Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

3. Enjeux politiques de la construction et de la restauration des monuments publics

II - Le rôle de l’administration provinciale

Texte intégral

  • 1 Voir Lévy 1895, 216-217.
  • 2 D.Chr. 48.1.

1L’évaluation de l’intervention du personnel administratif provincial dans le domaine de la construction de monuments publics permet de se faire une idée de la part d’autonomie de la cité, sur un thème politique devenu essentiel à l’époque romaine. Quelles sont les circonstances de son intervention ? Même si les cités pérégrines, ce qui est le statut majoritaire des cités d’Asie, conservent leurs lois, les fonctionnaires romains ont un droit de regard important dans le fonctionnement de la vie civique1. Tout le problème est de savoir dans quelle mesure le personnel administratif pouvait s’immiscer dans les affaires civiques, et jusqu’où il souhaitait effectivement aller : sauf pour les cités libres, le témoignage de Dion confirme que le gouverneur pouvait même interdire pour une période indéterminée toute réunion du peuple2. Cette capacité légale n’implique pas cependant un contrôle effectif et étroit de toutes les cités. Le personnel administratif romain n’y pouvait pas suffire. Les cités, dans la mesure où elles préservaient la concorde et une bonne administration, pouvaient ne pas craindre pour leur capacité politique d’initiative et la présentation de leur autonomie. Il n’est peut-être pas nécessaire, d’ailleurs, de penser en termes de coercition et de conflit la nature du contrôle exercé par les autorités romaines : l’attitude des autorités provinciales peut avoir été selon les occasions hostile, indifférente, ou bienveillante ; cela dépend également des préoccupations du moment du pouvoir central et des moyens d’intervention mis à disposition de l’administration, qui varient également.

  • 3 Pour l’Antiquité tardive, voir les appendices de Roueché [1989] 2004, et, à défaut, PLRE I.
  • 4 Sur le rôle du gouverneur dans les provinces de l’empire voir Kolendo 1982 et Jacques 1984, 664-686 (...)
  • 5 Haensch 1997, 598-652.
  • 6 Robert 1948a.
  • 7 Roueché [1989] 2004.
  • 8 Feissel 1998a et 1998b.

2Du point de vue historiographique, le thème de l’administration provinciale en Asie mineure est incomparablement mieux étudié que celui du gouvernement local des cités. Sans compter les outils prosopographiques qui répertorient les gouverneurs des provinces3 et permettent de connaître les personnages cités dans les inscriptions, B. Rémy a publié une série d’articles sur l’activité des fonctionnaires impériaux dans plusieurs provinces anatoliennes4 (sauf l’Asie). R. Haensch répertorie également des attestations d’interventions des différents personnels administratifs dans les provinces, à partir de la documentation épigraphique et littéraire, au Haut-Empire5. Pour l’Antiquité tardive, les analyses de L. Robert6 et de Ch. Roueché7 sont essentielles, et plus récemment les remarques de D. Feissel sur les gouverneurs-constructeurs à Smyrne, les vicaires et les proconsuls en Asie jettent un éclairage décisif sur ce dossier8.

Du règne d’Auguste aux réformes administratives à partir des années 2509

  • 9 La province de Phrygie-Carie fut créée dès Trajan Dèce (French & Roueché 1982). Le véritable découp (...)
  • 10 Winter 1996, 148-167. Nous souhaitons discuter plusieurs de ses conclusions.

3Un premier bilan du rôle des administrateurs dans la construction de monuments publics a été dressé par E. Winter10. L’examen des sources vise ici à déceler la marge d’autonomie laissée par les différents personnels administratifs à la cité et l’esprit de leur intervention.

Définition des personnels administratifs concernés

  • 11 Haensch 1997, 398.
  • 12 Pflaum 1962.

4En Asie, le proconsul, assisté de trois légats, administre la province tandis qu’un questeur, pour la part qui revient au Sénat, et un procurateur ducénaire pour les finances impériales s’occupent des aspects financiers et fiscaux de l’administration11. En des proportions différentes, ces personnages apparaissent régulièrement ou ponctuellement dans des affaires liées aux travaux publics. De plus, l’empereur peut décider d’envoyer exceptionnellement des légats qu’il désigne lui-même pour régler des problèmes importants12 (tableau 1).

Fonctions régulières

13 ergépistatai,14 castra,151617Augusteum18
  • 19 Nous excluons le cas de L. Vedius Capito Glabrionianus (TAM V, 2, 971) : voir ci-dessous

Tableau 1. Interventions de l’administration provinciale ou des envoyés de l’empereur19

Tableau 1. Interventions de l’administration provinciale ou des envoyés de l’empereur19
  • 20 Inscription bilingue, sur un bloc fragmentaire, qui provient peut-être de Hiérapolis.

Note2020

  • 21 Contrairement à Eck 1980, II, 20, nous ne pensons pas qu’il s’agisse ici, au départ, d’une évergési (...)

Note2121

22232425Augusteum,2627282930313233343536aqua Iulia37 uelum383940aleiptèrion41 uir egregius,42c.c4344 iiie4546

Chargés de mission par l’empereur

5Nous comptons parmi ces personnages qui n’étaient pas appointés chaque année ni régulièrement des chevaliers et des sénateurs de tous niveaux. Leur tâche, d’après les sources, pouvait être liée aussi bien aux conséquences d’un tremblement de terre, qu’à une construction hors-normes, ou à un état financier désastreux dans une cité. Ainsi Agathias de Myrina apprend qu’en 26-25 Auguste envoya des consulaires à Tralles après un tremblement de terre.

  • 47 Demougin 1992, no 216. Sur ce point, voir Brunt 1974, 182-183.
  • 48 Sur les travaux exécutés par des corps de troupes, MacMullen 1959, 214-218.
  • 49 Doutes exprimés par Syme 1949, 8, sur l’identité de ce personnage.
  • 50 Tac., Ann., 2.47.3-4 ; également mentionné par D.C. 57.17.7. Voir les commentaires de Christol & Dr (...)
  • 51 Tac., Ann., 4.56.3.

6On trouve ensuite dans un contexte différent un chevalier, C. Fabricius Tuscus, qui eut aussi une carrière municipale dans la colonie d’Alexandrie de Troade, puisqu’il fut duumuir, d’après l’inscription en son honneur. Il a surveillé la construction de bâtiments publics ordonnée par Auguste dans la colonie47 : praefectus operum quae in colonia iussu Augusti facta sunt, alors qu’il était également préfet de la cohorte Apula. La cohorte peut avoir servi de main d’œuvre pour ces travaux48. Cependant le but précis de cette intervention reste obscur, selon P. A. Brunt : en particulier, il est peu probable que ces travaux aient été effectués aux frais de l’empereur, car on s’attendrait alors à trouver iussu et impensa. En 17 pour assister les villes de Lydie frappées par un violent tremblement de terre, le Sénat décide une remise du tribut et envoie M. Ateius49, un ancien préteur, pour examiner la situation50. Peut-être avait-il davantage une fonction financière (examiner les besoins des cités) qu’une réelle implication pour la reconstruction. En 26-28, le débat sur le choix d’un temple du culte impérial provincial en Asie conduit au vote des sénateurs en faveur de Smyrne. Après ce choix, au moment d’élire le proconsul d’Asie, le consul demande à ce que soit désigné en plus du nombre prévu des légats un légat supplémentaire, super numerum, qui serait chargé de veiller à la construction du temple : le sort tombe sur l’ancien préteur Valerius Naso51. Le Sénat semble avoir agi de manière autonome, sans intervention impériale, et le légat n’était pas un envoyé de l’empereur, mais un légat du proconsul, surnuméraire.

525354 ad hoc55 cura, legatus Augusti pro praetore,56 cursus, legatus pro praetore missus ad ordinandum statum liberarum ciuitatium prouinciae Asiae575859606162
  • 63 Dans les cas où le nom d’un logiste (curateur) apparaît au génitif absolu ou après la préposition ἐ (...)
  • 64 Guerber 1997, 218. Sur l’origine sociale des curateurs, Burton 1979, 467-468. Voir également Jacque (...)
  • 65 Naumann 1985.
  • 66 Herrmann & Malay, Lydia, 100.
  • 67 PIR² D 134.
  • 68 Ritti 1985, 108.
  • 69 Halfmann 1979, no 148. Christol & Drew-Bear 1991b, 217 suggèrent qu’à l’exemple du légat du procons (...)
  • 70 Herrmann 1993a, 236 n. 12 sur cette différenciation temporelle : les deux curateurs devaient être d (...)
  • 71 L’emploi du terme “Hellade” peut s’expliquer par deux raisons : soit il fait référence aux revendic (...)
  • 72 Voir le tableau 3 en III. 1 sur le financement par les sénateurs de monuments publics : G. Asinnius (...)
  • 73 Herrmann 1993a, 235 n. 8.

7L’action des curateurs dans ce domaine est également difficile à évaluer63. Contrairement aux correcteurs, peuvent être nommés curateurs de cité des notables provinciaux, des chevaliers, en plus de sénateurs à différentes étapes de leur carrière64. M. Ulpius Appuleius Euryklès d’Aizanoi a ainsi été curateur d’Aphrodisias et de la gérousie d’Éphèse65 ; constructeur dans sa propre patrie, nous ignorons cependant si à Aphrodisias sa mission a conduit à la restitution à la cité de fonds lui ayant permis d’entreprendre des constructions. M. Ulpius Carminius Claudianus, animé de la passion de construire à Aphrodisias, a été logiste de Cyzique sans que nous sachions s’il y a favorisé des constructions. Au iie s., une inscription indique qu’un grenier, ἡ ἀποθήκη (édifice inhabituel dans les inscriptions) fut construit dans une cité de Lydie dont on ignore le nom, alors qu’était curateur l’asiarque P. Aelius Euandros66. Au début du iiie s., des curateurs sont cités dans les dédicaces du bâtiment de scène du théâtre de Hiérapolis et de l’aleiptèrion de Sardes en 211. À Hiérapolis, le questeur et légat de la province, M. Ulpius Domitius Aristaios Arabianus67, est également curateur de la cité68. T. Ritti souligne la faveur dont il devait jouir auprès du proconsul Q. Tineius Sacerdos pour avoir été choisi comme son légat, alors qu’il était simple questeur. Le père du questeur-légat d’Asie-curateur de Hiérapolis était un sénateur originaire d’Amastris, qui avait été consul suffect et proconsul d’Afrique69. À Sardes, la dédicace de l’aleiptèrion se compose de deux parties : d’abord celle de cette pièce, datée d’après le proconsul, avec mention du procurateur d’Asie, Dionysios, et du curateur dont le nom se trouve dans une lacune de la pierre, et qui doit être également “proconsul de l’Hellade” comme l’indique la ligne suivante (l. 13) ; puis il est précisé que la salle a reçu une dorure “alors qu’était curateur Iul. Antius Quadratus Attalos”. Selon P. Herrmann, la construction s’est faite en deux temps70. La première opération, la construction sur fonds civiques de l’aleiptèrion, a donc été exécutée alors qu’un curateur, désigné “proconsul de l’Hellade”71, surveillait les affaires financières de Sardes. P. Herrmann propose de l’identifier avec C. Asinius Protimus Quadratus, qui aurait été ensuite proconsul d’Achaïe. Il s’agit d’un membre de la gens Asinia, lui-même peut-être originaire d’Éphèse, alors qu’une branche de la famille tient une place importante à Sardes au début du iiie siècle72. Cette famille est composée pour partie de notables locaux, pour partie de membres de l’ordre sénatorial. La dorure a été effectuée alors qu’était curateur un membre de l’une des familles les plus importantes de Pergame : il appartient sans doute à la famille de C. Antius A. Iulius Quadratus73. Même si ces curateurs sont tous deux mentionnés sous une forme au génitif absolu, “alors qu’était curateur…”, qui ne permet pas de connaître leur implication précise dans la construction, comme la cité a été la seule commanditaire de l’aleiptèrion, et commanditaire avec deux épouses de consulaires de la dorure du monument, il est vraisemblable qu’ils ont assaini les affaires financières de la cité et ainsi réussi à trouver les fonds qui lui ont permis d’entreprendre cet important travail.

747576 cursus7778 cursusoikistès7980 floruit iiie818283848586 Oracles Sibyllins87

σι πολυμήλη στοναχήσει.
αἰα Λαοδίκεια, αἰα Ἱεράπολι τλήμων
ὑμς γὰρ πρώτας ποτ’ ἐδέξατο γαα χανοσα.

“La Phrygie riche de troupeaux se lamentera aussi sur les tremblements de terre. Hélas Laodicée, hélas infortunée Hiérapolis, c’est vous les premières qu’a reçues déjà une terre qui se fend”.

  • 88 Milet, I. 9, 344.
  • 89 Didyma, 59.
  • 90 Loriot 1997, 221-229. Deux nouvelles inscriptions en l’honneur de ce proconsul ont été publiées (He (...)
  • 91 Milet, I. 5, 2 (Milet, VI.1, p. 4).
  • 92 Christol & Drew-Bear 1991b, 218.

8Dans les années 240, D. Iunius Quintianus a été, d’après une inscription retrouvée dans les bains de Faustine, curateur (logiste) de Milet88. Son nom apparaît aussi, sans son titre, sur des fragments d’architrave d’un bâtiment inconnu de Didymes89. D’après la mention du proconsul Egnatius Lollianus, cette inscription date d’entre 242 et 24590. Dans les mêmes années, la fontaine monumentale de Milet a connu des réparations91 ; A. Rehm suggère qu’elles auraient pu être faites sous sa direction. Dans l’inscription des bains de Faustine, le Conseil de Milet rappelle dans le même mouvement qu’il a été curateur et οἰκιστὴς de la cité (l. 6), ce qui indique une action d’ampleur. Elle peut avoir été motivée par des circonstances particulières : l’envoi d’un curateur consulaire est en lui-même exceptionnel92.

Conclusions

9À partir des sources épigraphiques essentiellement, quelques noms ressortent de ces deux siècles et demi d’administration provinciale, en rapport avec le thème de la construction dans les cités grecques d’Asie mineure occidentale. Les fonctions de ces personnages, leur origine, ainsi que la typologie de leur intervention indiquent ponctuellement leur présence dans une cité, à l’occasion d’une inauguration d’un monument, voire leur implication dans un projet, en particulier à l’occasion de fonctions correspondant à l’exercice d’un contrôle financier. Les inscriptions permettent d’ailleurs essentiellement de prendre connaissance des cas inhabituels, des interventions motivées par des circonstances exceptionnelles, telles que des catastrophes naturelles, des tremblements de terre. Elles suggèrent globalement une attitude favorable : même quand les lettres de Pline donnent l’impression que les Grecs sont irresponsables, elles n’en indiquent pas moins qu’il finit toujours par seconder leurs projets d’urbanisme ; ses lettres ne donnent pas connaissance d’une seule interdiction de sa part d’entreprendre un chantier.

  • 93 IK, 60-Kibyra, 41 et 42 A-E (inscriptions honorifiques par les tribus en son honneur après sa mort, (...)
  • 94 Salomies 1993, 135-136 n. 49.
  • 95 Rémy 1989a, no°78.
  • 96 Rémy 1989a, no°81 ; Philostr., VS, 2.24.

10Dans le cas des administrateurs réguliers de la province comme des envoyés extraordinaires, les membres de l’ordre sénatorial occupent logiquement la première place dans les sources mentionnant des constructions où des membres de l’administration romaine sont nommés. Au début de l’époque romaine, certains avaient des liens particuliers avec les cités, comme Sex. Appuleius, neveu d’Auguste, qui exerce la fonction de proconsul d’Asie et est le patron d’Assos. Q. Veranius, légat d’Auguste envoyé pour aider au relèvement de Cibyra, a laissé des traces durables dans la cité puisqu’un certain Q. Veranius Philagros est honoré vers le milieu du ier s. pour avoir brillamment défendu les intérêts de Cibyra auprès de l’empereur et dans des procès93. Il est possible qu’il ait obtenu la citoyenneté sur recommandation de ce légat, grâce aux services rendus lors de la reconstruction de la cité94. M. Ulpius Traianus, le père de l’empereur, est l’un des proconsuls dont l’activité en rapport avec la construction publique est bien attestée, avec les proconsuls de l’époque de Domitien qui ont une action d’ampleur à Éphèse. À partir du milieu du iie s., les liens des sénateurs choisis par l’empereur avec la région ou l’aire culturelle grecque où ils sont envoyés pour régler des problèmes hors-normes deviennent systématiques. Par exemple, Q. Tineius Sacerdos, avant d’être proconsul d’Asie, a été légat d’Auguste propréteur en Pont-Bithynie, entre 197 et 19895. C’était un des grands personnages de l’entourage des Sévères, selon B. Rémy. Hiérapolis, où son nom apparaît sur la dédicace du bâtiment de scène du théâtre, était également la cité d’origine du sophiste Aelius Antipatros, le maître de Caracalla et de Géta, qui gouverna lui aussi le Pont-Bithynie entre les années 205 et 21196.

dignitas a priori9798

La politique générale des administrateurs des provinces

  • 99 Nous avons écarté les inscriptions où leur nom apparaît comme moyen de datation, dont le bilan a ét (...)
  • 100 Jacques 1984, 692-693.
  • 101 Jacques 1984, 702.
  • 102 Jacques 1984, 693.

11Les sources épigraphiques indiquent qu’ils interviennent de manière active99 en honorant de leur présence une cérémonie de dédicace, en formant le projet d’une construction, en en donnant l’autorisation, et en aidant au financement du projet sur fonds civiques. La plupart de ces sources épigraphiques datent du dernier tiers du ier s., alors que les textes législatifs conservés datent en majorité de l’époque d’Antonin le Pieux et du règne de Septime Sévère100. Comme l’indique Fr. Jacques, les gouverneurs lorsqu’ils intervenaient dans la politique de construction des cités le faisaient sans doute, déjà avant Antonin le Pieux, conformément à des règles précises qui n’ont pas surgi soudainement à la fin du iie s. parce qu’il se serait trouvé moins d’évergètes dans les cités et qu’il fallait contraindre à l’exécution des promesses101. Il faut donc déterminer le cadre de leur action, relativement stable semble-t-il au Haut-Empire102, pour tenter d’évaluer dans quelle mesure il y avait interférence, voire conflit, entre la capacité d’initiative et l’autonomie des cités, et les missions des gouverneurs, sur le point particulier de la construction publique et de l’évergétisme monumental.

Capacité d’initiative du gouverneur et celle des cités

  • 103 Macer, dig., 50.10.3.
  • 104 Rémy 1991, 165.
  • 105 Mod., dig., 50.10.6 : “Pour les travaux qu’on exécute sur des remparts ou des portes, ou dans les c (...)
  • 106 Macer, dig., 50.10.3 : “il est permis à un particulier d’exécuter un ouvrage neuf même sans autoris (...)
  • 107 Voir Haensch 1997, 307-312, sur le système de conuentus et les haltes du gouverneur lors de sa tour (...)
  • 108 Ulp., dig., 1.16.7.1.

12À l’intérieur même de la cité, la décision de la construction ou l’affectation de certaines évergésies ob honorem revient comme nousl’avons vu aux organes civiques, l’assemblée et le Conseil. Cette capacité de décision visible à travers les sources épigraphiques contraste singulièrement avec les dispositions de ce texte législatif de Macer, à l’époque sévérienne103 : opus nouum priuato etiam sine principis auctoritate facere licet, praeterquam si ad aemulationem alterius ciuitatis pertineat uel materiam seditionis praebeat uel circum <uel> theatrum uel amphitheatrum sit. Selon B. Rémy, ce besoin d’autorisation aurait même été très antérieur au règne de Septime Sévère, car il visait à empêcher les communautés d’être ruinées par des projets de construction ambitieux104. Dès Marc Aurèle, il avait été décidé que l’autorisation du responsable provincial était nécessaire pour les travaux sur les remparts et les portes105. D’après le texte de Macer, si jamais des bâtiments commandités par des particuliers pouvaient entraîner des troubles, l’aemulatio entre les cités, ou la seditio interne, l’autorisation de l’administration provinciale était nécessaire, de même que pour les travaux importants (cirque, amphithéâtre, théâtre)106. Il s’agit ici des constructions ex nihilo. Un texte d’Ulpien indique qu’il est également de la responsabilité des gouverneurs de province, au cours de leur tournée107, de décider des travaux de restauration108 : “(le gouverneur) doit se déplacer pour inspecter les édifices sacrés et les bâtiments publics, veiller à ce que les édifices soient bien entretenus, ou voir si les constructions anciennes ont besoin d’être restaurées, ou si les édifices commencés doivent être achevés, dans la mesure où les ressources de cette commune le permettent”.

  • 109 Lepelley 2001, 458.
  • 110 IK, 13-Ephesos, 695.

13Cl. Lepelley109 infère des textes législatifs mentionnés qu’il existait un contrôle strict sur les cités dès le Haut-Empire, et les met en regard avec les textes de Pline. Or Pline est chargé d’une mission exceptionnelle par le prince, de même que le sont les correctores et les curateurs également cités par Cl. Lepelley. Il ne faut d’ailleurs pas surestimer la capacité de Pline à décider ou arrêter un projet : s’il suggère de manière ponctuelle qu’une cité pourrait entreprendre d’améliorer certains espaces monumentaux (Amastris doit couvrir l’égoût qui coule à l’air libre), ses lettres n’indiquent pas qu’il distribue autorisations ou refus, comme le lui permettraient pourtant ses fonctions. L’initiative d’Hérode Atticus, en tant que correcteur des cités libres, de faire construire un monument à Alexandrie de Troade est de même un hapax dans nos sources. À Éphèse, la cité la plus directement sous le regard du gouverneur, l’initiative de la construction d’une fontaine est revenue à C. Laecanius Bassus Caecina Paetus ; l’inscription en son honneur, après le terme de son office, est assez inhabituelle car elle indique qu’il “a été un évergète de nombreuses façons pour la cité”110. À cette exception près, l’initiative de la construction paraît bien rester à l’intérieur des cités : les membres du corps politique civique restent les maîtres de savoir quel type de monuments, et à quel rythme, doivent être construits dans leur cité.

  • 111 Voir I. 3.
  • 112 L’autorisation des gouverneurs est acquise en parallèle avec l’approbation par le peuple et le Cons (...)
  • 113 Rémy 1989b, 370.

14Pour ce qui est de l’autorisation de construire tel ou tel monument, la législation sur les amphithéâtres et les cirques ne joue que très ponctuellement en Asie, car les communautés civiques n’ont été que très rarement intéressées par de telles constructions111 ; les travaux sur les remparts et les portes étaient exceptionnels, les cas de Laodicée et Hiérapolis confirmant toutefois l’intervention régulière du gouverneur dans le cas de ces bâtiments (encore qu’il soit possible que l’intervention de Sex. Iulius Frontinus soit liée aux conséquences d’un tremblement de terre et aux remises de tribut habituelles qui s’ensuivaient). Concernant les édifices moins sensibles stratégiquement, comme les portiques, les rues, Dion de Pruse semble confirmer qu’avant même l’époque sévérienne, il était de règle que les constructions entreprises sur fonds publics soient soumises à l’approbation du gouverneur112. Au total, cette autorisation est très rarement mentionnée. Cela conduit à deux hypothèses : l’indication du proconsul dans les dédicaces est-elle une manière de mentionner le personnage qui a donné l’autorisation de construire ? B. Rémy avait suggéré qu’il s’agissait d’un moyen détourné d’honorer le proconsul, car cela était normalement interdit pendant sa fonction113. Par ailleurs il est difficile de comprendre pourquoi si la mention du gouverneur est honorifique pour lui et permet à une cité de s’attirer ses bonnes grâces, elle n’est pas systématique ; soit donc obtenir une autorisation du gouverneur était vécu comme un signe de perte de la capacité d’initiative de la cité, soit cette autorisation n’avait pas à être demandée systématiquement et le proconsul n’intervenait qu’à titre d’encouragement quand une fois la décision prise, des problèmes se rencontraient.

  • 114 Reynolds 2000.
  • 115 Voir Fr. Jacques, dans Jacques & Scheid 1990, 228.
  • 116 Jacques 1984, 735.

15C’est le cas de Dion à Pruse, ou encore des magistrats d’Aphrodisias qui essaient d’obtenir des grands-prêtres que le paiement des summae honorariae pour leur fonction soit destiné à la construction d’un aqueduc : cette affaire serait restée interne à la cité (d’autant plus qu’Aphrodisias est une cité libre, en dehors de la formula prouinciae, et que le gouverneur n’avait donc pas son mot à dire pour ces questions), si les grands-prêtres pressentis n’avaient manifesté leur opposition à cette transformation inhabituelle de l’utilisation de l’argent de leur charge. C’est une lettre d’Hadrien qui règle le conflit114. Même si Aphrodisias à cause de son statut a eu recours à l’empereur115, cet exemple éclaire les réactions au sein de la cité en cas de conflit sur une construction. Quand il est impossible de trouver un terrain d’entente, c’est alors que les autorités extra-civiques entrent en jeu. Il n’est pas certain qu’elles le faisaient systématiquement, quand un accord existait à l’assemblée et au Conseil. Il était donc de l’intérêt de ces derniers de le trouver. “Les besoins de la cité, traduits par les exigences du Conseil et les intentions des magistrats, pouvaient ne pas être toujours contradictoires ; il n’est pas nécessaire d’envisager impérativement les rapports de l’ordre et des candidats comme conflictuels, et de conclure ainsi à une perversion de l’idéal évergétique”116. Parvenir à s’entendre, à instaurer l’homonoia, évitait soit les intrusions du gouverneur, soit d’avoir même besoin de solliciter une intervention extérieure pour une affaire interne, comme ce fut le cas à Aphrodisias.

  • 117 Fr. Jacques faisait déjà cette remarque pour l’Afrique (discussion de Kolendo 1982, 366) : d’après (...)
  • 118 Jones 1999a, 10-12.

16Les entreprises de constructions financées sur fonds publics restent ponctuelles au regard de l’ensemble des initiatives de construction publique prises par des particuliers. Il semble donc que délibérément des stratégies de contournement de l’autorité provinciale117 aient été mises en place. Cela était possible dans la mesure où le commanditaire, un notable de la cité, le plus souvent membre du Conseil, finançait une construction souhaitée par la communauté civique, en accord avec celle-ci. Cet accord restait toujours primordial : en effet, un évergète peinait à faire accepter un don non souhaité par les communautés civiques, comme le montre la demande faite par les magistrats de Thyatire au proconsul Mettius Modestus en 119-120 de les autoriser à modifier la destination d’un legs. Le donateur voulait faire construire un monument public qui ne convenait pas à ses concitoyens, et le proconsul a accédé à la demande des magistrats de la cité de l’utiliser pour un autre bâtiment, ce dont ils le remercient118. Mais le plus souvent les évergètes constructeurs devaient souhaiter rencontrer l’assentiment de leur communauté, ce qui leur assurait une meilleure popularité dans la cité et évitait le recours au proconsul.

119120121122
  • 123 Le préambule de l’édit du proconsul L. Antonius Albus va même plus loin : ἐπε[ τ(...)
  • 124 Tac., Ann., 16.23.1 (éd. et trad. par P. Wuilleumier, Paris, CUF, 1978).
  • 125 IK, 12-Ephesos, 274.
  • 126 IK, 11-Ephesos, 23.
  • 127 Philostr., VS, 2.23.
  • 128 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 130-131.

17Quant au port d’Éphèse, l’action du gouverneur est liée à la nécessité stratégique de conserver ce port ouvert, alors qu’il s’ensable inexorablement. Il n’en va pas ici seulement de l’intérêt de la cité, mais de toute la province, voire des intérêts romains dans le bassin oriental de la Méditerranée123. La première action d’un proconsul pour entretenir le port d’Éphèse est connue par Tacite, elle a lieu en 66 et ses conséquences furent graves124 : “quant à Barea Soranus, déjà le chevalier romain Ostorius Sabinus avait réclamé sa mise en accusation au sortir du proconsulat d’Asie, pendant lequel il avait accru les ressentiments du prince par son équité et son activité et aussi parce qu’il s’était employé à ouvrir le port d’Éphèse, et quia portui Ephesiorum aperiendo curam insumpserat”. Le vocabulaire de Tacite ne reflète pas nécessairement le vocabulaire des magistratures civiques, et la cura dont il est question ici peut ne pas traduire les termes que nous rencontrons habituellement pour désigner la responsabilité effective des travaux. Barea Soranus peut en avoir seulement formé le projet, exécuté ensuite par des instances dont nous ignorons la nature (peut-il avoir eu recours à un personnel militaire ?). Mais les sources montrent que l’entretien du port d’Éphèse n’était pas du ressort du seul gouverneur, ce qui complique quelque peu le problème de la définition de l’autorité compétente en la matière. Hadrien fut honoré pour avoir confirmé les privilèges d’Artémis, fourni du ravitaillement en blé d’Égypte, rendu les ports navigables et détourné le Caÿstre qui les endommageait, καὶ τοὺς λιμένας πο[ιήσαν]τα πλωτούς, ἀποστρέψαντά τε καὶ τὸν βλά[πτοντα τοὺς] λιμένας ποταμὸν Κάυστρον (l. 13-16)125. En 146-147, le proconsul L. Antonius Albus interdit la décharge dans le canal du port, par un édit126. Mais on constate, comme dans le cas de l’entretien des aqueducs, que ce sont les autorités de la cité qui sont venues le trouver pour qu’il renforce le contrôle du port, à leur demande : en effet il a été informé des dommages qu’il subissait de la part des importateurs de pierres et de bois. L’empereur lui-même, précise-t-il, se soucie de la sauvegarde du port. Les deux interventions suivantes connues au port d’Éphèse sont celles de T. Flauius Damianos, attestée par Philostrate127, et de M. Aurelius [-], grand-prêtre d’Asie, qui a donné à cette occasion 20 000 deniers pour nettoyer le port, ce qui semble indiquer que les mesures de L. Antonius Albus avaient été impuissantes à enrayer le processus d’ensablement. Enfin, une inscription honorifique de la part des orfèvres, datant de peu avant 260 d’après la graphie et le titre porté par la cité128, indique que “Valerius Festus, proconsulaire depuis ses ancêtres, fondateur de nombreux monuments d’Asie et d’Éphèse conformément au héros Antoninus, a rendu le port plus grand que Crésus”. Appartenant à une famille sénatoriale dont des membres ont exercé le prestigieux proconsulat d’Asie ou d’Afrique, ce personnage a encore une fois entretenu le port, s’attirant la reconnaissance de marchands pour qui la bonne arrivée des visiteurs à Éphèse était essentielle.

  • 129 Sur ces interventions par des particuliers, voir I.7.
  • 130 Ulp., dig., 1.16.7.1.

18Les sources sur l’entretien du port d’Éphèse sont donc très partagées : au niveau des bienfaiteurs civiques, des interventions ont concerné aussi bien la “construction” (de quais ou autres dispositifs ?), que le dragage du port129 ; les proconsuls ne se soucient que du désensablement et du bon usage des lieux, au moins une fois à la demande des autorités civiques, tandis que l’empereur peut intervenir pour financer le drainage des cours d’eau de l’arrière-pays, de la chôra d’Éphèse. Au total, le contrôle par les gouverneurs du bon entretien des monuments publics, même à propos des ports et des aqueducs, ne paraît pas décisif. Ils sont surtout dotés d’une force coercitive plus propre à assurer le respect des lois, quand les autorités civiques sont impuissantes. Si l’on peut aussi se poser des questions sur leur capacité à assurer le contrôle de leur territoire dans le cas des aqueducs et du port, il semble bien que l’entretien et la restauration des monuments dans l’espace urbain aient été presque exclusivement du ressort des autorités civiques. Pline non plus ne s’occupe pas de l’entretien des monuments publics déjà existants. Les recommandations d’Ulpien à l’époque des Sévères130, définissant les tâches du gouverneur au cours des tournées dans la province, paraissent ne pas correspondre à la pratique effective de la fonction de gouverneur sur le terrain. À part Éphèse, lieu de résidence habituel où il était plus simple d’effectuer un contrôle sur le bon état des monuments publics, il n’était pratiquement pas possible que pour les cités de la province le gouverneur, ou même tout autre personnel administratif, exerce un contrôle réel.

L’autonomie des cités dans le déroulement des chantiers et leur gestion financière

  • 131 Ulp., dig., 1.16.7.1 (trad. de Jacques 1984, 665, n. 6) ; voir également Ulp., dig., 50.10.2.1 : “l (...)
  • 132 Jacques 1984, 665.
  • 133 Jacques 1984, 347.
  • 134 Jacques 1984, 347 n. 95. Il renvoie également à CIL X, 1266 : à Nole, Q. Caesius est honoré comme c (...)
  • 135 Jacques 1984, 347.

19Le déroulement des chantiers de construction de bâtiments sur fonds publics peut être contrôlé par le gouverneur, si l’on en croit les textes. En particulier, l’un d’entre eux paraît inquiétant pour l’autonomie des cités en cette matière131 : Curare debet curatoresque operum diligentes sollemniter praeponere, ministeria quoque militaria, si opus fuerit, ad curatores adiuuandos dare, “il (le gouverneur) doit nommer officiellement des curateurs de travaux efficaces, ainsi que détacher des soldats pour exécuter les travaux et aider les curateurs”. Fr. Jacques commente : “En désignant des curateurs de travaux, il se substitue aux communes qui perdent, en fait, le contrôle des constructions. Ces quelques lignes d’Ulpien évoquent naturellement pour nous l’activité de Pline le Jeune en Bithynie”132. Or, il explique plus tôt pour les cités d’Afrique, en faisant référence au même texte législatif : “Dans son De officio proconsulis rédigé sous Caracalla, Ulpien indique que le gouverneur doit nommer des curatores operum efficaces. Nous n’avons pas évoqué cette situation précédemment : en fait, on a ici un exemple typique d’une situation tout à fait traditionnelle que seule l’étude isolée des jurisconsultes pourrait faire considérer comme une innovation de l’époque du rédacteur. En effet, l’épigraphie nous fait connaître des curatores operum dati ab imperatore dès le ier s., avant que n’apparaissent les curateurs de cité”133. Fr. Jacques donne alors comme référence134 “Pline, et son intervention dans les travaux publics : les opérations décidées impliquaient la nomination sur place de responsables”. Puis il continue135 : “Si elle était du ressort de l’empereur en Italie, leur nomination revenait en fait au gouverneur dans les provinces, dont la cura sur les monuments urbains de sa circonscription ne peut être tenue pour une innovation de l’époque sévérienne”.

20Or l’épigraphie d’Asie mineure occidentale ne fait pas connaître de curateurs de travaux, curatores operum ou ergépistatai, qui soient de la sorte nommés par les autorités provinciales. Les lettres de Pline ne donnent pas non plus de telles indications : il s’occupe de procurer diverses sources de financement à des travaux entrepris par les cités, parfois pense à désigner un personnel technique pour aider les Grecs à ce que leurs théâtres et leurs aqueducs ne s’écroulent pas, mais il n’y a pas d’équivalence entre les curatores operum décrits par Fr. Jacques et les ergépistatai des cités grecques d’Asie que nous avons examinés (III. 1). Pline ne fait jamais allusion au choix de tels personnages parmi les notables des cités où il se rend. Il n’y a donc pas de raison de penser qu’il ait dépossédé les communautés civiques du droit de nommer les liturges habituellement responsables des travaux. Au mieux, nous pouvons rapprocher ces curatores operum nommés par le gouverneur ou l’autorité impériale du chevalier connu pour être intervenu ponctuellement à Alexandrie de Troade sur l’ordre d’Auguste dans des circonstances sans doute particulières ; mais la tournure des inscriptions montre bien qu’il ne s’agit pas des ergépistatai qui contrôlaient habituellement la construction, des liturges qui existaient et étaient désignés dans les cités bien avant la domination romaine. En revanche, il est possible (mais il ne s’agit en rien d’une obligation légale) que les responsables des travaux importants dans les cités, dont nous avons vu qu’en général, malgré le caractère pénible, astreignant, voire à première vue peu prestigieux de leur fonction, ils étaient des notables très distingués dans leur cité, aient justement été choisis parce qu’ils avaient suffisamment de biens et de surface politique et sociale pour convenir aux gouverneurs de la province. Il est possible également que les curateurs de cités, quand ils se sont généralisés, ont pu suggérer des favoris pour exécuter de telles fonctions. D’une manière générale néanmoins pour l’Asie mineure, rien n’indique que les liturges responsables de la conduite des travaux entrepris sur fonds publics aient été nommés, systématiquement ou régulièrement, par le gouverneur. Cette désignation aurait été une incursion excessive et inutile dans les affaires internes des cités. Aucun cas n’est attesté en Asie mineure occidentale, même par les lettres de Pline.

  • 136 Plin., Ep. Tra., 10.23.
  • 137 Plin., Ep. Tra., 10.90-91.
  • 138 Plin., Ep. Tra., 10.98-99.
  • 139 Plin., Ep. Tra., 10.82.
  • 140 Plin., Ep. Tra., 10.39.
  • 141 Plin., Ep. Tra., 10.37.
  • 142 Plin., Ep. Tra., 10.49 et 70.
  • 143 Connu aussi par Oliver 1989, 79 l. 16, de 127 ; PIR² P 652.

21En revanche, il était dans la nature même de la fonction de la plupart des responsables administratifs, et en particulier les légats d’Auguste, correcteurs et curateurs, nommés par l’empereur à titre exceptionnel, de contrôler les affaires financières des cités, ce qui pouvait toucher aussi le financement public de constructions. L’examen des interventions de Pline permet d’évaluer le degré d’intrusion dans ce domaine. Il réclame l’accord de l’empereur pour la construction d’un nouveau bain à Pruse, voulue par les habitants qui serait financée grâce à des sommes indûment détenues par des particuliers et qu’il s’occupe de faire restituer à la cité, et grâce aux dépenses pour l’huile de l’ancien gymnase136. À Sinope, une colonie, Pline semble avoir formé lui-même le projet de construction d’un aqueduc, et il prévoit que les frais en soient assumés par les rentrées d’argent qu’il a réussi à obtenir pour la colonie137, de même à Amastris pour l’égout qu’il prévoit de faire couvrir avec les revenus procurés par l’assainissement des finances de la cité138. Enfin, à Pruse, Dion n’ayant pas encore rendu compte de l’emploi de l’argent public dans les constructions dont il a assumé la responsabilité pour la cité, Trajan exige “que le compte de tout l’ouvrage exécuté par l’entreprise de Dion Cocceianus soit épluché, puisque aussi bien l’intérêt de la cité l’exige et que Dion ne s’y refuse pas ou n’a pas le droit de s’y refuser”139. Pour beaucoup d’autres affaires, sa préoccupation n’est pas liée directement au financement : il se soucie de questions techniques pour le théâtre de Nicée, son gymnase et le bain de Claudiopolis140, ainsi que pour l’aqueduc de Nicomédie141. Le nouveau forum de Nicomédie pose des problèmes de nature juridique, et non financière (il faut déplacer un temple de Cybèle), de même que le bain que les Prusiens veulent faire construire, puisqu’une maison léguée à l’empereur par Claudius Polyaenus se trouve sur le terrain pressenti142. Une aide technique peut bien sûr avoir des bénéfices financiers car elle évite de mener des constructions en dépit du bon sens. Elle est attestée au moins par une autre inscription : Hadrien dans sa lettre à Aphrodisias approuvant le projet de construction d’un aqueduc financé grâce aux summae honorariae des grands-prêtres du culte impérial, écrit : “ceux qui sont désignés par vous comme commissaires (à la construction) de l’aqueduc pourront trouver conseil et aide pour les points sur lesquels ils en auront besoin auprès de mon procurateur Pompeius Seuerus143, auquel j’ai moi aussi écrit”. Au total, en matière de contrôle du financement des chantiers, on ne voit Pline intervenir que conformément à ce qui a déjà été observé dans les inscriptions : par la restitution à la cité de revenus dont elle a été spoliée, il prévoit d’entreprendre telle construction. Si leur intervention fut réelle dans ce domaine, les curateurs, correcteurs et autres chargés de mission par l’empereur pour contrôler les finances des cités n’étaient donc pas amenés à interférer régulièrement dans les projets de construction publique, ni surtout de manière autoritaire en contraignant la cité à prendre sur tel chapitre de ses dépenses pour achever un bâtiment entrepris, ou en désignant tel reponsable des travaux.

22L’examen des sources donne des conclusions à rebours de la double idée selon laquelle les cités grecques se ruinent pour faire des constructions (le faible nombre d’entreprises financées sur fonds publics a pu être observé), et que l’activité principale du personnel administratif consiste dans la surveillance des finances civiques sur ce point précis et l’intervention autoritaire dans ce domaine. Il faut admettre, plutôt que de chercher à tout prix la trace d’une sujétion qui n’apparaît pas en cette matière, que l’ornement du paysage urbain, sujet brûlant, déterminant pour l’image de la cité auprès de ses rivales et des administrateurs romains, est presque toujours resté en pratique sous la direction des cités et de leurs notables. Malgré les possibilités offertes par les règles du gouvernement provincial et par la législation impériale, l’initiative et le déroulement des chantiers ne relèvent pas, jusqu’aux changements administratifs du dernier tiers du iiie s., d’une autorité extérieure à la cité. Ainsi l’intrusion de la part de l’administration provinciale, qui ne profitait à personne, ne paraît pas avoir été fréquente dans le domaine de la construction publique ni suscitée en premier lieu par des problèmes de cette sorte.

L’aide apportée aux cités lors des tremblements de terre

  • 144 Voir Str. 12.8.18 et 13.4.8, pour le tremblement de terre de 17.
  • 145 Voir Winter 1996, 94-108 ; Herrmann 1995, où les conséquences du tremblement de terre de 17 sont ét (...)

23Le personnel administratif jouait un rôle plus important dans le cas des tremblements de terre. C’est surtout le lien spécial créé à cette occasion entre un empereur “sauveur et bienfaiteur” et les cités qui est visible dans les sources épigraphiques et littéraires. Les émissaires sénatoriaux et équestres ne sont que des intermédiaires, chargés de missions techniques. Même si les informations qu’ils transmettent à l’empereur et au Sénat ou leur activité sur place sont déterminantes, la reconnaissance du corps civique à leur égard et l’attention des géographes et historiens antiques144 paraissent plus discrètes que celle envers l’empereur. La bibliographie récente s’attache aussi davantage au rôle de l’empereur en cette matière qu’à l’activité minutieuse de ces émissaires particuliers145. Il vaut la peine de s’y attarder ici quelque peu.

  • 146 Sur le tremblement de terre de 26-25 a.C., voir Agathias de Myrina, qui mentionne l’envoi par Augus (...)
  • 147 IK, 36.1-Tralleis, 35.
  • 148 Tac., Ann., 2.47.3-4.
  • 149 D.C. 57.17.7.

24La première attestation d’une intervention de sénateurs sur ordre de l’empereur concerne les sept anciens consuls envoyés selon Agathias de Myrina par Auguste à Tralles, à la demande de Chérémon. Ce dernier était venu le trouver en Espagne en faveur de sa cité après le tremblement de terre de 26-25 a.C. : “et eux, étant arrivés aussi vite que possible sur les lieux, ils contribuèrent de sommes d’argent telles et ils montrèrent une telle sollicitude qu’ils rebâtirent la cité”146. Envoyés par l’empereur, ils usèrent probablement de sommes allouées personnellement par Auguste, et non d’une remise du tribut décidée par le Sénat, comme le montrent d’ailleurs vraisemblablement les honneurs obtenus par Auguste dans la cité, dont le titre de “fondateur”147. Tacite rapporte ensuite comment un ancien préteur fut envoyé en 17 en Asie pour évaluer les conséquences du tremblement de terre qui avait frappé la région148. Selon Dion Cassius, “de grosses sommes d’argent furent déduites de leurs impôts et même, Tibère leur en alloua aussi”. Il s’agit de la part du Sénat d’une remise de tribut partielle, et de la part de l’empereur, d’une action évergétique dans une province qui n’était pas son domaine149. L’ancien préteur envoyé a donc pu suggérer au Sénat quelle était la remise de tribut qu’il était bon d’opérer. Le bienfait financier réel consenti par le Sénat n’a pas laissé d’autres traces dans les sources. En revanche, on le verra (III.3), la sollicitude impériale a fait l’objet de plusieurs commémorations.

150151152153154aerarium Saturni.155156157158
  • 159 Robert 1948a, 116.
  • 160 IK, 39-Prusa, 12 ; voir Puech 2002, 334.

25Sous Sévère Alexandre probablement, Ti. Claudius Télémachos et un sénateur de Xanthos, peut-être homonyme et en tout cas parent, ancien consul, ont gagné le titre d’“oikistès” des Laodicéens et des Hiérapolitains, alors qu’ils étaient en mission extraordinaire dans la région, probablement, comme nous l’avons vu, après le tremblement de terre connu par les Oracles Sibyllins sous le règne de Sévère Alexandre. L. Robert a indiqué que ce terme, à la différence de ktistès, peut désigner un fonctionnaire romain ayant dirigé la reconstruction d’une ville après un tremblement de terre159. Il est très difficile cependant d’en donner une définition précise ; il est employé également pour L. Egnatius Victor Lollianus, légat d’Auguste propréteur du Pont-Bithynie sous Sévère Alexandre160, sans que l’on puisse relier cet honneur à des circonstances particulières pour la cité. On le trouve enfin décerné à D. Iunius Quintianus, curateur de Milet sous Gordien III, époque à laquelle on sait qu’un bâtiment a été érigé à Didymes et une fontaine monumentale restaurée à Milet ; on ignore si l’obtention de ce titre peut être liée à d’autres événements politiques, ou si Iunius Quintianus a réellement entrepris des reconstructions importantes dans la cité. C’était en tout cas un ancien consul, ce qui lui donne un rang comparable à celui du sénateur de Xanthos au moment où il a été nommé légat et a examiné les affaires des Laodicéens et des Hiérapolitains.

161 logistès,
  • 162 Oliver 1989, 281.

26Surtout, l’analyse du rôle du personnel administratif des provinces intervenant à l’occasion des tremblements de terre permet à notre avis de ramener à de justes proportions leur implication et leur contrôle réel de la construction dans les cités d’Asie. Tout d’abord, leur présence dépend du statut des cités : Alexandrie de Troade est une colonie où C. Fabricius Tuscus intervient sur ordre de l’empereur, où Hérode Atticus construisit une fontaine et un aqueduc. En revanche une cité comme Aphrodisias ne connaît pas, bien sûr, les interventions du personnel provincial ; l’empereur est le seul référent, Gordien III doit même la prier d’intervenir en faveur de Laodicée du Lycos frappée par un tremblement de terre162. Éphèse est la capitale de l’Asie, son importance est stratégique et ces deux faits expliquent largement l’intervention des autorités provinciales. Pour les autres cités, sauf conflit aigu en leur sein, que les notables essayaient en général d’éviter, quasiment toutes les mentions de la présence de fonctionnaires sénatoriaux en rapport avec la construction de monuments publics peuvent être reliées à des événements hors normes, des tremblements de terre. Il s’agit alors d’aider de manière efficace des cités fragilisées, et non de contrôler et surveiller la vie des cités plus que nécessaire pour le pouvoir romain. Cela confirme la possibilité de l’existence d’une vie politique réelle dans la cité. Le compromis était nécessaire pour préserver la capacité d’initiative de la cité et son autonomie, sur un sujet où l’attitude des gouverneurs n’était pas restrictive comme le montrent la lettre de Postuminus à Aizanoi et même les initiatives de Pline, qui trouve toujours une solution pour que finalement les cités arrivent à construire les monuments qu’elles souhaitent. Le personnel sénatorial et le Sénat ont une attitude favorable de ce point de vue envers les cités de la province dont ils ont le gouvernement.

Conclusion : l’idée de la liberté grecque perdue

  • 163 Jacques 1984, 667.

27Fr. Jacques163 conclut, après l’examen de la documentation législative du Haut-Empire : “au vu de ces quelques textes, le pouvoir de décision laissé aux cités apparaît limité ; mais ce n’est pas un fait nouveau à la fin du iie s. et sous les Sévères ; nous avons ici la conséquence de l’intégration des cités à l’empire, l’état de fait dominant sous la République étant devenu une situation de droit. Pour se représenter la position des cités par rapport aux gouverneurs, il ne faut jamais oublier que légats et proconsuls étaient aussi des juges, qui avaient connaissance de tous les litiges de quelqu’importance. La plupart des affaires qui, pour nous, concernent l’administration, étaient réglées par des procès. Seul apte à trancher dans un conflit entre la cité et les notables, le gouverneur était conduit à intervenir très fréquemment, d’autant que lui seul avait la possibilité d’imposer le respect de la loi. Il était donc un recours obligé en cas de crise. En fait, la cité n’était autonome que dans la mesure où aucun problème n’était soulevé ; si la concordia ne régnait pas, l’autorité romaine se substituait aux instances habituelles, désormais défaillantes. Le système municipal idéal impliquait la paix et l’abondance”. En théorie ce sont effectivement les conclusions qui s’imposent de l’étude des sources législatives. Cependant la confrontation avec les sources épigraphiques d’une région précise de l’empire peut livrer la base pour tracer un portrait sensiblement différent des comportements municipaux ou civiques d’une province à l’autre. En Asie mineure occidentale l’ancienneté de la vie civique, alors qu’en Afrique le système municipal s’est développé avec Rome, a enraciné des habitudes et des comportements différents. La mention des gouverneurs reste très rare dans les inscriptions indiquant la construction de monuments publics, alors que d’après la législation c’est l’un des thèmes les mieux encadrés de la vie des cités.

  • 164 Plin., Ep., 8.23 (éd. et trad. A.-M. Guillemin, Paris, CUF, 1928).
  • 165 D. Chr. 46.14.
  • 166 D. Chr. 48.1-2.
  • 167 Plut., Moralia, 824 E.
  • 168 Aristid., Or., 23.62.

28Le chapitre de la construction et de la restauration des monuments publics dans les cités d’Asie permet d’aborder le débat sur la liberté grecque perdue. Pline écrivait à Maximus, premier corrector des cités libres envoyé en Grèce, en 107164, qu’il aurait affaire “à des citoyens libres, libres entre tous… Leur arracher la dernière ombre et le nom qui seul leur reste de la liberté serait cruel, sauvage, barbare”. Ce point de vue un peu grandiloquent de l’administrateur romain n’est pas nécessairement la réalité vécue et ressentie au sein des cités, notamment en Asie où l’esprit civique se déploie dans des communautés prospères à l’époque romaine, devenues les lieux d’élaboration et de diffusion de la culture hellénique. Dion de Pruse rappelle effectivement à ses concitoyens, que “rien de ce qui arrive dans les cités n’échappe aux proconsuls”, quant il s’agit de discordes et de cas où des citoyens ne tiennent pas leurs engagements165. Le gouverneur Varenus avait suspendu les réunions à l’assemblée de Pruse, théâtre de désaccords virulents et insolubles entre citoyens166. Plutarque se lamente également167 : “Quelle sorte de pouvoir existe-t-il que la moindre ordonnance du proconsul n’anéantisse… ?”. Aelius Aristide porte l’accablement à son comble168 : “Y a-t-il un enfant ou un vieillard assez stupide pour ignorer (…) que des gouverneurs nous sont envoyés chaque année, conformément à la loi, et qu’il leur est permis de décider de toutes choses, petites et grandes, selon ce qu’ils jugent être le meilleur ?”.

  • 169 Sartre-Fauriat & Sartre 2000. Ils remettent en cause la vision pessimiste de la cité sous l’empire  (...)
  • 170 Idée comparable expliquée par Puech 2002, 389 : les penseurs de la seconde sophistique ont la “conv (...)
  • 171 D.Chr. 44.10 (trad. Cuvigny 1994).

29Cependant, ce désespoir n’est pas sans remède : les cités grecques d’Asie mineure occidentale, précisément parce qu’elles ont la nostalgie d’une liberté perdue (ou rêvée169 ?), sont le lieu d’élaboration de concepts politiques qui permettent de redonner sens à la vie civique. Dion de Pruse se confronte sans cesse au problème de la domination romaine. Lui comme Plutarque, souffrant de cette situation proposent, avant toute atre chose, que la communauté civique assure son autonomie par la maîtrise des dessensions inutiles et la poursuite de buts communs et élevés qu’il s’attachent à définir170. Dion exhorte ses concitoyens171 :

παρέχειν Ἑλληνικὴν τ ὄντι καὶ ἀθόρυβον καὶ καθεστσαν τὴν πόλιν, le soin que vous prendrez de mettre l’âpreté et la virilité de votre caractère ainsi que votre intelligence au service du grand et du beau et d’éviter, autant que possible, les dissensions, les troubles et les conflits intérieurs (καὶ τὸ δριμὺ καὶ τὸ ἀνδρεον τς φύσεως καὶ τὴν σύνεσιν ἐπὶ τὰ μείζω καὶ καλλίω τρέπειν, διχοφροσύνης δὲ καὶ ταραχς καὶ το προσκρούειν ἀλλήλοις ὡς οόν τε ἀπέχεσθαι)”.

  • 172 Guerber 2002, 139. Il existe d’ailleurs un recours suprême, selon Aelius Aristide, aux risques repr (...)
  • 173 D. Chr. 44.12 (trad. Cuvigny 1994).

30La liberté ne dépend pas seulement de l’octroi d’un statut juridique et de droits, qu’il faut d’ailleurs toujours essayer d’améliorer mais d’abord d’un effort commun au sein de la cité. La recherche de la concorde est le seul moyen efficace pour éviter l’intervention romaine172, comme l’a montré la confrontation entre les sources épigraphiques et la législation impériale, sur le thème de la construction des monuments publics. Cela est essentiel et traduit à notre sens exactement les aspirations politiques des cités grecques d’Asie mineure occidentale, au Haut-Empire, visibles dans l’idéal de l’ornement de la cité. Comme le montre la lecture des inscriptions traduisant les valeurs des notables qui gouvernent les cités : “Sachez bien en effet que ce que l’on appelle liberté, ce nom dont l’octroi est à la discrétion des maîtres et des puissants, il n’est parfois pas possible de l’obtenir ; mais la liberté véritable, celle que les hommes peuvent réellement posséder, chaque individu et chaque cité se l’octroient à eux-mêmes, en se conduisant pour leur part dignement, sans bassesse ni laisser-aller”173.

174175
  • 176 Voir par exemple Winter 1996, 54-58.

31L’insertion des cités dans un cadre politique nouveau conduit donc à une redéfinition de la notion de liberté, cohérente à condition de ne pas centrer son analyse sur les lettres de Pline tendant à faire passer les habitants des cités grecques pour de grands enfants, aveugles sur leurs intérêts réels et incapables de mener à terme un projet sérieux et dont les constructions serviraient avant tout les vaines rivalités176. Pline avait été nommé pour répondre à une situation de crise ; et les inscriptions renseignent par ailleurs assez précisément sur les types d’interventions des fonctionnaires sénatoriaux, en montrant que leurs causes sont liées en général à des événements exceptionnels. La confrontation des sources épigraphiques et législatives montre que la cité conservait dans l’immense majorité des cas sa capacité d’initiative (les lettres de Pline, sauf pour Sinope et Amastris, ne disent jamais le contraire) et son autonomie dans le financement et le déroulement du chantier.

Après les réformes administratives du dernier tiers du iiie s.

  • 177 Robert 1948a.
  • 178 Roueché 1981.

32Après une disparition progressive des inscriptions honorifiques en faveur des constructeurs entre le règne de Sévère Alexandre, où elles ne sont pas rares, et 260, les gouverneurs deviennent presque les seuls personnages recevant l’éloge d’avoir orné la cité, à partir du début du règne de Dioclétien pour les inscriptions les plus précoces que nous possédions. Cependant, l’idée d’une rupture radicale est atténuée par le constat que depuis longtemps, des personnages extérieurs à la communauté civique avaient un rôle à jouer dans la construction des monuments publics des cités, du moins officiellement, selon les règles définies par Ulpien, car dans la pratique, en Asie mineure occidentale, cela n’était guère visible. D’autre part, lors d’événements exceptionnels et destructeurs, des sénateurs s’étaient souvent trouvés dans la situation de servir de relais entre l’empereur bienfaiteur et la cité. Ces attendus expliquent comment le terrain était prêt à la fin du iiie s. pour que ce personnel administratif passe sur le devant de la scène, et prenne le relais d’une classe de notables en retrait. Les événements terribles vécus par l’Asie mineure occidentale pendant une vingtaine d’années – tremblements de terre et invasions –, et la réforme administrative de Dioclétien diminuant le nombre de cités dont un gouverneur avait à s’occuper en réduisant la taille des provinces, ont été les facteurs de cette évolution. L’examen de ces mutations est éclairé par le travail fondateur de L. Robert sur les épigrammes grecques en l’honneur de constructeurs, qui a tout à la fois éclairci le vocabulaire utilisé et prouvé que ces constructeurs étaient non des architectes ou des notables de la cité, mais des gouverneurs, au ive siècle177. Puis le recueil de Ch. Roueché sur Aphrodisias dans l’Antiquité tardive a mis à jour les rouages d’une société civique dont le cadre juridique d’existence s’était renouvelé : de cité libre, en dehors de la formula prouinciae, elle est devenue capitale de l’une des nouvelles entités provinciales créées, donc sous le regard direct du gouverneur178. La comparaison entre trois types de fonctionnaires impériaux, le proconsul d’Asie, fonction ancienne et prestigieuse, le vicaire d’Asie, fonction nouvelle dont le détenteur possédait un pouvoir étendu sur huit nouvelles provinces, alors que le proconsul d’Asie avait également sous son contrôle l’Hellespont et les Îles, enfin le praeses Cariae, gouverneur de rang équestre puis, à partir de 361 avec Antonius Tatianus, sénatorial, offre l’occasion de comprendre des rapports de pouvoir différents entre ces responsables provinciaux et leurs administrés. La capacité d’initiative, de négociation, de suggestion, dont disposaient les sociétés civiques dans ces trois situations différait et a conduit à des initiatives différentes. Alors que le paysage urbain restait un enjeu essentiel, la capacité de trouver un financement et les possibilités d’illustration d’une charge prestigieuse par l’accomplissement de constructions se sont déplacées vers ces gouverneurs. La construction s’est également révélée être un moyen de rivaliser entre eux, alors même que la législation impériale, surtout dans la deuxième moitié du siècle, aurait normalement dû restreindre leur activité. Il s’agit donc de concentrer l’analyse à l’échelon de plusieurs provinces formant un ensemble politique et culturel cohérent. Cette tentative se place délibérément à une échelle différente de celle choisie par L. Robert, les provinces orientales de l’empire au ive s., et par Ch. Roueché, mettant en lumière les rouages d’une société civique particulière, Aphrodisias, cas particulier plutôt que modèle pour les cités de la région.

Bilan géographique et administratif179

  • 179 Voir la carte de l’Asie mineure dans l’Antiquité tardive (fig. 13) et le bilan des sources dans le (...)
  • 180 Commentaire des sources dans Barnes 1982, 205-208, 215 (mise à jour dans Barnes 1996) et 233 ; voir (...)
  • 181 Roueché [1989] 2004.
  • 182 Roueché [1989] 2004.
  • 183 La province d’Asie commencerait désormais au golfe d’Adramyttion, juste au sud d’Assos (Foss 1979, (...)
  • 184 Voir pour les références Feissel 1998b, 95 n. 32.
  • 185 Belke & Mersich 1990, 77-79 et 323, s.v. Laodikeia (1).

33Les attestations d’interventions de la part de gouverneurs (vicaires ou gouverneurs d’une province) ont une très grande cohérence géographique. Dans l’ancienne province d’Asie, à la superficie moins vaste que le nouveau diocèse asianique institué par Dioclétien180, la province proconsulaire d’Asie et la nouvelle province de Phrygie-Carie créée dès le milieu du iiie s.181, avant d’être elle-même divisée entre 301 et 305182, concentrent l’essentiel des interventions, dans les cités suivantes : Éphèse, Milet et Didymes, Smyrne, Magnésie du Méandre et Tralles ; Assos appartient peut-être à l’Hellespont, province sous le contrôle du proconsul d’Asie, non du vicaire183. Aphrodisias se trouve à la tête de la nouvelle province de Carie, tandis que Milet change de ressort entre l’intervention de Festus et celle d’Antonius Tatianos, et passe de l’Asie proconsulaire à la Carie184 ; à Laodicée et Hiérapolis, ce sont les vicaires d’Asie qui interviennent ; de même à Sardes, qui relève de la Lydie. Au regard de l’extension géographique de leur ressort, les proconsuls d’Asie ont eu tout au long du ive s. une activité édilitaire importante. Dans l’arrière-pays, la vallée du Méandre, avec une extension vers Aphrodisias, et, à l’est, Laodicée et Hiérapolis, ont été des lieux d’intervention privilégiée de la part d’autres responsables. Les opérations urbanistiques sont loin de concerner exclusivement les capitales anciennes et nouvelles des ressorts provinciaux, telles Éphèse, Aphrodisias, Sardes et Laodicée, capitale de la Phrygie Pacatienne185, tandis que la capitale de la Phrygie Salutaire, Synnada, reste absente des inscriptions conservées.

  • 186 Carrié 1998, 19 ; Roueché 1998, 34.
  • 187 Comparaison esquissée par Feissel 1998b, 92.
  • 188 Le proconsulat n’était inférieur en rang qu’à la préfecture du prétoire et à celle de la Ville (Rob (...)

34Du point de vue des constructions, le proconsul d’Asie, le praeses Cariae, et, plus ponctuellement, le vicaire d’Asie sont les fonctionnaires qui se sont le plus distingués. Les autres gouverneurs de province s’en tenaient à leurs fonctions principales : la justice et l’administration fiscale186. Comme en Afrique, où subsistait également, dans un ressort réduit, le proconsul187, le proconsulat d’Asie, sommet de la carrière sénatoriale188, était propice aux initiatives urbanistiques, alors que la législation impériale essayait de manière répétée d’encadrer et de restreindre l’ambition de construire de la part des gouverneurs. Alors que dans des provinces plus modestes, les gouverneurs semblent s’en être tenus à leur stricte fonction administrative et civile, faire construire dans les cités les plus prestigieuses d’Asie s’est révélé une tentation irrésistible pour nombre des personnages qui ont été amenés à les gouverner : il faut dire que les éloges que les cités leur décernaient alors flattaient leur orgueil en les comparant aux illustres fondateurs de ces antiques cités grecques (tableau 2).

Tableau 2. Interventions de gouverneurs dans la construction de monuments publics, à partir de Dioclétien

Tableau 2. Interventions de gouverneurs dans la construction de monuments publics, à partir de Dioclétien
  • 189 La datation du proconsulat de L. Caelius Montius repose sur Malcus 1967, 102.

Note189189

  • 190 Sa fonction daterait du début des années 370 selon Malcus 1967, 141.

Note190190

  • 191 Sa fonction daterait d’avant 392, selon Malcus 1967, 130-131.

Note191191

L’expression de relations politiques nouvelles à travers la construction

Le proconsul d’Asie

  • 192 Roueché 1998, 33-34.
  • 193 Foss 1979, 5, et n. 8.
  • 194 Malcus 1967, 146-148.
  • 195 Chastagnol 1992, 252-253.

35À la fin du iiie s. et dans le courant du ive s., pour ces personnages ayant reçu une éducation raffinée192, la construction restait, comme elle l’était au Haut-Empire, le moyen de renforcer le prestige d’une carrière ayant atteint son sommet selon les critères sénatoriaux traditionnels, avec l’administration de la province proconsulaire d’Asie. Les proconsuls d’Asie étaient issus des élites urbaines ; L. Artorius Pius Maximus et Eutropios étaient même des Éphésiens193. B. Malcus, dans l’étude fondamentale qu’il consacre aux proconsuls d’Asie de la Tétrarchie à Théodose II, donne des détails sur leur origine : très peu étaient issus de l’aristocratie romaine ou italienne, la plupart venait des provinces hellénophones. Le proconsulat d’Asie a été au moins dans un tiers des cas une fonction qui a permis d’accéder ensuite à la Préfecture de la Ville ou du prétoire194. Parmi les proconsuls d’Asie connus pour avoir réalisé des constructions dans les provinces de leur ressort, quelques-uns étaient issus du Sénat de Constantinople195 ; ces hommes d’origine orientale se plaçaient donc dans un contexte de rivalité avec le Sénat romain, traditionnel, ce qui a pu renforcer leur volonté d’illustration et de prestige lors de l’accomplissement du proconsulat.

iiie ive196 uir clarissimus,197198atrium199200201202203 praesides Cariae ive204205 ive206 ive207208209210211212 ive ve213214 ive ive

Le vicaire d’Asie

  • 215 Chastagnol 1992, 240 : dès 325 aucun chevalier n’est signalé parmi les vicaires.
  • 216 Feissel 1998b.
  • 217 IK, 49-Laodikeia, 18 ; SGO I, 02/14/07.
  • 218 Robert 1948a, 46-47.
  • 219 Ritti 1986 ; SGO I, 02/12/06.
  • 220 Sardis, 83 ; SGO I, 04/02/06.
  • 221 Robert 1948a, 35-37.

36Ce n’est que vers 340 qu’à son tour un vicaire d’Asie juge bon d’illustrer sa fonction de manière comparable : D. Feissel indique que dès lors le vicaire d’Asie, clarissime215, entreprend de rivaliser avec le proconsul, et manifeste dans plusieurs des huit provinces sous son administration une activité édilitaire comparable216. Le premier dont l’intervention soit connue est Skylakios, qui restaura une fontaine monumentale à Laodicée du Lycos entre 340 et 350217. Cette cité, capitale de la Phrygie Pacatienne, est également l’un des lieux de résidence du vicaire du diocèse asianique, comme l’a établi L. Robert218. Un peu plus tard, entre 352 et 354, Flauius Magnus, qui a été proconsul d’Asie, fait rénover le théâtre de Hiérapolis en tant que vicaire d’Asie219. Enfin Acholios semble avoir effectué des fortifications à Sardes220, L. Robert soulignant les difficultés d’interprétations de cette épigramme, en tout cas à propos des mérites qui ont valu des éloges à Acholios221. L’action de ces trois vicaires a été commémorée dans des épigrammes. La forme de la commémoration comme l’initiative qui leur a valu cet honneur offrent des similitudes avec le cas des proconsuls de la deuxième moitié du ive s. : la restauration d’un théâtre comme à Éphèse, l’intervention sur une fontaine monumentale comptant parmi les travaux hydrauliques entrepris également par les proconsuls, enfin la construction de murailles, comme le fit aussi Anatolios à Smyrne.

222223aleiptèrion224aleiptèrion225226227 ve

Le praeses Cariae

  • 228 Roueché [1989] 2004, 17.
  • 229 Sur l’identification probable de ce personnage avec le destinataire d’une lettre de Libanios et ses (...)
  • 230 Roueché [1989] 2004, 19.
  • 231 Sur les difficultés des praesides face aux notables des cités qu’ils administrent, voir Carrié & Ro (...)

37Nous ne connaissons pas d’intervention de construction d’un gouverneur de la province de Phrygie-Carie, jusqu’en 301 ; entre 301 et 359, des praesides de rang équestre gouvernent la nouvelle province de Carie, parmi lesquels se trouvent Helladios, “rénovateur” de la cité d’après une base de statue provenant des “thermes d’Hadrien” à Aphrodisias228, et Flauius Quintilius Éros Monaxios229, qui a probablement fait ériger la porte occidentale de la ville230. Contrairement au proconsul d’Asie, son rang dans l’État ne revêtait pas un grand prestige et les membres de son officium, recrutés localement parmi les propriétaires fonciers dont la carrière bureaucratique leur donnait une exemption des charges dans leur cité, pesaient d’un poids social et politique important dans la province qu’il était chargé d’administrer231. Leurs interventions dans le tissu urbain d’Aphrodisias s’inscrivent donc dans une autre perspective que celles des prestigieux proconsuls d’Asie, à Éphèse et dans les cités de la province : les gouverneurs de Carie n’ont pas le poids politique qui leur permet d’imposer leurs vues. Il est donc impossible que la politique d’ornement urbain d’Aphrodisias, coûteuse pour la cité, se soit faite sans le soutien actif des notables locaux.

praesides praesides praesides consulares232 praeses Cariae tétrastôon233234 iiie235236ive237238 praeses, praesides239240 ive praesides Cariae241 tétrastôon ive praeses
  • 242 Le diocèse d’Asie témoigne d’un goût beaucoup plus prononcé que dans les autres régions d’Orient po (...)

38Le particularisme d’Aphrodisias, flagrant au Haut-Empire avec le statut particulier de la cité qui la mettait juridiquement en dehors de la province d’Asie, continue sous une forme renouvelée au ive siècle. En ce sens malgré l’excellente connaissance que nous avons, grâce aux travaux de Ch. Roueché, de cette société civique dans l’Antiquité tardive, il n’est pas possible de l’ériger en modèle pour extrapoler ce qui se passe dans les autres cités, et analyser les rapports entre gouverneurs et administrés ailleurs en Asie mineure occidentale. Les phénomènes de base étant les mêmes (peu de notables financent des constructions ou des restaurations dans l’espace urbain), leur expression est différente. Elle garde dans cette cité un aspect policé, témoignant d’un rapport simple et direct, presque familier, entre le praeses et les Aphrodisiens. Nous sommes loin, ici, des expressions glorieuses que l’on trouve dans la province d’Asie sur le proconsul ou ailleurs à propos des vicaires du diocèse, comparant en vers leur action à celle des fondateurs de la cité. La situation à Aphrodisias confirme donc aussi l’existence d’un rapport de rivalité à partir du milieu du ive siècle entre ces deux fonctionnaires sénatoriaux242, et les relations plus distantes, indiquant un rapport de force plus marqué, entre ces personnages et les cités où ils firent des projets de constructions de bâtiments.

Les attentes des cités pour leur paysage urbain

  • 243 Roueché 1998, 32-33. Voir Robert 1948a, pour de nombreux exemples.
  • 244 Image utilisée pour la Gaule par Claudius Mamertinus dans son panégyrique sur l’empereur Julien (4. (...)

39Les épigrammes célébrant les constructions des gouverneurs et des vicaires sont l’occasion de rappeler les qualités dont ils font preuve dans l’exercice de leur gouvernement ; ces vertus, mises en avant par Ménandre le Rhéteur, sont habituellement mentionnées dans les épigrammes d’après 250 : il s’agit de la sagesse, de la justice, de la tempérance et du courage243. Ces vertus dans l’exercice du gouvernement évitent aux cités les mésaventures liées aux méfaits des gouverneurs cupides qui détournent leur argent, ce qui arrivait fréquemment sous le règne de Constance d’après ses contemporains, alors que Julien choisirait les gouverneurs avec raison et justice244. Il serait dangereux de comparer ces jugements avec les données dont nous disposons sur la construction de monuments publics ; cependant, des sources se dégage une très nette différenciation temporelle, entre la première et la seconde moitié du ive siècle. Par ailleurs, la législation en faveur des restaurations de monuments et de la construction de murailles, activités effectivement constatées chez le proconsul d’Asie, le gouverneur de Carie et le vicaire du diocèse, s’accroît à la même période. L’activité édilitaire, si l’on peut accorder crédit aux épigrammes, s’est faite souvent, chez ces “bons” gouverneurs, sans ruiner les cités et de manière honnête, et pour le plus grand profit des communautés civiques, assez nettement défini dans les épigrammes et inscriptions honorifiques.

245246247248 ive249250251252253254255256257258
  • 259 IK, 11-Ephesos, 42 ; Chastagnol 1986. L’inscription parle en latin de moenia, qui, comme l’a montré (...)
  • 260 Voir le commentaire de Declareuil 1908, 570-571.
  • 261 Voir Chastagnol 1986 : “on doit admettre aussi, avec C. Lepelley – et sa remarque n’est pas valable (...)
  • 262 Nous nous référons au tableau proposé par Janvier 1969, 315-317, sur les zones concernées par les r (...)
  • 263 CTh. 15.1.3 (trad. Janvier 1969, 123).
  • 264 CTh. 15.1.21 (trad. Janvier 1969, 183).
  • 265 Di Segni 1995, 317-318.
  • 266 CTh. 15.1.31 (trad. Janvier 1969, 211-213).

40Une inscription d’une autre nature que l’épigraphie honorifique qui prédomine à cette époque confirme que l’intérêt des communautés civiques pour l’entretien de leur paysage urbain était réel. La lettre de Valentinien, Valens et Gratien au proconsul Eutrope en 371, découverte à Éphèse259 – elle était gravée sur le monument appelé “Octogone”, la tombe d’Arsinoë IV, qui se trouve dans le bas de la rue des Courètes – indique des dispositions pour la reconstruction de bâtiments. Les Éphésiens ont envoyé une ambassade aux empereurs pour réclamer des fonds supplémentaires pour la réparation de leurs bâtiments. Ils leur concèdent une partie des revenus et non pas les fonds eux-mêmes260. Le but est de rendre leur ancien aspect aux monuments de la cité, in antiquam faciem (l. 4), pour les sortir “de l’hideuse désolation des ruines récentes (dues au tremblement de terre)”, a foedo recentium squalore ruinarum (l. 3-4). Pour la cité il était insupportable de rester dans un tel état, et si elle tente de récupérer des ressources financières à cette occasion, il ressort de l’envoi de l’ambassade que les Éphésiens attachent la plus grande importance à la beauté de leur cité, conforme à son antique grandeur. Ce texte confirme donc ce que les épigrammes affirment, l’attachement des cités, malgré le manque d’initiative personnelle des notables, à l’ornement urbain, ce qui implique dans la deuxième moitié du ive s. des opérations d’entretien et de restauration261. Cette politique est encouragée par les lois concernant l’Orient adressées par les empereurs à des responsables orientaux, en plus de celles qui sont valables pour tout l’empire262. Julien écrit en 362 à Secundus, préfet du prétoire d’Orient263 : “Nous prescrivons d’avertir les gouverneurs des provinces pour qu’ils sachent qu’ils ne doivent prendre aucune disposition au sujet d’ouvrages neufs avant d’avoir terminé ceux qui ont été commencés par leurs prédécesseurs, à la seule exception des constructions de temples”. Chronologiquement vient ensuite l’inscription sur l’Octogone d’Éphèse, puis cette exigence impériale est répétée par Gratien, Valentinien II et Théodose Ier à Eutrope, préfet du prétoire d’Orient, probablement, en 380264 : “Chacun des gouverneurs doit consacrer ses soins et sa sollicitude personnelle d’abord à la sauvegarde des vieux édifices publics et ne s’attaquer aux neufs qu’ensuite. De plus, ils ont à savoir qu’ils doivent mener à bonne fin, avec un zèle empressé et avisé, tout ce qu’ils trouveraient commencé par un prédécesseur, comme s’ils l’avaient entrepris eux-mêmes”. Cette dernière mesure, selon L. Di Segni, est propre à décourager les envies de construire de nouveaux monuments, car le terme court d’un gouvernement empêcherait alors d’y apposer son nom. Cette disposition est contraire aux désirs d’un gouverneur avide de gloire et de renom, qui verrait son successeur recevoir les lauriers de l’achèvement d’un bâtiment qu’il aurait entrepris265. En 394, Théodose Ier, Arcadius et Honorius s’adressent à Rufus, préfet du prétoire d’Orient, et prévoient l’accusation pour crime de lèse-majesté contre le gouverneur qui construit de nouveaux bâtiments, si jamais il omet le nom impérial266. Les gouverneurs doivent également rembourser personnellement les frais engagés si l’autorisation impériale n’a pas été requise :

“Si des gouverneurs inscrivaient sur un ouvrage leur nom au lieu de celui de Notre Éternité, qu’ils soient tenus pour coupables de lèse-majesté. Nous décrétons aussi, en renouvellement de cette disposition impérative, qu’il ne doit pas être permis à aucun gouverneur de prétendre à une réputation d’activité en faisant des constructions neuves. Que si quelqu’un, en poste dans l’administration, essayait sans Notre Ordre de jeter les fondements d’un quelconque édifice, on devrait le contraindre à terminer à ses frais, même une fois redevenu simple particulier, ce qu’il n’avait pas licence de commencer ; on ne devrait pas non plus lui permettre de quitter sa province avant qu’il n’ait entièrement mené à bonne fin son entreprise, ni, si quelque dépense avait été, pour cette même bâtisse, imputée sur son ordre à tel ou tel compte public, avant qu’il ne l’ait annulée”.

  • 267 CTh. 15.1.32, en 395, ainsi que CTh. 15.1.35.
  • 268 CTh. 15.1.14 en 365.
  • 269 Lepelley 1979, 61-72 sur la législation en matière de construction publique au ive s. d’une manière (...)
  • 270 En Orient il faut également préserver les espaces publics de l’empiètement par des constructions pr (...)

41Des mesures financières sont même prises pour garantir qu’un tiers des revenus fonciers appartenant à l’État soient utilisés pour l’entretien des bâtiments des cités267. D’autres mesures similaires concernent évidemment la partie occidentale de l’empire268. Elles sont décrites par Cl. Lepelley, qui analyse leurs conséquences pour les cités d’Afrique au Bas-Empire. Avec plus de constance, dans cette région l’interdiction du remploi est régulièrement rappelée269, un aspect patrimonial que l’on ne retrouve pas dans les cités d’Asie mineure occidentale comme le montre également l’évolution très défavorable du sort des temples païens. L’attention des cités à leur paysage urbain sert ainsi des intérêts contemporains après les dégradations survenues à la fin du iiie et au ive siècle. Il s’agit de servir et renforcer le statut et la réputation de la cité, d’assurer au mieux l’avenir pour les plus ambitieuses270. La qualification de “fondateur”, ou la comparaison aux ancêtres mythiques de la cité, est faite à chaque fois en faveur de gouverneurs qui ont entrepris d’importantes restaurations dans la cité, et non des constructions nouvelles. Loin de s’apparenter à de la flagornerie, cette comparaison revêt un sens profond dans la deuxième partie du ive siècle aux yeux des communautés civiques.

Conclusion

  • 271 D’après Inglebert 2005, 103, le système évergétique perdure en Afrique, Italie et Syrie au moins ju (...)
  • 272 Roueché 1997, 355.
  • 273 Lepelley 1979, 66 et p. 315. En revanche sur Éphèse, voir Foss 1979, 13 : il ne mentionne comme pre (...)
  • 274 Di Segni 1995, en particulier 317-318 un excellent bilan de la législation.
  • 275 Liebeschütz 1972, 103.
  • 276 Liebeschütz 1972, 132.
  • 277 Lib., Or., 11.193 et 194.
  • 278 Liebeschütz 1972, 134. Libanios ne donnerait que deux exemples de constructions sur fonds privés (L (...)
  • 279 Lib., Or., 11.195 ; Liebeschütz 1972, 134-135. Un autre facteur compte dans le cas d’Antioche : il (...)
  • 280 Roueché [1989] 2004.
  • 281 Même constat dans Lewin 2001, 30-31.

42Dans l’Antiquité tardive, soit après les dramatiques années 260, quand les invasions gothiques se conjuguent aux catastrophes naturelles et traumatisent les cités d’Asie mineure occidentale, les notables disparaissent de manière bien plus drastique en Asie qu’en Afrique des inscriptions faisant connaître des opérations de construction271. En Afrique, encore un quart des constructions sont financées par des évergètes locaux au Bas-Empire (il est vrai toutefois que le décompte de Cl. Lepelley va jusqu’à Valentinien III, et qu’au ve s. pour Aphrodisias comme pour l’Orient Ch. Roueché souligne la reprise de l’initiative d’évergètes locaux272). Selon Cl. Lepelley, on constate l’existence de générosités ob honorem pendant toute la période considérée273. La comparaison avec d’autres régions orientales conduit au même constat, les notables cessent d’intervenir dans la construction ou la restauration de monuments publics, comme le montre L. Di Segni pour la Palestine et l’Arabie, entre le milieu du ive et le vie siècle274. J. Liebeschütz étudiant Antioche indique également qu’à cette époque les bouleutes ne prennent plus aucune décision, et réfèrent de tout au gouverneur275 ; les gouverneurs prennent la place des conseils dans le contrôle de la construction publique276. Dans la description d’Antioche par Libanios, ce sont les responsables provinciaux qui décident en premier lieu de l’embellissement de la cité, avec les comites de l’empereur277 ; ce sont toujours les fonds publics qui sont sollicités pour de telles opérations278. Enfin, les riches personnages d’une cité ont désormais tendance à déployer un grand luxe privé, par de splendides résidences, qui contribuent à la beauté de la cité, mais sur un mode totalement différent de ce que l’on entend par “ornement de la cité” au Haut-Empire279. D’après l’ensemble des inscriptions connues à partir de 250 à Aphrodisias, bien peu de citoyens font l’objet de statues honorifiques ou émettent des dédicaces prouvant un comportement évergétique280. Il semblerait qu’un coup fatal ait été porté non pas à l’esprit civique, mais au système de l’intervention par des particuliers, à l’occasion d’une magistrature ou à titre purement évergétique, dans l’espace urbain281. L’esprit civique subsiste dans la mesure où le patriotisme local et le désir d’orner la cité apparaissent toujours dans les inscriptions. Mais le financement a complètement changé : les gouverneurs dirigent les constructions, c’est-à-dire que le financement provient des revenus de la cité, désormais payés à la province et à l’empereur, et ristournés à celle-ci sur décision de l’administration impériale.

  • 282 Liebeschütz 1972, 136.
  • 283 Inglebert 2005, 98.
  • 284 Roueché [1989] 2004, chap. VII, “Public Christian Inscriptions”. L’inscription MAMA I, 170, de Laod (...)
  • 285 Di Segni 1995, 331.
  • 286 Chastagnol 1992, 247-251.
  • 287 Lib., Or., 42.22-26, cité par Chastagnol 1992, 249.
  • 288 CTh. 15.1.7 en 361.

43Une fois ce phénomène constaté, le contraste avec le Haut-Empire est si grand qu’il vaut la peine de chercher quelque explication à cette évolution des mœurs évergétiques. Une première série d’explications est d’ordre économique : J. Liebeschütz indique à Antioche l’affaiblissement financier de la classe des curiales282. La nouvelle fiscalité de Dioclétien pèse plus lourdement sur les propriétaires fonciers283. Le tarissement du financement privé des monuments publics peut s’expliquer aussi par le choix d’assumer d’autres dépenses : mais le recueil Aphrodisias in Late Antiquity ne permet de prendre connaissance de donateurs pour la construction d’une église qu’à partir du ve ou du vie s.284, comme les travaux de L. Di Segni pour la Palestine et l’Arabie285. Un facteur, dont la portée est difficile à apprécier, de dépeuplement de membres importants des conseils des cités à partir de 328, et qui ne joue pas pour la partie occidentale de l’empire, est la création d’un sénat à Constantinople286. Il fut composé de curiales et de bureaucrates originaires de l’Orient grec et asiatique ; même si Libanios se plaît à souligner l’origine obscure de beaucoup287, il nous semble possible que la création de ce sénat soit un facteur supplémentaire concourant à expliquer le repli des élites urbaines de l’ornement du paysage de leur cité. Une loi de 361 rappelle ainsi que les sénateurs (ceux des familles sénatoriales inscrites à Rome comme ceux de Constantinople) n’ont pas à financer de constructions dans les provinces288.

  • 289 A. Lewin indique également que la disparition de l’évergétisme des notables serait due à l’influenc (...)
  • 290 Voir Chastagnol 1986 et Liebeschütz 1992.
  • 291 Cl. Foss parle même de la part des gouverneurs d’usurpation des fonctions du Conseil, en particulie (...)
  • 292 L’examen comparé entre la législation et les sources épigraphiques en Syrie et Palestine, par Di Se (...)
  • 293 Roueché 1979 ; Liebeschütz 1992, 5 et 27, souligne le renversement de tendance au ve s., en particu (...)

44L’élan évergétique en faveur de l’ornement urbain s’est brisé, et pourtant, les épigrammes et les inscriptions en prose d’Aphrodisias montrent que le changement du système de gouvernement oligarchique et évergétique au niveau civique, au profit d’un système où le gouverneur d’une province monopolise la décision de la construction et procure les ressources financières pour son accomplissement, n’empêche pas la persistance d’un système culturel où l’ornement public est signe de civilisation, de participation à l’hellénisme et d’illustration civique. Le personnage important d’une cité est désormais le gouverneur, alors qu’auparavant sa figure restait lointaine. Un deuxième facteur d’explication, plus précisément valable pour la société civique d’Asie mineure occidentale dont nous avons décrit les rouages de fonctionnement et les motivations multiples et profondes la portant à “orner la cité”, au Haut-Empire, est donc l’évolution radicale des relations de pouvoir au sein de la cité289. La compétition évergétique comme moyen d’illustration parmi ses concitoyens a cessé d’être stimulante, car le meilleur moyen de s’illustrer au sein de sa cité, désormais, était plutôt d’appartenir à l’administration impériale qu’aux magistrats de la cité. Ces derniers étaient largement dépourvus de pouvoirs, en dehors des sujets de l’administration quotidienne, à cause des coupes opérées par le trésor impérial dans les finances civiques290. L’horizon civique comme espace d’illustration personnelle n’avait plus de validité. Le nouveau découpage territorial rendait impossible, dans un espace désormais restreint, l’expression simultanée du pouvoir et la recherche de la gloire de notables locaux et du gouverneur envoyé sur place291, du moins tant que les cités étaient privées des possibilités d’avoir une vraie politique, notamment urbanistique. Cependant, les épigrammes et les inscriptions honorifiques en faveur de gouverneurs ayant effectué des constructions publiques témoignent d’une civilisation culturelle et civique particulière en Asie mineure occidentale292. Le patriotisme civique y est extrêmement vivant, en dehors de toute préoccupation patrimoniale, qui serait le signe d’un rapport figé au passé. Le Conseil continue d’approuver, voire réclame, les initiatives du gouverneur concourant à la restauration de son ornement urbain. Le renforcement du rôle du curator ciuitatis au cours du ve s. et de celui du “père de la cité”, conduit à un rééquilibrage et à un réinvestissement des notables des cités dans la politique urbaine293. Mais à cette époque, c’est le contexte culturel qui change, irrémédiablement cette fois, le sens accordé à l’“ornement de la cité” : des églises en font désormais partie, il est investi d’une valeur religieuse nouvelle et devient le reflet de l’influence d’institutions ecclésiales, auparavant peu visibles, se rattachant à un seul Dieu qui n’appartient plus à la cité.

Notes

1 Voir Lévy 1895, 216-217.

2 D.Chr. 48.1.

3 Pour l’Antiquité tardive, voir les appendices de Roueché [1989] 2004, et, à défaut, PLRE I.

4 Sur le rôle du gouverneur dans les provinces de l’empire voir Kolendo 1982 et Jacques 1984, 664-686 sur la Numidie. Sur les provinces anatoliennes voir entre autres Rémy 1985, 1989 et 1991.

5 Haensch 1997, 598-652.

6 Robert 1948a.

7 Roueché [1989] 2004.

8 Feissel 1998a et 1998b.

9 La province de Phrygie-Carie fut créée dès Trajan Dèce (French & Roueché 1982). Le véritable découpage provincial n’intervient cependant systématiquement qu’avec Dioclétien.

10 Winter 1996, 148-167. Nous souhaitons discuter plusieurs de ses conclusions.

11 Haensch 1997, 398.

12 Pflaum 1962.

13 Mason 1974, s.v. πρεσβευτής.

14 MAMA IV, 334, et Haensch 1997, 641 n. 105.

15 MAMA IV, 328.

16 Voir II. 1.

17 IK, 15-Ephesos, 1522 ; IK 59, 150 et IK, 15-Ephesos, 1523 et 1524.

18 IK, 12-Ephesos, 412.

19 Nous excluons le cas de L. Vedius Capito Glabrionianus (TAM V, 2, 971) : voir ci-dessous

20 Inscription bilingue, sur un bloc fragmentaire, qui provient peut-être de Hiérapolis.

21 Contrairement à Eck 1980, II, 20, nous ne pensons pas qu’il s’agisse ici, au départ, d’une évergésie personnelle.

22 IK, 4-Assos, 24a. Voir Bull. 1959, 66.

23 IK, 12-Ephesos, 459 ; IK 59, 148.

24 IK, 15-Ephesos, 1522 ; IK 59, 150 et IK, 15-Ephesos, 1523 et 1524.

25 IK, 49-Laodikeia, 15. Il existe un parallèle dans le Pont-Bithynie, à Prusias de l’Hypios, où le proconsul M. Saluidenus Asprenas procède à la dédicace du gymnase construit par Ti. Claudius Nestor (IK, 27-Prusias, 42).

26 IK, 12-Ephesos, 412. On peut ajouter l’inscription, lacunaire, de la fontaine monumentale de Milet (voir la restitution prudente de P. Herrmann, Milet, VI. 1, p. 196). Le nom du proconsul est à l’accusatif, en latin. Mais l’ensemble reste peu clair.

27 IK, 13-Ephesos, 695.

28 Normalement les cités devaient respecter un délai avant d’élever une statue honorifique pour un proconsul. Leur nom ne devait pas non plus figurer sur les monuments publics (Macer, dig., 50.10.3.2, voir II. 1). Voir Brunt 1961 : en 11, Auguste interdit de rendre tout honneur à un gouverneur en fonction et jusqu’à 60 jours après son départ.

29 IK, 17.1-Ephesos, 3008.

30 IK, 12-Ephesos, 415 et Engelmann 1977, 203 no 3 ; voir également IK, 12-Ephesos, 419A.

31 Tac., Ann., 14.27.1. Voir ci-dessous les modalités de l’aide apportée aux cités après des séismes.

32 Voir en dernier lieu IK 59, 169.

33 Eck 1982, 310-311, n. 125.

34 IK, 49-Laodikeia, 24 ; IK 59, 170.

35 IK 59, 162.

36 IK, 24.1-Smyrna, 681.

37 IK, 12-Ephesos, 401.

38 IK, 16-Ephesos, 2040. Datation par Demougin 1994, 328-331.

39 Christol & Drew-Bear 1991b, 217.

40 Ritti 1985, 108.

41 Eck 1999b, 235-236, sur la tentative d’identification de ce personnage.

42 En grec ὁ κράτιστος : sur cet usage en grec de ce terme pour des membres de l’ordre sénatorial, voir les réflexions et références de Herrmann 1993a, 236 n. 13.

43 Herrmann 1993a, partie 1.

44 IK, 12-Ephesos, 467, et Herrmann 1993a, 236 n. 9.

45 Hiérapolis : ἡ λαμπροτάτη Ἱεραπολειτν πόλις ἐκ θεμελί[ων τὴ]ν πρώτην σκηνὴν το θ[ε]άτρου σὺν παντὶ τ κόσμῳ κατεσκεύασεν [καὶ ἐσκού]τλωσεν ἐξ οἰκείων πόρων et Sardes : τὸ ἀλειπτήριον ἐκ θεμελίων σὺν παντὶ τ [λιθίνῳ κόσμῳ] κατεσκεύασεν.

46 Burton 1993, sur l’évolution des missions des procurateurs provinciaux au Haut-Empire, mais rien de spécifique sur les constructions de monuments publics.

47 Demougin 1992, no 216. Sur ce point, voir Brunt 1974, 182-183.

48 Sur les travaux exécutés par des corps de troupes, MacMullen 1959, 214-218.

49 Doutes exprimés par Syme 1949, 8, sur l’identité de ce personnage.

50 Tac., Ann., 2.47.3-4 ; également mentionné par D.C. 57.17.7. Voir les commentaires de Christol & Drew-Bear 1991b, 212, n. 56. Il s’agit bien d’une procédure consistant à décharger le proconsul et ses légats d’une partie des affaires d’une province au profit d’un fonctionnaire nommé ad hoc, sur avis du prince et en accord avec le Sénat pour ménager la susceptibilité de ce dernier et du proconsul.

51 Tac., Ann., 4.56.3.

52 Th. Corsten, dans IK, 60-Kibyra, 49-50, sur l’appartenance de cette cité à l’Asie.

53 Th. Corsten, dans IK, 60-Kibyra, dans le commentaire de l’inscription n ° 3, date ce tremblement de terre de 23 ou 25.

54 IK, 60-Kibyra, 36.

55 Voir Pflaum 1962.

56 IK 59, 162.

57 Ameling 1983, II, 5-6 et Guerber 1997, 211-213, pour la définition de leur mission.

58 Cébeillac 1972, 124-125.

59 Philostr., VS, 2.1 [548]. Voir le commentaire de Burton 1993, 16-17 : les procurateurs de la province s’occupaient du tribut, comme le montre leur protestation. La grandeur de la somme citée par Philostrate, débloquée pour la construction d’un aqueduc, surprend (celles que nous avons examinées jusqu’à présent – voir II.1 – sont bien inférieures).

60 Voir Ameling 1983, I, 54-56.

61 Guerber 1997, 237-240.

62 Voir Guerber 1997, 215-217 pour un tableau de ces envoyés de l’empereur. Dans le corpus établi par É. Guerber, on note que les autres correcteurs envoyés en Asie l’ont été au milieu du iiie s. ou ensuite. Or, à cette époque, les entreprises de construction dans les cités se sont réduites drastiquement. Il est donc peu probable qu’ils aient eu à traiter ces affaires. Le titre et la fonction de ces personnages sont également discutés dans Christol & Drew-Bear 1991b, 212 : il est possible que leur mission ait été plus localisée que ne l’indique leur titre (“correcteur d’Asie”, ἐπανορθωτὴς Ἀσίας).

63 Dans les cas où le nom d’un logiste (curateur) apparaît au génitif absolu ou après la préposition ἐπί dans une inscription de construction financée par un particulier, il semble très difficile de déterminer son rôle éventuel. Par exemple à Iulia Gordos, sous Commode, “alors que M. Antonius Alexandros Apphianos, asiarque, était curateur”, λογιστεύοντος Μ. Ἀντωνίου Ἀλεξάνδρου Ἀ[π]φιανο ἀσιάρχου (l. 10-12), Ménékratès a offert à ses frais “en vue de l’agoranomie les dix premières colonnes avec leur chapiteau et leur base, conformément au décret qui a été pris” : manifestement, l’assemblée avait prévu dans un décret quel serait l’usage des summae honorariae des magistrats de l’année ; cette décision a-t-elle été prise sous l’influence du curateur (TAM V, 1, 693) ? À Thyatire, le chevalier L. Vedius Capito Glabrionianus, “curateur intègre”, est honoré semble-t-il pour avoir “orné la cité par des constructions de monuments publics” (l. 6-8), ce qui surprend puisque s’il était curateur de Thyatire, il n’avait pas à financer lui-même des constructions ; à moins qu’il n’ait été curateur d’autres cités, et qu’il ait construit dans sa patrie, à Thyatire (TAM V, 2, 971, et Malay, Researches, 21). Une hypothèse à nos yeux plus convaincante est qu’il pourrait s’agir sous cette désignation d’un magistrat civique : on connaît ainsi par une autre inscription, dans un village des environs de Thyatire, un logistès mentionné à l’occasion de la construction d’un aqueduc par des villageois ; l’éditeur P. Herrmann (TAM V, 2, 968) suggère qu’il s’agit là d’un magistrat du village et non d’un curator rei publicae. On est dans une situation comparable à Maionia en Lydie avec Valerius Apollonidès : le premier magistrat, Kalligénès, fait restaurer la “salle exposée au soleil”, “avec l’argent de la curatèle de Valerius Apollonidès”, gagné après une action en justice plaidée par Kalligénès. Des ergépistatai ont été ensuite nommés pour superviser le travail de restauration (IManisa, 194). Le paiement d’une summa honoraria indique à coup sûr qu’il s’agit d’une fonction civique. Enfin des cas similaires de “curateur” d’un village ou d’une petite communauté civique existent dans un village de Lydie proche d’Éphèse, la katoikia des Apateirènoi : en 112 (IK, 17.1-Ephesos, 3249a), puis en 211-212 (IK, 17.1-Ephesos, 3249), des “curateurs” sont attestés dans ce village, payant une summa honoraria pour exercer cette charge ; les seconds, Glykôn et [-]kos ont d’ailleurs, semble-t-il, montré quelques difficultés à payer le montant que l’on attendait d’eux puisque cinq années après leur fonction (en 206-207), un notable éphésien, T. Flauius Lucius Hiérax, les sollicite pour qu’ils achèvent de payer ce qu’ils doivent. Il est remarquable que les deux exemples explicites (à notre connaissance) de mauvais payeurs pour une magistrature en Asie soient tous des logistai de petite communauté civique ou d’un village, ce qui ne devait guère être prestigieux mais demander beaucoup de travail. Quoi qu’il en soit, ces logistai n’avaient rien à voir avec les curatores rei publicae nommés par l’empereur (voir Burton 1979, 469) ; ils exerçaient une fonction comptable dans les communautés concernées.

64 Guerber 1997, 218. Sur l’origine sociale des curateurs, Burton 1979, 467-468. Voir également Jacques 1984 sur les curateurs en Occident.

65 Naumann 1985.

66 Herrmann & Malay, Lydia, 100.

67 PIR² D 134.

68 Ritti 1985, 108.

69 Halfmann 1979, no 148. Christol & Drew-Bear 1991b, 217 suggèrent qu’à l’exemple du légat du proconsul tiré au sort super numerum en 26 pour surveiller la construction du temple de Tibère à Smyrne, ce curateur pourrait avoir été désigné spécialement pour surveiller les travaux qui se déroulent alors à Hiérapolis.

70 Herrmann 1993a, 236 n. 12 sur cette différenciation temporelle : les deux curateurs devaient être différents, sinon on n’aurait pas pris la peine de répéter leur nom. Sur le procurateur Dionysios, voir Eck 1999b.

71 L’emploi du terme “Hellade” peut s’expliquer par deux raisons : soit il fait référence aux revendications des Sardiens d’être par Pélops la métropole de l’Hellade, soit il s’agit d’un condensé de l’expression ἀνθύπατος Ἀχαίας καὶ ἐπανορθωτὴς τς Ἑλλάδος (Herrmann 1993a).

72 Voir le tableau 3 en III. 1 sur le financement par les sénateurs de monuments publics : G. Asinnius Rufus Nikomachos et G. Asinnius Rufus Lepidus construisirent des fontaines (stemma dans Herrmann 1993a, 255).

73 Herrmann 1993a, 235 n. 8.

74 Christol & Drew-Bear 1991b, 220-221 : comme le personnage connu par l’inscription de Sidyma, son nom serait Ti. Claudius Télémachos (mais ce n’est pas le même personnage, ni même nécessairement le père et le fils, il peut s’agir d’un neveu, d’un cousin, Christol & Drew-Bear 1991b, 225).

75 Christol & Drew-Bear 1991b, 208-213.

76 Christol & Drew-Bear 1991b, 213 n. 62.

77 Christol & Drew-Bear 1991b, 213 et 213-217 pour le développement sur ce titre.

78 PIR² C 1037. Les éditeurs de l’inscription de Xanthos précisent bien que l’anonyme de Xanthos et Ti. Claudius Télémachos sont deux personnages distincts, leurs cursus ne sont pas identiques (Christol & Drew-Bear 1991b, 216). Haensch 1997, 318 et 641, n’a pas connaissance de l’inscription de l’anonyme de Xanthos, alors qu’il commente les fonctions de Ti. Claudius Télémachos. Nous suivons donc les conclusions de M. Christol et Th. Drew-Bear sur ce point.

79 TAM II, 2, 194. Voici le début de l’inscription : Τιβ(έριον) Κλαύ[δ(ιον)] Τηλέμαχον Ξάνθιον καὶ Σιδυμέα τὸν λαμπρότατον ὑπατικὸν ἐν πολλος ἀνδραγαθήσαντα πρότερον, γενόμενον δὲ καὶ ταμίαν Ἀχαίας, σεμνότατον πρεσβ[ευ]τὴν [Ἀσ]ίας καὶ τὸν οἰκιστὴν Λαοδικέων Ἱεραπολειτν, λογιστὴν Καλλατιανν πόλεως Μυσ[ί]ας (une cité de Mésie).

80 Christol & Drew-Bear 1991b, 217.

81 Christol & Drew-Bear 1991b, 224.

82 Les grands bains sont alors construits (inscription fragmentaire mais d’époque sévérienne d’après la titulature impériale publiée par Ritti 1983, 179), en plus de la reconstruction du bâtiment de scène du théâtre.

83 Ritti 1985, 180.

84 Voir TAM II, 2, 194 et Ritti 1985, 27-28.

85 Christol & Drew-Bear 1991b, 225.

86 Voir Ritti 1985, 26-28.

87 Orac. Sib. 12.279-281.

88 Milet, I. 9, 344.

89 Didyma, 59.

90 Loriot 1997, 221-229. Deux nouvelles inscriptions en l’honneur de ce proconsul ont été publiées (Herrmann & Malay 2004).

91 Milet, I. 5, 2 (Milet, VI.1, p. 4).

92 Christol & Drew-Bear 1991b, 218.

93 IK, 60-Kibyra, 41 et 42 A-E (inscriptions honorifiques par les tribus en son honneur après sa mort, en raison d’une gymnasiarchie éternelle).

94 Salomies 1993, 135-136 n. 49.

95 Rémy 1989a, no°78.

96 Rémy 1989a, no°81 ; Philostr., VS, 2.24.

97 PIR² F 54 ; Eck 1982, 351, pour la date de son proconsulat.

98 Robert 1937, 301-305. Voici le commentaire de L. Robert : “si la ville est ancienne, elle modernise son aspect par les édifices construits récemment et qui l’égalent aux villes les plus florissantes. Cette phrase fait surgir devant nous les ruines prestigieuses d’Aizanoi, et elle évoque cette fièvre de constructions, temples, thermes, portiques, avenues et agoras, qui, à l’époque impériale, surtout à partir des Flaviens, a donné à presque toutes les villes d’Asie mineure l’aspect que nous leur voyons, que leurs ruines aient subsisté au-dessus du sol ou que les fouilles les dégagent”. L. Robert suggère, p. 305 n. 1, de rechercher à quels monuments Postuminus fait allusion ; nous avons vu que d’après des monnaies, le temple de Zeus a probablement été commencé sous le règne de Domitien.

99 Nous avons écarté les inscriptions où leur nom apparaît comme moyen de datation, dont le bilan a été fait par Haensch 1997, 603, 626-628, 641, 643, 649.

100 Jacques 1984, 692-693.

101 Jacques 1984, 702.

102 Jacques 1984, 693.

103 Macer, dig., 50.10.3.

104 Rémy 1991, 165.

105 Mod., dig., 50.10.6 : “Pour les travaux qu’on exécute sur des remparts ou des portes, ou dans les cités, ou si on construit des remparts, le divin Marc Aurèle a fixé par rescrit que le gouverneur qui en est saisi doit consulter le prince” (trad. Janvier 1969, 95).

106 Macer, dig., 50.10.3 : “il est permis à un particulier d’exécuter un ouvrage neuf même sans autorisation du Prince, excepté si l’ouvrage tient au désir de rivaliser avec une autre cité, ou fournit matière à sédition, ou si c’est un cirque, un théâtre ou un amphithéâtre” (trad. Janvier 1969, 89, avec les indications de Jacques 1984, 782 no 46).

107 Voir Haensch 1997, 307-312, sur le système de conuentus et les haltes du gouverneur lors de sa tournée dans la province d’Asie. Éphèse, Smyrne, Pergame, Sardes, Milet, mais aussi des cités moyennes comme Adramyttion, Synnada et Apamée, Philomélion et Laodicée, furent centres de conventus. Voir Haensch 1997, 748-749 pour un bilan à partir de la documentation existante.

108 Ulp., dig., 1.16.7.1.

109 Lepelley 2001, 458.

110 IK, 13-Ephesos, 695.

111 Voir I. 3.

112 L’autorisation des gouverneurs est acquise en parallèle avec l’approbation par le peuple et le Conseil (D. Chr. 40.6), “le projet fut plusieurs fois ratifié par vous, plusieurs fois par les gouverneurs, sans que personne protestât”.

113 Rémy 1989b, 370.

114 Reynolds 2000.

115 Voir Fr. Jacques, dans Jacques & Scheid 1990, 228.

116 Jacques 1984, 735.

117 Fr. Jacques faisait déjà cette remarque pour l’Afrique (discussion de Kolendo 1982, 366) : d’après Macer, dig., 50.10.3.1, “l’absence d’autorisation pour les constructions pecunia priuata pourrait expliquer que les cités aient préféré des dons en monuments aux versements en numéraire et en jeux, au moins en Occident. Les autorisations n’apparaissent jamais dans les inscriptions africaines”.

118 Jones 1999a, 10-12.

119 IK, 17.1-Ephesos, 3217a.

120 IK, 17.1-Ephesos, 3217b.

121 Haensch 1997, 302-304.

122 IK, 60-Kibyra, 19.

123 Le préambule de l’édit du proconsul L. Antonius Albus va même plus loin : ἐπε[ τ μεγίσ]τῃ μητροπόλει τς Ἀσίας [καὶ] μονονουχὶ καὶ τ κόσμῳ [ἀναγκ]αόν ἐστιν τὸν ἀποδεχόμενον τοὺς πανταχ[όθ]εν εἰς αὐτὴν καταγομένους λιμέν<α> μὴ ἐνποδίζεσθαι, “attendu qu’il est nécessaire pour la très grande métropole d’Asie et presque pour l’univers que le port, qui accueille des personnes qui débarquent de partout dans la cité, ne soit pas ensablé…” (l. 4-9).

124 Tac., Ann., 16.23.1 (éd. et trad. par P. Wuilleumier, Paris, CUF, 1978).

125 IK, 12-Ephesos, 274.

126 IK, 11-Ephesos, 23.

127 Philostr., VS, 2.23.

128 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 130-131.

129 Sur ces interventions par des particuliers, voir I.7.

130 Ulp., dig., 1.16.7.1.

131 Ulp., dig., 1.16.7.1 (trad. de Jacques 1984, 665, n. 6) ; voir également Ulp., dig., 50.10.2.1 : “les curateurs de travaux ont affaire aux entrepreneurs, tandis que les pouvoirs publics ont affaire aux curateurs qu’ils ont commis à l’exécution d’un ouvrage ; donc, c’est au gouverneur de la province à apprécier pour combien de temps, à qui et à quoi il y a engagement” (trad. Janvier 1969, 85). Herrmann 1980 décrit une grande ingérence du pouvoir impérial dans les finances urbaines, d’après les lettres de Pline et les références dans les inscriptions aux logistai. Le secteur de la construction publique constituerait le lieu essentiel de ce contrôle exercé sur la cité : en théorie on peut le penser mais l’examen des cas pratiques en Asie ne le confirme pas, comme on va le voir.

132 Jacques 1984, 665.

133 Jacques 1984, 347.

134 Jacques 1984, 347 n. 95. Il renvoie également à CIL X, 1266 : à Nole, Q. Caesius est honoré comme curator oper(um) publicor(um) dato a diuo Aug(usto) Vespasian(o).

135 Jacques 1984, 347.

136 Plin., Ep. Tra., 10.23.

137 Plin., Ep. Tra., 10.90-91.

138 Plin., Ep. Tra., 10.98-99.

139 Plin., Ep. Tra., 10.82.

140 Plin., Ep. Tra., 10.39.

141 Plin., Ep. Tra., 10.37.

142 Plin., Ep. Tra., 10.49 et 70.

143 Connu aussi par Oliver 1989, 79 l. 16, de 127 ; PIR² P 652.

144 Voir Str. 12.8.18 et 13.4.8, pour le tremblement de terre de 17.

145 Voir Winter 1996, 94-108 ; Herrmann 1995, où les conséquences du tremblement de terre de 17 sont étudiées de très près, vis-à-vis des relations entre la cité et l’empereur.

146 Sur le tremblement de terre de 26-25 a.C., voir Agathias de Myrina, qui mentionne l’envoi par Auguste d’une commission de sept anciens consuls avec un groupe de colons (2.17, et commentaires de Broughton 1935, 20-23). Sur l’activité de la commission : καὶ τούς, ὡς τάχιστα ἐν τ χώρῳ γενομένους, χρήματά τε πλεστα ὅσα ἐπιδόντας καὶ σπουδ χρησαμένους ἀναδομσαι αImage 10000000000000090000000FEAF346A1.jpgθις τὴν πόλιν.

147 IK, 36.1-Tralleis, 35.

148 Tac., Ann., 2.47.3-4.

149 D.C. 57.17.7.

150 Tac., Ann., 4.13.1.

151 IK, 60-Kybira, 36.

152 Robert 1937, 88-89 : un exemple de Delphes sous Hadrien, et celui de Cibyra.

153 D’après Şahin 1991, 123-126, les l. 8 à la fin : ἐπιμεληθέντα τν σεβαστν ἔργων ἀναλόγως τας το πιστεύσαντος Τιβερίου Κλαυδίου Καίσαρος Σεβαστο το κτίστου τς πόλεως ἐντολας καὶ τς Σεβασ[τς Κιβύρας-].

154 Tac., Ann., 14.27.1 : les cités avaient dû se relever par leurs propres moyens ; l’action de Sex. Iulius Frontinus concerne des monuments qui ne sont pas au premier chef essentiels pour la cité, mais qui marquent son redressement complet, cette fois avec l’aide du Sénat.

155 Paus. 8.43.4, qui cite des dons d’argent aux cités victimes.

156 Entre autres, D.C. 70.4.

157 D.C. 71.32.3.

158 Hieron., Chron., 208.

159 Robert 1948a, 116.

160 IK, 39-Prusa, 12 ; voir Puech 2002, 334.

161 Au début du principat, lors du tremblement de terre de 12 a.C., par l’intermédiaire du Sénat Auguste agit en bienfaiteur des cités d’Asie : il fait un versement dans le trésor public égal au montant du tribut dont il souhaite voir les cités exonérées. Il crée également un gouvernement spécial de deux années (D.C. 54.30).

162 Oliver 1989, 281.

163 Jacques 1984, 667.

164 Plin., Ep., 8.23 (éd. et trad. A.-M. Guillemin, Paris, CUF, 1928).

165 D. Chr. 46.14.

166 D. Chr. 48.1-2.

167 Plut., Moralia, 824 E.

168 Aristid., Or., 23.62.

169 Sartre-Fauriat & Sartre 2000. Ils remettent en cause la vision pessimiste de la cité sous l’empire : “de tout temps l’essentiel des délibérations dans la cité grecque a consisté à savoir quels honneurs il convenait de rendre aux dieux et comment financer les fêtes et les spectacles, à veiller à l’approvisionnement, à résoudre les problèmes, graves ou minuscules, que soumettaient les citoyens à l’assemblée. On n’a pas tous les jours l’occasion de sauver la Grèce, ni même sa propre cité” (p. 508-509). Voir sur ce rôle modeste, Gauthier 1987-1989.

170 Idée comparable expliquée par Puech 2002, 389 : les penseurs de la seconde sophistique ont la “conviction que les équilibres fondamentaux dépendent moins des décisions ou des événements que de la manière dont ceux-ci sont accueillis, d’un certain style de conduite et d’expression”.

171 D.Chr. 44.10 (trad. Cuvigny 1994).

172 Guerber 2002, 139. Il existe d’ailleurs un recours suprême, selon Aelius Aristide, aux risques représentés par les gouverneurs : l’empereur (Or., 26.31-32). De plus la fonction des gouverneurs a un terme rapide, qui n’en fait pas le propriétaire de sa province (36) : de la sorte les cités et les populations n’appartiennent à personne, “seuls de ceux qui ont jamais existé, vous gouvernez des hommes libres” (34).

173 D. Chr. 44.12 (trad. Cuvigny 1994).

174 Plut., Moralia, 825 A.

175 Mitchell 1999, 241 et 244.

176 Voir par exemple Winter 1996, 54-58.

177 Robert 1948a.

178 Roueché 1981.

179 Voir la carte de l’Asie mineure dans l’Antiquité tardive (fig. 13) et le bilan des sources dans le tableau 2 de ce chapitre.

180 Commentaire des sources dans Barnes 1982, 205-208, 215 (mise à jour dans Barnes 1996) et 233 ; voir Feissel 1998b, 93-94 : le diocèse asianique inclut au sud la Lycie et la Pamphylie, à l’est la Pisidie et à partir des années 370, la Lycaonie. Trois des onze provinces dépendent du proconsul (Asie, Îles, Hellespont) tandis que les huit autres relèvent du vicaire (Pamphylie, Lydie, Carie, Lycie, Lycaonie, Pisidie, Phrygie Pacatienne, Phrygie Salutaire). Normalement, le vicaire n’avait pas à intervenir dans l’Asie proconsulaire.

181 Roueché [1989] 2004.

182 Roueché [1989] 2004.

183 La province d’Asie commencerait désormais au golfe d’Adramyttion, juste au sud d’Assos (Foss 1979, 4 ; voir également la carte dans Mitchell 1993b, 162).

184 Voir pour les références Feissel 1998b, 95 n. 32.

185 Belke & Mersich 1990, 77-79 et 323, s.v. Laodikeia (1).

186 Carrié 1998, 19 ; Roueché 1998, 34.

187 Comparaison esquissée par Feissel 1998b, 92.

188 Le proconsulat n’était inférieur en rang qu’à la préfecture du prétoire et à celle de la Ville (Robert 1948a, 114 ; Foss 1979, 5).

189 La datation du proconsulat de L. Caelius Montius repose sur Malcus 1967, 102.

190 Sa fonction daterait du début des années 370 selon Malcus 1967, 141.

191 Sa fonction daterait d’avant 392, selon Malcus 1967, 130-131.

192 Roueché 1998, 33-34.

193 Foss 1979, 5, et n. 8.

194 Malcus 1967, 146-148.

195 Chastagnol 1992, 252-253.

196 Didyma, 159 ; SGO I, 01/19/37.

197 Puech 2002, 334, sur l’inscription no°154.

198 Expression de Robert 1948a, 112.

199 IK, 14-Ephesos, 1314 et 1315.

200 IK, 14-Ephesos, 1316 et 1317.

201 IK, 4-Assos, 30

202 SGO I, 02/02/04.

203 Robert 1948a, 112-113.

204 AP 9.679 ; SGO I, 07/02/01.

205 Rapprochement indiqué par Robert 1948a, 70.

206 IK, 24.1-Smyrna, 845 ; SGO I, 05/01/07.

207 IK, 16-Ephesos, 2045.

208 AP 9.671 ; SGO I, 05/01/18.

209 IK, 13-Ephesos, 1304 ; SGO I, 03/02/10.

210 SGO I, 02/01/06.

211 IK, 16-Ephesos, 2043 et 2044 ; SGO I, 03/02/15 et 16.

212 AP 9.670 ; SGO I, 05/01/19.

213 Feissel 1998b, 98-99.

214 IK, 17.2-Ephesos, 5115 ; SGO I, 03/02/22.

215 Chastagnol 1992, 240 : dès 325 aucun chevalier n’est signalé parmi les vicaires.

216 Feissel 1998b.

217 IK, 49-Laodikeia, 18 ; SGO I, 02/14/07.

218 Robert 1948a, 46-47.

219 Ritti 1986 ; SGO I, 02/12/06.

220 Sardis, 83 ; SGO I, 04/02/06.

221 Robert 1948a, 35-37.

222 SEG 41, 1031.

223 Yegül 1986, 171 no 6 (SEG 36, 1097).

224 Feissel 1998b, 97.

225 Herrmann 1993a, 238.

226 Voir D’Andria & Ritti 1985, 12-13.

227 CTh. 15.1.20 ; voir Carrié 1998, 20.

228 Roueché [1989] 2004, 17.

229 Sur l’identification probable de ce personnage avec le destinataire d’une lettre de Libanios et ses origines crétoises, voir Roueché [1989] 2004, III, 5-7. S’il s’agit du même personnage, Libanios vantait ses qualités de rhéteur.

230 Roueché [1989] 2004, 19.

231 Sur les difficultés des praesides face aux notables des cités qu’ils administrent, voir Carrié & Rousselle 1999, 678-679.

232 Chastagnol 1992, 240.

233 Roueché [1989] 2004, 20.

234 Milet, VI. 1, 339, p. 112-114 et p. 212-213 ; SGO I, 01/20/16.

235 Roueché [1989] 2004, 22.

236 Roueché [1989] 2004, 235.

237 Roueché [1989] 2004, 29 et 30.

238 Dont nous ne traitons pas ici, car cette région n’appartenait pas à l’ancienne province d’Asie. Les constructions effectuées à Antioche de Pisidie par le praeses M. Valerius Diogenes ont été étudiées par Christol & Drew-Bear 1999.

239 Un cas de coopération est néanmoins rapporté par Eunape, entre, semble-t-il un préfet d’Orient ou un vicaire d’Asie, Iustus, et un gouverneur de Lydie, Hilarius, à Sardes, pour une tentative de restauration des autels et des temples, qui fait long feu, sous le règne de Julien (Eun., VS, 503).

240 Christol & Drew-Bear 1999, 70-71.

241 Roueché [1989] 2004, III, 8.

242 Le diocèse d’Asie témoigne d’un goût beaucoup plus prononcé que dans les autres régions d’Orient pour les épigrammes commémorant des inscriptions dès le ive s. Di Segni 1995 n’a pas à examiner de documents semblables, les inscriptions de construction sont en prose ; de même la lecture des tomes II et III des SGO de R. Merkelbach et J. Stauber n’indique pas d’épigrammes en rapport avec la construction.

243 Roueché 1998, 32-33. Voir Robert 1948a, pour de nombreux exemples.

244 Image utilisée pour la Gaule par Claudius Mamertinus dans son panégyrique sur l’empereur Julien (4.2). Son prédécesseur Constance est violemment critiqué, comme il l’est également par Libanios (Or., 18.130-145) et Ammien Marcellin (21.17), pour des raisons similaires.

245 Voir II. 1.

246 Didyma, 159 ; SGO I, 01/19/37 : I, vers 9, ἀστοὺς δὲ νυμφείοισι διασῴζει ῥοας. “Il sauve les habitants par les flots des nymphes”.

247 Didyma, 159 ; SGO I, 01/19/37 : III, 14, ὅς με πάλιν σηκ σσεν ἀπολλυμένην, “lui qui m’a sauvée par un enclos, alors que je me dégradais”.

248 Roueché [1989] 2004, 17.

249 Robert 1960, 24-27.

250 IK, 36.1-Tralleis, 152 ; SGO I, 02/02/04.

251 SGO I, 02/12/06 : vers 3, νν δὲ κτλ.

252 SGO I, 07/02/01.

253 IK, 16-Ephesos, 2045.

254 SGO I, 02/01/06.

255 IK, 16-Ephesos, 2044 ; SGO I, 03/02/15. D’après une seconde épigramme en son honneur, il a “sauvé le cercle immense du théâtre” (IK, 16-Ephesos, 2043 ; SGO I, 03/02/16, vers 3).

256 AP 9.670 ; SGO I, 05/01/19 : κτίσμασι νικήσας Θησέα καὶ Πέλοπα.

257 Feissel 1998a, 131-132.

258 Chastagnol 1986, 151-155.

259 IK, 11-Ephesos, 42 ; Chastagnol 1986. L’inscription parle en latin de moenia, qui, comme l’a montré A. Chastagnol, est un mot qui “s’applique à cette époque à tous les bâtiments publics d’une cité et à toutes les villes, même celles qui ne sont pas entourées d’un mur” (Chastagnol 1986, 151).

260 Voir le commentaire de Declareuil 1908, 570-571.

261 Voir Chastagnol 1986 : “on doit admettre aussi, avec C. Lepelley – et sa remarque n’est pas valable seulement pour l’Afrique – que la reconstruction des édifices après la crise du iiie siècle avait été très active au temps de Dioclétien, puis que, sous les règnes de Constantin et de ses fils, on s’était contenté le plus souvent d’entretenir sommairement ces bâtiments qui, tout normalement, arrivaient à bout de course vers 350, ce qui explique la nouvelle fièvre de constructions et de restaurations à la fin du règne de Constance II, puis sous Julien et Valentinien-Valens”. En Asie mineure occidentale, on constate d’après les documents épigraphiques une grande faiblesse des entreprises de construction ou restauration même à l’époque de Dioclétien.

262 Nous nous référons au tableau proposé par Janvier 1969, 315-317, sur les zones concernées par les rescrits impériaux.

263 CTh. 15.1.3 (trad. Janvier 1969, 123).

264 CTh. 15.1.21 (trad. Janvier 1969, 183).

265 Di Segni 1995, 317-318.

266 CTh. 15.1.31 (trad. Janvier 1969, 211-213).

267 CTh. 15.1.32, en 395, ainsi que CTh. 15.1.35.

268 CTh. 15.1.14 en 365.

269 Lepelley 1979, 61-72 sur la législation en matière de construction publique au ive s. d’une manière générale, 62-63 sur le remploi.

270 En Orient il faut également préserver les espaces publics de l’empiètement par des constructions privées. Plusieurs lois s’y emploient (CTh. 15.1.10, en 362 ; CTh. 15.1.22, en 383 ; CTh. 15.1. 38, en 398 ; CTh. 15.1.40, en 398).

271 D’après Inglebert 2005, 103, le système évergétique perdure en Afrique, Italie et Syrie au moins jusqu’au début du ve s.

272 Roueché 1997, 355.

273 Lepelley 1979, 66 et p. 315. En revanche sur Éphèse, voir Foss 1979, 13 : il ne mentionne comme preuve de l’activité du Conseil que des inscriptions honorifiques en faveur de gouverneurs ou de membres de la famille impériale. Cependant, ce tableau est peut-être trop noir : l’inscription d’Éphèse, gravée sur l’Octogone (IK, 11-Ephesos, 42), montre les magistrats éphésiens réclamant des revenus de biens fonciers, en 371-372, pour pouvoir restaurer leurs monuments publics notamment (Chastagnol 1986).

274 Di Segni 1995, en particulier 317-318 un excellent bilan de la législation.

275 Liebeschütz 1972, 103.

276 Liebeschütz 1972, 132.

277 Lib., Or., 11.193 et 194.

278 Liebeschütz 1972, 134. Libanios ne donnerait que deux exemples de constructions sur fonds privés (Liebeschütz 1972, 135-136).

279 Lib., Or., 11.195 ; Liebeschütz 1972, 134-135. Un autre facteur compte dans le cas d’Antioche : il s’agit d’une capitale impériale ; Constantin, Constance, Valens et Théodose y ont déployé leurs bienfaits (Liebeschütz 1972, 135).

280 Roueché [1989] 2004.

281 Même constat dans Lewin 2001, 30-31.

282 Liebeschütz 1972, 136.

283 Inglebert 2005, 98.

284 Roueché [1989] 2004, chap. VII, “Public Christian Inscriptions”. L’inscription MAMA I, 170, de Laodicée Katakékauménè, faisant connaître l’évergétisme de M. Iulius Eugenius envers son église à l’époque constantinienne, est la première attestant un tel comportement en Asie Mineure et, pour l’idéologie qu’elle reflète (le niveau civique est escamoté), témoigne des valeurs renouvelées de l’évergétisme chrétien.

285 Di Segni 1995, 331.

286 Chastagnol 1992, 247-251.

287 Lib., Or., 42.22-26, cité par Chastagnol 1992, 249.

288 CTh. 15.1.7 en 361.

289 A. Lewin indique également que la disparition de l’évergétisme des notables serait due à l’influence croissante des gouverneurs, désormais les personnages les plus importants de la vie politique locale, jusqu’au milieu du ve s. (Lewin 2001, 36).

290 Voir Chastagnol 1986 et Liebeschütz 1992.

291 Cl. Foss parle même de la part des gouverneurs d’usurpation des fonctions du Conseil, en particulier dans les cités où ils résidaient (Foss 1979, 15). Sur le rôle du gouverneur dans les cités, voir Liebeschütz 1972, 119-144 ; Mitchell 1993b, 77, souligne l’incapacité des bouleutes en Anatolie à avoir un rôle politique effectif.

292 L’examen comparé entre la législation et les sources épigraphiques en Syrie et Palestine, par Di Segni 1995, se fait sur des bases toutes différentes de celles de l’Asie mineure occidentale : les inscriptions de construction sont la plupart du temps en prose, contrairement à celles commémorant l’action des gouverneurs et vicaires.

293 Roueché 1979 ; Liebeschütz 1992, 5 et 27, souligne le renversement de tendance au ve s., en particulier à cause des travaux entrepris par le “père de la cité” : Zénon ordonne que les revenus civiques ne soient plus administrés par le gouverneur provincial, mais versés intacts à la cité. Dagron & Feissel 1987, 215-220 et 264 : discussion du terme de pater tes poleos, à différencier de curator-logistès.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 1. Interventions de l’administration provinciale ou des envoyés de l’empereur19
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Note2020
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Note2121
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Tableau 2. Interventions de gouverneurs dans la construction de monuments publics, à partir de Dioclétien
Légende Note189189
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Note190190
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Note191191
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4698/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540