Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

1. κάλλη δημοσίων οἰκοδομημάτων. “Les beautés des monuments publics”

III - Lieux de rassemblement de la communauté civique

Texte intégral

1Lors des célébrations de concours, spectateurs, athlètes et musiciens, originaires parfois de tout le monde grec, convergeaient vers le stade et le théâtre, pour sacrifier en commun et lutter pacifiquement. Il importait donc d’orner avec soin ces espaces agonistiques qui devenaient le temps d’une fête la “vitrine” de la communauté civique ; on souhaitait impressionner les participants venus des cités voisines et rivales. D’emblée donc, la notion de “spectacle” pour définir ces bâtiments paraît trop restreinte : ce sont des lieux de l’agôn – qui est aussi, mais pas seulement, un spectacle –, comme des lieux de l’exercice politique ou de célébrations religieuses. Les théâtres – parfois aussi les stades – sont aussi des édifices où le peuple se presse pour participer l’assemblée, procéder à des cérémonies religieuses, recevoir et acclamer le gouverneur, voire l’empereur. Nous allons voir l’importance, maintenue tout au long de la période considérée, de ces lieux où la cité apprécie sa force et se rencontre en des occasions solennelles.

Théâtres

  • 1 Gros 1982.
  • 2 Gros 1996b, 298.
  • 3 Moretti 2001, 187 : “Ainsi le théâtre en Asie mineure conserve-t-il, durant l’époque impériale, bea (...)

2Comme pour les agoras et leur pourtour, il faut envisager ce bâtiment en continuité avec l’époque hellénistique. Selon Vitruve (1.3.1), ce monument appartient à la catégorie des ouvrages publics qui relèvent de “l’utilité publique”, comme les “autres lieux d’intérêt général” que sont les “les ports, les forums, les portiques, les bains, les théâtres, les promenades couvertes”. Vitruve, héritier de théories architecturales et urbanistiques hellénistiques1, conçoit donc comme normale la présence d’un théâtre dans une cité alors même que le premier théâtre en pierre à Rome ne date que de 55 a.C. avec le théâtre construit par Pompée sur le Champ de Mars. Aussi cette énumération est-elle adaptée à la Grèce et à l’Asie mineure entrant dans le monde romain, plus qu’à l’Occident romain. P. Gros écrit2 : “il ne s’agit plus d’examiner la genèse et l’évolution d’un type [comme en Occident] mais d’apprécier les conséquences, pour l’édifice le plus représentatif de la culture grecque, de l’entrée dans l’orbite de Rome”. Selon J.-Ch. Moretti, en Asie mineure, contrairement à l’Occident, on continue de faire appel au grand appareil de pierre, et le théâtre conserve sa forme outrepassée de l’époque hellénistique3. Peu d’édifices furent construits ex nihilo. Nous allons essayer de vérifier si les sources relatives aux constructions se font l’écho des modifications nécessaires pour la tenue des spectacles nouveaux et populaires que sont les combats de gladiateurs et les chasses, et comment les orateurs, les sophistes, les inscriptions issues des cités d’Asie évoquent les spectacles “romains” qui s’y déroulent. Le rappel prédominant des fonctions les plus traditionnelles du théâtre, lieu des assemblées du peuple et de tenue des concours, doit être étudié.

Le théâtre, centre névralgique de la communauté civique4

Le lieu de réunion des citoyens et du peuple

  • 5 Kolb 1999 étudie les exemples de Hiérapolis et Éphèse.
  • 6 Plut., Moralia, 796 F et 823 B.
  • 7 Act.Ap., 19, 29-40 (trad. modifiée des éditions du Cerf, 1997).

Le peuple de la cité continue de se réunir au théâtre pour y tenir son rôle politique : de manière comparable le bouleutèrion, avant d’avoir une fonction culturelle, assume des fonctions politiques. Les noms des tribus sont parfois gravés sur les théâtres à l’époque romaine5. Plutarque montre que le citoyen soucieux du bien politique de sa cité s’y rend de même qu’au bouleutèrion et participe activement aux débats. Il n’hésite pas à monter sur le λογεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον, la plate-forme de la scène, pour haranguer ses concitoyens (il s’agit bien de la description d’une réalité contemporaine et non d’une évocation du passé)6. Les sources décrivent ce lieu comme celui où spontanément on se réunit en cas de troubles, où les différentes composantes de la cité peuvent se rencontrer et dialoguer, et entrer en contact avec les autorités romaines. Cela est attesté pour toute la période et même les sources plus tardives décrivent cette pratique. La littérature chrétienne et les romans grecs donnent vie à ces assemblées, parfois mouvementées. À Éphèse, l’action de Paul suscite l’inquiétude des orfèvres, qui craignent de perdre leur clientèle de pèlerins. Ils se réunissent et leurs cris “Grande est l’Artémis d’Éphèse !” font accourir la foule des Éphésiens au théâtre7 :

“Le désordre gagna la cité entière. On se précipita en masse au théâtre, y entraînant les Macédoniens Gaïus et Aristarque, compagnons de voyage de Paul. (…) Les uns criaient une chose, les autres une autre. L’assemblée était en pleine confusion, et la plupart ne savaient même pas pourquoi on s’était réuni. (…) Enfin le secrétaire (ὁ γραμματεὺς) calma la foule et dit : “Éphésiens, quel homme au monde ignore que la cité d’Éphèse est la gardienne du temple de la grande Artémis et de sa statue tombée du ciel ? Cela étant donc sans conteste, il faut vous tenir tranquilles et ne rien faire d’inconsidéré. Vous avez amené ces hommes : ils ne sont coupables ni de sacrilège ni de blasphème envers notre déesse. Si Démétrios et les artisans qui sont avec lui ont des griefs contre quelqu’un, il y a des audiences, il y a des proconsuls : qu’ils portent plainte. Et si vous avez quelque autre affaire à débattre, on la résoudra dans l’assemblée légale (ἔννομος ἐκκλησία). Aussi bien risquons-nous d’être accusés de sédition pour ce qui s’est passé aujourd’hui, vu qu’il n’existe aucun motif qui nous permette de justifier cet attroupement.” Et sur ces mots, il congédia l’assemblée.”

  • 8 Philostr., VA, 4.10 (trad. de Grimal 1958, 1145.)
  • 9 Jones 1999c.
  • 10 A.Io. 31-32 (trad. dans Bovon & Geoltrain 1997, 994-995).

3Philostrate raconte également un rassemblement impromptu au théâtre d’Éphèse, afin qu’Apollonios guérisse les Éphésiens d’une maladie8 : “Lorsque l’épidémie fondit sur Éphèse et que rien ne suffisait à l’arrêter, les Éphésiens envoyèrent une députation à Apollonios, dont ils voulaient faire le médecin de leur mal. (…) Il rassembla donc les Éphésiens et leur dit : “Courage, aujourd’hui je mettrai fin à la maladie”, sur quoi il emmena la population entière au théâtre, à l’endroit où a été élevée une Aphrodisias9. Les Actes apocryphes de Jean, composés au iie s., apportent un élément supplémentaire10 : “Le lendemain, tandis qu’il faisait encore nuit, la foule se rassembla au théâtre ; et même le proconsul, mis au courant, se hâta et prit place avec toute la foule. (…) Jean (…) ordonna que les vieilles femmes fussent amenées au théâtre. Après qu’on les eut toutes introduites au milieu du peuple accouru – les unes sur des lits, les autres étendues en proie à leur torpeur –, il se fit un grand silence, et Jean, ouvrant la bouche, se mit à discourir.” Cet extrait suggère qu’il était facile de faire venir le peuple au théâtre pour une raison ou une autre, en dehors des assemblées et sans convocation ; la simple rumeur faisait son œuvre pour provoquer la réunion du peuple en ce lieu. Ce texte ayant été écrit en grec au iie s., il est difficile de le soupçonner d’incohérence ; ce type de réunion (si ce n’est son sujet) a tout lieu d’être vraisemblable, sinon le propos même du texte aurait perdu de sa force de conviction.

  • 11 Charito 1.1.11 (trad. Grimal 1958).
  • 12 Voir par exemple Chrys., Educ.Lib., 4, commenté dans Robert 1968b, 568-599.
  • 13 Charito 3.4.

Dans le roman Chéréas et Callirhoé, Chariton d’Aphrodisias place le début de l’action à Syracuse au ve s. a.C. Plusieurs réunions du peuple au théâtre sont décrites ; l’ouvre de Chariton n’étant pas celle d’un historien, les épisodes décrits sont empreints des réalités micrasiatiques de l’époque romaine11 : “Vint le jour de l’assemblée ordinaire. Le peuple une fois réuni, ce ne fut, dès l’abord, de la part de tous, qu’un seul cri : “Bel Hermocrate, puissant seigneur, sauve Chéréas ! Ce sera le plus beau de tes trophées. La cité réclame les fiançailles, aujourd’hui même, de deux jeunes gens dignes l’un de l’autre !” (…) Hermocrate fit signe qu’il y consentait, et le peuple tout entier quitta le théâtre et, tandis que les jeunes gens se rendaient chez Chéréas, le Conseil et les magistrats faisaient cortège à Hermocrate”. Sans doute l’objet de la réunion peut-il paraître futile ou fantaisiste ; cependant, cette assemblée se déroule dans un cadre légal précis et paraît cohérente avec les pratiques du début de l’époque romaine. Les acclamations sont courantes au théâtre en l’honneur des bienfaiteurs12. Le terme d’“assemblée ordinaire”, νόμιμος ἐκκλησία, est encore couramment employé. Plus loin13, après la disparition de sa fille, Hermocrate, le père de Callirhoé, ordonne de faire une “enquête régulière” et de se rendre à l’assemblée (ἀπίωμεν εἰς τὴν ἐκκλησίαν) : “Il n’avait pas encore parlé que déjà le théâtre était plein. À cette assemblée-là participèrent même les femmes. Le peuple, cependant, était assis, plein d’agitation”. Chéréas prend la parole, mais refuse de monter sur la tribune, τὸ βImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgμα, et parle au pied de celle-ci. Après son discours, “des esclaves publics” amènent au théâtre le pirate Théron, qui feint d’être un malheureux Crétois ; mais un pêcheur qui se trouve dans l’assemblée le reconnaît : “Certain pêcheur, assis dans la foule, le reconnut et dit à voix basse à ses voisins : “Cet homme-là, je l’ai déjà vu tourner autour de notre port.” Rapidement, ce propos se répandit et quelqu’un cria : “Il ment !” Le peuple entier se retourna, et les magistrats ordonnèrent à celui qui avait parlé le premier de descendre. Théron nia, mais le pêcheur se fit croire mieux que lui. On appela aussitôt les bourreaux et l’on donna des coups de fouet à cette crapule. Brûlé, déchiré, il résista longtemps”. Il finit par parler, le père de Callirhoé propose alors d’envoyer une ambassade pour rechercher sa fille : “Sa proposition fut agréée et transformée en décret ; après quoi, il leva l’assemblée”, Ἔδοξε ταImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpgτα καὶ ἐκυρώθη, διέλυσέ τε ἐπὶ τούτοις τὴν ἐκκλησίαν. Cet épisode décrit des pratiques habituelles en marquant ce qui sort de l’ordinaire : normalement les femmes ne se réunissent pas à l’assemblée ; ici elle a été convoquée par Hermocrate, “en tant que stratège et responsable”, στρατηγικὸς ἀνὴρ καὶ πραγμάτων ἐπιστήμων. Il propose également un décret, le fait adopter et lève l’assemblée. La procédure dans son ensemble est rarement décrite aussi précisément à l’époque romaine. Pendant l’assemblée au théâtre, Chéréas et Hermocrate prennent la parole, ainsi qu’un pêcheur pour confronter face à tous son témoignage à celui de Théron. L’assemblée se fait à ce moment tribunal, et la torture est employée dans le théâtre même pour obtenir le témoignage de Théron.

  • 14 Charito 8.8 et 9.

4À la fin de l’histoire, Chéréas ramène Callirhoé à Syracuse ; pour entendre le récit de leurs aventures, la foule veut se réunir au théâtre : “D’une même voix, la foule cria : “Allons à l’Assemblée” ; car ils voulaient les voir et les écouter ; plus vite qu’on ne peut le dire, le théâtre fut rempli d’hommes et de femmes. Et comme Chéréas entrait seul, toutes et tous crièrent : “Appelle Callirhoé !” Et Hermocrate se concilia encore la faveur du peuple en amenant lui-même sa fille. (…) Callirhoé, que l’on pensait fatiguée par la traversée et ses malheurs, fut emmenée hors du théâtre dès qu’elle eut salué sa patrie, mais la foule retint Chéréas, car elle voulait entendre tout le récit de ses voyages”. Au théâtre se déroule de nouveau une réunion prompte et inattendue de la foule, hommes et femmes mêlés. D’après les sources, cela ne paraît pas une pratique extraordinaire, puisque ce type de réaction a lieu aussi bien à Éphèse à cause de Paul ou de Jean, que dans une Syracuse imaginaire pour apprendre des nouvelles ou même délibérer. La communication au sein de la cellule civique, entre ses différents membres, est facile dans cette société du face-à-face. Le peuple, pour être informé des derniers événements, se réunit spontanément au théâtre. Après le récit des aventures de Chéréas, à sa demande, il vote que les trois cents hommes qui ont accompagné Chéréas et constituent son armée deviennent citoyens de la cité de Syracuse : “On rédigea le décret, et aussitôt ils prirent place et firent partie de l’assemblée”14.

  • 15 Par exemple à Cnide, IK, 41-Knidos, 71 ; voir Robert 1968a, 416, et Jones 1999c, 591 et 596-597. Ce (...)
  • 16 Martyrium Pionii (éd. Robert 1994), 7.
  • 17 Voir également Foss 1979, 35 et n. 15.

La cohérence interne du roman recommande que le récit paraisse vraisemblable ; aussi les récits de ces trois réunions du peuple au théâtre de Syracuse, qui scandent le roman (à l’ouverture, avant le départ de Chéréas, à la fin) doivent-ils paraître réalistes au lecteur de la fin du ier s. ou du début du iie s., sans quoi le roman perd son intérêt. Il est possible de considérer ces récits comme des sources fiables sur la vie civique de l’époque, à condition d’émettre quelques réserves liées à la nature même de la source. Généralement lors des réunions du peuple au théâtre deux éléments se conjuguent : un aspect institutionnel, moins rigoureux peut-être dans ses procédures qu’à l’époque hellénistique, et une attente d’information et de décision en période de crise ou lorsque celle-ci est résolue. Le théâtre est dédié à la communication entre les différentes composantes de la cité ; la simple rumeur suffit à y faire accourir spontanément les foules, pour s’informer, acclamer les bienfaiteurs, réclamer en leur honneur des funérailles publiques15. Ainsi les réunions intempestives au théâtre ne sont-elles pas de pures créations romanesques. En 250, à Smyrne, il est encore question de tenir une assemblée au théâtre lors de l’enquête sur Pionios16 : “Comme le peuple voulait tenir une assemblée au théâtre (ἐκκλησίαν ποιεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgν) pour s’informer là davantage, certains, dans l’intérêt du stratège, allèrent trouver le néocore Polémon pour lui dire : ‘Ne lui permets pas de parler, pour qu’ils n’entrent pas au théâtre et qu’il n’y ait du tumulte et une enquête au sujet du pain’”. Comme à Éphèse lors de l’émeute des bijoutiers, des circonstances particulières incitent le peuple à converger vers le théâtre pour en apprendre davantage17.

  • 18 Aristid., Or., 30.9 (en 147).
  • 19 Bartels & Petzl 2000 (AE 2000, 1381, avec traduction ; SEG 50, 1187).
  • 20 IK, 221-Stratonikeia, 701.
  • 21 Voir par exemple IK, 14-Ephesos, 1145.

D’autres fonctions liées à la sphère politique apparaissent dans les sources : honorer les bienfaiteurs, effectuer des distributions auprès du corps civique. Dans le discours pour l’anniversaire d’Apellas18, Aelius Aristide rappelle que la cité a proclamé la gloire de Quadratus “dans les bouleutèria, dans les théâtres, dans les assemblées, dans n’importe quel endroit que l’on puisse citer puisque tout a été orné par cet homme”. À Philadelphie de Lydie, une lettre de Caracalla à un procurateur impérial (son identification est incertaine car le nom a été martelé) en 214 a été “lue au théâtre, en l’an 245, le cinquième jour avant la fin du mois d’Apellaios”, comme il est spécifié à la fin de l’inscription reproduisant la lettre19 : Ἀνεγνώσθη ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg θεάτρῳ ἔτους σμε’, μηνὸς Ἀπελλαίου ε’ ἀ(πιόντος). Autre exemple parmi d’autres, à Stratonicée de Carie, Ti. Claudius Aristéas Ménandros et Aelia Glykinna firent des distributions d’argent au théâtre pour chacun des citoyens20, au iie ou au iiie s. Le théâtre est le lieu de circulation des bienfaits et des informations entre différentes strates sociopolitiques ; c’est là également que l’on reçoit, exceptionnellement, l’empereur21, ou les officiels romains, notamment le gouverneur.

Célébrations religieuses et activités culturelles anciennes et nouvelles

  • 22 Robert 1984a, 38. Sur le programme des concours, voir Moretti 2001, 58-59.
  • 23 Description de ce type de représentations à l’occasion des Dionysies à Athènes dans Philostr., VA, (...)
  • 24 Voir au théâtre d’Éphèse, la fondation de C. Vibius Salutaris au début du iie s. et les fêtes en l’ (...)
  • 25 Price 1984, 109 et 211.
  • 26 SEG 11, 922-923.
  • 27 Robert 1940, 243 et Inglebert 2005, 404.
  • 28 Robert 1940, 239-266 ; sur ces transformations, voir Gros 1996b, 300.
  • 29 Golvin 1998, 239-241.
  • 30 Golvin 1998, 241-242.
  • 31 Veyne 1999.

5À l’époque romaine, les concours connurent un développement remarquable en Asie mineure : L. Robert parle d’“explosion agonistique”22. Dans les théâtres avaient lieu des concours de musique et de danse, des représentations théâtrales23. Ces activités pouvaient être liées à des cérémonies religieuses en l’honneur des divinités traditionnelles24 ou au culte impérial25, notamment à l’occasion de concours autorisés par l’empereur, ce qui était un grande distinction pour la cité, ou lors de l’arrêt au théâtre de processions parties de l’agora (du moins c’est ainsi que se déroulaient les cérémonies à Gythéion près de Sparte)26. L’organisation de combats, les munera et uenationes, d’importation romaine, constitue un autre type de divertissement, dont l’édition était liée à des manifestations du culte impérial, à un niveau provincial ou civique27. Étant donné leur popularité, les théâtres durent être adaptés à ces spectacles qui pouvaient être dangereux pour les spectateurs28. J.-Cl. Golvin dresse un bilan des édifices construits à l’époque hellénistique qui connurent ces transformations29 : il est remarquable que dès le ier s., les théâtres de Priène et de Magnésie du Méandre furent adaptés à ces nouveaux spectacles. Ces édifices pouvaient de la sorte se prêter aussi bien aux spectacles théâtraux classiques qu’aux chasses et aux combats : ils comprenaient “d’une part, une petite arène complète (avec ses locaux annexes) et de l’autre, une véritable scène indépendante, très vaste et délimitée par une magnifique frons scaenae. Le développement comparable de ces espaces, leur autonomie et le soin avec lequel ils étaient conçus montrent bien qu’il ne devait pas y avoir de confusion entre les spectacles donnés dans chaque partie de l’édifice et que l’importance des représentations scéniques ne fut jamais négligeable, même au début du iiie siècle”30. Cette modernisation paraissait nécessaire et elle fut partout mise en œuvre ; mais les commanditaires de ces travaux sont rarement connus. Peut-être étaient-ils financés sur fonds publics ; peut-être une intervention générale au théâtre de la part d’un évergète pouvait-elle comprendre cette intervention sur l’orchestra ; néanmoins, aucun notable ne crut bon de faire souvenir à tous, dans une inscription publique, que les travaux effectués visaient précisément à rendre possible le spectacle des combats et des chasses. Le snobisme culturel des Grecs décrit par P. Veyne31 est ici identifiable.

  • 32 Philostr., VA, 4.22.
  • 33 Luc., Tox., 59.

6Les sources écrites font bien plus volontiers part des activités politiques et culturelles traditionnelles qui se déroulent au théâtre. Dans la Vie d’Apollonios de Tyane, Philostrate raconte l’indignation d’Apollonios devant les combats de gladiateurs qui se déroulaient dans le théâtre de Dionysos à Athènes32. Sa colère naît de la pratique même de ces spectacles, mais aussi du fait qu’ils se déroulent au théâtre, normalement le lieu de l’activité politique. Philostrate précise qu’à son époque, au début du iiie siècle, ces spectacles sont encore très populaires à Corinthe, comme ils l’étaient à la fin du premier siècle à Athènes. Cependant, lui-même comme son héros éprouvent une grande répugnance à leur égard. Cet extrait montre que même dans une cité aux traditions politiques ancestrales comme Athènes, des combats de gladiateurs avaient lieu ; certains en étaient choqués, mais la foule les appréciait. Il indique surtout que ces spectacles n’étaient pas conformes aux valeurs cultivées par l’éducation grecque, la paidéia. Pour l’Asie mineure, un extrait de Lucien raconte précisément la violence des spectacles qui se déroulaient au théâtre d’Amastris33. Face à cela, les types d’interventions commémorés dans des inscriptions, même en faisant la part des lacunes, rappellent inlassablement des aménagements en faveur du confort des spectateurs, de l’accueil de foules nombreuses, des équipements scéniques, en faisant appel à un riche vocabulaire spécifique dont les inscriptions de Délos étudiées par M.-Chr. Hellmann montrent l’ancienneté. Elles indiquent l’importance du théâtre dans la vie de la cité, pour les réunions politiques comme pour les concours. Les nouveaux spectacles de type romain ont assurément été le motif d’interventions sur les bâtiments théâtraux ; mais cela n’est pas clairement énoncé.

Bilan des interventions sur les théâtres

7Nous proposons d’abord un tableau général de ces interventions, nombreuses, avant de les commenter, d’une cité à l’autre.

Tableau 1. Interventions sur les théâtres en Asie, du ier au ive s.

  • 34 Voir Heller 2006 pour la date d’obtention de sa deuxième néocorie par Éphèse.

Cité

Date

Commanditaires

Intervention réalisée

Référence

Pergame

Début du principat

Apollodôros fils d’Artémôn

Porte de la scène du théâtre

IPergamon, 236

Aphrodisias

28 a.C.

C. Iulius Zôilos

Construction du logéion et du proskénion

Reynolds 1982, 161 no 36 et 161-162 no 36b ; IAph2007 8.1 et 5

Éphèse

1 p. C.

Hiérôn Aristogitôn

Construction d’une entrée voûtée

IK, 16-Ephesos, 2033

Stratonicée de Carie

Première moitié du ier s.

Chrysaor et Pamphilè

70 000 drachmes pour la restauration du théâtre

IK, 22.1-Stratonikeia, 662

Aphrodisias

Années 40-60

Aristoklès Molossos

Les murs de soutènement, les escaliers, les pavements, les cunei, les passages voûtés, tous les sièges

Reynolds 1991, 22 no 1 à 6 ; IAph2007, 8.14, 82, 108 et 111-3

Aphrodisias

Années 40-60

Hermas, fils adoptif d’Aristoklès Molossos

Le troisième diazôma (couloir de circulation)

Reynolds 1991, 23-24 no 2 (l. 12) ; IAph2007, 8.108

Milet

54-69

Vergilius Capito (?)

Bâtiment de scène

Milet, VI.2, 928

Hiérapolis

85 ?

?

?

Ritti 1983, 174-175 no 1

Éphèse

85-86

Cité

La scène avec tout son ornement

IK, 16-Ephesos, 2034

Éphèse

92

Cité

“l’analemma près de l’aile nord” du théâtre

IK, 16-Ephesos, 2035

Hiérapolis

Fin du ier s.

Un particulier

Restauration du théâtre et du stade

Ritti 1985, 91

Hiérapolis

Fin du ier s.

Un particulier

Participation à la construction du logéion

Ritti 1985, 124

Éphèse

Début du iie s.

T. Flauius Montanus

Achèvement du théâtre (dont une entrée voûtée)

IK, 12-Ephesos, 498 ; IK, 16-Ephesos, 2037 et 2061, II l. 3

Hiérapolis

117-138

Ti. Iulius Myndios et sa femme

Restauration ou construction de la galerie supérieure de la summa cauea

Ritti 2001, 489-555

Milet

120

 ?

Règlement d’un conflit du travail par Apollon de Didymes pour des travaux entrepris au théâtre

SGO I, 01/20/01

Éphèse

120

Cité

Intervention inconnue

IK, 16-Ephesos, 2038

Éphèse

Après 13034

Cité

Le uelum, l’avant-scène, le plancher, les rideaux, l’équipement en bois, les portes, éléments en marbre

IK, 16-Ephesos, 2039

Aphrodisias

138-161

Ti. Claudius Zèlos

Les colonnes, l’ornement sur les colonnes, le revêtement du mur et du sol

Reynolds 1991, 26 no 1 ; IAph2007, 8.85.i

Aphrodisias

c. 150

M. Ulpius Carminius Claudianus

Travaux sur les sièges du théâtre pour 10 000 deniers

CIG, 2782 (l. 20) ; IAph2007, 12.1111

Cnide

Entre 150 et 200

 ?

Construction ou reconstruction d’un théâtre

IK, 41-Knidos, 253

Éphèse

iie s.

 ?

Gradins (il peut aussi s’agir du stade)

Büyükkolanci & Engelmann 1998, 76

Hiérapolis

iie s.

Thraséas

Cent coudées du parapet

Ritti 1985, 115 no 4

Hiérapolis

iie s.

Apollonios et Zôsimos

152 coudées du parapet, avec les deux montées

Ritti 1985, 116 no 5

Milet

iie ou iiie s.

M. Aurelius Thélymitrès

Bâtiment du proskènion

Milet, VI.2, 939

Philadelphie de Lydie

iie ou iiie s.

Aurelius Hermippos

Don de 10 000 deniers pour la réparation du uelum du théâtre

LBW, 648

Éphèse

Début du iiie s.

Legs de Iulia Potentilla à la cité

Réparation des voilages du uelum et de ce qui se trouve en face du bâtiment de scène

IK, 16-Ephesos, 2041

Éphèse

En 206-207 ou après

Cité

Réparation du uelum entièrement détruit

IK, 16-Ephesos, 2040

Hiérapolis

206-207

Cité

Construction depuis les fondations du premier étage du bâtiment de scène, et revêtement d’incrustations

Ritti 1985, 108

Hiérapolis

206-207

Corporation des teinturiers de pourpre

Contribution pour l’ornement du 1er et du 2e étage en marbre de Dokiméion

Ritti 1985, 108

Aphrodisias

211-217

M. Aurelius Ménestheus Skopas

“le changement du revêtement du podium du théâtre” (remplacement de ce qui a été fait par Zèlos)

Reynolds 1991, 28 ; IAph2007, 8.115

Mylasa

Haut-Empire

 ?

Proskènion

IK, 34-Mylasa, 509

Nysa

Haut-Empire

Cité (sous la direction de 4 astynomes)

Déblaiement de la falaise qui croule sur le théâtre

Blümel 1995, 60-61 no 31

Hiérapolis

352-354

Magnus, vicaire d’Asie

Restauration du théâtre

SGO I, 02/12/06

Aphrodisias

ive s.

Androklès

Restauration du théâtre ?

Roueché [1989] 2004, 34 ; SGO I, 02/09/94 ; IAph2007, 8.85.ii

Éphèse

ive s.

Messalinus (proconsul d’Asie)

“il a sauvé le cercle immense du théâtre”
Restauration de la voûte nord du théâtre

IK, 16-Ephesos, 2043 ; SGO I, 03/02/16
IK, 16-Ephesos, 2044 ; SGO I, 03/02/15

Éphèse

ive s.

Ambrosius (proconsul d’Asie)

Rénovateur du théâtre

IK, 16-Ephesos, 2045

Aphrodisias, Éphèse, Hiérapolis, des rythmes et des commanditaires différents

  • 35 Reynolds 1991.

8Les théâtres de ces trois cités d’Asie sont bien connus grâce à des fouilles importantes. Ils montrent que chaque cité ne connaît pas les mêmes rythmes de construction que ses voisines, et qu’au sein de la cité, les intervenants peuvent être différents. Le dossier d’Aphrodisias a été rassemblé par J. Reynolds dans un article reprenant des publications précédentes et présentant des inédits35. Voici les principales étapes de la construction du théâtre, commémorées dans des inscriptions.

    • 36 Hellmann 1992, 375 et n. 10. Selon l’auteur, le terme est peu attesté ; une référence à Patara est (...)
    • 37 Hellmann 1992, 374.
    • 38 Reynolds 1982, 161 no 36a, et 160-161, fig. 7 pour un schéma du bâtiment de scène ; ibid., 161-162 (...)

    C. Iulius Zôilos, affranchi d’Auguste, commémore dans deux inscriptions semblables la construction du logéion (la terrasse où jouent les acteurs36) et du proskénion (l’estrade à l’avant de la scène du théâtre37) en 28 a.C.38 La première inscription était disposée sur le proskénion de manière à être mise en valeur, face aux spectateurs.

    • 39 Reynolds 1991, 22 no 1 à no 6.
    • 40 Hellmann 1992, 47. Voir Ginouvès & Martin 1998, 135.
    • 41 Hellmann 1992, 204 : “série de gradins, division en forme de coin”. Ce sens apparaît à Délos à l’ép (...)
    • 42 Hellmann 1992, 182 ; “vomitoire” selon Ginouvès & Martin 1998, 134.
    • 43 Reynolds 1991, 22 no 2, l. 2 à 5.
    • 44 Selon Ginouvès & Martin 1998, 133 et n. 49, il s’agit des “précinctions”, que l’on peut désigner en (...)

    Aristoklès Molossos, d’après six inscriptions plus ou moins complètes39, a fait au théâtre de nombreux travaux à l’époque julio-claudienne : τὰ ἀναλήματα καὶ τὰς ἀνόδους καὶ τὰ συστρώματα καὶ τὰς κερκείδας καὶ τὰς ψελίδας καὶ τὰ βάθρα πάντα, “les murs de soutènement40, les escaliers, les pavements, les cunei41, les passages voûtés42 et tous les sièges”43. Hermas qui était responsable des travaux a également ajouté la promesse “du troisième couloir de circulation”, τὸ τρίτον διάζωσμα (sic, l. 12)44.

    • 45 Reynolds 1991, 19 et 26 no 1.

    Sous le règne d’Antonin le Pieux, Ti. Claudius Zélos réalise plusieurs éléments architecturaux au théâtre, “les colonnes, l’ornement sur elles, le revêtement du mur et du sol”, τοὺς κείονας καὶ τὸν κατ’αὐτImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν κόσμον καὶ τὴν σκούτλωσιν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg τοίχου καὶ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἐδάφους45.

    • 46 CIG, 2782, l. 20.
    • 47 Voir Pont 2007c.

    M. Ulpius Carminius Claudianus a donné “10 000 deniers pour les sièges au théâtre”, εἰς μὲν τὰ θεωρητήρια τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θεάτρου μύρια46. Il est possible de dater son action du milieu du iie s.47

    • 48 Reynolds 1991, 20 et 28. Voir fig. 5.
    • 49 LSJ s.v. πεδάλιον (Suppl. 1996) d’après cette seule attestation, traduit par podium ; ce terme ne f (...)

    Sous Caracalla, M. Aurelius Ménestheus Skopas fait faire “le changement du revêtement du podium du théâtre”, τὴν μετασκούτλωσιν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg πεδαλίου τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θεάτρου48. Selon J. Reynolds, il s’agit probablement de remplacer ce qui avait été offert par Zélos. Le terme grec τὸ πεδάλιον est un hapax49.

    • 50 Roueché [1989] 2004, 34 et III. 40 ; SGO I, 02/09/94 ; sur les difficultés de compréhension de cett (...)
    • 51 Roueché [1989] 2004, 20.
    • 52 Vitr. 5.9.

    Au ive s., Androklès serait intervenu sur le théâtre50, d’après une inscription sur la corniche du bord de la scène. Cette inscription se trouve sous celle de Ti. Claudius Zélos. Bien qu’une autre intervention ne concerne pas directement le théâtre, elle est néanmoins liée à l’agrément de cet édifice : le théâtre est en effet associé à une place à portiques, le tetrastôon, qui se trouve immédiatement à l’est. Elle fut rénovée en 361-363 par le gouverneur Antonius Tatianos51 : “lui qui a construit tout ce que l’on peut voir, l’ensemble monumental du tétrastôon à partir des fondations et tout l’ornement qui s’y rapporte, pour la métropole”, πImage 100000000000000A0000000F4FF273DD.jpgν τὸ ὁρώμενον ἐργον τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg τετραστώου ἐκ θεμελίων καὶ τὸν περικειμένον σύμπαντα κόσμον τImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg μητροπόλι κατασκευάσας. Quatre siècles auparavant, Vitruve avait parlé des portiques associés aux théâtres, où l’on peut se promener et servant de refuge en cas de pluie, en donnant les exemples de Smyrne et de Tralles52.

9À Aphrodisias ce sont donc des particuliers qui sont intervenus successivement et ponctuellement sur le bâtiment de scène et pour augmenter la capacité du théâtre, depuis l’époque augustéenne jusqu’au ive siècle (en dehors du cas particulier d’Antonius Tatianos).

  • 53 Le bilan des fouilles du théâtre est donné dans Herberdey 1912.

10À Éphèse, la capitale de la province d’Asie, il est également possible de reprendre de manière détaillée le bilan des interventions successives au théâtre53 :

  • 54 IK, 16-Ephesos, 2033.

111) Le prytane Hiérôn Aristogitôn construit une entrée voûtée au théâtre, en 1 p.C.54 : τὴν ψαλίδα κατασκευάσας.

  • 55 IK, 16-Ephesos, 2034.

2) Sous Domitien, la cité d’Éphèse a financé et fait construire “[la scène] avec [son ornement]”, [τὴν σκηνὴν] μεImage 10000000000000070000000F1F576887.jpg [ὰ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg κόσμου –] κατε[σ]κεύ[ασεν –]. La dédicace se trouve sur 34 morceaux d’architraves, sur une seule ligne, en lettres de 8 centimètres, sur le bâtiment de scène55.

  • 56 IK, 16-Ephesos, 2035. La restitution est justifiée par R. Heberdey par le lieu de découverte du blo (...)

3) En 92, fut construite aux frais du “peuple néocore d’Éphèse” “l’analemma (mur de soutènement) de l’aile nord”, [τὸ πρὸ]ς [τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgι βορεινImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgι πτέ] ρυγι [ἀνάλημμα]56.

  • 57 IK, 12-Ephesos, 498 (au théâtre) et IK, 16-Ephesos, 2061 II, l. 3.
  • 58 IK, 16-Ephesos, 2037.

4) T. Flauius Montanus achève le théâtre au début du iie s.57, d’après une inscription récapitulant l’ensemble de ses bienfaits : τελειώσαντα τὸ [θ]έατρον [κα]ὶ κα[θιερ]ώσαντα ἐν τImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg [ἀ]ρχιεροσύνῃ ; il a, entre autres, offert une entrée voûtée, d’après la restitution d’une inscription qui se trouvait à l’extérieur de l’entrée sud du second diazoma58.

  • 59 IK, 16-Ephesos, 2038.

5) La cité a fait construire à ses frais vers 12059 “le reste du…”, τὰ λείποντα τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg [-]. Il peut s’agir de l’achèvement de “l’ornement en marbre”, κόσμος ou λίθινος κόσμος.

  • 60 Büyükkolanci & Engelmann 1998, 76 (AE, 1998, 1337).

126) Une intervention (construction ? restauration ?) est connue sur les gradins, τὴν σε[λίδα]60, au iie s.

  • 61 Voir sur ce terme et le vocabulaire de l’architecture théâtrale Moretti 1993 : le pétasos désignera (...)
  • 62 Ginouvès & Martin 1998, 138 n. 104.
  • 63 LSJ s.v. σίφαρος, renvoie au latin siparium, qui est le rideau manœuvré entre les scènes.
  • 64 IK, 16-Ephesos, 2039. Étant donné la mention d’un “P. Vedius Antoninus asiarque” et celle de la deu (...)

7) La cité fait également exécuter ou restaurer à ses frais sous le secrétariat de P. Vedius Antoninus “le uelum61 du théâtre, l’avant-scène, le pavement62, les rideaux63, le reste de l’équipement en bois pour les représentations théâtrales, le reste des portes et les éléments en marbre blanc dans le théâtre, qu’elle a fait restaurer ou construire à ses frais”, [τὸ]ν πέτασον τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θεάτρου [κα]ὶ τὸ προσκήνιον καὶ τὸ πόδωμα [κα]ὶ τοὺς σειφάρους καὶ τὴν λοιπὴν [ξ]υλικὴν παρασκευὴν τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpg ν θεατρικImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν καὶ τὰς λειπούσας θύρας καὶ τὰ ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg θεάτρῳ λευκόλιθα, ἃ μὲν ἐπεσκεύασεν, ἃ δὲ καὶ κατεσκεύασεν ἐκ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν ἰδίων64.

  • 65 IK, 16-Ephesos, 2040. Voir Demougin 1994, 328-331 pour la datation de ce proconsulat

8) Pendant ou après le proconsulat de Q. Tineius Sacerdos, mentionné comme celui qui a “trouvé” les sources de financement pour ces travaux, les dispositifs pour le uelum, qui avaient été entièrement détruits, sont réparés aux frais de la cité : τὸν πέτα[σ]ον τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θεάτρου διαφορηθέν[τ]α ὅλον65.

  • 66 LSJ s.v. ἀντίσκηνος, ον “opposite the stage-buildings”. D’après Heberdey 1912, 42, “comme ce terme (...)
  • 67 IK, 16-Ephesos, 2041.

9) Au iiie s., la cité “a fait réparer les voilages du uelum et ce qui fait face aux bâtiments de scène66 à partir des sommes léguées par Iulia Potentilla”, τὰ πτερώματα τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg πετάσου καὶ τὴν ἀντίσκηνον ἐπεσκεύασεν ἐκ προσόδων Ἰουλίας Ποτεντίλλης67.

  • 68 IK, 16-Ephesos, 2040. Voir III. 1 et 2.

13Ces deux interventions sur le uelum ont eu des sources de financement différentes, la première ayant été facilitée par les revenus procurés par le proconsul Tineius Sacerdos68 ; il ne s’agit donc pas des mêmes travaux. De même, les interventions 5) et 7) sont datées de secrétaires du peuple différents (P. Rutilius Bassus et P. Vedius Antoninus).

  • 69 IK, 16-Ephesos, 2042 ; selon Scherrer 2000, 160, la zone supérieure du théâtre était en partie occu (...)

1410) La cité fait réparer à la même époque le pronaos du Néméséion, grâce au legs de Iulia Potentilla69.

  • 70 IK, 16-Ephesos, 2043 ; SGO I, 03/02/16. Voir le commentaire de Robert 1948a, 87-89.
  • 71 IK, 16-Ephesos, 2044 ; SGO I, 03/02/15. Voir sur ἡ ἀψίς Ginouvès & Martin 1998, 14 (“abside”), 68 ( (...)

11) Au ive s., une épigramme en l’honneur du gouverneur Messalinus rappelle qu’il a “sauvé le cercle immense du théâtre”, θεάτρου κύκλον περιώσιον ἐξεσάωσεν (vers 3)70. Selon L. Robert, ces inscriptions commémorent la réparation du mur d’enceinte du théâtre, lors de laquelle l’escalier nord d’accès au second diazoma fut muré. Cette épigramme était gravée dans un cadre de marbre blanc, dans le mur qui clôt l’entrée au deuxième diazoma sur le côté nord, au milieu de l’arc. Une seconde épigramme avertit d’admirer “la voûte nord, appui solide du théâtre”, τὴν βριαρὴν ἀψImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgδα, τὸ καρτερὸν ἕρμα θεάτρου (vers 1), restaurée par le même Messalinus71.

  • 72 IK, 16-Ephesos, 2045 ; Feissel 1998a, 134 et n. 41. Voir Robert 1948a, 62.

12) Au ive s., le gouverneur Ambrosius est acclamé comme “le rénovateur de ce bâtiment” (le théâtre), ὁ ἀνανεω[τὴς] τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἔργ[ου τούτου]72.

15À Éphèse, contrairement à Aphrodisias, l’intervention de la cité est le cas le plus fréquent pour financer les travaux au coût élevé, nécessaires ou jugés bons au théâtre. À Aphrodisias, si ce n’est la taille du théâtre ils n’étaient guère moins coûteux sans doute ; on constate simplement ici, comme on pourra le voir ailleurs, qu’il n’existe d’uniformité ni dans le vocabulaire, ni dans les travaux entrepris, ni dans les habitudes de financement, d’une cité à l’autre. On constate cependant dans ces deux cités que le théâtre est au cœur des interventions édilitaires : entretenir, restaurer ce lieu de réunion de la cité entière en des occasions religieuses, culturelles et politiques était un motif de gloire et d’illustration.

16À Hiérapolis de Phrygie, un dossier assez important permet également de retracer plusieurs étapes d’interventions sur le théâtre à l’époque romaine :

    • 73 Ritti 1985, 91.

    À la fin du ier s. le théâtre et le stade ont été restaurés par un particulier dont le nom est perdu73.

    • 74 Ritti 1983, 174-175 no 1 et ill. pl. 1, 2.
    • 75 Monaco 1963-1964, 409-410 (Bull. 1967, 581) ; améliorations par Eck 1970, 77-81 (IK 59, 169).

    Un fragment de dédicace de la même époque a été restitué par T. Ritti74 sur le modèle de l’inscription de la porte nord, dont le proconsul Sex. Iulius Frontinus dirige la restauration une vingtaine d’années après le tremblement de terre de 6075.

    • 76 Ritti 1985, 124.

    Un particulier est honoré à la fin du ier s. pour avoir participé à la construction du logéion76.

    • 77 Ritti 2001, 489-555.

    Ti. Iulius Myndios et sa femme ont dû restaurer, ou construire, la galerie supérieure de la summa cauea à l’époque d’Hadrien, d’après une inscription se trouvant dans cette partie de l’édifice77.

    • 78 Ritti 1985, 115 no 4.
    • 79 Ritti 1985, 116 no 5.

    À une date inconnue, Thraséas a offert au peuple78 “cent coudées du parapet”, τού θω[ρ]ακείου πήχε[ις ἑκ]ατçoν. Thraséas ne portant pas lestria nomina des citoyens romains, cette intervention a eu lieu avant 212 ; elle ne peut être antérieure à l’époque de Domitien, quand commencent les grands travaux au théâtre. Une autre inscription commémore le don par Apollônios et Zôsimos “du parapet avec les deux montées, sur 152 coudées”79, τὸ θωρακεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgον σὺν ταImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpg[ς] δυσὶν ἀναβάθ[ρ]α[ις πήχεις] ἑκατὸν πεντήκοντα δύο.

    • 80 Voir, pour la datation du proconsulat de Q. Tineius Sacerdos, Demougin 1994, 328-331.
    • 81 Ritti 1985, 108.

    En 206-207 sous le proconsulat de Q. Tineius Sacerdos80, la cité a fait “construire depuis les fondations et a fait faire le placage sur la première scène (le premier étage) du théâtre avec tout l’ornement”81, ἐκ θεμελί[ων τὴ]ν πρώτην σκηνὴν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θ[ε]άτρου σὺν παντὶ τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg κόσμῳ κατεσκεύασεν [καὶ ἐσκού]τλωσεν.

    • 82 Ritti 1985, 108.
    • 83 Couronnement de la scène ou d’un secteur latéral ? (Ritti 1985, 112).

    La corporation des teinturiers de pourpre a au même moment “contribué à l’achèvement de l’ornement du premier et du deuxième étage élaboré en marbre de Dokiméion, et à la partie qui lui a été ajoutée de 653 pieds”82, Συνετέλεσεν δὲ καὶ πρὸς τὸν κόσμον τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς τε πρώτης καὶ τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς δευτέρας στέγης λίθου ΔοκιμηνοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἀπηρτισμένου [καὶ πρὸς ? τὴν προ]σάρτησιν83 παρ’ ἑαυτImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς, πόδας ἑξακοσ[ίους πε]ντήκοντα τρεImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς.

    • 84 Ritti 1986, 691-716 (photographie pl. 28) ; SGO I, 02/12/06.

    Entre 352 et 354, une épigramme gravée sur la frons scaenae du théâtre commémore la restauration de ce monument par le vicaire Magnus84.

17Cette cité présente un moyen terme entre les cas d’Aphrodisias et d’Éphèse. Les premières interventions connues sont plus tardives, mais cela peut être dû aux aléas de la conservation des sources épigraphiques, et au tremblement de terre de 60. Comme dans ces deux cités, le théâtre fut rénové au ive siècle. Les sources de financement, la cité ou des particuliers, sont assez équilibrées.

Autres cités d’Asie

  • 85 Milet, VI. 2, 928.
  • 86 SGO I, 01/20/01. Voir également Hellmann 1999, no 47 (seulement les l. 1 à 8, dont la traduction es (...)
  • 87 Milet, VI. 2, 939.
  • 88 IK, 34-Mylasa, 509.
  • 89 Blümel 1995, 60-61 no 31 ; voir Herrmann 1997, 145-147 sur le vocabulaire employé.
  • 90 IK, 22.1-Stratonikeia, 662.
  • 91 Robert 1937, 524 n. 1 ; mais Moretti 1992, 19 n. 20 répertorie ce théâtre à Lagina.
  • 92 Voir III. 1.
  • 93 Newton 1865, 445 ; IK, 41-Knidos, 253.

À Milet, à l’époque de Néron, Cn. Vergilius Capito réalisa la dédicace du bâtiment de scène85 d’après l’inscription sur une architrave retrouvée dans le théâtre. En 120, Apollon de Didymes régla un différend parmi les ouvriers travaillant au théâtre86 : “doivent-ils jeter et lancer les arcs et les voûtes pyramidales au-dessus des colonnes, ou envisager une autre embauche ?”, τὰ εἰλήμα[τα κ]αὶ τὰ τετ[ρ]άετα κατὰ τImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgν κειόνων περιειλImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpgσιν, καὶ ἐνεγκούσ[ιν ἢ] ἄλλην ἐργοδοσίαν σκέπτωνται. Enfin M. Aurelius Thélymitrès, qui a gagné de nombreux concours, est honoré d’une statue “dans le bâtiment du proskénion, qui est le sien”, ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg ἰδίῳ αὐτοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἔργῳ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg προσκηνίου87, au iie ou au iiie s. En Carie, à Mylasa, une inscription fragmentaire, gravée sur une architrave, mentionne un proskénion88. À Nysa, à l’époque impériale, une inscription honorifique89 pour quatre astynomes mentionne les travaux qu’ils ont fait faire au théâtre pour des raisons sanitaires : ἐκχώσαντας δὲ καὶ τὸν ἐπικείμενον τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg θεάτρῳ σπίλον ἀντὶ τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς εἰς τὸν θερμὸν περίπατον δαπάνης, ils ont “relevé la falaise qui croulait sur le théâtre au lieu des dépenses pour le chauffage des thermes”. À Stratonicée de Carie, Chrysaor et Pamphilè ont promis pour obtenir la prêtrise d’Hécate “70 000 drachmes pour la restauration du théâtre”90, εἰς τὴν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θεά[τρο]υ ἐπισκευὴν ζ’ μυρίας, dans la première moitié du ier s. Cette inscription a été découverte à Lagina. L. Robert signale cependant qu’il s’agit, comme il paraît probable, du théâtre de Stratonicée plutôt que d’un édifice de Lagina91 ; en effet les prêtres de Lagina ou de Panamara sont souvent honorés dans ces sanctuaires pour des travaux dans le centre urbain, à Stratonicée92. À Cnide, une inscription qui daterait, d’après C. T. Newton, de l’époque antonine au moins, provient du théâtre : [κ]αὶ ἐκ θεμελί[ων]. Elle pourrait indiquer une construction ou reconstruction totale d’une partie ou de l’ensemble d’un des édifices théâtraux de la cité93.

  • 94 Halfmann [2001] 2004, 31.
  • 95 Str. 13.4.3.
  • 96 IPergamon, 236.
  • 97 Radt 1988, 287 : à Pergame se trouvaient à l’époque romaine trois théâtres, celui de l’Acropole, le (...)
  • 98 TAM V, 2, 1237. Selon P. Herrmann, TAM V, 2, p. 442 : “hoc titulo, qui a colle prope vicum Büknüs s (...)
  • 99 LBW, 648.
  • 100 Son fils, M. Aurelius Manilius Alexandros, aurait été asiarque sous Marc Aurèle (Campanile 1994, no(...)

En Mysie, à Pergame, Apollodôros fils d’Artémôn, qui selon H. Halfmann94 peut être identifié avec l’ami d’Octavien et l’auteur des dépenses pour le nomophylakion de la cité, et que Strabon95 décrit parmi les plus importants personnages de son temps, a fait faire la porte de la scène du théâtre96 qui se trouve sur l’Acropole97. À Hermokapélia, dans le conuentus de Pergame, une inscription mentionne un théâtre, sans qu’il soit posible de donner davantage de précision98. La pierre a-t-elle été déplacée, s’agit-il du théâtre d’une autre cité ? À Philadelphie de Lydie, Aurelius Hermippos a donné “pour la rénovation du uelum du théâtre 10 000 deniers”99, εἰς ἐπισκευὴν τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg πετάσου τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg θεάτρου δηνάρια μύρια, au milieu du iie s. d’après M. D. Campanile100.

Conclusions

  • 101 De Bernardi Ferrero 1966-1974.
  • 102 Moretti 1992.
  • 103 Rheidt 1997.
  • 104 Les ambitions satisfaites d’Aizanoi vis-à-vis du Panhellènion sont bien connues par les inscription (...)
  • 105 Sperti 2000, 84.
  • 106 Les prospections de petites cités de Carie montrent que l’activité de construction était répandue b (...)
  • 107 Vann 1989, 47-65.
  • 108 Voir également Rose 1991.

18Comme pour les autres types de bâtiments, les lacunes des sources épigraphiques sont très importantes, si l’on veut s’en servir pour dresser un état exact des monuments bâtis ou restaurés à l’époque romaine. Nous n’avons d’ailleurs pas entrepris un tableau exhaustif des théâtres d’Asie : beaucoup de cités en avaient sur lesquels nous savons peu de choses, même dans le cas de cités importantes à l’époque hellénistique comme à l’époque romaine. Les études de D. de Bernardi Ferrero101 puis de J.-Ch. Moretti102 permettent de prendre connaissance des fouilles en cours et de la bibliographie. À Aizanoi, d’après la décoration de la scaenae frons103, les dernières modifications du théâtre paraissent dater de l’époque d’Hadrien, comme d’autres bâtiments de la cité (notamment le temple de Zeus en cours de construction depuis l’époque de Domitien). Il n’y cependant pas lieu de soupçonner une intervention directe de l’empereur en faveur d’une telle construction ; l’effet de mode et la popularité des spectacles théâtraux étaient des moteurs suffisamment puissants, sans compter l’ambition d’adhérer au Panhellènion104 créé par Hadrien qui requérait la présence d’un tel monument, marqueur de l’hellénisation, dans la cité (si jamais elle n’en possédait pas déjà un depuis longtemps). À Laodicée, L. Sperti105 indique que le grand théâtre, d’origine hellénistique, se rapproche fortement, d’après les dessins des premiers voyageurs, des types attestés pour l’Italie et les provinces occidentales, par la forme de la scène notamment. La liste dressée par J.-Ch. Moretti signale également les théâtres de Caunos, Cnide, Halicarnasse, Amyzon, Alinda, Tralles pour la Carie106 ; en Ionie, Magnésie du Méandre, Notion, Érythrées ; en Lydie, le théâtre de Sardes, qui aurait été reconstruit après le tremblement de terre de 17107 ; en Mysie à Kymé, à Assos, à Hadrianoi108. Cet édifice est un élément traditionnel du paysage urbain civique, depuis longtemps.

  • 109 Aristid., Or., 26.99 (trad. L. Pernot).

19Le théâtre est un bâtiment qui connaît des interventions continues au Haut-Empire, signe de son importance. Le nouveau contexte de paix permet la célébration de nombreux concours, qui invitent à multiplier les interventions sur le théâtre, d’après les réjouissances décrites par Aelius Aristide109 : “Les fumées montant des plaines et les torches signalant l’ami ou l’ennemi, comme soufflées par le vent, ont disparu au-delà de la terre et de la mer ; à leur place ont été introduits toutes les grâces des spectacles et un nombre infini de concours”. Les interventions sont dues à des initiatives de la cité, ou des notables, en des proportions diverses d’une cité à l’autre, ce qui est conforme au caractère éminemment civique de cet édifice.

Les nombreuses restaurations de la scaenae frons aux iiie et ive s

  • 110 De Bernardi Ferrero 1970, 69-77.
  • 111 Selon De Bernardi Ferrero 1970, 9-23, à Priène, le théâtre construit au iiie s. a.C. fut restauré e (...)
  • 112 Golvin 1998, 242.

20À Nysa et Hiérapolis, les sculptures de la scaenae frons datent de l’époque sévérienne. Dans cette dernière cité, une épigramme commémore l’intervention de Magnus, vicaire d’Asie, sur le bâtiment de scène au ive siècle. À Aphrodisias, des réfections datent de l’époque de Caracalla puis probablement du ive s. À Iasos, le théâtre, construit dans le deuxième quart du iie s. a.C. connaît également des restructurations dans le secteur du bâtiment de scène au iiie s.110 ; à Éphèse enfin Ambrosius rénova le théâtre au ive siècle111. Même en l’attente d’enquêtes plus complètes, ce monument public est l’un des édifices sur lesquels ont lieu les interventions les plus tardives, en plus d’avoir été l’un de ceux qui ont connu les plus nombreuses, de la part de cités comme de particuliers. L’intervention sur les frontes scaenae a un sens précis : elle montre que les représentations théâtrales ont continué d’avoir lieu très tard, et que les chasses et combats ne les ont jamais supplantées. Il faut même reculer la limite chronologique proposée par J.-Cl. Golvin, le début du iiie siècle112 : encore au ive siècle ces représentations ont lieu, puisque l’on intervient sur la frons scaenae, sans agrandir l’arène. J.-Cl. Golvin remarque par ailleurs que jamais en Asie mineure on ne détruisit la scène au profit de l’arène, contrairement à ce que l’on remarque en d’autres lieux, comme à Corinthe ou Cyrène.

Le théâtre au cœur des enjeux de l’identité grecque d’époque romaine

  • 113 Voir le programme décoratif du bâtiment de scène d’époque sévérienne du théâtre de Hiérapolis : les (...)

21Le théâtre est le bâtiment public qui semble le mieux définir une identité civique grecque, comme lieu de rassemblement du dèmos. On assiste d’abord à la mise en œuvre et à la revendication d’une culture locale et grecque, qui éventuellement trouve de nouveaux vecteurs d’expression grâce aux empereurs113. Avant le ive s., ni les empereurs ni les gouverneurs n’interviennent dans ces constructions, les cités (dans des proportions beaucoup plus significatives que pour les constructions et les restaurations dans le centre civique autour de l’agora) et les habitants des cités se chargent de ces entreprises qui reçoivent énormément de publicité, comme le montre la disposition des inscriptions dans le théâtre d’Aphrodisias, sur le bâtiment de scène : la générosité des donateurs est littéralement donnée en spectacle.

  • 114 Robert 1940, 13-75.
  • 115 Voir II.3.
  • 116 Il existe évidemment des exceptions à cette tendance : voir la monnaie de Synnada, qui se réclame d (...)
  • 117 Veyne 1999, 531-532. Nous souscrivons à ces remarques ; le discours sur la réalité, pour n’être pas (...)
  • 118 Robert 1940, 40.
  • 119 Robert 1940, 41.
  • 120 Voir II.3.
  • 121 Pour la nature des documents aphrodisiens faisant connaître les familiae de gladiateurs et leurs co (...)
  • 122 Un excellent exemple de ce comportement est offert par l’inscription en l’honneur de M. Ulpius Carm (...)

22Par ailleurs, les chasses et les combats de gladiateurs qui se déroulaient au théâtre ne sont en général pas décrits dans les œuvres littéraires, tandis que les activités politiques, les rassemblements du peuple le sont. Il faut expliquer cet écart flagrant entre la popularité de ces spectacles d’inspiration romaine114 et l’image qui est conservée des activités au théâtre et des interventions des évergètes-constructeurs. Nous verrons dans la deuxième partie que tous les types d’évergétisme n’étaient pas également prisés d’un point de vue culturel et moral ; si la foule réclamait des combats de gladiateurs et des chasses, des dispositions impériales mais surtout l’éthique des notables empêchaient d’en faire une forme privilégiée d’évergétisme115. Ce jugement moral conforte la volonté de donner une image, un souvenir “grec” du comportement évergétique des notables116. Comme le dit justement P. Veyne, c’était là une des difficultés de l’identité grecque à l’époque romaine : selon les philosophes grecs, ces spectacles prouvaient la grossièreté des Romains, mais “ils n’en étaient pas moins alléchants, si bien qu’en pays grec ils furent à la fois stigmatisés et adoptés”117. Les sources commentées par L. Robert sur les gladiateurs sont, pour l’Asie, des épitaphes de gladiateurs et de munerarii et les reliefs funéraires qui s’y rapportent118, des graffites, des inscriptions honorifiques pour des notables. Pour la dernière catégorie, qui seule est comparable avec les textes que nous examinons sur les entreprises de construction et de restauration, car il s’agit également d’épigraphie officielle, honorifique, L. Robert recense des inscriptions honorifiques à Stratonicée, Milet, Éphèse, Thyatire, Ilion, Magnésie du Méandre et Pergame119. Le corpus n’est pas négligeable ; mais il est hors de proportion avec celui des interventions de construction ou de restauration sur des bâtiments publics rappelées dans le même genre de documents120. Le cas d’Aphrodisias est particulièrement éclairant, au regard du grand nombre d’inscriptions découvertes et publiées en provenance de la cité libre. Alors que plusieurs interventions édilitaires y sont commémorées dans des inscriptions honorifiques, aucun document de cette nature ne rappelle l’édition de jeux ou de chasses dans la cité121 – qui s’y déroulèrent pourtant bien évidemment. Un rescrit d’Hadrien indique d’ailleurs la réticence des grands-prêtres du culte impérial à Aphrodisias à renoncer à l’édition des combats de gladiateurs inhérente à leur fonction pour donner l’argent qu’ils auraient coûté pour la construction d’un aqueduc. Les combats de gladiateurs valaient en effet une grande popularité. Mais au moment d’inscrire ses actions dans la mémoire de la cité, de faire le choix de ce que l’on souhaitait donner à lire au public sur sa vie, ceux qui avaient été grands-prêtres ne jugeaient pas utiles de rappeler précisément le faste qu’ils avaient pu déployer dans les jeux – alors qu’ils énuméraient précisément leurs interventions sur les monuments publics ou leurs distributions d’argent ou d’huile122. Il me semble qu’un même trait de cette mentalité concourt à expliquer la teneur des inscriptions commémorant des interventions dans les théâtres grecs à l’époque romaine.

Stades

  • 123 Gros 1996b, 358 et 360.
  • 124 Paus. 1.19.6 et Philostr., VS, 2.1 [549].
  • 125 Paus. 2.1.6 et 8.10.1.
  • 126 Str. 7.7.6.
  • 127 Str. 14.1.43 et Gros 1996b, 360.

23Les stades sont un monument d’origine grecque ; puis à l’époque romaine, se produisit selon P. Gros une “pétrification de la zone des gradins”, parfois déjà effective dans certaines cités à l’époque hellénistique, et l’Asie mineure a connu “dans toute sa diversité le développement du type architectural issu de l’ancien stade grec123”. Cependant, ils ne constituent pas un passage attendu dans la description des cités. Pausanias cite le stade construit par Hérode Atticus à Athènes, en marbre blanc, qui domine l’Ilissos, que Philostrate décrit également124, ainsi que ceux de Corinthe et de Mantinée125 ; Strabon cite celui de Nicopolis126. En Asie mineure en revanche, les indications sont rares ; à Nysa, Strabon parle de l’amphithéâtre pour ce que les archéologues contemporains définissent, à juste titre selon P. Gros, comme un stade127. Seuls les récits des martyres de chrétiens mettent en scène ce monument, dans des circonstances cruelles d’exécution de sentence capitale. Ce qui compte pour nous ici, est que ces circonstances restent pour la communauté civique le moment d’exprimer son unité, tout aussi bien que les compétitions sportives et les spectacles qui se déroulent également dans cet édifice.

L’utilisation des stades

  • 128 Welch 1998, 557-561.
  • 129 Gros 1996b, 357 et Price 1984, 109-110 et n. 59.
  • 130 Gros 1996b, 360.
  • 131 Golvin 1998, 243.
  • 132 Welch 1998, 565-566.
  • 133 Robert 1940, 35.
  • 134 Scherrer 2000, 166 et plan p. 169.
  • 135 Welch 1998, 568.

24L’utilisation des stades pour les compétitions athlétiques, à l’occasion de concours, est connue128. Des combats d’animaux s’y déroulent aussi129, voire, à l’époque romaine, des courses de chars lorsque la longueur de la piste le permet, comme c’est le cas à Laodicée du Lycos130. Des chasses devaient se dérouler dans certains de ces monuments comme à Nysa dans le stade-amphithéâtre131, et même des combats de gladiateurs132 – cependant L. Robert avertit que l’expression ἐν σταδίοις dans les épigrammes de gladiateurs et de bestiaires ne se rapporte pas systématiquement à des stades133. À une époque tardive, on remarque cependant à Éphèse134 comme à Aphrodisias après 350 qu’une extrémité du stade est délimitée de manière à former une petite arène. Elle fut utilisée en particulier pour les uenationes ; comme elle raccourcit la longueur de la piste, les concours athlétiques liés à la célébration du culte impérial ne pouvaient plus y être organisés à la fin de l’Antiquité. La tenue de combats de gladiateurs dans ces arènes est à exclure comme le démontre K. Welch135 : leur déclin est marqué à partir de 350, époque de la délimitation d’une arène dans le stade d’Aphrodisias.

  • 136 Price 1984, 109-110 et n. 59, ainsi que 123-126.
  • 137 Welch 1998, 561.
  • 138 Bowersock [1995] 2002, 30 : vers 150 ; Barnes 1968 propose la date de février 157 d’après le nom du (...)
  • 139 Mart. Pol. 6.2.
  • 140 Mart. Pol. 8.3.
  • 141 Mart. Pol. 12.2.
  • 142 Mart. Pol. 21.1.
  • 143 Eus., HE, 4.15-27.
  • 144 Martyrium Pionii, 21.1 (éd. Robert 1994).

25Les stades se distinguent surtout dans les sources écrites comme le lieu d’exécution des peines capitales136. À Aphrodisias, des attestations de damnatio ad bestias existent pour le ier siècle. Ces exécutions avaient lieu dans le stade (ce qui a évidemment un rapport avec les chasses et combats d’animaux)137. Elles sont précisément décrites dans des récits de martyres, qui ne racontent pas, en revanche, d’exécution au théâtre. On peut mentionner le martyre de Polycarpe, qui eut lieu en 157 à Smyrne138. L’irénarque Hérode veut conduire Polycarpe au stade pour y exécuter la condamnation139. La foule s’y rassemble140 : “il allait vers le stade, et il y avait un tel tumulte dans le stade que personne ne pouvait s’y faire entendre”. Le gouverneur et “toute la foule des païens et des Juifs” y sont réunis141. C’est là que se déroule l’interrogatoire de Polycarpe par le gouverneur, L. Statius Quadratus142. Le texte donne une idée du genre de spectacles sanglants qui pouvaient se dérouler dans le stade de Smyrne, car le proconsul le menace successivement des bêtes puis du feu. Eusèbe raconte également que le martyre se déroule dans le stade de la cité143, en citant la Lettre de l’église de Smyrne à Philomélium. Un siècle plus tard, sous le règne de Dèce, toujours à Smyrne, la sentence condamnant Pionios à être brûlé vif est exécutée dans le stade de la cité144, sur l’ordre du proconsul Quintillianus.

26Dans les cités où se trouvait un amphithéâtre, à savoir, pour l’Asie, Pergame et Cyzique, c’est là qu’ont eu lieu les exécutions de martyrs. Le proconsul joue à chaque fois un grand rôle dans le déroulement des condamnations capitales. Les Actes des martyrs sont donc une source très précise sur la vie dans les cités d’Orient dès le iie siècle : une différence est faite entre stade et amphithéâtre. La précision de ces détails corrobore l’idée d’un réalisme d’ensemble des faits de société évoqués à l’arrière-plan des récits de martyre, dont, notamment, la description des rassemblements spontanés au théâtre. Ces détails ne sont pas de ceux que les auteurs pouvaient souhaiter manipuler dans un but d’édification.

Interventions sur des stades attestées par les sources épigraphiques

27Il est rare de pouvoir identifier les commanditaires des interventions sur les stades à l’époque romaine, à la différence des théâtres : est-ce le signe d’un engagement moins important, ou bien de recours à différentes sources de financement, qui n’apparaissent pas dans les inscriptions honorifiques, notamment le financement civique ? Il est impossible de trancher, d’autant plus que, d’une ville à l’autre, comme nous l’avons vu pour les théâtres, il est impossible de dégager un modèle partagé dans la répartition des sources de financement. Il nous paraît néanmoins indéniable que supposer une source de financement impérial pour ces édifices, en l’absence de tout exemple pour la province qui nous occupe, est extrêmement délicat.

Tableau 2. Interventions sur des stades.

Cité

Date

Commanditaires

Intervention réalisée

Référence

Éphèse

54-69

C. Stertinius Orpex et sa fille

Deux rangées de gradins avec le mur de soutènement en marbre, le propylée, les statues, le pavement et tout l’ornement

Engelmann 2004, 71-72

Éphèse

c. 60-70

Tryphôsa fille d’Héraklidès

Dispositif de départ et 5 statues avec leurs bases

IK, 14-Ephesos, 1139

Laodicée du Lycos

79-81

Nikostratos et son héritier

Un “stade-amphithéâtre” en marbre blanc

IK, 49-Laodikeia, 15

Hiérapolis

Fin du ier s.

Un particulier

Restaurations ou constructions au théâtre et au stade

Ritti 1985, 91

Éphèse

140-150

Dionysios

Deux rangées de sièges

IK, 13-Ephesos, 661

Cibyra

193-217

 ?

Dédicace à Septime
Sévère ou Caracalla

IK, 60-Kibyra, 13

Apamée

Époque impériale

Artas fils d’Artémidôros

Deux rangées de sièges

MAMA VI, 176

  • 145 Engelmann 2004, 71-72.
  • 146 IK, 13-Ephesos, 661.
  • 147 Büyükkolanci & Engelmann 1998, 76 no 16.
  • 148 Scherrer 2000, 166.
  • 149 Robert 1982a, 58-59 (“Au-delà de la région du stade, partie nord-ouest de la ville”) et Robert 1967 (...)
  • 150 IK, 13-Ephesos, 730.

À Éphèse sous le règne de Néron, C. Stertinius Orpex et sa fille accomplirent des travaux au stade, d’après une inscription honorifique retrouvée devant la façade occidentale du bâtiment. Ils ont fait faire [τὸ πρ]όπυλον σὺν τοImage 10000000000000070000000FA86C710A.jpgς ἀνδριImage 100000000000000A0000000F4FF273DD.jpgσιν [κα]ὶ παντὶ τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg ἑαυτοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg κόσμῳ καὶ [τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg] καταστρώματι (l. 6-8), “le propylée avec les statues, tout son ornement, et le pavement”, ainsi que “dans le stade à droite deux rangées avec le mur de soutènement en marbre blanc et l’exèdre devant leur monument”145, ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg σταδίῳ ἐν δεξιImage 10000000000000080000000FA44E3394.jpg β’ σ[ελί]δες σὺν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg κατακερκίζοντι τοί[χῳ τ]Image 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg λευκολίθῳ καὶ τImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg ἐξέδρᾳ τImage 10000000000000080000000FFA3F05FC.jpg πρὸ τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg ἔργου αὐτImage 100000000000000B0000000F0B49B840.jpg ν ; puis la ligne de départ des courses fut aménagée par Tryphôsa fille d’Héraklidès ; enfin le prytane Dionysios vers 140-150 “a promis deux rangées de sièges au stade”, ὑποσχόμενον ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg σταδίῳ σαλίδας δύο, entre autres évergésies146. Une autre inscription commémore peut-être une intervention similaire au iie siècle147. Ce stade en pierre aurait eu un prédécesseur aménagé simplement avec une piste et un talus pour les spectateurs, à l’époque hellénistique148. Il se trouve dans le quartier d’Éphèse appelé Koressos149, auquel il sert même de limite topographique comme le montre une dédicace150 à P. Vedius Papianus Antoninus, à la fin du iie s., par “les habitants du Koressos, de la porte jusqu’au stade”, ἀπὸ τImage 10000000000000080000000FF3C6951D.jpgς πύλης ἕως τοImage 100000000000000A0000000FCC2682E8.jpg σταδίου (l. 10). Le stade a attiré les actes d’évergétisme ; aucune intervention financée par la cité n’est connue, ce qui constitue une différence marquante avec le théâtre.

  • 151 MAMA VI, 176.
  • 152 Ramsay 1897, 475 no 333. L’intégration d’Apamée au Panhellènion est rapprochée par Ramsay 1897, 430 (...)
  • 153 D.Chr. 35.13-17.
  • 154 IK, 49-Laodikeia, 15.
  • 155 IK, 49-Laodikeia, 83.
  • 156 Ritti 1985, 91.
  • 157 IK, 60-Kibyra, 13.

Les autres attestations concernent des petites cités de Phrygie. À Apamée, Artas fils d’Artémidôros a fait construire deux rangées de sièges au stade151, τὰ ἔργα ἐν τImage 10000000000000080000000FEE976C2C.jpg σταδίῳ σελίδων δύο. Cette cité de Phrygie a une certaine importance dans la région : elle a été intégrée au Panhellènion152 et fut siège de conuentus153. Le gouverneur y venait donc régulièrement. À Laodicée, un “stade amphithéâtre en marbre blanc”, τὸ στ[άδιον ἀμφι]θέατρον λευκόλιθον, fut dédié à l’empereur Titus et au peuple par Nikostratos et son héritier qui a achevé l’entreprise (la dédicace a été faite par le proconsul M. Ulpius Traianus)154. Cette entreprise suscita suffisamment de reconnaissance dans la cité pour que dans la première moitié du iie s. Tatia, la petite-nièce de Nikostratos, fût honorée post mortem à cause de son grand-oncle, “qui a offert le stade amphithéâtre en marbre blanc”155. Un gymnase est mitoyen à ce stade ; les deux édifices communiquent par un système de galeries. À Hiérapolis de Phrygie, à la fin du ier s., un bienfaiteur dont le nom est perdu a dû faire des restaurations ou des constructions au théâtre et au stade156, dont l’emplacement est inconnu. À Cibyra, un bloc d’une corniche provenant du stade porte en grandes lettres (0,15 m) une dédicace à Septime Sévère ou Caracalla157, indiquant peut-être une réfection de cette époque, sur des fonds privés ou publics – mais il ne s’agit pas, étant donné l’usage du datif pour le nom impérial, d’une évergésie princière.

  • 158 Smith & Ratté 1996, 21-24.
  • 159 Roos 1994, 179-188.
  • 160 Gros 1996b, 360 (et plan fig. 415) ; vers 160 d’après Rheidt 1997.
  • 161 Sperti 2000, 53.
  • 162 Vann 1989, 59-64.
  • 163 Welch 1998, 554-556.

28Des stades se trouvaient encore probablement à Antioche du Méandre, d’époque romaine158, à Tralles et Magnésie du Méandre159. À Aizanoi, le stade remonterait à l’époque d’Hadrien160 et présente la particularité d’être associé au théâtre. À Laodicée du Lycos, le stade est au contraire associé à un édifice balnéaire, comme cela se retrouve pour les bains de Faustine et le stade de Milet, les bains de Vedius et le stade d’Éphèse, les bains orientaux de Nysa ; à Aizanoi également des bains se trouvent à proximité du stade161. À Sardes, le stade pourrait dater de la fin du iie s.162, il se trouve non loin du théâtre qui s’appuie sur les pentes de l’Acropole. À Aphrodisias enfin, le stade est attribué au ier s. pour des raisons de typologie architecturale : c’est un “stade-amphithéâtre” comme à Nysa et Laodicée du Lycos, cités qui comme Aphrodisias se trouvent dans la vallée du Méandre, dont les stades, d’après l’épigraphie, datent de cette époque163. Mais il n’a pas livré d’inscription donnant des indications sur sa construction.

29Au total, le stade, comme le théâtre, peut servir de lieu de célébration pour les fêtes et les concours. La fonction de rassemblement du corps civique, notamment pour des occasions de la vie politique, y est moins présente. Il est patent qu’il a une place dans l’imaginaire civique tout à fait secondaire en comparaison du théâtre, quand bien même de manière régulière tout au long de l’année le corps civique dans les villes qui en disposent s’y retrouve pour des événements importants. La faible proportion de sources épigraphiques sur la construction des stades, alors que plusieurs furent édifiés à l’époque romaine, peut être liée au fait que ces édifices étaient financés sur fonds publics, et donc leur construction commémorée dans des dédicaces dont la découverte est plus hasardeuse que celle d’inscriptions honorifiques. Les derniers types d’édifices que nous devons envisager dans ce chapitre sont à la fois rares sur le terrain et absents des sources épigraphiques.

Amphithéâtres, cirques et hippodromes

  • 164 Gros 1996b, 355.
  • 165 Men.Rh. 2.386.
  • 166 Humphrey 1986, 438-539. Sauf à Pergame (p. 526), on trouve des stades plutôt que des cirques.
  • 167 Golvin 1988, 202-203 (Cyzique) et 203 (Pergame) ; sur Cyzique, voir également de Rustafjaell 1902, (...)
  • 168 A. Mart. 22-28 et 36 (éd. Musurillo 1972) ; Golvin 1988, 203. Sur la datation de ce martyre, de l’é (...)
  • 169 A. Mart. 36.
  • 170 Robert 1982b ; Bowersock [1995] 2002.

30Les monuments pour les compétitions hippiques, malgré la popularité de ces dernières dans le monde grec, sont rares en Asie mineure. P. Gros signale que les hippodromes ont en Orient connu une grande fortune, mais seulement en Syrie, Palestine et Égypte164. Effectivement, seul Ménandre le Rhéteur se fait l’écho de leur présence dans les cités : ils constituent un passage de l’éloge des cités, “s’il y en a”165. Sur le terrain, seule Pergame présente par ailleurs la particularité d’être dotée d’un cirque166 dont les dimensions sont de 280 mètres sur 58. Pour les amphithéâtres, selon J.-Cl. Golvin, Pergame et Cyzique sont les seules cités à en disposer en Asie mineure167. L’exécution des martyrs Carpos, Papylos et Agathonicè a eu lieu dans l’amphithéâtre de Pergame, construit dans la première moitié du iie s.168. Après leur condamnation, “les deux martyrs arrivèrent en hâte à l’amphithéâtre, afin de terminer le combat plus vite”169. La comparaison avec le vaillant athlète est conforme à l’esprit de ces récits, mis en évidence par L. Robert dans son étude sur le récit du martyre de Perpétue et Félicité à Carthage170.

  • 171 Golvin 1988, 202-203.
  • 172 de Rustafjaell 1902, pl. XI.
  • 173 de Rustafjaell 1902, 186-187 et en particulier fig. 6.

31la fin du iie s., après le tremblement de terre dont la ville a souffert sous Hadrien171. Le plan proposé par R. de Rustafjaell172 et les indications fournies dans sa description du site173 montrent qu’effectivement l’amphithéâtre se trouvait au nord de la cité et de l’Acropole, à proximité des murailles.

  • 174 Hier., vir.ill., 17 (Smyrnae sedente proconsule et universo populo in amphitheatro adversus eum per (...)
  • 175 Golvin 1988, 263-264.

32L’existence à Smyrne d’un tel monument reste très hypothétique ; on ignore si sa citation dans la relation par Jérôme du martyre de Polycarpe174 correspond effectivement à un amphithéâtre, ou plutôt à un stade : il y a lieu de penser qu’il a commis une confusion en parlant de l’amphithéâtre pour le stade. J.-Cl. Golvin utilise l’argument de l’existence de munera et de uenationes dans la cité175 : mais L. Robert a montré qu’ils ne constituaient jamais la preuve de l’existence d’un tel monument. De plus, nous avons vu que le martyre de Polycarpe comme celui de Pionios un siècle plus tard a lieu dans le stade de la cité : il s’agit d’un indice fort de l’absence d’amphithéâtre à Smyrne.

Conclusions

33Les théâtres restent le lieu de la réunion de la communauté civique : même si la raison de certains des rassemblements au théâtre change, pour l’essentiel la continuité avec l’époque hellénistique est marquante. Le caractère emblématique de ces lieux dans le paysage urbain ressort, quel que soit le critère retenu – le nombre d’attestations d’interventions conservées et donc l’attachement des notables à l’embellir, la présence dans l’imaginaire romanesque et dans la culture grecque impériale, la place dans les grandes occasions de la vie civique, notamment les concours. On connaît pourtant la popularité réelle des spectacles qui y étaient donnés, importés de Rome et mal jugés par les philosophes. L’inégalité de ces deux types de phénomènes dans le discours public civique indique une vision culturelle très forte du κόσμος qui conduit à déprécier les phénomènes venant de l’extérieur et jugés grossiers – quand bien même ils sont dans la réalité extrêmement populaires. La popularité de certains spectacles ne correspondant pas à l’image, idéale, que la cité et ses notables avaient conçue. Il existerait une ligne de partage entre les monuments publics sur lesquels les notables furent volontaires pour intervenir (les théâtres), et ceux où une entreprise commune et anonyme fut, semble-t-il, plus souvent menée (les stades, la transformation de l’orchestra des théâtres en arènes). Enfin, les interventions continues sur les théâtres au ive s. indiquent leur importance conservée dans la représentation que la cité a de son paysage urbain : malgré les changements désormais patents, il s’agit d’un fort élément de continuité invitant encore à prendre en considération les remodelages à l’œuvre dans la perspective séculaire de la cité grecque.

Notes

1 Gros 1982.

2 Gros 1996b, 298.

3 Moretti 2001, 187 : “Ainsi le théâtre en Asie mineure conserve-t-il, durant l’époque impériale, beaucoup des traits distinctifs de ses prédécesseurs hellénistiques, par son mode de construction et par son plan”.

4 Nous n’avons pas pour objet de faire un bilan complet des fonctions du théâtre, mais de faire ressortir, pour cette région et d’après les sources qui en proviennent, la place du théâtre dans la vie civique.

5 Kolb 1999 étudie les exemples de Hiérapolis et Éphèse.

6 Plut., Moralia, 796 F et 823 B.

7 Act.Ap., 19, 29-40 (trad. modifiée des éditions du Cerf, 1997).

8 Philostr., VA, 4.10 (trad. de Grimal 1958, 1145.)

9 Jones 1999c.

10 A.Io. 31-32 (trad. dans Bovon & Geoltrain 1997, 994-995).

11 Charito 1.1.11 (trad. Grimal 1958).

12 Voir par exemple Chrys., Educ.Lib., 4, commenté dans Robert 1968b, 568-599.

13 Charito 3.4.

14 Charito 8.8 et 9.

15 Par exemple à Cnide, IK, 41-Knidos, 71 ; voir Robert 1968a, 416, et Jones 1999c, 591 et 596-597. Ce dernier souligne que ces pratiques sont attestées en Carie plus que partout ailleurs au ier s.

16 Martyrium Pionii (éd. Robert 1994), 7.

17 Voir également Foss 1979, 35 et n. 15.

18 Aristid., Or., 30.9 (en 147).

19 Bartels & Petzl 2000 (AE 2000, 1381, avec traduction ; SEG 50, 1187).

20 IK, 221-Stratonikeia, 701.

21 Voir par exemple IK, 14-Ephesos, 1145.

22 Robert 1984a, 38. Sur le programme des concours, voir Moretti 2001, 58-59.

23 Description de ce type de représentations à l’occasion des Dionysies à Athènes dans Philostr., VA, 4.21.

24 Voir au théâtre d’Éphèse, la fondation de C. Vibius Salutaris au début du iie s. et les fêtes en l’honneur d’Artémis, à l’occasion desquelles des statues offertes par Salutaris étaient portées en procession et érigées temporairement au théâtre (IK, 11-Ephesos, 27.)

25 Price 1984, 109 et 211.

26 SEG 11, 922-923.

27 Robert 1940, 243 et Inglebert 2005, 404.

28 Robert 1940, 239-266 ; sur ces transformations, voir Gros 1996b, 300.

29 Golvin 1998, 239-241.

30 Golvin 1998, 241-242.

31 Veyne 1999.

32 Philostr., VA, 4.22.

33 Luc., Tox., 59.

34 Voir Heller 2006 pour la date d’obtention de sa deuxième néocorie par Éphèse.

35 Reynolds 1991.

36 Hellmann 1992, 375 et n. 10. Selon l’auteur, le terme est peu attesté ; une référence à Patara est signalée. Voir Ginouvès & Martin 1998, 139.

37 Hellmann 1992, 374.

38 Reynolds 1982, 161 no 36a, et 160-161, fig. 7 pour un schéma du bâtiment de scène ; ibid., 161-162 no 36b.

39 Reynolds 1991, 22 no 1 à no 6.

40 Hellmann 1992, 47. Voir Ginouvès & Martin 1998, 135.

41 Hellmann 1992, 204 : “série de gradins, division en forme de coin”. Ce sens apparaît à Délos à l’époque hellénistique et est attesté simultanément en Asie mineure. D’après Ginouvès & Martin 1998, 133, il s’agit de l’espace en coin entre deux escaliers.

42 Hellmann 1992, 182 ; “vomitoire” selon Ginouvès & Martin 1998, 134.

43 Reynolds 1991, 22 no 2, l. 2 à 5.

44 Selon Ginouvès & Martin 1998, 133 et n. 49, il s’agit des “précinctions”, que l’on peut désigner en français par le terme “passage”. Ce mot désigne également les “volées” inférieures et supérieures au théâtre ; le “troisième diazôma” pourrait-il désigner ici, plutôt qu’un lieu de circulation, une partie de la cauea délimitée par ces passages ?

45 Reynolds 1991, 19 et 26 no 1.

46 CIG, 2782, l. 20.

47 Voir Pont 2007c.

48 Reynolds 1991, 20 et 28. Voir fig. 5.

49 LSJ s.v. πεδάλιον (Suppl. 1996) d’après cette seule attestation, traduit par podium ; ce terme ne figure pas dans Ginouvès & Martin 1998.

50 Roueché [1989] 2004, 34 et III. 40 ; SGO I, 02/09/94 ; sur les difficultés de compréhension de cette inscription, voir Roueché 1991, 99. On ignore notamment s’il s’agit d’un bienfaiteur local ou d’un responsable administratif.

51 Roueché [1989] 2004, 20.

52 Vitr. 5.9.

53 Le bilan des fouilles du théâtre est donné dans Herberdey 1912.

54 IK, 16-Ephesos, 2033.

55 IK, 16-Ephesos, 2034.

56 IK, 16-Ephesos, 2035. La restitution est justifiée par R. Heberdey par le lieu de découverte du bloc portant l’inscription au pied de l’analemma nord (Heberdey 1912, no 35).

57 IK, 12-Ephesos, 498 (au théâtre) et IK, 16-Ephesos, 2061 II, l. 3.

58 IK, 16-Ephesos, 2037.

59 IK, 16-Ephesos, 2038.

60 Büyükkolanci & Engelmann 1998, 76 (AE, 1998, 1337).

61 Voir sur ce terme et le vocabulaire de l’architecture théâtrale Moretti 1993 : le pétasos désignerait l’auvent au-dessus du podium de la scène, tandis le bèla désigne le uelum couvrant les sièges. Il ne nous paraît pas certain que la différenciation soit si nette dans les cas examinés ici.

62 Ginouvès & Martin 1998, 138 n. 104.

63 LSJ s.v. σίφαρος, renvoie au latin siparium, qui est le rideau manœuvré entre les scènes.

64 IK, 16-Ephesos, 2039. Étant donné la mention d’un “P. Vedius Antoninus asiarque” et celle de la deuxième néocorie plaçant cette intervention après 130, il s’agit de Vedius 2 (cf. stemma) puisque Vedius 3 n’est pas connu pour avoir accompli cette prêtrise.

65 IK, 16-Ephesos, 2040. Voir Demougin 1994, 328-331 pour la datation de ce proconsulat

66 LSJ s.v. ἀντίσκηνος, ον “opposite the stage-buildings”. D’après Heberdey 1912, 42, “comme ce terme est cité en même temps que petasos, on peut compléter avec ‘stoa’ et comprendre qu’il s’agit d’un portique en face (anti) le mur de scène au-dessus des sièges. Sur sa charpente étaient fixées les cordes pour le système de protection”.

67 IK, 16-Ephesos, 2041.

68 IK, 16-Ephesos, 2040. Voir III. 1 et 2.

69 IK, 16-Ephesos, 2042 ; selon Scherrer 2000, 160, la zone supérieure du théâtre était en partie occupée par une sorte de tribune, devant laquelle se trouvait une colonnade, qui était peut-être le Néméséion.

70 IK, 16-Ephesos, 2043 ; SGO I, 03/02/16. Voir le commentaire de Robert 1948a, 87-89.

71 IK, 16-Ephesos, 2044 ; SGO I, 03/02/15. Voir sur ἡ ἀψίς Ginouvès & Martin 1998, 14 (“abside”), 68 (dans le vocabulaire relatif aux arcs de triomphe, ce terme désigne l’arc lui-même) et 197 (dans le vocabulaire des ponts et des aqueducs, ce mot désigne l’arche entre deux piles).

72 IK, 16-Ephesos, 2045 ; Feissel 1998a, 134 et n. 41. Voir Robert 1948a, 62.

73 Ritti 1985, 91.

74 Ritti 1983, 174-175 no 1 et ill. pl. 1, 2.

75 Monaco 1963-1964, 409-410 (Bull. 1967, 581) ; améliorations par Eck 1970, 77-81 (IK 59, 169).

76 Ritti 1985, 124.

77 Ritti 2001, 489-555.

78 Ritti 1985, 115 no 4.

79 Ritti 1985, 116 no 5.

80 Voir, pour la datation du proconsulat de Q. Tineius Sacerdos, Demougin 1994, 328-331.

81 Ritti 1985, 108.

82 Ritti 1985, 108.

83 Couronnement de la scène ou d’un secteur latéral ? (Ritti 1985, 112).

84 Ritti 1986, 691-716 (photographie pl. 28) ; SGO I, 02/12/06.

85 Milet, VI. 2, 928.

86 SGO I, 01/20/01. Voir également Hellmann 1999, no 47 (seulement les l. 1 à 8, dont la traduction est reprise ici).

87 Milet, VI. 2, 939.

88 IK, 34-Mylasa, 509.

89 Blümel 1995, 60-61 no 31 ; voir Herrmann 1997, 145-147 sur le vocabulaire employé.

90 IK, 22.1-Stratonikeia, 662.

91 Robert 1937, 524 n. 1 ; mais Moretti 1992, 19 n. 20 répertorie ce théâtre à Lagina.

92 Voir III. 1.

93 Newton 1865, 445 ; IK, 41-Knidos, 253.

94 Halfmann [2001] 2004, 31.

95 Str. 13.4.3.

96 IPergamon, 236.

97 Radt 1988, 287 : à Pergame se trouvaient à l’époque romaine trois théâtres, celui de l’Acropole, le théâtre romain de la ville basse, celui du sanctuaire d’Asklépios.

98 TAM V, 2, 1237. Selon P. Herrmann, TAM V, 2, p. 442 : “hoc titulo, qui a colle prope vicum Büknüs sito allatus est fertur, comperimus Hermocapeliae etiam theatrum exstructum esse”.

99 LBW, 648.

100 Son fils, M. Aurelius Manilius Alexandros, aurait été asiarque sous Marc Aurèle (Campanile 1994, no 49). En revanche Robert 1960, 17 et n. 2 date cette inscription du iiie s.

101 De Bernardi Ferrero 1966-1974.

102 Moretti 1992.

103 Rheidt 1997.

104 Les ambitions satisfaites d’Aizanoi vis-à-vis du Panhellènion sont bien connues par les inscriptions en l’honneur de M. Ulpius Euryklès ; voir notamment Wörrle 1992, 337 n. 1.

105 Sperti 2000, 84.

106 Les prospections de petites cités de Carie montrent que l’activité de construction était répandue bien au-delà des grandes cités. Une inscription inédite “figurant sur l’un des piliers d’angle en avant du bâtiment de scène” du théâtre de la cité carienne d’Hyllarima, découverte lors de prospections menées par des chercheurs de l’UMR Ausonius de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III, atteste que des travaux ont été effectués à l’époque romaine dans le théâtre hellénistique. Ces prospections ont également permis de mettre au jour le théâtre d’Orthosia, dont le premier aménagement date aussi de l’époque hellénistique. Le sol de l’orchestra était constitué d’un substrat de brique pilée sur lequel était déposé un placage de marbre. Cet aménagement date vraisemblablement de l’époque romaine. Le théâtre d’Harpasa est encore trop mal connu pour déterminer s’il date de l’époque romaine ou s’il a connu alors des modifications. De même, le théâtre de Bargasa, qui date de l’époque hellénistique, a peut-être connu des interventions dans les siècles suivants (http://www-ausonius.montaigne.u-bordeaux.fr/programmes/carie/hyllarima.htm#theatre).

107 Vann 1989, 47-65.

108 Voir également Rose 1991.

109 Aristid., Or., 26.99 (trad. L. Pernot).

110 De Bernardi Ferrero 1970, 69-77.

111 Selon De Bernardi Ferrero 1970, 9-23, à Priène, le théâtre construit au iiie s. a.C. fut restauré entre 50 et 25 et un nouveau bâtiment de scène hypostyle fut construit ; puis en 250, une scaenae frons à niches fut mise en œuvre. Rumscheid 1998, 174 donne les détails des interventions de l’époque romaine sans les dater plus précisément. Une datation du milieu du iiie s. pour des travaux d’importance au théâtre paraît sujette à caution : on observe à cette époque un grand repli, voire un total effondrement, du nombre d’interventions édilitaires attestées par l’épigraphie.

112 Golvin 1998, 242.

113 Voir le programme décoratif du bâtiment de scène d’époque sévérienne du théâtre de Hiérapolis : les empereurs apparaissent au centre, Septime Sévère ayant autorisé de nouveaux concours, et une série de statues exalte les valeurs agonistiques. Une statue d’Oikouménè figure la renommée universelle retirée par la cité de ces nouveaux concours (Ritti 1985, 59-77).

114 Robert 1940, 13-75.

115 Voir II.3.

116 Il existe évidemment des exceptions à cette tendance : voir la monnaie de Synnada, qui se réclame de ses origines ioniennes, où est représentée une uenatio (Robert 1940, 37-38).

117 Veyne 1999, 531-532. Nous souscrivons à ces remarques ; le discours sur la réalité, pour n’être pas réaliste et exhaustif, n’en est pas moins intéressant et indique, dans cette société traditionnelle, les buts idéaux que des groupes – les sophistes, les notables plus sensibles aux valeurs de la paidéia – se fixaient à eux-mêmes. On pourrait comparer cette situation avec maint phénomène de notre époque, comme les spectacles télévisés et populaires, et la réprobation qu’ils suscitent. C’est pourquoi il faut prendre au sérieux ce discours et ses non-dits pour ce qu’il apprend sur la culture commune dont il convient de se réclamer, sur l’image que des groupes ayant reçu la même formation souhaitent donner d’eux-mêmes.

118 Robert 1940, 40.

119 Robert 1940, 41.

120 Voir II.3.

121 Pour la nature des documents aphrodisiens faisant connaître les familiae de gladiateurs et leurs combats, voir Robert 1940, 55-64.

122 Un excellent exemple de ce comportement est offert par l’inscription en l’honneur de M. Ulpius Carminius Claudianus (CIG, 2782 ; voir Pont 2007c). Le rescrit d’Hadrien est édité dans Reynolds 2000.

123 Gros 1996b, 358 et 360.

124 Paus. 1.19.6 et Philostr., VS, 2.1 [549].

125 Paus. 2.1.6 et 8.10.1.

126 Str. 7.7.6.

127 Str. 14.1.43 et Gros 1996b, 360.

128 Welch 1998, 557-561.

129 Gros 1996b, 357 et Price 1984, 109-110 et n. 59.

130 Gros 1996b, 360.

131 Golvin 1998, 243.

132 Welch 1998, 565-566.

133 Robert 1940, 35.

134 Scherrer 2000, 166 et plan p. 169.

135 Welch 1998, 568.

136 Price 1984, 109-110 et n. 59, ainsi que 123-126.

137 Welch 1998, 561.

138 Bowersock [1995] 2002, 30 : vers 150 ; Barnes 1968 propose la date de février 157 d’après le nom du proconsul, L. Statius Quadratus, et d’autres éléments du texte.

139 Mart. Pol. 6.2.

140 Mart. Pol. 8.3.

141 Mart. Pol. 12.2.

142 Mart. Pol. 21.1.

143 Eus., HE, 4.15-27.

144 Martyrium Pionii, 21.1 (éd. Robert 1994).

145 Engelmann 2004, 71-72.

146 IK, 13-Ephesos, 661.

147 Büyükkolanci & Engelmann 1998, 76 no 16.

148 Scherrer 2000, 166.

149 Robert 1982a, 58-59 (“Au-delà de la région du stade, partie nord-ouest de la ville”) et Robert 1967b, 73.

150 IK, 13-Ephesos, 730.

151 MAMA VI, 176.

152 Ramsay 1897, 475 no 333. L’intégration d’Apamée au Panhellènion est rapprochée par Ramsay 1897, 430 d’un renouveau du patriotisme, que montre l’emploi plus fréquent au iie s. de l’ancien nom Kelainai (dans Dion de Pruse, Maxime de Tyr, Pausanias).

153 D.Chr. 35.13-17.

154 IK, 49-Laodikeia, 15.

155 IK, 49-Laodikeia, 83.

156 Ritti 1985, 91.

157 IK, 60-Kibyra, 13.

158 Smith & Ratté 1996, 21-24.

159 Roos 1994, 179-188.

160 Gros 1996b, 360 (et plan fig. 415) ; vers 160 d’après Rheidt 1997.

161 Sperti 2000, 53.

162 Vann 1989, 59-64.

163 Welch 1998, 554-556.

164 Gros 1996b, 355.

165 Men.Rh. 2.386.

166 Humphrey 1986, 438-539. Sauf à Pergame (p. 526), on trouve des stades plutôt que des cirques.

167 Golvin 1988, 202-203 (Cyzique) et 203 (Pergame) ; sur Cyzique, voir également de Rustafjaell 1902, 186-187.

168 A. Mart. 22-28 et 36 (éd. Musurillo 1972) ; Golvin 1988, 203. Sur la datation de ce martyre, de l’époque de Marc Aurèle ou du règne de Dèce, voir Barnes 1968, 514.

169 A. Mart. 36.

170 Robert 1982b ; Bowersock [1995] 2002.

171 Golvin 1988, 202-203.

172 de Rustafjaell 1902, pl. XI.

173 de Rustafjaell 1902, 186-187 et en particulier fig. 6.

174 Hier., vir.ill., 17 (Smyrnae sedente proconsule et universo populo in amphitheatro adversus eum personante, igni traditus est) ; Eus., HE, 4.15.16 évoquant le stade. Voir pour le commentaire et d’autres références Golvin 1988, 263 et n. 165.

175 Golvin 1988, 263-264.

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540