Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

3. Enjeux politiques de la construction et de la restauration des monuments publics

I - Enjeux politiques civiques de la construction des monuments publics

Texte intégral

1Dans les cités d’Asie à l’époque romaine, le comportement visant à favoriser l’embellissement de la cité fut l’objet d’une forte valorisation culturelle et sociale. Il devient un thème essentiel des débats politiques, surtout à partir du dernier tiers du ier siècle. L’étude du cadre politique de la construction et de la restauration des monuments publics dans le cadre civique conduit donc à s’interroger sur les modalités de la prise de décision, à l’origine de toute intervention dans l’espace public, sur celles du financement et du contrôle des entreprises. Nous voudrions déterminer la capacité de décision des institutions civiques en la matière. Qui dispose de l’emploi des sommes payées par les magistrats à leur entrée en charge, quand elles sont destinées à la construction de monuments publics ? La cité a-t-elle un droit de regard sur l’emploi des legs, sur celui des évergésies ? Les modes de financement de la construction de monuments publics au sein de la cité sont multiples, les plus fréquents paraissant les évergésies libres et les dons supplémentaires en cours de charge, qui s’en rapprochent. Quelle est la proportion entre les financements d’origine privée, et les constructions commanditées par la cité, sur fonds publics ? Il faut enfin examiner le contrôle exercé par la communauté civique sur les entreprises édilitaires publiques : quelle est la fonction de l’ergépistatès, abondamment mentionné dans les sources littéraires et épigraphiques et dont il importe de systématiser l’étude, à l’aide des sources juridiques ? Quelles sont les traces de la législation civique à cet égard ? Il s’agit d’évaluer l’autonomie et la responsabilité réelle de la cité dans la création de son décor urbain : est-elle le jouet de la volonté de ses riches notables et évergètes, ou les institutions civiques, l’assemblée et le Conseil, conservent-elles du pouvoir ?

2Les ambitions personnelles se jouent donc dans ce cadre politique. Comment les carrières des magistrats sont-elles influencées par leur activité de constructeur ? La reconnaissance civique pour les notables constructeurs, dont nous avons analysé les formes au chapitre précédent, ne satisfait pas seulement l’orgueil des notables en agissant comme une gratification honorifique pour leur dépense personnelle, bien réelle ; elle donne aussi de l’influence politique : il convient de s’interroger sur les rivalités entre évergètes, familles d’évergètes voire groupe d’évergètes, pour le contrôle de la politique locale – décelables soit directement par de rares mentions, soit indirectement par la recherche de groupes ayant agi de manière concomitante ou légèrement décalée dans le temps – et pour amorcer une carrière équestre ou sénatoriale. Les chevaliers et les membres de l’élite sénatoriale, qui ont entrepris d’embellir leur cité d’origine, doivent être recensés, afin de voir s’ils furent nombreux à ressentir l’envie d’intervenir en faveur de leur cité non par un lien de patronage lointain, à Rome, mais par une action au cœur de leur cité d’origine, par la construction de monuments publics.

Le cadre politique de l’intervention dans le paysage urbain : décision, financement, contrôle1

La décision

  • 2 Voir le bilan dans Sartre 1995, 216-225 et les renvois bibliographiques p. 217 n. 71, comprenant av (...)
  • 3 Sartre 1995, 246.
  • 4 Macer, dig., 50.10.3.1. Voir chapitre suivant.
  • 5 Lévy 1895, 203. Sur le statut de cité stipendiaire, voir Fr. Jacques dans Jacques & Scheid 1990, 22 (...)

3Les procédures de la vie civique dans les cités d’Asie mineure à l’époque impériale sont peu étudiées en tant que telles : on connaît mieux les procédures de contrôle de la part de l’administration romaine2. Cependant, celles-ci n’interviennent que dans un second temps pour contrôler les finances civiques3 et approuver des projets de construction sur fonds publics4. Les débats relatés par Dion de Pruse sur les projets qu’il dirige (mais ne finance pas) montrent que la vie politique civique est animée, aussi bien devant le peuple au théâtre que devant les notables du Conseil. Le maintien dans les cités grecques de leur législation antérieure5, tant qu’elle n’entrait pas en contradiction avec les lois romaines, interdit de fonder l’analyse des procédures de la construction des monuments publics sur l’exemple de Rome ou des communes de type romain, municipes et colonies ; il en fait également toute la difficulté, car nous n’avons pas beaucoup de sources sur le droit local de chacune de ces cités. Quant aux colonies romaines, peu nombreuses dans cette région, elles sont mal connues archéologiquement, peu de textes épigraphiques en proviennent. Il importe donc ici de voir la part de décision qui revient à la communauté civique face aux particuliers qui veulent orner le paysage urbain, en fonction de leur engagement dans la vie politique dans la cité. Il est difficile de tracer un portrait précis, aussi en raison de la discrétion des inscriptions sur les litiges éventuels ou les possibles contraintes exercées sur le commanditaire du monument. Nous donnons des indications visant avant tout à évaluer le poids du notable qui finance une construction, face aux désirs exprimés par la collectivité, le rôle des particuliers face aux institutions politiques de la cité.

Construction réalisée sur fonds publics

  • 6 Lévy 1895, 209.
  • 7 D. Chr. 40.3.
  • 8 D. Chr. 40.5-6.
  • 9 D. Chr. 40.6.
  • 10 D. Chr. 45.16.

Ce type de construction implique logiquement une décision publique. Nous voulons tenter de déterminer le poids respectif de l’assemblée et du Conseil dans ce type de décision : un simple citoyen pouvait-il faire des propositions, jouer un rôle dans l’ornement du paysage urbain, ou les notables, membres du Conseil, magistrats, étaient-ils les seuls à peser ? N’y avait-il, pour un citoyen ou un groupe de citoyens, aucun moyen d’agir ? Selon I. Lévy, “dénuée de cohésion et de discipline, l’ecclésia devait nécessairement subir la suprématie des corps plus fortement organisés qui l’entouraient”6. Pourtant, Dion de Pruse, de retour d’exil, est contraint de se justifier à l’assemblée de ne pas avoir exécuté “une promesse que nous avons faite sans que rien nous y force, promesse ni facile à tenir, ni légère financièrement”7 – il peut s’agir d’une promesse de construction, mais rien ne l’assure. Il avait également parlé précédemment, dans sa patrie, d’un projet monumental “de sa propre initiative” : “quand je fis cette proposition, l’assemblée s’enthousiasma (…) et nombre de citoyens furent incités à faire des libéralités”8. Il précise qu’il a fait approuver son projet “plusieurs fois au bouleutèrion et plusieurs fois au théâtre”9, ainsi que par des gouverneurs, ce qui prouve qu’il s’agit ici d’une construction sur fonds publics, mais dont Dion a pris l’initiative, en tant que notable et par amour pour sa patrie, dit-il. Avant de subir des reproches sur les travaux qu’il a dirigés, il avait réussi à obtenir l’accord de tous, et même chacun voulait y participer en contribuant de son argent ; à l’origine, chacun jugeait l’entreprise “belle, magnifique et utile à la cité”10, καλὸν καὶ μεγαλοπρεπὲς καὶ τImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg πόλει συμφέρον, ce qui avait permis de réunir les voix à l’assemblée comme au Conseil. L’impression d’une décision équilibrée entre l’assemblée et le Conseil peut cependant être trompeuse. La réunion du peuple à l’assemblée comme l’indication du δImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgμος dans les formules de dédicace n’indiquent pas forcément une implication importante dans les constructions. Le véritable test est celui des cas de conflits : si des citoyens modestes sont opposés à un projet, où et comment peuvent-ils exprimer leur opposition ? Peuvent-ils le faire d’eux-mêmes à l’assemblée au théâtre, en prenant la parole, ou doivent-ils trouver des relais plus puissants chez les notables dont ils constituent de la sorte la clientèle ?

  • 11 Lévy 1895, 210. Cependant, l’auteur souligne bien qu’il s’agit d’une évolution progressive de l’épo (...)
  • 12 Les Éphésiens s’en prennent violemment à leurs magistrats (plutôt qu’au gouverneur, selon la traduc (...)
  • 13 Magie 1950, 640 : l’Assemblée, bien que dotée en théorie des pouvoirs suprêmes, ne fait qu’entérine (...)
  • 14 Lévy 1895, 211.
  • 15 Lévy 1895, 215.
  • 16 Lévy 1895, 226.
  • 17 Plin., Ep. Tra., 10.81.
  • 18 Selon M. Cuvigny, le complexe monumental connu par les discours de Dion de Pruse n’est pas le même (...)
  • 19 D.Chr. 40.8 et 9.
  • 20 Ces protestations pouvaient en particulier être faites à l’assemblée, bien que sans grand résultat, (...)
  • 21 D.Chr. 40.10.
  • 22 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 526-527.
  • 23 D.Chr. 40.12 (“contribuer” correspond dans le texte au grec διδόναι).
  • 24 Voir D.Chr. 45.7.

4Dans tous les cas, c’est bien un notable qui parle et qui fait une proposition : Dion, pour construire, ou dans le cas de la justification après sa mise en cause qui, même devant cet organe populaire, a dû être faite par un bouleute ou un notable jaloux ou qui désapprouvait certaines initiatives de Dion. À l’ecclésia, l’habitude se perd qu’un simple citoyen puisse saisir ses congénères d’une proposition législative ou d’un ordre du jour, sous l’influence de Rome et au terme d’une évolution, entamée depuis longtemps, des institutions grecques d’Asie mineure occidentale vers un esprit oligarchique11. Du point de vue des constructions, il faut donc exclure l’idée que des travaux puissent être entrepris sur fonds publics sur proposition d’un citoyen autre qu’un notable ayant les moyens d’être magistrat, et représentant donc avant tout sa classe sociale et ses valeurs. Le peuple ne peut pas décider des travaux qu’il préférerait voir accomplis (il en est donc réduit à des tumultes pour manifester son mécontentement12). Il lui est également difficile de contester les décisions prises13, même quand le financement a pour source les fonds de la cité ; ou alors il faut qu’un citoyen passe par l’intermédiaire d’un magistrat14. Cela reporte donc toutes les décisions d’importance sur le Conseil15, qui selon I. Lévy aurait eu “une compétence exclusive sur les compartiments les plus importants de l’administration locale”16 : le Conseil “s’est réservé la direction effective de l’ordre public et des finances locales, et nous ne serons pas étonnés de le voir intervenir dans tout ce qui intéresse le trésor et les travaux publics, surveiller les entrepreneurs, prendre livraison, au nom de la ville, des ouvrages qu’ils ont exécutés, recevoir les engagements que prennent bénévolement, vis-à-vis de la cité, de riches particuliers”. C’est effectivement ce dont témoigne une lettre de Pline sur les travaux de Dion. Ce dernier demande au Conseil de prendre livraison d’un bâtiment dont il a dirigé la construction. Or Claudius Eumolpus et Flauius Archippus veulent obliger Dion “à présenter ses comptes avant de livrer au public l’ouvrage qui n’était pas conforme au projet”. Le Conseil a donc décidé la construction d’un bâtiment (une cour à péristyle et une bibliothèque), financé sur fonds publics, dont Dion contrôle l’exécution17. Les moyens de contester une décision prise en faveur d’une construction sont réduites pour un homme du peuple : la rumeur, le mécontentement peuvent détériorer le climat politique d’une cité. Mais ce ne sont pas des procédures politiques qui peuvent permettre aux artisans, par exemple, de peser dans la décision de la construction, même quand elle a des conséquences directes pour eux. Dion fut chahuté à Pruse pour les travaux qu’il a entrepris18 : “cette entreprise provoquait de la part de gens, peu nombreux certes, nombre de commentaires fort déplaisants : je rasais la ville, je l’avais anéantie en en expulsant pratiquement les citoyens, tout était détruit, sens dessus dessous, il ne restait rien. Ces gens gémissaient bien fort sur la forge d’un tel”. Le travail du métal était polluant et gênant pour les voisins et ces artisans habitaient donc des quartiers peu agréables. Les travaux lancés par Dion ont apparemment provoqué leur déplacement. Ils ont dû reconstruire leurs “affreuses et ridicules masures” plus loin : Dion reproche aux mécontents de ne pas se réjouir à la vue “des ateliers que l’on construisait ailleurs”19. Ces artisans ne pouvaient défendre leurs intérêts que par ces protestations orales20. Un notable ou un parti au sein du Conseil avait dû prendre la tête des protestations : Dion stigmatise “ceux qui veulent être puissants parmi des faibles”21. Un “parti populaire” ne pouvait donc s’exprimer que par la voix des notables22. La décision de construire, l’affectation des sommes publiques réunies ici par souscription23, reviennent bien aux notables, même si l’élargissement du Conseil de Pruse par l’empereur, à la demande de Dion, à cent bouleutes, a pu ouvrir la gestion des affaires à des notables de moindre fortune24.

  • 25 Magie 1950, 643-644.
  • 26 IK, 17.1-Ephesos, 3420.

5Au sein du Conseil, des bureaux de magistrats (selon les cités, prytanes, stratèges25) étaient chargés de l’administration des affaires publiques et de leur exécution. Il est rare de trouver la trace de leur implication directe dans les inscriptions de construction. Le peuple de Métropolis d’Ionie a construit un portique, sous le règne de Tibère26 :

ὁ δImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgμος
Τιβερίωι Καίσαρι ἙρμεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpg τὰς δύο στοὰς ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν περισσImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν χρημάτων τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg
ΣεβαστοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg Καίσαρος ἀγώνων τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς ἀγωνοθεσίας τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς Φιλίσκου τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg Φιλοξένο[υ],
4 προνοηθέντων τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν στρατηγImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν περὶ Φιλίσκον Φιλοξένου

“Le peuple (a offert) à Tibère César Hermès les deux portiques sur les excédents des fonds de l’agonothésie des concours d’Auguste César accomplie par Philiskos fils de Philoxénos, le projet ayant été mis en œuvre par les stratèges dirigés par Philiskos fils de Philoxénos”.

6Cette inscription est typique de l’époque julio-claudienne, alors que les cités émergent à peine de la basse époque hellénistique où une figure dominante de notable bienfaiteur avait pu jouer un rôle essentiel pour sa cité. Ici, Philiskos fils de Philoxénos fut à la fois agonothète des concours liés au culte impérial, une liturgie coûteuse pour laquelle il avait mobilisé des fonds importants, et président du collège des stratèges. Une fois le concours tenu, le Conseil a dû constater qu’il restait une somme importante et le bureau des stratèges présidé par le même personnage a décidé d’en affecter le revenu à une construction de portiques. La dédicace est ainsi faite au nom du peuple : au sens strict, le financement a été public, puisque Philiskos avait prévu une somme d’argent globale pour l’agôn, et que ce sont les excédents de cette somme qui ont été utilisés. Cependant le peuple a été assez reconnaissant, ou Philiskos assez astucieux, pour glisser son nom à deux reprises dans la dédicace qui compte quatre lignes, à chaque fois en fin de ligne, à une place frappante. La décision de la construction a été prise au sein d’un organe public, le bureau de magistrats assurant le pouvoir exécutif dans la cité.

  • 27 IK, 30-Keramos, 14.
  • 28 Ritti 1985, 108.
  • 29 Robert J. & L. 1948, 84 n. 27 (IManisa, 193).
  • 30 TAM V, 2, 861.

À Kéramos en Carie sous le règne de Tibère, le bureau des stratèges est chargé de la construction d’un portique (εἰς τὴν Σεβαστὴν κατασκευ[α]ζομένην στοὰν διπλImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgν ἐν τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgι ἄ[κ]ραι ὑπὸ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpg[ν] ἐν ἀρχImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgι στρατηγImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τ[Image 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν] σὺν Ἰασικρ[ά]τηι Διονυσοδώρου, l. 30-33)27. À Hiérapolis de Phrygie au début du iiie s., le collège des stratèges est encore cité dans la dédicace de l’architrave du premier étage de la scène du théâtre, après la mention de responsables romains : στρατηγούντων τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς πόλεω[ς] τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν περὶ Μόδεστον δὶς τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg [-]ωνος, et avant la mention finale du responsable de la construction pour la cité, l’épimélète28. On trouve également dans la dédicace d’une construction à Antonin le Pieux à Stratonicée du Caïque, conservée de manière fragmentaire, la mention du proconsul, suivie de celle des stratèges29. Comme à Métropolis, le peuple de Stratonicée est cité au nominatif, ce qui indique à coup sûr l’emploi de fonds publics. À Thyatire en Lydie, des excédents sont restés de la stratégie exercée par Apollodôtos (ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpg[ν] περισσImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν [τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς ἀρχImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς] χρημάτω[ν]), qui a alors utilisé cet argent (qui n’était pas le sien, et qui était le résultat d’une bonne gestion) pour la construction d’un tripylon et de portiques. Comme il s’agissait d’argent public, il a probablement dû proposer l’emploi de cette somme à cet usage au Conseil et à l’assemblée. Il n’est guère envisageable qu’il en ait décidé seul30.

  • 31 Pour les cités d’époque hellénistique en Asie mineure, voir sur leur fonctionnement Sartre 2003, 11 (...)
  • 32 Sartre 2003, 114, reprenant les conclusions de Hamon 2001.

7L’état décrit ici est valable pour le Haut-Empire. Le Conseil joue alors le rôle central dans la définition de la politique de construction des monuments publics et de l’affectation des revenus civiques. La grande évolution par rapport à l’époque hellénistique est que le Conseil n’est plus l’une des institutions d’un régime démocratique31, mais l’organisme central d’un régime oligarchique. Ce que les notables souhaitent à titre personnel, et comme le résultat d’une éducation particulière et d’une morale de classe, est assumé à titre public par la communauté civique entière. Il ne faut cependant pas systématiser les clivages, bien qu’il faille être attentif à d’éventuelles dissonnances, entre “riches” et “pauvres”, ce qui ne recouperait qu’à grands traits la démarcation entre les bouleutes et le reste de la cité. Le nombre de bouleutes, comme à l’époque hellénistique (quatre cent cinquante à Éphèse), exclut que le Conseil soit composé uniquement de grands notables32. Nous n’avons pas non plus de raison particulière de penser qu’un mouvement de fond portait le peuple des cités à voir d’un mauvais œil l’ornement urbain : cela aurait eu des effets pour les enjeux de la lutte politique au sein de la cité, entre notables, qui ne sont pas visibles dans les sources. L’approbation au théâtre des décisions des magistrats restait par ailleurs une étape obligatoire. La décision de construire sur fonds publics, reposant avant tout, à cause de l’évolution de la nature du système politique, sur les membres de l’oligarchie civique, ne permet pas de conclure à une coupure entre les aspirations des notables et celles des simples citoyens. Il est néanmoins probable qu’un simple citoyen ne pouvait pas à titre personnel faire de proposition sur l’emploi des fonds publics pour la construction, ni sur aucun autre sujet.

  • 33 Malay, Researches, 24 (SEG 49, 1706).
  • 34 Sartre 1995, 291-292, sur le fonctionnement institutionnel des communautés villageoises.
  • 35 IK, 17.2-Ephesos, 3854.
  • 36 IK, 22.1-Stratonikeia, 658.

À l’époque augustéenne, à Thyatire, une inscription conserve ainsi l’une des dernières attestations du déroulement d’une procédure civique, avec mention du nom de celui qui a fait la proposition des travaux, γνώμην εἰσενενκαμέ[νου] Ἀττάλου τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg Ἡρακλείδου [-]κου ἀνδρὸς ἀγαθοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg (l. 10-12), “Attalos fils d’Hérakleidès [-]kos, homme de bien, ayant fait la proposition”33. Il s’agit de la construction par plusieurs katoikiai d’un portique en faveur de la santé d’Auguste, dédié à Apollon Sauveur. Les katoikiai avaient des procédures qui copiaient celles des cités, jusqu’au iiie s.34 Aurelius Croisos donne 1 000 deniers pour la kômarchie de Titeiphyta d’Hypaipa dans la vallée du Caÿstre, destinés à la finition du nouveau bain “conformément au décret de la katoikia”, καθὼς ἐψηφίσατο ἡ κατοικία35. Les constructions dans les sanctuaires étaient soumises au même régime : un magistrat ou un prêtre faisait la proposition, les travaux étant ensuite réalisés sous sa direction. Une inscription de Lagina, au iie s., le montre36 :

ἱερεὺς
ἐπανγιλάμενος ἰς τὸ καθεξὸν ἔτη γ’
Φανίας Ἀριστέου τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg Φανίου καὶ ἐπεμελήθ[η]
4 τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν μυστηρίων πλεονάκις· καὶ ἄρξας δὲ ἐψηφίσ[α]-
το τοὺς χαλκέους πυλImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgνας τImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg θεImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg καὶ ἐργε-
[πε] στάτησεν αὐτImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν.

“Prêtre s’étant engagé d’avance pour trois années de suite, Phanias fils d’Aristéas fils de Phanias a aussi été plusieurs fois responsable des mystères ; et dans l’exercice de ses fonctions il a fait voter les portes en bronze pour la déesse et il s’est occupé de leur construction”.

  • 37 Voir infra le développement sur l’ergépistatès.

8Le vocabulaire utilisé suggère une décision au Conseil de la cité, Stratonicée, pour ce sanctuaire qui se trouve sur son territoire. Les portes de bronze ont été financées par la cité ou son sanctuaire ; mais Phanias a eu un rôle éminent dans l’élaboration du projet (il en a fait la proposition et l’a fait voter) et sa réalisation (il a été nommé responsable des travaux,ergépistatès). Cette inscription suggère, mais nous n’en avons guère d’autres indices, que souvent les personnages qui faisaient une proposition de construction sur fonds publics pouvaient assumer la responsabilité des opérations, en tant qu’ergépistatès. Le cas de Dion de Pruse est similaire : il a fait la proposition, il a ensuite couru les montagnes pour essayer de trouver les meilleurs matériaux possibles et il était chargé de la responsabilité de mener l’ouvrage à son terme37.

Décision de la destination des summae honorariae et des sommes promises en cours de charge

  • 38 Robert L. & J. 1954, 281 notamment.
  • 39 Herrmann 1994, 218 n. 71, sur τίμημα, qui signifie summa honoraria ; ce mot apparaît dans l’inscrip (...)
  • 40 Lévy 1899, 259.
  • 41 Jacques 1984, 687-756.
  • 42 Lepelley 1979, 303-317.
  • 43 Jacques 1984, 689. Lévy 1899, 261, met en lumière cette difficulté.
  • 44 L’usage de la préposition ἀντὶ indique en revanche le paiement d’une somme au lieu d’une autre (par (...)
  • 45 LBW, 647.

9Les documents épigraphiques relatifs à des constructions effectuées par des particuliers sont très nombreux. L’établissement d’une typologie nous paraît nécessaire pour comprendre précisément les phénomènes à l’œuvre, leur contexte, leurs causes, leurs enjeux. Les inscriptions peuvent être classées en cinq catégories, qui procèdent de leur formulation même, assez différente dans le détail des renseignements que l’on trouverait dans le même genre d’inscription en Afrique par exemple. La première catégorie est celle des inscriptions mentionnant un bienfait réalisé lorsque l’on veut accomplir une fonction civique, dont on trouve trace dans plusieurs types d’inscriptions (dédicaces, inscriptions honorifiques, inscriptions des prêtres de Panamara récapitulant leur œuvre pendant leur charge). Il convient de revenir sur la définition des summae honorariae afin de vérifier si les dépenses mentionnées dans la région qui nous occupe “en vue d’une magistrature” (& upàer suivi du génitif), généralement considérées comme des summae honorariae38, le sont bien au sens strict. La summa honoraria, τίμημα39, payée lors de l’entrée en fonction et correspondant à un tarif légal de base fixé par avance dans chaque cité, ainsi que les libéralités faites à la cité au cours et à la sortie des magistratures40, peuvent être utilisées pour embellir la cité. Or, La lecture des sources épigraphiques montre la grande différence entre la civilisation municipale africaine, étudiée par Fr. Jacques41 et Cl. Lepelley42, et la situation en Asie mineure occidentale. La plus grande prudence doit ainsi être observée dans l’emploi du terme summa honoraria pour qualifier en Asie les dépenses que nous savons avoir été faites à l’occasion d’une magistrature. Le mot τίμημα est d’ailleurs très rarement employé et le dépassement des summae honorariae pour payer un édifice public paraît fréquent, sans que nécessairement l’inscription soit explicite sur ce point précis. Ce dépassement n’est pas obligatoire et s’apparente à une évergésie, comme les libéralités faites à la cité au cours et à la sortie des magistratures. Alors que Fr. Jacques43 peut distinguer dans les inscriptions africaines entre summa honoraria, pollicitatio, et ampliatio, il nous paraît possible, en Asie mineure, en raison de mœurs épigraphiques différentes – dont il faudrait enquêter pour savoir si elles sont aussi le reflet d’une autre pratique – de reconnaître seulement quelques summae honorariae et leurs dépassements promis avant l’entrée en charge, et les promesses supplémentaires au cours d’une charge (catégorie II). D’une manière générale, la préposition ὑπçeρsuivie du nom de la magistrature au génitif désigne donc les sommes versées pour l’obtention d’une magistrature : “en vue de telle magistrature”, sans qu’il s’agisse à chaque fois d’une summa honoraria44. Dans le cas où une telle préposition est suivie de la mention d’une somme importante, il y a évidemment dépassement du tarif de base de la summa honoraria. On le voit, par exemple, à Philadelphie de Lydie, au iiie s., avec le paiement ὑπὲρ ἀρχιερωσύνης (l. 13-14) de 50 000 deniers pour le propylée de la basilique par Héliodôros45.

10L’accomplissement d’évergésies non promises d’avance, en cours de charge, est plus facilement lisible dans la deuxième catégorie que nous avons définie, quand dans une dédicace sont associées les mentions d’une construction et de l’exécution d’une fonction civique du commanditaire. La deuxième catégorie regroupe donc les bienfaits accomplis au cours d’une fonction d’après les inscriptions de dédicace et les inscriptions des prêtres de Stratonicée dont le bilan est formulé à la première personne du singulier ; la fonction accomplie lors du don peut être indiquée au participe présent ou aoriste, nuance qui n’est pas insignifiante. La troisième et la quatrième catégorie regroupent avant tout des inscriptions honorifiques, mettant clairement en évidence le lien qui unit la fonction accomplie et le bienfait offert (catégorie III), ou au contraire (catégorie IV) faisant un bilan de l’ensemble de l’action d’un notable, en citant toutes ses fonctions puis ses bienfaits (le rapport avec l’une de ces fonctions étant alors probable, mais impossible à établir avec exactitude). La cinquième catégorie regroupe les évergésies libres apparemment accomplies en dehors de toute fonction civique, par piété dans le cas de certaines constructions religieuses, et sans aucun caractère obligatoire. Les inscriptions des premières catégories sont celles où le lien entre la fonction et le don est le plus étroit, alors qu’il est de plus en plus distendu voire inexistant dans les autres cas, qu’il s’agisse d’une évergésie en dehors de toute fonction ou que la commémoration du bienfait ne s’attache pas à en établir clairement les circonstances. Il faut enfin tenir compte des inscriptions, en général trop lacunaires, qui ne permettent pas de conclure sur le contexte du bienfait. Le classement de cette documentation vise à mettre en évidence les nuances permettant de prendre connaissance des différentes procédures à l’œuvre dans le cadre de la cité au moment d’un don de particulier, cas de loin le plus fréquent.

  • 46 Les opérations électorales se bornent-elles alors partout à des acclamations (Lévy 1895, 214) ? Il (...)
  • 47 Lévy 1899, 260.
  • 48 TAM V, 1, 693.
  • 49 La remarque de Rumscheid 1999, 46-47, selon lequel, étant donné la fonction du personnage, la somme (...)
  • 50 TAM V, 1, 695.
  • 51 IK, 34-Mylasa, 505 (l. 4 : [κατ]ὰ τὸ ψίφισμ[α]).
  • 52 IK, 49-Laodikeia, 70.

Ayant ainsi classé les sources, il faut tenter de voir qui décide de la destination des sommes d’argent versées pour l’obtention d’une magistrature ou d’une prêtrise, dans le cas où le candidat s’en tient au tarif de base, dans le cas où la somme prévue pour une charge est employée à une autre destination, enfin dans le cas où il y a un dépassement manifeste de la summa honoraria ou un financement supplémentaire en cours de charge, qui ne revêt aucun caractère obligatoire. Dans le cas de l’usage des sommes honoraires, l’assemblée du peuple intervient dans la mesure où elle prend encore part à la désignation des magistrats46. D’après les sources épigraphiques, soit un vote détermine l’usage des sommes versées pour l’obtention d’une magistrature et le nouveau magistrat est chargé d’exécuter la décision, soit la cité dispose de la somme comme elle l’entend47, soit le nouveau magistrat décide seul de son usage. Ainsi à Iulia Gordos, entre 161 et 192, Ménékratès ὑπὲρ ἀγοραν[ο]μίας, “en vue de l’obtention de l’agoranomie”, fait faire “les dix premières colonnes avec leur chapiteau et leur base”48. Cet argent est employé κατὰ τὸ γενόμενον ψήφισμα (l. 8-9), “conformément au décret qui a été voté”49. Un vote officiel avait décidé par avance de l’emploi de la somme. Une autre base de colonne indique que la summa honoraria d’un autre agoranome avait été employée de la même manière50 ; de même pour un gymnasiarque, L. Furius Bassus, à Mylasa51. On trouve une précision similaire, développée, dans une inscription de Laodicée du Lycos pour l’érection de statues d’Éros dorées, dans le dernier tiers du iie s.52 : “pour l’obtention de la stratégie de nuit” (l. 2-4), un particulier “a offert”, ἀνέθηκεν (l. 4), ces statues, “conformément à ce que comporte le décret passé pour lui au sujet de la stratégie”, καθὼς τὸ γενόμενον αὐτImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg περὶ τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpg[ς] στρατηγίας περιέχει ψήφισμα. Il est probable que dans ce cas, le magistrat rédigeant lui-même le texte de l’inscription où il est cité au nominatif, ne prend le plus souvent pas la peine de mentionner qu’il a effectué un travail qui avait été réclamé par la communauté civique par décret.

  • 53 Ainsi à Iasos, G[-] pour la stéphanéphorie de son fils décédé, a fait construire “les deux exèdres (...)
  • 54 Ces deux inscriptions ont été publiées dans Robert L. & J. 1954, no 160. Voir Rumscheid 1999, 48.
  • 55 IK, 17.2-Ephesos, 3854-5 et 3857. Voir Ricl 2003, 83, sur la somme payée par les prêtres à Hypaipa  (...)
  • 56 D.Chr. 47.18. Dion critique les malversations possibles à partir de l’argent ainsi obtenu.

11Mais on peut soupçonner derrière tout travail partiel, une entreprise plus large que la cité prévoit d’achever par le concours de plusieurs sommes honoraires53. Les dons ponctuels de colonnes paraissent correspondre typiquement à ce genre d’entreprise partielle, comme le don de Ménékratès à Iulia Gordos. À Apollonia de la Salbakè, à l’époque impériale, une colonne a été offerte par Damagoras fils de Iasôn, ὑπὲρ ἀγορανομίας. Une autre dédicace du même genre est connue : elle indique simplement qu’“Attalos fils de Damas fils de Iasôn a offert” une colonne, apparemment dans le contexte d’une évergésie libre54. À la lumière des exemples précédents, il semble très probable que l’usage de la summa honoraria avait été disposé par un décret précédent, tandis qu’Attalos a dû, quant à lui, décider de participer à l’entreprise en cours, par pure libéralité (peut-être comme les concitoyens de Dion à Pruse, qui enthousiasmés d’abord par son projet édilitaire, faisaient affluer les “contributions”). Cela a des conséquences : L. Robert comme Fr. Rumscheid estiment qu’il existe un lien probable entre l’édifice et la fonction de Damagoras, qu’il s’agit donc probablement d’un portique de l’agora. Il convient de réviser ce jugement : la plupart du temps quand le magistrat n’outrepassait pas par générosité le “tarif” de la summa honoraria, il ne semble pas qu’il ait disposé de la somme pour intervenir à son gré dans le paysage urbain. L’usage de l’argent payé pour entrer en charge était défini par avance. Est-il possible même que l’usage de toutes les summae honorariae d’une année ait été décidé par avance pour telle entreprise ? Le cas le plus caractéristique est celui des achats de kômarchie au début du iiie s. à Titeiphyta d’Hypaipa, dont les sommes sont systématiquement employées pour l’embellissement et la rénovation d’édifices balnéaires55. Dion de Pruse suggère également une affectation décidée d’avance des summae honorariae versées par les magistrats, dans son discours à Pruse sur la conduite des travaux : “ce que vous direz, je le ferai et pour le reste je ne ferai entendre aucune protestation (…) pas même si, pour une construction en cours, on reçoit régulièrement des magistrats élus chaque année de l’argent”56.

  • 57 IK, 17.1-Ephesos, 3065.
  • 58 Robert L. & J. 1954, no 67.
  • 59 IK, 22.1-Stratonikeia, 701.
  • 60 Blümel 1995, 60-61 no 31.
  • 61 Malay, Researches, 115 no 27.

Il existe quelques cas où l’on a connaissance de l’emploi de sommes prévues pour l’accomplissement d’une fonction civique vers un autre usage : Hésychos à Éphèse au ier s.57, Tatè, fille de Glykôn, à la même époque à Héraclée de la Salbakè58, Ti. Claudius Aristéas Ménandros à Stratonicée de Carie59, au iie ou au iiie s., les quatre astynomes de Nysa60. Les circonstances exactes de ces réaffectations de sommes ne sont pas explicites dans ces inscriptions. En revanche à Tempsianoi en Lydie, entre 180 et 192, Dionysios fils de Dionysios, qui “a été prêtre du dieu”, a réalisé la dédicace d’un aqueduc, “selon ce que sa patrie demandait pour les dépenses des repas”, καθὰ καὶ ἡ πατρὶς ἡξίωσεν ὑπὲρ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν εἰς τὰ δεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgπνα ἀναλωμάτων (l. 4-6)61.

  • 62 Reynolds 2000 (trad. reprise ici, AE, 2000, 1441). Voir notre analyse en II. 3 : cette réaffectatio (...)

Il s’agit du même cas de figure à Aphrodisias, connu par une lettre d’Hadrien à la cité. Il autorise les Aphrodisiens “à recevoir des grands-prêtres une somme d’argent au lieu de combats de gladiateurs”, συνχωρImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpg ὑμεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgν παρὰ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἀρχιερέων ἀντὶ μονομαχιImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἀργύριον λαμβάνειν, pour servir à la construction d’un aqueduc62. Les notables pressentis pour être grands-prêtres devaient être réticents à la conversion de l’argent qu’ils versaient, de spectacles de gladiateurs, liés au culte impérial, à la construction d’un aqueduc. Ces deux exemples montrent qu’il y avait une certaine contrainte dans la réaffectation de sommes devant être dépensées au cours d’une fonction par un magistrat.

  • 63 Jacques 1984, 728, insiste sur le fait que tout notable ne donnait pas en plus de la somme honorair (...)
  • 64 IK, 30-Keramos, 14.
  • 65 CIG II, 2713 ; LBW, 313 : Léôn a donné une colonne “alors qu’il était stéphanéphore, en résultat d’ (...)
  • 66 Rumscheid 1999, 35.

Le dernier cas est celui des dons liés à une charge, mais dépassant le montant couramment attendu, aussi bien au moment de payer la summa honoraria, qu’au cours de l’accomplissement de la charge63. Le cas le plus clair est celui des inscriptions dédicatoires, où la personne qui fait la dédicace, qui a financé une construction, spécifie à l’occasion de quelle fonction civique elle a opéré son bienfait (catégorie II de notre classement). L’ampleur des sommes mises en jeu pour une construction indique à notre sens qu’il ne s’agit pas alors d’une summa honoraria à proprement parler, puisque ces sommes étaient un tarif de base. Ce tarif est forcément dépassé lors de la construction, par nature coûteux, d’un bâtiment. Le magistrat ou le prêtre agissent alors volontairement afin d’obtenir plus de gloire, de satisfaction personnelle ou d’influence au sein de sa cité. Il n’est pas certain cependant que dans ce cas il décide de manière entièrement libre de la destination de la somme qu’il offre à la communauté. À Kéramos sous Tibère, [-]ophantos fils de Dionysios a promis, l’année de sa stéphanéphorie (il ne s’agit donc pas d’une summa honoraria promise d’avance), 800 deniers, qui, “conformément au souhait exprimé par le Conseil et le peuple”, καθὼς καὶ ἡ β[ο]υλὴ καὶ ὁ δImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgμος προτ[ε]θύμηται (l. 25-27), ont été utilisés pour des statues de Tibère64. Le souhait du peuple ne peut guère s’exprimer d’autre façon que par une décision votée, un décret ; la décision de l’emploi de la somme a donc été prise par le Conseil et le peuple. À Eurômos, Ménékratès, comme Léôn Quintus, ont donné des colonnes pour le temple de Zeus Lepsynos : tous deux étaient alors stéphanéphores. La formulation de l’inscription indique qu’il ne s’agit pas d’une summa honoraria, mais d’un don supplémentaire au cours de la stéphanéphorie65. Rufus a également accompli la promesse de sa femme Apphia, prêtresse, d’élever une colonne au temple de Zeus66. Des personnages aux fonctions différentes sont donc intervenus de la même manière dans le paysage urbain d’Eurômos ; comme il s’agissait alors de la grande affaire d’Eurômos et qu’il est peu probable que plusieurs chantiers aient pu avoir lieu de manière concomitante dans une cité somme toute modeste, les évergésies des magistrats prenaient naturellement la direction du temple.

  • 67 Les verbes décrivant la restauration ou l’embellissement d’un bâtiment ou d’une partie de bâtiment (...)

12Il semble donc que la libre disposition de l’emploi des sommes engagées varie en fonction du contexte institutionnel de la participation : elle est faible voire nulle dans les cas où il s’agit véritablement d’une summa honoraria (tarif de base défini par avance par la cité), plus importante mais pas toujours totale dans le cas d’un don lors de l’accomplissement d’une fonction civique. Le caractère hasardeux des découvertes, comme la souplesse obligée, étant donné les caractéristiques des documents épigraphiques dans l’Asie mineure occidentale impériale, des catégories qui permettent d’organiser la documentation, incitent à la plus grande prudence dans la comparaison de proportions, sans même parler de pourcentages. Les restaurations paraissent cependant plus nombreuses dans les catégories les plus encadrées, où le bienfait est lié à une fonction. Les évergésies libres se caractérisent par une contribution à une œuvre générale ou par une construction ex nihilo, plus que par des entreprises de restauration ou d’achèvement d’un monument existant déjà67.

Libéralités non liées à l’obtention d’une fonction

  • 68 Philostr., VS, 2.23 [605].
  • 69 Robert 1978, 405.
  • 70 MAMA IV, 309.
  • 71 IPergamon, 333.
  • 72 Reynolds 1991, 28.
  • 73 IK, 16-Ephesos, 2042.

13Dans le cas d’évergésies libres, la cité a-t-elle un droit de regard pour déterminer l’emploi de l’argent dans la construction ou la restauration de tel monument public, plutôt que de tel autre ? Dans le cas de la restauration, dans la mesure où le bâtiment existait déjà et était donc au sens légal un lieu public, l’évergète réclamait sûrement au moins une autorisation pour intervenir sur un bien de la communauté. Philostrate indique que T. Flauius Damianos a ainsi “servi la communauté en faisant beaucoup de contributions, et en restaurant ceux des bâtiments publics qui étaient en mauvais état”68. Mais les sources épigraphiques donnent peu d’exemples de restaurations d’un bâtiment public sur la volonté d’un évergète, en dehors de toute fonction civique : à Sardes, le temple et la statue d’Héra ont été restaurés par Iulia Lydia après le séisme de 17, parce que c’était son grand-père qui le premier avait fait la construction69. La restauration d’un portique et d’une exèdre par Attalos Zénôn, en 136-137 à Motella70, la restauration des portiques de l’agora de Pergame par Nikodémos Nikôn au milieu du iie s.71, le changement de revêtement du podium au théâtre d’Aphrodisias par M. Aurelius Ménestheus Skopas sous le règne de Caracalla72, le legs de Iulia Potentilla à la cité pour réparer le théâtre d’Éphèse et le pronaos du Némésion73 vers 230, sont les seules attestations de restauration dans le cadre d’une évergésie libre, au lieu de la construction d’un bâtiment ou de la participation volontaire à une entreprise commune de construction.

  • 74 Voir II. 1.
  • 75 MAMA VIII, 498.
  • 76 Voir, dans l’ordre selon Cuvigny 1994, 137-138, les passages 47.12 puis 40.9 : Dion fait adopter un (...)
  • 77 Voir Jacques 1984, 708, il existe une “obligation d’exécuter, et non obligation de promettre”, comm (...)
  • 78 Ritti 2001, 495-496.
  • 79 Ramsay 1895, 233 no 83.
  • 80 Voir l’inscription de Charès à Iasos (IK, 28.1-Iasos, 22), qui malheureusement n’est pas datée (s’a (...)

Il existe peu de traces d’une décision publique de l’emploi d’une somme donnée par pure libéralité. À Aphrodisias de Carie, le bienfaiteur Iasôn avait entrepris d’achever à ses frais le grammatophylakion, entreprise qui avait apparemment connu des retards inattendus dans son accomplissement74 : les modalités de cet achèvement ont fait l’objet de débats publics, puisqu’un décret a donné l’autorisation de remployer des colonnes d’un vieux portique (l. 16-17)75. Dans le cas des évergésies libres en dehors de toute fonction civique, les pressions civiques et le cadre de la décision se réduisaient au fait que le déroulement d’un chantier important dans la cité pouvait susciter l’enthousiasme et faire affluer des contributions spontanées (à Pruse lorsque Dion propose pour la première fois ses projets76, ou dans le cas de dons de colonnes ou de participation à des souscriptions). Dans le cas d’un bâtiment entrepris ex nihilo une certaine liberté de choix existait, sanctionnée toutefois par l’obligation d’achever la construction une fois qu’elle avait été promise à la cité et entreprise77, et par l’approbation du Conseil et du peuple à qui le monument est remis. La dédicace du Dodékathéon dans le théâtre de Hiérapolis de Phrygie, sous le règne d’Hadrien, montre comment Ti. Iulius Myndios a construit le bâtiment à ses frais, et “de sa propre initiative”, ἀπὸ ἰδίας προαιρέσεως78. Le lieu où s’élevait l’édifice promis à la communauté pouvait être acheté, ou non, à ses frais par le commanditaire : ainsi à Sanaos en Phrygie, Kallistratos fils de Diodôros “a acheté le lieu à ses frais”, τὸν τόπον ἀγοράσας παρ’ ἑαυτοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg, pour construire le bouleutèrion79 ; l’ensemble, bâtiment et terrain, a dû être ensuite remis “au peuple”, mentionné au datif à la dernière ligne de l’inscription. Dans de nombreux autres cas, les plus fréquents peut-être, dans un sanctuaire ou certaines zones urbaines (par exemple, l’agora commerciale d’Éphèse, les interventions au théâtre), le terrain ou un espace monumental déjà existant appartenaient à la cité. La promesse d’un particulier d’y construire un monument public devait préalablement être acceptée par le Conseil et le peuple80.

Constructions réalisées par des communautés ne bénéficiant pas du statut civique

  • 81 Lévy 1895, 206 et Sartre 1995, 291-292.
  • 82 IK, 17.2-Ephesos, 3857.
  • 83 IK, 17.1-Ephesos, 3249a.
  • 84 Voir Fröhlich 2004, 68-69. Cette mention est exceptionnelle dans le dossier des inscriptions en rap (...)
  • 85 PIR² F 308 : fils de T. Flauius Ménandros, rhéteur, et asiarque ; lui-même est secrétaire et prytan (...)
  • 86 Pflaum 1970, 182-184. Le titre ἀξιολογώτατος indique un notable “appartenant à cette catégorie d’ho (...)
  • 87 IK, 17.1-Ephesos, 3249.
  • 88 Les inscriptions africaines laissent entrevoir ces cas de dysfonctionnement de manière sinon explic (...)

Les κατοικίαι et les communautés villageoises avaient leurs réunions particulières et leurs fonds propres81 ainsi que leurs magistrats. Elles pouvaient prendre des décrets dans les assemblées qui leur étaient propres. On trouve ainsi des procédures similaires à celles des cités : l’emploi de l’argent des summae honorariae est réglementé par avance, le nouveau magistrat ne peut pas en disposer comme bon lui semble. Un citoyen d’Hypaipa donne pour la kômarchie de son fils 750 deniers, “selon le décret”, [κατὰ τὸ γενό]μενον ψήφισμ[α]82 : “ils ont servi pour la rénovation du bain récent”, προεχώρησα[ν εἰς ἐπι]σκευὴν τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg καινοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg βαλ[ανείου] (l. 5-6). L’usage de l’argent, non le montant versé, a été décidé par décret. Dans le cas contraire, cela signifierait qu’il s’agit du tarif minimum et il n’y aurait pas grand intérêt pour le père du futur kômarque à indiquer qu’il s’en est tenu au prix de base, sans dépassement. L’indication de la somme confirme même qu’on a affaire à un dépassement du tarif minimum. Le décret réglementait donc l’usage de la somme versée. Dans les environs d’Éphèse également, [-]nos d’Hypaipa, dans la katoikia des Apateirènoi, a donné de l’argent pour la logistéia, [κατὰ τὸ] ψήφισμα (l. 4) : dans cette inscription fragmentaire huit colonnes sont mentionnées (l. 1)83. Nombre de communautés villageoises, à l’exemple du cas célèbre d’Orcistos en Phrygie, ont cherché à posséder des monuments publics comparables à ceux des cités, à avoir l’apparence, sinon le statut, d’une communauté civique, notamment par la possession d’édifices balnéaires et d’agoras, comme nous l’avons vu dans la première partie. Le processus de décision semble également similaire à celui des cités. Il est difficile de trouver les preuves d’une tutelle étroite de la part du chef-lieu, sauf peut-être dans une communauté villageoise proche d’Éphèse. En 211-212, dans la katoikia des Apateirènoi, Glykôn et [-] rappellent par une inscription qu’ils avaient été logistai, comptables, du village en 206-207, soit cinq années auparavant. Ils avaient alors fait une libéralité, et avaient “rendu les comptes”, δόντες τὸν λόγ[ον] (l. 11-12)84. Puis, “à l’invitation de T. Flauius Lucius Hiérax85, uir honestissimus86, ils ont donné à leurs frais, en plus”, 250 deniers pour la construction du grand bain87, [κ]ατὰ τὴν προτροπὴν το[Image 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg] ἀξιολογωτάτου Τ. Φλ. Λευκίου Ἱέρακος ἔδωκαν παρ’ ἑαυτImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἔξωθεν εἰς τὴν ἐπισκευçhν κτλ. Cet écart dans le temps suggère que la procédure en 206-207 n’avait pas été strictement respectée, que leur libéralité avait été jugée insuffisante et qu’un notable éphésien, comme l’indique son titre, ἀξιολογώτατος, qui plus est asiarque, est alors intervenu en faveur de la katoikia. À notre connaissance, il s’agit là de l’une des rares inscriptions liées au thème de la construction dans les cités grecques d’Asie mineure occidentale, où l’on découvre de manière explicite un retard et une contrainte extérieure pour assurer le paiement d’une libéralité liée à une fonction civique88.

Décision de l’emploi des legs testamentaires et des fondations

  • 89 Les Nicéens affirment même qu’Auguste leur a donné le droit de revendiquer la succession de leurs c (...)
  • 90 Lévy 1901, 354 et n. 5, renvoyant à Ulpien, Regulae, 22.5. Sur la législation de Nerva, permettant (...)
  • 91 Lévy 1901, 355. Mais parfois l’auteur du testament ne précise pas l’emploi de la somme : par exempl (...)
  • 92 Jacques 1984, 695-696. Il est interdit d’employer à des constructions une fondation destinée à des (...)
  • 93 Jones 1999a, 10-11.
  • 94 Jones 1999a, 11-12, l. 33-34.
  • 95 Lévy 1901, 356.
  • 96 Johnston 1985, 112 (mais il s’agit d’un exemple italien).
  • 97 IK, 11-Ephesos, 17 (trad., modifié, dans Sartre 1995, 244-245). Cela est conforme à la position du (...)
  • 98 Johnston 1985, 116.
  • 99 Plin., Ep. Tra., 10.70.2.

La cité grecque peut recevoir des legs testamentaires89, et bénéficier des revenus des fondations. Selon I. Lévy et D. Magie, il s’agit même là d’une des principales sources de revenus des cités grecques d’époque impériale, malgré l’interdiction en droit romain faite aux cités de recevoir des libéralités testamentaires jusqu’à ce que Nerva en donne l’autorisation90. L’emploi de ces héritages est normalement défini par la “volonté du gratifiant”91, et la loi impériale interdit d’en modifier la destination92. Seule l’intervention du gouverneur peut permettre de modifier la destination d’un tel don : ainsi à Thyatire au début du iie s. il semble que les magistrats de la cité ont formulé la requête auprès du gouverneur Mettius Modestus d’utiliser une somme léguée pour construire un monument public, pour la réalisation d’un bâtiment différent (les éditeurs proposent, à titre d’exemple, un aqueduc)93. La destination première du legs était l’évergétisme momental, la modification proposée reste dans le même domaine : [εἰς ὕδατος κατασκευὴν (e.g.) καταχωρίσαι (ἀναλImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgσαι) χρήμα]τα εἰς ἕτερον καταλει[φθέντα]94, “utiliser pour la construction d’un aqueduc (e.g.) l’argent laissé pour la construction d’un autre monument”. Il arrive que l’affectation de revenus ou d’un capital ne soit pas déterminée et il revient à la cité d’en disposer95, une fois qu’elle a accepté l’héritage, par décret96. En Asie, dès 41-46, l’édit du proconsul d’Asie Paullus Fabius Persicus à Éphèse prescrit “que l’argent légué à la cité ou à une partie de la cité ou à une association des citoyens de la cité soit utilisé selon les prescriptions du legs et non détourné par les magistrats pour d’autres usages et dépenses”97. L’acceptation de l’héritage était subordonnée, de manière concrète, au caractère d’utilité publique du legs, et dans le cas d’un monument public, à la possibilité pour la communauté d’en assurer par la suite l’entretien98. La maison que Claudius Polyaenus avait léguée à Pruse à l’empereur Claude, pour qu’y soit construit un temple, avait rapidement été laissée à l’abandon par la cité99.

  • 100 Call., dig., 50.10.7. pr. : pecuniam, quae in opera noua legata est, potius in tutelam eorum operum (...)
  • 101 Voir le tableau 3 en II. 3 sur les bienfaits par legs et fondations testamentaires.
  • 102 Petzl & Schwertheim 2006, l. 9 : τοὺς ἀγ(...)
  • 103 IK, 16-Ephesos, 2042 et IK, 17.1-Ephesos, 3009.
  • 104 Petzl 1996, 3 no 2.
  • 105 IK, 17.1-Ephesos, 3086.
  • 106 Jacques 1984, 695 n. 122.

14Telle était la situation de départ. Les juristes de l’époque d’Antonin le Pieux statuent que l’argent laissé pour la construction de nouveaux bâtiments, opera noua, peut être utilisé pour l’entretien des monuments existants, si la cité dispose de suffisamment de monuments publics et peine à les entretenir100. Mais l’analyse du tableau sur les fondations et les legs en vue de la construction d’un monument, quantitativement peu nombreux, ne montre pas non plus de rupture dans ces pratiques à la fin du iie siècle101. Dans le même ordre d’idée, Hadrien dans sa première lettre aux technites dionysiaques datée de 134, découverte à Alexandrie de Troade, prend la peine de préciser qu’on ne peut utiliser l’argent prévu pour un concours (y compris par un testament) à un autre usage, en particulier la construction d’un bâtiment102 : cette remarque laisse entendre que cette pratique était assez fréquente. Rares sont les cas où les bienfaiteurs n’ont pas prévu l’utilisation de leur argent. Iulia Potentilla103 et T. Aelius Symphoros104 constituent les exceptions. Dans ces deux cas, la cité d’Éphèse et la katoikia des Kapolméens ont préféré utiliser l’argent non pas pour des constructions, mais pour des restaurations et réparations de bâtiments vieillis et endommagés. L’argent légué par M. Fuluius Publicianus Niképhoros a probablement été utilisé de la sorte par la cité105. En fait, rien n’indique qu’il n’y a pas eu transformation, avec l’appui de la législation impériale, de la destination initiale du legs. Mais rien ne confirme non plus cette éventualité. Enfin, comparativement à l’Afrique, le phénomène des legs testamentaires paraît avoir été considérablement moins important, si l’on évalue le nombre de constructions entreprises grâce à un legs, par rapport à celles qui l’ont été par une promesse libre ou en liaison avec une magistrature. Selon Fr. Jacques, en Afrique, “les temples et les théâtres apparaissent souvent, pour tout ou partie, construits grâce à des legs”106. Il n’en est rien en Asie : orner le paysage urbain est une pratique qui s’inscrit dans une volonté d’illustration personnelle, du vivant même des notables.

15L’étude de la prise de décision montre que la cité conserve un contrôle sur la nature du bâtiment construit, en particulier dans le cas des bienfaits liés à l’obtention d’une fonction, même avec dépassement du tarif de base de la summa honoraria. Il existe moins d’attestations de contrôle pour les évergésies en dehors de toute fonction, et pour les legs faits à la cité. Cependant les évergésies étaient acceptées par le Conseil et le peuple, quand l’évergète venait faire prendre connaissance de sa promesse à ses concitoyens, et les legs, d’après les lois impériales, pouvaient faire l’objet de modifications. L’étude de la procédure de décision introduit un rééquilibrage en faveur de la communauté civique face au notable qui aspire à la gloire : il était loin de pouvoir décider seul des modalités de sa participation à l’ornement urbain. Elle donnait lieu à des discussions au sein des institutions civiques, même si le financement des programmes édilitaires était dû avant tout à des particuliers plutôt qu’aux fonds propres des cités.

Le financement107

Financement sur fonds civiques

  • 108 Broughton 1938, 804.
  • 109 Plin., Ep. Tra., 10.17b, où Pline souhaite “récupérer sur les entrepreneurs des sommes non sans imp (...)
  • 110 Voir Broughton 1938, 804-808. Voir Plin., Ep. Tra., 10.43 : examinant les dépenses de Byzance, énor (...)
  • 111 Plin., Ep. Tra., 10.17a : endettement de Pruse, où “beaucoup de sommes sont pour diverses raisons d (...)
  • 112 Sartre 1991, 135 et 138. Les lettres de Pline, sur les dépenses à Nicomédie et Nicée, ne peuvent se (...)
  • 113 Voir Crawford 1977, 45. Sur l’origine des fonds civiques, mal connue, voir Sartre 1995, 202-203 et (...)
  • 114 Lorsque des catastrophes telles que des séismes se produisaient, l’intervention du gouverneur ou de (...)
  • 115 Migeotte 1984 : extrait de l’édit de Paullus Fabius Persicus à Éphèse sous Néron (p. 290), deux ins (...)
  • 116 Plin., Ep. Tra., 10.37-38.
  • 117 Plin., Ep. Tra., 10.39. Le mode de financement du gymnase de Nicée mentionné dans la même lettre es (...)

16L’importance généralement accordée à la construction sur fonds publics dans le budget des cités108 doit être réévaluée, en tenant le plus grand compte des sources épigraphiques. Si la construction de certains monuments et leur entretien ont indéniablement grevé les finances municipales109, bien d’autres dépenses pouvaient coûter aux cités leur équilibre budgétaire110, sans compter les abus des particuliers111. L’utilisation de fonds civiques, sur la modestie desquels on s’accorde en général112, était réglementée113. Par ailleurs, le droit de regard et la capacité d’intervention du proconsul dans les finances civiques étaient importants en temps normal114. Il faut donc soupçonner l’intervention de l’administration provinciale derrière toute entreprise ambitieuse financée par la cité, derrière toute construction qui pouvait mettre en péril son équilibre financier (ce sont les constructions décrites par Pline : construction d’un théâtre, d’un aqueduc, d’un gymnase ; les restaurations et les constructions plus modestes n’étaient pas étroitement surveillées). Pour ces grandes entreprises où leur liberté d’action était entravée, les cités pouvaient passer des crédits : mais cela apparaît peu dans les inscriptions, contrairement à l’époque hellénistique (L. Migeotte recense peu de cas d’emprunts de la part des cités pour l’époque impériale115). Pline à Nicomédie doit pourtant régler un problème de la sorte : les Nicomédiens ont entrepris de construire un aqueduc et ils ont fait des emprunts, en pure perte puisque les ouvrages restent inachevés116. Un autre mode de financement est l’association d’un financement privé et public, comme pour le théâtre de Nicée au début des années 110117 : il a coûté dix millions de sesterces et les particuliers après l’achèvement du gros-œuvre ont promis plusieurs constructions.

  • 118 Dans l’ordre de leur citation, IK, 16-Ephesos, 2034, 2035, 2038-39, IK, 17.1-Ephesos, 3008 et IK, 1 (...)
  • 119 IK, 13-Ephesos, 674 et 674a.
  • 120 Voir I, et dans ce chapitre, l’étude des constructions entreprises sous la direction de Ti. Claudiu (...)

17D’une manière générale, les inscriptions ne permettant de prendre connaissance que de l’intervention seule de la cité, sans aide du gouverneur, suggèrent des constructions plus modestes, des restaurations. À Éphèse, il s’agit ainsi de la construction d’une partie du bâtiment de scène et de la partie nord du théâtre, de travaux dans ce même bâtiment, du pavement des rues, ou d’un propylée118. Il est probable également qu’elle a fourni une partie seulement des fonds pour la construction du gymnase du port119, à laquelle ont concouru avant tout des particuliers120. La moisson est mince, comparativement aux attestations de constructions par des particuliers, en liaison avec l’accomplissement d’une fonction civique ou non. Il est intéressant de remarquer que l’action d’intervention sur le paysage urbain est resserrée à Éphèse sur le théâtre, lieu des réunions du peuple en corps civique, pour des cérémonies religieuses, pour recevoir le gouverneur, ou pour des spectacles. Dans ces inscriptions des formules simples mais précises indiquent la nature publique du financement (“à ses frais”, “à partir de ses propres revenus”, “à partir des ressources de la cité”). Force est de constater la prépondérance des restaurations dans les entreprises de la cité, comparativement aux entreprises financées par des particuliers ou des regroupements de particuliers lors de souscriptions par exemple : ce n’est pas seulement une question de prestige (il aurait été plus prestigieux de construire plutôt que de restaurer pour un notable désireux de s’illustrer), c’est aussi une question de disponibilités financières (construire “à partir des fondations” étant sûrement plus coûteux que d’entretenir et restaurer). Or les cités étaient souvent en peine de trouver des ressources.

  • 121 Plin., Ep. Tra., 10.81.
  • 122 Plin., Ep. Tra., 10.37-38 : à Nicomédie, l’empereur Trajan soupçonne le partage frauduleux des créd (...)
  • 123 Plin., Ep. Tra., 10.81.
  • 124 IK, 14-Ephesos, 1384.
  • 125 Expression de P. Gros pour les villes de Bithynie à l’époque impériale (Gros 1985).

Dans tous les cas, un cahier des charges121 strict servait normalement de devis. Les dépassements étaient fréquents, à cause de la malhonnêteté des entrepreneurs122 ou du manque de sérieux des magistrats chargés par la cité de contrôler les dépenses. Là encore comme le montre l’exemple de Pline, en cas de litige, le gouverneur pouvait à la demande de la cité examiner les dépenses123. Une seule attestation épigraphique permet d’imaginer les débats et les précautions prises pour avancer un financement public : il s’agit d’un fragment d’une colonne portant une inscription datant de 104, trouvée dans le remblai du portique oriental de l’agora d’Éphèse. Ce document est un décret du Conseil sur des dépenses pour des bâtiments à propos du temple d’Artémis ; une clause financière est mentionnée, impliquant un usage des fonds publics (l. 16-17 : χορηγ[Image 10000000000000080000000F19C82170.jpgσαι] τοὺς ἀργυροταμίας τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν καιρίω[ν τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς] πόλεως προσόδων)124. L’examen des documents épigraphiques et des lettres de Pline invite finalement à ne pas surévaluer l’importance de la construction sur fonds publics. Si l’on s’en tient à une lecture rapide de certaines lettres de Pline, sans les comparer avec les informations fournies par les inscriptions, naît l’impression de cités toutes ruinées par des constructions excessivement dispendieuses. Au contraire, et même en faisant la part du caractère hasardeux des découvertes épigraphiques attestant un financement civique (il ne peut être connu essentiellement que par des dédicaces et les mentions d’ergépistatai, alors que les financements par des notables sont également connus par des inscriptions honorifiques), il ne nous semble pas que l’ornement du paysage urbain en Asie puisse être considéré comme le résultat de dépenses civiques démesurées. La plus grande partie des monuments publics était due, sous des formes diverses, à un financement direct des notables. Il faut donc concilier deux éléments, a priori contradictoires : la capacité que gardent les institutions civiques à valider et à encourager toute construction d’un monument public, et la difficulté à mobiliser des ressources civiques pour le faire de manière autonome, sans intervention des autorités provinciales, de la part de ces mêmes institutions. L’ornement du paysage urbain dans les cités d’Asie se révèle ainsi le résultat de la “pétrification” des richesses privées125, plus que publiques, mais avec un regard incontournable de la part des institutions publiques. La cité ressaisit le contrôle sur elle-même par le détour, apparent, d’un financement privé de ses constructions publiques, le seul propre à lui assurer une certaine autonomie dans ses décisions, hors du regard du gouverneur.

  • 126 Sartre 1995, 246. Sur les impôts, Fr. Jacques dans Jacques & Scheid [1990] 1999, 183-184.
  • 127 On comprendrait mal dans le cas contraire pourquoi Aphrodisias, cité libre en dehors de la formula (...)
  • 128 Plin., Ep. Tra., 10.23-24 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).
  • 129 Plin., Ep. Tra., 10.90-91.
  • 130 IK, 4-Assos, 24a.
  • 131 IK, 16-Ephesos, 2040.

18Derrière les entreprises édilitaires sur fonds publics, apparaissent régulièrement des procédures discrètes où l’administration provinciale paraît avoir eu un rôle, dans la découverte et la mise en œuvre de sources de financements. À n’en point douter dans ces cas, ce sont bien les fonds civiques qui sont mis à contribution, l’administration provinciale n’étant pas là pour faire des cadeaux. Mais elle a alors un rôle important de réorientation de l’emploi de fonds. Le droit de regard des gouverneurs dans les comptes de la cité126 pouvait avoir des résultats inattendus. Ce peut être l’occasion de récupérer des revenus ou des sommes d’argent dont elles avaient été injustement spoliées, et qui peuvent servir à financer des monuments127. Ainsi le mode de financement proposé par Pline pour la construction du bain de Pruse ne coûte rien à la province, ni véritablement à la cité, dans la mesure où il prévoit de le financer uniquement grâce aux sommes indûment perçues par les particuliers et restituées à la cité, et par les dépenses d’huile que les Prusiens sont prêts à consacrer à la construction du bain. Trajan écrit à Pline en réponse à ce projet : “si la construction d’un nouveau bain ne doit pas être une charge pour les Prusiens, nous pouvons acquiescer à leur désir, pourvu qu’ils ne créent pas pour cela un nouvel impôt ou ne risquent pas à l’avenir de n’avoir pas assez pour les dépenses indispensables”128. De même à Sinope, Pline propose de faire construire un aqueduc, “grâce à l’argent réuni par nos soins”129. L’empereur approuve ce projet à la condition expresse que Sinope construise “avec ses propres ressources” ; l’argent réuni par les soins de Pline est vraisemblablement d’une origine comparable à celle des fonds qu’il a trouvés pour Pruse. Cette intervention du gouverneur correspond à des pratiques attestées par l’épigraphie. Par exemple, à Assos le proconsul Sex. Appuleius a rendu à la cité, à l’époque augustéenne, des revenus qui lui ont permis de restaurer un bâtiment130 ; à Éphèse encore en 206-207 le proconsul Tineius Sacerdos a “trouvé” pour la cité les fonds qui lui ont permis de restaurer le uelum du théâtre131. Dans ce cas, le financement est civique, mais la cité a dépendu du proconsul pour lui trouver des ressources. L’autorité et les capacités de contrainte dont il disposait devaient être décisives pour obtenir la restitution des sommes spoliées. Ce cas, même s’il n’est pas fréquent, est donc bien connu par les inscriptions et les lettres de Pline. En Asie, un tel recours est connu avant tout pour Éphèse, capitale de la province et lieu d’action privilégié du gouverneur, tandis que la mission de Pline concernait aussi des cités moins en vue. La décision de l’emploi de ces sommes importantes pouvait alors être contrôlée par les gouverneurs, voire leur revenir (encore que ce cas extrême soit mal attesté). Même dans le cas apparemment simple où la cité finance sur ses propres fonds, il est donc confirmé que l’administration romaine avait un droit de regard qu’elle n’avait pas dans le cas de constructions de particuliers. Paradoxalement, le corps civique exerçait un contrôle accru sur le paysage urbain quand c’était un particulier, et non la caisse publique, qui finançait une construction.

  • 132 Lepelley 1979, 66-70.
  • 133 Chastagnol 1986, 155.
  • 134 Lepelley 1979, 69.
  • 135 Chastagnol 1986, 159.
  • 136 Sur cette réaffectation et ses modalités, voir Lepelley 1979, 67-68.
  • 137 Lepelley 1979, 70.
  • 138 Voir III.2 l’étude des constructions sous la direction du gouverneur dans l’Antiquité tardive.

19Au ive s., le financement des constructions dans les cités relève désormais systématiquement d’un processus de réaffectation des revenus de la cité à cet usage, par le gouverneur. Cl. Lepelley132, puis A. Chastagnol l’ont démontré en étudiant une inscription d’Éphèse, une lettre des empereurs Valentinien, Valens et Gratien au proconsul d’Asie de 371-372 sur les biens fonciers des cités. Avant 358, les biensfonds des villes leur avaient été enlevés, de même que le revenu des taxes. Mais A. Chastagnol démontre que ces biens confisqués aux cités “ont toujours conservé au sein de la res priuata leur autonomie propre et ont été catalogués à part des autres domaines appartenant à la dynastie régnante”133 ; “jamais les terres municipales ne furent confondues avec les domaines impériaux”134. Une partie du revenu de chaque cité, versé à la res priuata, doit lui être rendue pour le financement des travaux publics ; la portion versée n’est pas la même d’une ville à l’autre, “car elle dépend de l’ampleur des restaurations nécessaires”135. Ainsi, nous classons au chapitre des dépenses sur fonds publics les inscriptions commémorant la construction d’un édifice par un gouverneur, au ive s. : il prenait l’initiative de la construction, mais le financement provenait des sommes perçues sur les cités et en partie restituées pour cet usage. Le gouverneur pouvait également décider de manière exceptionnelle d’affecter à certains travaux des revenus provenant des domaines d’autres cités136. Cette pratique systématise ce qui au Haut-Empire était exceptionnel. Le rôle de décision du gouverneur croît, car il affecte des ressources publiques à la construction, selon des modalités déjà testées au ier ou au iie siècle, désormais devenues la règle. Au ive s. même, la chronologie des constructions et des restaurations, donc celle de l’évolution des capacités de financement civique, paraît connaître des rythmes comparables en Afrique et en Asie : selon Cl. Lepelley, “les documents épigraphiques africains permettent d’affirmer que la fraction qui revint aux cités de leurs anciens revenus était maigre sous Constantin et ses fils. Cette époque, de fait, se signale dans les cités par un nombre médiocre de constructions et de restaurations d’édifices publics”137. On constate dans les documents épigraphiques d’Asie mineure occidentale la même distorsion temporelle : elle peut être due aux mêmes raisons. Ce ne sont pas seulement des événements internes à la province qui expliquent cette raréfaction (à la différence du dernier tiers du iiie s., alors que l’Asie est frappée de plein fouet par des tremblements de terre et les invasions gothiques). L’évolution de la mainmise impériale sur les ressources financières des cités, en particulier sur les rentes des domaines municipaux, l’explique aussi, comme en Afrique. Dès que les cités se virent ristourner une partie de leur versement, elles investirent à nouveau dans leur parure monumentale, mais sous le contrôle plus étroit du gouverneur138.

  • 139 Cas ambigu d’Aphrodisias, “les lieux d’exposition des statues” (CIG 2749 et p. 1109).
  • 140 À Aphrodisias Aphrodite a financé une partie au moins du portique oriental et occidental des bains (...)
  • 141 À Éphèse, Artémis est gymnasiarque éternelle depuis le règne de Domitien (Engelmann 2000, 81 no 17) (...)

20Il faut dire un mot des “revenus sacrés”. Les ressources des temples sont importantes, car ils possèdent des terres et des biens. Cependant, les interventions dans les temples même, en dehors du cas du temple d’Artémis à Éphèse, sont plutôt financées par des prêtres au cours de leur fonction. De plus, seul un monument public à usage avant tout civil139 est, à notre connaissance et dans l’état actuel des sources, financé par ces revenus140, alors que, faute de candidats, telle magistrature ou liturgie coûteuse a parfois été pourvue par un dieu ou une déesse de la cité141. Cet écart est significatif : il suggère qu’il n’était pas si difficile de trouver des volontaires pour financer des constructions dans la cité. L’examen des différentes formes de financement des particuliers confirme cette hypothèse.

Financement par un magistrat ou un prêtre : ampleur et motivation

  • 142 Voir Lévy 1899, 257-258, qui donne lieu à un diagnostic particulièrement pessimiste sur la vie civi (...)
  • 143 Lévy 1899, 257.
  • 144 Magie 1950, 652.
  • 145 Javol., dig., 50.4.12 : “si quelqu’un a reçu l’exemption des charges publiques, on ne lui accorde p (...)

21L’étude du financement de monuments publics par des particuliers à l’occasion de fonctions civiques fait toucher à la question épineuse du volontariat des évergètes142. La “liturgisation des magistratures” signifie qu’elles serait devenues obligatoires pour celui qui était suffisamment riche, et qu’elles ne pouvaient plus être accomplies sans munificence143. Or, l’accomplissement d’une magistrature restait aussi un moyen de satisfaire son ambition, et il n’y a pas de raison de penser que la perspective d’en accomplir une ne suscitait que des comportements de fuite (surtout à la lecture des sources épigraphiques d’Asie mineure occidentale). Il existait des situations de rivalité politique, où entraient en ligne de compte d’autres motivations que la seule préservation de son patrimoine. Il faut en effet tenir compte d’un facteur essentiel, qui est celui de l’honneur attaché à l’accomplissement d’une magistrature, et qui subsiste longtemps dans les mémoires. Les exemptions légales ne concernent ainsi que les liturgies144, car il ne serait pas logique de dispenser de l’accomplissement de fonctions qui sont précisément considérées, avant tout, comme des honneurs145. Ces dispenses étaient distribuées parcimonieusement, par l’empereur, ou correspondaient à la possession d’un statut personnel particulier, comme l’appartenance à l’ordre sénatorial. Accomplir une magistrature restait un honneur : c’est d’abord dans ce contexte, et non dans celui de l’obligation ou de la contrainte, qu’il faut considérer la construction de monuments publics.

  • 146 Jacques 1984, 730. De plus en Asie, la dénomination et le contenu d’une magistrature diffèrent d’un (...)
  • 147 Voir Robert L. & J. 1954, 281 pour la formule ὑπέρ suivi du génitif ; voir aussi Robert 1959, 662, (...)

22L’examen des dons destinés à financer d’autres manifestations de la vie civique permettrait peut-être de prendre connaissance d’une plus grande régularité des inscriptions, révélée par l’étude de Fr. Jacques pour les sources africaines. Nous nous contentons de souligner le contenu différent des sources sur un même thème, la construction de monuments publics, entre deux provinces également florissantes de l’Empire romain, l’Asie et l’Afrique, et dont le statut administratif, du moins, suscite les comparaisons. Dans la pratique, au niveau de la vie civique, les différences sont flagrantes. Les inscriptions d’Afrique mentionnent les coûts, elles indiquent les circonstances exactes de la construction. En revanche en Asie il serait impossible de dresser un tableau tel que celui que Fr. Jacques a élaboré pour analyser les dons ob honorem. Il classe les dons en fonction de chaque magistrature ou prêtrise ; au total, 113 fonctions administratives et 126 sacerdoces sont ainsi précisément analysés146. En Asie, seulement un tiers des inscriptions relatant des constructions par des particuliers permettent d’établir un lien, plus ou moins précis, avec l’accomplissement d’une magistrature ou d’une liturgie ; dans ces cas comme nous l’avons vu, même la formule attendue, selon L. Robert147, pour désigner une summa honoraria, désigne souvent un dépassement de celle-ci. Enfin, souvent aussi, des constructions sont mentionnées dans le résumé d’une carrière après l’énumération des fonctions civiques accomplies (catégorie IV de notre typologie). Elles ont probablement été faites à l’occasion de l’une de ces magistratures ou prêtrises, mais cela n’est pas précisément spécifié. Ces silences ne sont pas des lacunes : les inscriptions d’Asie disent d’autres choses, sur le contexte culturel grec et sur l’éthique propre à une élite qui motivent ces constructions, alors que les inscriptions d’Afrique apportent plus de connaissances sur les aspects légaux et sur le déroulement d’une carrière.

  • 148 Voir Sokolowski 1955, qui réunit notamment des règlements sur les ventes de prêtrises.
  • 149 CIG 2881 ; Didyma, 84.
  • 150 CIG 3419 ; LBW, 647 (IGR IV, 1637).
  • 151 IK, 13-Ephesos, 626.
  • 152 Reynolds 1982, 37 ; Reynolds 1990, 37 no 9.

Les prêtrises impliquaient des dépenses lourdes, mais donnaient tout en même temps un prestige très grand à une carrière. Elles forment une catégorie qu’il faut distinguer des liturgies et des magistratures. Le paiement pour accomplir une prêtrise et celui de suppléments en cours de charge sont attestés pour ces fonctions. Faire une dépense pour l’exercice d’une prêtrise est un usage courant dans le monde grec, bien avant la domination romaine148. À Didymes, de nombreuses inscriptions de constructions rappellent ainsi que des prophètes du dieu et des hydrophores ont concouru à construire des monuments. Mais toutes les dépenses qu’ils ont faites n’avaient pas de destination sacrée, ni même réservée au sanctuaire. À Didymes, le prophète Ménandros, “pour les dépenses de la prophétie”, ὑπὲρ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς προφητείας ἀναλωμάτων (l. 5-6), a fait réaliser l’ornement d’une pièce du gymnase de Faustine à Milet149. Cette disjonction entre la fonction et la destination du don fait à cette occasion à la communauté, se retrouve pour les prêtrises des grands dieux de la cité. À Philadelphie en Lydie, Héliodôros, ὑπὲρ ἀρχιερωσύνης a donné 50 000 deniers pour la construction du propylée de la basilique150. Un grand-prêtre d’Asie à Éphèse a consacré “les dépenses de sa prêtrise” à la construction de l’avenue Chrysè151, au iiie s. Ces inscriptions montrent que les fonctions religieuses accomplies dans les grands sanctuaires panhelléniques, comme les prêtrises civiques, avaient un fort caractère évergétique, qui ne se cantonnait pas à l’accomplissement de fonctions sacrées. Il était courant de dépasser le “tarif” prévu au départ, alors que l’on n’en était qu’au stade de la candidature, avant même l’accomplissement de la prêtrise. En cours de prêtrise, les dons spontanés sont encore abondamment attestés. À Aphrodisias, vers 27 a.C., G. Iulius Zôilos, alors “prêtre de la déesse Aphrodite”, intervient dans la construction du temple152, puis sous Tibère, Diogénès Ménandros qui accomplit la même fonction est impliqué dans la construction du portique nord du “portique de Tibère”, un espace probablement dévolu aux activités du gymnase. Il faut également signaler les inscriptions des prêtres et prêtresses de Panamara et Lagina sur le territoire de Stratonicée de Carie, qui avaient l’habitude de produire un bilan de leur prêtrise, exprimé à la première personne du singulier, à la fin de leur exercice ; l’ensemble de ces documents indique, en cours de prêtrise ou à la fin de celle-ci (par l’utilisation d’un participe aoriste), de nombreuses entreprises de construction, dans le sanctuaire ou dans la cité.

  • 153 Lévy 1899, 262 et n. 5.
  • 154 Par exemple, Rumscheid 1999, 35 à Eurômos ; IK, 12-Ephesos, 435 ; ILabraunda, 21.
  • 155 Jacques 1984, 689 : dans l’évergésie ob honorem, les dons sont directement en rapport avec la vie p (...)

Plusieurs formules indiquent un don à l’occasion d’une magistrature ou d’une prêtrise, dont on peut le plus souvent présumer qu’il dépasse la somme attendue lors de l’entrée en charge. À Kéramos le prêtre du culte impérial Hiéroklès et sa femme Aristonikè ont fait construire un bain “alors qu’ils étaient grands-prêtres”, donc non pas en vue de l’être : ἀρχιερατεύοντες καὶ τὸ βαλανεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgον ἐκ θεμελίων καὶ τὰ ἐν αὐτImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg ἔργα πάντα σὺν παντὶ τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg κόσμῳ ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἰδίων κατασκευάσαντες ἀνέθηκαν (l. 2-4), “alors qu’ils étaient grands-prêtres, ils ont aussi offert, l’ayant fait construire à leurs frais, le bain à partir de ses fondations et toutes les pièces qui se trouvent dedans, avec tout l’ornement”. Il s’agit d’un acte de libéralité très coûteux : ils ont financé à titre personnel l’ensemble de la construction du bain et sa décoration en marbre. Le participe présent indique les circonstances qui ont motivé ce bienfait, différentes nous semble-t-il de celles d’une promesse datant d’avant le début de la fonction des prêtres. Rien n’est accessoire dans ces formulations : I. Lévy met en évidence qu’il existe également des libéralités de sortie de charge, qui se reconnaissent alors à la mention de la fonction au participe aoriste ou à l’emploi de la préposition μετὰ suivie de l’accusatif du nom de la magistrature153. Ces dons n’avaient pas de caractère obligatoire : parfois on trouve mention d’une “promesse”154, qui dépendait entièrement du bon vouloir de celui qui la faisait155, et acquérait un aspect contraignant uniquement une fois qu’elle avait été reçue devant les institutions de la cité.

  • 156 Lévy 1899, 262 et n. 6.
  • 157 IK, 12-Ephesos, 425 et Add. p. 10 ; IK, 13-Ephesos, 638.
  • 158 IK, 13-Ephesos, 712b.
  • 159 IK, 13-Ephesos, 728. Nous connaissons les constructions de son fils (bouleutèrion et gymnase) mais (...)
  • 160 Puech 2002, no 260 (ce personnage est cité dans une inscription en l’honneur de son fils).
  • 161 Chaniotis 2004, 378 no 1.

23Les libéralités non liées, apparemment, à l’exercice d’une magistrature, peuvent également, comme le souligne I. Lévy, avoir été effectuées en vue de l’obtention de celle-ci au cours d’une négociation entre le candidat et la communauté civique, dont il ne reste plus de trace : mais au moment d’élire un magistrat, on se souvient de ce qu’il a fait construire (de nombreuses inscriptions honorifiques citant toutes les fonctions et les bienfaits d’un notable, sans les mettre clairement en relation les unes avec les autres, relèvent probablement de ce type de comportement). Il faut donc se résigner à ce que “la collation des dignités ait donné certainement lieu à des marchés dont le détail nous échappe”156, contrairement aux provinces africaines où ces mécanismes sont plus visibles. L’habitude en Asie de faire le bilan de la carrière d’un personnage dans une inscription honorifique, en énonçant ses magistratures et prêtrises, puis ses bienfaits, conduit à ces incertitudes. On trouve également une formule assez vague indiquant que la personne honorée “a construit de nombreux bâtiments”, ou “a orné sa patrie de nombreux et grands bâtiments” (notamment à Éphèse). Cette formule, qui pourrait passer pour anodine, pouvait faire allusion à des entreprises ambitieuses, pas seulement à une succession de modestes interventions : ainsi à Éphèse, Ti. Claudius Aristiôn157, P. Quintilius Valens Varius158 et M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus159 furent honorés de la sorte. Alors que souvent le soupçon pèse sur ces inscriptions d’être hyperboliques et d’exagérer la portée des bienfaits d’un notable, l’adoption de cette formule témoigne au contraire d’une grande retenue. À Aphrodisias également, au moins une inscription atteste du sens très réel de cette formule, avec Ti. Claudius Zélos, connu par ailleurs pour avoir fait des travaux au théâtre160. Ces formules, présentes dans les inscriptions honorifiques qui interviennent tard dans la vie du notable concerné, tendent ainsi à estomper rétrospectivement les bienfaits accomplis et leurs circonstances précises. Une inscription d’Aphrodisias publiée récemment161 montre comment la vision rétrospective d’une carrière tend à rendre moins précise l’énumération des bienfaits : d’après le décret honorifique posthume qui lui rend hommage, Hermogénès fils d’Héphaïstion au ier s. a.C. a pendant sa vie exécuté de nombreuses promesses faites pour sa patrie (l. 5-7), assertion reprise quelques lignes plus loin : il a “orné sa patrie par de très belles promesses et dédicaces”, κοσμήσας αὐτὴν ἐπανγελίαις καλλίσταις καὶ ἀναθήμασιν (l. 12-13). Cette formulation indique à coup sûr des constructions dans la cité ; cependant plusieurs ambiguïtés ne sont pas levées, car le vocable “promesse” indique soit une promesse en cours de charge, soit une promesse faite en dehors de toute fonction ; la nature des bâtiments construits n’est pas précisée non plus.

  • 162 Lévy 1899, 263 et Abbott & Johnson 1926, 78-79 : de plus, contrairement à l’Occident, on pouvait él (...)
  • 163 Jacques 1984, 707-732.

24Au total, il faut donc renoncer à établir un lien systématique, apparemment séduisant pour notre logique contemporaine, entre la fonction exercée et la construction réalisée. Un prêtre peut bien intervenir sur un sanctuaire, mais aussi sur tout autre endroit de la cité. De plus, la succession des magistratures n’étant pas régie par une règle à la manière romaine, les réitérations, ou l’exercice à vie de telle magistrature, étaient fréquents162. Il faut donc envisager un fonctionnement assez souple du système. Au total, l’examen des opérations de construction et de restauration des monuments publics en Asie mineure occidentale nous livre le portrait de sociétés civiques fonctionnant sans blocage majeur dans le domaine qui nous occupe : il est très valorisant pour les notables de donner pour l’ornement du paysage urbain, alors même qu’il s’agit de promesses considérables ; un notable sortait grandi de l’accomplissement d’une magistrature ou d’une prêtrise s’il y avait joint un don supplémentaire, qui était certes souhaité par tous, mais que la population ne pouvait pas obtenir par simple pression. Comme Fr. Jacques le montre pour l’Afrique, il ne faut pas sous-estimer la volonté des notables de s’illustrer de la sorte, et bien garder à l’esprit le fort caractère honorifique qui résidait dans l’accomplissement d’une magistrature163.

Financement par des évergésies libres

25Le financement par des personnes privées, sans lien avec l’accomplissement d’une fonction civique, en dehors d’une visée politique directe ou explicite, peut impliquer des individus moins étroitement originaires de la strate sociale des notables. De simples citoyens ou des esclaves, des affranchis, aux ressources modestes ou au statut social obscur, peuvent ainsi insérer leur nom dans le paysage civique. A contrario on trouve aussi dans cette catégorie les personnages de rang sénatorial ou engagés dans la carrière équestre, qui ne construisaient pas dans l’idée d’obtenir une fonction civique.

  • 164 Voir, en dernier lieu, IK 59, 154.
  • 165 Reynolds 1981, 317-318, no 1.
  • 166 MAMA VI, 251.
  • 167 IK, 13-Ephesos, 690.
  • 168 Voir le détail des clauses dans Jacques 1984, 703.

L’ensemble des évergésies réalisées est extrêmement divers, à la mesure du groupe socio-politique plus ouvert que représentent ces personnages. Le financement d’une seule colonne dans un sanctuaire ou une agora est possible, de même que, à l’autre extrémité du spectre, la construction de la basilique de l’agora civile d’Éphèse par C. Sextilius Pollio et sa familia, entre 11 et 14164. C’est dans cette catégorie que l’on trouve plusieurs exemples de promesses héritées : en plus des attestations de retard dans l’achèvement des projets (tableau 6, partie II, chap. 1), il faut compter la construction du portique sud du Sébastéion par Ti. Claudius Diogénès, que son père et des membres de sa famille avaient promise165 ; à Akmonia, la construction par la fille de M. Clodius Postumus du propylée de l’agora dans les années 80166, ἐξ ὑποσχέσεως Μάρκου Κλωδίου Ποστόμου τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg πατρçoς ; à Éphèse, dans la première moitié du iiie s., C. Iulius Pontianus construisit le Mouséion, ἰδίῳ ἀναλώματι διὰ τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg πατρçoς, “par une dépense personnelle par l’intermédiaire de son père”, c’est-à-dire, par une promesse héritée de son père167. Le financement dans le cadre d’évergésies libres est soumis à une législation stricte de la part de Rome : elle impose l’accomplissement de la promesse à partir du moment où la construction est commencée168.

  • 169 Un certain nombre de chevaliers, ayant atteint ce statut sur le tard, restent impliqués dans la car (...)
  • 170 Pour les chevaliers et les sénateurs, comme pour les grands-prêtres, cf. infra.

26Les affranchis se trouvent uniquement dans cette catégorie, mis à part le cas exceptionnel de G. Iulius Zôilos, affranchi impérial, au début de l’époque augustéenne, qui a accompli plusieurs fonctions dans sa cité. À l’autre extrémité des degrés de dignité sociale, on trouve les personnages engagés dans la carrière équestre169 ou sénatoriale, ainsi que les membres de l’ordre sénatorial. Ce type de financement, de la part de personnalités – notamment les sénateurs – pour lesquelles l’horizon civique est désormais dépassé, n’est pas lié à une stratégie de pouvoir, alors que pour un notable, même en dehors de toute fonction, une évergésie peut être le moyen d’acquérir davantage d’ascendant sur ses concitoyens. Ici les mécanismes de la morale civique, de l’amour de la patrie et, peut-être, l’entretien de liens clientélaires jouent seuls. Une dernière catégorie, celle des personnages ayant entamé une carrière qui leur permet de dépasser l’horizon civique, sans avoir encore atteint l’horizon impérial, comme les notables qui ont obtenu une grande-prêtrise dans un temple néocore, ou qui sont connus pour leurs bienfaits dans plusieurs cités, se retrouve également fréquemment dans cette catégorie des “évergésies libres”170. Au total, le grand nombre d’attestations connues de financement de la construction de monuments publics, pour des raisons extrêmement diverses et par des personnages de statut divers, et sans que les inscriptions laissent soupçonner des contraintes fortes exercées sur les donateurs, dessine le portrait d’une vie civique où les mécanismes politiques et culturels conduisent à des rivalités dans l’ornement urbain, afin d’acquérir plus de réputation et de pouvoir, plutôt qu’à des stratégies de fuite et d’évitement. Sûrement pratiquées par certains, elles empêchaient néanmoins par la suite d’exercer une quelconque emprise sur ses concitoyens et menaçaient sans doute assez rapidement la gloire et la position d’une famille.

Souscriptions publiques et rassemblements de contributeurs

  • 171 Migeotte 1992, 197.
  • 172 Migeotte 1992, 268-272.
  • 173 D. Chr. 40.12.
  • 174 D. Chr. 48.11.
  • 175 D. Chr. 47.19.

27Ce mode de financement est, nous semble-t-il, plus fréquent que la lecture du recueil de L. Migeotte consacré à ce sujet ne peut le laisser penser. Il est rare de trouver des souscriptions publiques stricto sensu. Mais les rassemblements de contributeurs pour un monument, ou pour un ensemble de monuments, selon des modalités techniques qui nous échappent à cause des lacunes de la documentation épigraphique, paraissent relativement fréquents. L. Migeotte cite par exemple les promesses faites par des particuliers de construire des éléments du théâtre de Nicée, dont le gros-œuvre doit être financé par la cité. Il s’agit selon lui d’actes spontanés d’évergétisme plutôt que d’une souscription publique, au sens où la souscription est lancée par la cité171. Pourtant les événements font songer à l’évocation par Dion de ce qui se passe à Pruse. L. Migeotte retient ce cas parmi son corpus des souscriptions publiques172 : les travaux dirigés par Dion ont rassemblé des souscripteurs qui “ont donné”, διδόναι, pour la réalisation des travaux173. Certains souscripteurs peinent d’ailleurs à s’acquitter de leurs promesses, même s’ils avaient promis avec enthousiasme174, et Dion promet de reprendre à sa charge une partie des promesses des autres souscripteurs175. Mais il est vrai que dans le cas du théâtre de Nicée, la lecture de la lettre de Pline ne permet pas de déterminer si c’est la cité qui a lancé la souscription, ou si des actes d’évergétisme spontanés ont permis cet afflux de bienfaits.

28Cependant toute mesure d’intervention sur l’espace public, même quand le financement est d’origine privée, fait l’objet d’une autorisation par les institutions civiques.

  • 176 Voir II.2.
  • 177 IMagnesia, 118 + p. 296 ; voir Migeotte 1992, 196-197, qui ne retient pas cette inscription.
  • 178 IK, 36.1-Tralleis, 150.
  • 179 Demangel & Laumonier 1923, 373 no 1.
  • 180 IK, 13-Ephesos, 987 et 988.

De plus, que la souscription soit ouverte par un magistrat ou par des notables zélés, ce type de rassemblement de contributeurs permet un financement efficace et une rivalité stimulante dans l’obtention de fonds pour un programme de travaux publics au sein de la cité. Pour ces deux raisons, nous avons choisi de rassembler ici les attestations des deux sortes de souscriptions. En gardant à l’esprit leur origine, nous choisissons délibérément de mettre l’accent sur leur but commun. Elles sont nombreuses et on les trouve probablement à chaque étape cruciale des grandes vagues de construction de monuments publics dans quelques grandes cités : pour l’essentiel, à Éphèse après l’obtention de la première néocorie, et à Smyrne et à Pergame après l’obtention de la seconde néocorie176. Les documents indiquant des listes de contributeurs sont susceptibles d’indiquer des souscriptions publiques. On trouve ainsi à Magnésie du Méandre un ensemble d’individus, dont les noms indiquent qu’ils vivent à l’époque romaine, qui promettent une colonne et l’ornement qui l’accompagne177. À Tralles, une souscription où aucun donateur n’a un nom romain, et pour laquelle il n’existe aucun autre moyen de datation, rassemble également des personnages ayant promis une ou deux colonnes178. On trouve quelquefois la mention d’une ἐπίδοσις : à Notion, Zosimè fille de Théoxénos a donné 500 drachmes pour la restauration du temple, ἱέρηα γενομένη ἈθηνImage 100000000000000B0000000FC441F299.jpgς ἐπέδωκεν179. À Éphèse, Vipsania Olympias et Vipsania Polla ont l’une et l’autre “fait une contribution pour la restauration de la basilique”180. Ces femmes ont vraisemblablement participé à une souscription publique.

  • 181 IPergamon, 553 (IGR IV, 501).
  • 182 Les montants conservés sont de 70 000 drachmes pour un inconnu qui pourrait être A. Iulius Quadratu (...)
  • 183 Migeotte 1992, 197.
  • 184 Voir infra dans ce même chapitre, sur l’analyse des politiques de construction publique.
  • 185 IK, 24.1-Smyrna, 697 ; Puech 2002, no 209.
  • 186 Migeotte 1992, 207-210, seulement les 4 premières lignes.
  • 187 Voir II.3, le tableau 4 des constructions exécutées par des femmes.
  • 188 Andreau 1998, 338.
  • 189 IK, 24.1-Smyrna, 696.

29À Pergame, probablement à l’époque de Trajan, une liste très fragmentaire conserve quelques noms et deux sommes181, dont les montants sont importants182 : selon L. Migeotte, l’importance même des montants indique une souscription spontanée d’évergètes, plutôt qu’une souscription publique183. Cette souscription n’est qu’un des éléments connus par d’autres inscriptions des travaux entrepris dans la cité au moment où elle a obtenu la néocorie de Trajan184. De même à Smyrne, peu après 123 et l’obtention de la néocorie d’Hadrien, une inscription conserve une liste de dons importants de la part de notables de la cité185. Dans cette cité, le caractère public de la souscription est assuré : le début de l’inscription est perdu, mais subsiste la mention de magistrats en fonction, ce qui indique qu’un débat a eu lieu à l’assemblée selon L. Migeotte186. Cependant, plusieurs femmes ont participé à la souscription, qu’elles accomplissent des fonctions religieuses ou non187. Cet élément en particulier montre le mélange qui est fait ici entre une souscription publique, dans un cadre légal où seuls les citoyens peuvent décider et participer, et l’évergétisme tel qu’il se développe à la basse époque hellénistique et à l’époque romaine188. Des interventions ont également été menées sur le port de Smyrne entre 26 et 123189, mais la liste des noms des donateurs est perdue :

ἡ νεωκόρος
Σμυρναίων πόλις
τὰ ὀνόματα τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν
4 ὑπεσχημένων
καὶ συνεισενενκάντων
εἰς τὴν τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg λιμένος
κατασκ[ευήν –]

“La cité néocore des Smyrniens (donne) le nom de ceux qui ont promis et ont contribué pour la construction du port…”

  • 190 Migeotte 1992, 205-206.
  • 191 Petzl 2000, 196-198 no 1 (SEG, 50, 1133bis ; AE, 2000, 1419).

30L’en-tête indique que l’appel de fonds venait de la cité elle-même190. Il faut enfin ajouter une souscription provenant de la région d’Éphèse, indiquant la participation à hauteur de 25 drachmes de plusieurs personnes (parmi eux peu de citoyens romains) “pour un bâtiment”, εἰς τὸ ἔργον (l. 2)191. Voilà donc le bilan des listes de souscripteurs connues par l’épigraphie, que la souscription soit d’origine publique ou non (en plus des quelques cas recensés sous le thème des constructions financées par des associations à but professionnel).

  • 192 Rumscheid 1999, 58-60.
  • 193 TAM V, 1, 693 ; sur ce curateur et asiarque, voir Burton 1979, no 11 et Campanile 1994, no 38.
  • 194 IK, 13-Ephesos, 661. Voir Rumscheid 1999, 49.
  • 195 IK, 15-Ephesos, 1618. Voir Rumscheid 1999, 49.
  • 196 Rumscheid 1999, 34.
  • 197 Dans l’ordre, LBW, 313, 314-318, et inscription par ailleurs inédite : Rumscheid 1999, 35 et ill. 1 (...)
  • 198 Parmi les cas présumés de souscription, ajouter IK, 30-Keramos, 14 : [-]ophantos contribue pour 800 (...)

Cependant, en plus des grandes vagues de constructions attestées dans certaines cités dans un court laps de temps, d’autres types d’inscriptions suggèrent la participation à une souscription publique ou à un rassemblement de contributeurs : ce sont les inscriptions concernant le financement des colonnades, pour une agora, dans un temple, ou dans le péristyle d’un gymnase. Dans ce cas, le nom d’un contributeur particulier est conservé sur une colonne. Mais la construction d’une colonne unique ne servant pas à grand-chose en dehors d’une entreprise commune, il est vraisemblable que derrière plusieurs de ces cas se trouve une souscription, comme le suggère Fr. Rumscheid192, ce mode de financement paraissant particulièrement adapté pour ce type d’édifice. Les inscriptions précédemment citées de Tralles et de Magnésie du Méandre indiquent que ce type de rassemblement de contributeurs pour une colonnade était possible. Le financement de l’érection d’une colonne en vue de l’obtention d’une magistrature, ou au cours d’une fonction civique, peut être coordonné avec la participation à une éventuelle souscription, bien que l’on n’ait plus trace de celle-ci (on trouve dans la souscription de Smyrne des participations à l’occasion d’une magistrature ou d’une prêtrise). À Iulia Gordos entre 177 et 180 un agoranome, Ménékratès fils de Sextianus, a donné ὑπὲρ ἀγοραν[ο] μίας, “en vue de l’agoranomie”, “les dix premières colonnes avec leur chapiteau et leur base, conformément au décret qui a été pris”, τοὺς πρώτους δέκα κείονας σὺν κεφαλαImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς καὶ σπε[ί]ραις κατὰ τὸ γενόμενον ψήφισμα ; un asiarque, M. Antonius Alexandros Apphianos était logistès, il accomplissait alors les fonctions de curator rei publicae et a surveillé la construction193. Deux éléments retiennent l’attention : la mention des “dix premières” colonnes, et non simplement des “dix colonnes”, ainsi que la supervision du travail par un personnage de haut rang. Ces deux éléments indiquent qu’il s’agissait d’une entreprise plus vaste que la trace qui nous en est conservée, par la seule inscription de Ménékratès. D’autres colonnes furent données de manière concomitante par d’autres personnages, sinon la mention des “premières” colonnes ne se comprendrait pas. La mise en œuvre de l’ensemble était sous la responsabilité du logistès. À Éphèse, une formule similaire indiquant qu’une partie de l’ensemble des colonnes attendues a été donnée est connue dans une inscription honorifique pour le prytane Dionysios, qui a notamment accompli des constructions au stade et au gymnase auguste, vers 140-150 : “il a promis deux rangées de sièges au stade, et dans le gymnase auguste le reste des colonnes en marbre de Dokiméion, de 25 pieds et demi”, ὑποσχόμενον ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg σταδίῳ σαλίδας δύο, καὶ ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg ΣεβαστImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg γυμνασίῳ τοὺς λείποντας κείονας Δοκιμηνοὺς εἰκοσάποδας πέντε ἥμισυ (l. 24-28)194. Une autre inscription, mal datée pendant le Haut-Empire, indique qu’un bienfaiteur qui a notamment financé des concours musicaux et athlétiques “a aussi donné à la cité des colonnes pour le vieux gymnase”, δόντα καὶ κείονας τImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg πόλει εἰς τὸ ἀρχαImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgον γυμνάσ[ι]ον (l. 16-19)195. Il peut s’agir de la participation à une souscription publique, car la mention de la cité à cet endroit de la phrase est inhabituelle. Enfin, les colonnes du temple de Zeus à Eurômos peuvent également avoir été données à l’occasion d’un rassemblement de contributeurs qui auraient participé à une souscription publique, à l’époque d’Hadrien. L’ensemble de ces inscriptions a été étudié par Fr. Rumscheid196 : Léôn Quintus a donné six colonnes, de même que Ménékratès, tandis que Rufus, à notre connaissance, n’a donné qu’une seule colonne197. Des colonnes inachevées (elles n’avaient pas encore été cannelées) sont restées anépigraphes. Ces personnages ont participé à une action coordonnée pour la reconstruction du temple de Zeus Lepsynos : il est possible qu’elle ait pris la forme d’une souscription publique198.

  • 199 Andreau 1998, 338.

31Cette forme de financement permet la participation de personnes modestes à des projets de construction ; J. Andreau souligne que “dans les cas où le montant des dons était très faible, il faut parler d’une valeur symbolique de la souscription, qui marquait ainsi l’adhésion des donateurs au projet et à la politique des magistrats de la cité”199.

Associations et groupements infra-civiques

  • 200 De plus il faut conserver une certaine prudence quand il s’agit de déterminer le caractère public d (...)
  • 201 Sardis, 12.
  • 202 IK, 11-Ephesos, 20.

32Le financement par des groupements d’individus à fin professionnelle ou religieuse n’est pas une forme d’action sur le paysage urbain très répandue. De même les tribus n’apparaissent que rarement dans ce contexte. Elles interviennent de deux manières : soit sur un monument qui les concerne directement ce qui rend incertain, parfois, le caractère public du monument en question, qui sert avant tout à un groupe particulier dans la cité200 ; soit sur un monument public sans rapport particulier avec la fonction première du groupement considéré. Relevant de la première catégorie, la tribu Dionysias à Sardes a fait un construire un portique et une exèdre, à ses frais, ainsi que des bâtiments dans un jardin appartenant à la tribu201. Ces constructions semblent destinées à son usage propre ; nous avons donc exclu ce type de réalisation de notre étude. Les constructions dans les ports d’Éphèse et de Smyrne ont également une nature ambiguë, dans la mesure où elles servent des associations à but commercial. Cependant, la formulation même des dédicaces (adressées à l’empereur, aux divinités tutélaires de la cité), l’implication des plus hautes instances civiques ou provinciales, invitent à considérer que ce type de construction rentrait dans la catégorie des monuments publics. Le Conseil et l’assemblée, comme pour tout autre type de monument public, donnaient leur accord. À Éphèse, entre 54 et 59, les pêcheurs entreprirent de construire une pêcherie qui doit servir également de maison de douanes. Voici le début de l’inscription202 :

[–]εφισι [–]
[Ν]έρ[ω]νι Κλαυδίωι Καίσαρι Σε[βα]στImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgι
ΓερμανικImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgι τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg αὐτοκράτορι κ[αὶ Ἰουλίᾳ]
4 Ἀγριππείνῃ ΣεβαστImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgι τImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg μητρὶ αὐτ[οImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg]
καὶ Ὀκταουίᾳ τImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg γυναικὶ τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg αὐτοκράτορος
καὶ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgι δήμωι τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgι Ῥωμαίων καὶ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgι δήμω[ι]
Ἐφεσίων οἱ ἁλιεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς καὶ ὀψαριοπImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgλαι τὸν
8 τόπον λαβόντες ψηφίσματι ἀπὸ τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς πόλεως
τὸ τελωνImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgον τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς ἰχθυικImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς κατασκευάσαν-
τες ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἰδίων ἀνέθηκαν.

“[-] à l’empereur Néron Claude César Auguste Germanique, et à Iulia Agrippine Auguste, sa mère, et à Octavie la femme de l’empereur, au peuple des Romains et au peuple d’Éphèse, les pêcheurs et les poissonniers, qui ont obtenu le lieu par décret de la part de la cité, ont fait construire et ont offert à leurs frais la maison de perception des droits de pêche (…)”.

33Suit une liste de souscripteurs rassemblant des dons de diverse importance de personnes venues d’horizons sociaux différents. La mention du décret civique de même que les dédicataires officiels prouvent le caractère public du monument construit. Son apparence, avec des portiques à colonnes et en pierre de taille, en fait un élément du paysage urbain qui respectait l’apparat et l’unité de l’espace civique. La liste de contributeurs rapproche cette inscription d’une souscription : elle n’a cependant pas été lancée par la cité et est due à l’initiative des pêcheurs et poissonniers.

  • 203 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 114-115.
  • 204 Ritti 1985, 108 ; voir I. 3.

34Nous ne connaissons que quelques exemples de travaux entrepris sans qu’ils aient d’évidence un rapport direct avec la fonction même du groupe professionnel, religieux ou civique qui les entreprend. À Éphèse, des tribus, représentées par trois membres, ont entrepris le pavement près de la bibliothèque, probablement celle de Celsus203, au iie s. L’exemple le plus frappant, et le plus tardif dont nous ayons connaissance, est celui du bâtiment de scène du théâtre de Hiérapolis. La cité a financé en 206-207 le premier étage du bâtiment de scène, d’après la ligne supérieure d’une inscription composée de deux lignes et qui s’étend sur toute la longueur de l’architrave. La ligne inférieure, moins longue et resserrée au milieu du bâtiment de scène, comporte un complément204 : l’association des teinturiers de pourpre revendique d’avoir généreusement contribué aux travaux d’embellissement du bâtiment de scène, alors que l’ornement en marbre n’avait a priori rien à voir avec le commerce réalisé par ses membres. Il s’agit donc d’une évergésie libre réalisée par un groupe professionnel. Leur contribution s’est faite sans doute sur le modèle de la maison des pêcheurs à Éphèse, où les membres ont donné en fonction de leurs moyens. La nature de l’inscription de Hiérapolis, une inscription dédicatoire sur une architrave monumentale, ne permettait pas de donner des détails sur l’identité des contributeurs, qui sont nommés sur la stèle découverte dans le port d’Éphèse. En revanche le caractère gratuit du don des teinturiers de la pourpre est exceptionnel ; il ne se trouve guère d’autre exemple dans les cités d’Asie, où l’ornement du paysage urbain reste avant tout le fait d’individus contribuant à titre gratuit ou en liaison avec une fonction politique.

Bilan

  • 205 Voir les commentaires de Migeotte 1992, 269, qui cite les passages suivants : D.Chr. 48.9, pour le (...)
  • 206 Plin., Ep. Tra., 10.39.
  • 207 Manque ici le nom d’un bienfaiteur privé.
  • 208 MAMA IX, 10. La fin de l’inscription, fragmentaire, indique peut-être également le concours financi (...)
  • 209 Herrmann 1993a, 233-265.

Au total, il faut souligner que souvent des fonds publics et privés pouvaient être associés pour de grandes entreprises. Cette solution permettait de mobiliser des capitaux de nature et d’origine différentes. Les travaux de grande ampleur que voulait entreprendre Dion devaient être financés par la cité, par souscription publique, et par lui-même205. Une lettre de Pline206 indique que le théâtre de Nicée était financé par la cité, tandis que les particuliers faisaient des dons pour la galerie du sommet de la cauea. Quelques inscriptions montrent l’association de fonds publics et d’un ou plusieurs particuliers : à Aizanoi, l’aqueduc construit sous le règne d’Antonin le Pieux a été financé [ἐκ] τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν δημοσίων πόρων καὶ ἐκ δωρεImage 100000000000000B0000000FC441F299.jpgς χρημάτων [– c. 15 –207], “sur fonds publics et à partir de l’argent offert par [-]”208. À Sardes, l’aleiptèrion des bains-gymnase a été financé par la cité en 211-212, tandis que la dorure du bâtiment est due à la cité elle-même, ainsi qu’à deux dames membres de l’ordre sénatorial209. Finalement, l’étude du financement de la construction ou de la restauration des monuments publics repose sur des sources moins lacunaires que celles sur le processus de décision. Cependant, le système qui apparaît est assez différent de celui que Fr. Jacques, notamment, a mis en lumière pour l’Afrique. Les sommes engagées sont mentionnées beaucoup moins souvent, l’association d’un don à l’accomplissement d’une fonction ou à son obtention est beaucoup moins clairement spécifiée. Le paiement d’intérêts dus, à cause de retards pris dans la construction, n’apparaît pas. Les fonds civiques étaient mis à contribution de manière plus modeste qu’on ne pourrait le croire, et c’est bien la classe socio-politique au pouvoir qui a pour l’essentiel financé l’ornement de la cité, à titre personnel, par amour de sa patrie et par ambition familiale. La participation occasionnelle, pour des dons de colonnes notamment ou par de modestes souscriptions, de personnes disposant de ressources économiques moins élevées, marque une adhésion assez large aux programmes de construction publique. Il est essentiel également de souligner que le financement par des particuliers permettait une plus grande autonomie de la cité vis-à-vis du gouverneur, qui ne contrôlait que les constructions sur fonds publics. La cité n’était pourtant pas dépourvue de procédures de contrôle, en son sein, comme nous allons le voir.

Le contrôle des constructions par la communauté civique

  • 210 Voir Jacques 1984, 708-709 : il existait une obligation d’exécuter ; mais la cité apparaît relative (...)
  • 211 IK, 28.2-Iasos, 22.
  • 212 Voir Hellmann 2002, 67.
  • 213 IK, 14-Ephesos, 1384.
  • 214 R. Martin dans Gros 1983b, 451.
  • 215 Gros 1983b, 427.
  • 216 Choix d’éditions : Buckler 1923, 34-36 ; Fontenrose 1988, 193-194 no 19 ; Cuvigny 1993, 80 ; Donder (...)

35L’acte évergétique ne valait que s’il était accompli sans retard, en mettant en scène sa bonne volonté et sa générosité au service de tous. Or, il est difficile de trouver des traces de contrôle, par les institutions publiques, de l’avancée de la construction promise : un délai d’exécution était-il prescrit, au-delà duquel la collectivité pouvait s’attendre à des dédommagements210 ? On peut citer l’exemple de Charès à Iasos : ayant promis de faire des constructions, la cité lui donne le droit de les accomplir dans un cadre précis, selon un cahier des charges établi avec l’architecte de la cité211. Il s’agit de la seule inscription à notre connaissance permettant d’avoir un aperçu de procédures légales après une promesse par un bienfaiteur particulier, mais elle n’est malheureusement pas datée. Pour les constructions sur fonds publics en revanche (ou sur les fonds d’un sanctuaire), des néopes et des ergépistatai étaient désignés pour diriger les travaux. Ce contrôle direct allait néanmoins de pair avec des difficultés accrues, liées à des ressources publiques souvent limitées212. Les concours d’architecte pour la mise en adjudication au mieux-disant continuaient sans doute de se dérouler, mais les attestations en sont rares. Des inscriptions fragmentaires transcrivant des décisions du conseil d’Éphèse sur des travaux dans le sanctuaire d’Artémis (on constate que les néopes ou les autorités du sanctuaire ne sont pas cités, et que le trésor sollicité n’est pas celui d’Artémis mais celui d’Éphèse) permettent de prendre connaissance du fractionnement habituel des travaux, permettant d’engager les dépenses les unes après les autres213. À Milet en 120, les ouvriers employés sur le chantier du théâtre semblent ainsi ne plus avoir confiance dans les directives de l’architecte d’exécution, au sens où le définit R. Martin214 pour le séparer de l’architecte de conception (l’architecte d’exécution est chargé de tranches de travaux, mais ne conçoit pas l’ensemble). À Délos selon P. Gros, dans les inscriptions du iiie et du iie s. a.C. le terme “architecte” désigne ainsi plus souvent un maître charpentier ou le chef d’une équipe de maçons ; au sanctuaire d’Apollon à Didymes les architectes qui se succèdent d’année en année ne sont responsables que de l’exécution partielle d’un plan où ils n’ont aucune part215. C’est ce qui semble être le cas de l’architecte mentionné dans l’inscription oraculaire trouvée dans le théâtre de Milet, sur un bloc de calcaire inséré à l’entrée de la galerie supérieure216. Le maître d’œuvre est bien appelé ἀρχιτέκτων (l. 4-5) ; le dieu rappelle ses compétences techniques (l. 9-11) : “il est utile de se conformer à la (technique de) construction éprouvée et avisée, et au savoir artisanal et aux instructions d’un homme expérimenté dans le métier” En plus de ces précautions – fractionnement des chantiers publics, recours à des techniciens expérimentés et, comme à Milet, appel au dieu quand les difficultés s’accumulaient – des néopes et surtout des ergépistatai pouvaient rendre de grands services dans leur fonction.

Les néopes

  • 217 Didyma, 148 ; Robert 1949, 206-238. Voir II. 2 ; Heller 2006, 181 n. 55 : “le mot a pris, à l’époqu (...)
  • 218 CIG, 2749. Les attestations de leur intervention, pour des statues en particulier, sont nombreuses (...)
  • 219 CIG, 2782.
  • 220 IK, 12-Ephesos, 419A et IK, 17.2-Ephesos, 4327.
  • 221 Mais dans l’inscription d’Éphèse précédemment mentionnée (IK, 14-Ephesos, 1384), pour des travaux q (...)

Comme à l’époque hellénistique, les néopes interviennent dans la construction des temples – ainsi que, sans doute, dans leur administration courante. On les retrouve à Milet engagés dans les travaux ayant suivi l’ordre de Caligula de recevoir un culte, de la part de la province, dans le temple d’Apollon217. De manière caractéristique, un collège de cinq néopes s’est également occupé de la réalisation des lieux d’exposition des statues financés par Aphrodite à Aphrodisias, c’est-à-dire par le trésor du sanctuaire218. Mais leur direction pour des interventions dans les sanctuaires est rarement attestée en tant que telle ; on trouve plus fréquemment des personnages importants, connus pour avoir fait des constructions dans la cité, ou plus particulièrement dans un sanctuaire, qui furent également néopes, laissant présager un lien entre les deux faits. Ainsi M. Ulpius Carminius Claudianus fut-il archinéope (ainsi que prêtre d’Artémis) : il a également fait un legs à la déesse “pour des constructions d’ornements éternels”, statues et édifices219. Par ailleurs, le lien de plusieurs opérations avec un sanctuaire ne pourrait être décelé, sans leur mention : ainsi dans une inscription d’Éphèse concernant la construction d’un aqueduc, conçue par le proconsul P. Calvisius Ruso en 92-93, ἐργεπιστ[ατούν]των τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς συνα[γωγImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς] τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν νεοποι[Image 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν] ; puis vers 160, un bâtiment fut restauré dans la zone de l’Artémision, “sur décision des néopes”220. La mention fréquente de cette fonction dans les carrières d’Aphrodisias ou d’Éphèse indique qu’elle était recherchée et prestigieuse221. Contrairement à la mention de l’ergépistatès, dont l’activité est par souci de clarté parfois associée à la mention des néopes afin de bien faire comprendre qu’en plus de leurs devoirs habituels, ils ont eu à s’occuper d’une construction, celle d’un néope est loin d’attester toujours la direction d’une intervention dans l’espace urbain, pour l’embellissement d’un sanctuaire.

L’ergépistatès et l’épimélète

— Définition

  • 222 Lévy 1901, 367-368.
  • 223 D.Chr. 40.7.
  • 224 D.Chr. 47.
  • 225 Voir par exemple à Aphrodisias le cas d’Hermas, ergépistatès des travaux au théâtre “selon les disp (...)
  • 226 Sont dans ce cas les travaux mentionnés dans IK, 17.1-Ephesos, 3005 (qui pose un problème particuli (...)
  • 227 IK, 17.2-Ephesos, 5101.
  • 228 IK, 17.2-Ephesos, 5113.

36I. Lévy avait déjà défini la surveillance des travaux publics comme une fonction civique, confiée “non à des fonctionnaires, mais à des mandataires de nombre variable, dont la mission prenait fin quand était achevée l’entreprise à laquelle ils étaient préposés : ce pouvaient être des magistrats ou des particuliers”222. Par définition, la fonction de ces contrôleurs des travaux était donc irrégulière dans le temps, elle dépendait des chantiers décidés par la cité et financés par elle. À Pruse, une fois que le Conseil et l’assemblée ont accepté les travaux que Dion propose pour l’embellissement de la cité, il est chargé de trouver les matériaux dans la montagne, il mesure et calcule pour établir les plans du bâtiment223. Le mot d’ergépistatès n’est pas mentionné, mais c’est bien ce que Dion de Pruse semble avoir été. Il a également une responsabilité financière dans ces travaux. Il les dirige, ce qui lui crée une obligation morale de participer à la souscription, et encore davantage quand les autres souscripteurs rechignent à payer224. L’ergépistatès, le maître d’œuvre, intervient donc quand des fonds publics sont en jeu, et quand une souscription publique est ouverte. Il ne faut pas confondre cette fonction, qui apparaît dans les inscriptions honorifiques parmi les magistratures et les liturgies accomplies par la personne honorée, ou dans les dédicaces de monuments construits sur fonds publics, avec la responsabilité de travaux dont se trouve investi tout constructeur, parfois décrite avec un vocabulaire similaire. Dans ce second cas, il y a un lien direct, en général familial225, ou amical226, entre le responsable des travaux et le commanditaire. Mais il ne s’agit pas dans ce dernier cas d’une fonction civique. Le cas le plus exemplaire de cette seconde catégorie est la responsabilité de Ti. Claudius Aristiôn, éminent notable d’Éphèse, “chargé de” (épimélète) l’achèvement de la bibliothèque de Celsus après la mort de Ti. Iulius Celsus Polemaeanus et de son fils, Iulius Aquila. Les héritiers ont en effet nommé Aristiôn responsable de l’achèvement du chantier227. Il a exercé cette fonction à titre privé, “conformément au testament”, κατὰ διαθήκην228.

— Responsabilité financière vis-à-vis de la cité et engagement personnel

  • 229 Plin., Ep. Tra., 10.82.
  • 230 Ti. Claudius Diogénès Lachanas a été ergépistatès de manière intègre, ἁγν(...)
  • 231 IK, 28.2-Iasos, 253. Cette inscription témoigne de la construction d’un monument public relativemen (...)

Une reddition de compte est prévue à l’achèvement des travaux, lors de leur livraison à la cité, comme l’indique une lettre de Pline où deux bouleutes se plaignent de ce que Dion n’aurait pas remis des comptes conformes au projet initial229. En théorie le responsable des travaux ne devait en être de son argent que dans les dépassements de devis. Cette responsabilité vis-à-vis de l’argent public explique que l’on trouve parfois la mention de l’intégrité du responsable des constructions au Haut-Empire230, de même que l’on retrouve cette qualité chez les gouverneurs du ive s. qui firent accomplir des constructions dans une cité. Dans la pratique il arrive qu’il contribue personnellement à la construction du monument. À Iasos, Potens a avancé l’argent de travaux publics non identifiés, alors qu’il était ergépistatès : ἐργεπιστατήσαντος Πότεντος τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg εὐεργέτου τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς πόλεως καὶ προδαπανήσαντος ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἰδίων231. Ce cas reste inhabituel.

  • 232 Il est vrai cependant qu’un ergépistatès peut être chargé de travaux modestes, comme l’érection de (...)
  • 233 Reynolds 1997b.

37L’ergépistatès étant donc responsable et maître d’œuvre des travaux exécutés sur fonds publics, la mention de cette fonction dans une carrière civique indique donc que des travaux ont été réalisés en partie au moins grâce à des fonds publics. Elle est l’une des deux sources principales sur les travaux réalisés sur les fonds de la cité, avec les dédicaces où le nom de la cité apparaît au nominatif232. Par ailleurs, cette charge engage personnellement le responsable : il n’est pas possible de s’en délier. À Aphrodisias lors de la construction de bains à la fin du ier ou au début du iie s., sur un collège de quatre responsables des travaux, deux décédèrent et furent remplacés par leur fils ou des frères233 : T. Flauius Attalos a achevé le travail entrepris par son père T. Flauius Ménandros, et Attalos et Pythéas, frères de Lysimachos, l’ont remplacé.

— Rôle dans le déroulement du chantier et importance politique

  • 234 Wörrle 1988, 117.
  • 235 TAM V, 2, 982.
  • 236 TAM V, 2, 970, l. 8-9.
  • 237 TAM V, 2, 991.
  • 238 Sardis, 63.
  • 239 MAMA IV, 333.
  • 240 IMagnesia, 251.
  • 241 MAMA IV, 334. Cette inscription date peut-être de 66-67 (date indiquée à la dernière ligne, très ab (...)
  • 242 IK, 13-Ephesos, 674 et 674a.
  • 243 IK, 16-Ephesos, 2039.
  • 244 IK, 17.1-Ephesos, 3250.
  • 245 TAM V, 2, 1335. Voir un cas similaire, CIG 3454 ; sur le territoire de Philadelphie de Lydie, Rober (...)

La réalisation d’un seul chantier, ou la direction dans une année ou pour une période précise de tous les chantiers d’une cité, constituent, selon les cités, la mission de l’ergépistatès. Au sein même d’une cité, on trouve dans les inscriptions les deux formules234. On connaît à Thyatire vers 170 Laebianus fils de Kallistratos, responsable du placage mural dans l’oikobasilikos dans l’Hadrianéion, ἐργεπι[στά] την σκουτλώσεως οἰκο[β]ασιλικοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg Ἁδρια[ν]είῳ (l. 17-20)235, à l’époque sévérienne L. Iulius Nikomachos, ergépistatès de l’“avenue sacrée”236, et Marcus, fils de Ménandros, “responsable de l’installation de vingt-cinq statues d’Éros dans le portique aux cent colonnes, du lieu de réunion de la gérousie et du mur de soutènement ( ?) du canal du Lycos”, ἐργεπιστά[τη]ν Ἐρώτων τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg Ἑκα[το]νταστύλῳ κε’ καὶ οἰκοβ[ασ]Image 10000000000000050000000FC57CF703.jpg λικοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς γερουσίας Image 10000000000000080000000F513D5BD7.jpgαὶ παρατειχίσματος ὑδραγωImage 10000000000000080000000F73F53034.jpgίου ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg Λύκῳ ποταμImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg (l. 12-17)237. Dans les deux premiers cas, les ergépistatai étaient responsables d’un chantier spécifique ; en revanche, Marcus fils de Ménandros a pu accomplir ces différentes responsabilités dans les travaux successivement, ou en même temps. À Sardes la fonction du responsable des travaux est définie également de manière très précise : on connaît un ἐργεπισ[τάτης]τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς τε οἰκοδομήσ[εως καὶ] σκουτλώσεως τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg [οἰκοβα]σιλικοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg (l. 2-5), au début du iiie s.238 Sa responsabilité technique était très comparable à celle de Laebianus à Thyatire ; toutes deux impliquent de trouver des plaques de marbre convenables et de recruter des artisans capables de les travailler. Les aqueducs sont de plus grandes entreprises. On connaît à Euménéia en Phrygie, en 173, un ergépistatès d’un aqueduc financé par la cité, Proclus, qui a eu l’habileté de faire construire à frais modestes (l’inscription indique une dépense, de 3612 deniers)239. À Magnésie du Méandre, la cité a fait construire “la fontaine, les statuettes et l’adduction depuis la source qui se trouve à Tabarnis, les travaux étant sous la responsabilité d’Aelius Démonikos”240. Cette fonction peut être accomplie de manière collégiale. On connaît à Euménéia un collège de deux ergépistatai pour les travaux de l’entrée de la basilique241. À Éphèse, au gymnase du port, on connaît également un collège de responsables des travaux : Ti. Claudius Paulinus et T. Flauius Iulianus ont été ergépistatai ensemble, συνεργεπιστάτην242 ; après 130, le théâtre connaît plusieurs rénovations aux frais de la cité, “les travaux étant sous la responsabilité de P. Aelius Ménodotos Berenicianus et G. Attalos fils d’Attalos”243. Les katoikiai disposent également de tels responsables : dans la katoikia des Almourènoi, près d’Éphèse, la construction d’une fontaine sur fonds publics a eu lieu sous la responsabilité de Skordos, également trésorier244. La katoikia de Dareiukômè en Lydie a financé la construction d’un temple de Déméter, “alors qu’était responsable et chargé des travaux L. Antonius Rufus”, ἐπιμεληθέντος καὶ ἐργεπιστατήσαντος Λουκίου Ἀντωνίου Ῥούφου (l. 8-10)245.

  • 246 TAM V, 2, 1266.
  • 247 IK, 49-Laodikeia, 83. Son grand-oncle est le constructeur du stade-amphithéâtre de Laodicée.
  • 248 IK, 17.1-Ephesos, 3071.
  • 249 LBW, 992 (MAMA IX P 50).
  • 250 Voir encore à Apamée de Phrygie, un notable qui “a accompli toutes les magistratures, qui a été res (...)
  • 251 MAMA VIII, 473 : ἔν τε ἀρχα(...)
  • 252 Herrmann 1998.

Il reste rare de trouver une formulation aussi précise de l’objet de cette fonction. À Hiérocésarée en Lydie, à la fin du iie ou au début du iiie s., Apellas Lucius fut honoré pour avoir été ἐ[πιστ]άτην ἔργων (l. 6-7), une charge parmi d’autres d’une belle carrière civique (hiéronome, décaprote, stratège, secrétaire du peuple)246. Cette formulation peut indiquer que la charge était courante et qu’il s’agissait de gérer tous les travaux d’une année. À Laodicée du Lycos au début du iie s., Tatia fille de Nikostratos fut honorée par le Conseil et le peuple, “à cause des magistratures, des liturgies, des responsabilités dans les travaux de son père”, διά τε τ[ὰς τ]οImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg πατρὸς αὐτImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς ἀρχάς τε καὶ λει[τ]ουργίας καὶ ἐργ[επι]στασίας247. À Éphèse, sous Sévère Alexandre, M. Aurelius [-] est honoré, entre autres raisons, “pour avoir donné à l’occasion de sa grande-prêtrise pour le dragage du port 20 000 deniers, et pour avoir été responsable des travaux les plus importants de sa patrie, les avoir menés à terme et livrés”, δόντα καὶ ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg καιρImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς ἀρχιερωσύνης εἰς τὴν ἀνακάθαρσιν τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg λιμένος δηναρίων μυριάδας δύο, καὶ ἐπιστάντα ἔργοις τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς πατρίδος τοImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς πρωτεύουσιν καὶ συντελέσαντα καὶ παραδόντα (l. 10-15)248. On pouvait également accomplir cette fonction plusieurs fois : à Aizanoi, en 169, un notable dont le nom est perdu a été responsable des registres publics (χρεω[φυλακήσαν]τα), a donné de l’argent pour le gymnase et pour le ravitaillement en blé et “a souvent été responsable des travaux”, ἐργεπιστατήσαντα πολλάκις (l. 6-7)249. Cette fonction est en général citée en dernier dans le bilan d’une carrière250 ; à Aphrodisias, Métrodôros Démétrios est honoré par le Conseil et le peuple, car “il s’est montré enthousiaste dans ses magistratures, ses promesses, ses responsabilités de travaux et le reste des services envers sa patrie”251. À Sardes, vers 50, Ti. Claudius Théogénès Lachanas est honoré par le peuple pour avoir été agoranome, secrétaire du peuple, responsable des travaux252 ; la suite de l’inscription énumère non des fonctions, mais des qualités et des vertus qu’il a mises au service de la cité.

  • 253 IK, 17.1-Ephesos, 3217a.
  • 254 IK, 17.1-Ephesos, 3217b. On connaît également un épimélète de l’aqueduc du nouveau Marnas, Claudius (...)
  • 255 IK, 12-Ephesos, 419A.

À Éphèse, les “épimélètes” peuvent également avoir une fonction de surveillance du bon usage des aqueducs et lutter contre les abus. Un édit du proconsul A. Vicirius Martialis réglementant les punitions contre les fraudeurs et tous ceux qui détériorent les conduites, commence par nommer les “épimélètes de l’aqueduc de l’illustre cité d’Éphèse” (l. 3-4) qui lui ont fait part des dommages subis253, en 113-114. En 120-121, le proconsul Sex. Subrius Dexter Cornelius Priscus apprend de Rutilius Bassus et Iulius Maximus “épimélètes des aqueducs construits pour l’illustre cité par Claudius Aristiôn”, ἐπιμεληταὶ ὑδάτων τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν εἰσηγμένων τImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg λανπροτάτῃ πόλι ὑπὸ Κλαυδίου Ἀριστίωνος (l. 21-22), que les abus continuent254. Il faut donc faire une différence entre la fonction d’épimélète d’un aqueduc, qui s’assure de son fonctionnement, et celle d’ergépistatès du même monument : en 92-93 P. Caluisius Ruso forme le projet de la construction d’un aqueduc, les néopoioi étant responsables du raccordement des conduites (ἐργεπιστ[ατούν]των τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς συνα[γωγImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς] τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν νεοποι[Image 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν], l. 7-9)255.

  • 256 Ulp., dig., 50.10.2.1 : curatores operum cum redemptoribus negotium habent, res publica autem cum h (...)
  • 257 Ulp., dig., 50.4.4. pr.
  • 258 Aurelius Arcadius Charisius, dig., 50.4.18.10. Voir également CTh. 15.1.24, de 385 : responsabilité (...)
  • 259 Ulp., dig., 50.10.1. pr. : curator operum creatus praescriptione motus ab excusatione perferenda si (...)
  • 260 Voir, en 203 a. C., le deuxième décret de Téos en l’honneur d’Antiochos III et de la reine Laodice (...)
  • 261 E. Winter analyse du point de vue impérial la fonction des ergépistatai et de tous les personnels, (...)

38Divers responsables des bâtiments publics existent donc, surveillant la construction d’un monument ou sa restauration pour le compte de la cité256, ou ayant une fonction de surveillance de certains bâtiments sensibles, comme les aqueducs. L’implication personnelle dans cette charge et son caractère héréditaire en cas de décès de l’ergépistatès élu par le peuple, comme le montre l’inscription de construction de bains à Aphrodisias à la fin du ier s., lui donnent un caractère liturgique. La législation impériale évoque cette fonction comme un munus, dont on peut être dispensé dans certaines circonstances257. Elle précise dans quelles circonstances la fortune personnelle est engagée258, de même que les obligations des héritiers d’un responsable des travaux259. Il semble que dans les cités grecques d’Asie, la pratique du travail de l’ergépistatès répondait à ces exigences : depuis longtemps une fonction civique comparable y existait260. La législation impériale n’a pas dû être vécue comme créatrice de nouvelles obligations sur ce point précis. On trouve des ergépistatai bien avant que l’on connaisse des lois romaines encadrant leur activité, à l’époque sévérienne. Les ergépistatai se dévouent pour la cité et pour la sauvegarde de ses intérêts ; ils travaillent sous son regard et c’est d’abord à elle qu’ils rendent compte du progrès des travaux. Les discours de Dion de Pruse le montrent : ce n’est qu’en cas de litiges sur le paiement des contributeurs, ou de dépassement du devis, que les autorités provinciales interviennent. Le rôle de l’ergépistatès, s’il s’acquittait bien de sa tâche, contribuait donc à renforcer l’autonomie de la cité, en dehors du regard de Rome : si les finances n’étaient pas grevées par des travaux mal menés, il n’y avait pas de raison que le proconsul fasse intrusion dans les affaires civiques261.

— Origine sociale

  • 262 Wörrle 1988, l. 69-72.
  • 263 Plut., Moralia, 811 C (éd. et trad. par J.-Cl. Carrière, Paris, CUF, 1984).

39Cette charge de responsable des travaux, malgré ses aspects techniques et fastidieux que Dion décrit précisément, malgré les contraintes de la législation civique et impériale, a souvent été assumée par des personnages importants dans la cité, même si l’on ne peut en ce cas exclure une part de contrainte : l’assemblée du peuple, le Conseil, ont pu exiger de certains, dont la fortune justement garantissait la cité de la ruine, d’être responsables de travaux ambitieux. Il faut cependant toujours estimer les soucis créés, les contraintes et les menaces que cette charge faisait peser sur les fortunes à la mesure de la reconnaissance encourue, quand un responsable zélé et intègre non seulement permettait à la cité d’acquérir un ornement supplémentaire, d’avoir ses finances équilibrées, mais aussi d’éviter l’intrusion de l’administration provinciale dans ses affaires internes. Cette fonction civique donnait du lustre à une carrière, sans avoir jamais été au tout premier plan dans l’économie générale des magistratures et liturgies d’une cité. Dans l’inscription en l’honneur de C. Iulius Démosthénès d’Oinoanda en Cibyratide, est décrite la procession des Démosthénéia262 où le “responsable des bâtiments publics”, ἐπιμελητὴς δημοσίων ἔργων, est cité en avant-dernière position, dans une liste où sont mentionnés les prêtres, les magistrats et les liturges. Il paraît donc être investi régulièrement, plutôt que de manière occasionnelle. En revanche, bien que largement comparables, ses attributions ne sont peut-être pas exactement celles d’un ergépistatès, qui surveille la construction (ici, ce personnage pourrait être responsable de l’entretien général, régulier, des bâtiments publics). Plutarque décrit cette charge avantageusement dans les Préceptes politiques263 :

“À ceux qui me reprochent d’assister à un comptage de tuiles, à un arrivage de ciment et de pierres, je réponds : “Ce n’est pas pour moi que je fais le maçon, c’est pour ma patrie.” Et il y a en général bien des affaires qu’il serait mesquin et sordide de traiter en son propre nom et de régler dans son propre intérêt. Mais si on s’en occupe au nom de l’État et dans l’intérêt de la cité, cela n’a rien d’ignoble, et au contraire le soin et l’attention qui vont jusqu’aux petits détails n’en sont que plus grands”.

  • 264 Buckler 1913, 310 no 8 (datation “à en juger par l’épigraphie”) ; TAM V, 2, 930.

40La lecture des discours de Dion montre que les désagréments créés par l’accomplissement de cette charge, l’attente exigeante de tous ses concitoyens, les débats fréquents à l’assemblée sur la progression des travaux, faisaient de celui qui accomplissait cette fonction un homme de premier plan dans sa cité pendant au moins la durée des travaux en question. S’il menait sa tâche à bien, il s’attirait la reconnaissance générale. Ainsi s’acquitter de cette liturgie était aussi l’occasion d’acquérir pouvoir et influence dans sa cité, selon un processus qui n’a rien de nouveau, mutatis mutandis (à Athènes au ve s. aussi les liturges, notamment ceux qui étaient responsables des trières ou des chœurs, en vinrent à acquérir une position incontournable dans la cité). Une inscription de Thyatire, datée des environs de 150, montre l’honneur et la gloire retirés de l’accomplissement de cette fonction264 :

ἀγαθImage 10000000000000080000000F02AADD70.jpg τύχηι.
ἡ βουλὴ καὶ ὁ δImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgμος ἐτε[ί]-
μησαν Π. Αἴλιον Μηνογέ-
4 νην Πύριχον Μαρκιανόν, τὸν
ποιητήν, στρατηγόν, ἀγορανό-
μον ἑξαμήνου, γραμματImage 10000000000000080000000F19C82170.jpg
βουλImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς δήμου, ἐφήβαρχον, τρι-
8 [τε]υτήν, δεκάπρωτον, προνοή
[σαντα] τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἐπισημοτάτων
[ἔργων κ]ατασκευImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς, ἠθImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν καὶ
[ἀρετImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς καὶ] τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς εἰς τὴν πατρί[δα]
12 [φιλοτειμία] ς ἔνεκα.

  • 265 Voir Robert 1934, 51, sur ce “titre honorifique et prétentieux de nourriciers” donné à de généreux (...)

“À la Bonne Fortune ! Le Conseil et le peuple ont honoré P. Aelius Ménogénès Pyrichos Marcianus, le poète, stratège, agoranome pour six mois, secrétaire du Conseil et du peuple, éphébarque, nourricier265, décaprote, qui s’est occupé de la construction de bâtiments remarquables, en raison de ses mœurs et de sa vertu et du comportement empreint d’honneur envers sa patrie”.

  • 266 TAM V, 2, 991.
  • 267 TAM V, 2, 970.
  • 268 TAM V, 2, 982.
  • 269 IK, 13-Ephesos, 674a.
  • 270 IK, 15-Ephesos, 1530 et commentaires de Campanile 1994, no 60a : il appartient à une famille d’asia (...)
  • 271 Demougin 1999, no 145.
  • 272 Donderer 1996, A 61 ; Milet, VI. 2, 935 ; Hellmann 1999, no 47 (traduction reprise ici).

41On retrouve ici, associés à la conception des bâtiments publics, tous les traits de la morale des notables. Ce lettré (l. 4-5) n’a pas dédaigné de concevoir un ornement supplémentaire pour sa patrie, en proposant un projet et en s’occupant de constructions de bâtiments pour la cité. Il a également accompli des magistratures et des liturgies qui intéressaient directement le bien-être de ses concitoyens, notamment l’agoranomie qui lui a valu le titre de nourricier, et la charge de décaprote, qui le rendait avec neuf autres riches notables responsable, sur sa fortune, de la perception des impôts vis-à-vis de l’administration romaine. Mais ces services signalés ne paraissent pas moins estimables à la communauté civique que la mise en œuvre de travaux destinés à rendre la ville plus belle. L’ensemble de ces actions témoigne de sa qualité morale (l. 10-12), qui n’a de réalité tangible que dans sa manifestation au service de sa patrie, tout comme Plutarque et Dion l’exigent. La carrière des autres responsables de travaux connus à Thyatire est comparable : Marcus fils de Ménandros était également décaprote266, de même que L. Iulius Nikomachos qui a accompli cette fonction à l’époque sévérienne267 ; Laebianus vers 170 “en tant que décaprote a supporté la taxe la plus lourde pour la guerre contre les Bastarnes”268. On trouve à chaque génération des notables parmi les plus riches de leur cité non seulement pour construire des bâtiments à leurs frais, mais aussi pour superviser des travaux financés par souscription publique ou sur fonds civiques (auxquels ils ont dû ajouter quelque contribution personnelle, ou engager au moins une responsabilité financière). À Éphèse, on identifie ainsi, parmi les responsables de travaux, des personnages ayant accompli les plus hautes fonctions : T. Flauius Iulianus est ainsi honoré d’une statue dans l’atrium du gymnase auguste, sous le règne d’Antonin le Pieux, dont la base indique qu’il a été “secrétaire du peuple, et responsable des travaux du bâtiment”269. Claudius Diogénès, épimélète de l’aqueduc du Marnas, appartient à une famille d’asiarques270. P. Rutilius Bassus, un chevalier, a été secrétaire en 120-121 et épimélète des eaux271. À Milet, le responsable des travaux du théâtre, vers 120, était le “prophète du dieu, le héros Ulpianus”, “héros” car l’inscription qui conserve son nom l’évoque après son décès, qui a déstabilisé les ouvriers qui ne savent comment poursuivre les travaux272.

Des cités désemparées au ive s.

  • 273 Selon Lepelley 2001, 459-460, sauf cas de désordre particulier, régnait la décentralisation, le con (...)
  • 274 Liebeschütz 1992.
  • 275 Roueché 1979. Ch. Roueché propose (p. 176-181) un catalogue recensant les mentions de ce titre ; el (...)
  • 276 Lepelley 2001, 462-464 sur les sources orientales attestant ce nivellement.
  • 277 Lepelley 2001, 456.
  • 278 Lepelley 2001, 466-467 ; Eus., HE, 8.11.1 ; également mentionné dans 9.1.6 ; MP, 9.2.
  • 279 Lepelley 2001, 467-472 ; Lepelley 1979, 232-235.

42L’ergépistatès, qui exerce un contrôle sur les constructions et sur les restaurations entreprises au nom de la cité, est l’un des garants, quand il accomplit correctement sa fonction, de la préservation par la cité de son autonomie. Il permet d’éviter la possibilité de contrôle, définie par la législation impériale, des finances civiques par l’administration provinciale273. La crise des années 260 qui frappe l’Asie mineure occidentale, avec les invasions gothiques et des tremblements de terre à répétition, puis les réformes administratives entamées par Dioclétien, sont des facteurs différents concourant tous à réduire les moyens des cités de manière drastique. Il leur est désormais presque impossible de trouver l’argent pour accomplir des constructions. Le gouverneur était amené à approuver toute entreprise274. Ce n’est qu’au ve s. qu’on constate en Orient l’apparition du “père de la cité”, qui entreprend des travaux au nom de la cité275. En Orient comme dans le reste de l’empire quelques sources indiquent un nivellement des statuts civiques, à l’époque de Dioclétien276. Avec la multiplication des provinces, les gouverneurs établissent un contrôle plus strict sur la gestion financière des cités, et on constate la présence d’un personnel abondant de fonctionnaires impériaux, dotés de pouvoirs considérables ; les droits locaux disparaissent et le droit romain s’installe partout277. Puis se généralise l’institution du curator rei publicae ou logiste en grec : il existe désormais en permanence dans chaque cité ; Eusèbe de Césarée le mentionne pour une ville de Phrygie où il s’était déclaré chrétien, comme le reste de la population278. Au début du ive s., le curateur est désormais presque toujours choisi dans la curie locale, parmi les anciens magistrats. Cela peut être analysé comme un ressaisissement par les communautés civiques d’une partie de leur autonomie, notamment en comparaison de ce qui se passe sous Dioclétien279.

  • 280 Lepelley 1983 utilise pourtant Libanios et Jean Chrysostome pour décrire dans les régions orientale (...)
  • 281 Constat identique chez Lewin 2001, 30-31.
  • 282 IK, 11-Ephesos, 42, et commentaire de Chastagnol 1986.

43Cependant, alors que l’action de ces curateurs d’origine locale est bien connue en Afrique par les inscriptions, il n’existe pas de corpus comparable pour les cités d’Asie mineure occidentale280. Les attestations que nous conservons datent presque toutes, à part les épigrammes en l’honneur du proconsul Festus, du ive s. avancé, et ne nous font connaître que les gouverneurs comme personnel capable de décider et contrôler la construction dans la cité, des personnages extérieurs donc aux conseils civiques qui se contentent de leur décerner des honneurs281. Une inscription permet seule de soupçonner derrière les éloges de gouverneurs sous forme versifiée une revendication originelle des conseils de cités pour ressaisir une partie de leurs revenus et de leur capacité d’intervention sur leur paysage urbain : il s’agit de la lettre de Valentinien, Valens et Gratien à Eutropios, gouverneur d’Asie, après la requête adressée par le Conseil d’Éphèse pour faire rénover davantage de ses monuments en obtenant la restitution de revenus fonciers282. La lettre fut considérée comme une victoire pour la cité : elle fut gravée sur le monument dédié à Arsinoë en bas de la rue des Courètes. Ce témoignage doit être pris en compte ; il est cependant unique et il est difficile d’évaluer en Asie si les conseils des cités faisaient toujours preuve de la même vivacité, tout au long du ive siècle. L’absence de mention de tout responsable civique dans les inscriptions relatives à la construction de monuments publics au ive siècle, dans les cités d’Asie mineure occidentale, reste une grande différence avec ce que l’on peut observer en Afrique.

Ambitions et rivalités politiques dans la cité

  • 283 D. Magie ne décrit pas une situation où les notables cherchaient à échapper à leurs charges (Magie (...)

44La détermination du contexte légal de la construction publique et de la capacité de contrôle de la part de la cité et des notables regroupés au sein du Conseil, montre dans quel cadre étroit se joue l’autonomie de la cité pour décider de l’ornement de son paysage urbain. La certitude d’agir en dehors du contrôle de l’administration provinciale n’existait réellement que pour les constructions entreprises sur fonds privés, au cours d’une magistrature ou par une évergésie libre. Dans ces cas, les plus nombreux, il était cependant plus difficile pour la communauté civique de contrôler l’avancée des travaux, l’ergépistatès n’intervenant normalement pas. Il y avait certes obligation d’achever les travaux une fois que la promesse en avait été faite devant les institutions civiques et que les travaux étaient engagés. Mais le meilleur moyen de pression résidait sans doute dans le jeu des ambitions entre notables de la cité : la dépense faite pour la cité, rendue publique, pouvait être un moyen d’obtenir plus de renom, plus de pouvoir au sein de la cité, de créer une dette symbolique de la communauté envers le constructeur. La construction était une forme coûteuse d’évergésie, qui pouvait se solder par le droit mieux établi de participer à la vie politique locale, par l’obtention d’honneurs et d’une influence accrus283.

  • 284 Jacques 1984, 728.

45Fr. Jacques a montré que ce système civique ne fonctionne qu’en admettant la “liberté de donner” de la part des magistrats et prêtres284. Tout candidat ne donnait pas en plus de la summa honoraria ; en cas de dépassement, il était libre de faire un don supplémentaire modeste ou important. Cela donnait carrière aux ambitions individuelles, en fonction de la fortune de chacun. Quelles étaient les meilleures occasions pour faire une construction ou une restauration au sein de la cité ? Le faisait-on pour lancer une carrière, ou dans le but au contraire de donner plus de prestige à une activité politique déjà bien ancrée au sein de la cité ? Il est impossible d’être aussi précis que ne l’est une enquête similaire pour l’Afrique, en l’absence, dans les cités grecques, d’une carrière réglée sur le modèle du cursus honorum. On peut néanmoins faire quelques observations. Après l’analyse des carrières individuelles, il faut étudier la traduction de l’influence de groupes familiaux, de réseaux amicaux ou clientélaires dans l’espace urbain. Deux dimensions temporelles jouent : à un moment donné, deux groupes peuvent s’affronter symboliquement pour obtenir davantage de prestige dans une cité ; mais il peut être possible aussi de découvrir la mise en œuvre d’une stratégie familiale, parfois sur plusieurs générations, pour mieux asseoir une emprise locale.

  • 285 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 508-509. Voir également Veyne 1999, 540 et 566.
  • 286 Quelques cas sont bien connus : Plut., Moralia, 813 F et 825 D, à Sardes ; Philostr., VS, 1.25 [531 (...)
  • 287 D.Chr. 39.5.
  • 288 D.Chr. 40.8-9.
  • 289 Joubin 1893, 8 et Joubin 1894, 45.
  • 290 IK, 15-Ephesos, 1491 ; Kokkinia 2003. Voir II.3.

46Cette analyse de l’ambition politique de groupes de notables repose sur des acquis récents de la recherche, montrant la puissance des rivalités de notables au sein des cités et la persistance de débats agités au Conseil et à l’assemblée. Les enjeux politiques de l’époque romaine ne doivent pas passer pour des “guerres pichrocholines” comparativement à l’époque hellénistique285. Dans un contexte différent, ils visaient toujours à assurer un statut correct et des privilèges à la cité. La présence de notables puissants était un facteur de réussite pour la cité. Parfois les partis s’opposaient entre eux, conduisant à des débordements286. Les discours de Dion de Pruse décrivent un climat politique hostile entre plusieurs factions à Pruse, où certains s’opposent aux travaux qu’il entreprend, ainsi qu’à Nicée287. À Pruse, les troubles ont pour origine les travaux de construction lancés à son initiative ; la destruction du quartier des artisans, le déplacement de certains monuments, provoquent le mécontentement288. À Cyzique, le programme de construction d’Antonia Tryphaina, pour déblayer le port, entraîna l’obligation de contrôler les prix et de garantir l’approvisionnement du marché au début de l’époque julio-claudienne289. Ce sont les seuls cas attestés directement de troubles liés à des entreprises édilitaires en Asie mineure occidentale : en effet, Chr. Kokkinia a démontré, en proposant une restitution nouvelle et convaincante de la lettre d’Antonin le Pieux aux Éphésiens au sujet de P. Vedius Antoninus, le constructeur du bouleutèrion, que ce document ne pouvait désormais plus être considéré comme une preuve de dissensions fortes au sein de la cité au sujet des projets de cet évergète290.

  • 291 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 513-526.
  • 292 Pont 2008c.

47Il faut donc chercher d’autres indices de rivalités entre notables et groupes de notables pour l’ornement de la cité, à partir du moment où l’on sait que la construction de monuments publics était un thème important du débat politique. A. Sartre-Fauriat et M. Sartre ont montré comment des familles s’étaient opposées à Gérasa et à Palmyre par l’analyse du plan urbain, confronté aux sources épigraphiques291. La succession de grandes entreprises d’urbanisme, jetant de l’ombre sur les projets antérieurs, voire les invalidant, est le signe de ces rivalités où la survie politique des familles est en jeu. Plus modestement, il faut aussi se contenter de déceler, parfois, l’action de membres d’une même famille sur plusieurs générations. Les modes d’expression évergétique peuvent varier en fonction de l’époque, de la cité, du rang social (citoyens éminents, famille à emprise provinciale, famille appartenant à l’ordre sénatorial). L’étude du cas d’Aphrodisias révèle ainsi la mentalité aristocratique qui régnait dans cette cité : en règle générale construire n’y était pas un moyen de seconder une ambition locale, afin d’être populaire ou de l’emporter sur ses rivaux, mais tout simplement la manifestation de ce que l’on pourrait presque appeler un état de noblesse, ou, en termes grecs, d’un mode de vie aristocratique, de l’appartenance à une famille ancienne, remontant souvent aux fondateurs de la cité et ayant pratiqué ce type d’évergétisme sur plusieurs générations292. Presque jamais un embellissement apporté au paysage urbain n’y est mentionné en rapport avec l’exercice d’une prêtrise ou, plus rarement encore, d’une magistrature. Ainsi cette étude de cas nous incite-t-elle à distendre le lien souvent fait a priori entre l’accomplissement de bienfaits de nature édilitaire et la poursuite d’une carrière locale : il n’est pas systématique et doit être prouvé. À Aphrodisias, il n’existe pas, et on constate comment de génération en génération l’urbanisme reste entre les mains d’un petit groupe de familles, se distinguant davantage par l’accomplissement de prêtrises et de liturgies, qui les placent au tout premier rang de la cité, que de magistratures, tissant des liens matrimoniaux entre elles et dont les descendants s’attachent à imiter le comportement. Qu’en est-il à Éphèse, où la présence romaine est plus forte, à Pergame, à Smyrne, cité phare de la seconde sophistique ? Peut-on observer des nuances ou des variations d’une cité à l’autre, des cultures civiques différentes, et des écarts encore plus importants entre les pratiques grecques, en Asie, et ce que Fr. Jacques a dessiné pour l’Afrique ?

Éphèse293

La famille d’Hérakleidès Passalâs face aux Sextilii

  • 294 Kirbihler 2003, 286-287, et stemma familial p. 285.
  • 295 IK, 13-Ephesos, 902. L’inscription mentionne ensuite deux prêtres de Dionysos et un prêtre de Gê Ka (...)
  • 296 Voir Engelmann 1993a, 284 et le bilan des lieux du culte impérial à l’époque julioclaudienne à Éphè (...)
  • 297 Knibbe et al. 1993, 123-124 no 13 ; commentaire et traduction partielle, reprise ici, par M. Sève, (...)
  • 298 IK, 15-Ephesos, 1687 + Engelmann et al. 1989, 198-209 no 37 A-H (SEG 39, 1176 ; Migeotte 1992, no 7 (...)

À une époque où les interventions sur l’espace urbain ne sont pas les plus nombreuses en Asie mineure occidentale, deux familles résidant à Éphèse, d’origine différente, ont mené une action comparable sur l’espace urbain, selon deux directions : améliorer la vie quotidienne dans la cité par des travaux visant à faciliter le ravitaillement en eau ou la circulation, et exprimer sa confiance dans le nouveau pouvoir romain, impérial. La première famille est d’origine grecque et serait connue sur cinq générations, des guerres civiles au règne de Tibère294. On connaît peu de choses sur les deux premiers, Hérakleidès père et fils, qui auraient vécu entre 90 et 40 a.C., époque bien peu propice à l’ornement urbain. À la troisième génération, Hérakleidès Passalâs accomplit des fonctions civiques importantes (il fut probablement prytane). Il fit partie de l’ambassade auprès Auguste relative aux privilèges de la gérousie en 29 a.C. Son fils, Apollônios Passalâs fils d’Hérakleidès, vit son âge d’homme en plein établissement de la paix augustéenne. C’est le premier constructeur connu dans la famille : “il a formé le projet de la mise en place de la statue d’Auguste, et de la consécration du sanctuaire”295, προενοήθη τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς καθιδρύσεως τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg ΣεβαστοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg καὶ τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς καθιερώσεως τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg τεμένους (l. 2-5), d’après une stèle retrouvée sur l’agora civile296. L’un de ses deux fils, Hérakleidès Passalâs fils d’Apollônios, a eu, après le retour de la paix et l’affirmation par son père de la loyauté familiale et civique envers le nouvel ordre politique, des soucis plus pratiques : une inscription découverte non loin de la bibliothèque de Celsus indique qu’il “a pourvu à ce que l’agora ne soit pas endommagée par l’eau qui ruisselle en faisant construire des canaux d’évacuation, et ayant enlevé le dallage de la Triodos difficilement praticable, il a rénové (l’ensemble) à ses frais, en fournissant la dépense”297. Il a également participé à une souscription à l’Artémision à hauteur de 2 000 deniers, souscription dont on ignore le but, mais qui était peut-être destinée à réparer les dégâts causés au sanctuaire par le séisme de 23298. Les fonctions exercées comme les travaux réalisés indiquent une famille honorable, possédant une certaine fortune. Aux deux dernières générations, les constructions sont les seules formes connues d’évergésie, ce qui témoigne d’un tropisme familial. Elles correspondent à une famille bien installée, capable de mobiliser autour d’elle les énergies pour accomplir des projets édilitaires. Pour le lieu de culte d’Auguste, Apollônios est cité en premier, comme promoteur du projet, mais a plusieurs associés. Hérakleidès a défendu son projet à l’Assemblée, comme l’indique la formulation – cette intervention sur l’agora commerciale, non loin du théâtre, a un emplacement significatif. Enfin la participation à la souscription de 23 est parmi les quatre plus élevées.

  • 299 G. Sextilius Pollio s’est marié avec Ofellia Bassa, qui avait déjà un fils, G. Ofellius Proculus, d (...)
  • 300 Voir sur cette ascension familiale qui s’achève faute de descendants, les conclusions de Kirbihler (...)
  • 301 Kirbihler 2003, 434.
  • 302 Kirbihler 2003, 1079.
  • 303 IK, 12-Ephesos, 530 ; Kirbihler 2003, 1079.
  • 304 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152.
  • 305 IK, 12-Ephesos, 402 ; IK 59, 153.
  • 306 Knibbe et al. 1993, 148 no 80 (AE, 1993, 1498) ; IK 59, 154.
  • 307 IK, 12-Ephesos, 405 ; IK 59, 114. En latin, “le lieu a été donné par la cité”, dato a ciuit[ate loc (...)
  • 308 Kirbihler 2003, 922.
  • 309 Halfmann [2001] 2004, 47 souligne à cette époque à Éphèse le rôle particulier des évergètes d’origi (...)

La seconde famille a pour chef G. Sextilius Pollio, que l’on retrouve pour 2 500 deniers dans la même souscription de l’Artémision. Sont également mentionnés son fils adoptif, G. Sextilius Proculus, la femme de celui-ci et leur fils Pollio299. Le total donne 6 000 deniers pour les Sextilii. Alors que la famille grecque avait gardé son statut pérégrin malgré son influence et sa richesse (il peut s’agir tout simplement d’un manque d’appétence pour le statut de citoyen romain, qui n’empêche pas la loyauté envers Rome300), les Sextilii sont une famille d’origine italienne peut-être venue de Délos301. Comme la famille précédente, ils s’illustrèrent par l’accomplissement des plus hautes fonctions civiques : Apollônios fils d’Hérakleidès aurait été prytane vers 19-18 a.C.302, C. Sextilius Pollio le serait entre 1 et 10 et peut-être de nouveau encore entre 5 et 15303. Leur mode d’intervention au sein de l’espace urbain est en partie comparable, par leur hommage au nouveau pouvoir et la considération des nécessités pratiques. Mais l’ampleur de leur action diffère ; alors que la famille Passalâs jouait au niveau civique, Sextilius Pollio, quant à lui, peut se prévaloir de liens directs avec l’empereur. Il a d’abord financé le pont d’un aqueduc amenant l’eau depuis le Marnas, avec sa femme Ofellia Bassa, son beau-fils qui allait devenir son fils adoptif, C. Ofellius Proculus, et leurs affranchis304. Par ailleurs, C. Sextilius Pollio et son fils ont été chargés des travaux du reste de l’aqueduc, l’aqua Throessitica, qui a été pris en charge par les finances impériales305. Ils ont également financé la construction de la basilique sur le côté nord de la place civile d’Éphèse, où se trouve le prytanée. Comme pour le pont de l’aqueduc, sa femme, son fils et leurs affranchis sont associés à la dédicace306. Ces deux travaux sont tout à fait considérables. Finalement, C. Sextilius Pollio bénéficie d’un tombeau monumental, dont “l’emplacement a été donné par le peuple”, τόπου δοθ[έντος ὑπὸ τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg δήμου]307, en haut de la rue des Courètes308. L’évergétisme pratiqué par C. Sextilius Pollio et l’allure qu’il revêt sont caractéristiques de l’époque de transition qu’est l’époque julio-claudienne. Son cas permet de relever la stratification marquée des élites éphésiennes, en fonction d’un critère qui s’estompe par la suite, celui de l’origine italienne. Toutes les dédicaces le concernant sont bilingues, ou en latin seulement ; il est unique, en Asie mineure occidentale, d’associer ses affranchis, sa familia, à la dédicace de monuments publics, en particulier dans l’espace politique constitué par la place où se trouve la basilique, qui abrite notamment le prytanée et le bouleutèrion. Cette mainmise familiale, et clairement latine, en association avec l’empereur, sur l’espace civique, était une première ; cette solution propre à une période de retour à la paix et d’ajustement à un nouveau pouvoir n’était pas appelée à se perpétuer dans la cité309. En revanche, le mode d’action évergétique de la famille Passalas (participation à une souscription, effet d’entraînement sur d’autres notables grâce à un ancien réseau d’amitié), est beaucoup plus conforme à son évolution ultérieure, même si les projets prirent une ampleur plus grande.

De Ti. Claudius Aristiôn aux Vedii

  • 310 L’époque néronienne est une période de creux dans notre connaissance des politiques urbaines à Éphè (...)
  • 311 Voir le stemma des Vedii (fig. 2).
  • 312 IK, 12-Ephesos, 427 : [– ἐπὶ] πρυτάνεω[ς] αὐτο(...)
  • 313 Interprétation proposée par Scherrer 1997, 118 ; Kirbihler 2003, 872. Sur cette salle, voir Scherre (...)
  • 314 IK, 12-Ephesos, 425A.
  • 315 IK, 17.1-Ephesos, 3217.
  • 316 IK, 12-Ephesos, 424.
  • 317 IK, 12-Ephesos, 424A.
  • 318 IK, 17.2-Ephesos, 5101.
  • 319 IK, 12-Ephesos, 425.

48Deux familles semblent dominer successivement entre la fin du ier s.310 et le iie s. avancé : Ti. Claudius Aristiôn et ses alliés d’une part, les générations successives de P. Vedii Antonini d’autre part311. L’activité de constructeur, ou de dirigeant de constructions, de Ti. Claudius Aristiôn, apparaît d’abord au gymnase du port, en 91-92 : sur une architrave sa prytanie sert de datation312. La formulation de la datation suggère qu’il participa également au financement de la salle principale du gymnase, richement décorée de marbres, sous la forme d’une souscription ou d’un financement entier313. Une autre inscription, trouvée en remploi devant le théâtre, indique sa participation à une entreprise qu’il est difficile d’identifier314. Après son procès pour s’être comporté en princeps Ephesiorum, puis son acquittement, vers 107-108, il a financé un aqueduc, qui semble porter son nom, dans la vallée du Caÿstre315, sur 210 stades, ainsi que la fontaine à laquelle il aboutit, l’hydrekdochion, dans la rue des Courètes, avec l’aide de sa seconde épouse, Iulia Lydia Laterana316. Ils firent construire une autre fontaine, entre l’agora civile et la porte de Magnésie317. Entre 117 et 120, il s’occupe de finir la bibliothèque entreprise par ses amis (et peut-être alliés familiaux) Celsus Polemaeanus et Aquila318. Son activité générale est résumée dans une inscription : “il a orné la cité de nombreux et grands monuments”319.

  • 320 IK, 17.1-Ephesos, 3066.
  • 321 Voir Scherrer 1995, 14 et Halfmann [2001] 2004, 48-49 et 87 : ce gymnase serait situé dans le secte (...)
  • 322 IK, 16-Ephesos, 2061.
  • 323 Demougin 1999, no 144.
  • 324 Voir Kirbihler 2003, 594-595.
  • 325 Halfmann 1979, no 16 et p. 112 ; Kirbihler 2003, 692.
  • 326 Iulia Lydia Laterana, épouse de Ti. Claudius Aristiôn, est peut-être la fille de Ti. Iulius Celsus (...)
  • 327 IK, 12-Ephesos, 429 et IK, 13-Ephesos, 672.
  • 328 IK, 13-Ephesos, 638.
  • 329 Le temple de la rue des Courètes est ainsi inauguré sous le deuxième secrétariat du peuple de P. Ve (...)

Mais son activité est plus large : l’analyse de ses alliances familiales montre que nombre de ses amis et parents ont concouru à embellir la cité au début du iie s. En 105-106, le prytane C. Licinius Maximus Iulianus donne de l’argent εἰς τὴν κατασκευὴν τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg καινοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg γυμνα[σί]ου (l. 16), “pour la construction du nouveau gymnase”320. Il mentionne juste auparavant le don de 2 500 deniers la même année pour le port321. Un autre personnage de premier plan, T. Flauius Montanus, originaire d’Akmonia en Phrygie, est intervenu dans cette zone de la cité : en plus de l’achèvement du théâtre au cours de sa grande-prêtrise, il a donné 75 000 deniers pour le port322. Ses bienfaits sont connus notamment par une statue élevée en son honneur par L. Vibius Lentulus, chevalier ayant fait une carrière procuratorienne323, un proche de Ti. Claudius Aristiôn324. Il faut peut-être ajouter à ce réseau un deuxième noyau qui se constitue plutôt autour de Celsus, qui eut une très belle carrière sénatoriale325. Ti. Claudius Aristiôn était son ami (il est possible même que Celsus ait été son beau-père326). P. Quintilius Valens Varius, qui fit construire un temple et des bains dans la rue des Courètes entre 114 et 120-125327, apparaît dans ce groupe : une femme de sa famille a peut-être épousé Ti. Iulius Celsus Polemaeanus. Une statue en l’honneur de Claudius Aristiôn fut ainsi élevée dans les bains de Varius328. L’hydrekdochion qu’il a financé se trouve juste à côté dans la rue des Courètes. Les Vedii, dont l’apogée familial est plus tardif, ont des contacts avec ce groupe autour de P. Quintilius Valens Varius329, alors qu’ils sont beaucoup plus ténus avec le premier groupe d’amis et de proches de Claudius Aristiôn.

  • 330 PIR2 I 260 ; Eck 1982, 341.
  • 331 IK, 12-Ephesos, 518. Il a été prytane avant 92-93.
  • 332 Dans l’ordre, IK, 12-Ephesos, 509, IK, 13-Ephesos, 858 et 857 et IK, 12-Ephesos, 517. Sur A. Larciu (...)
  • 333 IK, 12-Ephesos, 430.
  • 334 IK, 13-Ephesos, 661.
  • 335 Demougin 1999, no 151.
  • 336 Kirbihler 2003, 1088.
  • 337 IK, 17.1-Ephesos, 3008.
  • 338 IK, 12-Ephesos, 449.
  • 339 IK, 12-Ephesos, 446.

Ti. Claudius Aristiôn entretenait donc d’excellentes relations avec nombre de personnalités de rang similaire au sien dans la cité, ayant accompli des magistratures comparables, voire d’un statut supérieur, comme Celsus Polemaeanus, ancien consul et proconsul d’Asie en 105-106330. Il est par ailleurs possible de discerner autour de lui un réseau constitué de personnalités de moindre envergure. Les personnages ayant érigé des groupes statuaires au gymnase du port rentrent dans cette configuration, Ti. Claudius Nysios sous le règne de Domitien331, Sex. Atilius Amarantus en 103-104, l’affranchi impérial T. Flauius Épagathos en 104-105, Ti. Claudius Hermès et son fils en 108-109, A. Larcius Crispinus, promagister des douanes d’Asie et donc chevalier, entre 102 et 117332. Il s’agit d’évergésies moins importantes, les personnes concernées n’ont pas le même rang socio-politique. Nysios a cependant atteint la prytanie. Leur participation marque une volonté large, à la fin du ier s. et sous le règne de Trajan, de concourir à l’ornement de la cité à travers ce projet ambitieux du gymnase du port. Dans les années suivantes, un ensemble d’évergètes continue d’intervenir dans ce secteur urbain et d’embellir le gymnase auguste : G. Claudius Verulanus, asiarque, offrit avec sa femme le revêtement mural de portiques dans ce complexe, en 130-131333. À la fin des années 130, Dionysios, qui a été prytane, secrétaire du Conseil, offrit, en plus de deux rangées de sièges au stade, des colonnes en marbre de Dokiméion, de 25 pieds et demi334. Le groupe qui s’était d’abord formé autour de Ti. Claudius Aristiôn se distinguait donc par l’importance du statut social des personnes que l’on y trouve, et par les ralliements qu’il suscita. Cependant, des notables semblent rester en dehors de ces réseaux, alors qu’ils devaient être eux aussi influents, comme P. Vedius Antoninus le père, qui a été prytane entre 96 et 99 et accéda à l’ordre équestre335 et M. Tigellius Lupus qui a conduit un programme de restauration dans la cité à l’occasion de l’obtention de la première néocorie. Le programme de rénovation, en l’occurrence, apparaît bien différent de la construction du magnifique complexe du gymnase auguste. M. Tigellius Lupus est secrétaire du peuple en 94-95, puis de nouveau entre 95-96 et 99-100. Ti. Claudius Aristiôn l’avait été en 92-93336. Ses actions sur l’espace urbain d’Éphèse sont importantes, mais de moins grande ambition que celles d’Aristiôn. Sous sa direction, la cité refait le pavement de l’Embolos en 94-95337. Un programme de rénovation assez ample est attesté sous sa direction par un décret de la cité, parlant de la “rénovation des bâtiments anciens”, ἡ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν παλαιImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν κτισμά[τω]ν ἀν[α]νέωσις (l. 13-14)338. Lors de son second secrétariat, il fait restaurer (l. 5, [ἀ]ποκατέστησε[ν]) un bâtiment inconnu, à titre personnel339. Ce type d’évergétisme possède un caractère plus conservateur. Il vise à mettre à niveau la cité d’Éphèse avec l’honneur qui lui a été accordé, mais de façon moins tapageuse que ne le font Aristiôn et ses alliés.

  • 340 Plin., Ep., 6.29-31 : princeps Ephesiorum, homo munificus et innoxie popularis, inde inuidia et a d (...)
  • 341 Bilan de ces constructions dans Halfmann [2001] 2004, 89-90.
  • 342 Jusqu’au procès lors duquel Trajan lui marque son soutien (voir Kirbihler 2003, 567), rien n’indiqu (...)
  • 343 AP 11.97 ; Robert 1969a, 282-283 (le Stratonikéion est le sanctuaire de Stratonice, très important (...)
  • 344 Le temple de Domitien, cité par Gros 2005b, 197, à cause de ses dimensions immenses comme un élémen (...)

49Or, Ti. Claudius Aristiôn du accusé de se comporter en princeps Ephesiorum devant Trajan en 105, à cause, selon Pline, de son attitude munificente340. Après son acquittement eut lieu une deuxième vague de constructions, concernant des fontaines et leur adduction en eau, plus conformes à un évergétisme traditionnel, signalant moins fortement l’existence d’un puissant parti derrière lui, bien qu’elles témoignent d’une immense fortune341. Son action se répand en d’autres endroits de la cité, plus loin du port. L’entraînement derrière Ti. Claudius Aristiôn de tout un parti favorable à des constructions gigantesques, qui, malgré leur bénéfice direct pour les habitants de la cité, marquaient fortement le tissu urbain hérité, a pu entraîner l’accusation de tyrannie. Dion suscita l’hostilité pour moins que cela – un portique et une bibliothèque ; il fut accusé par certains de ses concitoyens de bouleverser la cité, car les artisans forgerons devaient déménager. Cependant cette entreprise n’était rien au regard de ce qu’entreprenait Aristiôn, par ambition personnelle et sans doute aussi pour illustrer sa cité342. L. Robert en expliquant une épigramme de l’Anthologie Palatine sur Smyrne a montré que le gigantisme de certaines constructions pouvait susciter la réprobation de franges plus conservatrices de la population, y compris de rhéteurs mécontents. Ammianos, qui a vécu au iie s., se moquait : “Bâtissez pour le Stratonikéion une autre cité, ou à ceux-ci (les habitants de Smyrne) construisez une autre ville”343. Tous les notables n’étaient pas favorables aux très grandes constructions344 : même pour la réception d’un honneur aussi grandiose qu’une néocorie, d’autres modes d’intervention dans l’espace urbain étaient possibles.

  • 345 Kirbihler 2003, 593 no 11.
  • 346 Sur ce cumul inhabituel qui offrait de grandes possibilités d’influence, voir Kirbihler 2003, 293. (...)
  • 347 Kirbihler 2003, 299.
  • 348 Kirbihler 2003, 1089.
  • 349 Kirbihler 2003, 314.
  • 350 IK, 14-Ephesos, 1384.
  • 351 IK, 13-Ephesos, 725 : dans la première moitié du iiie s., “la patrie a rénové” la statue de Vedius, (...)
  • 352 IK, 13-Ephesos, 728.
  • 353 Dillon 1996 et supra II. 3.
  • 354 IK, 16-Ephesos, 2039.

50La famille des Vedii émerge vraiment au iie siècle. Après avoir été prytane entre 96 et 99, ce n’est que vers 112-114, puis 117-118 que P. Vedius Antoninus accomplit deux secrétariats du peuple345. L’accomplissement différé du secrétariat doit être remarqué : Ti. Claudius Aristiôn a quant à lui été prytane en 91-92, et secrétaire du peuple en 92-93346. C’est justement dans les années 115-117 que disparaissent les hommes formant le soutien le plus marqué de Ti. Claudius Aristiôn : Celsus et son fils Aquila meurent entre 113 et 117, Ti. Claudius Iulianus qui a été plusieurs fois secrétaire du peuple, le gendre de Celsus, part en Italie347. Dans ces années où P. Vedius Antoninus revient au premier plan dans les affaires politiques de la cité, il adopte, car lui-même n’a pas de fils, Claudius Sabinus et le fils de ce dernier ; Claudius Sabinus (Vedius 2) était déjà un notable installé, il avait peut-être revêtu le secrétariat du peuple entre 118 et 124 (ou il le fit entre 140 et 144)348. Son fils, Claudius Sabinianus (le “constructeur”, Vedius 3), est secrétaire dans les années 140-144, au moment de la présentation de son programme d’urbanisme349. D’après un fragment de décret du Conseil sur des dépenses dans le sanctuaire d’Artémis, P. Vedius Antoninus, qui a mis sa carrière civique entre parenthèses à l’époque où le réseau d’Aristiôn concentrait l’ensemble des pouvoirs dans la cité, a eu un rôle moteur (il n’est pas possible de préciser s’il a apporté un financement personnel), dans des travaux entrepris dans le sanctuaire350. Sabinus, d’après la longue inscription qui résume sa carrière, a en plus de tous ses bienfaits (qui lui valent une statue près du bouleutèrion construit par son fils351), “orné la cité de nombreux et grands bâtiments”352. Il est impossible, dans l’état actuel des sources épigraphiques, de préciser de quelles entreprises il s’agit. On peut néanmoins avancer une hypothèse, à cause de la présence de la statue d’un grand-prêtre dans le “gymnase de l’Est”, similaire au notable représenté dans le gymnase construit par Vedius Phaedrus Sabinianus (= Vedius 3)353 : Sabinus fut en effet grand-prêtre et s’il est représenté par piété filiale dans le gymnase de son fils, il peut l’être comme évergète (de la totalité du bâtiment ou d’une partie) dans le gymnase de l’Est. En tant que secrétaire du peuple (d’après la titulature d’Éphèse, après l’obtention de la seconde néocorie), il a pu également être l’initiateur de travaux réalisés au théâtre par la cité354.

  • 355 Pour la datation des fonctions de Sabinianus, voir Kirbihler 2003, 313. Elle pose problème : dans l (...)
  • 356 IK, 12-Ephesos, 431 et Add. p. 11 (les restitutions proposées doivent être considérées avec prudenc (...)
  • 357 IK, 12-Ephesos, 460 + SEG, 53, 1280.
  • 358 En général citée sous la référence IK, 15-Ephesos, 1491 ; mais il faut désormais utiliser Kokkinia (...)
  • 359 IK, 16-Ephesos, 2064.
  • 360 IK, 13-Ephesos, 672.
  • 361 Kirbihler 2003, 318-322. Aristiôn, qui a été trois fois asiarque, a aussi à ce titre dû donner des (...)
  • 362 Kirbihler 2003, 323-328.

51C’est la troisième génération de Vedii, celle de Sabinianus, qui est devenu sénateur et donc normalement détaché de toute obligation envers la cité355, qui réalise les constructions les plus remarquables, mais dans un esprit différent de celles entreprises par Ti. Claudius Aristiôn. Les Vedii sont les seuls à les financer. Sabinianus et sa femme Flauia Papiana firent ainsi construire un gymnase, non loin du stade, au nord de la cité356, et reconstruire, ou restaurer, le bouleutèrion de la cité357. Cette action leur valut une lettre de félicitation de la part d’Antonin le Pieux, directement inspirée d’une lettre envoyée par les Éphésiens aux autorités romaines, faisant l’éloge de Sabinianus358. Dans ces mêmes années, il fut honoré d’une statue au théâtre, dont les frais furent pris en charge par M. Ulpius Damas, le secrétaire du Conseil359. Le gendre de Sabinianus, T. Flauius Damianos, finança lui aussi des constructions pour la cité, essentiellement connues par Philostrate – une inscription en son honneur ne mentionne que l’ornement d’une pièce au gymnase de Varius, en 166360. À la génération suivante, les Vedii, sénateurs, se détournent de l’action civique. Sur quatre générations, il est donc possible de suivre une action d’intervention au sein du paysage urbain, à l’occasion de l’accomplissement d’une fonction qui permet de diriger les débats au Conseil, ou à titre personnel, pour les deux dernières générations. L’action évergétique de cette famille est très différente de celle d’Aristiôn : elle se prolonge sur plusieurs générations, et prend un tour moins arrogant car elle n’a pas l’allure d’une action partisane. D’autre part, l’étude de l’ensemble de l’action évergétique des Vedii montre qu’ils n’ont pas négligé de rechercher la popularité en entretenant une familia de gladiateurs, en finançant des concours, en aidant les associations professionnelles361. Cette action d’envergure culmine en 162-167, lors des campagnes de Lucius Verus contre les Parthes et de difficultés d’approvisionnement dans la cité. Sabinus et le gendre de Sabinianus, T. Flauius Damianos, eurent alors une action déterminante362, qui valut au premier, plus sûrement que des constructions, le titre de “fondateur de la cité”. La construction n’a été que l’un des modes d’illustration de leur famille.

  • 363 Kirbihler 2003, 327.

52Chaque parti se fit donc l’adepte de méthodes différentes pour orner la cité : Ti. Claudius Aristiôn mobilise ses réseaux amicaux et clientélaires pour les réunir en vue d’une construction gigantesque ; M. Tigellius Lupus, secrétaire du peuple à la fin du ier s., préfère un mode d’action plus traditionnel, moins voyant, en favorisant les restaurations à titre personnel et financées par la cité. Enfin la famille des Vedii utilise, aux deux premières générations, un mode d’intervention similaire à celui de M. Tigellius Lupus, interventions dans l’urbanisme éphésien et accomplissement des magistratures de la cité allant de pair, ce qui implique la discussion de ces programmes dans les organes institutionnels civiques ; puis elle fait construire ou restaurer des bâtiments prestigieux pour Éphèse, notamment le bouleutèrion et le gymnase de Vedius, mais à la façon d’un évergète privé, sans mobiliser ce qui ressemble à un parti politique de nature à monopoliser pendant plusieurs années les fonctions et les honneurs à Éphèse. Selon Fr. Kirbihler, au milieu du iie s. les gentilices parmi les détenteurs du secrétariat du peuple sont plus variés, et peu de phénomènes d’itération ont lieu, à la différence du groupe constitué par Aristiôn et ses amis au début du iie s.363 L’observation attentive des modes d’action au sein de l’espace urbain, c’est-à-dire, non seulement la spatialisation de ces interventions, mais aussi l’identification des circonstances de la restauration ou de la construction ex nihilo, à l’occasion d’une magistrature, à titre d’évergète privé ou en créant une synergie d’action, peut aussi être un moyen de découvrir des partis différents au sein de la cité, défendant des politiques différentes.

Au iiie s. : asiarques et grands notables

  • 364 Knibbe 1985 ; Campanile 1994, no 155 ; Kirbihler 2003, 888.
  • 365 IK, 12-Ephesos, 444.
  • 366 IK, 17.1-Ephesos, 3063.
  • 367 Campanile 1994, no 193.
  • 368 IK, 17.1-Ephesos, 3071.
  • 369 Campanile 1994, no 154.
  • 370 IK, 12-Ephesos, 435.
  • 371 IK, 17.1-Ephesos, 3001, 2 (Campanile 1994, no 43).
  • 372 IK, 13-Ephesos, 626.
  • 373 Campanile 1994, no 97.
  • 374 IK, 16-Ephesos, 2042 ; IK, 17.1-Ephesos, 3009.
  • 375 Seul l’agoranome Aurelius Métrodôros (IK, 17.1-Ephesos, 3013) paraît appartenir à un niveau socio-p (...)

53Ce n’est que dans le courant du iiie s. qu’après les Vedii, des évergètes paraissent de nouveau surpasser le reste des notables de la cité par l’ampleur de leurs interventions dans la capitale d’Asie. M. Fuluius Publicianus Niképhoros, actif entre 220 et 240364, qui a eu une belle carrière civique avec une ouverture sur un horizon plus large (il a été prytane et secrétaire du peuple, asiarque365, et il est devenu chevalier), a donné à des associations d’artisans des entrecolonnements qu’il a pu restaurer – mais D. Knibbe souligne en l’occurrence la médiocrité du travail accompli. Il a embelli “sa patrie de nombreux et grands bâtiments”, sans que l’on puisse préciser lesquels366. Enfin, après sa mort, l’argent qu’il lègue à la cité permet de faire édifier la porte sud du port. M. Aurelius [-], asiarque367, et son fils M. Aurelius Artémidôros Metrodorianus, qui accèda à la carrière équestre, se distinguèrent également. D’après la même inscription368, le père a donné 20 000 deniers pour draguer le port, et il fut ergépistatès à Éphèse ; son fils a fait faire la voie d’accès au prytanée (il a été prytane lui-même). On peut également citer T. Flauius Ménandros, asiarque369, qui a fait construire l’Hydréion, à l’entrée de l’agora civile, entre 209 et 212370 ; L. Aufidius Euphèmos, asiarque, qui a fait construire des portiques sur l’agora commerciale371 entre 213 et 217 ; un bienfaiteur dont le nom est perdu, qui, asiarque fils d’asiarque, a donné de l’argent pour la construction de l’avenue Chrysè372. Deux femmes également retiennent l’attention : Claudia Caninia Seuera, qui appartient à l’ordre sénatorial, “a orné la patrie de nombreux et grands bâtiments” ; Iulia Pantima Potentilla, fille d’un asiarque373, a légué sa fortune à la cité qui a ainsi eu les ressources pour réparer le uelum au théâtre et le pavement devant l’auditorium, et pour construire le pronaos du sanctuaire de Némésis au théâtre374. Sans qu’il soit possible d’établir de liens entre ces personnages, le groupe masculin se distingue par l’homogénéïté de son niveau socio-politique. Les deux femmes appartiennent au niveau le plus élevé de la société romaine. Le groupe de notables qui intervient alors dans l’espace urbain, ainsi que leurs entreprises – elles sont importantes, mais aucune n’est comparable à celles des Vedii, d’Aristiôn ou même de C. Sextilius Pollio – donnent l’impression d’une société politique équilibrée, sans position de monopole. Ces évergètes bâtisseurs ont également presque tous, en tant que grand-prêtres, dû donner des combats de gladiateurs à l’occasion des célébrations du culte impérial. La popularité rapide ainsi gagnée ne les a pas détournés d’un mode d’action évergétique plus conforme à leur éducation grecque, qui assurait l’immortalité de leur nom mais procurait peu de satisfactions immédiates. De plus, tous ces personnages ont une renommée qui dépasse les limites de leur cité375, car ils ont des fonctions provinciales ou appartiennent aux ordres supérieurs de la société romaine. Cela ne les empêche pas de se préoccuper de l’entretien des monuments de leur cité d’origine, ou de vouloir y construire de nouveaux bâtiments.

Carrière politique et ornement de la cité

  • 376 Jacques 1984, 730-731.

54Fr. Jacques observait pour l’Afrique que l’édilité, de manière inattendue car il s’agissait d’une fonction moyenne, était la magistrature qui suscitait le plus d’actes de munificence376 : “l’évergésie ob honorem apparaît donc autant un investissement pour la carrière ultérieure qu’une promesse électorale immédiate ou un remerciement pour la fonction décernée”. À Éphèse au contraire la culture politique du don est différente, traduisant également un fonctionnement différent de l’oligarchie civique. L’analyse pour la capitale de l’Asie des dons ob honorem indique que l’occasion la plus propice pour un don est l’accession à une prêtrise de divinité traditionnelle, ici de la déesse tutélaire de la cité, Artémis, et de manière beaucoup plus importante statistiquement, l’obtention de la grande-prêtrise du culte impérial de niveau provincial, à partir du moment où la cité a obtenu sa première néocorie. Dans la catégorie des fonctions politiques, les magistratures les plus prestigieuses de la cité sont présentes, et elles seules : la prytanie et le secrétariat du peuple. N’apparaissent que quelques dons en rapport avec des magistratures plus communes, comme l’agoranomie. Or à Éphèse, les interventions pour orner le paysage urbain en dehors d’une magistrature concernent aussi le plus souvent cette même strate sociale des familles ayant déjà accédé à des fonctions dépassant le simple cadre civique.

Tableau 1. Constructions à l’occasion d’une magistrature ou d’une prêtrise à Éphèse

Image 10000000000002A00000019760FC7D86.jpg

Image 10000000000002A500000376F47C1185.jpg

55Le nombre de constructions à Éphèse par des grands-prêtres du culte impérial provincial est remarquable. Seule une forte motivation culturelle, en l’occurrence aiguillonnée par une éducation grecque, renforcée par les bonnes conditions dues à la paix romaine, pouvait ainsi conduire à renforcer le prestige d’une prêtrise, qui marquait déjà une forte ascension sociale personnelle et familiale, par une forme d’évergésie coûteuse et qui n’avait rien d’obligatoire. L’analyse de l’occasion du don d’une construction dans le déroulement d’un cursus civique indique également que l’on pouvait faire carrière à Éphèse sans commencer par se ruiner pour sa cité pour obtenir par la suite d’autres fonctions. Outre les différences avec les conclusions de Fr. Jacques sur l’Afrique, qui sautent aux yeux, on constate également une différence moins marquée, mais néanmoins réelle, avec le tableau offert par Aphrodisias, où les dons étaient extrêmement rarement associés à l’obtention ou l’accomplissement de prêtrises, et jamais à celles de magistratures. Il peut être intéressant de comparer les cas éphésien et pergaménien, ainsi qu’H. Halfmann l’a plus globablement fait.

Pergame

  • 377 Halfmann [2001] 2004, 44.

56Éphèse à l’époque julio-claudienne se manifeste par un certain cosmopolitisme et la participation importante de personnages d’origine italienne à l’ornement de la cité377, sans que cela permette à tous ces constructeurs de s’illustrer également dans la carrière civique. L’exemple le plus clair de ces évergètes richissimes néanmoins exclus de toute possibilité d’illustration personnelle selon des modes grecs traditionnels, politiques, est celui des affranchis impériaux Mazaios et Mithridatès. Un deuxième trait distinctif éphésien était la manière dont une famille d’origine italienne avait exercé une mainmise sur l’espace urbain, alors que son chef assumait des fonctions civiques importantes.

  • 378 IPergamon, 236.
  • 379 Halfmann [2001] 2004, 31. Strabon décrit Apollodôros comme l’un des plus importants personnages de (...)
  • 380 IPergamon, 237.
  • 381 Gauthier 1985, 60-63, sur les grands bienfaiteurs citoyens qui ont bénéficié d’un culte. Apollodôro (...)

57À Pergame au contraire les traditions civiques, la présence moindre d’un élément italien et du pouvoir romain font que la construction publique reste étroitement liée à une carrière civique locale. Apollodôros fils d’Artémôn finance ainsi la porte de scène du théâtre378, alors qu’il est secrétaire du peuple. C’est un de ces personnages typiques de l’époque de la fin des guerres civiles, qui a entretenu des liens étroits avec le pouvoir romain tout en défendant ardemment sa cité. Apollodôros doit probablement être identifié, selon H. Halfmann379, comme le rhéteur qui était le professeur et l’ami d’Octavien. En tant que nomophylaque, il a également contribué à la restauration du nomophylakion de l’agora380. Il n’est cependant guère possible d’en dire davantage sur les intervenants dans l’urbanisme pergaménien au ier s., et sur l’association de la construction avec une carrière civique. À Éphèse, des personnages d’origine italienne pouvaient tenir le haut du pavé ; à Pergame, Apollodôros s’inscrit dans la tradition des grands bienfaiteurs de l’époque hellénistique tardive381, sauveurs de leur cité, qui adaptent les enjeux de la vie politique aux nouvelles conditions de la paix romaine. La zone d’action d’Apollodôros (le théâtre, l’agora), de même que la formulation des dédicaces, où le rapport est clairement établi entre la construction financée sur fonds personnels et l’accomplissement d’une magistrature, indiquent l’importance du cadre civique dans la décision de construire.

  • 382 PIR² I 507 ; Halfmann 1982, 608 ; Halfmann [2001] 2004, 67.
  • 383 Halfmann [2001] 2004, 71-73.
  • 384 Aristid., Or., 30.9 (en 147).
  • 385 IPergamon, 553.
  • 386 IPergamon, 440, l. 18-19. Il s’agit d’une gymnasiarchie éternelle, non à vie (Halfmann [2001] 2004, (...)
  • 387 Stagnation rappelée également par Halfmann [2001] 2004, 67.

58Le deuxième moment où l’on connaît bien les commanditaires des constructions n’intervient pas avant le règne de Trajan. Un problème de sources se pose alors : à juste titre, H. Halfmann met en avant C. Antius A. Iulius Quadratus, descendant des aristocraties royales galate et pergaménienne, qui exerça un second consulat en 105 et le proconsulat d’Asie382, dont l’amitié avec Trajan favorisa sans doute l’obtention de la deuxième néocorie383. Mais si Aelius Aristide rappelle dans un discours que tout dans la cité “fut orné par cet homme”384, aucune des nombreuses inscriptions découvertes en son honneur ne permet de donner un exemple précis de cette action. Seule une souscription pour le gymnase conservée dans un état très fragmentaire comporte une somme très élevée, de 70 000 drachmes, qu’il pourrait avoir donnée385. Il a pu jouer un rôle pour donner l’impulsion de certaines constructions, créer des émules ; par une fondation il assura également une gymnasiarchie éternelle de ce gymnase des néoi386. Mais c’était bien aux notables de la cité qu’il appartenait de saisir l’occasion qui s’offrait à eux de sortir leur cité de la léthargie qui la caractérise au ier s.387 (peut-être cette impression sera-t-elle modifiée si des fouilles plus complètes peuvent être réalisées dans la plaine, là où s’est développée la cité d’époque romaine). Il faut donc déterminer les espaces de prédilection de leur intervention à cette époque, et voir quel prestige leur carrière en a retiré.

  • 388 IPergamon, 292.
  • 389 Halfmann [2001] 2004, 72 et n. 172.
  • 390 PME, I 84 ; Hepding 1907, 329-330 no 61.
  • 391 PME, C 153 ; IPergamon, 461 ; lecture améliorée dans IAsklepieion, p. 139.
  • 392 Hepding 1910, 472 no 58.
  • 393 IPergamon, 553.
  • 394 Hepding 1910, 442 no 25.

59Deux espaces sont concernés : l’acropole profondément modifiée à l’occasion de l’obtention de la deuxième néocorie de la cité et le sanctuaire de l’Asklépiéion. Dans le premier cas, les commanditaires se distinguent par leur rang élevé, souvent équestre ; ils continuent de spécifier qu’ils ont revêtu une fonction civique au moment de leur intervention dans le paysage urbain de la cité. Iulia Pulchra a ainsi exécuté une dédicace en tant que “prêtresse”388 ; elle est la fille de Iulius Pulcher, grand-prêtre d’Asie à la fin du ier s.389 Une base découverte dans le gymnase des néoi porte une inscription honorifique pour le chevalier C. Iulius Maximus390 car “il a toujours rivalisé par ses propres offrandes pour la beauté de la patrie”. Il est probable qu’il soit intervenu sur le bâtiment même où il est honoré, comme d’autres de ses contemporains, éminents pergaméniens. De son parcours civique, on connaît une liturgie : il a été “gymnasiarque de tous les gymnases”. Un autre chevalier, Claudius Lupianus, a construit un portique du gymnase ; il est précisé ici qu’il a accompli toutes les magistratures et les liturgies dans la cité, avant l’énumération de ses fonctions équestres391. Une autre inscription indique le même type d’action de la part d’un notable local, Iulius Sextus dont le nom est entièrement restitué d’après les fonctions mentionnées392. Une inscription en l’honneur de Ti. Claudius Vetus indique qu’il a construit l’aleiptèrion dans le gymnase des néoi. Contrairement aux autres inscriptions, celle-ci détaille précisément sa carrière civique et donne une indication sur le moment de la construction : elle a dû être associée à sa prytanie (“prytane et fondateur de l’aleiptèrion qui se trouve dans le gymnase des néoi, deux fois stratège, trois fois irénarque et agoranome, hiéronome et secrétaire des revenus de la cité”). Une souscription ayant été lancée pour le gymnase, on peut présumer que ces personnages, de même que Quadratus, y avaient participé : mais rien n’est assuré étant donné l’état fragmentaire de l’inscription393. Non loin du gymnase, un autre prytane du règne de Trajan, G. Claudius Silianus, a fait des travaux sur le temple de Déméter, alors qu’il accomplissait cette magistrature394.

  • 395 IAsklepieion, 2 ; Halfmann [2001] 2004, 77-78.
  • 396 IAsklepieion, 38.
  • 397 IAsklepieion, 64. Halfmann [2001] 2004, 80, formule l’hypothèse qu’il s’agit d’un consul suffect d’ (...)
  • 398 Halfmann [2001] 2004, 79.

60La principale phase d’intervention à l’Asklépiéion date de l’époque d’Hadrien. Contrairement au gymnase des néoi, la commémoration des interventions indique qu’il s’agit plutôt d’évergésies libres, en dehors de toute magistrature ou prêtrise. Un sénateur, consul ordinaire en 142, L. Cuspius Pactumeius Rufinus, donna sans doute l’impulsion de la restructuration du sanctuaire, en faisant construire le temple rond du dieu395. La bibliothèque fut construite par Flauia Mélitinè, femme et mère d’un prytane396. La dédicace du portique nord du sanctuaire par [-]os Pollio est fragmentaire, mais il ne semble pas qu’il y ait la place pour l’indication de magistratures ou prêtrises397. La dédicace du propylée par Claudius Charax adopte à dessein une allure simple et modeste ; c’était un personnage de premier plan, un sénateur qui fut consul suffect en 147398.

  • 399 Campanile 1994, no 79.
  • 400 IAsklepieion, 30.
  • 401 IPergamon, 333. Voir II. 1.

La comparaison des deux entreprises est donc frappante. Sur l’Acropole, derrière la mainmise probable de Quadratus, c’est un groupe de notables ayant accompli des fonctions civiques qui a agi, comptant de nombreux chevaliers. La commémoration des constructions se fait dans un contexte civique : un tel a été prytane, ou gymnasiarque. C’était le devoir de ces notables assumant dans les années du règne de Trajan les plus hautes fonctions dans la cité que de mettre Pergame à la hauteur de l’honneur qui lui était fait d’accueillir un deuxième temple néocore. C’était également l’occasion pour eux de donner plus de prestige à leur famille dans la cité. Des différences avec Éphèse apparaissent cependant : alors qu’il existait un temple du culte impérial provincial à Pergame depuis le règne d’Auguste, aucun des personnages dont nous connaissons l’action de bâtisseur n’a été grand-prêtre du culte impérial. L’état lacunaire de l’épigraphie pergaménienne d’époque romaine empêche toute conclusion assurée. Néanmoins, il semblerait que les grands-prêtres dans cette cité s’en soient tenus strictement à leurs obligations, sans ressentir par ailleurs le besoin d’orner leur cité. Ce n’est qu’à la fin du iie s. que l’on rencontre un grand-prêtre bâtisseur, Ti. Claudius Pius, fils du sophiste Nikomédès, qui fut également stratège399. Après le résumé de sa carrière équestre, il est rappelé qu’il a été ἀρχιερέα Ἀσίας ναImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἐν Περγάμωι, κτίστην ἔργων προπύλου τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg πρὸς τImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgι ἀγορImage 100000000000000B0000000FC441F299.jpgι καὶ ὡροσκοπίου καὶ ζυγοστασίου (l. 10-12) ; il a été agonothète de concours en l’honneur de l’empereur. Il est donc intervenu à l’agora, en construisant un propylée, une horloge et la balance publique400. Son action fait penser à celle d’un savant pergaménien, Nikodémos Nikôn, qui a résolument placé son action dans le domaine de l’évergésie libre et de la pure bienfaisance, en la commémorant dans des épigrammes savantes401.

  • 402 Halfmann [2001] 2004, 111-112.
  • 403 Contra Mitchell 1990. Il est peut-être possible d’observer ce phénomène dans d’autres provinces d’A (...)

61Quant à l’Asklépiéion il fut le champ d’action d’évergètes dits spontanés, c’est-à-dire agissant en dehors de toute magistrature ou prêtrise, eux aussi des notables pergaméniens, mais pour la plupart de rang sénatorial ; plusieurs parmi ces sénateurs ont même géré le consulat. La construction a donc lieu au sanctuaire en dehors de toute ambition politique locale, de toute stratégie familiale, étant donné la puissance et le renom de ces familles, au-delà de l’horizon civique. Leur action témoigne de leur attachement à leur “petite patrie”. Le cas de Pergame paraît à bien des égards hors-norme, par le rang des personnages qui ont jugé bon d’orner la cité, par l’absence fréquente de lien entre la construction et une carrière civique, par l’absence également de rivalités puisque les exemples d’interventions contemporaines que nous avons (le gymnase des néoi, l’Asklépiéion) ont été accomplies en coopération comme l’indique la souscription, ou en l’absence de contexte politique civique, à cause du rang sénatorial des intervenants au sanctuaire. Le début du iiie s. ne permet aucune remarque : selon H. Halfmann, ce déficit s’explique également par un report des dépenses des grandes familles de la cité vers les concours402. Ce désengagement rapide, s’il n’est pas seulement une impression créée par le manque de sources, doit être remarqué : les autres cités d’Asie mineure occidentale ne connaissent pas un phénomène comparable403.

Smyrne

62Alors que l’épigraphie smyrnienne d’époque romaine, permettant de prendre connaissance de constructions entreprises par la cité ou des particuliers, présente un contingent comparable à celui de Pergame, et plus étendu dans le temps, jusqu’au ive s., la connaissance de l’histoire urbaine de la cité est fortement entravée par la superposition de la ville moderne sur la ville antique. Il est donc difficile de spatialiser les interventions des uns et des autres pour dégager le sens de l’action de familles au sein de l’espace urbain. À défaut, il est possible de remarquer que le niveau social des intervenants dont le nom est conservé par l’épigraphie est élevé, et comparable à ce qu’il est dans la capitale d’Asie au iie et au iiie siècle. L’accomplissement des plus hautes magistratures civiques ou d’une grande-prêtrise de niveau provincial sont les moments généralement choisis pour effectuer une construction dans la cité.

  • 404 IK, 24.1-Smyrna, 697.
  • 405 IK, 24.1-Smyrna, 639.
  • 406 Campanile 1994, no 48.
  • 407 Philostr., VS, 2.26 [613].
  • 408 IK, 24.1-Smyrna, 641.

Les participants à la souscription de 123 forment l’exemple parfait de l’association de personnages ayant revêtu des fonctions de haut niveau dans la cité, prêtrises ou magistratures. On trouve ainsi un agonothète des Néméseis, une grande-prêtresse et un grand-prêtre du culte impérial provincial, un asiarque, deux prytanes et un stéphanéphore404. M. Aurelius Iulianus, au iie s. ou à l’époque sévérienne, fut honoré “à cause de la grandeur des constructions qu’il a faites pour (sa patrie)”, διὰ τὸ μέγεθος Image 100000000000000A0000000F5CDEABD5.jpgν αὐτImage 10000000000000080000000F59C94827.jpg κατεσκεύαζεν ἔργων405 ; il a été deux fois asiarque406, stéphanéphore, néocore des Augustes. Philostrate signale dans la vie d’Héraclide le Lycien qu’il a fait construire une fontaine dans le gymnase d’Asklépios, et qu’il a accompli la magistrature éponyme, la stéphanéphorie407. À un rang moindre semble-t-il, T. Flauius Onésimos Paternianus, à la fin du ier ou au début du iie s., a fait des “constructions de monuments”, alors qu’il a eu une carrière civique importante, même s’il n’est pas allé jusqu’à la stéphanéphorie (“stratège des armes et néocore des grandes déesses Néméseis, hipparque, grammatophylax, prytane, premier agoranome, trésorier de la cité, et qui a accompli les autres magistratures avec honneur”)408. Ces quelques éléments indiquent donc un profil des bâtisseurs comparable à celui des constructeurs éphésiens à partir du iie s., lorsque l’influence italienne s’estompe. Dans la souscription de 123 apparaissent cependant quelques noms qui ne sont pas ceux de citoyens romains, alors qu’à cette époque dans la capitale d’Asie les personnalités les plus en vue de la société civique ont pour la plupart également accédé à un statut juridique romain.

Stratonicée de Carie, Aizanoi, Kéramos

  • 409 Beaucoup d’inscriptions disent simplement “grands-prêtres”, sans préciser “des Augustes”. À Aphrodi (...)
  • 410 Voir sur les familles de prêtres Laumonier 1937, 1938a et b.
  • 411 IK, 21-Stratonikeia, 310.
  • 412 Voir le répertoire, cité par cité, de Halfmann 1982, 632-634. Kéramos ne fait pas connaître non plu (...)

63Ces villes importantes d’Asie, sans être de premier plan, révèlent une structure globalement comparable de la participation de la société civique à l’ornement urbain. À Stratonicée de Carie, les prêtres d’Hécate à Lagina et de Zeus à Panamara, ainsi que les grands-prêtres409 du culte impérial – parfois les mêmes certaines années –, que leur fonction contraignait à d’autres types d’évergésies (financement des fêtes religieuses, de banquets, des distributions), ont pourtant pourvu à eux seuls à une grande partie de la construction ou de la restauration des monuments de leur cité, à l’occasion de l’accomplissement de leur prêtrise, ou après son terme. La cité apparaît très peu en tant que commanditaire, ce qui renforce à la fois le prestige et l’influence sur la vie locale de ces prêtres qui avaient une action évergétique multiple, propre à leur créer une grande popularité parmi leurs concitoyens. À la fin de leur année de prêtrise, ils rappelaient en détails les bienfaits qu’ils avaient accomplis, dans une inscription où le récit se faisait à la première personne, qui n’était ni une dédicace, ni une inscription honorifique, mais qui constitue un type de source précieux pour la connaissance de la vie civique de Stratonicée. En effet, ils sont loin de n’intervenir comme constructeurs que dans la sphère sacrée, dans les sanctuaires dont ils sont prêtres : leurs entreprises de constructions concernent le théâtre de la cité, ses gymnases et ses portiques, le pavement de l’agora. La société civique de Stratonicée présente également une très grande stabilité : on a toujours attendu des prêtres et grands-prêtres qu’ils remplissent ce rôle, et ils l’ont fait invariablement410, jusqu’à une date avancée du iiie s., voire au-delà, comme le montre l’inscription où des descendants de M. Sempronius Clemens rappellent leurs bienfaits dans le portique construit par leur ancêtre, en 311411. Par ailleurs, alors que la société stratonicéenne bénéficie à coup sûr, en considération de l’urbanisme de la cité et de la réputation de ses deux sanctuaires, d’un groupe de notables riches, ambitieux, cherchant l’illustration au sein de sa cité, il est remarquable que nous n’ayons connaissance d’aucun membre de l’ordre sénatorial originaire de cette cité (il ne semble pas non plus que des chevaliers y soient connus)412.

  • 413 Naumann 1979. Voir fig. 11, le plan d’Aizanoi.
  • 414 Price 1982.
  • 415 Le temple de Zeus à l’époque de Domitien figure sur les monnaies RPC II, 1362-3. On trouve encore s (...)
  • 416 Tableau dépeint dans Barresi 2003. Le cas d’Aizanoi est révélateur d’un maniement des sources dans (...)
  • 417 Laffi1971 ; Sartre 2003, 174.
  • 418 Gros 2005b, 213 : “les sanctuaires rupestres des vieilles divinités matronales, les “Mères” phrygie (...)
  • 419 Voir notamment Mitchell 1993b, 18 ; Robert 1981b, 354-355.
  • 420 Mitchell 1993b, 19. Mais St. Mitchell suggère que dès lors le culte rural rentra dans l’ombre du cu (...)
  • 421 Wörrle 1992.
  • 422 Rheidt 1997, 484 (rue à portique) et 487 (sarcophage de L. Claudius Seuerinus). Voir le plan d’Aiza (...)
  • 423 P. Gros utilise cet argument pour conclure à l’échec de l’urbanisation de la rive ouest du Penkalas (...)
  • 424 Robert 1981b, 355-359.

64Aizanoi est une cité de Phrygie, dotée de traditions religieuses anciennes, anatoliennes, avec notamment un sanctuaire de Méter Steunènè, en dehors du centre urbain. Dans la ville, la construction du temple de Zeus est en général datée de l’époque d’Hadrien413. Un ensemble de remarques de S. Price414 qu’il n’a à notre connaissance pas développées ailleurs que dans un compte-rendu, invite cependant à considérer que sa construction ait pu être décidée à la fin du ier s. La preuve alléguée pour la construction du temple à l’époque d’Hadrien, à savoir le règlement du problème de propriété des terres du temple, n’est pas suffisante. Les sources numismatiques suggéreraient que le temple fut commencé une génération plus tôt, au moins : un temple avec une statue de culte de Zeus apparaît en effet déjà sur une pièce de Domitien415. Cette observation confirme que la vie des cités grecques d’Asie mineure occidentale n’est pas commandée sous l’empire par l’envie de plaire à Rome ni de rentrer dans les cadres qu’elle a créés : l’effort pour l’“ornement de la cité” ne vient pas d’une impulsion d’Hadrien, ni même d’abord de l’envie d’entrer au Panhellènion416. Le choix de types architecturaux est encore rare sur les monnaies de bronze à l’époque de Domitien : on peut y voir la volonté de célébrer la construction d’un nouveau temple. Le mythe de Zeus à Aizanoi a des racines profondes ; le sanctuaire possédait des propriétés dès l’époque hellénistique417. Il ne s’agit donc pas d’“un temple du panthéon romain”418. Près de la ville se trouve en effet la grotte de Méter Steunènè, donnant sur la rivière Penkalas, et réputée pour être le lieu de naissance de Zeus419. Or, le temple de Zeus construit sur la rive occidentale du Penkalas comportait une chambre souterraine, analogie urbaine de la grotte rurale420. Le site extra-urbain ne fut cependant négligé ni des habitants de la cité, qui le fréquentèrent continûment au Haut-Empire, ni des concepteurs de son urbanisme. D’une part en effet, le monument funéraire et le sarcophage de L. Claudius Seuerinus et de sa femme Bérénikè, les parents de Seuerina, épouse d’Euryklès qui est l’un des illustres représentants de la cité d’Aizanoi sous Antonin le Pieux421, ont été retrouvés auprès de ce sanctuaire, parmi les sarcophages d’autres notables. D’autre part, une rue à colonnade s’étendait du centre urbain, depuis une porte monumentale, vers la rive du Penkalas : elle devait relier le centre urbain à la grotte, à deux kilomètres de distance422. Aizanoi donne finalement l’impression d’une cité, dans la deuxième moitié du iie s., où les deux identités mythiques, d’origine anatolienne et grecque (et non romaine), se rencontrent : la rue à portique à l’est du Penkalas menant au sanctuaire de la Mère Steunènè (la grotte où serait né Zeus) est un axe déterminant de la cité423, tandis que le temple de Zeus à l’ouest renforçait le prestige de la cité dans le contexte culturel valorisant ce type de constructions à l’époque romaine. Dans cette ambiance typiquement civique et grecque, le mythe de la naissance de Zeus était représenté sans cesse, par divers types monétaires, analysés par L. Robert424.

  • 425 Gros 2005b, 213-215.

65On peut donc discuter l’idée que la cité fut écartelée entre les traditions auxquelles elle était attachée et le “luxe romain”425 : du moins les inscriptions et l’analyse du comportement des élites urbaines ne vont-elles pas dans ce sens. En effet, les élites d’Aizanoi, dans les politiques de construction qu’elles ont entreprises pour faire de leur cité une cité gréco-romaine, n’ont pas renié leur enracinement religieux, ni leurs anciennes traditions. De ce point de vue donc, l’ornement de la cité n’est pas une coquille vide, conduisant à l’appauvrissement de l’identité locale, comme le laisse entendre l’expression de “luxe romain”. Il est investi de valeurs communes qui permettent à la cité, entraînée par ses notables (l’opinion du peuple d’Aizanoi, comme de celui des autres cités, reste à jamais insondable), de s’adapter à la nouvelle donne de l’hellénisme d’époque romaine. On peut inscrire la construction ou les embellissements constatés pour le théâtre, le stade et les bains, au iie s., dans ce cadre cultuel et politique. Les valeurs dont les notables investissent cette politique de construction, que l’on peut connaître à travers les sources épigraphiques et les discours de sophistes issus de la même formation et de la même classe sociale, ne reflètent pas la simple ambition personnelle d’accéder aux honneurs dans le système romain ; elles s’inscrivent dans une vision beaucoup plus large du monde, dans une culture beaucoup plus riche et structurée, qui interdit de voir un échec culturel hellénique dans l’ornement urbain d’époque romaine. L’analyse de la place sociale et politique des commanditaires de constructions de monuments publics le montre.

  • 426 Wörrle 1995b, 67 no 1.
  • 427 Wörrle 1995b, 64 et 67 no 3 ; il avait dirigé des émissions monétaires à l’époque de Claude, avec A (...)
  • 428 Comme Price 1982, nous pensons que ce temple fut entrepris dès l’époque de Domitien, à cause des ém (...)
  • 429 MAMA IX, 10.
  • 430 Dans l’ordre de leur citation, MAMA IX, P 9, P 6, P 7 et P 8.
  • 431 Campanile 1994, no 110.

66On retrouve dans cette cité le rôle prépondérant des premiers magistrats et des prêtres dans l’embellissement de la cité. Dès 50, Asklépiadès Charax construit le temple d’Artémis, dont il exerce la prêtrise à vie426. Pour cela il est honoré après sa mort par un décret du Conseil et du peuple427. Un événement marquant de l’histoire urbaine d’Aizanoi fut ensuite la construction du temple de Zeus, dont la source de financement et la date, plus probablement la fin du ier siècle que l’époque d’Hadrien comme nous l’avons vu, restent mal connues428. À l’époque d’Antonin le Pieux en revanche, on connaît mieux l’influence de deux personnalités déterminantes, L. Claudius Seuerinus et M. Ulpius Appuleius Euryklès. Seuerinus est connu dans le domaine de la construction publique pour avoir fait achever à ses frais un aqueduc entrepris par la cité, alors qu’il était archinéocore429. Son gendre, à la fin du règne d’Antonin le Pieux, fit construire un pont sur le Penkalas, rivière qui traverse la cité. La formulation de l’inscription, dont la dédicace est adressée au dieu Hadrien Panhellénique, aux déesses éleusiniennes, à Athéna Polias et à Poséïdon et Amphitrite, et qui est datée de la sixième panhelléniade de la 234e Olympiade, fait allusion aux fonctions qu’il vient d’accomplir, et qui lui ont permis de retourner dans sa patrie auréolé de gloire. En effet il s’est illustré durant sa fonction au Panhellènion : il fait l’objet d’une lettre de félicitation de la part d’Antonin le Pieux à sa cité, de l’Aréopage d’Athènes aux Aizanites, et du Panhellènion aux Aizanites, ainsi que du Panhellènion au koinon d’Asie430, car sous Marc Aurèle il exerce une grande-prêtrise à Pergame, puis à Smyrne sous Commode431. Dans sa lettre, Antonin le Pieux fait en particulier l’éloge de sa paidéia, qui est celle des meilleurs hommes de son temps.

  • 432 Voir pour les détails de la carrière d’Euryklès et de ses ancêtres, Naumann 1985 et Wörrle 1992. So (...)
  • 433 La présence d’un dossier épigraphique sur la famille d’Euryklès (lui-même, son père, son grand-père (...)
  • 434 Jacques 1984, 730-731.
  • 435 FOS, 822 (Ulpia Apuleia) et stemma LXIV (à la génération où ces familles accèdent à l’ordre sénator (...)

67On retrouve donc, l’association entre deux hommes soucieux d’orner leur cité, dont le second connaît une ascension sociale remarquable432 qui lui permet d’accéder à des fonctions dans la province, il fut aussi logiste de la gérousie d’Éphèse et logiste d’Aphrodisias dans les décennies suivantes. Les Ulpii étaient une famille importante depuis avant même le grand-père d’Euryklès, qui obtint la citoyenneté romaine ; alors que son père et son grand-père ont eu une carrière civique remarquable, il est le premier de sa famille, à notre connaissance433, à vouloir renforcer le prestige de l’une de ses fonctions – en l’occurrence, son service au Panhellènion – par une construction publique. Son beau-père en revanche s’était déjà illustré de la sorte. Par ailleurs cette stratégie d’ascension sociale réussie, basée sur une illustration individuelle où l’accomplissement des plus hautes fonctions finit par être associé à une entreprise de construction – la construction publique n’est donc pas, à la différence de l’Afrique, un moyen de convaincre ses concitoyens de sa munificence au moment d’entrer dans une carrière civique434 – ne se réalise pas au détriment d’un attachement profond à l’identité civique. Antonin le Pieux et les collègues d’Euryklès au Panhellènion lui ont reconnu sa parfaite éducation, effectuée dans les traditions grecques. Cet éloge dans le contexte de l’épanouissement de la seconde sophistique n’est pas anodin. Le cas de son beau-père dévot de Méter Steunènè est exemplaire également, et interdit de voir à Aizanoi un abandon méprisant, de la part des notables attirés par le “luxe romain”, du vieux sanctuaire de la divinité traditionnelle, anatolienne, au profit de divinités nouvelles. La petite-fille de L. Claudius Seuerinus, la fille de M. Ulpius Appuleius Euryklès, appartient semble-t-il à l’ordre sénatorial435, ce qui marque le succès de cette famille, et la capacité remarquable de M. Ulpius Appuleius Euryklès à s’insérer dans les réseaux de pouvoir à l’échelle impériale, tout en conservant un attachement indéfectible à sa cité et aux pratiques évergétiques et culturelles qui y étaient prisées.

  • 436 Spanu 1997, 125-138.
  • 437 IK, 30-Keramos, 17 ; Crampa 1988, 607 n. 8.
  • 438 IK, 30-Keramos, 18.
  • 439 IK, 30-Keramos, 19 avec de nouveaux morceaux trouvés en 1979 et IK, 30-Keramos, 20. Un autre fragme (...)
  • 440 Même s’il n’est pas certain que le [-]rion se rapporte bien à un monument des eaux (voir Spanu 1997 (...)
  • 441 Campanile 1994, no 111.
  • 442 Inscription honorifique par la gérousie d’Éphèse, dont il a été logiste : IK, 13-Ephesos, 618.
  • 443 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 126-127.

68À Kéramos comme à Aizanoi, l’exécution de travaux publics s’accompagna de l’accomplissement de fonctions civiques de haut rang. À l’époque de Trajan et d’Hadrien, une famille exerça les plus hautes fonctions civiques et religieuses et entreprit une ambitieuse politique de construction visant à doter Kéramos d’un complexe balnéaire, ce qui implique un ravitaillement en eau important436. Lykiskos fils d’Apolloklès construisit une fontaine sous Trajan. Aucune de ses fonctions n’est mentionnée dans la dédicace (dont la dernière ligne est perdue)437. À la génération suivante, son fils Hermophantos et Hermophantos fils de Dionysios ont promis, à l’occasion de leur agoranomie, la construction d’un édifice ou d’une salle438 ; en tout cas la nature de l’inscription, sur une architrave, et le vocabulaire employé, qui est celui de la construction, ne laissent pas de doute sur la nature monumentale de ce qui est offert. Enfin, à la génération suivante, Hieroklès fils d’Hermophantos, “grand-prêtre, stéphanéphore et trois fois gymnasiarque”, et sa femme, Aristonikè fille d’Aristokratès, “grande-prêtresse, stéphanéphore”, ont offert, pendant leur grande-prêtrise, “le bain à partir des fondations, tous les bâtiments qui se trouvent à l’intérieur avec leur ornement, à leurs frais”439. L’ensemble indique une progression familiale sur trois générations. Lykiskos a offert un monument à titre d’évergésie libre, puis à la génération suivante, un don a été fait pour une fonction de rang moyen au sein de la cité, l’agoranomie ; la dernière génération marque l’achèvement de l’ascension politique de la famille, le couple exerçant la prêtrise du culte impérial civique, en même temps que la stéphanéphorie. Une même zone de la cité a été aménagée par une même famille, témoignant d’un travail d’ampleur et coordonné sur trois générations440. Le fils de Hiéroklès, M. Ulpius Aristokratès, accède à la citoyenneté romaine, et devient grand-prêtre d’Asie au temple d’Éphèse441. Il fait acte d’évergétisme à Éphèse en donnant de l’argent, au moins 20 000 deniers442, pour la construction d’un bâtiment inconnu, et n’oublie pas sa patrie en réservant des places pour ses concitoyens de Kéramos au stade ou au théâtre d’Éphèse443.

Conclusions

69Asie mineure occidentale et Afrique : deux modèles différents de l’évergétisme ob honorem

  • 444 Jacques 1984, 731. Fr. Jacques ne détaille pas la nature des dons, mais il s’agit le plus souvent, (...)
  • 445 Jacques 1984, 732.
  • 446 Jacques 1984, 719.

70En Asie mineure occidentale, la reconnaissance de la cité, voire la promotion dans la hiérarchie civique et impériale, se conquiert lorsque l’on se trouve en situation de dépasser ses pairs, soit par une évergésie libre que rien n’exige, ce qui souligne la générosité du donateur, soit en renforçant l’éclat d’une fonction déjà prestigieuse par un don supplémentaire, quasiment nécessairement très onéreux lorsque l’on entre dans le domaine de la construction publique. Ce point, associé à une carrière civique où les magistratures se succèdent de manière souple et qui n’est pas réglée comme un cursus honorum, laisse davantage libre cours aux ambitions locales que ne le fait le fonctionnement africain décrit par Fr. Jacques. Le paiement en début de carrière est l’occasion dans les provinces africaines de montrer que l’on sait être généreux, et le donateur savait alors à peu près, à hauteur de son don, la qualité de la carrière municipale qu’il était en situation d’accomplir, en suivant pas à pas un cursus honorum réglé : “les notables désireux de parvenir rapidement à la magistrature iure dicundo auraient cherché à se signaler alors (au moment de l’édilité) par une évergésie”444. La structure des dons ob honorem, pour ce que nous en connaissons en Asie mineure occidentale, est donc assez précisément l’inverse, en dehors des prêtrises, de celle des dons en Afrique, où la quinquennalité, la plus prestigieuse, est la moins bien représentée. Pour les prêtrises Fr. Jacques constate de même que ce sont celles obtenues en début de carrière qui donnent lieu aux dons les plus fréquents445. La souplesse du cursus introduit également une grande différence entre la situation en Narbonnaise, Latium et Campanie446, et celle de l’Asie mineure occidentale : alors que les sources épigraphiques étudiées par Fr. Jacques sont peu nombreuses en ce qui concerne les évergésies libres, dont il exclut les dédicaces religieuses qui selon lui traduisent la piété personnelle, c’est la catégorie la plus nombreuse parmi les types de dons faits par des particuliers, d’après notre recensement portant sur l’Asie.

  • 447 À comparer avec le répertoire dressé par Jacques 1984, 737-741 ; voir également Jacques 1975.
  • 448 Voir II. 1.

71Cette comparaison aide à voir les spécificités de la vie civique d’époque romaine en Asie. Le don ob honorem fastueux n’est pas un moyen obligé pour faire carrière, quand on se lance dans la vie politique locale. Cela ne signifie bien sûr pas qu’il faut avoir une vision idéale de la société civique grecque : on n’achète pas une carrière, mais nécessairement les réseaux familiaux et clientélaires, que l’on peut suivre sur quelques générations dans plusieurs cas, comptent. Mais en Asie mineure occidentale, les dons monumentaux faits à l’occasion d’une fonction civique ont un principe de proportionnalité avec la charge exercée par l’évergète. La cohérence temporelle est plus grande : alors qu’en Afrique il y a quelquefois un retard entre le don de l’évergète et la réception d’un honneur à la mesure du don, qui a été fait à l’occasion d’une fonction moyenne (l’édilité), en Asie mineure occidentale la temporalité du don diffère. Cela peut être un facteur d’explication du moindre nombre de retards d’exécutions attestés par les inscriptions dans les cités grecques447 : si l’on se reporte au tableau dressé à l’occasion de l’examen de la précision du vocabulaire épigraphique sur les retards d’exécution, on constate leur faible nombre : ils sont dus en général à la mort du premier commanditaire448. En effet, il n’y a pas lieu d’être récalcitrant à accomplir des bienfaits quand on a déjà atteint la fonction la plus prestigieuse de la carrière civique. Le don fait à ce moment là renforce, souligne, la générosité du commanditaire, son bon vouloir pour sa patrie. Il donne une grande visibilité à son amour pour sa cité.

  • 449 Badel 2005, 297-298 (la “noblesse” d’après Diogène Laërce naît aussi de l’illustration personnelle, (...)
  • 450 Aux exemples étudiés précédemment, on pourrait ajouter le cas de Milet, dont l’ornement urbain est (...)
  • 451 Affirmation de cet héritage par Badel 2005, 297.

72À la différence donc d’autres provinces de l’Empire romain, la société oligarchique des cités d’Asie mineure occidentale a voulu éviter toute apparence d’un marchandage, au profit de celle de la liberté de donner. La paidéia et les valeurs des notables les incitent à manifester de la sorte leur eugénéia449. Ce contexte explique le nombre important d’évergésies libres attestées par des personnes en situation de carrière politique, à qui ces dons devaient profiter – mais il n’y a guère de moyen de le savoir, et ce n’est pas l’impression qu’ils voulaient donner –, et celui des dons ob honorem liés aux plus grandes magistratures et prêtrises civiques450. Il ne s’agit pas seulement de réaliser une belle carrière, en obtenant des postes : il s’agit aussi de montrer sa noblesse d’âme. Or, l’éthique des notables des cités grecques d’Asie mineure occidentale les porte dans l’Empire romain à considérer qu’un des meilleurs moyens de manifester leur grandeur d’âme est l’évergétisme édilitaire, qui n’encourt pas les réprobations auxquelles est soumis le don de spectacles ou de combats de gladiateurs. Ainsi le don de monuments publics est un moyen actuel, effectif, d’acquisition de noblesse aux yeux de ses concitoyens, puisque l’on fait preuve alors de φιλοτιμία et que l’on participe à l’illustration de la cité et au bien public, à la différence d’autres formes d’évergétisme. Cette conception des choses crée des sociétés civiques plus dynamiques que si le prestige ou la noblesse reposait uniquement sur l’héritage. C’est le même esprit qui préside au comportement politique dans la cité : les notables manifestent bien mieux leur grandeur d’âme, et donc par là leur noblesse, en offrant une construction au faîte de leur carrière, quand ils ne donnent pas l’impression d’acheter quoi que ce soit, ou en dehors de toute fonction politique, ce qui est une manifestation éminente de générosité. La forte valorisation culturelle de l’ornement de la cité, qui lui permet de montrer son ancienneté et sa puissance et l’aide à garantir son statut, associée à une éducation et des valeurs héritées du modèle classique451 sur ce que doit être le comportement de l’homme de bien, qui s’adaptent bien à l’oligarchie qui se généralise à l’époque romaine, conduisent presque naturellement à ce comportement de la part des notables d’Asie mineure occidentale. En apparence semblable à celui de leurs contemporains des provinces d’Afrique par exemple, en réalité il en est différent dans sa structure. On constate également des variations plus ténues mais significatives d’une cité à l’autre : à Stratonicée, c’est l’exercice des prêtrises de Panamara et Lagina qui forme l’occasion de la construction ; on rencontre des prytanes et secrétaires du peuple constructeurs à Éphèse, tandis qu’à Aphrodisias on peut déceler de véritables dynasties de constructeurs, qui ne revendiquent pas leur action en lien avec une fonction publique ; à Pergame, des chevaliers et des sénateurs s’impliquèrent dans l’embellissement de leur cité d’origine, apparemment dans une proportion importante eu égard au faible nombre d’attestations conservées pour l’ancienne capitale attalide.

73Cet air de liberté que voulaient se donner les notables à l’occasion de leur don a plusieurs conséquences. Comme l’évergétisme édilitaire est un moyen fondamental d’illustration personnelle et collective, les conflits sont logiquement minimisés. Des dissensions devaient certes avoir lieu. À l’évidence, il y avait ainsi deux clans à Éphèse à la fin du ier s., qui n’avaient pas la même vision des conséquences de l’obtention d’une néocorie sur la vie civique : fallait-il rentrer dans le jeu des villes d’échelle impériale, romaine, et gigantesque, ou garder un caractère traditionnel à l’urbanisme ? C. Sextilius Pollio et des notables comme la famille Passalas étaient déjà à l’époque augustéenne des représentants de ces deux visions, sans que la tension dégénère comme elle l’a fait lorsqu’Aristiôn fut jugé devant Trajan. Cependant il est clair que les sociétés civiques étaient très attachées à donner l’image d’une harmonie interne et d’un fonctionnement politique sans heurts, essentiellement pour se garder de l’intervention du gouverneur. Il ne faut pas sous-estimer la valeur de cet effort général pour éviter que les rivalités de personnes ne dégénèrent. Le don fait de bonne grâce, pour renforcer le prestige d’une haute fonction, apparemment sans rien attendre, était le mieux vu – alors qu’en Afrique le don, même s’il résultait toujours d’une décision personnelle, était attendu, prévu, résultat moins de la supposée qualité morale de l’évergète que du marchandage normal pour avoir une belle carrière municipale. Avant d’exercer une prêtrise importante ou une magistrature politique de premier plan, ce n’était donc pas une pratique habituelle en Asie mineure occidentale que de lancer sa carrière par des dons munificents. De manière peut-être inattendue l’analyse du moment où interviennent les dons dans une carrière personnelle révèle que ce type d’évergétisme n’a au fond qu’un rôle limité dans l’ascension sociale personnelle.

Le rôle des chevaliers et des membres de l’ordre sénatorial

  • 452 L’analyse du moment de l’obtention de la citoyenneté romaine est plus difficile à réaliser. En effe (...)
  • 453 Demougin 1999, 590. Voir Fr. Jacques, dans Jacques & Scheid 1990, 343-345, sur ce modèle somme tout (...)
  • 454 Campanile 1994, 9.
  • 455 Rémy 1991, 160, sur la manière dont les évergètes pouvaient ainsi être remarqués par les autorités (...)

74Le schéma traditionnel d’ascension sociale des élites en Asie mineure est le suivant : on accède d’abord à une réputation locale et provinciale452, avant d’atteindre le rang de chevalier puis de sénateur, en général sur deux ou trois générations453. Il est rare de concilier la fonction d’asiarque et la dignité équestre, et il n’est pas d’exemple de sénateur qui ait été grand-prêtre du culte impérial provincial. Or on constate parmi les constructeurs de monuments non seulement de nombreux parents de grands-prêtres, mais aussi les grands-prêtres eux-mêmes454, alors que rien ne les y obligeait puisque l’on attendait d’eux d’autres types de dons. En réalité, la construction réalisée sur fonds personnels bénéficie d’une très grande valorisation de la part des communautés civiques grecques, et de la meilleure reconnaissance parmi les différentes évergésies possibles de la part des autorités romaines, étant à la confluence de systèmes de valeurs grec et romain, à l’expression différente mais au résultat comparable. La cité proclamant sa reconnaissance pour ses citoyens les plus éminents qui se sont illustrés dans l’ornement de l’espace urbain, dans des décisions transmises aux autorités romaines ou qu’elle fait connaître au gouverneur lors de ses tournées, ouvre le chemin à la carrière au sein de l’empire455. Or, l’obtention d’une prêtrise du culte impérial provincial avait pour condition que l’on s’était brillamment illustré dans sa cité, donc que l’on répondait aux critères de l’illustration civique grecque ; elle était aussi le moment du passage d’une carrière civique à un horizon plus large, où il fallait également montrer son adhésion aux critères culturels romains. Que le processus ait été conscient ou non de la part de ces notables ambitieux, il est certain qu’offrir les fêtes prévues et participer en même temps au financement de monuments publics, était le meilleur moyen de manifester leur adhésion aux valeurs propres à l’hellénisme impérial et à la société romaine.

  • 456 Sur les chevaliers dans les cités orientales, voir Quass 1982, 198-206.
  • 457 Demougin 1999, 588.
  • 458 Herrmann 1994. C. Iulius Épikratès, qui a fait des constructions à Milet, était lié à Capito, le co (...)
  • 459 Demougin 1999, 589.

75Les chevaliers456 apparaissent dès le premier siècle, bien que rarement, comme des constructeurs dans les cités d’Asie ; deux cas sont connus, à Éphèse et Milet. Le cas de Cn. Vergilius Capito est remarquable : il a été préfet d’Égypte entre 47 et 52457. Il reste fidèle à sa patrie et y fait construire au terme de sa carrière, suivant probablement en cela une tradition familiale458. Pendant tout le Haut-Empire des chevaliers financent à titre personnel des constructions dans leur cité. Souvent, à la différence de Vergilius Capito, ils se contentaient de bénéficier de leur titre, sans s’engager dans une carrière plus développée459. Le titre romain sert alors avant tout à usage interne dans la cité, il contribue à rehausser le prestige personnel de son détenteur qui accomplit des magistratures et se comporte en évergète, sans avoir l’envie d’exercer les fonctions propres à l’ordre équestre, qui le mèneraient loin de chez lui.

  • 460 Nous reprenons les abréviations et les conclusions de Demougin 1999 pour indiquer le niveau atteint (...)

Tableau 2. Chevaliers ayant financé des constructions en Asie au Haut-Empire460

Image 10000000000002AF000002A1431FE0CD.jpg

Image 10000000000002B20000033202242741.jpg

  • 461 Originaire d’Akmonia (Kearsley 1988), il a été deux fois praefectus fabrum (IK, 16-Ephesos, 2061) e (...)

Note 461461

  • 462 Halfmann 1982, 603-605. En dehors Éphèse, il nous paraît rare que de riches personnages d’origine i (...)

76Les sénateurs n’apparaissent qu’au iie s., Éphèse et Pergame monopolisant presque leurs interventions, tandis que les chevaliers continuent d’apparaître à plusieurs endroits. Ils sont originaires des cités où ils agissent en tant qu’évergète-constructeur, ou de la région proche. Dans les trois catégories distinguées par H. Halfmann d’hommes qui en Asie mineure se sont retrouvés en position de devenir sénateurs, n’apparaissent parmi les constructeurs que la deuxième et la troisième catégorie : on ne trouve pas, à l’époque julio-claudienne, de sénateurs issus de familles italiennes implantées en Asie qui aient ressenti le besoin de construire dans leur patrie orientale462.

  • 463 Avec l’identité de ces personnages, nous indiquons la plus haute magistrature ou fonction qu’ils on (...)

Tableau 3. Sénateurs et membres de l’ordre sénatorial ayant financé des constructions en Asie au Haut-Empire463

Image 10000000000002AB000003C84923EB19.jpg

Image 10000000000002AB00000266067BF98A.jpg

  • 464 D’après la documentation et s’il s’agit bien de lui et non de son père (PIR² C 795), il atteignit l (...)

Note 464464

  • 465 Halfmann 1982, 608-609.
  • 466 Halfmann 1982, 610.
  • 467 Eck 1980. Quass 1982 fait le même constat.
  • 468 Eck 1980, 305-309, les nos 1, 3-5, 13, 15, 17, 21, 22, 25, 28, 32, 34-36, 40, 42, 44, 46, 47, 49-53 (...)
  • 469 Herrmann 1993a, partie 1.
  • 470 CIG 2781b + add. p. 1111.
  • 471 Constat fait par Kirbihler 1999, 220. Pour la datation de la carrière sénatoriale de Vedius 3, voir (...)
  • 472 Voir par exemple la recension des familles sénatoriales éphésiennes par Halfmann 1982, 627-630 : le (...)
  • 473 Voir Quass 1982, 192-193 et 188-195 sur les sénateurs bâtisseurs dans les cités d’Asie et Halfmann (...)
  • 474 Halfmann 1982, 615.
  • 475 Les constructions de monuments publics que ces personnages réalisent interviennent la plupart du te (...)

77Le changement de comportement évergétique est net à l’époque flavienne, lorsque des homines noui, souvent d’origine royale, furent promus sénateurs par Vespasien. Ti. Iulius Celsus Polemaeanus de Sardes et C. Antius A. Iulius Quadratus de Pergame étaient liés aux familles royales galates et attalides ; la famille du premier a dès le ier s. a.C. participé au culte de Dea Roma465. La troisième catégorie est celle des élites urbaines grecques qui après avoir assumé une grande-prêtrise provinciale, servent de réservoir au recrutement des sénateurs466. Les membres de l’ordre sénatorial bénéficiaient d’une dispense de participation à la vie civique, magistratures et liturgies, de leur cité d’origine. Cependant, on constate qu’ils continuent d’intervenir dans leur cité, comme magistrats et évergètes, comme le montre le tableau de W. Eck467 sur ce thème. On constate un certain équilibre dans les attestations en Orient. Parmi les différents types d’évergétisme, alors que W. Eck compte 26 interventions de membres de l’ordre sénatorial dans la province d’Asie468, nous pouvons pour notre part compter une bonne douzaine d’actes de construction ou d’ornement du paysage urbain de la part de ce même groupe – il est vrai que certains n’étaient pas connus au moment où W. Eck a dressé son répertoire, comme Antonia Sabina et Flauia Pôllitè à Sardes, qui ont financé avec la cité la dorure de l’aleiptèrion469. Ce contingent n’est pas énorme, mais il est significatif eu égard au nombre d’interventions évergétiques de toutes sortes connues de la part des sénateurs dans leur patrie. On ne connaît souvent que des titres décernés par la cité, sans connaître leur cause : ainsi le titre d’“évergète de la patrie”, dont bénéficie par exemple Ti. Claudius Attalos à Aphrodisias470, peut renvoyer à des constructions effectuées par ce personnage. L’action civique peut avoir lieu dans deux contextes très différents pour les sénateurs et membres de l’ordre sénatorial : Ti. Iulius Celsus Polemaeanus après avoir été consul et proconsul revient dans sa cité d’adoption ; mais parmi les Vedii, le premier à accéder à l’ordre sénatorial, M. Claudius P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus, a privilégié un champ d’action civique, en tant que magistrat et évergète. En revanche ses petits-enfants issus de T. Flauius Damianos sont allés s’installer en Italie, et ils disparaissent de l’épigraphie honorifique d’Éphèse471. Par ailleurs, parmi les familles sénatoriales connues en Asie, nombreuses sont celles dont aucun membre n’a choisi, à notre connaissance, de s’illustrer en participant à l’ornement de sa cité472. L’initiative de certains membres de l’élite sénatoriale de construire est donc le signe d’un fort patriotisme, et non celui d’un désintérêt (ou d’un échec personnel) concernant le parcours d’une carrière sénatoriale : M. Claudius P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus a certes eu une carrière sénatoriale modeste ; mais Ti. Iulius Celsus Polemaeanus a été consul suffect en 92 et proconsul d’Asie en 105-106, C. Antius A. Iulius Quadratus consul ordinaire en 105 et proconsul d’Asie en 109-110, A. Claudius Charax a au moins été consul suffect en 147, L. Cuspius Pactumeius Rufinus consul ordinaire en 142473 ; la famille des Asinnii de Sardes compte des consuls, le père de Claudia Caninia Seuera fut consul suffect à la fin du iie ou au début du iiie siècle ; le mari d’Antonia Sabina et celui de Flauia Pôllitè furent consuls. Les carrières sénatoriales de ces personnages ou de leurs proches se distinguent par leur éclat. Comme les notables qui offrent un bâtiment au moment même où ils revêtent les plus hautes magistratures ou les prêtrises les plus significatives de leur cité, et qui n’ont donc pas grand-chose à attendre directement de leur don, les sénateurs et les membres de leur famille qui font construire le font de manière libre, par amour de leur cité (ou d’Éphèse qui exerçait un fort pouvoir d’attraction sur eux, comme le montrent les cas de Ti. Iulius Celsus Polemaeanus, qui vient de Sardes, ou de manière plus large les liens familiaux noués entre ces familles sénatoriales et des Éphésiens474) et pour exprimer leur qualités personnelles : ils n’ont pas d’intérêt pratique réel à un tel cadeau475.

  • 476 Robert 1938, 128-133 ; IK, 17.1-Ephesos, 3003.
  • 477 Campanile 1994, no 111 ; IK, 13-Ephesos, 618.
  • 478 Sur cette famille d’asiarques (sa sœur Flauia Lycia épouse un grand-prêtre du culte impérial provin (...)
  • 479 Carrières familiales présentées en ce sens par Mitchell 1999, 246-247 (nous ne possédons cependant (...)
  • 480 Même s’il ne fut pas grand-prêtre d’Asie, M. Ulpius Carminius Claudianus exerça des fonctions dans (...)

78À un niveau inférieur du point de vue de la hiérarchie romaine, mais néanmoins audelà de la simple notabilité civique au sein de la province d’Asie, plusieurs familles de grands-prêtres agirent à la fois dans leur cité d’origine, et dans la capitale d’Asie : Claudia Métrodôra, dont le nom apparaît sur la dédicace du portique oriental de l’agora d’Éphèse, est la sœur du grand-prêtre d’Asie Ti. Claudius Phésinos476 ; elle venait de Chios. M. Ulpius Aristokratès, issu d’une famille d’évergètes constructeurs de Kéramos, a donné de l’argent pour la construction d’une avenue à Éphèse477. T. Flauius Montanus, qui avait été deux fois praefectus fabrum, fut aussi grand-prêtre d’Asie. Originaire d’Akmonia en Phrygie, il a réalisé des travaux de très grande ampleur à Éphèse478. La carrière de M. Ulpius Appuleius Euryklès présente des caractéristiques comparables, entre Aizanoi, les grandes cités d’Asie et Athènes479. Ainsi la construction à Éphèse est-elle aussi pour T. Flauius Montanus qui vient d’Akmonia, ou à Aphrodisias pour M. Ulpius Carminius Claudianus qui vient d’Attouda, le moyen de trouver un champ d’action plus large à l’expression de leur mérite, avant d’être un instrument de réussite sociale et d’une promotion de type romain, pour eux ou leurs descendants480.

Des évergètes volontaires

  • 481 Jacques 1984, 729, le rappelle également pour l’Afrique.
  • 482 Jacques 1984, 758. Le don d’une colonne ou d’une statue n’a évidemment pas la même portée ; nous av (...)
  • 483 Vett. Val., p. 85 l. 25-p. 86, l. 3 (Neugebauer & van Hoesen 1959, 97).

79Il convient de rappeler que tout honneur obtenu dans la cité ne s’assortissait pas d’une promesse481, et que nous avons souvent affaire parmi les notables qui décident de faire une évergésie, à une fraction seulement de l’élite locale. Le don de constructions à la cité gardait toujours un caractère exceptionnel, remarquable482. Cela étant pris en considération, il faut donc se rendre à l’évidence : du moins parmi les constructeurs, on ne devait pas trouver beaucoup d’évergètes contraints, mais essentiellement des volontaires. La liberté initiale qui existe dans le don associée aux si grands profits pour le commanditaire comme pour sa famille (reconnaissance de son eugénéia, de sa générosité, considération générale qui peut permettre d’acquérir plus de pouvoir dans la cité et au-delà, renforcement du statut de la cité et participation manifeste à l’hellénisme impérial), suggèrent très fortement que les constructeurs étaient avant tout volontaires. Il paraît également difficile de concilier les rivalités entre cités et un désir général des notables de fuir les dépenses : après tout ce sont eux qui mènent la politique des cités dans les conseils, et le rôle de l’administration romaine est plutôt modérateur. Évidemment, parler de l’expression de la générosité des notables, c’est choisir leur vocabulaire (après avoir tenté d’en expliquer les ressorts culturels et les motivations sociales) et peut-être donner l’impression de faire la part trop belle à des motivations nobles. Nous voudrions donc citer un document – un horoscope – qui montre comment l’expression de la générosité peut être aussi un instrument pour des passions moins avouables483 :

ὅθεν ἀνωμάλισε πολλὰ ἐπὶ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν πρώτων χρόνων καὶ ὑπόχρεως διήγαγε, καίτοι γε ὑποστάσεως καλImage 10000000000000080000000F19C82170.jpgς περὶ τοὺς γονεImage 10000000000000080000000F45E18F39.jpgς οὔσης. εImage 10000000000000050000000FD2310BCD.jpgθ’οὕτως ἐξ ὑστέρου κληρονομίας τυχὼν καὶ ἐξ ἀπροσκόπων ἀφορμImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἐπαυξηθεὶς τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg βίῳ φιλόδοξος καὶ ἀρχικὸς καὶ δωρηματικὸς ἐγένετο καὶ ὄχλῳ ἀρεστὸς καὶ βασιλέων καὶ ἡγεμόνων φίλος καὶ ναοὺς καὶ ἔργα κατεσκεύασεν καὶ αἰωνίου μνήμης ἔτυχεν.

“Il eut beaucoup de hauts et de bas dans la première période de sa vie et fit des dettes, bien que ses parents aient eu une bonne propriété. Plus tard, par héritage et augmentant ses moyens par des entreprises malhonnêtes, il devint ambitieux, dominateur, munificent, populaire et ami des empereurs et des gouverneurs, il construisit des temples et des bâtiments (publics) et il gagna un souvenir perpétuel”.

  • 484 Mitchell 1984, 126, qui à la suite de Veyne 1976 souligne que derrière l’apparence de la spontanéit (...)

80Mais chercher à voir dans chaque notable individuellement ces motivations d’ordre psychologique, que l’on ne peut rattacher à un comportement idéal, c’est-à-dire proposé à tous, défini selon des valeurs précises, n’est pas une tentative d’explication historique. Il faut essayer de tracer le portrait d’une société et des mobiles explicites qui en son sein sont reconnus culturellement, socialement et politiquement pour accéder à davantage d’influence. Il s’agit d’un portrait des normes et des valeurs officiellement reconnues dans la société civique d’Asie mineure occidentale à l’époque romaine, et qui ont une réelle efficacité dans le comportement social et la vie politique : ce que pensait chaque individu en son cœur est hors de notre atteinte. Le fonctionnement oligarchique de la vie civique, associé à une culture grecque héritée et adaptée aux nouveaux phénomènes de l’époque romaine, marquait l’ornement de sa cité d’un ensemble de signes positifs, qui font qu’on ne peut l’assimiler aux autres types d’évergétisme pour la cité. Il n’est donc pas dangereux pour l’interprétation que nous faisons du phénomène de la construction des monuments publics à l’époque romaine et de l’attitude des notables qui ont fait le choix de manifester leurs qualités d’âme de la sorte, de penser que Dion, par exemple, était aussi animé dans ses entreprises de construction à Pruse par son intérêt personnel484. Cela en effet ne l’a pas empêché de s’impliquer personnellement, à la fois en participant financièrement et en prenant la charge de la responsabilité des travaux, en faveur de l’ornement urbain. Par là il pouvait espérer gagner plus d’influence et de prestige à un moment important de son parcours personnel, et aussi agir pour le bien de sa cité, qui le préoccupait :

  • 485 D. Chr. 44.8 (trad. Cuvigny 1994).

“Mais lorsqu’on a une patrie aussi dévouée et aussi distinguée, comment ne lui sacrifierait-on pas tout ? Cette considération fait que je me réjouis de voir mon fils, mon neveu et les autres jeunes gens – et grâce à Dieu j’en vois beaucoup, tous de bonne famille et ayant tous la mine d’hommes de bien – je me réjouis donc de les voir décidés à rivaliser – sans envie ni jalousie – entre eux ainsi qu’avec le reste des hommes, de mérite, de prestige gagné pour eux et leur patrie et s’efforcer d’occuper chacun le premier rang dans sa patrie, pour la justice, le patriotisme et la capacité de bien servir son pays et d’assurer son essor”485.

  • 486 Cette idée est également utilisée par Winter 1996, 207.
  • 487 Jacques 1984, 701.
  • 488 On ne peut donc déduire du cadre général pour tous les types d’évergétisme décrit par Veyne 1976, s (...)

81Fr. Jacques a déjà montré comment on ne peut utiliser l’argument de la législation romaine en faveur de l’hypothèse de pressions renforcées à partir du règne d’Antonin le Pieux486. L’ensemble de la jurisprudence présuppose le maintien des promesses, et donc d’une attitude évergétique. “Aucun document ne pose l’obligation de promettre ; est seulement légale celle d’exécuter”487, et la législation protège la communauté civique contre les notables qui seraient tentés de ne pas respecter leurs promesses. La générosité envers la patrie apparaît donc comme un comportement caractéristique des notables dans l’Empire romain, réglementée pour ne pas être le prétexte d’abus. Mais même si le cadre général, législatif romain, est identique partout, la générosité envers la patrie prenant la forme de la construction de monuments publics dans les cités d’Asie mineure occidentale à l’époque romaine, possède des caractéristiques propres – comme c’est le cas, sans doute, dans les autres bassins culturels de l’Empire romain. La comparaison avec l’Afrique l’a montré. Ce type d’évergétisme a également des motivations différentes de celles des autres types d’évergétismes, distributions, ravitaillement en céréales, combats de gladiateurs et chasses, fondation de concours, qui, dans cette société civique spécifique qui est notre objet d’étude, ne bénéficient pas tous, ou pas de la même manière, des qualités reconnues à l’ornement du paysage urbain488. La participation à la construction de monuments publics était dans cette région une forme privilégiée d’intervention en faveur de la communauté civique, tout en associant le plus de bénéfices possibles pour l’évergète soucieux de pérenniser favorablement la mémoire de son nom. Du point de vue de la cité, c’était également pour elle une manière de renforcer son statut et son prestige vis-à-vis de ses voisines, et le financement d’origine privée lui permettait de préserver un peu mieux une partie de son autonomie, hors du regard des autorités provinciales.

  • 489 Les phénomènes observés sont différents en Afrique, comme le montre la thèse de Lepelley 1979-1981, (...)
  • 490 Cette fréquente origine commune explique aussi le goût pour les épigrammes, comme le souligne Rouec (...)

82À la fin du iiie s., les conditions générales de l’existence des cités grecques connaissent des mutations. Il n’est pourtant pas suffisant, pour pouvoir parler de déclin des cités grecques, de se fonder uniquement sur l’observation d’un changement de comportement des notables. L’administration provinciale change d’échelle et se rapproche des cités. Alors que la valorisation pour la communauté de bénéficier d’un beau paysage urbain persiste, voire se renforce avec l’acquisition d’un nouveau statut pour les cités promues capitales des nouvelles provinces, le point de vue individuel, de la classe des notables, évolue considérablement : ils délaissent l’initiative personnelle au profit de tentatives d’obtention de financement auprès des autorités provinciales, représentées par leur gouverneur, auquel le Conseil décerne des éloges quand il autorise des ristournes pour une construction ou une restauration. Leur apparente passivité individuelle n’est donc pas la passivité d’un groupe, mais les voies de manifestation de la valeur personnelle ne passent plus par l’ornement de la cité, à de très rares exceptions près489. Ce thème de l’illustration des cités en prise, plus que d’autres peut-être, avec leur identité et leur autonomie, est désormais passé sous le contrôle du gouverneur qui seul peut autoriser une construction et débloquer les fonds nécessaires. Au ive s. une autorité politique supérieure aux cités détermine désormais en grande partie les chantiers à entreprendre, alors qu’au Haut-Empire l’action des notables et le mode de gouvernement lointain des provinces avaient pu préserver cet espace de liberté. Mais, contrairement à Pline et ses administrés, les représentants de l’administration dans l’Antiquité tardive sont le plus souvent le produit d’une éducation, d’une culture et d’une classe sociale semblables, qui leur rendent chères les valeurs de l’hellénisme490.

Notes

1 Nous présentons ici les résultats de l’étude aussi exhaustive que possible de la documentation d’Asie. Ponctuellement et à cause de la richesse de l’information obtenue, nous avons également recouru à Dion de Pruse et à Pline le Jeune, tout en cherchant à identifier les différences qu’il pouvait y avoir entre l’Asie et le Pont-Bithynie, notamment du fait de la lex Pompeia en Pont-Bithynie (sur son rôle dans la vie locale, voir Mitchell 1984).

2 Voir le bilan dans Sartre 1995, 216-225 et les renvois bibliographiques p. 217 n. 71, comprenant avant tout la série d’études de Lévy 1895-1901. Elles sont marquées par le souci de démontrer la “décadence” de la cité grecque d’époque impériale (Lévy 1895, 249-250). Voir également Abbott & Johnson 1926, chap. VII, “The Municipal System of the Republic and Early Empire in the East”, 69-83, mais leurs considérations sont beaucoup plus générales que celles d’I. Lévy.

3 Sartre 1995, 246.

4 Macer, dig., 50.10.3.1. Voir chapitre suivant.

5 Lévy 1895, 203. Sur le statut de cité stipendiaire, voir Fr. Jacques dans Jacques & Scheid 1990, 226-227.

6 Lévy 1895, 209.

7 D. Chr. 40.3.

8 D. Chr. 40.5-6.

9 D. Chr. 40.6.

10 D. Chr. 45.16.

11 Lévy 1895, 210. Cependant, l’auteur souligne bien qu’il s’agit d’une évolution progressive de l’époque romaine, achevée sous les Antonins, et dont le rythme dépend du climat politique interne de chaque cité.

12 Les Éphésiens s’en prennent violemment à leurs magistrats (plutôt qu’au gouverneur, selon la traduction de P. Grimal) à cause du mauvais approvisionnement en bois de chauffage des bains d’Éphèse (Philostr., VA, 1.16).

13 Magie 1950, 640 : l’Assemblée, bien que dotée en théorie des pouvoirs suprêmes, ne fait qu’entériner les décisions. Les sources dont nous disposons sur la construction des bâtiments publics confirment cette vue.

14 Lévy 1895, 211.

15 Lévy 1895, 215.

16 Lévy 1895, 226.

17 Plin., Ep. Tra., 10.81.

18 Selon M. Cuvigny, le complexe monumental connu par les discours de Dion de Pruse n’est pas le même que celui dont il demande réception lors de la légation de Pline : il y aurait un délai de cinq ans entre les deux affaires (Cuvigny 1994, 153). Cependant ce point nous semble délicat à trancher, plusieurs commentateurs (voir Cuvigny 1994, 153 n. 7) sont au contraire de l’avis qu’il s’agit de la même entreprise (dans les deux cas il s’agit d’une entreprise de construction sur fonds publics et souscription).

19 D.Chr. 40.8 et 9.

20 Ces protestations pouvaient en particulier être faites à l’assemblée, bien que sans grand résultat, sinon l’interdiction temporaire par le gouverneur Varenus des réunions du peuple (D.Chr. 48.1).

21 D.Chr. 40.10.

22 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 526-527.

23 D.Chr. 40.12 (“contribuer” correspond dans le texte au grec διδόναι).

24 Voir D.Chr. 45.7.

25 Magie 1950, 643-644.

26 IK, 17.1-Ephesos, 3420.

27 IK, 30-Keramos, 14.

28 Ritti 1985, 108.

29 Robert J. & L. 1948, 84 n. 27 (IManisa, 193).

30 TAM V, 2, 861.

31 Pour les cités d’époque hellénistique en Asie mineure, voir sur leur fonctionnement Sartre 2003, 113 : “les principes fondamentaux de la cité classique semblent toujours en vigueur dans la plupart des cas : élection populaire des magistrats, annualité des conseils (…) et des magistrats, reddition des comptes. On procède même ici ou là au tirage au sort des bouleutes”. Cependant, à la différence de l’Athènes classique, l’initiative des décrets revient habituellement aux magistrats, non aux citoyens (mais les magistrats sont à l’époque hellénistique des citoyens qui ne se distinguent pas par des conditions de richesse, ce qui est différent de l’époque romaine).

32 Sartre 2003, 114, reprenant les conclusions de Hamon 2001.

33 Malay, Researches, 24 (SEG 49, 1706).

34 Sartre 1995, 291-292, sur le fonctionnement institutionnel des communautés villageoises.

35 IK, 17.2-Ephesos, 3854.

36 IK, 22.1-Stratonikeia, 658.

37 Voir infra le développement sur l’ergépistatès.

38 Robert L. & J. 1954, 281 notamment.

39 Herrmann 1994, 218 n. 71, sur τίμημα, qui signifie summa honoraria ; ce mot apparaît dans l’inscription TAM V, 2, 1197.

40 Lévy 1899, 259.

41 Jacques 1984, 687-756.

42 Lepelley 1979, 303-317.

43 Jacques 1984, 689. Lévy 1899, 261, met en lumière cette difficulté.

44 L’usage de la préposition ἀντὶ indique en revanche le paiement d’une somme au lieu d’une autre (par exemple, à Nysa, quatre astynomes ont exécuté des travaux au théâtre ἀντὶ τς εἰς τὸν θερμὸν περίπατον δαπάνης, Blümel 1995, 60-61 no 31).

45 LBW, 647.

46 Les opérations électorales se bornent-elles alors partout à des acclamations (Lévy 1895, 214) ? Il faut en douter.

47 Lévy 1899, 260.

48 TAM V, 1, 693.

49 La remarque de Rumscheid 1999, 46-47, selon lequel, étant donné la fonction du personnage, la somme a dû être employée pour l’agora, doit donc être précisée. La fonction n’a souvent pas grand-chose à voir avec l’usage de la summa honoraria, preuve supplémentaire d’une décision civique de la destination des summae honorariae.

50 TAM V, 1, 695.

51 IK, 34-Mylasa, 505 (l. 4 : [κατ]ὰ τὸ ψίφισμ[α]).

52 IK, 49-Laodikeia, 70.

53 Ainsi à Iasos, G[-] pour la stéphanéphorie de son fils décédé, a fait construire “les deux exèdres et le toit du portique” (IK, 28.2-Iasos, 251).

54 Ces deux inscriptions ont été publiées dans Robert L. & J. 1954, no 160. Voir Rumscheid 1999, 48.

55 IK, 17.2-Ephesos, 3854-5 et 3857. Voir Ricl 2003, 83, sur la somme payée par les prêtres à Hypaipa ; selon l’auteur, les villageois décidaient en dernier ressort de l’emploi des sommes ainsi que de leur montant.

56 D.Chr. 47.18. Dion critique les malversations possibles à partir de l’argent ainsi obtenu.

57 IK, 17.1-Ephesos, 3065.

58 Robert L. & J. 1954, no 67.

59 IK, 22.1-Stratonikeia, 701.

60 Blümel 1995, 60-61 no 31.

61 Malay, Researches, 115 no 27.

62 Reynolds 2000 (trad. reprise ici, AE, 2000, 1441). Voir notre analyse en II. 3 : cette réaffectation de sommes qu’ils devraient de toute façon verser en entrant en charge n’était pas de nature à leur assurer une popularité personnelle et immédiate, à la différence des jeux.

63 Jacques 1984, 728, insiste sur le fait que tout notable ne donnait pas en plus de la somme honoraire lors de son élection. Cela est essentiel pour l’Asie également : le notable accomplissant une fonction civique restait libre de prendre la décision de donner en plus à la cité au cours de sa fonction.

64 IK, 30-Keramos, 14.

65 CIG II, 2713 ; LBW, 313 : Léôn a donné une colonne “alors qu’il était stéphanéphore, en résultat d’une promesse”, στεφανηφορν ἐξ ὑποσχέσεως. L’usage du participe présent nous paraît significatif. Pour Ménékratès, voir CIG II, 2714 ; LBW, 314-318.

66 Rumscheid 1999, 35.

67 Les verbes décrivant la restauration ou l’embellissement d’un bâtiment ou d’une partie de bâtiment sont ἐπισκευάζω et ἀποκαθίστημι. On trouve plusieurs attestations de restauration dans la première catégorie que nous avons définie, celle des summae honorariae et l’utilisation des sommes prévues pour une fonction (à Maionia, Malay, Manisa, 194 ; à Titeiphyta d’Hypaipa, IK, 17.2-Ephesos, 3854, 3855, 3857 ; IK, 22.1-Stratonikeia, 701 ; à Nysa, Blümel 1995, 60-61 no 31), ainsi que dans la deuxième catégorie, cas où dans la dédicace une fonction civique du dédicant apparaît en lien avec la construction réalisée (IK, 21-Stratonikeia, 144 ; IK, 12-Ephesos, 446, 501 et 519 ; à Notion, Demangel & Laumonier 1923, 373 no 1 ; à Aphrodisias, Reynolds 1982, 32 ; à Érythrées, au ive ou ve s., la restauration de la grotte de la Sibylle, SGO I, 03/07/06). La troisième catégorie est moins représentée (cas où des fonctions du commanditaire sont indiquées en relation avec la construction, dans une inscription honorifique) : à Stratonicée de Carie (IK, 22.1-Stratonikeia, 662) ; à Éphèse (IK, 13-Ephesos, 987 et 988) ; à Thyatire (TAM V, 2, 982), de même que la catégorie IV (inscriptions honorifiques rappelant toute la carrière et les constructions du personnage honoré) : à Hiérapolis (Ritti 1985, 91) ; à Iasos (Pugliese Caratelli 1993, 265-268) ; à Philadelphie de Lydie (LBW, 648).

68 Philostr., VS, 2.23 [605].

69 Robert 1978, 405.

70 MAMA IV, 309.

71 IPergamon, 333.

72 Reynolds 1991, 28.

73 IK, 16-Ephesos, 2042.

74 Voir II. 1.

75 MAMA VIII, 498.

76 Voir, dans l’ordre selon Cuvigny 1994, 137-138, les passages 47.12 puis 40.9 : Dion fait adopter un programme de grands travaux dans sa cité ; ses concitoyens enthousiastes souscrivent pour des constructions, lui-même le fait pour un portique. Il paie, et pense obliger ses concitoyens hésitants à le faire aussi en intervenant auprès du proconsul, mais dans le même temps il fait aussi la promesse de prendre à sa charge une partie des promesses non assumées par d’autres ; c’est cette promesse qu’il est tenu d’accomplir.

77 Voir Jacques 1984, 708, il existe une “obligation d’exécuter, et non obligation de promettre”, comme le montrent les textes juridiques. Une promesse non tenue pouvait bloquer la carrière.

78 Ritti 2001, 495-496.

79 Ramsay 1895, 233 no 83.

80 Voir l’inscription de Charès à Iasos (IK, 28.1-Iasos, 22), qui malheureusement n’est pas datée (s’agit-il même de l’époque impériale ?), commentée de la sorte par J. et L. Robert (Bull. 1973, 417) : “la ville accorde à Charès d’exécuter les travaux qu’il a promis de faire et de mettre son nom dans une formule de dédicace sur les bâtiments construits”. “Charès avait promis de faire ce travail en deux ans selon les cahiers des charges qu’aura établis l’architecte de la cité. (…). Il s’agit évidemment de l’achèvement des constructions (toiture, porte, stucage et peinture), dont le gros-œuvre est fait”.

81 Lévy 1895, 206 et Sartre 1995, 291-292.

82 IK, 17.2-Ephesos, 3857.

83 IK, 17.1-Ephesos, 3249a.

84 Voir Fröhlich 2004, 68-69. Cette mention est exceptionnelle dans le dossier des inscriptions en rapport avec la construction que nous avons réuni.

85 PIR² F 308 : fils de T. Flauius Ménandros, rhéteur, et asiarque ; lui-même est secrétaire et prytane à Éphèse.

86 Pflaum 1970, 182-184. Le titre ἀξιολογώτατος indique un notable “appartenant à cette catégorie d’honestiores qui ‘ jouissent d’une situation en vue dans la cité’” (voir Robert 1965a, 216).

87 IK, 17.1-Ephesos, 3249.

88 Les inscriptions africaines laissent entrevoir ces cas de dysfonctionnement de manière sinon explicite, du moins plus fréquente (voir Jacques 1975), sans doute à cause de l’habitude épigraphique de spécifier les sommes données, alors que cela est rare en Asie. Nous avons vu (en II. 1) que des retards dans l’accomplissement du projet initial étaient perceptibles dans cette région de l’Empire romain lorsqu’il était question de l’achèvement de travaux par une autre personne que le premier commanditaire. Dans la katoikia des Apateirènoi, le problème était peut-être né du fait que les deux logistes avaient payé “une seule libéralité” (l. 10-11), alors que de la part de deux logistes, on attendait le double de bienfaits. Un autre cas de mauvais payeur est celui de Valerius Apollonidès à Maionia en Lydie : il est intéressant de voir que c’était aussi pour sa charge de logiste qu’il s’était montré récalcitrant, et que le premier magistrat de la cité avait dû le poursuivre pour récupérer la somme (IManisa, 194).

89 Les Nicéens affirment même qu’Auguste leur a donné le droit de revendiquer la succession de leurs concitoyens intestats (Plin., Ep. Tra., 10.83-84). Ce droit semble être exceptionnel.

90 Lévy 1901, 354 et n. 5, renvoyant à Ulpien, Regulae, 22.5. Sur la législation de Nerva, permettant de léguer à toutes les cités qui vivaient sous domination romaine, voir Lévy 1901, 355 n. 2. Voir Magie 1950, 639 ; Jacques 1984, 695 ; Johnston 1985, 106-110. Jacques 1984, 695 souligne les ambiguïtés de la législation républicaine et impériale : en fait, la législation entérine souvent des pratiques admises depuis longtemps.

91 Lévy 1901, 355. Mais parfois l’auteur du testament ne précise pas l’emploi de la somme : par exemple Iulius Largus charge Pline de choisir entre la construction d’édifices ou l’institution de jeux quinquennaux dans les cités d’Héraclée et de Tion (Plin., Ep. Tra., 10.75).

92 Jacques 1984, 695-696. Il est interdit d’employer à des constructions une fondation destinée à des spectacles (voir Val., dig., 50.8.6, vers 130-140). Voir Johnston 1985, 122-123 : il faut la permission impériale pour changer l’objet d’un legs fait à la cité et le commentaire de Val., dig., 50.8.6 dans Jacques 1984, 768.

93 Jones 1999a, 10-11.

94 Jones 1999a, 11-12, l. 33-34.

95 Lévy 1901, 356.

96 Johnston 1985, 112 (mais il s’agit d’un exemple italien).

97 IK, 11-Ephesos, 17 (trad., modifié, dans Sartre 1995, 244-245). Cela est conforme à la position du Sénat à Rome, connue dès le règne de Tibère par Suétone : “une autre fois, il demanda pour les habitants de Trébie l’autorisation d’affecter à l’entretien d’une route une somme qu’on leur avait léguée pour construire un nouveau théâtre, mais il ne put l’obtenir et la volonté du testateur fut ratifiée” (Suet., Tib., 31).

98 Johnston 1985, 116.

99 Plin., Ep. Tra., 10.70.2.

100 Call., dig., 50.10.7. pr. : pecuniam, quae in opera noua legata est, potius in tutelam eorum operum quae sunt conuertendam, quam ad inchoandum opus erogandam diuus pius rescripsit : scilicet si satis operum ciuitas habeat et non facile ad reficienda ea pecunia inueniatur. “Dans un rescrit, le divin Pieux a dit de consacrer, de préférence, à l’entretien des bâtiments existants l’argent légué pour de nouvelles constructions, plutôt que de le dépenser pour entreprendre une construction, et ce évidemment si la cité possède suffisamment de monuments et qu’on ne trouve pas facilement l’argent pour les restaurer” (trad. Jacques 1984, 769). Voir Johnston 1985, 123.

101 Voir le tableau 3 en II. 3 sur les bienfaits par legs et fondations testamentaires.

102 Petzl & Schwertheim 2006, l. 9 : τοὺς ἀγνας πάντας ἄγεσθαι κελεύω καὶ μὴ ἐξεναι πόλει πόρους ἀγνος κατὰ νόμον ἢ ψήφισμα ἢ διαθήκας ἀγομένους μετενενκεν εἰς ἄλλα δαπανήματα οὐδὲ εἰς ἔργου κατασκευὴν ἐφίημι χρήσασθαι ἀργυρίῳ, ἐξ οImage 10000000000000080000000FFB3460F1.jpg Image 10000000000000090000000F0C8208DE.jpgθλα τίθεται ἀγωνιστας ἢ συντάξεις δίδονται τος νεικήσασιν.

103 IK, 16-Ephesos, 2042 et IK, 17.1-Ephesos, 3009.

104 Petzl 1996, 3 no 2.

105 IK, 17.1-Ephesos, 3086.

106 Jacques 1984, 695 n. 122.

107 Voir, dans une perspective différente (nous cherchons à éclaircir les conditions d’un possible contrôle civique et les relations entre les évergètes et la cité) et complémentaire, Hellmann 2002, 56-69. Barresi 2003 donne également des indications sur les coûts.

108 Broughton 1938, 804.

109 Plin., Ep. Tra., 10.17b, où Pline souhaite “récupérer sur les entrepreneurs des sommes non sans importance si le contrôle s’exerçait avec exactitude”.

110 Voir Broughton 1938, 804-808. Voir Plin., Ep. Tra., 10.43 : examinant les dépenses de Byzance, énormes, il suggère de réduire les défraiements des ambassadeurs qui vont offrir leurs hommages à l’empereur chaque année, ainsi qu’au gouverneur de Mésie. L. Migeotte (davantage pour l’époque hellénistique) révise l’idée selon laquelle les cités grecques auraient toujours été au bord de la ruine (Migeotte 1995).

111 Plin., Ep. Tra., 10.17a : endettement de Pruse, où “beaucoup de sommes sont pour diverses raisons détenues par des particuliers ; en outre certaines dépenses sont engagées trop à la légère” ; D.Chr. 48.3, 4 et 9.

112 Sartre 1991, 135 et 138. Les lettres de Pline, sur les dépenses à Nicomédie et Nicée, ne peuvent servir d’argument sur l’importance des ressources des cités (contra Fr. Jacques dans Jacques & Scheid [1990] 1999, 262) : dans le cas de Nicomédie, Pline dit qu’on a eu recours à un crédit (Plin., Ep. Tra., 10.37) ; dans le cas de Nicée ce sont bien les “deniers publics” qui sont dépensés (Plin., Ep. Tra., 10.39), mais des particuliers ont néanmoins promis des “à-côtés”.

113 Voir Crawford 1977, 45. Sur l’origine des fonds civiques, mal connue, voir Sartre 1995, 202-203 et 243 : “les revenus publics ne sont pas négligeables et ont dû augmenter avec le retour de la prospérité, et les cités sont capables de financer sur crédits publics certaines constructions”. L’emprunt est beaucoup moins attesté qu’à l’époque hellénistique. Voir Broughton 1938 et Sartre 1991, 134 n. 1 et 134-135.

114 Lorsque des catastrophes telles que des séismes se produisaient, l’intervention du gouverneur ou de l’administration romaine pouvaient prendre un tour encore différent : voir infra (III.2). La remise du tribut à la cité était alors parfois pratiquée.

115 Migeotte 1984 : extrait de l’édit de Paullus Fabius Persicus à Éphèse sous Néron (p. 290), deux inscriptions de Milet et Didymes (p. 311-312), une inscription de Tralles (p. 314).

116 Plin., Ep. Tra., 10.37-38.

117 Plin., Ep. Tra., 10.39. Le mode de financement du gymnase de Nicée mentionné dans la même lettre est plus incertain : Pline n’affirme pas qu’il l’est sur les deniers publics. Il évoque en passant les problèmes de coût, et souligne surtout les problèmes d’ingénierie.

118 Dans l’ordre de leur citation, IK, 16-Ephesos, 2034, 2035, 2038-39, IK, 17.1-Ephesos, 3008 et IK, 12-Ephesos, 422.

119 IK, 13-Ephesos, 674 et 674a.

120 Voir I, et dans ce chapitre, l’étude des constructions entreprises sous la direction de Ti. Claudius Aristiôn.

121 Plin., Ep. Tra., 10.81.

122 Plin., Ep. Tra., 10.37-38 : à Nicomédie, l’empereur Trajan soupçonne le partage frauduleux des crédits par les entrepreneurs, sans se soucier de mener l’entreprise à terme.

123 Plin., Ep. Tra., 10.81.

124 IK, 14-Ephesos, 1384.

125 Expression de P. Gros pour les villes de Bithynie à l’époque impériale (Gros 1985).

126 Sartre 1995, 246. Sur les impôts, Fr. Jacques dans Jacques & Scheid [1990] 1999, 183-184.

127 On comprendrait mal dans le cas contraire pourquoi Aphrodisias, cité libre en dehors de la formula prouinciae, réclame si fermement la visite du proconsul d’Asie en 189 (Reynolds 1982, 16).

128 Plin., Ep. Tra., 10.23-24 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).

129 Plin., Ep. Tra., 10.90-91.

130 IK, 4-Assos, 24a.

131 IK, 16-Ephesos, 2040.

132 Lepelley 1979, 66-70.

133 Chastagnol 1986, 155.

134 Lepelley 1979, 69.

135 Chastagnol 1986, 159.

136 Sur cette réaffectation et ses modalités, voir Lepelley 1979, 67-68.

137 Lepelley 1979, 70.

138 Voir III.2 l’étude des constructions sous la direction du gouverneur dans l’Antiquité tardive.

139 Cas ambigu d’Aphrodisias, “les lieux d’exposition des statues” (CIG 2749 et p. 1109).

140 À Aphrodisias Aphrodite a financé une partie au moins du portique oriental et occidental des bains d’Hadrien (Mendel 1906, 167 ; Boulanger 1914, 49 no 2, complétée, puisque selon A. Boulanger, les inscriptions dédicatoires sur les portiques de l’Est et de l’Ouest sont semblables).

141 À Éphèse, Artémis est gymnasiarque éternelle depuis le règne de Domitien (Engelmann 2000, 81 no 17) ; voir Sartre 1991, 141-142.

142 Voir Lévy 1899, 257-258, qui donne lieu à un diagnostic particulièrement pessimiste sur la vie civique d’époque impériale : “la personnalité du fonctionnaire, dans ces conditions, était sans importance ; l’essentiel était qu’un patrimoine se rencontrât qui pût fournir l’allocation attendue par la cité”. Abbott & Johnson 1926, 77 et n. 4, renoncent à classer les fonctions civiques, à cause de la difficulté à distinguer entre magistratures et liturgies. Sur la liturgisation des magistratures, Fröhlich 2002 ; voir également Veyne 1976, 274-275, qui considère comme “impossible de distinguer désormais entre magistratures et liturgies, inutile de distinguer évergétisme libre et évergétisme ob honorem”. L’observation aussi minutieuse que possible des rouages de la vie civique en Asie tend au contraire à suggérer qu’il existait des différences très concrètes dans la réalisation des deux types de dons, même si les ressorts moraux et culturels dont ils procédaient étaient, au départ, comparables : voir, en ce sens, Jacques 1984, 707, selon lequel “l’évergétisme libre demeura une libéralité et ne fut codifié que dans la mesure où les cités ne devaient pas être victimes des inconséquences de leurs notables”, contra Veyne 1976, 202, qui affirmait aussi qu’“il sera non moins impossible de distinguer l’évergétisme de l’évergétisme ob honorem que de distinguer les magistratures des liturgies ; gouverner, donner, c’est la même chose”.

143 Lévy 1899, 257.

144 Magie 1950, 652.

145 Javol., dig., 50.4.12 : “si quelqu’un a reçu l’exemption des charges publiques, on ne lui accorde pas de ne pas devenir magistrat, parce que cela relève plus d’un honneur que des charges. Toutes les autres choses qui sont imposées à titre extraordinaire, selon les circonstances – comme l’entretien des routes – ne sont pas exigibles de ce genre de personnes” (trad. Jacques 1990, 120).

146 Jacques 1984, 730. De plus en Asie, la dénomination et le contenu d’une magistrature diffèrent d’une cité à l’autre ; il vaut donc mieux ici s’en tenir à la nature de la fonction accomplie (prêtrises, fonctions politiques, fonctions liées au gymnase ou au maintien de l’ordre…).

147 Voir Robert L. & J. 1954, 281 pour la formule ὑπέρ suivi du génitif ; voir aussi Robert 1959, 662, sur le sens de Didyma, 84, l. 5-6, où L. Robert considère qu’il s’agit d’une summa honoraria (renvoie à Robert 1957, 363 n. 1 pour un exemple à Iasos) ; voir aussi J. et L. Robert, Bull. 1967, 580.

148 Voir Sokolowski 1955, qui réunit notamment des règlements sur les ventes de prêtrises.

149 CIG 2881 ; Didyma, 84.

150 CIG 3419 ; LBW, 647 (IGR IV, 1637).

151 IK, 13-Ephesos, 626.

152 Reynolds 1982, 37 ; Reynolds 1990, 37 no 9.

153 Lévy 1899, 262 et n. 5.

154 Par exemple, Rumscheid 1999, 35 à Eurômos ; IK, 12-Ephesos, 435 ; ILabraunda, 21.

155 Jacques 1984, 689 : dans l’évergésie ob honorem, les dons sont directement en rapport avec la vie politique locale, ce sont des dons faits volontairement à l’occasion d’un honneur, qu’ils aient ou non donné lieu à une promesse rappelée lors de la dédicace. Mais il s’agit bien d’évergésie dans la mesure où il s’agit de dons spontanés.

156 Lévy 1899, 262 et n. 6.

157 IK, 12-Ephesos, 425 et Add. p. 10 ; IK, 13-Ephesos, 638.

158 IK, 13-Ephesos, 712b.

159 IK, 13-Ephesos, 728. Nous connaissons les constructions de son fils (bouleutèrion et gymnase) mais pas les siennes.

160 Puech 2002, no 260 (ce personnage est cité dans une inscription en l’honneur de son fils).

161 Chaniotis 2004, 378 no 1.

162 Lévy 1899, 263 et Abbott & Johnson 1926, 78-79 : de plus, contrairement à l’Occident, on pouvait élire à une fonction civique des personnes extérieures au Conseil (loi énoncée par Paul, selon laquelle seuls les décurions doivent être élus à des fonctions publiques : Paul., dig., 50.2.7 et 4.11).

163 Jacques 1984, 707-732.

164 Voir, en dernier lieu, IK 59, 154.

165 Reynolds 1981, 317-318, no 1.

166 MAMA VI, 251.

167 IK, 13-Ephesos, 690.

168 Voir le détail des clauses dans Jacques 1984, 703.

169 Un certain nombre de chevaliers, ayant atteint ce statut sur le tard, restent impliqués dans la carrière civique.

170 Pour les chevaliers et les sénateurs, comme pour les grands-prêtres, cf. infra.

171 Migeotte 1992, 197.

172 Migeotte 1992, 268-272.

173 D. Chr. 40.12.

174 D. Chr. 48.11.

175 D. Chr. 47.19.

176 Voir II.2.

177 IMagnesia, 118 + p. 296 ; voir Migeotte 1992, 196-197, qui ne retient pas cette inscription.

178 IK, 36.1-Tralleis, 150.

179 Demangel & Laumonier 1923, 373 no 1.

180 IK, 13-Ephesos, 987 et 988.

181 IPergamon, 553 (IGR IV, 501).

182 Les montants conservés sont de 70 000 drachmes pour un inconnu qui pourrait être A. Iulius Quadratus, et 10 000 drachmes de la part d’un prytane et prêtre (voir Halfmann [2001] 2004, 69-70).

183 Migeotte 1992, 197.

184 Voir infra dans ce même chapitre, sur l’analyse des politiques de construction publique.

185 IK, 24.1-Smyrna, 697 ; Puech 2002, no 209.

186 Migeotte 1992, 207-210, seulement les 4 premières lignes.

187 Voir II.3, le tableau 4 des constructions exécutées par des femmes.

188 Andreau 1998, 338.

189 IK, 24.1-Smyrna, 696.

190 Migeotte 1992, 205-206.

191 Petzl 2000, 196-198 no 1 (SEG, 50, 1133bis ; AE, 2000, 1419).

192 Rumscheid 1999, 58-60.

193 TAM V, 1, 693 ; sur ce curateur et asiarque, voir Burton 1979, no 11 et Campanile 1994, no 38.

194 IK, 13-Ephesos, 661. Voir Rumscheid 1999, 49.

195 IK, 15-Ephesos, 1618. Voir Rumscheid 1999, 49.

196 Rumscheid 1999, 34.

197 Dans l’ordre, LBW, 313, 314-318, et inscription par ailleurs inédite : Rumscheid 1999, 35 et ill. 14 p. 37.

198 Parmi les cas présumés de souscription, ajouter IK, 30-Keramos, 14 : [-]ophantos contribue pour 800 deniers à un portique “qui est en train d’être construit” sous la direction des stratèges de la cité. Voir les commentaires de Crampa 1988, sur le no 14.

199 Andreau 1998, 338.

200 De plus il faut conserver une certaine prudence quand il s’agit de déterminer le caractère public de telles constructions. À Akmonia en Phrygie, les membres d’un thiase de Dionysos construisent ainsi une exèdre et une salle de banquet, εἰς τὴν ἑαυτν χρσιν, “pour leur utilisation propre” (MAMA VI, 259). Cette précision utile est généralement omise dans les inscriptions. Broughton 1938, 771, dans son répertoire des monuments d’Akmonia, inclut cependant cette inscription.

201 Sardis, 12.

202 IK, 11-Ephesos, 20.

203 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 114-115.

204 Ritti 1985, 108 ; voir I. 3.

205 Voir les commentaires de Migeotte 1992, 269, qui cite les passages suivants : D.Chr. 48.9, pour le financement public ; 47.14, pour l’aide apportée par d’autres citoyens, ces engagements ayant été obtenus sans contrainte ni obligation, 48.11.

206 Plin., Ep. Tra., 10.39.

207 Manque ici le nom d’un bienfaiteur privé.

208 MAMA IX, 10. La fin de l’inscription, fragmentaire, indique peut-être également le concours financier de L. Claudius Seuerinus pour l’achèvement de l’adduction d’eau.

209 Herrmann 1993a, 233-265.

210 Voir Jacques 1984, 708-709 : il existait une obligation d’exécuter ; mais la cité apparaît relativement démunie face à une promesse non tenue. La promesse était considérée comme une dette (Jacques 1984, 709 n. 183).

211 IK, 28.2-Iasos, 22.

212 Voir Hellmann 2002, 67.

213 IK, 14-Ephesos, 1384.

214 R. Martin dans Gros 1983b, 451.

215 Gros 1983b, 427.

216 Choix d’éditions : Buckler 1923, 34-36 ; Fontenrose 1988, 193-194 no 19 ; Cuvigny 1993, 80 ; Donderer 1996, 156-158, A 61 ; Milet, VI. 2, 935 ; SGO I, 01/20/01.

217 Didyma, 148 ; Robert 1949, 206-238. Voir II. 2 ; Heller 2006, 181 n. 55 : “le mot a pris, à l’époque impériale, un sens plus général et peut désigner des magistrats simplement en charge de la gestion des dépenses courantes d’un sanctuaire. Mais dans le contexte précis de l’inscription Didyma, 148, il est très probable qu’il soit utilisé dans son sens premier”.

218 CIG, 2749. Les attestations de leur intervention, pour des statues en particulier, sont nombreuses à Aphrodisias.

219 CIG, 2782.

220 IK, 12-Ephesos, 419A et IK, 17.2-Ephesos, 4327.

221 Mais dans l’inscription d’Éphèse précédemment mentionnée (IK, 14-Ephesos, 1384), pour des travaux qui touchent le sanctuaire d’Artémis, ils ne sont pas cités (l’inscription est lacunaire) et ce sont bien les ressources de la cité qui sont sollicitées (fr. b, l. 16-17).

222 Lévy 1901, 367-368.

223 D.Chr. 40.7.

224 D.Chr. 47.

225 Voir par exemple à Aphrodisias le cas d’Hermas, ergépistatès des travaux au théâtre “selon les dispositions testamentaires de son père adoptif Molossos” (Reynolds 1991, 23-24 no 2, commentaire p. 16-18 ; voir également ibid. p. 24-25 no 5). Ce type de responsabilité dans une famille qui voulait faire construire un monument pour la cité était parfois accompli par une femme : à Aphrodisias, sous le règne de Domitien, Adrastos offre à la cité plusieurs équipements liés à l’eau, “sa fille Ammia étant responsable”, ἐπιμελη[θείσης] Ἀμμίας τς θυγατρὸς αὐτο (MAMA VIII, 449).

226 Sont dans ce cas les travaux mentionnés dans IK, 17.1-Ephesos, 3005 (qui pose un problème particulier : Ischyriôn étant Alexandrin (l. 7-8), a-t-il dû avoir recours à un ami éphésien ?) ; CIG 3695e en Mysie ; à Blaundos (von Saldern 2006, 3-4). L’empereur peut également distinguer un notable d’une cité en lui confiant le soin de réaliser les travaux d’un bâtiment qu’il lui offre : à Éphèse, C. Sextilius Pollio fut ainsi responsable des travaux de l’aqua Throessitica (IK, 12-Ephesos, 402) ; à Sardes, sous Claude, en 53-54, Ti. Claudius Apollophanès fut chargé des travaux de l’aqueduc de Sardes (Sardis, 10 ; IK 59, 165).

227 IK, 17.2-Ephesos, 5101.

228 IK, 17.2-Ephesos, 5113.

229 Plin., Ep. Tra., 10.82.

230 Ti. Claudius Diogénès Lachanas a été ergépistatès de manière intègre, ἁγνς, à Sardes, vers 50 (Herrmann 1998).

231 IK, 28.2-Iasos, 253. Cette inscription témoigne de la construction d’un monument public relativement important : elle est gravée sur une architrave de marbre, longue de trois mètres environ. Selon Pugliese Caratelli 1993, Potens pourrait être un publicain italien.

232 Il est vrai cependant qu’un ergépistatès peut être chargé de travaux modestes, comme l’érection de statues (voir à Éphèse, pour des statues impériales, IK, 12-Ephesos, 278-280, ou restauration d’un autel par le peuple, IK, 14-Ephesos, 1233).

233 Reynolds 1997b.

234 Wörrle 1988, 117.

235 TAM V, 2, 982.

236 TAM V, 2, 970, l. 8-9.

237 TAM V, 2, 991.

238 Sardis, 63.

239 MAMA IV, 333.

240 IMagnesia, 251.

241 MAMA IV, 334. Cette inscription date peut-être de 66-67 (date indiquée à la dernière ligne, très abîmée). Cette charge fut ainsi parfois accomplie de manière collégiale (IK, 28.2-Iasos, 253 ; Malay, Researches, 24, à Thyatire ; à Aphrodisias, pour la construction d’un bain par la cité, à partir de fonds de diverses origines, quatre responsables de la construction ont coopéré, les fils et frères des deux premiers, morts en cours de construction, ayant repris la charge personnellement, Reynolds 1997b).

242 IK, 13-Ephesos, 674 et 674a.

243 IK, 16-Ephesos, 2039.

244 IK, 17.1-Ephesos, 3250.

245 TAM V, 2, 1335. Voir un cas similaire, CIG 3454 ; sur le territoire de Philadelphie de Lydie, Robert 1950b, 28-34.

246 TAM V, 2, 1266.

247 IK, 49-Laodikeia, 83. Son grand-oncle est le constructeur du stade-amphithéâtre de Laodicée.

248 IK, 17.1-Ephesos, 3071.

249 LBW, 992 (MAMA IX P 50).

250 Voir encore à Apamée de Phrygie, un notable qui “a accompli toutes les magistratures, qui a été responsable des archives, agoranome, secrétaire, responsable des travaux et Panhellène” (Ramsay 1897, 475 no 333).

251 MAMA VIII, 473 : ἔν τε ἀρχας καὶ ὑποσχέσεσιν καὶ ἐργεπιστασίαις καὶ τας λοιπας εἰς τὴν πατρίδα ὑπηρεσίαις πρόθυμον γενόμενον. L’inscription n’est pas datée.

252 Herrmann 1998.

253 IK, 17.1-Ephesos, 3217a.

254 IK, 17.1-Ephesos, 3217b. On connaît également un épimélète de l’aqueduc du nouveau Marnas, Claudius Diogénès (IK, 15-Ephesos, 1530).

255 IK, 12-Ephesos, 419A.

256 Ulp., dig., 50.10.2.1 : curatores operum cum redemptoribus negotium habent, res publica autem cum his, quos efficiendo operi praestituit. Quatenus ergo et quis et cui obstrictus est, aestimatio praesidis prouinciae est. L’ergépistatès remplit un rôle d’intermédiaire entre la cité et les architectes ; il convient des adjudications et des contrats avec lἐργοδότης, “celui qui passe la commande, embauche les ouvriers et leur donne leur tâche”, à distinguer de l’“entrepreneur”, ἐργωνής et ἐργολάβος, d’après Cuvigny 1993, 83 sur les fonctions de l’architecte et de l’ergodotès.

257 Ulp., dig., 50.4.4. pr.

258 Aurelius Arcadius Charisius, dig., 50.4.18.10. Voir également CTh. 15.1.24, de 385 : responsabilité pendant quinze ans des magistrats de la cité ou des décurions ayant assuré la cura des travaux, en cas de malfaçon (Lepelley 1979, 62 n. 10) ; mais il s’agit ici d’une époque où les curateurs de travaux publics n’apparaissent pas dans les inscriptions d’Asie mineure occidentale.

259 Ulp., dig., 50.10.1. pr. : curator operum creatus praescriptione motus ab excusatione perferenda sicuti cessationis nomine, in qua quoad uiuit moratus est, heredes suos obligatos reliquit, ita temporis, quod post mortem eius cessit, nullo onere eos obstrinxit. “Un curateur nommé pour des travaux et que la prescription avait empêché d’en obtenir la dispense, a laissé ses héritiers obligés au titre de l’inaction où il s’est attardé de son vivant, mais inversement ne les a liés par aucune charge pour le temps qui s’est écoulé depuis sa mort” (trad. Janvier 1969, 83). Voir également Ulp., dig., 50.10.1.1.

260 Voir, en 203 a. C., le deuxième décret de Téos en l’honneur d’Antiochos III et de la reine Laodice (SEG 41, 1003). On y trouve des dispositions concernant la construction d’une fontaine et l’inscription qui l’accompagne, en l’honneur de Laodice : elle doit être construite aux frais de la cité, sous le contrôle de deux épistatai.

261 E. Winter analyse du point de vue impérial la fonction des ergépistatai et de tous les personnels, architectes, militaires, au service de l’empereur, qui pouvaient parfois intervenir à sa demande. Le tableau livre donc une vision des affaires de la cité tout à fait différente (Winter 1996, 193-200). Il nous paraît cependant essentiel d’analyser le rôle de ce responsable du point de vue des cités qui les choisissent, et de ne pas perdre de vue l’importance de cette fonction qui bien accomplie, non seulement leur assure une bonne santé financière mais préserve aussi leur autonomie. Les logistai, nommés par l’empereur pour assainir les finances des cités, témoignent des échecs parfois rencontrés (III.2).

262 Wörrle 1988, l. 69-72.

263 Plut., Moralia, 811 C (éd. et trad. par J.-Cl. Carrière, Paris, CUF, 1984).

264 Buckler 1913, 310 no 8 (datation “à en juger par l’épigraphie”) ; TAM V, 2, 930.

265 Voir Robert 1934, 51, sur ce “titre honorifique et prétentieux de nourriciers” donné à de généreux agoranomes.

266 TAM V, 2, 991.

267 TAM V, 2, 970.

268 TAM V, 2, 982.

269 IK, 13-Ephesos, 674a.

270 IK, 15-Ephesos, 1530 et commentaires de Campanile 1994, no 60a : il appartient à une famille d’asiarques, de la moitié du iie s.

271 Demougin 1999, no 145.

272 Donderer 1996, A 61 ; Milet, VI. 2, 935 ; Hellmann 1999, no 47 (traduction reprise ici).

273 Selon Lepelley 2001, 459-460, sauf cas de désordre particulier, régnait la décentralisation, le contrôle du gouverneur restant en pratique lointain.

274 Liebeschütz 1992.

275 Roueché 1979. Ch. Roueché propose (p. 176-181) un catalogue recensant les mentions de ce titre ; elles sont comprises entre le ve et le vie s. Quasiment toutes les inscriptions où est rapporté ce titre mentionnent des travaux publics, mais toutes les cités n’emploient pas ce terme. Plusieurs codes de loi citent cet officiel, dans plusieurs fonctions. Ch. Roueché en conclut (p. 182) que ce titre n’est pas employé avant le milieu du ve s. Il s’agit d’un magistrat civique chargé des revenus de la cité. Il s’occupe aussi des concours, de la protection du droit des enfants, et les constructions édifiées sur les revenus publics sont datées de sa fonction (p. 183). On ne trouve des “pères de la cité” que dans les communautés qui ont des revenus importants. Il faut compléter cet article avec Feissel 1987, 215-220 et 264.

276 Lepelley 2001, 462-464 sur les sources orientales attestant ce nivellement.

277 Lepelley 2001, 456.

278 Lepelley 2001, 466-467 ; Eus., HE, 8.11.1 ; également mentionné dans 9.1.6 ; MP, 9.2.

279 Lepelley 2001, 467-472 ; Lepelley 1979, 232-235.

280 Lepelley 1983 utilise pourtant Libanios et Jean Chrysostome pour décrire dans les régions orientales le pouvoir conservé des dirigeants des cités, en particulier en matière de fiscalité. Lewin 2001, 32 n’indique qu’un logistès en Orient responsable d’une construction publique : Fl. Diogénès, à Palmyre, en 328, pour une rue à portiques.

281 Constat identique chez Lewin 2001, 30-31.

282 IK, 11-Ephesos, 42, et commentaire de Chastagnol 1986.

283 D. Magie ne décrit pas une situation où les notables cherchaient à échapper à leurs charges (Magie 1950, 650) : les cas où ce sont des défunts, des femmes ou des enfants qui obtiennent une fonction, souvent à titre onéreux, montrent l’appétence pour ces fonctions et l’honneur afférent, plutôt qu’un désir de fuite.

284 Jacques 1984, 728.

285 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 508-509. Voir également Veyne 1999, 540 et 566.

286 Quelques cas sont bien connus : Plut., Moralia, 813 F et 825 D, à Sardes ; Philostr., VS, 1.25 [531] à Smyrne ; D. C. 54.7.6 à Cyzique.

287 D.Chr. 39.5.

288 D.Chr. 40.8-9.

289 Joubin 1893, 8 et Joubin 1894, 45.

290 IK, 15-Ephesos, 1491 ; Kokkinia 2003. Voir II.3.

291 Sartre-Fauriat & Sartre 2000, 513-526.

292 Pont 2008c.

293 L’histoire urbaine d’Éphèse et de Pergame a été tracée récemment par Halfmann [2001] 2004. Il ne nous paraît pas inutile, à l’aide à l’occasion des éclaircissements prosopographiques et archéologiques apportés par H. Halfmann, de faire le bilan des stratégies personnelles et familiales d’ascension sociale décelables à travers la construction publique dans ces deux grandes cités d’Asie, ce qui ne correspondait pas exactement au propos de son ouvrage.

294 Kirbihler 2003, 286-287, et stemma familial p. 285.

295 IK, 13-Ephesos, 902. L’inscription mentionne ensuite deux prêtres de Dionysos et un prêtre de Gê Karpophoros, plus quatre autres personnages. Elle est incomplète. Aucune somme n’est mentionnée, on ignore donc à quel titre apparaissent les autres personnages.

296 Voir Engelmann 1993a, 284 et le bilan des lieux du culte impérial à l’époque julioclaudienne à Éphèse dans Halfmann [2001] 2004, 39.

297 Knibbe et al. 1993, 123-124 no 13 ; commentaire et traduction partielle, reprise ici, par M. Sève, Bull. 1994, 99.

298 IK, 15-Ephesos, 1687 + Engelmann et al. 1989, 198-209 no 37 A-H (SEG 39, 1176 ; Migeotte 1992, no 70). Un fragment supplémentaire a été découvert et est publié dans la dernière livraison des suppléments aux inscriptions d’Éphèse : Engelmann 2000, 79 (SEG, 50, 1133). Les personnages étudiés ici sont mentionnés dans le fragment publié par Engelmann et al. 1989, no 37 A.

299 G. Sextilius Pollio s’est marié avec Ofellia Bassa, qui avait déjà un fils, G. Ofellius Proculus, devenu G. Sextilius Proculus ; le fils de ce dernier est C. Sextilius Pollio II (voir Kirbihler 2003, 430 no 182 et n. 308).

300 Voir sur cette ascension familiale qui s’achève faute de descendants, les conclusions de Kirbihler 2003, 289.

301 Kirbihler 2003, 434.

302 Kirbihler 2003, 1079.

303 IK, 12-Ephesos, 530 ; Kirbihler 2003, 1079.

304 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152.

305 IK, 12-Ephesos, 402 ; IK 59, 153.

306 Knibbe et al. 1993, 148 no 80 (AE, 1993, 1498) ; IK 59, 154.

307 IK, 12-Ephesos, 405 ; IK 59, 114. En latin, “le lieu a été donné par la cité”, dato a ciuit[ate loco].

308 Kirbihler 2003, 922.

309 Halfmann [2001] 2004, 47 souligne à cette époque à Éphèse le rôle particulier des évergètes d’origine italienne, qui tend à diminuer par la suite même s’il reste important. Il rappelle également l’importance d’entreprises d’affranchis impériaux, comme Mazaios et Mithridatès. Si leur action est déterminante pour l’apparence urbaine d’Éphèse à cette époque, pour eux le bénéfice politique retiré est nul.

310 L’époque néronienne est une période de creux dans notre connaissance des politiques urbaines à Éphèse. L’action de C. Stertinius Orpex est celle d’un affranchi et ne rentre donc pas dans le propos de cette partie. Selon H. Halfmann, toutes les interventions connues de Ti. Claudius Aristiôn dans l’urbanisme éphésien dateraient d’après son procès en 107, donc une quinzaine d’années après l’obtention de la néocorie (Halfmann [2001] 2004, 89). Les réseaux familiaux et amicaux qu’il entretient dans la cité permettent cependant de déceler une action directrice au moins dans le secteur du gymnase du port dans les années 90.

311 Voir le stemma des Vedii (fig. 2).

312 IK, 12-Ephesos, 427 : [– ἐπὶ] πρυτάνεω[ς] αὐτο το Ἀριστίωνος ἀ[σιάρχου –].

313 Interprétation proposée par Scherrer 1997, 118 ; Kirbihler 2003, 872. Sur cette salle, voir Scherrer 2000, 176.

314 IK, 12-Ephesos, 425A.

315 IK, 17.1-Ephesos, 3217.

316 IK, 12-Ephesos, 424.

317 IK, 12-Ephesos, 424A.

318 IK, 17.2-Ephesos, 5101.

319 IK, 12-Ephesos, 425.

320 IK, 17.1-Ephesos, 3066.

321 Voir Scherrer 1995, 14 et Halfmann [2001] 2004, 48-49 et 87 : ce gymnase serait situé dans le secteur de l’Artémision, où un “nouveau gymnase” est attesté (IK, 13-Ephesos, 938).

322 IK, 16-Ephesos, 2061.

323 Demougin 1999, no 144.

324 Voir Kirbihler 2003, 594-595.

325 Halfmann 1979, no 16 et p. 112 ; Kirbihler 2003, 692.

326 Iulia Lydia Laterana, épouse de Ti. Claudius Aristiôn, est peut-être la fille de Ti. Iulius Celsus Polemaeanus (voir Kirbihler 2003, 297).

327 IK, 12-Ephesos, 429 et IK, 13-Ephesos, 672.

328 IK, 13-Ephesos, 638.

329 Le temple de la rue des Courètes est ainsi inauguré sous le deuxième secrétariat du peuple de P. Vedius Antoninus (Vedius 2). T. Flauius Damianos, beau-fils de Vedius 3, intervient dans la construction d’une salle dans les bains de Varius (IK, 13-Ephesos, 672).

330 PIR2 I 260 ; Eck 1982, 341.

331 IK, 12-Ephesos, 518. Il a été prytane avant 92-93.

332 Dans l’ordre, IK, 12-Ephesos, 509, IK, 13-Ephesos, 858 et 857 et IK, 12-Ephesos, 517. Sur A. Larcius Crispinus voir Eck 1999c, 12-13 et 29.

333 IK, 12-Ephesos, 430.

334 IK, 13-Ephesos, 661.

335 Demougin 1999, no 151.

336 Kirbihler 2003, 1088.

337 IK, 17.1-Ephesos, 3008.

338 IK, 12-Ephesos, 449.

339 IK, 12-Ephesos, 446.

340 Plin., Ep., 6.29-31 : princeps Ephesiorum, homo munificus et innoxie popularis, inde inuidia et a dissimillimis delator inmissus.

341 Bilan de ces constructions dans Halfmann [2001] 2004, 89-90.

342 Jusqu’au procès lors duquel Trajan lui marque son soutien (voir Kirbihler 2003, 567), rien n’indique qu’Aristiôn ait agi en fonction des desiderata des autorités provinciales ou impériales. L’obtention de la première néocorie sous Domitien pouvait satisfaire son ambition personnelle et nourrir ses projets pour sa cité, sans qu’il soit besoin d’imaginer qu’il n’était qu’un intermédiaire pour les autorités romaines.

343 AP 11.97 ; Robert 1969a, 282-283 (le Stratonikéion est le sanctuaire de Stratonice, très important à Smyrne ; selon L. Robert, certains auraient proposé de le reconstruire de manière grandiose, suscitant cette réaction d’agacement de la part d’Ammianos).

344 Le temple de Domitien, cité par Gros 2005b, 197, à cause de ses dimensions immenses comme un élément perturbateur du plan d’Éphèse, signe de la domination romaine sur une cité grecque désemparée, est cependant surpassé en grandeur par le temple appelé “Sérapiéion”, construit peu après, jamais achevé (Halfmann [2001] 2004, 60-61). Voir le plan d’Éphèse (fig. 1).

345 Kirbihler 2003, 593 no 11.

346 Sur ce cumul inhabituel qui offrait de grandes possibilités d’influence, voir Kirbihler 2003, 293. Voir également le nombre de secrétariats du peuple accomplis par les hommes de la famille, ibid. p. 295, entre 88 et 110.

347 Kirbihler 2003, 299.

348 Kirbihler 2003, 1089.

349 Kirbihler 2003, 314.

350 IK, 14-Ephesos, 1384.

351 IK, 13-Ephesos, 725 : dans la première moitié du iiie s., “la patrie a rénové” la statue de Vedius, dont la base a été retrouvée près du bouleutèrion.

352 IK, 13-Ephesos, 728.

353 Dillon 1996 et supra II. 3.

354 IK, 16-Ephesos, 2039.

355 Pour la datation des fonctions de Sabinianus, voir Kirbihler 2003, 313. Elle pose problème : dans les dédicaces réalisées par ce personnage, son rang sénatorial n’est pas mentionné (il faut néanmoins signaler leur état lacunaire).

356 IK, 12-Ephesos, 431 et Add. p. 11 (les restitutions proposées doivent être considérées avec prudence : Sabinianus n’a pas été asiarque, à la différence de son père) et IK, 12-Ephesos, 438.

357 IK, 12-Ephesos, 460 + SEG, 53, 1280.

358 En général citée sous la référence IK, 15-Ephesos, 1491 ; mais il faut désormais utiliser Kokkinia 2003, invalidant les conclusions qui avaient été tirées de la première restitution. Voir II. 3.

359 IK, 16-Ephesos, 2064.

360 IK, 13-Ephesos, 672.

361 Kirbihler 2003, 318-322. Aristiôn, qui a été trois fois asiarque, a aussi à ce titre dû donner des combats de gladiateurs. On ne trouve pas de dédicaces d’associations professionnelles en son honneur, à la différence des Vedii.

362 Kirbihler 2003, 323-328.

363 Kirbihler 2003, 327.

364 Knibbe 1985 ; Campanile 1994, no 155 ; Kirbihler 2003, 888.

365 IK, 12-Ephesos, 444.

366 IK, 17.1-Ephesos, 3063.

367 Campanile 1994, no 193.

368 IK, 17.1-Ephesos, 3071.

369 Campanile 1994, no 154.

370 IK, 12-Ephesos, 435.

371 IK, 17.1-Ephesos, 3001, 2 (Campanile 1994, no 43).

372 IK, 13-Ephesos, 626.

373 Campanile 1994, no 97.

374 IK, 16-Ephesos, 2042 ; IK, 17.1-Ephesos, 3009.

375 Seul l’agoranome Aurelius Métrodôros (IK, 17.1-Ephesos, 3013) paraît appartenir à un niveau socio-politique moins éminent : la magistrature pour laquelle on connaît son intervention, de même que l’absence de mention d’autres fonctions plus prestigieuses, le placent à un rang plus modeste.

376 Jacques 1984, 730-731.

377 Halfmann [2001] 2004, 44.

378 IPergamon, 236.

379 Halfmann [2001] 2004, 31. Strabon décrit Apollodôros comme l’un des plus importants personnages de son temps.

380 IPergamon, 237.

381 Gauthier 1985, 60-63, sur les grands bienfaiteurs citoyens qui ont bénéficié d’un culte. Apollodôros n’est pas dans ce cas mais comme l’orateur Hybréas de Mylasa, ou l’historien Théophanès de Mytilène, cet homme de culture dispose d’un grand crédit auprès des dirigeants romains.

382 PIR² I 507 ; Halfmann 1982, 608 ; Halfmann [2001] 2004, 67.

383 Halfmann [2001] 2004, 71-73.

384 Aristid., Or., 30.9 (en 147).

385 IPergamon, 553.

386 IPergamon, 440, l. 18-19. Il s’agit d’une gymnasiarchie éternelle, non à vie (Halfmann [2001] 2004, 70 et n. 160) : voir Bull. 1968, 548.

387 Stagnation rappelée également par Halfmann [2001] 2004, 67.

388 IPergamon, 292.

389 Halfmann [2001] 2004, 72 et n. 172.

390 PME, I 84 ; Hepding 1907, 329-330 no 61.

391 PME, C 153 ; IPergamon, 461 ; lecture améliorée dans IAsklepieion, p. 139.

392 Hepding 1910, 472 no 58.

393 IPergamon, 553.

394 Hepding 1910, 442 no 25.

395 IAsklepieion, 2 ; Halfmann [2001] 2004, 77-78.

396 IAsklepieion, 38.

397 IAsklepieion, 64. Halfmann [2001] 2004, 80, formule l’hypothèse qu’il s’agit d’un consul suffect d’entre 129 et 132, “qui pourrait bien être rajouté à la série des commanditaires de l’Asklépiéion déjà connus, qui sont de rang sénatorial voire consulaire”.

398 Halfmann [2001] 2004, 79.

399 Campanile 1994, no 79.

400 IAsklepieion, 30.

401 IPergamon, 333. Voir II. 1.

402 Halfmann [2001] 2004, 111-112.

403 Contra Mitchell 1990. Il est peut-être possible d’observer ce phénomène dans d’autres provinces d’Asie mineure ; en Asie, à part le cas possible de Pergame, il est difficile de discerner une telle rupture dans les pratiques évergétiques.

404 IK, 24.1-Smyrna, 697.

405 IK, 24.1-Smyrna, 639.

406 Campanile 1994, no 48.

407 Philostr., VS, 2.26 [613].

408 IK, 24.1-Smyrna, 641.

409 Beaucoup d’inscriptions disent simplement “grands-prêtres”, sans préciser “des Augustes”. À Aphrodisias, on trouve les mêmes dénominations (prêtres d’Aphrodite, grands-prêtres du culte impérial civique), voir Reynolds 1981, 320.

410 Voir sur les familles de prêtres Laumonier 1937, 1938a et b.

411 IK, 21-Stratonikeia, 310.

412 Voir le répertoire, cité par cité, de Halfmann 1982, 632-634. Kéramos ne fait pas connaître non plus de famille sénatoriale, mais la ville est peut-être plus modeste et son épigraphie, surtout, moins bien connue.

413 Naumann 1979. Voir fig. 11, le plan d’Aizanoi.

414 Price 1982.

415 Le temple de Zeus à l’époque de Domitien figure sur les monnaies RPC II, 1362-3. On trouve encore sous Marc Aurèle des monnaies de bronze montrant un temple tétrastyle avec la statue de Zeus, à architrave arquée (RPCO, 1670), et sous Antonin le Pieux (RPCO, 1661) et Marc Aurèle (RPCO, 1665) des représentations d’un temple octostyle, où aucune divinité n’est figurée (l’existence des autres monnaies suggère que cette image devait faire penser au temple de Zeus).

416 Tableau dépeint dans Barresi 2003. Le cas d’Aizanoi est révélateur d’un maniement des sources dans le sens unique de prouver l’influence omniprésente de Rome : dans le tableau sur les temples des divinités traditionnelles (p. 217-220) la mention 1b renvoie aux lettres d’Hadrien sur les propriétés du sanctuaire de Zeus à Aizanoi (MAMA IX P 1-4), qui servent non seulement à montrer, selon P. Barresi, la construction du temple à cette époque, mais encore le financement du projet par l’empereur. Les conclusions du tableau (p. 222) surévaluent les interventions impériales.

417 Laffi1971 ; Sartre 2003, 174.

418 Gros 2005b, 213 : “les sanctuaires rupestres des vieilles divinités matronales, les “Mères” phrygiennes, mis en concurrence avec les temples du panthéon romain et confrontés aux liturgies tapageuses du culte impérial, gardent souvent leur prestige”. Il est possible de réévaluer cette opposition entre le culte de Méter Steunénè et celui de Zeus.

419 Voir notamment Mitchell 1993b, 18 ; Robert 1981b, 354-355.

420 Mitchell 1993b, 19. Mais St. Mitchell suggère que dès lors le culte rural rentra dans l’ombre du culte urbain, ce qui ne paraît pas tout à fait conforme à l’étude d’ensemble du site due à Rheidt 1997 (cet auteur en revanche associe sans réel fondement la construction du temple de Zeus au désir de rentrer dans le Panhellènion, p. 493).

421 Wörrle 1992.

422 Rheidt 1997, 484 (rue à portique) et 487 (sarcophage de L. Claudius Seuerinus). Voir le plan d’Aizanoi.

423 P. Gros utilise cet argument pour conclure à l’échec de l’urbanisation de la rive ouest du Penkalas et du “luxe” monumental déployé dans le temple de Zeus, le théâtre, le stade (Gros 2005b, 214), que la “masse de la population attachée à ses traditions” aurait rejeté, par opposition à la “classe dirigeante désireuse de se doter de tous les signes extérieurs du ‘luxe’ romain”. Or, l’exemple de L. Claudius Seuerinus, le fait que le sanctuaire de Zeus remonte à une époque ancienne, que la grotte était censée être le lieu de naissance de Zeus et que le site extra-urbain est rappelé symboliquement par la cavité sous le temple urbain, concourent à prouver non pas l’opposition affaiblissante, mais l’association fructueuse de ces deux cultes pour l’identité de la cité et son affirmation.

424 Robert 1981b, 355-359.

425 Gros 2005b, 213-215.

426 Wörrle 1995b, 67 no 1.

427 Wörrle 1995b, 64 et 67 no 3 ; il avait dirigé des émissions monétaires à l’époque de Claude, avec Artémis au revers.

428 Comme Price 1982, nous pensons que ce temple fut entrepris dès l’époque de Domitien, à cause des émissions monétaires le représentant ; d’autre part, si l’empereur a pu aider en fournissant des matériaux de construction, il nous paraît peu probable, à la lumière de la mise en série des sources épigraphiques d’Asie, que ce temple ait été financé sur d’autres fonds que civiques, ou même plutôt, par une réunion de fonds privés, éventuellement sous forme de souscription.

429 MAMA IX, 10.

430 Dans l’ordre de leur citation, MAMA IX, P 9, P 6, P 7 et P 8.

431 Campanile 1994, no 110.

432 Voir pour les détails de la carrière d’Euryklès et de ses ancêtres, Naumann 1985 et Wörrle 1992. Son grand-père a dû obtenir la citoyenneté romaine au moment du règlement du conflit sur les terres sacrées de Zeus, qui a permis à Aizanoi de retrouver son calme.

433 La présence d’un dossier épigraphique sur la famille d’Euryklès (lui-même, son père, son grand-père), dans le stade de la cité, suggère-t-elle qu’ils sont intervenus dans la construction du complexe liant le stade et le théâtre ? C’est l’hypothèse formulée dans Wörrle 1992, 367-368. Il peut s’agir simplement du “lieu le plus en vue de la cité”, le meilleur endroit à Aizanoi pour afficher des inscriptions honorifiques.

434 Jacques 1984, 730-731.

435 FOS, 822 (Ulpia Apuleia) et stemma LXIV (à la génération où ces familles accèdent à l’ordre sénatorial, un lien matrimonial est créé entre la famille du mari de la fille de M. Ulpius Apuleius Euryklès, et celle de M. Ulpius Carminius Claudianus, dont une petite-fille, membre de l’ordre sénatorial comme son père, épouse un Attius, frère du mari d’Ulpia Apuleia), et Raepsaet-Charlier 1993, 267.

436 Spanu 1997, 125-138.

437 IK, 30-Keramos, 17 ; Crampa 1988, 607 n. 8.

438 IK, 30-Keramos, 18.

439 IK, 30-Keramos, 19 avec de nouveaux morceaux trouvés en 1979 et IK, 30-Keramos, 20. Un autre fragment découvert récemment porte également la dédicace d’un bain par le même personnage (Ruggieri 1999, 390 [Bull. 2001, 414]).

440 Même s’il n’est pas certain que le [-]rion se rapporte bien à un monument des eaux (voir Spanu 1997, 138).

441 Campanile 1994, no 111.

442 Inscription honorifique par la gérousie d’Éphèse, dont il a été logiste : IK, 13-Ephesos, 618.

443 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 126-127.

444 Jacques 1984, 731. Fr. Jacques ne détaille pas la nature des dons, mais il s’agit le plus souvent, d’après lui, de monuments (p. 728-730).

445 Jacques 1984, 732.

446 Jacques 1984, 719.

447 À comparer avec le répertoire dressé par Jacques 1984, 737-741 ; voir également Jacques 1975.

448 Voir II. 1.

449 Badel 2005, 297-298 (la “noblesse” d’après Diogène Laërce naît aussi de l’illustration personnelle, de la manifestation de sa générosité et de sa grandeur d’âme) et 312-315, sur l’imperméabilité des critères de la noblesse locale aux conceptions venues de l’extérieur, de Rome.

450 Aux exemples étudiés précédemment, on pourrait ajouter le cas de Milet, dont l’ornement urbain est le résultat de la générosité spontanée de plusieurs évergètes et de prophètes et hydrophores de Didymes. Le prestige de ces charges religieuses au sein de la cité est immense, puisque souvent on les obtient quelques années après avoir exercé les fonctions civiques les plus élevées (la stéphanéphorie) : voir Andreou 2000, 3-4. Comme à Aphrodisias, on retrouve parfois la fierté d’appartenir à une famille qui a participé à la fondation de la cité (ce qui est en l’occurrence la revendication d’une origine bien plus antique que celle des fondateurs d’Aphrodisias) : [-]nos Ménandros, qui a “orné” une pièce du gymnase de Faustine (c’est-à-dire réalisé sa coûteuse décoration en marbre), rappelle qu’il est “fils et descendant de grands-prêtres, de stéphanéphores, de prophètes, d’archontes, de gymnasiarques, d’une famille des fondateurs de la cité” (Didyma, 84, l. 23-26).

451 Affirmation de cet héritage par Badel 2005, 297.

452 L’analyse du moment de l’obtention de la citoyenneté romaine est plus difficile à réaliser. En effet, de nombreux évergètes dans les cités ne sont pas citoyens romains, et même certains grands-prêtres n’ont pas encore reçu la citoyenneté romaine, ou encore certains notables reçoivent en même temps la citoyenneté romaine et le cheval public (Demougin 1999, 584-585). Il ne nous paraît guère pertinent d’analyser le comportement évergétique des notables en fonction de leur possession, ou non, de la qualité de citoyen romain, et il n’est pas conforme au mode de fonctionnement des sociétés civiques grecques de supposer que l’action évergétique est réalisée en vue d’obtenir ce statut – l’idée primordiale étant que les notables des cités d’Asie mineure occidentale agissent d’abord en fonction de l’horizon civique.

453 Demougin 1999, 590. Voir Fr. Jacques, dans Jacques & Scheid 1990, 343-345, sur ce modèle somme toute courant partout dans l’empire de la progression des élites locales vers les honneurs romains.

454 Campanile 1994, 9.

455 Rémy 1991, 160, sur la manière dont les évergètes pouvaient ainsi être remarqués par les autorités provinciales.

456 Sur les chevaliers dans les cités orientales, voir Quass 1982, 198-206.

457 Demougin 1999, 588.

458 Herrmann 1994. C. Iulius Épikratès, qui a fait des constructions à Milet, était lié à Capito, le constructeur des bains : il pourrait être son grand-oncle.

459 Demougin 1999, 589.

460 Nous reprenons les abréviations et les conclusions de Demougin 1999 pour indiquer le niveau atteint dans la carrière équestre (MIL EQ = milices équestres, complètes ou non ; PP = primipilat ; TIT = titulature équestre ; CUR = curatelle de ville). Rien n’indique que M. Ulpius Carminius Claudianus fut un chevalier (il est identifié comme tel par Halfmann 1982, 612) : nous ne le retenons donc pas dans ce tableau.

461 Originaire d’Akmonia (Kearsley 1988), il a été deux fois praefectus fabrum (IK, 16-Ephesos, 2061) et grand-prêtre d’Asie à Éphèse.

462 Halfmann 1982, 603-605. En dehors Éphèse, il nous paraît rare que de riches personnages d’origine italienne récente se soient intéressés à la construction dans la cité où ils avaient élu domicile (voir par exemple à Milet : selon Andreou 2000, 12-13 et n. 80, il n’y a que trois familles d’origine italienne à Milet, la famille de L. Malius Reginus, celle de L. Vitellius Crispus et celle de L. Valerius Iulianus ; ils ont accompli des magistratures, prêtrises et liturgies dans la cité, mais les sources épigraphiques ne permettent pas de prendre connaissance de constructions qu’ils auraient financées).

463 Avec l’identité de ces personnages, nous indiquons la plus haute magistrature ou fonction qu’ils ont revêtue, quand l’information existe.

464 D’après la documentation et s’il s’agit bien de lui et non de son père (PIR² C 795), il atteignit le consulat. La famille est originaire de Pergame. C’était un collectionneur d’art et poète à ses heures (Swain 1991).

465 Halfmann 1982, 608-609.

466 Halfmann 1982, 610.

467 Eck 1980. Quass 1982 fait le même constat.

468 Eck 1980, 305-309, les nos 1, 3-5, 13, 15, 17, 21, 22, 25, 28, 32, 34-36, 40, 42, 44, 46, 47, 49-53, 57.

469 Herrmann 1993a, partie 1.

470 CIG 2781b + add. p. 1111.

471 Constat fait par Kirbihler 1999, 220. Pour la datation de la carrière sénatoriale de Vedius 3, voir Kirbihler 2003, 313 (il ne retient pas l’hypothèse selon laquelle cette carrière aurait commencé après les travaux réalisés à Éphèse).

472 Voir par exemple la recension des familles sénatoriales éphésiennes par Halfmann 1982, 627-630 : les Attii, les Pompeii, les Claudii, les Cornelii Aurelii, ne sont pas intervenus dans l’ornement de la cité d’après l’état actuel des sources.

473 Voir Quass 1982, 192-193 et 188-195 sur les sénateurs bâtisseurs dans les cités d’Asie et Halfmann [2001] 2004, 144, pour des observations sur le décalage chronologique entre Éphèse et Pergame pour l’obtention de la part de familles issues de ces cités de la plus haute magistrature romaine.

474 Halfmann 1982, 615.

475 Les constructions de monuments publics que ces personnages réalisent interviennent la plupart du temps alors qu’ils n’ont plus rien à souhaiter pour leur carrière sénatoriale. En revanche la continuité de leur attachement pour leur patrie d’origine peut être très utile à cette dernière : elle peut se réclamer de ces personnages bien placés en cas de difficultés, notamment avec des soldats ou avec l’administration romaine.

476 Robert 1938, 128-133 ; IK, 17.1-Ephesos, 3003.

477 Campanile 1994, no 111 ; IK, 13-Ephesos, 618.

478 Sur cette famille d’asiarques (sa sœur Flauia Lycia épouse un grand-prêtre du culte impérial provincial, Ti. Cl. Celsus Orestianus, voir Campanile 1994, no 62), Kearsley 1988 à compléter avec Kearsley 1996 (l’auteur revient sur la datation de la famille des Claudii de Cibyra).

479 Carrières familiales présentées en ce sens par Mitchell 1999, 246-247 (nous ne possédons cependant pas la preuve formelle que la famille d’Euryklès est intervenue dans la construction du stade de la cité, bien que le dossier épigraphique la concernant y soit gravée).

480 Même s’il ne fut pas grand-prêtre d’Asie, M. Ulpius Carminius Claudianus exerça des fonctions dans le koinon et à Cyzique (CIG 2782 ; IAph2007 12.1111). Il ne faut par ailleurs jamais poser comme a priori l’appétence des notables hellénophones pour l’obtention d’un statut privilégié romain : Demougin 1999, 580.

481 Jacques 1984, 729, le rappelle également pour l’Afrique.

482 Jacques 1984, 758. Le don d’une colonne ou d’une statue n’a évidemment pas la même portée ; nous avons vu cependant qu’il procède des mêmes ressorts moraux et culturels.

483 Vett. Val., p. 85 l. 25-p. 86, l. 3 (Neugebauer & van Hoesen 1959, 97).

484 Mitchell 1984, 126, qui à la suite de Veyne 1976 souligne que derrière l’apparence de la spontanéité des dons transmise par les inscriptions il faut toujours penser aux scènes de marchandage et de rivalité politique.

485 D. Chr. 44.8 (trad. Cuvigny 1994).

486 Cette idée est également utilisée par Winter 1996, 207.

487 Jacques 1984, 701.

488 On ne peut donc déduire du cadre général pour tous les types d’évergétisme décrit par Veyne 1976, sans étude régionale et systématique, ce que sont les valeurs dont est revêtue la construction de monuments publics dans les cités d’Asie à l’époque romaine ou dans toute autre partie de l’empire. Fr. Jacques souligne également pour l’Afrique les diversités régionales et locales qui contribuent à réfuter l’idée d’automatisme et d’obligation dans le don (Jacques 1984, 732-733).

489 Les phénomènes observés sont différents en Afrique, comme le montre la thèse de Lepelley 1979-1981, et en Italie, Lepelley 1992. Cl. Lepelley cite une lettre de Symmaque à son père qui se trouve à Bénévent, sur l’attitude des notables dans la ville après un tremblement de terre, probablement vers 375 : “pour décorer la ville, ils épuisent à l’envi leurs biens personnels” (ep. 1.3.4).

490 Cette fréquente origine commune explique aussi le goût pour les épigrammes, comme le souligne Roueché 1997, 363-365.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540