Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

Conclusion générale

Texte intégral

  • 1 Notamment d’après les lettres de Pline le Jeune à Trajan.

1“Orner la cité” est devenu à l’époque romaine, dans les cités d’Asie mineure occidentale, l’un des bienfaits les plus appréciés de la part des évergètes, sur un plan moral et culturel, et un enjeu important de la vie civique, faisant l’objet de débats au Conseil et à l’Assemblée. La dénomination grecque de ce phénomène d’époque romaine atteste le déploiement d’un système de valeurs précis et cohérent ; si ce phénomène, considéré de loin, présente des similitudes d’une région à l’autre de l’empire, à regarder de plus près et dans le contexte régional qui nous occupe, on constate des différences aussi bien dans ses manifestations physiques (absence d’amphithéâtres, rares constructions de temples du culte impérial de niveau civique après l’époque julio-claudienne, interventions sur les bureaux de l’agora…) que dans les références culturelles et politiques qui lui sont associées. Nous avons bien conscience que nous avons affaire à un idéal ; il ne faut pas ignorer des faits comme l’avarice de certains notables, le goût pour les spectacles violents du peuple des cités comme de leurs magistrats, à qui ces spectacles pouvaient permettre d’acquérir une popularité rapide, la discorde qui règne dans certaines cités, et l’impéritie possible des magistrats dans la gestion financière de la cité1. Cela étant dit, il faut quand même bien prendre en compte la multitude de sources épigraphiques et littéraires, issues des régions correspondant au Haut-Empire à l’Asie, et leur familiarité avec les discours des sophistes sur les belles cités. Une multitude de notables concourt à l’ornement de la cité, en finançant la construction des monuments publics. Les interventions directes des gouverneurs et des empereurs restent rares, sinon à l’occasion des tremblements de terre. Enfin, la lecture des discours de Dion de Pruse et d’Aelius Aristide place les faits connus par les inscriptions dans un contexte culturel, moral et politique plus précis et aux enjeux importants. Ils attestent la volonté de faire régner la concorde dans la cité, de décider ensemble du bien commun, associée à la joie et au plaisir ressentis à la contemplation d’un beau paysage urbain. Ces valeurs dépassent la simple appréciation d’une belle apparence flattant les sens. C’est pourquoi nous avons tenté d’énumérer les valeurs relatives au fait d’“orner la cité” : elles avaient une efficacité réelle dans la vie des cités ; on voulait donner l’image qu’on les respectait et qu’on les pratiquait.

Une image modernisée de la cité, structurée dans les discours des orateurs

La belle cité

  • 2 Martin [1956] 1974 et Hellmann 1992.
  • 3 À l’exception d’une inscription provenant de Dorylée, MAMA V, 6, et d’une inscription latine d’Éphè (...)
  • 4 CIG 2782, l. 24.
  • 5 Hypothèse de Magie 1950, 639, hypothèse défendue ensuite par Balty 1991, 518-519.
  • 6 Cette idée de modernité appliquée au monde grec est utilisée dans Veyne 2005, 269, sur Palmyre et l (...)

2L’ornement de la cité renvoie d’abord à une image, idéale et renouvelée, de la cité à l’époque romaine. Les enjeux étaient différents à l’époque hellénistique : cet idéal ne peut pleinement se déployer qu’en période de paix. Cependant on en trouve des traces à l’époque hellénistique : les remparts de Béroia en Macédoine favorisaient “l’ornement et la sécurité” de la cité. L’étude de l’urbanisme à l’époque hellénistique2 atteste la présence de toutes les composantes qui forment l’ornement du paysage urbain à l’époque romaine, malgré ce qu’une vision romanocentrée, à partir du modèle de l’Urbs, pourrait laisser attendre. Ainsi les bains ne sont-ils jamais appelés “thermes”, en grec, en Asie mineure occidentale à l’époque romaine3 : il ne faut pas se laisser abuser par la dénomination parfois utilisée dans les études contemporaines de “thermes d’Hadrien” à Aphrodisias. Les Aphrodisiens du iie siècle l’appelaient “gymnase de Diogénès”4, et cette dénomination ouvre un monde de différence dans la perception de ce qu’était le paysage urbain. Dans la généalogie des formes et des fonctions on lui reconnaissait alors des ancêtres hellénistiques, et c’est bien un évergète local qui a immortalisé son nom en finançant le bâtiment. De la même manière, les agoras n’étaient pas des fora ; les bouleutèria étaient des édifices anciens et traditionnels dans les cités, qui n’ont certainement pas fleuri à la faveur des voyages d’Hadrien dans la région5. Le κόσμος est donc d’abord une manière vivante de voir la cité, dans le sens où elle est adaptée aux modifications que connaît le paysage urbain et les réinterprète dans sa propre grille d’appréciation – de ce point de vue la manière dont Pausanias décrit les cités de Grèce est délibérément placée sous le signe du passé ; elle ne doit pas faire croire qu’il n’existe pas de vision hellénique du paysage urbain contemporain. Dion de Pruse, Aelius Aristide, Lucien, Philostrate notamment, attestent du contraire. L’extension plus grande des cités, les nouvelles constructions, la multiplication des voies à portique, sont prises en considération. La succession de paysages différents au sein d’une même cité, la répétition d’une cité à l’autre de la même architecture mettant en œuvre des portiques, donnant une impression de continuité, la proximité de la mer ou les sites en terrasse, l’éclat du marbre, attirent l’éloge. Cette volonté de modernité, définie selon des critères propres, paraît pouvoir être un modèle pertinent pour la description de phénomènes parfois décrits comme romanisation. L’intérêt de cette formulation est de restituer à cette région une capacité de détermination en matière de choix cultuels et collectifs au sein de la cité, selon des valeurs et des idéaux certes ouverts au monde extérieur mais d’abord conçus localement6.

  • 7 Cela est moins banal qu’il n’y paraît ; il faut remarquer aussi que nombre de références locales, d (...)
  • 8 Le cas le mieux connu est celui d’Éphèse : statues d’Androklos en divers endroits, groupes statuair (...)
  • 9 Hdn. 3.6.9.
  • 10 Nos conclusions sur la mémoire civique et son expression dans le paysage urbain diffèrent donc de c (...)

L’espace urbain est également le lieu de l’expression, sous des formes en partie renouvelées, de l’identité séculaire de la cité grecque7. Il est aussi le lieu, bien entendu, de l’affirmation de sa loyauté à l’empire : statues impériales, temple du culte impérial. Néanmoins, la revendication d’une identité mythique traditionnelle, puisque toute cité grecque doit se réclamer d’une longue histoire, dans l’espace urbain, contribue à disjoindre sa perception de celle de la grandeur de l’empire. La référence au passé mythique est particulièrement importante. Il est mis en valeur dans les décorations des frontes scaenae des théâtres, dans les statues qui ornent les bains, dans les rues8. Hérodien, lors de la destruction de Byzance par Septime Sévère, indique que “privée de ses théâtres, de ses bains et de tout ce qui lui donnait de l’éclat et de la valeur, Byzance fut alors accordée, en guise de présent, aux Périnthiens pour qu’ils en devinssent maîtres”9. Le vocabulaire utilisé est conforme à celui que l’on trouve dans les discours d’Aelius Aristide ou dans les inscriptions : καὶ θεάτρων τε καὶ λουτρImage 100000000000000B0000000FD86BEC52.jpgν παντός τε κόσμου καὶ τιμImage 10000000000000080000000F03586D11.jpgς ἀφαιρεθὲν τὸ Βυζάντιον κώμη δουλεύειν Περινθίοις δImage 100000000000000B0000000FD86BEC52.jpgρον ἐδόθη. Il n’est pas question ici que de la simple présence de bains et d’un théâtre : ils sont des lieux de prédilection pour l’expression de l’identité de la cité, de sa beauté pour les premiers, de son activité politique pour les seconds ; les raser, c’est priver l’ancienne cité, désormais réduite au statut de κώμη, de village sur le territoire de Périnthe, de tout moyen d’illustration et d’expression de son identité10.

  • 11 Voir l’épigramme en l’honneur de Scholastikia à Éphèse (IK, 12-Ephesos, 453 ; SGO I, 03/02/32). L’é (...)

3Les épigrammes du ive s. montrent que le particularisme de l’Asie mineure occidentale au sein de l’Empire romain subsiste. En un style volontairement inspiré des vers homériques, l’éloge des constructeurs continue de rappeler qu’ils ont orné la cité. Dans les autres provinces hellénophones de l’empire, l’emploi de ce genre, en rapport avec les constructions de monuments publics, n’est pas si développé. La référence à l’horizon civique est essentielle et constante. La construction d’églises ne fait pas encore partie au ive s. des actes évergétiques possibles ou des monuments qu’un gouverneur ordonne de construire dans une cité ; ce n’est qu’à l’extrême fin du siècle que des chrétiens s’identifient en tant que tels dans la dédicace d’un monument public, la christianisation de la société progressant11. Les théâtres, les bains, les voies à portiques, sont encore les premiers destinataires des interventions pour embellir la cité. Le beau paysage urbain est une notion qui existe même en dehors de l’accomplissement d’actes évergétiques ; il est avant tout le résultat d’une politique civique, et naît au ive s. des relations entre le gouverneur ou le vicaire et les bouleutes de la cité ; le premier décide de réaffecter à la construction des revenus de la cité, dont il a le contrôle, les seconds lui décernent un éloge poétique pour avoir eu cette initiative.

“Ornement de la cité” et autres formes d’évergétisme accessibles aux notables

  • 12 Lettre 34 d’Apollonios de Tyane, adressée aux sages du Musée : Apollonios parle de la barbarisation (...)

4Le relevé des sources épigraphiques indique l’importance du financement privé. Pourquoi suffisamment d’évergètes, et plus largement l’ensemble des notables qui par leur position sociale et politique se retrouvent en position d’orienter les débats à l’assemblée et de trancher les décisions au Conseil, ont-ils fait de l’ornement de la cité l’un des meilleurs moyens de participer à un idéal civique ? Le système de valeur des notables et leur éducation les a conduits à considérer la construction comme une forme privilégiée d’illustration au sein de la cité, que ce soit en favorisant l’initiative de constructions publiques au Conseil ou par une initiative personnelle. L’étude de ce comportement, qui restait accessible à tout un groupe de notables, et ne concernait pas seulement celui qui avait l’entregent et le talent nécessaires pour par exemple plaider dans les grandes occasions devant le gouverneur voire prononcer un discours devant l’empereur, donne un bon aperçu des enjeux d’un type d’évergétisme particulier et du système moral qui le supporte. On ne peut poser en théorie qu’il est le même dans d’autres provinces, ni à toutes les époques. Dans un régime oligarchique, tel que les Grecs le conçoivent depuis des siècles comme le montrent les définitions des différents systèmes politiques par Aristote, l’exercice des magistratures par les notables se justifie par leur générosité envers la cité ; le rappel de cette qualité morale dans les inscriptions honorifiques se réfère donc à un système politique depuis longtemps élaboré et qui ne devait pas grand-chose aux Romains. En revanche, dans ce domaine de l’évergétisme, il n’est jamais de bon ton de rappeler combien on a dépensé ou d’utiliser un adverbe tapageur comme πλουσίως. Par ailleurs les descriptions par Lucien des bains d’Hippias ou de La salle prouvent qu’une culture historique et littéraire est nécessaire pour éduquer le regard du spectateur aux beautés des monuments publics. Le paysage urbain est parsemé de références à l’histoire locale, il possède une épaisseur mythique et historique qu’il ne nous appartenait pas de détailler, mais que l’éloge des cités rappelle : l’aspect plus moderne de la ville continue de raconter une histoire ancienne. Les différentes évergésies possibles sont jugées essentiellement sur le critère de l’intérêt pour la cité, de son renom, de son statut : mieux que les distributions, les chasses, les combats de gladiateurs (qui malgré leur popularité sont jugés très négativement par les moralistes grecs12) et à peu près à égalité avec les concours qui sont également l’occasion pour la cité de se réunir et de célébrer ses dieux, la construction de monuments publics est la plus hautement valorisée, notamment dans les œuvres de Plutarque, qui ne critique pas cette forme d’évergésie, ou de Dion de Pruse. L’évergétisme n’est jamais considéré comme une fin en soi : il est apprécié dans une perspective politique. L’idée d’orner la cité ne parut donc pas une distraction par rapport aux enjeux brûlants qu’étaient la préservation de son autonomie et le maintien d’une vie politique civique. Elle donne des garanties pour la durée de la communauté. Il se trouve que c’est aussi le type d’évergétisme qui inscrit le plus durablement le nom du donateur dans l’espace public, à défaut de lui valoir la popularité subite de l’éditeur de spectacles violents. Ainsi un ensemble de motivations culturelles et morales puissantes explique qu’il se soit trouvé suffisamment de notables constructeurs dans la cité : les constructions ne sont pas le résultat de contraintes, qu’elles soient exercées de l’extérieur, par l’administration romaine, ou de l’intérieur des communautés civiques, par les exigences de leurs concitoyens.

Le rôle d’entraînement des orateurs et des sophistes auprès des élites civiques

5Ce que disent les inscriptions peut être mis en perspective avec les discours d’Aelius Aristide et Dion de Pruse notamment, et avec ce que nous pouvons connaître de la vie de certains sophistes par Philostrate, au premier rang desquels M. Antonius Polémon, originaire de Laodicée du Lycos, mais qui, comme Aelius Aristide, connut la gloire à Smyrne tout en employant ses talents en faveur de la cité. Conscients des enjeux de leur époque, ils tentent d’influencer la vie des cités pour qu’elles conservent leur autonomie, en dehors du regard du gouverneur, et pour qu’elles mènent une politique conforme aux idéaux culturels, politiques et moraux de l’hellénisme.

  • 13 Philostr., VS, 1.25 [531].
  • 14 IK 24.1-Smyrna, 697 ; Puech 2002, 398. Les sophistes et parents de sophistes mentionnés dans la sou (...)

6Les orateurs et les sophistes réélaborent des critères d’appartenance à l’hellénisme dans l’empire de Rome : l’ornement du paysage urbain en est un, qui s’adapte fidèlement aux exigences et possibilités du temps. L’action de M. Antonius Polémon, qui possède de multiples facettes, montre comment l’ornement urbain est un enjeu important pour la vie de la cité, dont toute la signification n’apparaît que lorsqu’il est investi de valeurs politiques, au-delà d’appréciations esthétiques et morales. À l’occasion des faveurs qu’obtint Polémon pour la cité, les notables smyrniens participèrent à l’embellissement de leur ville13. Parmi eux plusieurs exerçaient des prêtrises et des magistratures parmi les plus prestigieuses ; par une souscription ils promirent des temples, un bois de palmiers, et de participer à l’embellissement du gymnase. Plusieurs sophistes sont mentionnés parmi les donateurs14.

  • 15 Étudiée sous son aspect général de la défense et de la conscience de l’identité grecque face aux Ro (...)
  • 16 Rheidt 1997 et Gros 2005b, 214.

7La philosophie politique de Dion de Pruse et d’Aelius Aristide15 montre ainsi comment la recherche de la beauté de la cité est – à côté d’autres activités, telles que la défense de la cité devant les autorités romaines – un but noble, pourvu qu’elle ait lieu dans une cité où les débats de l’assemblée s’achèvent par un accord. De même la rivalité entre cités ne doit pas dégénérer. L’idée de participation à une culture commune doit toujours l’emporter. Les activités du koinon dans la construction de temples du culte impérial de niveau provincial, et les secours apportés aux cités en détresse après un tremblement de terre, prouvent que le koinon d’Asie, du moins de l’époque d’Auguste jusqu’au milieu du iie siècle, parvint à faire passer devant les jalousies, les solidarités et la conscience d’une participation à l’hellénisme au prix de négociations sans cesse recommencées. Renforcer la beauté de certaines des plus grandes cités en était un des moyens de prédilection, auxquels les petites cités ont participé, sans toujours rechigner. Les circonstances de la construction du temple d’Éphèse pour la néocorie obtenue sous les Flaviens, la reconstruction du temple de Cyzique, l’aide apportée à Smyrne par les autres cités d’Asie après le tremblement de terre de 177, d’après Aelius Aristide, en sont les attestations les plus marquantes, qui doivent équilibrer l’idée de rivalités inexpiables. La spécificité de la région étudiée naît donc de la concordance entre les inscriptions et les nouvelles orientations données à la vie politique sous l’égide des sophistes et orateurs, qui définissent un système de valeurs cohérent et exigeant. Nous sommes loin de la promotion du “luxe romain”16, concept historiographique qui peut être défini comme une forme de romanisation des esprits par la séduction exercée sur les notables, en rupture avec le peuple des cités, par la dépense d’argent dans des constructions tapageuses. Même quand Dion de Pruse déplore que les cités soient plus préoccupées, parfois, de beaux monuments que de concorde, il n’avait pas l’idée de considérer ainsi les monuments publics qui se construisaient. Ils procédaient d’une volonté des cités et de leurs habitants. Le κόσμος était investi de valeurs culturelles et politiques élaborées au sein de l’hellénisme, sans subordination à Rome.

  • 17 Voir aussi, sur ces différences régionales au sein du monde hellénophone, Veyne 2005, 292-293, en p (...)
  • 18 Thomas 1998, 264 n. 4.
  • 19 Voir la conclusion du I.

8L’Asie mineure occidentale connaît des conditions particulières à l’époque romaine ; en Grèce ou en Syrie, les circonstances sont différentes et conduisent à l’expression d’enjeux qui ne sont pas exactement les mêmes17 ; de même en Afrique proconsulaire, province florissante comme l’Asie, qui connaît le même mode de gouvernement pendant toute la période considérée. Mais la structure des inscriptions y présente de légères différences avec l’Asie, confirmées et amplifiées par l’absence d’un discours politique et philosophique comparable sur l’importance de l’ornement de la cité, coordonné aux autres enjeux de la vie civique. En Asie, l’“ornement de la cité”, pour comprendre ce qu’en pensaient les élites cultivées qui seules ou presque sont pour nous atteignables, doit être rapporté non pas à la “majesté de l’empire”18 (notion présente aux yeux des administrateurs romains par exemple), à une idée de romanisation ou de participation à une civilisation universelle, mais à la participation à l’hellénisme, fruit d’une longue histoire et de cités séculaires. L’association de l’“ornement” de la cité aux thèmes de l’hellénisme – déjà à l’époque hellénistique19 – amène à se tourner vers les aspects politiques de ce phénomène.

L’importance des débats politiques dans la cité

  • 20 Stephan 2002, 259-260.
  • 21 Cette vivacité a été proclamée depuis longtemps par Robert 1984a.
  • 22 Guerber 2002.
  • 23 Voir Veyne 1999, 516 et 543-544 : en montrant l’importance des honneurs publics, et en s’élevant co (...)
  • 24 D. Chr. 48.1.
  • 25 Plut., Moralia, 824 B et C (trad. M. Cuvigny, Paris, 1984).

9Le problème de savoir si sous l’empire une définition culturelle de l’hellénisme, basée sur la réécriture du passé, a tendu à effacer ses caractéristiques politiques, est récurrent. Pour E. Stephan qui étudie les élites grecques à l’époque romaine, l’identité grecque et l’identité romaine n’entraient pas en conflit, car elles n’avaient pas la même sphère d’action, l’identité romaine s’exprimant dans le domaine politique, et l’hellénisme dans le champ de la formation, de la littérature, de la religion20. Pourtant, plus récemment, l’accent a été mis sur la vivacité21 politique des cités grecques. Dion de Pruse et Plutarque ont défini l’espace de liberté qui subsistait pour les cités sous le joug romain22. Selon Dion, si les Grecs s’entendent entre eux, le pouvoir romain procure la paix, pas l’esclavage23 ; c’est dans les cités minées par les dissensions qu’il est fait violence à la liberté civique, comme lorsque le proconsul de Bithynie interdit les réunions de l’assemblée, avant que Varenus ne les autorise de nouveau24. Plutarque décrit les mêmes exigences de la vie politique dans la cité25 :

“Mais les États qui sont atteints de troubles généralisés sont complètement perdus, à moins que, la contrainte et la répression ne leur venant du dehors, ils ne s’assagissent par force, sous l’effet de leurs malheurs. (…) Le mieux est de veiller à ce qu’il n’y ait jamais de séditions et de considérer que c’est là la fonction la plus grande et la plus haute de ce qu’on peut appeler l’art politique. Observe en effet ce qu’il en est des plus grands biens dont peuvent jouir les cités, la paix, la liberté, la prospérité, la richesse en hommes, la concorde : pour la paix, les peuples n’ont nullement besoin d’hommes politiques, actuellement du moins, car la guerre, que ce soit entre Grecs ou avec les Barbares, a été bannie de chez nous et a totalement disparu ; la liberté, les peuples en ont autant que leurs maîtres leur en accordent, et leur en donner plus ne serait peut-être pas meilleur ; l’abondance des produits de la terre, une heureuse disposition des saisons, que les femmes portent
‘des fils semblables à leurs pères’
que les enfants restent en vie, c’est aux dieux, si on est sage, qu’on le demandera pour ses concitoyens, par la prière. Parmi les tâches possibles, il n’en reste donc à l’homme d’État qu’une seule, mais elle ne le cède à aucune autre pour le bien de la cité : faire toujours régner entre ses concitoyens la concorde et une mutuelle amitié, faire disparaître les querelles, les discordes et toute espèce d’inimitié”.

  • 26 Inglebert 2002b, 263.
  • 27 La notice de B. Puech sur M. Antonius Polémon en particulier le montre (Puech 2002, 396-406).

10Ces textes définissent donc exactement et sans illusion l’espace de liberté qui reste à la cité sous la protection de la paix romaine. Il ne s’agit pas d’une répartition des domaines de compétence entre ressorts territoriaux, comme on peut la connaître aujourd’hui. Dans le système impérial, l’administration romaine peut potentiellement intervenir dans tous les domaines de la vie civique, lorsque des problèmes se présentent. Sans la quête d’un terrain d’entente dans la cité, et entre cités, cette intervention ne peut être évitée. Pour écarter ce risque, le ton des relations dans la cité devait être celui de la concorde, garantissant de la sorte la plus grande autonomie. L’intervention du citoyen dans la vie politique de la cité avait donc une valeur réelle : il ne s’agissait pas que de décider de broutilles, mais de faire au mieux pour obtenir le maintien et l’accroissement de ses droits et ne pas la laisser être distancée dans les rivalités avec les voisines pour être néocore, siège des assises du gouverneur ou même capitale des nouveaux ressorts provinciaux créés à partir des années 250. Il s’agit donc de faire la meilleure utilisation possible du débat politique pour permettre à la cité de continuer à se développer conformément aux valeurs de l’hellénisme d’époque romaine. Bien entendu, les cités des autres provinces de l’empire bénéficiaient à peu près des mêmes droits ; ce qui caractérise en premier lieu l’Asie et le bassin égéen est que cette liberté et l’effort pour la ressaisir faisaient l’objet d’un discours public vif et énoncé en maintes occasions de la vie publique. Aussi les valeurs culturelles et l’imitation institutionnelle de Rome sont-elles beaucoup moins fortes en Orient (et surtout dans les régions où l’hellénisme était le plus profondément ancré et bénéficiait du meilleur contexte, comme l’Asie), qu’en Occident26. Il existe donc bien une place pour les thèmes politiques dans l’hellénisme d’époque impériale, qui est loin d’être, par l’intermédiaire des orateurs de la seconde sophistique, une simple réélaboration et contemplation du passé27.

L’horizon civique

11De la transition entre la basse époque hellénistique et le Haut-Empire jusqu’à la fin du ive siècle, un regard particulier existe donc dans cette région sur la construction dans les cités. Il est en rupture, ou plutôt, il ignore, la manière dont les Romains, les administrateurs romains, considèrent un beau paysage urbain : les habitants des cités grecques d’Asie ne voient pas l’éclat du règne dans le nombre de monuments construits à une époque donnée. Il faut prendre garde à la correspondance de Pline le Jeune échangée avec les bureaux du Palatin et Trajan pendant qu’il administrait le Pont-Bithynie. Il livre un portrait à charge de cités désorganisées, faibles, où l’on ne penserait qu’aux plaisirs amollissants des bains. Cet administrateur romain voit partout la gloire de Trajan et le succès de l’administration impériale, sur des corps civiques affaiblis. Dans les études historiques, sa valeur sur la vie des cités grecques a été surévaluée au détriment des sources issues des cités elles-mêmes, qui indiquent que des particuliers comme des cités ont trouvé les ressources pour construire, en préservant une certaine autonomie. En le rapprochant des sources législatives pour la plupart d’époque sévérienne sur le rôle du gouverneur, on en a conclu que ce dernier était tout-puissant dans sa province, qu’il contrôlait effectivement tout, notamment les chantiers de travaux publics. Or, la lecture des inscriptions et des sources littéraires, indiquant le souci permanent d’éviter l’ingérence du gouverneur, menaçante en cas de discorde, amène à mettre au premier plan le niveau civique, ses institutions politiques, et les constructeurs eux-mêmes.

  • 28 D. Chr. 44.12 ; Veyne 1999, 548. La paix impose d’avoir une grande vertu pour parvenir à conserver (...)
  • 29 “Bâtissez pour le Stratonikéion une autre cité, ou à ceux-ci (les habitants de Smyrne) construisez (...)

12L’intérêt de la cité invite ainsi les notables, détenteurs du pouvoir et de la richesse, à commémorer leurs dons en répondant aux normes posées par exemple par Dion, par Plutarque, sur les relations que doivent entretenir les concitoyens, et en particulier l’attitude que doit avoir l’homme de bien. L’arrogance ni la vantardise ne sont de mise dans l’énumération de ce que l’on a fait pour la communauté civique, la discrétion sur certains détails n’empêchant pas la précision sur les dons offerts. Il est peu courant d’indiquer la somme exacte que l’on a dépensée pour la construction d’un bâtiment, en dehors de contextes précis, en général relatifs à des fondations. Les retards dans le paiement des constructions promises sont rarement décelables. Ce silence des inscriptions doit être mis en relation avec l’effort sans cesse poursuivi de donner l’image d’une cité où règne la concorde, et aux recommandations de Plutarque ou de Dion faites aux notables pour que chacun adopte un comportement convenable et mesuré permettant de préserver cet idéal. L’image du fonctionnement du corps civique dans les inscriptions est donc significative. Elle indique la participation à un idéal civique, dissimulant les désaccords et voulant donner l’impression d’une bonne entente, dont un résultat manifeste est l’ornement de la cité. Cette manière de faire passer au second plan les désaccords ne doit pas faire taxer les inscriptions d’imprécision ou de mensonge. Seule la concorde dans l’Empire romain assure désormais la liberté28. La forme même de la participation des notables smyrniens après 123 à l’embellissement urbain, à l’occasion de l’obtention de la seconde néocorie par l’entremise d’Antonius Polémon, est digne d’intérêt : la souscription par sa nature même donne l’apparence de la concorde. On a d’ailleurs pu constater que le nombre de rassemblements de contributeurs pou un projet important était plus élevé qu’on ne pourrait d’abord le croire au nombre de souscriptions effectivement conservées, comme le montrent les exemples du temple de Zeus à Eurômos, du gymnase de Diogénès à Aphrodisias ou du gymnase auguste à Éphèse. Cette participation coordonnée témoigne de l’effort de paraître unis en vue du bien de la cité et de son prestige. On sait pourtant que, en dehors des institutions civiques mais parfois aussi en leur sein, si l’on en croit Dion, de telles entreprises pouvaient paraître trop ambitieuses : L. Robert l’a montré dans son interprétation d’une épigramme d’Ammianos, qui vécut au iie s.29 Mais l’effet d’entraînement par les sophistes tels que Dion et M. Antonius Polémon, l’ambition personnelle et collective, la possibilité de s’illustrer ainsi que sa cité suffirent à mobiliser d’importantes ressources privées et civiques dans les cités d’Asie jusqu’au milieu du iiie siècle. Sur l’incitation de ces fins politiciens qu’étaient les sophistes, qui, tout en étant amis du pouvoir romain, avaient la conscience claire des possibilités des cités dans l’empire et de la nécessité pour leur autonomie d’éviter l’intrusion du gouverneur dans leurs affaires, leurs concitoyens réussissaient régulièrement à offrir le visage de la concorde et de l’harmonie.

La place de l’ornement de la cité dans les débats politiques

  • 30 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 508-509.
  • 31 Plut., Moralia, 805 A (trad. M. Cuvigny, Paris, 1984).

13Nous ne prétendons pas, bien sûr, que la construction publique était l’enjeu le plus important pour une cité à l’époque romaine ; personne n’oubliait jamais quel type de reconnaissance on pouvait avoir pour quelqu’un qui aurait obtenu des privilèges, une remise de tribut, un statut plus favorable. Le vocabulaire des inscriptions honorifiques indique que la reconnaissance de la cité est juste et mesurée, en proportion du bienfait reçu. Obtenir des privilèges pour la cité par une ambassade auprès de l’empereur donne plus sûrement droit au titre de κτίστης, que le fait de construire. La vie politique des cités grecques sous le Haut-Empire n’est donc pas négligeable30. Plutarque définit de nouveaux exutoires à la vertu des grands bienfaiteurs en dehors de la cité, en politique extérieure, et au sein même de la cité31 :

“Mais aujourd’hui que les affaires des cités n’offrent plus de guerres à diriger, de tyrannies à abattre, de grandes alliances à conclure, où trouver le principe d’une carrière politique illustre et brillante ? Il reste les procès publics et les ambassades auprès de l’empereur, qui demandent des hommes ardents, doués à la fois de hardiesse et d’intelligence. On peut attirer l’attention sur soi en restaurant bien des coutumes excellentes, tombées en désuétude dans les cités, en corrigeant bien des abus qui se sont introduits par suite d’une mauvaise habitude, non sans honte ou sans dommage pour la cité”.

14Les thèmes de la vie politique civique à l’époque romaine ne manquent donc pas. Sur le sujet particulier qui nous occupe, l’étude des monuments publics dont l’ensemble produit le κόσμος civique, il existe un discours foisonnant à l’époque romaine, destiné à l’espace public, politique, à travers les inscriptions, dédicaces et inscriptions honorifiques, et les discours de rhéteurs, prononcés en des occasions politiques ou religieuses solennelles. Il s’agit d’un thème politique vivant, qui suscite des débats à l’assemblée et au Conseil, qui se rapporte au présent et à l’avenir de la cité, et ne contente pas de renvoyer la cité à son passé.

  • 32 Sur ce point, bien que les idéaux de la seconde sophistique soient largement propres à cette région (...)
  • 33 Jacques 1984.

15Pour des raisons culturelles, parce que c’est une forme d’évergétisme plus praticable que la défense de la cité par des ambassades et que les notables peuvent ainsi prolonger la mémoire de leur nom de manière très assurée, l’“ornement de la cité” est un thème important dans la vie des cités grecques ; néanmoins, il ne polarise pas tous les débats. Un second point doit être souligné : malgré tout, la cité garde une capacité d’autonomie et de décision importante, que le financement soit public ou privé : quand un évergète veut offrir, il doit le dire devant les institutions civiques, qui en prennent acte. Il est possible de déceler, derrière nombre de dédicaces par des magistrats, des votes à l’assemblée et au Conseil qui ont décidé l’emploi des sommes dues au moment de l’entrée en fonction. Les promesses supplémentaires en cours de charge faisaient également l’objet d’un contrôle des institutions politiques. Enfin, le faible nombre de constructions sur fonds publics contribue à remettre en cause l’idée de cités ruinées par leur propre faute à cause de programmes édilitaires trop ambitieux. Les constructions accomplies à des titres divers par des particuliers – lors d’une magistrature ou en dehors de toute fonction – ne dépossèdent pas entièrement les corps civiques du contrôle de la construction. Le processus de la construction sur fonds privés conduit même à retirer au gouverneur, qui n’est censé intervenir que lorsque les finances de la cité sont menacées, l’occasion de contrôler la cité. Il est peut-être inattendu de voir qu’un domaine de la vie politique locale, décrit parfois comme le fer de lance du contrôle romain sur la cité, à cause, essentiellement, des lettres de Pline (car les inscriptions n’en portent guère témoignage), est en réalité géré avec suffisamment d’habileté pour en général préserver la cité des interventions extérieures32. L’ergépistatès, qui contrôle les chantiers sur fonds publics, accomplit en faveur de la communauté civique une fonction pénible et où ses biens sont engagés. Mais son rôle est essentiel : il est très souvent un personnage de haut rang de la cité, afin qu’il soit en position de défendre ses intérêts. Les cités se ruinent peut-être pour d’autres raisons, mais l’“ornement de la cité” peut difficilement être mis en cause. Dans le lien entre ce type d’évergétisme et la vie politique, les particularités les plus marquées d’une cité à l’autre, mais aussi, comme Fr. Jacques le soulignait pour les différentes provinces africaines, d’une région de l’empire à l’autre, s’expriment dans le moment lors duquel, dans une carrière, on fait construire. L’évergétisme peut être lié à l’accomplissement d’une fonction civique ou être réalisé en dehors de toute magistrature ou prêtrise. Souvent les inscriptions honorifiques ne permettent pas de trancher, alors que les inscriptions d’autres provinces, comme l’Afrique proconsulaire, sont au contraire très précises à ce sujet. La structure de l’évergétisme en rapport avec une fonction se révèle donc être très différente entre l’Asie mineure occidentale et l’Afrique33. Alors qu’en Afrique proconsulaire Fr. Jacques concluait que l’évergésie ob honorem intervenait en général au début d’une carrière et était l’occasion, en quelque sorte, de faire valoir ses droits aux magistratures les plus importantes, en Asie – malgré l’absence de cursus précis au sein des cités d’Asie, et les différences d’une cité à l’autre – les constructions que l’on peut relier à l’exercice d’une fonction ont lieu alors que l’on assume les plus grandes prêtrises ou les hautes magistratures civiles, ou après les avoir accomplies. Une carrière ne s’achète pas, ou du moins, le don apparaît comme s’il était fait, sans que le pollicitant y trouve un intérêt direct. Cette temporalité renforce la noblesse apparente de son geste. Elle explique peut-être l’absence d’évergètes récalcitrants dans les sources épigraphiques : pourquoi rechigner à accomplir sa promesse, quand on a promis alors qu’on a obtenu tous les honneurs ? Si l’on ne souhaitait pas engager de telles dépenses, il suffisait de ne pas les promettre.

  • 34 Liebeschütz 1972.
  • 35 Chastagnol 1986.

16Après les graves troubles du dernier tiers du iiie siècle, la cité grecque trouve comment tirer profit de la présence plus grande du gouverneur. En rapport direct avec le thème de l’ornement public, il aurait été intéressant de connaître pour ces régions – l’étude a déjà été faite pour Antioche, à partir de sources plus nombreuses il est vrai34 – la capacité d’autonomie que le Conseil de la cité a réussi à préserver. La lettre des empereurs Valentinien, Valens et Gratien au proconsul d’Asie de 371-37235, sur les biens fonciers des cités, en donne un petit aperçu, le Conseil d’Éphèse récupérant, à sa propre demande, la gestion d’une partie des biens de la cité pour en affecter les revenus à la restauration de monuments publics. La province du Haut-Empire, puis le diocèse dans l’Antiquité tardive, paraissent être une bonne échelle géographique pour déceler les nuances de la domination romaine d’une région à l’autre, et les modes de subsistance, voire d’épanouissement, de la vie locale, en fonction souvent de la vivacité des traditions antérieures.

L’intérêt de la cité à être “ornée”

  • 36 D. Chr. 40.9 (trad. Cuvigny 1994).
  • 37 Philostr., VA, 4.8 (trad. Grimal 1958, 1144).

17Dion de Pruse s’indignait36 : “Pourtant certains étaient contrariés de voir disparaître les marques de notre pauvreté et de notre obscurité passées ; ils se moquaient bien des colonnes et des corniches qui se montaient, des ateliers que l’on construisait ailleurs, mais ils ne voulaient pas que vous ayez plus d’ambition qu’eux-mêmes”. L’ambition des cités – celle qu’elles doivent montrer pour faire entendre leur voix face à leurs voisines, mais aussi face à Rome – ne peut donc être découpée : rivalités pour les titres, pour l’obtention d’une néocorie ou pour être ménagée par Rome, mais aussi pour briller, être “visible de loin”, pour étendre sa réputation au-delà des frontières ; avoir une belle cité, c’est montrer que l’on arrive en son sein à faire l’emporter les valeurs de l’hellénisme, se positionner comme défenseur des valeurs communes ainsi que le fit Smyrne. Les sophistes s’y comportèrent souvent en constructeurs ; elle obtint plus tard le titre d’“ornement de l’Ionie”. Smyrne se posait ainsi comme un véritable modèle, et était reconnue comme tel. Une réussite si grande n’était pas accessible à toutes les cités ; aussi l’intérêt qu’elles trouvaient dans une belle parure urbaine différait-il entre petites et grandes cités. La remarque de Pausanias sur Panopée indique que dans le cas de petites bourgades, la possession d’un théâtre, de bains, d’une fontaine était un moyen de manifester son statut civique – ou bien un argument pour y accéder, comme le montre l’exemple d’Orcistos. Quelques remarques de Dion, citoyen de Pruse – ville moyenne – montrent également que l’on pouvait s’enorgueillir d’être voisin d’Éphèse, de Smyrne, de Pergame, de belles cités, illustres représentantes d’une culture grecque revendiquée. Pour ces cités petites et moyennes la participation au culte impérial de niveau provincial, par le co-financement d’un temple magnifique, revêtait donc un intérêt véritable. Pour toutes les cités, chacune à son échelle, c’était aussi une démonstration très visible de puissance : la preuve de l’existence en leur sein de notables prêts à investir pour la beauté de la cité – et donc aussi à s’occuper des autres thèmes de la vie publique. Philostrate exprimé précisément cet enjeu37 : “mais l’émulation mutuelle est dans l’intérêt de la communauté, celle qui fait que chacun s’efforce de donner un meilleur avis que l’autre, que tel se montre un ambassadeur, ou tel autre un constructeur plus brillant que celui-ci ou celui-là, ce sont là, je crois, rivalités heureuses et division utiles à la communauté”.

La cité et Rome

“Ornement de la cité” et hégémonie romaine

  • 38 Smith 1988.
  • 39 Poséïdon est sollicité en cas de danger pendant les tremblements de terre : voir l’oracle d’Apollon (...)

18L’“ornement de la cité” grecque a été traditionnellement associé, par Pline comme dans un courant historiographique s’interrogeant sur la “romanisation”, à l’hégémonie romaine. Il en serait un effet premier, par des voies directes ou détournées, que les administrateurs romains et l’empereur apparaissent dans les dédicaces comme entités agissantes ou non. Or, sauf de temps en temps à l’époque flavienne (on ferait le même constat en Bithynie), le proconsul n’apparaît pas dans les dédicaces au nominatif. Il est très rare que l’empereur soit mentionné comme commanditaire dans les inscriptions. Au datif, son nom prend place aux côtés de ceux des dieux tutélaires de la cité et de celui de la communauté. Cette position revêt un sens comparable à celui de la mise en scène de la figure impériale dans les monuments publics. L’empereur se distingue aux yeux des habitants de ces provinces romaines par un trait déterminant, qui ne fait pas de lui un évergète grandiose ni une figure intrusive dans l’espace civique : lui seul est garant de la paix et de la sécurité générale. Selon R. R. R. Smith, en Orient l’empereur était avant tout considéré comme vainqueur suprême, les limites de ses conquêtes constituant les limites du monde, impression accentuée à Aphrodisias par le choix des commanditaires de faire représenter, dans les portiques menant au temple, des peuples lointains et mal connus38. Il s’agit bien là d’une valeur attribuée à lui seul, car aucun citoyen évergète n’est à la hauteur de ces enjeux, ni même les dieux civiques ou panhelléniques ; invoqués pour le salut d’une cité dans des circonstances exceptionnelles39, aucun ne peut comme l’empereur garantir la stabilité de l’ensemble de l’empire, cadre politique de l’ensemble des cités, de manière durable. Il est remarquable de constater que c’est bien en temps de paix, aux deux premiers siècles, que se développe cette idée, les cités ne vivant peut-être pas dans l’oubli insouciant du passé guerrier de l’époque hellénistique. Aelius Aristide en particulier a exprimé cette idée, mais à lire Plutarque de plus près on la trouve également, de même que chez Dion de Pruse. Elle est bien le résultat d’une réflexion grecque sur l’intérêt que les provinces orientales trouvent à l’empire ; dans les cités, les programmes iconographiques comme les statues impériales, les représentations sur les revers monétaires où l’empereur apparaît en cuirasse devant un temple, la construction de temples civiques du culte impérial, sont bien dus à des évergètes locaux et au choix du Conseil des cités, sans qu’aucun intervenant romain ne détermine ce choix, et même sans qu’il soit le spectateur attendu de ces images et constructions.

  • 40 Rome surpasse ainsi tous les empires précédents, car seule elle garantit la paix, voir Pernot 1997b (...)
  • 41 Aristid., Or., 27.40.
  • 42 Nous avons détaillé les attentes d’Aelius Aristide vis-à-vis de Marc Aurèle et de son fils, pour qu (...)

Il n’y a donc pas de flatterie destinée aux Romains quand est tracé le portrait d’une époque paisible, en contraste avec les difficultés antérieures dues aux événements militaires omniprésents et aux conséquences malheureuses des guerres sur les cités d’Asie mineure à l’époque hellénistique40. Aelius Aristide “se réjouit du bonheur de l’époque”, μακαρίζειν τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg χρόνου, recommande de “profiter de l’état de l’empire”, ἀπολαύειν τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς ἀρχImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς τὰ γιγνόμενα41 : “il est juste d’être reconnaissant envers les dieux, de rendre grâce aux empereurs et de joindre ses prières à leur égard, et de nous féliciter de notre époque, et en plus de se féliciter, de profiter de l’état de l’empire. En effet ces ornements des bâtiments sont beaux”. Mais il faut remarquer qu’une fois ce contexte favorable établi, en dehors de l’aide apportée après des catastrophes naturelles42, ce n’est jamais l’empereur qui est crédité des résultats atteints à l’intérieur même d’une cité particulière, mais ses habitants, ce qui nous paraît conforme aux données de l’épigraphie sur la construction de monuments publics dans cette région. Rome et l’empereur assurent un ensemble d’éléments favorables, interviennent au besoin dans les cités. Mais l’ornement des cités grecques d’époque romaine est bien un achèvement dont la volonté et l’accomplissement procèdent des cités seules, sans impulsion ou directive venue d’en haut. Le discours Sur Rome l’exprime clairement :

  • 43 C’est ce qu’il est dit de Smyrne reconstruite après un tremblement de terre, et qui se surpasse ell (...)

“Aujourd’hui la totalité des cités grecques se redresse, de votre temps, et toutes les offrandes, les arts et les parures qu’elles contiennent vous rendent honneur, comme une parure dans une banlieue. Les rivages marin et l’intérieur des terres sont remplis de cités dont les unes ont été fondées, les autres accrues de votre temps et par vous. L’Ionie, enjeu de tant de batailles, a été libérée des garnisons et des satrapes, et s’offre à tous comme un modèle de beauté ; autant, jadis, elle avait la réputation de s’élever au-dessus des autres races par la grâce et la parure, autant, aujourd’hui, elle se surpasse elle-même”43.

νImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgν ἅπασαι μὲν αἱ Ἑλληνικαὶ πόλεις ἐφ’ ὑμImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἀνέχουσι καὶ τὰ ἐν αὐταvImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς ἀναθήματα καὶ τέχναι καὶ κόσμοι πάντες ὑμImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgν ἔχουσι φιλοτιμίαν, ὥσπερ ἐν προαστείῳ κόσμος·ἐκπεπλήρωνται δὲ ἀκταί τε παράλιοι καὶ μεσόγειοι πόλεσι, ταImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς μὲν οἰκισθείσαις, ταImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς δὲ αὐξηθείσαις ἐφ’ ὑμImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τε καὶ ὑφ’ ὑμImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν. Ἰωνία δὲ ἡ περιμάχητος ἐλευθερωθεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgσα φρουρImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν καὶ σατραπImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν πρόκειται πᾶσι κάλλους ἡγεμὼν, ὅσον πρόσθεν ἐδόκει τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἄλλων ὑπεραίρειν γενImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν χάριτι καὶ κόσμῳ, τοσοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgτον νImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgν ἐπιδεδωκυImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgα αὐτὴ παρ’αὑτήν.

  • 44 Ainsi L. Pernot indique que “Rome est considérée avant tout, voire uniquement, comme puissance de g (...)
  • 45 Veyne 1999, 564-565.
  • 46 Brunt 1961. L’histoire de l’Asie est parsemée de telles mésaventures.
  • 47 Plut., Moralia, 824 E.
  • 48 Voir Veyne 1999, 554-555 : “le bon dirigeant garde sa cité fidèle à l’empereur, tout en évitant de (...)

19L’Ionie a été délivrée par Rome ; désormais, elle a pu surpasser son ancienne réputation par son ornement. Rien ici n’indique l’idée d’une romanisation, ni même d’une acculturation profonde44 ; il s’agit d’une évolution de la culture hellénique, dans un contexte favorable. La paix romaine, si dans les cités, aux réunions de l’assemblée, dans les conseils, les citoyens et les bouleutes arrivent au terme de débats à trouver un terrain d’entente, n’est pas une hégémonie volontairement contraignante et coercitive tant que les impôts rentrent. Aelius Aristide, comme L. Pernot et P. Veyne le signalent, n’a pas une attitude adulatoire pour Rome, et la lecture de son discours sur Rome, sur sa conception de l’hégémonie romaine qui est celle des notables cultivés du temps, indique qu’il concevait le pouvoir romain comme un système qui laissait la part belle aux dirigeants traditionnels des cités45. Il faut d’ailleurs remarquer que c’est le proconsul, et non l’empereur, qui est toujours décrit comme le vecteur d’un possible asservissement, par ses propres abus46 ou par les discordes dans les cités47 ; l’empereur, au contraire, est uniquement décrit comme une figure bienfaisante, en premier lieu parce qu’elle est garante de la sécurité. Cette dissociation nette entre le proconsul et l’empereur favorise la perception positive de l’idée d’empire et du rôle de l’empereur48. De la sorte l’empereur reste également plus lointain, moins concret, sa figure n’est pas intrusive, et seulement protectrice. Cette distance presque parfaite qui existe entre les trois niveaux politiques de la cité, de la province et de l’empereur, permet à la première de préserver un espace de liberté dont le κόσμος est le signe, car il manifeste la vertu des citoyens et une rivalité qui a su trouver un exutoire qui ne nuise pas à la communauté civique, tandis que le proconsul maintient solide la domination romaine, l’empereur n’apparaissant plus, aux yeux des habitants des cités grecques, que comme le garant de l’ensemble du système et de sa continuité, le garant du bon ordre du monde. Cela fut vivement ressenti à l’époque augustéenne puis de nouveau à partir de l’époque de Marc Aurèle, quand, par exemple, le sanctuaire d’Éleusis fut mis à sac par une incursion des Costoboques.

L’attitude mesurée de l’administration romaine

  • 49 Lepelley 1979.

20C’est donc un système de valeurs développé au sein de l’hellénisme qui justifie la construction, et non des influences extérieures, une romanisation des esprits ou une contrainte exercée sur eux de la part de l’administration romaine. Quand on se penche dès lors sur les relations entre les cités et l’empereur, il faut restituer à l’ornement de la cité toute l’épaisseur politique civique qu’en exige Dion de Pruse ou Aelius Aristide. Une belle cité n’a pas de valeur si ses habitants sont divisés ; si l’on réunit l’ornement de la cité et la concorde, la cité tout en favorisant son illustration agit alors avec le plus d’autonomie possible. Le gouverneur n’a pas de raison d’intervenir sur ce point. L’examen des sources permet de constater que les raisons de l’intervention de l’administration impériale dans les affaires civiques, sur le thème de la construction publique, ont le plus souvent un rapport avec des circonstances particulières et difficiles imposées par des catastrophes naturelles. L’empereur ou le Sénat délègue alors un envoyé spécial pour estimer les dégâts et les remèdes possibles, notamment la remise du tribut. En dehors de ces cas, les inscriptions indiquent rarement l’intervention du gouverneur : il ne contrôle pas les politiques de construction publique (il n’y a qu’à Éphèse où, sous les Flaviens, il est honoré pour avoir conçu un projet de construction), il n’est presque jamais présent à l’inauguration des bâtiments, ponctuellement il sert les intérêts de la cité en réglant des litiges, ce qui lui permet de trouver de nouveaux fonds pouvant servir à la construction. Après la réorganisation administrative de Dioclétien, des évolutions marquées se produisirent, facilitées peut-être par les invasions gothiques et les tremblements de terre des années 260 qui affligèrent les cités de cette région. À cette période l’Afrique n’a pas tant souffert, et l’évergétisme édilitaire y connaît une certaine continuité entre le Haut-Empire et l’Antiquité tardive, comme l’apprend l’étude fondamentale de Cl. Lepelley49. En revanche en Asie mineure occidentale, l’évolution est drastique. Le redressement des cités est lent : ce n’est pas avant les années 330 que de nouveau on trouve des dédicaces de monuments publics ou des éloges de gouverneurs ayant pris l’initiative de faire construire. L’évergétisme des notables est totalement absent, jusqu’à la fin du ive siècle, ce qui est différent de l’Afrique et de l’Italie comme d’autres régions orientales, par exemple la Syrie. Ce recul a plusieurs facteurs : les conditions difficiles d’un point de vue économique que connaît alors la région, le recrutement de membres du Sénat de Constantinople en Orient, contribuant à dépeupler les conseils des cités, enfin l’attractivité moindre des carrières civiques dès lors que les cités sont largement dépossédées de leurs revenus et que le gouverneur, capable désormais de contrôler beaucoup plus étroitement les cités à cause de la réduction de son ressort, est en position de prendre toutes les décisions importantes dans les cités. Le proconsul d’Asie, le vicaire d’Asie et le praeses Cariae, un fonctionnaire d’un rang beaucoup moins prestigieux que les deux précédents, sont les plus actifs dans la construction de monuments publics. De la sorte, quelques cités, en général parmi les plus prestigieuses, Éphèse, Milet, Smyrne, Sardes, Aphrodisias, Hiérapolis, Laodicée du Lycos, Assos et Tralles, sont les premières bénéficiaires de leur politique. Les éloges en vers que les conseils des cités décernent à ces gouverneurs continuent de glorifier l’“ornement” de la cité, attestant la continuité d’un phénomène culturel même si ses modalités politiques ont évolué.

Le vrai visage de l’empereur bienfaiteur

  • 50 Aristid., Or., 20.

21L’évaluation de l’influence impériale sur l’“ornement” de la cité remet en cause, nous semble-t-il, l’idée que des enjeux impériaux polarisaient la vie des cités. L’action directe de l’empereur sur le paysage urbain est rare. Le titre de κτίστης, l’affichage de lettres impériales sur des bâtiments contemporains, les voyages d’Hadrien, ne suffisent pas pour supposer le financement de constructions par l’empereur. Il est rare que l’on puisse identifier de véritables politiques impériales : Auguste s’attacha à restituer leurs biens aux temples et aux cités, et pourvut à l’approvisionnement en eau d’Éphèse. Quelques-uns de ses successeurs s’intéressèrent à ce problème, mais cela resta ponctuel. Trajan manifesta sa piété pour des dieux honorés en Asie, de même qu’Hadrien. En octroyant des néocories – surtout Hadrien – ils offrirent l’occasion à Pergame, Éphèse, Smyrne et Cyzique d’entreprendre de grands temples, avec le concours des cités du koinon. L’empereur philhellène est également connu pour avoir fourni des colonnes de marbre pour un gymnase de Smyrne. Le reste des interventions impériales est pour l’essentiel lié au hasard des séismes, et ne peut donc être défini comme une politique valable dans le cours régulier des événements. La première forme d’aide impériale consiste alors à plaider la cause de la cité au Sénat pour obtenir une remise de tribut. Aelius Aristide, dans le discours qu’il prononce sur le redressement de Smyrne après le tremblement de terre de 177, énonce les aides reçues : de la part de l’empereur, il mentionne le plaidoyer en faveur de la cité au Sénat et l’envoi de techniciens, si jamais, précise-t-il bien, la cité le souhaite (Marc Aurèle a eu la délicatesse de ne rien imposer qui aurait pu froisser la susceptibilité de Smyrne, tenant à préserver son autonomie même en cette occasion) ; mais Smyrne a également été secourue, de manière très importante et très concrète, par les cités du koinon d’Asie. Les deux types d’aide font l’objet de développements sensiblement égaux en longueur50. Aelius Aristide ne manipule pas les faits ; d’ailleurs il n’aurait pas hésité à citer d’autres aides impériales s’il y en avait eu. Ce n’est qu’à l’époque julio-claudienne qu’on trouve quelques inscriptions citant l’empereur au nominatif dans une dédicace, après un tremblement de terre.

22L’importance du rôle de l’empereur doit donc être réévaluée : en matière d’urbanisme, dans la vie quotidienne des cités, son rôle est faible. Les bienfaits qu’il accorde en général aux cités n’ont pas de traduction directe dans le paysage urbain sous la forme de dédicace de monuments publics portant au nominatif le nom impérial : plaider en faveur de la remise du tribut, accorder aux cités des privilèges sont les principaux bienfaits que l’on réclame à l’empereur. Cette réévaluation du poids de l’empereur dans l’ornement de la cité ne nous conduit pas à négliger son rôle et ses pouvoirs réels, au contraire ; il s’agit de délimiter ce qui appartient aux uns et aux autres et les conclusions seraient évidemment différentes si l’on examinait les questions liées aux titres, droits et privilèges, revendiqués et disputés par les cités, mais dont l’octroi résulte toujours de l’accord de l’empereur. L’ornement de la cité nous a en réalité permis de sonder les manifestations d’un domaine de la vie politique civique sous ces multiples aspects. La périodisation de ce phénomène découle donc des conditions de la vie locale beaucoup plus que d’attitudes impériales. On trouve ainsi des temps forts dans l’ornement de la cité – l’époque augustéenne, moment de remise en ordre pour parer aux premières urgences, mais surtout, de manière apaisée, le siècle allant des Flaviens à Marc Aurèle ; puis les Sévères et après le silence presque total courant des années 250 aux années 330, la cinquantaine d’années suivant le règne de Constantin.

  • 51 Voir Robert 1984a.

23L’étude de l’ornement de la cité confirme ainsi la vivacité de ces cellules politiques et leur capacité d’adaptation51. Plutôt qu’une “romanisation”, les cités adoptant avec passivité un modèle de civilisation, ce sont les cités elles-mêmes, leurs notables, leur élite intellectuelle constituée par les sophistes et les orateurs, qui définissent les nouveaux enjeux de la politique civique, en fonction de critères issus de l’hellénisme. Dans un empire où les aspirations locales varient en fonction de plusieurs facteurs et que le pouvoir central, du moment qu’elles restaient dans un cadre assez largement défini, n’avait pas de raison de contrarier, la cité grecque, par des moyens variés et largement répandus – de nouvelles constructions, la défense sans relâche de son statut et de ses privilèges auprès de l’empereur – mais dont la mise en œuvre est structurée par les valeurs de l’hellénisme impérial, s’efforce sans cesse de créer les conditions pour assurer son avenir selon une voie propre.

Notes

1 Notamment d’après les lettres de Pline le Jeune à Trajan.

2 Martin [1956] 1974 et Hellmann 1992.

3 À l’exception d’une inscription provenant de Dorylée, MAMA V, 6, et d’une inscription latine d’Éphèse commémorant la restauration par L. Caelius Montius de “l’atrium des thermes” (le gymnase Auguste), IK, 14-Ephesos, 1314.

4 CIG 2782, l. 24.

5 Hypothèse de Magie 1950, 639, hypothèse défendue ensuite par Balty 1991, 518-519.

6 Cette idée de modernité appliquée au monde grec est utilisée dans Veyne 2005, 269, sur Palmyre et l’embellissement de son centre urbain : “Palmyre se voulait moderne. Or la civilisation grecque, à cette époque, s’imposait à tous comme étant la modernité”. L’idée annexe de libre choix est également mise en avant (Veyne 2005, 264). Sartre 2007 insiste également sur la première notion.

7 Cela est moins banal qu’il n’y paraît ; il faut remarquer aussi que nombre de références locales, dans les plus anciennes cités, renvoient à des époques antérieures à la colonisation grecque : voir par exemple Éphèse et Milet, puisque selon Pausanias, “le sanctuaire d’Apollon à Didymes ainsi que l’oracle sont trop anciens pour dater de l’installation des Ioniens, beaucoup trop ancien encore pour dater des Ioniens est le culte d’Artémis éphésienne” (Paus. 7.2.6). Cette haute antiquité était un objet de fierté : voir par exemple les Éphésia, qui selon les décomptes locaux remontaient au début du second millénaire (Robert 1978, 474-475). Dans d’autres cités de fondation plus récente, on invente des mythes qui renvoient eux aussi à un passé lointain, bien que récemment mis en valeur.

8 Le cas le mieux connu est celui d’Éphèse : statues d’Androklos en divers endroits, groupes statuaires mythologiques dans le “gymnase auguste” près du port, statues d’Artémis…

9 Hdn. 3.6.9.

10 Nos conclusions sur la mémoire civique et son expression dans le paysage urbain diffèrent donc de celles de Yegül 2000. Il voit par ailleurs dans les élites d’Asie mineure et leur comportement en faveur de leur cité l’effet de la “création d’une élite locale” ; “impliquer cette nouvelle classe de familles privilégiées dans la culture de la munificence civique (…) est un aspect de la romanisation qui peut être appliqué à l’Italie rurale comme à l’Asie mineure occidentale” (Yegül 2000, 137). Cette vue des Grecs conduits par Rome à s’occuper de leur cité, et l’idée d’une élite nouvelle, ne peuvent s’appliquer aux cités grecques du bassin égéen et au rôle des bienfaiteurs civiques en leur sein, ni au contexte culturel, moral et politique dans lequel elles baignent – sauf à soupçonner des arcanes par lesquelles le pouvoir romain se serait manifesté, et qui nous échappent.

11 Voir l’épigramme en l’honneur de Scholastikia à Éphèse (IK, 12-Ephesos, 453 ; SGO I, 03/02/32). L’épigramme elle-même diffuse des valeurs sensiblement différentes de celles que l’on trouve auparavant : “Étranger, vois la silhouette de Scholastikia, femme pieuse et très sage ; elle a fourni, alors qu’une partie (du bâtiment) penchait, une grande quantité d’or (χρυσο πλθος) pour sa rénovation”. L’ornement de la cité n’est pas mentionné, ni même la cité ; est mise en avant, sans détour (en tout cas en comparaison de l’esprit de l’épigraphie honorifique des siècles précédents), l’importance de la dépense accomplie par cette grande dame. Une croix précède l’épigramme.

12 Lettre 34 d’Apollonios de Tyane, adressée aux sages du Musée : Apollonios parle de la barbarisation de la Grèce. Il étend sa critique à divers usages purement romains, qui se sont à ses yeux dangereusement infiltrés dans le monde grec, notamment les combats de gladiateurs. Voir Lucien, Nigrinus : il oppose les valeurs traditionnelles de la Grèce au tumulte qui caractérise Rome, où seul comptent l’étalage de l’or et du luxe privé et la courtisanerie, où les sens sont sans cesse flattés par des spectacles indignes, sans faire référence à un idéal plus élevé (voir en particulier 15 et 16 ; description des pratiques clientélaires, 22).

13 Philostr., VS, 1.25 [531].

14 IK 24.1-Smyrna, 697 ; Puech 2002, 398. Les sophistes et parents de sophistes mentionnés dans la souscription sont, outre Polémon, Claudia, fille de Nicètès, probablement la fille du sophiste véritable fondateur de la seconde sophistique, et Isidôros.

15 Étudiée sous son aspect général de la défense et de la conscience de l’identité grecque face aux Romains par Veyne 1999.

16 Rheidt 1997 et Gros 2005b, 214.

17 Voir aussi, sur ces différences régionales au sein du monde hellénophone, Veyne 2005, 292-293, en particulier cette phrase inspirée de l’étude par Claude Lepelley des statuts juridiques civiques au iiie s. : “l’ambition des cités grecques, contrairement aux syriennes, n’a jamais été de devenir des cités romaines, bien au contraire”.

18 Thomas 1998, 264 n. 4.

19 Voir la conclusion du I.

20 Stephan 2002, 259-260.

21 Cette vivacité a été proclamée depuis longtemps par Robert 1984a.

22 Guerber 2002.

23 Voir Veyne 1999, 516 et 543-544 : en montrant l’importance des honneurs publics, et en s’élevant contre le remploi des statues, Dion accorde de l’importance à un sursaut politique civique.

24 D. Chr. 48.1.

25 Plut., Moralia, 824 B et C (trad. M. Cuvigny, Paris, 1984).

26 Inglebert 2002b, 263.

27 La notice de B. Puech sur M. Antonius Polémon en particulier le montre (Puech 2002, 396-406).

28 D. Chr. 44.12 ; Veyne 1999, 548. La paix impose d’avoir une grande vertu pour parvenir à conserver une vraie vie politique.

29 “Bâtissez pour le Stratonikéion une autre cité, ou à ceux-ci (les habitants de Smyrne) construisez une autre ville” (AP 11.97) ; voir Robert 1969a, 282-283 et III. 1.

30 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 508-509.

31 Plut., Moralia, 805 A (trad. M. Cuvigny, Paris, 1984).

32 Sur ce point, bien que les idéaux de la seconde sophistique soient largement propres à cette région, la manière dont finalement la construction publique ne fut pas si souvent qu’on le dit un moyen pour Rome d’imposer son contrôle peut apparaître ailleurs.

33 Jacques 1984.

34 Liebeschütz 1972.

35 Chastagnol 1986.

36 D. Chr. 40.9 (trad. Cuvigny 1994).

37 Philostr., VA, 4.8 (trad. Grimal 1958, 1144).

38 Smith 1988.

39 Poséïdon est sollicité en cas de danger pendant les tremblements de terre : voir l’oracle d’Apollon de Delphes pour protéger la cité de tremblements de terre, entre 200 et 250, qui recommande d’élever “un autel au dieu qui ébranle la terre” et de lui sacrifier les choses prescrites (IK, 36.1-Tralleis, 1 ; SGO I, 02/02/01). Dans les événements militaires également les dieux surviennent et sauvent les habitants des cités, comme Apollon lors de l’invasion des Goths à Didymes qui fit surgir une fontaine qui sauva les assiégés de la soif.

40 Rome surpasse ainsi tous les empires précédents, car seule elle garantit la paix, voir Pernot 1997b, 33-40.

41 Aristid., Or., 27.40.

42 Nous avons détaillé les attentes d’Aelius Aristide vis-à-vis de Marc Aurèle et de son fils, pour qu’ils se comportent en nouveaux fondateurs de la cité après le tremblement de terre qui l’a frappée, d’après Or., 19 et 20.

43 C’est ce qu’il est dit de Smyrne reconstruite après un tremblement de terre, et qui se surpasse elle-même, Aristid., Or., 21.11.

44 Ainsi L. Pernot indique que “Rome est considérée avant tout, voire uniquement, comme puissance de gouvernement” (Pernot 1997b, 29).

45 Veyne 1999, 564-565.

46 Brunt 1961. L’histoire de l’Asie est parsemée de telles mésaventures.

47 Plut., Moralia, 824 E.

48 Voir Veyne 1999, 554-555 : “le bon dirigeant garde sa cité fidèle à l’empereur, tout en évitant de se référer au gouverneur à tout bout de champ. Telle était désormais la seule attitude praticable pour le maintien de l’identité grecque”.

49 Lepelley 1979.

50 Aristid., Or., 20.

51 Voir Robert 1984a.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540