Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

1. κάλλη δημοσίων οἰκοδομημάτων. “Les beautés des monuments publics”

Introduction

Testo integrale

Panégyrique sur le temple de Cyzique,1 a priori2
  • 3 Pour ce type d’études, voir notamment Balty 1991 sur les lieux de réunion du Conseil ; Golvin 1998 (...)
  • 4 Parrish 2001 en fournit plusieurs exemples.

1Il ne s’agit donc pas d’analyser le développement de chaque type de monument ni sa place dans le plan urbain3, ni même de proposer des bilans de l’urbanisme des grands centres asiatiques4. La notion de paysage urbain renvoie à l’objet lui-même, mais aussi au regard porté sur lui. En relation avec un espace urbain réel, on peut recomposer un espace identitaire et culturel fait de valeurs communes où l’énonciation les communautés civiques et leurs élites se retrouvent dans l’éloge des évergètes ou des enjeux de la vie civique à l’époque romaine. Il faudra d’abord vérifier, en identifiant les commanditaires des monuments publics, que la référence culturelle à la cité plutôt qu’à l’espace impérial n’est pas un mirage : il sera ainsi essentiel de constater la part prépondérante de l’évergétisme édilitaire des notables locaux sur toute autre forme d’intervention ; nous verrons aussi si de ce point de vue il est possible de mettre en évidence des caractéristiques en fonction des monuments considérés. L’initiative locale une fois mesurée, il faut s’interroger sur le déploiement de valeurs grecques et civiques en relation avec les monuments publics. À la fin de l’époque hellénistique, deux pôles essentiels sont pris en considération : les monuments liés à la défense de la cité (les murailles, les tours) et le centre civique. À la fin du ive siècle avec, notamment, l’interdiction du paganisme par Théodose, des ruptures drastiques se font jour dans l’appréciation du paysage urbain, ne serait-ce que par la relégation ou la destruction des temples. Mais entre 280 et les années 390, une esthétique de la cité s’est développée, dont les références restent majoritairement en lien avec les siècles précédents.

  • 5 On peut citer également le cas des auteurs byzantins : cf. Pont 2008b.
  • 6 Winter 1996, 28-53.

2Cette première partie se propose enfin d’identifier l’empreinte romaine dans le paysage urbain. Dans les études scientifiques aussi bien qu’auprès du grand public5, la proportion des entreprises édilitaires financées par l’évergétisme impérial tend à être surévaluée. À défaut de constater un nombre élevé de libéralités impériales, on peut se demander si l’imaginaire local, l’horizon d’attente du beau paysage urbain s’élancent vers une image de la belle cité comme une Rome miniature, comme un emblème de l’Empire romain et de ses réalisations. Les points fondamentaux du paysage urbain à la romaine peuvent être définis, à grands traits, comme la représentation de la maiestas imperii et de l’utilité publique6 : retrouve-t-on ces thèmes, ou d’autres, dans la province d’Asie, parmi les notables et les élites locales qui financent les constructions ou en décident au sein des Conseils, ou bien l’imaginaire civique du beau paysage urbain émane-t-il d’appréciations élaborées avant tout sur place ? S’adapte-t-il aux évolutions de l’époque avec modernité, ou délaissant tout intérêt pour le présent reste-t-il nostalgiquement attaché à un passé révolu ?

3Le diagnostic posé à partir d’une évaluation des représentations liées à un phénomène d’époque romaine est donc significatif pour une histoire des sociétés civiques grecques de l’Orient romain : à partir de l’histoire du cadre de vie public, devons-nous esquisser l’histoire d’un fade repli intellectuel et culturel ou de cités saisissant le mouvement de leur époque ?

Plan de l’étude

polis7 bouleutèrion,8 kosmos9 iie1011 kosmein1213 Discours sur Rome,1415161718192021
  • 22 La localisation dans le plan urbain peut néanmoins avoir une valeur heuristique pour l’identificati (...)
  • 23 Vitruve choisit une division fonctionnelle articulée autour des ouvrages de défense, religieux et s (...)
  • 24 L’emploi du mot “loisir” nous semble par trop latiniser, sans que l’on s’en rende vraiment compte, (...)
  • 25 Dans les tableaux que nous présentons dans la première partie, il arrive – rarement – que des attes (...)

4Le plan que nous avons suivi ne recouvre pas un découpage par zones du plan urbain, qui serait anachronique22, ni même une approche réellement fonctionnelle23 : nous verrons, en particulier pour le théâtre, combien la lecture des récits de martyres ou les romans grecs font paraître peu approprié de le qualifier de monument de loisir plutôt que d’édifice servant encore, avant tout, à rassembler le corps civique. Nous envisagerons donc les “affaires divines” avant celles relatives aux hommes, pour reprendre l’ordre de préséance adopté dans les assemblées délibératives. Viennent ensuite les bâtiments et espaces du centre civique (agora, bouleutèrion), manifestant la continuité historique de la cité, puis, à la jonction entre le politique et les réjouissances publiques, les monuments liés à l’agôn24. Non négligeables désormais dans la revendication d’un statut civique viennent les monuments liés à l’eau, gymnases associés à des édifices balnéaires et fontaines nouvelles grâce au développement des aqueducs. Leur nouveauté dans le paysage urbain pose un problème particulier d’interprétation : est-elle un signe de coupure avec le passé ou de goût pour la modernité, sans préjudice d’un ancrage dans les traditions locales ? Ces monuments, avec les théâtres, conservent une importance remarquable dans l’Antiquité tardive. Les parcours (rues et avenues à portiques) dans l’espace urbain, les limites (murailles) et les abords de la ville (ports et portes monumentales) seront ensuite évoqués, avec leurs agréments. Après avoir considéré les monuments publics un à un, il faut pour finir recomposer le paysage urbain et caractériser l’ensemble des valeurs culturelles que lui attache la communauté civique. Elles diffèrent des ambitions liées à la beauté des cités dans d’autres régions du monde romain25.

Note

1 Aristid., Or., 27.13.

2 Jauss [1974] 1978, en particulier les deux premiers chapitres. Il s’agit ici de reconstituer un horizon d’attente des monuments publics à partir des textes, dont la formulation même accentue aussi les traits, au sens où il ne s’imposait pas aussi nettement pour tous ; mais c’était pourtant le cadre de la perception des monuments publics. L’existence même d’un discours, épigraphique, littéraire, justifie son étude.

3 Pour ce type d’études, voir notamment Balty 1991 sur les lieux de réunion du Conseil ; Golvin 1998 sur les amphithéâtres.

4 Parrish 2001 en fournit plusieurs exemples.

5 On peut citer également le cas des auteurs byzantins : cf. Pont 2008b.

6 Winter 1996, 28-53.

7 Aussi, bien qu’elles soient assez nombreuses et aient un vocabulaire comparable à celui étudié ici, nous ne prenons pas en compte les inscriptions de construction de synagogue ; voir Robert 1964 sur la synagogue de Sardes, particulièrement bien connue, et sur le vocabulaire de sa décoration. Quand un bâtiment est connu par sa dédicace, le fait qu’elle s’adresse notamment “à la cité” ou “au peuple” signale le caractère public de l’édifice (Veyne 1962, 64).

8 La vision de ces édifices dans l’éloge des villes est examinée dans chacun des chapitres de la première partie ; nous y renvoyons pour les références aux auteurs en question.

9 À la fin de l’époque hellénistique, ce terme, même au pluriel, désigne plutôt des actions accomplies pour la cité : voir par exemple l’inscription en l’honneur d’Hermogénès fils d’Héphaïstion à Aphrodisias, au ier s. a.C., qui a vécu ἐν ἀρετι καὶ φιλοδοξίαις καὶ ἐπανγελίαις πλείσταις καὶ τος καλλίστοις ἔργοις πρὸς τὴν πατρίδα, “dans la vertu, l’amour de la gloire, les promesses nombreuses (de bienfaits) et les plus belles actions pour sa patrie” (Chaniotis 2004, 378 no 1).

10 Voir les références et leur commentaire ci-dessous, en II.2.

11 Robert 1937, 349 n. 1 ; Bull. 1974, 494 ; Robert L. et J. 1954, 323 n. 4 ; Robert 1974b, 178 et n. 3. Voir également Veyne 1962, 65-66.

12 Voir également II.2 pour les attestations.

13 Ainsi au Haut-Empire (Milet, I. 9, 309), d’après l’inscription honorifique pour Iasôn fils de Démétrios à Milet, ses ancêtres ont orné la cité et le sanctuaire d’Apollon de Didymes διὰ ἀναθημάτων (l. 7), qui ont pu consister dans des bâtiments ou éléments architecturaux tels que des colonnes, ou des statues et autels.

14 Aristid., Or., 26.94 (trad. dans Pernot 1997b).

15 Nous examinerons ce point en particulier pour les bouleutèria et pour les portiques.

16 Chez Dion de Pruse, 33.38 ; 38.47 ; 39.5 (“est-il édifices, étendue de territoire, chiffre de population qui rendent un peuple plus fort que ne le fait la concorde intérieure ?”) ; 40.10 (“les constructions (…) exaltent l’orgueil des cités”) ; 79.1 (“la magnificence des édifices”, ἡ πολυτελεία τν οἰκοδομημάτων). Aelius Aristide l’emploie également : Or., 21.9 ; en 23.30, il parle de δημοσίων οἰκοδομημάτων, monuments publics (l’absence de l’adjectif dans les autres expressions ne modifie pas leur sens), de même qu’en 27.13 ; Philostr., VS, 1.25 [532].

17 Sur la même racine, Dion de Pruse désigne par οἰκήματα les constructions d’allure monumentale, par opposition aux ruines, ἐρειπίων (D.Chr. 47.15).

18 Cette idée est encore celle de Libanios, exprimée à propos d’Antioche (Lib., Or., 11.212).

19 Selon lui, il est difficile de désigner comme cités “celles qui ne possèdent ni bâtiment administratif (ἀρχεα), ni gymnase, ni théâtre, ni agora, ni eau descendant vers une fontaine” (Paus. 10.4.1). Pausanias n’évoque pas les temples, car naturellement, toute cité possède des lieux de culte.

20 Men. Rh. 2.386.

21 Nous verrons en particulier le rôle que continuent de tenir les théâtres dans la vie publique au ive s. (voir I.3).

22 La localisation dans le plan urbain peut néanmoins avoir une valeur heuristique pour l’identification de certains monuments publics. J.-Ch. Balty l’emploie pour conforter l’identification de bâtiments comme des curies, plutôt que comme des odéons, par exemple à Cnide (Balty 1991, 468-470). Mais l’établissement d’une typologie satisfaisante reste difficile (Gros 1996, 1723.)

23 Vitruve choisit une division fonctionnelle articulée autour des ouvrages de défense, religieux et servant l’utilité publique (1.3.1). Elle ne nous permettrait pas d’équilibrer les différents groupes concernés et elle convient mieux pour le monde hellénistique, dont les architectes constituent la référence de Vitruve, où effectivement les murailles sont d’une nécessité absolue, pour la survie même de la cité. Pour le monde romain, y compris en Asie mineure, on comprend qu’elle est moins opérante et ne permet pas d’ordonner utilement la réflexion, alors que l’entretien des murailles n’est plus un facteur déterminant de la survie des cités et que la troisième catégorie devient quantitativement gigantesque.

24 L’emploi du mot “loisir” nous semble par trop latiniser, sans que l’on s’en rende vraiment compte, le rôle du théâtre, du stade, et même de l’amphithéâtre dans la cité. On connaît le succès des concours à l’époque romaine en Asie mineure ; pour ce qui est des spectacles de gladiateurs et des combats avec des fauves, prenant place dans ces trois types de bâtiments, L. Robert (Robert 1982b) et Gl. Bowersock (Bowersock [1995] 2002) ont montré combien l’idéal agonistique était largement diffusé jusque parmi les chrétiens. Or, l’agôn n’est pas ludique.

25 Dans les tableaux que nous présentons dans la première partie, il arrive – rarement – que des attestations soient mentionnées dans deux chapitres : par exemple, des interventions sur les fontaines (I.5) peuvent être recensées, le cas échéant, dans les sanctuaires (I.1). Les catégories ne sont en effet pas étanches (par exemple, la réalisation d’une adduction d’eau à Panamara ne peut être considérée de manière univoque), et outre les incertitudes inhérentes à tout bilan basé sur des sources épigraphiques, ce point justifie également de ne pas donner des pourcentages ou des bilans chiffrés (contra Barresi 2003). Enfin, sauf ponctuellement pour éclairer un sujet particulier, nous ne traitons pas des dons de statues, divines ou à thème mythologique, qui peuvent être offertes pour décorer les monuments publics. Elles ne sont d’ailleurs pas évoquées dans les éloges des cités ni même dans la description des Bains par Lucien, ou de la Salle, alors que les peintures le sont.

© Ausonius Éditions, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540