Version classiqueVersion mobile

Essai sur la société des épigrammes de Martial

 | 
André Balland

II- Faustinus

Texte intégral

1Tout un côté de la société des Épigrammes se découvre à l’étude de Faustinus, personnage énigmatique : un riche patron de Martial, assurément, mais dont on ignore l’identité et la nomenclature – “Faustinus” est-il un cognomen, un signum, ou un pseudonyme créé par le poète –, l’origine géographique, le statut social – était-il sénateur ? C’était en tout cas un poète, identifiable, quoi qu’on en ait souvent douté, avec le Faustinus qui signe une épigramme gravée sur une paroi de la “grotte de Tibère” à Sperlonga. C’est peut-être l’œuvre que Martial loue dans la première pièce adressée à son patron qui, si l’on parvenait à l’identifier avec quelque vraisemblance, permettrait de cerner l’auteur : nous commencerons donc par elle l’étude du personnage et du pan des Épigrammes qu’il bâtit. Les dix-neuf pièces qui lui sont adressées ou qui le concernent sont l’objet de l’Appendice A, l’Appendice B étant consacré à l’épigramme dont il est l’auteur. Trois “stemmata” doivent faciliter la lecture des développements relatifs à la parentèle de ce Faustinus : stemma I présentant la famille Flavienne, stemma II la descendance de M. Arrecinus Clemens, Préfet du Prétoire en 40, stemma III celle de T. Flavius I et de Vespasia Polla.

Les poèmes de Faustinus

L’Ilias Latina ?

  • 1 L’essentiel de l’information sur Faustinus se trouve dans l’édition commentée du livre I de M. Citr (...)
  • 2 Doctum pectus pourrait sans doute caractériser le talent d’un prosateur “inspiré”, comme Terentius (...)
  • 3 La citadelle Cécropienne : sous le règne de Cécrops, le roi civilisateur qui enseigna à construire (...)
  • 4 Épîtres I.2. 1-16 sur les déraisons de la guerre de Troie. L’Odyssée offre avec Ulysse un type d’hu (...)
  • 5 Martial recourt à une image, qu’il emprunte à Horace, chez qui elle est plus développée et explicit (...)
  • 6 Vers 343-344 : Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci /lectorem delectando pariterque monendo. (...)

2Ede tuos tandem populo, Faustine, libellos1 (Appendice A, no 1) ; cette exhortation à publier enfin une œuvre sans doute achevée depuis longtemps, et qu’il a pris le temps de polir, pose Faustinus, vieil ami et protecteur de Martial, dans cette première apparition qu’il fait dans les Épigrammes, comme un écrivain. Il est l’auteur d’écrits formant une œuvre (un opus) unitaire, mais rassemblant dans sa publication une série de libelli. Une œuvre de poésie, comme invite à le penser la locution cultum docto pectore2 ; un poème unissant deux traditions, celle de l’antique Athènes, évoquée solennellement par la mythique royauté de Cécrops et de Pandion3 et celle qu’à Rome incarnent les senes, ces “anciens” qui attendent de l’œuvre poétique qu’elle apporte, autant que la beauté, et inséparable d’elle, l’utilité morale ; c’est exactement le mérite qu’Horace, dans la Lettre aux Pisons, reconnaît à l’épopée homérique ; et son éloge de “l’historien de la guerre de Troie” comme “maître de vie” forme le cœur de son épître I. 2 au jeune Lollius, qui était liberrimus et pouvait méditer, avec le poète, sur la désastreuse colère d’Achille4. Ainsi que le relève M. Citroni, le vers 4 de l’épigramme (nec sileant nostri praetereantque senes) fait écho aux vers 341-342 de l’Art Poétique : centurias seniorum agitant expertia frugis/celsi praetereunt austera pœmata Ramnes (“les centuries d’anciens chassent les poèmes sans fruit moral, les Ramnes passent dédaigneusement à côté des œuvres austères”5). L’œuvre de Faustinus, comme celle d’Homère, devait “mêler l’agrément au sérieux” : le vers qui, dans l’Art Poétique, suit l’opposition entre senes et Ramnes, rend peut-être hommage à Homère (dont le moderne qu’était Horace se sentait par ailleurs si éloigné) pour avoir – parfois – répondu aux attentes des “anciens” et des Ramnes : “mais il emporte l’unanimité, celui qui mêle l’agréable à l’utile, charmant et instruisant à égalité le lecteur”6.

3L’œuvre de Faustinus aurait su prolonger, dans une œuvre latine, les mérites – beauté et utilité – de l’antique poésie de la Grèce, située par convention à Athènes : peut-être dans une version abrégée d’une épopée homérique, comme une “Iliade latine” ?

  • 7 TAM II.563 et 564.

4Le poème de 1070 hexamètres conservé sous le nom d’Épitomè de l’Iliade et dit Ilias Latina a été attribué, non sans réticences, au sénateur P. Baebius Italicus, suff. 90, révélé par deux inscriptions de Tlos découvertes à la fin du xixe siècle et publiées par E. Kalinka7 ; la première d’entre elles, qui fournit la nomenclature de ce légat, faisait apparaître le cognomen Italicus, qui a paru éclairer un acrostiche du début du poème, et fournir l’identité de l’auteur : une hypothèse qui peu à peu s’est imposée.

  • 8 Nous nous sommes servi de l’édition commentée de M. Scaffai, Bologne, 1982 : p. 85 pour l’édition d (...)
  • 9 Historique dans l’introduction, p. 12 sq, de l’édition de M. Scaffai. Nous n’avons pas consulté, du (...)

5Les manuscrits de l’Ilias Latina8 présentent en effet au début du poème (vers 1-8) et à la fin (vers 1063-1070) deux quasi-acrostiches, ITALICPS et SCQIPSIT, qu’on a pensés imparfaits. Ils ont suscité nombre de recherches9 : on aurait bien voulu, en particulier, pouvoir restituer des acrostiches “parfaits” – Italicus... scripsit (“Italicus” – nom de l’auteur – “a écrit”). Pour le premier acrostiche cru imparfait M. Scaffai, à très juste titre, donne le vers 7, d’apparence corrompue, tel qu’il figure dans les manuscrits PW : + protulerant + ex quo discordia pectora pugnas ; pour le second en revanche (vers 1065) il adopte la permutation de l’ordre des mots opérée par Baehrens “per ottenere l’acrostico compiuto SCRIPSIT” ; alii aliter... Il nous semble que c’est le principe de ce genre d’aménagement qu’il faut écarter. Il n’est nullement évident qu’on ait jamais eu affaire à des acrostiches “complets” ou “parfaits”. Peut-être convient-il de raisonner non pas sur la “normalité” recherchée à coup de modifications (ingénieuses), mais sur les anomalies objectivement attestées par la tradition manuscrite ; mieux, il faut, nous semble-t-il, ne prendre en compte que les écarts que le texte transmis présente par rapport à la lecture “normale” qu’il évoque mais ne réalise pas. Simplement dit, il s’agit d’expliquer uniquement les imperfections des quasi-acrostiches, soit quatre lettres : P et Q qui apparaissent comme des intrusions, et U (ou V) et R que l’on devine comme les fantômes des deux lettres escamotées. Soit les quatre lettres PQVR. A condition de les ranger dans l’ordre QPRV – ce qui consiste simplement à intervertir l’ordre des deux acrostiches –, on obtient une séquence qu’il est tentant d’interpréter comme celle des initiales d’une nomenclature ; et nous songeons à celle de Q. P (etillius) <Cerialis Caesius> RV(fus). Non par devinette, mais parce que cette nomenclature (tronquée) est suggérée par deux faits d’ordre différent mais concordants.

61° Une des épigrammes de Martial à Faustinus (VI.61 ; Appendice A, no 15) prête à ce dernier, dans un dialogue fictif avec le poète, une répartie qui, par le propos et le ton, semble très caractéristique du personnage, de ce qu’on sait de son caractère (fougueux), et de son histoire ;

  • 10 Rien de plus Romain (et Romain à l’ancienne mode traditionnelle et républicaine) que l’écriture pro (...)
  • 11 I.25.3 : (une œuvre) que ne saurait condamner (écarter) la citadelle Cécropienne de Pandion (quod n (...)
  • 12 I.25.4.
  • 13 Ajoutons que Faustinus-Cerialis est plus vraisemblable comme auteur de l’Ilias Latina (Martial gara (...)

72° Faustinus est l’auteur d’une autre œuvrette poétique conservée : une épigramme gravée dans la grotte dite “de Tibère” à Sperlonga, improvisée lors d’une réception donnée par Domitien et l’impératrice dans ce domaine impérial ; elle reçut l’honneur insigne d’être gravée sur une plaque de marbre affichée sur une paroi de la grotte : ce n’est imaginable que si l’auteur était un proche du couple impérial. Q. Petillius Cerialis Caesius Rufus était le gendre de Vespasien et le beau-frère de Domitien. Ces deux raisons suffisent à identifier Faustinus avec “Cerialis” ; mais il n’en découle pas automatiquement que l’œuvre poétique de Faustinus-Cerialis saluée par l’épigramme I.25 de Martial soit l’Ilias Latina ; des raisons de vraisemblance parlent en ce sens : un abrégé de l’épopée guerrière “archétype” qu’est l’Iliade était un sujet convenant plus que tout autre à l’homme de guerre prestigieux que fut Cerialis10 ; et l’œuvre de Faustinus est très clairement caractérisée par Martial comme d’inspiration grecque11 et de nature à séduire un public de senes attendant d’un poème le fructus12 ; et ces raisons de vraisemblance sont en fait déterminantes13. Si l’on veut une preuve, elle est peut-être apportée par le “décryptage” des acrostiches de l’Ilias Latina que nous proposons.

  • 14 Et l’on s’efforcera alors de rétablir par divers artifices la “normalité” du texte des acrostiches.
  • 15 À vrai dire, ce que nous avons développé pour donner un sens aux quatre lettres qui “font problème” (...)
  • 16 Pour les prénoms, les fonctions, les intitulés d’institutions, pour des formules épistolaires dans (...)
  • 17 G. Townend, “Some Flavian Connections”, JRS 51, 1961, p. 59 ; R. Syme RP VII, p. 645, n. 63.
  • 18 J. Devreker, Ancient Society, 1977, p. 233.
  • 19 A. R. Birley, “Petillius Cerialis and the Conquest of Brigantia”, Britannia 4, 1973, p. 186.

8C’est une preuve aléatoire. La séquence de lettres PQVR, rangée dans l’ordre QPRV (ce qui constitue déjà une intervention majeure de l’interprète) serait sans doute susceptible d’être développée d’autre manière que comme une série d’initiales d’éléments de nomenclature, et l’on pourrait soutenir que les “imperfections” des quasi-acrostiches n’ont pas la signification que nous leur prêtons, et même n’ont pas de signification du tout14 ; le principe du développement d’initiales15 s’appuie néanmoins sur l’usage si constant du latin16, et le choix des quatre lettres en cause parait bien correspondre à un “montage” intentionnel. En somme il se trouve que le développement. hypothétique proposé des “écarts” présentés par le texte des acrostiches de l’Ilias Latina est concordant avec la conclusion, que nous pouvons présenter comme solide, que l’on peut tirer des deux éléments exposés sommairement ci-dessus : Faustinus doit être identifié à Q. Petillius Cerialis Caesius Rufus. C’est à cette nomenclature, que nous examinerons infra, que nous rapporterions les initiales problématiques QPRV, plutôt qu’à celle de Q. Petillius Rufus cos. 83, qui était son fils17 ou plutôt un proche parent – frère cadet ou neveu18 – que Martial dut aussi connaître, et que nous reconnaîtrions dans le meus Rufus de l’épigramme IX. 39. Celui que Tacite appelle simplement Petillius Cerialis ou Cerialis pouvait se présenter sous cette nomenclature simplifiée Q. Petillius Rufus, et l’on a parfois identifié le consul 83 avec Cerialis lui-même19. La raison principale qui nous détermine à choisir entre “Cerialis” et le consul 83 pour l’attribution des initiales QPRV est l’épigramme VI. 61 qui révèle l’identité de Faustinus le poète (probablement de l’Ilias Latina) et du général Petillius Cerialis.

  • 20 La formule-slogan Pax Romana apparaît comme par hasard au début de l’épigramme VII.80 que Martial a (...)
  • 21 Faustinus est le second destinataire assuré des Épigrammes avec dix-neuf envois.
  • 22 L’épisode narré par Tacite dans les Histoires V.22 est révélateur à cet égard : les Germains de Civ (...)

9Cette épigramme se présente comme un dialogue entre Martial et Faustinus sur le succès d’un poète, Pompullus : à Martial qui feint de prendre acte de ce succès “planétaire” (“Pompullus a gagné, Faustinus, on le lira et il répandra son nom par tout l’univers”), Faustinus répond par une explosion de colère : “qu’à ce compte puisse prospérer la nation inconstante des blonds Usipètes et quiconque n’aime pas l’Empire de l’Ausonie !”. Que viennent faire dans cette affaire les blonds Usipètes et l’empire Romain ? On entend Petillius Cerialis, général brillant mais colérique et téméraire, à qui Tacite, dans ses Histoires (IV.73-74) fait prononcer à Trêves devant l’assemblée des Trévires et des Lingons, le grand discours qui deviendra l’archétype des apologies de l’empire, le modèle des défenses et illustrations de la pax Romana20 : Martial, qui n’a pas lu Tacite, a dû connaître la substance des propos alors tenus par Cerialis par des récits de Faustinus, dont il a connu aussi la personnalité21. Vespasien avait confié à son gendre la charge d’achever le bellum Batavum, tâche qu’il mena à bien malgré quelques imprudences22. Les Usipètes ou Usipiens ne sont pas mentionnés nommément parmi les peuples Germains ou Celto-Germains, alliés aux Gaulois rebelles (Trévires et Lingons), que Cerialis eut à affronter sur le Rhin, du moins dans le récit des Histoires ; mais Tacite les situe, dans la Germanie, entre la Lippe et la mer (XXXII.1), et il les mentionnera à plusieurs reprises dans les Annales (I.55 ; XIII.55 et 56). Du reste, Cerialis, qui avait comme légat consulaire brillamment gouverné la Bretagne entre 71 et 74 et avait de bonnes raisons de s’intéresser aux opérations menées dans son ancienne province par ses successeurs, Frontin et Agricola, avait évidemment eu connaissance d’un événexment marquant de la campagne 82, à savoir l’équipée d’une cohorte d’Usipiens déserteurs (nation inconstante !) ; Tacite la rapportera dans la biographie de son beau-père (Agricola, XXVIII) : certains rescapés de l’aventure, ramenés sur la rive gauche du Rhin par des Suèves et des Frisons qui les avaient capturés, devinrent célèbres par le récit de leur Odyssée (fuere quos... in nostram usque ripam… adductos indicium tanti casus inlustravit). Cerialis, qui a beaucoup fait pour “l’empire de l’Ausonie”, n’avait pas disparu, comme beaucoup le pensent, peu après son second consulat (74) : on le trouve, bien reconnaissable, en 91, dans le petit dialogue de l’épigramme VI. 61 de Martial (et on pourra le suivre encore quelques années) ; il s’y souvient des Usipetes et autres coalisés de l’éphémère “empire des Gaules” ; il dialogue avec son protégé poète Martial, à propos d’un autre poète, “Pompullus”, dont le succès le fait bouillir et a ses idées sur la poésie : à la défense insincère de Martial (“pourtant, à ce qu’on dit, les écrits de Pompullus ne manquent pas de talent” – vers 5), il répond par un jugement de poète (“Pour vivre, un livre doit avoir son génie” – vers 10). Le succès ne garantit pas la survie ; bien des carmina docta ne sont achetés que par les cuisiniers (pour en faire des cornets à épices), et la Renommée (Fama) exige plus que du talent. Cette renommée que Martial promettait à Faustinus dans l’épigramme I. 25, Cerialis doute quelle soit atteinte sans “génie”. Peut-être a-t-il des doutes sur son opus, – sur l’Ilias Latina ? – En tout cas Cerialis survit bien des années après 74, sous le nom Faustinus, qui n’est pas une invention de Martial, mais un signum, un “nom de cour” en l’occurrence, qui a fait écran à “Cerialis”. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’on ne trouve plus trace de Q. Petillius Cerialis après 74. Il avait été marié à la fille de Vespasien, divinisée sous le nom de Diva Domitilla ; cela impose de la discrétion ; il n’est pas en disgrâce (le nom de Faustinus, donné ou accepté par Domitien, le frère de la Diva, peut signifier “favorisé par la Fortune ou les dieux”) mais il doit vivre à la Cour, sans emploi pendant des années, occupant ses loisirs à écrire : il se donne lui-même dans son épigramme de Sperlonga comme Faustinus felix dominis, “Faustinus, qui tire sa félicité de leurs Majestés”.

  • 23 Que les acrostiches de l’Ilias Latina aient été volontairement imparfaits (supra, n. 15) a été prop (...)
  • 24 Le récit de Tacite, Histoires III.59, est interprété par R. Syme dans RP I, 331-332. C’est dans ce (...)
  • 25 F. Coarelli a jugé qu’il s’agissait de Trebula Sufenas (Martial n’appelle la ville que Trebula dans (...)
  • 26 La proximité géographique des patries de Vespasien et de Cerialis confirme l’identification de “l’h (...)
  • 27 Fouilles de Xanthos VII, p. 175 avec n. 17.
  • 28 RE XIX, col. 1149 ; il relevait à l’appui de son hypothèse les inscriptions suivantes : CIL V. 1330 (...)
  • 29 En y ajoutant CIL V.748 (C. Petilius Venustus), 1052 (L. Petilius Pudens) – il est vrai qu’ils ne p (...)
  • 30 Cicéron qualifie la Sabine de flos Italiae ac robur reipublicae (Pro Ligario 32) : cf. R. Syme, La (...)
  • 31 R. Syme, RP VII, 570.

10Dans le premier acrostiche de l’Ilias Latina semble apparaître l’adjectif Italic<u> s23, qui se réfèrerait à l’origine de l’auteur (ce n’est, selon nous, pas un élément de nomenclature, le cognomen de P. Baebius Italicus) – à sa patria. Les attaches de Q. Petillius Cerialis Caesius Rufus ne sont pas simples. Il ne fait pas de doute qu’il est “chez lui” en Sabine du sud : R. Syme a établi, en particulier par l’analyse du récit que fait Tacite des mouvements de troupes dans l’hiver 69-70 et des déplacements de Cerialis24 que cette région lui est très familière : pour lui, Cerialis est un Sabin. L’épigramme V. 71 de Martial confirme et précise : son grand ami Faustinus possède un domaine rural et, ce qui est beaucoup plus significatif, une domus dans la petite ville de Trebula Mutuesca25, qui pourrait bien être le “pays” de Cerialis ; Vespasien, Sabin de Reate (Rieti), n’a pas cherché bien loin un gendre26 : Trebula Mutuesca est à une trentaine de kilomètres de Reate et située sur le même axe routier. Mais est-ce la patria, au sens strict du terme (l’origine de son père, qui lui transmet sa tribu avec son nom) de Cerialis ? Un homme a d’autres attaches territoriales et affectives que sa patria : et d’abord une “patrie maternelle”, comme dit une inscription de Lycie à propos d’Opramoas, citoyen de Rhodiapolis par son père et de la petite Corydalla par sa mère27 ; mais aussi, quand il a été adopté – la nomenclature de Cerialis atteste que ce fut son cas –, la patria du père adoptif ; or Faustinus possédait une villa rustique, la villa dite Baiana de l’épigramme III. 58, que l’on situe naturellement à Baïes, mais que nous situerons peut-être dans une tout autre région : aux confins de l’Ombrie et de l’Émilie, dans la proximité de Sarsina – ce serait la patria du père adoptif (infra, p. 50 sq). Pour la patria proprement dite (paternelle), nous risquerons le nom d’Aquileia : c’est peut-être par Faustinus (et par Stella) que Martial a connu la Vénétie, en particulier sa côte ; Aquileia a été proposée comme origine des Petillii par E. Swodoba28 ; selon R. Syme, les témoignages épigraphiques allégués étaient insuffisants, mais il serait peut-être possible d’allonger substantiellement la liste, en effet courte, de Swoboda29. L’apparition d’Italic<u> s dans le premier acrostiche de l’Illias Latina redonne crédit à cette origine hypothétique. Il va de soi que les Sabins sont par excellence des Italici30, et l’on n’aurait pas songé à faire de cette qualité la base d’un acrostiche ; le cas est différent de certains habitants de l’Italie du Nord, et particulièrement de ceux d’Aquileia, quelle qu’ait pu être l’origine lointaine des colons (Romains et alliés Italiques) de la “déduction” originelle établis aux marches de l’Italie, aux confins de l’Istrie31, pour protéger la péninsule. Ausone, dans son Ordo Nobilium Vrbium célébrant quatorze villes de l’empire (la première est évidemment Rome, la quatorzième Burdigala), commence ainsi l’éloge de la septième, Aquileia :

  • 32 “Colonie Italienne faisant face aux montagnes Illyriennes, célèbre par ses murailles et son port”.

Itala ad Illyricos obiecta colonia montes
Mœnibus et portu celeberrima
32.

  • 33 CIL V. 1157 (----a Cn. 1. Italia) ; V. 877 (Italicus), 839 (Italicus), 875 (Italus) – C. Minicius C (...)
  • 34 Ainsi Italia est praenomen à Concordia (CIL V. 1907).

11Les cognomina de ses citoyens comme Italicus, Italus, et même Italia y sont fréquents33, comme aussi à Concordia ou Verona34. À notre avis c’est en tant que fils d’Aquileia que l’auteur de l’Iliade latine inscrit sous forme d’acrostiche cette revendication d’Italianité ; elle aurait pu prendre la forme d’un cognomen ; mais il en portait deux autres, Cerialis et Rufus.

  • 35 Sur la question de la datation, voir M. Scaffai, o. c., p. 18 sq.
  • 36 Le terminus ante quem de 68 pour la rédaction du poème, qui repose sur la conviction que l’Ilias tr (...)
  • 37 Fr. Vollmer, dans son Kommentar, p. 122 (cf RE IX. l, 1914, col, 1057 sq), cité par M. Scaffai, o. (...)

12La datation que M. Scaffai retient pour la composition de l’Ilias Latina, vers 65, à la fin du règne de Néron35, est un peu haute si nous identifions bien Q. Petillius Cerialis comme l’auteur du poème : ce que l’on sait (relativement beaucoup de choses) de sa carrière rend plus qu’invraisemblable qu’il se soit occupé de cette rédaction avant son second consulat de 7436 ; la période la plus plausible pour son activité poétique devrait se placer dans les dernières années de Vespasien (75 à 79), sous Titus (79-81), au début du règne de Domitien (81 sq). Martial publie l’épigramme I. 25 en 85-86 : le poème de Faustinus est achevé depuis longtemps, l’auteur hésite à le publier, et dans son premier livre Martial a recueilli des textes déjà anciens : toutes ces données invitent à situer la composition de l’œuvre qui a dû s’étaler sur plusieurs années, aux débuts de l’époque flavienne en 75-80 à peu près ; Fr. Vollmer a plaidé dans son Kommentar37 pour le règne de Domitien sur la base de parallèles stylistiques entre l’Ilias et les œuvres de Silius Italicus et de Stace, ce qui est assurément très soutenable.

L’épigramme de Sperlonga

  • 38 L’identité de l’auteur de l’épigramme et de l’ami de Martial, quoique elle ait été discutée, ne fai (...)
  • 39 L’exposé très approfondi qu’offre la thèse de H. Lavagne, Operosa antra. Recherches sur la grotte à (...)
  • 40 Voir particulièrement G. Säflund, “Sulla ricostruzione deI gruppo di Polifemo e di Scilla a Sperlon (...)
  • 41 Photographie dans G. Säflund, “Das Faustinusepigram in Sperlonga”, Opusc. Romana, VII.1-2, 1967, p. (...)
  • 42 Ce sont à savoir les ouvrages et articles mentionnés supra, n. 38 à 41, auxquels nous ajoutons B. C (...)

13L’Ilias Latina n’est pas la seule œuvre versifiée que nous aurions conservée de Faustinus. La grotte “de Tibère” à Serlonga a en effet livré le texte d’une épigramme signée à coup sûr de lui38 ; elle a suscité une littérature considérable, qui s’est développée sur plus d’un demi-siècle. Sans aborder les débats qui concernent la grotte39 et son décor sculpté40, sans même reprendre dans son ensemble le dossier de la petite épigramme (dix vers en partie mutilés)41, nous chercherons à contribuer à l’entreprise délicate que constitue la restitution d’un texte métrique incomplet, et à sa compréhension ; une construction rude n’a peut-être pas été parfaitement saisie et sur deux points limités (mais dont l’un est essentiel) les restitutions peuvent être améliorées. Nous visons à l’économie maxima dans l’exposé et l’annotation et indiquerons en préambule les principaux instruments de travail utilisés ou consultés42 ; les questions proprement épigraphiques seront évoquées au fil de notre étude ; on se reportera, pour le texte tel que nous le restituons (sur deux points, lignes 9 et 10) et le traduisons, à l’appendice B.

  • 43 H. Lavagne traduit par “les maîtres de céans”, ce qui est juste, mais un peu restrictif ; nous préf (...)
  • 44 Sis felix, terra, dominis ambobus, Silves II.2. 107 vers cité par G. Säflund, ibid., p. 12.

14Si l’Ilias permet d’apprécier peut-être les talents de Faustinus sur plus d’un millier de vers polis pendant des années, l’épigramme de la grotte présente une poignée d’hexamètres qui doivent avoir été improvisés sur place, lors d’une réunion d’intimes invités par le couple impérial (les Domini, qui font le bonheur de l’auteur : Faustinus felix dominis). Faustinus est l’ami de Martial, les Domini, Domitien et son épouse Domitia Longina, les majestés impériales et aussi les maîtres du domaine de la “couronne”43. La locution felix + ablatif est typique de l’époque Flavienne et suffirait à elle seule à suggérer une datation pour la rédaction du texte (pas forcément celle de la gravure) ; Martial, comme Stace, en est coutumier : ainsi, chez le premier, (Mummia) Nigrina est felix animo, felix marito (IV.75.1) : elle est “heureuse, elle tire sa félicité de son cœur, de son mari” ; en I.101.1-2, la main de son secrétaire est felix domino et nota Caesaribus (“heureuse de son maître et connue des Césars”) ; en VII.2.5-6, la cuirasse de Domitien est felix sorte sua, sacrum cui tangere pectus fas est (“heureuse de sa destinée, elle à qui il est permis de toucher, sans impiété, un flanc sacré” – Domitien est deus) ; même des réalités toutes matérielles, comme des propriétés ou des villes, peuvent être dites “heureuses de par ceci ou cela” : ainsi Aquileia en IV.25.5, “fait du Timave, son fleuve, son bouheur” (et tu Ledaeo felix Aquileia Timavo). Stace n’est pas en reste44. Faustinus se dit felix dominis : il a le bonheur (d’où peut-être son “nom de cour”) d’être lié au couple impérial auquel il est d’ailleurs de près apparenté. Le fait stylistique date assez précisément le texte et aide utilement à l’identification de l’auteur.

  • 45 B. Andreae, o. c., p. 175.
  • 46 O. c., p. 21.
  • 47 Revixit Ars, p. 496.
  • 48 Stace, Silves I, prœm., 32-34.

15La datation de l’inscription (à distinguer dans le principe de celle du poème) a beaucoup divisé les exégètes. B. Andreae par exemple a proposé de dater la pierre du iiie siècle pour des raisons paléographiques45. Nous pensons néanmoins que G. Säflund avait vu très juste dès l96746 en plaçant la graphie vers 100 : elle a paru à ses yeux ne présenter aucun caractère datable après le règne de Trajan. Il faut sans doute tenir le plus grand compte, pour expliquer l’aspect un peu négligé de l’inscription (support et graphie), des conditions précises de l’élaboration du texte et de sa transcription épigraphique. F. Coarelli a parfaitement expliqué47 ce qu’est ce petit texte : un “prélude” improvisé, comparable à la “Silve” que Stace écrit, en attendant qu’on passe à table, lors du dîner donné par Claudius Etruscus pour l’inauguration de ses thermes48. Faustinus n’avait sans doute pas la virtuosité de Stace, mais l’empereur fera à son beau-frère l’honneur rare de lui permettre d’afficher (dans un recoin discret) comme la pétrification de la page hâtivement rédigée sur place : elle ne devait avoir aucun caractère monumental, et l’on aurait eu souci de conserver sur la pierre quelque chose de la spontanéité du manuscrit. Mais on manque de parallèles pour étayer cette suggestion.

  • 49 Son édition est la plus récente que nous connaissions : elle nous fournit une utile référence.

16Par souci de brièveté, nous ne commenterons pas les restitutions que nous acceptons comme désormais définitivement établies, et limiterons nos remarques aux points peu nombreux mais d’importance sur lesquels nous ne suivons pas H. Lavagne49 dans l’étude qu’il offre de l’épigramme (édition du texte, traduction et commentaire).

  • 50 Il va de soi qu’on ne peut construire avec antro le nominatif hic qui reprend le vat(em) de la lign (...)
  • 51 ARID IV, 1967, p. 89.

17À la ligne 2, il comprend hic ceder(et) antro comme signifiant “il (Virgile) se déclarerait vaincu par cet antre”50 : interprétation due au Prof. Leiv Amunsen d’Oslo et accueillie par P. Krarup51 ; elle est intéressante mais s’accorde difficilement avec l’exégèse qui cherche à établir que Faustinus, dans le débat qu’institue le texte entre les pouvoirs de la poésie et ceux de la sculpture, donnerait en définitive la victoire au poète (en dépit du sens “apparent” qui est clair : le poète ne saurait rivaliser avec la main de l’artiste – le sculpteur).

18La question suppose résolue celle de la construction des vers 7-9 : au vers 9, quam est-il un relatif féminin, accordé à un substantif qui ne figure pas dans le texte latin et qu’il faudrait suppléer ou bien, comme il nous semble, un adverbe relatif construit avec le sic du vers 7 ? Construction rude, présentant la corrélation d’un sic déterminé par une négation (nullo) et de l’adverbe relatif quam, qu’il est difficile de rendre en mot-à-mot, mais qui est attestée deux fois par les Élégies de Properce. Les deux passages concernés sont les suivants :

  • 52 Vers ainsi traduits par P. Charvet, Cynthia, Paris, 2003, p. 185 : “Les Syrtes instables sous la br (...)

Non sic incerto mutantur flamine Syrtes
nec folia hiberno tam tremefacta Noto
quam cito feminea non constat fœdus in ira
(II.9.33sq)52

19et, dans II. 14.1-10, la corrélation beaucoup plus développée se présente ainsi (elle se fait dans ce cas de non sic (ou ita) à quanta) :

  • 53 Traduction P. Charvet : “L’Atride n’a pas tant exulté dans son triomphe au pays de Dardanus, quand (...)

Non ita Dardanio gavisus Atrida triumpho est
cum caderent magnae Laomedontis opes
nec sic errore exacto laetatus Vlixes
cum tetigit carae litora Dulichiae
nec sic Electra, salvum cum aspexit Orestem
cuius falsa tenens fleuerat ossa soror
nec sic, cum incolumem Minois Thesea vidit,
Daedalium lino cui duce rexit iter
quanta ego praeterita collegi gaudia nocte:
immortalis ero, si altera talis erit
53.

  • 54 Voir A. Pellicer, Natura, Paris, 1966 : la nature est artifex, ingeniosa. Nous sommes d’accord avec (...)

20Sur la base de ces deux parallèles, le texte que nous établissons (en adoptant pour la fin des vers 7 et 8 des restitutions antérieures plausibles) donne un sens clair et qui est non “apparent” mais effectif. Pour Faustinus, qui n’innove guère, trois “étages” dans l’ordre de la création : la Nature, suprême artiste54 ; l’art du sculpteur, capable de donner vie à des formes (sans atteindre pour autant à la souveraineté (exsuperat, construction absolue, au vers 9) de la nature ; la poésie, inférieure aux arts plastiques (la sculpture en l’occurrence) dans la “mimésis”. La tentative pour faire de l’épigramme de Faustinus une célébration de la puissance de la poésie, qui ne s’inclinerait que devant la nature, nous semble discutable.

  • 55 Neue Züricher Zeitung du 22 Mars 1964, no 1230 (“Vorläufiger Abschluss in Sperlonga”) ; id., in Sym (...)
  • 56 Adoptée par G. Säflund, o. c., p. 11.

21À la ligne 7, nous adoptons la restitution nullo sic ca(rmine posse) de Kerenyi55, retenue par G. Säflund56. H. Lavagne propose ca[rmine fingi].

22À la ligne 8, la restitution reddere formas de Kerenyi que nous retenons (comme G. Säflund) présente l’inconvénient mineur de reprendre le verbe qui apparaît – dans un autre sens – au vers 1 ; mais le dextera restitué par H. Lavagne, répondant à la nécessité de construire avec un substantif le génitif artificis, est entraîné par la leçon vivas ut artificis adoptée pour le début de la ligne ; or cette leçon est métriquement impossible : il faut lire vivas vi artificis ; la barre transversale d’un T que l’on a cru lire n’est qu’une menue blessure de la pierre. On a avec vi le substantif nécessaire à la construction du génitif artificis.

  • 57 “Das Faustinus Epigram von Sperlonga”, Philologus 110, 1966, p. 287 sq.
  • 58 G. Säflund, ibid., p. 13.
  • 59 Silves II.2.44 sq ; cité par G. Säflund, o. c., p. 12.
  • 60 Sur la métrique de l’Ilias Latina et la pratique des élisions par son auteur, voir M. Scaffai, o. c(...)

23À la ligne 9, la restitution retenue par H. Lavagne, natur[ae ars ingeniumque], qui est due à W. Buchwald57 n’est assurément pas mal venue, tout comme natur[a magistra parensque] qu’ont adoptée P. Krarup et G. Säflund58, locution un peu trop solennelle à notre sens. Nous en retenons pour notre part une autre qui s’autorise d’un rapprochement avec un passage de Stace59 – éloge de la villa Sorrentine de Pollius Felix : quae rerum turba ! locine / ingenium an domini mirer prius (“quelle foule de richesses ! est-ce le génie du lieu que je dois admirer en premier, ou celui du maître ?) : le couple loci / domini ingenium (le “génie d’un site et celui du propriétaire”) est typique de la poésie d’une époque qui se plaît à louer la beauté native, “brute” et déjà artiste, avant toute intervention de la main de l’homme, des choses. Très parlants à cet égard sont les vers 15-16 de la Silve I. 3 de Stace (La villa Tiburtine de Manilius Vopiscus) : ingenium quam mite solo/quam forma beatis ante manus artemque locis (“que le génie du sol est aimable ! quelle beauté ont ces lieux bénis, avant toute main et tout art”). La nature, toujours inspirée (ingeniosa), ce n’est pas uniquement une allégorie grandiose (magistra parensque, Maîtresse et Mère), c’est, sans majuscule, la nature des choses, des paysages, des lieux ; mais cette nature toute “naturelle” n’a pas besoin de la main de l’homme pour être déjà artiste : un beau paysage est architecture, sculpture, peinture. C’est ce que Pline le Jeune, un peu plus tard, exprime dans une lettre à L. Domitius Apollinaris – sénateur, poète et protecteur de Martial : il lui présente le site de son domaine des Tusci, dans la haute vallée du Tibre : imaginare amphitheatrum aliquod immensum et quale sola rerum natura possit effingere (“figure-toi comme un amphithéâtre immense et tel que seule la nature peut en façonner”). – Nous restituons donc le vers 9 quam sola exsuperat natur[a loci ingeniosa] ; il présenterait une licence (élision du ī de loci à l’arsis du 5e pied), qu’on trouve dans l’Ilias Latina, texte métriquement soigné, au vers 826 : Dardanides quam pro lapsam celeri excipit ictus (élision du ī de celeri) ; elle offre une élision similaire du ī de citi au deuxième pied dans le vers 222, qui fournit un bon parallèle pour l’élision du second pied du vers 8 de l’épigramme : vivas vī artificis express[as...60

  • 61 Mais elle est infiniment supérieure au condidit qu’elle a remplacé, qui faisait de Faustinus l’orga (...)
  • 62 Dialogus X.4, cf. infra, p. 211 n. 17.
  • 63 Il évoque la journée d’improvisations passée avec son ami Licinius dans son carmen 50, 1-2 : Hester (...)
  • 64 Epist. I.15, à propos de l’invitation à dîner manquée par Septicius Clarus : Heus tu, promittis ad (...)
  • 65 Il emploie praeludere pour désigner les petits travaux poétiques par lesquels on se prépare à des e (...)

24À la ligne 10 la restitution ho(c concinit antrum) retenue par H. Lavagne et déjà par F. Coarelli (sur une suggestion d’A. Degrassi) n’est pas pleinement satisfaisante : antrum reprendrait gauchement antro de la ligne 2, et concinit (= “chante sur le mode épique”) est assurément très virgilien d’esprit (arma virumque cano) mais ne convient pas à la modestie du poème de Faustinus61. F. Coarelli ayant fort bien caractérisé l’entreprise (une improvisation rapide sur place), il faut peut-être rendre cette analyse dans la conclusion de l’épigramme ; improviser un écrit éphémère se dit ludere ; l’épigramme, comme toute poésie “facile” – poésie de l’instant, de l’humeur, du prime-saut – est un lusus : le genre épigrammatique est défini dans le Dialogus de oratoribus comme lusus epigrammatum62 ; Catulle63, Pline le Jeune64, Stace65 recourent au verbe ludere ou praeludere pour exprimer cet aspect “ludique” de l’activité poétique. Le lusus a eu lieu dans l’antre même : c’est cela, qui en fait le prix, que Faustinus devait vouloir marquer dans sa conclusion. Donc ho[c lusit in antro]. Mais antrum est déjà dans le texte au vers 2. Plutôt ho[c lusit in ipso] (sous-entendu antro).

25Ligne la 10 : Faustinus felix dominis : nous avons exposé supra comment comprendre ces mots.

À propos de l’épigramme de Faustinus : le décor du Ninfeo Bergantino de la villa de Domitien

  • 66 A. Hermann, “Another Sperlonga replica”, in : Acta Instituti Danici IV, 1969, p. 27.
  • 67 A. Hermann songeait aux sculptures de Sperlonga, hypothèse acceptée par R. Hampe, o. c., p. 62-63, (...)
  • 68 H. Lavagne, o. c., p. 589-594, où l’on trouve la bibliographie antérieure.
  • 69 Reproduites dans notre article de 1967, MEFRA 79 (p. 421-502), figures 20-22 p. 465 sq. Sur le tors (...)
  • 70 Sur ce personnage, qui peut avoir occupé ces deux postes successivement comme Suétone, supra, p. 11 (...)

26L’épigramme VII.38 de Martial s’adresse au “Polyphème de Severus” : il est si laid et si énorme qu’il ferait peur à Polyphème lui-même ; on devrait le marier à une Scylla aussi monstrueuse que lui : ils se terrifieraient l’un l’autre. Il ne s’agit pas de deux esclaves – interprétation traditionnielle – mais, comme l’a bien vu A. Hermann, de statues66 ; non pas celles de Sperlonga, dont le décor sculpté a été aménagé à l’époque tibérienne67 et non pas Domitienne, mais, croyons-nous, de celles qui devaient orner une réplique de la grotte de Sperlonga construite dans la villa impériale de Domitien, le “Ninfeo Bergantino” : décor qui devait s’inspirer de celui de Sperlonga, comme l’architecture du nymphée décalquait la grotte de Tibère. Dans le Ninfeo Bergantino d’Albano – Castelgandolfo68, ont été découvertes plusieurs statues fragmentaires, dont un torse de Polyphème et le bassin d’une Scylla69, qui font écho à celles qu’évoque à Sperlonga l’épigramme de Faustinus. Nul doute qu’il ait connu Severus, lequel n’a rien à voir avec l’architecte homonyme de Néron mais dans lequel nous verrons un savant affranchi de Frontin, * Sex.(Iulius) Severus apparemment a bibliothecis et/ou a studiis70 de Domitien ; il aurait acquis (sur fonds publics) les pièces de sculpture destinées au nymphée d’Albano et en aurait, comme responsable des affaires culturelles, supervisé l’installation : Martial suggère plaisamment de iungere les deux monstra, ce qui pourrait évoquer la composition des deux statues en une unité plastique (alors qu’à Sperlonga Polyphème et Scylla appartenaient à des groupes différents) ; mais c’est sans doute un trait d’humour qui traite les deux statues comme deux êtres gigantesques mais “humains” (et c’est pourquoi tant de commentateurs les ont pris pour des esclaves de Severus). Le Polyphème de Severus et Scylla sont en tout cas visibles à Castelgandolfo (avec d’autres fragments de sculpture) où ils constituent comme un modeste écho du décor somptueux de la grotte de Tibère que célèbre l’épigramme de Faustinus felix dominis [383, note additionnelle, p. 209].

Stemma I La famille Flavienne

Stemma I La famille Flavienne

La nomenclature de Cerialis-Faustinus et ses attaches locales

La nomenclature de Cerialis-Faustinus

  • 71 R. Syme, “Clues to Testamentary Adoption”, RP IV, p. 159-173.
  • 72 A. R. Birley, “Petillius Cerialis and the Conquest of Brigantia”, Britannia 4, 1973, p. 181 et n. 1 (...)
  • 73 Tacite, Annales XII. 40.7.
  • 74 Id., ibid., III. 38 et 70.
  • 75 E. Swoboda, art. “Petillius”, no 9, RE XIX. l (1937), col. 1159 considérait le praetorius Petillius (...)

27Il ne semble pas que la nomenclature binaire de Q. Petillius Cerialis Caesius Rufus présente l’élément paternel placé en tête suivi de l’élément dû à la mère. Ce qui est le cas le plus fréquent pour les sénateurs à nomenclature complexe de cette époque71 ; le second élément, Caesius Rufus, ne comportant pas de prénom, un autre type de conjonction est plus vraisemblable : elle témoignerait d’une adoption, d’un Caesius par un Petillius ou d’un Petillius par un Caesius, les cognomina pouvant être croisés – le sénateur étant de naissance un Petillius Rufus adopté par un Caesius Cerialis. A. R. Birley pensait à l’association inverse72. Petillius, gentilice de naissance pour nous, ferait d’Aquileia la patria proprement dite du sénateur. Selon A. R. Birley, Cerialis (un Caesius Cerialis de naissance), pourrait être le frère cadet de Caesius Nasica, légat de la IXa Hispana ca. 5773 : il a lui-même commandé cette légion de Bretagne lors de la révolte de Boudicca en 60 (Tacite, Ann., XIV.32-33) ; Caesius Cordus, sénateur poursuivi en 22 pour extorsion de fonds en Crète-Cyrénaïque74, serait leur père. Cette filiation, possible, ne s’impose pas : nous verrions plutôt en “Petillius Cerialis” le fils d’un Petillius (Cerialis ou Rufus) d’Aquileia75 adopté par un Caesius : Caesius Cordus éventuellement ; et éventuellement aussi frère adoptif de Caesius Nasica.

  • 76 PIR2 C 204.
  • 77 PIR2 C 191.
  • 78 Sur la signification de villa Baiana et son équivalent Baiae, voir D. R. Shackleton Bailey édition (...)
  • 79 C’est à la porte Capène que l’Umbricius de la IIIe satire de Juvénal fait ses adieux au poète : il (...)
  • 80 Pline, Epist. IV.23 ; il possède une habitation des plus agréables où, prenant sa retraite, il s’ad (...)
  • 81 R. Syme, “Spanish Pomponii. A Study in Nomenclature”, RP IV, 140-168 (p. 145-146 sur T. Pomponius B (...)
  • 82 Juvénal, satire III. 10 sq.
  • 83 VI.61.3-4.
  • 84 Il n’y a pas qu’un Bassus chez Martial ; contra L. Duret, ANRW II.32.5, p. 3214.

28L’important est que Cerialis porta le gentilice Caesius, et que ce gentilice, quoique partout assez répandu, peut le rattacher à l’Ombrie. Pour la seconde moitié du ier siècle, trois Caesii de quelque importance sont connus comme ayant eu des connexions avec cette région : Sex. Caesius Propertianus, patron de Mevania76, C. Caesius Sabinus, ami et protecteur de Martial citoyen de Sarsina (petite ville fort éloignée de Rome, d’où venait aussi son ami A. Pudens), C. Caesius Aper de Sentinum que Vespasien fit entrer au sénat77. Les liens de Martial avec deux amis de Sarsina sont l’indice le plus solide en faveur d’une origine ombrienne du père adoptif de Cerialis. Ce père a peut-être légué à Faustinus des propriété dans la région de Sarsina. Dans son livre III, publié en 88 à Forum Corneli, et qui est par excellence le livre de Faustinus (il en reçoit la dédicace III.2), Martial consacre la plus longue de ses épigrammes (51 trimètres iambiques scazons) à la villa dite Baiana78 de son protecteur. C’est une confrontation entre deux domaines ; la villa campagnarde de Faustinus (vers 1-44) et le suburbanum de Bassus (vers 45-51) ; cette seconde partie fait écho à l’épigramme III.47 qui moque l’équipage de Bassus à la porte Capène : il se rend à sa propriété de campagne voisine par la via Appia79. C’est un personnage réel, ami commun de Martial et de Faustinus, avec lesquels il semble former un trio de rieurs : un sénateur fortuné qu’on peut songer à identifier à T. Pomponius Bassus suffect 9480. Les Pomponii se flattaient de descendre de Numa Pompilius81 – qui rencontrait son Égérie à la dite porte82 ; peut-être pourrait-on le reconnaître dans le poète (à demi) fictif Pompullus de l’épigramme VI.61, dialogue avec Faustinus qui y trahit son identité par son explosion contre les Usipètes et les adversaires de “l’empire de l’Ausonie”83 : ce serait une “clef” pour l’interprétation des relations entre les trois personnages, essentiellement marquées par un humour dont Bassus fait les frais84.

Les attaches locales de Cerialis-Faustinus

  • 85 Voir l’intéressante étude que L. Duret a consacrée à l’imitation, en particulier celle de l’épode I (...)
  • 86 De même l’épigramme de Martial dans sa conclusion sur le suburbanum de Bassus, vers 45-51.
  • 87 À Faustinus, l’idylle ; à Bassus, la satire.

29L’épigramme III.58, placée au centre du livre “gaulois”, est d’inspiration double : bucolique et idyllique pour ce qui est de la propriété de Faustinus, où Martial s’inspire largement du discours d’Alfius dans la deuxième Épode d’Horace85, satirique dans la dernière partie sur le suburbanum de Bassus ; l’Épode d’Horace conjoignait déjà ces deux inspirations, le long éloge de la vie campagnarde d’Alfius aboutissant à la chute inattendue des vers 67-70, où Horace dévoile le fond “iambique”86 de son poème. Cette dualité était sans doute annoncée par le premier vers, par le heurt des noms Basse, Faustini87, et par l’énoncé du “thème” de l’épigramme : une étrange Baiana villa.

  • 88 Cf. supra, n. 78.
  • 89 Sur le rendement des villas, voir R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire, Cambridge, 1974 (...)
  • 90 Id., ibid., p. 37.
  • 91 Cf. Horace, Odes IV. 5, vers 18 : nutrit rura Ceres almaque Faustitas.
  • 92 Le motif est “littéraire”, cf. Horace, Épode II, vers 11-12.
  • 93 Le “sobriquet” Faustinus convient au propriétaire de la “Baiana villa” de III. 58 (le seul domaine (...)
  • 94 Sa description fournit le développement le plus pittoresque de l’épigramme.
  • 95 R. Duncan-Jones, o. c., p. 36.
  • 96 À la fois concret et symbolique ; cf. le focus dans l’épigramme I. 55, vers 8 : il est au cœur de l (...)

30Une villa Baiana88 doit être proche de la mer et n’est pas destinée à la production agricole : c’est un domaine de pur agrément, luxueux et comportant des aménagements raffinés, à propos duquel on ne saurait parler de rendement économique89 ; le domaine de Faustinus est tout l’inverse : une propriété dont l’environnement au moins est fondamentalement rustique (rure vero barbaroque laetatur, vers 5) et qui vit en autarcie90 : elle est productive, consacrée à la culture (céréales et vigne) et à l’élevage91, des bovins en particulier92 : ce sont les deux activités canoniques de la “vraie campagne”93. En guise de parc, une bruyante basse-cour94 ; l’élevage des porcelets et des agneaux – domaine propre de la vilica – constitue une des ressources annexes de la villa95. La vie de l’exploitation est patriarcale (sans qu’on voie de patriarche) autour d’un “clair foyer”96. Le jardin, qui fournit ce que Bassus devait apporter de la ville, exerce sainement de jeunes esclaves achetés à la ville, les pueri delicati : la villa n’est pas une ferme, et sans doute Martial limite-t-il sa description au cadre campagnard du domaine, qui doit comporter l’habitation du maître (invisible) ; c’est à lui sans doute que les paysans du voisinage apportent à la salutatio matinale les produits du terroir. L’épigramme de Martial est pour une grande part une variation sur les motifs du discours d’Alfius dans l’Épode II d’Horace, mais qui vise à ancrer davantage dans une réalité concrète les rêveries de l’usurier, et en même temps à exprimer un idéal ou une idéologie anti-économique d’auto-suffisance – que rien ne soit acheté, ou presque !

  • 97 Pline l’Ancien NH IX.241 : caseum ovium maxime e lacte Sassinatem ex Umbria.
  • 98 I.43.7-8 : rustica lactantes nec misit Sassina metas / <et> de Picenis venit oliva cadis.
  • 99 L. Friedländer, p. 191 ad 1.43.7.

31La campagne chantée par Alfius est proprement insituable. La Baiana villa de Faustinus, sans doute un peu plus ; et si elle l’est, elle ne l’est sûrement pas à Baïes, ni dans un site côtier comparable : l’ensemble de la peinture s’y oppose. Deux détails pourraient être invoqués pour situer géographiquement le domaine. L’un n’est pas probant, qui, au vers 10, paraît le placer dans une contrée accidentée : truces in alta valle mugiunt tauri ; le motif est emprunté au discours d’Alfius (vers 11-12 : aut in reducta valle mugientium/prospectat errantis greges) : alta peut être simplement une variante pour reducta. Le second détail est un indice plus sûr : le rusticus salutator des vers 33 sq apporte à la villa les produits de sa ferme : miel et fromage de brebis ou de chèvre en forme de pyramide (meta). Les metae de Sarsina étaient largement exportées97, et des cas d’expéditions lointaines sont attestés dans Martial98. Dans de tels cas, l’exportation de la denrée s’exprime par les verbes mittere et venire ; ce que traduit l’épigramme III.58.34 est différent : un paysan du domaine apporte (fert) un fromage de sa production Sassinate de silva. On a compris “un fromage du type de ceux fabriqués à Sarsina”99 ; le texte de Martial, fert ille ceris cana cum suis mella/metamque lactis Sassinate de silva serait encore plus clair s’il avait écrit (mais il écrit en vers) fert Sassinate de silva… Tel qu’il est, l’ordre des mots est très satisfaisant : le rusticus apporte deux produits de la selve (non de la forêt) de Sarsina qui y sont tout naturels : du miel des rûches établies dans les pâtures boisées, et le fromage qui mérite, sans qu’il y eût d’apellation contrôlée, son nom de “pyramide de Sarsina”.

  • 100 Suétone, Divus Augustus LXXII.2. La Sicile a évidemment occupé Auguste ; parmi ses œuvres, Suétone (...)
  • 101 On peut le conjecturer très hypothétiquement d’après la place que tient la ville dans le livre III (...)
  • 102 III.56.

32Il faut examiner de près le premier vers de l’épigramme, Baiana nostri villa, Basse, Faustini, son organisation et la disposition des mots : non pas villa Baiana nostri Faustini. Dans une langue qui ne connaissait pas les guillemets, ni d’autres artifices typographiques (italiques, tirets) on disposait de l’ordre des mots, d’une liberté que permettait le système casuel, et qu’ignore le Français, pour souligner une antiphrase ou une dénomination inattendue : mise en relief de la dite dénomination en tête de vers (Baiana), disjonction de termes grammaticalement unis (Baina... villa ; nostri... Faustini) ; rapprochement de deux noms à des cas différents (Basse, Faustini) ; l’entrelacement des “appartenants syntaxiques”, appris de Catulle, suggère que l’appellation Baiana doit être entendue relativement à nostri (...) Faustini : “La villa ‘ Baiana’, comme l’appelle notre ami Faustinus”. “Baiana” est un nom donné à sa villa par Faustinus. Pour autant, ce n’est pas une pure plaisanterie : le domaine incarne un idéal, une perfection – celui et celle que l’aristocratie Romaine et Martial à sa suite trouvaient dans le golfe de Naples. Cette interprétation est soutenue par la dénomination “Ravenna” que Faustinus semble avoir donnée à une autre de ses propriétés ; apparemment à Anxur (Terracine) sur la côte Tyrrhénienne : quos, Faustine, dies, qualem tibi Ravennam/abstulit (“quelles journées, Faustinus, quelle ‘ Ravenna’Rome t’a-t-elle volées !” – X.51.5-6). L’interprétation dont nous faisons état, due à L. Friedländer, n’est pas adoptée par D. R. Shackleton Bailey, qui exponctue le Ravennam des manuscrits de la classe b car “we do not hear for many such names”, ce qui est indéniable ; mais une appellation de ce genre s’explique par tel détail de la vie du propriétaire qui échappe au lecteur : pourquoi Auguste a-t-il donné le nom “Syracuse” au cabinet de travail aménagé à l’étage de sa domus ? Sans doute en souvenir de la guerre contre Sex. Pompée100. Ravenne a peut-être joué un rôle dans la vie de Faustinus101 mais le nom de cette ville, qui n’est pas située précisément sur la côte, donné à une villa d’Anxur, pourrait être une localisation fantaisiste répondant a celle de “Baiana”. Martial a vraisemblablement séjourné à Ravenne en 88 (invité par qui ?) ; il se moque de la ville, qui manquait d’eau102, et place sur la route qui y conduit (depuis Classis ?) une curieuse mésaventure (III.91). L’encadrement de l’épigramme sur la villa “Baiana” suggère peut-être une localisation en Émilie orientale ou dans une zone voisine. III. 58 est précédée de deux petites pièces concernant Ravenne (III.56 et 57) et suivie d’une troisième (III.59) qui réunit Bononia, Mutina, et par allusion à III.57, Ravenna : trois distiques moqueurs, où Ravenne est deux fois nommée, et constitue la réponse à une devinette la troisième fois. Cette suggestion n’est pas absolument concluante, Martial ayant pu aussi bien chercher un effet de contraste dans la longueur des quatre épigrammes : on peut soutenir que le cadre ravennate vise à mettre en valeur la longue pièce sur la villa “Baiana”.

  • 103 Sur l’épigramme à la Nymphe de Sarsina, honorée par Caesius Sabinus, supra, p. 28 et infra, n. 130.
  • 104 Plus aisément accessibles à partir de la plaine du Pô que de l’autre versant de l’Apennin.
  • 105 “Baiae” est une référence géographique, mais aussi idéologique et esthétique.

33La description de cette dernière ne comportant (mise à part la dénomination Baiana du vers 1) aucun trait caractéristique de cette luxueuse station campanienne, et une quantité d’autres qui conviendraient à un domaine campagnard (peu situé), nous placerions, en raison d’un fromage, la campagne de Faustinus près de la “selve de Sarsina”, que Martial a, selon nous, dû connaître, en amateur d’eaux thermales : l’épigramme IX. 58 est adressée à la Nymphe du lac de Sarsina, dont il compare les eaux à celles de Baïes (sic montana tuos semper colat Umbria fontes/nec tua Baianas Sassina malit aquas)103 : la villa de Faustinus, toute Baiana qu’elle soit dite, serait située, en altitude, dans la région de Sarsina ou Mevaniola104. On aurait ainsi deux dénominations humoristiquement géographiques : une Baiana dans la montagne romagnole, une Ravenna sur la côte du Latium à Anxur-Terracine, où Frontin avait aussi une demeure littorale, que Martial appelle “ propius Baias” – une “ villa Baiana plus proche” (de Rome que n’est Baïes)105.

  • 106 X.12.
  • 107 A. R. Birley, Britannia, 1973, p. 181 ; R. Syme, RP I, p. 330 sq.

34La demeure maternelle était située dans une zone également montagneuse, de Sabine méridionale, à Trebula Mutuesca : elle “appelle” Faustinus à venir passer les longues journées de la moisson dans ses campagnes et sa domus toujours éventée par le Notus (V. 71) : ce sont des vacances ; de même L. Domitius Apollinaris, au sortir de son consulat suffect de 97, gagne par la via Aemilia sa patrie, Vercellae (Apollineas Vercellas)106. Ce pourrait être de Trebula (mais en plein hiver) que “Cerialis”, déguisé en paysan, parvient à franchir les postes de Vitellius et rejoint à Mevania les généraux Flaviens107. On ignore qui était sa mère.

  • 108 PIR2 B 159 sq.
  • 109 R. Syme, “Praesens, the Friend of Hadrian”, RP V, p. 563-578.
  • 110 REA 100, 1998, p. 51-53.
  • 111 Bruttius Praesens est né ca. 68, Petillius Cérialis ca. 30.

35Il est une grande famille avec laquelle Faustinus a pu être en relation : celle des Bruttii Praesentes, qui posséda à Trebula Mutuesca d’importants domaines, attestés par des conduites de plomb, des marques sur tuiles et des inscriptions relatives à sa domesticité108 ; c’est de Trebula que provient l’inscription qui atteste que Laberia Marcia Hostilia Crispina, fille du richissime M’Laberius Maximus, cos. II 103, fut l’épouse de C. Bruttius Praesens, l’ami d’Hadrien109, postérieurement à 107, date à laquelle il reçoit de Pline la lettre VII. 3, où il apparaît marié à une précédente épouse, Campanienne. C’est peut-être par son remariage que les domaines de Trebula entrèrent dans sa famille, mais le point est incertain. Il nous a semblé qu’il avait été dans sa jeunesse lié avec Martial110. Il fut l’auteur d’écrits historiques sur la dite “persécution de Domitien” en particulier sur l’exil de Domitilla, la fille de Faustinus. Bien qu’une différence d’âge considérable ait existé entre les deux hommes111, ils ont dû se connaître, à Trebula si Praesens y avait déjà des domaines ( ?) ; ou ailleurs.

  • 112 X.93.1.

36Aquileia, patria proprement dite de Faustinus ( ?), a laissé fort peu de traces dans l’œuvre de Martial, qui n’est à aucun degré une autobiographie et encore moins une biographie de ses amis. On peut cependant des Épigrammes dégager quelques indications précieuses. Il est très probable qu’il a connu la Vénétie, peut-être très tôt, bien avant son séjour en Cisalpine de 88, d’où il ne paraît pas avoir franchi le Pô. Deux distiques du livre XIII (les Xenia) témoignent peut-être d’une familiarité ancienne avec les côtes de la région : dans la série des pièces consacrées aux poissons et fruits de mer (no 79 à 91), deux concernent des espèces de cette côte : l’une très commune, le gobius (ou gobio), l’autre recherchée, le lupus ; ce n’est pas la mention des deux espèces et de leur origine géographique qui en soi peut être significative, mais le traitement du motif : le distique sur le gobius, abondant dans les lagunes de Venise (la station élégante était Altinum), repose sur l’observation amusée d’un usage de table Vénète : “chez les Vénètes, si chic que soit un dîner, le hors-d’œuvre est d’habitude constitué de gobius” : sans doute une “chose vue”. Le distique 89 sur le lupus se distingue par la précision de la notation géographique et ichtyologique : ce loup de mer laneus (à la chair blanche comme laine) fréquente les eaux mêlées, douces et salines, de l’embouchure du Timave, le fleuve “Euganéen” d’Aquileia, qui marquait la “frontière” entre la Vénétie et l’Istrie : Altinum et Aquileia seront les deux pôles d’une épigramme beaucoup plus personnelle de l’année 89. Aquileia, qui n’est mentionnée nommément que dans ce texte (IV.25.5), occupe la place essentielle pour lui dans une contrée qui lui est chère, qu’il appellera “les bords Euganéens”112 :

Aemula Baianis Altini litora villis
et Phaethontei conscia silva rogi
quaeque Antenoreo Dryadum pulcherrima Fauno
nupsit ad Euganeos Sola puella lacus
et tu Ledaeo felix Aquileia Timavo,
hic ubi septenas Cyllarus hausit aquas:
vos eritis nostrae requies portusque senectae
si iuris fuerint otia nostra sui.

“Rivages d’Altinum qui rivalisez avec les villas de Baïes,
et forêt qui connus le bûcher de Phaéthon
ainsi que la plus belle des Dryades qui au Faune Antenoréen
se maria près des lacs Euganéens, la jeune Sola,
et toi, Aquileia, heureuse du Timave de Léda
là où Cyllarus s’abreuva aux eaux de ses sept bras ;
vous serez le repos et le port de ma vieillesse,
si ma retraite peut disposer d’elle même”.

  • 113 Apparemment assimilable à la région augustéenne X (Venetia), ou au moins à sa partie orientale ; da (...)
  • 114 Plutarque s’y rendit avec son “patron” Mestrius Florus.
  • 115 Apollonios de Rhodes, Argonautiques IV, 592 sq.
  • 116 Proche d’Altinum.
  • 117 D. R. Shackleton Bailey, index de l’édition Lœb, vol. III, p. 383, s. v.
  • 118 Marica est nommée par Martial X.30.9. Virgile fait de la Nymphe Marica la femme de Faunus et la mèr (...)
  • 119 Les nymphes épouses ne sont pas fréquentes ; mais il en est de célèbres, comme la Dryade Eurydice.
  • 120 Le mariage de Violentilla et Stella n’était sans doute ni pour l’une ni pour l’autre un premier mar (...)
  • 121 Le mot “puella” humanise l’être mythologique.

37Dans le vaste pays Euganéen113, Martial évoque quatre lieux, dont les deux médians sont étroitement liés par – que, et dont le quatrième, Aquileia, est rhétoriquement et affectivement le premier : d’abord “la côte” d’Altinum, où il a pu séjourner (à l’invitation de son protecteur et ami Padouan L. Arruntius Stella ?) ; puis deux lieux sans doute géographiquement distants mais unis dans la composition du texte : d’abord un haut-lieu du tourisme antique114, qui est aussi un haut-lieu culturel, la “forêt” de peupliers – les Héliades filles du Soleil, sœurs désolées de Phaéthon métamorphosées en arbres, dont les pleurs sont des gouttes d’ambre : la tradition y plaçait, non loin de l’embouchure du Pô, le “bûcher” où leur frère se serait consumé115 ; ensuite un lieu mystérieux, celui où la nymphe Sola épousa le Faune Anténoréen (de Padoue) auprès des lacs Euganéens, non pas sans doute les grands lacs subalpins, dont les deux plus orientaux sont inclus dans la région Venetia, mais les lacs de la région d’Altinum ; la Nymphe Sola, qu’on a pensé reconnaître par métonymie dans le lac La Solara116, est une Dryade – comme Eurydice – non une Naïade, et le nom Sola doit plutôt être celui d’une forêt proche de Padoue117 : le rapprochement de la silva des Héliades et de la tradition padouane de la nymphe Sola serait celui de deux bois ou bosquets ; le nom Sola est peut-être pour Martial susceptible d’une interprétation “solaire” (Sol est père de Phaéthon et de ses sœurs) ; et le mariage de Faunus (un Faunus padouan en l’occurrence) et d’une Nymphe des bois trouve un parallèle dans le culte de la Nymphe Marica, honorée à l’embouchure du Liris où elle avait un bois sacré et un petit temple118 : elle était l’épouse de Faunus119. Il ne nous paraît pas exclu par ailleurs que Martial fasse allusion à un premier mariage de son ami Stella120, qui aurait pu nommer ainsi son épouse. On remarque, au vers 4 de l’épigramme, “Sola puella” – apposé à la donnée mythologique : l’emploi de puella pour une Nymphe n’est pas banal121.

  • 122 Bergeries, bergers, brebis relèvent autant de l’imaginaire de Martial que de la réalité qui inspire (...)

38Le quatrième lieu où Martial projette de se retirer est Aquileia : une ville coloniale, un port, un fleuve, des troupeaux de brebis122.

  • 123 Sur la version qui fait déboucher la nef Argo d’un fleuve dans l’Adriatique, Pline l’Ancien, NH III (...)
  • 124 Tite-Live I.1.
  • 125 XII.21 et 31.

39Martial paraît connaître une tradition locale, comme devait l’être aussi celle du “Faune Anténoréen” et celle du Timave, où le cheval de Castor fils de Léda se serait abreuvé : épisode non attesté par ailleurs de la légende des Argonautes123, qu’il a dû connaître au pays de Faustinus. Deux villes sont évoquées dans l’épigramme : proche de sa station d’Altinum, Padoue – la ville fondée par Anténor124 – et Aquileia : les patries de deux des principaux patrons de Martial, les premiers destinataires de ses Épigrammes (vingt sont adressées à l’un, dix-neuf au second), L. Arruntius Stella et Faustinus. De qui pouvait-il attendre les moyens d’un établissement ? D’un patron poète. Finalement il trouvera à Bilbilis Marcella125.

Faustinus patron sénateur

Faustinus, protecteur du poète

  • 126 Fondamental reste le livre de Th. Birt, Das antike Buchwesen in seinem Verhältnis zur Literatur, Be (...)
  • 127 L’évocation par Ovide, dans la première élégie des Tristes (I.1.1 sq) de l’aspect du libellus qu’il (...)
  • 128 VI.61.7. Souris et rats rongent “les divins poèmes” (l’Iliade et l’Odyssée ?) du poète Codrus dans (...)
  • 129 J. Marquardt, Privatleben, p. 824 n. 2, sur l’atramentum.
  • 130 Id., ibid., p. 823 n. 5 sur le calamus ; p. 824, n. 4 sur l’éponge. L’effet de l’eau sur l’écriture (...)
  • 131 Suétone, Divus Augustus LXXXV.3.

40Faustinus est d’abord pour Martial un garant en matière littéraire : c’est en poète qu’il était apparu dans la première épigramme qui le concerne (I.25) ; leur principal terrain d’entente est le livre. Il reçoit donc la dédicace III.2, qui prend la forme, inspirée d’Ovide, d’une mission confiée au libellus (l’édition publiée à Forum Corneli ?) de choisir le destinataire auquel il veut être non pas envoyé (il se déplacera et se rendra chez lui par ses propres moyens), mais adressé comme à un défenseur (Vindex). Le livre est, dans sa forme très concrète d’objet, matière de la création poétique126 ; la description pittoresque d’un volumen sortant des mains des techniciens s’inspire aussi de son prédécesseur, qu’il dépasse en force suggestive127 : réfugié dans le giron de Faustinus, il échappera, comme objet de “papier” au sort qui attend tant de livres – finir comme matériau d’emballage à la cuisine, et, comme contenu poétique, de tomber sous la dent du grammaticus M. Valerius Probus. Comme objet, le livre antique est menacé par d’autres périls, mites et blattes128, et humidité : l’épigramme IV.10 envoie à Faustinus avec un autre libellus, l’ennemi juré de l’écrit, l’éponge (instrument du copiste, antidote du calame) : l’encre antique129, est instable tant qu’elle n’a pas vieilli ; la page “craint d’être touchée” : c’est le moment des liturae, corrections (que Martial demande à son ami) ; un bon coup d’éponge pourrait amender radicalement le texte130. Auguste, dans sa jeunesse, avait écrit un Ajax : le héros homérique s’était suicidé dans une crise de démence ; quand on lui demandait ce que devenait son Ajax, il répondit “qu’il s’était jeté sur son éponge”131.

41L’échange de vue de la pièce VI.61 sur les succès de Pompullus, où se décèle l’identité de Faustinus, est de sujet plus sérieux : Martial y fait prononcer par son protecteur un jugement sur la Fama qu’il lui promettait dans l’épigramme I.25 : le talent ne suffit pas à donner “les siècles” à l’œuvre littéraire : il y faut un “je ne sais quoi de plus”, qu’il appelle son Genius, sorte d’“ange gardien” ou double spirituel protecteur qu’il faut entendre, comme Socrate entendait son “démon”. Dans l’épigramme VII.12 où il appelle Faustinus à être son témoin et son avocat auprès de Domitien, Martial jure “par le Génie de la puissante Renommée et de la troupe de Castalie, et par celui du lecteur impartial” que ses plaisanteries sont innocentes.

Faustinus patron : les invitations

  • 132 R. Syme, RP IV, 108 et 149 ; V, 465 et 605.
  • 133 Id., RP IV, p. 264.
  • 134 XII.57.

42Un patron reçoit ; les résidences de Faustinus étaient nombreuses et Martial les a fréquentées. À Rome, c’était semble-t-il le domaine qu’occupera dans une épigramme du livre XII un Sparsus,132 ancienne propriété d’un Petillius ou de Petillii alors disparus133 ; Martial en décrit assez précisément la situation et semble bien l’avoir connu de visu134 (cf. infra, p. 77-78).

43De même il a séjourné à la “Baiana” (en 88), un monde de fécondité animale et humaine, qu’il décrit avec réalisme, pittoresque, et non sans tendresse. Quoique il imite Horace, sa perception de la “vraie campagne” est bien différente : chez lui, pas de “frais ruisseau de la Digence” : il connaît plutôt l’eau domestiquée de la Ville, contrainte par des tuyauteries de plomb de servir l’homme et ses besoins de confort, l’eau des thermes – et l’eau des plages ; il n’ignore pas les sources, mais surtout celles d’où coule un breuvage symbolique, qu’elles s’appellent Castalie, ou qu’elles soient Nymphe, comme celle de Sarsina. Il aime cependant la vie (la Baiana en est grouillante), et sent mieux les êtres que la nature. Son goût de la chasse et de la pêche ne s’accompagne pas d’émotions esthétiques : non le charme des bois, mais le plaisir de la capture (le daim qui s’est empêtré dans les filets) ; non les reflets sur la surface des eaux comme chez Ausone, mais la vibration de la ligne au bout de laquelle se débat le poisson. Dans le domaine de Faustinus, il éprouve sa sensualité : il est d’ailleurs animal (comme tout être vivant supérieur), ours (bien vivant), et par moments loir (somniculosus glis).

  • 135 VII.80, vers 12.

44À Tibur, Faustinus avait un domaine certainement étendu – il y possédait, ou tout auprès, des troupeaux de brebis135. Dans l’été de 89 – on est dans le signe du Lion (23 juillet au 25 août) – il y a cherché la fraîcheur (IV.57) tandis que Martial est en villégiature dans la zone thermale du lac Lucrin et de Baïes ; invité, pense-t-on, de Faustinus qui y aurait également possédé un domaine (la Baiana villa de III. 58 – ce qui pour nous est exclu ; mais il pouvait avoir une villa dans le voisinage du Lucrin). Il faudrait comprendre que Martial reçu dans la propriété campanienne de Faustinus, et souffrant de la canicule, déciderait de rejoindre son patron à Tibur. Cela ne nous semble pas très plausible : invite-t-on un client à Baïes quant on passe soi-même l’été à Tibur ? Martial pouvait être en Campanie indépendamment de Faustinus, comme invité par exemple de Stella, avec qui ses relations étaient très familières, et qui y a, sous le nom de Castricus, un de ses avatars, un domaine à Baïes (VI.43) ; l’épigramme I. 59 à Flaccus, sans doute le jeune protégé de Stella, récrimine contre la vie de client à Baïes : la sportule ne permet pas d’y vivre. Nous pensons donc qu’il est plus probable que de Baïes, où la chaleur devient pénible, il décide, peut-être sur invitation de Faustinus, de le rejoindre à Tibur. Ce point est hypothétique, mais il serait imprudent de vouloir tirer de l’épigramme IV.57 la preuve que Faustinus possédait un domaine à Baïes.

  • 136 Emblème de la citoyenneté, de rigueur à Rome dans toutes les manifestations de la vie civique (cf. (...)
  • 137 Horace, Satires I.5, vers 25-26 : subimus / impositum saxis late candentibus Anxur.
  • 138 Sans doute le canal longeant la via Appia.

45Mais il en avait un – une villa Baiana – à Anxur (propius Baias, comme il désigne celle, sans doute voisine, de Frontin) : la “Ravenna”. Elle n’apparait que dans la dernière épigramme adressée à son propriétaire (X.58), qui en est privé par “Quirinus”, le dieu qui figure Rome, mais le souvenir est bien présent chez Martial des séjours qu’il y a faits : il prête à Faustinus la nostalgie de plaisirs qu’il a connus chez lui et avec lui : ceux du “farniente”, de la simplicité vacancière de la tenue vestimentaire ; on a laissé à Rome la digne et lourde toge136, pour profiter en tunique de journées ensoleillées – o soles, o tunicata quies ! Le domaine offrait, à côté des plaisirs de la plage, l’ombre des bosquets et la fraîcheur des sources – o nemus o fontes ! La villa, comme celle de Frontin, était “villa a mare”, retraite littorale : Martial concentre son évocation sur une notation tactile (le sable ferme et humide du rivage – solidum(que) madentis harenae/ litus) et, plus, sur des “vues” : le reflet de la haute et blanche Anxur137 sur les eaux marines – et aequoreis splendidus Anxur –, et le double tableau offert aux regards du lectulus, emblématique et anthropomorphisé, celui des barques sur le fleuve138 d’un côté, de l’autre sur la mer : et non unius spectator lectulus undae,/qui videt hinc puppes fluminis, inde maris !

Relations sénatoriales de Faustinus

  • 139 R. Syme, RP IV, p. 106.

46Ces résidences “sénatoriales” et la fortune qu’elles impliquent sont celles d’un personnage qui, dans les Épigrammes, “dœs not look like a senator”139. La formulation de Sir Ronald marque sans doute quelque perplexité. Faisant abstraction de ce que nous avons écrit jusqu’ici sur l’identité du personnage, nous chercherons dans la série des Épigrammes, à partir du no 2 de l’Appendice A, ce qui peut éclairer sur les relations (qui peuvent être révélatrices d’une appartenance sociale) et les éventuelles activités publiques du protecteur de Martial.

  • 140 I.114. De même Martial fera ensevelir Érotion dans son petit domaine de Nomentum (X.61).
  • 141 Inscr. Italiae I.321.
  • 142 V. Rudich, Political Dissidence under Nero, Londres-New York, 1993, p. 114-119 et voir index. “A sp (...)
  • 143 H. Solin et O. Salomies, Repertorium, p. 293. Ce cognomen, attesté comme prénom – rare et vieilli – (...)
  • 144 PIR2 F 103 et 102.
  • 145 CIL VI. 9998.
  • 146 CIL XIII. 1776.
  • 147 Des Lyonnais entrés au Sénat n’apparaissent que tardivement (iie siècle avancé).
  • 148 Il y meurt dans l’été 89. Sur le nom Telesphorus – qui est aussi celui d’un puer chez Martial (X.83 (...)

47À Tibur, il avait pour voisin un Faenius Telesphorus qui avait fait ensevelir dans le parc de son domaine sa fille, Antulla140. Lui même fut inhumé par la suite à Tibur, comme l’indique sans doute une inscription sépulcrale141. Ces données conviendraient a priori, n’était le cognomen, à un sénateur apparenté à L. Faenius Rufus, Préfet du Prétoire qui périt dans la répression de la conspiration de Pison en 65142. Le nom de sa fille n’est pas commun, dans aucun des sens de cet adjectif143 ; on est tenté de faire de Faenius Telesphorus un descendant direct du Préfet, dont l’origine est inconnue. Peut-être significatif est le fait suivant, enregistré par A. Stein144 : une inscription de Rome fait connaitre un parfumeur lyonnais du nom de L. Faenius Telesphorus145 et une autre, de Lyon, un homonyme146 : peut-être des membres de la familia du Préfet de Néron, qui aurait été (conjecture doublement incertaine) un Lyonnais147 d’origine hellénique ou asiatique – le peuplement de la colonie de Lugdunum était varié ; il aurait donné à un fils le cognomen Telesphorus. Les descendants des victimes de Néron ne s’engagent pas volontiers dans une carrière politique ; ils peuvent par exemple se retirer à Tibur, comme le fera apparemment sous Domitien Curiatius Maternus148.

48Faustinus s’intéressait sans doute à l’actualité politique et militaire : Martial le choisit comme destinataire de l’épigramme III. 25, écho humoristique des malheurs et des heurs des armes Romaines : la brillante victoire de Tettius Iulianus à Tapae lui permet de rappeler les débuts désastreux du Bellum Dacicum et le sort du légat de Mésie C. Oppius Sabinus (cos. 83). Il est par ailleurs l’interlocteur de Martial dans la première des épigrammes consacrées à Athénagoras (VIII.41) dans lequel nous reconnaissons Q. Sosius Senecio, gendre de Frontin.

  • 149 L’assistance à la signatio est l’officium social par excellence, contraignant, mais prisé.
  • 150 L’ouverture du testament d’un sénateur fortuné est un événement social et parfois littéraire. Pline (...)
  • 151 Martial ne fut certainement pas l’un d’eux, mais il connaît bien l’obligation de témoigner et de si (...)
  • 152 La gemma signatrix des témoins (Gaius 2, 104-105) qui devaient ultérieurement assister à l’ouvertur (...)
  • 153 Epist. I.9.2.
  • 154 C’est à l’occasion d’une cérémonie de signatio que Regulus, selon Pline, aurait donné le témoignage (...)
  • 155 Voir R. Syme, “The Testamentum Dasumii, Some Novelties”, RP V, p. 521-543.
  • 156 Epist. VIII.18.5.
  • 157 Cena Trimalchionis LXXI.4.

49Apparemment donc aussi à l’actualité sociale du monde sénatorial, comme dans l’épigramme V.32 (année 90) où il commente l’événement que doit avoir été la signature d’un riche testament : “Pas un sou, voilà ce que Crispus a laissé, Faustinus, dans son testament à sa femme” – “Quel est donc son légataire ?” – “Lui”. Crispus appartient au milieu des puissants et des riches. La “chute” du pentamètre n’a de sens que si Crispus survit à la publication de ses volontés dernières (tabulae supremae) – on ne peut être l’héritier de soi-même post mortem – et si Martial a eu, ou affecte d’avoir eu, connaissance de leur contenu ; non que le testament ait été ouvert lors décès, mais parce que le testateur a déclaré officiellement ses intentions par la procédure “classique” de la nuncupatio-signatio – signature devant témoins149 – formalité juridique indispensable et occasion de rencontre pour la bonne société150. Il y a donc eu pour cinq à sept témoins151 obligation d’assister à la signature, en apposant leur sceau152 sur les tabulae après que lecture en eut été donnée ; c’est une cérémonie qu’évoque par exemple Pline dans une lettre à Minicius Fundanus parmi les obligations mondaines où se gaspille la vie des grands153, et qui pouvait être l’occasion de manœuvres de captatio154. Des années pouvaient s’écouler entre cette signature homologuée (nuncupatio) et l’ouverture du testament au décès du testateur : on en a un cas exemplaire avec la lettre de Pline sur le testament de (Cn. Domitius) Tullus, rédigé dans l’été 108, longtemps connu sous le nom de testamentum Dasumii155 : il apprend que Domitius Afer, père adoptif des frères Lucanus et Tullus “laissa un testament homologué dix-huit ans auparavant”156. La teneur des tabulae supremae d’un personnage important ne pouvait demeurer secrète pour ses pairs. Trimalcion, qui fait apporter son testament au cours de la Cena157 et en donne lecture au milieu des gémissements de sa domesticité, mime et caricature les usages de la société sénatoriale.

  • 158 Épigrammes V.54.7 (divitior Crispo). L’origine du personnage (et sa fortune acquise), Dialogus VIII (...)
  • 159 B. W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New-York, p. 57 avec les n. 43-47 des p. 209-210.

50Martial évoquerait L. Iunius Q. Vibius Crispus comme une figure proverbiale des immenses fortunes158. Que Martial ait songé à lui en inventant un Crispus allusif resterait une hypothèse indémontrable, d’autant qu’on ignore si le puissant amicus de Domitien était marié159, s’il n’avait consacré à cette figure une autre épigramme non adressée à Faustinus : une pièce beaucoup plus développée et explicite, encore qu’elle se termine par une trivialité qui peut faire douter qu’il s’agisse d’un personnage réel (X.15) ; mais on peut tirer du Dialogus de oratoribus une indication qui semble le confirmer. Crispus, dans cette épigramme, est un richissime personnage qui se dit le meilleur ami de Martial mais ne lui a jamais donné qu’une preuve douteuse de... familiarité.

  • 160 R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire, Cambridge, 1974, p. 343-344 (Appendice 7).
  • 161 Juvénal, satire IV, vers 82-93.

51Q. Vibius Crispus de Verceil est, à la “dramatic date” du Dialogus, en 75, un très riche orateur qu’Aper couple avec Éprius Marcellus de Capoue : ils illustrent les sommets de réussite financière auxquels peut mener la pratique de l’éloquence : Crispus a acquis une fortune de 300 millions de sesterces, Eprius Marcellus, de 200 millions – ce sont presque les plus grosses fortunes attestées pour le premier siècle160. Le portrait qu’en fait Juvénal dans sa IVe Satire161, sans outrance et nuancé, s’accorde bien avec l’affabilité que Martial prête à son Crispus, auquel il ne reproche que sa ladrerie. Les sources louent son esprit, sa douceur, son élégance et son amabilité ; s’il avait été homme à “se raidir contre le courant” et à “sacrifier sa vie à la vérité”, ç’eût été le plus utile des conseillers.

52L’épigramme de termine par un trait grossier : me coram pedere, Crispe, soles. Cette “chute” est sans doute le meilleur indice en faveur de l’identité de ce Crispus avec l’orateur dont parle Aper dans le Dialogus ; il énumère les handicaps que durent surmonter Vibius Crispus et Éprius Marcellus : naissance obscure, absence de fortune, caractère ordinaire chez l’un et chez l’autre, et même, pour l’un d’entre eux, une disgrâce physique dont il ne précise pas la nature exacte : alter habitu quoque corporis contemptus. La laideur (qui n’était pas le cas de Crispus), la maladie ou l’infirmité n’exposent pas au dédain : il doit s’agir d’une disgrâce physique socialement disqualifiante, et l’on a peut-être dans la notice du Dialogus le commentaire du trait moins discret de l’épigramme.

Faustinus sénateur : de possibles fonctions officielles

  • 162 Telesilla ou Telesina (dans les trois occurrences du nom, chez Martial VI.7, VII.87, XI.97 – les ma (...)
  • 163 J. P. Sullivan, o. c., p. 39 (“numerous trials and convictions followed”).
  • 164 St. Gsell, Essai, p. 84.

53Il semble que le caractère des épigrammes à Faustinus se modifie quelque peu à partir de l’année 92. Le “tournant” peut s’amorcer en 91 avec l’épigramme sur Telesilla ou Telesina162, peut-être une femme (fictive) de l’ordre sénatorial : les plaisanteries de Martial sur une conséquence perverse de la législation sur le mariage du censor perpetuus, naturellement encensé dans le premier distique, pourraient être risquées si elles ne s’adressaient à un homme qui, à quelque titre, avait voix au chapitre dans les poursuites nombreuses qu’entraîna la lex Iulia163. Si la réactivation de la législation augustéenne date de 89164 – mais c’est douteux – on serait surpris que les épigrammes de Martial sur le sujet attendent le livre VI pour paraître.

  • 165 AP XI.257 : “Hermogénès le médecin lui étant apparu en rêve, Diophantos ne s’est plus réveillé, alo (...)
  • 166 L’épigramme de Lucillius (époque néronienne) est “abstraite”, sans contact avec la réalité contempo (...)
  • 167 “Tu veux savoir…” C’est par exemple une forme d’“ouverture” des lettres de Pline (A. N. Sherwin-Whi (...)
  • 168 Sur la juridiction criminelle du Préfet (Rutilius Gallicus en l’occurrence) Stace, Silves I. 4, ver (...)
  • 169 Le Préfet instruit les procès et “entend” les accusés : le verbe audire, dont l’acception juridique (...)

54L’épigramme VI. 53 adapte une épigramme grecque de Lucillius165, mais en transforme profondément la technique et l’intention166 ; Martial conserve quelques traits de l’épigramme grecque, assez conventionnelle, comme le nom du médecin Hermocrate, formé sur celui d’Hermès, le conducteur des âmes dans l’au-delà ; mais il raconte dans le premier distique une histoire rapide mais circonstanciée : un bain en compagnie, un dîner joyeux, puis au matin la découverte du mort ; il garde pour le mot de la fin le nom du médecin, par lequel commençait Lucillius. Les trois premiers vers de Martial ont la couleur réaliste et la vivacité dramatique typiques de l’épigramme Romaine ; c’est aussi un “procès verbal” destiné à informer exactement Faustinus et à justifier la question que lui prête Martial. Son but n’est pas essentiellement d’amener le trait rituel du dernier pentamètre, mais de susciter l’interrogation du destinataire. La formulation n’attire guère l’attention : requiris est banal167 ; l’expression causam mortis paraît aussi toute naturelle. L’insistance de Martial sur ce qu’a de surprenant cette mort subite et nocturne d’un convive apparemment en bonne santé peut être signifiante : qu’on remplace le préverbe re- par le préverbe in-(inquiris) – transformation audacieuse – et l’on passe dans un tout autre ordre de “questionnement”, qui serait exactement dans les attributions d’un Préfet de la Ville, lequel instruit dans le ressort de sa juridiction (Rome et ses environs dans un rayon de cent milles) toutes affaires criminelles, particulièrement dans les cas de violence ou de suspicion de violence168. Martial pourrait suggérer que, derrière le cas cocasse qu’il met en scène, il fait allusion à la capacité qu’aurait ou que serait en passe d’acquérir Faustinus de faire enquêter sur la causa mortis dans des cas similaires : il saluerait l’affectation de son patron, discrètement (dit-il jamais qui il est ?) à ce très haut poste de Praefectus Vrbis, le sommet de la carrière sénatoriale qui suppose la gestion de deux consulats. L’épigramme VI.53 a été publiée en décembre 91169.

55Quelle était la situation de la Praefectura Vrbis ? En 91 meurt le préfet Rutilius Gallicus ; son successeur aurait été le consul II Q. Petillius Cerialis dit Faustinus. L’hypothèse, partie de l’interprétation de VI.53, appelle confirmation, d’autant plus que l’hypothèse est plus que hardie : la Praefectura Vrbis suit normalement de peu un second consulat.

56Elle comportera trois points : d’abord l’examen de deux fictions concernant un nommé Gallicus ; elles ne sont ni adressées à Faustinus ni ne le mentionnent, mais révèlent l’attention portée par Martial à celui qui aurait été son prédécesseur (VIII.22 et 76). En second lieu celui de l’épigramma VII. 80 qui envoie par son intermédiaire un libellus à Marcellinus sur le front Danubien. Enfin une poursuite de l’analyse de X.51 qui montre clairement Faustinus chargé à Rome d’une fonction absorbante (mai 95).

Gallicus

  • 170 R. Syme, RP V, p. 615 (suff. 71, II 85).

57Les épigrammes VIII.22 et 76 sont publiées en décembre 93 ou au début de 94, assez longtemps après le décès du Préfet Q. Iulius Cordinus Rutilius Gallicus170, mais doivent le concerner allusivement : le nom Gallicus n’apparaît que dans ces deux épigrammes contemporaines, et le contexte immédiat des deux textes en éclaire sans doute le caractère de fictions allusives : VIII.22 précède l’épigramme à “Rusticus” sur le cuisinier fouetté, allusion à Arulenus Rusticus ; VIII.76 suit immédiatement l’anecdote du Lingon “ mortuus Gallus”, allusion au prince Iulius Sabinus.

  • 171 Gallicus est un homme qui ne tient pas parole, et qui prétend vouloir qu’on lui dise toute la vérit (...)
  • 172 H. Frère, édition de la CUF, Introduction p. XXI.
  • 173 Après l’expédition dacique de 89.
  • 174 Stace, Silves I, epistula à Stella, lignes 30-32.
  • 175 Stace, Silves I. 4.
  • 176 Ibid., vers 8 (alios revirescit in annos) ; vers 15 (quippe manet longumque aevo redeunte manebit)  (...)
  • 177 Ibid., vers 27-30. Rutilius Gallicus écrit en prose et en vers ; pour son éloquence d’avocat, vers (...)
  • 178 Cf. P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, Paris, 1989, p. 250-251 sur le moralisme parfois décapant d (...)
  • 179 L’illusion sur soi-même est une forme d’insincérité : le Gallicus de Martial est cohérent et “vrai”
  • 180 VIII.22.2.

58Les deux épigrammes, un distique (VIII.22) et huit hendécasyllabes dénoncent l’un une duperie, l’autre une insincérité171 ; le “personnage” n’est donc pas dénué de cohérence élémentaire : il trompe les autres et lui-même. En 92-93 Stace publia le premier livre de ses Silves172 dont la quatrième, “Soteria Rutili Gallici” célèbre en fanfare la guérison du Préfet de la Ville Rutilius Gallicus qui à l’automne 89173 avait été très gravement malade ; la lettre-préface du livre, adressée à Stella, précise bien qu’au moment de la publication le Préfet était mort174. Cette publication d’un poème de son rival qui avait célébré le miracle d’une guérison due aux efforts conjoints d’Apollon et d’Esculape175 et annoncé que le miraculé avait devant lui de longues années d’activité176 était bien de nature à exciter la verve de Martial : il crée alors la figure de Gallicus, qui raille non pas tant le Préfet défunt que l’auteur de la Silve I. 4. Mais la cible est duelle, et c’est sans doute pourquoi Martial a consacré deux épigrammes à son Gallicus. Dans VIII.22 sa déconvenue d’invité convié par Gallicus à un dîner de sanglier qui se voit en fait servir du porc transpose sur le mode de la fantaisie “réaliste” celle d’un lecteur de la Silve de Stace qui se serait laissé prendre à ses “trompettes” ; la cible est essentiellement le poète rival. Dans VIII.76 on reconnaît plus nettement la personne du Préfet, orateur et poète177 : Gallicus demande avec insistance à Martial la vérité sur ses œuvres d’avocat et d’écrivain, et prétend qu’il n’est rien qu’il aime autant entendre ; insincérité ou illusion sur soi-même que l’épigrammatiste démasque : verum, Gallice, non libenter audis178 : le verum sur ses œuvres bien sûr, le verum sur sa santé aussi. Martial vise, autant que Stace, l’imprudent qui a commandité le poème sur sa guérison : il n’est pas dupe179, et on ne le prendra pas pour un “hybride” – mi-porc mi-sanglier180.

59Ainsi le Préfet Rutilius Gallicus disparu en 91-92 apparaît dans les Épigrammes environ deux ans plus tard à l’occasion d’un événement de la vie littéraire : Martial ne connaissait peut-être pas Rutilius Gallicus ; mais il était concurrent de Stace – et ami de Faustinus.

Faustinus expéditeur d’un libellus de Martial (VII. 80)

  • 181 On peut conjecturer qu’il existe entre Faustinus et Marcellinus (ou son père ?) une relation assez (...)

60En 92, Faustinus reçoit de Martial la mission d’envoyer à Marcellinus, en poste sur le Danube dans une légion (la paix Romaine est enfin revenue) un libellus en cadeau, qu’il pourra faire porter par un puer – un delicat éphèbe grec – en retour duquel il recevra du “front” un rustique famulus Gète ou Sarmate propre à paître ses brebis tiburtines. L’épigramme pose des questions, notamment de savoir comment un esclave, qu’il soit délicat ou rustaud, va de Rome (ou Tibur) au Danube – la route est longue à l’aller comme au retour. Pourquoi Martial n’envoie-t-il pas lui-même son 1ivre ?181.

61Depuis l’épitre I. 20 d’Horace, un livre prend volontiers la figure d’un jeune garçon ; il se déplace sous l’apparence d’un puer chez Ovide, manifestement la source essentielle de l’épigramme de Martial – le Danube le voulait. Les Épigrammes offrent maintes variations sur le couple puer-liber, tantôt fusionnel (dans III.5 qui envoie le libellus chez L. Iulius, le pli s’identifie à son cursor), tantôt dissocié (dans IV.10, le libellus est acheminé chez Faustinus par un jeune esclave – i, puer, et caro perfer leve munus amico). La fiction (ce ne peut être autre chose) de l’épigramme VII.80 va plus loin dans la dissociation de l’objet et du porteur : le libellus sera transporté par un puer qui figure non pas l’écrit seul, mais son être littéraire, son inspiration : il ne s’agit peut-être, à l’occasion d’un envoi réel dont est chargé Faustinus, que d’un échange poétique entre Martial qui fait envoyer au jeune officier une plaquette d’épigrammes “pédérastiques” et lui suggère d’adresser à Faustinus une composition ovidienne d’inspiration “Gète” : enfances sarmates contre enfances grecques. Que ces poèmes soient effectifs (ce doit être le cas pour la part de Martial) ou non n’a pratiquement aucune importance. L’important, selon nous, est que ni l’éphèbe Grec ni le pâtre de l’Hister n’a d’existence autre qu’allégorique.

  • 182 Sur l’organisation de la poste impériale (créée par Auguste), voir H. G. Pflaum, Essai sur le cursu (...)

62Pour faire parvenir un pli ou un paquet à un très lointain destinataire, on ne peut recourir à un coureur à pied (cursor) ; on peut s’en remettre au hasard des voyages et confier l’envoi à une connaissance en déplacement ; il est toutefois plus sûr d’avoir recours à la poste impériale, le cursus publicus. Mais tout le monde n’a pas accès aux diplomata indispensables : les autorités publiques en sont dotées, au compte-goutte, les gouverneurs de province182 par exemple et les responsables des grandes administrations, comme les Préfets. Faustinus pourrait être l’un d’eux. Car il ne suffisait pas que les restrictions vraisemblables aux échanges épistolaires entre le front et Rome aient disparu avec le temps de guerre, et qu’un officier ait retrouvé le temps nécessaire à la lecture et à l’écriture des chartae, il fallait encore pouvoir correspondre avec lui. Faustinus en fournissait le moyen.

  • 183 Argonautica V. 99.
  • 184 Ibid. I. 187.
  • 185 Épigrammes VII.8 (Odrysius orbis) ; X.93 (idem) ; X.7 (Odrysiae pruinae).

63L’épigramme de Martial est dominée par une constellation, celle des sept étoiles de la Grande Ourse, le Septentrion ; il les dit Odrysiennes, du nom des Odrysii, le peuple Thrace de la source de l’Hèbre où pendant des mois roula la tête d’Orphée mis en pièces par les Ménades. Valerius Flaccus en fait l’Odrysius dux183 – le pilote de la nef Argo dont la lyre guidait la marche184. L’adjectif Odrysius, héritage d’Ovide, est employé ailleurs par Martial, mais ici seulement appliqué à la constellation de l’Ourse185 ; l’emploi, original pour désigner la Mésie inférieure et le cours du bas-Danube, à peine plus Nordiques que Rome, soutient peut-être l’interprétation “poétique” que nous avançons pour VII.80.

Faustinus et Quirinus (X.51)

  • 186 X.58. 13-14. Nous identifions à Frontin le Fronto de I.55.
  • 187 Fronto est le cognomen du père de Martial. Nous pensons que le Fronto et la Flaccilla de l’épigramm (...)
  • 188 On peut, au moins, nous semble-t-il, tirer de la ressemblance de X.51 et X.58 la conclusion que Fau (...)

64La dernière épigramme adressée et consacrée à Faustinus, dont nous avons plus haut analysé l’évocation de la “Ravenna”, est très comparable à celle que Martial, environ trois ans plus tard, enverra à Frontin : deux droites parallèles très proches par la métrique (identique), par la dimension (respectivement huit et sept distiques), la situation décrite (deux villas maritimes de Terracine-Anxur), la thématique (loisirs de Terracine, et charges de la Ville), un sentiment comparable de dépossession par la maxima Roma. Les deux poèmes ne sont pas pour autant superposables : la déclaration d’affection et d’indépendance à Frontin186 associe étroitement Martial à cette sorte de père qu’est pour lui Frontin187 dans les plaisirs de la collaboration littéraire de Terracine comme dans les contraintes urbaines ; Faustinus, lui, était seul soumis au poids que fait peser sur lui “Quirinus”, Martial n’étant que le témoin de sa lassitude (vers 17). L’épigramme X.51 s’ouvre par un prélude consacré au moment astronomique du poème essentiel à l’interprétation, auquel rien ne correspondra dans l’épigramme à Frontin. La parenté d’impression générale qui se dégage des deux poèmes doit tenir à la similitude des positions publiques occupées par Faustinus en 95, par Frontin en 98 : X.58 est dans une large mesure une retractatio de X.51 ; elle aurait été déplacée si Faustinus n’avait été qu’un homme privé en 95188.

  • 189 Tous deux “récompensés” par un troisième consulat en 100, cf. supra, p. 112 et infra, p. 218 n. 172
  • 190 P. Grimal, édition du De aquae ductu Urbis Romae, Paris, 1961, introduction p. VIII-IX.
  • 191 Il est notable que Quirinus n’apparaisse – comme figuration divine de Rome – que dans le livre X – (...)

65Le Frontin de 98 est au sommet de la carrière d’un sénateur : seule une Préfecture de la Ville et un troisième consulat pourraient dépasser les dignités et les charges dont il est investi : le rôle qu’il a joué avec L. Iulius Ursus en octobre 97 dans l’avènement de Trajan189 est reconnu en 98 par la prestigieuse curatèle des eaux190 et par un second consulat : charges lourdes, mais c’est un grand travailleur (à l’inverse de Martial). Faustinus, en 95, apparaissait lassus. La Rome qui, en X. 51, s’oppose à la “Ravenna” dont Quirinus, le dieu par lequel vit l’être collectif de la Cité, l’a dépossédé, n’est pas celle dont rêve Martial dans l’épigramme V.20 à Iulius Martialis, mais la Ville officielle des édifices et des zones où s’exprime la vie citoyenne : les deux théâtres de Marcellus et de Pompée, les trois Thermes, les quatre Forums unis entre eux (où se déroule l’essentiel des activités judiciaires et administratives) et les temples “civiques” de Jupiter Tonnant et – seul indice qui date la pièce de la 1ère édition du livre en 95, non de la seconde en 98 – de la gens Flavia : les deux temples que Domitien fit reconstruire et construire. C’est l’Urbs que Faustinus invite Quirinus à “garder pour lui”, l’Urbs dont le dieu lui avait apparemment confié ou imposé la charge – comme Praefectus Vrbis191.

  • 192 Les plaintes de Philomèle, la mère désolée pleurant son fils, contrastent avec le sourire de la nat (...)
  • 193 Carmen 65 vers 13-14 (“Etsi... tamen”).
  • 194 Tristes, III.12.1-13.

66Le prélude de l’épigramme s’inspire principalement, pour le mouvement d’ensemble, les motifs astrologiques, le lyrisme qui fraie la voie aux conseils moraux à l’homme surchargé de responsabilités, de l’ode d’Horace à Mécène (III.29, de 26 ou 25 avant n. è.) ; il s’y mêle des souvenirs de la lyrique horatienne et de l’élégie d’Ovide. Au ciel des constellations s’inscrit la journée, comme dans l’ode à Mécène, tandis que sur terre l’an se renouvelle sans consoler l’hirondelle192. Le tableau du printemps intègre des souvenirs de Catulle193, des échos de 1’ode d’Horace I. 4 (Solvitur acris hiems) et de l’élégie d’Ovide sur le retour de la jeune saison194 – on y trouvait aux vers 7-10 la mention de l’oiseau plaintif et la légende de Procnè. L’ode III. 29 à Mécène a sans doute fourni à Martial l’inspiration majeure :

  • 195 Vers 17-20 et 25-26.

Iam clarus occultum Andromedae pater
ostendit ignem, iam Procyon furit
et stella vesani Leonis
sole dies referente siccos ;
……………………
Tu civitatem quis deceat status
curas et Vrbi sollicitus times...
195

  • 196 R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 211 sq.
  • 197 Pendant la guerre d’Actium, sans titre particulier, Mécène avait été en charge de Rome et de l’Ital (...)
  • 198 Mécène “redoute ce que préparent contre la Ville les Sères (le pays de la soie), Bactres où règna C (...)

67Mécène n’a jamais été à proprement parler Praefectus Vrbis – la charge n’existait pas encore ; elle ne sera créée qu’en janvier 26 pour Messala Corvinus qui démissionna au bout de six jours196. Mais il avait occupé à plusieurs reprises, sans avoir de titre, des responsabilités qui, pour une part, préfiguraient celles d’une fonction encore à créer197. À l’époque de l’ode d’Horace il est, sans titre officiel, un ministre très influent, dont les responsabilités sont, à en croire Horace, source de souci et d’appréhension198 : elles impliquent en tous cas beaucoup de travail. Martial n’aurait pas tiré de l’ode à Mécène son inspiration de l’épigramme à Faustinus s’il n’y avait pas eu quelque analogie de situation et de fonctions entre les deux hommes.

68Nous pensons donc que Faustinus, en 95, occupait, depuis 92 ( ?) le poste de Préfet : il y aurait peut-être une place dans les Fastes de la Préfecture, entre Rutilius Gallicus et T. Aurelius Fulvus, de 9l-92 à 95. La séquence qu’avait proposée L. Vidman pour les préfets du règne de Domitien a été modifiée par plusieurs travaux de R. Syme de la manière suivante :

  • 199 R. Syme, RP V, p. 611 sq.

69Plotius Pegasus199

  • 200 R. Syme, RP V, p. 614 sq.

70M. Arrecinus Clemens200

71Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus

72T. Aurelius Fulvus

  • 201 Juvénal, satire IV.77-78.
  • 202 R. Syme, RP V, p. 615.
  • 203 En tous cas, Faustinus ne survécut pas longtemps : peut-être a-t-on une trace de son décès dans la (...)

73La préfecture de Plotius Pegasus n’est pas précisément datée, mais il est sûr qu’il occupait le poste en 83 – il est le premier nommé des amici assistant au Conseil d’Albano dans la 4e Satire de Juvénal : attonitae positus modo vilicus Vrbi. /Anne aliud tum praefecti ?201 Son successeur immédiat fut M. Arrecinus Clemens (suff II 85) dont la chute (exécution selon Suétone dont la version paraît admissible par R. Syme, exil d’après quelques historiens) paraît datée de l’automne 87 ; son entrée en fonction avait dû suivre de peu son deuxième consulat. Le Préfet suivant, C. Rutilius Gallicus (suff. 71, II 85), est en fonctions en 89202 et meurt en 91 (ou 92 ?). La préfecture suivante, celle de T. Aurelius Fulvus (de Nîmes), est de chronologie incertaine ; il pourrait avoir succédé à Gallicus (de Turin), auquel cas il n’y aurait pas de place pour Faustinus ; mais il n’a peut-être été nommé que plusieurs années plus tard et pouvait être en charge au moment de l’assassinat de Domitien le 18 septembre 96 et avoir été maintenu dans son poste par Nerva et Trajan, dont le premier titulaire fut L. Iulius Ursus, cos. III 100, mort en 101-102. Il est donc possible que la Préfecture de la Ville ait été occupée par Q. Petillius Cerialis alias Faustinus (suff. 70, II 74) après la mort de C. Rutilius Gallicus ; l’intervalle entre le second consulat suffect et la nomination comme Préfet est extraordinaire, et tiendrait à la situation unique du sénateur, beau-frère de Domitien et veuf d’une diva Domitilla. On note que dans les années 92-95, on ne compte que deux épigrammes de Martial à lui adressées avant X.51 : VII.12, qui paraît présenter le destinataire comme un homme influent auprès du “Maître” (Sic me fronte legat dominus, Faustine serena/excipiatque meos qua solet aure iocos : “Puisse le Maître, Faustinus, me lire sans froncer les sourcils...”) et VII. 80 qui le charge d’un envoi sur le front danubien. L’épigramme VIII.41 de 93 (Tristis Athenagoras) n’est pas véritablement une “adresse”, mais un dialogue fictif sur une figure masquée. Or il n’y a pas de signe que les relations de Martial avec son protecteur se soient dégradées, au contraire : mais un Préfet n’est guère disponible pour les chartae. Quant aux livres XI publié aux Saturnales 96 et X2 de 98, ils n’en comptent plus aucune : Faustinus doit avoir disparu. Dans la dernière épigramme (X.51), Martial croit entendre Faustinus lassus demander à Quirinus de lui rendre sa liberté : la retraite d’un Préfet dépend d’un dieu, et Quirinus l’a peut-être accordée203.

La famille de Faustinus

74Il ne sera question que de ce qui apparaît, plus ou moins manifestement, de la parentèle de Q. Petillius Cerialis dans les Épigrammes. Nous partirons de certains problèmes que pose le dernier vers de l’épigramme X.51 et, très brièvement, de la question des publications dudit livre – ceci met en cause la fille de Faustinus – et de l’exécution de son mari ; nous n’évoquerons qu’ensuite le mariage avec Flavia Domitilla 2, qui fit entrer “Faustinus” dans la famille impériale.

La fin de Faustinus et la “catastrophe” de sa fille et de son gendre

  • 204 X. 2. 1-2.
  • 205 Le temple de Jupiter reconstruit après l’incendie de 80 par Domitien (St. Gsell, Essai, p. 91 sq) e (...)
  • 206 K. Scott, The Imperial Cult under the Flavians, New York, 1936 (reprint 1975), p. 61 sq.
  • 207 Punica III. 624-629 (cité par K. Scott, o. c., p. 71).
  • 208 On doit tenir présent à l’esprit qu’une épigramme aussi importante que X. 51, écrite en 95 (le ciel (...)
  • 209 Dion Cassius LXVII. 14. 2.
  • 210 St. Gsell, Essai, p. 303 et n. 8. R. Syme, “Praesens the Friend of Hadrian”, RP V, p. 566, place la (...)
  • 211 Gsell, loc. cit. à la n. précédente. Il plaçait pour sa part les événements “très probablement” dan (...)
  • 212 Elle est cependant très hétérodoxe.

75L’épigramme X.51 est la seule du livre X, tel que nous le connaissons dans sa seconde édition de 98, qui présente une claire mention des temps de Domitien. La première édition, “trop hâtivement échappée de <s> es mains”204, nécessita une refonte : toute adulation envers le Maître disparut, des épigrammes conservées firent l’objet d’un nouveau travail de la lime, et une majorité de pièces nouvelles s’ajouta aux anciennes conservées. De toutes les réalisations du règne disparu ne demeurent – à part la célébration du Janus Quadrifrons du Forum Transitorium, dû aux Caesareis donis de X.28, sans doute de la 1ère édition – que “le haut sanctuaire du Tonnant du Capitole et le temple lumineux qui approche du ciel qui est sien”205, deux vers de X.51 qui datent le poème de 95 et portent l’empreinte de l’idéologie du “ciel Flavien”206. Le neutre quae mea du vers 16 de la même épigramme a pu être lu, a posteriori, comme un féminin : quae mea, redde mihi put paraître sonner comme un “rends-moi ma fille” ; “Quirinus”, dont Silius Italicus avait promis la place au ciel à Domitien207, bannit la fille de Faustinus à Pandateria en 95 ou 96208 : dans la quinzième année de son règne dira Eusèbe, dans son Histoire Ecclésiastique (III.18,4) exploitant des sources païennes contemporaines très sûres (à savoir les écrits de Bruttius Praesens), c’est-à-dire entre le 14 Septembre 95 et le 13 Septembre 96 ; en 2112 écrit Jérôme dans la Chronologie d’Eusèbe, c’est-à-dire entre le 1er Octobre 95 et le 30 septembre 96. L’Histoire Ecclésiastique s’accorde avec Dion Cassius qui par ailleurs lie étroitement la déportation de Flavia Domitilla et l’exécution de son mari T. Flavius Clemens cos. 95 avec Domitien ; il est donné pour ὑπατεύοντα (dans l’exercice de son consulat)209, ce qui peut s’entendre de deux manières : pendant le premier trimestre 95 où il gère les faisceaux (avec l’empereur du 1er au 13 Janvier) ou pendant toute l’année de son éponymat ; dans cette dernière hypothèse, l’événement se serait placé dans le dernier trimestre de l’année, ou au tout début de 96, car Suétone présente ainsi la fin du règne : Denique Flavium Clementem... repente ex tenuissima suspicione tantum non in ipso eius consulatu interemit. Quo maxime facto maturavit sibi exitium. Continuis octo mensibus tot fulgura facta... (Dom. XV. 1). Les huit mois en question sont apparemment ceux qui vont de Janvier à Septembre 96 (l’assassinat le 18) : la condamnation à mort de Flavius Clemens (et l’exil de sa femme à Pandateria) auraient eu lieu dans la première quinzaine de Janvier. Cette datation, qui impliquerait une légère erreur de Dion Cassius, a été soutenue par Ihm210 ; elle n’a pas convaincu tout le monde211. C’est que Suétone ne peut inspirer beaucoup de confiance : biographe, il procède souvent par ellipse et il n’est pas certain que les deux phrases de sa notice correspondent à des faits chronologiquement continus. Selon nous, elle n’est pas à écarter212.

Cerialis mari de Flavia Domitilla 2 (stemmata II et III)

  • 213 D’où la possibilité de lire X. 51.16 comme allusion à Domitilla 3 ; ceci a posteriori ; cf. supra, (...)

76Flavia Domitilla 3 (l’exilée de Pandateria) était née du mariage (ou remariage) de Q. Petillius Cerialis avec la fille de Vespasien, Flavia Domitilla 2, vers 65 ; elle avait été divinisée sous le nom de Diva Domitilla (II), comme sa propre mère, Flavia Domitilla 1, l’épouse de Vespasien, divinisée sous le nom de Diva Domitilla (I). La famille Flavienne comporte ainsi, selon une coutume clairement dynastique, une lignée de trois Domitillae (dont les deux premières divinisées) – en attendant une quatrième. La fille de Cerialis, Domitilla 3, veuve en 95, revenait (théoriquement) dans la manus paternelle213.

  • 214 Tacite, Histoires III. 59.
  • 215 LXV.18.1.
  • 216 Petillius Cérialis, né vers 30, dut épouser Domitilla 2, née vers 45, au début des années 60, la tr (...)
  • 217 On ignore comment.
  • 218 Ainsi G. Townend, “Some Flavian Connections”, JRS, 51 p. 58, n. 15 in fine.

77Le mariage de Cerialis avec Domitilla 2 est restitué (sûrement) par G. Townend à partir des notices de Tacite, qui indique qu’il était lié à Vespasien par une proxima adfinitas214 et de Dion Cassius215. L’épouse de Cerialis, qui n’était peut-être pas sa première femme216, mourut jeune, dans les premières années de la décennie 70-80. Nous supposons que ce fut lors de la divinisation de cette princesse, qui lui avait donné une fille, une Petillia en principe, devenue Flavia Domitilla 3217, que Cerialis disparait des sources – et l’on a pu penser qu’il était mort peu après sa femme218 : selon nous, il devint alors Faustinus. Ni son épouse Domitilla 2 ni sa fille, Domitilla 3, ne figurent dans les Épigrammes – à moins que la seconde ne doive être reconnue, mais a posteriori seulement, dans le quae mea, redde mihi de X.51,16.

Stemma II : la descendance de M. Arrecinus Clemens, Praef. Praet. 40

Stemma II : la descendance de M. Arrecinus Clemens, Praef. Praet. 40

Q. Petillius Rufus, parent de Cerialis et sa femme Caesonia

  • 219 R. Syme, “Domitian : The Last Years”, RP IV, p. 263 n. 61 ; dans RP VII, p. 645, n. 63, il le consi (...)
  • 220 Hypothèse de J. Devreker, Ancient Society, 1977, p. 233.
  • 221 Un fils de Cerialis, né d’un premier mariage, ne pouvait naître avant le début des années 50 (si le (...)

78Le Q. Petillius Rufus cos. II en 83 avec Domitien “fait problème” : c’est à coup sûr un personnage très proche de la dynastie, mais ce n’est pas forcément le fils de Faustinus né d’un premier mariage219 (ce n’est pas le demi-frère de Flavia Domitilla 3) ; ce serait plutôt un frère cadet220, ou un neveu : cette hypothèse, pour des raisons de chronologie, nous paraît plus vraisemblable221. Un meus Rufus, marié à une Caesonia, figure dans les Épigrammes : c’est le nom de cette épouse et non le cognomen Rufus, avec lequel on ne peut rien faire, qui rend possible l’identification avec Q. Petillius Rufus (IX.39) :

  • 222 “Ce jour-ci est le premier qui se leva pour le dieu Tonnant du Palatin ; Cybèle eût bien voulu avoi (...)

Prima Palatino lux haec est orta Tonanti
optasset Cybele qua peperisse Iovem;
hac et sancta mei genita est Caesonia Rufi:
plus debet matri nulla puella suae.
Laetatur gemina votorum sorte maritus,
contigit hunc illi quod bis amare diem
222.

  • 223 Épigrammes VII.44, cf. 45.
  • 224 Annales XV.71.5.
  • 225 Voir PIR2 C 172 (E. Groag, p. 33 : “utra nominis gentilicii forma recta sit, certe diiudicari nequi (...)
  • 226 Voir stemma I.
  • 227 R. Syme, “The Enigmatic Sospes”, RP III, p. 1051.
  • 228 Ibid. 1041-1061.
  • 229 Tacite, Annales XV.10.3 et 13.3 sur la forteresse d’Arsamosata : l’origine du cognomen Sospes selon (...)

79Caesonia... Maximus, le grand ami de Sénèque, est chez Martial un Caesonius Maximus223, un Caesennius Maximus chez Tacite224 ; la variation orthographique du gentilice ne s’explique pas obligatoirement par une erreur de l’un ou de l’autre auteur225. Caesonia doit à sa mère d’être née un 24 Octobre, comme Domitien ! L’heureux époux fait le même jour des vœux pour le dieu Tonnant du Capitole et pour sa Caesonia. L’épigramme adulatoire (Cybèle, “joyeuse d’avoir enfanté tant de dieux”, aurait aimé avoir donné le jour un 24 Octobre à Jupiter) ne peut se lire, sous peine de ridicule, que comme une pièce aulique : le couple est évidemment aristocratique, de l’ordo senatorius pour le moins ; mais cela ne suffit sans doute pas à justifier l’association hardie des deux anniversaires – celui de l’empereur est sacré – et la pièce était plate et de nature à irriter Domitien s’il n’y avait entre le couple et lui un lien dynastique. On ne connait pas de Caesonia dans la parentèle de l’empereur226, mais on voit où pourrait s’insérer une Caesennia/Caesonia. L’inscription ILS 995 comporte commémoration d’une Flavia Sabina épouse de Caesennius Paetus : la nièce de Vespasien, fille de son frère aîné T. Flavius Sabinus 2, dont on identifie généralement le mari227 avec L. (Iunius) Caesennius Paetus cos. 61, chargé en 62 de la Cappadoce : il engagea la désastreuse invasion de l’Arménie. Il eut deux fils, son homonyme né en 43, suff. 79, et, ainsi que l’a dé montré R. Syme228, l’“énigmatique Sospes” de l’inscription d’Antioche de Pisidie ILS 1017, cadet du précédent d’une quinzaine d’années, qui dut son cognomen (“rescapé”) à un épisode dramatique des opérations de son père en Arménie229 ; on peut placer à ce niveau du stemma une Caesennia. Elle aurait eu au moins 35 ans au moment où Martial écrit son épigramme, de sorte qu’on peut également envisager qu’il s’agisse, avec l’épouse de meus Rufus, d’une fille du suffect 79.

  • 230 PIR2 M 590.
  • 231 De Cassius Longinus, chef de file avec Brutus des conjurés des Ides de Mars. Sur la personnalité de (...)
  • 232 Les univers monarchiques connaissent de tous temps de tels “sobriquets”.

80La Caesennia supposée s’appellera Caesonia chez Martial ; peut-être est-ce un “nom de Cour”, dû sans doute à l’impératrice Domitia Longina : elle était nièce de Caesonia Milonia230, la dernière femme de Caligula, tuée en 41 avec sa petite fille. C’était la demi-sœur de Corbulon, père de l’impératrice, le grand général de Néron chargé des affaires d’Orient et, légat de Syrie, reprenant les opérations en Arménie après le désastre de L. Caesennius Paetus. Domitia Longina, si fière de ses origines – son cognomen vient de loin231 –, devait être attachée au souvenir de sa tante tragiquement disparue dans l’histoire de la dynastie précédente : elle aurait donné ce surnom à une jeune parente dont le “vrai nom” se prêtait à cette déformation232.

  • 233 R. Syme le jugeait possible : supra, n. 225. Il est possible aussi peut-être que Martial ait adopté (...)

81L’épigramme IX.39 exploiterait donc la coïncidence des dates des anniversaires de l’empereur et d’une de ses cousines. “Meus Rufus”, lui, était proche parent de Faustinus, beau-frère de Domitien : felix dominis, il ne devait pas être mal en cour en 94. Reste à expliquer, si c’est possible, la graphie Caesonius dans l’épigramme VII.44 sur l’ami de Sénèque, dont Q. Ovidius imitait le dévouement en osant, à son tour, l’accompagner en exil. Caesonius et Caesennius sont des formes métriquement équivalentes. Il est de bon ton, sous Domitien, de dénoncer la tyrannie de Néron et d’encenser ses victimes : peut-être Martial a-t-il choisi, entre deux formes métriquement toutes deux possibles – mais très différentes : Caesonius n’est pas une simple variante phonétique du gentilice, d’origine étrusque, Caesennius – celle que lui suggérait l’usage de la Cour : un moyen de plaire au Maître... En définitive, et sans exclure que Tacite ait pu faire erreur233, nous choisissons sa leçon pour l’ami Maximus de Sénèque, plutôt que celle de Martial, peut-être trop influencée par ses relations avec “meus Rufus” et “Caesonia”.

Stemma III : Les deux branches de la famille le Flavienne

Stemma III : Les deux branches de la famille le Flavienne

Quatre épigrammes adressées à “Meus Rufus”( ?)

  • 234 Sauf erreur, un personnage dit “ meus” par Martial n’est jamais l’objet d’un unique envoi.

82À priori, le seul des “Rufus” à être “ meus”, proche parent de Faustinus (sénateur, général, beau-frère de l’empereur et poète) a quelques chances de recevoir plus d’une épigramme. “Meus” ne témoigne pas d’une étroite amitié, mais de relations plus qu’épisodiques234. Cependant, le cognomen étant particulièrement banal, il faut chercher ailleurs des indices pour une identification ; en tout premier lieu, dans la composition des livres.

83La dernière épigramme du livre III (livre par excellence “de Faustinus”) qui s’ouvre, après la préface impersonnelle qu’est III. 1, par la dédicace-cadeau à Faustinus III.2 (Appendice A, no 3) est un envoi par cursor de poèmes à un Rufus : il joue sur le motif des effets de l’eau (de pluie) sur un manuscrit : Rufus pourrait bien être écrivain, et la plaisanterie sur le “coup d’éponge” céleste sera le fond de l’envoi à Faustinus d’un autre libellus (appendice A, no 8), accompagné de la redoutable Punica spongea (IV.10) : entre Faustinus et son cadet Rufus, un lien est établi par la disjonction de deux épigrammes disposées aux deux extrémités du liber, III.2 et III.100.

84À plus forte raison, il peut résulter du rapprochement de deux pièces ; celle qui envoie Faustinus, en Juillet 90, passer le temps de la moisson à Trebula (V. 71, Appendice A no 12 – trois distiques élégiaques) est immédiatement suivie par un distique qui s’adresse clairement à un Rufus au moins connaisseur en matière de poésie :

Qui potuit Bacchi matrem dixisse Tonantem
ille potest Semelen dicere, Rufe, patrem (V. 72)

85(“Qui a pu appeler ‘ mère de Bacchus’le dieu Tonnant, celui-là peut appeler Sémélè, Rufus, son père”.) La “pique” vise un poète. Bacchus était bimater (“né de deux mères”) : cette appellation rituelle n’est pas une invention de poète, mais une donnée cultuelle rappelée par Ovide dans un vers des Métamorphoses (qui n’est pas visé par Martial) :

ignigenamque satumque iterum solumque bimatrem

  • 235 IV.12.

86(elles offrent au dieu de l’encens en l’appelant “né du feu, deux fois engendré, le seul qui ait eu deux mères”235). Si un poète précis est visé, ce doit être un qui aurait développé d’une manière que Martial aurait jugée ridicule le motif curieux de la “maternité” de Jupiter. Stace faisait dire à Bacchus, dans la plainte qu’il adresse à son père au livre VII de la Thébaïde :

  • 236 “De tous tes enfants, serai-je donc le plus dédaigné ? Et cependant tu me portais jadis comme un fa (...)

Scilicet e cunctis ego neglectissima natis
progenies ? Ego nempe tamen qui dulce ferenti
pondus eram cui tu dignatus limina vitae
praereptumque iter et maternos reddere menses
236.

  • 237 Cyneg. 18-20 : Quis magno recreata tacet cunabula Baccho,/ut pater omnipotens, maternos reddere men (...)

87Le “doux fardeau” porté par Zeus (dans sa cuisse) et les “mois maternels” qu’il restitua ainsi à sa progéniture étaient faits pour surprendre et Némésien s’en souviendra dans le prologue de son Cynegeticum où il passe en revue les sujets rebattus237. En 90, année de la publication de son épigramme, Martial pouvait connaître le texte de Stace par les lectures qui précédèrent la publication ; Juvénal atteste qu’elle firent courir tout Rome :

  • 238 Satire VII. 82-84.

Curritur ad vocem iucundam et carmen amicae
Thebaidos, laetam cum fecit Statius Vrbem
promisitque diem
238.

88Comme dans le cas des épigrammes VIII.22 et 76 sur “Gallicus”, l’actualité littéraire de la capitale aura fourni à Martial l’occasion et la matière d’un distique à verser au “dossier” des relations conflictuelles des deux poètes. Rufus apparaîtrait dans V.72 proche de Faustinus : le motif de la double maternité de Sémélè et de Zeus n’est pas mal placé après l’épigramme sur les vacances de Faustinus à Trebula : si Rufus était le jeune frère de Q. Petillius Cerialis, le rapprochement de deux épigrammes en distiques serait à tous égards significatif. Mais c’est bien entendu une “lecture” hypothétique.

Une idylle : Sempronia et Rufus (“meus ? Rufus”) : XII.52

89Entre l’époux de Caesonia IX. 39 et celui de Sempronia dans la funéraire XII. 52, un fil ténu est tendu, qui ne tient qu’aux noms des épouses – et cela malgré ou à cause de tout ce qui paraît écarter l’une de l’autre les deux épigrammes : un passage du règne de Domitien à celui de Trajan, un passage de la vie à la mort pour Rufus (s’il s’agit bien du même homme), et pour ce qui est du “lieu de l’énonciation” des textes, ou de l’écriture des épigrammes, un passage de Rome à Bilbilis. Ce sont peut-être précisément ces modifications profondes qui rendent possible et vraisemblable le changement de nom de l’épouse (s’il s’agit bien de la même femme). Sauf erreur, Caesonia n’est pas le “vrai nom” de la puella de IX. 39 ; Sempronia serait un pseudonyme au second degré. On n’oubliera pas qu’en 101-102 les Petillii ont disparu.

  • 239 Nommée (ici) Sempronia. Non identifiable. Une Sempronia dans Cicéron, De Oratore II § 247 ; voir R. (...)

90Les deux gentilices féminins en cause, Caesonia et Sempronia, sont métriquement équivalents – c’est une condition sine qua non –, homéotéleutes et occupent exactement la même place dans l’hexamètre du second distique des deux poèmes, de même forme métrique (distiques élégiaques) : Caesonia Rufidans IX. 39.3 et Sempronia, Rufus dans XII. 52.3… Martial, dans le second poème, s’adresse à la veuve de Rufus239, parti pour le paradis des Enfers, les Champs Élyséens :

  • 240 “Tempes ceintes toujours des couronnes de Muses, voix non moins célébrée des accusés transis, il gî (...)

Tempora Pieria solitus redimire corona
nec minus attonitis vox celebrata reis,
hic situs est, hic ille tuus, Sempronia, Rufus,
cuius et ipse tui flagrat amore cinis.
Dulcis in Elysio narraris fabula campo,
et stupet ad raptus Tyndaris ipsa tuos:
tu melior quae deserto raptore redisti,
illa virum voluit nec repetita sequi.
Ridet ut Iliacos audit Menelaus amores:
absolvit Phrygium vestra rapina Parim.
Accipient olim cum te loca laeta piorum,
non erit in Stygia notior umbra domo.
Non aliena videt, sed amat Proserpina raptas;
iste tibi dominam conciliabit amor
240.

  • 241 Voir sur les difficultés d’une lecture dissociant le ravisseur du mari L. Duret, ANRW, II, 32.5 (19 (...)

91Il n’est pas certain que ce Rufus, poète et avocat, soit le “meus Rufus” de IX. 39 ; mais il est certain que la relation de Rufus à Sempronia ne relève pas du vaudeville, mais de l’idylle ; il n’y a pas en cause deux hommes et une femme, mais un homme amant puis mari et la femme d’abord enlevée puis épousée. L’usage que fait Martial de la mythologie, pour décoratif qu’il soit, est exactement ajusté : si Pluton enleva Proserpine dans les campagnes d’Enna, ce fut pour en faire sa femme, la reine des Enfers ; cette donnée mythologique doit commander l’interprétation : dans le distique final, il ne faut pas admettre dans le parallèle institué entre elle et Sempronia le moindre à-peu-près. Autant l’épigramme est obscure tant qu’on voit en Rufus soit le mari soit le ravisseur de Sempronia241, autant elle est claire quand on identifie le ravisseur et le mari : Rufus enleva Sempronia ; sous l’effet d’on ne sait quoi elle rompit avec lui, mais pour revenir à lui (et non pas “à la maison”) en l’épousant : deserto raptore redisti (ayant déserté ton ravisseur, tu lui revins) : Ménélas rit ou sourit, Pâris est absous, Proserpine accueille en sœur Sempronia, comme elle rapta puis épouse, qui aura sa juste place au séjour bienheureux des pii : la Reine des Enfers aime (amat, vers 13) celles qui aiment (amor, vers 14, dernier mot du poème). Pour le moment, Rufus l’attend aux Enfers, cendres demeurées braises (vers 4).

  • 242 Le nom Sempronius est répandu en Espagne (et a laissé des traces dans l’onomastique moderne – cf. S (...)
  • 243 Voir, à propos du mariage des amours élégiaques et de la mythologie, l’article de S. Viarre sur l’é (...)

92Rufus et Sempronia doivent être des grands : Martial est “léger” et joueur ; mais il ne convoquerait pas pour l’épitaphe (hic situs est) d’un personnage obscur les origines de la guerre de Troie, et les puissances infernales. L’univers de son épigramme étant élégiaque, et son langage systématiquement figuré, la question du nom Sempronia peut légitimement être posée : nom réel, s’accordant avec le contexte hispanique du livre XII242 ? ou pseudonyme élégiaque, respectant la règle fondamentale de cette pratique, l’isométrie ? Une Caesennia, dite au Palatin Caesonia, peut recevoir le nom de Sempronia, bâti sur l’adverbe semper (“une fois pour toutes”, “toujours”), quand de “ sancta Caesonia Rufi” elle sera devenue sa veuve243.

Clemens, fils de Faustinus : le Voyage aux bords Euganéens

  • 244 Cette conjecture en entraînera d’autres, certainement discutables : nous la “risquons”, en dépit de (...)

93On peut donc reconnaître Rufus, frère cadet de Faustinus, dans quatre épigrammes – probablement ou hypothétiquement ; dans quatre épigrammes il y apparaît comme amateur de poésie ou même poète. Un Clemens, dont c’est l’unique apparition, en 95, est selon nous le fils de Faustinus, chargé d’une mission auprès d’une Sabina (X.93, à joindre avec X.94)244.

  • 245 “Si avant moi, Clemens, tu vois d’Hélicaon les bords Euganéens et leurs guérets brodés des treillis (...)

Si prior Euganeas, Clemens, Helicaonis oras
pictaque pampineis videris arva iugis,
perfer Atestinae nondum vulgata Sabinae
carmina, purpurea sed modo culta toga.
Vt rosa delectat metitur quae pollice primo
sic nova nec mento sordida charta iuvat
245.

  • 246 “Aucun serpent Massyle ne garde mon verger et les domaines royaux d’Alkinoos à mon service point ne (...)

Non mea Massylus servat pomaria serpens
regius Alcinoi nec mihi servat ager,
sed Nomentana securus germinat hortus
arbore, nec furem plumbea malatiment.
Haec igitur media quae sunt modo nata Subura
mittimus autumni cerea poma mei
246.

  • 247 C’est ainsi que l’on comprend généralement Atestinae... Sabinae (à l’Atestine Sabina) ; nous propos (...)
  • 248 J. Marquardt, Privatleben, p. 818, n. 1. La métaphore toga pour “ diphtera” ou membrana (Tibulle II (...)
  • 249 P. White, “The presentation and Dedication of the Silvae and the Epigrams”, JRS 64, 1974 (40-61), p (...)

94Martial confierait à Clemens, pour le cas où il se rendrait avant lui dans la région de Padoue, dans le cœur du pays Euganéen d’Hélicaon fils d’Anténor, des poèmes qu’il destine à “Atestina Sabina” – Sabina d’Ateste ?247 : son livre tout juste édité, à savoir la première édition du livre X qui vient de recevoir sa “reliure” de parchemin teinté de pourpre (sa “toga”)248 ; l’épigramme X.93 aurait une fonction de présentation249.

  • 250 Clemens serait le mari de Sabina : R. Syme, RP IV, p. 396 n. 138.
  • 251 Id., ibid., à propos de l’épigramme IV.25 de 89 ; Martial y évoque le pays Euganéen qu’il avait peu (...)

95L’épigramme X.93 paraît faire état d’un projet de voyage de Martial dans la région d’Ateste, où Clemens – une relation Vénète ? – le devancera peut-être : il lui confierait pour sa femme250 un exemplaire tout neuf de son édition. Ce serait là, avec IV.25, le seul indice que Martial ait jamais franchi le Pô251 – ce qu’il avait certainement fait depuis beau temps. Il est en soi très possible qu’il ait connu à Ateste – région thermale qu’il devait avoir fréquentée depuis Patavium, comme d’autres (Sarsina, Baïes) – une Sabina à qui il souhaitait faire hommage d’un livre tout juste édité ; mais la manière apparemment choisie pour le lui faire parvenir est plus que singulière : pour un envoi si personnel de poèmes jusque-là inconnus (nondum vulgata) qui vont être immédiatement figurés par les fruits symboliques de l’épigramme suivante, Martial ne pouvait s’en remettre à un hypothétique voyage d’une relation commune (le mari de la destinataire !) : les deux épigrammes jumelles constituent à elles deux un envoi (mittimus, X.94,6). Clemens n’est pas un commissionnaire au déplacement opportun, mais un medium permettant au poète de s’adresser à Sabina : il s’agit d’abord de faire parvenir l’offrande (perfer).

  • 252 Épigrammes I.66 ; voir les commentaires de M. Citroni, o. c., p. 216-217 aux vers 7 et 8.
  • 253 Sur l’équivalence rose/femme, on pourrait citer une bibliothèque entière.
  • 254 La pourpre avait été à l’origine strictement réservée aux détenteurs du pouvoir et aux membres des (...)

96Toute l’épigramme X.93 parle allusivement de virginité : celle de la charta virgo252, et apparemment, comme un hommage doit être adapté à la personne qu’il concerne, celle de Sabina (Clemens ne doit pas être son mari) : les carmina sont nondum vulgata, la charta, nova, n’a été souillée par aucun menton ; et la rose... metitur quae pollice primo ne contredit pas à cette interprétation253. Sabina semble être une jeune fille, que “chaperonne” un Clemens parent – mais sans doute pas son père ; on est tenté d’ajouter que l’une et l’autre doivent appartenir à un monde aristocratique, si l’on donne comme le contexte y invite une valeur symbolique à la toge de pourpre254.

97Le masculin du féminin Atestina (quelle qu’en soit la nature chez Martial) ne se rencontre qu’à un seul exemplaire, et chez lui, dans une épigramme bien antérieure (III.38), où il a l’air d’un cognomen. Martial s’y adresse à un Sextus fictif, honnête homme débarquant à Rome ; interrogé par le poète, il évoque successivement les moyens de subsistance qu’il envisage et que Martial élimine l’un après l’autre :

  • 255 “Je plaiderai, me dis-tu, plus éloquemment que Cicéron lui-même et il n’y aura personne qui me vail (...)

“Causas” inquis “agam Cicerone disertior ipso
atque erit in triplici par mihi nemo foro.”
– Egit Atestinus causas et Civis (utrumque
noras), sed neutri pensio tota fuit
255.

  • 256 I. Kajanto, o. c., p. 314 (11 occurrences dans le CIL ; cf. le Repertorium de H. Solin et O. Salomi (...)
  • 257 Sur l’événement et son contexte, B. W. Jones, “C. Vettulenus Civica Cerialis and ‘ the false Nero’o (...)
  • 258 Mis à mort selon Suétone, Dom. XI. 2, que pourrait recouper Dion Cassius LXVII. 9.6 ; donnée consid (...)
  • 259 Procès-verbal de la réunion des Frères Arvales de septembre 87 qui décrète des actions de grâce ob (...)
  • 260 Les allusions politiques de Martial sont d’actualité. Voir supra, “prolégomènes” de la partie I, su (...)
  • 261 D. R. Shackleton Bailey envisage bien qu’Atestinus et Civis puissent être des noms fictifs. Il doit (...)
  • 262 III.25, épigramme sensiblement contemporaine de III.38 – sans doute aussi écrite en Cisalpine.

98Les deux avocats – célèbres puisque Sextus, “monté” à Rome pour y faire fortune, les connaît – sont (selon nous) aussi réels que le Iulianus et le Sabineius de l’épigramme III. 25 : inexistants ; mais les noms peuvent être allusifs ; l’un, Civis, est bien attesté256 ; tous deux évoquent ceux de personnages effectivement célèbres – “dramatiquement” ; “Civis” doit renvoyer à C. Vettulenus Civica Cerialis, mis à mort pendant son proconsulat d’Asie sur l’ordre de Domitien en 88257, “Atestinus” à M. Arrecinus Clemens, éliminé (exécuté ou exilé) dans sa Préfecture de la Ville, sans doute à la fin de 87258, peu après qu’eut été découvert un complot259. Martial transforme deux grands sénateurs, victimes récentes260 des purges politiques en deux avocats261 qui, malgré leur talent, n’ont pas touché le montant de leur loyer. La plaisanterie n’est pas plus sinistre – ou l’est autant – que celle qui vient de transformer C. Oppius Sabinus en “froid” rhéteur262.

  • 263 Le nom du Préfet n’est pas martelé sur l’inscription de Pisaurum qui a révélé sa patria (par laquel (...)
  • 264 Voir dans l’Addendum “Maternus”, notre conclusion.

99Le nom Atestinus ne paraît pas avoir existé, et ne serait que le substitut d’Arrecinus – ni Atestinus ni Civis ne figurent ailleurs dans les Épigrammes. Dès lors on peut postuler qu’Atestina cache A<rrec>ina. La transformation des deux noms tient sans doute à ce que celui d’Arrecinus, depuis la chute du Préfet en 87, est non damnatus, mais de nature à faire se froncer le front serein de l’empereur263. Cette transformation doit entraîner une modification profonde de la lecture de l’épigramme X.93, non plus réaliste et biographique mais symbolique et figurée : Atestina Sabina ne serait pas à situer à Ateste – dont la campagne est cependant très concrètement présente dans le texte avec ses vignes : c’est que son nom fait surgir une contrée assurément connue de Martial et de Clemens, une route empruntée par les deux voyageurs (ensemble ?) au pays Euganéen, qui est pour le poète contrée réelle, concrète (la Vénétie peu ou prou côtière) et pays de l’imaginaire : il y investit autant de rêves, dont parle l’épigramme IV.25, que d’intérêts. L’ouverture de X.93 (Si prior Euganeas, Clemens, Helicaonis oras…), où le comparatif prior rappelle d’autres évocations d’une priorité dans le départ ultime, la dénomination autant poétique que géographique du pays Vénète, sont autant d’invitations au lecteur à tenir ferme les deux bouts d’une chaîne qui va du “réel” au symbolique. Il en est, dans le même livre X, un autre exemple aussi frappant, mais postérieur de deux ou trois ans, avec l’épigramme X.37 qui embarque Martial et un être singulièrement proche de lui pour un autre voyage, vers un autre rivage, celui de l’océan de Galice264.

  • 265 Une fille du Préfet du Prétoire 40 M. Arrecinus Clemens (voir stemma II).
  • 266 Suétone, Dom. XV.1. Ils avaient été confiés à Quintilien pour leur éducation (I. O. IV Praef. 2 et (...)
  • 267 Cf. supra, n. 263 ; le défunt est adiutor curatoris aquarum ; la pierre est gravée à l’initiative d (...)
  • 268 Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique III.18.4, confirmé par la traduction de sa Chronologie d (...)
  • 269 Voir son second stemma JRS 51, 1961, p. 62.

100Clemens, Sabina, A<rrec>ina : ces trois noms, dans une pièce du livre X (95 plutôt que 98) orientent vers la famille impériale. L’année 95 s’ouvrit par le consulat de Domitien et de son cousin T. Flavius Clemens, dont le cognomen doit provenir d’une mère Arrecina265. On voit aisément, sur le stemma III, où une Arrecina Sabina pourrait s’insérer : dans la génération des deux jeunes Flavii, fils du consul Clemens et de la fille de Faustinus, destinés par Domitien à sa succession sous les noms de Flavius Domitianus né en 81 et de Flavius Vespasianus né en 82266. Le Préfet M. Arrecinus Clemens semble avoir eu un fils homonyme267, assistant (comme sénateur prétorien ?) du curator aquarum M’Acilius Aviola. Le Préfet devait être né au début des années 30, son fils (d’existence passablement discutée) vers 55 (voir le stemma II) ; ce fils pouvait être, du point de vue chronologique, le père d’une jeune fille née vers 80-85, âgée de 10 à 15 ans en 95. Ces évaluations approximatives sont chronologiquement suffisantes pour qu’on puisse faire d’A<rrec>ina Sabina une petite-fille du Préfet de la Ville et une fille de son fils homonyme adiutor curatoris aquarum. La jeune Sabina porte un cognomen très fréquent ; mais son père (supposé) étant adfinis de l’empereur, on doit en chercher l’origine dans la descendance de T. Flavius Sabinus 2 (stemma III), frère aîné de Vespasien. Dans cette branche de la famille Flavienne, le cognomen Sabinus/a passe de génération en génération (T. Flavius Sabinus 4, mari de Iulia Titi, est le frère aîné de T. Flavius Clemens cos. 95). Si l’on fait de la jeune Sabina la fille d’une Flavia de cette lignée, précisément une sœur du consul Clemens – lequel avait une sœur268, la nomenclature A<rrec>ina Sabina est plus que satisfaisante : une parfaite illustration de l’alliance des Arrecini de Pisaurum et des Flavii de Reate ; elle conjoint au gentilice paternel, qui va de soi, un cognomen provenant de l’ascendance maternelle ; ce type de “croisement” se rencontrait déjà dans la nomenclature du consul 95 Clemens, l’oncle de Sabina : ce T. Flavius Clemens joint à l’élément paternel T. Flavius un cognomen issu de son ascendance maternelle des Arrecini, où le cognomen Clemens se transmet comme fait Sabinus dans la branche aînée de la famille Flavienne : la mère du consul était une Arrecina peut-être Clementilla, restituée sûrement par G. Townend269 : ainsi s’explique qu’un T. Flavius frère cadet de T. Flavius Sabinus 4 porte un cognomen traditionnel chez les Arrecini. La jeune Sabina, elle, parait être connue, sous le nom qui a fait l’objet de maintes polémiques de Flavia Domitilla 4 (stemma III).

  • 270 On ne peut guère songer à identifier Arrecina Sabina avec la mère du consul de 95 : elle pouvait êt (...)

101Le Clemens auquel Martial adresse X.93 ne peut certainement pas être le consul 95 ; on est un instant tenté de voir en lui le père de Sabina ; mais il n’est pas plausible qu’il s’agisse d’un Arrecinus : la déformation du gentilice de celle qui serait sa fille, rappelant l’avocat Atestinus de la “fiction allusive” III.38, ne pouvait passer à ses yeux que pour une réminiscence du plus mauvais goût : “Atestina” était déjà suffisamment hardi270. Il faut donc chercher un troisième Clemens, dans le même milieu des adfines de Domitien.

  • 271 Voir M.-Th. Raepsaet-Charlier, o. c., no 369 (Flavia Domitilla 3), p. 322-323. Elle renvoie, pour l (...)
  • 272 P. Keresztes, “The Jews, the Christians and the emperor Domitian”, Vigiliae Christianae, 27, 1973, (...)
  • 273 Eusèbe de Césarée, HE III. 18.4 (Pontia) ; Dion Cassius LXVII.14.2 (Pandateria).

102Eusèbe de Césarée place dans la 15e année de son règne (14 Septembre 95-13 Septembre 96) la déportation à Pontia d’une princesse Flavia Domitilla, née de la sœur de Flavius Clemens, l’un des consuls du moment à Rome (la référence à l’Histoire Ecclésiastique, confirmée par la Chronologie traduite par Grégoire, ci-dessous n. 268). L’existence de cette Flavia Domitilla 4e du nom, a été plus que discutée, parfois niée ; ceux, nombreux et savants, qui n’y croient pas, argumentent en supposant qu’Eusèbe a fait une erreur sur les termes grecs de la parenté271, ou, comme St. Gsell, que le texte de son Histoire Ecclésiastique présente une lacune, dans laquelle lacune restituée on restitue ingénieusement deux mots qui changent radicalement le sens du texte. Les partisans de cette existence, tel P. Keresztes272, ne manquent pas de très solides arguments : outre qu’il est hardi de taxer Eusèbe d’erreur sur le vocabulaire grec – c’est une source historique de grande valeur – ou de supposer une lacune que rien n’atteste, ils font valoir que Domitilla 4 fut (aurait été) déportée à Pontia, alors que Flavia Domitilla 3 le fut selon Dion Cassius à Pandateria ; la littérature hagiographique chrétienne aurait malgré cela confondu les deux princesses273.

  • 274 Il n’est donné que par les Acta des saints Nérée et Achillée, honorés dans la catacombe de Domitill (...)
  • 275 G. Townsend, “Some Flavian Connections”, JRS 51, 1961, p. 59 et n. 19 relève que “in an officiaI le (...)
  • 276 Id., ibid., p. 57 explique l’origine du nom de “Iulia” porté par la fille de Titus (Flavia Iulia PI (...)
  • 277 Les personnages qui y apparaissent en caractères gras sont restitués (certains tout hypothétiquemen (...)

103À cela s’ajoute que des sources (de très faible valeur historique) donnent le nom de la mère de cette Flavia Domitilla 4 – la sœur de Clemens le consul ; elle se serait appelée (Flavia) Plautilla ; pourquoi pas ? Le nom n’a en soi rien d’absurde274 : si un ascendant du consul Clemens avait épousé une Plautia, on pourrait attendre raisonnablement une Plautilla dans sa descendance. T. Flavius Sabinus 2, frère aîné de Vespasien, parait avoir été lié avec Plautius Silvanus275 ; on ignore le nom de sa femme, mais il a engendré T. Flavius Sabinus 3... ; ce pouvait être éventuellement la fille de Plautius Silvanus, qui aurait dès lors été la grand-mère des enfants de T. Flavius Sabinus 3 et d’Arrecina (Clementilla ?), à savoir T. Flavius Sabinus 4, son frère cadet T. Flavius Clemens cos 95 et leur sœur Flavia Plautilla. Un parallèle frappant se propose : la fille de Titus, Iulia Titi, porte le nom Iulia, dont on a longtemps ignoré la raison d’être, tiré de celui de sa grand-mère, une Iulia, femme du Préfet du Prétoire de l’an 40, M. Arrecinus Clemens276. Ce nom de Plautia n’a pas en lui-même une importance capitale pour notre propos ; mais Plautilla, inscrite au Martyrologue chrétien, a été longtemps l’objet d’une grande vénération, comme mère (baptisée selon la tradition par l’apôtre Pierre) de la vierge et martyre Domitilla 4 ; nous la restituons dans notre stemma III, comme sa grand-mère très hypothétique Plautia277.

  • 278 On ne peut préciser s’il s’agit de Domitilla 3 ou de Domitilla 4 comme le veulent leurs Acta.

104Clemens, à qui Martial confie son “envoi” à Sabina – Flavia Domitilla 4 – pourrait bien être celui que les Actes des saints Nérée et Achillée, les deux cubicularii de Domitilla278, présentent comme un parent du consul T. Flavius Clemens : c’est l’évêque de la communauté chrétienne de Rome, que Nérée et Achillée vont trouver pour lui exposer la situation de leur maîtresse incarcérée. Ils définissent ainsi le lien de parenté existant entre les deux Clemens : scimus (tamen) Clementem consulem patris tui fuisse germanum (nous savons cependant que le consul Clemens était le frère de ton père), ce qui est impossible : Clemens le consul, qui a 35 ans en 95, ne peut avoir été l’oncle de Clemens l’évêque. Du reste la formulation est curieusement alambiquée : s’il s’agissait de dire “oncle”, le latin disposait de patruus (scimus tamen Clementem consulem patruum tuum fuisse) ; si les Acta emploient le tour patris tui... germanum c’est qu’il s’agissait d’exprimer non un lien de sang, que rendrait patruum, mais une parenté par alliance (adfinitas) : le texte doit être corrompu, et nous corrigerions germanum en generum (frère en gendre). La chronologie est satisfaisante, on connaît Clemens le consul comme gendre de Q. Petillius Cerialis ; il aurait pour fils un Clemens (un Petillius Clemens) connu sous le nom de Clément de Rome, troisième successeur de Pierre.

  • 279 Dion Cassius LXVII.14.1-2.
  • 280 L. Duchesne, Liber Pontificalis, édité par C. Vogel, 2e éd. Paris, 1955-1957, vol. I, p. 123 : ex p (...)

105Un Petillius portant le cognomen Clemens pourrait le devoir à sa mère, une Arrecina : on restituerait (encore !) une troisième fille du Préfet du Prétoire de l’an 40 M. Arrecinus Clemens, que Cerialis alias Faustinus aurait épousée en premières ( ?) noces, avant de devenir l’époux de la Diva Domitilla II. Clément/Clemens aurait été le demi-frère de Flavia Domitilla 3 et on comprendrait assez bien que son mari le consul et elle-même aient été accusés d’“athéisme” et d’adoption des “mœurs juives”279 ; quant à A<rrec>ina Sabina, dans l’épigramme X.93, elle figure avec son cousin Clément. Il faut prêter grande attention à la notice que le Liber Pontificalis consacre au pape Clément I : Clemens natione Romanus, de regione Cœlio, ex patre Faustino, sedit annos novem, menses duos, dies decem280.

  • 281 J. A. Fischer, “Die Apostolischen Väter”, WBG, Darmstadt, 10e éd. (1ère 1956) ; A. Jaubert, Clément (...)
  • 282 Nous supposons que la question de l’identité de Clément de Rome et celle de l’identité du rédacteur (...)

106La tradition attribue à Clément de Rome, la lettre aux Corinthiens281, qui dut être adressée à l’église de Corinthe par celle de Rome en 95 ou 96 : message collectif, et non lettre personnelle, elle ne peut être attribuée à un individu particulier, bien que le rédacteur ait été manifestement unique ; mais par certains aspects, comme l’influence de la diatribe cynico-stoïcienne et l’idéal – assez traditionnel – de loyauté à l’égard du pouvoir Romain, elle n’aurait pas été en contradiction avec la personnalité d’un évêque natione Romanus282.

Parenthèse : les Petiliana regna de Sparsus

  • 283 La reprise au vocatif du nom du destinataire vise à réduire la distance inhérente à toute forme épi (...)

107La longue épigramme 57 du livre “espagnol” XII est un chef-d’œuvre de réalisme “romain” qui préfigure largement la IIIe Satire de Juvénal. Sous la forme épistolaire d’une adresse à Sparsus, deux fois nommé au vocatif283, qui occupe au loin un domaine de rêve, rus in Vrbe, elle peint avec un pittoresque appuyé les embarras de Rome qui se résument au bruit : pour le pauvre, pour Martial “qui a la Ville à son chevet”, point de sommeil ; quand il veut méditer ou dormir, il gagne sa petite villa de Nomentum.

  • 284 X. 92 : Marrius paraît adepte de la vita quieta.
  • 285 Comme Faenius Telesphorus l’avait fait pour sa fille Antulla dans sa propriété de Tibur (I. 114). P (...)
  • 286 J. P. Sullivan, o. c., p. 66.

108De Bilbilis, il ne revint jamais à Rome ; avant son départ pour la Tarraconaise, il avait du reste laissé son domaine à Marrius d’Atina284, lui confiant la charge d’assurer le culte des arbres et de ses divinités champêtres, dont il restera malgré son absence le prêtre ; de même, dans l’épigramme X.61, il demandera à celui qui sera “roi” de son petit domaine de rendre chaque année les devoirs qui leur sont dûs aux Mânes d’Érotion qu’il y a ensevelie285. Il faudrait donc supposer que l’épigramme XII.57 est antérieure au départ pour l’Espagne de 98 et constitue une inclusion tardive dans le livre XII, due à Martial lui-même ou à ses éditeurs après sa mort ; cette pièce très importante serait restée inédite ou insuffisamment connue286.

  • 287 PIR2 I 586. Pour l’identification du Sparsus de Martial, R. Syme, RP IV p. 148-149 cf. 108 ; il rec (...)
  • 288 R. Syme, RP V, p. 605 et n. 131 ; il est identifié au suff. 88 dans l’article de la PIR2.

109Quelle qu’ait été la date de composition du texte, sa publication dans le livre XII fait revivre après plusieurs années le souvenir d’un patron appelé Sparsus, d’un nom qui n’apparaît pas ailleurs dans les Épigrammes : c’est un cognomen bien attesté, mais exceptionnellement rare, connu par des inscriptions de Tarraconaise et de Narbonnaise, et l’on identifierait le destinataire avec Sex. Iulius Sparsus, suff. 88. Le personnage est connu par un fragment des Fastes consulaires de Potentia287 ; quant au Iulius Sparsus lecteur des écrits de Pline, de qui il reçoit les lettres IV.5 et VIII.3, ce pourrait être son fils288.

  • 289 R. Syme, RP IV, p. 108 et n. 76 ; p. 264.
  • 290 D. R. Shakleton Bailey rend plana… domus par “your ground floor”.
  • 291 Sa villa semble avoir été située au Monte Mario.
  • 292 Vinitor n’apparaît dans les Épigrammes qu’ici (vers 21) et dans III.58.48 ; deux pièces où Faustinu (...)
  • 293 I. Kajanto, Latin Cognomina, p. 356.
  • 294 Id., ibid., p. 349 sq.
  • 295 Des cognomina comme Redem(p)tus, Renatus peuvent être “connotés” (I. Kajanto, o. c., p. 355 : Chris (...)
  • 296 Vers 5 : nec dies nisi admissus.
  • 297 Vers 4 : et in profondo somnus (“where there’s slumber down in the dephts” Shackleton Bailey). Dans (...)
  • 298 Lettre à Priscus du livre XII.1-3.
  • 299 XII.31.8 et 21.9-10.
  • 300 “Petiliana” : de Petilius ou des Petilii. Faustinus dut mourir en 96 ; selon l’une des notices du L (...)
  • 301 X.26.5 : Spargere non licuit frigentia fletibus ora ; Virgile, Énéide VI.883-886 : Tu Marcellus eri (...)
  • 302 Le plan du titulus Clementis, dans Ch. Pietri, Roma Christiana, Rome, 1976, vol. II, fig. 23.

110Le domaine occupé par Sparsus est dit par Martial Petiliana regna, du nom des propriétaires précédents disparus289. Il supposait une grande fortune ; sa position, dominant les collines (montes) depuis la terrasse sur laquelle est bâtie la domus cui plana summos despicit domus montis, vers 20290 – évoque celle de la villa de Iulius Martialis291 ; mais il ne doit pas se limiter à quelques arpents : il comprend, dans la ville même, un vignoble qui donne des vendanges aussi abondantes que celles de Falerne : domaine d’un vinitor Romanus292. Passé le seuil, une vaste promenade pour le cabriolet. Il n’y a pas lieu de douter de la réalité concrète de ce domaine ; mais cela n’entraîne pas obligatoirement que Sparsus soit le suff. 88 ou tout autre personnage de cet ordre. Son cognomen293 est tiré, comme beaucoup d’autres, d’une forme verbale, le participe passé passif de spargere294, qui se prêtait aisément à l’ambiguïté295. Les Petiliana regna, par leur dénomination même, sont lieu de souvenir ; la description de Martial, aussi réaliste qu’elle soit, suggère un au-delà de silence, de pénombre296, de profondeur297 : l’ouverture de la seconde partie de l’épigramme où reparaît le nom Sparse, permettrait une lecture “seconde” : Tu, Sparse, nescis ista nec potes scire, Petilianis delicatus in regnis… Revenu à Bilbilis, Martial resta trois ans silencieux : “paresse” due à l’éloignement de son inspiratrice, Rome298 ; la générosité d’une patronne compatriote lui rendit domos parvaque regna et l’invita à modérer sa nostalgie : Tu desiderium dominae mihi mitius Vrbis/esse iubes : Romam tu mihi sola facis299 ; ce desiderium dominae Vrbis pourrait bien être à la source de la composition, à Bilbilis, en 101 ou 102, de l’épigramme XII.57 : Martial revivrait, de loin, par la pensée, des temps anciens, et Sparsus serait la figure onomastique de Faustinus300 sur laquelle le poète répandrait des pleurs, comme Martial sur l’ombre de Varus ou, comme Anchise sur celle de Marcellus, des fleurs301 : XII.57 serait, en bref, poème du “temps retrouvé”. Il est toutefois impossible de placer dans le domaine de “Sparsus”, ses Petiliana regna, le titulus Clementis302.

L’“envoi” à Sabina X.93 et 94 : symbolique et politique

111Nous évoquions plus haut le symbolisme très simple de la charta virgo et celui, plus neuf et plus personnel, d’un voyage de Clemens et de Martial : qui des deux parviendra le premier à “Ateste”, blottie dans sa campagne comme dans un jardin de vignes – Ateste antique centre historique Vénète et centre symbolique des “bords Euganéens” ? De X.93 à 94, une “passe verbale” (d’arva à ager) qui est aussi passe mentale (de la campagne revisitée en Vénétie au jardin mythique des Hespérides) lie indissociablement les deux épigrammes X.93 et X.94, que réunit d’ailleurs la métrique, la longueur, la dénomination unique d’Atestina Sabina, qui n’a nul besoin d’être répétée dans la seconde.

  • 303 XIII.37. Mala citrea. Aut Corcyraei sunt haec de frondibus horti/aut haec Massyli poma draconis era (...)
  • 304 VII.31.12 : id tota mihi nascitur Subura (“cela pousse pour moi tout au long de la Subure”).

112Laquelle est l’aboutissement d’un assez long cheminement : Martial n’est pas arrivé d’emblée à ce terme. Le dragon du jardin des Hespérides, gardien des fruits d’immortalité, est disponible depuis un distique des Xenia303 ; et il y a longtemps que Martial offre à ses amis ou patrons, faute de mieux, les fruits “poussés” au marché de la Subure304.

  • 305 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, Paris, 1989, p. 28, à propos du miel.
  • 306 Securus exprime le sentiment de sécurité ; tutus, la situation objective de qui est en sécurité.
  • 307 Il butine les textes, et en fait son miel.
  • 308 Les noms des saisons de l’année (autumnus est la saison des vendanges) sont aisément employés métap (...)

113Il enrichit une gamme connue d’harmoniques nouvelles : la résonnance de cette pièce tient à la trinité des distiques, à l’enchaînement parfait de la “rêverie sur les substances”305 – l’or, le plomb, la cire – aux ajustements précis des mots et des images dont ils sont porteurs : tel le terme pomaria préfigurant les fruits (poma) du vers 6 – fruits purement symboliques d’un symbolique automne. Dans le modeste et très réel jardin de Nomentum pousse l’arbre aux fruits de “plomb” lourds de réalité, qui n’a pas à craindre les pilleurs d’idéal : il est securus, habité d’un sentiment de sécurité306. Martial ne peut envoyer à Sabina l’or, ni ne veut lui offrir le plomb dont il dispose : ce sera la seule substance vraiment précieuse, la cire que produit l’abeille, image classique du poète307, et qui est tout ce que le travail peut faire naître au cœur de la cité. Les cerea poma sont la récolte, la vendange mûrie par le temps, le produit de son automne308 : des poèmes, de beaux fruits à la couleur et au parfum de cire comme ceux que l’on peut acheter dans les boutiques de la Subure. Au moyen d’images dont aucune n’est totalement nouvelle, Martial parvient à faire passer un peu de ce qu’il a entrevu – au contact de Clemens ? – d’un nouvel ordre d’émotions et de spiritualité. Les six vers de X.94 donnent forme à ce que l’épigramme précédente adressait (fictivement) à “Atestina” Sabina : ils représentent le poème encore secret (nondum vulgata) qu’il lui destine, qui n’a d’existence que dans l’envoi qui en est fait : poème ou livre affleurant à l’existence dans trois distiques qui prolongent et fixent l’hommage des trois précédents et qui révèlent ce qu’avait de fondamentalement figuré “le voyage de Clemens”.

  • 309 Les sept enfants du couple sont attestés par une inscription concernant leur nourrice : CIL VI. 894 (...)
  • 310 L. Friedländer, Martialis, p. 62 : Saturnales de 95 ; de même J. P. Sullivan, o. c., p. 320.
  • 311 Cela, il va sans dire, dans l’hypothèse que nous proposons pour l’identité de Sabina et Clemens ; s (...)

114Clemens et Atestina Sabina sont deux membres du premier cercle dynastique ; X.93 ne peut être qu’une pièce “aulique”, dès lors que cette dernière est la cousine germaine des deux fils de Flavia Domitilla 3 et du consul éponyme de 95 (ils avaient sept enfants) prévus pour la succession de l’empereur309 ; et elle ne peut guère avoir été écrite qu’avant la “catastrophe” qui élimina le consul et son épouse, c’est-à-dire pour la première édition du livre X ; quant à savoir quand elle a pu être publiée, c’est un point très incertain. Elle a pu être tenue en réserve par l’auteur et ne paraître qu’en 98 : tout dépend de la date à laquelle parut la première édition du livre, en décembre 95 selon la doctrine admise310, et de celle à laquelle fut exécuté le consul 95 : si l’hypothèse hétérodoxe dont nous avons fait état plus haut était juste (l’exécution en Janvier 96), X.93 et 94 auraient pu tout juste paraître en décembre 95. Mais les données chronologiques sont très incertaines et mieux vaut s’en tenir à ce qui ne fait guère de doute : les deux épigrammes ont été écrites pour la première édition du livre, et conservées dans la seconde311.

  • 312 Conception ancienne, partiellement dépassée... voir par exemple St. Gsell, Essai, p. 293 sq. – Des (...)
  • 313 VI.85 ; IX.74 et 76.
  • 314 Un fils de Faustinus aurait eu quelques raisons de se rendre, éventuellement en compagnie de Martia (...)
  • 315 L’idée que Martial puisse avoir été en relation avec des milieux “judaïsants” et même chrétiens n’e (...)

115En 95 Martial, en relation avec celui qui était en charge de la communauté chrétienne de Rome, alors en pleine expansion et ayant acquis des sympathies jusque dans le milieu sénatorial et à la Cour312, ne le connaissait que comme fils de Faustinus et beau-frère du consul ; au premier titre, il avait peut-être eu l’occasion de voyager avec ou comme lui vers le pays Euganéen : Ateste est située sur la route de Bologne – où Martial a un ami proche313 – à Aquileia314 ; au second, l’actualité politique et sociale rendait opportun qu’il figurât dans le livre dont la publication paraît avoir été prévue pour les Saturnales 95 – et qui avaient sans doute été précédée par l’envoi de libelli – en compagnie d’une jeune princesse sa cousine qui devait paraître appelée, les habitudes matrimoniales des Flaviens – très volontiers “endogamiques” – étant ce qu’elles étaient, au plus brillant avenir. Il a dû au reste percevoir chez Clemens quelque chose de ses engagements religieux : sa culture est toute païenne, ce qui ne veut pas dire indifférente ou imperméable à toute nouveauté. Et même si l’on n’adhère pas à cette vue, on ne saurait exclure qu’il puisse parfois porter témoignage sur un monde auquel appartenaient certains de ses amis. Son témoignage, biaisé par des préjugés, peut être précieux, peut-être d’autant plus que c’est celui d’un non-converti315.

Le côté de Faustinus

  • 316 Les événements de 95-96 ont marqué l’inspiration de Martial. La lecture du livre XI, publié aux Sat (...)

116Le livre X, peut-être le meilleur des Épigrammes, présente quelques poèmes qui rendent un son un peu inhabituel316, d’interprétation délicate ; dans quelle mesure un intérêt, parfois sans hostilité, perce-t-il à travers les réactions hostiles à tout ce qui est “oriental” en matière religieuse ?

La Cena de Calliodore

117L’épigramme X.31 traite un sujet favori de Martial : un dîner.

  • 317 “Tu as vendu un esclave hier pour 1 200 sesterces, afin de faire un bon dîner, Calliodore, pour une (...)

Addixti servum nummis here mille ducentis
ut bene cenares, Calliodore, semel.
Nec bene cenasti : mullus tibi quattuor emptus
librarum cenae pompa caputque fuit.
Exclamare libet : “non est hic, improbe, non est
piscis, homo est ; hominem, Calliodore, comes
317.

  • 318 Épigrammes V.38.
  • 319 Cf. Sénéque, Ad Lucilium 47 ; et la parodie, qu’il croit imitation, de Trimalcion : Cena LXXI.
  • 320 Sénèque, Ad Lucilium 95.42 sur le mullus de Tibère ; Juvénal, satire IV.15 : Crispinus, l’homme à l (...)

118Calliodore est un caractère fictif déplaisant, le plus souvent un inverti qui avec son “frère” offre l’envers d’une belle médaille, celle des Dioscures318 ; à son propos, Martial satirise la gula et élève une protestation morale (et économique) qui n’est pas pour surprendre chez un lecteur de Sénèque : on n’a pas le droit de dépenser pour un poisson le prix d’un esclave – un être humain319. Le motif du mullus, de quatre livres en l’occurrence, est canonique320. L’ensemble est remarquable par la vivacité dramatique de la mise en scène et la véhémence de l’invective : l’efficacité de la rhétorique sert une idée forte et simple : hominem comes. Elle peut suggérer que Martial avait connaissance d’une conception qui faisait du poisson un symbole d’humanité, et d’un rite de cena où l’on mangeait l’Homme : illusion qui projette sur le texte de Martial la connaissance de croyances qu’il ne pouvait avoir ? Un détail, un chiffre assez modique et d’une étonnante précision – le prix de vente de l’esclave – donne à penser.

  • 321 En général Martial, intéressé par “le prix des choses”, parle des sesterces par milliers ou million (...)
  • 322 The Economy of the Roman Empire, Cambridge, 1974, p. 338-350, no 24 et 25 (dans l’appendice 10 : Pr (...)

119Ce chiffre de 1.200 sesterces est isolé dans la série assez nombreuse de ceux que présentent les Epigrammes321. Il ne se rencontre que deux fois dans les sources recensées par R. Duncan-Jones : dans l’épigramme de Martial et dans la Cena Trimalchionis322, où la somme est exprimée en deniers (= 300) : c’est le prix qu’Habinnas a payé pour l’achat de l’esclave dont il entretient les convives : il est parfait, à deux défauts près, recutitus est et stertit. Martial cite sans doute Pétrone et suggère que l’esclave vendu par Calliodore, ou Calliodore lui-même, est recutitus est et stertit. Martial cite sans doute Pétrone et suggère que l’esclave vendu par Calliodore, ou Calliodore lui-même, est recutitus, circoncis.

  • 323 Exode 21.32.
  • 324 N’étaient les données chiffrées auxquelles nous avons fait un sort, l’épigramme X.31 serait bien ex (...)

120Le chiffre de 300 deniers, rapproché de la circoncision, peut avoir une signification précise : il se note en grec T (la Cena se passe dans une colonie grecque), et la forme de cette lettre, qui figure la croix, est l’un des plus anciens emblèmes chrétiens, remontant peut-être comme le poisson, figure du Christ, aux temp Apostoliques ; le Christ avait été vendu par Judas 30 sicles – le prix forfaitaire de l’esclave323. La connaissance que Martial a pu avoir de certains faits et d’usages judaïques et chrétiens aurait nourri sa création. Cela ne fait certes pas de l’épigramme X. 31 un poème d’intention spirituelle chrétienne (le sinistre Calliodore est celui qui “mange le poisson”), mais témoigne d’une attention “avertie” portée à une forme de croyance religieuse avec laquelle la philanthropie païenne pouvait trouver des terrains de rencontre et d’entente324. La place occupée par l’épigramme dans le livre, nous le verrons plus loin, est significative de ce que de telles rencontres sont très réelles – et partielles.

La rencontre de la route de Ravenne

121C’est dans l’entourage de Faustinus que Martial a pu connaître l’existence de “gens” de la grande famille des Petillii, bien avant 95. Les Acta des saints Nérée et Achillée relatent l’histoire (romancée) des deux cubicularii ensevelis dans la Catacombe de Domitilla. De son séjour en Cisalpine, où son protecteur a pu ménager au poète des lieux d’accueil, il a rapporté l’épigramme III. 91, pièce narrative qui relate une curieuse aventure arrivée sur la route de Ravenne (où il a selon toute apparence passé quelque temps) à un “couple” victime des prêtres de Cybèle :

  • 325 “Comme il gagnait les campagnes de sa patrie, Ravenne, un soldat libéré croisa le chemin d’une trou (...)

Cum peteret patriae missicius arva Ravennae,
semiviro Cybeles cum grege iunxit iter.
Huic comes haerebat domini fugitivus Achillas,
insignis forma nequitiaque puer.
Hoc steriles sensere viri: qua parte cubaret
quaerunt; sed tacitos sensit et ille dolos:
mentitur, credunt. Somni post vina petuntur;
continuo ferrum noxia turba rapit
exciduntque senem spondae qui parte iacebat;
namque puer pluteo vindice tutuserat.
Suppositum quondam fama est pro virgine cervam,
at nunc pro cervo mentula supposita est
325.

  • 326 La législation de Domitien interdisant la castration n’a nullement concerné la circoncision.
  • 327 Le motif de la castration avait fourni à Catulle le sujet d’un long poème, le carmen 63.
  • 328 Genèse 22.

122Cette fiction modérément palpitante à première lecture est bâtie pour amener le jeu de mots du dernier distique sur cervus, cerf et esclave fugitif ; Martial y exprime son hostilité à l’égard de certains rites de cultes orientaux frénétiques, comme la castration des Galles, accusés de prosélytisme criminel – comme aussi, à un moindre degré, à la circoncision, toujours considérée par lui de manière très réductrice, sans qu’il en comprenne la signification religieuse. On doit s’étonner que dans une affaire d’émasculation ce soit la mentula qui soit en cause : il identifie intentionnellement deux opérations fort différentes religieusement et anatomiquement ; le droit ne les confondait nullement326, mais la malveillance les rapprochait comme deux formes de mutilation327. La portée de cette confusion volontaire n’est pas mince : en même temps que le culte extatique de Cybèle, Martial met en cause une coutume hébraïque répandue à l’époque chez les chrétiens ou judéo-chrétiens. Il faut songer aussi que le sacrifice de substitution qui remplace in extremis Iphigénie par une biche peut être l’équivalent païen d’un sacrifice essentiel de la religion hébraïque, celui d’Isaac (remplacé par un bélier) par Abraham328, et que ce fut par Abraham que fut institué ce signe de l’Alliance qu’est la circoncision.

  • 329 “Hypocoristique”, forme affectueuse du nom Achilleus, qui convient bien à un esclave fugitif (dit c (...)
  • 330 “Marcus Antonius aime, Atticus, mes poèmes, si du moins sa lettre et son salut disent vrai – Marcus (...)

123La paire formée par le vieux missicius – soldat “renvoyé dans ses foyers” avec l’honesta missio, rentrant dans les campagnes de Ravenne (depuis la flotte de Classis ?) et du fugitif (domini fugitivus Achillas) pourrait bien figurer celle que formaient les saints Nérée et Achillée, deux eunuques, cubicularii (“valets de chambre”) de Domitilla : la question des Galles qua parte cubaret/quaerunt “n’est pas innocente” ; un missicius est un “renvoyé” comme le sont des fidèles à l’ite missa est, qui caricaturerait facilement un “envoyé”, en grec “apostolos”. La fiction de Martial transforme bien entendu la réalité à laquelle elle fait allusion ; mais les transformations, ou déformations, nécessaires, ne sont rien à côté du fait qu’un nom est conservé : Achillas329 ; Martial ne pouvait donner au missicius celui de Nereus, le “vieillard de la mer” ! Celui d’Achillas se trouve une seconde fois, en VII. 57 : c’est là un pugiliste devenu chevalier grâce à Gabinia ( ?), de Pollux transformé en Castor : deux équivoques sexulles qui en font peut-être un “frère”330.

124L’épigramme, satirique, ne respire pas la sympathie pour le Judaïsme et le Christianisme, mais témoigne de la connaissance que Martial aurait eue des deux cubicularii de Domitilla 3 (ou 4), dès 88. Elle ferait aussi écho à la législation sur la castration de 82-83, en débordant largement ce sujet.

Un athée prospère, Segius IV.21 (de 89)

125Martial a-t-il eu connaissance de Saül, devenu Saint Paul, l’apôtre des gentils et du chemin de Damas ? Une brève épigramme (3 hendécasyllabes) qui n’est guère qu’un mot d’esprit voltairien, évoque cependant un sujet qui devait devenir capital (pour le consul 95 et sa femme Domitilla 3) et “met en scène” un quidam au nom très suggestif :

Nullos esse deos, inane caelum
affirmat Segius : probatque, quod se
factum, dum negat haec, videt beatum.

126“Les dieux n’existent pas, le ciel est vide, affirme Segius : et il le prouve, se voyant, au moment où il les nie, devenu bienheureux”. Ce Monsieur Homais qui a trouvé la preuve de l’inexistence des dieux, son athéisme étant par eux béni (il fait fortune), est la seule marque explicite que le poète se soit intéressé, en épigrammatiste joueur et non en penseur, à ce sérieux sujet, au moment où se répandait l’athéisme, autant dire le christianisme (qui n’adhère plus au polythéisme et ne rend pas un culte à la divinité impériale vide le Ciel).

127Le nom Segius, qu’on ne trouve que dans cette pièce, doit déformer celui du proconsul de Chypre en 46-48 que saint Paul convertit au christianisme selon les Actes des Apôtres : Sergius Paullus (infra, p. 111 avec n. 161 et 162). Les voyages de Saint-Paul le conduisirent de port en port, et la flotte de Ravenne, Classis dut compter dès le ier siècle nombre de recrues chrétiennes. La route de Ravenne était un itinéraire qu’ils fréquentaient, et où des rencontres avec des prêtres de Cybèle étaient naturelles.

128On note que l’épigramme sur l’athée Segius suit de peu celle d’Achillas et de son vieux compagnon.

Un converti : M. Antonius Primus de Tolosa.

129Le ton sera très différent en 95-98 dans les livres IX et X. La cena de Calliodore est immédiatement suivie d’une épigramme de même apparence extérieure (3 distiques) qui annonce la composition des pièces à Clemens et “Atestina” Sabina X.93 et 94 : X.32 présente à Caedicianus un portrait auquel Martial rend un culte. C’est la dernière d’un cycle de trois épigrammes de taille décroissante (IX.99, 5 distiques ; X.23, 4 distiques ; X.32, 3 distiques) et de densité croissante qui concernent le même personnage, Marcus Antonius Primus de Toulouse ; aucune ne lui est directement adressée : IX. 99 répond à un message reçu de Narbonnaise en prenant à témoin un tiers, Atticus ; X.23, sans être adressée à quiconque, fait le bilan d’une vie ; X.32 fait voir un visage.

IX. 99
Marcus amat nostras Antonius, Attice, Musas
charta salutatrix si modo vera refert –
Marcus Palladiae non infitianda Tolosae
gloria, quem genuit Pacis alumna Quies.
Tu qui longa potes dispendia ferre viarum
i, liber, absentis pignus amicitiae.
Vilis eras, fateor, si te nunc mitteret emptor ;
grande tui pretium muneris auctor erit :
multum, crede mihi, refert a fonte bibatur
quae fluit an pigro quae stupet unda lacu
330.

  • 331 “Déjà, heureux du temps vécu dans la paix, Antonius Primus compte quinze Olympiades, il se retourne (...)

X.23
Iam numerat placido felix Antonius aevo
quindecies actas Primus Olympiadas
praeteritosque dies et tutus respicit annos
nec metuit Lethes iam propioris aquas.
Nulla recordanti lux est ingrata gravisque,
nulla fuit cuius non meminisse velit.
Ampliat aetatis spatium sibi vir bonus: hoc est
vivere bis, vita posse priore frui
331.

  • 332 “Ce portrait que je fleuris de violettes et de roses, tu demandes, Caecidianus, quel visage il nous (...)

X.32
Haec mihi quae colitur violis pictura rosisque
quos referat vultus, Caediciane, rogas?
Talis erat Marcus mediis Antonius annis
Primus: in hoc iuuenem se videt oresenex.
Ars utinam mores animumque effingere posset!
pulchrior in terris nulla tabella foret
332.

  • 333 Éd. Teubner, index, p. 491 : “sans aucun doute à distinguer du fameux général Flavien” ; plus nuanc (...)
  • 334 “Partisans of Galba”, RP IV, 122 sq.
  • 335 J. C. Anderson Jr, The Historical Topography of the Imperial Fora, Bruxelles, 1984, p. 101 sq.
  • 336 Tacite, Histoires IV.80.
  • 337 R. Syme, RP IV, 128.

130L’identité de M. Antonius Primus est discutée : certains ne peuvent croire qu’il puisse s’agir du général Flavien “à ne pas dédaigner dans la guerre, exécrable dans la paix” qui joua un rôle de premier plan dans les combats de la guerre civile de 69-70 : ainsi D. R. Shackleton Bailey333. Il y a une contradiction si frappante entre ce qu’apprend Tacite et l’image que donne Martial de son ami qu’on comprend ce refus d’identifier les deux hommes ; cette interprétation repose cependant sur des indices qu’a rassemblés et scrutés R. Syme334. Martial ne parle pas du politicien et du général qu’il dut connaître à Rome en 69-70 mediis annis – c’est vraisemblablement de cette époque que date le portrait, qu’il conserve chez lui – mais de l’homme que fit naître dans la Palladienne Toulouse “la quiétude fille de la paix” : référence d’abord historique au rétablissement de la paix civile par la victoire de Vespasien, marqué par la décision, en 71, de construire le temple de la Paix335 : l’homme qui avait terminé la guerre336 se retira dans sa patrie et y commença une nouvelle existence337.

  • 338 Tacite, Annales XIV.40.2.
  • 339 R. Syme, RP IV, p. 128 ; cf. Tacite, Histoires II.86.
  • 340 Strennus manu, sermone promptus, serendae in alios invidiae artifex, discordiis ac seditionibus pot (...)
  • 341 R. Syme, RP V, p. 503 (Tacite, Histoires IV.39.4).
  • 342 M. Antonius Primus n’est pas mentionné dans son état major ; le livre V est très fragmentaire ; mai (...)

131Mêlé à une affaire de faux testamentaire en 61338 il avait été relégué aux termes de la lex Cornelia, avec ses associés. L’année 68 le remet en selle : Galba, recrutant en Espagne, lui confie la VIIa qui vient d’être levée et le détache en Pannonie339. Tacite, à cette occasion, en fait le portrait suivant : “énergique dans l’action, la parole toujours prête, expert à susciter la haine pour autrui, puissant par les discordes et les révoltes, pilleur, dissipateur, détestable dans la paix, à ne pas dédaigner dans la guerre”340. Il mène la guerre contre les Vitelliens, est à la tête des troupes qui se livrent au sac de Crémone en octobre 69. Il fut quelque temps tout-puissant à Rome avant de voir ses ambitions ruinées par les intrigues de Mucien qui lui fait miroiter le gouvernement de la Tarraconaise341. Ses dernières relations connues avec le pouvoir Flavien ont pour cadre Alexandrie, où il s’est rendu auprès de Vespasien : il ne reçoit pas l’accueil espéré, mine son crédit par une conduite arrogante et, sans avoir perdu les apparences de la faveur, détruit lui-même son influence. Le livre V des Histoires de Tacite s’ouvre sur le départ de Titus pour la guerre de Judée342. On ne retrouvera M. Antonius Primus que 25 ans plus tard dans les Épigrammes de Martial.

132Sa retraite est très mystérieuse, ce qui explique les divergences radicales qui opposent sur la question de l’identification du personnage dont parlent trois épigrammes avec le général Flavien – soutenue par Groag et Syme, niée par Housman et Shackleton Bailey, toutes autorités peu discutables. Nous nous rallions aux premières et avons longtemps pensé que cette option pouvait être renforcée par une hypothèse sur l’âge de l’ami de Martial, interprétant les vers 1-2 de X. 23 comme datant l’épigramme de la soixantième année de M. Antonius Primus : il a en fait soixante-quinze ans, comme généralement admis – ce qui ne ruine pas l’identification avec le général.

  • 343 Expression biblique.
  • 344 La notion de “nouvelle naissance” est fréquente dans les textes isiaques. – Le dernier lieu où soit (...)
  • 345 REA 100, 1998, p. 53-59.
  • 346 R. Syme, “Praesens the Friend of Hadrian”, RP V, (p. 563-578), p. 576-577.

133Quoique Martial, dans l’épigramme en cause, envisage une longue vie de soixante-quinze années, il ne s’attache qu’aux vingt-cinq dernières, à la “nouvelle vie” qui a commencé, comme la première, à Toulouse. Nous ne pouvons expliquer la contradiction profonde du personnage qu’en voyant en lui un converti ; mais à quoi ? Pour Martial, ce “fils de la Paix”343 qu’est le second M. Antonius Primus, pour ainsi dire re-né344, devrait sa renaissance aux Muses et beaucoup à la doctrine Épicurienne qui présente – encore que pour le fond radicalement différente – certains traits communs avec le Christianisme : l’école est une église, qui rend comme un culte au fondateur, dont la parole vaut dogme. Les comportements induits par la croyance sont, à les juger extérieurement, comparables : pratique de la fraternité, indifférence à l’ambition, distance envers les engagements politiques : un C. Bruttius Praesens, l’ami épicurien d’Hadrien que nous avons pensé pouvoir reconnaître sous diverses dénominations dans les Épigrammes345 avait pu dans ses écrits historiques apporter le témoignage d’un païen sur les “athées” – infiniment précieux car contemporain des faits qu’il relatait et objectif : il garantissait le réalité de l’exil de Domitilla 3 et apparemment de l’existence de Domitilla 4346.

  • 347 Voir supra, l’Addendum “Atticus et son environnement”, p. 137 sq.
  • 348 REA, 100, 1998, p. 60-63 (Horace, Épîtres I.18.103).

134Pour reprendre contact avec M. Antonius Primus, Martial recourt dans l’épigramme IX. 99 à un tenant de la doctrine d’Épicure, au nom heureux, Atticus : bien choisi pour entretenir un disciple de la gloire d’Athènes de M. Antonius, “gloire de la Palladienne Toulouse” ; fils de M. (Iulius) Vestinus Atticus et de Statilia Messalina347, il a choisi, loin de toute carrière politique, l’éloquence et “le chemin d’une vie qui se cache”348, accompagné de “la sainte troupe de la Minerve Cécropienne” – Pallas Athéna – “aimé de la quiétude de la retraite et de tous les sages” ; et, comme c’est un jeune homme, pratiquant le plus noble des sports, la course, en adepte de la morale ascétique du plaisir.

135Atticus était pour Martial peintre du portrait moral du “nouvel homme”, une caution – et un intermédiaire : les traits en sont nettement dessinés comme ceux d’un disciple du Maître : “ataraxie” ou absence de troubles, maîtrise du temps par la repossession du souvenir, ignorance de la crainte de la mort (origine de toutes les passions), et surtout résurrection intemporelle – le temps n’existe pas en soi, tempus per se non est disait Lucrèce – des plaisirs éprouvés dans l’instant, le plus pur étant l’absence de douleur. Mais cet épicurisme n’est pas exprimé en termes théoriques et canoniques (le bonheur Romain de M. Antonius Primus est celui du vir bonus), et n’est peut-être pas très orthodoxe : pour Épicure et sa secta la remémoration ne double, ne multiplie pas la durée, elle fait sortir du temps.

  • 349 Rien n’interdisait de rendre un culte privé chez soi à un être qu’on vénérait.

136Nous durcissons et théorisons à l’excès ces traits mais l’inspiration de X. 23 vient clairement de la doctrine du Jardin. Quant au “culte” rendu par Martial au portrait de M. Antonius Primus – une “icône” – comme à une sorte de saint349, il est de forme toute païenne : il emprunte son rituel au culte des morts. Les fleurs, violettes et roses, dont il pare le portrait, sont les offrandes que l’on réservait lors des Feralia aux dii parentes. Mais c’est que ce portrait est celui de M. Antonius Primus in mediis annis, c’est-à-dire du “vieil homme”, qui est mort.

  • 350 Cette qualification semble être l’indice le plus sûr en faveur de l’identification avec le général (...)

137Martial sait sans doute, ou devine, que M. Antonis Primus a fait une expérience spirituelle qui a changé sa vie : mais où et quand ? En quel sens, Martial le dit très clairement par la disposition de ses épigrammes : il a placé X. 32 immédiatement après X. 31, le portrait de la “gloire de Toulouse”350 après la “ cena” de Calliodore. Du point de vue formel, la réunion des deux épigrammes est frappante : dans les deux cas, trois distiques élégiaques, comme dans X. 93 et 94 sur “le voyage de Clemens”. La juxtaposition de deux textes qui n’ont, du point de vue thématique, strictement rien de commun ou bien est toute fortuite et n’a aucune signification, ou bien en a une, qui ne se situe pas au niveau thématique, superficiel, mais in profundo, “in the dephts” : la “conversion” du général avait rapport avec la cena.

  • 351 On a interprété ce que dit Suétone de Flavius Clemens cos. 95 (contemptissimae inertiae, Dom., XV.1 (...)
  • 352 Le légat de Syrie était alors L. Iunius Caesennius Paetus (le père de Caesonia ?) ; il résidait à A (...)

138Les quatre derniers vers de IX. 99 sont éclairants : à propos de l’envoi de ses vers à Toulouse – il y a loin de la Rome de Martial à Toulouse, toute Palladienne qu’elle soit, mais le “gage d’une absente amitié” saura, (lui aussi ?) “supporter les détours d’un long voyage”, Martial oppose l’eau vive bue à la source à l’eau stagnante puisée dans un lac (lacu est le dernier mot de l’épigramme) où elle s’endort : pigro quae stupet unda lacu. L’opposition est entre le vrai don, venu et vivant de l’intention de donner, du cœur et le cadeau qui ne vaut que des sesterces. Cette signification, parfaitement conforme à l’éthique “sénéquienne” du bienfait antique, est déjà satisfaisante, mais de surface. L’eau vivante pour Martial – ce que ne saurait nier le destinataire (“Marcus Antonius aime, Atticus, mes poèmes”), est celle des Piérides, de Castalie, d’Hippocrène, à laquelle s’abreuve le poète, le “Mousikos anèr” ; mais M. Antonius Primus en a bu aussi une autre (ou s’y est baigné). C’est en termes d’inertia que le païen interprétait le chrétien351. L’eau torpide évoque sans doute le troisième lac (Lacus Asphalites ou Mare mortuum) que traverse le Jourdain, où le Baptiste baptisa Jésus ; venu du Mont Liban il alimente les lacs Samachonitis, le lac de Tibériade, la Mer Morte où il se perd. Tacite, dans l’exposé sur l’histoire du peuple Juif et de sa terre qui ouvre le livre V des Histoires, à propos de la guerre de Titus et du siège de Jérusalem, l’évoque ainsi (V. 6) : Nec Jordanes pelago accipitur, sed unum atque alterum lacum integer perfluitur, tertio retinetur. Lacus immenso ambitu, specie maris... Nous ignorons si M. Antonius Primus, en 70, partit d’Alexandrie dans l’entourage de Titus, un parmi les multi<que> quos Vrbe atque Italia sua quemque spes acciverat occupandi principem adhuc vacuum (V. 1), et s’il prit la route de Tibériade, voire de Damas352, avant de regagner Toulouse. Mais, en somme, il est rationnel d’“expliquer’’un mystère par un mystère.

La cena des sept amis : la relève

139La longue épigramme X. 48 de 98 offre également ou plus encore l’occasion de s’interroger, et d’esquisser une réponse. Elle s’ouvre de manière abrupte par le verbe Nuntiat – il s’agit de l’annonce rituelle des prêtres d’Isis à la déesse : c’est la huitième heure, la journée liturgique est achevée, le temple va fermer. Elle se ferme par un mot inattendu dans une pièce consacrée à une réunion amicale : reum, l’accusé. Cet encadrement inscrit l’ensemble de l’épigramme dans un ordre de signification religieux et judiciaire ou politique, alors qu’elle traite d’un thème en soi banal : un dîner entre amis ; cela invite à examiner attentivement certains détails du texte dans son ouverture et sa “coda” : c’est là qu’affleure cette signification non pas cachée, pour l’essentiel, mais discrètement exposée et reprise “en sourdine”. L’arithmétique insistante du préambule,

  • 353 “Son clergé annonce la huitième heure à la génisse de Pharos et, armée du javelot, descend de garde (...)

Nuntiat octavam Phariae sua turba iuuencae
et pilata redit iamque subit cohors.
Temperat haec thermas, nimios prior hora vapores
halat, et inmodico sexta Nerone calet.
Stella, Nepos, Cani, Cerialis, Flacce, venitis?
Septem sigma capit, sex sumus, adde Lupum
353

  • 354 REA, 100, 1998, p. 47 et n. 33.
  • 355 J. Marquardt, Privatleben I, p. 307.
  • 356 Certainement Stella (et hypothétiquement Flaccus) ; à démontrer, Nepos (cf. supra, Annexe II.1 “à p (...)
  • 357 Une telle invitation, avec son lit de table à sept places, occupées par plusieurs importants person (...)

140conduit à la nomenclature – cryptée, elle – du sénateur en l’honneur duquel Martial organise le dîner, en qui nous identifions Publius Iulius Lupus, suff. 98 (7 lettres + 6 lettres + 5 lettres354). L’épigramme étant de la sorte placée sous le signe d’un “cryptage” familier à Martial, une seconde fonction est décelable : celle d’attirer l’attention sur le chiffre sept, nombre des places disponibles sur le lit de table, un “ heptaklinon” baptisé “sigma”355 par Martial : le préambule est offert au déchiffrement. La compagnie que Martial est censé réunir chez lui est uniquement masculine, ce qui n’est pas conforme aux usages sociaux, et compte plusieurs sénateurs356 : c’est une fiction, une cena de papier357.

  • 358 Nous interprétons le pilata de Martial, ainsi que le font H. J. Izaac et D. R. Shackleton Bailey, c (...)
  • 359 Pour un contexte Isiaque, voir dans le conte de Psyché la séquence des préliminaires de sa rencontr (...)
  • 360 Dans l’épigramme III. 91, sur la rencontre d’Achillas et du missicius et des Galles, la consommatio (...)
  • 361 Nepos ?
  • 362 Martial se souvient de l’épître d’Horace I.5 à Torquatus : la mention du vin apparaît au début de l (...)
  • 363 Sur la croyance selon laquelle un animal mordu par un loup a la chair plus tendre, Plutarque, Propo (...)
  • 364 Les coupes (pocula, entendu comme calices) sont d’usage important dans les rituels isiaque et chrét (...)
  • 365 Tacite, Agricola III.1.
  • 366 La réalité et l’importance de cette persécution sont comme on sait très discutées et, parfois niées (...)

141Ce dîner que Martial qualifie de cenula se conforme par ailleurs au type bien connu de l’invitation “très simple” : le menu, décrit avec pittoresque, ne se distingue pas de ceux qui, chez lui, caractérisent les invitations sans apprêts, simplicité d’autant plus frappante que les convives sont socialement gens distingués. Mais ce n’est pas en fait une cena ordinaire. Le premier distique réunit la mention d’un rite d’une religion à mystères orientale – bien acclimatée à Rome – et la relève de la garde : événement familier et quotidien – comme la fermeture du temple d’Isis, la “génisse de Pharos” ; elle parle d’Alexandrie, mais suggère une autre ville et un nouveau culte : l’allusion à Jérusalem repose sur un nom, celui de Pilate. La cohorte de garde est pilata : adjectif très rare, emprunté à Virgile (Énéide XII, 121), qui peut être à l’origine du cognomen de Pontius Pilatus358, “armé du pilum”. Il faut considérer également que la relève politique de cette année 98 marque encore l’atmosphère de la réunion : P. Iulius Lupus, adfinis de Domitien, est suffect en cette première année du règne de Trajan et c’était le beau-père d’un jeune garçon qui devait devenir – mais Martial l’ignorait ! – l’empereur Antonin le Pieux. Certains “détails” confirment la validité de cette lecture : au vers 4 l’expression inmodico... Nerone, remarquable pour signifier la chaleur excessive des thermes de Néron à l’heure de l’ouverture de l’établissement (dont par ailleurs Martial appréciait vivement le confort) peut rappeler qu’au milieu de l’année 64 (où Martial arriva à Rome) les chrétiens, accusés d’être coupables de l’incendie de la Ville, brûlèrent transformés en torches vivantes ; les jardins de l’empereur, au Vatican, furent ainsi symboliquement et atrocement illuminés. Divers motifs seraient susceptibles d’être commentés en ce sens : le bain, étroitement associé à l’horaire liturgique de la religion Isiaque359 et à la relève de la garde, la cohorte montante, comme la cohorte descendante, étant pilata ; la place accordée à la mention du vin360, après la description du menu, qui met la cenula sous le patronage – et la protection ? – de Frontin : un vin modeste de Nomentum, venu de la propriété de Martial, ou de celle d’un de ses invités361, et tout juste consommable – simplicité oblige362. Mais surtout, les conversations (thème obligé du genre) seront détendues, mais sages : des plaisanteries sans fiel – comme sans doute celle du vers 14 sur “le chevreau soustrait à la dent d’un loup inhumain” – il y a donc des loups humains ? –, évidemment destinée à Lupus363, une liberté de parole contrôlée et prudente, pas un mot qu’on puisse se repentir d’avoir prononcé ; les coupes364 servies par Martial seront mesurées, car le vin est un redoutable Libérateur de la parole : on parlera donc des courses de char, propos qui ne déchaînait pas encore les passions politiques et ne risquait pas de faire de vous, le lendemain, un accusé. Nerva et Trajan ont beau avoir réconcilié des systèmes jusque là inconciliables, le principat et la liberté (républicaine)365 – la conclusion de l’épigramme témoigne clairement de la persistance de la lourde atmosphère qu’entraîna l’exécution du gendre de Faustinus, la déportation de sa fille à Pandateria, et peut-être ce qu’on appelle “la persécution de Domitien”366.

  • 367 Pour le cas de Nepos, supra, Annexe 1 : “À propos de Nepos (X.48,5)”.
  • 368 Jean 21.1-14. À cette occasion, relevons, toute révérence gardée, la place que paraît avoir le sept (...)
  • 369 Voir la traduction œcuménique du Nouveau Testament (Éditions du Cerf et Société Biblique Française) (...)
  • 370 Dion Cassius emploie le verbe katedikçasqhsan, correspondant au reum de Martial. Sur l’accusation p (...)

142La cena de Martial a des airs d’agape : sept hommes, dont aucun peut-être n’était adepte d’une nouvelle religion367 mais dont la réunion pourrait avoir été suggérée à Martial par celle des sept disciples sur le bord du lac de Tibériade dont parle l’Évangile de Jean368, qui dut être publié, comme l’Apocalypse, à la fin de l’époque Flavienne369 : c’est évidemment dans l’entourage de Faustinus et de son fils qu’il put en entendre parler. On doit enfin s’interroger sur le “ sigma” sur lequel sont placés les sept amis : la lettre C pourrait être l’initiale de “σιγή (ou “σιγά”= tais toi), expression de la consigne de silence ou de réserve qui commençait à s’imposer à qui ne tenait pas à devenir accusé – de quoi donc ?370.

143Faustinus ne figure pas au nombre des sept de la cena : en 98, il devait être mort depuis deux ans. Il y serait cependant “représenté” par son nom de Cerialis, hérité, nous semble-t-il, par L. Iulius, dont l’absence serait autrement difficilement explicable.

144L’organisation du livre X2 ménage entre X.48 (édition de 98) et X.51 (édition de 95) – la dernière épigramme adressée à Faustinus – deux fragiles passerelles : X.49 prolonge le motif du vin et des coupes servies par Martial à ses amis ; c’est une épigramme satirique de cinq hendécasyllabes ; un Cotta boit du vin “Opimien” mais n’offre à Martial qu’un vin de Sabine médiocre trop vert : vin “de plomb” qu’il lui offre de boire dans une coupe d’or – deux des substances sur lesquelles repose l’épigramme à Sabina (non nommée) X.94. Quant à X.50, c’est une déploration sur la mort de l’aurige fameux Scorpus – un sujet de conversation anodine comme celui des verts et des bleus de X.48, mais dramatisé.

  • 371 Nous n’avons pas abordé les questions du “règne” de Clément de Rome. Relevons seulement ce qu’on pe (...)

145Si Martial a entrevu quelques reflets de la diffusion de la foi chrétienne, ce ne peut être qu’à travers des personnes – Faustinus au premier chef et ses parents Clemens et Sabina. Cette dernière aura été au cœur des “malheurs survenus subitement et coup sur coup” dont parle l’Épître clémentine aux Corinthiens : son père semble avoir été exilé à Rudiae – lors de sa déportation à Pontia ( ?). Mais son oncle Clément occupa le siège apostolique jusqu’à la troisième année du règne de Trajan en 101 ; il ne fut apparemment pas inquiété : sa petite cousine, certainement interrogée, n’aurait pas parlé371.

Annexes

Annexe

À propos de Nepos (X.48,5)

Le nom de “Pontia” est tristement fameux : c’est celui d’une empoisonneuse ; c’est aussi celui d’une petite île pénale (Ponza) de Campanie où des proscrits comme Flavia Domitilla 4 passèrent des années372. Entre ces deux dénominations il y a certainement place pour des Pontiae moins inhumaines.

L’épigramme IV.43 est adressée à un Coracinus fictif, qu’on retrouvera en VI.55 ; son nom est proche de celui de Coranus, récoltant malchanceux dans une vendange (IX.98) – retenons pour plus tard cette ressemblance onomastique. IV.43 peut se paraphraser ainsi : “Je n’ai pas dit, Coracinus, que tu était un inverti : je ne suis pas un menteur ! si je l’ai dit, puissé-je encourir la colère de la bouteille de Pontia, la colère de la coupe (calix) de Metilius ! J’ai dit une chose insignifiante, que d’ailleurs tu ne songes pas à nier : j’ai dit que tu es un cunnilingus”. Martial feint d’attirer sur sa tête la vengeance de Pontia et de Metilius – qui prendrait la forme d’un breuvage – s’il commettait la folie de mentir sur les mœurs de Coracinus. Pontia étant une infanticide qui a empoisonné ses deux enfants373 et Martial appelant la vengeance de “la bouteille” de Pontia et de la coupe de Metilius, on considère que l’on a affaire à une paire de criminels opérant avec du vin empoisonné.

L’interprétation est tentante pour ce qui est de Pontia, d’autant que Martial évoque à deux autres reprises (II.34 et VI.75) sa figure légendaire d’empoisonneuse ; mais on n’a aucun indice que Metilius (ou un Metilius) ait jamais passé pour un empoisonneur. Martial a plutôt en tête une Pontia, dont le nom excite sa verve, et un Metilius servant à leurs hôtes un vin détestable – non pas empoisonné criminellement mais portant à la tête (le vin de mauvaise qualité passait pour faire dérailler). Si par hasard on pouvait repérer dans les Épigrammes un Metilius et une Pontia amateurs, et mieux producteurs d’un vin de qualité, IV. 43 prendrait un sens satirique précis et clair.

Martial avait à Rome et à Nomentum un voisin du nom de Nepos, qui apparaît dans trois épigrammes : XIII. 124, VI. 27 et X. 48.5 (la cena des sept). XIII. 124 est un distique des Xenia et concerne le vin de Caere : Nepos en sert à des invités triés sur le volet un d’une telle qualité qu’on le prendrait pour un cru de Setia ; peut-être un “éleveur” connu. La seconde occurrence, en 91, précise la relation de Nepos à Martial, doublement son voisin ; et il y est longuement question du vin, mais de crus Campaniens très estimés (Falerne et Cécube de la région du Vésuve). Nepos est père d’une fille sans doute très jeune, qui sera une riche héritière : elle boira, le moment venu le vin nouveau, aujourd’hui mis en amphore, qui aura pris, comme elle, les années nécessaires. Tel détail de l’expression (amphora cum domina nunc nova fiet anus) invite à penser que Nepos était un propriétaire producteur de vin à Nomentum mais surtout dans des terroirs infiniment plus recherchés de Campanie : il y possédait des vignobles dont héritera sa fille.

Il est au nombre des invités de la cena X.48, en compagnie de sénateurs : qu’il le soit lui-même374 peut sans doute être établi avec vraisemblance de deux manières différentes. D’abord par la façon dont est évoquée sa fille en VI.27,3-4 :

est tibi quae patria signatur imagine vultus
testis maternae nata pudicitiae

(“tu as une fille dont le visage est le portrait de son père et témoigne de la vertu de sa mère”) ; ces vers font écho à une strophe de l’épithalame d’Aurunculeis et de L. Manlius Torquatus (couple on ne peut plus aristocratique) dans le carmen 61 de Catulle ; évoquant l’enfant qui naîtra de cette union, il fait le vœu suivant : Sit suo similis patri/Manlio et facile inscieis/noscitetur ab omnibus/et pudicitiae suae/matris indicet ore (“qu’il ressemble à son père Manlius et soit facilement reconnu de tous, sans qu’ils le connaissent, et révèle par ses traits la vertu de sa mère”)375. Le motif est particulièrement adapté à une famille sénatoriale376.

Martial avait par ailleurs un autre voisin et ami à Nomentum, de quelque envergure sociale, Q. Ovidius – comes de Caesennius/Caesonius Maximus l’ami de Sénèque et lui aussi producteur de vin, apparemment377. Peut-être faut-il rapprocher de son nom celui qui figure sur une marque d’amphore de Terracine378. L’épigramme X. 44 (fin 95 ou 98) lui est en tout cas adressée alors que, déjà senex (plus de soixante ans), il s’apprête à aller voir “les Bretons de la Calédonie”, accompagnant encore une fois comme comes un sénateur, non plus proscrit comme jadis, mais manifestement gouverneur de la province. Cela mérite certes tous les éloges, mais Atropos n’attendra pas : qu’il soit donc “ami de lui-même” et, rentré dans son domaine de Sabine, qu’il ne diffère plus de vivre379.

Le légat consulaire de Bretagne de ca. 95 à 97-98 fut P. Metilius Nepos qui avait été suffect en 91 ; il avait un frère cadet du même nom, qui fut suffect en 103. Le Nepos de X.48.5 est certainement l’un des deux frères, sans doute l’aîné, retour de Bretagne : il avait reçu en 91 l’épigramme sur la récolte de vin de l’année – et sur sa fille : que la pièce ne mentionne pas son consulat n’interdit pas cette interprétation ; la seule chose qui pourrait faire penser qu’il s’agit plutôt de son frère suff. 103 – ce qui serait de mince importance – c’est que dans l’épigramme sur la cena des sept amis, il est nommé après Stella, suff. ? 101 ; mais, dans un texte traitant de la réunion d’amis poètes, il n’y a guère de raison que soit respectée la “règle” de l’ordre hiérarchique des consulats.

Cet ami Nepos n’est autre, que le Metilius “complice d’empoisonnement” de Pontia ; on peut “situer” cette dernière, dont le nom a, pour ainsi dire, empoisonné un grand vin : on connaît en effet un P. Metilius Secundus Pon<tianus>380, signalé par R. Syme381 ; son second cognomen lui vient d’une Pontia, selon toute vraisemblance sa mère ; elle aurait été la femme du Metilius suffect en 103, et donc la belle-sœur de l’ami de Martial. Une association familiale et économique de deux membres de l’ordre sénatorial, qui n’a rien à voir avec le bagne de Ponza382.

Il serait très imprudent de chercher à rattacher Nepos au côté “judaïsant” de l’entourage de Faustinus383 parce qu’il apparaît dans la “cena des sept” et qu’il produisait du vin : l’épigramme IV.43 a été écrite en 89, et Flavia Domitilla 4 déportée à Ponza six ans plus tard : la Pontia qui y figure avec Metilius n’a pas plus à voir avec l’infanticide qu’avec la persécution contre les “athées”.

Notes

1 L’essentiel de l’information sur Faustinus se trouve dans l’édition commentée du livre I de M. Citroni, Florence, 1975, p. 85-86. Son commentaire de l’épigramme I. 25 est très approfondi : nous y renvoyons et nous limiterons à la question de l’identification de l’œuvre et de l’auteur.

2 Doctum pectus pourrait sans doute caractériser le talent d’un prosateur “inspiré”, comme Terentius Priscus dissertant sur le meilleur type de banquet (IX. 77.4) ; mais l’expression est canonique pour celui du poète (v. M. Citroni, ibid., p. 87).

3 La citadelle Cécropienne : sous le règne de Cécrops, le roi civilisateur qui enseigna à construire les villes, eut lieu la rivalité entre Poséïdon et Pallas Athéna pour la souveraineté sur la terre d’Attique, que symbolisait sur l’acropole la “thalassa” de Poséïdon et 1’olivier d’Athéna ; v. dans Ovide (Métam. VI. 70 sq) la conclusion du concours opposant Arachnè à Athéna, la représentation finale de la tapisserie d’Athéna, qui décide de la victoire de la déesse : Cecropia Pallas scopulum Mavortis in arce/pingit et antiquam de terrae nomine litem (“Pallas figure sur la citadelle de Cécrops le rocher de Mavors et l’antique conflit pour la dénomination de cette terre”). Pour Pandion, sa fille Procnè épouse de Térée et la lutte contre les Thébains de Labdacos, Metam. VI.426 sq.

4 Épîtres I.2. 1-16 sur les déraisons de la guerre de Troie. L’Odyssée offre avec Ulysse un type d’humanité achevé, dans ses faiblesses et son combat pour leur résister (ibid., vers 17 sq). Sur une signification de l’histoire d’Ulysse, voir F. Buffière, Les mythes d’Homère et la pensée grecque, Paris, 1973, p. 588 ; et le chapitre VIII, p. 365-391.

5 Martial recourt à une image, qu’il emprunte à Horace, chez qui elle est plus développée et explicite : celle d’une élection aux comices centuriates (Art Poétique, v. 341-342) : les senes – ce sont les centuries d’anciens – votent pour l’œuvre moralement fructueuse ; les Ramnes – strictement les jeunes chevaliers, pris comme représentants de la jeunesse en général, la dédaignent comme trop austère ; sur cette image, voir l’édition de la CUF (F. Villeneuve), p. 220, n. 2 et 3. Le propos d’Horace n’est naturellement pas de choisir entre vieux et jeunes, mais de définir l’idéal d’une œuvre réunissant les valeurs de la gravité et de la modernité.

6 Vers 343-344 : Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci /lectorem delectando pariterque monendo. C’est l’expression d’un idéal à atteindre, plus qu’une louange d’un poète précis.

7 TAM II.563 et 564.

8 Nous nous sommes servi de l’édition commentée de M. Scaffai, Bologne, 1982 : p. 85 pour l’édition du texte du premier acrostiche, p. 191 pour celle du second.

9 Historique dans l’introduction, p. 12 sq, de l’édition de M. Scaffai. Nous n’avons pas consulté, du même auteur, “Aspetti e problemi dell ‘ Ilias Latina’”, dans ANRW II.32.3, Berlin-New York, 1985. Nous ne pensons pas utile de reproduire le texte des vers où apparaissent les quasi-acrostiches en cause : il n’y a dans le principe pas de rapport entre un acrostiche et le texte qui lui sert de support. M. Scaffai, dans son édition p. 13, n. 11 renvoie, parmi d’autres indications bibliographiques sur la question des acrostiches, à E. Vogt, “Das Acrostichon in der griechischen Literatur”, Antike und Abendland, 13, 1967, p. 80-95.

10 Rien de plus Romain (et Romain à l’ancienne mode traditionnelle et républicaine) que l’écriture prolongeant l’action publique : un grand général, victorieux dans la dernière phase de la guerre civile des années 69-70, entreprend d’adapter en latin le récit de la guerre des guerres, la “divine” épopée d’Homère. Cela sous forme d’abrégé – projet assez naïf et qui aboutit à une œuvre discutable, mais expression idéologique parfaite. Il est à noter que Martial, adversaire en général de la “grande poésie” (tragédie, épopée), paraît faire exception pour l’œuvre de Faustinus, et admirer son poème : c’est que l’auteur est le beau-frère de Domitien, qui le patronne ; mais c’est aussi que l’épopée homérique, que l’on eut tendance à concevoir comme une sublime histoire épique, fait exception : aux yeux d’un Martial, l’Iliade n’est pas une fable mythologique irréelle, mais le récit d’une guerre épique livrée pendant neuf ans sous les murs de Troie ; Rome, la nouvelle Troie, vibre à la lecture de ces très anciens combats.

11 I.25.3 : (une œuvre) que ne saurait condamner (écarter) la citadelle Cécropienne de Pandion (quod nec Cecropiae damnent Pandionis arces). Qu’Homère n’ait pas été Athénien n’importe pas à Martial, ici.

12 I.25.4.

13 Ajoutons que Faustinus-Cerialis est plus vraisemblable comme auteur de l’Ilias Latina (Martial garantit qu’il s’était occupé de poésie) que P. Baebius Italicus dont on ne possède aucun indice qu’il ait jamais écrit.

14 Et l’on s’efforcera alors de rétablir par divers artifices la “normalité” du texte des acrostiches.

15 À vrai dire, ce que nous avons développé pour donner un sens aux quatre lettres qui “font problème”, et que nous donnons pour un essai, ne va pas sans poser problème également : car cet essai suppose que les anomalies des acrostiches sont volontaires, hypothèse qui n’est pas neuve, mais rarement accueillie. L’auteur aurait intentionnellement disposé en quatre points de ses (pseudo)-acrostiches, sous forme de quatre initiales à mettre en ordre, une sorte de rébus soumis à la sagacité ( ?) du lecteur, et livrant son identité. On fera valoir en ce sens infra l’interprétation, plus sûre, que l’on pourrait donner, indépendamment de celle de l’anomalie du vers 7, de l’ensemble du premier acrostiche : ITALICPS, qui donnerait l’origine de l’auteur (“Italicus”), ce qui demandera explication : quelle était la patria (ou les patriae) de Faustinus-Cerialis ?

16 Pour les prénoms, les fonctions, les intitulés d’institutions, pour des formules épistolaires dans les échanges officiels, des formulaires juridiques. Bornons-nous à deux exemples : dans la correspondance de Cicéron, l’en-tête de la lettre Fam. XV.1, aux magistrats et au Sénat par le proconsul Cicéron : S.V.V.B.E.E.Q.V (= si vos valetis bene est ego quoque valeo) “si vous vous portez bien, c’est bien, moi aussi je vais bien”) formule officielle stéréotypée, sur laquelle on n’avait évidemment pas à s’interroger. – Pour un formulaire juridique (nom du supplicié, sa patrie, le motif de la condamnation), le célèbre I.N.R.I. des crucifix reproduit peut-être le titulus que le préfet de Judée Ponce-Pilate aurait fait afficher au-dessus de la croix : il informait les passants du motif de la crucifixion (Iesus Nazaraeus rex Iudaeorum). Des quatre évangélistes, seul Jean donne le texte complet (19.19). Il précise que le texte du titulus était rédigé en hébreu, en latin et en grec, et qu’il avait été rédigé par Pilate. La tradition de l’abréviation INRI n’apparaît naturellement pas dans les récits des évangélistes ; mais elle est conforme à l’usage latin.

17 G. Townend, “Some Flavian Connections”, JRS 51, 1961, p. 59 ; R. Syme RP VII, p. 645, n. 63.

18 J. Devreker, Ancient Society, 1977, p. 233.

19 A. R. Birley, “Petillius Cerialis and the Conquest of Brigantia”, Britannia 4, 1973, p. 186.

20 La formule-slogan Pax Romana apparaît comme par hasard au début de l’épigramme VII.80 que Martial adresse à Faustinus (Appendice A, no 17, vers 1-2 : Quatenus Odrysios iam pax Romana triones/temperat et tetricae conticuere tubae...)

21 Faustinus est le second destinataire assuré des Épigrammes avec dix-neuf envois.

22 L’épisode narré par Tacite dans les Histoires V.22 est révélateur à cet égard : les Germains de Civilis s’emparent sur le Rhin du “navire amiral” de Cerialis : le général était absent, passant la nuit auprès d’une Ubienne, Claudia Sacrata.

23 Que les acrostiches de l’Ilias Latina aient été volontairement imparfaits (supra, n. 15) a été proposé par E. Kalinka, l’éditeur des inscriptions lyciennes (Tlos) qui ont fait connaître P. Baebius Italicus : il émettait l’hypothèse que l’auteur aurait pu vouloir créer un “Vexierspiel... um die lieben Lesen zu narren”. M. Scaffai, o. c., p. 48, n. 77, la juge peu plausible (après l’avoir envisagée avec plus de faveur). Mais si l’auteur est bien l’ami de Martial…

24 Le récit de Tacite, Histoires III.59, est interprété par R. Syme dans RP I, 331-332. C’est dans ce chapitre des Histoires que par ailleurs figure la précieuse information de la propinqua adfinitas de Cerialis avec Vespasien, que G. Townend, o. c., supra, n. 17 a identifiée : c’était le gendre du futur empereur.

25 F. Coarelli a jugé qu’il s’agissait de Trebula Sufenas (Martial n’appelle la ville que Trebula dans V. 71.1 – Appendice A, No 12), et il existait trois Trebulae, deux en Sabine, une dans le Samnium ; Trebula Sufenas est plus proche de Tibur, où Faustinus avait un domaine. Le site de Trebula Mutuesca (Monteleone Sabino), dans une région accidentée riche en lacs, correspond mieux à la description de Martial. Nous nous accordons avec R. Syme, qui n’émet aucun doute.

26 La proximité géographique des patries de Vespasien et de Cerialis confirme l’identification de “l’humide Trebula et de ses fraîches vallées”.

27 Fouilles de Xanthos VII, p. 175 avec n. 17.

28 RE XIX, col. 1149 ; il relevait à l’appui de son hypothèse les inscriptions suivantes : CIL V. 1330 ; NSA 1925, 24, no 5.

29 En y ajoutant CIL V.748 (C. Petilius Venustus), 1052 (L. Petilius Pudens) – il est vrai qu’ils ne portent pas le prénom Quintus ; en outre 1331 (Petilia Iusta) et CIL V.871 : Aelia Licinia Petili(a), dédicace à son père c. m. v. M. Licinius Petilius Aia... (PIR2 L 230) ; cf. G. Alföldy, EOS II, no 18 ( ?).

30 Cicéron qualifie la Sabine de flos Italiae ac robur reipublicae (Pro Ligario 32) : cf. R. Syme, La Révolution Romaine (traduction R. Stuvéras), p. 523, n. 65 du chap. V.

31 R. Syme, RP VII, 570.

32 “Colonie Italienne faisant face aux montagnes Illyriennes, célèbre par ses murailles et son port”.

33 CIL V. 1157 (----a Cn. 1. Italia) ; V. 877 (Italicus), 839 (Italicus), 875 (Italus) – C. Minicius C. f. Italus, Préfet de l’Annone (H. Pavis d’Escurac, Préfets de l’Annone, p. 331-332) puis d’Égypte. Aquileia fondée en 181 comme colonie de droit latin (Tite-Live XL.34.2) a donné nombre de sénateurs à haute époque (cf. G. Alföldy, EOS II, 1982, p. 331 sq.) mais le premier consul attesté – après la faillite de Publicius Certus stoppé dans son ascension par l’action de Pline le Jeune en 97 – fut Caius Quinctius Certus Publicius Marcellus, suffect en 120, soit un demi-siècle après le consulat de Cerialis : un sénateur originaire d’Aquileia consul en 70 (II 74) serait une grosse surprise. Aquileia avait été distancée par sa voisine Pola, colonie d’époque augustéenne, dont le premier sénateur, P. Palpellius Hister, fut suffect en 43 (cf. R. Syme, RP VII, Turin’s Two Senators (620-634), p. 622).

34 Ainsi Italia est praenomen à Concordia (CIL V. 1907).

35 Sur la question de la datation, voir M. Scaffai, o. c., p. 18 sq.

36 Le terminus ante quem de 68 pour la rédaction du poème, qui repose sur la conviction que l’Ilias trahit l’influence de l’idéologie de l’Apollon-Néron, et porte la marque de théories scientifiques de l’époque, interdirait évidemment une datation post 74. Voir M. Scaffai, o. c., p. 20 sq, part. p. 24 sur les vers 875-891.

37 Fr. Vollmer, dans son Kommentar, p. 122 (cf RE IX. l, 1914, col, 1057 sq), cité par M. Scaffai, o. c., p. 19, n. 29.

38 L’identité de l’auteur de l’épigramme et de l’ami de Martial, quoique elle ait été discutée, ne fait pas de doute. F. Coarelli, dans son remarquable article sur Sperlonga e Tiberio, reproduit dans son Revixit Ars, n’en semble pas convaincu (p. 495) ; mais c’est qu’il s’y occupe de réfuter la position de R. Hampe, qui, de cette identification assurée, concluait à une datation à l’époque de Domitien des aménagements de la grotte de Sperlonga. Voir infra, p. 209 la note additionnelle 383.

39 L’exposé très approfondi qu’offre la thèse de H. Lavagne, Operosa antra. Recherches sur la grotte à Rome de Sylla à Hadrien (BEFAR 272), Rome, 1988, p. 515-571 permet de prendre commodément connaissance des recherches menées sur ce site essentiel (dont l’édition “princeps” est due à G. Iacopi, L’Antro di Tiberio a Sperlonga, Ist. Studi Romani IV, Rome, 1964) pendant plus d’une trentaine d’années ; voir également G. Sauron, dans RA 1991, p. 3-42 ; et postérieurement, B. Andreae, “Praetorium Speluncae. Tiberius und Ovid in Sperlonga”, Akad. wiss. Lit. Mainz, Stuttgart, 1994.

40 Voir particulièrement G. Säflund, “Sulla ricostruzione deI gruppo di Polifemo e di Scilla a Sperlonga”, dans Opusc. Romana VII.2, 1967, p. 25-52 ; et les p. 19-42 de l’article de G. Sauron cité à la note précédente.

41 Photographie dans G. Säflund, “Das Faustinusepigram in Sperlonga”, Opusc. Romana, VII.1-2, 1967, p. 10 ; et dans F. Coarelli, Revixit Ars, p. 489, fig. 257.

42 Ce sont à savoir les ouvrages et articles mentionnés supra, n. 38 à 41, auxquels nous ajoutons B. Conticello et B. Andreae, Antike Plastik XIV, Berlin, 1974, p. 9-108 et R. Hampe, Sperlonga und Vergil, Schriften zur antiken Mythologie I, Mayence, (1972), que nous connaissons indirectement.

43 H. Lavagne traduit par “les maîtres de céans”, ce qui est juste, mais un peu restrictif ; nous préférons une traduction plus “aulique”.

44 Sis felix, terra, dominis ambobus, Silves II.2. 107 vers cité par G. Säflund, ibid., p. 12.

45 B. Andreae, o. c., p. 175.

46 O. c., p. 21.

47 Revixit Ars, p. 496.

48 Stace, Silves I, prœm., 32-34.

49 Son édition est la plus récente que nous connaissions : elle nous fournit une utile référence.

50 Il va de soi qu’on ne peut construire avec antro le nominatif hic qui reprend le vat(em) de la ligne 1. Mais on peut accepter “cet antre” qui explicite le sens.

51 ARID IV, 1967, p. 89.

52 Vers ainsi traduits par P. Charvet, Cynthia, Paris, 2003, p. 185 : “Les Syrtes instables sous la brise sont moins mouvantes et les feuilles en hiver tremblent moins au souffle du Notus, que promptement ne vacille le serment d’une femme en colère, futile ou grave en soit le motif”.

53 Traduction P. Charvet : “L’Atride n’a pas tant exulté dans son triomphe au pays de Dardanus, quand tomba la cité puissante de Laomédon, Ulysse ne s’est pas tant réjoui au terme de son errance, quand il toucha aux rivages de sa chère Dulichia, ni Électre quand elle contempla Oreste vivant, elle, sa sœur qui, en larmes, avait dans ses mains tenu ses faux ossements, ni la fille de Minos, quand par un fil, elle le conduisit dans les détours du palais de Dédale, n’a eu un tel regard pour Thésée sain et sauf, que je n’ai cueilli de plaisirs la nuit dernière : vienne une autre nuit semblable et je serai immortel !”

54 Voir A. Pellicer, Natura, Paris, 1966 : la nature est artifex, ingeniosa. Nous sommes d’accord avec R. Hampe, o. c., p. 51-52 pour concevoir l’épigramme de Faustinus comme consacrant la victoire de la nature sur le décor sculpté, et du décor sur le poème. H. Lavagne n’en disconvient d’ailleurs pas ; mais ce ne serait là que le sens “apparent”.

55 Neue Züricher Zeitung du 22 Mars 1964, no 1230 (“Vorläufiger Abschluss in Sperlonga”) ; id., in Symb. Oslœnses 41, 1966, p. 23-26 ; cf. P. Krarup, ARID III, 1965, p. 84.

56 Adoptée par G. Säflund, o. c., p. 11.

57 “Das Faustinus Epigram von Sperlonga”, Philologus 110, 1966, p. 287 sq.

58 G. Säflund, ibid., p. 13.

59 Silves II.2.44 sq ; cité par G. Säflund, o. c., p. 12.

60 Sur la métrique de l’Ilias Latina et la pratique des élisions par son auteur, voir M. Scaffai, o. c., p. 76-77.

61 Mais elle est infiniment supérieure au condidit qu’elle a remplacé, qui faisait de Faustinus l’organisateur de la grotte.

62 Dialogus X.4, cf. infra, p. 211 n. 17.

63 Il évoque la journée d’improvisations passée avec son ami Licinius dans son carmen 50, 1-2 : Hesterno, Licini, die otiosi/multum lusimus in meis tabellis.

64 Epist. I.15, à propos de l’invitation à dîner manquée par Septicius Clarus : Heus tu, promittis ad cenam, nec venis ?…Quantum nos lusissemus, risissemus, studuissemus !

65 Il emploie praeludere pour désigner les petits travaux poétiques par lesquels on se prépare à des entreprises plus ambitieuses dans les Silves I, prœm. 9-10 : nec quisqam est inlustrium pœtarum qui non aliquid operibus suis stilo remissius praeluserit.

66 A. Hermann, “Another Sperlonga replica”, in : Acta Instituti Danici IV, 1969, p. 27.

67 A. Hermann songeait aux sculptures de Sperlonga, hypothèse acceptée par R. Hampe, o. c., p. 62-63, écartée à juste titre par F. Coarelli, qui par ailleurs estimait que l’interprétation traditionnelle de l’épigramme était juste (comme H. Lavagne).

68 H. Lavagne, o. c., p. 589-594, où l’on trouve la bibliographie antérieure.

69 Reproduites dans notre article de 1967, MEFRA 79 (p. 421-502), figures 20-22 p. 465 sq. Sur le torse, une rectification à ce que nous écrivions alors : ce peut être une œuvre grecque, et le front porte bien l’œil frontal (fermé).

70 Sur ce personnage, qui peut avoir occupé ces deux postes successivement comme Suétone, supra, p. 114 sq.

71 R. Syme, “Clues to Testamentary Adoption”, RP IV, p. 159-173.

72 A. R. Birley, “Petillius Cerialis and the Conquest of Brigantia”, Britannia 4, 1973, p. 181 et n. 12.

73 Tacite, Annales XII. 40.7.

74 Id., ibid., III. 38 et 70.

75 E. Swoboda, art. “Petillius”, no 9, RE XIX. l (1937), col. 1159 considérait le praetorius Petillius Rufus qui en 28, avec quatre collègues, accuse le chevalier Titius Sabinus dont Séjan voulait la perte (Tacite, Annales IV. 68.2), comme le père de Petillius Cerialis (A. R. Birley o. c., p. 180, n. 8).

76 PIR2 C 204.

77 PIR2 C 191.

78 Sur la signification de villa Baiana et son équivalent Baiae, voir D. R. Shackleton Bailey édition Lœb II, p. 337 n. a, renvoyant à Studi F. Della Corte, Urbino, 1987 ( ?), IV.65.

79 C’est à la porte Capène que l’Umbricius de la IIIe satire de Juvénal fait ses adieux au poète : il va gagner Cumes, patrie de la Sibylle devenue un désert, par la via Appia : ianua Baiarum est (vers 4).

80 Pline, Epist. IV.23 ; il possède une habitation des plus agréables où, prenant sa retraite, il s’adonne à des activités intellectuelles et physiques sur terre et sur mer : un suburbanum analogue au Laurentinum de Pline ?

81 R. Syme, “Spanish Pomponii. A Study in Nomenclature”, RP IV, 140-168 (p. 145-146 sur T. Pomponius Bassus).

82 Juvénal, satire III. 10 sq.

83 VI.61.3-4.

84 Il n’y a pas qu’un Bassus chez Martial ; contra L. Duret, ANRW II.32.5, p. 3214.

85 Voir l’intéressante étude que L. Duret a consacrée à l’imitation, en particulier celle de l’épode II d’Horace par l’épigramme III.58, supra, n. 181 p. 184.

86 De même l’épigramme de Martial dans sa conclusion sur le suburbanum de Bassus, vers 45-51.

87 À Faustinus, l’idylle ; à Bassus, la satire.

88 Cf. supra, n. 78.

89 Sur le rendement des villas, voir R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire, Cambridge, 1974, index p. 395 s. v.

90 Id., ibid., p. 37.

91 Cf. Horace, Odes IV. 5, vers 18 : nutrit rura Ceres almaque Faustitas.

92 Le motif est “littéraire”, cf. Horace, Épode II, vers 11-12.

93 Le “sobriquet” Faustinus convient au propriétaire de la “Baiana villa” de III. 58 (le seul domaine où Martial mentionne “Ceres” – vers 6), et éleveur de brebis à Tibur.

94 Sa description fournit le développement le plus pittoresque de l’épigramme.

95 R. Duncan-Jones, o. c., p. 36.

96 À la fois concret et symbolique ; cf. le focus dans l’épigramme I. 55, vers 8 : il est au cœur de la vie campagnarde.

97 Pline l’Ancien NH IX.241 : caseum ovium maxime e lacte Sassinatem ex Umbria.

98 I.43.7-8 : rustica lactantes nec misit Sassina metas / <et> de Picenis venit oliva cadis.

99 L. Friedländer, p. 191 ad 1.43.7.

100 Suétone, Divus Augustus LXXII.2. La Sicile a évidemment occupé Auguste ; parmi ses œuvres, Suétone mentionne un poème sur “La Sicile” : DA LXXXV.2 (Unus liber extat scriptus ab eo hexametris versibus, cuius et argumentum et titulus est Sicilia).

101 On peut le conjecturer très hypothétiquement d’après la place que tient la ville dans le livre III de Martial.

102 III.56.

103 Sur l’épigramme à la Nymphe de Sarsina, honorée par Caesius Sabinus, supra, p. 28 et infra, n. 130.

104 Plus aisément accessibles à partir de la plaine du Pô que de l’autre versant de l’Apennin.

105 “Baiae” est une référence géographique, mais aussi idéologique et esthétique.

106 X.12.

107 A. R. Birley, Britannia, 1973, p. 181 ; R. Syme, RP I, p. 330 sq.

108 PIR2 B 159 sq.

109 R. Syme, “Praesens, the Friend of Hadrian”, RP V, p. 563-578.

110 REA 100, 1998, p. 51-53.

111 Bruttius Praesens est né ca. 68, Petillius Cérialis ca. 30.

112 X.93.1.

113 Apparemment assimilable à la région augustéenne X (Venetia), ou au moins à sa partie orientale ; dans X. 93, la désignation Euganeas… oras se réfère précisément aux montes Euganei situés entre Ateste et Patavium.

114 Plutarque s’y rendit avec son “patron” Mestrius Florus.

115 Apollonios de Rhodes, Argonautiques IV, 592 sq.

116 Proche d’Altinum.

117 D. R. Shackleton Bailey, index de l’édition Lœb, vol. III, p. 383, s. v.

118 Marica est nommée par Martial X.30.9. Virgile fait de la Nymphe Marica la femme de Faunus et la mère de Latinus : Énéide VII.47.

119 Les nymphes épouses ne sont pas fréquentes ; mais il en est de célèbres, comme la Dryade Eurydice.

120 Le mariage de Violentilla et Stella n’était sans doute ni pour l’une ni pour l’autre un premier mariage : R. Syme, RP IV, p. 385.

121 Le mot “puella” humanise l’être mythologique.

122 Bergeries, bergers, brebis relèvent autant de l’imaginaire de Martial que de la réalité qui inspire sa création : les brebis figurent dans l’évocation des villes aimées : Aquileia, Tibur, Corduba – où les toisons sont dorées par le fleuve.

123 Sur la version qui fait déboucher la nef Argo d’un fleuve dans l’Adriatique, Pline l’Ancien, NH III. 128. V. la n. b, p. 296-297 de l’édition Loeb de D. R. Shackleton Bailey, vol. I et le commentaire de H. Zehnacker dans son édition de la CUF p. 250.

124 Tite-Live I.1.

125 XII.21 et 31.

126 Fondamental reste le livre de Th. Birt, Das antike Buchwesen in seinem Verhältnis zur Literatur, Berlin, 1882 : les Épigrammes sont une des sources les plus précieuses sur les réalités matérielles du livre antique ; Martial connaît une forme très ancienne du codex. Pour les descriptions du volumen, voir C. Salemme, Marziale e la poetica degli ogetti, Naples, 1976, particulièrement, dans le chapitre IV, la n. 2 des p. 103-104.

127 L’évocation par Ovide, dans la première élégie des Tristes (I.1.1 sq) de l’aspect du libellus qu’il envoie à Rome n’a pas le relief de celles de Martial, qui est un écrivain heureux (comme dit Barthes de Voltaire). La tonalité des poèmes d’exil d’Ovide (desquels s’inspire largement Martial) ne peut être celle des Épigrammes.

128 VI.61.7. Souris et rats rongent “les divins poèmes” (l’Iliade et l’Odyssée ?) du poète Codrus dans sa mansarde (Juvénal, satire III.203-207).

129 J. Marquardt, Privatleben, p. 824 n. 2, sur l’atramentum.

130 Id., ibid., p. 823 n. 5 sur le calamus ; p. 824, n. 4 sur l’éponge. L’effet de l’eau sur l’écriture fournit un sujet d’épigramme : IX.58, vers 7-8 : “qui fait don de ses vers aux temples des Nymphes avertit lui-même de ce que méritent ses livres”.

131 Suétone, Divus Augustus LXXXV.3.

132 R. Syme, RP IV, 108 et 149 ; V, 465 et 605.

133 Id., RP IV, p. 264.

134 XII.57.

135 VII.80, vers 12.

136 Emblème de la citoyenneté, de rigueur à Rome dans toutes les manifestations de la vie civique (cf. Suétone, DA LX. 8 et LXIV.1-3 sur les règlements d’Auguste relatifs à l’assistance au théâtre), mais très peu porté en Italie selon l’Umbricius de la IIIe satire de Juvénal : pars magna Italiae est, si verum admittimus, in qua/nemo togam sumit nisi mortuus (vers 171-172).

137 Horace, Satires I.5, vers 25-26 : subimus / impositum saxis late candentibus Anxur.

138 Sans doute le canal longeant la via Appia.

139 R. Syme, RP IV, p. 106.

140 I.114. De même Martial fera ensevelir Érotion dans son petit domaine de Nomentum (X.61).

141 Inscr. Italiae I.321.

142 V. Rudich, Political Dissidence under Nero, Londres-New York, 1993, p. 114-119 et voir index. “A split personality”.

143 H. Solin et O. Salomies, Repertorium, p. 293. Ce cognomen, attesté comme prénom – rare et vieilli –, est ancien (une Antulla d’époque républicaine, CIL I. 2.340) et pose le même “problème” d’interprétation que l’Aretulla de VIII.32.

144 PIR2 F 103 et 102.

145 CIL VI. 9998.

146 CIL XIII. 1776.

147 Des Lyonnais entrés au Sénat n’apparaissent que tardivement (iie siècle avancé).

148 Il y meurt dans l’été 89. Sur le nom Telesphorus – qui est aussi celui d’un puer chez Martial (X.83, XI.26 et 56), F. Preisigke, Namenbuch 427 (Sammelbuch I, 2033,2) ; nous n’avons pu consulter H. Solin, Die griechischen Personnamen in Rom. Ein Namenbuch, Berlin-New York, 1982.

149 L’assistance à la signatio est l’officium social par excellence, contraignant, mais prisé.

150 L’ouverture du testament d’un sénateur fortuné est un événement social et parfois littéraire. Pline en témoigne (VIII.18).

151 Martial ne fut certainement pas l’un d’eux, mais il connaît bien l’obligation de témoigner et de signer des actes (contrats, affranchissements), contraintes de la vie à Rome (X.70.7-8).

152 La gemma signatrix des témoins (Gaius 2, 104-105) qui devaient ultérieurement assister à l’ouverture du testament ; seul le testateur signait de sa main ; cf. A. N. Sherwin-White, o. c., p. 204.

153 Epist. I.9.2.

154 C’est à l’occasion d’une cérémonie de signatio que Regulus, selon Pline, aurait donné le témoignage le plus éhonté de sa cupidité (II.20.10).

155 Voir R. Syme, “The Testamentum Dasumii, Some Novelties”, RP V, p. 521-543.

156 Epist. VIII.18.5.

157 Cena Trimalchionis LXXI.4.

158 Épigrammes V.54.7 (divitior Crispo). L’origine du personnage (et sa fortune acquise), Dialogus VIII.1.

159 B. W. Jones, The Emperor Domitian, Londres-New-York, p. 57 avec les n. 43-47 des p. 209-210.

160 R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire, Cambridge, 1974, p. 343-344 (Appendice 7).

161 Juvénal, satire IV, vers 82-93.

162 Telesilla ou Telesina (dans les trois occurrences du nom, chez Martial VI.7, VII.87, XI.97 – les manuscrits sont divisés sur ce point). Telesina s’interprète sans difficuté, dérivant de Telesia dans le Samnium. Pour Telesilla, la forme peut être latine ou grecque (H. Solin et O. Salomies, Repertorium, p. 410) et ne paraît pas aristocratique (une esclave CIL VI.27141) ; mais la Telesina/Telesilla de VII.87 sur les propriétaires d’êtres exotiques ou rares est couplée, comme entichée de son rossignol, avec une Gadilla dans laquelle nous avons proposé de voir la mère d’Hadrien (“Quelques relations aristocratiques de Martial”, REA 100, 1998, p. 56-57). Et la lex Iulia concerne les femmes de l’aristocratie. Martial a donc choisi un nom qui pouvait convenir au monde sénatorial.

163 J. P. Sullivan, o. c., p. 39 (“numerous trials and convictions followed”).

164 St. Gsell, Essai, p. 84.

165 AP XI.257 : “Hermogénès le médecin lui étant apparu en rêve, Diophantos ne s’est plus réveillé, alors qu’il portait une amulette”.

166 L’épigramme de Lucillius (époque néronienne) est “abstraite”, sans contact avec la réalité contemporaine.

167 “Tu veux savoir…” C’est par exemple une forme d’“ouverture” des lettres de Pline (A. N. Sherwin-White, o. c., p. 6-9).

168 Sur la juridiction criminelle du Préfet (Rutilius Gallicus en l’occurrence) Stace, Silves I. 4, vers 47-48 et les n. 1-3 de l’édition de la CUF ; Juvénal, satire III, vers 309-311. – À l’époque de Domitien, les bureaux de la Préfecture se trouvaient au forum de la Paix : voir J. C. Anderson, The Historical Topography of the Imperial Fora (Coll. Latomus 182), Bruxelles, 1984, p. 116-117 et pl. I.

169 Le Préfet instruit les procès et “entend” les accusés : le verbe audire, dont l’acception juridique est bien connue (e. g. Suétone, Domitien XI. 3) figure trois fois dans l’épigramme VIII.76, vers 2,7,8 à Gallicus. – En 91, Faustinus était “promouvable” depuis son second consulat suffect de 74.

170 R. Syme, RP V, p. 615 (suff. 71, II 85).

171 Gallicus est un homme qui ne tient pas parole, et qui prétend vouloir qu’on lui dise toute la vérité sur la valeur de ses écrits.

172 H. Frère, édition de la CUF, Introduction p. XXI.

173 Après l’expédition dacique de 89.

174 Stace, Silves I, epistula à Stella, lignes 30-32.

175 Stace, Silves I. 4.

176 Ibid., vers 8 (alios revirescit in annos) ; vers 15 (quippe manet longumque aevo redeunte manebit) ; vers 125 (hic vitae natalis erit), etc.

177 Ibid., vers 27-30. Rutilius Gallicus écrit en prose et en vers ; pour son éloquence d’avocat, vers 24-30 ; sa poésie semble avoir été ambitieuse et de genre épique : vers 34-36, cf. 71-72. – L’ouverture de la 1ère satire de Juvénal fait apparaître un Cordus à la voix enrouée à force de déclamer sa Théséide ; Gallicus s’appelait de son nom complet Q. Iulius Cordinus C. Rutilius Gallicus. Voir R. Syme, “Statius on Rutilius Gallicus”, RP V, p. 514-520.

178 Cf. P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, Paris, 1989, p. 250-251 sur le moralisme parfois décapant de l’épigramme de Martial : “devant lui les masques tombent, la comédie est terminée, l’hypocrisie traquée jusque dans la prétention affectée de vouloir entendre la vérité”.

179 L’illusion sur soi-même est une forme d’insincérité : le Gallicus de Martial est cohérent et “vrai”.

180 VIII.22.2.

181 On peut conjecturer qu’il existe entre Faustinus et Marcellinus (ou son père ?) une relation assez étroite.

182 Sur l’organisation de la poste impériale (créée par Auguste), voir H. G. Pflaum, Essai sur le cursus publicus sous le Haut-Empire Romain, Paris, 1940. Pour celle du service en Italie, W. Eck, Die Staatliche Organisation Italiens in der hohen Kaiserzeit, Munich, 1979, vide index. Pour un exemple d’utilisation d’un diploma par un gouverneur de province, Pline le Jeune, Epist. X. 45 (à Trajan, sollicitant l’autorisation d’utiliser le “diplôme” pour sa femme, qui se rend à un mariage. Le cursus publicus ne transportait pas que des plis).

183 Argonautica V. 99.

184 Ibid. I. 187.

185 Épigrammes VII.8 (Odrysius orbis) ; X.93 (idem) ; X.7 (Odrysiae pruinae).

186 X.58. 13-14. Nous identifions à Frontin le Fronto de I.55.

187 Fronto est le cognomen du père de Martial. Nous pensons que le Fronto et la Flaccilla de l’épigramme V.34 sont réellement les parents du poète.

188 On peut, au moins, nous semble-t-il, tirer de la ressemblance de X.51 et X.58 la conclusion que Faustinus doit être un sénateur.

189 Tous deux “récompensés” par un troisième consulat en 100, cf. supra, p. 112 et infra, p. 218 n. 172.

190 P. Grimal, édition du De aquae ductu Urbis Romae, Paris, 1961, introduction p. VIII-IX.

191 Il est notable que Quirinus n’apparaisse – comme figuration divine de Rome – que dans le livre X – funéraire de Varus, et épigrammes à Faustinus et Frontin X. 51 (de 95) et X. 58 (de 98). Ceci nous paraît s’expliquer par le “tournant” du règne de Domitien (crise de 95-96, qui aboutira à l’assassinat de septembre 96). Auparavant, la place de “Quirinus” aurait sans doute été occupée par l’empereur. Conjecture assurément.

192 Les plaintes de Philomèle, la mère désolée pleurant son fils, contrastent avec le sourire de la nature printanière (ridet/plorat, vers 3/4). Peut-être doit-on rapprocher cette “ouverture” de ce que croit entendre Martial au vers 16.

193 Carmen 65 vers 13-14 (“Etsi... tamen”).

194 Tristes, III.12.1-13.

195 Vers 17-20 et 25-26.

196 R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, p. 211 sq.

197 Pendant la guerre d’Actium, sans titre particulier, Mécène avait été en charge de Rome et de l’Italie : R. Syme, La révolution romaine, traduction de R. Stuvéras, 1967, p. 279.

198 Mécène “redoute ce que préparent contre la Ville les Sères (le pays de la soie), Bactres où règna Cyrus (peu ou prou l’Afghanistan) et le Tanaïs en discorde (le Don)”. Toutes craintes largement imaginaires, exprimées en termes géographiques “poétiques” ; sur les réalités, R. Syme, The Augustan Aristocracy, Oxford, 1986, chapitre XXVII, p. 382 sq (“Nobiles in Horace”).

199 R. Syme, RP V, p. 611 sq.

200 R. Syme, RP V, p. 614 sq.

201 Juvénal, satire IV.77-78.

202 R. Syme, RP V, p. 615.

203 En tous cas, Faustinus ne survécut pas longtemps : peut-être a-t-on une trace de son décès dans la nomenclature de Iulius Cerialis dès 96 : cf. supra, p. 101-102.

204 X. 2. 1-2.

205 Le temple de Jupiter reconstruit après l’incendie de 80 par Domitien (St. Gsell, Essai, p. 91 sq) et le temple de la Gens Flavia (id., ibid., p. 114-115).

206 K. Scott, The Imperial Cult under the Flavians, New York, 1936 (reprint 1975), p. 61 sq.

207 Punica III. 624-629 (cité par K. Scott, o. c., p. 71).

208 On doit tenir présent à l’esprit qu’une épigramme aussi importante que X. 51, écrite en 95 (le ciel Flavien en témoigne), a été conservée dans la seconde édition de 98 (que nous lisons).

209 Dion Cassius LXVII. 14. 2.

210 St. Gsell, Essai, p. 303 et n. 8. R. Syme, “Praesens the Friend of Hadrian”, RP V, p. 566, place la condamnation de Flavius Clemens “early in 95”, cf. “Domitian, the Last Years”, RP IV, p. 262.

211 Gsell, loc. cit. à la n. précédente. Il plaçait pour sa part les événements “très probablement” dans les trois derniers mois de 95.

212 Elle est cependant très hétérodoxe.

213 D’où la possibilité de lire X. 51.16 comme allusion à Domitilla 3 ; ceci a posteriori ; cf. supra, n. 208.

214 Tacite, Histoires III. 59.

215 LXV.18.1.

216 Petillius Cérialis, né vers 30, dut épouser Domitilla 2, née vers 45, au début des années 60, la trentaine passée ; c’est un peu tardif pour le premier mariage d’un sénateur.

217 On ignore comment.

218 Ainsi G. Townend, “Some Flavian Connections”, JRS, 51 p. 58, n. 15 in fine.

219 R. Syme, “Domitian : The Last Years”, RP IV, p. 263 n. 61 ; dans RP VII, p. 645, n. 63, il le considère apparemment comme le fils de Cerialis.

220 Hypothèse de J. Devreker, Ancient Society, 1977, p. 233.

221 Un fils de Cerialis, né d’un premier mariage, ne pouvait naître avant le début des années 50 (si le père était bien né ca 30…) ; il aurait approximativement 30 ans en 83, ce qui n’est guère un âge pour être cos II avec l’empereur, même si on lui est apparenté de près.

222 “Ce jour-ci est le premier qui se leva pour le dieu Tonnant du Palatin ; Cybèle eût bien voulu avoir enfanté ce jour-là Jupiter. C’est en ce jour aussi que naquit la vertueuse Caesonia, femme de mon cher Rufus : aucune fille ne doit davantage à sa mère. Son époux se réjouit de la double chance de ses vœux : il lui a été donné d’aimer deux fois ce jour”.

223 Épigrammes VII.44, cf. 45.

224 Annales XV.71.5.

225 Voir PIR2 C 172 (E. Groag, p. 33 : “utra nominis gentilicii forma recta sit, certe diiudicari nequit”). R. Syme, RP III p. 1058 n. 100 choisissait clairement la forme Caesonius ; Caesennius chez Tacite serait une erreur attribuable à l’historien plutôt qu’à un scribe. V. Rudich, Political Dissidence under Nero, Londres-New-York, 1993, dans le développement qu’il consacre à l’ami de Sénèque (p. 124-125), opte résolument pour Caesennius, et ne mentionne même pas le Caesonius de Martial : forme qu’il faut expliquer.

226 Voir stemma I.

227 R. Syme, “The Enigmatic Sospes”, RP III, p. 1051.

228 Ibid. 1041-1061.

229 Tacite, Annales XV.10.3 et 13.3 sur la forteresse d’Arsamosata : l’origine du cognomen Sospes selon R. Syme, loc. cit., p. 1053.

230 PIR2 M 590.

231 De Cassius Longinus, chef de file avec Brutus des conjurés des Ides de Mars. Sur la personnalité de Domitia Longina, impérieuse et arrogante, R. Syme, RP II, 824.

232 Les univers monarchiques connaissent de tous temps de tels “sobriquets”.

233 R. Syme le jugeait possible : supra, n. 225. Il est possible aussi peut-être que Martial ait adopté, dans son épigramme VII.44 (cf. 45) une forme “aulique” pour le gentilice...

234 Sauf erreur, un personnage dit “ meus” par Martial n’est jamais l’objet d’un unique envoi.

235 IV.12.

236 “De tous tes enfants, serai-je donc le plus dédaigné ? Et cependant tu me portais jadis comme un fardeau bien doux, quand tu daignas me rouvrir les portes de la vie, en me tenant lieu de mère et en me rendant les mois qui m’auraient mené à ma naissance” (164-167).

237 Cyneg. 18-20 : Quis magno recreata tacet cunabula Baccho,/ut pater omnipotens, maternos reddere menses/dignatus, iusti complerit tempora partus ?

238 Satire VII. 82-84.

239 Nommée (ici) Sempronia. Non identifiable. Une Sempronia dans Cicéron, De Oratore II § 247 ; voir R. Syme, RP I, p. 319.

240 “Tempes ceintes toujours des couronnes de Muses, voix non moins célébrée des accusés transis, il gît ici, Sempronia, Rufus, lui qui fut tien, et dont la cendre même brûle d’amour pour toi. On te raconte, tendre roman, aux Champs Élyséens, et ton enlèvement stupéfie même la fille de Tyndare : mais meilleure tu fus, toi qui, ayant fui ton ravisseur, à lui revins, quand elle, redemandée, refusa son mari. Ménélas sourit de vos amours Troyennes, votre aventure absout le Phrygien Pâris. Quand s’ouvrira pour toi le paradis des purs, nulle ombre ne sera, aux demeures du Styx, plus connue que la tienne. Proserpine regarde d’un œil sans aversion les femmes enlevées, qu’elle aime : ton amour te vaudra la faveur de la Reine”. En raison des difficultés d’interprétation que présente cette belle et importante épigramme, nous tentons cette traduction rythmée.

241 Voir sur les difficultés d’une lecture dissociant le ravisseur du mari L. Duret, ANRW, II, 32.5 (1986), p. 3227.

242 Le nom Sempronius est répandu en Espagne (et a laissé des traces dans l’onomastique moderne – cf. Semprun) en raison de l’action menée au iie siècle par Ti. Sempronius Gracchus, le père des Gracques.

243 Voir, à propos du mariage des amours élégiaques et de la mythologie, l’article de S. Viarre sur l’élégie – si différente d’une épigramme de Martial – de Properce I. 20 : “Properce I. 20 : Amours élégiaques et mythologie”, REL 85, 2008, p. 104-113.

244 Cette conjecture en entraînera d’autres, certainement discutables : nous la “risquons”, en dépit de la banalité des cognomina Clemens et Sabina. La qualité des deux épigrammes en cause nous engage à cet essai.

245 “Si avant moi, Clemens, tu vois d’Hélicaon les bords Euganéens et leurs guérets brodés des treillis de leurs pampres, porte jusqu’à Ateste à Sabina (ou à Atestina Sabina) ces vers encore non divulgués, mais que depuis peu orne leur vêtement de pourpre. Comme charme la rose que dans sa primeur a cueillie la main, ainsi plaît la page neuve de nul menton souillée”.

246 “Aucun serpent Massyle ne garde mon verger et les domaines royaux d’Alkinoos à mon service point ne sont, mais au jardin de Nomentum, tranquille pousse l’arbre, et ses pommes de plomb ne craignent le voleur. Aussi ces fruits de cire nés tantôt au cœur de la Subure, je te les envoie, ma récolte d’automne”.

247 C’est ainsi que l’on comprend généralement Atestinae... Sabinae (à l’Atestine Sabina) ; nous proposons (supra, n. 245) une autre lecture.

248 J. Marquardt, Privatleben, p. 818, n. 1. La métaphore toga pour “ diphtera” ou membrana (Tibulle III.1.9) désigne l’enveloppe de parchemin d’un volumen de papyrus : une création de Martial ? qui “humanise” l’écrit.

249 P. White, “The presentation and Dedication of the Silvae and the Epigrams”, JRS 64, 1974 (40-61), p. 56, n. 63. Sabina serait la seule femme qui recevrait une telle présentation-dédicace, – si les vers de Martial représentent bien la première édition du livre X, en 95, comme le pensait H. J. Izaac (édition de la CUF, n. 4 de la traduction de l’épigramme, t. II, p. 111, reportée t. III, p. 281) ; cela supposerait que le contenu de cette 1ère édition ait été moins scabreux que ne l’est généralement celui des autres livres de Martial. Mais il pourrait s’agir d’un libellus de poèmes choisis. Sur ce qu’entend Martial par libellus, voir le bel article de P. White cité supra.

250 Clemens serait le mari de Sabina : R. Syme, RP IV, p. 396 n. 138.

251 Id., ibid., à propos de l’épigramme IV.25 de 89 ; Martial y évoque le pays Euganéen qu’il avait peut-être visité l’année précédente lors de son séjour en Cisalpine. Il pourrait avoir alors visité Ateste qu’il devait déjà connaître : la ville d’Hélicaon est assez proche de Padoue, patrie de son ami et patron Stella.

252 Épigrammes I.66 ; voir les commentaires de M. Citroni, o. c., p. 216-217 aux vers 7 et 8.

253 Sur l’équivalence rose/femme, on pourrait citer une bibliothèque entière.

254 La pourpre avait été à l’origine strictement réservée aux détenteurs du pouvoir et aux membres des noblesses (tunique laticlave pour les membres de l’ordre sénatorial, angusticlave pour les chevaliers).

255 “Je plaiderai, me dis-tu, plus éloquemment que Cicéron lui-même et il n’y aura personne qui me vaille sur le triple forum. – Ils ont plaidé Atestinus et Civis (tu les connais tous deux) mais aucun des deux n’a touché le montant total de son loyer”.

256 I. Kajanto, o. c., p. 314 (11 occurrences dans le CIL ; cf. le Repertorium de H. Solin et O. Salomies) ; sur le sens de Civis, p. 82.

257 Sur l’événement et son contexte, B. W. Jones, “C. Vettulenus Civica Cerialis and ‘ the false Nero’of A. D. 88”, Athenaeum 61, 1983, p. 516 et 521. Sur les Vettuleni, R. Syme, “Antonine Relatives : Ceionii and Vettuleni”, RP I (p. 325-332), p. 325-327.

258 Mis à mort selon Suétone, Dom. XI. 2, que pourrait recouper Dion Cassius LXVII. 9.6 ; donnée considérée comme acceptable par R. Syme, RP V, 516 et 614 ; refusée par d’autres. L. Vidman, Eos II (1982), p. 294 place cette élimination en 93 ; B. W. Jones et R. Develin, Antichton 10, 1976, p. 79-83, ont proposé l’hypothèse que la chute du préfet, datée de 87, n’aurait entraîné qu’un exil. – Nous ne croyons pas vraisemblable que Suétone se soit trompé sur un évènement si important et contemporain (il avait environ 18 ans en 88) ; qu’il ait laissé passer sur d’autres affaires anciennes négligences et erreurs (cf G. Townend, JRS 51, 1961, p. 57, n. 9) n’est pas concluant. L’interprétation que nous proposons irait plutôt dans le sens de sa version.

259 Procès-verbal de la réunion des Frères Arvales de septembre 87 qui décrète des actions de grâce ob detecta scelera nefariorum (CIL VI. 2065) : R. Syme, RP V, 614. Le Préfet aurait été éliminé soit pour participation au complot, soit pour faiblesse dans sa répression.

260 Les allusions politiques de Martial sont d’actualité. Voir supra, “prolégomènes” de la partie I, sur l’épigramme III.25 (Iulianus et Sabineius).

261 D. R. Shackleton Bailey envisage bien qu’Atestinus et Civis puissent être des noms fictifs. Il doit y avoir quelque rapport entre la profession de causidicus et les deux victimes de Domitien : un Préfet de la Ville et un proconsul d’Asie sont tous deux investis d’une juridiction.

262 III.25, épigramme sensiblement contemporaine de III.38 – sans doute aussi écrite en Cisalpine.

263 Le nom du Préfet n’est pas martelé sur l’inscription de Pisaurum qui a révélé sa patria (par laquelle Martial a dû passer en 88 pour se rendre en Cisalpine) : R. Syme, RP V, p. 616. Il ne l’a pas été non plus sur la funéraire CIL XV. 7278 de Rudiae en Calabre, qui concerne un M. Arrecinus Clemens, sans doute son fils ; le lieu suggère un exil (G. Townend, o. c., p. 57, n. 9).

264 Voir dans l’Addendum “Maternus”, notre conclusion.

265 Une fille du Préfet du Prétoire 40 M. Arrecinus Clemens (voir stemma II).

266 Suétone, Dom. XV.1. Ils avaient été confiés à Quintilien pour leur éducation (I. O. IV Praef. 2 et VI Praef. 1) : voir R. Syme, “Domitian. The Last Years”, RP IV, p. 264 ; petit-fils de Faustinus ou peu s’en faut.

267 Cf. supra, n. 263 ; le défunt est adiutor curatoris aquarum ; la pierre est gravée à l’initiative de sa mère Cornelia Ocellina (PIR2 C 1491 ; M.-Th. Raepsaet-Charlier, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial, Louvain, 1987, no 288, p. 257-258). Selon nous (la chose est discutée), elle serait la veuve du Préfet de la Ville, mère de son fils homonyme, qui fait graver à la mémoire de ce dernier cette funéraire dans la petite ville où il aurait passé la fin de sa vie en exil.

268 Eusèbe de Césarée, Histoire Ecclésiastique III.18.4, confirmé par la traduction de sa Chronologie due à Jérôme :... Flavii Clementis ex sorore neptis.

269 Voir son second stemma JRS 51, 1961, p. 62.

270 On ne peut guère songer à identifier Arrecina Sabina avec la mère du consul de 95 : elle pouvait être en vie, relativement âgée ; on ignore quel cognomen elle pouvait éventuellement porter.

271 Voir M.-Th. Raepsaet-Charlier, o. c., no 369 (Flavia Domitilla 3), p. 322-323. Elle renvoie, pour l’argumentation sur une erreur supposée d’Eusèbe, à J. Moreau, N. Clio, 1953, p. 123-129 (et Scripta Minora 15 sq).

272 P. Keresztes, “The Jews, the Christians and the emperor Domitian”, Vigiliae Christianae, 27, 1973, p. 1228 ; cf. M. H. Williams, “Domitian, the Jews and the ‘ Judaizers’”, Historia, 1990, p. 207 et n. 80. L’Histoire des Perscutions de P. Allard, vol. I (réimpr. 1971), p. 100 sq (II. La condamnation de Flavius Clemens et des deux Domitilles), vieilli, est encore utile. Quant à l’ouvrage de P. Guyot et R. Klein, Das frühe Christentum bis zum Ende der Verfolgungen, Darmstadt 1992 et 1994, il est réservé sur cette question (vol. I, p. 310-311).

273 Eusèbe de Césarée, HE III. 18.4 (Pontia) ; Dion Cassius LXVII.14.2 (Pandateria).

274 Il n’est donné que par les Acta des saints Nérée et Achillée, honorés dans la catacombe de Domitilla : Acta Sanctorum, Mai III, 9F : huius (le consul Clemens) soror Plautilla nos in famulos comparavit, et tunc quando a Domino Petro Apostolo verbum vitae audiens credidit et batizata est, et nos simul secum et cum filia Domitilla sancto baptismate conservavit. La chronologie est fort malmenée, mais la notice certainement pas à rejeter à tous égards. Plautilla a été inscrite au Martyrologue Romain (20 Mai).

275 G. Townsend, “Some Flavian Connections”, JRS 51, 1961, p. 59 et n. 19 relève que “in an officiaI letter while governor of Moesia... Silvanus uses very warm language concerning Sabinus” – sans qu’on puisse affirmer que cette chaleur aille au-delà de la “formalité” d’usage.

276 Id., ibid., p. 57 explique l’origine du nom de “Iulia” porté par la fille de Titus (Flavia Iulia PIR2 F 426).

277 Les personnages qui y apparaissent en caractères gras sont restitués (certains tout hypothétiquement). Ce stemma, comme le stemma II, vise avant tout à présenter de manière aisément lisible les propositions de notre étude des épigrammes X.93 et 94.

278 On ne peut préciser s’il s’agit de Domitilla 3 ou de Domitilla 4 comme le veulent leurs Acta.

279 Dion Cassius LXVII.14.1-2.

280 L. Duchesne, Liber Pontificalis, édité par C. Vogel, 2e éd. Paris, 1955-1957, vol. I, p. 123 : ex patre Faustino dans le Pseudo Abdias (Fabricius Cod. apocr. N. T., t. II, 426) ; ex patre Faustiniano dans les Recognitiones VII.8. Cf. les Acta Sanctorum, Avril I. II Clemens natione Romanus de regione Coelio monte... – Nous n’avons pas compétence pour apprécier la portée de ces données. À priori, un nom a des chances d’être authentique. Et l’on conserve le témoignage sur un Faustinus felix dominis évidemment proche du pouvoir.

281 J. A. Fischer, “Die Apostolischen Väter”, WBG, Darmstadt, 10e éd. (1ère 1956) ; A. Jaubert, Clément de Rome, Épître aux Corinthiens (SC no 167), Paris, 2000 (2e éd. avec additions et corrections ; 1ère 1971).

282 Nous supposons que la question de l’identité de Clément de Rome et celle de l’identité du rédacteur de la lettre, que la tradition attribue à l’évêque, ne s’identifient pas. Mais sutor, ne ultra crepidam.

283 La reprise au vocatif du nom du destinataire vise à réduire la distance inhérente à toute forme épistolaire : on n’écrit qu’à un être absent ; mais ce faisant elle la recrée : Tu, Sparse, nescis ista nec potes scire.

284 X. 92 : Marrius paraît adepte de la vita quieta.

285 Comme Faenius Telesphorus l’avait fait pour sa fille Antulla dans sa propriété de Tibur (I. 114). Pour le vers 3 – quisquis eris nostri post me regnator agelli, cf. CLE 578, 1 : quisquis eris post me.

286 J. P. Sullivan, o. c., p. 66.

287 PIR2 I 586. Pour l’identification du Sparsus de Martial, R. Syme, RP IV p. 148-149 cf. 108 ; il recense les attestations du cognomen.

288 R. Syme, RP V, p. 605 et n. 131 ; il est identifié au suff. 88 dans l’article de la PIR2.

289 R. Syme, RP IV, p. 108 et n. 76 ; p. 264.

290 D. R. Shakleton Bailey rend plana… domus par “your ground floor”.

291 Sa villa semble avoir été située au Monte Mario.

292 Vinitor n’apparaît dans les Épigrammes qu’ici (vers 21) et dans III.58.48 ; deux pièces où Faustinus semble occuper une place centrale. La vigne, réalité concrète des Petiliana regna comme de la campagne Euganéenne, est riche de valeurs symboliques, funéraires (une caricature fort parlante dans les propos de Trimalcion, Satyricon LXXI, 7 : omne genus (enim) poma volo sint circa cineres meos, et vinearum largiter) et spirituelles (Jean 15, 1).

293 I. Kajanto, Latin Cognomina, p. 356.

294 Id., ibid., p. 349 sq.

295 Des cognomina comme Redem(p)tus, Renatus peuvent être “connotés” (I. Kajanto, o. c., p. 355 : Christian connotation ?”).

296 Vers 5 : nec dies nisi admissus.

297 Vers 4 : et in profondo somnus (“where there’s slumber down in the dephts” Shackleton Bailey). Dans les Épigrammes, (in) profundo se rencontre quatre fois ; dans trois occurrences il s’agit des profondeurs marines ou lacustres (XIII.80.1 ; IV.30.8 ; X.37.15) ; la quatrième a des chances de désigner métaphoriquement les eaux profondes du sommeil. On songe à La profondeur de Baudelaire de J.-P. Richard.

298 Lettre à Priscus du livre XII.1-3.

299 XII.31.8 et 21.9-10.

300 “Petiliana” : de Petilius ou des Petilii. Faustinus dut mourir en 96 ; selon l’une des notices du Liber Pontificalis Clément de Rome occupa le siège apostolique jusqu’en 101.

301 X.26.5 : Spargere non licuit frigentia fletibus ora ; Virgile, Énéide VI.883-886 : Tu Marcellus eris. Manibus date lilia plenis/purpureos spargam flores animamque nepotis/his saltem accumulem donis et fungar inani/munere.

302 Le plan du titulus Clementis, dans Ch. Pietri, Roma Christiana, Rome, 1976, vol. II, fig. 23.

303 XIII.37. Mala citrea. Aut Corcyraei sunt haec de frondibus horti/aut haec Massyli poma draconis erant (“Citrons. Ou les fruits que voici viennent des feuillages de Corcyre, ou c’étaient les pommes du dragon Massyle).

304 VII.31.12 : id tota mihi nascitur Subura (“cela pousse pour moi tout au long de la Subure”).

305 P. Laurens, L’abeille dans l’ambre, Paris, 1989, p. 28, à propos du miel.

306 Securus exprime le sentiment de sécurité ; tutus, la situation objective de qui est en sécurité.

307 Il butine les textes, et en fait son miel.

308 Les noms des saisons de l’année (autumnus est la saison des vendanges) sont aisément employés métaphoriquement pour les âges de la vie ; ver, particulièrement, pour la jeunesse. Il nous semble (cela est subjectif) que l’envoi des fruits d’un automne (en 95, Martial a environ 55 ans) suggère que la destinataire est une “jeune fille en fleur”. Les Saisons, figures des étapes de la vie, sont un motif majeur du “symbolisme funéraire” des Romains.

309 Les sept enfants du couple sont attestés par une inscription concernant leur nourrice : CIL VI. 8942 ([Nu] trix septem li[berorum pronepotum] divi Vespasian[i, filiorum Fl. Clementis et] Flaviae Domitillae [Divi] Vespasiani neptis). R. Syme, RP IV, p. 264, n. 63, cite l’inscription avec la réference ILS (Dessau) 1839.

310 L. Friedländer, Martialis, p. 62 : Saturnales de 95 ; de même J. P. Sullivan, o. c., p. 320.

311 Cela, il va sans dire, dans l’hypothèse que nous proposons pour l’identité de Sabina et Clemens ; s’il s’agissait d’inconnus, les épigrammes en question pourraient appartenir à la seconde édition (en 98). Dans ce cas, on verrait apparaître immédiatement après X.92 qui recommande le domaine de Nomentum à Marrius d’Atina et qui doit être de la seconde édition, un homme, une femme et une ville (Ateste) qui ne figurent nulle part ailleurs dans les Épigrammes ; mais Marrius et Atina sont également inconnus ailleurs qu’en X.92 ; et Clemens et Sabina sont tout aussi isolés dans l’œuvre. On ne peut en tirer aucun argument quant à leur identification, dans un sens ou dans l’autre.

312 Conception ancienne, partiellement dépassée... voir par exemple St. Gsell, Essai, p. 293 sq. – Des sources tardives très fantaisistes (Homélies Pseudo-Clémentines, Recognitiones) donnent Clément de Rome pour un membre de la famille impériale.

313 VI.85 ; IX.74 et 76.

314 Un fils de Faustinus aurait eu quelques raisons de se rendre, éventuellement en compagnie de Martial, dans cette grande ville du pays Euganéen où le poète a envisagé en 89 de prendre sa retraite (IV.25). Un responsable de la communauté chrétienne de Rome également – comme aussi à Ravenne ; la nouvelle foi s’est d’abord diffusée par les villes portuaires.

315 L’idée que Martial puisse avoir été en relation avec des milieux “judaïsants” et même chrétiens n’est pas nouvelle ; elle a donné lieu à des rêveries naïves nées de rapprochements fondés sur des noms : ainsi on a cru reconnaître dans l’ami de Martial A. Pudens, païen entre tous les païens, et son épouse Claudia Peregrina les chrétiens Pudens et Claudia que mentionne Saint Paul Ad Timoth. II.4.21 : Salutant te Eubulus et Pudens et Linus et Claudia et fratres omnes (cf. l’édition Nisard de Martial, Paris, note à l’épigramme IV.13, p. 588). Identifications exclues, mais idée féconde.

316 Les événements de 95-96 ont marqué l’inspiration de Martial. La lecture du livre XI, publié aux Saturnales de 96, est simple ; celle du livre X est autrement ardue.

317 “Tu as vendu un esclave hier pour 1 200 sesterces, afin de faire un bon dîner, Calliodore, pour une fois ; et tu n’as pas fait un bon dîner ; le mulet acheté par toi, de quatre livres, a été le clou et le principal de ton dîner. On a envie de te crier : “ce n’est pas là, malhonnête, ce n’est pas un poisson, c’est un homme : un homme, Calliodore, voilà ce que tu manges”.

318 Épigrammes V.38.

319 Cf. Sénéque, Ad Lucilium 47 ; et la parodie, qu’il croit imitation, de Trimalcion : Cena LXXI.

320 Sénèque, Ad Lucilium 95.42 sur le mullus de Tibère ; Juvénal, satire IV.15 : Crispinus, l’homme à la pourpre, a acheté pour 6 000 HS un mullus de six livres ; V.92, cf. VI.40.

321 En général Martial, intéressé par “le prix des choses”, parle des sesterces par milliers ou millions ; les 600 HS de VI.66 font exception. Ils trouvent un parallèle dans Tab. Herc. 65, Parola del Passato 9, 1954, p. 64.

322 The Economy of the Roman Empire, Cambridge, 1974, p. 338-350, no 24 et 25 (dans l’appendice 10 : Prices of slaves in Rome and Italy).

323 Exode 21.32.

324 N’étaient les données chiffrées auxquelles nous avons fait un sort, l’épigramme X.31 serait bien expliquée par la dernière. Oui, mais…

325 “Comme il gagnait les campagnes de sa patrie, Ravenne, un soldat libéré croisa le chemin d’une troupe de prêtres émasculés de Cybèle. À ses pas s’attachait un compagnon, un esclave enfui de chez son maitre, Achillas, un garçon remarquable par sa beauté et sa coquinerie. Les mâles stériles s’en rendirent compte ; ils lui demandent de quel côté du lit il couchait ; mais lui perçoit aussi leur traîtrise secrète : il ment, ils le croient ; on va dormir après avoir pris du vin : aussitôt la bande criminelle se saisit du fer et mutile le vieux couché sur le bord du lit : car, pour le garçon, garanti par le dossier, il ne risquait rien. Selon la légende, jadis fut substituée à une vierge une biche ; mais maintenant à la place d’un cerf, une mentule fut substituée”.

326 La législation de Domitien interdisant la castration n’a nullement concerné la circoncision.

327 Le motif de la castration avait fourni à Catulle le sujet d’un long poème, le carmen 63.

328 Genèse 22.

329 “Hypocoristique”, forme affectueuse du nom Achilleus, qui convient bien à un esclave fugitif (dit cervus parce qu’il court comme un cerf).

330 “Marcus Antonius aime, Atticus, mes poèmes, si du moins sa lettre et son salut disent vrai – Marcus que ne saurait renier Toulouse chère à Pallas, lui sa gloire, qu’a fait naître la Quiétude fille de la Paix. Toi, qui peux supporter la longueur des routes, va, mon livre, gage d’une absente amitié. Tu aurais été d’un vil prix, je l’avoue, si tu étais aujourd’hui l’envoi d’un acheteur : toute la valeur du présent viendra de son auteur. Grande est la différence, crois-moi, entre boire l’eau vive à sa source et boire l’eau stagnante d’un lac inerte”.

331 “Déjà, heureux du temps vécu dans la paix, Antonius Primus compte quinze Olympiades, il se retourne sur ses jours passés et, assuré de les posséder, sur ses années, sans redouter les eaux désormais proches du Léthé. Aucune journée n’est, à se la remémorer, déplaisante ni pesante, et il n’en est aucune qu’il voudrait ne pas se rappeler. L’homme de bien agrandit l’empan de son âge : c’est vivre deux fois que de pouvoir jouir de sa vie antérieure.

332 “Ce portrait que je fleuris de violettes et de roses, tu demandes, Caecidianus, quel visage il nous rend ? Tel était dans la force de son âge Marcus Antonius Primus : dans ces traits, le vieil homme se voit homme jeune. Si l’art pouvait reproduire le caractère et l’âme ! Il n’y aurait pas au monde peinture plus belle”.

333 Éd. Teubner, index, p. 491 : “sans aucun doute à distinguer du fameux général Flavien” ; plus nuancé dans son édition Loeb, tome III, index, p. 340 : “practically impossible” l’identification.

334 “Partisans of Galba”, RP IV, 122 sq.

335 J. C. Anderson Jr, The Historical Topography of the Imperial Fora, Bruxelles, 1984, p. 101 sq.

336 Tacite, Histoires IV.80.

337 R. Syme, RP IV, 128.

338 Tacite, Annales XIV.40.2.

339 R. Syme, RP IV, p. 128 ; cf. Tacite, Histoires II.86.

340 Strennus manu, sermone promptus, serendae in alios invidiae artifex, discordiis ac seditionibus potens, raptor, largitor, pace pessimus, bello non spernendus.

341 R. Syme, RP V, p. 503 (Tacite, Histoires IV.39.4).

342 M. Antonius Primus n’est pas mentionné dans son état major ; le livre V est très fragmentaire ; mais Flavius Josèphe ne le mentionne pas (sauf erreur) dans le Bellum Iudaicum.

343 Expression biblique.

344 La notion de “nouvelle naissance” est fréquente dans les textes isiaques. – Le dernier lieu où soit attestée la présence du général Flavien est Alexandrie.

345 REA 100, 1998, p. 53-59.

346 R. Syme, “Praesens the Friend of Hadrian”, RP V, (p. 563-578), p. 576-577.

347 Voir supra, l’Addendum “Atticus et son environnement”, p. 137 sq.

348 REA, 100, 1998, p. 60-63 (Horace, Épîtres I.18.103).

349 Rien n’interdisait de rendre un culte privé chez soi à un être qu’on vénérait.

350 Cette qualification semble être l’indice le plus sûr en faveur de l’identification avec le général Flavien.

351 On a interprété ce que dit Suétone de Flavius Clemens cos. 95 (contemptissimae inertiae, Dom., XV.1) comme un indice de son appartenance à la confession chrétienne (qui est exclue). Des relations avec les milieux judaïsants sont possibles : H. Solin, ANRW II, 29 (1983), p. 661 ; R. Syme, RP V, p. 576 n. 86).

352 Le légat de Syrie était alors L. Iunius Caesennius Paetus (le père de Caesonia ?) ; il résidait à Antioche.

353 “Son clergé annonce la huitième heure à la génisse de Pharos et, armée du javelot, descend de garde la cohorte relevée par la cohorte montante. Cette heure-ci tempère la chaleur des thermes, quand la précédente souffle des vapeurs excessives et quand la sixième brûle des débordements de Néron. Stella, Nepos, Canius, Cerialis, Flaccus, vous venez ? Mon sigma contient sept places, nous sommes six, ajoute Lupus”.

354 REA, 100, 1998, p. 47 et n. 33.

355 J. Marquardt, Privatleben I, p. 307.

356 Certainement Stella (et hypothétiquement Flaccus) ; à démontrer, Nepos (cf. supra, Annexe II.1 “à propos de Nepos de X.48.5”).

357 Une telle invitation, avec son lit de table à sept places, occupées par plusieurs importants personnages, cadre assez mal avec le statut de Martial, dont la petite domus du Quirinal est modeste.

358 Nous interprétons le pilata de Martial, ainsi que le font H. J. Izaac et D. R. Shackleton Bailey, comme formé sur pilum (“armée du javelot”) ; ce pourrait, moins vraisemblablement, être le participe passé de pilare (“en rangs serrés”). Le cognomen Pilatus a le i long dans la prosodie latine ; voir I. Kajanto, Latin Cognomina, p. 354 sur le grec Πιλᾶτος.

359 Pour un contexte Isiaque, voir dans le conte de Psyché la séquence des préliminaires de sa rencontre avec son mari : annonce d’une voix “dépouillée de son corps”, somme, bain puis repas, pour lequel Psyché prend place sur un semirotundo suggestu, Apulée, Met. V.III, 1-2. Pour la place du bain et des thermes (qui peuvent être utilisés pour le baptême) dans le christianisme primitif, voir P. Guyot et R. Klein, Das frühe Christentum bis zum Ende der Verfolgungen, II, Darmstadt, 1994, p. 114-115 (texte d’Irénée, adv. haer. III.3.4 = Eusébe, HE IV.14.6 : le bain de l’apôtre Jean à Éphése) ; et p. 305.

360 Dans l’épigramme III. 91, sur la rencontre d’Achillas et du missicius et des Galles, la consommation de vin est mentionnée comme seul élément d’un repas, au vers 6 : somni post vina petuntur, sans autre commentaire : ruse des Galles pour endormir leurs victimes ? Allusion à un rituel ?

361 Nepos ?

362 Martial se souvient de l’épître d’Horace I.5 à Torquatus : la mention du vin apparaît au début de la pièce, alors qu’il la réserve pour la fin dans son épigramme ; au demeurant, comparer les vers 19-20 de cette dernière aux vers 4-5 de l’épître : Frontino consule correspond à iterum Tauro. – Athénée, Deipnosophistes I.2 B indique que le vin de Nomentum était buvable à partir de cinq ans (édition de Martial dans la CUF, p. 94, n. 6).

363 Sur la croyance selon laquelle un animal mordu par un loup a la chair plus tendre, Plutarque, Propos de table II. 9. La plaisanterie sur le “loup inhumain” repose sans doute sur le vocabulaire des relations “grecques” de l’amant adulte (le loup), et du jeune garçon (le chevreau).

364 Les coupes (pocula, entendu comme calices) sont d’usage important dans les rituels isiaque et chrétien. Pour le culte d’Isis, voir J. G. Griffiths, The Isis-Book (EPRO 39, Brill) 1975) citant A. F. Shore, “A Drinking Cup with Demotic Inscription”, British Museum Quarterly 36, 1971, p. 16-18 et discutant de la fonction rituelle de cette coupe.

365 Tacite, Agricola III.1.

366 La réalité et l’importance de cette persécution sont comme on sait très discutées et, parfois niées. Dion Cassius LXVII.14 mentionne tout de même de nombreuses condamnations à mort ou à la confiscation de leurs biens d’accusés d’athéisme et d’adoption des “moeurs juives”. Le dernier mot de l’épigramme de Martial, “source” quasiment contemporaine des événements supposés, mérite peut-être de reconsidérer la question.

367 Pour le cas de Nepos, supra, Annexe 1 : “À propos de Nepos (X.48,5)”.

368 Jean 21.1-14. À cette occasion, relevons, toute révérence gardée, la place que paraît avoir le sept dans l’imaginaire de Martial (fort peu enclin à la théologie arithmétique au demeurant – cf. F. Buffière, Les mythes d’Homère et la pensée grecque, Paris, 1973, p. 365 et 377 sq). Le Timave, fleuve Euganéen (XIII.89.1) d’Aquileia (IV.25.5, cf. VIII.28.7) a chez lui sept embouchres. Il en avait neuf chez Virgile, Énéide, I, 245. Le sept “magnifiquement impair et rebelle à toute division” (F. Buffière, o. c., p. 578) est la déesse Athéna. Pour un écho des théories pythagoriciennes dans un contexte isiaque, Apulée, Métamorphoses, XI.1 : Lucius, avant d’implorer Isis, s’est sept fois longé la tête dans la mer : septies(que) summerso fluctibus capite, quod eum numerum praecipue religionibus aptissimum divinus ille Pythagoras prodidit.

369 Voir la traduction œcuménique du Nouveau Testament (Éditions du Cerf et Société Biblique Française), Paris, 1989.

370 Dion Cassius emploie le verbe katedikçasqhsan, correspondant au reum de Martial. Sur l’accusation portée pour athéisme, Guyot-Klein, o. c., II, p. 140-153 (textes) et 322-330 (commentaire). Les mystères chrétiens – la Croix peut-être allusivement dans la cena de Calliodore – ne sont pas ceux d’une “religion à mystères” ; mais, dans des périodes de persécution, ils ont pu être couverts par une consigne de silence : sigça. Dans le contexte isiaque très différent (Isis était pleinement admise dans le panthéon païen) Apulée évoque, dans le réveil de Lucius les opacae noctis silentiosa secreta dont le sentiment conduit son héros à la fervente prière à la déesse (Métamorphoses XI.I). Mysterium implique silentium.

371 Nous n’avons pas abordé les questions du “règne” de Clément de Rome. Relevons seulement ce qu’on peut approximativement déduire, pour ce qui est de la chronologie, des datations que l’on peut retenir pour sa parentèle. Il pourrait être né pendant le quinquennium Neronis, son père ayant vu le jour ca. 30 et sa demi-soeur Domitilla 3 vers 60. Il aurait occupé le siège Apostolique (ca. 92-101) d’environ 36 à 45 ans, ce qui paraît extrêmement précoce. Peut-être faut-il faire entrer en ligne de compte une donnée du Liber pontificalis qui suit celle que nous reproduisons supra, n. 280, qui continuait ainsi : obiit Martyr tertio Traiani, qui sepultus est in Graecia VIII Kal. Decembris. Quidni potius dicamus S. Clementem anno LXXVII abdicasse Pontificatum et Episcopum Apostolicum, nulli Sedi affixum, reliquo tempore vixisse ? Selon cette version, il y aurait donc eu abdication de Clément I, à l’âge de 77 ans. Nous laissons à plus compétent que nous en ces matières la tâche (s’il y a lieu) de critiquer ces informations.

372 Jérôme 108.7 sur son 1ieu d’internement que l’on visitait encore à Pontia.

373 Juvénal, satire VI, vers 638 sq ; cf. la Pontia de Martial II. 34.6 et, plus allusivement, VI.75. Celle de Juvénal était un personnage historique (PIR1 P 679). Voir M.-Th. Raepsaet-Charlier, Prosopographie des femmes de l’ordre sénatorial (ier-iie siècle), Louvain, 1977, p. 520-521 no 643 : fille d’un P. Petronius convaincue d’avoir empoisonné ses deux fils, elle se suicida ; peut-être une Petronia Pontia.

374 Cf. supra, n. 356.

375 Carmen 61, vers 221-225 ; voir également Horace, Odes IV.5, vers 23, qui loue la législation d’Auguste qui a réformé les mœurs de l’aristocratie : Laudantur simili prole puerperae, “Les accouchées sont louées de la ressemblance de leur enfant” (avec leur mari). Sur le lieu commun de la ressemblance des enfants au père, remontant au moins à Hésiode (Les Travaux et les Jours, vers 235) voir M. Lentano, “La somiglianza che legittima. Note ad Aristeneto, “Lettere d’amore, I, 19”, REA 110, 2008, p. 509-521 ; p. 515-516 n. 24, sur Catulle, C. 61, 221-225 et sur l’épigramme de Martial VI.27, vers 3-4 – la fille de Nepos. Il mentionne l’“excellent commentaire” de F. Grewing, Martial. Buch VI. Ein Kommentar, Göttingen, 1997 (non vidi).

376 Non qu’il soit déplacé dans l’évocation des relations conjugales dans d’autres milieux sociaux ; mais c’est principalement les mœurs de l’aristocratie qu’Auguste et après lui Domitien s’étaient préoccupés de réformer.

377 XIII.119, sur le vin de Nomentum et en particulier celui de Q. Ovidius ; cf. I. 105 sur le vieillissement des crus et IX. 98, plaisantant sur la vendange de “Coranus” (cognomen bien attesté) qui a réussi à faire cent amphores d’eau (à Nomentum ?). Le nom, comme noté supra, est proche du Coracinus de IV.43 (invention de Martial ?)

378 Q. OVINI (CIL X. 8050,3).

379 Praestiteris caro – quis non laudet ? – amico/ut potior vita sit tibi sancta fides :/sed reddare tuis tandem mansure Sabinis/teque tuas numeres inter amicitias (vers 7-10). Il n’est pas certain que “ta Sabine” (tuis Sabinis) fasse allusion à Nomentum, où Martial voisinerait avec plaisir avec Quintus : Nomentum n’est pas situé exactement en Sabine – mais Martial peut s’exprimer avec approximation. Il s’agit plutôt de la patria de Q. Ovidius, originaire de Narni, où il faisait de fréquents et longs séjours (VII.93).

380 PIR2 M 549 ; de Novaria, tribu Claudia, comme les deux frères consulaires dont les nomenclatures complexes posent de délicats problémes ; sur l’identité des Nepotes qui figurent dans la correspondance de Pline, voir R. Syme, “Correspondents of Pliny”, RP V, p. 462 et n. 114. Les deux frères de Novaria sont PIR2 M 547 et 545 : nous simplifions au maximum l’exposé.

381 Voir RP V, index p. 746.

382 Voir le stemma (hypothétique) de L. Petersen dans la PIR2. Pour la fille du suffect de 91 on peut songer à l’une des deux Metiliae Marcia et Rufina (PIR2 M 553 et 554) connues par des marques sur conduites de plomb à Pouzzoles (CIL X 1905) : plutôt que deux sœurs, la sœur et la fille d’un Metilius, riche propriétaire de domaines en Campanie. La seconde serait la fille du Metilius de Martial (VI.27), la première sa sœur.

383 Nous devons à l’amitié de Gilles Sauvon son superbe livre sur Les décors privés des Romains (Paris 2009). Le chapitre IV (p. 155-195) est consacré à la grotte tibérienne : une merveille pour la pensée et le regard. – Page 183 fig. 169 photo de l’inscription de Faustinus.

Table des illustrations

Titre Stemma I La famille Flavienne
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Stemma II : la descendance de M. Arrecinus Clemens, Praef. Praet. 40
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Stemma III : Les deux branches de la famille le Flavienne
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search