Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Deuxième partie. Les documents

La diffusion de l’idéologie flavienne dans les provinces occidentales de l’Empire : le décor sculpté des monuments publics

Emmanuelle Rosso

Texte intégral

  • 1 L’expression est de Gros 1987, 363.
  • 2 Darwall-Smith 1996.
  • 3 Torelli 1987, 563-582.

1C’est un fait bien connu, le premier urbanisme monumental de bien des cités de l’Occident romain a été façonné par ou pour la dynastie julio-claudienne. La plupart des édifices publics ont accueilli les symboles du nouveau régime et les élites locales ont régulièrement enrichi et actualisé galeries de statues et décors allégoriques en fonction des orientations successives d’une idéologie en mutation. À leur arrivée au pouvoir, les Flaviens se trouvèrent donc confrontés, à Rome comme dans les cités provinciales, à une alternative cruciale pour l’image que la nouvelle dynastie entendait donner d’elle-même : s’inscrire dans une continuité et ainsi compléter une “panoplie monumentale1” qui resterait définitivement marquée par l’empreinte julio-claudienne, ou créer des espaces spécifiquement consacrés à la gens Flauia – ou entièrement remodelés par elle. Si la reprise des projets antérieurs et l’établissement d’une filiation directe avec les premiers empereurs constituaient un message particulièrement efficace en termes de légitimité dynastique, ce parti présentait, à terme, le risque de diluer dans un continuum indifférencié les spécificités qui faisaient de l’avènement des Flaviens une nouvelle ère pour l’histoire de Rome. On sait ce qu’il en fut dans la capitale : les trois empereurs parvinrent à concilier ces exigences apparemment contradictoires d’inscription dans une continuité et de représentation d’une dynastie nouvelle par la construction d’une Rome flavienne, ayant ses propres circuits et ses propres symboles2, qui prit place aux côtés des monuments des premiers Julio-Claudiens – le plus souvent en se substituant aux réalisations néroniennes : ainsi, à chaque grand monument augustéen faisait pendant un ensemble flavien3, au sein d’un programme conçu sur le mode de l’analogie et de l’aemulatio. Les modèles furent soigneusement sélectionnés : seules les réalisations des “bons empereurs”, Auguste, Claude, mais aussi – et cela a été moins noté – celles des uiri triumphales de la fin de la République, furent retenues. L’utilisation du référent julio-claudien par les Flaviens est donc fondamentalement ambiguë, parce que sélective et médiatisée, mais elle constitue dans le même temps l’un des enjeux essentiels de la continuité et donc de la légitimité des seconds.

2Le propos est ici d’illustrer le processus de mise en forme d’un langage visuel à l’échelon provincial, en étudiant l’implantation et la présence de la nouvelle dynastie dans des centres urbains où l’intervention flavienne est formellement attestée : quels espaces l’image du pouvoir a-t-elle investis ? Quelle fut l’attitude envers les réalisations antérieures ? De quels programmes iconographiques et architecturaux furent-ils dotés, et qu’ont-ils de spécifiquement flavien ?

  • 4 Pour Brescia, voir en particulier Frova 1990 ; pour Munigua, Coarelli 1987 ; pour Tarragone, Ted’a (...)

3Trois cités provinciales paraissent constituer des champs d’investigation privilégiés pour aborder la question de la diffusion de l’idéologie flavienne à travers ses supports figurés : Brescia, Tarragone et Munigua. Elles illustrent des statuts juridiques et des occasions d’intervention du pouvoir différents : si la colonie de Brescia a bénéficié de la faveur impériale en tant que ville flavienne de la première heure, qui avait choisi le parti de Vespasien lors des événements de 69, le centre monumental de Tarragone illustre quant à lui le développement du culte impérial dans une capitale de province qui avait été particulièrement favorisée par la première dynastie ; enfin, Munigua, en Bétique, représente le cas, rare en Occident, d’un centre dont le premier urbanisme fut flavien – parce que contemporain de la fondation du municipe, ce qui laissait toute latitude pour développer un programme architectural et décoratif original. Si les aspects architecturaux innovants de ces ensembles ont été relevés à plusieurs reprises4, on a peut-être moins noté que leur programme sculpté concentre lui aussi, de manière parfaitement cohérente, les principaux aspects de l’expression figurée du programme idéologique flavien. Dans l’analyse des relations qu’ils entretiennent avec les modèles de l’Urbs, il convient d’être attentif aux différences autant qu’aux points de convergence, afin d’évaluer l’adaptation de ces derniers hors de Rome : or, ce qui frappe dès l’abord, c’est l’apparent éclectisme des références, qu’il s’agit précisément d’identifier, afin de comprendre la spécificité du message qu’elles entendaient délivrer. On peut d’ores et déjà souligner que, par-delà une indéniable fidélité au modèle augustéen se dessine un langage visuel spécifique faisant un usage subtil et maîtrisé de citations planimétriques, architecturales et plastiques empruntées à d’autres périodes.

1. Le centre monumental de Brescia

  • 5 Insc. It., X. 5.1, 88.

4En tant que ville d’Italie géographiquement proche du “centre du pouvoir”, Brescia mérite d’être examinée en premier lieu. L’intervention flavienne consiste en un remodelage en profondeur du centre civico-religieux, autour du “bloc-forum” dominé par un imposant Capitole ; datée de 73 p.C., l’inscription de l’architrave désigne Vespasien comme l’évergète-constructeur du complexe, sans autre mention5 (fig. 1) ; la date de dédicace indique en tout cas une décision particulièrement précoce. Or, il s’agit en quelque sorte d’une reconstruction, le sanctuaire flavien venant se substituer à un sanctuaire républicain du début du ier siècle a.C., dont il reprend très fidèlement l’implantation.

Fig. 1 : Brescia, Capitole. Inscription mentionnant l’empereur Vespasien. Cl. de l’auteur.

  • 6 Tac., Hist., 3.34.2 : reposita fora templaque magnificentia municipum ; et Vespasianus hortabatur.
  • 7 Barzano 1984.
  • 8 Packer 2003, 168.
  • 9 Giard 1998, 149 no 530, pl. 47 (71 p.C.).

5Comment se justifie une évergésie impériale d’une telle ampleur concernant le Capitole ? La cité avait souffert de la guerre civile : il s’agissait donc avant tout d’en effacer les traces, premier signe visible du retour de Pax. Si, à Crémone, l’empereur encouragea les initiatives locales6, à Brescia il intervint directement. Le parallèle avec Rome est évident : la reconstruction du Capitole, dévasté lors du Bellum Capitolinum et de l’affrontement avec les vitelliens7, fut une priorité absolue du nouveau pouvoir – elle fut d’ailleurs décidée dès le mois de juin 70, avant le retour de Vespasien sur le sol italien8. La restauration du premier temple dédié par la république naissante, symbole majeur de la grandeur de l’Vrbs, marqua le coup d’envoi hautement programmatique d’une vaste entreprise de renouatio qui constitua le thème prépondérant de la propagande des années 71-75 p.C. : sur les monnaies, Vespasien aide Rome à se relever, avec la légende Roma resurgens9. Pour notre propos, il importe surtout de souligner que, dans la capitale comme à Brescia, c’est avant tout un symbole républicain que l’on restaure.

  • 10 Une dédicace romaine (CIL, VI, 934) qualifie Vespasien de conseruator caerimoniarum publicarum et (...)
  • 11 Gabelmann 1969, 219-238.
  • 12 Locatelli 2002, 175-191.
  • 13 Brescia, Museo romano, inv. MR 2 ; cf. Brescia 1998, 34 (fig.).

6Ce geste de respect se double d’un acte ostentatoire de retour à la pietas traditionnelle, qui est également l’une des ambitions affichées de la nouvelle dynastie10. Les autels à guirlandes du Capitole de Brescia, dont H. Gabelmann a restitué l’emplacement dans la cella principale11, sont taillés dans une pierre locale mais ont selon toute vraisemblance été réalisés par des sculpteurs appartenant à une officine urbaine, ce qui conforte l’idée d’un programme impérial orchestré jusque dans ses détails. Du Capitole proviennent également les fragments d’un colosse de Jupiter assis12 et une tête de Minerve13 de belle facture, qui constituent sans doute les vestiges des statues de culte flaviennes. Ainsi, cette reconstruction, qui a pour double objectif d’honorer une cité loyale et d’effacer la mémoire des sanglants épisodes de la guerre civile, permet à la nouvelle dynastie d’y implanter le modèle de la métropole tout en manifestant sa pietas, dans le respect du passé républicain de la ville. Dans le même temps, et d’une manière particulièrement habile, la reconstruction par Vespasien place de facto l’ensemble du complexe sous le patronage exclusif de l’empereur ; cette présence impériale conditionne fortement le programme décoratif qui se déploie sur la place et sous ses portiques.

7Au plan architectural, le bloc-forum fait l’objet d’une monumentalisation, obtenue notamment par la construction de portiques latéraux surélevés, qui en font un temenos fermé. Or, les caractéristiques de ce nouvel ensemble – en particulier l’intégration du temple au portique – renvoient sans ambiguïté au Templum Pacis, construction emblématique du pouvoir flavien à Rome (fig. 2). Malgré l’antériorité de la “réplique” par rapport à son modèle urbain – le forum de Brixia est achevé dès 73 alors que le Templum Pacis n’est dédié qu’en 75 –, la filiation des projets est indéniable.

  • 14 Suet., Vesp., 5.7.
  • 15 BMC, I, 368 no 2, 369 no 8-9, 371 no 22 ; cf. également Wardle 1996, 215.

8Les deux valences du complexe brescian – capitoline et triomphale, c’est-à-dire jovienne et impériale – procèdent d’un événement majeur pour la nouvelle dynastie, qui seul pouvait susciter une telle faveur dans une cité provinciale : la participation des cités d’Italie du Nord à l’ascension de Vespasien lors de la seconde bataille de Bedriacum. Vitellius avait remporté la première, mais un aigle avait annoncé la victoire à venir de Vespasien14. Après celle-ci, le même Vitellius avait fait frapper monnaie avec la légende Iupiter Victor15. Reconstruction du Capitole et présence impériale dénoncent l’usurpation vitellienne des symboles joviens et célèbrent dans le même temps le rôle de la nouvelle dynastie dans le retour de la paix et de la religion traditionnelle. Le Capitole et le forum de Brescia condensent donc très précocement, en une double imitatio Vrbis, les réalisations majeures des années 71-75 p.C. : la reconstruction du Capitolium, avec une même connotation anti-vitellienne, et la construction, ex nouo, du Templum Pacis, avec un même souci d’exalter la victoire et la paix qui en procède.

Fig. 2 : Rome, plan du Templum Pacis à partir des fragments de la Forma Urbis Marmorea. D’après A. M. Colini, BCAR, 1937, pl. 3.

9En effet, la référence aux réalisations romaines contemporaines va bien au-delà de la simple dérivation architecturale. Si le Capitole romain était le point d’aboutissement de tout triomphe, le Templum Pacis était lui aussi un monument triomphal, construit ex manubiis et renfermant les trésors du Temple de Jérusalem. Cet aspect réapparaît de manière tout à fait privilégiée à Brescia, ce qui ne saurait être fortuit, sur un mode tout à fait particulier : les concepteurs du programme n’ont pas dupliqué à l’identique le Templum Pacis, mais ont manifesté la volonté d’insérer l’intervention impériale dans le contexte historique local. Sur la place, sous les portiques, mais aussi dans le théâtre adjacent au forum, c’est autour de la notion et, plus concrètement, de la figure de Victoria, que s’est progressivement développé un riche programme iconographique.

  • 16 Hölscher 1970, 67-78.
  • 17 Il convient de noter le précédent décisif que constituent certaines émissions de Galba : sur ce po (...)
  • 18 Giard 1998, 141 no 480, pl. 43 ; 151-152 no 554-564, pl. 49-50 (71 p.C.).
  • 19 Cf. la statue de Sabratha : Vermeule 1959, 44 no 85, pl. 8 fig. 25 ; Stemmer 1978, no V 10.
  • 20 Il n’est pas indifférent pour notre propos que cette statue provienne de l’amphithéâtre flavien de (...)
  • 21 Hölscher 1970, 72.

10La célèbre statue16 (fig. 3) est issue d’un dépôt de bronzes exhumé à proximité immédiate du sanctuaire. Revêtue d’un chiton qui dénude l’épaule droite, elle tenait un objet aujourd’hui disparu, que diverses répliques permettent d’identifier comme un bouclier. Le témoignage des monnaies est décisif, qui permet de rattacher ce type de victoire à l’intervention flavienne : si ce dernier rencontre un succès particulier au iie siècle, il connaît en réalité son véritable essor sous Vespasien17 et apparaît dès 71 sur les émissions commémorant la victoire sur la Judée avec les légendes Iudaea capta et Victoria Augusti18. Dès lors, le motif fait l’objet d’une reproduction massive, perceptible également sur d’autres supports figurés, tels les statues cuirassées19. Il est depuis longtemps établi que cette victoire est une Umbildung d’un type de Vénus hellénistique au miroir, dont la Vénus de Capoue donnerait une image assez précise20 ; l’original constituait sans doute la statue de culte du temple de Corinthe21. La confrontation avec des œuvres contemporaines indique en tout cas que ce type statuaire acquiert sous Vespasien le statut de personnification de la victoire flavienne.

  • 22 Moreno 2002, 119-157.
  • 23 Cette mutilation en dit long sur le statut de l’art romain par rapport à l’art grec. T. Hölscher, (...)
  • 24 Moreno 2002, 126.

11Or, P. Moreno a tout récemment reconnu dans l’œuvre de Brescia un original hellénistique du milieu du iiie siècle a.C.22, qui aurait été transformé en victoire par l’adjonction du bouclier et des ailes : en particulier, le rattachement des ailes au corps, qui viennent se greffer par-dessus le chiton, trahirait le remaniement ultérieur. La découverte a immédiatement donné lieu à un démontage (provisoire) des bras et des ailes de la statue, qui, ainsi dépouillée de ses attributs romains, recouvre pour un temps son aspect “originel23” : l’hypothèse de P. Moreno vise donc à démontrer que l’œuvre témoigne de “l’altération” d’un original et non seulement d’un type statuaire. Le savant italien situe au milieu du iie siècle a.C. l’arrivée en Italie de l’œuvre, qu’il rattache à la sphère alexandrine uia l’école rhodienne. Par la suite, la statue aurait pu faire partie des “ornements du triomphe” d’Octave sur l’Égypte en 28 a.C., avant d’être “offerte” à Brescia à l’occasion de l’octroi du titre de colonie24.

Fig. 3 : La victoire de Brescia. Cl. de l’auteur, d’après le moulage du Musée de la civilisation romaine, Rome.

  • 25 Il ne nous appartient cependant pas de porter un jugement de valeur sur ce processus et de détermi (...)

12Si ces conjectures se trouvaient avérées par des analyses ultérieures, la Vénus-Victoria de Brescia entrerait ainsi dans la catégorie des spolia modifiés en vue de leur “utilisation” au sein d’une nouvelle mise en scène ; or, c’est la signification même de son insertion dans son nouveau contexte qu’il s’agit de comprendre. L’intérêt des chercheurs s’est de tout temps davantage porté sur les transformations successives du type statuaire (ou sur les vicissitudes de la statue grecque avant son arrivée en Italie) que sur la signification spécifique qu’impliquait sa présence à Brescia sous la forme où elle fut exhumée, celle d’une victoire au bouclier – et non d’une Vénus au miroir. Quelle que fût l’occasion et la date d’adjonction des ailes, son exposition à Brescia tendait à “historiciser” fortement l’œuvre25 dans un sens qui s’insère parfaitement dans le contexte flavien.

13Le référent culturel dont procède cette transformation est parfaitement clair. À Rome, faut-il le rappeler, la tradition consistant à insérer des œuvres grecques au sein d’un ensemble monumental romain remonte aux uiri triumphales du iie siècle a.C., qui dédièrent de vastes temenoi multifonctionnels, tout à la fois sanctuaires, bâtiments administratifs, jardins d’agrément et monuments triomphaux ; leurs portiques étaient régulièrement voués à la contemplation d’œuvres d’art – le plus souvent des originaux de la statuaire ou de la peinture grecque – issues du butin des conquêtes. Il ne s’agissait en aucun cas de collections aléatoirement constituées au fil des campagnes militaires : la mise en scène des œuvres y répondait à des impératifs politiques et idéologiques précis, visant à faire des personnages et des mythes évoqués autant d’exempla uirtutis, dont les victoires récentes constituaient les glorieux prolongements.

  • 26 Rouveret 1987, 431-450.
  • 27 Plin., Nat., 34.84.

14Or, c’est précisément avec cette attitude que renoue le Templum Pacis : la filiation avec le Forum d’Auguste, qui abritait lui aussi une prestigieuse galerie d’art, est indéniable, mais la première réalisation spécifiquement flavienne à Rome met en œuvre un projet plus ambitieux, dévoilé par Flavius Josèphe : celui de rassembler en un même lieu de la Ville “toute la mémoire du monde26”. Cet objectif, bientôt devenu thème officiel de la propagande flavienne, est en étroite corrélation avec la thématique triomphale de l’ensemble. Il ne s’agit donc pas de constituer une collection parmi d’autres, mais de réunir tout ce que la terre comptait alors de mirabilia. Vespasien put ainsi rendre au public les œuvres confisquées par Néron pour la décoration de la Domus Aurea27. Cet “inventaire du monde” est bien sûr destiné à fournir un état des lieux du patrimoine artistique mondial à un moment décisif de l’histoire de Rome postérieur au rétablissement de Pax, déesse titulaire de l’ensemble. Ainsi, outre la radicalisation du projet, les éléments qui distinguent le Templum Pacis du Forum Augustum et tendent à le rapprocher des réalisations tardo-républicaines sont d’une part, la présence de jardins et de bassins qui participent pleinement de la mise en scène des statues et de l’évocation d’un mundus, d’autre part la vocation administrative et culturelle plus affirmée de l’ensemble – il abritait probablement le siège de la préfecture urbaine, mais aussi des bibliothèques et une salle exposant une première forma urbis, formes “non artistiques” de la mémoire de Rome. Le premier prince flavien s’inscrivait ainsi culturellement et idéologiquement dans la longue série des grands triomphateurs du monde romain – le modèle pompéien étant particulièrement prégnant à tous égards.

  • 28 Suet., Vesp., 18.
  • 29 Zimmermann 2003, 340, plaide en faveur d’une création du type iconographique sous Vespasien.
  • 30 Cf. supra n. 18.

15La collection du Templum Pacis comportait à vrai dire trois types d’œuvres d’art qu’il importe de distinguer : d’une part, des chefs-d’œuvre de la peinture et de la sculpture grecque ; en second lieu, des œuvres restaurées ou transformées à des fins idéologiques, comme le colosse de Néron converti en représentation de Sol et la Vénus de Cos28, ce qui, dans la perspective d’une confrontation avec la statue de Brescia, n’est pas anodin – le mot refector employé par Suétone à propos des deux statues et généralement traduit par “restaurateur” pourrait en réalité désigner la transformation même de ces œuvres ; enfin, des créations ad hoc, notamment une statue monumentale du Nil29. C’est bien évidemment à la seconde “catégorie” que renvoie la dédicace à Brescia d’une Vénus hellénistique transformée en victoire, dont la nouvelle consécration doit être de peu postérieure au triomphe romain de 71 et à la frappe des monnaies reproduisant le même motif30.

  • 31 Francken 2002, a réinterprété dans ce sens des éléments qui avaient été jusque là attribués à un b (...)
  • 32 Brescia, Musée de Santa Giulia, MR 340 : Brescia 1998, 36 (fig.).
  • 33 Pour l’influence de l’iconographie d’Alexandre, cf. infra p. 9 ; le type du barbare captif, qui po (...)
  • 34 Cf. la statue de Domitien-Nerva à Misène.

16Plusieurs autres éléments de statues illustrent probablement une phase d’enrichissement du décor intervenue sous Domitien et prolongeant une thématique de la victoire qui resta au centre de la propagande flavienne aussi longtemps que dura la dynastie : le même dépôt de bronzes a en effet livré, outre des plaques de couronnement de bases, d’autels et de trônes monumentaux31, une série d’appliques, probables ornements de statues équestres. Y figurent notamment un captif en bronze doré et un balteus orné d’un cavalier se jetant sur des barbares32, dont le motif évoque en premier lieu le groupe principal de la turma Alexandri de Lysippe ; les caractéristiques stylistiques de ces pièces, la nature des motifs représentés, qui étaient particulièrement prisés dans l’art officiel domitianique33, suggèrent une datation vers la fin du ier siècle34. Il se pourrait donc que la Victoria flavienne ait été également illustrée, par le biais d’une nouvelle référence hellénistique, par un groupe équestre évoquant directement les hauts faits des imperatores. Architecture et décor contribuaient donc à faire du capitole de Brescia, selon l’expression de Mansuelli, “le plus hellénistique des sanctuaires italiens” ; toutefois, ce caractère hellénistique n’est peut-être pas tant à mettre au compte d’un syncrétisme culturel spécifique à l’Italie du Nord qu’à l’attitude flavienne envers le passé républicain de Rome.

  • 35 Brescia, Musée de Santa Giulia, ST 22815 ; Frova et al. 1975, 64, fig. 22-24 (époque antonine) ; B (...)
  • 36 De Angeli 1992, 122-123 no 28, fig. 142a-b.
  • 37 Brescia, Musée de Santa Giulia, MR 3053 ; cf. Brescia 1998, 45 (fig.).
  • 38 Suet., Vesp., 7 ; Tac., Hist., 4.81-82.
  • 39 Moreno 2002, 126. Cf. supra n. 24.

17Le “bloc-forum” n’est du reste pas le seul espace public de Brescia qui fut converti en espace de représentation à la gloire de la dynastie ; la réorganisation du centre urbain permit d’annexer également le théâtre adjacent, fortement intégré au complexe monumental ; on y retrouve la thématique triomphale sur plusieurs chapiteaux figurés fragmentaires, ornés d’un personnage casqué et cuirassé et, aux angles, de victoires ailées35 – l’écho plastique avec la statue en bronze, évident, se double d’une nouvelle imitatio Vrbis puisque de semblables chapiteaux à victoires se retrouvent au Templum diui Vespasiani, sur le Forum Romain36 – mais aussi sur des consoles ornées de masques de Jupiter Ammon37 (fig. 4). Or, ce symbole majeur de l’art augustéen pourrait, dans une perspective flavienne, renvoyer plutôt à “l’investiture alexandrine” de Vespasien et constituer un témoignage supplémentaire d’imitatio Alexandri : c’est à Alexandrie qu’il fut acclamé empereur par les légions – il choisit du reste ce jour comme dies imperii, contre l’usage –, mais l’historiographie officielle fait également de l’Égypte le théâtre d’une série de miracula qui manifestaient la protection des dieux38. Si l’hypothèse de P. Moreno, qui propose pour la Vénus de Brescia une origine alexandrine39, doit être retenue, un jeu d’échos plastiques entre cette œuvre et le reste du décor évoquait symboliquement les deux théâtres majeurs de l’ascension, puis de la victoire flavienne : Bedriacum et Alexandrie. Par rapport au Templum Pacis, voué à la célébration de la victoire sur la Judée, l’accent était donc mis en priorité, à Brescia, sur l’arrivée au pouvoir des Flaviens ; un même modèle architectural était donc mis au service de l’exaltation de la Victoria flavienne, mais avec des connotations et des accents mêlant subtilement histoire impériale et histoire régionale. L’espace civique de Brescia fut ainsi annexé au profit de la nouvelle dynastie dès les premières années du règne de Vespasien par le biais d’un programme célébrant la victoire comme principale source de légitimité : en quelque sorte, le programme brescian tendait à faire de la bataille de Bedriacum le pendant local de la guerre capitoline.

Fig. 4 : Console avec tête de Jupiter Ammon, provenant de Brescia. Brescia, Museo di Santa Giulia. Cl. de l’auteur.

  • 40 AE, 1952, 131 ; Insc. It., X. 5.1, 89.
  • 41 Insc. It., X. 5.1, 91. On peut mentionner également le piédestal d’une statue de Nerva (CIL, V, 43 (...)
  • 42 En revanche, l’identification avec Domitia ou Julia Titi (Degrassi 1975, 203 ; Brescia 1998, 37) d (...)
  • 43 La salle est parfois appelée “quatrième cella” : Degrassi 1975, 201-202 : “molto più probabile mi (...)
  • 44 Degrassi 1969-70, 164-168.
  • 45 Plin., Nat., Praef., 3, a recours, pour désigner le prince héritier, à la formule fort précise de (...)
  • 46 Suet., Vesp., 8.5.
  • 47 Gros 2001, 113.

18Le troisième volet de la restauration flavienne de Brescia, qui recouvre des aspects plus proprement politiques, est lui aussi en étroite corrélation avec l’une des vocations du Capitole romain comme du Templum Pacis. Il concerne l’aménagement de l’aire située entre le théâtre et le Capitole, dont proviennent les “Fastes impériaux”. Ces plaques de marbre appartenant au revêtement d’un monument perdu (base monumentale ou enclos) mentionnent les membres du “collège” de la puissance tribunicienne. La première phase de ce monument, qui fut régulièrement actualisé jusqu’au iiie siècle, est à situer sous Vespasien et nomme Agrippa, Auguste, Tibère et Drusus II. De la même zone provient également le revêtement en granite d’une base de statue de Vespasien, dédiée par un magistrat de la cité, Q. Cornelius Placidus40, et une probable base dédiée à Domitien, malheureusement très fragmentaire41. À proximité du monument des Fastes devait donc se trouver un espace voué à la représentation de la nouvelle dynastie42. Or, on retiendra deux données fondamentales à propos de cette zone : sa situation d’abord, qui est organiquement liée à la fois au lieu du culte capitolin et au théâtre ; elle a topographiquement, sinon fonctionnellement, le statut d’une salle cultuelle43, à telle enseigne que N. Degrassi proposa d’en faire le siège des Augustales44. En second lieu, elle est dédiée à la représentation impériale dans une perspective visant à mettre en parallèle les deux dynasties. La filiation, qui ne saurait être familiale, s’exprime ici sur le terrain politique, par le biais de la puissance tribunicienne : or, au moment où la statue de Vespasien est dédiée, l’empereur a précisément renoué depuis 71 avec la pratique julio-claudienne consistant à désigner un “co-régent”, par l’octroi à Titus de la puissance tribunicienne45. Il n’est pas interdit de penser que ce monument des Fastes a fait l’objet, sous Vespasien, d’une réactualisation. Au Capitole de Rome, il avait fait reproduire 3000 tables de bronze comportant des textes officiels46 et le Templum Pacis conservait, en tant que siège de la praefectura urbis, les archives des censeurs47. Le monument des Fastes de Brescia, exposé dans ou à proximité immédiate d’un espace qui avait faisait office d’Augusteum, répond donc sur un mode mineur à l’entreprise de conservation de la mémoire de l’Empire engagée dans la capitale, qui incorpore ici dès le principe la dynastie au pouvoir.

19Par son projet, la nature, la qualité et l’organisation de son décor, le centre monumental de Brescia – et non seulement le Capitole – concentre comme son modèle romain les divers aspects du programme flavien de restauration de la dignitas impériale, en combinant tradition républicaine, référence julio-claudienne et filiation proclamée avec ces derniers, affirmation de la pietas et respect de la religion traditionnelle, thématique triomphale et représentation dynastique : c’est la confrontation avec ses paradigmes romains qui permet de saisir dans ses nuances la cohérence du projet brescian, de toute évidence élaboré dans les cercles les plus proches du pouvoir : Brescia assuma, en tant que lieu symbolique des premières victoires du parti flavien, le rôle de “laboratoire” de l’autoreprésentation impériale dont elle constitue une “vitrine” à l’échelon régional.

202. Le complexe monumental flavien de Tarraco

  • 48 Dupré i Raventós 1990, 319-325 ; Ted’a 1989, 141-191.
  • 49 Gros 1996, 229-231.
  • 50 Pensabene, in Mar 1993, 89-97 no 85-93.
  • 51 Pour un dessin de reconstitution, cf. Mar, in Mar 1993, 139 fig. 21, 141 fig. 22 (entablement).
  • 52 Rappelons que ces têtes de Jupiter Ammon sont également présentes à Brescia : cf. supra p. 256 et (...)
  • 53 Tarragone, MAT, inv. 112, 113, 310 ; Pensabene 1993, 83-87 no 80-81.
  • 54 De Angeli 1992, 93 fig. 87, 104 fig. 111.

21À Tarragone, l’intervention flavienne a modifié tout aussi radicalement le paysage urbain et demeure, comme à Brescia, perceptible en plusieurs lieux stratégiques de la ville. La réalisation la plus spectaculaire est sans conteste le complexe de la haute ville, qui accueillait selon toute vraisemblance le siège du culte impérial d’Hispania citerior. Ce n’est que récemment que sa construction a été datée avec de bons arguments du début de la période flavienne48 et mise en relation avec le développement du culte impérial provincial sous Vespasien. On y retrouve un agencement scénographique exploitant les ressources du terrain sur une surface qui fait de ce complexe l’un des plus grands du monde romain. On distingue trois niveaux, aux fonctions différenciées : un cirque occupait la plate-forme inférieure, une première terrasse accueillait le forum provincial, tandis que sur la seconde s’élevait sans doute le temple principal49 (fig. 5). De nouveau, on note l’importance des portiques surélevés grâce à d’imposants cryptoportiques et le lien organique avec un édifice de spectacle. Seuls subsistent du décor figuré des fragments de clipei alternant masques de Méduse et de Jupiter Ammon50, que R. Mar restitue51 à l’attique du portique supérieur52, et des éléments d’une frise ornée de guirlandes, d’instruments du sacrifice et d’insignes des flamines53 (fig. 6) – dont la frise du Templum diui Vespasiani sur le forum romain constitue le meilleur parallèle54 (fig. 7). À Tarraco, la probable allusion aux événements d’Alexandrie se double d’une volonté d’affirmer, par le biais de la référence prégnante au Forum Augustum la continuité que les Flaviens veulent établir avec les Julio-Claudiens.

  • 55 RIT, 72.
  • 56 Tarragone, MAT, inv. 676 ; RIT, 65, pl. 31-1.
  • 57 Tarragone, MAT, inv. P 21 ; CIL, II, 4094 ; AE, 1930, 146 ; RIT, 69, 36-37, pl. 31-2. Les dédicace (...)
  • 58 Giard 1998, 233-235, no 276-287, pl. 87.

22Ainsi, dans le sanctuaire de Tarragone, la présence flavienne s’effaçait en quelque sorte devant le culte rendu aux diui ; la nouvelle dynastie est davantage présente sur le forum colonial, et ce dès 73 p.C., avec une dédicace à Titus55. Du forum proviennent probablement deux autres témoignages directement liés au culte impérial : M. Acilius Nymphodotus, un affranchi sans doute, a dédié au diuus Augustus56 et au diuus Vespasianus57 des bases de statues jumelles. On trouverait difficilement un témoignage plus évident de la continuité que l’on vient d’évoquer : ce groupe statuaire constituait, d’une certaine manière, l’équivalent plastique des monnaies dites “de restitution” frappées en l’honneur du diuus Augustus après la divinisation de Vespasien58.

Fig. 5 : Vue en perspective de l’antique Tarraco, avec le sanctuaire sommital. D’après Hauschild 1972-1974, fig. 31.

Fig. 6 : Frise du temple de Tarraco. Cl. de l’auteur.

Fig. 7 : Rome, frise du temple du diuus Vespasianus. Cl. de l’auteur.

  • 59 Rodríguez Almeida 1994, 197-217.
  • 60 Boschung, in : Trillmich & Zanker 1990, 396-397 ; 2002, 91-92, no 27.3 à 27.5, pl. 77 1-3 (époque (...)
  • 61 Niemeyer, in : Nünnerich-Asmus et al. 1993, 329, pl. 108 (époque antonine).

23Toutefois, comme à Brescia, la dynastie était également présente dans le théâtre, sous la forme d’un groupe de statues cuirassées qu’E. Rodríguez Almeida a proposé récemment d’attribuer à la période flavienne59, alors qu’elles sont généralement considérées comme julio-claudiennes60 ou antonines61. Cette interprétation, qui n’a eu que peu d’échos, paraît toutefois s’imposer ; un certain nombre de parallèles permettent de l’étayer.

  • 62 Martial, Ép., 7.1-2.
  • 63 Le type de l’égide rappelle assez précisément celui du relief de la Chancellerie.

24Le groupe est constitué de trois effigies cuirassées acéphales plus grandes que nature, de dimensions, de pondération et de décor identiques. Elles se caractérisent par un ample paludamentum et une cuirasse sans ptéryges à double rangée de lambrequins (fig. 8). Si la lorica présente un décor étonnamment sobre – un rinceau, un cingulum et un glaive –, le plastron, en revanche, est orné de l’égide de Minerve, ourlée de serpents entrelacés. Le gorgoneion en tant que tel apparaît très couramment sur les cuirasses impériales, mais l’ampleur que prend ici le motif de l’égide est un unicum. E. Rodríguez Almeida rapproche ces statues des épigrammes de Martial évoquant le départ de Domitien pour son expédition contre les Sarmates en 9262 : Minerve y est présentée donnant à l’empereur son égide, qui lui assurera protection et victoire. L’une de ces épigrammes apparaît même comme une véritable ekphrasis des cuirasses de Tarragone. De ce rapprochement, E. Rodríguez Almeida conclut, très légitimement à mon sens, que ces dernières ne peuvent guère renvoyer qu’à un type créé pour Domitien peu avant son départ et le représentant avec les attributs de la déesse, emblèmes de la victoire à venir63. Une correspondance si précise entre texte et image semble difficilement pouvoir être fortuite : de fait, plusieurs parallèles illustrent ce nouveau chapitre de la représentation flavienne de la victoire.

Fig. 8 : Statue cuirassée provenant du théâtre de Tarragone. Tarragone, MNAT. Cl. de l’auteur.

  • 64 Naples, Museo Archeologico Nazionale, inv. 15 743. Pozzi 1987 ; Bergemann 1990, 82-86, no P 31 (av (...)
  • 65 Giard 1998, 283, no 317, pl. 103 ; 288, no 359, pl. 106 ; 293, no 401, pl. 108.
  • 66 Id. 1998, 251, no 83-85, pl. 93 (85 p.C.).
  • 67 Stemmer 1971, 563-580.
  • 68 Pour un dessin de reconstitution, voir Stemmer 1971, 571 fig. 7.
  • 69 Mar, in : Mar 1993, 152.

25On n’a sans doute pas suffisamment prêté attention au caractère hellénistique, de nouveau, des effigies de Tarragone : l’ample manteau, la double rangée de lambrequins et la cuirasse courte renvoient sans ambiguïté aux représentations d’Alexandre et de ses généraux. À l’époque impériale, ce type de cuirasse est pratiquement inusité : or, on le retrouve sur une statue indubitablement flavienne, découverte à Misène à proximité immédiate du templum Augusti, dont proviennent des effigies de Vespasien et Titus divinisés. Cette statue équestre figurait à l’origine Domitien, auquel on substitua après la damnatio memoriae le visage de Nerva, aujourd’hui conservé64 (fig. 9). La cuirasse est typologiquement et iconographiquement fort proche de celles de Tarragone : jupon de cuirasse sans ptéryges, cingulum et égide sont également présents. Cette dernière n’occupe pas toute la partie supérieure de la cuirasse, mais en constitue tout de même le motif principal, sous une forme très particulière et, de nouveau, sans véritable équivalent romain. La statue de Misène fait donc le lien entre celles de Tarragone et le balteus de Brescia appartenant lui aussi à une statue équestre, puisqu’elle est dérivée du même modèle, la turma Alexandri, groupe lysippéen dont la principale statue figurait un Alexandre cavalier à l’assaut de l’ennemi. On connaît la prédilection de Domitien pour ce thème figuratif grâce aux monnaies, qui le représentent ainsi dès 85 p.C.65 pour commémorer sa victoire sur les peuples germains. Mais le rapprochement est plus significatif encore lorsqu’on remarque que la série d’émissions commémorant l’obtention du titre de Germanicus fait systématiquement apparaître, sur le buste de l’empereur, l’égide, absente du reste du monnayage66. Un autre parallèle, le plus significatif sans doute, offre une nouvelle occurrence du motif de l’égide : il s’agit d’une statue cuirassée fragmentaire, qui constituait peut-être l’une des pièces maîtresses de l’aula regia du Palais Flavien du Palatin67 (fig. 10). Quatre fois grandeur nature, elle représentait l’empereur vêtu d’une cuirasse simple ornée de rinceaux et, sur le plastron, une égide – et non seulement un gorgoneion, j’insiste sur ce point – dont les serpents sont stylisés de manière à former eux aussi un rinceau68. L’entablement de la salle présentait quant à lui des victoires ornant des trophées – les “Trophées Farnese” – dont le cortège convergeait vers l’empereur triomphant. Ces décors renvoyant aux victoires daciques de Domitien, on peut situer leur réalisation à partir de 86 p.C.69

Fig. 9a : Statue de Domitien/Nerva provenant de Misène. Cl. de l’auteur.

Fig. 9b : Statue de Domitien/Nerva provenant de Misène : détail de la cuirasse. Cl. de l’auteur.

Fig. 10 : Épaule droite et cuirasse fragmentaire d’une statue colossale de Domitien ( ?). Rome, Palazzo Farnese. Cl. de l’auteur.

26Ces éléments tendent donc à confirmer l’attribution à Domitien des statues de Tarragone et à considérer comme caractéristique de l’iconographie de Domitien la récupération du motif de l’égide comme ornement de cuirasse et, plus généralement, l’imitatio Alexandri caractérisant le triomphateur par excellence. À Tarragone, il est difficile de déterminer si le groupe représentait l’empereur triomphant à trois reprises, en une prolifération caractéristique du règne du dernier flavien, ou s’il réunissait, selon un motif unifiant et un même type statuaire imité d’Alexandre, les trois imperatores de la dynastie. À Rome et, dans une moindre mesure, à Brescia, cette imitatio renvoyait avant tout à l’origine “orientale” de la victoire flavienne ; l’ensemble de Tarragone permet quant à lui de saisir l’évolution du motif sous Domitien, qui va dans le sens d’une assimilation de l’empereur à Alexandre.

3. Le sanctuaire à terrasses de Munigua

  • 70 Gros 1996, 171.

27Bien que n’étant en rien comparable à la brillante capitale d’Hispania Citerior, le modeste municipe de Munigua, en Bétique, semble avoir été lui aussi particulièrement favorisé par le pouvoir central. En effet, son centre monumental surprend par l’ampleur de ses édifices et la richesse de son décor : d’imposantes substructions ont dû être construites pour édifier, comme à Tarragone, un sanctuaire à terrasses, comportant lui aussi trois niveaux (fig. 11). Au niveau le plus bas se situait le forum, jouxté par un édifice thermal, puis on rencontrait sur une première terrasse fortement surélevée un sanctuaire intermédiaire ; le sommet de la colline accueillait enfin le sanctuaire principal, construit sur un haut podium et monumentalisé par un portique en p, deux rampes d’accès latérales convergentes et un hémicycle, situé en façade du temple, qui servait probablement d’écrin à l’autel70. Nous sommes donc en présence d’un urbanisme de représentation extrêmement ambitieux pour ce qui demeure somme toute un bien modeste centre urbain.

  • 71 Plin., Nat., 3.30 : Vniuersae Hispaniae Vespasianus imperator Augustus iactatum procellis rei publ (...)

28La promotion juridique du municipium Flauium Muniguense, qui intervint dans le cadre de la vaste entreprise de municipalisation procédant de l’octroi par Vespasien du ius Latii uniuersae Hispaniae, selon les termes de Pline71, en 74 p.C., donna l’impulsion pour sa monumentalisation ; le centre civico-religieux de cette ville sans passé julio-claudien fut donc façonné ex nihilo par les équipes flaviennes, ce qui rend les vestiges particulièrement lisibles. L’ampleur des réalisations laisse supposer une intervention impériale dont nous n’avons que des témoignages indirects, sous les espèces des nombreux hommages rendus, par les notables de Munigua, aux membres de la dynastie flavienne.

Fig. 11 : Vue axonométrique du centre monumental de Munigua. D’après T. Hauschild, MDAI(M), 1968, fig. 2, p. 265.

  • 72 Séville, Museo Arqueológico Provincial, inv. 190 ; CIL, II, 1049 ; ILS, 256 ; Collantes de Terán (...)
  • 73 Séville, Museo Arqueológico Provincial, inv. 10759 ; CIL, II, 1050 ; AE, 1972, 258 ; Collantes de (...)
  • 74 Séville, Museo Arqueológico Provincial, inv. 261 ; CIL, II, 1051 ; Collantes de Terán & Fernández (...)
  • 75 Perdue ; CIL, II, 1052.
  • 76 Séville, Museo Arqueológico Provincial, salle 20, inv. 1996-8 ; Grünhagen 1986, 309-323, pl. 51-54 (...)

29Sur l’aire du forum en effet, ce ne sont pas moins de cinq portraits flaviens qui sont attestés par l’épigraphie ou l’iconographie : on recense une base de statue du divin Vespasien72, une base dédiée à l’empereur Titus, qui fut “retouchée” après sa mort, où l’on ajouta le mot diuo sur le bandeau supérieur73, une très probable dédicace à Domitien74 et enfin, un dernier piédestal très mutilé dédié, probablement par le municipe, au promotor sui iuris75, épithète désignant selon toute vraisemblance l’empereur Vespasien. À ces témoignages épigraphiques s’ajoute un portrait en ronde-bosse de facture provinciale, figurant Domitien la tête surmontée de la corona ciuica76.

  • 77 Collantes de Terán & Fernández Chicarro 1972-1974, 351-353 ; González 1990, 169-170 ; Arce et al. (...)

30Du forum provient également une plaque de bronze qui retranscrit une lettre de Titus aux quattuoruiri et decuriones Muniguenses77. L’empereur a assuré l’arbitrage dans une affaire de publicains et s’est prononcé en faveur des habitants du municipe, intervention qui lui valut d’apparaître comme le véritable protecteur de Munigua. La présence sur le forum d’une copie de cette lettre et les hommages que les habitants lui ont rendu témoignent d’un attachement particulier à la personne de cet empereur. Le forum a donc livré une série d’hommages impériaux à caractère civique et honorifique régulièrement réactualisés pendant toute la durée de la dynastie : deux d’entre eux furent pris en charge par une même famille de notables locaux, les Licinii, bien attestés dans l’épigraphie de Munigua. La sollicitude impériale, dont le premier témoignage fut la promotion juridique de la communauté, a suscité en retour des témoignages de loyalisme de la part des élites locales et ainsi instauré une forme de “dialogue” entre centre et périphérie.

  • 78 AE, 1972, 251.
  • 79 AE, 1966, 183 bis.
  • 80 AE, 1966, 183.
  • 81 AE, 1966, 184.
  • 82 Ceres Augusta apparaît en particulier sur les émissions de 80 p.C. : Giard 1998, 223, 230, 232.
  • 83 Sur Bonus Euentus : Pera 1983 ; pour les émissions monétaires, voir Giard 1998, 208, no 83-85, pl. (...)

31Le sanctuaire, qui a également fait l’objet d’une riche décoration statuaire, illustre parfaitement cet aspect. Entre 1957 et 1970, diverses campagnes de fouilles ont mis au jour une série de bases de marbre, que surmontaient à l’origine des statues de divinités augustes ou de personnifications de vertus impériales ; sont attestés Fortuna Crescens Augusta78, Hercule Auguste79, Ceres Augusta80, et enfin Bonus Euentus Augustus81. F. Coarelli a souligné la forte tonalité impériale du panthéon ici représenté, mais il convient d’ajouter que ces divinités sont précisément celles qui apparaissent dans le monnayage de Titus82 ; Bonus Euentus caractérise tout particulièrement les émissions du début du règne83. Certes, on ne saurait parler de “programme” au sens strict du terme, dans la mesure où les dédicaces ne sont pas parfaitement contemporaines les unes des autres et sont le fait de dédicants différents ; en revanche, le fait que ces derniers aient fréquemment assumé des prêtrises dans le cadre du culte impérial contribue à expliquer l’étroite correspondance entre les thèmes de la propagande officielle et le décor sculpté du complexe monumental : les élites locales se sont empressé de répercuter les impulsions de la capitale. En outre, la découverte des bases dans la zone du sanctuaire laisse supposer un groupement des statues au sein d’un même monument ou sur une même place, de sorte que la cohérence de l’ensemble devait apparaître aux yeux de tous.

  • 84 Coarelli 1987, 91-100.
  • 85 Ibid., 98.

32S’il est légitime de penser que tout ou partie de cet ensemble monumental était consacré au culte impérial, on ne connaît pas précisément l’identité du ou des titulaires du temple sommital : les divinités honorées et les modèles architecturaux dont le sanctuaire est dérivé peuvent toutefois nous mettre sur la voie. Comme cela a été établi dès les premières fouilles, le sanctuaire est une réplique, de dimensions réduites, de ceux de Fortuna Primigenia à Préneste et d’Hercules Victor à Tibur : agencement scénographique avec temple sommital encadré par un portique, présence d’un hémicycle, de rampes monumentales latérales convergentes permettant l’accès au temple depuis un forum situé en contrebas font de ce sanctuaire une véritable “citation antiquaire84 ”, pour reprendre l’expression de F. Coarelli, qui insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas seulement d’un “parallélisme générique”, mais d’une véritable reconstruction. La question essentielle réside dans les raisons de la reprise, dans un petit municipe de Bétique et sous Vespasien, d’un type créé un siècle et demi auparavant pour les plus prestigieux sanctuaires de l’Italie républicaine. La présence des dédicaces aux divinités “impériales” que sont Fortuna et Hercule ne permet d’expliquer qu’en partie l’adoption de ce type architectural. Il est probable en réalité qu’elle se justifie par des considérations politiques, plus encore que religieuses ; c’est l’hypothèse de F. Coarelli, qui établit un lien entre l’octroi du ius Latii à Munigua et la reprise de modèles architecturaux utilisés dans le Latium à l’époque républicaine ; l’affirmation du nouveau statut de municipe aurait donc été exprimée à travers l’architecture de ces monuments, avec une signification particulière. L’ensemble est ici étroitement lié, on l’a vu, au culte impérial, comme à Brescia, afin d’affirmer la présence des acteurs principaux de cette promotion qui faisait des habitants de Munigua les héritiers directs des prisci Latini85. Le centre urbain paraît donc tout entier voué à la commémoration de cet événement : partis architecturaux et programme décoratif, qui propose successivement des représentations des princes flaviens – sur le forum – et celles des divinités jouant un rôle important dans l’idéologie flavienne – dans le sanctuaire – expriment à la fois un désir d’assimilation aux premières cités italiennes et une volonté de mettre ces nouveaux espaces de la vie publique sous le signe de la gens Flauia. On se trouve donc dans un cas de reprise de schémas architecturaux venus d’Italie, dont les modèles sont anciens, mais qui sont rattachés à une actualité politique par leur décor sculpté.

Conclusion

33Les centres urbains de Brescia, Tarragone et Munigua constituent trois exemples “d’urbanisme volontariste” orchestré par le nouveau pouvoir flavien et présentent diverses modalités d’intervention de l’empereur hors de Rome. Ces ensembles, bien qu’illustrant des aires géographiques et des statuts totalement différents, présentent un certain nombre de caractéristiques communes. En premier lieu, on note dans les trois cas un souci d’agencement scénographique, révélant une volonté de dominer l’espace environnant : il s’agit en effet de sanctuaires à terrasses présentant une séquence hiérarchisée d’espaces. On y retrouve dans chaque cas la présence du culte impérial en relation avec les divinités traditionnelles du panthéon romain et l’intégration d’un édifice de spectacle à l’ensemble cultuel – dont P. Gros a montré l’importance dans les liturgies du culte de l’empereur. En second lieu, la distribution de l’image flavienne dans ces villes révèle qu’elle n’a pas investi un seul type d’espace public : on note un même polycentrisme de la présence impériale à Brescia, où théâtre, Capitole et place publique étaient concernés, à Tarragone, où ce sont le forum colonial, le “forum provincial” et, de nouveau, le théâtre qui sont sollicités, et enfin à Munigua, où les dieux – Superi – occupent la terrasse supérieure, alors que l’image impériale, de type honorifique, occupe prioritairement le forum.

34Au niveau des moyens, on note une étonnante continuité de projet et de réalisation tout au long de la dynastie flavienne : dans les trois cas, de nouveau, les aménagements s’échelonnent des débuts du règne de Vespasien à celui de Domitien. Cette continuité apparaît également à travers les investissements thématiques dont le décor de ces espaces a fait l’objet, avec une prédilection affirmée pour le motif triomphal.

  • 86 Suet., Vesp., 8.1.

35Le principal point de convergence réside toutefois dans la connotation résolument “républicaine” des références et des modèles choisis, ce qui, du point de vue du décor sculpté, se traduit par une accumulation de citations empruntées à l’art hellénistique : à la reprise, dans le domaine de l’architecture, de sanctuaires du Latium à Munigua et, à Brescia, Capitole républicain et des portiques des uiri triumphales, répond, dans la sculpture, l’omniprésence de la référence à Alexandre, par le biais des réalisations les plus remarquables de son temps, qu’il s’agisse de la “récupération” d’originaux de la plastique hellénistique ou de leur imitation. La multiplicité apparente des modèles ne traduit donc en aucune manière les tâtonnements d’un pouvoir prisonnier d’un paradigme julio-claudien dont il ne parviendrait pas à se distinguer ; elle ne constitue pas non plus un obstacle à la cohérence des projets, qui se laisse appréhender dans une comparaison avec les réalisations contemporaines de l’Vrbs ; elle s’explique avant tout par le souci d’adapter ces références minutieusement sélectionnées à une réalité historique qui n’était pas celle de la capitale, de manière à mettre en forme l’empreinte flavienne au sein d’un message spécifique. La présence forte, par-delà le modèle augustéen, des références liées à la période des uiri triumphales, qui tient avant tout au besoin de légitimité d’un pouvoir qui se fonde exclusivement sur la uirtus de ses représentants, apparaît dans cette perspective comme un véritable manifeste politique, dont le retour, dans l’art flavien, au portrait dit “vériste” n’est que l’un des multiples aspects. Ainsi, les réalisations de Brescia, Tarragone et Munigua, dont les projets remontent aux premières années de règne de Vespasien, illustrent de façon exemplaire le programme d’un prince qui désirait, au témoignage de Suétone, rem publicam adflictam stabilire primo, deinde et ornare86.

Bibliographie

Bibliographie

Arce, X., Ensoli S. et E. la Rocca, éd. (2000) : Hispania romana. Da terra di conquista a provincia dell’Impero, Catalogo della mostra, Milan.

Barzanò, A. (1984) : “La distruzione del Campidoglio nell’anno 69 d. C.”, I santuari e la guerra nel mondo classico, CISA 10, Milan, 106-120.

Bergemann, J. (1990) : Römische Reiterstatuen. Ehrendenkmäler im öffentlichen Bereich, Mainz.

Boschung, D. (1990) : “Die Präsenz des Kaiserhauses im öffentlichen Bereich” in : Trillmich & Zanker 1990, 391-399.

BMC : Mattingly, H. (1923-1936) : Coins of the Roman Empire in the British Museum, I-III, Londres.

Boschung, D. (2002) : Gens Augusta. Untersuchungen zu Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses, Monumenta Artis Romanae 31, Mainz.

Boyle, A. J. et W. J. Dominik, éd. (2003) : Flavian Rome, Leyde-Boston.

Brescia 1998 : Brescia. L’età romana. La città, le iscrizioni, Milan.

Brescia 1979 : Brescia Romana. Materiali per un museo, II. Catalogo della mostra, Brescia.

Coarelli, F. (1987) : “Munigua, Praeneste e Tibur. I modelli laziali di un municipio della Baetica”, Lucentum, 6, 91-100.

Collantes de Terán, F. et C. Fernández-Chicarro (1972-1974) : “Epigrafía de Munigua (Mulva, Sevilla)”, AEspA, 45-47, 337-410.

Darwall-Smith, R. H. (1996) : Emperors and Architecture : a Study of Flavian Rome, Collection Latomus 231, Bruxelles.

De Angeli, S. (1992) : Templum Divi Vespasiani (= Lavori e studi di archeologia pubblicati dalla Soprintendenza archeologica di Roma, 18), Rome.

Degrassi, N. (1969-1970) : “Le iscrizioni di Brescia con una serie di nomi di imperatori”, Rend. Pont. Acc., 135-172.

——— (1975) : “I fasti imperiali romani nel ‘Capitolium’ di Brescia”, in : Atti del convegno internazionale per il XIX centenario della dedicazione del “Capitolium” e per il 150° anniversario della sua scoperta (Brescia, 1973), Brescia, 197-203.

Dupré i Raventós, X. (1990) : “Un gran complejo provincial de época flavia en Tarragona : aspectos cronológicos”, in : Trillmich & Zanker 1990, 319-325.

Francken, N. (2002) : “Nuove osservazioni sui troni monumentali di divinità nel Capitolium di Brescia”, in : Rossi 2002, 191-215.

Frova, A. (1990) : “Il Capitolium di Brescia”, in : La città nell’Italia settentrionale in età romana. Morfologie, strutture e funzionamento dei centri urbani delle Regiones X e XI, Atti del Convegno 1987, Trieste-Rome, 341-363.

Frova, A., M. P. Rossignani et G. Cavalieri Manasse (1975) : “Il Capitolium e la decorazione architettonica romana di Brescia”, in : Atti del convegno internazionale per il XIX centenario della dedicazione del “Capitolium” e per il 150° anniversario della sua scoperta, (Brescia, 1973), Brescia, 53-65.

Gabelmann, H. (1969) : “Altäre im Kapitol von Brescia”, MDAI(R), 76, 219-238.

González, J. (1990) : Bronces jurídicos romanos de Andalucía, Séville.

Grassi, G. (2003) : Teatro romano di Brescia. Proggetto di restituzione e riabilitazione, Milan.

Gros, P. (1987) : “Un programme augustéen : le centre monumental de la colonie d'Arles”, JdI, 102, 339-363.

——— (1996) : L’architecture romaine du début du iiie siècle av. J.-C à la fin du Haut-Empire, I : Les monuments publics, Paris.

——— (2001) : “Les édifices de la bureaucratie impériale : administration, archives et services publics dans le centre monumental de Rome”, in : La Ville de Rome sous le Haut-Empire. Nouvelles connaissances, nouvelles réflexions, Pallas 55, Toulouse, 107-126.

Grünhagen, W. (1986) : “Ein Porträt des Domitians aus Munigua”, MDAI(M), 27, 309-323, pl. 51-54.

Hauschild, T. : (1972-1974) : “Römische Konstruktionen auf der oberen Stadtterrasse des antiken Tarraco”, AEspA, 45-47, 3-44.

Hölscher, T., (1970 : “Die Victoria von Brescia”, Antike Plastik, 10, 67-78.

——— (1994) : Monumenti statali e pubblico, Rome.

León, P. (2001) : Retratos romanos de la Bética, Séville.

Locatelli, D. (2002) : “Una statua di culto”, in : Rossi 2002, 175-191.

Mar, R., éd. (1993) : Els Monuments provincials de Tarraco. Noves aportacions al seu coneixement, Tarragone.

Moreno, P. (2002) : “Iconografia e stile della Vittoria di Brescia”, in : Rossi 2002, 119-157.

Nünnerich-Asmus, A., éd. (1993) : Hispania antiqua. Denkmäler der Römerzeit, Mainz.

Packer, J. E. (2003) : “Plurima et amplissima opera : Parsing Flavian Rome”, in : Boyle & Dominik 2003, 167-198.

Pensabene, P. (1993) : “La decorazione architettonica dei monumenti provinciali di Tarraco”, in : Mar 1993, 33-105.

Pera, R. (1983) : “Il significato di ‘ Bonus Eventus’ nella politica di Tito”, in : Atti del convegno internazionale di Studi Flaviani, II (Rieti, 1981), Rieti, 365-371.

Pigeaud, J. et J. Oroz, éd. (1987) : Pline l’Ancien, témoin de son temps, Conventus Pliniani Internationalis, Colloque de Nantes 22-26 oct. 1985, Salamanque-Nantes.

Pozzi, E., éd. (1987) : Domiziano/Nerva. La statua equestre da Miseno. Una proposta di ricomposizione, Naples.

Rodríguez Almeida, E. (1994) : “Marziale in marmo”, MEFRA, 106, 197-217. Rossi, F., éd. (2002) : Nuove ricerche sul Capitolium di Brescia. Scavi, studi e restauri, Milan.

Rouveret, A. (1987) : “‘Toute la mémoire du monde’ : la notion de collection dans la Naturalis Historia de Pline”, in : Pigeaud & Oroz 1987, 431-450.

Stemmer, K. (1978) : Untersuchungen zur Typologie, Chronologie und Ikonographie der Panzerstatuen, Archäologische Forschungen 4, Berlin.

——— (1971) : “Fragment einer kolossalen Panzerstatue Domitians ? Zur Kolossalität in flavischer Zeit”, AA, 86, 563-580.

Ted’a (1989) = Taller Escola d’Arqueologia : “El Foro provincial de Tarraco, un complejo arquitectónico de época flavia”, AEspA, 62, 141-191.

Torelli, M. (1987) : “Culto imperiale e spazi urbani in età flavia. Dal rilievo Hartwig all’arco di Tito”, in : L'Urbs, espace urbain et histoire, ier siècle av. J.-C. - ier siècle ap. J.-C., Coll. EFR 98, Rome, 563-582.

Trillmich, W. et P. Zanker, éd. (1990) : Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisierung hispanischer Städte zwischen Republik und Kaiserzeit. Kolloquium in Madrid vom 19. bis 23 Oktober 1987, Munich.

Vermeule, C. C. (1959) : “Hellenistic and Roman cuirassed statues”, Berytus, 1-82.

Wardle, D. (1996) : “Vespasian, Helvidius Priscus and the restoration of the Capitol”, Historia, 45-2, 208-222.

Weber, G. et M. Zimmermann (2003) : Propaganda-Selbstdarsetllung-Repräsentation im römischen Kaiserreich des I. Jh. n. Chr., Historia Einzelschriften 164, Stuttgart.

Wegner, M. (1975) : “Römische Bildnisse aus Bronze im Museo Romano zu Brescia”, in : Atti del convegno internazionale per il XIX centenario della dedicazione del “Capitolium” e per il 150° anniversario della sua scoperta (Brescia, 1973), Brescia, 163-169.

Zimmermann, M. (2003) : “Der Kaiser als Nil”, in : Weber & Zimmermann 2003, 317-347.

Notes

1 L’expression est de Gros 1987, 363.

2 Darwall-Smith 1996.

3 Torelli 1987, 563-582.

4 Pour Brescia, voir en particulier Frova 1990 ; pour Munigua, Coarelli 1987 ; pour Tarragone, Ted’a 1989.

5 Insc. It., X. 5.1, 88.

6 Tac., Hist., 3.34.2 : reposita fora templaque magnificentia municipum ; et Vespasianus hortabatur.

7 Barzano 1984.

8 Packer 2003, 168.

9 Giard 1998, 149 no 530, pl. 47 (71 p.C.).

10 Une dédicace romaine (CIL, VI, 934) qualifie Vespasien de conseruator caerimoniarum publicarum et restitutor aedium sacrarum.

11 Gabelmann 1969, 219-238.

12 Locatelli 2002, 175-191.

13 Brescia, Museo romano, inv. MR 2 ; cf. Brescia 1998, 34 (fig.).

14 Suet., Vesp., 5.7.

15 BMC, I, 368 no 2, 369 no 8-9, 371 no 22 ; cf. également Wardle 1996, 215.

16 Hölscher 1970, 67-78.

17 Il convient de noter le précédent décisif que constituent certaines émissions de Galba : sur ce point, Moreno 2002, 131.

18 Giard 1998, 141 no 480, pl. 43 ; 151-152 no 554-564, pl. 49-50 (71 p.C.).

19 Cf. la statue de Sabratha : Vermeule 1959, 44 no 85, pl. 8 fig. 25 ; Stemmer 1978, no V 10.

20 Il n’est pas indifférent pour notre propos que cette statue provienne de l’amphithéâtre flavien de Capoue. Ses caractéristiques stylistiques ne sont pas suffisamment marquées pour qu’il soit impossible de lui assigner également une datation flavienne. On peut donc se demander dans quelle mesure il ne faudrait pas remonter de quelques années la date généralement assignée à cette œuvre.

21 Hölscher 1970, 72.

22 Moreno 2002, 119-157.

23 Cette mutilation en dit long sur le statut de l’art romain par rapport à l’art grec. T. Hölscher, qui a également consacré une étude à cette œuvre (cf. supra n. 16), n’hésite pas à considérer l’adaptation romaine comme une version dévaluée du type original ; la Vénus grecque devient selon lui une banale victoire romaine : “La Venere-Vittoria di Brescia riceveva delle ali, perdendo cosi il suo carattere complesso ed enigmatico e diventando una mera dea della vittoria, di significato univoco e nel contempo più banale” (Hölscher 1994, 170).

24 Moreno 2002, 126.

25 Il ne nous appartient cependant pas de porter un jugement de valeur sur ce processus et de déterminer si cette “historicisation” équivaut à un appauvrissement du sens ou de la valeur artistique de l’œuvre.

26 Rouveret 1987, 431-450.

27 Plin., Nat., 34.84.

28 Suet., Vesp., 18.

29 Zimmermann 2003, 340, plaide en faveur d’une création du type iconographique sous Vespasien.

30 Cf. supra n. 18.

31 Francken 2002, a réinterprété dans ce sens des éléments qui avaient été jusque là attribués à un bige.

32 Brescia, Musée de Santa Giulia, MR 340 : Brescia 1998, 36 (fig.).

33 Pour l’influence de l’iconographie d’Alexandre, cf. infra p. 9 ; le type du barbare captif, qui porte ici les bracae et renvoie donc à la partie occidentale de l’empire, est celui que l’on retrouve sur les monuments célébrant les victoires germaniques de l’empereur.

34 Cf. la statue de Domitien-Nerva à Misène.

35 Brescia, Musée de Santa Giulia, ST 22815 ; Frova et al. 1975, 64, fig. 22-24 (époque antonine) ; Brescia 1998, 44 (fig.).

36 De Angeli 1992, 122-123 no 28, fig. 142a-b.

37 Brescia, Musée de Santa Giulia, MR 3053 ; cf. Brescia 1998, 45 (fig.).

38 Suet., Vesp., 7 ; Tac., Hist., 4.81-82.

39 Moreno 2002, 126. Cf. supra n. 24.

40 AE, 1952, 131 ; Insc. It., X. 5.1, 89.

41 Insc. It., X. 5.1, 91. On peut mentionner également le piédestal d’une statue de Nerva (CIL, V, 4314 ; Insc. It., X.5.1, 92), qui témoigne de la continuité fonctionnelle de cet espace. Enfin, la base en pierre de Botticino d’une statue de Julia, fille de Titus divinisé – on est donc après 81 p.C. –, de provenance précise inconnue, est également attestée à Brescia : CIL, V, 4313 = Insc. It., X. 5, 90 : Iuliae Augustae diui Titi f(iliae) Trumplini et Benacenses.

42 En revanche, l’identification avec Domitia ou Julia Titi (Degrassi 1975, 203 ; Brescia 1998, 37) de l’un des six portraits en bronze doré découverts en même temps que la statue de victoire (Brescia, Musée de Sante Giulia, MR 348) ne doit pas être retenue. Sur les portraits masculins, cf. Wegner 1975.

43 La salle est parfois appelée “quatrième cella” : Degrassi 1975, 201-202 : “molto più probabile mi sembra l’ipotesi che esso [il complesso epigrafico] ornasse l’ambiente sulla destra del ‘Capitolium’, che costituisce quasi una sua quarta cella, e che è in continuazione dello stesso portico laterale”.

44 Degrassi 1969-70, 164-168.

45 Plin., Nat., Praef., 3, a recours, pour désigner le prince héritier, à la formule fort précise de tribuniciae potestatis particeps.

46 Suet., Vesp., 8.5.

47 Gros 2001, 113.

48 Dupré i Raventós 1990, 319-325 ; Ted’a 1989, 141-191.

49 Gros 1996, 229-231.

50 Pensabene, in Mar 1993, 89-97 no 85-93.

51 Pour un dessin de reconstitution, cf. Mar, in Mar 1993, 139 fig. 21, 141 fig. 22 (entablement).

52 Rappelons que ces têtes de Jupiter Ammon sont également présentes à Brescia : cf. supra p. 256 et fig. 4.

53 Tarragone, MAT, inv. 112, 113, 310 ; Pensabene 1993, 83-87 no 80-81.

54 De Angeli 1992, 93 fig. 87, 104 fig. 111.

55 RIT, 72.

56 Tarragone, MAT, inv. 676 ; RIT, 65, pl. 31-1.

57 Tarragone, MAT, inv. P 21 ; CIL, II, 4094 ; AE, 1930, 146 ; RIT, 69, 36-37, pl. 31-2. Les dédicaces ont été découvertes en remploi dans la nécropole paléochrétienne.

58 Giard 1998, 233-235, no 276-287, pl. 87.

59 Rodríguez Almeida 1994, 197-217.

60 Boschung, in : Trillmich & Zanker 1990, 396-397 ; 2002, 91-92, no 27.3 à 27.5, pl. 77 1-3 (époque julio-claudienne).

61 Niemeyer, in : Nünnerich-Asmus et al. 1993, 329, pl. 108 (époque antonine).

62 Martial, Ép., 7.1-2.

63 Le type de l’égide rappelle assez précisément celui du relief de la Chancellerie.

64 Naples, Museo Archeologico Nazionale, inv. 15 743. Pozzi 1987 ; Bergemann 1990, 82-86, no P 31 (avec la bibliographie antérieure), pl. 56-58.

65 Giard 1998, 283, no 317, pl. 103 ; 288, no 359, pl. 106 ; 293, no 401, pl. 108.

66 Id. 1998, 251, no 83-85, pl. 93 (85 p.C.).

67 Stemmer 1971, 563-580.

68 Pour un dessin de reconstitution, voir Stemmer 1971, 571 fig. 7.

69 Mar, in : Mar 1993, 152.

70 Gros 1996, 171.

71 Plin., Nat., 3.30 : Vniuersae Hispaniae Vespasianus imperator Augustus iactatum procellis rei publicae Latium tribuit.

72 Séville, Museo Arqueológico Provincial, inv. 190 ; CIL, II, 1049 ; ILS, 256 ; Collantes de Terán & Fernández Chicarro 1972-1974, no H1, 349-351, fig. 8, 350.

73 Séville, Museo Arqueológico Provincial, inv. 10759 ; CIL, II, 1050 ; AE, 1972, 258 ; Collantes de Terán & Fernández Chicarro 1972-1974, 353-355, no H3, 354, fig. 10.

74 Séville, Museo Arqueológico Provincial, inv. 261 ; CIL, II, 1051 ; Collantes de Terán & Fernández Chicarro 1972-1974, 355-356, fig. 11 ; AE, 1972, 259.

75 Perdue ; CIL, II, 1052.

76 Séville, Museo Arqueológico Provincial, salle 20, inv. 1996-8 ; Grünhagen 1986, 309-323, pl. 51-54 ; Trillmich in : Trillmich & Zancker 1990, 351-353, pl. 135 ; León 1997, 401, no 200 (fig.) ; Ead. 2001, 294-297, no 90 (“Domitien, type III”).

77 Collantes de Terán & Fernández Chicarro 1972-1974, 351-353 ; González 1990, 169-170 ; Arce et al. 1997, 421, no 239.

78 AE, 1972, 251.

79 AE, 1966, 183 bis.

80 AE, 1966, 183.

81 AE, 1966, 184.

82 Ceres Augusta apparaît en particulier sur les émissions de 80 p.C. : Giard 1998, 223, 230, 232.

83 Sur Bonus Euentus : Pera 1983 ; pour les émissions monétaires, voir Giard 1998, 208, no 83-85, pl. 75. Il ne manque à vrai dire dans ce cycle que Victoria Augusta, puisque le diuus Vespasianus est par ailleurs présent aux côtés de son fils.

84 Coarelli 1987, 91-100.

85 Ibid., 98.

86 Suet., Vesp., 8.1.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Brescia, Capitole. Inscription mentionnant l’empereur Vespasien. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Fig. 2 : Rome, plan du Templum Pacis à partir des fragments de la Forma Urbis Marmorea. D’après A. M. Colini, BCAR, 1937, pl. 3.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Légende Fig. 3 : La victoire de Brescia. Cl. de l’auteur, d’après le moulage du Musée de la civilisation romaine, Rome.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 4 : Console avec tête de Jupiter Ammon, provenant de Brescia. Brescia, Museo di Santa Giulia. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Fig. 5 : Vue en perspective de l’antique Tarraco, avec le sanctuaire sommital. D’après Hauschild 1972-1974, fig. 31.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Fig. 6 : Frise du temple de Tarraco. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 7 : Rome, frise du temple du diuus Vespasianus. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende Fig. 8 : Statue cuirassée provenant du théâtre de Tarragone. Tarragone, MNAT. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Fig. 9a : Statue de Domitien/Nerva provenant de Misène. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 9b : Statue de Domitien/Nerva provenant de Misène : détail de la cuirasse. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Fig. 10 : Épaule droite et cuirasse fragmentaire d’une statue colossale de Domitien ( ?). Rome, Palazzo Farnese. Cl. de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 11 : Vue axonométrique du centre monumental de Munigua. D’après T. Hauschild, MDAI(M), 1968, fig. 2, p. 265.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/471/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 271k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540