Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Orner la cité

 | 
Anne-Valérie Pont

Introduction

Texte intégral

  • 1 Luc., Dom., 5.
  • 2 Un édit de banqueroute aurait pour effet d’empêcher le roi “de se livrer à des entreprises romaine (...)
  • 3 Martin 1974, 196 et 281, utilise incidemment cette expression dans un sens comparable ; mais les s (...)

1Οὐ φιλόκαλοι γάρ, ἀλλὰ φιλόπλουτοί εἰσιν οἱ βάρβαροι, “les barbares ne sont point amateurs de beauté mais de richesse” : Lucien, décrivant une salle de déclamation peinte, ornée d’ors et de sculptures, indique qu’elle produira un effet différent sur un spectateur éduqué – autrement dit, de culture grecque –, ou bien sur un homme dénué de formation intellectuelle et qui en appréciera seulement la richesse1. Cette différence de perception et de compréhension est décisive. Il faut y prendre garde dans l’étude des bâtiments d’époque romaine, si impressionnants que leur renom d’immensité a traversé les siècles au point de marquer un Saint-Simon2 et qu’aujourd’hui, il est tentant d’étudier l’urbanisme d’Asie mineure d’époque romaine comme la manifestation de conditions économiques florissantes et d’une vie locale sous influence directe de Rome. Malgré la véritable force de persuasion du modèle urbain romain, il vaut la peine de considérer l’hypothèse que les composantes du beau paysage urbain3, constitué des monuments et des valeurs communes qui leur sont explicitement attachées, peuvent varier au sein de ce vaste ensemble que forme l’empire. La remarque liminaire de Lucien, attirant l’attention sur le contexte culturel local, nous y invite.

Définition du champ d’enquête

  • 4 Maupai 2003. Nous avons eu connaissance de la publication de cet ouvrage au terme de notre travail
  • 5 Pernot 1997a, 216 sur l’exclusion des “maisons privées” de l’éloge des cités.
  • 6 Mitchell 1999, 244-245.
  • 7 Plusieurs auteurs donnent un aperçu désolant de la ruine de la Grèce d’époque romaine : Str. 7.7.9 (...)
  • 8 L’étude d’H. Halfmann sur l’histoire urbaine d’Éphèse et de Pergame ne permet pas de parler d’un p (...)

2Dans la partie hellénophone de l’Empire, des cités souvent pluriséculaires, fières de leur histoire et de leur identité et où la vie cultuelle et publique était intense peuvent avoir constitué le terrain favorable non seulement à l’existence d’un paysage urbain constitué selon des critères propres, mais aussi à l’expression claire des valeurs qu’on lui attribuait. Ainsi a-t-on pu mettre en évidence des “invariants” dans la perception de la beauté, sous toutes ses formes, de la cité grecque à l’époque romaine, directement inspirés par un hellénisme vivant et conscient aussi des nouvelles possibilités de l’époque4. Il s’agit plus précisément pour nous d’étudier le sujet de l’“ornement de la cité”, expression qui désigne la beauté du paysage urbain, liée en particulier aux monuments publics, et qui résulte de l’action de la communauté civique (la beauté du site urbain, pour importante qu’elle soit, n’est donc pas notre sujet, ni celle des bâtiments privés5). Le choix de ce thème particulier conduit à l’envisager non seulement sous son aspect culturel, mais aussi avec des interrogations d’histoire sociale et politique. L’Orient romain est divers : les traditions locales et la forme de la vie civique diffèrent d’une région à l’autre6, permettant d’identifier de véritables bassins culturels, où varient les cadres institutionnels, civiques et régionaux, l’ancienneté de la culture grecque ou l’intensité de la création intellectuelle, notamment de la part des rhéteurs. À cela s’ajoutent des conditions économiques plus ou moins favorables : c’est un topos de la littérature latine et grecque que de pleurer la grandeur passée de la vieille Grèce7. À l’inverse, porter l’analyse sur une cité ou un petit groupe de cités donne connaissance de phénomènes intéressants mais ponctuels8.

  • 9 Il existe des différences d’une cité à l’autre de la région que nous considérons, non seulement, b (...)
  • 10 Notre projet diffère donc de celui de Maupai 2003. Cet ouvrage donne des résultats différents et i (...)

3L’addition de monographies urbaines ne peut produire un tableau satisfaisant d’un espace régional cohérent d’un point de vue culturel et politique, car il donne une vision éclatée des phénomènes observés, qui ne concernent pas seulement une ou deux cités brillantes9. Il faut aussi que la délimitation géographique choisie soit pertinente en fonction du moment historique étudié : c’est pourquoi l’étude de l’Asie a paru être le meilleur choix10.

  • 11 Hdt. 1.142.
  • 12 Nous discutons néanmoins quelques lettres de Pline échangées avec Trajan à l’occasion de sa légati (...)
  • 13 La description par L. Robert de la clientèle de l’oracle de Claros permet de tracer une différence (...)
  • 14 La Lycie-Pamphylie, plus tardivement provincialisée, présentait dans sa partie lycienne des tradit (...)
  • 15 Pour l’Antiquité tardive, malgré le découpage de nouvelles provinces, nous avons poursuivi l’étude (...)

4Cette délimitation est cohérente du point de vue de la période considérée. Ces régions de l’Asie mineure occidentale où s’épanouit la Grèce d’Asie étaient déjà décrites par Hérodote, natif d’Halicarnasse, comme parmi les plus belles du monde11 : “les Ioniens ont bâti leurs villes dans la contrée la plus agréable que je connaisse, soit pour la beauté du ciel, soit pour la température des saisons”. Mais l’Asie a aussi été la première en Asie mineure à connaître l’administration romaine, et à devoir s’adapter à ce nouveau maître. La disparité au sein même de la province de Pont-Bithynie entre ses deux sous-ensembles nous a conduit à l’écarter, bien qu’évidemment des phénomènes que nous allons décrire se retrouvent de temps en temps dans sa partie occidentale. Néanmoins, l’organisation de la province par la lex Pompeia conduisit à une influence institutionnelle romaine plus forte et la vie civique connaît une régularité, d’une cité à l’autre, dans l’énoncé des magistratures et des parcours civiques, que l’on ne retrouve pas en Asie12. Se cantonner au liseré côtier qui, de Cyzique à Caunos, a accueilli les plus anciennes fondations de cités, aurait exclu la Carie intérieure, où s’épanouit Aphrodisias, la Phrygie, dont provient nombre d’inscriptions détaillées témoignant de l’attraction du modèle grec, ou la Mysie, régions qui, pour avoir été urbanisées plus tardivement, ralliées plus progressivement à l’hellénisme, parfois au moment de leur intégration dans l’empire de Rome13, et moins prestigieuses, n’en adoptent pas moins au Haut-Empire un paysage urbain gréco-romain, prisé comme signe d’appartenance à une civilisation. Tout en s’ordonnant autour d’une unité culturelle et politique14, cet espace géographique présente des situations nuancées, des marges contrastant avec de grandes cités anciennes, renommées. En leur sein s’élaborent des valeurs renouvelées de l’hellénisme d’époque impériale, exprimées au premier chef par les orateurs et les sophistes du mouvement que Philostrate a appelé la seconde sophistique15.

  • 16 Dion de Pruse exprime l’importance d’orner la cité, τὴν πόλιν κοσμεῖν, “par des portiques, des aqu (...)
  • 17 Voir Pernot 1997a, 193, sur l’importance chez cet auteur du thème du kosmos.
  • 18 LSJ s.v. κόσμος. L’ensemble de ces sens a été commenté à plusieurs reprises par L. Robert (cf. infr (...)

5Chez Dion de Pruse16, chez Aelius Aristide17, chez Lucien, et de manière décisive, dans les inscriptions, l’“ornement” de la cité est une idée récurrente, déclinée en rapport avec différents thèmes de la vie publique. Dès l’abord, le κόσμος apparaît comme une idée complexe, irréductible à une notion superficielle de beauté. Ce terme désigne à la fois le bon ordonnancement et le bon ordre du monde ou des cités, la parure des femmes et ce qui donne de l’éclat, y compris dans un sens métaphorique renvoyant au monde des valeurs morales18. Ce terme conserve sa polysémie quand il se rapporte à la cité. L’“ornement de la cité” renvoie à un beau paysage urbain, qui à écouter les sophistes doit toujours être investi de valeurs morales et refléter la concorde au sein de la cité. “Orner sa cité”, τὴν πόλιν κοσμεῖν, en y construisant des monuments publics est l’un des devoirs de l’homme de bien. Cet ornement est un sujet d’éloge quand on parle de la cité, il est l’un des fondements de sa réputation et de sa gloire. Cette notion se révèle donc le lieu d’investissement de valeurs communes, d’ordre culturel, social et politique. La beauté de la cité est considérée dans ces discours comme un accomplissement, comme le résultat d’un effort des cités grecques elles-mêmes, qui n’est pas imposé ni même suggéré par des instances politiques supérieures. Il s’agit donc d’analyser les structures de ce concept, ce qu’il inclut, ses limites, son évolution jusqu’au ive s., sa portée dans la vie civique et dans les relations entre les cités, l’administration romaine et l’empereur.

Cadre chronologique

  • 19 Sur le décalage observable ici, et à notre sens très net, entre l’histoire politique à l’échelle d (...)
  • 20 Gauthier 1985 et, sur les Gaii Iulii dans les cités grecques de la fin de l’époque hellénistique, (...)
  • 21 Puech 2002. Voir notamment la notice consacrée à M. Antonius Polémon et à sa politique pour mainte (...)
  • 22 Sur cette périodisation correspondant à la prise de conscience par les notables d’Orient, à partir (...)

6La notion d’“ornement de la cité” se déploie véritablement à l’époque romaine. Elle apparaissait déjà à l’époque précédente, mais nous verrons que cette notion a pleinement pris son essor à l’époque de la transition entre la basse époque hellénistique et les Flaviens19. Peu à peu le monopole exercé par des grands bienfaiteurs s’est estompé et la vie des cités a pris un cours normal selon un régime oligarchique, où un groupe de notables, plutôt qu’un seul, domine, et doit donc s’entendre pour déterminer des politiques communes. C’est un changement déterminant qui s’opère, et dont les politiques de construction donnent un reflet fidèle. Alors qu’auparavant dans chaque cité un ou deux personnages se retrouvaient en situation, par leurs contacts avec les Romains, leur éducation, leur richesse, et à cause de menaces militaires oppressantes, de sauver leur cité20, nous voyons des cités s’adapter peu à peu à la vie en paix, sous des régimes oligarchiques où une élite économique et sociale, qui pour ceux qui siègent au Conseil, doit désormais faire des choix politiques qui ne déterminent plus que rarement la survie de la communauté civique. Parmi ces enjeux importants, figure l’“ornement de la cité” : il importera de comprendre sa place dans la vie politique interne de la cité et de s’interroger sur la validité de l’argument courant selon lequel se préoccuper des monuments publics de la cité – sujet dont on convient qu’il n’est pas une question de survie – est la traduction d’une vie civique déliquescente. De la fin du ier à la moitié du iiie siècle, selon des rythmes qui ne sont pas uniformes mais partout observables et sur toute la durée considérée, les cités accroissent le nombre de leur bâtiments publics, les inscriptions honorifiques se multiplient et répètent partout en termes précis et exacts la reconnaissance que le corps civique a pour l’évergète-constructeur, qui n’est pas confondu avec d’autres types d’évergètes. La cité s’enorgueillit également de diriger de telles constructions. C’est aussi l’époque où Dion de Pruse, Aelius Aristide, d’autres encore dont Philostrate écrit la biographie et évoque les activités au sein de la cité, qui se conforment aux principes et aux idéaux de l’hellénisme d’époque impériale21, énoncent, mettent en œuvre et défendent une culture et un comportement politique mûrement réfléchis. Le iiie siècle est une époque de mutations : les menaces se rapprochent dans tout l’Orient et en particulier en Asie mineure22 ; un sentiment d’une identité commune se renforce, celle d’être des Romains, avec l’idée d’un fonds commun qu’il faut défendre.

7L’Asie mineure occidentale est l’une des régions de l’empire qui est le plus touchée par les invasions des années 260. Les cités de Bithynie, les florissantes cités côtières de l’Ionie, sont pillées par les Goths et les Hérules. Ce traumatisme violent, auquel s’ajoutent les destructions dues aux tremblements de terre, et la réorganisation provinciale et des statuts civiques à l’initiative de Dioclétien conduisent à des mutations politiques profondes, qui forment les structures de l’Antiquité tardive. Le thème de l’“ornement de la cité” se rencontre néanmoins toujours à la lecture des épigrammes, qui deviennent alors, dans cette région de l’empire tout particulièrement, la forme habituelle de l’éloge des gouverneurs, qui jouent désormais un rôle déterminant dans la construction publique. La forme poétique n’a pas pour but de donner des informations précises sur la nature de l’objet construit ou le contexte politique dans lequel le chantier est entrepris. Mais elle utilise un ensemble de références culturelles et d’appréciations morales riches, qui donne des indications précieuses sur le système de valeurs encore attaché au κόσμος, avant que l’intervention dans l’espace urbain ne prenne un sens nouveau avec l’interdiction du paganisme et la construction d’édifices publics chrétiens. Cette périodisation est donc dictée par la mise en série des sources écrites, épigraphiques et littéraires, qui font clairement voir de grandes inflexions. Les sources que nous trouvons dans l’Antiquité tardive diffèrent profondément de ce qu’elles étaient au Haut-Empire ; néanmoins, la vision qu’elles livrent de l’“ornement de la cité” n’est pas profondément différente de ce qu’elle était au Haut-Empire. Elles permettent également de creuser le sillon de l’originalité de l’Asie au sein de l’ensemble hellénophone. Pour ces deux raisons, il nous a paru possible de poursuivre notre questionnement jusque dans les années 380 : au ive s. aussi, avant qu’une église universelle, mettant un terme au sentiment profond de la particularité de la cité liée à ses dieux tutélaires, ne remodèle profondément les identités, il existe encore une vie civique, même modifiée, dont certains thèmes ont un rapport direct avec le passé.

Méthode et valeur des sources écrites

  • 23 On trouve ces notions dès la préface du livre I du De architectura de Vitruve. E. Winter a défini (...)

8Il faut considérer sans a priori les sources issues de cette zone géographique pour y rechercher les traces d’un système de valeurs cohérent concernant les monuments publics et le fait de les construire et de les restaurer. Les inscriptions de construction, les discours d’Aelius Aristide sur Smyrne ou Pergame, de Dion de Pruse sur les entreprises édilitaires dans sa cité, ne se réfèrent jamais à cette notion de maiestas imperii pourtant si séduisante pour l’historien, ni à ses compagnes qui sont la libéralité du Prince ou l’utilitas publica23. Pline les utilise : mais c’est un administrateur romain et, trop longtemps, la lecture de ses lettres a orienté l’historiographie en faisant croire à des cités grecques désorganisées et amorphes sous le joug romain, entichées de constructions inutiles et coûteuses. Quand il parle de l’éclat du règne de Trajan visible dans la construction d’un bain (sur fonds civiques) à Pruse, ou quand son interlocuteur ridiculise les Graeculi, ce n’est rien d’autre que l’idéologie romaine qui est ici appliquée. Elle n’a pas grand-chose à voir avec la réalité du débat politique et les motivations profondes qui conduisirent à de si nombreuses entreprises de construction et de restauration de monuments publics dans les cités grecques d’Asie mineure occidentale, dans l’immense majorité des cas (à un taux que l’on peut estimer à plus de neuf fois sur dix), sur des initiatives, et des financements, fournis par la cité et ses citoyens. Il faut donc prendre en considération cette multitude de sources grecques sur les monuments publics, en faisant passer au second plan les discours des Romains et l’idéologie impériale car ils ne peuvent presque rien nous apprendre sur l’objet de notre étude. Par ailleurs, il ne s’agit évidemment pas ici d’une étude d’histoire de l’art ou de l’architecture (ne serait-ce que parce que les méthodes et les sources soumises à l’investigation ne sont pas les mêmes), même si, bien sûr, il est nécessaire de se reporter fréquemment aux réalisations monumentales connues par de riches études sur les différents sites de la région. D’un point de vue méthodologique, considérer d’abord les sources écrites nous paraît essentiel. Il s’agit ainsi d’écarter le risque de plaquer des interprétations d’ordre politique ou idéologique sur des techniques architecturales ou des plans de ville, qui ne correspondent pas à la vision, au sentiment des Grecs quand ils admiraient leur cité.

  • 24 Veyne 1999, 541.
  • 25 Robert 1965b, 385.
  • 26 Voulant étudier la généalogie d’un “phénomène collectif et mental”, l’attitude devant la mort et l (...)

9Les sources réelles du financement nous apparaissent comme la clé de toute interprétation d’un édifice : tout bâtiment financé par un évergète doit d’abord être considéré par rapport au système de valeurs et à la représentation du monde de ce personnage, issu d’un milieu culturel, social et politique identifiable, et non comme le fruit d’une pression extérieure venue du gouverneur de la province, voire de l’empereur. Il faut donc prendre cet objet d’étude au sérieux, ne pas le considérer comme perméable à toute influence extérieure et se rendre compte de la vivacité de ces sociétés politiques de culture grecque dans l’Empire romain, en particulier là où l’hellénisme était le plus ancien et bénéficiait des meilleures conditions, économiques et politiques, contemporaines. Comme le dit P. Veyne24, “au nom du ‘ principe de réalité’, mieux vaut ne pas avoir de mépris pour les Graeculi (ce furent des êtres réels et non un stéréotype) et ne pas voir de partout de la rhétorique”. Ainsi, le vocabulaire à la fois précis et varié des inscriptions doit être étudié car il indique des valeurs, des relations sociales au sein de la cité, un système politique réels. “Les inscriptions honorifiques de l’époque impériale sont une mine de renseignements sur la vie civique et ses ressorts, l’idéal civique moral et familial, l’histoire des sentiments, les qualités du citoyen et de la citoyenne, les enfants, la famille. Les substantifs élogieux, les adjectifs, les adverbes sont une source pour l’histoire des idées et des sentiments dans la famille et dans la cité. Il faut étudier ce vocabulaire avec ses nuances, en rechercher l’origine (souvent la littérature philosophique et politique du ive s. a.C.), la diffusion, l’évolution, la chronologie”25. La comparaison, sur le sujet particulier de la construction et de la restauration de monuments publics, entre les textes des auteurs de la seconde sophistique et les inscriptions, pratiquée de manière si fructueuse par L. Robert pour éclaircir les arcanes de la vie civique, aboutit effectivement à montrer qu’il existait une haute idée de la beauté de la cité. Savoir si cette conception qui débouchait sur des réflexions portant sur le régime politique civique d’époque romaine, la liberté laissée aux Grecs et à leurs hommes d’État, était celle de tout un chacun ne doit pas être un problème qui nous retienne longtemps : l’état de l’opinion dans les cités grecques reste à ce sujet à jamais insondable et, comme l’indique Ph. Ariès, le principe de vraisemblance commande que les idées dont nous prenons connaissance par des œuvres d’art, des discours littéraires, trouvaient un écho auprès de leurs contemporains ; le fait que ces idées sont produites par une élite culturelle n’a pas pour corollaire une absence de représentativité26.

Mise en perspective historiographique

10L’ornement de la cité est le résultat de deux processus financiers essentiels : le premier qui vient à l’esprit comme phénomène typique de l’Antiquité gréco-romaine, est le financement évergétique qui a suscité de nombreux débats érudits ; le second est le financement civique, qui peut naître soit de l’initiative de la cité, soit, en particulier dans l’Antiquité tardive, de la décision d’un gouverneur de réaffecter une partie des revenus d’une cité à la construction publique. Cette dichotomie montre que notre étude n’a pas pour premier objet l’évergétisme monumental. Ce n’est qu’une partie du phénomène étudié qui est l’effort d’accroître sans cesse l’ornement de la cité, résultat d’un ensemble de valeurs collectives propres à cette région et à cette période. Ce constat amène à discuter deux thèmes à la fortune diverse dans l’historiographie : le premier est celui de la motivation de l’évergète, le second conduit à réévaluer le rôle de l’empereur et de l’empire au niveau local.

  • 27 Veyne 1976 ; les conclusions de cet ouvrage sont discutées dans Andreau et al. 1978 et Sartre 1991 (...)
  • 28 Ph. Gauthier, réévaluant la vie politique civique à l’époque hellénistique, dévalue peut-être de m (...)

11Il convient d’abord de s’interroger sur la place de l’évergétisme et de l’évergète dans la cité. Nous concevons cet objet d’étude de manière différente de la présentation de P. Veyne, qui étudia tous les types d’évergétisme, dans les mondes grec et romain et mit l’accent sur leurs traits communs et les ressorts psychologiques des plus riches, gommant ainsi les enjeux politiques propres à chaque époque27. En Asie à l’époque romaine, la construction de monuments publics est certes le plus souvent le fait de notables ; mais il faut replacer ces décisions dans un contexte culturel et social valorisant au plus haut point ce type de comportement, et dans un contexte politique où, fait essentiel, la cité n’est pas dépossédée de la prise de décision et du contrôle de son apparence. Ce dernier constat peut sans doute être fait ailleurs dans l’empire, mais il peut ici être approfondi grâce aux sources dont nous disposons : L. Robert a le premier averti de la richesse des thèmes de la vie civique à l’époque romaine en Asie mineure – la cité n’étant pas davantage morte à Actium qu’à Chéronée. Il faut donc remettre en question l’idée que l’évergétisme s’est alors imposé comme système de gouvernement28, où auraient pesé lourd, alternativement, les concurrences acharnées et vaines entre individus ou au contraire une obligation de donner annihilant les initiatives personnelles et la volonté de s’engager dans la vie politique locale. Des débats politiques, animés en premier lieu par les orateurs du mouvement de la seconde sophistique, montrent la nécessité d’insérer ce phénomène dans une conscience plus large des conditions de la vie politique dans le cadre romain. Il est alors possible de réévaluer l’importance de thèmes apparemment peu dotés de sens politique comme le fait pour une cité de posséder un beau paysage urbain. Ainsi l’analyse de l’évergétisme édilitaire, de son expression dans les sources épigraphiques, du moment où il intervient dans une ascension sociale personnelle ou familiale, de ses liens avec les carrières locales, peut-elle être un angle d’attaque révélateur de phénomènes politiques : elle peut donner des indices sur l’importance réelle de la concorde et les moyens de son obtention, ainsi que sur la manière dont l’“ornement de la cité” auxquels les élites – mais aussi la communauté civique – sont appelées à participer, peut seconder l’ambition de la cité et la défense de ses droits.

  • 29 L’étude des constructions dues aux empereurs se prête à ce type d’interprétation (Winter 1996). Mi (...)
  • 30 Winter 1996.
  • 31 Halfmann [2001] 2004.
  • 32 Gros 2005b, 186-187 sur Éphèse au ier s., 197-199 sur Éphèse et le premier temple néocore, et 213- (...)
  • 33 Son expression la plus radicale consiste à faire passer au premier plan le contexte économique fav (...)
  • 34 Jacques 1984.
  • 35 Lepelley 1979.
  • 36 Bedon 2001-2002.
  • 37 Fauvinet-Ranson 2002.
  • 38 di Segni 1995.

12En outre, ce constat très simple que les sources de financement de la construction de monuments publics sont d’origine civique conduit à discuter, dans l’étude du fonctionnement de l’empire, une interprétation davantage centrée sur la diffusion de valeurs romaines, rendant compte de l’histoire des cités d’Asie d’après une perspective impériale privilégiée29. L’ouvrage d’E. Winter qui part de l’idéologie impériale pour expliquer les constructions en Asie Mineure – celles financées par l’empereur mais aussi, souvent, d’autres entreprises30 – de même que la synthèse d’H. Halfmann sur l’urbanisme d’Éphèse et de Pergame, plaçant au cœur des initiatives urbaines la qualité de la relation des cités avec l’empereur31, et des analyses des espaces urbains d’Aizanoi et Éphèse tenant à l’écart (comme non significatives ?) les sources réelles du financement des constructions32, participent de ce mouvement historiographique33. L’examen des sources épigraphiques et littéraires locales nous conduit à une lecture sur plusieurs points différente, sans qu’il soit jamais question de minimiser la réalité de l’intégration du monde grec dans l’empire. L’Empire romain était divers, même si la présence attentive de l’administration romaine, la loyauté envers ce système politique et une prospérité largement répandue et presque continue pendant plus de deux siècles, conditions assez générales au Haut-Empire, jouèrent évidemment comme facteurs unificateurs, avant que des menaces extérieures ne fassent prendre à tous une vive conscience de la nécessité de défendre des valeurs communes. Non seulement un phénomène tel que la construction de monuments publics, partout observable, peut avoir des manifestations différentes, mais dans les différents sous-ensembles de l’empire, il peut être explicitement considéré et justifié par des raisons qui ne sont pas uniquement aimantées par Rome. Le choix de restreindre l’analyse à l’Asie qui nous a paru former un tout relativement cohérent culturellement et politiquement, permet ainsi d’envisager les forts contrastes qui règnent sur ce sujet entre les différentes provinces de l’empire, en particulier par la comparaison avec l’Afrique, rendue possible grâce aux œuvres fondamentales de Fr. Jacques34 et de Cl. Lepelley35, ainsi qu’avec la Gaule36, ou l’Italie37 et la Syrie38 dans l’Antiquité tardive. La vivacité culturelle et politique grecque d’époque romaine, dont l’ornement de la cité constitue un révélateur, débouche naturellement sur un mode de relation différencié à l’empire et à l’empereur. Notre but sera donc aussi d’identifier le rôle de l’empereur de ce point de vue et les différentes politiques impériales, quand il y en eut.

  • 39 Rien n’empêchait évidemment que le phénomène de la construction de monuments publics, propre à une (...)
  • 40 Contra Yegül 2000, 137.
  • 41 Voir par exemple, après Robert 1984a, Veyne 1999 ; Sartre-Fauriat & Sartre 2000 ; Puech 2002 ; Hel (...)

13Constatant que l’“ornement de la cité” a été investi de valeurs culturelles, morales et politiques définies au sein de l’hellénisme39 par les sophistes et diffusé dans les cités par l’intermédiaire des pépaideuménoi, nous posons donc l’hypothèse que l’hellénisme d’époque impériale a proposé des concepts vivants, efficaces politiquement, qui permirent de s’adapter au nouveau contexte créé par la paix romaine et l’intégration dans l’empire en définissant des ambitions locales, dans la région même40. Il s’agit donc de montrer, après d’autres41, dans une enquête choisissant délibérément un thème particulier du débat politique, que la cité grecque n’a pas perdu toute substance subitement à la fin de l’époque hellénistique. L’hellénisme aurait été encore capable de proposer de nouvelles solutions culturelles et politiques dans un monde changeant, depuis la basse époque hellénistique jusqu’à la fin du ive siècle.

Plan de l’étude

14Tout doit donc partir du recensement et de l’étude des sources issues de la province d’Asie. Une première lecture des sources épigraphiques et littéraires vise à mettre en valeur l’identité des constructeurs et la nature des bâtiments construits, et conduit à une évaluation de la chronologie des constructions. La place des monuments publics dans les différents événements de la vie locale sera envisagée à travers les sources littéraires : elles donnent des aperçus sur les activités et l’imaginaire associés à tel ou tel monument. Si l’on ne peut par exemple pas tirer grand-chose du silence sur les temples du culte impérial, il importe de constater à quel point le théâtre dans l’imaginaire romanesque aussi bien que dans les discours des sophistes reste associé aux activités délibératives et, fait peut-être nouveau, aux réunions spontanées du corps civique en cas d’événement inattendu. Cette première partie doit donc permettre d’entrevoir les composantes fondamentales d’une conception renouvelée du beau paysage urbain des cités d’Asie d’époque romaine, puis les mutations profondes engagées à la fin du iiie siècle. Les inscriptions et les discours des orateurs sont les sources permettant le mieux de définir le κόσμος comme une notion culturelle et politique vivante et capable d’évoluer.

  • 42 Jacques 1975.

15La définition de la notion de κόσμος et son association avec l’idée de l’hellénisme d’époque impériale jusqu’à la fin du ive s. permettent d’ancrer l’étude de son influence dans le cadre précis de la vie civique, sans commettre, autant que faire se peut, d’anachronisme ou de surinterprétation. Il convient de s’interroger sur le style des inscriptions honorifiques et des dédicaces en rapport avec la construction de monuments publics : est-il précis, cohérent sans être tapageur, quelle confiance accorder à ces documents alors que quasiment aucun évergète récalcitrant n’y apparaît, à la différence de l’Afrique42 ? Il faut préciser le caractère sincère, voire même la nature légale, de plusieurs mentions dans les dédicaces ; il s’agit de vérifier comment des dons, parfois effectivement fastueux, faisaient l’objet d’une commémoration au sein de la cité. Dion de Pruse comme Plutarque définissent la retenue comme une qualité de l’homme de bien au service de sa cité : qu’en est-il ici ? Il faudra aussi élucider le sens des variations dans le vocabulaire du don ou des mentions récurrentes, apparemment surprenantes. Une fois précisée la qualité de la communication entre concitoyens, qui concourt à donner de la cité l’image d’un ensemble uni dont les membres s’entendent entre eux, nous pourrons voir comment la cité proclame aussi sortir renforcée de la possession d’un beau paysage urbain, et quelle fut sa place dans les relations entre cités – la rivalité cédant parfois le pas à des coopérations ou à une fierté commune. L’ornement de la cité se révèle donc un des meilleurs moyens à l’époque romaine (nous ne prétendons pas qu’il soit le seul) de participer à un idéal civique. Cette participation méritait récompense, quand elle était le fait d’un individu : nous verrons si les notables-constructeurs étaient récompensés différemment de leurs congénères qui offraient des spectacles ou des combats de gladiateurs, et quelle mesure la cité mettait aux honneurs de ces personnages.

  • 43 Nous souhaitons préciser encore quelques points. Pour chaque type de sources que nous sommes amené (...)

16La dernière partie est consacrée à l’identification du rôle exact de trois niveaux politiques – la cité, l’administration romaine, l’empereur – dans la décision et le contrôle des politiques de construction au sein des cités d’Asie. Elle essaie de montrer que les aspirations culturelles de l’hellénisme ne sont pas battues en brèche par un dirigisme imposé de l’extérieur. Pour s’en assurer, l’examen des processus civiques de décision et de contrôle des constructions, à partir de la lecture des sources épigraphiques et littéraires, fournit des indications sur un secteur particulier de l’activité politique, en général jugé sous le contrôle étroit des instances administratives extérieures à la cité. Les interventions des gouverneurs et du personnel administratif sénatorial et équestre sont connues par des dédicaces de constructions, qui restent rares et essentiellement limitées à l’époque flavienne, et par les récits de Tacite, Dion Cassius et des historiens qui évoquent les secours apportés après les tremblements de terre. Ces cas précis ne correspondent pas tout à fait à l’image que donnent les sources législatives d’époque sévérienne de l’activité du gouverneur, apparemment omnipotent dans sa province. Au ive s., l’attribution presque exclusive du mérite des constructions est reversée sur les gouverneurs : il faudra considérer dans quelles circonstances exactes, du point de vue des ressorts territoriaux et des modes de financement. Enfin, la mesure de la liberalitas principis dans le financement de monuments publics révèle sa rareté ; la bonté du prince trouve des moyens d’expression variés ne prenant pas systématiquement la forme d’un don d’argent. Aussi est-il logique que le monde des cités grecques ne conçoive pas l’empereur comme un intervenant déterminant, mais comme le garant d’un contexte favorable leur permettant de trouver en elles-mêmes les ressources pour leur propre “ornement”43.

Notes

1 Luc., Dom., 5.

2 Un édit de banqueroute aurait pour effet d’empêcher le roi “de se livrer à des entreprises romaines du côté des bâtiments militaires et civils” (“Politique de Saint-Simon”, Mémoires).

3 Martin 1974, 196 et 281, utilise incidemment cette expression dans un sens comparable ; mais les sources littéraires et épigraphiques ne constituent pas son objet d’étude.

4 Maupai 2003. Nous avons eu connaissance de la publication de cet ouvrage au terme de notre travail.

5 Pernot 1997a, 216 sur l’exclusion des “maisons privées” de l’éloge des cités.

6 Mitchell 1999, 244-245.

7 Plusieurs auteurs donnent un aperçu désolant de la ruine de la Grèce d’époque romaine : Str. 7.7.9, sur les peuples le long de la Via Egnatia, 8.4.11, sur la Messénie et la Laconie, 8.33.1, sur Mégalopolis et 2 sur Délos, 9.2.5, sur Thèbes et la Béotie ; Sen., Ep., 91 sur les ruines des cités d’Achaïe ; D. Chr. 7, “Discours eubéen”, et 33.27 sur Pella ; Plut., Moralia, 414 A-B, où la baisse de la fréquentation des oracles en Grèce est décrite comme un signe de la dépopulation du pays.

8 L’étude d’H. Halfmann sur l’histoire urbaine d’Éphèse et de Pergame ne permet pas de parler d’un phénomène culturel grec, car le mouvement général qui porte les Grecs des cités, grandes et petites, à construire, ne peut être perçu à partir de ces seuls deux cas (Halfmann [2001] 2004).

9 Il existe des différences d’une cité à l’autre de la région que nous considérons, non seulement, bien sûr, entre Ionie et Phrygie, mais aussi au sein d’une même région, comme la Carie, l’expression épigraphique des mérites des notables variant grandement entre, par exemple, Aphrodisias et Stratonicée (voir II.3 et III.1).

10 Notre projet diffère donc de celui de Maupai 2003. Cet ouvrage donne des résultats différents et intéressant l’Orient romain en général. Il montre donc, par-delà les nuances régionales ou d’un bassin culturel que nous souhaitons distinguer, une base commune de la conception de la “beauté” (pas seulement urbanistique), inspirée de l’hellénisme. Il donne ainsi connaissance d’un phénomène culturel large ; nous voulons resserrer le regard sur une province, où cette conception est exprimée le plus clairement, et sur les incidences politiques dans la vie civique et dans le cadre romain.

11 Hdt. 1.142.

12 Nous discutons néanmoins quelques lettres de Pline échangées avec Trajan à l’occasion de sa légation en Pont-Bithynie car elles sont traditionnellement utilisées, mutatis mutandis, pour la compréhension de la vie civique en Asie. Les discours de Dion, originaire de Pruse mais réputé dans tout le monde grec – et même à Rome – et exprimant sur plusieurs points une communauté de pensée avec Plutarque et Aelius Aristide, n’ont bien entendu pas été écartés.

13 La description par L. Robert de la clientèle de l’oracle de Claros permet de tracer une différence entre pays grecs d’Europe ou d’Asie, et pays hellénisés, tardivement hellénisés, voire les colonies romaines, qui viennent le consulter (Robert 1954, 22). Peu de colonies romaines furent fondées en Asie (voir Sartre 1995, 210-212), contrairement au sud de l’Asie mineure, ce qui est également l’une de ses spécificités.

14 La Lycie-Pamphylie, plus tardivement provincialisée, présentait dans sa partie lycienne des traditions culturelles profondément différentes de celles de l’Asie. Son statut initial de province impériale a également pu y déterminer des formes différentes de l’intervention impériale. Malgré la richesse des sources épigraphiques, nous n’avons donc pas retenu ici la Lycie-Pamphylie, tant l’Asie mineure occidentale nous a paru être le terrain de développement d’un système de valeurs particulier, puissant et complexe, en rapport avec l’ornement de la cité.

15 Pour l’Antiquité tardive, malgré le découpage de nouvelles provinces, nous avons poursuivi l’étude de l’ancien territoire de la province d’Asie, sans inclure les nouveaux ressorts territoriaux désormais sous l’autorité du vicaire d’Asie.

16 Dion de Pruse exprime l’importance d’orner la cité, τὴν πόλιν κοσμεῖν, “par des portiques, des aqueducs”, et toutes sortes de monuments, ambition comparable à celle de vouloir agrandir la cité en y faisant venir de nouveaux habitants : cela correspond à la volonté de rendre la cité plus puissante, de renforcer son statut, de lui faire quitter un état misérable par suite du vieillissement des monuments publics et de manifester à tous sa grandeur (45.12). Les autres références, dans Lucien, les orateurs, les inscriptions, sont commentées au fil de ce travail.

17 Voir Pernot 1997a, 193, sur l’importance chez cet auteur du thème du kosmos.

18 LSJ s.v. κόσμος. L’ensemble de ces sens a été commenté à plusieurs reprises par L. Robert (cf. infra, I, introduction) et constitue l’un des thèmes du travail de Maupai 2003.

19 Sur le décalage observable ici, et à notre sens très net, entre l’histoire politique à l’échelle de l’empire et l’histoire des sociétés civiques en Asie mineure occidentale, voir les remarques de Ph. Gauthier sur “l’indispensable distinction entre l’histoire politique et l’histoire des institutions”, qui suivent des rythmes différents (Gauthier 1985, 4-5).

20 Gauthier 1985 et, sur les Gaii Iulii dans les cités grecques de la fin de l’époque hellénistique, Robert 1966b, 416-423.

21 Puech 2002. Voir notamment la notice consacrée à M. Antonius Polémon et à sa politique pour maintenir la concorde à Smyrne et avec ses voisines. Ce personnage est également un constructeur, comme l’indique sa biographie dans Philostrate.

22 Sur cette périodisation correspondant à la prise de conscience par les notables d’Orient, à partir du règne de Marc Aurèle, de l’existence de valeurs et d’un destin communs des Grecs et de Rome, Harl 1987, 71 ; Veyne 1999, 566 ; Inglebert 2002b, 248-260. Sur un thème différent de celui que ces auteurs abordent et qui n’a rien à voir avec la construction de monuments publics, Chr. Badel dégage les mêmes évolutions sensibles (Badel 2005, 324-325).

23 On trouve ces notions dès la préface du livre I du De architectura de Vitruve. E. Winter a défini leur importance dans l’idéologie de la construction impériale (Winter 1996, 24-53) ; pourtant, la répercussion de ces idées auprès des habitants des cités grecques d’Asie mineure occidentale quand ils regardent les monuments de leur cité paraît extrêmement ténue.

24 Veyne 1999, 541.

25 Robert 1965b, 385.

26 Voulant étudier la généalogie d’un “phénomène collectif et mental”, l’attitude devant la mort et les coutumes funéraires, l’auteur défend les qualités d’objets historiques des textes littéraires : “L’observateur passe en revue une masse hétéroclite (et non plus homogène) de documents, et il essaie de déchiffrer, au-delà de la volonté des écrivains ou des artistes, l’expression inconsciente d’une sensibilité collective. Cette méthode est aujourd’hui suspecte parce qu’elle utilise aussi des matériaux nobles, et on pense que cette qualité esthétique, attribuée à une élite, ne traduit pas le sentiment commun. En réalité, une pensée théologique, un thème artistique ou littéraire, bref, tout ce qui paraît ressortir d’une inspiration individualiste, ne peuvent trouver forme et style que s’ils sont à la fois très proches et un peu différents du sentiment général de leur époque. Moins proches, ils ne seraient pas pensables par les auteurs, ni compris, pas plus de l’élite que de la masse. Pas du tout différents, ils passeraient inaperçus et ne franchiraient pas le seuil de l’Art. Le proche nous révèle la vulgate, le dénominateur commun de l’époque. Le différent contient à la fois des velléités sans lendemain ou au contraire l’annonce prophétique des changements futurs. L’historien doit pouvoir distinguer ce proche et ce différent. À cette condition, périlleuse il est vrai, il a le droit de prendre son bien où il le trouve, d’une manière large et hétérogène, afin de comparer des documents de nature variée” (Ariès 1975, 13).

27 Veyne 1976 ; les conclusions de cet ouvrage sont discutées dans Andreau et al. 1978 et Sartre 1991, 163-166.

28 Ph. Gauthier, réévaluant la vie politique civique à l’époque hellénistique, dévalue peut-être de manière excessive les phénomènes observables à l’époque romaine (Gauthier 1985, 1).

29 L’étude des constructions dues aux empereurs se prête à ce type d’interprétation (Winter 1996). Mitchell 1987 présente en revanche un tableau nuancé (voir en particulier la remarque liminaire ou 343-344 sur l’interprétation de l’inscription IGR, IV, 1619).

30 Winter 1996.

31 Halfmann [2001] 2004.

32 Gros 2005b, 186-187 sur Éphèse au ier s., 197-199 sur Éphèse et le premier temple néocore, et 213-216 sur l’urbanisme d’Aizanoi. L’évolution des agoras d’Éphèse, Iasos et Aphrodisias au début de l’époque impériale marquerait également une allégeance de la cité au prince : Gros 1996a et 2005a. Voir également Schorndorfer 1997.

33 Son expression la plus radicale consiste à faire passer au premier plan le contexte économique favorable et le désir de plaire à l’empereur, deux facteurs qui ne peuvent pourtant être utilisés seuls pour expliquer le développement des constructions à l’époque romaine (Barresi 2003).

34 Jacques 1984.

35 Lepelley 1979.

36 Bedon 2001-2002.

37 Fauvinet-Ranson 2002.

38 di Segni 1995.

39 Rien n’empêchait évidemment que le phénomène de la construction de monuments publics, propre à une période de paix telle que celle qu’instaura l’empire, fût marqué d’autres signes dans d’autres provinces ou bassins culturels.

40 Contra Yegül 2000, 137.

41 Voir par exemple, après Robert 1984a, Veyne 1999 ; Sartre-Fauriat & Sartre 2000 ; Puech 2002 ; Heller 2006. L’étude de la “rhétorique de l’éloge” conduit L. Pernot à des conclusions comparables (Pernot 1997a), permettant de parler d’interpretatio Graeca de l’empire et d’absence de passéisme dans ces discours, contrairement aux idées convenues.

42 Jacques 1975.

43 Nous souhaitons préciser encore quelques points. Pour chaque type de sources que nous sommes amenée à étudier, nous avons visé à l’exhaustivité, notamment dans la recension des inscriptions (essentiellement des dédicaces et des inscriptions honorifiques) mentionnant la construction de monuments publics ; étant donné le nombre d’inscriptions

© Ausonius Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540