Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

2. L’ornement de la cité comme participation à l’idéal civique

III - Les valeurs d’une élite sociale à travers l’évergétisme édilitaire : la mise en œuvre publique d’une éthique et ses récompenses

Texte intégral

  • 1 Quass 1993 et son compte rendu par Ph. Gauthier, Bull. 1994, 194 ; Stephan 2002.
  • 2 Nous renvoyons bien sûr à l’étude de P. Veyne, notamment aux pages consacrées à l’“évergétisme grec (...)
  • 3 P. Barresi parle de “la volonté des classes dirigeantes de léguer leur nom à des édifices publics, (...)

1La participation à l’idéal civique par l’ornement de la cité était avant tout accessible aux notables. Dans la région qui nous occupe, un ensemble précis de valeurs, issues de l’hellénisme, valorisait le fait d’offrir des monuments à la cité, ou de décider de politiques de constructions au Conseil. Nous abordons ici un domaine de l’histoire qui relève d’un genre spécifique, l’histoire des élites et de leur vision du monde. Comme le montre Fr. Quass1, le comportement de cette classe sociale de notables a des implications larges pour la vie civique, car ils dominent largement la vie politique, depuis l’époque hellénistique jusqu’à la fin de l’époque romaine. Ils forment également le public privilégié de la seconde sophistique et ont été formés par une éducation ancrée dans la tradition hellénique. L’auteur classe dans les domaines de politique intérieure gérés par les notables les constructions et réparations d’édifices, l’approvisionnement en grain, les liturgies (fonctionnement du gymnase, organisation des concours). Les décrets et inscriptions honorifiques permettent de prendre connaissance des valeurs liées à ce comportement. Pour le thème précis de l’ornement de la cité, il s’agit d’étudier comment les élites sociales ont pu considérer comme valorisant d’embellir le paysage urbain de leur cité, ce qui n’était pas leur principale ambition à l’époque hellénistique2. Cette éthique procède de motivations culturelles, sociales et politiques, qui dépassent le simple orgueil un peu fat de vouloir “exposer sa propre richesse”3.

2Aux yeux des Grecs, les conditions nécessaires pour appartenir à l’élite civique sont la richesse, l’éducation, le comportement munificent, et à un degré moindre, la naissance. Ces termes sont à l’œuvre et même mise en scène, avec des variations au fil du temps, dans la construction et la restauration de monuments publics. Les circonstances précises des dons des notables (sur lesquelles nous reviendrons en III.1) ne modifient pas les valeurs reconnues par eux comme essentielles au moment de leur don. Les dons des notables peuvent être faits en vue d’obtenir une magistrature ou d’exercer une charge dans la cité, ou être des évergésies libres. Cependant, les deux types de dons reflètent un comportement propre à une élite sociale et mobilisent à la racine la même volonté, la même ambition, qui prend l’allure d’une vertu quand elle est appelée philotimia. À partir essentiellement des sources épigraphiques, qui sont le plus souvent inspirées directement par les notables qu’elles honorent, nous voulons étudier les caractéristiques du vocabulaire de l’honneur et la définition de l’action des notables comme le résultat d’une éducation grecque. Au sein de la cité, nous analyserons l’évolution du rôle de l’évergète bâtisseur entre la basse époque hellénistique et la fin de l’époque romaine, à travers les honneurs qui lui sont rendus et les titres qui lui sont décernés. Parmi les différents actes évergétiques possibles (financer des concours, offrir des combats de gladiateurs ou des chasses, faire des distributions d’argent ou de nourriture, faire fonctionner les bains-gymnases, ou construire), la construction est fortement valorisée. Elle peut également être un vecteur de reconnaissance sociale pour des catégories socio-politiques normalement exclues ou à la marge de la vie civique, les femmes et les affranchis, voire des personnes de condition modeste.

φιλοτιμ′iα et μεγαλοπρ′επεια dans l’évergétisme édilitaire

  • 4 Recherche volontaire de l’honneur. Voir Brown 1983, 65-94 ; Stephan 2002, 80-85.
  • 5 En essayant de voir le contexte précis de l’emploi de ces termes, pour déterminer leur portée, nous (...)
  • 6 IK, 30-Keramos, 14.
  • 7 Didyma, 381.
  • 8 TAM V, 2, 1352.
  • 9 IK, 17.1-Ephesos, 3066.
  • 10 Voir en dernier lieu l’édition révisée de Kokkinia 2003.
  • 11 La même formule est employée de nouveau par Antonin dans une autre lettre sur Vedius (IK, 15-Epheso (...)
  • 12 IK, 13-Ephesos, 728.
  • 13 κόσμησε ἅπασι ἀγορανόμιον περίπατον ἰδίῃ φιλοτειμίηι (IPergamon, 333 ; Hellmann 1994, 155 no 13) ; (...)
  • 14 IK, 17.1-Ephesos, 3013.
  • 15 Si l’on compare avec les définitions données par Ph. Gauthier pour la haute époque hellénistique (G (...)

La recherche de l’honneur, φιλοτιμία4, et la munificence sont les vertus de ceux qui dépensent leur argent pour le bien public, que ce soit dans le cadre d’une évergésie libre ou au cours d’une magistrature. Le premier terme désigne une qualité morale par laquelle l’évergète fait preuve de ses qualités de multiples manières pour la cité, la mégaloprépéia renvoie au fait précis de dépenser de l’argent (ce n’était pas la seule manière de rechercher l’honneur dans la cité). Pour tenter de donner une définition aussi précise que possible de ces termes, nous allons tenter de voir à partir d’exemples dans quels contextes ils sont employés pour des constructeurs5. Sous le règne de Tibère, à Kéramos, [-]ophantos fils de Dionysios fut honoré par le Conseil et le peuple : l’un des attendus mentionne [τὴν ε]ἰς τὴν πατρίδα φιλοτειμίαν, son aspiration à faire preuve d’honneur vis-à-vis de sa patrie. Il a notamment fait construire un portique où sont exposées des statues de Tibère6. Au début de l’époque impériale, une hydrophore qui a reconstruit la porte en bronze du sanctuaire d’Artémis à Didymes est honorée par le Conseil et le peuple de Milet : elle a agi “de manière digne et honorable (φιλοτείμως), conformément à sa famille”7. À Magnésie du Sipyle, Apollônios Skytalas en construisant le temple de Méter Plastènè, un sanctuaire rupestre, a agi pour sa patrie φιλοτείμως καὶ μεγαλοψύχως8. Au début du iie s., C. Licinius Maximus Iulianus est honoré par le Conseil et le peuple d’Éphèse car il a exercé “en recherchant l’honneur” plusieurs magistratures et liturgies, à l’occasion desquelles il a fait des dons d’argent pour des travaux au port et dans le “gymnase neuf”9. La φιλοτιμία est la qualité reconnue à P. Vedius Antoninus par Antonin le Pieux et par ses concitoyens, étant donné que la lettre d’Antonin le Pieux est le résultat d’un envoi par la cité d’un message pour se féliciter du comportement de son évergète10. Après le salut au peuple de la cité, Antonin commence par ces mots : [τ]ὴν φιλοτιμίαν ἣν φιλοτιμε[Image 10000000000000070000000F6562CF78.jpgται πρὸς ὑμ]Image 100000000000000B0000000FCC548F30.jpgς Ο[ὐήδιο]ς ἈντωνεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgνος ἔμαθον (l. 7-8), “j’ai appris comment Vedius Antoninus cherche à faire preuve d’honneur auprès de vous”. Comme [-]ophantos à Kéramos, Vedius Antoninus a fait profiter toute la cité de sa grandeur d’âme11. Une inscription honorifique de la part de Conseil et du peuple d’Éphèse spécifie, à la fin de l’énoncé de ses mérites, qu’“il a orné la cité de nombreux et grands bâtiments, et qu’en toute occasion, avec enthousiasme et bonne volonté, il a recherché l’honneur, πεφιλοτειμημένον” (l. 27-32)12. À Pergame, au milieu du iie s., Nikodémos Nikôn, notable de la cité qui se plaît à exercer ses talents d’architecte, “a orné pour tous le portique situé sur l’agora, par amour de l’honneur”13. Au iiie s. à Éphèse un agoranome, Aurelius Métrodôros, spécifie que c’est pendant le temps de sa magistrature, ἐν τImage 10000000000000080000000F59C94827.jpg ἀρχImage 10000000000000080000000F59C94827.jpg, qu’il a recherché l’honneur, ἐφιλοτ[ει]μήσετο (l. 5-6) : la preuve en est qu’il a fait faire le pavement d’une partie de l’avenue du Koressos (l. 7-8)14. La mention de l’exercice de la philotimia spécifiquement au cours d’une magistrature apparaît presque comme un trait d’archaïsme15 de la part de cet agoranome, dans la mesure où les autres inscriptions laissent en général entendre l’exercice de cette qualité au cours d’un ensemble de fonctions, ou plus largement comme un comportement valable dans tous les temps de leur vie.

  • 16 À Stratonicée de Carie au iie s., Drakôn fils de Léôn parle ainsi “de toutes les autres occasions o (...)
  • 17 Ainsi Dion à Pruse pour parler de ses concitoyens qui ont promis de participer à une souscription p (...)
  • 18 Robert 1940, 276-277.
  • 19 IK, 13-Ephesos, 672A.
  • 20 Exemples donnés par Robert 1940, 278.
  • 21 Voir par exemple à Sébastopolis-Hérakléopolis en Cappadoce, une inscription de l’époque d’Hadrien ( (...)
  • 22 Voir un composé verbal, qui signifie apparemment “faire une générosité supplémentaire”, “se montrer (...)
  • 23 Brown 1983, 72.

Plusieurs cas de figure existent donc : la philotimia est une qualité mise en œuvre au cours d’une magistrature, d’une évergésie libre, ou toute sa vie16, comme Vedius Antoninus, et qui se manifeste par la dépense faite pour le bien de la communauté civique. C’est ainsi que plusieurs fois il est spécifié que la philotimia est exercée πρὸς δImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgμον, ou εἰς τὴν πατρίδα. Cette vertu n’a en effet qu’une existence virtuelle tant qu’elle ne s’est pas manifestée, extériorisée, pour le bien commun. C’est pourquoi le plus souvent, ce sont les institutions civiques qui reconnaissent cette qualité à l’évergète ; Antonin le Pieux ne fait sans doute que reprendre les mots du mémoire envoyé au sujet de leur bienfaiteur par les Éphésiens. Cette qualité qui pousse à rechercher les honneurs se traduit par la générosité envers ses concitoyens17. Le lien entre l’honneur et la générosité a pu conduire à des évolutions dans le sens du mot. Le nom employé au pluriel peut ainsi être parfois traduit par “générosités” : L. Robert a montré que φιλοτιμία a pu évoluer jusqu’à désigner les libéralités faites aux cités par les notables, qui leur permettent de recevoir des honneurs et des titres18. Cet emploi reste cependant rare en Asie. À Éphèse à la fin du iie s. une inscription provenant de l’agora honore Flauius Damianos [ὑπὲρ] φιλοτειμιImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν, “pour ses largesses”19, qui comportent l’approvisionnement en blé comme des constructions de monuments. À la même époque, au iiie s., des glossaires gréco-latins indiquent que le terme latin munus se traduit par φιλοτιμία, φιλοδοξία, δImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgρον ; φιλότιμος correspond au latin ambitiosus, munerarius, liberalis, et φιλοτιμία à munificentia, liberalitas20. Si cette évolution du sens du mot est sensible dans quelques cités, de manière très ponctuelle21, il nous semble qu’à part quelques cas, il n’est pas possible de comprendre, dans les inscriptions que nous avons rassemblées, le terme φιλοτιμία comme “acte liturgique”22. Il désigne plutôt une qualité des évergètes, à l’œuvre pendant tout le Haut-Empire : selon P. Brown, “c’était là la force qui agissait derrière ces émotions plus diffuses – “patriotisme”, “archaïsme”, “vanité” – que nous attribuons à l’homme de l’époque antonine. D’un côté, elle poussait les membres de la classe supérieure à une compétition ouverte à tous les niveaux de la vie sociale (...). D’autre part, l’aspect compétitif de la philotimia supposait mais aussi exigeait, comme on l’avait fait durant des siècles, que l’on attirât suffisamment l’attention des personnes déterminées, c’est-à-dire de rivaux potentiels”23.

  • 24 Datation d’après Hatzfeld 1927, 98-99 no 65.
  • 25 IK, 21-Stratonikeia, 220a.
  • 26 Proposition de traduction de συμφιλοτιμο(...)
  • 27 IK, 21-Stratonikeia, 303.
  • 28 À Lagina également, Épainétos Ouliadès s’est comporté “avec piété envers les dieux, avec honneur en (...)
  • 29 A. Laumonier comprend également ce passage ainsi (Laumonier 1937, 287 no 131).
  • 30 IK, 21-Stratonikeia, 289, l. 13-14 (fin de l’inscription, qui n’est pas une inscription honorifique (...)
  • 31 TAM V, 2, 966 (l. 18-19) ; TAM V, 2, 976 ; TAM V, 2, 980 (même association entre le financement de (...)
  • 32 M. Sempronius Clemens a accompli plusieurs constructions, “et il a accompli toutes les autres libér (...)

L’épigraphie de Stratonicée de Carie montre bien comment cette qualité a pu en venir, dans certains cas, à distinguer une véritable caste de notables ; elle y est exercée familialement. À l’époque de Nerva24, une famille a fait construire une fontaine appelée “Parthénikè”25. À cette occasion la famille dans son ensemble a fait preuve de philotimia, “s’est associée à une œuvre glorieuse” : συνφιλοτιμηθέντων Φλα(ουίου) Δημητρίου, πατρὸς τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg ἱερέως, καὶ τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg υἱοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg Φλα(ουίου) Διονυσοδώρου καὶ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἀδελφImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν Φλα(ουίου) Νικολάου καὶ Φλα(ουίας) Τρυφαίνης26. Avec le prêtre et sa femme, le père du prêtre, son fils, son frère et sa sœur, ont participé à la construction et ont fait la preuve de leur qualité d’âme. La traduction la plus simple serait : “ont participé aussi à cette générosité” ; mais il y a bien ici l’idée d’une vertu familiale. Elle caractérise des notables qui se distinguent par l’exercice de certaines qualités morales, qui leur appartiennent. M. Ulpius Asklépiadès Iulius et Claudia Aeliana Brèsion, qui ont été prêtres d’Hécate à Lagina, ont ainsi accompli plusieurs bienfaits, parmi lesquels des constructions de bâtiments ; à leurs générosités ont été associés (συνφιλοτιμουμένων, l. 10) le père de Claudia, les frères du prêtre et leurs cousins27, au iiie s.28. M. Sempronius Clemens qui entre 150 et 200 a orné de plusieurs statues de dieux le bouleutèrion de la cité “a accompli ses prodigalités avec la prêtresse Isochrysos, son fils Sempronius Clemens, sa fille Tatia, née après ses prêtrises29, et le néocore Flauius Phaidros”, συνφιλοτιμουμένης ἐν πImage 100000000000000B0000000FCC548F30.jpgσιν καὶ τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpg<ς> ἱερείας Ἰσοχρύσου, κα<ὶ> τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg υἱοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg Σεμ(πρωνίου) [Κλ]ήμεντος καὶ ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς μετὰ τὰς ἱερωσύνας γεγονυίας αὐτοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς θυγατρὸς Τατίας, καὶ νεωκόρου Φλ(αουίου) Φαίδρου30. Avant même d’être née, parce que son père et sa famille ont orné le bouleutèrion de la cité et accompli plusieurs prêtrises, la petite Tatia a elle aussi fait preuve de philotimia. Il s’agit bien ici d’une caste de notables héréditaires, qui en tant que tels sont doués de certaines qualités et vertus qui les distinguent des autres hommes. Stratonicée de Carie, de même que Thyatire31, est une cité où l’on trouve de nombreux emplois de philotimia comme acte de générosité, au pluriel32. C’est une caractéristique de cette cité, de même que cette mentalité de caste parvenue à son comble. Stratonicée constitue un cas particulier, différent des autres cités d’Asie mineure occidentale. Dans le cas de Stratonicée il ne s’agit pas de documents émanant de la cité : ni l’assemblée ni le Conseil n’ont formulé de la sorte la domination de la famille de Clemens, sa “noblesse” ; les prêtres de Panamara ont pour habitude de formuler eux-mêmes le bilan de leur action dans des inscriptions rédigées à la première personne.

  • 33 Voir Bull. 1971, 576 : J. et L. Robert donnent comme sens à l’adjectif φιλότιμος “zélé et généreux”
  • 34 Arist., Rh., 1366b.
  • 35 Aristid., Or., 32.18. Alexandre (après un tremblement de terre ?) a restauré la cité : son activité (...)
  • 36 Cette même vertu est attribuée par Philostrate au père d’Hérode Atticus, lorsqu’il remet de l’argen (...)

La philotimia, vertu morale33, provoquait des dépenses d’argent, moyen nécessaire des évergésies : cette libéralité était l’autre face, indissociable, de la recherche de l’honneur. C’est pourquoi souvent on précise : “avec philotimia et megaloprépéia”, “en recherchant l’honneur et avec munificence”. On ne peut être évergète et compter son argent : Aristote a précisé que “la munificence est la vertu qui produit la grandeur dans les dépenses”34 : μεγαλοπρέπεια δὲ ἀρετὴ ἐν δαπανήμασι μεγέθους ποιητική. Conformément à cette définition, Aelius Aristide dit que les plus grands monuments construits par Alexandre, son maître, à Cotyaéion en Phrygie, sont les signes de sa générosité envers les habitants de la cité : οἱ μέγιστοι τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν κόσμων ὑμImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgν τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς ἐκείνου μεγαλοψυχίας σημεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgον εἰσίν35. Les monuments publics sont la manifestation concrète (σημεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgον) d’une qualité d’âme (μεγαλοψυχία)36. La construction de monuments publics n’est pas étalage de richesse : dans le monde grec, héritier d’une longue tradition philosophique, la générosité dans le don est depuis longtemps définie et prisée. Tout naturellement, à l’époque romaine, cette interprétation est adoptée par les communautés civiques à propos des dons de monuments publics et se retrouve dans l’imaginaire même des donateurs.

  • 37 IK, 12-Ephesos, 424.
  • 38 IK, 17.2-Ephesos, 4105.
  • 39 IK, 17.2-Ephesos, 5101 et 5113.
  • 40 IK, 12-Ephesos, 425.
  • 41 IK, 13-Ephesos, 638.
  • 42 IK, 12-Ephesos, 431 et Add. p. 11 et IK, 12-Ephesos, 438.
  • 43 L’inscription est très fragmentaire mais son formulaire paraît simple : IK, 12-Ephesos, 460 (à comp (...)
  • 44 Arist., Rh., 1366b.
  • 45 IK, 15-Ephesos, 1493, l. 13.
  • 46 Brown 1983, 84-86.

3La caractérisation de la grandeur de la dépense nous intéresse particulièrement : en effet, quand il s’agit de bâtiments, on peut s’attendre à ce que les sommes engagées par des particuliers soient importantes. Or, comme nous l’avons vu (II. 1), le montant exact de la dépense n’était précisé dans les inscriptions d’Asie mineure occidentale que lorsqu’un contexte légal l’exigeait ou lors de la participation à une souscription. En général, une certaine retenue prévalait : des adverbes ou adjectifs ont-ils alors été utilisés, en dehors des spécifications légales attendues, pour exprimer la bonté des évergètes ? Le corpus des inscriptions relatives à Ti. Claudius Aristiôn à Éphèse, actif dans la capitale d’Asie essentiellement à l’époque de Domitien et de Trajan, indique la grande sobriété des dédicaces apposées par ses soins sur les monuments qu’il construit (l’hydrekdochion37, une adduction d’eau vers un sanctuaire38, la bibliothèque de Celsus achevée par ses soins39). Les inscriptions honorifiques décernées par les argentiers40 et une institution inconnue41 témoignent d’un choix dans la liste des mérites d’Aristiôn : il a été asiarque, gymnasiarque, prytane, néocore ; il a orné la cité de nombreux et grands bâtiments. M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinianus, au milieu du iie s., se montre modeste, d’après les dédicaces des bâtiments qu’il a élevés, le gymnase de Vedius42 et le bouleutèrion43. Dans l’ensemble du corpus éphésien, la “grandeur d’âme”, μεγαλοψυχία, qu’Aristote définit comme “la vertu qui rend capable de grands bienfaits”, ἀρετὴ μεγάλων ποιητικὴ εὐεργετημάτων44, est plus volontiers mise en avant que la munificence, qui indique de manière moins voilée l’importance de la dépense. Ainsi Antonin le Pieux a entendu parler de cette grandeur d’âme chez Vedius Antoninus45. Par ailleurs on trouve peu de mentions à Éphèse de la “munificence”. La capitale d’Asie, dont les monuments et l’épigraphie sont parmi les mieux connus du monde romain, n’a pas été le lieu de la démesure ostentatoire de quelques notables : la formulation publique de leurs bienfaits, malgré leur grandeur et leur coût, n’a pas voulu mettre à mal le “modèle de parité” dont parle P. Brown46. Même au moment de la stratification du régime oligarchique, les notables des cités grecques – particulièrement celles qui étaient anciennement hellénisées et avaient longtemps connu une vie civique – n’ont souvent pas voulu afficher trop crûment la domination écrasante de l’un ou l’autre. Dans une société qui prisait la mémoire continuée des grandes actions des notables en faveur de la communauté civique, une telle retenue doit être soulignée. Elle est le résultat du contrôle que s’imposait à lui-même le groupe des notables, et de cet ensemble de règles non écrites, mais qu’il appartient à l’historien de déchiffrer, qui régulait les relations sociales, et qui était le fruit d’une culture grecque civique vivante. Les personnages ou les cités qui sortaient de cette règle et affichaient les bienfaits de manière écrasante montrent les limites de ce système, mais n’en constituent pas le cœur.

  • 47 IK, 28.1-Iasos, 122.
  • 48 TAM V, 2, 1352.
  • 49 Mitchell 1994 date le texte de Marc Aurèle, car le dédicataire en persuadant les Téiens d’envoyer d (...)
  • 50 CIG 3080 ; LBW, 107 (IGR IV, 1572).
  • 51 IK, 21-Stratonikeia, 16.
  • 52 IK, 21-Stratonikeia, 17.

À Iasos, le Conseil et le peuple honorent Theudas fils de Bébaios, qui a exercé la gymnasiarchie “brillamment et avec grandeur d’âme”, λαμπρImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgς καὶ μεγαλοψύχως : il a construit les barrières de marbre au gymnase, à ses frais47. À Magnésie du Sipyle, Apollônios Skytalas a construit le temple de Méter Plastènè, et il a agi φιλοτείμως καὶ μεγαλοψύχως48. À Téos, à l’époque augustéenne ou sous le règne de Marc Aurèle49, un évergète dont le nom est perdu a créé une fondation dont les revenus permettent d’édifier une partie d’un bain ; il a également acheté des céréales, et convaincu des citoyens de s’engager comme soldats au service de l’empereur. La formule finale de l’inscription en son honneur indique qu’il est “un évergète de la cité en toutes occasions et par l’intermédiaire des dons insurpassables qu’il fait sur n’importe quel prétexte”, εὐεργέτην ὄντα τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πόλεως ἐν πImage 100000000000000B0000000FCC548F30.jpgσιν καὶ διὰ τὰς ἀνυπερβλήτους αὐτοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg περὶ πάντα φιλοδοσίας (l. 14-16)50. M. Sempronius Clemens à Stratonicée, qui avait formulé pour lui-même et sa famille une inscription où leur philotimia n’était pas le résultat d’une bonne action comme pour le commun des mortels, mais relevait de leur nature même, est honoré par “le peuple et les conseils des plus grands honneurs” : la cité lui reconnaît d’avoir “tout fait à la suite et avec magnificence”, πάντα ἀδιαλίπτως πεποηκότα καὶ μεγαλοψύχως (l. 11-12)51. Un autre prêtre de Panamara a agi, d’après une inscription honorifique, “en portant au plus haut point de magnificence la philanthropie”52, à la fin du iie ou au iiie siècle.

  • 53 SGO I, 01/20/16.
  • 54 IK, 12-Ephesos, 453 ; SGO I, 03/02/32.

Dans l’Antiquité tardive, après les difficiles années 260, seuls les quelques évergètes, que l’on trouve à la fin du iiie ou au ive s., agissant comme les notables du Haut-Empire en payant eux-mêmes des constructions, sont justement qualifiés de cette vertu. Dans le dernier tiers du iiie s., Makarios a rénové les bains de Faustine μεγαλαυχ[έι θ] υμImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg (l. 20), “d’un cœur glorieux”53. Comme l’indique un vers précédent, de la sorte il a agi envers sa patrie comme on le ferait d’un devoir dû à ses parents (II, vers 8) : il s’agit donc d’un citoyen milésien, sa générosité est réelle et ne vient pas de la caisse publique. Le thème de la dépense se rencontre également dans l’épigramme en l’honneur de Scholastikia, à la fin du ive s., une grande dame d’Éphèse qui a restauré des bains dans la rue des Courètes, construits par Varius54, “avec une grande quantité d’or”, χρυσοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg πλImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgθος (vers 4) ; néanmoins l’énonciation de cette dépense est faite sur un ton qui tranche avec le style antérieur.

  • 55 Robert 1965a, 224.
  • 56 MAMA VIII, 477 (inscription commentée par Robert 1965a, 178-180), pour Attinas fils de Théodôros à (...)
  • 57 Cette liturgie est par essence coûteuse : il est logique que cet adverbe soit attaché à son exercic (...)
  • 58 Voir l’inscription en l’honneur de M. Ulpius Carminius Claudianus à Aphrodisias : il s’est montré “ (...)

4Le vocabulaire des inscriptions ne traduit pas une attitude obséquieuse de la part des communautés civiques pour leurs bienfaiteurs ; les honneurs nécessaires leur sont rendus, mais les mots gardent leur poids et leur sens. L. Robert remarque que l’adverbe πλουσίως est parfois employé à l’époque romaine dans des inscriptions honorifiques, et que “la cité classique n’eût pas employé ce mot. C’est, dans nos inscriptions, un mot de l’époque impériale”55. Cependant cet adverbe, qui dépeint si concrètement la richesse déployée par l’évergète au profit de la communauté, ne prolifère pas dans les inscriptions en rapport avec la construction56. Il se rapporte le plus souvent à l’exercice d’une prêtrise ou d’une gymnasiarchie57, et se rencontre avant tout en Carie, et plus précisément à Stratonicée, et dans les deux sanctuaires de cette cité, Panamara et Lagina. Cette affirmation du pouvoir de l’argent n’a donc pas contaminé tous les rouages de la vie civique. Le fonctionnement oligarchique réel des institutions et de la vie publique n’empêche pas l’attachement à un mode de communication au sein de la cité qui respecte chacune des entités impliquées. L’action évergétique est décrite avec retenue : les inscriptions honorifiques versent très rarement dans la louange superlative. En revanche, ce sont plutôt des titres (procédant d’acclamations) comme philopatris ou “évergète”, qui vont devoir retenir notre attention dans la mesure où ils témoignent d’une gradation des honneurs accordés aux bienfaiteurs58, qui reçoivent des titres conformes à leur comportement en faveur de la communauté. Au ive s. encore, il existe une adéquation réelle entre les qualités de l’évergète et leur description, dans la mesure où les éloges de gouverneurs qui ont dirigé des constructions portent au pinacle leur justice, leur vertu, et non leur générosité, ce qui en effet n’a pas lieu d’être. La publicité des actions des évergètes civiques et des gouverneurs conduit à ce qu’elles restent strictement différenciées, et commémorées en des termes précis. Ces deux groupes de bienfaiteurs au sein de la cité se retrouvent cependant autour du recours à une éducation et à une culture grecque communes et ancestrales, qui constitue le lien profond entre les trois premiers siècles de notre ère et le ive s., malgré les évolutions irrémédiables dans le mode de gouvernement de la cité.

L’importance de la paidéia

La nécessité d’une bonne éducation pour apprécier la valeur du paysage urbain59

  • 59 Au Haut-Empire, il faudrait mener l’enquête sur le comportement des bienfaiteurs d’origine italienn (...)
  • 60 Luc., Dom., 2 (trad. J. Bompaire, Paris, CUF, 1993) : οὐ φιλοκάλου τινὸς οὐδὲ περὶ τὰ εὐμορφότατα ἐ (...)

5Le thème de la différence du regard entre un homme éduqué aux valeurs grecques et un ignorant, inculte ou “barbare”, apparaît de la manière la plus précise chez Lucien. Quand il décrit “La salle” (probablement un bouleutèrion), il explique60 :

“Ce n’est pas le “travail” d’un amateur de beauté ni d’un amoureux des formes parfaites, mais c’est la marque de beaucoup de rusticité, de manque de goût et plus encore d’inculture, que de se juger incompétent à l’égard de ce qui est le plus charmant, de rester étranger à ce qui est le plus beau et de ne point comprendre que la même loi n’est pas valable, à propos des objets que l’on regarde, pour les ignorants et pour les gens cultivés. Les uns se contentent de l’attitude commune, qui est simplement de voir, d’observer alentour, de promener les deux yeux, de lever la tête vers le plafond, d’agiter la main et de se réjouir en silence par crainte d’être incapable de parler dignement de ce que l’on voit. Mais si l’on examine les beautés en homme de culture on ne saurait, à mon avis, se satisfaire de ne cueillir le plaisir que par la vue, on ne saurait consentir à être spectateur muet du beau. On tâchera, autant que possible, de s’en pénétrer et de payer de retour le spectacle par la parole”.

  • 61 Luc., Dom., 3 et 6.
  • 62 Luc., Dom., 21 (trad. J. Bompaire, Paris, CUF, 1993).
  • 63 Pernot 1997a, 732-733 : Dion parlant devant Trajan ne paraît tout à fait certain du fait qu’il conn (...)
  • 64 Ces décors comprennent évidemment des images impériales (voir la conclusion du I sur les conséquenc (...)

C’est donc le propre des hommes éduqués dans la culture grecque, pépaideuménoi, de savoir admirer les beautés architecturales et d’exprimer ce plaisir par la parole. Le fait d’aimer la beauté d’une œuvre d’art, d’un monument, est qualifié par l’adjectif philokalos. Parler de la beauté de la cité ou de ses monuments publics fait donc partie d’un comportement social élitiste, civilisé et urbain, contrairement au fait de rester muet, qui est d’une certaine rusticité et le comportement de l’homme du peuple. La définition de cet élitisme apparaît également dans les paroles de Lucien : “parler dans cette salle et y rassembler l’élite (les beltistoi) pour faire une déclamation, ce peut être aussi une part de l’éloge” ; “elle ne s’adresse pas qu’à un spectateur mais à un spectateur doué (εὐφυοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpgς θεατοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg), qui ne juge pas d’après le regard mais qui associe une réflexion aux objets qu’il voit”61. Une formation intellectuelle est nécessaire pour ne pas être ingrat quand on se promène dans un monument public. Dans la description des bains construits par Hippias, Lucien conclut sur ces mots : “Être le témoin de tout cela sans rendre à cette œuvre l’hommage qu’elle mérite, c’est à mon avis avoir la conduite non seulement d’un insensé, mais d’un ingrat ou plutôt d’un envieux. Pour ma part, dans la mesure de mes moyens, j’ai par mon discours payé ma dette à l’ouvrage, à l’architecte, au créateur”. Elle permet donc de comprendre ce que l’on voit et de le commenter62 : “La précision de l’art et l’intérêt de l’histoire en même temps que son antiquité ont une séduction incontestable et réclament des spectateurs cultivés (πεπαιδευμένων θεατImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν δεόμενον)”. La connaissance de l’histoire grecque et de ses mythes renforce l’intérêt pour le monument. Loin d’être un simple décor, le paysage urbain nécessite donc de la part des habitants l’effort d’une certaine élaboration intellectuelle et la possession d’une sensibilité esthétique pour être apprécié et compris. Il a une épaisseur historique et mythique, qui doit pouvoir être déchiffrée : savoir parler des origines de la cité et de ses monuments publics, qui souvent donnent l’image de son histoire ancienne, fait se répondre la culture de l’orateur et celle du public. Ce discours tend à exclure l’étranger de passage – éventuellement romain63. Il faut être de la cité concernée ou un homme de lettres pour bien comprendre, comme un pépaideuménos le doit, ce que l’on a sous les yeux. Les constructeurs de monuments publics ne construisent pas un simple édifice, une simple structure : dans les bains, dans les théâtres, ils font aussi figurer des reliefs, des peintures, des sculptures en ronde-bosse (comprises, d’après L. Robert, dans l’expression “avec tout son ornement”) et par là s’adressent à un public précis64.

  • 65 MAMA VIII, 418 (trad. Curty 1995, 180-181 no 73).

Le paysage urbain est un lieu de culture et le résultat d’une stratification de la longue histoire d’une cité avec ses dieux et ses héros. À Halicarnasse, une inscription désigne les lieux de l’honneur pour C. Iulius Longianus, poète originaire d’Aphrodisias, un érudit qui avait célébré l’histoire de la cité, sous le règne d’Hadrien. Il était venu à Halicarnasse faire des conférences, lors desquelles il avait montré une “érudition qui réjouit les plus âgés et profita aux plus jeunes”65 ; il a notamment dû montrer les liens de parenté qui unissaient les deux cités (les Lélèges auraient habité les deux villes) ; en conséquence ses livres ont été déposés dans les bibliothèques d’Halicarnasse (l. 15), des statues de Longianus doivent être dressées dans les endroits les plus en vue de la cité, dans le sanctuaire des Muses et dans le gymnase des éphèbes, “à côté du vieil Hérodote”, ἔν τε τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἄλλοις ἀνασταθImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgναι τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἐπισημοτάτοις τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πόλεως χωρίοις καὶ ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν Μο[υ] σImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν τεμένει καὶ ἐν τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg γυμνασίῳ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἐφήβων παρὰ τὸν παλαιὸν Ἡρόδοτον (l. 11-14). Les lieux de l’éducation, qui profitent avant tout aux jeunes gens fils des notables de la cité, sont aussi le lieu d’exposition du passé de la cité et de la référence à une culture civique et hellénique, où les cités se plaisent à rappeler leurs parentés (très ancienne ici, ce qui ne doit pas surprendre : à Éphèse ou à Milet les notables cultivés aimaient faire référence à l’ancienneté de leurs dieux et de leur cité, avant même l’arrivée des Grecs). L’une des dernières décisions du décret montre l’intérêt porté à la culture et l’éducation, qui justifient d’être honoré et permettent de dépasser le patriotisme civique au profit d’une conscience culturelle commune, exprimée dans le paysage urbain : “il a plu que soit envoyée aux Aphrodisiens, par l’intermédiaire de Iulius en personne, une copie de ce décret scellée du sceau public par laquelle ils apprendront l’attitude avec laquelle nous ne cessons de traiter tous les gens cultivés (τοὺς πεπαιδευμένους) et les honneurs par lesquels nous honorons cet homme qui se distingue des autres” (l. 20-26). La statue de Longianus, Aphrodisien, dans deux endroits éminents d’Halicarnasse, manifeste sa volonté de participer à une culture hellénique commune.

  • 66 Aristid., Or., 53.4 ; voir également Or., 27.13 et 21. La beauté insurpassable de Smyrne conduit ce (...)
  • 67 TAM V, 2, 976.
  • 68 D.Chr. 44.10.

D’une manière générale, l’exemple des discours d’Aelius Aristide montre que l’inauguration de monuments devait être le moment de prononcer des discours où l’on faisait assaut de figures littéraires raffinées et de références mythologiques et historiques. En plusieurs endroits, cet auteur marque bien son rôle d’ajouter à l’ornement obtenu par la cité grâce à ses discours, λόγῳ δὲ ἐπικοσμImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgσαι66. L’enrichissement du paysage urbain, résultat d’un comportement attendu notamment de la part de toute une élite de notables cultivés, qui ont un rôle d’entraînement, doit être formalisé dans un discours qui ne peut être prononcé que par un homme rompu à la rhétorique grecque. L’hellénisme intègre de la sorte définitivement dans la culture et la vie civique grecques la construction et la restauration de monuments publics, à la différence d’autres phénomènes d’époque romaine, comme les jeux. À Thyatire, on trouve la reconnaissance officielle de la culture de Ti. Claudius Mènogénès Caecilius, illustre par ses ancêtres, qui a également construit des bâtiments : il “compte parmi les premiers en Asie à cause de son caractère, de son éducation et de sa vertu, et dans les ambassades, les chorégies, les constructions de bâtiments et toutes les occasions de rechercher l’honneur, et tous les prétextes qu’il a rencontrés, il a montré sa bienveillance envers la patrie”, ἤθους ἕνεκα καὶ παιδείας καὶ ἀρετImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς τε πάσης ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς πρώτοις τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς Ἀσίας καταριθμούμενον ἔν τε πρεσβείαις καὶ χορηγίαις καὶ ἔργων κατασκευαImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς καὶ πάσαις φιλοτιμίαις καὶ πImage 100000000000000B0000000FCC548F30.jpgσι καιροImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἐπείγουσιν ἐπιδεικνύμενον τήν τε εἰς ἑαυτὴν καὶ τὴν πατρίδα εὔνοιαν67 (l. 21-27). Dion de Pruse enfin, tout en prenant position en faveur de l’embellissement de sa cité, considère que l’étude de l’éloquence, de la philosophie, “produit des hommes de bien et de valeur dans notre cité”, aptes à la gouverner selon un “caractère vraiment grec”68.

  • 69 Philostr., VS, 1.8 [491].
  • 70 Philostr., VS, 1.19 [511].
  • 71 IK, 24.1-Smyrna, 697 ; identification proposée par Puech 2002, 398.
  • 72 Puech 2002, 140-144 pour une statue en l’honneur d’Aelius Aristide.
  • 73 Bilan dans Puech 2002, 190-200.
  • 74 Δαμιαν(...)
  • 75 IK, 17.1-Ephesos, 3080, l. 14-15 ; Puech 2002, 190-191, no 78.
  • 76 Voir sur le premier Halfmann [2001] 2004, 79 et sur le second Swain 1991 ; pour les références pros (...)

Philostrate, dans la Vie des Sophistes, exprime le lien profond qui existe entre l’illustration de l’hellénisme et l’acte d’“orner la cité”. Plusieurs sophistes ont en effet volontiers participé à l’ornement de leur cité. Maîtres de l’art de la parole, ils s’engageaient dans la vie de la cité au nom des valeurs de l’hellénisme. Or, ces bienfaits ne leur paraissaient pas une forme futile d’évergésie : il ne s’agissait pas seulement d’embellir un décor, mais bien, plus profondément, de faire atteindre à leur cité un niveau digne d’une cité grecque. Dès le ier siècle, cette idée est en place. Favorinus d’Arles, dont le maître était Dion de Pruse, avait notamment écrit un discours ὑπὲρ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν βαλανείων69. Nicétès de Smyrne, à la fin de l’époque julio-claudienne où à l’époque flavienne, avait construisit des portes urbaines pour Smyrne70. C’est peut-être sa fille qui est mentionnée dans la souscription de 123 à Smyrne comme donatrice, parmi d’autres, de 10 000 deniers71. Dans cette souscription, outre M. Antonius Polémon, est également cité “Isidôros, sophiste”, donateur de la même somme. Au iie s. l’action des sophistes prend une plus grande ampleur. Hérode Atticus, Polémon de Smyrne, Aelius Aristide, se distinguent tous en faveur de l’ornement des cités, Alexandrie de Troade par l’action du premier en Asie, Polémon à Smyrne et Laodicée, Aelius Aristide en faisant l’éloge de la beauté de cités et en favorisant la reconstruction de Smyrne après le tremblement de terre de 17772. Dans la dernière partie du iie s., T. Flauius Damianos d’Éphèse est bien connu à la fois par Philostrate et par des inscriptions73. Le vocabulaire utilisé par Philostrate fait penser à celui des décrets honorifiques, et correspond en tous points à une mentalité oligarchique : “Damianos descendait d’ancêtres très illustres, estimés à Éphèse”74 – ainsi est mentionnée sa généalogie prestigieuse ; il eut lui-même des fils sénateurs. Riche, il fit un usage généreux de son argent pour la communauté (πλεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgστα δὲ ὠφέλει τὸ κοινçoν), notamment en restaurant les monuments publics qui en avaient besoin (τὰ ὑποδεδωκότα τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν δημοσίων ἔργων ἀνακτώμενος). Suit la liste précise de ses constructions : le portique joignant la cité au temple d’Artémis, la salle de banquets dans le sanctuaire ; un peu plus loin, il mentionne les îles artificielles destinées à faciliter l’arrivée des bateaux à Éphèse. Les inscriptions mentionnent en plus la construction d’une salle dans les bains de Varius (qui se trouvent dans la rue des Courètes)75. Souvent également, les sénateurs connus pour avoir participé à l’“ornement” de leur cité d’origine ou avec laquelle ils avaient établi des liens étroits étaient aussi des lettrés réputés : outre Ti. Iulius Celsus Polemaeanus, dont l’entreprise marque l’attachement à la culture grecque, A. Claudius Charax et plus tard Ti. Claudius Attalos Paterculianus, tous deux Pergaméniens et qui revêtirent le consulat, pratiquèrent l’histoire et la poésie76. L’embellissement de la cité est donc bien l’un des modes d’action de l’homme cultivé au service de sa patrie.

Évolution de la célébration du paysage urbain dans l’Antiquité tardive : les épigrammes

  • 77 Roueché 1997, 364 ; voir Cameron 1965.
  • 78 Luc., Dom., 9.
  • 79 Roueché 1997, 353-368.
  • 80 Robert 1948a. En conclusion l’auteur souligne l’unité des thèmes, de la forme et du style de ces in (...)

6Les épigrammes rédigées pour honorer les gouverneurs qui ont pris l’initiative d’ordonner des constructions ou des restaurations dans une cité, et qui lui en ont fourni les moyens, attestent la continuité, sous une forme renouvelée, des thèmes de l’ornement de la cité dans l’Antiquité tardive. À partir de la fin du iiie s., la forme épigrammatique des inscriptions honorifiques se développe ; ces poèmes, qui offrent des variations sur des thèmes identiques, la beauté de la cité, la bonté et la justice du gouverneur, font l’objet de concours opposant les poètes et les rhéteurs. Quelques-unes de ces petites œuvres ont conservé le nom de leur auteur ; il peut s’agir de poètes voyageurs comme de membres du Conseil77. Ces épigrammes emploient volontiers un vocabulaire homérique, donnant à l’action du constructeur une dimension épique et renvoyant aux racines de la culture grecque. C’est ainsi que Lucien disait déjà, face à “la salle”, qu’“il faudrait un Homère pour en faire l’éloge”, Ὁμήρου τινὸς δεόμενα ἐπαινέτου78. Au ive s., les personnes honorées pour être intervenues dans des constructions, des gouverneurs et parfois quelques notables, sont issus de la même classe sociale et revendiquent une culture commune79. L’impression résultant de la lecture de ces inscriptions est qu’elles font l’éloge d’une classe homogène de dirigeants, se caractérisant par leur éducation traditionnelle80. D’ailleurs cette culture est nécessaire tout simplement pour comprendre les louanges qu’on leur décerne. Ainsi, le marqueur essentiel de l’appartenance à la classe sociale des notables est avant tout la culture : le but des inscriptions honorifiques est de le montrer, non plus d’informer d’un décret civique.

  • 81 Milet, I. 9, 164-165 no 339 (= Milet, VI. 1, 112-114 et 212-213, pour la suggestion selon laquelle (...)
  • 82 SGO I, 01/20/16, III, et 01/20/17, sur une colonne. Sur Antonius Tatianos, voir Roueché [1989] 2004 (...)
  • 83 Roueché [1989] 2004, 20, entre 361 et 363.
  • 84 SGO I, 01/19/37.
  • 85 Robert 1948a, 25-75 et Robert L. & J. 1948, 120.
  • 86 Roueché [1989] 2004, 38 ; SGO I, 02/09/03 ; Puech 2002, 433-434 no 233, où l’épigramme est datée du(...)
  • 87 Robert 1948a, 109 : “on a normalement recours à la poésie pour glorifier un gouverneur ou – le cas (...)

7Les épigrammes sur la rénovation des bains de Faustine à la fin du iiie s. à Milet par Makarios présentent trois variations sur le même thème de l’ornement offert à la cité par l’un de ses citoyens, qui va permettre au bain de porter son nom après celui de Faustine81. Dans les années 360, deux épigrammes au moins commémorent la nouvelle restauration ordonnée par le gouverneur Antonius Tatianos82. À quatrevingts années de distance, la mémoire de l’ancien bienfaiteur s’est conservée car les épigrammes en l’honneur de Makarios ont été mêlées à celle de Tatianos, et regravées ensemble. Tatianos s’inscrivait ainsi dans une tradition ancienne, qui renforçait le prestige de sa propre action, puisqu’il a voulu que la mémoire de Makarios se perpétue. Par ailleurs, Tatianos est connu à Aphrodisias pour avoir fait construire un tetrastôon devant le théâtre83 ; il fut l’un des premiers praesides de rang sénatorial dans la province de Carie, ou le premier. L’ensemble des attestations concernant Tatianos et le sort réservé aux épigrammes célébrant Makarios montrent l’ambiance cultivée et respectueuse de la tradition historique dans laquelle baignent ces notables, qu’ils soient des notables de la cité, éventuellement connus au niveau provincial (Makarios a également été asiarque), ou des gouverneurs, issus d’un milieu comparable. À peu près à la même époque que Makarios, sous le règne conjoint de Dioclétien et Maximien, T. Flauius Festus, proconsul d’Asie, ordonna des travaux sur la source du sanctuaire de Didymes84. Trois épigrammes commémorèrent cet ornement, retenues peut-être à la suite d’un concours entre poètes85. Enfin, parmi le corpus des épigrammes du ive s. rappelant des constructions, celle composée en l’honneur d’Ampélios à Aphrodisias pour être intervenu sur l’“Agora Gate” retient l’attention, car elle est signée par “le rhéteur Pythiodôros de Tralles”86. B. Puech souligne les qualités littéraires de cette épigramme, qui n’est pas figée dans une admiration stérile du passé : “il usait de mots nouveaux, caractéristiques de cette langue poétique réinventée qui fleurit dans les épigrammes à partir du ive s.”. L’hellénisme de l’Antiquité tardive n’est donc pas qu’un pâle reflet des siècles précédents : une culture littéraire s’épanouit, ancrée dans le passé mais également fidèle au présent. L. Robert montre que la παιδεία grecque exprime alors les idéaux de la cité, même quand il s’agit de commenter l’action d’un gouverneur87. Cet hellénisme vivant est néanmoins encore différent de celui du Haut-Empire : l’usage d’épigrammes difficiles à comprendre pour le commun des citoyens montre que la communication au sein de la cité s’est réduite à une communication interne au sein de la classe des notables, qui s’approprie de la sorte l’espace public et le sens que la communauté civique pouvait y projeter. Il s’agit bien ici de l’aboutissement d’évolutions engagées depuis longtemps dans le sens d’institutions oligarchiques plus marquées. Au Haut-Empire, le peuple était encore l’une des deux institutions qui, avec le Conseil, votait un décret honorifique. Dans l’Antiquité tardive, le monde des notables se referme sur un système de références qu’il est le seul à pouvoir comprendre. La revendication culturelle, accessible seulement aux dépositaires d’une éducation achevée, l’emporte désormais sur l’idée d’un bienfait accompli pour obtenir plus de reconnaissance et d’influence vis-à-vis de la communauté civique dans son ensemble.

La reconnaissance de la cité pour ceux qui l’ont “ornée”

8La construction ou la restauration de monuments publics est un des moyens d’obtenir la reconnaissance publique, à côté d’autres formes d’évergésies. L’éthique des notables trouve ainsi des justifications au sein de la cité ; elle ne se suffit pas à elle seule mais cherche toujours l’approbation de la communauté. Ces honneurs forment la contrepartie de l’action de l’évergète. Les auteurs de monuments publics voient leurs mérites officialisés. La reconnaissance de la cité présente-t-elle des caractères particuliers pour les évergètes-constructeurs ? Au firmament de la reconnaissance civique, sont-ils les premiers, ou indistinctement mélangés avec toutes les sortes de bienfaiteurs, ou bénéficient-ils d’un rang honorable sans pour autant être considérés comme des sauveurs ?

9Nous verrons que rien n’indique qu’à une action de bâtisseur correspond un titre spécifique, qui en l’absence de l’énumération des monuments construits, indiquerait à coup sûr un notable commanditaire de monuments publics plutôt que l’auteur d’autres types d’évergésies. Une évolution chronologique nette existe, en fonction de l’évolution de l’importance accordée à la construction de monuments publics. La transition entre la basse époque hellénistique et l’époque julio-claudienne d’une part, et l’époque flavienne d’autre part, marque l’abandon progressif de pratiques honorant de manière exceptionnelle quelques bienfaiteurs, tandis que la construction de monuments publics devient un phénomène évergétique de plus grande ampleur.

Transition entre la période hellénistique et la période impériale

  • 88 Gauthier 1995.

10À la fin de l’époque hellénistique et jusqu’à la fin de l’époque julio-claudienne, on constate le maintien de l’enterrement de quelques évergètes remarquables au sein de l’espace urbain, en particulier au gymnase. Ph. Gauthier montre que s’y développe à la fin de l’époque hellénistique le culte des rois et des grands bienfaiteurs citoyens88. Dans certaines cités, les caractéristiques de l’honneur associées à cette période perdurent jusqu’à la fin de l’époque julio-claudienne, avant que certaines pratiques civiques ne prennent une inflexion toute différente avec les Flaviens. L’attitude adoptée vis-à-vis du culte impérial et de ses monuments connaît la même transition : l’époque julio-claudienne est marquée de tentatives diverses qui semblent des tâtonnements, avant que le culte impérial ne semble définitivement intégré à la culture grecque, de même que ses temples, de manière souvent plus discrète au niveau civique qu’au début de l’empire. De même, pour les gymnases, la transition entre l’époque hellénistique et les coutumes de l’époque romaine dure jusqu’à la fin de l’époque julio-claudienne. Après cela, des formes de l’honneur peu fréquentes auparavant se mettent en place et gagnent une popularité définitive, jusqu’à la fin du ive siècle, tandis que d’autres tombent en désuétude, comme celle de l’enterrement de grands bienfaiteurs dans l’enceinte du gymnase.

  • 89 Robert 1968a, 414-415.
  • 90 IK, 5-Kyme, 19. Trad. en français dans Hodot 1975 (Bull., 1976, 581).

11L. Robert a donné les exemples d’enterrements au gymnase, datant de la fin de l’époque hellénistique. À Kymè en Ionie89, l’inscription sur les honneurs à décerner à L. Vaccius Labéon après sa mort90 indique que le peuple a décidé “de lui consacrer un temple dans le gymnase pour y placer les témoignages de ses honneurs” et qu’on y déposera son corps. Ces honneurs jugés excessifs par Labéon sont changés à sa demande ; finalement, le Conseil et le Peuple ont décidé

“de lui dédier un portrait gravé sur un bouclier doré et une statue en bronze, et semblablement une statue de marbre recouverte d’or dans le gymnase, sur laquelle on inscrira : “Le Peuple a honoré Lucius Vaccius fils de Lucius, de la tribu Emilia, surnommé Labéon, ami de Kymè, bienfaiteur, qui a exercé la charge de gymnasiarque avec bonheur et éclat, a dédié les bains destinés aux néoi et consacré à leur entretien les propriétés qu’il possède à Zmaragéon, et a restauré le gymnase, accomplissant chacune de ces tâches avec éclat et munificence ; en considération de ses mérites et de sa bienveillance envers le Peuple” ; après son décès, de le faire porter solennellement par les éphèbes et les néoi sur la place publique où une couronne lui sera décernée par l’intermédiaire du héraut public en ces termes : “Le Peuple honore d’une couronne d’or Lucius Vaccius fils de Lucius, de la tribu Emilia, surnommé Labéon, ami de Kymè, bienfaiteur, pour ses mérites et sa bienveillance envers lui” ; puis de le faire transporter par les éphèbes et les néoi dans le gymnase où il aura sa sépulture, à l’endroit qui paraîtra approprié ; de faire inscrire le présent décret sur une stèle de marbre blanc et de la faire dresser sur les murs du gymnase à côté des témoignages d’honneur qui lui ont déjà été décernés”.

  • 91 Herrmann 1971, 36-39. Voir Jones 1999c (SEG 2000, 1109).

Labéon est enterré dans le monument qu’il a restauré, le gymnase. Il a également fait construire les bains. Cet enterrement dans le gymnase est lié à une pratique ancienne, celle d’un culte héroïque, et à une pratique qui prend une ampleur nouvelle à l’époque romaine au fur et à mesure que les évergètes concentrent leurs efforts sur les monuments de la cité, qui est de rendre hommage au bienfaiteur dans le monument même qu’il a construit. Un décret de Caunos (à la limite orientale de la Carie) décerna également à Agréophon l’honneur d’être enterré au gymnase91 : ἐσπούδαζεν μὲν καὶ ἐκκομιζόμενον αὐτὸν ἐν Image 10000000000000080000000FCD28058B.jpg πολυτελImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgς ἐφιλοτειμήσατο γυμνασίῳ δημοσίας ταφImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς ἀξιImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgσαι (l. 3-4), “(le peuple) s’empressait de l’honorer de funérailles publiques en le portant en terre dans le gymnase où il a manifesté avec magnificence son amour de l’honneur”. La suite du décret précise qu’il a accompli plusieurs gymnasiarchies, mais des constructions au gymnase ne sont pas explicitement mentionnées. Finalement ses parents ont refusé un tel honneur.

  • 92 Jones 1999c, 589.
  • 93 Gauthier 1995, 10.
  • 94 Robert 1966b, 420.
  • 95 Robert 1966b, 422.

12Il s’agit de la dernière attestation de la pratique de l’enterrement au gymnase. Peut donc être discutée l’analyse de Chr. P. Jones, selon lequel les funérailles interrompues sont liées “with the highly stratified, conservative society the Roman emperors encouraged in the provinces of their empire”92. Même si l’inscription de Caunos date du iie s. comme il le propose d’après la graphie, Caunos est comme d’autres cités (Priène, Héraclée du Latmos…) à l’écart des grands flux du monde romain et se présente comme un conservatoire des coutumes hellénistiques. Aussi ce type de pratiques a-t-il moins à voir avec la société peut-être conservatrice de l’empire, qu’avec celles de la fin de la période hellénistique, comme le suggère Ph. Gauthier93, et avec le “culte des grands bienfaiteurs citoyens”. On constate que l’enterrement au gymnase n’est pas lié nécessairement à une activité de construction dans son enceinte94 : il est porteur d’un sens plus largement civique. Selon L. Robert, cet honneur est réservé aux “fondateurs”, alors que le gymnase “joue le rôle d’une autre agora”95.

  • 96 Sève 1979, 327-359 : Apollonis de Cyzique doit être enterrée “dans les tombeaux de famille de son m (...)
  • 97 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152. IK, 12-Ephesos, 402 ; IK 59, 153.
  • 98 Knibbe et al. 1993, 148 no 80 (AE, 1993, 1498) ; IK 59, 154.
  • 99 IK, 12-Ephesos, 405 (illustration du monument p. 134) ; IK 59, 114.
  • 100 Lettre d’Octavien : Reynolds 1982, no 10. Voir III. 1 pour le détail des opérations dues à ce perso (...)
  • 101 Robert 1966b, 420 : “Les Gaii Iulii dans les cités grecques du ier s. av. J.-C. sont un groupe cara (...)
  • 102 Reynolds 1996, 121-126.
  • 103 Voir Jones 1999c, 597-600 : on aurait découvert dans le bouleutèrion d’Aphrodisias, reconstruit au (...)
  • 104 Reynolds & Roueché 1992, l. 8-12 : π[ατρὸς καὶ προγό]νων ὑπάρχουσα τ(...)
  • 105 Tatia est décédée avant d’accomplir des bienfaits à son nom, d’où la tristesse de la cité. Voir Van (...)

On trouve également quelques exemples d’enterrement de grands bienfaiteurs-constructeurs à l’agora, ou au bouleutèrion, dans cette période de transition96, même si ce seul aspect de leur action ne suffit pas à leur valoir cet honneur. C. Sextilius Pollio, bienfaiteur d’Éphèse à l’époque augustéenne, qui paraît avoir eu des liens particuliers avec l’empereur puisqu’il a été chargé des travaux de l’aqueduc dont il a également financé une partie97, et qui a fait construire la basilique de la ville98, a bénéficié d’un “emplacement donné par le peuple”, en haut de la rue des Courètes99. Le caractère exceptionnel de l’évergétisme de Sextilius Pollio a justifié la grandeur de l’honneur décerné : les monuments qu’il a financés sont considérables. D’autres exemples viennent d’Aphrodisias. C. Iulius Zôilos était un protégé d’Octavien et joua un rôle dans le statut de liberté conféré à sa cité natale, comme l’indique une lettre d’Octavien datée de 39-38 ; il est aussi connu pour être intervenu sur l’agora, le temple d’Aphrodite et sur le théâtre100 de la cité, à la fin des années 20 a. C. L’inscription du temple d’Aphrodite apprend notamment qu’il avait reçu les titres de “sauveur”, σωτὴρ, et d’“évergète de la patrie”, εὐεργέτης τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πατρίδος. Alors que le premier fait référence à des conditions exceptionnellement difficiles pour la cité, au moment des expéditions de Labienus notamment comme dans le cas d’autres Caii Iulii d’Asie mineure101, le second titre fait écho à son action bénéfique pour la cité, en particulier ses constructions. Dans des circonstances plus courantes et apaisées pour la cité, il a su continuer son action de bienfaiteur. Adrastos reçoit entre 50 et 75 par un décret le droit de bénéficier de funérailles officielles, et d’être enterré dans la cité102, dans les ergastéria publics “qui se trouvent en face du bouleutèrion” : pour éviter de diminuer les revenus de la cité, “il a proposé de changer l’emplacement de sa tombe, (pour qu’elle aille) dans ses ergastéria à lui”. On lui construit un hérôon (l. 15). Adrastos était donc intervenu sur les portiques latéraux de l’agora, afin de construire des ateliers-boutiques ; il doit y être enterré103. Le décret honorifique pour Tatia Attalis, sa petite-fille, daté du début du iie s., provenant de la tombe intra muros de son grand-père, Adrastos, confirme cette ambition urbanistique pour la cité : elle est “issue d’un père et d’ancêtres parmi les premiers et attachés à la patrie, et à leurs propres frais [-] dans les gymnasiarchies, les stéphanéphories, les [agonothésies ?], les grandes-prêtrises et les dons de bâtiments”104. À ce titre, elle aussi reçut l’honneur de funérailles publiques105.

  • 106 Strubbe 1999, 492 : l’enterrement dans la cité n’implique pas un culte héroïque de manière systémat (...)

13Le cas d’Adrastos marque la transition entre un âge de menaces et une époque de paix : à la basse époque hellénistique certains individus se retrouvaient en position d’assurer la survie de leur cité, aux prises avec des dangers mortels. Ils recevaient alors des honneurs exceptionnels, dont l’enterrement dans un lieu au cœur de la cité. Ils pouvaient avoir une position hégémonique parmi leurs concitoyens et même faire l’objet d’un culte héroïque après leur mort106. Mais avec l’établissement de la paix l’action des évergètes devint plus quotidienne au sens où elle n’assura plus la survie de la cité, qui ne subit plus aux premiers siècles de la paix romaine de menaces aussi angoissantes qu’auparavant. Les honneurs évoluèrent : l’enterrement au sein de la cité, honneur qui resta toujours rare, ne se fit plus qu’exceptionnellement dans les lieux de la vie civique, mais plutôt dans les monuments construits par le notable lui-même, distinction moins insigne. Dans cette époque apaisée, l’enjeu n’est pas la survie de la communauté civique mais l’illustration de la cité ; la nature des bienfaits que l’on peut accomplir pour la cité évolue et davantage de notables peuvent s’en préoccuper. Parmi les services appréciés, les constructions publiques occupent l’une des premières places.

Typologie des formes de reconnaissance de la cité pour ses évergètes bâtisseurs à partir de l’époque flavienne

Acclamations et titres : les faux-semblants du titre de “fondateur”

  • 107 Voir la description d’une scène d’acclamations au théâtre dans Chrys., Educ. Lib., 4. Voir Kolb 199 (...)
  • 108 Pont 2009.
  • 109 Sur les acclamations à partir de cette époque, voir Roueché 1984.
  • 110 À Tralles, Nollé 1990 et à Éphèse, Engelmann 2000, 88 no 23.

14Les formes de reconnaissance de la cité pour ses évergètes bâtisseurs évoluent donc et prennent une tournure plus courante, correspondant à un âge de paix. Les acclamations au théâtre constituaient une gloire passagère107, qui devait être pérennisée dans la pierre. Nous avons eu l’occasion d’étudier les liens entre les acclamations et les titres que l’on trouve couramment dans les inscriptions honorifiques, tels que “fils de la cité”, “évergète” (comme le fut Vaccius Labéon), “philopatris” ou “fondateur”108. À partir de la fin de l’époque sévérienne, on trouve de plus en plus couramment des acclamations directement retranscrites, ce qui marque une évolution de l’habitus épigraphique plus qu’un changement des mœurs civiques109. On trouve ainsi des exemples où la foule s’écrie : “aux temples le bienfaiteur !” réclamant par là que l’on dresse des statues de celui qui a rendu service à la cité dans les temples, ou le temple principal, de la cité110. Mieux que la construction de monuments publics, offrir des spectacles au théâtre paraît d’abord une forme d’évergétisme plus propre à assurer une popularité immédiate et à susciter des acclamations, à l’exemple du récit de Jean Chrysostome. Néanmoins, même si acclamer un bienfaiteur se faisait sous le coup de l’émotion, ce qui correspond mal apparemment au processus long de construction d’un bâtiment, de nombreux titres présents dans les inscriptions honorifiques concernant les bienfaiteurs constructeurs attestent que les émotions civiques et leur ferveur concernaient aussi ce type d’action : le moment de l’inauguration du bâtiment, grande fête civique comme nous l’avons déjà évoquée, pouvait être propice à cet enthousiasme.

15Le tableau suivant présente donc les titres connus pour des évergètes constructeurs. Jamais ou presque un titre n’est associé précisément à une action ou un ensemble d’actions. Notre but est de voir si le titre habituellement interprété comme étant la preuve d’une activité de bâtisseur, “fondateur” (ktistès), ressort effectivement de notre recensement ; le cas échéant, si d’autres titres sont fréquemment reçus par les constructeurs.

  • 111 Il est “évergète, philanthrope, philopolitès” dans l’inscription honorifique accompagnant sa statue (...)

Tableau 1. Titres111 connus pour des évergètes bâtisseurs au Haut-Empire en Asie

Image 10000000000002AF0000029E55F89B87.jpg

Image 10000000000002B300000437C7E4D7C1.jpg

  • 112 Il est également qualifié de ce titre dans une autre inscription (Pugliese Caratelli 1993, 263-264) (...)
  • 113 Ces trois premiers titres sont également mentionnés dans sa dédicace d’une statue de Titus (IK, 28. (...)

Note112112
Note113
113

Image 10000000000002AD000003F68F6C01A7.jpg

  • 114 Cette dédicace bilingue montre clairement que les titres conférés par acclamation procèdent des tra (...)
  • 115 Même si à cause des grands services que Vedius 2 rendit à Éphèse je suis tentée de voir en lui le P (...)

Note114114
Note115
115

Image 10000000000002AF0000043D86EB30DB.jpg

  • 116 Sur cette expression (dont il n’est pas certain qu’elle se rapporte à des constructions), voir III. (...)
  • 117 Il est parfois difficile de déterminer les termes pouvant être qualifiés de titre : ainsi “pieux” o (...)

Note116116
Note117
117

Image 10000000000002AD0000031D51837B73.jpg

  • 118 Pour le stemma familial, voir fig. 2.
  • 119 Dans IK, 13-Ephesos, 732, il est dit que ce personnage a été “utile (à la patrie) dans beaucoup de (...)
  • 120 Pour les services qu’il a rendus, voir IK, 13-Ephesos, 728.

16Ce relevé permet de constater la grande diversité des titres attribués aux bienfaiteurs ; outre les plus connus, il convient de relever plusieurs attestations d’un titre féminin, “la première des femmes”, et, pour les hommes, “bon citoyen” ou “ami de tous”. En dehors des classiques philosébastos ou philokaisar dont, sauf contexte particulier qui nous échappe (intervention pour la construction ou l’embellissement d’un temple du culte impérial par exemple), on peut sans risque prétendre qu’ils ne sont pas liés directement à des évergésies édilitaires, on constate la récurrence des titres philopatris et “évergète”, ainsi que la grande rareté de la dénomination de “fondateur”, sans que, contrairement à une idée courante, on puisse avoir aucune certitude dans les cas ici présentés que ce titre ait un rapport avec des constructions. Dans la dynastie des Vedii118, c’est ainsi un personnage connu pour avoir fait d’Artémis son héritière que l’on trouve honoré du titre de “fondateur”, P. Vedius Papianus Antoninus, non son père, Phaedrus Sabinianus, constructeur des bains de Vedius et du bouleutèrion. Une inscription indique qu’il a été utile à la patrie, dans des circonstances critiques119. L’asiarque, c’est-à-dire Vedius 2, le père de Phaedrus Sabinianus, a également bénéficié de ce titre. En effet M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus a rendu des services signalés à la patrie, parmi lesquels des constructions, mais comme le montre la grande inscription en son honneur, ce ne sont pas les plus importants ; il a également accompli des ambassades auprès du Sénat et des empereurs et “l’a toujours emporté sur les sujets les plus importants” et a assuré la réception de l’empereur Lucius Verus en grande pompe120. La confusion dans l’interprétation du titre a pu naître de qu’on trouve ce mot de κτίστης dans un emploi plus spécifique, où l’on parle de “fondateur de tel monument”. Le tableau suivant présente les attestations connues en Asie.

Tableau 2. Attestations de l’expression “fondateur de tel monument public”

Image 10000000000002A9000002A9C722F67D.jpg

Image 10000000000002A700000277402E4674.jpg

  • 121 Maint exemple en est donné dans Heller 2006.

17Cette expression n’est pas fréquente. Son usage appelle plusieurs constats. En dehors de Pergame qui témoigne en ce sens d’un habitus épigraphique particulier, la mode de se faire appeler “fondateur d’un monument” est tardive et ponctuelle en Asie mineure occidentale. Notre hypothèse est qu’il s’agit ici non pas d’un titre officiel mais d’une variation rhétorique sur ce titre. Il n’était pas rare que les cités grecques d’Asie mineure jouent à l’époque romaine de leur titulature, associant à des titres officiels des variations rhétoriques et flatteuses121. Dans le même esprit, s’appeler κτίστης ne serait-ce que d’un monument, et non de la cité, a pu paraître flatteur, sans que cette expression nous permette de résoudre ce que recouvre le titre officiel de “fondateur”. La mise en série des documents et des titres attestés pour des constructeurs de monuments montre donc que rien ne fonde l’opinion selon laquelle ils auraient régulièrement reçu le titre de “fondateur”. Un cas recèle des ambiguïtés : il s’agit de Ti. Claudius Zèlos (tableau 1) et de son fils Claudius Aurelius Zèlos (tableau 2) à Aphrodisias. On sait du premier qu’il fit construire des monuments (il est notamment intervenu au théâtre, voir I.3) ; une inscription honorifique le nomme par ailleurs “fondateur et évergète en toutes choses”. Quant à son fils, son inscription funéraire le dit “fondateur de nombreux monuments”, tandis qu’une inscription honorifique cite plusieurs de ses qualités et fonctions, et le dit “fondateur, ayant redressé beaucoup d’intérêts de la cité par des procès”. Sans que l’on puisse trancher, il nous semble que le relevé des documents dans le tableau 1 invite à associer le titre d’évergète aux constructions réalisées par Ti. Claudius Zèlos (et peut-être montra-t-il une telle munificence en la matière qu’il fut également appelé fondateur pour cette raison, même si ce n’était pas la raison usuelle pour attribuer ce titre), et à expliquer le titre de fondateur reçu par Claudius Aurelius Zèlos notamment par les procès qu’il a remportés pour la cité et qui lui ont permis de préserver ou de renforcer ses droits et privilèges.

  • 122 Robert 1948a, 116. Voir encore J. et L. Robert, Bull., 1956, 317 : “ktistes désigne soit un nouveau (...)
  • 123 Ainsi dès l’époque hellénistique ce titre fut-il attribué à des notables qui ont défendu leur cité (...)
  • 124 Contra par exemple Veyne 1976 (rééd. 1995), 300 ; Chaniotis 2004, 383 ; Puech 2002, 170-171.
  • 125 Robert 1966a, 85-86 ; Robert 1969b, 317-320.

18Ainsi l’attribution de ce titre de κτίστης n’est-elle pas un outil discriminant permettant de préciser, en l’absence d’autres informations, la nature de l’activité évergétique d’un notable. L’idée que ktistès désignait un évergète constructeur nous paraît procéder d’une lecture partielle de quelques remarques de L. Robert122 ; selon lui, “le titre de fondateur peut être décerné à un homme qui a ‘fondé’ un édifice (ktizein erga) dans la ville, mais il peut récompenser des services beaucoup plus importants ; les inscriptions nous font connaître à la basse époque hellénistique et sous l’empire maint ktistès, qui a été un nouveau fondateur de la ville parce qu’il a obtenu pour elle des Romains de grands privilèges, la fixation d’un statut juridique favorable”. La première partie de la définition fut souvent retenue au détriment de la seconde ; l’ensemble de cette remarque correspond pourtant exactement au deux types d’emplois que les sources épigraphiques d’Asie nous font connaître : des “fondateurs de tel monument”, et la longueur de la formule peut alors faire douter qu’il s’agisse d’un titre officiel éventuellement décerné par acclamation ; et des “fondateurs” tout court, pour des personnages ayant rendu d’autres types de services, plus importants que la construction d’un monument public puisqu’il en allait alors des droits de la cité, comme à la fin de l’époque hellénistique123. Il ne faut donc pas comprendre que la formule explicative développe ce qui serait sous-entendu dans le titre ; ces deux usages du terme ktistès sont de nature différente, ils renvoient à des bienfaits en faveur de la cité également de nature et de portée différentes. La construction de monuments publics n’était pas une condition suffisante pour recevoir ce titre124 ; les personnes honorées uniquement en raison de leur activité de constructeurs recevaient d’autres honneurs et pouvaient être acclamées comme “philopatris125 ou “évergète” notamment. Ces titres convenaient à des bienfaits de nature variée mais où le service rendu à la collectivité était d’un degré comparable. Ainsi, la série de titres évergète, philopatris ; “fondateur” ; sauveur nous paraît-elle correspondre avant tout à une gradation dans l’intérêt que la cité porte au bienfait : un “fondateur” assure ses droits pour l’avenir ; un “sauveur” intervient dans des circonstances critiques. En faveur de cette interprétation il faut considérer le caractère masculin des titres de “fondateur” et de “sauveur”, alors qu’évergète ou les titres renvoyant à un lien affectif pour la cité furent féminisés. Ce point confirme qu’un “fondateur” ou un “sauveur” pratiquait une activité publique réservée aux hommes : en particulier, l’art oratoire, l’activité judiciaire, l’intervention dans des conflits. Chaque honneur avait un sens précis et gradué. Ce constat n’infirme pas l’importance de l’“ornement de la cité” dans le contexte de l’hellénisme impérial. Il montre au contraire la complexité et l’importance de la vie civique en Asie mineure occidentale, dont l’un des thèmes principaux, après la défense du statut de la cité et de ses intérêts, reste l’embellissement du paysage urbain.

19Ainsi, sans que cela n’enlève rien à l’importance culturelle, du point de vue de l’hellénisme, qu’il convient d’accorder selon nous à la construction de monuments publics dans l’Asie romaine, et sans ôter à la nécessité d’interpréter ce phénomène dans une grille de lecture culturelle et politique prenant en compte les valeurs mises en avant par la seconde sophistique, est-il aussi tout à fait établi que construire des monuments publics n’était pas une activité qui conduisait à l’obtention d’honneurs suprêmes dans la cité (sauf cas extrême peut-être : par exemple, après un tremblement de terre). Ce type de bienfait au contraire est accessible à des notables de différents niveaux – on pouvait construire un théâtre, mais aussi quelques colonnes, changer un pavement, installer un velum… Seuls quelques-uns, que nous identifierons dans le premier chapitre de la troisième partie, purent déployer suffisamment de moyens pour contribuer à changer le paysage urbain de leur cité. En dehors de ces quelques cas, qui même alors ne valaient pas d’être surnommé “fondateur”, l’étude des titres décernés aux constructeurs montre que ce type d’évergétisme correspond à un bienfait apprécié, dont la portée était justement évaluée.

Décrets et statues honorifiques ; statues dans le bâtiment construit par l’évergète

  • 126 Voir Robert 1966b, 398 pour cette distinction nécessaire.

20En comparaison de l’édition de jeux ou du financement de concours, construire ou restaurer un bâtiment public, en obtenant ainsi l’autorisation légale d’y graver son nom, était le meilleur moyen de s’inscrire dans une durée ardemment souhaitée par les notables. La dédicace d’un monument public était le support le plus pérenne pour conserver la gloire d’un nom, et seule elle permet de se distinguer de manière spécifique par rapport aux évergètes ayant accompli d’autres types de bienfaits ; l’inscription honorifique, issue d’un décret honorifique126, et accompagnée d’une statue, ne faisait dès lors que redoubler une mémoire déjà inscrite dans l’espace public, alors qu’elle était primordiale pour l’inscription des autres types de bienfaits dans la durée. Ces inscriptions honorifiques étaient la forme sans doute la plus répandue de la reconnaissance civique ; elles pouvaient être perdues dans la foule des statues votées pour les bienfaiteurs et des textes qui figuraient sur leur base.

  • 127 Dillon 1996.
  • 128 inv. 648. L’identification avec T. Flauius Damianus est notamment reprise par Manderscheid 1981, 92 (...)
  • 129 Musée de Smyrne, inv. 570.
  • 130 Voir en particulier Dillon 1996, 269-272.
  • 131 S. Dillon ne tranche cependant pas pour savoir s’il s’agit de “Vedius 2” (M. Claudius P. Vedius Ant (...)
  • 132 IK, 13-Ephesos, 728.
  • 133 Une loi de l’époque de Septime Sévère indique que “nous ne pouvons élever de statues dans des bâtim (...)
  • 134 Musée de Selçuk, inv. 98 et 92.

21La topographie de ces portraits érigés par la cité est différente de celle des statues faisant partie du programme iconographique originel du monument public, où l’on trouve parfois la statue du constructeur. Les portraits conservés d’un P. Vedius Antoninus en offrent le meilleur exemple. S. Dillon127 est partie, pour les étudier, de l’analyse de détails iconographiques de différentes statues de Vedii conservées pour former le corpus exact des statues de ce bienfaiteur civique ; elle a ainsi montré que la statue du grand-prêtre conservée au musée d’Izmir128, découverte à Éphèse dans une pièce de la palestre du gymnase de l’Est, n’est pas celle de T. Flauius Damianus mais d’un membre de sa famille dont on possède par ailleurs une statue découverte au gymnase de Vedius129. On sait qu’il s’agit d’un membre de la famille du constructeur du bâtiment, M. Claudius P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus, marié à Flauia Papiana. D’autres statues ont été trouvées avec celle du grand-prêtre : elles peuvent représenter des membres de la famille qui a construit le bain, mais aucune inscription ne les nomme130. Le personnage représenté ainsi dans au moins deux gymnases dans la cité, le Vedius qui a été grand-prêtre, doit être M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus131, connu par une grande inscription d’Éphèse pour avoir notamment accompli la gymnasiarchie pendant la visite de Lucius Verus dans la cité132. Il s’agit donc vraisemblablement du père du personnage qui a construit les “bains de Vedius” : nous nous trouvons dans le contexte d’une représentation familiale, qui n’est pas exactement celui d’une représentation honorifique. La statue du gymnase de Vedius a été trouvée dans un bâtiment construit par le fils de la personne représentée, elle rentrait sûrement dans le programme iconographique originel de l’ensemble. Le contexte de la statue trouvée dans le gymnase de l’Est paraît comparable, même si elle peut avoir été installée à cet endroit simplement en hommage amical de la part du commanditaire (inconnu) du monument133. Une action familiale est en tout cas également suggérée par la présence d’une statue féminine avec deux enfants134.

  • 135 IK, 16-Ephesos, 2064. Cela paraît probable car dans cette inscription comme dans IK, 13-Ephesos, 72 (...)
  • 136 IK, 16-Ephesos, 2065.
  • 137 Sur l’identification de ce Vedius, voir supra les titres décernés aux bienfaiteurs. Il est difficil (...)
  • 138 IK, 17.2-Ephesos, 4110. L’inscription a été découverte en remploi dans l’église du concile de 431, (...)
  • 139 Voir le commentaire de Dillon 1996, 274. On trouve également des statues d’athlètes, de divinités l (...)
  • 140 IK, 17.2-Ephesos, 5102 et 5103.
  • 141 IK, 17.2-Ephesos, 5104 et 5105 ; IK, 17.2-Ephesos, 5106.
  • 142 Pour ces personnages, voir Halfmann 1979, no 54 et 89. Pythodôros est connu pour des activités de c (...)
  • 143 Balty 1991, 447-453 no 2 ; voir SEG 4, 402-8. On trouvait également des statues impériales au boule (...)
  • 144 Je ne suis pas sûre qu’on puisse effectivement l’affirmer. Voir le cas d’un groupe de statues de bi (...)
  • 145 Balty 1991, 515-519. Pour les inscriptions, Inan & Rosenbaum 1979, 210-216 no 186 et 187 (commentai (...)
  • 146 Reynolds 1982, 123. Sur ce personnage, PIR² C 853.

De manière assurée cette fois par les inscriptions, alors que la statue honorifique correspondante est perdue, nous savons qu’un groupe de statues de cette famille de bienfaiteurs avait été élevé dans l’agora commerciale. Au théâtre, M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus reçut une statue honorifique, élevée aux frais du secrétaire du Conseil, M. Ulpius Damas135. Une autre statue fut élevée par les professeurs du Mouséion, pour un P. Vedius Antoninus qui a été asiarque : il s’agit donc du père du constructeur (Vedius 2) ou de Vedius 1136. La première inscription est conservée de manière fragmentaire, suffisamment cependant pour lire qu’il est honoré pour avoir “orné la patrie” ; la seconde inscription qualifie le récipiendaire de l’honneur comme “fondateur de la patrie”, κτίστης τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πατρίδος137. Une statue honorifique de Phaedrus Sabinianus, le constructeur du gymnase et du bouleutèrion, a été élevée “après vote du Conseil et du peuple”, [ψ]ηφισαμένης τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς βουλImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς καὶ τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg δήμου138, où est récapitulée sa carrière sénatoriale. Il n’y a donc là pas d’ambiguïté avec son père. Comparativement à d’autres types d’évergètes, la vraie différence pour les évergètes bâtisseurs réside donc dans le fait qu’ils peuvent avoir, de leur propre initiative, des statues dans les monuments qu’ils ont eux-mêmes construits, comme Phaedrus Sabinianus dans son gymnase à Éphèse. Dans ses bains, les statues de Sabinianus, de sa femme et de parents sont associées dans la salle d’apparat à une statue d’Androklos, le fondateur de la cité139. La bibliothèque de Celsus à Éphèse présente une ambiguïté : elle est à la fois un monument public destiné à la fréquentation de tous, et un hérôon pour son fondateur qui y est enterré. Dans le programme iconographique originel était prévue l’installation de plusieurs statues de Celsus ; d’autres statues honorifiques furent ajoutées par la suite. En plus des vertus de Celsus personnalisées sur la façade, de chaque côté de l’escalier central se trouvaient des statues équestres de Ti. Iulius Celsus Polemaeanus, élevées par son fils140 ; et par ailleurs, à proximité de la bibliothèque, sa fille Iulia Quintilia Isaurica lui avait élevé deux statues, son petit-fils une autre en 143141. Ces statues indiquent le caractère familial du bâtiment. Il importe donc d’identifier les lieux où l’on dressait couramment des statues honorifiques (l’agora, le théâtre), et les lieux où l’on ne trouve des statues que de ceux qui avaient un rapport avec le bâtiment lui-même ou avec son bienfaiteur. Mais dans ces cas, on ne peut systématiquement restreindre la relation avec l’édifice et ses fonctions à un acte édilitaire. Ainsi à Nysa, la présence dans le bouleutèrion des statues de Sex. Iulius Maior Pythodôros, de rang sénatorial, et d’un de ses parents142, conduit-elle J.-Ch. Balty à considérer qu’il s’agit là des commanditaires du bâtiment ou de sa restauration, entre 147 et 151143. Cette conclusion n’est possible qu’à deux conditions : il faut que le bouleutèrion, contrairement au théâtre, ne soit pas un lieu habituel d’érection de statues honorifiques lorsque les bouleutes eux-mêmes ou le bâtiment n’étaient pas concernés par le bienfait qui justifiait le décret honorifique144. Il faudrait ensuite que les motivations de la présence de la statue d’un évergète dans un bâtiment n’impliquent pas d’autre bienfait qu’une intervention sur l’édifice lui-même : or cela revient évidemment à limiter trop étroitement les enjeux de la vie civique à l’époque romaine. Le cas d’Aphrodisias le montre. Des statues de Claudia Antonia Tatiana et de son oncle L. Antonius Claudius Dometinus Diogénès suggèreraient une intervention en faveur du bâtiment où les bouleutes se réunissaient à l’époque sévérienne, hypothèse qui semble discutable145. Il existe une autre explication pour la statue de Diogénès : d’après l’inscription en son honneur dans le bouleutèrion, il fut nomothète d’Aphrodisias, une fonction où il fut amené à remettre de l’ordre dans les affaires troublées de la cité et dans ses lois146. Cette intervention d’un Aphrodisien, ayant mené sa mission à terme, aurait pu justifier l’érection d’une statue dans le bâtiment où se réunissait l’organe principal du gouvernement de la cité. L. Antonius Claudius Dometinus Diogénès n’aurait alors rien à voir avec une activité de construction dans ce monument : cette dernière hypothèse nous paraît la plus probable et la plus conforme aux documents que nous possédons. Bien des formes de l’activité politique existaient encore à l’époque sévérienne, motifs plus avérés de ce grand honneur qu’est la présence d’une statue au bouleutèrion.

  • 147 Voir le bilan des constructeurs honorés dans ce gymnase en I.4. Néanmoins, il semble probable que c (...)

22La construction de monuments publics permettait donc parfois à l’évergète, dans certaines conditions, d’y installer sa statue sans passer par l’aval des institutions civiques, ce qui est exceptionnel. Les bains de Vedius, la bibliothèque de Celsus, à Éphèse, en sont les meilleurs exemples. Mais ces cas sont très ponctuels : il est rare qu’un seul évergète construise entièrement un bâtiment. Le gymnase des néoi à Pergame147, le bouleutèrion d’Aphrodisias (où il est avéré par l’inscription qui accompagne la statue qu’il s’agit bien d’un honneur, que la statue n’est pas un “décor” du bouleutèrion), sans doute aussi ceux d’Éphèse et de Nysa, sont des monuments où les personnes honorées dans ces lieux ont pu avoir une action en rapport direct avec l’édifice lui-même ou sa fonction, mais où ce sont bien les institutions civiques qui ont décidé de faire dresser une statue. Ainsi une statue honorifique au bouleutèrion peut-elle être érigée en l’honneur d’un bienfaiteur des bouleutes ou pour celui qui a défendu les lois de la cité, une statue honorifique au gymnase pour un gymnasiarque fastueux. Ce qui importe est que de la présence dans ces lieux d’une statue honorifique on ne peut déduire à coup sûr une action de construction les concernant. Enfin, l’agora, le théâtre, sont des espaces monumentaux où des bienfaiteurs différents sont honorés, sur décision du peuple et du Conseil. Au total, il reste exceptionnel qu’un constructeur puisse se prévaloir de la possibilité d’élever une statue à son effigie, comme partie prenante du décor d’un édifice, sans requérir aucune autorisation. Encore à l’époque impériale, les lieux de l’honneur ne pouvaient être manipulés en fonction d’ambitions personnelles ; une véritable grammaire des lieux de l’honneur public interdisait l’arbitraire.

  • 148 Pour Iasos, Pugliese Caratelli 1993, 269 (AE, 1993, 1534) ; Herrmann 1993a, 248, l. 42-44, pour Sar (...)
  • 149 IK, 13-Ephesos, 669.
  • 150 Peachin 1990, 110-111.
  • 151 IK, 13-Ephesos, 698 ; PIR² F 323, voir Halfmann 1982, 637.
  • 152 IK, 16-Ephesos, 2061.
  • 153 IK, 16-Ephesos, 2062 et 2063.
  • 154 IK, 16-Ephesos, 2037.

Un cas particulier consiste dans la conservation par la mémoire collective du bienfait réalisé par l’ancêtre d’un nouvel évergète. On trouve ainsi plusieurs attestations d’une statue d’un personnage honoré “dans les bâtiments ancestraux” ou érigés par un parent proche : ainsi au début du iiie s. à Iasos pour l’épouse du donateur, à Sardes sous Sévère Alexandre, pour G. Asinnius Nikomachos Frugianus honoré “dans ses monuments à lui et ceux de ses ancêtres”, ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἰ[δίοις α]ὐτοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg καὶ προγονικοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἔρ[γοις]148. La capitale de l’Asie offre plusieurs exemples du souvenir, au sein d’une même famille et dans la communauté civique, des constructions accomplies par les ancêtres. T. Flauius Aristiôn Iulianus fit l’objet d’un décret de la part du Conseil et du peuple, pour avoir institué Artémis comme héritière : “la patrie a élevé (cette statue) dans les bâtiments de ses ancêtres”, ἡ πατρὶς ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς προγονικοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἔργοις ἀνέστησεν149. La statue provient de l’angle oriental de la salle à abside des bains de Varius dans la rue des Courètes. Encore au milieu du iiie s., en 248-249150, l’asiarque Rupillius Alexandros, en honorant le proconsul Flauius Mo[ntanus] Maximil[ianus]151, prend soin de préciser qu’il est son parent et “depuis ses ancêtres évergète de la cité”, ἀπὸ προγόν[ων] εὐεργέτην τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πόλεω[ς]. Pour l’asiarque, la présence d’un proconsul dans la famille était tout particulièrement valorisante. Les constructions ancestrales sont, par chance, connues : entre 103 et 116 T. Flauius Montanus a été honoré par le Conseil et le peuple, alors qu’il était grand-prêtre d’Asie, “pour avoir achevé le théâtre et en avoir fait la dédicace pendant sa grande-prêtrise, lui qui a donné des combats de gladiateurs et des chasses (...), qui a compté pour la construction du port 75 000 deniers”152. Cette statue se trouvait au théâtre. Deux autres statues, l’une sur décision du Conseil et du peuple, et l’autre par l’affranchi de Montanus, Philadelphos, étaient également dressées au théâtre153. La dédicace par T. Flauius Montanus d’une partie du théâtre a également été retrouvée154. Après presque un siècle et demi, la mémoire familiale s’est donc conservée : une branche de la famille a continué à assumer des responsabilités au niveau provincial, dans le koinon, tandis qu’une autre a élargi son horizon à l’empire. Flauius Montanus Maximilianus est devenu proconsul d’Asie, sans que personne ait oublié ses racines. L’une des manifestations les plus brillantes de la famille était cette construction ancestrale, au théâtre d’Éphèse.

  • 155 IK, 13-Ephesos, 986.
  • 156 Aristid., Or., 30.9. Ce discours fut prononcé en 147 ; C. Antius Aulus Iulius Quadratus, d’origine (...)

La fille de P. Quintilius Valens Varius, Quintilia Varilla, fut honorée d’une statue par le Conseil et le peuple d’Éphèse dans la deuxième moitié du iie siècle, dressée dans les bains construits par son père dans la rue des Courètes, à proximité du temple qu’il érigea également. Les bienfaits de son père sont rappelés : “fille de P. Quintilius Valens Varius, qui a construit ces bâtiments que nous avons sous les yeux, à ses frais, pour sa patrie”, θυγατέρα Πο(πλίου) Κ[υι]ντιλίου Ο[ὐ]άλεντο[ς] Οὐαρί[ο]υ τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg [τὰ] ἔργα [τ]αImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg[τ]α κα[τ]ασκευασαμ[ένου ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpg]ν ἰ[δί]ων τImage 10000000000000080000000F59C94827.jpg ἑαυ[τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg πα]τ[ρί]δ[ι] (l. 8-12)155. Dans ces différents cas où une personne est honorée dans un bâtiment donné par un membre de sa famille, son illustration personnelle sortait évidemment renforcée : l’importance ancienne de la famille dans la cité était matérialisée par le monument public “ancestral”. La gloire héritée des constructions de ses ancêtres était donc grande : un passage du discours d’anniversaire d’Apellas prononcé à Pergame explicite la puissance de la reconnaissance créée au sein de la communauté. Aelius Aristide parle des ancêtres d’Apellas, dont le plus connu est Quadratus156 :

“Les autres peuvent être fiers du fait que leurs ancêtres étaient des citoyens, et cela est pour eux une grande source de fierté, comme ce doit l’être. Mais quand Quadratus a été appelé par le dieu pour restaurer la cité qui s’était dégradée avec le temps (ἀναληψόμενος τὴν πόλιν ὑπὸ χρόνου κεκμηκυImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgαν), il a créé tout ce qui existe à présent, de sorte qu’à l’avenir les autres familles pourront dire appartenir à la cité, mais la cité, qu’elle appartient à cette famille. Ce ne sont pas mes mots, mais la cité elle-même l’admet, et l’a proclamé dans les salles de réunion du Conseil, dans les théâtres, les assemblées, et dans tous les lieux que l’on puisse mentionner, puisque chaque endroit a été orné par cet homme (ἡ πόλις αὐτὴ συνομολογεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpg καὶ κέκραγεν ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς βουλευτηρίοις, ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς θεάτροις, ἐν ταImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς ἐκκλησίαις, ἐν Image 10000000000000080000000FCD28058B.jpg μέρει καὶ φήσαις, ἐπεὶ καὶ πImage 100000000000000B0000000FCC548F30.jpgν ὑπ’ἐκείνου κεκόσμηται)”.

23La phrase selon laquelle “la cité admet et proclame” les mérites de Quadratus fait penser aux acclamations et aux décrets honorifiques pris en son honneur, qui se trouvent encore dans les monuments en question. Aelius Aristide emprunte ici des formules habituelles aux inscriptions honorifiques : dans son discours en l’honneur d’Apellas, il rappelle les mérites de ses ancêtres, notamment leurs constructions.

  • 157 Plusieurs autres éléments du bâtiment sont analysés de manière particulièrement convaincante par Sm (...)
  • 158 Smith 1998, 70.
  • 159 D.Chr. 36.17.
  • 160 Smith 1998, 93 : “the portraits cannot be fitted on any single-line of formal development, nor were (...)

24L’iconographie choisie pour représenter les évergètes constructeurs dans le monument dû à leur bonne volonté apporte également des informations sur le contexte culturel et politique dans lequel s’accomplissaient ces bienfaits. En Asie mineure occidentale, les bienfaiteurs choisissent d’être représentés le plus souvent debout, en himation et tunique, soit un costume typiquement grec et civique plutôt que vêtus de la toge romaine. Le choix d’une statue équestre pour représenter à deux reprises Celsus à Éphèse renvoie à sa carrière sénatoriale. Le système de valeurs grecques est cependant également mis à l’honneur et même prépondérant dans la mesure où lui-même, la bibliothèque, exprime la révérence envers la paidéia grecque157. Les statues de Dometinus Diogénès et de Claudia Antonia Tatiana au bouleutèrion d’Aphrodisias se dressent de chaque côté de la porte d’entrée principale ; Dometinus porte la couronne caractéristique d’un grand-prêtre. R. R. R. Smith souligne, point essentiel à nos yeux, que le choix d’être représenté selon des critères grecs correspond au projet de la seconde sophistique et à la construction d’un projet culturel et politique local, d’où les Romains étaient absents158. La manière dont le Vedius du gymnase de l’Est, en habit de grand-prêtre, était représenté, marque également le choix par un notable de la cité d’apparaître comme un intellectuel, un sophiste, les sourcils froncés ; le port de l’himation avec la tunique signale également l’insertion dans la vie politique civique. Enfin, ce personnage porte la barbe : R. R. R. Smith rappelle un passage de Dion Chrysostome159 selon lequel porter la barbe est un signe d’hellénisme, tandis qu’un homme rasé est philorhomaios. Le choix d’être représenté en homme de culture grecque, plutôt qu’en Romain à la mode, ou en conservateur philo-romain, révèle, selon R. R. R. Smith, l’affirmation précise d’aspirations sociales, culturelles et politiques160.

  • 161 Reinach 1906, 116 no 37 et 136 no 69 pour des statues des prêtresses Claudia Apphia Chairémonis et (...)
  • 162 Dans ce cas il semble que le bâtiment sera plus volontiers l’œuvre de plusieurs bienfaiteurs, ou qu (...)
  • 163 Smith 1999 sur la manière d’exposer les statues honorifiques à Aphrodisias dans l’Antiquité tardive

25En conclusion, il est impossible de déceler toute particularité des statues honorifiques pour les constructeurs dans un contexte monumental lié à la vie politique civique tel que le théâtre ou l’agora. Mais il leur est spécifique d’apparaître représenté devant ou dans un bâtiment qu’ils ont fait construire, et qui sort des lieux courants de la reconnaissance civique (dans un gymnase, une bibliothèque), que ce soit, rarement, de leur propre initiative, dans le cas de la conception d’un programme iconographique161, ou en résultat d’un vote du Conseil et de l’Assemblée162. Le choix de critères de représentations mettant en avant leur hellénisme dans un contexte architectural où leur statue est davantage visible que dans la multitude de l’agora, est un acte culturel et politique fort, signalant leur appartenance à une classe sociale certes amie des Romains, mais aux aspirations propres. Les actes de construction en faveur de la cité doivent être compris dans cette revendication d’une culture hellénique et civique puissante, par une classe éduquée qui bénéficie également du pouvoir économique et politique163.

La rareté de quelques honneurs exceptionnels

  • 164 Voir Salomies 2001, 152-155 pour une analyse générale des inscriptions honorifiques pour des sénate (...)
  • 165 C. Sextilius Pollio fut enterré en haut de la rue des Courètes. Il est possible que sa tombe ait ét (...)
  • 166 Plin., Ep. Tra., 10.81.
  • 167 Voir l’étude de sa sépulture et le bilan de son activité dans Thür 1997. Sa sépulture se serait tro (...)
  • 168 Hanfmann & Ramage 1978, no 243.
  • 169 Herrmann 1993a, partie 1.
  • 170 Voir l’ensemble des documents cités par Robert 1968b. L’oracle est repris dans Fontenrose 1988, 235 (...)

26Parmi les honneurs exceptionnels que quelques constructeurs reçurent, on peut compter l’enterrement au sein de la cité ou un culte héroïque. Celsus fut ainsi enterré au sein de la cité, dans le bâtiment qu’il avait fait construire164. Il s’agit donc d’une procédure différente de celle attestée pour la période de transition entre la basse époque hellénistique et l’époque flavienne. Quelques grands bienfaiteurs sont encore enterrés dans la cité, mais ailleurs qu’au gymnase165. Seuls quelques constructeurs sont connus pour avoir été enterrés, comme Celsus, dans le bâtiment qu’ils avaient commandité. L’inhumation dans d’autres espaces de la ville, de ces notables ayant non seulement construit mais aussi eu une activité beaucoup plus complète en faveur de la cité, n’a évidemment pas de rapport avec leur seule activité de constructeur (ainsi Ti. Claudius Aristiôn). Selon Pline, Dion de Pruse fit enterrer dans une cour à portiques son fils et sa femme, ce que ses concitoyens réprouvèrent166, tandis que Pline y voyait un possible crime de lèse-majesté dans la mesure où la statue de l’empereur se trouvait juste à côté, dans une bibliothèque. Recevoir sa sépulture dans la cité, même dans un monument que l’on a construit, n’avait rien de courant. La tombe de Ti. Claudius Aristiôn a été découverte dans la rue des Courètes à Éphèse. Il est connu pour avoir accompli les plus grandes magistratures dans sa cité, joué un rôle décisif au moment de l’obtention de la première néocorie et pour avoir notamment coordonné l’achèvement de la bibliothèque de Celsus, la construction du gymnase du port, et divers ouvrages d’eau167. Le sarcophage de Claudia Antonia Sabina, membre de l’ordre sénatorial, à Sardes, a été découvert sur le grand axe estouest de la cité, dans son mausolée, peut-être un mausolée familial, qui pour une raison précise se trouvait au cœur de la cité. Elle était mentionnée comme donatrice dans l’inscription de 211-212 de la “cour de marbre” du gymnase de Sardes168, pour avoir concouru à “faire dorer le toit du bâtiment”169. Un autre exemple est connu pour un membre de l’ordre sénatorial : L. Cuspius Pactumeius Rufinus, qui fit construire le nouveau temple circulaire d’Asklépios à Pergame, a fait après sa mort l’objet d’une demande d’oracle à Didymes. Les Pergaméniens voulaient savoir où la religion autorisait d’enterrer les “héros” Rufinus et Marcellus170. Cela semble sousentendre que leurs bienfaits envers la cité pouvaient autoriser à les enterrer dans un lieu particulier de la ville.

  • 171 Ehrhardt 1984 (Milet, VI.2, 944).
  • 172 Didyma, 278 ; Fontenrose 1988, 235, A 1, date cette inscription de 202. Il n’est toutefois pas cert (...)
  • 173 Milet, VI. 2, p. 132.
  • 174 D. McCabe, dans Müller-Wiener 1986, 186-189 propose de restituer le nom de Vergilius Capito dans la (...)
  • 175 Demougin 1999, 605 no 130.
  • 176 Campanile 1994, cat. no 28 ; Robert 1949, 206-238.
  • 177 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 130-131 (SEG 34, 1094).

Ces exemples montrent qu’un tel honneur, d’après du moins les attestations qui en restent, concernait des notables souvent membres de l’ordre sénatorial, et dont l’action au service de leur cité avait souvent plusieurs facettes. Dans le cas de Rufinus à Pergame, d’un Capito à Milet, et dans le cas d’un Vedius Antoninus, il semble même que leur cité organisa un culte héroïque. Dans le premier cas l’emploi du terme “héros” dans l’oracle de Didymes le suggère, car il ne correspond pas au sens bien connu à l’époque impériale de “fils de notable décédé avant d’avoir pu agir en évergète”. À Milet, un calendrier de la cité, datant de peu après 195 ou peu après 215, indique des fêtes pour des personnes privées (dont un Capito), et des empereurs divinisés171 ; une autre inscription de Didymes indique qu’Ulpius Athénagoras fut agonothète des grandes Didyméia Commodéia et des Capitonéia172. On conserve la dédicace à l’empereur Claude d’un bain par Cn. Vergilius Capito, vers 50-55 : il peut s’agir du même homme, ou d’un membre de sa famille173 ; une inscription de l’époque antonine, provenant de Didymes, rappelle que le prophète Ménandros a été “président du grand gymnase pendant deux ans, et du gymnase de Capito pendant deux ans”, προστάτης τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg μεγάλου γυμνασίου ἔτεσι δυσὶν καὶ τοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpg Καπίτωνος ἔτεσι δυσίν (l. 17-19). Dans ce cas assurément, le don d’un bain n’a pas suffipour justifier un tel honneur. Capito contribua peut-être à redresser la cité après un tremblement de terre en intervenant sur le théâtre et le gymnase174. Ayant accompli une belle carrière équestre175 (ce personnage a été procurateur d’Asie et préfet d’Égypte), il fut aussi grand-prêtre du temple de Caligula à Milet et trois fois grand-prêtre d’Asie, en incluant le sacerdoce milésien176. Enfin, un P. Vedius Antoninus est qualifié de “héros” dans l’inscription en l’honneur de Valerius Festus de l’époque d’Élagabal ; “suivant le héros Antoninus”, κατὰ τὸν ἥρωα ἈντωνImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgνον (l. 11), ce personnage agrandit le port d’Éphèse et fut le “fondateur de nombreux bâtiments”. Selon les éditeurs177, il s’agit soit de M. Cl. P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus (“Vedius 3”), soit de son fils qui a légué sa fortune à Artémis d’Éphèse, M. Cl. P. Vedius Papianus Antoninus, qui a reçu le titre de “fondateur”. L’un des deux avait encore un culte héroïque sous le règne d’Élagabal. Cet Antoninus aurait en tout cas concouru à l’entretien du port ou à la construction de bâtiments.

27Ces quelques cas d’honneurs exceptionnels pour des évergètes constructeurs, qui ont toujours par ailleurs rendu des services remarquables à la cité, prouvent que la communauté civique à l’époque romaine garde le sens de la juste mesure dans les honneurs rendus à ses bienfaiteurs. La construction de monuments publics, qui devient un enjeu essentiel à l’époque romaine car elle permet l’illustration de la cité, suscite les bienfaits de nombreux évergètes qui en reçoivent une juste reconnaissance de la part de la communauté civique. Mais ni à Éphèse, ni à Pergame, ni dans des cités plus petites, il n’arrive qu’un notable reçoive pour cette raison unique des honneurs qui le placeraient de manière incommensurable au-dessus de ses concitoyens. Le titre de κτίστης, l’enterrement au sein l’espace civique, ou d’autres honneurs encore plus rares se méritent, et la cité ne brade pas sa reconnaissance. Le régime des honneurs reconnus aux notables-constructeurs est une des preuves d’un fonctionnement régulier des institutions civiques, dans un cadre oligarchique.

28Chronologiquement, l’“ornement de la cité” se développe dans les temps où le régime oligarchique fonctionne sans excès, entre la fin du ier s. et le milieu du iiie s. Des critères de cette morale (haute éducation, comportement mesuré) sont repris au ive s. à leur compte par les gouverneurs, avec des évolutions : les épigrammes témoignent avant tout du goût pour le bel ornement urbain et les jeux littéraires. Les rouages politiques ne sont plus les mêmes. Les honneurs pour les gouverneurs qui ont favorisé l’ornement de la cité prennent désormais uniquement la forme d’inscriptions honorifiques, soit sous une forme comparable à celle du Haut-Empire, soit sous la forme d’un éloge poétique, accompagnées d’une statue.

La cité écrit à l’empereur

  • 178 Kokkinia 2003.
  • 179 IK, 17.2-Ephesos, 5114 ; voir Kokkinia 2003.
  • 180 La restitution habituelle est [ἀλλ’ ὑμ]ε(...)
  • 181 Eck 1998, 369-371.
  • 182 Engelmann 1999 s’appuie sur une identification contestable du Vedius constructeur avec le Vedius ho (...)
  • 183 Campanile 1992.
  • 184 Ainsi les textes en faveur d’Opramoas de Rhodiapolis en Lycie, qui après un tremblement de terre re (...)

Chr. Kokkinia a constitué le corpus des lettres d’empereurs aux cités les félicitant de leurs évergètes178 ; ces témoignages de la qualité de certains évergètes suivent tous un formulaire comparable. Ces lettres faisaient suite aux décrets honorifiques civiques pour des évergètes, transmis par l’intermédiaire des gouverneurs. Deux évergètes-constructeurs sont concernés en Asie par un échange de lettres attesté entre l’empereur et la cité. Le premier cas concerne Celsus et son fils Ti. Iulius Aquila, qui furent consuls et assurèrent à Éphèse la fondation de la bibliothèque de Celsus. Mais la lettre conservée à ce sujet, affichée sur la bibliothèque, est très mal conservée179. Le second est P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus (“Vedius 3”), sujet de la lettre qu’Antonin le Pieux adresse aux Éphésiens pour reconnaître l’utilité de son action. Cette lettre a suscité beaucoup d’études à cause des lignes 12-13 et de leur restitution : les commentateurs ont habituellement compris que la cité avait montré une résistance aux entreprises édilitaires de Vedius180. Selon W. Eck, cette lettre aurait ainsi prouvé la toute-puissance de P. Vedius Antoninus qui aurait pu, malgré l’opposition massive de la cité, faire graver ces lettres sur les murs du bouleutèrion qu’il avait contribué à construire ou restaurer181 ; selon H. Engelmann, ce rejet pourrait être dû à une forte inflation causée par le programme édilitaire182 ; enfin, ce document a nourri des réflexions sur les rivalités entre notables183. Chr. Kokkinia, mettant cette lettre en parallèle avec les autres témoignages de félicitations impériales adressées aux cités pour leurs bienfaiteurs, propose de restituer [ἀλλ’ ὑμ]εImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς οImage 10000000000000090000000FEAF346A1.jpg[ν] ὀρθImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgς ἀποδέχεσθε αὐτόν κἀγὼ καὶ συ[νεχώρησα α]ὐτImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg, “or vous donc, vous l’avez bien reçu, et moi aussi je lui ai apporté mon soutien”, et non οImage 10000000000000090000000FEAF346A1.jpg[κ] ὀρθImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgς. D’après Chr. Kokkinia, le texte est de la sorte plus correct grammaticalement. Cette restitution présente également l’avantage de faire rentrer ce texte dans une série de lettres bien connues, dont le bilan est dressé par Chr. Kokkinia, où les empereurs félicitent des cités et des évergètes. Cette restitution nous paraît pleinement pertinente, en considération du fonctionnement des sociétés civiques du Haut-Empire dans ces régions, notamment tel qu’il apparaît dans l’étude du thème précis de la construction publique. Conformément à l’ensemble de valeurs chères au cœur d’un notable élevé dans la culture grecque et disposant d’une fortune, P. Vedius Antoninus a agi en faveur de sa cité, notamment par ses constructions. Ses pairs ne manifestèrent pas d’opposition officielle et transmirent même une lettre à l’empereur où ils se félicitaient de son action. Ils accordaient ainsi un honneur exceptionnel à Vedius Antoninus, mais dans une série bien attestée par ailleurs pour d’autres endroits de l’Orient romain184, ou pour d’autres types d’actions. Il faut cependant garder à l’esprit le caractère exceptionnel de la reconnaissance impériale pour les services rendus à la cité, quand un évergète l’a embellie, en Asie mineure occidentale. Le vocabulaire de la lettre reprend exactement le vocabulaire de l’honneur tel qu’il est utilisé alors dans cette région du monde romain : il a témoigné d’une recherche de l’honneur en répandant ses bienfaits sur la cité (le “vous” de la lettre) (l. 7) ; il a ajouté de nombreux et grands bâtiments à la cité (l. 11-12) ; il a rendu la cité “plus digne” (l. 17-18). La chancellerie impériale a repris les termes des lettres échangées, signalées dans la réponse (l. 8-9).

Conclusion partielle

  • 185 Voir le détail de son action en III.3.
  • 186 IK, 16-Ephesos, 2044 ; SGO I, 03/02/15.
  • 187 IK, 36-Tralleis, 152 ; SGO I, 02/02/04.

Les caractéristiques de la basse époque hellénistique, avec l’influence prédominante d’un homme fort dans la cité à cause de conditions difficiles, liées à la guerre, puis à une crise économique et à l’insertion dans un ensemble administratif plus vaste, expliquent la rareté des attestations de construction de monuments publics, en dehors d’Éphèse : les enjeux étaient ailleurs. Les honneurs pour les grands évergètes, qui peuvent par la suite avoir dirigé des constructions – comme G. Iulius Zôilos à Aphrodisias, enterré au sein de la cité185 sans que ce soit l’élément central de leur action, – permettent de distinguer nettement cette période de transition de la fin du premier siècle et du Haut-Empire. Cette deuxième période dure jusqu’à l’apparition de la crise, liée, dans les cités d’Asie mineure occidentale, aux invasions gothiques des années 260 et à plusieurs violents tremblements de terre. Enfin, à partir de la fin du iiie s. et de manière très nette dans le courant du ive s., le personnel administratif souvent issu des provinces qu’il est amené à diriger reprend à son compte une partie du vocabulaire et des honneurs décernés auparavant aux constructeurs. Les institutions civiques et la cité sont cependant moins souvent mentionnées, et le goût de l’épigramme se développe, pratique poétique qui doit rester largement obscure pour une partie de la population. La communication au sein de la cité est alors profondément modifiée, même si la plus grande partie des idéaux culturels d’illustration civique reste intacte. Cette périodisation est fondée moins sur le nombre d’attestations d’entreprises de constructions conservées, dont la découverte reste hasardeuse, que sur l’analyse de l’évolution des rapports entre la communauté civique et les bâtisseurs. Elle permet de comprendre les évolutions culturelles et politiques de l’intérieur, sur le point précis de la construction publique, sujet important de la vie des cités grecques d’Asie mineure occidentale d’époque romaine. Alors que la base culturelle évolue de manière souple, sans rupture, et permet à l’hellénisme d’époque impériale de poser sa propre grille de lecture et d’appréciation sur les mutations physiques des cités de cette époque, la variable politique connaît des infléchissements plus marqués : la construction des monuments publics par une élite urbaine de type oligarchique, formée aux valeurs de la seconde sophistique, se déploie pleinement entre le milieu du ier s. et le milieu iiie siècle. Avant, les cités se remettent encore des violences de la fin de l’époque hellénistique, elles restent sous l’emprise de grands notables qui peuvent assurer leur survie, et découvrent peu à peu le rôle du personnel provincial et le regard de l’empereur sur elles. Après la fin du iiie siècle, les gouverneurs prennent le relais des attentes des communautés civiques vis-à-vis de la restauration des monuments publics et de la mise en valeur d’un beau paysage urbain. Les notables ont presque cessé toute activité évergétique, du moins sous la forme de constructions. Les gouverneurs prennent l’initiative de constructions dans la cité : ils reçoivent alors des titres remarquables de la part de leurs administrés. À Éphèse Messalinus, proconsul d’Asie, au ive s., fut qualifié de “digne fondateur de la remarquable Éphèse”, τὸν ἄξιον οἰκιστImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgρα τηλεφανοImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpgς Ἐφέσου186, tandis qu’à Tralles, le proconsul Caelius Montius fut appelé “sauveur, fondateur”187. L’évolution du sens est nette : il s’agit d’un emploi poétique, où l’on se plaît à comparer par allusion le gouverneur aux fondateurs mythiques de la cité, comme cela arrive parfois explicitement dans d’autres épigrammes. Le langage poétique renforce l’aspect hyperbolique de l’éloge, accentuant peut-être l’impression d’une transformation de la relation entre la cité et les agents du pouvoir central.

Les différents bienfaits possibles : les avantages de la construction

  • 188 Jacques 1984, 710-712.

29Lors de la relation évergétique qui s’établit entre les notables et leurs concitoyens, la recherche de la popularité immédiate tend à jouer contre le souci de laisser son nom à travers des monuments publics : en effet, les distributions ou les chasses et combats de gladiateurs sont des formes très prisées par le peuple, tandis que la construction publique procure une satisfaction moins immédiate. Ainsi, le souci d’immortaliser son nom doit être un des moteurs de la construction et de la restauration des monuments publics, dans la mesure où celui qui les finançait était autorisé par la loi à inscrire son nom en public. Un ensemble de lois assurait même la pérennité de l’inscription sur un monument public : le premier constructeur, même si le bâtiment est par la suite modifié, doit toujours avoir son nom visible sur le titulus portant la dédicace. Fr. Jacques identifie ainsi la gloire et la volonté de laisser un souvenir comme un des moteurs essentiels du comportement évergétique des bâtisseurs ; “on doit garder (légalement) le souvenir du premier constructeur et la participation financière à des travaux sera toujours mentionnée”188.

  • 189 Plin., Ep. Tra., 10.75-76 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).
  • 190 Voir Wörrle 1988 (SEG 38, 1462) ; Mitchell 1990. Notons que comme Vedius Antoninus, Demosthénès est (...)
  • 191 Roueché 1981, 119.

Du point de vue de l’immortalité du nom, la fondation d’un concours était aussi une forme de bienfait séduisante. Le caractère comparable de la gloire attendue apparaît dans le choix laissé par un notable du Pont, Iulius Largus, à Pline le Jeune : il peut utiliser l’argent de sa succession “à la disposition des villes d’Héraclée et de Tion”, en choisissant “entre la construction de sanctuaires” en l’honneur de Trajan et “la création de jeux quinquennaux qui s’appelleraient “Jeux de Trajan””. Malheureusement, ni la fin de la lettre ni la réponse de la chancellerie ne permettent de connaître la solution qui fut retenue189. L’aspiration à assurer la pérennité de son nom est clairement exprimée par C. Iulius Démosthénès d’Oinoanda, en Cibyratide, en Lycie, à la limite de l’Asie : sous Hadrien, il dit avoir surpassé la générosité de ses ancêtres envers sa patrie, car il a construit un marché et trois portiques en achetant pour 15 000 deniers les maisons à cet emplacement, “et comme je souhaite en plus laisser derrière moi pour ma patrie, d’une manière similaire à ces bâtiments, une fondation, j’ai promis publiquement la fondation d’un concours thymélique qui devra s’appeler les Démosthénia”, βουλόμενος ὡς ταImage 100000000000000A0000000F23D19E83.jpgτα τὰ ἔργα καὶ ἀρχαImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgον αἰώνιον τImage 10000000000000080000000F59C94827.jpg πατρίδι μου καταλιπεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgν ἐπανγέλλομαι πανήγυριν θυμελικὴν κληθησομένην Δημοσθένεια (l. 11-13)190. Selon St. Mitchell, les notables à l’époque des Sévères se plaisent de plus en plus à faire de telles fondations, au détriment des monuments publics. En Asie cependant, l’époque sévérienne n’est pas celle d’un moindre engouement pour l’embellissement de la cité par des constructions ou des restaurations. En particulier, St. Mitchell cite quelques pages de Ch. Roueché, sur Aphrodisias, qui font référence au concours sacré accordé par Valérien191, les Valeriana Pythia, qui auraient été les concours provinciaux pour la nouvelle province de Phrygie et Carie. En réalité, le nouveau statut d’Aphrodisias, capitale de la Phrygie-Carie, non seulement lui permit d’obtenir de nouveaux concours, mais formait aussi une motivation puissante pour poursuivre l’embellissement du paysage urbain. Il n’y a donc pas de contradiction entre les deux types d’action. De plus, les dispositions pour la fondation d’un concours paraissent avoir été fréquemment prises lors de la rédaction d’un testament : un notable pouvait alors prévoir de disposer de sa fortune pour une fondation dont les revenus assureraient plus tard le financement du concours. Or, les notables cherchaient aussi la gloire de leur vivant ; de ce point de vue la construction d’un bâtiment était plus intéressante. Il est peu de cas, comme celui de Celsus à Éphèse, de fondations testamentaires pour la construction d’un bâtiment, dans la province considérée.

  • 192 Ne rentrent dans ce tableau que les constructions volontairement prévues par le bienfaiteur après s (...)

Tableau 3. Bienfaits après la mort du bienfaiteur (par legs ou fondation testamentaire)192

Cité

Date

Identité

Travaux prévus dans la fondation

Références

Kymé

Entre 2 av. et 14 p. C.

L. Vacceius Labéon

Consécration des revenus de ses domaines de Zmaragéon à l’entretien d’un bain, de son vivant

Laum, Stiftungen, 68 ; IK, 5-Kyme, 19

Téos

Époque augustéenne

[-]

Édification d’un probalanéion avec l’argent légué par son père

LBW, 107 ; Laum, Stiftungen, 92

Aphrodisias

Époque julioclaudienne

Molossos

Travaux au théâtre par Hermas, “selon les dispositions testamentaires de son père adoptif Molossos”, “sur les revenus des domaines de Molossos”

Laum, Stiftungen, 100 ; Reynolds 1991, 23-24 no 2 ; IAph2007, 8.108

Éphèse

Fin du ier s.

Stertinius Orpex

Travaux au stade

Laum, Stiftungen, 76 ; Engelmann 2004, 71-72

Éphèse

114-117

Ti. Iulius Celsus Polemaeanus et son fils, Ti. Iulius Aquila

Construction de la bibliothèque sur son héritage et sur celui de Ti. Iulius Aquila Fondation par Aquila prévoyant l’achèvement de la bibliothèque et son équipement

IK, 17.2-Ephesos, 5101 Laum, Stiftungen, 77 ; IK, 17.2-Ephesos, 5113

Thyatire

Début du iie s.

[-]

Argent laissé pour la construction d’un monument, affecté, à la demande de la cité, avec l’autorisation du gouverneur, à un autre bâtiment

Jones 1999a, 11-12

Aphrodisias

iie s.

Attalos Adrastos

Fondation pour l’édification et l’entretien d’une salle de sacrifices et de festins pour la déesse Aphrodite

Laum, Stiftungen, 102 ; IAph2007 12.26

Aphrodisias

iie s.

Épig[onos] fils de Dioskouridès

Biens laissés en héritage, qui ont permis, avec le financement d’un autre évergète, de construire le portique ouest des bains d’Hadrien

Boulanger 1914, 49 ; IAph2007 5.5

Aphrodisias

iie s.

M. Ulpius Carminius Claudianus

l. 15-17 : argent pour Aphrodite “pour la construction de dons éternels”, εἰς αἰ [ων] ίων ἀναθημάτων κατασκευάς l. 18-24 : argent pour la cité, εἰς αἰωνίων ἔργων κατασκευάς, “pour la construction de bâtiments éternels”

CIG 2782 ; Laum, Stiftungen, 108 ; IAph2007 12.1111

Téos

Fin du iie s.

[-]

Interventions sur le portique de la gérousie et un bain grâce au legs du père de l’honorandus à la cité

CIG, 3080 ; Mitchell 1994 pour la date.

Près de Philadelphie de Lydie

ier ou iie s.

T. Aelius Symphoros

Réparation d’un bain par la katoikia des Kapolméens grâce à son legs, ἐξ Image 100000000000000A0000000F5CDEABD5.jpg[ν] κατέλιπεν

Petzl 1996, 3 no 2 (AE, 1996, 1455 ; SEG, 46, 1505)

Éphèse

iiie s.

Iulia Potentilla

Réparation par la cité du pronaos du Néméséion ἐκ προσόδων, “à partir des revenus” de Iulia et pavement devant l’auditorium et la bibliothèque de Celsus

IK, 16-Ephesos, 2042 IK, 17.1-Ephesos, 3009

Éphèse

iiie s.

M. Fuluius Publicianus Niképhoros

Porte sud du port (construction ? restauration ?)

IK, 17.1-Ephesos, 3086

Tralles

Haut-Empire

Artémidôros fils de Diogénès et Diogénès

Après avoir construit une promenade couverte sur l’agora, le bureau de l’agoranomion et des boutiques, entretien assuré par les revenus de leurs terres

Laum, Stiftungen, 98 ; IK, 36.1-Tralleis, 146

Thyatire

Haut-Empire

Galata

ex testamento Galatae, construction d’une fontaine ou d’un aqueduc

TAM V, 2, 865

Assos

Haut-Empire

Kléostratos

Revenus des champs légués affectés “à l’équipement (restauration ?) de la cité”, εἰς ἐπισκευὴν τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πόλεως

IK, 4-Assos, 22-24. Laum, Stiftungen, 67

  • 193 Robert 1940, 272.
  • 194 Robert 1940, 273 : “j’admets que, comme il est établi pour l’Occident, le munus gladiatorial était (...)
  • 195 Reynolds 2000 (AE, 2000, 1441 ; SEG 50, 1096).

30L’édition de combats de gladiateurs ou de chasses était un autre type d’évergésie, qui permettait d’obtenir une popularité rapide. L’accomplissement de certaines fonctions était traditionnellement lié à de telles manifestations : les grands-prêtres de la province doivent donner des munera ; L. Robert remarque ainsi que dans la traduction du martyre de Polycarpe, Rufin rend le terme ἀσιάρχης par munerarius193. D’une manière générale, la célébration du culte impérial, provincial ou civique, se prêtait à ce genre de spectacles194. L’édition de combats et de uenationes n’entrait donc pas en concurrence directe avec la construction ou la restauration de bâtiments. La première valait une popularité rapide, à l’occasion d’une prêtrise précise ; la construction d’un monument assurait en revanche une renommée plus durable, et le souvenir du nom du bienfaiteur. Cette différence de nature fondamentale explique selon nous la réticence des grands-prêtres d’Aphrodisias sous Hadrien à voir l’argent qu’ils versaient à leur entrée en fonction et destinée à ces spectacles, utilisée de manière indifférenciée avec d’autres pour construire un monument public, un aqueduc, où ils n’auraient pu laisser leur propre nom puisque toutes les sommes auraient été confondues ensemble195. Cette réaction marque moins l’impopularité éventuelle des constructions, que la conception selon laquelle c’était précisément au moment d’une grande-prêtrise qu’on pouvait obtenir une popularité rapide dans la cité grâce à ces spectacles. Les détacher de l’accomplissement de la fonction de grand-prêtre ôtait à celle-ci beaucoup de son intérêt dans les jeux de pouvoir internes à la cité.

  • 196 Plut., Moralia, 821 E-F.
  • 197 Philostr., VA, 4.22.
  • 198 Chrys., Educ.Lib., 4-8.
  • 199 Chrys., Hom. In Acta, 18 (PG, 60.147) : καὶ ἀγορὰς μὲν καὶ βαλανε(...)
  • 200 IMagnesia, 163 ; Robert 1940, no 152. On peut citer également l’exemple de l’asiarque T. Flauius Mo (...)

L’évergétisme destiné à l’obtention d’une popularité rapide ne bénéficiait pas non plus de la même valorisation morale que la construction. Les philosophes critiquaient l’obtention d’une gloire facile par des distributions d’argent, de nourriture, ou des combats de gladiateurs. Plutarque a des mots violents contre ce type d’évergésies, désignées comme des “flatteries d’hétaïres”, ἑταιρικαImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς κολακείαις196 ; Apollonios s’emporte contre les Athéniens qui souillent ainsi leur ville197. La construction de monuments publics n’est pas non plus visée au premier chef par les critiques chrétiennes : Jean Chrysostome offre une description saisissante des acclamations reçues par celui qui donne des spectacles théâtraux, et qui finalement se ruine vainement198. La construction de monuments publics n’en est pas moins critiquée car elle risque de détourner vers d’autres usages les dépenses destinées à la construction d’églises : la remarque ne porte, d’ailleurs, que si ce sont bien les chrétiens, et non des évergètes païens, qui préfèrent parfois construire des bains ou des agoras, plutôt que des églises199. Il est intéressant de remarquer dans les inscriptions honorifiques la présence en creux, et l’efficacité, de cette morale publique dont Plutarque et Philostrate sont les témoins : on constate la rareté de la commémoration par des constructeurs d’un financement de combats de gladiateurs ou de uenationes, alors que nombre d’entre eux furent également grands-prêtres du culte impérial, civique ou provincial, et qu’assurément ils en financèrent aussi. Pour tout un groupe éduqué dans les valeurs de l’hellénisme, il n’y avait pas lieu d’étaler et d’inscrire dans la mémoire collective ces jeux, combien même on en finançait, on y assistait, voire même – comme les Vedii – on possédait des troupes de gladiateurs. Ainsi les cas comme celui du père anonyme de Ti. Claudius Zôpas de Magnésie du Méandre, à l’époque julio-claudienne, sont-ils rares : dans cette inscription honorifique sont rappelés à la fois le caractère exceptionnel des jeux qu’il donna ainsi que ses “contributions, à ses frais, pour des constructions dans la ville”, δόντα εἰς τὰς τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς πόλεως ἐπισκευὰς πολλάκις ἀργύριον ἐκ τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν ἰδίων (l. 13-16)200. Il faudrait être naïf pour être surpris de cette attitude ambiguë : ce qui nous importe ici est de constater l’efficacité réelle des valeurs proclamées par les sophistes, puisqu’elles conduisent du moins à tenir dans une relative discrétion ce type d’évergétisme dans nombre d’inscriptions honorifiques. Bien sûr, ce discours officiel ne nous renseigne pas sur les véritables goûts personnels des uns et des autres. Il convient seulement de constater la volonté de se conformer visiblement à quelques préceptes de l’hellénisme.

31Parmi les différentes formes de bienfaits possibles, la participation à l’ornement urbain était donc l’un des meilleurs exutoires à la volonté des notables de s’illustrer : elle permettait de marquer l’espace urbain de son nom, pour longtemps, tout en étant la forme d’évergésie la moins souvent critiquée par les moralistes. L’intérêt de la communauté civique, qui y trouvait une illustration de son statut et de ses prétentions culturelles, et celui des notables, se rencontraient donc.

Construire : un vecteur de reconnaissance sociale pour des catégories socio-politiques normalement à la marge de la vie civique

  • 201 C. Iulius Zôilos, “affranchi de César fils du divin Jules”, “a été stéphanéphore dix fois de suite” (...)

32Les constructions financées par des femmes et des filles de notables, des affranchis et la participation à l’ornement de la cité par des personnes de condition modeste, à l’occasion d’une souscription, peuvent traduire un désir d’imitation sociale, pour des personnes normalement exclues ou à la marge des formes les plus achevées de la notabilité. Il leur manque en effet l’un des critères d’appartenance à cette classe (éducation, richesse, dans une certaine mesure la naissance, qui permet la participation à la vie politique). Orner le paysage urbain est considéré, comme nous l’avons vu, comme l’une des formes les plus élevées de bienfaits pour la cité, que les notables hommes agissent en vue d’obtenir une magistrature ou de manière libre. Les personnes de condition plus modeste ne peuvent plus, à l’époque romaine, assumer de magistratures, pour de probables raisons censitaires et à cause de l’évolution définitive vers un système oligarchique. Participer à la vie politique est coûteux. Il s’agit donc, dans le cas où de petites évergésies sont constatées (en général, un don de colonne, mais tous les dons de colonnes ne sont pas dus à des personnages modestes), d’une forme d’imitation sociale des pratiques de la classe des notables, sans qu’il y ait espoir d’obtenir par là une quelconque influence politique. Le cas des affranchis, plus riches mais dont la macule servile ne s’efface qu’à la génération suivante201, est similaire.

  • 202 IK, 11-Ephesos, 20. Voir tableau 7 en II.1 le détail des dons.
  • 203 IK, 17.1-Ephesos, 3006 ; IK 59, 151. Commentaire par Halfmann [2001] 2004, 43.
  • 204 Knibbe et al. 1993, 148 no 80 ; IK 59, 154.
  • 205 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152.
  • 206 Engelmann 2004, 71-72 ; IK, 17.2-Ephesos, 4123 ; IK 59, 24 ; voir Halfmann [2001] 2004, 54-55.
  • 207 IK, 13-Ephesos, 857 ; IK 59, 161.
  • 208 IK, 13-Ephesos, 858 ; IK 59, 160.
  • 209 CIG 3695e.
  • 210 IK, 49-Laodikeia, 24 ; IK 59, 170.
  • 211 IK, 36.1-Tralleis, 148 ; IK 59, 163.
  • 212 MAMA IV, 70. Rien néanmoins ne vient appuyer l’identification comme affranchi de L. Arruntius Scrib (...)
  • 213 Herrmann 1988.
  • 214 Robert 1969b, 326.

33Plusieurs personnes modestes apparaissent dans la souscription éphésienne pour la maison des pêcheurs du port, entre 54 et 59202. Des affranchis impériaux, voire quelques esclaves, entreprirent parfois de laisser leur nom par des constructions : cela reste cependant rare. Parmi les plus connus, à Éphèse, Mazaios et Mithridatès construisirent l’entrée monumentale de l’agora commerciale en 3 a. C.203 ; les affranchis de C. Sextilius Pollio furent associés par leur patron à la dédicace de la basilique entre 11 et 14204, et à celle du pont d’un aqueduc entre 4 et 14205, pratique dont nous n’avons pas trouvé d’autre attestation. Sous Néron, C. Stertinius Orpex, un affranchi de l’ancien consul C. Stertinius Maximus, a fait plusieurs travaux ou embellissements dans la capitale de l’Asie : il a exécuté des travaux au stade et offert des statues au gymnase (en associant à chaque fois sa fille à la dédicace)206. Dans la même cité, Ti. Claudius Hermès, affranchi de Ti. Claudius Secundus, un notable de la cité, offre le groupe statuaire d’Athamas au gymnase du port en 108-109, en associant son fils à la dédicace207 ; l’affranchi impérial T. Flauius Épagathos consacre également un groupe de statues dans ce gymnase en 104-105208. En Mysie, dans le village actuel de Benjuk, a été retrouvée la dédicace d’un temple par Ti. Claudius Halys, affranchi impérial209. À Laodicée du Lycos, Ti. Claudius Tryphôn, affranchi impérial, a efficacement secondé l’effort de reconstruction de la cité après le tremblement de terre de l’époque de Néron en faisant construire la “porte syrienne”, inaugurée en 84-85210. À Tralles, en 96-98, Chresimus, affranchi de Nerva, responsable dans les carrières de marbre impériales, offre la salle chaude des bains des Tralliens, en l’ornant de marbres polychromes211. L. Arruntius Aciamus, connu par la dédicace en latin d’une aqua Augusta à sa cité, est peut-être un affranchi ou un fils d’affranchi212. Aucun de ces personnages n’est connu pour avoir assumé des magistratures au sein de la cité, contrairement à G. Iulius Zôilos. Pourtant, d’après P. Herrmann, un personnage comme Chresimus était assez important en Carie ; il se fit construire une tombe monumentale à Milet213. Il est remarquable de voir que leur action n’est connue que pour le ier s. et jusqu’au règne de Trajan : nous n’avons pas trouvé d’exemple de construction par un affranchi aux siècles suivants. De plus, la plupart des inscriptions qui commémorent leur action sont bilingues ; ils sont connus par les dédicaces qu’ils ont eux-mêmes réalisées, et non par des inscriptions honorifiques gravées à la suite du vote d’un décret honorifique de la part de la cité, sauf C. Stertinius Orpex et sa fille. Parmi eux on trouve une importante proportion d’affranchis impériaux. L. Robert posait l’hypothèse de leur rôle de premier plan dans la romanisation des pays grecs214, car ils étaient en relation avec les couches les plus modestes de la population et se trouvaient aussi bien dans les domaines impériaux de Phrygie ou de Mysie que dans les bureaux d’Éphèse. Sous l’aspect de la construction de monuments publics, leur rôle ne paraît cependant pas décisif : tout d’abord la vague de construction monumentale ne peut être définie comme une “romanisation” de l’Asie mineure occidentale, particulièrement au premier siècle où les entreprises ne sont pas les plus nombreuses ; puis, au moment où l’ornement du paysage urbain devient un enjeu crucial de la vie des cités, les affranchis n’y ont plus part. Ce retrait est peut-être volontaire mais il est vraisemblablement dû à une fermeture de l’accès à la vie civique et à la notabilité traditionnelle.

  • 215 Voir, pour l’époque hellénistique, Bielman 2002 ; pour l’époque romaine, Van Bremen 1996.
  • 216 Voir édition et commentaire dans Bielman 2002, 97 no 18.
  • 217 Voir Bruit Zaidman 2002.
  • 218 IK, 12-Ephesos, 425, par les monnayeurs ; IK, 13-Ephesos, 638.
  • 219 IK, 13-Ephesos, 712b.
  • 220 IK, 21-Stratonikeia, 226.
  • 221 Il existait une relative autonomie financière des femmes de cette classe de notables très riches à (...)
  • 222 CIG 2782, l. 26-28.
  • 223 Philostr., VS, 2.23 [605] : το(...)

Le cas des femmes de notables est différent : il existe une abondante bibliographie qui étudie leur participation à la vie publique215. Cinq cas peuvent être répertoriés : le premier, très rare, quand une femme assumant une magistrature ou une fonction civique réalise, à cette occasion, des constructions, comme Philè, “première femme à exercer la stéphanéphorie” à Priène, au ier s. a.C.216 ; le second, beaucoup plus fréquent, est celui des femmes faisant des constructions à l’occasion de l’obtention d’une prêtrise – des charges de prêtresse et de prophétesse étant régulièrement dévolues à des femmes dans le monde grec217. Le troisième cas est celui où elles commanditent des constructions en dehors de toute fonction politique ou religieuse et agissent en tant qu’évergète au sens strict ; les deux derniers cas associent la construction à une intervention familiale, que la femme agisse en tant qu’épouse ou fille d’un notable, ou que le couple soit énoncé comme l’entité ayant financé la construction. Ces catégories ne sont pas toujours nettement établies : dans le cas de Lollia Antiochis à Assos, le nom de son époux ne paraît pas avoir été mentionné simplement pour établir son identité, mais bien son rang. La cinquième catégorie ne met pas à égalité, en général, le mari et la femme : celle-ci est le plus souvent citée non pas au nominatif, comme son époux qui reste le commanditaire principal, mais après la préposition “avec” : le mari agit “avec sa femme”, lui donnant une position subordonnée évidente dans l’acte de la dédicace, comme C. Sextilius Pollio vis-à-vis de sa femme Ofilia Bassa à Éphèse, à l’époque augustéenne. Iulia Lydia Laterana, mentionnée de la sorte sur la dédicace d’un aqueduc de 210 stades où son mari, Ti. Claudius Aristiôn, est cité au nominatif (donc commanditaire principal), n’apparaît pas dans les inscriptions honorifiques pour son mari218. De même, P. Quintilius Valens Varius fut honoré, probablement par le Conseil et le peuple, qui ne manquent pas de mentionner à la dernière ligne du décret qu’il “a orné sa patrie par ses bâtiments grands et remarquables”, alors qu’il avait associé sa femme à la dédicace du temple de la rue des Courètes. Mais cela n’est pas pris en compte officiellement219. La même subordination apparaît dans les inscriptions de prêtres de Panamara ; ils ont l’habitude de récapituler eux-mêmes le bilan de leur prêtrise. On lit ainsi, dans l’inscription du prêtre Flauianus et de la prêtresse d’Hécate Apphia, qu’ils ont fait construire un portique “appelé Flauianus”, στοImage 100000000000000B0000000FCC548F30.jpgς τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς κα[λου]μένης ΦλαβιανImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς, du nom du mari donc220. Cette position subordonnée indéniable n’en indique pas moins une participation réelle et personnelle aux frais d’une construction revendiquée par un couple221. L’inscription en l’honneur de M. Ulpius Carminius Claudianus à Aphrodisias le prouve : il réalise un ensemble de constructions à titre personnel, le Conseil et le peuple n’oubliant pas de spécifier que l’une d’entre elles, la mosaïque de l’embasilikon, a été financée également avec sa femme222. Philostrate, dans son récit de la vie de Damianos, fait également la différence entre une construction réalisée en son nom et celui de sa femme, le portique reliant la cité au sanctuaire d’Artémis, et une autre en son nom propre, une salle de banquet dans le sanctuaire223.

  • 224 Van Bremen 1996.
  • 225 Nous n’avons pas retenu Curtia Iulia Valentilla, connue par une inscription de Tabala en Lydie pour (...)
  • 226 Sardis, 22 ; voir Hanfmann & Ramage 1978, no 275.
  • 227 Robert 1966b, 399. Voir les réserves de Gh. Roueché et G. Bodard, IAph2007 4.1.
  • 228 Reynolds 1999a, 132 sur une homonyme à Éphèse. Voir supra les hypothèses (selon nous discutables) c (...)

34Les trois premières catégories sont donc celles où la femme agit à titre personnel. Sur l’ensemble des femmes répertoriées par R. Van Bremen pour avoir assumé une fonction civique224, nous n’en avons trouvé que six qui ont effectué une construction à l’occasion d’une magistrature. Ce nombre est très faible, comparé aux hommes dans la même situation. Le financement à titre personnel d’une construction à l’occasion d’une prêtrise est un phénomène beaucoup plus fréquent. La construction ne concerne pas alors seulement le temple ou le sanctuaire de la divinité à laquelle est consacrée la prêtrise mais aussi des édifices au sein de l’espace urbain, en dehors d’un contexte strictement religieux. La troisième catégorie concerne en général des femmes qui ont accompli par ailleurs des fonctions civiques, ou qui appartiennent à l’élite de la cité ; on trouve parmi elles quelques femmes de l’ordre sénatorial225, dont Claudia Antonia Sabina à Sardes, qui a participé à la dorure de l’aleiptèrion en 211 et dont le mausolée se trouve près de la grande rue est-ouest de Sardes. Antonia Tryphaina a aussi marqué la vie de Cyzique au début de l’époque julio-claudienne, bien qu’elle n’ait accompli à notre connaissance aucune fonction publique dans sa cité. Iulia Lydia à Sardes était issue d’une prestigieuse famille. Son grand-père, Sokratès Pardalas, était “premier de la cité”226. Il faut également signaler la souscription ouverte peu après l’obtention de la seconde néocorie à Smyrne, où de nombreuses femmes ont souscrit à titre personnel. Une dénommée Claudia Antonia à Aphrodisias, dont le nom apparaît en très beaux caractères à apices sur le fût, lisse dans la partie inférieure, de trois colonnes du “portique de Tibère”227, a été identifiée par L. Robert comme la femme connue au début du iiie s. dans la même cité sous le nom de Claudia Antonia Tatiana228.

  • 229 Rogers 1992 conclut qu’à Éphèse au milieu du iiie s. la cité ne rechigne pas à honorer des femmes c (...)

35L’examen de ces trois cas particuliers, les personnes modestes, les affranchis et les femmes, montre sans surprise la nécessité de naître dans une famille riche et de citoyens de la cité au moins depuis une génération, pour pouvoir rechercher “l’honneur” par la construction de monuments publics. Des trois catégories concernées, les femmes, pourvu qu’elles naissent dans de “bonnes” familles, ont l’accès le moins marginal à cette forme d’extériorisation de la notabilité et de participation à l’hellénisme impérial, tel qu’il prend forme en Asie mineure occidentale, qu’est l’ornement du paysage urbain229. Elles font aussi l’objet de décrets honorifiques dans des termes similaires à ceux des hommes, lorsqu’elles sont évergètes à titre personnel, alors que la participation à la construction publique de modestes souscripteurs ou des affranchis n’est pas connue par ce biais.

  • 230 Le chiffre après le nom correspond au numéro attribué dans le catalogue de Van Bremen 1996, App. 2, (...)

Tableau 4. Circonstances de l’intervention des femmes sur le paysage urbain230

Image 10000000000002AB0000021BFE7F15A3.jpg

Image 10000000000002AD000004479D713216.jpg

  • 231 La nature de l’inscription (une souscription) correspond aussi à la catégorie no 3.

Note231231

Image 10000000000002A9000003FBC3C1A45A.jpg

Image 10000000000002A80000044992225FAD.jpg

Image 10000000000002AA0000043D6C394F6C.jpg

Image 10000000000002AD00000454C6CFFAE0.jpg

Image 10000000000002AE0000043A84C96D73.jpg

Image 10000000000002AB000002DBAD122E31.jpg

  • 232 Savalli 2003, en particulier 254-260.

36Pour une compréhension des valeurs propres à l’intervention des femmes dans l’espace public dans cette région, l’évergétisme féminin doit être inscrit dans la perspective de l’évergétisme hellénistique, avec la grande devancière que fut, par exemple, Archippè de Kymè232. Antonia Tryphaina, à Cyzique, qui pourvut à la réouverture du port, agit dans un esprit comparable : non pas celui d’un hypothétique “évergétisme mutilé”, pour reprendre les termes qu’I. Savalli discute, mais bien, comme pour Archippè, une action essentielle pour la survie et le développement de la cité. Ce type d’évergétisme restait exceptionnel. Les nombreuses dédicaces à l’occasion d’une prêtrise témoignent d’un évergétisme plus quotidien : l’embellissement des sanctuaires et des temples était néanmoins essentiel aux yeux de la communauté civique et les femmes s’y illustrèrent souvent.

Conclusion

  • 233 Gauthier 1985, 49-62.
  • 234 Gauthier 1985, 55.
  • 235 Str. 12.8.16.

Les notables, en embellissant la cité, mettent en œuvre aux yeux de leurs contemporains une morale conforme à un idéal de vie civique défini au sein de l’hellénisme. Cette pratique s’inscrit dans le cadre de l’oligarchie, qui s’est établie depuis la basse époque hellénistique dans cette partie du monde grec, mais dont le fonctionnement évolue entre le début de l’époque augustéenne et la fin de l’époque julio-claudienne. Ph. Gauthier a montré comment à la basse époque hellénistique les bienfaits attendus de la part des rois l’étaient désormais de la part d’une minorité de notables ; les cités reportent alors sur eux le vocabulaire et les honneurs qu’elles réservaient aux rois hellénistiques233. Alors que “l’architecture de certaines cités tendait à être moins civique que royale”234, les moyens des grands monarques ont baissé et de riches citoyens les ont supplantés. Cette situation où de grands évergètes monopolisent à la fois le prestige, les moyens et le crédit auprès des Romains, est celle décrite par Strabon, à Laodicée de Phrygie235 : “les avantages naturels de son territoire et la fortune personnelle de quelques citoyens en firent une grande cité : il y eut en premier lieu Hiérôn, qui laissa au peuple un héritage de plus de deux cents talents et orna la cité de nombreux monuments dédicacés (πλειόνων ἢ δισχιλίων ταλάντων κληρονομίαν κατέλιπε τImage 100000000000000B0000000FFF02CF88.jpg δήμῳ πολλοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς τ’ ἀναθήμασιν ἐκόσμησε τὴν πόλιν), et plus tard le rhéteur Zénôn ainsi que son fils Polémôn”. À chaque génération pendant la basse période hellénistique, une poignée de notables se retrouve en situation de contrôler l’ensemble de la vie civique et d’assurer la survie de la communauté. La construction des monuments publics n’est alors pas la préoccupation première des cités. Ces grands bienfaiteurs reçoivent les honneurs autrefois réservés aux rois : la communauté civique leur reconnaît des qualités remarquables, ils reçoivent des titres auparavant inaccessibles aux citoyens, et peuvent même faire l’objet d’un culte, ou d’honneurs funèbres caractéristiques.

  • 236 Ferrary 1997.

37J.-L. Ferrary souligne par ailleurs que l’un des aspects essentiels de l’évergétisme royal, les grandes constructions destinées à orner les cités, n’est pas repris à leur compte par les Romains, au moins à l’époque républicaine236. En effet, même pour des ouvrages traditionnellement considérés comme gigantesques et donc impériaux, les aqueducs, l’évergétisme impérial n’a pas été décisif au Haut-Empire en Asie mineure occidentale. À la fin du règne d’Auguste, la situation est donc celle d’une oligarchie de fait qui s’institutionnalise, tandis que la vie de la communauté civique prend un cours apaisé, les dangers s’étant éloignés de la cité. Dès lors, le fonctionnement oligarchique des institutions se normalise, dans le sens où tout un groupe de notables a de l’influence sur la cité sans qu’il y ait de situation monopolistique durable et non contestée. Les honneurs exceptionnels pour des bienfaiteurs hors-normes disparaissent à la fin de l’époque julio-claudienne. L’attribution d’honneurs réguliers récompensant la philotimia, et les valeurs culturelles, sociales, de la classe des notables dans son ensemble, les portant à la fois à se mettre au service de la cité et à exprimer par ce biais leur supériorité, suffisent désormais à assurer la bonne volonté pour la cité à travers l’évergétisme, et notamment le don à la communauté de bâtiments ou la restauration d’anciens monuments.

  • 237 Voir Fröhlich 2002, 91-92 : la coloration oligarchique du régime politique des cités est due en par (...)

38Au Haut-Empire, les lettrés grecs ont pu approfondir la définition des valeurs politiques propres à une oligarchie de fait, une fois que l’idéal démocratique avait échoué, ou que, à cause de conditions particulières, il ne pouvait plus fonctionner237. Aristote avait déjà défini un certain nombre de devoirs pour la classe sociale qui se retrouvait en position de diriger la cité, et le système de récompense qui leur fournirait une motivation suffisante pour se mettre au service du bien commun :

  • 238 Arist., Pol., 6.1321a30, cité dans Veyne 1976 (rééd. 1995), 218.

“À l’exercice des magistratures les plus élevées, qui doivent demeurer aux mains de la classe dirigeante, il faut que soient attachées des liturgies, pour que le peuple accepte de ne pouvoir y accéder, et n’éprouve aucun ressentiement envers ses magistrats, en les voyant payer fort cher leur charge ; il convient encore qu’à leur entrée en fonction les magistrats offrent des sacrifices somptueux ou bâtissent un des édifices publics, de façon que le peuple, prenant part aux banquets et voyant la cité parée d’offrandes sacrées et d’édifices, voie aussi avec faveur durer l’ordre établi (ἁρμόττει δὲ θυσίας τε εἰσιόντας ποιεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgσθαι μεγαλοπρεπεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς καὶ κατασκευάζειν τι τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν κοινImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν, ἵνα τImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν περὶ τὰς ἑστιάσεις μετέχων ὁ δImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgμος καὶ τὴν πόλιν ὁρImage 100000000000000C0000000F3E9691C3.jpgν κοσμουμένην τὰ μὲν ἀναθήμασι τὰ δὲ οἰκοδομήμασιν ἄσμενος ὁρImage 10000000000000090000000FB6828382.jpg μένουσαν τὴν πολιτείαν) ; de plus, cela vaudra aux notables d’avoir des monuments de leur prodigalité (συμβήσεται δὲ καὶ τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς γνωρίμοις εImage 10000000000000050000000FD2310BCD.jpgναι μνημεImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgα τImage 10000000000000080000000F8F19C585.jpgς δαπάνης)”238.

  • 239 Voir Veyne 1999, 517-526 sur la mise en place des oligarchies civiques, et p. 566-567 sur la vivaci (...)

39Les phénomènes politiques dans les cités d’époque romaine répondent à ces principes traditionnels. À partir de l’époque flavienne au plus tard, dans chaque cité un groupe de notables accepte de participer de la sorte à la vie politique de la cité, tandis que le peuple n’a plus le loisir d’accomplir des magistratures ni d’exercer un contrôle sur l’activité des magistrats. Cette évolution n’est pas un signe de l’endormissement de l’hellénisme, dans la mesure où la classe des notables a pris à son compte, défendu et revendiqué l’adhésion culturelle à l’hellénisme et la défense des intérêts civiques239. L’ornement de la cité n’était pas le seul enjeu de la vie politique (on croirait alors volontiers qu’elle était bien faible) ni même le plus important, comme le montrent les titres décernés aux bienfaiteurs. À partir de valeurs héritées et grâce à la réflexion des orateurs et des sophistes essentiellement à partir de la fin du ier siècle, des modes de participation à l’idéal civique, à l’effort pour que la cité soit renommée et puissante, furent élaborés et adaptés aux enjeux de l’époque romaine. Rendre la cité aussi belle que possible marque la participation du corps civique à l’effort pour garantir son existence et sa durée, sa prééminence sur ses voisines en même temps que son concours à l’illustration d’une culture commune aux cités d’Asie mineure occidentale, qui se sentent des affinités, en dépit des rivalités.

  • 240 Plut., Moralia, 822 A, à comparer à ce qui est dit juste avant des “flatteries d’hétaïres” que cons (...)

Les notables étaient les premiers capables, par leur éducation et leur richesse, de se conformer à ces exigences. À la différence d’autres services, c’était l’un de ceux – avec les ambassades, par exemple – qui pouvaient être comptés parmi les “libéralités d’usage”, ἐν τοImage 10000000000000070000000F6562CF78.jpgς νενομισμένοις φιλοτιμήμασι240. La réflexion politique et morale d’époque impériale, chez Plutarque, Dion de Pruse, Aelius Aristide, n’a pas identifié comme un phénomène étranger l’ornement du paysage urbain : il n’y avait pas lieu de le faire puisque comme nous l’avons vu, l’embellissement de la cité était devenu un élément plus important de l’appréciation du comportement des notables à la fin de l’époque hellénistique. Il fut considéré comme un moyen traditionnel à la disposition du pépaideuménos pour seconder la grandeur de sa cité, en agissant comme évergète ou en proposant la construction de monuments sur fonds publics, au Conseil et à l’Assemblée. Il pouvait encore aider la communauté à réaliser cet idéal en surveillant les travaux au nom de la cité. Au ive s., ce fut encore un titre de gloire, énoncé en termes helléniques, pour les gouverneurs et les vicaires que de favoriser les restaurations dans les grandes cités de leur ressort. En somme, à la faveur de la paix romaine, l’incorporation réaffirmée du kosmos de la cité parmi les objets dignes de l’attention de l’homme de bien et les éléments assurant la gloire d’une cité conduisit à ce qu’un nombre significatif de ceux qui étaient en position de le faire, en fonction des différentes conditions politiques, embellirent la cité, du ier au ive s., pour se conformer à cet idéal commun, défini dans cette région comme hellénique.

Notes

1 Quass 1993 et son compte rendu par Ph. Gauthier, Bull. 1994, 194 ; Stephan 2002.

2 Nous renvoyons bien sûr à l’étude de P. Veyne, notamment aux pages consacrées à l’“évergétisme grec”, dans la deuxième partie (chapitres 3 à 6) du Pain et le cirque (Veyne 1976). Cependant notre propos est assez fondamentalement différent de celui de P. Veyne, ce pour quoi nous ne discutons pas systématiquement ses conclusions : nous étudions un type particulier d’évergétisme, à une époque donnée, dans une région précise, à partir d’un corpus de documents que nous avons souhaité le plus complet possible, en nous fondant sur l’étude du vocabulaire employé.

3 P. Barresi parle de “la volonté des classes dirigeantes de léguer leur nom à des édifices publics, de grande envergure, pour mettre en évidence leur propre richesse, per evidenziare la propria richezza” (Barresi 2000, 322 et 322-331 pour un développement sur le comportement évergétique avec en particulier quelques mots sur l’adoption par les Italiens installés en Asie mineure des pratiques évergétiques grecques).

4 Recherche volontaire de l’honneur. Voir Brown 1983, 65-94 ; Stephan 2002, 80-85.

5 En essayant de voir le contexte précis de l’emploi de ces termes, pour déterminer leur portée, nous nous éloignons donc des suggestions de P. Veyne (Veyne 1976 [rééd. 1995], 276-279), qui part du présupposé que les riches sont “amenés” à payer, et que donc tout le vocabulaire de l’éloge est le résultat d’un marchandage des honneurs entre la cité et celui qui a promis un bienfait. Ces marchandages existaient sans doute ; néanmoins le vocabulaire de l’éloge et des qualités morales s’inscrivait dans un contexte culturel, civique, grec, précis, qui lui donne du poids et fait qu’il ne s’agit pas simplement de l’habillage élégant des contraintes et des pressions exercées sur l’évergète.

6 IK, 30-Keramos, 14.

7 Didyma, 381.

8 TAM V, 2, 1352.

9 IK, 17.1-Ephesos, 3066.

10 Voir en dernier lieu l’édition révisée de Kokkinia 2003.

11 La même formule est employée de nouveau par Antonin dans une autre lettre sur Vedius (IK, 15-Ephesos, 1492, l. 11-14).

12 IK, 13-Ephesos, 728.

13 κόσμησε ἅπασι ἀγορανόμιον περίπατον ἰδίῃ φιλοτειμίηι (IPergamon, 333 ; Hellmann 1994, 155 no 13) ; voir ici II. 1.

14 IK, 17.1-Ephesos, 3013.

15 Si l’on compare avec les définitions données par Ph. Gauthier pour la haute époque hellénistique (Gauthier 1985, 68-74).

16 À Stratonicée de Carie au iie s., Drakôn fils de Léôn parle ainsi “de toutes les autres occasions où il a fait preuve de générosité”, avant de rappeler des constructions qu’il a exécutées (IK, 21-Stratonikeia, 267).

17 Ainsi Dion à Pruse pour parler de ses concitoyens qui ont promis de participer à une souscription pour des constructions dans la cité, dit d’eux : οImage 10000000000000080000000FE2FAAB13.jpgτοι φιλοτιμονται, πολλάκις ὑμν παρ’ αὑτν εἰσενηνόχασιν, “ces gens-là sont généreux et ils ont souvent contribué de leur argent pour vous” (D.Chr. 48.10, trad. Cuvigny 1994).

18 Robert 1940, 276-277.

19 IK, 13-Ephesos, 672A.

20 Exemples donnés par Robert 1940, 278.

21 Voir par exemple à Sébastopolis-Hérakléopolis en Cappadoce, une inscription de l’époque d’Hadrien (Mitford 1991, 192 no 12) : Μ. Ἀντώνιον Σεργίᾳ Ῥοφον ἀπό τε τν [προ]γόνων διασημότατον κα[ὶ ἀ]πὸ τν ἱδίων αὐτο φιλοτειμιν λαμπρότατον, πάσας μὲν λειτουργίας διεξελθόντα, ἐν πάσαις δὲ φιλοτειμίαι[ς] εὐδοκιμήσαντα κτλ. (l. 1-5), “À M. Antonius Rufus, de la tribu Sergia, très remarquable depuis ses ancêtres et très illustre à cause de ses propres libéralités, qui a accompli toutes les liturgies, qui s’est illustré dans toutes les libéralités” : le terme est employé à deux reprises au pluriel.

22 Voir un composé verbal, qui signifie apparemment “faire une générosité supplémentaire”, “se montrer encore plus généreux” : à Takina, en 202-203, des bains sont offerts par une famille au lieu des dépenses prévues pour la dot de leur fille, décédée, προσφιλοτειμησάμενος μετὰ τς γυναικὸς Ἄμμας Δάου καὶ εἰς τὸν Βασιλ τς θυγατρὸς α[ὐτ]ν λό(γ)ον, “il a fait preuve d’une prodigalité supplémentaire avec sa femme Amma fille de Daos, pour la réputation de leur fille Basilô” (Smith 1887, 231-232, no 12 ; IGR IV, 881).

23 Brown 1983, 72.

24 Datation d’après Hatzfeld 1927, 98-99 no 65.

25 IK, 21-Stratonikeia, 220a.

26 Proposition de traduction de συμφιλοτιμομαι par Cousin & Deschamps 1887, 378.

27 IK, 21-Stratonikeia, 303.

28 À Lagina également, Épainétos Ouliadès s’est comporté “avec piété envers les dieux, avec honneur envers les hommes, les citoyens et les étrangers” (l. 4-5, IK, 22.1-Stratonikeia, 684) ; sa famille (son frère, son père, et d’autres encore) a également fait preuve en groupe de philotimia (IK, 22.1-Stratonikeia, 685). Voir aussi IK, 22.1-Stratonikeia, 706, la même expression.

29 A. Laumonier comprend également ce passage ainsi (Laumonier 1937, 287 no 131).

30 IK, 21-Stratonikeia, 289, l. 13-14 (fin de l’inscription, qui n’est pas une inscription honorifique mais un document privé affiché en public où Sempronius récapitule l’ensemble de ses bienfaits : voir les remarques de Gauthier 1985, 13, sur les inscriptions de Didymes relatives aux prophètes, qui sont des documents privés, rédigés après leur sortie de charge ; nous sommes dans un cas de figure similaire à celui des prêtres de Panamara).

31 TAM V, 2, 966 (l. 18-19) ; TAM V, 2, 976 ; TAM V, 2, 980 (même association entre le financement de bâtiments et philotimia).

32 M. Sempronius Clemens a accompli plusieurs constructions, “et il a accompli toutes les autres libéralités, comme le montrent les décrets honorifiques”, καὶ τὰς ἄλλας πάσας φιλοτειμίας πεπόηκεν καθὼς [κα]ὶ τὰ τειμητικὰ ψηφίσματα μαρτυρε (l. 12-13) (IK, 21-Stratonikeia, 289).

33 Voir Bull. 1971, 576 : J. et L. Robert donnent comme sens à l’adjectif φιλότιμος “zélé et généreux”.

34 Arist., Rh., 1366b.

35 Aristid., Or., 32.18. Alexandre (après un tremblement de terre ?) a restauré la cité : son activité, de même que celle des sophistes dont Philostrate écrit la biographie, ne se limitait pas aux mots.

36 Cette même vertu est attribuée par Philostrate au père d’Hérode Atticus, lorsqu’il remet de l’argent à son fils pour l’aqueduc de la cité : Μεγαλοψυχία δὲ λαμπρὰ καὶ περὶ τὸν Ἀττικὸν τοτον (Philostr., VS, 2.1 [548]).

37 IK, 12-Ephesos, 424.

38 IK, 17.2-Ephesos, 4105.

39 IK, 17.2-Ephesos, 5101 et 5113.

40 IK, 12-Ephesos, 425.

41 IK, 13-Ephesos, 638.

42 IK, 12-Ephesos, 431 et Add. p. 11 et IK, 12-Ephesos, 438.

43 L’inscription est très fragmentaire mais son formulaire paraît simple : IK, 12-Ephesos, 460 (à compléter avec SEG, 53, 1260).

44 Arist., Rh., 1366b.

45 IK, 15-Ephesos, 1493, l. 13.

46 Brown 1983, 84-86.

47 IK, 28.1-Iasos, 122.

48 TAM V, 2, 1352.

49 Mitchell 1994 date le texte de Marc Aurèle, car le dédicataire en persuadant les Téiens d’envoyer des volontaires à l’armée aurait réussi à détourner d’eux la visite de recruteurs professionnels.

50 CIG 3080 ; LBW, 107 (IGR IV, 1572).

51 IK, 21-Stratonikeia, 16.

52 IK, 21-Stratonikeia, 17.

53 SGO I, 01/20/16.

54 IK, 12-Ephesos, 453 ; SGO I, 03/02/32.

55 Robert 1965a, 224.

56 MAMA VIII, 477 (inscription commentée par Robert 1965a, 178-180), pour Attinas fils de Théodôros à Aphrodisias, où la nature des évergésies n’est pas spécifiée ; Sardis, 55, une prêtresse qui a accompli “généreusement et richement les sacrifices” pour les dieux ; Agréophon à l’époque impériale à Caunos a accompli richement la gymnasiarchie de la gérousie (Herrmann 1971) ; des prêtres de Lagina ont accompli richement leur prêtrise (IK, 22.1-Stratonikeia, 664) ; plusieurs prêtres de Panamara mentionnent également sur des stèles où ils récapitulent eux-mêmes leur action avoir agi πλουσίως (IK, 21-Stratonikeia, 208, 237, 256, 344), tandis que M. Sempronius Clemens fait l’objet d’une inscription honorifique de la part des différentes instances civiques pour ses constructions mais aussi pour avoir accompli “richement” la prêtrise des Augustes et de même la gymnasiarchie (IK, 21-Stratonikeia, 293, l. 8-9 et l. 18).

57 Cette liturgie est par essence coûteuse : il est logique que cet adverbe soit attaché à son exercice.

58 Voir l’inscription en l’honneur de M. Ulpius Carminius Claudianus à Aphrodisias : il s’est montré “évergète” et philopatris ; on ne trouve pas d’adverbe qualifiant sa générosité.

59 Au Haut-Empire, il faudrait mener l’enquête sur le comportement des bienfaiteurs d’origine italienne. Un homme comme Atticus a contribué au gymnase d’Éphèse par admiration pour la culture de la cité (Jones 1999b). L’auteur montre que cet ami de Cicéron n’est certainement jamais allé à Éphèse, mais qu’il a agi en évergète de la cité et en particulier du gymnase car c’était un philhellène. Il est probable que souvent les Italiens agirent non en tant qu’émissaires, conscients ou non, d’un pouvoir extérieur, mais bien comme des lettrés, à l’instar de certains notables civiques. Le cas éphésien est analysé par Halfmann [2001] 2004, 35-47.

60 Luc., Dom., 2 (trad. J. Bompaire, Paris, CUF, 1993) : οὐ φιλοκάλου τινὸς οὐδὲ περὶ τὰ εὐμορφότατα ἐρωτικο τὸ ἔργον, ἀγροικία δὲ πολλὴ καὶ ἀπειροκαλία καὶ προσέτι γε ἀμουσία, τν ἡδίστων αὑτὸν ἀπαξιον καὶ τν καλλίστων ἀποξενον καὶ μὴ συνιέναι ὡς οὐχ ὁ αὐτὸς περὶ τὰ θεάματα νόμος ἰδιώταις τε καὶ πεπαιδευμένοις ἀνδράσιν, ἀλλὰ τος μὲν ἀπόχρη τὸ κοινὸν τοτο, ἰδεν μόνον καὶ περιβλέψαι καὶ τὼ ὀφθαλμὼ περιενεγκεν καὶ πρὸς τὴν ὀροφὴν ἀνακψαι καὶ τὴν χερα ἐπισεσαι καὶ καθ’ ἡσυχίαν ἡσθναι δέει το μὴ ἂν δυνηθναι ἄξιόν τι τν βλεπομένων εἰπεν, ὅστις δὲ μετὰ παιδείας ὁρ τὰ καλά, οὐκ ἄν, ομαι, ἀγαπήσειεν ὄψει μόνῃ καρπωσάμενος τὸ τερπνὸν οὐδ’ἂν ὑπομείναι ἄφωνος θεατὴς το κάλλους γενέσθαι, πειράσεται δὲ ὡς οImage 10000000000000060000000F30BF4A3F.jpgόν τε καὶ ἐνδιατρψαι καὶ λόγῳ ἀμείψασθαι τὴν θέαν.

61 Luc., Dom., 3 et 6.

62 Luc., Dom., 21 (trad. J. Bompaire, Paris, CUF, 1993).

63 Pernot 1997a, 732-733 : Dion parlant devant Trajan ne paraît tout à fait certain du fait qu’il connaît Socrate.

64 Ces décors comprennent évidemment des images impériales (voir la conclusion du I sur les conséquences de cette présence) ; mais plus encore peut-être, les mythes de la cité figurent partout dans les décors des monuments publics, par les statues le long des rues…

65 MAMA VIII, 418 (trad. Curty 1995, 180-181 no 73).

66 Aristid., Or., 53.4 ; voir également Or., 27.13 et 21. La beauté insurpassable de Smyrne conduit cependant le rhéteur à trouver ses limites, affirme-t-il : “ce que l’on pouvait voir surpasse toute description”, καὶ μὴν τὰ γε ὁρώμενα κρείττω διηγήσεως (Or., 18.3).

67 TAM V, 2, 976.

68 D.Chr. 44.10.

69 Philostr., VS, 1.8 [491].

70 Philostr., VS, 1.19 [511].

71 IK, 24.1-Smyrna, 697 ; identification proposée par Puech 2002, 398.

72 Puech 2002, 140-144 pour une statue en l’honneur d’Aelius Aristide.

73 Bilan dans Puech 2002, 190-200.

74 Δαμιαν τοίνυν ἐλλογιμώτατον μὲν καὶ τὸ ἄνω γένος καὶ πλείστου ἄξιον τ Ἐφέσῳ (Philostr., VS, 2.23 [605]).

75 IK, 17.1-Ephesos, 3080, l. 14-15 ; Puech 2002, 190-191, no 78.

76 Voir sur le premier Halfmann [2001] 2004, 79 et sur le second Swain 1991 ; pour les références prosopographiques, cf. le tableau 3 du chapitre III.1.

77 Roueché 1997, 364 ; voir Cameron 1965.

78 Luc., Dom., 9.

79 Roueché 1997, 353-368.

80 Robert 1948a. En conclusion l’auteur souligne l’unité des thèmes, de la forme et du style de ces inscriptions. Les épigrammes sont ordinairement bien faites et témoignent d’une certaine préciosité.

81 Milet, I. 9, 164-165 no 339 (= Milet, VI. 1, 112-114 et 212-213, pour la suggestion selon laquelle les épigrammes de Makarios ont été regravées au ive s.) ; SGO I, 01/20/16, I, II et IV.

82 SGO I, 01/20/16, III, et 01/20/17, sur une colonne. Sur Antonius Tatianos, voir Roueché [1989] 2004, 20-21 : il fut praeses Cariae sous Julien ou Valens.

83 Roueché [1989] 2004, 20, entre 361 et 363.

84 SGO I, 01/19/37.

85 Robert 1948a, 25-75 et Robert L. & J. 1948, 120.

86 Roueché [1989] 2004, 38 ; SGO I, 02/09/03 ; Puech 2002, 433-434 no 233, où l’épigramme est datée du ve s.

87 Robert 1948a, 109 : “on a normalement recours à la poésie pour glorifier un gouverneur ou – le cas est devenu beaucoup plus rare – un généreux citoyen. C’est un témoignage éloquent du goût de la παιδεία qui anime les classes supérieures, qu’il s’agisse des gouverneurs eux-mêmes ou des administrés, puisque ce sont les décurions qui expriment les sentiments de la ville, lesquels sont en fait leurs propres sentiments (…). Les statues élevées à des gouverneurs par des sophistes sont une preuve de l’intérêt pris par les hauts fonctionnaires aux études de rhétorique”. L. Robert souligne ensuite “la qualité de ces épigrammes”.

88 Gauthier 1995.

89 Robert 1968a, 414-415.

90 IK, 5-Kyme, 19. Trad. en français dans Hodot 1975 (Bull., 1976, 581).

91 Herrmann 1971, 36-39. Voir Jones 1999c (SEG 2000, 1109).

92 Jones 1999c, 589.

93 Gauthier 1995, 10.

94 Robert 1966b, 420.

95 Robert 1966b, 422.

96 Sève 1979, 327-359 : Apollonis de Cyzique doit être enterrée “dans les tombeaux de famille de son mari qui se trouvent sur le grand port”. Parmi ses bienfaits ou ceux de sa famille, la construction de monuments publics n’apparaît pas.

97 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152. IK, 12-Ephesos, 402 ; IK 59, 153.

98 Knibbe et al. 1993, 148 no 80 (AE, 1993, 1498) ; IK 59, 154.

99 IK, 12-Ephesos, 405 (illustration du monument p. 134) ; IK 59, 114.

100 Lettre d’Octavien : Reynolds 1982, no 10. Voir III. 1 pour le détail des opérations dues à ce personnage.

101 Robert 1966b, 420 : “Les Gaii Iulii dans les cités grecques du ier s. av. J.-C. sont un groupe caractéristique, sauveurs de leur patrie par les armes ou les négociations et qui lui ont assuré la liberté, souvent lettrés (rhéteurs, poètes, philosophes), qui, intimes avec les autorités romaines, ont reçu le droit de cité romaine et ont été souvent les premiers grands-prêtres de Rome et d’Auguste, et qui, enterrés souvent à l’agora ou au gymnase comme nouveaux fondateurs, jouissent d’un culte, ont un prêtre, des sacrifices, des concours”.

102 Reynolds 1996, 121-126.

103 Voir Jones 1999c, 597-600 : on aurait découvert dans le bouleutèrion d’Aphrodisias, reconstruit au iie ou au iiie s., une tombe monumentale, intégrée au lieu de réunion du Conseil après sa reconstruction (auparavant elle en était proche, mais séparée).

104 Reynolds & Roueché 1992, l. 8-12 : π[ατρὸς καὶ προγό]νων ὑπάρχουσα τν πρώτων καὶ συνεκτικ[ότων τὴν πατρίδα ?] καὶ ἐν γυμνασιαρχίαις καὶ στεφανηφορίαις [καὶ ἀγωνοθεσίαις ?] καὶ ἀρχιερωσύναις καὶ ἔργων ἀναθέσεσιν κ [αὶ ca 9 ἐκ τν] ἰδίων γεγονότων. Ce cas peut être comparé à celui de la mère de Dion de Pruse, dont il rappelle les honneurs reçus : “ma mère, à qui vous avez élevé une statue et un sanctuaire et puis (les honneurs) de mes grands-parents et de mes ancêtres ainsi que ceux de mes frères et de mes autres parents. Ils ont reçu de notre cité quantité de statues, de funérailles publiques, de jeux funèbres et beaucoup d’autres précieuses distinctions dont je n’ai oublié aucune et que je connais mieux que toute autre personne” (D.Chr. 44.3-4, trad. Cuvigny 1994).

105 Tatia est décédée avant d’accomplir des bienfaits à son nom, d’où la tristesse de la cité. Voir Van Bremen 1996, 156-157.

106 Strubbe 1999, 492 : l’enterrement dans la cité n’implique pas un culte héroïque de manière systématique, même si c’est souvent le cas aux iie et ier s. a.C. Vacceius Labéon de Kymè et un bienfaiteur anonyme d’Aphrodisias (MAMA VIII, 406, l. 7-8, ier s. a.C. ?) seraient les derniers à en avoir bénéficié. Dans le cas du bienfaiteur d’Aphrodisias, aucune construction de monument public n’est mentionnée. Il lui est accordé d’être enterré au gymnase. À Thyatire, est également attestée la construction d’un Xénonéion, Ξενώνηον, par le peuple (TAM V, 2, 1098), pour C. Iulius Xénon ; à Milet, sur un Caius Iulius étudié par L. Robert et identifié avec C. Iulius Épikratès, voir Herrmann 1994.

107 Voir la description d’une scène d’acclamations au théâtre dans Chrys., Educ. Lib., 4. Voir Kolb 1999 : le théâtre était le lieu de la prise de décrets par acclamation.

108 Pont 2009.

109 Sur les acclamations à partir de cette époque, voir Roueché 1984.

110 À Tralles, Nollé 1990 et à Éphèse, Engelmann 2000, 88 no 23.

111 Il est “évergète, philanthrope, philopolitès” dans l’inscription honorifique accompagnant sa statue au théâtre, et rappelant ses prêtrises, liturgies et magistratures (Reynolds 1981, 320-322 no 4).

112 Il est également qualifié de ce titre dans une autre inscription (Pugliese Caratelli 1993, 263-264), lacunaire, permettant de connaître une partie des dépenses qu’il fit pour la cité, sans précision sur les constructions (peut-être dans la lacune).

113 Ces trois premiers titres sont également mentionnés dans sa dédicace d’une statue de Titus (IK, 28.2-Iasos, 602).

114 Cette dédicace bilingue montre clairement que les titres conférés par acclamation procèdent des traditions grecques même au Haut-Empire (Pont 2009) ; la traduction latine ne rend pas compte en effet du caractère nécessairement bref de ces qualificatifs quand ils sont proclamés.

115 Même si à cause des grands services que Vedius 2 rendit à Éphèse je suis tentée de voir en lui le P. Vedius Antoninus honoré comme “fondateur” et dont il est dit qu’il est asiarque, il est aussi possible qu’il s’agisse de son père adoptif, Vedius 1. Voir infra.

116 Sur cette expression (dont il n’est pas certain qu’elle se rapporte à des constructions), voir III.1.

117 Il est parfois difficile de déterminer les termes pouvant être qualifiés de titre : ainsi “pieux” ou “pur”. D’autres expressions sont plus inhabituelles, mais conviennent bien à un contexte laudateur associé à des acclamations, tel “bon citoyen” ou “ami de tous”.

118 Pour le stemma familial, voir fig. 2.

119 Dans IK, 13-Ephesos, 732, il est dit que ce personnage a été “utile (à la patrie) dans beaucoup de circonstances critiques”, ἐν πολλος καὶ ἀνανκαίοις χρήσιμον. On ignore la nature de ces circonstances. Dans IK, 13-Ephesos, 730, Papianus est “évergète de par ses ancêtres et sa famille, fondateur de notre patrie” (l. 7-8), τὸν ἐκ προγόνων καὶ γένους εὐεργέτην καὶ κτίστην τς πατρίδος ἡμν (voir aussi IK, 17.1-Ephesos, 3079 : sa sœur, Vedia Phaedrina, qui épousa le sophiste T. Flauius Damianos, est qualifiée de ἡ ἐκ προγόνων εὐεργετίς). Une base de marbre blanc (Knibbe & Iplikçioğlu 1981-2, 125 no 123) comporte également une dédicace de la “très douce patrie, Éphèse”, à P. Vedius Papianus Antoninus, “sénateur qui est digne d’un très illustre souvenir, qui a institué Artémis d’Éphèse comme héritière, à son fondateur et évergète en toutes choses, dans ses actions personnelles”, [σ]υγκλητικὸν τὸν τς κρατίστης μνήμης ἄξιον κληρονόμῳ χρησάμενον τ ἁγιωτάτῃ Ἐφεσίᾳ Ἀρτέμιδι τὸν ἑαυτς κτίστην καὶ ἐν πσιν εὐεργέτην ἐν τος ἰδίοις ἔργοις (ce dernier mot signifie-t-il ici “action”, ou “bâtiment” ? Ce personnage n’étant pas connu comme constructeur, nous préférons la première hypothèse). Seul son legs est mentionné dans IK, 13-Ephesos, 731, non son titre de fondateur (une base de statue rénovée par la patrie au début du iiie s.). Voir également IK, 13-Ephesos, 725, qui se trouvait près du bouleutèrion, où la patrie rénove au début du iiie s. une statue du grand-père de son bienfaiteur, “qui a établi Artémis comme héritière”. Une autre statue où un “P. Vedius Antoninus”, sans mention supplémentaire, est qualifié de fondateur, peut également se rapporter à ce membre de la dynastie (IK, 13-Ephesos, 727, également des environs du bouleutèrion). Il peut également s’agir de P. Vedius Antoninus Sabinus, “Vedius 2”. Sur ce dernier, voir IK, 13-Ephesos, 728, récapitulant les diverses facettes de son action, et IK, 16-Ephesos, 2065, le qualifiant de fondateur.

120 Pour les services qu’il a rendus, voir IK, 13-Ephesos, 728.

121 Maint exemple en est donné dans Heller 2006.

122 Robert 1948a, 116. Voir encore J. et L. Robert, Bull., 1956, 317 : “ktistes désigne soit un nouveau fondateur de la ville, soit le fondateur d’un édifice ou de plusieurs dans la ville”.

123 Ainsi dès l’époque hellénistique ce titre fut-il attribué à des notables qui ont défendu leur cité par “leurs interventions auprès des autorités romaines lors d’une crise grave pour le statut de la ville” (Robert 1981a, 358-359). Parmi les exemples réunis par L. Robert dans cet article, il n’est question que des titres de “nouvel Érythros”, “nouvel Athamas”, sans qu’il indique le rapport qu’ils ont avec le titre de ktistès. Sémantiquement la similitude est indéniable, or il n’est jamais question, pour des nouveaux héros fondateurs, de constructions qu’ils auraient pu faire dans leur patrie (Robert 1981a, 353-361). Cela nous semble un indice supplémentaire du fait que les “fondateurs” ne sont pas des constructeurs.

124 Contra par exemple Veyne 1976 (rééd. 1995), 300 ; Chaniotis 2004, 383 ; Puech 2002, 170-171.

125 Robert 1966a, 85-86 ; Robert 1969b, 317-320.

126 Voir Robert 1966b, 398 pour cette distinction nécessaire.

127 Dillon 1996.

128 inv. 648. L’identification avec T. Flauius Damianus est notamment reprise par Manderscheid 1981, 92 no 200 ; elle doit être corrigée.

129 Musée de Smyrne, inv. 570.

130 Voir en particulier Dillon 1996, 269-272.

131 S. Dillon ne tranche cependant pas pour savoir s’il s’agit de “Vedius 2” (M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus) ou “Vedius 3” (M. Cl. P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus) (Dillon 1996, 273). Fontani 1996 a proposé un stemma et une reconstitution que nous suivons : comme Vedius 3 n’a pas été grand-prêtre, qu’à notre connaissance seuls Vedius 1 et Vedius 2 ont assumé cette fonction, il s’agit vraisemblablement de ce dernier, le père du “constructeur” donc.

132 IK, 13-Ephesos, 728.

133 Une loi de l’époque de Septime Sévère indique que “nous ne pouvons élever de statues dans des bâtiments privés à d’autres personnes sans l’accord de ceux qui les ont construits, comme l’indique un rescrit du divin Sévère” (Mod., dig., 50.12.12.pr., cité, traduit et commenté par Jacques 1984, 775 no 22). Les priuata opera, selon Fr. Jacques, “ne peuvent être que des bâtiments offerts à une communauté par des évergètes, en fonction même du problème posé”. Une statue honorifique dans un monument public offert par un particulier peut être élevée avec l’accord de ce dernier, même si la personne honorée n’a rien à voir avec la construction du bâtiment. La prudence est donc de mise dans l’analyse de la topographie des statues d’évergètes (une statue d’un notable évergète peut avoir été dressée par un ami, également notable et évergète-constructeur, sans que le premier ait participé à la construction du monument.

134 Musée de Selçuk, inv. 98 et 92.

135 IK, 16-Ephesos, 2064. Cela paraît probable car dans cette inscription comme dans IK, 13-Ephesos, 728, le P. Vedius Antoninus mentionné est dit avoir “orné la cité” de nombreux et grands bâtiments.

136 IK, 16-Ephesos, 2065.

137 Sur l’identification de ce Vedius, voir supra les titres décernés aux bienfaiteurs. Il est difficile pour plusieurs bases de savoir de quel Vedius il s’agit (Dillon 1996, 274, attribue ainsi à Vedius 3 l’inscription IK, 13-Ephesos, 728, alors que E. Fontani a montré qu’il s’agit de Vedius 2). Un ensemble de bases portant une inscription en l’honneur de “Publius Vedius Antoninus” a été élevé par des corporations (IK, 13-Ephesos, 727 ; IK Ephesos 17, 3075) ; il est qualifié de fondateur de la cité des Éphésiens.

138 IK, 17.2-Ephesos, 4110. L’inscription a été découverte en remploi dans l’église du concile de 431, il n’est donc pas possible de préciser sa position originelle.

139 Voir le commentaire de Dillon 1996, 274. On trouve également des statues d’athlètes, de divinités liées au gymnase, et de l’empereur (Manderscheid 1981, 45 fig. 15).

140 IK, 17.2-Ephesos, 5102 et 5103.

141 IK, 17.2-Ephesos, 5104 et 5105 ; IK, 17.2-Ephesos, 5106.

142 Pour ces personnages, voir Halfmann 1979, no 54 et 89. Pythodôros est connu pour des activités de construction à Épidaure. Il aurait fait ériger les statues impériales grâce au testament de sa mère : est-il vraiment intervenu comme constructeur du bouleutèrion ?

143 Balty 1991, 447-453 no 2 ; voir SEG 4, 402-8. On trouvait également des statues impériales au bouleutèrion : voir, à Nysa, les statues d’Antonin le Pieux, Marc Aurèle César, Lucius Verus, Faustine la Jeune, et Faustine II, la fille aînée de Marc Aurèle (Balty 1991, 449) ; à Éphèse, des membres de la famille impériale, dont Lucius Verus et Faustine la Jeune (Balty 1991, 514). Bilan dans Kalinowski & Taeuber 2001, pour lesquels il ne fait pas de doute que Sex. Iulius Maior Pythodôros et sa sœur Iulia Iu[-] sont intervenus dans la construction de l’édifice, sur le modèle de P. Vedius Antoninus Sabinianus et de sa femme Flauia Papiana.

144 Je ne suis pas sûre qu’on puisse effectivement l’affirmer. Voir le cas d’un groupe de statues de bienfaiteurs près du bouleutèrion d’Aphrodisias (Hallett 1998) : il s’agit d’un homme en cuirasse, d’un prêtre en costume civique avec une couronne, d’un jeune homme et d’un enfant. L’ensemble date du ier s. p.C.

145 Balty 1991, 515-519. Pour les inscriptions, Inan & Rosenbaum 1979, 210-216 no 186 et 187 (commentaire des inscriptions par J. Reynolds, parues d’abord dans Alföldi et al. 1968, 21-24) et maintenant IAph2007 2.13 et 17.

146 Reynolds 1982, 123. Sur ce personnage, PIR² C 853.

147 Voir le bilan des constructeurs honorés dans ce gymnase en I.4. Néanmoins, il semble probable que ce gymnase ancien de Pergame soit resté l’un des lieux où l’on exposait les statues des bienfaiteurs de la cité, sans qu’ils soient forcément intervenus comme gymnasiarques ou sur cet édifice (voir par exemple la statue en l’honneur de Claudia Capitolina au début du iie s., qui “a rendu des fonds à la cité, que son père Claudius Balbillus avait consacrés”, dans Hepding 1907, 335-337, no 66).

148 Pour Iasos, Pugliese Caratelli 1993, 269 (AE, 1993, 1534) ; Herrmann 1993a, 248, l. 42-44, pour Sardes.

149 IK, 13-Ephesos, 669.

150 Peachin 1990, 110-111.

151 IK, 13-Ephesos, 698 ; PIR² F 323, voir Halfmann 1982, 637.

152 IK, 16-Ephesos, 2061.

153 IK, 16-Ephesos, 2062 et 2063.

154 IK, 16-Ephesos, 2037.

155 IK, 13-Ephesos, 986.

156 Aristid., Or., 30.9. Ce discours fut prononcé en 147 ; C. Antius Aulus Iulius Quadratus, d’origine pergaménienne, fut proconsul d’Asie en 109-110 (Halfmann 1979, no 17).

157 Plusieurs autres éléments du bâtiment sont analysés de manière particulièrement convaincante par Smith 1998, 74-75.

158 Smith 1998, 70.

159 D.Chr. 36.17.

160 Smith 1998, 93 : “the portraits cannot be fitted on any single-line of formal development, nor were they concerned with a one-to-one representation of the subject’s role in life. Rather they deploy a received and recognizable statue and portrait language to make and project plausible-looking statements about selected social, cultural and political as pirations”.

161 Reinach 1906, 116 no 37 et 136 no 69 pour des statues des prêtresses Claudia Apphia Chairémonis et Iulia Paula sur “la façade des thermes” d’Hadrien à Aphrodisias. La description du contexte archéologique paraît insuffisante pour conclure sur le sens de ces statues : s’agit-il de bienfaitrices des bains ?

162 Dans ce cas il semble que le bâtiment sera plus volontiers l’œuvre de plusieurs bienfaiteurs, ou qu’il s’agit simplement d’une intervention partielle.

163 Smith 1999 sur la manière d’exposer les statues honorifiques à Aphrodisias dans l’Antiquité tardive.

164 Voir Salomies 2001, 152-155 pour une analyse générale des inscriptions honorifiques pour des sénateurs sur des monuments funéraires.

165 C. Sextilius Pollio fut enterré en haut de la rue des Courètes. Il est possible que sa tombe ait été agrémentée d’une fontaine, peut-être construite par ses soins (Scherrer 2000, 90).

166 Plin., Ep. Tra., 10.81.

167 Voir l’étude de sa sépulture et le bilan de son activité dans Thür 1997. Sa sépulture se serait trouvée à l’est du “nymphée de Trajan”, à côté de la fontaine qu’il a financée dans la rue des Courètes.

168 Hanfmann & Ramage 1978, no 243.

169 Herrmann 1993a, partie 1.

170 Voir l’ensemble des documents cités par Robert 1968b. L’oracle est repris dans Fontenrose 1988, 235, A 7. Il est daté de 150-160 : πυνθανομένων Περγαμηνν το ἐν Διδύμοι[ς] Ἀπόλλωνος ὅποι ὅσιον εἴη θάπτεσθαι τοὺς ἥρωας Μάρκ[ε]λλον καὶ Ῥουφενον διὰ τὸ παρελθὸν αὐτος ἐνάρετον βίου, ἔχρησεν ὁ θεός · “Les Pergaméniens ayant demandé à Apollon de Didymes où il convenait que les héros Marcellus et Rufinus soient enterrés, à cause de l’excellence de leur vie passée, le dieu a répondu…” (la réponse est perdue).

171 Ehrhardt 1984 (Milet, VI.2, 944).

172 Didyma, 278 ; Fontenrose 1988, 235, A 1, date cette inscription de 202. Il n’est toutefois pas certain que le Capito célébré dans ce calendrier soit l’évergète du ier s. plutôt qu’un Capito connu comme archiprytane en 135-136.

173 Milet, VI. 2, p. 132.

174 D. McCabe, dans Müller-Wiener 1986, 186-189 propose de restituer le nom de Vergilius Capito dans la dédicace du premier bâtiment de scène romain du théâtre et sur une architrave de la palestre (voir Milet, VI. 2, 119 no 928 et Milet, VI. 1, 107 no 329 et p. 211).

175 Demougin 1999, 605 no 130.

176 Campanile 1994, cat. no 28 ; Robert 1949, 206-238.

177 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 130-131 (SEG 34, 1094).

178 Kokkinia 2003.

179 IK, 17.2-Ephesos, 5114 ; voir Kokkinia 2003.

180 La restitution habituelle est [ἀλλ’ ὑμ]ες οὐ[κ] ὀρθς ἀποδέχεσθε αὐτόν (IK, 15-Ephesos, 1491) : “mais vous, vous ne le recevez pas bien”. Voir III.3 sur la nature de l’aide demandée et obtenue par P. Vedius Antoninus.

181 Eck 1998, 369-371.

182 Engelmann 1999 s’appuie sur une identification contestable du Vedius constructeur avec le Vedius honoré dans IK, 13-Ephesos, 728 (contre cette hypothèse, voir Fontani 1996, 227 et n. 2).

183 Campanile 1992.

184 Ainsi les textes en faveur d’Opramoas de Rhodiapolis en Lycie, qui après un tremblement de terre reconstruisit sa cité : il fut également félicité par Antonin le Pieux.

185 Voir le détail de son action en III.3.

186 IK, 16-Ephesos, 2044 ; SGO I, 03/02/15.

187 IK, 36-Tralleis, 152 ; SGO I, 02/02/04.

188 Jacques 1984, 710-712.

189 Plin., Ep. Tra., 10.75-76 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).

190 Voir Wörrle 1988 (SEG 38, 1462) ; Mitchell 1990. Notons que comme Vedius Antoninus, Demosthénès est félicité dans une lettre par Hadrien pour sa philotimia. Voir Mitchell 1990, 190-191 sur l’idée d’une décrue des constructions à l’époque sévérienne.

191 Roueché 1981, 119.

192 Ne rentrent dans ce tableau que les constructions volontairement prévues par le bienfaiteur après sa mort, et non les constructions que ses héritiers ont été amenés à finir à cause d’un décès soudain (voir par exemple dans ce cas Nikostratos, qui a fait construire le stade-amphithéâtre de Laodicée du Lycos, achevé après sa mort par Nikostratos son héritier, d’après IK, 49-Laodikeia, 15).

193 Robert 1940, 272.

194 Robert 1940, 273 : “j’admets que, comme il est établi pour l’Occident, le munus gladiatorial était obligatoire pour les grands-prêtres des provinces, légitime et facultatif pour ceux des cités”.

195 Reynolds 2000 (AE, 2000, 1441 ; SEG 50, 1096).

196 Plut., Moralia, 821 E-F.

197 Philostr., VA, 4.22.

198 Chrys., Educ.Lib., 4-8.

199 Chrys., Hom. In Acta, 18 (PG, 60.147) : καὶ ἀγορὰς μὲν καὶ βαλανεα ποιοσιν οἱ πολλοὶ, ἐκκλησίας δὲ οὐχὶ · καὶ πάντα μλλον, ἢ τοτο.

200 IMagnesia, 163 ; Robert 1940, no 152. On peut citer également l’exemple de l’asiarque T. Flauius Montanus d’Éphèse, qui néanmoins mentionne combats et chasse sans insister sur leur éclat remarquable, et qui a également donné 75 000 deniers pour l’équipement du port (IK, 16-Ephesos, 2061).

201 C. Iulius Zôilos, “affranchi de César fils du divin Jules”, “a été stéphanéphore dix fois de suite” ; il a fait de grandes constructions à Aphrodisias. Il est donc à la fois un affranchi impérial et un bienfaiteur de la cité qui a accompli des magistratures. Nous sommes encore à la basse époque hellénistique : C. Iulius Zôilos rentre dans le groupe des bienfaiteurs exceptionnels de leur cité de cette époque, à cause des conditions difficiles que celle-ci vient de connaître (guerres et destruction). L’itinéraire de cet affranchi accomplissant les plus hautes fonctions civiques n’est pas fréquent et ne rentre pas dans la norme.

202 IK, 11-Ephesos, 20. Voir tableau 7 en II.1 le détail des dons.

203 IK, 17.1-Ephesos, 3006 ; IK 59, 151. Commentaire par Halfmann [2001] 2004, 43.

204 Knibbe et al. 1993, 148 no 80 ; IK 59, 154.

205 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152.

206 Engelmann 2004, 71-72 ; IK, 17.2-Ephesos, 4123 ; IK 59, 24 ; voir Halfmann [2001] 2004, 54-55.

207 IK, 13-Ephesos, 857 ; IK 59, 161.

208 IK, 13-Ephesos, 858 ; IK 59, 160.

209 CIG 3695e.

210 IK, 49-Laodikeia, 24 ; IK 59, 170.

211 IK, 36.1-Tralleis, 148 ; IK 59, 163.

212 MAMA IV, 70. Rien néanmoins ne vient appuyer l’identification comme affranchi de L. Arruntius Scribonianus (PIR² A 1147), proposée par les éditeurs de l’inscription, en dehors de la rédaction latine du texte. D’autres Arruntii sont connus à Synnada (MAMA, IV, 53).

213 Herrmann 1988.

214 Robert 1969b, 326.

215 Voir, pour l’époque hellénistique, Bielman 2002 ; pour l’époque romaine, Van Bremen 1996.

216 Voir édition et commentaire dans Bielman 2002, 97 no 18.

217 Voir Bruit Zaidman 2002.

218 IK, 12-Ephesos, 425, par les monnayeurs ; IK, 13-Ephesos, 638.

219 IK, 13-Ephesos, 712b.

220 IK, 21-Stratonikeia, 226.

221 Il existait une relative autonomie financière des femmes de cette classe de notables très riches à Éphèse : voir Rogers 1992 et Kirbihler 1999, 215. Fr. Kirbihler cite parmi les constructrices Flauia Papiana, connue par les sources épigraphiques, mais il ne faut pas oublier la femme de T. Flauius Damianus, Vedia Phaedrina, dont l’action est connue par Philostrate. Trois Vediae furent prytanes ; elles exercèrent des prêtrises.

222 CIG 2782, l. 26-28.

223 Philostr., VS, 2.23 [605] : τοτο μὲν δὴ τοργον ἀπὸ πολλν χρημάτων ἀποτελεσθὲν ἐπέγραψεν ἀπὸ τς ἑαυτο γυναικός, τὸ δὲ ἐν τ ἱερ ἑστιατήριον αὐτὸς ἀνέθηκε. Son épouse Vedia Phaedrina était l’une des héritières de la fortune des Vedii avec son frère M. Cl. P. Vedius Papianus Antoninus et sa sœur Vedia Papiana (leur père était “Vedius 3”, le constructeur, M. Cl. P. Vedius Antoninus Phaedrus Sabinianus).

224 Van Bremen 1996.

225 Nous n’avons pas retenu Curtia Iulia Valentilla, connue par une inscription de Tabala en Lydie pour avoir fait construire des bains : le formulaire de l’inscription paraît se rapporter à un contexte privé (TAM V, 1, 209 ; d’après Raepsaet-Charlier 1987, no 305), dans la mesure où aucune institution publique n’est mentionnée.

226 Sardis, 22 ; voir Hanfmann & Ramage 1978, no 275.

227 Robert 1966b, 399. Voir les réserves de Gh. Roueché et G. Bodard, IAph2007 4.1.

228 Reynolds 1999a, 132 sur une homonyme à Éphèse. Voir supra les hypothèses (selon nous discutables) concernant son intervention sur le bouleutèrion, où l’on retrouva une statue d’elle et de son oncle (Inan & Rosenbaum 1979, 210-216 no 186-187 ; Balty 1991, 517 n. 437). Selon PIR2 C 1071, elle fait partie de l’ordre sénatorial, mais Raepsaet-Charlier 1993, 269, n. 118 révoque cette hypothèse en doute.

229 Rogers 1992 conclut qu’à Éphèse au milieu du iiie s. la cité ne rechigne pas à honorer des femmes comme constructrices, en dehors du contexte familial ou d’une prêtrise. Pour la province d’Asie, il nous a paru difficile d’établir avec certitude de telles évolutions chronologiques.

230 Le chiffre après le nom correspond au numéro attribué dans le catalogue de Van Bremen 1996, App. 2, “Titles arranged by area and city”, 306-347, à la cité concernée : les femmes concernées ont exercé une magistrature au sein de leur cité. Les femmes appartenant à l’ordre sénatorial sont répertoriées d’après Raepsaet-Charlier 1987 (indiqué sous le sigle FOS) ; à compléter avec Raepsaet-Charlier 1993. Nous n’avons pas retenu dans le catalogue de R. Van Bremen Néna, qui aurait été active à Iulia Gordos (Van Bremen 1996, 329, no 1) : voir Nollé 1987, l’inscription comporte le nom de la cité de Karallia.

231 La nature de l’inscription (une souscription) correspond aussi à la catégorie no 3.

232 Savalli 2003, en particulier 254-260.

233 Gauthier 1985, 49-62.

234 Gauthier 1985, 55.

235 Str. 12.8.16.

236 Ferrary 1997.

237 Voir Fröhlich 2002, 91-92 : la coloration oligarchique du régime politique des cités est due en partie aux interventions romaines, en partie aux évolutions propres aux cités.

238 Arist., Pol., 6.1321a30, cité dans Veyne 1976 (rééd. 1995), 218.

239 Voir Veyne 1999, 517-526 sur la mise en place des oligarchies civiques, et p. 566-567 sur la vivacité culturelle grecque et le sentiment patriotique.

240 Plut., Moralia, 822 A, à comparer à ce qui est dit juste avant des “flatteries d’hétaïres” que constituent “des spectacles de théâtre, des distributions publiques ou des combats de gladiateurs” (821 E-F).

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540