Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Deuxième partie. Les documents

La céramique comme vecteur de l'idéologie impériale : l'exemple des gobelets d'Aco et des médaillons d'applique de la vallée du Rhône

Armand Desbat

Texte intégral

  • 1 Déchelette 1904, I, fig. 126, p. 214. Vernhet 1981, 25-43.
  • 2 Déchelette 1904, I, 13.
  • 3 Sáenz Preciado 1996-1997, 549-561.
  • 4 Labrousse 1981, 57-70

1La céramique, produit peu couteux dont l'usage a été très répandu, pouvait paraître un support privilégié comme instrument de propagande, par le biais des décors qu'elle reçoit fréquemment. Pourtant, elle a été rarement utilisée comme telle, et on peut s'étonner que la sigillée en particulier, malgré sa très large diffusion, n'ait pas davantage servi à véhiculer, à des fins de propagande, des images symbolisant le pouvoir impérial. Certes, Déchelette signalait déjà, la parenté de certains décors de la sigillée arétine avec ceux de l'Ara Pacis1, et mentionnait également l'existence d'un portrait d'Auguste sur un vase2. On signalera encore la possibilité de portraits de la famille impériale flavienne sur la sigillée hispanique, identifiés comme ceux de Julia Titi et Domitien3, mais ces exemples, quelquefois douteux, restent rares. Plus intéressants sont les vases de la Graufesenque dont le décor évoque le triomphe de Trajan sur les Daces et les Parthes4. Cependant, là encore, il s'agit d'un cas exceptionnel parmi la production de la sigillée décorée.

2En revanche, Il existe deux exemples où la céramique a été véritablement utilisée comme vecteur de l'idéologie impériale.

  • 5 68-95. Desbat et al. 1996 : Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon, I, Les atelie (...)

3Le premier est constitué par les gobelets moulés, que l'on désigne sous le nom de gobelets d'Aco, produits à Lyon et à Vienne dans le dernier quart du ier siècle a.C.5 Parmi les décors variés qui ornent ces gobelets figure une série de compositions signées Chrysippus qui associe des bustes dans lesquels on peut identifier sans doute possible Auguste et Vénus, et probablement Agrippa.

  • 6 Vierneizel & Zanker 1979. Zanker 1990.
  • 7 Zanker 1990, fig. 42 p. 55. Desbat et al. 1996, 88.

4Le buste d'Octave Auguste est tout à fait comparable aux portraits que l'on trouve sur les émissions monétaires (fig. 2), même si les défauts dû à l'impression du poinçon dans le moule déforment quelquefois le buste (fig. 3). Il se trouve affronté sur certains décors avec un buste féminin identifié quelquefois à Livie (fig. 3)6, mais que les comparaisons avec les types monétaires permettent de reconnaître comme celui de Vénus, la déesse de la gens Julia. On note en particulier la présence d'un collier de perles que l'on retrouve sur les monnaies7.

Fig. 1 : Vases de la Graufesenque avec évocation du triomphe de Trajan sur les Daces et les Parthes en 102 et 116.
A. Vase de Blain (Déchelette 1904).
B. Vase de la Graufesenque signé L. Cosius (Vernhet 1981).

Fig. 2 : Deniers d’Octave émis après 31 a.C. et as de Nîmes.

Fig. 3 : Détail d’un gobelet d’Aco de Chrysippus avec bustes affrontés d’Auguste et de Vénus.

5Le dernier buste est moins facilement reconnaissable, mais pourrait toutefois être celui d'Agrippa. Il s'agit d'un buste masculin avec un fort menton qui présente une parenté certaine avec les bustes d'Agrippa et son portrait sur les as de Nîmes. Cette identification semble renforcée par sa présence sur certains décors face au buste d'Auguste.

6À ces portraits sont associés plusieurs divinités ou allégories : Minerve, Rome, Venus, Pax ou Fortuna, Victoire, ainsi que divers motifs : épis de blé, tridents, dauphins, trophées, couronnes de laurier, dont on peut penser qu'ils sont autant de symboles et de références aux victoires augustéennes et notamment à la conquête de l'Égypte, comme semble le confirmer l'Harpocrate qui apparaît sur plusieurs gobelets (fig. 4). On compte ainsi pas moins de quatre poinçons de trophée différents sur les gobelets et quatre représentations de victoires.

7Ces motifs se retrouvent sur diverses compositions. Un gobelet (fig. 5) présente un registre inférieur divisé en métopes par des bandes de fleurons et de disques surmontées par le buste de Rome et ceux d'Auguste et d'Agrippa disposés par paires se faisant face. Entre les bustes apparaissent des dauphins. Au registre supérieur, des colonnes supportent des guirlandes au-dessus desquelles figurent des épis de blé et un trident.

8Un autre gobelet (fig. 6) offre une composition toute différente : le champ est divisé en métopes par des bandes verticales formées de disques surmontés de colonnes sur lesquels sont disposés le buste de Venus (auquel faisait sans doute face celui d'Auguste), un masque barbu et un scarabée. Dans les métopes ainsi délimitées apparaissent Venus au-dessus d'un dauphin, Minerve entre deux couronnes au-dessus d'un dauphin, Pax ou Fortuna entre deux couronnes, au-dessus d'un trophée et d'un trident, la victoire entre deux couronnes et au-dessus de deux poissons et d'un aigle.

  • 8 Zanker 1990, fig. 41, p. 54.
  • 9 Roddaz 1984, 137 et 179.

9Plusieurs de ces motifs se retrouvent sur le monnayage d'Auguste après 31, comme Vénus, la Victoire, Pax8. Le dauphin et le trident sont eux-mêmes des symboles des victoires navales d'Agrippa, à Nauloque et Actium, considéré comme le nouveau Neptune9.

10La production de tels vases vante donc de manière symbolique la puissance du nouveau pouvoir. Elle s'inscrit dans une période où Agrippa gouverne la Gaule, mais surtout elle est liée à l'établissement de la “co-régence” en 18 a.C. Elle est également contemporaine ou précède de peu le séjour d'Auguste lui-même en Gaule, entre 16 et 13 a.C.

11Ce n'est pas un hasard si à peu près au même moment, les ateliers de la Muette produisent également des lampes à huile, avec le masque de Jupiter Ammon, qui constitue un des motifs privilégiés des temples du culte impérial (fig. 7).

12Une bonne partie de la production des ateliers lyonnais étaient destinée à approvisionner les camps du limes et cette propagande était notamment à destination de l'armée.

Fig. 4 : Harpocrate couronné par une victoire tenant un trophée, détail d’un gobelet de Chrysippus.

Fig. 5 : Gobelet de Chrysippus produit dans l’atelier de la Muette à Lyon (Desbat et al. 1996) avec les bustes d’Auguste, Agrippa et Rome, associés avec des dauphins.

Fig. 6 : Gobelet de Chrysippus produit dans l’atelier de la Muette à Lyon (Desbat et al. 1996) avec le buste de Vénus et plusieurs divinités ou allégories associées à différents symboles : dauphins, trident, trophée, aigle, couronnes de lauriers.

Fig. 7 : Lampe produite dans l’atelier de la Muette à Lyon, à l’époque d’Auguste, avec le masque de Jupiter Ammon (Desbat et al. 1996).

  • 10 Wuilleumier & Audin 1952 ; Desbat 1980-1981.

13L'autre catégorie de céramique, dont une partie des décors se rapporte de manière explicite à des thèmes relatifs au pouvoir impérial, est plus tardive. Il s'agit de vase à médaillons d'applique en sigillée claire B produits aux iie et iiie siècles dans la vallée du Rhône10. Cette production tout à fait originale tranche avec la totalité des céramiques gallo-romaines. Elle montre une très grande variété de décors, parmi lesquels certains se rapportent à l'idéologie impériale.

  • 11 Devalque 1980, 11-14. Dans la publication citée en référence ce médaillon a été interprété comme u (...)

14On compte en premier lieu des portraits des empereurs eux-mêmes ou de leurs familiers : portrait d'Hadrien (Wuilleumier & Audin no 7), d'Antinoüs (Wuilleumier & Audin no 198), portrait d'Antonin le Pieux (Wuilleumier & Audin no 199) de Geta (Wuilleumier & Audin n ° 200) (fig. 8). Un autre médaillon associe les portraits de Caracalla et Septime Sévère11. Sur un autre encore figure le portrait du pantomime Pylade affranchi de Lucius Verus (fig. 9).

  • 12 Wuilleumier & Audin 1952, no 144 ; Audin & Binsfeld 1964, 14-18.
  • 13 Wuilleumier & Audin 1952, no 201.
  • 14 Id. 1952, no 44.

15D'autres sujets reproduisent des types monétaires : l'Hilaritas Populi Romani12 (fig. 10), qui orne le revers de monnaies d'Hadrien ou la Fecunditas Augustae13 (fig. 11), qui reproduit le revers d'une monnaie de Faustine la jeune. Une scène de harangue semble elle aussi directement inspirée d'un sesterce d'Hadrien14.

  • 15 Id. 1952, no 307. Il n'est pas certain toutefois qu'il s'agisse d'un moule de médaillon d'applique

16Un moule trouvé à Vidy (Suisse) montre Rome casquée, tenant une victoire, allégorie fréquemment représentée sur les monnaies15.

  • 16 Id. 1952, no 158.
  • 17 Desbat & Leblanc 2000, no 11 p. 59.

17Certains de ces médaillons font référence à des faits politiques et militaires, comme l'Arménie captive16 (fig. 12), que l'on retrouve également au revers des monnaies de Marc-Aurèle et Lucius Verus, ou la représentation d'une victoire ailée marchant au-dessus de deux cornes d'abondance avec la légende Victoria Aug(usti)17.

  • 18 Wuilleumier & Audin 1952, no 97 à 103.
  • 19 Desbat 2003, no 7.

18Un autre thème qui a donné lieu à plusieurs illustrations est le Génie de Lyon (fig. 13). Le Génie de Lyon, qui figure sur des aurei de Clodius Albinus, est représenté à plusieurs reprises avec le fondateur de Lugdunum18, mais on le rencontre également associé à une victoire ou encore avec Mars19.

  • 20 Desbat et al. 1983, 395-403.
  • 21 Marquié 2000, no 33 p. 257.

19Il existe encore des représentations de triomphes associant la prospérité des villes à la Pax Romana et au salut de l'empereur. Un bel exemple est donné par le médaillon du Triomphe de Vienne20 (fig. 14) : la tutelle debout sur un bige que dirige Mercure est couronnée par la victoire. À l'arrière plan figurent les remparts et une porte de la ville avec l'inscription Vien(na) Flor(entia) Felix, tandis qu'à l'exergue une autre inscription lie directement la puissance et la richesse de la ville au salut de l'empereur. Un autre reproduit le même sujet que le triomphe de Vienne mais avec la légende Colonia felix qui peut désigner la tutelle de Lyon aussi bien que celle d'une autre colonie de la vallée du Rhône21.

Fig. 8 : Médaillons d’applique de la vallée du Rhône, avec les portraits de Géta, d’Antonin et d’Antinoüs (d’après Wuilleumier & Audin 1952).

Fig. 9 : Le mime Pylade, affranchi de Lucius Verus. Médaillon d’applique trouvé à Martigues.

Fig. 10 : L’Hilaritas Populi Romani sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône (d’après Wuilleumier & Audin 1952), inspiré d’une monnaie d’Hadrien.

Fig. 11 : La Fecunditas Augustae sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône, reproduisant un type monétaire de Faustine jeune frappé vers 160 (d’après Wuilleumier & Audin 1952).

Fig. 12 : L’Arménie captive sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône (d’après Wuilleumier & Audin 1952).

Fig. 13 : Le médaillon du Triomphe de Vienne (d’après Desbat et al. 1983).

Fig. 14 : Le génie et le fondateur de Lugdunum, sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône (d’après Déchelette 1904).

Fig. 15 : Le triomphe de Marc-Aurèle représenté sur un moule à gâteau de l’atelier d’Aquincum (Hongrie) (d’après Polenz et al.1986).

  • 22 Audin 1961-1962, 63-66.
  • 23 Déchelette 1904, no 63 ; Wuilleumier & Audin 1952, no 96.
  • 24 Blanchet 1940, 41.

20Plusieurs autres médaillons montrent encore la tutelle de Vienne accompagnée de la légende “Vienna Felix”22 ainsi que la tutelle de Lyon23 On trouve des parallèles à ces scènes de triomphe dans les moules des provinces danubiennes, en particulier toute une série de moules découverts à Aquincum en Hongrie (fig. 15), qui offrent beaucoup d'analogie avec les médaillons d'applique rhodaniens. On y retrouve les mêmes thèmes, divinités, scènes de jeux et scènes érotiques, mais surtout des sujets ayant trait au symbolisme impérial. On y trouve ainsi des moules avec les légendes Conseruatio Aug(usti) ou “Saluo Aug(usto) aurea saecula uidemus24.

  • 25 Alföldi 1938 ; Blanchet 1940, 36-45.
  • 26 Alföldi 1966, 247-252.

21Ces moules ont été interprétés comme des moules à gâteau destinés à des cadeaux ou des offrandes votives pour les fêtes religieuses comme les fêtes d'Isis ou les uota publica25. On a pensé que les vases à médaillon eux-mêmes avaient pu jouer un rôle similaire et qu'il s'agissait de cadeaux pour le nouvel an26. Quoi qu'il en soit, il s'avère que ces médaillons ont été au même titre que les monnaies, bien que dans une moindre mesure, un vecteur important de la symbolique impériale aux iie et iiie siècles, en Gaule.

Bibliographie

Bibliographie

Alföldi, A. (1938) : Tonmodel und Reliefmedaillons aus den Donauländern, Laureae Aquincenses, Diss. Pann. ser. 2.10, Budapest.

——— (1966) : “Ein Festgeschenk aus den Töpferieien des Römischen Rhonetals, Festschrift Emil Vogt”, Helvetia Antiqua, 247-252.

Audin, A. (1961-1962) : “Vienna Felix”, BSAV, 57-58, 63-66.

Audin, A. et W. Binsfeld (1964) : “Médaillons d'applique rhodaniens du musée de Cologne”, KJ, 7, 14-18.

Blanchet, A. (1940) : “Quelques découvertes de céramiques romaines dans la vallée du Danube”, RA, 16, 29-45.

Déchelette, J. (1904) : Les vases céramiques ornés de la Gaule romaine, I-II, Paris.

Desbat, A., J.-L. Jouanaud et L. Blanchard (1983) : “Vases à médaillons d'applique inédits de Lyon et de Martigues”, RAN, 16, 395-403.

Desbat, A., M. Genin et J. Lasfargues (1996) : “Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon, I, Les ateliers précoces”, Gallia, 53, 1-250.

Desbat, A. (1980-1981) : “Vases à médaillons d'applique des fouilles récentes de Lyon”, Figlina, 5-6, 132.

——— (2003) : “Les médaillons d'applique de l'atelier de Saint-Peray (Ardèche)”, SFECAG Actes du congrès de Vienne, 647-660.

Desbat, A. et O. Leblanc (2000) : “Les médaillons d'applique découverts sur le site de Saint-Romainen-Gal”, RCRF, Acta 37, 57-65.

Devalque, Ch. (1980) : “Un médaillon d'applique gallo-romain trouvé à Piolenc (Vaucluse)”, Bulletin des Amis d'Orange, 79, 11-14.

Labrousse, M. (1981) : “Les potiers de la Graufesenque et la gloire de Trajan”, Apulum, 19, 57-70.

Marquié, S. (2000) : “Les médaillons d'applique rhodaniens de la place des Célestins à Lyon”, RAE, 50, 239-292.

Polenz, H. et H. (1986) : Das Römische Budapest, Neue Ausgrabungen und Funde in Aquincum, Münster-Lenerich.

Roddaz, J.-M. (1984) : Marcus Agrippa, BEFAR 23, Rome.

Sáenz Preciado, M. P. (1996-1997) : “Retratos de la familia flavia como motivos decorativos en la terra sigillata hispanica”, Annals de l'Institut d'Estudis Gironins, 36, 549-561.

Vernhet, A. (1981) : “Un four à la Graufesenque (Aveyron) : la cuisson des vases”, Gallia, 25-43.

Vierneisel, K. et P. Zanker (1979) : Die Bildnisse des Augustus Sonderausstelung, Glyptotek, Munich.

Wuilleumier, P. et A. Audin (1952) : Les médaillons d'applique gallo-romains de la vallée du Rhône, Paris.

Zanker, P. (1987) : Augustus und die Macht der Bilder, Munich (consulté dans sa traduction anglaise de 1990 : The Power of Images in the Age of Augustus, Ann Arbor).

Notes

1 Déchelette 1904, I, fig. 126, p. 214. Vernhet 1981, 25-43.

2 Déchelette 1904, I, 13.

3 Sáenz Preciado 1996-1997, 549-561.

4 Labrousse 1981, 57-70

5 68-95. Desbat et al. 1996 : Les productions des ateliers de potiers antiques de Lyon, I, Les ateliers précoces,

6 Vierneizel & Zanker 1979. Zanker 1990.

7 Zanker 1990, fig. 42 p. 55. Desbat et al. 1996, 88.

8 Zanker 1990, fig. 41, p. 54.

9 Roddaz 1984, 137 et 179.

10 Wuilleumier & Audin 1952 ; Desbat 1980-1981.

11 Devalque 1980, 11-14. Dans la publication citée en référence ce médaillon a été interprété comme une représentation d'Isis et Sérapis, mais l'identification ne tient pas. La comparaison avec les séries monétaires permet de l'identifier sans aucun doute comme les bustes de Caracalla et Septime Sévère.

12 Wuilleumier & Audin 1952, no 144 ; Audin & Binsfeld 1964, 14-18.

13 Wuilleumier & Audin 1952, no 201.

14 Id. 1952, no 44.

15 Id. 1952, no 307. Il n'est pas certain toutefois qu'il s'agisse d'un moule de médaillon d'applique.

16 Id. 1952, no 158.

17 Desbat & Leblanc 2000, no 11 p. 59.

18 Wuilleumier & Audin 1952, no 97 à 103.

19 Desbat 2003, no 7.

20 Desbat et al. 1983, 395-403.

21 Marquié 2000, no 33 p. 257.

22 Audin 1961-1962, 63-66.

23 Déchelette 1904, no 63 ; Wuilleumier & Audin 1952, no 96.

24 Blanchet 1940, 41.

25 Alföldi 1938 ; Blanchet 1940, 36-45.

26 Alföldi 1966, 247-252.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Vases de la Graufesenque avec évocation du triomphe de Trajan sur les Daces et les Parthes en 102 et 116.A. Vase de Blain (Déchelette 1904).B. Vase de la Graufesenque signé L. Cosius (Vernhet 1981).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2 : Deniers d’Octave émis après 31 a.C. et as de Nîmes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende Fig. 3 : Détail d’un gobelet d’Aco de Chrysippus avec bustes affrontés d’Auguste et de Vénus.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 4 : Harpocrate couronné par une victoire tenant un trophée, détail d’un gobelet de Chrysippus.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 5 : Gobelet de Chrysippus produit dans l’atelier de la Muette à Lyon (Desbat et al. 1996) avec les bustes d’Auguste, Agrippa et Rome, associés avec des dauphins.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 6 : Gobelet de Chrysippus produit dans l’atelier de la Muette à Lyon (Desbat et al. 1996) avec le buste de Vénus et plusieurs divinités ou allégories associées à différents symboles : dauphins, trident, trophée, aigle, couronnes de lauriers.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Fig. 7 : Lampe produite dans l’atelier de la Muette à Lyon, à l’époque d’Auguste, avec le masque de Jupiter Ammon (Desbat et al. 1996).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8 : Médaillons d’applique de la vallée du Rhône, avec les portraits de Géta, d’Antonin et d’Antinoüs (d’après Wuilleumier & Audin 1952).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 9 : Le mime Pylade, affranchi de Lucius Verus. Médaillon d’applique trouvé à Martigues.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 10 : L’Hilaritas Populi Romani sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône (d’après Wuilleumier & Audin 1952), inspiré d’une monnaie d’Hadrien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 11 : La Fecunditas Augustae sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône, reproduisant un type monétaire de Faustine jeune frappé vers 160 (d’après Wuilleumier & Audin 1952).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 12 : L’Arménie captive sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône (d’après Wuilleumier & Audin 1952).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 13 : Le médaillon du Triomphe de Vienne (d’après Desbat et al. 1983).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 14 : Le génie et le fondateur de Lugdunum, sur un médaillon d’applique de la vallée du Rhône (d’après Déchelette 1904).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 15 : Le triomphe de Marc-Aurèle représenté sur un moule à gâteau de l’atelier d’Aquincum (Hongrie) (d’après Polenz et al.1986).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/483/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540