Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

1. κάλλη δημοσίων οἰκοδομημάτων. “Les beautés des monuments publics”

V - Aqueducs et fontaines

Testo integrale

  • 1 C’est pourquoi nous avons choisi de les associer dans ce chapitre, au lieu de traiter – ce qui fonc (...)
  • 2 Smith 1979.
  • 3 Philostr., VS, 2.1 [548].
  • 4 Voir III. 1.

1Alors que les théâtres, les gymnases, les lieux de réunion du corps civique prenaient pour l’essentiel la relève d’une tradition bien ancrée dans les cités, aqueducs et fontaines monumentales témoignent de cette “modernisation” du paysage urbain que nous avons déjà évoquée. Non pas que les édifices plus habituels de la cité n’aient pas connu de transformation : nous avons vu qu’elles furent nombreuses, mais elles prenaient souvent appui sur un substrat plus ancien. C’est beaucoup moins le cas pour les aqueducs et les fontaines1. Ils se développent avec la paix romaine et connaissent des interventions continues jusqu’au iiie et au ive siècle. Sur le terrain, l’association d’un aqueduc à une fontaine monumentale ou à un établissement balnéaire conduit à supposer des opérations de construction coordonnées entre l’approvisionnement en eau et son aboutissement urbain, sous la forme d’une fontaine monumentale. Hérode Atticus aurait prévu de construire les bains d’Alexandrie de Troade, tout comme l’aqueduc de la cité pour lequel il avait engagé des dépenses immenses lorsqu’il était correcteur des cités libres d’Asie en 1352 ; l’argumentation qu’Hérode emploie en faveur de la construction de cet aqueduc, rapportée par Philostrate3, est assez similaire à celle de Pline pour la construction de l’aqueduc de Sinope, car l’absence d’eau empêche la cité de bénéficier des agréments propres à son rang, notamment une fontaine d’eau claire et des bains. Parfois on peut effectivement constater la construction coordonnée par un groupe d’évergètes d’une même famille d’un aqueduc, de bains et d’une fontaine monumentale, comme à Kéramos en Carie4. La construction des fontaines d’Éphèse est aussi souvent associée à celle de conduites d’eau, comme l’aqueduc de Ti. Claudius Aristiôn aboutissant à une fontaine monumentale dans la cité.

  • 5 Ce constat est également valable pour l’Achaïe : Alcock 1993, 123-127.
  • 6 Coulton 1987.
  • 7 Voir l’analyse d’Étienne et al. 2000, 314-315 ; Alcock 1993, 124.
  • 8 Mise au point utile dans Adam 1995, 261 : le premier aqueduc à siphon fut celui d’Eumène II à Perga (...)

2Les coûts liés à la construction des aqueducs ont pour résultat des commanditaires différant de ceux que nous avons jusqu’à présent rencontrés dans la construction et la restauration des monuments publics. L’empereur a parfois financé ces monuments très coûteux5 ; de plus, l’essentiel de leur parcours se trouve dans la campagne, alors que l’évergétisme des notables des cités privilégie les résultats visibles, en ville6. Cela tend à faire des aqueducs, aux yeux des archéologues et des historiens, des monuments marquant l’empreinte romaine dans le paysage7. Pourtant, ce n’était pas un monument nouveau en Asie mineure occidentale8. La mutation des gymnases, dotés bientôt en Asie de belles et vastes parties balnéaires, alors même que l’entraînement athlétique et la paidéia se déroulaient toujours au gymnase, forme un point de comparaison pour comprendre les transformations à l’œuvre. Elle ne fut pas ressentie comme une invention d’origine étrangère, et appartient entièrement à la culture grecque impériale, au point que dans l’Antiquité tardive ces monuments sont parmi les derniers à avoir bénéficié d’interventions de la part d’hommes s’inscrivant dans un héritage culturel remontant à Homère, comme le montre le vocabulaire des épigrammes célébrant leur action. D’une manière comparable, la vision des aqueducs, comme on va le voir, en est venue à les considérer comme l’une des composantes du paysage urbain à la grecque.

Les aqueducs d’après les auteurs grecs et latins

  • 9 Winter 1996, 177-183.
  • 10 Winter 1996, 28-54.
  • 11 Kek 1996, 53-57 pour un bilan utile des auteurs romains, de Vitruve à Cassiodore, ayant écrit sur l (...)
  • 12 Dion. H. 3.67.5 (éd. et trad. J.-H. Sautel, Paris, CUF, 1999) : ἔγωγ’ ο(...)
  • 13 Str. 5.3.8.

3L’admiration ressentie par des Grecs à la fin de l’époque hellénistique pour ces monuments “romains” a été souvent étendue par les historiens, inchangée, à toute l’époque romaine. En particulier, E. Winter et D. Kek ont argué que les aqueducs imposaient une marque impériale dans le paysage civique. E. Winter analyse l’évergétisme impérial en Asie mineure : les aqueducs en constituent un chapitre important9. Leur description recourt aux différentes catégories utilisées par les auteurs de langue latine pour décrire l’illustration de l’empire par les monuments, la maiestas imperii, la liberalitas Augusti, l’utilitas publica10. Quant à D. Kek, son travail très utile répertorie les différents textes sur ces monuments dans le monde romain11. Or, alors que les auteurs de langue grecque de la fin de l’époque hellénistique perçoivent également l’aqueduc comme un signe de la grandeur de l’empire, ou, pour le dire en latin, de sa maiestas, ils sont par la suite décrits comme l’un des achèvements de la civilisation urbaine à la grecque, alors que les Latins continuent de les décrire comme des objets impériaux. Une nette différenciation chronologique existe donc entre les auteurs de langue grecque de la transition entre l’époque hellénistique et le principat, et ceux du Haut-Empire et de la fin de l’Antiquité. D’après Denys d’Halicarnasse les aqueducs constituent l’une des principales marques de la grandeur de Rome dans l’empire12 : “Pour ma part donc, je compte au nombre des trois équipements les plus somptueux de Rome, par lesquels se manifeste au premier chef la grandeur de son empire, les adductions d’eau, les pavages des rues et les ouvrages souterrains, en fondant mon opinion non seulement sur l’utilité de l’équipement, dont je parlerai au moment voulu, mais aussi sur l’importance considérable des dépenses”. Strabon décrivant Rome admire également les quantités d’eaux amenées par les aqueducs et cet ouvrage lui semble dû tout particulièrement au génie romain13.

  • 14 Fron., Aq., 119.1 (éd. et trad. P. Grimal, Paris, CUF, 1961).
  • 15 Plin., Ep. Tra., 10.37 et 90-91 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).
  • 16 Elle est mise en avant dès Cicéron, qui les décrit parmi les dépenses “préférables”, si un évergète (...)

4Cette appréciation est également clairement formulée par Sex. Iulius Frontinus, qui a été proconsul d’Asie, alors qu’elle devient étrangère aux auteurs grecs14 : “Puisque j’ai exposé ce qui concernait le personnel, je vais passer, comme je l’ai promis, à l’entretien des aqueducs, objet digne d’un soin et d’efforts particuliers, car ils sont l’un des principaux signes de la grandeur de l’Empire Romain”, cum magnitudinis Romani imperii uel praecipuum sint indicium. Pour Pline, la construction d’un aqueduc à Nicomédie comme à Sinope relève de l’utilité et de l’agrément publics15 qui illustreront la grandeur du règne de Trajan : “L’utilité de l’ouvrage et sa beauté sont tout à fait dignes de ton règne (…). L’argent réuni par nos soins ne manquera pas, si tu autorises, maître, ce genre de travail en vue de la salubrité et de l’agrément d’une colonie qui souffre gravement du manque d’eau”. L’utilité de l’ouvrage est un autre thème mis en avant16, en même temps que la gloire romaine. C’est en revanche le thème seul de la beauté de la cité et de son agrément augmentés par la présence d’un aqueduc, qui est mis en œuvre par les auteurs d’éloges de cité. Alors que des auteurs qui ont aussi été des administrateurs de l’empire, Pline, Frontin, admirent le thème de la maiestas imperii, les Grecs d’Asie mineure occidentale pensent désormais ces bâtiments dans les catégories de la culture grecque traditionnelle, c’est-à-dire au niveau civique voire régional, et non en référence à un regroupement géographique et administratif plus large.

  • 17 Men. Rh. 2.386.
  • 18 En particulier, Them., Or., 151c7-151d1.
  • 19 Gr. Naz., Carm., 33.6.
  • 20 Jones 1991.
  • 21 Aristid., Or., 53.3.
  • 22 Aristid., Or., 53.1.

À la fin du iiie s., Ménandre le Rhéteur recommande de louer les “afflux d’eaux”, ὑδάτων ἐπιρροάς17. Thémistios fait l’éloge de l’aqueduc de Valens à Constantinople ; il ne s’agit plus ici ni d’utilité ni de symbole politique, mais c’est la beauté de l’ouvrage qui est mise en valeur18. Le contradicteur imaginaire de Grégoire de Nazianze s’émerveille aussi à propos de “cet ouvrage incroyable qu’est le fleuve coulant sous terre et à l’air libre”19. Ce thème de la merveille qui augmente l’ornement d’une cité se retrouve dans les épigrammes du ive s. sur les restaurations d’aqueducs. Entre-temps, ce monument n’a pas suscité dans l’imaginaire des habitants des cités d’Asie l’impression qu’une forme monumentale étrangère s’imposait chez eux. Ils ont entièrement adopté son utilité avant d’en louer la beauté, sans jamais, après Denys d’Halicarnasse, y voir un signe, négatif ou positif, de la grandeur de l’empire. Le discours d’Aelius Aristide sur l’arrivée de l’eau à Pergame confirme cette appréciation. Cette œuvre est le seul jalon entre les appréciations de Denys et celles toutes différentes de Ménandre. Ce discours, qui n’est conservé que partiellement, se rapporte à l’inauguration solennelle d’un aqueduc à Pergame sous Marc Aurèle20. Il décrit la joie suscitée par l’arrivée de l’eau à Pergame et l’ornement gagné par la cité : εImage 10000000000000050000000FA9F928B4.jpg ναι γὰρ τὸ ὕδωρ πλήθει τε πλεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgστον καὶ κάλλει κάλλιστον ὅσων ἔλαχον πόλεις, “l’eau est la plus abondante en quantité et la plus magnifique par sa beauté de toutes celles que reçurent les cités”21 ; un grand ornement, κόσμος, s’est ajouté à la cité22. Ces quelques mots sont empreints de l’esprit agonistique, de compétition, qui structurait les relations entre les cités de rang comparable : Pergame se surpasse et l’emporte sur les autres cités.

  • 23 À Kéramos, l’aqueduc est construit en opus caementicium. Selon M. Spanu, cet élément et son adaptat (...)

5L’examen architectural de ces monuments suggère parfois une intervention des ingénieurs romains, telle que les lettres de Pline sur les aqueducs de Sinope et Nicomédie la laissent entendre23. Cette intervention technique ne suffit pas pour conclure dans le domaine des représentations culturelles que l’aqueduc fut ressenti comme un signe de la “romanisation” du paysage : tout dépend de la perception de ces monuments par les habitants des cités eux-mêmes. Au-delà des influences techniques d’origine romaine, les aqueducs en sont venus à être une composante normale d’un paysage urbain harmonieux, tel que les cités d’Asie mineure occidentale en ont développé l’ambition à partir du milieu du ier s. essentiellement. Cette image des aqueducs, accroissant l’ornement de la cité, comme le montre le discours d’Aelius Aristide, indique, d’une manière générale, la nécessité de bien dissocier la vision romaine, impériale, des monuments publics, de la définition du κόσμος civique, qui s’élabore en Asie mineure occidentale à l’époque impériale. Dans le second cas, aux yeux des Grecs, la pax Romana n’est qu’un contexte favorable.

  • 24 Petzl 1990, 61-64, no 20 (l. 16) : il s’agirait d’une fondation comprenant des dispositions pour as (...)
  • 25 Hellmann 1992, 254, souligne l’ambiguïté de ce terme à Délos (il peut désigner des entrepôts).

Enfin, il faut souligner qu’en dehors de l’attestation explicite d’un “aqueduc”, ὕδωρ, les “conduites d’eau” ou “canalisations” évoquées renvoient sans doute à un système tout différent et beaucoup plus traditionnel, le stockage de l’eau de pluie dans les villes dans des citernes et des puits, plutôt qu’à la construction d’un coûteux – et fragile – aqueduc. Les conduites de plus petite dimension, souvent enfouies dans le sol et qui pourvoient à la distribution de l’eau en milieu urbain, sont ainsi désignées sous le terme de τὰ ὑδραγώγια, voire de θέμα, qui est plus rare24 ; τὸ ὑδρεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον et τὸ ἐκδοχίον25 concernent des édifices de stockage des eaux, des citernes.

Constructions d’aqueducs et systèmes d’adduction d’eau

  • 26 Pour un bilan, non différencié en fonction des bâtiments et des régions d’Asie mineure, voir Winter (...)

6Il s’agit avant tout, au moment d’identifier les constructeurs des aqueducs ou de systèmes d’adduction d’eau, de vérifier l’hypothèse d’une présence impériale plus affirmée que pour les autres types de bâtiments étudiés jusqu’à présent26. La chronologie des interventions impériales et de celles des fonctionnaires romains, fortement déséquilibrée en faveur du ier s., indique l’adaptation progressive par les cités grecques aux nouvelles possibilités offertes par la paix romaine.

Tableau 1. Interventions sur les aqueducs, systèmes de stockage et de distribution d’eau en Asie du ier au ive s.

  • 27 Il complète les dépenses suscitées par son fils et prélevées sur le tribut des cités d’Asie : voir (...)

Cité

Date

Commanditaires

Intervention réalisée

Référence

Éphèse

27 a.C.-14 p.C.

Auguste

Adduction de l’aqua Iulia

IK, 12-Ephesos, 401, l. 3-4

Penté Choria, sur le territoire de Philadelphie de Lydie ?

12-11 a.C.

Fonds du village ?

Iollas fils de Ménékratès et Ménandros fils d’Attalos ont été responsables de la canalisation

Robert 1950b, 28-34

Éphèse

4-14

Auguste et Tibère

Adduction de l’aqua Throessitica

IK, 12-Ephesos, 402 ; IK 59, 153

Éphèse

4-14

G. Sextilius Pollio, avec son épouse, son fils et ses affranchis

Pont de l’aqua Throessitica dans la vallée où passe la route menant à Éphèse

IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152

Césarée Trocetta

41-54

Cité

Construction des fontaines, de la citerne et des conduites d’eau

CIG 3454

Sardes

53-54

Claude

Adduction de l’aqueduc

Sardis, 10 ; IK 59, 165

Éphèse

54-68

Néron

Réparation d’un aqueduc dans la vallée du Caÿstre

Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 121 (inv. 4237)

Smyrne

79-80 ?

Cité

Construction de “l’aqueduc de Trajan”

IK, 24.1-Smyrna, 680

Éphèse

80-81

Cité

Construction de l’hydrekdochion et de l’adduction

IK, 13-Ephesos, 695

Aphrodisias

81-96

Adrastos fils d’Apollonios

Citernes et dispositifs pour recueillir les eaux de ruissellement

MAMA VIII, 449

Éphèse

92-93

Cité

Construction de l’aqueduc “domitien”

IK, 12-Ephesos, 419

Éphèse

92-93 ?

Cité ?

Adduction de l’aqueduc du Marnas

IK, 12-Ephesos, 414 et 415 + Engelmann 1977, 203 no 3 ; IK, 15-Ephesos, 1530

Mylasa

ier s.

Aristoménès

Adduction d’eau vers des fontaines construites par ses ancêtres

IK, 34-Mylasa, 504

Priène

ier s. ?

Philè fille d’Apollonios

Citerne et conduites d’eau dans la cité

IPriene, 208

Laodicée du Lycos

Fin du ier s.

Un particulier

éegdçocion, qui est en relation avec la fontaine monumentale à l’est des bains à côté du stade

IK, 49-Laodikeia, 12

Didymes

c. 100

Iasôn fils de Iasôn, sa femme Mnémosynè, leur fils Iasôn, et l’hydrophore Théogénis

Construction dans le bois sacré d’un ensemble d’adductions d’eau

Didyma, 140, 264 et 327

Éphèse

102-114

Ti. Claudius Aristiôn

Aqueduc sur une distance de 210 stades (vers le “nymphée de Trajan”)

IK, 12-Ephesos, 424

Éphèse

Début du iie s.

Cité ?

Aqueduc vers un sanctuaire, sous la responsabilité de Ti. Claudius Aristiôn

IK, 17.2-Ephesos, 4105 + IK, 17.1-Ephesos, 3217a et 3217b

Alexandrie de Troade

134-135

Le père d’Hérode Atticus27

Construction de l’aqueduc de la cité

Philostr., VS, 2.1 [548]

Aizanoi

138-161

Cité et L. Claudius Seuerinus ( ?)

Restauration d’un aqueduc et achèvement de l’adduction d’eau par L. Claudius Seuerinus

MAMA IX, 10

Euménéia

173

Cité

Construction d’un aqueduc par la cité

MAMA IV, 333

Aphrodisias

Entre 150 et 200

Cité

Recouvrement de fonds par la cité pour la construction d’un aqueduc

Reynolds 2000

Stratonicée de Carie

Entre 150 et 200

M. Sempronius Clemens

Conduites d’eau (à Stratonicée ?) et adduction d’eau à Lagina

IK, 21-Stratonikeia, 293

Sébastè en Phrygie

ier ou iie s.

Cité

Construction d’un réservoir

Ramsay 1897, no 483

Synnada

ier ou iie s.

L. Arruntius Aciamus

Construction de l’aqua Augusta

MAMA IV, 70

Thyatire

ier ou iie s.

Cité (ou Marcus fils de Ménandros ?)

Mur de soutènement de la canalisation du fleuve Lycos

TAM V, 2, 991

Lydie (Gölmarmara)

ier ou iie s.

Aretidianus ?

Nom d’un aqueduc, indiquant son constructeur ?

Malay, Researches, 81

Tempsianoi ( ?), Lydie

ier ou iie s.

Cité

Fontaine et adduction d’eau

IManisa, 16

Tempsianoi ( ?), Lydie

181-192

Dionysios fils de Dionysios

Achèvement d’un aqueduc

Malay, Researches, 27

Village des Latorènoi, sur le territoire d’Éphèse

iie s.

C. Iulius Pulcher Potamonianos, c. v.

Construction du système d’adduction d’eau

Beden & Malay 2004, 185-186 (AE, 2004, 1409)

Hadrianoi

Fin du iie ou début du iiie s.

Cité

Construction d’un aqueduc

IK, 33-Hadrianoi, 44

Thyatire

Après 212

Particuliers, ou lors de l’exercice de la kômarchie ?

Réalisation de l’adduction d’eau

TAM V, 2, 868

Tralles

340-350

Caelius Montius, proconsul d’Asie

Rénovation d’une conduite d’eau

SGO I, 02/02/04

Assos

360-370

Axiochos, proconsul d’Asie

“il a donné de l’eau à la rocheuse Assos”

SGO I, 07/02/01

Laodicée du Lycos

ive ou ve s.

Seuerus

Adduction d’eau, donc réalisation ou restauration d’une fontaine ?

IK, 49-Laodikeia, 11 ; SGO I, 02/14/02

Interventions impériales au Haut-Empire

  • 28 IK, 12-Ephesos, 401 (Winter 1996, 306 no 1).
  • 29 IK, 12-Ephesos, 402. Sur l’expression τὸ ὕδωρ εἰσάγειν voir Robert 1960, 464 n. 4.
  • 30 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 121.
  • 31 Le temple d’Artémis dont Auguste a rétabli les privilèges se trouvait ainsi dans une zone nécessita (...)
  • 32 Sardis, 10 ; IK 59, 165.
  • 33 Voir III.3, l’intervention de l’empereur à l’occasion des tremblements de terre.

7Auguste a “fait arriver l’aqua Iulia” à Éphèse, aquam Iuliam adduxit (l. 3-4)28. Une inscription bilingue commémore l’arrivée de l’aqua Throessitica grâce à Auguste et Tibère, aquam Throessiticam induxerunt (l. 3-4), formule correspondant au grec τὸ Θροεσσειτικὸν ὕδωρ εἰσήγαγο[ν] (l. 11)29. Néron fit ensuite procéder à une réparation d’un aqueduc dans la vallée du Caÿstre près d’Éphèse, ἀποκατέστησεν (l. 2)30. Les travaux des eaux comportaient l’adduction d’eau, mais aussi le drainage dans les zones déprimées31. Sardes est l’autre cité d’Asie pour laquelle est conservée la trace d’un financement impérial pour un aqueduc. En 53-54 l’empereur Claude “a fait conduire l’aqueduc à la cité de Sardes”, selon une inscription bilingue32. La construction d’aqueducs est donc particulièrement précoce par rapport au mouvement général de la construction dans les provinces d’Asie, Auguste donnant une impulsion décisive. Le financement impérial ne se poursuit cependant pas dans la durée, et dans le cas d’Éphèse comme dans celui de Sardes il s’explique par des raisons exceptionnelles. Le financement d’origine impériale n’est pas une habitude dans les provinces occidentales d’Asie mineure. Éphèse témoigne pour la construction de certains monuments, et parfois pour l’affectation de fonds à leur construction, d’un particularisme lié à son statut de capitale de province et à la présence des bureaux administratifs romains dans la cité. Quant à Sardes, l’intervention impériale s’explique dans le contexte de l’aide apportée aux cités d’Asie frappées par le tremblement de terre de 17 : il s’agit d’un type de relation qui sort des impératifs de la bonne gestion quotidienne et qui prend une ampleur politique et symbolique plus significative33. En dehors de ces cas, les cités et leurs notables assument les frais des constructions d’aqueducs et de l’approvisionnement en eau, comme il est normal.

Interventions de l’administration romaine au Haut-Empire

  • 34 Plin., Ep. Tra., 10.37.2.
  • 35 Plin., Ep. Tra., 10.90-91.
  • 36 IK, 13-Ephesos, 695 ; PIR² C 104 sur ce proconsul. Ce personnage semble s’être intéressé particuliè (...)
  • 37 IK, 12-Ephesos, 419.
  • 38 Voir aussi l’inscription IK, 12-Ephesos, 419A ; Engelmann 1986, 33 no 1 (SEG 36, 1014) ; PIR² C 350 (...)
  • 39 Description et bibliographie dans Scherrer 2000, 76-78. Voir le plan d’Éphèse (fig. 1).

Les lettres de Pline indiquent un contrôle de nature financière de la part des responsables provinciaux. À Nicomédie, Pline envisage d’encourager la construction d’un aqueduc dont quelques arcades existent déjà34 : il règle des problèmes techniques, de fourniture de matériaux, et surveille que les fonds destinés à la construction sont effectivement employés. À Sinope, il contrôle aussi l’emploi des sommes engagées et la construction dans un endroit convenable à ce genre d’entreprise35. À Éphèse, le proconsul C. Laecanius Bassus Caecina Paetus s’est plu à concevoir un aqueduc et une fontaine dans la cité, au début du règne de Domitien : l’assemblée du peuple lui a voté une statue “pour avoir formé le projet de la construction de l’hydrekdochion et de l’adduction d’eau”, προνοήσαντα δὲ κατασκευασθImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgναι καὶ τὸ ὑδρεγδοχImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον καὶ τὴν εἰσαγωγὴν [τ]Image 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν εἰς αὐτὸ ὑδά[τ]ων (l. 7-12)36. L’aqueduc construit en 92-93 sur fonds civiques37 et dénommé ὕδωρ Δομιτιανòν bénéficia également de l’aide du proconsul Caluisius Ruso, qui “s’est occupé de l’adduction” (l. 5-6), φροντίσαντος τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς [εἰ]σαγωγImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς : il s’agit très probablement d’un rôle d’expertise technique comparable à celui assumé par Pline38. Ces deux projets formés par des proconsuls aboutissent tous deux à la place d’Éphèse où s’ouvrent le bouleutèrion et la basilique39, surplombée par le temple de la première néocorie sur une terrasse. L’action de ces gouverneurs reste cependant ponctuelle et semble-t-il limitée à ces ouvrages d’eau dont la réalisation nécessitait une expertise technique particulière.

  • 40 Philostr., VS, 2.1 [548].

8Les fonctionnaires romains interviennent donc parfois pour superviser la construction d’aqueducs, mais pas pour fournir des fonds extra-civiques, le cas d’Hérode Atticus étant tout à fait particulier. Pour Alexandrie de Troade, Hérode qui était corrector des cités libres d’Asie se rendit compte que la cité ne disposait pas des équipements en monuments des eaux conformes à son prestige de colonie romaine, entretenant des liens de parenté avec Rome. Il écrivit alors à l’empereur Hadrien pour qu’il fournisse la dépense pour le bain, qui fut tirée du tribut de l’Asie d’après Philostrate ; et finalement son père remboursa l’argent dépensé en plus des trois millions initialement prévus pour la construction40.

Interventions civiques ou d’évergètes locaux au Haut-Empire

  • 41 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152.
  • 42 IK, 12-Ephesos, 419.
  • 43 IK, 12-Ephesos, 414.
  • 44 IK, 15-Ephesos, 1530.
  • 45 IK, 12-Ephesos, 424 ; Bull. 1961, 539. Voir Scherrer 2000, 116, sur cette fontaine appelée par les (...)
  • 46 IK, 17.2-Ephesos, 4105 (Scherrer 1997, 137).
  • 47 IK, 17.1-Ephesos, 3217a et 3217b (l. 18-47) et Add. p. 31 (SEG 31, 953) ; sur ce proconsul, PIR² C (...)
  • 48 IK, 24.1-Smyrna, 680 ; autres références : IK, 24.1-Smyrna, 681.

En dehors d’Éphèse, et même dans la capitale provinciale pour d’autres ouvrages, le financement d’origine locale – des fonds publics comme des évergètes de la cité – reste le plus fréquent. Une inscription bilingue41 commémore la construction par C. Sextilius Pollio, sa femme, son fils, ses affranchis, du pont qui fait passer au-dessus d’une vallée l’aqueduc appelé Aqua Throessitica pour lequel Auguste et Tibère ont par ailleurs contribué : en grec (l. 2), τὴν γεφύραν ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων ἀνέθηκεν. La cité a plus tard financé l’“aqueduc Domitien”, ὕδωρ [[Δομιτιανóν]]42 : “le peuple des Éphésiens” (l. 1) est mentionné au nominatif, il s’agit donc d’une construction sur fonds publics, malgré le nom de l’édifice. L’inscription lacunaire de la dédicace de l’aqueduc du Marnas, adressée à Artémis et à un empereur non identifié, suggère un financement privé ou de la cité43 ; d’après une autre inscription44, Claudius Diogénès a dirigé cette construction (et ne l’a donc pas financée), ce qui indique des fonds d’origine civique. Entre 102 et 114, Ti. Claudius Aristiôn fit “conduire l’aqueduc à travers une canalisation qu’il a construite, sur une distance de 210 stades”45, ὕδωρ [εἰσ]αγαγὼν δι’οImage 10000000000000080000000FD5E571C1.jpg κ[ατεσκεύασεν ὀχ]ετοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg διακοσίων καὶ δέκα σταδίων : cet aqueduc est celui qui approvisionne la fontaine monumentale désignée sous le terme d’hydrekdochion, dans la rue des Courètes. Ti. Claudius Aristiôn s’est également occupé de faire conduire un aqueduc, ὕδωρ (l. 6), vers un sanctuaire, peut-être un sanctuaire d’Asklépios (l’inscription46 provient de l’église du concile de 431 où de nombreuses inscriptions, en remploi, font référence à ce sanctuaire). Un édit du proconsul A. Vicirius Martialis daté de 113-114 mentionne les “responsables de l’aqueduc de l’illustre cité des Éphésiens dont l’adduction a été réalisée par Claudius Aristiôn” (l. 3-6), [ἐπι]μελητImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ὕδατος τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpg[ς λαμπροτάτης Ἐφε]σίων πόλεως εἰσηγμ[ένου ὑπὸ Κλαυδίου] Ἀριστίωνος ; un autre édit, du proconsul Sex. Subrius Dexter Cornelius Priscus, en 120-121, fait référence aux deux “responsables des aqueducs construits pour l’illustre cité par Claudius Aristiôn” (l. 4-5 de l’édit) : ἐπιμεληταὶ ὑδάτων τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν εἰσηγμένων τImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg λανπροτάτῃ πόλι ὑπὸ Κλαυδίου Ἀριστίωνος47. À Smyrne, plusieurs inscriptions indiquent l’existence d’un aqueduc, appelé “aqueduc de Trajan”, soit du nom du père de l’empereur, proconsul d’Asie en 79-80, soit du nom de son fils. Cette dénomination n’implique pas un financement de l’un ou l’autre, car la cité a probablement payé pour l’aqueduc, tandis que le proconsul en supervisait la construction, comme à Éphèse sous Domitien (voir l. 3-4 d’une inscription sur une pierre aujourd’hui disparue48 : ἐπὶ Οὐλπίου ΤραιανοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἀνθυπάτου, la datation étant également indiquée par la mention des stratèges de la cité), dans le premier cas ; dans le second cas, il s’agirait d’un hommage à l’empereur.

  • 49 IPriene, 208.
  • 50 Voir Adam 1995, 270-282 sur les différentes techniques utilisées dans le monde romain à cet effet.
  • 51 IK, 34-Mylasa 34, 504.
  • 52 IK, 49-Laodikeia, 12.

Comme les édifices gymniques et balnéaires, l’approvisionnement en eau concerne grandes et petites cités. À Priène, à la fin du ier s. a.C., une femme stéphanéphore, Philè fille d’Apollônios, a financé la mise en place d’un système de conduites d’eau (l. 6-9)49 : τ[ὸ] ἐγδόχιον τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg [ὕ]δατ[ος] καὶ τὰ ἐν τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgι πόλε[ι] ὑδραγώγια : il s’agit de “la citerne de l’aqueduc et des conduites d’eau dans la cité”. Le gros œuvre de l’aqueduc a donc pu être financé par un autre évergète ou par la cité elle-même, Philè ne prenant en charge que la “citerne” (le château d’eau effectuant la redistribution en plusieurs endroits de la cité ?) et les conduites dans l’espace même de la ville, c’est-à-dire le stockage et la distribution urbaines50. À Mylasa, une inscription évoque au ier s. l’adduction d’eau (l. 2, εἰσήγαγεν) vers des fontaines construites par les ancêtres de celui qui réalise cette opération, Aristoménès51. À Laodicée du Lycos, un évergète dont le nom est perdu, à la fin du ier s., a fait construire un réservoir, ἐγδçoχiον, qui se trouve en relation avec la fontaine monumentale à l’est des bains proches du stade, sur une place bordée de l’autre côté par le bouleutèrion de la cité52.

  • 53 MAMA VIII, 449.
  • 54 CIG 2782 et p. 1112.
  • 55 Cormack 1954, 9 : ἔλ<α>ια δρακτο(...)
  • 56 Reynolds 2000 (AE, 2000, 1441).
  • 57 IK, 21-Stratonikeia, 293 ; εἰσαγειωκχότα est bien gravé de la sorte sur la pierre (voir Cousin & De (...)
  • 58 MAMA IX, 10 (estampage pl. 2).
  • 59 MAMA IV, 333.
  • 60 MAMA IV, 70.
  • 61 TAM V, 2, 991.

À Aphrodisias, Adrastos fils d’Apollônios a installé un ensemble de citernes et de dispositifs destinés à canaliser l’eau ruisselant dans la cité sous le règne de Domitien53. Au iie s., l’approvisionnement en eau de la cité libre fut amélioré. En témoignent l’inscription en l’honneur de M. Ulpius Carminius Claudianus54 et un rescrit impérial publié en 2000 par J. Reynolds. “À l’occasion de l’adduction de la rivière, le Timélès”, ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg καιρImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg Τε<ι>μέλου ποταμοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg εἰσαγωγImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς (l. 41), Carminius Claudianus “a fait plusieurs distributions d’huile au moyen de petits vases”55. Dans l’inscription honorifique pour cet évergète, la source du financement de ce raccordement n’est pas mentionnée. Par ailleurs, Hadrien a écrit une lettre à Aphrodisias où il “confirme les moyens financiers que vous avez réservés pour l’adduction d’eau”56, εἰς τὴν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ὕδατος καταγωγὴν (l. 5-6), à partir des sommes versées obligatoirement par les grands-prêtres du culte impérial au moment de leur entrée en charge, ainsi détournées de leur usage originel. Comme le propose J. Reynolds, il est possible que les deux inscriptions se rapportent à la même entreprise. À Stratonicée de Carie, M. Sempronius Clemens “a fait construire des conduites d’eau et a réalisé l’adduction d’eau au sanctuaire d’Hécate” (l. 24-26)57, κατεσκευακότα ὑδραγώγια καὶ ὕδατα εἰσαγειωκχότα εἰς τὸ ἱερὸν τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς Ἑκάτης. Les grands centres urbains de Phrygie ne sont pas en reste. À Aizanoi, sous le règne d’Antonin le Pieux, la cité fit restaurer à ses frais un aqueduc58 : ἡ ΑἰζανειτImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν πόλις τὸ ὕδωρ εἰσαγαγοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpgσα ἀποκατ[έστησεν] (l. 3), un particulier, L. Claudius Seuerinus, s’étant occupé de faire achever l’adduction de l’eau (l. 5-6), συντελεσθείσης τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ὕδατος εἰσαγωγImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpg[ς]. Cette restauration indique que l’aqueduc existait auparavant, peut-être dès le premier siècle. À Euménéia en Phrygie, la cité construisit un aqueduc, en 173 : ἡ πόλις τὸ ὕδωρ εἰσήγαγεν (l. 1)59. À Synnada, L. Arruntius Aciamus a fait réaliser un aqueduc, au ier ou au iie s., qui s’appelle “aqueduc Auguste”, aquam Augustam (l. 1)60. À Thyatire en Lydie, Marcus fils de Ménandros a été responsable “du mur de soutènement de la canalisation de la rivière, le Lycos”, παρατειχίσματος ὑδρα⁄ γωγίου ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg Λύκῳ ποταμImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg (l. 16-17)61.

  • 62 IK, 33-Hadrianoi, 44.
  • 63 Ramsay 1897, 605 no 483 (aucun élément de datation n’est proposé).
  • 64 Barresi 2003, 457.
  • 65 Broughton 1938, 723.
  • 66 CIG 3454 (IGR IV, 1491).
  • 67 TAM V, 2, 868.
  • 68 Malay, Researches, 115 no 27. L’interprétation selon laquelle il s’agit d’une prêtrise d’Apollon lu (...)
  • 69 IManisa, 16.
  • 70 Malay, Researches, 84 no 81.
  • 71 Beden & Malay 2004, 185-186.
  • 72 Robert 1950b, 28-34.
  • 73 MAMA VII, 140, ill. pl. 8.

Les attestations provenant de petits centres urbains sont également nombreuses. À Hadrianoi en Mysie, Aelianus Philopappos a supervisé la construction d’un aqueduc financé par la cité à la fin du iie ou au début du iiie s.62 : ἐπιμεληθεὶς τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ὕδατος εἰσαγωγImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς ἐκ τ[Image 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν] δημοσίων χρημάτων (l. 3-5). À Sébastè en Phrygie, cité qui est issue de la réunion de plusieurs villages par Auguste, la cité a fait faire τὸ ὑδρεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον, le réservoir63. Un village de Lydie (Dareiukômè d’après P. Barresi64, Césarée Trocetta d’après T. R. S. Broughton65) a fait construire sur ses revenus sous le règne de Claude “les fontaines, la citerne et les conduites d’eau” (l. 4-6)66, τὰς κρήνας καὶ τὸ ἐκδοχίον καὶ τὰ ὑδραγώγια. Ici, il s’agit évidemment de conduites au sein même de la cité, et non d’un aqueduc. Dans les environs de Thyatire en Lydie, une inscription indique la construction dans un village (des κωμαρImage 10000000000000080000000FA4D30A38.jpg[οImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpgν]τες sont mentionnés, l. 3) d’un aqueduc, après 212 : ces magistrats “ont réalisé l’adduction d’eau” (l. 4)67, τὸ ὕδωρ εἰσήγαγ[ο]ν. En Lydie également, à Tempsianoi ( ?), un aqueduc est achevé par Dionysios fils de Dionysios, qui a utilisé les fonds dévolus normalement aux dépenses pour les repas en l’honneur du dieu Apollon, sous le règne de Commode68. Provenant de la même zone, une inscription69 commémore la construction d’une fontaine et d’une conduite d’eau, sur des fonds publics : ἡ κρήνη καὶ ὑδραγώγιον (l. 3). À Gölmarmara (nom turc du village de Sosandria ?) en Lydie, une inscription mentionne peut-être, d’après l’éditeur H. Malay70, le nom d’un aqueduc construit par un évergète : [Ὕ]δωρ Ἀρετιδιανόν. Une inscription de Latoréia, sur le territoire d’Éphèse, fait enfin connaître un “système d’adduction d’eau” offert au village par C. Iulius Pulcher Potamonianos, clarissimus uir71. Le réservoir dans le village a été restauré aux frais d’Aphrodisios, un intendant d’un autre sénateur, T. Flauius Athenagoras Cornelianus Furianus. Il est vraisemblable, mais non certain, que c’est la communauté villageoise de Penté Chôria ( ?) sur le territoire de Philadelphie de Lydie qui finança la construction d’une canalisation dont on sait qu’elle a été supervisée par Iollas fils de Ménékratès et Ménandros fils d’Attalos (l. 5-6)72 : ἐπι[μ]ελησαμένων τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ὑδραγωγίου. À Hadrianopolis, en Phrygie, une inscription mentionne un aqueduc, sans que le contexte de construction soit décelable : τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ὕδατος ἐκ [-]73.

Dans l’Antiquité tardive

  • 74 IK, 36-Tralleis, 152 ; SGO I, 02/02/04 (vers 2 à 6) : ὃς δολιχο(...)
  • 75 AP 9.679 ; Robert 1948a, 70 (IK, 4-Assos, “Antike Zeugnisse”, p. 103) ; SGO I, 07/02/01, vers 3-4 : (...)
  • 76 Robert 1948a, 88-89 ; IK, 49-Laodikeia, 11 ; SGO I, 02/14/02.
  • 77 Une prédilection pour des travaux sur les monuments des eaux par les détenteurs du pouvoir à cette (...)

9Comme pour les théâtres et les bains-gymnases, c’est après un siècle de silence que de nouveau des attestations d’interventions sont connues. Le proconsul Caelius Montius a rénové l’aqueduc de Tralles vers 340-35074 : “Montius… toi qui as rénové la conduite d’eau qui depuis longtemps reposait à terre, qui as rendu la ville splendide, et as tracé une route pour le fleuve de 300 stades, en perçant les montagnes”. Ce proconsul a également fait rénover l’atrium des thermes de Constantin à Éphèse et dans la même ville il a restauré la fontaine sur la place civile. À Assos, une épigramme commémore la construction d’un aqueduc par Axiochos, proconsul d’Asie, vers 360-370 : “il a donné de l’eau courante à la rocheuse Assos, en fendant le dur front de bien des blocs de pierre”75. Au ive ou au ve s., à Laodicée du Lycos, Seuerus a fait aboutir l’eau à la cité “depuis la montagne” : cela implique à la fois l’adduction de l’eau et la réalisation ou la restauration d’une fontaine76. La moisson n’est pas aussi fructueuse que pour les bains ; cependant le plus souvent la rénovation d’un bain ou d’une fontaine nécessite de s’assurer que le système de distribution d’eau fonctionne et amène donc, parfois, à entreprendre des restaurations. Ces deux types d’interventions sont donc peu dissociables. Le thème de l’eau, de son abondance, est dans l’Antiquité tardive le signe de la réussite d’une vie urbaine harmonieuse77.

Conclusion

  • 78 Voir les textes rassemblés et commentés par Saliou 1994, 178-179 ; voir ci-dessous III.2.
  • 79 Hellmann 1999, 13-24 (col. II). Cette recommandation n’était pas toujours respectée pour les eaux d (...)

10Les adductions d’eau sont l’objet d’un soin quotidien et suscitent une législation abondante78. Mais s’en tenir au constat de leur utilité serait insuffisant, tant ces constructions ont revêtu pour la communauté un sens symbolique important. Les aqueducs pouvaient impressionner par leur grandeur, tandis que les conduites qui distribuaient l’eau dans la cité, désignées par un vocabulaire spécifique, n’étaient le plus souvent pas visibles (la loi des astynomes de Pergame interdit de faire des canalisations ouvertes79 ; effectivement l’eau aurait perdu sa salubrité à l’air libre). Il n’en reste pas moins qu’amener l’eau dans la cité était célébré dans les mêmes termes que la construction des autres monuments constitutifs du paysage urbain. L’empreinte impériale initialement attachée à ces bâtiments, à Éphèse et à Sardes, s’estompe rapidement. Après le ier s., où Éphèse peut avoir joué le rôle d’un centre de diffusion de ce type de monument, à partir d’initiatives impériales, la construction des aqueducs n’a pas du tout été monopolisée par l’empereur ou des agents impériaux. Pour ces programmes coûteux les communautés villageoises ou civiques ont su mobiliser des fonds et nommer des responsables qui veillaient à la mise en œuvre de leur adduction d’eau. Ce type de construction est rentré très rapidement dans la gamme des travaux entrepris par des particuliers ou des communautés. Ils sont commémorés comme tels : rien de pesant dans une marque impériale bien estompée en dehors d’Éphèse au ier siècle. Les interventions des gouverneurs au ive s. ont lieu dans un contexte différent, alors que les ressources civiques sont passées sous le contrôle direct de l’administration ; cependant l’essentiel du sens de ces constructions est préservé, étroitement associé à l’image d’une cité florissante et vivante.

Les Fontaines

  • 80 Voir Ginouvès & Martin 1998, 96-97 : “dans le monde romain, le nom ‘nymphée’ est accordé par les ar (...)

11La fontaine, κρήνη, πηγή, νυμφαίον, est dans l’espace public la matérialisation de l’aboutissement d’un aqueduc ou d’une conduite d’eau plus modeste. Elle revêt des formes plus ou moins monumentales que des dénominations contemporaines ont contribué à brouiller. En particulier le mot “nymphée” est fréquemment employé de nos jours pour désigner une fontaine monumentale80, alors que ce terme est très rare dans les sources épigraphiques asiatiques. Nous allons donc essayer de voir quels sont les mots utilisés dans les sources pour décrire ces monuments et l’ornement qu’ils apportent aux cités Il ne faut pas perdre de vue non plus l’utilité de ces fontaines, petites et grandes, dans les espaces urbains.

  • 81 Aristid., Or., 17.11.
  • 82 Aristid., Or., 26.97 : “Tout est plein de gymnases, de fontaines, de propylées, de temples, d’ateli (...)
  • 83 Aristid., Or., 18.6.

Leur localisation en des lieux de sens différent de l’espace urbain – dans un sanctuaire, au milieu des rues, le long de grandes places – alors que leur dénomination est très uniforme permet également de réfléchir à l’homogénéité de l’espace urbain et à la perception de la ville et des sanctuaires extra-urbains, qui relèvent de la même autorité politique, comme un ensemble cohérent où les magistrats, les évergètes et la cité ont la possibilité d’exprimer leurs ambitions, personnelles ou collectives. La description de Smyrne par Aelius Aristide à l’occasion de la visite du gouverneur en mars 157 exprime cette idée81 : “Il y a des fontaines et des sources à chaque maison, et plus qu’à chaque maison”, κρImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgναι δὲ καὶ πηγαὶ κατ’οἰκίας τε καὶ πλείους ἢ κατ’οἰκίαν. La beauté des eaux et leur abondance entretient des liens étroits avec l’image d’une civilisation jouissant des avantages de la paix. Aelius Aristide dans son Éloge de Rome les mentionne ainsi parmi un ensemble d’éléments architecturaux : πάντα δὲ μεστὰ γυμνασίων, κρηνImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν, προπυλαίων, νεImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν, δημιουργιImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν, διδασκάλων82. Fontaines, théâtres et rues sont encore évoqués ensemble dans le discours sur Smyrne après le tremblement de terre de 17783. Les fontaines sont couramment appelées κρImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgναι. Les inscriptions confirment l’appréciation esthétique des fontaines dans le paysage urbain, et leur intégration parmi les monuments de prédilection construits par les évergètes. Elles participent pleinement de l’idée que l’on se fait d’un beau paysage urbain, de même que les portiques que nous verrons dans le chapitre suivant, qui par leur présence dans divers endroits de la ville, jetant sur l’espace urbain un lacis d’éléments beaux et monumentaux, contribuent à l’unifier.

  • 84 Quelques attestations mentionnées ici apparaissent également dans le tableau 1 du chpitre I sur les (...)

Tableau 2. Construction de fontaines84

Cité

Date

Commanditaires

Intervention réalisée

Référence

Katoikia des Almourénoi

37-41

Katoikia

Τò κρήνας

IK, 17.1-Ephesos, 3250

Dareiukômè

41-54

Village

Construction de fontaines, τὰς κρήνας

CIG 3454 (IGR IV, 1491)

Milet

79-80

Cité ?

Fontaine

Milet, VI.1, p. 3-4 et p. 196

Éphèse

80-81

Cité

Hydrekdochion réalisé sous la direction de C. Laecanius Bassus Caecina Paetus

IK, 13-Ephesos, 695

Éphèse

93

Cité ?

Fontaine, à l’ouest de l’agora civile

IK, 12-Ephesos, 413

Éphèse

93

Cité

À l’époque de la captation du Marnas, dédicace sur l’architrave de la fontaine au sud de l’agora civile

IK, 12-Ephesos, 414 (voir aussi Knibbe et al. 1993, 145-146, n. 71)

Panamara

96-98

Ti. Flauius Eudèmos

Construction de la fontaine Virginale, τὴν κρήνην τὴν λεγομένην Παρθενικήν

IK, 21-Stratonikeia, 220a

Éphèse

102-114

Ti. Claudius Aristiôn

Fontaine entre l’agora civile et la porte de Magnésie

IK, 12-Ephesos, 424A

Éphèse

102-114

Ti. Claudius Aristiôn

“Hydrekdochion” dans la rue des Courètes, “avec tout son ornement”

IK, 12-Ephesos, 424

Éphèse

113-114

Ti. Claudius Aristiôn

Construction à ses frais ou à ceux de la cité, de fontaines dans un sanctuaire, peut-être d’Asklépios

IK, 17.2-Ephesos, 4105

Katoikia des Bônitoi

ier s.

[P. ?] Cornelius [-]

κρήνη

IK, 17.1-Ephesos, 3227

Mylasa

ier s.

Ancêtres d’Aristoménès

Réfection de l’adduction d’eau pour “les fontaines ancestrales”

IK, 34-Mylasa, 504

Didymes

Fin du ier s.

Théogénis, fille de Iasôn

Construction de fontaines

Didyma, 327

Kéramos

102-117

Lykiskos

κρήνη

IK, 30-Keramos, 17

Érythrées

162

M. Claudius P [-]

πηγὴ dans la grotte de la Sibylle

IK, 1-Erythrai, 225

Hiérocésarée

ier ou iie s.

Artémidôros fils de Dionysios et Antigénès fils d’Apollonios

τὰς δὺο κρήνας

TAM V, 2, 1246

Sardes

Fin iie ou iiie s.

G. Asinnius Rufus Nikomachos et Lepidus

Fontaines

Sardis, 17

Hadrianoi

Fin iie ou iiie s.

Aelianus Philopappos

Rénovation de la fontaine à ses frais, κρήνη

IK, 33-Hadrianoi, 44

Éphèse

209-212

T. Flauius Ménandros

Hydréion à l’entrée de l’agora civile, à l’aboutissement de la rue des Courètes

IK, 12-Ephesos, 435 et 436

Milet

238-244

Cité ?

Restauration de la fontaine construite en 79-80, statues et ornement

Milet, I. 5, 54 n. 2 (Milet, VI. 1, p. 4)

Tempsianoi

Haut-Empire

Village

ἡ κρήνη καὶ ὑδραγώγιον

IManisa, 16

Magnésie du Méandre

Haut-Empire

Cité

Construction d’une fontaine, κρήνη, décorée de statuettes

IMagnesia, 251

Magnésie du Méandre

 ?

 ?

πηγή

IMagnesia, 252

Didymes

Fin du iiie s.

Sous la direction du proconsul Festus

Embellissement d’une fontaine

Didyma, 159 ; SGO I, 01/19/37

Éphèse

337-340

Cité ?

Rénovation d’“une partie du Nymphée” sur décision du proconsul L. Caelius Montius

IK, 14-Ephesos, 1316

Laodicée du Lycos

340-350

Sous la direction du vicaire Skylakios

Restauration d’une fontaine

IK, 49-Laodikeia, 18 ; SGO I, 02/14/07.

Philadelphie

ive s

Eutropios

Édifice aux Heures et aux Nymphes

SGO I, 04/24/01.

Smyrne

ive ou ve s

Sous la direction du proconsul Venetius

Môle dans le port avec une fontaine

AP 9.670 ; SGO I, 05/01/19

Aphrodisias

ive ou ve s

Flauius Ampélios

Fontaine associée à une palmeraie

Roueché [1989] 2004, 38

Les constructions de fontaines au Haut-Empire

  • 85 IK, 12-Ephesos, 414 et 415 et Engelmann 1977, 203 n3. Sur ce bâtiment, voir Scherrer 2000, 76.
  • 86 IK, 13-Ephesos, 695. Sur ce bâtiment, voir Scherrer 2000, 76-77. Voir le plan d’Éphèse (fig. 1).
  • 87 IK, 12-Ephesos, 413, 1 et 2 ; voir Scherrer 2000, 90. L’inscription sur l’adduction d’eau à cette f (...)
  • 88 IK, 12-Ephesos, 424A.
  • 89 Scherrer 2000, 116-117 et Gros 1996b, 430. Elle est appelée “nymphée de Trajan” par les archéologue (...)
  • 90 IK, 12-Ephesos, 424.
  • 91 Sur l’identification de ce personnage, voir Knibbe & Merkelbach 1978, 96.
  • 92 IK, 12-Ephesos, 435.
  • 93 IK, 12-Ephesos, 436.
  • 94 Knibbe et al. 1993, 145-146, no 71.
  • 95 Voir III. 1.

À Éphèse, une fontaine a été construite sous le proconsul Caluisius Ruso en 92-93, qui fut appelée “Nymphée” lors de la restauration par Caelius Montius au ive siècle. Seules subsistent les inscriptions concernant l’adduction d’eau à cette fontaine, qui se trouvait face au bouleutèrion et à la basilique85. Une autre fontaine également sur le côté sud de l’agora civile, appelée hydrekdochion dans la dédicace, date de 80-81 ; elle a été réalisée sous la direction du proconsul C. Laecanius Bassus Caecina Paetus86. Une autre fontaine, à l’ouest de la même place, à côté du monument de Pollio, date de 93 d’après les dédicaces à Artémis d’Éphèse et à Domitien ; mais le nom du bâtiment n’apparaît pas dans les inscriptions87. Ti. Claudius Aristiôn, probablement sous le règne de Trajan, a fait reconstruire une fontaine, entre la place du haut et la porte de Magnésie : l’inscription se trouvant sur l’architrave du monument lui-même ne comporte pas son nom88. Dans la rue des Courètes, il a également fait construire une fontaine appelée τὸ ὑδρεκδοχImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον avec sa femme Iulia Lydia Laterana89. Il a offert ce monument “avec tout son ornement”, σὺν παντὶ τImage 10000000000000090000000FF9723E89.jpg κόσμῳ ἀνέθηκεν90. En 209-212, T. Flauius Ménandros, rhéteur et asiarque91, fit construire une fontaine appelée ὑδρεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον à l’entrée de l’agora civile, à l’aboutissement de la rue des Courètes. Ce monument est en réalité le remaniement d’un monument de l’époque augustéenne – le dédicant emploie néanmoins le verbe κατεσκεύασεν (l. 3)92. La corniche de l’hydréion comporte une autre dédicace, fragmentaire, où le prytane T. Flauius Lucius Hiérax, qui entretient des liens de parenté avec T. Flauius Ménandros, est cité au nominatif93. Une autre inscription, découverte dans les environs de la basilique Saint-Jean, gravée sur un fragment d’une plaque de marbre, mentionne des fontaines et le Marnas, sans que le sens général soit compréhensible94. À Éphèse, les fontaines se concentrent dans la rue des Courètes, sur la place civile, et entre cette place et la porte de Magnésie, loin du port, de l’agora, et de leurs activités commerciales. Elles concourent à la distinction de cet ensemble, sur une portion de la voie sacrée, comme espace politique et religieux de prestige. À Éphèse, l’élite des notables de la cité a souvent participé à la construction de fontaines ; c’est l’une des facettes principales de l’activité de constructeur de Ti. Claudius Aristiôn95.

  • 96 IK, 34-Mylasa, 504.
  • 97 IK, 30-Keramos, 17.
  • 98 Milet, VI. 1, p. 3-4 et p. 196.
  • 99 Milet, I.5, p. 54 no 2 (Milet, VI. 1, p. 4).
  • 100 IMagnesia, 251 (aucun élément de datation n’est proposé) et 252.
  • 101 TAM V, 2, 1246 (cette inscription était auparavant attribuée par erreur à Thyatire).
  • 102 Sardis, 17.
  • 103 Voir Halfmann 1980, 631, pour leur famille.
  • 104 Herrmann 1993a, 257.

Dès le ier s., de nombreuses attestations de construction de fontaines par des particuliers sont connues en Ionie et en Carie. À Mylasa, les ancêtres d’Aristoménès ont construit des fontaines, qu’il appelle τὰς προγονικὰς κρήνας et pour lesquelles il a refait l’adduction d’eau96. À Kéramos sur le golfe de Cnide, en Carie, Lykiskos dédie une fontaine à l’empereur Trajan entre 102 et 117, désignée sous le nom de κρήνη97. À Milet, une fontaine monumentale semble être dédiée, d’après la dernière restitution proposée par P. Herrmann, au proconsul M. Ulpius Traianus. L’inscription est en latin et daterait de 79-8098 ; mais d’autres hypothèses ont été proposées, et la dédicace elle-même, avec le nom du destinataire à l’accusatif, et qui serait seulement le proconsul, ne rentre pas en série avec les habitudes épigraphiques dans la province d’Asie. Cette fontaine fut restaurée sous Gordien III ; l’inscription en grec qui commémore cette restauration est fragmentaire mais elle parle de statues (διά τε τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἀνδριάντων) et d’une augmentation de l’ornement (ἐπεκόσμησεν). Le nom du commanditaire est perdu ; selon H. Dessau, il s’agirait probablement de la cité de Milet elle-même99. À Magnésie du Méandre, la cité a fait construire une fontaine, κρήνη, sous la responsabilité d’Aelius Démonikos. Elle était décorée de statuettes (l. 1, ζῴδια). Une inscription de la même cité, qui se trouvait sur une base où étaient sculptées trois femmes dansant, mentionne une fontaine, πηγὴ100. À Hiérocésarée de Lydie, Artémidôros fils de Dionysios et Antigénès fils d’Apollônios construisirent deux fontaines avec les surplus de leur charge : ἀπὸ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν περισσImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς ἱερονομίας τὰς δὺο κρήνας κατεσκεύασαν, au ier ou iie siècle101. À Sardes, des fontaines furent construites par “Rufus et Lepidus”102 : P. Herrmann a montré qu’ils appartenaient à la famille sénatoriale des Asinnii103. Ils ont financé la fontaine qui porte leur nom, au début du iiie siècle104.

  • 105 CIG 3454 (IGR IV, 1491).
  • 106 IK, 17.1-Ephesos, 3250.
  • 107 IManisa, 16.
  • 108 IK, 17.1-Ephesos, 3227.
  • 109 IK, 33-Hadrianoi, 44.

Comme pour les aqueducs, il paraît éclairant de distinguer les petites cités et communautés villageoises, afin de mettre en évidence l’attrait du modèle urbain diffusé depuis les grandes cités de la côte, Éphèse et Smyrne au premier plan. À Hyrcanis en Lydie, au lieu-dit Dareiukômè, Attalos fils d’Attalos a surveillé la construction “des fontaines”, τὰς κρήνας (l. 4-5)105 édifiées sur les revenus du village, en même temps que l’adduction d’eau, sous Claude. Dans les environs d’Éphèse, dans la katoikia des Almourènoi, une fontaine fut construite sous Caligula, sur fonds publics : ἡ ἈλμουρηνImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν κατ[οικία ἀνέθη]κεν τὸ κρήνιον106. Le caractère précoce de ces attestations est remarquable. À Tempsianoi en Lydie, la communauté villageoise a fait construire sur ses revenus une fontaine et une conduite, ἡ κρήνη καὶ ὑδραγώγιον107. Dans la vallée du Caÿstre, [P. ?] Cornelius [-] au ier s. a fait construire à ses frais, pour une communauté villageoise connue dans les inscriptions sous le nom de la katoikia des Bônitoi, une fontaine désignée sous le terme κρήνη108. À Hadrianoi en Mysie, Aelianus Philopappos, qui avait veillé à la construction d’un aqueduc sur fonds publics, “a le premier rénové la fontaine à ses frais”, à la fin du iie ou au début du iiie s.109 : τὴν κρήνην ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων πρImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgτος ἀποκατέστησεν.

Les évolutions dans l’Antiquité tardive

  • 110 Voir I.1.
  • 111 Kaibel 1878, 1072 ; Robert 1948a, 33 n. 2 ; SGO I, 04/24/01.
  • 112 Voir entre autres : Reinach 1891, 279-280 ; IK, 2-Erythrai, 228 ; SGO I, 03/07/06.
  • 113 Roueché [1989] 2004, 38 et Puech 2002, 433-434, no 233.

12Plusieurs des attestations d’interventions sur des sources et des fontaines dans l’Antiquité tardive revêtent un aspect non seulement “décoratif” mais se placent également dans une perspective sacrée. Ainsi l’embellissement par le proconsul Festus d’une source du sanctuaire de Didymes, qui avait sauvé de la soif les habitants assiégés par les Goths en 263, marque-t-elle d’abord un acte de piété envers la divinité tutélaire du sanctuaire110. Nous ne revenons donc pas plus longuement sur ces cas ambigus qui ne nous paraissent pas limités à un simple souci profane d’embellissement de la cité, dans leur évocation de divinités : à Philadelphie de Lydie, au milieu du ive s., Eutropios élève un édifice (un nymphée ?), dédié aux Heures et aux Nymphes. L’inscription est très fragmentaire111 ; à Érythrées, la grotte de la Sibylle, où surgissait une source, fut rénovée par Eutychianos et son fils112 ; à Aphrodisias de Carie, Flauius Ampélios, un notable de la cité, réaménagea au ive ou au ve s. à l’extrémité orientale du quadriportique interprété comme gymnase de Diogénès un bois de palmiers et une fontaine, dont la construction est commémorée dans une épigramme due à Pythiodôros de Tralles113.

  • 114 IK, 14-Ephesos, 1316.
  • 115 IK, 12-Ephesos, 415 et 419 et Engelmann 1977, 203 no 3.
  • 116 Robert 1969b, 339-351 no 15 ; IK, 49-Laodikeia, 18 ; SGO I, 02/14/07.
  • 117 Feissel 1998b, 91-104.
  • 118 IK, 17.2-Ephesos, 5115 ; SGO I, 03/02/22. Voir la description des opérations de transformation dans (...)
  • 119 AP 9.670 ; SGO I, 05/01/19.
  • 120 Jones 1994, 220-223 ; Feissel 1998a, 131-132.
  • 121 SGO I, 04/02/03.

Le sujet d’autres dédicaces, qu’elles soient en vers ou en prose, ne souffre pas cette ambiguïté, et n’évoque pas de divinités ni des lieux traditionnellement associés aux dieux de la cité. À Éphèse, le proconsul L. Caelius Montius “a rénové une partie du Nymphée”114, ἀνανεωθέντος τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg μέρους τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg Νυμφείου : il s’agit de la fontaine à laquelle aboutit l’aqueduc construit sous le proconsul P. Caluisius Ruso Iulius Frontinus en 92-93 aux frais de la cité115. À Laodicée du Lycos, vers 340-350 la fontaine monumentale fut restaurée par le vicaire d’Asie Skylakios ; l’épigramme qui commémore cette action ne désigne l’édifice que de manière très vague : “d’une main sage il a construit le bâtiment en douze mois”, Image 10000000000000090000000F3EA57DCA.jpgειρὶ σοφImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg τόδε ἔργον ὅλοις δύο καὶ δέκα μη[σίν] (vers 3)116. La transformation de la façade de la bibliothèque de Celsus en fontaine monumentale, en utilisant en remploi les reliefs du monument des Parthes, est plus tardive : une épigramme commémorant l’action du proconsul Stéphanos, insérée dans un cadre sur la façade de la bibliothèque, doit être datée, comme l’a montré récemment D. Feissel117, non de l’époque de Justinien118, mais de la fin du ive ou du début du ve siècle. À Smyrne, Venetius a construit un môle dans le port d’où jaillit une fontaine, qui permet aux marins de boire sitôt descendus de leur bateau119. Selon Chr. Jones120, Venetius aurait été proconsul d’Asie au ive ou au ve s., plutôt qu’un architecte. À Sardes, entre le ive et le vie s., Basiliscus rénova des serpents en bronze de la gueule desquels jaillit l’eau d’une κρήνη121, “au milieu de la route publique”, μέσην κατ’ ἄγυιαν ὁδοImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgο.

Conclusion

  • 122 Localisation dans Sperti 2000, 62.
  • 123 Spanu 1997, 114-125.
  • 124 Burrell 2006.
  • 125 Bejor 1991 et Verzone 1978.
  • 126 Mert 1999, 306-308. Voir la proposition d’identification de Şahin 2005.

13Beaucoup de ces fontaines mettaient en scène une architecture mêlant les artifices de la construction à une reconstitution rocailleuse. À Laodicée, une grotte-nymphée d’une structure assez particulière se trouvait en plein cœur de la cité ; elle était de forme pyramidale et des incrustations de calcaire visaient à recréer l’irrégularité des parois d’une grotte122. À Kéramos, en Carie, des structures imposantes avaient été interprétées par L. Robert comme les substructions d’un temple de Zeus carien123 : il s’agit en réalité d’une fontaine, comme le montrent les restes d’un aqueduc à proximité. D’autres fontaines monumentales mettaient en œuvre une architecture à édicules – qui en soi n’implique pas une tonalité religieuse, comme l’a prouvé B. Burrell124. À Hiérapolis, la fontaine monumentale adossée au sanctuaire d’Apollon, au cœur de la cité, présente une longue façade curviligne qui donnait sur l’avenue principale de la cité. Des bustes de divinités l’ornaient125. À Stratonicée de Carie, une fontaine monumentale près de la porte nord de la cité, d’une longueur de 13,80 mètres, avec une façade à édicules, daterait de l’époque sévérienne ; elle comportait des statues de muses et de divinités, sur deux étages126. À Milet, la fontaine monumentale dont le début de la construction date du proconsulat du père de Trajan a des dimensions grandioses. Les statues du niveau inférieur représentaient des nymphes, des satyres et des silènes, autour d’un Poséïdon central ; sur les deux niveaux supérieurs, figuraient des dieux du panthéon milésien, ainsi que le père de Trajan, puis Gordien III et son épouse Tranquillina dans l’état final du bâtiment.

  • 127 Ginouvès & Martin 1998, 96-99.
  • 128 Sardis, 17.
  • 129 Settis 1974.
  • 130 Settis 1974, 695.
  • 131 Settis 1974, 705 et 736-737, Ginouvès & Martin 1998, 97, n. 71.
  • 132 MAMA VII, 11.
  • 133 IK, 14-Ephesos, 1316.
  • 134 PLRE I, 608 pour L. Caelius Montius, peut-être le même que Montius Magnus (PLRE I, 535, Magnus 11), (...)
  • 135 Ginouvès & Martin 1998, 92, le définit comme une source, “un jaillissement naturel de l’eau hors de (...)

Il existait encore beaucoup d’autres formes127, marquant également la diversité des situations et des liens entretenus avec des monuments entièrement différents (sur l’agora, dans des sanctuaires). La liste des fontaines de l’époque des Sévères provenant de Sardes n’est que fragmentaire. Elle montre cependant le grand nombre de fontaines qui existent dans des endroits différents de la cité, face au gymnase de la gérousie (l. 3), face à la synagogue (l. 8), devant l’Odéon (l. 9), devant la caserne (ἀνδροφυλακίο[υ κρήνη], l. 11) qui se trouve à l’entrée de l’agora, pour quelques localisations qui ne donnent sans doute qu’un faible aperçu de l’ensemble. Des sanctuaires sont également désignés, celui du Mystère d’Attis (l. 7), de Mèn (l. 18)128. Les exemples réunis montrent que l’emploi moderne du mot “nymphée” est trompeur en ce qui concerne l’Asie : les Grecs d’Asie parlaient de κρήνη, voire d’ὑδρεκδοχImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον. Il convient donc de préciser l’emploi du mot “nymphée” en Asie mineure occidentale. Selon S. Settis129, le terme “nymphée” qui à l’origine désignait bien un sanctuaire des Nymphes (comportant une grotte avec une fontaine130), en est venu à n’avoir que le sens de fontaine monumentale, et à perdre sa tonalité religieuse, comme le montre finalement son emploi par des chrétiens, la rupture sémantique se situant après le ier s.131 En Asie mineure occidentale, ce mot est peu employé : à Claudiolaodicée, dans la Phrygie galatique, un agoranome “s’est occupé de l’adduction d’eau jusqu’au nymphée de l’agora”132 et à Éphèse, Caelius Montius fait restaurer une partie du nymphée entre 337 et 350 sur ordre de Constance et de Constant133 – ce faisant, ce personnage134 pouvait refléter une habitude romaine bien plus que locale, renvoyant au sens désacralisé du terme. Ces deux seules attestations sont employées dans un contexte similaire, celui d’une fontaine monumentale sur une place publique. Leur faible nombre ne justifie donc pas de n’attribuer qu’un sens culturel et profane à la citation des nymphes dans la dédicace de fontaines dans l’Antiquité tardive. Quant au terme de πήγη, il désigne normalement une source naturelle. L’emploi de ce mot est rare. Il se peut qu’il implique une structure plus modeste135.

14La participation des fontaines à l’ornement de la cité, certes attendue, permet d’enrichir la définition de cette notion. Elle déborde un sens uniquement politique : les lieux traditionnels de la formation du citoyen, hérités de l’époque hellénistique, sont essentiels mais non suffisants ; de plus, à l’époque romaine, leur sens a évolué – on remarque notamment les agônes au théâtre et les plaisirs nouveaux tirés des bains. La vraie réussite d’un paysage urbain se voit ainsi partout, à travers les fontaines et le jaillissement des eaux, comme par le parcours de rues à portiques traversant l’espace urbain, que nous examinons dans le chapitre suivant.

Note

1 C’est pourquoi nous avons choisi de les associer dans ce chapitre, au lieu de traiter – ce qui fonctionnellement était logique également – les aqueducs d’abord, avant les bâtiments qu’ils alimentent en eau, les fontaines et les bains.

2 Smith 1979.

3 Philostr., VS, 2.1 [548].

4 Voir III. 1.

5 Ce constat est également valable pour l’Achaïe : Alcock 1993, 123-127.

6 Coulton 1987.

7 Voir l’analyse d’Étienne et al. 2000, 314-315 ; Alcock 1993, 124.

8 Mise au point utile dans Adam 1995, 261 : le premier aqueduc à siphon fut celui d’Eumène II à Pergame, entre 197 et 159-158.

9 Winter 1996, 177-183.

10 Winter 1996, 28-54.

11 Kek 1996, 53-57 pour un bilan utile des auteurs romains, de Vitruve à Cassiodore, ayant écrit sur les aqueducs.

12 Dion. H. 3.67.5 (éd. et trad. J.-H. Sautel, Paris, CUF, 1999) : ἔγωγ’ οImage 10000000000000080000000F2A971FF2.jpgν ἐν τρισὶ τος μεγαλοπρεπεστάτοις κατασκευάσμασι τς Ῥώμης, ἐξ Image 10000000000000090000000F8D0CF557.jpgν μάλιστα τὸ τς ἡγεμονίας ἐμφαίνεται μέγεθος, τάς τε τν ὑδάτων ἀγωγὰς τίθεμαι καὶ τὰς τν ὁδν στρώσεις καὶ τὰς τν ὑπονόμων ἐργασίας οὐ μόνον εἰς τὸ χρήσιμον τς κατασκευς τὴν διάνοιαν ἀναφέρων, ὑπὲρ οImage 10000000000000090000000FA9BDA0FF.jpg κατὰ τὸν οἰκεον καιρὸν ἐρImage 100000000000000D0000000F8D4074EC.jpg, ἀλλὰ καὶ εἰς τὴν τImage 100000000000000D0000000F8D4074EC.jpgν ἀναλωμάτων πολυτέλειαν.

13 Str. 5.3.8.

14 Fron., Aq., 119.1 (éd. et trad. P. Grimal, Paris, CUF, 1961).

15 Plin., Ep. Tra., 10.37 et 90-91 (éd. et trad. M. Durry, Paris, CUF, 1948).

16 Elle est mise en avant dès Cicéron, qui les décrit parmi les dépenses “préférables”, si un évergète tient absolument à construire un monument. Les ports et les remparts sont dans la même catégorie, à la différence des théâtres, portiques et même des temples (Cic., Off., 2.17.60).

17 Men. Rh. 2.386.

18 En particulier, Them., Or., 151c7-151d1.

19 Gr. Naz., Carm., 33.6.

20 Jones 1991.

21 Aristid., Or., 53.3.

22 Aristid., Or., 53.1.

23 À Kéramos, l’aqueduc est construit en opus caementicium. Selon M. Spanu, cet élément et son adaptation aux difficultés orographiques constituent des arguments en faveur d’une aide technique de la part d’ingénieurs romains (Spanu 1997, 175-178). À Éphèse, à l’époque augustéenne, l’aqueduc commandité pour une partie par Auguste, pour l’autre par C. Sextilius Pollio, notable éphésien, est le premier monument en Asie mineure à être construit en opus caementicium (Ward-Perkins 1978, 884). L’aqueduc d’Iasos en revanche emploie une technologie rare chez les Romains, plus fréquente en Asie mineure, qui est celle du canal hydraulique à pression (Tomasello 1991, 45). La question de l’influence des architectes romains reste un problème très discuté (Yegül 1991, 344 avec l’exemple de l’aqueduc d’Aspendos).

24 Petzl 1990, 61-64, no 20 (l. 16) : il s’agirait d’une fondation comprenant des dispositions pour assurer la circulation de l’eau dans un espace enclos, dont la nature n’est pas précisée dans le passage conservé.

25 Hellmann 1992, 254, souligne l’ambiguïté de ce terme à Délos (il peut désigner des entrepôts).

26 Pour un bilan, non différencié en fonction des bâtiments et des régions d’Asie mineure, voir Winter 1996, 72-73.

27 Il complète les dépenses suscitées par son fils et prélevées sur le tribut des cités d’Asie : voir infra

28 IK, 12-Ephesos, 401 (Winter 1996, 306 no 1).

29 IK, 12-Ephesos, 402. Sur l’expression τὸ ὕδωρ εἰσάγειν voir Robert 1960, 464 n. 4.

30 Knibbe & Iplikçioğlu 1984, 121.

31 Le temple d’Artémis dont Auguste a rétabli les privilèges se trouvait ainsi dans une zone nécessitant un drainage permanent : l’empereur dans la vaste entreprise de restauration caractéristique de son règne a également financé (il est mentionné au nominatif) le nouveau tracé et le bornage des canaux dans le domaine du temple d’Artémis, en 6-5 a.C. d’après les bornes retrouvées, mentionnant le proconsulat de G. Asinnius Gallus. Les canaux créés sont désignés sous le terme de ῥεθρον (IK, 15-Ephesos, 1523-4). Voir également la nouvelle inscription publiée par Engelmann et al. 1989, 223 (contemporaine de ces deux inscriptions selon les auteurs, qui fait connaître une commission chargée de mesurer de nouveaux chemins dans les environs de l’Artémision ; le temple était entouré de terres intensivement utilisées pour l’agriculture).

32 Sardis, 10 ; IK 59, 165.

33 Voir III.3, l’intervention de l’empereur à l’occasion des tremblements de terre.

34 Plin., Ep. Tra., 10.37.2.

35 Plin., Ep. Tra., 10.90-91.

36 IK, 13-Ephesos, 695 ; PIR² C 104 sur ce proconsul. Ce personnage semble s’être intéressé particulièrement à ces problèmes d’adduction : il fut aussi adiutor curatoris aquarum à Rome.

37 IK, 12-Ephesos, 419.

38 Voir aussi l’inscription IK, 12-Ephesos, 419A ; Engelmann 1986, 33 no 1 (SEG 36, 1014) ; PIR² C 350 sur ce proconsul.

39 Description et bibliographie dans Scherrer 2000, 76-78. Voir le plan d’Éphèse (fig. 1).

40 Philostr., VS, 2.1 [548].

41 IK, 17.1-Ephesos, 3092 ; IK 59, 152.

42 IK, 12-Ephesos, 419.

43 IK, 12-Ephesos, 414.

44 IK, 15-Ephesos, 1530.

45 IK, 12-Ephesos, 424 ; Bull. 1961, 539. Voir Scherrer 2000, 116, sur cette fontaine appelée par les archéologues “nymphée de Trajan”.

46 IK, 17.2-Ephesos, 4105 (Scherrer 1997, 137).

47 IK, 17.1-Ephesos, 3217a et 3217b (l. 18-47) et Add. p. 31 (SEG 31, 953) ; sur ce proconsul, PIR² C 1420 et Eck 1983, 154.

48 IK, 24.1-Smyrna, 680 ; autres références : IK, 24.1-Smyrna, 681.

49 IPriene, 208.

50 Voir Adam 1995, 270-282 sur les différentes techniques utilisées dans le monde romain à cet effet.

51 IK, 34-Mylasa 34, 504.

52 IK, 49-Laodikeia, 12.

53 MAMA VIII, 449.

54 CIG 2782 et p. 1112.

55 Cormack 1954, 9 : ἔλ<α>ια δρακτος πολλάκις τεθεικότα ; IAph2007, 12.1111 ; Pont 2007c.

56 Reynolds 2000 (AE, 2000, 1441).

57 IK, 21-Stratonikeia, 293 ; εἰσαγειωκχότα est bien gravé de la sorte sur la pierre (voir Cousin & Deschamps 1888, 85-87 no 10).

58 MAMA IX, 10 (estampage pl. 2).

59 MAMA IV, 333.

60 MAMA IV, 70.

61 TAM V, 2, 991.

62 IK, 33-Hadrianoi, 44.

63 Ramsay 1897, 605 no 483 (aucun élément de datation n’est proposé).

64 Barresi 2003, 457.

65 Broughton 1938, 723.

66 CIG 3454 (IGR IV, 1491).

67 TAM V, 2, 868.

68 Malay, Researches, 115 no 27. L’interprétation selon laquelle il s’agit d’une prêtrise d’Apollon lui est due.

69 IManisa, 16.

70 Malay, Researches, 84 no 81.

71 Beden & Malay 2004, 185-186.

72 Robert 1950b, 28-34.

73 MAMA VII, 140, ill. pl. 8.

74 IK, 36-Tralleis, 152 ; SGO I, 02/02/04 (vers 2 à 6) : ὃς δολιχος α<ἰ>σιν κατ’ οὔδεος ὕδατος ὁλκὸν κείμενον ὀρθώσας ἄστυ τόδ’ἠγImage 10000000000000130000000FBA34055C.jpgσας, καὶ ποταμὸν σταδίοισι τριηκοσίοισιν ὁδεύσας, οὔρεα τετρήνας.

75 AP 9.679 ; Robert 1948a, 70 (IK, 4-Assos, “Antike Zeugnisse”, p. 103) ; SGO I, 07/02/01, vers 3-4 : ἔξοχα δὲ κρανα ῥόον ὕδατος ὤπασεν Ἄσσῳ πολλν πετράων σκληρὰ μέτωπα τεμών.

76 Robert 1948a, 88-89 ; IK, 49-Laodikeia, 11 ; SGO I, 02/14/02.

77 Une prédilection pour des travaux sur les monuments des eaux par les détenteurs du pouvoir à cette époque est même suggérée par B. Puech (Puech 2002, 434). Il faut ajouter le théâtre à ce tableau.

78 Voir les textes rassemblés et commentés par Saliou 1994, 178-179 ; voir ci-dessous III.2.

79 Hellmann 1999, 13-24 (col. II). Cette recommandation n’était pas toujours respectée pour les eaux d’évacuation : voir Str. 14.1.37 sur Smyrne et Plin., Ep. Tra., 10.98, sur Amastris.

80 Voir Ginouvès & Martin 1998, 96-97 : “dans le monde romain, le nom ‘nymphée’ est accordé par les archéologues à une fontaine présentant ampleur, complexité, richesse du décor”. Nous tâcherons plutôt d’utiliser ici le vocabulaire attesté par l’épigraphie.

81 Aristid., Or., 17.11.

82 Aristid., Or., 26.97 : “Tout est plein de gymnases, de fontaines, de propylées, de temples, d’ateliers, d’écoles”.

83 Aristid., Or., 18.6.

84 Quelques attestations mentionnées ici apparaissent également dans le tableau 1 du chpitre I sur les interventions dans les sanctuaires. Il nous semble qu’il est ainsi possible d’obtenir une meilleure vue d’ensemble des entreprises, par exemple dans le cas de Ti. Claudius Aristiôn, qui fit réaliser de tels travaux dans des contextes civils et religieux.

85 IK, 12-Ephesos, 414 et 415 et Engelmann 1977, 203 n3. Sur ce bâtiment, voir Scherrer 2000, 76.

86 IK, 13-Ephesos, 695. Sur ce bâtiment, voir Scherrer 2000, 76-77. Voir le plan d’Éphèse (fig. 1).

87 IK, 12-Ephesos, 413, 1 et 2 ; voir Scherrer 2000, 90. L’inscription sur l’adduction d’eau à cette fontaine par l’ὕδωρ Δομιτιανçoν se trouve sur cet édifice (IK, 12-Ephesos, 419).

88 IK, 12-Ephesos, 424A.

89 Scherrer 2000, 116-117 et Gros 1996b, 430. Elle est appelée “nymphée de Trajan” par les archéologues.

90 IK, 12-Ephesos, 424.

91 Sur l’identification de ce personnage, voir Knibbe & Merkelbach 1978, 96.

92 IK, 12-Ephesos, 435.

93 IK, 12-Ephesos, 436.

94 Knibbe et al. 1993, 145-146, no 71.

95 Voir III. 1.

96 IK, 34-Mylasa, 504.

97 IK, 30-Keramos, 17.

98 Milet, VI. 1, p. 3-4 et p. 196.

99 Milet, I.5, p. 54 no 2 (Milet, VI. 1, p. 4).

100 IMagnesia, 251 (aucun élément de datation n’est proposé) et 252.

101 TAM V, 2, 1246 (cette inscription était auparavant attribuée par erreur à Thyatire).

102 Sardis, 17.

103 Voir Halfmann 1980, 631, pour leur famille.

104 Herrmann 1993a, 257.

105 CIG 3454 (IGR IV, 1491).

106 IK, 17.1-Ephesos, 3250.

107 IManisa, 16.

108 IK, 17.1-Ephesos, 3227.

109 IK, 33-Hadrianoi, 44.

110 Voir I.1.

111 Kaibel 1878, 1072 ; Robert 1948a, 33 n. 2 ; SGO I, 04/24/01.

112 Voir entre autres : Reinach 1891, 279-280 ; IK, 2-Erythrai, 228 ; SGO I, 03/07/06.

113 Roueché [1989] 2004, 38 et Puech 2002, 433-434, no 233.

114 IK, 14-Ephesos, 1316.

115 IK, 12-Ephesos, 415 et 419 et Engelmann 1977, 203 no 3.

116 Robert 1969b, 339-351 no 15 ; IK, 49-Laodikeia, 18 ; SGO I, 02/14/07.

117 Feissel 1998b, 91-104.

118 IK, 17.2-Ephesos, 5115 ; SGO I, 03/02/22. Voir la description des opérations de transformation dans Bauer 1996, 280-281.

119 AP 9.670 ; SGO I, 05/01/19.

120 Jones 1994, 220-223 ; Feissel 1998a, 131-132.

121 SGO I, 04/02/03.

122 Localisation dans Sperti 2000, 62.

123 Spanu 1997, 114-125.

124 Burrell 2006.

125 Bejor 1991 et Verzone 1978.

126 Mert 1999, 306-308. Voir la proposition d’identification de Şahin 2005.

127 Ginouvès & Martin 1998, 96-99.

128 Sardis, 17.

129 Settis 1974.

130 Settis 1974, 695.

131 Settis 1974, 705 et 736-737, Ginouvès & Martin 1998, 97, n. 71.

132 MAMA VII, 11.

133 IK, 14-Ephesos, 1316.

134 PLRE I, 608 pour L. Caelius Montius, peut-être le même que Montius Magnus (PLRE I, 535, Magnus 11), cité par Lib., Arg. D., pr. Libanios le présente comme quelqu’un qui fut d’abord éduqué en latin ; il était peut-être d’origine africaine. Cette origine occidentale convient bien à la teneur de la dédicace d’Éphèse.

135 Ginouvès & Martin 1998, 92, le définit comme une source, “un jaillissement naturel de l’eau hors de la terre”.

© Ausonius Éditions, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540