Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Partisans incertains

Texte intégral

144 ANONYME ? partisan possible d’Antoine en 341 (OGIS, 195)

  • 1 Sur la date, voir Breccia 1911, no 42.
  • 2 Fraser 1957, 71-73 ; photographie dans Walter & Higgs 2001,
  • 3 Il est fort rare ; cependant Fraser en a trouvé des occurrences, CIG, 8077 et 8455.
  • 4 Ael., Fr. 109, 239 H ; voir également la fiche d’Albius.
  • 5 Cette signification est d’ailleurs envisagée par Fraser 1957, 73, qui ne la repousse pas.
  • 6 Plut., Ant., 38.2.

1Un parasitos a dédié une base à Antoine, son dieu et bienfaiteur. Datée de 34, elle révèle l’existence d’un culte rendu au triumvir, à Alexandrie. Cependant, cette inscription, relue par Fraser2, pose divers problèmes dont le moindre n’est pas l’identification du dédicataire. En effet, parasitos, le sujet de l’inscription, peut être un nom propre3 ou un titre. Or, dans la première hypothèse, la filiation fait défaut ; dans la seconde, l’article. Il est cependant loisible de suggérer cette interprétation : “un parasite honore son dieu et bienfaiteur, le grand Antoine, inimitable dans les fêtes d’Aphrodite ( ?)”. Le terme parasite que l’on retrouve parfois chez les détracteurs de la cour d’Antoine4, n’a pas, cependant, de connotation obligatoirement négative, car parasitos désigne, avant tout, un commensal des festins civiques ou religieux5. C’est, en quelque sorte, l’équivalent grec des fameux “Antonii sodales” dont parle Cicéron. L’intérêt de cette inscription réside dans le fait qu’elle constitue le seul témoignage contemporain qui se réfère aux amimètobioi, connus, par ailleurs, grâce à Plutarque6. Elle est donc l’œuvre d’un proche d’Antoine, resté dans l’anonymat, un membre du thiase qui organise le culte du triumvir à la cour. Pour autant, rien n’indique que ce personnage soit un Romain. Au contraire, l’usage du grec, l’absence de praenomen pour nommer Antoine et la date indiquée, suivant une ère égyptienne, semblent désigner un oriental.

145 L. AEMILIUS7 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 5.48)

  • 7 RE n. v. ; Nicolet 1974, 766-767 no 12 ; Demougin 1992, 28-29, no 11.
  • 8 Il est probablement inscrit dans la tribu Tromentina, puisqu’il est originaire de Pérouse, Taylor 1 (...)

Origine géographique :

Pérouse8.

Appartenance sociale :

décurion de Pérouse, eques romanus.

Carrière :

- 43 : juré du tribunal instauré en vertu de la lex Pedia.
- 41-40 : décurion de Pérouse assiégée.

  • 9 App., BC, 5.48.
  • 10 La composition de ces jurys fut effectuée en fonction de la lex Julia de 46, c’est-à-dire qu’ils se (...)
  • 11 App., BC, 3.95 ; D.C. 46.48.1-46.49.5 ; pour cette raison Gabba 1970c, 81, est tenté de le rapproch (...)

2Lucius Aemilius figure au nombre des vaincus lors de la reddition de Pérouse. Seul, parmi les décurions de cette ville, il est épargné par Octavien parce que, précise Appien, lorsqu’il était juge dans le procès des meurtriers de César, il conseilla à ses collègues la plus grande rigueur dans les condamnations et vota ouvertement la mort9. Cette évolution apparaît contradictoire, puisqu’elle le classe a priori, en 43, parmi les Césariens extrémistes et, moins de trois ans plus tard, en compagnie des défenseurs des propriétaires, opposés aux intérêts des vétérans de César. Sa position initiale interdit de le considérer comme un “Républicain”. Il fut choisi pour faire partie d’un tribunal d’exception, après le 19 août 4310, dans un climat de terreur politique et militaire. Aemilius devait donc fournir de solides garanties de loyauté césarienne11. En revanche, l’outrance avec laquelle il attaqua les partisans de Brutus, de Cassius et de Sextus Pompée suggère qu’il ressentait le besoin de démontrer ostensiblement sa fidélité. Il appartenait peut-être à la mouvance antonienne à laquelle le fils de César faisait alors une cour ambiguë ; tantôt généreux avec les officiers prisonniers, tantôt implacable avec le préteur Gallius, au moment de la réunion du tribunal. Le soutien d’Aemilius à Lucius Antonius, qui joue de sa piété fraternelle, peut s’expliquer à la fois par la logique partisane et par le poids des circonstances : une fois que Lucius s’est jeté dans Pérouse, il ne reste à celle-ci qu’à le subir. De plus, ce notable de municipe s’inquiète probablement du zèle des adjudicataires, sans pour autant abdiquer ses premières convictions ; sans cela, il n’aurait pas bénéficié de la clémence du vainqueur. Peut-être a-t-il servi d’intermédiaire dans les négociations longues et délicates qui mirent fin au siège. Lucius Aemilius semble l’archétype des notables italiens déchirés dans les guerres civiles entre leurs intérêts, leur patriotisme municipal et le jeu complexe et mouvant des forces antagonistes issues du cadavre du parti césarien.

146 AQUILII FLORI12 (père et fils) partisans d’Antoine en 31 ? (D.C. 51.2.5-6)

  • 12 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 19, col. 327 (Klebs) ; PIR 12, no 989.
  • 13 Syme 1964a, 112, mentionne l’existence d’un Rex Sacrorum de ce nom à Lanuvium (CIL, VI, 2122 ; PIR (...)

Origine géographique :

Lanuvium13 ?

Appartenance sociale :

famille sénatoriale.

  • 14 D.C. 51.2.5-6.
  • 15 Suet., Aug., 13.
  • 16 Gascou 1984, 185.
  • 17 Freyburger & Roddaz 1990, 123-124 (D.C. 51.21). De même, Groag PIR 1, 193, pense également que l’an (...)
  • 18 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 20, col. 327 (Klebs) ; Broughton MRR 1, 206.
  • 19 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 22, col. 327 (P. von Rohden).
  • 20 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 21, col. 327 (P. von Rohden) ; PIR 12, no 991. Il est peut-être l (...)

3Après Actium, le père et le fils, tous deux partisans d’Antoine, sont prisonniers ; avec une certaine cruauté, Octavien ordonne que l’on mette à mort celui des deux désigné par le sort. Avant le tirage, le fils se suicide, suivi dans son trépas par son père, désespéré14. Une anecdote semblable est rapportée par Suétone, mais celui-ci ne donne pas le nom des deux héros et situe cet épisode après la bataille de Philippes15. Généralement, les historiens s’accordent à penser, d’une part, qu’il s’agit des mêmes personnages, d’autre part, qu’il faut suivre la version de Dion Cassius, plus précise, plus sûre aussi dans la majorité des cas16. Cependant J.-M. Roddaz17 estime que Suétone présente ici une version plus vraisemblable. Les deux récits ont probablement pris leur source dans un recueil d’exempla sans chronologie précise. Or, la condamnation des Aquilii Flori ne s’accorde pas avec la politique de clémence prônée par Octavien après la défaite d’Antoine, alors qu’elle correspond à sa férocité vindicative à l’égard des meurtriers de son père, onze ans auparavant. De plus, une telle dureté s’explique mal quand des lieutenants de premier plan, Sosius et Furnius, bénéficient d’une indulgence plénière. Bien que cette alternative soit convaincante, il convient de rappeler que le pardon n’engloba pas tout le monde : Canidius Crassus, ou des partisans plus obscurs, comme Ovinius, périrent sans, pour autant, faire partie des tyrannicides. Il parait impossible de relier les Aquillii Flori, victimes d’Octavien, avec d’autres personnes du même nom. Ils descendent, peut-être, d’une vieille famille sénatoriale dont l’ancêtre fut consul en 259 avec L. Cornelius Scipio18. Mais, une immense lacune chronologique les séparent de cet homonyme, ce qui rend cette parenté très hypothétique. Sous le principat, on connaît deux Aquilli Flori : L. Aquilius Florus qui fit une belle carrière s’achevant par le proconsulat d’Achaie, sans doute à l’époque augustéenne19 et L. Aquilius Florus, peut-être son fils, qui fut triumvir monetalis20.

147 L. ARRUNTIUS, Cos. 2221 partisan très incertain entre 42 et 32 (Vell. 2.86.2)

  • 21 RE 2.1 (1895) s.v. “Arruntius” no 7, col. 1262 (P. von Rohden) ; Glauning 1936, 14 ; Broughton MRR (...)
  • 22 Taylor 1964, 193. L. Arruntius a effectué des travaux édilitaires dans cette cité, CIL, X, 5055 = I (...)
  • 23 Les fastes nous apprennent que le père d’Arruntius se prénommait Lucius. Hinard 1985b, 433 n. 5, pe (...)
  • 24 CIL, I2, 28 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Cons. Cap., 137 sq. ; Fast. Fer. Lat., 150-151 ; Fast. Colot. (...)
  • 25 CIL, VI, 32 323, l. 45 et 151.

Origine géographique :

Atina22

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- père : L. Arruntius, RE no 523.
- fils : L. Arruntius, cos. en 6 p. C., RE no 8.
- petit-fils : L. Arruntius Camillus Scribonianus, cos. en 32 p. C., RE no 14.

Carrière :

- 43 : proscrit.
- 39 : restitutus à Misène.
- 31 : légat ? Praefectus classis ? d’Octavien, à Actium.
- 22 : consul24.

Sacerdoces :

- ?-17 : quindecemvir Sacris Faciundis25.

  • 26 Cuntz 1929, 71-73. Sattler 1960, 17 n. 33, supposait qu’il n’avait quitté que tardivement le parti (...)
  • 27 Vell. 2.86.2.
  • 28 L. Arruntius domo Pasimoae (= Phazemon du Pont) anno LV vet. leg VII, dans Cuntz 1929, 71 et 72-73.
  • 29 Balland 1981, 165-167.
  • 30 Syme 1933, 30-31 ; 33 ; 1934, 145-146 ; Alfödy 1966, 40-41.
  • 31 Christol & Drew-Bear 1986, 57-59.

4Il paraît improbable de compter, parmi les Antoniens, L. Arruntius, fondateur de l’une des plus puissantes familles de la noblesse julio-claudienne et compagnon fidèle du princeps. Pourtant, l’hypothèse qu’il ait servi Antoine quelque temps a été formulée26. L. Arruntius fut proscrit, de même que plusieurs parents. Sa famille était liée aux Pompeii et aux Cornelii Sullae. Il rejoignit alors Sextus Pompée et dut sa réhabilitation aux accords de Misène. Il y a dans sa carrière une lacune entre 39 et 31. Sa participation à la bataille d’Actium n’implique pas qu’il soit un Césarien de la première heure : M. Titius, transfuge de l’année précédente, commandait alors la cavalerie. Deux arguments ont incité à penser qu’il appartint quelque temps au parti d’Antoine. Après la victoire d’Actium, il intercéda pour C. Sosius, qui avait amplement mérité la colère d’Octavien27. Cette démarche, fort risquée, ne peut s’expliquer que par des relations profondes et antérieures. Il est vrai que la famille de Sosius appartenait, également, à l’entourage des Pompeii. Un second élément, surtout, vint renforcer l’hypothèse antonienne. O. Cuntz souligna l’existence d’un vétéran de la VIIe Légion, originaire de Phazimone du Pont, qui se nommait L. Arruntius28. Il aurait été membre des légions pérégrines levées par des légats d’Antoine, qui auraient donné leur nom aux nouveaux citoyens. Cela fit supposer qu’Arruntius avait eu un commandement militaire en Orient, à l’époque triumvirale. Il s’ajoutait à cela que le nomen Arruntius est assez répandu en Asie Mineure, dès le début du ier siècle p. C29. Cependant la théorie de Cuntz fut vivement critiquée et finalement abandonnée30 ; il n’y a aucun argument solide, à l’heure actuelle, pour faire d’Arruntius un légat antonien, pas plus qu’il n’y a d’explication probante à la fortune de ce nomen en Anatolie, pour l’instant31.

148 (Herius ?) ASINIUS MARRUCINUS32 partisan d’Antoine en 34 ? (BMC Mysia, 14, no 733)

  • 32 RE 2.1 (1895) s.v. “Asinius” no 2, col. 1583 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 411 ; Wiseman 1971, 215 no  (...)
  • 33 « Asinius étant proconsul romain”. En fait le monogramme indique qu’il s’agit d’une pièce d’Adramyt (...)
  • 34 Tribu : Arnensis, Taylor 1964, 194.

Origine géographique :

Téate34.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- frère cadet : C. Asinius Pollio.

Carrière :

- 35-34 ? : proconsul d’Asie ?

  • 35 Grant [1946] 1969, 394-396. Cette pièce a longtemps été attribuée au père d’Asinius Pollio, BMC Mys (...)
  • 36 Catul. 12.1.
  • 37 Asinius Gallus, PIR 12, 246 no 1229 ; il rappelle que Waddington pensait qu’il s’agissait de son on (...)
  • 38 Deroux 1981, 209-221 ; hypothèse acceptée également par Voisin 2000, 671.

5M. Grant35 suggère d’identifier Asinius le marrucin, connu jusque là seulement grâce à Catulle36, au proconsul qui apparaît sur les pièces d’Adramyttium d’Asie. Il suppose également que ce monnayage date de 34, ce qui implique qu’Asinius succèda à Titius comme gouverneur d’Asie, si toutefois ce dernier en a bien été gouverneur. Dans le même sens, Groag37 s’oppose à l’attribution de la pièce à Asinius Gallus, fils de Pollio (cos. en 8 a. C.) et préfère la rapprocher de l’un des Asinii de la fin de l’époque républicaine. Le frère de Pollio paraît avoir été un Césarien de longue date. En effet, C. Deroux38 propose de l’identifier à Herius, favori de César moqué par Catulle dans le carmen 54. Deux arguments vont dans ce sens. Tout d’abord, le prénom osque Herius, fort rare à Rome, est attesté à plusieurs reprises dans la gens Asinia. Ensuite, Herius, dans le carmen 54, et le frère de Pollio, qui apparaît dans le carmen 12, pêchent par le même défaut, impardonnable pour un Romain policé, leur rusticitas. Si l’on admet cette identification, Asinius serait entré dans la familiarité de César en 54 ; il devient la cible des brocards de Catulle, tandis que son frère, moins engagé politiquement mais féru des cercles poétiques, apparaît, dans le carmen 12, comme un modèle de vertu. Il paraît donc possible qu’Asinius ait poursuivi une carrière indépendante de celle de son frère et qu’en 34 il continue à servir le parti antonien, alors que son cadet s’en retire progressivement. Nous ignorons tout de son destin ultérieur.

149 P. BAGIENNUS39 partisan d’Antoine en 43 ? (Cic., Fam., 10.33.4)

  • 39 RE 2.2 (1896) col. 2768 (Klebs) ; Broughton MRR 4, 33.

Origine géographique :

Bagiennus Pagus ?

Carrière :

- 43 ? : légat de Marc-Antoine lors de la retraite de Modène ?

  • 40 Il existe un Pagus Bagiennorum, sur la côte ligure, connu par l’inscription, CIL, XI, 1147 ; RE 2.2 (...)
  • 41 Schmidt 1892b, 186-188.
  • 42 Schmitthenner 1958, 40,46, et 190 n. 32, 33 considère qu’il s’agit effectivement d’une légion ligur (...)

6Bagiennus n’est connu que par un passage de la lettre qu’Asinius Pollio envoie à Cicéron en mai 43. Le propréteur d’Espagne donne, à cette occasion, une estimation peu flatteuse des forces dont dispose Antoine à la suite de la défaite devant Modène. Dans l’énumération, apparaît une légion commandée par Bagiennus. Ce personnage restant absolument obscur par ailleurs, aucune supposition n’est permise40. Bagiennus est peut-être un fantôme prosopographique. O. Schmidt proposait, en effet, de lire pagi bagienni legio et non Publii Bagienni legio. Pollio ferait donc allusion à une légion recrutée en Ligurie par Antoine41. Cette explication a été adoptée par Schmitthenner42.

150 L. CANINIUS GALLUS, Cos. 3743 partisan d’Antoine en 37 (V. Max. 4.2.6)

  • 43 RE 3.1 (1897) s.v. “Caninius” no 4, col. 1477 (Münzer) ; Broughton MRR 3, 14 ; PIR2, no 389.
  • 44 Donati 1982, 307 : le gentilice est attesté sur une inscription de Placentia, CIL, XI, 1237. Le con (...)
  • 45 Broughton MRR 3, 14.

Origine géographique :

Placentia44.

Appartenance sociale :

Sénateur.

Liens familiaux :

- père : L. Caninius Gallus, trib. pl. 56, RE no 3 ?
- mère : Antonia.
- fils : L. Caninius Gallus, cos. suff. 2 a.C., RE no 5.

Carrière :

- 40 ? : préteur45.
- 37 : consul.

  • 46 Syme1939a, 194.
  • 47 Consulat avec M. Vipsanius Agrippa, CIL, XI, 6673, 18 ; Jos., AJ, 14.487 ; D.C. 48 index, et 48.49. (...)
  • 48 Lacunes que souligne très justement Tansey 2000, 266, pour le Cornelius Dolabella des fastes de Tao (...)
  • 49 Nous savons, en effet, par Valère Maxime, que C. Antonius Hybrida donna en mariage une de ses fille (...)
  • 50 PIR2, 2, no 390 ; cf. entre autres l’inscription CIL, VI, 31543, avec Plautius Silvanus.
  • 51 CIL, VI, 14327 ; PIR2, 2, no 396.

7Lucius Caninius Gallus reste une énigme46. Seul, son consulat, en 3747, atteste les grands services qu’il rendit aux triumvirs. Comme pour la plupart des consuls de cette décennie, on ignore auquel des trois il dut cette faveur48. Pourquoi en faire un Antonien ? En raison de ses liens de parenté : fils du tribun de la plèbe de 5649, il était probablement le cousin germain d’Antoine par sa mère, Antonia, fille de Caius Antonius Hybrida, consul en 63, oncle du triumvir. Il se rattacherait donc à la faction antonienne par obligation familiale, ce qui paraît un argument malgré tout fragile. La génération suivante s’illustre sous le principat, puisque son fils, Lucius Caninius Gallus, revêtit le consulat suffect en 2 a. C.50. La famille s’éteint par la suite, car ce dernier n’eut qu’une fille, Caninia Galla51.

151 CANNUTIUS52 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 5.49)

  • 52 RE 3.2 (1899) s.v. “Cannutius” no 3, col. 1485 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 323-324 ; Wiseman 1971, (...)

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- 43 : proscrit ?
- 41-40 : combattant de Pérouse.

  • 53 D.C. 48.14.3.
  • 54 App., BC, 5.49.
  • 55 App., BC, 3.41 et D.C. 45.6.3 et 12.4 ; il fut sans doute, pour cela, exclu du Sénat par Antoine, C (...)
  • 56 Vell. 2.64.3.
  • 57 Hinard 1985b, 444 no 32. Caius Cannutius est connu grâce a un passage de Suet., Rhet., 28.
  • 58 App., BC, 4.17 ; d’ailleurs Hinard 1985b, no 33, suggère cette solution.
  • 59 Syme [1939] 1967, 135, souligne que Tiberius appartenait à la clientèle du catonien P. Servilius Is (...)
  • 60 Roddaz 1988, 341.

8Dion Cassius53 et Appien54 citent un certain Cannutius parmi les victimes d’Octavien, après la reddition de Pérouse. Ce personnage figure au nombre des ennemis personnels du triumvir. Mais Dion précise qu’il s’agit du tribun de la Plèbe, Tiberius Cannutius, qui, en 44, avait harangué la foule en faveur d’Octavien55. Or, Velleius Paterculus56 indique, par ailleurs, que ce Tiberius Cannutius fut proscrit et exécuté, mais ajoute qu’il fut le premier de la liste et il mourut donc, dès le commencement, en 43. Ces contradictions rendent délicate l’identification de ce personnage. Pour cette raison, Fr. Hinard propose de reconnaître dans le condamné de Pérouse un certain Caius Cannutius, élève de Servilius Isauricus, ennemi d’Antoine et d’Octavien57. Bien que cette hypothèse soit logique, il n’y a pas de raison suffisante pour exclure l’affirmation de Dion Cassius. En effet, d’une part, Velleius le confondait manifestement avec Salvius, qui fut tribun et dont Appien relate, avec force détails58, l’exécution exemplaire ; d’autre part, Tibérius Cannutius apparaît, en 44, comme un Républicain qui, à l’exemple de Cicéron, favorisa Octavien contre Antoine, pour mieux détruire le parti césarien59. Il offre, semble-t-il, l’illustration d’un allié de Lucius Antonius pourtant hostile à son frère60.

152 CESTIUS MACEDONICUS61 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 5.49)

  • 61 RE 3.2 (1899) s.v. “Cestius” no 12, col. 2007 (Groag).

Origine géographique :

Pérouse.

Appartenance sociale :

notable.

Carrière :

- 41-40 : défenseur de Pérouse, se suicide lors de la reddition.

  • 62 App., BC, 5.49.
  • 63 App., BC, 5.31.
  • 64 Hinard 1985b, 450 no 39, préteur de 44, proscrit, mais aussi Cestius en 43 et C. Cestius Epulo.

9Cestius, surnommé Macedonicus en raison de ses campagnes militaires, était un citoyen de Pérouse. Après la reddition de Lucius Antonius, il se suicida en mettant le feu à sa maison. L’incendie se propagea et consuma la ville62. Ce geste désespéré, cité par Appien, laisse supposer que Cestius appartenait aux partisans les plus résolus de L. Antonius, n’ayant aucun espoir d’obtenir la grâce du vainqueur63. Il peut s’agir également d’un des vétérans des guerres civiles qui, au début de la guerre de Pérouse, du moins, semblaient prêts à rejoindre le consul de 41 au nom de son frère. Un certain nombre de Cestii, durant cette période, se retrouvent dans des camps différents64, il est difficile d’établir un lien entre eux.

153 ΚΙΛΛΩΝ CHILO ? ou GILLO ?65 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 4.29.117)

  • 65 RE n. v. ; Broughton MRR 3, 15.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 40 : proscrit et exécuté.

  • 66 App., BC, 4.27.
  • 67 Hinard 1985b, 451 no 40 (cf. également la fiche de Decius).
  • 68 Syme 1955a, 60, s.v. Cillo.
  • 69 Broughton, MRR 3, l5, suit les hypothèses de Syme ; il écarte l’identification avec L. Flaminius Ch (...)

10Il semble, a priori, impossible de rattacher au parti antonien Killôn, ajouté sur la liste des proscriptions, exécuté aux portes de Rome en même temps que Decius66. Cependant, si l’on admet qu’il fut victime d’une seconde vague de terreur en 4067, après la défaite de Pérouse, il appartient alors à une série où figurent P. Decius Mus et Tiberius Claudius Nero, qui soutinrent le consul de 41 contre Octavien. Mais cette hypothèse ne signifie pas, pour autant, qu’il l’ait suivi par fidélité ; il peut être opposant au triumvirat, rallié pour mettre en échec l’attribution des terres aux vétérans. Son nomen n’est pas connu. Si Killôn est pris comme la transcription du cognomen Chilo, ce surnom apparaît dans les gentes Torania, Magia, Vettia, ou Annia. Si l’on retient le cognomen Gillo, il peut être issu de la gens Fulvia68. Fr. Hinard incline à penser qu’il s’agit d’un ami de C. Toranius et, donc, d’un Pompéien. Toutes les hypothèses le concernant restent fragiles69.

154 CLODIUS BITHYNICUS70 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 5.49)

  • 70 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 18, col. 76 (Münzer).

Carrière :

- 41-40 : défenseur de Pérouse, exécuté.

  • 71 App, BC, 5.49.

11Clodius Bithynicus combat aux côtés de Lucius Antonius en 41-4071. Après la reddition de Pérouse, il est exécuté car, Appien le précise, il figurait au nombre des ennemis personnels d’Octavien. Aucune indication supplémentaire ne permet de cerner l’identité de Bithynicus. Cependant, il est loisible de supposer qu’il s’agissait au moins d’un notable de Pérouse et, probablement, d’un membre de l’ordre équestre, car, sans cela, son exécution n’eût pas fait l’objet d’un commentaire. De plus, Octavien ne pouvait nourrir d’inimitié pour un personnage obscur ; ce sentiment suppose que Clodius était engagé dans la polémique politique à un certain niveau. Son cognomen, enfin, qui rappelle l’Orient, laisse entendre qu’il eut, à titre civil ou militaire, des relations privilégiées avec le Pont-Euxin.

155 C. CLUVIUS72 consulaire en 29 Partisan d’Antoine en 31 ? (D.C. 52.42.4)

  • 72 RE 4.1 (1900) s.v. “Cluvius” no 4, col. 120 (Münzer) ; PIR2, no 1204 ; Nicolet 1974, 843-844 no 106 (...)

Origine géographique :

inconnue

Appartenance sociale :

sénateur.

12Lors de sa révision de la liste sénatoriale, en 29, Octavien réhabilita deux personnages qui avaient été privés de leur consulat parce que d’autres l’avaient revêtu à leur place, C. Furnius et C. Cluvius. Dans sa phrase, Dion les associe étroitement, mettant en facteur commune leur prénom. Dans le cas de Furnius on sait que sa désignation à ce poste était le résultat d’une longue carrière au service d’Antoine, mais que la rupture de 32, puis la condamnation des acta d’Antoine l’avaient privé du bénéfice de sa fidélité. Malheureusement, C. Cluvius n’est pas autrement connu. L’hypothèse la plus plausible reste cependant qu’il était également un Antonien. En effet, pour être désigné au consulat après 36, il fallait qu’il fût un partisan d’Octavien ou d’Antoine, et pour qu’il en fût privé, un Antonien. Cependant, on ne saurait totalement exclure qu’il s’agisse du cas d’un partisan de Pompée ou de Lépide qui aurait été réhabilité, longtemps après. Malgré tout, cette dernière solution paraît hautement improbable dans le cadre de ce passage de Dion qui évoque l’épuration du sénat et en même temps que les mesures prises par Octavien à l’égard des derniers Antoniens.

  • 73 Ces personnages sont regroupés dans la même notice par Groag, no 1203 mais ils doivent être disting (...)

13Reconstituer le passé de Cluvius en le rapprochant des autres Cluvii connus est une entreprise hasardeuse. On connaît plusieurs homonymes, le beau-frère de l’héroïne de la Laudatio dite Turiae, un préfet du dictateur César, qui a frappé des monnaies de bronze en 46-45, un légat de César chargé d’implantations coloniales en Cisalpine73. Il a parfois été rapproché du consul de 33, qui apparaît sous la graphie Chlouios dans certains manuscrits de Dion mais dont on sait qu’il s’agit en fait d’un Flavius Fimbria. À la fin de la République ce nom paraît trop répandu pour être l’apanage d’une seule famille dans les milieux influents. Le fait que l’homme d’affaires M. ou M’Cluvius ait adopté le surnom de Puteolanus montre que les Cluvii avaient des provenances diverses. Il est bien sûr tentant d’identifier le consulaire de 29 avec le préfet césarien ou avec le correspondant chargé des implantations coloniales, qui avait des liens privilégiés avec Reggium Lepidi. Il est très possible qu’il ne constituent qu’une seule et même personne. Cela expliquerait la clémence d’Octavien qui démontrerait sa pietas au profit d’un ancien subordonné de son père, mais cette hypothèse demeure gratuite, lorsque l’on mesure la profondeur de nos lacunes et les revirements incroyables de certaines destinées au cours de cette période.

156 C. COCCEIUS BALBUS74, cos. suff. 39 partisan possible d’Antoine entre 42 et 31 (IG II/III 2, 4110.)

  • 74 RE 4.1 (1900) s.v. “Cocceius” no 3, col. 129 (Groag) ; Broughton MRR 2, 482 ; Wiseman 1971, 225 no  (...)
  • 75 Victor, Epit. de Caes., 12. l ; si l’on accepte la supposition qu’il est bien un parent des Cocceii (...)
  • 76 On peut déduire cette parenté d’une inscription relative à la familia des Nervae de 13 a. C. (CIL, (...)

Origine géographique :

Narnia75 ?

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père ? : Cocceius76
- frère ? : L. Cocceius Nerva ? RE no 12.
- frère ? : M. Cocceius Nerva ? RE no 13.

Carrière :

- 42 ? : préteur.
- 39 : consul suffect.
- ? : légat d’Antoine.

  • 77 IG II/III, 4110 : Le peuple à Caius Cornelius Balbus, imperator, pour son mérite et sa bienveillanc (...)
  • 78 Syme [1939] 1967, 556 n. 32, et Broughton MRR 2, 482, conservent cette hypothèse.
  • 79 CIL, I2, 219 = CIL, VI, 32 481. Broughton reste prudent et n’avance pas de date ; Combès 1966, 459, (...)
  • 80 D.C. 48.35.2.
  • 81 Sur les missions des légats d’Antoine en Macédoine : App., BC, 5.75, mais quelques mois après, puis (...)
  • 82 AE 1934, 85. En dernier lieu, Canali de Rossi 2001, no 131 et 91 no 229 et Interdonato 2004, 272-27 (...)

14Caius Cocceius Balbus demeure un personnage mystérieux. Son appartenance au camp d’Antoine peut être supposée à partir d’une inscription retrouvée à Athènes, qui doit être datée entre 45 et 27 a. C.77. Dans cette dédicace, il est salué du titre d’imperator. Même si on ne peut totalement écarter une datation du début de l’empire, il est plus logique de placer ce texte à l’époque triumvirale, où Balbus, qui n’est pas autrement connu, fit l’essentiel de sa carrière. Cela signifie alors qu’il obéissait à Antoine78. Faut-il placer cette mission avant, ou après, son consulat en 3979 ? Il serait tentant de le compter parmi les légats laissés en Grèce, après Philippes, sous les ordres de Marcius Censorinus. Car il lui succède comme consul et l’on sait que, cette année là, les consuls ordinaires purent émettre un avis sur les suffects80. Mais, il se peut qu’il ait été comme M. Insteius, salué du même titre, un des légats qui pacifièrent la Macédoine entre 38 et 3681. Une inscription honorifique de l’Asklepieion de Cos lui a parfois été attribuée. Elle serait à mettre en relation avec les mesures prises par Antoine en faveur de quelques insulaires82. Les Cocceii, en règle générale, semblent avoir servi Marc Antoine au moins jusqu’en 39.

157 L. CORNELIUS CINNA, cos. suff. 3283 partisan possible d’Antoine de 43 à 32 ? (Cic. Phil., 10.13.1 ; Sen., Cl., 1.9 ; Ben., 4.30)

  • 83 RE 3.1 (1897) s.v. “Cornelius” no 107, col. 1287-1288 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 417 ; PIR2, no 13 (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Liens familiaux :

- grand-père : L. Cornelius Cinna, cos. 87 et 83.
- père : L. Cornelius Cinna, pr. 44.
- tante : Cornelia (ép. de C. Julius Cesar en 83).
- demi-frère : Cn Cornelius Cinna, cos. 5 p. C.

Carrière :

- 43 : questeur de Dolabella.
- 32 : consul suffect.

Sacerdoce :

- 29-21 : frère arvale.

  • 84 Sur la reconstitution de sa carrière et de ses liens familiaux, Scheid 1975b, 20-27. L. Cinna, cos. (...)
  • 85 Sen., Ben., 4.30.
  • 86 Sen., Cl., 1.9.
  • 87 Il suit d’abord Lépide, puis Perpenna et joint Sertorius. Il ne retrouve la plénitude de ses droits (...)
  • 88 Broughton MRR 2, 320 ; Appien, BC, 2.121.
  • 89 D.C. 44.50.4.
  • 90 Cic., Phil., 3.26. Il la refuse, mais se retire, semble-t-il, de la scène politique.
  • 91 Plut., Brut., 25 ; Cic., Phil., 10.6.13 = PIR2, no 1338.
  • 92 Son consulat : CIL, I2, 68 = CIL, VI, 10286-7 = PIR2, no 1313. Son appartenance au collège des Arva (...)

15Les activités de L. Cornelius Cinna durant les guerres civiles demeurent, en majeure partie, hypothétiques84. Octavien le retire du camp de ses ennemis, probablement celui d’Antoine, et lui confère le consulat85, en 32, ainsi qu’un sacerdoce86, l’entrée dans le collège des Arvales, en 29 probablement. Mais, il ne faut pas le confondre avec le conjuré qui bénéficie de la clémence d’Auguste, son demi-frère, Cn. Cornelius Cinna, consul en 5 après J.-C. Il importe donc de retracer ses origines et sa carrière. Son grand-père est l’ami et le collègue de Marius ; sa tante, la première épouse de César. Son père, après de multiples mécomptes politiques87, doit à son ancien beau-frère la reprise de sa carrière et la conclusion d’une alliance flatteuse avec Pompeia (de ce mariage naît Cnaeus, Lucius étant issu d’un premier lit). Lors des Ides de Mars, il est préteur88 et adopte une ligne de conduite ambiguë, approuvant les tyrannicides89 sans rompre les ponts avec Antoine, qui lui offre une province90. L. Cornelius Cinna, son fils, se trouve donc à la croisée de trois influences : la tradition marianiste, celle des Républicains, et des sympathies césariennes. Cette dernière tendance l’emporte d’abord. En tant que questeur, il est envoyé, à la tête d’un corps de cavaliers, à Dolabella. Ses troupes l’abandonnent en Thessalie, pour s’intégrer à l’armée de Brutus91. Poursuit-il sa route pour retrouver son supérieur en Asie et, si c’est le cas, qu’advient-il de lui après la mort de Dolabella ? La date de son ralliement à Antoine dépend de ces incertitudes : s’il est prisonnier de Cassius, il rejoint son camp après Philippes, en 42 ; réfugié auprès de Pompée, il doit attendre les accords de Misène, en 39, et, s’il lui demeure fidèle jusqu’au bout, il ne devient Antonien qu’en 35. Cette dernière hypothèse parait peu vraisemblable, car ses liens avec les Césariens lui permettaient un retour aisé et rapide à la vie publique. Aucune raison sérieuse ne l’obligeait à rester parmi les derniers Pompéiens. Quoi qu’il en soit, sa carrière a suivi un cours normal, bien qu’aucune mention n’en subsiste. Il abandonne Antoine au plus tard lors de la crise qui oppose Octavien aux deux consuls antoniens de 32. Il assume alors le consulat suffect, avec M. Valerius Messalla Corvinus. Comme pour son collègue dans cette magistrature, le consulat et le sacerdoce constituent le prix de leur ralliement92.

158 L. (CORNELIUS) LENTULUS (CRUSCELLIO ?), cos. suff. 38 ?93 partisan d’Antoine en 44 ? (Cic., Phil., 3.25)

  • 93 RE 4.1 (1900) no 197, col. 1372 et no 219, col. 1384 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 321 ; Hinard 1985b (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

patricien, sénateur de rang prétorien.

Liens familiaux :

- père : L. Cornelius Lentulus, cos. 49.
- épouse : Sulpicia, fille de Sulpicius Rufus, RE no 93.
- fils : L. Cornelius Lentulus, cos. 8 a.C.

Carrière :

- 44 : préteur.
- 43 : proscrit ?
- 38 : consul suffect ?

  • 94 Cic., Phil., 3.25.
  • 95 App., BC, 4.6.3. (Lentulus), V. Max. 6.6.3, (Lentulus Cruscellio), qui donnent sa femme Sulpicia co (...)
  • 96 Avec L. Marcius Philippus, InscrIt XIII, 1, Fast Mag. Vic, 282 sq. et 287 sq., Fast. Biond., 291 sq (...)
  • 97 Broughton MRR 2, 390, suppose qu’il peut s’agir du même personnage.
  • 98 Hinard 1985b, 459.

16Cicéron nomme Lucius Lentulus parmi les préteurs qui ont refusé d’accepter les résultats du tirage au sort de novembre 44, malgré son amitié pour Antoine94. Était-elle d’ordre privé ou Lentulus s’était-il auparavant engagé officiellement en faveur du consul ? En tout cas, il paya fort cher cette critique, puisqu’il fut proscrit en 43 et dut s’enfuir secrètement en Sicile auprès de Sextus Pompée, qui l’accueillit avec les honneurs95. Peut-être exerça-t-il le consulat en 38, puisque l’on retrouve dans les fastes un Lucius Cornelius Lentulus96 que rien n’empêche d’identifier avec lui97. Si l’on accepte cette reconstitution, il semble peu vraisemblable que Cornelius ait vraiment appartenu aux partisans d’Antoine. Fr. Hinard le situe parmi les Républicains98 mais, il vaut mieux le classer parmi les neutres : Cicéron mentionne qu’il est à la fois un ami d’Antoine et un des siens. Dut-il sa réhabilitation à Antoine ou à Octavien ? En tout cas il se rallia opportunément aux triumvirs.

159 CRITONIUS99 partisan d’Antoine en 44 (Nic. Dam. 28.108) ?

  • 99 RE 4.2 (1901) s.v. “Critonius” no 1, col. 1724 (Münzer).

Appartenance familiale :

- père ? L. Critonius, édile entre 86 et 83.

Carrière :

- 44 : édile cerialis ?

  • 100 Muller 1875, 3.343 ; cette suggestion est reprise par ; Gardthausen 1891, 2.1, 23 et 25, Hall 1923, (...)

17D’après Nicolas de Damas, certains des conseillers d’Octavien et d’Antoine s’emploient à les brouiller. Parmi les Antoniens, l’un d’entre eux, très hostile au jeune César, a fortement contribué à envenimer la situation. Mais il y a une lacune dans le texte qui ne permet pas de connaître son nom. On a proposé de l’identifier avec un certain Critonius100. Cette hypothèse puise son origine dans un passage d’Appien qui mentionne une querelle entre l’édile Critonius et Octavien. Conformément aux obligations de sa magistrature, Critonius devait donner des jeux et refusa de placer un siège et une couronne en l’honneur de César. L’héritier du dictateur, excipant du décret prononcé du vivant de ce dernier, en référa au consul Antoine, chargé de défendre les acta du défunt. Mais Antoine décida de soumettre l’affaire au sénat, ce qui provoqua la colère du jeune homme et sa riposte à l’occasion des jeux en l’honneur de Venus Victrix. Ce passage pose trois problèmes :

  • l’identification de l’Antonien avec Critonius. Un argument va en ce sens, le parallélisme des récits d’Appien et de Nicolas de Damas. Les deux passages sont suivis par un récit des jeux donnés par Octavien en l’honneur de Venus Victrix.

    • 101 Torrens 2000a, 101 ; 2000b, 168 n. 3-5.
    • 102 Mais cette fête n’est pas attestée avant 2 a. C.
    • 103 Cic, Att., 15.3.2, Arpinum, 22 mai.
    • 104 Toher 2004, 174-184.

    la datation et l’identification des jeux donnés par l’édile101. Il aurait pu organiser soit les Ludi Ceriales, en tant qu’édile cerialis, soit les Ludi Florales, en tant qu’édile plébéien. Mais ces jeux se déroulent normalement en avril. Or, on ne place généralement le retour d’Octavien à Rome qu’au début du mois de mai. Deux solutions ont été envisagées : soit il s’agit d’autres jeux (les Ludi Martiales, du 12 mai102, ou les jeux auxquels fait allusion une lettre de Cicéron, le 22 mai103, mais les circonstances de ces derniers sont bien différentes), soit il faut comprendre que les jeux édiliciens ont été repoussés à la fin du mois de mai en raison des incidents occasionnés par Amatius. Cependant, en reprenant les sources antiques de manière très convaincante, M. Toher a montré que c’était bien en avril qu’Octavien était revenu d’Apollonia. Son séjour fut bref, probablement entre le 11 et le 18 avril, donc à l’époque des Ludi Ceriales (12-19 avril). Cet incident se serait déroulé au moment des émeutes d’Amatius104.

    • 105 Crawford 1974, no 351 ; RE 4.2 (1901), no 2, col. 1724 (Münzer).
    • 106 Crawford 1974, 78 no 351, 367, 603 et 605. Ces deniers portant, au droit, la mention aed(iles) pl(e (...)

    la signification du refus de Critonius et de la temporisation d’Antoine. Critonius affirme, pour expliquer son geste, qu’il ne veut pas faire les frais d’un hommage à César. Est-il pour autant favorable aux Conjurés ? Probablement pas. Certes, lorsque le 22 mai, les tribuns refusent que l’on installe la sella en l’honneur du dictateur défunt, ils reçoivent l’adhésion de Cicéron et des sympathisants des conjurés. Mais la réponse dilatoire d’Antoine laisse supposer que, dans l’affaire du siège et de la couronne, ne se dessinent pas deux camps tranchés : l’acceptation pour les Césariens dans leur totalité et le refus, pour les Césaricides. Les hommages trop vifs rendus à César ont engendré des émeutes et irrité une partie de l’opinion neutre. Pour ne pas s’aliéner le sénat, avec lequel il tente de conserver de bonnes relations et ne pas aggraver la situation explosive du début avril, Antoine se doit d’être modéré. Si Critonius est un de ses partisans, son attitude peut s’expliquer par le souci d’appliquer une consigne d’apaisement et d’empêcher les jeux publics de donner prétexte à une attaque des adversaires, ce qui aurait été porté au débit d’Antoine. En ce qui concerne les antécédents de Critonius, si l’on ne sait rien d’autre sur lui même. Cependant, on connaît, par ailleurs, une monnaie, postérieure à 86, mentionnant un autre Critonius, Lucius, édile plébéien, que l’on identifie généralement à son père105. Or, cette monnaie présente un grand intérêt politique106. Elle rattache le père de ce personnage au camp marianiste et probablement à son aile militante. La récupération des descendants de Marianistes par César est un phénomène bien connu. Cela constituerait un argument en faveur de l’appartenance de l’édile de 44 au camp césarien, même s’il convient de rester prudent car il n’y a aucun déterminisme en ce domaine.

160 Q. DIDIUS107 partisan possible d’Antoine en 30 (D.C. 51.7.1)108

  • 107 RE 5.1 (1903) s.v. “Didius” no 4, col. 407 (Münzer) ; Glauning 1936, 16 ; Broughton MRR 2, 421 ; PI (...)
  • 108 C’est, du moins, l’hypothèse de Syme [1939] 1967, 556 n. 30, à partir de ce texte.
  • 109 Sa famille appartenait à la tribu Quirina, semble-t-il, Taylor 1964, 210.
  • 110 Groag PIR2, no 69 n’est pas absolument sûr qu’il appartienne à l’ordre sénatorial. Szramkievicz 197 (...)
  • 111 B. Hisp. 40 l.

Origine géographique :

Sabin109 ?

Appartenance sociale :

sénateur110.

Liens familiaux :

- parent ? : Q. Didius, légat de César en Hispanie111.

Carrière :

- 31-30 : légat en Syrie.

  • 112 D.C. 51.7.1.
  • 113 D.C. 51.7.2.
  • 114 Jos., AJ, 15.195 et BJ, 1.392.
  • 115 D.C. 51.7.2.

18Il n’est pas certain que Quintus Didius ait appartenu au parti d’Antoine. Gouverneur de Syrie juste après Actium, il pousse les Arabes à brûler la flotte de la Mer Rouge et, dans sa province, encourage la défection des rois et princes encore alliés d’Antoine112. De plus, il combat les gladiateurs de Cyzique, ultimes défenseurs du triumvir vaincu, puis traite avec eux et leur laisse le quartier de Daphné, à Antioche, pour résidence113. Donc, par son action, il fait basculer la Syrie dans le camp d’Octavien. Il facilite également le ralliement d’Hérode au vainqueur, en témoignant de l’aide apportée par le souverain dans l’affaire de Cyzique114. Cependant, envisager, avec Syme et Ganter, que Didius était un gouverneur antonien, placé au moment d’Actium pour garder la province, n’est pas contraire à la vraisemblance. En effet, la Syrie appartient encore après la défaite à la zone d’influence orientale et il paraît improbable qu’Octavien y ait envoyé un gouverneur sans armée. Didius serait donc un transfuge, ce qui explique peut-être sa mansuétude à l’égard des gladiateurs de Cyzique, bien différente de l’intransigeance de Messala, qui les fit disperser, puis exécuter, au mépris de la convention précédente115.

161 C. FLAVIUS116 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 5.49)

  • 116 RE 6.2 (1909) s.v. “Flavius” no 13, col. 2526 (Münzer).

Carrière :

- 41-40 : défenseur de Pérouse. Exécuté.

  • 117 App., BC, 5.49.207.
  • 118 Gardthausen 1891, 2, 98 n. 21.
  • 119 Plut., Brut., 51.2, lui donne le grade de praefectus fabrum, sans doute à tort, car nous connaisson (...)

19Caius Flavius appartient au groupe des ennemis personnels qu’Octavien refuse de gracier après la reddition de Pérouse117. Cela n’en fait pas un Antonien bien affirmé ; au contraire, il faut plus vraisemblablement présumer qu’il était un opposant à la politique triumvirale. C’est pourquoi Gardthausen118 l’identifie avec son homonyme, praefectus fabrum de Brutus. Mais Plutarque119 spécifie que ce dernier personnage trouva la mort à Philippes ; son décès précéda donc de plus d’un an celui du défenseur de la cité étrusque. Supposer une erreur des sources antiques paraît hasardeux et inutile pour un nom aussi banal que celui là.

162 Q. GALLIUS120 partisan d’Antoine en 43 ? (App., BC, 3.95)

  • 120 RE 7.1 (1912) s.v. “Gallius” no 7, col. 672 (Von der Muhll) ; Broughton MRR 2, 338.

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- père : Q. Gallius, RE no 6.
- frère : M. Gallius, RE no 5.

Carrière :

- 51 : accusateur de M. Calidius.
- 43 : préteur.

  • 121 Cela place son action dans une catégorie particulière : celle des complots impliquant un magistrat, (...)
  • 122 App., BC, 3.95. Il dépendrait d’une source antonienne, Cogitore 2002, 27.
  • 123 Suet., Tib., 6.
  • 124 D’autant qu’il a fallu destituer ce préteur et ce n’était pas anodin, Cogitore 2002, 51 n. 14.
  • 125 Cic., Fam., 8.4.
  • 126 Cic., Fam., 13.43 et 44 ; Broughton MRR 2, 290.
  • 127 Syme 1939b, 315, 317, repris par Broughton MRR 4, 27.
  • 128 Shackleton-Bailey 1964-7, no 202 et no 207. Cogitore 2002, 49 n. 8, en montre la fragilité.
  • 129 C’est pourquoi Broughton émet l’hypothèse qu’il était préteur pérégrin, MRR 2, 338.
  • 130 Cogitore 2002, 51-52.
  • 131 Syme [1939] 1967, 182.

20L’appartenance de Quintus Gallius au parti antonien demeure hypothétique, même si elle paraît plausible, car l’affaire qui l’implique reste très obscure. Quintus fut préteur. Octavien l’accusa, peut-être à tort, d’avoir comploté son assassinat121. Plusieurs versions coexistent. Suétone en relate deux. La première, très défavorable à Octavien, le présente comme un tyran cruel, méprisant la condition de magistrat romain : Gallius lui aurait présenté ses devoirs et, comme il portait des tablettes doubles sous son manteau, il fut soupçonné d’être armé et animé d’intentions criminelles. Cependant, Octavien ne dit rien et préféra le faire saisir, peu après, à son tribunal, par des centurions et des soldats et le mettre à la question, sans obtenir d’aveu ; il prit part lui-même à la torture en lui crevant les yeux, puis le fit tuer. Suétone tire l’autre version des Mémoires d’Auguste. Le complot était avéré : à l’occasion d’un entretien, Gallius aurait tenté de le tuer. Octavien l’a fait emprisonner puis l’a condamné à quitter Rome. Malheureusement, il serait mort, accidentellement, naufrage ou brigands, sur le chemin de l’exil. Appien présente une troisième version. Alors que se mettait en place la répression contre les assassins de César, le préteur urbain, Q. Gallius, frère de l’Antonien M. Gallius, sollicita d’Octavien le gouvernement de l’Afrique. Bien qu’il l’ait obtenu sans plus ample examen, il complota contre Octavien. Ses collègues zélés le démirent de ses fonctions ; le Sénat le condamna à mort ; la populace mit sa maison à sac122. Octavien commua sa peine en exil en le renvoyant auprès de son frère, qui servait Antoine, ce qui pouvait laisser entendre que le complot était ourdi, en fait, par ce dernier. Cependant le préteur exilé n’arriva jamais au port, sans que l’on sache quel malencontreux incident l’en a empêché. La réalité du complot est, donc, problématique : dans la première version, il s’agit d’une méprise ; dans la seconde, il y a eu tentative de meurtre ; dans la troisième, il existe bien, mais il avorte. Le seul point commun est la mort de Quintus, quelles qu’en soient les circonstances, ce qui explique l’animosité personnelle entre Marcus Gallius et Octavien123. L’élimination d’un préteur a dû susciter de violentes polémiques124, chaque camp offrant sa version des faits et il est impossible de résoudre toutes les contradictions qui en résultent. Mais il convient de préciser certaines questions. Tout d’abord, qui était Q. Gallius ? Sa carrière comporte de nombreuses incertitudes. Seule sa participation au procès de Calidius, avec son frère apparaît comme un fait acquis125. Il a été identifié avec Quintus Gallius, officier sous les ordres de Marcius Philippus en Cilicie126, mais cette hypothèse n’est plus retenue : il s’agirait plutôt d’un Quinctius Gallus127. Shackleton-Bailey reconnaît en lui le Q. Gallius adopté par Axius, mais cette identification paraît bien fragile128. Il est donc impossible d’expliquer sa participation à un complot par des prises de positions antérieures. La carrière de son frère et le fait qu’Octavien le renvoie vers lui constituent les seuls éléments qui plaideraient pour son adhésion au parti antonien. Mais il ne peut avoir ouvertement défendu la cause d’Antoine, à Rome, en 43, puisque ce dernier était Hostis Publicus. Il pouvait être un césarien modéré, allié des consuls morts à Forum Gallorum. Quelle que soit la version, il apparaît qu’Octavien n’avait pas de raison objective de le considérer comme un opposant. Mais, justement, la date de ce complot n’est pas assurée et le flou chronologique apparaît très gênant. Suétone ne fournit pas d’élément de datation, car il place l’anecdote dans une série de l’époque triumvirale. Appien, en revanche, la situe juste avant les pourparlers conduisant à la formation du triumvirat. Cette partie du récit n’épouse pas une chronologie rigoureuse et Gallius n’était pas le préteur urbain de 43, qui était Cornutus129. Faut-il, alors, placer la conjuration dans la série des attentats, fictifs ou réels, qui ont alimenté l’hostilité entre Antoine et Octavien en 44 et au début de 43130 ? Un tel incident, impliquant un magistrat, aurait fourni au consul une occasion d’éliminer légalement son jeune compétiteur. De plus, cette hypothèse est totalement incompatible avec le récit d’Appien car celui-ci implique qu’Octavien ait eu le pouvoir de distribuer des commandements et qu’Antoine et son parti se soient trouvés loin de Rome ; enfin Gallius n’est pas davantage le préteur urbain de 44, qu’il n’était celui de 43. Si Antoine assiège Modène en Cisalpine, on ne comprend pas bien l’utilité d’un voyage en bateau. En revanche, si Antoine se trouve déjà en Narbonnaise, le prétexte devient plausible. Or, le contexte chronologique, s’il était précisé, donnerait son sens au geste de Gallius. Soit le complot est un prétexte : Ronald Syme voit dans l’affaire Gallius un avant-goût du meurtre légal, qui frappe de terreur les tièdes ou les adversaires et annonce la proscription qui suivit les accords de Bologne131. Si on accepte sa réalité et que l’on fait confiance à la chronologie d’Appien, le complot peut-être, soit une manœuvre dirigée par les Antoniens contre leur ennemi, avant la conclusion des accords de Bologne, soit une réaction à la mise en place de la Lex Pedia, et il s’agirait d’un geste républicain. Si on le place dans la période triumvirale, ce que suggère le classement de Suétone, il peut être lié à d’autres périodes de tension entre les triumvirs, aux débuts de la guerre de Pérouse ou avant Brindes. Mais il est impossible de le placer plus tard.

163 M HERENNIUS132, cos. 34 partisan très hypothétique d’Antoine en 34-33 ? (IK 15, Ephesos, 1521)

  • 132 RE 8.1 (1912) s.v. “Herennius” no 13, col. 666 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 411 ; Wiseman 1971, no 2 (...)
  • 133 L’onomastique ne nous renseigne guère sur les origines d’Herennius. Les Herennii à l’époque républi (...)
  • 134 Si aucune parenté certaine ne permet de rapprocher les Herennii, il faut noter, pourtant, que ceux (...)

Origine géographique :

Picenum133 ?

Appartenance sociale :

sénateur de rang consulaire, homo novus.

Liens familiaux :

très incertains134.

Carrière :

- 34 : consul suffect.
- 33 : proconsul d’Asie ?

  • 135 Cüntz 1929, 72, déduisit cela d’une inscription, CIL, III, 8488, où apparaît un vétéran de la septi (...)
  • 136 IK 15-Ephesos, 1521 ; Broughton MRR 2, 411 ; Magie 1950, 1580 ; Grant [1946] 1969, 395, se rangent (...)
  • 137 Syme [1939] 1967, 555 n. 30, reprenait les conclusions de Ganter.
  • 138 D’autant plus qu’elle est marquée par le triomphe de C. Sosius, pendant occidental du triomphe de s (...)
  • 139 De plus, dans plusieurs cas, les consuls, ordinaires ou suffects, se démettent de leur charge en fa (...)
  • 140 CIL, I2, 66, InscrIt XIII, 1, Fast. Ven, 251, 254 sq., Fast. Pinc, 277 sq. ; Fast. Mag. Vic., 283, (...)
  • 141 D.C. 48.35.1.
  • 142 Fasti Capitolini, CIL, I2, 29, avec M(arci) F(ilius) M’(anii) N(epos) pour filiation.

21Deux éléments nécessitent d’examiner l’idée que Marcus Herennius, consul en 34, ait été un partisan d’Antoine. Tout d’abord, O. Cuntz, en étudiant les légions d’Antoine et d’Auguste en Orient, avait conclu que Marcus Herennius avait commandé en Asie durant le triumvirat135. De ce fait, il attribuait à ce personnage une inscription d’Éphèse, plus souvent reliée au consul de 1 p. C., Marcus Herennius Picens136. Il s’agit de la dédicace d’un proconsul qui s’est chargé de la restauration d’un bâtiment de l’agora. En ce cas, Marcus eût comblé un vide dans notre connaissance des gouverneurs d’Asie ; il aurait dirigé la province à partir de 33, peut-être jusqu’en 31, succédant à Furnius qui gouverna jusqu’en 35 et, peut-être aussi, à Marcus Titius, de 35 à 34137. Cependant, la fragilité de ces conjectures conduisent à ne pas se fonder sur elles, en l’état actuel de nos connaissances. Un autre argument incite à s’interroger : la date de son consulat. En effet, les consuls ordinaires de 34 sont Antoine, lui-même, et l’un de ses partisans, Scribonius Libo. Le triumvir démissionne, aussitôt, en faveur d’un de ses amis, Sempronius Atratinus, puis, aux calendes de juillet, succèdent deux suffects, qui sont peut-être antoniens, C. Memmius et Paullus Aemilius Lepidus. L’année 34 pourrait être dominée par ce parti138. Cette magistrature fait l’objet d’accords préalables entre les triumvirs, qui l’attribuent dans le souci d’équilibrer la représentation entre les factions. L’année 33, à deux exceptions près, est dominée par des fidèles d’Octavien ; 32, avant la crise, par leurs adversaires139. Mais, on le voit, trop d’inconnues demeurent pour que l’on puisse user de cet argument, isolément. De la vie de cet Herennius on ne connaît donc qu’un an. Il remplaça, en novembre 34, C. Memmius140 ; son consulat apparaît comme une simple formalité, qui lui donna sans doute accès à un commandement important – l’Asie ? – ainsi que le veut la coutume en vigueur141. Sa carrière personnelle reste une énigme. Cependant, on peut le considérer comme le premier maillon de l’ascension de sa famille si, M. Herennius Picens, consul sous Auguste, est bien son fils142, ce qui reste hypothétique.

164 Q. HORATIUS FLACCUS143 né en 65-mort en 8 a.C. gracié par Antoine en 42 (Hor, Carm, 27.13)

  • 143 RE 8.2 (1912) s.v. “Horatius” no 10, col. 2336-2399 (Stemplinger) ; Broughton MRR 2, 363 ; Nicolet (...)
  • 144 Suet., Poet. Hor., 1.
  • 145 Hor., S., 2.7.53 ; Nicolet 1974, 914 ; Taylor 1925, 161-170. Cels Saint-Hilaire 1999, 23-46 et 2002 (...)

Origine géographique :

Venusia144.

Appartenance sociale :

eques romanus145.

Carrière :

- 44-42 : comes, puis tribun de Brutus.
- 41 ? : réhabilité.

  • 146 Hor., S., 1.6, 45-48 ; Carm., 7.2 ; Ps. Acron, adHor.Carm., 2.7.1 (158 Keller) ; Suet., Poet. Hor.,(...)
  • 147 Hor., Carm., 7.9.
  • 148 Hinard 1985b, 474,
  • 149 Hor., Carm., 3.4.28.
  • 150 Hinard 1990, 103-113.
  • 151 Hor., S., 1.5.32-33. Cependant, Fraenkel 1957, 111-112, rappelle dans son commentaire de cette sati (...)

22Comme pour de nombreux jeunes Romains étudiant à Athènes, durant l’été 44, l’arrivée de Brutus, paré du prestige des tyrannicides, marqua un tournant dans la vie d’Horace. Il suivit son héros en Asie et servit avec zèle dans son armée, où il obtint le grade de tribun146. Il réchappa de la bataille de Philippes147. Il était proscrit en raison des responsabilités qu’il assuma dans le camp des “Libérateurs”148. Il est possible qu’il ait fait partie des troupes qui se sont embarquées à Thasos et ont poursuivi la lutte quelque temps aux côtés de Murcus et d’Ahenobarbus149. Dans la Septième Ode du deuxième livre, il révèle qu’il dût sa grâce à l’agile Mercure, qui le dissimula aux regards de ses ennemis et l’enleva. Le “nuage opaque” qui enveloppa sa fuite ne s’est toujours pas dissipé. En effet, les allusions qu’il fait, dans ses poèmes à sa restitution, restent sibyllines. Il est certes probable que “Mercurius Celer” désigne, en réalité, Q. Pilius Celer, beau-frère d’Atticus, Césarien, puis, sans doute, Antonien. Le poète serait donc redevable au cercle d’Atticus de son retour dans la communauté civique, probablement assez tôt, à l’occasion des accords de Brindes150. Les motifs de l’intervention de Celer ne sont pas connus, mais il convient de souligner qu’Atticus protégea particulièrement les hommes de lettres persécutés, comme Julius Calidus, par exemple. Comment Horace a-t-il manifesté sa gratitude ? Par des poèmes sans doute. La gratia qu’il témoigna à ses sauveurs n’apparaît pourtant guère ; tout au plus, peut-on noter l’hommage qu’il rend à Fonteius Capito, lors du voyage vers Brindes, “Capitoque simul Fonteius, ad unguem factus homo/Antoni non ut magis alter amicus151. Mais c’est parmi les amis de Mécène qu’Horace participe à ce périple. En 37, donc, il a déjà opté pour le parti d’Octavien, même s’il conserve des liens cordiaux avec les Antoniens.

165 P. LEPIDIUS, P.f.152 partisan incertain d’Antoine en 40 : RPC I no 907

  • 152 RE n. v.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 40 ? : proquesteur

  • 153 RPC I, 216 ; CIL, XI, 1326.

23Le rattachement au parti d’Antoine de P. Lepidius, inconnu par ailleurs repose sur la datation d’une émission monétaire de Crète et de Cyrénaïque. Si elle correspond à l’année 40, elle fait de ce proquesteur un auxiliaire d’Antoine. Il serait un des questeur s de 41. Le nom du magistrat est resté longtemps douteux, et l’on a hésité entre Licinius et Lepidus mais des trouvailles récentes ont permis d’établir qu’il s’agissait de Lepidius, par ailleurs très peu attesté153.

166 C. MEMMIUS, cos. suff. 34154 partisan très incertain d’Antoine en 34

  • 154 RE 15.1 (1931) s.v. “Memmius” no 10, col. 618 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 410.
  • 155 Broughton MRR 2.446.
  • 156 InscrIt XIII, 1, Fast. Ven., 251, 254 sq. ; Fast. Mag. Vic., 283, 288 ; cf. 136, 508 sq.

Appartenance sociale :

sénateur, famille sénatoriale.

Liens familiaux :

- père : C. Memmius, RE no 8.

Carrière :

- 51 : monétaire155.
-34 : consul suffect156.
- ? : légat d’Antoine ?

  • 157 C’est en plus, à Rome, l’année du triomphe de C. Sosius.
  • 158 Dans plusieurs cas, les consuls, ordinaires ou suffects, se sont démis de leur charge en faveur d’u (...)
  • 159 Une nouvelle inscription découverte à Cadix fait connaître un C. Memmius qui fut salué imperator à (...)
  • 160 Wiseman 1967, 164-167.
  • 161 Bammer 1972/1973, 220-222. Pour une datation plus basse 4/3 p. C voir, en dernier lieu, Outschar 19 (...)

24Aucune source antique ne permet d’affirmer que Memmius soit un Antonien. Cependant, deux éléments incitent à considérer cette hypothèse. Tout d’abord, la date de son consulat. L’année 34 semble plutôt dévolue aux Antoniens157. Le consulat, en effet, fait l’objet d’accords préalables entre les triumvirs, qui l’attribuent avec l’idée d’équilibrer la représentation entre les factions. À l’inverse, à deux exceptions près, l’année 33 est dominée par des fidèles d’Octavien ; 32, avant la crise, par leurs adversaires. À la suite de l’élimination de Sextus Pompée et de Lépide, il se dessine, semble-t-il, une certaine alternance entre les deux partis158, même si l’on ne peut exclure d’éventuelles exceptions. Cet argument, nous l’avons vu précédemment, ne peut être retenu isolément. Cependant, les consuls ordinaires de 34, Antoine, en personne, et l’un de ses partisans, Scribonius Libo, démissionnent, probablement, en faveur d’amis ou de clients. Dans le cas du triumvir, il ne subsiste aucun doute : Sempronius Atratinus est un fidèle et le fils d’un partisan de la première heure. Libo reste consul jusqu’aux calendes de juillet. À ce moment succèdent deux suffects, qui ont probablement l’agrément de leurs prédécesseurs, C. Memmius et Paullus Aemilius Lepidus. Sur la famille politique et la carrière de ce dernier les controverses sont vives, et impossibles à trancher. Cependant, il est très probable que C. Memmius ait succédé à Scribonius Libo. En effet, les antécédents familiaux de C. Memmius ne le prédisposaient pas particulièrement à figurer dans le parti d’Antoine, mais permettent de penser qu’il appartenait à l’entourage des derniers Pompéiens, protégés par Libo. Certes, reconstituer l’arbre généalogique des Memmii reste une entreprise délicate159. Caius descend, semble-t-il, du compétiteur malheureux de Glaucia, qui fut exécuté par le Marianiste, pour empêcher son élection en même temps que M. Antonius. Memmius est apparenté aux Cornelii Sullae et aux Scribonii Curiones160. Ces liens ancestraux autorisaient les Memmii à solliciter la bienveillance d’Antoine. Pourtant, le père de C. Memmius fut Pompéien ; mais il n’était pas sans lien avec les Césariens, puisqu’il reçut le soutien de César, en personne, pour les élections consulaires de 54. Cette collaboration tourna court : le déroulement de la campagne suscita un grand scandale et un procès pour brigue condamna à l’exil le père de notre personnage, qui revint à la vie civique après Pharsale, mais décéda peu après. En dépit des revers familiaux, en 51, C. Memmius fut monétaire, probablement grâce à la protection de celui qui était alors le véritable maître de Rome, Cn. Pompée. Les Memmii disparaissent de nos sources pendant la guerre civile, il y a tout lieu de penser qu’ils restèrent Pompéiens. Un second élément nous incline à classer le consul de 34 parmi les Antoniens : le monument des Memmii à Éphèse, qui est érigé à la gloire de sa famille maternelle et dont l’iconographie rappelle aux Éphésiens la victoire de Sylla et la puissance de Rome. Ce monument doit être daté de la fin de la période républicaine et, plus probablement, de celle du triumvirat161. Il n’est pas impossible que Memmius ait mis à profit un commandement en Asie, comme légat d’Antoine, pour entreprendre cette construction. Cependant, ces hypothèses ne reposent pas sur des témoignages antiques mais sur des interprétations. Elles restent donc extrêmement aventureuses.

167 NONIUS162 partisan de L. Antonius en 41 (App., BC, 5.30)

  • 162 RE 17.1 (1936) s.v. “Nonius” no 3, col. 863 (Münzer).

Carrière :

- 41 : centurion ? tribun ? chargé de la garde des portes de Rome.

25Lorsque Lucius Antonius marche sur Rome, Nonius lui ouvre les portes de la Ville. Il se rallie au consul, avec ses troupes. Malheureusement, aucune identification ne peut être raisonnablement avancée, car Appien est le seul à le mentionner et ne nous en apprend pas plus.

168 C. NORBANUS FLACCUS163, cos. 38 partisan possible d’Antoine de 44 à 42 (App., BC, 4.102-104)

  • 163 RE 17.1 (1936) s.v. “Norbanus” no 9 a, col. 1270-72 (Groag) ; PIR2, 415 no 135 ; Wiseman 1971, 245 (...)
  • 164 Munzer RE no 5 ; 1932, 220-236 ; Panciera 1960, 17-19.
  • 165 Schulze 1904, 532 ; Willems 1878-85, 1.181 ; Syme [1939] 1967, 524, n. 84 ; Badian 1964, 49-50 ; Ta (...)
  • 166 Sur les nombreux problèmes d’identification des générations, voir, en dernier lieu, Evans 1987, 121 (...)
  • 167 On ne sait si c’est lui, ou son fils, qui est cité dans ce collège, lors des jeux séculaires, CIL, (...)

Origine géographique :

Norba ?164 Étrurie ?165

Appartenance sociale :

sénateur de rang prétorien, famille sénatoriale.

Liens familiaux :

- grand-père : C. Norbanus, cos. 83, RE no 5166.
- père : C. Norbanus, mon. 83, RE no 6.
- fils : C. Norbanus, cos. 24.

Carrière :

- 43 ? : préteur.
- 42 : légat des triumvirs en Macédoine.
- 38 : consul.
- 36-34 : proconsul d’Espagne.
- 34 (12 oct) : Triomphe ex Hispania.

Sacerdoce :

quindecemvir sacris faciundis.167

  • 168 Plut., Brut., 38.2 ; App., BC, 4.102-104 ; 107 ; D.C. 47.35-47.36.4 ; Zon. 10.19 ; avec Decidius Sa (...)
  • 169 App., BC, 4.130.
  • 170 Broughton MRR 2, 390.
  • 171 Broughton MRR 2, 402, 408, 412 ; Jos., AJ, 19.123 ; InscrIt XIII, 1, Act. Triumph., 83 sq., 569.
  • 172 C. Norbanus Flaccus, cos. ord. en 24 ; son fils homonyme, cos. ord. en 15 p. C. ; et L. Norbanus Ba (...)
  • 173 Cette union fut déduite du cognomen Balbus, porté par le consul de 19. D’après Evans, des liens ava (...)

26À première vue, tous les arguments inclinent à considérer C. Norbanus comme un partisan d’Octavien dès la première heure. En effet, alors qu’il était un des légats des triumvirs168, l’héritier de César lui confia la garde de son camp après la bataille de Philippes169. Quatre ans plus tard, il fut le collègue au consulat d’Appius Claudius Pulcher, rallié assez tôt à Octavien170. Ensuite, il succéda en Espagne à Domitius Calvinus, du même parti, et mena une brillante campagne, toujours dans la sphère d’influence du jeune triumvir. Son triomphe, en octobre 34171, répondait sans doute à celui de l’Antonien Sosius en septembre, dans une compétition qui n’avait rien d’innocent. Le destin des Norbani sous l’empire, tous consuls ordinaires de père en fils172, atteste qu’ils furent des piliers du nouveau régime ; position que renforçait, peut-être, une alliance matrimoniale avec les Cornelii Balbi173.

  • 174 Broughton MRR 2, 339. L’attestation de la préture avec L. Cestius provient d’aurei, qui ont pu être (...)
  • 175 Son consulat en 83 Broughton MRR 2, 62, avec L. Cornelius Scipio Asiaticus, fut le couronnement de (...)
  • 176 Cic., De Or., 2.197-203 ; questeur en 99, Gruen 1966b, 105-106.
  • 177 Cic., De Or., 2.107-109 ; 124 ; 164 ; 167 ; 197-203.
  • 178 Gruen 1966a, 43-44 ; 1966b, 105-106 ; Badian 1964, 35-36.
  • 179 Thompson 1962, 339-355, surtout 351.
  • 180 Sur cette loi, Hinard 1985b, 217-219.

27Cependant, les débuts de la carrière de Norbanus et ses liens familiaux suggèrent de le classer, durant la pèriode 44-42, au nombre des Antoniens. Sa préture, que Broughton place en 43, sur beaucoup de présomptions relativement sûres174, fut soumise au bon vouloir du consul Antoine lors de sa désignation. Le commandement exceptionnel qu’il obtint contre les Républicains, l’année suivante, aux côtés de Decidius Saxa, un Antonien, peut être l’effet d’un partage des responsabilités entre les deux triumvirs. Chacun ayant désigné un de ses partisans à la tête de l’avant-garde, celle-ci se trouve dirigée, comme le gros de l’armée, par un état-major bicéphale. Mais, il est très probable qu’Antoine influença son collègue sur le choix des lieutenants, connaissant mieux que lui la valeur militaire des anciens légats de César. En Decidius Saxa, il désigna un Césarien qui lui était tout dévoué ; en Norbanus Flaccus, un autre avec lequel il n’était pas tout à fait sans lien. Les Norbani ont eu, en effet, une relation étroite avec les Antonii, par le passé. Le grand-père de notre personnage, marianiste ardent175, avait été le questeur de Marcus Antonius l’orateur, aïeul d’Antoine176. En 95, Norbanus fut traîné devant les tribunaux, sous le coup d’une très grave accusation de majestate, pour s’être attaqué à Caepio, après la défaite d’Arausio, en 103. Son ancien chef le défendit et obtint son acquittement177, alors que leurs affinités politiques semblaient très divergentes, pour ne pas dire opposées. Marcus Antonius s’était senti obligé, parce que la questure avait fait de Norbanus un sodalis. L’orateur intervient donc en souvenir du lien sacré, politique et religieux, qui unit le proconsul à son subordonné178. Cependant, L. A. Thompson179, en étudiant les relations à la fin de la république, parvient à la conclusion qu’il s’agit d’une obligation éphémère entre concordia ou necessitudo publica, qui ne dure que le temps de leur collaboration. Si cette fidélité se poursuit après la cessation des magistratures, c’est que les intéressés ont formé, à la faveur de ce rapprochement, des liens d’amitié ou de clientèle. Les Norbani appartenaient donc, au début du 1er siècle, à la clientèle des Antonii. C’est encore à un Antonius qu’ils dûrent de revenir aux affaires de la vie publique, dont ils avaient été écartés par la proscription, puisqu’en 49 Antoine donna son nom à la lex Antoniae de civibus restitundis, vivement souhaitée par César180. Ces présomptions ne prouvent pas que Norbanus Flaccus ait soutenu Antoine très activement durant les années 44 à 42.

  • 181 Assez peu probablement Decidius Saxa, Hinard 1985b, no 22, mais C. Carrinas, fils du no 14 ; Cinna, (...)

28Il appartenait, comme nombre de descendants des proscrits marianistes, à l’entourage de César181. Sa fidélité envers le fils adoptif de celui-ci s’explique donc parfaitement. Cependant, il n’opta peut-être pas pour ce dernier avant 42, suivant, dans un premier temps, la majorité césarienne auprès d’Antoine.

169 T. OCTAVIUS182 partisan très improbable d’Antoine en 32-3 ? (Grant [1946] 1969, 373)

  • 182 RE n. v. ; Broughton MRR 3, 44.

Appartenance sociale :

famille sénatoriale ?

Liens familiaux :

- parent ? : M. Octavius, RE, no 34.

Carrière :

- 32-31 : gouverneur d’Asie ?

  • 183 D’après Grant [1946] 1969, 373.
  • 184 Broughton MRR 3, 44, souligne qu’Imhoof-Blumer y voyait un portrait de Livie et non de Cléopâtre.

29Titus Octavius apparaît seulement sur une pièce d’Alabanda conservée à Berlin183. Grant suggère que ce personnage était parent de Marcus Octavius, l’amiral d’Antoine à Actium et gouvernait alors l’Asie. Cependant, Broughton estime cette hypothèse fragile. Plusieurs arguments la combattent en effet. D’une part, la lecture de la légende et l’identification du portrait ne sont pas sûres184. D’autre part, le prénom Titus est peu attesté dans la gens Octavia. Broughton pense qu’il faudrait lire dans la légende le nom d’un magistrat local : Titus Octavius Cléomenès ou Cléandre.

170 OFELLIUS185 partisan possible d’Antoine en 39 (Jos., AJ, 14.345 ; BJ, 1.259)

  • 185 RE 17.2 (1937) s.v. “Ofellius” no 1, col. 2038-9 (Münzer).
  • 186 Il n’est même pas assuré qu’il soit Romain. Dans sa traduction, Pelletier 1975, adopte la transcrip (...)

Origine géographique :

très incertaine186.

Carrière :

- 39 : conseiller de Phasaël.

  • 187 Münzer, RE no 1 ; Demougin 1992, 31 no 15.
  • 188 Nicolet 1970, no 250.
  • 189 App., BC, 5.135 ; Münzer, RE no 2 ; Demougin 1992, 31 no 15.

30Le cas d’Ofellius apparaît fort douteux. Flavius Josèphe le cite dans l’entourage de Phasaël, en 39. Averti par un notable syrien, le richissime Saramalla, des manœuvres des alliés d’Antigone, il lui conseille la fuite et propose de mettre des bâteaux à sa disposition pour réaliser ce projet. Phasaël refuse et son destin s’accomplit. Traditionnellement187, Ofellius est considéré comme un conseiller romain, placé par Antoine auprès de ses alliés juifs. Une information va dans le sens de cette hypothèse, sans pour autant lui conférer de certitude : l’aide matérielle que promet Ofellius à Phasaël suggère qu’il était en mesure de rassembler quelques moyens logistiques. Mais deux remarques réduisent la portée de cet argument. Tout d’abord, quelques navires ne signifient pas une flotte de guerre. Ensuite, il est dans les possibilités d’un armateur d’importance de regrouper une flotille, surtout si cet armateur dispose du soutien de Saramalla. Par ailleurs, à la même époque, d’autres Ofellii ou Ofillii se distinguent : le juriste et ami de César188 ainsi qu’un tribun militaire qui disparaît lors de la mutinerie des troupes d’Octavien en 36189. Pourtant, il serait aventureux de relier ces trois personnages, qui n’ont pour seul trait commun que leur homonymie. En conclusion, Ofellius descend peut-être d’une famille italienne, établie de longue date en Orient. De ce fait, il est en lien avec les indigènes influents, comme Saramalla. Rien, dans le texte de Josèphe, n’atteste absolument qu’il s’agisse d’un subordonné d’Antoine, mais il paraît logique de voir en lui un conseiller, à demi-privé, qui assure la liaison avec les autorités romaines. Le soutien qu’Antoine apporte au parti d’Hérode justifierait pleinement ce rôle.

171 Q. OPPIUS190 partisan très improbable d’Antoine en 32-31 (Grant [1946] 1969, 61-64)

  • 190 RE 18.1 (1939) s.v. “Oppius” no 21, col. 741-742 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 419.
  • 191 L’onomastique ne fournit guère d’indication dans ce cas. En effet, Oppius fut d’abord un prénom ava (...)

Origine géographique :

Picenum191 ? Velia (Lucanie) ?

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 32-31 ? : proconsul en Syrie ?

  • 192 Grant [1946] 1969, 61-64 et 458.
  • 193 Grueber, CRRBM 1, 541 ; Münzer RE no 21, se réfère à Grueber.
  • 194 Crawford 1974, 545-546 no 550.
  • 195 Badian 1984b, 99-103.
  • 196 Bahrfeldt 1909, 80-84 ; RPC I, 158 no 602 et 602 A.
  • 197 Cic, Phil., 3.25.
  • 198 App., BC, 4.41 ; D.C. 48.53.4.

31Grant192 estimait que Quintus Oppius avait dû être gouverneur de Syrie au début de la guerre d’Actium ; son commandement s’intercalerait, donc, entre la mort de Calpurnius Bibulus et l’arrivée de Didius, qui est mandaté, soit par Antoine, soit par Octavien. Cette chronologie reposait sur une nouvelle explication d’une pièce déjà commentée par Grueber193. Ce dernier avait interprété la légende “Q(uintus) OPP(ius) PR( ?)” en complétant avec PR(aefectus). Il pensait qu’Oppius, l’ami de César, avait procédé à cette émission pendant qu’il était préfet de Rome, en 46-45. Grant, pour sa part, voyait dans l’inscription “PR” l’abréviation de Praetor ou de Proconsul. Crawford194 et Badian195 ont remis en question l’interprétation de Grant : ils ont préféré attribuer cette pièce à Q. Oppius, qui fut gouverneur de Cilicie en 88. Mais, depuis cette date, des découvertes en nombre significatif de ce monnayage en Italie plaident en faveur d’une frappe locale. Elles redonnent de la consistance à une hypothèse de Bahrfeldt, qui avait lié, en raison de leurs nombreuses similitudes, cette émission à celle de Clovius que l’on peut situer en Italie, à la fin de l’époque césarienne. Le monnayage de Q. Oppius vraisemblablement italien, daterait des années 40, sans que l’on puisse donner plus de précision196. L’identification de ce personnage se révèle impossible, car les sources littéraires évoquent de nombreux Oppii, qui appartiennent à l’ordre sénatorial durant la période triumvirale : dans les Philippiques, on découvre un Oppius, peut-être prénommé SP(urius), préteur en 44197 ; chez Dion Cassius et chez Appien, un père et un fils qui furent victimes de la proscription198 ; dans le camp d’Antoine, deux autres Oppii s’illustrèrent, Oppius Capito et Oppius Statianus. Ces personnages ne peuvent être confondus avec le monétaire et ne sont probablement pas apparentés. Rien ne prouve que le préteur ait été un Antonien.

172 Q. PILIUS CELER199 partisan possible d’Antoine en 43-42 (Cic., ad Brut., 2.5.3)

  • 199 RE 20.2 (1950) s.v. “Pilius” no 2, col. 1326-1327 (Münzer) ; Nicolet 1974, 978 no 269.
  • 200 Un Pilius est connu comme censeur de Cora, CIL, I2, 1509 = ILS, 3708 = ILLRP, 111.
  • 201 Cic., Att., 4.18.5.
  • 202 Cic., Fam., 8.8.2 et 3 ; Att., 6.3.10.
  • 203 Cic., Att., 9.18.2.
  • 204 Cic., Att., 12.8.

Origine géographique :

Latium200 ?

Appartenance sociale :

eques romanus.

Liens familiaux :

- sœur : Pilia, épouse de M. Caecilius Pomponianus Atticus, RE no 3.

Carrière :

- 54 : tribun équestre ? dans l’armée de César en Bretagne201.
- 51 : accusateur dans le procès de concussion de Servilius202.
- 49 : tribun équestre ? durant la guerre civile203.
- 46 : tribun équestre de César ? en Hispanie204.

  • 205 Cicéron le classe, en 49, dans l’engeance infernale qui suit César ; en 43, il ironise sur son dévo (...)
  • 206 Cic., Fam., 8.2 et 3.
  • 207 Nicolet 1974, 978.
  • 208 Cic., Att., 9.18.2.
  • 209 Cic., Att., 12.8.
  • 210 Cic., ad Brut., 2.5.4.

32Q. Pilius Celer apparaît comme un Césarien convaincu205. Il est, probablement, le beau-frère d’Atticus206 et appartient, sans doute207, à l’ordre équestre. Il a suivi César dans bon nombre de ses campagnes, ce qui permet de suggérer qu’il eut des activités militaires. En 49, Cicéron raille Celer, le “héros”208. Dans une lettre de 46, l’orateur demande à Atticus de lui faire connaître les consignes que César donne aux candidats ; il est question, en outre, d’une candidature de Celer209. Peut-être dut-il à sa fidélité l’entrée au Sénat ? Après la mort du dictateur, il passe, semble-t-il, au service d’Antoine. En effet, en avril 43, il apporte au Sénat une missive écrite par C. Antonius, ainsi qu’une lettre de Brutus. Cela n’implique pas nécessairement qu’il soit sénateur. Cicéron laisse entendre à Brutus que Celer est un adversaire déclaré, ce qui jette un doute sur l’authenticité de la seconde lettre produite210. Il faut peut-être l’identifier, ensuite, avec le Celer qui intervint en faveur d’Horace.

173 PINARIUS211 partisan possible d’Antoine en 43 (Suet., Aug., 27.6)

  • 211 RE 20.2 (1950) s.v. “Pinarius” no 2, col. 1397 (Groag) ; Nicolet 1974, 980 no 372 ; Demougin 1992, (...)

Appartenance sociale :

eques romanus.

Carrière :

- 43 ? : tribun militaire.

  • 212 Demougin penche pour une exécution liée à la guerre contre les meurtriers de César.
  • 213 Nicolet 1974, 980.
  • 214 Demougin, Pinarius no 62 ; Pinarius Natta no 63 ; Q. Pinarius no 27.
  • 215 (Ut)tedius Afer, Q. Gallius, mais il subsiste une part d’hypothèse dans ces trois cas.

33Pinarius était tribun militaire. Il prenait des notes pendant une harangue d’Octavien et fut arrêté et exécuté pour cela. Cet épisode, non daté, semble se dérouler en 43 ou en 42212. Pour qui, Pinarius, espionnait-il ? Cl. Nicolet pense qu’il travaillait pour le compte d’Antoine car il est, peut-être, apparenté à l’Antonien Pinarius Scarpus213. Cet argument, malheureusement, peut se combattre aisément ; la gens Pinaria est, alors, représentée par de multiples branches, dans l’ordre équestre et au Sénat214. Cependant cette hypothèse est confortée par le fait qu’il soit placé, dans le récit de Suétone, parmi un lot de victimes antoniennes215.

174 POMPEIUS VARUS216 partisan possible d’Antoine entre 35 et 30 (Hor., Carm., 2.7.15-18)

  • 216 RE suppl. 9 (1959) s.v. “Pompeius” no 21, col. 2262 (Miltner) ; Hinard 1985b, 506-507 no 106 ; Demo (...)

Appartenance sociale :

eques romanus

Carrière :

- 42 : tribun dans l’armée de Brutus.
- 42-35 ? : tribun ? dans l’armée de Sextus Pompée.
- 35 ? : ralliement à Antoine ?

  • 217 Hinard 1990, 103-113, surtout 110 et 1985b, 507 no 106.
  • 218 Demougin 1992, 53 no 38, qui reprend l’idée de Miltner.

34L’appartenance de Pompeius Varus au parti antonien repose exclusivement sur l’interprétation que l’on peut faire de la Septième Ode. Horace salue le retour, après une très longue absence, de son ancien compagnon d’armes, qui a connu, comme lui, la défaite de Philippes, mais qui n’a pas abandonné la lutte. Il s’est battu en Sicile, sous les ordres de Sextus Pompée. Quelle date faut-il donner pour son retour à la vie civique ? Il peut avoir profité de l’amnistie qui suivit les accords de Misène217, et le ton du poème d’Horace s’accorderait bien avec l’euphorie qui régnait alors. Mais il peut, tout aussi bien, avoir choisi de rester sous les armes. En ce cas, il aurait suivi Sextus en Asie et a été incorporé dans l’armée antonienne, au printemps 35. S. Demougin s’appuie sur le vers 18 “longa fessum militia latus/ depone” de l’ode d’Horace pour préférer cette seconde solution, qui paraît effectivement très plausible218.

175 PUPIUS RUFUS219 légat possible d’Antoine en 32 (RPC I, no 919-923)

  • 219 RE 23.2 (1959) s.v. “Pupius”, col. 1996 (Gundel).

Appartenance sociale :

sénateur, de rang questorien.

Carrière :

- 34-31 ? : questeur propréteur en Cyrénaïque.

  • 220 Grant [1946] 1969, 69 ; Perl 1970, 349-51, no 19.

35Pupius Rufus n’est connu que par le monnayage de Cyrénaïque. Il a émis trois dénominations, portant au droit des types habituels du monnayage local et au revers des symboles de l’autorité des questeurs romains, sella quaestoria, lance, sacculus. Il mentionne d’ailleurs son rang de questeur propréteur. On a généralement préféré classer cette monnaie juste après Actium, ce qui pose le problème de son articulation avec le monnayage de Pinarius Scarpus, d’abord Antonien puis partisan d’Octavien. Aussi le RPC préfère placer chronologiquement cette monnaie avant celle de Scarpus. En effet, son poids et son module la rattachent aux séries de Lollius et de Crassus, alors qu’elle est dissemblable des monnaies émises après Actium220. Pupius affirmerait donc son autorité de magistrat romain en Cyrénaïque après la donation à Cléopâtre Séléné. Cette hypothèse pose, donc, de nouveaux problèmes et l’argument sur lequel elle repose reste fragile, par conséquent, faute d’élément complémentaire, Pupius Rufus reste un auxiliaire incertain.

176 Q. STATILIUS221 Trib. Pleb. Desig. 29 partisan possible d’Antoine en 32 (D.C. 52.42.3-4)

  • 221 RE 3A. 2 (1929) s.v. “Statilius” no 8, col. 2186 (Fluss) ; PIR 258, no 589.

36Q. Statilius n’est connu que par une phrase de Dion Cassius, qui évoque sa résistance à la décision d’Auguste et d’Agrippa, lors de la révision des listes en 29 a. C. En effet, ceux-ci ne reconnurent pas la validité de sa désignation au tribunat de la plèbe. Il faut reconnaître que l’on peut avancer de multiples raisons à cette dégradation : la disqualification censitaire, l’indignité morale ou une naissance trop modeste. Cependant, ce cas semble lié par l’auteur à ceux de C. Cluvius et C. Furnius, désignés au consulat mais empêchés de l’exercer par la guerre civile. C. Furnius était antonien ; il est probable que Cluvius l’était aussi. Il se peut que Statilius, ancien questeur, désigné au tribunat en 32 ait rejoint l’armée d’Antoine. Pourquoi alors lui refuser ce rang, quand des personnages plus considérables ont été réhabilités sans préjudice ? Deux raisons peuvent être alléguées : le caractère sensible du tribunat de la plèbe dans une phase de transition politique délicate et le calcul stratégique d’Octavien, qui n’use de sa clémence que dans des cas où il en retire un bénéfice spectaculaire.

177 P. SULPICIUS RUFUS222, cens. en 42 partisan probable d’Antoine de 44 à 42 (CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204. 93)

  • 222 RE 4A. 1 (1931) s.v. “Sulpicius” no 93, col. 849-850 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 358.
  • 223 Münzer attribue la paternité de Sulpicia au préteur de 48. En ce cas, il est également l’époux de J (...)
  • 224 Broughton MRR 2, 132 ; Cic., Verr, 1.30 ; Schol. Gron. 337 Stangl ; Ps. Ascon. 216, Stangl.
  • 225 Broughton MRR 2, 219. En 55, il est affecté à la garde du port (de Boulogne ?), Caes., Gal., 4.22.6 (...)
  • 226 Broughton MRR 2, 273. Il commandait une des deux escadres césariennes de Sicile et mouillait dans l (...)
  • 227 Broughton MRR 2, 299. Cicéron lui adresse deux lettres, au moins, durant son séjour dans cette prov (...)
  • 228 Broughton MRR 2, 299, suivant Grant [1946] 1969, 11-12. Ce dernier se fonde sur une monnaie d’Amisu (...)
  • 229 Broughton MRR 2, 358.

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, de rang prétorien, famille patricienne.

Liens familiaux :

- père : P. Sulpicius Rufus.
- épouse : Julia ? RE no 544.
- fille : Sulpicia ?
RE no 112223.
- gendre : L. Cornelius Lentulus Cruscellio,
RE no 19.

Carrière :

- 69 : questeur224.
- 55-49 : légat de César en Gaule225.
- 48 : préteur226.
- 46 : gouverneur (propréteur ? proconsul ?) d’Illyricum227.
- 46-45 : gouverneur (propréteur puis proconsul) de Bithynie et du Pont ?228
- 42 : censeur229.

  • 230 CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204 ; CIL, I2, 64 = InscrIt XIII, 1, Fast. Colot., 273-275 ; Fast. Amit., 17 (...)
  • 231 Cic, Phil., 2.98.
  • 232 Suolahti 1963, 492-494 no 177.
  • 233 Depuis le troisième siècle, la famille n’a pas compté de consul ; mais, aux ve et ive s. a. C., ell (...)
  • 234 Cette hypothèse, énoncée par Münzer et retenue par Suolahti et Grant, repose sur l’anecdote de la p (...)
  • 235 Suohlati 1963, 492-494.
  • 236 Sa proscription, App., BC, 4.6.3 ; V. Max. 6.7.3 ; Hinard 1985b, 459 no 47, résulte de son refus, m (...)

37Les services que rendit Publius Sulpicius Rufus à la cause antonienne, durant les années 44-43, restent complètement inconnus. Il n’en demeure que la récompense : les triumvirs couronnèrent sa carrière en le nommant censeur, en 42, aux côtés de Caius Antonius Hybrida230. Pour ce dernier, la décision d’Antoine était arrêtée depuis 44, seules les circonstances l’ont retardée231. Il n’est pas certain que Publius ait été retenu dès cette date. Au contraire, son rang modeste au sénat – il n’était que prétorien – incline à considérer ce choix comme le fruit de la précipitation et de la nécessité232. En effet, en dépit de la loi Cassia, les patriciens, fidèles à la fois à César et à Antoine, n’étaient sans doute pas légion ; a fortiori parmi les consulaires. Il fallut donc se contenter d’un prétorien issu, tout de même, d’une très ancienne famille233. Les critères familiaux pesèrent, également, dans ce choix. Caius Antonius était l’oncle du triumvir. Publius, pour sa part, avait, semble-t-il épousé une Julia, quelques années plus tôt, ce qui le faisait entrer dans la famille de l’ancien dictateur234. Pour cette raison, il effectua l’essentiel de sa carrière dans l’état-major de César, en Gaule, puis durant la guerre civile, en Espagne et en Illyrie. À la veille de la mort de César, il caressait, sans doute, l’espoir fondé de devenir consul. Il devait presque tout à son parent. La restauration de la censure, en pleine période de proscription, répondait au désir d’épurer le Sénat des opposants des triumvirs, tout en ouvrant ses portes à leurs partisans235. Les deux magistrats n’accomplirent pas le lustrum. En outre, il ne subsiste de trace ni de leur action, ni même de leur existence après leur sortie de charge. Ce silence est généralement attribué à leur décès rapide. Il peut s’expliquer aussi par le fait que tous les historiens antiques privilégièrent, dans leurs récits de l’année 42, les grandes batailles et laissèrent dans l’ombre les péripéties de la vie civile, de moindre conséquence à leurs yeux. La guerre civile divisa la famille de Sulpicius. Tandis que sa femme et lui-même appartenaient au camp des triumvirs, leur fille, Sulpicia, leur échappa pour suivre son mari, qui se réfugia, comme nombre d’autres proscrits, auprès de Sextus Pompée. Ce personnage est identifié avec L. Cornelius Lentulus Cruscellio, préteur en 44. Il comptait parmi les amis et les adfines d’Antoine, d’après Cicéron, mais il désavoua publiquement sa politique en refusant la province que lui octroyait le tirage au sort du 28 novembre 44236.

178 Ti. TISIENNUS GALLUS237 partisan de L. Antonius en 41-40 (App., BC, 5.32)

  • 237 RE 6A. 2 (1937) s.v. “Tisiennus”, col. 1480 (Münzer) ; Glauning 1936, 14 ; Broughton MRR 2, 411 ; W (...)
  • 238 Hinard 1985b, no 136, reprenant Syme 1964c, 229.
  • 239 Cette dame est citée, en 33 ou 32, dans une lettre ouverte d’Antoine, parmi les maîtresses du jeune (...)

Origine géographique :

Sabine238.

Liens familiaux :

- parente ? : Salvia Titisiena239.

Carrière :

- 41-40 : légat ? de L. Antonius en Italie.
- 40-36 : légat ? de Sex. Pompée en Sicile.
- 36 : reddition à Octavien.

  • 240 D.C. 48.13.2.
  • 241 App., BC, 5.32.
  • 242 App., BC, 5.104 ; D.C. 49.8.1-2.
  • 243 App., BC, 5.117 ; D.C. 49.10.4-49.11.1.
  • 244 Hinard 1985b, no 136 n. 3. Parmi les autres proscrits de ce type, on trouve un antonien sûr, P. Dec (...)

38Il paraît évident que Tisiennus Gallus ne fut, pour le parti antonien, qu’un allié provisoire. Il défend d’abord Nursia, en pays sabin, contre Octavien, jusqu’à ce que la capitulation de Sentinum le force à abandonner la lutte. La ville était très opposée au triumvirat et n’eût pas confié ses remparts à un pur Antonien240. Tisiennus rejoint alors le frère du Triumvir ; ils sont enfermés dans Pérouse et le consul l’envoie attaquer les renforts des assiégeants, pour les forcer à lâcher prise, en vain241. Après la reddition, Tisiennus parvient à s’échapper vers Sextus Pompée242. Il poursuit le combat jusqu’à la défaite de Nauloque, où il se rend enfin à Octavien243. Ce personnage semble avoir des convictions républicaines ; seules, les circonstances l’ont poussé dans les rangs antoniens ou pompéiens. Sa proscription n’apparaît que plus logique : d’autres partisans de Lucius Antonius en furent victimes244.

179 M. TURIUS245 partisan d’Antoine en 42-41 (Grant [1946] 1969, 244-249)

  • 245 Il n’apparaît pas dans la RE ; Broughton MRR 2, 385.

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- 42-40 ? : gouverneur d’Asie ?

  • 246 Grant [1946] 1969, 246, pl. 8 no 6-7.
  • 247 Grant [1946] 1969, 244-249.
  • 248 D.C. 48.26.3.
  • 249 Magie 1950, 1268 n. 34. Sur Parium, voir Plin., Nat., 4.48 ; 5.141 ; Brunt 1987, 600 n. 93 ; selon (...)

39Sur une monnaie de Lampsaque246, Marcus Turius apparaît avec le titre de “Legatus”. Grant en déduit qu’il était gouverneur d’Asie en 42-40247. Ce serait donc lui, et non Munatius Plancus, qui aurait été chassé de la province par l’invasion parthe en 40, contrairement au témoignage de Dion Cassius248. Il aurait organisé les colonies de Lampsaque et de Parium249. Même si M. Turius est bien légat d’Antoine en Asie, après la reprise en main de la province, rien n’indique qu’il la gouverne. Il joue plus probablement le même rôle que Paquius à Philippes : il a reçu une mission limitée, la (re)fondation de la colonie de Parium, par exemple, et, peut-être, subordonné au légat qui dirige l’Asie. Elle fut fondée à nouveau au début de l’époque augustéenne, par un ancien Antonien, M. Barbatius Pollio.

180 (UT) T(I)EDIUS ? AFER, cos. desig.250 partisan probable d’Antoine entre 44 et 31 (Suet., Aug., 27)

  • 250 RE Suppl. 14 (1974) s.v. “Uttiedius” no 2, col. 974 (W. Eck) ; Wiseman 1971, 268 no 454 ; PIR, 492 (...)
  • 251 Personnage inconnu par ailleurs, il ne figure que sur l’inscription CIL, XIV, 3615.

Origine géographique :

Tibur ?

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : L. Uttiedius Afer251 ?

Carrière :

- ? : consul désigné.

Sacerdoce

- ? : augure.

  • 252 Suet., Aug., 27.
  • 253 CIL, XIV, 3615.
  • 254 Borghesi 1884-1886, t. 8, 8 ; lettre du 14 février 1846 ; Licordari 1982, 45.

40Suétone, dans une liste d’opposants à Octavien, de l’époque triumvirale, nomme un consul désigné, Tedius Afer. Cet homme critiqua violemment le jeune dirigeant qui le menaça, en retour, avec tant de véhémence, qu’Afer jugea que le suicide était une issue plus douce et se jeta dans le vide252. Cet homme n’aurait pu être porté sur la liste des consuls s’il n’avait pas été le partisan de l’un des triumvirs. Notre ignorance de ses états de service ne permet pas de trancher en faveur de Lépide ou d’Antoine. Pourtant, deux indices inclinent en faveur du second. L’incident suit, dans le texte, le récit de la mort du préteur Gallius et précède l’exécution de Pinarius. Il s’insère donc dans une série de victimes probablement antoniennes. Cependant, cet ordre n’indique rien de plus, car l’auteur regroupe ici des exemples illustrant la cruauté d’un temps où le crime, en politique, relevait des mesures courantes. En revanche, une inscription, découverte en 1830, dans la campagne de Tibur253, éclaire cette anecdote d’un jour nouveau ; elle mentionne un certain Uttiedius Afer, augure et consul désigné, patron des Carthaginois. Borghesi et, plus récemment, Licordari254, l’ont rapproché de la victime d’Octavien. Rien ne s’oppose à une identification, cependant, H. Dessau et P. de Rohden étaient plus circonspects et pensaient que l’inscription relevait d’une époque plus récente. Malgré ces réserves, si l’on admet l’identité des deux personnages, la provenance de l’inscription suggère que ce magistrat était originaire de Tibur, ville avec laquelle Antoine conservait des rapports privilégiés. En poussant Utt(i)edius au suicide, Octavien aurait visé donc un client de son collègue. En dépit de leurs relations houleuses, cette manœuvre s’apparente à un casus belli. Cela donne donc quelques indications sur la date de cet épisode. Il ne peut être antérieur aux accords de Bologne, où furent distribuées les magistratures pour les années suivantes, et suppose, d’une part, la présence d’Octavien à Rome, d’autre part, la mésentente entre les deux dirigeants. Il peut donc être rattaché, soit à la fin de la guerre de Pérouse, en ce cas Afer a subi un sort comparable à celui de Decius Mus, soit à la crise ultime, qui débute sous le consulat de Sosius et de Domitius. Bien que les deux dates – 40 et 32 – soient vraisemblables, la première parait plus probable. La férocité et le cynisme d’Octavien, dans cet épisode, correspondent mieux à l’image que l’on conserve du jeune triumvir, dont le pouvoir semble fragile, qu’au gouvernant expérimenté, qui désire mettre la légalité de son côté, lors de sa rupture avec Antoine et prend soin à cette occasion d’exclure les Antoniens de la condamnation de leur chef.

181 M’VALERIUS MESSALA POTITUS ou ? POTITUS VALERIUS MESSALA255, cos. suff. en 29 questeur d’Antoine en 38-35 ? (AE, 1956, no 118256)

  • 255 RE 8A. 1 (1955) s.v. “Valerius”, no 96 et 267, col. 165-6 (Hansilk) ; Broughton MRR 2, 418 ; 3, 67  (...)
  • 256 La première publication fut celle de Syme 1955c avec la permission de L. Robert.
  • 257 ILS, 8964.
  • 258 CIL, VI, 32 323.

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, famille patricienne.

Liens familiaux :

- père : M. Valerius Messala (Rufus), cos. 53.
- frère : M. Valerius Messala, cos. 32.
- cousin : M. Valerius Messala Corvinus cos 31.
- fils : L. Valerius Messala Volesus, cos. 5 a. C.
- fils : Valerius Messala ? monétaire en 6 a. C.

Carrière :

- 38-35 ? : questeur.
- 32 : préteur urbain.
- 29 : consul suffect.
c. 23 : proconsul d’Asie ? Légat d’Auguste dans une province inconnue257 ?

Sacerdoce :

- av. 31-17 : quindecemvir sacris faciundis258.

  • 259 Robert 1952, 224, n. 1.
  • 260 InscrIt XIII, 1, Fast. Mag. Vic ; D.C. 51.21.2.
  • 261 Grâce surtout à l’inscription CIL, VI, 37 075 = ILS, 8964 Il suivit donc un cursus tout à fait norm (...)
  • 262 Syme 1955c, 156 et 1956, 206.
  • 263 MRR 3, 67, le classe parmi les magistrats ayant exercé leur questure à une date incertaine.
  • 264 J et L. Robert, Bull. epigr, 1956 no 252.
  • 265 Szramkiewicz 1976, 458.

41La découverte d’une inscription, sur la voie sacrée, à Claros, au début des années cinquante, apporte de nouvelles données sur les Valerii Messallae, à l’époque triumvirale259, mais suscite, en même temps, d’autres difficultés. En effet, cette inscription révèle l’existence d’un certain Manius Valerius Messalla Potitus, questeur et patron de la cité. Ce personnage pourrait être identifié avec Potitus Valerius Messala, consul suffect en 29 a. C.260, dont on connait le cursus par ailleurs261. En ce cas, il faut supposer qu’il modifia, avant son consulat, ses tria nomina, en remplaçant son praenomen par son cognomen. Ronald Syme avançait une seconde hypothèse262 : le questeur de Claros serait le fils cadet du précédent, monétaire en 6 a. C., et par ailleurs inconnu. Ni cet auteur, ni Broughton263, ne tranchèrent définitivement la question. Louis Robert, quant à lui, préférait la première solution, sans pouvoir éliminer la seconde264. R. Szramkiewicz adopta aussi la première265.

  • 266 Sutherland 1984, 76-77, no 442.
  • 267 Nov-déc. 32, Broughton MRR 2, 417.
  • 268 Broughton MRR 2, 418.
  • 269 D.C. 51.21.2. Sur son consulat, InscrIt XIII, 1, Fast Cap., 136 ; Fast. Mag. Vic., 283, 288.
  • 270 On sait, en effet, que M. Valerius Messalla (cos. 53) avait pour oncle le grand orateur Hortensius  (...)
  • 271 Une inscription de Pergame peut être attribuée au consul de 32, sans doute à l’époque antonienne IG (...)

42Certes, l’attribution de la dédicace au consul de 29 paraît a priori plus tentante. En effet, rien ne prouve que le monétaire de l’époque augustéenne, frère putatif du consul de 5, ait mené à bien une carrière sénatoriale, ni, a fortiori, qu’elle l’ait conduit en Asie266. En revanche, il demeure certain que le consul de 29, malgré les vicissitudes des guerres civiles, accomplit un cursus classique et exerça, au moins, un commandement en Orient, en Asie et, peut-être, un second, en Syrie, dans la décennie qui suivit la chute d’Antoine. Peut-on hasarder qu’une expérience antérieure a pesé sur le choix du Sénat et du prince ? Les doutes que l’on peut conserver proviennent des ombres qui planent sur la gens Valeria durant les troubles civils. A. Gordon et R. Syme tentèrent de combler les vides de la généalogie. Après une éclipse de cent ans, en 61, la famille des Messallae accède à nouveau au consulat, avec deux homonymes, sans doute cousins germains, les consuls de 61 et de 53. On distinguait le premier en le surnommant Niger ; il engendra Corvinus, le consul de 31. Le second, Rufus, donna naissance à ceux de 32 et de 29. Ces derniers, comparés à leur cousin, restent méconnus : quel fut leur comportement durant les guerres civiles ? Le seul fait dont on soit certain est qu’ils appartiennent, à partir de 32, au camp d’Octavien. L’aîné devint consul, à la place des Antoniens, partis rejoindre leur chef267 ; son frère, cette année-là, fut, sans doute, préteur urbain268. En 29, à la fin de la guerre d’Actium, Potitus offrit des sacrifices d’action de grâce au vainqueur269. Pourtant, ils ne sont pas des Césariens de la première heure. Leur famille est liée, depuis deux générations, aux Hortensii270, qui appartinrent, jusqu’à Philippes, au parti des “Libertatis auctores”. Ils firent, probablement, leur reddition à Thasos, en même temps que leur cousin. En ce cas, ils ne manquèrent pas de servir Antoine, quelque temps, probablement jusqu’en 36, au moins271. Leur carrière semble, en effet, se dérouler sous la protection de Corvinus, qui passe alors dans le camp d’Octavien.

  • 272 Ferrary, 2000, 364-66. En effet, c’est une question de préséance. M. Titius est à la place d’honneu (...)

43Cependant, J. L Ferrary, qui a récemment publié cette inscription, a reconsidéré le problème et, avec des arguments convaincants, a préféré dater cette base de l’époque augustéenne. En effet, elle appartenait à un ensemble de trois statues en pied de Romains. La plus importante des trois était celle de M. Titius, qui date effectivement de 34-32, l’autre est celle de Q. Aemilius. Or les trois statues ne paraissent pas contemporaines. Il est vraisemblable que celle de Titius soit antérieure de quelques années aux deux autres272. Il n’est pas impossible que le consul de 29 ait appartenu, quelques temps, au camp antonien, en revanche, il paraît maintenant très improbable que cette inscription l’atteste.

182 C. VOLUSENUS QUADRATUS273 partisan possible d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 14.21)

  • 273 RE 9A. 1 (1961) s.v. “Volusenus” no 1, 2, 3, col. 896-7 (H. Gundel) ; Broughton MRR 2, 211, 246, 28 (...)
  • 274 Wiseman 1971, 277, no 512 (L. Volusenus Quadratus), fait remarquer que l’on rencontre de nombreux V (...)
  • 275 RE no 4 ; PIR, no 648 ; Wiseman 1971, no 512 ; cité en seconde position dans CIL, VI, 31 543, une i (...)
  • 276 Caes., Gal., 3.5.2 ; Broughton MRR 3, 212.
  • 277 Caes., Gal., 4.21.
  • 278 Titre incertain ; il commande le détachement de cavalerie que César conserve auprès de lui durant l (...)
  • 279 Caes., (Hirtius), Gal., 8.23.
  • 280 Caes., (Hirtius), Gal., 8.48 ; Broughton MRR 2, 246.
  • 281 Caes., Civ., 3.60.4 ; Broughton MRR 2, 284. Pour l’ensemble de sa carrière, Broughton MRR 3, 71, ai (...)

Origine géographique :

Sestinum274 ?

Appartenance sociale :

eques romanus puis sénateur de rang tribunicien ?

Liens familiaux :

- parent : L. Volusenus Catulus, RE no 4275.

Carrière :

- 56-57, hiver : tribun de la XIIe légion sous les ordres de Ser. Sulpicius Galba276.
- 55, été : tribun ? Reconnaissance en Bretagne277.
- 53 : praefectus equitum278 ?
- 52 : praefectus equitum sous les ordres de Labienus279.
- 51 : praefectus equitum sous les ordres d’Antoine280.
- 48 : praefectus equitum à Dyrrachium281 ?
- 43 : sénateur ?

  • 282 Cic., Phil., 14.21 ; On peut lire, en effet : “Idem Ventidium cum ali praetorem/volusenum/, ego sem (...)
  • 283 D’après César lui-même, Volusenus est un officier d’élite : “vir et consilii magni et virtutis” (Ga (...)
  • 284 Ce qui signifie que César l’a conservé dans ses troupes personnelles. La XIIe légion est généraleme (...)
  • 285 En fait, les incertitudes prosopographiques proviennent des oscillations dans l’écriture de son nom (...)

44C. Volusenus Quadratus apparaît, sur certains manuscrits de la quatorzième Philippique, dans une diatribe contre des Antoniens. S’il est bien ce “Volusenum” et si on retient la leçon d’Orelli, on peut alors le compter parmi les partisans qui rejoignent Antoine à Modène282. Son adhésion à cette cause parait logique. Issu de l’ordre équestre, il accomplit une brillante carrière dans les armées des Gaules. César le distingue sans doute dés 57-56, lorsque ses avis énergiques contribuent à sauver la XIIe légion283. Le proconsul lui confie d’abord la mission de reconnaître les côtes de la Bretagne, avant la première expédition, durant l’été 55, puis la direction du corps de cavalerie qu’il a conservé auprès de lui, en 53284. L’année suivante, Labienus le charge d’assassiner Comnios, le chef atrébate, lors des négociations. Il échoue. En 51, il passe sous le commandement d’Antoine, qui lui donne l’ordre de poursuivre la cavalerie de Comnios. Ce dernier le blesse et le laisse pour mort sur le champ de bataille, puis négocie avec le légat de César une paix honorable. Volusenus guérit de ses blessures. Il est, presque sûrement, le préfet de la cavalerie de César à Dyrrachium, en 48285. S’il survécut à la guerre civile, César l’a certainement récompensé en favorisant son entrée au Sénat, comme ce fut le cas pour P. Ventidius et C. Fuficius Fango. La présence, auprès d’Antoine, de chevaliers ou de sénateurs qui, comme Volusenus, ont fait leurs preuves durant la guerre des Gaules, explique amplement le ralliement des vétérans de ces anciennes légions.

Notes

1 Sur la date, voir Breccia 1911, no 42.

2 Fraser 1957, 71-73 ; photographie dans Walter & Higgs 2001,

3 Il est fort rare ; cependant Fraser en a trouvé des occurrences, CIG, 8077 et 8455.

4 Ael., Fr. 109, 239 H ; voir également la fiche d’Albius.

5 Cette signification est d’ailleurs envisagée par Fraser 1957, 73, qui ne la repousse pas.

6 Plut., Ant., 38.2.

7 RE n. v. ; Nicolet 1974, 766-767 no 12 ; Demougin 1992, 28-29, no 11.

8 Il est probablement inscrit dans la tribu Tromentina, puisqu’il est originaire de Pérouse, Taylor 1964,

9 App., BC, 5.48.

10 La composition de ces jurys fut effectuée en fonction de la lex Julia de 46, c’est-à-dire qu’ils se composaient exclusivement de sénateurs et de chevaliers. Cependant, les jurys furent soumis à des sélections draconiennes et à des pressions intenses. La lettre de la loi seule fut respectée, Demougin 1992, 41-42.

11 App., BC, 3.95 ; D.C. 46.48.1-46.49.5 ; pour cette raison Gabba 1970c, 81, est tenté de le rapprocher de L. Aemilius, décurion des equites Galli sous les ordres de César, Caes., Gal., 1.23.1. Cependant, la fréquence de ce nom rend l’identification aléatoire, ainsi que le souligne Demougin 1992, 29.

12 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 19, col. 327 (Klebs) ; PIR 12, no 989.

13 Syme 1964a, 112, mentionne l’existence d’un Rex Sacrorum de ce nom à Lanuvium (CIL, VI, 2122 ; PIR 12, no 992) et rappelle que tous les Aquilii de l’époque républicaine sont inscrits dans la tribu Pomptina.

14 D.C. 51.2.5-6.

15 Suet., Aug., 13.

16 Gascou 1984, 185.

17 Freyburger & Roddaz 1990, 123-124 (D.C. 51.21). De même, Groag PIR 1, 193, pense également que l’anecdote de Suétone est plus vraisemblable malgré l’omission des noms.

18 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 20, col. 327 (Klebs) ; Broughton MRR 1, 206.

19 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 22, col. 327 (P. von Rohden).

20 RE 2.1 (1895) s.v. “Aquillius” no 21, col. 327 (P. von Rohden) ; PIR 12, no 991. Il est peut-être le fils, en fait, de L. Aquilius M’f. M’. n. Florus, cf. no 21, RE suppl. 1 (1903) col. 114.

21 RE 2.1 (1895) s.v. “Arruntius” no 7, col. 1262 (P. von Rohden) ; Glauning 1936, 14 ; Broughton MRR 2, 421 ; Hinard 1985b, 433-434 no 20 ; Wiseman 1971, 214 no 41 ; PIR 12, no 1129, 220-221.

22 Taylor 1964, 193. L. Arruntius a effectué des travaux édilitaires dans cette cité, CIL, X, 5055 = ILS, 5349 ; de plus, une inscription de son fils porte la mention de sa tribu, Teretina, qui est également celle d’Atina, CIL, VI, 5931 = ILS, 7851 ; les inscriptions du tombeau des Arruntii, CIL, VI, 5931-5958, suggèrent des connections, avec d’autres familles, les Sullae, le prénom Faustus apparaît (5942) et, à l’époque de Tibère, avec les Furii Camilli (5932).

23 Les fastes nous apprennent que le père d’Arruntius se prénommait Lucius. Hinard 1985b, 433 n. 5, pense qu’il est possible de l’identifier avec un homonyme, qui, en 53, porta à Cicéron une lettre de Trebatius, Cic., Fam., 7.18.4. Si cette hypothèse est juste, elle montre que Trebatius plaçait toute sa confiance dans le père d’Arruntius.

24 CIL, I2, 28 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Cons. Cap., 137 sq. ; Fast. Fer. Lat., 150-151 ; Fast. Colot. 274 sq. 514-515 ; D.C. 54.1.1 ; Cassiod. 2.135.

25 CIL, VI, 32 323, l. 45 et 151.

26 Cuntz 1929, 71-73. Sattler 1960, 17 n. 33, supposait qu’il n’avait quitté que tardivement le parti d’Antoine, dans le sillage de Munatius Plancus.

27 Vell. 2.86.2.

28 L. Arruntius domo Pasimoae (= Phazemon du Pont) anno LV vet. leg VII, dans Cuntz 1929, 71 et 72-73.

29 Balland 1981, 165-167.

30 Syme 1933, 30-31 ; 33 ; 1934, 145-146 ; Alfödy 1966, 40-41.

31 Christol & Drew-Bear 1986, 57-59.

32 RE 2.1 (1895) s.v. “Asinius” no 2, col. 1583 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 411 ; Wiseman 1971, 215 no 49. Puisqu’il s’agit de l’aîné, Wiseman suggère de lui supposer le prénom Cnaeus. Cependant, celui d’Herius est tout aussi attesté dans la famille et paraît préférable.

33 « Asinius étant proconsul romain”. En fait le monogramme indique qu’il s’agit d’une pièce d’Adramyteum, Grant [1946] 1969, 394.

34 Tribu : Arnensis, Taylor 1964, 194.

35 Grant [1946] 1969, 394-396. Cette pièce a longtemps été attribuée au père d’Asinius Pollio, BMC Mysia, 45 no 17.

36 Catul. 12.1.

37 Asinius Gallus, PIR 12, 246 no 1229 ; il rappelle que Waddington pensait qu’il s’agissait de son oncle et suggère qu’elle peut se référer à son grand-père.

38 Deroux 1981, 209-221 ; hypothèse acceptée également par Voisin 2000, 671.

39 RE 2.2 (1896) col. 2768 (Klebs) ; Broughton MRR 4, 33.

40 Il existe un Pagus Bagiennorum, sur la côte ligure, connu par l’inscription, CIL, XI, 1147 ; RE 2.2 (1896) col. 2768 (Hülsen).

41 Schmidt 1892b, 186-188.

42 Schmitthenner 1958, 40,46, et 190 n. 32, 33 considère qu’il s’agit effectivement d’une légion ligure de recrutement indigène.

43 RE 3.1 (1897) s.v. “Caninius” no 4, col. 1477 (Münzer) ; Broughton MRR 3, 14 ; PIR2, no 389.

44 Donati 1982, 307 : le gentilice est attesté sur une inscription de Placentia, CIL, XI, 1237. Le consul de 37, ainsi que son collègue, est mentionné sur une tuile trouvée sur le territoire de la cité CIL, XI, 6673, 18, mais cette dernière trouvaille ne prouve rien.

45 Broughton MRR 3, 14.

46 Syme1939a, 194.

47 Consulat avec M. Vipsanius Agrippa, CIL, XI, 6673, 18 ; Jos., AJ, 14.487 ; D.C. 48 index, et 48.49.4 ; Cassiod. ; Chron. min., 2, 134.

48 Lacunes que souligne très justement Tansey 2000, 266, pour le Cornelius Dolabella des fastes de Taormina.

49 Nous savons, en effet, par Valère Maxime, que C. Antonius Hybrida donna en mariage une de ses filles à Caninius, qui avait été son accusateur en 59, Cic., Fam., 1.2.1 ; 1.2.4 ; 1.7.3 ; Q. fr., 2.2.3), personnage dans lequel Münzer, RE no 4, a voulu reconnaître le consul de 37, mais que l’on préfère identifier avec le tribun de 56, Groag PIR2, no 389 et Gruen 1973, 305 n. 25.

50 PIR2, 2, no 390 ; cf. entre autres l’inscription CIL, VI, 31543, avec Plautius Silvanus.

51 CIL, VI, 14327 ; PIR2, 2, no 396.

52 RE 3.2 (1899) s.v. “Cannutius” no 3, col. 1485 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 323-324 ; Wiseman 1971, 221 no 99.

53 D.C. 48.14.3.

54 App., BC, 5.49.

55 App., BC, 3.41 et D.C. 45.6.3 et 12.4 ; il fut sans doute, pour cela, exclu du Sénat par Antoine, Cic., Phil., 3.23.

56 Vell. 2.64.3.

57 Hinard 1985b, 444 no 32. Caius Cannutius est connu grâce a un passage de Suet., Rhet., 28.

58 App., BC, 4.17 ; d’ailleurs Hinard 1985b, no 33, suggère cette solution.

59 Syme [1939] 1967, 135, souligne que Tiberius appartenait à la clientèle du catonien P. Servilius Isauricus, Suet., Rhet., 4.

60 Roddaz 1988, 341.

61 RE 3.2 (1899) s.v. “Cestius” no 12, col. 2007 (Groag).

62 App., BC, 5.49.

63 App., BC, 5.31.

64 Hinard 1985b, 450 no 39, préteur de 44, proscrit, mais aussi Cestius en 43 et C. Cestius Epulo.

65 RE n. v. ; Broughton MRR 3, 15.

66 App., BC, 4.27.

67 Hinard 1985b, 451 no 40 (cf. également la fiche de Decius).

68 Syme 1955a, 60, s.v. Cillo.

69 Broughton, MRR 3, l5, suit les hypothèses de Syme ; il écarte l’identification avec L. Flaminius Chilo RE no 7.

70 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 18, col. 76 (Münzer).

71 App, BC, 5.49.

72 RE 4.1 (1900) s.v. “Cluvius” no 4, col. 120 (Münzer) ; PIR2, no 1204 ; Nicolet 1974, 843-844 no 106 ; Deniaux 1993, 397-8, no 11.

73 Ces personnages sont regroupés dans la même notice par Groag, no 1203 mais ils doivent être distingués les uns des autres. Mommsen avait postulé qu’il s’agissait d’un seul et même personnage (Hist. rom. I, 406 sq.) mais Groag (1203 et 1204) considère qu’il y a là plusieurs personnages et il estime impossible de dire lequel fut le consulaire de 29. On doit relever, en premier, celui de la Laudatio, CIL, VI, 1527 = 31 670 + 37053 = ILS 8393 ; deuxièmement, un monétaire nommé Clovius, qui frappa une monnaie de bronze sous la troisième dictature de César, un Cluvius, correspondant de Cicéron, qui s’apprête à quitter Rome pour la Cisalpine Cic., Fam., 13.7. Nicolet 1974, 843-844 suivi par Deniaux, 1993, 397-398 pensent que ces deux personnages ne constituent qu’une seule et même personne. Cependant ce monnayage qui avait été fixé initialement à l’Italie par Bahrfeldt 1909, 78-80, avait été attribué ensuite à l’atelier de Cyrène, Zehnacker 1976, 907, ce qui rendait toute identification impossible, puisqu’il ne pouvait être en même temps chargé de distribuer des assignations en Italie et praefectus classis à Cyrène. Cependant, les dernières trouvailles semblent finalement donner raison à Bahrfeldt, RPC I, 158.

74 RE 4.1 (1900) s.v. “Cocceius” no 3, col. 129 (Groag) ; Broughton MRR 2, 482 ; Wiseman 1971, 225 no 124.

75 Victor, Epit. de Caes., 12. l ; si l’on accepte la supposition qu’il est bien un parent des Cocceii Nervae.

76 On peut déduire cette parenté d’une inscription relative à la familia des Nervae de 13 a. C. (CIL, X, 3803). On découvre un affranchi, Lucius Cocceius Papa “C(aii), L(ucii), M(arci) l(ibertus)”. Le père de Cocceius Balbus serait, peut-être, le correspondant de Cicéron.

77 IG II/III, 4110 : Le peuple à Caius Cornelius Balbus, imperator, pour son mérite et sa bienveillance, Canali de Rossi 2001, 91, no 229.

78 Syme [1939] 1967, 556 n. 32, et Broughton MRR 2, 482, conservent cette hypothèse.

79 CIL, I2, 219 = CIL, VI, 32 481. Broughton reste prudent et n’avance pas de date ; Combès 1966, 459, le place entre 38 et 36.

80 D.C. 48.35.2.

81 Sur les missions des légats d’Antoine en Macédoine : App., BC, 5.75, mais quelques mois après, puisque la mission d’Insteius a probablement commencé en 39.

82 AE 1934, 85. En dernier lieu, Canali de Rossi 2001, no 131 et 91 no 229 et Interdonato 2004, 272-273 l’attribuent à Cocceius. Mais le texte est abîmé : on ne lit que kios Balbos, ce qui rend l’identification fragile. Eilers 2002, 212-213 ne se prononce pas.

83 RE 3.1 (1897) s.v. “Cornelius” no 107, col. 1287-1288 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 417 ; PIR2, no 1313 et 1338 (Groag) ; Schör 1978, no 30.

84 Sur la reconstitution de sa carrière et de ses liens familiaux, Scheid 1975b, 20-27. L. Cinna, cos. en 32, est confondu, dès l’antiquité, avec son demi-frère, fils du préteur de 48 et de Pompeia, Cnaeus Cornelius Cinna, qui est le conjuré de 16 a. C. Dans les deux textes de Sénèque qui se réfèrent à cet épisode, il faut donc rétablir la vérité des faits : c’est Cnaeus qu’Auguste absout et auquel il donne le consulat, à la suite de la conjuration ; mais les deux phrases : “Ego te, Cinna cum in hostium castris invenissem, non factum tantum mihi inimicum sed natum, servasi patrimonium tibi concessi” et “Cinnam nuper quac res ad consulatum recepit ex hostium castris” décrivent Lucius Cinna. F. Munzer le confond avec son père (RE no 107).

85 Sen., Ben., 4.30.

86 Sen., Cl., 1.9.

87 Il suit d’abord Lépide, puis Perpenna et joint Sertorius. Il ne retrouve la plénitude de ses droits qu’en 49, par le biais de la Lex Antonia de proscriptorum liberis.

88 Broughton MRR 2, 320 ; Appien, BC, 2.121.

89 D.C. 44.50.4.

90 Cic., Phil., 3.26. Il la refuse, mais se retire, semble-t-il, de la scène politique.

91 Plut., Brut., 25 ; Cic., Phil., 10.6.13 = PIR2, no 1338.

92 Son consulat : CIL, I2, 68 = CIL, VI, 10286-7 = PIR2, no 1313. Son appartenance au collège des Arvales : CIL, VI, 32338, année 21. Il n’apparaît pas ensuite dans les acta de ce collège. Sa mort se situe entre 21 et 16 a. C., puisqu’il ne participe pas à la conjuration de son frère.

93 RE 4.1 (1900) no 197, col. 1372 et no 219, col. 1384 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 321 ; Hinard 1985b, 459 no 47 ; Schör 1978, no 31.

94 Cic., Phil., 3.25.

95 App., BC, 4.6.3. (Lentulus), V. Max. 6.6.3, (Lentulus Cruscellio), qui donnent sa femme Sulpicia comme un exemple de fidélité, puisqu’elle se déguisa en esclave pour rejoindre son époux, contre la volonté de sa mère, une certaine Julia.

96 Avec L. Marcius Philippus, InscrIt XIII, 1, Fast Mag. Vic, 282 sq. et 287 sq., Fast. Biond., 291 sq. et 135, 506 sq.

97 Broughton MRR 2, 390, suppose qu’il peut s’agir du même personnage.

98 Hinard 1985b, 459.

99 RE 4.2 (1901) s.v. “Critonius” no 1, col. 1724 (Münzer).

100 Muller 1875, 3.343 ; cette suggestion est reprise par ; Gardthausen 1891, 2.1, 23 et 25, Hall 1923, 92 et Scardigli 1983a, 203 et 205. Mais elle fut contestée par Jacoby, II C 283. Magnino 1984, 146-147, fait le point sur cette question, mais sans trancher.

101 Torrens 2000a, 101 ; 2000b, 168 n. 3-5.

102 Mais cette fête n’est pas attestée avant 2 a. C.

103 Cic, Att., 15.3.2, Arpinum, 22 mai.

104 Toher 2004, 174-184.

105 Crawford 1974, no 351 ; RE 4.2 (1901), no 2, col. 1724 (Münzer).

106 Crawford 1974, 78 no 351, 367, 603 et 605. Ces deniers portant, au droit, la mention aed(iles) pl(ebis) ainsi que le buste de Cérès et, au revers, M. Fan(nius) et L. Crit(onius) P.A., et deux hommes assis côte à côte sur le subsellium emblème de leur magistrature ; ils apparaissent dans le trésor du Peiraeus. Ils sont liés à une autre émission, la no 350A, qui ne peut être datée qu’à partir de 86. Crawford situe ce monnayage en 86. Broughton, se fondant sur les conclusions de Sydenham (717, 717a), place l’édilité de Fannius et de Critonius en 83. Le subsellium donne également une indication chronologique, puisque cet emblème disparaît comme insigne de l’édilité curule quand la réforme de Sylla assimile le statut des plébéiens et celui des patriciens. Cette émission date de la dominatio Cinnae. La mention PA, Argentum Publicum, s’explique sans doute par le fait que ces pièces furent frappées à partir de l’argent légué au peuple romain, par Ptolémée Alexander d’Égypte, espèces qui arrivèrent à Rome sans doute dans le courant de l’année 86.

107 RE 5.1 (1903) s.v. “Didius” no 4, col. 407 (Münzer) ; Glauning 1936, 16 ; Broughton MRR 2, 421 ; PIR2, 14 no 69 (Groag) ; Ganter 1892, 44 no 36.

108 C’est, du moins, l’hypothèse de Syme [1939] 1967, 556 n. 30, à partir de ce texte.

109 Sa famille appartenait à la tribu Quirina, semble-t-il, Taylor 1964, 210.

110 Groag PIR2, no 69 n’est pas absolument sûr qu’il appartienne à l’ordre sénatorial. Szramkievicz 1976, 49, estime pour sa part qu’il est de rang prétorien, mais ne tranche pas sur la question de savoir s’il est nommé par Octavien ou bien maintenu à son poste.

111 B. Hisp. 40 l.

112 D.C. 51.7.1.

113 D.C. 51.7.2.

114 Jos., AJ, 15.195 et BJ, 1.392.

115 D.C. 51.7.2.

116 RE 6.2 (1909) s.v. “Flavius” no 13, col. 2526 (Münzer).

117 App., BC, 5.49.207.

118 Gardthausen 1891, 2, 98 n. 21.

119 Plut., Brut., 51.2, lui donne le grade de praefectus fabrum, sans doute à tort, car nous connaissons par ailleurs, un Flavius Hemic. légat propréteur de Brutus, Crawford 1974, 516 no 504, qui pourrait être le Flavius noster, de la correspondance, Cic., ad Brut., 1.6.4 ; 1.17.3 et le familier de Brutus, que nous connaissons par Cornelius Nepos, Nep., Att., 8.3.

120 RE 7.1 (1912) s.v. “Gallius” no 7, col. 672 (Von der Muhll) ; Broughton MRR 2, 338.

121 Cela place son action dans une catégorie particulière : celle des complots impliquant un magistrat, Cogitore 2002, 9 ; pour une analyse du complot, dont la réalité n’est pas assurée, p. 48-52.

122 App., BC, 3.95. Il dépendrait d’une source antonienne, Cogitore 2002, 27.

123 Suet., Tib., 6.

124 D’autant qu’il a fallu destituer ce préteur et ce n’était pas anodin, Cogitore 2002, 51 n. 14.

125 Cic., Fam., 8.4.

126 Cic., Fam., 13.43 et 44 ; Broughton MRR 2, 290.

127 Syme 1939b, 315, 317, repris par Broughton MRR 4, 27.

128 Shackleton-Bailey 1964-7, no 202 et no 207. Cogitore 2002, 49 n. 8, en montre la fragilité.

129 C’est pourquoi Broughton émet l’hypothèse qu’il était préteur pérégrin, MRR 2, 338.

130 Cogitore 2002, 51-52.

131 Syme [1939] 1967, 182.

132 RE 8.1 (1912) s.v. “Herennius” no 13, col. 666 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 411 ; Wiseman 1971, no 205. Le nom de ce personnage fut l’objet de nombreuses hypothèses, fondées sur la conviction que tous les Herennii de la fin du premier siècle étaient Picéniens et apparentés. Ces assimilations furent jugées abusives, à juste titre, par Deniaux 1979, 631 n. 49. En effet, on considérait ce personnage, généralement, comme le descendant de l’insurgé de la guerre sociale et comme le père du consul de 1 p. C., M. Herennius M.f. M’. n. et, de ce fait, on lui octroyait souvent le cognomen “Picens”, que portait le consul augustéen, cf. Wiseman 1971, no 205. La première filiation doit absolument être écartée ; la seconde, en revanche, est possible, mais n’est pas définitivement prouvée.

133 L’onomastique ne nous renseigne guère sur les origines d’Herennius. Les Herennii à l’époque républicaine se rencontrent dans plusieurs régions : la Campanie, le Picenum, l’Étrurie et le Latium enfin. Le prénom Marcus n’est pas, non plus, un critère de sélection car, diverses branches de la gens, sans doute dépourvues de tout lien de parenté, l’ont adopté. Il est très répandu dans la branche campanienne de la famille et aussi dans la souche étrusque, dont était probablement issu le premier consul de ce nom, M. Herennius, Deniaux 1979, 647. Sur la question de l’origine exacte et de la tribu, Taylor 1964, 219, penchait pour Asculum, et liait les Herennii avec la tribu Fabia. Cette hypothèse s’appuyait sur un texte d’Orose 5.3.2, citant, parmi les insurgés de la guerre sociale, assiégés dans cette cité, un certain T. Herennius. Or, celui-ci n’a, semble-t-il, aucun lien avec le Picénum, car il serait plutôt un habitant de Venusia. Cela détruit le principal argument de filiation entre le rebelle, le consul de 34 et Herennius Picens, consul en 1 p. C., Deniaux 1979, 634.

134 Si aucune parenté certaine ne permet de rapprocher les Herennii, il faut noter, pourtant, que ceux que nous connaissons étaient liés aux “Populares”, de longue date. Herennius Siculus mourut aux côtés de C. Gracchus ; le destinataire de la Rhétorique à Herennius était proche de la tendance populaire ; C. Herennius Sex. f. était un partisan de P. Clodius ; de même, L. Herennius Balbus, ami et client de Cicéron, appartenait à la clientèle de L. Calpurnius Bestia (Cic., Cael., 26.) et soutint son fils, L. Sempronius Atratinus, contre Caelius. Bestia et Atratinus étaient alors proche des Clodiens et, furent, plus tard, Antoniens. Balbus faisait partie, de surcroît, du collège des Luperques, creuset social et foyer politique d’inspiration voisine. À propos de l’attachement partisan des Herennii, Deniaux 1979, 647.

135 Cüntz 1929, 72, déduisit cela d’une inscription, CIL, III, 8488, où apparaît un vétéran de la septième légion, Lucius Herennius. Mais cette thèse fut violemment contestée et ce premier argument ne peut être retenu.

136 IK 15-Ephesos, 1521 ; Broughton MRR 2, 411 ; Magie 1950, 1580 ; Grant [1946] 1969, 395, se rangent à l’avis de Cüntz. Par contre, Groag, PIR2, no 118, et RE no 34, attribuent cette inscription au consul de 1 p. C.

137 Syme [1939] 1967, 555 n. 30, reprenait les conclusions de Ganter.

138 D’autant plus qu’elle est marquée par le triomphe de C. Sosius, pendant occidental du triomphe de son chef, à Alexandrie, sur le roi Artavasdès.

139 De plus, dans plusieurs cas, les consuls, ordinaires ou suffects, se démettent de leur charge en faveur d’un collègue qui a leur agrément. Il est possible que Sempronius Atratinus ait favorisé M. Herennius. En effet, une des branches de la gens Herennia appartenait à la clientèle des Calpurnii Bestiae : les Herennii Balbi. L. Herennius Balbus, Luperque comme Antoine, avait apporté son soutien à Bestia et à Atratinus, en 56, contre Caelius. M. Herennius pourrait être son frère. Mais, si l’on accepte cette identification, il faut alors renoncer à lui attribuer l’inscription d’Éphèse. Cependant, d’une part, rien ne nous assure que L. Herennius soit le frère de Marcus ; d’autre part, en 34, Herennius ne succède pas directement à Sempronius Atratinus – ce qui rendrait cette hypothèse hautement probable – mais à C. Memmius.

140 CIL, I2, 66, InscrIt XIII, 1, Fast. Ven, 251, 254 sq., Fast. Pinc, 277 sq. ; Fast. Mag. Vic., 283, 288, cf. 136, 508 sq. À partir des calendes de juillet, les deux consuls étaient C. Memmius et Paullus Aemilius Lepidus.

141 D.C. 48.35.1.

142 Fasti Capitolini, CIL, I2, 29, avec M(arci) F(ilius) M’(anii) N(epos) pour filiation.

143 RE 8.2 (1912) s.v. “Horatius” no 10, col. 2336-2399 (Stemplinger) ; Broughton MRR 2, 363 ; Nicolet 1974, 914-915 no 183 ; Demougin 1992, 88-89 no 78 ; PIR 94-97, no 198.

144 Suet., Poet. Hor., 1.

145 Hor., S., 2.7.53 ; Nicolet 1974, 914 ; Taylor 1925, 161-170. Cels Saint-Hilaire 1999, 23-46 et 2002, 292-3 revient sur la biographie d’Horace avec de nouvelles hypothèses : le père d’Horace ne serait pas un affranchi mais un notable sabellique loyal à Rome au moment de la guerre sociale, qui aurait accédé à la citoyenneté romaine en même temps que les autres Italiens. Il ne faudrait pas entendre le mot libertinus, que l’on emploie à son propos comme esclave libéré mais comme nouveau citoyen. Cette version très bien argumentée, même si elle ne dissipe pas toutes les incertitudes, présente l’immense avantage de rendre plus cohérent le parcours d’Horace et plus raisonnable son ascension sociale. Enfin, selon elle, le nomen d’Horatius serait adopté plus tardivement par le poète, au moment des jeux séculaires. Cette hypothèse paraît plus aventureuse.

146 Hor., S., 1.6, 45-48 ; Carm., 7.2 ; Ps. Acron, adHor.Carm., 2.7.1 (158 Keller) ; Suet., Poet. Hor., 297 Roth.

147 Hor., Carm., 7.9.

148 Hinard 1985b, 474,

149 Hor., Carm., 3.4.28.

150 Hinard 1990, 103-113.

151 Hor., S., 1.5.32-33. Cependant, Fraenkel 1957, 111-112, rappelle dans son commentaire de cette satire, que le poète n’était pas avare de superlatifs et que tous les participants de l’iter brindisium furent encensés, ce qui réduit beaucoup la portée de cet hommage.

152 RE n. v.

153 RPC I, 216 ; CIL, XI, 1326.

154 RE 15.1 (1931) s.v. “Memmius” no 10, col. 618 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 410.

155 Broughton MRR 2.446.

156 InscrIt XIII, 1, Fast. Ven., 251, 254 sq. ; Fast. Mag. Vic., 283, 288 ; cf. 136, 508 sq.

157 C’est en plus, à Rome, l’année du triomphe de C. Sosius.

158 Dans plusieurs cas, les consuls, ordinaires ou suffects, se sont démis de leur charge en faveur d’un collègue qui a leur agrément.

159 Une nouvelle inscription découverte à Cadix fait connaître un C. Memmius qui fut salué imperator à une date inconnue, probablement au début du ier siècle a. C., AE 2000, 726.

160 Wiseman 1967, 164-167.

161 Bammer 1972/1973, 220-222. Pour une datation plus basse 4/3 p. C voir, en dernier lieu, Outschar 1990, 57-85.

162 RE 17.1 (1936) s.v. “Nonius” no 3, col. 863 (Münzer).

163 RE 17.1 (1936) s.v. “Norbanus” no 9 a, col. 1270-72 (Groag) ; PIR2, 415 no 135 ; Wiseman 1971, 245 no 279.

164 Munzer RE no 5 ; 1932, 220-236 ; Panciera 1960, 17-19.

165 Schulze 1904, 532 ; Willems 1878-85, 1.181 ; Syme [1939] 1967, 524, n. 84 ; Badian 1964, 49-50 ; Taylor 1964, 180 et no 32 ; Torelli 1969, 226 et no 153.

166 Sur les nombreux problèmes d’identification des générations, voir, en dernier lieu, Evans 1987, 121-128 et, notamment, les Stemma des Norbani, 128. Le consul de 38 n’était pas un homo novus, puisque son grand-père l’avait précédé dans cette magistrature en 83. Ce dernier n’est pas cité, non plus, au nombre de ces “parvenus”. R. Evans suppose donc qu’il provenait d’une famille introduite au Sénat mais demeurant dans les charges mineures. Hinard 1987, 87-92, conteste ses arguments. Selon lui, son ancêtre est, aux yeux de Cicéron, pire qu’un homo novus, il est un nouveau citoyen, dont la famille doit retourner aux ténèbres de la barbarie.

167 On ne sait si c’est lui, ou son fils, qui est cité dans ce collège, lors des jeux séculaires, CIL, VI, 32 323 = ILS, 5050. Broughton MRR 2, 427, incline pour le père, en raison de l’ordre hiérarchique des noms, tandis qu’Evans 1987, 127, préfère l’hypothèse du consul de 24.

168 Plut., Brut., 38.2 ; App., BC, 4.102-104 ; 107 ; D.C. 47.35-47.36.4 ; Zon. 10.19 ; avec Decidius Saxa, il avait la charge de l’avant-garde, Broughton MRR 2, 366.

169 App., BC, 4.130.

170 Broughton MRR 2, 390.

171 Broughton MRR 2, 402, 408, 412 ; Jos., AJ, 19.123 ; InscrIt XIII, 1, Act. Triumph., 83 sq., 569.

172 C. Norbanus Flaccus, cos. ord. en 24 ; son fils homonyme, cos. ord. en 15 p. C. ; et L. Norbanus Balbus, cos. ord. en 19.

173 Cette union fut déduite du cognomen Balbus, porté par le consul de 19. D’après Evans, des liens avaient pu s’établir au temps du proconsulat espagnol du consul de 38. Cette hypothèse demeure très fragile.

174 Broughton MRR 2, 339. L’attestation de la préture avec L. Cestius provient d’aurei, qui ont pu être émis, soit en 44, soit en 43. L’auteur préfère la seconde date, car, pour l’année 44, la liste des préteurs semble complètement connue.

175 Son consulat en 83 Broughton MRR 2, 62, avec L. Cornelius Scipio Asiaticus, fut le couronnement de sa carrière, mais une période sombre, puisqu’il fut battu à plusieurs reprises par ses adversaires syllaniens Sulla, Fr., 8 ; FGRH, 2 B, 1151, no 29 ; Liv., Per., 75 ; Vell. 2.25.2 ; Plut., Sull., 17. 5 ; Sert., 6.1 ; App., BC, 1.84-86 ; Flor., Epit., 2.9.19 ; Eutrope, 5.7.4 ; Jul. Exup. 7 ; Oros. 5.20.2. Il se suicida l’année suivante à Faventia Liv., Per., 86.9 ; Vell. 2.28, 1 ; App., BC, 1.91 ; 94 ; 96 ; Oros. 5.20.7 et 21.8.

176 Cic., De Or., 2.197-203 ; questeur en 99, Gruen 1966b, 105-106.

177 Cic., De Or., 2.107-109 ; 124 ; 164 ; 167 ; 197-203.

178 Gruen 1966a, 43-44 ; 1966b, 105-106 ; Badian 1964, 35-36.

179 Thompson 1962, 339-355, surtout 351.

180 Sur cette loi, Hinard 1985b, 217-219.

181 Assez peu probablement Decidius Saxa, Hinard 1985b, no 22, mais C. Carrinas, fils du no 14 ; Cinna, no 17 ; peut-être Cn. Domitius, fils d’Ahenobarbus no 24 ; C. Marcius Censorinus, descendant des no 45 et 46.

182 RE n. v. ; Broughton MRR 3, 44.

183 D’après Grant [1946] 1969, 373.

184 Broughton MRR 3, 44, souligne qu’Imhoof-Blumer y voyait un portrait de Livie et non de Cléopâtre.

185 RE 17.2 (1937) s.v. “Ofellius” no 1, col. 2038-9 (Münzer).

186 Il n’est même pas assuré qu’il soit Romain. Dans sa traduction, Pelletier 1975, adopte la transcription Ophellias, qui suppose une origine orientale. En fait, il apparaît plus vraisemblable de conclure à une ascendance italienne de ce personnage : on rencontre des Ofillii en Orient, ainsi que l’a signalé depuis longtemps Hatzfeld, 1912, à Delos, 63 et à Cnide, Publius Ofellius fils de Publius, 1919, 116-117, et ce nom s’écrit normalement Ophellios (voir également, App., BC, 5.532). À l’époque républicaine, le nom d’Ofellius ou d’Ofillius se retrouve fréquemment dans les inscriptions de notables, en Campanie, notamment, ILLRP, no 152, 520, 723 et 765.

187 Münzer, RE no 1 ; Demougin 1992, 31 no 15.

188 Nicolet 1970, no 250.

189 App., BC, 5.135 ; Münzer, RE no 2 ; Demougin 1992, 31 no 15.

190 RE 18.1 (1939) s.v. “Oppius” no 21, col. 741-742 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 419.

191 L’onomastique ne fournit guère d’indication dans ce cas. En effet, Oppius fut d’abord un prénom avant d’être un nomen. À l’époque républicaine, on rencontre des Oppii dans toute l’Italie centrale et méridionale, RE, 18.1 col. 726 sq. Les Oppii contemporains, à l’exception des Oppii Capitones, proviennent, aussi bien du Picenum, Hinard 1985b, no 97, que de Velia en Lucanie Cic., Att., 7.13b. 1.

192 Grant [1946] 1969, 61-64 et 458.

193 Grueber, CRRBM 1, 541 ; Münzer RE no 21, se réfère à Grueber.

194 Crawford 1974, 545-546 no 550.

195 Badian 1984b, 99-103.

196 Bahrfeldt 1909, 80-84 ; RPC I, 158 no 602 et 602 A.

197 Cic, Phil., 3.25.

198 App., BC, 4.41 ; D.C. 48.53.4.

199 RE 20.2 (1950) s.v. “Pilius” no 2, col. 1326-1327 (Münzer) ; Nicolet 1974, 978 no 269.

200 Un Pilius est connu comme censeur de Cora, CIL, I2, 1509 = ILS, 3708 = ILLRP, 111.

201 Cic., Att., 4.18.5.

202 Cic., Fam., 8.8.2 et 3 ; Att., 6.3.10.

203 Cic., Att., 9.18.2.

204 Cic., Att., 12.8.

205 Cicéron le classe, en 49, dans l’engeance infernale qui suit César ; en 43, il ironise sur son dévouement à l’État et le soutien fidèle qu’il porta au parti des honnêtes gens : “qui vir, quam gravis, quam constans quam bonarum in Re Publica partium”, ad Brut., 2.5.3 ; 2.5.4.

206 Cic., Fam., 8.2 et 3.

207 Nicolet 1974, 978.

208 Cic., Att., 9.18.2.

209 Cic., Att., 12.8.

210 Cic., ad Brut., 2.5.4.

211 RE 20.2 (1950) s.v. “Pinarius” no 2, col. 1397 (Groag) ; Nicolet 1974, 980 no 372 ; Demougin 1992, 26 no 6.

212 Demougin penche pour une exécution liée à la guerre contre les meurtriers de César.

213 Nicolet 1974, 980.

214 Demougin, Pinarius no 62 ; Pinarius Natta no 63 ; Q. Pinarius no 27.

215 (Ut)tedius Afer, Q. Gallius, mais il subsiste une part d’hypothèse dans ces trois cas.

216 RE suppl. 9 (1959) s.v. “Pompeius” no 21, col. 2262 (Miltner) ; Hinard 1985b, 506-507 no 106 ; Demougin 1992, 51-53 no 38.

217 Hinard 1990, 103-113, surtout 110 et 1985b, 507 no 106.

218 Demougin 1992, 53 no 38, qui reprend l’idée de Miltner.

219 RE 23.2 (1959) s.v. “Pupius”, col. 1996 (Gundel).

220 Grant [1946] 1969, 69 ; Perl 1970, 349-51, no 19.

221 RE 3A. 2 (1929) s.v. “Statilius” no 8, col. 2186 (Fluss) ; PIR 258, no 589.

222 RE 4A. 1 (1931) s.v. “Sulpicius” no 93, col. 849-850 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 358.

223 Münzer attribue la paternité de Sulpicia au préteur de 48. En ce cas, il est également l’époux de Julia et le beau-père de Lentulus, V. Max, 6.7.3.

224 Broughton MRR 2, 132 ; Cic., Verr, 1.30 ; Schol. Gron. 337 Stangl ; Ps. Ascon. 216, Stangl.

225 Broughton MRR 2, 219. En 55, il est affecté à la garde du port (de Boulogne ?), Caes., Gal., 4.22.6. À la fin de 52, il est cantonné à Mâcon, Caes., Gal., 7.90.7. En 49, il se trouve devant Ilerda (Lérida), Caes., Civ., 1.74.6. Dans ces trois occasions, César le cite en tant que légat.

226 Broughton MRR 2, 273. Il commandait une des deux escadres césariennes de Sicile et mouillait dans les eaux de Vibo, Caes., Civ., 3.101.1 et 4-6. César mentionne alors sa préture.

227 Broughton MRR 2, 299. Cicéron lui adresse deux lettres, au moins, durant son séjour dans cette province. La lettre, traditionnellement numérotée Fam., 13.77, doit être scindée : le premier paragraphe apparaît comme un passage extrait d’une lettre antérieure ; elles peuvent être datées des mois intercalaires situés à la fin de 46. Le sénat a voté des supplications en l’honneur de Sulpicius, que Cicéron gratifie du titre d’imperator.

228 Broughton MRR 2, 299, suivant Grant [1946] 1969, 11-12. Ce dernier se fonde sur une monnaie d’Amisus, portant la mention, “P. SULPICIUS RUFUS PRO PR(aetor)” et sur une monnaie de Sinope, Grant, FITA, 251-252, “P. SULP(icius) Q(uinti) F(ilius) RUF(us) proco(n)s(ul)”. En fait, il ne s’agit pas du même personnage. Sumner 1971, 249-250, démontre qu’il s’agit de personnes différentes. Le légat de César, préteur en 48, est né vers 88 ; il est le fils du tribun de cette même année ; le gouverneur de Bithynie, pour sa part, est né vers 100 ; il est le frère de Ser. Sulpicius Rufus et le fils de Quintus Sulpicius.

229 Broughton MRR 2, 358.

230 CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204 ; CIL, I2, 64 = InscrIt XIII, 1, Fast. Colot., 273-275 ; Fast. Amit., 170 sq. ; Fast. Amer., 242 ; Fast. Mag. Vic., 282 sq., 135-504 sq.

231 Cic, Phil., 2.98.

232 Suolahti 1963, 492-494 no 177.

233 Depuis le troisième siècle, la famille n’a pas compté de consul ; mais, aux ve et ive s. a. C., elle a donné à Rome une série de censeurs. Au premier siècle, un homonyme, sans doute apparenté, P. Sulpicius Rufus, RE no 92, fut un tribun de la plèbe marianiste ; Ser. Sulpicius Rufus, qui était sans doute un cousin, apparaît comme le représentant le plus prestigieux de sa gens, à cette époque.

234 Cette hypothèse, énoncée par Münzer et retenue par Suolahti et Grant, repose sur l’anecdote de la proscription de Lentulus, que rapportent également Valère-Maxime (6.7.3) et Appien (BC, 4.6.3). Le premier auteur mentionne le nom de l’épouse du préteur, Sulpicia et de la mère de celle-ci, Julia. Il en résulte donc qu’une parente des Cæsares a épousé un Sulpicius. S’il est impossible de trancher entre les trois Sulpicii vivant à cette époque, faute d’indication complémentaire, l’identification avec le censeur de 42 reste la solution la plus probable. Le brusque réveil de sa carrière dans la suite de César, après plus de dix ans d’obscurité, la confiance constante dont il est l’objet de la part de son chef et sa fidélité césarienne témoignent en ce sens. En outre, les circonstances de la proscription inclinent dans cette direction. La surveillance vigilante de Julia indique qu’elle même et son époux étaient des partisans des triumvirs, opposés aux Pompéiens. De plus, elle révèle son inquiétude, fort compréhensible si l’on sait que Sulpicius n’a pas eu, à notre connaissance du moins, de postérité masculine ; si Sulpicia est bien sa fille, elle constitue son unique descendance.

235 Suohlati 1963, 492-494.

236 Sa proscription, App., BC, 4.6.3 ; V. Max. 6.7.3 ; Hinard 1985b, 459 no 47, résulte de son refus, malgré l’amitié qui le liait au consul, Cic., Phil., 3.25.

237 RE 6A. 2 (1937) s.v. “Tisiennus”, col. 1480 (Münzer) ; Glauning 1936, 14 ; Broughton MRR 2, 411 ; Wiseman 1971, 266 no 434 ; Hinard 1985b, 532-533 no 136 ; sur l’orthographe de son nom, Wiseman 1965, 19-20.

238 Hinard 1985b, no 136, reprenant Syme 1964c, 229.

239 Cette dame est citée, en 33 ou 32, dans une lettre ouverte d’Antoine, parmi les maîtresses du jeune César, Suet., Aug., 69.3.

240 D.C. 48.13.2.

241 App., BC, 5.32.

242 App., BC, 5.104 ; D.C. 49.8.1-2.

243 App., BC, 5.117 ; D.C. 49.10.4-49.11.1.

244 Hinard 1985b, no 136 n. 3. Parmi les autres proscrits de ce type, on trouve un antonien sûr, P. Decius Mus, un antonien moins fidèle, Tiberius Claudius Nero, et Cillo, personnage obscur.

245 Il n’apparaît pas dans la RE ; Broughton MRR 2, 385.

246 Grant [1946] 1969, 246, pl. 8 no 6-7.

247 Grant [1946] 1969, 244-249.

248 D.C. 48.26.3.

249 Magie 1950, 1268 n. 34. Sur Parium, voir Plin., Nat., 4.48 ; 5.141 ; Brunt 1987, 600 n. 93 ; selon lui, ce serait peut-être une colonie césarienne.

250 RE Suppl. 14 (1974) s.v. “Uttiedius” no 2, col. 974 (W. Eck) ; Wiseman 1971, 268 no 454 ; PIR, 492 no 692.

251 Personnage inconnu par ailleurs, il ne figure que sur l’inscription CIL, XIV, 3615.

252 Suet., Aug., 27.

253 CIL, XIV, 3615.

254 Borghesi 1884-1886, t. 8, 8 ; lettre du 14 février 1846 ; Licordari 1982, 45.

255 RE 8A. 1 (1955) s.v. “Valerius”, no 96 et 267, col. 165-6 (Hansilk) ; Broughton MRR 2, 418 ; 3, 67 ; PIR, 370-371 no 94.

256 La première publication fut celle de Syme 1955c avec la permission de L. Robert.

257 ILS, 8964.

258 CIL, VI, 32 323.

259 Robert 1952, 224, n. 1.

260 InscrIt XIII, 1, Fast. Mag. Vic ; D.C. 51.21.2.

261 Grâce surtout à l’inscription CIL, VI, 37 075 = ILS, 8964 Il suivit donc un cursus tout à fait normal et devint proconsul d’Asie en 23. En 20, il fut légat d’Auguste dans une province dont l’identification est controversée.

262 Syme 1955c, 156 et 1956, 206.

263 MRR 3, 67, le classe parmi les magistrats ayant exercé leur questure à une date incertaine.

264 J et L. Robert, Bull. epigr, 1956 no 252.

265 Szramkiewicz 1976, 458.

266 Sutherland 1984, 76-77, no 442.

267 Nov-déc. 32, Broughton MRR 2, 417.

268 Broughton MRR 2, 418.

269 D.C. 51.21.2. Sur son consulat, InscrIt XIII, 1, Fast Cap., 136 ; Fast. Mag. Vic., 283, 288.

270 On sait, en effet, que M. Valerius Messalla (cos. 53) avait pour oncle le grand orateur Hortensius ; de plus, Plutarque indique que Valeria, l’épouse de Sylla, était une parente d’Hortensius (Syll., 35, 5-11). Le père de M. Valerius Messalla Rufus épousa une Hortensia (V. Max. 5.9.2).

271 Une inscription de Pergame peut être attribuée au consul de 32, sans doute à l’époque antonienne IGRP, IV, 431. Cependant, elle ne nous informe que d’un voyage en Asie et on ne peut avancer aucune date.

272 Ferrary, 2000, 364-66. En effet, c’est une question de préséance. M. Titius est à la place d’honneur dans l’exèdre. Or., ce serait inconcevable si les trois statues avaient été placées en même temps, car il est le seul à ne pas être patron de la cité.

273 RE 9A. 1 (1961) s.v. “Volusenus” no 1, 2, 3, col. 896-7 (H. Gundel) ; Broughton MRR 2, 211, 246, 284 ; 3, 71 ; Nicolet 1974, no 403 ; Wiseman 1971, 277 no 512.

274 Wiseman 1971, 277, no 512 (L. Volusenus Quadratus), fait remarquer que l’on rencontre de nombreux Voluseni, de l’ordre équestre ou décurional, en Ombrie, dans la région de Sestinum, Arimenum et Tifernum (CIL, XI, 422 ; 6011-12 ; 6016-19 ; 6025 ; 6689, l. 263-4 etc.).

275 RE no 4 ; PIR, no 648 ; Wiseman 1971, no 512 ; cité en seconde position dans CIL, VI, 31 543, une inscription donnant le nom des curateurs des rives du Tibre et, probablement, préteur en 24 p. C. ; (pour d’autres inscriptions du début du règne de Tibère : CIL, VI, 1267 ; 31 573-4). Étant donnée la rareté de ce gentilice, Wiseman suggère que Quadratus était son père ou son grand-père ; il parait plus prudent de conclure à leur parenté, sans pouvoir apporter plus de précision, car le praenomen et le cognomen diffèrent.

276 Caes., Gal., 3.5.2 ; Broughton MRR 3, 212.

277 Caes., Gal., 4.21.

278 Titre incertain ; il commande le détachement de cavalerie que César conserve auprès de lui durant la campagne contre Ambiorix (Gal., 6.41.2).

279 Caes., (Hirtius), Gal., 8.23.

280 Caes., (Hirtius), Gal., 8.48 ; Broughton MRR 2, 246.

281 Caes., Civ., 3.60.4 ; Broughton MRR 2, 284. Pour l’ensemble de sa carrière, Broughton MRR 3, 71, ainsi que Syme 1938b, 1-31.

282 Cic., Phil., 14.21 ; On peut lire, en effet : “Idem Ventidium cum ali praetorem/volusenum/, ego semper hostem”. Wuilleumier 1960, 270 n. 2, pense que “voluissent”, verbe sous-entendu, a été ajouté par un copiste, puis altéré. Dans ce passage, le texte est trés mal établi. La présence de Quadratus au Sénat, en 44, repose sur des présomptions bien légères.

283 D’après César lui-même, Volusenus est un officier d’élite : “vir et consilii magni et virtutis” (Gal., 3.5.2).

284 Ce qui signifie que César l’a conservé dans ses troupes personnelles. La XIIe légion est généralement réservée à son questeur (Galba en 57, Antoine en 51) ; l’expédition de Bretagne a été confiée à ses meilleures cohortes. Il n’y a guère qu’en 52 qu’il ait servi sous une autre autorité, celle de Labienus. L’entreprise a échoué. Est-ce un hasard ? Cette anecdote ressemble fort à une attaque d’Hirtius à l’égard des Pompéiens, peu soucieux de l’honneur quand il s’agit de se débarrasser d’un ennemi.

285 En fait, les incertitudes prosopographiques proviennent des oscillations dans l’écriture de son nom, qui apparaît, tantôt sous la forme C. Volusenus (Gal., 3.5.2), tantôt Volusius (Gal., 8.23.48), tantôt encore Volusenius. Sa carrière gauloise ne fait maintenant plus aucun doute, elle est tout à fait cohérente ; de même, sa participation à la guerre civile semble logique. Seule, reste très douteuse son entrée au Sénat (Broughton MRR 3, 71) et, par là même, sa participation à la guerre de Modène. Toutefois, le fait que sa postérité, même indirecte, ait connu les honneurs du Sénat, suggère que sa famille était en pleine ascension au moment des guerres civiles.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search