Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Deuxième partie. Les documents

Ateliers de sculpture et diffusion de l'image impériale. L'exemple des provinces de la Méditerranée occidentale (Gaule, péninsule Ibérique, Afrique du Nord)

Jean-Charles Balty

Texte intégral

  • 1 Entre bien d'autres exemples de cette manière de concevoir la réalisation d'un portrait sculpté et (...)
  • 2 Sur ce dernier point, cf. déjà Pekary 1985, 22-28. Pour l'Afrique plus particulièrement, et tout r (...)

1Notre vision du portrait romain, en particulier celle du portrait impérial, s'est considérablement modifiée depuis une génération. On n'en est plus aujourd'hui, par exemple, à dater systématiquement telle ou telle effigie provinciale de l'année même où l'empereur représenté visita la contrée et à considérer que des sculpteurs locaux avaient de ce fait saisi ses traits sur le champ, au moment de ce voyage1. Les occasions de réaliser l'image de l'empereur sont, à vrai dire, beaucoup plus limitées que cela ; et il convient de distinguer nettement, pour éviter toute erreur d'interprétation, entre circonstances générales – à l'échelle de l'Empire – et date de création d'un type iconographique spécifique, d'une part, et, d'autre part, circonstances particulières – à l'échelle locale – et date d'érection d'une statue déterminée2. Je ne m'attacherai ici, en ordre principal, qu'à ces événements qui ont conduit à la création des types de l'iconographie impériale.

  • 3 Stuart 1938, 40-41 et 52-53.
  • 4 Hérodien 5.5.6-7.
  • 5 Grégoire le Grand, Registrum Epistularum, app. 8, lignes 10 sq. (éd. D. Norberg, 1982) ; cf. Grego (...)
  • 6 IGRR, III 481 = ILS, 8870 ; cf. Pekary 1985, 25 et 112-113.
  • 7 Kruse 1934, 27, 44 (d'après Zosime 4.37.3).
  • 8 Poulsen 1962, 24.
  • 9 Hausmann 1981, 548-549 ; Fittschen 1991, 164 ; Mannsperger 1991, 372 ; Boschung 1993, 61-63, 83, 8 (...)
  • 10 Cf. Boschung 1993, 85 (“auf dem Seeweg importiert”).

2C'est tout d'abord, et bien évidemment, l'avènement, qui implique la diffusion dans tout l'Empire, par la monnaie comme en ronde-bosse – les deux, on le sait, sont liées –, du portrait du nouvel empereur. Le phénomène n'est attesté par les textes qu'à partir du ive siècle mais il est clair qu'il remonte plus haut, au tout début du Principat. Meriwether Stuart a montré en effet, dès 1938, dans ses études préliminaires à la monographie qu'il préparait sur les portraits de Claude, que la majorité des bases inscrites susceptibles d'avoir porté une statue de l'empereur dataient de ce moment (46,5 % des inscriptions datables)3. Le premier souci d'un nouvel empereur n'est-il pas de se faire connaître, et donc de répandre son portrait dans l'ensemble des provinces ? Hérodien rapporte qu'Héliogabale, peu après sa proclamation par les soldats de la legio III Gallica dans le camp de Raphanée, fit envoyer à Rome une image qui le représentait en prêtre de Sol Elagabal devant son dieu et ordonna de la placer dans la Curie, afin que tout le monde pût se familiariser avec cette nouvelle divinité et son principal desservant4. Il se trouvait alors à Antioche ; c'est donc de Syrie que vint l'“Urbild” de l'empereur que le Sénat venait à son tour de reconnaître à la mort de Macrin. En novembre 602 encore, après son accession au trône, Phocas envoya à Rome un portrait de lui et de sa femme Leontia, portrait qui y arriva le 25 avril de l'année suivante et fut acclamé par le clergé et les hauts dignitaires dans le palais du Latran : une lettre du pape Grégoire le Grand5 y fait écho avec quelque détail. En fait, dès le milieu du iiie siècle au moins, l'arrivée de l'image officielle du nouvel empereur dans une province était fêtée avec éclat, comme en témoigne une inscription d'Oinoanda, en Lycie, relative aux combats d'amphithéâtre qui y furent donnés le 9 novembre (sans doute de l'année 253), “le jour où arriva l'image sacrée de notre maître Valérien (sans doute Valérien père), le nouvel Auguste”, image qu'accompagnait un certain Valerius Statilius Castus, praepositus uexillationum de rang équestre, qui séjourna douze jours dans la ville et fut honoré à cette occasion par le Conseil, le Peuple et la Gérousie6. Le nom technique d'envoyés de ce genre apparaît à plusieurs reprises dans les textes de loi des ive et ve siècles fixant certaines modalités du cérémonial : c'est le gerulus, étymologiquement le “porteur”, le courrier, qui semble parfois avoir fait partie de l'officium du préfet du prétoire7. Ces portraits officiels viennent évidemment du “centre du pouvoir”, de Rome donc, le plus généralement, mais aussi – et on le comprendra aisément – de toute autre ville où pouvait se trouver l'empereur au moment de son avènement, pour autant qu'il s'agît d'un centre artistique – ce qui était le cas pour Antioche d'où vint l'image d'Héliogabale évoquée ci-dessus. On a dès lors pu se demander, par exemple, si le “type La Alcudia” – autrefois appelé “type d'Actium” – de l'iconographie du futur Auguste n'avait pas été créé en Orient (et plus particulièrement en Grèce), le jeune Octave s'étant attardé près d'un an et demi en Méditerranée orientale après la bataille décisive sur Marc Antoine8 ; mais c'est à Rome même que la plupart des chercheurs s'accordent aujourd'hui à en situer l'origine9. Dans toute la mesure du possible, l'envoi aux principales villes du monde romain a dû se faire par mer et c'est peut-être une de ces premières effigies diffusées en Occident que la belle tête colossale retrouvée au large de Fos-sur-Mer, dans le canal de Martigues, en 198710 (fig. 1).

Fig. 1 : Tête d’Octave, prov. de Fos-sur-Mer (Arles, Musée de l’Arles antique, cl. Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, CNRS, Foliot, 155258).

  • 11 Cf. Leibundgut-Maye 1989, 24-25 (“Ob im Zusammenhang mit dem Dakersieg von 107 oder mit den Dezenn (...)
  • 12 CIL, XII, 105 (+ add. p. 805) = ILS, 289 ; cf. Rémy et al. 1996 [CAG, 73], 92.
  • 13 Fasti Ost.
  • 14 Pour la succession de ces types et leur date, cf. Gross 1940, 75-98 ; Id. 1965, 1109-1110 ; Jucker (...)

3On se serait attendu à ce que d'importantes victoires militaires, souvent accompagnées par l'obtention d'épithètes flatteuses et l'édification d'arcs de triomphe ornés de statues, aient été d'autres moments privilégiés pour la création de nouveaux types iconographiques. Ce ne paraît pas être le cas. N'était le “type La Alcudia” de l'iconographie d'Auguste, que l'on a longtemps mis en relation avec la victoire d'Actium – mais il connotait surtout le pouvoir sans partage assumé désormais par Octave sur l'ensemble du monde romain et avait une signification plus politique que militaire –, aucun type particulier ne semble se référer à un triomphe si ce n'est peut-être pour Trajan (encore que l'on hésite à lier son type IV à un événement de ce genre plutôt qu'à la célébration des Décennales11). Mais les triomphes célébrés successivement (novembre 102 et mai/juin 107) sur les Daces ont dû susciter une certaine recrudescence des hommages dans tout l'Empire : un des rares textes explicites12, à ce jour, provient des Alpes Grées, d'Aime-en-Tarentaise, la cité des Foroclaudienses, qui érige à Trajan, entre le 10 décembre 107 et le 9 décembre 108, une statue deuictis Dacis13. Le lien entre les deux événements (triomphe et érection du monument) ne fait ici aucun doute ; le type iconographique du portrait devait être celui qui avait cours à cette date – le “Bürgerkronentypus” (103-108), ou déjà celui dit “des Décennales” (108)14 – mais non un type spécial.

  • 15 Fittschen 1982.

4Un mariage impérial et la naissance de jeunes princes sont d'autres circonstances encore qui conditionnent parfois la création d'une nouvelle effigie ; on se souviendra, à cet égard, des résultats étonnants obtenus par Kl. Fittschen dans son étude des différents types iconographiques de Faustine la Jeune15, types qui paraissent bien devoir être mis en rapport directe avec ses maternités successives : 9 types correspondant à la naissance de 11 de ses 13 enfants (ce dernier chiffre s'expliquant par la naissance de jumeaux à deux reprises).

  • 16 Gross 1940, 85-98 ; Id. 1965, 1110.
  • 17 Soechting 1972, 59-62.
  • 18 Evers 1994, 257-259 (“type Panzerbüste - Imperatori 32”).

5Les festivités d'un jubilé de règne, l'attribution et l'acceptation du titre de pater patriae s'accompagnent parfois aussi de la création d'un type iconographique nouveau. Les decennalia de Trajan16 ou de Septime Sévère17, voire ceux d'Hadrien18, en sont de bons exemples, qui se signalent par des œuvres capitales au regard de l'évolution typologique et/ou stylistique.

  • 19 Gross 1940, 113-115, 132 no 74, pl. 33-35 ; Id. 1965, 1111.
  • 20 Boschung 1993, 141-142 no 70 (“wohl tiberisch”), pl. 102.1-3
  • 21 Ibid., 121-122 no 29 (“tiberisch bis claudisch”), pl. 18.4-5 et 19.1-4. La provenance d'Eauze (Ger (...)

6Au décès d'un empereur, son éventuelle consécration comme diuus par le Sénat peut aussi conduire à la création d'un ultime portrait ; c'est ce que l'on observe en tout cas pour Trajan19. Mais l'effigie très vraisemblablement posthume d'Auguste mise au jour dans le théâtre d'Arles20 ou celle d'Eauze (fig. 11), datable peut-être du règne de Claude21, reprenaient tout simplement le “type Prima Porta”, le plus courant et le plus longuement utilisé de l'iconographie du princeps, la multiplication des types iconographiques n'étant pas encore courante au début de l'Empire.

  • 22 Rose 1997 ; Boschung 2002.
  • 23 CIL, X, 8035 ; cf. Hurlet 1997, 461-462 et 594 no 122 ; Rose 1997, 81-82 no 2 ; Boschung 2002, 154 (...)
  • 24 CIL, II, 1528 ; cf. Hurlet 1997, 460-461 et 595-596 no 126 et 131 ; Boschung 2002, 154 no 9.
  • 25 CIL, XI, 3040 ; cf. Hurlet 1997, 450 et 581 no 51 ; Rose 1997, 99 no 27 ; Boschung 2002, 154 no 15
  • 26 CIL, XI, 3304-3305 ; cf. Hurlet 1997, 450-451, 576 no 19-20 et 640 ; Rose 1997, 88 no 10 ; Boschun (...)
  • 27 CIL, V, 6834-6835 ; cf. Boschung 2002, 154 no 16.
  • 28 CIL, VI, 897-898 ; ILS, 131, 132 ; cf. Hurlet 1997, 449-450 et 573 no 1-2 ; Rose 1997, 106-107 no  (...)
  • 29 Hurlet 1997, 459-460 et fig. 9 ; Rose 1997, 133-134 no 61, pl. XII A et B ; Boschung 2002, 159.
  • 30 Pour cette notion, essentielle dans l'étude du portrait romain, cf. Massner 1982 – mais avec d'aut (...)
  • 31 Zanker 1973, 47, pl. 36a ; Pollini 1987, 95 no 1, pl. 3.1.
  • 32 AE, 1946, 175 ; cf. Fuchs 1987, 24 no B II 1-2 ; Rose 1997, 86-87 no 6 ; Boschung 2002, 85 no 24.4 (...)
  • 33 Boschung 2002, 81 et 155.
  • 34 ILS, 137.
  • 35 Vassileiou 1982, 119-130 ; AE, 1982, 715 ; cf. Hurlet 1997, 481.

7Au sein de la domus Augusta, qui s'affiche volontiers, dès ce moment, dans d'innombrables groupes statuaires qui viennent d'être réexaminés par Ch. Br. Rose et D. Boschung22, l'association de jeunes princes à l'Empire a entraîné, en revanche, une constante adaptation aux circonstances et aux choix politiques – qui furent autant de moments clés également. C. et L. César, les futurs dédicataires de la Maison Carrée de Nimes, apparaissaient ainsi très tôt, dès les années 12-9 a.C., à Aleria (Corse)23 et Ulia (Bétique)24 ; plus tard à Bomarzo25 et Forum Clodii26 (Latium), Aoste27 et Rome28, mais aussi à Saragosse29, comme tend à le montrer une émission monétaire de la colonie. Caius, futurus Augusti successor (CIL, XI. 1, 1420), se distingue de son jeune frère par un extraordinaire phénomène d'“Angleichung”30 de sa coiffure au schéma de celle d'Auguste (une belle tête de Pesaro31 en fournit, à côté d'une des célèbres statues de Corinthe, le meilleur exemple occidental). À la mort de Caius, qui faisait suite à celle de Lucius deux ans plus tôt, nombreux furent aussi les honneurs, dans tout l'Empire, comme en témoignent un passage du fameux décret reçu à Pise (CIL, XI, 1421) et plusieurs inscriptions ou portraits découverts dans les théâtres de Cassino32 et de Mérida33 et, peut-être, à Acerrae près de Plaisance34 et à Reims35.

  • 36 Balty & Cazes 1995, 71-93, no 5-7, fig. 63-84 passim ; Rose 1997, 126-128 no 52, pl. 158-165 ; Bos (...)
  • 37 García y Bellido 1966, 481-494 ; Balty 1988, 42 et fig. 7-9 ; Rose 1997, 132 no 59, pl. 171-173 ; (...)
  • 38 Bonacasa 1964, 35 no 37 et 41-42 no 46-47, pl. XVII. 1-2 et XXI. 1-4 ; Balty 1988, 42 et fig. 10-1 (...)
  • 39 Rose 1997, 130 no 56 ; Boschung 2002, 156 no 49
  • 40 Tac., Ann., 2.64.
  • 41 Tac., Ann., 2.83.4 et CIL, VI, 31.200 B. II. 10 ; cf. Rose 1997, 110-111 no 38.
  • 42 CIL, VI, 6909-6910 ; cf. Rose no 39.
  • 43 Hesberg 1990, 109-116 ; cf. Rose 119 no 46 ; Boschung 2002, 97 et 156 no 53.
  • 44 En dernier lieu, Boschung 2002, 8-21, pl. 2-3, 5-11 et Beil. 1.

8Une génération plus tard, Germanicus et Drusus le Jeune, co-régents sous le règne de Tibère, se retrouvent soit avec l'empereur, soit avec Livie – toujours en vie –, voire avec le diuus Augustus, dans des ensembles comme ceux de Béziers36 – au moment de la réactualisation d'un groupe dynastique antérieur –, de Medina Sidonia37 (fig. 2-4), près de Cadix, ou de Centuripe38 (fig. 5-7), en Sicile. Ils figuraient aussi à l'attique de l'arc de Saintes39, qui n'en conserve plus que les dédicaces datées de 18-19, c'est-à-dire contemporaines de l'érection des arcs du Forum d'Auguste à Rome, elle-même consécutive au triomphe des deux princes en Arménie et en Illyrie40. Le décès prématuré de ces successeurs désignés et leur héroïsation entraînèrent, de la même façon, et dans toutes les provinces, commémorations et hommages dont nous avons également la trace : on se bornera à citer, à Rome, les imagines clipeatae d'un portique voisin du temple d'Apollon sur le Palatin41 ou les statues érigées par les 35 tribus de la plèbe42, à Spolète, la re-dédicace d'un arc ouvrant sur le forum43, à Lepcis Magna, les statues colossales d'un énorme groupe, deux fois grandeur nature, installé sur les rostres du temple d'Auguste et de Rome44.

  • 45 CIL, X, 7939 ; cf. Fittschen 1999, 108 no 1.
  • 46 AE, 1940, 62 ; cf. Fittschen 1999, 110 no 4.
  • 47 AE, 1926, 35-36 = AE, 1927, 19-20 ; cf. Fittschen 1999, 114 no 18.
  • 48 CIL, II, 1643 et II2/5, 267 ; cf. Fittschen 1999, 112-113 no 13.
  • 49 CIL, VIII, 228 = 11.319 ; ILTun, 350 ; cf. Fittschen 1999, 118 no 28.
  • 50 Pour ces portraits, cf. déjà Budde 1951 et, depuis lors, Wiggers 1971, 17-28, 97-103, pl. 1-11, 23 (...)

9Il en ira de la sorte tout au long de l'Empire. L'image des jeunes Marc Aurèle et Lucius Vérus traverse tout le règne d'Antonin le Pieux, comme le montrent plusieurs inscriptions, une de Bosa45, en Sardaigne, datable d'entre 138 et 141, une d'Ostie46, datée du 25 février 143, deux bases de Djemila47, datées des années 145-147, et deux autres d'Ipocobulcola (Alcalá la Real)48 et de Sbeitla49, de date plus imprécise ; celles de Caracalla et Géta enfants, puis adolescents, couvrent l'ensemble du règne de Septime Sévère50.

Fig. 2-4 : Têtes de Drusus le Jeune, Livie et Germanicus, provenant de Medina Sidonia (Cadix, Museo Arqueológico, cl. Deutsches archäologisches Institut Madrid, P. Witte, nég. R 17-79-1, R 18-79-10 et R 16-79-1).

Fig. 5-7 : Têtes de Drusus le Jeune, Auguste et Germanicus, prov. de Centuripe (Syracuse, Museo Nazionale, cl. Soprintendenza alle Antichità, Syracuse).

  • 51 On se souviendra aussi que le seul exil de Tibère à Rhodes avait conduit les habitants de Nîmes à (...)
  • 52 Pour ce problème, cf. surtout Jucker 1981, 236-316 ; Bergmann & Zanker 1981, 317-412.
  • 53 Boschung 1987, 215 et n. 92.
  • 54 Bergmann & Zanker 1981, 335-346 no 1-9.
  • 55 Id. 1981, 335 no 1 et fig. 13a-c ; en dernier lieu, León 2001, 290-291 no 88.
  • 56 Bergmann & Zanker 1981, 343 no 7 et fig. 19.

10L'image d'un empereur qui subit la damnatio memoriae votée par le Sénat peut être détruite, purement et simplement51. De là, sans doute, les mutilations de certaines effigies de Néron, de Commode, voire de Géta. Mais, le plus souvent, elles sont retaillées aux traits du nouvel empereur52. N'a-t-on pas constaté, par exemple, que la plupart des portraits de Claude dits de l'avènement (type I, ou “type Cassel”) avaient été sculptés dans des effigies de Caligula53 ? De la même manière, nombre d'images de Vespasien ont été obtenues à partir d'indiscutables portraits de Néron, que différentes traces de leur longue chevelure dans la nuque permet d'identifier sans la moindre difficulté54. À cet égard, l'extraordinaire exemplaire d'Écija55, au Musée archéologique de Séville (fig. 8), a conservé à l'arrière, dans une zone où cela ne s'apercevait pas, les mèches tout à fait caractéristiques d'un Néron de type II (“type Cagliari”). La virtuosité avec laquelle a été opéré ce changement et la réelle qualité plastique du nouveau portrait dans les passages de plans du visage, en regard de l'inachèvement même de la finition à l'arrière, posent de sérieux problèmes d'atelier : on voit mal, en effet, que l'œuvre soit arrivée re-sculptée et telle quelle de Rome, car on ne pouvait savoir, j'imagine, qu'elle ne serait pas vue de trois-quarts gauche à l'endroit où elle allait être exposée. Elle ne peut donc qu'avoir été retaillée sur place, dans un atelier local dont on admirera ici le savoir-faire. Il en va de même assurément pour tous les portraits retravaillés, mais fort peu, il faut bien l'avouer, atteignent ce niveau artistique (on en jugera aisément, par exemple, en confrontant la tête d'Écija à celle de Bulla Regia56, au Musée du Bardo, celle-là de bien piètre venue (fig. 8-9). Mais cette pratique visant à retailler d'anciens portraits n'est pas limitée aux effigies d'empereurs ayant subi la damnatio memoriae ; on la rencontre également pour certains portraits de “bons empereurs”.

  • 57 Cf. Pekary 1985, 22-28.
  • 58 Balty & Cazes 1995.
  • 59 Ibid., 121.
  • 60 Fittschen & Zanker 1985, 1 no 1 (réplique no 2), Beil. 1c-d ; cf. Anti ÷ ki portret u Jugoslaviji (...)
  • 61 Zanker 1973, 13-14 no 2, pl. 1-3 ; Boschung 1993, 110 no 6, pl. 7-8.

11Si tels sont les moments privilégiés par le pouvoir pour créer et diffuser ces images et par les élites urbaines pour manifester leur attachement à la dynastie, d'autres encore ne sauraient être oubliés, qui renvoient à des événements locaux ayant pu spécialement susciter ces hommages57. Je n'en retiens ici qu'un seul, que trois exemplaires du bassin occidental de la Méditerranée autorisent à fonder, ce me semble. Republiant, il y a quelques années, avec D. Cazes58, le groupe dynastique du forum de Béziers, trouvé il y a un siècle et demi, j'ai cherché à expliquer le travail particulièrement grossier qui se remarque à l'arrière de la tête d'Octave, selon une ligne verticale qui suit en gros l'axe des oreilles, par la suppression du pan de toge qui avait fait du premier état de ce portrait une effigie uelato capite, comme plusieurs autres d'ailleurs de ces premiers types de l'iconographie d'Auguste ; et je mettais cet hommage initial du forum de Béziers, datable des années 40-30, en rapport avec la déduction de la colonia Urbs Iulia Baeterrae, en 36-35, rappelant sur ce point un commentaire de Servius selon lequel les conditores d'une ville officient ritu Gabino, id est togae parte caput uelati, parte succincti, comme le montrent de nombreuses monnaies coloniales59. J'associais, de façon plus hypothétique, deux autres effigies d'Octave représenté uelato capite à la fondation ou à la refondation de colonies de ce moment : celle d'Osor60 à la déduction de l'antique Apsorus, sur l'île de Cres, à la suite des campagnes des années 35-33 en Dalmatie ; celle de La Alcudia61, sur l'île de Majorque, à une possible refondation de l'antique Pollentia lors des Guerres Cantabriques, quelques années plus tard. Dans ces différents cas, bien évidemment, les œuvres ne peuvent être qu'importées.

Fig. 8 : Tête de Vespasien, provenant d'Ecija (Séville, Museo Arqueológico Provincial, cl. Deutsches archäologisches Institut Madrid, nég. PLF 2593).

Fig. 9 : Tête de Vespasien, prov. de Bulla Regia (Tunis, Musée du Bardo, cl. Musée du Bardo).

  • 62 Zanker 1973, 34-39 ; Fittschen 1991, 174-176.
  • 63 Zanker 1973, 45-46, pl. 33a-b ; Id. 1987, 103-105, fig. 83-84. Cf. également Massner 1982, 36-40 ( (...)
  • 64 Quint., Inst., 5.12.20.
  • 65 En dernier lieu, Evers 1994, 215-266.
  • 66 Evers 1991, 261-262.
  • 67 Fronton, Aur., 4.12.4.

12Ces portraits, créés à l'occasion d'événements marquants d'un règne, répondent, on le voit, aux options idéologiques du moment. Si l'effigie d'Octave du “type La Alcudia” s'inscrit encore dans la lignée de celles des uiri triumphales des deux derniers siècles de la République62, l'Auguste du “type Prima Porta” connote l'âge d'or, l'ordre rétabli après les Guerres civiles et démarque le classicisme du Doryphore polyclétéen dont il s'inspire (P. Zanker l'a montré avec infiniment de sensibilité et de pertinence)63. C'est donc bien à Rome qu'est conçu l'“Urbild”, le modèle originel d'argile réalisé par un sculpteur officiel sous le contrôle du prince ; et l'image sera telle que l'aura voulue celui-ci. Figurant un Auguste éternellement jeune et inchangée pendant quarante ans, celle de Prima Porta, réalisée en 27, sera reproduite jusqu'à la mort d'Auguste (à l'âge de 73 ans !), et au-delà ; c'est bien là l'Augustus, ce uir grauis et sanctus que Quintilien reconnaissait dans le Doryphore64. Mais Hadrien, uarius, multiplex, multiformis, comme le définit à merveille l'auteur de l'Epitome de Caesaribus (14.6), se fera représenter sous sept types iconographiques différents durant ses 21 années de règne65 alors que son successeur Antonin le Pieux conservera, pendant pratiquement la même période, le type iconographique adopté à son avènement66, symbole on ne peut plus clair du conservatisme que l'on s'accorde généralement à reconnaître à son règne. Plus qu'un portrait réaliste – photographique, dirions-nous aujourd'hui –, c'est l'image que l'empereur souhaitait donner de lui que véhicule le portrait impérial ; il y a lieu d'y être toujours attentif. Et les exemples d'“Angleichung” du genre de celui déjà évoqué ci-dessus pour l'effigie de C. César, dont la frange de cheveux sur le front reprend, telle une citation, celle des portraits d'Auguste du “type Prima Porta”, confirment, s'il en était besoin, la vocation éminemment politique de ces créations. Leur multiplication même est une nécessité tout aussi politique : l'image de l'empereur doit être omniprésente ; et elle le sera jusque dans les provinces les plus éloignées de Rome. Elle est aussi partout dans les villes : “tu sais”, rappelait le rhéteur Fronton à Marc Aurèle dont il avait été autrefois le précepteur67, “que tes portraits sont exposés dans tous les bureaux de change, dans toutes les échoppes, toutes les boutiques de marché, sur toutes les étagères, dans les vestibules et l'encadrement des fenêtres, où que ce soit et partout”.

  • 68 Pour la relation entre les deux, en dépit d'une réelle différence à l'origine, cf. Balty 1998, 39- (...)

13Diffusée à des centaines et sans doute à des milliers d'exemplaires, elle devait l'être de Rome vers les provinces, comme circulent les édits, les lois et toute décision administrative – que l'on songe, par exemple, au sénatus-consulte relatif aux honneurs posthumes décernés à Germanicus, dont des copies ont été retrouvées en Etrurie et en Espagne (tabula Hebana, tabula Siarensis) et surtout à l'Édit du Maximum et aux versions grecques et latines qui en ont été découvertes dans tout l'Empire. Pour ce faire, un processus de copie analogue à celui qui s'était développé depuis quelque temps pour la propagation des opera nobilia de la statuaire grecque classique68 fut bien vite adopté, dont la recherche allemande nous a appris à connaître le fonctionnement depuis au moins une génération mais qui demeure trop souvent encore méconnu ou mal utilisé dans nos pays de langue latine. C'est cependant la seule méthodologie susceptible de rendre compte du phénomène avec quelque précision.

  • 69 von Hees-Landwehr 1982 et Landwehr 1985.
  • 70 Richter 1962, 52-58 ; Vierneisel & Zanker 1979, 56-57 et Bergmann 1978, 16 fig. 15 imaginent un ty (...)
  • 71 Schmaltz 1986, 211-243, pl. 78-96.
  • 72 Soechting 1972, 83-106 et 275-282.
  • 73 Evers 1994, 293-341.
  • 74 Id. 1995.
  • 75 Duthoy 2000.

14Pour être copié dans les différentes officines chargées de produire ce portrait impérial, l'“Urbild” doit être moulé comme le furent les bronzes originaux de la sculpture grecque des ve et ive siècles – ce dont témoignent aujourd'hui les fragments de plâtre de Baïes étudiés par W.-H. Schuchhardt et Chr. Landwehr69. Et ce sont ces moulages qui en sont pris, plus durables parce que moins fragiles que lui, qui seront envoyés dans les ateliers. Ils y seront copiés par une mise aux points mécanique dont de nombreuses traces subsistent sur certaines œuvres, sous la forme de trois grosses verrues destinées à conserver un plan de référence par rapport auquel se faisaient toutes les mensurations nécessaires à l'élaboration de la copie70. Ces ateliers officiels se trouvent naturellement à Rome, du moins au début ; mais, très vite, il dut y en avoir dans d'autres régions – en particulier dans des centres artistiques de longue date habitués à reproduire en série des œuvres de sculpture (en dehors de l'Italie, on songera tout spécialement à Athènes et à l'Attique, mais aussi peut-être à certaines îles et à l'Asie Mineure) –, comme le montrent les recherches de B. Schmaltz sur certains exemplaires de portraits d'Auguste du “type Prima Porta” qui présentent un même détail de la chevelure, caractéristique mais inexistant sur les exemplaires proprement romains (“stadtrömisch”), et qui proviennent tous de la Méditerranée orientale71 ; un relais par un atelier de copistes “oriental” doit donc être reconstitué, atelier qui aura mal interprété ce détail sur le moulage venu de Rome – ou l'aura escamoté. La recherche archéologique travaille, en ce domaine de la “Kopienkritik”, comme les philologues qui établissent le stemma des manuscrits d'un texte antique pour tenter de retrouver l'aspect de l'œuvre originale : remonter des différentes répliques qui nous sont conservées à l'“Urbild”, à travers certaines têtes de série (“Leitstücke”) et, au-delà des interprétations, des variantes et des styles locaux, à ce que devaient être ces moulages présents dans toutes les officines. Or, à cet égard, beaucoup reste à faire. La recherche des caractéristiques d'ateliers n'en est encore qu'à ses débuts. Au véritable travail de pionnier que fut la dissertation de D. Soechting sur les portraits de Septime Sévère72, s'ajoutent aujourd'hui le livre de C. Evers sur ceux d'Hadrien73 et sa thèse encore inédite sur les portraits des Antonins74, voire certains chapitres de la thèse également inédite de Fr. Duthoy75. Dans la production de Rome, cinq officines au moins ont ainsi pu être repérées, dont la manière de faire et les “tics d'atelier” sont suffisamment clairs et suffisamment récurrents pour autoriser des regroupements et permettre parfois d'identifier certaines mains.

  • 76 Gross 1962, 110.
  • 77 Trillmich 1974b, 691.
  • 78 Massner 1982, 79.
  • 79 Hausmann 1985, 212 n. 8.
  • 80 Balty & Cazes 1995, 123
  • 81 Ibid.
  • 82 Faedo 1994, 599 (et fig. 4).
  • 83 Balty & Cazes 1995, 124.
  • 84 Boschung 1993, 86.
  • 85 Rosso 2005.
  • 86 Ibid.

15Caractériser la production locale est infiniment plus difficile, en raison notamment des trop nombreuses incertitudes qui planent encore dans l'analyse des marbres blancs, qui eût été de la plus grande utilité. On se gardera donc de juger du caractère provincial de certaines œuvres à cause de leur seule médiocrité ; l'un ou l'autre atelier de Rome ne faisait pas nécessairement mieux parfois. L'exemple du remarquable groupe dynastique de Béziers en fournit un excellent exemple. L'inachèvement, à l'arrière, des portraits de Germanicus et Drusus le Jeune a longtemps conduit à considérer l'ensemble comme provincial, parce que sec ; ainsi, dans la recherche allemande ou de langue allemande, W. H. Gross, W. Trillmich, A. -K. Massner ou U. Hausmann, qui parlent volontiers de “harte, provinzielle Stil”76, de “gewissen Provinzialismen” ou de “bestimmte provinzielle Tendenz zur Generalisierung”77, de “provinzielle Machart”78 ou relèvent que “der ‘ prismatische’Lockenschnitt ist provinziell”79. J'ai pu établir, pour ma part, de véritables comparaisons entre l'Octave de Béziers et l'Octave “type La Alcudia” des Offices80, entre l'Agrippa de Béziers et ceux du Forum Boarium et de Vibo Valentia81, dont L. Faedo relevait justement, il n'y a guère, la qualité et les rapports avec la production des officines de l'Urbs82 ; le Drusus II de Béziers n'est pas éloigné de celui de Roselle ; le Germanicus, de celui de Centuripe83. Rien qui signale donc une facture provinciale, bien au contraire. Le splendide buste d'Auguste “type Prima Porta” de Martres-Tolosane (fig. 10) est, lui aussi, romain (“stadtrömisch”), de l'avis même de D. Boschung84. Et Emmanuelle Rosso, dans un ouvrage qu'elle achève, rapproche très pertinemment, à son tour, l'Auguste du théâtre d'Arles de celui du théâtre de Volterra85 et voit dans les portraits de Drusus II découverts à Agen, Nîmes et Centuripe trois œuvres caractéristiques d'un atelier qu'une légère variante dans la chevelure oblige à distinguer de celui qui réalisa l'effigie de Béziers86 mais qui était également “stadtrömisch” puisque sa production s'étendait aussi bien à l'Aquitaine et à la Narbonnaise qu'à la Sicile. On devine tout l'intérêt de recherches de ce genre, qu'il y aurait lieu de multiplier désormais.

  • 87 Boschung 1993, 86 (“sicher lokale Arbeit”) et 121-122 no 29 (“das Werk eines provinziellen Bildhau (...)
  • 88 Hausmann 1981, 584-585, fig. 37 pl. XIX.
  • 89 Zanker 1983, 39 ; Kreikenbom 1992, 224.
  • 90 Wegner 1979, 121 (“ikonographisch wertlos” !).
  • 91 Balty & Cazes 1995, 114-118, fig. 107-112.
  • 92 Espérandieu 1908, 68-69 no 965 ; Braemer 1952-1953, 147 (“marbre de Saint-Béat”).
  • 93 Evers 1995, cat. C 89 (non paginé).
  • 94 Espérandieu 1908, 414 no 1640 ; Fittschen 1999, 15 no A 27, pl. 21a-d.
  • 95 Braemer 1982, 136-137, fig. 38-39 ; Maurin et al. 1992, 31 (fig.) ; Fages 1995 (CAG, 47), 259 no 1 (...)
  • 96 Fages 1995 (CAG, 47), 193-194 no 51, fig. 133.
  • 97 Evers 1995, cat. M.A. 110 (non paginé).
  • 98 Origine confirmée grâce aux récentes recherches de Daniel Cazes, que je remercie encore de cette p (...)
  • 99 Espérandieu 1908, 69-70 no 966 et 968 ; Braemer 1969, 104-115 pl. 36-37 ; Zanker 1983, 13-14 pl. 4 (...)
  • 100 Wiggers 1971, 87 rejetait le Caracalla en ces termes : “Der Typus Alleinherrscher war für diesen K (...)
  • 101 Supra n. 67.

16L'Auguste d'Eauze (fig. 11) est-il aussi provincial qu'on l'a parfois écrit87 ? Le “réalisme celtique” qu'y retrouvait U. Hausmann88 n'est-il pas dû plutôt à une vision très globale et généralisatrice des plans, assez habituelle pour les œuvres de taille colossale ? Je le croirais plus volontiers. Une même argumentation a été autrefois utilisée pour l'Antonin le Pieux de Béziers89 (fig. 12), auquel M. Wegner déniait même toute valeur iconographique90. J'ai pu montrer, en revanche, qu'il suivait scrupuleusement le prototype officiel créé à l'avènement de l'empereur en juillet 138, et ne se ressentait d'aucun particularisme provincial, au plan du type iconographique s'entend. Car, ici, l'œuvre paraît bien être en marbre des Pyrénées, un marbre blanc à grosses veines grisâtres, très différent de celui, voire de ceux de la plupart des portraits impériaux du Haut-Empire mis au jour en Narbonnaise ou en Aquitaine ; elle est donc de production locale91. Au nombre des vingt-cinq têtes ou bustes d'empereurs ou de membres de la famille impériale découverts dans la fameuse villa de Chiragan à Martres-Tolosane, un seul, celui de Commode (fig. 15), n'est pas en marbre d'Italie – mais il n'en est pas nécessairement pour autant en marbre des Pyrénées, comme on l'a dit92 ; C. Evers le croit de Paros93. Les Marc Aurèle de Rodez94, de Nérac95 et de Castelculier96, près d'Agen, en marbre d'Italie les uns et les autres, appartiennent en revanche à la production des meilleurs ateliers de Rome (l'atelier C, d'après C. Evers97, pour le buste de Rodez, qui reproduit avec précision le même modèle que l'exemplaire du Capitole [Galleria 28], “Leitstück” de ce type I). La question d'une réelle production d'effigies impériales en Gaule, du moins à une certaine échelle, se pose donc avec acuité ; ces images demeurent rares et sont vraisemblablement limitées à des cas assez particuliers, dont il conviendrait de définir la véritable raison d'être (les exemples d'un Hadrien du type “Imperatori 32”, d'un Marc Aurèle du type III, d'un Commode du type V et d'un Caracalla du type “Alleinherrscher I”, provenant de Saint-Bertrand-de-Comminges98, tous les quatre au musée de Toulouse99 (fig. 13), sont eux aussi une exception100). La très grande majorité des images impériales destinées à un usage public ou semi-public et la plupart de celles découvertes dans les grandes villas du Sud-Ouest viennent indiscutablement de Rome. Les autres, comme ces têtes relativement frustes de Saint-Bertrand-de-Comminges, ornaient sans doute ces bureaux de change, échoppes et boutiques de marché évoqués ci-dessus, souvent “sculptées de façon grossière, vraiment misérable”, pour citer à nouveau Fronton101.

Fig. 10 : Buste d'Auguste, prov. de Martres-Tolosane (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J. Rougé, Musée Saint-Raymond).

Fig. 11 : Tête d'Auguste, prov. d'Eauze (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J. Rougé, Musée Saint-Raymond).

Fig. 12 : Tête colossale d'Antonin le Pieux, prov. de Béziers (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J.-Fr. Peiré, Musée Saint-Raymond).

  • 102 Boschung 1993, 163 no 130, pl. 74 ; Trillmich 1993, 274 (“vermutlich aus einer römischen oder ital (...)
  • 103 Koppel 1985, 91-92 no 122, pl. 52.1-4 ; Rodà 1988, 461 et fig. 10 (marbre de Paros). Contra toutef (...)
  • 104 Koppel 1985, 13-15 no 1-2, pl. 1-2 ; Rodà 1988, 451 (marbre de Paros) ; Trillmich 1993, 328 pl. 10 (...)
  • 105 Trillmich 1993, 346-347, pl. 130 ; León 2001, 276-279 no 84.
  • 106 Contra : Koppel 1985, 94-95 no 126 (“möglicherweise in einer lokalen Werkstatt angefertigt”), pl. (...)
  • 107 Evers 1994, 110-111 no 39 et 332-335 (atelier E), fig. 75-77 ; cf. Trillmich 1993, 366 (“vermutlic (...)
  • 108 Koppel 1985, 33-34 no 46 (“wahrscheinlich [...] aus einer provinziellen Werkstatt”), pl. 13.1-4 ; (...)
  • 109 L'absence de trépan et son extraordinaire différence de facture en regard du portrait de Marc Aurè (...)
  • 110 En dernier lieu, León 2001, 270-275 no 82-83 et 322-325 no 99.
  • 111 Ibid., 336-339 no 103.
  • 112 Ibid., 302-305 no 92.
  • 113 Trillmich 1993, 364 (“Mischung aus provinziellem Stil und kolossalischer Ausdruckssteigerung”), pl (...)
  • 114 Cf. les exemples retenus par Zanker 1983, 12-13 à propos de quelques portraits d'Hadrien de proven (...)
  • 115 Ibid.
  • 116 Ibid. Mais ceux-ci déjà présentent parfois, de l'un à l'autre, d'importantes différences à cet éga (...)
  • 117 Zanker 1983, 13.
  • 118 Trillmich 1974a, 201-202.
  • 119 León 2001, 19-26 et passim dans le catalogue. Pour l'identification de certains ateliers, ibid., 3 (...)
  • 120 Ibid., 242-245 no 72.
  • 121 Boschung 1993, 28-29 et 126-127 no 38, pl. 41, le note pour plusieurs détails.
  • 122 León 2001, 248-251 no 74.
  • 123 Supra n. 10.
  • 124 Trillmich 1988, 527-534.
  • 125 Supra n. 37.
  • 126 Trillmich 1993, 58-60, fig. 14-16, pl. 112-120.

17Qu'en est-il ailleurs, dans le bassin occidental de la Méditerranée, en Espagne ou en Afrique du Nord ? En Espagne et au Portugal, l'Auguste102 de Mérida, la Livie de Tarragone103 et les deux princes julio-claudiens du théâtre de la même ville104, l'extraordinaire Drusus le Jeune de Puente Genil (Cordoue)105, l'Hadrien de Tarragone106 et celui de la villa de Milreu107, le Marc Aurèle108 et le Lucius Vérus109 du forum municipal de Tarragone sortent assurément des meilleurs ateliers de Rome ; mais la Livie et les Germanicus et Drusus II de Medina Sidonia110 (fig. 3-5), l'Agrippine la Jeune de Huelva111, les Trajan de Belo112 et de Conimbriga113 ont la plupart des traits habituellement retenus comme caractéristiques des œuvres de production locale : simplification systématique des formes, en particulier des détails de la chevelure (qui va, dans certains cas, jusqu'à compliquer l'identification même du type iconographique copié114) et des détails physionomiques115, modification des proportions du visage par rapport aux modèles venus de l'Urbs116. Or tout ceci, il faut bien le reconnaître, existe aussi à Rome, où les ateliers n'accordent pas tous la même attention aux nuances d'un modelé, ni le même soin au report des points de repère ; P. Zanker117 en convenait le premier. On se gardera donc de généralisations abusives. W. Trillmich a relevé aussi, à plusieurs reprises, dans la péninsule Ibérique, une réelle tendance à l'abstraction obtenue précisément par cette simplification des formes, qui connote en effet un “Lokalstil”118 – mais peut-être tout “Lokalstil”, dans quelque province que ce soit. Dans le récent et magnifique catalogue d'une exposition tenue à Séville, P. León considérait également que le peu d'attention porté à l'arrière de ces portraits impériaux et de réelles négligences dans le rendu des mèches de la chevelure – négligences qui vont jusqu'à la suppression de certains motifs –, en somme une simplification systématique de nombre de détails par économie de travail, trahissaient, au même titre que d'évidentes contaminations typologiques, une véritable facture locale119. Je suis cependant moins sûr qu'elle que l'Auguste de Lora del Río120, si proche des “Leitstücke” du Louvre MA 1280 et de Cologne121, ou la tête colossale d'Italica122, au musée de Séville (fig. 14), qu'une technique très maîtrisée des plans de collage m'inciterait à croire “stadtrömisch” comme celle de Fos-sur-Mer123, puissent vraiment avoir été réalisées dans la Péninsule. On le voit bien, et W. Trillmich l'avait noté dès ses premiers travaux, l'Espagne se caractérise, en matière de portrait impérial, par une étroite dépendance des ateliers romains124 – ce qui rend d'autant plus difficile toute tentative d'isoler et d'identifier des ateliers locaux. Ceux-ci, dont l'existence, dès l'époque d'Auguste ou de Tibère, ne saurait pourtant être mise en doute (que l'on pense au groupe de Medina Sidonia125), semblent s'être surtout développés au iie siècle avec la multiplication des portraits privés126 et, bien sûr, l'arrivée au pouvoir d'empereurs originaires d'Espagne, qui va de pair avec une réelle explosion du nombre de dédicaces aux Antonins durant cette longue période de paix et de prospérité dans l'Empire. Mais, sur ce point aussi, les autres provinces ne présentent pas un tableau très différent ; c'est exactement ce que l'on rencontre en Afrique, par exemple, où cet “âge d'or” se prolonge même, avec les Sévères, durant une génération encore.

  • 127 Baratte 1983, 785-815.
  • 128 Ibid., 812.
  • 129 Ibid., 813.
  • 130 Pour une bonne photographie, cf. Leschi 1952, 154 (fig.).
  • 131 Baratte 1983, 814.

18Pour l'Afrique du Nord précisément, rares sont, à ce jour, les propositions qui aient été faites sur la provenance des effigies impériales découvertes. J'en signalerai deux qui me paraissent véritablement intéressantes pour notre propos. Reprenant, il y a quelques années, l'examen du groupe d'œuvres mises au jour à Markouna (Algérie) et aujourd'hui au Louvre127, Fr. Baratte reconnaissait aisément que “ni le portrait de Faustine [la Jeune], ni celui de Lucius Verus ne diffèrent des productions des ateliers de l'Urbs, ni pour le style, ni pour la technique utilisée. [...] Les deux portraits de Commode (fig. 16) et de Septime Sévère (fig. 17) ne s'écartent pas non plus fondamentalement des productions romaines : on retiendra notamment leur fidélité iconographique, presque mèche à mèche, aux types officiels”128 ; mais il remarquait aussi : “il existe en Numidie ou sur son pourtour immédiat des œuvres dont les caractéristiques ne sont pas très éloignées”129, qu'il s'agisse du Jupiter de Sétif130 auquel il se référait pour le travail très particulier de la chevelure et de la barbe – que l'on rapprocherait de celui des têtes de Commode et de Septime Sévère de Markouna – ou de certaines stèles à Saturne, de production très locale, où Fr. Baratte relève un “même souci expressionniste”131.

Fig. 13 : Têtes d'Hadrien et de Caracalla, prov. de Saint-Bertrand-de-Comminges (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J.-Fr. Peiré, Musée Saint-Raymond).

Fig. 14 : Tête d'Auguste, prov. d'Italica (Séville, Museo Arqueológico Provincial, cl. Deutsches archäologisches Institut Madrid, nég. PLF 2598).

Fig. 15 : Buste de Commode, type III, prov. de Martres-Tolosane (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, CNRS, Chéné-Foliot).

  • 132 Boschung 1993, 86-87.
  • 133 En dernier lieu, Boschung 2002, 8 no 1.5-6, pl. 5.1-4.
  • 134 Ceux de Mentana (Boschung 2002, 63 no 16.1-2, pl. 39.1-4), de Centuripe (supra n. 38) ou de Bézier (...)
  • 135 Boschung 1993, 85.

19Pour une tout autre région, la Tripolitaine, et pour une période plus haute, le règne de Tibère, D. Boschung notait plus récemment, dans le groupe dynastique de Lepcis Magna, combien l'acrolithe d'Auguste rappelle le portrait d'une statue du même empereur mise au jour à Thessalonique, au point de l'attribuer lui aussi à un atelier grec132. La confrontation est, en effet, frappante et cette proposition d'attribuer à un atelier déterminé, rare dans tout le livre de Boschung, s'avère d'autant plus intéressante à mes yeux que la facture des Germanicus et Drusus II du même groupe133, si différente de celle des portraits “stadtrömisch” les plus assurés134, invite sans conteste à tourner les regards vers d'autres centres de production. Mais le même D. Boschung attribuait à un atelier de Rome l'Octave de “type La Alcudia” du même site135, ce que je lui accorde volontiers. Non loin de la Cyrénaïque de langue et de tradition grecques et géographiquement aussi proche d'Athènes que de Rome, Lepcis Magna aurait-elle été approvisionnée par les deux principaux centres artistiques de la Méditerranée, du moins au tout début de l'Empire ? C'est ce qu'on serait alors tenté de penser.

  • 136 Fittschen 1987, 213, pl. 7.28.
  • 137 Leschi 1952, p. 15 (fig.) ; Daltrop et al. (1966), 14 (“Es steht in stadtrömischer Tradition und i (...)
  • 138 Evers 1994, 191-192 no 142 (“rien dans le travail ne trahit le moindre provincialisme”), ill. 20.
  • 139 Ibid., 152 no 91 (“il me paraît difficile de ne pas y voir le travail d'un atelier romain”).
  • 140 Contra cependant : Zanker 1983, 13, pl. 3.2-4-6. Evers 1994, 183 no 133, demeure assez hésitante ( (...)
  • 141 Mazard & Leglay 1958, 42-44 et fig. 30 ; Algérie antique 2003, 83 no 30 (“produit d'un bon atelier (...)
  • 142 Evers 1995, cat. A. P. 22 (non paginé).
  • 143 Ibid., cat. A. P. 83 (non paginé).
  • 144 Fittschen 1999, 23 no B13, pl. 34c-d et 32, 35 no C5 (“Arbeit aus Italien”), pl. 63a-d.
  • 145 Balty 1972, 632-633 no 3, pl. 3.1-3.

20Ailleurs en Afrique, l'approvisionnement se fait essentiellement au départ de Rome et de l'Italie. Le Germanicus du Kef136 ou le magnifique Vespasien d'Hippone137 comptent au nombre des meilleures productions des ateliers de l'Urbs. L'Hadrien du Musée du Bardo C 1129138, de provenance malheureusement imprécisée, et celui de Skikda (Philippeville)139 sont très vraisemblablement aussi “stadtrömisch”, comme pourrait l'être celui d'El Djem140, au musée de Sousse, qui, en partie inachevé, porte encore de nombreuses traces de points de repère. L'Antonin le Pieux de Tébessa141, au musée de Constantine, a été attribué par C. Evers à son atelier B142, celui de Skikda pourrait avoir été exécuté dans l'atelier C143. Les Marc Aurèle et Lucius Vérus jeunes de Carthage sont très certainement aussi de facture “stadtrömisch”144, comme l'est le Septime Sévère de Gouraya145 (fig. 18), au Musée du Bardo, dans la meilleure tradition des ateliers de l'Urbs.

Fig. 16 : Tête de Commode, type V, prov. de Markouna (Paris, Musée du Louvre, cl. Musée du Louvre, Département des antiquités grecques et romaines).

Fig. 17 : Tête de Septime Sévère, prov. de Markouna (Paris, Musée du Louvre, cl. Deutsches archäologisches Institut Rome, nég. 40.344).

  • 146 Zanker 1983, 32-33, pl. 19-20.1-3.
  • 147 Merlin 1915, CLVII, pl. 21 (erronément identifié comme Hadrien) ; Evers 1995, cat. A.P. 127 (non p (...)
  • 148 Mazard & Leglay 1958, 44-45, fig. 32.
  • 149 Tunisie 1995, 35 (fig.).
  • 150 McCann 1968, 174 no 88, pl. 77 ; Foucher 1970, 202, pl. 3.13 ; Soechting 1972, 180 no 68 (“sehr sc (...)
  • 151 Leschi 1952, 26 (fig.) ; McCann 1968, 182 no 102, pl. 87 ; Foucher 1970, 203, pl. 4.17 ; Soechting (...)
  • 152 Soechting 1972, 190 no 82, pl. 9c.
  • 153 McCann 1968, 176-177 no 94, pl. 80 ; Foucher 1970, 202, pl. 4.14 ; Soechting 1972, 214 no 119 (“in (...)
  • 154 Foucher 1970, 203-204 ; Baratte 1983, 814-815.

21Mais les œuvres locales ne manquent pas non plus, à commencer par les statues assises de Marc Aurèle et Lucius Vérus du théâtre de Bulla Regia, déjà signalées par P. Zanker146 ; on y joindra l'Antonin le Pieux de Thuburbo Maius147, au Musée du Bardo, les Lucius Vérus de Gouraya148, au musée d'Alger, et d'Utique149, au Musée du Bardo, les Septime Sévère de Khamissa150 et de Madaure151 (fig. 20), au musée de Guelma, de Mactar152 et de Chaoud el-Battan153 (fig. 19), toujours au Bardo, et bien d'autres portraits encore qu'il ne saurait être question d'énumérer. Aucun indice ne permet malheureusement, jusqu'ici, de préciser où étaient situées ces officines africaines154.

  • 155 Cf. notamment Fittschen 1971, 229-230 et n. 63 à propos de portraits de Lucius Vérus et, de façon (...)
  • 156 Zanker 1983, 21-25. On ne manquera pas de se reporter aussi aux nombreuses indications fournies pa (...)
  • 157 Jucker 1981b et 1983 ; Kiss 1984.
  • 158 Alvarez & Bru de Sala 1983, 158-162 ; Alvarez & Mayer 1983, 303-310 ; Mayer et al. 1987, 516-519 ; (...)
  • 159 Je dois l'illustration de cet article à l'amitié de François Baratte (Paris), Nicola Bonacasa (Pal (...)

22De bout en bout, on l'aura compris, la diffusion du portrait officiel s'est faite à partir de Rome ; mais au fur et à mesure que l'hommage rendu aux empereurs s'amplifia et se diversifia, un certain nombre d'ateliers prirent le relais, qui constituent autant de niveaux d'interférences supplémentaires dans la transmission exacte des modèles. Or, si les ateliers de Grèce155, d'Asie Mineure156 ou d'Égypte157 sont assez aisément reconnaissables, en raison de leur longue tradition de sculpture et d'un matériau qui nous est mieux connu et se laisse assez commodément identifier, ceux des provinces occidentales n'ont fait l'objet, jusqu'ici, que de bien timides approches. L'identification des marbres n'en est, dans cette partie de l'Empire, qu'à ses débuts, en dépit de quelques tentatives méritoires en Catalogne et dans la haute vallée de la Garonne158. Elle seule ne rendra cependant pas compte de tout et rien ne remplacera l'analyse technique des œuvres que de trop rares travaux de pionniers ont tentée à ce jour159.

Fig. 18 : Tête de Septime Sévère, prov. de Gouraya (Tunis, Musée du Bardo, cl. Louis Poinssot).

Fig. 19 : Tête de Septime Sévère, prov. de Chaoud el-Battan (Tunis, Musée du Bardo, cl. Musée du Bardo).

Fig. 20 : Tête de Septime Sévère, prov. de Madaure (Guelma, Musée, cl. Marcel Bovis).

Bibliographie

Bibliographie

Algérie antique(2003) : Algérie antique (cat. expos.), Arles.

Álvarez, A. et E. Bru de Sala (1983) : “Materials locals utilizats a Empuries en época greco-romana”, Informacio arqueologica, 41, 158-162.

Álvarez, A. et M. Mayer (1983) : “Materiales lapídeos de origen local utilizados en época romana en la costa sur del litoral catalán”, in : Actas del VI congreso español de estudios clásicos (Sevilla, 1981), t. 2, Madrid, 303-310.

Antiški portret u Jugoslaviji (1987) : Antiški portret u Jugoslaviji. Classical Portraits in Yugoslavia, cat. expos. Belgrade - Skopje - Zagreb - Split - Ljubljana, Belgrade.

Antike Porträts aus Jugoslawien (1988) : Antike Porträts aus Jugoslawien (cat. expos.), Francfort.

Balty, J. Ch. (1972) : “Notes d'iconographie sévérienne”, AC, 41, 623-642.

——— (1988) : “Groupes statuaires impériaux et privés de l’époque julio-claudienne”, in : Quaderni de la Ricerca scientifica. Ritratto ufficiale e ritratto privato. Atti della II Conferenza Internazionale sul Ritratto Romano (Roma, 1984), Rome, 31-46.

——— (1998) : “Statuaire grecque, portraits romains : le problème des copies”, Diogène, 183, 39-55.

Balty, J.-Ch. et D. Cazes (1995) : Portraits impériaux de Béziers. Le groupe statuaire du forum, Toulouse.

Baratte, Fr. (1983) : “Les portraits impériaux de Markouna et la sculpture romaine officielle dans l'Afrique romaine”, MEFRA, 95, 785-815.

Bergmann, M. (1978) : Marc Aurel, Liebieghaus Monographie 2, Francfort.

Bergmann, M. et P. Zanker (1981) : “Damnatio memoriae. Umgearbeitete Nero-und Domitiansporträts. Zur Ikonographie der flavischen Kaiser und des Nerva”, JDAI, 96, 317-412.

Binder, G. (1997) : Saeculum Augustum, III. Kunst und Bildersprache, Darmstadt.

Bonamente, G. et M. P. Segolini, éd. (1987) : Germanico. La persona, la personalità, il personaggio. Atti del Convegno (Macerata-Perugia, 1986), Rome.

Boschung, D. (1987) : “Römische Glasphalerae mit Porträtbüsten”, BJ, 187, 193-258.

——— (1993) : Die Bildnisse des Augustus, Das römische Herrscherbild, I. 2, Berlin.

——— (2002) : Gens Augusta. Untersuchungen zu Aufstellung, Wirkung und Bedeutung der Statuengruppen des julisch-claudischen Kaiserhauses, Monumenta artis Romanae 32, Mayence.

Bost, J.-P., F. Tassaux et J.-M. Roddaz, éd. (2003) : Itinéraire de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Ausonius Mémoires 9, Bordeaux.

Braemer, Fr. (1982) : “L'ornementation des établissements ruraux de l'Aquitaine méridionale pendant le Haut-Empire et la basse Antiquité”, in : 104e Congrès national des Sociétés savantes (Bordeaux, 1979), Archéologie, Paris, 103-146.

——— (1952-1953) : “Les portraits antiques trouvés à Martres Tolosane”, BSAF, 143-148.

——— (1969) : “Un groupe de portraits de la vallée de la Garonne en marbre de Carrare”, in : Hommages à Marcel Renard, Latomus 103, Bruxelles, 104-115.

Budde, L. (1951) : Jugendbildnisse des Caracalla und Geta, Munster.

Cazes, D. (2003) : “L'identification au Musée Saint-Raymond, Musée des antiques de Toulouse, d'un portrait d'Auguste découvert à Éauze”, in : Bost et al. 2003, 13-18.

Daltrop, G., U. Hausmann et M. Wegner (1966) : Die Flavier. Vespasian - Titus - Domitian - Nerva - Julia Titi - Domitilla – Domitia, Das römische Herrscherbild II. 1, Berlin.

Duthoy, Fr. (2000) : Commandes de sculptures et production des ateliers en Italie au iie siècle après J.-C., thèse de doctorat inédite, Paris.

Espérandieu, E. (1908) : Recueil général des bas-reliefs de la Gaule, II. Aquitaine, Paris.

Evers, C. (1991) : “Propagande impériale et portraits officiels. Le type de l'adoption d'Antonin le Pieux”, MDAI(R), 98, 249-262.

——— (1994) : Les portraits d'Hadrien. Typologie et ateliers, Bruxelles.

——— (1995) : Recherches sur les ateliers officiels de sculpture à Rome sous les Antonins : les portraits d'empereurs, Bruxelles.

Faedo, L. (1994) : “Aspetti della cultura figurativa in età romana”, in : Settis 1994, 595-652.

Fages, Br. (1995) : CAG, 47, Le Lot-et-Garonne, Paris.

Fittschen, Kl. (1971) : “Zum angeblichen Bildnis des Lucius Verus im Thermen-Museum”, JDAI, 86, 214-252.

——— (1982) : Die Bildnistypen der Faustina Minor und die Fecunditas Augustae, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, Phil.-Hist. Kl., 3e sér. 126, Göttingen.

——— (1987) : “I ritratti di Germanico”, in : Bonamente & Segoloni 1987, 205-218.

——— (1991) : “Die Bildnisse des Augustus”, in : Binder 1991, 149-186.

——— (1999) : Prinzenbildnisse antoninischer Zeit, Beiträge zur Erschliessung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur 18, Mayence.

Fittschen, Kl. et P. Zanker (1985) : Katalog der römischen Porträts in den Capitolinischen Museen und den anderen kommunalen Sammlungen der Stadt Rom, I. Kaiser und Prinzenbildnisse, Beiträge zur Erschliessung hellenistischer und kaiserzeitlicher Skulptur und Architektur 3, Mayence.

Foucher, L. (1970) : “Sur les portraits africains de Septime Sévère”, BCTH, nouv. sér. 6, 199-204.

Fuchs, M. (1987) : Untersuchungen zur Ausstattung römischer Theater in Italien und den Westprovinzen des Imperium Romanum, Mayence.

García y Bellido, A. (1949) : Esculturas romanas de España y Portugal, Madrid.

——— (1966) : “Los retratos de Livia, Drusus Minor y Germanicus de Medina Sidonia”, in : Mélanges André Piganiol, I, Paris, 481-494.

Gregorovius, F. (1953-1957) : Geschichte der Stadt Rom im Mittelalter. Vom V. bis zum XVI. Jahrhundert, Darmstadt (rééd. Deutscher Taschenbuch Verlag, Munich, 1978).

Gross, W. H. (1940) : Bildnisse Traians, Das römische Herrscherbild, II. 2, Berlin.

——— (1962) : Iulia Augusta. Untersuchungen zur Grundlegung einer Livia-Ikonographie, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, Phil.-Hist. Kl., 3e sér. 52, Göttingen.

——— (1965) : “Bildnisse Traians”, in : RE, suppl. X, s.v. “Ulpius 1a”, Stuttgart, 1102-1113.

Hausmann, U. (1981) : “Zur Typologie und Ideologie des Augustusporträts”, ANRW, II. 12.2, 513-598.

——— (1985) : “Bemerkungen zum ‘ dritten’Porträt-Typus des Tiberius”, Quaderni ticinesi, 14, 211-230.

Hesberg, H. von (1990) : “Zur Datierung des römischen Ehrenbogens am Forum von Spoleto”, KJb, 23, 109-116.

Hurlet, Fr. (1997) : Les collègues du prince sous Auguste et Tibère. De la légalité républicaine à la légitimité dynastique, Coll. EFR 227, Rome.

——— (2000) : “Pouvoir des images, images du pouvoir impérial. La province d'Afrique aux deux premiers siècles de notre ère”, MEFRA, 112, 297-364.

Inan, J. et E. Rosenbaum (1966) : Roman and Early Byzantine Portrait Sculpture, Londres.

Inan, J. et E. Alföldi-Rosenbaum (1979) : Römische und frühbyzantinische Porträtplastik aus der Türkei. Neue Funde, Mayence.

Jucker, H. (1981a) : “Iulisch-claudische Kaiser-und Prinzenporträts als ‘Palimpseste’”, JDAI, 96, 236-316.

——— (1981b) : “Römische Herrscherbildnisse aus Ägypten”, ANRW, II. 12.2, 667-725.

——— (1983) : “Marmorporträts aus dem römischen Ägypten”, in : Das römisch-byzantinische Ägypten, Aegyptiaca Treverensia. Trierer Studien zum griechisch-römischen Ägypten 2, Mayence, 139-149.

——— (1984) : “Trajanstudien. Zu einem chalzedonbüstchen im Antikenmuseum”, JBerlM, 17-78.

Jucker, I. (1995) : Skulpturen der Antiken-Sammlung Ennetwies, Monumenta artis Romanae 25, Mayence.

Kiss, Zs. (1984) : Études sur le portrait impérial romain en Égypte, Travaux du Centre d'archéologie méditerranéenne de l'Académie polonaise des Sciences 23, Varsovie.

Koppel, E. M. (1985) : Die römischen Skulpturen von Tarraco, Madrider Forschungen 15, Berlin.

Kreikenbom, D. (1992) : Griechische und römische Kolossalporträts bis zum späten ersten Jahrhundert n. Chr., JDAI, suppl. 27, Berlin-New York.

Kruse, H. (1934) : Studien zur offiziellen Geltung des Kaiserbildes im römischen Reiche, Paderborn.

Landwehr, Chr. (1985) : Die antiken Gipsabgüsse aus Baiae. Griechische Bronzestatuen in Abgüssen römischer Zeit, Archäologische Forschungen 14, Berlin.

Leibundgut-Maye, A. (1989) : “‘Gleichzeitigkeit des Ungleichzeitigen’. Die Stilebenen in der trajanischen Kunst und ihre Botschaft”, Antrittsvorlesungen [Johannes Gutenberg-Universität Mainz], 5, Mayence, 14-29.

León, P. (2001) : Retratos romanos de la Bética, Séville.

Les marbres blancs des Pyrénées (1995) : Les marbres blancs des Pyrénées. Approches scientifiques et historiques, Entretiens d'archéologie et d'histoire 2, Saint-Bertrand-de-Comminges.

Leschi, L. (1952) : Algérie antique, Paris.

Mannsperger, D. (1991) : “Die Münzprägung des Augustus”, in : Binder 1991, 348-399.

Massner, A.-K. (1982) : Bildnisangleichung. Untersuchungen zur Entstehungs-und Wirkungsgeschichte der Augustusporträts (43 v. Chr. - 68 n. Chr.), Das römische Herrscherbild 4, Berlin.

Maurin, L., J.-P. Bost et J.-M. Roddaz, éd. (1992) : Les racines de l'Aquitaine. Vingt siècles d'histoire d'une région, vers 1000 avant J.-C. - vers 1000 après J.-C., Bordeaux.

Mayer, M., A. Alvarez et I. Rodà (1987) : “La importación del mármol en época romana. El ejemplo de Ventimiglia y su contraposición con el litoral norte de la Tarraconense”, in : Atti del Convegno Studi Lunensi e prospettive sull'Occidente romano (Lerici, 1985), Quaderni del Centro Studi Lunensi 10-12, III, 497-523.

Mazard, J. et M. Leglay (1958) : Les portraits antiques du Musée Stéphane Gsell d'après les sculptures et les monnaies, Alger.

Merlin, A. (1915) : “Procès-verbal de la Commission d’Afrique du Nord, séance du 13 avril 1915”, BCTH, 1915, CLII-CLX.

Pekary, Th. (1985) : Das römische Kaiserbildnis in Staat, Kult und Gesellschaft dargestellt anhand der Schriftquellen, Das römische Herrscherbild III.5, Berlin.

Pfanner, M. (1989) : “Über das Herstellen von Porträts. Ein Beitrag zu Rationalisierungsmassnahmen und Produktionsmechanismen von Massenware im späten Hellenismus und in der römischen Kaiserzeit”, JDAI, 104, 157-257.

Pollini, J. (1987) : The Portraiture of Gaius and Lucius Caesar, New York.

Rémy, B., Fr. Ballet et E. Ferber (1996) : CAG, 73, La Savoie, Paris.

Richter, G. M. A. (1962) : “How were the Roman Copies of Greek Portraits made ?”, MDAI(R), 69, 52-58.

Rodà, I. (1988) : “El retrato romano en el N. E. de la Tarraconense”, in : Quaderni de la Ricerca scientifica. Ritratto ufficiale e ritratto privato. Atti della II Conferenza Internazionale sul Ritratto Romano (Roma, 1984), Rome, 453-462.

——— (1994) : “Los materiales de construcción en Hispania”, in : Actas del XIV Congreso Internacional de Arqueología Clásica (Tarragona, 1993), Tarragone, 323-334.

Rose, Ch. Br. (1997) : Dynastic Commemoration and Imperial Portraiture in the Julio-Claudian Period, Cambridge.

Rosso, E. (2005) : L'image de l'empereur en Gaule romaine. Portraits et inscriptions, Paris.

Schmaltz, B. (1986) : “Zum Augustus-Bildnis Typus Primaporta”, MDAI(R), 93, 211-243.

Settis, S. éd. (1994) : Storia della Calabria antica, II. Età italica e romana, Reggio de Calabre.

Soechting, D. (1972) : Die Porträts des Septimius Severus, Bonn.

Stuart, M. (1938) : The Portraiture of Claudius. Preliminary Studies, New York.

Trillmich, W. (1974a) : “Ein Bildnis der Agrippina Minor von Milreu/Portugal”, MDAI(M), 15, 184-202.

——— (1974b) : c.r. critique de Zanker 1973, BJb, 174, 687-693.

——— (1982) : “Ein Kopffragment in Mérida und die Bildnisse der Agrippina Minor aus den hispanischen Provinzen”, in : Homenaje a Sáenz de Buruaga, Badajoz, 109-121.

——— (1988) : “Abhängigkeit und Entfernung des hispanischen Privatporträts vom Vorbild Roms”, in : Quaderni de la Ricerca scientifica. Ritrato ufficiale e ritratto privato. Atti della II Conferenza Internazionale sul Ritratto Romano (Roma, 1984), Rome 527-534.

——— (1993) : “Hispanien und Rom aus der Sicht Roms und Hispaniens” et “Katalog”, Hispania Antiqua. Denkmäler der Römerzeit, Mayence, 41-69 et passim.

Tunisie (1995) : Tunisie. Un patrimoine inédit, Le Musée des musées. L'histoire de l'art des pays arabes, Paris.

Vassileiou, A. (1982) : “La dédicace d'un monument de Reims élevé en l'honneur de Caius et Lucius Caesar”, ZPE, 47, 119-130.

von Hees-Landwehr, Chr. (1982) : Griechische Meisterwerke in römischen Abgüssen. Der Fund von Baia. Zur Technik antiker Kopisten, (cat. expos.), Francfort.

Wegner, M. (1939) : Die Herrscherbildnisse in antoninischer Zeit, Das römische Herrscherbild II. 4, Berlin.

——— (1953) : “Römische Herrscherbildnisse des 2. Jahrh. in Spanien”, AEspA, 26, 67-90.

——— (1956) : Hadrian. Plotina. Marciana. Matidia. Sabina, Das römische Herrscherbild II. 3, Berlin.

——— (1979) : “Verzeichnis der Kaiserbildnisse von Antoninus Pius bis Commodus, I”, Boreas, 2, 87-181.

——— (1980) : “Verzeichnis der Kaiserbildnisse von Antoninus Pius bis Commodus, II”, Boreas, 3, 12-116.

Wegner, M. et H. B. Wiggers (1971) : Caracalla - Geta - Plautilla, Macrinus bis Balbinus, Das römische Herrscherbild III.1, Berlin.

Wiggers, H. B. (1971) : Caracalla - Geta - Plautilla, in : Wegner, M. et H. B. Wiggers, Caracalla - Geta - Plautilla, Macrinus bis Balbinus, Das römische Herrscherbild III.1, Berlin.

Zanker, P. (1973) : Studien zu den Augustus-Porträts, I. Der Actium-Typus, Abh. Akad. Wiss. Göttingen, Phil.-Hist. Kl., 3e sér. 85, Göttingen.

——— (1983) : Provinzielle Kaiserporträts. Zur Rezeption der Selbstdarstellung des Prinzeps, Abh. Bayer. Akad. Wiss., Phil.-Hist. Kl., nouv. sér, 90, Munich.

——— (1987) : Augustus und die Macht der Bilder, Munich.

Notes

1 Entre bien d'autres exemples de cette manière de concevoir la réalisation d'un portrait sculpté et pour s'en tenir aux seules provinces prises en considération dans cet article, cf. Wegner 1956, 57 à propos de la statue d'Hadrien du théâtre de Vaison (“Der Bildniskopf ist [...] von den stadtrömischen Bildnistypen unabhängig, so daß man darauf schließen muß, er sei auf Grund eigener Anschauung selbständig erfunden worden. Dann kann er nur anläßlich dieses einzigen Aufenthaltes des Herrschers in Südgallien gegen Ende des Jahres 121 geschaffen worden sein” [c'est moi qui souligne]) ; à la même page, l'auteur développe un même type de commentaire pour la tête du théâtre de Virunum qu'il considère également comme une “eigentümliche Bildnisschöpfung auf Grund eigener Anschauung des Bildhauers vom Aussehen Hadrians”, d'où la date proposée dans la seconde moitié de l'année 121 – qui est celle de la visite impériale dans le Norique.

2 Sur ce dernier point, cf. déjà Pekary 1985, 22-28. Pour l'Afrique plus particulièrement, et tout récemment : Hurlet 2000, 325-350.

3 Stuart 1938, 40-41 et 52-53.

4 Hérodien 5.5.6-7.

5 Grégoire le Grand, Registrum Epistularum, app. 8, lignes 10 sq. (éd. D. Norberg, 1982) ; cf. Gregorovius 1953-1957 [1978], I, 269.

6 IGRR, III 481 = ILS, 8870 ; cf. Pekary 1985, 25 et 112-113.

7 Kruse 1934, 27, 44 (d'après Zosime 4.37.3).

8 Poulsen 1962, 24.

9 Hausmann 1981, 548-549 ; Fittschen 1991, 164 ; Mannsperger 1991, 372 ; Boschung 1993, 61-63, 83, 85-86 et 87 (qui met aussi en avant le grand nombre de répliques de ce type trouvées dans les provinces occidentales et leur absence quasi-totale en Orient).

10 Cf. Boschung 1993, 85 (“auf dem Seeweg importiert”).

11 Cf. Leibundgut-Maye 1989, 24-25 (“Ob im Zusammenhang mit dem Dakersieg von 107 oder mit den Dezennalien von 108 ist unklar”). Gross 1940, 85-98 et Id. 1965, 1109-1110 n'établit, quant à lui, aucune relation avec ces événements militaires ; Jucker 1984, 29-30 et 41-42 met, en revanche, les types III et IV de sa classification en rapport avec les premier et second triomphes sur les Daces.

12 CIL, XII, 105 (+ add. p. 805) = ILS, 289 ; cf. Rémy et al. 1996 [CAG, 73], 92.

13 Fasti Ost.

14 Pour la succession de ces types et leur date, cf. Gross 1940, 75-98 ; Id. 1965, 1109-1110 ; Jucker 1984, 38 et 41-42.

15 Fittschen 1982.

16 Gross 1940, 85-98 ; Id. 1965, 1110.

17 Soechting 1972, 59-62.

18 Evers 1994, 257-259 (“type Panzerbüste - Imperatori 32”).

19 Gross 1940, 113-115, 132 no 74, pl. 33-35 ; Id. 1965, 1111.

20 Boschung 1993, 141-142 no 70 (“wohl tiberisch”), pl. 102.1-3

21 Ibid., 121-122 no 29 (“tiberisch bis claudisch”), pl. 18.4-5 et 19.1-4. La provenance d'Eauze (Gers) est aujourd'hui assurée ; cf. Cazes 2003, 16-17.

22 Rose 1997 ; Boschung 2002.

23 CIL, X, 8035 ; cf. Hurlet 1997, 461-462 et 594 no 122 ; Rose 1997, 81-82 no 2 ; Boschung 2002, 154 no 10.

24 CIL, II, 1528 ; cf. Hurlet 1997, 460-461 et 595-596 no 126 et 131 ; Boschung 2002, 154 no 9.

25 CIL, XI, 3040 ; cf. Hurlet 1997, 450 et 581 no 51 ; Rose 1997, 99 no 27 ; Boschung 2002, 154 no 15.

26 CIL, XI, 3304-3305 ; cf. Hurlet 1997, 450-451, 576 no 19-20 et 640 ; Rose 1997, 88 no 10 ; Boschung 2002, 154 no 13.

27 CIL, V, 6834-6835 ; cf. Boschung 2002, 154 no 16.

28 CIL, VI, 897-898 ; ILS, 131, 132 ; cf. Hurlet 1997, 449-450 et 573 no 1-2 ; Rose 1997, 106-107 no 34 ; Boschung 2002, 154 no 17.

29 Hurlet 1997, 459-460 et fig. 9 ; Rose 1997, 133-134 no 61, pl. XII A et B ; Boschung 2002, 159.

30 Pour cette notion, essentielle dans l'étude du portrait romain, cf. Massner 1982 – mais avec d'autres prises de position, que je ne partage pas (Balty 1988, 42 n. 70), dans le cas de Caius et Lucius.

31 Zanker 1973, 47, pl. 36a ; Pollini 1987, 95 no 1, pl. 3.1.

32 AE, 1946, 175 ; cf. Fuchs 1987, 24 no B II 1-2 ; Rose 1997, 86-87 no 6 ; Boschung 2002, 85 no 24.4-5.

33 Boschung 2002, 81 et 155.

34 ILS, 137.

35 Vassileiou 1982, 119-130 ; AE, 1982, 715 ; cf. Hurlet 1997, 481.

36 Balty & Cazes 1995, 71-93, no 5-7, fig. 63-84 passim ; Rose 1997, 126-128 no 52, pl. 158-165 ; Boschung 2002, 58-61 no 13.4-6, pl. 42.2,4-43.1-4.

37 García y Bellido 1966, 481-494 ; Balty 1988, 42 et fig. 7-9 ; Rose 1997, 132 no 59, pl. 171-173 ; Boschung 2002, 132 no 48.1-3 ; León 2002, 270-275 no 82-83 et 322-325 no 99.

38 Bonacasa 1964, 35 no 37 et 41-42 no 46-47, pl. XVII. 1-2 et XXI. 1-4 ; Balty 1988, 42 et fig. 10-12 ; Rose 1997, 87 no 7, pl. 75-77 ; Boschung 2002, 57-58 no 12.1-3, pl. 38.1-4.

39 Rose 1997, 130 no 56 ; Boschung 2002, 156 no 49

40 Tac., Ann., 2.64.

41 Tac., Ann., 2.83.4 et CIL, VI, 31.200 B. II. 10 ; cf. Rose 1997, 110-111 no 38.

42 CIL, VI, 6909-6910 ; cf. Rose no 39.

43 Hesberg 1990, 109-116 ; cf. Rose 119 no 46 ; Boschung 2002, 97 et 156 no 53.

44 En dernier lieu, Boschung 2002, 8-21, pl. 2-3, 5-11 et Beil. 1.

45 CIL, X, 7939 ; cf. Fittschen 1999, 108 no 1.

46 AE, 1940, 62 ; cf. Fittschen 1999, 110 no 4.

47 AE, 1926, 35-36 = AE, 1927, 19-20 ; cf. Fittschen 1999, 114 no 18.

48 CIL, II, 1643 et II2/5, 267 ; cf. Fittschen 1999, 112-113 no 13.

49 CIL, VIII, 228 = 11.319 ; ILTun, 350 ; cf. Fittschen 1999, 118 no 28.

50 Pour ces portraits, cf. déjà Budde 1951 et, depuis lors, Wiggers 1971, 17-28, 97-103, pl. 1-11, 23a-b et

51 On se souviendra aussi que le seul exil de Tibère à Rhodes avait conduit les habitants de Nîmes à abattre ses portraits et ses statues (Suet., Tib., 13.1 : adeo ut imagines eius et statuas Nemausenses subuerterint).

52 Pour ce problème, cf. surtout Jucker 1981, 236-316 ; Bergmann & Zanker 1981, 317-412.

53 Boschung 1987, 215 et n. 92.

54 Bergmann & Zanker 1981, 335-346 no 1-9.

55 Id. 1981, 335 no 1 et fig. 13a-c ; en dernier lieu, León 2001, 290-291 no 88.

56 Bergmann & Zanker 1981, 343 no 7 et fig. 19.

57 Cf. Pekary 1985, 22-28.

58 Balty & Cazes 1995.

59 Ibid., 121.

60 Fittschen & Zanker 1985, 1 no 1 (réplique no 2), Beil. 1c-d ; cf. Anti ÷ ki portret u Jugoslaviji (1987), 44 et 140 no 34 ; Antike Porträts aus Jugoslawien (1988), 57-58 no 34.

61 Zanker 1973, 13-14 no 2, pl. 1-3 ; Boschung 1993, 110 no 6, pl. 7-8.

62 Zanker 1973, 34-39 ; Fittschen 1991, 174-176.

63 Zanker 1973, 45-46, pl. 33a-b ; Id. 1987, 103-105, fig. 83-84. Cf. également Massner 1982, 36-40 (“Der polykletisch-klassizistische Primaportatypus”) ; Fittschen 1991, 176-178.

64 Quint., Inst., 5.12.20.

65 En dernier lieu, Evers 1994, 215-266.

66 Evers 1991, 261-262.

67 Fronton, Aur., 4.12.4.

68 Pour la relation entre les deux, en dépit d'une réelle différence à l'origine, cf. Balty 1998, 39-55.

69 von Hees-Landwehr 1982 et Landwehr 1985.

70 Richter 1962, 52-58 ; Vierneisel & Zanker 1979, 56-57 et Bergmann 1978, 16 fig. 15 imaginent un type d'appareil analogue à celui qu'utilisent les sculpteurs depuis au moins la fin du xviiie siècle. Pfanner 1989, 195-200 envisage les choses d'une tout autre manière, qui ne convainc pas vraiment.

71 Schmaltz 1986, 211-243, pl. 78-96.

72 Soechting 1972, 83-106 et 275-282.

73 Evers 1994, 293-341.

74 Id. 1995.

75 Duthoy 2000.

76 Gross 1962, 110.

77 Trillmich 1974b, 691.

78 Massner 1982, 79.

79 Hausmann 1985, 212 n. 8.

80 Balty & Cazes 1995, 123

81 Ibid.

82 Faedo 1994, 599 (et fig. 4).

83 Balty & Cazes 1995, 124.

84 Boschung 1993, 86.

85 Rosso 2005.

86 Ibid.

87 Boschung 1993, 86 (“sicher lokale Arbeit”) et 121-122 no 29 (“das Werk eines provinziellen Bildhauers”).

88 Hausmann 1981, 584-585, fig. 37 pl. XIX.

89 Zanker 1983, 39 ; Kreikenbom 1992, 224.

90 Wegner 1979, 121 (“ikonographisch wertlos” !).

91 Balty & Cazes 1995, 114-118, fig. 107-112.

92 Espérandieu 1908, 68-69 no 965 ; Braemer 1952-1953, 147 (“marbre de Saint-Béat”).

93 Evers 1995, cat. C 89 (non paginé).

94 Espérandieu 1908, 414 no 1640 ; Fittschen 1999, 15 no A 27, pl. 21a-d.

95 Braemer 1982, 136-137, fig. 38-39 ; Maurin et al. 1992, 31 (fig.) ; Fages 1995 (CAG, 47), 259 no 195.8, fig. 180.

96 Fages 1995 (CAG, 47), 193-194 no 51, fig. 133.

97 Evers 1995, cat. M.A. 110 (non paginé).

98 Origine confirmée grâce aux récentes recherches de Daniel Cazes, que je remercie encore de cette précision.

99 Espérandieu 1908, 69-70 no 966 et 968 ; Braemer 1969, 104-115 pl. 36-37 ; Zanker 1983, 13-14 pl. 4.2.

100 Wiggers 1971, 87 rejetait le Caracalla en ces termes : “Der Typus Alleinherrscher war für diesen Kopf Vorbild, doch sind die typologischen Abweichungen für eine antike Wiederholung wohl zu groß. Sehr schlechte Arbeit”. Wegner 1979, 176, qui ne connaissait cependant les deux effigies impériales que par des photographies, notait déjà : “Die Abbildungen dieses Kopfes (celle de Commode, qu'il identifiait alors comme étant un portrait de Marc Aurèle) und des Caracalla-Kopfes ebendort [...] erwecken den Eindruck, als wären beide Bildnisse von derselben unbeholfenen Hand gearbeitet” ; et il condamnait les deux œuvres (“nicht vertrauenswürdig”). L'attribution typologique correcte est de Rosso 2005. Evers 1994, 189-190 no 140 a réhabilité, quant à elle, le portrait d'Hadrien que Zanker 1983, 13-14, pl. 4.2, considérait comme un simple portrait privé contemporain (“um einen Zeitgenossen Hadrians”).

101 Supra n. 67.

102 Boschung 1993, 163 no 130, pl. 74 ; Trillmich 1993, 274 (“vermutlich aus einer römischen oder italischen Werkstatt”), pl. 37.

103 Koppel 1985, 91-92 no 122, pl. 52.1-4 ; Rodà 1988, 461 et fig. 10 (marbre de Paros). Contra toutefois : Trillmich 1993, 327-328, pl. 104-105.

104 Koppel 1985, 13-15 no 1-2, pl. 1-2 ; Rodà 1988, 451 (marbre de Paros) ; Trillmich 1993, 328 pl. 106.

105 Trillmich 1993, 346-347, pl. 130 ; León 2001, 276-279 no 84.

106 Contra : Koppel 1985, 94-95 no 126 (“möglicherweise in einer lokalen Werkstatt angefertigt”), pl. 55.1-4 ; Evers 1994, 186 no 137 (“dérive clairement de pièces de l'atelier E”) pour des raisons qui ne convainquent cependant pas (“côté trop systématique du traitement des masses capillaires”).

107 Evers 1994, 110-111 no 39 et 332-335 (atelier E), fig. 75-77 ; cf. Trillmich 1993, 366 (“vermutlich [...] in einer stadtrömischen Werkstatt entstanden”), pl. 132.

108 Koppel 1985, 33-34 no 46 (“wahrscheinlich [...] aus einer provinziellen Werkstatt”), pl. 13.1-4 ; Trillmich 1993, 329-330, pl. 109 ; Jucker 1995, 32 n. 5 (“nicht provinziell, sondern [...] von einem römischen Steinmetzen gearbeitet”] ; Evers 1995, cat. M.A. 170 (non paginé : atelier C ; “typiquement ‘stadtrömisch’”) ; Fittschen 1999, 26 no B 35 et n. 175, pl. 50. a-d.

109 L'absence de trépan et son extraordinaire différence de facture en regard du portrait de Marc Aurèle ont généralement conduit à y reconnaître une œuvre provinciale (ainsi García y Bellido 1949, 37 no 27, pl. 24 ; Wegner 1980, 60-61 ; Koppel 1985, 34-35 no 47 [“unfertige Skulptur” ?], pl. 14.1-4 ; Evers 1995, cat. L.V. 106 [non paginé] ; ces mêmes constatations conduisent Fittschen 1999, 26 n. 175 à douter de l'appartenance des deux effigies à un même groupe, ce qui est assurément excessif.

110 En dernier lieu, León 2001, 270-275 no 82-83 et 322-325 no 99.

111 Ibid., 336-339 no 103.

112 Ibid., 302-305 no 92.

113 Trillmich 1993, 364 (“Mischung aus provinziellem Stil und kolossalischer Ausdruckssteigerung”), pl. 149.

114 Cf. les exemples retenus par Zanker 1983, 12-13 à propos de quelques portraits d'Hadrien de provenance africaine.

115 Ibid.

116 Ibid. Mais ceux-ci déjà présentent parfois, de l'un à l'autre, d'importantes différences à cet égard ; cf. la simple juxtaposition des deux seuls exemplaires de l'Octave du “type Béziers-Spolète” connus à ce jour : Zanker 1973, pl. 18a-b.

117 Zanker 1983, 13.

118 Trillmich 1974a, 201-202.

119 León 2001, 19-26 et passim dans le catalogue. Pour l'identification de certains ateliers, ibid., 35-39 et déjà Trillmich 1982, 120-121 et n. 40.

120 Ibid., 242-245 no 72.

121 Boschung 1993, 28-29 et 126-127 no 38, pl. 41, le note pour plusieurs détails.

122 León 2001, 248-251 no 74.

123 Supra n. 10.

124 Trillmich 1988, 527-534.

125 Supra n. 37.

126 Trillmich 1993, 58-60, fig. 14-16, pl. 112-120.

127 Baratte 1983, 785-815.

128 Ibid., 812.

129 Ibid., 813.

130 Pour une bonne photographie, cf. Leschi 1952, 154 (fig.).

131 Baratte 1983, 814.

132 Boschung 1993, 86-87.

133 En dernier lieu, Boschung 2002, 8 no 1.5-6, pl. 5.1-4.

134 Ceux de Mentana (Boschung 2002, 63 no 16.1-2, pl. 39.1-4), de Centuripe (supra n. 38) ou de Béziers (supra n. 36), par exemple.

135 Boschung 1993, 85.

136 Fittschen 1987, 213, pl. 7.28.

137 Leschi 1952, p. 15 (fig.) ; Daltrop et al. (1966), 14 (“Es steht in stadtrömischer Tradition und ist keinesfalls provinziell”), 72 et pl. 6a-b ; Algérie antique (2003), 80 no 27 (“atelier de Rome”, Fr. Baratte).

138 Evers 1994, 191-192 no 142 (“rien dans le travail ne trahit le moindre provincialisme”), ill. 20.

139 Ibid., 152 no 91 (“il me paraît difficile de ne pas y voir le travail d'un atelier romain”).

140 Contra cependant : Zanker 1983, 13, pl. 3.2-4-6. Evers 1994, 183 no 133, demeure assez hésitante (“atelier d'Afrique du Nord ?”).

141 Mazard & Leglay 1958, 42-44 et fig. 30 ; Algérie antique 2003, 83 no 30 (“produit d'un bon atelier de la ville de Rome”, Fr. Baratte) et fig.

142 Evers 1995, cat. A. P. 22 (non paginé).

143 Ibid., cat. A. P. 83 (non paginé).

144 Fittschen 1999, 23 no B13, pl. 34c-d et 32, 35 no C5 (“Arbeit aus Italien”), pl. 63a-d.

145 Balty 1972, 632-633 no 3, pl. 3.1-3.

146 Zanker 1983, 32-33, pl. 19-20.1-3.

147 Merlin 1915, CLVII, pl. 21 (erronément identifié comme Hadrien) ; Evers 1995, cat. A.P. 127 (non paginé).

148 Mazard & Leglay 1958, 44-45, fig. 32.

149 Tunisie 1995, 35 (fig.).

150 McCann 1968, 174 no 88, pl. 77 ; Foucher 1970, 202, pl. 3.13 ; Soechting 1972, 180 no 68 (“sehr schematischen und ungefügen provinziellen Porträt”).

151 Leschi 1952, 26 (fig.) ; McCann 1968, 182 no 102, pl. 87 ; Foucher 1970, 203, pl. 4.17 ; Soechting 1972, 223 no 131 (“provinzielle Kopf”).

152 Soechting 1972, 190 no 82, pl. 9c.

153 McCann 1968, 176-177 no 94, pl. 80 ; Foucher 1970, 202, pl. 4.14 ; Soechting 1972, 214 no 119 (“in Nordafrika entstanden”) ; Zanker 1983, 34, pl. 27.2.

154 Foucher 1970, 203-204 ; Baratte 1983, 814-815.

155 Cf. notamment Fittschen 1971, 229-230 et n. 63 à propos de portraits de Lucius Vérus et, de façon plus générale, les remarques de Zanker 1983, 26-29.

156 Zanker 1983, 21-25. On ne manquera pas de se reporter aussi aux nombreuses indications fournies par les deux volumes d'Inan & Rosenbaum 1966, 19-38 et Inan & Alföldi-Rosenbaum 1979, 2-3.

157 Jucker 1981b et 1983 ; Kiss 1984.

158 Alvarez & Bru de Sala 1983, 158-162 ; Alvarez & Mayer 1983, 303-310 ; Mayer et al. 1987, 516-519 ; Rodà 1994, 329-331 ; Les marbres blancs des Pyrénées 1995.

159 Je dois l'illustration de cet article à l'amitié de François Baratte (Paris), Nicola Bonacasa (Palerme), Daniel Cazes (Toulouse), Claude Poinssot (Paris) et Danièle Terrer (Aix-en-Provence), ainsi qu'à l'empressement du service photographique des Instituts archéologiques allemands de Madrid et de Rome. Qu'ils en soient, les uns et les autres, encore très vivement remerciés !

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Tête d’Octave, prov. de Fos-sur-Mer (Arles, Musée de l’Arles antique, cl. Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, CNRS, Foliot, 155258).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 2-4 : Têtes de Drusus le Jeune, Livie et Germanicus, provenant de Medina Sidonia (Cadix, Museo Arqueológico, cl. Deutsches archäologisches Institut Madrid, P. Witte, nég. R 17-79-1, R 18-79-10 et R 16-79-1).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Fig. 5-7 : Têtes de Drusus le Jeune, Auguste et Germanicus, prov. de Centuripe (Syracuse, Museo Nazionale, cl. Soprintendenza alle Antichità, Syracuse).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende Fig. 8 : Tête de Vespasien, provenant d'Ecija (Séville, Museo Arqueológico Provincial, cl. Deutsches archäologisches Institut Madrid, nég. PLF 2593).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Fig. 9 : Tête de Vespasien, prov. de Bulla Regia (Tunis, Musée du Bardo, cl. Musée du Bardo).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig. 10 : Buste d'Auguste, prov. de Martres-Tolosane (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J. Rougé, Musée Saint-Raymond).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 11 : Tête d'Auguste, prov. d'Eauze (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J. Rougé, Musée Saint-Raymond).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 12 : Tête colossale d'Antonin le Pieux, prov. de Béziers (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J.-Fr. Peiré, Musée Saint-Raymond).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 13 : Têtes d'Hadrien et de Caracalla, prov. de Saint-Bertrand-de-Comminges (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. J.-Fr. Peiré, Musée Saint-Raymond).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 14 : Tête d'Auguste, prov. d'Italica (Séville, Museo Arqueológico Provincial, cl. Deutsches archäologisches Institut Madrid, nég. PLF 2598).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 15 : Buste de Commode, type III, prov. de Martres-Tolosane (Toulouse, Musée Saint-Raymond, cl. Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, CNRS, Chéné-Foliot).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 16 : Tête de Commode, type V, prov. de Markouna (Paris, Musée du Louvre, cl. Musée du Louvre, Département des antiquités grecques et romaines).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 17 : Tête de Septime Sévère, prov. de Markouna (Paris, Musée du Louvre, cl. Deutsches archäologisches Institut Rome, nég. 40.344).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 18 : Tête de Septime Sévère, prov. de Gouraya (Tunis, Musée du Bardo, cl. Louis Poinssot).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Fig. 19 : Tête de Septime Sévère, prov. de Chaoud el-Battan (Tunis, Musée du Bardo, cl. Musée du Bardo).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 20 : Tête de Septime Sévère, prov. de Madaure (Guelma, Musée, cl. Marcel Bovis).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/465/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search