 92. Ce peut être à cette occasion64 que Marcellinus entra en relations avec Sospes, qu’il aurait accompagné en Cappadoce en 94 ; Sospes aurait été pour lui, mutatis mutandis, ce que Servianus fut pour Iunius Avitus.

28Un Marcellinus a quelques chances d’avoir été fils d’une Marcella : peut-être le nom de l’épouse de Iulius qui, comme son mari, accueillera avec affection le livre envoyé de Forum Corneli

est illi coniunx, quae te manibusque sinuque
excipiet, tu vel pulverulentus eas (III.5.7-8).

  • 65 R. Syme, RP IV, p. 106.

29Il serait très imprudent de spéculer longuement sur un cognomen aussi commun, mais il est permis de relever la similitude onomastique et de s’interroger sur le traitement qu’accorde Martial à ce qu’il doit à sa bienfaitrice Marcella de Bilbilis – XI1.21 et 3165. De retour au pays, il reçoit de cette compatriote le petit royaume qu’il décrit dans la seconde pièce. Ce n’était ni une épouse du poète ni une maîtresse, mais une patronne (domina, vers 7) ; une très jeune femme cependant : la comparaison avec Nausicaa du vers 9, ainsi que l’emploi de nurum en XII.21.8 exclut une autre hypothèse : Nausicaa n’est pas Arétè. Elle ne saurait se confondre avec la mère de Marcellinus, dont elle pourrait a priori être parente. XII.21 paraît indiquer qu’elle n’a jamais vécu à Rome ; enfant glorieuse de la Tarraconaise où elle est née, c’est une Celtibère qui résume en sa personne toutes les grâces de la pure Romanité ; pour Martial, elle recrée, généreuse domina, la domina Vrbs et en atténue la nostalgie. Pour être investie d’un tel pouvoir de résurrection, elle était sans doute par son nom même, liée au passé Romain du poète, et son rôle de bienfaitrice pouvait lui évoquer celui qu’avait joué pour lui l’épouse, peut-être homonyme, de Iulius.

L’origine du poète Iulius (Cerialis)

  • 66 Il a développé cette conception à de nombreuses reprises, en particulier dans Tacitus, Oxford, 1958 (...)
  • 67 Infra sur cette très incertaine conjecture.
  • 68 B. W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New-York, 1991, p. 40-42 avec stemma p. 41 : il fait d’U (...)
  • 69 Sur P. Berol. 8334 dans les CRAI 1947, p. 376 sq ; suivi par R. Syme, Tacitus II, p. 635 sq.
  • 70 B. W. Jones, o. c., p. 42.

30L’origine de L. Iulius Ursus est incertaine ; R. Syme le considérait – comme son héritier Servianus – comme un Narbonnais66 ; nous envisagerons l’éventualité d’une origine proprement gauloise67. Né sans doute dans l’ordre équestre, apparenté selon certains aux Iulii Lupi de Narbonnaise et par eux à la famille Flavienne68, il pouvait être, quand Martial le connut, en 64, au début d’une carrière procuratorienne ; près de vingt ans plus tard, Préfet du prétoire, il sera transféré “sur sa demande” dans l’amplissimus ordo et revêtira un premier consulat suffect en 84 : c’est ce qui ressort de l’interprétation donnée par A. Piganiol69 d’un papyrus de Berlin. Il serait resté ensuite sénateur et peut-être influent mais sans fonctions officielles70 jusqu’en 97, année où il émerge au premier plan, comme Frontin : ayant poussé avec lui, à l’intérieur du sénat, à l’adoption de Trajan par Nerva, il est comme lui suff. II en 98, et suffect III en 100, et peut-être Préfet de la Ville au début du règne de Trajan ; en 102, il avait disparu. De ces dignités et charges, aucune n’est mentionnée même allusivement par Martial ; mais l’épigramme VI.25 évoque clairement un commandement dans une province stratégique du père de Marcellinus, pour nous Iulius – est-ce bien Ursus ?

  • 71 J. P. Sullivan, o. c., p. 49.
  • 72 Carmen 13, vers 1 est imité par Martial XI.52, vers 1. Le “Fabullus” auquel s’adresse l’invitation (...)
  • 73 Les vers 9-10 de l’épigramme font écho à la description d’Ovide (Met. VIII, 666-667 : intibaque et (...)
  • 74 Vers 15-18 : plus ego polliceor : nihil recitabo tibi/ipse tuos nobis relegas licet usque Gigantas/ (...)
  • 75 Malgré la différence des situations : Iulius Cerialis est seul invité et Martial seul invitant.

31Dans la cena des sept, la présence de Iulius Cerialis, apparu dans les épigrammes fin 96 seulement, étonne quelque peu : une connaissance nouvelle71, trés vite intégrée au cercle des intimes ? L’épigramme XI.52 lui adressait, pour la première fois qu’il est nommé, une invitation à un dîner en tête-à-tête, assez comparable à celle de V.78, qui concernait Toranius – mais dans laquelle sont mentionnées des femmes : un repas “simple”. Les souvenirs littéraires y abondent, de Catulle72 et d’Ovide73, qui parlent de frugalité et d’amitié familière. La conclusion humoristique des trois derniers vers74 atteste à l’évidence que la relation est ancienne : Martial a déjà entendu maintes fois Cerialis lui donner lecture de ses Géants et de Rura presque comparables aux poèmes de Virgile. Les réminiscences du repas offert dans les Métamorphoses par Philémon et Baucis aux divinités visitant l’espèce humaine en Phrygie introduisent dans un poème où les deux amis sont des égaux une note aimable pour l’invité75.

  • 76 Voir R. Syme, “Clues to Testamentary Adoption”, dans RP IV, p. 159-173, et “The Testamentum Dasumii (...)
  • 77 Un cognomen n’est pas un nomen : la nomenclature Iulius Cerialis peut résulter d’un choix de Martia (...)

32Faustinus, chargé par Martial de l’envoi d’un libellus destiné à Marcellinus (VII.80), avait certainement été lié à L. Iulius Ursus : le cognomen Cerialis doit avoir été hérité de lui par Ursus et s’explique sans doute par un legs sous la condicio nominis ferendi76 : L. Iulius, dont l’absence à la cena des sept serait aussi étonnante que la présence de Cerialis si ce dernier était une connaissance toute nouvelle, aurait porté, au moins pendant un temps, l’un de ses cognomina en témoignage de gratitude77 ; il figurerait dans le dîner de X. 48 sous ce nom de “Cerialis” faisant un peu revivre l’ami disparu.

33Une conséquence découlerait de cette identification : L. Iulius Ursus fut un poète. Il en est d’autres indices, qu’il faut peser à leur juste poids : si légers qu’ils soient, ils peuvent être décisifs.

  • 78 O mihi post ullos numquam memorande sodales.
  • 79 Ainsi par J. André dans son édition des Tristes, CUF, 1968, p. 18, n. 1 ; cf. les p. XXXII-XXXIII.

34L. Iulius paraît dans les Épigrammes (I.15) par une quasi-citation d’Ovide78, qui ouvre l’élégie Tristes I. 5 adressée à un ami qu’il désigne par le signum Carissimus (vers 2) : interprétation discutée79, mais soutenue par l’ouverture de Pontiques IV.13 adressée à Carus : le même destinataire que celui des Tristes, dont le nom n’était pas donné en clair, mais à qui Ovide écrivait au vers 6 :

scis bene cui dicam positis pro nomine signis

35(“tu sais bien à qui je m’adresse aux indices qui remplacent ton nom”) : ces signa semblent bien être le signum Carissimus comme l’explicitent les vers 1-2 de Pontiques IV.13 :

O mihi non dubios inter memorande sodales
quique, quod es vere, Care, vocaris, ave !

36(“O toi que je dois rappeler parmi les camarades dont je ne puis douter, toi qui portes pour nom ce que tu es véritablement, Carus, je te salue !”). Carus était un poéte, auteur d’une Héracléide.

37Ces détails Ovidiens sont à mettre en relation avec la personne de L. Iulius, qui est chez Martial deux fois carissimus (1.107.1 et IX.97.1), simple terme d’affection en l’occurrence et non signum, mais qui ne se trouve que pour lui et pour le frater carissimus Toranius : qui mieux qu’un poète pouvait apprécier exactement la valeur des citations d’Ovide, le quasi monopole d’être pour Martial le sodalis carissimus ? Ce terme de sodalis ne se rencontre guère, associé à la simple appellation Iuli, que dans le poéme du souvenir qu’est XII.34 : Triginta mihi quattuorque messes/tecum, si memini, fuere, Iuli, souvenir qui rappelle l’élégie Tristes I.5, vers 1-4 :

O mihi post ullos numquam memorande sodales,
et cui praecipue sors mea uisa sua est,
attonitum qui me, memini, carissime, primus
ausus es adloquio sustinuisse tuo...

38Dans l’épigramme I.107 Martial répond au carissimus Iulius qui lui reproche sa paresse en l’engageant à se faire son Mécéne, qui avait déterminé Virgile à entreprendre les Géorgiques ; le motif du mécénat prend, dans le dernier distique, la forme d’une comparaison très virgilienne, qui conviendrait parfaitement dans l’adresse à un Iulius qui serait sous l’appellation Cerialis un poète auteur de Rura presque égales aux Géorgiques :

  • 80 Ce distique a l’allure d’un proverbe (M. Citroni, o. c., p. 328) : créé, dirions-nous, par Martial (...)

in steriles nolunt campos iuga ferre iuvenci ;
pingue solum lassat, sed iuvat ipse labor
80.

  • 81 VIII.55, vers 5-6 et 19-20. C’est ainsi, semble-t-il, que Martial désigne les Géorgiques par “Itali (...)
  • 82 Sa bucolique V est plus une géorgique qu’une pastorale : voir l’édition de J. Amat, CUF, Paris, 199 (...)
  • 83 L’épitaphe de Virgile désigne par rura les Géorgiques :
    Mantua me genuit, Calabri rapuere, tenet nun (...)

39Des œuvres de Iulius Cerialis, nous ne connaissons que les deux désignations (ce ne sont sans doute pas des titres) employées par Martial. Les Rura semblent à première vue avoir été un poème géorgique ; mais une œuvre pouvant être désignée par synecdoque d’après une partie du tout qu’elle constitue81, un ensemble bucolique comportant un développement géorgique, comme le sont les Bucoliques de Calpurnius Siculus82 peut fort bien être dit Rura83. Quant aux Gigantes, on peut rencontrer une Gigantomachie dans une oeuvre d’inspiration très peu mythologique, mais scientifique, où le mythe, en hors-d’oeuvre décoratif, est récusé au profit de la vérité : c’est la perspective, amplement développée par l’auteur de l’Etna, hostile comme l’est Martial à la Fable, au nom du “vrai” : le vrai de la vulcanologie se réclame du même amour du réel ; le savant fait oeuvre poétique, qui traite De natura rerum, comme l’épigrammatiste, dont les fictions même visent à donner expression au sentiment des choses vécues.

  • 84 Voir L. Duret dans ANRW II.32.5, p. 3181-3187.
  • 85 Qui situent les deux œuvres à l’époque néronienne ; Martial présente les Géants et les Rura de Iuli (...)
  • 86 L’hypothèse, ancienne pour ce qui est de “Siculus”, ne paraît pas être acceptée par J. Amat dans so (...)
  • 87 Mélibée passe pour figurer Sénèque ou C. Calpurnius Piso que glorifie la Laus Pisonis ; ces identif (...)
  • 88 Virgile, Buc., IV.1 : Sicilides Musae, paulo maiora canamus...
  • 89 Cf. supra, n. 85. Selon J. Amat, o. c., p. 78, la Laus Pisonis aurait été composée entre 48 et 53 ; (...)

40L’Etna est attribué de manière plausible, mais sans certitude, à Lucilius Iunior, le correspondant de Sénèque84. Comme pour les Bucoliques de Calpurnius Siculus, les données chronologiques dont on dispose85 autoriseraient une attribution à Iulius Cerialis : Martial donnerait à ces œuvres d’époque néronienne des “titres” tirées de développements limités, mais fondamentaux pour le définition des intentions, scientifique et pastorale, du poète. “T. Calpurnius Siculus” pourrait bien être un pseudonyme86 : “Calpurnius” en raison de l’appartenance de l’auteur à l’entourage de C. Calpurnius Piso87, “Siculus” en raison du caractère sicilien de la poésie bucolique88 et doublement justifié s’il avait écrit auparavant l’Etna ; le prénom même de “Titus”, nous le verrons, s’accorderait avec l’inspiration bucolique. Il est possible que le même poète, dans sa prime jeunesse, sous Claude89 ait composé la Laus Pisonis. L’épigramme XI.52 ne fait aucune allusion à une telle oeuvre de Iulius Cerialis ; mais on peut relever une rencontre (ce peut n’être que cela) entre ce panégyrique et l’adieu à Iulius XII.34 : les vers 5-7 de ce “memento” comparent le tas de calculi blancs notant les jours heureux de l’amitié à celui des noirs :

et si calculus omnis huc et illuc
diversus bicolorque digeratur,
uincet candida turba nigriorem.

  • 90 REA 100, 1998, p. 53 sq.
  • 91 Cf. Laus Pisonis, vers 190-208.

41L’allusion au jeu des latrunculi est claire, le terme de calculus signifiant à la fois “caillou” et “pion” ; Pison était imbattable à ce jeu, comme le sera le jeune Publius90 ; la Laus Pisonis consacre à ces talents un long développement, où l’on trouve mentionnés les calculi, les pièces de verre, l’enjeu du combat, la turba captive de pions dans la main du vaiqueur. On peut concevoir que Martial, au moment de dire adieu à son ami, lui adresse outre-tombe le rappel de ses vers de jeunesse91.

42Marcellinus, fils de Iulius, est occasion de deux allusions à l’œuvre de son père, et peut-être à ses propres vers. L’épigramme VII.80 parle d’un échange de pueri figurant peut-être des écrits : en remerciement de l’envoi de Faustinus, le jeune officier lui enverra du Danube un famulus “propre à paître ses brebis de Tibur”, où l’on peut reconnaître le passage de la deuxième Bucolique de Calpurnius Siculus qui réunit à l’ombre d’une yeuse “tous ceux qui paissent les brebis paresseuses” (quicumque sub ilice lentas/pascit oves – vers 12-13). Plus sûrement, dans l’épigramme IX.45, Martial paraît suggérer à Marcellinus qui va partir pour la Cappadoce, un grand sujet : le Caucase et sa fabula Prométhéenne. Martial propose le thème et l’orientation : dices... et licet haec addas : une entorse à la condamnation de la mythologie mais un rappel du poème que Iulius Cerialis avait consacré à une autre montagne et à la fable qui l’environne. Ce ne sont peut-être que des rappels, à l’intention d’un fils amateur des chartae, des œuvres d’un père qui fut dans sa jeunesse poète de Gigantes et de Rura.

  • 92 XI.53, de même forme élégiaque que XI.52.
  • 93 Claudia Rufina est une puella dont la naissance d’un premier enfant atteste la fécondité.
  • 94 Ils sont encore virtuels. Une illustration célèbre de ce type idéal dans la Cornelia de l’élégie IV (...)
  • 95 L’éloge de Claudia Rufina paraît avoir développé le distique XIV.99 sur la bascauda : supra, p. 134 (...)

43L’invitation à Iulius Cerialis est suivie immédiatement de l’éloge d’une épouse, Claudia Rufina, dont c’est l’unique mention explicite dans les Épigrammes92, un hommage écrit pour la naissance d’un premier enfant93, qui fait d’elle l’incarnation du type de l’univira mère de trois enfants94. La jeune mère est une provinciale caeruleis... Britannis/edita, d’une si parfaite Romanité que les matres Italides et Atthides pourraient la croire des leurs ; le motif sera repris en substance dans l’éloge de Marcella de Bilbilis. Martial fait une place au sanctus maritus (l’épithète est de nature), selon nous Iulius Cerialis, c’est à dire Iulius, remarié95 ; mais il ne le nomme pas.

  • 96 Dans le cycle de Mentula, noter le carmen 105 : Mentula conatur Pipleium scandere montem ; / Musae (...)
  • 97 Sans doute le Flaccus poète : supra, p. 120 sq.
  • 98 D. R. Shackleton Bailey retient cette leçon de préférence à Matro ; c’est le cognomen de Virgile.
  • 99 L’épigramme peut avoir pour “destinataire” un personnage affublé du “sobriquet” catullien de Mentul (...)
  • 100 Les pièces réunies dans l’Appendice F illustrent bien la liberté du lusus epigrammatum ; nous en ra (...)

44Les deux épigrammes en distiques élégiaques XI.52 et 53 que nous relions entre elles sont précédées de cinq hendécasyllabes sur la columna de Titius, traités dans la veine bouffonne de Catulle96. Les sujets et l’inspiration sont foncièrement différents, mais un lien thématique est assuré entre XI.51 et XI.52 par le motif des thermes ou bains : Titius en posséde de vastes où il se baigne seul mais à l’étroit, tandis que la cenula offerte à Iulius Cerialis sera précédée d’un bain pris en commun à l’établissement voisin de Stephanus à la huitième heure ; usage banal mais la “passe verbale” ou “thématique” peut impliquer Iulius Cerialis dans la satire de Titius. Une inspiration priapique comparable à celle de XI.51 se faisait jour l’année précédente dans les épigrammes IX.32 et 33 ; la seconde est adressée à Flaccus97 : un Maro98 suscite aux thermes les applaudissements mérités par Titius, et l’épigramme IX.32 développait de manière très déshonnête le motif de la puella “idéale” qu’avait traité plus sobrement l’épigramme I.57 à Flaccus99 ; quant à celle qui réclame des écus et fait sonner de grands mots, “ possideat crassae mentula (ou Mentula ?) Burdigalae”. Nous supposons que, son épouse (Marcella ?) ayant disparu, Iulius, revenu de son commandement provincial, se préparait en 95 à se remarier, ce qui aurait suscité l’ironie de Martial. En 96, le mariage avec Claudia Rufina aurait eu lieu et un enfant serait né : Martial aurait alors composé l’invitation à dîner XI.52 (un caillou blanc) et l’éloge de Claudia Rufina100.

  • 101 Les toponymes de Celtibérie sont également crassiora dans l’épigramme XII.18 à Juvénal.
  • 102 Martial mentionne sous forme adjective des “cités” (Santonicus, Sequanica) et un Lingon, jamais des (...)
  • 103 D. R. Shackleton Bailey adopte la leçon du manuscrit T, principal témoin de la famille α.
  • 104 Le préteur de CIL XIII. 596 ne peut être le Iulius Secundus du Dialogus de oratoribus (contrairemen (...)
  • 105 César, BG III.11.3 et 20 sq. Les Aquitains reçurent le soutien de peuples de l’Hispania Citerior, q (...)
  • 106 La liste des peuples qui envoient des otages à Crassus à la fin de sa campagne (III.27) ne les cite (...)
  • 107 Burdigala ne peut être la patria d’Ursus (Cerialis) ; mais une origine peut être bien distincte de (...)
  • 108 R. Syme, RP V, p. 526 avec n. 29.
  • 109 Les événements sont rapportés par César au début de la campagne 57 mais remontaient à l’année 56 : (...)
  • 110 L’Aquitaine fournit de très rares sénateurs au ier siècle. Le gouverneur de Lyonnaise Iulius Vindex (...)

45Burdigala n’est dite crassa que parce que le nom semble “épais” à Martial101 ; c’est la seule cité des trois Gaules qui figure nommément chez lui102. Si la leçon crassa de la famille a est bien à retenir en IX.32.6, Burdigala serait la patria d’un personnage peut-être dit Mentula103 : Iulius Cerialis ne peut guère, s’il s’identifie avec L. Iulius Ursus, avoir cette origine104. Le vers en cause a causé perplexité chez les éditeurs antiques du texte des Épigrammes : les manuscrits de la classe b ont crassi – “un Crassus de Burdigala” ? Comment, en tout état de cause, expliquer la mention de la ville par Martial : lui était-elle familière ? Il a peut-être songé, en Celtibère, à un épisode de la guerre des Gaules : P. Crassus, le fils de Crassus “le Riche”, étant légat de César se vit chargé en 56 de conduire une campagne de cavalerie en Aquitaine, dans laquelle intervinrent des peuples espagnols limitrophes105 ; les opérations ne touchèrent pas directement le territoire des Bituriges Vivisques106 mais des concessions de citoyenneté eurent sans doute lieu en Aquitaine à cette occasion107. – L’héritier de L. Iulius Ursus s’appelait avant de recueillir sa nomenclature Ser. Sulpicius Servianus : le prénom Servius doit lui venir d’un Ser. Sulpicius Galba108 ; on pense à Ser. Sulpicius Galba autre légat de César qui reçut dans l’hiver 56109 la mission d’opérer dans le Valais ; il passa une partie de l’hiver à Octodurus (Martigny) d’où il noua des relations pacifiques avec les peuples Gaulois voisins. D’où l’hypothèse trés aléatoire qu’un de ses ancêtres serait entré dans la civitas comme Ser. Iulius ; “l’affinité” avec L. Iulius Ursus tiendrait à une commune origine ethnique : la guerre des Gaules est partie du projet des Helvètes d’aller s’établir dans le pays des Santons, et du refus du proconsul de les laisser passer par la Narbonnaise. Ces hypothéses manquent d’étais suffisants110. Mais la question de la raison d’être de Burdigala dans l’épigramme IX.32 reste posée ; peut-être conviendrait-il de distinguer entre patria et ultima origo ; Cerialis-Ursus nous semble avoir épousé une Claudia “issue des Bretons tatoués de bleu”…

  • 111 Voir R. Syme, “Domitius Apollinaris”, RP VII (588-602), p. 593. Nous avions omis ce texte dans notr (...)
  • 112 IV.13, adressée à un Rufus.
  • 113 Cercle de poètes. Les vers 31-32 de V.78 supposent la présence de plus de quatre personnes.

46Martial célébra parfois le mariage et l’épouse de ses puissants protecteurs : ainsi celle de L. Iulius, mentionnée mais non nommée dans III.5, puis sa seconde femme, Claudia Rufina, épousée par “Iulius Cerialis”. Dans l’épigramme VII.83 il envoie une couronne de roses au sénateur L. Domitius Apollinaris à l’occasion de son remariage avec Valeria Vetilla ; son nom – celui d’une “chaste épouse” et riche héritière possédant un domaine dans la douce Tibur, que loue Martial dans l’épigramme X.30 consacrée à la villa maritime de son époux à Formies – n’est pas connu par Martial, mais par la base d’une statue érigée au Létôon de Xanthos : un bronze qui la représentait à côté d’autres membres de la famille d’Apollinaris (un “syngenikon”), à l’époque légat de la province de Lycie-Pamphylie111. D’une classe sociale différente l’ami centurion A. Pudens de Sarsina reçoit une épigramme délicate lorsqu’il épouse Claudia Peregrina112, dont le cognomen indique sans doute que, comme Claudia Rufina, elle était d’origine provinciale. Les patrons ou amis qui reçoivent l’éloge de leur épouse ou la célébration de leur mariage sont poètes (L. Iulius et peut-être L. Domitius Apollinaris) ou amateurs distingués de poésie. Deux fois, l’épouse est une Claudia provinciale, sans doute fortunée, mais non aristocrate. Ce nom de Claudia n’est pas fréquent chez Martial : deux Claudiae sont des personnages réels, comme aussi sans doute la Claudia que le cousin Toranius rencontrera lors d’un dîner chez Martial113. Le gentilice est porté aussi par une femme dans un distique assez énigmatique d’apparence très fantaisiste (VIII.60), dont l’étude exige d’assez longs développements et que nous réserverons donc pour une annexe. Auparavant nous examinerons un dernier Iulius (également énigmatique) dont le portrait fait l’objet d’un distique qui nous semble d’intérêt inversement proportionnel à la longueur.

Iulius Rufus

47X.99 : le distique date de 95 ou de la seconde édition du livre X en 98.

Si Romana forent haec Socratis ora, fuissent
Iulius in Satyris qualia Rufus habet

  • 114 L. Friedländer donnait in saturis et pensait à un portrait de Iulius Rufus en tête de l’édition de (...)
  • 115 NH XXXVI. 29.
  • 116 Nous suivons D. R. Shackleton Bailey, édition Loeb, vol. II, p. 414-415, n. a.
  • 117 Elle ne s’identifie pas à la schola poetarum mentionnée par Martial (III. 20.8) mais en était très (...)
  • 118 L’épigramme concerne bien un “objet d’art” : J. P. Sullivan, o. c., p. 48. La critique d’art (somma (...)

48(“Si ce portrait de Socrate avait été oeuvre Romaine, ç’aurait été celui de Iulius Rufus au milieu des Satyres”). Il s’agit d’une représentation sculptée, statue ou plutôt buste, de Socrate à laquelle Martial compare la tête que présente Iulius Rufus in Satyris114, et les Satyres sont ceux que mentionne Pline115 dans la schola Octaviae, quatre marbres d’auteurs inconnus ; un portrait de Socrate dans un tel contexte ne surprendrait pas : il avait la physionomie d’un Silène116. La schola ou curia aménagée par la soeur d’Auguste derrière les temples jumeaux de Jupiter Stator et de Iuno Regina117 était annexée à une bibliothèque et offrait aux lettrés un lieu de réunion où ils pouvaient discuter, dans un décor statuaire, de questions littéraires et artistiques, comme par exemple des attributions d’objets d’art exposés118.

  • 119 Supra, n. 116.

49Pour D. R. Shackleton Bailey119, si Romana forent haec Socratis ora vaut “si Socrate avait été un Romain”, et dans ce cas la tête aurait figuré parmi les Satyres, dont l’un ressemblait à Iulius Rufus. Nous comprenons différemment : si le portrait de Socrate avait été l’oeuvre d’un ciseau Romain, donc œuvre “moderne” et copie, on pourrait croire que le sculpteur avait pris pour modèle la tête qu’offre Iulius Rufus, dans une réunion à la schola parmi les statues des Satyres.

  • 120 Platon, Banquet 215 a. b.
  • 121 NH XXXVI. 28.

50C’est Alcibiade qui, dans le Banquet, procédant “par images”, avait relevé la ressemblance de Socrate aux silènes : il est, disait-il, tout semblable à ces Silènes exposés dans les ateliers de sculpture et que les artistes représentent tenant un pipeau ou une flûte ; il a l’air du Satyre Marsyas, l’inventeur de la flûte120. Alcibiade était représenté, pensait-on, à la schola d’Octavie, sous l’aspect d’un Éros tenant le foudre d’attribution discutée (Scopas ou Praxitéle) ; Pline le mentionne immédiatement avant sa description des quatre Satyres121. Martial devait connaître et le texte célèbre du Banquet et la statue.

  • 122 Banquet 215 b. c.
  • 123 J. Perret, Les Bucoliques (coll. Erasme), Paris, 1970, p. 67-68.
  • 124 Bucoliques II. 13.
  • 125 Buc. I. 1 : Tityre tu…
  • 126 Calpurnius Siculus, Bucoliques IV.62 sq, cf. Martial VIII.55.8 sur le Mécénat, à Flaccus. La métamo (...)

51L’image des Silènes, du Satyre Marsyas, et la comparaison de la parole de Socrate à une merveilleuse mélodie de flûte122, éclairent peut-être sur ce que pouvait être Iulius Rufus : un poète bucolique. Silène, chez Virgile, symbolise par son chant les ambitions extrêmes de la poésie pastorale123. Dans les Bucoliques de Calpurnius Siculus, où les Satyres figurent parmi les génies qui assistent aux joutes des bergers124, Tityre, dont le nom a fourni à Virgile l’ouverture de sa première églogue125, en était venu à représenter Virgile lui-même126. Si la nomenclature Titus Calpurnius Siculus est, comme nous croyons, un pseudonyme, le choix du prénom a pu être inspiré par le nom de Tityrus, “emblématique” de l’univers de la pastorale.

52L’identification que nous suggérons pour Iulius Rufus avec Iulius Cerialis ne peut être que très hypothétique. Elle supposerait que, l’épigramme X.99 appartenant à la seconde édition du livre, Martial emploierait pour un même poète bucolique (ce qui est probable pour Cerialis, plus problématique pour Iulius Rufus) deux cognomina différents hérités de la nomenclature de Faustinus. En tous cas Cerialis n’apparaît que fin 96, Rufus entre 95 et 98.

Post(h)umus

  • 127 Horace, Odes II.14.1-2 : Eheu fugaces, Postume, Postume/labuntur anni…
  • 128 Les sept premières occurrences dans le livre II ; puis IV.6 et 40, V.5 et 58, V1.I9.
  • 129 VI.19, qui le montre en avocat.

53Ce nom, qui fournirait un bon pseudonyme pour désigner un homme remettant de vivre à demain127, est employé douze fois pour une figure fictive128, mais dont la cinquième occurrence s’accompagne d’un refus de dire qui sit Postumus in meo libello : ceci, qu’on rapprochera de la protestation de IX.95b. 2 (si sciam dispereo, qui sit Athenagoras) suggère qu’occasionnellement au moins Martial fait de cette figure comme un avatar d’un personnage réel. Le nom n’apparaît qu’une fois dans un livre comportant des adresses à Iulius ou à son fils129 : c’est pour la dernière apparition de ce fantôme, qui disparaît à jamais.

54L’épigramme II.67 peut être lue comme une réponse au reproche de L. Iulius desidiosus homo es (I.107.2). On est sur un terrain plus sûr avec trois épigrammes des livres IV et V. Dans IV.26 Martial est un client négligent qui ne s’est pas rendu de toute une année à la salutatio matinale et n’y a perdu qu’une soixantaine de sesterces ; IV.40 développe le même motif sous un aspect plus biographique et semble refléter le passé d’une relation remontant aux temps néroniens (Appendice E, no 5) ; dans V.52 Postumus est un patron non pas ladre, mais indélicat, qui fait étalage de ses bienfaits, et ruine par là toute reconnaissance. Ces variations sur le thème de la relation client-patron peuvent avoir quelque rapport avec celle de Martial à Iulius, dans l’amitié desquels dulcia mixta sunt amaris (XII.34.3). Mais l’épigramme la plus significative est V.58, retractatio satirique et fictionnelle de la première pièce à L. Iulius (I.15) ; la conclusion

Cras vives ? Hodie iam vivere, Postume, serum est :
ille sapit quisquis, Postume, vixit heri

55est l’écho de celle de I.15

Non est, crede mihi, sapientis dicere “vivam” ;
sera nimis vita est crastina : vive hodie.

56Cela n’implique pas que Postumus soit L. Iulius, mais que cette figure pouvait être fugacement l’ombre de l’être réel.

Le côté de Frontin

57Si le nom de Faustinus était mentionné dix-neuf fois dans les Épigrammes, celui de Frontinus ne figure que dans X.58 et dans la mention de son consulat en X.48.20 : ces deux grands amis et patrons ont néanmoins un poids comparable dans l’œuvre de Martial ; mais pour mettre au jour cet équilibre il était et reste nécessaire d’identifier aussi clairement que nous le pouvons les deux personnages : Faustinus n’était qu’un signum ; les épigrammes nous ont paru fournir les moyens de son identification et de celle de sa parentèle. Pour Frontinus, la question se pose assez différemment ; il faudra commencer par répondre à la question de savoir si le Fronto paraissant dans le premier livre s’identifie au Frontinus du dixième. Ce préalable une fois réglé, il sera possible d’étudier ce qui constitue le second côté : non plus essentiellement des parentés (l’une de celles examinées dans le côté de Faustinus ouvre des perspectives inattendues sur un “nouveau monde”) mais plutôt une ou plusieurs entreprises animant la vie littéraire ; les liens familiaux y jouent cependant aussi un grand rôle et, d’un côté comme de l’autre, la création poétique est au premier plan. Les deux versants ont leur réseau hydrographique propre, en demeurant en communication : l’épigramme X.48, l’une des expressions les plus caractéristiques du “côté de Faustinus”, est placée sous le patronage de Frontin, représenté par le vin de Nomentum servi aux sept amis : le vin, libérateur et révélateur chez Martial comme chez Horace, pure substance de vie.

“Fronto” et Frontinus

  • 130 P. White, “The Friends of Martial, Statius and Pliny, and the Dispersal of Patronage”, HSCP 1975, p (...)

58Il ne fait aucun doute à nos yeux, bien qu’on l’ait contesté130, que le Frontinus de X.58 soit Frontin. Plus problématique est la question de savoir si le Fronto de I.55 est ou n’est pas Frontinus. L’identification que nous retenons sans hésitation n’est pas orthodoxe ; il faudra donc examiner les autres options : question de méthode ; mais la simple confrontation de I.55 à Fronto et de X.58 à Frontinus suffit à parvenir à une certitude – pour peu qu’on puisse justifier la variation de la dénomination.

  • 131 Conception de Leumann, contestée par I. Kajanto dans ses Onomastic Studies p. 64 (cf. Latin Cognomi (...)

59Les deux destinataires portent un cognomen, ou ce qui apparaît comme tel, très fréquent : Fronto et son diminutif131 Frontinus, formés sur frons, dénotent originellement une particularité physique, une capacité intellectuelle, ou un trait de caractère, la sévérité ou l’austérité. Les deux épigrammes (Appendice G), de métrique identique et de même longueur – sept distiques élégiaques chacune – sont profondément apparentées par leur caractère affectif : il y est question de ce que l’on aime ou n’aime pas, en fait d’êtres et de style de vie ; le verbe amare est employé trois fois dans I.55, outre le petit du vers 3 et le possessif de la seconde personne du vers 1 (tui... Marci), et une fois dans X.58, dont il constitue le dernier mot, pour une déclaration, unique dans l’œuvre de Martial d’amour filial ou de vive affection : amo. Dans les deux pièces, c’est la même revendication d’indépendance, le même dégoût des officia urbains qui fournit le thème des conclusions : Non amet hanc vitam quisquis me non amat, opto/uiuat et urbanis albus in officiis dans I.55 ; Per ueneranda mihi Musarum sacra, per omnes/iuro deos : et non officiosus amo dans X.58. Les deux épigrammes, séparées par une douzaine d’années, ont chacune sa spécificité, mais le sentiment qui se dégage naturellement des textes est qu’il s’adressent au même homme.

60Le sentiment est concluant, mais la conclusion qu’il impose doit être fondée aussi sur des arguments prosopographiques, sur les possibilités alternatives d’identification théoriques ; l’unité littéraire que nous venons de définir fixe l’ordre de leur examen : nous commencerons par Fronto.

  • 132 H. J. Izaac traduisait “gloire éclatante de l’armée et du barreau”, D. R. Shackleton Bailey “shinin (...)
  • 133 Panégyrigue 60.5.
  • 134 L’éloge des Punica de Silius Italicus (VII.63.2 : Latia carmina digna toga) fait sans doute allusio (...)

61Dans I.55 le salut emphatique clarum militiae, Fronto, togaeque decus a suggéré à beaucoup que la toga, comprise comme la “robe” portée au barreau, supposait que Fronto ait été orateur-avocat132. Mais toga associée à militia représente beaucoup plus largement les activités civiles d’un homme politique, comme dans la fameuse formule cicéronienne cedant arma togae – “que les armes cèdent devant la toge”. S’agissant précisément de Frontin et d’Ursus, Pline le Jeune, dans le Panégyrique de Trajan133 indique que le IIIe consulat que leur conféra l’empereur récompensait les services rendus in toga, non aux armées, par les deux consulaires agissant à Rome dans la haute assemblée. Fronto devait être un consulaire : à l’époque républicaine, le consul exerçait son imperium domi (à Rome, dans ses activités civiles) et militiae (et en campagne)134.

  • 135 Elle est certainement incomplète. Sur le Fronto qui paraît dans Juvénal, satire I, vers 12 sq, voir (...)

62La liste des sénateurs, ayant au minimum commandé une légion, susceptibles d’être identifiés au Fronto de Martial semble être la suivante135 :

  • 136 M. Torelli, JRS 58, 1968, p. 170-175.
  • 137 Chevalier adlectus par Vespasien ou Titus : W. Eck, Senatoren von Vespasian bis Hadrian, Munich, 19 (...)
  • 138 St. Gsell, Essai sur le règne de l’Empereur Domitien, Paris, 1894, p. 354.
  • 139 W. Eck, Chiron 12, 1982, p. 316 sq ; R. Syme, RP IV, p. 170.
  • 140 PIR2 C 194.

M. HIRRIUS FRONTO NERATIUS PANSA suffect ca. 75136
Q. PACTUMEIUS FRONTO, suffect 80
137
SEX. OCTAVIUS FRONTO, suffect 86
138
C. CARISTANIUS FRONTO, suffect 90
139
TI. CATIUS CAESIUS FRONTO, suffect 96
140.

  • 141 C’est aussi sans doute le cas des deux “Fronto” évoqués supra, p. 110 et infra n. 147.
  • 142 RE VII.1 (1910), col. 112.
  • 143 Le diplôme militaire CIL XV. 37, du 14 Juin 92, atteste son commandement de la province stratégique
  • 144 Essai, p. 354.

63Trois de ces sénateurs peuvent sans trop de risques être rapidement écartés. M. Hirrius Fronto Neratius Pansa fut un grand sénateur, sans doute digne de l’éloge clarum militiae togaeque decus141 ; mais outre qu’il était de naissance Pansa, non Fronto, il est peu probable qu’il ait été encore en vie en 86. Q. Pactumeius Fronto n’est guère pour nous plus qu’un nom : on connait son origine Africaine, son consulat suffect de 80, mais il est totalement absent de la correspondance de Pline et l’on ignore tout de lui, sinon de sa carrière142. La probabilité qu’il s’agisse de Sex. Octavius Fronto est un peu plus grande à première vue : il gouvernera plus tard l’importante province stratégique de Mésie Inférieure entre 89 et 93 et ne devait pas manquer de capacités militaires143 ; St. Gsell pensait à lui pour l’identification144, mais c’est improbable : Martial ne s’adresserait pas comme il le fait en I.55 à un consul en exercice ou sur le point de l’être : la date de l’épigramme pour autant qu’il est possible de la fixer en 85-86 élimine cette éventualité : le dédain dont fait preuve “ton Marcus” pour les officia eût été offensant. Il faut limiter l’étude plus approfondie aux deux derniers sénateurs de la liste ci-dessus et à Sex. Iulius Frontinus.

Ti. Catius Caesius Fronto

  • 145 A. N. Sherwin-White, The Letters of Pliny, Oxford, 1966, p. 170.
  • 146 Mentionné toujours avec éloge à propos de débats judiciaires sénatoriaux qui s’étagent de 100 à 107
  • 147 Vers 9-13 ; cf. PIR2 F 489 et 488.

64Le consul suffect 96 a semblé un candidat très plausible145 parce que la correspondance de Pline atteste qu’il fut un orateur en vue au début du règne de Trajan146. E. Groag (PIR2 C 194) en doute, comme il doute que Fronto soit le consulaire auquel Elien rendit visite à Terracine, identification qu’A. Stein (PIR2 F 488 cf. 486) estime possible. Il est à distinguer d’autre part du Fronto qui dans la 1ère satire de Juvénal apparaît comme un auteur en vogue147.

65Un suffect 96 a bien peu de chances d’avoir acquis vers 85 une gloire militaire suffisante pour justifier le clarum militiae decus de Martial ; mais il existe des carrières lentes aboutissant à un consulat tardif. Il faut tenter d’écarter l’hypothèse sur d’autres bases, qu’on doit explorer même si elles ne permettent pas de conclure de manière décisive : l’enquête peut apporter d’autres résultats.

  • 148 Voir l’Addendum “Maternus”, notre conclusion.
  • 149 Le vers 7 (Fuficulenus praestat et Faventinus) autorise l’accord du verbe avec un ou deux sujets.

66L’épigramme II.74 adressée à Maternus148 le met en garde contre la tentation d’envier le brillant cortège de togati, digne d’un Regulus, qui accompagne Saufeius : les fonds qui lui permettent cette escorte lui sont fournis par Fuficulenus... et Faventinus : deux banquiers ou usuriers, ou un personnage unique149 – deux figures fictives ou un personnage réel désigné par deux pseudonymes renvoyant à ses origines.

  • 150 Paganica.
  • 151 On ne sait si ces propriétés lui appartenaient ou étaient celles d’une épouse.
  • 152 CIL IX. 3571 ; 3579 ; peut-être 3578, ligne 11.
  • 153 CIL VI. 37306 et 37310 ; Mancini, NSA 1911, 64 sq.
  • 154 Considéré comme probablement Transpadan par R. Syme, “Verona’s Earliest Senators : Some Comparisons (...)

67Fuficulenus est peut-être à rapprocher du nom d’un pagus Fificulanus, aux confins de la Sabine du Sud-Est (Amiternum) et du pays des Vestini150, où Ti. Catius Caesius Fronto possédait des praedia151 ; il y apparaît sur deux ou peut-être trois inscriptions152 et le monument funéraire de sa famille est connu près de Rome sur la via Cassia153. C’était sans doute un Transpadan, éventuellement de Vérone et l’élément préfixé de sa nomenclature, Ti. Catius, l’apparente à Silius Italicus (Ti. Catius Asconius Silius Italicus, l’auteur des Punica), lequel sans doute l’adopta. Le consulaire-poète était lui-même de l’Italie du Nord, de Patavium par sa mère mais non par son père154. Fuficulenus étant supposé relatif à des attaches territoriales de Caesius Fronto, Faventinus – dérivé de Faventia, non de favens – pourrait renvoyer à l’origine paternelle de Silius Italicus : hypothèse très fragile, n’étaient deux vers du chant VIII des Punica, où le poète dénombre les villes et peuples d’Italie qui s’apprêtent à combattre aux côtés de Rome contre Hannibal :

Tum Verona Athesi circumflua et undique sollers
arua coronantem nutrire Faventia pinum (595-596)

68(“Puis Verona que l’Adige entoure de son cours et Faventia experte à nourrir le pin qui de toutes parts couronne ses campagnes”). Faventia n’est pas mentionnée dans la troisième décade de Tite-Live d’où Silius tire la matière de son épopée, et l’association de Faventia et de Verona, très distantes l’une de l’autre et sans lien historique particulier, est sans doute riche d’autres sens : Vérone patrie de Caesius Fronto, et de Catulle, est jumelée avec la patrie paternelle du poète Silius Italicus, dont Fronto portera, préfixé à son nom, l’élément de nomenclature T. Catius (adoption plénière ou testamentaire). Dans cette vue, les noms Fuficulenus et Faventinus des supposés usuriers de l’épigramme représentent comme les ethniques de deux sénateurs étroitement liés et peut-être associés, Caesius Fronto, qui ne porte pas encore à l’époque le préfixe Ti. Catius – il ne le portera qu’après la mort de Silius Italicus – et Ti. Catius Asconius Silius Italicus.

69L’épigramme est l’écho de rivalités professionnelles entre avocats-orateurs, dont les relations n’étaient pas toujours amicales : Aquillius Regulus vs. “Fuficulenus et Faventinus”. Maternus, dédicataire, semble être le Maternus du Dialogus de oratoribus : un excellent témoin et arbitre.

  • 155 R. Syme, RP II, p. 600. Le nom ne risquait pas de compromettre un sénateur. En III.72, Martial moqu (...)
  • 156 PIR2 M 475. Une des inscriptions de Memmii ensevelis dans le monument funéraire des Caesii sur la v (...)

70Quant à Saufeius, c’est sans doute un être fictif. Le nom est celui d’une famille de Préneste importante aux iie et ier siècles avant n. è., mais éteinte155 : il n’y a aucun indice positif qu’il représente L. Memmius Tuscillus Senecio, qui sera peut-être le gendre de Ti. Catius Caesius Fronto156.

71Ce dernier n’a pratiquement aucune chance d’être le Fronto de Martial. Mais cette petite recherche a peut-être permis de fixer la patrie du poète des Punica dans la capitale de la faïence.

C. Caristanius Fronto

  • 157 PIR2 C 427.
  • 158 W. Eck, Chiron 12, 1982, p. 305 sq.
  • 159 B. Levick, Roman Colonies in Southern Minor Asia, Oxford, 1967, p. 111 sq ; B. Kreiler, Die Stattha (...)
  • 160 RE XII, col. 1708.

72L’épigramme II.14 est adressée à un Paullinus, jeune sportif que le parasite Selius s’efforce de circonvenir pour en tirer une invitation à dîner : ce peut être un personnage pratiquant la course comme Atticus (VII.32) et un membre d’une famille chez laquelle Selius apprécierait d’être convié. Le cognomen Paul(l) inus n’est pas fréquent dans l’aristocratie. Il s’y rencontre néanmoins. On peut songer pour une identification, plutôt qu’à C. Valerius Paullinus de Fréjus, suffect 107, un bon ami de Pline, à C. Caristanius Paulinus157 fils, sans doute cadet, de C. Caristanius Fronto suffect 90 ; il est honoré à Cadyanda en Lycie – son père gouverna la province de Lycie-Pamphylie entre 81 et 84158 – par l’inscription TAM II.2.659 et figurait sans doute avec ses parents sur la dédicace que son frère aîné fit ériger à Antioche de Pisidie d’où la famille était originaire159. E. Ritterling a conjecturé qu’il pouvait être concerné par une inscription fragmentaire du même site, qui fait mention d’un tribunat dans la XIIa Fulminata et de fonctions exercées à Caesarea160.

  • 161 Actes des Apôtres, 13.7.
  • 162 T. B. Mitford, “Roman Cyprus”, dans ANRW II. 7 (1980), p. 1381.
  • 163 Supra, p. 83 (un athée prospère).

73Il devait son cognomen à sa mère Sergia Paula, fille ou petite-fille de Sergius Paullus proconsul de Chypre en 46-48, où il reçut Barnabas et Saül (saint Paul) qui le convertit au christianisme161 ; ce sénateur originaire d’Antioche de Pisidie semble y avoir adressé les deux apôtres162. L’athée béni des dieux Segius que présente le distique IV. 21 en est sans doute une figuration satirique163.

74Si Paulinus dans II.14 était C. Caristanius Paullinus, cela soutiendrait, très faiblement et indirectement, l’hypothèse de l’identification du Fronto de Martial et de son père suffect 90. Mais le commandement d’une légion est-il suffisant pour valoir l’éloge clarum militiae decus ? Du point de vue de la toga qui peut se confondre quasiment avec la militia, il pouvait s’être déjà illustré par des écrits en 86, s’il faut l’identifier au consulaire Fronto chez qui Elien le Tacticien séjourna au début du règne de Trajan : il avait écrit sur l’art de la guerre chez Homère. Mais l’identification de ce consulaire est très problématique, et C. Caristanius Fronto est absent de la correspondance de Pline. Chronologiquement parlant, sa candidature était envisageable : mais elle est toute théorique, et l’hypothèse que l’on peut faire sur le jeune sportif de II.14 ne permet pas de conclure positivement.

75Une seule option résiste à l’examen : tout parle pour elle, analyse proprement littéraire, onomastique, données historiques.

Sex. Julius Frontinus

  • 164 G. Gunderman, édition des Stratagemata, Leipzig, 1888, praef. XII sq ; cf. L. Petersen dans PIR2 I (...)
  • 165 La nomenclature réelle de Frontin ne fait pas de doute : son cognomen est Frontinus.
  • 166 Cività d’Antino ; CIL IX. 6083, 78.
  • 167 Dix cas sur les 633 Iulii enregistrés par la PIR2 (qui ne sont pas tous dotés de leur prénom).
  • 168 I. Kajanto, Latin Cognomina, p. 118 cf. 236 : “appell. very rare”.
  • 169 De natura deorum I. 80.

76Mieux qu’à quiconque clarum militiae, Fronto, togaeque decus convient à Frontin, si “Fronto” peut valoir “Frontine”. Que les échanges entre les deux cognomina (ou jugés tels) soient fréquents dans les manuscrits de l’œuvre de Frontin164 est un fait qui concerne la transmission des textes, non la nomenclature165. Mais un sigillum, type de document en principe soigneusement contrôlé qui établit une identité, trouvé à Antinum aux confins du pays des Marses166, se lit FRONTONI, à développer en FRONTONI(S), et non à corriger en FRONT<I>NI ; quoique l’on n’ait pas d’attestation que Frontin ait eu des biens dans cette région, il peut s’agir de lui : la conjonction du prénom Sextus et du gentilice Iulius, sans être très rare, n’est pas fréquente167. Mais il n’est nullement assuré que Fronto soit dans l’épigramme I. 55 un cognomen : ce doit être l’appellatif correspondant168, bien attesté par Cicéron169. Le choix de Martial ne tient pas à des raisons onomastiques, mais selon nous sentimentales : Frontin est une figure paternelle pour “son Marcus”, et il a utilisé l’appellatif “Fronto” parce qu’il s’identifiait au cognomen de son père, qui était Fronto :

77Hanc tibi, Fronto pater, genetrix Flaccilla, puellam... (V. 34). La clef du problème “technique” que semble poser la variation Fronto/Frontinus est dans le dernier mot que Martial lui adresse : amo.

  • 170 R. Syme, RP IV, p. 118 et 401 : ses Stratagemata II. 9,5 rapportent une anecdote relative à la pris (...)
  • 171 Cf. Strat. I, praef. :… expeditis amplectar commentariis occupatis velocitate consuli debet… ;… m (...)
  • 172 R. Syme, RP V p. 509-510, sur le panégyrique de Trajan 60.5.
  • 173 Élien le Tacticien lui rend visite au début du règne de Trajan dans sa villa (Tact. I. 1).
  • 174 A. Licordari, dans EOS II (1982) p. 41 : un signaculum au nom de Sex. Iulius Frontinus, vraisemblab (...)
  • 175 Son nom apparaît dans une inscription de cette ville (AE 1935,10).
  • 176 Cela ressort de la mention des cigales.
  • 177 X.58.4 ; l’expression évoque la description de la villa de Faustinus.
  • 178 Sur les lacus de l’approvisionnement en eau de Rome, Frontin définit dans son De aquae ductu Urbis (...)

78Comme homme de guerre, Frontin avait servi, alors officier équestre, sous Corbulon170, comme légat de légion dans le bellum Batavum, et avait gouverné la province stratégique de Bretagne, où il s’était montré vir magnus. Sa carrière civile avait abouti en 73 ( ?) à un premier consulat suffect et au proconsulat d’Asie, d’où il doit revenir au moment où Martial écrit I.55 : il a retrouvé l’otium et les vota que lui expose le poète avec un abandon qui se retrouvera dans X.58 ne sont nullement déplacés, d’autant qu’ils sont formulés breviter comme il le fallait dans une pièce adressée au futur auteur des Stratagemata171. Dans la décennie qui suit, sa carrière paraît avoir connu une pause occupée par des travaux d’écriture qui illustrent la toga. L’avènement de Nerva le ramène au premier plan et le montre chargé de responsabilités : il fut membre de la commission sénatoriale des finances instituée par le nouvel empereur, choisi la même année 97 pour la curatèle des eaux et entreprenant immédiatement la rédaction du De aquae ductu Urbis Romae puis en 98 suffect II – un troisième consulat suffect suivra en 100, “récompense” du rôle joué en octobre 97 avec Ursus : leur uigilantia avait aidé à l’adoption de Trajan172. Il possédait des propriétés sur la côte du Latium, à Formies173, à Antium174, peut-être à Minturnes175. Il faut adjoindre à cette série la paisible retraite de Terracine-Anxur qui accueillit Martial pour des séjours d’été176, la propius Baias litoreamque domum de X.58.2 : l’épigramme mentionne les flumineos lacus du domaine177 : en cette année 98, Frontin était désormais occupé d’autres lacus178.

  • 179 R. Syme, RP IV, p. 128 à propos de l’origine de Frontin (CIL XII. 1859) ; cf. Y. Burnand, EOS II (1 (...)
  • 180 A. N. Sherwin-White, o. c., p. 150.

79P. White écartait l’identification du Frontinus de X.58 avec Frontin parce que l’épigramme ne fait aucune allusion aux écrits du sénateur : argumentum ex silentio. Mais il est certain que le cognomen Frontinus n’est pas rare dans l’onomastique sénatoriale contemporaine : il est porté en particulier par un Viennois sans doute parent de Frontin179, Q. Valerius Lupercus Iulius Frontinus, qui ne saurait selon nous être le destinataire de X.58, mais qu’on peut reconnaître peut-être dans le Lupercus de I.117180, associé possible à des activités littéraires de Frontin, comme suit.

  • 181 Pline redoute que Lupercus, devant certaines hardiesses de style, ne “fronce les sourcils” (frontem (...)

80L’épigramme en question occupe dans le livre une place exactement symétrique de celle qui, à son début, envoie l’acheteur des ouvrages de Martial chez Secundus, libraire affranchi du doctus Lucensis : bien que de facture très différente elle donne elle aussi une adresse, celle du libraire Atrectus qui vend le livre I pour cinq deniers ; Lupercus intrigue pour se le faire prêter par Martial. – Pline enverra à un Lupercus deux lettres à sujet littéraire : II. 5, demande circonstanciée de corrections du manuscrit d’un discours et IX.26, long plaidoyer en faveur du sublime : toutes deux attestent l’intérêt de ce Lupercus pour les questions d’esthétique oratoire et ses options atticistes181. La première, qui envoie au destinataire un plaidoyer dont il a maintes fois demandé le texte à Pline (Actionem... a te frequenter efflagitatam... exhibui tibi) pourrait transposer la présentation comique du Lupercus de Martial qui cherche à lui soutirer son livre. Si ce dernier est le sénateur Viennois, on devra s’interroger sur la place que Frontin a pu avoir dans la publication des Épigrammes, à l’origine d’une entreprise éditoriale à laquelle Lupercus pourrait avoir été associé. L’épigramme X.58 évoquera une ancienne collaboration littéraire : ensemble, Frontin et Martial ont pratiqué le culte des doctes Piérides dans la villa de Terracine ; ce rappel conduit à la déclaration d’affection “ et non officiosus amo” : Martial devait sans doute davantage à “Fronto” que d’agréables vacances à Terracine. Cette déclaration d’un lien d’affection qui ne ressortit pas à l’habituelle clientèle est appuyée d’un serment solennel “par les rites sacrés des Muses objet de ma vénération et par tous les dieux”.

  • 182 Les Apophoreta consacrés à des livres (XIV.183 à 196) font alterner œuvres brèves, en général des p (...)
  • 183 Sans doute des panneaux peints.
  • 184 Sur six occurrences enregistrées dans les Latin Cognomina d’I. Kajanto p. 189, trois proviennent de (...)
  • 185 Cf. le conventus Lucensis d’Asturie, dont le centre était Lucus Augusti, Pline l’Ancien NH III. 28  (...)
  • 186 C. Iulius Hyginus Polyhistor PIR2 I 347.
  • 187 A. Licordari l. c. le considérait comme d’origine Italienne, peut-être de Terracine.
  • 188 Le quatrième livre des Stratagemata, s’il n’est pas l’œuvre de Frontin lui même, est celle d’un con (...)
  • 189 Agricola XVII.4.
  • 190 Qui a livré une inscription d’un Tacitus à Mars et Vasio.
  • 191 Pline l’Ancien, NH III.37 : Vocontiorum civitatis fœderatae duo capita Vasio et Lucus Augusti. Que (...)

81Le livre I donne donc deux adresses symétriques de libraires apparemment spécialisés : Secundus à l’entrée du Forum Transitorium et du Forum de la Paix, pour le lecteur désireux d’acquérir un exemplaire des libelli de Martial en édition “de poche” – sur feuillets de parchemin en forme de codex182, et celle d’Atrectus où Lupercus pourra lire sur les jambages de la porte d’entrée, entièrement couverts de “panneaux” publicitaires, la liste de tous les poètes183. Le doctus Lucensis doit avoir quelque relation étroite avec Frontin. Comme cognomen Lucensis dérivé du nom de la ville de Luca (Lucques) est bien attesté184 ; mais ce pourrait être l’ethnique – de Luca ou de Lucus185 : nous y verrions celui de Lucus Augusti, origine d’un affranchi de Frontin, du nom – assurément conjectural – de *Sex. Iulius Severus, comparable au C. Iulius Hyginus d’époque augustéenne éditeur d’Ovide186. L’origine Narbonnaise de Frontin187 nous paraît étayée par une notice du livre IV des Stratagèmes188 :... bello, quod Iulius Civilis in Gallia moverat, Lingonum opulentissima civitas, quae ad Civilem desciverat... ad obsequium redacta septuaginta milia armatorum tradidit mihi. Qu’un légat de légion placé sous l’autorité de Cerialis ait reçu personnellement la reddition de 70 000 Lingons en armes s’explique sans doute par l’existence d’un contrat de patronage, ce qui plaiderait en faveur d’une origine gauloise : (Narbonnaise, de Vienna ?). Tacite fait un vibrant éloge de Frontin189 : il était peut-être lui-même Narbonnais, et l’on a songé à Vaison-la-Romaine, Vasio Vocontiorum190. Vasio était l’une des deux capita des Voconces191, l’autre étant Lucus Augusti (Luc-en-Diois), relativement proche de Vienna.

L’entreprise du doctus Severus

  • 192 P. van de Woestyne, dans Musée Belge 33, 1919, p. 31-45 a montré que le destinataire de cette élégi (...)
  • 193 RE A2, col. 1056-1057.
  • 194 Publiée par E. Marec et H.-G. Pflaum, CRAI 1952, p. 78 sq, d’où AE 1953, 73 ; voir R. Syme, RP III, (...)
  • 195 R. Syme, RP III, p. 1340 avec n. 22.

82En 90, Martial envoie à un nommé Sextus – Sexte, Palatinae cultor Minervae (V.5,1) – une épigramme dont l’ouverture rappelle quelque peu celle de l’élégie d’Ovide III. 14 à Hygin, bibliothécaire de la Palatine : Cultor et antistes doctorum sancte virorum192. Sextus était, apparemment dans les mêmes fonctions, susceptible de faire place aux œuvres de Martial à côté de celles d’Albinovanus Pedo, de Marsus et du docte Catulle ; il pouvait aussi avoir les responsabilités d’un a studiis comme l’estimait A. Stein193 ; un parallèle pour un tel cumul est peut-être fourni par la carrière de Suétone : l’inscription d’Hippo Regius qui l’a révélée enregistre trois hauts postes à la chancellerie, sous Trajan194, ceux d’a studiis, d’a bybliothecis et d’ab epistulis ; il est possible que les deux premiers aient été cumulés195.

  • 196 PIR2 I 576 ; R. Syme, “Roman Senators from Dalmatia”, dans Danubian Papers, Bucarest, 1971 (110-121 (...)

83Sextus peut être un surnom – c’est l’interprétation obvie – mais aussi un prénom, ce qui témoignerait d’une familiarité surprenante dans une demande à un haut responsable du Palatin ; mais c’est possible, comme le montre le Luci qui ouvre IV.55, qu’il s’agisse de Licinianus ou de L. Licinius Sura. Un autre nom (cognomen) est porté par le destinataire d’une assez longue série d’épigrammes apparu au livre II (contemporain du livre I) ; il présente avec Sextus des traits de ressemblance : Severus est doctus, comme un poète. Le rapprochement du cognomen Severus et du possible praenomen suggère la nomenclature d’un savant affranchi de Frontin *Sextus Iulius Severus ; elle entre dans celle, binaire, d’un sénateur originaire de Dalmatie, Cn. Minicius Faustinus Sex. Iulius Severus196.

  • 197 À confronter à XI.57 : hypothétiquement, mais presque certainement à nos yeux, Severus est à deux t (...)
  • 198 Le propre de cette clôture est que le “contenu” du texte ne déborde pas de son cadre étroit. La for (...)
  • 199 Forgé à partir de prôtocollon, la première pagina d’un rouleau de papyrus.
  • 200 Diffusion de “bonnes feuilles” ?
  • 201 Cf. le distique XIV.188 sur un Cicero in membranis.
  • 202 Bovillae était à 15 milles de Rome sur la via Appia : c’est la route du voyage à Brindes d’Horace ( (...)

84Severus n’est pas seulement un lettré avec lequel Martial s’entretient de son œuvre : c’est un homme de métier, spécialiste du livre comme il ressort de la première épigramme à lui adressée, II.6197 : récriminations humoristiques envers qui est en situation de le presser de publier : I nunc, edere me iube libellos. Le vers 1 revient au vers 17 pour clore le poème198. Plusieurs traits de l’expression paraissent dessiner une figure de “lecteur”-éditeur : au vers 3, le terme technique d’eschatocollion forgé par Martial ( ?) et qui sent l’atelier199 ; au vers 6, la mention des Vitelliani (codicilli) papier à lettres de petit format prisé pour les billets doux, que Severus utiliserait pour recopier les épigrammes de Martial et les diffuser dans le monde – “indélicatesse” déformant peut-être une pratique éditoriale200 ; aux vers 10-12, la plaisanterie sur la maigreur des libelli du poète qu’il faut trois jours à Severus, “esthète nonchalant”, pour achever ; aux vers 14-16, la comparaison de la lecture à un voyage201 : Severus fait “dételer” aux Camènes alors qu’il devrait cheminer vivement jusqu’à Bovillae202 ; il est probable que Martial joue sur les “connotations” des deux noms : les Muses (latines) et les Étables à bœufs. L’épigramme est un échange plaisamment acrimonieux entre un éditeur et un auteur se reprochant mutuellement leur lenteur.

  • 203 Le modèle de la doctrina est Catulle.
  • 204 Vers 10-11, inquieta/lassi marmora Sisyphi : la métaphore est claire, mais marmora un peu singulier (...)

85Severus ne travaillait pas seul, sans collaborateurs : l’épigramme V.80 (Appendice H, No 5) en témoigne, où Martial le prie de consacrer une petite heure à lire et “critiquer” ses nugae, bien qu’il soit en vacances, quitte à la porter au compte du demandeur ; il se fera assister pour cette tâche par le doctus Secundus expert en matière de poésie203, qui maniera la lime. Le travail paraît hiérarchisé entre Severus, le patron à qui est adressée la demande, et le spécialiste Secundus. Le premier est nommé au vers 2 et, à la fin de l’épigramme, au vers 9 ; Secundus, présenté au vers 6 comme disertus, a le dernier vers et le dernier mot, doctus (vers l3) : association étroite dont Severus est le responsable et Secundus – dont le déroulement du texte dit l’importance primordiale aux yeux de Martial – le véritable auteur du travail critique. Que l’on compare aux vers 6-7 le cum diserto... Secundo au cum meo Severo du vers 12. La lima de Secundus épargnera au libellus temps gâché et fatigues dignes de Sisyphe204.

  • 205 D. R. Shackleton Bailey, édition Loeb, II, p. 145 n. d.
  • 206 Selon le même éditeur, le disertus Secundus de V.80.6-7 pourrait être Pline (o. c., I, p. 413, n. b (...)
  • 207 Epistulae V.10.3.

86Secundus est un lettré de poids : Martial présente sa requête avec une sorte de timidité. Il ne peut être identifié ni au Secundus libraire affranchi du doctus Lucensis, alias Severus, ni au Caecilius Secundus de VII. 84, officier amateur de poésie qui porte la même nomenclature banale que Pline le Jeune, mais ne s’identifie pas à lui205. Il pourrait bien s’agir de Pline lui-même206, qui en 90 avait acquis quelque notoriété comme avocat – il est entré au sénat en 87 ou 88 – et être dit disertus. Il savait ce qu’était la lima et pratiquait le lusus poétique ; sa lettre VII.4 explique à Pontius Allifanus comment il a pu écrire dans les genres “ludiques”, “ homo, ut tibi videor, severus” ; à Suétone, qui ne se décide pas à publier ses opuscules, il déclare, étant lui-même in edendo haesitator, qu’il emploiera, si la publication qu’il annonçait dans ses hendécasyllabes tardait encore, “le scazon injurieux” : ni l’un ni l’autre de ces vers très pratiqués par Martial ne devait avoir de secret pour lui ; et il met en garde son protégé contre l’excès de la lima : perfectum opus absolutumque est nec iam splendescit lima sed atteritur207. Dans la lettre III.21 sur la mort de Martial il ne souffle naturellement pas mot sur ce possible travail de réviseur, mais il connaît à fond le texte des Épigrammes et l’a souvent pris pour modèle ou pour source dans ses lettres. Il y a donc de sérieuses chances pour que le disertus et doctus Secundus de l’épigramme V.80 soit lui. La demande à Severus est écrite en hendécasyllabes.

87Qu’il en soit ainsi ou non, ce Secundus pourrait bien – et c’est un point plus important – en cacher ou révéler un autre. L’énoncé présente au centre de la pièce (vers 6-7) une curieuse suspension :

quod si legeris ista cum diserto
– sed numquid sumus improbi? – Secundo…

  • 208 Cf. XII.34.9.

88L’improbitas (indiscrétion, manque de savoir-vivre) dont Martial craint de se rendre coupable ne réside peut-être pas dans la suggestion de l’association à Severus d’un autre réviseur, mais dans l’identité et donc le nom, en soi banal, de l’associé souhaité : Martial, au moment de le prononcer, le retient le temps d’une hésitation, comme s’il s’apercevait que pour Severus il sera pénible à entendre ; cette brève pause intervient entre diserto et le nom Secundo, suscitant sans doute le souvenir d’un éloquent Secundus qui dans le passé aurait été collaborateur de Severus. Le travail de la lime de “Secundus” est figuré par le verbe mordere voisinant avec le dernier mot, le nom ; ordinairement, la lime terit, atterit, tenuat : ici, elle “mord”, comme un morsus animi, pincement au cœur du deuil208. Nous reconnaissons ce disparu dans le questeur de l’épigramme VII.37, qui est suivie de celle qui traite du Polyphème de Severus (le nom de Polyphème signifie “dont on parle beaucoup”).

Le questeur fils du doctus Severus

  • 209 “Tu connais, Castricus, le signal de mort du questeur ? Il vaut la peine de connaître son original (...)

Nosti mortiferum quaestoris, Castrice, signum?
est operae pretium discere theta novum:
exprimeret quotiens rorantem frigore nasum
letalem iuguli iusserat essenotam.
Turpis ab inviso pendebat stiria naso
cum flaret madida fauce December atrox:
collegae tenuere manus: quid plura requiris?
emundi misero, Castrice, non licuit
209.

  • 210 G. Ville, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome, 1981, p. 154.
  • 211 Le munus quaestorium obligatoire avait été rétabli par Domitien : Suétone, Domitien IV.3.
  • 212 La Vita Lucani II.10 fait connaître celui que donna Lucain sous Néron : gessit autem quaesturam, in (...)
  • 213 Cf. Phèdre III.3, vers 14 (naris emunctae senex). Les Atticistes, bien “limés” et “mouchés” selon Q (...)
  • 214 Épître aux Pisons, vers 446-447.
  • 215 Perse 4.13 : nigrum… theta.

89G. Ville a expliqué en termes institutionnels certains points de cette “curieuse anecdote”210 : il s’agit de l’editio d’un combat de gladiateurs par un collectif de questeurs, un munus quaestorium211, bien connu à l’époque julio-claudienne212. Le munus collectif est présidé par un des questeurs qui donnera éventuellement le signal de la mise à mort au “ prima rudis” par un signe qui doit être visible de l’assistance et de l’exécuteur : il aurait choisi un geste pittoresque, sinon ragoûtant : se moucher ostensiblement. Ceci est tout à fait convaincant ; mais le nez (nasus ou nasum), organe du flair, désigne figurativement la finesse du goût, en matière littéraire le sens critique. Pline l’Ancien reconnaît à Lucilius le mérite d’avoir créé la critique à Rome, qui primus condidit stili nasum ; Horace l’avait dit “d’une narine bien mouchée” – emunctae naris213. Le “nez” dispose pour amender un texte de signes “diacritiques” qui signalent en marge ou dans les interlignes les mots ou expressions qu’il rejette, comme l’“obélos” qui condamne une leçon ; Horace dans l’Art Poétique le nomme atrum signum : il marque – notat – le passage à modifier ou supprimer214. – Martial, établissant une équivalence entre le vocabulaire de la critique littéraire textuelle et celui de la gladiature désigne la condamnation capitale par une expression similaire : mortiferum signum ou theta : la lettre “theta” initiale de thanatos signifiait “peine de mort” sur les bulletins de vote des tribunaux Athéniens215. Le questeur présidant le munus était aussi un redoutable critique : le “nez” est invisus pour les auteurs qui lui sont soumis comme le nez pour les combattants qu’il condamne dans l’arène.

  • 216 L’anecdote dont Martial tire la mise en scène de son épigramme peut fort bien correspondre à une si (...)
  • 217 I.O.X.3.12 sq.
  • 218 C. P. Jones, Plutarch and Rome, Oxford, 1971, p. 50.
  • 219 Idem, “Julius Naso and Julius Secundus”, HSCP 72, 1968, p. 279 sq.

90Un jeune sénateur, orateur fameux et critique exigeant de ses propres écrits, fut Iulius Secundus, l’arbitre du Dialogus de oratoribus ; en 90, il était mort depuis plusieurs années216. Quintilien qui l’aimait beaucoup atteste ses grandes qualités, et son défaut, le perfectionnisme217. En mourant prématurément au début des années 80 – il était né vers 35218 – il laissait deux fils, Iulius Avitus et Iulius Naso dont Pline poussa la candidature à la questure219 : c’est “le questeur” fils de Sex. Iulius Severus.

  • 220 Il nous paraît bien possible que ces mains soient celles d’un mari.
  • 221 VI.43 et 68 ; VII.4.37 et 42.
  • 222 Riche assurément, comme il apparaît dans VI.43.
  • 223 Il figure néanmoins dans l’Onomasticon du Thesaurus : H. Solin et O. Salomies, Repertorium, p. 311.

91L’épigramme comporte d’autres points problématiques : comment comprendre le geste des collegae qui l’empêchent, en retenant ses mains, de donner le signal de la mise à mort220 ? Qui est Castricus, qui reçoit de Martial cinq épigrammes221, un généreux et riche ami222 qui ne paraît que dans les livres VI et VII, en 91 et 92 ? Son nom paraît être un pseudonyme : si le gentilice Castricius est bien attesté, Castricus cognomen est très rare223 ; c’est sans doute un sobriquet, formé comme un cognomen impératorial : il désignerait, avec quelque ironie, celui qui a “emporté le camp” et aurait sens dans la poésie élégiaque : pour Ovide (Amores I.9.1)

  • 224 “Tout amant est soldat, et Cupidon a son camp”.

militat omnis amans et habet sua castra Cupido224.

Le mariage de Stella et de Violentilla, ex bru de Severus

  • 225 V.11 (année 90) est antérieure au mariage, qui doit avoir eu lieu en 91.

92On ne connaît pas l’identité de l’épouse de Iulius Secundus, selon toute vraisemblance mère de Iulius Avitus et de Iulius Naso, mais on peut sans doute remonter jusqu’à elle en partant des épigrammes à Severus. Deux d’entre elles parlent d’un mariage (ou de ses prémices) – celui de L. Arruntius Stella et de Violentilla225.

  • 226 Stace, Silves I.2., vers 197-198. Le nom “Astéris” est, pour nous, le titre de son poème.
  • 227 Horace, Odes III.7.1 ; Ovide, Metam. VI.108.
  • 228 Deux noms stellaires se répondent.
  • 229 NH XXXVII.131 : eadem contraria soli regerit candicantes radios in modum stellae unde nomen invenit
  • 230 Versat : le verbe, un fréquentatif, peut exprimer la reprise sous des formes variées d’une même idé (...)
  • 231 Pline, NH XXXVII.85-86 ; 55-61 ; 62-75 ; 115-119.
  • 232 L’épigramme V.11 est suivie de sept hendécasyllabes (V.12) où Stella, plus fort que deux athlètes, (...)
  • 233 Colere signifiera dans ce cas “courtiser”.

93Dans la première (V.11, de 90 – Appendice H, No 4), Martial présente à son éditeur les joyaux d’une main de poète, celle de son ami Stella auteur d’un carmen non nommé, mais aisément identifiable. Les “gemmes”, plus nombreuses que celles que le sénateur porte à un seul doigt sont, selon nous, plutôt que les “perles” poétiques de l’écrit, les pierres précieuses avec lesquelles il comparait celle qui allait devenir sa femme dans un poème à sa gloire intitulé “Astéris”226 : nom qu’il lui donne, inspiré de celui d’Asteria227, et qui est celui de l’astérie étoilée, qui fait écho à son propre cognomen de Stella228. L’Histoire Naturelle la décrit ainsi229 : “Face au soleil, elle renvoie des rayons blancs à la façon d’une étoile, d’où le nom qu’elle a reçu”. Stella variait dans son poème230, comme il tourne et retourne à son doigt les bagues, la comparaison précieuse avec l’asteria : Violentilla devait y être sardoine, émeraude, diamant, jaspe231 et sans doute d’autres gemmes encore232. Ces pierres concrètes et métaphoriques, font de la main de Stella une culta manus ; le mot manus aussi superpose les sens : la main plus qu’ornée de l’élégant Stella, le carmen peut-être écrit de sa main, manuscrit, et plus que tout autre, la femme demandée en mariage233. Severus, critique expert en poésie, poète et éditeur, était concerné à ces divers titres par le carmen, mais devait aussi être attentif aux projets matrimoniaux de l’auteur pour des raisons personnelles d’ordre familial.

  • 234 Cicéron, Pro Archia 24.
  • 235 Vénus, dans l’épithalame de Stace, dit à sa protégée (vers 169-170) : Satis o nimiumque priores/des (...)
  • 236 Cela semble découler des présents que Martial lui envoie de son jardin : des œufs pour sa gorge, de (...)
  • 237 L’épigramme – passablement irrespectueuse – VI.21, l’épithalame de Martial, est certainement de cet (...)
  • 238 Une veuve orpheline, comme l’était Violentilla, n’est dans la manus de personne.

94L’année suivante une épigramme de six hendécasyllabes (VI.8 – Appendice H, No 6) évoque sur le mode facétieux le mariage d’une puella ; entre les deux épigrammes s’était placée, dans la série chronologique des envois à Severus, la requête d’auteur V. 80 qui nous paraît porter en son centre le souvenir d’un Secundus de jadis. C’est au demeurant une fantaisie où Martial met en scène vingt-trois prétendants classés en ordre arithmétique croissant et “sociologiquement” décroissant. Eulogus, “crieur public”, a la préférence du père. Le nom Eulogus convient fort bien à Stella : “εὐλέγειν” est faire l’éloge dans un panégyrique ; le praeco, dans un sens figuré employé par Cicéron dans le plaidoyer pour le poète Archias, se fait le “héraut” d’une grandeur ou d’une beauté234 : dans son Astéris, Stella “au beau langage” s’était fait le chantre de son amour pour Violentilla, et son poème avait fait fureur. La jeune femme était fort demandée235. Severus était sans doute un vieil homme236, et Eulogus obtient la main de la puella… en 91, comme Stella237 qui prend chez Martial pour quelque temps le nom de Castricus : il a triomphé non du questeur, mais des résistances de sa veuve. Un ex-beau-père – ce qu’était Severus pour Violentilla – n’a aucune autorité sur la femme de son défunt fils, mais peut ou doit s’intéresser à ce qu’elle devient238.

  • 239 Violentilla, contrairement à ce que semble penser Martial en la nommant Ianthis, n’a aucun rapport (...)

95Violentilla – Ianthis chez Martial239 – était une noble et riche veuve, qu’on considère souvent comme une Napolitaine ; Stace présente ainsi son enfance :

  • 240 Silves I. 2, vers 260-263.

at tu nascentem gremio mea prima recepit
Parthenope, dulcisque solo tu gloria nostro
reptasti.
Nitidum consurgat ad aethera tellus
Eubois et pulchra tumeat Sebethos alumna
240.

  • 241 Supra, p. 120-121.

96Ni mea Parthenope ni solo... nostro ni alumna ne soutiennent cette interprétation : Naples a “accueilli” à sa naissance et élevé l’enfant qui y a fait ses premiers pas, mais n’est pas pour autant sa patria comme elle l’est pour Stace. La famille s’y est fixée et Violentilla y a résidé dans sa jeunesse – “a rich widow resident at Naples” écrivait R. Syme ; ce détail est d’importance car l’identification de la filiation en dépend. Peut-être peut-on rapprocher le cas du jeune Flaccus Antenorei spes et alumne laris241 s’il n’était pas Padouan d’origine – mais cette hypothèse est éminemment discutable et douteuse.

  • 242 Mythe de la surprise de Vénus et Mars par Vulcain (Silves I. 2.59-60).

97L’épithalame de Stace présente un motif plus qu’étonnant dans un poème de ce genre : celui de la faute (culpa) dont se serait jadis rendue coupable Vénus – Vénus figuration divine de la mariée242. C’est de la part du poète ou bien une insigne maladresse ou bien la transposition mythologique d’une donnée biographique qu’il était nécessaire de rappeler rapidement aussi discrètement que possible. Il avait entrepris d’évoquer la préhistoire, qui fut tumultueuse, de l’union de Violentilla et de Stella : si la mariée était, comme elle l’était, une personnalité bien connue qui avait fait parler d’elle, ce souvenir devait être rapidement évoqué. Sans doute Violentilla est-elle la femme de l’ordre sénatorial dont Juvénal raconte la scandaleuse conduite – deux enfants et un mari abandonnés pour suivre un gladiateur – dans le seul passage qui ait l’air de s’inspirer de faits historiques de ce monument de talentueuse misogynie qu’est la sixième satire, in feminas, de Juvénal. C’était “Eppia”, dont le gentilice reparaît semble-t-il sous la forme plus conforme à l’histoire Oppia dans la dixième, nettement postérieure.

  • 243 Horace, Odes I.2.19-20 : (le Tibre) u/xorius amnis.
  • 244 Oppianus, dérivé d’Oppius/a, prend sans doute chez Martial le sens d’“appartenant à Oppia” – comme (...)
  • 245 Tué dans l’attaque des Daces au printemps 85 (et non dans l’hiver 85-86 comme admis antérieurement) (...)

98Chez Martial, deux pseudonymes cœxistent, correspondant à deux images antithétiques du même personnage réel, Stella : “Castricus”, le vainqueur du “camp de Cupidon”, et Oppianus, le “mari d’Oppia”, un mari uxorius243 : les deux pseudonymes ont presque la même durée d’existence (91-92, Oppianus débordant légèrement sur 93) et on ne doit pas se laisser leurrer par la petite ruse de l’épigramme VII.4 : “comme il avait, Castricus, mauvaise mine, Oppianus s’est mis à écrire des vers”244 : chausse-trappe ou, au choix, attrappe-nigaud. Violentilla devait être la fille de C. Oppius Sabinus cos. 83, tué dans sa province de Mésie en 85, le Sabineius de III.25245. Elle avait été autrefois mariée à Iulius Secundus, “le questeur” : on comprend la mise en scène de VII.37 et l’anecdote qu’elle raconte à Castricus (toute fictive) – le questeur est en relations avec la gladiature par fonction, et pour d’autres raisons personnelles – comme aussi le geste des collègues qui lui retiennent les mains – comprendre que les sénateurs ont étouffé ou essayé d’étouffer l’affaire et en tout cas empêché leur collègue de tirer vengance de l’affront. Les enfants abandonnés seraient Iulius Avitus et Iulius Naso et l’on ne s’étonne pas que Pline ne parle jamais de cette épigramme ni ne corresponde avec L. Arruntius Stella, mais qu’il vénère la mémoire de Iulius Secundus et soutienne Iulius Naso.

  • 246 Le gentilice est répandu, en particulier dans le Picenum : RE XVIII.1 (1939), col. 726 ; d’origine (...)

99Si Violentilla avait été Napolitaine, cette lecture n’était pas possible : C. Oppius Sabinus semble avoir eu pour patria Auximum dans le Picenum246.

100L’identification de Violentilla pourrait contribuer à éclairer une indication de l’Épithalame de Stace. Vénus y prédit :

Iamque parens Latius, cuius praenoscere mentem
fas mihi, purpureos habitus iuuenique curule
indulgebit ebur Dacasque – et gloria maior –
exuvias laurosque dabit celebrare recentes (Silves
I.2, v. 178-181)

  • 247 Suétone, Domitien VI.2 ; St. Gsell, Essai, p. 128 et n. 5.
  • 248 Le double triomphe Germanique et Dacique de 89 date de la fin de cette année : St. Gsell, ibid., p. (...)

101“Et bientôt le père du Latium, dont il m’est permis de connaître à l’avance l’intention, accordera à ce jeune homme les vêtements de pourpre et l’ivoire curule et lui permettra même – et c’est un plus grand honneur – de célébrer les dépouilles des Daces et les récents lauriers”. – Stella et Violentilla se marièrent en 91 ; début 93 Stella revêt la préture (“les vêtements de pourpre et l’ivoire curule”) et célébrera, sans doute au début de cette année, l’empereur étant rentré au tout début du mois de Janvier, des jeux que décrit l’épigramme VIII.78 à l’occasion de la victoire remportée dans la guerre Suébo-Sarmatique. Stace ne peut évoquer l’issue de cette guerre de 92, pour laquelle Domitien ne célébrera d’ailleurs pas de triomphe, se contentant de déposer une couronne de lauriers au temple de Jupiter247, cérémonie dite par Martial secretos… triomphos dans l’épigramme VIII.15, vers 5. Dacasque... exuvias laurosque recentes ne concernent pas cette guerre de 92 qui fut essentiellement Pannonienne et ne toucha pas les Daces. Mais Vénus devait savoir que Domitien avait prévu que Stella, lors de sa préture à venir, pourrait célébrer des jeux commémorant le triomphe dacique de 89, “lauriers” encore récents au moment où Stace la fait parler248. La guerre Suébo-Sarmatique de 92, intervenant dans l’intervalle, fit que la commémoration d’un triomphe relativement ancien coïncida avec celle de cette guerre : quand Martial dans VIII.78 fait de Stella le celebrator Hyperborei triumphi, il synthétise deux faits différents : le triomphe dacique de 89, le dépôt des lauriers de 93.

102Gloria maior... Le choix de Stella pour une cura ludorum est une distinction hors du commun parce qu’elle fut decidée longtemps à l’avance : décision peut-être prise à l’occasion du mariage avec Violentilla. Le triomphe de 89 concluait cinq années de difficiles combats : le bellum Dacicum avait commencé en 85 par le désastre de C. Oppius. L’annonce, par Vénus, de la distinction accordée à Stella intervenait pour les mariés à un moment très opportun : honneur pour Stella, hommage et honneur pour la mariée, la fille d’un collègue au consulat de l’empereur, tombé lors de l’attaque Dace. Le détour est un peu long, mais la rhétorique de Stace appuie utilement les conclusions de l’étude des épigrammes.

  • 249 Cf. Catulle, carmen 61, épithalame de Iunia et Manlius, vers 116 sq : Torquatus volo parvolus…

103Un Épithalame doit se terminer par des vœux de postérité pour les époux249. Stace développe gracieusement ce thème dans les dix derniers vers du sien. Pline, faisant part à Pompeius Saturninus de la mort de Iulius Avitus fils de Iulius Secundus, précise que le jeune homme n’eut pas le temps de revoir son frère (Naso), sa mère (mention anonyme de Violentilla), ni ses sœurs : elles étaient sans doute nées du mariage de Stella et de Violentilla.

La parentèle de Martial ?

Flaccus

  • 250 R. Syme, RP IV, p. 390 avec n. 107. Flaccus lui semble être un personnage unique “down to IX.90, if (...)
  • 251 D. R. Shackleton Bailey distingue un poète padouan (I. 61 et 76) et un ami qui reçoit les 20 autres (...)

104Un jeune poète associé à Stella et comme lui apparemment Padouan, Flaccus, “baffles any approach to identity”250 : mise en garde qu’il serait déraisonnable de prétendre négliger et qui peut-être se confirmera, mais qu’on ne peut considérer comme un interdit. Il est certain que si ce Flaccus – le nom apparaît dans 22 épigrammes, qui ne sont pas toutes sûrement adressées au même destinataire251 – est natif de Padoue, comme deux poèmes de Martial, et non des moindres, paraissent le garantir, le cas sera “désespéré”. Nous ne voyons qu’une possibilité de parvenir à une autre solution : que le jeune homme soit d’une autre origine et que Padoue soit une patrie pour ainsi dire adoptive, liée à la personne de l’ami sénateur indubitablement Padouan L. Arruntius Stella.

105Les deux poèmes en question sont tous deux dans le livre I, et proches l’un de l’autre. Dans I.61, revue des villes et des régions illustrées par des écrivains, dont les premières sont Vérone avec Catulle et Mantoue avec Virgile, le second distique est consacré au pays Padouan – non à la ville de Padoue, et Flaccus étroitement uni à Stella :

censetur Aponi Livio suo tellus
Stellaque nec Flacco minus (I.61.3-4).

106Dans I.76 Martial se soucie de l’avenir du jeune poète et lui donne des conseils fort réalistes pour son avenir :

O mihi curarum pretiumque non vile mearum,
Flacce, Antenorei spes et alumne laris (I.76.1-2).

107Flaccus est dans la première épigramme une gloire non moindre que Stella pour une terre renommée par son Tite-Live ; dans la seconde, cet alumnus Antenorei laris (nourrisson ou fils du foyer d’Anténor – Patavium certes, mais sans le nom Patavium) est une espérance. On est enclin à comparer les expressions de Martial à celles qu’emploiera Stace, comme lui client de Stella, pour Violentilla : Flaccus est alumnus comme elle sera alumna, et c’est une terre (tellus pour Flaccus, solum pour Violentilla) qui sera glorifiée d’avoir élevé son enfant. Comme Flaccus apparaîtra ailleurs comme lié à Stella par un lien quasi familial, on peut envisager qu’il soit d’une origine provinciale, éventuellement Tarraconaise comme Martial qui s’adresse à lui paternellement en I.76, installé en Italie dans la proximité de Stella : adopté, sinon juridiquement, du moins symboljquement et “poétiquement” par le Catullien L. Arruntius Stella.

  • 252 J. Marquardt, Privatleben, I, p. 94, n. 6 et 95.

108L’épigramme IX.55 est écrit à l’occasion de la fête des Caristia du 22 Février (94 ?), fête en principe familiale des cari cognati lors de laquelle on échangeait des oiseaux ; l’usage s’était répandu de traiter des amis ou relations comme s’ils étaient des parents252. Martial s’apprêtait à envoyer à Stella et Flaccus des grives, lorsqu’il a songé à la foule des connaissances qui allaient se prétendre de ses parents : faire plaisir à deux personnes proches lui sourirait mais risquer d’en froisser un grand nombre serait fâcheux, et envoyer des cadeaux à tout le monde, ruineux : il n’enverra donc des grives ni à Stella ni à Flaccus. L’épigramme, qui moque la mode qui veut que tout le monde soit parent de tout le monde, aura d’autant plus de sel que Stella, Flaccus et Martial seront sinon apparentés par l’état-civil, du moins étroitement liés par leurs options poétiques – ce qui est assuré pour les deux premiers poètes : I.61.4 le dit, comme une douzaine d’années plus tard l’appel aux invités de la cena des sept amis :

Stella, Nepos, Cani, Cerialis, Flacce, venitis ? (X.48.5).

109On doit noter la mise en relief du nom de Flaccus dans le dernier distique de l’épigramme IX.55

qua possum sola veniam ratione merebor :
nec Stellae turdos nec tibi, Flacce, dabo

110reprise du vers 2 (dum tibi, Flacce, paro) et qui rappelle celle du nom dans la revue de I.61.3-4) (nec Flacco minus).

  • 253 HSCP 79, 1975, p. 257, n. 46.
  • 254 R. Syme, RP V, p. 593.

111Pline connaissait fort bien Martial, et une lettre peut éclairer une épigramme : selon P. White253 le Flaccus de Martial pourrait être le Calpurnius Flaccus de la lettre V.2, l’unique billet que Pline adresse à ce correspondant : un mot d’excuses pour ne pas envoyer de présent en retour des magnifiques grives reçues. Le motif du non-envoi de présent – refus désinvolte chez Martial, impossibilité courtoisement exprimée chez Pline – est commun aux deux textes, dont le second est une retractatio du premier ; celui aussi de la venia. Le billet de Pline est parfaitement insignifiant et “ne dit rien”254, ou ne dirait rien sans l’épigramme qu’il rappelle et corrige. Le gentilice Calpurnius apparaît une fois chez Martial, dans un distique satirique (V.54) qui prolonge V.21 (deux distiques) : jeu sur une nomenclature. Un Apollodotos sans mémoire confondait cognomina et praenomina (V.21) ; i1 a travaillé à mémoriser les noms, qu’il a écrits et appris par cœur ; il reparaît – sans son nom – dans V.54 : il sait à présent improviser, et sans avoir écrit “Calpurnius” salue sans erreur de ce gentilice un quidam. La seconde épigramme est encadrée par une moquerie à Bassus, qui écrit tragédies et épopées (V.53) et une épigramme de même métrique et de même longueur (V.55, deux distiques) sur le motif des amours de Jupiter et de Ganymède, sujet du type de ceux qui intéressaient Stella et Flaccus ; le Calpurnius de V.54 a bien des chances de faire allusion à un poète : “Calpurnius Siculus” ? ou Calpurnius Flaccus ?

  • 255 PIR2 C 265.
  • 256 Sur son père, voir R. Syme, RP V, p. 601.
  • 257 Id., ibid.
  • 258 Martial VIII.45 et IX.90.

112Le correspondant de Pline est C. Calpurnius Flaccus suffect 125255 ; il reçoit le billet de Pline en 105, à vingt ans de son consulat ; il peut être le jeune poète ami de Stella et de Martial, qui n’était qu’un tout jeune homme en 86, né sans doute vers 70. C’était d’autre part un Tarraconais, fils d’un grand-prêtre de Tarraco, mais originaire d’une autre communauté de cette province256 : un dignitaire provincial de cette sorte ne quitte pas volontiers son pays mais peut envoyer son fils à Rome s’il le destine à la carrière sénatoriale257, que “Flaccus” paraît bien avoir entreprise258, peut-être mollement et lentement. Le consulat du correspondant de Pline fut apparemment tardif. Que Pline ne fasse aucune allusion à Stella dans sa correspondance ne s’oppose nullement en définitive à cette identification : ils n’étaient pas du même monde, quoique de la même classe. Et le bref billet qu’il envoie à C. Calpurnius Flaccus offre, ce qui n’est pas en soi décisif, une allusion à l’échange des armes (de bronze contre de l’or) de Diomède dans l’Iliade 7, vers 230 sq. Nous adoptons donc la suggestion de P. White, quoique nous ayons pensé à une tout autre éventualité, que nous mentionnerons rapidement “pour mémoire”.

  • 259 Sur le fils du poète, R. Syme, RP V, p. 642-643.
  • 260 Aetna, vers 17-24.

113Le poète des Argonautiques, C. Valerius Flaccus, eut un fils arrivé au consulat dans les mêmes années que C. Calpurnius Flaccus, C. Valerius Flaccus Iulius Ursus (ou L. Iulius Ursus Valerius Flaccus), suff. ? 128 : son père avait épousé la fille de L. Iulius Ursus ou de Servianus. Martial rend peut-être hommage dans son épigramme VII.19 au grand poète qui venait de disparaître259, à peu près en 92 ; mais un rapprochement entre un vers de IV.25 (vers 2 : et Phaethontei conscia silva rogi) et les paroles du Soleil à Jupiter dans les Argonautiques I.526-7 veteris sat conscia/silva Padi est isolé. En général on ne constate que des communautés de thèmes, traités fort différemment, comme celui de l’enlèvement d’Hylas par les Nymphes, que raconte longuement Valerius Flaccus (III.509-597). Martial adresse précisément à Flaccus une condamnation des genres mythologiques qui évoque de près l’Etna260 et une apologie de l’épigramme (IV.49) : Médée, qui constitue une des beautés des Argonautiques, représente chez lui le type même des sujets rebattus et sans contact avec le réel. S’il ne prend nulle part à partie l’épopée de Valerius Flaccus (il peut cependant songer à elle dans III.67 qui plaisante sur le nom des Argonautes lors d’une promenade en bateau sur un affluent du Pô), il a poussé avec Stella son ami dans la voie bien différente de la poésie légère. Au total, l’hypothèse que Flaccus soit le fils du poète épique n’est pas bien fondée.

Toranius

  • 261 Carmen 13,1 : Cenabis bene, mi Fabulle, apud me ; Martial surenchérit sur Catulle, en remplaçant be (...)

114Des problèmes relatifs à la même question de la parentèle sont soulevés par Toranius, à qui Martial adresse une courte lettre-préface en tête de son livre IX : il le salue comme son frater carissime. Quatre ans plus tôt il avait reçu l’invitation à dîner V.78 qui débute par un trait d’humour inspiré de celui de Catulle dans le carmen 13 envoyé à son ami Fabullus261, dont le premier vers est également imité par l’incipit de l’invitation à Iulius Cerialis. Cette épigramme à Toranius se termine par la mention d’une Claudia. Toranius passe pour être un proche ami de Martial, l’appellation de frater n’exprimant pas obligatoirement un lien de parenté.

115Martial s’apprête à dédier son livre à Stertinius Avitus cos. suff. 92, un poète. Pensant ou feignant de penser dans son epistula que Toranius risque de ne pas reconnaître le destinataire de l’épigramme dédicatoire, il lui écrit pour le renseigner et termine par un vale et para hospitium qui ne permet pas de savoir où il se trouve.

116De retour en Espagne, il s’adresse à un parent poète élégiaque :

Unice, cognato iunctum mihi sanguine nomen
qui geris et studio corda propinqua meis,
carmina cum facias soli cedentia fratri
pectore non minor es sed pietate prior.
Lesbia cum lepido te posset amare Catullo,
te post Nasonem blanda Corinna sequi.
Nec deerant Zephyri, si te dare vela iuuaret;
sed tu litus amas: hoc quoque fratris habes
(XII.44).

  • 262 CIL VIII. 31374 ; I. Kajanto, o. c., donne l’Unicus de Martial pour un cognomen.
  • 263 Catulle, carmen 9, vers 1-2.

117“Unicus, toi qui portes un nom lié au mien par le sang qui nous apparente et un cœur cousin du mien par ton étude, quand tu écris des poèmes que surpassent seuls ceux de ton frère, tu n’es pas moindre par l’inspiration mais le dépasses par l’affection. Lesbie aurait pu t’aimer à l’égal du spirituel Catulle, la séduisante Corinne te suivre après Naso. Et les Zéphyrs ne te manquaient pas si tu avais voulu déployer les voiles ; mais tu aimes, toi, la rive : cela aussi tu l’as d’un frère”. Unicus n’est attesté comme cognomen que par une occurrence douteuse sur une inscription de Byzacène262 ; il entrerait dans la vaste catégorie des cognomina tirés des circonstances de la naissance : “enfant unique”, curieux nom pour un frère, mais sans doute possible. Nous y voyons plutôt un signum analogue au Carissimus d’Ovide, peut-être inspiré, le contexte étant tout catullien, par l’appellation d’imperator unice qualifiant sarcastiquement César263 : Unicus serait “sans pareil” par sa pietas.

  • 264 On le considére souvent ainsi (e. g. J. P. Sullivan, o. c., p. 542).
  • 265 Cognati, les cousins germains sont consobrini quand leur parenté se situe du côté maternel, fratres (...)

118Le gentilice d’Unicus était lié à celui de Martial par un lien de sang qui faisait d’eux des cognati : seul un coniugium réunit deux gentilices en créant à la génération qui en est issue la cognatio du cousinage : Unicus n’était donc pas un Valerius264 : il portait le gentilice de Flaccilla mère de Martial, dont il devait être le neveu – pour Martial un consobrinus : cousin germain du côté maternel265.

  • 266 Carmen 65 ; 68b ; 101.
  • 267 XI.10.

119Unicus avait un frère ; tous deux étaient poètes élégiaques : cousins germains de Martial par le sang, “proches” de lui par le studium. Unicus, presque l’égal de son frère comme poète, le dépassait par ce dont Catulle avait donné l’exemple, formulé de poignantes expressions – vita frater amabilior266, la pietas : comme l’avait fait Turnus pour Memor, il avait laissé la première place à ce frère267, par affection et sans doute moindre ambition. Alors que les Zéphyrs, qui d’Espagne soufflent vers l’Italie, ne lui auraient pas manqué pour gagner le large s’il avait voulu “déployer ses voiles”, il est resté au port parce qu’il “aime la rive” : métaphore qui traduit sans doute une réalité géographique et biographique.

  • 268 Ce salut est très chaleureux, et convient parfaitement à un parent proche : antéposition du possess (...)

120Martial rentré d’Espagne s’adresse à ce cousin qui ne l’avait jamais quittée ; le frère, qui avait plus d’audace, doit être Toranius, poète qui reçoit l’invitation V.78 et l’epistula du livre IX : Have, mi Torani, frater carissime268. La mère de Martial aurait été une Torania Flaccilla.

Annexes

Annexe 1

Papirianus

Cette annexe développe et voudrait consolider l’analyse du sens de la manus de Stella ; elle examine l’épigramme VIII.81 :

Non per mystica sacra Dindymenes

nec per Niliacae bovem iuvencae,

nullos denique per deos deasque

iurat Gellia, sed peruniones.

5

Hos amplectitur, hos perosculatur,

hos fratres vocat, hos vocat sorores,

hos natis amat acrius duobus.

His si quo careat misella casu

victuram negat esse se nechoram.

10

Eheu, quam bene nunc, Papiriane,

Annaei faceret manus Sereni!

“Ce n’est pas par les rites mystiques de la déesse du Dindyme, ni par le taureau de la génisse du Nil, ni par aucun des dieux et aucune des déesses que jure Gellia, mais par ses perles. Elle les étreint, elle les baise passionnément, elle les appelle ses frères, elle les appelle ses sœurs, elle les aime plus ardemment que ses deux enfants. Si la pauvrette venait par quelque malheur à en être privée, elle dit qu’elle ne vivrait pas une heure. Ah, quel bienfait nous ferait aujourd’hui, Papirianus, la main d’Annaeus Serenus !”

L’interprétation proposée par J. Colin269 de cette épigramme assez énigmatique – qui est ce Papirianus, cette Gellia, et même cet Annaeus Serenus ? – stigmatisant la passion de Gellia pour ses uniones, des perles rares, repose sur son identification indiscutable270 du dernier avec l’ami de Sénèque, Préfet des vigiles de Néron ; Martial en regretterait la “poigne” ; la pièce ne peut bien se comprendre que s’il existait une relation précise entre Gellia et le Préfet271. L’explication proposée pour les vers 10-11 rendrait bien compte du sens (“justice expéditive”) qu’aurait ici manus272 : Martial aurait en vue la juridiction de ce Préfet investi de pouvoirs de police et compétent pour des procédures de “flagrant délit” à l’encontre de malfaiteurs : on en aurait bien besoin aujourd’hui pour agir contre les vols – comme celui supposé des perles de Gellia.

On n’a cependant aucun témoignage attestant que la juridiction de Serenus ait été particulièrement efficace, et l’on peut douter que Martial en 93-94 oppose à une inertie actuelle l’activité des services de l’époque de Néron ; il serait aussi extraordinaire que Martial prenne réellement le parti de la pauvre Gellia et se montre en somme solidaire de celle qui est la “cible” de son épigramme : misella au vers 8 est évidemment ironique : selon un schéma dont il est d’autres exemples dans son œuvre273 un personnage qui n’inspire pas la sympathie est pris au mot : Gellia dit qu’elle ne survivrait pas une heure à la perte de ses perles ? Qu’on les lui vole donc !

Annaeus Serenus représenterait donc ici, plutôt que l’autorité qui appréhende un voleur de perles, le Préfet-voleur qui subtilise les uniones. D. R. Shackleton Bailey comprend justement la manus comme “a thieving hand” et Annaeus Serenus comme le Préfet : allusion à une anecdote inconnue de nous274 ? Plutôt présentation épigrammatique d’un fait bien connu des contemporains.

Tacite, une génération après Martial, révélera275 le rôle joué par ce familier du quasi-régent Sénèque pour camoufler la liaison du jeune empereur avec l’affranchie Claudia Actè : il “prêta son nom” et feignit de l’amour pour cette maîtresse du prince afin que ce que ce dernier donnait “en cachette” à cette “petite femme”276 passât dans l’opinion pour ses propres largesses277. Un passage du De constantia sapientis, dédié à Annaeus Serenus, dans un développement consacré à la thèse stoïcienne selon laquelle le sage ne saurait être atteint par une contumelia, fait apparaître le motif de l’offense venue d’une femme : “il y a des gens assez déraisonnables pour s’imaginer qu’une femme pourrait les offenser. Peu importe pourtant quelle femme les reçoit, combien sa litière a de porteurs, le poids de ses boucles d’oreille…” La femme est un être inconséquent et dénué de raison, comme on sait, “à moins d’être devenue savante et très instruite”278 : allusion probable aux relations de Serenus avec Actè279, comblée, fictivement par lui, de joyaux280. À qui le public pouvait-il imaginer (c’est pure conjecture de notre part) que le Préfet volait les perles qu’il était censé lui offrir ? Des uniones figuraient certainement parmi les largesses du prince281 ; Sénèque témoigne que des boucles assemblant des uniones faisaient fureur chez les aristocrates282 et Pline l’Ancien, à la même époque, confirme la vogue de ces perles283.

Le nom de Gellia paraît à sept reprises du livre I au livre VIII, la dernière fois avec la Gellia d’Annaeus Serenus ; il ne se rapporte pas à un personnage unique et réel, mais à des figures fictives toujours marquées par la misogynie : une femme outrageusement fardée ou parfumée en III.55 ; une coquette qui envoie du lièvre à Martial en V.29, une femme bigame en VI.90 ; certains traits sont un peu plus individualisés : en I.33 Gellia verse des larmes de pure convention sur la mort de son père284 ; vieille femme qui joue les petites filles en IV.20, c’est en V.17 une aristocrate imbue de la noblesse antique de sa famille qui dédaigne un chevalier comme Martial – parti “sordide” – et épouse néanmoins un officier subalterne de police ou de justice285 : une femme du grand monde alliée malgré ses préjugés à un homme de moindre dignité sociale qu’elle. On peut se demander si Annaeus Serenus n’avait pas épousé une aristocratique Gellia ou une aristocrate que ce nom représenterait, peut-être en souvenir du Gellius que Catulle avait pris à partie à de nombreuses reprises286 – et sans doute s’amuse-t-il à suggérer que la manus maritale pouvait parfois se manifester de manière inattendue287.

Ce ne serait pas le seul jeu sémantique que présente l’épigramme VIII.81 ; elle en comporte d’autres, plus scabreux. Les termes dans lesquels Martial décrit le comportement de Gellia envers ses uniones sont systématiquement ambigus : les “perles” sont passablement humaines, comme dans l’épigramme sans équivoque où Martial se prête une passion pour des objets désirables appartenant à la riche Postumilla, qui a confié à un Linus tout ce qu’elle a de précieux : en l’occurrençe “non pueros, sed uniones”288. Le terme d’unio pouvait donc pour lui désigner une paire de pueri comme ceux dont il célèbre dans l’épigramme IX.103 la beauté équivoque, les esclaves Hierus et Asylus, “Ganymèdes jumeaux” : non des créations de sa fantaisie mais deux serviteurs appartenant à Claudius Livianus, préfet du Prétoire de Trajan et ami d’Hadrien289. Le terme d’unio désigne d’après Pline l’Ancien, qui le fait dériver de unus, une perle exceptionnelle dont la pureté de l’eau, la taille, le poids faisait pour ainsi dire des “solitaires” ; par un “raffinement” décadent, les joaillers Romains les montaient en paires ou paires de paires, en boucles d’oreille ; Gellia est entichée des siennes, qu’elle aime plus ardemment que ses deux enfants, comme Harpagon l’est de sa cassette ; mais les objets de sa passion changeant ad libitum de nature et de sens, ce sont des joyaux que la main d’un mari peut subtiliser, et des concubini comme ceux de Postumilla.

Manus, ce parangon de toute polysémie, comporte une acception figurée, en particulier littéraire, qui peut avoir joué son rôle dans la conception de l’épigramme VIII. 81 : la main qui sculpte290, qui produit l’écrit291 ou le copie292 – il désigne parfois le manuscrit293. L. Annaeus Serenus est le dédicataire de deux dialogues de Sénèque, le De constantia sapientis comme indiqué supra et le De tranquillitate animi ; le second est ouvert par une longue adresse à Sénèque de Serenus : stoïcien néophyte, il expose à son directeur de conscience l’état de son âme : intellectuellement et affectivement pleinement converti, il n’a pas atteint à ce calme que les Épicuriens comparaient à celui de la mer apaisée (“galènè”). Après avoir longuement dit l’amour de la simplicité à laquelle il se voue (1 § 4-7), il confie que le spectacle du luxe qui l’environne l’ébranle encore et l’éblouit (praestringit) : l’esprit et le cœur sont fermes, mais le regard vacille. Le spectacle tentateur est d’abord représenté par un défilé de jeunes esclaves, un paedagogium, nullement objets de désirs à la Martial, mais images du luxe : “et quand ces principes m’ont totalement agréé, voici que m’éblouit l’âme la belle ordonnance d’un collège de pages, des esclaves plus soigneusement vêtus et ornés d’or que dans un défilé de mode, une armée de serviteurs resplendissants”294 ; les résolutions sont inchangées, le regard troublé : paulum titubat acies (§ 9). Il l’avait dit dès l’ouverture du dialogue : en “menant enquête” sur lui-même (il est Préfet), il avait découvert des restes de défauts ou de vices dont certains étaient encore si peu effacés qu’il était aisé de “leur mettre la main au collet” – quae manu prehenderem. Qu’est-ce que la manus Aenaei Sereni : celle qui appréhende les vices, ces malfaiteurs – et d’abord les siens – ou celle qui, au début du dialogue, écrit ce premier chapitre “autographe” ?

On rechignerait à admettre qu’un Martial ait pu faire une allusion précise à un écrit de Sénèque295 s’il n’adressait son épigramme à “Papirianus” : ce nom, qui n’apparaît chez Martial que dans ce texte, est en vérité bien attesté296, et dans un autre contexte n’attirerait pas davantage l’attention ; mais rapproché de celui d’Annaeus Serenus il doit viser à rappeler celui d’un des maîtres de philosophie de Sénèque, Papirius Fabianus, plusieurs fois mentionné dans les Lettres à Lucilius, en particulier dans la lettre 100 où son disciple défend son style contre les critiques de son correspondant. C’est Sénèque lui-même qui est humoristiquement appelé “tenant de Papirius”297 : seule peut-être la figure du philosophe était à même de réunir les deux (ou trois ?) mains de Serenus, Préfet qui s’appréhendait lui-même, aidait Sénèque à conduire prudemment l’intrigue avec Actè, et disciple peu à peu converti à la Sagesse dont le De tranquillitate animi conserve la confession dans ses antiques pages.

Annexe 2

Claudia : questions d’identification

Summa Palatini poteras aequare Colossi
si fieres brevior, Claudia, sesquipede (VIII.60).

“Tu pouvais atteindre à la hauteur du Colosse du Palatin, pour peu qu’on te fît plus courte, Claudia, d’un pied et demi”. Claudia a suscité moins d’interrogations que son colosse. Le distique s’inscrit dans une tradition connue de l’épigramme hellénistique et impériale sur le gigantesque et le minuscule : Claudia semble une géante de pure fantaisie ; la seule question qu’elle pose serait de savoir quel Colosse lui sert d’étalon et le mérite de l’épigramme tiendrait à l’usage que fait Martial de l’exagération qui “se modère pour dire plus”298 et à la pointe inattendue du pentamètre : le raccourcissement de Claudia d’un pied et demi, adroitement cœxtensif à celui du vers amputé d’un pied par rapport à l’hexamètre299 comporte un efficace aprosdoketon : si maior fieres allait de soi.

Une épigramme grecque300 en latin, ingénieuse et un peu arbitraire301 ; on compare telle épigramme de Lucillius302, dont Martial connaît et pratique le type303. Mais la femme concernée n’est pas une Thaïs inexistante, une Chloè ou même une Telesilla : c’est une Claudia confrontée à un monument de la Ville : l’épigramme est non seulement latine mais Romaine et le commentateur ne peut lui dénier a priori tout sens substantiel ; le Colosse est du reste Palatinus.

La fameuse statue colossale de bronze doré haute de 30 mètres à l’effigie de Néron, ultérieurement transformée en statue du Soleil par Vespasien, pouvait sans doute être dite “du Palatin” : se dressant in summa via sacra à l’entrée de la Domus Aurea, en prolongement de la zone du forum adiectum dont F. Coarelli a montré qu’elle faisait partie du Palatin304, elle se trouvait à la lisière de la colline305. Dans ses Spectacula 2, Martial l’évoque à l’emplacement qu’elle occupait à l’époque de Domitien comme à l’époque néronienne306. L’épigramme VIII.60 semble mettre en regard les deux édifices qui encadrent dans Sp. 2 la description de la zone usurpée par la Domus Aurea (le Colosse et la porticus Claudia du Caelius faisant face aux thermes de Titus de l’Oppius), en transformant le portique Claudien en une géante dépassant d’un pied et demi le sommet de la statue307 : il n’y aurait que l’interprétation épigrammatique d’un constat d’architecte topographe.

Les exégètes qui ont cherché sur la colline Palatine un autre colosse étaient cependant bien inspirés : Martial est homme à synthétiser sous une appellation unique des réalités archéologiques plurielles. On ne peut guère accepter l’hypothèse308 selon laquelle le colosse Palatin serait une statue de Domitien, à identifier avec la plurima ducis imago de 1.70,6, colosse dont G. Lugli pensait avoir identifié un pied309 : Martial ne peut avoir construit sa fantaisie moqueuse sur une statue de l’empereur vivant, qui se serait de surcroît dressée devant le palais impérial : à supposer qu’elle ne soulève pas d’autres difficultés d’interprétation textuelle et topographique310, cette considération seule suffirait à l’écarter311. Mais la colline offre d’autres possibilités.

Un colosse, de marbre celui-là, qui a toutes chances d’être Palatinus, apparaît dans la VIIIe satire de Juvénal, dans l’apostrophe à Néron rentrant de sa tournée “triomphale” en Grèce de 66 (vers 227-230) :

Maiorum effigies habeant insignia vocis;
ante pedes Domiti longum tu pone Thyestae
syrma vel Antigones aut personam Melanippes
et de marmoreo citharam suspende colosso.

Sur le triomphe Apollinien de l’empereur citharède et histrion Suétone fournit de précieux renseignements312 : sur le char qui en 29 avant n. è. avait servi au triple triomphe d’Auguste, le prince, ayant fait démolir une arcade du Circus Maximus pour une entrée isélastique313 per Velabrum forumque Palatium et Apollinem petit. Juvénal l’invite à aller déposer ses couronnes et ses vêtements d’acteur devant la statue d’un Domitius qui est peut-être Cn. Domitius Ahenobarbus son père – il avait demandé au sénat l’autorisation d’en ériger une dans les premiers mois de son règne314 et elle se dressait soit au Forum soit au Palatin315, puis à aller suspendre sa cithare au colosse de marbre – évidemment au Palatin ; le dieu à la statue duquel le triomphateur va suspendre sa cithare – il avait été naturellement vainqueur dans toutes les épreuves des Jeux grecs auxquelles il s’était présenté – ne peut être qu’Apollon316.

Ce parallèle avec le classique triomphe Capitolin – le triomphateur montait au Capitole et remettait sa couronne de lauriers à Jupiter Optimus Maximus – suggère que le Colossus Palatinus de Claudia soit précisément la statue cultuelle, au type de l’Apollon Pythien, qui se dressait dans la cella du temple : œuvre de Scopas, encadrée par la Léto de Céphisodote et l’Artémis de Timothée317, qui est représentée sur la base de Sorrente318. Properce l’évoque à la fin de son élégie II.31 :

Deinde inter matrem deus ipse interque sororem
Pythius in longa carmine veste sonat (vers 15-16).

En ce sens parle d’ailleurs l’emploi de colossus319 : Vitruve, à propos de la base de la statue cultuelle de l’Apollo in Circo a cette formule (X.2.13) : nostra vero memoria cum colossici Apollinis in fano esset a vetustate diffracta...320. Mais, à en juger par le relief de la base de Sorrente, l’Apollon de Scopas ne se prêtait guère à la suspension de la cithare du triomphateur (à supposer qu’il faille prendre au pied de la lettre l’expression de Juvénal) ; et l’on sait, en particulier par l’élégie de Properce321, que sur le parvis du temple se dressait une autre statue d’Apollon322, un Musagète portant la cithare323, en marbre de Luni :

Hic equidem Phœbo visus mihi pulchrior ipso
marmoreus tacita carmen hiare lyra
(II. 31.5-6).

Entre ces deux statues d’Apollon fort proches l’une de l’autre et situées dans le même axe sacralisant, il n’est ni possible ni opportun de choisir : Martial doit réunir en une idée-image unique (“le Colosse du Palatin”) ce que la réalité archéologique distingue en deux statues voisines du même dieu, voire en trois effigies si l’on compte le Colosse de Néron, effigies que rapprochent leur situation topographique et leur caractère “colossal”324 : de telles synthèses sont typiques de la poésie “ekphrastique”, par exemple dans la description virgilienne du Bouclier d’Énée ; ainsi aux vers 630-634325 dans la représentation de la louve et des jumeaux.

Ainsi légèrement abstrait de son enracinement archéologique – qui demeure identifiable – et constitué en réalité littéraire autonome, le Palatinus Colossus se prête-t-il aux jeux, qui peuvent être fort sérieux, de l’épigramme : Martial lui compare non une géante, mais la figure – virtuelle statue326 – d’une femme réelle, Claudia (Octavia), dont les statues jouèrent certainement – en particulier au Palatin, car elle était fille et femme d’empereur – un rôle essentiel dans la tragédie du “Couronnement de Poppée”, qui est aussi une décapitation d’Octavie : statues abattues, rétablies dans l’allégresse populaire, puis à nouveau et définitivement détruites. La figure colossale d’Apollon figure un personnage qui pouvait êtré évoqué sous des traits Apolliniens et qui forme avec Claudia-Octavia une paire plastique et un couple humain : le Domitius qu’était Néron et la fille de Claude. Martial pousse à ses conséquences ultimes la tendance à l’assimilation – qui n’est jamais allée jusqu’à l’identification théologique – de Néron avec Apollon Citharède et avec le Soleil – une tendance particulièrement affirmée lors du triomphe qui suivit le retour de Grèce. Face au Néron-Apollon qu’est le Colossus Palatinus, Martial suscite une Claudia qui le dépasse ; le poète réaliste a peut-être pensé à une possible disproportion de taille entre Octavia – les Claudii étaient de haute stature327 – et un Néron tout juste de taille moyenne ; mais surtout, plus symboliquement et plus tragiquement, à la décapitation328 de la jeune impératrice, dont Poppée se fit apporter la tête329, à la “supériorité” de la fille d’un Claudius Germanicus sur un Domitius adopté, et à celle de la victime sur le bourreau. Le rire de l’épigrammatiste peut être aussi vengeur que l’éloquence indignée du satirique et un distique sur deux silhouettes peut en onze pieds écrire des Châtiments. Martial est un poète des choses : l’idée passe par la vue et ne disserte ni ne déclame. Mais elle existe, discrètement, et l’épigramme est parfois poésie, “perle de la pensée”.

“Octavia”

Par trois fois, dans la tragédie prétexte de l’Octavia, la princesse qui donne son nom à la pièce est Claudia, “la fille de Claude”330. L’auteur n’est pas connu. Mais un tragique du nom de Memor (“qui se souvient”), frère du satirique Turnus, est glorifié par Martial dans une épigramme de 96 sur son portrait (XI. 9). L’épigramme a paru en décembre :

Clarus fronde Iovis, Romani fama cothurni
spirat Apellea redditus arte Memor

“Illustré par le feuillage de Jupiter, gloire du cothurne Romain, ici respire Memor rappelé à nous par l’art d’Apelle”. Scaevus Memor avait remporté comme poeta latinus la couronne de chêne lors d’une des trois célébrations des Capitolia, concours œcuménique créé par Domitien en 86, qui eurent lieu sous son règne, très vraisemblablement en 94331. L’agôn Capitolinus était célébré en l’honneur de Jupiter ; les épreuves de l’agôn musicus se déroulaient dans l’Odéon, et dans le stade voisin pour l’agôn gymnicus : deux édifices bâtis par Domitien332 ; elles étaient présidées en principe par l’empereur, qui remettait au vainqueur la couronne de chêne (fronde Iovis). La victoire de Memor à l’épreuve “musicale” de tragédie latine avait été immortalisée par un portrait333 digne de l’art d’Apelle : c’est lui que célèbre le distique de Martial – non l’événement éphémère, mais l’œuvre qui lui donne la vie. Memor, vivant ou mort, “respire”334. Le poète tragique, peut-être auteur de prétextes, porte deux noms attestés comme cognomina mais dont la réunion étonne, peut-être deux pseudonymes comme l’est aussi, croyons-nous, le nom du satirique Turnus. Scaevus (“manchot”) est l’origine des cognomina Scaeva et Scaevola, et l’épisode héroïque du légendaire Mucius Scaevola au camp de Porsenna335 était un moment de l’Histoire romaine susceptible de fournir le sujet, sinon d’une praetexta, du moins d’un de ces spectacles populaires qui se donnaient dans l’amphithéâtre336 : Martial a consacré trois “variations” sur ce thème de la main à Mucius Scaevola. “Memor” a des chances d’être également un nom d’auteur, de nature un peu différente.

Dans l’Octavia337 le souvenir d’un frère aimé assassiné par Néron qui l’a supplanté et a succédé à Claude depuis l’année précédente occupe une place essentielle338 : c’est, avec l’assassinat de son père que Néron contribua à faire disparaître, la principale source de la haine qu’Octavia a vouée à son frère d’adoption et mari, qui de son côté la hait339. Elle ne voit plus en lui que l’assassin et l’usurpateur, Nero insitivus Domitio genitus patre340, qui pour sa part met en doute qu’elle soit la fille de Claude341.

Britannicus, empoisonné par son frère en 55342, avait des partisans et amis fidèles, parmi lesquels le futur empereur Titus343 : compagnon intime du jeune prince344, il se trouvait placé à côté de lui lors du repas au cours duquel on présenta à Britannicus le breuvage préparé par l’empoisonneuse Locusta, aurait bu à la même coupe que lui et en serait resté longtemps malade ; et, “se souvenant de tout cela” il lui fit dresser une statue d’or sur le Palatin et lui en consacra une autre équestre et en ivoire, qu’il entoura d’honneurs et que l’on porte encore aujourd’hui, écrit Suétone, en tête de la procession du cirque345. Octavia aussi, dans la prétexte, était fidèle à son souvenir, comme elle le dit à la Nourrice : mens nostra, semper fratris extincti memor346.

Une tragédie est œuvre de mémoire – mémoire mythologique dans la tragédie hellénique347 mémoire historique dans une prétexte Romaine, quand elle met en scène des monstres. Les entrailles de Médée sont un lieu de la mémoire mythique, celles d’Agrippine sont un locus du souvenir et des Annales ; et sur le théâtre elle peut remonter des Enfers, “gardant le souvenir de son assassinat impie”348 : le cothurne, ici, est Romain.

Les attributions de l’Octavia sont nombreuses et variées, de Sénèque au Maternus du Dialogus, comme aussi les datations qui lui ont été assignées349. Celle que nous proposons ici a pour elle de pouvoir alléguer un texte indiscutable, qui fait revivre le souvenir d’un portrait bien situé. La datation à l’époque de Domitien n’est pas une nouveauté, mais une hypothèse qui a été soutenue par des arguments très approfondis350. Mais l’attribution au Memor de Martial, appuyée de quelques autres, est à notre connaissance, une nouveauté ; la couronne de chêne a, pour nous, été placée sur sa tête en 94 par le “Néron chauve”.

Sulpicia

La très noble poétesse Sulpicia connut une fortune peu ordinaire : l’une des rares femmes de l’Antiquité dont l’œuvre nous ait été partiellement conservée : sept brèves élégies passionnées et d’une rare modernité sont recueillies dans le Corpus Tibullianum, point indignes d’être incluses dans une Anthologie de la poésie féminine à côté des fragments de Sappho et des sonnets de Louise Labé : elle était comme elles un poète de l’amour ardent et sincère, d’une chaste audace qui s’exprime d’abord dans le choix de son “vrai nom” : il était des plus connus de la Rome Augustéenne ; elle était petite-fille du grand juriste Ser. Sulpicius351 et nièce de Messala Corvinus352 à qui elle s’adresse dans une de ses elegidia353. Cette franchise tranquille, qu’il faut admirer historiquement, est d’autant plus remarquable qu’elle a doté du pseudonyme protecteur de Cérinthos – il parle de miel – l’homme qu’elle chante, qui était d’une condition inférieure à la sienne.

Chez Martial apparaît une poétesse du même nom, qui comme son ancêtre en poésie (il n’y a entre elles aucun lien de parenté) écrivit des élégies de veine amoureuse : elle y chantait son mariage avec celui auquel elle donnait le nom de Calenus. Son œuvre est entiérement perdue mais Martial en parle avec quelque détail dans l’éloge X.35, suivi de près d’une épigramme épistolaire adressée à Calenus, qui en propose un commentaire (X.38). Sulpicia, dont le nom passe pour être un pseudonyme emprunté au nom de la nièce de Messala354, écrivait pour “les femmes qui ne désirent plaire qu’à leur mari et pour les hommes qui ne désirent plaire qu’à leur femme”355 ; son œuvre n’était inspirée que par “la vie”, leur vie : point de Colchidienne Médée ni de Thyeste, mais un amour marié, chaste et pieux, vivant aussi de jeux, de plaisirs et de rires. La plus mutine et la plus pure des femmes (poétesses), elle aurait pu être Égérie dans ses rendez-vous avec Numa, rendre Sappho encore plus savante et pudique, et même se faire aimer du rebelle Phaon – en pure perte pour lui : car Sulpicia n’aurait pas accepté de vivre en épouse du Tonnant lui-même si son Calenus lui avait été ravi. Cette paraphrase de l’éloge X.35 ne prétend pas rivaliser avec lui, mais conduire à une observation de syntaxe : aux vers 19-21, nec Tonantis uxor viveret, compris d’habitude comme un irréel du présent – “elle n’accepterait pas aujourd’hui de vivre” – est pour nous un éventuelpotentiel transposé au passé – “elle n’acceptait éventuellement pas” c’est-à-dire “elle n’aurait pas accepté” de vivre comme épouse fût-ce de Jupiter. Contrairement à ce qu’on paraît croire, Sulpicia n’est plus de ce monde. Cela ressort aussi de la “lettre” X.38 qui présente, plus brièvement, un parfait parallélisme et une parfaite réciprocité avec l’éloge X.35 ; à un détail près : Calenus est vivant356 et l’imparfait du subjonctif malles du vers 14, qui tient la place de X.35.21, est ici irréel du présent357 – “tu préfèrerais” : Calenus est vivant. Si Calenus n’a vécu que trois lustres”, c’est qu’il ne compte que ses années de “vraie vie” avec Sulpicia.

Il n’est pas évident que Sulpicia II ait été d’extraction modeste – une affranchie ? – et il nous semble impossible qu’elle ait choisi comme pseudonyme le nom de sa noble devancière pour se réclamer de son inspiration358. Il y a une très faible chance qu’elle soit d’ascendance patricienne comme Sulpicia I (quoique les Sulpicii patriciens se soient éteints dans la première moitié du ier siècle) et qu’elle ait écrit comme elle sous som noble nom. Sur elle, sur Calenus, sur Turnus frère de Memor, les données sont très maigres, et les hypothèses que l’on peut avancer sur leurs relations familiales, très fragiles. Nous exposons à partir d’ici des conjectures qui ne sont pas du même ordre que celles dont nous avons traité dans la première moitié de cette annexe.

Sulpicia, Calenus et Turnus ?

Le nom de Calenus est un cognomen bien attesté dérivé du nom de Cales, petite ville du nord de la Campanie assez proche de Suessa Aurunca au sud du Latium, patrie du créateur de la satire Lucilius, et que l’on donne comme origine de Turnus, auteur de satires du genre véhément qui préfiguraient celles de Juvénal. Dans la satire I de ce dernier, parait le type de la noble dame empoisonneuse de son mari :

Occurrit matrona potens, quae molle Calenum
porrectura viro miscet sitiente rubetam
instituitque rudes melior Lucusta propinquas
per famam et populum nigros efferre maritos
(69-72).

Le vin de Cales était réputé, léger et doux359. Horace atteste dans son ode IV. 12 qu’un Sulpicius possédait à Cales des chais (vers 18) : sans doute le Ser. Sulpicius Rufus à qui il s’adressait dans la satire I.10.86 : le père de Sulpicia I. L’adjectif mollis (molle Calenum) qualifie, dans l’ordre littéraire, les vers élégiaques tendres et galants360 : “Calenus” fournirait un pseudonyme comparable au “Cérinthos” de Sulpicia I. Il semble que Juvénal satirise la poésie élégiaque de Sulpicia II et transforme la tendre épouse en une empoisonneuse : une matrona potens.

L’un des très rares fragments que l’on possède de Turnus mentionnait la fameuse Locusta à laquelle s’était adressé Néron :

Ex quo Caesareas suboles Lucusta cecidit
horrida cura sui + verna nota Neronis
361.

La matrona potens de Juvénal était une Locusta en pire. Le satirique Turnus porte un nom (pseudonyme) qui pourrait bien le caractériser comme un poète inspiré par ce que Hugo appelle “la muse Indignation”, songeant évidemment à la fameuse formule de Juvénal si natura negat, facit indignatio versum (I.79) : “à défaut de génie, c’est l’indignation qui écrit les vers” ; et Turnus meurt au dernier vers de l’Énéide, non réconcilié et indigné :

vitaque cum gemitu fugit indignata sub umbras (XII.952)

“et sa vie avec un gémissement s’enfuit indignée chez les ombres”. Calenus et Turnus représenteraint le même être, “Calenus”, le mari de la poétesse élégiaque, “Turnus”, le poète satirique : un couple de poètes et de pseudonymes connu (par les vers) de Martial. Sulpicia II aurait été une grande dame, et aurait publié sous son nom : l’alliance de la franchise dans la revendication de son identité personnelle et d’une discrétion allant jusqu’au mystère quant à celle de l’être aimé semble découler d’une harmonie convaincante pour l’esprit et le cœur.

Q. Veranius cos.49 organisateur de la Lycie Romaine362 eut deux filles jumelles, Verania Octavilla qui mourut à sept ans et Verania Gemina qui vécut jusqu’à la fin du siècle. Elle avait été femme de Piso Licinianus adopté le 10 Janvier 69 par Galba ; il fut César pendant quatre jours puis massacré avec son père le 15. Pendant ces quatre jours il porta le gentilice de l’adoptant, Sulpicius. Le moment où l’on devient le fils de l’empereur doit inspirer des projets pour l’avenir, et l’on peut imaginer que Verania conçut alors un enfant, à naître en octobre 69 : une fille qui aurait eu du goût pour la poésie et aurait choisi de se faire la poétesse de l’amour conjugal ; le destin tragique des parents peut faire naître une vocation. Sa mère Verania Gemina, le 15 Janvier 69, s’était occupée de récupérer la tête de son époux massacré et de lui donner une sépulture ; sur la pierre qu’elle fit graver à son nom, une autre main, plus tard, inscrivit le sien363.

Sulpicia II mourut après quinze ans d’union avec Calenus, en 95 ou 98 ; elle se serait donc mariée, si les trois lustres dont parle Martial sont à prendre “au pied de la lettre”364, en 80 ou 83, âgée de 12 ou 15 ans environ, ce qui est possible pour une jeune fille de la classe sénatoriale365. Martial a consacré à Turnus un distique symétrique de celui qui célèbre le portrait de Memor (XI.10) :

Contulit ad saturas ingentia pectora Turnus.
Cur non ad Memoris carmina ? Frater erat.

Pourquoi mettrait-on en doute la fraternité des deux poètes366, en arguant du fait que frater n’exprime pas forcément ce lien de parenté ? Nous avons affaire à un couple modèle de pietas comme les frères Toranii : l’un laisse la priorité à l’autre, soit dans le choix d’un genre littéraire, soit dans les ambitions de carrière. Nous restituerions donc un trio de poètes : deux frères, l’un poète tragique, l’autre satirique, et l’épouse du second. Une construction fragile ? En tous cas une “Couronne” pour Claudia.

Postilla à l’étude de l’épigramme XI.53 sur Claudia Rufina.

Les Apophoreta du livre XIV sont des “choses à emporter” définissant en un distique un objet ; ils sont parfois choisis pour leur nom, source de pittoresque. Ces petites pièces ont souvent été la matrice où s’est développé ce qui devait devenir plus tard une épigramme beaucoup plus longue et de sujet très différent ; une matrice, ou un germe. C. Salemme a étudié le rôle de “prélude” de ces préparations367. XIV.99, dans une série d’objets de table, présente une cuvette à vaisselle venue de Bretagne, la bascauda au nom celtique :

Bascauda

Barbara de pictis veni bascauda Britannis
sed me iam mavult dicere Roma suam

“Barbare bascauda, je suis arrivée de chez les Bretons peints, mais désormais Rome préfère me dire sienne”.

Ayant en 96 à offrir une épigramme-éloge à une jeune femme à l’occasion de la naissance d’un enfant, Martial ouvre son compliment par un souvenir de l’objet : c’est évidemment l’origine bretonne de Claudia Rufina et de la bascauda qui crée le rapprochement :

Claudia caeruleis cum sit Rufina Britannis
edita, quam Latiae pectora gentis habet
quale decus formae!
Romanam credere matres
Italides possunt, Atthides esse suam.
XI.53.1-4.

Le premier vers de XIV.99 est remonnayé dans le vers 1 de l’éloge, de métrique à peine modifiée ; les Britanni occupent la fin des deux hexamètres, à bascauda correspond exactement le nom Rufina ; le pentamètre du distique trouve son équivalent dans les vers 3-4 de IX.53 : esse suam fait écho à sed me iam mavult dicere Roma suam. Il n’y a aucune assimilation de Claudia Rufina à la bascauda : mais une image (les Bretons peints de bleu) et des schèmes rythmiques.

Annexe 3

Le questeur de VII.37, Iulius Secundus

Pour étayer l’identification du Secundus caché par un autre dans l’épigramme V.80, vers 6-7, dans le fantôme duquel nous voyons un fils du docte Severus, identique au questeur de VII.37, à savoir au Iulius Secundus du Dialogus de oratoribus, il ne faut négliger aucun indice. Il en est un qui n’a peut-être pas été jusqu’ici relevé et commenté : il se déduit de l’épigramme II.65368 :

Cur tristiorem cernimus Saleianum?
An causa levis est, inquis, extuli uxorem.
O grande fati crimen! O gravem casum!
Illa, illa dives mortua est Secundilla
centum decies quae tibi dotis dedit?
Nollem accidisset hoc tibi, Saleiane.

Maternus n’est pas le seul poète du Dialogus : un autre, qui n’y tient certes pas une place comparable, mais qui à l’époque de Vespasien avait eu un grand renom, et qui dans le dialogue représente les succès auxquels parfois peut atteindre un poète, apparaît plusieurs fois mentionné dans les propos d’Aper : c’est Saleius Bassus369. Quintilien le loue après Valerius Flaccus, comme lui disparu prématurément, pour son talent véhément et véritablement poétique370. Aper lui reconnaît les titres d’egregius poeta et de praeclarissimus vates, en rappelant la gratification de 500 000 sesterces que lui avait accordée Vespasien371, fait rarissime, puisque les poètes sont pauvres, si glorieux soient-ils372 : ardent, amoureux du travail de la lime dans l’épopée, il fut plus important qu’on ne croit parfois373, mais n’eut pas le temps de parvenir à la maturité. De même son cher ami Iulius Secundus qui dans le prologue du Dialogus évoque ainsi leur intimité : “qui ne sait que personne, par une longue amitié et une intimité constante, n’est plus lié avec moi que Saleius Bassus, le plus estimable des hommes et le plus parfait des poètes ?”374.

Martial fait d’un Saleianus fictif la “cible” de son épigramme sur le thème satirique de la tristitia d’un veuf enrichi par la mort de son épouse, Secundilla qui lui avait apporté en dot dix millions de sesterces. Si Secundilla est un cognomen attesté, Saleianus semble avoir été inventé à partir du gentilice Saleius375.

On ne connaît pas la date de la mort de Iulius Secundus et du poète Saleius Bassus, tous deux au début des années 80376 ; quel que soit le premier qui mourut, son ami fut à coup sûr couché sur le testament. L’épigramme transpose en une relation conjugale entre deux personnes fictives dont les noms sont encore aisément reconnaissables l’étroite amitié qui avait lié deux êtres très réels, et la transposition s’accompagne d’un grossissement bouffon : Vespasien avait accordé 500 000 sesterces à Saleius Bassus377 ? Secundilla laissera dix millions à Saleianus.

On ne doit pas s’étonner qu’un poète auteur d’épigrammes, qui adopte souvent la “ persona” d’un client besogneux, persifle ainsi le poète Bassus ; ce genre d’attaque n’a aucune portée quand elle relève du lusus epigrammatum, comme dit l’Aper du Dialogus. La lecture ici adoptée implique que Martial connaissait la relation amicale de Iulius Secundus (qu’il ne traite pas très différemment dans l’épigramme du “questeur”) et de Saleius Bassus : il était proche de son père Severus, et ne pouvait guère l’ignorer.

Notes

1 PIR2 M 183.

2 Appendice C.

3 Très approximativement. Cette cérémonie avait lieu à un âge très variable, en particulier selon les époques ; vers 17 ans au ier siècle : v. J. Marquardt, Das Privatleben der Römer, Leipzig 18862, réimpr. Darmstadt 1990, p. 599-600.

4 R. Syme, RP IV, p. 106.

5 Plusieurs notations de Martial vont dans ce sens, mais sont influencées par les poèmes d’exil d’Ovide.

6 W. Eck, apud L. Petersen (supra, n. 1), pensait à une province limitrophe de l’Haemus (Thrace) – Mésie inférieure ou supérieure ? – gouvernée par son père.

7 PIR2 F 127 (A. Stein citant L. Friedländer), cf. R. Syme RP IV, p. 106.

8 Peut-être une Marcella : supra, p. 99-101.

9 Cf. e. g. R. Syme, Danubian Papers, Bucarest 1971, page 207. Le fait tient pour une part aux conditions d’attribution des brevets de tribunat laticlave aux gouverneurs : H. Colton, “Military Tribunates and the Exercise of Patronage”, Chiron 11, 1981, p. 220-238.

10 Entendu par Horace en un sens différent et exprimé par une image musicale (Épîtres II. 2.144) : verae numerosque modosque ediscere vitae.

11 L’identification est considérée par D. R. Shackleton Bailey comme simplement possible dans son édition Teubner (“idem fortasse”, index p. 506), apparemment comme assurée dans son édition de la collection Lœb, III, index page 361.

12 Imité d’Ovide Tristes 1.5.1 : O mihi post ullos numquam memorande sodales.

13 R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 235 souligne que sodalis “denotes equality in social intercourse” : cela ne signifie pas égalité de statut social. Il étudie le cas de M. Aurelius Cotta Maximus Messalinus cos. a. C. 20 : il est dans Tristes IV.5.1 mihi dilectos inter pars prima sodales. Fils cadet de Messala Corvinus, il est aussi “lumière des Piérides”, poète autant qu’orateur (Pont. III.5.39 ; cf. IV.16.41-44).

14 Expression reprise par Ausone, 362, vers 14-15 : cf. M. Citroni, commentaire à I. 15.7.

15 Epistulae II.8.3 ; cf. M. Citroni ibid.

16 Qui s’oppose à la “vraie vie”, et qui est celle du sénateur comme du client ; les curae accablent plutôt les grands : v. IV.82.3 (Venuleius) ; VII.97,5 ; X.30,3 (L. Domitius Apollinaris).

17 Aper dans le Dialogus de oratoribus cite les epigrammatum lusus comme les plus modestes des œuvres poétiques (X.4) ; Martial en fait l’apologie dans IV.49.1-2.

18 Catulle, carmen 4.25.

19 Non pas sans doute les remords, mais les regrets : la tristitia est essentiellement celle du deuil ; les acerba d’une amitié sont sans doute d’un ordre différent : désaccords, absences, “âpretés”.

20 La dénomination par le prénom et le gentilice n’est pas fréquente chez Martial ; elle n’exclut nullement que Iulius ait porté un cognomen.

21 À savoir L. Iulius Marinus suff. ? 93 ; son fils L. Iulius Marinus Caecilius Simplex, suff. 101 ; L. Iulius Ursus, suff. 84, II 98, III 100 ; son héritier L. Iulius Ursus Servianus ne s’appellera L. Iulius que par l’héritage d’Ursus.

22 R. Syme, RP VI, page 398 sq sur Servianus et Sura ; cf. V, 525 et 643.

23 Id., RP VI, p. 642-643 sur l’origine de C. Valerius Flaccus Iulius Ursus fils du sénateur poète C. Valerius Flaccus, qui avait épousé une fille d’Ursus ou de Servianus.

24 Helbig Führer4 I, no 1097 ; la suscription du dédicant, Crescens libertus, est CIL VI. 1432 ; le buste a été longtemps considéré comme celui de Servianus : il représente un cos. III, et le troisième consulat d’Ursus était ignoré avant la découverte d’un nouveau fragment des Fasti Ostienses qui l’a révélé. L’identification avec Ursus, qui a toujours eu des partisans, s’est depuis imposée : cf. W. Eck, Chiron 13, 1983, p. 205 et 206, n. 597.

25 Voir sur ce portrait de L. Iulius Ursus A. Longo, s. v. Giulio Urso Serviano dans EAAO III (1968), p. 927 avec bibliographie.

26 Ce commandement considéré par W. Eck comme une possibilité se serait placé selon lui sous Domitien, mais dans une province indéterminée (Chiron 13, 1983, p. 205 et 206, n. 597).

27 Premier légat de Mésie Supérieure après la division de la province en 86, illustré par la victoire de Tapae en 88.

28 J. Fitz, Die Laufbahn der Statthalter in der Römischen Provinz Mœsia Inferior, Weismar 1966, p. 44 ; W. Eck, Chiron 12, 1982, p. 316-320 pour Sex. Octavius Fronto et p. 326-328 pour L. Iulius Marinus ( ?).

29 J. Fitz, ibid., p. 55 sq. ; les cas suivants sont attestés : M. Servilius Fabianus Maximus suff. 158 (cf. G. Alföldy, Konsulat und Senatorenstand unter den Antoninen, Bonn, 1977, p. 283, 284, 333) et P. Helvius Pertinax (J. Fitz, o. c., p. 22).

30 O. c., p. 55.

31 L. Funisulanus Vettonianus est transféré en 86 : R. Syme RP III, p. 1386.

32 Pompeius Longinus passe sans doute dans l’été 96 de Mésie Supérieure en Pannonie. R. Syme, RP V, p. 506 avec n. 36.

33 Des commandements très tardifs sont attestés, comme celui d’Hordeonius Flaccus PIR2 H. 202 ; W. Eck, Chiron 12, 1982, p. 284 et 285, n. 3 : sénile et goutteux selon Tacite Histoires I. 9.1. Vestricius Spurinna, septuagénaire, obtint une statua triumphalis pour son action en Germanie Inférieure : voir la problématique de la question de ce commandement dans R. Syme, “Vestricius Spurinna”, RP VII, p. 547-550 (et W. Eck, Chiron 13, 1983, p. 195-196, n. 534).

34 Cf. R. Syme, RP I, p. 239 : “at almost any time an elderly legate may be found governing a military province – from the vicissitudes of patronage or for an emperor’s security”.

35 C’est ce qu’on pourrait déduire de l’emploi du verbe tenere en III.5.6.

36 Considéré comme un ami de Martial, autrement inconnu, dans PIR2 D 8.

37 Hoc lege, quod possit dicere vitam “Meum est” (X.4.8).

38 Comparer l’adresse d’Atrectus dans I. 117, à finalité “publicitaire”.

39 Voie par laquelle on arrive à Rome quand on vient de Cisalpine ; le Lingon de VIII.75 rentre chez lui a Tecta Flaminiaque recens ; mais F. Coarelli, Il Campo Marzio, Rome, 1997, p. 119, n. 11 ne pense pas que l’expression se réfère à un itinéraire.

40 La Via Tecta est-elle “un passage couvert fermé aux deux extrémités allant de la Flaminia au Tibre, mais de tracé exact inconnu” comme le veut D. R. Shackleton Bailey (édition Lœb I, p. 205, n. b) ? On se trouverait alors dans le quartier funéraire du Mausolée d’Auguste étudié par V. Jolivet (F. Coarelli, o. c., p. 599 sq et figure 145 p. 600). Coarelli situe la Via Tecta dans une zone très différente du campus : elle correspond pour lui aux Porticus Maximae de l’antiquité tardive (cf. le plan de Lanciani qu’il donne ibid., p. 79, figure 7) : p. 119, 122, 126. – Le quartier n’est en tout cas pas aristocratique.

41 La théorie de l’allégorie césarienne de Daphnis développée par P. Grimal, “La Ve Églogue et le culte de César”, dans Mélanges Picard, 1949, p. 406-419, est discutée. Adoptée par J. Perret dans son édition des Bucoliques (1961, 19702), p. 57-58, elle n’est plus acceptée par lui dans “Daphnis pâtre et héros, perspectives sur un âge d’or”, REL 60, 1982, p. 221-222.

42 J. Dion, “Les étoiles dans les Bucoliques”, REL 84, 2006, p. 97-99, n’écarte pas cette “perspective césarienne”.

43 DI XLVI.

44 L. Domitius Apollinaris, peut-être poète lui-même (Martial l’associe à sa création dans l’épigramme VII. 26.3).

45 Tel Q. Ovidius (IX. 52).

46 Martial VII. 21 ; Stace, Silves II. 7.

47 XII.67, que nous concevons comme un hommage au poète sénateur, écrit à l’annonce de sa décision de cesser de s’alimenter en 101 (Pline III.7.12).

48 Martial VIII.38.14 ; Stace Silves II.1.191 ; 193 ; II.3.75-77.

49 Il n’est pas possible de dater avec précision la rédaction d’une épigramme du livre I.

50 Elle se heurte évidemment à de sérieux obstacles : le principal est peut-être le silence absolu de Martial sur les charges revêtues par L. Iulius en particulier sur ses deux derniers consulats, et sur son cognomen (malgré un curieux cursus) ; il y en a d’autres, comme la relative rareté des épigrammes qui lui sont adressées. Même dans le cas de Faustinus, la discrétion de Martial est moindre : on entrevoit sa qualité de grand sénateur. Il faut supposer qu’entre L. Iulius et Martial serait intervenue une convention de discrétion : si l’on en croit Dion Cassius, la carrière d’Ursus aurait pu l’inspirer, en 83 (cf. R. Syme, RP IV, p. 313).

51 PIR2 A 116.

52 Son urne funéraire provenant d’une tombe familiale du Monte Mario a fait connaître son nom et son âge : v (ixit) a (nnis) XII m (ensibus) XI d (iebus) VII (CIL VI. 16631 = ILS 1030). Voir R. Syme, RP VII, p. 608. Supra, p. 178 n. 70.

53 A. N. Sherwin-White, The Letters of Pliny, Oxford, 1968, p. 346 et 475 ; le destinataire de VIII. 23 pourrait être Égnatius Marcellinus, jeune sénateur loué dans la lettre IV. 12 à Arrianus Maturus.

54 R. Syme, RP V, p. 484.

55 PIR2 I 731.

56 Ils pouvaient être apparentés par leurs mères, deux Marcellae ? Mais c’est principalement le gentilice Aefulanus qui le suggère.

57 R. Syme, RP V, p. 459 (aucun exemple dans le CIL V) ; VII, p. 608. La possibilité d’une parenté d’Aefulanus Marcellinus (V. 16) avec la jeune Minicia Marcella nous paraît pratiquement exclue : sa mère était Statoria Marcella, d’origine Milanaise.

58 VI. 74.

59 St. Gsell, Essai, p. 233 et n. 6 sur l’occupation de la porte Caspienne.

60 R. Syme, RP IV, p. 106.

61 Voir dans R. K. Sherk, “Roman Galatia”, ANRW II.7.2 (1980), p. 992 sq (avec la carte p. 993 de l’Arménie Mineure et du Caucase) et T. B. Mitford, “Cappadocia and Armenia Minor”, p. 1192-1194 sur la région subcaucasienne.

62 R. K. Sherk, ibid., p. 996 avec n. 14 et 997.

63 Sur le retour de ses cendres ramenées par sa veuve (Mummia) Nigrina. Étude du successeur et de sa carrière dans R. Syme, “The Enigmatic Sospes”, RP III, p. 1043-1061 ; cf. W. Eck, “Die Staatliche Organisation Italiens in der hohen Kaiserzeit”, Vestigia 28, Munich, 1979, p. 191 avec n. 7 et 192.

64 Des détachements des cinq légions des deux commandements de Mésie participèrent à la guerre contre les Sarmates : R. Syme, “Hadrian in Mœsia”, Danubian Papers, Bucarest, 1971, p. 206 ; cf. RP III, p. 1044, sur ILS 719.

65 R. Syme, RP IV, p. 106.

66 Il a développé cette conception à de nombreuses reprises, en particulier dans Tacitus, Oxford, 1958, II p. 636.

67 Infra sur cette très incertaine conjecture.

68 B. W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New-York, 1991, p. 40-42 avec stemma p. 41 : il fait d’Ursus un frère de Ti. Iulius Lupus préfet d’Égypte, fils du Iulius Lupus tribun de la Garde en 41. Les cognomina Lupus et Ursus sont vraisemblables pour de proches parents ; R. Syme, RP V, p. 526 n. 33, voyait dans P. Iulius Lupus suff. 98 le fils du Préfet d’Égypte et faisait observer à son propos l’inscription de Volaterrae CIL XI. 1777 mentionnant trois frères, Ursus, Lupus et Aper.

69 Sur P. Berol. 8334 dans les CRAI 1947, p. 376 sq ; suivi par R. Syme, Tacitus II, p. 635 sq.

70 B. W. Jones, o. c., p. 42.

71 J. P. Sullivan, o. c., p. 49.

72 Carmen 13, vers 1 est imité par Martial XI.52, vers 1. Le “Fabullus” auquel s’adresse l’invitation de Catulle était, avec “Veraniolus”, l’un des meilleurs et plus anciens amis du poète.

73 Les vers 9-10 de l’épigramme font écho à la description d’Ovide (Met. VIII, 666-667 : intibaque et radix et lactis massa coacti/ovaque non acri leviter versata favilla).

74 Vers 15-18 : plus ego polliceor : nihil recitabo tibi/ipse tuos nobis relegas licet usque Gigantas/rura vel aeterno proxima Vergilio.

75 Malgré la différence des situations : Iulius Cerialis est seul invité et Martial seul invitant.

76 Voir R. Syme, “Clues to Testamentary Adoption”, dans RP IV, p. 159-173, et “The Testamentum Dasumii : Some Novelties”, dans RP V (521-543), part. p. 528-529.

77 Un cognomen n’est pas un nomen : la nomenclature Iulius Cerialis peut résulter d’un choix de Martial. Le légataire adopté pouvait choisir la portion de nomenclature qu’il voulait porter.

78 O mihi post ullos numquam memorande sodales.

79 Ainsi par J. André dans son édition des Tristes, CUF, 1968, p. 18, n. 1 ; cf. les p. XXXII-XXXIII.

80 Ce distique a l’allure d’un proverbe (M. Citroni, o. c., p. 328) : créé, dirions-nous, par Martial sur un souvenir de Virgile : Ergo age, terrae/pingue solum... fortes invortant tauri (Georg. I, 64-65).

81 VIII.55, vers 5-6 et 19-20. C’est ainsi, semble-t-il, que Martial désigne les Géorgiques par “Italia”, d’après l’éloge du livre II.136-176.

82 Sa bucolique V est plus une géorgique qu’une pastorale : voir l’édition de J. Amat, CUF, Paris, 1991, p. 45, revoyant à R. Verdière. H. J. Izaac, dans son édition des Épigrammes traduisait rura par “tes pastorales” et concluait que Iulius Cerialis était l’auteur de Bucoliques.

83 L’épitaphe de Virgile désigne par rura les Géorgiques :
Mantua me genuit, Calabri rapuere, tenet nunc
Parthenope. Cecini pascua, rura, duces.

84 Voir L. Duret dans ANRW II.32.5, p. 3181-3187.

85 Qui situent les deux œuvres à l’époque néronienne ; Martial présente les Géants et les Rura de Iulius Cerialis dans cet ordre qui correspondrait à la chronologie relative des œuvres.

86 L’hypothèse, ancienne pour ce qui est de “Siculus”, ne paraît pas être acceptée par J. Amat dans son édition.

87 Mélibée passe pour figurer Sénèque ou C. Calpurnius Piso que glorifie la Laus Pisonis ; ces identifications sont très hypothétiques.

88 Virgile, Buc., IV.1 : Sicilides Musae, paulo maiora canamus...

89 Cf. supra, n. 85. Selon J. Amat, o. c., p. 78, la Laus Pisonis aurait été composée entre 48 et 53 ; le poète indiquant qu’il n’avait pas atteint vingt ans, cette datation correspondrait bien à la date à laquelle L. Iulius paraît être né.

90 REA 100, 1998, p. 53 sq.

91 Cf. Laus Pisonis, vers 190-208.

92 XI.53, de même forme élégiaque que XI.52.

93 Claudia Rufina est une puella dont la naissance d’un premier enfant atteste la fécondité.

94 Ils sont encore virtuels. Une illustration célèbre de ce type idéal dans la Cornelia de l’élégie IV.11 de Properce ; cf. la laudatio Turiae CIL VI. 1527 = 31670.

95 L’éloge de Claudia Rufina paraît avoir développé le distique XIV.99 sur la bascauda : supra, p. 134-135, postilla.

96 Dans le cycle de Mentula, noter le carmen 105 : Mentula conatur Pipleium scandere montem ; / Musae furcillis praecipitem eiciunt.

97 Sans doute le Flaccus poète : supra, p. 120 sq.

98 D. R. Shackleton Bailey retient cette leçon de préférence à Matro ; c’est le cognomen de Virgile.

99 L’épigramme peut avoir pour “destinataire” un personnage affublé du “sobriquet” catullien de Mentula, ou le Flaccus de la pièce suivante.

100 Les pièces réunies dans l’Appendice F illustrent bien la liberté du lusus epigrammatum ; nous en rapprocherions l’épigramme X.64 à la très respectable patronne Polla Argentaria, veuve de Lucain.

101 Les toponymes de Celtibérie sont également crassiora dans l’épigramme XII.18 à Juvénal.

102 Martial mentionne sous forme adjective des “cités” (Santonicus, Sequanica) et un Lingon, jamais des villes à l’exception de Burdigala. Cf. supra, p. 27 et 182 n. 141.

103 D. R. Shackleton Bailey adopte la leçon du manuscrit T, principal témoin de la famille α.

104 Le préteur de CIL XIII. 596 ne peut être le Iulius Secundus du Dialogus de oratoribus (contrairement à ce que semble supposer R. Syme, Tacitus, t. II, p. 800 et RP III, p. 989 avec n. 20 : “it may be”). Le préteur des inscriptions de Bordeaux 596-600, un C. Iulius Secundus, est le détenteur d’une magistrature municipale purement indigène qui ne peut être confondue avec la magistrature romaine, cf. L. Maurin et M. Navarro Caballero, Inscriptions latines d’Aquitaine (ILA), Bordeaux, 2010.

105 César, BG III.11.3 et 20 sq. Les Aquitains reçurent le soutien de peuples de l’Hispania Citerior, qui envoyèrent des troupes et des chefs expérimentés anciens alliés de Sertorius. César mentionne dans l’armée coalisée de la fin des opérations 50 000 Aquitains et Cantabres (III.26).

106 La liste des peuples qui envoient des otages à Crassus à la fin de sa campagne (III.27) ne les cite pas. Du reste, les Vivisques ne devaient pas être encore établis dans le Bordelais en 56 : on suppose aujourd’hui qu’il y ont été transférés quelques années après la guerre césarienne. Nous devons cette information, comme celle de la n. 104, à l’amitié de L. Maurin et renvoyons au même ouvrage. P. Crassus ne pouvait donc avoir affaire à des Vivisci ; mais l’“emporion” de Burdigala existait au moins depuis le vie siècle : il put traiter avec des Burdigalenses.

107 Burdigala ne peut être la patria d’Ursus (Cerialis) ; mais une origine peut être bien distincte de la patria.

108 R. Syme, RP V, p. 526 avec n. 29.

109 Les événements sont rapportés par César au début de la campagne 57 mais remontaient à l’année 56 : il ne voulait pas terminer son livre II sur un échec.

110 L’Aquitaine fournit de très rares sénateurs au ier siècle. Le gouverneur de Lyonnaise Iulius Vindex, Gaulois, descendait, disait-il, de rois Aquitains. Un sénateur suff. 85, Q. Iulius Balbus était probablement de même origine (R. Syme, RP VI p. 219 ; cf. III p. 995 : un de ses esclaves paraît à Lugdunum Convenarum – CIL XIII. 72). Pour ce qui est d’une origine Helvète d’un sénateur, elle est très difficilement concevable, sinon inconcevable (voir R. Syme, “Helvetian Aristocracy”, RP III (986-997), p. 993). Au reste ces hypothèses ne sont pas conciliables avec la supposée parenté de L. Iulius Ursus avec les Iulii Lupi de Narbonnaise.

111 Voir R. Syme, “Domitius Apollinaris”, RP VII (588-602), p. 593. Nous avions omis ce texte dans notre étude de FX VII, p. 117-120 : cette épigramme est VII.89.

112 IV.13, adressée à un Rufus.

113 Cercle de poètes. Les vers 31-32 de V.78 supposent la présence de plus de quatre personnes.

114 L. Friedländer donnait in saturis et pensait à un portrait de Iulius Rufus en tête de l’édition de ses satires (cf. celle d’un Virgile en forme de codex XIV.186).

115 NH XXXVI. 29.

116 Nous suivons D. R. Shackleton Bailey, édition Loeb, vol. II, p. 414-415, n. a.

117 Elle ne s’identifie pas à la schola poetarum mentionnée par Martial (III. 20.8) mais en était très proche. Cette schola poetarum paraît être l’édifice semi-circulaire (de plan analogue) qui se lit sur les fragments de la Forma Vrbis : voir P. Gros, Aurea Templa, Rome, 1976, p. 81 sq et F. Coarelli, Il Campo Marzio, Rome, 1997, p. 463-464, 482-484 et fig. 112, p. 477.

118 L’épigramme concerne bien un “objet d’art” : J. P. Sullivan, o. c., p. 48. La critique d’art (sommaire !) a place dans les Épigrammes, ainsi dans l’éloge de l’Héraclès Épitrapézios de Novius Vindex IX.43 et 44 (44.6 : Lysippum legi, Phidiae putavi).

119 Supra, n. 116.

120 Platon, Banquet 215 a. b.

121 NH XXXVI. 28.

122 Banquet 215 b. c.

123 J. Perret, Les Bucoliques (coll. Erasme), Paris, 1970, p. 67-68.

124 Bucoliques II. 13.

125 Buc. I. 1 : Tityre tu…

126 Calpurnius Siculus, Bucoliques IV.62 sq, cf. Martial VIII.55.8 sur le Mécénat, à Flaccus. La métamorphose avait été préparée par Properce, Élégies II.34.72. – Le nom Tityros est apparenté à Satyros (en dorien Tityros = Satyros selon Élien de Préneste V. H. III.40) ; il est prêté à des personnages très divers mais toujours liés à l’univers pastoral ; chez Théocrite, c’est celui d’un chanteur, sans doute pseudonyme d’un poète qui avait chanté Daphnis et Comatas.

127 Horace, Odes II.14.1-2 : Eheu fugaces, Postume, Postume/labuntur anni…

128 Les sept premières occurrences dans le livre II ; puis IV.6 et 40, V.5 et 58, V1.I9.

129 VI.19, qui le montre en avocat.

130 P. White, “The Friends of Martial, Statius and Pliny, and the Dispersal of Patronage”, HSCP 1975, p. 296 n. 41 continuée de la p. 295.

131 Conception de Leumann, contestée par I. Kajanto dans ses Onomastic Studies p. 64 (cf. Latin Cognomina p. 113-114) : le sens fondamental du suffixe – inus/a est l’appartenance, d’où des emplois patronymiques et – selon Leumann – des diminutifs à l’époque impériale.

132 H. J. Izaac traduisait “gloire éclatante de l’armée et du barreau”, D. R. Shackleton Bailey “shining glory of sword and gown”.

133 Panégyrigue 60.5.

134 L’éloge des Punica de Silius Italicus (VII.63.2 : Latia carmina digna toga) fait sans doute allusion au statut du consulaire (année 68).

135 Elle est certainement incomplète. Sur le Fronto qui paraît dans Juvénal, satire I, vers 12 sq, voir le commentaire de E. Courtney p. 86.

136 M. Torelli, JRS 58, 1968, p. 170-175.

137 Chevalier adlectus par Vespasien ou Titus : W. Eck, Senatoren von Vespasian bis Hadrian, Munich, 1970, p. 104 et n. 51.

138 St. Gsell, Essai sur le règne de l’Empereur Domitien, Paris, 1894, p. 354.

139 W. Eck, Chiron 12, 1982, p. 316 sq ; R. Syme, RP IV, p. 170.

140 PIR2 C 194.

141 C’est aussi sans doute le cas des deux “Fronto” évoqués supra, p. 110 et infra n. 147.

142 RE VII.1 (1910), col. 112.

143 Le diplôme militaire CIL XV. 37, du 14 Juin 92, atteste son commandement de la province stratégique.

144 Essai, p. 354.

145 A. N. Sherwin-White, The Letters of Pliny, Oxford, 1966, p. 170.

146 Mentionné toujours avec éloge à propos de débats judiciaires sénatoriaux qui s’étagent de 100 à 107.

147 Vers 9-13 ; cf. PIR2 F 489 et 488.

148 Voir l’Addendum “Maternus”, notre conclusion.

149 Le vers 7 (Fuficulenus praestat et Faventinus) autorise l’accord du verbe avec un ou deux sujets.

150 Paganica.

151 On ne sait si ces propriétés lui appartenaient ou étaient celles d’une épouse.

152 CIL IX. 3571 ; 3579 ; peut-être 3578, ligne 11.

153 CIL VI. 37306 et 37310 ; Mancini, NSA 1911, 64 sq.

154 Considéré comme probablement Transpadan par R. Syme, “Verona’s Earliest Senators : Some Comparisons”, RP VII, p. 488 ; cf. G. Alfdldy, “Senators aus Norditalien”, EOS II (1982), p. 364.

155 R. Syme, RP II, p. 600. Le nom ne risquait pas de compromettre un sénateur. En III.72, Martial moque une Saufeia ; Juvénal reprendra le nom pour une aristocrate grande buveuse (satire VI, 320 et IX, 117).

156 PIR2 M 475. Une des inscriptions de Memmii ensevelis dans le monument funéraire des Caesii sur la via Cassia (CIL VI. 3736) y a été placée permis(su) L. Memmii Tuscelliani.

157 PIR2 C 427.

158 W. Eck, Chiron 12, 1982, p. 305 sq.

159 B. Levick, Roman Colonies in Southern Minor Asia, Oxford, 1967, p. 111 sq ; B. Kreiler, Die Statthalter Kleinasiens unter den Flaviern, Munich, 1975, p. 111 sq.

160 RE XII, col. 1708.

161 Actes des Apôtres, 13.7.

162 T. B. Mitford, “Roman Cyprus”, dans ANRW II. 7 (1980), p. 1381.

163 Supra, p. 83 (un athée prospère).

164 G. Gunderman, édition des Stratagemata, Leipzig, 1888, praef. XII sq ; cf. L. Petersen dans PIR2 I 321, p. 215.

165 La nomenclature réelle de Frontin ne fait pas de doute : son cognomen est Frontinus.

166 Cività d’Antino ; CIL IX. 6083, 78.

167 Dix cas sur les 633 Iulii enregistrés par la PIR2 (qui ne sont pas tous dotés de leur prénom).

168 I. Kajanto, Latin Cognomina, p. 118 cf. 236 : “appell. very rare”.

169 De natura deorum I. 80.

170 R. Syme, RP IV, p. 118 et 401 : ses Stratagemata II. 9,5 rapportent une anecdote relative à la prise de Tigranocerte.

171 Cf. Strat. I, praef. :… expeditis amplectar commentariis occupatis velocitate consuli debet… ;… multa et transire mihi ipse permisi.

172 R. Syme, RP V p. 509-510, sur le panégyrique de Trajan 60.5.

173 Élien le Tacticien lui rend visite au début du règne de Trajan dans sa villa (Tact. I. 1).

174 A. Licordari, dans EOS II (1982) p. 41 : un signaculum au nom de Sex. Iulius Frontinus, vraisemblablement Frontin, y a été trouvé.

175 Son nom apparaît dans une inscription de cette ville (AE 1935,10).

176 Cela ressort de la mention des cigales.

177 X.58.4 ; l’expression évoque la description de la villa de Faustinus.

178 Sur les lacus de l’approvisionnement en eau de Rome, Frontin définit dans son De aquae ductu Urbis Romae les lacus, bassins qui, lorsqu’ils sont décorés, portent le nom de munera (“fontaines monumentales”). La rédaction de ce traité (97) est sensiblement contemporaine de l’épigramme X.58.

179 R. Syme, RP IV, p. 128 à propos de l’origine de Frontin (CIL XII. 1859) ; cf. Y. Burnand, EOS II (1982), p. 416.

180 A. N. Sherwin-White, o. c., p. 150.

181 Pline redoute que Lupercus, devant certaines hardiesses de style, ne “fronce les sourcils” (frontem adducere, trahere).

182 Les Apophoreta consacrés à des livres (XIV.183 à 196) font alterner œuvres brèves, en général des poésies (telle la Cynthia de Properce) sur rouleaux de papyrus et des œuvres monumentales – poésie ou prose – sous forme de codex, des “pavés”. Les sept premiers livres de Martial firent l’objet d’une édition de ce type (P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, p. 182).

183 Sans doute des panneaux peints.

184 Sur six occurrences enregistrées dans les Latin Cognomina d’I. Kajanto p. 189, trois proviennent de Dalmatie, une de la colonie de Lugdunum (CIL XIII. 1961) ; l’inscription concerne un affranchi.

185 Cf. le conventus Lucensis d’Asturie, dont le centre était Lucus Augusti, Pline l’Ancien NH III. 28 ; commentaire de H. Zehnacker dans son édition de la CUF, p. 115.

186 C. Iulius Hyginus Polyhistor PIR2 I 347.

187 A. Licordari l. c. le considérait comme d’origine Italienne, peut-être de Terracine.

188 Le quatrième livre des Stratagemata, s’il n’est pas l’œuvre de Frontin lui même, est celle d’un continuateur bien informé (IV.3.14).

189 Agricola XVII.4.

190 Qui a livré une inscription d’un Tacitus à Mars et Vasio.

191 Pline l’Ancien, NH III.37 : Vocontiorum civitatis fœderatae duo capita Vasio et Lucus Augusti. Que Frontin ait été comme son affranchi supposé originaire de Lucus Augusti est une hypothèse extrêmement hasardeuse ; la ville (qui n’a pas été fouillée) était certainement moins importante que Vasio. On peut toutefois noter que Tacite, dans son récit de l’invasion vitellienne par Fabius Valens (Histoires I.64 à 66) énumère une série de villes et de communautés menacées, qui aboutit à Lucus Augusti, qui échappa à la destruction à prix d’or : “à Lucus il tint des torches allumées contre la ville – c’est un municipe des Voconces – jusqu’à ce qu’on l’eut apaisé par de l’argent” (I.66). L’attention prêtée par l’historien à un épisode mineur de la progression de Fabius Valens vers les Alpes peut éveiller l’intérêt du lecteur.

192 P. van de Woestyne, dans Musée Belge 33, 1919, p. 31-45 a montré que le destinataire de cette élégie était Hygin (J. André, édition des Tristes, CUF, Paris, 1968, n. p. 95).

193 RE A2, col. 1056-1057.

194 Publiée par E. Marec et H.-G. Pflaum, CRAI 1952, p. 78 sq, d’où AE 1953, 73 ; voir R. Syme, RP III, p. 1262 sq ; p. 1263 sur les fonctions d’a studiis, “a kind of superior research assistant, extracting and digesting the documentation the ruler needed for his decisions”.

195 R. Syme, RP III, p. 1340 avec n. 22.

196 PIR2 I 576 ; R. Syme, “Roman Senators from Dalmatia”, dans Danubian Papers, Bucarest, 1971 (110-121) p. 113 et addendum à la p. 120. Sur la série des épigrammes qui concernent Severus (II.6 ; V.11 et 80 ; VI.8 ; VII.34 ; 38 ; 49 et 79 ; VIII.61 ; X.73 ; XI.57) voir le commentaire de N. M. Kay, Martial, Book XI, Oxford, 1958 ad XI.57. Il considère, comme nous, qu’il n’y a qu’un personnage de ce nom chez Martial.

197 À confronter à XI.57 : hypothétiquement, mais presque certainement à nos yeux, Severus est à deux titres le doctus Severus : comme bibliothécaire de la Palatine (V.5) et comme écrivain (XI.57).

198 Le propre de cette clôture est que le “contenu” du texte ne déborde pas de son cadre étroit. La forme est idéale pour les confidences ou les reproches humoristiques qui sont sans conséquence. Le mètre adopté, l’hendécasyllabe, est celui du fugitif, de l’humeur, de l’instant. Catulle avait donné avec son carmen 42 un exemple limite de la liberté ludique que permet ce vers.

199 Forgé à partir de prôtocollon, la première pagina d’un rouleau de papyrus.

200 Diffusion de “bonnes feuilles” ?

201 Cf. le distique XIV.188 sur un Cicero in membranis.

202 Bovillae était à 15 milles de Rome sur la via Appia : c’est la route du voyage à Brindes d’Horace (satire I. 5) ; au départ de la via, la porte Capène et le bois des Camènes, où Umbricius, quittant Rome pour Cumes, fait ses adieux à Juvénal dans la IIIe satire. Cf. supra, n. 79 p. 194.

203 Le modèle de la doctrina est Catulle.

204 Vers 10-11, inquieta/lassi marmora Sisyphi : la métaphore est claire, mais marmora un peu singulier ; peut-être choisi par Martial parce que le marbre est dense et pesant ?

205 D. R. Shackleton Bailey, édition Loeb, II, p. 145 n. d.

206 Selon le même éditeur, le disertus Secundus de V.80.6-7 pourrait être Pline (o. c., I, p. 413, n. b) ; c’est aussi notre avis.

207 Epistulae V.10.3.

208 Cf. XII.34.9.

209 “Tu connais, Castricus, le signal de mort du questeur ? Il vaut la peine de connaître son original “theta” : chaque fois qu’il moucherait son nez coulant de froid, ce serait, avaitil enjoint, le signal de l’égorgement. Une vilaine chandelle pendait à son détestable nez, comme un affreux Décembre soufflait de sa gorge humide : ses collègues lui ont retenu les mains. Tu veux en savoir plus ? Il n’a pas pu, Castricus, se moucher, le pauvre”.

210 G. Ville, La gladiature en Occident des origines à la mort de Domitien, Rome, 1981, p. 154.

211 Le munus quaestorium obligatoire avait été rétabli par Domitien : Suétone, Domitien IV.3.

212 La Vita Lucani II.10 fait connaître celui que donna Lucain sous Néron : gessit autem quaesturam, in qua cum collegis more tum usitato munus gladiatorium edidit secundo populi favore.

213 Cf. Phèdre III.3, vers 14 (naris emunctae senex). Les Atticistes, bien “limés” et “mouchés” selon Quintilien, refusaient dans le style le creux et le redondant : I.O. XII.10.17 : Attici limati quidam et emuncti nihil inane aut redundans ferebant.

214 Épître aux Pisons, vers 446-447.

215 Perse 4.13 : nigrum… theta.

216 L’anecdote dont Martial tire la mise en scène de son épigramme peut fort bien correspondre à une situation bien antérieure à la date de l’épigramme : tout y est d’ailleurs exprimé au passé.

217 I.O.X.3.12 sq.

218 C. P. Jones, Plutarch and Rome, Oxford, 1971, p. 50.

219 Idem, “Julius Naso and Julius Secundus”, HSCP 72, 1968, p. 279 sq.

220 Il nous paraît bien possible que ces mains soient celles d’un mari.

221 VI.43 et 68 ; VII.4.37 et 42.

222 Riche assurément, comme il apparaît dans VI.43.

223 Il figure néanmoins dans l’Onomasticon du Thesaurus : H. Solin et O. Salomies, Repertorium, p. 311.

224 “Tout amant est soldat, et Cupidon a son camp”.

225 V.11 (année 90) est antérieure au mariage, qui doit avoir eu lieu en 91.

226 Stace, Silves I.2., vers 197-198. Le nom “Astéris” est, pour nous, le titre de son poème.

227 Horace, Odes III.7.1 ; Ovide, Metam. VI.108.

228 Deux noms stellaires se répondent.

229 NH XXXVII.131 : eadem contraria soli regerit candicantes radios in modum stellae unde nomen invenit.

230 Versat : le verbe, un fréquentatif, peut exprimer la reprise sous des formes variées d’une même idée ; Cicéron, Orator 137 : sic igitur dicet ille, quem expetimus, ut verset saepe multis modis eadem.

231 Pline, NH XXXVII.85-86 ; 55-61 ; 62-75 ; 115-119.

232 L’épigramme V.11 est suivie de sept hendécasyllabes (V.12) où Stella, plus fort que deux athlètes, porte à un doigt dix puellas – ce qui a suscité nombre d’hypothèses. Nous la comprenons ainsi (interprétation qui n’exclut pas d’autres explications) : Stella, dans son “Astéris”, a multiplié les équivalences métaphoriques de Violentilla avec des pierres précieuses ; Martial retourne l’équivalence : si une puella vaut une gemme, dix gemmes valent dix puellas : Stella porte donc bien au doigt – c’était la mode des élégants – dix “puellas”.

233 Colere signifiera dans ce cas “courtiser”.

234 Cicéron, Pro Archia 24.

235 Vénus, dans l’épithalame de Stace, dit à sa protégée (vers 169-170) : Satis o nimiumque priores/despexisse procos.

236 Cela semble découler des présents que Martial lui envoie de son jardin : des œufs pour sa gorge, des fruits pour la gourmandise. Le poste occupé apparemment à la chancellerie n’est pas celui d’un jeune homme.

237 L’épigramme – passablement irrespectueuse – VI.21, l’épithalame de Martial, est certainement de cette année 91.

238 Une veuve orpheline, comme l’était Violentilla, n’est dans la manus de personne.

239 Violentilla, contrairement à ce que semble penser Martial en la nommant Ianthis, n’a aucun rapport avec le nom de la violette ; son cognomen vient de Violens qui se conserve chez les Volumnii de Perugia (ILS 6618, 7833) : R. Syme, RP IV, p. 385.

240 Silves I. 2, vers 260-263.

241 Supra, p. 120-121.

242 Mythe de la surprise de Vénus et Mars par Vulcain (Silves I. 2.59-60).

243 Horace, Odes I.2.19-20 : (le Tibre) u/xorius amnis.

244 Oppianus, dérivé d’Oppius/a, prend sans doute chez Martial le sens d’“appartenant à Oppia” – comme le cognomen d’un fils peut être dérivé du gentilice de sa mère (tel Vespasianus pour le fils de Vespasia Polla). Mais il y a d’autres formes d’appartenance que la filiation. Oppianus pourrait dénommer un habitant de l’Oppius (Romanus dérive du toponyme Roma) et surtout, cum grano salis, le mari d’Oppia.

245 Tué dans l’attaque des Daces au printemps 85 (et non dans l’hiver 85-86 comme admis antérieurement) : G. Alföldy et H. Halfmann, Chiron 13, 1973, p. 358-359.

246 Le gentilice est répandu, en particulier dans le Picenum : RE XVIII.1 (1939), col. 726 ; d’origine osque et dérivé d’un prénom. C. Oppius Sabinus paraît avoir été apparenté à une famille picénienne ; sur les Oppii d’Auximum, voir J. Kubitschek, IRTD, 1889, p. 62. C’était un novus homo, ce qui ne cadre pas bien avec la manière dont Stace évoque les ancêtres de Violentilla : gloria patrum/et generis... honos (Silves I.2.108-109). Mais Stace n’est pas historien : R. Syme doute que Stella ait été patricien comme il l’affirme (ibid., 27l : patriciis maioribus ortum) : “the term ‘ patricius’can be applied loosely” RP IV, p. 385.

247 Suétone, Domitien VI.2 ; St. Gsell, Essai, p. 128 et n. 5.

248 Le double triomphe Germanique et Dacique de 89 date de la fin de cette année : St. Gsell, ibid., p. 223.

249 Cf. Catulle, carmen 61, épithalame de Iunia et Manlius, vers 116 sq : Torquatus volo parvolus…

250 R. Syme, RP IV, p. 390 avec n. 107. Flaccus lui semble être un personnage unique “down to IX.90, if non further”. Selon R. A. Pitcher, “Flaccus, friend of Martial”, Latomus 41, 1984, p. 414-423, le même Flaccus reçoit toutes les épigrammes concernant un destinataire de ce nom. Cette question est problématique et secondaire ; nous ne l’aborderons guère.

251 D. R. Shackleton Bailey distingue un poète padouan (I. 61 et 76) et un ami qui reçoit les 20 autres envois ; A. Stein (PIR2 F 170) doutait que le Flaccus de I. 98, VII.8, X.33, XI.95 et XI.98 soit le personnage qui reçoit les autres épigrammes à Flaccus... ; alii aliter.

252 J. Marquardt, Privatleben, I, p. 94, n. 6 et 95.

253 HSCP 79, 1975, p. 257, n. 46.

254 R. Syme, RP V, p. 593.

255 PIR2 C 265.

256 Sur son père, voir R. Syme, RP V, p. 601.

257 Id., ibid.

258 Martial VIII.45 et IX.90.

259 Sur le fils du poète, R. Syme, RP V, p. 642-643.

260 Aetna, vers 17-24.

261 Carmen 13,1 : Cenabis bene, mi Fabulle, apud me ; Martial surenchérit sur Catulle, en remplaçant bene par belle.

262 CIL VIII. 31374 ; I. Kajanto, o. c., donne l’Unicus de Martial pour un cognomen.

263 Catulle, carmen 9, vers 1-2.

264 On le considére souvent ainsi (e. g. J. P. Sullivan, o. c., p. 542).

265 Cognati, les cousins germains sont consobrini quand leur parenté se situe du côté maternel, fratres patrueles si elle se situe du côté paternel. Quand Martial appelle Toranius “ frater”, il n’emploie pas le mot dans son sens strict, mais de manière plus lâche, comme valant “cousin”.

266 Carmen 65 ; 68b ; 101.

267 XI.10.

268 Ce salut est très chaleureux, et convient parfaitement à un parent proche : antéposition du possessif mi, combinaison du terme de parenté frater avec le carissime si Ovidien.

269 “La main d’Annaeus Serenus, ami de Sénèque”, Mnemosyne 8, 1955, p. 222-226.

270 Comme le note D. R. Shackleton Bailey, édition Loeb, II, p. 30, n. b. Cf. VII.45.1.

271 Sur L. Annaeus Serenus voir PIR2 A 618 (A. Stein) et P. Veyne, Sénèque, Entretiens. Lettres à Lucilius, Paris, 1993, p. 311.

272 C’est le sens du mot dans Tacite, Agricola IX. 2 sur la juridiction des camps : castrensis iurisdictio secura et obtusior ac plura manu agens calliditatem fori non exerce<a>t : elle procède souvent manu militari.

273 Par exemple XII.40.5-6 : “Mortuus, inquis,/accipiam bene te”. Nil volo : sed morere.

274 Id., édition Teubner, ad loc. : “agi videtur de historia nobis incognita”.

275 Annales XIII.12 sq.

276 Mulierculae (XIII.13.1 ; cf. 12.2) : le mot révèle l’idéologie sociale de Tacite, et tout autant sa misogynie ; cf. l’adverbe muliebriter de 13.1 et la note de P. Wuilleumier : il s’agit d’Agrippine – tout n’est donc pas dédain social. Il traduit mulierculae par “à cette fille”, ce qui est excessif car insultant. Tacite est plus subtil : “à cette petite femme”.

277 In publicum faisant antithèse à furtim implique que l’opinion publique était au courant : tout ce manège lui est destiné.

278 On respire ; mais quelle confiance mise dans l’intellect !

279 C’est l’opinion de P. Wuilleumier dans sa n. 5 à XIII.13.1 : il mentionne le De constantia sapientis XIV qui “semble faire allusion à ses rapports (les rapports de Serenus) avec Actè”. Laquelle fit preuve d’attachement à Néron ; après son suicide de juin 68 (Suétone, Néron, XLIX) elle s’occupa de ses funérailles avec les nourrices de l’empereur, Égloè et Alexandria.

280 Néron envoya à sa mère, pour apaiser sa fureur, des parures et des joyaux (vestes et gemmas) qu’avaient portés les épouses et les mères des empereurs ; elle s’écria “que son fils partageait ce qu’il tenait d’elle en totalité” (Tacite, Annales XIII.13.4).

281 Parmi les gemmae envoyées par Néron à Agrippine figuraient certainement des perles : la lactea gemma de VIII.45 en est une.

282 Sénèque, De Beneficiis II.9.4.

283 NH IX.112 ; nomen unionum Romanae scilicet imposuere deliciae.

284 Les larmes de convention dans Sénèque de Tranquillitate animi XV.6.

285 Ce “police captain” (cf. M. Lindsay, “Martial V.17.4”, Classical Quarterly 21, 1928, p. 191-192), mentionné par Pomponius (Dig. I. 2.2) pourrait selon nous figurer humoristiquement un préfet des vigiles vu par les yeux dédaigneux d’une épouse imbue de sa noblesse ( ?).

286 On voit dans Tacite Annales III.67 paraître le questeur de C. Silanus Gellius Publicola, qui se joint aux accusateurs du proconsul en 22. Il descendait de L. Gellius Publicola, demi-frère de Messala Corvinus et amiral d’Antoine à Actium et, au-delà, du consul de l’an 72 a. C. – La Gellia de Martial V.27 n’a à la bouche que les magna nomina de ses avi et proavi.

287 La série des épigrammes concernant “Gellia” s’achève avec VIII.81 : le nom peut dans cette pièce représenter ou figurer une personne réelle.

288 Ils sont pares, gemelli ; les uniones valent, dit Pline l’Ancien NH IX.112, par candore, magnitudine, orbe, levore, pondere – de même dans l’ordre humain.

289 PIR2 C 913 ; REA 100, 1998, p. 49-50. Ses deux esclaves sont connus par deux inscriptions de Rome CIL VI.280 cf. 30728 et NSA, 1924, 67 ; pour Hierus, PIR2 H 174 ; pour Asylus, PIR2 A 127. Les boucles d’oreille combinant des uniones sont longuement décrites par Sénèque, De Beneficiis VII.9.4 : Video uniones non singulos singulis auribus conparatos ; iam enim exercitatae aures oneri ferundo sunt ; iunguntur inter se et insuper alii binis superponuntur ; non satis muliebris insania viros superiecerat, nisi bina ac terna patrimonia auribus singulis pependissent.

290 Fréquemment évoquée par Martial parlant d’œuvres plastiques : main de Phidias, de Scopas.

291 Quintilien IO I.7.20 : les manuscrits de Cicéron et de Virgile attestent des usages désuets de graphie ; cf. Pline l’Ancien NH XIII.83 ; dans Martial VII.11.1, c’est la main de l’auteur lui-même et son calame qui corrigent ses œuvres pour A. Pudens.

292 I.101.1 (la main de son secrétaire – amanuensis – Démétrius) ; XIV.208.1 : la main du sténographe.

293 Peut-être celui de l’Astéris de Stella, soigné.

294 De Tranquillitate animi I. 8.

295 Ses relations avec le Stoïcien Decianus d’Emerita à qui est dédié le livre II attestent qu’il n’était nullement indifférent aux questions de philosophie.

296 I. Kajanto, Latin Cognomina, p. 152.

297 Pour cette valeur du suffixe en (i) anus, manifeste dans le nom des Augustiani, jeunes chevaliers formant la “claque” de Néron, Martial offre le bel exemple de l’épigramme XI.5.14 : si Cato reddatur, Caesarianus erit.

298 P. Laurens, o. c., p. 366.

299 Sur le raccourcissement du pentamètre, Ovide, Amours I.1.3-4 et 30.

300 P. Laurens, “Martial et l’épigramme grecque du ier siècle après J.-C.”, REL, 1965, p. 315-341.

301 Parce que purement intellectuelle.

302 Anthologie Palatine XI.87. Elle intègre néanmoins des éléments de réalité : voir L. Robert, “Les épigrammes satiriques de Lucillius sur les athlètes. Parodie et réalités”, Entretiens Hardt 14, 1967, p. 181-324.

303 Ainsi sans doute dans XI. 101 (Thaïs l’invisible) et XI. 41 (le berger Amyntas ; épigramme inspirée d’AP VII. 622 d’Antiphilos de Byzance – cf. J. P. Sullivan, o. c., p. 326). Martial donne à ces fantaisies la couleur grecque qui leur convient.

304 F. Coarelli, Guida archeologica Laterza, Rome-Bari, 1980, p. 78-79 ; id., Il Foro Romano. Periodo arcaico, Rome, 1983, p. 14-15 ; 32-33 ; 50-51 ; cf. M. Royo, REL 65, 1987 p. 90 avec figure 22 (fond de plan F. Coarelli).

305 Voir le plan de la Domus Aurea avec l’emplacement, au ier siècle, du Colosse (il est hypothétique) dans M. Bergmann, Der Koloss Neros, die Domus Aurea und der Mentalitätswandel im Rom der frühen Kaiserzeit, 13. Trierer Winckelmannsprogramm, Mayence, 1993, p. 20, fig. 5.

306 F. Préchac, Le Colosse de Néron. Son attitude et ses vicissitudes d’après les textes et les monnaies, Paris, 1910, p. 11 sq ; surtout E. B Van Deman, “The Neronian Via Sacra”, AJA 27, 1923, p. 115 et pl. 62 ; reconstruction contestée par B. Tamm Auditorium and Palatium, Lund, 1963, p. 103 sq.

307 Voir le commentaire de N. Carratello, “Omnis Caesareo cedit labor amphitheatro”, GIF 18, 1965, p. 294-314 signalé par F. Castagnoli, “Politica urbanistica di Vespasiano in Roma”, dans Atti del Congr. Intern. di Studi Vespasianei, Rieti, 1981, p. 161 ; p. 165, carte des travaux de Vespasien dans la zone centrale de Rome.

308 O. Gilbert, “Der Tempel der Magna Mater in Rom”, Philologus 45, 1886, p. 462 sq : le Colosse aurait été une statue de Domitien se dressant devant le palais impérial et s’identifierait avec l’effigie colossale que l’auteur croyait reconnaitre dans la plurima imago de I. 70.6. F. Castagnoli, Roma nei versi di Marziale retenait l’identification du Palatinus Colossus de VIII.50.1 avec la plurima imago de 1.70.6 (Athenaeum 28, 1950, p. 74).

309 “La Roma di Domiziano nei versi di Marziale e di Stazio”, Studi Romani 9, 1961 : ce pied colossal découvert dans la domus Flavia.

310 Le principal problème posé par cette ancienne hypothèse est l’interprétation du qua de I.70.6 : exprime-t-il un point ou un cheminement ? Dans le premier cas, la plurima imago, entendue comme statue colossale (cf. plurima cervix dans Virgile, Georg. III.52), se serait située au point d’aboutissement du cheminement ; dans le second, plurima imago désigne une multiplicité d’effigies étagées le long du trajet du libellus, c’est-à-dire le long de la via sacra (plutôt que du clivus palatinus).

311 Une statue colossale de l’empereur s’apparente de bien près – si elle ne s’y identifie pas – à un simulacrum cultuel : cf. la tête du Colossus divi Augusti du Forum d’Auguste, identifiée comme celle du Cortile della Pigna du Museo Chiaramonti (M. Menichetti, MEFRA 98, 1986, p. 565-593) et la tête colossale d’une princesse Antonine – Faustine la Jeune ou Lucilla – dans la basilique du Forum de Carthage (P. Gros, “Le culte impérial dans la basilique judiciaire du Forum de Carthage”, Karthago XXIII, Paris, 1995 (p. 46-56) part. p. 53 avec les n. 24 et 25).

312 Cf. E. Makin, “The Triumphal Route”, JRS 11, 1921, p. 15 sq.

313 Les sources sur l’entrée isélastique dans leur patrie des vainqueurs des Jeux panhelléniques sont réunies dans K. R. Bradley, Suetonius’Life of Nero. An Historical Commentary, Bruxelles, 1978, p. 148-149, citant in extenso la notice détaillée de Vitruve IX. Praef. 1.

314 Tacite, Annales XIII.10.1. Sur Cn. Domitius Ahenobarbus, R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, passim, part. 141, 171, 311, 425 pour son mariage avec Iulia Agrippina.

315 L’érection de cette statue près de la domus Augusti aurait sans doute été mentionnée par Tacite.

316 Néron se réclamait du dieu dynastique d’Auguste ; la description du Bouclier d’Énée se termine par la scène figurant Auguste en majesté sur le parvis du temple Palatin d’Apollon, recevant les présents des peuples. La lecture du livre de G.-Ch. Picard, Auguste et Néron, Paris, 1960 est utile pour apprécier plus justement le sens du principat esthète de Néron.

317 Sur ces trois statues, Pline l’Ancien, NH XXXVI.24 (Léto), 25 (l’Apollon de Scopas), 31 (Diane).

318 G. Lugli, “Il tempio di Apollo Aziaco e il gruppo augusteo sul Palatino”, Atti Accad. s. Luca, N. S. I, 1953, p. 26 sq ; id., Fontes, livre XIX, Rome, 1960, tab. II, fig. 3.

319 H. Benveniste, “Le sens du mot ΚΟΛΟΣΣΟΣ et les noms grecs de la statue”, RPh, 1931, p. 118 sq.

320 P. Gros, Aurea Templa, Rome, 1974, p. 165 avec n. 87. Le colossus dont parle Vitruve pourrait être l’Apollon de Séleucie rapporté à Rome par C. Sosius vers 31 – avant la réfection générale du temple d’Apollo Sosianus par Auguste.

321 H. E. Butler et E. A. Barber, The Elegies of Propertius, Hildesheim, 1964, p. 247 sq.

322 Sur cet Apollo Palatinus, P. Gros, Aurea Templa, Rome, 1974, p. 43 avec n. 19 résout les difficultés de lecture posées par l’élégie II. 31 de Properce par la prise en considération d’une convention de l’ekphrasis : la progression axiale de l’extérieur vers l’entrée du temple. L’Apollo Palatinus est l’Apollo Actius, figuré en Musagète ; il doit être distingué de l’Apollo Pythius de la cella du temple ; voir également P. Zanker, Augustus und die Macht der Bilder, Munich, 1987, p. 90-91, fig. 68.

323 M. Flashar, Apollo Kitharodos : StatuarischeTypen des musischen Apollon, Cologne-Weimar, 1992 ; sur l’Apollon Citharède de l’area Palatina plus particulièrement, G. Sauron, Quis deum, Rome, 1994, p. 502-504 ; 614 et tav. LV : revers de la monnaie de C. Antistius Vetus (BMCRE I 1923, 18, no 95, pl. 3,15).

324 À entendre au sens commun et au sens technique.

325 A. Novara, Poésie Virgilienne de la Mémoire, Clermont-Ferrand, 1986, p. 117 sq.

326 Une statue virtuelle. Le système verbal poteras... si fieres de VIII.60 est un “potentiel dans le passé”, sans aucune considération de réalité ou d’irréalité : cf. Cicéron, Att. II. 1, 4 : Apelles si Venerem aut Protogenes si Ialysum suum caeno oblitum videret, magnum, credo, acciperet dolorem (ETh378).

327 Si l’on en juge d’après les notices de Suétone sur Tibère (Tib. LXVIII), sur Claude (DC XXX) et Britannicus (DC XLIII) ; Néron était de taille prope iusta (Néron, LI). Très explicite est le passage de la vie de Claude relatif à Britannicus : l’empereur, se repentant d’avoir adopté Néron, aurait ainsi loué la stature du fils de Messaline : cum(que) impubi teneroque adhuc, quando statura permitteret, togam dare destinasset, adiecit : “Ut tandem populus R. verum Caesarem habeat”.

328 Tacite, Annales XIV.61 ; sur cette guerre des statues, V. Rudich, o. c., p. 70-74 ; 260-261. Et sur la décapitation des damnati, Juvénal, satire X, vers 62-64.

329 Tacite, Annales, XIV.64.2 : additurque atrocior saevitia, quod caput amputatum latumque in Urbem Poppaea vidit.

330 Claudia Octavia avait pour bisaïeule la sœur d’Auguste – d’où son nom ; Néron ne descendait de lui que par l’adoption de Claude – et tenait d’autant plus à cette “filiation” (cf. Tacite, Annales XIV.53.3 et 55.2). Il y avait là un beau sujet de satire et de tragédie : Tacite, Annales XII.41, 6 relève la gravité de l’incident intervenu entre Néron et Britannicus : obvii inter se Nero Britannicum nomine, ille Domitium salutavere. Cf. Octavia praetexta 249 : Nero insitivus Domitio genitus patre. Nous ignorons si l’on s’est intéressé à cet épisode à propos du “Domitius” de Maternus (cf. L. Duret, o. c., p. 3208-3209).

331 M. L. Caldelli, L’agôn Capitolinus. Storia e protagonisti dall’istituzione domizianea al IV secolo, Rome, 1993, p. 127, no 9. L. Duret, ibid., p. 3212-3214.

332 Suétone, Domitien V. 2.

333 H. Bardon, La littérature latine inconnue, Paris, 1956, II, p. 216 parle par erreur d’une statue (L. Duret, ibid., p. 3212, n. 336).

334 Virgile, Énéide VI. 847-848 : Excudent alii (les Grecs) spirantia mollius aera/ (credo equidem), vivos ducent de marmore vultus ; Martial applique à la peinture la métaphore que Virgile employait pour la sculpture.

335 Tite-Live II. 12.

336 I.21 ; VIII.30 ; X.25.

337 Les éditions récentes de l’Octavia dans l’article de G. Bonnet, “Forme et datation de l’‘Octavia’ : une nouvelle hypothèse”, REL 84, 2006 (p. 202-222), 202 n. 22.

338 Le nom de Britannicus est une fois mentionné par la Nourrice : tu quoque, extinctus iaces, / deflende nobis semper, infelix puer,/modo sidus orbis, columen Augustae domus,/Britannice, heu me, nunc levis tantum cinis / et tristis umbra... (vers 166-170).

339 Parce qu’elle aime ce frère qu’il a empoisonné, qu’il est jaloux de la noblesse des enfants de Messaline et Claude, et qu’il prépare le couronnement de Poppée : invisa coniunx pereat et carum sibi/fratrem sequatur. Quicquid excelsum cadat ! (470-471).

340 Vers 249.

341 Vers 536 : incesta genetrix detrahit generi fidem.

342 Tacite, Annales XIII.15-17 ; Racine, Britannicus V.5.

343 Suétone, Titus II.

344 Titus était né le 30 Décembre 39 (D. Kienast, Römische Kaisertabelle, Darmstadt 19962, p. 111) ; il avait environ un an et demi de plus que Britannicus. La différence compte à leur âge.

345 Suétone, Titus II. 3 et 4.

346 Vers 226.

347 Voir le chapitre IX des Monstres de Senèque de Fl. Dupont, Paris, 1995, p. 223-234 : “Les viscères de Médée et les arcanes de la mémoire”.

348 Vers 598-599 : manet inter umbras impiae caedis mihi semper / memoria. Elle maudit le fruit de ses entrailles (utinam, antequam te parvulum in lucem edidi / aluique, saevae nostra lacerassent ferae / viscera, vers 636-638) qu’elle a elle-même désignées au coup du centurion venu l’exécuter : ventrem feri ! (Tacites, Annales XIV.8.5).

349 L’attribution à Sénèque a encore été récemment soutenue par G. Gamba, Seneca revisitato. Per une lettura contestuale dell’“Apocolocyntosis” e dell “Octavia”, Rome, 2000 (non legi).

350 Les arguments en sa faveur sont réunis dans l’édition de R. Ferri, Cambridge, 2003 ; les convergences avec les Silves de Stace, en particulier avec l’Épithalame I.2, y sont étudiées p. 17-26. La pièce aurait été composée dans l’entourage d’Argentaria Polla veuve de Lucain dans les années 90 (cf. le compte-rendu de L. Deschamps, REA 106, 2006-2, p. 663).

351 R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 47 et 206. Sur son père le juriste, le patricien Ser. Sulpicius Rufus cos. 51 a. C., voir index s. v.

352 On peut ajouter Sulpicia sur le stemma IX de R. Syme (qui traitait de la descendance directe de Messala Corvinus) comme fille de Valeria, sa sœur. Sulpicia était demi-sœur du fils, homonyme, du consul 51 : un grand orateur que salue Horace, Sat. I. 10.86.

353 Corpus Tibullianum IV.8 (Lib. III.14).

354 L. Duret, o. c., p. 3218 et 3220, n. 387.

355 Omnes Sulpiciam legant puellae/uni quae cupiunt viro placere ;/omnes Sulpiciam legant mariti/uni qui cupiunt placere nuptae. Traduite avec art et simplicité, la parfaite unanimité des cœurs.

356 On pourrait à vrai dire tenter d’interpréter l’épigramme comme adressée à un défunt : les présents computatur et numeras ne l’interdisent pas (cf. IX.51 à Domitius Lucanus, aux Champs Élyséens). Mais l’épigramme X.35 suppose sans doute l’existence d’un commanditaire.

357 L’emploi de redderet implique que quelque chose ait été enlevée à Calenus : non pas l’existence, mais la vie (lucem redderet Atropos vel unam : une journée de vraie vie, avec Sulpicia vivante).

358 Hypothèse émise par L. Duret par exemple.

359 κοῦφος écrit Athenée 1.227.

360 Ovide, Tristes, II. 307.

361 Martial VII.97 et XI.10 sur Turnus ; deux adjectifs caractérisent son inspiration, nobilibus (libellis) et ingentia (pectora).

362 Sur le consul 49 et sa famille, voir notre étude de quelques inscriptions du Létôon de Xanthos (FX VII, 1981, p. 79-101).

363 Tacite, Histoires I. 43 sq ; CIL VI.31723 = ILS 240.

364 Cf. L. Duret, o. c., p. 3219.

365 C’est à peu près l’âge auquel mourut, à la veille de son mariage, la fille de Minicius Fundanus : 12 ans, 11 mois, 7 jours (CIL VI. 13331).

366 Comme le fait L. Duret, o. c., p. 3219.

367 Il ne mentionne pas ce distique.

368 Mentionnée supra à propos d’Athénagoras, n. 175 p. 183.

369 Dialogus IX.2 ; 3 ; 5 et X.2. L. Duret, ibid., p. 3205-3207.

370 Quintilien, I.O. X.I.90 : Multum in Valerio Flacco nuper amisimus. Vehemens et poeticum ingenium Salei Bassi fuit, nec ipsum senectute maturavit.

371 Dialogus IX.2. et IX.5 : laudavimus nuper ut miram et eximiam Vespasiani liberalitatem, quod quingenta sestertia Basso donasset.

372 Juvénal, satire VII le mentionne pour la maigreur de ses ressources (tenuis Saleius) que ne compense pas sa gloire : Serrano tenuique Saleio/gloria quantalibet quid erit, si gloria tantum ? (80-81).

373 L. Duret par exemple.

374 Dialogus V.2.

375 Il ne figure ni dans les Latin Cognomina d’I. Kajanto ni dans le Repertorium de H. Solin et O. Salomies.

376 L’épigramme ne suppose pas que les personnages à qui elle fait allusion aient été vivants.

377 Il est rarissime qu’un sénateur soit vraiment pauvre (malgré les dires des sénateurs “pauvres” du Latium – Tacite Annales XII.23.6) ; quand un sénateur n’a plus les moyens de tenir son rang, il quitte l’ordo, ou (parfois) est renfloué par la générosité du prince.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search