Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Partisans assurés

Texte intégral

1 (Q. AEMILIUS LEPIDUS ?) BARBULA, cos. 21 ?1 partisan d’Antoine de 42 à 31 (App., BC, 4.49)

  • 1 RE 1.1 (1893) s.v. “Aemilius” no 79, col. 563 (von Rohden), également, RE suppl. 3 (1918) s.v. “Ae (...)
  • 2 Il appartenait peut-être à la tribu Palatina, Taylor 1964, 187.

Origine géographique :

Rome2.

Appartenance sociale :

famille sénatoriale.

Liens familiaux :

père : M.’Aemilius Lepidus cos 66 a.C., RE no 62.

Carrière :

- jusqu’en 31 : légat ( ?) d’Antoine.
- 21 : consul ?

Sacerdoce :

- 21 : quindecemvir sacris faciundis.

  • 3 Pour l’identification du proscrit et du consul : Hinard 1985b, s.v. “Lollius” no 81, 487-488. Cett (...)
  • 4 Broughton MRR 2, 426 et MRR 3, 3, précise que la filiation était Manii filius mais que le cognomen(...)

1En 42, après la bataille de Philippes, Barbula sauva Marcus, un lieutenant de Brutus, proscrit l’année précédente. Espérant ainsi échapper à la mort, Marcus se faisait passer pour un esclave. Barbula l’acheta. Ayant découvert sa véritable identité, il parvint à le faire effacer de la liste des proscrits par Octavien, grâce à l’intercession d’Agrippa. Marcus, à son tour, devenu ami et lieutenant d’Octavien, sauva Barbula, après la bataille d’Actium où il servait Antoine : il le racheta et plaida sa cause auprès de son protecteur. Juste fin pour des destins parallèles : les deux rescapés devinrent consuls en même temps. Grâce à ces indications, ils semblent pouvoir être identifiés avec Marcus Lollius Paullinus et Quintus Aemilius Lepidus Barbula qui obtinrent cette magistrature en 21, à la suite d’une campagne houleuse et violente3. Quintus Aemilius porterait en ce cas un cognomen usité dans sa famille aux quatrième et troisième siècles avant notre ère, mais oublié par les générations suivantes. Sur ces présomptions, on peut supposer que Quintus Aemilius Lepidus, consul en 21, fut un partisan durable de Marc Antoine de 42 à 31 a.C. Il poursuivit, malgré tout, une carrière conforme à son rang dans les premières années du principat : outre le consulat, il devint proconsul d’Asie et fut quindecemvir sacris faciundis4.

2 M. AEMILIUS SCAURUS5 partisan d’Antoine de 35 à 31 (D.C. 51.2.5)

  • 5 RE 1.1 (1893) s.v. “Aemilius” no 142, col. 590 (Klebs) ; Schör 1978, no 2.

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

famille sénatoriale.

Liens familiaux :

- père : M. Aemilius Scaurus, RE no 141.
- mère : Mucia, RE no 28.
- fils : Mamercus Aemilius Scaurus, RE no 139.

Carrière :

- avant 35 : légat de Sextus Pompée.
- 35 : trahit Pompée au bénéfice d’Antoine.
- 31 : légat d’Antoine à Actium.

  • 6 RE no 141 (Klebs) – fils du princeps senatus M. Aemilius Scaurus (RE no 140), beau-fils de Sylla, (...)
  • 7 Mucia (RE no 28) était la fille de Q. Mucius Scaevola (Cos. 95) = Tertia Mucia. Elle épousa Scauru (...)
  • 8 App., BC, 5.142.
  • 9 D.C. 51.2.5.
  • 10 D.C. 56.38.2.

2Lorsqu’Aemilius Scaurus quitte Sextus Pompée pour Antoine, c’est le dernier carré des Pompéiens qui se rend parce que leur situation est désespérée. Scaurus était lié à ce camp par les liens du sang : son père6 était questeur du grand Pompée et sa mère, Mucia7, fut la troisième épouse de ce dernier et lui donna Sextus Pompée, que M. Scaurus a servi jusqu’en 35. Contrairement à ses principaux subordonnés, il n’abandonne pas son demi-frère au début du printemps 35, mais plus tard, après la rupture des négociations avec C. Furnius, lorsque Sextus, aux abois, décide de s’enfuir secrètement pour aller brûler la flotte de Titius8. Sa trahison provoque la capture de son parent : il indique la route prise par son ancien chef et permet ainsi à la cavalerie d’Amyntas de le rattraper avant qu’il n’exécute son dessein. Il sert ensuite M. Antoine jusqu’à la défaite. En raison de cette fidélité tardive, il est condamné à mort. Sa mère, Mucia, intercède et obtient sa grâce9. Petit-fils du princeps senatus et de Caecilia Metella, il apparaissait comme le représentant d’un des clans les plus prestigieux de la nobilitas et figurait parmi les exemples de ceux qui avaient survécu à de nombreuses batailles10.

3 ALBEDIUS ou ALBESIUS11 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.28)

  • 11 RE 1.1 (1893) s.v. “Albedius”, col. 1312 (Klebs) ; Wiseman 1971, 210, no 11.
  • 12 Syme 1955a, 55, le rapproche des Albisii originaires de Nîmes et de Narbonnaise, Schulze 1904, 119 (...)

Origine géographique :

inconnue12.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Carrière :

- 43 : sénateur.

  • 13 Cic., Phil., 13.28.
  • 14 Plut., Ant., 15.4.

3Dans la treizième Philippique13, Cicéron le cite dans l’énumération parodique du Sénat d’Antoine. Bien qu’il ne connaisse pas ce sénateur, l’orateur le juge digne de figurer parmi cette racaille, c’est-à-dire indigne des Pères conscrits. Cette unique référence n’éclaire pas les motifs d’un tel mépris, s’il y en avait, elle révèle simplement que ce personnage se trouvait aux côtés d’Antoine durant le siège de Mutina. L’ignorance dans laquelle prétend se trouver l’orateur signifie probablement qu’il s’agit d’un de ces nouveaux sénateurs d’Antoine, les “Charonites”, qui excipaient des notes du dictateur défunt leur accès au sénat14.

4 ALBIUS15 partisan d’Antoine entre 44 et 30 (Ael., Fr, 222 p. 456)

  • 15 RE 1.1. (1893) s.v. “Albius”, no 3 (Klebs) ; PIR2, 81, no 482 (Stein) ; Demougin 1992, 35, no 20.

Appartenance sociale :

eques romanus.

  • 16 Ael., fr., 222.456 note le jeu sur les mots : Albius était de l’ordre équestre et, flagorneur et c (...)
  • 17 Ael., Fr, 222 et 280. Ce dernier mentionne le nom d’Albius à la fin d’une liste des flagorneurs cé (...)
  • 18 ILS, 7445 ; PIR2, no 485.

4Albius appartenait à l’ordre équestre et c’était un parasite de l’entourage d’Antoine16. Souvent confondu avec des homonymes, il n’est connu que par deux fragments d’Élien17. Pour cette raison, tout rapprochement s’avère hasardeux. Il faut souligner, cependant, que des Albii, contemporains d’Auguste, comptaient parmi les parents ou les clients d’anciens Antoniens. Marcus Valerius Messala protégeait le poète Tibulle. Une certaine Albia, par ailleurs inconnue, épousa Terentius Culleo, fils du légat qui ouvrit à Antoine la route des Gaules en 4318.

5 T. ANNIUS CIMBER19 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 11.14 ; 13.26)

  • 19 RE 1.2 (1894) s.v. “Annius” no 37, col. 2265-2566 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 319 ; Syme [1939] 196 (...)

Origine géographique :

Breton ?

Appartenance sociale :

fils d’affranchi, sénateur.

Liens familiaux :

- père : Lysidius, ou Lysidicos.
- frère ( ?) : Extitius ?
- frère : anonyme (décédé).

Carrière :

- 44 : préteur.

  • 20 Quint., Inst, 8.3.29. Du reste, Cicéron n’eût pas manqué de s’emparer de cet argument s’il en avai (...)
  • 21 Verg., Cat., 2 ; cité également par Ausone, Idylles, 13.59.
  • 22 Cic., Phil., 11.14 et 13.26 : “Philadelphus Annius” plaisante cruellement le fratricide.
  • 23 Marmorale 1960, 85-93, explique que l’allusion au Tau et au Min se réfèrent à des particularités d (...)
  • 24 Cic., Phil., 13.28.
  • 25 Suet., Aug., 86.5 : dans une lettre-ouverte à Antoine (de 44 ? de 32 ?), le futur Auguste moquait (...)
  • 26 Cic., Phil., 3.26.
  • 27 Cette hypothèse n’est recevable que dans la mesure où l’on considère que Virgile est bien l’auteur (...)

5Titus Annius Cimber, sénateur et historien de réputation exécrable, possède des origines obscures : Quintilien20 suggère une ascendance exotique en le nommant “Thucydides Britannicus”. Cependant, cette source tardive semble erronée : elle s’inspire des vers de Virgile21 qui brocardent Annius et le surnomment : “Thucydides tyrannus”. On ne peut en déduire aucune origine celte. Plus contemporain, mais tout aussi désobligeant, Cicéron22 précise qu’il est le fils d’un affranchi, Lysidicos, et prétend qu’il a tué son propre frère – empoisonné, précise Virgile –, sans que l’on en sache la raison ou les circonstances23. Annius aurait eu un autre parent, frère ou cousin, Extitius, plus probablement Sex. Titius (voir sa fiche)24, à moins que cette parenté ne soit un trait d’esprit de Cicéron, dont le temps a effacé le sens. Ces méchants bruits mis à part, presque rien ne subsiste d’Annius Cimber. Rhéteur épris d’archaïsme25, il se piquait d’imiter Thucydide, au grand déplaisir de Virgile. Il fut préteur en 4426, sans doute issu des promotions de César et heureux bénéficiaire du “frauduleux” tirage au sort des provinces d’Antoine. Ce dernier le comptait parmi ses subordonnés fidèles puisqu’il est à ses côtés dans la guerre de Modène. Sa carrière, par la suite, est inconnue. Mais, le fait que Virgile reprenne à son compte des accusations tirées des Philippiques permet de supposer qu’Annius a été un adversaire de Cicéron de quelque relief27.

6 ANSER28 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.11)

  • 28 RE 1.2 (1894) col. 2336 (Marx).
  • 29 Cic., Phil., 13.11.
  • 30 Serv., Ecl., 9.35.
  • 31 Verg., Ecl., 9.35.
  • 32 Brugnoli 1979, 345-368.
  • 33 Lucius Antonius, par exemple, est désigné sous le surnom de myrmillon ou de gladiateur, mais nous (...)

6Cicéron, dans les Philippiques, cite les Anseres parmi les partisans d’Antoine qui assiègent Brutus dans Modène. À cette occasion, il réclame au Sénat qu’on les expulse du domaine de Pompée à Falerne. Ils l’occupent depuis la mise à l’encan des biens du vaincu29, dispersés entre les fidèles d’Antoine. Le grammairien Servius30, dans son commentaire des Bucoliques de Virgile, affirme qu’il faut identifier ces personnages, au moins l’un d’entre eux, au poète érotique latin du même nom, cité par Virgile et Ovide. Non content d’écrire des vers fort licencieux, Anser tressait des couronnes à la gloire d’Antoine, poème de mauvaise qualité si l’on en croit Virgile31 qui compare son chant à celui d’une oie (anser). Le vénérable auteur de l’Éneïde prisait peu le cercle littéraire gravitant autour du Triumvir, puisqu’il ne ménage ni Anser, ni Annius. Anser le lui rendait bien puisque Servius le place parmi les “obtrectatores Vergilii”. G. Brugnoli32 estime, au contraire, que Servius a fait un contre-sens dans son commentaire, en prenant anser comme un nom propre, alors qu’il s’agit du nom commun, sans réference à un personnage quelconque. D’ailleurs, selon lui, les Anseres de Cicéron n’auraient pas davantage de réalité, il s’agirait du surnom de Cafo et Saxa. En fait, cette remise en cause n’est acceptable que pour le problème posé par les vers de Virgile ; encore cette hypothèse émousse-t-elle la pointe du poème si l’on admet que la phrase n’a que le sens premier, la plate comparaison avec une oie. Il s’agit ici d’une pièce dans le goût de Catulle, qui aimait à dissimuler des identités sous le masque de noms communs, transparents pour les contemporains et il paraît bien étonnant, en ce cas, qu’il n’ait eu aucune allusion mondaine. L’hypothèse d’un double sens ne peut donc être totalement écartée. Dans le cas de Cicéron, il n’y a pas lieu d’identifier les Anseres avec d’autres personnalités citées par ailleurs. Dans les Philippiques, Cicéron n’emploie aucun surnom qu’il n’ait explicité d’abord par une anecdote et, très souvent, associe le nom avec le surnom33. Ainsi, Cafo et Saxa sont désignés comme centurions. Leur seul point commun avec les Anseres provient de ce qu’ils sont également propriétaires de biens confisqués en Campanie et présents au siège de Modène.

7 ANTISTIUS34 : C. ANTISTIUS REGINUS ? ou L. ANTISTIUS LABEO ? partisan d’Antoine en 35 (App., BC, 5.139)

  • 34 RE 1.2 (1894) s. v. “Antistius” no 3, col 2545-2546 (Klebs).

Carrière :

- 35 : légat ( ?) de Pompée puis d’Antoine.

  • 35 App., BC, 5.139.
  • 36 Plut., Brut., 51. ; RE no 4 (Jors) ; Schör 1978, no 6 ; Syme [1939] 1967, 235 et 459.
  • 37 Tac., Ann., 3.75.
  • 38 Schör 1978, no 7 ; Hinard 1985b, no 7.
  • 39 De 53 à 50 et il le suit durant les guerres civiles (Cæs., Gal., 4.1 ; 7.83 et 90).
  • 40 App., BC, 4.168.
  • 41 Schör 1978, no 7.
  • 42 Il s’agit du Reginus cité par Cicéron en mai 49 (Att., 10.12.1) ; Broughton MRR 3, 6.
  • 43 Aurei et deniers, Grueber CRRBM, no 4660-4662.
  • 44 Il est originaire soit de Rhégium, soit de Gabies ?

7Un Antistius se range aux côtés de Marc Antoine en 35 a.C. Il appartenait au groupe des lieutenants de Sextus Pompée, encore fidèles, qui, à l’arrivée de Titius et de son armée, considèrent que la lutte est désespérée35. Parmi les Pompéiens, deux personnes portent ce nomen : Lucius Antistius Labeo et Caius Antistius Reginus. A priori, l’identification avec Labeo n’est pas impossible : fils du Républicain mort à Philippes36, il rejoint Pompée sans abdiquer ses convictions, pas plus que, sous le principat, il ne renonce à son indépendance de parole, ce qui lui vaut l’estime de l’opinion et lui coûte le consulat37. Mais, l’hypothèse de Reginus38 a aussi de solides arguments : ancien légat de César39 mais proscrit en 4340, il fut contraint de rejoindre Pompée41. Sa réhabilitation intervint lors des accords de Misène. Il devait être lié à Antoine, avant la mort de César42. Après les guerres civiles43, son fils fut triumvir monetalis44.

8 C. ANTONIUS45 partisan d’Antoine de 44 à 42 (Cic., Phil., 3.26)46

  • 45 RE 12 (1894) s.v. “Antonius” no 20, col. 2582-2584 (Seeck) ; Broughton MRR 2, 338.
  • 46 Il défendit la cause de son frère jusqu’à la mort, qui doit se situer au tout début de l’année 42, (...)
  • 47 Broughton MRR 2, 241 ; cette date se déduit de la réflexion de Cicéron à Minucius Thermus (Cic., F (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas plébéienne.

Liens familiaux :

- père : M. Antonius Creticus, RE no 29.
- mère : Julia RE no 543.
- frère : M. Antonius, RE no 30.
- frère : L. Antonius, RE no 23.

Carrière :

- 51 : questeur47.
- 49 : légat.
- 46 ? : tribun de la plèbe.
- 44 : préteur, septemvir agris dividundis ?
- 43 : proconsul de Macédoine.

Sacerdoce :

- 45-42 : pontife.

  • 48 Cicéron le considère inférieur à ses deux frères, moins important et moins redoutable que Lucius, (...)
  • 49 Flor., Epit., 2, 13.31-32. Sur ce passage qui a disparu du récit des guerres civiles de César, Ave (...)
  • 50 Plut., Ant., 15.13 ; D.C. 45.9.1.
  • 51 App., BC, 3.14.
  • 52 App., BC, 3.23.
  • 53 Cic., Att., 16.2 (11 juillet 44). Brutus avait écrit à Cicéron qu’il devait plus de reconnaissance (...)
  • 54 Cette candidature est incertaine. Elle est rapportée comme une rumeur par Cicéron (Att., 15.9). Il (...)
  • 55 Cic., Phil., 3.26. D ‘ ailleurs c’est plutôt le consulat que visait Caius (ibid., 8.27).
  • 56 App., BC, 3.25-27.

8Des trois fils de Creticus, Caius Antonius s’illustra le moins48. Les premières étapes de son cursus honorum semblent difficiles à établir et peu brillantes. Durant la guerre civile opposant César à Pompée, il se range, comme son frère aîné, aux côtés du vainqueur des Gaules. Il reçoit l’ordre de venir au secours de Dolabella, défait par les escadres pompéiennes. Mais il se retrouve bloqué avec ses quinze cohortes dans l’île de Curicta. Malheureusement, Octavius Libo l’encercle. Malgré une tentative d’évasion, il est trahi et contraint à se rendre49. Il devient peut-être tribun en 46 et se retrouve préteur en 44, année faste pour les Antonii, puisque l’aîné est consul, le cadet préteur, le benjamin tribun de la plèbe50. Collègue de Cassius et de Brutus, il ne joue, semble-t-il, aucun rôle déterminant avant les ides de Mars. Dans les mois qui suivent, il préside aux débuts de la carrière d’Octavien, puisqu’il enregistre son adoption. Comme son frère, le tribun de la plèbe, il met son office, préteur urbain “par interim”, au service de l’héritier de César51. Cela ne représente pas une trahison : personne ne pouvait prédire, alors, le rôle du jeune homme. En l’absence de Brutus, il reçoit également la charge d’organiser les jeux en son nom52. Il fait en sorte, semble-t-il, que le mérite en revienne exclusivement à lui-même et au parti de son frère. La tentative ne réussit pas, puisque les jeux offrent finalement une tribune aux tyrannicides53. En juin il avait émis le souhait de figurer dans la commission des septemvirs, présidée par son frère. Il ne semble pas que Marcus ait accepté54. Sans doute lui réserve-t-il des tâches plus urgentes. À la fin de l’année, grâce à un tirage au sort “miraculeux”55, il l’envoie dans la province de Macédoine, qu’il s’était fait attribuer initialement avant de permuter en faveur de la Gaule Cisalpine56.

  • 57 Cic., Phil., 7.3 ; Plut., Brut., 25.3-4 ; Syme [1939] 1967, 126.
  • 58 Cic., Phil., 11.26 et 10.9-13.
  • 59 D.C. 47.21.4.
  • 60 Cic., Phil., 10. l0.
  • 61 Plut., Brut., 26.3-7.
  • 62 Plut., Cic., 45.3 ; App., BC, 4.51.
  • 63 D.C. 47.21.7 ; Vell. 2.69.3.
  • 64 Cic., ad Brut., 2.3.2 (1er avril 44).
  • 65 Plut., Brut., 26.6-7.
  • 66 Ibid. ; D.C. 47.21.4-47.23.1. Il convient de placer cette sédition au moment où Brutus, rassuré su (...)
  • 67 Cic., ad Brut., 5.1-5.
  • 68 D.C. 47.23.2 et Plut., Brut., 26.7.
  • 69 C’est pourquoi Cicéron conseillait de le tuer sans attendre : Cic., ad Brut., 1.2a. 2 (17 avril 43 (...)
  • 70 Plut., Brut., 38.1.
  • 71 D.C. 48.24.2-4.
  • 72 Plut., Brut., 28.1.

9Ce tour de passe-passe cache des enjeux importants. La Macédoine concentre un grand nombre de légions, stationnées en prévision de la guerre parthique décrétée par Jules César. Le contrôle de ces troupes, puis leur passage en Italie, est un des objectifs majeurs de Marc-Antoine. La mission de Caius revêt une importance vitale. Mais, ce plan est contrarié par la résistance de Decimus Brutus en Cisalpine, par les menées séditieuses d’Octavien, par l’arrivée de Brutus en Grèce et par les appuis que ce dernier rencontre en Macédoine. Caius Antonius aborde à Dyrrachium en Illyrie57, gagne le sud : Apollonie, Byllis, Amantia ; il a peut-être sept cohortes et de la cavalerie58. Mais il arrive trop tard pour prendre en main les légions de Macédoine et d’Illyrie. Brutus s’est emparé, sans difficulté, de l’armée de Vatinius. Hortensius, le précédent gouverneur, s’est rallié au tyrannicide. Caius Antonius débarque dans un pays hostile59. Les opérations de Macédoine semblent confuses. Les échos qui parviennent à Cicéron et au Sénat sont contradictoires. Les sources postérieures ne s’accordent pas non plus sur ces événements, qui conditionnent pourtant la bataille de 42. Une de ses cohortes abandonne C. Antonius60, trois autres sont taillées en pièces61. Marcus Tullius Cicero le bat dans les marais près de Byllis62. Il est repoussé vers Apollonie et assiégé ; finalement ses troupes le livrent vivant à Brutus63. Celui-ci traite son collègue avec les honneurs64 et lui laisse, dans un premier temps, une assez grande liberté d’action65. Caius la met à profit pour susciter une sédition parmi les troupes fraîchement ralliées66 et faire parvenir des messages au Sénat67. Dépouillé des ornements de la préture, il n’en constitue pas moins une menace, car des troupes révoltées tentent de le délivrer. Brutus durcit les conditions de la détention, l’isole et le fait garder étroitement par C. Clodius68. Toutefois, la fidélité des légions césariennes n’était pas totalement acquise à Brutus et C. Antonius représentait donc un danger latent69. La responsabilité de sa mort n’est pas claire70. Fut-il exécuté à titre préventif, en représailles à la proscription ou parce qu’Antoine avait tenté de le faire délivrer71 ? Antoine, après Philippes, en fait porter la culpabilité à Hortensius et non à Brutus72.

9 L. ANTONIUS (PIUS)73, Cos. 41 partisan d’Antoine de 44 à 40 (Cic., Phil., 3.31)

  • 73 RE 1.2 (1894) s.v. “Antonius” no 23, col. 2585-2590 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 370. La date approx (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Liens familiaux :

- père : M. Antonius Creticus, RE no 29.
- mère : Julia, RE no 543.
- frère : M. Antonius, RE no 30.
- frère : C. Antonius, RE no 20.

Carrière :

- 50 : questeur en Asie sous les ordres de Minucius Thermus, puis questeur propréteur.
- 49 : proquesteur propréteur d’Asie.

-44 : tribun de la Plèbe, septemvir agris dividundis.
- 43 : légat de M. Antonius durant la guerre de Modène.
- 41 : 1 janv. triomphe ex Alpibus. Consul, il conduit la guerre de Pérouse.
- 40 : reddition de Pérouse, proconsul en Hispanie.

10Lucius Antonius, benjamin de Marc Antoine, apparaît, dans les années 44 à 40, comme l’un des principaux dirigeants du parti antonien. Cependant, le soutien qu’il apporte à son frère suscite une question : se contente-t-il toujours, soit de guider, soit d’interpréter les volontés de celui-ci, ou, dépassant cet objectif, mène-t-il une politique personnelle ?

  • 74 Pour une interprétation de ces anomalies, voir Roddaz 1988, 317-346. Shackleton-Bailey 1960a, 257 (...)
  • 75 Cic., Q. fr., 3.1.15 ; 3.2.1.
  • 76 Cic., Fam., 2.18.. Des cistophores, que l’on peut dater de 50-49, mentionnent le titre de questeur (...)
  • 77 De nombreux documents ont été liés à ce gouvernement : Jos., AJ, 14, 235 ; IGRP, 400 et 401, origi (...)
  • 78 Cic., Fam., 2.18.2.
  • 79 L’allusion la plus précise se trouve dans Cic., Phil., 5.20 ; mais l’orateur reprend souvent ce mo (...)
  • 80 Plut., Ant., 15.13 et D.C. 45.9.1.
  • 81 Cic., Phil., 7.16 ; Nic. Dam. 20.3 ; Suet., Jul., 41.2 ; D.C. 43.51.3.

11Avant l’année 44, sa carrière comprend des contradictions et une lacune74. Il se distingue d’abord, avec son frère Caius, comme un des accusateurs dans le procès que Caius Memmius intente à Gabinius, grâce à la bienveillance duquel Marcus avait fait ses premières armes75. En 50 et 49, il séjourne en Asie en qualité de questeur, sous les ordres de Minucius Thermus76, puis de proquesteur, après l’arrivée du successeur, Caius Fannius. Dans l’intermède qui sépare les deux gouverneurs, il dirige la province suivant la volonté de Thermus. Son rôle est confirmé par trois inscriptions et un décret conciliant qui rappelle les franchises des juifs de Sardes77. Les relations avec Thermus semblent donc avoir été bonnes, sans doute ce dernier avait-il suivi les conseils de Cicéron : il ne faut pas brimer ce jeune aristocrate promis, par sa naissance, à une carrière brillante et qui, de plus, appartient à une famille qui va régner durant trois ans sur le tribunat de la Plèbe78. Dès 50, les Antonii forment donc un “triumvirat”. C’est probablement à cette époque qu’il convient de placer le scandale que Cicéron évoque dans les Philippiques, un combat de gladiateurs à Mylasa, auquel aurait participé Lucius, en myrmillon, et où il aurait blessé un de ses amis79. L’absence de Lucius des péripéties des guerres civiles semble d’autant plus étonnante. Il ne réapparaît qu’en 44, comme tribun de la Plèbe. L’année où César fut assassiné se présentait sous les meilleurs auspices pour la famille : Marcus consul, Caius préteur, Lucius tribun, par leurs magistratures ils jouaient un rôle déterminant80. Lucius, effectivement, fut à l’origine d’une loi permettant à César de nommer la moitié des magistrats, à l’exception des consuls81.

  • 82 Cic., Phil., 5.7-10 ; 5.20 ; 7.17 ; 13.37 ; D.C. 45.9.1.
  • 83 Cic., Att., 15.12.2 ; 15.1 ; 17.1 ; 19.2 et 16.3.1.
  • 84 Cic., Phil., 7.15-18 ; Nicolet 1985, 799-839.
  • 85 Cic., Att., 14.20.2-5 ; 21.4 ; 15.2.2.
  • 86 Cic., Att., 15.5.3 (27 mai 44).
  • 87 Cic., Phil., 6.10.
  • 88 Cic., Phil., 6.11.
  • 89 Cic., Phil., 3.31 ; 10.21 ; 11.10 ; 12.4 ; 20 ; 26 ; 13.4 ; 26 ; 37.
  • 90 Cic., Phil., 14.28 et 37 ; D.C. 46.37.1 ; Zonar. 10.14.
  • 91 Cic., Phil., 14.8-9 ; Fam., 11.13b ; 10.33.4.
  • 92 Cic., Fam., 10.15.3 ; 10.33.4 ; 10.34.1.
  • 93 Sur l’attribution de ce triomphe, qui a provoqué les sarcasmes des adversaires de Lucius Antonius, (...)

12Après les ides de Mars, il apparaît comme le soutien le plus actif de son frère. Celui-ci le nomme à la tête d’une commission de sept membres chargés de répartir des terres du domaine public entre les vétérans et les nécessiteux82. Ses agissements, à cette occasion, lui sont âprement reprochés par Cicéron, dans les Philippiques, mais aussi dans sa correspondance83. À partir de ce moment, Lucius tient une grande part dans les préoccupations de l’orateur : par ses largesses il acquiert une puissante clientèle, non seulement dans la plèbe (les trente-cinq tribus), mais aussi parmi les chevaliers romains, les anciens cadres de l’armée de César, les manieurs d’argent84. Par ailleurs, il préside aux débuts de la carrière d’Octavien, en lui permettant de s’adresser au peuple lors d’une contio85. Il paraît impossible qu’il ait mesuré alors l’importance de cet acte : Octavien n’avait aucun poids politique ; il s’agit plutôt d’une manœuvre hostile aux tyrannicides. Lucius Antonius, d’ailleurs, s’en prend dans ses discours aux assassins de César86. À l’issue de sa charge, le 10 décembre, il rejoint, sans doute, Antoine à Tibur et lui conseille, si l’on en croit Cicéron, de s’engager résolument dans la guerre civile87. Il occupe alors une place dominante dans l’entourage de son frère : il en est le “Scipion l’Africain”, ironise l’auteur des Philippiques88. De la nature de ces conseils il ne reste rien ; en revanche, il rejoint son frère au siège de Modène89. Il s’empare de Parme, qu’il pille ; puis commande les troupes en face des positions de Brutus alors qu’Antoine engage la bataille à Forum Gallorum90. Pendant la retraite vers la Gaule, il patrouille en éclaireur et mène une guerre implacable91. Il assure le passage des Alpes, sans doute avec la complicité des hommes de Lépide92. À cette occasion, il accomplit, peut-être, quelques opérations de pacification qu’il commémore dans son triomphe de 4193.

  • 94 InscrIt XIII, 1, Act. Triumph. 86 sq., 548 ; Fast. Barberin. 42 sq. ; Fast. Cupr. 244 ; Liv., Per. (...)
  • 95 Dion met surtout en avant la responsabilité de Fulvie dans le déclenchement du conflit, alors qu’A (...)
  • 96 App., BC, 5.19-76 ; le souci, dans un premier temps, de ménager les intérêts d’Antoine en Italie e (...)
  • 97 Liv., Per., 125 ; Vell. 2.74 ; App., BC, 5.12-34 ; D.C. 48.6.3-48.7.2.
  • 98 App., BC, 5.32.
  • 99 D.C. 48.7.3 ; 10.1 ; 12.1-3.
  • 100 D.C. 48.13.1-2.
  • 101 D.C. 48.13.3.
  • 102 Liv., Per., 126 ; Vell. 2.74.3 ; Flor., Epit., 2.16 ; D.C. 48.14.3 ; Oros. 6.18. Sur le caractère (...)
  • 103 App., BC, 5.32-35.
  • 104 App., BC, 5.40-41.
  • 105 Liv., Per., 126 ; Vell. 2.74.3. ; Suet., Aug., 14 ; D.C. 48.14.3 ; Eutrope 7.3-4.
  • 106 App., BC, 5.54.
  • 107 Syme [1939] 1967, 204.

13À l’arrivée de son frère en Narbonnaise, il disparaît une nouvelle fois de la vie politique. Cet homme, présenté naguère par Cicéron comme un redoutable révolutionnaire, ne semble pas participer à la proscription, pas plus qu’il n’apparaît dans les accords de Bologne, auxquels, pourtant, il doit son consulat en 41. Il inaugure cette magistrature par un triomphe ex alpibus94, qui suscite les sarcasmes de Dion Cassius. La guerre de Pérouse occulte les autres événements de l’année en Italie. Si les auteurs s’accordent sur la trame des événements, l’appréciation de la responsabilité du déclenchement et les buts poursuivis varient et sont sujets à caution95. Lucius s’oppose à Octavien, tout d’abord, en défendant les vétérans de son frère et la notoriété de celui-ci96 ; mais son discours se modifie peu à peu et, tout en maintenant les intérêts des vétérans, il devient le champion des propriétaires dépossédés par l’installation des démobilisés : retournement piquant pour le septemvir de 4497. Fulvie, femme de Marc Antoine, se joint à lui, ainsi que Manius, procurateur de Marc Antoine98. Les tentatives de conciliation échouent99. Après des manœuvres préliminaires100, Lucius occupe Rome101, puis se dirige vers les armées du nord, afin de prendre en tenaille ses ennemis. Avant d’opérer sa jonction avec les généraux antoniens, il est contraint de se réfugier avec son armée dans la ville de Pérouse102. Un siège éprouvant commence, les lieutenants d’Antoine, Ventidius, Asinius, Plancus103, hésitent à le secourir. Au début de l’année 40, il capitule finalement. À la suite de longues négociations104, Octavien se montre généreux en le laissant libre105 et en lui octroyant le gouvernement de la péninsule Ibérique toute entière106. Lucius Antonius part dans sa province, où il meurt, sans doute, peu après107.

  • 108 Plut., Ant., 30. l ; App., BC, 5.52.

14L’envergure de ce personnage se prête mal au simple classement parmi les partisans. L’amitié qu’il porte à son frère ne se dément pas de l’année 44 à son départ pour l’Hispanie. Pourtant, Antoine désavoue son initiative dans la guerre de Pérouse108.

10 C. ANTONIUS HIBRYDA, cos. 63109 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 2.98)

  • 109 RE 1.2 (1894) s.v. “Antonius” no 19, col. 2577-2582 (Seeck) ; Broughton, 1952, 358.
  • 110 Il fut poursuivi en 76, pour ses extorsions commises en Grèce, à l’occasion des guerres mithridati (...)
  • 111 Par les censeurs L. Gellius et Cn. Cornelius Lentulus, Cic. Mur, 40.
  • 112 La date n’est pas certaine, mais il donna des jeux restés célèbres, V. Max. 2.4.6 ; Plin., Nat., 3 (...)
  • 113 Sa carrière avant le consulat est bien connue grâce à Cicéron (Q. Cic., Pet,, 8-9) et au commentai (...)
  • 114 Il ne se distingue pas dans cette mission qu’il doit à un échange avec Cicéron, Plut., Cic., 11.4  (...)

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas plébéienne.

Liens familiaux :

- père : M. Antonius, cos. 99, RE no 28.
- frère : M. Antonius “Creticus”, RE no 29.
- sœur : Antonia, RE no 109.
- fille : Antonia, épouse de L. Caninius Gallus, RE no 108.
- fille : Antonia, épouse de M. Antonius, RE no°110.
- neveu : M. Antonius, RE no 30.
- neveu : C. Antonius, RE no 20.
- neveu : L. Antonius, RE no 23.
- nièce : Antonia épouse de P. Vatinius RE no°111.

Carrière :

- c. 84 : praefectus equitum dans l’armée de Sylla en Grèce110.
- 70 : rayé de l’album sénatorial par les censeurs111.
- 68 : tribun de la plèbe.
- 66 ? : préteur112.
- 65 : légat.
- 63 : consul avec M. Tullius Cicero113.
- 62-60 : proconsul de Macédoine114.
- 59 : condamnation de repetundis, exil.
- 49 : amnistie.
- 42 : censeur avec P. Sulpicius Rufus.

  • 115 Cic., Fam., 12.2.2 et 3 entre le 19 septembre et le 20 octobre 44. Dans cette lettre à Cassius, Ci (...)
  • 116 Cic., Phil., 2.56 ; D.C. 46.15.2.
  • 117 Cic., Phil., 2.98.
  • 118 Il a participé à la campagne mithridatique, puis à la bataille de la Porte Colline, de façon sangl (...)
  • 119 Allié soucieux de ses intérêts personnels avant tout (Asc., Tog., 83-84 ; Plut., Cic., 11.3 ; D.C. (...)
  • 120 Rappelé de Macédoine en décembre 60, il fut condamné sous le consulat de César (Cic., Flac., 95). (...)
  • 121 Il semble pourtant toujours à court d’argent (Asc., Tog., 84-85). Il s’exile à Céphallénie, dans u (...)
  • 122 Avec P. Sulpicius, P.f., Rufus pr. 48 : CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Amit.,(...)

15Caius Antonius ne figure pas au nombre des partisans déclarés de son neveu. Mais, il dut lui manifester un appui discret au Sénat, que l’on peut discerner dans la correspondance de Cicéron115. Si l’on en croit l’orateur, Antoine ne conserva pas une attitude cohérente à son égard : en 50, il ne l’inscrit pas sur la liste des rappelés et cette réhabilitation doit être mise au compte de César116. En 44, à l’inverse, le consul favorise sa candidature à la censure, mais si maladroitement qu’il compromet son oncle plutôt qu’il ne le soutient117. Il est vrai que l’ancien collègue de Cicéron au consulat paraît un personnage discutable, dont la carrière houleuse, l’avidité et la violence semblent la marque d’une époque : proche de Sylla118, puis de Catilina119, prévaricateur opiniâtre de la Grèce, pour cette raison, deux fois mis en accusation, condamné par les censeurs en 70, puis le tribunal en 59120, attaqué par des hommes aussi opposés que César, Lucullus, Caelius, Caninius Gallus, ou Fabius Maximus, défendu par Cicéron, fort peu convaincu lui-même. Cependant, il reste un aristocrate puissant121, avec lequel on ne néglige pas de s’allier quoiqu’on en pense : son neveu et un de ses accusateurs de 59, L. Caninius Gallus deviennent ses gendres. L’instauration du triumvirat permet finalement à Caius d’exercer la censure en 42122, éclatante revanche après avoir été noté d’infamie. Cette magistrature, dans ce contexte, constitue une arme de plus dans l’arsenal répressif des triumvirs, en complétant l’épuration de la proscription par la promotion au sénat, et, peut-être, dans les centuries équestres, de partisans ou de complaisants. Les services que rend Caius Antonius dans cette fonction ne sont pas directement connus, mais l’augmentation du nombre des sénateurs peut être portée au compte des deux censeurs de 42.

11 M. ANTONIUS ANTYLLUS123 fils d’Antoine, ambassadeur en 30 : D.C. 51.8.4

  • 123 RE 1.2 (1894) no 32 s.v. “Antonius” col 2614, P. Groebe. Son surnom, uniquement attesté chez les a (...)

Appartenance sociale :

civis, nobilitas plébéienne.

Liens familiaux :

- père : M. Antonius, triumvir, RE no 30.
- mère Fulvia, RE no 113.
- frère : Iullus Antonius, RE no 22.

Chronologie :

- 44 : otage auprès de Brutus et de Cassius
- 37 : confié aux soins d’Octavie
- 32 : auprès de son père à Alexandrie.
- hiver 31-30 : prend la toge virile ; ambassadeur auprès d’Octavien.
- août 30 : exécuté à Alexandrie.

  • 124 Cette garantie aurait été donnée à la suite des débats du 17 mars au temple de Tellus, Cic., Phil. (...)
  • 125 Calpurnius Piso proposa le refuge de sa demeure à Fulvia et à ses enfants, Cic., Phil., 12.1 et Ap (...)
  • 126 Elle le présente aux soldats, App., BC, 5.14.
  • 127 Plut., Ant., 35.8 et 54.3 ; Suet., Aug., 63.4 ; App., BC, 5.55 ; D.C. 48.54.1-5.
  • 128 Plut., Ant., 57.4.
  • 129 Pour la datation en 34, en dernier lieu, Martini 1987, 80-83 et n° 23 et 25 ; Crawford 1974, 538 n(...)
  • 130 Plut., Ant., 28.7-11. Cette anecdote est relatée dans le récit des années 41-40, mais n’a pas sa p (...)

16Antonius Antyllus est le fils aîné d’Antoine et de Fulvia. Il doit naître entre 46 a.C. et 44 a. C puisque son père le donne en otage aux Césaricides retranchés sur le Capitole124 Cette démarche permet l’ouverture des négociations et éloigne du sol de Rome le spectre de la guerre civile. Lors de la condamnation de son père et de ses partisans en 43, il est placé sous la protection de L. Calpurnius Piso et d’Atticus, comme l’ensemble de sa famille125. Lors de la guerre de Pérouse il se trouve avec sa mère126 et doit rester avec elle jusqu’à sa mort puis doit séjourner auprès de son père ensuite. À la suite des accords de Tarente, il est fiancé à Julia et confié à l’éducation d’Octavie127, mais on sait qu’en 32 il avait déjà rejoint son père128. Son profil apparaît sur des aurei frappés en Orient peut-être à Antioche, portant au droit le portrait de son père et la légende “Cos iter design tert.” ou selon une autre série, “Cos des III”. Ces monnaies sont probablement contemporaines de son arrivée à la cour de Cléopâtre, mais leur datation reste controversée. Traditionnellement, ces pièces sont attribuées à l’année 34 mais la titulature d’Antoine permet de les placer entre le premier janvier 34, son deuxième consulat, et le premier janvier 31, où il prend, malgré sa destitution, les faisceaux pour la troisième fois. Il n’est pas possible de fixer plus précisément une date129. Antyllus a passé un certain temps à Alexandrie, avant sa prise de toge, ainsi qu’en témoigne une anecdote rapportée par son ancien médecin personnel, Philotas d’Amphissa, ami du grand père de Plutarque : le fils d’Antoine lui a offert en cadeau une série de coupes précieuses pour un bon mot lors d’un repas130.

  • 131 Plut., Ant., 71.3.
  • 132 D.C. 51.15.5
  • 133 Plut., Ant., 81.1-2 ; 87.1 ; Suet., Aug., 17.9-12 ; D.C. 51.15.5 ; Orose 6.19.20.
  • 134 D.C. 51.2.5. Il avait quatre à cinq ans de plus qu’Antyllus, et, à notre connaissance n’avait pas (...)
  • 135 Desy 1996, 66.

17Son père lui fait prendre la toge virile après Actium, au début de 30 a. C131. Il apparaît alors comme son successeur direct. Il est d’ailleurs envoyé en ambassade auprès d’Octavien, qui refuse de le recevoir132. Lors de la prise d’Alexandrie il est exécuté par l’armée d’Octavien. Il a été trahi par son précepteur Théodoros. Il aurait été tué dans un lieu sacré, soit auprès de la statue de César, soit dans un sanctuaire que Cléopâtre aurait dédié à celui-ci133. Son cadavre est mutilé : on lui coupe la tête, sans doute sous le chef d’accusation de perduellio. C. Scribonius Curio, son demi-frère utérin périt au même moment134. Chez Plutarque, le récit de la mort d’Antyllus a la même structure que celui de Césarion, lui aussi trahi par son précepteur et exécuté sur l’ordre d’Octavien. L’auteur les présente de façon symétrique, comme les héritiers politiques pour les Romains, l’un d’Antoine, l’autre de Cléopâtre. La fin d’Antyllus semble avoir suscité une émotion à Rome135.

12 M. ANTONIUS CALLIAS136 partisan d’Antoine en 37 (App., BC, 5.93).

  • 136 RE 10.2 (1919) s.v. “Kallias” no 19, col. 1627 (Münzer) ; Treggiari 1969, 187.

Appartenance sociale :

libertus.

Carrière :

- 37 : ambassadeur d’Antoine auprès de Lépide.

18Callias avait servi d’ambassadeur à Antoine auprès de Lépide. Cette mission fit naître des soupçons chez Octavien : n’était-il pas envoyé pour inciter leur collègue, d’une loyauté incertaine, à se révolter contre lui ? Les relations entre les deux triumvirs s’envenimèrent jusqu’à ce qu’Octavie intervienne et éclaircisse le rôle de l’affranchi : il négociait, avec succès, le mariage de la fille d’Antoine avec le fils de Lépide. Antoine, comme preuve de sa bonne foi, envoya Callias à Octavien pour qu’il l’interroge ; ce dernier n’en fit rien, mais accepta une entrevue qui conduisit aux accords de Tarente.

  • 137 Ainsi que le montrent les exemples de Ménas/Ménodore auprès de Sextus Pompée, de Demetrius auprès (...)

19Cette anecdote illustre le rôle important joué par les affranchis dans les négociations. Les soupçons d’Octavien montrent que le rôle des liberti débordait largement du cadre privé. Au contraire, leur discrétion, leurs compétences et leur fidélité, en faisaient les instruments privilégiés d’une mission délicate137.

13 M. ANTONIUS HIPPARCHOS138 partisan d’Antoine en 42 (Plut., Ant., 67.10)

  • 138 RE 8.2 (1913) s. v. “Hipparchos”, no 9, col. 1664-1665 (Stein) ; PIR2, no 838 (Stein) ; Treggiari (...)

Appartenance sociale :

libertus.

Liens familiaux :

- père : M. Antonius Théophilos, RE no 6.

  • 139 Plin., Nat., 35.200.

20M. Antonius Hipparchos est le fils de Theophilos. Affranchi, comme son père, il a tout d’abord servi Antoine, pour son plus grand profit puisqu’il a participé à la proscription139. Mais, il l’a trahi au profit d’Octavien, avant Actium. Cette manœuvre permit à la famille de Théophile de préserver son influence dans les milieux gouvernants et à Corinthe, où le père et le fils sont plusieurs fois duovirs.

14 M. ANTONIUS THEOPHILOS140 partisan d’Antoine jusqu’en 31 (Plut., Ant., 67.9)

  • 140 RE 5. A2 (1934) s.v. “Theophilos” no 6, col. 2136 (F. Münzer) ; Treggiari 1969, 190.

Appartenance sociale :

libertus.

Liens familiaux :

- fils : M. Antonius Hipparchos, RE no 9.

Carrière :

- 31 : procurateur d’Antoine à Corinthe.
- 30 : duovir de Corinthe.

  • 141 Amandry 1988, 76.

21Lorsqu’il donne congé à ses compagnons après Actium, Antoine les recommande à son procurateur de Corinthe, Théophile. Plusieurs raisons président à ce choix. Tout d’abord, Corinthe est une colonie restée fidèle à Antoine. Ensuite, Antoine compte sur le truchement d’Hipparchos pour que Théophile négocie les ralliements des anciens Antoniens. Il fut, par ailleurs, duovir de Corinthe, l’année suivante, ce qui montre que la victoire d’Octavien n’introduisit pas de rupture dans l’administration de la colonie. Son fils devint, à son tour, duovir de Corinthe, par deux fois, en 10 (ou en 5 ?) et en 1 a.C.141.

15 M. APULEIUS ou APPULEIUS142 gracié par Antoine fin 42 ou début 41 (App., BC, 4.40)

  • 142 RE 1.2 (1894) s.v. “Appuleius” no 5, col. 245 (Klebs) ; Glauning 1936, 12 ; Broughton, 1952, 308 ; (...)
  • 143 ILS, 935. Il était inscrit dans la tribu Galeria, Taylor 1964, 192.

Origine géographique :

Luna143 ?

Carrière :

- 43 : proscrit, il rejoint Brutus et obtient la province de Bithynie.
- 42 : réhabilité par Antoine.

  • 144 App., BC, 5.63.

22Un certain M. Appuleius compte échapper à la proscription déguisé en centurion, mais il se heurte à la troupe d’Arruntius, qui avait eu recours au même subterfuge. Après une grande frayeur réciproque, les deux hommes se séparent : Arruntius rejoint Sextus Pompée et Apuleius, Brutus, qui lui confie la Bithynie. Il conserve sa province après la défaite des siens à Philippes et négocie avec Antoine sa réhabilitation. Il est possible que ce dernier l’ait laissé dans l’exercice de ses fonctions quelque temps ; pas au delà de 40, cependant, car, à cette date, le poste vacant est attribué à Cn. Domitius Ahenobarbus144. Mais il n’existe pas de preuve que Marcus soit resté au service du maître de l’Orient.

  • 145 Groag, PIR2, no 959, M. Appuleius, consul en 20, pense que rien ne s’oppose à cette identification (...)
  • 146 Cic., Att., 12.13.2 ; 12.14.1 ; 12.15.1. Cette affaire revient trois fois dans la correspondance, (...)
  • 147 Ce ralliement est maintes fois relaté : Cic., Phil., 10.24 ; 13.32 ; Brut. ad Cic., 1.7.2 ; Fam., (...)
  • 148 Cic., ad Brut., 1.7.2.
  • 149 CIL, V, 5027 = ILS, 86.
  • 150 Consulat avec P. Silius Nerva : Fastes = Fasti Colot. (min 7) CIL, I2, 64 ; Biond CIL, I2, 65, (mi (...)
  • 151 Sa filiation indique qu’il est fils de Sextus, CIL, V, 5027. Sur les relations de famille des Appu (...)

23Le nom d’Appuleius, sous des orthographes diverses, apparaît à de nombreuses reprises dans les années de la guerre civile, ce qui complique les identifications. Traditionnellement145, on considère que ce Marcus Appuleius ne fait qu’une seule et même personne avec l’augure de 45, le questeur-proquesteur d’Asie en 44-43, le légat d’Auguste de 23 et le consul de 20. Pourtant, cette version présente de nombreuses incohérences. À l’occasion de son admission dans le collège des augures, en 45, un certain M. Appuleius donne un banquet auquel Cicéron, en deuil, ne peut assister. Ce dernier, en guise d’excuse, présente des garants et fait intervenir des amis de César : Oppius et Balbus146. Cette prudence et l’insistance d’Atticus laissent supposer que cet homme, malgré sa jeunesse, jouit d’appuis importants dans l’entourage du dictateur. Pourtant, l’année suivante, proquesteur en Asie – ce qui implique nécessairement qu’il y a séjourné durant la majeure partie de l’année précédente – il soutient indiscutablement les tyrannicides en mettant ses troupes sous le commandement de Brutus et en y joignant les seize mille talents qu’il avait collectés dans sa province147. L’identification entre l’augure et le proquesteur paraît donc hasardeuse, d’autant plus que Brutus mentionne un Appuleius, probablement candidat à l’augurat en 43148. L’assimilation entre le proquesteur et le proscrit de l’anecdote du centurion n’est pas impossible mais reste hasardeuse. Bien sûr, on peut émettre l’hypothèse que le proquesteur, à la suite de ses exploits précédents, ou à l’occasion de son retour pour briguer un sacerdoce, a décidé, soit de lever des troupes, soit d’organiser une résistance armée en Italie, mais cela demeure une extrapolation à partir du déguisement et suppose des allers et retours multiples dans des délais très courts. Faut-il, enfin, confondre le proscrit avec le légat d’Auguste149 qui devient consul ordinaire150 ? La legatio et le consulat de 20 apparaissent comme un tout cohérent après une lacune de plus de vingt ans. Il est plus logique de penser qu’il s’agit d’un autre personnage. Par conséquent, il paraît nécessaire de distinguer quatre Appuleii : l’augure de 45, le questeur proquesteur d’Asie, le proscrit, rallié à Antoine, le consul augustéen. L’augure est probablement un parent d’Octave, alors favori de César, ce qui explique la prudence de Cicéron et l’intercession d’Oppius et de Balbus. Ce personnage pourrait être l’oncle du consul de 20. Ce dernier est certainement le frère cadet de Sex Appuleius, fils de Sextus, consul en 29, fils d’Octavie151. Il semble normal qu’il exerce cette magistrature neuf ans après son frère aîné, Auguste ayant le désir d’honorer la famille de sa sœur. L’augure de 45 serait alors le beau-frère d’Octavie. Pour autant, il serait abusif de tenir tous les Appulei républicains pour des parents.

16 ASINIUS152 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.28)

  • 152 RE 21 (1895), s.v. “Asinius” no 1 col. 1583 (Klebs) ; Wiseman 1971, 215 no 47.

Origine géographique :

Tibur ? peut-être Marrucin ?

Appartenance sociale :

sénateur, issu des élites italiennes.

  • 153 Wiseman émet l’hypothèse qu’il peut s’agir du frère de Pollio et pense qu’en ce cas son admission (...)
  • 154 AE, 1983, 140, 50 : L (ucio) Asinio/IIII vir(o) iur(e) dic(undo)/qui ludos cur(avit) ita uti. Insc (...)
  • 155 Cic., Phil., 13.28.
  • 156 Plut., Ant., 15.3-4 ; Suet., Aug., 35.1.

24Ce personnage, cité parmi les partisans d’Antoine dans la treizième Philippique, reste méconnu. Il semble hasardeux de le relier avec la famille marrucine de Pollio153. Par contre, l’élite municipale de Tibur compte des Asinii154. Cicéron le décrit comme un usurpateur, “senator voluntarius155, qui, profitant de la confusion qui suivit la mort de César, se glissa parmi les pères conscrits. Il s’agit donc d’un de ces fameux “charonites”156, clients qu’Antoine a avantagés en utilisant les notes posthumes de César. Sans doute le consul a-t-il voulu favoriser par ce geste un de ses alliés tiburtins, faisant ainsi d’une pierre deux coups, il renforce sa position dans la curie et dans une cité de sa clientèle.

17 C. ASINIUS POLLIO157, Cos. en 40 partisan d’Antoine de 43 à 32 ? (App., BC, 3.97)

  • 157 RE 2.1 (1895) s.v. “Asinius” no 25, col. 1589-1602 (Groebe) ; PIR2, 251-253, no 1241 (Stein) ; Bro (...)
  • 158 Cat. 12. l ; Liv., Per., 73 ; Sil. 17.454, qui nous apprend qu’un certain Herius de Téate apparten (...)
  • 159 Pour la postérité des Asinii, voir, en dernier lieu, AE 1992, 182-184, les inscriptions du monumen (...)

Origine géographique :

Marrucin, Téate ?158

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus, issu des élites italiennes.

Liens familiaux :

- aïeul : Herius Asinius.
- père : Cn. Asinius ?
- frère : Cn. ou Herius Asinius Marrucinus, RE no 2.
- épouse : Quintia, fille de L. Quintius, proscrit en 43.
- fils : C. Asinius Gallus159.

Carrière :

- 56 : défenseur de P. Cornelius Lentulus.
- 54 : accusateur de C. Porcius Cato.
- 49 : légat de César en Sicile puis en Afrique.
- 47 : tribun de la plèbe.
- 47-45 : légat de César en Afrique ou en Hispanie.
- 45 : préteur ?
- 44-43 : propréteur d’Hispanie ultérieure.
- 43 : ralliement à Antoine.
- 42 : légat en Cisalpine.
- 41 : lotit des vétérans en Cisalpine.
- 41-40 : légat d’Antoine durant la guerre de Pérouse.
- 40 : représentant de Marc Antoine dans les négociations de Brindes, consul.
- 40-39 : proconsul en Macédoine.
- 39 ou 38 ? : 25 oct. triomphe sur les Parthini.
- 9 : défenseur de Nonius Asprenas.

  • 160 Vell. 2.86.3.
  • 161 Cic., Fam., 1.6.1.
  • 162 Liv., Per., 73 ; Vell. 16.1 ; App., BC, 1.40.
  • 163 Catulle le mentionne dans le carmen 12 ; Cinna lui dédie un poème pour son voyage en Grèce en 55, (...)

25Mea in Antonium maiora merita sunt, illius in me beneficia notiora ; itaque discrimini vestro me subtraham et ero praeda victoris160. La personnalité et la carrière d’Asinius Pollio semblent résumées dans cette réponse à Octavien, en 32. Son soutien efficace à César, puis à Antoine, n’ont jamais bridé, ni son esprit critique, ni sa liberté. Sa trajectoire politique commence dans les années troublées où domine le premier “triumvirat”. Lors de deux procès, en 56 et en 54, en défendant Publius Cornelius Lentulus et en attaquant M. Porcius Cato, il contrarie les maîtres du moment et surtout Pompée161. Le goût de la légalité et la conviction républicaine se mêlent ici aux séquelles de la guerre sociale. Pompée le grand héritait des haines qu’avait suscitées Strabo, son père, redoutable vainqueur des Italiens. Herius Asinius, grand-père de Pollio, chef marrucin, périt alors162. Pollio se passionne par ailleurs pour la poésie et fréquente Catulle et le Césarien Helvius Cinna163.

  • 164 Cic., Fam., 10.31.2.3. Il l’explique par la puissance de ses ennemis dans le camp de Pompée ; qui (...)
  • 165 Zecchini 1982, 1267.
  • 166 Plut., Caes., 32.7.
  • 167 Cæs, Civ., 1.25 ; 1.30.2 ; Plut., Cat. Mi., 53.2-4 ; App., BC, 2.40.
  • 168 App., BC, 2.46.
  • 169 Plut., Pomp., 72.4 ; Caes., 46.2-3 ; App., BC, 2.82.
  • 170 Plut., Ant., 9.2-3. Selon Zecchini 1982, 1271-1272 et 2001, 111-112, cela reflète son interprétati (...)
  • 171 Suet., Jul., 62.3.1. Il diminua les dettes, mais seulement du quart.
  • 172 Plut., Caes., 52.8 ; Cic., Att., 12.2.1 ; 12.38.2 ; 12.39.1 ; il assiste sans doute à la bataille (...)

26Quand éclate la guerre civile, Pollio se rallie à César. Le choix était délicat : s’il voulait embrasser la cause républicaine, il lui fallait suivre Pompée, qui avait pris la tête des optimates. Sept ans plus tard, il s’en justifiait encore164. Il est sert peut-être en Gaule à partir de 51165. Curio l’introduit auprès du vainqueur des Gaules et Asinius gagne rapidement sa confiance. Il participe au débat qui précède le passage du Rubicon166, à la prise de Corfinium, à l’expédition de Sicile167 ; puis il passe en Afrique avec Curio à l’été 49168, échappe au désastre et sauve des lambeaux de l’armée ; ensuite, il fait campagne en Épire et en Thessalie, à Pharsale169. En 47, de retour à Rome, tribun de la plèbe, il s’engage dans une lutte significative : l’affaire des dettes. Il défend, avec Trebellius, un autre futur Antonien, le parti des créanciers contre Dolabella. Cette opposition détermine Antoine, maître de la cavalerie, à prendre également les armes contre Dolabella170. César, de retour en 47, rend un jugement de Salomon171 et part combattre les restes de l’armée pompéienne en Afrique et en Espagne, suivi par Pollio172.

  • 173 Broughton MRR 2, 378 ; André 1949, 17 et on peut le déduire de Vell. 2.73.
  • 174 Vell. 2.76 ; App., BC, 3.46 ; D.C. 45.10.3. Il possédait trois légions (après son ralliement à Ant (...)
  • 175 Cic., Att., 10.31, 32 et 33. Ces trois lettres ont suscité des interprétations opposées. Elles rép (...)
  • 176 Ses contemporains ne se faisaient peut-être pas trop d’illusion sur sa fidélité à la république, a (...)
  • 177 Octavien, lui, ne s’y est pas trompé car, dans les jours qui suivent Modène, il lui écrit pour l’i (...)
  • 178 App., BC, 3.97.
  • 179 App., BC, 4.2 et 4.27 ; Syme [1939] 1967, 188 n. 32, origine inconnue.
  • 180 Urbinius, V. Max. 6.8.6 ; Clusinius, Quint., Inst., 7.2.26 ; Syme [1939] 1967, 188 n. 31.
  • 181 Sen. Rh., Suas., 6.15, André 1949, 68-69 et Zecchini 1982, 1274, rattachent le Pro Lamia au début (...)

27Après Munda, ce dernier séjourne quelques mois dans la Ville ; il doit à la protection de César sa préture173 à la fin de l’année 45. Dès le début 44, il succède à Caius Carinas comme gouverneur d’Espagne ultérieure et affronte Sextus Pompée dans des combats inégaux174. Les ides de Mars modifient la situation ; Sextus quitte le terrain pour changer de tactique et le gouverneur doit décider de son camp : celui des Républicains, meurtriers de César, pour qui il éprouvait une amitié sincère, ou d’Antoine, dont il se flatte d’être également l’ami, mais que le Sénat a décrété hors la loi. De toute façon, la légalité vacille et ne peut le guider. Sa correspondance avec Cicéron reflète son embarras175 : longs silences, justifications nombreuses, incertitudes sur sa décision. Les consuls et le Sénat le laissent sans instructions ; Antoine et Lépide tentent de le gagner à leur cause, peut être par l’intermédiaire de Cornelius Balbus le jeune, arrêtent ses courriers, stipendient ses légions. Cicéron et les tyrannicides n’ont pas compté fermement sur l’aide qu’aurait pu apporter le gouverneur d’Espagne qui leur semblait, soit trop césarien, soit trop isolé176. Cette attitude177 hâte le ralliement de Pollio à Antoine, avec deux légions, durant l’été ou le début de l’automne 43. En outre, à la suite de négociations épineuses, il obtient l’adhésion de Munatius Plancus, espoir des républicains178. Fort de cet appui décisif, Antoine reprend l’initiative contre ses adversaires. Les accords de Bologne apportent à Pollio la promesse du consulat en 40. Il se peut qu’il tire profit de la proscription : son beau-père L. Quintius, ainsi que des Marrucins, rivaux probables179, Uranius Panapio et Clusinius, se trouvent parmi les victimes180. Mais, en 42, il défend L. Aelius Lamia181, ancien édile césarien qui a voulu sauver sa préture au pris d’un pacte électoral avec les Républicains.

  • 182 Suet., Aug., 27.4 ; App., BC, 5.20 ; la décision ne fut pas mise en pratique : Syme [1939] 1967, 2 (...)
  • 183 Cette période de la vie d’Asinius Pollio est une des plus commentées. Il est le dédicataire de deu (...)
  • 184 Octavien écrivait sur lui des couplets satiriques ; Pollio y répondit en faisant mine de s’y refus (...)
  • 185 App., BC, 5.31.
  • 186 App., BC, 5.32 et 5.33.
  • 187 Gabba 1970a, 220.
  • 188 App., BC, 5.33.
  • 189 App., BC, 5.35 ; Gabba 1970a, 220 et 222.
  • 190 App., BC, 5.50 et Vell. 2.76.2. En fait, Pollio et Ahenobarbus se connaissaient sans doute : Asini (...)
  • 191 App., BC, 5.64.
  • 192 Ainsi, Tanner 1969, 86-100, milite en faveur d’une longue complicité entre les deux hommes. D’aprè (...)

28En 41, il a un commandement en Cisalpine, mais, à la suite des accords qui règlent la situation après Philippes, cette province est incorporée au territoire italien et sa situation se modifie alors182. Cependant, il stationne avec une forte armée dans la vallée du Pô et bloque le passage des troupes qu’Octavien envoie dans ses nouvelles possessions ibériques. Durant l’été, conformément aux accords intervenus entre L. Antonius et le jeune César, il est chargé de superviser l’installation des vétérans dans la vallée du Pô. Cela lui permet de défendre les intérêts d’Antoine et de ses troupes dans le partage des terres183. Mais, l’installation des vétérans cause des troubles et déchaîne une active polémique, à laquelle Pollio prête son talent184. Lorsque L. Antonius est enfermé dans Pérouse, il reste, comme Ventidius, dans l’expectative. Ils gênent les mouvements de Salvidienus185, mais tardent à secourir les assiégés. Manius et Fulvie les pressent d’intervenir186. Pollio se décide enfin à faire mouvement vers Pérouse, mais ne peut réaliser sa jonction avec Ventidius187 et doit se replier sur Ravenne. Ils se concertent pour forcer le blocus188 ; Plancus les en dissuade189 ; la cité tombe. Asinius se retire sur le littoral mais ne reste pas inactif. D’une part, il lève des troupes, collecte des armes et réunit finalement sept légions. D’autre part, il négocie l’alliance avec le dernier amiral républicain, Cnaeus Domitius Ahenobarbus. Il informe Antoine de la situation et prépare, avec son nouvel associé, les points d’appui et de débarquement d’Antoine190. Fin août - début septembre 40, ils assiègent Brindes. Ce concours de forces rétablit l’équilibre rompu par la chute de Pérouse. Les deux triumvirs entament des pourparlers. Dans ces négociations, Pollio représente Antoine. En récompense, il obtient, enfin, le consulat à la date prévue191. Cependant, cette version est controversée : A. B. Bosworth milite en faveur d’un refroidissement très net des relations entre Pollio et Antoine à partir de la Guerre de Pérouse. Antoine aurait reproché à son lieutenant de ne pas avoir secouru son frère, alors qu’il était assiégé. La participation ultérieure de Pollio aux négociations de Brindes traduirait les vœux des soldats et non la volonté d’Antoine. En 39, c’est d’Octavien et non d’Antoine que Pollio serait le légat. Cette hypothèse n’est pas crédible : rien n’indique qu’à ce moment Pollio soit tombé en disgrâce. Au contraire, la confiance que manifeste Antoine lors de la reddition d’Ahenobarbus, négociée par son lieutenant, montre qu’il ne nourrit pour ce dernier ni rancœur ni suspicion192. Le choix des vétérans à Brindes prouve, à l’inverse de ce que pense Bosworth, qu’aux yeux de tous, Pollio représentait le mieux le triumvir, qu’il bénéficiait donc d’un grand crédit auprès de son supérieur. Ensuite, Pollio n’a pas démérité durant la guerre de Pérouse : il s’est porté au secours de Lucius ; il a sauvegardé ses légions et a maintenu la Vénétie sous l’autorité d’Antoine durant plusieurs mois ; il a, enfin, rallié à son chef un personnage d’un grand poids, au moment où il avait besoin d’un soutien militaire et surtout naval. Enfin on ne voit pas pourquoi Antoine nourrirait un grief à l’égard de son subordonné, alors qu’il a pardonné à Munatius, beaucoup plus compromis que lui et qu’il a tenu en grande estime Ventidius, dont le comportement n’a pas différé du sien.

  • 193 CIL, I2, 50 et 64.
  • 194 D.C. 48.41.7.
  • 195 CIL, I2, 50 et 76 = Inslt XIII, 1, 86-87, Acta triumph. (8 Kal. nov.) ; Fast. Barberin., 342 ; Hor (...)

29Après Brindes, Pollio ne demeure à Rome que peu de temps, puisqu’en décembre 40 il laisse la place aux consuls suffects pour prendre le gouvernement de la province de Macédoine193. Il est chargé de réduire des peuples redoutables, rendus à leur liberté par la guerre civile, notamment les Parthini. Après des opérations de pacification sur le littoral durant l’hiver, il mène une guerre contre les Parthini, énergique et brillante194, puisqu’il triomphe à Rome le 21 octobre 39 ou 38195. Son expédition contre ce peuple soulève plusieurs difficultés : quand se placent les opérations militaires et le triomphe ? Qui a mandaté Pollio, Antoine ou Octavien ? Quel était l’état de ses relations avec Antoine en 39 ?

  • 196 Syme 1937a, 43, avait déjà réfuté cette hypothèse (et App., BC, 5.75).
  • 197 D.C. 48.41.7.
  • 198 André 1949, 23 ; Haller 1966, 75-76.
  • 199 Serv., ad Ecl., 4.1.
  • 200 Bowersock 1971, 73-80.
  • 201 Selon Meulder 1996, 815-818, la IVe Bucolique, serait écrite à la fin de 39. Le poème annonce un â (...)

30La question du mandat vient en premier. Pollio est le légat du seul Antoine, s’il opère en Macédoine, mais une tradition historiographique remontant aux commentateurs tardifs de Virgile veut qu’il ait mené des opérations militaires sur la côte dalmate, à Salona. Le cognomen de son fils, Saloninus, commémorerait ses succès. Le territoire de Pollio serait, en ce cas, à cheval sur les zones d’influence d’Antoine et d’Octavien et son commandement résulterait d’un accord entre les deux196. Cette question est liée à celle de la date du triomphe. Or, les seules indications chronologiques dont nous disposons proviennent des fastes triomphaux. Ces derniers nous apprennent que Pollio a triomphé des Parthini, le 25 octobre et cette cérémonie s’inscrit entre la célébration de la victoire de L. Marcius Censorinus, le 1er janvier 39 et celle de P. Ventidius, le 27 novembre 38197. Elle a donc pu se dérouler, soit en 39, soit en 38, juste avant le triomphe sur les Parthes. Bien qu’elle suppose une campagne très brève, la date de 39 est le plus souvent préférée par les chercheurs198. Ce choix est motivé par la conviction que la huitième Églogue de Virgile, qui fait allusion à des campagnes illyriennes, est dédiée à Pollio, ce que suggère Servius dans son commentaire du corpus Virgilien199. Or cette dernière question paraît très controversée. G. W. Bowersock, après R. Syme, a démontré de façon très convaincante qu’il ne fallait pas accorder trop de crédit aux affirmations de Servius, commentateur tardif et mal renseigné, et que le poème devait être dédié plus vraisemblablement à Octavien200. En fait, Virgile ferait allusion à des campagnes illyriennes qui sont celles du jeune César. De plus, le surnom Saloninus donné au fils de Pollio serait sans relation avec une hypothétique victoire sur Salona, dont l’ethnique est Salonitanus et non Saloninus. Il convient donc de conclure que Pollio a combattu en Macédoine, comme légat d’Antoine. En revanche, il ne semble pas nécessaire de revenir sur la date de 39. En effet, il est loisible de constater que le triomphe de Pollio laissa un souvenir éclatant. Or, s’il avait été célébré en 38, un mois avant l’extraordinaire triomphe de Ventidius sur les Parthes, il serait passé presque inaperçu201.

  • 202 Suet., Aug., 19.1 cite un affranchi Asinius Epicadius. Asinius est également un riche propriétaire (...)
  • 203 Ov., Tr., 3.1.71 ; Plin., Nat., 7.115 ; 25.10 ; Suet., Aug., 29.5 ; Isid, Orig., 6.5.2. Casson 200 (...)
  • 204 Hor., Carm., 2.1.13 ; Sen. Rh, Suas., 6.27, comme Messala et Mécène, il protégea les lettres. Schw (...)
  • 205 Quint., Inst., 10.1.22 ; Suet., Aug., 56.3.
  • 206 Plin., Nat., 36.31.
  • 207 Sen. Rh., Con., 4.2.
  • 208 Comme ce fut le cas pour les jeux troyens, Suet., Aug., 43.7.
  • 209 Charis., 80.1, renvoie à un discours ou un pamphlet de Pollio “Contra maledicta Antonii”.
  • 210 Mais il conserva des relations privilégiées avec Hérode et son cercle, Nicolas de Damas et Timagèn (...)
  • 211 La poésie et les tragédies ont occupé les moments d’otium de sa carrière : les hommages de Virgile (...)
  • 212 Il critiqua assez vivement ses contemporains, Cicéron, Tite-Live, mais aussi Salluste, auquel il r (...)
  • 213 Gabba 1957, 317-339. D’après lui, l’Invectiva in Ciceronem, que la tradition manuscrite attribue à (...)

31Outre une gloire militaire incontestable, sa victoire lui apporte une clientèle parthinienne202, un butin important (et inattendu), qui lui permet de bâtir une bibliothèque publique et une galerie d’œuvres d’art203. Après ce triomphe, il ne peut raisonnablement plus nourrir d’ambition et se retire de la politique active204. Lorsqu’en 32, pour la quatrième fois de sa carrière, il se trouve confronté au choix de son camp, il refuse noblement de trancher. Sa neutralité ne lui nuit pas et il coule des jours paisibles sous le principat, partageant ses activités entre la littérature et les procès. Fâcheux de haut rang, il se courrouce des ridicules et des hypocrisies de l’époque, défend son ami, Nonius Asprenas205, et poursuit ses ennemis, comme Munatius Plancus206. À la fin de sa vie, il reste un des rares nobles romains à avoir triomphé et ce privilège suscite à la fois l’admiration et l’irritation. Il est l’ille triumphalis senex qu’attaque T. Labienus207. Ses éclats qui, parfois, font reculer Auguste208, traduisent davantage sa férocité, son indépendance d’esprit, qu’une opposition au pouvoir, ou un regret d’Antoine. Avec cette faction il a soldé son compte en 32209. Il conserve des liens avec l’Orient210. Mais, il occupe désormais son temps à des travaux littéraires et historiques qui servirent plus encore sa réputation211, même si la postérité a souvent retenu, en premier, son esprit critique212 et son hostilité à l’égard de Cicéron. Il passe pour avoir été une des principales sources de l’historiographie postérieure213.

18 ATEIUS214 partisan d’Antoine en 41-40 (App., BC, 5.130 ; 5.208)

  • 214 RE 2.2 (1896) s.v. “Ateius” no 2, col. 1902 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 373 ; Wiseman 1971, 215 no  (...)
  • 215 Il paraît tentant de le rapprocher de l’un des Ateii Capitones, notamment le correspondant de Cicé (...)

Appartenance sociale :

sénateur ?

Liens familiaux :

apparenté aux Ateii Capitones215 ?

Carrière :

- 41-40 : légat d’Antoine en Gaule Cisalpine durant la guerre de Pérouse.

  • 216 Deux homonymes apparaissent dans les sources de la période : un tribun de 55, qui s’opposa à la Le (...)
  • 217 Cic., Att., 16.16c. 3 du 10-11 juillet 44 et Att., 16.16f. 2 quelques jours plus tard. Comme dans (...)
  • 218 RE 2.2 (1896) s.v. “Ateius” no 9, col. 1904-1910 (Klebs) ; PIR2, 260-261 no 1279. Tacite indique q (...)

32Ateius est un partisan indiscutable d’Antoine. En 41, lorsque L. Antonius, bloqué dans Pérouse, réclame de l’aide, Fulvie presse les lieutenants d’Antoine, stationnés en Gaule, d’abandonner l’expectative pour secourir le frère de leur chef. Parmi ceux-ci, Ateius, cité par Appien sur le même plan que Ventidius, Asinius, Fufius Calenus, tous Antoniens et sénateurs, sinon consulaires. Fulvie, d’ailleurs, ne s’adresserait pas à lui s’il ne commandait une armée et n’était investi d’une mission officielle. Durant les opérations, il n’est jamais mentionné, mais il dut faire mouvement vers la ville assiégée, car Appien précise qu’il se replie après la reddition de L. Antonius ; on ignore quel itinéraire il choisit et, même, s’il rejoint Antoine au moment de l’affrontement entre les deux triumvirs, avant les accords de Brindes. Il semble évident qu’Ateius n’aurait pas reçu ce commandement s’il n’avait fait ses preuves auparavant. Parmi les Ateii qui furent magistrats durant la période triumvirale, on peut retenir trois personnages : M. Ateius Balbus, C. Ateius Capito et L. Ateius Capito. Le premier est connu seulement parce qu’il fonda le municipe d’Uzelis en Sardaigne, dont il était peut-être le gouverneur, en 38 a.C., ce qui laisserait penser qu’il est Pompéien. Avant de l’éliminer, il faut cependant remarquer que cette identification est possible car Appien précise que des partisans des Antoine rejoignirent Sex. Pompée après la chute de Pérouse. Cependant, il y a tout lieu de croire que ce sont plutôt des partisans de L. Antonius, stricto sensu, hostiles aux distributions triumvirales, ce que n’est pas Ateius. Il est plus tentant de l’assimiler au second, C. Ateius Capito (RE no 8 ou RE no 7 ?)216. C. Ateius Capito (no 8), en 44 figure comme auxiliaire du préteur Plotius Plancus et, donc, a la charge de donner des terres aux vétérans. Ciceron, par amitié pour Atticus, lui écrit dans l’intérêt des habitants de Buthrote217. Il aurait poursuivi sa carrière dans le camp antonien. Dernière possibilité, l’identification avec Lucius, sans doute parent du précédent et père de C. Ateius Capito le puissant consul de 17218, préteur à cette époque mais à une date impossible à préciser.

19 M. BARBATIUS POLLIO219 partisan d’Antoine de 44 à 41 (Cic., Phil., 13.3)

  • 219 RE 3.1 (1897) s.v. “Barbatius”, no 1 col. 2-3 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 372, 462 ; MRR 3, 9 ; 198 (...)

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Carrière :

43 : tribun ? Légat ? d’Antoine à Modène.
41 : questeur propréteur d’Antoine en Asie. ap. 41 : édile curule ?
30-29 : duovir de la colonie de Parium.

  • 220 L’anecdote de l’esclave fugitif devenu préteur est citée par Ulpien, Dig, 1.14.3, “Barbarius Phili (...)
  • 221 Cic., Phil., 13.3.
  • 222 App., BC, 5.31. Les renseignements d’Appien sont confortés en partie par une émission monétaire au (...)
  • 223 ILS, 9261.
  • 224 BMC Mysia, 103, no 84 = RPC I, 384-385, no 2261. Barbatius partage cette fonction avec Manius Acil (...)
  • 225 ILS, 9261 ; PIR2, 352, no 50.

33M. Barbatius Pollio fut souvent l’objet d’une confusion avec un nommé Barbarius ou Barbius Philippus ou Philippicus, esclave fugitif, qui parvint au rang de préteur à une date incertaine, fut découvert et jeté, après son affranchissement, du haut du Capitole220. Or, cette identification est impossible : M. Barbatius Pollio est cité dans les Philippiques comme un ancien Césarien, jeté, par la mort du dictateur, dans le parti d’Antoine221. S’il y avait eu le moindre mystère sur ses origines, Cicéron s’en serait emparé. En 41, il est questeur en Asie222, sous les ordres d’Antoine, ce qui permet de supposer qu’il a participé à la campagne de Philippes. On sait qu’il ne reste pas dans sa province jusqu’à la fin de l’année, car il rentre en Italie, à la suite d’un différend avec le nouveau maître de l’Orient. Il revient en pleine guerre de Pérouse et il est interrogé par les colons, anciens soldats d’Antoine, sur les intentions réelles du triumvir absent. Barbatius, peut-être sincèrement, répond que son ancien chef est hostile aux manœuvres de son frère et de sa femme pour le séparer de son collègue. Cela provoque le ralliement d’une partie des colons à Octavien et jette la confusion dans le parti d’Antoine, qui ne sait plus quelle contenance adopter. Il peut être identifié, sans doute, avec l’édile curule, M. Barbatius Pollio, qui, à une date incertaine, mais postérieure à 41, a restauré la balustrade sacrée de Juturna223. En outre, il faut probablement le reconnaître dans l’un des deux duovirs de Parium, nommés au moment de la refondation de la colonie, par Auguste, quelques mois après Actium224. La poursuite de sa carrière et cette mission honorifique signifient probablement qu’il a embrassé le parti d’Octavien à la faveur de la guerre de Pérouse et qu’il lui est resté fidèle225.

20 BARBIUS PHILIPPICUS226 partisan d’Antoine après 43 (Ael., Fr., 263.461 éd. Hercher)

  • 226 Il semble préférable de mentionner ce personnage sous le nom qu’il reçoit chez Élien, parvenu par (...)

Appartenance sociale :

esclave fugitif, puis sénateur.

Carrière :

- 39 : préteur.

  • 227 Broughton, dans un premier temps, identifie Philippus et Pollio (MRR 2, 373 et 462) mais se ravise(...)
  • 228 Ulp., Dig., 1.14.3, “Barbarius” et chez D.C. 48.34.5, où le nom n’est pas donné.
  • 229 D.C. ibid. cite les deux affaires en même temps et compare les deux cas.

34Barbius Philippicus était un esclave fugitif, qui dut à sa familiarité avec Antoine d’être élevé à la préture, à l’époque triumvirale. Il faisait peut-être partie des “charonites” de 44. Malheureusement pour lui, il fut reconnu par son ancien maître, alors qu’il se rendait en grande pompe sur le forum. Souvent confondu, à tort, avec Barbatius Pollio227, ce personnage n’est connu que par les fragments d’Élien et par Ulpien. Mais une anecdote semblable est rapportée par Dion Cassius, ce qui permet de situer cette affaire en 39, période où le recrutement des magistrats était une affaire difficile228. Cet épisode illustre bien deux phénomènes propres aux guerres civiles, la fuite massive des esclaves et la dévaluation des magistratures. Cependant, le passage d’Élien pourrait laisser entendre que l’argent et Antoine ont étouffé en partie l’affaire, alors que la conclusion chez Ulpien et chez Dion Cassius qui parlent certainement du même esclave-préteur, est tragique. Cette divergence s’explique peut-être par une confusion avec une affaire semblable qui se déroula en 39 : un questeur du nom de Maximus reconnu comme un ancien esclave fut acquitté229.

21 Q. CAECILIUS POMPONIANUS ATTICUS230 c. 110, mort en 32 gracié par Antoine en 43 (Nep., Att., 10.4)

  • 230 RE suppl. 8 (1956) s.v. “Pomponius” no 102, col. 503-526 (R. Feger) ; Nicolet 1974, 990 no 283.
  • 231 Nep., Att., 1.1.
  • 232 Nicolet 1974, 989 et Demougin 1992, 33.

Origine géographique :

Rome231.

Appartenance sociale :

eques romanus232.

Liens familiaux :

- père : T. Pomponius.
- oncle : Q. Caecilius Atticus, RE no 23.
- parent : P. Sulpicius Rufus, tribun en 88.
- épouse : Pilia, RE no 3
- fille : Caecilia Attica.

  • 233 Il est l’interlocuteur de la correspondance mais, surtout, le sujet de la biographie de Cornelius (...)
  • 234 Nep., Att., 9.4-5.
  • 235 Nep., Att., 8.6.
  • 236 Stem 2005, 115-129 attire l’attention sur la place singulière que cette biographie conserve dans l (...)
  • 237 Nep., Att., 9.1-2.
  • 238 Sur le réseau des relations d’Atticus, Perlwitz 1992, 86-139.
  • 239 Cic., Fam., 8.2 et 3 Il entretient aussi des relations avec Q. Terentius Culleo, Cic., Att., 3.15. (...)
  • 240 Nep., Att., 2, 1.
  • 241 Nep., Att., 9, 7.
  • 242 Nep., Att., 10.1 et 4.
  • 243 Nep., Att., 10.2.
  • 244 Nep., Att., 12.3-4.
  • 245 Nep., Att., 12, 1-2. Sur les circonstances et les motivations de ce mariage, qui se déroule probab (...)
  • 246 Antoine l’informait avec régularité de ce qu’il faisait, Nep., Att., 20.4 ; tandis qu’Octavien lui (...)
  • 247 Le 31 mars 32, Nep., Att., 22.3.
  • 248 Jones 1999, 89-94. Atticus accepta plusieurs délégations non militaires, sans pour autant se rendr (...)

35Pour les lecteurs de Cicéron, Atticus est, avant tout, l’inséparable ami de l’orateur233. Cependant, il n’a pas embrassé les inimitiés politiques de celui-ci. Au moment où les Philippiques poussaient le sénat à condamner Antoine, Atticus apportait un soutien fidèle et précieux à quelques uns des plus proches amis du consul. Il exerça son patronage judiciaire en faveur de Fulvia, lui avança de fortes sommes d’argent, sans intérêt ni contrat, et rendit d’immenses services à P. Volumnius Eutrapelus234. Cependant, Atticus ne s’est pas engagé dans le parti antonien, puisqu’il a déployé la même activité en faveur de Brutus235. Il se mettait donc à l’abri de tout retournement brutal de la situation. L’image de neutralité que nous avons d’Atticus doit beaucoup aux intentions littéraires de Cornelius Nepos236. Cependant l’aide qu’Atticus apporta aux Antoniens démontre sa sagacité, car il a justement analysé le rapport de forces après Modène et n’a pas cru aux rumeurs d’anéantissement237. D’autres motifs expliquent sa démarche. L’ami de Cicéron est lié par sa famille aux deux partis238 : d’un côté, il est le beau-frère de Q. Cicero ; d’un autre côté, il est l’oncle du jeune Quintus, le beau-frère de Q. Pilius Celer239 et le parent de P. Sulpicius Rufus, un Césarien rallié au triumvirat240. Cette attitude, qui fait penser à celle de C. Matius, était désapprouvée par ses intimes241. Après les accords de Bologne, Atticus fut proscrit – sa fortune et ses amitiés le justifiaient242 – et trouva refuge chez Volumnius243, qu’il avait sauvé peu de temps auparavant. La protection des Antoniens ne s’arrêta pas là. Antoine, lui-même, le raya des listes et engloba dans ce pardon son ami, L. Gellius Canus. Atticus contribua, par la suite, au pardon de L. Saufeius et de L. Julius Calidus, qui avait été proscrit à la demande de P. Volumnius Eutrapelus244. Dans ce dernier cas, il dut contrecarrer les volontés d’un homme auquel l’attachaient de bons offices réciproques et qui figurait parmi les favoris d’Antoine. Cela montre le crédit dont il jouissait auprès du triumvir. Ce fut ce dernier, d’ailleurs, qui négocia le mariage d’Attica et d’Agrippa245. À nouveau lié aux deux camps qui s’affrontent246, Atticus ne connut pourtant pas l’issue du dernier conflit des guerres civiles, car il mourut en 32247. Il faut peut-être l’identifier au Q. Caecilius Atticus, préfet de César puis d’Auguste, auquel les Éphésiens qui fréquentaient le gymnase rendirent hommage. C’est, en tout cas, l’hypothèse de C. P. Jones, qui pense qu’Atticus a pu assumer cette délégation de pouvoir, entre 40 et 32, plus probablement entre 36 et 38. Il n’y a effectivement aucun empêchement majeur à cette supposition, mais les arguments probants en faveur de cette identification restent fragiles en l’état actuel248.

22 (L. ? M ? CAECILIUS) METELLUS249 partisan d’Antoine jusqu’en 31 (App., BC, 4.42)

  • 249 RE 3.1 (1897) s.v. “Caecilius” no 70 col. 1203 (Münzer) ; Glauning 1936, 14 ; Broughton MRR 3, 10  (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Liens familiaux :

- fils : Metellus, légat d’Octavien, RE no 71.

Carrière :

- 31 : légat d’Antoine à Actium.

  • 250 App., BC, 4.42 ; ce qui montre qu’il était un partisan d’un certain rang.
  • 251 Syme [1939] 1967, 257, estime qu’il échappe à toute identification. Il est nommé seulement Metellu (...)
  • 252 Cic., Att., 2.1.1.
  • 253 CIL, X, 7581, (C) aecilius M. f. M (etellus). pr. urb. procos. Sardiniae.
  • 254 RE, no 75, Münzer ; Cic., Att., 11.4.8 et 11.7.2.

36Un Metellus, officier d’Antoine à Actium, demeurait prisonnier à Samos ; son fils le reconnut. Ce dernier avait combattu dans les rangs d’Octavien. La réhabilitation paternelle semblait difficile à obtenir, car le vieil homme, par le passé, avait montré une farouche hostilité à l’égard du jeune César, au point de refuser de nombreuses offres de défection250 et Metellus dût mettre dans la balance tous ses services. Malheureusement, l’identification de ce Metellus semble difficile251. Mommsen suggère le rapprochement avec Marcus Metellus, qui donna un spectacle de gladiateurs en 60252 et le fils serait, peut-être, Caecilius Metellus, préteur urbain et proconsul de Sardaigne253. Cependant, il paraît plus logique de l’identifier avec le tribun de la plèbe de 49, qui s’opposa à César quand il voulut se servir des fonds de l’aerarium et fut chassé d’Italie à la fin des hostilités. Metellus serait un “Républicain” rallié254.

23 Q. CAELIUS255 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.3)

  • 255 RE 3.1 (1897) s.v. “Caelius” no 14, col. 1256 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 322.

Appartenance sociale :

sénateur, ancien édile.

Carrière :

- 44 ? : édile.
- 31 ? : légat ou praefectus classis ?

  • 256 Cic., Phil., 13.3.
  • 257 Cic., Phil., 13.26.
  • 258 Plut., Ant., 65.1 ; Münzer, RE, no 14.

37Quintus Caelius appartient au groupe, tant décrié par Ciceron, des amis intimes de Marc Antoine (Antonii collusores et sodales)256. Il fut édile à une date indéterminée, mais probablement en 44257 et participe au siège de Mutina. Ciceron affirme qu’il s’agit d’un homme brisé et ruiné ; mais s’il n’était banqueroutier, serait-il digne d’Antoine ? Il descend peut-être de la famille plébéienne des Coelii, dont le nom s’écrit indifféremment Caelius ou Coelius. Il paraît tentant de le rapprocher du mystérieux κοιλίoς, qui tenait l’aile gauche à Actium. S’il est vrai qu’il eut ce rôle dans une heure si grave, il y a un abîme dans sa carrière qui ne peut être comblé258.

24 M. CAELIUS PHILEROS259 Accensus de T. Sextius de 44 à 40 (CIL, X, 6104 = ILS 1945)

  • 259 RE n. v.

Origine géographique :

inconnue

Appartenance sociale :

affranchi.

Liens familiaux :

épouse : Fresidia Flora, affranchie de Numerius

Liens amicaux :

Quintus Octavius Antimachus, affranchi d’Octavia

Carrière :

- 44-40 : accensus de T. Sextius.
? : Édile à Carthage.
? : praefectus iure dicundo uectigalibus quinquennalibus locandis in castellis LXXXIII.
? : deux fois duumvir de Clipea.
ap. 12 a.C. : augustalis à Formies.

38Une inscription de Formies révèle la carrière de M. Caelius Phileros, qui fut accensus de T. Sextius Imperator, puis mena une carrière municipale en Afrique. À notre connaissance, sa carrière s’achève comme augustalis à Formies. Il a été aussi le bienfaiteur de cette dernière cité où il orna le temple de Neptune d’un décor de mosaïques et, à Carthage, un temple de Tellus fut construit à ses frais.

  • 260 On lui attribue l’inscription CIL, VIII, 26 274, d’Uchi Maius qui indique qu’il a réparti les terr (...)
  • 261 Cic., Cael., 76.
  • 262 Allély 2004, 198-201, reprend les conclusions de Fishwick 1994, 57-80 et pense que c’est par le bi (...)

39La vie de Phileros a fait couler beaucoup d’encre, car elle est en lien direct avec l’histoire de la Pertica de Carthage260. Cependant, le seul aspect de son parcours qui nous concerne réside dans les quelques années qu’il a passé dans l’entourage de T. Sextius. Les circonstances de son entrée au service du gouverneur restent mystérieuses. En effet, il est couramment admis que Phileros est un affranchi de M. Caelius Rufus, soit le père, soit le fils. Le père avait des intérêts en Afrique et le fils s’y est rendu dans la suite de Q. Pompeius Rufus entre 62 et 59 a.C.261. Ces liens entre la famille et l’Afrique auraient conféré à leur affranchi les compétences qui justifiaient son élévation au poste d’accensus et du nouveau gouverneur. Mais ce choix revèle-t-il par des relations antérieures entre Sextius et Caelius Rufus quand il était encore dans le camp césarien ou l’affranchi est-il entré au service de Sextius après la mort de son patronus, voire même à l’arrivée du gouverneur dans sa province, au quel cas il n’y a peut-être jamais eu de lien direct entre Rufus et Sextius. Il n’est pas sûr que la révolte de Caelius ait nui à la carrière de ses affranchis. Le deuxième problème réside dans la chronologie de sa carrière. Bien que rien ne permette d’affirmer que les charges aient été présentées selon l’ordre chronologique dans l’inscription de Formies, cela reste l’hypothèse la plus probable, en ce cas l’on dispose d’un terminus ante quem, la charge d’augustalis, qui apparaît sous le principat d’Auguste, après 12 et un terminus post quem la charge d’accensus qu’on ne peut placer que de 44 à 40. Contrairement à un hypothèse de Carcopino, vivement combattue par J. Gascou, Phileros a probablement assumé l’édilité après sa fonction d’accensus. Faut-il suivre l’option majoritaire qui pense qu’il a enchaîné ces charges sous le gouvernement de Lépide de 40 à 36, ou, supposer avec J. Gascou, qu’il a attendu le principat d’Auguste pour le faire ? Ces hypothèses reposent sur des interprétations divergentes de nos maigres connaissances sur la passation de pouvoir entre Sextius et Lépide. La situation a probablement été fort tendue, pendant un moment, cependant, il n’y a pas eu de conflit ouvert, donc aucune raison suffisante pour supposer que le départ de Sextius a occasionné une disgrâce de Phileros. Celui-ci entreprend désormais une carrière municipale et rien ne prouve que Lépide n’ait pas vu d’un œil favorable l’accession à la charge d’édile d’un partisan du triumvirat. Est-ce pour le compte de Lépide, ou plus tard d’Auguste qu’il répartit les terres entre les colons de Carthage et les Uchitani ? Est-ce au titre de sa préfecture ? Probablement pas262. Un dernier point intrigue : la mention de T. Sextius imperator dans une inscription datant d’une époque largement postérieure. Cela montre que l’on peut encore se recommander de Sextius donc qu’il n’a pas subi de condamnation. Il est probablement resté le patron de M. Caelius Phileros.

25 Q. CAERELLIUS263 partisan d’Antoine à une date inconnue (CIL, VI, 1364 = ILS, 943)

  • 263 RE 3.1 (1897) s.v. “Caerellius” no 2, col. 1283 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 480 ; Wiseman 1971, 21 (...)
  • 264 Sa tribu, Quirina, nous est donnée par l’inscription, ce qui empêche a priori de le relier avec C. (...)
  • 265 Ces dates demeurent inconnues, mais sont nécessairement antérieures à 31. L’accomplissement de ce (...)

Origine géographique :

inconnue264.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : M. Caerellius.
- fils : Q. Caerellius, RE no 3.

Carrière :

- ?265 : tribun militaire.
- ? : questeur.
- ? : tribun de la plèbe.
- ? : préteur.
- ? : légat d’Antoine ? proconsul

40Ce sénateur, qui fut légat d’Antoine, au terme d’un cursus honorum fort classique, malgré ces temps troublés, est révélé par une inscription commémorative laissée par son fils en vertu de son testament, à l’époque de Tibère, trouvée Via Ardeatina. Son parcours s’achève au seuil du consulat, pourtant facilement attribué à l’époque triumvirale. Si l’hypothèse du décès semble la plus naturelle pour expliquer cette brusque interruption, on peut tout de même s’étonner du retard avec lequel son fils lui rend hommage. Une carrière au service d’Antoine entachait, sans doute, la réputation d’une famille qui entendait survivre à la défaite du triumvir et y parvint, puisque le dédicataire poursuivit une fort belle carrière sous Tibère.

26 CAESENNIUS LENTO266 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 11.13)

  • 266 RE 3.1 (1897) s.v. “Caesennius” no 6, col. 1307 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 311 ; Wiseman 1971, 21 (...)
  • 267 Syme 1964, 113, rappelle que Cicéron redoutait d’emprunter la via Cassia, car elle traversait, au (...)

Origine géographique :

Tarquinii ?267

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Carrière :

- 45 : légat ? de César en Hispanie.
- 44 : septemvir agris dividundis.
- 43 : proscrit ? Exécuté ?

  • 268 D.C. 43.40.2 ; Oros., 6.16.9. Mais il nomme, à tort, la victime Sextus et non pas Cneius Pompée ; (...)
  • 269 Cic., Phil., 12.23.
  • 270 Cic., Phil., 11.3 ; 12.20 ; 13.2, “ennemi de la paix” ; 13.37.
  • 271 Cic., Phil., 12.23 indique, en outre, que Lento se trouvait sans doute chez lui, ou près de chez l (...)
  • 272 App., BC, 4.27.115.
  • 273 Hinard 1985b, no 27, incline à assimiler le proscrit Caesennius à Lento, mais précise que Klovekor (...)

41La carrière de Caesennius s’ouvre sur la mort de Cneius Pompée, fils du grand Pompée, après la bataille de Munda. À la tête d’un détachement, Caesennius poursuit Cneius, défait et blessé, qui fuit, escorté d’une forte troupe de Lusitaniens. Il le bat, alors que celui-ci s’est réfugié dans un bois268. Cette issue martiale ne permet pas de qualifier Caesennius d’assassin, ce dont ne se prive pas, cependant, Cicéron, qui moque également ses manières d’histrion : il aurait joué, semble-t-il, la tragédie269. Cet acharnement s’explique, sans doute, par l’appartenance de Lento, en juin 44, à la commission des septemvirs chargés de répartir les terres entre les vétérans. Cela le transforme en dangereux révolutionnaire aux yeux de Cicéron, qui drape ses craintes de propriétaire dans de vertueux élans patriotiques270. La commission dissoute, Lento se retire en Étrurie, dans ses propriétés ou non loin, d’où il lève, sans doute, des troupes pour le compte d’Antoine271. Ensuite, il doit probablement être rapproché avec le proscrit de 43, qui fut exécuté en raison de son opulente fortune. Ignorant qu’il figure sur la liste des proscrits, celui-ci est traîné jusqu’à celle-ci par ses exécuteurs, qui l’assassinent tandis qu’il lit272. Cette mort peut s’apparenter à un règlement de comptes dans le parti Antonien, puisqu’Appien le cite après le beau-père d’Asinius Pollio, victime de la terreur triumvirale, et précise que sa proscription est le résultat d’un complot. Enfin, Caesennius ne s’attend pas à être proscrit, car il est vrai que sa nomination de septemvir le désignait comme un ferme soutien d’Antoine. Ceci ne suffit pas à le mettre à l’abri273.

27 CAFO274 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 8.26)

  • 274 N. v. in RE ; Broughton MRR 2, 352 ; Wiseman 1971, no 89 p. 219

Origine géographique :

Étrurie ?

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- 44 : septemvir agris dividundis.
- 43 : participe au siège de Modène.

  • 275 Cic., Phil., 8.26 (et 10.22, ainsi que 11.12).
  • 276 Cic., Phil., 11.12.
  • 277 Broughton MRR 2, 332-333, l’admet.
  • 278 Cic., Phil., 8.26, 10.22 ; 11.12.
  • 279 Cic., Phil., 10.22.
  • 280 Cic., Phil., 11.12 : “cum hoc veteranus Cafo, quo neminem veterani peius oderunt”.
  • 281 Cic., Phil., 13.25-26.
  • 282 Syme [1939] 1967, 520 n. 4.

42Cafo apparaît, dans les Philippiques, comme un partisan mineur d’Antoine, toujours associé à Decidius Saxa. On ne lui connaît pas de carrière sénatoriale. D’ailleurs, la survivance de son seul cognomen dénote sa relative obscurité. À défaut d’autre source, il faut se contenter des informations des Philippiques. Cafo est un ancien centurion, probablement sorti du rang. C’est du moins ce que suggère Cicéron, qui le présente, à plusieurs reprises, sous les traits d’un soudard275. Il incarne chez l’orateur un des fléaux de Rome, le vétéran qui prospère à l’occasion des troubles : “Omnes Cafones, omnes Saxae, cetereaque pestes quae sequuntur Antonium”. Cafo a acquis, en effet, des propriétés à la faveur des guerres civiles ou des libéralités de César276. Il semble, par ailleurs, qu’il ait fait partie, avec Decidius Saxa, du collège des septemvirs chargés de répartir les terres du domaine public entre les vétérans et les citoyens nécessiteux277. À ce titre, il se serait adjugé des propriétés près de Tusculum, d’Albe et en Campanie278. Il paraît jouir, comme Saxa, toujours, d’une certaine réputation dans la plèbe279, mais souffrir d’impopularité dans l’armée280. Bien que le point de vue de Cicéron soit ouvertement partial et, sans doute, calomnieux, l’absence de toute autre source ne permet pas de remettre en cause cette tradition. On peut estimer simplement que ce personnage, peut être d’origine étrusque, n’est sans doute pas sénateur, contrairement à Saxa : il ne figure pas dans la description parodique du Sénat d’Antoine à Mutina281. L’assimilation permanente avec Saxa peut n’avoir pour but que de rabaisser ce dernier282.

28 L. CALPURNIUS BESTIA283 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 12.20)

  • 283 RE 3.1 (1897), s.v. “Calpurnius” no 24, col. 1367 (Münzer) ; Broughton 1952, 189 ; MRR 3, 12.
  • 284 Les Calpurnii Bestiae sont peut-être une branche proche de la famille des Pisones, avec laquelle i (...)
  • 285 L. Calpurnius Bestia comptait d’ailleurs, parmi ses parentes, une Calpurnia, fille d’un Calpurnius (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas plébéienne284.

Liens familiaux :

- fils : L. Sempronius Atratinus, RE no 26285.

Carrière :

- 59 ? : édile.
- 57 : candidat à la préture, condamné pour brigue.
- 43 : légat d’Antoine à Modène.

  • 286 Cic., Phil., 13.2.
  • 287 Cic., Phil., 12.20.
  • 288 Cic., Phil., 13.26.
  • 289 Cic., Phil., 11.11.
  • 290 Répertorié par Münzer, RE 3.1 (1897) no 24, col. 1367 ; Broughton MRR 2, 174, émet l’hypothèse d’u (...)
  • 291 Cic., Sest., 11 ; ad Brut., 1.17.1 ; Sall., Cat., 17.3 ; 43.1 ; Plut., Cic., 23. l ; Schol. Bob., (...)
  • 292 Broughton MRR 3, 12.
  • 293 Cic., Cael., 26 ; Q. fr., 2.3.2.
  • 294 Gruen 1971, 54-69, et surtout, 67.

43Cicéron range Calpurnius Bestia parmi les ennemis de la paix286, les individus malfaisants et scélérats287, bref, les partisans d’Antoine. Il raille cet ancien édile, candidat malheureux à la préture288, pour sa prétention à briguer le consulat, face à Brutus289. L’auteur des Philippiques connaît bien cet adversaire. Il l’a défendu, en 57, dans son procès de ambitu. Après avoir obtenu, grâce à Cicéron, un acquittement, Calpurnius fut condamné peu après, lors d’un second procès de ambitu. Cicéron avait, au total, plaidé six fois sa cause devant les tribunaux. La dernière ne fut pas heureuse. Bestia ne devint jamais préteur et dût s’exiler. Il obtint sa grâce de César. Traditionnellement, on l’identifie avec un certain Calpurnius Bestia, tribun de la plèbe en 62290. Celui-ci participait à la conjuration de Catilina et, avec son collègue Nepos, devait, le 10 décembre 63, date de leur entrée en charge, attaquer publiquement le consul, donnant le signal de l’offensive291. Il ne paraît pas illogique qu’un allié de Catilina, peu compromis, ait poursuivi sa carrière dans les rangs des Césariens, puis des Antoniens. Après son tribunat, il aurait été édile vers 59, puis candidat à la préture en 56 ; les dates concorderaient292. Mais, divers arguments rendent cette identification hypothétique. Tout d’abord, il semble étonnant, dans ces conditions, que Cicéron ait accepté d’être son avocat. À vrai dire, il y est obligé, car Bestia et Sestius sont intervenus en faveur de son rappel d’exil, deux ans plus tôt. En outre, bien des remarques de Cicéron prouvent les réticences qu’il eut à se charger de l’affaire. Il accepte, finalement, pour complaire à Sestius, ami personnel de Calpurnius293. E. Gruen avance une impossiblité chronologique pour combattre l’identification des deux hommes. L’orateur se vante d’avoir défendu Bestia six fois devant les tribunaux. Or, en 56, il n’est traduit que deux fois en justice, à notre connaissance, en février et en avril, et il est exilé à la suite du second procès. Cela incite à penser que Cicéron l’avait déjà défendu avant son propre bannissement294. En fait, cet argument n’est pas absolument déterminant. Tout ce que nous savons des procès de 56, c’est que l’on porta contre Bestia deux accusations de ambitu. Rien n’interdit de penser qu’il fut mis également en accusation sous d’autre motifs d’inculpation : de vi, par exemple. Le procès de Milon, quatre ans plus tard, montre bien que, lorsque des enjeux politiques importants entrent en ligne de compte, les accusateurs se relayent, pour traduire en justice, à des titres divers, mais simultanément, celui dont on souhaite l’exil. De surcroît, il se peut que Cicéron l’ait aussi défendu avant 63. En revanche, il semble singulier que, dans les Philippiques, son passé de Catilinien ne soit jamais évoqué, alors que l’orateur se prévaut, à plusieurs reprises, de son consulat de 63, pour s’adjuger le rôle de défenseur de la patrie. Ce rappel eût constitué un argument de poids contre Antoine. Il faut souligner, cependant, qu’il demeurait au Sénat, parmi les consulaires mêmes, d’anciens sympathisants de cette faction, dont Caius Antonius, oncle d’Antoine et collègue de Cicéron. Si l’on retenait cette hypothèse, séduisante, mais très incertaine, elle permettrait de dégager un courant catilinien dans le parti d’Antoine en 44-43.

29 L. CALPURNIUS BIBULUS295 partisan d’Antoine de 42 à 35 (App., BC, 4.38)

  • 295 RE 3.1 (1897) s.v. “Calpurnius” no 27, col. 1367-1368 (Münzer) ; Glauning 1936, 11 ; Broughton MRR(...)
  • 296 La branche des Bibuli n’est attestée qu’à partir du cos. de 59 et ses liens avec les Calpurnii exi (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur de rang prétorien, nobilitas plébéienne296 ?

Liens familiaux :

- père : M. Calpurnius Bibulus, cos. 59, RE no 28. - mère : ignota.

Carrière :

- 44-43 : légat ? de Brutus.
- 43 : proscrit.
- 42 : reddition à Thasos.
- 36 : praefectus Classis en Sicile ?
- 32 : légat d’Antoine en Syrie, décès.

  • 297 La généalogie des Calpurnii Bibuli reste une question débattue. L’hypothèse selon laquelle Lucius (...)
  • 298 Cic., Att., 12.32.2. C’est sans doute à Athènes qu’il se lia à Horace, qui le mentionne parmi les (...)
  • 299 Cic., ad Brut., 1.7.1-2. Bibulum, tantum iam uirum ex quanto potest euadere qui nostris fautorum r (...)
  • 300 App., BC, 4.104.
  • 301 App., BC, 4.136, qui note que Bibulus et Messala furent choisis en fonction de leur rang.
  • 302 App., BC, 4.38.
  • 303 Cette magistrature a été déduite d’une monnaie émise par Bibulus, avec le titre praetor designatus (...)
  • 304 App., BC, 5.132.
  • 305 Hor., S, 1.10.86. Une certaine Domitia Bibuli Cn. f. est connue grâce à l’épigraphie, CIL, VI, 952 (...)
  • 306 En effet, ces pièces, émises par divers ateliers orientaux, Séleucie ou Tripolis, on ne sait, appa (...)
  • 307 Syme [1939] 1967, 269.

44Par ses origines, Lucius Calpurnius Bibulus appartient au parti catonien : fils du consul de 59, collègue et ennemi de César, il est également un adfinis de Brutus, qui avait épousé Porcia, sa belle-mère297. Lorsque la nouvelle des ides de Mars lui parvient à Athènes, où il poursuit ses études, il s’engage sans hésitation aux côtés de Brutus298. Celui-ci le recommande pour l’augurat en mai ou juin 43, et il le présente alors comme un homme d’une envergure prometteuse ; il le place sur le même plan que Cn. Domitius Ahenobarbus, son cousin, et M. Appuleius, le proquesteur de 46299. Puis il lui confie un commandement militaire et Bibulus participe aux opérations qui précèdent Philippes. Après la défaite de Cassius, puis de Brutus300, les forces importantes qu’ils avaient rassemblées demeurent et se divisent : une partie tente de poursuivre le combat auprès de Pompée ou d’Ahenobarbus ; l’autre, réunie à Thasos, se met sous le commandement de Valerius Messala et de Lucius Calpurnius Bibulus, choisis, non pour leur expérience, mais selon leur naissance301. Ils négocient avec Antoine la reddition en échange de leur réhabilitation302. Celui-ci exploite les compétences de Bibulus, même si le commandement de la flotte reste une hypothèse303. Juste après Nauloque, Bibulus sert d’intermédiaire entre Octavien et Antoine pour une missive portant sur l’avenir des pouvoirs triumviraux304. La même année il est cité dans un poème d’Horace, aux côtés de Messala, Gellius Publicola, Asinius Pollio, Servius Sulpicius, et Furnius. Plusieurs de ces personnages sont étroitement unis à Messala, Gellius est son demi-frère, Servius Sulpicius son beau-frère. R. Syme pense que les liens d’amitiés constants entre Messala et Calpurnius étaient cimentés par un mariage : la première femme de Messala était probablement une Calpurnia, sœur de Bibulus. Ce dernier a, pour sa part, épousé probablement vers 35, une fille de Domitius Calvinus, cos II en 40305. Il serait donc au cœur d’un réseau d’influences. Entre 34 et 32, sans doute, en Syrie, il émet un monnayage connu sous le nom trompeur de “monnaies des préfets de la flotte” depuis les travaux de Bahrfeldt306. En 32, Bibulus décède durant ses fonctions de gouverneur de Syrie. Lucius apparaît comme une figure typique d’un courant qui, en 32, occupait une large place dans le parti antonien307. Catonien par atavisme et par conviction, Bibulus, mort en servant Antoine, reste fidèle à son deuxième engagement.

30 L. (CALPURNIUS ?) PISO308 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 10.13)

  • 308 RE suppl. 3 (1918), s.v. “Calpurnius” no 73a, col. 230 ; Broughton MRR 2, 352.

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

nobilitas plébéienne.

Carrière :

- 43 : légat ? d’Antoine en Macédoine.

  • 309legatus Antoni”, Cic., Phil., 10.13.
  • 310 Ni Broughton (MRR 2, 352), ni Münzer, dans la RE, ne l’identifient avec un personnage déjà connu. (...)

45Lucius Piso, légat d’Antoine, commandait une cohorte en Macédoine. Sa troupe s’est livrée spontanément à Marcus Tullius Cicero ; on ne sait si son chef l’y a incitée ou s’il fut mis devant le fait accompli309. Cet incident mineur fait partie des opérations que mènent Caius Antonius et Brutus pour s’approprier la province et les légions qui y sont encore concentrées. Sans l’orgueil paternel de l’auteur des Philippiques, le nom de ce légat se serait perdu. Cependant, s’il s’intègre, sans grande hésitation, parmi les Calpurnii, il semble impossible de l’identifier avec un membre déjà connu de cette famille310.

31 L. CALPURNIUS PISO CAESONINUS cos. 58311 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 12.18)

  • 311 RE 3.1 (1897) s.v. “Calpurnius” no 90 col. 1387-1390 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 193 et 247, Hoffm (...)
  • 312 La mère de Calpurnius était originaire de Placentia (Cic., Pis., 14 ; Asc., Pis., Frgts, 13-15.). (...)
  • 313 Le premier magistrat de la famille, Caius Calpurnius Piso, fut préteur urbain en 211 (RE no 61), l (...)
  • 314 Il semble avoir eu pour épouse Rutilia, fille de Rutilius Nudus, légat d’Aurelius Cotta en 74 et p (...)
  • 315 Cic., Pis., 2 ; Broughton MRR 2, 128.
  • 316 Cic., Pis., 1-2 ; Broughton MRR 2, 162.
  • 317 Cic., Pis., 1-2 ; Broughton MRR 2, 179.
  • 318 CIL, I2, 1, 2512 ; 2, 756, 919, 920, 963, 2500, 2512 ; InscrIt XIII, 1, fast. cap., 56 sq. ; Caes. (...)
  • 319 Broughton MRR 2, 248-249 ; Suolahti 1963, no 175, p. 486-490.

Origine géographique :

Sabine ? Étrurie ? Et Placentia312.

Appartenance sociale :

sénateur de rang consulaire, Nobilitas plébéienne313.

Liens familiaux :

- père : L. Calpurnius Piso Caesoninus, RE no 89.
- mère : Calventia.
- épouse : Atilia ou Rutilia314 ?
- fille : Calpurnia, RE no 126, épouse de C. Julius
Cæsar, cos. 59.
- fils : L. Calpurnius Piso Frugi, RE no 99, cos. 15.

Carrière :

- 70 : questeur315.
- 64 ? : édile316.
- 61 ? : préteur317.
- 58 : consul318.
- 57-55 : proconsul en Macédoine.
- 50 : censeur319.
- 49 : légat.
- 43 : ambassadeur du Sénat auprès d’Antoine.

  • 320 Plut., Caes., 9.1 ; Pomp., 47.4 ; Suet., Jul., 21 ; App., BC, 2.14 ; D.C. 38.9.1. Malgré une rumeu (...)
  • 321 Suet., Jul., 22.
  • 322 Cic., Sest., 18 ; 24-25 ; 32-33 ; 53-55 ; 69-70 ; Sen., 72 ; 77 ; Dom., 55 ; 66 ; 70, 124 ; Planc. (...)
  • 323 Cic., Pis., 28 ; 37-38.
  • 324 Shatzman 1975, no 107. Calventia, sa mère, était la fille d’un negotiator et praeco très fortuné d (...)
  • 325 Cic., Fam., 8.17.1 ; Plut., Pomp., 58.4 ; D.C. 40.63.5 ; Suolahti 1963, 488-489.
  • 326 Caes., Civ., 1.3.4 ; Cic., Fam., 14.14.2 ; Att., 7.13.1 ; D.C. 41.16.4.

46À la mort de César, Lucius Calpurnius Piso apparaît comme un personnage de premier plan : beau-père du dictateur défunt320, consulaire et ancien censeur, il pèse considérablement sur les décisions du Sénat. Sa longue expérience politique explique également son influence. Après une carrière sans éclat particulier, il revêt le consulat en 58, à la faveur du mariage de César avec Calpurnia. Désormais, il épouse les desseins politiques de son gendre321. De ce fait, il appuie le tribun Clodius et s’associe à l’hallali contre Cicéron322. L’année suivante, il reçoit la province de Macédoine323. L’illustre orateur, à son retour d’exil, obtient son rappel et improvise devant le Sénat un long réquisitoire qui apporte, sur la personne et la famille de son ancien adversaire, de précieux renseignements. L’alliance de ses ascendants avec de riches notables de Placentia l’a pourvu d’une fortune opulente et d’un réseau de clients en Gaule Cisalpine324. En dépit des allégations de Cicéron, cet aristocrate, adepte d’Épicure, n’apparaît, ni particulièrement malhonnête, ni farouchement partisan. Souvent, il fait office de médiateur entre les factions. Lors de sa censure, il tempère l’action de son collègue, Appius Claudius Pulcher, et parvient à sauver Curio de l’exclusion325. Lorsqu’éclate la guerre qui oppose son gendre à Pompée, il tente une conciliation326.

  • 327 Cic., Att., 15.26 ; Beaujeu 1988, 224, souligne que L. Piso ne peut être, à la fois, l’adversaire (...)
  • 328 Ces notes lui ont été remises par Calpurnia, soit spontanément, soit sur son ordre, App., BC, 2.12 (...)
  • 329 Appien prétend, à tort, que L. Calpurnius Piso était le dépositaire du testament, alors que celui- (...)
  • 330 App., BC, 2.135-137.
  • 331 App., BC, 2.143.
  • 332 Cic., Att., 15.26 (2 juillet 44, Arpinum). Cette démarche peut s’expliquer, bien sûr, par sa volon (...)

47Contrairement à un avis répandu327, Lucius apporte, semble-t-il, un soutien discret, mais assez constant, à Marc Antoine dans les années 44-43. En effet, on ne saurait expliquer sans son appui que le consul se trouve en possession des notes personnelles et des fonds du dictateur328. Lors de la réunion du Sénat, le 17 mars, alors que la séance était déjà levée, il obtient des pères conscrits que le testament329 soit ouvert en public et que des funérailles officielles soient organisées330. Cela constitue une victoire pour les partisans du défunt. Lors de la cérémonie funèbre, il apparaît comme le garant de la légitimité césarienne. Il préside à la lecture des dernières volontés du dictateur et ordonne que son corps soit transporté sur le forum331. Là, il laisse au consul le soin d’enflammer la foule par le souvenir de César. Il prête donc son concours à celui-ci, dans cette manipulation de la plèbe romaine. Ce rôle accompli, il s’efface jusqu’en août. Cicéron mentionne, en juillet, une rumeur selon laquelle, avec l’aide d’Antoine, il obtiendrait un faux décret du Sénat l’envoyant en mission. On ne saisit pas bien la finalité de cette démarche. Rien de tout cela ne se confirme dans le mois qui suit332.

  • 333 À vrai dire, les raisons de son différend avec Antoine semblent plus personnelles. En fondant une (...)
  • 334 Cic., Att., 16.7.5-7 et Fam., 12.2.1 (19 sept. -20 oct. 44) à Cassius Longinus. Il souligne que, d (...)
  • 335 Cic., Phil., 12.1 et App., BC, 3.50.
  • 336 Cic., Fam., 12.4.1 (2 février 43) à Cassius Longinus.
  • 337 Cic., Phil., 12.2.3, 14.18. Cicéron souligne, à plusieurs reprises, qu’Antoine verrait en Piso un (...)
  • 338 App., BC, 3.54-61. Appien donne ici le texte d’une longue réfutation des Philippiques qui n’est pa (...)
  • 339 Syme [1939] 1967, 191 ; Suolahti pense que le silence des sources s’explique par son décès. Ce n’e (...)
  • 340 Dondin-Payre 1998, 242, souligne l’importance de ce personnage et de sa famille à la fin de la rép (...)

48De façon surprenante333, lors de la séance du Sénat du premier août, L. Calpurnius Piso s’en prend violemment à Antoine, ce dont se félicitent Brutus et Cicéron. Cependant, personne ne s’engage à sa suite dans cette politique courageuse334. Mais, à partir de novembre 44, Caesoninus adopte dans l’assemblée une ligne de conduite modérée : il s’entremet entre Antoine et les pères conscrits pour empêcher que la guerre n’éclate et que le consul ne soit mis hors la loi. Il accueille, d’ailleurs, à Rome, la famille de celui-ci dans sa demeure335. Envoyé une première fois en ambassade, avec Marcus Philippus, il provoque la colère de Cicéron en rapportant scrupuleusement les demandes d’Antoine (février 43)336. L’attitude de l’ancien censeur évolue au cours des mois de février et mars 43, sa position modérée étant violemment combattue par l’auteur des Philippiques et il s’engage davantage dans le camp antonien. Il propose, pour retarder la rupture, d’envoyer une seconde ambassade au proconsul ; Cicéron combat cette idée dans la douzième Philippique337. Au lendemain du veto de Salvius, il prend la parole pour répondre aux Philippiques. Pourtant, devant l’évolution de la situation militaire, il ne peut éviter qu’Antoine ne soit dessaisi de la Cisalpine et, quelques jours plus tard, décrété ennemi public338. Dans les mois qui suivent, L. Calpurnius disparaît définitivement de la scène politique339. Il est l’un des rares partisans de Marc Antoine au Sénat dont les sources nous aient conservé le nom : sans doute en raison de son rang, bien que l’appui qu’il apporte au consul reste mitigé, parfois critique. Indépendamment de l’amitié privée de ces deux hommes, sa position s’explique par le souci de prévenir la guerre civile qui menace. Cependant, il semble progressivement réduit au silence par la fougue de Cicéron et le poids de la défaite de Forum Gallorum. Le silence de nos sources ne rend sans doute pas compte de l’importance d’un personnage que ses alliances familiales, sa fortune et son envergure intellectuelle ont placé dans les premiers rangs de l’État340.

32 C. CALVISIUS SABINUS cos. 39341 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 3.26)

  • 341 RE 3.1 (1897) s.v. “Calvisius” no 13, col. 1411-1412 (Münzer) ; Glauning 1936, 5 ; Broughton MRR 2 (...)
  • 342 Il est le premier consul à arborer un gentilice s’achevant par “ isius”, donc non latin. L’inscrip (...)
  • 343 CIL, IX, 414, Canusium, se rapporte peut-être à son fils ou à son petit-fils.
  • 344 Sa filiation, “Caii Filius”, figure sur l’inscription de Spolète et l’inscription grecque citée à (...)
  • 345 Honorée dans l’inscription attique IG II/III2, 4111.
  • 346 App., BC, 5.80 ; 5.81-88 ; 5.96 ; 5.102 ; D.C. 48.46.5 ; 48.54.7.
  • 347 Plut., Ant., 58-59.
  • 348 Ganter 1892, 17.
  • 349 Cf. miliaires de la via Latina, CIL, VI, 6895, 6897, 6899, 6900, 6901, qui font référence aussi à (...)

Origine géographique :

Spolète342 ? Canusium343 ?

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : C. Calvisius Sabinus344.
- sœur : Calvisia Flaccilla, épouse de Claudius Marcellus, cos. 51345.
- fils : C. Calvisius Sabinus, cos. 4, RE no 14.

Carrière :

- 48 : légat de César en Étolie, puis en Achaïe.
- 46 ? : préteur.
- 45-44 : propréteur en Africa Vetus.
- 44 : 15 mars, siégeait au Sénat ; 28 novembre, reconduit dans son commandement.
- 43 : 19 avril, privé de son commandement.
- 39 : consul.
- 38-37 : praefectus Classis d’Octavien en Sicile346.
- 32 : accusateur de Marc-Antoine devant le Sénat347.
- 29-28 : proconsul d’Hispanie Citérieure348.
- 28 : mai, triomphe sur l’Hispanie349.

49Il semble a priori incroyable que Caius Calvisius Sabinus, amiral d’Octavien, pilier de son parti et, qui plus est, accusateur d’Antoine en 32, puisse figurer, à un moment quelconque de sa carrière, dans le camp adverse. Cependant, il est certainement un des auxiliaires du consul de 44, dans les mois qui suivirent la mort de César.

  • 350 Caes., Civ., 3.34.
  • 351 Caes., Civ., 3.35. Confondu, à cette occasion, avec Cn. Domitius Calvinus, App., BC, 2.60.
  • 352 Broughton MRR 2, 295, reprenant Sternkorn 1912, 328-388.
  • 353 Les trois légats, Venuleius, Latinus et Horatius, continuèrent leur mission et Cornificius négocia (...)

50Homo novus, de souche non latine, il appartient au groupe des généraux formés à l’école des guerres civiles. Dès le début, il se bat dans les rangs césariens. En 48, avant la bataille de Pharsale, son genéral l’envoie en Étolie. Il en prend possession en totalité350, puis envoie des cohortes à Fufius Calenus, en Achaïe351. Il doit à ces opérations brillantes sa préture, que l’on peut placer logiquement en 46, puisque, dès le début de 45, il est gouverneur, avec des pouvoirs proconsulaires, d’Africa vetus352. À la fin de l’hiver ou au printemps 44, il est de retour à Rome, sans doute pour obtenir de César qu’il le reconduise dans ses fonctions, car il a laissé trois légats sur place et la province semble loin d’être pacifiée353.

  • 354 Nic. Dam. 26.96.
  • 355 ILS, 925 : “Pietati (C.) Calvisi C. F. Sabini”.
  • 356 App., BC, 4.53.
  • 357 Cic., Phil., 3.21 et Fam., 13.25.
  • 358 Le débat du Sénat menaça de mal tourner pour lui, puisqu’un blâme fut proposé. Mais Pansa, consul (...)
  • 359 Plut., Ant., 58, 9-11 ; il faut reconnaître que ces arguments ridicules prêtaient à sourire, Syme (...)

51Le 15 mars 44, dans la Curie, auprès de César, il tente de le défendre contre ses assassins, avec Marcius Censorinus354. Ce geste lui vaut, pour le reste de ses jours, la réputation de piété césarienne à toute épreuve355. Avec son chef, il perd sa province, confiée par le Sénat à Quintus Cornificius356. Mais en novembre 44, le tirage au sort organisé par le consul lui rend “miraculeusement” son poste. À ce moment, Antoine compte sur lui et sur des Césariens fidèles pour tenir les provinces. Au Sénat, comme dans les lettres de Cicéron357, il passe pour un homme de confiance de “l’ennemi”. C’est pourquoi, le Sénat se hâte d’annuler les actes d’Antoine et de rendre à Q. Cornificius le gouvernement de l’Africa Vetus, le 20 décembre. Cicéron, si l’on croit ce qu’il écrit à Cornificius, a fait jouer toute son influence pour obtenir ce résultat, ce qui lui valut la haine de Calvisius et de Taurus, couple qu’il nomme le “minotaure”. Néanmoins, il ne s’ensuivit rien de fâcheux pour Calvisius358, qui abandonna la partie et resta à Rome, en tout cas jusqu’à la fin mars 43. Entre cette date et son consulat de 39, on ignore sa position et on ne sait pas davantage à qui, Antoine ou Octavien, et à quoi, il doit cette magistrature. Cela prouve que, dans cette période fertile, il ne reste pas inactif. Après le consulat, il s’oriente résolument vers le camp d’Octavien, qu’il seconde dans la guerre contre Sextus Pompée. En 32, le nouveau maître de Rome lui confie même l’accusation contre Antoine devant le Sénat. Il semblerait d’ailleurs que l’art de la persuasion ne lui soit pas plus familier qu’en 43, car ses diatribes outrancières n’atteignent pas leur but, parmi les pères conscrits au moins359. Octavien, pourtant, l’avait choisi sciemment, non pas seulement pour sa fidélité césarienne, mais pour son passé : comme Munatius Plancus et Titius, il était un Antonien rallié, un symbole de la faiblesse du parti adverse et de l’attraction du sien. Dans les années suivantes, il reçut le gouvernement d’Hispanie, suivi d’un triomphe, puis il entreprit la réfection de la via Latina. Il s’affirme donc comme un des piliers du début du principat, suivant un cursus, somme toute, classique.

33 P. CANIDIUS CRASSUS, Cos. suff. 40360 partisan d’Antoine de 43 à 30 (Cic., Fam., 10.21.4 – Oros. 6.19.20)

  • 360 RE 3.2 (1899) s.v. “Canidius” no 2 col. 1475-1476 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 378 ; Wiseman 1971, (...)
  • 361 Il est même retenu, avec Saxa et Ventidius, comme l’un des exemples les plus scandaleux de novitas(...)

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus361.

Carrière :

- 43 : légat de Lépide en Gaule Narbonnaise.
- 41 : légat de Marc-Antoine en Gaule.
- 40 : consul suffect.
- 37-33 : légat de Marc-Antoine en Arménie et contre les Parthes.
- 32 : légat, commande l’infanterie en réserve lors de la campagne d’Actium.
- 30 : rejoint Antoine en Égypte, exécuté après la défaite.

  • 362 Réputation qu’il convient de réexaminer et de relativiser, Ferriès 2000, 413-430 ; même si une pre (...)
  • 363 Plut., Cat. Mi., 37.1-6 et Brut., 3.1-4. Il y a, de plus, une contradiction entre les deux version (...)
  • 364 Syme [1939] 1967, 544 n. 78, inclinait pour cette solution, mais sans trancher définitivement la q (...)
  • 365 Münzer, RE, no 1.
  • 366 Le nomen apparaît seulement chez la sorcière Canidia qui a fait couler beaucoup d’encre. Herrmann (...)

52P. Canidius Crassus semble le plus fidèle des grands “maréchaux” antoniens, mais, ses faits d’armes mis à part, sa personne demeure obscure. De surcroît, comme Plancus, il est entouré d’une légende noire tenace362. Il se peut que sa carrière débute en 58363, lorsque Caton, envoyé à Chypre, délègue un de ses lieutenants, Canidius, pour veiller sur les trésors du défunt roi Ptolémée ; n’ayant qu’une confiance restreinte dans la probité de son auxiliaire, le rigoureux Caton prie Brutus de le surveiller. Faut-il identifier le héros de cette anecdote avec Publius Canidius Crassus364 ou, comme l’a fait Münzer, considérer qu’il s’agit d’un personnage distinct365 ? Certes le nomen Canidius paraît extrêmement rare et il est probable que Canidius commence sa carrière dans cette décennie. Mais, dans les années suivantes, il disparaît complètement des sources. Quoique possible, cette identification repose sur des conjectures fragiles366.

  • 367 Cic., Fam., 10.21.4.
  • 368 App., BC, 5.50, (sous le nom de Crassus) mais l’identification ne soulève aucune objection : Gabba (...)
  • 369 InscrIt XIII, 1, Fast colot. 273-275 ; Biond. 291 ; Mag. vic. 282 ; ILS, 9338,3, Fast sacerd. l. 8
  • 370 Vell. 2.76.2-3.
  • 371 Argument qui appelle la prudence : Dion Cassius indique qu’après les accords de Brindes les consul (...)

53En tout état de cause, Publius commence réellement à se faire connaître en 43367, comme lieutenant de Lépide en Gaule Narbonnaise. Avec Rufrenus, il intrigue et agite l’armée pour que celle-ci, pesant sur son chef indécis, le contraigne à joindre ses forces à celles d’Antoine, qui vient de franchir les Alpes, après la retraite de Modène. Après la réussite de cette entreprise, il retourne à l’obscurité. Il est probable qu’il ne quitte pas la Gaule, car, en 41-40, lors de la guerre de Pérouse, il réapparaît368 au nombre des officiers antoniens qui opèrent au nord de la ville assiégée. Tout comme ses collègues, ignorant les véritables intentions d’Antoine, il n’offre qu’une aide symbolique à Lucius Antonius. Après la reddition, il bat en retraite dans une direction inconnue. Il reste impossible de déterminer avec certitude la route pour laquelle il a opté, mais il suit probablement Pollio, dont il est le subordonné. Plusieurs détails suggèrent cette hypothèse. D’une part, il est pratiquement certain que Canidius obéit aux ordres d’un autre légat. Alors qu’il est présent lors des opérations militaires, il n’est pas nommé dans le récit des tentatives pour faire lever le blocus de Pérouse. Les décisions au sein du conseil d’état-major semblent appartenir aux chefs d’armée, Plancus, Pollio et Ventidius. D’autre part, son supérieur est presque certainement le second des trois. Tout d’abord, Pollio concentre entre ses mains sept légions, ce qui suppose qu’il est entouré d’un nombre équivalent de légats. Ensuite, il convient de noter que l’obtention du consulat suffect, à la fin de l’année 40369, semble la récompense d’une belle guerre. Or, Pollio est le seul des trois légats à avoir accompli des prouesses avec son armée après la reddition de Pérouse370. Enfin, le consul auquel Canidius succède n’est autre que Pollio371. Son collègue est alors Balbus, une autre puissance de l’ombre, mais du camp adverse.

  • 372 Str. 11.35 ; Plut., Ant., 34.10 ; D.C. 49.24.1. Canidius, reprenant un itinéraire de Pompée, a san (...)
  • 373 Winsemann-Falghera 1988, 35-38, pl. 13, suggère qu’il a pu gouverner Chypre et la Cyrénaïque entre (...)
  • 374 Plut., Ant., 42.6.
  • 375 Plut., Ant., 56.1.
  • 376 Plut., Ant., 56.4. En ce qui concerne la présomption de vénalité, il faut faire crédit à Plutarque (...)
  • 377 Ce papyrus provient du cartonnage d’une momie d’Abousir-el Melek, qui a réemployé des documents d’ (...)
  • 378 Plut., Ant., 56.6.
  • 379 Plut., Ant., 63.6-7.
  • 380 Plut., Ant., 65.3.

54À partir de l’obtention de cette magistrature, sa carrière prend un nouvel essor, tout du moins selon les sources littéraires. Il est chargé d’une partie des opérations préparatoires de la campagne parthique, décidée lors des accords de Brindes. Ses expéditions furent couronnées de succès : il défit, successivement, les Ibériens et leur roi Pharnabaze, puis les Albans et leur roi Zober372, deux monarques qu’il gagne au service d’Antoine. Puis, il pacifie l’Arménie, ce qui décide Monaèsès à fournir un appui apparemment sûr à l’expédition contre le redoutable royaume parthe. Faut-il placer à ce moment, un gouvernement de Cyrénaïque ? Probablement pas373. De 36 à 32, il suit Antoine dans toutes les opéations militaires. Il dirige l’infanterie, ou la majeure partie de celle-ci ; à ce titre, il figure parmi les principaux conseillers du triumvir374. Est-il réellement à la hauteur de ses responsabilités ? Plutarque narre, sans complaisance, une de ses bévues. Peu habitué, sans doute, aux techniques de la guérilla, il disperse les forces en envoyant les renforts au compte-goutte à l’arrière-garde, qui est sur le point de se faire massacrer en raison de son infériorité numérique. Antoine répare cette erreur, en sauvant l’arrière-garde par le prompt renfort de la troisième légion. Malgré cela, Canidius conserve la confiance du triumvir, puisqu’il est chargé, par la suite, d’amener sur la côte seize légions prélevées en Arménie, pour préparer les opérations de l’inévitable guerre civile375. En 32, dans l’attente de l’engagement décisif, s’élève un débat dans l’état-major d’Antoine : faut-il accepter l’appoint, considérable, mais compromettant, de la flotte de Cléopâtre ? P. Canidius défend la position de la Reine, convaincu ou acheté par elle376, ainsi que le suggèrerait une relecture du papyrus Bingen 45377. Il s’oppose alors au second d’Antoine, Ahenobarbus, mais, plus convaincant ou plus en faveur, il emporte la décision378. Cependant, à quelques jours de la bataille d’Actium, retournement final, il déconseille à Antoine un combat naval, où les rapports de force joueraient en sa défaveur379. Il serait préférable, selon lui, d’opérer une retraite stratégique en Thrace ou en Macédoine, pour y livrer une bataille terrestre décisive, avec l’appui des Gètes et de leur roi Dromès. Cette fois, il n’est pas écouté et reste contraint à l’inaction380.

  • 381 Plut., Ant., 67.8.
  • 382 Vell. 2.85 et Plut., Ant., 65.5.
  • 383 Plut., Ant., 71.1.
  • 384 Oros. 6.19.20.
  • 385 Vell. 2.87. Professio est sujet à deux interprétations : celle de Syme, retenue ici et celle de Po (...)
  • 386 Plut., Ant., 56.6 en fait un des instruments du destin d’Antoine.

55Après la défaite, il désobéit aux ordres d’Antoine381 et quitte ses troupes au lieu de les mener jusqu’en Asie382. Cette fuite honteuse, nocturne, paraît bien contradictoire : pourquoi ne pas appliquer un ordre qui préservait son armée et pour quelles raisons, ensuite, rejoindre le vaincu à Alexandrie383, au lieu de se vendre, chèrement, avec ses forces invaincues, à Octavien ? En fait, après Actium il était trop tard, même pour un baroud d’honneur. Dans l’infanterie, sans doute travaillée par des officiers défaitistes ou favorables aux adversaires, il n’était plus question que du prix de la reddition. Canidius, loyal Antonien, ne put que sauver sa tête ; pas très longtemps, cependant, car on sait qu’il fut exécuté par la suite sur l’ordre d’Octavien384. Sur sa mort plane un mystère : Velleius385 nous apprend qu’il quitta la vie avec plus de faiblesse qu’il ne convenait à sa “professio”. Sans doute faut-il entendre par là le métier des armes. Implora-t-il la grâce d’Octavien, ou essaya-t-il de trahir “in extremis” Antoine ? Sa fidélité, bien réelle cependant, lui coûta une fâcheuse réputation posthume : pleutre, traître, incompétent, corruptible. Les sources littéraires ne le ménagent pas. Plutarque en fait presque le mauvais génie d’Antoine386.

34 CASSIUS BARBA387 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 5.18)

  • 387 N. v. in RE ; Broughton MRR 3, 14 ; Wiseman 1971, 222 no 107.
  • 388 Contrairement à ce que conclut Wiseman, rien n’atteste son rang sénatorial, le fait qu’il soit con (...)

Appartenance sociale :

ancien centurion de César ? Probablement pas un sénateur388.

Carrière :

- 45 : commandant de la garde de César.
- 44/43 : tribun ? de la garde d’Antoine, le suit à Modène.

  • 389 “épave des amis de César”, il est associé dans ce passage à Barbatius Pollio, sans doute pour prod (...)
  • 390 Cic., Att., 13.52 (19 décembre 45).
  • 391 Cic., Phil., 5.18.
  • 392 App., BC, 3.29.
  • 393 App., BC, 3.30.
  • 394 App., BC, 3.5.

56Cassius Barba apparaît fugitivement chez Cicéron, parmi les anciens césariens ralliés à Antoine389. En effet, en décembre 45, lorsque Cicéron reçoit César à dîner, il est embarrassé de ne pouvoir fournir à son hôte un dispositif de sécurité suffisant390. Cassius Barba lui vient en aide, en installant autour de la maison une garde armée. Un an plus tard, Cicéron le cite parmi les chefs de la garde d’Antoine, avec Mustela et Tiro, ce qui prouve qu’Antoine savait utiliser les compétences391. Aux yeux du consulaire, cet homme de modeste origine, sans doute un ancien centurion, apparaît comme un symptôme de la corruption du temps, des bouleversements sociaux et politiques qu’engendra la dictature de César. Car ces tribuns de la garde consulaire jouèrent un rôle non négligeable dans les événements du printemps 44. Ils réconcilièrent, en effet, en mai et juin, leur chef avec l’héritier de César et favorisèrent, de ce fait, le vote du 2 juin aux comices392. Il n’y a rien d’étonnant dans leur fidélité à la mémoire de César, tous ont été choisis par Antoine au sein de l’élite des centurions de l’armée des Gaules et des guerres civiles, principalement dans les légions qu’il avait commandées393. C’est pourquoi, Cicéron présente Barba comme un des “naufragia Cæsaris amicorum”. Il périt sans doute durant la bataille de Forum Gallorum, avec l’essentiel de la garde prétorienne de Marc-Antoine394.

35 L. CASSIUS LONGINUS395 pardonné par Antoine en 42 (App., BC, 5.7)

  • 395 RE 3.2 (1899) s.v. “Cassius” no 65, col. 1739 (Münzer) ; Glauning 1936, 12 ; Broughton, MRR 2, 324

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- frère : C. Cassius Longinus, RE no 59.

Carrière :

- 44 : tribun de la plèbe.
- 43 : légat de C. Cassius, proscrit.
- 41 : gracié à Éphèse.

  • 396 Caes., Civ., 3.34.2, fondateur de la colonie de Pola, CIL, V, 54, exaltant la pietas ; il promulgu (...)
  • 397 Cic., Att., 14.2.1 (8 avril 44).
  • 398 Cic., Phil., 3.23 (ainsi que Tiberius Cannutius, Decimus Carfulenus).
  • 399 App, BC, 5.7.

57Lucius Cassius Longinus, frère du tyrannicide, apparaît comme une victime de son nom. Avant les ides de Mars, il est un Césarien confirmé396, ancien préteur. Déconcerté par l’assassinat de César, il ne participa pas à la conjuration. Il était un des dignitaires des jeux donnés en mémoire du dictateur où, paradoxalement, il est applaudi pour le geste de son frère397 ! Antoine, peu après, lui interdit l’accès du Sénat sous peine de mort. Ce qui laisserait entendre qu’il est un ennemi dangereux. Or, aucun de ses actes ne permet de penser qu’il mena une politique efficace en faveur des tyrannicides, contrairement à son fils, qui combattit, jusqu’à la mort, à Philippes398. Il finit par se rendre à Antoine, en suppliant ; il est pardonné à Éphèse399, en 41, dans un groupe de républicains repentants, épargnés parce qu’ils n’avaient pas assassiné César. Rien n’indique qu’Antoine ait utilisé ses compétences par la suite.

36 CASSIUS PARMENSIS400 partisan d’Antoine de 35 à 31 (App., BC, 5.139)

  • 400 RE 3.2 (1899) s.v. “Cassius” no 80, col. 1743-1744 (Skutsch) ; Broughton MRR 2, 341 ; MRR 3, 15 ; (...)

Origine géographique :

Parme.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Carrière :

- 43 : questeur.
- 42 : proquesteur en Asie.
- 42-35 : légat de Staius Murcus, puis de Sextus Pompée.

  • 401 App., BC, 5.139.
  • 402 Vell. 2.87.3 le cite parmi les meurtriers de César et Broughton MRR 3, 15, le classe donc parmi le (...)
  • 403 Cic., Fam., 12.13.3-4. ; V. Max. 1.7.7. Il opère de concert avec D. Turullius, questeur comme lui (...)
  • 404 Acron et Porphyrion, ad Epist., 1.4.3.
  • 405 À juste titre d’ailleurs, car Antoine, lié par son alliance avec Octavien, exclut de sa clémence c (...)
  • 406 App., BC, 5.2.
  • 407 App., BC, 4.108.
  • 408 Vell. 2.87.3 et Oros. 6.19.20. Pline (Nat., 31.8) cite une lettre écrite par Cassius à Antoine, lu (...)
  • 409 V. Max. 1.7.7, que confirme, en partie, le pseudo-Acron qui le fait mourir de la main de Q. Varus, (...)
  • 410 Suet, Aug., 4.3, cite une lettre où Cassius moque les origines du triumvir, traitant son père d’us (...)

58Cassius, surnommé Parmensis, ne se rallie à Antoine qu’au printemps 35, lorsque les chances de Sextus Pompée deviennent inexistantes. Lieutenant de ce dernier depuis 41, républicain convaincu, il le suivit faute de mieux401. Cet homme de lettres siège sans doute au Sénat en 44, car il participe à l’assassinat de César402. Il reçoit alors son cognomen, pour le différencier de Cassius Longinus, âme du complot. Peut-être questeur403 ou légat, dans l’armée de Cassius et de Brutus, aux côtés d’Horace404, il avait pour mission de collecter des fonds et de recruter des hommes sur la côte asiatique. Après la défaite de Philippes, il conserve une partie de la force navale des Rhodiens, ainsi que les navires et l’armée que lui avaient laissés ses anciens chefs ; il aurait pu alors négocier sa réhabilitation avec Marc-Antoine, mais, figurant parmi les conjurés les plus compromis405, il préféra rejoindre la flotte de l’Adriatique, dernier bastion du parti républicain406. En 41, les républicains se scindent : Ahenobarbus constitue une force indépendante, tandis que Staius Murcus, suivi de Cassius, rejoint le camp de Sextus Pompée407. Après son ralliement à Antoine, sans doute préparé de longue date, Cassius reste dans son parti jusqu’à la défaite d’Actium408. Réfugié à Athènes, il fut exécuté par un envoyé d’Octavien409. Il est officiellement le dernier meurtrier de César exécuté, comme Trébonius avait été le premier. Octavien ne nourrissait pas que ce seul grief : Cassius l’avait directement attaqué en dénigrant, avec humour, ses obscures origines paternelles, en 43 et peut-être aussi en 32410. L’héritier de César avait la mémoire longue. Aussi Cassius fut-il supplicié autant pour avoir tué le père adoptif que pour avoir rabaissé le géniteur du princeps.

37 C. CATIUS VESTINUS411 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Fam., 10.23)

  • 411 RE 3.2 (1899) s.v. “Catius” no 13, col. 1793 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 353.
  • 412 Badian 1963, 133, s’oppose à cette hypothèse. Il rappelle que l’on trouve un Catius Vestinus quatt (...)

Origine géographique :

Vestini ? Nola ?412

Appartenance sociale :

Eques romanus ?

Carrière :

- 43 : Tribun militaire de Marc-Antoine.

59C. Catius Vestinus, tribun militaire, était un émissaire d’Antoine, envoyé, peu après le ralliement de Lépide, à Munatius Plancus, porteur des propositions d’Antoine qui désirait voir les légions de celuici se joindre à celles qu’il avait sauvées de Modène et celles du gouveneur de Narbonnaise, gagnées à sa cause. Catius, envoyé d’Antoine et non de Lépide, appartenait sans doute au premier groupe. Malheureusement pour lui, Munatius hésitait encore à prendre les armes contre le Sénat et, de même qu’il refusa les messagers de Lépide, il traita l’ambassadeur d’Antoine en ennemi. Il est possible qu’il le fit exécuter pour haute-trahison. Antoine – mais c’est à Cicéron que Plancus écrit – lui en garde rancune. Ce grief n’empêcha pourtant pas, peu après, le ralliement de Plancus à Antoine.

38 Ti. CLAUDIUS NERO413 partisan de L. Antonius puis d’Antoine en 41-40 (Vell. 2.77.3)

  • 413 RE 3.2 (1899) s.v. “Claudius” no 254, col. 2777-2778 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 359 ; Schör 1978, (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, famille patricienne.

Liens familiaux :

- père : Ti. Claudius Nero, RE, no 253.
- épouse : Livia Drusilla,
- fils : Ti. Claudius Nero, RE no 255 (voir Iulius).

Carrière :

- 48 : questeur.
- 47 : proquesteur.
- 47-46 : légat de César.
- 44 (15-17 mars) : siège au Sénat.
- 42 : préteur.
- 41-40 : propréteur, allié de L. Antonius.
- 40 : rejoint Pompée en Sicile, puis Antoine en Grèce.
- 39 : réhabilité en vertu des accords de Misène.
- 35 ? : légat ?

Sacerdoce :

- 46-33 ? : pontife.

  • 414 D.C. 57.1.1.
  • 415 En 50, Cic., Att., 6.6.
  • 416 L’ensemble de la carrière est relaté par Suet., Tib., 4.1-6 ; son rôle de questeur confirmé par B. (...)
  • 417 Vell. 2.77.3.

60Le cursus honorum de Tiberius Claudius Nero commence sous la protection de César. En effet, ce jeune patricien prometteur414, auquel Cicéron n’aurait pas dédaigné de marier Tullia415, est questeur du conquérant des Gaules. Il le suit à Alexandrie, où il commande la flotte, durant l’hiver 48-47. Satisfait de ses services, César favorise son entrée dans le collège des Pontifes, l’année suivante, puis le charge d’installer en Gaule, à Narbonne et à Arles principalement, des colonies de vétérans. En dépit de ces faveurs, Tiberius approuve les “tyrannicides”, dès la séance du 17 mars 44, puisqu’il propose au Sénat de leur octroyer des honneurs spéciaux. Cependant, il devient préteur en 42, sans encombre, alors que cette prise de position aurait dû lui valoir une proscription. Dans cette période de trouble il conserve, un an de plus, les insignes de sa charge. En 41, il épouse la cause de Lucius Antonius et participe à la guerre de Pérouse. Il s’échappe après la défaite. Il se rend d’abord à Préneste, puis à Naples. Là, il tente de provoquer une révolte des esclaves ; il échoue. En désespoir de cause, sans doute proscrit, il rejoint Sextus Pompée en Sicile. Ce ralliement ne dure guère. Faute d’avoir été accueilli en préteur, Claudius l’abandonne pour Antoine. Il séjourne alors en Achaïe, puisqu’il confie son fils à la garde de la cité de Lacédémone, avec laquelle les Claudii entretenaient des liens de clientèle. Le triumvir le ramène à Rome avec lui416. Réhabilité par les accords de Misène417, Tiberius reprend sa position et divorce opportunément de Livia Drusilla pour lui permettre d”épouser Octavien. Il meurt peu après, sans doute en 33.

  • 418 Presque tous l’ont fait, après un passage plus ou moins long dans le camp d’Antoine. Valerius Mess (...)
  • 419 Suet., Tib., 6.3.
  • 420 App., BC, 3.95.

61Tiberius offre un exemple assez intéressant de transfuge, bien qu’un semblable parcours ne soit pas une exception dans la noblesse romaine de l’époque. Ses retournements paraissent spectaculaires : rien dans ce que nous en savons ne l’incitait à glorifier publiquement le meurtre de César. Il semble, en fait, pétri des valeurs de la nobilitas : le respect de l’exercice des magistratures et de l’usage traditionnel des institutions, la conscience de son rang et la volonté de préserver sa lignée. Quand il choisit, en 41, Lucius Antonius, cela n’implique pas qu’il se soit “converti” à Antoine : la défense des propriétaires italiens et de la dignité consulaire entrait logiquement dans ses vues. Le repli en Sicile paraît trop bref pour être significatif, Tiberius suit ici l’exemple d’autres partisans du consul de 41, à commencer par la mère d’Antoine. Utiliser l’influence de ce dernier pour obtenir sa réhabilitation est un cas de figure classique pour un noble418 ; mais il a noué, semble-t-il, des contacts importants dans son entourage. Son fils ainé, en effet, reçoit, peu de temps après leur retour à Rome, en 39 ou en 38, l’héritage de Marcus Gallius419. Il refuse l’adoption qui l’accompagnait, car son légataire était un adversaire d’Octavien, ce qui risquait de compromettre le fragile retour en grâce. En effet, ce personnage semble être un partisan d’Antoine, frère du préteur Gallius, assassiné pour avoir conspiré, dit-on, contre Octavien420.

39 AP. CLAUDIUS PULCHER, cos. 38421 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Fam., 11.22)

  • 421 RE 3.2 (1899) s.v. “Claudius”, no 14 col. 2853-2854 (Münzer) Broughton MRR 2, PIR2 no 982.
  • 422 Stemma de la PIR2, 237 (Groag). M. Valerius Messala Barbatus serait donc, à l’origine, un fils d’A (...)
  • 423 Cic., Att., 7.15.3 et 20.1 ; Plut., Pomp., 57.7. Mais cela reste conjecturel.

Origine géographique :

- Rome

Appartenance sociale :

- sénateur, famille patricienne.

Liens familiaux :

- père : C. Claudius Pulcher, pr. 56.
- oncle : Ap. Claudius Pulcher, cos 54, RE no 13.
- oncle : P. Clodius Pulcher, tr. pl. 58, RE no 48.
- frère : Ap. Claudius Pulcher.
- fils : M. Valerius Messala Appianus, cos. 12422.
- fille : Claudia, épouse de C ? Iunius Silanus, cos. 17.
- fille : Claudia, épouse de P. Sulpicius Quirinus cos.
12 ?

Carrière :

- 50 : légat de Pompée ?423
- 43 : légat ? de Marc-Antoine.
- 42 : proscrit, rejoint Sex. Pompée.
- av. 39 : réhabilité.
- 38 : consul.
- 33-32 : proconsul en Hispanie.
- 32 : triomphe sur l’Hispanie.
- 27 : proconsul d’Afrique ? ou de Bithynie ?

Sacerdoce :

- 27 : septemvir epulo.

  • 424 Cic., Fam., 10.9 ; 11.21 et 22.
  • 425 Hinard 1985b, 454, se fondant sur le texte d’Appien, BC., 4.51.
  • 426 Hinard 1985b, 454, se fondant sur la date du consulat.
  • 427 Avec C. Norbanus Flaccus : CIL, I2, 77 ; VI, 37064, Fast. Barb. ; X, 1423, 1424 ; ILS, 290 ; D.C. (...)
  • 428 Syme [1939] 1967, 227-228, pense qu’il entra à son service au moment du mariage d’Octavien et de L (...)
  • 429 CIL, I2, 77, Fast. Barb. ; Ganter 1892, 16 ; son proconsulat, soit en Afrique, soit en Bithynie, r (...)

62Cicéron recommande chaleureusement un jeune homme, Appius Claudius Pulcher, qui a adhéré par piété filiale au parti d’Antoine : il voulait obtenir la grâce de son père424. Déclaré ennemi public à la suite de son chef et inquiet sans doute de la tournure des évènements, il souhaite vivement changer de camp. Ce revirement lui vaut certainement les honneurs de la proscription. Il rejoint alors, sans doute, Sextus Pompée425. Réhabilité très tôt426, avant la paix de Misène, il gère le consulat en 38427 et figure parmi les premiers patriciens à soutenir Octavien428. Il en est récompensé par une brillante carrière429 et sa descendance s’allie avec les branches aristocratiques les plus notables du principat.

40 P. CLAUDIUS PULCHER sous la protection d’Antoine de 45 à 40, peut-être en 31 (Cic., Fam., 14.13a)430

  • 430 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 49, col. 88 (Münzer) ; Broughton, MRR 2, 463, 475, 484, 485.
  • 431 Antoine nomme son beau-fils Claudius, se conformant à un usage familial qui souligne l’appartenanc (...)
  • 432 PIR2, no 987.

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

lignée patricienne431.

Liens familiaux :

- père : P. Clodius Pulcher, tr. pl. 58, RE no 48.
- mère : Fulvia, RE no 113.
- fils : P. Clodius Pulcher, triumvir monetalis432.

Carrière :

-? : questeur.
-? : proquesteur.
-? : préteur.

Sacerdoce :

-? : augure.

  • 433 Cic., Fam., 14.13a et 14.13b.
  • 434 CIL, VI, 1282 = ILS, 882.
  • 435 Groag PIR2, 240, souligne ce fait. Cependant, cet argument n’est pas décisif : les auteurs antique (...)
  • 436 V. Max. 3.5.3.
  • 437 Familia supposée : Clodius Felix, Clodia Athenais, CIL, VI, 15 735.

63En plus de l’éducation de P. Claudius, Antoine s’est chargé de défendre ses intérêts et sa clientèle, après son mariage avec Fulvia. À ce titre, Publius apparaît comme un obligé du triumvir. En 44, arguant des notes de César, le consul rappelle Sextus Cloelius, un farouche partisan du tribun de la plèbe de 58 ; à cette occasion, il souligne dans une lettre adressée à Cicéron qu’il œuvre au nom de son beau-fils433. Peut-être P. Claudius dut-il sa carrière à Marc Antoine434 ; pas en totalité, toutefois, car il eut été trop jeune pour devenir préteur avant Actium435. Il dut se rallier au princeps après la mort de Fulvia, en 40. Malgré une existence assez obscure, il fut poursuivi par la mauvaise réputation attachée à sa famille436 et il mourut victime de sa gloutonnerie437.

41 CLODIUS438 partisan d’Antoine en 43 (Plut., Ant., 18.4.5)

  • 438 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 2 col. 64 (Münzer)

Appartenance sociale :

civis romanus.

Carrière :

- 43 : soldat d’une légion de Lépide.

  • 439 Plut., Ant., 18.4-5.
  • 440 Scuderi 1978, 117-137.
  • 441 App., BC, 3.83.

64En 43, Clodius servait dans l’armée de Lépide stationnée en Narbonnaise. Avec un autre soldat, nommé Laelius, il fut envoyé par ses camarades, déguisé en courtisane, à Antoine pour l’engager à attaquer hardiment le retranchement car la majorité des défenseurs était prête à l’accueillir439. Il lui offrait, même, s’il le désirait, la tête de Lépide. Mais Antoine refusa. Cet incident révèle la popularité de ce dernier auprès des soldats440 et l’ambiguïté de la politique de Lépide qui, après la défaite de Modène, semble peu pressé de s’allier avec le proconsul. Il se peut que Clodius ait appartenu à la dixième légion, car ce sont les soldats de cette unité qui organisèrent la fraternisation des deux armées, geste spectaculaire qui emporta la décision de Lépide. Ces hommes avaient été recrutés par Antoine et lui étaient restés fidèles441.

42 L. CLODIUS442 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Ad Brut, 1.1.)

  • 442 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 9 col. 65 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 359 ; MRR 3, 16.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 51 : praefectus Fabrum d’App. Claudius en Cilicie ?
- 43 : tribun de la Plèbe désigné pour 42.

  • 443 Cic., qd. Brut., I, 1 et suivants. On a rapproché cette lettre d’une autre, du 22 octobre 44 (Cic. (...)
  • 444 Au sujet de cette lettre de recommandation, Deniaux 1993, 478-479 no 32.
  • 445 Cic., Fam., 3.4.1-2 ; 5.3 (4 juin 51) ; 6.2.
  • 446 Appius Claudius Pulcher (le censeur de 50, RE no 297), avec qui Cicéron désirait, semble-t-il, évi (...)
  • 447 Münzer le suggérait déjà (L. Clodius, no 9) et Broughton le croit possible (MRR 2, Additions et co (...)

65En 43 L. Clodius est désigné au tribunat de la plèbe pour 42, sous le double patronage d’Antoine et de Brutus443. Cela pourrait s’expliquer par le fait qu’il appartienne à la clientèle du jeune Appius Claudius Pulcher, qui, à ce moment-là, est un partisan d’Antoine. Cette situation n’empêche nullement Lucius d’assurer Cicéron et Brutus, à travers lui, de ses bons offices444. Sa démarche est contemporaine de l’ébauche de rapprochement entre Appius et les “Libérateurs”. Si l’on accepte cette hypothèse, il est tentant de l’identifier avec Lucius Clodius, praefectus fabrum445 en Cilicie, sous les ordres d’Appius Claudius Pulcher. Cicéron, débarquant dans sa nouvelle province, le contacte pour savoir où trouver son prédécesseur. Lucius lui apprend que la passation des pouvoirs aurait lieu à Laodicée. Il s’ensuit un chassé-croisé qui permet au proconsul sortant de quitter sa province sans rencontrer l’illustre orateur446. Cicéron accorde beaucoup de crédit à Clodius, ce qui classe ce dernier parmi les proches clients ou les conseillers privés de Claudius, sans doute complice de la partie de cache-cache orientale. Il est aussi identifié avec un des partisans de L. Antonius, tombé à Pérouse, Clodius Bithynicus (RE no 18)447. Cependant, rien ne prouve qu’il s’agisse du même personnage. En effet, parmi les partisans d’Antoine se trouvent de nombreux Clodii, qui ne sont pas toujours aisés à distinguer : Sex. Clodius, rhéteur sicilien ; Sex. Cloelius (RE no 4), ancien partisan de P. Clodius ; L. Clodius, partisan d’Antoine en 43 (RE no 9) ; Clodius Bithynicus (RE no 18) tombé à Pérouse ; Clodius, soldat de Lépide en 43. Il semble préférable de les distinguer.

43 SEX. CLODIUS448 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 2.9)

  • 448 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 13, col. 66-67 (Brzoska).

Origine géographique :

Sicile.

Appartenance sociale :

civis romanus.

Carrière :

- 44 : conseiller d’Antoine.

  • 449 Par exemple, Phil., 2.42-43. Cependant, ils ont tous deux fréquenté le cercle de Clodius ; Benner (...)
  • 450 Cic., Phil., 2.7-10.
  • 451 Cic., Phil., 2.84.
  • 452 On peut le déduire d’une allusion de l’orateur, Cic., Phil., 2.96.
  • 453 Cic., Att., 4.15.2 ; Suet., Rhet., 29.
  • 454 Cic., Phil., 2.101 et 3.22. En 44, Antoine semble avoir un intérêt tout particulier pour la Sicile (...)
  • 455 On peut le supposer en raison de son nom et du fait qu’il est cité deux fois conjointement à Cloel (...)

66Il faut, sans aucun doute, distinguer Sextus Clodius, le rhéteur, mentionné dans les trois premières Philippiques, de Sextus Clodius ou plutôt Cloelius, rappelé d’exil à la demande d’Antoine. Ciceron les différencie nettement. Il précise “Sextus Clodius, le rhéteur”449. De plus, dans la seconde Philippique, lorsqu’il traite de l’amnistie de Sextus Cloelius, apparaissent deux individus : le maître d’Antoine et le condamné450. Du rhéteur, il ne reste que peu de souvenirs. Illustre professeur d’éloquence grecque et latine, il ne se contente pas d’enseigner l’art du discours, mais guide en partie l’itinéraire politique du consul451. Il le conseille probablement dans l’affaire Dejotarus452 et figure sûrement parmi les intimes de Marcus. Presqu’aveugle, il attribuait, ironiquement, à son handicap son amitié pour le consul453. En récompense de services qui devaient être considérables, il reçut de son “élève”, cadeau compromettant, deux mille arpents de terre pris sur le territoire de Leontium en Sicile, son île d’origine454. Clodius cumule donc trois défauts impardonnables aux yeux de l’auteur des Philippiques : il est orateur donc, toute proportion gardée, rival455 ; il viole les lois de la propriété ; enfin, il semble l’instigateur de manœuvres, souvent habiles, qui gagnent à Antoine des soutiens puissants.

44 SEX. CLOELIUS456 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Att., 14.13b)

  • 456 RE 4.1 (1900), s.v. “Clodius” no 12, col. 65-66 (Münzer). Le nomen, le statut et l’origine géograp (...)
  • 457 J. Tatum attribue un graffitto à la mémoire de Clodius, trouvé à Tarracina, à l’influence, sinon à (...)
  • 458 Cette question est, bien sûr, liée à celle du nom et de l’origine. On a longtemps considéré Cloeli (...)

Origine géographique :

Tarracina ?457

Appartenance sociale :

controversée : libertus ? Civis ?458

Carrière :

- 58 : partisan de P. Clodius, célèbre les jeux compitalices.
- 52 : condamné pour violences, exilé.
- 44 : réhabilité par Antoine.

  • 459 Lettre d’Antoine à Cicéron, Att., 14.13a (22 avril 44).
  • 460 Cicéron lui répond, Att., 14.13b, et précise qu’Antoine l’a remercié, Att., 14.19 (26 avril 44). D (...)
  • 461 Ces commentaires allusifs figurent dans les lettres Att., 14.13.6 (26 avril) et Att., 14.19.2.
  • 462 Damon 1992, 227-250 a bien montré, en effet, que les relations qui unissaient Cloelius et Clodius (...)
  • 463 Cic., Att., 14.13 A.
  • 464 Cic., Dom., 25 ; 83 ; 129 ; Har., 11.
  • 465 Cic., Dom., 43 ; Sest., 133.
  • 466 Cael., 78 ; 90 ; Mil., 33.

67Dès le mois d’avril 44, Antoine demande le rappel d’exil de Sextus Cloelius459, ancien homme de main de l’agitateur Publius Clodius Pulcher, et condamné pour les troubles qu’il provoqua à la mort de son patron. Le consul, s’appuyant sur une “note” hypothétique de César, prie Cicéron de consentir au retour d’un de ses ennemis les plus acharnés. Il s’ensuit un échange de lettres, où les menaces et les calculs sont voilés d’amabilité460. Antoine veut le rappel de Cloelius, sans compromettre le fragile accord avec le Sénat, dont il entend ménager un des principaux consulaires. Cicéron est sensible à la déférence formelle de Marcus, mais, plus encore, au danger, discrètement rappelé par son correspondant, qu’il courrait en s’opposant à un homme tout puissant. Il acquiesce, non sans écrire à Atticus que les notes sur lesquelles s’appuie Antoine sont apocryphes, forgées pour conférer une illusion de légitimité aux caprices du nouveau tyran. Il souligne, en outre, que la décision d’Antoine suscite du mécontentement parmi les Césariens : Pansa semble furieux461. Manifestement, dès qu’il obtient un statu quo avec le Sénat, le consul désire renforcer sa position en s’assurant des partisans. Bien que ses relations avec Clodius, le démagogue, aient paru conflictuelles, il convient de rappeler, d’une part, qu’il commença son apprentissage politique dans son entourage, d’autre part, qu’en épousant sa veuve, Fulvia, il prenait à son compte sa clientèle462. Du reste, il présente sa requête, en partie, au nom de son beau-fils463. Mais le ralliement de cette faction, opportun en ces mois où la plèbe de Rome s’enflamme, déplait aux Césariens modéré, proches de la ligne sénatoriale, qui commencent, comme Hirtius et Pansa, à se détacher d’Antoine. Il faut reconnaître que ce dernier réintroduisait dans la vie politique un dangereux agitateur anti-sénatorial, qui avait inspiré les mesures les plus révolutionnaires de Publius Clodius464, causé l’exil de Cicéron465, brûlé sa maison ainsi que la Curie466.

  • 467 Cic., Phil., 1.3.
  • 468 Cic., Phil., 2.7-10.

68L’exilé, à son retour, ne semblait pas animé d’un esprit de revanche, puisque Cicéron écrit à Atticus, en octobre 44, que Cloelius ne cherche pas à lui nuire. Cependant, son rappel, dans les Philippiques, devient un argument de poids contre Antoine467. Ce dernier, il est vrai, avait produit devant le Sénat la lettre de Cicéron, l’autorisant à entreprendre cette démarche468. Cette correspondance déconsidérait l’orateur qui, emporté par l’emphase, peut-être, affirmait là ne nourrir aucune animosité personnelle contre un homme à qui il devait, au moins, l’exil. Bien que la carrière de Cloelius au service d’Antoine reste inconnue par la suite, son rappel figure parmi les événements importants de la crise des années 44-43.

45 L. COCCEIUS NERVA469 partisan d’Antoine de 44 à 37 environ (App., BC, 5.61)

  • 469 RE 4.1 (1900) s.v. “Cocceius” no 12, col. 130-131 (Jörs) ; Broughton MRR 2, 375 ; Wiseman 1971, 22 (...)
  • 470 On sait, en effet, que la famille de l’empereur Nerva était originaire de cette cité, Aurélius Vic (...)
  • 471 Ce personnage est cité à plusieurs reprises dans la correspondance de Cicéron à Atticus (12.13.2 ; (...)
  • 472 Nic. Dam. 133. Il serait peut-être le mystérieux Lucius qui accompagne Octavien en 44. Leur réelle (...)

Origine géographique :

Narnia470.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : Cocceius471.
- frère : M. Cocceius Nerva, RE no 13.
- frère : ? C. Cocceius Balbus RE no 11.

Carrière :

- 44 : comes d’Octavien en Campanie472 ?
- 41 : ambassadeur d’Octavien auprès d’Antoine.
- 40 : médiateur entre Antoine et Octavien, participe aux accords de Brindes.
- 37 : médiateur lors des accords de Tarente.

  • 473 App., BC, 5.60.
  • 474 App., BC, 5.61.
  • 475 App., BC, 5.60-63.
  • 476 App., BC, 5. 64.
  • 477 Hor., S., 1.5.28 et le commentaire de Porphyrion.
  • 478 Un autre élément va en ce sens : l’architecte du tunnel entre l’Averne et Cumes, Cocceius, était u (...)
  • 479 Sen., Cl., 1.10.1.
  • 480 On connaît sa villa superbe à Caudium, Hor., S., 1.5.50, et quelques traces de sa familia : CIL, V (...)

69Ami commun d’Antoine et d’Octavien, Lucius Cocceius Nerva arbitra plusieurs rapprochements entre eux. Octavien conçut, le premier, l’idée de l’utiliser comme ambassadeur, puisqu’il l’envoie à son collègue, en Syrie, en compagnie de Caecina473. Cocceius reste, alors, auprès d’Antoine de 41 à 40, tandis que Caecina rentre à Rome474. L’année suivante, les hostilités étant ouvertes entre les deux triumvirs, Cocceius s’interpose ; il triomphe de la méfiance d’Antoine, puis d’Octavien et obtient qu’ils entament les négociations475. Lors des accords de Brindes, dont il demeure le principal artisan, il insiste pour être déclaré neutre. Il ne reçut pas, semble-t-il, de magistrature, en récompense de ses services ; peut-être n’y tenait-il pas476 ? En 37, il négocie à nouveau un accord entre Antoine et Octavien et conclut, avec l’intervention de Mécène et de Fonteius Capito, le traité de Tarente. Ce fut sa dernière mission officielle477. Lucius Cocceius apparaît comme un négociateur subtil, qui connaît intimement ses interlocuteurs et sait, par sa neutralité même, désamorcer la méfiance accumulée entre les deux triumvirs. Cependant, jusqu’à Brindes, comme le reste de sa famille, il semble pencher plutôt du côté d’Antoine ; à la suite de Tarente il choisit le camp d’Octavien478 et, sous le règne d’Auguste, les Cocceii appartiennent au cercle étroit des conseillers du prince479. Lucius, à la différence de son frère, offre l’exemple d’un homme riche480 et influent, qui exerce une activité politique indépendamment du cursus honorum.

46 M. COCCEIUS NERVA481, Cos. en 36 partisan d’Antoine en 41 (App., BC, 5.61)

  • 481 RE 4.1 (1900) s.v. “Cocceius” no 13, col. 13 (Jörs) ; Broughton MRR 2, 399 ; Wiseman 1971, 225 no  (...)
  • 482 Epit. de Caes., 12.1 ; son père serait le Cocceius mentionné par Cicéron (Att., 12.13.2 ; 18.3 ; 1 (...)

Origine géographique :

Narnia482.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : Cocceius.
- frère : L. Cocceius Nerva, RE no 12.
- frère ? : C. Cocceius Balbus, RE no 3.
- arrière petit-fils : l’empereur Nerva.

Carrière :

- 43 : subordonné de L. Munatius Plancus ?
- 41 : proquesteur.
- 38-37 : légat ?, consul désigné [imperator] en Asie.
- 36 : consul.

Sacerdoce :

c. 31 : quindecemvir sacris faciundis.

  • 483 Crawford 1974, 125, no 4 a, b (aureus), no 5 a, b (deniers), no 6 (voir no 3). Droit = Imp Caes. I (...)
  • 484 Cependant la pièce no 6 porte sur son revers la tête d’Octavien avec la légende : “Caesar. Imp Pon (...)
  • 485 Plancus envoie un certain Nerva, avec Cispius Laevus, porter des dépêches au Sénat (Cic., Fam., 11 (...)
  • 486 App., BC, 5.61.
  • 487 SEG 4, 604. ; ILS, 8780 = IK 22.1, Stratonikeia, 509 = SEG 49, 1437. Il apparaît peut-être aussi s (...)
  • 488 Erskine 1994, 70-87. Eilers 2002, 238, C. 100 ; 249-250 C. 123 ; pense, comme Broughton, qu’il fut (...)
  • 489 L’inscription honorifique de Lagina a été faite au nom du démos, ce qui dans ce cas signifie non p (...)
  • 490 Canali de Rossi 2001, 91, pense que l’on doit mettre cette inscription en relation avec le S. C. e (...)

70Marcus Cocceius Nerva appartient au groupe, assez restreint, semble-t-il, des partisans d’Antoine qui ont soutenu explicitement Lucius Antonius en 41 ; une émission d’aurei et de deniers483 associant le triumvir et le consul de 41 le confirme484. Ces états de service précédents sont inconnus : peut-être faut-il l’identifier avec l’envoyé de Plancus, en 43, qui se nomme Nerva485. Lorsque Lucius Cocceius Nerva engage, en 40, des négociations avec Octavien, ce dernier lui rappelle la participation de son frère à la guerre de Pérouse486. Il s’agit, à n’en pas douter, de Marcus qui était proquesteur en 41. Cet engagement ne nuit pas à la poursuite de sa carrière, puisqu’il assume un commandement en Asie, au plus tard en 37, avant de revêtir le consulat, en 36. Deux inscriptions attestent de son rôle dans cette province. Elles proviennent respectivement de Teos d’Ionie et de Lagina de Carie487. Il y est mentionné en tant que consul désigné (donc avant 36) et porte le titre d’imperator. Il a rempli les fonctions de gouverneur et, très probablement, précède dans le poste Caius Furnius, qui dirigea l’Asie en 36-35, de même qu’il doit succéder à L. Munatius Plancus. Il a remporté une victoire mais ni les circonstances ni l’adversaire ne sont connus. L’inscription de Teos le présente comme patron de la cité mais surtout en tant que bienfaiteur général et sauveur de la province. Cette formulation reste réservée habituellement aux chefs absolus du monde romain, tels que César ou Auguste. Dans son cas, il faut comprendre qu’il fut gouverneur de la province488. À Lagina, le corps civique de Stratonicée le remercie pour une intervention locale : il leur a rendu leur liberté ancestrale et a restauré leurs institutions489. Mais les témoignages de sa gratitude paraissent exceptionnels : un éloge, une couronne d’or de qualité supérieure (en or massif ?), une statue équestre en bronze, et une proédrie dans les concours. Cela implique que Cocceius a eu un rôle militaire et politique décisif dans les affaires d’Asie entre la fin de la guerre de Pérouse et 36. Ces constations renvoient aux multiples problèmes de la reconquête de l’Asie en 39490. Faut-il la porter au crédit de la crainte inspirée par les armées de Ventidius, ou à celui d’opérations préalables, ignorées des sources littéraires, mais dont l’heureux résultat transparaît dans l’épigraphie des cités ? Deux Antoniens, en effet, ont reçu le titre d’imperator en Asie entre 40 et 36 : Plancus et Nerva. Mylasa, Teos et Lagina leur rendent hommage. Il y eut donc des activités militaires dans la province ; elles sont peut-être liées au chaos engendré par l’invasion de Labienus mais il n’est pas exclu que des troubles aient subsisté après la reprise en main par les Romains. En ce cas quels furent les rôles respectifs de Munatius et de Cocceius ? On peut émettre l’hypothèse qu’ils se sont succédés et que Nerva en aurait fini avec les dernières poches de résistance. Cependant aucun des deux hommes n’eut droit aux honneurs du triomphe. Les actions de Nerva étaient-elles trop modestes pour une telle récompense, ou avait-il un statut subordonné, en tant que légat, qui le lui interdisait ? Son cas paraît très proche de celui d’Insteius, légat prétorien, vers 37, qui ne triompha pas des opérations qu’il mena en Macédoine, mais fut gratifié du titre d’imperator dans l’épigraphie locale.

  • 491 CIL, XI, 673, 19 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Cap, 58 et sq. ; Fast. Mag. Vic., 282-288, Fast. Biond.,(...)
  • 492 Sen., Cl., 1.10.1.
  • 493 CIL, VI, 32 323 ; M. Cocceius est cité comme quindecemvir sacris faciundis.

71M. Cocceius Nerva, après son consulat en 36491, accompli avec un autre antonien, Gellius Publicola, disparaît de nos sources. Lui, et son frère, participent toujours aux décisions : ils sont passés sans heurts dans le camp d’Octavien, puisque Sénèque les cite492 parmi les principaux conseillers du princeps. En 17, Marcus est mentionné parmi les participants aux jeux séculaires, dans le collège des quindecemvirs493.

47 COELIUS494 partisan d’Antoine en 31 (Plut., Ant., 65.1)

  • 494 RE 3.1 (1887) s.v. “Caelius” no 14, col. 1256 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 422.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 31 : commande l’aile gauche de la flotte à Actium.

  • 495 Vell. 2.85. l.

72Coelius, personnage inconnu par ailleurs, apparaît chez Plutarque. Lors de la bataille d’Actium, il reçoit le commandement de l’aile gauche. Or, les témoignages se contredisent sur ce point : Velleius495 soutient que cette charge échut à Sosius, qui partageait la direction de la flotte avec Gellius Publicola. Le nom cité par Plutarque “ΚΟΙΛΙΟΣ” pourrait être la transcription erronée de “Gellius”. Mais deux difficultés apparaissent alors : Gellius, commandant l’aile droite et Plutarque le nomme toujours Publicola (voir Scellius no 122).

48 C. COPONIUS496 gracié par Antoine en 42 (App., BC, 4.40)

  • 496 RE 4.1 (1900) s.v. “Coponius” no 3 et no 9, col. 1260-1268 (Münzer) ; Glauning 1936, 12 ; Broughto (...)
  • 497 L’origine tiburtine des Coponii est attestée par de nombreuses inscriptions : CIL, XI, 3538 (T. Ca (...)
  • 498 Vell. 2.83. Cette union concrétise des liens assez anciens entre les deux familles, puisque Cicéro (...)
  • 499 Il commande la garnison romaine laissée dans la ville de Carrhes, Plut., Crass., 27.7-8.
  • 500 Broughton MRR 2, 257 et 277.

Origine géographique :

Tibur497.

Appartenance sociale :

sénateur de rang prétorien, d’extraction municipale.

liens familiaux :

- grand-père : T. Coponius, RE no 8.
- frère : T. Coponius, RE no 9.
- fille : Coponia, épouse de P. Silius Nerva, cos. en 20498.

carrière :

- 53 : préfet en Syrie499.
- 49 : préteur.
- 48 : propréteur500.
- 43 : proscrit, puis réhabilité.
- 32 : sénateur.

  • 501 Cic., Cael., 24. Cette affaire, extrêmement complexe, ne permet pas de connaître, avec précision, (...)
  • 502 On l’identifie généralement à C. Coponius ; Plut., Crass, 27.7-8.
  • 503 Cic., Att., 8.12a. 4 ; Div., 1.68 ; Caes., Civ., 3.5.3 ; D.C. 41.43.2-3.
  • 504 Hinard 1985b, 456-457 no 45.
  • 505 Syme 1939a, 542 n. 29. Sur les liens de Plancus avec Tibur, Watkins 1997, 13-29.
  • 506 Vell. 2.83 ; les raisons que l’on peut avancer pour expliquer cette algarade sont multiples : outr (...)

73Appien révèle que Coponius avait une femme admirable, qui n’hésita pas à sacrifier sa vertu pour qu’Antoine gracie son mari. Sans mésestimer les charmes de cette dame, il faut convenir que des raisons politiques semblent présider aussi bien à la condamnation de son époux qu’à sa relaxe. Il reste difficile de savoir si les Coponii appartiennent au parti pompéien longtemps avant la guerre civile. Ils sont peut-être, au départ, des alliés de Crassus. En 58, Titus, frère du proscrit, accueille à Rome le philosophe alexandrin Dion, venu à la tête d’une ambassade se plaindre de Ptolémée XII Aulète, protégé par Pompée. Les Coponii connaissent le désagrément de voir leur hôte assassiné sous leur toît par des agents du roi501. Un Coponius accompagne l’expédition parthique de Crassus, en 53502. Cette famille semble posséder en Orient des relations et des intérêts importants. En 48, cependant, Coponius commande une partie des forces pompéiennes à Dyrrachium ; avec des navires rhodiens, aux côtés de Marcellus, il tente d’intercepter la flotte d’Antoine et de Fufius Calenus. En vain, ses propres navires sont mis en déroute par la tempête. Il bénéficie, semble-t-il, de la clémence de César503. Quelle qu’ait été son attitude en 44, ses sympathies antérieures justifient amplement sa proscription504. Il paraît avoir été victime, en outre, de la rivalité de Plancus, issu, comme lui, d’une famille notable de Tibur505. Une vive hostilité continue d’opposer les deux hommes en 32506. En amnistiant Caius, Antoine arbitre, donc, au premier chef, un conflit dont les racines se situent dans sa zone d’influence et qui le concerne directement. Mais, rallier les puissants Coponii, dont les sympathies pompéiennes et les appuis orientaux demeurent vivaces, permet d’espérer des profits politiques plus substantiels encore : ils peuvent ménager des contacts avec le parti de Sextus, avec lequel des pourparlers s’avèrent indispensables. Rien ne permet d’affirmer que Coponius ait servi, en quelque façon, par la suite, les intérêts d’Antoine. En 32, il demeure en Italie du côté d’Octavien et fustige, sans aménité, les palinodies des Antoniens ralliés à cette cause. Par sa postérité féminine, il s’intègre à la nouvelle noblesse de l’époque augustéenne. Cette réussite relative, en dépit de choix malheureux, indique la puissance d’une famille, pourtant discrète.

49 L. CORNELIUS BALBUS major507, Cos. en 40 allié provisoire d’Antoine en 44 (Cic., Att, 14.21)

  • 507 RE 4.1 (1900) s.v. “Cornelius” no 69, col. 1260-1268 (Münzer) ; Glauning 1936, 4 ; Broughton MRR 2 (...)

Origine géographique :

Gadès.

Appartenance sociale :

eques romanus, puis sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- neveu : L. Cornelius Balbus, RE no 70.

Carrière :

- 71 : obtient la citoyenneté romaine.
- 56 : négociateur des accords de Lucques.
- 49-44 : conseiller de César.
- 40 : consul avec P. Canidius Crassus.

  • 508 Cic., Att., 14.21.2.
  • 509 Nic. Dam. 27.106. Il souhaite une prompte vengeance.
  • 510 Cic., Balb., 58.
  • 511 Cic., Att., 9.7C. Il exerça sur lui une influence que ses contemporains critiquaient, ainsi qu’en (...)
  • 512 Il laissa, semble-t-il un récit, relatant les derniers jours du dictateur ; Suet., Jul., 81.3.
  • 513 Cic., Att., 15.2.
  • 514 Cic., Att., 14.10.3.
  • 515 Cic., Att., 16.11.8. Sur la carrière de Balbus et son rôle dans les guerres civiles, voir Syme [19 (...)
  • 516 D.C. 48.32.1.

74Comme son neveu, Cornelius Balbus fait un bref passage dans le camp d’Antoine, au début du printemps 44. Une lettre de Cicéron insinue qu’il y a une entente entre l’homme de confiance du défunt dictateur et le consul : Cicéron a rencontré Balbus qui lui a dévoilé des projets d’Antoine et lui en a dit grand bien. Il semble qu’il s’agisse d’une manœuvre d’intimidation. Balbus agite le danger des vétérans pour dissuader l’orateur de s’en prendre aux acta de César508. De façon naturelle, le banquier de Gadès s’allie à ce qui reste du parti Césarien509, représenté exclusivement, dans les semaines qui suivent les Ides de Mars, par Antoine. Antérieurement, ce citoyen romain de fraîche date, mais omnipotent dans sa ville d’origine, avait mis sa fortune et ses compétences de diplomate au service de Pompée, puis de César510. Très proche collaborateur de ce dernier, dans les années 48-44511, il paraît bouleversé de sa mort512 et croit trouver en Antoine, provisoirement, un nouveau soutien. Mais, dans une lettre suivante, Cicéron fait allusion à de nouveaux projets que Balbus aurait en tête513. Entre-temps, Octavien, de retour d’Apollonie d’Illyrie, a séjourné en Campanie, où ils ont pris contact514. Le jeune homme s’est décidé à réclamer son héritage. Balbus disparaît pour quatre ans des sources515, avant de revenir dans la gloire du consulat, en 40516. Le cas de Balbus offre l’exemple d’un Césarien qui ne trouve pas sa place dans le parti d’Antoine. Il est vrai qu’il avait moins à gagner dans la clientèle déjà constituée du consul, alors qu’Octavien, au seuil de sa carrière, ne pouvait que lui manifester de la reconnaissance pour un appui vital.

50 L. CORNELIUS BALBUS minor517. partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Fam., 10.32)

  • 517 RE 4.1 (1900) s.v. “Cornelius” no 70, col. 1268-1271 (Groag) ; Glauning 1936, 4 ; Broughton MRR 2, (...)
  • 518 Vell. 2.51.3, souligne qu’il fut consulaire, alors qu’il était totalement hispanique par ses origi (...)
  • 519 Son nom est peut-être dû au patronage de L. Cornelius Lentulus, consul en 49, avec lequel il conse (...)
  • 520 CIL, VI, 16 357 ; Syme [1939] 1967, 309 ; 475.

Origine géographique :

Gadès518.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

-oncle : L. Cornelius Balbus, RE no 69519.
- fille : Cornelia, épouse de C. Norbanus Flaccus520.

Carrière :

- 49-48 : légat de César en Macédoine.
- 44 : questeur d’Asinius Pollio en Hispanie Ultérieure ?
- 43 : proquesteur de Pollio en Hispanie Ultérieure.
- 41-40 : propréteur en Gaule ?
- 21-20 : proconsul d’Afrique.
- 19 27 mars : triomphe ex Africa.

Sacerdoce :

pontife.

  • 521 Asinius Pollio relate les faits et gestes de son lieutenant dans la lettre qu’il adresse à Cicéron (...)
  • 522 Cic., Att., 15.13.4.
  • 523 En effet, par deux fois, en 49 et 48, Balbus le jeune intervient pour le compte de César auprès de (...)
  • 524 Cic., Fam., 10.32 ; et des allusions : Att., 15.13.4 ; Fam., 10.31. En fait, on peut s’interroger (...)
  • 525Balbus pro pr.”, Crawford 1974, no 518, 529, année 41. Cette pièce fait allusion aussi bien à l’a (...)
  • 526 Vell. 2.51.3 “ex privato consularis”.
  • 527 Vell. 2.51.3 ; Str. 3.5.3 ; Plin., Nat., 5.36 ; Solin. 29.7 ; triomphe ex Africa, 27 mars 19, CIL,(...)
  • 528 Théâtre inauguré en 13 a.C. ; Plin., Nat., 36.60 ; Tac., Ann., 3.72 ; Suet., Aug., 29.5 ; D.C. 54. (...)
  • 529 Syme [1939] 1967, 347.

75Lucius Cornelius Balbus le jeune, neveu du secrétaire de César, a servi, fugitivement, les intérêts d’Antoine. En 44-43, en effet, questeur, puis proquesteur d’Asinius Pollio, en Hispanie Ultérieure, il s’employa, entre autres exactions, à détourner l’argent des impôts et la solde des armées pour prêter main forte au roi Bogud, qui souleva la Maurétanie en faveur d’Antoine. Il le rejoignit aux calendes de juin 43, bien que son chef l’eût exhorté à rester dans la légalité républicaine521. Il ne paraît pas étonnant que “Balbillus”522, comme le nomme Cicéron, qui ne l’aime guère, ait embrassé la cause antonienne. Césarien, par tradition familiale, il doit tout au dictateur y compris l’octroi de la citoyenneté et il l’a servi fidèlement au cours des guerres civiles523. Questeur puis proquesteur en Hispanie, il déplut à Pollio parce qu’il se conduit en potentat local, ce qui entre en contradiction avec sa magistrature romaine, et surtout il aide les émissaires de Lépide et d’Antoine à débaucher les soldats d’Asinius524. Il est délicat de savoir à quelle date il se rallie à Octavien. En 40, Balbus pourrait être le propréteur de Gaule qui est mentionné sur les monnaies525. Ce qui implique qu’il avait changé de camp alors, sans doute avec l’aide de son oncle. Dans les années suivantes, il figure parmi les favoris du princeps : consulaire sans avoir, peut-être, rempli une fonction curule526 ; gouverneur d’Afrique, il triomphe après ses succès chez les Garamantes527. Pour commémorer ses hauts faits, il édifie un théâtre528. Il est le dernier sénateur à avoir obtenu un triomphe529.

51 C. CORNELIUS GALLUS530 partisan d’Antoine de 41 à 39 (Don., Verg., 14.30, D ; Serv., Ecl., 6.64)

  • 530 RE 4.1 (1900) s.v. “Cornelius” no 164, col. 1342-1350 (Stein) ; Glauning 1936, 6 ; Broughton MRR 2 (...)
  • 531 Tribu Pollia, Wiseman 1964, 126. Sur son origine voir, en outre, Syme 1938a, 39-44. Mais Boucher 1 (...)
  • 532 CIL, III, 14147, 5 = ILS, 8995 ; Suétone souligne pourtant qu’il était d’origine modeste, Aug., 66 (...)

Origine géographique :

Forum Julii, Gaule Narbonnaise ou Cisalpine531 ?

Appartenance sociale :

eques romanus.532

Carrière :

- 42-41 : praepositus ad exigendas pecunias ?
- 30 : préfet d’Égypte.
- 26 : exilé par Auguste, suicide.

  • 533 Hier., Chr. Abr., OL. 188.2 : le texte indique qu’il était dans sa quarante-troisième année quand (...)
  • 534 Cic., Fam., 10.31.6 (de manière allusive) ; 10.32.5. Cette lettre indique en outre qu’il était à R (...)
  • 535 Suet., Aug., 66.1.
  • 536 Focas, Vita Verg., 5.65 (39 D). Il fut condisciple de Virgile, d’après Boucher, plus vraisemblable (...)
  • 537 À propos des extraits de son œuvre, retrouvés en 1978, voir Anderson et al. 1979, 125-155 ; Mazzar (...)
  • 538 Ov., Am., 1.15.30 ; Tr., 2.445 ; Prop. 2.34.91 ; Mart. 8.73.6 ; Serv., Ecl., 10. l.
  • 539 Virgile lui rend hommage, Ecl., 6.64-73 et 10.1-3 ; Don., Verg, 14 (30 D), 43 ; Serv. Dan., Ecl., (...)
  • 540 Vell. 2.76.2 ; App., BC, 5.50.
  • 541 D.C. 51.9.1.
  • 542 Oros. 6.19.14.
  • 543 Str. 17.819 ; Suet., Aug., 66.1 ; D.C. 51.17.1 ; Serv., Ecl., 10.1 ; Eutr., 7.7 ; Hier, Chron. Abr (...)
  • 544 Ov., Am., 3.9.63-64 ; Tr, 2.445-446 ; Suet., Aug., 66.2 ; D.C. 53.23.5 ; Ammien, Jérôme, Servius.
  • 545 PIR2, 327 (Stein). Mais il subsiste peut-être des représentations du préfet : ainsi, d’après Grimm (...)
  • 546 Sa déchéance serait liée d’après J. -P. Boucher 1966, 49-50, essentiellement à la rupture de l’ami (...)

76Né vers 70533, Caius Cornelius Gallus entretenait des relations amicales avec des personnages aussi divers et opposés que Cicéron534, Asinius Pollio, Octavien535, Virgile536. Pour la postérité, il reste célèbre avant tout comme l’homme de lettres537 dont l’amour pour la comédienne Volumnia Cytheris inspira des poèmes. Cette idylle lui donna un trait commun avec Antoine, amant, lui aussi, de cette séductrice538. Sa carrière dans le parti antonien paraît mineure en regard de ses services auprès d’Octavien. Au lendemain de Philippes, il fit partie des légats chargés de répartir les terres de la vallée du Pô entre les vétérans des triumvirs. Sa mission personnelle était, semble-t-il, de collecter des fonds auprès des cités de la région dont le territoire était exempté, à titre de compensation539. Il figure aux côtés de son ami Asinius Pollio dont il était probablement le subordonné. On ne connaît ses activités que grâce aux Bucoliques de Virgile et surtout aux commentateurs ultérieurs. Elles durent se poursuivre, pourtant, durant la guerre de Pérouse. Il suivit sans doute Pollio lorsque celui-ci, en 40, rejoignit Antoine pour assiéger Brindes540. Les années 39-30 restent dans l’incertitude. Il réapparaît après la défaite d’Actium, dans les rangs d’Octavien, dont il paraît avoir gagné l’amitié. En effet, il est chargé de récupérer les légions d’Afrique d’Antoine, commandées par Pinarius Scarpus541 et reçoit leur soumission à Cyrène542. Durant la même année, il devient le premier préfet d’Égypte pour Octavien543. Cette charge prouve, encore une fois, l’entière confiance que lui témoignait alors le prince. Elle ne dura guère et, en 27 ou en 26, il condamna Cornelius, pour “son ingratitude et sa malveillance”, à l’exil544 et à la damnatio memoriae545. Il fut contraint de se donner la mort546.

52 (L.) ? CRASSISCIUS PANSA ? PASICLES ?547 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.3)

  • 547 RE 4.2 (1901) s.v. “Crassicius”, no 1 (Münzer) et no 2 (Goetz), col. 1681.

Origine géographique :

Tarente.

Appartenance sociale :

libertinus.

Carrière :

- 43 : grammairien fameux, appartient à l’entourage d’Antoine.

  • 548 Cic., Phil., 13.3.
  • 549 Suet., Gr., 18.1.2. H. Bardon 1952, 115, supposait qu’il fournissait aux auteurs de mimes différen (...)
  • 550 Cicéron le prétend du moins (Phil., 10.22) mais n’est-ce pas l’apanage de tout tyran ? Le choix de (...)

77Cicéron cite, parmi les familiers d’Antoine, un certain Crassicius548. Il s’agit très probablement du libertinus Lucius Crassicius Pansa, qui compta parmi ses élèves Jullus Antonius, fils d’Antoine549. Ce grammairien célèbre, originaire de Tarente, se nommait à l’origine Pasiclès et prit ensuite le cognomen de Pansa. Spécialiste de la Zmyrna, un poème hermétique d’Helvius Cinna, il commença sa carrière en aidant les mimographes, puis ouvrit une école à Rome, enfin il abandonna sa position pour suivre les enseignements du philosophe Quintus Sextius. Peut-être son goût pour la scène le rapprocha-t-il d’Antoine, qui aimait à s’entourer d’auteurs, de mimes et de comédiens550.

53 CURIUS551 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 5.13-14).

  • 551 RE 4.2 (1901) no 3 s.v. “Curius” col. 1839 (Münzer).

Appartenance sociale :

civis romanus.

Carrière :

- 44 : juré dans la troisième décurie créée par la Lex Antonia.

  • 552 Cic., Phil., 8.27 ; 5.13-14 ; Lex Antonia iudicaria : Rotondi 1912, 431 ; Tzamtzis 1998, 539-556.
  • 553 Cic., Phil., 5.15.
  • 554 Cic., Phil., 5.13-14.
  • 555 Quint., 6.3.72 ; Ramsey 2005, 28.
  • 556 Deniaux 2005, 223 ; Il était un correspondant de l’orateur (Cic., Fam., 7.28 ; 30 ; 31 et une répo (...)
  • 557 Il faut également mentionner un autre Curius, Quintus, impliqué dans la conjuration de Catilina et (...)
  • 558 Contrairement à Münzer, dans son article de la RE no 3 (voir fiche suivante).

78Curius semble difficile à cerner. Choisi comme juré dans la troisième décurie des tribunaux, il bénéficia de la loi promulguée par le consul Antoine et votée par le Sénat le 4 juin 44552. Cicéron sousentend qu’Antoine a puisé dans la lie des ses amis pour constituer les jurys553, c’est pourquoi il peutêtre classé à bon droit parmi les Antoniens. Mieux, il est cité par l’orateur après un Crétois, Cydas, et un Athénien, Lysiadès, comme un exemple des catastrophes causées par cette mesure. Marcus Tullius brode complaisamment sur le ridicule et le scandale de juges d’origine étrangère, ne connaissant ni le latin ni la Ville, revêtant tour à tour la toge ou le pallium. Cependant, Curius semble bien être un Romain, mais il mène une vie dépravée de joueur invétéré554, lieu commun pour un ami du consul. Cela ne suffit pas à le cataloguer. On ne peut le classer parmi les étrangers ni mais peut-être parmi les exilés qui sont cités dans les lignes suivantes. Comme son prénom sur une famille de manuscrits des Philippiques semble être Manius, J. T. Ramsey propose de l’identifier avec un homonyme cité par Quintilien555. E. Deniaux propose, avec beaucoup de vraisemblance, un autre M’. Curius, celui qui accueillit Cicéron à Patras, personnage considérable en dépit de son exil, car ses intérêts sont recommandés à deux gouverneurs successifs d’Asie556. Cependant, on ne saurait totalement exclure l’hypothèse d’un rapprochement avec Q. Curius le transfuge de la conjuration de Catilina557. En revanche, il paraît hasardeux de le confondre avec l’officier d’Ahenobarbus de 35, en Bithynie558. De toute façon ce personnage avait sans aucun doute un certain rang, car il ne serait pas ainsi traité dans les Philippiques s’il ne jouissait pas d’une certaine notoriété.

54 CURIUS559 dans l’armée d’Antoine en 35 (App., BC, 5.137)

  • 559 RE 4.2 (1901) s.v. “Curius” no 3, col. 1839 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 405 ; Schör 1978, no 33.

Carrière :

- 35 : membre du consilium de Cn. Domitius Ahenobarbus en Bithynie.

  • 560 App., BC, 5.55 ; Cn. Domitius est passé au service d’Antoine avec toute son armée et il fut envoyé (...)

79Curius appartient au consilium du républicain rallié Cnaeus Domitius Ahenobarbus, qui gouverne, en 35, la Bithynie. Il trahit son supérieur pour Sextus Pompée, qui aborde alors en Asie. En effet, ce dernier projette d’enlever ce personnage, d’un poids considérable dans le parti d’Antoine, pour s’assurer d’un otage dans les difficiles tractations avec le triumvir. La tentative échoue, car on découvre le complot et Curius est exécuté. Il n’y a aucune preuve qu’il s’agisse du même personnage que son homonyme, juge en 44 ; de même, n’est-il pas sûr qu’il soit un Antonien, car il appartient à l’entourage d’un des anciens Catoniens les plus résolus, même si celui-ci a changé de camp depuis cinq ans. De plus, sa trahison en faveur du fils de Pompée permet de supposer qu’il avait conservé des contacts avec des Pompéiens ou des Républicains. Aussi est-il permis de supposer que Curius appartenait à l’étatmajor qu’Ahenobarbus a toujours conservé auprès de lui malgré les vicissitudes560.

55 Q. CURTIUS SALASSUS561 partisan d’Antoine en 41 (Hier., Chron. Abr., 156, Helm)

  • 561 RE 4.2 (1901) s.v. “Curtius” no 32, col. 1891 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 376.
  • 562 Il appartenait à la tribu Oufentina, Taylor 1964, 210.

Origine géographique :

Canusium562.

Appartenance sociale :

sénateur ?

Liens familiaux :

- frère : P. Curtius, RE no 10.

Carrière :

- 41 : légat ? d’Antoine en Syrie.

  • 563 Hier, Chron. ad Abr., 156 (Helm), mais le cite à l’année 42.
  • 564 D.C. 48.24.3.
  • 565 D.C. 48.41.4 et 6.
  • 566 Cic., Fam., 6.18.2.
  • 567 CIL, III, 546, origine Mégare.
  • 568 Également C. Curtius, sénateur de César, issu d’une famille proscrite du temps de Sylla, Cic., Fam (...)

80Quintus Curtius Salassus était un subordonné de Decidius Saxa, légat d’Antoine en Syrie et Cilicie en 41. Conformément aux ordres d’Antoine, il collectait le lourd tribut imposé à la province, à la tête de quatre cohortes563. Il fut brûlé vif par les Aradiens en raison de la dureté des exactions fiscales564. Cette révolte participe du violent courant anti-romain qui prélude à l’invasion parthique. Craignant une vengeance d’Antoine, la cité hésita longtemps à se rendre à ses lieutenants565. Quintus était le frère de Publius Curtius566. Il était en liaison avec l’Orient, puisque l’on trouve la trace d’un de ses affranchis à Mégare, Quintus Curtius Salassi L(ibertus) Pothinus567 et, peut être, avec les milieux d’affaires, si l’on accepte l’hypothèse de sa parenté avec Curtius le Publicain “philanthrope”, père de Rabirius Postumus, ami de César568.

56 CYDAS569 partisan d’Antoine en 44 (Cic., Phil., 5.13-14 et 8.27)

  • 569 RE 11.2 (1922) no 1 s.v. “Kydas” col. 2301 (Münzer).

Appartenance sociale :

civis Romanus.

Origine :

Gortyne.

Carrière :

- 44 : juré dans la troisième décurie créée par la Lex Antonia.
- 42 ?-31 ? : Crétarque ?

  • 570 Lex Antonia iudicaria : Rotondi 1912, 431.
  • 571 Cic., Phil., 5.12-13 : “ille legit aleatores, legit exules, legit Graecos” et 8.27.
  • 572 Tzamtzis 1998, 539-556.
  • 573 Tzamtzis 1998, 543-544. Il se fonde d’abord sur le texte de Cicéron lui même : “Cretensis iudex” ( (...)
  • 574 Cic., Phil., 1.24. D’ailleurs la Crète semble un élément important dans la politique d’Antoine dur (...)
  • 575 Tzamtzis 1998, 551-556.
  • 576 Tzamtzis 1998, 544 n. 29.
  • 577 Il s’agit de tétradrachmes cistophoriques, qui reprennent une dénomination en usage dans l’Asie Mi (...)
  • 578 Grant [1946] 1969, 55 et n. 15 ; Chapman 1968, 21 ; RPC I no 934. Cependant, ces monnaies de Bronz (...)
  • 579 1984, 343-344, le poids et le type en font des monnaies chronologiquement intermédiaires entes les (...)

81Cydas semble avoir bénéficié de la lex de tertia decuria, votée à l’initiative d’Antoine en 44, peu après la mort de César570. Il appartient à ce groupe composé de joueurs, d’exilés et de Grecs, qui constitue le recrutement de cette nouvelle décurie de juges571. Cicéron souligne que cette mesure, de la tactique politicienne à ses yeux, engendre un abaissement de la qualification censitaire et constitue une ouverture de la judicature, non seulement à des groupes sociaux inférieurs, mais aussi à des étrangers. La présence de Graeci dans la liste de la troisième décurie suggère à I. E. Tzamtzis572 qu’il s’agit en fait d’une politique de plus grande ampleur que ce qui a été mené auparavant : une véritable réforme. La personnalité des deux Grecs, jetés en pâture à l’auditoire, se trouve au centre de la question. Tzamtzis montre de façon convaincante que Cydas est un notable de son île, qui a assumé des fonctions publiques au niveau local et qui a bénéficié de la concession de la citoyenneté, peut-être grâce à Antoine573. Cicéron se plaint que le consul a largement octroyé ce statut, notamment en Crète574. Selon Tzamtzis, la présence de Cydas et de Lysiadès révélerait une politique reprenant une tradition popularis d’ouverture du corps civique, mais originale en ce qu’elle fait de la judicature le mode d’intégration privilégié des élites néo-citoyennes575. De plus, il souligne la compétence de ces juges “étrangers” qui ont l’expérience des tribunaux de leur cité et qui appartiennent à des communautés dotées d’une tradition législative et judiciaire reconnue576. Cydas n’a finalement pas été juge à Rome, car la loi fut annulée pour vice de forme. Cependant, les relations de cet homme avec le parti d’Antoine ne s’arrêtent pas là. En effet, en Crète à l’époque triumvirale, se trouvent deux Kydas, qu’il ne faut pas confondre. Un Crétarque, originaire de Gortyne, qui a frappé des cistophores en argent, totalement en rupture avec les pièces en usage dans l’île jusque là577 et un notable de Cnossos, qui a émis des monnaies de bronze qui succèdent chronologiquement à celles de Crassus, qu’elles ont surfrappées578. C’est avec le crétarque que l’on peut identifier le Cydas de Cicéron. L’orateur rappelle également qu’Antoine a obtenu une modification profonde du statut de l’île, prévue à la fin de l’année 43. C’est dans ce contexte qu’a sans doute été créée cette fonction inédite. Cydas a été crétarque, probablement à partir de 42 quand le monde grec passe au pouvoir des triumvirs. L’émission des cistophores correspondrait à ce moment, selon une hypothèse convaincante de M. Rouannet-Lisenfelt. Une inscription de Gortyne, de lecture délicate, suggère que Cydas a pu exercer ses fonctions au moins dix ans, dans la partie de l’île demeurée romaine579. Ce personnage, si l’on accepte l’identification, se trouva au centre de deux réformes importantes d’Antoine et illustre la puissance des liens clientélaires dans la politique d’Antoine.

57 DECIDIUS SAXA580 partisan d’Antoine en 40 (D.C. 48.25.2)

  • 580 RE 4.2 (1901) s.v. “Decidius” no 3, col. 2271 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 381 ; Wiseman 1971, 228 (...)
  • 581 “La lointaine Celtibérie”, puisque Cicéron attribue cette origine à son frère, Phil., 13.27. Il se (...)

Origine géographique :

Celtibère581.

Appartenance sociale :

sénateur de rang questorien.

Liens familiaux :

- frère : L. Decidius Saxa, RE no 4.

Carrière :

- 41-40 : questeur en Syrie sous les ordres de son frère.

  • 582 Dion Cassius (48.25.2) est le seul à le citer et à confirmer son rôle dans des évènements souvent (...)

82En 41-40, Decidius Saxa servait en Syrie582 comme questeur, sous les ordres de son frère, qui dirigeait l’armée et la province. Leur situation était délicate, car ils devaient faire face à l’invasion parthe, guidée par le traître Labienus, avec des troupes peu sûres, puisqu’elles obéissaient à Cassius peu de temps auparavant. Labienus persuada sans peine les légions de Syrie de se rallier à lui ; Decidius fut le seul à s’y opposer. Son intervention n’empêcha pas la défaite et la mort de son frère ; il semble probable qu’il périt de même lors de l’invasion de la Syrie par Pacorus.

58 L. DECIDIUS SAXA décédé en 40583 partisan d’Antoine de 44 à 40 (Cic., Phil., 8.26)

  • 583 RE 4.2 (1901), s.v. “Decidius” no 4 col. 2271-2272 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 324 ; Wiseman 1971, (...)

Origine géographique :

Celtibère.

Appartenance sociale :

ancien centurion ? Eques Romanus, puis sénateur.

Liens familiaux :

- frère : Decidius Saxa, RE no 3.

Carrière :

- 44 : tribun de la plèbe ; septemvir agris dividundis ?
- 42 : légat d’Antoine en Macédoine.
- 41-40 : légat d’Antoine en Syrie.

  • 584 R. Syme conclut que L. Decidius Saxa connut deux malheurs : celui d’être tué par les Parthes, à l’ (...)
  • 585 Cic., Phil., 11.12.
  • 586 Cic., Phil., 13.27.
  • 587 Cic., Phil., 8.26.
  • 588 Cic., Phil., 11.12 : “Castrorum metator, arpenteur des camps”. Cette plaisanterie polysémique est (...)
  • 589 Cic., Phil., 10.22.
  • 590 Caes., Civ., 1.66.3.
  • 591 Cicéron (Phil., 11.12 et 13.27) atteste qu’il remplit cette magistrature et qu’il la doit à César, (...)
  • 592 Broughton MRR 2, 324, suppose que Decidius fut un des remplaçants des deux tribuns exclus en 44 : (...)
  • 593 Broughton MRR 2, 332 ; Cicéron ne mentionne jamais explicitement cela (Phil., 11.10 ; 8.9 ; 11.12  (...)
  • 594 Cic., Phil., 10.22.
  • 595 Cic., Phil., 11.37.
  • 596 App., BC, 4.87.
  • 597 Appien (4.102-104) et Dion Cassius (48.35.2-4 ; 48.36.2-4) donnent, chacun, un récit détaillé des (...)
  • 598 Liv., Per., 127, donne un récit rapide, confirmé par Vell. 2.78.1, qui ne nomme pas le lieutenant (...)
  • 599 En tout cas, selon le récit très détaillé de Dion Cassius (48.25.1 - 48.26.1).
  • 600 Il est vrai que la politique antonienne qu’il avait à appliquer ne l’a sans doute pas rendu popula (...)

83Nos lumières sur ce personnage proviennent, en grande partie, des Philippiques, ce qui est préjudiciable à sa mémoire584. D’après cette tradition, L. Decidius Saxa serait un Espagnol, originaire de Celtibérie585, citoyen de fraîche date, ou, pire, magistrat sans avoir été citoyen586. Cicéron l’associe fréquemment à Cafo. Comme ce dernier, il aurait été centurion587. Plus précisément, il aurait rempli les fonctions de castrorum metator588. De toute façon, “rustre, grossier, musclé et batailleur”, indigne de la classe sénatoriale589. En 49, dans le camp de César, Saxa se voit confier, devant Ilerda (Lérida), un petit groupe d’éclaireurs. Malheureusement, César ne précise pas le grade qu’avait alors Decidius590. Distingué, à cette occasion, peut-être, il poursuit sa carrière, encouragé par le dictateur qui lui confère le tribunat de la plèbe, parmi d’autres nouveaux sénateurs591. L’année du tribunat, demeure incertaine mais il semble probable que ce fut en 44 a.C.592. Par la suite il participe à la commission des Septemvirs chargée de répartir les terres du domaine public entre les citoyens nécessiteux et les vétérans593. C’est ce que l’on peut déduire des insinuations des Philippiques : Decidius aurait commis des indélicatesses, comme ses collègues ; le donateur aurait été le principal bénéficiaire de terres en Campanie. Doit-il, à son action de septemvir ou à son rôle de tribun, sa popularité qu’atteste Cicéron594 ? En tout état de cause, son rôle s’achève en 43, lors de l’invalidation de la loi agraire. Fidèle au parti césarien595, il est aux côtés d’Antoine à Mutina, ce qui lui vaut les honneurs des Philippiques. En 42, les triumvirs lui confient, en partage avec Norbanus Flaccus, le commandement des huit légions envoyées en avantgarde des forces d’Octavien et d’Antoine596. Ils sont donc les premiers à affronter Cassius et Brutus et ne s’en tirent pas à leur avantage : faute d’arrêter leurs adversaires dans les cols thraces, ils doivent se replier sur Philippes, où ils laissent les “libérateurs” occuper la meilleure position stratégique597. Cela n’empêche pas la défaite finale de ces derniers et donc ne nuit pas à la carrière de Decidius. Antoine l’envoie en Syrie, afin de faire rentrer cette région, qui s’était ouvertement alliée à Cassius, dans le giron de l’empire598. L’affaire est mal engagée599 : Saxa a le double handicap, malgré l’appui de son frère, de disposer de troupes peu sûres, puisqu’elles étaient peu de temps avant dans le camp adverse, et de voisiner avec les Parthes600. Ceux-ci, à l’instigation de Labienus, envahissent la Syrie. L. Decidius Saxa, disposant d’effectifs insuffisants, est battu sans recours, car ses soldats, favorables à Labienus, le trahissent ; il se replie sur Antioche. Apamée, puis Antioche, tombent entre les mains de Pacorus, chef des envahisseurs. Saxa s’enfuit en Cilicie où il est capturé et Labienus le fait mettre à mort.

  • 601 Münzer, R.E., col. 2271.
  • 602 Syme 1937b, 127-137, met en doute cette thèse. Il revient sur le cas de Decidius dans le chapitre (...)

84Si sa carrière, après 43, ne prête pas à controverse, il n’en est pas de même pour ses débuts obscurs. Longtemps, les historiens, et non des moindres, ont fondé leur opinion sur les affirmations, d’ailleurs contradictoires, de Cicéron. Selon Münzer601, Saxa serait un Celtibère, amené à Rome par César, qui lui aurait accordé la citoyenneté et, du même coup, le tribunat de la Plèbe. Pour sa part, R. Syme602 critique cette thèse au nom de la vraisemblance. Il faudrait, selon lui, voir en Decidius un personnage de rang équestre, descendant, sans doute, de colons italiens, citoyen romain de naissance et même d’origine, victime des procédés de dénigrement systématique de Cicéron ; hypothèse séduisante mais fragile. Pour inscrire en révision le cas de Saxa, quelques pièces doivent être versées au dossier : tout d’abord Cicéron se contredit. Il campe Saxa tantôt comme un sauvage celtibère, citoyen de fraîche date, version retenue par la tradition, tantôt comme un ancien centurion. Il faut que l’une ou l’autre affirmation soit fausse car, à moins d’être citoyen, il ne peut être centurion. Si l’on accepte, au moins en partie les deux, il convient d’admettre alors que la citoyenneté de Saxa est largement antérieure à la faveur de César. Deux arguments appuient cela : déjà en Espagne, en 49, avant son tribunat, Saxa porte les tria nomina, indice de citoyenneté. De plus, on apprend, lors de la campagne de Syrie, que le frère de Decidius est questeur. Il est loisible de penser que la citoyenneté remonte au moins à la génération antérieure, ce qui rend la construction théorique de Münzer fortement improbable. Peut-on pour autant adopter celle de Syme ? L’hypothèse de l’ascendance italienne des Saxa repose sur les consonances osques du gentilice. En revanche, les origines équestres sont peu certaines : R. Syme s’attache à cette appellation de castrorum metator, en laquelle il aimerait voir l’ancêtre du praefectus castrorum. Cela impliquerait l’appartenance de son possesseur à l’ordre équestre ; l’auteur, toutefois, ne s’illusionne guère sur la solidité de cette supposition. Cependant, à l’actif de cette théorie, on peut garder un mince indice, Cicéron, dans un passage obscur, suggère qu’indépendamment de ses prévarications, Saxa possédait une fortune personnelle, d’ailleurs chancelante (mais, si l’on en croit l’orateur, quel partisan d’Antoine n’est pas aux abois !). Ces confiscations, dit-il, servent à nourrir ses autres biens. Une fois encore, les précisions manquent sur l’origine de ses biens : proviennent-ils de sa famille ou des libéralités de César ? L’argument majeur est le caractère exceptionnel que revêtirait une telle ascension sociale à l’époque césarienne. Ces quelques probabilités confortent la critique de Syme, sans toutefois en appuyer les conclusions. Saxa n’est certainement pas un soudard mal dégrossi, entré par effraction dans l’ordre sénatorial ; ces allégations sont utilisées pour ressusciter le spectre des centurions de Sylla. On peut donc tenir pour acquis qu’il appartenait à une famille romanisée depuis une génération au moins, peut-être même une famille de colons italiens. Il s’est d’abord distingué par ses qualités militaires, tout naturellement dans le camp de César, qui avait de nombreuses relations de clientèle avec la péninsule Ibérique. Il a ensuite emprunté, avec l’appui de son protecteur, la voie la plus rapide pour faire carrière : le tribunat de la plèbe. Promotion rapide, popularité équivoque, origines exotiques et renommée militaire, cela suffit à Cicéron, avec quelque exagération, pour faire de cette ascension une exception sacrilège.

59 P. DECIUS MUS603 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 11.13)604

  • 603 RE 4.2 (1901), s.v. “Decius” no 10, col. 2277 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 469. L’appartenance de P (...)
  • 604 Cic., Phil., 11.13 et App., BC, 3.80.
  • 605 CIL, XII, 2430, époque de Tibère.
  • 606 CIL, I, 602 = V, 4087, année 59 : “Tiasus Deci P(ubli) S(ervus)”.

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, de rang tribunicien, nobilitas ?

Liens familiaux :

- fils : Sex. Decius P. f.605

Familia :

- esclave : Tiasus606.

Carrière :

- 44 ? : tribun de la plèbe.

- 43 : légat d’Antoine lors du siège de Mutina.

- 41 ? : proscrit et exécuté ?

  • 607 Le premier membre de cette famille à revêtir le consulat fut P. Decius Q.f. Q.n. Mus, en 340 (RE n(...)
  • 608 Broughton MRR 1, 202 : Decius Mus, selon une tradition (Zonar. 8.5), ne serait pas mort à Asculum.
  • 609 Münzer, RE no 8.
  • 610 Münzer, RE no 9.
  • 611 App., BC, 3.80.
  • 612 App., BC, 4.27.
  • 613 Münzer, RE no 1.
  • 614 Selon Hinard 1985b, 463 n. 50, la proscription ne doit pas être placée en 43, car elle date d’un m (...)

85Publius Decius Mus descend de la célèbre lignée plébéienne des “Decii Mures”, qui s’illustra trois siècles auparavant607 et connaît une éclipse depuis la bataille d’Asculum, en 279 a.C. Après cette date, aucun Decius Mus, si l’on excepte un possible consulat suffect en 265608, n’atteint la fonction suprême. Cependant, deux Decii (Mures ?) ont exercé le tribunat de la Plèbe : Marcus Decius609 en 311 et P. Decius610 en 120. Ce dernier devient préteur en 115 a.C., mais sa carrière s’arrête là. La famille a donc continué à vivre dans l’obscurité, donnant, de temps en temps, à l’État, un magistrat. Il faut en chercher la cause dans son impécuniosité chronique. La grandeur défunte des Decii Mures inspire l’ironie de Cicéron : leur ultime rejeton relève bien mal le flambeau. César a sans doute contribué à la restauration de la famille. Publius est tribun de la plèbe, à une date incertaine, entre 52 et 44 a.C., sans doute grâce au dictateur. Après la mort de celui-ci, il se range dans le camp d’Antoine et le suit à Modène. Prisonnier lors de la défaite, il est au nombre de ceux qu’Octavien laisse libres de rejoindre Antoine ou de rester auprès de lui611. L’héritier de César charge d’ailleurs Publius Decius de transmettre des ouvertures diplomatiques au proconsul “rebelle”. La confiance et les égards dont ce transfuge est entouré permettent de supposer qu’il occupait une place non négligeable dans le parti césarien. À la suite de cette mission, dont on peut penser qu’elle a été menée à bien, on n’entend plus parler de Publius. Cependant, Appien cite un certain Decius, sénateur en 43612, qui apprend, lorsqu’il quitte l’enceinte du Sénat, qu’il a été ajouté sur la liste des proscrits, avec son collègue Cillo. Ils décident de quitter la ville sur l’heure, mais sont exécutés lors de leur fuite. Il s’agit probablement du même personnage613. En ce cas, pourquoi un Antonien fidèle figure-t-il sur la liste de proscriptions des triumvirs ? Il fut victime, semble-t-il, d’une deuxième série de la proscription, postérieure à la guerre de Pérouse. Octavien élimine alors des Antoniens, ou des “Républicains”, qui se sont compromis avec L. Antonius. Tiberius Claudius Nero et Velleius se trouvent dans ce cas614. L’arrêt brutal de nos informations à propos de Decius s’expliquerait sans peine par cette fin tragique.

60 Q.615 DELLIUS partisan d’Antoine de 44 à 31 (D.C. 50.13.8)

  • 615 RE 4.2 (1901) col. 2447-2448 (Wissowa) ; Glauning 1936, 12 ; 29-30 ; Broughton MRR 2, 375 ; Wisema (...)

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Carrière :

- 41 : légat d’Antoine auprès de Cléopâtre.
- 39 : légat d’Antoine auprès de Ventidius.
- 35 : légat d’Antoine en Judée.
- 34 : légat auprès du roi d’Arménie.
- 31 : légat d’Antoine, chargé de l’enrôlement en Thrace
et en Macédoine. Il passe à Octavien.

  • 616 Vell. 2.84.2.
  • 617 Plut., Ant., 25.3.
  • 618 Jos., AJ, 15.25-28.
  • 619 Jos., AJ, 14.394 ; BJ, 1.289 et 291.
  • 620 D.C. 49.39.2-3.
  • 621 Str. 11.13, 3. Les chercheurs allemands de la fin du siècle dernier ont fait de son récit de la ca (...)
  • 622 Str. 11.13.3 ; Jos., AJ, 15.25-28 ; D.C. 49.39.2.
  • 623 Sen. Rh., Suas., 1.7.
  • 624 Plut., Ant., 59.6.
  • 625 D.C. 50.13.8 et 50.23.1.
  • 626 Sen., Cl., 1.10.1.
  • 627 Hor., Carm., 2.3 ; Porphyrion, Carm., 2.3.

86Quintus Dellius passait pour infidèle. Valerius Messala, qui n’avait pourtant pas de points à lui rendre, le surnommait ironiquement “ desultor bellorum civilium”, voltigeur, spécialiste des changements de montures et des rétablissements acrobatiques616. Passé du camp de Dolabella à celui de Cassius, puis dans les rangs d’Antoine, il se fait une spécialité de découvrir les astres en puissance. Envoyé par Antoine auprès de la reine d’Égypte, pour qu’elle justifie son expectative lors de la guerre contre les “Libérateurs”, il convainc celle-ci de rentrer en grâce en usant de son charme617. Il renouvelle le conseil, avec moins de bonheur, en poussant Aristobule et Marianne618 à séduire le triumvir. Antoine l’utilise principalement à des missions diplomatiques. En 39, il est chargé de transmettre ses volontés à Ventidius et Poppaedius Silo, et les persuade de soutenir la candidature d’Hérode au trône de Judée619. Il retourne dans cette zone quelques années plus tard, en 35, pour une mission plus trouble : il intrigue, semble-t-il, pour rapprocher la famille royale et le maître de l’Orient. L’année suivante, il est investi d’une délicate mission auprès du roi d’Arménie. Pour le tromper sur l’éventualité d’une attaque au printemps, il passe l’hiver en pourparlers avec Artavasde : sa fille devait être mariée à Alexandre, fils d’Antoine620. Après l’arrêt des négociations, il participe à la campagne en tant qu’officier et historiographe ; il laissa une description de la citadelle de Vera, résidence d’hiver des Mèdes621. Peu à peu, ses relations avec la cour se dégradent. Malgré l’amitié d’Antoine, soulignée par toutes les sources622, il s’aliène la reine d’Égypte par des flatteries maladroites623 : elle n’apprécie ni les lettres licencieuses qu’il lui expédie, ni ses traits d’humour. Quand éclatent à nouveau les guerres civiles, il n’a plus la confiance de son chef, et, conscient que le rapport de force n’est plus en faveur de ce dernier, il guette l’occasion de déserter. Elle lui est fournie lorsqu’Antoine l’envoie, avec Amyntas, lever des troupes en Macédoine et en Thrace624. Ses trahisons successives, l’amitié que lui portait Antoine, ses intrigues et sa familiarité avec Cléopâtre, eussent été des handicaps insurmontables pour un homme moins habile ; mais il parvint à figurer parmi les proches d’Auguste625 et, même, signe de notabilité sociale et littéraire, fut le dédicataire d’une ode d’Horace626. Les contemporains n’oublièrent cependant pas sa conversion périlleuse, ainsi qu’en témoignent Messala et Horace, qui lui prêche, non sans ironie, le renoncement et le détachement des vanités d’ici-bas.627

61 CN. DOMITIUS AHENOBARBUS, cos. en 32 ; décédé en 31628 partisan d’Antoine de 40 à 31 (Plut., Ant., 63.3)

  • 628 RE 5.1 (1903), s.v. “Domitius” no 23 col. 1328-1331 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 417 ; Schör 1978, (...)
  • 629 Il appartient à la tribu Fabia, Taylor 1964, 121 et 211.
  • 630 Cic., Att., 9.3.1 ; Fam., 8.14.1 ; Cæs., Civ., 1.23 ; Suet., Ner., 3.2.
  • 631 Cette interprétation, reprise dans la PIR2, 30, repose sur l’inscription CIL, VI, 31 735 : “Manlia (...)
  • 632 Syme [1939] 1967, 549, n. 7 avait déduit cette alliance du nom, Domitia Lepida, de la petite fille (...)

Origine géographique :

Rome629.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas plébéienne.

Liens familiaux :

- père : L. Domitius Ahenobarbus, cos. 54630, RE no 27.
- mère : Porcia, sœur de M. Porcius Cato “Uticensis”, RE no 27.
- épouse : Manlia631.
- épouse : Lepida632 ?
- fils : L. Domitius Ahenobarbus, cos. 16 a.C., RE no 28.

Carrière :

- 49-48 : membre du consilium de son père à Corfinium, peut-être à Marseille et à Pharsale.
- 48 : refuse l’amnistie de César.
- 44-43 : allié de Brutus, condamné en vertu de la Lex Pedia.
- 42-40 : praefectus Classis, avec Staius Murcus, puis seul, salué imperator.
- 40 : ralliement à Antoine ; siège de Brindes ; réhabilitation ; légat ? d’Antoine en Bithynie.
- 37-36 : légat d’Antoine durant l’expédition parthique.
- 36-35 : gouverneur ? légat d’Antoine ? en Bithynie.
- 32 : consul avec C. Sosius, rejoint Antoine à Éphèse.
- 31 : rallie Octavien à la veille d’Actium et meurt aussitôt après.

  • 633 Cic., Att., 9.3.1 ; 9.6.3 ; 9.9.3.
  • 634 Cic., Fam., 8.14, 1. Il s’agit de venger son père qui a échoué à l’augurat ou au pontificat. Ces é (...)
  • 635 Cæs., Civ., 1.23 ; Sen., Ben., 3.24.
  • 636 Cic., Fam., 6.22.2. Cette lettre ne peut être datée précisément, mais elle fait allusion à des évé (...)
  • 637 Cic., Phil., 2.27. En ce cas, pourquoi n’a-t-il pas bénéficié de la grâce de César au même titre q (...)
  • 638 Cic., Att., 13.48.2 et 13.37.3. La lettre de 46 (Fam., 6.22) montrait bien qu’il n’avait pas aband (...)
  • 639 Cic., Phil., 2.27 ; D.C. 48.7.5 ; Suet., Ner., 3.2 ; App., BC, 5.66. Le témoignage de Cicéron pèse (...)
  • 640 Cic., Att., 16.4.4, durant l’été 44.
  • 641 Cic., Phil., 10.13 ; ad Brut., 1.5.3 ; 1.7.2 ; 1.14.1. Il suit donc son parent Brutus dans ses mou (...)
  • 642 Cic., ad Brut., 1.7.2 et Beaujeu 1996, 26.
  • 643 App., BC, 4.86 et 99.
  • 644 App., BC, 4.115 et 116.
  • 645 Sur l’inscription d’Éphèse, AE, 1972, no 583 ; IK, 13-Ephesos, 663, il se proclame autocrator. Cra (...)
  • 646 App., BC, 4.115 et 116.

87L’existence de Cnaeus Domitius Ahenobarbus se divise en deux époques, également marquées par sa participation active et directe aux guerres civiles : d’abord “Républicain” par piété filiale, il devient, en 40, Antonien par nécessité. Ses liens familiaux – sa mère, Porcia, était la sœur de Caton633 – l’histoire des Domitii Ahenobarbi, la mort de son père à Pharsale, après avoir lutté, sa vie durant, contre les populares et contre César, le rivaient farouchement aux Catoniens puis aux “Libérateurs”. De fait, de 50 à 48, il s’engage résolument contre César, il met en accusation Saturninus qui a réussi à faire élire Antoine dans un collège sacerdotal à la place de son père634, puis il lutte à Corfinium635, il participe probablement à la défense de Marseille et à la bataille de Pharsale. Entre 48 et 44, ses faits et gestes demeurent un peu obscurs. Une lettre que lui adresse Cicéron, en 46, laisse entendre qu’il a abandonné le combat après Pharsale et qu’il est rentré en Italie depuis quelque temps déjà636. Mais il semble vouloir reprendre la lutte après le suicide de son oncle à Utique. Cicéron cherche à l’en dissuader au nom de sa sécurité et de celle de ses proches ainsi que de la conservation de ses droits. Quel est son statut ? Dans la deuxième Philippique, l’orateur évoque la spoliatio dignitatis dont il a fait l’objet637. Faut-il comprendre qu’il a été frustré de ses espérances de carrière et qu’il n’a pu trouver sa place dans le sénat de César ? En août 45, Cicéron lui dédie, ainsi qu’à Brutus, son Éloge de Porcia. Dans ce contexte, il ne s’agit pas d’une consolation mondaine, destinée au fils et au neveu de la défunte, mais d’un geste politique qui présente les jeunes gens comme deux des chefs d’une opposition tacite à la dictature de César638. De ce fait, il est impossible qu’il n’ait pas été au courant de la conspiration, d’ailleurs Cicéron le place parmi les conjurés dans la deuxième Philippique, en troisième position, entre Cassius et C. Trebonius. De plus, il fut condamné en vertu de la Lex Pedia. Dion Cassius le compte au nombre des auteurs de ce crime. Mais Suétone et Appien proclament son innocence : il aurait été accusé à tort639. D’ailleurs, il fut réhabilité pour n’avoir pas figuré parmi les assassins et Octavien n’aurait jamais accepté de rendre à l’État et de désigner au consulat un des meurtriers. Cette contradiction paraît insoluble. Faut-il penser que sa participation s’est limitée à la complicité, faute d’être sénateur ? En tout cas, dans les mois suivants, il soutient activement les Libérateurs, en contribuant à leur donner une flotte640 ; à la fin de 44 et au début de 43, il intercepte une partie de la cavalerie de Dolabella641 partant pour la Syrie et la rallie aux forces de Brutus. Ce dernier le recommande pour une candidature à l’augurat, en mai-juin 43, avec Bibulus et Appuleius, probablement en remplacement des consuls défunts, et, peut-être, d’Antoine, destitué, ou d’un autre augure, anonyme, décédé au cours de la bataille642. Enfin, en 42643, ce dernier lui confie, semble-t-il, la mission, comme second de Staius Murcus, d’empêcher l’approvisionnement de l’armée d’Octavien et d’Antoine ; ils coupent les communications maritimes entre Brindes et la Macédoine. La flotte de Domitius Calvinus tente de forcer le blocus, mais elle est écrasée644. Domitius Ahenobarbus est salué imperator645. La tradition d’Appien veut que cette ultime victoire de la république ait eu lieu le jour même de la défaite de Philippes, qui sonnait le glas des “Libérateurs”646. Le parallèle paraît trop séduisant pour être honnête.

  • 647 En plus d’Appien : Vell. 2.7.2 ; Tac., Ann., 4.44 ; Suet., Ner., 3. l ; D.C. 48.7.5 ; Zonar. 10.21
  • 648 App., BC, 4.106. Cependant, sur ce point, il existe aussi des contradictions car Octavien et ses t (...)
  • 649 D.C. 48.7.5 ; mais reconnaît qu’il disposait de forces considérables.
  • 650 Vell. 2.72, confond cette flotte avec celle qu’Ahenobarbus conserve après la scission (App., BC, 5 (...)
  • 651 App., BC, 5.2.
  • 652 App., BC, 5.26.
  • 653 En 81, en Afrique, Sall., Rep., 1.4 ; Liv., Per., 89 ; V. Max. 6.2.8.
  • 654 Cæs., Civ., 1.19 et la correspondance de Cicéron (Att., 8.12 b-d).

88Les sources647 s’accordent sur un seul point : de 42 à 40, Domitius Ahenobarbus, d’abord aux côtés de Staius Murcus, puis seul, contrôle le canal d’Otrante, immobilisant les ravitaillements de l’adversaire648. Cependant la chronologie et l’estimation des forces varient considérablement : Dion Cassius ne situe le début de ses aventures qu’après Philippes, dont il serait un rescapé649 et Velleius ne lui alloue qu’une flotte limitée, de 70 navires environ650. Pour Appien, Domitius prend la flotte en main sans doute juste après le passage en Grèce des armées d’Antoine et d’Octavien ; il dispose, avec Staius, de 130 navires de guerre, ainsi que d’une masse de petits navires. Grossie encore par l’arrivée des contingents de l’Egée conduits par Turullius651, reliquat de la flotte de Cassius, au début de 41, et par les levées de troupes de Domitius sur la côte à la fin de 41, la flotte s’est scindée652 cette année là : Staius a rejoint Sextus Pompée, rapprochement logique. Ahenobarbus s’y refuse pour d’excellentes raisons. Une haine héréditaire l’éloigne des Pompeii : l’oncle de Domitius a été tué par le grand Pompée653 et Cnaeus, jeune homme, a été témoin de ce que les promesses non tenues de ce général ont causé la défaite de son père à Corfinium654 ; il n’accorde pas plus de confiance à son fils, plus aventureux encore, ce qui lui ferme une porte.

  • 655 Dion Cassius, 48.16.2, estime, à juste titre, qu’il ne lui restait pas d’alternative.
  • 656 App., BC, 5.55. Il s’étaient probablement déjà rencontrés à Corfinium.
  • 657 App., BC, 5.61 et 66.
  • 658 App., BC, 5.73. Au printemps 35 Sextus Pompée passa en Asie puis se dirigea sur les détroits. C’es (...)
  • 659 App., BC, 5.66 et 5.137.
  • 660 Plut., Ant., 60.9.
  • 661 J. et L. Robert attribuaient à ce gouvernement la raison du grand nombre de Domitii présents en Bi (...)
  • 662 D.C. 48.54.4.
  • 663 Suet., Ner., 3.2.
  • 664 InscrIt XIII, 1, Fast. Cupr., 44 sq. ; Fast. Ven., p. 251, 254 ; Fast. Mag. Vic., p. 136, 510 sq.  (...)
  • 665 D.C. 49.41.4.
  • 666 D.C. 50.2.7.
  • 667 C’est de cette époque que date l’inscription AE, 1972, no 583 = IK, 13-Ephesos, 663. Comme l’ont s (...)
  • 668 Plut., Ant., 63.3 ; D.C. 50.13.6.
  • 669 Syme [1939] 1967, 559. Cette question est très controversée. Domitiopolis de Cilicie aurait reçu c (...)
  • 670 Str. 14.1.42.
  • 671 Plut., Ant., 63.3.
  • 672 Suet., Ner., 3.4.
  • 673 Plut., Ant., 63.3 ; Suet., Ner., 4.1.

89Son alliance avec Antoine, plutôt qu’une reddition, apparaît, en fait, comme la conséquence de la guerre de Pérouse655. L’année 41 a bouleversé la scène stratégique ; la mésentente a resurgi parmi les triumvirs ; le conflit est ouvert ; chaque camp racole des alliés ; voilà l’occasion unique d’une offre de service pour qui possède une flotte invaincue. Ensuite, la composition du parti antonien a beaucoup changé : la propagande de Lucius a rendu fugitivement l’espoir aux “Républicains”, éloigné de ce camp les Césariens les plus extrémistes ; de plus, Antoine s’est montré magnanime avec Bibulus et Messala, désormais à son service. Enfin, la personnalité du négociateur, Asinius Pollio, d’une loyauté éprouvée, qui sut garder des liens dans le parti des vaincus, inclinait Cnaeus à traiter. L’appoint de ses forces paraît considérable, Domitius et Antoine opèrent ostensiblement sur un pied d’égalité656. Le ralliement envenime les griefs d’Octavien. Avant la conclusion des accords de Brindes, Antoine doit éloigner Ahenobarbus, qu’il envoie en Bithynie, mais obtient, en échange, sa réhabilitation657 et la promesse du consulat pour 32658. Dans les années suivantes, sa carrière ne peut être suivie avec exactitude. On ne sait combien de temps il gouverne la Bithynie : il y séjourne en 39 et il en est toujours le maître durant l’hiver 36-35, lorsque Sextus Pompée complote son enlèvement659. Pourtant il participe à la campagne de 37-36 contre les Parthes660. On ne connaît pas d’autre gouverneur en Bithynie durant la période 40-31 ; il faudrait penser que Domitius ait conservé en permanence ce point d’appui, où il revient entre deux missions661. Il ne reste pas pour autant dans une prudente retraite. Plusieurs éléments prouvent qu’il occupe une place primordiale, sinon la première, dans l’entourage d’Antoine. Lors de la guerre Parthique, quand Antoine, abattu, ne peut haranguer ses troupes, c’est à Domitius de prendre la parole, ce qui sous-entend qu’il était le commandant en second, au dessus des autres “maréchaux”. L’année 37 a vu les fiançailles de son fils Lucius et d’Antonia Major, fille d’Antoine et d’Octavie662, projet de mariage qui relie le “Républicain” aux triumvirs. De même, peu avant Actium, lorsqu’une partie des Antoniens, déconcertés par la politique de leur chef, cherchent un nouveau guide663, c’est à Domitius qu’ils proposent le commandement. Lorsqu’il vient exercer le consulat à Rome durant l’hiver 32664, la tension entre les deux triumvirs est à son paroxysme ; son rôle est délicat : consul d’Antoine, il est chargé de transmettre ses directives, mais se heurte à la propagande d’Octavien. Ainsi, il passe sous silence, en accord avec Sosius, la nouvelle des donations d’Alexandrie, qui servirait beaucoup trop l’adversaire ; en retour, le triumvir obtient d’eux qu’ils ne publient pas les succès d’Antoine en Arménie665. Domitius reste, en revanche, en retrait lorsque Sosius mène l’attaque contre Octavien. On ne peut pourtant pas le soupçonner de complaisance pour le jeune triumvir ; les réticences que ce dernier avait manifestées lors de sa réhabilitation prouvent une vive antipathie. Dion Cassius invoque l’âge, la prudence et la lassitude d’un homme qui n’a connu que les guerres civiles666. Pourtant, il soutient son collègue et quitte, avec les sénateurs dissidents, Rome pour Éphèse667. Une fois en Orient, il s’oppose nettement à Canidius Crassus, qui soutient la Reine, et à Cléopâtre elle-même ; il prie Antoine de se détacher d’elle668, malgré les tentatives de la Reine pour le rallier (Domitiopolis)669. Après la trahison de Munatius, la mort de Bibulus, il paraît encore plus influent, mais Antoine ne se range pas à ses avis. Il est un des commandants de la flotte670. C’est alors que les Antoniens lui proposent le commandement en chef ; il ne refuse ni n’accepte, mais déserte sans arme ni bagage671. Antoine reproche peut-être sa défection à cet ami longtemps fidèle672, mais lui expédie ses impedimenta673. Condamné par une fièvre “rapide et brutale”, il meurt quelques jours plus tard.

  • 674 Suet., Ner., 4.1.

90Ce moribond peut sembler, à première vue, un allié de médiocre utilité pour Octavien, mais, dans les années suivantes, Auguste put compter sur les services de son fils, époux d’Antonia l’aînée, consul en 16, proconsul d’Afrique, qu’il nomma fidéicommissaire de son testament674.

62 DOMITIUS APULUS675 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 11.13)

  • 675 RE 5.1 (1903), s.v. “Domitius” no 34 (Münzer) ; Wiseman 1971, 229 no 158.

Origine géographique :

Apulie ?

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- 43 : appartient au consilium d’Antoine.

  • 676 Cependant, rien n’atteste son rang sénatorial : Syme 1955a, 53.

91Il n’est pas certain que Domitius Apulus ait été sénateur ; cela semble même peu probable : il n’est pas cité dans le sénat parodique676. Peut-être son cognomen révèle-t-il une origine ethnique ? Cicéron rapporte que, criblé de dettes, il empoisonna son neveu, sans doute guidé par l’intérêt. Cela n’éclaire guère les ténèbres, qui entourent le personnage.

63 L. EGNATULEIUS677 partisan d’Antoine en 44 (Cic., Phil., 3.7)

  • 677 RE 5.2 (1905), s.v. “Egnatuleius” no 2, col. 2004 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 325-326.
  • 678 Ce nom, assez peu répandu, se rencontre cependant à Brindes (C. Egnatuleius Rucus pour Rufus, AE, (...)

Origine géographique :

inconnue678.

Appartenance sociale :

sénateur de rang questorien, homo novus.

Carrière :

- 44 : questeur d’Antoine, commande la quatrième légion.

  • 679 Cic., Phil., 3.7.
  • 680 App., BC, 3.45.
  • 681 Cic., Phil., 3.39 ; 4.6.
  • 682 Cic., Phil., 5.52.
  • 683 Le nom d’Egnatuleius n’est cependant pas tout à fait obscur : dans les générations précédentes on (...)

92Lucius Egnatuleius est un questeur d’Antoine, qui le trahit au profit d’Octavien679. Il commandait la IVe légion et avait pour mission de la rapatrier de Macédoine, où elle stationnait, pour renforcer les positions d’Antoine en Italie. Arrivés à Brindes, les soldats se mutinent. La IVe légion se déclare pour le fils de César, à la suite d’une propagande coûteuse mais bien orchestrée, avec l’aide de son chef680. Cicéron propose alors des récompenses exagérées681, notamment le droit de briguer les magistratures trois ans avant l’âge normal682. Cette gloire semble aussi éphémère683 que le passage de Lucius dans le parti d’Antoine.

64 EXTITIUS (Sextus Titius ?)684 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.28)

  • 684 RE 5.2 (1905) col. 1696 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 341.

Appartenance sociale :

sénateur de rang questorien.

Liens familiaux :

- frère ? : T. Annius Cimber.

Carrière :

- 43 : questeur d’Antoine à Modène.

  • 685 Wiseman 1971, 266 no 435.

93Ce curieux nom, Extitius, n’est mentionné que par Cicéron et il n’en existe pas d’autre exemple. Il faut sans doute en déduire qu’il résulte d’une corruption des manuscrits. L’abréviation “Sex” du praenomen “Sextus” aurait été soudée au nomen, d’origine étrusque, “Titius”, avant que l’initiale ne disparaisse. L’existence d’un questeur Titius dans les rangs d’Antoine, en 43, retient l’attention. Il serait tentant de le rattacher au clan des Munatii-Titii, mais c’est le praenomen Marcus qui est attesté dans cette famille. En revanche, il y eut un autre Sextus Titius, tribun de la plèbe en 99, qui pourrait être un de ses ancêtres685. Il faut cependant rester prudent car cette dénomination est très fréquente. Un seul point est assuré, il est le parent, demi-frère ou cousin, d’Annius Cimber, d’origine modeste, par son père en tout cas. La disparition d’Extitius par la suite s’explique, sans doute, par sa mort, lors des opérations devant Modène.

65 FABERIUS686 partisan d’Antoine en 44-43 (App., BC, 2.5)

  • 686 RE 6.2 (1909) s.v. “Faberius” no 1, col. 1736-1738 (Münzer).

Appartenance sociale :

scriba.

Carrière :

- 45 : secrétaire de César.
- 44-43 : secrétaire d’Antoine.

  • 687 Cic., Att., 13.32.2 (année 45).
  • 688 App., BC, 3.5.
  • 689 Cic., Att., 16b. 1, (où Faberius n’est pas explicitement cité) ; 14.18.1.
  • 690 Cic., Att., 14.18.1 ; Beaujeu 1983, 297. Il faut en déduire que Faberius n’est pas le secrétaire p (...)
  • 691 Cic., Att., 15.13.3.

94Malgré sa relative obscurité, Faberius semble un personnage capital dans le parti d’Antoine en 44. Ce secrétaire de César, lié à Oppius et à Balbus687, au fait des affaires privées et financières du dictateur, se dévoue ensuite à Antoine. Ce dernier entre en possession des memoranda de César et Faberius l’aide à les utiliser à des fins personnelles688. Cicéron sous-entend, affirme parfois, que les notes ont été impudemment falsifiées, permettant le rappel d’exilés comme Sextus Cloelius, le détournement de sommes importantes, destinées initialement aux projets militaires de César689. D’ailleurs, l’orateur, qui semble bien connaître les agissements du secrétaire, l’accuse d’avoir précédemment aidé Dolabella à puiser dans les caisses690. Faberius fournit au consul Antoine les moyens de renforcer sa clientèle et, sans rompre, ni avec la légalité, ni avec le Sénat, de mener une politique personnelle. En 43, il demeure toujours influent, puisqu’Atticus, inquiet pour Cicéron, conseille à son ami de se rapprocher de lui ; Cicéron prétend cultiver son amitié691. Il fait donc partie de ces puissances discrètes, qui gravitent autour des hommes de premier plan.

66 (C.) ? FANNIUS692 rallié à Antoine en 35 (App., BC, 5.139)

  • 692 RE 6.2 (1909) s.v. “Fannius” no 9, col. 1991-1992 (Münzer) ; Glauning 1936, 13 ; Broughton MRR 2, (...)
  • 693 PIR2, 117-118 (Groag) ; il se trouve impliqué dans la conjuration de Terentius Varro Murena, en 22 (...)

Appartenance sociale :

sénateur, issu de la nobilitas.

Liens familiaux :

- père : C. Fannius (pr. 54), RE no 9.
- fils : Fannius Caepio693.

Carrière :

- 43 : ambassadeur du Sénat à Marseille auprès de Sex Pompée. Proscrit, rejoint Sextus.
- 39 : réhabilité.
- 35 : rallie Antoine après Nauloque.

  • 694 App., BC, 5.139.
  • 695 Cic., Phil., 13.13.
  • 696 Cic., Phil., 4.84-85.
  • 697 Préteur : Fasti Praetori, 62-65 ; Cic., Att., 7.15.2, et 15.3. Son pontificat est attesté par Cic. (...)
  • 698 Münzer, RE no 9.
  • 699 Hinard 1985b, 465-466 no 54.
  • 700 Cic., Att., 11.6.6.
  • 701 Broughton MRR 2, 351, souligne qu’il est en troisième position dans la liste des ambassadeurs et q (...)

95Parmi les derniers fidèles qui désertent le camp de Sextus Pompée, au printemps 35, se trouve Fannius694. Il s’était réfugié auprès de lui, en 43, pour échapper à la proscription. Nul hasard dans ce choix : Fannius appartient au cercle des familiers des Pompeii. En 43, il avait été désigné par le Sénat, en compagnie de Lucius Aemilius Paulus et de Minucius Thermus, pour former une ambassade, afin de sonder sur ses intentions l’ultime espoir de ce parti695. Quelque temps plus tard, il a réussi à décider le gouverneur Bithynicus à abandonner la Sicile aux Pompéiens696. Fannius, cependant, pose des problèmes d’identification. S’agit-il du même personnage que C. Fannius, pontife en 57, préteur en 54697 ? Münzer inclinait à les identifier698, alors que Fr. Hinard699 pense qu’il s’agit de son fils. À l’appui de cette seconde hypothèse, une lettre de Cicéron apporte la nouvelle de la mort de C. Fannius700. Cela pourrait être une fausse rumeur, cependant, rien par la suite n’indique que le Fannius de 43 ait assumé de grandes responsabilités, ni son ambassade, ni sa position dans le parti de Pompée701. Une fois dans le camp d’Antoine, il ne participe, semble-t-il, à aucune entreprise importante.

67 L. FLAVIUS, cos. 33702 partisan d’Antoine en 33 (D.C. 49.44.3)

  • 702 RE 6.2 (1909), s.v. “Flavius” no 18, col. 2528 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 398 ; PIR2, 132 no 188.

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- parent ? : L. Flavius, RE no 89.

Carrière :

- 33 : consul suffect.

  • 703 D.C. 49.44.3.
  • 704 Fonteius et lui entrèrent en fonction le 1er mai, InscrIt XIII, 1, Fasti Venusiani, pp. 251, 254 s (...)
  • 705 Syme [1939] 1967, 552 n. 72 ; 556 n. 30 ; 600 n. 35. On connaît un L. Flavius (RE no 17), tribun d (...)
  • 706 Groag, PIR2, 132, no 188.

96Dion révèle qu’au moment de partir pour l’Ionie et la Grèce, Antoine créa consul Lucius qui était de ses familiers et le destitua aussitôt703. Lucius Flavius fut, donc, consul suffect en 33, en compagnie de C. Fonteius (Capito)704. probablement des calendes de mai jusqu’aux calendes de juillet, ou, mais cela paraît moins probable, jusqu’en septembre. Cela constitue une paire de consuls antoniens. On ne connaît de Flavius, ni commandement militaire, ni service rendu, ni, d’ailleurs, lien familial705. Groag pense qu’il était peut-être un ancêtre de Lucius Flavius Fimbria (cos. 71 p. C., RE no 89)706.

68 FLAVIUS GALLUS707 sous les ordres d’Antoine en 36 (Plut., Ant., 42.2)

  • 707 RE 6.2 (1909), s.v. “Flavius” no 94, col. 2601 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 404.

Carrière :

- 36 : tribun ? durant la campagne parthique.

  • 708 Broughton et Münzer (références déjà citées) s’accordent sur ce point.
  • 709 Plut., Ant., 42.2.
  • 710 Plut., Ant., 42.3.
  • 711 Plut., Ant., 42.4.
  • 712 Plut., Ant., 42.5-6.
  • 713 Plut., Ant., 43.1-2.

97Flavius Gallus était un des officiers de l’arrière garde. Plutarque souligne qu’il était chargé d’un commandement, ce qui permet de penser qu’il était tribun, subordonné au questeur Titius708. Durant la retraite qui suivit l’abandon du siège de Phraaspa, Flavius demanda à Antoine des contingents de troupes légères et de cavaliers pour remporter un succès décisif contre les Parthes, qui les harcelaient, infructueusement, depuis cinq jours709. Il obtint satisfaction et repoussa les ennemis710. Mais cette initiative faillit coûter cher aux Romains, puisque l’arrière garde ne s’étant pas repliée ensuite, vers le gros de l’armée, malgré les ordres de Marcus Titius711, elle fut encerclée par les Parthes. Canidius aggrava la situation en dispersant les renforts. C’est Antoine qui, finalement, sauva la situation en intervenant personnellement avec une légion712. Les pertes romaines étaient lourdes cependant : trois mille morts, cinq mille blessés, d’après Plutarque. Flavius ne survécut pas à ses blessures713. Ce personnage, à la fois héroïque et téméraire, n’est mentionné que par Plutarque ; dans son récit, il illustre un trait du caractère d’Antoine : son talent pour rétablir les situations désespérées. Mais il témoigne aussi de la confiance qu’il donnait à ses subordonnés. Il se peut que cette anecdote fût tirée des mémoires de Q. Dellius, qui laissa un récit détaillé des campagnes menées sur ce front. On devine, en tout cas, de la part de la source, une sourde hostilité à l’égard de P. Canidius, dont la manœuvre aggrave les conséquences de la légèreté de Flavius Gallus.

69 C. FONTEIUS CAPITO, cos. suff. 33714 partisan d’Antoine de 39 à 33 ? (Hor., S., 1.5.32)

  • 714 RE 6.2 (1909), s.v. “Fonteius” no 20, col. 2847 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 414 ; PIR2, 197-198 no(...)
  • 715 Licordari 1982, 49.

Origine géographique :

Tusculum715.

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- père : C. Fonteius, RE no 7.
- fils : C. Fonteius Capito, cos. 12 p. C., RE no 21.
- fille : Fonteia épouse de M. Appuleius.

Carrière :

- 39 : tribun de la plèbe ?
- 39-38 : légat propréteur d’Antoine ?
- 37 : légat d’Antoine auprès d’Octavien.
Légat d’Antoine auprès de Cléopâtre.
- 33 : consul suffect.

  • 716 Caius Fonteius, cité dans le Pro Fonteio 18, est probablement son père.
  • 717 Le consul de 12 p. C., C. Fonteius Capito, fut sans doute son fils (PIR, no 470) ; C. Fonteius Cap (...)
  • 718 Cette inscription, découverte par Herzog 1922, 212 n. 3, est souvent citée, Münzer, RE suppl. no 3 (...)
  • 719 Marek 1998, 544-551. Une base de statue honorifique témoigne des grands honneurs que reçut dans ce (...)
  • 720 Il s’agit de Liv, Per., 127 et de Porphyrion, Hor., S., 1.5.
  • 721 Hor., S., 1.5.32.
  • 722 Plut., Ant., 36.2.
  • 723 InscrIt XIII, 1, Fast. Venus., 251, 254 sq. ; Fast. Mag. Vic., 283, 288, 136, 508 sq.
  • 724 D.C. 50.2.5-6.
  • 725 IK, 15-Ephesos, 1547. Cette inscription d’Éphèse laisse entendre que Fonteius Capito était le beau (...)
  • 726 Weinstock 1950, 44-49.

98D’origine distinguée716, Caius Fonteius Capito semble pourtant le premier consul d’une famille qui donne au sénat de l’époque impériale des magistrats de premier plan717. L’essentiel de sa carrière, telle qu’elle peut être établie, se déroule au service d’Antoine. D’après une stèle de marbre, découverte à Cos, lors des fouilles de l’Asklepieion718, Capito, peut-être comme tribun de la plèbe, présenta une loi en juin 39. Cette rogatio octroyait des privilèges, à un individu ou à un groupe, suivant une proposition d’Antoine et de son consilium, approuvée par le sénat ; elle fut votée par le peuple. Sur ce document, Fonteius porte le titre de iereus, ce qui est traduit par pontife. En 38, probablement, il doit assumer un gouvernement, en tant que légat propréteur, ainsi que le suggère, peut-être, une inscription de Caunos719. Quels que soient ses services, ils le placèrent au nombre des hommes de confiance du triumvir, puisqu’il l’emploie en 37 dans deux missions diplomatiques délicates. D’abord, au printemps, il est chargé des pourparlers préalables aux accords de Tarente. Il accompagne donc C. Maecenas et Cocceius Nerva qui, liés aux deux triumvirs, ont déjà ménagé la paix de Brindes, deux ans plus tôt. Ce détail a contribué à égarer certains auteurs, qui confondent les deux négociations720. À l’occasion, Horace révèle, dans sa cinquième satire721, que Fonteius était un des plus proches amis d’Antoine ; sa position apparaît sans ambiguïté, il défend les intérêts du maître de l’Orient. Plus tard dans l’année, il reprend la route pour parlementer, cette fois-ci, avec la reine d’Égypte. Il s’agit de renouer les liens distendus avec Cléopâtre et de l’amener en Syrie, terrain neutre, où Antoine veut la retrouver722. Le premier jour de mai 33, Fonteius devient consul suffect avec Lucius Flavius723. À cette date, il sert probablement encore Antoine. Peut-être, figure-t-il au nombre des sénateurs qui, l’année suivante, avec les deux consuls, rejoignent Antoine à Éphèse724. L’illustration des générations suivantes permet de supposer qu’au moins il bénéficia de la clémence d’Auguste et même se rallia à Octavien, tôt ou tard. Il donna peut-être sa fille en mariage à Marcus Appuleius725. Par ailleurs, on doit probablement l’identifier au Fonteius et au Capito, contemporains de Varron, cités par Lydus, interprètes et propagateurs des Libri Tagetici étrusques, qu’ils connaissaient sans doute par Tarquitius Priscus. L’intérêt que portait Fonteius à l’occultisme et à la divination ne constituait pas un passe-temps en cette période de conflits ; il est probable que cette occupation était étroitement liée à ses engagements politiques. Malheureusement les fragments qui subsistent ne permettent aucune analyse726.

70 Q. FUFIUS CALENUS, cos. 47727 partisan d’Antoine de 44 à 40 (Cic., Phil., 12.18)

  • 727 RE 7.1 (1910), s.v. “Fufius” no 10, col. 204-207 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 286 ; Wiseman 1971, 2 (...)
  • 728 Tribu Poblilia, Taylor 1964, 215.

Origine géographique :

Calès ? Campanie728.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : Q. Fufius Calenus, RE no 9.
- fils : Q ? Fufius Calenus, RE no 11.
- fille : Fufia, épouse de C. Vibius Pansa, cos. 43, RE no 20.

Carrière :

- 61 : tribun de la plèbe.
- 59 : préteur.
- 51 : légat de César en Gaule.
- 49/48 : légat de César durant la guerre civile.
- 47 : consul.
- 43 : ambassadeur du Sénat.
- 41/40 : légat d’Antoine en Gaule Transalpine.
- 40 : décès.

  • 729 Il a émis, avec P. Mucius Scaevola, un denier portant, au droit, les têtes d’Honos et Virtus accol (...)
  • 730Tribunus levissimus” Cic., Att., 1.14.1-6 (13 février 61) ; Fam., 5.6.1 ; Phil., 8.17 ; Parad., 3 (...)
  • 731 D.C. 38.8.1 ; Broughton, MRR 2, 188. Sa carrière se déroule sous sa protection, Moreau 1982, 99. E (...)
  • 732 Cæs. (Hirtius), Gal., 8.39.4. Ce n’est pas sans raison que son rôle est exalté dans le dernier liv (...)
  • 733 Cic., Att., 9.5.1 (11 mars 49) Sur le chemin de Brindes, Calenus, sans doute chargé d’une ultime n (...)
  • 734 Cæs., Civ., 1.87. Sur son assurance dans la victoire finale, Cic., Att., 9.5.1.
  • 735 Cæs., Civ., 3.14 (il rebrousse chemin) et 3.26 (il passe finalement avec Antoine) ; App., BC, 2.58
  • 736 Cæs., Civ., 3.56 ; Inscriptions de Delphes, printemps 48, no 318, Fouilles de Delphes, tome 3, fas (...)
  • 737 Comme légat propréteur de César en Béotie, il détache Oropos du territoire athénien, en punition d (...)
  • 738 CIL, I2, 779, 939 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Ca, 56, 133, 498 sq. ; Fast. Ost. 182 ; Fast. Amer. 242 (...)

99Lorsque César meurt, en mars 44, Q. Fufius Calenus apparaît comme une des principales figures du parti césarien. Il est riche alors d’une longue expérience politique. Comme monétaire, en 70-68, il a exalté le souvenir marianiste729. En 61 il s’est employé, comme tribun de la plèbe, à aider Clodius dans l’affaire de la Bona Dea730. Mais c’est au service de César qu’il a accompli le plus clair de sa carrière. Il a obtenu, grâce à lui, la préture731. Il a servi sous ses ordres en Gaule. En 51, César l’a laissé à la tête de deux légions alors qu’il se rend en avant-garde à Uxellodunum, à charge de le rejoindre à étapes régulières732. Durant la guerre civile, Calenus ne quitte guère son protecteur et reçoit diverses missions de confiance733. Il ramène sur le Var, puis “démobilise” les légions pompéiennes d’Afranius et de Petreius734. Il rejoint César en Achaïe, avec Antoine735 ; ensuite, grâce à l’aide de Cassius Longinus et de Calvisius Sabinus, il soumet progressivement cette zone736. Après Pharsale, il demeure dans la province737 et envoie deux légions à César, qui poursuit Pompée en Égypte. La récompense de cette fidélité est le consulat, en 47738.

  • 739 Cic., Phil., 10.6.
  • 740 D.C. 46.32.2.
  • 741 Cic., Phil., 8.11.20.
  • 742 Cic., Att., 15.4.1-4 (du 24 mai 44). Cicéron a reçu un billet de Fufius, Att., 16.11.5 (en novembr (...)
  • 743 Cic., Att., 11.8.2, Cicéron était persuadé d’avoir un ennemi auprès de César en la personne de Fuf (...)
  • 744 Cette démarche se voit chez D.C. 46.1-28 et se devine dans les réfutations de Cicéron, Cic., Phil. (...)
  • 745 Cic., Phil., 10.2-4.
  • 746 Cic., Phil., 11.15.

100Lié à C. Vibius Pansa par sa fille739, il n’en est pas moins, durant l’année 44, un des soutiens les plus sûrs de la politique d’Antoine au Sénat740. Certes, il faut attendre la huitième Philippique741 pour voir Cicéron l’attaquer directement, mais la correspondance de l’orateur, dès 44, laisse entendre qu’il convient de se défier de lui742. De vieilles rancunes, en outre, séparent les deux hommes743. La tactique de Calenus au Sénat consiste, sans se présenter comme un thuriféraire d’Antoine, à défendre la concorde entre le consul et le Sénat et donc à éviter une crise ouverte et la mise hors-la-loi du lieutenant de César. À ce titre, il devait participer à la seconde ambassade envoyée au proconsul, en 43744. Par les Philippiques, Cicéron contrecarre régulièrement ses interventions mais il reste modéré : son adversaire est dangereux, riche et puissant, et l’orateur désire démontrer que les Patres sont unis contre le nouveau tyran. Il serait maladroit de souligner, alors, qu’un des consulaires les plus marquants, proche parent d’un des consuls, appartient au clan honni745. Des discours de Calenus ne demeure que la reconstitution de Dion Cassius, qui apparaît davantage comme une réfutation scolaire des Philippiques, que comme un témoignage. Parfois, Calenus adopte une stratégie différente de celle d’Antoine. Ainsi, il approuve la condamnation de Dolabella, alors que le proconsul s’en indigne. Cette divergence s’explique, sans doute, par une appréciation différente de la situation. Au Sénat, pour ne pas rompre avec ses collègues, Calenus doit opter pour une ligne plus modérée746.

  • 747 Ainsi que le lui conseillait Cicéron : D.C. 45.46.1.
  • 748 App., BC, 4.47.
  • 749 App., BC, 5.3.
  • 750 App., BC, 5.12.
  • 751 App., BC, 5.24.
  • 752 App., BC, 5.33.
  • 753 D.C. 48.10.1.
  • 754 App., BC, 5.51 ; 5.54 ; 5.59 ; D.C. 48.20.3. Cependant, son refus ou son impossibilité d’interveni (...)
  • 755 Cic., Phil., 8.18.

101À la suite de la condamnation d’Antoine, mais plus probablement après la bataille de Forum Gallorum, il rentre peut-être dans l’ombre747. Mais la formation du triumvirat lui rend de l’autorité. Durant la proscription, il intervient pour sauver Varron, qu’il héberge dans sa maison de campagne748. En 42, il est chargé de la garde de l’Italie avec deux légions749. Après Philippes, l’Italie revient à Octavien. Antoine recommande à son lieutenant de laisser les deux légions à l’héritier de César, on ignore s’il a été obéi750. En 41, les triumvirs lui confient la Gaule Transalpine, avec Ventidius. Le partage des pouvoirs et la mission exacte de Calenus n’apparaissent pas, mais les forces dont il dispose, onze légions, sont considérables751. Pendant la guerre de Pérouse, Calenus reste sourd aux demandes de secours de Fulvie et de Lucius752, mais il contrôle le passage des Alpes, si bien qu’il empêche les légions d’Octavien de rejoindre l’Espagne qui lui a été attribuée dans le partage753. De ce fait, l’Italie apparaît comme une nasse pour le jeune triumvir, dont l’aire d’action est restreinte à la péninsule. La mort subite du consulaire le délivre de cette menace. Octavien se hâte de prendre possession des légions que lui abandonne le fils de Calenus754. Avec Quintus Fufius, Antoine perd un allié puissant et expérimenté qui, malgré un passé de popularis, semble, dans les années 44-40, rester modéré755.

71 FULVIA, née c. 84-82, décédée en 40756 soutient Antoine de 47/6 à 40 (D.C. 48.4.1)

  • 756 RE 7.1 (1910) s.v. “Fulvius” no 113, col. 281-284 (Münzer).

Origine géographique :

Tusculum ?

Appartenance sociale :

Nobilitas.

Liens familiaux :

- père : M. Fulvius “Bambalio”, RE no 40
- mère : Sempronia, RE no 102.
- époux : 58-52, P. Clodius Pulcher, RE no 48
- époux : 50-49, C. Scribonius Curio, RE no 6.
- époux : 47/46 ?-40, M. Antonius.
- fils : P. Claudius Pulcher, RE no 49.
- fils : C ? Scribonius Curio, RE no 7.
- fils : M. Antonius Antyllus, RE no 32.
- fils : Jullus Antonius, RE no 22.
- fille : Claudia, RE no 390.

  • 757 Cic., Phil., 2.11 ; 5.11.
  • 758 Cic., Phil., 2.95 ; 3.10 ; 5.11 ; 5.22 ; 6.4.
  • 759 Cic., Att., 14.12.2, pour sa participation dans l’affaire Dejotarus ; ibid. 16.11.1, pour ses adul (...)
  • 760 App., BC, 3.51.
  • 761 Elle courut de grands dangers alors, ainsi qu’en atteste Cornelius Nepos, Att., 9.2 ; sur l’aide q (...)
  • 762 D.C. 46.56.3 et 48.4.1.
  • 763 App., BC, 4.29 ; D.C. 47.8.2.
  • 764 D.C. 47.8.3.
  • 765 App., BC, 4.32.
  • 766 D.C. 48.4.2-3.
  • 767 Plut., Ant., 30.1 ; App., BC, 5.19.
  • 768 Plut., Ant., 28.1 ; App., BC, 5.14 ; 5.19 ; ce serait la jalousie qui l’aurait fait changer d’avis (...)
  • 769 Flor., Epit, 2.16.
  • 770 App., BC, 5.33.
  • 771 Mart. 11.20.3-8.
  • 772 D.C. 48.5.3-4.
  • 773 App., BC, 5.50.
  • 774 Plut., Ant., 30.4.
  • 775 App., BC, 5.52.
  • 776 App., BC, 5.55.
  • 777 App., BC, 5.59.
  • 778 Sall., Cat., 25.1-5. Hemlrijk 2004, 192-193 note que la personnalité littéraire de Fulvia présente (...)
  • 779 Sur l’héritage de Sempronius Tuditanus, V. Max. 7.8.1.
  • 780 Babcock 1965, 1-32, entreprend d’expliquer le rôle de Fulvie dans la vie politique des années 60 à (...)
  • 781 Le denier de Lyon (RPC I 512-513) et celui de Rome (Crawford 1974, no 489-495) utilisaient les tra (...)
  • 782 Delia 1991, 197-217, remet en cause les idées reçues sur la puissance effective de Fulvia. Elle so (...)

102Malgré son incapacité juridique, Fulvia semble avoir profondément influencé l’action de ses maris successifs. Cicéron et les historiens de l’Antiquité s’accordent à voir en elle l’inspiratrice d’une grande part de la politique d’Antoine. Ces témoignages justifient sa place dans une prosopographie du parti antonien. Contrairement aux autres femmes de l’entourage d’Antoine, elle n’est pas restée dans une neutralité de bon aloi. Au contraire, de 44 à 40, elle semble s’être engagée résolument dans le parti de son mari. Cicéron accabla de sarcasmes cette femme, qui a épousé, par deux fois, ses pires adversaires757. En 43, dans un discours prononcé au Sénat, il l’accusa ouvertement d’avoir utilisé le pouvoir de son époux pour se livrer au trafic d’influences758. Dans sa correspondance, il la soupçonnait également d’adultère et de diverses fraudes759. En fait, il semble que Fulvia, restée à Rome pendant qu’Antoine et ses frères ont rejoint leurs provinces, ait tenté de sauvegarder les intérêts de son mari, au prix d’une active campagne. Lors de la crise de janvier 43, elle intercéda auprès de sénateurs influents et influençables, pour que son époux ne soit pas déclaré ennemi public760. Elle ne réussit qu’à retarder l’échéance et dut trouver refuge chez Calpurnius Piso. Alors, les adversaires de son mari s’acharnèrent sur elle et la traînèrent devant les tribunaux. Les patronages de Piso et d’Atticus la sauvèrent761. La réconciliation entre Octavien et Antoine, lors des accords de Bologne, fut scellée par les fiançailles du jeune César et de Claudia, la fille de Fulvia762. Cette dernière acquit donc une position de premier plan et abusa de l’influence qu’elle lui conférait, du moins ses adversaires le prétendirent-ils. Elle utilisa la proscription pour faire main basse sur les biens qu’elle convoitait763, manifesta une joie indécente à la mort de Cicéron764 et refusa, avec hauteur, d’intercéder en faveur des femmes de l’aristocratie venues en suppliantes765. Ces récits sont, bien sûr, outrageusement exagérés, mais ils tendent à montrer que Fulvia a embrassé le parti de son mari, jusqu’à ses dernières conséquences. Pendant la campagne de Philippes, elle demeura en Italie, veillant, en même temps que Manius, sur les intérêts d’Antoine. Elle semble alors au faîte de son influence : Dion Cassius affirme que L. Antonius dut s’en remettre à sa belle-sœur pour que le Sénat lui accorde un triomphe766. Les relations entre ces deux parents ne furent guère cordiales767, mais le consul de 41 trouva en elle une alliée, lorsque éclata la guerre de Pérouse768. Depuis son quartier général de Préneste, elle s’employa à recruter des troupes, à ranimer l’esprit belliqueux des vétérans769 et à convaincre les légats de son mari d’intervenir770. De ce fait, elle devient la cible des quolibets des partisans d’Octavien771 ; ce dernier la rendit responsable de la guerre et répudia Claudia772. Après la défaite, Fulvia se replia sur Pouzzoles, puis, apprenant, sans doute, l’arrivée d’Antoine en Grèce, fit route vers Brindes773. À son arrivée en Grèce, elle rendit compte de ses actes à son mari, qui, influencé par les rapports de ses lieutenants774, lui adressa de sévères reproches775. En disgrâce, elle demeura à Sicyone776, où elle ne tarda pas à mourir777. Son décès permit de sceller, par un mariage, les nouveaux accords entre les triumvirs, conclus à Brindes. Fulvia n’était certainement pas la virago avide, brouillonne et cruelle, dépeinte par les sources. Elle fut, surtout, victime des pamphlets des ennemis de son mari. Cicéron forçait le trait et trouvait bon de viriliser Fulvia pour efféminer Antoine. Elle symbolisait, aussi, les trafics louches et l’entourage interlope du consul : ces démagogues braillards et ces agitateurs sans scrupules, qui constituaient l’héritage douteux des précédents maris de Fulvia. Pour Octavien, elle représentait le bouc émissaire idéal. Les préjugés du siècle allaient en ce sens. Les malheurs contemporains étaient causés par la corruption des mœurs : les matrones, qui, jadis filaient la laine, perdant toute pudeur, se mêlaient désormais d’affaires d’hommes778. De ce fait, il semble très délicat de déterminer le rôle exact de Fulvie. Ses trois mariages, la fortune des Tuditani779, les liens familiaux que l’ont peut reconstituer780, les émissions monétaires en son honneur781, montrent qu’elle possédait un certain poids. Mais elle semble avoir exercé son influence principalement pour la défense des intérêts familiaux, car la protection de son mari s’avérait indispensable pour préserver sa fortune et la vie de ses enfants782. L’utilisation de son portrait sur les monnaies apporte plus d’informations sur l’image qu’Antoine comptait donner de son pouvoir que sur Fulvia elle-même.

72 M. FULVIUS BAMBALIO783 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 3.16)

  • 783 RE 7.1 (1910), s.v. “Fulvius” no 40, col. 235 (Münzer),

Origine géographique :

Tusculum ?

Appartenance sociale :

eques romanus ?

Liens familiaux :

- fille : Fulvia, RE no 113.

  • 784 Cic., Phil., 3.16.
  • 785 V. Max. 7.8.1
  • 786 Cic., Phil., 2.90.
  • 787 D.C. 45.47.4.
  • 788 D.C. 46.7.1, et 46.28.1.
  • 789 Plin., Nat., 7.136.
  • 790 Fulvia dernière représentante d’une grande famille ? C’est l’avis de Syme [1939] 1967, 545, n. 28.

103Le beau-père de Marc Antoine en 44, Marcus Fulvius Bambalio784, reste un personnage relativement obscur. Lié aux populares, puisque sa fille épousa successivement P. Clodius Pulcher, C. Scribonius Curio et Marc Antoine, il semble également très riche. Sans doute, cette fortune est-elle due, en partie, à la captation d’héritage de Sempronius Tuditanus, noble excentrique, qui lui laissa l’ensemble de ses biens. Le plus proche parent du défunt, Tiberius Longus, eut beau le contester, le legs fut dûment enregistré785. Cela suppose de puissants appuis. Malgré tout, Bambalio, “stupide et bègue”, paraît négligeable. Cicéron, dans les Philippiques786 et dans le discours que lui prête Dion Cassius787, le méprise ouvertement. Même Fufius Calenus, pourtant du même parti, le traite avec un dédain que semble justifier l’absence de carrière788. Cependant Antoine lui marque de l’intérêt. Les liens entre les nobles Fulvii de Tusculum et Bambalio demeurent incertains789. Son effacement paraît inversement proportionnel à l’activité de Fulvia790.

73 C. FURNIUS, mis au rang des consulaires en 29791 partisan d’Antoine de 43 à 31 (Sen., Ben., 2.25)

  • 791 RE 7.1 (1910), s.v. “Furnius” no 3, col. 375-377 (Kappelmacher) ; Glauning 1936, 9 ; Broughton MRR(...)

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- fils : C. Furnius, cos en 17, RE no 4.

Carrière :

- 50 : tribun de la plèbe.
- 49 : envoyé de César auprès de Cicéron.
- 44-43 : légat de Munatius Plancus.
- 42 : préteur.
- 41-40 : légat ? de L. Antonius.
- 40-39 : légat d’Antoine en Afrique.
- 36-35 : légat d’Antoine en Asie.
- 31 : gracié par Octavien.
- 29 : consul désigné, ajouté aux consulaires sans en avoir rempli les fonctions.

  • 792 Cic., Att., 5.2.1 ; 5.18.3 ; 6.1.11 ; Fam., 8.10.3 ; 8.11.2 ; 15.14.2. En 43, Cicéron (Fam., 10.25 (...)
  • 793 Cic., Att., 9.6.6 ; 9.11.11.
  • 794 App, BC, 5.140.
  • 795 Cic., Fam., 10.1.4. Sur la carrière de C. Furnius dans l’intervalle et son échec possible à l’édil (...)
  • 796 Cic., Fam., 10.3.1 ; 10.4.1 ; 10.8.5 ; 10.6.1-2 ; 10.10.1 ; 10.12.1.
  • 797 Cic., Fam., 10.25 et 26.
  • 798 Cic., Fam., 10.24.
  • 799 App., BC, 5.30 ; D.C. 48.13.6 ; Gabba 1970a, 218.
  • 800 App., BC, 5.40-41.
  • 801 Hor., S., 1.10.86. Sa probité, si c’est ainsi que l’on doit entendre l’expression, devait paraître (...)
  • 802 App., BC, 5.75.
  • 803 D.C. 49.17.5.
  • 804 App., BC, 5.137-138.
  • 805 App., BC, 5.139. L’essentiel de l’offensive de Pompée se déroule en Bithynie, car Pompée fait port (...)
  • 806 App., BC, 5.144.
  • 807 App., BC, 5.140-144 ; alors que, d’après D.C. 49.18.4, il n’a aucune bienveillance pour Sextus Pom (...)
  • 808 App., BC, 5.140-144 ; D.C. 49.18.5-6 ; Oros. 6.19.2.
  • 809 Plut., Ant., 58.11.
  • 810 Sen., Ben., 25 ; Syme [1939] 1967, 285.
  • 811 D.C. 52.42.4.

104Dans les débuts de sa carrière, C. Furnius apparaît comme un modéré, qui nourrit de bonnes relations dans tous les camps. En 50, Cicéron parvient à s’assurer de son aide, peu après son élection comme tribun de la plèbe. Il ne souhaitait pas que son gouvernement provincial fût prorogé et compte sur l’intervention de Caius pour hâter son retour à Rome792. L’année suivante, Furnius transmet à Cicéron des lettres de César793, ce qui permet de présumer qu’il avait choisi son camp, plutôt que celui de Pompée dont il était pourtant l’ami794. En échange de ses bons procédés, en 44, Cicéron écrit une lettre de recommandation pour le très césarien gouverneur de Gaule Transalpine, Lucius Munatius Plancus795. L’entente entre ce dernier et Caius paraît profonde. Furnius sert d’intermédiaire entre Plancus, Cicéron et le Sénat, position centrale dans le double jeu que mène son chef, encore incertain du parti qu’il choisira. Sa mission consiste à rassurer verbalement Cicéron, alors qu’officiellement L. Munatius reste tiède et prudent796. Mais l’orateur, au fil des mois, s’inquiète des ambitions qu’il devine chez l’ancien préteur et son homme de confiance ; il tente de décourager Furnius de briguer la préture pour 42, en vain797. En juillet, Furnius sonde également Octavien, sur le point de modifier sa politique798. Lorsque Munatius rejoint, après de délicates négociations, le parti d’Antoine, Caius Furnius le suit. Il semble qu’il reste en Italie, durant sa préture en 42, année du consulat de son protecteur. En 41, il sert Lucius Antonius dans la guerre de Pérouse. Il tente de défendre Sentinum contre Salvidienus, en vain799. Il est contraint de se réfugier auprès de Lucius Antonius et fait partie des trois parlementaires envoyés à Octavien pour négocier la reddition de Pérouse. Le jeune triumvir s’adresse à lui en particulier pour garantir sa bienveillance envers Lucius et ses amis. De retour au camp, les ennemis acharnés de l’assiégeant s’en prennent à lui car ils le soupçonnent de les avoir sacrifiés800. Caius Furnius doit donc être distingué des républicains qui ont rejoint le parti du consul de 41. Pour Horace, il est le sincère Furnius801. Une fois de plus, il adhère à la politique de Plancus, qui apporte un soutien prudent au frère d’Antoine. Sans doute le retrouve-t-il, quelques mois plus tard, lorsqu’il rejoint Antoine auprès duquel Plancus s’est replié après la chute de Pérouse. Antoine confie alors à Furnius la mission de prendre en main l’Afrique. En effet, des renseignements erronés lui avaient fait croire que son gouverneur, Titus Sextius, tenait encore le pays, alors que Lépide s’en était déjà emparé802. Cet échec ne porta pas préjudice à la carrière de Furnius, nommé gouverneur d’Asie vers 36803. Dans ce gouvernement, il dut faire face à l’attaque de Sextus Pompée. Manquant de troupes et dans l’ignorance des desseins d’Antoine, il se trouve contraint de le laisser aborder sur la côte. Il se hâte de demander de l’aide à ses voisins, Ahenobarbus gouverneur de Bithynie et Amyntas roi de Galatie et se contente de contenir son adversaire sans engager les hostilités, malgré une escarmouche sur le Scamandre, à la fin de l’hiver. Le début du printemps lui apporte à la fois des directives et des forces804. Soixante-dix bateaux sont libérés de la guerre de Sicile. Antoine lui envoie Marcus Titius avec cent vingt navires et une armée importante805. La consigne paraît ambiguë : il faut que Furnius et Titius s’assurent que les intentions de Pompée sont pacifiques. Or, celui-ci a multiplié les gestes hostiles : tentative d’enlèvement d’Ahenobarbus, attaque de Nicée de Nicomédie, corruption de la légion envoyée par Octavien à son collègue, avec des bonheurs divers. L’affrontement commence, Sextus brûle ses vaisseaux, s’enfonce en Bithynie, talonné par Amyntas, Furnius et Titius. Entre-temps, les principaux lieutenants de Pompée l’ont abandonné pour Antoine. Sextus décide de traiter et contacte Furnius, qui refuse d’engager des pourparlers, en le renvoyant à Titius. Ce passage suscite plusieurs questions : quel était le lien hiérarchique entre Titius et Furnius ? Pourquoi Pompée a-t-il choisi de traiter avec lui, plutôt qu’avec Titius ? Il semble que Titius ait obtenu la direction des négociations, puisqu’Antoine l’a mandaté spécialement pour régler la question. Son entente semble complète avec Furnius ; cette harmonie s’explique par leur familiarité : Titius est le neveu de ce Munatius auquel Furnius doit tant. D’ailleurs, les détracteurs de Plancus devinent, derrière l’affaire Sextus Pompée, les machinations du tout puissant gouverneur de la Syrie et bras droit d’Antoine806. Sextus n’a aucune confiance en Titius, qui lui doit pourtant la vie et choisit de traiter avec Furnius, qui avait été un ami de son père807. Les pourparlers tournent court, le baroud d’honneur de Sextus échoue ; il est prisonnier, exécuté à Milet sur la foi d’un ordre douteux808. De 35 à 31, on ne sait pas exactement quelles sont les fonctions de Furnius, mais il demeure un personnage important de l’entourage d’Antoine. Une anecdote rapportée par Plutarque l’atteste paradoxalement. Afin de déconsidérer Antoine aux yeux des sénateurs, Calvisius raconte que le triumvir, pour répondre à un appel de Cléopâtre, fait un affront à Furnius en quittant la place publique au moment où il plaide. Mais l’on ne tarda pas à apprendre que ces contes sortent de l’imagination de leur auteur809. Furnius se trouve donc à la cour et poursuit ses activités. Il participe à la guerre d’Actium et doit son pardon à l’intervention de son fils, actif partisan d’Octavien810. La carrière de Furnius aurait dû déboucher sur le consulat, pour lequel il était désigné, en 32 ou 31. Mais il ne fut jamais consul, car son poste fut attribué à un partisan d’Octavien. Mais lors de la révision des listes en 29, Octavien répara partiellement cette injustice en l’intégrant aux consulaires, comme C. Cluvius811, Par la suite, le fils de Furnius devint consul, en 17, et cette lignée fit donc partie des familles, apparues sous le triumvirat, qui perdurèrent sous le principat.

74 M. GALLIUS812 partisan d’Antoine de 44 à 39-38 (Cic., Phil., 3.26)813

  • 812 RE 7.1 (1912), s.v. “Gallius” no 5, col. 672 (Von der Muhll) ; Broughton MRR 2, 321.
  • 813 Son décès est indiqué par Suétone, en des termes qui prouvent qu’il était toujours au service d’An (...)
  • 814 Son père, édile plébéien en 67, préteur en 65, présida le procès de Majestate de Cornelius, Ascon. (...)

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- père : Q. Gallius, éd. pl. en 67, pr. en 65, RE no 6814.
- frère : Q. Gallius, pr. en 43, RE no 7.

Carrière :

-51 : accusateur de M. Calidius.
- 47 : légat de César en Sicile.
- 44 : préteur.
- 43-42 : légat d’Antoine à Modène, puis en Gaule.
- 39-38 ? décès.

  • 815 Cic., Fam., 8.4.1.
  • 816 Syme [1939] 1967, 511 n. 67.
  • 817 Cic., Phil., 3.26.
  • 818 Cic., Phil., 13.26, précise qu’il était préteur.
  • 819 App., BC, 3.95.
  • 820 Suet., Tib., 6.3

105Marcus Gallius semble avoir accompli une part appréciable de sa carrière avant 44. Avec son frère Quintus, il débute dans les troubles règlements de comptes qui suivirent l’assassinat de Clodius. En 51, les deux Gallii poursuivent en justice un sénateur important, Marcus Calidius815 qui avait soutenu Milon.816 Il est délicat de distinguer les différents Marcus et Quintus Gallius qui apparaissent dans la correspondance cicéronienne des années 47-46. Mais il est loisible de l’identifier avec le Césarien M. Gallius qui, en 47, rendit ses esclaves au Pompéien Sallustius. Il faut comprendre ce geste comme une restitution du butin de guerre. Marcus doit faire passer en Sicile la douzième légion stationnée au sud de l’Italie. Mais les mutineries éclatent et les légats successifs échouent jusqu’au retour de César. Cela n’entame pas la confiance du dictateur puisque Gallius obtient la préture pour l’année 44. Lors de l’attribution des provinces, en novembre, il se félicite de l’heureux hasard du tirage au sort817. Antoine a donc favorisé un allié, qui, d’ailleurs, le suit à Mutina. Malgré cela, Cicéron ne l’accable pas d’injures, il le tient pour inoffensif “innocens”818. Il survit à la bataille de Forum Gallorum et doit accompagner la retraite en Gaule. En effet, suivant la version officielle, en 43, peut-être, Octavien lui envoie son frère, accusé d’avoir comploté contre lui, alors que Marcus se trouve auprès d’Antoine819. Il reste fidèle à cet engagement et meurt vers 39 ou 38. Il adopte par testament le jeune Tiberius Claudius Nero. Mais une rancune violente oppose encore Gallius et Octavien, aussi Nero accepte-t-il la fortune de Gallius sans en prendre le nom820.

75 Q. GELLIUS CANUS821 pardonné par Antoine en 42 (Nep., Att., 10.2.5)

  • 821 RE 7.1(1910) s.v. “Gellius” no 15, col. 1001 (Münzer) ; Nicolet 1974, no 170 ; Hinard 1985b, 470 n(...)

Origine géographique :

Samnium ?

Appartenance sociale :

eques romanus ?

  • 822 Nep., Att., 10.2-5.
  • 823 Cic., Sest., 111 ; Nicolet 1974, no 170, réfute cette assimilation de Münzer ; Hinard 1985b, 470 n(...)

106Q. Gellius Canus fut rayé des listes de proscrits par Antoine. Il paraît délicat, cependant, de le classer parmi les partisans de son sauveur. Celui-ci l’a réhabilité pour se concilier Atticus, ami d’enfance de Gellius822. Il faut absolument le distinguer de Gellius Publicola Canus823.

76 L. GELLIUS PUBLICOLA, cos. 36824 partisan d’Antoine de 42 à 31 (D.C. 47.24.3)

  • 824 RE 7.1 (1912), s.v. “Gellius” no 18, col. 1003-1005 (Münzer) ; Glauning 1936, 11 ; Broughton MRR 2 (...)
  • 825 Sa tribu serait la Tromentina, Taylor 1964, 218. Sa famille est implantée à Rome depuis plusieurs (...)

Origine géographique :

Rome ? Minturnes ?825

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Liens familiaux :

-père : L. Gellius Publicola, cos. 72, RE no 17.
- mère : Pola.
- épouse : Sempronia.
- demi-frère ? : M. Valerius Messala, RE no 261.
- beau-frère : L. Sempronius Atratinus, RE no 26.

Carrière :

- 42 : membre du consilium de Brutus.
- 41 : questeur propréteur.
- 36 : consul.
- 31 : légat d’Antoine, commande à Actium.

  • 826 V. Max. 5.9.1. Il y a d’ailleurs un problème, car Valère Maxime considère Pola comme sa belle-mère (...)
  • 827 Catul. 88 et 91. Nicolet 1974, 898, 170. L’engagement de l’oncle est raillé par Cicéron qui la jug (...)
  • 828 Hinard 1985b, 471.
  • 829 App., Mithr., 95.
  • 830 Plut., Brut., 40.1-4 ; 40.11. C’est à Athènes sans doute qu’il rencontra Horace qui le cite, allus (...)
  • 831 Liv., Per., 122 ; D.C. 47.24.5.

107Une rumeur scandaleuse poursuit Lucius Gellius Publicola. Né vers 80 a.C., il est traîné devant les tribunaux, accusé d’avoir voulu tuer son père, par amour pour sa belle-mère vers 65. Il est acquitté et son père lui pardonne826. Puis, il fréquente le cercle de P. Clodius Pulcher, comme Sempronius Atratinus ou Antoine, et s’attire les railleries de Catulle. Il est vrai qu’un oncle, le chevalier Gellius, est un membre des bandes clodiennes827. À la suite de cette jeunesse dissipée, en 43, il choisit le camp de Brutus et de Cassius. Sa proscription828 et ses liens familiaux l’y encouragent : son père, consul et censeur, était lié à Pompée, dont il avait été légat durant la guerre contre les pirates829 ; son demi-frère, Marcus Valerius Messala, entretenait avec Cassius une étroite amitié830. Cependant, Publicola n’apparaît pas comme une recrue très fiable, il conspire contre Brutus, puis contre Cassius. Le premier complot doit dater de la fin de l’année 43 et il est contemporain des tentatives d’Antoine pour délivrer son frère Caius : la trahison peut y être liée. Dans les deux cas, l’intervention de Pola et de Valerius évitent un sort funeste à Gellius. Celui-ci se rallie aux triumvirs, sans doute avant la bataille de Philippes, et passe au service d’Antoine831.

  • 832 IG III, 866, Sempronia, fille de Lucius, épouse de L. Gellius Publicola.
  • 833 Crawford 1974, no 517 : L. GELL. Q. P. sur le droit consacré à Antoine ; le revers à Octavien, Bro (...)
  • 834 CIL, XI, 6673, 19 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Cap., 58 sq., Fast. Mag. Vic., 282, 288 ; D.C. 49.1.1 ; (...)
  • 835 Vell. 2.85 et Plut., Ant., 65.1. Plutarque pense qu’il tenait l’aile droite avec Antoine, tandis q (...)
  • 836 Tac., Ann., 3.67.

108Il fait partie des Pompéiens et Républicains ralliés en 42, mais les unions qu’il a conclues montrent qu’il s’insère dans un sous-groupe du parti d’Antoine. Il a épousé Sempronia, sœur adoptive de L. Sempronius, lui-même fils de Bestia832. Des liens amicaux, tissés peut-être dans l’entourage de Clodius, semblent à l’origine de ce mariage ; de plus, il rapproche Gellius de l’entourage étroit d’Antoine des partisans de la première heure. Cela laisse penser qu’il était antérieurement plutôt un “Républicain malgré lui”. Il est employé, avec le titre de questeur propréteur, en Orient l’année suivante833. Ses mérites supposés lui valent le consulat en 36, avec un autre antonien, M. Cocceius Nerva834. Contrairement à son demi-frère, il reste jusqu’à la fin auprès d’Antoine et commande une partie de la flotte à Actium, l’aile droite, semble-t-il, avec Sosius835. Moins chanceux que ce dernier, son nom ne réapparaît plus après la bataille, ni sur les listes des graciés, ni sur celle des victimes. La famille ne sombre pas tout de suite dans le néant, puisqu’on garde la trace d’un questeur en Asie, nommé Gellius Publicola, en 21, sous les ordres du proconsul Iunius Silanus, sans doute le fils de Sempronia836. S’il a survécu à la bataille, Gellius a probablement eu recours à son frère Messala, afin qu’Octavien l’épargne. L’exemple de Gellius démontre que, pour un nobilis de vieille souche, l’adhésion à un parti est toujours réversible, car elle est contre balancée par un réseau d’alliances dans tous les camps.

77 C. GEMINIUS837 partisan d’Antoine en 32-31 (Plut., Ant., 49.2)

  • 837 RE 7.1(1912), s.v. “Geminius” no 3 col. 1024 (Münzer) ; Wiseman 1971, 233 no 195.
  • 838 D’après Syme 1955a, 62, Geminius serait originaire de Tibur, ou du moins, du Latium. Taylor 1964, (...)

Origine géographique :

Latium838 ?

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- fin 32 ? : délégué des Antoniens de Rome auprès d’Antoine.

  • 839 Plut., Ant., 59.2.
  • 840 Plut., Ant., 59.3-4.
  • 841 Plut., Ant., 59.5.
  • 842 Il existe d’autres Geminii dans les sources, le plus connu est pompéien, et appartient à la généra (...)
  • 843 Fragment a l. 7 ; Herzog 1922, 212 n. 3 ; Crawford 1996, 499.

109Geminius fournit la preuve qu’il existait encore, après la rupture entre les deux triumvirs, en 32, des partisans d’Antoine à Rome. Délégué par ceux-ci, Geminius se rend auprès de son chef pour le prier de congédier Cléopâtre839. Plutarque raconte les tracasseries auxquelles il est exposé : on lui refuse une audience, on le relègue aux places indignes dans les banquets ; soudain, au milieu des beuveries, Cléopâtre, qui est à l’origine de toutes ces embûches, le somme de s’expliquer. Il demande publiquement à Antoine de renoncer à Cléopâtre840. Il provoque la colère du maître de l’Orient alors que la Reine lui prodigue des paroles peu encourageantes : il valait mieux avouer la vérité sans être mis à la torture. Réalisant l’impossibilité de tout accommodement et le danger qui l’avait frôlé, Geminius préfère s’éclipser et retourner à Rome. C’est ainsi, si l’on en croit Plutarque, qu’Antoine perdit ses alliés de la Ville841. Il faut faire la part de la progression dramatique ménagée par le biographe : le héros, aveuglé par la passion amoureuse qui doit causer sa perte, n’entend plus les mises en garde de ses amis. L’incident, en outre, montre que la politique d’Antoine en Orient et son alliance avec la Reine d’Égypte n’étaient pas défendable aux yeux des fidèles d’Antoine constamment exposés en Italie à la version d’Octavien. L’initiative de Geminius soumet Antoine à une alternative : perdre ses partisans de Rome ou renoncer à ses alliés d’Orient. Cependant, ce personnage reste difficile à situer842 : la reine le soupçonne d’être un ambassadeur d’Octavie, très influente sur les partisans demeurés à Rome. Il était peut être sénateur. En effet, on retrouve, sur la stèle de Cos qui porte des fragments de la Lex Fonteia, un Geminius qui était sûrement sénateur et donna son suffrage, le premier, pour une loi votée en 39, dont l’instigateur était Antoine et le rapporteur Fonteius Capito, peut-être tribun cette année-là. Cela constitue un faisceau de présomption pour voir dans le sénateur un Antonien, et pourquoi pas le représentant choisi par les Antoniens restés à Rome843.

78 HERENNIUS844 aux ordres d’Antoine en 43 (Plut., Cic., 48.1-2)

  • 844 RE 8.1 (1912), s.v. “Herennius”, no 2 col. 662 (Von Der Muhll).
  • 845 Deniaux 1979, 630, déduit cette origine de deux indices : la bonne connaissance des sentiers boisé (...)
  • 846 ILLRP, 559 ; Deniaux 1979, 623-656 ce nom reste attaché à un épisode curieux de l’année 43 : c’est (...)

Origine géographique :

Caiata (Gaète)845 ?

Appartenance sociale :

centurion, élite locale ?

Liens familiaux :

apparenté aux Herennii Galli de Caiata846 ?

Carrière :

- 43 : centurion, assassin de Cicéron.

  • 847 Plut., Cic., 48.1.
  • 848 Plut., Cic., 48.6. Chez Plutarque, Popilius se contente de superviser les opérations.
  • 849 D.C. 47.11.1-2.
  • 850 App., BC, 4.19-20.
  • 851 Elle rappelle celle que subit M. Antonius l’orateur, grand-père d’Antoine, en 87 (App., BC, 1.73).
  • 852 La qualité de la version de Plutarque a été remise en cause par Wright 2001, 451-452, qui pense qu (...)

110Cicéron figure naturellement au premier rang des proscrits. Les partisans d’Antoine, qui nourrissaient autant de griefs contre lui que leur chef, se lancent sur la piste. Les limiers les plus chanceux sont le tribun C. Popilius Laenas et le centurion Herennius847. Ce dernier, à la tête d’une petite troupe, investit la propriété, après avoir enfoncé les portes et poursuit la litière de l’orateur dans les allées. Cicéron renonce à la fuite. Herennius le rejoint, l’égorge, lui coupe la tête et, peut-être, les deux mains848, trophée précieux pour Antoine849. Il existe plusieurs versions de l’assassinat. Le centurion Herennius n’est mentionné que chez Plutarque ; chez Appien, il est confondu avec son supérieur850. Plutarque, en la personne d’Herennius, se plaît à opposer l’assassin, brutal et déterminé, à l’homme de lettres, fin et résigné ; la barbarie d’un nouvel ordre étouffant la civilisation fondée sur l’exercice d’une parole libre. Attaché à cette image, il néglige une part du symbolisme de la mutilation851. Mais le souci de documentation du biographe se voit dans la ponctualité avec laquelle il met en scène les personnalités qui gravitent au second plan852.

79 TULLUS HOSTILIUS ou HOSTILIUS TULLUS853 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.26)

  • 853 RE 8.2 (1913), no 3 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 359 ; Wiseman 1971, 236 no 214.
  • 854 Syme 1964a, 105-125, mentionne l’existence d’un certain L. Hostilius Tullus en Ombrie, à Mevania, (...)

Origine géographique :

Mevania ? Urbs Salvia ?854

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 43 : tribun désigné.

  • 855 Cic., Phil., 12.20 ; simple allusion où il n’est pas nommément cité.
  • 856 Cic., Phil., 13.26 ; cf. Obseq. 70.
  • 857 Rarissime mais attesté, CIL, I2, 1493 ; 1497 (Tibur).

111Méconnu, Tullus Hostilius n’est mentionné que par Cicéron. Celui-ci s’indigne que ce tribun de la Plèbe855, désigné pour l’année suivante, avec Marcus Insteius, déserte sa charge. Il figure dans le “Sénat” réuni autour du proconsul qui assiège D. Brutus dans Modène et que Cicéron tourne en ridicule856. Il fallait allusion à une fuite précipitée, qui révèle les pressions que devaient exercer, sur les Antoniens restés à Rome, les partisans des tyrannicides ou, surtout, d’Octavien. Le destin postérieur de ce personnage est absolument inconnu. On ignore même si Tullus était un praenomen rarissime857, ou plutôt un cognomen, Cicéron ayant l’habitude, lorsqu’il moque ses adversaires, de placer le cognomen avant le nomen : il déforme ainsi “Numisius Tiro” en “Tiro Numisius” ou “Seius Mustela” en “Mustela Seius”, jeu de mots qui lui permet ici en soulignant l’homonymie avec le troisième roi de Rome, le fougueux et belliqueux Tullus Hostilius, de tourner en dérision le peu glorieux tribun. Il semble pourtant exagéré de présumer que le tribun était également d’origine sabine.

80 HOSTILIUS SASERNA Caius ? Lucius ? Publius ?858 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.27)

  • 858 “Hostilius”, le nomen, est connu grâce aux pièces de Lucius Saserna. César, Cicéron, Pline et Varr (...)
  • 859 Alföldy 1982, 340-341.

Origine géographique :

famille étrusque, implantée en Cisalpine859.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 44 : tribun de la plèbe.
- 43 : membre du consilium d’Antoine à Modène.

  • 860 Cic., Phil., 13.28.
  • 861 Grueber, CRRBM, 1.512-514, pense, comme Sydenham, que l’émission monétaire se situe vers 48, hypot (...)
  • 862 B. Afr. 9. l ; Broughton, MRR 2, 301.
  • 863 B. Afr. 10. l.
  • 864 B. Afr. 29.3.
  • 865 B. Afr. 57.1-4. C’est Juba qui parvient à rompre les négociations.
  • 866 Broughton MRR 3, 29, estime que le “tribunicius” ne peut être que Caius ou Publius.
  • 867 Ils lui doivent probablement leur entrée au Sénat, Syme [1939] 1967, 102.
  • 868 Var., R., 1.2.22. Ils sont cités par Plin., Nat., 17.199.
  • 869 Var., R., 1.18.6.
  • 870 Var., R., 1.19, 1.
  • 871 Cic., Att., 15.2.3.

112Cicéron mentionne, dans la treizième Philippique, un ancien tribun, Saserna, qui a suivi Antoine à Modène. Mais l’orateur avoue ne pas savoir de quel frère il s’agit860, car ils se ressemblent beaucoup. Les trois prénoms sont restés à la postérité. Lucius fut monétaire entre 49 et 45861. Pourtant, le tribun est plus probablement l’un des deux autres frères, officiers de César en Afrique. Au début du mois de janvier 46, ce dernier laisse Leptis sous la garde de Caius Saserna, avec une garnison de six cohortes862 et, plus tard, il confie les bagages et les stocks de bois à la charge de Publius à Ruspina863. Caius s’illustre durant cette campagne : enfermé dans Leptis, il résiste avec succès au siège assidu de Labienus864, puis parvient à entamer des négociations avec Marcus Aquinius. Scipion, chef de ce dernier, craignant une défection, le somme de rompre les pourparlers865. A priori, Caius paraît le tribun le plus probable866. Les trois frères ont adopté le parti de César867 et suivent, sans doute, le consul de 44, puisqu’ils semblent solidaires. Ils sont issus d’une famille d’agronomes célèbres de la fin du siècle précédent, Saserna, père et fils, connus de Varron et de Pline868. Malgré un nom étrusque869, leur domaine familial de 50 hectares se situe en Cisalpine, au sud de l’Apennin ligure, entre Velleia et Plaisance870. Cette propriété ne constitue pas leur seul bien ; ils semblent très riches, puisqu’ils financent, partiellement, les jeux que donne, en 44, le jeune Octavien, en mémoire de son père adoptif871. Ce geste montre que le culte de César, argument politique ambigu, réunissait aussi bien les Antoniens que les premiers partisans d’Octavien.

81 M. INSTEIUS872 partisan d’Antoine de 44 à 31 (Cic., Phil., 13.26 ; Plut., Ant., 65.1)

  • 872 RE 9.2 (1916) s.v. “Insteius” no 3 col. 1562 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 359 ; Wiseman 1971, 236 n(...)
  • 873 Cette origine est suggérée par un passage des Philippiques (13.26), où Cicéron suppose ironiquemen (...)
  • 874 AE 1992, no 1520 ; pour Marcus Insteius, fils de Lucius, Nigdelis 1994, 215-228.
  • 875 Il est possible d’identifier son père avec un homonyme et contemporain, L. Insteius, frère d’un ce (...)

Origine géographique :

Pisaurum873 ?

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père ? : L. Insteius874.
- oncle ? : C. Insteius, præfectus de Sertorius875.

Carrière :

- 43 : légat d’Antoine à Modène.
- 42 : tribun de la plèbe.
- 39 ? 38 ? : légat d’Antoine en Macédoine. Salué Imperator.
- 31 : légat d’Antoine, commande le centre de la flotte à Actium.

  • 876 Cic., Phil., 12.20 (dans ce passage l’auteur se réfère à lui sans le nommer) et 13.26.
  • 877 Cic., Att., 14.5.1.
  • 878 Shackleton-Bailey 1967, 359, rapproche la lettre en question du passage des Philippiques déjà ment (...)
  • 879 Cic., Phil., 12.23.
  • 880 Il s’agit d’une plaque de marbre utilisée en remploi dans une tombe. Elle appartenait à l’origine (...)
  • 881 Nigdelis 1994, 218-228, plus particulièrement, 225-226.
  • 882 App., BC, 5.75-76.
  • 883 Nigdelis 1994, 218 ; à Byllis, M. Insteius Agiles et M. Insteius Saturninus ; à Béroia, M. Insteiu (...)
  • 884 Plut., Ant., 65.1.
  • 885 Syme [1939] 1967, 349-350. Il faut sans doute considérer que les tombes CIL, VI, 19681-3, sont cel (...)
  • 886 Insteius est connu par deux inscriptions Kent 1966, no 149, “INS I ( ?) C. F. TECTO/II VIR ET VIR (...)

113Marcus Insteius apparaît comme l’un des plus fidèles partisans d’Antoine, puisqu’il le sert de la mort de César à la bataille d’Actium. Une découverte récente et de nouvelles interprétations comblent partiellement les lacunes de nos connaissances sur une carrière demeurée, à certains égards, énigmatique. Issu d’une famille ombrienne, peut-être liée à Sertorius, M. Insteius doit les premiers jalons de sa carrière à César. Au début de 44, il siège déjà parmi les Patres, puisqu’il est désigné au tribunat de la plèbe pour 42876. D. R. Shackleton-Bailey propose de l’identifier avec le “maître de bains” responsable des troubles qui ont suivi la mort de César877. Cette interprétation semble plausible, mais elle repose sur une correction du manuscrit, qui la rend fragile878. En 43, Insteius adhère, sans hésitation, au parti d’Antoine. Il a peut-être reçu pour mission de recruter des vétérans dans la région de Pisaurum. Le trait d’humour de la Treizième Philippique semble mêler le passé, une origine infamante, et le présent : il tempère l’eau des bains de sa cité d’origine. Il faut, peut-être, comprendre, qu’à l’inverse, il attise les conflits dans cette ville. L’expression “ fortis latro”, qui lui est associée, incite à le penser. En outre, l’incise “ aiunt” indique que Cicéron rapporte ici des rumeurs et, par ailleurs, dans la douzième Philippique, il utilise un procédé identique pour présenter les levées de troupes auxquelles procède P. Ventidius, dans le Picénum879. Insteius appartient à l’armée d’Antoine devant Modène. Il le suit durant sa retraite en Gaule. Mais, la tradition littéraire perd toute trace de lui jusqu’à Actium. Une inscription, trouvée en Macédoine, à Europos, permet de reconstituer un maillon supplémentaire de sa carrière. Il s’agit d’une base de statue, dédiée à M. Insteius, fils de Caius, imperator et bienfaiteur d’Europos880. La situation d’Europos, à l’écart de la via Egnatia, mais au débouché de la vallée de l’Axios, qui ouvre la voie vers les confins septentrionaux de la Macédoine, incline P. M. Nigdelis à identifier M. Insteius avec le légat anonyme qu’Antoine avait envoyé contre les Dardani881. Le récit d’Appien indique qu’au lendemain de Misène, le triumvir a envoyé plusieurs de ses légats dans les Balkans – un contre les Parthini (il s’agit sans doute d’Asinius Pollio), un contre les Dardani et un troisième en Épire – avant de venir passer l’hiver en Grèce882. Suivant ce témoignage, la mission d’Insteius commencerait en 39. Estelle simultanée ou postérieure à celle de Pollio ? La question reste impossible à trancher. Cependant, tout montre qu’Insteius n’était pas subordonné à un autre légat. Le récit d’Appien condense sur une même saison militaire des opérations qui se sont probablement déroulées successivement. Il faut ajouter que, dans la zone située autour d’Europos, à Byllis, à Beroia et à Stuberra, on découvre de nombreux notables portant les duo nomina du légat d’Antoine. Ces inscriptions suggèrent qu’il a intercédé pour que la citoyenneté romaine soit conférée à des représentants des élites indigènes et confirment son activité dans la région883. En 31, M. Insteius peut se prévaloir d’une certaine expérience militaire. C’est pourquoi Antoine l’a choisi à Actium pour commander le centre de la flotte884. Son comportement durant la bataille et le sort qu’il connut après la défaite sont parfaitement inconnus. Il ne paraît pas certain que les Insteii de l’époque impériale lui soient apparentés. En l’état actuel de nos connaissances, il faut conclure qu’Insteius et sa famille ont probablement été victimes de leurs choix malheureux885. De même, il convient de distinguer le légat d’Antoine de M. Insteius Tectus, fils de Caius, duovir et quinquennal de Corinthe, à la même époque, connu par l’épigraphie et la numismatique. Leur filiation indique qu’au mieux il sont apparentés886.

82 C. IULIUS DEMETRIUS887 partisan d’Antoine en 39 (D.C. 48.40.5-6)

  • 887 RE 4.2 (1901) s.v. “Demetrios” no 52, col. 2803 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 390.

Appartenance sociale :

libertus.

Carrière :

39 : procurateur d’Antoine à Chypre.

  • 888 D.C. 48.40.6 ; Macr., Sat., 1.11.18.
  • 889 Bicknell 1977, 325-342. Il reprend, à vrai dire, une identification déjà proposé par Münzer, RE no(...)
  • 890 Treggiari 1969, 69, 184-185, 190. Le principal argument en faveur de cette thèse provient d’un pas (...)
  • 891 Badian 1965, 110-121 ; Bagnall 1976, 262 pense que non ; Van’t Dack 1988a, 175-184. Depuis l’annex (...)
  • 892 J. Pouilloux, Roesh 1980, 249-256.

114Démétrius est un affranchi de Jules César qui reste au service d’Antoine. Celui-ci le délègue à Chypre, durant la contre-offensive de Ventidius contre les Parthes, à l’automne 39, ce qui apparaît comme un poste de confiance. En effet, la défaite consommée, Labiénus se réfugie dans l’île. Caius Julius, instruit de cette fuite, le fait rechercher et le capture888. L’étude de ce personnage suscite deux questions : celle de son identification et celle de sa mission. P. J. Bicknell l’asssimile à l’esclave de Pompée, Demetrios de Gadara889. Cette solution ne s’appuie sur rien de sûr et doit être écartée890. Cet épisode pose, également, le problème de l’administration de la Cilicie et de Chypre, dont le statut demeure incertain durant le second triumvirat : on ignore à quelle date ces provinces ont été, provisoirement, rendues aux Lagides. L’intervention d’un Romain, nanti d’un pouvoir officiel, permetil de supposer qu’Antoine, mécontent de l’aide que Cassius avait trouvé en Égypte, par mesure de rétorsion, a repris possession de ces territoires en 41891 ? Le texte de Dion Cassius ne permet pas de trancher, car il n’attribue pas à l’affranchi le titre de gouverneur, stratègos, mais l’appellation, plus neutre, de prostétagmenos. Il n’est pas impossible que le triumvir se soit borné à contrôler la gestion insulaire par l’envoi d’un représentant, sans recourir à une annexion. En 38, de toute façon, la souveraineté lagide est attestée de nouveau. Une inscription grecque de Salamine de Chypre, datée du 19 Athyr de la 15e année, c’est à dire du 19 novembre 38, mentionne un gouverneur de la Cilicie et de Chypre administrant l’île au nom des rois, Cléopâtre VII et Ptolémée XV Césarion892. Le mandat de Démétrius, s’il y en a eu un, s’achève alors.

83 C. IULIUS PAPIUS893 partisan d’Antoine en 32 (CIG 3, 4938-2)

  • 893 RE 10.1 (1918) s.v. “Iulius” no 376, col. 686 (Münzer).
  • 894 Devijver 1987, 1009-1010, mais il reprend l’ancienne datation (25 a.C.) qui semble abandonnée à l’ (...)

Origine géographique :

Romain ? Romain d’extraction servile ? Oriental romanisé ?

Appartenance sociale :

rang équestre894 ?

Carrière :

- 32 : praefectus dans l’armée d’Antoine en Égypte.

  • 895 Bernand 1969, no 63.
  • 896 Il paraît impossible d’envisager qu’il ait été le fils de C. Papius, tribun de la plèbe en 65, pui (...)

115C. Julius Papius est connu par une inscription, une dédicace à Isis, qui peut être datée de 32895. Il exerce un commandement sur des troupes cantonnées en Égypte, car son entourage est composé de centurions, qui sont ses subordonnés. Son grade exact n’est pas connu : le texte utilise le terme eparchos, qui se traduit par praefectus, mais l’on ne sait s’il s’agit d’un praefectus cohortis, alae, ou d’un praefectus fabrum. Une partie de son entourage porte des noms grecs, ce qui suppose un recrutement oriental. Mais, rien ne permet d’affirmer avec certitude que Papius soit un oriental romanisé. Cependant, on ne peut écarter l’hypothèse d’un affranchi de César. Ce dernier, avant sa mort, avait laissé la surveillence des soldats cantonnés en Égypte à C. Julius Rufio, un de ses affranchis. Il est possible qu’Antoine ait suivi cette tradition896.

84 M. IUNIUS SILANUS897 partisan d’Antoine en 43 (D.C. 46.38.6)

  • 897 RE 10.1(1918), s.v. “Iunius” no 171-172, col. 1095-1096 (Münzer) ; Glauning 1936, 14 ; 28-29 ; Bro (...)

Origine géographique :

Rome ?

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Carrière :

- 53 ? : légat de César en Gaule ?
- 43 : légat de Lépide en Gaule.

  • 898 Contrairement à l’opinion de Münzer, RE no 172 et de Syme [1939] 1967, 369, voir Hinard 1985b, 479 (...)
  • 899 PIR2, no 830.
  • 900 D.C. 46.38.6-7.
  • 901 D.C. 46.50, 4-6.
  • 902 D.C. 46.51.1.
  • 903 Cic., Fam., 10.30.1, (De Ser. Sulpicius Galba, 15 avril 43).
  • 904 Cic., Fam., 10.34.1 (De Lépide, 1er juin 43).
  • 905 On rencontre, à ce moment, un Lucius Silanus dans les rangs de Pompée, RE no 165 ; Grant [1946] 19 (...)
  • 906 Vell. 2.77.3.
  • 907 IG II/III2, 4114 ; Grueber, CRRBM, 2.522, no 175 ; Crawford 1974, 538 no 542 (1 et 2).
  • 908 Grattarola 1991, 138, pense que Iunius est le frère de l’épouse de Lépide, Junia. Cette hypothèse (...)
  • 909 Caes., Gal., 6.1.1 ; Münzer, RE no 171.

116Établir distinctement l’identité et les relations familiales des Iunii Silani, durant les guerres civiles, reste délicat, car des membres de cette souche, parfois homonymes, se rencontrent dans tous les camps. Parmi les Antoniens, on trouve un M. Iunius Silanus, à deux reprises, en 43 et en 34. Suivant une tradition établie par Münzer, Syme conclut qu’il s’agit d’un personnage unique898. Dans ce cas, la carrière de Marcus paraît mouvementée et confuse. En effet, en 43, il sert sous l’autorité de Lépide comme légat899. Le proconsul de Gaule Narbonnaise l’envoie en Italie à la tête d’un détachement, sans ordre précis900. Destinait-il ce renfort au Sénat qui faisait la guerre à Antoine, ou à Antoine qui assiégeait Decimus Brutus dans Modène ? Silanus, interprétant la pensée de son chef, rallie Antoine, de sa propre autorité. Cette décision provoque un sursaut de méfiance chez les pères conscrits, qui, de peur d’une trahison des généraux de Gaule, leur donnent l’ordre de ne pas pénétrer en Italie et de fonder Lugdunum901. Lépide adresse, d’ailleurs, des reproches à Silanus pour sa conduite902. En ces temps incertains, la confusion est de mise. Lors de la bataille de Forum Gallorum, Silanus combat aux côtés d’Antoine903. Après la défaite, il participe à la retraite et rejoint son ancien chef, en compagnie de Terentius Culleo, un autre de ses lieutenants, qui a bien servi le proconsul banni. Lépide accepte leur résipiscence, mais déclare à Cicéron qu’il les maintient en quarantaine et ne les emploie pas904. Sans doute se sont-ils employés sans son avis car, quelques jours plus tard, à la suite d’une manœuvre bien orchestrée, les légions de Lépide se mettent aux ordres d’Antoine, décidant l’entente des deux généraux. Une lacune de près de dix ans suit ces évènements. Dans cet intervalle, d’après Münzer, Iunius, dépité de la rebuffade de Lépide, serait passé à Sextus Pompée, avec lequel il n’était pas sans lien905. Puis, à la faveur des accords de Misène, il aurait rejoint à nouveau le parti antonien, puisque Velleius cite Marcus Silanus parmi les Pompéiens rendus à l’État par ces dispositions906 et, qu’en 34, un Marcus Iunius représente Antoine en Achaïe, avec le titre de questeur, nanti de pouvoirs proconsulaires907. En fait, cette reconstitution apparaît comme une hypothèse ingénieuse, mais hautement improbable. Trois arguments la combattent. Tout d’abord, un tel changement de cap, en 43, s’explique difficilement. On voit mal pourquoi le dépit l’aurait conduit à rejoindre un camp incertain, alors qu’il voyait ses calculs pro-antoniens se confirmer. En outre, la colère de Lépide, motif de son abandon, selon Münzer, constitue une mise en scène destinée à retarder une rupture qu’il appréhende. En second lieu, la progression de Iunius dans le cursus honorum serait alors erratique. Étant donnée la nature de sa mission, Iunius était sans doute légat de Lépide ; en devenant questeur, en 34, même si cette charge est assortie, en ce cas, d’une autorité extraordinaire, il aurait subi une rétrogradation, unique dans les annales des guerres civiles. Enfin, les missions accomplies par M. Iunius Silanus, de 34 à 31, se suivent sans hiatus et forment un ensemble cohérent avec la restitution après Misène et le consulat en 25. Il s’agit donc bien de la même personne, distincte du légat de 43, car il semble tout à fait incroyable qu’un Antonien de la première heure, malgré quelques vicissitudes, ait dû attendre près de vingt ans son consulat. Ainsi fautil distinguer deux Marcus Iunius, Antoniens l’un et l’autre, mais à des époques et avec des engagement différents : le subordonné de Lépide, sans doute apparenté au triumvir908, et le questeur de 34, qui s’est rallié ensuite à Octavien. Dès lors, on ne voit plus guère de raison pour ne pas identifier le magistrat de 43 avec le légat de César en Gaule, en 53909. M. Iunius constituerait, en ce cas, l’exemple de ces anciens subordonnés du dictateur qui reconnaissent Antoine comme un successeur possible.

85 M. IUNIUS SILANUS, cos. 25910 partisan d’Antoine de 34 à 31 (IG II/III2, 4114)

  • 910 RE 10.1 (1918) s.v. “Iunius” no 172, col. 1095-1096 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 351 ; Hinard 1985b (...)
  • 911 IG VII, 1851-1852.

Origine géographique :

Rome ?

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas plébéienne.

Liens familiaux :

- père : M. Iunius Silanus D. f.
- mère : Sempronia911.
- frère : L. Iunius Silanus, M.f. D.n., PIR no 827.
- épouse : Crispina.
- fils : M. Iunius Silanus, PIR no 831.
- petit-fils : M. Iunius Silanus Torquatus, PIR no 839.

Carrière :

- 34 : questeur en Grèce.
- 33-32 : proquesteur - propréteur.
- 31 : ralliement à Octavien.
- 25 : consul.

Sacerdoce :

- avant 34 : augure.

  • 912 Vell. 2.77.3.
  • 913 Hinard 1985b, 479, rappelle l’existence d’un L. Iunius Silanus, RE no 165 ; Grant [1946] 1969, 30.
  • 914 IG II/III2, 4114 ; Kajava 1990, 88, suggère une interprétation plus précise : elle pense que le pè (...)
  • 915 Crawford 1974, 538 no 542 (1 et 2) : “M. SILANUS AUG. Q. PRO. COS”.
  • 916 C’est l’opinion de Broughton MRR 2, 412.
  • 917 Plut., Ant., 59.6.
  • 918 Syme [1939] 1967, 382.
  • 919 InscrIt XIII, 1, Fast. Ca, 13, 1, 58 sq., 150 sq. ; IG. XII. 2, 35 (Col. b) ; IGRP IV, 33.
  • 920 Eilers 1999, 77-79 et 2002, 250-251, C124. L’inscription a été publiée par Varino… lu 1988, 93, qu (...)

117Velleius cite Marcus Silanus parmi les Pompéiens rendus à l’Etat par les accords de Misène912. On rencontre d’autres Silani, à ce moment, dans ce camp913. En fait, on ne sait s’il entre directement au service des triumvirs, comme Titius ou Arruntius, ou s’il reste encore dans les rangs de Sextus Pompée, comme Saturninus. En ce cas, il rejoint les Antoniens en 35 seulement. En 34, de toute façon, il représente Antoine en Achaïe. Une inscription d’Athènes914 et une émission monétaire915 attestent qu’il y séjourna, avec le titre de questeur investi de pouvoirs proconsulaires. Le denier indique, en outre, qu’il était augure. Une statue honorait également sa mère Sempronia et son épouse Crispina. Il semble probable qu’il gouverna la Grèce et la Macédoine jusqu’à l’arrivée d’Antoine, en 32916. Cette année là, à la suite d’un différend avec Cléopâtre, il abandonne Antoine pour Octavien, en compagnie de Dellius917. Ce ralliement servit la lignée : Marcus fut agrégé au patriciat en 29918 et, en 25, devint consul ordinaire, aux côtés du Prince919. Ses descendants s’intégrèrent à la dynastie julio-claudienne et constituèrent une des familles les plus puissantes de l’empire. Eilers lui attribue une inscription de Stratonicée de Carie, publiée en 1988, mentionnant un proconsul homonyme, patron de la cité et bienfaiteur héréditaire. De nombreux Silani ont été gouverneurs de la province : le préteur de 77 a. C, par ailleurs patron de Mylasa, et après lui, le consul de 46 p. C., en 54. Si cette base de statue se rapporte au consul de 25, il faut supposer qu’il a assumé cette charge dans les années 20 a. C920.

86 LACO921 (C. Albuttius Laco ?) partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 2.106)

  • 921 RE 12.1 (1924) s.v. “Laco” no 1, col. 346 (Münzer).

Origine géographique :

Anagnia (Anagni).

Appartenance sociale :

sénateur ? Issu des élites municipales ?

Liens familiaux :

- père : L. Albuttius Laco ( ?).

  • 922 Cic., Phil., 2.106.
  • 923 Cic., Att., 16.11.3.
  • 924 CIL, X, 5906 = ILS, 6258.

118Laco appartient au groupe des intimes de MarcAntoine. Il l’accompagnait dans ses déplacements, en 44, lors de la tournée du consul en Campanie, pour superviser la fondation des colonies de vétérans922. Il est originaire de la ville d’Anagnia (Anagni) ainsi que Seius Mustela923. L’ivrognerie reste la seule compétence que la postérité lui connaisse ; on ne sait s’il accomplit une carrière quelconque. Il descend, sans doute, de la famille des notables d’Anagnia, les Albuttii Lacones ; peut-être faut-il le rapprocher de Caius Albuttius Laco, fils de Lucius, deux fois édile, sénateur coopté, pontife, augure, (questeur ?)924.

87 LAELIUS925 partisan d’Antoine en 43 (Plut., Ant., 18.4-5)

  • 925 RE 12.1 (1924) s.v. “Laelius” no 1, col. 399 (Münzer).

Appartenance sociale :

civis romanus.

Carrière :

- 43 : soldat des légions de Lépide, grade inconnu.

  • 926 Plut., Ant., 18.4-5.
  • 927 App., BC, 3.83.

119En mai 43, Laelius servait dans l’armée de Lépide stationnée en Narbonnaise. Avec un autre soldat, Clodius, il fut envoyé par ses camarades, déguisé en courtisane, à Antoine, pour l’engager à attaquer hardiment le retranchement, car la majorité des défenseurs était prête à l’accueillir926. Mais Antoine refusa. Cet incident révèle la popularité d’Antoine dans l’armée et l’ambiguïté de la position de Lépide, indécis, peu pressé de se rallier au proconsul, qu’il avait pourtant discrètement aidé les mois précédents. Sans doute, la défaite de Forum Gallorum, l’effraya-t-il. Laelius appartient probablement à la Dixième Légion, car ce sont les soldats de cette unité qui organisèrent la fraternisation des deux armées, geste spectaculaire qui emporta la décision de Lépide. Ces hommes auraient été recrutés par Antoine et lui seraient restés fidèles927.

88 M. LICINIUS CRASSUS, cos. 30928 partisan d’Antoine de 37 à 31 ? (D.C. 51.4.3)

  • 928 RE 13.1 (1926) s.v. “Licinius” no 58, col. 270-285 (Groag) ; Glauning 1936, 14, 16 ; Broughton MRR(...)

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Liens familiaux :

- grand-père : M. Licinius Crassus, RE, no 56.
- père : M. Licinius Crassus, RE, no 57.
- mère : Caecilia Metella.
- fils : M. Licinius Piso Frugi.

Carrière :

- 44-39 ? : partisan de Sextus Pompée.
- 39 ? : réhabilité dans le cadre des accords de Misène.
- 37-35 : légat ? d’Antoine en Crète et Cyrénaïque ?
- 35 ? : légat ? d’Antoine en Bithynie ?
- 31 ? : ralliement à Octavien.
- 30 : consulat avec Octavien.
- 29 : proconsul en Macédoine et Achaïe.
- 27 : triomphe ex Thracia et Geteis.

Sacerdoce :

- 31 : augurat.

  • 929 Syme 1986, 272, déduit de la chronologie familiale qu’il devait avoir sensiblement l’âge de Valeri (...)
  • 930 App., BC, 2.41.165.
  • 931 Hinard 1985b, no 73, déduit cela du texte de Dion Cassius (51.4.3), qui indique qu’il servit Sextu (...)
  • 932 Broughton MRR 2, 397, pense le reconnaître dans une émission monétaire située d’abord en Crète pui (...)
  • 933 D.C. 51.4.3.
  • 934 CIL, IX, 332.
  • 935 D.C. 51.4.3 ; Oros. 6.19.14 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Amer. 170, 171 ; Fast. Ven. 254, 255 ; Fast. (...)
  • 936 En 29 et 28, son proconsulat en Macédoine et en Grèce lui permit de se distinguer. La première ann (...)
  • 937 Tarpin 2003, 306-307, analyse les causes de sa disgrâce de façon très convaincante.

120Marcus Licinius Crassus descend d’une famille des plus puissantes de la fin de la République. Son grand-père paternel était le triumvir Crassus, son grand-père maternel, le consul de 69, Cæcilius Metellus Creticus929. Son père servit César, en Gaule d’abord, en qualité de questeur, en 54 et 53, puis il gouverna la Cisalpine en 48930. Les raisons qui ont poussé le jeune nobilis à rejoindre le camp de Pompée, après la mort de César, restent inconnues. Cette décision s’explique sans doute par sa proscription. La richesse et les appuis de sa parenté l’exposaient à une spoliation. Il fut probablement réhabilité par la paix de Misène ; comme de nombreux nobiles931. Dion Cassius nous donne l’assurance qu’il resta quelque temps au service d’Antoine. Malgré les revers familiaux, il constituait un appoint considérable, aussi le triumvir l’employa-t-il. Mais les missions qui lui sont confiées demeurent incertaines. Il gouverna, peut-être, la Crète et la Cyrénaïque, entre 37 et 34932. Mais il ne fut vraisemblablement pas le gouverneur du Pont et Bithynie, en 35-34. En fait, sa défection semble le seul fait qui soit assuré dans sa carrière du côté antonien. Elle se déroula, sans doute, peu de temps avant Actium933. Octavien avait promis de récompenser ce précieux concours. Il tint parole ; les honneurs s’abattirent sur Licinius : l’augurat en 31934, le consulat en 30935, sans même avoir été préteur et, enfin, le patriciat. Mais cette brillante période ne dura pas très longtemps : dès 27, Licinius s’était retiré de la vie publique936. Sans doute ses succès éclatants et son comportement aristocratique n’étaient-ils plus de mode937.

  • 938 AE 1957, no 317, “M. Crassus Frugi” ; Syme 1960, 12-20, approuve cette reconstitution de la filiat (...)

121La famille de Licinius Crassus se poursuit peut-être dans un fils adoptif, Marcus Licinius Piso Frugi, consul en 14, dont le géniteur était, peut-être, Marcus (Pupius ?) Piso, ami d’Antoine, préteur en 44938.

89 LICINIUS DENTICULUS ou LENTICULA939 ? partisan d’Antoine en 44-43 ? (D.C. 45.47.4)

  • 939 RE 13.1 (1926) s.v. “Licinius” no 80, col. 350 (Münzer) ; Broughton MRR 3, 34.

Appartenance sociale :

sénateur.

  • 940 Cic., Phil., 2.56, les manuscrits font hésiter entre plusieurs versions : Denticulum, (Heusinger v (...)
  • 941 D.C. 45.46.4.

122Le cognomen même de Licinius demeure incertain : Denticulus chez Cicéron940, Λεντικουλον ou Λεντικουλα chez Dion Cassius941. Licinius fut rappelé d’exil par Antoine, son ami, durant son tribunat, en 49. Condamné pour le désordre de sa vie, ce joueur invétéré n’apparaît pas de prime abord comme une victime politique. Antoine prête le flanc à l’ironie de l’auteur des Philippiques en alléguant, pour la réhabilitation de son ami, qu’il était un “vir bonus et Re Publica dignus”. Cependant, Cicéron donne en exemple quelques unes des bonnes raisons que le tribun aurait pu avancer. Ainsi, il eût pu arguer que Licinius était absent au moment de l’accusation, qu’il avait été condamné sans que sa cause fût plaidée, que le tribunal avait été corrompu à prix d’argent. Cela permet de supposer que son exil avait été décidé dans des conditions troubles. Peut-être est-ce un ancien Clodien, en tout cas il s’agit d’une des nombreuses victimes des règlements de comptes judiciaires des années 50. Rien ne permet d’assurer qu’il était sénateur. Mais, en 43, il est très probablement aux côtés d’Antoine, ce qui justifie la diatribe de Cicéron et l’allusion de Dion Cassius.

90 L. LOLLIUS942 partisan d’Antoine en 35 (Robinson, BMC Cyrenaica, CCIII, CCVII, 114 ; RPC I no 908-913)

  • 942 RE 13.2 (1927) s.v. “Lollius” no 20, col. 1390-1391 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 408.
  • 943 Cette origine est attestée pour celui que l’on suppose son père, Sal., Hist, 4, 13.
  • 944 Celui-ci fut tribun de la plèbe en 71, préteur vers 69 et candidat au consulat en 67. C’était un h (...)
  • 945 Cic., Fam., 9.22.4 ; Suet., Jul., 50.
  • 946 Sur le S. C. de Panamareis apparaît un certain Pallakeinos, que Taylor, 1960, 226 ; 1966, 127 ; in (...)

Origine géographique :

Picenum943 ?

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- père ? : M. Lollius Palicanus, RE, no 21944.
- sœur ? : Lollia épouse d’A. Gabinius945.
- parent ? : M. Pallicanus, sénateur en 39946.

Carrière :

- 47 : triumvir monetalis ?
- avant 34 : légat d’Antoine en Crète et Cyrénaïque.

  • 947 BMC Cyrenaica, ccxix-ccxx, 114-116, no 3-23, pl. 39, no 10 ; pl. 40 ; pl. 41, no 1-3, 6-7, pl. 42, (...)
  • 948 Cette interprétation de Grant [1946] 1969, 54-58, est reprise par Broughton MRR 2, 408 et MRR 3, 3 (...)
  • 949 Babelon 1885-1886, 1, 549 ; 2, 147 ; Broughton MRR 2, 444.
  • 950 PIR, 85, no 319 = BMC Cyrenaïca, 120 no 44-48.
  • 951 ILLRP, 1025.
  • 952 Herzog, RE 17, col. 1442-1443, souligne que, sur le sesterce de 47, le symbole choisi par le monét (...)
  • 953 Syme [1939] 1967, 509 n. 19.

123Lucius Lollius prête à de nombreuses discussions. Il est connu par une émission monétaire de Crète et de Cyrénaïque947 qui doit raisonnablement être datée avant 34. Les monnaies n’indiquent en légende aucune magistrature mais un des motifs associés au nom du monétaire, une sella curulis, montre qu’il est un représentant romain de rang curule. Il s’agit donc d’un légat d’Antoine948. Il est fréquemment identifié à Lollius Palicanus, monétaire de César en 47949. Il convient néanmoins de le distinguer du légat d’Auguste en Cyrénaïque, en 22 a.C., dont on garde la trace, PALIK(anus), sur des monnaies950. Les Lollii Palicani sont mal connus. Ils semblent apparentés au banquier M. Lollius951 et demeurent proches des milieux d’affaires952. Ils accomplissent leur percée au Sénat au lendemain de la guerre sociale et probablement sous la protection de Pompée, puisqu’ils sont originaires du Picenum et liés à Gabinius. Faut-il voir dans le mariage de Gabinius et de Lollia l’union de deux familles aristocratiques de cette région ? Ce n’est pas sûr953. En revanche, comme leur parent, il se rallièrent finalement à César, ainsi que l’indique la fonction de monétaire du jeune Palicanus. Toutefois la parenté du monétaire antonien avec les Palicani n’est pas fermement établie.

91 LUCILIUS954 partisan d’Antoine de 42 à 30 (Plut., Ant, 69.1-2)

  • 954 RE 13.2 (1927) s.v. “Lucilius” no 2, col. 1617 (Münzer) ; Glauning 1936, 12.
  • 955 Il s’agit d’un tribun militaire, de rang équestre, qui périt sous les ordres de L. Calpurnius Piso (...)

Appartenance sociale :

sénateur ?

Liens familiaux :

- parent ? : Sex. Lucilius, Nicolet 1974, no 205955.

Carrière :

- 42 : légat ( ?) de Brutus, prisonnier d’Antoine.
- 30 : Comes d’Antoine après Actium.

  • 956 Plut., Brut., 50. l-9.
  • 957 App., BC, 4.129.542-544.
  • 958 Plut., Ant., 69.1-2.
  • 959 Münzer, RE no 2.
  • 960 Hinard 1985b, 490 no 83.

124Lucilius reste peu connu. En 42, ami et compagnon de Brutus, il combat dans ses rangs pendant la seconde bataille de Philippes956. Le sort des armes est contraire ; des cavaliers barbares menacent Brutus ; Lucilius risque sa vie. Il reste en arrière ; prétend qu’il est en fait Brutus. Lorsque les gardes le conduisent à Antoine, celui-ci évente la supercherie. Loin de s’en fâcher, le triumvir déclare à ses compagnons qu’en cherchant un ennemi ils lui ont ramené un ami. De ce jour, Lucilius reste auprès de lui ; Plutarque et Appien957 sous-entendent qu’Antoine l’employa à des missions confidentielles. Il devait être discret en effet, puisque de ses services personne ne sait rien. Après Actium, il n’abandonne pas son bienfaiteur et reste auprès de lui jusqu’à sa mort. Bien qu’aucune source ne mentionne explicitement son sort, Plutarque laisse entendre qu’il ne survécut pas à la victoire d’Octavien958. L’identification de Lucilius parait impossible959. Ainsi que le fait remarquer Fr. Hinard960, il devait être un officier d’un certain rang auprès de Brutus pour que la substitution fût vraisemblable. Il semble probable, d’après le récit de Plutarque, que le triumvir le connaisse déjà avant Philippes. Il offre un exemple de Républicain rallié à Antoine qui ne poursuit pas sa carrière sous le principat ; or, contrairement aux autres cas semblables, Lucilius n’appartenait pas au cercle étroit des tyrannicides. Il représente donc une sorte d’anomalie, qui va à l’encontre de l’unanimité de la clémence d’Auguste. Mais peut-être ne l’a-t-il pas réclamée ?

92 LYSIADÈS961 partisan d’Antoine en 44 (Cic., Phil., 5.13-14 et 8.27)

  • 961 RE 11.2 (1922) s.v. “Lysiadès” no 1, col. 2301 (Münzer).

Appartenance sociale :

Civis Romanus.

Origine géographique :

Athènes.

Carrière :

- 51/50 ? : archonte.
- 44 : juré dans la troisième décurie créée par la Lex Antonia.

  • 962 Cic., Phil., 5.13-14 et 8.27 ; lex Antonia iudicaria : Rotondi 1912, 431.
  • 963 Rawson 1985, 44-67.
  • 964 Cic., Phil., 5.13 : “homo praetera festius”, 14 “graeculi iudicis” et “si Lysiades citatus iudex e (...)
  • 965 Suet., Jul., 42.1. C’est une hypothèse de Ramsey 2005, 28.
  • 966 D’autant plus que des Romains siégeaient alors à l’Aréopage (certes, au mépris de la légalité) et (...)
  • 967 Tzamtzis 1998, 546 n. 37, réfute l’argument de Cicéron : le mode de fonctionnement de l’Aréopage p (...)
  • 968 Il fut surnommé philathenaios, Plut., Ant., 23 ; Rawson 1985, 44-67 ; Tzamtzis 1998, 550.

125Cicéron cite Lysiadès comme un exemple des jurés indignes de la troisième décurie instituée par la Lex Antonia de 44, aux côtés de Curius et de Cydas962. Des trois, il est le mieux connu des sénateurs : “plerique nouimus”. Son père, Phèdre, un philosophe d’une haute réputation, dirige l’école épicurienne d’Athènes, ce qui restreint la liberté polémique de l’orateur963. Cependant, Cicéron allègue trois griefs : sa levitas, incompatible avec le sérieux de la fonction, son extranéité et l’entrave que constituent ses engagements d’aréopagite964. Dans son cas, la citoyenneté romaine ne fait aucun doute car l’orateur ironise : “iudicis modo palliatis modo togati”. Il doit peut-être ce statut à la loi de César conférant la cité aux intellectuels résidant à Rome965. Son appartenance à une famille aristocratique ne pose pas plus de problème, de même que sa connaissance du droit (il a été aréopagite et auparavant archonte). Son désir de s’intégrer au milieu dirigeant romain peut sembler légitime à certains sénateurs et sa présence dans la troisième décurie966 pourrait donner à celle-ci quelque crédibilité, c’est pourquoi Cicéron insiste sur le handicap de la grécité967. Athènes et certains de ses citoyens firent l’objet de nombreuses attentions de la part d’Antoine. Deux Aréopagites, Ménédemos et Lysiadès, appartiennent à sa clientèle et il favorisa la cité à plusieurs reprises en agrandissant son territoire après la guerre de Philippes ; puis en y séjournant, à la fin de 42 et surtout en 37968.

93 MACHaeRAS969 partisan d’Antoine en 38 (Jos., BJ, 1.317)

  • 969 Broughton MRR 2, 395 ; Wiseman 1971, 281, no 540.

Carrière :

- 38 : légat (?) subordonné à Ventidius en Judée.

  • 970 Jos., BJ, 1.324.
  • 971 Jos., BJ, 1.317 = AJ, 14.434-438.
  • 972 Il existe des citoyens portant ce cognomen : CIL, XI, 767 (Larinum), C. Annidius Machaera ; moins (...)
  • 973 Syme 1939, 544 n. 84 ; 1955b, 136.
  • 974 Broughton MRR 2, 395.
  • 975 Jos., AJ, 14.435-436.
  • 976 Jos., BJ, 1.318.
  • 977 Ni Antigone, ni Hérode, ne lui accordent leur confiance ; il semble pourtant qu’Hérode, en lui pro (...)
  • 978 Jos., BJ, 1.320-322 = AJ, 14.438 ; Hérode conseille à Joseph d’éviter toute discorde avec Machaera (...)
  • 979 Jos., BJ, 1.323-326 = 14.448.
  • 980 Jos., BJ, 1.334 = 14.450.

126En 38, Ventidius, débarrassé de Pacorus, envoie deux légions et un millier de cavaliers fraîchement recrutés en Syrie970 à Hérode, pour l’aider dans sa guerre contre Antigone ; à leur tête, il place un mystérieux personnage nommé Machaeras971. Flavius Josèphe, qui, seul, l’évoque, ne précise pas son titre ; rien ne permet d’affirmer qu’il n’est pas un Romain972. Cependant, R. Syme, se fondant sur les consonnances de ce curieux nom, incline à le considérer comme un membre de la famille royale du Pont973. Broughton, dans l’incertitude, le classe comme praefectus974. Les agissements de cet individu ne paraissent pas plus clairs que ses origines. De surcroît, les sources, “les Antiquités Judaïques” et “la Guerre des Juifs”, se contredisent. Avant même que Machaeras ne rejoigne Hérode, Antigone a tenté de le corrompre. A-t-il été stipendié975, ou est-il resté fidèle aux ordres de Ventidius976 ? Antigone craignant, avec raison977, une ruse de Machaeras, lui ferme les portes de Jérusalem et celui-ci rejoint Hérode. De rage, il massacre sur son passage des juifs, sans discernement. L’Iduméen, mécontent de ses mauvais procédés, menace d’en référer à Antoine ; Machaeras obtient son pardon. Hérode part aider le triumvir au siège de Samosate, laissant la Judée à Joseph et aux troupes romaines978. Pendant que le lieutenant de Ventidius fortifie Gittha, le père du prince, avec les troupes qu’il lui a prêtées, périt dans une escarmouche contre Antigone979. Ce dernier, profitant de son avantage, ordonne à Pappos, son général en chef, d’attaquer Machaeras980. Mais, après l’arrivée de Sosius en Judée, Flavius ne parle plus de Machaeras.

94 MANIUS partisan d’Antoine en 41-40 (App., BC, 5.14)981

  • 981 RE 14.1 (1928) s.v. “Manius” no 1 et 2, col. 1147-1148 (Münzer et Stein) ; Broughton MRR 2, 375 ; (...)
  • 982 Une famille de magistrats de Tibur porte ce nomen, ILLRP, 678 ; Syme 1964a, 119 conclut à l’origin (...)
  • 983 Wiseman 1971, 239 no 245.

Origine géographique :

Tibur982 ?

Appartenance sociale :

sénateur ?

Liens familiaux :

- père : Manius, légat de M. Antonius en 74983 ?

Carrière :

- 41-40 : représentant d’Antoine en Italie.
- 40 : exécuté sur l’ordre d’Antoine.

  • 984 Sal., Hist., 3.6 (fragments).
  • 985 App., BC, 5.14.
  • 986 Mart. 11.20 ; App., BC, 5.19.
  • 987 App., BC, 5.22.
  • 988 App., BC, 5.28-29. 112-113.
  • 989 App., BC, 5.32 ; Ceux-ci, en effet, font mouvement vers Pérouse, mais restent dans l’expectative.
  • 990 App., BC, 5.52 et 62.
  • 991 App., BC, 5.66.

127Manius paraît un fidèle de Marc Antoine. À la génération précédente, déjà, un Manius, peutêtre son père, était légat de Marcus Antonius Creticus, durant sa campagne malheureuse contre les pirates, en 74984. En 41, procurateur d’Antoine pendant son absence, Manius prétend défendre les intérêts du triumvir en retardant l’installation des vétérans dans les colonies italiennes. Dans un premier temps, il demande que les soldats d’Antoine obtiennent de ses amis leur gratification, contrairement aux accords précédents qui délimitaient les tâches respectives des trois maîtres de Rome985. Lors des mois qui suivent, il change de tactique. Des troubles ont éclaté entre propriétaires et allocataires ; Lucius commence à utiliser cette arme contre Octavien. Manius décide alors Fulvie à soutenir son beau-frère. Il semble qu’il ait utilisé le puissant argument de la jalousie pour cela : une guerre en Italie forcerait Antoine à s’arracher des bras d’une enchanteresse orientale, Glaphyra ou Cléopâtre986. Le moyen fut efficace ; Manius joue donc, selon Appien, le rôle d’un boute-feu dans la guerre civile. Il démontre à Lucius qu’Octavien se sert des colonisés pour capter une clientèle plus vaste dans le prolétariat militaire. D’ailleurs, ne projette-t-il pas d’étendre l’aire des confiscations au delà des dix-huit cités, à toute l’Italie, pour satisfaire les appétits, non plus des vingt-huit légions prévues initialement, mais de trente-quatre987 ? Le Sénat et les chevaliers tentent d’arbitrer la lutte entre le consul et le triumvir. Devant cette assemblée, Manius produit une lettre d’Antoine, peut-être apocryphe, qui stipule que ses partisans doivent entreprendre la guerre si l’on porte atteinte à sa dignitas. Les pères conscrits proposent un arbitrage pour débattre de la réalité de cette attaque. Cette mesure dilatoire ne retarde même pas le déclenchement des opérations988. Lucius Antonius est assiégé dans Pérouse et c’est Manius qu’il envoie aux lieutenants d’Antoine en Cisalpine, Ventidius et Asinius. Il les presse de venir en aide au consul, avec un succès mitigé989. Après la reddition de la place, Manius rejoint, avec Fulvie, Antoine en Grèce. Ce dernier lui reproche sévèrement ses initiatives. ou leur échec ; il s’accorde avec Octavien pour lui faire porter la principale responsabilité de la guerre990. Non content de le désavouer, il le fait exécuter peu après991.

128Le rôle de Manius n’était sans doute pas si décisif. Les nombreux traits romanesques du récit ainsi que l’absence de source alternative doivent inciter à la prudence. Dans cette obscure affaire de la guerre de Pérouse, il ne semble avoir qu’un seul but : défendre les intérêts d’Antoine, quitte à outrepasser la lettre de ses ordres, certain d’en saisir l’esprit. En vérité, ses positions initiales ressemblent à celles des autres lieutenants du triumvir : il faut sauvegarder les avantages qu’il a tirés de sa victoire à Philippes et empêcher Octavien de gagner une immense popularité en Italie. Les légats d’Antoine observent cette attitude, en refusant le passage vers l’Espagne aux légions d’Octavien. Les collaborateurs d’Antoine renâclent à exécuter ses ordres apaisants qui, en plus, leur parviennent peu et mal. Au demeurant, les ambitions d’Octavien ont dû paraître bien menaçantes à Manius, qui paya chèrement sa lucidité.

95 C. MARCIUS CENSORINUS, cos. 39992 partisan d’Antoine de 44 à 39 (Cic., Phil., 13.12)993

  • 992 RE 14.2 (1930) s.v. “Marcius” no 48, col. 1554-1555 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 386, PIR2, M, no 2 (...)
  • 993 Il demeure sans doute dans le camp d’Antoine au delà de son consulat ; mais, après cette magistrat (...)
  • 994 Taylor 1964, 232.
  • 995 Ainsi que le révèle une inscription de Patras, datée de l’hiver 32-31, publiée et commentée par Mo (...)
  • 996 Kanatsoulis 1984, no 888.

Origine géographique :

Rome, tribu Papiria994.

Appartenance sociale :

sénateur, nobilitas.

Liens familiaux :

- grand-père : C. Marcius Censorinus, RE, no 43.
- père : L. Marcius Censorinus, RE, no 47.
- fille : Censorina, épouse de L. Sempronius Atratinus995.
- fils : C. Marcius Censorinus, RE, no 44.

Carrière :

- 44 : sénateur.
- 43 : préteur.
- 42 : proconsul en Macédoine996.
- 39 : consul.

Sacerdoce :

- après 31 : quindecemvir sacris faciundis ?

  • 997 Hinard 1985a, 74 ; cette famille a un passé anti-syllanien : le grand-père de L. Marcius fut l’acc (...)
  • 998 Cic., Phil., 11.36 et Att., 14.10.2.
  • 999 Nic. Dam. 25.96.
  • 1000 Cic., Phil., 11.11 ; 12.20 ; 13.2 ; 13.26.
  • 1001 Cic., Phil., 11.36 ; ad Brut., 1.3a ; 5.1.
  • 1002 Vell. 2.14.3. Mais il en est exproprié au profit de Statitilius Taurus, Shatzman 1975, 23.
  • 1003 Plut., Ant., 24.1. Des troubles importants ont secoué la Macédoine, une inscription de Galatista ( (...)
  • 1004 IG II/III, 4113 = IG III, 567 le remercie de sa bienveillance envers le peuple ; Clinton 1989, 149 (...)
  • 1005 Broughton MRR 2, 382.
  • 1006 InscrIt XIII, 1, Fast. Mag. Vic. 282 et 287 ; Fast. Biond. 281 sq. CIL, I2, 244 ; XI, 7602 ; Viere (...)
  • 1007 Cela peut être déduit de la liste des propriétaires successifs de la maison de Cicéron donnée par (...)
  • 1008 Moretti 1980, 450-452, la date de l’hiver 32-31. Kajava 1990, 89, rapproche cette inscription de c (...)
  • 1009 CIL, VI, 32 323 ; 5713.
  • 1010 Vell. 2.52. 1-2 ; IK, 34, Mylasa, 341 et 410.

129Lucius Marcius Censorinus appartient à une famille sénatoriale au passé marianiste : son grandpère fut proscrit en 81997. Cette filiation le conduit dans le parti de César. Sa carrière, alors, demeure inconnue, mais il bénéficie de la mise aux enchères des biens des vaincus, avec la bienveillance, sans doute, de son protecteur998. Déjà membre du Sénat en 44, il tente de défendre le dictateur, aux côtés de Calvisius, contre les armes de ses assassins999. Il entre alors dans le parti d’Antoine. Préteur désigné pour l’année 43, il accompagne son nouveau chef au siège de Modène. Cicéron, sarcastique, souligne qu’après avoir obtenu la préture urbaine il n’a de cesse que de quitter la ville1000. Décrété ennemi public avec le proconsul1001, il ne lui reste d’autre solution que de le suivre en Gaule, puis de revenir en Italie après la conclusion des accords de Bologne et l’instauration du triumvirat. La proscription lui permet de s’approprier la maison de Cicéron sur le Palatin, revanche cynique sur l’orateur, qui l’accusait de n’être qu’un adjudicataire de biens dans la paix1002. Après la défaite des Républicains à Philippes, Antoine confie à Marcius le gouvernement de l’Achaïe et de la Macédoine et avec le titre de proconsul. Cette mission prouve la confiance du triumvir en ses capacités, puisqu’en fait Lucius doit pacifier des zones redevenues incontrôlables, réorganiser des provinces ravagées par les armées adverses, recueillir ou écraser le reliquat des troupes républicaines, sans perdre de vue les agissements d’Ahenobarbus, de Sextus Pompée ou, même, d’Octavien. En bref, il sauvegarde les arrières d’Antoine, qui part à la reconquête de l’Orient1003. Une inscription d’Éleusis confirme sa présence dans ces provinces en 411004. L’arrivée d’Asinius Pollio, en 40, le relève de son poste1005 et il vient recueillir à Rome la récompense de ses efforts, le consulat et le triomphe, en 391006. Après la magistrature suprême, pourtant, ce partisan fidèle et compétent ne semble plus participer à la vie publique. En 31, il est exproprié de la maison de Cicéron au profit de Statilius Taurus1007. Cela suggère qu’il était encore connu comme un Antonien. D’ailleurs, durant l’hiver 32-31, sa fille et son gendre, L. Sempronius Atratinus, sont honorés à Patras, ce qui montre la fidélité de la famille à ce camp1008. Cependant, la disgrâce semble s’arrêter là : Censorinus figure comme quindecemvir sacris faciundis dans les acta des jeux séculaires1009. Son fils, consul en 8 a.C., augure, fit une belle carrière, qui le conduisit au proconsulat d’Asie. Il fut honoré d’un culte à Mylasa1010.

96 C. MATIUS1011 allié éphémère d’Antoine en 44 (Cic., Fam, 11.27 ; 11.28)

  • 1011 RE 14.2 (1930) s.v. “Matius” no 1, col. 2206-2210 (Münzer) ; Nicolet 1974, 947-949 no 228.
  • 1012 Plin., Nat., 12.6. Münzer (RE no 1) et Stein (RE no 2) ainsi que Syme [1939] 1967, 77, distinguent (...)

Appartenance sociale :

eques romanus.

Liens familiaux :

-fils : C. Matius ? RE no 21012.

Carrière :

-58 ? - 50 : officier équestre de César en Gaule ?
- 50-48 : officier équestre de César durant la guerre civile.
- 48-44 : Conseiller de César.

  • 1013 Cic., Fam., 11.27.2.
  • 1014 Cic., Att., 9.15a.
  • 1015 Il diffuse à Rome la nouvelle de la victoire sur Pharnace, Plut., Caes., 50.3.
  • 1016 Cic., Fam., 11.27.5.
  • 1017 Cic., Fam., 6.12.
  • 1018 Cic., Att., 9.11.2.
  • 1019 Cic., Fam., 8.15.2 ; Apollodore de Pergame lui dédia son traité de rhétorique (Quint., Inst., 3.1. (...)
  • 1020 Cic., Att., 14.1.1, lettre du 7 avril 44.
  • 1021 Cic., Att., 14.3.1 ; 14.4.1.
  • 1022 Cic., Att., 14.1.1.
  • 1023 Traditionnellement, les deux lettres étaient datées de la fin du mois d’août 44, mais Kytzler 1960 (...)
  • 1024 Cic., Fam., 11.27.7.
  • 1025 Cic., Att., 15.2.3.
  • 1026 Cic., Fam., 11.28.7.
  • 1027 Cic., Fam., 11.27.7.
  • 1028 Nicolet 1974, 949.
  • 1029 Cic., Fam., 11.27.8.
  • 1030 Pourtant, son avidité était légendaire, Plut., Caes., 51.3 ; d’ailleurs, C. Matius le sait bien et (...)
  • 1031 Sur les pressions qu’il subit (Cic., Fam., 11.28.3-4) ; sa volonté de se détacher des Antoniens (1 (...)
  • 1032 Cic., Att., 16.11.1.
  • 1033 Suet., Jul., 52.2.

130C. Matius est un des plus fidèles Césariens : il a secondé César en Gaule1013, puis l’a suivi durant la guerre civile, peut-être comme tribun militaire1014 ? Après la victoire, il appartient au cercle des plus proches conseillers du dictateur, chargé de diffuser les nouvelles à Rome, durant les campagnes1015, et responsable des “relations publiques”, pendant les séjours de César dans la Ville1016. Cicéron se félicite d’entretenir de bonnes relations avec cet homme influent1017, mais modéré et discret1018, qui, de plus, cultive le bel esprit1019. La mort du dictateur afflige profondément Matius. Très pessimiste, il prédit à Cicéron que l’assassinat de son ami va engendrer des troubles graves, parmi lesquels, une guerre civile et une révolte de la Gaule1020. Ses paroles ont impressionné Cicéron, malgré la méfiance qu’il manifeste1021. À ce moment, Matius semble servir Lépide1022. C’est, peut-être, le départ de celuici pour la Gaule qui incite Matius à se rapprocher d’Antoine et d’Octavien, ce que révèle un échange de lettres, dont la date est controversée1023. En effet, Cicéron répond à Matius, qui l’avait sollicité, par l’intermédiaire de Trebatius, qu’il n’ajoute aucun crédit aux rumeurs l’accusant d’être Antonien1024. Plusieurs prises de position publiques de C. Matius ont été très vivement critiquées par Cicéron et son entourage : le vote en faveur d’une loi proposée par Antoine, la curatèle des jeux commémorant la victoire de Munda1025, ses visites fréquentes au consul, qui sont une marque du soutien qu’il lui porte1026. Cette attitude est d’autant plus grave, aux yeux de Cicéron, que C. Matius occupe une haute position1027. Faut-il supposer que l’orateur fait allusion ici à une fonction conférée par César à son ami1028 ? Cela ne paraît pas nécessaire ; il pense probablement à l’influence qu’exerce Matius sur son ordre. Aussi, tout en protestant de son amitié, Cicéron conseille à son correspondant de faire passer l’amour de la patrie, avant l’amitié qu’il portait au dictateur défunt1029. La réponse de Matius éclaire mieux encore sa position, il affirme son hostilité aux “Libertatis auctores”, son refus de céder aux pressions qu’ils exercent sur lui ; il réaffirme sa fidélité à César, même s’il insiste sur le caractère privé des manifestations de sa piété et sur son désintéressement1030 ; en revanche, il tient à se démarquer de la clique des Antoniens, qu’il nomme les improbi1031. C. Matius apporte donc son soutien aux trois représentants principaux de la faction césarienne, Lépide d’abord, Antoine et Octavien, ensuite. Cicéron n’est pas dupe. En novembre 44, il recommande à Atticus de veiller à ce que la seconde Philippique ne tombe, ni entre les mains de l’Antonien Q. Fufius Calenus, ni entre celles de C. Matius1032. Ce dernier s’était donc résolument rangé aux côtés d’Antoine, à ce moment. Il reste à déterminer pourquoi l’opinion de Cicéron importait tant à Matius ; sa démarche s’explique probablement parce que ce dernier comptait sur les relations privilégiées qu’il avait nouées avec l’orateur pour conserver un interlocuteur en cas de négociations avec les “Libérateurs”. Par ailleurs, Matius semble être, dès 44, un intermédiaire entre les diverses factions issues du césarisme. Le triumvirat lui convenait parfaitement. Il n’a donc accordé à Antoine qu’un soutien provisoire et lui a, sans doute, retiré tout appui, définitivement, lorsque ce dernier s’est autorisé du témoignage des amis de César pour affirmer devant le Sénat que Césarion était le fils du dictateur1033.

97 MELA1034 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.3)

  • 1034 RE 15.1 (1931) s.v. “Mela” no 1, col. 384 (Münzer).

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- 43 : familier d’Antoine

  • 1035 Cic., Phil., 13.3.

131Il n’existe d’autre référence sur Mela qu’une allusion de Cicéron1035. Il le cite au nombre des partisans parmi les “Antoni collusores et sodales”. Cela suggère qu’il appartenait au cercle étroit des amis liés seulement au proconsul et qu’il n’était pas un Césarien reconverti ou un allié de circonstance. Münzer envisageait son rattachement, soit aux Annaei, soit aux Fabii, soit aux Pomponii. Il n’y a pas de preuve qu’il s’agisse d’un sénateur.

98 L. MESSIUS1036 partisan d’Antoine de 41 à 31 (D.C. 50.9.4)

  • 1036 RE 15.1 (1931) s.v. “Messius” col. 1243 (Münzer).
  • 1037 Il existe des Messii à Teanum, ILLRP, 168, et une missive de Cicéron suggère que C. Messius en éta (...)
  • 1038 Wiseman 1971, 240 no 252.

Origine géographique :

Teanum Sidicinum1037 ?

Liens familiaux :

- parent ( ?) : C. Messius, RE, no 21038.

Carrière :

- 41-40 : légat ? de L. Antonius.
- 31 : espion pour le compte d’Antoine.

  • 1039 D.C. 50.9.4.
  • 1040 App., BC, 5.60.254 ; Roddaz 1988, 340-341.
  • 1041 Münzer, RE no 3.
  • 1042 Cic., Att., 8.11d. 2.
  • 1043 B. Afr. 33.43.

132Lucius Messius espionnait Octavien pour le compte d’Antoine, en 31. Il le servait, semblet-il, depuis au moins dix ans1039. Prisonnier après la reddition de Pérouse, il fut grâcié une première fois par Octavien, ce qui indique qu’il appartenait au groupe des Antoniens qui suivirent Lucius Antonius1040. Il doit, sans doute, être apparenté à Caius Messius, tribun de la plèbe en 57 a.C.1041 Celuici, ancien Pompéien1042, originaire de Campanie, avait rejoint César pour lequel il combattit, défendant Achulla durant la guerre d’Afrique1043. Les antécédents césariens de la famille expliquent peut-être qu’Octavien ait grâcié une seconde fois Lucius Messius. L’agent de renseignement avait été surpris. Au lieu d’ordonner son exécution, Octavien le renvoya à son véritable maître, non sans lui avoir démontré la puissance de son armée2. C’était servir doublement sa propagande, en passant pour généreux, tout en intoxiquant l’adversaire avec des informations faussées. Il se peut que l’explication réelle de cette anecdote, trop exemplaire pour être honnête, soit ailleurs : Lucius Messius peut très bien être un “agent double”. Les mois qui précédèrent le dénouement des guerres civiles fourmillent de chassés-croisés entre les deux camps, échanges de partisans plus ou moins loyaux, plus ou moins utiles.

99 L. MINUCIUS THERMUS1044 rallié à Antoine en 35 (App., BC, 5.139)

  • 1044 RE 15.2 (1932) s.v. “Minucius” no 67, col. 1971-1974 (Münzer) ; Glauning 1936, 13 ; Broughton MRR (...)
  • 1045 Taylor 1964, 236.
  • 1046 CIL, I, 1237 = VI, 5961. Cf. Münzer, RE no 67.

Origine géographique :

Minturnes (tribu Teretina)1045.

Appartenance sociale :

sénateur de rang prétorien.

Liens familiaux :

- père : Q. Minucius Thermus.
- fille ? : Polla Minucia, épouse d’A. Allienus1046.

Carrière :

- 62 : tribun de la plèbe.
- 58 ? 53 ? : préteur.
- 52-50 : propréteur en Asie.
- 49 : légat de Pompée.
- 43 : ambassadeur du Sénat auprès de Sex. Pompée.
- 43-35 : légat de Sex. Pompée.
- 35-31 ? : légat d’Antoine.

  • 1047 App., BC, 5.139.
  • 1048 Plut., Cat. Mi, 27 ; 28 ; D.C. 37.43.1-3.
  • 1049 Cic., Fam., 13.53-56 ; Att., 5.13.2 ; 5.20.10 ; 5.21.14 ; 6.1.13. Dans ses lettres, Cicéron le pré (...)
  • 1050 Caes., Civ., 1.12.1-3 ; Cic., Att., 7.13a. 3 ; 7.23.1 ; Luc. 2.463 ; Flor., Epit, 2.13.19.
  • 1051 Cic., Phil., 13.13, avec L. Aemilius Paullus et C. Fannius.

133Quintus Minucius Thermus appartient au groupe des Pompéiens qui, en 35, passent au service d’Antoine par l’intermédiaire de Titius1047. Pourtant, s’il est bien ce Thermus, proscrit et réhabilité, son attachement au parti pompéien ne semble pas inconditionnel au départ. En 62, lorsqu’il était tribun de la Plèbe, il s’éleva, avec Caton, contre le rappel en Italie des troupes de Pompée1048. Mais, dans les années suivantes, il se rapproche de son parti. En 49, il figure parmi les partisans déclarés du conquérant de l’Orient. Par ailleurs, il connaît bien les Antonii : il a eu pour questeur en Asie, en 51-50, Lucius Antonius, avec lequel, du reste, il s’était un peu fâché. Mais il le ménagea, sur les conseils de Cicéron, et rétablit des relations normales avec celui-ci, au point de lui confier la gestion de la province jusqu’à l’arrivée de son successeur1049. Ses choix malheureux durant la guerre civile expliquent la proscription de Thermus en 43. Sa défaite en 49, à Iguvium, face à Scribonius Curio, marque le début d’une première période de silence, jusqu’à la mort de César1050. En 43, il est envoyé par le Sénat en députation auprès de Sextus Pompée1051. Il demeure dans son état-major jusqu’au printemps 35, où il lui faut bien se déclarer vaincu. Le passage au service d’Antoine n’indique pas, chez lui, le démarrage d’une nouvelle carrière. Comme il ne reste aucune trace de ce personnage après le ralliement de 35 et qu’il ne laisse pas, sous le principat, de descendance notable, on peut douter qu’il ait trahi Antoine au moment d’Actium.

100 L. MUNATIUS PLANCUS1052, cos. 42. partisan d’Antoine de 43 à 32 (Vell. 2.63 et 83)

  • 1052 RE 16.1 (1933), s.v. “Munatius” no 30, col. 545-551 (Hanslik) ; Broughton MRR 2, 357 ; PIR, 317 no(...)
  • 1053 Porphyrion et Acron, ad Hor Carm., 1.7.15. Cette affirmation a été contestée. Atina a aussi revend (...)
  • 1054 Wiseman 1964, 22-133, surtout 27. Pourtant elle n’est pas attestée et il y a peu de chances, même (...)
  • 1055 Il existe deux Titus Munatius, dont l’un porte l’agnomen “Byrsa”. Cicéron, dans une lettre à Luciu (...)
  • 1056 Sur l’inscription de son tombeau à Gaète, Plancus omet de citer cette étape de son cursus, Masi 19 (...)
  • 1057 ILS, 886 ; PIR, no 728.

Origine géographique :

Tibur ?1053 (tribu Camilia ?1054)

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : L. Munatius Plancus, RE no 29.
- frère : C. Munatius Plancus = L. Plotius Plancus, RE no 26.
- frère ? : T. Munatius Plancus Byrsa, RE no 32 ?
- parent : T. Munatius Plancus1055.
- fils : L. Munatius Plancus, RE no 31.

Carrière :

- 54-49 : légat de César en Gaule.
- 49 : légat de César en Espagne.
- 47-46 : légat de César en Afrique.
- 45 : praefectus urbi1056 sans doute préteur.
- 44-43 : légat en Gaule Transalpine,
- été 43 : ralliement à Marc-Antoine,
- 29 déc. : triomphe “exRaetis”.
- 42 : consul.
- 41-40 : proconsul, lotit des vétérans, participe à la guerre de Pérouse, au siège de Brindes.
- 40 ? -38 ? : légat d’Antoine en Asie.
- 36 ? -34 : légat d’Antoine en Syrie.
- 32 : ralliement à Octavien.
- 22 : censeur.
- 15 : dernière date possible pour sa mort1057.

Sacerdoce :

c. 45 : Septemvir epulo.

  • 1058 Watkins 1997, 15, 18-19, suggère que la famille de Plancus avait noué des liens de clientèle avec (...)
  • 1059 Caes., Gal., 5.24.3. Watkins 1997, 34-35 ; il n’y a pas de preuve qu’il ait participé à l’expéditi (...)
  • 1060 Caes., Gal., 5.25.4.
  • 1061 Caes., Civ., 1.40.5. Watkins 1997, 38-39, reprenant une hypothèse émise par Sumner 1971, 359, sugg (...)
  • 1062 B. Afr. 4.1. Il n’a probablement pas commandé la V Alaudae, contrairement à ce qu’avaient supposé (...)
  • 1063 Crawford 1974, 485 no 475, “L. Planc. Praef. Urb.” ; Broughton MRR 2, 313. Cic., Phil., 2.78, son (...)
  • 1064 D.C. 46.53.1 ; Nic. Dam. 28.112 ; désigné avec Decimus Brutus.
  • 1065 Plut., Brut., 19.1.

134Lucius Munatius Plancus, issu d’une famille notable italienne, peut-être de Tibur, paraît être le légat de César qui obtient la réussite la plus brillante, à l’exception d’Antoine1058. Pourtant, jusqu’aux ides de Mars, son rôle reste secondaire. Ses faits de guerre en Gaule ne sont connus que durant l’année 54, tandis qu’il hiverne chez les Belges1059, puis chez les Carnutes après l’assassinat de Tasgetius1060. En 49, il sert en Espagne sous les ordres de Fabius et se trouve en difficulté face aux généraux pompéiens Afranius et Petreius1061. En 47 et 46, il suit César en Afrique1062. En 45, sa carrière prend soudain son essor : le dictateur, durant son absence, lui confie la préfecture de la Ville, qu’il cumule peut-être avec la préture urbaine, facilite sans doute son entrée dans le collège des épulons1063 et le désigne également au consulat pour l’année 421064. À l’issue de sa préture, Munatius obtient un gouvernement en Gaule chevelue. Cependant, il séjourne encore à Rome au moment de l’assassinat de César. Le 17 mars, au Temple de Tellus, à la suite d’Antoine et de Cicéron, Plancus prononce un discours en faveur de la paix et de la concorde1065.

  • 1066 Cic., Phil., 3.38 ; Att., 15.29, 6 juillet 44 ; départ de Plancus pour sa province, D.C. 46.29.6. (...)
  • 1067 Cic., Fam., 10.1.5.
  • 1068 Cic., Phil., 3.28 ; Act. Tr. 86 et 567. Sans doute avant mars 43, date du communiqué adressé au sé (...)
  • 1069 ILS, 41 et 886.
  • 1070 ILS, 886. Broughton MRR 3, 42. Lugdunum fut fondée durant l’année 43 (D.C. 46.50.4-6). Sur la fond (...)
  • 1071 Cic., Fam., 10.1.1 ; 2 ; 3.2 ; 10.4. Ses liens avec Cicéron dateraient de la génération précédente (...)
  • 1072 Cic., Att., 15.29.
  • 1073 Cic., Fam., 10.5.2.
  • 1074 Cic., Fam., 10.8, sa lettre au Sénat est citée en entier ; son commentaire se trouve dans une autr (...)
  • 1075 Cette lettre officielle était doublée d’une demande pressante et privée, expédiée à Cicéron le mêm (...)
  • 1076 Cic., Fam., 10.6.2. Dans la lettre précédente, le promagistrat adjure le Sénat de rester en paix. (...)
  • 1077 Cic., Fam., 10.15 ; 10.17 ; 11.10 ; 10.34 ; 11. l2.
  • 1078 Cic., Fam., 10.9 ; 10.14 ; 10.11 ; 10.15 ; 10.17.
  • 1079 Cic., Fam., 10.15.
  • 1080 Cic., Fam., 10.21.
  • 1081 Cic., Fam., 10.23 ; en juillet, il entame des négociations avec Octavien, Cic., Fam., 10.24 (28 ju (...)
  • 1082 Cic., Fam., 11.9 ; 11.13.
  • 1083 Liv., Per., 120 ; App., BC, 3.97.
  • 1084 Liv., Per., 120 ; Plut., Ant., 18.7 ; App., BC, 3.46 ; 74 ; 97 ; D.C. 46.53.2.
  • 1085 Vell. 2.64.

135Le Sénat le confirme dans son gouvernement et dans ses espoirs de consulat1066. Durant les quelques mois qu’il passe dans sa province, il lève des troupes pour grossir les effectifs de ses trois légions1067, mène une expédition en Rhétie1068, qui lui vaut d’être salué imperator1069, fonde la colonie de Lugdunum (Lyon) et de Raurica (Augst)1070. Malgré cette activité incessante, son souci principal reste l’évolution de la situation politique. Quoique césarien, il possède des liens solides avec quelques “Libérateurs”, surtout Cicéron1071, mais aussi Decimus Brutus1072. Cicéron, qui flatte son ambition, lui fait entrevoir une brillante carrière s’il devient le “bras armé” du Sénat et le somme, en janvier 43, de choisir son camp1073. C’est seulement le 20 mars 43, que le gouverneur de Gaule chevelue se déclare en leur faveur1074 ; sa lettre offre un exemple de pragmatisme bien éloigné des envolées patriotiques très en faveur dans les Philippiques. Plancus reconnaît avoir pratiqué le double jeu, mais il met cinq légions à la disposition du Sénat. Par ses missives à Cicéron, on sait qu’il en espère de larges récompenses1075, soufflant le chaud et le froid1076 pour faire monter les enchères. Son intense correspondance, durant le printemps 43, permet de suivre l’évolution des opinions et des opérations. Dans un premier temps, en avril-mai, les nouvelles de l’arrivée de L. Antonius et de Ventidius lui arrivent1077 et Plancus cherche à conclure une alliance avec Lépide1078. Il franchit l’Isère le 18 mai1079 et s’apprête à opérer sa jonction, lorsqu’il apprend son ralliement à Antoine1080. Il rebrousse chemin et les nouveaux alliés tentent d’engager avec lui des pourparlers, sans succès1081. Il continue à inspirer une confiance relative aux Républicains, surtout à Decimus Brutus, qui le rejoint début juin1082. Le revirement paraît brutal : durant l’été, Asinius Pollio a servi d’intermédiaire entre Plancus et ses adversaires1083, il les réconcilie1084 et Decimus Brutus est tué alors qu’il tente de s’échapper1085. Les quatre gouverneurs marchent sur l’Italie.

  • 1086 InscrIt XIII, 1, Act. Triumph. 6 sq. Fast Barb. 342 sq. ; ILS, 41 ; 886 ; à cette occasion il rest (...)
  • 1087 Vell. 2.67.4.
  • 1088 V. Max. 6.8.5 ; Plin., Nat., 13.25. Il fut victime de son goût pour les parfums : son odeur révéla (...)
  • 1089 D.C. 47.16.1 ; sous son consulat, la proscription prend un nouveau tour. Les Coponii de Tibur fure (...)
  • 1090 App., BC, 4.12 et 4.45.
  • 1091 InscrIt XIII, 1, Fast. Amit. 170-171 ; Fast. Amer. 242 ; Fast. Colot. 273-274 ; Fast. Mag. Vic. 28 (...)
  • 1092 Attestée par les privilèges accordés à Seleucos de Rhosos, Roussel 1934, 34-35 ; Allély 2004, 135.

136À la fin de l’année 43, Plancus célèbre son triomphe “ ex Raetis”, en même temps que Lépide1086, non sans que s’élèvent quelques murmures : “C’est de Germains non de Gaulois que triomphent les consuls”1087, allusion à la proscription de leurs proches parents. Munatius est accusé d’avoir inspiré celle de son frère, qui est finalement exécuté1088, et semble à l’origine de celle d’opposants de Tibur1089. En revanche, durant son consulat, l’année suivante, il intervient en faveur de L. César et réhabilite Sergius1090. D. Brutus étant mort, il a Lépide pour collègue1091. Il est à l’origine de la loi Aemilia-Munatia, régularisant l’octroi du droit de cité et des immunités1092.

  • 1093 ILS, 886 : “Agros divisit in Italia Beneventi”.
  • 1094 Gabba 1970a, 216.
  • 1095 Vell. 2.74 ; App., BC, 5.33-35. Son expérience des opérations de siège l’a conduit à prendre cette (...)
  • 1096 Vell. 2.76 ; App., BC, 5.50.61. C’est peut-être de cette époque que date l’inscription d’Éleusis, (...)
  • 1097 App., BC, 5.55.

137Après Philippes, Plancus, occupé à distribuer des terres aux vétérans, se trouve à Bénévent lorsqu’éclate la guerre de Pérouse1093. Il lève des troupes à la faveur de sa mission et, sur les conseils de Fulvie, les conduit à Lucius Antonius assiégé1094. En chemin, il remporte un des rares succès des Antoniens durant cette campagne. Mais, devant Pérouse, attaqué par Octavien et Agrippa, il doit se replier sur Spolète. Les généraux Antoniens se concertent, doivent-ils secourir L. Antonius ? Munatius fait prévaloir son avis : il faut rester dans l’expectative1095. Après la reddition de Pérouse, ils se dispersent. Deux de ses légions sont interceptées par Agrippa et le proconsul se hâte d’embarquer à Brindes avec Fulvie, en abandonnant les restes de son armée, que Ventidius reprend en main. Dans cette affaire, les sources, principalement Appien, font apparaître Plancus, une fois de plus, sous un jour peu avantageux : traître, car il promet à L. Antonius une aide qu’il ne lui apporte pas et couard, en quittant brutalement l’Italie, sans souci de ses partisans1096. Ce second trait de caractère se retrouve dans le récit d’un événement tout juste postérieur. Antoine l’a repris à son service, après l’avoir fraîchement accueilli. Tandis qu’il cingle vers Brindes, la flotte d’Ahenobarbus se joint à lui, car Asinius Pollio a traité avec les Républicains. Plancus, qui se trouve auprès du triumvir, ne parvient pas à dissimuler sa peur et se rassérène difficilement1097. Dans les années qui suivent, la mésentente entre les deux principales figures du parti antonien reste toujours de rigueur

  • 1098 D.C. 48.24.3 ; Crawford 1974, no 522 ; Ganter 1892, 36 (années 39-37). Watkins 1997, 97 sq. suggèr (...)
  • 1099 En effet, sa famille avait noué avec l’Orient, depuis plusieurs générations, de solides liens fina (...)
  • 1100 D.C. 48.26.3.
  • 1101 D.C. 48.32.4. Watkins 1997, 98 n. 28.
  • 1102 App., BC, 5.65.
  • 1103 App., BC, 5.63.
  • 1104 Delrieux & Ferriès 2004, 64-71.

138Au cours de l’année 40, avant ou au moment de la conclusion des accords de Brindes, Antoine envoie Munatius en Asie1098. Ce n’est pas un monde totalement inconnu pour lui : sa famille entretenait des relations étroites avec le monde égéen et l’Asie depuis deux générations1099. Malheureusement la chronologie et la portée de son intervention dans la guerre contre Labienus restent difficiles à établir. En effet Dion Cassius rapporte qu’après avoir tué le gouverneur de Syrie, les Parthes envahissent l’Asie et contraignent Plancus, à se réfugier dans les îles1100. Le gouverneur, ou le légat, présent lors de l’intervention parthe du début 40 ne peut être Plancus, qui se trouve encore, soit auprès de Fulvie, soit aux côtés d’Antoine. Munatius aborde sans doute en Asie plus tard, mais peut-être dans l’automne 40, avant la fermeture de la navigation. En effet, Munatius n’était pas à Rome au lendemain des accords de Brindes. Un incident permet de l’affirmer. Les triumvirs ont désiré célébrer la fête promise pour l’heureuse issue de la guerre contre les “Tyrannicides” et il ne s’est pas trouvé un seul septemvir epulo pour célébrer les rites ; les pontifes ont dû les remplacer1101. Or, Plancus est epulo depuis 45. A-t-il été expédié en même temps que Ventidius1102, après la réconciliation de Brindes ou un peu plus tôt, en même temps que Domitius en Bithynie1103 ? Si Plancus part juste après Brindes, il arrive en Asie en même temps que Ventidius et ne peut donc être victime de l’invasion parthe, puisque Ventidius, dès son arrivée, les repousse dans les défilés ciliciens. Alors, Dion Cassius a fait une erreur complète et incompréhensible. Mais si l’on pense qu’Antoine l’y a envoyé au début des négociations, durant l’été, comme Ahenobarbus en Bithynie, en ce cas, Plancus aurait pu, chronologiquement être repoussé par Labienus, juste après avoir pris pied dans sa nouvelle province. On sait que Labienus a été aux prises avec une vague de soulèvements de cités stratégiquement importantes, à la fin de 40 ou au début 39. Il les a écrasés et les meneurs ont dû fuir dans les îles. Ce sursaut des cités est peut-être en rapport avec l’arrivée de Plancus. Celui-ci aurait été repoussé, ce qui expliquerait la confusion de Dion. Mais, on ne peut en dire plus : les opérations militaires qui précédèrent la campagne de Ventidius, en 39, sont ignorées par les sources littéraires. Cependant, l’envoi d’Ahenobarbus dans le Pont, de Plancus en Asie, correspondaient, sans doute, à des impératifs stratégiques, complémentaires de l’envoi de Ventidius. Plancus a de toute façon combattu : il est salué du titre d’imperator bis et un culte lui est rendu dans une des villes qui a le plus souffert de l’invasion parthe1104. Il reste peut-être sur place jusqu’en39 ou 38. M. Cocceius Nerva lui succède et il est salué également du titre d’imperator et reçoit de grands honneurs dans la même région.

  • 1105 Liv., Per., 131 ; App., BC, 5.140 ; Ganter 1892, 43 (années 35-34).
  • 1106 App., BC, 5.144.
  • 1107 Plin., Nat., 9.121 ; Macr. 3.17.16.
  • 1108 Vell. 2.83, fortement influencé par le pamphlet d’Asinios Pollio.

139Il succède à Sosius en Syrie en 36. Il occupe ce poste-clé durant la campagne parthique, preuve de la confiance d’Antoine. Il fournit, conformément aux ordres de ce dernier, des troupes à Titius, son neveu, qui doit s’assurer de la personne de Sex. Pompée1105. Appien suggère que, dans l’affaire Sextus Pompée, la plus grande responsabilité revient peut-être à Plancus. Celui-ci possède le sceau qu’Antoine lui a remis au début de la campagne, en cas d’urgence ou de décès, et il s’en sert pour authentifier l’ordre d’exécuter le fils de Pompée, qui n’émane que de lui. Ses mobiles n’apparaissent pas clairement : a-t-il anticipé sur la volonté d’Antoine, qui ne veut pas heurter les sympathies pompéiennes de Cléopâtre, ou craint-il que Sex. Pompée ne fournisse l’occasion d’une nouvelle discorde entre les triumvirs ? Appien ne tranche pas1106. À l’époque de cet incident, Plancus semble au sommet de la faveur, familier d’Antoine, flatté par Cléopâtre et la flagornant ; deux anecdotes en témoignent : il arbitre le fameux pari de la perle1107 et danse, dans un banquet donné par la Reine, le rôle de Glaucos1108.

  • 1109 D.C. 50.3.1-3.
  • 1110 Plut., Ant., 58.4.
  • 1111 D.C. 48.54.4 (année 37).
  • 1112 Il serait l’“eastern expert” d’Octavien, durant la campagne d’Actium, selon Watkins 1997, 108-109, (...)

140Pourtant, en 32, Plancus est le premier des dignitaires du parti antonien à déserter, en compagnie de son neveu Titius. Des allégations diverses justifient cet acte : les deux hommes se seraient opposés à la participation de Cléopâtre à la guerre1109, ils auraient été offensés par elle1110, la trahison serait une maladie chez Plancus, il aurait été en disgrâce. Il ressort de toutes ces raisons que la Reine d’Égypte n’en est pas la seule cause. Cependant, elle a pu prendre ombrage de sa participation à l’affaire Pompée, si les arguments présentés par Appien se révèlent exacts. Velleius mentionne, pour sa part, qu’Antoine se fâche des rapines de Plancus. Il place sa confiance dans d’autres lieutenants. Plancus ambitionne, sans doute, la position de second d’Antoine et celui-ci lui préfère le républicain Domitius1111. Plancus change alors de chef et livre au nouveau les secrets de l’ancien, notamment le contenu du testament. L’impact psychologique de cette trahison, à Rome comme en Orient, semble considérable. Aussi Octavien le récompense-t-il et l’utilise-t-il largement1112.

  • 1113 Hor., Carm., 1.7. Cette ode exalte les beautés de l’Italie, et de Tibur, surtout, par rapport à ce (...)
  • 1114 Vell. 2.91 ; Suet., Aug., 7.2 ; Censorin. 21.9.
  • 1115 Avec Paulus Aemilius Lepidus : ILS, 886 ; Vell. 2.95 ; V. Max. 6.8.5 ; Plin., Nat., 13.25 ; Suet.,(...)
  • 1116 Suet., Ner., 4. Le fils du partisan d’Antoine lui fit un affront durant sa censure.
  • 1117 Plin., Nat., 31, praef.
  • 1118 Orateur remarquable, Cic., Fam., 10.3.3 ; Ascon., Mil., 33 ; Sen. Rh., Con., 1.8.15 ; Suet., Rhet. (...)
  • 1119 Cresci-Marrone 1999, 111-120, pense qu’il faut voir dans l’Ode 1.15. une allusion ironique d’Horac (...)
  • 1120 Wright 2001, 178-179 s’interroge, à son tour, sur l’origine de la haine que manifeste Velleius à l (...)
  • 1121 On découvre sur une inscription de Mylasa, IK, 34.1-Mylasa, 135.2, un prêtre de L. Munatius (et sa (...)

141Plancus semble être un des hommes importants des premières années du Principat. Il est le dédicataire d’une ode d’Horace, dans une série qui inclut le jeune César, Agrippa, Mécène et Virgile1113. Il reste également célèbre pour avoir proposé au Sénat que l’on accorde dorénavant à Octavien le titre d’Auguste1114. En 22, il devient censeur, ce qui constitue le couronnement de sa carrière1115. Ces honneurs contrebalancent les haines tenaces qu’il suscite chez d’anciens proscrits, les Coponii, chez d’anciens alliés, les Ahenobarbi1116, ou même chez Asinius Pollio1117. Malgré d’indubitables qualités politiques et littéraires1118 ; Plancus représente donc, aussi bien pour ses contemporains1119 que pour la littérature antique postérieure1120, l’archétype du traître et du courtisan flagorneur ; pourtant, il est un des derniers aristocrates romains à recevoir un culte posthume1121.

101 T. MUNATIUS PLANCUS BYRSA1122 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 13.2)

  • 1122 RE 16.1 (1933) s.v. “Munatius” no 32, col. 551-553 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 350 ; Wiseman 1971, (...)
  • 1123 Comme l’ensemble de la famille : Acron, Hor. Carm., 1.7 ; Porphyrion, ibid. Mais cette affirmation (...)
  • 1124 Ascon., Mil., 33 (Clark) ; PIR, no 728, L. Munatius Plancus (Groag). Cependant, Watkins 1997, 165- (...)

Origine géographique :

Tibur1123 ?

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père ? : L. Munatius Plancus, RE no 29.
- frère ? : L. Munatius Plancus, RE no 301124.
- frère ? : C. Munatius Plancus, RE no 26 = L. Plotius Plancus.

Carrière :

- 52 : tribun de la Plèbe.
- 51 : exilé.
- 48 : rappelé par César.
- 43 : légat d’Antoine à Modène.

  • 1125 Cic., Phil., 13.27.
  • 1126 Cic., Mil., 12 ; 13 ; 47-90-91 ; Ascon., Mil., 31-52 (Clark) ; App., BC, 2.21 ; D.C. 40.49.1-3 ; S (...)
  • 1127 Cic., Fam., 7.2.2-3 ; Att., 6.1.10 ; Phil., 6.10 ; 13.27 ; V. Max. 6.2.5 ; Plut., Pomp., 55.5 ; Ca (...)
  • 1128 Cic., Phil., 10.22 ; 13.27.
  • 1129 Cic., Phil., 10.22 ; 12.20 ; 13.2. Comme Cloelius, Bestia etc.
  • 1130 Cic., Phil., 6.10.
  • 1131 Cic., Phil., 11.14.
  • 1132 Cic., Phil., 13.27.
  • 1133 L’erreur de Dion Cassius (46.38.3), qui place le combat de Munatius et d’Aquila à Mutina, le prouv (...)
  • 1134 Plin., Nat., 13.25.

142Titus Munatius Plancus commence sa tumultueuse carrière sous la bannière de Clodius. En 53, lorsque ce dernier brigue la préture, il devient tribun de la Plèbe1125, poste décisif dans une stratégie où le soutien populaire constitue la force prépondérante. Milon met brutalement fin à leurs ambitions. Le tribun organisa alors des funérailles grandioses et effrayantes. Le bûcher funéraire de Clodius, improvisé dans la curie, enflamme le bâtiment et menace le quartier ; les émeutes se répandent dans les rues1126. Pompée intervient, mettant fin au désordre. Les ennemis de Clodius doivent patienter. Mais, dès sa sortie de charge, qui marque la fin de son immunité, Munatius est poursuivi par Cicéron, qui obtient son exil1127. Les guerres civiles lui fournissent l’occasion de revenir à Rome1128. Il est gracié par César. Comme d’autres Clodiens, la mort du dictateur le conduit dans le parti d’Antoine1129. Ce dernier éloigne un peu cet allié compromettant. En effet, Cicéron a beau jeu de rappeler son passé, pour faire frissonner les Pères conscrits1130. Au début de 43, il commande des troupes en Cisalpine et occupe Pollentia de Ligurie1131. Il est chassé de cette position et blessé1132 par Pontius Aquila, légat de Decimus Brutus. Il rejoint, peut-être alors, Antoine au siège de Modène1133. Par la suite, il ne donne plus signe de vie ; il périt sans doute dans les combats. Un fait appuie cette hypothèse : en 42, L. Munatius profite, semble-t-il, de la proscription de son frère, Plotius, pour rassembler la totalité du patrimoine, ce qui implique l’antériorité de la mort de Titus1134.

102 Q. NASIDIUS1135 partisan d’Antoine de 35 à 31 (App., BC, 5.139)

  • 1135 RE 16.2 (1935), s.v. “Nasidius” no 4, col. 1790-1791 (Münzer) ; Glauning 1936, 13 ; Broughton MRR (...)
  • 1136 Luc. 9.790 sq. et Sil. 15.450 citent un Marse de ce nom qui sert en 47, sous les ordres de Caton.

Origine géographique :

Marse1136 ?

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : L. Nasidius, RE, no 3.

Carrière :

- 44-43 : légat de Sex. Pompée en Sicile.
- 35 : ralliement à Antoine.
- 31 : légat d’Antoine.

  • 1137 Hinard 1985b, 496, souligne que les trois Nasidii connus à la fin de la république appartenaient a (...)
  • 1138 Nicolet 1974, no 242.
  • 1139 Crawford 1974, no 483. Cette monnaie affirme peut-être l’apothéose stellaire du grand Pompée et jo (...)
  • 1140 App., BC, 5.139, en compagnie de Cassius Parmensis, Sentius Vetulo, Antistius Reginus, C. Fannius, (...)
  • 1141 D.C. 50.13.5 ; Vell. 2.84.

143Descendant d’une famille pompéienne1137 – son père avait commandé dans la flotte de Pompée entre 49 et 471138 – Q. Nasidius fait naturellement ses premières armes au service de Sextus. En 44-43, il est un de ses officiers en Sicile, ainsi que l’atteste son émission monétaire à l’effigie de son chef1139. En 36-35, lorsque Sextus Pompée aborde les côtes d’Asie, Quintus figure encore dans son état-major ; mais, pressentant la défaite totale, il passe alors au service d’Antoine, en compagnie des principaux responsables de ce parti1140. Antoine continue à l’employer comme amiral. Durant l’été 31, au large des côtes grecques, il est vaincu par Agrippa. Son échec permet à la flotte d’Octavien de s’emparer de Patras, puis de Corinthe1141. Son destin postérieur et sa descendance restent absolument inconnus.

103 NIGER1142 ami d’Antoine en 35 (Plut., Ant., 53.4)

  • 1142 RE 17.1 (1936) s.v. “Niger” no 2, col. 199-200 (Münzer).

144Octavie, demeurée à Athènes sur l’ordre de son mari, lui dépêche un de ses amis, Niger afin qu’il lui annonce l’arrivée des troupes et des renforts octroyés par son frère. L’identité de ce personnage reste impossible à établir. Il s’agit probablement d’un personnage d’une certaine importance, car il prend sur lui d’ajouter au message qu’il devait délivrer des conseils d’apaisement et des éloges d’Octavie, que, par respect ou par amitié, Antoine accueille sans humeur.

104 (L. NUMISIUS ?) NUCULA1143 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 13.2)

  • 1143 RE 17.1 (1936) s.v. “Nucula” no 1, col. 1238-1239 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 332.

Origine géographique :

Préneste ?

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

septemvir chargé de la colonisation

  • 1144 Cic., Phil., 6.14 ; 8.26 ; 11.13 ; 13.26 ; 13.37 ; de ce fait, il est un ennemi sauvage de la Res (...)
  • 1145 CIL, VI, 38 876 : L (ucius) Numisius A (uli) f (ilius) tro(mentina) Nucula. F. Münzer note qu’il y (...)

145Nucula appartient à la commission des septemvirs chargés en juin 44 de répartir les terres du domaine public entre les vétérans. Il devient le collègue de L. Antonius, de Lento, de Saxa et de Cafo… Cette désignation indique sans doute son adhésion au cercle des fidèles d’Antoine. Nucula retire de l’exercice de cette charge les avantages d’une clientèle et le désagrément d’une attaque en règle dans les Philippiques. Cependant, à part sa participation à la commission, Cicéron ne lui reproche, en fait, que son goût pour l’écriture des pantomimes, littérature bien prosaïque qui témoigne de sa levitas et de celle de son chef1144. Une inscription de l’époque républicaine, révèle un certain L. Numisius Nucula, avec lequel il est tentant de l’identifier ou de l’associer, étant donnée la rareté de ce cognomen1145.

105 NUMISIUS TIRO1146 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 12.3)

  • 1146 RE 17.2 (1937) s.v. “Numisius” no 11, col. 1401 (Münzer).
  • 1147 CIL, I, 32 = ILS, 3147.

Origine géographique :

Marse1147 ?

Appartenance sociale :

civis romanus, ancien centurion ?

Carrière :

- 44-43 : tribun commandant la garde personnelle d’Antoine.

  • 1148 Cic., Phil., 13.3.
  • 1149 Cic., Phil., 5.18.
  • 1150 Cic., Phil., 12.14.
  • 1151 Cic., Phil., 2.8.
  • 1152 Cic., Phil., 7.26.

146Numisius Tiro appartient, en 43, à l’entourage immédiat d’Antoine1148. Il semble avoir pour mission, avec Cassius et Mustela, d’assurer la garde du consul1149. Peut-être commande-t-il en fait la milice que celui-ci a levée pour le maintien de l’ordre. Ce partisan, apparemment négligeable1150, semble chargé d’un passé trouble, tout comme l’alter ego que lui donne Cicéron : Seius Mustela1151. Antoine craint, en effet, que l’on poursuive en justice ses lieutenants et réclame pour eux des garanties. Il est vrai que les tribunaux constituaient le lieu privilégié des règlements de comptes1152.

106 M. OCTAVIUS1153 partisan d’Antoine en 31 (Plut, Ant., 65.2)

  • 1153 RE 17.2 (1937) s.v. “Octavius” no 34, col. 1825 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 302.

Appartenance sociale :

sénateur, probablement de rang édilicien.

  • 1154 Plut., Ant., 65.2.
  • 1155 F. Münzer invite à les rapprocher, sinon à les identifier, RE no 32 et 33.
  • 1156 Cic., Fam., 3.4.1.
  • 1157 Cic., Att., 5.21.5 et 6.1.21.
  • 1158 Flor., Epit., 2.13.31-32.
  • 1159 B. Alex. 42 ; 43 ; D.C. 42.11.4-5.
  • 1160 B. Alex. 44-47 ; B. Afr. 44 ; Plut., Cat. Mi., 65.4-5.

147Lors de la bataille d’Actium, Marcus Octavius commande le centre de la flotte1154. Antoine n’a certainement pas confié une telle responsabilité à un novice. Cependant, il ne se trouve aucun Octavius parmi les lieutenants du triumvir dans les années précédant la bataille. Il faut probablement l’identifier avec un homonyme, officier du grand Pompée, durant les campagnes de 49 à 461155. Cet Octavius appartenait initialement à l’entourage d’Appius Claudius Pulcher, puisqu’il figure en 51 dans son consilium1156. En 50, de retour à Rome, il devient édile curule1157. L’année suivante, dans les rangs de Pompée, il tient un moment en échec les lieutenants de César et, surtout, Caius Antonius1158, mais il ne réussit pas à s’emparer de Salonique d’Illyrie. Après Pharsale, renforcé par des réfugiés, il sort de son repaire de Dyrrachium pour attaquer Illyricum1159. Dans les mois qui suivent, à la tête d’une fraction de la flotte, il continue la guerre sous d’autres cieux : en Égypte, puis en Afrique1160. Après 46, il disparaît des sources. S’il s’agit bien du même personnage que le navarque de 31, il est loisible de penser qu’il passa successivement dans la flotte de Sextus Pompée, puis dans celle d’Antoine, à partir de 35, sans doute. Antoine trouvait en lui une solide expérience des combats sur mer. Rien n’indique ce que fut son sort après la défaite.

107 M. OPPIUS CAPITO1161 officier d’Antoine en 36 (Grueber, CRRBM, 2, 577, 520 col. 742-743)

  • 1161 RE 18.1 (1939) s.v. “Oppius” no 24, col. 742-743 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 402 ; Wiseman 1971, 2 (...)
  • 1162 Un homonyme, C. Oppius Capito, fut questeur, préteur, interrex, censeur de Bénévent (CIL, I2, 1729 (...)

Origine géographique :

Bénévent1162.

Appartenance sociale :

sénateur, issu des élites italiennes.

Carrière :

- 36 ? : préteur et praefectus classis d’Antoine en Sicile.

  • 1163 Grueber, CRRBM 2, 577, 520.
  • 1164 Grant [1946] 1969, 43-52.
  • 1165 Cette magistrature est attestée par les monnaies émise par Capito, combinée avec le titre praefect (...)

148Au Printemps 37, conformément aux accords de Tarente, Antoine prête à Octavien cent vingt à cent trente navires, pour qu’il mène campagne contre Sextus Pompée. À la tête de ces deux escadres, se trouvent trois amiraux, parmi eux, Marcus Oppius Capito1163. Il semble, en fait, que seuls ce dernier et Atratinus, soient restés avec l’héritier de César jusqu’à la bataille de Nauloque, en septembre 36, au moins1164. Sur le monnayage qu’il émit, Marcus Oppius porte le titre de PR (o) PR (aetor) Praef(ectus) Class(is)1165. La carrière ultérieure d’Oppius Capito reste inconnue. Il existe deux possibilités ; soit il rejoint Antoine avec la flotte, en Asie, au printemps 35 ; soit il reste auprès d’Octavien.

108 OPPIUS STATIANUS1166 partisan d’Antoine en 36 (D.C. 49.25.3)

  • 1166 RE 18.1 (1939) s.v. “Oppius” no 34, col. 747 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 404.
  • 1167 S’il est bien apparenté aux autres Oppii de l’époque républicaine, Hinard 1985b, no 97-98, ou de V (...)

Origine géographique :

Picenum1167 ?

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 36 : légat d’Antoine en Arménie

  • 1168 Plut., Ant., 38.3 ; Zonar. 10.26.
  • 1169 Selon Vell. 2.82.2, Antoine perdit deux légions et Plutarque souligne qu’il y eut dix mille victim (...)
  • 1170 Plut, Ant., 38.3 et Vell. 2.88.
  • 1171 D.C. 49.25.2-4.
  • 1172 Dion affirme que Polemon fut le seul rescapé, tandis que Plutarque soutient qu’il y eut de nombreu (...)
  • 1173 D.C. 49.26.1.
  • 1174 D.C. 49.44.2.

149La mort d’Oppius Statianus est le premier revers qu’enregistre Antoine dans la campagne d’Arménie, en 36. Forcé d’avancer rapidement1168, le triumvir laisse en arrière Oppius Statianus avec, au moins, deux légions1169, les bagages et, sans doute, les machines poliorcétiques1170, en ordonnant à son lieutenant de le rejoindre1171. Tandis qu’il met le siège devant Phraata, son adversaire, Phraate, fond à l’improviste sur Statianus, massacre en totalité1172, ou partiellement, cette arrière-garde, épargnant Polémon, roi du Pont. Antoine tente de venir au secours d’Oppius, mais arrive trop tard1173. Par la suite, en traitant avec le Mède, il récupère les enseignes perdues1174.

109 Q. OVINIUS1175 partisan d’Antoine en 31 (Oros. 6.19.20)

  • 1175 Malgré la rareté des occurrences il n’y a aucune raison pour ne pas accepter le nomen Ovinius, att (...)
  • 1176 Il existe à Venafrum des notables de ce nom, Wiseman 1964, 128, d’après les inscriptions CIL, X, 4 (...)

Origine géographique :

Venafrum, Latium1176.

Appartenance sociale :

sénateur.

  • 1177 Orose avance ce motif. Il est le seul auteur à mentionner cette anecdote.
  • 1178 Dunand 1979, 47-69, souligne l’existence d’une mythologie du tissage en Égypte, activité noble et (...)

150Quintus Ovinius appartient au groupe, réputé restreint, des partisans d’Antoine qui périrent après sa défaite. Il dut cette disgrâce à sa complaisance pour Cléopâtre. Il avait présidé aux ateliers de tissage et de filage de la Reine, geste déshonorant pour un Romain, sénateur de surcroît1177. Il faut déduire de cette affirmation que ce personnage joua très probablement un rôle actif dans l’entourage antonien, qu’il résida quelque temps en Orient et, plus probablement, à Alexandrie, puisque cette charge représentait un très grand honneur dans l’Égypte ancienne1178. Ce dernier point, la propagande d’Octavien l’estompa, car l’image du fuseau, instrument féminin par excellence, nourrissait le mythe des Romains asservis par l’enchanteresse orientale, Hercule filant aux pieds d’Omphale.

110 Q. PAQUIUS RUFUS1179 partisan d’Antoine en 42 (SNG ANS, 7, Macedonia, 1, no 672)

  • 1179 RE 18.2b (1949) s.v. “Paquius” no 2, col. 1119-1120 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 366 ; Wiseman 1971 (...)
  • 1180 Wiseman 1971, 249 no 307, le rapproche d’un certain C. Paquius, C. f., magistrat de Verulae ; mais (...)
  • 1181 Kanatsoulis 1984, no 1111.

Origine géographique :

Verulae1180 ?

Appartenance sociale :

rang sénatorial.

Carrière :

- 42 : légat d’Antoine en Macédoine1181.

  • 1182 Cette monnaie porte au droit l’indication : “A(ntoni) I(ussu) C(olonia) V(ictrix) P(hilippensium)” (...)
  • 1183 On a retrouvé l’épitaphe d’un véteran de cette légion, Sex. Volcacius, originaire de Pise (BCH, 19 (...)

151Quintus Paquius Rufus apparait sur les monnaies de Philippes, avec le titre de légat. Il était chargé de surveiller la fondation de la Colonia Victrix Philippensium décidée par Antoine, à la suite de la bataille1182. Quintus était peut-être subordonné à L. Marcius Censorinus, gouverneur de Macédoine et d’Achaïe ; de 42 à 40. Les colons provenaient, semble-t-il, de la XXVIIIe légion1183.

111 PETUSIUS1184 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.3)

  • 1184 RE 19.2 (1938) col. 1383 (Münzer).

Origine géographique :

Urbinum (Ombrie).

Appartenance sociale :

eques romanus ?

  • 1185 Cic., Phil., 12.19.
  • 1186 Cic., Phil., 13.3.

152Cicéron n’apprécie guère cet ombrien. Il est vrai qu’Antoine lui aurait promis, en cas de victoire, les biens de l’orateur, pour compenser la perte de son patrimoine1185. Il est dépeint dans les Philippiques, seule source de connaissance à son sujet, comme un banqueroutier de bonne famille, cherchant fortune à tout prix, compagnon de jeu et de beuverie d’Antoine1186.

112 Q. PINARIUS1187 partisan d’Antoine après 42 (IK, 13-Ephesos, no 705a1188)

  • 1187 RE 20.2 (1950) s.v. “Pinarius” no 6, col. 1398 (Groag) ; Broughton MRR 2, 482 ; Suolahti 1955, no  (...)
  • 1188 ILS, 8862 : “Quintus Pinarius, fils de Lucius, inscrit dans l’Aemilia, tribun de la Sixième Légion (...)
  • 1189 Sa tribu, Aemilia, est celle d’Éphèse, Demougin 1992, 42 et n. 3 ; Devijver 1989, 131 et 144, le c (...)
  • 1190 Pinaria Doxè est probablement son affranchie.

Origine géographique :

descendant de colons italiens1189 ?

Appartenance sociale :

eques romanus.

Liens familiaux :

- père : L. Pinarius.
- épouse : Pinaria Doxè1190.

Carrière :

- ap. 42 : tribun de la VIe légion Macédonique.

  • 1191 En effet, la VIe légion prit ensuite le surnom “Ferrata”.

153Q. Pinarius n’est connu que par une inscription d’Éphèse, datant, au plus tard, de l’époque augustéenne. La majorité des commentateurs suit Groag et l’attribue à l’époque triumvirale1191. Le texte révèle qu’il fut tribun de la VIe légion Macédonique, qui combattit en Orient, sous les ordres d’Antoine, à partir de 42, jusqu’à la bataille d’Actium.

113 L1192 ? PINARIUS SCARPUS1193 partisan d’Antoine de 42 à 31 (D.C. 51.5.6)

  • 1192 PIR2, 40 no 311.
  • 1193 RE 20.2 (1950) s.v. “Pinarius” no 24, col. 1404-1406 (Münzer) ; Glauning 1936, 15 ; Broughton MRR (...)

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- grand-oncle ? : C. Julius Caesar.

Carrière :

- 44 : Héritier de César ?
- 42 : légat d’Antoine en Macédoine ?
- 31 : gouverneur de Cyrénaïque pour Antoine. Il se rallie à Octavien.

  • 1194 Suet., Jul., 83.2 ; Münzer, 1936, 229. Cependant, l’identité du Pinarius qui hérita de César n’est (...)
  • 1195 App., BC, 4.107.
  • 1196 Crawford 1974, 542 no 545, avec D. Tur(ullius) et 546, 1-6, “Scarpus” Imp.
  • 1197 D.C. 51.5.6.
  • 1198 Plut., Ant., 69.3.
  • 1199 D.C. 51.9.3 ; Oros. 6.19.15.
  • 1200 Crawford 1974, no 546, 7-8. “Caesari. Divi. f.”. En effet, Scarpus a émis un aureus en tous points (...)

154Le premier acte politique de Pinarius Scarpus fut, peut-être, de renoncer à l’héritage de son grand-oncle, Jules César, en faveur d’Octavien1194. Cependant, l’identification de Scarpus avec Pinarius petit-neveu de César reste hypothétique. De même, l’assimilation avec le légat Pinarius auquel Antoine laisse la garde d’Amphipolis, en 42, tandis qu’il s’avance dans la plaine de Philippes1195, n’est pas assurée, car il y a plusieurs homonymes dans le camp d’Antoine. Cependant, elle est plus probable, car les responsabilités qu’assume Scarpus en 31 ne sauraient être confiées à un soldat sans expérience. À cette date, en effet, il gouverne la Cyrénaïque pour le triumvir1196. Après la défaite d’Actium, l’armée de Libye constitue une réserve importante. Aussi Antoine se dirige-t-il vers cette région pour prendre le commandement de ces troupes qui défendent l’Égypte. Pinarius refuse de le recevoir dans sa province, fait égorger ses messagers et écrase les tentatives de rébellions dans ses rangs1197. Cette défection hâte la fin d’Antoine. Le ralliement de Pinarius à Octavien se situe sans doute à la fin de 311198. Cornelius Gallus prend le contrôle des troupes1199, mais Scarpus gouverne la province jusqu’en 27, semble-t-il1200.

114 PONTIUS (AQUILA ?)1201 partisan d’Antoine en 43 (Cic., Phil., 13.3)

  • 1201 RE 22.1 (1953) s.v. “Pontius” no 18, col. 36 (Münzer).
  • 1202 Il appartiendrait à la tribu Papiria, Taylor 1964, 247.

Origine géographique :

Sutrium1202.

  • 1203 Cic., Phil., 13.3.
  • 1204 Ainsi que le suggère Munzer, RE no 18. En ce cas, il est probablement originaire de Sutrium, CIL, (...)
  • 1205 Cic., Phil., 11.14 et 13.27.
  • 1206 Cic., Phil., 12.20.
  • 1207 B. Afr. 62.2 ; 63.2 ; 68.1.

155Cicéron classe Pontius parmi les “Antoni collusores et sodales”, les familiers d’Antoine1203. Il s’agit, peut-être, d’un membre de la famille des Pontii Aquilae1204. Or, il existe dans les Philippiques deux “Aquilae”. Pontius Aquila, lieutenant de Brutus, chasse Titus Munatius Plancus de Pollentia et se trouve donc dans l’autre camp1205. À l’inverse, l’orateur cite un centurion primipile nommé Aquila1206. Les Pontii comptaient au moins un Césarien, qui commandait sa flotte en 46, durant la guerre d’Afrique1207. Il paraît délicat d’identifier Pontius, dont on ignore tout, à l’un de ces deux derniers personnages.

115 C. POPILIUS LAENAS1208 partisan d’Antoine en 43 (Plut., Cic., 48.1)

  • 1208 RE 22.1 (1953) s.v. “Popilius” no 16, col. 54 et 57 (K. Ziegler) ; Broughton MRR 2, 350.
  • 1209 Plut., Cic., 48. 1. Mais Appien (BC, 4.19) affirme qu’il était centurion et l’abrégé de Tite-Live (...)

Origine géographique :

Picenum ?

Appartenance sociale :

tribun militaire de rang équestre ?1209

Liens familiaux :

- parent ? : Popilius Laenas, sénateur en 44.

Carrière :

- 43 : tribun d’Antoine, assassin de Cicéron.

  • 1210 Sen. Rh., Suas., 6.20 ; Con., 7.2.8 ; D.C. 47.11.1. Cependant Sénèque souligne que son nom n’est p (...)
  • 1211 Plut., Cic., 48.1 sq.
  • 1212 App., BC, 4.19.
  • 1213 D.C. 47.11.2. Appien fixe le montant de la récompense à 250 000 drachmes et précise qu’en outre La (...)
  • 1214 D.C. 47.11.2 ; Lahusen 1983, 56. Cette anecdote est sans doute une invention tardive, Wright 2001, (...)
  • 1215 V. Max. 5.3.4. Peut-être Valère Maxime insiste-t-il sur son origine picentine pour le distinguer d (...)
  • 1216 Popilius Laenas, RE no 15, sénateur en 44 ; Broughton MRR 2, 495 ; Cic., Att., 12.13.2 ; 12.14.1 ; (...)
  • 1217 Un rhéteur, Popilius Laenas, RE no 43, semble le dernier représentant de ce nom.

156Caius Popilius Laenas apparaît aux historiographes et aux déclamateurs de l’époque impériale comme l’exemple même de l’ingratitude. Il assassina Cicéron qui, pourtant, l’avait sauvé d’une accusation de parricide1210. Dès le commencement de la proscription, Caius Popilius, connaissant les volontés d’Antoine, se précipite sur les traces de Cicéron à la tête d’une petite troupe. Il investit sa maison, avec l’aide du centurion Herennius, mais l’orateur reste introuvable. À ce moment, quelqu’un renseigna Caius, soit un élève de Cicéron, Philologus1211, soit un ancien client de Clodius1212. Le tribun s’élança à la poursuite du fugitif dans les allées boisées qui descendent jusqu’à la mer. Il le rejoignit, le tua, rapporta la dépouille à Antoine. Ce dernier en fut si heureux qu’il augmenta le montant de la récompense1213. Laenas se fit une gloire de son geste au point de placer son buste auprès des restes de l’orateur1214. La morale et la rhétorique se sont emparées du personnage et cela a éclipsé toutes les autres données de son existence D’après Valère Maxime, il porterait le cognomen Laenas et appartiendrait à une famille honorable du Picenum1215. Peut-être était-il parent de son homonyme, sénateur en 441216. On trouve des attestations de ce nom jusqu’à l’époque de Tibère1217.

116 Q. POPPAEDIUS SILO1218 légat dans l’armée d’Antoine en 39-38 (D.C. 48.41.1)

  • 1218 RE 22.1 (1953) s.v. “Poppaedius”, col. 81 (Nesselhauf) ; Broughton MRR 2, 389 ; Wiseman 1971, 253 (...)
  • 1219 Il appartenait sans doute à la tribu Sergia, Taylor 1964, 247. Sa famille s’implanta en Lucanie à (...)
  • 1220 Sans doute descendait-il de Q. Poppaedius Silo, le chef marse de la guerre sociale, Syme 1938b, 21

Origine géographique :

Marse1219.

Appartenance sociale :

sénateur ? issu des élites italiennes1220.

Liens familiaux :

- ancêtre : Q. Poppaedius Silo, chef des Marses pendant la guerre sociale.

Carrière :

- 39 : légat de P. Ventidius Bassus en Syrie.
- 38 : légat de P. Ventidius Bassus en Judée.

  • 1221 En s’appuyant sur le texte des Antiquités Judaïques, 14.403 sq., on a pu supposer des tractations (...)
  • 1222 D.C. 48.41.1-3.
  • 1223 Jos., BJ, 1.288.
  • 1224 Jos., BJ, 1.284-285 ; 291.
  • 1225 Jos., BJ, 1.289.
  • 1226 Jos., BJ, 1.294.
  • 1227 Jos., BJ, 297-302 = AJ, 14.399-419. Flavius Josèphe évoque dans ce texte des tractations entre Ant (...)

157Quintus Poppaedius Silo était un subordonné direct de Ventidius lors de sa campagne contre les Parthes. À ce titre, il devait être doté de pouvoirs importants, notamment d’une large marge de manœuvre dans les négociations1221. En 39, il commande l’avant-garde des légions de Bassus en Syrie. Il est chargé de s’emparer du défilé de l’Amanus, mais échoue. Si Ventidius ne l’avait pas secouru, il eût été défait par Pharnapatès, le lieutenant de Pacorus1222. Les Romains chassent, en trois batailles, les Parthes de Syrie et les poursuivent en Judée1223. De Rome, parvient l’ordre de soutenir Hérode contre Antigone. Antoine avait défendu l’Iduméen au Sénat, dans l’intérêt de la guerre Parthique1224. Ventidius s’avance presque jusqu’à Jérusalem et, après avoir rançonné Antigone, il laisse Poppaedius Silo hiverner dans la région1225. Celui-ci soutient apparemment Antigone, jusqu’à l’arrivée de Dellius, qui lui porte les ordres du Sénat. Les troupes de Poppaedius se joignent alors à celles d’Hérode1226, mais il semble un allié avide et peu sûr : Hérode n’obtient rien de lui, si ce n’est en rusant et en le payant1227. À la fin de l’hiver, Ventidius, rappelle Poppaedius pour continuer la guerre contre les Parthes. Hérode le laisse bien volontiers repartir. On ne sait rien de plus sur sa carrière ultérieure, mais Ventidius, lorsqu’il renvoie des troupes en Judée, quelques mois plus tard, se garde de les confier à son ancien subordonné.

117 Q. POSTUMIUS1228 partisan d’Antoine en 31 (D.C. 50.13.7)

  • 1228 RE 22.1 (1953) s.v. “Postumius” no 21, col. 900 (Munzer) ; Broughton MRR 2, 495.
  • 1229 Freyburger & Roddaz 1990, livre 50, n. 114.

Origine géographique :

Aquilée ? ou Rome ?1229

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 31 : membre de l’état-major d’Antoine.

  • 1230 D.C. 50.13.7.
  • 1231 Suet., Ner., 3.
  • 1232 Plut., Ant., 63.3.
  • 1233 Une Postumia avait épousé Decimus Iunius Brutus, cos. en 77 et fut donc la mère de Decimus Iunius (...)
  • 1234 Cn. Domitius Ahenobarbus était le neveu de Caton d’Utique.

158Quelques jours avant Actium, rendu méfiant par la défection d’Ahenobarbus, Antoine décide de se débarrasser de ses alliés les moins sûrs. Il fait assassiner Quintus Postumius, sans autre forme de procès1230. L’exécution arbitraire d’un sénateur constitue un acte bien grave pour quelques soupçons. En fait, il se peut que sa mort soit liée à l’échec d’une conjuration, dont l’objet était de remplacer Antoine par Ahenobarbus. Suétone, qui y fait allusion1231, spécifie que l’ancien Républicain avait laissé les conjurés dans l’ignorance de sa décision ; mais Plutarque souligne qu’il passa subrepticement dans l’autre camp, seul et sans bagage, quelques jours plus tard1232. Ce qui paraît bien suspect et ressemble à une fuite. Or, c’est sa défection qui conduit le triumvir à épurer ses rangs. Aucune information précise ne vient, malheureusement, étayer ces présomptions, pas plus qu’elle ne permet d’éclairer l’identité du sénateur. Appartenait-il à la gens patricienne des Postumii ? Si c’est le cas, il faut souligner que cette famille était apparentée par les femmes aux familles des tyrannicides1233, tout comme Cn. Domitius Ahenobarbus d’ailleurs. Il semble possible de considérer Postumius comme un républicain rallié à Antoine, peut-être en même temps qu’Ahenobarbus1234.

118 M. PUPIUS PISO1235 partisan d’Antoine en 44 (Cic., Phil., 3.25)

  • 1235 RE 23.2 (1959) s.v. “Pupius” no 12, col. 1993 (Gundel) ; Broughton MRR 2, 320.

Origine géographique :

Rome

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 44 : préteur.

  • 1236 Sauron 1994, 633-641 ; pour l’identification de Piso, 466-471.

159Marcus Piso reste méconnu. Cicéron le cite parmi les magistrats qui ont refusé les résultats du tirage au sort du 23 novembre 44. Cela permet de supposer qu’il obtint la préture cette année là. Son attitude indique une nette opposition à la politique d’Antoine ; cependant, précise l’orateur, cet homme est lié au consul par amicitia et lui a manifesté, sans doute depuis la mort de César, plus de considération qu’il n’aurait voulu. Mais, Cicéron souligne qu’il est également un de ses amis intimes, ce qui sous-entend, à ce moment-là, une relative communauté de vues avec l’auteur des Philippiques, bien que ses élans d’affection dépassent rarement le cadre de l’exagération rhétorique. Était-il sur le point de se rallier ? Il n’est pas absolument certain que M. Pupius Piso ait abandonné le parti d’Antoine dès la fin de l’année 44. En effet, G. Sauron explique le programme iconographique des thermes de la villa d’Oplontis comme un hommage rendu par Pupius Piso, consul en 30, à son père, M. Pupius Piso et au mythe antonien de l’âge d’or dionysiaque. Une allusion subtile à Leucade et Ambracie s’expliquerait par la mort de Piso dans les rangs antoniens peu de temps avant Actium1236.

119 RUFRENUS1237 partisan d’Antoine en 43-42 (Cic., Fam., 10.21.4)

  • 1237 RE 1A. 1 (1914) s.v. “Rufrenus” no 1, col. 1200-1201 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 354 ; Wiseman 197 (...)
  • 1238 Wiseman 1964, 129, apparente Rufrenus avec une certaine Rufrena Polla, fille de Titus Rufrenus. Or (...)
  • 1239 CIL, VI, 25 575.

Origine géographique :

Arretium (Arrezzo). Tribu Pomptina.

Appartenance sociale :

sénateur1238.

Liens familiaux :

- parente : Rufrena T. F. Polla1239 ?

Carrière :

- 43 : légat de Lépide en Gaule.
- 42 : tribun de la Plèbe ?

  • 1240 Cic., Fam., 10.21.4.
  • 1241 App., BC, 3.83.

160Dans les semaines qui suivent la bataille de Forum Gallorum, Lépide reste incertain : doit-il s’allier à Antoine, qui opère un repli vers la Gaule, ou doit-il l’abattre pour regagner la confiance du Sénat ? Or Rufrenus, officier de haut rang, suscite dans l’armée une agitation favorable à Antoine1240. La tâche semble relativement facile puisqu’une des légions, au moins, la Xe, fut recrutée par le proconsul1241.

  • 1242 Silanus, chargé d’amener une légion en Italie, la met aux ordres d’Antoine ; Culleo facilite le pa (...)
  • 1243 CIL, I2, 797 = CIL, VI, 25 575 = ILS 73 et 75 a.
  • 1244 C’est l’avis de Broughton MRR 2, 360. En sens contraire, Alföldy 1973, 99-128, la daterait, en fai (...)

161Comme Culleo, Silanus et Canidius1242, il tente d’infléchir la volonté de son chef en faveur d’une union des forces césariennes. C’est d’ailleurs, sans conteste, un ancien partisan du vainqueur des Gaules, puisqu’il laisse son nom à une loi promulguée en mémoire de César. La lex Rufrena, votée en 42, prévoit en effet que 1’on installe des statues du Divus Julius dans les municipes1243. Il fait passer cette mesure, probablement, en tant que tribun de la plèbe1244. Il offre donc l’exemple d’un Césarien agissant en faveur d’Antoine.

120 Q. SALVIDIENUS RUFUS (SALVIUS)1245, cos. desig. pour 39 trahit Octavien au profit d’Antoine en 40 (App., BC, 5.66)

  • 1245 RE 1A. 2, s.v. “Salvidienus” no 4, col. : 2019-2021, (Münzer) ; Glauning 1936, 6 ; Broughton MRR 2 (...)
  • 1246 C’est l’opinion de Syme 1964c, 229, qui s’appuie sur deux inscriptions, CIL, IX, 3496 et 3639 = CI (...)
  • 1247 Vell. 2.76.4 ; Suet., Aug., 66.1-2 ; D.C. 48.33.2 ; Nicolet 1974, no 310 et Demougin 1992, no 13.
  • 1248 Il était décédé quelque temps avant lui, D.C. 48.33.2.
  • 1249 Cette hypothèse repose sur l’inscription d’Aveia, déjà citée, dans laquelle sont mentionnés des li (...)
  • 1250 CIL, X, 8337, 8 glandes trouvés à Leucopetra ; Liv., Per., 123 ; D.C. 48.18.1-2 ; 48.19.1 ; Brough (...)
  • 1251 CIL, XI, 6721, 17, glandes de Pérouse ; App., BC, 5.20 ; 5.24 ; 5.27 ; 5.31-32 ; 5.35 ; D.C. 48.10 (...)
  • 1252 Grueber CRRBM 2, 407, no 86-89 ; Crawford 1974, no 523 ; Vell. 2.76.4 ; App., BC, 5.66 ; Broughton(...)
  • 1253 Il existe deux versions de la mort de Salvidienus : soit, il fut exécuté dès son retour de Gaule, (...)

Origine géographique :

Vestin1246 ?

Appartenance sociale :

eques romanus, puis sénateur, famille nouvelle1247 ?

Liens familiaux :

- frère : Salvidienus Rufus, RE, no 31248.
- fille : Salvidiena, RE, no 51249.

Carrière :

- 42 : légat d’Octavien, propréteur, affronte Sextus Pompée, en Italie du Sud et en Sicile, salué imperator1250.
- 41 : propréteur envoyé prendre possession de l’Hispanie, pour Octavien ; rappelé, il participe à la guerre de Pérouse, s’empare de Sentinum et de Nursie, salué imperator1251.
- 40 : propréteur en Gaule, consul désigné1252, il est accusé de trahison, jugé, peut-être exécuté1253.

  • 1254 Vell. 2.59.5 ; Roddaz 1984, 33 ; 35.
  • 1255 Roddaz 1984, 41, n. 56 ; 48 ; 57 ; 60.
  • 1256 Cic., ad Brut., 1.17.4.
  • 1257 Roddaz 1984, 44.
  • 1258 App., BC, 5.66 ; Gabba 1970a, 110-111, n. 278 ; Roddaz 1984, 65.
  • 1259 Vell. 2.76.4 ; D.C. 48.33.1-2. D’après Rohr-Vio 1999, 4-5, on retrouverait des traces de sa politi (...)
  • 1260 Roddaz 1984, 77 et Freyburger & Roddaz 1994, n. 303.
  • 1261 Cogitore 2002, 52-55 ; 60-62.

162Compter Q. Salvidienus Rufus au nombre des partisans d’Antoine peut paraître, a priori, étrange, car ce personnage a dû ses pouvoirs et son élévation au jeune César, dont il était un des premiers compagnons1254 et le général le plus expérimenté1255. De plus, il a affronté les Antoniens à plusieurs reprises, lors de la guerre de Modène1256 et, surtout, pendant la guerre de Pérouse. Cependant, il s’est aussi battu à leurs côtés, pendant la campagne de Philippes1257. Pourtant Antoine révèle sa trahison à Octavien au moment des accords de Brindes1258. Mais les versions de cet épisode divergent et il n’y a qu’Appien pour suggérer clairement une trahison en faveur d’Antoine. En ce cas, il reste difficile de déterminer ce qui a poussé ce fidèle entre les fidèles à trahir le triumvir, qui avait comblé d’honneurs sa famille et l’avait désigné pour le consulat. Faut-il incriminer une ambition démente, qui l’aurait enivré au point de vouloir égaler son maître ? Cette explication, accréditée par Velleius et Dion Cassius1259, semble très improbable. En revanche, le fait que Salvidienus commande les légions antoniennes de Gaule a sans doute été déterminant1260. La pression des soldats et des officiers l’a conduit à se rapprocher du parti adverse, plus qu’il n’était raisonnable. À moins qu’il n’ait été le gage exigé par Antoine pour cimenter le nouvel accord. Les récits de ce complot contre Octavien portent la marque de remaniements à une époque postérieure à l’instauration du principat1261.

121 SALVIUS1262 partisan d’Antoine en 43 (App., BC, 3.50)

  • 1262 RE 1A. 2 (1920) s.v. “Salvius” no 6, col. 2022-2023 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 340 ; Hinard 1985b (...)
  • 1263 Badian 1963, 143, reprend l’hypothèse de Munzer (RE no 6). D’après eux, ce Salvius serait apparent (...)

Origine géographique :

Ferentinum ?1263

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 43 : tribun de la Plèbe.

  • 1264 App., BC, 3.50.
  • 1265 App., BC, 3.51.
  • 1266 App., BC, 3.52.
  • 1267 App., BC, 4.17. Il figurait donc sur la première liste des proscrits, dix-sept individus, celle de (...)

163Salvius, tribun de la plèbe en 43, paraît appartenir, au moment de son entrée en charge, au parti d’Antoine. Il ne tarde pas à le prouver. Lors de la séance du 2 janvier 43, le Sénat, qui avait assisté à une vive controverse entre L. Calpurnius Piso et M. Tullius Cicero, était partagé sur les mesures à prendre contre le proconsul. Le lendemain, Cicéron contre-attaque, la majorité lui est acquise et Antoine se trouve sur le point d’être déclaré ennemi public. Salvius, pour retarder ce verdict, ajourne la séance, en utilisant son droit de veto1264. Ce geste lui vaut l’hostilité des partisans de Cicéron. Ils veulent l’obliger à justifier son veto devant le Sénat et le peuple, puis, effrayés par sa fermeté, craignant de lui offrir ainsi l’occasion de défendre Antoine et les siens, abandonnent cette tactique. Cicéron tourne la difficulté en proposant des encouragements aux adversaires du proconsul, ce qui revient pratiquement au même1265. L’orateur explique le geste de Salvius par l’aveuglement de son amitié pour Antoine1266. D’une manière ou d’une autre, Cicéron, après cette séance de janvier, parvient à s’assurer de la collaboration de ce fauteur de troubles. Les triumvirs ne lui pardonnèrent pas cette trahison et il devint la première victime de la proscription. Sans illusion sur son sort, il donne à ses amis un banquet d’adieu, au cours duquel il est exécuté1267.

122 SCELLIUS1268 partisan d’Antoine en 31 (Plut., Ant., 66.8)

  • 1268 RE 2. A. 1 (1921) col. 367 (Münzer).

Appartenance sociale :

sénateur ?

Carrière :

- 31 : légat d’Antoine ?

  • 1269 Le seul Romain, car Alexas d’Alexandrie accompagnait également Antoine.
  • 1270 Plut., Ant., 66.8.
  • 1271 Münzer, RE 2A1, col. 367. Sikelios est donné par le “Laurentianus”.
  • 1272 Plut., Ant., 65.1.
  • 1273 Plut., Ant., 66.4.
  • 1274 Plut., Ant., 66.5.

164Scellius reste le seul compagnon d’Antoine lorsque celui-ci quitte brutalement le champ de bataille à Actium1269. Il s’embarque avec lui sur la quinquérème qui s’élance à la poursuite de Cléopâtre1270. Comme il n’existe pas d’autre mention de ce patronyme, il résulte, probablement, d’une corruption des manuscrits. L’hypothèse de Münzer ne peut être définitivement écartée : le ΣΚΕΛΛΙΟΣ ou ΣΙΚΕΛΙΟΣ des manuscrits serait, d'après lui, Lucius Gellius Publicola1271. Ce dernier commandait l’aile droite avec Antoine1272 et avait été contraint par Agrippa à gagner le large1273. Il se trouvait donc en bonne position pour fuir. Mais il est surprenant qu’Antoine ait pris avec lui l’autre commandant de cette aile, alors que l’issue du combat restait incertaine1274. De plus, Plutarque donne toujours le cognomen Publicola lorsqu’il évoque le lieutenant d’Antoine. Il demeure donc possible que Scellius soit un officier subalterne, distinct du commandant de l’aile droite, dont le nom aurait été, lui aussi, écorché.

123 C ?1275 SCRIBONIUS CURIO1276 partisan d’Antoine jusqu’en 30 (D.C. 51.2.5)

  • 1275 Un doute subsiste sur le prénom. Dion ne le cite pas. Caius, prénom en usage dans cette branche de (...)
  • 1276 RE 2A1 (1921) s.v. “Scribonius” no 7, col. 861 (Münzer).
  • 1277 Tribu Pupina ? Badian 1962, 356-359.

Origine géographique :

Rome1277 ?

Appartenance sociale :

famille sénatoriale, eques romanus.

Liens familiaux :

- père : C. Scribonius Curio, RE no 11.
- mère : Fulvia.
- grand-père : C. Scribonius Curio, cos. 76, RE no 10.

  • 1278 Il naquit en 50, Cic., Att., 1.14.5.
  • 1279 D.C. 51.2.5.
  • 1280 Cic., Phil., 2.44-46 ; Plut., Ant., 2.4-6.
  • 1281 Plut, Ant., 5.2.
  • 1282 Publius Clodius Pulcher, né vers 52, poursuivit sa carrière, semble-t-il, sous le principat, CIL, (...)

165Malgré son jeune âge1278 et le néant de sa carrière, Scribonius Curio ne survécut pas à la mort d’Antoine. Octavien le fit exécuter pour avoir trahi les liens de fidélité de son père, Caius Scribonius Curio, un ardent Césarien1279. Argument spécieux : une étroite amitié unissait, depuis la jeunesse, Antoine à ce dernier1280 et explique, partiellement, l’adhésion de Marcus au parti de César. Au surplus, le triumvir devint, après son mariage avec Fulvia, le beau-père et le tuteur du jeune Curio, orphelin en 491281. Il paraissait donc normal que ce jeune homme embrassât cette cause, plutôt que le camp d’Octavien, contre lequel sa mère avait énergiquement lutté. Son exécution peut s’expliquer par le désir de faire disparaître les descendants mâles, directs ou indirects, du vaincu. Mais cette règle excepte étrangement Clodius, l’autre beau-fils d’Antoine et héritier de Fulvia, pourtant sensiblement du même âge1282.

124 L. SCRIBONIUS LIBO1283, cos 34 partisan d’Antoine en 35-34 (App., BC, 5.139)

  • 1283 RE 2A. 1 (1921) s.v. “Scribonius” no 20, col. 881-885 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 410 ; Hinard 198 (...)
  • 1284 À une date indéterminée : Broughton MRR 2, 481.

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- père : L. Scribonius Libo.
- épouse : Sentia, sœur de Sentius Vetulo.
- fille : Scribonia, épouse d’Octavien.
- fille : Scribonia1284, épouse de Sextus Pompée.
- petit-fils : L. Scribonius Libo, cos 16 p. C.
- fils : L.(Scribonius Libo) = M. Livius Drusus, cos 15 a.C.
- petite fille : Iulia, fille d’Auguste.

Carrière :

- 59 ? : questeur ?
- 58-57 ? : proquesteur en Espagne.
- 56 : sénateur, tribun de la plèbe ?
- 50-49 ? : préteur.
- 48 : légat de Pompée.
- 43 : sans doute proscrit, rejoint Sextus Pompée.
- 40 : ambassadeur auprès d’Antoine.
- 35 : se rallie à Antoine.
- 34 : consul.
- 29 : intégré au patriciat.

Sacerdoce :

- 29 : frère Arvale.

  • 1285 App., BC, 5.139.
  • 1286 En 56, Cic., Fam., 1.1.13 ; V. Max. 6.2.8.
  • 1287 Broughton MRR 2, 248 ; Hinard 1985b, no 118 n. 4.
  • 1288 Caes., Civ., 1.11.4 ; Cic., Att., 8.12.2 ; Luc. 2.462 ; Flor., Epit., 2.13.31 (avec une erreur).
  • 1289 Caes., Civ., 3.5.3 et 8.4 ; D.C. 41.40.1 ; Oros. 6.15.8-9.
  • 1290 Caes., Civ., 3.15-18 ; Plut., Ant., 7.3 ; D.C. 41.48.1-4.
  • 1291 Cic., Fam., 7.4 ; Att., 12.18.3 ; 12.19.2 ; 13.30.3 ; 13.44.3.
  • 1292 Cic., Fam., 11.7.1 ; Att., 16.4.1-2.
  • 1293 App., BC, 5.52.
  • 1294 Il est plusieurs fois rappelé chez Appien qu’il était le beau-père de celui-ci, 5.52.73.
  • 1295 App., BC, 5.53 ; D.C. 48.16.2.
  • 1296 Scheid 1975a, 363.
  • 1297 App., BC, 5.69.
  • 1298 App., BC, 5.71.
  • 1299 Hinard 1985b, no 118 : sans doute dès l’année 40, comme condition sine qua non du mariage entre Oc (...)
  • 1300 CIL, VIII, 22 640, 2 ; CIL, XV, 4606 ; InscrIt XIII, 1, Fast Ven, 250 254 sq. ; Fast Mag Vic, 283, (...)
  • 1301 App., BC, 5.73 ; au moment des accords de Misène, bien sûr.
  • 1302 Fragments des acta des Arvales, Scheid 1975b, 19-20.
  • 1303 Cf. Stemma des Scribonii Libones, PIR, 185.

166Lorsque Lucius Scribonius Libo se rend à Titius, au Printemps 35, le parti pompéien se trouve privé d’une de ses figures essentielles1285. Depuis le début de sa carrière, en 56, il défend les intérêts de Pompée au Sénat1286 ou les armes à la main. Il dut, peut-être, au mariage de sa fille Scribonia avec le fils de Pompée l’accession à la préture vers 50. Ce rang expliquerait son influence, après 44, dans son parti1287. En 49-48, il s’empare des recrues amenées par Antoine à l’armée de César1288, puis, en Illyrie, il capture C. Antonius1289. En 48, il tente d’ultimes négociations avec César, avant de devenir le chef de la flotte pompéienne à la mort de Bibulus1290. Il ne parvient pas à bloquer Antoine à Brindes. Pharsale porte un coup d’arrêt à sa carrière ; comme tous les pompéiens actifs, il est condamné au silence jusqu’à l’assassinat de César1291. Cicéron et Brutus entrent aussitôt en contact avec lui ; ce geste marque le début d’une reconstitution du parti pompéien ; mais, on ne sait ce que Libo leur apporte de concret1292. Commence alors pour lui une seconde carrière, où ses talents de négociateur font merveille. En 40, il profite des dissensions entre Antoine et Octavien pour ouvrir des tractations officieuses avec le premier, en qui il a discerné une grande envergure politique. Sous couleur de ramener sa mère Julia, il entreprend de le convaincre. Octavien, craignant qu’une alliance ne se réalise à son détriment, propose de s’associer à Libo1293. Les accords de Brindes sont signés à la fin de l’année ; les triumvirs sont réconciliés, mais Libo reste au centre d’un réseau d’alliances qui s’étend du parti pompéien à Octavien : Sextus Pompée a épousé sa fille Scribonia1294, Octavien une autre fille1295, lui-même est le mari de Sentia, la parente d’un autre Pompéien Sentius Vetulo1296. Cette situation le désigne, tout naturellement, comme intermédiaire entre les différents camps1297. Les accords de Misène couronnent cette politique ; les fiançailles de sa petite-fille avec Marcellus, neveu d’Octavien et beau-fils d’Antoine, apportent la touche finale à cette ambitieuse stratégie matrimoniale1298. Bien que réhabilité1299, Scribonius reste auprès de son gendre jusqu’en 35. Antoine, par l’intermédiaire de Titius, le reçoit avec honneur. L’année suivante, Scribonius gère le consulat avec lui, puis avec Sempronius Atratinus1300, conformément aux accords précédents1301. Libo ne semble pas demeurer longtemps dans ce camp. Ses activités durant la guerre d’Actium, s’il en eût, restent ignorées. Mais les honneurs dont il fut comblé, dans les premières années du principat, la cooptation dans le collège des Arvales et le patriciat1302, suggèrent qu’il sut prouver en temps utile sa sympathie pour Octavien. Par sa petite-fille Julia, il est à l’origine du rameau principal de la famille du prince1303.

125 SEIUS MUSTELA1304 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 13.3.)

  • 1304 RE 2A1 (1921) s.v. “Seius” no 6, col. 1124 (Münzer).

Origine géographique :

Anagnia (Anagni).

Appartenance sociale :

notable de municipe.

Carrière :

- 43 : tribun ? de la garde d’Antoine.

  • 1305 Cic., Phil., 13.3.
  • 1306 Cic., Phil., 2.106 ; Att., 16.11.3.
  • 1307 Cic., Phil., 2.8 ; 5.18 ; 8.26 ; 12.14.
  • 1308 Cic., Att., 16.11.3 ; Phil., 2.106.
  • 1309 Cic., Phil., 8.26.
  • 1310 Cic., Phil., 5.18.
  • 1311 Cic., Phil., 2.8.
  • 1312 Cic., Phil., 12.14.
  • 1313 CIL, X, 5906 = ILS, 6258.
  • 1314 Cic., Att., 12.44-45.1.

167Seius Mustela appartient à l’entourage immédiat d’Antoine1305. Il dut entrer à son service au temps où ce dernier était maître de la cavalerie, en 47, car il l’accompagnait dans sa tournée des municipes italiens, avec son compatriote Albuttius Laco1306 ; peut-être même les deux Anagniens étaient-ils liés par la parenté. Souvent associé également par l’auteur des Philippiques à Numidius Tiro1307, Seius est représenté dans cette œuvre comme un soldat de fortune1308, homme de sac et de corde1309. Il fait partie, comme Cassius et Tiro, de la garde armée qui suit les pas d’Antoine1310. Il est auprès de lui à Modène au début de 43 ; à ce titre, Cicéron l’estime rebelle au Sénat1311. Cependant, le mépris que l’orateur montrait à son égard suggère1312 qu’il n’était pas sénateur, contrairement sans doute à Laco1313. Il ne faut sans doute pas le confondre avec l’intermédiaire Mustela, qui apparaît dans la correspondance en 451314.

126 L. SEMPRONIUS ATRATINUS1315, né en 731316, cos. suff. en 34, mort en 7 p. C.1317 partisan d’Antoine de 40 ? à 34-33 ? (D.C. 49.39.1)

  • 1315 RE 2A2 (1923) s.v. “Sempronius” no 26, col. 1366-1368 (Münzer) ; Glauning 1936, 7 ; Broughton MRR (...)
  • 1316 Hier., Chron. Abr., 165, Helm.
  • 1317 Cela peut se déduire du fait que P. Petronius lui succède à l’augurat cette année là, ILS, 9338, 3 (...)
  • 1318 Cette magistrature a été déduite d’une monnaie émise par Atratinus, avec le titre augur, consul de (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, patricien par adoption.

Liens familiaux :

- père : L. Calpurnius Bestia.
- père adoptif ? : Sempronius Atratinus ?
- épouse : Marcia, fille ou sœur de Marcius Censorinus, cos. 39.
- sœur : Sempronia, femme de L. Gellius Publicola,
- fille ? : Sempronia Atratina, femme de Paullus Aemilius Lepidus.

Carrière :

- 56 : accusateur de M. Caelius Rufus.
- 40 : préteur suffect.
- 39-37 : légat d’Antoine en Grèce.
- 36 ? : praefectus Classis ?1318

- 34 : consul suffect.
- 22-21 : Proconsul d’Afrique. Triomphe.

Sacerdoce :

- 40 : augure.

  • 1319 Il n’est pas certain que ce personnage descende vraiment de l’illustre famille, mais il le prétend (...)
  • 1320 ILS, 9421. Voir la fiche de Calpurnius Bestia.
  • 1321 IG II/III2, 4230 et 4231 (Acropole et Eleusis). Atratinus donne en mariage Sempronia Atratina (plu (...)
  • 1322 Inscription de Patras, SEG 30, 433 ; Kajava 1990, 85. Peut-être épousa-t-il aussi une Annia ? CIL,(...)
  • 1323 Syme [1939] 1967, 257.
  • 1324 Cic., Cael., 1 ; 7 ; 15 ; 76 ; Quint., Inst., 11.1.68 ; Suet., Gram., 26.
  • 1325 CIL, I2, 1, 60, 3 = ILS, 9338, 3 ; il succède peut-être à L. Caesar, Münzer 1917, 152-155 ; Brough (...)
  • 1326 Il défend cette cause avec Messala ; d’ailleurs, Octavien lui-même se range à l’avis d’Antoine. Jo (...)
  • 1327 IG IX, 2, 39 = ILS, 9461 (Hypatha) ; BMC “Peloponnèse”, 128 no 69 = Grant [1946] 1969 ; RPC I no 1 (...)
  • 1328 Le monnayage d’Entella RPC I no 653-654 et de Lilybée RPC I, no 655 témoignent de sa présence en S (...)
  • 1329 D.C. 49.39.1 ; Consul avec Scribonius Libo, autre partisan d’Antoine, de fraîche date cependant. A (...)
  • 1330 Syme [1939] 1967, 269, souligne cette incertitude, qui demeure pour certains partisans illustres, (...)
  • 1331 Triomphe “ex Africa” : Fast. Triumph. Cap., CIL, I2, 50.
  • 1332 Jérôme pensait même que sa mort se situe vers 21 a.C., c’est-à-dire juste après son triomphe ; mai (...)
  • 1333 Cicéron, peu enclin à flatter les amateurs, le nomme “adulescens disertus”, Cael., 7.15 ; Quint., (...)
  • 1334 Hier Chr. Abr., 185. H. ; ces remarques sont en contradiction avec l’hypothèse du même Jérôme et c (...)

168Bien que ses états de services ne soient pas connus en détail, il paraît manifeste que L. Sempronius Atratinus effectua la majeure partie de sa carrière dans le parti antonien. D’ailleurs, ses liens familiaux l’y enracinaient fortement. L’identité de son père adoptif, descendant, probablement, de la vieille souche des Sempronii Atratini1319, n’apporte aucun éclaircissement à ce sujet ; en revanche, son géniteur, L. Calpurnius Bestia, comptait parmi les lieutenants d’Antoine pendant la guerre de Modène, après s’être impliqué dans la conjuration de Catilina1320. Les mariages renforcent encore cette appartenance. La sœur de L. Atratinus épouse Gellius Publicola, amiral d’Antoine à Actium1321 et, lui-même, prend pour femme, une fille ou une sœur, de L. Marcius Censorinus, gouverneur antonien de l’Achaïe1322. Comme son futur beau-frère Gellius, ainsi qu’Antoine et bon nombre de ses partisans, Atratinus fréquenta dans sa jeunesse Clodius1323. Sa vie publique commença d’ailleurs très tôt, puisqu’il avait à peine dix-sept ans lorsqu’il traîna Caelius devant les tribunaux1324. Une première lacune dans cette carrière s’étend de 53 à 40 année où il semble doublement récompensé par le triumvir. Il entre dans le collège des augures, tout d’abord1325. Ensuite, il figure parmi les préteurs suffects, élus après les accords de Brindes. À ce titre, il défend la cause d’Hérode au Sénat et incite les pères conscrits à soutenir sa candidature au trône de Judée, comme le désire Antoine1326. À la sortie de sa charge, il accompagne son chef en Grèce en tant que légat propréteur et y séjourne sans doute deux ans1327. À la suite des accords de Tarente, où il est désigné au consulat, il est un des trois amiraux que le maître de l’Orient envoie à Octavien, pour lui prêter assistance dans la guerre contre Sextus Pompée ; il reste à la tête d’une escadre probablement jusqu’à la bataille de Nauloque1328. Il est l’auteur d’une des trois émissions monétaires nommées improprement ‘des préfets de la flotte’ depuis les travaux de Bahrfeldt. Ce monnayage est contemporain de ceux de Calpurnius Bibulus et de M. Oppius Capito. Les monnaies d’Atratinus ont été probablement frappées en Grèce, peut-être à Corinthe. Dans son cas, il n’y a dans la légende aucune allusion à un commandement naval : c’est avec le titre de consul designatus qu’Atratinus les émet. Leur émission se situe entre 37 et 34. En effet, le premier janvier de cette année-là, Antoine démissionne de son consulat en sa faveur. Atratinus semble alors au sommet de la faveur1329. Mais entre 34 et 30 on ignore presque tout de sa conduite. Une inscription de Patras semble indiquer qu’il participa aux opérations qui précédèrent Actium, mais sa datation reste sujette à caution. Sempronius passe-t-il alors au service d’Octavien1330 ? Où fut-il fait prisonnier après Patras ? Le fait qu’en 22, il obtienne le proconsulat d’Afrique puis un triomphe1331 n’implique pas qu’il se soit rallié de bonne heure à Octavien. Celui-ci employa et récompensa d’anciens adversaires quand ils étaient compétents. Il donna même à Furnius les ornements consulaires dont il avait été privé par la guerre civile alors que celui-ci avait été capturé à Actium. Les honneurs clôturent donc la carrière de Sempronius Atratinus, qui, par la suite, paraît s’être complètement retiré de la vie publique1332. Orateur fameux dans sa jeunesse, il continue à s’intéresser à cet art1333. Parvenu à quatre-vingts ans, lassé de ses infirmités, il se suicida, après avoir institué Auguste comme héritier. On ne lui connaît pas de postérité1334.

127 (C ?). SENTIUS VETULO SATURNINUS1335 partisan d’Antoine en 35 (App., BC, 5.139)

  • 1335 RE 2A2 (1923) s.v. “Sentius” no 4, col. 1510-1511 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 384 ; Schör 1978, 15 (...)
  • 1336 Hinard 1985b, 1068.
  • 1337 Contre la thèse de Syme 1964b, 156-166.

Origine géographique :

Étrurie1336 ?

Appartenance sociale :

sénateur ?

Liens familiaux :

- parent : C. Sentius Vetulo, Cos. 19, RE no 5.
- parente : Sentia, épouse de L. Scribonius Libo.

Carrière :

- 43 : proscrit, s’enfuit déguisé en préteur.
- 40 : officier de Sex Pompée, ambassadeur auprès d’Antoine.
- 39 : “restitutus” à Misène1337.
- 35 : entre au service d’Antoine.

  • 1338 V. Max. 7.3.9.
  • 1339 ILLRP, 411 ; ILS, 8892 : Sentia Lib[onis]/mater Scr[iboniae] Caes[aris] ; Scheid 1975a, 363.
  • 1340 App., BC, 5.139.
  • 1341 App., BC, 5.52.
  • 1342 Vell. 2.77.3, mentionne Claudius Nero, M. Silanus, Sentius Saturninus, Arruntius, et Titius. Syme (...)
  • 1343 Le consul de19, eut une carrière remarquable et deux de ses fils furent consulaires, Syme1964b, 16 (...)

169Sentius Saturninus Vetulo doit être considéré, avant tout, comme un pompéien. Proscrit en 43, son premier mouvement est de rejoindre la Sicile, où il sait trouver un refuge1338, car il est un allié de Scribonius Libo qui a épousé une Sentia, mère de Scribonia, future épouse d’Octavien1339. Il demeure dans ce camp jusqu’en 35. Il déserte, avec la majeure partie de l’état-major de Sextus, lorsque la situation lui paraît désespérée1340. Cependant, Sentius a déjà prospecté ses chances auprès d’Antoine auparavant. En 40, il participe avec Libo à une ambassade officieuse auprès du triumvir. Les deux hommes saisissent le prétexte de lui ramener sa mère, Julia, protégée de la vindicte d’Octavien, pour entamer des tractations. Attirés par l’envergure d’Antoine, ils songent à une alliance avec leur chef, en vain1341. Faut-il l’identifier avec Sentius Saturninus, réhabilité en 39, par la paix de Misène Les arguments qui s’opposent à cette hypothèse ne sont pas insurmontables. En effet, Sentius Vetulo, contrairement à d’autres personnages de la liste, ne devint pas consul et ne rejoignit pas Rome et Octavien en 39. C’est sans doute pour ce motif que R. Syme préfère voir dans le Sentius de 39 Caius, qui fut consul vingt ans plus tard. Pourtant, les critères qui présidèrent à la composition de la liste de Velleius ne sont pas si clairs : tous ne devinrent pas consuls, ainsi le premier cité, Tiberius Nero, ne dépassa pas la préture ; en outre, tous ne rejoignirent pas Octavien, M. Titius en constitue l’exemple éclatant. Identifier Sentius Vetulo, le bras droit de Libo avec Sentius réhabilité à Misène, paraît la solution la plus plausible. En effet, il appartient à la même génération que les autres personnages cités dans la liste et sa parenté et son rôle dans le parti pompéien en font un personnage suffisamment important pour figurer à leurs côtés1342. Rien ne permet d’affirmer qu’Antoine l’ait employé durablement ; il a probablement suivi le cheminement de Libo, et a dû se rallier assez vite à Octavien. La destinée brillante de sa famille, alliée au prince, le suggère1343.

128 SERGIUS1344 gracié par Antoine en 42 (App., BC, 4.45)

  • 1344 RE 2A2 (1923) s.v. “Sergius” no 3, col. 1688 (Münzer) ; Broughton MRR 3, 57 ; Hinard 1985b, 520-52 (...)
  • 1345 Tribu Tromentina ? Taylor 1964, 253.

Origine géographique :

inconnue1345.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 42 : proscrit et réhabilité.
- 31 : sénateur.

  • 1346 Hinard 1985b, 521.
  • 1347 App., BC, 4.45.
  • 1348 Par exemple, l’ex-édile : L. Calpurnius Bestia.

170Proscrit, peut-être à l’instigation de Lépide1346, Sergius se réfugie dans la maison d’Antoine. Celui-ci demande sa grâce au consul Plancus. En 31, lorsqu’à nouveau le Sénat prive le triumvir de ses pouvoirs, Sergius est le seul père conscrit à voter contre cette décision1347. Il ne figure sans doute pas au nombre des partisans actifs, mais il témoigne, au long des années de guerres civiles, d’un courant resté favorable au maître de l’Orient dans la Ville même. Fr. Hinard souligne, de plus, que cette anecdote étaye l’hypothèse de liens entre les Sergii et les Antonii. L’oncle d’Antoine avait montré une complaisance coupable pour la conjuration de L. Sergius Catilina, dans laquelle, d’ailleurs, son “beaufrère” était impliqué. Il paraît probable, du reste, que d’anciens catiliniens poursuivent leur carrière sous la bannière d’Antoine1348.

129 T. SEXTIUS1349 partisan d’Antoine de 44 à 40 (App., BC, 3.83)

  • 1349 RE 2A.2 (1923) s.v. “Sextius” no 13, col. 2041-2043 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 330 ; Wiseman 1971 (...)
  • 1350 Wiseman 1964, 126-127. Se fondant sur l’inscription CIL, VI, 1518, il démontre que les Sextii Late (...)

Origine géographique :

Ostie ? Tribu Voturia ?1350

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- postérité ? : Sextii Laterani et/ou Sextii Africani.

Carrière :

- 53-51 : légat de César en Gaule.
- 45 ? : préteur ?
- 44 : gouverneur d’Africa Nova.
- 43-42 : guerre contre Cornificius. Il s’empare de l’Africa Vetus.
- 41 : cède l’Africa Nova puis Vetus à Fuficius Fango, puis les récupère.
- 40 : cède la province à Lépide.

  • 1351 Syme [1939] 1967, 111.
  • 1352 Caes., Gal., 6.1.1. César craignait, à juste titre, une révolte en Gaule et ses lieutenants font d (...)
  • 1353 Caes., Civ., 7.49 et 51 ; Broughton MRR 2, 239.
  • 1354 Caes., Gal., 7.90 : Sextius prend ses quartiers d’hiver chez les Bituriges ; une intervention écla (...)
  • 1355 Broughton MRR 2, 307 et 330 ; App., BC, 3.85 ; 4.53.
  • 1356 D.C. 47. 21.1-6. Les triumvirs lui assignèrent la totalité de l’Afrique, ce qui le forçait à comba (...)
  • 1357 App., BC, 4.53-55.
  • 1358 ILS, 1945.
  • 1359 App., BC, 5.12 ; D.C. 48.22.1.
  • 1360 App., BC, 5.26 ; D.C. 48.22.2-3.
  • 1361 App., BC, 5.26 ; D.C. 48. 23.3-4.
  • 1362 Ganter 1892, 18-23, propose la chronologie suivante : 43-fin 42, en Africa Vetus : Q. Cornificius, (...)
  • 1363 Dion Cassius (48.23.4-5) laisse entendre que la passation de pouvoir s’est effectuée en douceur, m (...)

171Titus Sextius semble, pour Antoine, un lieutenant expérimenté1351. Il se distingue d’abord en Gaule, comme un des principaux légats de César, durant les année 53 à 51. Il démontre son zèle en levant rapidement des troupes pendant l’hiver 531352 et, un an plus tard, son sang froid à Gergovie, à la tête de la XIIIe légion1353. César lui confie, pendant les mois de l’hiver 52-51, la pacification du pays biturige, mission délicate, étant donnés ses effectifs réduits, mais dont il s’acquitte honorablement1354. Les péripéties de sa carrière entre 51 et 44 restent obscures. À ce moment, le dictateur lui confie le gouvernement de la province d’Africa Nova, où il succède à Salluste. Sans doute peut-on en déduire qu’il atteignit la préture en 45, au plus tard1355. Dans les mois qui suivent les Ides de Mars, les provinces d’Afrique deviennent primordiales pour les Césariens, face à l’Orient qui bascule dans le camp adverse. Antoine ne parvient pas à imposer Calvisius Sabinus comme gouverneur d’Africa Vetus ; en revanche, Titus Sextius paraît un appui fidèle. Celui-ci se prépare à l’attaque de Cornificius1356. D’après Appien1357, il possède trois légions, mais Dion affirme qu’il espérait compenser son déficit d’hommes par sa connaissance du terrain. Il prend l’initiative des opérations et remporte quelques succès, comme la prise d’Hadrumète. Mais Cornificius, la surprise passée, contre-attaque, récupère la totalité de sa province, pénètre en Numidie et assiège Titus Sextius dans Cirta. Alors, ce dernier renverse la situation, avec le secours d’Arabio, prince numide, et inflige une cruelle défaite à son adversaire, en se rendant maître de toute l’Afrique. Il est salué imperator1358. La défaite des Républicains à Philippes modifie la situation : les accords entre les deux triumvirs prévoient que la Numidie passe à Octavien1359. Ce dernier envoie C. Fuficius Fango et Antoine ordonne à Sextius d’évacuer la province. Celui-ci s’exécute de bon gré, apparemment. Mais, prétextant l’hiver, il reste en Libye, ce qui laisse des doutes sur sa bonne foi. En Italie, les relations entre les Antoniens et Octavien ne tardent pas à se détériorer et Titus reçoit les directives de Fulvia : il doit chasser Fango1360. Il profite des mécontentements que le gouvernement de ce dernier a fait naître et, surtout, il bénéficie, à nouveau, de l’aide d’Arabio, que Fango a maladroitement chassé de ses États. Après quelques péripéties, les deux Romains s’affrontent en une bataille confuse. Le vieux césarien accule Fuficius au suicide1361. Il redevient le seul maître de l’Afrique, quelques mois1362. Les accords de Brindes le dessaisissent à nouveau, au bénéfice de Lépide. Cette fois, il cède définitivement son poste. Là encore, la situation reste confuse, Sextius laisse ses légions au triumvir, mais Antoine envoie Furnius les récupérer, ignorant les faits et gestes de son lieutenant : or, il avait été privé de son commandement par Lépide1363. Le sort postérieur de Sextius est inconnu. On ne lui connaît pas de consulat ni de triomphe. Mais il n’a sans doute pas connu de disgrâce puisqu’un augustale, M. Caelius Phileros, son ancien accensus, le nomme et lui donne son titre d’imperator, dans une inscription de Formies, vingt ans plus tard. De plus, deux familles sénatoriales de l’empire, les Sextii Laterani et Africanii, qui, toutes deux, ont adopté le praenomen Titus, descendent de ce personnage.

130 C. SOSIUS1364, cos. 32 partisan d’Antoine de 39 à 31 (D.C. 51.2.4)

  • 1364 RE 3A. 1 (1927) s.v. “Sosius” no 2, col. 1176-1180 (Fluss) ; Glauning 1936, 8 ; Broughton MRR 2, 4 (...)
  • 1365 Il existe des Sosii dans le Picenum ; par exemple Q. Sosius, l’incendiaire, chevalier originaire d (...)
  • 1366 CIL, I, 50, Fast. Cap. : “T(iti) N(epos)”.
  • 1367 Les carrières du père et du fils sont chronologiquement très proches, Münzer, RE no 1, suivi par F (...)
  • 1368 CIL, X, 4855 : “L (ucius) Nonius Quintilianus L(ucii) f(ilius) Sex(ti) N(epos) C(aii) Sosi Co(n)s( (...)
  • 1369 CIL, VI, 32 323 ; peut-être l’était-il depuis 36. Grant remarque, en effet, dans la troisième émis (...)

Origine géographique :

Picenum1365 ?

Appartenance sociale :

sénateur, famille sénatoriale.

Liens familiaux :

- grand-père : T. Sosius1366.
- père : C. Sosius, préteur en 491367.
- arrière petit-fils : L. Nonius Quintilianus1368.

Carrière :

- 39 : questeur en Macédoine ?
- 38-37 : légat d’Antoine en Syrie ; Imperator.
- 36 : participe à la guerre de Sicile ?
- 34 : (3 septembre) Triomphe “exJudea”.
- 32 : consul.
- 31 : durant la guerre d’Actium, amiral d’Antoine.
- 31 ? : gracié par Octavien.

Sacerdoce :

- 17 : Quindecemvir Sacris Faciundis1369.

  • 1370 App., BC, 5.76.
  • 1371 Vell. 2.86.
  • 1372 RPC I, no 1290-1293. La provenance des monnaies de Sosius est attestée par les lettres ZA sous le (...)
  • 1373 Grant [1946] 1969, 39-43 ; Broughton MRR 3, 60.
  • 1374 Jos., AJ, 14.447 ; BJ, 1.327 ; Plut., Ant. 34.10 ; D.C. 49.22.3 ; Oros. 6.18.24 ; Ganter 1892, 42- (...)
  • 1375 D.C. 49.22.3.
  • 1376 Jos., AJ, 14.447 = BJ, 1.327.
  • 1377 Liv., Per., 128, qui ne le cite pas nommément ; Sen. Rh., Suas., 2.21 ; Jos., AJ, 14.451-491 et 15 (...)
  • 1378 D.C. 49.23.2.
  • 1379 Grant [1946] 1969, 392.
  • 1380 CIL, IX, 4855 = ILS, 934 ; Degrassi, I. I., Act. triumph., 86 sq. et 569 ; Fast. Barb., 342-343.
  • 1381 Plin., Nat., 13.53 ; 36.28. Cette construction a fait l’objet d’une vive controverse. E. La Rocca (...)
  • 1382 CIL, IX, 4855 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Cupr., 244 sq. ; Fast. Ven., 251 et 245 sq. ; Fast. Mag. Vi (...)
  • 1383 D.C. 50.2.2-3.
  • 1384 D.C. 49.41.5.
  • 1385 D.C. 50.2.6.
  • 1386 Grueber, CRRBM 2, 524 ; Grant [1946] 1969, 42-43 ; RPC I no 1293.
  • 1387 D.C. 50.14, 1. Son adversaire était, soit Arruntius, soit Tarius Rufus. Sa défaite était si sévère (...)
  • 1388 Vell. 2.85 ; Plut., Ant., 65.1 “Coelios” ; D.C. 51.2.4.
  • 1389 D.C. 51.2.4.
  • 1390 Vell. 2.86.2.
  • 1391 CIL, VI, 32 323.

172Lorsque Caius Sosius apparaît pour la première fois dans les sources littéraires, durant l’été 39, il est question de sa désignation au consulat pour l’année 32, alors qu’il est d’un rang encore modeste1370. Cela témoigne de l’importance certaine qu’il avait acquise dans l’un des partis réunis à Misène. Or, son passé reste inconnu. Dion Cassius laisse entendre qu’il a toujours appartenu au camp antonien. Cependant, plusieurs présomptions incitent à supposer des antécédents pompéiens à sa famille. En premier lieu, la carrière de son père, bien qu’elle ne soit citée que brièvement par Cicéron, invite à reconnaître, dans le préteur de 49, un authentique défenseur de ce parti. Il appartient alors au camp de Pompée et, de plus, il a conservé des relations, sans doute de clientèle, avec Manius Lepidus, consul en 66 et homme d’influence parmi les optimates, dont il a été le questeur auparavant. En second lieu, il semble originaire du Picenum, lieu de recrutement privilégié de la clientèle des Pompeii. Enfin, après la défaite d’Actium, C. Sosius doit sa réhabilitation auprès d’Octavien à l’intervention d’un ancien pompéien, Arruntius1371. Mais en 39, Caius Sosius semble avoir rompu tout lien avec les Pompéiens, s’il en a eu. En effet, il se trouve cette année là, dans l’île de Zacynthos, à la tête d’une flotte importante qui surveille les côtes grecques et il est questeur d’Antoine1372. Des émissions monétaires attestent son passage à plusieurs reprises dans l’île, entre deux commandements, en 37, avant 34 et en 32. Grant estime qu’Antoine l’a placé à ce poste pour empêcher Pompée de s’emparer du Peloponnèse1373. En 38, Caius Sosius remplace P. Ventidius en Cilicie et en Syrie, probablement avec l’imperium proconsulaire1374. Il remplit une double mission. Dans un premier temps, il parachève l’œuvre de Ventidius, en obtenant la reddition des Aradiens1375 ; une fois la Syrie pacifiée, après le siège de Samosate, il reçoit d’Antoine l’ordre d’aider Hérode contre Antigone1376. Il défait ce dernier, puis prend d’assaut Jérusalem. Avant qu’il ne mette la ville au pillage, Hérode obtient, non sans compensation, qu’il se retire. Il amène le roi déchu, enchaîné, à Antoine, qui ordonne son exécution1377. Dans les mois qui suivent, de retour en Syrie, Sosius reste inactif, pour ne pas prendre le pas sur Antoine, d’après Dion Cassius1378, plus probablement pour ne pas contrarier les préparatifs de la campagne de l’année suivante. Peut-être accompagne-t-il, en 36, les contingents qu’Antoine prête à Octavien pour la guerre de Sicile ; Grant le reconnaît sur une monnaie d’Acragas (Agrigente). Mais cette hypothèse paraît très douteuse1379. En 34, il est de retour à Rome, pour son triomphe, le 3 septembre1380. Il profite de ce séjour pour intervenir dans le temple d’Apollon, près du Théâtre de Marcellus1381. En 32, il accède au consulat avec Cn. Domitius Ahenobarbus1382, dans une période critique. Dès leur entrée en charge, Sosius attaque violemment Octavien. Il est freiné par l’action du tribun de la plèbe, Nonius et par l’inertie relative de son collègue1383. Ils ont pour mission de faire connaître à Rome les décisions d’Antoine concernant ses donations à Cléopâtre. Mesurant l’impression désastreuse qu’elles causeraient, Domitius et Sosius décident de les passer sous silence. En dépit des pressions qu’il exerce sur eux, Octavien ne parvient pas à les contraindre à une déclaration officielle. Cependant, il obtient, en retour, qu’ils ne soufflent mot des victoires d’Antoine en Arménie1384. La polémique s’envenime, les attaques d’Octavien poussent les deux consuls à fuir Rome, en compagnie de nombreux sénateurs1385. Après les débats tenus à Éphèse, Sosius revient à Zacynthos1386. Durant la guerre d’Actium, il figure parmi les amiraux d’Antoine. À la fin du mois d’août 31, il est défait dans un premier engagement : profitant du brouillard et de l’isolement de ses adversaires – Agrippa n’est pas encore là – Sosius attaque la flotte de Tarius. L’arrivée soudaine d’Agrippa renverse le rapport des forces et il est sévèrement battu1387. Lors de la bataille d’Actium, il commandait vraisemblablement l’aile gauche1388. Peut-être quitte-t-il les combats en même temps que son chef. De toute façon, il échappe à la mort1389, puisqu’Octavien lui accorde son pardon, obtenu non sans mal, sur l’intervention de L. Arruntius1390. Le prince pardonne à l’un de ses plus irréductibles ennemis, cependant il ne commet pas l’imprudence de le réemployer bien que Sosius soit resté en vie au moins jusqu’en 171391.

131 T. STATILIUS TAURUS1392, cos. suff. en 37, cos. en 26 partisan d’Antoine de 43 à 36 (Cic., Fam, 13.25.1)

  • 1392 RE 3A. 2 (1929) s.v. “Statilius” no 34, col. 2199-2203 (Nagl) ; Glauning 1936, 16 ; Broughton MRR (...)
  • 1393 Il existe une lignée lucanienne, les Statilii Tauri, dont on connaît deux représentants au troisiè (...)
  • 1394 IG VII, 1854 : Le peuple des Thespiens à Cornelia Sisenna (femme) de Statilius Taurus, pour son mé (...)
  • 1395 C’est la dernière date possible pour sa préture, Broughton MRR 2, 380. Il va sans dire que les cir (...)

Origine géographique :

Volcei (Lucanie). Tribu Pomptina1393.

Appartenance sociale :

Homo novus.

Liens familiaux :

- épouse : Cornelia Sisenna.1394

- fils : T. Statilius Taurus.
- petit-fils : T. Statilius Taurus, cos. 11 p. C.

Carrière :

- 44 : sénateur de rang tribunicien ?
- 40 ? : préteur1395.
- 37 : consul suffect.
- 36 : participe à la guerre de Sicile.
- 36-34 : proconsul d’Afrique.
- 34-33 ? ou 32 ? : légat d’Octavien dans les guerres illyriennes.
- 31 : commande les forces terrestres d’Octavien à Actium.
- 30 ? : Gouverneur de Macédoine ?
- 30 ? 29 ? déb. 29 ? :
En Hispanie.
- 26 : Consul ordinaire avec Auguste.
- 16 : Præfectus Urbi.

  • 1396 Cic., Fam., 12.25.1.
  • 1397 Syme [1939] 1967, 227 et 551 n. 54.
  • 1398 Cic., Fam., 13.25.
  • 1399 InscrIt XIII, 1, Fast. Mag. Vic., 282, 288 ; Fast. Biond., 291 sq. ; CIL, IV, 2437. Il succéda à u (...)
  • 1400 App., BC, 5.98, il commande les effectifs d’Antoine.
  • 1401 Peut-être dés son consulat, en 39, mais certainement à partir de 38, App., BC, 5.80-88.
  • 1402 Syme [1939] 1967, 309. Il fut deux fois consul, trois fois salué imperator par ses légions, ILS, 8 (...)
  • 1403 Année 36, Broughton MRR 2, 403 : il reçut le commandement de la flotte basée à Tarente, App., BC, (...)
  • 1404 Il est choisi, en 36, comme proconsul des deux provinces africaines, Ganter 1892, 25 ; Broughton M (...)
  • 1405 App., Ill., 27 ; D.C. 49.38.4 ; Ganter 1892, 29 (années 34 à 31 ?) ; Broughton MRR 2, 413.
  • 1406 Vell. 2.85.3 ; Plut., Ant., 63.5 ; D.C. 50.13.5 ; Zonar. 10.29.
  • 1407 C’est l’opinion de Syme [1939] 1967, 288 ; Ganter 1892, 32, pense, au contraire, que Licinius Cras (...)
  • 1408 D.C. 51.20.5 ; Ganter 1892, 17 (années 30-29) ; fin 29-début 28, au plus tôt, puisque Calvisius tr (...)
  • 1409 D.C. 51.23.1, en 30. Il faut ajouter, de plus, les sacerdoces, Vell. 2.127.1.
  • 1410 D.C. 54.19.6, en 16, dix ans après Messala. C’était encore une mission exceptionnelle.

173Titus Statilius Taurus effectue un passage prolongé dans le camp d’Antoine. Cicéron le mentionne, dans son récit de la séance du 20 décembre 44, comme l’alter-ego de Calvisius Sabinus ; il les surnomme : “le minotaure1396”. Il semble donc que Titus commence sa carrière sous la protection de Calvisius, lui aussi de souche non-latine, peut-être en qualité de légat1397. Probablement demeure-t-il à Rome durant les premiers mois de l’année 43, puisque Calvisius, empêché de rejoindre l’Africa Vetus, y reste, contraint et forcé1398. Jusqu’à son consulat suffect en 371399, qu’il doit à la protection d’Antoine, il ne subsiste aucune trace de ses activités. Il entre au service d’Octavien pendant la guerre de Sicile. Il fait partie des officiers qu’Antoine dépêche à son collègue, en vertu des accords de Tarente1400. On peut donc supposer que Statilius ne suivit pas tout de suite Calvisius, dont le ralliement paraît antérieur d’un ou deux ans1401. Cependant, ce dernier continua certainement à l’influencer, puisqu’ils menèrent longtemps des carrières parallèles. Statilius passe alors au service d’Octavien. À partir de cette date, débute un brillant enchaînement de commandements et d’honneurs qui le conduisent, sous le principat, à la seconde place derrière Agrippa1402. Dans les armées d’Octavien, il combat d’abord en Sicile en 37-361403, ensuite, l’Afrique lui est confiée. Le choix du jeune César rend hommage à la valeur de Statilius, mais dénote surtout sa volonté de l’attacher au parti1404, Puis, le légat se distingue en Illyrie1405. Durant les opérations d’Actium, il commande les forces terrestres et, avec Titius, gagne à Octavien le roi Dejotaros de Paphlagonie1406. Il est peut-être chargé du gouvernement de Macédoine dans les mois qui suivent la bataille1407, avant de succéder, en Espagne, à son ancien protecteur Calvisius1408. Des distinctions exceptionnelles couronnent sa carrière : le droit de nommer chaque année un préteur de son choix1409 et la préfecture de la Ville1410. Il fit construire le premier amphithéâtre en pierre de Rome. Cette succession d’honneurs a estompé le souvenir de sa première carrière au service d’Antoine ; le consulat ordinaire de 26 a rejeté dans l’ombre le consulat suffect de 37.

132 Q. TERENTIUS CULLEO1411 partisan d’Antoine en 43 (App., BC, 3.83)

  • 1411 RE 5A. 1 (1934) s.v. “Terentius” no 43, col. 652-654 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 356.
  • 1412 Taylor 1942, 385-412.

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

- fils : Q. Terentius Culleo, RE, no 45.

Carrière :

- 58 : tribun de la Plèbe ?
- 43 : Légat de Lépide en Gaule.

Sacerdoce :

- 57 : Pontifex minor1412 ?

  • 1413 Cic., Att., 3.15.5 ; 8.12.5 (liens d’amitié entre Culleo et Atticus ?) année 49.
  • 1414 Plut., Pomp., 49.3.
  • 1415 App., BC, 3.83.
  • 1416 Cic., Fam., 10.34.2.

174L’adhésion de Quintus Terentius Culleo au parti d’Antoine paraît en désaccord avec le début de sa carrière. En effet, en 58, alors qu’il était tribun de la Plèbe, il s’employa pour le retour d’exil de Cicéron, avec Atticus1413 et pour détacher Pompée1414 du premier triumvirat. Ces deux manœuvres le placent dans le camp des Catoniens. Pourtant, en 43, il favorise Antoine dans des circonstances périlleuses. Lépide avait confié à Culleo la garde de la route maritime des Alpes, avec, pour mission officielle, d’arrêter la retraite d’Antoine. Au contraire, il laisse volontairement les forces de celui-ci pénétrer dans la Province1415. Quelques jours plus tard, apparemment confus et repentant, Culleo, ainsi que Silanus d’ailleurs, reviennent auprès de Lépide, qui les accueille avec une magnanimité suspecte. Le libre arbitre de Culleo fut-il pour beaucoup dans son geste ? Lépide prétend se défier de lui, malgré tout, avec raison d’ailleurs, car, peu après, ses légions font cause commune avec celles d’Antoine1416. S’agit-il du même individu ? Si l’on admet leur identité, l’exemple de Terentius tend à prouver que beaucoup de magistrats n’étaient pas attachés irrémédiablement à un parti et que les prises de positions de la jeunesse n’engageaient pas la totalité de la carrière. Il est vrai que l’on ignore les circonstances de la vie de ce personnage entre 58 et 43.

133 M. TITIUS, cos. suff. en 311417 partisan d’Antoine de 39 ? à 32 (Vell. 2.83)

  • 1417 RE 6A. 2 (1937) s.v. “Titius” no 18, col. 1559-1562 (R. Hansilk) ; Glauning 1936, 14, 21-24 ; Brou (...)
  • 1418 Munzer souligne que ce gentilice se trouve fréquemment en Étrurie ; Hall 1984, 391-392.
  • 1419 App., BC, 5.142 ; D.C. 48.30.5-6 ; Broughton MRR 2, 385.
  • 1420 Vell. 2.83 ; il a pour oncle un certain T. Munatius, inconnu par ailleurs, mais il doit être appar (...)
  • 1421 IGRP IV, 1716 (années 35 à 32 ?) Heraion de Samos. Cette inscription donne le nom de sa femme Paul (...)
  • 1422 La date de son entrée dans le collège est postérieure à 34, peut-être due à Octavien, Broughton MR (...)

Origine géographique :

Étrusque1418 ?

Appartenance sociale :

sénateur, famille déjà présente au Sénat.

Liens familiaux :

- père : L. Titius1419.
- oncle : L. Munatius Plancus1420.
- oncle : T. Munatius Plancus.
- oncle : C. Plautius Plancus.
- épouse : Paullina, fille de Fabius Maximus1421.

Carrière :

- 42-40 : proscription de son père : Marcus prend la tête d’une armée personnelle.
- 40-39 : capturé ; dans le camp de Pompée.
- 39 ? : réhabilité ?
- 36 : questeur d’Antoine en Arménie.
- 35 : proconsul, consul designé ; combat Sex. Pompée en Asie ; le met à mort.
- 34-32 ? : gouverneur d’Asie ?
- 32 : défection au profit d’Octavien.
- 31 : consul suffect ; commande la cavalerie d’Octavien à Actium.
- 19 ?/13 ?-10 ? : légat d’Auguste en Syrie.

Sacerdoce :

- ? : pontife1422.

  • 1423 Freyburger & Roddaz 1990, 43 n. 26.
  • 1424 App., BC, 5.142 ; D.C. 48.30.5-6 ; Broughton MRR 2, 385.
  • 1425 Hinard 1985b, no 137 : le Titius cité par Velleius, en 39, était son père, L. Titius, ancien préte (...)
  • 1426 Vell. 2.77.3.

175Dater l’entrée au service d’Antoine de l’ambitieux Marcus Titius reste délicat. Il participe peutêtre au consilium de son oncle, L. Munatius Plancus en 43 ; en ce cas, il fait un premier séjour dans le camp1423. Cependant, en 40, indépendamment de tout parti, il ravage la Gaule Narbonnaise à la tête d’une armée personnelle. C’est alors que l’affranchi de Pompée, Ménas, le fait prisonnier. Il est sauvé par l’intervention de son père, L. Titius, proscrit depuis 43, qui est réfugié auprès de Sextus Pompée1424. Il paraît certain, maintenant, que Marcus ne fut pas proscrit, au contraire de son père1425. Cependant, il reste probablement à ses côtés jusqu’aux accords de Pouzzoles en 39. La réhabilitation rend donc les deux hommes à la vie publique1426.

  • 1427 Selon la théorie élaborée par Cuntz, 1929, 70-81, qui avait déduit de l’existence d’un Marcus Titi (...)
  • 1428 Plut., Ant., 42.4-5.
  • 1429 App., BC, 5.134 ; D.C. 49.18.2-3.
  • 1430 App., BC, 5.139. Sur les opérations en Bithynie, Fernoux 2004, 170.
  • 1431 App., BC, 5.140-143.
  • 1432 Liv., Per., 131 ; Strab. 3.2.2 ; Vell. 2.79 ; App., BC, 5.144 ; Flor., Epit., 2.18, (il n’est pas (...)
  • 1433 Vell. 2.79. Il est hué le jour où il donne une représentation dans le théâtre de Pompée.
  • 1434 App., BC, 5.144. Au sujet de l’abus de pouvoir possible de Munatius et de ses raisons personnelles (...)
  • 1435 Ferrary 2000, 355-357.
  • 1436 Malgré Grant [1946] 1969, 395, Marcus Titius paraît le gouverneur le plus probable à ce moment, IG (...)

176Quelques années plus tard, en 36, Marcus Titius participe à la campagne d’Arménie, en tant que questeur1427. Lors de la retraite, il est un des chefs de l’arrière-garde et tente de faire reculer vainement l’imprudent Flavius Gallus1428. L’année suivante, alors qu’il est légat en Syrie, il est envoyé en Asie pour régler le sort de Sextus Pompée. Marcus doit prélever des bateaux et des soldats en Syrie, dont son oncle Munatius est le gouverneur. Arrivé dans la province de C. Furnius, il a l’ordre, soit de mener une guerre énergique si Sextus se montre belliqueux, soit de l’accueillir avec honneur s’il désire se rendre1429. Titius recueille, dès son arrivée, un groupe de Pompéiens sans illusions et se lance à la poursuite d’un ennemi résolu1430. Sextus Pompée, acculé, se résigne à traiter. Mais il accepte d’entamer le dialogue avec C. Furnius et non avec Titius parce que, d’après Appien, il craint l’ingratitude de ce dernier et ne le considère pas de noble lignage. Les négociations échouent, de même que l’ultime tentative de Sextus pour abattre ses ennemis1431. Titius incorpore les soldats de celui-ci à ses propres troupes et exécute son ancien bienfaiteur à Milet1432. Dans l’opinion romaine, Titius devient impopulaire, car il porte la responsabilité essentielle du supplice1433 ; cependant il semble avoir reçu l’ordre, soit directement d’Antoine, soit de Plancus1434. Il paraît possible que Titius prenne en 34 la suite de Furnius comme gouverneur d’Asie1435. Trois inscriptions des années 35 à 32 attestent, peut-être, sa présence prolongée à cet endroit1436.

  • 1437 D.C. 50.3.1.
  • 1438 ILS, 891.
  • 1439 Plut., Ant., 58.4 ; D.C. 50.3.2.
  • 1440 Vell. 2.83. L’inscription d’Éleusis, IG, II2 4202 date probablement des jours qui précèdent son ch (...)
  • 1441 Plut., Ant., 58.4.
  • 1442 CIL, IX, 5853 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Amit., 170 sq. ; Fast. Cupr. (in lacuna). ; Fast., Cap., 13 (...)
  • 1443 Vell. 2.83 et 79.

177Sous la protection de son oncle, un des principaux chefs du parti antonien, il appartient à l’entourage politique immédiat du triumvir1437. Il est désigné pour le consulat en 311438. En 32, après la rupture entre les deux maîtres de Rome, Plancus et Titius désertent brutalement et rejoignent Octavien, pour d’obscures raisons. Peut-être s’étaient-ils opposés à Cléopâtre1439. Plus certainement, Marcus Titius a emboîté le pas de son oncle, qui avait des motifs personnels1440. Ils révèlent quelques secrets politiques, dont le contenu du testament d’Antoine1441. C’est une perte douloureuse pour ce dernier. Titius devient consul suffect, de mai à octobre 31, à la suite de Messala, autre transfuge fameux1442. Dans la guerre d’Actium, Octavien lui donne le commandement de la cavalerie1443.

  • 1444 Jos., AJ, 16.270 ; Strabon déclare qu’il était gouverneur au moment de la remise des otages parthe (...)

178Marcus Titius incarne le traître pour ses contemporains. Mais cet homme peu fiable sait se rendre indispensable ; aussi, Octavien l’emploie-t-il comme gouverneur de Syrie, entre 13 et 10 au moins, peut-être déjà en 19. Cette mission, dans une province vitale de l’empire, atteste à la fois la confiance du Prince et les capacités de Titius en Orient1444. On ne connaît pas de descendance à ce personnage.

134 THURANIUS (filius) ou plutôt TORANIUS (filius)1445 partisan d’Antoine en 43 (App., BC, 4.18)

  • 1445 RE 7A.2 (1948) s.v. “Turranius” no 1-2, col. 1439-1440 (F. Münzer).
  • 1446 Hinard 1985b, no 138.

Appartenance sociale :

famille déjà présente au Sénat.

Liens familiaux :

- père : C. Toranius, RE no 41446.
- sœur : Torania.

  • 1447 App., BC, 4.18.
  • 1448 V. Max. 9.11.5.
  • 1449 Oros. 6.18.9 ; contrairement à la thèse exprimée dans Broughton MRR 3, 63-64, qui reporte toutes l (...)
  • 1450 Aucun élément ne permet de l’identifier Hinard 1985b, 536 n. 13).

179Le fils de C. Toranius profita de ses liens amicaux avec Antoine pour faire inscrire son père sur les listes de proscription. Il spolia sa sœur du patrimoine1447 et poussa la complaisance jusqu’à indiquer aux centurions1448 le lieu de la retraite de son géniteur. “Bien mal acquis ne profite jamais” : le jeune homme dilapida sa fortune et, ruiné, fut condamné au bannissement pour vol. L’identification du couple père-fils prête à bien des confusions : il y aurait, en fait, deux proscrits, C. Toranius, tuteur d’Octavien et Turranius, préteur en 441449. Le proscrit d’Appien, de la première référence, tout au moins, et celui de Valère Maxime, semble être le tuteur. Ce dernier aurait dû sa condamnation à Antoine qui ne lui pardonnait pas d’avoir voté en faveur de sa mise hors-la-loi. Le sort ultérieur du fils n’est pas mieux connu1450.

135 L. TREBELLIUS “FIDES”1451 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 12.2)

  • 1451 RE 6A. 2 (1937) s.v. “Trebellius” no 4, col. 2263-2264 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 287.
  • 1452 Son père était sans doute L. Trebellius, tribun de la plèbe en 67 ; Wiseman 1971, 267 no 443.

Appartenance sociale :

sénateur de rang édilicien1452.

Carrière :

- 47 : tribun de la Plèbe.
- 44 : édile curule.
- 43 : officier d’Antoine contre Decimus Brutus.

  • 1453 Cic., Att., 11.10.2 ; 11.12.4 ; 11.16.1 ; 11.23.3 ; Phil., 2.99 ; 6.10-11 ; 13.26 ; Liv., Per., 11 (...)
  • 1454 B. Alex. 65.1.
  • 1455 CIL, I2, 2, 2514 = ILS, 6075 : “L. Trebellius aed. Cur.”, Broughton MRR 2, 322.
  • 1456 Cic., Phil., 6.11.
  • 1457 Cic., Phil., 10.22 ; 12.20 ; 13.2.
  • 1458 Cic., Phil., 11.14 ; 13.26.
  • 1459 Cic., Fam., 11.13.4 ; Broughton MRR 2, 355.

180Lucius Trebellius acquit une réputation flatteuse auprès d’une partie de l’opinion en s’opposant à Antoine, dans un premier temps. En effet, en 47, tandis que le lieutenant de César dirigeait la Ville comme maître de la cavalerie, Lucius Trebellius, élu tribun de la Plèbe, sema la perturbation à Rome. Dolabella avait lancé l’idée d’une abolition inconditionnelle des dettes ; les créanciers trouvèrent en Trebellius et Asinius Pollio des défenseurs résolus1453. Il en résulta une grande confusion, qui obligea Antoine à intervenir, puis le dictateur à hâter son retour de Syrie1454 et à rendre un jugement de Salomon. En 46, à sa sortie de charge, l’ancien tribun fut porté par une onde de sympathie parmi les “boni”, qui l’acclamèrent lors du triomphe de César et favorisèrent son élection à l’édilité1455. Il s’employa alors à accroître sa popularité en offrant des jeux somptueux. Il reçut, à ce moment, son surnom “fides1456. Après la mort de César, Lucius Trebellius rejoint le parti d’Antoine1457. D’après Cicéron, ce ne sont pas les évènements politiques, mais la ruine de son patrimoine, qui transforment ce défenseur des possédants en un aventurier sans scrupules1458. Il participe au siège de Modène. Il commande la cavalerie après la défaite de Forum Gallorum et favorise la retraite des légions d’Antoine le long de la mer, en attirant les forces de Decimus Brutus versPollentia1459. Par la suite, toute trace de lui disparaît.

136 Q. TULLIUS CICERO1460 partisan d’Antoine en 44 (Cic., Att, 14.20)

  • 1460 RE 7A. 2 (1948), s.v. “Tullius” no 32, col. 1306-1312 (F. Munzer) ; Broughton MRR 2, 304 ; Hinard (...)
  • 1461 Comme toute sa famille, il appartenait à la tribu Cornelia, Taylor 1964, 260.

Origine géographique :

Arpinum1461.

Appartenance sociale :

famille sénatoriale.

Liens familiaux :

- père : Q. Tullius Cicero, RE no 31.
- mère : Pomponia.
- oncle : M. Tullius Cicero, cos. 63.
- oncle : Caecilius Pomponius Atticus.

Carrière :

- 49-48 : Pompéien.
- 46 : luperque.
- 45 : dans la suite de César en Espagne.
- 44 : Antonien, puis Républicain.
- 43 : proscrit et exécuté.

  • 1462 Cic., Att., 14.20.3.
  • 1463 Cæs., Gal., 5.38 ; 5.53 ; 6.32 ; 7.90.
  • 1464 Cic., Att., 8.11d. 2.
  • 1465 Il était né en 67, Cic., Att., 1.10.5.
  • 1466 Cic., Att., 12.5.1. Il n’est sans doute pas coopté parmi les Luperci Julii, qui n’existaient proba (...)
  • 1467 Cic., Att., 13.30.1 ; 13.31.4 ; 13.9.1.
  • 1468 Cic., Att., 12.38.2.
  • 1469 Cic., Att., 13.9.1.
  • 1470 Cic., Att., 14.17.3.
  • 1471 Tels que sa participation à la fête de Pales, en commémoration de la victoire de Munda, le 21 avri (...)
  • 1472 Cic., Att., 15.19.2 (16-19 juin 44).
  • 1473 Cic., Att., 15.21.1 (21 juin 44).
  • 1474 Cic., Att., 15.29.2 ; 16.1.6 (lettre officieuse : Cicéron est méfiant ; 16.5.2. lettre remise aux (...)
  • 1475 Cic, Att., 16.14.4 (12-13 novembre 44).
  • 1476 Cic, Phil., 3.17.18.
  • 1477 Plut., Cic., 47.4 ; App., BC, 4.20.

181En mai 44, Cicéron se plaint, une fois de plus, de son neveu, qu’il nomme plaisamment : “le faible bras droit d’Antoine”1462. L’attachement de Quintus n’est cependant pas aussi surprenant qu’il apparaît. Son père avait servi comme légat de César, durant la guerre des Gaules1463. La famille dans son entier avait, pourtant, choisi le parti de Pompée en 491464. Après de délicates négociations, les Tullii rentrent en grâce, le jeune chevalier1465 est coopté parmi les luperques1466. En 45, Quintus accompagne Dolabella en Espagne, dans la suite du dictateur1467. Pour complaire aux ennemis de Cicéron, le jeune homme dévoile quelques secrets de famille1468 et se comporte mal1469. Fort brouillé avec les siens, il rentre à Rome, en même temps que son chef, dont il demeure le partisan enthousiaste. À la mort de son protecteur, il s’allie à Antoine1470 et multiplie les gestes publics en ce sens1471. En mai, Cicéron semble résolu à se servir de lui pour entrer en contact avec Antoine. À la mi-juin, brutalement, l’orateur apprend par un affranchi que le jeune Quintus souhaite s’allier à Brutus et à son oncle1472. Les causes de sa brouille avec le consul restent floues : Quintus aurait refusé vertueusement de faciliter sa dictature ; ses allusions permettent pourtant de deviner une tractation financière1473. Les semaines suivantes bruissent des retrouvailles ; Cicéron présente son neveu à Brutus. Le jeune Quintus s’engage résolument dans le camp républicain1474 et, pour donner des gages de loyauté à ses nouveaux amis, en novembre 44, il promet de dévoiler, devant les comices, les malversations financières d’Antoine qui a détourné à son profit les fonds déposés dans le temple d’Ops1475. Antoine, bien sûr, contre-attaque ; mais Cicéron riposte en se livrant, piquant retournement, à une affectueuse défense de son neveu1476. En 43, Quintus est porté sur la liste des proscrits, avec son père. Il ne parvient pas à s’enfuir et périt en même temps que ce dernier1477.

137 D.1478 TURULLIUS1479 partisan d’Antoine en 31 (D.C. 51.8.2)

  • 1478 Prénom attesté par le monnayage, Crawford 1974, 542 no 545, contrairement au témoignage de D.C. 51 (...)
  • 1479 RE 8A. 2 (1958) s.v. “Turullius” no 1, col. 1451-1452 (Münzer) ; Glauning 1936, 12 ; Broughton MRR(...)
  • 1480 Il n’existe aucun autre sénateur de ce nom ; mais il paraît possible qu’il ait un lien avec les Tu (...)

Appartenance sociale :

sénateur.

Liens familiaux :

inconnus1480.

Carrière :

- 44 : questeur. Participe aux Ides de Mars.
- 43 : proquesteur ? en Bithynie ?
- 42 : légat ? Il se joint à la flotte d’Ahenobarbus et Murcus en Adriatique.
- 32-30 : Amiral d’Antoine. Exécuté sur l’ordre d’Octavien.

  • 1481 D.C. 51.8.2.
  • 1482 Cic., Fam., 12.13.5.
  • 1483 App., BC, 5.2.
  • 1484 Crawford 1974, 542 no 545 ; D (ecimus) Tur(ullius) sur le revers, M. Antonius aug. imp. IIII Cos. (...)

182Decimus Turullius entre au service d’Antoine après une carrière chaotique. Questeur en 44, il participe à l’assassinat de César1481. Dans les mois qui suivent, il s’embarque pour la Bithynie, où il prend le commandement de la flotte de Tillius Cimber. Il combat Dolabella1482. Durant la guerre de Philippes, il reste sur la côte asiatique et, à la nouvelle de la mort de Cassius, rejoint Cassius de Parme. Il est alors riche de ses extorsions à Thasos et dirige une flotte importante. Les escadres républicaines s’amalgament à la flotte de Murcus et d’Ahenobarbus dans l’Adriatique. Lors de sa scission, on ne sait si Turullius reste avec Ahenobarbus ou s’il adopte le parti de Pompée1483. Cela ne modifie sensiblement que la date de son entrée au service d’Antoine : dans le premier cas, au début de 39, dans le second, à la fin de 39, ou, au plus tard, en 35. Le triumvir l’emploie comme amiral, en Asie Mineure1484.

  • 1485 V. Max. 1.1.19 ; D.C. 51.8.2 ; Lactant., Div. Inst., 2.7. Antoine le livre quand, réduit à la dern (...)

183Lors de la préparation de la campagne d’Actium, Decimus fait couper le bois sacré d’Esculape, à Cos, pour construire des navires. C’est à ce sacrilège, d’après Dion Cassius et Valère Maxime, qu’il “dut” sa fin tragique. Malgré leur amitié, Antoine livre le sénateur à Octavien, qui le fait exécuter, par hasard ou esprit d’à-propos, à l’endroit même où il saccagea le sanctuaire. Il expia d’un coup ses deux crimes1485.

138 M. VALERIUS MESSALA CORVINUS1486, cos. 31. partisan d’Antoine de 42 à 36 (App., BC, 4.136)

  • 1486 RE 8A. 1 (1955), s.v. “Valerius” no 261, col. 131-157 (R. Hansilk) ; Glauning 1936, 11, 16-17 ; Br (...)
  • 1487 Syme 1986, Stemma 9, Messala Corvinus. Statilia Messallina, femme de l’empereur Néron, descendait (...)

Origine géographique :

Rome.

Appartenance sociale :

sénateur, patricien.

Liens familiaux1487 :

- père : M. Valerius Messala, cos. 61.
- mère : Pola.
- demi-frère : L. Gellius Publicola.
- sœur : Valeria, ép. de Q. Pedius.
- sœur : Valeria, ép. de Ser. Sulpicius Rufus.
- épouse : Calpurnia,
- épouse : Aurelia, fille de M. Aurelius Cotta, pr. 54.
- fils : M. Valerius Messallinus, cos. 3
- fils : M. Cotta Maximus, cos 20 p. C
- fille : Valeria, ép. de T. Statilius Taurus, cos. 11 p. C.

Carrière :

- 64 ? ou 59 ? : naissance.
- 44-43 : légat de Brutus.
- 42 : commande une légion à Philippes, rallié à Antoine.
- 40 : préteur suffect ?
- 36 : praefectus classis durant la guerre de Sicile, augure.
- 34 ? : participe aux campagnes d’Illyrie.
- 31 : légat d’Octavien à Actium.
- 31-30 : gouverneur de Syrie.
- 29-27 : gouverneur de Gaule ; triomphe “ex Gallia” le 25 octobre 27.
- 26 : praefectus Urbi ; se démet immédiatement.
- 12 a. C à 13 p. C. : curator aquarum.
- 13 p. C. : décès.

  • 1488 Plut., Brut., 53.1-3. En réponse à Auguste qui le félicitait, non sans ironie, de l’avoir défendu (...)
  • 1489 Homme de lettres lui-même, il laissa des mémoires que consultèrent les auteurs postérieurs, Plutar (...)
  • 1490 Il se plaignit lorsque des Valerii de moindre importance vinrent se greffer sur son arbre généalog (...)
  • 1491 Cic., ad. Brut., 1.12.1 ; 15.1 ; App., BC, 4.38.
  • 1492 D.C. 47.11.4.
  • 1493 App., BC, 5.113.
  • 1494 App., BC, 4.38. Il ne séjournait pas à Rome lorsque César fut assassiné.
  • 1495 Plut., Brut., 40.1-4 ; 53.1-3.
  • 1496 D.C. 47.24.5-6.
  • 1497 Plut., Brut., 40.11.
  • 1498 App., BC, 4.38 ; 4.136 ; 5.116 ; Vell. 2.71.1.
  • 1499 Jos., BJ, 1.284-285 ; AJ, 14.324 ; Broughton MRR 2, 380.

184Marcus Valerius Messala se vantait d’avoir toujours épousé le parti le meilleur et le plus juste ; il faut croire que le bon droit changea souvent de camp1488 durant les guerres civiles. Aristocrate raffiné, protecteur des lettres1489, fier de l’antiquité de sa race1490, Messala embrassa d’abord la cause républicaine, naturellement. Il rejoignit Brutus à Athènes, en juillet 44, le suivit plus tard en Asie1491. Bien qu’étranger au complot des ides de Mars, il fut proscrit, selon le souhait d’Antoine1492 ou d’Octavien1493. Il semble que les triumvirs aient fait vivement machine arrière devant les protestations indignées que souleva cette condamnation. Peine perdue : Valerius n’accepta pas son pardon1494. Ami sincère à la fois de Brutus et de Cassius1495, il parvint à sauver son encombrant demi-frère, Gellius Publicola, du châtiment que méritaient ses trahisons réitérées1496. À Philippes, il commandait, à l’aile droite, la plus belliqueuse des légions des Tyrannicides et il malmena les troupes d’Octavien, au point de mettre ce dernier en péril1497. Après la défaite, Messala se replia à Thasos avec les reliquats des armées républicaines. Une partie des troupes rassemblées là le choisit pour chef, ainsi que Calpurnius Bibulus. Tous deux persuadèrent leurs hommes de se rendre à Antoine et menèrent à bien les négociations1498. Gellius Publicola, lié de longue date au parti antonien, joua peut-être les intermédiaires. Valérius resta dans ce camp, jusqu’en 36 probablement. En 40, en qualité de préteur, sans doute, avec Atratinus, il défendit devant le Sénat la cause d’Hérode, que le maître de l’Orient souhaitait installer sur le trône de Judée1499. Les Pères conscrits approuvèrent cette initiative avec enthousiasme.

  • 1500 App., BC, 5.102 sq., 105, 109 sq., Syme 1986, 205, pense que ce ralliement fut ultérieur. Cité en (...)
  • 1501 D.C. 49.16.1 ; CIL, VI, 32 307 = ILS, 4977.
  • 1502 App., BC, 4.38.
  • 1503 Carcopino 1946, 96-117.
  • 1504 R. Hansilk dans les addenda successifs de la RE 8A. 1 (1955), 8A. 2 (1958).
  • 1505 Schmitthenner 1959, 234-236 et 1962, 81-85.
  • 1506 Marasco 1987, 50 sq.

185Quatre ans plus tard, deux indices permettent de supposer qu’il changea alors de fidélité. Il combattit dans les rangs d’Octavien durant la guerre de Sicile1500 ; cette même année, l’héritier de César le nomma augure surnuméraire. Il paraît loisible de penser qu’il mit à profit l’aide qu’Antoine avait promise à son collègue pour se rapprocher d’Octavien, l’augurat étant la contrepartie de ce choix1501. L’influence croissante de la Reine est le motif qu’invoque Messala pour justifier son geste1502. La date de son ralliement a donné lieu à de multiples controverses. Pour la fixer, nous disposons donc de plusieurs indices, qui ne semblent pas se recouper a priori : Messala affirme qu’il a quitté Antoine quand l’emprise de Cléopâtre s’est révélée excessive (en 34 ?) ; il a participé aux campagnes illyriennes d’Octavien (en 35) ; il fut coopté en surnombre à la demande du jeune César (en 36). J. Carcopino a opté pour 34 ou 33, car la première indication lui semblait décisive1503. Il fut vivement combattu par Hansilk1504 et Schmitthenner1505 qui préféraient la date de 36. En fait, il n’y a pas de contradiction entre les sources antiques et, bien interprétées, elles se recoupent et indiquent la date de 36. La cooptation passe, à bon droit, pour une captatio benevolentiae. Auréolé du prestige de sa victoire et désormais lié aux Claudii, Octavien commence à rallier la noblesse. La participation, l’année suivante, aux campagnes d’Octavien montre que le jeune triumvir est parvenu à ses fins. Mais comment comprendre alors les justifications de Messala ? En réalité, lorsqu’il évoquait l’omnipotence de la souveraine lagide, il ne pensait pas aux donations d’Alexandrie, en 34, mais aux accords conclus en 37, à la veille de la grande expédition contre les Parthes, la légitimation des jumeaux et les premières donations à Cléopâtre. G. Marasco a récemment mis l’accent sur l’importance cruciale de cette année, qui constitue l’infléchissement le plus important dans la politique orientale d’Antoine1506.

  • 1507 App., Ill., 17 ; D.C. 49.38.3. À cette première campagne, il participa, mais conserva un rôle enco (...)
  • 1508 Plut., Brut., 53.2 ; App., BC, 4.38 ; sans doute au centre, sous les ordres d’Arruntius, Broughton(...)
  • 1509 Charis. 104. l. 18 ; 129. l. 7 ; 148. l. 34 ; Plin., Nat., 33.50 ; Bardon 1952, 289-290.
  • 1510 InscrIt XIII, 1, Fast. Amit., 170 sq. ; Fast. Cap., cité comme suffect d’Antoine, 136 ; Fast. Cupr (...)
  • 1511 InscrIt XIII, 1, Fast. Ven, 254 sq.
  • 1512 Tib. 1.7.13 sq. ; D.C. 51.7.7.
  • 1513 Tib. 1.7.3.
  • 1514 CIL, I2, 50 et 77 (22 septembre 27).
  • 1515 Tac., Ann., 6.11.
  • 1516 Suet., Aug., 58.2.
  • 1517 Marcus Valerius Messala meurt en 13 p. C. Cela peut-être déduit d’un texte de Frontin (Aq, 102), q (...)

186Par la suite, il devint un des principaux lieutenants d’Octavien, en Illyrie d’abord1507, puis à Actium, où il se battit vaillamment, pour le jeune César cette fois1508. Comme pour bien des ralliés, ce dernier utilisa ses talents de plume dans la polémique propagandiste qui marqua le début de la guerre d’Actium. Valérius écrivit trois pamphlets, au moins, sur les vices d’Antoine, vaste sujet d’inspiration1509. En récompense, il obtint le consulat en 31, à la place du triumvir déchu1510. Il sortit de charge en mai1511, pour participer à la guerre d’Actium. À la suite de la défaite du maître de l’Orient, il occupa provisoirement un gouvernement en Syrie1512, puis partit remplacer Carrinas en Gaule1513, où ses campagnes lui valurent le triomphe1514. Dominant bien des conseillers du prince par sa noblesse et sa subtilité, il s’imposa comme un des piliers du nouveau régime. Il fut désigné, en 26, comme Præfectus Urbi1515 ; en 2, il proposa au Sénat d’accorder à Auguste le titre de pater patriae1516. Son indépendance d’esprit et de propos ne lui fut jamais reprochée, loin de là, elle donnait du prix à son soutien et lui conférait l’illusion d’avoir été l’exemple rare d’un transfuge honnête1517.

139 L.1518 ? VARIUS COTYLA1519 partisan d’Antoine en 44-43 (Cic., Phil., 8. 24)

  • 1518 Son prénom est donné par Cic., Phil., 8.33, mais Broughton MRR 3, 67, estime qu’il n’est pas sûr.
  • 1519 RE 8A. 1 (1955) s.v. “Varius” no 6, col. 386-387 (H. Gundel) ; Broughton MRR 2, 323.

Carrière :

- 44 ? : édile.
- 43 : ambassadeur d’Antoine auprès du Sénat.
- 43 : légat d’Antoine en Gaule Transalpine.

  • 1520 “Aedilicius”, Phil., 8.24 ; Broughton MRR 2, 323, incline pour l’année du consulat d’Antoine, en r (...)
  • 1521 Cic., Phil., 8.24 et 13.26.
  • 1522 Plut., Ant., 18.4, précise qu’il avait reçu le surnom de Cotyle, ivrogne, lors de ses beuveries av (...)
  • 1523 Cic., Phil., 5.5.
  • 1524 Cic., Phil., 8.24 et 28 ; D.C. 46.30, 1-2 ; Zonar. 10.14.
  • 1525 Cic., Phil., 8.32.
  • 1526 Cic., Phil., 8.28.
  • 1527 Plut., Ant., 18.4.

187Antoine avait, en Lucius Varius Cotyla, un ami et un soutien très sûr ; aussi lui confia-t-il, durant l’année 43, plusieurs missions de confiance. Pourtant, ce sénateur, pendant son édilité, probablement en 441520, avait été battu, lors d’un banquet, par des esclaves publics, sur l’ordre d’Antoine1521. Cet incident, sans doute une facétie entre compagnons de beuveries1522, n’altéra pas sa fidélité, puisqu’il sembla demeurer pratiquement le seul à défendre le consul lors de l’attaque de Cicéron, le 20 décembre 44, au Sénat1523. Il rejoignit ensuite Antoine près de Modène. Celui-ci le charga d’une ambassade devant le Sénat, en janvier 43. Varius porta les contre-propositions du proconsul à une assemblée hostile, qui décréta ennemis publics1524, Antoine, ainsi que ceux qui l’avaient rejoint. L’ambassadeur fut exclu, provisoirement, de cette mesure1525, mais Cotyla rejoignit définitivement son chef. Il avait profité de son séjour à Rome pour faire le compte exact des partisans qui restaient1526. Après la défaite devant Modène, Varius suivit la retraite en Gaule. Ayant réussi la jonction avec Lépide, Antoine décida de laisser six légions en Transalpine, pendant que les deux généraux lançaient leur offensive sur l’Italie. Il en confia le commandement à Varius, de préférence à tous les officiers qui l’environnaient1527. Son destin postérieur reste incertain. Peut-être seconda-t-il l’expédition de L. Antonius en 42. Il fut relevé de sa mission, au plus tard, au début de l’année 41, lorsque Fufius Calenus prit le commandement en Transalpine, avec un effectif de onze légions. De plus, il faut souligner un fait curieux, à son sujet. Lorsque les accords de Bologne donnèrent l’occasion aux triumvirs de partager les magistratures entre leurs partisans, Antoine ne proposa pas, apparemment, Varius à la préture ou au consulat, alors qu’il venait de lui confier un commandement important.

140 P. VATINIUS, cos. 471528 partisan d’Antoine en 43 (D.C. 47.21.6)

  • 1528 RE 8A. 1 (1955), s.v. “Vatinius” no 3, col. 495-520 (Gundel) ; Broughton MRR 2, 286 ; Wiseman 1971 (...)
  • 1529 V. Max. 1.8.1. Les Dioscures seraient apparus à l’ancêtre de P. Vatinius, habitant de Réate, pour (...)
  • 1530 RE no 111 ; Cic., Vat., 28-29 ; Schol. Bob. 27-29. Le mariage dura de 64 ? ou de 59 ? à 45, au plu (...)
  • 1531 RE no 56 (Fr. Miltner) ; Cic., Fam., 5.11.2.
  • 1532 Cic., Vat., 11-12.
  • 1533 Cic., Vat., 12 ; Broughton MRR 2, 176.
  • 1534 Il déploya, dans cette magistrature, une intense activité en faveur de César, Pompée et Crassus. I (...)
  • 1535 Cic., Vat., 35 ; Caes., Gal., 1.199 ; Broughton MRR 2, 199.
  • 1536 Élu contre Caton, avec l’appui du “triumvirat” : Cic., Q fr., 2.7.3 ; Fam., 1.9.19 ; Liv., Per., 1 (...)
  • 1537 Caes., Civ., 3.19.90 ; 100 ; Cic., Att., 11.5.4 ; 11.9.2 ; B. Alex. 44.1.
  • 1538 Macr. 2.3.5 rappelle la plaisanterie féroce de Cicéron à propos de son consulat qui n’avait été qu (...)
  • 1539 Cic., Fam., 5.10a. 2.

Origine géographique :

Réate (Sabine)1529.

Appartenance sociale :

sénateur de rang consulaire, homo novus.

Liens familiaux :

- épouse : Antonia1530. - épouse : Pompeia1531.

Carrière :

- 63 : questeur1532.
- 62 : légat de Cosconius en Hispanie1533.
- 59 : tribun de la Plèbe1534
- 58-56 : légat de Jules César en Gaule1535.
- 55 : préteur1536.
- 51 : légat de César en Gaule.
- 48 : légat de César en Épire, en Italie1537.
- 47 : consul1538.
- 45-42 : proconsul en Illyrie.
- 42 : triomphe de Illyrico.

Sacerdoce :

- 47 : augure1539.

  • 1540 D.C. 47. 21.6.
  • 1541 Vell. 2.69. Ces versions sont confirmées par Liv., Per., 118 ; Plut., Brut., 25-26 ; App., BC, 4.7 (...)
  • 1542 Le Sénat lui vota une supplicatio en 45. Marasco 1995, 283-297 a réexaminé la question de son gouv (...)
  • 1543 CIL, I2, 50 ; InscrIt XIII, 1, Act. Triumph., 86 sq. ; 567 sq. ; Fast. Barb. 342 sq.

188La position de Vatinius après les ides de Mars reste méconnue. Ce Césarien constant, comme en témoigne sa brillante carrière, beau-frère d’Antoine et, donc, parent de César, ne pouvait adhérer à la cause des “Tyrannicides”. Il gouvernait et pacifiait, depuis 45, l’Illyrie, poste qui répondait à la fois à ses aptitudes militaires et aux impératifs stratégiques du dictateur. Il disposait de trois légions et bénéficiait d’une large autonomie. Dans un premier temps, maintenu dans son poste par Antoine, il ne s’engagea pas et se laissa oublier ; son théâtre d’opérations restait en marge des préoccupations immédiates du Sénat. Il lui fallut prendre un parti à l’arrivée de Caius Antonius et de Brutus. Les sources n’indiquent pas clairement ses intentions. Dion Cassius1540 rapporte qu’il voulut s’emparer de Dyrrachium pour contrecarrer les desseins du tyrannicide et appuyer Caius, mais que ses troupes l’abandonnèrent, car elles le haïssaient et le méprisaient, ce que confirme Velleius Paterculus1541. Leur mutinerie n’est pas un cas isolé, mais elle peut s’expliquer par la durée et la difficulté de leur mission dans cette zone, malgré des succès substantiels1542. Une preuve de sa fidélité à l’égard de César et d’Antoine, pendant l’année 44 et le début de 43, existe pourtant : les triumvirs lui permirent de célébrer, le 31 juillet 42, le triomphe de Illyrico, qu’il convoitait depuis trois ans1543. Cela signifie que Vatinius ne s’est pas rallié à Brutus, que d’une façon ou d’une autre il est parvenu à rejoindre les triumvirs avant Philippes avec au moins quelques troupes et qu’il a acquis quelque titre à leur reconnaissance. Pourtant, à ce moment-là rien n’est joué en Macédoine et on sait que l’Illyrie n’est pas pacifiée pour autant : le danger dalmate persiste au moins jusqu’à l’expédition de 34. Ce triomphe, en grande partie problématique, clôt la carrière bien remplie de Vatinius mais il révèle l’étendue de nos lacunes après la disparition du témoignage de Cicéron.

141 M. VEHILIUS1544 partisan d’Antoine en 44 (Cic., Phil., 3.25)

  • 1544 RE 8A. 1 (1955) s.v. “Vehilius”, col. 581 (Gundel) ; Broughton MRR 2, 322 ; Wiseman 1971, 270 no 4 (...)
  • 1545 Une inscription ancienne mentionne une certaine Vehilia, fille de Marcus, CIL I2, 338 ; Syme 1956, (...)

Origine géographique :

Préneste1545.

Appartenance sociale :

sénateur.

Carrière :

- 44 : préteur.

  • 1546 Cic., Phil., 3.25.
  • 1547 Hinard 1985b, 303, rappelle que neuf des quatorze préteurs de 44 avaient refusé le partage de la s (...)
  • 1548 Christol 1986, 1-14.

189Dans le but de discréditer, devant le Sénat, la politique d’Antoine, Cicéron cite les exemples d’amis ou de partisans qui se sont rétractés. Parmi ces derniers, se trouve Marcus Vehilius. Ce préteur, très lié au consul par “ amicitia” et sans doute désigné par César, se débat, en 44, dans une situation embarrassante. Contraint d’accorder à son ami des gages de fidélité et un soutien politique, il refuse pourtant le résultat du tirage des provinces en novembre 441546, où le sort, il est vrai, intervint fort peu. Marcus incline donc à la neutralité, lorsque la lutte entre le Sénat et Antoine s’envenime. Il n’existe aucun renseignement supplémentaire sur ce prudent sénateur. Il est, cependant, loisible de penser que cette reculade lui valut, un an plus tard, les honneurs de la proscription1547. Sa famille toutefois ne souffrit pas durablement de ce revers, puisqu’un nommé M. Vehilius, son fils probablement, fut proconsul à Chypre en 22. Les Vehilii semblent d’ailleurs avoir noué, de longue date, des relations étroites avec cette île1548.

142 P. VENTIDIUS (BASSUS)1549, cos. 43 partisan d’Antoine de 44 à 38 ? (Cic., Att., 16.1.4)

  • 1549 RE 8A. 1 (1955) s.v. “Ventidius” no 5, col. 795-816 (Gundel) ; Broughton MRR 2, 337 ; Wiseman 1971 (...)
  • 1550 Il aurait été inscrit dans la tribu Fabia, d’après Taylor 1964, 264. Badian 1963, 141, ne s’accord (...)
  • 1551 Ainsi qu’en atteste la mention, “P. Ventidius P.f.” : Fast. Colot., CIL, I, 64.

Origine géographique :

Picenum (Asculum, Auximum ?)1550.

Appartenance sociale :

sénateur, homo novus.

Liens familiaux :

- père : P. Ventidius1551.

Carrière :

- 45 ? : tribun de la Plèbe.
- 43 : préteur et consul.
- 42 : légat d’Antoine en Gaule ?
- 41 : légat d’Antoine en Gaule.
- 40 : légat d’Antoine durant la guerre de Pérouse.
- 39-38 : proconsul de Syrie et de Cilicie.
- 38 : triomphe “ex Partheis”.

Sacerdoce :

- 43-38 ? : pontife.

  • 1552 Cic., Phil., 14.21 ; Vell. 2.64. ; Gel. 15.4.3 ; D.C. 43. 51.4. Sur la destinée exceptionnelle de (...)
  • 1553 Syme [1939] 1967, 518 n. 54 : il servait peut-être en tant que praefectus fabrum comme Mamurra. cf (...)
  • 1554 Cic., Philippique, (inconnue) “mulionem Ventidium” Schol. Bob, ad. Cic., Mil, 10 ; Schol. ad Juven (...)
  • 1555 Longtemps, on l’identifia, pour cette raison, au muletier Sabinus, du dixième poème des Cataleptes (...)
  • 1556 Broughton, MRR 3, 68.
  • 1557 Gel. 10.4 ; Broughton, MRR 3, 68.
  • 1558 D.C. 43. 51.4 ; Broughton, MRR 2, 337.

190Le destin extraordinaire de Publius Ventidius Bassus frappa ses contemporains et les écrivains de l’antiquité. Il est apparu, longtemps, comme l’illustration parfaite des caprices de la Fortune, qui ramène inéluctablement l’homme a son point de départ. La vie de Ventidius est inscrite toute entière entre deux triomphes. Enfant, il figure parmi les captifs de Pompeius Strabo. Au seuil de la vieillesse, il en savoure les honneurs à son tour. Issu d’une famille honorable du Picenum, qui avait acquis la citoyenneté romaine à la génération précédente, son avenir se trouve compromis par la guerre sociale. Son père, ennemi des Pompée, se rebelle et sa mère est capturée, ainsi que lui-même, à Asculum, en 89, ce qui explique sa présence au triomphe de Pompeius Strabo1552. Nullement découragé par ce fâcheux début, Ventidius entame une patiente ascension. Après avoir servi à un grade inconnu, il se charge de fournir des chevaux et des équipages aux armées de César durant la guerre des Gaules1553, ce qui lui vaut, durablement, le surnom de muletier1554. Loin d’être un simple maquignon1555, il devient, auprès du proconsul, le responsable du ravitaillement et des transports. La victoire de César lui permet d’accéder au Sénat, en 47 probablement1556. Le dictateur le désigne d’abord comme tribun de la Plèbe, en 45 vraisemblablement1557, puis préteur pour l’année 431558. Les ides de Mars donnent un nouvel essor à sa carrière.

  • 1559 Cic., Att., 16.1.4.
  • 1560 Cic., Phil., 13.2 ; 13.47 ; 13.48 ; 14.21 ; il a d’ailleurs été déclaré ennemi public, Cic., ad Br (...)
  • 1561 Cic., Phil., 12.23.
  • 1562 App, BC, 3.66. Les noms des colonies sont incertains, mais il convient de rappeler qu’après Philip (...)
  • 1563 App, BC, 3.80.
  • 1564 Cic., Fam., 10.17.1 ; 10.18.3 ; 10.33 ; 10.34 ; 11.19 ; App., BC, 3.84. Sur cette équipée, voir Sc (...)
  • 1565 App., BC, 4.2.
  • 1566 InscrIt XIII, 1, Fast. Amer. 242 ; Fast. Colot. 247 sq. ; Fast. Mag. Vic. 282 sq. ; Vell. 2.65 ; G (...)
  • 1567 Il existe pourtant deux proscrits du nom de Ventidius, originaires du Picenum, Hinard 1985b, no 14 (...)
  • 1568 Broughton MRR 2, 363.

191Ventidius choisit très tôt le parti du consul de 44. Durant les derniers mois de cette année, le bruit court qu’il s’emploie à lever des troupes dans le Picenum pour le compte de celui-ci. Malgré les informations d’Atticus, Cicéron n’y prête pas sérieusement attention1559. Pourtant, au début de 43, la rumeur se confirme. Dans les Philippiques, Cicéron attaque Ventidius comme un ennemi déclaré1560, mais ignore ses activités exactes ou son lieu de résidence ; il le suppose près d’Ancône, sans preuve1561. D’après Appien, Ventidius ne commence à recruter des soldats qu’après avoir été chassé de Rome par les violentes diatribes et les exactions de Cicéron à l’égard des partisans d’Antoine. Il lève deux légions dans les colonies fondées par César, pour marcher sur Rome. Mais, apprenant que l’orateur a quitté la ville, il tente de rejoindre Antoine. Les armées d’Hirtius et de Pansa l’en empêchent, aussi se replie-t-il dans le Picenum, où il lève une troisième légion et attend la suite des évènements1562. Cette version paraît peu vraisemblable, car la correspondance de Cicéron, pourtant loquace et ininterrompue à ce moment, ne fait jamais allusion à un danger de cette nature. En fait1563, Ventidius semble sur le point de rejoindre Antoine, lorsque celui-ci est contraint d’abandonner le siège de Modène. Octavien, resté seul après la mort des deux consuls, installe son camp près de ses positions et lui laisse le choix de s’allier avec lui ou de rejoindre Antoine librement. Ventidius préfère cette seconde solution et, rattrapant Antoine sur la route de la Gaule Transalpine, grossit ses rangs clairsemés de trois légions fraîches1564. La récompense est à la mesure du service. Les accords de Bologne lui confèrent le consulat1565, l’année même de sa préture1566. Rien n’atteste formellement sa participation à la proscription1567. Il semble que Ventidius retourne en Gaule Cisalpine durant la guerre de Philippes, mais cela demeure incertain1568.

  • 1569 D.C. 48.10.1 ; il est alors salué imperator.
  • 1570 Vell. 2.76 ; App., BC, 5.31.
  • 1571 App., BC, 5.32-33 ; Gabba 1970a, 216 ; 219-220.
  • 1572 App, BC, 5.35.
  • 1573 App, BC, 5.50.
  • 1574 Plut., Ant., 33. l ; App., BC, 5.65 ; D.C. 48.39.3 ; Ganter 1892, 41-42, années 39 à 38.

192En 41, en revanche, il gouverne en Gaule Transalpine probablement, mais ses liens hiérarchiques avec Fufius Calenus, légat d’Antoine dans cette province, restent mal définis. Tous deux empêchent les légions qu’Octavien envoie en Espagne de franchir les Alpes et enferment donc les forces du jeune triumvir dans la nasse de la péninsule italienne1569. Ventidius poursuit alors l’armée de Salvidienus en Gaule Cisalpine. Lucius Antonius tente d’opérer sa jonction avec lui mais, surpris par Agrippa, il se jette dans Pérouse, où il est assiégé1570. Ventidius hésite alors à le rejoindre ; Appien souligne qu’il désapprouve cette guerre ; de plus, il ignore les volontés d’Antoine, autant qu’il doute de la bonne foi des autres légats de son parti1571. Pressé par Manius et Fulvie, il finit par se diriger vers la ville, avec une lenteur calculée. Une contre-offensive de l’adversaire le rejette dans Arminium1572 ; la jonction avec ses alliés devient impossible. Pourtant, au début de l’hiver, il songe avec Asinius à forcer le siège, mais Plancus les en dissuade. Ventidius se replie et cette reculade désespère les partisans de Lucius Antonius enfermés dans Pérouse1573. Après la reddition de la place, Ventidius récupère les légions que Plancus a abandonnées pour rejoindre Antoine. En accord avec Asinius Pollio, Publius prépare la riposte d’Antoine en Italie, levant des troupes, fortifiant des villes et informant son chef par un rapport détaillé1574.

  • 1575 D.C. 48.39.3-4.
  • 1576 Plut., Ant., 33.6 ; D.C. 48.40.1-48.41.6 ; Oros. 6.23.
  • 1577 Liv., Per., 127-128 ; Jos., BJ, 1.288, 289 = AJ, 14.392 ; 394 ; 418.
  • 1578 D.C. 49.19.1-49.20.4.
  • 1579 Vell. 2.76 ; Plut., Ant., 14.2-9 ; D.C. 49.20.4-5 ; Oros. 6.23. Dion Cassius et Plutarque présente (...)
  • 1580 D.C. 49.21.1-49.22.3.
  • 1581 Plut., Ant., 34.5-9. Il est vrai qu’Antoine piétine en Syrie, devant Commagène ; il l’envoie à Rom (...)
  • 1582 La gloire extraordinaire de cette victoire est soulignée dans toutes les sources littéraires : Vel (...)
  • 1583 InscrIt XIII, 1, Act. Triumph. 86-87 (an. 38) 569 ; Fast. Triumph. Barb. 342-343 ; Vell. 2.65.3 ; (...)
  • 1584 D.C. 49.21.3.
  • 1585 Gel. 15.4.3.
  • 1586 Gel. 15.4.3 ; Broughton MRR 2, 398.

193Après la conclusion des accords de Misène, Antoine, qui voit en lui un de ses lieutenants les plus sûrs et les plus capables, dépêche Ventidius contre les Parthes, qui ont massacré le précédent gouverneur de Syrie, Decidius Saxa, et contraint le gouverneur d’Asie à une fuite précipitée1575. C’est dans cette dernière province que Ventidius rencontre pour la première fois les troupes de Labienus ; il les repousse vers la Syrie1576. Une seconde bataille se déroule aux pieds du Taurus, que, faute de cohésion, les Parthes et Labienus perdent ; ils s’enfuient en Cilicie, où Labienus est exécuté par Demetrius. Cette province tombe aux mains de Ventidius1577. Défaits une nouvelle fois, dans la région de l’Amanus, les Parthes abandonnent la Syrie. Ventidius la reprend en main et pousse jusqu’en Judée, où il rançonne copieusement Antigone, en punition de sa complicité avec les Parthes ; il impose également de lourds tributs à Antiochos de Commagène et à Malchos le Nabatéen. Seule, la ville d’Arados, craignant la colère des Romains, refuse de céder ; la province n’est pas définitivement pacifiée, pourtant les succès paraissent importants. Ventidius ne reçoit peut-être aucune récompense du Sénat pour cela, car le commandement en chef appartient à Antoine. Ce dernier lui donne l’ordre d’asseoir Hérode sur le trône de Judée, conformément aux vœux des Pères conscrits1578. Mais, avant la fin de l’hiver, les Parthes ont reconstitué une armée et lancent des raids sur la Syrie1579. Le Romain provoque un combat dans les montagnes de la Cyrrhestique, au nord du pays. Pacorus meurt dans l’engagement, les débris de son armée se réfugient en Commagène. Ventidius pacifie le nord du pays en faisant promener la tête du général Parthe dans les villes où il restait populaire. Antoine arrive sur ces entrefaites ; il prend ombrage des succès de son lieutenant et lui retire son commandement, qu’il confie, en fin de compte, à C. Sosius. Deux sources bien documentées, Dion et Plutarque, soulignent la jalousie d’Antoine ; mais, selon Dion1580, Ventidius obtient le triomphe contre l’avis de son chef, alors que Plutarque1581 précise que celui-ci l’envoie à Rome pour qu’il reçoive le prix de ses succès. Il est vrai que cette victoire contre les Parthes, notamment la troisième bataille, à Gindaros, le jour anniversaire du désastre de Carrhes, place Ventidius au pinacle des généraux romains : il reste le premier à avoir triomphé des ces ennemis héréditaires1582. Le triomphe se déroule en 381583, contrairement aux allégations de Dion, qui le situe après la mort d’Antoine1584. Il se peut qu’il le confonde avec les funérailles publiques dont Ventidius fut honoré, quelque temps plus tard1585. Soixante ans séparent les deux triomphes auxquels il participe. Le second fut, sans conteste, le plus agréable pour lui. À la suite de cette revanche, Ventidius disparaît de la vie publique, il ne siège même plus dans le collège des pontifes, où il figure depuis 431586.

143 P. VOLUMNIUS EUTRAPELUS1587 partisan d’Antoine de 44 à 42 (Cic., Phil., 13.3)

  • 1587 RE 9A. 1 (1961) s.v. “Volumnius” no 11, col. 878-879 (Gundel) ; Broughton MRR 2, 356.
  • 1588 Une partie des Volumnii de la fin de la république était originaire de Pérouse, Cic., Fam., 7.32, (...)
  • 1589 Broughton MRR 3, 71.

Origine géographique :

Pérouse. Tribu Tromentina1588.

Appartenance sociale :

eques romanus.

Familia :

Volumnia Cytheris, affranchie.

Carrière :

- 44 : praefectus1589.
- 43-42 : praefectus fabrum d’Antoine.

  • 1590 Cic., Phil., 13.3 : il figure parmi les “Antonii collusores et sodales”. Ils ont en commun une fem (...)
  • 1591 Nep., Att., 9.4.
  • 1592 Cic., Fam., 9.6.2 ; 7.32.33.
  • 1593 Cic., Att., 15.8.1.
  • 1594 Nep., Att., 9.4.
  • 1595 Nep., Att., 9.4.
  • 1596 Nep., Att., 12.4. Peut-être est-il également à l’origine d’une autre proscription, celle de Saufei (...)

194Publius Volumnius Eutrapelus paraît aussi discret qu’influent. Ce chevalier romain, très lié à Antoine1590, entretient des relations amicales avec Atticus1591 et correspond avec Cicéron1592. En 44, il joue un rôle important dans l’entourage du consul : à la fin du mois de mai, Cicéron, qui désire obtenir un ordre de mission d’Antoine, inaccessible, recommande sa requête à Eutrapélus1593. Celui-ci, en 43-42, devient praefectus fabrum d’Antoine1594. Pendant les mois difficiles où il est décrété ennemi public avec son chef, Atticus garantit ses intérêts et ceux de Fulvia. En retour, P. Volumnius le protège lorsqu’il est proscrit en lui offrant l’asile1595. En revanche, un probable désir de vengeance et un intérêt bien compris poussent l’Antonien à faire inscrire sur les listes quelques grands propriétaires, comme L. Julius Calidus, par exemple1596. Pourtant, il est alors désavoué par Antoine. Ces affaires réalisées, il disparaît des sources.

Notes

1 RE 1.1 (1893) s.v. “Aemilius” no 79, col. 563 (von Rohden), également, RE suppl. 3 (1918) s.v. “Aemilius” no 79, col. 3 (Groag) ; Broughton MRR 2, 426.

2 Il appartenait peut-être à la tribu Palatina, Taylor 1964, 187.

3 Pour l’identification du proscrit et du consul : Hinard 1985b, s.v. “Lollius” no 81, 487-488. Cette hypothèse, séduisante mais fragile, n’est pas prise en compte par les auteurs de la PIR2, 63, no 376. Horace (Ep., 1.20) suggère que c’est Lollius qui a préféré Aemilius comme collègue, peut– être pour mettre fin aux violences (D.C. 54.6.2-3) et parce qu’Auguste penchait en faveur de ce dernier (Weigel 1985, 184).

4 Broughton MRR 2, 426 et MRR 3, 3, précise que la filiation était Manii filius mais que le cognomen Barbula n’était pas indiqué par les Fasti Capitolini pour l’année 21 (CIL, VI, 32 323 = ILS, 5050). Cependant, ce personnage semble vouloir faire revivre la tradition familiale puisqu’il célèbre, à l’occasion, son ancêtre Manius, chef du collège decemviral des Jeux Séculaires de 236 a.C. (CIL, VI, 32 323, l. 150-154). Malgré sa fidélité à Antoine, Auguste a tenu sa famille en grande faveur : il fiança Lucius César à sa fille (Tac., Ann., 3.23). Il convient de souligner que cette alliance le rapproche encore de Lollius dont la petite fille fut fiancée à Caius César (Plin., Nat., 9, 117-118 ; Suet., Cl., 26.3) ; sur ces alliances : Weigel 1985, 185. Comme de nombreux représentants des vieilles familles de l’aristocratie républicaine, il devint l’un des piliers du nouveau régime dont il légitima l’instauration, par son adhésion.

5 RE 1.1 (1893) s.v. “Aemilius” no 142, col. 590 (Klebs) ; Schör 1978, no 2.

6 RE no 141 (Klebs) – fils du princeps senatus M. Aemilius Scaurus (RE no 140), beau-fils de Sylla, il fut questeur de Pompée, proquesteur de Syrie de 63 à 61 (App., Syr., 51), édile curule, préteur en 56, propréteur en Sardaigne en 55 ; il se présente aux élections consulaires de 54, sans succès, il s’obstine en 53, il est condamné à l’exil pour brigue, l’année suivante à l’occasion de la vague de répression du consulat de Pompée, malgré l’intervention de la plèbe en sa faveur (App., BC, 2.24). L’alliance des Scauri à la famille de Pompée remonte au mariage de celui-ci avec Aemilia, tante de M. Scaurus. Elle s’amplifie avec le mariage de Scaurus avec Mucia, cousine dont Pompée vient de divorcer. La carrière de son père, le fastueux édile de 58, se déroule dans l’ombre du grand homme. Mais cette alliance n’est pas sans nuage : les échecs puis l’exil de Scaurus sont les conséquences de la désaffection et des calculs de celui-ci, Henderson 1958, 194-206.

7 Mucia (RE no 28) était la fille de Q. Mucius Scaevola (Cos. 95) = Tertia Mucia. Elle épousa Scaurus après son divorce, en 61 ; cela place la naissance de son fils, au plus tôt, en 60. Il a donc environ 25 ans au moment de la déroute de Sextus, presque 30 ans au moment d’Actium.

8 App., BC, 5.142.

9 D.C. 51.2.5.

10 D.C. 56.38.2.

11 RE 1.1 (1893) s.v. “Albedius”, col. 1312 (Klebs) ; Wiseman 1971, 210, no 11.

12 Syme 1955a, 55, le rapproche des Albisii originaires de Nîmes et de Narbonnaise, Schulze 1904, 119. Cependant, Wiseman souligne avec bon sens que si l’Antonien avait eu des origines gauloises, Cicéron se serait emparé de cet argument.

13 Cic., Phil., 13.28.

14 Plut., Ant., 15.4.

15 RE 1.1. (1893) s.v. “Albius”, no 3 (Klebs) ; PIR2, 81, no 482 (Stein) ; Demougin 1992, 35, no 20.

16 Ael., fr., 222.456 note le jeu sur les mots : Albius était de l’ordre équestre et, flagorneur et cajoleur, vivait à l’écurie d’Antoine. Cette plaisanterie fait écho à celle de Cicéron, qui, dans la Deuxième Philippique moque le maître de cavalerie Antoine qui vit avec le mime Hippias (2.62). Albius appartient à la cour d’Antoine. Il semble intéressant de rapprocher ce personnage d’un courtisan qui se proclame lui-même “Parasitos” dans une dédicace à Antoine (Ogis 195, 28 décembre 34 a.C.). S’il n’est pas tout à fait impossible que “Parasitos” soit un nom propre – c’est l’hypothèse de Fraser 1957, 71-73 – il s’agit plus vraisemblablement d’un surnom ou d’un grade, “compagnon” ou “commensal”, donné aux amimètobioi. Albius, parasite d’Antoine selon Élien, serait donc un de ces courtisans.

17 Ael., Fr, 222 et 280. Ce dernier mentionne le nom d’Albius à la fin d’une liste des flagorneurs célèbres de l’entourage de Denys, d’Alexandre et de l’athénien Callias, il est le seul à être cité du côté romain. Le rapprochement avec le fragment 222 s’impose. Klebs pensait que le personnage d’Horace (S., 1.4.28), et le partisan d’Antoine ne formaient qu’une même personne. Mais, il y a une différence de génération entre l’Albius d’Horace, qui appartient à celle du père du poète, et l’Antonien.

18 ILS, 7445 ; PIR2, no 485.

19 RE 1.2 (1894) s.v. “Annius” no 37, col. 2265-2566 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 319 ; Syme [1939] 1967, 131 ; Wiseman 1971, 212, no 29.

20 Quint., Inst, 8.3.29. Du reste, Cicéron n’eût pas manqué de s’emparer de cet argument s’il en avait eu connaissance, ainsi qu’il le fait pour un autre Antonien, L. Decidius Saxa, originaire de la péninsule Ibérique.

21 Verg., Cat., 2 ; cité également par Ausone, Idylles, 13.59.

22 Cic., Phil., 11.14 et 13.26 : “Philadelphus Annius” plaisante cruellement le fratricide.

23 Marmorale 1960, 85-93, explique que l’allusion au Tau et au Min se réfèrent à des particularités du grec de Marseille et par le biais de mots tronqués donne des indications sur l’assassinat de son frère : il l’aurait étranglé. Ce décryptage laisse un peu sceptique Richmond 1983, 1146.

24 Cic., Phil., 13.28.

25 Suet., Aug., 86.5 : dans une lettre-ouverte à Antoine (de 44 ? de 32 ?), le futur Auguste moquait l’influence déplorable qu’avaient sur le style de son rival des modèles tels qu’Annius Cimber et Veranius Flaccus, ou, excès inverse, l’asianisme. L’admiration de Cimber pour Thucydide, décriée par ses adversaires, est partagée par d’autres Antoniens, dont le moindre n’est pas C. Asinius Pollio.

26 Cic., Phil., 3.26.

27 Cette hypothèse n’est recevable que dans la mesure où l’on considère que Virgile est bien l’auteur de ce Catalepton. C’est ce que pense Correnti 1953, 83, qui place Annius dans le cercle des relations de Virgile. Si l’on considère qu’il s’agit d’un faux, il faut alors voir dans ce poème l’œuvre d’un polémiste acquis à la cause cicéronienne. La prudence s’impose, puisque de nombreuses pièces de l’Appendix Vergiliana s’avèrent des apocryphes d’époque incertaine ; la mention d’un contemporain de Virgile ne suffit pas à en établir l’authenticité, Carcopino 1922, 156-184 ; ce poème fait partie des pièces douteuses, Richmond 1983, 1112-1153. Cependant, le fait que Quintilien ait probablement connu ce texte plaide en faveur de son antiquité.

28 RE 1.2 (1894) col. 2336 (Marx).

29 Cic., Phil., 13.11.

30 Serv., Ecl., 9.35.

31 Verg., Ecl., 9.35.

32 Brugnoli 1979, 345-368.

33 Lucius Antonius, par exemple, est désigné sous le surnom de myrmillon ou de gladiateur, mais nous savons que cela évoque un combat tragique quand il séjournait en Asie.

34 RE 1.2 (1894) s. v. “Antistius” no 3, col 2545-2546 (Klebs).

35 App., BC, 5.139.

36 Plut., Brut., 51. ; RE no 4 (Jors) ; Schör 1978, no 6 ; Syme [1939] 1967, 235 et 459.

37 Tac., Ann., 3.75.

38 Schör 1978, no 7 ; Hinard 1985b, no 7.

39 De 53 à 50 et il le suit durant les guerres civiles (Cæs., Gal., 4.1 ; 7.83 et 90).

40 App., BC, 4.168.

41 Schör 1978, no 7.

42 Il s’agit du Reginus cité par Cicéron en mai 49 (Att., 10.12.1) ; Broughton MRR 3, 6.

43 Aurei et deniers, Grueber CRRBM, no 4660-4662.

44 Il est originaire soit de Rhégium, soit de Gabies ?

45 RE 12 (1894) s.v. “Antonius” no 20, col. 2582-2584 (Seeck) ; Broughton MRR 2, 338.

46 Il défendit la cause de son frère jusqu’à la mort, qui doit se situer au tout début de l’année 42, puisque Brutus donne l’ordre de l’exécuter à la nouvelle de la proscription et de la mort de Cicéron. Il a à peu près 40 ans à ce moment, puisque Cicéron affirme (Fam., 2.18) que les trois frères se succèdent à un an d’intervalle, comme Caius est le cadet, il naît donc un an après M. Antonius, soit en 85, soit en 82.

47 Broughton MRR 2, 241 ; cette date se déduit de la réflexion de Cicéron à Minucius Thermus (Cic., Fam., 2.18.2).

48 Cicéron le considère inférieur à ses deux frères, moins important et moins redoutable que Lucius, qui pourtant n’est que tribun de la plèbe, mais ne le néglige pourtant pas (Phil., 7.16) ; “placé entre ses deux frères il rivalisait de vices avec l’un et l’autre” (Phil., 10.9-13).

49 Flor., Epit., 2, 13.31-32. Sur ce passage qui a disparu du récit des guerres civiles de César, Avery 1993, 452-469.

50 Plut., Ant., 15.13 ; D.C. 45.9.1.

51 App., BC, 3.14.

52 App., BC, 3.23.

53 Cic., Att., 16.2 (11 juillet 44). Brutus avait écrit à Cicéron qu’il devait plus de reconnaissance à Accius, auteur d’une pièce “Térée” représentée lors de ces jeux, qu’à Antonius qui avait peu travaillé pour lui. “Térée” exaltait de façon transparente le geste de Brutus.

54 Cette candidature est incertaine. Elle est rapportée comme une rumeur par Cicéron (Att., 15.9). Il n’en a pas reçu de confirmation et n’y fait jamais allusion dans les Philippiques, alors qu’il ne se prive pas de pourfendre le rôle des septemvirs, notamment celui de Lucius Antonius.

55 Cic., Phil., 3.26. D ‘ ailleurs c’est plutôt le consulat que visait Caius (ibid., 8.27).

56 App., BC, 3.25-27.

57 Cic., Phil., 7.3 ; Plut., Brut., 25.3-4 ; Syme [1939] 1967, 126.

58 Cic., Phil., 11.26 et 10.9-13.

59 D.C. 47.21.4.

60 Cic., Phil., 10. l0.

61 Plut., Brut., 26.3-7.

62 Plut., Cic., 45.3 ; App., BC, 4.51.

63 D.C. 47.21.7 ; Vell. 2.69.3.

64 Cic., ad Brut., 2.3.2 (1er avril 44).

65 Plut., Brut., 26.6-7.

66 Ibid. ; D.C. 47.21.4-47.23.1. Il convient de placer cette sédition au moment où Brutus, rassuré sur l’issue de la bataille de Forum Gallorum, a quitté la côte illyrienne. Il faut probablement restituer “ quarta decima” plutôt que “ quarta” dans la texte de la lettre et supposer que c’est la quatorzième légion stationnée à Apollonia, qu’Antonius a essayé de soulever, bien que cela repose sur une série d’hypothèses, Botermann 1968, 93 n. 2, 206.

67 Cic., ad Brut., 5.1-5.

68 D.C. 47.23.2 et Plut., Brut., 26.7.

69 C’est pourquoi Cicéron conseillait de le tuer sans attendre : Cic., ad Brut., 1.2a. 2 (17 avril 43).

70 Plut., Brut., 38.1.

71 D.C. 48.24.2-4.

72 Plut., Brut., 28.1.

73 RE 1.2 (1894) s.v. “Antonius” no 23, col. 2585-2590 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 370. La date approximative de sa naissance peut être fixée, en prenant, au pied de la lettre, l’affirmation de Cicéron (Fam., 2.18) : les Antonii doivent se succéder pour trois ans au tribunat. Cela suppose qu’il n’y a entre eux qu’un an de différence au maximum. Lucius, le benjamin, (Cic., Phil., 10.10) avait donc deux ans de moins que Marcus et aurait vu le jour, soit en 84, soit en 81, suivant la date que l’on retient pour la naissance du triumvir. On situe généralement sa mort dans les mois qui suivent son arrivée en Espagne et qui concordent avec sa disparition de nos sources.

74 Pour une interprétation de ces anomalies, voir Roddaz 1988, 317-346. Shackleton-Bailey 1960a, 257 n. 3, le pense, au contraire, purement Césarien, du début à la fin de sa carrière. Le débat a été relancé par Eilers 1995, 77-82, qui se range à ce dernier avis.

75 Cic., Q. fr., 3.1.15 ; 3.2.1.

76 Cic., Fam., 2.18.. Des cistophores, que l’on peut dater de 50-49, mentionnent le titre de questeur de Lucius (BMC Ionia., 68, no 176).

77 De nombreux documents ont été liés à ce gouvernement : Jos., AJ, 14, 235 ; IGRP, 400 et 401, origine : Pergame ; Robert 1940, 54, IK 8 Magnesia am Sipylos, 3, l. 2 p. 131-132, origine : Magnésie du Sipyle, incomplète ; SEG 28, 1978, no 856 = IEph, 614a ; IK, 15, Ephesos, 1885 ; IK, 12-Ephesos, 271 f : origine : Éphèse ; Merkelbach 1975, 39-42, origine : Thyateira. Ces inscriptions mentionnent soit un titre de questeur propréteur (Éphèse, Pergame) soit un titre de proquesteur propréteur (Sardes et Magnésie du Sipyle) et indiquent qu’il gouvernait la province en l’absence de son supérieur et dans l’attente de son successeur, C. Fannius. Elles commémorent une administration “intègre, équitable et pieuse”. À Éphèse, il est peut-être honoré en tant que “patron et bienfaiteur d’Artémis et de la cité”, Merkelbach 1978, 36-37 ; mais plus probablement, ainsi que le démontre Eilers 1995, 79-80, comme patron du sanctuaire et de la ville (comme deux autres Antoniens, M. Valerius Messala et Cn. Domitius Ahenobarbus). Merkelbach avait daté cette inscription de 49 et, ayant la formulation de deux cas semblables, trouvés chez César (Civ, 3.33 ; 3.105), avait soutenu avec beaucoup de brio que l’inscription de l’Artemision rendait hommage à la protection qu’avait probablement exercée Lucius à l’égard des activités bancaires du sanctuaire au moment de la collecte des fonds par les Pompéiens. Cependant, le titre que porte le gouverneur sur cette inscription exclut que le texte soit postérieur au 5 décembre 50, date de l’entrée en charge des nouveaux questeurs. Eilers pense qu’il vaut mieux conclure que L. Antonius a dû arbitrer un conflit portant sur les privilèges du sanctuaire contestés par les puissantes sociétés de publicains. Cette interprétation exclut que L. Antonius ait agi pour les Pompéiens ; il est plutôt un Césarien que le hasard du tirage au sort a placé dans le domaine pompéien ; 1995, 81-82. Cette hypothèse a l’avantage d’expliquer les réticences de Minucius Thermus à l’égard de cet interim.

78 Cic., Fam., 2.18.2.

79 L’allusion la plus précise se trouve dans Cic., Phil., 5.20 ; mais l’orateur reprend souvent ce motif : 3.31 ; 5.30 ; 6.10 ; 7.17 ; 12.20. Cette anecdote souvent négligée a été reprise par Merkelbach 1995, 73-76, qui la relie à la passation de pouvoir de Q. Minucius Thermus.

80 Plut., Ant., 15.13 et D.C. 45.9.1.

81 Cic., Phil., 7.16 ; Nic. Dam. 20.3 ; Suet., Jul., 41.2 ; D.C. 43.51.3.

82 Cic., Phil., 5.7-10 ; 5.20 ; 7.17 ; 13.37 ; D.C. 45.9.1.

83 Cic., Att., 15.12.2 ; 15.1 ; 17.1 ; 19.2 et 16.3.1.

84 Cic., Phil., 7.15-18 ; Nicolet 1985, 799-839.

85 Cic., Att., 14.20.2-5 ; 21.4 ; 15.2.2.

86 Cic., Att., 15.5.3 (27 mai 44).

87 Cic., Phil., 6.10.

88 Cic., Phil., 6.11.

89 Cic., Phil., 3.31 ; 10.21 ; 11.10 ; 12.4 ; 20 ; 26 ; 13.4 ; 26 ; 37.

90 Cic., Phil., 14.28 et 37 ; D.C. 46.37.1 ; Zonar. 10.14.

91 Cic., Phil., 14.8-9 ; Fam., 11.13b ; 10.33.4.

92 Cic., Fam., 10.15.3 ; 10.33.4 ; 10.34.1.

93 Sur l’attribution de ce triomphe, qui a provoqué les sarcasmes des adversaires de Lucius Antonius, Roddaz 1988, 338 et n. 118.

94 InscrIt XIII, 1, Act. Triumph. 86 sq., 548 ; Fast. Barberin. 42 sq. ; Fast. Cupr. 244 ; Liv., Per., 120 ; Vell. 2.74.2 ; App., BC, 5.14 ; D.C. 48.4.2.

95 Dion met surtout en avant la responsabilité de Fulvie dans le déclenchement du conflit, alors qu’Appien, sans pour autant nier son rôle, la place plus en retrait, révélant un personnage original, Manius, procurateur d’Antoine. Chez Velleius et chez Dion, qui suivent la tradition qui passe pour augustéenne, Lucius paraît le véritable fauteur de guerre, alors qu’Appien présente le consul comme un “Républicain” hostile au régime triumviral, Roddaz 1988, 319 à 321.

96 App., BC, 5.19-76 ; le souci, dans un premier temps, de ménager les intérêts d’Antoine en Italie et parmi les vétérans.

97 Liv., Per., 125 ; Vell. 2.74 ; App., BC, 5.12-34 ; D.C. 48.6.3-48.7.2.

98 App., BC, 5.32.

99 D.C. 48.7.3 ; 10.1 ; 12.1-3.

100 D.C. 48.13.1-2.

101 D.C. 48.13.3.

102 Liv., Per., 126 ; Vell. 2.74.3 ; Flor., Epit., 2.16 ; D.C. 48.14.3 ; Oros. 6.18. Sur le caractère de la reddition et sa narration, Sordi 1998, 157-165.

103 App., BC, 5.32-35.

104 App., BC, 5.40-41.

105 Liv., Per., 126 ; Vell. 2.74.3. ; Suet., Aug., 14 ; D.C. 48.14.3 ; Eutrope 7.3-4.

106 App., BC, 5.54.

107 Syme [1939] 1967, 204.

108 Plut., Ant., 30. l ; App., BC, 5.52.

109 RE 1.2 (1894) s.v. “Antonius” no 19, col. 2577-2582 (Seeck) ; Broughton, 1952, 358.

110 Il fut poursuivi en 76, pour ses extorsions commises en Grèce, à l’occasion des guerres mithridatiques, par César, Q. Cic., Pet., 8 ; Asc., Tog., 88 éd. Clark ; Plut., Jul., 4.2. Il commandait une troupe de cavaliers mais son mandat de praefectus n’était peut-être que de complaisance, pour fournir une couverture légale à des activités en marge des opérations militaires, laissant une large place à l’initiative et aux intérêts privés, Damon & Mackay 1995, 39. On ne peut écarter des mobiles de ce procès la volonté de critiquer indirectement l’action de Sylla, en attaquant un de ses satellites, p. 54-55. C. Antonius fut acquitté mais les censeurs la sanctionnèrent en le notant d’infamie, ce qui était une condamnation explicite de sa conduite.

111 Par les censeurs L. Gellius et Cn. Cornelius Lentulus, Cic. Mur, 40.

112 La date n’est pas certaine, mais il donna des jeux restés célèbres, V. Max. 2.4.6 ; Plin., Nat., 33.53.

113 Sa carrière avant le consulat est bien connue grâce à Cicéron (Q. Cic., Pet,, 8-9) et au commentaire d’Asconius (Tog., 84-85 ; 88 éd. Clark) mais il faut sans doute faire la part des circonstances : il s’agissait dans ce discours d’attaquer un adversaire redoutable. Sur son action tribunicienne, Mattingly 1997, 68-78.

114 Il ne se distingue pas dans cette mission qu’il doit à un échange avec Cicéron, Plut., Cic., 11.4 ; D.C. 37.10.33. Les Bastarnes et les Dardani lui infligent une cruelle défaite puisqu’il perd les aigles de ses légions (Liv., Per., 103 ; D.C. 38.10.1-4 ; 51.26.1 ; Obseq. 61). Sur les conséquences politiques de cette défaite, Kanatsoulis 1984, no 153 ; Rosenstein 1990, 181. L’occupation majeure du gouverneur semble être l’extorsion de fonds. Il laisserait même courir le bruit, qu’accrédite la présence dans son entourage d’Hilarus, affranchi de Cicéron, qu’une partie des sommes est destinée à son collègue, à la suite de leur accord de permutation, Cic., Att., 1.12.2 ; Fam., 5.5 ; Att., 1.13.1, et peut-être 1.16.6.

115 Cic., Fam., 12.2.2 et 3 entre le 19 septembre et le 20 octobre 44. Dans cette lettre à Cassius, Cicéron affirme aux chefs républicains que les consulaires, à l’exception de trois parmi lesquels il ne nomme pas Antonius, sont achetés ou complices. Cicéron allègue par ailleurs que Caius Hybrida était candidat au collège des septemvirs (Phil., 2.99) mais que la peur l’a fait renoncer à ses prétentions. Sans doute, avait-il envisagé les profits qu’il aurait pu retirer d’une pareille commission comme l’avait fait rêver la loi agraire de 63 (Plut., Cic., 11.2-3) vains espoirs dans les deux cas.

116 Cic., Phil., 2.56 ; D.C. 46.15.2.

117 Cic., Phil., 2.98.

118 Il a participé à la campagne mithridatique, puis à la bataille de la Porte Colline, de façon sanglante (“in introitu, gladiatorem” Asc., Tog., 88) enfin au triomphe de Sylla (“in victoria, quadrigarium” ibid). Cet engagement n’est pas opportuniste, le père de Caius avait été une des plus célèbres victimes des Marianistes.

119 Allié soucieux de ses intérêts personnels avant tout (Asc., Tog., 83-84 ; Plut., Cic., 11.3 ; D.C. 37.10.30 et 32), il se désolidarisa publiquement de celui-ci (Cic., Cat., 3.14) et fut même l’auteur officiel de sa défaite militaire (Liv., Per., 103 ; Plut., Cic., 22.5 ; App., BC, 2.7 ; Flor., Epit., 2.11.11-12 ; D.C. 37.40.2 ; Obseq. 61a), même s’il laissa les risques des opérations à ses subordonnés (Cic., Sest., 8 ; 12 ; Sall., Cat., 59.4 ; V. Max. 2.8.7 ; D.C. 37.39.2-4 ; Schol. Bob. 94.127 éd. Stangl). Il resta cependant un collègue peu fiable pour Cicéron.

120 Rappelé de Macédoine en décembre 60, il fut condamné sous le consulat de César (Cic., Flac., 95). Les charges ne manquent pas, mais les motifs dépassent le cadre d’une banale affaire de prévarication. Le procès représente une occasion idéale pour préparer l’opinion à la lex Julia de repetundis. Ce jugement est aussi le premier exemple du fonctionnement de l’entente César, Pompée, Crassus, dans le domaine judiciaire. Il permet en outre de régler quelques comptes, l’échec de César, lors du procès de 73, l’attitude équivoque d’Antonius à l’égard des Catiliniens. Enfin, les poursuites contre Antonius peuvent constituer un avertissement contre son ancien collègue, Cicéron, qui fait d’ailleurs de cela une affaire personnelle, Gruen 1973, 308-310.

121 Il semble pourtant toujours à court d’argent (Asc., Tog., 84-85). Il s’exile à Céphallénie, dans une retraite dorée où il vit en potentat, créant même une cité (Str. 10.2.13).

122 Avec P. Sulpicius, P.f., Rufus pr. 48 : CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Amit., 170, Fast. Amer., 242, Fast. Colot., 273-275, Fast. Mag. Vic., 282-135/504 ; Broughton MRR 2, 358, Suolahti 1963, 489-492. Il est censeur plébéien et donne à sa famille la seconde censure de sa courte histoire. Le poids d’Antoine au sein du triumvirat explique le choix de ce personnage, rien moins que respectable. Il est possible qu’il soit mort durant l’exercice de cette fonction, car Strabon précise que ses hautes fonctions l’absorbèrent jusqu’à la fin de sa vie, Str. 10.2.13.

123 RE 1.2 (1894) no 32 s.v. “Antonius” col 2614, P. Groebe. Son surnom, uniquement attesté chez les auteurs de langue grecque serait un diminutif d’Antonius (Drumann 1899, 519, 22). Antyllos est cependant un nom porté dans le monde grec, comme en témoignent trois personnages : RE 1.2. (1894) s.v. “Antyllos” col. 2643-5.

124 Cette garantie aurait été donnée à la suite des débats du 17 mars au temple de Tellus, Cic., Phil., 2.90 ; Plut., Ant., 14.2 ; Brut., 19.2 ; App., BC, 2.142, Scuderi 1984, 45.

125 Calpurnius Piso proposa le refuge de sa demeure à Fulvia et à ses enfants, Cic., Phil., 12.1 et App., BC, 3.50 ; Atticus les soutint financièrement et juridiquement, Nep., Att., 9.2-4.

126 Elle le présente aux soldats, App., BC, 5.14.

127 Plut., Ant., 35.8 et 54.3 ; Suet., Aug., 63.4 ; App., BC, 5.55 ; D.C. 48.54.1-5.

128 Plut., Ant., 57.4.

129 Pour la datation en 34, en dernier lieu, Martini 1987, 80-83 et n° 23 et 25 ; Crawford 1974, 538 no 541, 743, pour sa part, ne se prononce pas ; son point de vue est repris par Desy 1996, 70.

130 Plut., Ant., 28.7-11. Cette anecdote est relatée dans le récit des années 41-40, mais n’a pas sa place à cette époque puisqu’Antyllus se trouvait alors auprès de sa mère. Cet événement est beaucoup plus tardif, Scuderi 1984, 66. Selon Desy 1996, 61-72 la deuxième Géorgique recèlerait une allusion à Antyllus et à l’utilisation dont il aurait fait l’objet dans la propagande d’Octavien. Les allusions au cédratier et à l’aconit renverraient à la rumeur selon laquelle Cléopâtre méditerait d’empoisonner le jeune homme, profitant de l’absence d’Antoine, parti conquérir de fallacieux lauriers en Médie. Ces vers subsisteraient dans la publication de 29, malgré le décès du jeune homme car ils auraient pris un nouveau sens, critique à l’égard d’Octavien : dans l’Italie de ce dernier, les empoisonneurs ne succombent pas à leurs artifices, p. 67.

131 Plut., Ant., 71.3.

132 D.C. 51.15.5

133 Plut., Ant., 81.1-2 ; 87.1 ; Suet., Aug., 17.9-12 ; D.C. 51.15.5 ; Orose 6.19.20.

134 D.C. 51.2.5. Il avait quatre à cinq ans de plus qu’Antyllus, et, à notre connaissance n’avait pas eu de responsabilité dans le parti d’Antoine. Le fils aîné de Fulvia, P. Claudius Pulcher, échappa à ces exécutions, mais ne fit pas une brillante carrière puisqu’il s’arrêta à la préture. Sa vie et son décès sont entourés d’un parfum de scandale et d’abjection (V. Max. 3. 5.3). Cette image officielle dénote la profonde méfiance qu’inspiraient les membres de cette famille à la cour d’Auguste.

135 Desy 1996, 66.

136 RE 10.2 (1919) s.v. “Kallias” no 19, col. 1627 (Münzer) ; Treggiari 1969, 187.

137 Ainsi que le montrent les exemples de Ménas/Ménodore auprès de Sextus Pompée, de Demetrius auprès d’Antoine, d’Hilarius auprès d’Octavien.

138 RE 8.2 (1913) s. v. “Hipparchos”, no 9, col. 1664-1665 (Stein) ; PIR2, no 838 (Stein) ; Treggiari 1969, 182-183.

139 Plin., Nat., 35.200.

140 RE 5. A2 (1934) s.v. “Theophilos” no 6, col. 2136 (F. Münzer) ; Treggiari 1969, 190.

141 Amandry 1988, 76.

142 RE 1.2 (1894) s.v. “Appuleius” no 5, col. 245 (Klebs) ; Glauning 1936, 12 ; Broughton, 1952, 308 ; Hinard 1985b, no 12.

143 ILS, 935. Il était inscrit dans la tribu Galeria, Taylor 1964, 192.

144 App., BC, 5.63.

145 Groag, PIR2, no 959, M. Appuleius, consul en 20, pense que rien ne s’oppose à cette identification, à l’exception, peut-être, de l’augurat. Hinard et Broughton, également, partagent ce point de vue. Le nomen est écrit indifféremment Appuleius ou Apuleius.

146 Cic., Att., 12.13.2 ; 12.14.1 ; 12.15.1. Cette affaire revient trois fois dans la correspondance, ce qui atteste l’importance qu’elle a pour Cicéron et Atticus.

147 Ce ralliement est maintes fois relaté : Cic., Phil., 10.24 ; 13.32 ; Brut. ad Cic., 1.7.2 ; Fam., 13.45 et 13.46 ; App., BC, 3.63.259 ; Vell. 2.62.3 ; Plut., Brut., 24 ; D.C. 47.21.3. On le reconnaît généralement dans une inscription d’Éphèse, IK, 15-Ephesos, 1547, où un lien apparaît avec les Fonteii, et, pense-t-on, avec le consul suffect de 33. Cela aurait pu faciliter sa réhabilitation, mais on n’en a pas trace, à moins de l’assimiler à l’autre républicain. Une autre hypothèse est avancée : ce questeur ne serait pas celui de 43, mais le futur consul de 20, Weidemann 1965, 460 ; Licordari 1982, 49.

148 Cic., ad Brut., 1.7.2.

149 CIL, V, 5027 = ILS, 86.

150 Consulat avec P. Silius Nerva : Fastes = Fasti Colot. (min 7) CIL, I2, 64 ; Biond CIL, I2, 65, (min VIII) ; CIL, VI, 849 ; VIII, 978 ; D.C. 54.7.4 ; Cassiod. 2.135.

151 Sa filiation indique qu’il est fils de Sextus, CIL, V, 5027. Sur les relations de famille des Appulei et leur stemma voir Weidemann 1965, 446-466, surtout 459. L’augure serait le beau-frère d’Octavie l’aînée, fille de M. Octavius et d’Ancharia.

152 RE 21 (1895), s.v. “Asinius” no 1 col. 1583 (Klebs) ; Wiseman 1971, 215 no 47.

153 Wiseman émet l’hypothèse qu’il peut s’agir du frère de Pollio et pense qu’en ce cas son admission au Sénat est un geste pour se concilier un allié important. Cependant, il ne se déclare pas résolument en faveur de cette idée dont il souligne lui-même les limites : Cicéron ne mentionne pas de lien entre les deux hommes. Bien que le frère de Pollio soit également un partisan d’Antoine, il paraît plus logique de le distinguer du senator voluntarius de 43. En effet, le frère de Pollio est probablement un Césarien de vieille date, depuis 54 environ, et il n’a sans doute pas attendu les promotions de “Charonites” pour entrer au Sénat.

154 AE, 1983, 140, 50 : L (ucio) Asinio/IIII vir(o) iur(e) dic(undo)/qui ludos cur(avit) ita uti. Inscriptions inédites de Tibur dans Mari 1983. Il convient de souligner, cependant, que cette inscription n’exclut pas toute parenté avec la famille de Pollio, car le pays marrucin, dont la gens Asinia est originaire, n’est pas très éloigné de Tibur Schulze 1903, 129.

155 Cic., Phil., 13.28.

156 Plut., Ant., 15.3-4 ; Suet., Aug., 35.1.

157 RE 2.1 (1895) s.v. “Asinius” no 25, col. 1589-1602 (Groebe) ; PIR2, 251-253, no 1241 (Stein) ; Broughton MRR 2, 381 ; Wiseman 1971, 215 no 48. Il naquit en 77/76 ou en 76/75 a.C. et il mourut en 4/5 ou en 6 p. C. Sa date de naissance peut être déduite de Tac., Dial., 34, qui nous apprend qu’il accusa C. Porcius Cato dans sa vingt-deuxième année ; le procès eut lieu en 54 (Cic., Att., 15.4 ; 16.5-6). Cependant, Sumner 1971, 260, pense qu’il convient de nuancer le texte de Tacite, qui, dans ce passage, rajeunit tout le monde ; il penche davantage pour une naissance en 77/76. Son décès, dans sa villa de Tusculum, dans sa quatre-vingt-dixième année, est rapporté par V. Max. 8.13.4 ; Jérôme, Chron, 170 b H, de façon indirecte ; Tac., Dial., 17. Cette date dépend donc du choix précédent. Asinius Pollio passe pour avoir été un témoin lucide de son temps et un brillant homme de lettres ; à ce titre, il a inspiré deux biographies, celle d’André en 1949 et celle d’Haller en 1967.

158 Cat. 12. l ; Liv., Per., 73 ; Sil. 17.454, qui nous apprend qu’un certain Herius de Téate appartenait aux contingents de Zama. Sur son grand-père : CIL, I2, 50 ; sur son père, Vell. 2.28.

159 Pour la postérité des Asinii, voir, en dernier lieu, AE 1992, 182-184, les inscriptions du monument de Vipsania Agrippina (épouse en secondes noces du fils de Pollio) et des Asinii, en 20 p. C., Alföldy 1992, 125-143.

160 Vell. 2.86.3.

161 Cic., Fam., 1.6.1.

162 Liv., Per., 73 ; Vell. 16.1 ; App., BC, 1.40.

163 Catulle le mentionne dans le carmen 12 ; Cinna lui dédie un poème pour son voyage en Grèce en 55, ainsi que Parthenios de Nicée, pour la même occasion. C’est sans doute à ce moment qu’il fait connaissance de Cornelius Gallus, sur les relations entre ces personnages, Voisin 2001, 321-322. Zecchini 1982, 1266-1270 pense que cette fréquentation et le fait qu’il ait fait le jeu de César, involontairement sans doute, dans les années 50 le prédisposaient au parti césarien.

164 Cic., Fam., 10.31.2.3. Il l’explique par la puissance de ses ennemis dans le camp de Pompée ; qui étaient-ils ? probablement Labienus ou Porcius Cato. Zecchini 2001, 109, n. 25. La question du républicanisme d’Asinius Pollio reste débattue. Elle repose sur les trois lettres qu’il a adressées à Cicéron en 43. Il y a sans doute une part appréciable de diplomatie et de calcul dans sa justification alors : face à l’intransigeance de Cicéron, Pollio explique son parti-pris par les sentiments personnels pour César, une amicitia à laquelle il reste fidèle et non une adhésion à ses idées. Massa 1996, 499-515 serait tenté d’y voir l’expression d’un idéal politique républicain mais Zecchini pense qu’il épousait certains traits de la politique césarienne (notamment la clementia) et qu’il n’était pas républicain, p. 109-116.

165 Zecchini 1982, 1267.

166 Plut., Caes., 32.7.

167 Cæs, Civ., 1.25 ; 1.30.2 ; Plut., Cat. Mi., 53.2-4 ; App., BC, 2.40.

168 App., BC, 2.46.

169 Plut., Pomp., 72.4 ; Caes., 46.2-3 ; App., BC, 2.82.

170 Plut., Ant., 9.2-3. Selon Zecchini 1982, 1271-1272 et 2001, 111-112, cela reflète son interprétation personnelle, politiquement assez conservatrice du césarisme ; il n’est pas un popularis. Mais on peut nuancer ce propos en rappelant le contexte : la revendication de Dolabella plaçait les représentants césariens dans une posture délicate et menaçait l’ordre public et, au fond, le pouvoir de César ; il est possible que le choix de Pollio ait été inspiré par les circonstances et non préjugé social.

171 Suet., Jul., 62.3.1. Il diminua les dettes, mais seulement du quart.

172 Plut., Caes., 52.8 ; Cic., Att., 12.2.1 ; 12.38.2 ; 12.39.1 ; il assiste sans doute à la bataille de Munda, Suet., Jul., 56.2 et Aug., 55.7.

173 Broughton MRR 2, 378 ; André 1949, 17 et on peut le déduire de Vell. 2.73.

174 Vell. 2.76 ; App., BC, 3.46 ; D.C. 45.10.3. Il possédait trois légions (après son ralliement à Antoine, il en laissa une en Espagne) ; Sextus Pompée lui en opposait sept.

175 Cic., Att., 10.31, 32 et 33. Ces trois lettres ont suscité des interprétations opposées. Elles répondent en fait à un contexte que l’on a souvent négligé : une lettre du consul Pansa, perdue pour nous, faisait pression sur Pollio pour obtenir une déclaration pour le sénat contre Antoine et Lépide. En réponse, le gouverneur refuse de prendre l’initiative de cette rupture et renvoie cette responsabilité au Sénat et plus précisément à Cicéron. La première lettre définit l’étroite marge de manœuvre de Pollio : adhésion à des idéaux, libertas, concordia mais, comme l’aurait dit Cicéron lui même, dans un autre contexte, il rappelle que l’on n’est pas dans une République philosophique et que la lutte des partis exige du pragmatisme. Dans la deuxième lettre, qui suit la nouvelle de Forum Gallorum, le ton évolue et il est plus explicitement césarien. Pollio met en garde Cicéron contre sa propension à se réjouir trop promptement de l’anéantissement des Césariens. En analysant de près ces lettres on mesure à la fois la complexité de la réflexion de Pollio mais surtout son habileté à ne pas compromettre sa cause.

176 Ses contemporains ne se faisaient peut-être pas trop d’illusion sur sa fidélité à la république, ainsi que le suggère la lettre de Decimus Brutus à Cicéron, Fam., 11.9. Sur la position de Pollio en 43, Bosworth 1972, 441-473, surtout, 452-463.

177 Octavien, lui, ne s’y est pas trompé car, dans les jours qui suivent Modène, il lui écrit pour l’informer des mauvais procédés du Sénat à son égard. Comme le fils de César veut se rapprocher d’Antoine, on peut penser qu’alors Pollio était déjà acquis à cette cause. App., BC, 3, 81.

178 App., BC, 3.97.

179 App., BC, 4.2 et 4.27 ; Syme [1939] 1967, 188 n. 32, origine inconnue.

180 Urbinius, V. Max. 6.8.6 ; Clusinius, Quint., Inst., 7.2.26 ; Syme [1939] 1967, 188 n. 31.

181 Sen. Rh., Suas., 6.15, André 1949, 68-69 et Zecchini 1982, 1274, rattachent le Pro Lamia au début de l’année 42 se fondant sur une remarque de Sénèque le Rhéteur : Pollio aurait prononcé le discours initial devant les triumvirs. Or, les trois hommes ne sont réunis à Rome qu’à cette période. Sur le passé césarien de Lamia Cic., Att., 13.45.1, sur son attitude paradoxale en 44 Att., 14.14.1 et Fam., 12. 29.1-3, sur ses compromissions avec les Républicains Fam., 11.16.2 ; 11.17.1-3.

182 Suet., Aug., 27.4 ; App., BC, 5.20 ; la décision ne fut pas mise en pratique : Syme [1939] 1967, 202. Asinius Pollio se trouvait sans doute dans la région de Padoue au début de l’année 41, Gabba 1970a, 216.

183 Cette période de la vie d’Asinius Pollio est une des plus commentées. Il est le dédicataire de deux Bucoliques de Virgile, la quatrième et la huitième, et il est célébré comme magistrat et comme poète dans la deuxième, ainsi que deux de ses amis, Gallus et Alfenus Varus. Ces pièces sont en relation avec le partage des terres, Bayet 1928, 271-278. Pollio entretient avec le poète des relations de protection et ils comptent un ami commun, Cornelius Gallus. Virgile a-t-il accompagné Pollio en Cisalpine en 41-40, usant de sa célébrité littéraire pour défendre la cause de domaines litigieux entre Mantoue et Crémone et a-t-il participé à une échauffourée avec les colons, Veyne 1980, 239-242 ? Ou a-t-il expédié ces poèmes depuis Naples où il fréquentait le cercle épicurien de Siron, ami de Philodème de Gadara, lui-même protégé de L. Calpurnius Piso ? Il n’est pas établi que Pollio ait eu des relations directes avec ce cénacle, mais ce n’est pas impossible, Voisin 2001, 322-324. Virgile célèbre les succès du gouverneur, mais il lui décerne aussi des éloges littéraires. Il est délicat de savoir quelle est la juste place de la politique dans ces poèmes : est-ce le gouverneur antonien qui est célébré ou le poète néotérique ? En faveur de la seconde interprétation p. 327 et 330.

184 Octavien écrivait sur lui des couplets satiriques ; Pollio y répondit en faisant mine de s’y refuser : “Et ego, taceo. Non est enim facile in eum scribere qui potest proscribere”, Macr. 2.4.21.

185 App., BC, 5.31.

186 App., BC, 5.32 et 5.33.

187 Gabba 1970a, 220.

188 App., BC, 5.33.

189 App., BC, 5.35 ; Gabba 1970a, 220 et 222.

190 App., BC, 5.50 et Vell. 2.76.2. En fait, Pollio et Ahenobarbus se connaissaient sans doute : Asinius appartenait à l’état-major de César quand ce dernier laissa la vie sauve à Ahenobarbus après la chute de Corfinium.

191 App., BC, 5.64.

192 Ainsi, Tanner 1969, 86-100, milite en faveur d’une longue complicité entre les deux hommes. D’après lui, Asinius Pollio est resté le patron de Virgile jusqu’en 34-33. Les Georgiques seraient donc partiellement d’inspiration antonienne. L’auteur la reconnaît dans les passages suivants : 2.170-172 ; 3.10-48 ; 4.559-566. Il retient surtout l’épisode d’Aristeus, G., 4.316-556, où il voit un éloge de l’Égypte lagide. Cela ouvre le débat, frucuteux mais épineux, des rapports entre les convictions politiques de Pollio et les choix littéraires de son groupe poétique. En faveur d’une totale indépendance entre l’antonisme de Pollio et la poésie néotérique : Voisin 2000, 671-672 et 2001, 321-344.

193 CIL, I2, 50 et 64.

194 D.C. 48.41.7.

195 CIL, I2, 50 et 76 = Inslt XIII, 1, 86-87, Acta triumph. (8 Kal. nov.) ; Fast. Barberin., 342 ; Hor., Carm., 2.1.15-16 ; Porphyrion, ad Hor. Carm., 2.1. ; Sen. Rh., Con., 4.2 “ triumphalis senex” ; Flor., Epit., 2.25.

196 Syme 1937a, 43, avait déjà réfuté cette hypothèse (et App., BC, 5.75).

197 D.C. 48.41.7.

198 André 1949, 23 ; Haller 1966, 75-76.

199 Serv., ad Ecl., 4.1.

200 Bowersock 1971, 73-80.

201 Selon Meulder 1996, 815-818, la IVe Bucolique, serait écrite à la fin de 39. Le poème annonce un âge d’or dont les prémisses seraient la paix intérieure, après Brindes et Misène, et les premières victoires d’Orient, contre les Parthini et contre les Parthes. Pollio, artisan de la réconciliation entre les Césariens et triomphateur des Parthini, le consulaire serait la cheville ouvrière de cet avènement. Cette dédicace représenterait le sommet de sa carrière.

202 Suet., Aug., 19.1 cite un affranchi Asinius Epicadius. Asinius est également un riche propriétaire : il possède une propriété à Tusuculum avec une briqueterie, une autre briqueterie, destinée à la commercialisation, dans le Latium des jardins à Rome. Il est toutefois difficile de distinguer ses propriétés de celles de son fils, Shatzmann 1975, 305 no 93.

203 Ov., Tr., 3.1.71 ; Plin., Nat., 7.115 ; 25.10 ; Suet., Aug., 29.5 ; Isid, Orig., 6.5.2. Casson 2001, 79-81 situe l’achèvement de cette bibliothèque avant 27, date de la mort de Varron, car sa statue avait été installée de son vivant en ce lieu. Ce geste rend hommage, certes, aux talents littéraires de Varron mais aussi au travail préparatoire d’organisation de la bibliothèque publique décidée par César et laissée en plan après les Ides de Mars. Asinius Pollio s’inscrit donc, ostensiblement dans la continuité de César, au moment même où Octavien, son héritier officiel, commençait les travaux de la bibliothèque du Palatin, achevée en 28. Pollio pour sa part, a décider de l’implanter dans la zone du Forum, sur le site si discuté de l’Atrium Libertatis. Dans la compétition architecturale à laquelle se livrent les différents imperatores, les choix de Pollio montrent une réelle indépendance et d’amples ambitions. A-t-il voulu rendre hommage à la libertas en ouvrant à un large public les trésors de la connaissance ? Morgan 2000, 66.

204 Hor., Carm., 2.1.13 ; Sen. Rh, Suas., 6.27, comme Messala et Mécène, il protégea les lettres. Schwartz a souligné l’importance d’une étude du cercle de Pollio, même s’il ne faut pas songer au cercle des Arcadiens (pays des ânes et donc patrie des Asinii) comme un salon littéraire défendant des choix esthétiques et politiques, Néraudeau 1983, 1746, repris par Voisin 2001, 344. L’esprit de parti existait-il en poésie ? C’est ce qu’Horace refuse et en même temps souligne. Il énumère des amateurs éclairés de poésie, qui n’appartiennent pas à l’entourage de Mécène ou de Virgile, il cite parmi eux, Pollio, Messala, Gellius Publicola (sans doute), Bibulus. Tous sont ou ont été brièvement des Antoniens.

205 Quint., Inst., 10.1.22 ; Suet., Aug., 56.3.

206 Plin., Nat., 36.31.

207 Sen. Rh., Con., 4.2.

208 Comme ce fut le cas pour les jeux troyens, Suet., Aug., 43.7.

209 Charis., 80.1, renvoie à un discours ou un pamphlet de Pollio “Contra maledicta Antonii”.

210 Mais il conserva des relations privilégiées avec Hérode et son cercle, Nicolas de Damas et Timagène d’Alexandrie : Chirat 1962-1963, 255-256 et Scardigli 1983b, 587-589. Asinius Pollio fut en contact avec les communautés juives, très nombreuses en Italie. Il fut notamment le protecteur d’écrivains qui se sont penchés sur l’histoire du judaïsme, Timagène d’Alexandrie ou Alexandre Polyhistor. Lorsqu’Antoine a proposé au Sénat d’appuyer la royauté d’Hérode, le conseil lui aurait été donné par Asinius Pollio, ou par Messala. Lorsqu’Hérode, en 22, envoie ses enfants à Rome, ce n’est pas chez Auguste qu’il les loge mais chez Pollio, malgré l’invitation du prince. Par ailleurs Pollio aurait peut-être eu des biens en Égypte. Il existe en effet une propriété impériale qui avait appartenu à l’origine à Mécène et Pollio, ainsi que nous le révèle la transaction du papyrus SB XVI, 13017, daté de juillet 24 a.C. mais L. Capponi pense qu’il faut identifier ici Vedius Pollio et non Asinius, 2002, 181-184. Sur les autres propriétés d’Asinius Pollio, à Tusculum, au Pincio, en pays Marrucin, Shatzmann 1975, no 93.

211 La poésie et les tragédies ont occupé les moments d’otium de sa carrière : les hommages de Virgile, d’Horace (S, 1.10.85) et la réputation de ses tragédies en attestent. Ses prédilections littéraires, le néo-atticisme en rhétorique et la poésie néotérique, l’ont conduit à réaliser une synthèse originale, Néraudeau 1983, 1741-49. Sa retraite politique le conduit à un otium “sérieux et utile”, l’étude de l’histoire, Voisin 2001, 338 n 89. Les lectures publiques de ses œuvres étaient des événements mondains. Il ne fut sans doute pas le premier à user de ce procédé, mais il sut donner à ces spectacles une certaine solennité, en utilisant pour cela l’Atrium Libertatis, Dalzell 1955, 20-28. L’écriture des Historiae a sans doute commencé en 39 pour la collation des renseignements et s’est intensifié à partir de 35 quand Ateius Philologus a pu lui consacrer tout son temps (Suet., Gram., 10.6, Morgan 2000, 62). Les récitations, la composition d’une œuvre historiographique sur les guerres civiles, la construction d’une bibliothèque publique, l’ouverture de ses collections d’art, tout cela manifeste son intention de continuer à faire de la politique “par d’autres voies”, sur tous les terrains encore accessibles à l’aristocratie, p. 65-67.

212 Il critiqua assez vivement ses contemporains, Cicéron, Tite-Live, mais aussi Salluste, auquel il reprochait, semble-t-il, le vif contraste entre l’élévation morale dans l’œuvre historique et la dépravation de sa vie. Il aurait été, cependant, un admirateur sans réserve de Virgile, Grisart 1964, 477-488.

213 Gabba 1957, 317-339. D’après lui, l’Invectiva in Ciceronem, que la tradition manuscrite attribue à Salluste, serait un extrait d’une œuvre plus vaste qu’il faut rapprocher des discours de Q. Fufius Calenus (D.C. 46.1-28) et de celui de Calpurnius Piso, dans le troisième livre des Guerres Civiles d’Appien. Il est probable que la source d’Appien pour cela était simplement Pollio. Le champion d’Antoine était sans doute, chez lui, Piso. D’après Pelling 1979, 74-96, les vies de Pompée, Caton, Crassus, César, Brutus et Antoine auraient été préparées simultanément et guidées, largement, par l’œuvre historique de Pollio.

214 RE 2.2 (1896) s.v. “Ateius” no 2, col. 1902 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 373 ; Wiseman 1971, 215 no 51.

215 Il paraît tentant de le rapprocher de l’un des Ateii Capitones, notamment le correspondant de Cicéron, l’un des responsables de l’assignation des vétérans en 44 (RE no 7). Cependant aucun indice ne permet de le faire, Gabba 1970c, 64, à propos de 5.33.130. S’il s’agit d’un Capito, il est inscrit dans la tribu Aniensis, Taylor 1964, 194.

216 Deux homonymes apparaissent dans les sources de la période : un tribun de 55, qui s’opposa à la Lex Trebonia qui donnait les provinces de Syrie à Crassus et d’Hispanie à Pompée, D.C. 39.32.3, et le préfet ou légat de 44, chargé des assignations coloniales. Klebs suggère de les assimiler. L’ancien tribun, contraint à l’exil par le censeur Ap. Claudius Pulcher, Cic., Div., 1.29, aurait été pardonné dans le cadre de l’amnistie de 49 et se serait alors rangé dans le camp césarien.

217 Cic., Att., 16.16c. 3 du 10-11 juillet 44 et Att., 16.16f. 2 quelques jours plus tard. Comme dans toute lettre de recommandation qui se respecte, Cicéron rappelle sa familiarité avec Capito. Il utilise son truchement pour réconcilier Atticus et Plotius Plancus ; vaine démarche sans doute puisque l’affaire est reprise ensuite par la commission septemvirale, Deniaux 1988, 143-164.

218 RE 2.2 (1896) s.v. “Ateius” no 9, col. 1904-1910 (Klebs) ; PIR2, 260-261 no 1279. Tacite indique que son aïeul fut un centurion syllanien et son père, un personnage de rang prétorien (Ann, 3.75). Les fastes capitolins (CIL, XIV, 2963) précisent que le consul de 17 était fils et petit-fils de Lucius, ce qui exclut une parenté directe avec le no 7 et le no 8 ; cependant le choix des prénoms, l’alternance Caius/Lucius, montre qu’il s’agit de deux branches très proches.

219 RE 3.1 (1897) s.v. “Barbatius”, no 1 col. 2-3 (Klebs) ; Broughton MRR 2, 372, 462 ; MRR 3, 9 ; 1987, 34 ; Wiseman 1971, 217 no 64 ; PIR2, no 50. Cf. également, RE suppl. 1 (1903), col. 239, no 2, l’édile Barbatius Pollio (Münzer).

220 L’anecdote de l’esclave fugitif devenu préteur est citée par Ulpien, Dig, 1.14.3, “Barbarius Philippus” ; par Suidas, s.v. Barbios Phillipikos et chez D.C. 48.34.5, où le nom n’est pas cité.

221 Cic., Phil., 13.3.

222 App., BC, 5.31. Les renseignements d’Appien sont confortés en partie par une émission monétaire au nom de Barbatius : Crawford 1974, 525 no 1, 2, 3. Le droit représente une tête d’Antoine accompagnée de la légende “M. Ant(onius) imp(erator) aug(ur) IIIvir R(ei) P(ublicae) C (onstituendae). M. Barbat(ius) Q(uaestor) P (ropraetor).” ; Le revers : L(ucius). Ant(onius) co(n)s(ul) et l’effigie de Lucius Antonius. La datation ne pose aucun problème : ces pièces ont été frappées en 41, lorsque M. Barbatius Pollio était questeur propréteur sous les ordres d’Antoine.

223 ILS, 9261.

224 BMC Mysia, 103, no 84 = RPC I, 384-385, no 2261. Barbatius partage cette fonction avec Manius Acilius ; ils se font tous deux représenter par C. Vibius, sacerdos Caesaris, et Q. Barba(tius). Grant [1946] 1969, 249, propose cette identification qui est acceptée par le RPC, cependant avec une date légèrement postérieure plutôt 27 que 29 a.C. Q. Barba(tius ?) serait soit un parent soit un affranchi de Barbatius.

225 ILS, 9261 ; PIR2, 352, no 50.

226 Il semble préférable de mentionner ce personnage sous le nom qu’il reçoit chez Élien, parvenu par Suidas, qui est le seul à exposer cette affaire en détail et à la relier au parti antonien.

227 Broughton, dans un premier temps, identifie Philippus et Pollio (MRR 2, 373 et 462) mais se ravise (MRR 3, 9 et MRR 4, 34). Klebs, RE, no 1 et Grattarola 1990, 119 et 148 n. 22, font aussi cette confusion. Cf. Syme 1939b, 543 n. 54.

228 Ulp., Dig., 1.14.3, “Barbarius” et chez D.C. 48.34.5, où le nom n’est pas donné.

229 D.C. ibid. cite les deux affaires en même temps et compare les deux cas.

230 RE suppl. 8 (1956) s.v. “Pomponius” no 102, col. 503-526 (R. Feger) ; Nicolet 1974, 990 no 283.

231 Nep., Att., 1.1.

232 Nicolet 1974, 989 et Demougin 1992, 33.

233 Il est l’interlocuteur de la correspondance mais, surtout, le sujet de la biographie de Cornelius Nepos, dont la seconde version a été composée sans doute peu avant 27, Geiger 1985, 85.

234 Nep., Att., 9.4-5.

235 Nep., Att., 8.6.

236 Stem 2005, 115-129 attire l’attention sur la place singulière que cette biographie conserve dans le recueil de Nepos : c’est le seul personnage contemporain. Le thème principal qui s’y trouve développé est celui de l’amitié, valeur qui résume Atticus, puisque celui-ci ne fait pas de cursus. La défense des familiares Antonii, et ensuite, en retour, sa propre sauvegarde par des amis d’Antoine, ainsi que ses intercessions pour ses amis sont amplement développées pour étayer cette thèse. Une période tout à fait caractéristique est celle de 49 à 42 où Atticus concilie les contraires. Mais jusqu’au bout, son amitié aussi bien avec Antoine qu’Octavien, le fait qu’il réponde à leurs préoccupations politiques par des réflexions neutres sur la langue ou l’histoire et le récit de sa mort à la veille de la confrontation finale révèlent la volonté de Nepos de faire d’Atticus le paradigme de la primauté de l’amitié sur l’engagement et du privé sur le public. En fait, les intentions de l’auteur ne sont probablement pas aussi simples que Stem ne le montre. Amerio 1991-1992, 5 rappelle que la biographie a été écrite entre 35 et 33 et réécrite entre 32 et 27, dans un contexte d’intense propagande. M. -L. Amerio la replace dans la composition des Duces, œuvre qui selon elle trahit la vis polemica surtout dans les vies inspirées de l’histoire ancienne, où elle relève des allusions anti-antoniennes, p. 19-22. La biographie d’Atticus doit être réexaminée à cette lumière : sous couleur de défendre la neutralité, elle permet à Nepos d’exalter la résistance pacifique face à la proscription et à la persécution des élites dont la responsabilité principale revient aux Antoniens, p. 6-7.

237 Nep., Att., 9.1-2.

238 Sur le réseau des relations d’Atticus, Perlwitz 1992, 86-139.

239 Cic., Fam., 8.2 et 3 Il entretient aussi des relations avec Q. Terentius Culleo, Cic., Att., 3.15.5 ; 8.12.5

240 Nep., Att., 2, 1.

241 Nep., Att., 9, 7.

242 Nep., Att., 10.1 et 4.

243 Nep., Att., 10.2.

244 Nep., Att., 12.3-4.

245 Nep., Att., 12, 1-2. Sur les circonstances et les motivations de ce mariage, qui se déroule probablement vers 43, Roddaz 1984, 81-84. À plusieurs reprises, à la suite de négociations, Antoine a donc favorisé des mariages qui réunissaient les deux partis ; ainsi, après Tarente, il a annoncé les fiançailles d’Antonia, nièce d’Octavien, avec l’Antonien Ahenobarbus.

246 Antoine l’informait avec régularité de ce qu’il faisait, Nep., Att., 20.4 ; tandis qu’Octavien lui écrivait quotidiennement, Nep., Att., 20.2.

247 Le 31 mars 32, Nep., Att., 22.3.

248 Jones 1999, 89-94. Atticus accepta plusieurs délégations non militaires, sans pour autant se rendre dans la province où il avait été nommé, Nep., Att., 6.4 ; Nicolet 1974, 434-439, surtout 436. La base de statue (AE 1991, 1503) fut publiée la première fois par Büyükkolanci & Engelmann 1991, 142 no 8. Le dédicataire a été identifié, dans un premier temps, à un autre Atticus connu par des inscriptions de Tuder (Todi), CIL, XI, 4650-4653, ILS 2230. Ce chevalier romain fut tribun militaire, préfet chargé de l’approvisionnement, patron et quinquennal de la colonie, déduite après Actium, pour y lotir les vétérans de la légion XXXXa (Demougin 1992, 53-54 no 39). Jones pense que les deux Atticus peuvent être des parents, respectivement père et fils adoptif, même si aucune source n’atteste explicitement une adoption, p. 93-94. Il est effectivement tentant de voir dans le patron de la colonie le beau-frère d’Agrippa. Cette solution historiquement intéressante, demeure hautement aventureuse : il y avait certainement plus de deux Caecilius Atticus dans l’ordre équestre dans la seconde moitié du premier siècle.

249 RE 3.1 (1897) s.v. “Caecilius” no 70 col. 1203 (Münzer) ; Glauning 1936, 14 ; Broughton MRR 3, 10 ; Schör 1978, no 19.

250 App., BC, 4.42 ; ce qui montre qu’il était un partisan d’un certain rang.

251 Syme [1939] 1967, 257, estime qu’il échappe à toute identification. Il est nommé seulement Metellus par Appien. Broughton MRR 3, 10, retient la thèse de Mommsen (RE no 78 Münzer).

252 Cic., Att., 2.1.1.

253 CIL, X, 7581, (C) aecilius M. f. M (etellus). pr. urb. procos. Sardiniae.

254 RE, no 75, Münzer ; Cic., Att., 11.4.8 et 11.7.2.

255 RE 3.1 (1897) s.v. “Caelius” no 14, col. 1256 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 322.

256 Cic., Phil., 13.3.

257 Cic., Phil., 13.26.

258 Plut., Ant., 65.1 ; Münzer, RE, no 14.

259 RE n. v.

260 On lui attribue l’inscription CIL, VIII, 26 274, d’Uchi Maius qui indique qu’il a réparti les terres entre les colons et les habitants d’Uchi Maius. Ce rapprochement a été opéré par Broughton, 1929, 279-282. Mais la question continue de susciter de l’intérêt comme en témoignent les travaux de Luisi 1975, 24-56, Gascou 1984, 105-120, Allely 2000, 44-47.

261 Cic., Cael., 76.

262 Allély 2004, 198-201, reprend les conclusions de Fishwick 1994, 57-80 et pense que c’est par le biais de cette préfecture que Phileros sous la conduite de Lépide aurait mené à bien ces opérations. Mais cette fonction paraît strictement fiscale.

263 RE 3.1 (1897) s.v. “Caerellius” no 2, col. 1283 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 480 ; Wiseman 1971, 219 no 81.

264 Sa tribu, Quirina, nous est donnée par l’inscription, ce qui empêche a priori de le relier avec C. Caerellius Sabinus, légat sous Commode, dont le fils a pour tribu l’Oufentina. Mais, la polynomie de ce dernier permet de supposer qu’il n’est peut-être pas inscrit dans la tribu de son père. Malgré la séduction qu ‘ exercent ces arguments, avancés par Wiseman, cette parenté reste douteuse, de même que les éventuelles racines sabines du personnage.

265 Ces dates demeurent inconnues, mais sont nécessairement antérieures à 31. L’accomplissement de ce cursus dut néanmoins demander une dizaine d’années, ce qui permet de supposer que Caerellius demeura dans les rangs antoniens de 43 à 31.

266 RE 3.1 (1897) s.v. “Caesennius” no 6, col. 1307 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 311 ; Wiseman 1971, 219 no 82.

267 Syme 1964, 113, rappelle que Cicéron redoutait d’emprunter la via Cassia, car elle traversait, au delà de Sutrium, le domaine de Caesennius. En ce lieu, s’étend l’Ager Tarquinensis. Syme rappelle, en outre, que ce nomen est bien attesté en Étrurie (CIE, 5526, CIL, VI, 13937 ; Cic., Caec., 10).

268 D.C. 43.40.2 ; Oros., 6.16.9. Mais il nomme, à tort, la victime Sextus et non pas Cneius Pompée ; voir aussi Flor., Epit., 2.13.86.

269 Cic., Phil., 12.23.

270 Cic., Phil., 11.3 ; 12.20 ; 13.2, “ennemi de la paix” ; 13.37.

271 Cic., Phil., 12.23 indique, en outre, que Lento se trouvait sans doute chez lui, ou près de chez lui, en Étrurie, animé d’intentions hostiles, du moins Cicéron feint-il de le croire. Selon lui, il poursuivrait son activité de septemvir ; cependant, la commission étant dissoute, il ne peut s’agir que de promesses aux vétérans pour les enrôler dans l’armée d’Antoine.

272 App., BC, 4.27.115.

273 Hinard 1985b, no 27, incline à assimiler le proscrit Caesennius à Lento, mais précise que Klovekorn estimait qu’il était impossible d’identifier ce personnage, alors que Ribbeck 1899 et Groebe 1893, 470 pensaient qu’il fallait l’identifier à C. Caesennius Philo qui, en 52, s’opposa à Sex Clodius (RE no 11). On peut aussi penser qu’il s’agit d’un parent de l’Antonien.

274 N. v. in RE ; Broughton MRR 2, 352 ; Wiseman 1971, no 89 p. 219

275 Cic., Phil., 8.26 (et 10.22, ainsi que 11.12).

276 Cic., Phil., 11.12.

277 Broughton MRR 2, 332-333, l’admet.

278 Cic., Phil., 8.26, 10.22 ; 11.12.

279 Cic., Phil., 10.22.

280 Cic., Phil., 11.12 : “cum hoc veteranus Cafo, quo neminem veterani peius oderunt”.

281 Cic., Phil., 13.25-26.

282 Syme [1939] 1967, 520 n. 4.

283 RE 3.1 (1897), s.v. “Calpurnius” no 24, col. 1367 (Münzer) ; Broughton 1952, 189 ; MRR 3, 12.

284 Les Calpurnii Bestiae sont peut-être une branche proche de la famille des Pisones, avec laquelle ils eurent des affinités politiques à la génération précédente, c’est ce que suppose Hofmann-Löbl 1996, 90, 97. Mais cela demeure une conjecture qu’aucune source antique ne confirme directement, voir sur ce point la réponse de Dondin-Payre 1998, 239-240.

285 L. Calpurnius Bestia comptait d’ailleurs, parmi ses parentes, une Calpurnia, fille d’un Calpurnius Bestia (peut être une tante ?) qui était l’épouse d’Antistius, victime des partisans de Marius, en même temps que M. Antonius, grand-père du triumvir, Vell. 2.26.3 ; RE 3.1, s.v. “Calpurnius” no 125, col. 1406, (Münzer).

286 Cic., Phil., 13.2.

287 Cic., Phil., 12.20.

288 Cic., Phil., 13.26.

289 Cic., Phil., 11.11.

290 Répertorié par Münzer, RE 3.1 (1897) no 24, col. 1367 ; Broughton MRR 2, 174, émet l’hypothèse d’un rapprochement.

291 Cic., Sest., 11 ; ad Brut., 1.17.1 ; Sall., Cat., 17.3 ; 43.1 ; Plut., Cic., 23. l ; Schol. Bob., 82 et 127.

292 Broughton MRR 3, 12.

293 Cic., Cael., 26 ; Q. fr., 2.3.2.

294 Gruen 1971, 54-69, et surtout, 67.

295 RE 3.1 (1897) s.v. “Calpurnius” no 27, col. 1367-1368 (Münzer) ; Glauning 1936, 11 ; Broughton MRR 2, 411 ; Hinard 1985b, 441-442, no 29.

296 La branche des Bibuli n’est attestée qu’à partir du cos. de 59 et ses liens avec les Calpurnii existants demeurent inconnus, Hofmann-Lobl 1996, 187. Le rival de César est peut-être le premier à atteindre le consulat, mais sa carrière rapide laisse entendre que la famille était déjà bien implantée au sénat (Syme 1987, 193).

297 La généalogie des Calpurnii Bibuli reste une question débattue. L’hypothèse selon laquelle Lucius serait le survivant des enfants de Porcia et de Bibulus, (Hinard 1985b, 441-442, qui suit sur ce point Drumann & Groebe 1919, 209-210, n. 12) se heurte à un problème de chronologie, Porcia, née au plus tôt en 72 n’a été nubile que vers 60, alors que Bibulus est né sans doute vers 68. Syme 1987, 193-204, suppose que L. Calpurnius serait le troisième fils d’un premier mariage du consul de 59. Il en aurait eu deux autres fils, plus âgés, qui moururent assassinés à Alexandrie en 51 (V. Max. 4.1.15). C’est pour Lucius, le futur Antonien, que le consulaire briguait l’augurat en juin 50 (Cic., Fam., 2.16.6 ; Att., 6.5.3). On sait que Porcia a donné deux enfants à Bibulus (Plut., Cat., 25.4) un seul a survécu, puisqu’en 45, lorsque Porcia épouse Brutus, elle n’a plus qu’un fils, Bibulus, qui fut le mémorialiste de Brutus (Plut., Brut., 13.3 et 23.7). Il y aurait donc deux Bibuli au moment des guerres civiles, ce qui explique le pluriel par lequel Cicéron les désigne (ad Brut., 1.14.1).

298 Cic., Att., 12.32.2. C’est sans doute à Athènes qu’il se lia à Horace, qui le mentionne parmi les amateurs éclairés de poésie du parti antonien (S, 1.10.86).

299 Cic., ad Brut., 1.7.1-2. Bibulum, tantum iam uirum ex quanto potest euadere qui nostris fautorum respondeat laudibus. C’est pourquoi il est préférable de supposer qu’il s’agit de Bibulus, le futur préteur et non son demi-frère le mémorialiste, mais ce n’est pas totalement assuré. De toute manière, cette élection est reportée, ad Brut., 1.14.1.

300 App., BC, 4.104.

301 App., BC, 4.136, qui note que Bibulus et Messala furent choisis en fonction de leur rang.

302 App., BC, 4.38.

303 Cette magistrature a été déduite d’une monnaie émise par Bibulus, avec le titre praetor designatus, qui s’apparente à deux autres monnayages, ceux d’Atratinus et de Capito. Comme les monnaies de Capito indiquaient qu’il était préfet de la flotte, Bahrfeldt 1905, 9-56, a supposé que cette émission, dite des préfets de la flotte, concernait les légats qu’Antoine avait prêtés à Octavien en 37, pour la guerre de Sicile. Cette déduction a été suivie par Grueber, Grant et adoptée aussi par Broughton. Cependant, cette hypothèse, sur laquelle Martini avait émis des doutes (1985, 9-55 ; 1986, 37-75 ; 1987, 69-100), a été radicalement remise en question par Amandry, 1986, 73-104 ; 1987, 101-135 ; 1990, 65-91 et reprise par le. RPC I, no 4088-4093 et p. 284-286. Il constate des différences stylistiques importantes, qu’il n’y a pas de coin de droit commun à ces trois émissions monétaires et enfin que les lieux de découverte sont situés dans des régions fort distantes. En effet, aucune monnaie de Bibulus n’a été trouvée hors de Syrie ou de Chypre, alors que celles de Capito et d’Atratinus restent confinées à la Grèce et à la Crète. On ne peut en retirer aucune preuve que Bibulus ait été un des préfets de la flotte sicilienne. Mais ce n’est pas impossible cependant car il se peut que Bibulus ait fait partie des contingents qu’Octavien lui rétrocède après Nauloque. Cela expliquerait qu’il soit porteur d’un message, lié aux conséquences de la victoire sicilienne.

304 App., BC, 5.132.

305 Hor., S, 1.10.86. Une certaine Domitia Bibuli Cn. f. est connue grâce à l’épigraphie, CIL, VI, 9523 = ILS, 7399 ; PIR2 D 170. Syme 1987, 201 et n. 52-53, suppose qu’il faut voir en Domitia Calvina, fille de Bibulus une fille de ce mariage (CIL, VI 16 988 ; PIR2 D 173). Elle aurait épousé M. Iunius Silanus, cos. 19 p. C. ; une fille serait née de cette union Junia Calvina. Cette théorie est acceptée par Raepsaet-Charlier 1987, 282-283 no 321.

306 En effet, ces pièces, émises par divers ateliers orientaux, Séleucie ou Tripolis, on ne sait, appartiennent à un même ensemble, un système cohérent, voulu par Antoine pour créer en Orient un monnayage divisionnaire de caractère romain à types fixes, qui annonce le système adopté plus tard par Auguste. Il reste cependant un problème chronologique à résoudre. Alors que les monnaies d’Atratinus ont été émises en 37 et avant 34. Bibulus n’était pas gouverneur de Syrie. Il faut donc supposer qu’il a repris entre 34 et 32, pour ce monnayage, des types en usage en 37.

307 Syme [1939] 1967, 269.

308 RE suppl. 3 (1918), s.v. “Calpurnius” no 73a, col. 230 ; Broughton MRR 2, 352.

309legatus Antoni”, Cic., Phil., 10.13.

310 Ni Broughton (MRR 2, 352), ni Münzer, dans la RE, ne l’identifient avec un personnage déjà connu. Les Pisones rayonnent en plusieurs branches reconnaissables à leurs surnoms additionnels sans que l’on puisse les relier clairement, Hoffmann-Lobl 1996, 157 et 187 et Dondin-Payre 1998, 240-241.

311 RE 3.1 (1897) s.v. “Calpurnius” no 90 col. 1387-1390 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 193 et 247, Hoffman-Lobl 1996, 157-186.

312 La mère de Calpurnius était originaire de Placentia (Cic., Pis., 14 ; Asc., Pis., Frgts, 13-15.). Les Capurnii eux-mêmes sont probablement issus de la région du cours moyen du Tibre, zone de rencontre entre les influences étrusques et sabines (Forsythe 1990, 293-298). En effet, si le nom de Calpurnius semble bien, en lui même, d’origine étrusque (les mentions onomastiques les plus anciennes proviennent de cette contrée, CIL, XI, 7722), cette gens a toujours revendiqué des origines sabines (les Calpurnii prétendaient descendre de Numa Pompilius ; de plus, le fragment 7 de l’annaliste, L. Calpurnius Piso, consul en 133, permet de supposer une connaissance approfondie de ce pays). Ils entretiennent, en outre, de durables relations de clientèle avec Capoue (Cic., Pis., 25). Ils sont inscrits dans la tribu Menenia (Taylor 1964, 200, se fondant sur Jos., AJ., 14, 220), ce que confirme la découverte d’urnes funéraires de la nécropole des Calpurnii près de la porte Colline (CIL, VI, 31 721 ; 31 727 ; 1268 ; 1276).

313 Le premier magistrat de la famille, Caius Calpurnius Piso, fut préteur urbain en 211 (RE no 61), le premier consul fut, semble-t-il, son fils C. Calpurnius Piso (RE no 62), en 180. Ils appartiennent donc à cette catégorie de familles nobles qui apparaissent au lendemain de la seconde guerre punique, comme les Domitii Ahenobarbi ou les Porcii Catones, par exemple.

314 Il semble avoir eu pour épouse Rutilia, fille de Rutilius Nudus, légat d’Aurelius Cotta en 74 et peutêtre d’une Licinia, parente de Crassus le triumvir. Il serait entré en possession par ce biais d’une maison sur le flanc nord du Palatin qui se serait ajoutée à ses propres biens, situés sur le Caelius, Palombi 1994, 50-56.

315 Cic., Pis., 2 ; Broughton MRR 2, 128.

316 Cic., Pis., 1-2 ; Broughton MRR 2, 162.

317 Cic., Pis., 1-2 ; Broughton MRR 2, 179.

318 CIL, I2, 1, 2512 ; 2, 756, 919, 920, 963, 2500, 2512 ; InscrIt XIII, 1, fast. cap., 56 sq. ; Caes., Gal., 1.6.4 ; Plut., Pomp., 48.3 ; Cat. Mi., 33.4 ; Caes., 14.4.5 ; App., BC, 2.14 ; D.C. 38, index ; 38.9.1 ; 38.13.2 ; Chr. 354 ; Fas. Hyd. ; Cassiodore ; Broughton MRR 2, 193.

319 Broughton MRR 2, 248-249 ; Suolahti 1963, no 175, p. 486-490.

320 Plut., Caes., 9.1 ; Pomp., 47.4 ; Suet., Jul., 21 ; App., BC, 2.14 ; D.C. 38.9.1. Malgré une rumeur de divorce en 54 (Suet. 27), elle demeura son épouse jusqu’à sa mort, Vell. 2.57.2 ; V. Max. 1.7.2 ; Plut., Caes., 12.2 ; Suet., Jul., 81 ; App., BC, 2.115 ; D.C. 44.17.1 (où elle n’est pas nommée) ; Obseq. 57 ; Zonar. 10.11.

321 Suet., Jul., 22.

322 Cic., Sest., 18 ; 24-25 ; 32-33 ; 53-55 ; 69-70 ; Sen., 72 ; 77 ; Dom., 55 ; 66 ; 70, 124 ; Planc., 86-87 ; Pis., 14 sq. ; Asc., Pis., 7c ; 9 ; Plut., Cic., 31 ; D.C. 38.30.2.

323 Cic., Pis., 28 ; 37-38.

324 Shatzman 1975, no 107. Calventia, sa mère, était la fille d’un negotiator et praeco très fortuné de Placentia. De ce côté de la famille proviennent, sans doute, les biens que possédaient les Pisones dans la région de Pola (ILLRP, 423-424 ; Cic., Pis., 92). Il possédait, à Rome, une villa sur le Palatin et, peut-être, une autre sur le Caelius (Pis., 61 ; Shatzman 1975, 314 n. 188 ; Palombi 1996, 54). L’attribution des propriétés de Tibur (CIL, I2, 818) et d’Herculanum reste hypothétique, même si son influence sur la villa des Papyri est globalement acceptée. Il hérita, d’autre part, de la propriété d’un certain Herennius (Cic., Att., 13.6.2).

325 Cic., Fam., 8.17.1 ; Plut., Pomp., 58.4 ; D.C. 40.63.5 ; Suolahti 1963, 488-489.

326 Caes., Civ., 1.3.4 ; Cic., Fam., 14.14.2 ; Att., 7.13.1 ; D.C. 41.16.4.

327 Cic., Att., 15.26 ; Beaujeu 1988, 224, souligne que L. Piso ne peut être, à la fois, l’adversaire d’Antoine au Sénat, le 1er août 44, et son allié en juillet.

328 Ces notes lui ont été remises par Calpurnia, soit spontanément, soit sur son ordre, App., BC, 2.125 ; Syme [1939] 1967, 98.

329 Appien prétend, à tort, que L. Calpurnius Piso était le dépositaire du testament, alors que celui-ci avait été confié aux Vestales, cependant il devait être le fidéicommissaire de la succession, ce qui expliquerait, d’une part, l’erreur de l’historien, d’autre part, le respect pointilleux avec lequel Piso défend les dernières volontés du dictateur.

330 App., BC, 2.135-137.

331 App., BC, 2.143.

332 Cic., Att., 15.26 (2 juillet 44, Arpinum). Cette démarche peut s’expliquer, bien sûr, par sa volonté de prendre ses distances à l’égard d’Antoine. Nombre de sénateurs, après la séance du premier juin 44, tentent d’obtenir, sous divers prétextes, des ordres de mission qui les autorisent à s’absenter de Rome et, donc, les dispensent de cautionner, par leur présence au Sénat, des décisions qui leur répugnent. Cependant, cela n’apparaît conforme, ni au caractère, ni à la conduite de Piso durant le reste de l’année.

333 À vrai dire, les raisons de son différend avec Antoine semblent plus personnelles. En fondant une seconde colonie à Capoue (Cic., Phil., 2.100), ce dernier lèse ses intérêts. En effet, Piso fut le duumvir de la première communauté en 59 et son patron (Cic., Pis., 25).

334 Cic., Att., 16.7.5-7 et Fam., 12.2.1 (19 sept. -20 oct. 44) à Cassius Longinus. Il souligne que, désormais, Piso craint de paraître au Sénat, de peur que Marc Antoine ne soit à l’affût de la première provocation pour ordonner un massacre. Cette assertion semble très exagérée, puisqu’un mois plus tard Antoine confie sa famille à ce même Piso.

335 Cic., Phil., 12.1 et App., BC, 3.50.

336 Cic., Fam., 12.4.1 (2 février 43) à Cassius Longinus.

337 Cic., Phil., 12.2.3, 14.18. Cicéron souligne, à plusieurs reprises, qu’Antoine verrait en Piso un ami intime “ familiarem” (12.14).

338 App., BC, 3.54-61. Appien donne ici le texte d’une longue réfutation des Philippiques qui n’est pas sans rappeler celle prêtée à Fufius Calenus par D.C. 46.1-28.

339 Syme [1939] 1967, 191 ; Suolahti pense que le silence des sources s’explique par son décès. Ce n’est pas obligatoire, car, durant les mois terribles de cette année là, le nom de la plupart des sénateurs importants disparaît des textes. On ne saurait conclure à une hécatombe, d’autant plus que certains réapparaissent par la suite. L’explication, sans doute complexe, tient, en majeure partie, au trépas de Cicéron, qui prive les historiens, antiques et modernes, d’un commentaire continu des débats politiques contemporains. Ne demeurent pour écrire l’histoire de la fin de la guerre civile que les mémoires des lieutenants des triumvirs qui, bien souvent, préfèrent le glaive à la toge.

340 Dondin-Payre 1998, 242, souligne l’importance de ce personnage et de sa famille à la fin de la république et sous les Julio-Claudiens. Calpurnius Piso apparaît avant tout comme un Césarien qui ne défend Antoine que dans la mesure où il respecte la mémoire du dictateur, et il est probable qu’il s’est allié très vite au jeune César, dès le début du triumvirat, peut-être.

341 RE 3.1 (1897) s.v. “Calvisius” no 13, col. 1411-1412 (Münzer) ; Glauning 1936, 5 ; Broughton MRR 2, 386 ; MRR 3, 13 ; Wiseman 1971, 221 no 96 ; PIR2, no 352.

342 Il est le premier consul à arborer un gentilice s’achevant par “ isius”, donc non latin. L’inscription ILS, 925 (Spolète) se rapporte à lui, Syme [1939] 1967, 544 n. 75, suivi par Broughton MRR 3, 13. Peut-être est-il inscrit dans la tribu Clustumina, à laquelle Taylor le rattache, 1964, 201.

343 CIL, IX, 414, Canusium, se rapporte peut-être à son fils ou à son petit-fils.

344 Sa filiation, “Caii Filius”, figure sur l’inscription de Spolète et l’inscription grecque citée à la note suivante.

345 Honorée dans l’inscription attique IG II/III2, 4111.

346 App., BC, 5.80 ; 5.81-88 ; 5.96 ; 5.102 ; D.C. 48.46.5 ; 48.54.7.

347 Plut., Ant., 58-59.

348 Ganter 1892, 17.

349 Cf. miliaires de la via Latina, CIL, VI, 6895, 6897, 6899, 6900, 6901, qui font référence aussi à la réfection de cette artère, ainsi que Suet., Aug., 30.1.

350 Caes., Civ., 3.34.

351 Caes., Civ., 3.35. Confondu, à cette occasion, avec Cn. Domitius Calvinus, App., BC, 2.60.

352 Broughton MRR 2, 295, reprenant Sternkorn 1912, 328-388.

353 Les trois légats, Venuleius, Latinus et Horatius, continuèrent leur mission et Cornificius négociait encore difficilement avec eux en mars 43 (Cic., Fam., 12.30.7). Sur la revendication de cette province, Gsell 1930, 184-186.

354 Nic. Dam. 26.96.

355 ILS, 925 : “Pietati (C.) Calvisi C. F. Sabini”.

356 App., BC, 4.53.

357 Cic., Phil., 3.21 et Fam., 13.25.

358 Le débat du Sénat menaça de mal tourner pour lui, puisqu’un blâme fut proposé. Mais Pansa, consul et césarien modéré, détourna le danger. La lettre datée du 19 mars atteste qu’il était encore à Rome alors ; de même, la lettre Fam., 13.26, écrite peu après.

359 Plut., Ant., 58, 9-11 ; il faut reconnaître que ces arguments ridicules prêtaient à sourire, Syme [1939] 1967, 270.

360 RE 3.2 (1899) s.v. “Canidius” no 2 col. 1475-1476 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 378 ; Wiseman 1971, 221 no 98.

361 Il est même retenu, avec Saxa et Ventidius, comme l’un des exemples les plus scandaleux de novitas (Sen. Rh., Suas., 7.3).

362 Réputation qu’il convient de réexaminer et de relativiser, Ferriès 2000, 413-430 ; même si une première interprétation du Papyrus Bingen, 45 a pu accréditer l’accusation de corruption, van Minnen 2000, 29 ; mais le commentateur est revenu, de lui-même, sur cette assertion, van Minnen 2001, 79.

363 Plut., Cat. Mi., 37.1-6 et Brut., 3.1-4. Il y a, de plus, une contradiction entre les deux versions car, dans la première, Canidius apparaît incorruptible, au contraire de la seconde, où sa probité est douteuse.

364 Syme [1939] 1967, 544 n. 78, inclinait pour cette solution, mais sans trancher définitivement la question. Il n’y a pas d’impossiblité majeure. Si l’on accepte cette hypothèse, l’anecdote de Plutarque donne alors une indication sur l’âge de Canidius. Ce légat, de rang modeste, doit avoir un peu plus de 30 ans en 58, cela signifie qu’il est né vers 90 ; il est donc approximativement de l’âge de Ventidius Bassus.

365 Münzer, RE, no 1.

366 Le nomen apparaît seulement chez la sorcière Canidia qui a fait couler beaucoup d’encre. Herrmann 1958, 665, est revenu sur l’hypothèse d’une parenté entre les deux personnages, mais il incline pour un masque pour une personne réelle, Caecilia, peut-être ; sur cette question en général, Ferriès 2000, 414-419.

367 Cic., Fam., 10.21.4.

368 App., BC, 5.50, (sous le nom de Crassus) mais l’identification ne soulève aucune objection : Gabba 1970c, 84 n. 208 et 1970a, 215-222.

369 InscrIt XIII, 1, Fast colot. 273-275 ; Biond. 291 ; Mag. vic. 282 ; ILS, 9338,3, Fast sacerd. l. 8.

370 Vell. 2.76.2-3.

371 Argument qui appelle la prudence : Dion Cassius indique qu’après les accords de Brindes les consuls ordinaires reçurent l’honneur de choisir leurs suffects 48.35.2, mais il place cette assertion dans le récit de l’année 39, aussi n’est-il pas absolument certain que cela concerne déjà Asinius Pollio.

372 Str. 11.35 ; Plut., Ant., 34.10 ; D.C. 49.24.1. Canidius, reprenant un itinéraire de Pompée, a sans doute emprunté un chemin partant d’Artaxata vers le nord, longeant le lac Sevan, puis s’est dirigé vers les hautes terres des Iberi. De là, il est passé par la Cambysène, en suivant la haute vallée du Cyrus, pour envahir le territoire des Albans, Sherwin-White 1984, 197. Plutarque coordonne cette campagne avec celle de Sosius, en 38-37, tandis que Dion parle d’une campagne d’hiver, qu’il ne situe pas précisément. Ces opérations se déroulent probablement durant l’année 37, en lien direct avec la campagne d’Antoine contre les Parthes, Sherwinn-White 1984, 307. Il paraît très probable que Canidius et ses quatre légions aient hiverné en Arménie.

373 Winsemann-Falghera 1988, 35-38, pl. 13, suggère qu’il a pu gouverner Chypre et la Cyrénaïque entre la fin de l’année 37 et le début du printemps 36, en se fondant sur le témoignage d’une émission monétaire dont nous ne possédons que quelques exemplaires, de diffusion très limitée. Il s’agit d’une série de bronzes, de poids variable, avec, selon les pièces, une légende grecque ou une légende latine, indiquant un nom CRAS/KRAS, manifestement le cognomen d’un magistrat romain, Crassus. Ni la légende, ni les symboles ne désignent clairement l’autorité qui a ordonné la frappe (Robinson 1927, 206 et 207 et no 24 à 26). Cette série monétaire ressemble à la frappe de Lollius, qui présente les mêmes caractéristiques p. 213 et no 3-23. Ces pièces ont été émises en Crète et en Cyrénaïque, probablement entre 37 et 34 sous la responsabilité des légats d’Antoine. L’identification avec P. Canidius Crassus paraît, en revanche, très improbable. En effet, se pose un problème d’ordre chronologique : quand placer le commandement de P. Canidius en Crète et Cyrénaïque ? E. Winsemann-Falghera le situe entre fin 37 et le printemps 36. P. Canidius aurait donc exercé un commandement en Cyrénaïque entre l’expédition d’Arménie et la guerre parthique. Pourquoi le faire revenir des confins de l’Arménie, avec probablement ses quatre légions, pour qu’il reparte quelques semaines plus tard vers la Syrie ? En outre, les nombreuses variations du poids des pièces laissent supposer diverses dénominations et donc une série monétaire complète, ce qui est incompatible avec un gouvernement bref. Une dernière constatation nous conduit à rejeter cette identification : aucun des autres légats, ni Lollius Palicanus, ni L. Pinarius Scarpus, n’avait le rang consulaire, à notre connaissance et l’intérêt stratégique de cette province était inexistant du point de vue de la guerre parthique. Il n’y a donc pas de raison que celui-ci se soit privé d’un de ses meilleurs légats pour un objectif secondaire, Ferriès 2000, 422-424. En revanche, il semble plus raisonnable d’attribuer ce monnayage à P. Licinius Crassus, Grant [1946] 1969, 57-58.

374 Plut., Ant., 42.6.

375 Plut., Ant., 56.1.

376 Plut., Ant., 56.4. En ce qui concerne la présomption de vénalité, il faut faire crédit à Plutarque de ce qu’il est généralement bien renseigné sur les réalités de la cour d’Alexandrie. Cette accusation est souvent reprise pour ce parti : Cléopâtre aurait acheté, si l’on en croit les sources, pratiquement tout l’entourage d’Antoine (Athenedor. Tars, 4.147 sq. = Jacoby, FrGrHist 2, B, no 192, 927-928). Plut., Ant., 51.2 ; D.C. 49.31.4). Ces pratiques étaient courantes dans les élites romaines : Octavie, lorsqu’elle se proposa de rejoindre son mari, en 35, apportait des présents pour tout son entourage (Plut., Ant., 533 ; Vell. 2.83.2). En fait, il existait de bons arguments pour défendre la cause de la reine et l’appât du gain n’est probablement pas l’unique explication du comportement de Canidius : il pouvait alléguer l’aide financière et militaire de l’Égypte, la valeur politique et stratégique de la souveraine. Il convient d’ajouter que Canidius n’était probablement pas retourné à Rome depuis de longs mois et n’avait pas été directement le témoin de l’efficacité de la propagande d’Octavien.

377 Ce papyrus provient du cartonnage d’une momie d’Abousir-el Melek, qui a réemployé des documents d’époque ptolémaïque. Il a été édité par P. Sarischouli dans une série de papyrus en l’honneur de Jean Bingen, Sarischouli 2000, 214-222. Certains passages sont d’une lecture difficile, ce qui a suscité de nombreuses controverses, qui ne sont pas achevées. Ce texte est une ordonnance royale du 23 février 33, qui exempte un citoyen romain, sans doute propriétaire de domaines en Moyenne-Égypte, des droits de douane sur l’exportation de dix mille artables de blé et sur l’importation de cinq mille amphores de vin, et qui interdit toute réquisition de ses tenanciers. P. Van Minnen, dont la lecture a rendu tout son sens au texte (2000, 29-34), a identifié le propriétaire dont le nom est amputé et pratiquement illisible (2001, 75) avec P. Canidius Crassus, ce qui prouverait la corruption, selon lui, et a vu dans la souscription finale la signature de Cléopâtre (2000, 29). Ultérieurement, l’auteur a apporté d’autres arguments et nuancé l’affirmation de haute trahison (2001, 79) : il s’agirait moins de “dessous de table” que de récompenses pour une action, en Arménie, qui avait été fructueuse pour la couronne égyptienne ; cependant, cela engage tout de même Canidius pour l’avenir, car ces prérogatives ne valent que tant qu’il reste un ami. Mais, ces hypothèses sont combattues. L’annonce sensationnelle d’un autographe de Cléopâtre a suscité l’incrédulité pour de solides raisons (Morelli 2002, 314-315). Par ailleurs, Zimmermann 2002, 134-135, lit à la ligne 3 Kack et non Kan et propose d’identifier le bénéficiaire avec Q. Cascellius Geminus, patron et évergète à Caunos.

378 Plut., Ant., 56.6.

379 Plut., Ant., 63.6-7.

380 Plut., Ant., 65.3.

381 Plut., Ant., 67.8.

382 Vell. 2.85 et Plut., Ant., 65.5.

383 Plut., Ant., 71.1.

384 Oros. 6.19.20.

385 Vell. 2.87. Professio est sujet à deux interprétations : celle de Syme, retenue ici et celle de Portulapi, qui lui donne le sens de “déclaration publique”. On ignore, de toute façon, quelle était la profession de foi de Canidius. Peut-être la fidélité à Antoine ? Il est alors intéressant de constater qu’Orose précise que Publius avait été peu loyal à Antoine. Est-ce une allusion à une trahison tardive ?

386 Plut., Ant., 56.6 en fait un des instruments du destin d’Antoine.

387 N. v. in RE ; Broughton MRR 3, 14 ; Wiseman 1971, 222 no 107.

388 Contrairement à ce que conclut Wiseman, rien n’atteste son rang sénatorial, le fait qu’il soit connu des sénateurs n’implique pas qu’il soit un des leurs et l’association avec Barbatius n’est pas un argument suffisant. Il est vrai qu’il existe à la génération précédente un homonyme, légat ou préfet de la flotte de Lucullus (App., Mithr., 77 ; Memnon, 41, dans Fgr H 3 B, 357), mais nous n’avons pas plus de certitude du rang sénatorial de ce premier personnage et leur parenté semble improbable.

389 “épave des amis de César”, il est associé dans ce passage à Barbatius Pollio, sans doute pour produire une allitération ; sur l’explication de ce surnom voir plus bas, Phil., 13.3.

390 Cic., Att., 13.52 (19 décembre 45).

391 Cic., Phil., 5.18.

392 App., BC, 3.29.

393 App., BC, 3.30.

394 App., BC, 3.5.

395 RE 3.2 (1899) s.v. “Cassius” no 65, col. 1739 (Münzer) ; Glauning 1936, 12 ; Broughton, MRR 2, 324.

396 Caes., Civ., 3.34.2, fondateur de la colonie de Pola, CIL, V, 54, exaltant la pietas ; il promulgue, sans doute, la lex Cassia, qui permet l’ouverture du patriciat à de nouvelles familles, Tac., Ann., 11.25 ; Suet., Jul., 41. l ; D.C. 43.47.3 ; RE 3.2 (1899) s.v. “Cassius” no 68, col. 1740.

397 Cic., Att., 14.2.1 (8 avril 44).

398 Cic., Phil., 3.23 (ainsi que Tiberius Cannutius, Decimus Carfulenus).

399 App, BC, 5.7.

400 RE 3.2 (1899) s.v. “Cassius” no 80, col. 1743-1744 (Skutsch) ; Broughton MRR 2, 341 ; MRR 3, 15 ; Glauning 1936, 12 ; Wiseman 1971, 222 no 108 ; Schör 1978, no 24.

401 App., BC, 5.139.

402 Vell. 2.87.3 le cite parmi les meurtriers de César et Broughton MRR 3, 15, le classe donc parmi les sénateurs de 44. Cependant, Cova 1992, 63-64, soulève plusieurs objections. Seuls, Velleius et Orose, qui le recopie, affirment sa culpabilité. Par ailleurs, s’il est bien l’auteur de la lettre Fam., 12.13, comme on l’admet généralement, alors il n’est questeur que l’année suivante et le fait qu’il affirme être en parfait accord avec les conjurés sous-entend qu’il n’a pas participé directement. Cova pense que Velleius a dit qu’il est un meurtrier pour justifier son exécution sur l’ordre d’Octavien.

403 Cic., Fam., 12.13.3-4. ; V. Max. 1.7.7. Il opère de concert avec D. Turullius, questeur comme lui et un certain Patiscus.

404 Acron et Porphyrion, ad Epist., 1.4.3.

405 À juste titre d’ailleurs, car Antoine, lié par son alliance avec Octavien, exclut de sa clémence ceux qui ont directement participé à l’assassinat (App., BC, 5.7).

406 App., BC, 5.2.

407 App., BC, 4.108.

408 Vell. 2.87.3 et Oros. 6.19.20. Pline (Nat., 31.8) cite une lettre écrite par Cassius à Antoine, lui vantant les bienfaits curatifs du Cnydus, fleuve de Cilicie. On ne pourrait prétendre, sans trop extrapoler, que cela atteste une mission qui lui aurait été confiée par le triumvir dans cette région.

409 V. Max. 1.7.7, que confirme, en partie, le pseudo-Acron qui le fait mourir de la main de Q. Varus, après Philippes, ce qui est impossible. Le décès a peut-être eu lieu en fait à Alexandrie, car Velleius et Orose affirment qu’il fut la dernière victime de la vengeance de César : s’il avait été pris à Athènes, il eût été l’avant-dernier, Turullius étant postérieur. Mais c’est une hypothèse extrêmement fragile.

410 Suet, Aug., 4.3, cite une lettre où Cassius moque les origines du triumvir, traitant son père d’usurier, sans préciser si elle fut écrite en 43, ou ultérieurement, en 32, pour appuyer la propagande antonienne. En raison de la répétition du thème du père, manieur d’argent, Scott 1933, 14-15, suivi par Hinard 1985b, 449, estime qu’il faut lui attribuer aussi le vers gravé sur la statue d’Octavien en 43 (Suet., Aug., 60.2). Sur ce thème de polémique, voir, en dernier lieu, Andreau 1987, 431-436 surtout 436. Cova 1992, 65-70, pense qu’il ne faut pas tout lui attribuer. Dans son œuvre littéraire en général, il estime qu’on lui a prêté plus qu’il n’a produit en raison du grand nombre d’homonymes, p. 84-85.

411 RE 3.2 (1899) s.v. “Catius” no 13, col. 1793 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 353.

412 Badian 1963, 133, s’oppose à cette hypothèse. Il rappelle que l’on trouve un Catius Vestinus quattorvir à Nola, ILLRP, 116. Cependant, une récente découverte épigraphique nous incline à préférer la première hypothèse : ce gentilice peu fréquent se retrouve en effet dans une inscription trouvée sur le territoire de l’antique Peltvinum, actuellement San Benedetto in Perillis. Il s’agit d’une dédicace, rédigée en partie en sabin, aux quatre édiles locaux, parmi lesquels se trouve un certain Caius Catius, fils de Titus. Ce document date, tout au plus, du milieu du premier siècle a.C. (AE, 1992, no 350). Un certain nombre de cadres de l’armée de César, puis des triumvirs, provient du pays des Vestins. L’exemple le plus célèbre reste Salvidienus Rufus.

413 RE 3.2 (1899) s.v. “Claudius” no 254, col. 2777-2778 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 359 ; Schör 1978, no 26.

414 D.C. 57.1.1.

415 En 50, Cic., Att., 6.6.

416 L’ensemble de la carrière est relaté par Suet., Tib., 4.1-6 ; son rôle de questeur confirmé par B. Alex. 25.3 ; son activité dans les années 41-40 par Vell. 2.75.1-6 et D.C. 48.15.3-4 ; 54.7.2.

417 Vell. 2.77.3.

418 Presque tous l’ont fait, après un passage plus ou moins long dans le camp d’Antoine. Valerius Messala est le cas qui s’en approche le plus.

419 Suet., Tib., 6.3.

420 App., BC, 3.95.

421 RE 3.2 (1899) s.v. “Claudius”, no 14 col. 2853-2854 (Münzer) Broughton MRR 2, PIR2 no 982.

422 Stemma de la PIR2, 237 (Groag). M. Valerius Messala Barbatus serait donc, à l’origine, un fils d’Appius Claudius adopté par la suite.

423 Cic., Att., 7.15.3 et 20.1 ; Plut., Pomp., 57.7. Mais cela reste conjecturel.

424 Cic., Fam., 10.9 ; 11.21 et 22.

425 Hinard 1985b, 454, se fondant sur le texte d’Appien, BC., 4.51.

426 Hinard 1985b, 454, se fondant sur la date du consulat.

427 Avec C. Norbanus Flaccus : CIL, I2, 77 ; VI, 37064, Fast. Barb. ; X, 1423, 1424 ; ILS, 290 ; D.C. 48.43.1.

428 Syme [1939] 1967, 227-228, pense qu’il entra à son service au moment du mariage d’Octavien et de Livie.

429 CIL, I2, 77, Fast. Barb. ; Ganter 1892, 16 ; son proconsulat, soit en Afrique, soit en Bithynie, repose sur l’interprétation d’une pièce d’origine douteuse ; Grant [1946] 1969, 255-256.

430 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 49, col. 88 (Münzer) ; Broughton, MRR 2, 463, 475, 484, 485.

431 Antoine nomme son beau-fils Claudius, se conformant à un usage familial qui souligne l’appartenance de sa famille à la tradition patricienne. La graphie Clodius, qui a été l’apanage du père de notre personnage et de ses tantes, n’est plus usitée aux générations suivantes. Riggsby 2002, 117-123, démontre qu’elle n’a rien à voir avec la transitio ad plebem, puisque elle est employée dès 61, mais qu’elle se conforme à la prononciation et aux usages populaires ; elle épouse donc les intentions politiques de l’agitateur. Cicéron répond en utilisant le nomen Clodius : c’est une pointe à l’usage de son adversaire. En effet, l’échange épistolaire porte sur le rappel d’un des plus fameux auxiliaires du tribun de 58. Antoine argue de la piété familiale et de la volonté de César. En rendant au fils le nom du père, Cicéron montre, au contraire, qu’il n’est pas dupe des intentions du consul, qui réintroduit dans le jeu politique quelqu’un d’aussi dangereux.

432 PIR2, no 987.

433 Cic., Fam., 14.13a et 14.13b.

434 CIL, VI, 1282 = ILS, 882.

435 Groag PIR2, 240, souligne ce fait. Cependant, cet argument n’est pas décisif : les auteurs antiques rapportent que la dévolution des magistratures durant la période triumvirale s’éloigne parfois des règles établies en ce domaine. La préture fut largement distribuée, même à de jeunes mineurs issus de l’ordre équestre : D.C. 49.42.1. Wiseman 1970, 207-221, montre l’effacement politique de cette branche après les fiançailles d’Octavien avec sa sœur.

436 V. Max. 3.5.3.

437 Familia supposée : Clodius Felix, Clodia Athenais, CIL, VI, 15 735.

438 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 2 col. 64 (Münzer)

439 Plut., Ant., 18.4-5.

440 Scuderi 1978, 117-137.

441 App., BC, 3.83.

442 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 9 col. 65 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 359 ; MRR 3, 16.

443 Cic., qd. Brut., I, 1 et suivants. On a rapproché cette lettre d’une autre, du 22 octobre 44 (Cic., Att., 15.13.3) “Cloelium nihil arbitror malitiose”. Jean Beaujeu (84, n. C de la traduction) attribua cette allusion à Sex. Cloelius, ce qui est le plus probable.

444 Au sujet de cette lettre de recommandation, Deniaux 1993, 478-479 no 32.

445 Cic., Fam., 3.4.1-2 ; 5.3 (4 juin 51) ; 6.2.

446 Appius Claudius Pulcher (le censeur de 50, RE no 297), avec qui Cicéron désirait, semble-t-il, éviter toute brouille, était attaqué, à ce moment là, par le futur gendre de l’orateur, P. Cornelius Dolabella ; il pouvait, à bon droit, se poser des questions sur la position de son successeur, qui ne lui épargna pas les critiques sur son administration, par la suite.

447 Münzer le suggérait déjà (L. Clodius, no 9) et Broughton le croit possible (MRR 2, Additions et corrections, 16). Pourtant il s’avère délicat d’assimiler automatiquement un ancien partisan d’Antoine, dont on ignore le sort après la formation du second triumvirat, avec l’un des défenseurs de Pérouse. Cette hypothèse paraît même aventureuse. En effet, le nom de Clodius est trop répandu pour que l’homonymie soit un argument de quelque portée. En outre, il semble que les Antoniens pris à Pérouse aient été graciés par Octavien. L’exécution de Clodius Bithynicus prouverait, en ce cas, qu’il n’eut aucun lien avec le parti césarien et nous incline à distinguer les deux hommes.

448 RE 4.1 (1900) s.v. “Clodius” no 13, col. 66-67 (Brzoska).

449 Par exemple, Phil., 2.42-43. Cependant, ils ont tous deux fréquenté le cercle de Clodius ; Benner 1987, 167, en fait un client et un clodien, qui intervint même dans l’affaire de la Bona Dea.

450 Cic., Phil., 2.7-10.

451 Cic., Phil., 2.84.

452 On peut le déduire d’une allusion de l’orateur, Cic., Phil., 2.96.

453 Cic., Att., 4.15.2 ; Suet., Rhet., 29.

454 Cic., Phil., 2.101 et 3.22. En 44, Antoine semble avoir un intérêt tout particulier pour la Sicile, qu’il ferait bénéficier d’une loi “trouvée” dans les brouillons de César, Yavetz 1991, 110-111 no 10.

455 On peut le supposer en raison de son nom et du fait qu’il est cité deux fois conjointement à Cloelius (Phil., 2.84 ; 7.10) qui, lui, appartenait aux clients déclarés de Clodius.

456 RE 4.1 (1900), s.v. “Clodius” no 12, col. 65-66 (Münzer). Le nomen, le statut et l’origine géographique de ce personnage demeurent au centre d’une controverse encore d’actualité. En 1960, Shackleton-Bailey 1960a, 41-43, remit la tradition en question. Il excipa des fautes de manuscrits le nomen Cloelius ; en conséquence, le lieutenant de Clodius ne pouvait plus être considéré comme un affranchi de ce dernier. Au cours des années, l’auteur nourrit son hypothèse d’arguments onomastiques – l’anomalie du prænomen “Sextus”, quand on attendrait “Publius” et l’absence de cognomen – mais aussi de conjectures sociales – la charge de scriba, qui désigne ici une charge publique et non une fonction privée et, en outre, la dignité de magister scribarum, souvent dévolue à des chevaliers – au total, treize arguments confortent sa correction. Ils furent pourtant réfutés méthodiquement par J. M. Flambard, qui revint à la dénomination traditionnelle, en arguant des caprices de l’onomastique et des exceptions du collège des scribae, fréquents dans une période où les usages ne sont pas encore fixés (1978, 238-245). Il fut suivi par Loposko 1989, 498-503, qui proposait d’identifier Cloelius avec Clodius Damio, affranchi de Clodius, cité par Asconius. Mais cette réfutation n’est pas convaincante. Malgré la position éminente des liberti de l’aristocratie, à la fin du premier siècle, comment comprendre l’intervention d’un consul en faveur de son rappel et l’importance que lui donne Cicéron dans ses lettres, le mettant sur le même plan que Sempronius Rufus, Att., 14, 14, 2 ?

457 J. Tatum attribue un graffitto à la mémoire de Clodius, trouvé à Tarracina, à l’influence, sinon à la main de Cloelius, 1990, 299-304. L’auteur souligne que Cloelius n’appartient pas à la clientèle familiale des Claudii, mais qu’il apparaît tardivement dans l’entourage de Clodius. Il pense que leur rencontre date au plus tôt de la questure de P. Clodius. C’est en qualité de scriba qu’il l’assista dans l’élaboration de sa législation tribunicienne. Alléguant que les affranchis demeurent des exceptions notables dans ce corps, Tatum le classe parmi les hommes libres et recherche son origine chez les Cloelii de l’époque républicaine. Or, à Tarracina, au premier siècle, il y eut une famille notable qui donna un monétaire en 110 et un légat de Marius. L’ancrage de cette famille dans la mouvance des populares et dans la ville de Tarracina justifie donc l’attribution du graffitto à Cloelius le scribe. Cette hypothèse paraît extrêmement séduisante mais reste trop fragile.

458 Cette question est, bien sûr, liée à celle du nom et de l’origine. On a longtemps considéré Cloelius comme un ancien esclave de la familia de Clodius Pulcher, en se fondant sur des allusions de la polémique cicéronienne : Cic., Dom., 25 (Clodio socio tui sanguinis) et Pis., 8. Calpurnius avait permis à Cloelius, à l’occasion de la célébration des jeux compitalices, de porter la prétexte. Cicéron affirme que c’est la première fois qu’il revêt ce costume, insinuant par là qu’il n’a pas eu une enfance libre. Mais Cicéron utilise ce type d’allégations contre tous ses adversaires, même ceux dont nous connaissons par ailleurs l’ingénuité, Favory 1982, 109-233.

459 Lettre d’Antoine à Cicéron, Att., 14.13a (22 avril 44).

460 Cicéron lui répond, Att., 14.13b, et précise qu’Antoine l’a remercié, Att., 14.19 (26 avril 44). Dans sa réponse au consul, l’orateur sous-entend ironiquement qu’il n’est pas dupe des motifs invoqués (cf. fiche de P. Claudius Pulcher).

461 Ces commentaires allusifs figurent dans les lettres Att., 14.13.6 (26 avril) et Att., 14.19.2.

462 Damon 1992, 227-250 a bien montré, en effet, que les relations qui unissaient Cloelius et Clodius étaient des relations de clientèle et non de dépendance Le rôle que joua Cloelius durant la questure de Clodius, puis son tribunat de la plèbe, relevait des attributions normales d’un scriba, p. 243-244. Sur l’utilisation de la clientèle clodienne par Antoine, Welch 1995, 192-193 et sur les Clodiens dans l’entourage d’Antoine, Benner 1987, 156-157, 163, 167, 169-173.

463 Cic., Att., 14.13 A.

464 Cic., Dom., 25 ; 83 ; 129 ; Har., 11.

465 Cic., Dom., 43 ; Sest., 133.

466 Cael., 78 ; 90 ; Mil., 33.

467 Cic., Phil., 1.3.

468 Cic., Phil., 2.7-10.

469 RE 4.1 (1900) s.v. “Cocceius” no 12, col. 130-131 (Jörs) ; Broughton MRR 2, 375 ; Wiseman 1971, 225 no 125 ; PIR2 no 1223.

470 On sait, en effet, que la famille de l’empereur Nerva était originaire de cette cité, Aurélius Victor, Epit. de Caes., 12. l. Le pseudo Acron (2.66) fait de lui l’aïeul ou le bisaïeul de l’empereur, à tort, car il s’agit sans doute de Marcus, son frère, PIR2 no 1224.

471 Ce personnage est cité à plusieurs reprises dans la correspondance de Cicéron à Atticus (12.13.2 ; 18.3 ; 19.2 ; 16.15.5).

472 Nic. Dam. 133. Il serait peut-être le mystérieux Lucius qui accompagne Octavien en 44. Leur réelle amitié, relevée par Appien en 40, accrédite cette hypothèse.

473 App., BC, 5.60.

474 App., BC, 5.61.

475 App., BC, 5.60-63.

476 App., BC, 5. 64.

477 Hor., S., 1.5.28 et le commentaire de Porphyrion.

478 Un autre élément va en ce sens : l’architecte du tunnel entre l’Averne et Cumes, Cocceius, était un affranchi de L. Cocceius, ainsi que le révèle l’inscription CIL, X, 1614 ; Benario 1959, 40-41 ; Roddaz 1984, 110-112, et surtout n. 117 p. 111.

479 Sen., Cl., 1.10.1.

480 On connaît sa villa superbe à Caudium, Hor., S., 1.5.50, et quelques traces de sa familia : CIL, VI, 9320 ; 10, 1614 ; 10, 3803.

481 RE 4.1 (1900) s.v. “Cocceius” no 13, col. 13 (Jörs) ; Broughton MRR 2, 399 ; Wiseman 1971, 225 no 126 ; PIR2, no 1224.

482 Epit. de Caes., 12.1 ; son père serait le Cocceius mentionné par Cicéron (Att., 12.13.2 ; 18.3 ; 19.2 ; 16.15.3).

483 Crawford 1974, 125, no 4 a, b (aureus), no 5 a, b (deniers), no 6 (voir no 3). Droit = Imp Caes. IIIvir R. P. C. M. Nerva. Proq. Revers = L. Antonius Cos (tête de L. Antonius).

484 Cependant la pièce no 6 porte sur son revers la tête d’Octavien avec la légende : “Caesar. Imp Pont. III. vir. R.P.C.”.

485 Plancus envoie un certain Nerva, avec Cispius Laevus, porter des dépêches au Sénat (Cic., Fam., 11.18.1). Il ne peut s’agir de Silius Nerva, qui lui était hostile, en raison de ses liens avec les Coponii.

486 App., BC, 5.61.

487 SEG 4, 604. ; ILS, 8780 = IK 22.1, Stratonikeia, 509 = SEG 49, 1437. Il apparaît peut-être aussi sur une inscription d’Éphèse, mais le nom est mutilé (IK 13.3, Ephesos, 658).

488 Erskine 1994, 70-87. Eilers 2002, 238, C. 100 ; 249-250 C. 123 ; pense, comme Broughton, qu’il fut gouverneur de la province vers 38. Canali de Rossi 2001, 163-164, no 69-70.

489 L’inscription honorifique de Lagina a été faite au nom du démos, ce qui dans ce cas signifie non pas l’assemblée du peuple, mais le corps civique dans son entier, Caldesi Veri 1999, 219. Dans les deux inscriptions, le fait qu’il ait été honoré du titre d’imperator et de consul désigné a engendré des confusions : Hatzfeld 1920, 73-74, s’est mépris et a attribué la dédicace de Lagina (Stratonicée) à l’empereur Nerva, pour une rectification J. et L. Robert, BEp 1972 no 442.

490 Canali de Rossi 2001, 91, pense que l’on doit mettre cette inscription en relation avec le S. C. en faveur de Stratonicée présenté sous le consulat de Calvisius et Marcius Censorinus. Cela placerait son proconsulat en 39, c’est à dire au moment de la reprise en main de la province, alors que Labienus est combattu en Syrie par Ventidius.

491 CIL, XI, 673, 19 ; InscrIt XIII, 1, Fast. Cap, 58 et sq. ; Fast. Mag. Vic., 282-288, Fast. Biond., 291 ; D.C. 49, index, 49.1.1 ; 49.24.1 ; Cassiod., Fast. Hyd., Chron. Pasc., en plus des inscriptions déjà mentionnées.

492 Sen., Cl., 1.10.1.

493 CIL, VI, 32 323 ; M. Cocceius est cité comme quindecemvir sacris faciundis.

494 RE 3.1 (1887) s.v. “Caelius” no 14, col. 1256 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 422.

495 Vell. 2.85. l.

496 RE 4.1 (1900) s.v. “Coponius” no 3 et no 9, col. 1260-1268 (Münzer) ; Glauning 1936, 12 ; Broughton MRR 2, 257 ; Wiseman 1971, 226 no 133 ; Schör 1978, no 29 ; Hinard 1985b, no 45.

497 L’origine tiburtine des Coponii est attestée par de nombreuses inscriptions : CIL, XI, 3538 (T. Cauponius, édile) ; 3540 (Cn. Coponius Epagatus) ; 3740 (Cauponius et Cauponia, enfants de Lucius) ; une inscription d’Aquilée mentionne le décès d’un Coponius, né à Tibur, CIL, V, 1027 ; Licordari 1982, 42-43. Leur tribu est connue par une inscription incomplète, de caractère probablement funéraire, découverte en 1930, au lieu-dit Ripoli, à Tivoli (Tibur) et perdue depuis. Celle-ci mentionne un Cauponius, fils de Caius, de la tribu Aniensis, patron du municipe, curateur, édile, septemvir épulon, AE 1991, no 597. Il n’est pas étonnant de constater que les Coponii sont inscrits dans une tribu différente de celle de leur lieu d’origine, la Camilia, puisque leur aïeul, Titus Coponius, avait acquis la citoyenneté à la suite du procès de C. Papirius Maso, dont il était ressorti vainqueur Cic., Balb., 52. Il importe donc de les distinguer des Coponii qui siègent au Sénat depuis la fin du iie s. a.C., qui portent le prénom Lucius et sont inscrits dans la tribu Collina (L. Coponius RE no 4 ; Broughton MRR 2,489).

498 Vell. 2.83. Cette union concrétise des liens assez anciens entre les deux familles, puisque Cicéron, en 45, les mentionne incidemment. Il est à la recherche d’un terrain susceptible d’accueillir le mausolée de Tullia et envisage l’achat de la villa de Coponius que prolongent les jardins de Silius (Att., 12.31.2) ; Richardson 1992, 430, les situe le long de la Via Ostiensis. Du mariage de Coponia et de Silius naquirent trois enfants, dont A. Licinius Nerva Silanus, cos. en 7.

499 Il commande la garnison romaine laissée dans la ville de Carrhes, Plut., Crass., 27.7-8.

500 Broughton MRR 2, 257 et 277.

501 Cic., Cael., 24. Cette affaire, extrêmement complexe, ne permet pas de connaître, avec précision, leur camp à ce moment-là. Certes, il paraît logique de conclure qu’en hébergeant un fauteur de troubles, adversaire du souverain protégé par Pompée, ils soutiennent les prétentions de son rival. Cependant, il se peut que la révolte d’Alexandrie, à laquelle Dion a pris part, ait été fomentée par des agents pompéiens, ce double jeu permettant au véritable maître de l’Orient de réduire davantage la dynastie lagide à sa merci, sur cet épisode, Will 1982, 522-524 ; sur les relations des Coponii avec les milieux intellectuels alexandrins, une esquisse dans Van’t Dack 1983, 383-406.

502 On l’identifie généralement à C. Coponius ; Plut., Crass, 27.7-8.

503 Cic., Att., 8.12a. 4 ; Div., 1.68 ; Caes., Civ., 3.5.3 ; D.C. 41.43.2-3.

504 Hinard 1985b, 456-457 no 45.

505 Syme 1939a, 542 n. 29. Sur les liens de Plancus avec Tibur, Watkins 1997, 13-29.

506 Vell. 2.83 ; les raisons que l’on peut avancer pour expliquer cette algarade sont multiples : outre celles déjà envisagées, il convient d’ajouter le ressentiment de Coponius à l’égard d’un homme qui contribua largement, suivant quelques sources, à l’exécution de Sextus Pompée et le mépris à l’endroit d’un traître qui vient d’abandonner un homme à qui Coponius doit la vie, quels qu’aient été les motifs de cette grâce.

507 RE 4.1 (1900) s.v. “Cornelius” no 69, col. 1260-1268 (Münzer) ; Glauning 1936, 4 ; Broughton MRR 2, 378 ; Wiseman 1971, 226 no 137 ; PIR2, no 1330.

508 Cic., Att., 14.21.2.

509 Nic. Dam. 27.106. Il souhaite une prompte vengeance.

510 Cic., Balb., 58.

511 Cic., Att., 9.7C. Il exerça sur lui une influence que ses contemporains critiquaient, ainsi qu’en témoigne Suet., Jul., 78.3. Le rôle politique de Balbus a fait l’objet de plusieurs études, en dernier lieu, Des Boscs-Plateaux 1994, 7-35 ; sur la fonction extraordinaire de Praefectus Urbis, Welch 1990, 53-69.

512 Il laissa, semble-t-il un récit, relatant les derniers jours du dictateur ; Suet., Jul., 81.3.

513 Cic., Att., 15.2.

514 Cic., Att., 14.10.3.

515 Cic., Att., 16.11.8. Sur la carrière de Balbus et son rôle dans les guerres civiles, voir Syme [1939] 1967, 130 et 137.

516 D.C. 48.32.1.

517 RE 4.1 (1900) s.v. “Cornelius” no 70, col. 1268-1271 (Groag) ; Glauning 1936, 4 ; Broughton MRR 2, 391. Wiseman 1971, 226-227 no 138 ; PIR2, no 1331. Sur sa carrière, parfois difficile à distinguer de celle de son oncle à l’époque triumvirale, Des Boscs-Plateaux 1994, 34-35.

518 Vell. 2.51.3, souligne qu’il fut consulaire, alors qu’il était totalement hispanique par ses origines. Ses origines gaditanes sont rappelées à de nombreuses reprises (Solin. 29.7 ; Str. 3.169 ; Vell. 2, 51, 3 ; Tac., Ann., 11, 24 ; Plin., Nat., 5.36). Tribu Clustumina.

519 Son nom est peut-être dû au patronage de L. Cornelius Lentulus, consul en 49, avec lequel il conserve des liens privilégiés, y compris durant les guerres civiles, Rodriguez-Neila 1973, 56 ; Des Boscs-Plateaux 1994, 15, mais cette dernière cite une hypothèse de S. C. Ortiz de Zarate, qui fait remonter l’origine du nomen Cornelius à Gadès à l’hospitium contracté en 205 avec Cornelius Lentulus. L’inscription CIL, I2, 50 révèle que son neveu, L. Cornelius Balbus, était L. f. Cela indique-t-il que toute la famille a reçu la citoyenneté romaine ou, plus vraisemblablement, que Balbus l’aîné a adopté son neveu ?

520 CIL, VI, 16 357 ; Syme [1939] 1967, 309 ; 475.

521 Asinius Pollio relate les faits et gestes de son lieutenant dans la lettre qu’il adresse à Cicéron (Fam., 10.32). Il profite de son autorité pour donner l’anneau d’or à un affranchi, Herennius Gallus, faire revenir des exilés, condamnés par un précédent proconsul, et réunir les comices pour deux ans, ce qui lui permet d’être prorogé au quattorvirat. Dans la lettre précédente (10.31), Pollio fait allusion aux manœuvres de ses adversaires pour débaucher ses légions ; sans doute, ce passage concerne-t-il également Cornelius Balbus.

522 Cic., Att., 15.13.4.

523 En effet, par deux fois, en 49 et 48, Balbus le jeune intervient pour le compte de César auprès de Cornelius Lentulus. La première fois, il lui porte des lettres du vainqueur des Gaules pour l’exhorter à demeurer en Italie (Cic., Att., 8.9.4 ; 8.11.5 ; 8.15a. 3) la seconde fois, il s’introduit dans le camp de Pompée à Dyrrachium, pour convaincre le proconsul de déserter (Vell. 2.51 ; Caes., Civ., 3.19.3). Il se montra fier de cette deuxième mission et fit représenter une “prétexte” dont c’était l’argument à Gadès (Cic., Fam., 10.32.3). Il en était peut-être l’auteur, Lana 1960, 396-399. De multiples interventions lui valent les honneurs de la correspondance de Cicéron de 48 à 44 (Att., 9.6.1 ; 11.12.1 ; 12.38.2 ; 13.49.2), sans que son rôle précis apparaisse distinctement. En 47, il prévient Cicéron du tort que lui fait son neveu dans l’entourage du dictateur (Att., 12.38.2).

524 Cic., Fam., 10.32 ; et des allusions : Att., 15.13.4 ; Fam., 10.31. En fait, on peut s’interroger sur le rôle que lui fait jouer Pollio. Celui-ci n’accuse-t-il pas son questeur d’insubordination pour masquer ses projets personnels ? Quelques semaines plus tard il s’allie officiellement à Antoine et au triumvirat, ce qui ne s’est pas effectué sans de nombreux préalables, Lana 1960, 401-402.

525Balbus pro pr.”, Crawford 1974, no 518, 529, année 41. Cette pièce fait allusion aussi bien à l’ascendance gaditane du magistrat qu’à sa piété césarienne (Crawford 1974, 742). Elle est le plus souvent attribuée à Balbus l’aîné, sans certitude absolue, Des Boscs-Plateaux 1994, 32.

526 Vell. 2.51.3 “ex privato consularis”.

527 Vell. 2.51.3 ; Str. 3.5.3 ; Plin., Nat., 5.36 ; Solin. 29.7 ; triomphe ex Africa, 27 mars 19, CIL, I2, 50.

528 Théâtre inauguré en 13 a.C. ; Plin., Nat., 36.60 ; Tac., Ann., 3.72 ; Suet., Aug., 29.5 ; D.C. 54.25.2 et CIL, VI, 36.619 l. 45.

529 Syme [1939] 1967, 347.

530 RE 4.1 (1900) s.v. “Cornelius” no 164, col. 1342-1350 (Stein) ; Glauning 1936, 6 ; Broughton MRR 2, 376-377 ; PIR2, 326 no 1369 ; Demougin 1992, 54-55 no 40.

531 Tribu Pollia, Wiseman 1964, 126. Sur son origine voir, en outre, Syme 1938a, 39-44. Mais Boucher 1966, 5-6, arguant de la date de naissance de Gallus, 68 ou 67, souligne qu’il ne peut s’agir de Forum Julii de Gaule, mais, vraisemblablement, d’une cité de Cisalpine, Voghera, Forum Iuli Iriensium, p. 6-12. Cette origine expliquerait son cognomen, sa familiarité avec Virgile, qui daterait de leurs études communes à Crémone ou à Mantoue, et, enfin, sa connaissance du pays si précieuse pour sa mission auprès des communautés de Cisalpine en 41 (Servius, Ecl., 7.64). Cette origine, enfin, aurait influé, en partie, son adhésion au parti césarien, car il existait en Cisalpine un courant favorable au dictateur.

532 CIL, III, 14147, 5 = ILS, 8995 ; Suétone souligne pourtant qu’il était d’origine modeste, Aug., 66.1 ; mais il s’agit là d’un lieu commun : Gallus incarne, comme Salvidienus Rufus avant lui, le parvenu qui doit tout à la générosité d’Auguste et pourtant le trahit.

533 Hier., Chr. Abr., OL. 188.2 : le texte indique qu’il était dans sa quarante-troisième année quand il s’est suicidé. D’après Jérôme, en 27, d’après D.C. en 26 (53.23.5).

534 Cic., Fam., 10.31.6 (de manière allusive) ; 10.32.5. Cette lettre indique en outre qu’il était à Rome en 43. Cependant Caius Cornelius n’y est cité que brièvement. Pollio affirme qu’il était de ses familiers. Il était le destinataire de la fameuse pièce que le jeune Balbus fit représenter à Gadès. Cela révèle ses liens avec le monde des lettres mais aussi celui du pouvoir, car le contenu de cette pièce avait un caractère politique.

535 Suet., Aug., 66.1.

536 Focas, Vita Verg., 5.65 (39 D). Il fut condisciple de Virgile, d’après Boucher, plus vraisemblablement de 53 à 49. Leurs relations poétiques et personnelles ne doivent rien, semble-t-il au patronage de Pollio, leur ami commun, Voisin 2001, 342-344. Il est connu bien davantage pour son œuvre littéraire et sa charge de préfet d’Égypte.

537 À propos des extraits de son œuvre, retrouvés en 1978, voir Anderson et al. 1979, 125-155 ; Mazzarino 1980, 7-50 ; 1982, 312-337 et Merriam 1990, 443-452 ; Luther 2002, 29-41.

538 Ov., Am., 1.15.30 ; Tr., 2.445 ; Prop. 2.34.91 ; Mart. 8.73.6 ; Serv., Ecl., 10. l.

539 Virgile lui rend hommage, Ecl., 6.64-73 et 10.1-3 ; Don., Verg, 14 (30 D), 43 ; Serv. Dan., Ecl., 6.64 ; 10.6 ; Hier., Chron. Abr., 162, OL ; Amm. Marc. 17.4.5. Les commentateurs antiques de ces Bucoliques, de Donat à Servius, se livrent à de la critique interne des poèmes, ce qui rend leurs allégations décevantes. Mais de menus indices (le gentilice de Varus, le troisième des personnages nommés en relation avec les distributions) montrent qu’ils ont consulté une source bibliographique externe aux Bucoliques, Boucher 1966, 10-21. Bayet 1927-1928, 271-299, pensait que la distribution des terres était aux mains d’un triumvirat, dont Gallus serait membre avec Alfenus Varus et Asinius Pollio. Broughton estimait, pour sa part, qu’il figurait dans une commission chargée de distribuer les terres à titre de praefectus de rang équestre. Le rôle de Gallus durant cette année-là, n’est pas clairement défini. La charge “a triumuiris praepositus fuit ad exigendas pecunias ab his municipiis quorum agri in Transpadana regio non diuidebantur” n’est malheureusement attestée que par une source tardive le Servius de Daniel, Ecl., 6.64. Boucher 1966, 23, pense que Gallus a été appelé à cette mission en tant que familiaris de Pollio. Il le seconde donc. Il n’a probablement jamais été question d’un triumvirat agraire. Alfenus Varus, selon cette même source, aurait tenté de spolier les Mantouans et ce serait un discours de Gallus qui l’aurait obligé à faire machine arrière. Il probable que Varus a succédé à Pollio après la déroute des Antoniens et il a tranché différemment de ses prédécesseurs sur un terrain aux limites de Crémone et de Mantoue. Gallus, qui a dû exiger une contribution financière de Mantoue, a dû témoigner de l’iniquité de l’extorsion. Peut-être Cornelius Gallus s’est-il déjà rapproché d’Octavien, à cette occasion, Mazzarino 1980, 20-31.

540 Vell. 2.76.2 ; App., BC, 5.50.

541 D.C. 51.9.1.

542 Oros. 6.19.14.

543 Str. 17.819 ; Suet., Aug., 66.1 ; D.C. 51.17.1 ; Serv., Ecl., 10.1 ; Eutr., 7.7 ; Hier, Chron. Abr., 188, 0L, 164 ; Ruf. 13.3 ; Amm. Marc. 17.4.5. L’obélisque de la place Saint-Pierre (AE 1964, 255) où il apparaît encore comme praefectus fabrum, Alföldi 1989, 85-86 et l’inscription de Philae d’avril 29 où il porte désormais le titre de praefectus Alexandrae et Aegypti (CIL, III, 14147 = ILS, 8995) témoignent de l’importance de son activité en Égypte, dans cette phase cruciale. Il a fait (ou fondé) un forum julium. S’ajoutent à ce dossier, les vers retrouvés à Qasr Ibrim (P. Qasr Ibrim inv. 78.3.11/1 Anderson et al. 1979, 125-155 épigramme b, traduction dans Cogitore 2002, 144). Luther 2002, 33-38, montre que les vers de l’élégie reflètent le contexte politique du triple triomphe de 29 et manifestent sa totale adhésion au jeune César. Les amitiés antoniennes sont bien oubliées.

544 Ov., Am., 3.9.63-64 ; Tr, 2.445-446 ; Suet., Aug., 66.2 ; D.C. 53.23.5 ; Ammien, Jérôme, Servius.

545 PIR2, 327 (Stein). Mais il subsiste peut-être des représentations du préfet : ainsi, d’après Grimm 1970, 158-170, on aurait retrouvé un portrait de lui en Égypte et ce serait par erreur qu’on l’aurait attribué à Antoine. Il faut souligner toutefois que l’accusation de mégalomanie n’apparaît pas avant le iiie s. p. C. dans les sources.

546 Sa déchéance serait liée d’après J. -P. Boucher 1966, 49-50, essentiellement à la rupture de l’amicitia et à l’affaire Q. Caecilius Epirota, Suet., Gram., 26. I. Cogitore 2002, 141-145, montre d’ailleurs que l’explication de sa disgrâce se transforme au fil du temps, depuis Ovide jusqu’au ive siècle : les motifs d’accusation s’aggravent et se précisent, d’abord un crime contre l’amicitia du Prince, puis l’hébergement d’Epirota, ensuite la mégalomanie durant la préfecture d’Égypte, et les prévarications, pour finir avec le soupçon de conspiration chez Servius. Cette élaboration progressive serait due au besoin de trouver des signes de réaction aux grandes transformations du régime dans l’année 27.

547 RE 4.2 (1901) s.v. “Crassicius”, no 1 (Münzer) et no 2 (Goetz), col. 1681.

548 Cic., Phil., 13.3.

549 Suet., Gr., 18.1.2. H. Bardon 1952, 115, supposait qu’il fournissait aux auteurs de mimes différents éléments, intrigues, vocabulaire spécifique. Ce personnage pose des problèmes chronologiques. Il ne put être le maître de Iullus que dans la période 33-28, au plus tôt, puisque celui-ci naquit en 44. Si l’on identifie le grammairien et le familier d’Antoine, c’est donc à l’amitié de ce dernier qu’il doit le préceptorat et non l’inverse. Il n’est pas sûr que Crassicius ait été le guide des jeunes années de Iullus, mais plutôt un conseiller, quand celui-ci se mit à composer des poèmes et, en ce cas, le choix de ce maîre n’a plus rien à voir avec ses anciennes sympathies, Vacher 153-155 n. 8.

550 Cicéron le prétend du moins (Phil., 10.22) mais n’est-ce pas l’apanage de tout tyran ? Le choix de Q. Sextius, comme guide spirituel, dénote une volonté d’ascétisme fort éloignée de l’image que Cicéron a laissé de l’entourage d’Antoine. Il est vrai que cette vocation se situe au moins trente ans après les Philippiques.

551 RE 4.2 (1901) no 3 s.v. “Curius” col. 1839 (Münzer).

552 Cic., Phil., 8.27 ; 5.13-14 ; Lex Antonia iudicaria : Rotondi 1912, 431 ; Tzamtzis 1998, 539-556.

553 Cic., Phil., 5.15.

554 Cic., Phil., 5.13-14.

555 Quint., 6.3.72 ; Ramsey 2005, 28.

556 Deniaux 2005, 223 ; Il était un correspondant de l’orateur (Cic., Fam., 7.28 ; 30 ; 31 et une réponse 7.29) qui le recommanda à Sulpicius (Fam., 13.17.1 ; 3) et à Acilius (13.50.2). Cette dernière lettre et celle que lui adresse Cicéron (7.30.1) prouve qu’il était encore en exil en janvier 44. Il serait donc revenu grâce aux mesures d’Antoine. Il est à Rome en juillet 44, Att., 16.3.3.

557 Il faut également mentionner un autre Curius, Quintus, impliqué dans la conjuration de Catilina et qui en informa fortuitement Cicéron par le truchement de sa maîtresse, une certaine Fulvia, peut-être apparentée à l’épouse d’Antoine (Sall., Cat., 17.3 ; 23.1 ; 26.3 ; 28.2). On ne peut identifier ces deux homonymes, mais force est de reconnaître que leur portrait moral les rapproche “Sed in ea conjuratione fuit Q. Curius natus haud obscuro loco, flagitiis atque facinoribus coopertus quem censores senatu probri gratia moverant” (23.1).

558 Contrairement à Münzer, dans son article de la RE no 3 (voir fiche suivante).

559 RE 4.2 (1901) s.v. “Curius” no 3, col. 1839 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 405 ; Schör 1978, no 33.

560 App., BC, 5.55 ; Cn. Domitius est passé au service d’Antoine avec toute son armée et il fut envoyé directement en Bithynie. Il est permis de supposer que, dans cette province, en tout cas, l’essentiel de son personnel est constitué d’anciens compagnons d’armes.

561 RE 4.2 (1901) s.v. “Curtius” no 32, col. 1891 (Münzer) ; Broughton MRR 2, 376.

562 Il appartenait à la tribu Oufentina, Taylor 1964, 210.

563 Hier, Chron. ad Abr., 156 (Helm), mais le cite à l’année 42.

564 D.C. 48.24.3.

565 D.C. 48.41.4 et 6.

566 Cic., Fam., 6.18.2.

567 CIL, III, 546, origine Mégare.

568 Également C. Curtius, sénateur de César, issu d’une famille proscrite du temps de Sylla, Cic., Fam., 13.5.2.

569 RE 11.2 (1922) no 1 s.v. “Kydas” col. 2301 (Münzer).

570 Lex Antonia iudicaria : Rotondi 1912, 431.

571 Cic., Phil., 5.12-13 : “ille legit aleatores, legit exules, legit Graecos” et 8.27.

572 Tzamtzis 1998, 539-556.

573 Tzamtzis 1998, 543-544. Il se fonde d’abord sur le texte de Cicéron lui même : “Cretensis iudex” (5.13) peut être une allusion aussi bien aux nouvelles responsabilités romaines de Cydas qu’à des fonctions a