Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

1. κάλλη δημοσίων οἰκοδομημάτων. “Les beautés des monuments publics”

VI - Κόσμοι ὁδImage 100000000000000B0000000F8648449B.jpgν, “Ornements des rues” : rues et portiques

Texte intégral

  • 1 Robert 1937, 532-535. Voir également Bejor 1999, 123-124, et Robert 1980, 154-156 ; pour la mise en (...)
  • 2 Aristid., Or., 26.93.

1La conception de l’espace urbain par les habitants des villes d’Asie était celle d’un espace unitaire. L’exigence de beauté et d’harmonie du paysage urbain est continue, tous les monuments publics concourent à son κόσμος. Cette continuité est assurée par les rues et espaces de circulation, où une solution architecturale fréquemment mise en œuvre, les portiques, contribue à uniformiser les façades. Le rôle des portiques dépasse donc leur utilité première d’abriter de la pluie ou de présenter des étals pour les boutiques qui se trouvent derrière ces colonnes. Ils remplissent également un rôle social – les habitants de la cité s’y rencontrent – et esthétique qui correspond à l’image que l’on a d’une belle cité. Toutes les rues ne sont pas bordées de portiques ; mais les grandes avenues à colonnades, les platéiai, constituent une perspective urbaine prisée par les habitants des cités d’Asie1. Ce caractère d’uniformité et d’achèvement explique une comparaison employée par Aelius Aristide2 : dans l’Éloge de Rome, il loue le nombre croissant de cités à l’époque romaine et leur ornement sans cesse accru, si bien que l’on peut “traverser deux ou trois cités le même jour, comme si c’était des rues (στενωποί)”. On peut traverser plusieurs cités et avoir l’impression de n’en avoir vue qu’une seule, à cause de la régularité des voies de circulation bordées de portiques.

La vision des rues et des portiques d’après les sources littéraires

  • 3 Men. Rh. 2.386.
  • 4 Str. 14.1.37.
  • 5 Plin., Ep. Tra., 10.98.
  • 6 Dion. H. 3.67.5. Voir citation en I. 5.
  • 7 Voir aussi les réglementations contre les dépôts d’ordures dans les rues, par exemple à Pergame : l (...)
  • 8 Par exemple sous la rue des Courètes, où se trouve un système de drainage et un égout souterrains, (...)

Dans les éloges de cité, les portiques figurent en bonne place : Ménandre le Rhéteur recommande “de décrire l’aspect de la cité, et de parler des portiques, des sanctuaires, des ports…”, διαγράψεις τὸ σχήμα τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς πόλεως, καὶ ἐρεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς στοάς, ἱερά, λιμένας3. La beauté des rues et des portiques de Smyrne est décrite dans la notice que Strabon consacre à la cité4 mais il critique l’absence de système de drainage souterrain (ὑπορρύσεις). Sensible à cette lacune, Pline pense que c’est une entreprise “nécessaire et grandiose” que de construire des égouts à Amastris5 ; couvrir ce cloaque “est une question d’hygiène autant que d’esthétique”, non minus salubritatis quam decoris interest. Denys d’Halicarnasse comptait les pavages des rues parmi les grandes réalisations romaines6. Les égouts ne sont pourtant pas évoqués dans les inscriptions ou dans les sources littéraires d’Asie mineure occidentale, bien qu’un administrateur romain comme Pline les juge conformes à la grandeur de l’empire et que Strabon et Denys d’Halicarnasse, pleins d’admiration pour l’urbanisme augustéen à Rome, aspirent à ce que les cités des régions dont ils sont originaires les adoptent. Nous avons vu au chapitre des aqueducs que des petites conduites appelées ὑδραγώγια furent financées par des particuliers : on doit envisager que ce terme ait également désigné ces équipements. Ils se trouvent évidemment dans ces cités7, comme à Éphèse8 par exemple, ou à Priène, signe d’une préoccupation ancienne.

  • 9 Aristid., Or., 26. 97.
  • 10 Aristid., Or., 17.10. Voir Behr 1981, 357 n. 22.
  • 11 Aristid., Or., 17.11. C. A. Behr traduit par “avenues”, mais le terme grec décrit plutôt des rues é (...)
  • 12 Aristid., Or., 18.6.
  • 13 Ces δρόμοι κατάστεγοι désignent sans doute des viae tectae sur le modèle de ce qui existait à Cyrèn (...)
  • 14 Aristid., Or., 19.3.
  • 15 Gr. Naz., Carm., 33.6.

L’aspect hygiénique, bien que les Romains ou des admirateurs des progrès de l’urbanisme romain l’associent à une civilisation brillante, ne passionne pas les orateurs et les élites des cités d’Asie. En revanche, la beauté des rues et des portiques est un thème essentiel dans leurs discours. Aelius Aristide, dans l’Éloge de Rome, cite parmi les nouveaux ornements des cités répandus à foison les propylées, à côté des gymnases, des fontaines et des temples9 : ils leur permettent de “paraître la plus belle et la plus agréable possible” (καλλίστη καὶ ἡδίστη). À Smyrne, la χρυσImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpg ὁδός permet de traverser la ville en ligne droite en voyant les merveilles architecturales se succéder10 ; la cité comporte “des rues de toutes les apparences (δρόμοι δὲ ἁπάσης ἰδέας), les unes dans les profondeurs de la ville, les autres à ses extrémités, l’une empêchant l’autre d’être la plus belle, (…) des rues (στενωποὶ) comme des agoras”11. Dans la Monodie sur Smyrne après le tremblement de terre de 177, Aelius Aristide se lamente également sur la disparition de différentes sortes de rues12 : “Fontaines, théâtres, rues, passages couverts13 et de plein air ! (…) Rues nommées d’après l’or et les lieux sacrés, dont les intersections en forme de places sont les égales d’agoras !”, Image 100000000000000B0000000FA997715E.jpg κρImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgναι, καὶ θέατρα, καὶ στενωποὶ, καὶ δρόμοι κατάστεγοι καὶ ὕπαιθροι (…),Image 100000000000000B0000000FA997715E.jpg χρυσοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg τε ἐπώνυμοι καὶ ἱερImage 100000000000000D0000000F8D4074EC.jpgν ὁδοὶ καθ’ ἕκαστον πλαίσιον, ἀντ’ἀγορImage 100000000000000A0000000F4FF273DD.jpgς ἅπασαι. Aelius Aristide regrette de nouveau, dans la lettre aux empereurs sur Smyrne, la diversité des spectacles et des agréments qu’il rencontrait en parcourant les rues14 : “les ornements des rues ont disparu”, κόσμοι δὲ ὁδImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἀφανεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς. Encore au ive s., le contradicteur imaginaire de Grégoire de Nazianze vante les “grands et beaux portiques” de Constantinople15 : κάλλη στοImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν καὶ μεγέθη.

  • 16 Aristid., Or., 23.20.
  • 17 La définition délienne, où il s’agit de voies d’accès aux sanctuaires égyptiens, ne convient pas ic (...)
  • 18 D.Chr. 46.9.
  • 19 Iul.Ascal., 36-37 (édition Saliou 1996 ; voir les figures 8 et 9 de l’encart central).
  • 20 Cic., Off., 1.17.53 (éd. et trad. M. Testard, Paris, CUF, 1965) : multa enim sunt ciuibus inter se (...)
  • 21 D.Chr. 47.17.
  • 22 Lib., Or., 11.196 (trad. Festugière 1959).
  • 23 Lib., Or., 11.213-217.
  • 24 Lib., Or., 40.9: ἀλλὅμως σαν οἳ χαλεπ(...)

Les δρόμοι de la cité sont encore mentionnées dans l’Éloge de la concorde d’Aelius Aristide, dans le passage énumérant les beautés de Smyrne16. Ce terme ne se trouve pas dans les inscriptions. Son sens précis paraît difficile à définir17. Aelius Aristide ne mentionne pas explicitement les portiques : ils sont inclus dans la notion même de rue principale d’une ville de taille non médiocre. Cette notion inclut également la présence d’ateliers-boutiques : Dion se défend de tirer des profits anormaux de leur location en rappelant que la construction de portiques et de boutiques est chose commune18. La législation compilée par Julien d’Ascalon indique les devoirs des possesseurs de telles boutiques vis-à-vis de l’entretien des portiques, στοαImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpg – publics ou privés –, dont la moitié en avant du local peut servir d’étal à chaque marchand. Les payeurs en cas d’endommagement du portique, à cause de l’usure ou d’accidents, sont définis en fonction de l’usage qu’ils font de l’édifice19. Comme les portiques autour de l’agora, les portiques des rues suscitent une fréquentation continue. Les portiques en bordure des rues revêtent une fonction sociale, d’après les auteurs latins comme les intellectuels grecs : les habitants de la cité s’y promènent, s’y croisent, discutent, de même qu’à l’agora. Cicéron dans les Devoirs20 explique la création d’un sentiment de communauté dans une cité : “Beaucoup de choses en effet sont communes entre eux aux concitoyens : le forum, les temples, les portiques, les rues, les lois, le droit, la justice, les votes, les relations aussi et les amitiés, et pour un grand nombre tous les contrats d’affaires”. Portiques et rues favorisent la création d’un ensemble de liens auxquels sont sensibles également les auteurs de langue grecque. Dion cite des portiques prestigieux dans plusieurs villes du monde grec (Athènes, Sparte, Antioche et Tarse) et à Rome pour montrer à ses concitoyens la nécessité d’en construire à Pruse ; dans ces cités durant ses promenades, chacun le reconnaît et lui témoigne son respect21. Cette conception eut une fortune durable : quand Libanios décrit Antioche22 il loue les portiques à deux étages qui traversent la ville, “séparés par une avenue à ciel ouvert (ὁδὸς ὕπαιθρος) pavée de pierres, de la largeur des portiques”. “De ces portiques partent des ruelles (στενωποί)” : la hiérarchie des rues est ici précisément indiquée. Après avoir décrit la configuration générale de la ville, Libanios analyse plus longuement l’utilité des portiques : “C’est que, à mon avis, de tous les agréments d’une ville, les lieux de rencontre, où l’on peut se mêler, sont ce qu’il y a de plus plaisant, et j’ajouterais aussi de plus utile”. La pluie fait rentrer tout le monde chez soi quand il n’y a pas de portique, et dans les cités dénuées de portiques, “la vie en société s’émousse ; chez nous, le contact incessant fait fleurir l’amitié”23. Ce thème n’est pas superficiel ; il répond à des attentes réelles et à une conception vivante de la vie collective, douée d’une remarquable continuité tout au long de l’Antiquité. La cité tire fierté du commerce florissant dans un cadre monumental harmonieux, comme du trafic dans les ports et des activités commerciales autour de l’agora. Dion défendit ses entreprises à Pruse en rappelant que “certains étaient contrariés de voir disparaître les marques de notre pauvreté et de notre obscurité passées ; ils se moquaient bien des colonnes et des corniches qui se montaient, des ateliers-boutiques que l’on construisait ailleurs”24.

  • 25 À titre de comparaison, voir pour l’Occident Byhet 2001-2002.
  • 26 Il faut donc prendre garde au décalage, observable aussi pour les aqueducs par exemple, entre l’ana (...)

2Sous ces dénominations relativement uniformes, en particulier en ce qui concerne les portiques, des matériaux de construction différents (bois, calcaire, marbre) étaient utilisés. Des ordres architectoniques variés, des systèmes de fermeture entre les colonnes comme à Hiérapolis, diversifiaient l’apparence des portiques25. Ces variations n’empêchent pas une vision culturelle et esthétique de ces monuments, signes visibles de l’harmonie et de l’unité de la communauté civique. Elle se révèle suffisamment riche et puissante pour attirer l’attention des notables. Leur intérêt financier est également en jeu : Dion en constitue un bon exemple, “orner” la cité par des portiques lui permettant également de bénéficier du revenu de la location des ateliers-boutiques. Derrière leurs interventions, l’idée d’une impulsion romaine reste donc lointaine26.

Construction et embellissement des rues et portiques

  • 27 En l’absence de source écrite, il ne nous appartient pas d’en faire le relevé.

3Des interventions de nature différente sont relayées. Après le bilan chronologique des interventions attestées, nous évoquerons ces entreprises qui concernèrent l’aménagement des rues en général, puis celles relatives aux portiques et propylées et les dons de colonnes, intéressants par leur modestie même. La scansion des espaces de circulation par des arcs paraît plus fréquente que ne le laissent paraître les inscriptions27.

Tableau 1. Travaux dans les rues et leurs portiques.

  • 28 D’après Thür 1989, 73.

Cité

Date

Commanditaires

Intervention réalisée

Référence

Éphèse

Proconsulat de Sex. Appuleius

La cité, sur les revenus du temple d’Artémis

Pavement d’une rue

IK, 12-Ephesos, 459 ; IK 59, 148

Éphèse

Après 3 a.C.

Héraklidès Passalas

Restauration de la Triodos

Knibbe et al. 1993, 123-124, n. 13

Thyatire

Époque augustéenne

Groupes de particuliers (οἱ κατο[ικοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg]ντες de plusieurs lieux-dits)

Construction d’un portique

Malay, Researches, 40 n. 24

Kéramos

Tibère

[-]ophantos fils de Dionysos

Don de 800 deniers pour les statues de Tibère et pour le portique Auguste

IK, 30-Keramos, 14

Ilion

49-50

Ti. Claudius Philoklès et Claudia Parménis

Construction d’un portique

IK, 3-Ilion, 90

Éphèse

Entre 85 et 96

Cité

Réfection du pavement de l’Embolos

IK, 17.1-Ephesos, 3008

Blaundos

ier s.

C. Mummius Macer

Un propylée et des ateliers boutiques, après le tremblement de terre de 60 ?

von Saldern 2006, no 9

Apollonia du Rhyndacos

ier s.

G. Iulius Hermas

Pavement de la platéia

CIG 3705

Éphèse

c. 100

Ti. Claudius Secundus

 ?

IK, 15-Ephesos, 1545

Pergame

Règne de Trajan ?

La cité

Porte à 150 mètres de l’Asklépiéion

IAsklepieion, 157

Éphèse

Règne de Trajan28 ?

Cité

Pavement d’une section de rue (rue des Courètes)

IK, 12-Ephesos, 422A

Éphèse

Règne de Trajan

Cité

Propylée, dans la rue des Courètes

IK, 12-Ephesos, 422

Éphèse

Règne de Trajan

 ?

Propylée ( ?) en bas de la rue des Courètes

IK, 12-Ephesos, 423

Éphèse

Hadrien

 ?

Porte en bas de l’Embolos

IK, 12-Ephesos, 329(3)

Cyzique

Hadrien

Hadrien ?

Pavement de la platéia entre le temple néocore et la ville

Chronicon Paschale, p. 475

Motella

136-137

Attalos Zénôn

Exèdre et portique restaurés

MAMA IV, 309

Penté Choria

166-167

Cité et M. Caecilius Lucianus ?

Portique double

Robert 1950b, 28-34

Iulia Gordos

180-192

Une famille

TAM V, 1, 694

Éphèse

Fin du iie s.

T. Flauius Damianos

Voie à portiques entre Éphèse et le sanctuaire d’Artémis

Philostr., VS, 2.23 [605]

Thyatire

Époque sévérienne

Cité

L. Iulius Nikomachos “responsable des travaux de l’avenue sacrée”

TAM V, 2, 970

Éphèse

230

Cité

Construction d’un portique

IK, 17.1-Ephesos, 3009

Éphèse

iiie s.

Aurelius Métrodôros

Pavement dans une partie du quartier du Koressos

IK, 17.1-Ephesos, 3013

Éphèse

iiie s.

Un grand-prêtre d’Asie

Don d’argent pour la construction de l’avenue Chrysè

IK, 13-Ephesos, 626

Éphèse

iiie s.

M. Fuluius Publicianus Niképhoros

Travaux de réparation des portiques

IK, 12-Ephesos, 444-445, IK, 16-Ephesos, 2076-2082

Éphèse

Haut-Empire

Particulier

Don de quatre colonnes avec leur chapiteau

IK, 12-Ephesos, 465

Éphèse

Haut-Empire

 ?

Rénovation d’un portique ?

IK, 17.2-Ephesos, 4326

Ilion

Haut-Empire

Hermias

Un portique et les pièces, pour Dionysos Baccheus (dans un temple ?)

IK, 3-Ilion, 152

Ilion

Haut-Empire

Aristokléa, fille d’un habitant d’Alexandrie de Troade

Portique

IK, 3-Ilion, 157

Mylasa

Haut-Empire

 ?

Portique de trente colonnes

IK, 34-Mylasa, 511

Titeiphyta d’Hypaipa

Haut-Empire

Particuliers

Don de colonnes

IK, 17.2-Ephesos, 3851 et 3852

Magnésie du Méandre

Haut-Empire

Souscription

Dons de colonnes, pour un portique ?

IMagnesia, 118 + p. 296

Tralles

Haut-Empire

Souscription

Don de colonnes

IK, 36.1-Tralleis, 150

Éphèse

ive s.

Eutropios, proconsul d’Asie

Il “a orné sa patrie de rues bellement pavées en marbre”

IK, 14-Ephesos, 1304 ; SGO I, 03/02/10

Construction et pavement des rues, ateliers-boutiques

  • 29 IK, 12-Ephesos, 459 ; IK 59, 148.
  • 30 Knibbe et al. 1993, 123-124, no 13.
  • 31 Voir Keil 1935, qui réunit les textes mentionnant l’Embolos et identifie son tracé ; description de (...)
  • 32 Voir Thür 1989, 70-73 ; IK, 17.1-Ephesos, 3080, l. 3-4 : les habitants de la πλατε(...)
  • 33 IK, 17.1-Ephesos, 3008.
  • 34 IK, 12-Ephesos, 422A.
  • 35 Thür 1989, 70 n. 2.
  • 36 IK, 12-Ephesos, 422B.
  • 37 IK, 17.1-Ephesos, 3009.
  • 38 IK, 17.1-Ephesos, 3013. Voir Scherrer 2000, 164.
  • 39 IK, 13-Ephesos, 626. La principale avenue de Smyrne porte également ce nom : Aristid., Or., 17.10.
  • 40 IK, 14-Ephesos, 1304 ; SGO I, 03/02/10.

Le pavement des rues est une opération couramment attestée, aux frais de notables comme de la cité. À Éphèse, sous le proconsul Sex. Appuleius le pavement d’une rue est rénové sur des revenus du temple d’Artémis restitués à la cité par Auguste (la stèle a été retrouvée entre le temple de Domitien et l’agora civile) ; l’inscription est bilingue et indique que “la rue a été pavée”, uia strata (l. 5), ὁδὸς ἐστρώθη (l. 10)29. Hérakleidès Passalas, après 3 a.C. (après la construction de la porte de Mazaios et de Mithridatès), a restauré la Triodos30, devant la porte de l’agora. L’Embolos, dénomination antique de ce que les archéologues appellent aujourd’hui la “rue des Courètes”, a concentré les interventions31. Cette rue et celle que l’on appelle de nos jours “rue de Marbre” qui va du bas de l’Embolos au théâtre, est également appelée “platéia”32. La cité finance entre 85 et 96 la réfection du pavement de l’Embolos : [ἡ] νεωκόρος [Ἐ]φεσίων πόλις κατεσκεύασεν ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων τὴν στρImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgσιν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg Ἐνβόλου (l. 7-12)33. Dans l’Embolos, une architrave a été trouvée indiquant le pavement de l’avenue, πλατεία (qui ne revêt pas de caractère toponymique) “à partir du propylée”, ἀπὸ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg προπύλο[υ]34. H. Thür estime que Ti. Claudius Aristiôn a pu former le projet de ce pavement35. Une architrave, provenant du nord de l’octogone dans le bas de la rue, comporte une dédicace à Domitien d’un monument inconnu, exécuté par la cité36. En 230, la cité fit faire le pavement, τὸ σύστρω[μα], devant la bibliothèque de Celsus, grâce à un héritage37. Au iiie s., pendant son agoranomie, Aurelius Métrodôros fit faire le pavement dans une partie du Koressos, quartier du stade et des bains de Vedius38. Au iiie s., un grand-prêtre d’Asie donna de l’argent prévu pour sa prêtrise “pour la construction de l’avenue Chrysè” (l. 6-7), εἰς τὴν τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς ΧρυσImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς πλατείας κατασκευήν39. Le proconsul Eutropios, au ive s., fit l’objet d’une statue honorifique dont la base a été retrouvée dans l’Embolos, pour avoir “orné [sa] patrie de rues bellement pavées en marbre”, οὕνεκα πάτρην μαρμαρέαις κοσμήσας eéuστρώτοισιν ἀγυιαImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς (vers 2-3)40.

  • 41 Von Saldern 2006, no 9.
  • 42 Bejor 1999, 28.
  • 43 CIG 3705. Aucun élément de datation n’est proposé.
  • 44 TAM V, 2, 970. On retrouve cette dénomination d’“avenue sacrée” à Milet (Bull. 1962, 239).

Plusieurs cités beaucoup plus modestes font connaître, dès le ier s., des constructions de voies à portiques qui montrent l’intérêt de communautés plus petites pour cet élément d’urbanisme, qui concourt à unifier les parcours dans les cités, petites et grandes. À Blaundos en Phrygie, C. Mummius Macer fit construire un “propylée [-] et des ateliers-boutiques”41, au ier siècle. Peut-être est-il possible de rapprocher cette inscription de la vaste entreprise de reconstruction que connaît cette cité sous Domitien, à cause des destructions dues au tremblement de terre de 60. À Blaundos, comme à Hiérapolis, Tripolis, Laodicée, des rues à colonnades furent alors entreprises, dont les portiques sont d’ordre dorique42. À Apollonia du Rhyndacos en Mysie, G. Iulius Hermas “a fait paver à ses frais l’avenue depuis le bureau des poids jusqu’aux latrines ( ?)”, ἔστρωσεν ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων τὴν πλατεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgαν ἀπὸ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ζυγοστασίου μέχρι τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς ὑποχωρήσεως (l. 6-9)43. Dans les villes plus petites, des portiques le long des rues créaient aussi un paysage urbain conforme à l’idée que l’on se faisait de l’ornement d’une cité. À Thyatire, le Conseil honore L. Iulius Nikomachos qui a notamment été “responsable des travaux de l’avenue sacrée”, ἐργεπιστατήσαντα ἱερImage 100000000000000A0000000F4FF273DD.jpgς πλατείας (l. 8-9), à l’époque des Sévères44.

  • 45 Voir I. 2 pour ce cas.
  • 46 D.Chr. 46.9.
  • 47 Robert 1950b, 32-33.
  • 48 IK, 12-Ephesos, 444-445.
  • 49 IK, 12-Ephesos, 445. Voir van Nijf 1997, 84-85, sur le sens de son intervention.
  • 50 Heberdey 1912, no 76-82 (IK, 16-Ephesos, 2076-2082).
  • 51 IK, 16-Ephesos, 2076-2082. J. et L. Robert proposent de dater cette réparation des lendemains de l’ (...)

Les ateliers-boutiques trouvaient un emplacement commode à l’arrière des portiques qui bordaient les agoras45. Ils s’alignaient également le long des rues des cités, voire à tout endroit rentable, comme la voie qui conduisait aux Sources Chaudes où Dion avait réalisé une opération immobilière46. Différentes dénominations étaient possibles : ἐργαστήρια comme nous l’avons vu à Blaundos, ou sous un terme très neutre, οImage 10000000000000050000000FEC68F502.jpgκοι ou οἰκήματα ; sur le territoire de Philadelphie de Lydie le terme καμάρα est peut-être également employé pour désigner ce type de local47. Les ports, les agoras dédiées au commerce, les rues, n’étaient pas des marges moins belles dans les cités : l’utilité, avec les ateliers-boutiques, ne s’opposait jamais à l’ornement créé par les portiques, élément d’harmonisation du paysage urbain. Entre les colonnes pouvaient aussi prendre place les étals des marchands. À Éphèse, dans la première moitié du iiie s., l’asiarque M. Fuluius Publicianus Niképhoros a de la sorte financé des travaux de réparation de portiques, et offert des étals à des corporations. Une première série d’inscriptions provient des environs du gymnase de Vedius48, “dans le portique de Servilius”, ἐν τImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg Σερβει<λ>είου στοImage 10000000000000080000000FF3358EE1.jpg (l. 9-10)49. Une deuxième série d’inscriptions a été retrouvée dans le théâtre, mais provenait d’un portique (peut-être sur la colline au-dessus du théâtre50). Cette deuxième série comporte sept inscriptions plus ou moins complètes ; en général l’asiarque octroie deux entrecolonnements, διάστυλα (dans un cas, un seul, dans un autre, quatre)51. Plus que la simple attribution d’un emplacement, l’asiarque a pu contribuer à l’entretien des diastyles, qui comme les boutiques servaient au commerce.

Ornements des rues : portiques, portes et propylées

  • 52 IK, 12-Ephesos, 422.
  • 53 Scherrer 2000, 114.
  • 54 IK, 12-Ephesos, 329(3) ; Thür 1989, 69-70 n. 1.
  • 55 IK, 12-Ephesos, 423.
  • 56 P. Curtius Alexandros, sa femme et ses enfants, deux statues (IK, 12-Ephesos, 521) ; Ti. An[-] Dion (...)
  • 57 IK, 12-Ephesos, 501.
  • 58 IK, 12-Ephesos, 507 (sur le sens de cette statue à cet endroit, voir Engelmann 1985). La référence (...)
  • 59 Philostr., VS, 2.23 [605] : συν(...)
  • 60 IK, 12-Ephesos, 465. Voir également à Éphèse une inscription dont le lieu de découverte est inconnu (...)
  • 61 IK, 15-Ephesos, 1545 et IK, 17.2-Ephesos, 4326 (inscription provenant de l’église du concile de 431 (...)

La cité d’Éphèse dédia un propylée à Artémis et à Trajan en 114-116 dans la rue des Courètes : [ἡ ν]εωκόρος Ἐφεσίων πόλις τὸ πρόπυλον ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων κατεσκεύασεν (l. 2)52. Cette inscription se trouvait sur une architrave découverte à l’est du “nymphée de Trajan”. Le propylée, sur l’Embolos, marquait l’intersection d’une rue53. À l’époque d’Hadrien, une porte fut élevée en bas de l’Embolos en l’honneur de cet empereur ; l’inscription conservée est très fragmentaire54 ; juste en face, les affranchis Mazaios et Mithridatès avaient élevé une porte en 3 a.C. qui marquait l’entrée de l’agora tétragone. Un portique ( ?) était dédié à Trajan au bas de la rue des Courètes55. Cette rue était bordée de statues de Nikè, offertes par des particuliers56. La partie devant la bibliothèque comportait une statue du fondateur de la cité, Androklos57, rénovée par les paraphylakes au iiie s., et d’un satyre58. Sous Marc Aurèle, le sophiste Flauius Damianos fit construire le portique entre le sanctuaire d’Artémis et la ville, en dehors de cette dernière donc. Philostrate relate cet épisode59 : “Il rattacha également le temple à Éphèse en étendant jusqu’à lui la route qui passe par la porte de Magnésie. C’est un portique, sur un stade de longueur, tout en marbre, et l’esprit de la construction est que ceux qui viennent honorer le dieu n’ont pas à se tenir éloigné du temple, en cas de pluie”. Enfin, la rue du port (Arkadianè dans l’Antiquité tardive) comporte plusieurs inscriptions sur des colonnes des portiques qui la bordent. Une inscription du Haut-Empire, fragmentaire, indique le don de quatre colonnes avec leur chapiteau60. Parmi les cas incertains, une inscription très fragmentaire mentionne peut-être la rénovation d’un portique par Ti. Claudius Secundus vers 10061.

  • 62 Malay, Researches, 40 no 24.
  • 63 Robert 1950b, 31.
  • 64 IK, 30-Keramos, 14.
  • 65 D’autres inscriptions, sur des architraves en marbre, de l’époque d’Antonin, concernent peut-être l (...)
  • 66 IK, 3-Ilion, 90.

Dans d’autres villes moins bien fouillées, l’emplacement des portiques dans le tissu urbain est incertain. Plusieurs dispositifs à portiques de l’époque julio-claudienne, ornés de statues impériales pour certains, furent l’occasion de manifester la loyauté des cités et des commanditaires envers le nouveau pouvoir, sans qu’il soit facile de concevoir aujourd’hui précisément leur insertion ni leur rôle dans les plans urbains. À Thyatire en Lydie, à l’époque augustéenne, un portique fut ainsi dédié par quatre personnes “à Apollon Sauveur, Artémis, Héraklès Kallinikos en faveur de la santé de l’empereur César Auguste”, ὑπὲρ τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς το[Image 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg] Αὐτοκράτο[ρο]ς Καίσαρος ΣεβαστοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ὑγ[ιείας]62. À Kéramos, sous Tibère, [-]ophantos fils de Dionysios a donné 800 deniers “pour les statues de l’empereur Auguste Tibère, pour réaliser l’ornement le plus grand et le plus remarquable possible, pour le portique Auguste, portique double qui est en cours de construction au sommet (de la colline)”, ε[ἰ]ς τὰς τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ΣεβαστοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg Τιβ[ε]ρίου Καίσαρος τειμὰς εἰς τὸ μέγιστο[ν] καὶ ἐπιφανέστατον ἀνάθημα τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς π[ό]λεως, εἰς τὴν Σεβαστὴν κατασκευ[α]ζομένην στοὰν διπλImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgν ἐν τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgι ἄ[κ]ραι (l. 27-32). Ce portique “double” (c’est-à-dire à deux étages ou à deux nefs63) ne se rapporte pas nécessairement à un temple du culte impérial64. Beaucoup de constructions de l’époque julio-claudienne sont commémorées avec une formulation extrêmement loyaliste envers l’empereur, sans qu’il s’agisse d’établissements cultuels65. À Ilion, un couple, Ti. Claudius Philoklès et Claudia Parménis, “ont construit le portique en le faisant équiper de tout ce qui s’y trouve, à leurs frais” (l. 10-12), [τὴ]ν στοὰν καὶ τὰ ἐν αὐτImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpg[ι πά] ντα κατασκευάσαντ[ες] ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων. L’inscription est datée de 49-50, elle se trouve sur une colonne dorique à cannelures66. Ce monument est dédié à Tibère, Agrippine, leurs enfants, le Sénat romain, Athéna Ilias et le peuple.

  • 67 MAMA VI, 93 et ill. pl. 17 ; Robert L. & J. 1954, no 50
  • 68 MAMA IV, 309.
  • 69 TAM V, 1, 2.
  • 70 Robert 1950b, 28-34.
  • 71 Paris 1884, 390 no 9 (seulement 5 fragments ; aucun regroupement n’est alors possible) ; TAM V, 1, (...)
  • 72 IK, 34-Mylasa, 511.

Par la suite, aux iie et iiie s., la formulation de la dédicace de ces monuments ne se distingue plus de celle des autres édifices, sans manifestation particulière envers le pouvoir impérial. Des villages et petites cités sont ornés, par de riches habitants, de ces structures qui dès l’arrivée dans un centre urbain donnent l’impression d’une parure monumentale. Des fragments d’inscription parfois non rattachés à un monument spécifique peuvent avoir été la dédicace de portiques, comme à Héraclée de la Salbakè où un bloc de marbre de l’entablement d’une colonnade comporte le nom d’un empereur (Trajan ou Hadrien)67. À Motella en Phrygie, autre petite localité, un portique et une exèdre furent restaurés par Attalos Zénon, en 136-137 : τὴν ἐξέδραν καὶ τὴν στοὰν παρ’ ἑαυτοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἀποκαθέστησεν (l. 5-7)68. En Lydie, au lieu-dit Aktas (nom turc), un couple de citoyens romains et leurs trois enfants firent faire un portique69, en 137-138 ; il n’est pas possible de donner davantage de précision sur son contexte architectural. Sur le territoire de Philadelphie de Lydie au lieu dit Penté Choria en 166-167 le village (κατοικία) honore M. Caecilius Lucianus “qui s’est occupé de la construction et a fait faire le portique double”, ἐπιμελησάμενον καὶ ποιήσαντα τὴν στοὰν διπλήν70 ; il a également déplacé la kamara, peut-être une boutique. À Iulia Gordos en Lydie, des fragments d’architrave peuvent, selon l’éditeur P. Paris, avoir appartenu à un portique d’une longueur de 20 à 25 mètres. L’ensemble date de l’époque de Commode et a été construit par une famille de citoyens romains, des Publii Aelii (le cognomen, sauf pour un personnage, est perdu)71. À Mylasa, une architrave mentionne trente colonnes, qui se rattachent donc probablement à un portique72.

Les dons de colonnes, une participation modeste à l’ornement de la cité

  • 73 IMagnesia, 118 + p. 296.
  • 74 Migeotte 1992, 196-197.
  • 75 IK, 17.2-Ephesos, 3851 et 3852.
  • 76 IK, 36.1-Tralleis, 150 (dessin p. 147).
  • 77 Voir par exemple IK, 34-Mylasa, 505 (commentaire de Rumscheid 1999, 52). L. Furius Bassus était gym (...)
  • 78 Voir II. 3, en particulier sur la nouvelle restitution proposée par Chr. Kokkinia des lettres d’Ant (...)

4Le don d’une colonne, évergésie modeste, est bien attesté. On en a vu des exemples dans les sanctuaires (I.1). On trouve à Magnésie du Méandre une souscription, où des individus offrent une colonne, avec ou sans l’ornement qui l’accompagne73. La nature du monument concerné, le caractère, public ou privé, de la souscription, sont incertains ; cependant cet ensemble de colonnes peut constituer un portique74. À Titeiphyta d’Hypaipa en Lydie, plusieurs personnes ont offert des colonnes, avec leur base et leur chapiteau75 ; à Tralles il s’agit d’une liste de souscripteurs76. Le caractère peu coûteux d’une colonne rend possible à de modestes particuliers d’en offrir une : ce type de don permet à d’autres que les notables de la cité de participer à son embellissement. Les dons de colonnes peuvent se rattacher à des portiques dans divers contextes architecturaux (portiques d’agoras, de gymnases notamment), ou des portiques bordant les rues des cités. L’absence de contexte rend difficile de trancher entre ces hypothèses77, mais l’implication de personnes de condition modeste dans l’embellissement de la cité doit être souligné. Le κόσμος concerne l’ensemble de la communauté civique, et satisfait en général78 les aspirations de l’ensemble de la population.

Les portiques, lieu d’exposition d’œuvres d’art, de peintures et de statues

  • 79 TAM V, 2, 991. Aucun élément de datation n’est proposé.
  • 80 MAMA VI, 370.
  • 81 Iul. Ascal., 52.1 (édition Saliou 1996).
  • 82 Iul. Ascal., 54.
  • 83 Ramsay 1897, 430.

Des attestations de peintures exposées sous les portiques, sans compter les statues attestées par exemple à Éphèse dans l’Embolos et dans la rue menant du théâtre au port, renforcent l’impression d’un effort général visant à la beauté du paysage urbain. À Thyatire, Marcus fils de Ménandros a été responsable de vingt-cinq statues d’Éros79 dans un “portique au cent colonnes”, Ἑκατονταστύλον. À Synnada en Phrygie, Atticianus a offert entre 209 et 211 “deux colonnes, la corniche, l’architrave et les statues qui se dressent au-dessus d’elles”, τοὺς δύο κείονας καὶ τὸ γεισεπίστυλον καὶ τὰ ἐπ’ αὐτImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpg ν ἑστImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgτα ἀγάλματα ἀνέθηκεν80 : plutôt que d’un élément d’un portique, il pourrait s’agir d’une exèdre, servant de lieu d’exposition. Julien d’Ascalon, dans le Traité d’urbanisme, rappelle qu’il existe trois types de vues en milieu urbain : “vue sur la mer, sur des jardins, sur des tableaux exposés en public”81, τρεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς εImage 10000000000000060000000FB169DF97.jpgναι ἀπόψεων · θαλάσσης, κήπων, γραφImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς δημοσίας. Les règles qu’il édicte sont peut-être peu réalistes ; elles n’en témoignent pas moins de l’habitude d’exposer des peintures sous des portiques, et de l’agrément qu’on retirait de cette vue82 : “Qui a des projets de construction de nature à ôter à son voisin la vue sur un tableau exposé en public, doit ménager un éloignement défini par la distance à laquelle les faits représentés sont reconnaissables. Par exemple, si, en observant le tableau on en reconnaît le sujet et on voit, de chez soi, que les personnages représentés sont Achille ou Ajax ou tel autre personnage, dans ces conditions, il faut empêcher celui qui le souhaite de supprimer cette vue et de l’ôter à son voisin”. Par ailleurs, W. Ramsay83 suggère dans le chapitre qu’il consacre à Apamée de Phrygie que des représentations monétaires complexes, mais similaires, à des époques différentes peuvent avoir pour modèle commun un tableau exposé dans la cité. Selon W. Ramsay, les mythes de l’histoire d’Apamée qui, au iie s., après son intégration au Panhellènion, emploie plus fréquemment son ancien nom de Kélainai, pouvaient être représentés sur des peintures exposées dans les portiques.

  • 84 D. Chr. 79.1.
  • 85 Ap. Ty., Ep., 32.
  • 86 Gr. Naz., Carm., 33.7. Voir également la constitution de Valentinien Ier en 347 au vicaire d’Afriqu (...)

La cité éprouvait en général une grande fierté de l’exposition de ces œuvres d’art dans les portiques : Dion parle des “peintures et des statues” dont les habitants des cités préfèrent s’enorgueillir plutôt que de prendre soin de leur moralité84. Apollonios de Tyane explique aux Smyrniens qu’il vaut mieux avoir des concitoyens éduqués et vertueux, plutôt que pour une cité d’être “couronnée de portiques, de tableaux et d’or”, στοαImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς τε καὶ γραφαImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς καὶ χρυσImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg. L’image de la couronne de portiques se retrouve ailleurs à propos de Smyrne – et fait penser aux représentations des Tychai tourelées. Toutes sortes de beautés et de richesses étaient exposées dans les portiques de Smyrne. Apollonios cite également dans une missive aux Éphésiens les “marbres et les peintures multicolores, les promenades et les théâtres”, λίθων ἐν πόλει καὶ γραφImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ποικίλων καὶ περιπάτων καὶ θεάτρων. Là encore une certaine cohérence topographique paraît à l’œuvre dans cette énumération, suggérant la présence de peintures et de sculptures de marbre dans les portiques85. Grégoire de Nazianze parle lui aussi des peintures exposées à Constantinople86. Une grande importance est accordée à la décoration des portiques par des œuvres d’art : les textes d’éloge des cités les mentionnent assez régulièrement.

Conclusions

  • 87 Robert 1937, 531-532.
  • 88 Debord 2001, 158-162.
  • 89 Str. 14.2.25.

5Dans les inscriptions, les rues à portiques sont de manière assez unanime désignées sous le terme de πλατεία. Les autres types de rues sont peu cités, soit délaissés par les évergètes, soit que lorsqu’un bienfaiteur commémore son intervention il préfère parler de platéia, d’avenue, plutôt que de simple rue. Stratonicée de Carie a possédé de telles avenues dès l’époque hellénistique (alors que ce terme ne se trouve pas à Délos). On rencontre également dans cette cité le terme tripylon, qui peut désigner une porte de ville comme une porte monumentale d’agora. À l’époque hellénistique, il s’en trouvait aussi à Laodicée du Lycos, Milet, Thyatire87. P. Debord dans son étude de l’urbanisme stratonicéen88 rappelle que cette cité, de fondation macédonienne, avait été selon Strabon “dotée par les rois d’une parure architecturale somptueuse”89. Malgré la continuité dans les formes monumentales employées, qui trouvent leurs racines en Asie mineure occidentale à l’époque hellénistique, il existe une rupture symbolique importante : les ornements dus aux rois sont, à l’époque romaine, et bien qu’architecturalement les influences soient mêlées, désormais pour la plupart le résultat d’initiatives locales, d’un notable évergète ou d’un groupe de notables lorsqu’au Conseil la construction de ces avenues est décidée. Les attestations dans plusieurs cités de moyenne importance de construction de portiques et de pavements de rues au ier s. indiquent que cette parure paraissait essentielle : elle était le signe le plus directement visible, pour les habitants de la cité comme pour les gens de passage, de son “ornement”, et le premier indice de la participation de la communauté civique, du simple citoyen au notable, à cet idéal commun.

Notes

1 Robert 1937, 532-535. Voir également Bejor 1999, 123-124, et Robert 1980, 154-156 ; pour la mise en œuvre attalide des portiques, Gros 1996b, 97-98.

2 Aristid., Or., 26.93.

3 Men. Rh. 2.386.

4 Str. 14.1.37.

5 Plin., Ep. Tra., 10.98.

6 Dion. H. 3.67.5. Voir citation en I. 5.

7 Voir aussi les réglementations contre les dépôts d’ordures dans les rues, par exemple à Pergame : la loi des astynomes (datant du iie s. a.C., cette loi fut recopiée sous Hadrien, preuve de son actualité) comporte des dispositions en faveur de l’entretien des rues : régulations contre le dépôt de terre ou d’ordures dans les rues (Hellmann 1999, 2, l. 38-40 et 79-84), de même qu’elle interdisait de souiller les fontaines et les canalisations à l’air libre.

8 Par exemple sous la rue des Courètes, où se trouve un système de drainage et un égout souterrains, d’après Scherrer 2000, 114. Voir également Adam 1995, 283-286 et 285 fig. 613 (bouche d’égout le long d’une rue d’Éphèse).

9 Aristid., Or., 26. 97.

10 Aristid., Or., 17.10. Voir Behr 1981, 357 n. 22.

11 Aristid., Or., 17.11. C. A. Behr traduit par “avenues”, mais le terme grec décrit plutôt des rues étroites, voire des ruelles.

12 Aristid., Or., 18.6.

13 Ces δρόμοι κατάστεγοι désignent sans doute des viae tectae sur le modèle de ce qui existait à Cyrène, comme me l’a signalé A. Laronde.

14 Aristid., Or., 19.3.

15 Gr. Naz., Carm., 33.6.

16 Aristid., Or., 23.20.

17 La définition délienne, où il s’agit de voies d’accès aux sanctuaires égyptiens, ne convient pas ici (Hellmann 1992, 115-116).

18 D.Chr. 46.9.

19 Iul.Ascal., 36-37 (édition Saliou 1996 ; voir les figures 8 et 9 de l’encart central).

20 Cic., Off., 1.17.53 (éd. et trad. M. Testard, Paris, CUF, 1965) : multa enim sunt ciuibus inter se communia, forum, fana, porticus, uiae, leges, iura, iudicia, suffragia, consuetudines praeterea et familiaritates multisque cum multis res rationesque contractae.

21 D.Chr. 47.17.

22 Lib., Or., 11.196 (trad. Festugière 1959).

23 Lib., Or., 11.213-217.

24 Lib., Or., 40.9: ἀλλὅμως Image 10000000000000070000000F21E9C43E.jpgσαν οἳ χαλεπς ἑώρων ἀφανιζόμενα τὰ σημεα τς ἔμπροσθεν πενίας καὶ ἀδοξίας, οὐχ ὅτι τν κιόνων ἔμελεν αὐτος τν ἱσταμένων οὐδὲ τν γείσων, οὐ τν οἰκοδομουμένων ἐργαστηρίων ἄλλοσε.

25 À titre de comparaison, voir pour l’Occident Byhet 2001-2002.

26 Il faut donc prendre garde au décalage, observable aussi pour les aqueducs par exemple, entre l’analyse des influences architecturales et le système de valeurs culturelles qui préside à la perception de ces mêmes monuments publics, que livrent les textes littéraires et épigraphiques. Le second n’est pas moins réel et objet d’histoire que le premier.

27 En l’absence de source écrite, il ne nous appartient pas d’en faire le relevé.

28 D’après Thür 1989, 73.

29 IK, 12-Ephesos, 459 ; IK 59, 148.

30 Knibbe et al. 1993, 123-124, no 13.

31 Voir Keil 1935, qui réunit les textes mentionnant l’Embolos et identifie son tracé ; description de l’Embolos dans Rogers 1991, 95-100.

32 Voir Thür 1989, 70-73 ; IK, 17.1-Ephesos, 3080, l. 3-4 : les habitants de la πλατεα honorent T. Flauius Damianos pour ses bienfaits à Éphèse ; Scherrer 2001, 74.

33 IK, 17.1-Ephesos, 3008.

34 IK, 12-Ephesos, 422A.

35 Thür 1989, 70 n. 2.

36 IK, 12-Ephesos, 422B.

37 IK, 17.1-Ephesos, 3009.

38 IK, 17.1-Ephesos, 3013. Voir Scherrer 2000, 164.

39 IK, 13-Ephesos, 626. La principale avenue de Smyrne porte également ce nom : Aristid., Or., 17.10.

40 IK, 14-Ephesos, 1304 ; SGO I, 03/02/10.

41 Von Saldern 2006, no 9.

42 Bejor 1999, 28.

43 CIG 3705. Aucun élément de datation n’est proposé.

44 TAM V, 2, 970. On retrouve cette dénomination d’“avenue sacrée” à Milet (Bull. 1962, 239).

45 Voir I. 2 pour ce cas.

46 D.Chr. 46.9.

47 Robert 1950b, 32-33.

48 IK, 12-Ephesos, 444-445.

49 IK, 12-Ephesos, 445. Voir van Nijf 1997, 84-85, sur le sens de son intervention.

50 Heberdey 1912, no 76-82 (IK, 16-Ephesos, 2076-2082).

51 IK, 16-Ephesos, 2076-2082. J. et L. Robert proposent de dater cette réparation des lendemains de l’invasion des Goths (Robert J. & L. 1948, 117-118), hypothèse réfutée dans Knibbe 1985, 71-77.

52 IK, 12-Ephesos, 422.

53 Scherrer 2000, 114.

54 IK, 12-Ephesos, 329(3) ; Thür 1989, 69-70 n. 1.

55 IK, 12-Ephesos, 423.

56 P. Curtius Alexandros, sa femme et ses enfants, deux statues (IK, 12-Ephesos, 521) ; Ti. An[-] Dionysios, une statue (IK, 12-Ephesos, 522) ; Ti. Claudius Ménon, une statue (IK, 12-Ephesos, 523) ; G. Axios Ateius Alexandros, une statue (IK, 12-Ephesos, 524) ; Aurelia Métrodôra et son fils, une statue de Nikè également (IK, 12-Ephesos, 525) ; quatre autres bases de statues, provenant également de la rue des Courètes, probablement de Nikè (IK, 12-Ephesos, 525a et 526).

57 IK, 12-Ephesos, 501.

58 IK, 12-Ephesos, 507 (sur le sens de cette statue à cet endroit, voir Engelmann 1985). La référence IK, 12-Ephesos, 509, indiquée en outre dans Scherrer 2001, 74 n. 93, ne paraît pas devoir être jointe à cet ensemble : la base, découverte dans la rue des Courètes, a probablement été déplacée dans la mesure où elle représente un groupe mythologique avec Thésée, désigné sous le nom de symplegma, et qu’à cette époque précisément quatre autres groupes appelés également symplegma ont été élevés dans le gymnase du port, tout juste construit (voir I.4).

59 Philostr., VS, 2.23 [605] : συν ψε δὲ καὶ τὸ ἱερὸν τ Ἐφέσῳ κατατείνας ἐς αὐτὸ τὴν διὰ τν Μαγνητικν κάθοδον. ἔστι δὲ αὕτη στοὰ ἐπὶ στάδιον λίθου πσα, νος δὲ το οἰκοδομήματος μὴ ἀπεναι το ἱερο τοὺς θεραπεύοντας, ὁπότε ὕοι. Sur cette même idée d’abri contre la pluie, voir Lib., Or., 11.215-217.

60 IK, 12-Ephesos, 465. Voir également à Éphèse une inscription dont le lieu de découverte est inconnu : les éditeurs suggèrent qu’elle commémore la construction d’un portique (IK, 12-Ephesos, 482).

61 IK, 15-Ephesos, 1545 et IK, 17.2-Ephesos, 4326 (inscription provenant de l’église du concile de 431 dont l’origine première est donc inconnue).

62 Malay, Researches, 40 no 24.

63 Robert 1950b, 31.

64 IK, 30-Keramos, 14.

65 D’autres inscriptions, sur des architraves en marbre, de l’époque d’Antonin, concernent peut-être la construction de portiques : IK, 30-Keramos, 21 et 60.

66 IK, 3-Ilion, 90.

67 MAMA VI, 93 et ill. pl. 17 ; Robert L. & J. 1954, no 50

68 MAMA IV, 309.

69 TAM V, 1, 2.

70 Robert 1950b, 28-34.

71 Paris 1884, 390 no 9 (seulement 5 fragments ; aucun regroupement n’est alors possible) ; TAM V, 1, 694.

72 IK, 34-Mylasa, 511.

73 IMagnesia, 118 + p. 296.

74 Migeotte 1992, 196-197.

75 IK, 17.2-Ephesos, 3851 et 3852.

76 IK, 36.1-Tralleis, 150 (dessin p. 147).

77 Voir par exemple IK, 34-Mylasa, 505 (commentaire de Rumscheid 1999, 52). L. Furius Bassus était gymnasiarque lorsqu’il a fait ce don d’une colonne, mais la fonction du donateur n’est pas forcément en rapport avec le lieu de ses interventions édilitaires, comme nous le verrons plus loin.

78 Voir II. 3, en particulier sur la nouvelle restitution proposée par Chr. Kokkinia des lettres d’Antonin le Pieux à Éphèse sur P. Vedius Antoninus, qui convainc qu’il n’est pas question ici d’un conflit entre la cité et le bienfaiteur.

79 TAM V, 2, 991. Aucun élément de datation n’est proposé.

80 MAMA VI, 370.

81 Iul. Ascal., 52.1 (édition Saliou 1996).

82 Iul. Ascal., 54.

83 Ramsay 1897, 430.

84 D. Chr. 79.1.

85 Ap. Ty., Ep., 32.

86 Gr. Naz., Carm., 33.7. Voir également la constitution de Valentinien Ier en 347 au vicaire d’Afrique Chilon, ordonnant l’exemption de la capitation pour les professeurs de peintures, leur famille et leurs esclaves (CTh. 13.4.4). Cl. Lepelley mentionne cette constitution et remarque : “nous avons là la preuve de l’existence, en Afrique au Bas-Empire, d’écoles de peintures où étaient formés des artistes qui décoraient les murs de constructions publiques et privées et qui dessinaient les cartons des mosaïques” (Lepelley 1979, 66-67).

87 Robert 1937, 531-532.

88 Debord 2001, 158-162.

89 Str. 14.2.25.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540