Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

2. L’ornement de la cité comme participation à l’idéal civique

II - Le kosmos, sujet de fierté et de rivalités civiques

Texte intégral

  • 1 Men. Rh. 2.426.
  • 2 Les bains : Manderscheid 1981 ; les théâtres (surtout époque hellénistique) : Schwingenstein 1977. (...)
  • 3 Hdn. 3.6.9.

1“Cette cité d’Alexandre, notre cité, s’enorgueillissait de ses anciennes histoires et des beautés de ses bâtiments”, ἐσεμνύνετο παλαιοῖς διηγήμασιν ἡμῖν ἡ πόλις Ἀλεξάνδρου καὶ τοῖς κάλλεσι τῶν οἰκοδομημάτων : voilà, selon Ménandre le Rhéteur, les deux sujets de fierté d’une cité de Troade, avec, désormais, propose-t-il d’ajouter en guise de flatterie pour le gouverneur, sa visite dans la région1. L’association du passé mythique de la cité et de sa beauté comme fondements du patriotisme est caractéristique. Dans le paysage urbain, des statues de dieux et de héros en quelques endroits précis, sur les frontes scaenae des théâtres, dans les bains2, rappellent l’histoire commune. Cette expression identitaire vaut aussi comme manifestation de la puissance de la cité, ancrée dans un passé prestigieux, pleine de ressources pour l’avenir. Construire des monuments publics permet également d’exprimer l’identité et de conforter le statut de la communauté civique dans la durée. Hérodien, vraisemblablement originaire d’Asie mineure, indique que Byzance, détruite, perdit “ses théâtres, ses bains”, “tout ce qui lui donnait de l’éclat et de valeur”, κόσμος καὶ τιμή3. En effet la cité exprime à elle-même comme aux étrangers sa force et sa valeur par sa parure urbaine : elle est le résultat direct de politiques décidées au Conseil et à l’assemblée, et, d’après les éloges des cités, de la vertu de ses notables, prêts à manifester leur générosité par des dons utiles et durables ; elle aide à garantir la continuité de son existence.

  • 4 Aristid., Or., 53.

2L’inauguration d’un monument public est ainsi l’occasion de réjouissances et est considérée comme un accroissement pour la communauté civique, comme le ferait un territoire supplémentaire, selon le mot d’Aelius Aristide4. L’embellissement de la cité justifie l’enthousiasme et la confiance dans le futur, et joue un rôle dans les relations entre cités : il peut être l’occasion de coopération, aussi bien que de rivalités.

La fierté de la cité pour ses monuments : de l’émotion collective à la reconnaissance officielle

  • 5 Sur les tensions dans les cités, qui peuvent aussi être interprétées comme le signe de la vitalité (...)

3La communauté civique, traversée par des tensions internes qu’il ne faut pas gommer5, pose néanmoins comme but de paraître unie autour de tout ce qui peut renforcer son illustration, comme le montre l’idéal de concorde sans cesse proposé par les orateurs. Cette illustration prend des formes variées : la joie d’avoir une belle cité est d’abord une émotion collective ressentie à l’occasion de l’inauguration des nouveaux monuments publics, et elle se prolonge et prend forme dans une éventuelle reconnaissance officielle, passant par l’affichage public d’inscriptions où cette beauté est rappelée et pemettant dans quelques cas, de l’emporter sur ses voisines.

Les fêtes pour l’acquisition d’“un ornement supplémentaire”

  • 6 Ce mot est bien sûr à entendre dans le sens contemporain, non dans son sens technique romain qui ne (...)
  • 7 Plin., Ep. Tra., 10.116 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).

4La construction de monuments publics revêt un caractère crucial pour l’illustration de la cité et la réputation des notables qui ont payé le monument. Aussi les cérémonies d’inauguration des monuments publics, connues d’après les inscriptions et le “Panégyrique sur l’arrivée de l’eau à Pergame” d’Aelius Aristide, donnent-elles l’image d’une communauté civique unie, joyeuse de fêter un nouvel ornement dans son paysage urbain. Quelques sources attestent que la plus grande publicité est recherchée par le donateur lors de l’inauguration6. Pline écrit à Trajan, lors de sa légation en Pont-Bithynie7 :

“Quand on prend la toge virile, quand on se marie, quand on entre en fonctions comme magistrat, quand on dédie un ouvrage public, la coutume veut que l’on invite la boulè tout entière ainsi qu’un assez grand nombre de personnes du peuple et que l’on donne deux deniers ou un denier à chacun. Je te demande de m’écrire si tu trouves bon que cet usage se répande et dans quelle limite. Pour moi, si j’admets, surtout quand il s’agit d’occasions solennelles, ce droit d’invitation, je crains que ceux qui invitent mille personnes, et parfois même davantage, ne paraissent dépasser la mesure et se rendre coupable d’une espèce de distribution illicite”.

5Les commanditaires des bâtiments, au moment de réaliser la dédicace, n’hésitent pas à inviter une bonne partie du corps civique, composé des bouleutes et de “gens du peuple”, c’est-à-dire de citoyens. La crainte de Pline de les voir inviter un trop grand nombre de personnes correspond à la volonté d’empêcher que ne se forment des partis trop puissants au sein des cités.

  • 8 Barattolo 1995, 59.
  • 9 IK, 49-Laodikeia, 15.
  • 10 IK, 49-Laodikeia, 24.
  • 11 Monaco 1963-1964, 409-410 ; améliorations par Eck 1970, 77-81 (IK 59, 169).
  • 12 IK, 17.1-Ephesos, 3008 pour le pavement de l’Embolos sous Domitien ; IK, 12-Ephesos, 419, en 92-93 (...)

6La dédicace du temple d’Hadrien à Cyzique eut lieu à la fin de l’été 166, lors de la célébration des Olympiades locales, d’après le discours qu’Aelius Aristide prononça à cette occasion8 (il s’agit de l’inauguration du temple restauré après le tremblement de terre de 161). La présence du gouverneur à l’inauguration de ce temple, pourtant illustre, n’est pas suggérée par Aelius Aristide : ce fait, avec les rares attestations épigraphiques dont nous disposons, confirme qu’il ne faut pas surévaluer le rôle effectif du gouverneur dans la dédicace des monuments publics en Asie. Cependant, comme l’indiquent les sources épigraphiques, il était présent à Laodicée du Lycos pour celle du stade-amphithéâtre9 et de la porte10 en 79 construits tous deux par des particuliers, à Hiérapolis de Phrygie pour celle de la porte de la cité en 85-86 sur un modèle similaire à celui de Laodicée du Lycos11, plus fréquemment à Éphèse12, son lieu de résidence habituelle. À Éphèse, les inaugurations qu’il orna de sa présence étaient des entreprises financées sur fonds publics, tandis que dans les autres cas, ce sont des particuliers qui ont eu l’honneur d’avoir le proconsul pour l’inauguration du monument dont ils avaient financé la construction. Les attestations restent cependant rares.

  • 13 CIG 2782 ; voir Cormack 1954, 9 et Pont 2007c.
  • 14 IK, 16-Ephesos, 2113 (voir désormais Engelmann 2004) et IK, 17.2-Ephesos, 4123.
  • 15 Pugliese Caratelli 1993, 265-268 (AE, 1993, 1533, avec traduction, reprise ici), l. 15-19 et 21-24  (...)
  • 16 M. Sève, Bull. 1994, 102, suggère qu’il s’agit du bouleutèrion, que Daphnos aurait restauré.

7Pline évoque des fêtes au sein de la cité, lors desquelles l’évergète constructeur profite de l’inauguration pour convier une bonne partie du Conseil, mais aussi du peuple, et pour faire éventuellement des distributions. L’épigraphie conserve plusieurs attestations d’un tel comportement. À Aphrodisias, M. Ulpius Carminius Claudianus et sa famille ont “fait plusieurs distributions d’huile à l’occasion de l’adduction du Timélès”, ἔλ<α>ια δρακτοῖς πολλάκις τεθεικότα ἐν τῷ καιρῷ τῆς τοῦ Τε<ι>μέλου ποταμοῦ εἰσαγωγῆς (l. 40-41)13. Le souvenir de l’acte évergétique est aussi appelé à se perpétuer par des distributions dans le monument même que le constructeur a contribué à embellir : les membres de la gérousie d’Éphèse recevront devant les statues des bienfaiteurs, au stade, des distributions d’argent, stade que Stertinius Orpex et sa famille ont embelli par la construction de deux rangées de gradins14. Ces gradins étaient peut-être les sièges réservés aux membres de la gérousie. À Iasos, M. Aurelius Daphnos à l’occasion de la dédicace des statues de Septime Sévère, Caracalla et Géta, a procédé “à une distribution de vin vieux aux concélébrants de la stéphanéphorie (...) et a invité les très honorables membres du Conseil à une distribution d’argent dans le bâtiment qu’il a fait construire”15. Nous ignorons malheureusement quel est ce bâtiment16.

  • 17 Aristid., Or., 53.
  • 18 Jones 1991.
  • 19 RPCO, 3224 et 3229.
  • 20 Aristid., Or., 53.3 : ὄψις ὀνειράτων γενομένη μοι ὡσπερεὶ διπλασίαν ἐδείκνυε τὴν πόλιν, χωρίον τε δ (...)
  • 21 Aristid., Or., 53.3.
  • 22 Aristid., Or., 53.5. La fin du discours manque.
  • 23 Voir Pernot 1997a, 616-618 et passim.

8Ces fêtes font penser à celle évoquée par Aelius Aristide dans son dernier discours, dont seul le début est conservé, “le panégyrique sur l’arrivée de l’eau à Pergame”, où il se félicite de l’ornement ajouté à la cité et de la beauté de l’eau qui jaillit17. Ce texte, comme le montre Chr. P. Jones18, se rapporte à l’inauguration solennelle d’un aqueduc, sous Marc Aurèle. Elle eut lieu, d’après des émissions monétaires représentant les rivières Sélinos et Kétéios et des couronnes, en même temps qu’une fête religieuse liée aux néocories de Pergame19. Il s’agirait de la synthysia, une célébration commune de toute l’Asie, dont parle également Aelius Aristide20. Il exprime précisément les motifs de réjouissance de la cité : “J’ai eu une vision en songe qui me montra la cité à deux fois sa taille normale, grâce au gain de quelque territoire qui était devenu son voisin et d’ornements publics, qui avaient été ajoutés, assez voisins du temple de Zeus Philios”. L’aqueduc est compté parmi les “ornements publics”, δημοσίων δὴ κόσμων. L’eau qui arrive (ici il existe une ambiguïté délibérée sur le mot ὕδωρ qui signifie à la fois l’eau et l’aqueduc) se distingue par sa beauté, κάλλος. Aelius Aristide a également félicité la cité pour ce qui lui a été ajouté : elle est augmentée, comme le ferait un gain territorial21. La suite du discours fait référence aux origines mythiques de la cité22. L’ajout d’un “ornement” à la cité contribue de manière marquante à sa grandeur. Cette idée essentielle est exprimée également dans les inscriptions et dans d’autres textes. Finalement, le sentiment patriotique envers la cité sort renforcé de ce processus, qui est bien loin de ne toucher que la sphère de l’agrément et du plaisir des foules, et où les autorités romaines restent dans l’ombre. Le kosmos de la cité était de plus régulièrement rappelé et mis en valeur dans les discours d’éloges, prononcés par les rhéteurs en visite dans une cité, ou même lors des discours de bienvenue des gouverneurs ou autres autorités, comme le montrent les remarques de Ménandre le Rhéteur, et lors des assises, concours, fêtes qui faisaient affluer des visiteurs dans la cité23.

La revendication par la cité de sa beauté

  • 24 Voir III.1 sur l’existence de programmes concurrents au sein de la cité. D’une manière générale, un (...)

9Fondamentalement, on considérait que la communauté civique sortait renforcée, grandie de la construction d’un monument public. Cela n’exclut pas les rivalités au sein de la cité24 ; mais il faut d’abord d’étudier les composantes de ce qui fut un véritable idéal proposé à tous, parmi d’autres moyens de défendre sa cité à l’époque romaine, avant de constater comment dans telle ou telle cité des oppositions politiques s’exprimèrent par le biais de l’évergétisme édilitaire. Encore une fois, la singularité de la région étudiée ressort à l’effort de conception et de réflexion explicite sur l’intérêt du beau paysage urbain pour les communautés civiques, dans le cadre de l’hellénisme.

  • 25 D.Chr. 40.10 (trad. Cuvigny 1994 modifiée).
  • 26 D.Chr. 47.15.
  • 27 D.Chr. 27.13.
  • 28 Aristid., Or., 17.10-12, ainsi que 18.5 et 21.11.
  • 29 Aristid., Or., 19.10.
  • 30 D.Chr. 47.10.
  • 31 D.Chr. 45.16.
  • 32 Voir I.4.
  • 33 Voir l’inscription d’Orcistos à l’époque de Constantin (Chastagnol 1981) : ce lieu “comporte une gr (...)
  • 34 Paus. 10.4.1.

10Dion rappelle ainsi aux habitants de Pruse25 : “Sachez bien en effet que ce sont les constructions (τοῖς οἰκοδομήμασι), les fêtes, le droit de juger vous-mêmes vos affaires et de ne pas comparaître ailleurs, de ne pas payer tribut, comme, par exemple, un bourg, c’est tout cela qui exalte naturellement l’orgueil des cités (τὸ φρόνημα τῶν πόλεων), qui accroît la réputation (τὸ ἀξίωμα) d’un peuple et lui vaut une plus grande considération (τιμή) de la part des résidents étrangers ainsi que des autorités”. Les projets de Dion à Pruse ont pour but de lui donner des “édifices élevés dignes d’une grande cité”26, οἰκήματα ὑψηλὰ καὶ μεγάλης πόλεως ἄξια. L’idée est sous-jacente dans d’autres passages. Aelius Aristide dans son discours sur Cyzique, avant de parler du temple d’Hadrien parle de “la beauté des monuments publics, et de tout ce qui est construit, et de la grandeur de la cité”, κάλλη τοίνυν δημοσίων οἰκοδομημάτων καὶ τὴν ἅπασαν κατασκευὴν καὶ μέγεθος τῆς πόλεως27. Dans le discours sur Smyrne prononcé à l’occasion de la venue du gouverneur pour la célébration des Dionysia, en 157, Aelius Aristide vante les “ornements” de la cité, κόσμοι, et sa beauté, de manière insistante28. Il implore en 177 les empereurs Marc Aurèle et le jeune Commode “de compter à nouveau (Smyrne) au nombre des cités ; autrefois vous avez orné ses sanctuaires, à présent sauvegardez son apparence entière”29, εἰς πόλεων ἀριθμὸν αὖθις καταστήσατε, πρότερον μὲν τὰ ἱερὰ κοσμήσαντες αὐτῆς, νυνὶ δὲ τὸ πᾶν σχῆμα σώσαντες. Cette “apparence de cité”, σχῆμα πόλεως30, liée à l’existence de beaux monuments urbains, fait ainsi la différence selon Dion entre un bourg et une cité. Le contexte civique explique donc de manière riche l’exclamation de Dion à Pruse : l’embellissement de la cité est “une entreprise jugée belle, magnifique et utile à la cité”31. Pour un village, on l’a vu32, la promotion au statut de cité passe par la présence de bains et de monuments publics33. Le passage de Pausanias souvent cité sur les bâtiments nécessaires dans une cité doit être compris à partir de la définition culturelle et politique du terme κόσμος : “De Chéronée, il y a vingt stades jusqu’à Panopée, ville des Phocéens, si l’on peut désigner comme cité celles qui ne possèdent ni bâtiments administratifs, ni gymnase, ni théâtre, ni agora, ni eau descendant vers une fontaine, mais où l’on vit dans des abris dénudés comme des cabanes de montagne, sur un ravin. Néanmoins, ils ont des frontières avec leurs voisins, et ils envoient des délégués à l’assemblée phocienne”34. Le κόσμος chez Dion de Pruse, Aelius Aristide, comme chez Hérodien parlant de Byzance, est étroitement associé à sa τιμή de cité. Il conforte son statut et ses droits et concourt à garantir son avenir, dans l’esprit des penseurs de la seconde sophistique. Même un conservateur comme Pausanias pense ainsi : une cité, pour l’être vraiment, doit bien en avoir “l’apparence”.

  • 35 Halfmann 1979, no 17.
  • 36 Aristid., Or., 30.9.
  • 37 Rapprochement entre le personnage cité dans le discours et le proconsul de la province d’Asie de 10 (...)
  • 38 IPergamon, 553 (IGR IV, 501) ; des fragments supplémentaires et illisibles furent retrouvés par la (...)
  • 39 Halfmann [2001] 2004, 71-72.
  • 40 IPergamon, 436 (de la terrasse près du Grand Autel), 437 (la pierre a été déplacée), 438 (des abord (...)
  • 41 Robert 1937, 349 n. 1.
  • 42 Voir Robert 1937, 349 n. 1 pour cette inscription dont il restitue les dernières lignes ; TAM V, 2, (...)
  • 43 Laum, Stiftungen, no 100, l. 26-28.
  • 44 AE, 2002, 1385-6 ; SEG, 52, 1201-2.
  • 45 IK, 12-Ephesos, 425 et Add. p. 10, l. 7-10.
  • 46 IK, 13-Ephesos, 638. Pour ses réalisations, voir III.1.
  • 47 IK, 13-Ephesos, 633.
  • 48 IK, 15-Ephesos, 1545.
  • 49 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 110-111 (SEG, 34, 1110). Cette inscription peut être datée à grands trai (...)
  • 50 PME, I 84 ; Demougin 1999, no 137.
  • 51 Hepding 1907, 329-330 no 61 (IGR IV, 446).
  • 52 TAM V, 2, 978.
  • 53 TAM, V, 2, 980.
  • 54 IK, 12-Ephesos, 429.
  • 55 IK, 12-Ephesos, 500.
  • 56 IK, 13-Ephesos, 712b.
  • 57 Puech 2002, 471-472 no 260.
  • 58 Reynolds 1991, 26 no 1 et commentaire p. 19.
  • 59 IK, 13-Ephesos, 728. Nous suivons l’attribution des inscriptions à tel ou tel membre de la gens des (...)
  • 60 IK, 13-Ephesos, 892.
  • 61 IK, 17.1-Ephesos, 3063, l. 8-10.

11L’adoption de ces termes de κόσμος, κάλλος, dans les inscriptions honorifiques affichées dans l’espace urbain et votées par le Conseil et l’assemblée, marque que le sens politique civique de l’embellissement urbain n’était pas qu’une invention de rhéteur. Aelius Aristide suggère que des inscriptions en l’honneur de C. Antius Aulus Iulius Quadratus35 ont été affichées dans les bouleutèria, dans les théâtres, partout, “puisque tout a été orné par cet homme”36, ἐπεὶ καὶ πᾶν ὑπ’ἐκείνου κεκόσμηται37. Une souscription pour le gymnase conserve peut-être un don élevé de ce personnage38. H. Halfmann suppose également qu’en tant qu’amicus de Trajan, il aurait pu favoriser l’obtention par sa patrie d’une seconde néocorie39. Plusieurs inscriptions le qualifient d’évergète40. L. Robert avait déjà recensé quelques mentions du mot κόσμος dans une note des Études anatoliennes41 : à Thyatire, un curateur, L. Vedius Capito Glabrionianus, “a orné la cité par des constructions de monuments publics”42. L’action d’un évergète bâtisseur peut en effet être résumée en utilisant ces mots. On trouve à Aphrodisias dès l’époque julio-claudienne une phrase très évocatrice de ce type d’initiative : Aristoklès Molossos καὶ φιλοδοξεῖται διὰ τῶν κατασκευαζομένων ἐκ τοῦ βίου αὐτοῦ ἀναθημάτων ἀειμνημόνευτον43. Au ier ou au iie s., à une cinquantaine de kilomètres de Pergame dans une cité dont le nom demeure inconnu44, Ménodôros, le père de l’honorandus Ménodorianus, est évoqué pour son zèle “à se faire le bienfaiteur de sa patrie et à la parer”, προθυμίᾳ εὐεργετοῦντος καὶ κοσμοῦντος τὴν πατρίδα (l. 9-11). À Éphèse, Ti. Claudius Aristiôn à l’époque de Trajan “a orné notre cité à ses frais de nombreux et grands bâtiments”45, ou, d’après une autre inscription, il a “orné sa patrie de nombreuses et grandes offrandes”, πολ[λοῖ]ς καὶ μεγάλοις [ἀν]αθήμασιν κε[κοσ]μηκότα τ[ὴ]ν [πατρίδ]α46. À peu près à la même époque, le prytane P. Carsidius Pamphiliôn fut honoré pour les mêmes raisons47, de même que Ti. Claudius Secundus48 et un anonyme49. À Pergame, C. Iulius Maximus ( ?), chevalier50, fut honoré par le peuple dans le gymnase des néoi, pour avoir été un évergète “qui a toujours rivalisé par ses offrandes personnelles pour la beauté de la patrie”, ἀναθήμασιν ἰδίοις εἰς τὸ τῆς πατρίδος ἠμιλλημένον κάλλος αἰεὶ (l. 4-6)51. À Thyatire, selon les teinturiers qui ont décidé de lui élever une statue, Ti. Claudius Sokratès “a orné sa patrie par des offrandes de bâtiments”, ἔργων ἀναθήμασιν (…) τὴν πατρίδα κεκοσμηκότα (l. 11-14)52, éloge répété dans une autre inscription honorifique53. Sous Hadrien, P. Quintilius Valens Varius, le constructeur du petit temple de la rue des Courètes54 et de bains55 à Éphèse (la base de la statue a d’ailleurs été retrouvée dans la rue devant ces bains) fut honoré pour avoir “orné sa propre patrie de bâtiments nombreux et remarquables”56, [μ]εγάλοις καὶ ἐπισήμο[ις ἔργοις κ]ε[κ] οσμηκότα τὴν ἑαυ[τοῦ πατρίδα] (l. 19-20). À Aphrodisias, Ti. Claudius Zélos est qualifié, dans une inscription en l’honneur de son fils, de personne ayant “orné la cité de nombreux et grands bâtiments, à ses frais”, πολλοῖς καὶ μεγάλοις ἔργοις ἐκ τῶν ἰδίων κοσμήσαντος τὴν πόλιν (l. 17-22)57. Effectivement nous savons que cet évergète est intervenu au théâtre à l’époque d’Antonin le Pieux58. À Éphèse, entre 166 et 180, M. Claudius P. Vedius Antoninus Sabinus bénéficie d’une inscription honorifique se concluant dans les même termes (l. 27-29)59. Au iiie s., Claudia Caninia Seuera, ancienne prêtresse d’Artémis, fit également exécuter des travaux dans la cité : “elle a orné notre patrie de nombreux et grands bâtiments”60. Sous Sévère Alexandre, l’ensemble des constructions de colonnes pour des portiques de M. Fuluius Publicianus Niképhoros est résumée par une formule semblable61. Ce type d’éloge s’appliquait à des citoyens bienfaiteurs. La chronologie est significative : il se développe véritablement au début du iie siècle, en même temps que les sophistes et les rhéteurs précisent les valeurs liées à l’ornement de la cité.

  • 62 IK, 13-Ephesos, 621.
  • 63 Exemple remarquable dans IK, 30-Keramos, 14, d’époque augustéenne ou tibérienne : un legs servira ε (...)

12À partir de la fin du iiie s., cet éloge s’adresse à des administrateurs. À Éphèse, L. Artorius Pius Maximus, proconsul d’Asie sous Dioclétien, qui a dirigé la rénovation du gymnase auguste (le gymnase du port), est reconnu dans une inscription honorifique votée par le Conseil de la cité et le peuple, “avoir orné la patrie de nombreux et grands bâtiments”62. Du point de vue du vocabulaire, on note qu’ἀνάθημα sert également pour désigner l’ornement de la cité, à Kéramos, au début de l’époque julio-claudienne63. La chronologie de ces attestations va donc du ier s. à la Tétrarchie. Au ive s., les constructions, souvent décidées par des gouverneurs qui en reçoivent de ce fait l’éloge, sont qualifiées, dans les épigrammes, d’ajout d’un ornement à la cité. Il y a donc une continuité thématique dans l’appréciation de l’intérêt des monuments publics, de la fin de l’époque hellénistique et surtout de la fin du ier siècle, à la fin du ive s., en dépit des changement administratifs et politiques extérieurs aux cités, notamment sous la Tétrarchie et Constantin.

  • 64 Voir par exemple l’inscription en l’honneur de P. Quintilius Valens Varius (IK, 13-Ephesos, 712b) : (...)
  • 65 Voir encore une inscription provenant de l’agora commerciale, IK, 13-Ephesos, 795.
  • 66 Une femme a “orné la patrie par des nombreux et grands bâtiments et par des offrandes” (TAM, V, 2, (...)

13Dans plusieurs des inscriptions concernant des évergètes citoyens, la mention de leur action générale d’embellissement de leur patrie vient à la fin de l’inscription, après la mention de bienfaits, magistratures et liturgies64. À Éphèse, qui concentrait un grand nombre de notables capables financièrement d’intervenir dans la construction de plusieurs monuments, cette expression était particulièrement fréquente65. Thyatire est une cité où l’on retrouve plusieurs fois également cette formule66. Cette qualification de l’action d’un bienfaiteur dépasse le seul éloge d’un individu : c’est l’affirmation du fait que la cité est ornée de bâtiments publics, la revendication de la participation à un idéal commun. L’existence d’un beau paysage urbain et son accroissement sont revendiqués, littéralement inscrits, dans l’espace urbain ; tous peuvent voir la beauté de la ville et son ressaisissement, non par une faction ou un groupe, mais par les institutions qui votent les honneurs. Tout en énonçant l’embellissement de la cité, elles prouvent l’efficacité de cet idéal commun : ce point précis est une originalité asiatique. Pour cet idéal, Smyrne se posa – et fut reconnue – comme modèle.

Le cas de Smyrne

  • 67 Str. 14.1.37 : “et à présent, leur cité est la plus belle de toutes”. Nous avons vu (I, conclusion) (...)
  • 68 Aristid., Or., 23.
  • 69 Aristid., Or., 21.
  • 70 Luc., Im., 2. Pour le modèle urbain que représente Smyrne en Asie mineure occidentale, voir Pont 20 (...)
  • 71 Claud., Carm. Min., 2.
  • 72 Robert 1948b, 77-99 (les deux titres sont systématiquement associés) et Heller 2006, 222.
  • 73 IK, 24.1-Smyrna, 638 ; Puech 2002, 336-7, no 166 (avec traduction, reprise ici). Les restitutions d (...)
  • 74 Voir également l’inscription très fragmentaire IK, 24.1-Smyrna, 674.
  • 75 IK, 24.1-Smyrna, 665-7.
  • 76 IK, 24.1-Smyrna, 637 et 640.
  • 77 Herrmann & Malay 2003, 6-7 no 4 (SEG, 53, 1330).
  • 78 IK, 24.1-Smyrna, 633.
  • 79 Klose 1987, Caracalla R 14.
  • 80 Martyrium Pionii (éd. Robert 1994), 4.2.

14Des sources de toute nature s’accordent sur la beauté de la cité, dont le renom est universel. Déjà Strabon l’avait proclamée67 ; Aelius Aristide en a fait les éloges les plus chaleureux : dans la comparaison entre Smyrne, Éphèse et Pergame, la première l’emporte par sa beauté68. Décrivant la cité avant le tremblement de terre qui devait la ravager, il la qualifie de cité la plus belle d’Asie – pas seulement la province, mais le continent selon la dénomination des Anciens69 ; un contemporain, Lucien, se fait l’écho de la même appréciation70. Le poète Claudien, dans sa “description du port de Smyrne”, décrit la mer proche de la montagne qui crée le cadre extraordinaire de la cité71. Un titre de Smyrne fondé sur cet éclat, “ornement” de l’Ionie, n’est pas attesté avant sa troisième néocorie datant de la fin de l’année 21372. La cité, dans un décret honorifique pour Pomponius Cornelius Lollianus Hedianus, asiarque et rhéteur, porte le titre de [Ἡ πρώτη τῆς Ἀσίας κάλλει καὶ μεγέθει καὶ λαμπροτάτη καὶ μητρόπολις τῆς Ἀσίας καὶ τρίς] νεωκόρος τῶ[ν Σε]βαστῶν καὶ κόσμος τῆς Ἰωνίας κατὰ τὰ δόγματα τῆς ἱερωτάτης συνκλήτου Σμυρναίων πόλις, “la cité de Smyrne, [première cité d’Asie pour la beauté et la grandeur, très illustre métropole d’Asie, trois fois] néocore des Augustes et parure de l’Ionie selon les décisions du très saint Sénat”73. Le monument honorifique date de l’asiarchie de Lollianus, à la fin du règne de Caracalla. On retrouve cette titulature au cours du iiie s.74, dans des inscriptions honorifiques pour des athlètes75, des grands-prêtres du culte impérial provincial76, puis dans les années 240-250 dans une inscription honorifique pour Flauius Balbus Diogenianus qui fut proconsul d’Asie à une date qui reste inconnue77. La beauté de la cité, κάλλος, va de pair avec l’idée que Smyrne est la parure de l’Ionie78. Ce titre était officiel ; on le trouve également sur des monnaies (la mention “ornement de l’Ionie” est supprimée, mais reste “première par la beauté et la grandeur”)79. Pionios, enfin, y fait référence quand il harangue la foule sur l’agora de la ville80 en 250 : “Vous, qui tous vous vantez de la beauté de Smyrne…”, Ἄνδρες οἱ ἐπὶ τῷ κάλλει Σμύρνης καυχώμενοι.

  • 81 Heller 2006, 329-331, dont nous n’avons pu tenir compte dans Pont 2005.
  • 82 Voir Robert 1967b, 48-9 ; Collas-Heddeland 1993, 355-368 ; Burrell 2004, 359-371.
  • 83 Heller 2006, 329 n. 159.
  • 84 Haensch 1997, 267-272 ; Burrell 2004, 212.
  • 85 IK, 12-Ephesos, 212 ; lettre étudiée par Robert 1967b, 58-60.
  • 86 Philostr., VS, 2.18 [598].
  • 87 Les ruines ou les bâtiments vieux et mal entretenus sont réputés nuire à l’éclat de la cité : Plin. (...)

15Employé depuis les Sévères jusque dans les années 260, il semble, d’après la formulation de la première inscription, que ce titre a fait l’objet d’un accord de la part des autorités romaines, ce qui n’a pas été souligné jusqu’à présent. L’aspect apparemment rhétorique du titre peut d’abord en faire douter, mais sa valeur était grande et pouvait compenser d’autres manques – comme le titre de “première”, tout simplement, ainsi que l’a montré A. Heller81, que seule Éphèse aurait possédé. Il est fortement suggéré que tout comme le titre de néocore, celui d’“ornement de l’Ionie” fit l’objet d’une ambassade officielle de la part des Smyrniens82 : l’emplacement de la formule “selon les décisions du très saint Sénat” à la fin de la série des titres de Smyrne, juste après la mention du titre d’“ornement de l’Ionie” nous paraît sans ambiguïté. Ainsi Smyrne, dans la compétition pour les titres, réussit-elle du moins à se parer d’un élément original, en accord avec le Sénat et l’empereur qui seul, en dernier ressort, arbitrait ces décisions. Renvoyant à une idée importante, il était réellement valorisé ; on peut citer le parallèle de Tarse, “première, très grande, très belle”83, qui était aussi sans doute la capitale de la province de Cilicie84 : ces titres “esthétiques” faisaient donc l’objet d’une revendication de la part des cités les plus importantes d’une région. Pour les plus grandes cités, l’argument de la beauté pouvait donc être revendiqué pour fonder l’obtention d’un avantage devant les autorités romaines et surtout, pour paraître l’emporter sur les autres au sein du koinon. Smyrne n’était pas la seule sensible à cette reconnaissance. En 215, Caracalla écrivit à la capitale de l’Asie, refusant le droit aux Éphésiens d’avoir un troisième temple néocore du culte impérial, tout en leur permettant de compter une néocorie d’Artémis et de s’appeler trois fois néocores. Iulia Domna joint une lettre, où elle tente d’adoucir leur déception : son premier éloge en faveur d’Éphèse est qu’elle mérite particulièrement d’obtenir des bienfaits de la part de son fils, διὰ τὸ μέγεθος καὶ κάλλος85 (l. 3-4), “à cause de sa grandeur et de sa beauté” ; elle prétend ensuite qu’Éphèse est un παιδ[ευτήριον] (l. 5), une “école” de la seconde sophistique. Selon Philostrate, c’est dans cette cité que fleurissait le genre de l’éloquence ionienne86. Iulia Domna aimait à s’entourer de philosophes et de rhéteurs grecs : il n’est pas étonnant de retrouver des thèmes traditionnels de l’éloge des cités dans sa lettre. Cette reconnaissance par l’impératrice de la réputation culturelle d’Éphèse et de sa beauté était pour ses habitants un titre de gloire, même s’il ne pouvait compenser le refus de la néocorie impériale. Smyrne réussit à aller plus loin, en obtenant une néocorie impériale tout comme la reconnaissance officielle de la beauté de son paysage urbain, que Iulia Domna ne fait qu’évoquer avec politesse pour les Éphésiens (qui quant à eux sont tout de même “premiers”). Alors que la vie civique a trouvé comme vecteur non plus l’engagement dans des conflits armés mais, entre autres, l’expression de soi dans les monuments publics et leur décor, cette reconnaissance fonde une gloire réelle au sein du koinon d’Asie, premier horizon de la cité dans ce bassin culturel quand elle regarde hors d’elle-même. Ce qui nuit à la beauté de la cité finit donc par représenter une menace87.

Le désir de l’emporter en beauté sur les cités voisines

  • 88 Jones 1991. Voir Kek 1996, 282-288 et RPCO, 1114.
  • 89 Robert 1977a et Heller 2006.
  • 90 Str. 12.8.11.
  • 91 Macer, dig., 50.10.3. pr. : opus nouum priuato etiam sine principis auctoritate facere licet, praet (...)
  • 92 D.Chr. 40.11.
  • 93 Aristid., Or., 17.8.
  • 94 Aristid., Or., 21.11.
  • 95 Claud., Carm. Min., 2.
  • 96 Aristid., Or., 21.13.
  • 97 Aristid., Or., 21.7.
  • 98 Aristid., Or., 23.13. Voir Fig. 7 pour la forme caractéristique de l’Acropole de Pergame, qui expli (...)
  • 99 Aristid., Or., 26.97.
  • 100 Cette interprétation de type économique conduit à délaisser des enjeux culturels et politiques plus (...)

16Le discours sur l’arrivée de l’eau à Pergame par Aelius Aristide en 177 a été mis en relation par Chr. P. Jones88 avec un type monétaire éphésien, représentant le Caÿstre et le Kenchréios, qui devait faire référence à une circonstance similaire. Cet esprit de rivalité est bien connu également par l’exemple des titulatures de Nicée et de Nicomédie, analysé par L. Robert et grâce au travail d’A. Heller89. Les titres, mais aussi le paysage urbain nourrirent cette tendance ; dès l’époque augustéenne, on le sent dans cette remarque de Strabon, sur Cyzique : “la ville est digne de rivaliser avec les plus importantes d’Asie par sa grandeur et sa beauté, ainsi que pour l’excellence de sa législation regardant la paix et la guerre”90, ἔστι δ’ἐνάμιλλος ταῖς πρώταις τῶν κατὰ τὴν Ἀσίαν ἡ πόλις μεγέθει τε καὶ κάλλει καὶ εὐνομίᾳ πρός τε εἰρήνην καὶ πόλεμον. Une législation impériale ponctuelle et aux dispositions vagues au regard du problème des rivalités ne peut servir à attester qu’il s’agit d’un fait d’époque impériale qui serait une forme dégradée de la vie civique91. La compétition est un fait culturel inhérent à l’hellénisme. Il faut donc analyser ce type de comportement dans le contexte culturel grec favorisant l’ornement de la cité à l’époque impériale. La comparaison avec les autres cités est fréquemment explicite. Dion de Pruse explique à ses concitoyens, frappés d’une étrange aboulie en matière d’entreprises édilitaires, qu’il faut se comparer aux autres cités et essayer de les égaler : “Une cité, on ne doit ni la mutiler, ni la ravaler à son propre niveau, ni la mesurer à l’aune de son âme, s’il se trouve qu’on a l’âme mesquine et servile, surtout avec les exemples que l’on a, je veux dire Smyrne, Éphèse, et, plus loin, Tarse et Antioche”92. Les cités les plus belles servent d’exemple, παράδειγμα, pour leurs voisines ou des cités plus éloignées. Ainsi Éphèse τηλεφάνης, dans l’épigramme en l’honneur de Messalinus, est typiquement une cité au rayonnement régional, voire davantage ; Smyrne a un rayonnement méditerranéen, Aelius Aristide parle à son égard de “modèle de cité”, παράδειγμα πόλεως93, de cité qui était un “modèle de beauté”, ἐδόκει παράδειγμα κάλλους ἡ πόλις εἶναι94, tandis que la courte pièce en vers composée par Claudien en latin pour décrire son port montre son rayonnement jusqu’en Occident95. Smyrne est “la couronne de l’Ionie”96, la cité qui faisait briller le nom de l’Asie97. Pergame est quant à elle “un sommet commun pour toute la province”, κοινή τις κορυφὴ τοῦ ἔθνους. Ces images sont frappantes et habilement choisies : le port de Smyrne la fait ressembler topographiquement à un cercle, à une couronne, avec les montagnes qui surplombent le site ; tandis que Pergame se distingue par son acropole qui domine de loin la plaine, “acropole d’une grandeur remarquable, splendide d’aussi loin qu’on la voit, de tous côtés”98, ἀκρόπολις μὲν αὕτη τοσαύτη τὸ μέγεθος, πόρρωθεν ἀστραπτουσα ἀπὸ πάσης εἰσόδου. Aelius Aristide dans l’Éloge de Rome se réjouit que les cités “rivalisent pour paraître la plus belle et la plus agréable possible”99. L’ensemble des remarques d’Aelius Aristide, celles de Dion de Pruse ainsi que l’examen des sources épigraphiques a montré que cette rivalité s’inscrivait dans un contexte culturel et politique précis, et qu’il ne fallait pas y voir une simple lutte pour l’apparence de la prospérité100, qui cacherait le vide de la vie civique d’époque romaine.

  • 101 Aristid., Or., 25.55.
  • 102 Behr 1981, 360 n. 1.
  • 103 Aristid., Or., 20.18.
  • 104 Aristid., Or., 20.17.
  • 105 Aristid., Or., 19.12 et 20.12. D’après Behr 1981, 360 n. 18, ces tremblements de terre ont pu avoir (...)
  • 106 Reynolds 1982, no 21 ; Oliver 1989, no 281.

17La comparaison avec les cités voisines est naturelle. Elle témoigne aussi de la conscience d’appartenir à un ensemble culturel commun, ce qui crée un devoir d’entraide de la part des autres cités lorsque l’une d’elles est frappée par un tremblement de terre. Rhodes reçut de l’aide lorsqu’elle fut ravagée par un séisme en 142101. Mais le cas le plus remarquable est celui de Smyrne, et la manière dont Aelius Aristide a pu concourir à sa reconstruction. L’appel à l’aide des empereurs est bien connu ; mais les autres cités apportèrent également leur concours. D’après Aelius Aristide, qui prononce en 178 un discours devant le koinon102, “toutes les races qui remplissent notre Asie ont cherché comme un honneur commun en faveur de notre cité, à relever les plus grands de ses anciens monuments”, πάντα γὰρ τὰ ἔθνη τὰ πληροῦνθ’ ἡμῖν τὴν Ἀσίαν φιλοτιμίαν κοινὴν φιλοτιμεῖται πρὸς τὴν πόλιν, τὰ κράτιστα τῶν ἀρχαίων ἀνιστάντα103. Cette aide est comparée au secours que l’on serait heureux d’apporter à un membre de sa famille dans le besoin104, d’autant plus que Smyrne auparavant s’était portée au secours de plusieurs cités frappées par des famines ou détruites par des tremblements de terre105. Des liens de solidarité doivent donc exister entre cités, dans le cadre du koinon, pour faire face aux malheurs imprévus. L’aide régionale paraît avoir été assez systématiquement mise en œuvre. En 243, Gordien III adresse une lettre aux Aphrodisiens pour qu’ils aident Laodicée du Lycos voisine après un malheur, un tremblement de terre probablement106. L’Asie (c’est-à-dire le koinon dont il convient de réapprécier le rôle et l’importance dans le règlement des relations entre les cités d’Asie) a pris la résolution d’aider Laodicée, τὸ τῆς Ἀσίας βούλευμα (l. 3) ; l’empereur invite les Aphrodisiens à se joindre à cette “action philanthropique”, φιλανθρώπου πράξεως (l. 5), qui ne porte pas atteinte à leur statut de cité libre, c’est-à-dire, en ce qui concerne Aphrodisias, en dehors de la formula prouinciae. Aussi le motif de la communauté culturelle est-il le plus puissant pour mobiliser les Aphrodisiens : l’empereur les invite à prendre part à la construction de quelque bâtiment (l. 6). Il existait donc des formes d’entraide qui passaient par la coopération entre cités grecques, au nom d’un certain bien commun. L’attitude des Aphrodisiens et le fait qu’ils reçoivent une lettre impériale n’infirment pas cette hypothèse : les Aphrodisiens n’ont à dialoguer d’égal à égal qu’avec l’empereur ; cependant que leur attitude prouve a contrario que les autres cités d’Asie ont aidé Laodicée.

  • 107 D.Chr. 38.47.

18Le paysage urbain apparaît donc comme un facteur de rivalité, mais aussi comme un idéal dont les plus belles donnent l’exemple et qui peut être partagé. Finalement, ce système est profitable à chaque communauté civique car la beauté de l’une rejaillit sur l’autre et donne un sentiment d’appartenance à une culture commune : selon Dion, la concorde avec Nicée permettra aux Nicomédiens de se vanter eux aussi de la beauté de la ville devenue sœur107. Il faut concevoir l’idée, étrangère à notre mode de pensée, que la concorde entre les cités, une origine et une culture communes, autorisaient les unes et les autres à se réclamer de la beauté des plus prestigieuses d’entre elles, et que cette proclamation avait un effet réel dans l’imaginaire des habitants de ces cités d’Asie mineure occidentale ; ils étaient véritablement plus fiers d’habiter leur cité, et d’être voisins de Smyrne ou d’Éphèse. L’examen des relations entre cités d’après le regard qu’elles portent sur leurs monuments publics montre que pour ces Grecs, le paysage urbain constitue bien un point d’ancrage essentiel à l’époque romaine de la fierté commune, à la fois dans un sens large, au sein de la culture grecque, et précis, dans le contexte civique.

Rivalités et coopérations entre cités : construire, ou non, des temples néocores

  • 108 Sartre 1991, 114-115.
  • 109 Voir aussi Fernoux 2004, 359. Cela, évidemment, n’est pas propre à l’Asie ni à l’Orient : partout l (...)
  • 110 Nous employons cette formule car Collas-Heddeland 1993, 275 notamment, insiste sur le fait que tout (...)
  • 111 D.Chr. 38.41.
  • 112 Voir par exemple les remarques de Campanile 1994, 9-13, qui établit un modèle général où à la premi (...)
  • 113 Stephan 2002, 178-198, au contraire, se fondant sur les frappes de monnaies par le koinon, très int (...)
  • 114 Burrell 2004 et Heller 2006, 180-185 apportent des précisions décisives ; il convient cependant de (...)
  • 115 Ce constat rend caduque une bonne partie du bilan de P. Barresi sur les constructions du temple du (...)

19Au sein du koinon s’exprimaient donc des identités civiques concurrentes, mais aussi une certaine entente autour d’une idée commune de l’hellénisme. Il était le cadre de célébrations cultuelles communes et jouait un rôle d’arbitrage entre cités108 Du point de vue qui nous occupe, l’obtention d’une néocorie et la célébration des fêtes qui lui étaient liées conduisaient des notables de toute la province à agir en évergètes dans la cité où s’exerçait leur grande-prêtrise109. Cela montre, s’il en était besoin, que l’évergétisme n’avait pas grand-chose à voir avec l’économie et une distribution des richesses, puisque par définition ce sont les grandes cités possédant un temple du culte impérial de niveau provincial110 qui profitaient des actes évergétiques de notables originaires d’autres cités, parfois modestes. Par ailleurs, une remarque de Dion de Pruse, qui en dehors de ce contexte est incompréhensible, s’explique de cette manière : la concorde est un moyen d’augmenter la beauté de la cité de Nicomédie, car les évergètes de Nicée feront des dépenses dans les deux villes : “il y a chez eux un homme riche : il financera aussi chez vous”111. Cet argument ne fonctionne qu’à Nicomédie, seule cité néocore en Bithynie au moment où Dion s’exprime, et lieu où est prononcé le discours. Ce constat contribue à expliquer aussi l’appétit des cités pour le titre de néocore : ce titre leur procurait des avantages très concrets et un afflux de richesses d’origine extérieure. Ce système fonctionnait bien, dans la mesure où les notables issus des autres cités trouvaient dans l’exercice de fonctions au sein du koinon un tremplin pour une carrière au-delà de l’horizon de leur cité d’origine112. Une cité possédant un temple du culte impérial de niveau provincial montre donc sa loyauté vis-à-vis de l’empereur, elle affirme son rang vis-à-vis de ses congénères, mais l’ensemble des cités du koinon retire aussi des bénéfices de l’obtention par l’un de ses membres d’un tel titre (le prestige de l’une tendant à rejaillir sur les autres, les rivalités et jalousies étant bien réelles mais néanmoins pas omniprésentes). L’obtention d’une néocorie par une cité du koinon put ainsi un temps être comprise comme un bénéfice pour tous113, ce qui va de pair avec la construction de temples souvent imposants par leurs dimensions, coûteux, et financés par tous : il convient de préciser un certain nombre d’aspects de ce point de vue114. Une relecture attentive des sources conduit au constat inattendu que le droit de rendre un culte à l’empereur au niveau provincial n’a pas signifié à chaque fois, et même a signifié de moins en moins, la construction effective d’un temple néocore. Cette évolution n’était pas liée à un contexte économique défavorable, comme le montre le nombre élevé de constructions d’autres bâtiments à l’époque des Sévères. Ce constat très concret115, aux multiples incidences, va guider l’organisation de notre réflexion.

D’Auguste à Hadrien : le lien entre l’obtention d’un culte impérial de niveau provincial et la construction d’un temple

Sous les Julio-Claudiens

  • 116 D.C. 51.20.6-7 : “Octave autorisa (ἐπέτρεψε) les étrangers qu’il appelait “Grecs” à lui consacrer u (...)
  • 117 Price 1984, cat. no 19 et 100.
  • 118 Suda, s. v. Τήλεφος. Les livres sur Pergame sont énoncés sous ce titre : Περιήγησιν Περγάμου, Περὶ (...)
  • 119 Sur les monnaies représentant les temples de Pergame et de Nicomédie, voir Tuchelt 1981, 185 ; mais (...)
  • 120 RPC I, 2217 et 2219. Voir Collas-Heddeland 1993, 28-29 ; Burrell 2004, 19 type 1.
  • 121 Claude (RPC I, 2221 et Burrell 2004, 19 type 2 et n. 21 ; cette monnaie fut émise à Éphèse) ; Nerva (...)
  • 122 RPC I, 2355-8 et 2364 (avec quatre ou six colonnes) ; voir Burrell 2004, 19 type 3. Sur RPC 2364 (a (...)
  • 123 RPC I, 2366 et 2369 ; voir Burrell 2004, 20 type 6.
  • 124 RPC I, 2370, voir Burrell 2004, 20 type 7.
  • 125 RPC I, 2372, voir Burrell 2004, 20 type 8.
  • 126 RPC II, 918 (au revers, Auguste dans un temple tétrastyle, avec en légende ΘΕΟΝ ΣΕΒΑΣΤΟΝ ΠΕΡΓΑΜΗΝΩΝ (...)
  • 127 SNG von Aulock 7502 (Burrell 2004, 22 types 10-12).
  • 128 Tac., Ann., 4.55.
  • 129 S’agit-il du temple au centre de l’“agora” civile d’Éphèse, ou de celui qui se trouve entre l’odéon (...)

20L’initiative des cités grecques prélude toujours à l’obtention du droit de rendre un culte de niveau provincial à l’empereur et de construire un temple à cet effet : dès l’origine, il en fut ainsi, comme le montrent les récits de Dion Cassius et de Tacite116. Le Sénat et l’empereur octroient ensuite, éventuellement, la permission. Pergame en Asie et Nicomédie en Bithynie117 furent les premières concernées. Le temple d’Auguste à Pergame devait être particulièrement beau : un érudit pergaménien du iie s., Téléphos, a écrit deux livres “Sur le Sébastéion de Pergame”118. Sur des monnaies d’argent119, des types évoquent ce temple, à l’époque augustéenne120, puis sous Claude, Nerva et Trajan avec au revers un temple distyle, à l’intérieur l’empereur et Tychè le couronnant, avec la légende COM(mune) ASIAE et l’inscription dans l’architrave du temple ROM(ae) ET AVG(usto)121. D’autre part, des monnaies de bronze, émises par la cité, montrèrent ce temple à plusieurs reprises, sous le règne d’Auguste122, puis sous celui de Tibère123, de Claude124, de Néron125, de Domitien126 et enfin de Trajan127. Le temple de Pergame a donc suscité la fierté de la cité comme de la province, l’ensemble des cités du koinon ayant contribué à le financer. Tacite remarque même que l’existence de ce temple assure suffisamment de gloire à la cité pour qu’on écarte sa candidature pour la construction d’un temple de Tibère128. D’après le même extrait de Dion Cassius, la construction d’un temple de Rome et Jules César fut accordée par Octave à Nicée et à Éphèse : les citoyens romains des deux provinces pourraient leur rendre un culte. L’identification du temple localisé à Éphèse, à partir des sources épigraphiques, fait l’objet de débats129. Il n’apparaît pas sur les monnaies de la cité.

  • 130 Price 1984, cat. no 45. Tac., Ann., 4.56 : les raisons qui permettent à Smyrne de l’emporter, comme (...)
  • 131 RPC I, 2469 (au rev. Tibère en toge, dans un temple à quatre colonnes, légende ΣΕΒΑΣΤΟΣ ΤΙΒΕΡΙΟΣ ; (...)
  • 132 Brunt 1961, 220.
  • 133 Tac., Ann., 4.15.
  • 134 Aristid., Or., 19.13.

21Sous Tibère, Smyrne obtint le droit de construire un temple dédié à l’empereur, Livie et le Sénat130, que représentèrent plusieurs monnaies de bronze émises par la cité131. Comme il était normal, la demande provint des cités d’Asie. Le koinon avait en effet poursuivi le gouverneur Caius Silanus en 22 et le procurateur d’Asie Lucilius Capito en 23132 ; ayant obtenu gain de cause, il voulut manifester sa reconnaissance pour le prince, comme le raconte Tacite133. La compétition entre les cités d’Asie s’inscrit donc dans un contexte de reconnaissance générale envers le prince pour sa justice. Le koinon protège les intérêts de ses membres devant le Sénat et l’empereur. Il participe ensuite au financement de la construction du temple. La rivalité des cités pour obtenir de construire ce temple sur leur territoire est alors secondaire par rapport à cette action commune, et le temple est le résultat d’un succès commun. Un siècle et demi plus tard, Aelius Aristide, après le tremblement de terre qui a ravagé Smyrne en 177, mentionne ce temple désormais détruit, qui montrait autrefois la fortune de la cité, et à présent symbolise son malheur. Aelius Aristide émet même l’hypothèse que l’Asie pourrait aider à la restauration de ce temple : cette proposition est logique dans la mesure où le koinon avait concouru à sa construction134. Elle vient au terme d’un discours où sont évoquées les mesures que peuvent prendre les empereurs et l’aide que l’on peut attendre de l’Asie.

  • 135 Herrmann 1989 considère qu’il faut croire Dion et que le temple de Caligula devait être le temple d (...)
  • 136 D.C. 59.28.1.
  • 137 Didyma, 148 (l. 4-6 : ἐπὶ ἀρχιερέως Γναίου Οὐεργιλίου Καπίτωνος τοῦ μὲν ἐν Μειλήτωι ναοῦ Γαΐου Καίσ (...)
  • 138 Γάιος δὲ ἐν τῇ Ἀσίᾳ τῷ ἔθνει τέμενός τι ἑαυτῷ ἐν Μιλήτῳ τεμενίσαι ἐκέλευσε· ταύτην γὰρ τὴν πόλιν ἐπ (...)
  • 139 Émission monétaire modeste de bronze ayant pour type de revers un temple hexastyle, sous Caligula ((...)

22Le cas de Milet sous Caligula est plus incertain ; la bibliographie135 se fonde sur un passage de Dion Cassius136 et une inscription citant Cn. Vergilius Capito comme grand-prêtre du temple de Caligula à Milet137. Selon Dion Cassius, “Caius ordonna qu’on lui élève à Milet, dans la province d’Asie, une enceinte sacrée ; il avait choisi cette cité parce que, disait-il, Artémis s’était déjà approprié Éphèse, Auguste Pergame et Tibère Smyrne ; la vraie raison, c’est qu’il voulait s’emparer pour son usage personnel du temple, imposant et magnifique, que les Milésiens construisaient pour Apollon”138. Avec Caligula se produisit donc une innovation, si l’on suit Dion Cassius : on ne lui construisit pas un nouveau temple et l’empereur fut associé à un dieu éminent de la cité139.

Sous les Flaviens

  • 140 Voir Collas-Heddeland 1993, 75.
  • 141 Burrell 2004, 100-102.
  • 142 Howe et al. 1986 et déjà Price 1984, cat. no 58.
  • 143 Howe et al. 1986, 48.
  • 144 Howe et al. 1986, 63-64 ; sur l’inscription des néopes du sanctuaire de Didymes, cf. Robert 1949, 2 (...)
  • 145 SNG von Aulock 3137, SNG Cop. 505, RPC II 1305-1306.
  • 146 RPC II 1308.
  • 147 Buttrey et al. 1981, no 252, temple hexastyle, daté d’entre 80 et 100 ; ibid., no 255 (temple hexas (...)
  • 148 Burrell 2004, 102 : selon elle, rien ne prouve qu’il s’agit d’un temple du culte impérial. Or il no (...)

23L’époque flavienne se distingue par la construction de deux temples, semble-t-il, du culte impérial de niveau provincial. Le premier, dont l’identification reste toutefois hypothétique, fut peu pris en compte dans la bibliographie140 jusqu’à l’ouvrage de B. Burrell141, alors que la publication des fouilles de ce temple localisé à Sardes date de 1986142. Ce temple pseudodiptère se trouve au pied de l’Acropole de Sardes, sur la même terrasse que le théâtre et le stade, selon la même orientation qu’eux. Il aurait été commencé à l’époque flavienne, mais les fouilleurs ont constaté qu’il était resté inachevé, et gisait en ruines dès le milieu du iie s.143. L’identification éventuelle comme un sanctuaire du culte impérial provincial repose sur la découverte d’un bloc de fronton, comportant le nom d’Adramytion, Ἀδραμύτηον. Comme à Milet d’après l’inscription des néopes144 énumérant des émissaires de cités des différents conuentus d’Asie, le nom de cette cité sur un temple suggère une implication du koinon – donc un sanctuaire impérial de niveau provincial. Cette hypothèse peut être confortée par des émissions monétaires datées précisément du proconsulat de T. Clodius Eprius Marcellus, entre 70 et 73. Plusieurs de ces pièces sont “pseudo-autonomes”, c’est-à-dire qu’au droit figure un emblème civique et non le buste de l’empereur : en l’occurrence, un buste d’Athéna avec casque et égide. Au revers, le type représente un temple tétrastyle, avec en légende le nom des habitants de Sardes et du proconsul145. Ce revers est associé une fois à un droit figurant la tête de Vespasien146, puis des pièces datées d’entre 80 et 120 sont émises avec au droit, le buste du Sénat, et au revers, un temple à quatre ou six colonnes147. Les émissions monétaires confirment l’hypothèse d’un temple du culte impérial, de niveau provincial, car elles sont précoces par rapport aux émissions monétaires portant au revers des temples de la divinité tutélaire de la cité ; les thèmes choisis sont en rapport avec la construction d’un tel temple. La formule mise en œuvre à l’époque augustéenne à Pergame et à Nicomédie, puis à Smyrne sous Tibère paraît similaire aux circonstances de la construction du temple de Sardes : le koinon fut impliqué dans la construction d’un temple nouveau et ambitieux, au sein de la cité finalement choisie pour cet honneur148.

  • 149 Price 1984, cat. no 31. Burrell 2004, 61-66 : selon elle, cette néocorie aurait été obtenue puis pe (...)
  • 150 Détails architecturaux et références bibliographiques dans Scherrer 2000, 92.
  • 151 Respectivement, il s’agit des inscriptions IK, 12-Ephesos, 241, IK, 15-Ephesos, 1498, IK, 12-Epheso (...)
  • 152 Voir Robert 1967b, 50 n. 3.
  • 153 IK, 12-Ephesos, 237.
  • 154 IK, 12-Ephesos, 233 ; Reynolds 1982, no 42.
  • 155 Voir un commentaire détaillé de ces inscriptions du point de vue de l’usage des titres dans Heller (...)

24La construction du temple de Domitien à Éphèse eut lieu à l’occasion de l’obtention par la cité de sa première néocorie149. Le temple domine l’ouest de la place civile du haut d’un podium qui comportait deux étages150. En 90 lors de l’inauguration de ce temple en l’honneur de Domitien (puis de son père à cause de la damnatio memoriae de Domitien), des dédicaces furent réalisées par des cités du koinon. Il s’agit de cités des différents conuentus de la province d’Asie, dont dix noms (sur treize conuentus) sont connus : Tmôlos, du conuentus de Sardes, Hyrkanoi des Césariens Macédoniens, Kymè, Silandos, Clazomènes, Aizanoi, Synaos, Kérétapa, Téos en plus d’un peuple dont le nom est perdu151. Après la dédicace à l’empereur, puis la citation du nom du peuple au nominatif, vient la mention du temple : ναῶι τῶι ἐν Ἐφέσωι τῶν Σεβαστῶν κοινῶι τῆς Ἀσίας152, “pour le temple des Augustes commun à l’Asie, à Éphèse”. Deux autres cités ont apporté leur hommage, bien qu’au sens strict elles fussent hors de la formula prouinciae : Stratonicée de Carie153 et Aphrodisias154. Elles prennent soin de spécifier leurs titres : ἐλεύθερος ὢν καὶ αὐτόνομος ἀπ’ἀρχῆς. Ce statut fait que leur hommage a une tonalité particulière, celle de la piété envers les empereurs et de la bienveillance envers le peuple néocore d’Éphèse, διά τε τὴν πρὸς τοὺς Σεβαστοὺς εὐσέβειαν καὶ διὰ τὴν πρὸς τὴν νεωκόρον Ἐφεσίων πόλιν εὔνοιαν (l. 12-15 de l’inscription de Stratonicée de Carie, formule identique l. 11-14 de l’inscription d’Aphrodisias)155.

  • 156 Reynolds 1982, no 14.
  • 157 Voir D.Chr. 35.17 et le commentaire dans Heller 2006, 183.

25Il est difficile de conclure si dans le cas des deux cités libres cette dédicace implique une participation financière à la construction du temple. Au début du iie s., un Aphrodisien, Ti. Iulianus Attalos, qui vivait semble-t-il à Smyrne, fut dégagé par l’empereur Trajan de l’obligation de toute liturgie à l’égard du temple néocore de la cité, à cause du statut de sa cité d’origine, exclue de la formula prouinciae, ἐξῃρημένης τῆς πόλεως καὶ τοῦ τύπου τῆς ἐπαρχείας156. Le statut de la cité pouvait donc vraisemblablement la dispenser de la participation obligatoire aux frais du koinon. Néanmoins, les deux inscriptions mettent également en valeur la bonne grâce dont ont fait preuve Aphrodisias et Stratonicée : ἰδίᾳ χάριτι indique la bonne volonté que d’elles-mêmes ces cités ont manifesté pour participer à la construction commune. Cela sous-entend que le commun des cités pérégrines incluses dans le koinon, à partir du moment où la décision avait été prise dans l’assemblée provinciale de demander le droit pour l’une d’entre elles de rendre un culte de niveau provincial à l’empereur et que ce privilège avait été accordé, était tenu de participer aux frais engendrés (construction du temple comme dépenses du culte)157. Aphrodisias comme Stratonicée, par l’intermédiaire de ces dédicaces, ne perdent pas l’occasion de manifester leur loyauté ainsi que d’étaler leurs titres et privilèges ; mais elles mettent également en scène leur générosité (d’une manière assez orgueilleuse car il n’était guère envisageable sans doute qu’elles refusent de participer à cette entreprise). Dans le cas des autres cités, les dédicaces de cités des différents conuentus montre que le koinon a été partie prenante des travaux.

Le temple de Zeus Philios et Trajan de Pergame

  • 158 Price 1984, cat. no 20. Burrell 2004, 22-30.
  • 159 BMC 262 ; SNG Cop. 475-476 (Zeus assis sur un trône, Trajan debout) ; Vögtli 1993, no 371. On trouv (...)
  • 160 Vögtli 1993, no 373 ; voir Burrell 2004, 25 type 13.
  • 161 Halfmann 1979, no 17.
  • 162 IPergamon, 269.
  • 163 Burrell 2004, 23 : elle propose que cette épithète divine aurait un rapport avec la valeur de l’ami (...)
  • 164 Wulf 1994, 154 et 166 en particulier. Voir le plan de Pergame.
  • 165 Aristid., Or., 53.2.
  • 166 Price 1984, 155-156.

26Pergame obtint une deuxième néocorie sous Trajan. Elle fut la première à recevoir ce double titre. Après le Sébastéion, elle s’appliqua donc à la construction du temple sur l’Acropole, dédié à Zeus Philios et Trajan158. Chronologiquement, le décalage avec Éphèse marque la rivalité qui s’installe dans les rapports entre les deux cités, tandis que les cités de plus petite taille, qui ne pouvaient pas rivaliser avec Éphèse, Pergame, ou Smyrne, prêtaient plus volontiers leur concours à l’illustration commune du koinon par l’obtention d’un titre pour l’une de ces très grandes cités. Comme à Éphèse, un ambitieux programme de rénovation de plusieurs bâtiments de la cité (le gymnase des néoi, le temple de Déméter) fut mis en œuvre – cette fois aux frais des notables de la cité, ce qui marque bien que malgré tout la cité récipiendaire de l’honneur devait d’une manière ou d’une autre engager davantage de dépenses que ses voisines. Le temple lui-même est représenté sur plusieurs monnaies de bronze de l’époque de Trajan, avec Zeus Philios et Trajan à l’intérieur159. Une autre monnaie exprime cette fierté d’avoir, la première, deux titres et deux temples magnifiques leur correspondant : au droit, on voit un temple tétrastyle, avec à l’intérieur Zeus Philios assis et devant lui Trajan, au revers un temple tétrastyle avec la légende ΘΕΑ ΡΩΜΗ ΚΑΙ ΘΕΩ ΣΕΒΑΣΤΩ160. Ce temple fut fondé en 114, alors qu’en 109-110, C. Antius A. Iulius Quadratus, originaire de Pergame, avait été proconsul d’Asie161. C’était un proche de Trajan, qui put agir en faveur de la cité. Plusieurs inscriptions en son honneur furent retrouvées à proximité du Traianeum. Le temple est appelé dans une inscription en latin, templum Iouis amicalis et [Imp. Caes. diui Neruae f. Ne]ruae Traiani Augusti Germanici Dacici [pontificis maximi]162. Philios n’est pas une épiclèse traditionnelle de Zeus163. Le temple fut construit sur l’Acropole, en marbre blanc, alors que les autres bâtiments – notamment le palais des Attalides – étaient en andésite, de couleur grise. Visible de loin, il domine la cité, et détermine l’un des axes principaux de la ville qui s’étend désormais dans la plaine164. En l’absence de sources appuyant une telle présomption, il n’y a pas lieu de penser que l’empereur fit preuve d’évergétisme pour la construction du temple. Les mécanismes du financement furent sans doute habituels. Une soixantaine d’années plus tard, un passage du discours d’Aelius Aristide sur l’arrivée de l’eau à Pergame indique que le nom sous lequel on désignait ce temple n’était pas celui de Trajan (contrairement à ce que les archéologues ont pris l’habitude de dire), mais celui de Zeus Philios : il parle des “ornements publics comparables à ceux qui accompagnent Philios”, περὶ τὸν φίλιον165. Finalement, le dieu traditionnel (bien que son épiclèse ne fût pas pergaménienne) l’a emporté sur l’empereur, parèdre de Zeus. D’après S. Price166, la subordination de l’empereur à Zeus était exprimée en termes architecturaux et iconographiques, dans la mesure où d’après les monnaies Trajan paraît avoir une attitude de dévotion vis-à-vis de Zeus. Le temple de Trajan et Zeus Philios est un cas limite entre deux possibilités : la construction d’un temple entièrement nouveau pour l’empereur, formule adoptée plusieurs fois au premier siècle, et l’utilisation d’un temple d’un dieu traditionnel pour y adjoindre le culte impérial. Cette solution était appelée à se développer au deuxième siècle.

Les temples d’Hadrien de Cyzique, Smyrne et Éphèse

  • 167 Price 1984, cat. no 17.
  • 168 Price 1984, cat. no 46.
  • 169 Barattolo 1995.
  • 170 Voir en dernier lieu, SGO II, 08/01/30 et notre bilan en I. 1. Voir Pont 2008b pour la réfutation d (...)
  • 171 D.C. 70.4.
  • 172 Burrell 2002, contra Price 1984, 153-155.
  • 173 Antonin le Pieux (RPCO, 670, 2321-2) ; Lucius Verus (RPCO, 2331) ; Commode (RPCO, 729 et 3057) ; Go (...)

27Le règne d’Hadrien marque les trois derniers cas de construction d’un temple liée à l’attribution d’une néocorie, réellement attestés. À Cyzique167 comme à Smyrne168, la solution adoptée paraît proche de celle de Pergame pour Trajan, tandis que le cas d’Éphèse reste mal connu malgré une abondante bibliographie. Selon A. Barattolo169 le temple de Cyzique aurait été fondé en 123, inauguré en 138, et toute l’Asie, d’après l’épigramme copiée par Cyriaque d’Ancône, contribua à la construction du bâtiment, comme il est normal, sans qu’aucune autre source de financement, encore une fois, ne soit attestée170. Après un tremblement de terre171, le temple fut restauré et Aelius Aristide prononça à la fin de l’été 166 un discours à l’occasion de l’achèvement des travaux. Il nous semble que le problème des divinités auxquelles ce temple était destiné a désormais été tranché de manière satisfaisante par B. Burrell : comme à Éphèse et Smyrne, il s’agit bien d’un temple d’Hadrien et non de Zeus et d’Hadrien172. Aucune source ne permet en réalité de fonder la communis opinio selon laquelle Zeus aurait été associé à l’empereur, et toutes parlent d’un temple impérial. Les émissions de monnaies civiques en bronze ne donnent pas d’indication supplémentaire, contrairement au temple de Zeus Philios et Trajan à Pergame où les deux divinités étaient représentées de manière hiérarchisée : entre Antonin le Pieux et Gordien III, les revers ont pour type un simple temple à huit colonnes, avec la légende ΚΥΖΙΚΗΝΩΝ ΝΕΩΚΟΡΩΝ173, exprimant la fierté de la cité pour ce temple et le titre qui l’accompagne.

  • 174 Burrell 2004, 42-48.
  • 175 Voir Millar 1977, 421 pour une autre solution.
  • 176 IK, 24.1-Smyrna, 697, l. 33-42.
  • 177 Philostr., VS, 1.25 [531] : νεὼς τηλεφανὴς ὁ ἐπὶ τῆς ἄκρας ἀντικεῖσθαι δοκῶν τῷ Μίμαντι. B. Burrell (...)
  • 178 Le Kaisaréion désigné dans IK, 23-Smyrna, 236 est encore un autre espace cultuel.
  • 179 Inscription funéraire IK, 23-Smyrna, 199.
  • 180 Selon Philostrate, 10 millions de deniers auraient été reçus par la cité. Ils auraient servi à la c (...)

28Smyrne reçut une deuxième néocorie d’Hadrien174. Comme à Pergame à l’époque de Trajan avec l’influence de l’ancien proconsul d’Asie Quadratus en faveur de la cité, l’action du sophiste Polémon fut déterminante. Une souscription datant d’après l’obtention de la seconde néocorie, où plusieurs constructions sont entreprises (comme à Éphèse après l’obtention de la néocorie sous Domitien et à Pergame sous Trajan), mentionne aux dernières lignes : “… et ce que nous avons reçu du maître César Hadrien par l’intermédiaire d’Antonius Polémon : un deuxième sénatus-consulte, selon lequel nous sommes néocores deux fois ; un concours sacré, l’atélie, des théologues, des hymnodes, 1 500 000 deniers175, 72 colonnes de Synnada pour l’aleiptèrion, 20 colonnes de Numidie, 6 colonnes de porphyre”, καὶ ὅσα ἐπετύχομεν παρὰ τοῦ κυρίου Καίσαρος Ἁδριανοῦ διὰ Ἀντωνίου Πολέμωνος δεύτερον δόγμα συνκλήτου, καθ’ ὃ δὶς νεωκόροι γεγόναμεν ἀγῶνα ἱερόν, ἀτέλειαν, θεολόγους, ὑμνῳδούς, μυριάδας ἐκατὸν, πεντήκοντα, κείονας εἰς τὸ ἀλειπτήριον Συνναδίους οβ’, Νουμεδικοὺς κ’, πορφυρείτας ϛ’176. Nous avons vu qu’il est probable que les évergésies princières s’orientèrent vers un temple qui existait déjà dans la cité, le temple de Zeus Akraios (I.1) ; en effet Philostrate dans la vie de Polémon affirme que grâce à l’orateur “un temple fut achevé, que l’on voit de loin, qui se trouve sur un promontoire qui paraît défier Mimas”177. Une inscription funéraire suggère que les deux temples néocores (celui de Tibère, Livie et le Sénat178, celui d’Hadrien) étaient désignés dans leur ensemble comme “les temples des Augustes”, οἱ ἐν Σμύρνῃ ναοὶ τῶν Σεβαστῶν179, et qu’il s’agissait donc plutôt de deux nouveaux temples. L’argent180 reçu du prince à cette occasion put servir, au gré des Smyrniens, aux grands travaux entrepris dans la ville, et dont la souscription de 123 comme Philostrate donnent une idée.

  • 181 Voir Burrell 2004, 66-70.
  • 182 IK, 12-Ephesos, 428. La statue a été restaurée dans les années 405-410 par Flauius Anthémios Isidôr (...)
  • 183 Paus. 7.2.9.
  • 184 Jones 1993 et Engelmann 1996.
  • 185 Plusieurs inscriptions honorifiques en l’honneur d’Hadrien le qualifient de Zeus Olympien en 129 (I (...)
  • 186 Scherrer 1999 et 2000, 184-185.
  • 187 Hypothèse défendue également par Burrell 2004, 68.
  • 188 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 126-127 : [Κερα]μιήταις τόπ[ος ὁ δοθεὶς ὑπὸ τοῦ ἀρχιερέως] τῆς Ἀσίας [ν] (...)
  • 189 IK, 13-Ephesos, 618. Il a également été curateur de la gérousie : [Μ(ᾶρκον) Οὔλπιον] Ἱεροκλέους Ἀρι (...)

29Enfin, la néocorie d’Éphèse pose également des problèmes d’identification du temple sur le terrain181. Sa dénomination est claire d’après une inscription par le Conseil et le peuple de la cité, “deux fois néocores”, en l’honneur de Ti. Claudius Piso Diophantos, “grand-prêtre des deux temples d’Éphèse, sous la direction duquel a été consacré le temple du dieu Hadrien, lui qui le premier l’a demandé et obtenu du dieu Hadrien”, [τὸ]ν ἀρχιερασάμενον τῶν δύο ναῶ[ν ἐ]ν Ἐφέσῳ, ἐφ’ οὗ καθιερώθη ὁ θεοῦ Ἁδριανοῦ νεώς, ὃς πρῶτος ᾐτήσατο παρὰ θεοῦ Ἁδριανοῦ καὶ ἐπέτυχεν (l. 4-7)182. Deux hypothèses existent : soit ce temple d’Hadrien et l’Olympiéion connu par Pausanias notamment183 sont identiques, soit il s’agit de deux temples différents184. H. Engelmann insiste en particulier sur le fait que la dénomination dans l’inscription citée est très claire ; elle est en effet contemporaine de l’obtention de la néocorie et a un caractère officiel. Elle indique que le temple était un temple d’Hadrien, non un temple d’Hadrien et de Zeus, ou d’Hadrien Olympien185. Il n’y a guère de doute en tout cas – bien qu’il n’y en ait pas de preuve formelle – que le temple d’Hadrien est identifiable avec le grand temple qui se trouve près du port, rasé jusqu’aux fondations par des chrétiens zélés vers 400186. Il s’agirait ici de la dernière construction ex nihilo d’un temple de niveau provincial pour un empereur seul187. Comme dans les cas précédents, le koinon a dû participer aux frais de la construction. La “coopération” entre cités impliquait également la visite de la cité néocore lors des concours qui marquaient la célébration du culte impérial : une trace tangible est la réservation de places pour ses concitoyens de Kéramos de la part d’Ulpius Aristokratès, grand-prêtre des temples à Éphèse, dans le deuxième tiers du iie siècle188, dans le théâtre ou le stade de la cité. Cet évergète avait également donné une somme importante pour une construction en vue de l’obtention de sa grande-prêtrise, dont la nature était spécifiée dans une lacune de l’inscription189.

D’Antonin aux années 250 : l’obtention d’une néocorie ou l’honneur rendu à un ancien temple de la cité

  • 190 En ce sens il est possible d’estimer qu’il y a une évolution de la valeur du titre de néocore : il (...)
  • 191 L’argument économique – les cités n’auraient plus les moyens de financer la construction de temples (...)
  • 192 Ratté et al. 1986, 67 : d’après les découvertes monétaires, l’abandon définitif date des années 140 (...)
  • 193 Les titres de Sardes renforcent la démonstration, dans la mesure où la cité est deux fois néocore à (...)

30La multiplication des titres de néocories marque un changement dans les relations entre les cités. Au concours de plusieurs cités pour l’illustration commune, se substitue désormais une rivalité plus virulente, où l’obtention d’un titre de néocorie ne se traduit plus dans l’espace mais seulement dans le calendrier et dans la titulature de la cité. La fin du iie siècle est encore une période de transition, puis le début du iiie siècle montre une appréhension différente de la néocorie190. Ce n’est qu’à partir de ce moment par exemple que Nicée et Nicomédie perdent puis regagnent à intervalle rapproché leurs néocories, alors que pendant deux siècles la situation était restée stable, et que les cités d’Asie obtiennent fréquemment ce titre, ce qui implique des décomptes précis, tels que “la première néocore trois fois des empereurs”, alors que la voisine n’a été que trois fois néocore, dont une néocorie pour un dieu du panthéon traditionnel. Cette évolution ne dénote pas nécessairement un affaiblissement général, mais elle indique un changement dans le ton des relations entre cités191, ainsi que des rapports différents face à l’empereur. L’insertion de la figure impériale dans l’espace urbain est normalisée, dans le sens où elle ne donne plus lieu à de grands chantiers (il n’y a plus d’entreprises telles que le temple de Domitien à Éphèse, le temple de Trajan et Zeus Philios à Pergame ou ceux d’Hadrien à Cyzique, Éphèse et Smyrne). Le tournant du iie s. est ainsi, dans la logique de la chronologie que nous suggérons, le moment où l’on constate l’abandon définitif du temple construit à Sardes au pied de l’Acropole192, s’il s’agissait bien d’un temple du culte impérial de niveau provincial193.

Sous les Antonins

  • 194 Price 1984, cat. no 57 à réviser, car l’auteur attribue la seconde néocorie à Septime Sévère, alors (...)
  • 195 Hanfmann & Ramage 1978, no 79 (Antonin le Pieux) et no 251 (Faustine).
  • 196 Le second naos servirait alors pour le culte de Zeus. Voir Price 1984, 151 et fig. 7 ; voir Gruben (...)
  • 197 RPCO, 1426 ; légende de revers : ΕΠΙ ΚΛ ΦΡΟΝΤΩΝΟΣ ΑΣΙΑΡΧ ΣΤΡΑΤΗΓΟ Α ΣΑΡΔΙΑΝΩΝ (contra Burrell 2004, (...)
  • 198 RPCO, 952 : au dr., le buste de Faustine ; au rev., un temple hexastyle avec l’empereur et légende (...)
  • 199 Lindner 1994, 144-145. Interprétation différente d’Engelmann 1972.

31Une étape marquante du processus conduisant à l’abandon d’entreprises de construction nouvelle à l’occasion de l’obtention d’une néocorie est l’attribution par Antonin le Pieux d’une néocorie à Sardes. Le culte impérial fut célébré au temple d’Artémis194. Des fragments de statues colossales d’Antonin le Pieux et de Faustine ont été trouvées dans ce sanctuaire195. La nouvelle utilisation de ce temple n’a pas été neutre sur le plan architectural. Il est possible qu’elle ait été l’occasion de la division du naos en deux parties, l’une étant dévolue au culte d’Artémis, l’autre au culte impérial (une seconde hypothèse est que cette division daterait de l’époque hellénistique196). Ces travaux n’ont rien à voir avec l’ampleur des constructions entreprises auparavant, si l’on met à part le cas particulier du temple de Didymes que Caligula avait souhaité s’approprier. Une émission monétaire civique, sous la responsabilité de Claudius Fronto, magistrat de Sardes qui fut également grand-prêtre du culte impérial, comporte le buste de Faustine au droit, et un temple à six colonnes avec une statue d’empereur en habit militaire à l’intérieur197. Une émission monétaire du koinon ionien198, également sous la responsabilité de Claudius Fronto, montre aussi au revers un temple du culte impérial. R. Lindner199 explique cette frappe par l’installation dans le temple d’Artémis à Sardes d’un culte d’Antonin le Pieux et de cette impératrice, à l’occasion d’une fête du koinon. Peut-être une action particulière a-t-elle été entreprise par le koinon ionien en faveur de la néocorie de Sardes : il a pu intervenir pour les modifications apportées au temple. La frappe par le koinon ionien d’une monnaie, représentant peut-être le temple néocore de Sardes, montre en tout cas que la fierté commune l’emporte dans ce cas sur la rivalité.

  • 200 Price 1984, cat. no 88. Voir Burrell 2004, 119-125.
  • 201 Voir le commentaire par L. Robert de cette inscription où figurait le titre de néocore de la cité, (...)

32Commode accorda une néocorie à Laodicée du Lycos, sans que l’on sache avec certitude dans quel temple était célébré ce culte200. La cité perdit son titre à la mort de Commode201. Le cas laodicéen, à partir de la fin du iie s., est exemplaire des revirements successifs dans l’attribution des néocories, faisant douter de l’entreprise de temples nouveaux pour des titres désormais instables et plus communs – donc moins glorieux.

Sous Caracalla : Laodicée, Smyrne, Pergame, Cyzique, Tralles, Éphèse

  • 202 Collas-Heddeland 1993, 86-88.
  • 203 Waddington 1904, no 7072.
  • 204 Burrell 2004, 121-122, no 8.
  • 205 Harl 1987, 52-60.
  • 206 Sperti 2000, 91-92.
  • 207 Barresi 2003, 328-334 : Aurelius Héliodôros, affranchi connu par une inscription de Laodicée, de l’ (...)
  • 208 Une autre monnaie attire l’attention : au dr., la tête de Caracalla, au rev. trois temples, les deu (...)

33Laodicée obtint en effet une nouvelle néocorie pour Caracalla, en 214-215202. Rien n’atteste la présence d’un temple impérial. Un asiarque, Aelius Pigrès, qui aurait pu concourir à l’obtention du titre par la cité, a dirigé des émissions monétaires dont l’une a un type de revers remarquable : elle porte au droit le buste de Caracalla, et au revers montre une vue aérienne d’un enclos oblong (une agora ?), avec à l’extrémité une façade distyle. Un personnage en tenue militaire (l’empereur ?) harangue une assemblée de citoyens, entre deux rangs de soldats ; l’enclos a une façade à six colonnes. Le revers porte la légende ΛΑΟΔΙΚΕΩΝ ΝΕΩΚΟΡΩΝ en exergue, et [Λ ΑΙΛ ΠΙΓΡΗΣ ΑΣΙΑΡΧΗΣ Γ] ΑΝΕΘΗΚΕΝ203. Une autre monnaie sous la responsabilité du même Aelius Pigrès montre Caracalla devant un temple à huit colonnes ioniques204. Aucune de ces monnaies n’indique clairement la construction d’un temple de Caracalla : un temple du culte impérial est représenté habituellement avec une statue impériale à l’intérieur, non pas dehors ; il faut surtout souligner l’usage de plus en plus symbolique fait de l’image de temples néocores sur des revers monétaires. L’hypothèse de K. Harl est plus probante que celle de L. Sperti : selon le premier, ces pièces furent émises à l’occasion de la visite de Caracalla à Laodicée, d’un aduentus205, à l’occasion duquel Caracalla manifesta sa piété envers les dieux de la cité. La scène à l’agora doit être comparée aux représentations d’empereurs en train d’accomplir un sacrifice, parfois devant des temples, en particulier à Pergame, également pendant la visite de Caracalla. L’hypothèse de L. Sperti est fondée sur des attendus beaucoup plus incertains : la scène à l’agora montrerait le sanctuaire dédié au culte impérial206 ; P. Barresi a même été jusqu’à construire des hypothèses hasardeuses sur un commanditaire supposé de ce temple207. Le culte de Caracalla a pu être célébré dans un temple d’une divinité traditionnelle de la cité208.

  • 209 Burrell 2004, 48-53 ; Heller 2006, 386.
  • 210 Monnaies avec au revers la déesse Roma assise tenant un temple tétrastyle, et au dr. Iulia Domna (B (...)
  • 211 SNG von Aulock 2220, 8005, SNG Cop. 1389, BMC 403-406, 415-416 ; sous Élagabal, SNG von Aulock 2224 (...)
  • 212 Tac., Ann., 4.56. Voir Burrell 2004, 49-50.

34Smyrne obtint une troisième néocorie sous Caracalla, entre la fin 213 et le milieu de l’année 214209. Il s’agit bien d’une néocorie de l’empereur, puisque Smyrne est dite dès lors dans sa titulature, “trois fois néocore”. Un ancien temple de la cité fut réutilisé et Caracalla devint synnaos de la divinité d’origine. Une série monétaire a pour type de revers sous les Sévères et sous Gallien l’amazone Smyrna ou la déesse Rome tenant un temple tétrastyle210. Plus explicites, d’autres monnaies portent au revers une image de trois temples tétrastyles, avec le nom des dieux dans le fronton, et les statues de culte. Ainsi le premier temple porte-t-il le nom de Tibère, ΤΙ(βέριος), le second celui d’Hadrien, ΑΔ(ριανός), le dernier celui de Rome, ΡΩ(μη), avec la légende, “des Smyrniens, les premiers d’Asie néocores trois fois des empereurs”, ΣΜΥΡΝΑΙΩΝ ΠΡΩΤΟΝ ΑΣΙΑΣ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΤΩΝ ΣΕΒ211. Smyrne, qui avait été la première à élever un temple de Rome, en 195 a.C., avait obtenu notamment pour cette raison, d’après Tacite, la néocorie de Tibère, Livie et le Sénat en 23212. Ce temple connut donc vraisemblablement une nouvelle heure de gloire et on y associa le culte de Caracalla à celui de la déesse Rome.

  • 213 Price 1984, cat. no 23. Voir Burrell 2004, 30-35.
  • 214 Au dr. tête de Caracalla, au rev. trois temples, à g. hexastyle, Auguste, dans le fronton ΑΥΓ, au c (...)
  • 215 Collas-Heddeland 1993, 179.
  • 216 Dédicace de ce temple : IPergamon, 299. L’inscription était en lettres de bronze. D’époque hellénis (...)
  • 217 Voir Burrell 2004,
  • 218 Collas-Heddeland 1993, 83 et n. 400.
  • 219 SNG von Aulock 7378.
  • 220 Références dans Collas-Heddeland 1993, 85 n. 410 et n. 411. Voir BMC 199 (au dr., la tête du fondat (...)

35À Pergame213, la troisième néocorie obtenue pour Caracalla, comme le montre la titulature de la cité, donna lieu à un culte dans un autre temple de la cité, déjà existant, d’après les attestations monétaires214. Il paraît cependant difficile d’identifier ce temple avec exactitude215 (on a longtemps pensé qu’il s’agissait du temple de Dionysos sur la terrasse du théâtre, à cause de la dédicace restituée de manière incertaine216). B. Burrell pense que le culte de l’empereur a pu être installé dans le temple de Zeus Asklépios ou Zeus Sôter217. Cyzique, néocore une deuxième fois sous Caracalla, représente cette gloire sur ses monnaies en montrant Caracalla tendant un petit temple à Tychè, déesse de la cité, qui tient un autre temple218, ou montrant de manière plus classique les façades de deux temples octostyles219. Après avoir perdu ce privilège, elle en jouit de nouveau à partir de Valérien, puis sous Gallien et Claude le Gothique, et le montre sur ses monnaies220.

  • 221 Price 1984, cat. no 61. Voir Burrell 2004, 130-132.
  • 222 SNG von Aulock 3290.
  • 223 Voir Burrell 2004, 126-130.
  • 224 Price 1984, cat. no 55, Collas-Heddeland 1993, 95-96, Barresi 2003, 224, no 12.
  • 225 Oliver 1989, 263 ; Bartels & Petzl 2000 (AE, 2000, 1381 ; SEG 50, 1187).
  • 226 Représentation d’un temple avec personnage à la tête radiée (empereur ou Hélios ?) sur les monnaies (...)
  • 227 Voir Pont 2007b.
  • 228 Il pourrait même s’agir d’une acclamation lancée à la lecture de la lettre par les citoyens de Phil (...)

36Tralles reçut également une néocorie de Caracalla221 : elle fit représenter sur des revers monétaires un temple avec l’empereur à l’intérieur, et un autre temple avec Zeus Larasios. Il est peu vraisemblable qu’un temple fût jamais entrepris : la cité se contente de la gloire d’utiliser le titre et de représenter le temple, devenu de la sorte un symbole pour la néocorie, sur des monnaies222. Philadelphie reçut également une néocorie de Caracalla223. Contrairement à une opinion répandue224, la lettre envoyée par l’empereur à la cité225 et gravée sur une stèle dont le fronton a été sculpté en forme de temple ne nous paraît pas prouver la construction effective d’un temple : comme dans le cas des représentations de temples fictifs sur le revers de monnaies pour commémorer l’obtention d’une néocorie226, l’adoption de cette forme pour la stèle est symbolique. En particulier, la présence dans l’épistyle du temple représenté de la formule Ἀντωνεῖνός σ’ ἔκτιζε, “Antoninus est ton fondateur”, ne peut servir d’argument en faveur d’une construction effective. Jamais le verbe “fonder”, κτίζειν, n’est utilisé pour décrire un acte de construction. De nombreuses inscriptions qualifient à l’époque impériale dans les cités d’Asie mineure occidentale l’empereur de fondateur, κτίστης, sans qu’elles aient rapport avec une construction227. Le pronom de la formule en grec désigne donc la cité, et non le temple, et indique que Philadelphie a reçu des avantages considérables de l’empereur (en premier lieu le titre de néocore), mais pas qu’un temple fut bel et bien construit228. À cette époque, il semble probable que l’on se contente du titre et de la célébration de concours, sans que les cités du koinon ne veuillent plus participer à des constructions dans les cités récipiendaires.

  • 229 Price 1984, cat. no 36. Voir surtout Heller 2006, 221-227.
  • 230 IK, 12-Ephesos, 212 ; Oliver 1989, 266. Voici la première ligne : ὁ κύριος Ἀντων[ε] ῖνος τῇ [Ἀσίᾳ]. (...)
  • 231 BMC 293. Voir le commentaire de Collas-Heddeland 1993, 71.
  • 232 Voir Burrell 2004, 76-77.
  • 233 Sur les troubles sous Macrin entre Pergame et Éphèse περὶ τῶν πρωτείων καὶ τῶν λοιπῶν δικαίων (IK, (...)
  • 234 On ne connaît qu’une seule monnaie montrant les deux temples à l’époque d’Hadrien (voir Burrell 200 (...)
  • 235 BMC 305, SNG Cop. 442.
  • 236 BMC 306.
  • 237 Collas-Heddeland 1993, 73 ; voir IK, 13-Ephesos, 625 et le commentaire dans Bull. 1974, 503.
  • 238 BMC 314. Voir Burrell 2004, 77 type 25.
  • 239 Collas-Heddeland 1993, 74. Ces fluctuations sont à présent bien connues grâce à Burrell 2004 et Hel (...)
  • 240 Halfmann [2001] 2004, 116 propose néanmoins de localiser sur le terrain des constructions en rappor (...)

37Éphèse obtint également une néocorie de Caracalla : mais l’empereur l’attribua à Artémis, ce qui aux yeux de ses rivales la faisait passer au second rang229. La lettre que Caracalla écrivit à cette occasion au koinon indique que de telles revendications passaient toujours par l’intermédiaire de l’assemblée des cités grecques d’Asie, puis devant le Sénat romain et l’empereur230. Une monnaie montre un sacrifice devant un temple, dont l’identité est incertaine, sous Macrin231. Il semblerait que les Éphésiens n’aient pas fait grand bruit de ce qu’ils ressentaient peut-être comme une humiliation. Ce n’est que sous Élagabal qui accorde à la cité une quatrième néocorie, qui est une “vraie” néocorie impériale232, qu’ils se sentent une supériorité sur Pergame233 et Smyrne et commencent à utiliser des types monétaires jamais vus auparavant à Éphèse234 : le droit comporte le buste d’Élagabal, tandis que le revers a pour type quatre temples, deux de face, deux en perspective, chacun contenant une statue, dont celle d’Artémis, avec la légende ΕΦΕΣΙΩΝ ΜΟΝΩΝ ΑΠΑΣΩΝ ΤΕΤΡΑΚΙ ΝΕΩΚΟΡΩΝ235 ; l’une des monnaies comporte même la précision, ΔΟΓΜΑΤΙ ΣΥΝΚΛΗΤΟΥ ΕΦΕΣΙΩΝ ΟΥΤΟΙ ΝΑΟΙ : “les temples des Éphésiens (que voici), par décret du Sénat”236. Les inscriptions où les trois néocories avaient été mentionnées sont mises à jour après martelage237. Cependant Éphèse perdit le bénéfice de la quatrième néocorie avec la damnatio memoriae du prince, même si des monnaies continuèrent d’afficher le titre (mais pas les temples)238 ; sous Gordien III, les inscriptions indiquent un retour à la titulature de l’époque de Caracalla, tandis que Valérien rend à la cité sa quatrième néocorie, d’après des légendes monétaires239. L’absence d’indication sur un temple d’Élagabal dans les inscriptions et surtout le sort incertain de ce titre suggèrent que le temple ne fut jamais entrepris, ce qui n’a pas empêché qu’il fût représenté sur les monnaies : le langage iconographique est ici symbolique240.

Sous Élagabal

  • 241 Collas-Heddeland 1993, 78.
  • 242 BMC 171. Voir Burrell 2004, 100 type 6.
  • 243 Buttrey et al. 1981, 9-10, estiment que la représentation du temple néocore d’Élagabal est fantaisi (...)

38Sardes ajouta une nouvelle néocorie à sa titulature sous Élagabal, et comme Éphèse la perdit ensuite241. Elle eut néanmoins le temps de frapper monnaie avec sa nouvelle titulature, et de faire représenter quatre temples, alors qu’elle n’a que trois néocories (le visiteur peu attentif pouvait-il penser que Sardes avait autant de titres qu’Éphèse ?) sur le revers de certaines monnaies : trois temples néocores, un temple de Korè, et la légende ΣΑΡΔΙΑΝΩΝ ΤΡΙΣ ΝΕΩΚΟΡΩΝ242. Comme à Éphèse, cette représentation d’un quatrième temple est symbolique, mais elle joue habilement du mélange entre temples réels (le temple d’Artémis et le temple de Korè) et temples fictifs (celui de la première néocorie, réel mais ruiné, et celui de la troisième néocorie)243.

  • 244 Collas-Heddeland 1993, 97-99.
  • 245 Price 1984, cat. no 86 ; Johnston 1984 ; voir Burrell 2004, 135-138.
  • 246 L’obtention de la néocorie doit-elle être comprise comme le résultat de l’influence du sophiste Ant (...)
  • 247 Johnston 1984, no 8. Voir Burrell 2004, 135-136 type 1.
  • 248 Johnston 1984, 58.
  • 249 Collas-Heddeland 1993, 56. Voir Burrell 2004, 57-58.
  • 250 Cabinet des Médailles, Bibliothèque Nationale, Paris, inv. no 1912. Voir Burrell 2004, 57-58, type (...)

39Hiérapolis obtint également de Caracalla244 ou d’Élagabal245 une néocorie246. Une monnaie de l’époque d’Élagabal représente au revers trois temples : devant le temple tétrastyle au centre, on voit un empereur sacrifier (ce n’est donc pas lui la divinité tutélaire du temple), deux autres temples sont représentés de part et d’autre, en perspective, sans statue, avec la légende, ΙΕΡΑΠΟΛΕΙΤΩΝ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ΠΥΘΙΑ [ΑΚΤΙΑ ?]247. Selon A. Johnston qui a étudié les émissions à thème néocorique de Hiérapolis, le temple d’Élagabal représenté sur les pièces de cette cité (comme à Sardes, Éphèse, Milet), n’est pas réel mais un moyen d’indiquer le culte, probablement associé à celui de la principale divinité de la cité248. Milet s’est également proclamée sous Élagabal “deux fois néocore des Augustes”249, et a comme les autres cités représenté cet honneur sur son monnayage sous la forme de deux temples du culte impérial, sur un type où l’on voit deux temples distyles en perspective, avec à l’intérieur, deux figures impériales tenant un sceptre250. Comme dans d’autres cités, le principe de représentation choisi pour informer du nombre de néocories est symbolique. Il indique le droit lié à ce titre de construire un temple du culte impérial, mais qui depuis longtemps n’est pas suivi d’un passage à l’acte. Milet perdit le bénéfice de ce titre après la damnatio memoriae de l’empereur.

Des titres de néocore pour Magnésie du Méandre et Aizanoi ?

  • 251 Robert 1967b, 53-54 ; Collas-Heddeland 1993, 90-91 et 100-102 ; Burrell 2004, 116-118 et 142-144, a (...)
  • 252 Robert 1981b, 352.
  • 253 Robert 1967b, 52-53.
  • 254 ILS 8805 ; Oliver 1989, 213.
  • 255 Burrell 2004, 118, émet également des réserves, mais elle retient cependant l’hypothèse que le titr (...)
  • 256 Pour le rang des cités dans la province d’Asie, voir Robert 1977c, 64-68 et 115-116 et Heller 2006, (...)
  • 257 Même sur les monnaies de bronze la mention “néocores par décret du Sénat” pouvait trouver place ; v (...)
  • 258 Point souligné par Heller 2006, 282.
  • 259 Le cas de Synnada est peu clair (Price 1984, cat. no 91 ; voir Burrell 2004, 145-146, d’après MAMA (...)

40Il reste les cas de Magnésie du Méandre et d’Aizanoi251. D’après les monnaies et des inscriptions officielles de la cité, Aizanoi porte le titre de néocore de Zeus au moins à partir de Commode. L. Robert commente : “disons que la ville a reçu le titre de néocore de son dieu ancestral, comme Magnésie du Méandre est, sur des monnaies depuis Sévère Alexandre, néocore d’Artémis Leukophryénè”252. À Magnésie du Méandre les seules sources sont numismatiques, avec des légendes telles que : νεοκόρων τῆς Ἀρτέμιδος, Ζ τής Ἀσίας253 : “(des Magnètes), néocores d’Artémis, septièmes d’Asie”. Il nous semble douteux dans ces deux cas qu’il s’agisse d’une reconnaissance officielle de ce culte de la part des autres cités et du pouvoir romain, conformément aux règles de fonctionnement du koinon et du mécanisme d’attribution de ces titres, encore attesté avec la néocorie accordée par Caracalla à Artémis pour Éphèse. Ce titre n’est pas utilisé par Septime Sévère écrivant à Aizanoi pour remercier la cité de sa joie et de ses cérémonies religieuses en sa faveur à l’occasion de son avènement254. L’attribution d’un titre de néocore, reconnu au plan “international” – dans les relations entre cités et entre l’empereur et les cités – se fait normalement après validation par le Sénat et l’empereur, ce dont on ne trouve pas trace ici et qu’Aizanoi et Magnésie ne précisent pas, alors que cette mention est courante dans les titres. Le cas d’Éphèse est différent : la cité était auparavant néocore des empereurs, c’était une grande cité jouissant déjà de titres exceptionnels auxquels l’empereur n’a pas voulu ajouter. Il a néanmoins validé officiellement leur titre de “néocore d’Artémis”. Aizanoi et Magnésie du Méandre ne se positionnent pas dans la même catégorie : alors que Philadelphie de Lydie, Tralles, Laodicée, Hiérapolis, avaient reçu des néocories impériales, il paraît peu vraisemblable qu’Aizanoi et Magnésie du Méandre aient été traitées différemment si jamais elles ont formulé la demande d’une néocorie soutenue par le koinon, et que celle-ci a été acceptée. De plus, chronologiquement, la “néocorie” d’Aizanoi serait antérieure à celle d’Artémis pour Éphèse. Il nous semble donc plus conforme à l’ensemble des sources que ces cités vénérables, mais d’importance modeste par rapport à Éphèse, Smyrne, ou Pergame, ont non pas usurpé une néocorie provinciale, ce qui n’était pas possible et que les autres cités se seraient empressées de contester, mais ont eu l’idée d’une néocorie d’imitation255. Après tout, “néocore” avait un sens aussi dans le vocabulaire religieux civique : ces cités étaient bien “gardienne de Zeus”, “gardienne d’Artémis Leukophryénè”. Les représentations de temples sur leurs monnaies font ainsi penser aux monnayages des cités néocores “provinciales”, et Aizanoi comme Magnésie du Méandre peuvent trouver une satisfaction à cette proclamation en termes nouveaux d’une gloire ancienne. Le titre de “septième” en lui-même n’est pas lié à la possession d’un titre de néocorie256 : sous Valérien et Gallien Nysa d’après ses monnaies est sixième de l’Asie alors qu’elle n’est pas néocore, Magnésie du Méandre septième. Le décalage chronologique et les particularités des titres d’Aizanoi et de Magnésie, ainsi que leur présentation (absence des documents épigraphiques sous une forme développée, pas de mention des “décrets du Sénat”257) nous conduisent donc à révoquer en doute le caractère officiel de ces néocories. Non seulement serait ainsi remis au goût du jour un titre traditionnel dans la religion grecque258, mais surtout on jouerait de l’ambiguïté du mot, qui désignerait donc en même temps dans la province d’Asie deux réalités très différentes. Une première étape dans l’éclatement de la notion avait été franchie dès lors que l’unanimité au sein du koinon ne pouvait plus être obtenue pour que toutes les cités consentent à participer à la construction d’un temple dans l’une d’elles seulement, après le milieu du iie s. Après Sévère Alexandre de nouvelles néocories ne furent plus octroyées en Asie. Ainsi le titre de néocore semble-t-il avoir vite perdu de sa valeur, et il ne fut plus employé, sauf cas exceptionnel et en réalité sans être en prise avec le sens réel du mot au Haut-Empire, après 260259.

Néocorie et programmes de constructions

  • 260 Spawforth & Walker 1985.
  • 261 Roueché 1989, 220.
  • 262 Robert 1977c, 128.
  • 263 Spawforth & Walker 1985, 80-81.
  • 264 OGIS 503.
  • 265 OGIS 497. L’énoncé des motifs est très clair : διὰ τε τὸ γένος Ἑλλενι[κὸν ὂν καὶ τὴν] πρὸς Ῥωμαίους(...)
  • 266 Voir Jones 1996.
  • 267 Robert 1984a, 38.
  • 268 IK, 24.1-Smyrna, 697. Smyrne reçut aussi de l’argent.
  • 269 Lindner 1994, 172-176, sur Tralles et Weiss 2000 sur Euménéia.

41Avant d’examiner les programmes de constructions décelables à l’occasion de l’obtention de néocories, il nous faut examiner plus avant ce concept selon lequel un ensemble de constructions pourrait être programmé et coordonné en vue de l’obtention d’un titre ou pour une occasion particulière. Bien que séduisant, il ne peut que très difficilement trouver des confirmations dans la réalité et ne peut concerner que les plus grandes cités. Le cas de l’admission au Panhellénion le montre. La mise en valeur par les cités de leur origine grecque ancienne trouva un débouché naturel dans le Panhellènion. Créé par Hadrien en 131-132260, il répondait aux ambitions des élites locales car cet organisme ouvrait une carrière plus large aux aspirations internationales des cités261. L. Robert explique comment les littérateurs de l’époque d’Hadrien, sous Antonin le Pieux et Marc Aurèle furent occupés “à faire valoir la noble origine grecque d’Aizanoi, de Thyatire, de Sardes”262. En effet en Asie, ces cités, ainsi que Tralles, Milet, Apamée de Phrygie, Synnada, Cibyra et Magnésie du Méandre, faisaient partie de l’organisation. Parmi elles – A. J. Spawforth et S. Walker soulignent le caractère hasardeux des découvertes permettant de prendre connaissance des noms des cités membres – toutes sont d’une importance moyenne, étant, ayant été ou devant bientôt devenir siège des assises du diocèse263. L’admission, d’après les documents conservés pour Magnésie du Méandre264 et Cibyra265, résulte de la reconnaissance d’une origine grecque ancienne et prestigieuse et de relations avec les Romains remontant loin à l’époque hellénistique266. Les deux documents parlent des cadeaux faits par l’empereur à la communauté, en particulier pour Cibyra de la réception de grands honneurs de la part d’Hadrien ; à Magnésie il est question de “cadeaux”, δωρεά. L. Robert a indiqué que ce “cadeau” était l’autorisation de célébrer des concours, plutôt qu’un don d’argent267. L’exemple de la souscription de Smyrne après 123 indique quels genres de cadeaux et honneurs pouvaient être faits à une communauté favorisée par Hadrien, comme un concours ou la dispense des charges268. L’admission au Panhellènion ne paraît donc pas fondée sur un concours de beauté des cités, même si Cibyra compte “parmi les cités particulièrement grandes et remarquables d’Asie”, [ἐν ταῖς μάλιστα] ἐνδόξοις οὖσα καὶ μεγάλαις [τῆς Ἀσίας πόλε]σιν (l. 4-5). Les études les plus récentes mettent l’accent sur les mythes de fondation des cités, par exemple, l’origine argienne de Tralles, les origines achéennes et argiennes d’Euménéia269.

  • 270 Voir fig. 11, le plan d’Aizanoi.
  • 271 Spawforth & Walker 1985, 81.
  • 272 TAM V, 2, 982. Nous avons vu qu’un Hadrianéion est attesté dans la cité, et qu’on ne peut conclure (...)
  • 273 Price 1982. L’hypothèse de Kl. Rheidt, selon lequel la construction du temple a pour motif la volon (...)
  • 274 Robert 1937, 301-305 ; document cité en III. 2.
  • 275 Sur les inscriptions de la famille d’Euryklès au stade, voir Wörrle 1992.

42On peut ainsi mieux comprendre le cas d’Aizanoi, parmi les mieux fouillées de ces cités270. Son adhésion au Panhellènion a eu lieu sous Hadrien, entre 131 et 138 donc, de même que celle de Thyatire271. La présence d’un temple du culte civique d’Hadrien est possible dans cette ville272. Quant à Aizanoi, les constructions du iie s. connues dans la cité ont été engagées de manière bien antérieure à la création du Panhellènion, ou après. Le temple de Zeus en particulier aurait été entrepris sous le règne de Domitien, d’après S. Price273. En 111-112, une lettre d’un proconsul à la ville d’Aizanoi parle déjà des qualités de la cité, assez similaires à celles de Cibyra qui justifient son intégration au Panhellènion274. Ensuite, sous le règne d’Antonin le Pieux, un aqueduc fut construit aux frais de la cité ; entre 157 et 161 M. Ulpius Appuleius Euryklès qui a représenté la cité au Panhellènion fait construire à son retour dans la cité un pont sur le Penkalas, la rivière qui traverse la ville ; des honneurs pour un bienfaiteur dont le nom est perdu, en 169, indiquent que la personne honorée a “souvent été ergépistatès”. Malheureusement, la datation du gymnase, du stade et de l’amphithéâtre ne peut être précisée exactement275, dans le cours du iie voire du iiie siècle. L’intégration au Panhellènion ne peut donc servir de facteur explicatif pour ces constructions, échelonnées sur presque un siècle. D’après les mots même du proconsul Q. Fabius Postumus, le mouvement de construction était déjà bien engagé par la cité au début du iie siècle.

43Il n’est donc pas possible d’établir de lien de causalité entre l’admission, prestigieuse, dans cet organisme créé par Hadrien, et la construction coordonnée de monuments publics. Il est possible que pour une cité moyenne comme Aizanoi, ce type même de concept – un programme de construction coordonné de plusieurs bâtiments, dans un court laps de temps – doive être remis en question, car il n’était peut-être pas à sa portée. On ne peut réellement attester de tels programmes que pour les plus grandes cités d’Asie, à l’occasion de l’obtention de néocories, comme nous allons le voir : Éphèse, Pergame et Smyrne possédaient des notables nombreux et disposant dans l’ensemble de moyens supérieurs, condition indispensable pour la réalisation de programmes de construction.

  • 276 Tac., Ann., 4.55.
  • 277 Sur Pergame à l’époque augustéenne, voir Halfmann [2001] 2004, 25-34.

44L’idée de programme de constructions en vue de l’admission au Panhellènion ou d’autres avantages – tels que le fait d’être siège de conuentus –, bien que séduisante, ne peut donc être corroborée par les sources et ne peut convenir en réalité qu’à de grandes et puissantes cités, disposant d’une élite suffisamment riche et nombreuse pour allier ses moyens dans la construction simultanée de plusieurs bâtiments. Le contexte de l’obtention d’une néocorie à la fin du ier s. et au début du iie s. répond à cette condition, quand on voit s’affronter symboliquement Pergame, Smyrne et Éphèse. Le débat sur la construction d’un temple de Tibère au Sénat romain, rapporté par Tacite, indique les arguments et les critères de choix : l’ancienneté de l’origine de la cité, la fidélité à Rome pendant les guerres hellénistiques ; la “puissance” rentre également en ligne de compte, Hypaipa, Tralles, Laodicée et Magnésie étant apparues parum ualidi. Halicarnasse comme Pergame argumentent en prétendant qu’elles ne sont jamais frappées par les tremblements de terre. Au moment du choix, s’il ne faut donc pas que la cité qui reçoit un honneur soit trop faible, en revanche la beauté de la cité n’est pas rappelée276, en tout cas d’après Tacite. Il est vrai qu’à cette époque, les cités et leurs notables n’ont pas encore mis en œuvre, sauf à Éphèse, des constructions importantes. De ce point de vue, Pergame l’aurait sans doute d’ailleurs emporté – mais elle avait déjà un temple d’Auguste277. L’épigraphie de Smyrne reste insuffisamment connue pour que l’on sache si des constructions d’autres bâtiments accompagnèrent celle du temple de Tibère.

  • 278 IK, 12-Ephesos, 449.
  • 279 Voir, pour le détail de l’ensemble des opérations, Halfmann [2001] 2004, 58-62 et supra I.4 ; pour (...)
  • 280 Halfmann [2001] 2004, 69-76 ; voir ici, I.1 et I.3.
  • 281 IK, 24.1-Smyrna, 697.
  • 282 IK, 12-Ephesos, 430.
  • 283 IK, 12-Ephesos, 274.

45En revanche, dès la fin du premier siècle, “la rénovation des bâtiments anciens” à Éphèse278, la construction du gymnase du port et d’autres constructions de Ti. Claudius Aristiôn paraissent avoir accompagné l’obtention de la première nécororie par la capitale d’Asie. Le lien entre l’obtention de l’honneur de construire un temple impérial et les constructions est attesté par la formulation du décret parlant de la rénovation des bâtiments, qui doit être “conforme à la grandeur nouvelle des bâtiments augustes”, τοῖς νέοις τῶν Σεβαστείων ἔ [ρ]γων μεγέθεσιν. D’autre part, le gymnase du port prit également le nom de “gymnase auguste”, ce qui n’indique pas une construction sur fonds impériaux (même si Domitien a pu éventuellement faire un don d’argent à la cité, ce que rien n’atteste)279. À Pergame ensuite, l’obtention d’une néocorie de Trajan fut concomitante avec la restauration du gymnase des néoi, celle du temple de Déméter, et peut-être des interventions importantes dans la ville basse, aujourd’hui recouverte par la ville de Bergama280. À Éphèse, la cité apparaît ponctuellement comme commanditaire, tandis qu’à Pergame on ne connaît que les interventions d’un ensemble de particuliers. À Smyrne une néocorie fut obtenue en 123 ; peu après, une longue souscription indique un ensemble de travaux touchant différents secteurs de la cité, en dehors de la construction du temple proprement dit dont on ne sait pas grand-chose281. En revanche, sous Hadrien à Éphèse, il est difficile d’associer des constructions à l’obtention de la néocorie d’Hadrien. Seuls sont connus les revêtements des murs des portiques du gymnase réalisés par G. Claudius Verulanus en 130-131282 et les travaux entrepris par Hadrien pour draguer le port et empêcher son ensablement283. L’archéologie et l’épigraphie de Sardes et Cyzique restent trop mal connues pour que l’on puisse examiner leur situation.

46Il semble donc que chronologiquement, l’obtention du titre de néocore précède des entreprises de constructions. Mais rien ne permet de voir en elles le résultat d’une intervention impériale d’exigence de construction. Ce titre est le seul parmi tous les rangs accordés par les Romains et tous les titres qu’ils reconnaissent officiellement aux cités à leur demande, auquel on puisse associer ce genre de politique décidée sans doute au Conseil, et coordonnée entre plusieurs notables évergètes de la cité. Ce type d’initiatives à l’occasion de l’obtention d’une néocorie n’eut lieu qu’entre la fin du ier s. et les années 130, qui sont par ailleurs celles d’un effort généralisé de construction dans toutes les cités d’Asie. Dans la suite du iie et du iiie s., il n’est plus possible d’établir de rapport entre un titre accordé par Rome et un ensemble de constructions. Au total, les enjeux courants de la vie civique paraissent donc en général suffire pour motiver les constructions. C’est d’abord par rapport à une image idéale de la cité, élaborée dans la cellule civique, selon des critères culturels et politiques, que l’ornement de la cité est conçu et mis en œuvre ; il ne répond pas à des attentes ou des critères extérieurs aux cités. Il existe donc très peu de liens formels et avérés entre un titre accordé par le Sénat romain ou l’empereur et des constructions dans la cité. Ce type de rapprochement comme facteur explicatif des entreprises de construction d’époque romaine nous paraît donc délicat à manier. Les moyens d’action des cités variaient en fonction de leur taille (un facteur tout à fait essentiel pour bien identifier les enjeux de la vie locale, qui joue aussi, comme nous le constatons, pour les opérations d’urbanisme) et des enjeux qui à une époque donnée étaient considérés comme importants.

47Conclusion : périodisation et modes de participation des cités du koinon à l’“ornement” de l’une d’entre elles

  • 284 En rapport avec cette idée, voir Sardis, 8, en l’honneur de Ménogénès fils d’Isidôros, par le koino (...)
  • 285 Voir la “vaine rivalité”, ἡ ματαία φιλονικεία (MAMA VI, 6, l. 5) stigmatisée dans la lettre d’un pr (...)
  • 286 Aristid., Or., 23.65.
  • 287 Aristid., Or., 20.12 et 18.

48Jusqu’à une époque avancée du iiie s. (au moins la disparition du monnayage civique, à la fin des années 260 ou sous Aurélien), les titres de néocorie furent prisés par les cités. Cependant, deux temps forts se sont succédés : l’époque où le titre impliquait la construction d’un temple caractérisé par une architecture imposante, où l’empereur pouvait être associé à une autre divinité, puis celle, à partir d’Antonin le Pieux et de manière décisive au début du iiie s. où c’est avant tout l’exposition du titre qui a compté et non plus sa matérialisation dans l’espace urbain. Le culte était célébré dans un temple déjà existant, le calendrier religieux était marqué par la célébration d’une nouvelle fête, mais le koinon ne paraît plus avoir participé au financement de grands temples. Alors que la construction d’un temple dans une éminente cité de la province imposait presque nécessairement la coopération des autres cités du koinon, qui y trouvaient une compensation dans les nouveaux débouchés pour la carrière de leurs notables284 et dans le fait que leur nom apparaissait soit sur le temple même, soit sur une stèle à proximité, désormais vient le temps de rivalités de titres plus acerbes285. La multiplication des titres de néocories pour plusieurs cités est liée bien sûr à un accord impérial et à une politique générale en faveur de l’augmentation du nombre de cités bénéficiaires ; mais il ne faut pas oublier qu’elle est aussi le résultat des demandes répétées des cités. Dès lors le koinon ne peut plus prétendre être à chaque fois le vecteur de la construction de temples immenses, ce qui de fait renforce l’individualisme des cités. Mais le temple reste la meilleure image de la gloire obtenue par la cité : alors même qu’on n’en fait plus construire, il est encore et toujours utilisé comme type sur les revers des monnaies pour montrer le nombre de néocories dans la cité. Selon des modalités différentes en fonction de la chronologie, il est un symbole de puissance culturelle et politique, au niveau régional et provincial. Pour la première époque, la remarque d’Aelius Aristide n’est pas hypocrite, le sentiment de fraternité entre les cités a une efficacité réelle, malgré les rivalités : en même temps qu’un lieu de compétition entre les cités, le koinon est bien le moyen de partager “une fierté commune pour les temples et les concours”286, σεμνύνεσθε μὲν τοῖς ναοῖς καὶ τοῖς ἀγῶσιν, οὓς κοινοὺς νομίζετε. Tant que le système fonctionna bien, la cité néocore recevait bien sûr un avantage remarquable, mais la gloire en rejaillissait sur d’autres – notamment les petites cités. Il devint sans doute de plus en plus difficile pour les trois grandes cités de s’entendre pour partager ces bénéfices, chacune voulant les accaparer pour elle. Il n’empêche qu’un sentiment de solidarité continuait d’exister, se manifestant notamment à l’occasion des séismes, comme en témoigne Aelius Aristide en 177287 : en ces occasions, le mécanisme bien éprouvé de faire converger les contributions du koinon – et des ouvriers – vers une cité se remettait en place.

  • 288 Voir Pont 2007c : c’est peut-être à l’occasion d’un séisme ou pour superviser l’une de ces grandes (...)
  • 289 Didyma, 148 ; Robert 1949, 206-238.
  • 290 Didyma, 107 ; Herrmann 1989.
  • 291 SGO II, 08/01/30 ; IGR, IV, 140.
  • 292 D.Chr. 35.17 ; cf. Heller 2006, 183.
  • 293 Voir Robert 1949, 212 : “il est clair que la construction d’un temple impérial n’est pas l’affaire (...)

49Ainsi exista-t-il un système permettant aux cités du koinon de financer la construction d’un temple néocore ou des reconstructions après un séisme dans l’une d’entre elles. Le koinon était loin d’être privé de moyens d’actions, même si ces derniers pouvaient être limités par l’absence de consensus entre les cités membres sur de grands projets. On devine les alliances et les oppositions qui pouvaient alors se nouer – pour la construction d’un temple, mais aussi pour demander tel ou tel avantage à l’empereur, ainsi que l’a montré A. Heller pour ce dernier point. Les traces épigraphiques de l’administration de la caisse commune sont rares – nous pensons qu’il s’en trouve peut-être une dans deux inscriptions d’Aphrodisias et d’Attouda, mentionnant M. Ulpius Carminius Claudianus comme “trésorier (argyrotamias) de l’Asie”288. Un ensemble non négligeable de documents met en évidence cet investissement commun de “l’Asie” (du koinon) pour la construction de temples néocores : dans l’ordre chronologique, il s’agit de l’inscription de Didymes étudiée par L. Robert et mentionnant les néopes envoyés par les différents conuentus289 et de celle évoquant [οἱ] ἀπὸ τῆς Ἀσίας τεχνεῖται οἱ ἐργαζόμενοι τὸν ἐν Διδύμοις ναçoν290 ; de l’épigramme copiée par Cyriaque sur le temple de Cyzique, mentionnant également l’effort commun de l’Asie291 ; d’une phrase de Dion dans son discours tenu à Apamée de Phrygie, montrant que les cités même petites participent aux dépenses liées aux hiéra dans les plus grandes292 ; il faut ajouter les dédicaces des différentes cités d’Asie au temple de Domitien à Éphèse ainsi que la mention d’Adramyttion à Sardes. Cette redistribution qui s’effectuait en direction des plus grandes cités était sans doute difficile à justifier sur le long terme – mais les solidarités à l’occasion des séismes furent plus durables et sont encore attestées, on l’a vu, au milieu du iiie s. Pour finir, nous voudrions insister sur le point qu’aucune autre source de financement que le koinon n’est attestée pour les constructions de temples néocores en Asie293 : ni particuliers, ni groupes de particuliers, ni l’empereur ou une cité unique – autant d’intervenants que l’on retrouve en revanche pour participer à des opérations édilitaires dans les villes concernées, à l’occasion de l’obtention d’une néocorie, comme le montre clairement le cas smyrnien en 123.

  • 294 Barattolo 1995.
  • 295 Aristid., Or., 27.21.
  • 296 Aristid., Or., 27.13.
  • 297 Aristid., Or., 27.18, notamment.
  • 298 Suda, s.v. Τήλεφος, voir supra.

50Il faut par ailleurs se demander si la présence de ces temples dans les villes donna lieu à des descriptions aux références symboliques et politiques explicitement tournées vers Rome. Seul le temple néocore de Cyzique en l’honneur d’Hadrien a véritablement laissé une trace littéraire. Le “Panégyrique sur le temple de Cyzique” a été prononcé par Aelius Aristide à la fin de l’été 166294, lors de la dédicace du temple réparé après le tremblement de terre de 161. D’autres sources de nature poétique, et plus tardives, l’évoquent également. Comme pour les temples d’Artémis à Éphèse et celui d’Asklépios à Pergame, il faut se demander ce qui l’emporte de l’admiration devant un temple érigé au rang de l’une des merveilles du monde et la prouesse technique, ou de la thématique du culte impérial et de la loyauté envers l’empereur. Le discours d’Aelius Aristide est le lieu d’élaboration d’une réflexion sur le rapport entre le discours d’éloge et l’objet loué, la capacité du discours à décrire avec suffisamment d’acuité295 les beautés de l’œuvre architecturale et à en créer un digne souvenir296. Il évoque ensuite le caractère divin des empereurs qui permet le bonheur de l’humanité. Un seul paragraphe caractérise réellement le temple de Cyzique comme le lieu du culte impérial, sans qu’il soit précisé d’ailleurs qu’il s’agit d’Hadrien. Aelius Aristide passe rapidement sur l’évocation du culte dans ce temple : “il est juste d’être reconnaissant envers les dieux, de rendre grâce aux empereurs et de former des prières pour eux” ; il précise aussitôt qu’honneur doit leur être rendu pour l’état de félicité de l’empire dont profitent les Grecs : “il faut nous féliciter de notre époque, et en plus de se féliciter, profiter de l’état de l’empire”. La beauté du temple est propre à incliner les âmes vers le respect de l’empire et des empereurs : καλοὶ μὲν γὰρ καὶ οἱ τῶν οἰκοδομημάτων οὗτοι κόσμοι καὶ θαυμαστῶς πιθανοὶ τοῖς πλήθεσιν, “ces ornements de la construction sont beaux et ils sont admirablements aptes à convaincre les foules”. Mais la beauté du temple et le gain pour la cité297 sont les thèmes évoqués le plus longuement. C’est d’ailleurs ce sujet qui, pour ce que nous en savons, formait l’essentiel d’un ouvrage perdu sur le temple de Rome et Auguste écrit par un érudit pergaménien au iie s.298

51Chaque construction de nouveau bâtiment est donc vue comme un gain pour la communauté civique, lui donnant plus de puissance, comme le ferait le gain d’un territoire. Le paysage urbain n’est donc pas seulement une belle apparence. Il témoigne de la bonne entente des citoyens comme de leur générosité envers leur cité. Toute la communauté civique sort grandie de posséder un beau paysage urbain : des émotions collectives, suscitées notamment lors des fêtes, des discours d’éloges, accompagnent l’appréciation de la beauté des monuments publics. À partir de la fin du ier s. et surtout au iie s., la conscience de la pérennité de la communauté civique grâce, entre autres, à ses monuments publics, s’exprime clairement. Ils permettent aux communautés modestes de revendiquer ou d’affermir un statut poliade, et constituent un argument pour les cités les plus grandes dans la rivalité pour les prôtéia. Par le biais des inscriptions publiques et des discours des rhéteurs, de la publicité est donnée à une valeur commune non pas nouvelle, mais de plus en plus importante : l’“ornement” de la cité.

  • 299 Au contraire en Afrique au ive siècle les cités continuent d’utiliser des titres qui ne se réfèrent (...)

52Cependant le patriotisme civique n’empêchait pas les coopérations entre cités, où les petites comme les grandes pouvaient trouver un intérêt, même si entre l’époque des Sévères et les années 260 les rapports entre les cités devinrent plus agressifs. Une idée essentielle est celle que le paysage urbain renforce les compétitions entre cités, mais en même temps leur donne le sentiment de partager une culture commune. Pour les cités plus petites en particulier ce thème paraît essentiel : on est fier d’être voisin d’Éphèse, de Smyrne. Le koinon participe à la construction des temples néocores, et aide les cités victimes de tremblements de terre à se reconstruire, et même à devenir plus belles qu’auparavant, si l’on en croit Aelius Aristide. Ces éléments attestent combien la politique civique est vivante, et que ces comportements ne sont pas imposés d’en haut, par le gouverneur et l’empereur. Un autre comportement des cités est remarquable : dès le milieu du iiie siècle elles se concentrent sur les nouveaux enjeux liés à la réorganisation provinciale, et les titres de néocores si prisés jusqu’alors tombent en désuétude. Jamais les cités ne s’arrêtent sur les gloires du passé ; elles se remettent toujours en question et sont capables de définir de nouveaux buts de la vie politique, comme le montre l’évolution des enjeux liés à l’ornement urbain299.

Notes

1 Men. Rh. 2.426.

2 Les bains : Manderscheid 1981 ; les théâtres (surtout époque hellénistique) : Schwingenstein 1977. Sur le bouleutèrion, notations ponctuelles dans Balty 1991.

3 Hdn. 3.6.9.

4 Aristid., Or., 53.

5 Sur les tensions dans les cités, qui peuvent aussi être interprétées comme le signe de la vitalité civique : Veyne 1999 ; Sartre-Fauriat & Sartre 2000. Nous tentons de déceler des traces de rivalités politiques entre notables, d’après les interventions édilitaires, en III.1.

6 Ce mot est bien sûr à entendre dans le sens contemporain, non dans son sens technique romain qui ne répond à rien dans une cité grecque. Nous avons vu (II.1) l’aspect légal de ce moment, l’apposition d’une dédicace sur le monument achevé. Il s’agit ici de voir les aspects favorisant une émotion collective tournée vers la cité (patriotisme) et le notable donateur (faveur politique).

7 Plin., Ep. Tra., 10.116 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).

8 Barattolo 1995, 59.

9 IK, 49-Laodikeia, 15.

10 IK, 49-Laodikeia, 24.

11 Monaco 1963-1964, 409-410 ; améliorations par Eck 1970, 77-81 (IK 59, 169).

12 IK, 17.1-Ephesos, 3008 pour le pavement de l’Embolos sous Domitien ; IK, 12-Ephesos, 419, en 92-93 pour “l’aqueduc de Domitien” construit par la cité ; en 337-340, L. Caelius Montius fit la dédicace de l’atrium des thermes de Constance et du nymphée (IK, 14-Ephesos, 1314-1317).

13 CIG 2782 ; voir Cormack 1954, 9 et Pont 2007c.

14 IK, 16-Ephesos, 2113 (voir désormais Engelmann 2004) et IK, 17.2-Ephesos, 4123.

15 Pugliese Caratelli 1993, 265-268 (AE, 1993, 1533, avec traduction, reprise ici), l. 15-19 et 21-24 : ἐπί τε τῇ [ἀνα]στάσει τῶν ἀνδριάντω[ν] οἰνοδοσίαν σαπροοδῶ[ν] στεφανηφορίας τοῖς συνθύσασι (…) καὶ ἐπὶ νομῇ τοὺς ἀξιολογωτάτους βουλευτὰς καλέσαντα καὶ τότε ἐν τῷ ἰδίῳ αὐτοῦ ἔργῳ.

16 M. Sève, Bull. 1994, 102, suggère qu’il s’agit du bouleutèrion, que Daphnos aurait restauré.

17 Aristid., Or., 53.

18 Jones 1991.

19 RPCO, 3224 et 3229.

20 Aristid., Or., 53.3 : ὄψις ὀνειράτων γενομένη μοι ὡσπερεὶ διπλασίαν ἐδείκνυε τὴν πόλιν, χωρίον τε δή τινος προσθήκῃ πεπορισμένου συνεχῶς πρὸς αὐτὴν καὶ δημοσίων δὴ κόσμων προσγενομένων παραπλησίων μάλιστά πως τοῖς περὶ τὸν φίλιον.

21 Aristid., Or., 53.3.

22 Aristid., Or., 53.5. La fin du discours manque.

23 Voir Pernot 1997a, 616-618 et passim.

24 Voir III.1 sur l’existence de programmes concurrents au sein de la cité. D’une manière générale, un certain consensus existe autour de ce type d’évergétisme, soutenu par les empereurs, et au sein même des cités, pour des raisons culturelles.

25 D.Chr. 40.10 (trad. Cuvigny 1994 modifiée).

26 D.Chr. 47.15.

27 D.Chr. 27.13.

28 Aristid., Or., 17.10-12, ainsi que 18.5 et 21.11.

29 Aristid., Or., 19.10.

30 D.Chr. 47.10.

31 D.Chr. 45.16.

32 Voir I.4.

33 Voir l’inscription d’Orcistos à l’époque de Constantin (Chastagnol 1981) : ce lieu “comporte une grande abondance d’eaux qui y affluent, ainsi que des bains publics et privés, un forum orné de statues des anciens princes, une population si nombreuse d’habitants que les sièges qui s’y trouvent sont aisément remplis et, en outre, grâce à la pente des eaux qui y ruissellent, une grande quantité de moulins à eau”. Voir Haspels 1971 : le cas de Meiros peut être analysé dans le même sens que celui d’Orcistos. Meiros qui était une katoikia dans les années 253-268 (inscription no 86) devint une polis (inscription no 87, en l’honneur de Fl. Optimus perfectissimus praeses prouinciae, célébré comme évergète et sauveur de la cité) ; un bain y fut construit (inscription no 88).

34 Paus. 10.4.1.

35 Halfmann 1979, no 17.

36 Aristid., Or., 30.9.

37 Rapprochement entre le personnage cité dans le discours et le proconsul de la province d’Asie de 109-110, confirmé par Halfmann [2001] 2004, 67-68.

38 IPergamon, 553 (IGR IV, 501) ; des fragments supplémentaires et illisibles furent retrouvés par la suite (Jacobstahl 1908, 412, no 49). Voir ci-dessous, III.1.

39 Halfmann [2001] 2004, 71-72.

40 IPergamon, 436 (de la terrasse près du Grand Autel), 437 (la pierre a été déplacée), 438 (des abords sud du Traianeum), 439 (au sud-ouest du sanctuaire d’Athéna), 440 (de la ville basse, près du théâtre romain), 441 (au sud de l’agora, de même que 442), 443 (près du Traianeum), 444 (sur la terrasse du théâtre), 445 (environs du Traianeum, de même que 446), 447 (entre le théâtre et le Traianeum), 448 (environs du Traianeum, de même que 449), 450 (terrasse du théâtre), 451 (la pierre a été déplacée). On observe une forte concentration de ces inscriptions honorifiques en l’honneur de Quadratus sur l’Acropole (ce qui n’est pas très significatif étant donné que c’est la partie la mieux fouillée de Pergame), et surtout en lien avec le Traianeum.

41 Robert 1937, 349 n. 1.

42 Voir Robert 1937, 349 n. 1 pour cette inscription dont il restitue les dernières lignes ; TAM V, 2, 971 ; en dernier lieu, Malay, Researches, 38 n. 21. Ce curateur apparaît dans la liste de Burton 1979, 483 no 36 (date inconnue). Dans la même cité, une inscription nous paraît plus ambiguë ; elle honore G. Iulius Iulianus Tatianus qui a “orné (sa patrie) par sa famille, genei, ses ergois et ses libéralités, philotimiais” (TAM, V, 2, 966). En l’absence de précision dans l’inscription et d’adjectif ou de complément à ce nom, il nous semble que ses erga peuvent être ses actes, son comportement au cours de sa vie (voir néanmoins Robert 1940, 276-277, sur le sens pris par ce mot employé au pluriel, à l’époque romaine).

43 Laum, Stiftungen, no 100, l. 26-28.

44 AE, 2002, 1385-6 ; SEG, 52, 1201-2.

45 IK, 12-Ephesos, 425 et Add. p. 10, l. 7-10.

46 IK, 13-Ephesos, 638. Pour ses réalisations, voir III.1.

47 IK, 13-Ephesos, 633.

48 IK, 15-Ephesos, 1545.

49 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 110-111 (SEG, 34, 1110). Cette inscription peut être datée à grands traits par la mention d’une seule néocorie.

50 PME, I 84 ; Demougin 1999, no 137.

51 Hepding 1907, 329-330 no 61 (IGR IV, 446).

52 TAM V, 2, 978.

53 TAM, V, 2, 980.

54 IK, 12-Ephesos, 429.

55 IK, 12-Ephesos, 500.

56 IK, 13-Ephesos, 712b.

57 Puech 2002, 471-472 no 260.

58 Reynolds 1991, 26 no 1 et commentaire p. 19.

59 IK, 13-Ephesos, 728. Nous suivons l’attribution des inscriptions à tel ou tel membre de la gens des Vedii d’E. Fontani (Fontani 1996) : il s’agit de Vedius 2 (voir notre stemma).

60 IK, 13-Ephesos, 892.

61 IK, 17.1-Ephesos, 3063, l. 8-10.

62 IK, 13-Ephesos, 621.

63 Exemple remarquable dans IK, 30-Keramos, 14, d’époque augustéenne ou tibérienne : un legs servira εἰς τὸ μέγιστο[ν] καὶ ἐπιφανέστατον ἀνάθημα τῆς π[ό]λεως (l. 28-30), par la mise en place de statues impériales et d’un portique.

64 Voir par exemple l’inscription en l’honneur de P. Quintilius Valens Varius (IK, 13-Ephesos, 712b) : “[-] ont honoré P. Quintilius Valens Varius, secrétaire du Conseil, Flauius Iulianus l’asiarque s’étant occupé de l’érection de la statue à ses frais, pour lui qui a été stratège, gymnasiarque et agoranome de manière pure et honorable, qui a exercé la panégyrie des Grandes Artémisies et qui a mesuré du blé à ses frais pour les jours habituels, qui a été néope d’Artémis et qui a établi comme héritiers [-] mille citoyens parmi toutes les tribus, et qui a donné à chacun d’eux 2 000 drachmes, qui a orné sa patrie par ses bâtiments grands et remarquables” (le début de l’inscription est perdu).

65 Voir encore une inscription provenant de l’agora commerciale, IK, 13-Ephesos, 795.

66 Une femme a “orné la patrie par des nombreux et grands bâtiments et par des offrandes” (TAM, V, 2, 1023). Voir Robert 1929, 137 n. 6, pour la restitution des l. 4-5.

67 Str. 14.1.37 : “et à présent, leur cité est la plus belle de toutes”. Nous avons vu (I, conclusion) l’attrait exercé par ce type de plan urbain associant un paysage urbain côtier, maritime, à la plaine et des reliefs.

68 Aristid., Or., 23.

69 Aristid., Or., 21.

70 Luc., Im., 2. Pour le modèle urbain que représente Smyrne en Asie mineure occidentale, voir Pont 2005.

71 Claud., Carm. Min., 2.

72 Robert 1948b, 77-99 (les deux titres sont systématiquement associés) et Heller 2006, 222.

73 IK, 24.1-Smyrna, 638 ; Puech 2002, 336-7, no 166 (avec traduction, reprise ici). Les restitutions dans cette première attestation de ces titres sont assurées par les parallèles ultérieurs.

74 Voir également l’inscription très fragmentaire IK, 24.1-Smyrna, 674.

75 IK, 24.1-Smyrna, 665-7.

76 IK, 24.1-Smyrna, 637 et 640.

77 Herrmann & Malay 2003, 6-7 no 4 (SEG, 53, 1330).

78 IK, 24.1-Smyrna, 633.

79 Klose 1987, Caracalla R 14.

80 Martyrium Pionii (éd. Robert 1994), 4.2.

81 Heller 2006, 329-331, dont nous n’avons pu tenir compte dans Pont 2005.

82 Voir Robert 1967b, 48-9 ; Collas-Heddeland 1993, 355-368 ; Burrell 2004, 359-371.

83 Heller 2006, 329 n. 159.

84 Haensch 1997, 267-272 ; Burrell 2004, 212.

85 IK, 12-Ephesos, 212 ; lettre étudiée par Robert 1967b, 58-60.

86 Philostr., VS, 2.18 [598].

87 Les ruines ou les bâtiments vieux et mal entretenus sont réputés nuire à l’éclat de la cité : Plin., Ep. Tra., 10.70, où la maison léguée par Polyaenus tombe en ruine ; de même que des égouts malodorants, comme à Amastris, Plin., Ep. Tra., 10.98, qu’il faut reconstruire, opus tam magnum quam necessarium. Dion (D.Chr. 40) indique l’attachement de la population aux souvenirs du bon vieux temps, qui pour Dion ne sont que d’affreux et ridicules débris ; voir également D.Chr. 41.15.

88 Jones 1991. Voir Kek 1996, 282-288 et RPCO, 1114.

89 Robert 1977a et Heller 2006.

90 Str. 12.8.11.

91 Macer, dig., 50.10.3. pr. : opus nouum priuato etiam sine principis auctoritate facere licet, praeterquam si ad aemulationem alterius ciuitatis pertineat uel materiam seditionis praebeat uel circum <uel> theatrum uel amphitheatrum sit, “un nouvel ouvrage peut être entrepris par un particulier même sans autorisation impériale, sauf s’il vise à la rivalité entre cités, ou offre le motif d’une sédition, ou si c’est un cirque, un théâtre ou un amphithéâtre” (Jacques 1984, 782 no 46 sur cette dernière clause). Les dispositions suivantes concernent le nom qui peut être gravé sur le monument. Cette législation rappelle l’idée de juste mesure dans la construction publique, de la pertinence de laquelle Mécène essaie de convaincre Auguste, selon Dion Cassius (D.C. 52.30.2) : “ensuite, il ne faut pas que les cités désirent des bâtiments nombreux ou grands plus qu’il n’est nécessaire, ni qu’elles fassent des dépenses en jeux nombreux et variés, afin qu’elles ne s’épuisent pas en rivalités vaines, et qu’elles ne se fassent pas la guerre avec des ambitions déraisonnables”. Voir Barresi 2000, 312. Dion Cassius est Nicéen : ce problème lui était familier.

92 D.Chr. 40.11.

93 Aristid., Or., 17.8.

94 Aristid., Or., 21.11.

95 Claud., Carm. Min., 2.

96 Aristid., Or., 21.13.

97 Aristid., Or., 21.7.

98 Aristid., Or., 23.13. Voir Fig. 7 pour la forme caractéristique de l’Acropole de Pergame, qui explique les comparaisons qu’Aelius Aristide forme à son sujet.

99 Aristid., Or., 26.97.

100 Cette interprétation de type économique conduit à délaisser des enjeux culturels et politiques plus substantiels.

101 Aristid., Or., 25.55.

102 Behr 1981, 360 n. 1.

103 Aristid., Or., 20.18.

104 Aristid., Or., 20.17.

105 Aristid., Or., 19.12 et 20.12. D’après Behr 1981, 360 n. 18, ces tremblements de terre ont pu avoir lieu en 165. Il ne s’agit probablement pas du tremblement de terre de 161 qui dévasta Cyzique. Des famines sont attestées en 166.

106 Reynolds 1982, no 21 ; Oliver 1989, no 281.

107 D.Chr. 38.47.

108 Sartre 1991, 114-115.

109 Voir aussi Fernoux 2004, 359. Cela, évidemment, n’est pas propre à l’Asie ni à l’Orient : partout les grands-prêtres provinciaux faisaient des dépenses dans le lieu qui accueillait le culte impérial provincial – par exemple à l’autel du Confluent dans les Trois Gaules.

110 Nous employons cette formule car Collas-Heddeland 1993, 275 notamment, insiste sur le fait que toutes les cités “ayant possédé un culte impérial provincial n’ont pas toutes proclamé leur titre de néocores”. Sur les néocories, voir désormais Burrell 2004 et Heller 2006. Nous nous attachons plus spécifiquement au problème de la construction des temples, qui n’a pas été entièrement traité par ces auteurs – n’étant pas au centre de leur étude.

111 D.Chr. 38.41.

112 Voir par exemple les remarques de Campanile 1994, 9-13, qui établit un modèle général où à la première génération est exercée la fonction de grand-prêtre, puis le fils est chevalier et le petit-fils sénateur.

113 Stephan 2002, 178-198, au contraire, se fondant sur les frappes de monnaies par le koinon, très intermittentes, considère que l’identité régionale, du koinon, ne signifiait pas grand-chose.

114 Burrell 2004 et Heller 2006, 180-185 apportent des précisions décisives ; il convient cependant de revenir sur quelques points, comme l’idée d’un possible financement impérial ou privé (Heller 2006, 182 et Burrell 2004, 42-48).

115 Ce constat rend caduque une bonne partie du bilan de P. Barresi sur les constructions du temple du culte impérial (Barresi 2003, 224-226).

116 D.C. 51.20.6-7 : “Octave autorisa (ἐπέτρεψε) les étrangers qu’il appelait “Grecs” à lui consacrer un sanctuaire à lui-même, pour les Asiatiques à Pergame, pour les Bithyniens à Nicomédie” ; Tac., Ann., 4.37 : “Comme le divin Auguste ne s’était pas opposé à ce qu’on élevât à Pergame un temple consacré à sa personne et à la ville de Rome…”.

117 Price 1984, cat. no 19 et 100.

118 Suda, s. v. Τήλεφος. Les livres sur Pergame sont énoncés sous ce titre : Περιήγησιν Περγάμου, Περὶ τοῦ ἐν Περγάμῳ Σεβαστίου βιβλία β’. Malgré cette beauté et sa grandeur, la localisation du temple est inconnue – il devait se trouver dans la plaine (Price 1984, 137).

119 Sur les monnaies représentant les temples de Pergame et de Nicomédie, voir Tuchelt 1981, 185 ; mais ses remarques ne prennent pas en compte les règles de représentation habituelles des temples, qui n’ont rien à voir avec un souci de réalisme.

120 RPC I, 2217 et 2219. Voir Collas-Heddeland 1993, 28-29 ; Burrell 2004, 19 type 1.

121 Claude (RPC I, 2221 et Burrell 2004, 19 type 2 et n. 21 ; cette monnaie fut émise à Éphèse) ; Nerva (SNG von Aulock 6596-6597, RIC 1222) ; Trajan (SNG von Aulock 6603, RIC 723).

122 RPC I, 2355-8 et 2364 (avec quatre ou six colonnes) ; voir Burrell 2004, 19 type 3. Sur RPC 2364 (au dr., le proconsul M. Plautius Siluanus, au rev., temple tétrastyle, Auguste), voir Burrell 2004, 20 type 5.

123 RPC I, 2366 et 2369 ; voir Burrell 2004, 20 type 6.

124 RPC I, 2370, voir Burrell 2004, 20 type 7.

125 RPC I, 2372, voir Burrell 2004, 20 type 8.

126 RPC II, 918 (au revers, Auguste dans un temple tétrastyle, avec en légende ΘΕΟΝ ΣΕΒΑΣΤΟΝ ΠΕΡΓΑΜΗΝΩΝ). Voir Burrell 2004, 20 type 9.

127 SNG von Aulock 7502 (Burrell 2004, 22 types 10-12).

128 Tac., Ann., 4.55.

129 S’agit-il du temple au centre de l’“agora” civile d’Éphèse, ou de celui qui se trouve entre l’odéon et le prytanée ? En faveur de la deuxième hypothèse, pour des raisons architecturales (emploi de l’opus caementicium et disposition planimétrique de l’ensemble), voir Spanu 1988, 41-44 ; pour un récapitulatif des débats, Scherrer 2000, 80 et 84, et Halfmann [2001] 2004, 39-40, avec la n. 74, pour la bibliographie antérieure.

130 Price 1984, cat. no 45. Tac., Ann., 4.56 : les raisons qui permettent à Smyrne de l’emporter, comme sa loyauté ancienne envers les Romains, sont d’ordre politique.

131 RPC I, 2469 (au rev. Tibère en toge, dans un temple à quatre colonnes, légende ΣΕΒΑΣΤΟΣ ΤΙΒΕΡΙΟΣ ; voir Burrell 2004, 39 type 1). Il fut représenté ensuite sous Domitien, RPC II, 1018 et 1020, voir Burrell 2004, 41 types 2 et 3.

132 Brunt 1961, 220.

133 Tac., Ann., 4.15.

134 Aristid., Or., 19.13.

135 Herrmann 1989 considère qu’il faut croire Dion et que le temple de Caligula devait être le temple de Didymes ; ce culte est resté un épisode sans lendemain ; de même Collas-Heddeland 1993, 181-182. En revanche S. Price suggère qu’il s’agit d’un autre temple (Price 1984, cat. no 40), de même que Mellink 1991, 144-145. Voir à présent Burrell 2004, 55-57.

136 D.C. 59.28.1.

137 Didyma, 148 (l. 4-6 : ἐπὶ ἀρχιερέως Γναίου Οὐεργιλίου Καπίτωνος τοῦ μὲν ἐν Μειλήτωι ναοῦ Γαΐου Καίσαρος τὸ πρῶτον) ; commentaire dans Robert 1949, 206-238.

138 Γάιος δὲ ἐν τῇ Ἀσίᾳ τῷ ἔθνει τέμενός τι ἑαυτῷ ἐν Μιλήτῳ τεμενίσαι ἐκέλευσε· ταύτην γὰρ τὴν πόλιν ἐπελέξατο, λόγῳ μὲν εἰπὼν ὅτι τὴν μὲν Ἔφεσον ἡ Ἄρτεμις τὴν δὲ Πέργαμον ὁ Αὔγουστος τὴν δὲ Σμύρναν ὁ Τιβέριος προκατειλήφασι, τὸ δὲ ἀληθὲς ὅτι τὸν νεὼν ὃν οἱ Μιλήσιοι τῷ Ἀπόλλωνι καὶ μέγαν καὶ ὑπερκαλλῆ ἐποίουν ἰδιώσασθαι ἐπεθύμησε (trad. J. Auberger, Paris, 1995). Un autre problème est soulevé par le terme “ordonna”, ἐκέλευσε, qui paraît annihiler toute initiative venue du koinon. Un acte tyrannique de Caligula est possible, tout comme une simplification de la part de l’abréviateur de Dion Cassius (Burrell 2004, 55).

139 Émission monétaire modeste de bronze ayant pour type de revers un temple hexastyle, sous Caligula (RPC I, 2707). Sous Claude, un temple hexastyle est encore représenté (RPC I, 2709) : s’agit-il du temple d’Apollon à Didymes, après l’abandon du culte de Caligula ?

140 Voir Collas-Heddeland 1993, 75.

141 Burrell 2004, 100-102.

142 Howe et al. 1986 et déjà Price 1984, cat. no 58.

143 Howe et al. 1986, 48.

144 Howe et al. 1986, 63-64 ; sur l’inscription des néopes du sanctuaire de Didymes, cf. Robert 1949, 206-238.

145 SNG von Aulock 3137, SNG Cop. 505, RPC II 1305-1306.

146 RPC II 1308.

147 Buttrey et al. 1981, no 252, temple hexastyle, daté d’entre 80 et 100 ; ibid., no 255 (temple hexastyle, pièce datée d’entre 100 et 120) ; RPC II 1309 (temple tétrastyle, pièce datée d’entre 100 et 120).

148 Burrell 2004, 102 : selon elle, rien ne prouve qu’il s’agit d’un temple du culte impérial. Or il nous semble que cette date précoce pour une émission monétaire à type architectural indique au contraire une circonstance exceptionnelle, telle que l’obtention d’une néocorie.

149 Price 1984, cat. no 31. Burrell 2004, 61-66 : selon elle, cette néocorie aurait été obtenue puis perdue dès l’époque de Néron.

150 Détails architecturaux et références bibliographiques dans Scherrer 2000, 92.

151 Respectivement, il s’agit des inscriptions IK, 12-Ephesos, 241, IK, 15-Ephesos, 1498, IK, 12-Ephesos, 240, 238, 235 et 232, IK, 16-Ephesos, 2048, IK, 12-Ephesos, 234 et 239, et enfin IK, 12-Ephesos, 242.

152 Voir Robert 1967b, 50 n. 3.

153 IK, 12-Ephesos, 237.

154 IK, 12-Ephesos, 233 ; Reynolds 1982, no 42.

155 Voir un commentaire détaillé de ces inscriptions du point de vue de l’usage des titres dans Heller 2006, 245-254.

156 Reynolds 1982, no 14.

157 Voir D.Chr. 35.17 et le commentaire dans Heller 2006, 183.

158 Price 1984, cat. no 20. Burrell 2004, 22-30.

159 BMC 262 ; SNG Cop. 475-476 (Zeus assis sur un trône, Trajan debout) ; Vögtli 1993, no 371. On trouve également des revers avec un temple et Trajan seul à l’intérieur (Vögtli 1993, no 375). Voir Burrell 2004, 25 type 14.

160 Vögtli 1993, no 373 ; voir Burrell 2004, 25 type 13.

161 Halfmann 1979, no 17.

162 IPergamon, 269.

163 Burrell 2004, 23 : elle propose que cette épithète divine aurait un rapport avec la valeur de l’amitié entre l’empereur et ses conseillers ; Halfmann [2001] 2004, 72, rappelle l’amitié entre Trajan et Quadratus.

164 Wulf 1994, 154 et 166 en particulier. Voir le plan de Pergame.

165 Aristid., Or., 53.2.

166 Price 1984, 155-156.

167 Price 1984, cat. no 17.

168 Price 1984, cat. no 46.

169 Barattolo 1995.

170 Voir en dernier lieu, SGO II, 08/01/30 et notre bilan en I. 1. Voir Pont 2008b pour la réfutation de l’idée selon laquelle des sources attesteraient la participation d’Hadrien au financement de ce temple, qui est due à une mauvaise lecture de sources d’époque byzantine (il est question de la “fondation” du temple par Hadrien, ce qui signifie non un don monétaire, mais l’acte d’évergétisme qui au plus haut point relève de l’empereur, à savoir l’octroi d’un privilège, en l’occurrence celui de la néocorie).

171 D.C. 70.4.

172 Burrell 2002, contra Price 1984, 153-155.

173 Antonin le Pieux (RPCO, 670, 2321-2) ; Lucius Verus (RPCO, 2331) ; Commode (RPCO, 729 et 3057) ; Gordien III (RPC VII. 1, 6, 23-4).

174 Burrell 2004, 42-48.

175 Voir Millar 1977, 421 pour une autre solution.

176 IK, 24.1-Smyrna, 697, l. 33-42.

177 Philostr., VS, 1.25 [531] : νεὼς τηλεφανὴς ὁ ἐπὶ τῆς ἄκρας ἀντικεῖσθαι δοκῶν τῷ Μίμαντι. B. Burrell défend en revanche l’idée d’une construction ex nihilo (Burrell 2004, 45-46).

178 Le Kaisaréion désigné dans IK, 23-Smyrna, 236 est encore un autre espace cultuel.

179 Inscription funéraire IK, 23-Smyrna, 199.

180 Selon Philostrate, 10 millions de deniers auraient été reçus par la cité. Ils auraient servi à la construction d’un gymnase et d’un temple, peut-être celui de Zeus Akraios. La différence entre les deux sommes pose un problème non résolu ; il nous semble que Philostrate a pu tout simplement commettre une erreur sur ce point.

181 Voir Burrell 2004, 66-70.

182 IK, 12-Ephesos, 428. La statue a été restaurée dans les années 405-410 par Flauius Anthémios Isidôros (SGO I, 03/02/13).

183 Paus. 7.2.9.

184 Jones 1993 et Engelmann 1996.

185 Plusieurs inscriptions honorifiques en l’honneur d’Hadrien le qualifient de Zeus Olympien en 129 (IK, 12-Ephesos, 267-271).

186 Scherrer 1999 et 2000, 184-185.

187 Hypothèse défendue également par Burrell 2004, 68.

188 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 126-127 : [Κερα]μιήταις τόπ[ος ὁ δοθεὶς ὑπὸ τοῦ ἀρχιερέως] τῆς Ἀσίας [ν]αῶν τῶν ἐν Ἐφέσῳ Οὐλπίου Ἀριστοκράτους·

189 IK, 13-Ephesos, 618. Il a également été curateur de la gérousie : [Μ(ᾶρκον) Οὔλπιον] Ἱεροκλέους Ἀριστοκράτην Κεραμιήτην, ἀρχιερέα Ἀσ[ί]ας ναῶν τῶν ἐν Ἐφέσῳ καὶ [ἀγω]νοθέτην τῶν μεγάλων [Ἁδρια]νείων τῆς δευτέρας πε[νταε]τηρίδος, δόντα τὰς ὑπὲ[ρ τῆς ἀρ]χιερ<ω>σύνης μυριάδας [– εἰς] τὴν κατασκευὴν τ[– κ] αὶ ἄλλας μυριάδας [– εἰς τὸ ca 4] εριον, δοθέντα [δὲ καὶ λογιστὴ]ν ὑπὸ θεοῦ Ἁδριανοῦ [τῇ φιλ]οσεβάστῳ γερουσίᾳ, φ[–] κτλ.

190 En ce sens il est possible d’estimer qu’il y a une évolution de la valeur du titre de néocore : il n’a plus l’importance régionale qu’il possédait auparavant. Winter 1996, 168-171, souligne que le titre de néocore perd de sa valeur au iie et au iiie siècle.

191 L’argument économique – les cités n’auraient plus les moyens de financer la construction de temples immenses – n’est pas valable dans la mesure où l’époque sévérienne est celle de nombreuses constructions.

192 Ratté et al. 1986, 67 : d’après les découvertes monétaires, l’abandon définitif date des années 140-150. Les auteurs font l’hypothèse que le culte des empereurs de la première néocorie aurait été transféré dans le temple de la seconde néocorie (le temple d’Artémis).

193 Les titres de Sardes renforcent la démonstration, dans la mesure où la cité est deux fois néocore à l’époque d’Antonin le Pieux sans que l’on sache assurément d’où vient la première néocorie : une inscription datant de l’époque de Lucius Verus parle de Sardes deux fois néocore (Hanfmann & Ramage 1978, no 276). Price 1984, cat. no 57 présente une interprétation différente, mais qui ne tient pas compte de ce titre attesté dès Lucius Verus (voir aussi Collas-Heddeland 1993, 75-76). Burrell 2004, 100-103, discute les propositions de Ratté et al. 1986, notamment d’un point de vue chronologique.

194 Price 1984, cat. no 57 à réviser, car l’auteur attribue la seconde néocorie à Septime Sévère, alors qu’elle date d’Antonin le Pieux. Voir désormais Burrell 2004, 102-110.

195 Hanfmann & Ramage 1978, no 79 (Antonin le Pieux) et no 251 (Faustine).

196 Le second naos servirait alors pour le culte de Zeus. Voir Price 1984, 151 et fig. 7 ; voir Gruben 1961, 181-184, pour la description de cette phase de construction d’après les sources archéologiques.

197 RPCO, 1426 ; légende de revers : ΕΠΙ ΚΛ ΦΡΟΝΤΩΝΟΣ ΑΣΙΑΡΧ ΣΤΡΑΤΗΓΟ Α ΣΑΡΔΙΑΝΩΝ (contra Burrell 2004, 10). Sous Septime Sévère, des émissions monétaires représentent le nombre de néocories de Sardes selon les critères iconographiques qui se diffusent alors : deux temples indiquent deux néocories, même si le premier est de fait à l’abandon et que le second est le temple d’Artémis. Les notables de la cité ne rechignent pas à adopter ce langage symbolique, comme le montre par exemple SNG von Aulock 3155, avec au dr. le buste de Septime Sévère, au rev. deux temples hexastyles, de troisquarts, surmontés de couronnes, avec la légende ΣΑΡΔIΑΝΩΝ ΔΙΣ ΝΕΩΚΟΡΩΝ ; un revers similaire avec Géta au droit (SNG von Aulock, 3162). On trouve une représentation délibérément ambiguë sous Caracalla : trois temples alors que la cité n’a que deux néocories, le temple du centre étant un temple de Korè (SNG Cop. 532).

198 RPCO, 952 : au dr., le buste de Faustine ; au rev., un temple hexastyle avec l’empereur et légende indiquant “Cl. Fronto, asiarque et archiéreus des 13 cités, a eu la responsabilité, pour le koinon ionien”.

199 Lindner 1994, 144-145. Interprétation différente d’Engelmann 1972.

200 Price 1984, cat. no 88. Voir Burrell 2004, 119-125.

201 Voir le commentaire par L. Robert de cette inscription où figurait le titre de néocore de la cité, avant d’être remplacé par philosébastos : Robert 1969b, 281-289 n. 5 ; IK 49, 45.

202 Collas-Heddeland 1993, 86-88.

203 Waddington 1904, no 7072.

204 Burrell 2004, 121-122, no 8.

205 Harl 1987, 52-60.

206 Sperti 2000, 91-92.

207 Barresi 2003, 328-334 : Aurelius Héliodôros, affranchi connu par une inscription de Laodicée, de l’époque de Commode, s’est fait construire un tombeau monumental ; Barresi en conclut qu’il aurait été assez riche pour participer au financement du temple néocore construit à cette époque à Laodicée. Cette hypothèse est d’autant plus infondée qu’aucun document n’a jamais prouvé la participation à titre privé d’un évergète dans la construction d’un temple impérial de niveau provincial.

208 Une autre monnaie attire l’attention : au dr., la tête de Caracalla, au rev. trois temples, les deux sur le côté sont représentés en perspective, dans chacun une statue (SNG von Aulock 3858). La logique de cette représentation serait plutôt, nous semble-t-il, de montrer trois temples du panthéon grec de Laodicée, dont l’un aurait aussi abrité le culte de l’empereur.

209 Burrell 2004, 48-53 ; Heller 2006, 386.

210 Monnaies avec au revers la déesse Roma assise tenant un temple tétrastyle, et au dr. Iulia Domna (BMC 389-392), Caracalla (BMC 410-411), Iulia Mamaea (BMC 434) ; au revers, l’Amazone Smyrna, tenant un temple tétrastyle, et au dr. Iulia Mamaea (BMC 435-436), Tranquillina (BMC 446-447), Salonina (BMC 475-476) ; enfin des monnaies avec au dr. Gallien, au rev. la déesse Roma tenant un temple tétrastyle (BMC 467-469).

211 SNG von Aulock 2220, 8005, SNG Cop. 1389, BMC 403-406, 415-416 ; sous Élagabal, SNG von Aulock 2224 ; sous Gordien III, RPC VII. 1, 304 et 308 ; sous Valérien, BMC 455, SNG von Aulock 2233 ; sous Gallien, BMC 470.

212 Tac., Ann., 4.56. Voir Burrell 2004, 49-50.

213 Price 1984, cat. no 23. Voir Burrell 2004, 30-35.

214 Au dr. tête de Caracalla, au rev. trois temples, à g. hexastyle, Auguste, dans le fronton ΑΥΓ, au centre, tétrastyle, avec un dieu et ΑΝ pour Antoninus, à dr. hexastyle avec statue de Trajan, dans le fronton ΤΡΑ, légende ΠΕΡΓΑΜΗΝΩΝ ΠΡΩΤΩΝ Γ ΝΕΩΚΟΡΩΝ (SNG von Aulock, 7513 ; SNG von Aulock, 1411-2 ; SNG Cop. 500, BMC 327) ; au dr. buste de Sévère Alexandre, rev. similaire (BMC 336, SNG Cop. 502).

215 Collas-Heddeland 1993, 179.

216 Dédicace de ce temple : IPergamon, 299. L’inscription était en lettres de bronze. D’époque hellénistique, ce temple, détruit par un incendie, fut reconstruit sous le règne d’Hadrien.

217 Voir Burrell 2004,

218 Collas-Heddeland 1993, 83 et n. 400.

219 SNG von Aulock 7378.

220 Références dans Collas-Heddeland 1993, 85 n. 410 et n. 411. Voir BMC 199 (au dr., la tête du fondateur de Cyzique, au revers deux temples en perspective) qui montre comment l’identité civique s’enrichit de l’obtention de néocories. Voir Burrell 2004, 94-98.

221 Price 1984, cat. no 61. Voir Burrell 2004, 130-132.

222 SNG von Aulock 3290.

223 Voir Burrell 2004, 126-130.

224 Price 1984, cat. no 55, Collas-Heddeland 1993, 95-96, Barresi 2003, 224, no 12.

225 Oliver 1989, 263 ; Bartels & Petzl 2000 (AE, 2000, 1381 ; SEG 50, 1187).

226 Représentation d’un temple avec personnage à la tête radiée (empereur ou Hélios ?) sur les monnaies de cette époque : BMC 94-95, SNG von Aulock 3083, de l’époque de Sévère Alexandre.

227 Voir Pont 2007b.

228 Il pourrait même s’agir d’une acclamation lancée à la lecture de la lettre par les citoyens de Philadelphie (AE, 2000, 1381).

229 Price 1984, cat. no 36. Voir surtout Heller 2006, 221-227.

230 IK, 12-Ephesos, 212 ; Oliver 1989, 266. Voici la première ligne : ὁ κύριος Ἀντων[ε] ῖνος τῇ [Ἀσίᾳ]. Voir Robert 1967b, 47 ; Heller 2006, 226-227.

231 BMC 293. Voir le commentaire de Collas-Heddeland 1993, 71.

232 Voir Burrell 2004, 76-77.

233 Sur les troubles sous Macrin entre Pergame et Éphèse περὶ τῶν πρωτείων καὶ τῶν λοιπῶν δικαίων (IK, 13-Ephesos, 802), voir Heller 2006, 324-328.

234 On ne connaît qu’une seule monnaie montrant les deux temples à l’époque d’Hadrien (voir Burrell 2004, 69 type 5). Cette attitude est différente de celle des autres cités.

235 BMC 305, SNG Cop. 442.

236 BMC 306.

237 Collas-Heddeland 1993, 73 ; voir IK, 13-Ephesos, 625 et le commentaire dans Bull. 1974, 503.

238 BMC 314. Voir Burrell 2004, 77 type 25.

239 Collas-Heddeland 1993, 74. Ces fluctuations sont à présent bien connues grâce à Burrell 2004 et Heller 2006.

240 Halfmann [2001] 2004, 116 propose néanmoins de localiser sur le terrain des constructions en rapport avec cette néocorie.

241 Collas-Heddeland 1993, 78.

242 BMC 171. Voir Burrell 2004, 100 type 6.

243 Buttrey et al. 1981, 9-10, estiment que la représentation du temple néocore d’Élagabal est fantaisiste car il ne fut jamais construit.

244 Collas-Heddeland 1993, 97-99.

245 Price 1984, cat. no 86 ; Johnston 1984 ; voir Burrell 2004, 135-138.

246 L’obtention de la néocorie doit-elle être comprise comme le résultat de l’influence du sophiste Antipatros de Hiérapolis ? D’après Philostrate, il protesta énergiquement quand il apprit la mort de Géta, ce qui n’a pas dû aider la cité à obtenir son titre (VS, 2.24 [606-607]).

247 Johnston 1984, no 8. Voir Burrell 2004, 135-136 type 1.

248 Johnston 1984, 58.

249 Collas-Heddeland 1993, 56. Voir Burrell 2004, 57-58.

250 Cabinet des Médailles, Bibliothèque Nationale, Paris, inv. no 1912. Voir Burrell 2004, 57-58, type 1.

251 Robert 1967b, 53-54 ; Collas-Heddeland 1993, 90-91 et 100-102 ; Burrell 2004, 116-118 et 142-144, avec les références numismatiques et épigraphiques ; Heller 2006, 282. Notre interprétation diffère en ce qu’il ne nous paraît pas certain que ce titre de néocore argué par les deux cités ait fait l’objet d’une autorisation officielle de la part des autorités romaines.

252 Robert 1981b, 352.

253 Robert 1967b, 52-53.

254 ILS 8805 ; Oliver 1989, 213.

255 Burrell 2004, 118, émet également des réserves, mais elle retient cependant l’hypothèse que le titre a été donné par les autorités impériales.

256 Pour le rang des cités dans la province d’Asie, voir Robert 1977c, 64-68 et 115-116 et Heller 2006, 310-313.

257 Même sur les monnaies de bronze la mention “néocores par décret du Sénat” pouvait trouver place ; voir à Laodicée par exemple, sous Élagabal, Burrell 2004, 123 no 12 : au revers, on trouve la légende “des Laodicéens néocores, par décret du Sénat”.

258 Point souligné par Heller 2006, 282.

259 Le cas de Synnada est peu clair (Price 1984, cat. no 91 ; voir Burrell 2004, 145-146, d’après MAMA IV, 59). Celui de Sardes en 459 procède sans doute d’une erreur du lapicide (Sardis, 18).

260 Spawforth & Walker 1985.

261 Roueché 1989, 220.

262 Robert 1977c, 128.

263 Spawforth & Walker 1985, 80-81.

264 OGIS 503.

265 OGIS 497. L’énoncé des motifs est très clair : διὰ τε τὸ γένος Ἑλλενι[κὸν ὂν καὶ τὴν] πρὸς Ῥωμαίους ἐκ παλαιοῦ φι[λίαν καὶ εὔνοι] αν καὶ διὰ τὸ εὐξῆσθαι τειμαῖ[ς μεγάλαις ὑπὸ] θεοῦ Ἁδριανοῦ.

266 Voir Jones 1996.

267 Robert 1984a, 38.

268 IK, 24.1-Smyrna, 697. Smyrne reçut aussi de l’argent.

269 Lindner 1994, 172-176, sur Tralles et Weiss 2000 sur Euménéia.

270 Voir fig. 11, le plan d’Aizanoi.

271 Spawforth & Walker 1985, 81.

272 TAM V, 2, 982. Nous avons vu qu’un Hadrianéion est attesté dans la cité, et qu’on ne peut conclure en toute certitude qu’il s’agit d’un temple d’Hadrien – ce peut être, notamment, un édifice balnéaire, type de monument qui portait souvent un surnom impérial.

273 Price 1982. L’hypothèse de Kl. Rheidt, selon lequel la construction du temple a pour motif la volonté de participer au Panhellènion, doit donc être révisée (Rheidt 1997, 492-493).

274 Robert 1937, 301-305 ; document cité en III. 2.

275 Sur les inscriptions de la famille d’Euryklès au stade, voir Wörrle 1992.

276 Tac., Ann., 4.55.

277 Sur Pergame à l’époque augustéenne, voir Halfmann [2001] 2004, 25-34.

278 IK, 12-Ephesos, 449.

279 Voir, pour le détail de l’ensemble des opérations, Halfmann [2001] 2004, 58-62 et supra I.4 ; pour le nom du gymnase, II. 1 notamment.

280 Halfmann [2001] 2004, 69-76 ; voir ici, I.1 et I.3.

281 IK, 24.1-Smyrna, 697.

282 IK, 12-Ephesos, 430.

283 IK, 12-Ephesos, 274.

284 En rapport avec cette idée, voir Sardis, 8, en l’honneur de Ménogénès fils d’Isidôros, par le koinon d’Asie : des statues de Ménogénès doivent être exposées dans les cités du koinon qui le désirent.

285 Voir la “vaine rivalité”, ἡ ματαία φιλονικεία (MAMA VI, 6, l. 5) stigmatisée dans la lettre d’un proconsul adressée à Laodicée du Lycos.

286 Aristid., Or., 23.65.

287 Aristid., Or., 20.12 et 18.

288 Voir Pont 2007c : c’est peut-être à l’occasion d’un séisme ou pour superviser l’une de ces grandes dépenses communes que M. Ulpius Carminius Claudianus fut “trésorier de l’Asie”.

289 Didyma, 148 ; Robert 1949, 206-238.

290 Didyma, 107 ; Herrmann 1989.

291 SGO II, 08/01/30 ; IGR, IV, 140.

292 D.Chr. 35.17 ; cf. Heller 2006, 183.

293 Voir Robert 1949, 212 : “il est clair que la construction d’un temple impérial n’est pas l’affaire de particuliers, même groupés en associations dans chaque ville. C’est une affaire d’état, qui est décidée par une ville, ou, ici (il s’agit du temple de Caligula à Milet) par la province”.

294 Barattolo 1995.

295 Aristid., Or., 27.21.

296 Aristid., Or., 27.13.

297 Aristid., Or., 27.18, notamment.

298 Suda, s.v. Τήλεφος, voir supra.

299 Au contraire en Afrique au ive siècle les cités continuent d’utiliser des titres qui ne se réfèrent plus à un statut témoignant de privilèges réels : Lepelley 1979, 121-128.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540