Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

1. κάλλη δημοσίων οἰκοδομημάτων. “Les beautés des monuments publics”

VIII - Traces du pouvoir romain dans la cité

Texte intégral

  • 1 Lavan 1999. Pour Éphèse (p. 148) il va donc à l’encontre des arguments de Foss 1979, 51.
  • 2 A. Laronde m’a indiqué que ce qui était jusqu’alors interprété comme un praetorium dans cette cité (...)

1Les signes de la domination romaine dans les cités sont extrêmement ténus dans le paysage urbain. Ni l’épigraphie, ni les sources littéraires ne s’arrêtent sur les lieux d’exercice du pouvoir des fonctionnaires envoyés par Rome, les gouverneurs notamment. L’archéologie est confrontée aux mêmes lacunes : L. Lavan dans un article récent a montré qu’à Sardes, Aphrodisias et Éphèse il était également impossible de localiser sur le terrain les résidences de gouverneurs dans l’Antiquité tardive (après la réorganisation provinciale de l’époque de Dioclétien), malgré les identifications tentées auparavant1. Dans quelques cités d’Occident et d’Orient l’identification d’édifices avec des praetoria est possible (à Cologne, à Aquincum, à Gortyne2 en Cyrénaïque), mais rien de tel n’a à ce jour été reconnu dans les cités d’Asie.

  • 3 Sur ces problèmes, voir Haensch 1997, 297 (Carie et Phrygie) et 298-322 (province d’Asie). Sur l’ac (...)
  • 4 Le sophiste Polémon avait également l’air de considérer comme en-dessous de lui de recevoir Antonin (...)
  • 5 Franchi de Cavalieri 1901, p. 124 col. 2 l. 25-26. Τ(...)
  • 6 Franchi de Cavalieri 1901, p. 124 col. 2 l. 13-14 et 24 et p. 125 col. 1 l. 3.
  • 7 Franchi de Cavalieri 1901, p. 108-109.

Dans la plupart des cités, le gouverneur ne fait que passer lors de ses tournées3. Il loge alors temporairement avec sa suite chez des particuliers, qui cherchent souvent à échapper à de tels devoirs à cause des dépenses encourues4. Le gouverneur rejoint ensuite un lieu officiel pour exercer son pouvoir et notamment juger les cas qui relèvent de sa juridiction : dans le martyre d’Ariadnè, le procès de Tertullus se déroule dans le ΣεβαστεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον de Prymnessos en Phrygie5, un établissement balnéaire plutôt qu’un sanctuaire du culte impérial comme nous l’avons vu (I.1). Autour de Gordios, ὁ ἡγεμὼν6, qui siège πρὸ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg βήματος, se trouvent le Conseil de la cité et le peuple7. Les lettres de Pline, si l’on se permet un détour par le Pont-Bithynie, n’apportent pas beaucoup plus de renseignements. Une notation vague dans la lettre 81 suggère que dans chaque cité, on essayait de trouver un lieu convenable à l’exercice d’un tel pouvoir, et qu’il n’y avait pas de règle. En effet, alors qu’à Prymnessos le gouverneur juge dans un monument public, à Pruse de l’Olympe Pline règle les affaires courantes intra hospitium, la maison où il trouvait l’hospitalité. La lecture des Discours sacrés d’Aelius Aristide, où il raconte ses démêlés avec les gouverneurs successifs d’Asie, dans plusieurs villes de la province, pour obtenir et confirmer son immunité, ne permet pas non plus de préciser les lieux où de telles affaires étaient jugées.

  • 8 IK, 17.1-Ephesos, 3003 ; IK, 59, 155.
  • 9 Engelmann 1993b, 105-111.
  • 10 IK, 17.1-Ephesos, 3009.
  • 11 Voir I.2.
  • 12 Remarque de Feissel & Gascou 1989, 555.
  • 13 Roueché 1991, 99-108.

Dans la capitale d’Asie, seule une inscription concerne peut-être le lieu d’exercice du pouvoir du gouverneur, mais son interprétation demeure très incertaine. La dédicace bilingue8 sur le petit côté sud du portique est de l’agora commerciale, à l’époque néronienne, faite par un couple, est peut-être liée, selon H. Engelmann9, à l’auditorium où le gouverneur aurait siégé. En effet, une autre inscription10, datant des environs de 230, commémore la réfection par la cité du pavement de la place, à cet endroit, “devant l’auditorium et la bibliothèque de Celsus”, πρὸ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg αὐδειτωρίου καὶ τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς Κέλσου βιβλιοθήκης. Ce mot ne se trouve pas par ailleurs dans l’épigraphie d’Asie mineure d’époque impériale. Une telle précision dans la désignation d’un lieu d’exercice d’un pouvoir non civique serait extrêmement rare. Il vaut peut-être mieux considérer cette salle, comme nous l’avons vu11, comme une salle à destination avant tout culturelle, comme les akroatèria. Au fond, le cas antiochéen tel qu’il apparaît dans les années 240 avertit de ne pas être trop surpris de l’absence de siège assigné aux fonctions, notamment judiciaires, du gouverneur : la pétition des habitants de Beth Phouraia à Iulius Priscus a été entendue dans les thermes d’Hadrien, dans la capitale de la Syrie locale12. Le signe le plus tangible de la présence régulière des autorités romaines dans les cités reste la place d’honneur attribuée dans le théâtre au gouverneur, à l’occasion de ses passages dans la cité. Elle peut traduire, selon Ch. Roueché13, le désir d’accueillir avec faste les gouverneurs dans la lutte pour le rang que se livrèrent les cités lors des réorganisations administratives du iiie siècle. Mais en dehors du temps de la visite du gouverneur – nécessairement bref et épisodique – la meilleure place au théâtre pouvait être occupée par d’autres sommités.

  • 14 Roueché 1981.
  • 15 Il faut aujourd’hui revenir sur l’interprétation d’abord proposée des reliefs de la basilique au su (...)
  • 16 Roueché 1989 ; Weiss 1991, sur cette même inscription, étudie plutôt les relations entre Pergè et É (...)
  • 17 Christol & Drew-Bear 1999.

2Les réformes affectant l’organisation provinciale à partir des années 250 ont pu entraîner une modification. L’article de L. Lavan montre pourtant que l’archéologie ne permet pas d’identifier sur le terrain les lieux d’exercice du pouvoir des gouverneurs dans l’ancienne province d’Asie. D’après une inscription publiée par Ch. Roueché la province de Phrygie-Carie apparaît avant 25914 et Aphrodisias en fut peut-être la capitale, puisqu’elle est la métropole de la province de Carie créée par la suite15. On ignore ce qu’il en est à Sardes. Il est également difficile d’identifier un programme de construction en rapport avec l’espoir d’obtenir une place dans le réseau administratif redessiné dans la deuxième moitié du iiie s., à la différence d’autres régions. Cet enjeu est clairement défini par Ch. Roueché à propos de Pergé16. Le lien entre l’obtention d’un statut et des entreprises visant à accroître la beauté des monuments de la cité peut être réel, comme le montre l’exemple d’Antioche de Pisidie examiné par M. Christol et Th. Drew-Bear17. M. Valerius Diogénès, gouverneur de la nouvelle province de Pisidie sous Galère, surveille des travaux entrepris pour un arc et dans la zone du théâtre. Cependant, à la différence d’Antioche de Pisidie, le cas des capitales de province dans l’ancienne province d’Asie est moins évident, car dans ces régions occidentales de l’Asie mineure la construction par des gouverneurs est nettement décalée vers la fin du premier tiers du ive siècle. Lorsque des constructions interviennent notamment à Éphèse, Sardes et Aphrodisias, capitales de nouveaux districts provinciaux, elles sont datées du milieu du ive s. : si elles ont bien un rapport avec la présence du gouverneur sur place, puisque c’est lui au premier chef qui décide des constructions, rien n’est attesté plus tôt pour conforter ce statut de capitale à peine obtenu pour Aphrodisias et Sardes, depuis les années 250-260, et même jusque vers 330. Il nous semble, à la lumière de la comparaison avec Antioche de Pisidie en particulier, que le traumatisme dans ces régions, après les invasions gothiques et les tremblements de terre des années 260, est particulièrement important. Les cités s’en remettent lentement. En même temps, les cités choisies pour être les capitales des nouvelles provinces étaient toutes des cités prestigieuses, qui au Haut-Empire se distinguaient déjà par leur beauté.

3Au total, le bilan est donc extrêmement mince ; et seules les places d’honneur au théâtre – mais par nature, elles n’étaient pas réservées au gouverneur – permettent d’effleurer l’une des manifestations architecturales de l’apparat du pouvoir de l’administration romaine.

Notes

1 Lavan 1999. Pour Éphèse (p. 148) il va donc à l’encontre des arguments de Foss 1979, 51.

2 A. Laronde m’a indiqué que ce qui était jusqu’alors interprété comme un praetorium dans cette cité a été identifié par A. Di Vita comme un gymnase.

3 Sur ces problèmes, voir Haensch 1997, 297 (Carie et Phrygie) et 298-322 (province d’Asie). Sur l’accueil réservé par les habitants des cités au gouverneur au cours de sa tournée, notamment les acclamations et les rencontres hors de la ville, voir Pont 2009.

4 Le sophiste Polémon avait également l’air de considérer comme en-dessous de lui de recevoir Antonin, alors proconsul d’Asie, d’après une anecdote rapportée par Philostr., VS, 1.25 [534].

5 Franchi de Cavalieri 1901, p. 124 col. 2 l. 25-26. ΤImage 10000000000000090000000F3159D8AE.jpg δὲ ἑξς προκαθεστεὶς ἡγεμὼν πρὸ βήματος ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg σεβαστείῳ τς πόλεως, ἐκέλευσεν ἄγεσθαι τὸν Τέρτυλλον. καὶ συναθροισθέντος παντὸς το βουλευτηρίου σὺν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg δήμῳ ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg δικαστηρίῳ, ἐπανέγνω αὐτος Γόρδιος ἡγεμὼν τὸ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν βασιλέων δόγμα ἔχον τὸν τύπον τοτον (p. 124 col. 2 l. 23-p. 125 col. 1 l. 5).

6 Franchi de Cavalieri 1901, p. 124 col. 2 l. 13-14 et 24 et p. 125 col. 1 l. 3.

7 Franchi de Cavalieri 1901, p. 108-109.

8 IK, 17.1-Ephesos, 3003 ; IK, 59, 155.

9 Engelmann 1993b, 105-111.

10 IK, 17.1-Ephesos, 3009.

11 Voir I.2.

12 Remarque de Feissel & Gascou 1989, 555.

13 Roueché 1991, 99-108.

14 Roueché 1981.

15 Il faut aujourd’hui revenir sur l’interprétation d’abord proposée des reliefs de la basilique au sud de l’“agora sud” : une frise de ce bâtiment représente des dieux et héros traditionnellement liés à Aphrodisias, la Carie et la Phrygie. Autrefois datée du iiie s. (voir les remarques de K. T. Erim, dans Mellink 1978, 324-325), il était tentant d’y voir une justification iconographique de la nouvelle autorité d’Aphrodisias sur la région (Roueché 1981, 118-120). Mais il est désormais acquis que non seulement la basilique (inscription citée dans Reynolds 1987, 81-85, no 26 ; Chaniotis 2004, 395 no 14, pour le fragment m ; IAph2007, 6.2 pour l’ensemble des fragments) mais aussi les reliefs (IAph2007, 6.1) sont d’époque flavienne, une époque où les autorités romaines n’étaient pas admises sans autorisation ad hoc dans la cité.

16 Roueché 1989 ; Weiss 1991, sur cette même inscription, étudie plutôt les relations entre Pergè et Éphèse.

17 Christol & Drew-Bear 1999.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540