Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Chapitre IV. La fracture (42-36)

Texte intégral

  • 1 Cette date apparaît comme un tournant pour l’étude des Antoniens, tout d’abord pour les motifs de (...)

1La période qui s’étend de la défaite de Cassius et de Brutus à la victoire d’Octavien sur Sextus Pompée à Nauloque, le 3 septembre 36, constitue une étape dans l’évolution du parti antonien1. Les deux événements ont en commun de bouleverser profondément le rapport de forces dans la coalition. Le premier amorce l’effacement de la faction de Lépide ; le second met fin à son existence, en même temps qu’à celle du parti pompéien en Occident.

2Malgré le maintien d’un pouvoir tripartite, le jeu politique tend à la bipolarisation, en raison de la mise à l’écart progressive de l’un des membres. Cette simplification dans le fonctionnement du triumvirat s’accompagne de l’élimination progressive des derniers adversaires de ce régime. Car tous les membres de la coalition républicaine n’ont pas péri en Macédoine. Il demeure, en Orient et dans l’Adriatique, des forces importantes, qu’il convient de juguler. Pourtant, comme leur défaite est prévisible à moyen terme, l’alternative politique ne se trouve plus entre le gouvernement et ses adversaires extérieurs, mais entre les partis qui se partagent le pouvoir, avec l’appoint de leurs ennemis de la veille, pardonnés et récupérés sous le fallacieux prétexte du rétablissement de la concorde civique. Ces luttes sont ponctuées d’accords et de trêves, Brindes (octobre 40), Pouzzoles (39), Tarente (été 37), qui définissent, chacun, de nouveaux équilibres, parfois vite remis en cause, sous la pression de l’âpre concurrence qui oppose les partis.

3Les accords de Brindes marquent, en outre, le début d’une évolution dont Nauloque apparaît le terme : “l’orientalisation” du parti Antonien. La création du triumvirat s’était accompagnée du partage de zones géographiques, définies en fonction des forces militaires et sur le principe de missions provisoires, motivées par des objectifs stratégiques précis. L’instabilité de leurs limites reste donc la norme au début de la période. Mais, au fil des accords, les sphères d’influence tendent à devenir immuables. La guerre de Pérouse, d’abord, puis l’élimination de Lépide, concourent à faire de l’ouest du bassin méditerranéen une zone exclusivement soumise à Octavien, alors que, dans le même temps, Antoine dispose à sa guise des régions orientales.

4Cette période apparaît, enfin, comme celle où les Antoniens, souvent victorieux dans leurs entreprises militaires, et renforcés par l’élite des Républicains, sont au faîte de leur puissance. Sur eux, repose l’équilibre du triumvirat.

1. Le ralliement des républicains après Philippes

Le calendrier des ralliements

  • 2 Brunt [1971] 1987, 487 ; Messala, dans ses Mémoires, citées par Plut., Brut., 38.3, fixait à 8 000 (...)
  • 3 Ce butin est constitué par les exactions fiscales qu’impose Cassius après la prise de Rhodes, par (...)
  • 4 Dont le principal centre de regroupement semble être Thasos, App., BC, 4.136.

5La défaite des Libérateurs n’annihile pas pour autant les deux ans d’efforts qui leur avaient été nécessaires pour mettre sur pied une armée équivalente à celle des Césariens. Si l’on excepte les victimes des deux batailles meurtrières de Philippes, que l’on peut évaluer, très approximativement, à vingt mille hommes du côté républicain2, le reste du potentiel demeure intact. Leurs ressources ne résident pas seulement dans les soldats : ils ont accumulé des trésors de guerre en levant de très lourds tributs, notamment dans la province d’Asie3. Leur point fort consiste surtout dans l’approvisionnement et l’armement4. Enfin, ils ont constitué une marine qui sillonne l’Adriatique et fait peser de sérieuses hypothèques sur la victoire terrestre de Macédoine. En effet, les “Libérateurs” s’étaient prudemment préparés à une guerre longue, ce qui explique que la disparition de leurs chefs n’ait pas provoqué d’effondrement. Cependant, l’absence de commandants de premier plan et la dispersion géographique des troupes affaiblissent leur puissance militaire et leur ôtent toute possibilité de contre-attaquer. En revanche, il leur est loisible de prolonger la guerre, d’user leurs adversaires par des opérations de guérilla, d’entraver l’approvisionnement de l’Italie en faisant le blocus de ses côtes ou de négocier un ralliement honorable. Antoine apparaît comme le principal bénéficiaire de la défaite républicaine, puisqu’il a rallié les commandants adverses et récupéré leurs forces, par étapes successives, pendant près de deux ans. L’éparpillement des troupes, ainsi que les espoirs ou les craintes que nourrissaient leurs chefs, expliquent les délais de ces ralliements. C’est pourquoi il importe, avant toute autre considération, de dresser un tableau des forces républicaines subsistantes en novembre 42.

Tableau IV. Les forces militaires des “Libérateurs” après Philippes.

  • 5 App., BC, 4.86 ; Domitius apporte, en propre, une légion et cinquante navires de guerre, ainsi qu’ (...)
  • 6 App., BC, 4.99.
  • 7 D’après le calcul de Brunt [1971] 1987, 489.
  • 8 App., BC, 5.2.
  • 9 L’ensemble de ces renseignements provient d’un paragraphe d’Appien BC, 5.2. Un autre passage BC, 4 (...)
  • 10 App. BC, 4.136.

commandant

mission et ressources avant la défaite de Brutus

stratégie après Philippes

Staius Murcus Domitius Ahenobarbus

Font le blocus de l’Adriatique 130 navires5 ; une flotille de petites embarcations, 2 légions, un corps d’archers.6

Reçoivent les différentes flottes des rescapés (effectif total d’au moins 180 navires, sur les 200 de la flotte républicaine). Ils regroupent autour d’eux environ 16 000 hommes7 ; puis ils se séparent : — Staius rejoint Sextus Pompée — Ahenobarbus demeure indépendant.8

Cassius Parmensis

Collecte l’impôt en Asie ; une flotte, une armée.

Après la première bataille, cingle vers l’Adriatique avec sa flotte et 30 navires Rhodiens, rejoint Murcus et Ahenobarbus

Clodius et, sans doute, L. Varus

Envoyé par Brutus à Rhodes (après la mort de Cassius), pour y récupérer la garnison sous les ordres de Varus ; 13 bateaux.

Après la mort de Brutus, cingle vers l’Adriatique avec sa flotille et 3000 soldats (garnison de Rhodes) ; rejoint Murcus et Ahenobarbus.

D. Turullius

Rhodes Flotte importante, trésor de guerre prélevé sur les Rhodiens (avant le passage de ses collègues).

Après la mort de Brutus, cingle vers l’Adriatique ; rejoint Murcus et Ahenobarbus.

M. Tullius Cicero

Légat de Brutus, réfugié à Thasos.

Rejoint Murcus et Ahenobarbus.

Aemilius Lepidus

Gouverneur de Crète armée et flotte (effectifs inconnus).

Après la mort de Brutus, cingle vers l’Adriatique et rejoint Murcus et Ahenobarbus.

anonymes

Résident en Asie ou dans les îles.

Arment une flotille improvisée (probablement sans commandement unifié) rejoints par M. Tullius et d’autres nobles partis de Thasos ; renforcent la flotte de l’Adriatique.9

M. Valerius Messala L. Calpurnius Bibulus

Légats de l’armée de Brutus (le premier commandait l’aile droite, contre Octavien, lors de la première bataille de Philippes ; le second est l’auteur de la percée dans les cols thraces) Trésor de guerre, vivres, armes et matériel militaire, environ 26 000 soldats.10

ils se rendent à Antoine.

Labienus

Ambassadeur puis réfugié à la cour parthe.

6Dans les jours qui suivent la bataille de Philippes, Antoine récolte les premiers dividendes de sa victoire : l’incorporation de l’essentiel des forces terrestres des Libérateurs, ainsi que celle d’une partie des 26 000 hommes repliés à Thasos. Mais ceci ne constitue que la première étape d’un long processus. Car une fraction des effectifs regroupés là s’était embarquée avec le fils de Cicéron et échappe à cette récupération. Des forces demeurées à Thasos, les Césariens retirent néanmoins onze légions : six pour Antoine, en théorie, huit en pratique ; cinq pour Octavien, qui n’en rapatrie en Occident que trois, puisqu’il doit, en principe, récupérer les légions de Fufius Calenus une fois revenu en Italie.

7Comme le montre le tableau, c’est la flotte qui confère encore un pouvoir redoutable aux Libérateurs. Les navires rassemblés par Brutus et Cassius se trouvent en Adriatique, aux côtés de Murcus – puis de Pompée – et d’Ahenobarbus. Les amiraux républicains entravent les communications maritimes entre les Balkans et l’Italie. Étant donnée la localisation de cette armée, la soumission des derniers Républicains incombe aux triumvirs, à parts égales. Cependant, c’est par l’intermédiaire des Antoniens, et à leur profit, que se sont effectués les plus nombreux ralliements. Ceux-ci ne revêtent pas toujours la même importance, ni une signification identique, car les circonstances dans lesquelles ils s’opèrent jouent un rôle capital.

  • 11 App., BC, 4.42.
  • 12 Il est probablement questeur en Asie entre 38 et 35. Il est possible qu’il soit entré au service d (...)

8Tous les ralliements républicains ne sont pas pris en compte par ce tableau. Il manque ici les noms de ceux qui se sont réfugiés auprès de Sextus Pompée, et ne sont entrés au service d’Antoine qu’en 35. Font également défaut, les partisans de Cassius et de Brutus qui ont changé de camp à une époque impossible à déterminer. Parmi eux, figurent Caecilius Metellus qui resta fidèle à Antoine11 jusqu’à la défaite d’Actium, au grand dam d’Octavien ; Pompeius Varus, qui demeura dans ce parti jusqu’en 31 ; Manius Valerius Messala Potitus, qui changea de camp quelque temps avant la rupture de 3212.

Tableau V. Le calendrier des ralliements républicains au parti antonien.

  • 13 Appien (BC, 5.4) ne cite que les suppliants qui furent exécutés, Petronius et Quintus ; il laisse (...)
  • 14 Hormis ceux qui avaient participé au meurtre de César, App., BC, 5.7.
  • 15 Sa réhabilitation officielle date des accords de Misène. Cependant, à partir de 40, il appartient (...)
  • 16 En fait, les Pompéiens qui se rallièrent à Antoine en 35, et dont le plus illustre demeure Scribon (...)

Date et circonstances du ralliement

Nom des rallies

Leur apport au parti antonien

Mission confiée au lendemain de leur ralliement

états de services

42 avant la bataille de Philippes

L. Gellius Publicola

ralliement individuel ; relations dans l’aristocratie catonienne et pompéienne

questeur propréteur en 41

au service d’Antoine jusqu’à Actium.

42 sur le champ de bataille de Philippes

— Lucilius
— Lollius ?

— ralliement individuel ; relations dans l’aristocratie catonienne et pompéienne
— ralliement individuel, par l’intermédiaire de l’Antonien Barbula

— missions diplomatiques discrètes
— aucune

— au service d’Antoine jusqu’à la défaite de 30
— passe assez vite à Octavien

42 après la défaite, mais dans des circonstances inconnues

— Q. Dellius
— Horatius Flaccus

— engagé “malgré lui”, dans les rangs de Cassius
— grâce individuelle

— mission diplomatique auprès de Cléopâtre.
— aucune, achète une charge de scriba

— au service d’Antoine jusqu’en 31
— inconnus

42 la défaite consommée, à la suite de négociations

— L. Calpurnius Bibulus
— M. Valerius Messala Corvinus

négocient la reddition des troupes repliées à Thasos, apportent un trésor de guerre, des vivres, des armes et du matériel militaire, ainsi qu’environ 26 000 soldats

— commandement militaire en Sicile
— défend la politique d’Antoine en Judée devant le Sénat

— au service d’Antoine jusqu’à sa mort en 32
— jusqu’en 36, passe ensuite à Octavien

41 au cours du séjour de Marc-Antoine en Asie, à Éphèse.

anonymes13

grâces individuelles

inconnue

inconnus

41 au cours de la tournée de Marc-Antoine en Asie, en Cilicie et en Syrie

— L. Cassius Longinus et ses compagnons14
— M. Appuleius

— inconnu
— province de Bithynie

— inconnue
— probablement le gouvernement de cette province jusqu’en 40

— inconnus
— inconnus

40 avant les accords de Brindes

— Cn. Domitius Ahenobarbus
— Ti Claudius Nero15

— une flotte de près de 100 navires, au moins une légion et une troupe d’archers ; affaiblit les positions pompéiennes en Adriatique
— une petite troupe

— gouverne la Bithynie à partir de 40
— inconnue

— au service d’Antoine jusqu’en 31
— intermédiaire entre Antoine et Octavien, sans doute jusqu’en 33

39 à la suite des accords de Misène16

— M. Titius
— L. Iunius Silanus

grâces individuelles

— mission militaire
— questeur en Grèce

au service d’Antoine jusqu’en 32, passent ensuite à Octavien

9Pour les conversions dont on peut établir les circonstances, deux grandes phases se distinguent nettement : celle qui suit directement Philippes et qui découle logiquement de la défaite militaire ; et celle qui se déroule après la guerre de Pérouse, résultant d’une situation politique et diplomatique plus complexe, où de nouvelles opportunités se présentent. C’est pourquoi, il importe de les classer suivant leur nature et l’intérêt qu’elles ont représenté pour Antoine.

Une typologie des ralliements

Aristocrates, diplomates et “agents doubles”…

  • 17 V. Max. 5.9.1 ; sur les liens de son demi-frère Messala avec Cassius : Plut., Brut., 40.1-4 ; 11 ; (...)
  • 18 Ami de Clodius, il fut témoin à charge lors du procès de Sestius, en 56 ; il est identifié par Mün (...)
  • 19 Catul. 83-91.
  • 20 Deux inscriptions, une à Eleusis, IG II/III2 4231 = IG III, 866 : “Pour Sempronia, fille de Lucius (...)
  • 21 App., BC, 5.142 ; D.C. 48.30.5-6.
  • 22 Vell. 2.83.
  • 23 Il suffit de regarder la longue liste des Claudii qui ont été des magistrats marquants. Mais les N (...)
  • 24 C’est à Sparte, qui appartient à la clientèle des Nerones, que Nero confie le jeune Tibère, Suet.,(...)
  • 25 Vell. 2.84.2.

10Dans un premier groupe, il faut placer les transfuges, les inévitables intermédiaires et les “agents doubles”. Dans cette catégorie, se trouvent L. Gellius Publicola et Q. Dellius, ainsi que, dans une certaine mesure, Ti. Claudius Nero ou M. Titius. Chacun de ces cas paraît spécifique. Pourtant, ils présentent des traits communs. Tous ces personnages ont hésité entre plusieurs partis, avec lesquels ils entretiennent des liens également solides. Gellius a été entraîné par sa famille maternelle dans le clan des Libérateurs17. Mais, du côté paternel, son oncle s’est compromis dans plusieurs aventures politiques menées par des Populares18. Lui-même, d’ailleurs, a fréquenté les Clodiens19 et, par son mariage avec la demi-sœur d’Atratinus, a prolongé cette connivence20. Ces sympathies le rapprochent des Antoniens, pour lesquels il a déjà travaillé, du reste, dans les rangs des “Libérateurs”. Bien que les circonstances de sa reddition soient très différentes, M. Titius se trouve dans un cas semblable : son père appartient à l’armée rebelle de Sextus Pompée21, son oncle, Munatius Plancus22, est entré au service d’Antoine. Titius, en outre, devint Pompéien bien malgré lui, car c’est en captif qu’il est entré dans ce camp. Ti Claudius Nero et Q. Dellius, en revanche, incarnent des types opposés. Le premier, patricien au nom prestigieux23 et à la clientèle étendue24, a le sentiment d’honorer profondément le parti auquel il décide de prêter, quelque temps, sa parole, car il représente, d’une certaine façon, la continuité historique romaine au travers des vicissitudes des guerres civiles. Q. Dellius est, au contraire, un homme nouveau que, seule, son exceptionnelle souplesse diplomatique a sauvé des périls du mauvais choix. Alors que Nero se renie, le front haut, Quintus est contraint à des rétablissements périlleux, qui lui ont valu le surnom de desultor bellorum civilium25. Ses qualités de négociateur furent amplement utilisées dans les années suivantes, auprès des souverains orientaux, Cléopâtre notamment. Ces transfuges, en majorité, sont accueillis, non comme des alliés douteux, mais comme des auxiliaires précieux. En effet, comme ils conservent des relations dans les divers camps, ils deviennent les intermédiaires indispensables pour entamer toutes les entrevues diplomatiques.

Des conversions négociées…

11Une seconde catégorie apparaît, celle des alliances négociées d’adversaires déclarés, mais non pas irréconciliables, qui disposent d’une monnaie d’échange. Dans ce cas, se trouvent, M. Valerius Messala, Calpurnius Bibulus, Appuleius, Domitius Ahenobarbus.

  • 26 Il convient cependant de souligner, qu’à la fin de la République, partir en Grèce, pour parachever (...)
  • 27 Ils suivent Antoine dans sa tournée orientale. En effet, quelques mois plus tard, Messala joue, po (...)

12Les deux premiers ont eu la tâche délicate de négocier la reddition de leurs compagnons. Nombre de détails retiennent l’attention dans cette tractation, à commencer par la personnalité des mandataires républicains. Certes, Messala et Bibulus se sont couverts de gloire au cours des opérations militaires ; ils étaient, de plus, fort proches de Brutus et de Cassius ; enfin, le nom de Bibulus était pour les Républicains un gage de loyauté, étant donné la personnalité de son père. Cela ne suffit pas à expliquer le choix de leurs compagnons d’armes, car ces deux hommes, malgré leurs qualités, paraissent, à l’époque, bien jeunes et inexpérimentés ; quand Brutus les a recrutés ils poursuivaient encore leurs études à Athènes26. Ce choix trahit surtout le désarroi du parti républicain. Ses chefs naturels ont trouvé la mort, dans la bataille ou peu après ; avec les autres commandants, les communications sont définitivement coupées. En outre, une fois embarqué tout ce qui pouvait l’être, ceux qui demeurent à terre comprennent que Thasos, sans une flotte, devient un véritable cul de sac et ils ne peuvent envisager aucune résistance : face au potentiel militaire des Césariens, le reliquat de leur troupe est dérisoire ; de plus, comparées à celles d’Antoine, leurs compétences stratégiques paraissent bien faibles. Puisque la reddition est inéluctable, la marge de manœuvre des négociateurs devient très étroite : ils espèrent échanger ce qu’il leur reste, c’est-à-dire le matériel et les dernières troupes, contre la vie sauve. C’est pourquoi, également, ils entament les pourparlers, non pas avec Octavien, mais avec Antoine. L’ensemble des sources atteste qu’ils craignent la férocité du jeune César, peu enclin, alors, à pardonner aux ennemis politiques de son père, lorsqu’il les tient à sa merci. Mais, surtout, ils savent que leurs réserves sont utiles à Antoine, parce qu’il doit reprendre en main l’Orient et qu’il désire en finir très vite avec une poche de résistance qui peut retarder sa mission, alors que son collègue n’a cure de ces arguments. Un autre motif explique le choix de Messala comme négociateur : sa parenté avec L. Gellius Publicola. Ce dernier est le demi-frère de Messala et il reste son débiteur, car celui-ci l’a sauvé d’une probable exécution pour haute trahison. En effet, durant son passage dans les rangs républicains, Gellius n’a cessé de conspirer dans l’intérêt d’Antoine, en tentant de faire évader Caius Antonius, tout d’abord, puis en s’en prenant à Cassius. Selon toute évidence, Messala a été choisi comme représentant parce qu’on escomptait beaucoup de la gratitude de Gellius, bien intégré dans le parti antonien. Malgré le panache aristocratique de Valerius, les républicains n’étaient pas en position d’exiger grand-chose et la souplesse d’Antoine fut accueillie avec soulagement. Les deux négociateurs trouvèrent un emploi immédiat dans l’armée de ce dernier27. En revanche, on ne sait exactement ce qu’il advint des personnages de moindre importance, car leur nom n’est pas passé à la postérité.

  • 28 App., BC, 5.55. De plus, il a peut-être participé au complot des Ides de Mars, bien qu’Appien et S (...)
  • 29 Durant l’été 44., il contribue à constituer la flotte des “Libérateurs” Cic., Att., 16.4.4, datée (...)
  • 30 Vell. 2.72.
  • 31 Deux légions et des troupes légères, composées d’archers et de frondeurs, ainsi que des gladiateur (...)
  • 32 App., BC, 5.26 ; D.C. 48.7.5 de manière allusive. Ce raid, qui se solde par la dévastation du terr (...)
  • 33 Dion Cassius 48.16.2 est le seul à affirmer que c’est le découragement mais non la défaite qui pou (...)
  • 34 Ce titre commémore sa victoire sur la flotte de Domitius Calvinus, qui avait tenté de forcer le bl (...)

13La position de Cn. Domitius Ahenobarbus, par contre, apparaît plus solide. Si, à long terme, son ralliement semble inévitable, puisqu’il refuse de se joindre à Sextus Pompée, en 40, il restait maître de le différer encore. Les négociations que mène Asinius Pollio sont donc plus délicates que les précédentes. Bien des Antoniens ne croyaient pas la paix possible avec l’amiral républicain ; au premier rang des incrédules se trouve L. Munatius Plancus28. Il faut reconnaître que Domitius paraissait, sans doute, intraitable. Sa famille demeurait célèbre pour son opposition opiniâtre à César et, lui-même était le neveu de Caton. Lorsqu’il reçoit l’ordre de rejoindre Staius Murcus, il a déjà derrière lui un long parcours militaire29. En 40, il conserve des forces importantes malgré la rupture avec Murcus, au moins 70 navires30 et une légion31. Ce potentiel lui permet toujours d’intercepter les convois et, au début de l’année 41, il réussit même un raid sur Brindes32. Après deux ans de guerre navale, il reste invaincu33 et bat monnaie avec le titre d’imperator, largement mérité, mais adopté dans l’illégalité la plus totale34. Une contre-offensive d’Antoine en Italie, où ses intérêts sont menacés, passe par un accord avec Ahenobarbus et une trêve avec Sextus Pompée. Les circonstances sont plus que jamais favorables. L’année 41 a modifié les positions politiques : la mésentente règne entre les triumvirs et chaque camp recrute des alliés. Pour un adversaire dépourvu d’avocat dans le parti césarien se présente alors une occasion unique d’offrir ses services. Le camp d’Antoine est la seule issue possible, Pollio l’a sans doute souligné. Des griefs hérités de la génération précédente empêchaient toute alliance avec Sextus et l’opposition durable de sa famille à César lui interdisait tout espoir du côté d’Octavien. Enfin, la clémence d’Antoine envers Bibulus et Messala, désormais à son service, n’a pas dû laisser indifférent le neveu de Caton. Asinius Pollio, en l’espèce, était le seul négociateur possible : Césarien fidèle, mais modéré, il avait des amis dans tous les camps, notamment chez les Républicains.

  • 35 Avec cinq de ses deux cents navires. Appien 5.55 insiste, par trois fois, dans son récit, sur la f (...)
  • 36 Après les accords de Brindes, Octavien est contraint à prendre des dispositions semblables avec Ah (...)
  • 37 Pour ne prendre qu’un exemple, lors de la retraite de la campagne parthique de 36, une anecdote no (...)

14Le protocole du ralliement révèle la nature de la négociation. La jonction se déroule en mer, donc sur le territoire de Domitius ; Antoine s’avance vers lui35, car il a sollicité la négociation ; les navires font route flanc à flanc, car c’est une entente militaire ; les deux commandants se restaurent sous la tente de Domitius, où ils demeurent sur un pied d’égalité. Tout concourt à montrer que ce n’est pas un vaincu qui s’accorde avec Antoine, mais qu’il s’agit d’une association librement consentie36. Naturellement, il ne faut se laisser prendre aux apparences : les mois qui suivent montrent bien qu’Ahenobarbus devient un subordonné d’Antoine. Cependant, il continue à jouir d’une réelle autonomie jusqu’à Actium. Sa place parmi les Antoniens est, à l’égal du rôle de Munatius Plancus, celle d’un second écouté et respecté37. Tout comme Bibulus et Messala, son ralliement modifie la composition et la structure du parti. En effet, il amène avec lui des subordonnés et des alliés, venus des familles républicaines, qui restent à son service, créant ainsi un sous-groupe supplémentaire, qui ne se mêle pas aux Césariens, partisans de la première heure.

  • 38 App., BC, 4.46 ; pour la succession en Bithynie, 5.63.

15Appuleius, pour sa part, opère un ralliement plus discret. Il a pour monnaie d’échange sa province, la Bithynie, ainsi qu’un trésor de guerre ; il reste probablement en poste jusqu’à ce que ce qu’Antoine décide de confier celle-ci à Ahenobarbus, en 4038. On n’entend plus parler de lui, par la suite, dans les rangs antoniens.

Du bon usage de la clémence…

16Dans un troisième groupe peuvent être classés les graciés, ceux qui, à notre connaissance du moins, n’ont aucun avantage matériel à concéder en échange de leur pardon. Ils doivent leur salut uniquement à la clémence d’Antoine. Parmi eux, se rencontrent deux cas de figure : d’une part, ceux qui se contentent de la réhabilitation et prennent une prudente retraite politique, comme L. Cassius, ou, encore, passent dans les rangs d’Octavien ; d’autre part, ceux qui demeurent au service d’Antoine, et, par gratitude, le font profiter de leurs talents, ainsi Lucilius et M. Iunius Silanus.

  • 39 App., BC, 5.4. Il excepte cependant deux hommes, Petronius, et Quintus, pour des raisons graves, s (...)
  • 40 De même, Antoine se contente de mesures de rétorsion symboliques à l’encontre du Mégabyse d’Artémi (...)
  • 41 App., BC, 5.7.

17Lorsqu’il séjourne en Asie, Antoine doit régler le sort des partisans des “Libérateurs” qui sont restés sur place, contraints et forcés. Le premier groupe important se trouve rassemblé dans l’enceinte de l’Artemision d’Éphèse et bénéficie, en principe, du droit d’asile. L’histoire des guerres civiles a amplement démontré que le droit religieux n’offre pas une garantie suffisante contre des ennemis expéditifs et les vaincus n’attendent, a priori, rien de bon du vainqueur. Cependant, le triumvir gracie collectivement les suppliants39. Cette mesure révèle peut-être un trait de son caractère que Plutarque apprécie tant, cette fameuse bonhomie. Antoine avait surtout de bons motifs de paraître magnanime. Tout d’abord se poser en ce sens comme l’héritier de César et rompre avec l’image qu’ont donné e les proscriptions. De surcroît, son arrivée dans la province annonce une remise en ordre et des négociations délicates. D’une part, il distribue les récompenses et les punitions, répare, dans la mesure du possible, les torts subis par ses alliés et châtie ceux qui ont trahi la cause césarienne. D’autre part, son principal souci est de faire appel aux ressources de cités et de régions qui ont déjà été lourdement mises à contribution, pour une guerre dont elles ne connaissent que les servitudes. Dans ces conditions, violer le sanctuaire d’Éphèse serait une erreur impardonnable40 : outre la fâcheuse publicité que cela occasionnerait, ce geste lui aliénerait le soutien du principal centre financier de la riche Asie. En outre, Antoine use de générosité à bon escient : il sait que la rumeur de sa clémence se répandra vite et escompte que cet espoir encouragera le ralliement rapide de tous les Républicains, encore dispersés dans les provinces orientales. Ainsi, il désire éviter la formation de poches de résistance, si préjudiciables au rétablissement de l’ordre. Ce calcul s’avère juste : L. Cassius et ses compagnons, en apprenant le sort de leurs amis, se rendent spontanément et n’ont qu’à s’en louer41.

  • 42 Cette anecdote est rapportée, à la fois, par Appien, BC, 4.129 et par Plutarque, Ant., 69.1-2 ; Br (...)

18Assurément, ces hommes n’ont apporté aucun avantage matériel à Antoine, mais la paix n’a pas de prix pour qui veut reconstruire l’État. Certains passent à son service et demeurent, dans les années qui suivent, quelques-uns de ses plus fidèles lieutenants. L’exemple le plus célèbre reste Lucilius42. Cet homme s’était sacrifié pour couvrir la retraite de Brutus, à Philippes ; des cavaliers barbares, trompés par le stratagème, s’emparent de lui et, à sa demande, le conduisent auprès d’Antoine qui s’écrie : “En cherchant un ennemi, vous m’avez amené un ami”. Cette phrase heureuse, qui sert dignement la mémoire d’Antoine, paraît, en fait, bien ambiguë. Elle peut signifier aussi bien qu’une fois pardonné, Lucilius compte au nombre de ses amis, ou qu’Antoine renoue avec une amitié ancienne, que les vicissitudes de la guerre civile avaient provisoirement distendue. Si la seconde interprétation est la bonne, l’insistance que manifesta Lucilius pour être remis aux mains de celui-ci s’explique parfaitement. L’ancien Républicain demeure un des plus proches conseillers d’Antoine jusqu’à la prise de l’Égypte.

  • 43 Ainsi que nous l’apprennent les considérations de D.C. après la victoire d’Utique 43.12-13.

19Le dernier argument en faveur de la clémence réside dans l’exemple qu’en a donné César. Ce fut une des armes de sa propagande les plus redoutables. Le pardon généreux des offenses lie étroitement ceux qui en sont redevables et marginalise ceux qui le refusent. Enfin, il place le vainqueur au-dessus des luttes de faction et transforme le chef de parti en chef d’État, du moins en apparence. Ce n’est cependant qu’un masque, à l’abri duquel les comptes peuvent se régler avec une discrétion hypocrite43. La clémence connaît toutefois quelques exceptions. Les ennemis qu’Antoine condamne appartiennent à des catégories déterminées : il sacrifie quelques irréconciliables, ceux qui ont participé au meurtre de César, ou qui ont trahi Dolabella, ou encore ceux qui ont fait exécuter son frère. Selon les cas, ces condamnations satisfont un désir de vengeance ou apparaissent comme un gage politique à l’égard d’Octavien : l’élimination des adversaires les plus voyants excuse le salut des catoniens modérés.

20Il convient, cependant, de souligner l’insistance d’Appien ou de Plutarque à exalter une vertu, attribuée, par la suite, à Auguste. Leurs renseignements proviennent, sans nul doute, d’extraits de pamphlets pro-antoniens. Il semble, en effet, que ce soit un des motifs essentiels de la propagande de cette faction. Deux anecdotes, souvent reprises, la manière dont le triumvir traite Lucilius et honore le cadavre de Brutus, illustrent le souci d’affirmer, par delà la guerre civile, l’estime entre les combattants, la mansuétude à l’égard des vaincus et des fourvoyés, enfin, le plus important, pour les Républicains et les Romains en général, attachés au mos maiorum, la solidarité nobiliaire. Le comportement d’Antoine révèle qu’il est pénétré des valeurs de sa caste, et elles motivent autant son arrogance que sa générosité. Une attitude similaire se retrouve chez Brutus, qui répugne à tuer C. Antonius, alors que Cicéron l’en presse, car on n’exécute pas un descendant des Julii, comme un vulgaire criminel. Ce traitement de faveur repose sur la conviction qu’à chaque fois qu’un représentant de ces grandes familles périt dans les conflits civiques, c’est un pan de la grandeur de Rome qui disparaît. La clémence apparaît donc comme la caractéristique de celui qui se revendique comme le premier représentant de l’aristocratie romaine. César en usa ; après lui, Brutus ; à sa mort, Antoine qui rallia les principaux optimates ; puis, Octavien, aux lendemains d’Actium, quand il compta enfin dans ses rangs ceux qui l’avaient combattu à Philippes.

  • 44 Il était tribun dans l’armée de Brutus Hor., S., 1.6.45-48 ; Il a échappé de peu à une issue funes (...)
  • 45 Hinard 1990, 103-113.
  • 46 Plut., Brut., 53.1-3 : “J’ai toujours été, César, du parti le meilleur et le plus juste”, trad. Fl (...)
  • 47 Vell. 2.77.3.
  • 48 Crawford, no 542/1 ; IG II/III2, 4114. En 33, SIG, 767 : la dédicace s’adresse à Marcus Iunius, fi (...)
  • 49 L’indication figure sur le denier qu’il émet en Achaïe voir note précédente.

21Ce comportement n’est pas, pourtant, l’apanage exclusif des chefs de parti ; aussi voit-on souvent des lieutenants intercéder pour des captifs ou des proscrits. Outre Fufius et Volumnius, déjà mentionnés pour la réhabilitation de proscrits, il faut ajouter à cette liste, Aemilius Barbula, uniquement connu pour avoir sauvé de la mort Lollius. Ce dernier, à son tour, après Actium, le retire de la geôle où il dépérissait. Leur destin les a conduits tous deux au consulat, qu’ils ont exercé ensemble. Cette anecdote édifiante a été usée, comme un galet, par les propagandes des deux camps, qu’elle servit tour à tour. Le poète Horace a probablement appartenu au groupe de ces rescapés44. Fait prisonnier, soit à Philippes, soit peu après, il a dû, semble-t-il, son retour en grâce à l’intervention de l’Antonien Q. Pilius Celer et au cercle d’Atticus45. Dans son cas, les difficultés qu’il rencontre, par la suite, pour retrouver son rang démontrent qu’une réhabilitation aisée demeure essentiellement un privilège de la noblesse. C’est, au fond, l’opinion de Messala, qui reproche à Dellius ses revirements : lorsqu’il change de cause, un noble ne trahit pas, il use de son libre-arbitre46, alors qu’un parvenu comme Quintus révèle son opportunisme. Pour un aristocrate de vieille souche, de plus, les connections familiales offrent, le cas échéant, des voies de négociations discrètes et honorables. Ainsi, M. Iunius Silanus, dont l’identité prosopographique reste trouble, paraît à la croisée des chemins : il est étroitement apparenté aux membres dominants de tous les clans. Le passage du parti de Pompée à celui d’Antoine s’est effectué sans heurt, puisque un autre Silanus, de conviction césarienne, avait déjà rendu de grands services à Antoine, en 43. Sa réhabilitation s’est opérée à la faveur des accords de Misène47. Il reçoit, en 34, un commandement important ; il est questeur, mais nanti de pouvoirs consulaires ; l’année suivante,48 il demeure dans sa province en qualité de proquesteur et propréteur. Il est agrégé au collège des Augures49. Il est possible, mais cela demeure incertain, qu’il soit passé dans les rangs antoniens seulement après Nauloque.

Le parti de la modération

  • 50 App., BC, 4.46 ; sa troupe rencontra celle d’Appuleius ; ils faillirent en venir aux mains.
  • 51 D.C. 51.2.4.
  • 52 Le cas de Paullus Aemilius Lepidus, consul en 34, apparaît très complexe. Il est le fils du consul (...)
  • 53 Inscription de Claros, publiée par Syme 1955c, 156.
  • 54 Cependant, il faut se défier de toute appréciation trop catégorique dans ce domaine, car une donné (...)

22La plupart de ces jeunes gens issus de l’aristocratie romaine, suivant la pente de leurs convictions ou l’influence de leur tradition familiale, se sont retrouvés dans le camp des “Libérateurs” en fâcheuse posture après leur défaite. Ils nourrissaient des ambitions et n’entendaient pas mettre leurs talents au hasard d’aventures militaires sans lendemain. Pour réussir leur retour à la vie politique, un grand nombre est passé par le truchement du parti antonien. Dans bien des cas, à l’image d’Horace, ils en ont effacé la trace. Aussi rencontre-t-on d’anciens proscrits républicains ou Pompéiens, qui servent Octavien, sans que l’on connaisse exactement la date et les circonstances de leur réhabilitation. Ainsi, à Actium, ses commandants en chefs sont loin d’être tous des partisans de la première heure. Messala a servi Cassius, puis Antoine, avant de considérer que la cause du jeune César était moralement la plus juste. L. Arruntius, proscrit, avait organisé un début de résistance armée aux triumvirs en 4350 et les conditions de son rappel restent inconnues. Son appel en faveur de Sosius après Actium ne permet pas de conclure qu’ils se sont connus dans le camp d’Antoine, quelques années plus tôt51. Paullus Aemilius Lepidus reste également discret sur son activité antérieure à l’année 3652. Le passé de Manius Valerius Messala est trahi par une inscription53. Une conclusion s’impose : l’immense majorité des Républicains54 a d’abord servi Antoine, avant de passer à Octavien. Cette étape s’explique, en tout cas jusqu’en 39, par les positions irréconciliables adoptées par le jeune César à l’égard des meurtriers de son père et de leurs complices. Elle est encouragée aussi par le prestige dont jouit Antoine après Philippes et par la relative confiance qu’il inspire. Le parti antonien apparaît donc à ses anciens adversaires suffisamment modéré, pour qu’ils puissent s’engager sans se renier totalement.

  • 55 Autant qu’on le sache, car l’administration de la province, durant la période triumvirale, est loi (...)
  • 56 Messala plaide en faveur d’Hérode, en 40 Jos., BJ, 1.284 ; en 36, c’est Bibulus qui porte à Octavi (...)

23Faut-il conclure que cette faction, une fois la victoire acquise, a oublié son passé césarien et estompé son militantisme vindicatif ? Certes l’apport des républicains a pesé sur l’évolution interne et influé sur la représentation extérieure du parti. Les gouverneurs de Bithynie, durant toute la période, sont des repentis55. Au Sénat, ce sont souvent des nobles de vieille souche qu’Antoine choisit comme porte-parole56. Domitius Ahenobarbus, en 37, conclut une alliance dynastique avec la famille d’Antoine. Presque tous les ralliés sont dotés de missions de confiance dans les mois, ou les années qui succèdent à leur adhésion. À partir de 41, le parti antonien ne prête plus le flanc aux critiques qu’affectionnait Cicéron en 43 : il ne ressemble plus à un groupe de parvenus et d’aventuriers politiques, mais à une faction d’apparence plus traditionnelle, où se rencontre une honnête proportion de noms connus. Cette évolution contrarie vraisemblablement des Antoniens de la première heure, déçus d’être traités à l’égal d’anciens ennemis, peut-être sincèrement choqués de côtoyer d’anciens complices des “Tyrannicides”. Là, se trouve un des motifs plausibles de la rupture de Barbatius Pollio, qui abandonne le parti d’Antoine à la fin de 41 et qui, de retour en Italie, conseille aux vétérans césariens de s’éloigner de L. Antonius qui lui paraît s’opposer également aux intérêts de la cause césarienne.

  • 57 Son prénom est connu, depuis peu, par les nouveaux fastes de Taormine AE 1991, no 894, déjà commen (...)
  • 58 Dion précise, en effet, qu’il n’a pas connu les vicissitudes des guerres civiles 50.2.2. ; ce qui (...)
  • 59 La seule exception semble le cas de Gellius Publicola, qui reçoit un commandement dès 41 et qui, e (...)
  • 60 À part, cela va de soi, Ahenobarbus, gouverneur de Bithynie.
  • 61 C’est le cas de Lucilius, Dellius, et, peut-être, Messala Corvinus.
  • 62 Les premières missions militaires de Bibulus, de Titius, ou d’Ahenobarbus, datent des années 37-36 (...)

24Pourtant, il ne faut pas exagérer cette évolution, qui apparaît très progressive et ne trouve son aboutissement que dans la période suivante. Ainsi, parmi les consuls, ordinaires et suffects, nommés par les triumvirs entre 41 et 36, ne se rencontrent que quelques anciens partisans des “Libérateurs”, en 38, L. Cornelius Lentulus et Ap. Claudius Pulcher ; en 36, peut être, Q. Marcius. Encore convient-il préciser que les deux premiers ont été, avant la rupture de 43, assez proches d’Antoine. Lentulus lui est même apparenté par son alliance avec Sulpicia. Mais rien n’indique qu’ils doivent cette magistrature à Antoine. Au contraire, Appius devient par la suite un des piliers du parti d’Octavien. Quant à Q. Marcius, il paraît très hasardeux de l’identifier57. Le gouvernement des provinces importantes, a fortiori celui des provinces stratégiques, celles qui impliquent la direction de plusieurs légions, ne sont pas confiés, avant la campagne militaire de 36, à des ralliés. Q. Fufius Calenus, L. Decidius Saxa et P. Ventidius, sont d’anciens officiers césariens, ils appartiennent au parti antonien depuis la première heure. Seuls, les antécédents de Sosius restent inconnus. Cependant, puisque Dion Cassius, lorsqu’il le compare avec Ahenobarbus, souligne que, contrairement à l’ancien Catonien, il n’a pas connu de vicissitudes, il est loisible de déduire qu’il n’a jamais fréquenté d’autre parti que celui d’Antoine58. La Macédoine et l’Asie sont confiées à des Césariens. Seule, la Bithynie fait figure d’exception ; mais elle représente un moindre enjeu. Durant cette période intermédiaire, les Libérateurs repentis sont donc intégrés au parti antonien, lorsqu’ils apportent des avantages matériels ou quand ils témoignent de réelles compétences, mais le temps n’est pas encore venu de les assimiler. Les leviers du pouvoir sont encore aux mains des Césariens ; leur opinion prévaut toujours dans les conseils ; c’est à eux qu’Antoine accorde principalement sa confiance59. Aux anciens Républicains sont réservés des rôles essentiellement diplomatiques60, où leur entregent, ainsi que leur connaissance de l’autre camp, font merveille61. Ils ne commencent à recevoir des missions actives qu’au jour où Sextus Pompée paraît sur le point d’être définitivement éliminé62.

II. La guerre de Pérouse : le dilemme des Antoniens

  • 63 Sur les dimensions de ce conflit, voir Roddaz 1988, 317.
  • 64 D.C. 48.5.5 ; voir aussi la notice de Freyburger & Roddaz 1994, L-LI.
  • 65 Ainsi, lors de l’arbitrage de Teanum, les commandants de l’armée rappellent que la balance doit êt (...)
  • 66 D.C. 48. Index et 5.4. La pietas du consul apparaît, en outre, sur les monnaies de 41 : Crawford, (...)
  • 67 Chez Appien, son souci des intérêts d’Antoine est rappelé BC, 5.14. Il utilise son lien de parenté (...)
  • 68 App., BC, 5.22 et 29.

25Ce conflit qui oppose les factions d’Antoine et d’Octavien au sein du triumvirat constitue le premier différend depuis sa fondation et conduit les partenaires à de nouveaux accords63. Mais, plus encore, il concerne et divise le parti antonien. En effet, la guerre de Pérouse est déclenchée par des parents et de proches amis du triumvir, en son nom. Ce dernier, malgré son absence, reste au centre des débats qui précèdent la reprise de la guerre civile, car chacune des parties en présence se prévaut, soit de ses intérêts, soit de ses volontés, pour légitimer son action64. Au premier chef, les Antoniens, bien sûr, invoquent leur fidélité et expriment leur souci de contenir l’ambition d’un collègue réputé peu scrupuleux65. Lucius Antonius ajoute à son nom le cognomen Pietas66, qui rappelle le soutien constant qu’il a témoigné à son frère durant la crise de 44-43, en même temps que le lien sacré qui les unit. Il affirme, aussi, que son action s’inscrit toute entière au service de son aîné. Il martèle cette vérité dans ses discours à l’armée et aux ordines67. Lucius reçoit, en outre, l’aval de Fulvia, lorsqu’elle eut vaincu ses réticences ; Manius, procurateur d’Antoine, intervient pour défendre les intérêts et la dignitas de son mandataire68. Cependant – et c’est le paradoxe de cet épisode – les Antoniens n’ont pas suivi unanimement ceux qui étaient censés représenter leur chef et la cause d’Antoine y fut davantage compromise que défendue.

Tension et divisions

  • 69 App., BC, 5.12 ; D.C. 48.5.2. Afin d’éviter toute contestation, en cas de litige, les triumvirs av (...)
  • 70 App., BC, 5.3 ; D.C. 48.1.3. D’après ce dernier témoignage, la Numidie Africa Nova reviendrait à O (...)
  • 71 App., BC, 5.3.
  • 72 D.C. 48.2.1.

26Peu de temps après son retour, tout juste remis, Octavien doit rencontrer les principaux chefs du parti antonien en Italie. En effet, une de ses premières démarches consiste à leur faire connaître la teneur des accords conclus après Philippes69. Leurs modalités concernent les Antoniens puisqu’elles modifient les dispositions de Bologne. Ces dernières règlent encore les affaires jusqu’à la fin de l’année 42. Cependant, les accords de Philippes prévoient une nouvelle répartition des missions et, de ce fait, des légions et des territoires. Les diverses tâches qui exigent l’intervention immédiate des triumvirs, c’est-à-dire la pacification de l’Orient, la collecte des fonds dans ces riches possessions, le lotissement des vétérans et la guerre contre Sextus Pompée, sont réparties entre les deux vainqueurs, à l’exclusion de Lépide : Antoine se charge des deux premières, Octavien des autres, plus conformes à son état de santé, selon Appien. Cela traduit, en fait, la hiérarchie réelle des parties respectives. Bien que ses occupations l’entraînent en Orient, Antoine conserve des intérêts en Occident. La Gaule Transalpine et la Narbonnaise, ainsi que l’Africa Vetus, probablement, sont gouvernées par ses légats. La question de l’Afrique reste entre parenthèses. Antoine et Octavien en conservent chacun une province, mais ils envisagent de donner leur possession à Lépide, si sa loyauté est établie70. Aux termes de cet accord, les Antoniens doivent céder deux légions à Octavien et abandonner la province de Cisalpine71. Celle-ci, rattachée désormais à l’Italie, conformément au vœu de César, échappe à l’autorité d’Antoine qui l’avait reçue à Bologne, puisque la péninsule demeure en dehors du partage72.

  • 73 App., BC, 5.14, Appien est le seul à mentionner l’existence de ce personnage ; il est vrai qu’il f (...)
  • 74 App., BC, 5.3. En fait, Antoine avait laissé son fidèle partisan en Italie, sans doute pour survei (...)
  • 75 App., BC, 5.12.
  • 76 D.C. 48.5.1.

27Les Antoniens consultés, c’est-à-dire les proches d’Antoine, Fulvia, Manius, chargé de ses intérêts durant son absence73, L. Antonius, le consul de l’année 41, ainsi que les légats qui occupent une magistrature à Rome ou en Italie, comme L. Munatius Plancus, qui achève alors son consulat, ou qui ont reçu une mission, comme Fufius Calenus, commandant de plusieurs légions dans la péninsule74, semblent, dans un premier temps, se plier à ces directives. Appien précise, en effet, que Lucius, en qualité de consul et de parent d’Antoine, se charge de transmettre les directives aux légats concernés et, notamment, à T. Sextius, qui gouverne alors les deux provinces africaines, l’ordre de remettre sa province au légat d’Octavien. Cet épisode ne peut être situé qu’au tout début de l’année 41, car Lucius est déjà entré en charge, mais Octavien n’a pas encore décidé de confier une province à Lépide75. Le récit de Dion Cassius confirme l’existence d’une brève période d’entente entre le triumvir et les Antoniens76. Sextius abandonne ses pouvoirs à l’arrivée de Fuficius Fango en Afrique.

  • 77 App., BC, 5.26.
  • 78 Ibid., 5.20 : lors de l’arbitrage de Teanum, les Antoniens sont mis en demeure de donner deux légi (...)
  • 79 Manius témoigne de la méfiance des Antoniens à l’égard de cette décision App., 5.22.
  • 80 Laffi 1986, 10-12 et 1992, 5-23.
  • 81 Ganter 1892, 9-10.
  • 82 D.C. 48.10.1
  • 83 Vell. 2.76.

28Mais cette docilité est partielle et de courte durée : une forte tension ne tarde pas à se manifester77. Le cas est flagrant en Transalpine et en Cisalpine : les légats Antoniens font systématiquement obstruction à toutes les mesures nouvelles. Fufius ne remet pas à Octavien les deux légions promises par Antoine78. Pollio, Ventidius et Calenus, empêchent Octavien de prendre possession de sa nouvelle province d’Espagne, en barrant le passage des cols alpins aux troupes qu’il y envoie, sous le commandement de Salvidienus. Cette mauvaise volonté s’explique, en grande partie, par le fait qu’ils s’estiment lésés par la cession de la Cisalpine79. Il est vrai que cette décision décevait probablement quelques ambitions : gouverner ce territoire stratégique, avec quelques légions, faisait de celui qui en était chargé l’arbitre de la politique italienne. Cela explique d’ailleurs pourquoi les deux triumvirs se sont empressés de faire disparaître cette pomme de discorde80. Mais les légats d’Antoine ne défendent pas seulement des calculs égoïstes. Ils renâclent à exécuter cet accord parce qu’il nuit aux intérêts antoniens ; en effet, dans l’immédiat, il signifie la perte du contrôle militaire de l’Italie. Le maintien en Transalpine ne corrige pas toutes les conséquences de cet abandon, car la péninsule Ibérique passe au pouvoir d’Octavien, qui peut prendre ainsi son adversaire à revers en cas de conflit. La position géographique et la mission des légats d’Antoine, au début de l’année 41, sont loin d’être claires. Si l’on admet, avec Ganter81, que Fufius Calenus reçoit d’abord, conformément aux dispositions de Philippes, le gouvernement de la Gaule Transalpine et P. Ventidius celui de la Narbonnaise, on peut se demander quel est le rôle de Pollio. Il est manifestement investi d’une charge officielle et se trouve à la tête de plusieurs légions. Comme il bloque les forces de Salvidienus en Cisalpine, où elles ravagent Placentia82, il est permis de penser qu’il a reçu un commandement sur ce territoire, malgré le changement de statut. En 40, d’ailleurs, il occupe la Vénétie au nom d’Antoine83.

  • 84 À la suite des accords de Bologne, l’Afrique est passée dans le domaine d’Octavien. Mais l’Africa (...)

29Le cas de l’Afrique est plus troublant encore84. Mais l’histoire de cette province se déroule en marge de l’évolution du parti antonien. Elle constitue, de ce fait, un cas qu’il convient de traiter à part.

  • 85 D.C. 48.4.2.
  • 86 Cic., Fam., 10.33.4 ; Roddaz 1988, 233 ; Freyburger & Roddaz 1994, 61 n. 29.
  • 87 D.C. 48.4.2.
  • 88 Freyburger & Roddaz 1994, LXIII-LXV ; n. 30 61.
  • 89 D.C. 48.4.2-3.
  • 90 D.C. 48.3.2.
  • 91 App., BC, 5.14.
  • 92 D.C. 48.4.4-6.
  • 93 App., BC, 5.19 ; D.C. 48.4.1-6 ; cette mésentente est également soulignée par Plutarque Ant., 30.1

30Les Antoniens présents à Rome, en dépit d’une collaboration de surface, demeurent également sur la réserve et sont divisés. Le triomphe de Lucius Antonius, le premier janvier 41, paraît révélateur. Il célèbre le succès remporté sur des tribus alpines, dans des circonstances mal définies85. Comme Lucius a occupé quelques passages alpestres, durant la guerre de Modène, il pourrait s’agir de la récompense tardive de cette campagne86. Le récit de Dion accrédite cette hypothèse, car il précise que ces faits d’armes furent accomplis sans imperium87. Mais sa version est inspirée par une propagande très hostile, dont le propos consiste à dénigrer systématiquement les actes du consul88. Si l’on suit l’hypothèse de Ganter, ce dernier pourrait aussi bien célébrer quelques opérations militaires mineures, menées dans le cadre d’un éventuel gouvernement de Cisalpine. Or, Fulvia refuse de donner sa caution à ce projet et, même, le combat, en usant sans doute de l’influence de sénateurs antoniens. Puis, elle change brutalement d’avis89. Qu’est-ce qui motive cette opposition et ses revirements ? Octavien. En effet, celui-ci, dès son retour à Rome, s’apprête à célébrer avec faste la victoire de Philippes90. Bien sûr, il en partage les lauriers avec son collègue, mais il profite de l’absence de ce dernier pour s’en approprier les mérites. Il n’y parvient qu’à moitié, d’ailleurs, car, aux yeux des Italiens et des vétérans, Antoine reste, à juste titre, le véritable vainqueur91. Malgré cela, Fulvia perçoit ce risque et soutient la célébration du triomphe d’un Antonius qui vient contrebalancer la gloire d’Octavien. Mais le consul donne un sens supplémentaire à la cérémonie. En abandonnant ostensiblement le costume triomphal avant de présider la séance du Sénat, il réaffirme la prééminence de la toge sur le glaive et la supériorité des instances traditionnelles sur des pouvoirs exceptionnels, théoriquement provisoires. La leçon est d’autant plus claire que Lucius l’explicite en rappelant les infractions de Marius92, qui le conduisirent, indirectement, à sa perte. Il conteste ainsi l’institution triumvirale et, au premier chef, Octavien. mais il déplaît aussi à un certain nombre des partisans d’Antoine, qui y voient une critique de leur chef et craignent une remise en cause des acquis du nouveau régime. Au premier rang desquels Fulvie. Dès le début de l’année 41, les Antoniens paraissent divisés. Appien et Dion soulignent le peu d’entente qui règne entre Lucius et Fulvia, ainsi que les réticences des légats à l’égard des intentions du consul93. Tous ne s’accordent que pour s’opposer à Octavien.

  • 94 Toutes les sources s’accordent sur ce point : Vell. 2.74 ; App., BC, 5.19 ; Flor., Epit., 2.16 ; D (...)
  • 95 App., BC, 5.14 ; D.C. 48.5.1.
  • 96 Cette redistribution concernerait 50 000 soldats environ, Brunt [1971] 1987, 328 et 488sq. ; Schmi (...)
  • 97 Cic., Phil., 5.7 ; 6.12-15 ; 11.10 ; 12.20 ; 13.26 ; 37 ; Att., 15.12.2 ; 15.1 ; 17.1 ; 5.3.
  • 98 Au sujet des fameuses statues qui lui sont dédiées par plusieurs associations, voir Nicolet 1985, (...)
  • 99 Bleicken 1990, 36.
  • 100 D.C. 48.7.1.
  • 101 App., BC, 5.14.

31C’est la colonisation de l’Italie qui constitue l’épicentre de la crise94. Les Antoniens craignent surtout, en plus de ces considérations, la popularité et le pouvoir qu’Octavien peut retirer, en cas de succès, de l’installation des vétérans95. Envisagées sous cet angle, les dispositions de Philippes risquent de lui livrer l’Italie. les Antoniens supportent mal que cette tâche devienne l’apanage du camp adverse, car ils espéraient accroître leur clientèle à la faveur de ce vaste mouvement de propriétés96. En vertu des accords de Bologne, le lotissement des vétérans d’Antoine leur revenait. Lucius Antonius prend la tête de la contestation. Bien qu’elle ne constitue pas l’unique sujet de frictions avec Octavien, cette question paraît particulièrement essentielle au consul. Il connaît bien les données du problème : en 44, il a été le véritable directeur de la commission septemvirale chargée de lotir les vétérans de César97. Lucius a mesuré, à ses dépens, les périls de cette mission, mais il sait aussi qu’il lui doit une bonne part de sa popularité98. De plus, la colonisation est une affaire intérieure, ressortissant certes de l’imperium domi des triumvirs99 mais qui empiète sur les prérogatives consulaires et réduit à peu de choses les attributions des magistrats. En outre, le triumvir chargé de cette mission acquiert une position privilégiée en Italie dont il est pourtant convenu qu’elle ne dépend de personne. Les troubles occasionnés par la colonisation offrent à Lucius l’occasion d’intervenir officiellement dans un domaine qui lui est refusé. Un point ressort des sources : ni Fulvia, ni Lucius, ni les Antoniens, ne doutent de la nécessité de la colonisation, mais ils en contestent l’application100. L’ajournement des opérations jusqu’au retour d’Antoine représenterait à leurs yeux la solution idéale. Hélas, la reprise en main de l’Orient, la collecte des fonds et la reconstruction d’une flotte, nécessitent au moins une année. Il s’avère impossible de faire attendre aussi longtemps les intéressés : l’impatience des vétérans, jointe à l’inquiétude des Italiens, ne feraient qu’exacerber le conflit101.

  • 102 Cette proposition montre que, d’une part, la place respective des magistratures traditionnelles et (...)
  • 103 App., BC, 5.20.

32Selon Appien, Octavien aurait alors fait une première concession : le partage de la colonisation entre ses lieutenants et ceux d’Antoine. Mais ces derniers continuent à faire pression en ignorant ostensiblement les décisions de Philippes, puisque Ventidius, Pollio et Calenus refusent toujours le passage à l’armée de Salvidienus, et que Calenus n’a pas donné, non plus, les deux légions promises. Il faut souligner, en revanche, que les concessions d’Octavien ne sont pas très loyales. Il a, certes, accepté le partage de la responsabilité de l’entreprise avec les amis d’Antoine, mais ne l’a pas concédé à parts égales et a fait en sorte de désavantager les légions de son collègue. les deux camps finissent par s’accorder sur des concessions mutuelles : une stricte égalité doit régner entre les deux vainqueurs de Philippes et le pouvoir consulaire n’est pas subordonné au triumvirat102. En échange, les légats de Gaule doivent lâcher prise et Lucius Antonius licencier sa garde, recrutée parmi les vétérans de son frère. Ils s’exécutèrent, à l’exception de Calenus, qui conserva ses troupes. Sur leur revendication essentielle, les Antoniens paraissent avoir obtenu satisfaction. Mais des désaccords apparaissent entre les légats et Lucius qu’ils blâment pour la compassion démagogique qu’il manifeste envers les expropriés103.

  • 104 Puisqu’Appien précise que des vétérans d’Antoine, installés à Ancône, ont sollicité l’arbitrage de (...)
  • 105 Appien la mentionne parmi les dix-huit cités qui doivent recevoir des vétérans 4.3. L’épigraphie n (...)
  • 106 D.C. 50.6.3 ; il ajoute que cette colonie fut refondée par Octavien, peut-être après Actium Gabba (...)
  • 107 Parmi les prodiges qui annoncèrent la fin d’Antoine, Plutarque cite la destruction de Pisaurum, co (...)
  • 108 Ces vétérans avaient été victimes, en effet, d’un arbitrage du Sénat, en février 43. Ils avaient é (...)

33Jusqu’à l’automne 41, la colonisation bat son plein. Dans ce domaine, on peut se demander en quoi consiste l’œuvre des Antoniens. Les sources littéraires et épigraphiques permettent de retrouver, ou de deviner, l’emplacement de certaines colonies, fondées pour des légions d’Antoine. Sont attestées avec certitude, Ancône104, Bénévent105, Bologne106, Pisaurum107. En ce qui concerne ces établissements, le numéro des légions loties n’est connu que dans le cas de Bénévent, où de nombreuses inscriptions indiquent que ce sont des vétérans de la XXXe légion et des evocati de la VIe qui y reçoivent des lots. Ces derniers sont des colons césariens installés à Arles, qui ont repris du service sous le commandement de Lépide, d’abord, et d’Antoine, ensuite. Ils reçoivent sans doute un lot plus important, situé cette fois-ci en Italie, à l’abri de contestations ultérieures108. La XXXe, pour sa part, est une des légions d’Espagne de Pollio ; cela confirme donc que ce sont bien les Antoniens qui se chargent de leurs troupes, mais ce n’est pas à leur précédent légat que revient cette tâche ; elle est confiée, généralement, à un autre représentant du même parti. De même, les evocati de la VIIe et de la VIIIe légions, commandées par Ventidius, durant la guerre de Modène, sont réinstallés à Capoue par un autre commissaire, dont le nom reste malheureusement inconnu.

  • 109 App., BC, 5.33.
  • 110 Gabba 1970c, 62 ; Freyburger & Roddaz 1994, 67 n. 90 et LIII.
  • 111 Gabba 1973, 463, cf. 1970c, 62, se fondant sur l’expression qu’employa Appien BC, 5.31, pense que (...)
  • 112 App., BC, 4.3 ; Keppie 1984, 24.
  • 113 Keppie 1984, 67-68.

34D’autres colonies sont probablement antoniennnes. Il est loisible de le conclure, avec un fort degré de certitude, pour Capoue, puisqu’elle appartient à la liste des dix-huit cités et qu’elle reçoit des evocati des légions VII et VIII, et pour Crémone, déduite par Alfenus Varus avec des soldats de la Xe et peut-être de la IIe, à moins qu’il ne s’agisse de la XVe. Le cas d’Aquinum est plus douteux : on ne sait si la cité fut colonisée en 41, ou après Actium. Toutefois, si la première hypothèse s’avérait la bonne, il s’agit d’un établissement antonien puisqu’il faut identifier, en ce cas, la IIIe légion qui s’y trouve avec la IIIe Gallica d’Antoine. Ariminum (Rimini), ancienne colonie césarienne, pour sa part, a certainement reçu des colons en 41, car elle appartient à la liste des dix-huit cités. Comme elle constitue l’un des points d’appui des légats d’Antoine durant la guerre de Pérouse109, il est possible qu’elle soit un établissement antonien. Une autre place-forte favorable à Lucius Antonius, Sentinum, a été placée par E. Gabba au nombre des colonies antoniennes. Mais, on ne sait si elle faisait partie des dix-huit cités. Dans son cas, le légat antonien semble plutôt l’avoir choisie pour ses sentiments républicains, qui coïncidaient avec le programme du consul110. E. Gabba ajoute aussi Sutrium à la liste111. Venusia, l’une des dix-huit cités est peut-être une colonie antonienne si ses colons appartiennent à la XIIe légion d’Antoine112. Les sites ont été choisis en 43, à Bologne. À l’exception de Vibo et de Rhegium, aucune modification n’a été apportée à notre connaissance. Quels critères ont déterminé cette sélection ? Essentiellement la richesse de leur terroir, selon Appien. Cette affirmation se vérifie dans le cas de Capoue, Bénévent, Ariminum, Venusia, et Bologne, mais paraît moins justifiée en ce qui concerne Ancône et Pisaurum. Cependant, il semble aventureux de juger, à une telle distance, de la valeur d’un terroir, qui peut être considérablement modifiée par l’implantation de vignes, ou de cultures arbustives, ou encore d’élevage. Néanmoins, le facteur commun de ces fondations réside dans leur position stratégique. Les colonies antoniennes de Capoue et de Bénévent commandent les approches de Rome, du côté méridional ; celles de Crémone, Bologne, Pisaurum et Ancône, contrôlent, à la fois, l’entrée de l’ancienne Cisalpine, la via Æmilia, et une bonne part de la côte de l’Adriatique. La répartition des sites entre les triumvirs date, sans doute, également, du partage de Bologne car, en 41, Octavien n’aurait pas mis de telles armes entre les mains de ses adversaires, s’il avait pu l’éviter113.

  • 114 Broughton suppose que Plancus agissait en tant que proconsul MRR 2, p. 374 ; mais Keppie incline p (...)
  • 115 Roddaz 1984, 49 ; App., BC, 5.30 ; D.C. 48.13.2.
  • 116 Brunt [1971] 1987, 329.
  • 117 Keppie 1984, 62.
  • 118 Verg., Ecl., 9.26-30 ; G., 2.198 ; Plin., Nat., 3.130.

35Munatius Plancus mis à part, on ne connaît pas précisément les autres déducteurs de colonies dans le camp antonien. Plancus ne précise pas à quel titre il a “divisé” les terres. Cependant, dans le cas de la colonie de Luca, le responsable choisi par Octavien, L. Memmius, porte le titre de præfectus legionum XXVI et VII. Il est probable que Plancus soit le præfectus legionum VI et XXX114. Le déducteur de la colonie de Crémone semble être Alfenus Varus. Il est possible que C. Furnius ait été responsable d’une des colonies de la côte Adriatique, soit Ancône, soit, plus probablement, Pisaurum. En effet, durant la première phase de la guerre de Pérouse, il reçoit l’ordre de conduire vers le consul les recrues du Picenum et d’Ombrie115. La personne la plus qualifiée pour cette mission paraît le fondateur d’une colonie. Les activités de Pollio en Cisalpine sont probablement du même ordre, mais restent difficiles à établir. Appien souligne que les responsables des colonies antoniennes, désirant surenchérir sur les propositions d’Octavien, ont encouragé leurs soldats à accomplir des exactions. Cette affirmation mérite que l’on s’y arrête. Brunt116 et Keppie117 proposent une interprétation vraisemblable : le fondateur de la colonie, faute de disposer de terres en suffisance pour installer les vétérans, ajoute au territoire de la cité réquisitionnée des parcelles confisquées aux cités voisines. Le phénomène est connu pour Crémone, agrandie aux dépens de Mantoue, sans que cette dernière cité soit devenue, pour autant, une colonie118. Les colonies d’Octavien ont eu certainement recours aux mêmes expédients, ce qui explique les appréhensions des cités situées au pourtour des zones de lotissement.

36Une première bataille s’est donc livrée entre Octavien et les partisans d’Antoine, avant le début des hostilités. Ils ont combattu le pouvoir extraordinaire que les accords de Philippes conféraient à Octavien. Par leur force d’inertie, ils sont parvenus à faire reculer le triumvir sur un point jugé essentiel, la colonisation. Cependant l’hostilité entre les camps n’a pas désarmé et les opérations de lotissements, loin d’apaiser les esprits, portent les germes d’une guerre civile entre les colons et les Italiens spoliés. Le consul décide d’utiliser cette arme contre Octavien. Les partisans d’Antoine se trouvent alors en porte-à-faux vis-à-vis du consul, qui attaque un adversaire qui est le leur, mais, en même temps, une politique qu’ils soutiennent.

Lucius et les Antoniens, des relations complexes

  • 119 App., BC, 5.21.
  • 120 App., BC, 5.60.
  • 121 App., BC, 52.

37Les arbitrages successifs échouent et la guerre partage l’Italie en deux camps. Antoine apparaît, en fait, comme le seul arbitre susceptible de trancher ce conflit. À la suite de la première tentative d’accommodement, à Teanum, chaque parti lui écrit pour en rendre compte et présenter son point de vue119. Octavien envoie Caecina et Cocceius Nerva en Phénicie, pour sonder ses intentions120 ; les vétérans, de même, ont délégué quelques compagnons d’armes afin de connaître l’opinion d’Antoine121. Son silence laisse le champ libre à toutes les interprétations. Et ce n’est pas sans réserves ni arrière-pensées que les Antoniens finissent par se ranger, en majorité, derrière Lucius Antonius. Ces réticences s’expliquent aussi par l’ambiguïté de la politique du consul ; elles pèsent très lourdement sur l’issue du conflit.

L’évolution de la politique de Lucius

  • 122 Plut., Ant., 30.4.
  • 123 D.C. 48.4.1-6. Sur le point de vue de Dion sur ces événements et les sources qu’il emploie, voir F (...)
  • 124 Il apparaît sans peine que les témoignages qui subordonnent le consul à Fulvie sont influencés par (...)
  • 125 Ant., 28.1. Cette présentation convient aux intentions du moraliste, qui subordonne tout le récit (...)
  • 126 Vell. 2.74. Velleius dépend de la tradition historiographique augustéenne, qui restreint les buts (...)
  • 127 Cette solution paraît bien utopique et sans doute démagogique, mais elle met Octavien dans une pos (...)
  • 128 D.C. 47.6.4 ; 10.3.
  • 129 Avant d’être, en 44, un efficace tribun de la plèbe et un allié brillant de son frère, Lucius n’a (...)

38Lucius agit-il simplement en partisan de son frère ou sa politique, plus ample, débordat-elle de ce cadre ? Les sources littéraires divergent sur ce point. Pour Plutarque122 et Dion Cassius, dans les premiers chapitres du livre XLVIII123, le consul n’est qu’un instrument entre les mains de Fulvia. Chez Appien, à l’inverse, il est le maître d’œuvre d’une politique ambitieuse et cohérente à laquelle se rallie, bon gré mal gré, sa belle-sœur124. De même, d’une source à l’autre, les motivations de Lucius varient considérablement. Plutarque n’expose pas les causes de la guerre, mais laisse entendre qu’il s’agit de la défense des intérêts d’Antoine125. Velleius donne une interprétation morale des motivations du consul : ses passions, jalousie ou ambition, le poussent à entreprendre la guerre. L’installation des vétérans constitue selon lui le casus belli126. Il souligne la duplicité de Lucius, qui défend les italiens spoliés par les vétérans et, auprès de ces derniers, rejette la faute sur Octavien. La version de Dion est fort proche, mais, plus détaillée et plus nuancée, elle présente des éléments supplémentaires, précieux pour l’analyse. Dans ce récit, la question des vétérans occupe le premier plan, mais ne résume pas tous les aspects de la polémique. De plus, sur ce point, la position du consul apparaît plus cohérente que n’en convient Velleius : défendant à la fois les vétérans et les expropriés, il suggère une atténuation des méfaits de la colonisation tout en poursuivant cette entreprise, une solution intermédiaire en quelque sorte127. Par la suite, Lucius choisit ouvertement le parti des expropriés, ce qui lui aliène le soutien des vétérans128. Appien, à tous égards, semble la source la plus riche. Il offre une interprétation logique et convaincante de l’œuvre de Lucius. Ce dernier affronte Octavien parce qu’il désire la restauration de l’État républicain et, donc, l’abolition du triumvirat, magistrature extraordinaire dont la raison d’être se limitait à l’élimination des fauteurs de troubles, les “Tyrannicides”129. Il s’oppose donc à toutes les exactions de ce régime, à la colonisation au premier chef. Lucius est conscient de la nécessité de cette opération, mais hostile à l’expropriation féroce qui l’accompagne.

  • 130 D.C. 48.5.4.
  • 131 Mais il n’a manifesté aucune intention d’abandonner les pouvoirs triumviraux.
  • 132 App., BC, 5.54.
  • 133 Roddaz 1988, 323-325.

39Sous la pression des circonstances et en raison de ses convictions, la politique de Lucius évolue rapidement. Il se distingue progressivement du triumvirat et donc de son frère. Cependant, il faut attendre la prise de Rome pour que le masque tombe. Peut-on alors le considérer encore comme un Antonien ? Il n’a plus véritablement sa place dans cette faction. En effet, il attaque un régime sur lequel repose le pouvoir de son frère et va donc à l’encontre de ses intérêts. De plus, il prend des initiatives qui dépassent largement sa position dans le parti. Cependant, il proteste toujours de sa fidélité à Antoine et déclare agir en son nom130. Il va jusqu’à faire de celui-ci le seul restaurateur possible de la Libertas. Utilisait-il, par opportunisme, le prestige du vainqueur de Philippes pour se prémunir de ses ennemis et entraîner ses amis, ou bien, extrapolant sur les sympathies profondes d’Antoine, croyait-il, de bonne foi, le contraindre à suivre une politique qu’il ne pouvait adopter librement ? Cette dernière explication pouvait paraître un peu plus crédible en 41 que par le passé, puisqu’après la victoire Antoine a rallié la fine-fleur des optimates ; mais elle est contredite par les engagements qu’il vient de renouveler après Philippes131. Dans son ultime justification, selon Appien, Lucius se défend d’avoir été seulement un partisan de son frère ; à l’inverse, il déclare faire passer l’obéissance qu’il lui doit après la défense de la liberté132. Quelle que soit sa sincérité, il faut souligner, pourtant, qu’il s’efforce, le plus longtemps possible, de rester dans le parti d’Antoine, car, sans ses légions, sa cause, aussi juste soit-elle, n’a aucun espoir d’aboutir133 ; mais, une politique aussi ambitieuse et des convictions aussi tranchées ne pouvaient que susciter méfiance et réticences chez les Antoniens, à commencer par l’élite de cette faction, qui ne le suit pas sans réserve.

Le ralliement de Fulvia et de Manius

  • 134 Ant., 30.1.
  • 135 App., BC, 5.19.
  • 136 D.C. 48.4.1.
  • 137 Flor., Epit., 2.16 : “virilis audaciae uxor”, ce qui rappelle le portrait fameux de Sempronia dans (...)

40Durant la guerre de Pérouse, le destin de Fulvia est indissociable de celui de Lucius. Pourtant, son alliance avec son beau-frère n’allait pas de soi. Plutarque134, Appien135 et Dion Cassius136 soulignent leur mésentente initiale. Plutarque la rapporte sans donner d’explication. Dion la restreint à un conflit de préséance, entre un consul vaniteux et une virago autoritaire. Mais, Appien souligne leur désaccord sur la conduite des affaires publiques. Fulvia s’oppose aux initiatives de Lucius. Elle désapprouve hautement la défense des propriétaires spoliés. Appien n’explique pas cette attitude. Cela paraît inutile ; les arguments qui la justifient coulent de source : le pouvoir de son mari et sa propre position s’appuient sur le triumvirat, toute action qui entame la cohésion de ce régime lui paraît menaçante. Mais Fulvia change d’avis brutalement. Comment expliquer, alors, cette nouvelle attitude ? Tous les auteurs s’accordent sur la cause de ce revirement : la jalousie. Appien ajoute que l’idée de susciter un guerre civile pour arracher Antoine aux bras de sa rivale ne lui est pas venue spontanément, c’est Manius qui lui a soufflé cette faute impardonnable. Il est possible que Fulvia ait été jalouse. De toute façon, les stéréotypes qu’utilisent les écrivains antiques pour la décrire ne nous permettront pas de connaître son caractère. Il entrait dans les plans d’Octavien qu’elle soit l’instigatrice de la rupture, pour affaiblir les positions de ses adversaires. Elle devient ainsi coupable d’avoir subordonné le bien public à son caprice. Quand elle usurpe le rôle des hommes et harangue les soldats l’épée au côté, c’est l’indice d’une crise profonde de la société et cette conduite monstrueuse ne peut qu’engendrer des catastrophes137. La jalousie comme principal mobile d’une épouse brouillonne ne convenait pas seulement à la misogynie ambiante et à la “propagande” d’Octavien ; après la défaite, Antoine et ses partisans y trouvèrent leur compte. Fulvia, décédée, constituait le bouc-émissaire idéal : lui attribuer une conduite irraisonnée évite alors de se pencher sur les dissensions profondes du triumvirat. Cette explication bouffonne passa donc à la postérité avec le plus profond sérieux.

  • 138 App., BC, 5.54.
  • 139 Plut., Ant., 20.1 ; D.C. 46.56.3.
  • 140 App., BC, 4.29 ; 31 ; D.C. 47.8.2.
  • 141 D.C. 48.5.3.
  • 142 Non sans raison, semble-t-il : lorsque les fils d’Antoine accompagnent leur oncle dans sa tournée (...)

41Les motifs réalistes ne manquent pourtant pas. On ne saurait supposer qu’elle a été séduite par l’idée d’une restauration de la République : rien dans son comportement n’indique qu’elle souhaitait la fin du triumvirat. Bien au contraire, Lucius déclare à Octavien que Fulvia ne brigue que la monarchie138. En revanche d’autres explications peuvent être envisagées sans peine. Elles sont de deux ordres : dynastique et politique. Le comportement de Fulvia, qui n’est pas sans évoquer celui de Servilia, la mère de Brutus, apparaît conforme aux pratiques aristocratiques de son temps. La matrone n’exerce d’influence que par ses frères – Fulvia n’en a pas – ou par ses enfants. Or, elle a été particulièrement féconde, puisqu’elle a donné des fils à ses trois époux, ainsi qu’une fille, Claudia. Cette situation lui permet de multiples combinaisons matrimoniales et étend le champ de son influence. L’union d’Octavien et de Claudia, réclamée par des soldats, adroitement manipulés139, reste son coup de maître, puisqu’elle est l’épouse d’un triumvir, la belle-mère d’un autre et que ce mariage garantit la cohésion du nouveau régime. Les historiens ne se privent pas de décrire sa conduite impérieuse : en 43, elle estime être à la tête de l’État140. En répudiant son épouse, Octavien brise le lien de parenté, met fin aux prétentions de sa belle-mère et contrarie ses plans141. Ce geste est ouvertement une déclaration de guerre à l’encontre de celle dont il invoque l’autorité excessive. Cela décide définitivement de l’hostilité de Fulvia. Il est délicat de dater cette répudiation. Si l’on suit le récit de Dion, elle se situe au commencement de 41 ; mais l’auteur précise que ce geste intervient après le début des hostilités. Il faut sans doute la placer à la fin du printemps, ou aux premiers jours de l’été. Elle ne constitue donc pas la cause initiale du conflit entre Fulvia et Octavien. Ce qui décide Fulvia à entrer en lice, c’est la défense de son rang. Or, cette position passe par la sauvegarde des intérêts d’Antoine, considéré ici, non comme son époux, mais comme le père de ses enfants. Le rôle de Fulvia est d’assurer la continuité gentilice et de veiller à ce que l’on ne lèse pas les héritiers. À ce titre, elle redoute l’ambition insatiable d’Octavien et son absence de scrupules142. Mais ce n’est pas tout. Elle décide brusquement de seconder son beau-frère, dans un combat qu’elle jugeait peu de temps auparavant inopportun, parce qu’elle a mesuré la fragilité de la position de son adversaire : c’est l’occasion de l’abattre complètement, ou, au moins, de l’affaiblir durablement. Elle n’ignore pas, sans doute, que ses buts divergent de ceux de son beau-frère, mais elle compte l’utiliser contre leur ennemi commun. Elle pense probablement que la victoire résoudra tous les problèmes et donnera raison à ses initiatives.

  • 143 D.C. 48.4.1.
  • 144 App., BC, 5.19 ; D.C. 48.4.4.
  • 145 Vell. 2.74 ; Flor., Epit., 2.16 ; ce qui rappelle le portrait que trace Plutarque, Ant., 10.5-6.
  • 146 App., BC, 5.33.
  • 147 Plut., Ant., 30.6.
  • 148 App., BC, 5.19.
  • 149 App., BC, 5.21.
  • 150 App., BC, 5.20, à Teanum elle n’est pas mentionnée, à Gabies 5.23, Appien ne parle que de Lucius ; (...)
  • 151 App., BC, 5.33.
  • 152 App., BC, 5.50.

42Mais son rôle a-t-il-été aussi important que le suggèrent les historiens antiques ? Le portrait qu’ils tracent est saisissant, lorsqu’ils décrivent l’activité inlassable de Fulvia. Elle dicte ses volontés au Sénat143 ; gourmande le consul144 ; harangue les légions à Préneste145 ; harcèle les légats d’Antoine et lève des troupes146. De tout cela rien n’est faux, sans doute, mais tout est très exagéré pour faire de cette femme le véritable fauteur de troubles, la responsable d’un conflit qu’Octavien souhaite éviter147. L’autorité dont elle jouit à Rome dépend en grande partie de son mari et de sa position. Les sénateurs antoniens lui sont a priori favorables et elle a hérité des réseaux de relations dans la plèbe que son premier mari, P. Clodius, avait créés. Elle a, de plus, la possibilité de faire inscrire de nouveaux noms sur la liste de la proscription. L’essentiel de ses interventions publiques se résume à une attitude traditionnelle. Pour signifier son entrée en guerre aux côtés de Lucius, elle lui confie les enfants d’Antoine148. Elle reste donc en retrait, officiellement du moins. C’est de l’avenir de ses fils qu’elle se préoccupe, lorsqu’elle les confie à la tutelle de Lépide149. Elle ne prend pas la parole lors des divers arbitrages ; sa présence est sous-entendue mais non mentionnée150. À Préneste, son rôle apparaît considérable, mais, la fameuse harangue mise à part, elle se cantonne dans les opérations de coordination des forces et de transmission des ordres. Elle seconde Lucius et ne dirige pas vraiment. Elle n’a pas davantage d’armée sous son autorité : les forces qu’elle regroupe sont sous les ordres de Plancus151 ; lors de la retraite, les soldats qui l’accompagnent constituent une escorte, non une troupe à ses ordres, et c’est Plancus, encore une fois, qui en assume le commandement152.

  • 153 Voir supra, première partie.
  • 154 App., BC, 5.14.
  • 155 App., BC, 5.19.
  • 156 App., BC, 5.22.
  • 157 App., BC, 5.29.
  • 158 App., BC, 5.32.
  • 159 App., BC, 5.52 et 66.

43Le ralliement de Manius à la cause de Lucius n’est absolument pas expliqué par Appien. Ce personnage sort de l’ombre grâce à l’historien alexandrin et ne se retrouve chez aucun autre auteur antique. Il semble qu’il appartienne à la clientèle héréditaire des Antonii153. Son action apparaît décisive. D’abord, il soutient les revendications des Antoniens au sujet de la colonisation154. Quelque temps plus tard, il incite Fulvia à seconder le consul155. Peu après l’arbitrage de Teanum, il prend la parole devant les commandants d’armée pour attaquer très violemment la politique d’Octavien, alors que Lucius se plie aux tentatives d’accommodement156. À Préneste, devant les sénateurs, il justifie l’entrée en guerre en produisant une lettre d’Antoine, d’une authenticité douteuse157. Lorsque Lucius se trouve enfermé dans Pérouse, il se rend auprès de Ventidius et Pollio pour les inciter à intervenir158. Il rejoint Antoine en Achaie et, sévèrement blâmé pour son rôle dans la guerre de Pérouse, il est exécuté sur l’ordre de celui-ci159. Les seuls éclaircissements proviennent des discours qui sont rapportés par Appien. Manius se plaint principalement de la duplicité d’Octavien, qui se sert de ses pouvoirs triumviraux pour parvenir à la monarchie. Devant les commandants, il accuse le triumvir de faire assaut de démagogie auprès de l’armée, d’intégrer la Cisalpine à l’Italie, d’étendre le nombre des cités soumises à la colonisation et le nombre des légions bénéficiaires, afin de saper l’influence d’Antoine et d’accroître son pouvoir. Il lui reproche également de prélever de lourdes contributions pour mener la guerre contre Pompée, sans enregistrer aucun succès. Il demande, en conséquence, que le pouvoir d’Octavien soit soumis à un contrôle. Devant la délégation des sénateurs, il laisse entendre, sans convaincre d’ailleurs, que la dignitas d’Antoine est menacée. Son point de vue reste celui que lui impose son rôle de procurateur ; il soutient les intérêts d’Antoine en son absence. Rien ne prouve qu’il ait adopté le programme du consul. Son désir de soumettre le pouvoir d’Octavien à un contrôle ne traduit peut-être que ses craintes en face d’un adversaire aussi peu scrupuleux. Si son rôle s’est borné à défendre la position d’Antoine, pourquoi celui-ci l’a-t-il fait exécuter ? Probablement parce que, pour ce faire, il a intenté un mauvais procès à Octavien, remis en question leurs accords et compromis le nom de son maître. Il est allé trop loin.

44Les trois héros principaux de ce conflit disparaissent dans les mois qui suivent leur défaite : Lucius pendant son proconsulat d’Espagne, Fulvia meurt de maladie et de chagrin à Sicyone, Manius est sacrifié par Antoine à la conclusion des accords de Brindes. Pour la postérité, la responsabilité de la guerre leur incombe totalement ; Antoine se dissocie de l’action entreprise par son frère. Cela apparaît d’autant plus facile que les ambiguÏtés de la politique de Lucius ont conduit dans son camp des partisans venus d’horizons divers.

L’hétérogénéité du parti de Lucius Antonius

45La politique de Lucius sollicitait le soutien aussi bien des Antoniens que des Italiens spoliés. La composition du parti du consul peut nous éclairer un peu sur ses buts de guerres réels (voir tableau VI).

  • 160 Hinard 1985b, no 40, 41, 50, 136 et 146 ; sur les additions, voir 247-248.
  • 161 Il est probable que cette addition sur la liste, qui n’exigeait pas de procédure particulière ait (...)
  • 162 App., BC, 5.29.
  • 163 Decius, en effet, contrairement aux autres proscrits, n’a pas suivi Lucius pour défendre des princ (...)
  • 164 App., BC, 5.30.
  • 165 D.C. 48.13.3.

46Les prises de position antérieures des partisans de Lucius à Rome n’apparaissent pas aisées à établir. Decius fait exception, puisque rien n’interdit d’identifier le proscrit avec P. Decius, tribun de la plèbe de César et légat d’Antoine à Modène. Ajouté sur les listes, en même temps que son collègue Cillo, Tiberius Claudius Nero et sa suite, ainsi que Ti(ti)sienus Gallus, il paye probablement le prix de son soutien à L. Antonius160. Cette proscription intervient, soit dans les semaines qui suivent la reprise de Rome par Octavien, soit juste après la chute de Pérouse161. Cillo, malheureusement impossible à identifier, et Decius, sont les deux seuls partisans connus de Lucius, au Sénat. Mais Appien laisse entendre qu’une partie de la noblesse est séduite par le programme anti-triumviral du consul162. Cependant, rien dans le passé de Decius ne permet de supposer qu’il soit hostile au nouveau régime. Bien au contraire, il apparaît comme un Antonien assez fidèle car, après Modène, il décida de rejoindre Antoine, malgré les périls encourus, au lieu de s’incorporer aux forces d’Octavien. Ce dernier, qui avait laissé la liberté du choix à ses prisonniers, le chargea d’un rapprochement avec le vaincu. Là réside, peut-être, le motif de sa proscription : Decius persiste dans son hostilité à l’égard du jeune César et celui-ci ne le grâcie pas une seconde fois163. Appien nomme un autre partisan à Rome, Nonius, qui ouvre les portes à l’armée du consul. Ce soldat, tribun ou centurion, qui a reçu la garde de la Porta Esquilina, sans doute, est, soit aux ordres de Lépide, soit un des partisans de Lucius164. Ce dernier a ordonné, en effet, à certains de ses amis de s’infiltrer dans la Ville, par petits groupes, afin de rendre possible son entrée et de préparer l’opinion en sa faveur165.

Tableau VI. Les partisans et alliés de Lucius Antonius, durant la guerre de Pérouse.

Nom

Circonstances de l’engagement

parti antérieur

sort ultérieur

L. Aemilius

décurion de Pérouse assiégée

Césarien convaincu et Antonien

40 épargné par Octavien après la chute de la cité

C. Asinius Pollio

Légat de Marc-Antoine en Gaule Appui réservé

Césarien convaincu et Antonien

retraite après la chute de Pérouse, il prépare le retour d’Antoine en Italie

Ateius

Légat de Marc-Antoine en Gaule Appui réservé

Césarien convaincu et Antonien

retraite après la chute de Pérouse

M. Barbatius Pollio

ancien questeur de Marc-Antoine, franche opposition

Césarien convaincu et Antonien

passe au service d’Octavien

P. Canidius Crassus

Légat de Marc-Antoine en Gaule Appui réservé

Césarien convaincu et Antonien

retraite après la chute de Pérouse

Cannutius

assiégé dans Pérouse

hostile à Octavien et probablement au triumvirat

exécuté après la chute de la cité

Cestius Macedonicus

citoyen de Pérouse, assiégé

inconnu

se suicide après la reddition

Killôn, Chilo ou cillo

inconnues

inconnu

proscrit en 41 ou 40

Tib. Claudius Nero

resistance armée à Octavien

transfuge

se réfugie auprès de Pompée, puis d’Antoine, réhabilité après Misène

Clodius Bithynicus

assiégé dans Pérouse

inconnu

exécuté comme un ennemi personnel d’Octavien

M. Cocceius Nerva

proquesteur-propréteur émission monétaire

inconnu, sans doute Césarien

il s’échappe dans des circonstances mal définies ; consul en 36

C. Cornelius Gallus

chargé d’assignations dans la vallée du Pô

Césarien

il suit probablement Asinius Pollio

P. Decius Mus

inconnues

Césarien convaincu et Antonien

proscrit en 41 ou 40

C. Flavius

assiégé dans Pérouse

inconnu

exécuté comme un ennemi personnel d’Octavien

Q. Fufius Calenus

Légat d’Antoine en Gaule Transalpine refuse de donner ses légions à Octavien

Césarien convaincu et Antonien

mort naturelle

C. Furnius

propréteur ? défense de Sentinum puis de Pérouse négocie la reddition de la ville

Césarien convaincu et Antonien

Grâcié par Octavien, rejoint Antoine

Manius

responsabilité importante dans le déclenchement agent de liaison entre le consul et les lieutenants d’Antoine en Gaule

Antonien

Rejoint Antoine en Grèce, il est exécuté sur son ordre

L. Messius

assiégé dans Pérouse

Antonien

Rejoint Antoine et le sert toujours en 31

L. Munatius Plancus

Lève des troupes dans la région de Bénévent, défend Spolète, appui réservé par la suite.

Césarien convaincu et Antonien

Rejoint Antoine et le sert jusqu’en 32

Nonius

ouvre les portes de Rome à L. Antonius

inconnu

inconnu

Tisiennus Gallus

défend Nursie puis Pérouse

inconnu

Rejoint Pompée et se rend à Octavien après Nauloque

P. Ventidius Bassus

Légat de Marc-Antoine en Gaule Appui réservé

Césarien convaincu et Antonien

Récupère les légions de Plancus et rejoint Antoine

  • 166 D.C. 48.13.2.
  • 167 App., 5.32.
  • 168 Un graffito, de l’époque augustéenne, à Bologne CIL, XI, 739 50 mentionne un homonyme. Sur les lie (...)
  • 169 Wiseman 1965, 19-20, 1971, 260 no 434.
  • 170 Donati 1982, 306.
  • 171 App., BC, 5.27.
  • 172 D.C. 48.13, 6 ; Freyburger & Roddaz 1994, LXV.
  • 173 App., BC, 5.104 ; D.C. 49.16, 1 ; Roddaz 1988, 311 ; Freyburger & Roddaz 1994, 67 n. 89.

47En revanche, les partisans de Lucius Antonius dans les armées de Gaule et d’Italie, Ateius, Pollio, Calenus, Canidius, Plancus et Ventidius, ont tous fait leurs preuves dans les rangs antoniens, à une exception près, celle de Ti(ti)sienus Gallus. Ce dernier, peut-être d’origine sabine, apparaît une première fois comme défenseur de Nursie166 ; puis, au début du siège de Pérouse, il reçoit l’ordre de piller les réserves des ennemis, avec quatre mille cavaliers167. Traditionnellement, il est classé parmi les Antoniens. Il y a pour cela deux raisons : il effectue ses premières armes (à notre connaissance) sous les ordres de Lucius Antonius et les commandements militaires sont, en principe, l’apanage des césariens, puisque les armées sont composées d’un nombre important de vétérans, qui obéiraient difficilement à un chef d’un autre bord ; ensuite, Ti(ti)sienus serait originaire de Bologne, ville attachée à la clientèle des Antonii par des liens fort anciens168. Le second argument est aisé à écarter, car il est circulaire. En effet, des homonymes sont certes attestés à Bologne mais également à Amiterne169. Bologne a été préférée par A. Donati parce qu’elle supposait que Titisienus était un Antonien170. Quant au premier argument, il ne semble pas, non plus, très solide, car Lucius a enrôlé une grande partie de ses nouvelles légions parmi les Italiens insurgés171. Il se peut que les soldats de Ti(ti)sienus proviennent de ces recrues. D’autres arguments, plus convaincants, inclinent, au contraire, à voir en Ti(ti)sienus un républicain. Le soutien qu’il rencontre à Nursie, dont il parvient à écarter Octavien, plaide en faveur de cette hypothèse. En effet, quand, quelque temps plus tard, la cité dut se rendre, probablement à Salvidienus Rufus, les habitants témoignent de leurs sentiments républicains, en inscrivant sur les tombes de leurs morts qu’ils étaient tombés en combattant pour la liberté172. Par ailleurs, lorsque Pérouse capitule, Ti(ti)sienus se joint aux troupes de Sextus Pompée. Il aurait pu, ensuite, retrouver Antoine – soit en 40, puisque Sextus a renvoyé à Athènes, sains et saufs, la mère et les amis du triumvir, dans l’espoir de conclure une trève – soit un an plus tard, après les accords de Misène. Au contraire, il demeure dans ses rangs jusqu’à Nauloque. Ti(ti)sienus n’a donc pas combattu aux côtés de Lucius pour Antoine, mais contre le Triumvirat173.

48Les autres légats Antoniens n’apportent à Lucius qu’un appui réservé, à l’exception de C. Furnius et de Munatius Plancus. Le premier recrute des vétérans en Ombrie, se jette dans Sentinum et, une fois la route dégagée, rejoint le consul. Il se retrouve assiégé dans Pérouse et négocie la reddition. Le soutien qu’il apporte est exclusivement d’ordre militaire. Ni Octavien, ni Antoine, ne lui reprochent son rôle dans cette affaire. Il obéit à Lucius par discipline antonienne. Plancus, d’ailleurs lié à Furnius, qui a été son légat en 43, apporte une aide plus importante à la famille d’Antoine. Il commande la légion levée par Fulvia, détruit une des légions d’Octavien qui faisait route de Brindes à Rome, puis se dirige vers Pérouse afin d’obliger Octavien et ses légats à lever le siège. À partir de là, subitement, son ardeur diminue ; il rejoint le clan des attentistes.

  • 174 App., BC, 5.38 ; D.C. 48.15, 1.
  • 175 App., BC, 5.40.
  • 176 App., BC, 5.41.
  • 177 App., BC, 5.48.
  • 178 App., BC, 5.46.

49Les défenseurs de Pérouse sont loin d’être tous des Antoniens ; cependant une fraction de l’état-major, grâciée par Octavien, appartient à ce parti. Quand la situation militaire apparaît désespérée, ce sont eux qui souhaitent la négociation, car ils ne sont pas animés d’une hostilité insurmontable à l’égard du triumvir et espèrent une solution amiable174. Les autres conseillers de Lucius sont “des ennemis personnels d’Octavien”175. Il faut entendre par là qu’ils se sont engagés par haine à l’égard du jeune César ; ce sont ses adversaires irréconciliables. Ils s’opposent à une capitulation sans condition, car ils savent en avoir tout à craindre176. Les Pérugins, pour leur part, se retrouvent contraints et forcés de participer à la guerre. Cependant, il semble que les notables de la cité aient pris parti ouvertement pour L. Antonius, puisqu’Octavien les fait exécuter, à l’exception de L. Aemilius, défenseur convaincu de la mémoire de César177. Les efforts d’Octavien pour trier ses adversaires lors de la reddition montrent suffisamment leur diversité178. Sa clémence à l’égard des Antoniens fourvoyés, Furnius, Aemilius et même Lucius, peut s’expliquer de deux façons. Tout d’abord, il souhaite préserver la fiction d’une guerre dirigée contre Fulvia et non contre Antoine ; il ne faut pas donner à ce dernier un casus belli en tuant des parents ou des amis. D’autre part, le Triumvirat repose sur la réunion des forces césariennes, et toute épuration d’un des éléments de la coalition est une perte pour l’ensemble du parti. Octavien préfère attirer les Antoniens dans son camp plutôt que de les détruire. Il adopte la même ligne de conduite qu’après Modène.

  • 179 La famille des Propertii, originaire d’Assise, Forni 1985, 205-223, offre un bon exemple de cette (...)

50La composition du parti de Lucius reflète la complexité de sa politique. Il conserve auprès de lui des Antoniens, qui lui obéissent parce qu’il est le plus proche parent de leur chef qu’il a servi fidèlement par le passé. Ils ne sont pas les combattants les plus opiniâtres. En première ligne, par contre, se trouvent les notables des cités d’Italie centrale, de Pérouse, de Nursie, de Sutrium, de Sentinum. Ils se sentent menacés par la colonisation triumvirale et défendent chèrement leur survie179. Leurs buts de guerre n’ont aucun point commun avec ceux des vétérans d’Antoine ; bien au contraire, ils sont contradictoires. À ces adversaires déterminés se sont joints les aristocrates romains, ceux qui, bien que nostalgiques de la liberté d’autrefois, ne se sont pas engagés résolument dans le camp des “Tyrannicides”. Ils y ont été incités par la politique du consul, en même temps que par la clémence d’Antoine à l’égard des Catoniens rescapés. Ils devinent, certes, dans le Triumvirat l’esquisse du pouvoir monarchique, mais considèrent que le parti d’Antoine constitue un moyen terme et se retrouvent aux côtés de Fulvia et de Plancus. Tiberius Claudius Nero en offre un bon exemple. Cette coalition montre que la guerre de Pérouse ne saurait être limitée à un conflit interne au triumvirat, c’est le dernier Bellum Italicum. En ce sens, elle dépasse largement le cadre du parti d’Antoine. La force de Lucius est d’avoir réuni derrière lui tous les ennemis d’Octavien, sa faiblesse est venue de leurs antagonismes.

Les répercussions militaires de l’indécision des Antoniens

  • 180 Pour un résumé des troubles touchant l’armée en 41, De Blois 1992, 123-124 ; pour la politisation (...)
  • 181 App., BC, 5.19.
  • 182 App., BC, 5.20. En effet, il obtient une réaffirmation de la validité de l’imperium consulare domi(...)
  • 183 App., BC, 5.23.
  • 184 D.C. 48.12.3.
  • 185 App., BC, 5.31.
  • 186 D.C. 48.12.1.
  • 187 App., BC, 5.52.

51Les relations de Lucius avec les Antoniens sont, de ce fait, modérément chaleureuses. La faveur des vétérans d’Antoine ne lui est pas acquise180. À plusieurs reprises, le consul contrarie leur opinion. Appien mentionne la colère de ces soldats, quand Lucius commence à prêter une oreille favorable aux plaintes des Italiens spoliés181. Ce mécontentement est exprimé par l’encadrement, mais il traduit les sentiments de la troupe. À Teanum, le compromis adopté par l’armée montre le respect que Lucius inspire aux tribuns et aux centurions182 ; mais l’arbitrage de Gabies, organisé par des vétérans d’Antoine exclusivement, lui est défavorable, d’autant qu’il se dérobe à l’entrevue183. Dion affirme qu’il n’a pas daigné comparaître devant une assemblée à laquelle il refuse toute légitimité, le Sénat “caligatus184. Appien rapporte qu’après une escarmouche avec l’escorte d’Octavien, craignant un piège, il renonce à participer à cette réunion. Il juge probablement sa comparution inutile, car la cause est déjà entendue. Lors du recrutement des troupes, les colonies antoniennes ne suivent pas toutes l’appel du consul. Appien explique cela, en partie, par l’action de Barbatius Pollio, questeur d’Antoine, de retour en Italie, après une brouille avec le triumvir185. Cet ancien Césarien affirme aux vétérans qui le consultent qu’Antoine est résolument opposé à cette guerre. Ces déclarations paraissent très suspectes, car Barbatius se rallie ensuite à Octavien ; cependant, les vétérans le croient. Allant au rebours de la politique menée jusque là par Antoine, le consul suscite, à juste titre, la méfiance dans l’armée. La “propagande” d’Octavien concourt à discréditer sa position : Lucius va à l’encontre des intérêts des vétérans, en remettant en cause la colonisation et en ébranlant la cohésion du triumvirat qui garantit le respect de ces engagements. Les soldats d’Antoine exigent des preuves et se font montrer les tablettes portant les accords conclus entre les deux triumvirs186 ; ils envoient une délégation auprès de leur chef, en Syrie187. Cela montre leur désarroi en face d’un conflit dont ils saisissent mal les finalités. Les contingents qui s’enrôlent finalement sous la bannière de Lucius sont souvent de jeunes recrues peu sûres ; la mutinerie d’Alba Fucens le démontre. Les meilleures troupes, comportant des evocati, sont sous le commandement des légats d’Antoine, chez lesquels se retrouve la méfiance manifestée.

  • 188 Ventidius partage sans doute ses légions avec Calenus, auquel il laisse la surveillance de leurs d (...)

52Les positions de chacun d’eux, au début de la guerre de Pérouse, sont mal connues et l’on ne peut que supposer le plan initial de Lucius, avant qu’Octavien et ses lieutenants ne le bouleversent en prenant l’initiative des opérations. Ventidius, Calenus, Pollio, se trouvent au Nord ; Plancus en Campanie ; Furnius en Ombrie. Canidius Crassus et Ateius ne peuvent pas être localisés, mais sont probablement en Gaule. Calenus commande en Gaule Chevelue ; c’est sans doute pour cela qu’il n’intervient pas dans ce conflit et que Lucius n’en attend aucun secours. De toute façon, il fait la sourde oreille aux injonctions du consul depuis le début de l’année. C’est avec Ventidius et Pollio que Lucius espère effectuer sa jonction. Ils ont de bonnes troupes et rétabliraient l’équilibre avec les effectifs d’Octavien188.

53Toutefois, la lenteur de ceux-ci compromet les plans initiaux de Lucius, l’obligeant à se retrancher dans Pérouse. Sur ce point, le contraste est frappant entre la rapidité de manœuvre des légats d’Octavien et les hésitations des Antoniens. Ventidius qui, deux ans auparavant, durant la retraite d’Antoine, a traversé la Cisalpine en dix jours, par de mauvaises routes, dans des conditions difficiles, met plusieurs semaines pour rejoindre Lucius à Pérouse, alors que les grandes voies lui sont ouvertes. Faut-il incriminer l’âge et la fatigue des généraux antoniens ? Certainement pas. Les plus beaux succès de Ventidius, de Pollio et de Canidius sont à venir. Appien, fort bien renseigné sur les opérations du front nord, par les mémoires de Pollio sans doute, attribue les hésitations de Ventidius à trois causes : son désaveu d’une guerre fratricide, sa méconnaissance des volontés d’Antoine – il doute, comme les vétérans, que la politique de Lucius les traduise réellement – enfin, les rivalités qui opposent les légats antoniens. Ces réserves sont partagées par Pollio et par Plancus. Elles sont fondées et rejoignent les préoccupations de leurs hommes. Ils craignent, en outre, que ceux-ci se mutinent si on les force à se battre contre d’anciens compagnons d’armes et à l’encontre de leurs intérêts. Cette crainte n’est pas sans fondement. D’une part, les soldats d’Antoine ont tout fait pour retarder le conflit. D’autre part, l’insubordination est une menace permanente et l’autorité des légats et des magistrats sur leurs troupes paraît extrêmement fragile.

54Harcelés par Manius que leur a envoyé Lucius, Ventidius et Pollio décident de s’avancer vers Pérouse. Ils sont arrêtés par Octavien et Agrippa, qui ont laissé des troupes devant la ville et les repoussent vers Ravenne pour Asinius, Ariminium pour Ventidius, Spolète pour Plancus. Cette première offensive doit se situer au début de la mauvaise saison et les villes mentionnées par Appien doivent correspondre aux quartiers d’hiver. Ils se fient exagérément à la capacité de résistance de Lucius, qui ne dispose pas d’approvisionnement. Au début de janvier 40, après une tentative de sortie infructueuse de celui-ci, les trois légats antoniens lancent une grande opération pour faire lever le siège. Ils bousculent les troupes de couverture d’Octavien, réussissent leur jonction et s’avancent sur la route de Fulginium à Pérouse. Confrontés aux forces adverses, en nombre supérieur, ils se replient vers Fulginium.

55Appien rapporte les hésitations du conseil d’état-major. Ventidius et Asinius désireraient tenter le tout pour le tout et attaquer ; Plancus, au contraire, préfère attendre. Les légats se rangent finalement à son avis. Il porte aux yeux des historiens la responsabilité de la dérobade. Appien et Velleius en font un pleutre. Si tel était le cas, la confiance que lui manifeste Antoine par la suite resterait inexplicable, de même le prix qu’attache Octavien à ses services. Certes, le personnage n’est pas très sympathique ; opportuniste, calculateur et peu scrupuleux, il est taillé pour l’époque dans laquelle il se meut. Mais il se caractérise tout au long de sa carrière par une remarquable sûreté de jugement. Quelle est donc son appréciation da la situation ? Contrairement à Ventidius et à Pollio, il n’a pas ménagé son aide à Lucius au début de la guerre. Il ne s’embarrasse pas de connaître les volontés réelles d’Antoine ; il sait qu’une victoire est toujours récompensée, quelles qu’en soient les circonstances. Il remporte même le seul succès effectif des Antoniens, en interceptant une des légions d’Octavien qui, partie de Brindes, se dirigeait vers Rome. Il est fort de trois légions quand il entreprend de faire lever le siège de Pérouse et c’est au contact des circonvallations qu’a établies Octavien autour de la cité qu’il change brutalement d’opinion. Ancien légat de César durant la guerre des Gaules, il reconnaît un dispositif semblable à celui d’Alesia et il sait que Lucius est condamné. Les raisons qu’il avance dans la conférence d’état-major sont certainement d’ordre stratégique. Son réalisme, joint aux hésitations de ses collègues, emporte la décision. Leur baroud d’honneur a suffit à apaiser leur conscience. Il attendent la suite des événements. Après une nouvelle tentative désespérée pour faire sauter le blocus, Lucius en arrive à la négociation. Le mois de février est l’un des pires ennemis des armées, c’est la période de la disette. À Pérouse, les défenseurs ont dépassé ce stade depuis de longues semaines et la famine décime les rangs.

56L’échec militaire de Lucius Antonius s’explique, avant tout, par des raisons politiques. La coalition qu’il avait créée était trop fragile pour faire combattre côte à côte des groupes aux intérêts opposés. Aux yeux des soldats d’Antoine, les petits propriétaires italiens, qui ne voulaient pas céder leurs terres, étaient bien plus leurs ennemis que les soldats d’Octavien. Ni l’encadrement antonien, ni les vétérans de tous bords, ne souhaitaient l’échec du triumvirat. La réprobation de l’armée a décidé du sort de la guerre.

Le bilan

  • 189 App., BC, 5.50. Sur les effectifs des Antoniens et leur sort voir Brunt [1971] 1987, 495-496.

57La reddition de Pérouse était prévisible, elle surprit pourtant les Antoniens, dont le repli s’apparenta beaucoup à un retraite précipitée. Une bataille était perdue, mais la guerre continuait, car ils disposaient encore de forces importantes : treize légions et six mille cinq-cents cavaliers189. Mais la dispersion nuisait à leur efficacité. Cependant, la guerre évolua rapidement vers un affrontement direct entre les deux triumvirs, ce qui permit un rétablissement de la position des Antoniens.

Les Antoniens après Pérouse

58Les troupes de renforts qui ont échoué devant Pérouse se dispersent, poursuivies par les lieutenants d’Octavien. Les proches d’Antoine adoptent alors des partis différents, très difficiles à connaître dans le détail. Certains se rendent auprès de lui, d’autres vont rejoindre Sextus Pompée, d’autres enfin préparent, en Italie ou en Gaule, l’arrivée du triumvir. Deux facteurs, politiques et stratégiques expliquent ces différences de comportement. Fuient l’Italie ceux qui sont très impliqués dans le déclenchement des opérations, ou, pressés par les légats d’Octavien, n’ont pas de forces suffisantes pour s’opposer durablement à ceux-ci.

  • 190 Pour les mouvements des principaux légats, voir App., BC, 5.50 ; pour des précisions sur le rôle d (...)
  • 191 Tarente occupe une place importante dans le dispositif antonien en 40, puisque la cité constitue l (...)

59Ainsi, à l’annonce de la chute de Pérouse, Fulvia part de Préneste et se rend à Pouzzoles. Elle pense sans doute qu’il ne lui reste d’autre parti que de se réfugier auprès de Sextus Pompée. Mais, apprenant qu’Antoine fait voile vers la Grèce, elle décide de venir à sa rencontre, en compagnie de Manius, peut-être, et reprend la route pour Brindes, cette fois-ci, avec une forte escorte, composée vraisemblablement par quelques vétérans rassemblés dans les colonies antoniennes qu’elle traverse. Elle est rejointe, à Tarente, par Plancus190. Celui-ci, en effet, resté probablement le plus proche des assiégés et pressé par Agrippa, semble se hâter de prendre la fuite, jalonnant sa route des légions qu’il abandonne. Partant de Fulginium, il emprunte d’abord la via Flaminia jusqu’à Forum Flaminii, où il oblique vers l’est et rejoint Camerinum. Là, craignant sans doute d’être retardé par certaines de ses troupes, il laisse deux légions, qui sont capturées par Agrippa et incorporées à ses forces. Plancus a gagné un délai précieux, il poursuit donc sa route avec une légion, continue vers l’est et rattrape la voie côtière, soit à Firmum Picenum, soit, plus au sud, à Castrum Truentinum. Il chemine probablement jusqu’à Bari, où il oblique à nouveau vers Tarente191. Là, il laisse sa dernière légion, qui est récupérée par Ventidius et escorte Fulvia jusqu’à Brindes, où il s’embarque avec elle pour rejoindre Antoine.

60Julia, la mère d’Antoine, s’embarque pour la Sicile, peut-être en compagnie de Ti(ti)siennus Gallus. De Campanie, part Tiberius Claudius Nero, pour la Sicile également, mais cela ne constitue qu’une escale, car il rallie Antoine en Grèce.

  • 192 Il se peut que l’armée de Ventidius, dont on n’entend plus parler ensuite, se soit débandée ; Schm (...)
  • 193 Cic., Phil., 10.4.
  • 194 App., BC, 5.51 ; de façon allusive, D.C. 48.15.1.

61Pollio, escorté peut-être d’Ateius et de Canidius, empruntant la via Flaminia, se dirige vers les colonies antoniennes de la côte, Pisaurum, Ariminum, puis poursuit sa route vers Ravenne, Padoue, Altinum, où il livre des combats. Velleius ne précise pas quel adversaire il affronte. Il maintient quelque temps la Vénétie sous l’autorité d’Antoine. Il entreprend également des négociations fructueuses avec Ahenobarbus, qui semble s’être redéployé dans le secteur nord-Adriatique, après son coup de main sur Brindes, l’année précédente. Ce repli stratégique ne ressemble donc pas à une débandade. Au contraire, Pollio prépare des bases solides pour le retour de son chef. Ventidius œuvre aussi en ce sens, mais les données manquent pour connaître exactement les modalités de son action. Ventidius et Pollio, conservent, donc, des forces intactes192. Ils ne se sont pas irrémédiablement compromis dans l’action de Lucius. Ils n’ont aucun intérêt à quitter l’Italie, d’autant que les onze légions de Calenus, demeurées en réserve durant toute la première phase, pèsent comme une épée de Damoclès sur la victoire d’Octavien. Si Calenus a opposé sa force d’inertie aux projets de ce dernier, il n’a pas davantage appuyé la politique de Lucius. Dans cette neutralité, se mêlent, sans doute, le désaveu d’une politique trouble et le sentiment d’une supériorité hiérarchique : le vieux consulaire césarien peut accepter l’autorité d’Antoine, pas celle de son jeune frère. En plus de cela, la maladie ralentit Calenus et finit par l’emporter, fort opportunément pour Octavien. Le fils de Calenus, dont les sympathies sont connues depuis longtemps193, ne fait rien pour empêcher le jeune César de récupérer les troupes et les provinces tenues par son père au nom d’Antoine194. Aucun des Antoniens n’est en mesure de s’y opposer. C’est un revers très lourd pour leur cause. En revanche, cela constitue une agression injustifiable : Calenus n’a pas pris les armes contre lui ; de plus, officiellement, Octavien n’a pas déclaré la guerre à Antoine et ne peut le dépouiller ainsi de ses possessions.

Le rôle des Antoniens dans la conclusion des accords

  • 195 Ant., 30.6.

62“(...) leurs amis ne leur laissèrent pas tirer au clair leurs sujets de récrimination mais les amenèrent à s’entendre et partagèrent entre eux l’empire”. Plutarque195 résume ainsi les accords de Brindes. Il passe sous silence les manœuvres militaires et fait grâce à son lecteur des longues tractations diplomatiques qui permettent de réunir les deux camps. Mais l’essentiel est dit : ce sont des partisans de bonne volonté, de part et d’autre, qui, patiemment, trouvent des alliés, renouent le fil des négociations, aplanissent les griefs et parviennent à rétablir la paix. Les belligérants, comprenant que l’oubli est le corollaire indispensable de l’union, rejettent le poids de la faute sur les morts.

  • 196 Vell. 2.76.
  • 197 App., BC, 5.52.
  • 198 Plut., Ant., 30.5 ; App., BC, 5.59.
  • 199 App., BC, 5.55.
  • 200 Ibid., 56-58.
  • 201 Ibid., 5.59 ; Keppie 1984, 69. Les vétérans qu’Agrippa a récupérés à Camerinum étaient des evocati(...)
  • 202 App., BC, 5.60-63.
  • 203 L’énoncé des griefs est simple du côté d’Octavien, le siège de Brindes, le rapprochement avec Pomp (...)
  • 204 Ahenobarbus et Pompée doivent être écartés de la négociation, dans un premier temps, pour rassurer (...)
  • 205 En échange de la mise à l’écart des deux alliés d’Antoine, c’est Octavien qui doit prendre l’initi (...)
  • 206 App., BC, 5.64.

63Le premier impératif pour engager les négociations est de rétablir l’équilibre des forces. Les Antoniens recherchent des alliés et en trouvent. Pollio apporte à Antoine sept légions et l’alliance de Domitius Ahenobarbus, avec soixante-dix navires et une légion196 ; Julia, un accommodement, provisoire et conditionnel, avec Sextus Pompée197. Fort de ces deux appuis et de sa nouvelle flotte, Antoine peut rétablir la situation ou contraindre Octavien à des négociations. D’Athènes, il fait voile vers Sicyone, où il laisse Fulvia, qui y meurt peu de temps après ; son désespoir a précipité un décès fort opportun198. Puis, il fait escale à Corcyre et effectue sa jonction avec Ahenobarbus au large de Paloeis199. De là, les forces réunies convergent vers Brindes, qu’elles assiégent. Les Antoniens lancent des attaques sur Ausonia et Sipuntum, coordonnées avec les raids des Pompéiens sur Thurium et Consentia200. Très vite, les résultats s’équilibrent. Octavien n’a aucun espoir de faire lever le siège de Brindes et Antoine repousse les cavaliers d’Isauricus ; en revanche, Agrippa chasse les Antoniens de Sipuntum et les Pompéiens lâchent prise à Thurium. Un autre élément agit en faveur de la paix : le désir de réconciliation des vétérans et leur refus de se battre contre Antoine. Ce sentiment est particulièrement vif chez les colons “réengagés” par Agrippa sur sa route. Ce sont des vétérans des campagnes d’Antoine. Ils militent activement pour que cesse cette guerre fratricide, où ils risquent de perdre tous les avantages qu’ils ont acquis201. Il suffit de trouver un intermédiaire qui ait la confiance des deux camps. Lucius Cocceius Nerva se propose ; ami d’Octavien et compagnon d’Antoine, sa neutralité inspire confiance aux deux triumvirs. Il a de nombreux liens avec les états-majors de ceux-ci et connaît, par ce truchement, l’opinion de la troupe202. Son rôle consiste à prendre contact des deux côtés, établir les bases de la négociation203, faire disparaître les obstacles de principe204 et trouver une entrée en matière qui ne blesse personne205. Une deuxième étape commence alors. Julia entre en scène. Octavien lui a écrit et elle transmet officiellement à son fils ses ouvertures de paix. La solidarité gentilice des Julii renoue les liens ; Antoine souscrit aux propositions. Les négociateurs mandatés par les deux armées, Pollio pour Antoine et Mécène pour Octavien, se joignent à Cocceius pour parvenir à un accord206.

  • 207 Ibid., 5.66. À l’occasion des accords, Antoine, par excès de confiance ou de naïveté, selon les au (...)

64Celui-ci permet de juger la profondeur de la crise engendrée par la guerre de Pérouse. Grâce au rétablissement final, Antoine ne perd pas trop de terrain, mais abandonne toutefois ses possessions occidentales. Sur ce point, le traité entérine la situation militaire. Il conserve le droit de recruter des troupes en Italie. Une stricte égalité est maintenue, en principe, entre les deux triumvirs207.

65Le parti antonien en sort modifié, mais non affaibli. Tout d’abord, la guerre de Pérouse a hâté le renouvellement des cadres. Il a perdu deux des principaux seconds, Lucius Antonius qui part gouverner l’Espagne pour Octavien et Fufius Calenus qui est décédé. D’autres, qui ont confirmé leurs talents militaires et diplomatiques les remplacent, Ventidius, Pollio et Furnius, à un moindre degré. De nouvelles personnalités et de nouveaux clans s’imposent, les Cocceii, ainsi que Canidius Crassus. De plus, en réglant le sort d’Ahenobarbus, les accords de Brindes officialisent le ralliement d’une partie de la noblesse républicaine à Antoine. Ce dernier se hâte d’envoyer ses lieutenants vers de nouvelles missions. Cherche-t-il à éloigner ainsi les acteurs de la guerre de Pérouse ? À l’exception d’Ahenobarbus, ce n’est pas le cas. La situation l’impose. L’offensive parthe menace de se développer et il faut reprendre en main la Macédoine. Antoine est contraint à rester éloigné de son domaine oriental, le temps de consolider sa position à Rome. Ses légats doivent le relayer. Ils s’y emploient brillamment pour leur gloire, l’éclat de leur faction et la grandeur de leur chef enfin.

III. Le temps des succès

  • 208 Syme [1939] 1967, 206.
  • 209 Toutefois, la participation des Césariens semble moindre après l’épisode de Pérouse. C’est probabl (...)
  • 210 App., BC, 5.75.

66De la victoire de Philippes jusqu’aux prémices de la grande campagne parthique, se déroule une période relativement faste pour le triumvir, celle que R. Syme a appelée la suprématie d’Antoine208. Cet état de grâce procède de plusieurs facteurs, certains internes au parti, d’autres externes, résultant du rapport de forces et de la situation militaire. La composition de la faction, l’abondance et la renommée de ses membres, concourent au prestige de son chef. De Philippes à Nauloque, elle a reçu l’apport de la majorité de la noblesse ralliée. En même temps, Antoine a conservé le soutien de la plupart des Césariens expérimentés, du moins les viri militares209. Aucun parti ne peut soutenir la comparaison. Octavien ne commence à attirer la confiance de la noblesse qu’à partir de 39, à l’occasion de son alliance avec les Claudii et de l’accord de Misène. Pompée est, certes, entouré d’une belle proportion de nobles proscrits, mais ceux-là demeurent dans ses rangs faute d’un autre refuge ; dès que l’amnistie le leur permet, ils le quittent210. Les succès d’Antoine à Philippes et de ses légats dans les campagnes orientales contrastent avec les revers d’Octavien face à Sextus Pompée et ajoutent un éclat indiscutable à leur parti. Antoine régit l’Orient, mais c’est à Rome que ses lieutenants triomphent ; la position de leur chef au Sénat et devant le peuple n’a jamais paru aussi solide. D’accords en traités, la concorde, sinon l’harmonie tant souhaitée par les vétérans, pourrait régner entre les différentes composantes du parti césarien. En fait, il n’en est rien : les ententes ne garantissent pas la paix, elles évitent la guerre, car les deux triumvirs dirigent leurs armées vers d’autres cibles. À l’abri de ce pacte de non-agression, ils se livrent, par le biais de leur parti, à une compétition féroce.

De Brindes à Tarente : les fruits de la paix

67Chaque rencontre entre les triumvirs conduit inéluctablement à une nouvelle définition de l’équilibre des forces. Elle a donc des répercussions directes sur les tâches et les espoirs de carrière de leurs partisans.

  • 211 Sa famille proche est engagée auprès d’Antoine ce dont témoignent les reproches qu’Octavien adress (...)
  • 212 Il négocie l’entente provisoire de 40 entre Pompée et Antoine, marie peu après Scribonia à Octavie (...)
  • 213 Il est l’artisan du ralliement de Plancus avant Bologne, d’Ahenobarbus après Pérouse, le représent (...)
  • 214 À Tarente et auprès de Cléopâtre.
  • 215 Plut., Ant., 25.3 ; Jos., AJ, 15.25-28 ; D.C. 49.39.3.
  • 216 Plut., Ant., 36.2.

68Ceux-ci sont d’ailleurs les principaux artisans de ces grandes négociations. Leur désignation, dans ces circonstances, ne doit rien au hasard. Les tractations suivent approximativement le même processus. Pour entrer en contact, quand tout lien est coupé, les adversaires, qui n’ont plus guère de terrain d’entente, doivent faire appel à l’ancienne solidarité familiale. Les femmes de la gens sont chargées de renouer le fil interrompu. Le désir de paix convient à la douceur de leur sexe et leur influence sur leur époux, leur fils, ou leur frère, constitue un aimable prétexte pour contraindre ceux-ci à ce qu’ils souhaitent. En cas d’échec, aucun engagement solennel n’est rompu. Julia joue deux fois ce rôle, entre Sextus Pompée et Antoine, entre Octavien et son fils, avant les accords de Brindes. Mucia, pour sa part, négocie les préliminaires de Misène. Octavie réconcilie son frère et son mari avant l’entrevue de Tarente. Leur rôle se borne au rétablissement des relations diplomatiques ; elles ne discutent pas des clauses des traités, car, dans cette phase, interviennent les confidents des triumvirs et les membres des diverses factions. Il s’en trouve de deux sortes : d’une part, les intermédiaires influents, d’autre part, les partisans fidèles. Au fil des réconciliations, les mêmes noms réapparaissent. Parmi ceux que leur neutralité et leurs relations placent à michemin des divers partis, il faut citer L. Cocceius Nerva, ami d’Antoine et d’Octavien, dont le cœur penche tout de même un peu plus vers le camp d’Antoine211, ainsi que Scribonius Libo, parent de Pompée, ami d’Antoine, allié provisoire d’Octavien212, et également Gellius Publicola, intermédiaire entre Antoine et Messala. Il leur revient d’entamer les négociations et, durant leur déroulement, d’aplanir les désaccords. Chaque parti est représenté par un fidèle, qui réunit deux conditions, l’habileté diplomatique et la confiance des deux camps. Antoine emploie souvent Asinius Pollio213. Après son éloignement progressif, Fonteius Capito le remplace214. Avec les princes orientaux et Cléopâtre, Antoine utilise, aussi, presque toujours, les mêmes émissaires : Q. Dellius, avec Cléopâtre, Hérode, Artavasdès215 ; Fonteius Capito, avec Cléopâtre216. Ces missions là diffèrent grandement des précédentes, en ce qu’il ne s’agit pas de négociations d’égal à égal et parce que les compétences techniques – connaissances de la langue, du pays, des familles princières et des coutumes – importent davantage que l’agrément des souverains. La constance des choix d’Antoine marque autant sa confiance envers ses légats que son désir de mener une politique cohérente.

  • 217 Plut., Ant., 30.5 ; App., BC, 5.73 ; D.C. 48.36.4 ; 48.54.6.

69En contrepartie de leur position délicate, les ambassadeurs retirent toujours prestige et influence des négociations réussies. Ils ne sont pas cependant les seuls à bénéficier des résultats heureux de cette entreprise, car chaque traité engage l’avenir du parti en général et statue sur la carrière et le sort des particuliers. Les accords permettent, en effet, de résoudre divers problèmes pratiques et juridiques, qui supposent l’accord des triumvirs, en tout cas de deux sur trois. Naturellement, la question préliminaire qu’il convient de résoudre reste le partage des territoires et des missions. Pour Antoine, à l’exception de quelques réajustements, la perte des Gaules à Brindes, la cession, très provisoire, du Péloponnèse à Misène, la zone géographique ne varie guère et la mission essentielle demeure l’expédition contre les Parthes. Mais ces tractations lui sont indispensables pour deux motifs. Il lui faut régler la question des anciens républicains et des anciens proscrits ; sans accord entre les triumvirs, ils ne peuvent retrouver de position officielle dans l’État. Il lui faut, en outre, maintenir son influence à Rome par le renforcement de sa faction au Sénat et par la succession de ses partisans aux magistratures. La répartition de celles-ci résulte d’une entente commune, même si le choix des magistrats appartient à chaque triumvir. Les historiens antiques attestent de la permanence de cette question dans les débats217.

  • 218 D.C. 48.29.2.
  • 219 App., BC, 4.129 ; 5.65.
  • 220 Sa carrière entre 43 et 39 demeure parfaitement inconnue. Il est impossible de savoir à quel trium (...)
  • 221 App., BC, 5.72.
  • 222 Plut., Ant., 30.6.
  • 223 D.C. 48.35.1.
  • 224 App., BC, 5.73.
  • 225 D.C. 48.46.1.
  • 226 D.C. 49.53.4.

70Brindes et Misène règlent différemment le sort des anciens adversaires. À Brindes, la restitution est circonscrite aux combattants de Philippes ralliés après la bataille, aux partisans de Cassius et de Brutus qu’Antoine a rassemblés en Orient, ainsi qu’aux partisans de Lucius Antonius proscrits et pardonnés218. Des mesures particulières règlent quelques cas épineux : ceux de Valerius Messala, de Calpurnius Bibulus, de Domitius Ahenobarbus219. Dans ces trois derniers cas, comme cela a déjà été souligné, l’amnistie se double d’une alliance militaire. Cette solution concerne donc le parti antonien : elle consacre légalement l’adhésion de l’aile catonienne des Libérateurs et apaise les différends que ce ralliement avait fait naître avec le parti d’Octavien. Furnius est rendu à son camp. D’autres, par contre, Calvisius Sabinus sans doute, demeurent dans le parti d’Octavien220. À Misène, en revanche, la restitution est une mesure de portée générale. De ce fait, il convient d’en préciser les modalités. La liste de la proscription est fermée ; de plus, tous ceux qui y figuraient à titre d’opposants politiques sont pardonnés et peuvent à nouveau servir l’État. La clause économique est aussi levée, un quart des biens confisqués est rendu, ce qui garantit un patrimoine pour briguer les honneurs221. Les “Tyrannicides” sont exclus de cette mesure d’apaisement. Pour le parti d’Antoine, cela favorise l’adhésion des Pompéiens de circonstance, qui entament leur retour dans l’État par son intermédiaire. L’exemple de Tiberius Claudius Nero montre pourtant qu’ils ne constituent pas toujours des alliés très solides pour leur nouveau camp. La distribution des magistratures est l’objet d’échanges répétés. Une première grille avait été mise au point lors des accords de Bologne. À Brindes, les magistratures sont à nouveau réparties entre les partisans des triumvirs222. La succession aux honneurs est planifiée pour huit ans223. À Misène, elle intègre, cette fois, des partisans de Pompée. Leurs noms ne sont pas restés, à l’exception de Pompée lui-même, dont le consulat est fixé en 33 et de Libo, dont le consulat est prévu pour 34224. Il prit les faisceaux, d’ailleurs, à cette date, contrairement aux autres, privés de leur magistrature lors de la reprise des hostilités. Par ailleurs, certains, bien que désignés, sont dans l’impossibilité de remplir leur fonction, faute d’argent. En effet, malgré la promesse solennelle, le quart des biens confisqués n’est pas reversé aux proscrits225. Le cas de M. Oppius est à cet égard exemplaire : désigné à l’édilité, sans doute dans le cadre de Misène, il n’a pas la possibilité de faire face aux dépenses qu’entraîne sa charge, parce que sa famille a été proscrite. Une contribution populaire lui permet finalement d’honorer ses obligations, au grand déplaisir d’Octavien et du Sénat226.

  • 227 D.C. 48.43.2. On assiste, de même, à la multiplication des postes de questeurs, puisqu’il y en a d (...)
  • 228 D.C. 48.35.1-3.
  • 229 En 40 D.C. 48.32.1. Il faut nuancer ce tableau très noir. Il y a certes une dévalorisation des mag (...)
  • 230 Il entre dans les prérogatives ordinaires des consuls de désigner leur successeur Mommsen 1887, 24 (...)

71Les historiens antiques, Dion Cassius notamment, déplorent l’inflation des honneurs et, de ce fait, leur dévalorisation. Le nombre des postes à pourvoir se multiplie : cinquante-six préteurs sont désignés en 38227. Le consulat est devenu, depuis le début des guerres civiles, une monnaie d’échange, le moyen de récompenser ses partisans et de se concilier les neutres et les adversaires228. Mais il est en passe de devenir une monnaie dévaluée, puisque l’institution des suffects se pérennise et que les consuls sont destitués en cours d’année par les triumvirs229. Les consuls ordinaires donnent leur agrément pour le choix des suffects230. Cela concerne les triumvirs, cela va sans dire. Pour Antoine, nous possédons deux exemples de désignation de ses proches au consulat suffect, L. Sempronius Atratinus et L. Flavius, en 34, l’un et l’autre. Il se peut que les autres consuls ordinaires aient la possibilité de formuler un avis sur leur successeur immédiat, mais rien ne prouve qu’il ait été suivi.

72Il convient d’examiner la part exacte du parti antonien dans la répartition des consulats de 40 à 36 :

Tableau VII. Les consulats de 40/36.

  • 231 En caractères gras, sont reportés les consuls, qui appartiennent au parti antonien lors de l’exerc (...)

40

ord. :
Cn. Domitius Calvinus
C. Asinius Pollio231

suff. :
L. Cornelius Balbus fin de l’année
P. Canidius Crassus fin de l’année

39

ord. :
L. Marcius Censorinus
C. Calvisius Sabinus

suff. :
P. Alfenus Varus
L. Cocceius Balbus

38

ord. :
Ap. Claudius Pulcher
C. Norbanus Flaccus

suff :
L. Cornelius Lentulus
L. Marcius Philippus

37

ord. :
M. Vipsanius Agrippa
L. Caninius Gallus.

suff. :
T. Statilius Taurus

36

ord. :
L. Gellius Publicola
M. Cocceius Nerva

suff. :
Q. Marcius 1er juillet
L. Nonius 1er sept.

  • 232 L. Nonius appartient probablement à la famille des Asprenates, partisans fidèles d’Octavien. En re (...)
  • 233 C’est aussi ce que montre parfaitement le sénatus-consulte d’Aphrodisias, qui date probablement du (...)

73Chaque année, l’une des deux charges de consul, ordinaire ou suffect, revient à un Antonien, à l’exception de 38 ; encore faut-il préciser que, cette année-là, trois des consuls concernés sont d’anciens Antoniens. Les triumvirs ont, en général, instauré un roulement : l’un des deux consuls ordinaires est un Antonien, l’autre est un partisan d’Octavien ; c’est le cas en 40, 39, 37. Les deux consuls ordinaires de 38 doivent leur magistrature à Octavien, très probablement ; ceux de 36, à Antoine. Le remplacement par les suffects est un procédé plus souple : en 40, 39 et 37, chaque Antonien est remplacé par un de ses amis ; en 36, par contre, il se peut que ce soit Octavien qui ait choisi les deux suffects232. L’année 38 doit être classée à part, puisqu’elle marque le retour des proscrits dans l’État233. Appius Claudius et Cornelius Lentulus ont été amnistiés. Leur désignation répond aux décisions de Misène. Dès l’année suivante, la guerre reprenant, les magistratures redeviennent l’apanage d’Antoine et d’Octavien. Il y a donc un équilibre relatif entre les deux partis à ce niveau.

  • 234 Dans le cas de Titius, il s’agit d’une question d’âge, car il ne commence son cursus qu’en 36. C’e (...)

74En règle générale, les partisans reçoivent cette distinction pour récompenser une action militaire. Canidius Crassus, qui était à la tête d’une ou de plusieurs légions durant la guerre de Pérouse, doit se trouver dans ce cas ; de même, L. Marcius Censorinus, pour ses combats en Macédoine ; peut-être T. Statilius Taurus et M. Cocceius Nerva. Pour Caninius Gallus ou Gellius Publicola, il s’agirait plutôt de missions diplomatiques. L’obtention du consulat reste, malgré tout, réservé à une certaine élite : des partisans méritants, tels que Dellius, Insteius, Titius, pour ne citer qu’eux, n’ont pas eu droit à cet honneur234. Il faut donc reconnaître que, malgré le remplacement par des suffects, le consulat ne permet pas de récompenser plus de deux ou trois partisans par an. Cette magistrature reste, sous le triumvirat, une porte étroite ; se distinguer au sein de sa propre faction devient l’enjeu d’une âpre compétition.

75L’Orient, en proie à des troubles profonds, offre un terrain de choix pour les ambitieux du parti d’Antoine. Des carrières s’y achèvent brutalement, d’autres prennent naissance.

Admirables seconds ou rivaux ambitieux ? l’activité des légats d’Antoine

  • 235 Sur l’importance de cette invasion pour l’Anatolie, Sartre 1995, 134, sur la stratégie de Labienus (...)

76Les partisans d’Antoine les mieux connus sont ceux qui participent à la prise de possession de l’Orient, le corollaire de la résorption des foyers de résistance républicains. La grande invasion de 40 constitue une rupture, car elle impose une défaite aux antoniens et révèle à l’Orient romanisé, ainsi qu’aux Romains, l’ampleur du danger parthe235. C’est aussi l’année du départ d’Afrique de T. Sextius et la fin des interventions des antoniens dans cette zone.

  • 236 C’est probablement à cette occasion qu’il rebaptise Eumeneia et lui donne le nom de Fulvia, Head, (...)
  • 237 Plut., Ant., 23.1 ; 29.5 ; Jos., BJ, 1.242-247 ; App., BC, 5.1 ; 5-11 ; D.C. 48.24.1-2.
  • 238 Pour la Grèce, voir infra ; en Asie et en Anatolie, les dédommagements sont de natures diverses, m (...)
  • 239 App., BC, 5.3 ; D.C. 48.2.2 ; 30.2 ; ces exactions fiscales provoquent de violentes réactions en A (...)
  • 240 App., BC, 5.10. Œuvre superficielle, si l’on en juge par le soutien qu’ont reçu les Parthes l’anné (...)
  • 241 Même s’il ne parvient pas à faire exécuter tout de suite ses décisions. C’est le cas en Cappadoce, (...)
  • 242 Sur les problèmes de chronologie, voir infra, l’étude de l’activité locale des magistrats.
  • 243 Légations qui accompagnent l’entrée en fonction de nouveaux rois clients App., 5.75.
  • 244 En fait, la Cilicie disparaît une première fois du concert des provinces quand Cassius s’en empare (...)

77Dans les mois qui suivent sa victoire à Philippes, Antoine, entouré d’un état-major nombreux fait le tour des possessions orientales de Rome, qu’elles soient administrées directement, ou par l’intermédiaire d’un pouvoir local. L’Achaïe, Athènes et Mégare, puis l’Asie, Éphèse et Pergame, la Lycie, Rhodes, Laodicée et Tarse, durement éprouvées, reçoivent sa visite et retiennent son attention. Il traverse, en outre, la Phrygie236, la Mysie, la Galatie et la Cappadoce, où il doit arbitrer des conflits dynastiques, la Cilicie, la Syrie, Antioche et Tyr, ainsi que la Palestine. Ce périple, rapporté par de multiples sources, répond à plusieurs impératifs237 : une remise en ordre après l’épisode des Libérateurs ; des sanctions à l’égard des communautés qui ont soutenu Cassius et Brutus ; l’octroi de récompenses et dédommagements à l’égard de celles qui ont pâti de leur fidélité238 ; une collecte de fonds destinés aux troupes, afin d’honorer les promesses des triumvirs après Philippes239. En outre, il combat l’infiltration parthe en Syrie, en destituant les tyrans locaux à leur solde240. Il laisse derrière lui des légats dans les provinces et des souverains de son choix dans les royaumes clients241. Après Brindes, il procède à une nouvelle répartition242 : Ventidius en Syrie, Plancus en Asie, Pollio en Macédoine. Cela complète d’autres décisions : la Bithynie est dévolue à Ahenobarbus, Furnius est envoyé récupérer des légions en Afrique243. À partir de 39, la présence presque continue du triumvir en Orient conditionne les missions de ses principaux lieutenants. En 37-36, à la faveur de la disparition de rois clients et dans la perspective de l’expédition imminente, il procède encore à une nouvelle répartition des pouvoirs. La mission de Marcius Censorinus atteste qu’Antoine est revenu sur les décisions de César et a joint à nouveau le gouvernement de l’Achaïe avec celui de la Macédoine, dès les lendemains de Philippes. Ces regroupements, qui conduisent à une simplification du système provincial. Les provinces de Saxa et de Sosius montrent également que la Cilicie reçoit le même gouverneur que la Syrie244. Il ne subsiste en Asie Mineure que deux provinces, l’Asie et la Bithynie. Cette nouvelle organisation évite le morcellement des forces et permet de rassembler les légions sur les théâtres d’opérations essentiels. Cependant, en période de crise, Antoine envoie plusieurs chargés de mission pour répondre à des dangers multiples, comme ce fut le cas en Macédoine ou lors de l’arrivée de Sextus Pompée en Asie.

  • 245 Sur la politique d’Antoine en général, Buccheim 1960.

78Malgré ces données générales, les détails manquent sur l’administration de ces provinces, aussi bien avant l’invasion de 40 que par la suite. En dehors des épopées de Ventidius et de Sosius, le nom des gouverneurs, leur mission et leurs moyens d’action, restent parfois incertains. Pourtant, c’est en Orient une période d’intense activité militaire et diplomatique, dont les résultats influent sur la politique du siècle suivant245. L’exercice des grands commandements militaires pose le problème du degré d’autonomie des gouverneurs et commandants dans leur province. Sont ils de simples légats, dont la mission dépend étroitement des mandata du triumvir, sont-ils des alliés dont les intérêts convergent avec ceux de leur chef ou encore des magistrats républicains placés dans des circonstances exceptionnelles. La diversité des cas impose une réponse nuancée, aussi convient-il d’examiner, par grand secteur, l’œuvre de ces représentants.

L’Achaïe, la Macédoine et les Balkans

  • 246 En effet, deux sources se complètent : Plutarque indique que Marcius fut laissé à la tête de l’Ach (...)
  • 247 La première communauté qui bénéficie de la sollicitude d’Antoine se trouve être, naturellement, Th (...)
  • 248 En fait, à l’exception de celle de Philippes, Antoine ne fonde pas véritablement de colonie durant (...)
  • 249 Il est peut-être l’ancien légat d’une des légions installées dans cette colonie. Il semble que la (...)
  • 250 Plut. Ant., 23.1-3 ; il séjourne à Athènes et à Mégare, promet de restaurer un sanctuaire d’Apollo (...)
  • 251 L’Achaïe, depuis l’époque de César, tend à devenir une province autonome, distincte de la Macédoin (...)
  • 252 Papazoglou 1979, 324-325.
  • 253 AE, 1992, no 1524. Cette inscription date, soit de 44, soit de 42. Elle témoigne de la gratitude d (...)
  • 254 Les Dardani sont des adversaires traditionnels de Rome. En 84, associés à d’autres peuplades, ils (...)
  • 255 Les Parthini se sont alliés à Brutus, Papazoglou 1979, 324.

79L. Marcius Censorinus gouverne, de novembre 42 jusqu’aux derniers mois de l’année 40, l’Achaïe et la Macédoine246, juste après la tournée d’inspection que le triumvir effectue, en sa compagnie, à la suite de la victoire. Ce voyage poursuit plusieurs buts : celui d’affirmer sa propriété et de se faire reconnaître par les principales communautés247 ; celui d’évaluer les ressources de la province afin d’en tirer un tribut ; peut-être, de trouver des sites d’installation des colonies248 ; enfin, de décider des travaux et des efforts nécessaires pour restaurer la prospérité de ces régions, fortement éprouvées par les guerres civiles successives. Les activités de Marcius, dans les deux années suivantes, consistent donc à superviser les activités des délégués d’Antoine dans les colonies de Philippes, de Cassandreia, de Corinthe et de Dymè. Paquius Rufus est mentionné par le monnayage de la colonie de Philippes ; il en surveille probablement l’installation, sous l’autorité du gouverneur249. En outre, Censorinus surveille les travaux ordonnés par Antoine dans de grands sanctuaires helléniques250. Mais l’essentiel n’est pas là, sa province joue un rôle stratégique : elle commande la route terrestre entre les Balkans et la péninsule italienne, ainsi que le cap Malée, passage entre la Méditerranée orientale et occidentale. Marcius se trouve, de ce fait, concerné au premier chef par les actions des flottes républicaines et pompéiennes, qui croisent non loin des côtes qu’il est censé défendre251. Sur ce dernier aspect de sa mission, nous sommes très mal renseignés. Cependant, son rôle militaire ne se borne pas là. Depuis 44, au moins, la province est l’un des enjeux des belligérants. Déjà grandement éprouvée par la guerre entre Pompée et César, elle est saignée à blanc. Les peuples illyriens sont prompts à profiter de la faiblesse de leurs voisins et se livrent à des incursions répétées252. Il semble qu’après Philippes une partie de la province de Macédoine ait partiellement échappé au contrôle des Romains. Une inscription provenant du nord de la Chalcidique atteste de l’insécurité profonde qui règne dans la région253. Mais, rien ne permet de connaître précisément les périls et les peuplades qui menacent alors la Macédoine. Ceux que Censorinus a vaincus restent malheureusement dans l’ombre, car la qualification de son triomphe, ex Macedonia, demeure vague. Tout au plus, peut-on déduire des tâches de ses successeurs que les Dardani254 et les Parthini255 ne sont pas étrangers aux troubles qui agitent la province. Censorinus demeure en poste jusqu’à la fin de l’année 40. Il célèbre son triomphe, en même temps que la prise des faisceaux, le premier janvier 39. Il cède alors la place à Asinius Pollio. Entre temps, les accords de Brindes sont entrés en vigueur et limitent la province antonienne de Macédoine à l’est d’une ligne tracée à partir de Scodra.

80Le séjour de Pollio en Macédoine, l’étendue et la durée de ses pouvoirs, ainsi que le contenu de sa mission, suscitent de nombreuses hypothèses depuis l’Antiquité tardive. On lui attribue, en effet, la prise de Salona, ce qui étend sa mission au-delà des limites de la province d’Antoine, dans le domaine d’Octavien. En ce cas, demeure-t-il un légat de son ancien chef ? Il convient de remettre en ordre les données dont nous disposons.

  • 256 Syme 1937a, 18-30.
  • 257 Bosworth 1972, 472-474, suppose que la guerre de Pérouse a entraîné la disgrâce de Pollio auprès d (...)

81La prise de Salona, en elle-même, est un mythe né de l’explication erronée de la quatrième Bucolique de Virgile par les commentateurs de l’Antiquité tardive, Servius et Porphyrion, qui ont amalgamé des indications fragiles et une étymologie fantaisiste de Saloninus pour étayer leur thèse. R. Syme l’a prouvé suffisamment256. En ce cas, il n’y aucune raison de penser que la mission de Pollio débordait du cadre de la province d’Antoine. Au contraire, celle-ci semble étroitement circonscrite à une expédition punitive contre les Parthini. Ce peuple très instable a menacé la sécurité de la province à plusieurs reprises. Son territoire s’étend à l’est de Dyrracchium. Il reste donc inclus dans les limites de la Macédoine. Il est trop tôt, à cette époque, pour parler de dissensions entre Pollio et Antoine257. Cependant, des incertitudes demeurent sur la chronologie de sa mission.

  • 258 D.C. 48.32.1.
  • 259 D.C. 48.42.1-4.
  • 260 D.C. 48.41.7.
  • 261 CIL, I2, 50 ; 76.
  • 262 Là, encore, l’année fait défaut, mais elle peut être déduite des sources littéraires.
  • 263 À ces arguments s’ajoute l’interprétation de la VIIIe Bucolique, où l’on reconnaît souvent des all (...)
  • 264 App., BC, 5.75.

82La date de l’entrée en fonction de Pollio ne pose pas trop de problème. L. Marcius Censorinus a quitté la province avant la fin du mois de décembre 40, car la préparation de son triomphe lui a demandé, sans doute, un délai de quelques semaines. Pollio est probablement arrivé en Macédoine au début du mois de décembre, au plus tard. Cela se trouve confirmé, d’une certaine façon, par Dion Cassius, qui mentionne la destitution des deux consuls ordinaires de 40, Domitius Calvinus et Asinius Pollio, peu de temps avant la fin de l’année258. Cette mesure n’a rien d’une sanction ; elle répond à la nécessité de les envoyer en province, Calvinus en Espagne259, Pollio en Macédoine260. De la campagne elle-même ne subsiste que le souvenir de l’abondance du butin, ce qui suppose une victoire complète. Pollio triomphe, un 25 octobre, mais l’année reste inconnue261. Dans les fastes, la cérémonie est placée entre le triomphe de Censorinus, le 1er janvier 39 et celui de Ventidius, en novembre 38262. Celui de Pollio peut, tout aussi bien, se dérouler en 39 ou en 38. Les deux hypothèses reçoivent le soutien d’arguments également vraisemblables, mais aussi peu décisifs. Deux faits plaident en faveur de l’année 39 : l’étroitesse de la mission, qui permet de la remplir en quelques mois et l’éclat du triomphe, qui serait passé inaperçu s’il avait été proche de celui de Ventidius en 38263. En revanche, un passage d’Appien nous fait préférer l’année 38. En effet, peu après la conclusion de la paix de Pouzzoles, Antoine se rend en Grèce, où il doit passer l’hiver suivant. À ce moment, il distribue les rôles entre ses lieutenants : il en envoie un contre les Dardani, un contre les Parthini, un autre en Epire264. Ce texte, fort intéressant par ailleurs, pose un nouveau problème. Si l’on identifie le légat contre les Parthini avec Pollio, il ne peut entrer en fonction à ce moment-là, puisqu’il se trouve dans la province depuis 40. Il faut donc supposer, soit que les légats n’ont pas été employés simultanément, mais successivement, soit que Pollio a été reconduit dans ses pouvoirs à la fin de 39. En aucun cas, les indications chronologiques du texte ne peuvent être acceptées au pied de la lettre, ce qui diminue la portée de cet argument. La question de la date implique celle des pouvoirs. On admet fréquemment que Pollio soit le gouverneur de Macédoine. Il en a la stature : ancien consul, il entre en possession d’une province proconsulaire. Pendant l’hiver 39-38, plusieurs légats commandant simultanément, sans qu’ils soient, semble-t-il, subordonnés les uns aux autres, sont attestés, ce que confirme le texte d’Appien.

  • 265 AE, 1992, no 1520.
  • 266 Nigdélis 1994, 215-228, surtout 218.

83En effet, un autre légat apparaît sur une inscription d’Europos, M. Insteius265. Son titre d’imperator célèbre des combats victorieux. La fréquence de son nom dans l’onomastique de la région confirme sa présence durant une période assez longue. Les Insteii de Billys, Veroïa, et de Stuberra ont certainement reçu la citoyenneté romaine grâce à lui. M. Nigdélis266 propose, non sans vraisemblance, de l’identifier avec le légat qu’Antoine envoie contre les Dardani, peuple illyrien vivant au contact de la frontière septentrionale de la Macédoine, en 38. En effet, Europos, qui rend hommage à ce légat, se situe sur la vallée de l’Axios, principale voie de pénétration vers le nord de la province. M. Insteius est probablement préteur à ce moment. Il a pu, soit succcéder à Pollio pour la totalité de la Macédoine, soit mener campagne de concert avec lui. La première hypothèse paraît cependant la plus probable : même si les opérations contre les Parthini ont duré deux ans, elles s’achèvent au plus tard durant l’été 38. La guerre contre les Dardani, commencée au début de l’année, ne peut être déjà achevée. M. Insteius reste, sans aucun doute, quelques mois de plus que Pollio dans la région. Cependant, d’autres légats traversent la province et remplissent diverses missions.

  • 267 Crawford 1974, no 530 ; fatalement postérieure à 40, puisque la pièce mentionne son sacerdoce.
  • 268 L’inscription d’Hypata en Thessalie IG, IX. 2, 39 = ILS, 9461 lui donne le titre d’antistratègos, (...)
  • 269 Combès 1966, 459 ; Broughton MRR 2, 407 et 482, pour sa part, soit n’avance aucune date, soit l’id (...)

84On connaît un troisième légat, Sempronius Atratinus, qui est mentionné en 39, ou au début de l’année 38267. Il accompagne probablement Antoine en Grèce, après les accords de Misène. Sa présence est bien attestée en Achaïe et s’accompagne d’une mission officielle268. Il est possible, ainsi que le suppose Combès269, que L. Cocceius Balbus, honoré comme imperator dans une inscription d’Athènes, soit également en poste dans la province, juste après son consulat de 39. Mais il paraît bien aventureux de s’en tenir à une date. Il suffit de signaler qu’au début de la décennie 40-30, les opérations militaires conduites dans la province de Macédoine, dont le détail et la chronologie nous échappe, ont permis à des légats antoniens de se distinguer. Leurs succès, commémorés par des pièces, des inscriptions et, pour les plus importants, des triomphes, ont conféré à l’armée d’Antoine une réputation flatteuse, fort utile à la veille des grandes manœuvres contre les Parthes.

  • 270 D.C. 48.46.1.

85On ne sait qui est chargé par le triumvir, en 39, de collecter les fonds dans le Péloponnèse, avant de le céder à Sextus Pompée, conformément aux décisions prises précédemment. La mission est, par contre, admirablement remplie, puisque Sextus se plaint que la province a été “ratissée”270.

  • 271 App., BC, 5.138.

86Appien cite un quatrième légat à la fin de 36 ou au début 35. Ce dernier découvre les fonds que Pompée destinait à soudoyer les troupes qui transitent par sa province. Il s’en empare et les distribue aux cavaliers271.

87Que conclure de ces données éparses ? La Macédoine a été le théâtre d’opérations militaires relativement importantes, menées contre des peuples illyriens résidant en Macédoine et dans son voisinage. Ces troubles ont pour principale origine l’affaiblissement de l’autorité de Rome sur ces territoires. De plus, la province, seuil du monde grec, à quelques jours de navigation de l’Italie, constitue une zone de la plus grande importance pour la stratégie d’Antoine. Celui-ci se trouve à Athènes à la fin de 42 et au printemps 40 ; il passe en Grèce l’hiver 39-38 ; il y demeure aussi en 37. La présence fréquente du triumvir dans la péninsule balkanique, ainsi que le grand nombre de légions qui transitent vers l’Orient, expliquent, peut-être, le foisonnement des légats et la souplesse avec laquelle la région est administrée : tantôt dirigée par un gouverneur unique, tantôt soumise simultanément à plusieurs représentants du triumvir, chargés de missions déterminées. Une réserve s’impose. Ce dernier cas de figure ne correspond qu’à l’hiver 39-38, à notre connaissance. Il paraît vraisemblable que la préparation d’opérations de grande envergure en Orient conduise à mettre entre parenthèses l’administration normale de la province, durant ce laps de temps.

La Bithynie, l’Anatolie septentrionale et centrale

  • 272 Sur l’administration de la Bithynie à l’époque des guerres civiles, Harris 1979, 873-874.
  • 273 App., BC, 5.46.
  • 274 Str. 12.8.9 ; Fernoux 2004, 170.
  • 275 Ibid., 5.63.
  • 276 App., BC, 5.137.
  • 277 Appien indique, en effet, qu’en 35, Furnius, gouverneur de l’Asie, dépourvu de troupes, demande l’ (...)
  • 278 Plut., Ant., 40.8.
  • 279 De toute façon, le rôle qu’Antoine compte laisser à Domitius doit être considérable, puisqu’il pre (...)
  • 280 Les inscriptions de Bithynie permettent de connaître un autre gouverneur de l’époque triumvirale, (...)
  • 281 Le récit d’Appien est le plus détaillé. Ainsi que cela a déjà été souligné, la description de la “ (...)

88L’administration de la province de Bithynie, durant la période triumvirale, demeure une question assez obscure, parce que cet espace se situe en retrait du principal théâtre des opérations272. Pourtant, son légat est conduit à jouer un rôle plus important qu’il ne semble a priori. Peu de temps avant Philippes, les Libérateurs confient la Bithynie à M. Appuleius. Ce dernier, une fois consommée la défaite de son parti, se soumet à Antoine et obtient son pardon273. Les dispositions qu’adopte Antoine en 41 restent inconnues. Il n’est pas inconcevable qu’il maintienne Appuleius à son ancien poste. Cependant, durant l’été 40, des agents de Labienus venus rançonner la population du sud est de la Bithynie, sont attaqués par Cléon de Gordioukomé. Antoine le récompensa pour ce service rendu à la Res Publica274. Le fait que ces opérations n’aient pas provoqué de réaction de la part des autorités romaines et que ce soit un particulier qui ait lutté contre les renégats laisse deviner une vacance inquiétante. C’est sans doute pourquoi, au cours des négociations de Brindes, pendant l’été 40, Antoine expédie dans cette province Cn. Domitius Ahenobarbus, allié précieux mais compromettant275. Il demeure en fonction plus longtemps que de coutume, puisqu’il gouverne toujours la Bithynie au début de l’année 35276. Sa province n’est pas inerme. Elle compte probablement une légion277. Cependant, Ahenobarbus n’est pas resté durant cinq ans dans sa province sans en bouger. En 36, il participe à la grande campagne parthique278. Il est possible qu’il ait appuyé, l’année précédente, l’offensive de Canidius Crassus en Arménie, à moins qu’il n’ait suivi Antoine à Tarente279. Le caractère le plus étrange de cette situation réside dans le fait qu’Ahenobarbus semble exercer un pouvoir continu sur sa province, laissant probablement des légats l’administrer en son absence280, ce qui sous-entend une indépendance dont aucun autre Antonien ne peut se prévaloir. Il faut rechercher les origines de cet arrangement dans les conditions mises à sa “reddition”. Toutes les sources suggèrent que son pardon fut assorti de clauses spéciales281. Malheureusement, aucune information précise ne vient éclairer les particularités de cette situation. Les activités de Domitius en Bithynie ne sont pas davantage connues.

  • 282 Selon Plutarque, ces faits d’armes sont contemporains des succès de Sosius en Judée Ant., 34.10. D (...)
  • 283 Sherwinn-White 1984, 307.

89À la même époque, les rives du Pont Euxin constituent une zone d’un grand intérêt stratégique pour Antoine et les siens, puisqu’elles servent de base de départ à l’expédition que mène Canidius Crassus, en 37, contre l’Arménie282. Celle-ci n’est pas laissée au hasard. Le légat dispose de quatre légions, ce qui témoigne à la fois de la confiance d’Antoine et de l’importance de sa mission. Canidius est un soldat expérimenté. Il accomplit les débuts de sa carrière, probablement, dans les armées de César. En 43, il est un des légats qui décident du ralliement des légions de Lépide à Antoine. Il participe à la guerre de Pérouse sans déshonneur, puisque ses faits d’armes et sa fidélité le conduisent au consulat suffect, pour les derniers mois de 40. En 37, Canidius envahit l’Arménie et Artavasdès se soumet à nouveau à l’autorité romaine. Le légat d’Antoine, à partir d’Artaxata, s’avance vers le Caucase, en suivant la route de Pompée et soumet des souverains belliqueux : Pharnabaze, roi des Ibères et Zober, roi des Albans283. Les motifs de cette aventure militaire restent difficiles à établir. Plutarque semble l’interprêter comme une expédition de prestige, destinée à accroître la gloire d’Antoine auprès des souverains barbares. Cette réputation garantirait les arrières durant l’expédition qui se prépare. Le désir de marcher dans les pas de Pompée et de regagner le terrain perdu depuis Carrhes dans cette zone est manifeste. Mais, s’il ne s’agit que de cela, l’expédition paraît d’un coût extravagant, puisqu’elle risque d’immobiliser quatre légions, alors qu’Antoine a besoin de toutes ses forces contre les Parthes. De plus, les succès de Ventidius servent déjà la réputation d’Antoine ; une nouvelle affirmation de sa puissance militaire paraît inutile. En revanche, l’objet essentiel de la campagne paraît être l’alliance avec Artavasdès. Antoine compte profiter au maximum de la crise de succession d’Orode, en détachant de Phraate des alliés traditionnels : Monaèsès, d’un côté, Artavasdès de l’autre. L’assassinat de sa fille, épouse d’Orode, par Phraate, encourage le roi d’Arménie, à jouer provisoirement la carte romaine. L’exploitation qu’escompte en faire Antoine initialement dépend de l’appréciation que l’on a de sa stratégie contre les Parthes. Il reste que l’expédition d’Arménie conditionne la grande campagne de 36. Pour Canidius, cette réussite constitue un tournant. Déjà fort avancé dans la faveur d’Antoine, il occupe désormais, jusqu’à la défaite, une des premières places dans son armée et à son conseil, en dépit de quelques erreurs ultérieures.

90Le fait que le légat de Bithynie, tout comme Canidius Crassus, ait joué un rôle important dans la guerre parthique montre que l’effort de guerre mobilise l’Anatolie toute entière. Cependant, le cœur du dispositif militaire d’Antoine n’est pas là.

L’Asie, la Cilicie, la Syrie et Chypre

  • 284 Cic., Phil., 13.27.
  • 285 D.C. 48.24.3.
  • 286 Ibid., 48.24.7-8.

91Dans l’extrémité orientale du bassin méditerranéen se situe l’essentiel des événements qui préludent à la grande expédition parthique de 36. En 41, Antoine met en place une première organisation, qui n’est que partiellement connue. Il laisse deux gouverneurs dans les territoires qu’il traverse durant son long périple ; l’un en Asie, que Dion identifie avec Plancus ; l’autre en Cilicie et Syrie, Decidius Saxa. Plancus ne peut-être le gouverneur de l’Asie en 41 : il participe à ce moment à la guerre de Pérouse. De plus, comme il n’y a aucune lacune dans son emploi du temps jusqu’aux accords de Brindes, il ne peut pas se rendre en Asie avant la fin de l’année 40. Comment expliquer l’erreur de Dion ? Deux hypothèses peuvent être retenues : une confusion de personnes, un homonyme, ou une confusion chronologique, Dion aurait antidaté le proconsulat de Plancus. La première explication ne paraît pas satisfaisante : le seul homonyme que l’on connaisse à Plancus est son frère, Titus Byrsa, également Antonien. Mais celui-ci a été grièvement blessé à Modène et, bien qu’il ait survécu à ses blessures, rien n’indique qu’il ait poursuivi sa carrière ensuite284. La seconde solution doit être la bonne, car la numismatique et l’épigraphie attestent que Plancus a gouverné l’Asie, avant 36. Le nom du gouverneur de 41 reste dans l’ombre, de même que ses moyens d’action. Sa mission essentielle consiste dans le prélèvement du tribut exceptionnel qu’Antoine impose à la province285. Le rôle est inconfortable, car les relations sont tendues avec des communautés saignées à blanc. Cette situation encourage l’intervention de Labienus et des Parthes286.

  • 287 Hier., Chr. Abr., 156 Helm ; sur la révolte d’Arados en général, D.C. 48.24.3 ; 41.4 et 6.
  • 288 D.C. 48.25.2.
  • 289 D.C. 48.25.1.
  • 290 C’est là qu’il se réfugie aussitôt après sa défaite D.C. 48.25.3.
  • 291 Le récit de Plutarque Ant., 30.2 est allusif, de même que celui de l’abrégé de Tite-Live, Per., 12 (...)

92En Syrie, Saxa rencontre les mêmes difficultés dans le prélèvement du tribut. L’un de ses légats, Curtius Salassus, périt lors de la révolte d’Arados287. Un violent sentiment antiromain agite la province ; les rois clients penchent vers les Parthes et Antoine doit purger le pays des petits tyrans locaux à la solde des Arsacides. Prévoyant sans doute de réelles difficultés, le triumvir place la Syrie entre des mains qu’il juge sûres et compétentes, avant de partir pour Alexandrie. Saxa est un partisan de la première heure et il a fait la preuve de ses compétences militaires, sous les ordres de César ainsi que dans la guerre de Philippes. Antoine lui confie deux légions, ce qui dénote une sous-évaluation du danger que représentent les Parthes. De surcroît, ces troupes ne sont pas sûres, car elles sont composées d’anciens soldats de Cassius et de Brutus. Entre le Césarien Saxa et ses hommes les relations sont mauvaises. Le légat prend son frère comme questeur, pour encadrer une de ses légions288. Ce choix n’est pas seulement motivé par le népotisme mais, aussi, par la méfiance que lui inspire son armée. Enfin, les effectifs sont disséminés dans la province. Saxa a détaché quatre cohortes avec Curtius, pour collecter le tribut ; ces soldats sont massacrés avec leur chef à Arados. Le questeur est en garnison près d’Apamée289, tandis que le gouverneur se trouve, sans doute, non loin d’Antioche290. Au début du printemps, lorsque Labienus et les Parthes lancent leur attaque, la province est très vulnérable. Les velléités de résistance sont balayées. Le questeur Saxa est emporté par une mutinerie, son frère est vaincu dans une bataille rangée et se réfugie à Antioche, puis faute de pouvoir tenir la ville, se replie en Cilicie, où il trouve la mort. Les sources se contredisent sur certains points de détail. Tantôt, le décès de Saxa est le prélude de l’invasion de la Cilicie ; tantôt, il en est la conséquence ; selon les uns, il est exécuté ; selon d’autres, il se suicide. Ces variations proviennent de la pluralité des versions : nul doute qu’Antoine et Octavien aient cherché à faire prévaloir, chacun, leur point de vue sur la responsabilité et la gravité du désastre. La fuite en Cilicie évoque une longue et peu glorieuse retraite ; le suicide préserve l’honneur romain, tandis que l’exécution ajoute l’ignominie à la défaite291. Les témoignages, dans leur ensemble, soulignent l’ampleur de la catastrophe : après la mort du gouverneur de Syrie, la défaite du gouverneur d’Asie, contraint de se réfugier dans les îles, l’autorité romaine disparaît d’Anatolie, les cités sont laissées à elles-mêmes pour assurer leur défense. Au printemps, lorsqu’il quitte Alexandrie, Antoine peut déjà saisir la gravité de la crise. Il aborde à Tyr, une des rares cités qui résistent à l’envahisseur. Il ne peut espérer arrêter cette vague sans engager de grands moyens, d’autant que les Parthes bénéficient de soutiens locaux. La guerre l’appelle en Italie. La riposte est différée.

  • 292 App., BC, 5.65.
  • 293 Vell. 2.78.
  • 294 D.C. 48.39.3.
  • 295 Plut., Ant., 33.1.
  • 296 Cette version a la faveur de Tarn 1932, 72 et Seaver 1952, 278. Mais les accords de Misène intervi (...)
  • 297 De même, Jos., AJ, 14.381-385 ; 394-395. L’essentiel des auteurs accepte cette date : Ganter 1892, (...)
  • 298 App., BC, 5.75.
  • 299 Sur les questions chronologiques, Freyburger & Roddaz 1995, CXV. Sur la date du début de la campag (...)
  • 300 D.C. 48.35.1 ; Watkins 1997, 98 n. 28.
  • 301 BCH, 1888, 15 ; Ferrary 1992, 70-87 surtout 84, “récapitulation des honneurs cultuels dédiés à des (...)
  • 302 D.C. 48.32.4.
  • 303 Delrieux & Ferriès 2004, 69-71, carte p. 50.

93La date du début de la contre-offensive est un sujet controversé. Antoine ne peut disposer de ses forces avant les accords de Brindes. Appien situe l’envoi de Ventidius dès la conclusion de ceux-ci292. Velleius293, Dion294, et Plutarque295, le mentionnent après la paix de Misène296. En fait, il semble que la première hypothèse soit plus proche de la réalité297. La version d’Appien s’avère la plus détaillée : Antoine prend les premières mesures contre les Parthes pendant le siège de Brindes – l’envoi de Domitius et peut-être de Munatius en Asie – puis, après la levée du siège, il envoie Ventidius et, enfin, procède, quelques mois plus tard, à de nouvelles affectations, à la suite des accords de Misène298. Les autres sources ont probablement fait l’amalgame entre les deux séries de décisions299. Dion précise, tout de même, que le Sénat a ratifié des mesures prises en vue de la campagne parthique avant la conclusion des accords de Brindes300. Il faut à Ventidius un certain temps pour rassembler l’armée considérable que lui prêtent les sources. Il constitue l’avant-garde de l’expédition qu’Antoine compte lancer contre les Parthes et Labienus. Il débarque en Asie en 39, au plus tôt au printemps. Il est peut-être accompagné de Plancus, à moins que celui-ci ne l’ait précédé. Plusieurs réflexions permettent de supposer qu’il fut le gouverneur au moment de la reconquête. Ventidius est envoyé en Asie, mais à la tête d’une armée qui doit repousser les Parthes hors des provinces d’Asie, de Cilicie et de Syrie. Une fois la Carie reconquise, il faut prévoir un gouverneur pour l’Asie. Or, Plancus a été gouverneur d’Asie avant la campagne parthique. Il fut même l’un des derniers gouverneurs à recevoir de grands honneurs. Un desservant du culte de Munatius Plancus est connu à Mylasa301, des notables de la même région ont reçu la citoyenneté grâce à lui, ainsi qu’en atteste l’existence de l’éphèbe Mounatios Plancos, fils de Loukios Mounatios. Il se trouve que Mylasa est l’une des cités qui ont le plus souffert de l’invasion de Labienus, puiqu’elle se révolta contre l’occupant. Plancus participe, sans doute, à sa libération. Une monnaie, frappée en 39, indique qu’il a été salué imperator pour la seconde fois. Enfin, il a été envoyé en mission dès la conclusion des accords de Brindes, puisqu’il n’a pas accompagné les triumvirs lors de leur retour à Rome. En effet, ces derniers ont donné à cette occasion des jeux. Il ne s’est pas trouvé alors un seul épulon dans la Ville pour célébrer les rites302, or, Munatius appartient à ce collège depuis 45. Il existe plusieurs scenarii possibles. Selon une première hypothèse, Plancus est parti dès le printemps avec des forces réduites et s’est trouvé quelque temps en difficulté avant de rétablir l’autorité romaine en Asie, soit avant l’arrivée de Ventidius, soit avec son appui. Cela expliquerait la confusion de Dion entre Plancus et le gouverneur de 41. Selon une seconde hypothèse, Plancus est parti en été, avec des forces suffisantes et a réussi à chasser Labienus de la province avant l’arrivée de Ventidius dont la campagne pour cette raison commence aux portes de la Cilicie303.

  • 304 Il est certain qu’il fut gouverneur de la province jusqu’à son consulat, en 36, puisque deux inscr (...)
  • 305 Inscription de Colophon, Ferrary 1992, 86.

94M. Cocceius Nerva succède sans doute à Munatius en Asie avant le début de l’année 36304. Son titre d’imperator et l’ampleur des honneurs qui lui sont accordés par deux cités, Teos en Ionie et Stratonicée de Carie, suggèrent que la pacification de la province s’est poursuivie durant son mandat. Le problème de la chronologie et de la coordination des opérations se pose. S’il arrive à la fin de 38, comme on le suppose généralement, il ne peut avoir participé à la guerre de Labienus. Mais rien n’empêche d’avancer la date de son arrivée : Munatius aurait achevé son commandement avant la fin des opérations et l’arrivée de Ventidius, en 39. Ce serait Cocceius qui aurait eu la mission de repousser les ennemis qui se repliaient vers la Cilicie. Il a pu délivrer alors le territoire de Stratonicée qui avait beaucoup souffert du siège de Labienus et poursuivre sa marche vers Silé qui fut le point de ralliement des troupes adverses lors de la retraite. Cela expliquerait qu’il fut considéré à Teos comme le bienfaiteur de la province et le libérateur de Stratonicée. Cependant, on ne peut exclure que la salutation impériale ait résulté d’une opération mineure de maintien de l’ordre. La gratitude des cités serait due alors à des mesures civiles, qui ont accompagné la reconstruction de l’Asie dans les mois suivants. Toutefois le caractère exceptionnel des mesures en sa faveur inclinent à préférer la première hypothèse. Manius Valerius Messala fut peut-être questeur en Asie à cette période305.

  • 306 Pour des écrivains aussi distants les uns des autres et dont les buts sont aussi différents que Ve (...)
  • 307 D.C. 48.39.3-4 ; Sherwin-White 1984, 303. Noè 1997, 415 ; 417 ; 434.
  • 308 D.C. 48.40.1-3.
  • 309 D.C. 48.40.4-6.
  • 310 Plut., Ant., 33.6 ; D.C. 48.41.1-7.
  • 311 Jos., BJ, 1.291 ; 294 ; 297-302. La campagne de Judée rapporta un riche butin, par exemple lors de (...)
  • 312 Plut., Ant., 34.2-3 ; D.C. 49.19.1-49.20.4.
  • 313 Plut., Ant., 34.4-7. C’est Antoine, arrivé entre-temps, qui obtient la reddition d’Antiochos, à de (...)

95L’écho de la guerre-éclair de Ventidius et de ses succès indubitables face à l’ennemi héréditaire retentit pendant plusieurs siècles306. Il repousse Labienus hors de la province d’Asie, jusqu’à un site mal déterminé près du Taurus, probablement Cibystra307. Il affronte à cet endroit les Parthes de Pharnipatès, une première fois308. Après la victoire, la guerre se poursuit en Cilicie. Labienus tente en vain de contre-attaquer et finit par s’enfuir ; il est pris finalement à Chypre309. La cavalerie de Poppaedius Silo est arrêtée quelques temps dans les défilés de l’Amanus, mais l’arrivée du gros de l’armée, conduit par Ventidius en personne, permet de faire sauter le verrou. Une troisième bataille, à Trapezus, en Cyrrhestique, délivre la Syrie310. Son principal légat, Silo311, hiverne en Judée, mais n’obtient aucun résultat décisif contre Antigone. Au printemps suivant, Ventidius doit affronter une grande offensive parthe, conduite par Pacorus, l’héritier de la dynastie arsacide. La victoire est totale et Ventidius promène la tête du vaincu dans la province, pour décourager les sympathisants éventuels des Parthes312. Il lui reste encore à briser la résistance d’Antiochos de Commagène, allié des Parthes, qu’il assiège dans Samosate313, à reconquérir Arados et à placer le roi que le Sénat a choisi, Hérode, sur le trône de Judée.

  • 314 Plut., Ant., 34.5.
  • 315 D.C. 48.41.5.
  • 316 D. C 49.21.2-3.
  • 317 Ils se retrouvent donc dans le cas des magistrats ordinaires, lorsqu’un dictateur est désigné. Des (...)
  • 318 D.C. 48.53.1-2.
  • 319 Ainsi que le montrent les cas de Ventidius et de Calvinus, D.C. 48.42.4.
  • 320 Sherwin-White 1984, 304-305.

96La question essentielle que pose cet épisode pour la vie du parti réside dans les relations hiérarchiques de Ventidius et d’Antoine. Plutarque insiste sur l’étroitesse de la marge de manœuvre dont dispose Ventidius dans ses tractations avec Antiochos314. Dion Cassius affirme que Ventidius ne peut pas recevoir les honneurs d’un triomphe parce qu’il ne combattait pas sous ses auspices, mais sous l’imperium d’Antoine315 ; il n’est qu’un simple légat. Cependant, le témoignage de Dion n’est pas très fiable. Il indique, plus loin, que Ventidius a célébré son triomphe après la mort d’Antoine316. Or, la cérémonie s’est déroulée le 27 novembre 38. Les Antoniens qui assument la responsabilité d’opérations de grande envergure sont officiellement des magistrats ou, plus exactement, des promagistrats, proconsuls ou propréteurs, qui possèdent donc un imperium cum auspiciis317. L’ampleur de la mobilisation militaire et la multiplicité des théâtres d’opérations expliquent d’ailleurs l’augmentation du nombre des magistrats318. Dans les faits, leurs pouvoirs sont limités : ils sont désignés aux magistratures par les triumvirs ; la durée de leur exercice est également déterminée par eux ; la mission qu’ils assument ensuite est définie de même et les armées qu’ils reçoivent pour l’accomplir sont la propriété du triumvir. Enfin, ils ne triomphent que si ce dernier a donné son aval319. Il apparaît cependant que le légat dispose d’une certaine autonomie tactique et stratégique. Une fois les objectifs désignés, Ventidius est à peu près libre de ses choix, en fonction des forces dont il dispose. Selon Sherwin-White, le fait qu’Antoine échoue contre un ennemi qu’a défait son lieutenant prouve que la tactique de Ventidius ne devait rien aux avis de son chef. Au contraire, il reconnaît dans sa conduite de la guerre les enseignements tirés des succès de César et des échecs de Crassus320.

  • 321 Plut., Ant., 34.4.
  • 322 D.C. 49.21.1 ; il affirme de plus que Sosius craignait également d’encourir la jalousie d’Antoine (...)
  • 323 Plut., Ant., 34.8.
  • 324 En fait, les triumvirs n’ont pas cherché à accaparer les succès de leurs lieutenants ; leur saluta (...)

97Plutarque321 et Dion322 affirment qu’Antoine a pris ombrage des succès de Ventidius et, pour cette raison, ne l’a plus jamais employé. En fait, le triumvir le relève de son commandement pour qu’il puisse recevoir le triomphe323. Même s’il est jalousement surpris par la réussite de son lieutenant, il ne peut nier que celle-ci favorise son propre succès dans la campagne qu’il prépare324. S’il se passe de ses services, c’est, aussi, parce qu’après un succès d’une si grande ampleur, Ventidius n’a plus vraiment sa place parmi ses subordonnés.

  • 325 D.C. 49.22.1.
  • 326 D.C. 49.22.3.
  • 327 Sherwin-White 1984, 306.
  • 328 Ainsi qu’en atteste la défaite de Pappos et des six cohortes romaines Jos., AJ, 14.457. C. Sosius (...)
  • 329 Sur la datation, voir Reinhold 1988, 218-219.

98Après le court intermède que constitue, en 38, la fin du siège de Samosate par Antoine325, la poursuite des opérations est confiée à C. Sosius, qui gouverne la Cilicie et la Syrie326. Il lui reste à reprendre Arados. Les rigueurs du siège ont raison de la résistance de la cité. Mais sa tâche essentielle consiste à remettre Hérode sur le trône de Judée, à la place d’Antigone, le dernier souverain de la dynastie asmonéenne327. Il y parvient, à la suite d’une difficile campagne328. Il s’empare de Jérusalem en 37, peut-être le 3 octobre, le jour de Yom Kippour329.

  • 330 App., BC, 5.9.
  • 331 D.C. 48.40.5-6.
  • 332 Mitford 1979, 1292-1293. Mitford pense, en outre, que M. Vehilius, connu comme proconsul de Chypre(...)
  • 333 Bicknell 1977, 325-342 ; Pouilloux & Roesch 1987, 47, no 97
  • 334 D.C. 48.46.5-6.
  • 335 D. C 48.30.8.
  • 336 Cf. la fiche de C. Julius Demetrius.

99Les administrateurs antoniens de Chypre, de la Crète et de la Cyrénaïque sont très mal connus. Chypre est récupérée par Antoine en 42, lorsque le préfet de Cléopâtre s’enfuit à Tyr330. Le triumvir réclame son extradition et confie l’administration de l’île à l’un de ses représentants. En 39, C. Julius Demetrius, un affranchi de César, procurateur du triumvir, doit rechercher et capturer Labienus, qui avait cherché refuge là-bas331. En 38, Chypre retourne à l’autorité lagide332. Les pouvoirs de Demetrius sont un sujet de controverse : est-il le représentant des intérêts personnels d’Antoine, ou le gouverneur de l’île333 ? Rien ne s’oppose à la seconde solution. Il n’est pas anormal qu’un affranchi gouverne une île. À la même époque, Menas gouverne la Sardaigne pour Sextus Pompée334 et Helenus tente de la reprendre pour le compte d’Octavien335. L’affranchi Demetrius est parfois identifié avec Demetrios de Gadara, l’affranchi de Pompée qui jouait un rôle important auprès de son ancien maître. Rien ne permet de l’affirmer336. Bien au contraire, il semble que Demetrios soit décédé du vivant de Pompée. Aucun élément du passé de cet affranchi, aucun indice sur ses compétences, ne peut être glané.

  • 337 Perl 1970, 319-354, surtout 334 sq.
  • 338 App., BC, 5.2 ; Perl 1970, no 16.
  • 339 Perl 1970, no 15.
  • 340 Perl 1970, no 16 ; BMC Cyrenaica, pl. CCVI, CCXII sq. et 113 sq. ; Winsemann-Falghera 1988, 35-38  (...)

100L’administration de la Crète reste encore plus obscure. Elle est probablement couplée avec la Cyrénaïque337. Elle tombe au pouvoir d’Antoine après le départ de Paullus Æmilius Lepidus338. À la fin de notre période, elle est gouvernée, semble-t-il, par Lollius339 et, ensuite, par un magistrat romain portant le cognomen de Crassus. Il n’est connu que par une série de pièces de bronze, de poids variable, avec, selon les pièces, une légende grecque ou une légende latine, indiquant un nom CRAS/KRAS. Cette pièce a été souvent attribuée à P. Canidius Crassus, à tort. L’hypothèse de Licinius Crassus sans être certaine paraît plus vraisemblable340.

Les affaires d’Afrique

  • 341 D.C. 48.1.3. Pour une synthèse vraisemblaable d’événements assez embrouillés, Gsell 1930, 183-194.

101Parmi les Antoniens, T. Sextius représente un cas particulier : la durée de son mandat et son indépendance font de lui un légat atypique. La situation de sa province explique en grande partie son parcours. Les deux Africae constituent un espace souvent remis en question au début de l’époque triumvirale. Les accords de Bologne les confient à Octavien ; ceux de Philippes rendent, à titre provisoire, l’Africa Nova à Antoine341. Mais, dès le début de 41, Octavien expédie un légat pour les deux Afriques, C. Fuficius Fango. À partir des accords de Brindes, elles tombent définitivement dans le domaine de Lépide.

  • 342 App., BC, 4.52.
  • 343 App., BC, 4.52-56.
  • 344 App., BC, 5.12.
  • 345 Il avait déjà été mis à contribution par les Antoniens, en 43. L. Cornelius Balbus a quitté la pén (...)
  • 346 App., BC, 5.26 ; D.C. 48.45, 1-3.
  • 347 App., BC, 5.66. S’agit-il des légions récupérées sur les armées gauloises que détenait Fufius Cale (...)

102En fait, à l’opposé de cette discontinuité de l’autorité tutélaire, Sextius demeure dans la région durant cinq ans et assume, à deux reprises, le gouvernement des deux provinces. Il fut installé par César en Africa nova en 45 et maintenu par Antoine en 44. Durant la crise du début de l’année 43, il demeure favorable à ce dernier et tend des embûches à son collègue de la province voisine, Cornificius, qui a embrassé le parti du Sénat. La formation du triumvirat lui fournit un prétexte pour revendiquer le gouvernement des deux Afriques, au nom d’Octavien342. En 42, il parvient à ses fins, à l’issue d’une campagne fertile en rebondissements343. Dès le début de l’année 41, L. Antonius lui demande de céder sa province au légat qu’envoie Octavien à sa place344. Sextius obtempère, mais reste dans les parages durant l’hiver. Il est donc à pied d’œuvre, au printemps, pour organiser des opérations militaires contre son successeur, à la demande de L. Antonius, car, entre temps, les relations de ce dernier avec Octavien se sont détériorées. Son action est menée conjointement avec celle de Bogud de Maurétanie. Ce dernier reprend du service345 et ravage les provinces espagnoles placées sous l’autorité de Carrinas346. T. Sextius participe donc à la guerre de Pérouse dans le camp de L. Antonius. Il parvient finalement à s’emparer des deux provinces et les gouverne à nouveau durant quelque temps, jusqu’au début de 39, au plus tard, lorsque Lépide en prend réellement possession. Ce dernier arrive à la tête de six légions, pour lesquelles Octavien nourrit la plus grande méfiance, car il soupçonne leur sentiment philantonien347, Sextius s’incline sans combat et abandonne ses propres légions au triumvir, sans en référer à Antoine. Dion précise qu’il a su transformer l’obligation où il se trouve en beneficium. La parenthèse africaine se referme ainsi, sans que l’on sache ce que devient Sextius ensuite. Comme sa famille poursuit son ascension sous le principat, il faut conclure, sans doute, qu’il a évité de se compromettre.

103Le cas de Sextius est singulier. L’envoi de Fuficius Fango, légat d’Octavien, en 41, montre, qu’aux yeux des triumvirs, il reste un Antonien et, donc, conserve à son chef une région sur laquelle il n’a plus officiellement d’autorité. Mais, la fin de son aventure révèle que Sextius mène en fait son propre combat et a tenté d’utiliser la compétition entre les triumvirs pour asseoir son autorité. Les aléas de la guerre civile lui fournissent le prétexte et l’occasion de rester le gouverneur de l’Afrique, quel que soit le triumvir qui la reçoive en apanage.

  • 348 Sur les émissions monétaires au nom d’Antoine ils accompagnent leur nom, soit d’une magistrature, (...)
  • 349 CIL, VI, 1364 = ILS 943
  • 350 Szramkiewicz 1976, 336-337.

104L’impression qui se dégage de l’administration des provinces antoniennes est celle d’une grande diversité. Les fluctuations de la situation politique et des impératifs militaires expliquent sans doute cette grande souplesse. Ainsi que l’ont révélé les cas, pourtant différents, de Ventidius et de Sextius, la subordination des gouverneurs au triumvir Antoine reste une question délicate, sur le principe. Pour la première fois, à titre officiel, la direction d’une partie de l’empire de Rome est celle d’une faction ; les gouverneurs sont, avant tout, les hommes de confiance du triumvir. Mais ils restent officiellement des magistrats ou promagistrats, en tout cas des représentants de la Res Publica et non de l’autorité d’Antoine. Même Insteius qui est probablement un légat est honoré comme imperator à l’exclusion de tout autre indication. C’est à ce titre qu’ils sont honorés par les cités et qu’ils frappent monnaie. Pratiquement, les gouverneurs des provinces antoniennes dépendent étroitement des volontés de leur chef, ce qui préfigure les légats. Mais, les plus importants jouissent d’une autonomie non négligeable et ils peuvent triompher. Les fastes portent, en ce cas, la mention d’une (pro)magistrature348. Il n’existe qu’une attestation épigraphique d’un Antonien, legatus Antonii proco(n)s(ularis), la dédicace de Caerellius349. Il faut cependant apporter une réserve : cette inscription appartient à une période très postérieure, le règne de Caligula, où le titre de legatus Augusti était devenu l’appellation normale pour un gouverneur de province. Le fils de Caerellius a peut-être fait un anachronisme, jugeant que le système d’administration des provinces d’Antoine anticipait sur celui du principat. Dans le cas des provinces qui concentrent des troupes nombreuses, le gouvernement est toujours laissé à un ancien césarien. R. Szramkiewickz faisait observer que, durant la période de 42 à 36, la majeure partie des nobiles à la tête des provinces se trouvait dans le parti d’Antoine. La tendance commence à s’inverser dans la période suivante, mais ce n’est qu’à partir de 27 que les nobles rejoignent Auguste, pour dominer ensuite les fastes350.

Les favoris de la Ville

Gloire militaire et cortèges triomphaux

  • 351 Crawford 1974, no 521.

105Les campagnes militaires, notamment les guerres orientales, touchent peu les Romains, qui n’en ressentent pas les effets dans leur vie quotidienne. En revanche, elles sont l’enjeu d’une âpre exploitation propagandiste. Les Antoniens en jouent de plusieurs façons. Ils les célèbrent avec le faste qui s’impose. Celui-ci paraît parfois disproportionné avec l’importance de la campagne ; c’est le cas de l’expédition punitive de Pollio contre les Parthini, commémorée par la reconstruction de l’Atrium Libertatis. Il faut ajouter aux cérémonies les salutations impératoriales des légats d’Antoine. Rappelées par les inscriptions et diffusées par les monnaies, elles servent la gloire de celui-ci, car elles exaltent sa grandeur militaire au travers des mérites de ses lieutenants. Il ne dédaigne pas de récupérer des distinctions militaires qui n’ont aucun rapport avec des missions qu’il a confiées. Ainsi, après son ralliement, Domitius Ahenobarbus continue-t-il de faire figurer son titre d’imperator sur les monnaies qu’il frappe au nom d’Antoine351. Le tableau récapitulatif montre que, de 42 à 36, les Antoniens ont célébré six triomphes et ont reçu la salutation impératoriale sept fois, dans le même temps. Il faut ajouter à la série des triomphes celui que Sosius célébra en 34, car il a été différé jusqu’à cette date, mais il se rapporte à la guerre de Judée.

106En Orient, les succès sont utilisés pour exalter en Antoine le nouvel Alexandre. À Rome, l’imitatio Alexandri a un impact moindre, aussi les récits de campagnes se réfèrent plutôt à la légende de Pompée. Canidius a suivi la route de ce dernier en Arménie et a rendu à Rome une zone d’influence perdue après Carrhes. Sosius est entré dans Jérusalem, le même jour que Pompée. À l’inverse, Licinius Crassus constitue un repoussoir, dont il importe d’effacer le souvenir. C’est ce que fait Ventidius, en remportant la victoire de Gindaros, le jour anniversaire du désastre de Carrhes ; c’est aussi ce que tentent de faire Antoine, en négociant les aigles de Crassus et Canidius, en rendant l’Arménie à l’influence romaine.

  • 352 D.C. 48.49.4.

107Parfois, les succès des lieutenants se retournent contre Antoine, alors qu’ils étaient faits pour exalter sa gloire. C’est le cas des victoires de Ventidius. Lorsqu’Antoine remplace celui-ci dans son commandement, pour lui permettre de triompher, les auteurs antiques soupçonnent de la jalousie dans cette hâte. L’interprétation est possible, mais il faut comprendre cette décision, en fonction des événements d’Italie. La saison militaire de 38 s’achève sur une grave défaite pour Octavien. Agrippa renonce à triompher pour sa campagne gauloise352. La cérémonie de Ventidius tombe donc au plus mal. Elle creuse le fossé entre les réussites des Antoniens et le revers récent d’Octavien. Mais, après 36, la “propagande” rivale réutilise ce succès à son profit. Il rend plus cuisant l’échec de l’expédition parthique d’Antoine. C’est probablement à ce moment que la rumeur de la jalousie d’Antoine à l’égard de ses lieutenants prend naissance. À l’inverse des autres sujets de satisfaction des Antoniens, les partisans d’Octavien ont certainement amplifié la gloire de Ventidius. La survie de son triomphe dans les sources littéraires montre que la tradition livienne l’a célébré. Ventidius, qui est peut-être décédé entre temps, après avoir fidèlement servi Antoine, l’a finalement desservi, car il l’a battu, sans l’avoir prévu, sur son propre terrain.

Bâtir pour perpétuer

  • 353 Shipley 1931, 7-60.
  • 354 CIL, X, 6087 = ILS, 886 ; Coarelli [1986] 1994, 52 ; le podium en travertin appartient à sa restau (...)
  • 355 AE 1993, no 579.
  • 356 Ov., Tr., 3.1.71 ; Plin., Nat., 7.115 ; 25.10 ; Suet., Aug., 29.5 ; Isid., Orig., 6.5.2. Casson 20 (...)
  • 357 Suet., Jul., 44.3
  • 358 Plin., Nat., 36.33.
  • 359 Zanker [1987] 1992, 69.
  • 360 Mais ses choix artistiques ne le sont peut-être pas autant. Certaines œuvres se prêtent à l’expres (...)
  • 361 En choisissant Varron, il poursuivait encore une fois le dessein de César, qui avait confié au pol (...)
  • 362 Suet., Aug., 29.8. Shipley 1931, 10.

108Les triomphes, très fréquents de 43 à 36, ne suffisent pas à perpétuer la gloire du triomphateur, ni à conforter l’emprise des Antoniens sur la faveur populaire. La célébration du succès devient l’occasion de la restauration ou de la construction de monuments, liés désormais au vainqueur et au souvenir de sa victoire353. L. Munatius Plancus donne le ton, en restaurant le temple de Saturne, avec le butin de sa campagne gauloise354. Le choix de ce vénérable édifice n’est sans doute pas laissé au hasard : ce faisant, il revivifie un vieux mythe qui fait des compagnons d’Hercule ses premiers constructeurs. Or, Munatius est doublement lié à Hercule, premièrement parce qu’il appartient aux élites de Tibur sur laquelle veille le grand sanctuaire d’Hercule Vainqueur, ensuite parce qu’il est antonien et qu’Antoine se présente comme le nouvel Hercule. Munatius paraît d’ailleurs très attaché au sanctuaire tiburtin, puisque l’on y a retrouvé un fragment de base, portant la mention Munatius Censor355. C. Asinius Pollio restaure l’Atrium Libertatis356. Conformément aux volontés de César, il inclut une bibliothèque publique d’auteurs grecs et latins357, ainsi qu’une galerie d’art ouverte aux visiteurs358. Pour Zanker, cette entreprise est parfaitement neutre, elle s’inscrit hors de la lutte des partis359. Certes plusieurs éléments plaident en faveur de cette hypothèse : l’attitude de Pollio en 32, d’abord, ensuite, la neutralité des choix littéraires du maître d’œuvre360, qui n’installe, parmi les bustes d’auteurs grecs et latins, aucun contemporain, à l’exception de Varron361. Mais, poursuivre l’œuvre du dictateur, à l’instar de son fils adoptif et au même moment, place Pollio dans une situation de concurrence, sinon de contestation. La réaction d’Octavien le prouve : peu de temps après, il finit d’édifier une bibliothèque, attenant au complexe d’Apollon sur le Palatin362. De nombreuses différences existent entre les deux projets. Pollio a choisi de l’implanter dans la zone du Forum. Sa définition de l’espace public, comme celle de Plancus, est donc traditionnelle et populaire, à la différence de la portée symbolique du Palatin, plus élitiste. En outre, le choix de la Libertas, thème politique favori des Libérateurs, montre que ces derniers n’ont pas l’apanage de cette valeur et que l’œuvre inspirée par César, et exécutée par Pollio, est authentiquement conforme aux idéaux de la Res Publica.

  • 363 Une controverse existe sur le temple en question. Gros 1974, 163, restreint la signification du te (...)
  • 364 Gagé 1955, 496 ; Hinard 1992, 57-72.
  • 365 Zanker [1987] 1992, 66-67. La première dédicace, Liv. 4.29.7 ; la première restauration en 353, Li (...)
  • 366 Zanker [1987] 1992, 65, et surtout Hinard 1992, 61-62. Le dies natalis du temple coïncide avec cel (...)
  • 367 Benoist 1999, 276-286 et 2004, 200-203.
  • 368 Benoist 1999, 281-282.

109La biographie de Suétone montre qu’Auguste a repris à son compte, sous le principat, des œuvres initialement conçues par des Antoniens pour leur propre gloire et celle de leur faction. L’auteur mentionne, en effet, parmi les monuments exécutés par des proches du prince, dans le cadre de l’embellissement de la Ville, l’Atrium Libertatis et le temple de Saturne de Plancus, aux côtés des travaux commandés par Agrippa, Taurus et Cornificius. Un monument fait défaut dans cette liste, c’est le temple d’Apollon in circo auquel s’attache le nom de Sosius363. L’ampleur des modifications qu’il aurait apportées au monument reste un sujet controversé. F. Hinard pense que son projet de réfection du temple était ambitieux et que la défaite du parti antonien l’a empêché de le mener à bien. L’abandon de ce projet aurait été la monnaie d’échange de son amnistie. Il y avait d’autres raisons pour pardonner à Sosius, nous le verrons. Faut-il donc suivre les prudentes critiques de P. Gros, qui résume tout l’apport de Sosius à une statue ? Que la statue soit tout ce qui subsiste, après Actium, des intentions de Sosius paraît très probable. En revanche, cela ne traduit certainement pas les ambitions de l’œuvre qu’il entreprit en 34, après son triomphe ex Iudaea. Aucun vir triumphalis ne se contente de si peu, s’il décide de pérenniser sa gloire éphémère. Il faut tenir compte, en outre, du contexte de concurrence entre les imperatores et les partis. Les travaux de Sosius, quels qu’ils soient, sont contemporains de l’édification du premier amphithéâtre de Rome, par Statilius Taurus, qui célèbre son triomphe ex Africa et son ralliement récent à Octavien. Que le choix de Sosius ait porté sur Apollon paraît ouvertement polémique ; il souhaite rivaliser avec Octavien sur son terrain de prédilection, qu’il entend capter à son profit364. De plus le premier dédicataire du temple d’Apollon in circo fut un César, Cn. Iulius Caesar, en 431. Il se peut, que, comme Pollio, Sosius ait désiré rappeler que le patrimoine césarien (tout comme le culte d’Apollon) n’était pas la propriété exclusive d’Octavien et de son parti. Le dessein de l’Antonien fut peut-être de surpasser le chantier du Palatin, par l’ampleur et la magnificence de l’Apollo Sosianus365. Malheureusement pour le lieutenant d’Antoine, la longueur des travaux fait que son œuvre est achevée après la défaite, dans un esprit tout à fait différent du programme architectural initial366. St. Benoist souligne d’ailleurs que les monuments construits ou restaurés pendant la période triumvirale, en raison des délais qu’ils demandèrent, furent presque tous livrés après le triomphe de 29, pour la plus grande gloire du vainqueur367. Toutefois, il est possible que le temple de Saturne, restauré par Plancus et la bibliothèque de Pollio aient échappé à cette fatalité. La restauration de Plancus ne porte la marque d’aucune influence octavienne368. La bibliothèque de Pollio, quant à elle, fut achevée du vivant de Varron, c’est-à-dire avant 28.

Prestige littéraire

  • 369 Sosius apprécie la rhétorique. Sénèque le Rhéteur, Suas., 2.21, le cite comme un orateur de choix (...)
  • 370 Il anime un cercle littéraire Sen. Rh., Suas., 3.6 ; 7.27. Sur son rôle d’arbitre des élégances et (...)
  • 371 Zanker [1987] 1992, 64-65, souligne à juste titre le prolongement de l’opposition entre les deux i (...)
  • 372 Fronton, Ad Ver., 2.1.7 ; sur le sens de ce passage discuté, Reinhold 1988, 220.
  • 373 Sen. Rh., Suas., 1.7.

110Les cercles littéraires, fort actifs dans ces années, répercutent les échos de la compétition, qui reste très éloignée de la bataille pamphlétaire des années suivantes. Autour de Pollio et de Messala, comme de Mécène, gravitent des cercles littéraires, poétiques essentiellement. Les relations amicales de Pollio avec Cornelius Gallus et Virgile sont bien connues. Deux bucoliques de Virgile nomment Pollio et le célèbrent. Horace dédie des odes aux Antoniens les plus en vue369. Le parti compte des écrivains dont la célébrité s’affirme par la suite, des historiens ou des mémorialistes, tels qu’Asinius Pollio, Valerius Messala370, le spirituel Q. Dellius, Annius Cimber. Il ne faut pas chercher en ces années de rupture fondamentale entre deux partis littéraires, deux conceptions du pouvoir ou de la rhétorique371. L’existence des factions et le désir aristocratique de briller, de promouvoir son nom et son parti, stimulent une production littéraire qui n’est pas corsetée par la propagande. Au sein du même groupe, la diversité a le droit de cité. Alors que les goûts d’Antoine le portent vers le style asiatique, riche et “baroque”, Ventidius montre sa prédilection pour un style archaïsant, en rédigeant son discours de triomphe sous l’inspiration de Salluste372. Annius Cimber, pour sa part, prétend adapter Thucydide. Q. Dellius passe, à l’époque du père de Sénèque, pour un orateur vif et spirituel373 ; Asinius Pollio, pour un arbitre de rhétorique acerbe et mordant. Les choix d’Antoine influencent, par contre, Properce et Tibulle, étrangers à son parti. Les Antoniens tiennent une place importante dans l’activité littéraire contemporaine. Mais leurs choix politiques n’ont aucune incidence directe sur leur activité littéraire. Leur gloire d’auteurs peut, éventuellement, conforter leur prestige social et leur influence politique. Dans la période suivante, au contraire, les meilleurs auteurs sont réquisitionnés pour servir leur camp. Jusqu’en 36, l’ambiance est à la compétition non à la polémique.

  • 374 Scuderi 1978, 117-137.

111La rhétorique ne se détache pas encore de l’action. Évoquer les grands orateurs revient à parler d’influence, au Sénat et au forum. Il est malaisé de connaître la place exacte du parti antonien dans la vie politique romaine durant cette période. Les échos de l’opinion publique parviennent au travers de sources postérieures et de seconde main. L’influence d’Antoine sur la plèbe, dans la Ville et aux armées, est indiscutable. R. Scuderi374 insiste sur la popularité solide du triumvir auprès des soldats. Les émeutes qui précèdent Misène, à Rome, montrent qu’Antoine jouit d’un crédit plus solide auprès de la foule que ses deux collègues. Mais ces considérations ne concernent qu’Antoine lui-même ; son image personnelle a des répercussions sur la puissance de son parti, dans une mesure qui reste difficile à déterminer. Des Antoniens apportent également au parti qu’ils ont embrassé l’appoint de leur réputation flatteuse. Il est certain qu’Asinius Pollio, de grand renom dans les armées, Ventidius, aussi, Ahenobarbus, à la célébrité ambiguë et, sans doute, Plancus, pour ne citer que les plus importants, confèrent une aura, que leurs triomphes et leurs bienfaits à la plèbe ne font qu’amplifier.

  • 375 Jos., BJ, 1.280-285.
  • 376 Jos., BJ, 1.243.
  • 377 Sen. Rh., Con., 2.4.8 ; 3, pref. 15 ; Suet., Gram., 26 ; Quint., Inst., 11.1.68.
  • 378 D.C. 48.35.1.
  • 379 Sénatus-consulte d’Aphrodisias, cf. supra, note 237.

112Au Sénat, les mesures demandées par Antoine sont votées, sans coup férir. Il faut reconnaître que le Sénat triumviral, pléthorique et de recrutement récent, n’a pas l’indépendance de l’assemblée de 43. Les censoriens, les consulaires et les triomphateurs, doivent cette position à la faveur des triumvirs. Le sénat, à titre rétroactif et par anticipation, a avalisé leurs décisions. Cependant, tout n’est pas simple pour autant. Même dans ces conditions, l’institution garde son prestige et demeure la principale source de la légalité. Le simple fait de devenir sénateur oblige moralement à endosser la responsabilité de l’État et conduit à ne pas accorder son quitus sans débat. Les principaux lieutenants des triumvirs ont acquis, grâce à la faveur et aussi à leurs talents, une place qui les met à l’abri de devenir de simples serviteurs. Les rares débats dont les historiens gardent la trace, dans cette période, montrent qu’Antoine, lorsqu’une question revêt quelque importance, choisit ses porte-parole avec soin. Ainsi, lorsqu’à l’instigation d’Antoine, Hérode sollicite des Pères Conscrits qu’ils ratifient ses droits sur le royaume de Judée, ce sont Valerius Messala et Sempronius Atratinus qui parlent en sa faveur375. Plusieurs raisons motivent le choix de ces orateurs. Tout d’abord, les liens probables de Messala avec la Judée. L’année précédente, à Daphné, c’est lui qui a défendu Hérode et Phasaël devant les délégués juifs venus protester auprès du triumvir376, ce qui suggère qu’il compte dans sa clientèle, soit Hyrcan, soit, plus vraisemblablement, les deux fils d’Antipater. Ensuite, Antoine préfère employer deux de ses plus éloquents partisans ; Atratinus et Messala jouissent d’une excellente réputation en ce domaine377. Enfin, il compte sur le prestige qu’exercent, malgré leur jeune âge, ces deux hommes sur le Sénat, parce qu’ils représentent le patriciat, ce qui leur confère un lustre bien supérieur à celui d’un cursus honorum dû à la confiance d’un triumvir. L’intervention personnelle d’Antoine, à la fin du débat, entraîne le vote du sénatus-consulte, à l’unanimité. Cet épisode indique, qu’au lendemain des accords de Brindes, Antoine bénéficie d’un large soutien au Sénat. Cependant, même dans ce contexte favorable, il entoure ses requêtes de toutes les précautions nécessaires, afin d’obtenir satisfaction à coup sûr. Cette position de force s’effrite dès l’année suivante, puisque le retour des proscrits modifie la composition du Sénat. Le recrutement homogène, opéré après la paix de Brindes378, est compensé par l’afflux d’anciens opposants379. Il existe désormais dans l’assemblée une masse flottante, dont il faut capter la faveur, ce qui constitue un nouvel enjeu entre les triumvirs.

113Au début de l’année 36, lorsqu’Antoine s’engage dans la guerre parthique, son parti semble très bien représenté à Rome. La jeunesse aristocratique la plus brillante y adhère. Ses principaux lieutenants ont triomphé sur tous les fronts. Les revers de Saxa et du gouverneur d’Asie ont été vite effacés. Certes, des signes inquiétants, mais encore très discrets, laissent présager des changements de cap de certains membres de son entourage, Césariens et nouveaux ralliés. Depuis la défaite de Pérouse, il a perdu des soutiens en Italie. Cependant, ces symptômes sont encore dissimulés par l’éclat des succès.

Notes

1 Cette date apparaît comme un tournant pour l’étude des Antoniens, tout d’abord pour les motifs de portée générale déjà évoqués, mais aussi parce que la victoire d’Octavien oblige les Antoniens qui ont collaboré avec lui dans cette campagne à choisir leur camp. Enfin, la fuite de Sextus en Orient, loin de représenter une péripétie ou un achèvement, marque le début d’une nouvelle période pour le camp d’Antoine, celle de l’assimilation des derniers Pompéiens. L’affaire de Milet affecte d’ailleurs la composition du parti dans ses dernières années.

2 Brunt [1971] 1987, 487 ; Messala, dans ses Mémoires, citées par Plut., Brut., 38.3, fixait à 8 000 le nombre des victimes républicaines du premier engagement, tandis qu’Appien, 4.88, conclut que les deux camps ont souffert de pertes équivalentes, en fin de compte ; c’est-à-dire, sur un total que l’on peut estimer à 40 000 morts, 20 000 de chaque côté.

3 Ce butin est constitué par les exactions fiscales qu’impose Cassius après la prise de Rhodes, par la confiscation de son trésor public, par le pillage des sanctuaires, enfin par l’impôt sur les biens des particuliers. Le prélèvement d’un tribut égal à dix années de contributions normales, levé, cette fois, sur l’ensemble de la province d’Asie, complète ces dispositions App., BC, 4.73-74. Il s’ajoute aux 16 000 talents collectés par Appuleius, dans cette même région, au titre de l’année précédente App., BC, 4.75. Elle n’est pas la seule province soumise à un pareil traitement : Brutus remplit les caisses républicaines en Thrace, à Cyzique, en Lycie, à Patara, suivant le même système répressif que celui de Cassius ; à Myra, son subordonné, Cornelius Lentulus, procède de même ; et, finalement, ils obtiennent des subsides, ainsi qu’une aide militaire, de l’ensemble de la confédération lycienne App., BC, 4.82. Les contributions de la Bithynie, quant à elle, s’élèvent à trois cents talents, deux cents navires de guerre et cinquante de transport, quatre mois de ravitaillement, sans compter les prélèvements effectués en 44 par Tillius Cimber, Fernoux 2004, 169-170.

4 Dont le principal centre de regroupement semble être Thasos, App., BC, 4.136.

5 App., BC, 4.86 ; Domitius apporte, en propre, une légion et cinquante navires de guerre, ainsi qu’une troupe d’archers ; cela s’ajoute donc aux quatre-vingts bâtiments de Staius et double ses effectifs légionnaires. Staius a été envoyé, initialement, avec soixante bateaux, une excellente légion et quelques archers App., BC, 4.74 ; il croise aux abords du cap Ténare. Il a manifestement renforcé ses effectifs avant l’arrivée de son allié.

6 App., BC, 4.99.

7 D’après le calcul de Brunt [1971] 1987, 489.

8 App., BC, 5.2.

9 L’ensemble de ces renseignements provient d’un paragraphe d’Appien BC, 5.2. Un autre passage BC, 4.136, qui concerne les décisions prises par les “Libérateurs” réfugiés à Thasos, complète ces données. Le sort individuel des différents commandants est connu par d’autres citations du même auteur, ou encore, pour les plus notables d’entre eux, par Plutarque et Dion Cassius.

10 App. BC, 4.136.

11 App., BC, 4.42.

12 Il est probablement questeur en Asie entre 38 et 35. Il est possible qu’il soit entré au service d’Antoine, plus tard que son cousin Messala Corvinus, seulement à la faveur de la paix de Misène.

13 Appien (BC, 5.4) ne cite que les suppliants qui furent exécutés, Petronius et Quintus ; il laisse entendre, qu’à ces seules exceptions, les autres républicains furent graciés.

14 Hormis ceux qui avaient participé au meurtre de César, App., BC, 5.7.

15 Sa réhabilitation officielle date des accords de Misène. Cependant, à partir de 40, il appartient à l’entourage d’Antoine, qui le ramène à Rome, après avoir obtenu sa grâce par Octavien.

16 En fait, les Pompéiens qui se rallièrent à Antoine en 35, et dont le plus illustre demeure Scribonius Libo, sont réhabilités par les accords de Misène ; mais ils demeurent encore au service de Pompée, c’est pourquoi ils ne sont pas mentionnés ici. L. Iunius Silanus ne s’est peut être pas rallié dès 39, non plus, car sa première mission en Achaïe, pour Antoine, date seulement de 34.

17 V. Max. 5.9.1 ; sur les liens de son demi-frère Messala avec Cassius : Plut., Brut., 40.1-4 ; 11 ; sur sa duplicité, D.C. 47.24.3 et 5.

18 Ami de Clodius, il fut témoin à charge lors du procès de Sestius, en 56 ; il est identifié par Münzer comme le frère du consul de 74, censeur en 70. Il est, en outre, apparenté aux Postumii Nicolet, no 170.

19 Catul. 83-91.

20 Deux inscriptions, une à Eleusis, IG II/III2 4231 = IG III, 866 : “Pour Sempronia, fille de Lucius, femme de L. Gellius Poplicola”. et une sur l’Acropole IG II/III2 4230 la mentionnent. Elle était probablement la fille de Sempronius, qui adopta le fils de Bestia sans doute parce qu’il n’avait que des filles, par conséquent la sœur adoptive du consul de 34 Sempronius Atratinus, Kajava 1990, 72-73.

21 App., BC, 5.142 ; D.C. 48.30.5-6.

22 Vell. 2.83.

23 Il suffit de regarder la longue liste des Claudii qui ont été des magistrats marquants. Mais les Nerones sont en deçà des autres branches de la famille. Le plus célèbre est le vainqueur de la bataille du Métaure, Mommsen [1864], 1085-1095.

24 C’est à Sparte, qui appartient à la clientèle des Nerones, que Nero confie le jeune Tibère, Suet., Tib., 6.2. Sur la clientèle des Claudii, Rawson 1973, 219-239.

25 Vell. 2.84.2.

26 Il convient cependant de souligner, qu’à la fin de la République, partir en Grèce, pour parachever sa formation rhétorique ou politique, ne dénote pas seulement l’amour de la science ou le snobisme, c’est également un geste politique. Cicéron, lui-même, certes sensible au prestige intellectuel hellénique, a renoué avec les études lorsqu’une cause trop bien défendue l’a contraint à prendre du recul Plut., Cic., 3.6. Le regroupement de la jeune génération du parti catonien à Athènes, en 45-44 a.C., apparaît comme un désaveu, poli, mais ferme, de la dictature de César. C’est donc avec un bon espoir de succès que Brutus est allé recruter ses premiers partisans dans cette cité.

27 Ils suivent Antoine dans sa tournée orientale. En effet, quelques mois plus tard, Messala joue, pour la première fois, un rôle dans l’entourage du triumvir en Syrie. Il prend la défense d’Hérode, devant les délégués juifs, venus exposer à Antoine leur mécontentement à l’égard des fils d’Antipater Jos., BJ, 1.243.

28 App., BC, 5.55. De plus, il a peut-être participé au complot des Ides de Mars, bien qu’Appien et Suétone affirment le contraire.

29 Durant l’été 44., il contribue à constituer la flotte des “Libérateurs” Cic., Att., 16.4.4, datée du 10 juillet ; à la fin de 44 et au début de 43, il rallie aux forces de Brutus une partie de la cavalerie de Dolabella, Cic., Phil., 10.13 ; Ad Brut., 1.5.3 ; 1.7.2 ; 1.14.1.

30 Vell. 2.72.

31 Deux légions et des troupes légères, composées d’archers et de frondeurs, ainsi que des gladiateurs, suivant Appien 5.26.

32 App., BC, 5.26 ; D.C. 48.7.5 de manière allusive. Ce raid, qui se solde par la dévastation du territoire de la cité et par la perte de plusieurs navires de guerre, oblige Octavien à laisser une légion en garnison, pour protéger le port en permanence. Cette escarmouche reste un très mauvais souvenir pour les habitants de la cité qui, un an plus tard, interdisent son accès à Antoine, parce qu’Ahenobarbus s’est rallié à lui.

33 Dion Cassius 48.16.2 est le seul à affirmer que c’est le découragement mais non la défaite qui pousse Ahenobarbus à négocier avec Antoine.

34 Ce titre commémore sa victoire sur la flotte de Domitius Calvinus, qui avait tenté de forcer le blocus et fut écrasé suivant Appien, le jour même de la défaite de Philippes App., BC, 4.115 et 116. La mention imperator est attestée par l’épigraphie AE, 1972, no 583 et par les monnaies, un aureus, Crawford 1974, 100, no 519/1, “Cn. Domitius L. F. Imp.”, sur cette pièce apparaît un temple de Neptune, ainsi qu’un denier, dédié à son père L. Domitius Ahenobarbus, Crawford, no 519/2.

35 Avec cinq de ses deux cents navires. Appien 5.55 insiste, par trois fois, dans son récit, sur la frayeur qui s’est emparée de Plancus, fort peu à son avantage dans ce passage, mais aussi des autres Antoniens, notamment du licteur du triumvir, soulignant ainsi, outre la grandeur d’âme du chef césarien, le prix exceptionnel attaché à ce ralliement inespéré.

36 Après les accords de Brindes, Octavien est contraint à prendre des dispositions semblables avec Ahenobarbus 5.65. Ce dernier est donc rendu à la vie civique en vertu d’un traité de paix, ou d’alliance, en bonne et due forme ; sur les différences entre les restitutions de Brindes et de Misène voir infra.

37 Pour ne prendre qu’un exemple, lors de la retraite de la campagne parthique de 36, une anecdote nous éclaire bien sur la place d’Ahenobarbus : Antoine, découragé, ne peut se résoudre à annoncer la retraite ; il demande à Domitius, comme à un alter ego, de haranguer les troupes à sa place, Plut., Ant., 40.8.

38 App., BC, 4.46 ; pour la succession en Bithynie, 5.63.

39 App., BC, 5.4. Il excepte cependant deux hommes, Petronius, et Quintus, pour des raisons graves, souligne l’auteur, mais dont on ignore la teneur.

40 De même, Antoine se contente de mesures de rétorsion symboliques à l’encontre du Mégabyse d’Artémis, qui s’était rendu coupable de collusion avec ses adversaires App., BC, 5.9. Delrieux & Ferriès 2004, 64-66.

41 App., BC, 5.7.

42 Cette anecdote est rapportée, à la fois, par Appien, BC, 4.129 et par Plutarque, Ant., 69.1-2 ; Brut., 50.1-9.

43 Ainsi que nous l’apprennent les considérations de D.C. après la victoire d’Utique 43.12-13.

44 Il était tribun dans l’armée de Brutus Hor., S., 1.6.45-48 ; Il a échappé de peu à une issue funeste Carm., 2.7.10. On sait, par ailleurs, qu’il n’a pu profiter de l’occasion qui fut offerte à Pompeius Varus, son ami, qui parvint à s’embarquer pour l’Adriatique. puis, selon la courte biographie de Suet., Poet. Hor., 297, Roth “victisque partibus, venia impetrata, scriptum quaesitorium comparavit. Ac primo Maeceniati, deinde Augusto insinuatus”.

45 Hinard 1990, 103-113.

46 Plut., Brut., 53.1-3 : “J’ai toujours été, César, du parti le meilleur et le plus juste”, trad. Flacelière & Chambry, 1978.

47 Vell. 2.77.3.

48 Crawford, no 542/1 ; IG II/III2, 4114. En 33, SIG, 767 : la dédicace s’adresse à Marcus Iunius, fils de Marcus, petit-fils de Decimus, proquesteur.

49 L’indication figure sur le denier qu’il émet en Achaïe voir note précédente.

50 App., BC, 4.46 ; sa troupe rencontra celle d’Appuleius ; ils faillirent en venir aux mains.

51 D.C. 51.2.4.

52 Le cas de Paullus Aemilius Lepidus, consul en 34, apparaît très complexe. Il est le fils du consul de 50 IG II/III2, 4115., le triumvir Lépide est son oncle D.C. 47.8.1. Sa proscription et son engagement aux côtés de Brutus et de Cassius engendrent des doutes. Est-il le personnage auquel les “Libérateurs” ont confié le gouvernement de la Crète ? Contre cette hypothèse, Hinard 1985b, no 3, qui, suivant la lecture que fait Grant [1946] 1969, 35-36, d’un denier, préfère l’identifier avec P. Lepidus, par ailleurs inconnu ; en faveur de cette thèse, Weigel 1978, 42-45. Au lendemain de la défaite, ce Lepidus s’embarque avec ses troupes et part grossir la flotte républicaine de l’Adriatique, toujours capable de soutenir le combat App., BC, 5.2. Là, l’incertitude se prolonge : même s’il s’agit bien du fils du consul de 50, a-t-il rejoint, avec Staius Murcus, la flotte pompéienne ? Ou est-il demeuré auprès de Domitius Ahenobarbus ? Le seul argument décisif que l’on pouvait avancer en faveur de la première hypothèse, une monnaie frappée au nom de Libo et de Lepidus, perd toute valeur, car, d’après Crawford, cette pièce doit être datée de 62 et donc attribuée au père de notre personnage, Crawford 1974, no 417. Deux arguments s’opposent à l’hypothèse de sa présence auprès de Sextus Pompée : le fait qu’en 36, il l’ait combattu aux côtés d’Octavien, Suet., Aug., 16.8, et son absence lors de l’énumération que fait Velleius des proscrits que les accords de Misène ont rendu à l’État, ce qui incline à supposer qu’il a obtenu sa réhabilitation en vertu d’accords préalables, tels que ceux qui ont accordé l’amnistie à Ahenobarbus et aux siens. Ce second argument ne paraît pas décisif, car bien des réhabilitations ne sont pas mentionnées par Velleius, alors qu’elles ont bel et bien eu lieu. Cependant, s’il est demeuré sous les ordres de Domitius, comme cela semble probable, en raison des liens familiaux entre les Domitii et les Lepidi, il a effacé, alors, la trace de son séjour auprès d’Antoine. Sur les relations d’Auguste avec les Aemilii Lepidi, Weigel 1985, 180-191.

53 Inscription de Claros, publiée par Syme 1955c, 156.

54 Cependant, il faut se défier de toute appréciation trop catégorique dans ce domaine, car une donnée reste inconnue, le rôle de Lépide, totalement occulté par les sources, mais qui fut, vraisemblablement, important, car les connections familiales plaçaient le triumvir à mi-chemin entre les Républicains et les Césariens.

55 Autant qu’on le sache, car l’administration de la province, durant la période triumvirale, est loin d’être bien connue, voir infra.

56 Messala plaide en faveur d’Hérode, en 40 Jos., BJ, 1.284 ; en 36, c’est Bibulus qui porte à Octavien la réponse d’Antoine, au sujet du maintien des pouvoirs triumviraux App., BC, 5.132.

57 Son prénom est connu, depuis peu, par les nouveaux fastes de Taormine AE 1991, no 894, déjà commentés par Salomies 1991, 187-192, qui suggère de reconnaître dans ce personnage le fils cadet de L. Marcius Philippus.

58 Dion précise, en effet, qu’il n’a pas connu les vicissitudes des guerres civiles 50.2.2. ; ce qui implique qu’il n’a pas été proscrit, et qu’il n’a jamais eu l’occasion de changer de camp.

59 La seule exception semble le cas de Gellius Publicola, qui reçoit un commandement dès 41 et qui, en outre, atteint le consulat en 36. Mais Gellius était, en fait, un agent antonien.

60 À part, cela va de soi, Ahenobarbus, gouverneur de Bithynie.

61 C’est le cas de Lucilius, Dellius, et, peut-être, Messala Corvinus.

62 Les premières missions militaires de Bibulus, de Titius, ou d’Ahenobarbus, datent des années 37-36. De plus, Titius et Ahenobarbus sont employés contre les Parthes, sous le contrôle direct d’Antoine. Naturellement, il faut nuancer ce jugement, en reconnaissant que bien des opérations militaires dans le domaine géographique d’Antoine nous échappent, faute de renseignements. Il n’est pas tout à fait improbable qu’ils aient, dès avant, exercé leurs talents militaires, mais comme subalternes d’un homme plus sûr.

63 Sur les dimensions de ce conflit, voir Roddaz 1988, 317.

64 D.C. 48.5.5 ; voir aussi la notice de Freyburger & Roddaz 1994, L-LI.

65 Ainsi, lors de l’arbitrage de Teanum, les commandants de l’armée rappellent que la balance doit être tenue égale entre les intérêts des Antoniens et ceux des soldats d’Octavien App., BC, 5.20 ; Manius affirme, pour sa part, qu’Octavien profite de l’absence d’Antoine pour étendre son influence à son détriment 5.22.

66 D.C. 48. Index et 5.4. La pietas du consul apparaît, en outre, sur les monnaies de 41 : Crawford, no 516, 1-4, avec, sur le droit, un portrait d’Antoine et la légende, M. Ant. III vir R.P.C. Imp., sur le revers, Pietas Cos, pl. LXII. D’autres émissions monétaires rappellent cette parenté : Crawford, no 517/4a-5c, avec un portrait de Lucius Antonius au revers.

67 Chez Appien, son souci des intérêts d’Antoine est rappelé BC, 5.14. Il utilise son lien de parenté pour défendre sa cause auprès des vétérans 5.19 ; il laisse Manius plaider pour Antoine auprès des soldats et des ordines 5.22 et 29. Mais Antoine, dans ses discours, finit par être présenté comme le garant de sa politique anti-triumvirale cf le discours prononcé lors sa contio, à la suite de la prise de Rome, 5.30. Lucius développe cette idée, également, après la reddition de Pérouse, dans un entretien avec Octavien, qu’Appien se plaît à mettre en scène 5.54. Dans le récit de Dion, il revendique plus nettement encore sa fidélité à Antoine 48.5.4 ; 48.6.5.

68 App., BC, 5.22 et 29.

69 App., BC, 5.12 ; D.C. 48.5.2. Afin d’éviter toute contestation, en cas de litige, les triumvirs avaient scellé et échangé des tablettes, sur lesquelles étaient couchés leurs décisions et leurs accords D.C. 48.2.4.

70 App., BC, 5.3 ; D.C. 48.1.3. D’après ce dernier témoignage, la Numidie Africa Nova reviendrait à Octavien et l’Afrique Africa Vetus à Antoine, sous réserve d’une attribution ultérieure à Lépide cf. commentaire, Freyburger & Roddaz 1994, 59 n. 7.

71 App., BC, 5.3.

72 D.C. 48.2.1.

73 App., BC, 5.14, Appien est le seul à mentionner l’existence de ce personnage ; il est vrai qu’il fournit, sur les événements de cette période, le récit le plus détaillé.

74 App., BC, 5.3. En fait, Antoine avait laissé son fidèle partisan en Italie, sans doute pour surveiller Lépide. Ce dernier conservait trois légions App., BC, 4.3 ; D.C. 47.20.1. On ne sait de combien disposait Fufius. Il se peut que les troupes qu’il doit rendre à Octavien proviennent de l’armée de Lépide. En effet, celle-ci n’est plus mentionnée dans les sources à partir de 42. Elle est peut-être passée sous les ordres d’un légat d’un des triumvirs après la victoire de Philippes. Comme Antoine suggère à Octavien de prélever les troupes sur les effectifs de Fufius cela implique, sans doute, qu’il est le légat en question.

75 App., BC, 5.12.

76 D.C. 48.5.1.

77 App., BC, 5.26.

78 Ibid., 5.20 : lors de l’arbitrage de Teanum, les Antoniens sont mis en demeure de donner deux légions à Octavien, ce qui signifie que Calenus n’a pas encore obéi ; son refus de céder est confirmé par Dion, 48.5.2.

79 Manius témoigne de la méfiance des Antoniens à l’égard de cette décision App., 5.22.

80 Laffi 1986, 10-12 et 1992, 5-23.

81 Ganter 1892, 9-10.

82 D.C. 48.10.1

83 Vell. 2.76.

84 À la suite des accords de Bologne, l’Afrique est passée dans le domaine d’Octavien. Mais l’Africa Nova a conservé son gouverneur antonien ; mieux, ce dernier a conquis l’Africa Vetus, aux dépens de Cornificius App., BC, 4.52-56. Il est possible de penser que, dans le cadre du triumvirat, étant donnés les bouleversements profonds qui affectent la région, un légat placé par Antoine a pu gouverner provisoirement au nom d’Octavien. C’est ce que laisse entendre Appien, en précisant que Sextius s’est attaqué à Cornificius en tant que légat du jeune César, 4.53. Mais il demeure attaché au parti antonien, puisque c’est Lucius, et non Octavien, qui lui transmet les nouvelles directives et qu’Octavien envoie un de ses légats pour le relever de ses fonctions. Par la suite, Sextius se plie à nouveau aux directives du consul et entreprend de récupérer son ancienne province au nom d’Antoine 5.26 Gsell 1930, 183-194.

85 D.C. 48.4.2.

86 Cic., Fam., 10.33.4 ; Roddaz 1988, 233 ; Freyburger & Roddaz 1994, 61 n. 29.

87 D.C. 48.4.2.

88 Freyburger & Roddaz 1994, LXIII-LXV ; n. 30 61.

89 D.C. 48.4.2-3.

90 D.C. 48.3.2.

91 App., BC, 5.14.

92 D.C. 48.4.4-6.

93 App., BC, 5.19 ; D.C. 48.4.1-6 ; cette mésentente est également soulignée par Plutarque Ant., 30.1.

94 Toutes les sources s’accordent sur ce point : Vell. 2.74 ; App., BC, 5.19 ; Flor., Epit., 2.16 ; D.C. 48.5.2. Cependant, elles divergent par ailleurs puisque, pour les sources de tradition livienne, le problème de la colonisation constitue le fond de la crise, tandis que, pour Appien, il ne s’agit que de l’un de ses aspects.

95 App., BC, 5.14 ; D.C. 48.5.1.

96 Cette redistribution concernerait 50 000 soldats environ, Brunt [1971] 1987, 328 et 488sq. ; Schmitthener 1958, 62 ; Keppie 1984, 60.

97 Cic., Phil., 5.7 ; 6.12-15 ; 11.10 ; 12.20 ; 13.26 ; 37 ; Att., 15.12.2 ; 15.1 ; 17.1 ; 5.3.

98 Au sujet des fameuses statues qui lui sont dédiées par plusieurs associations, voir Nicolet 1985, 816 sq. et supra. Cette popularité est confirmée par Dion Cassius 48.4.6.

99 Bleicken 1990, 36.

100 D.C. 48.7.1.

101 App., BC, 5.14.

102 Cette proposition montre que, d’une part, la place respective des magistratures traditionnelles et des pouvoirs extraordinaires se trouve bien au centre de la polémique, d’autre part, que L. Antonius bénéficie d’un réel crédit auprès des vétérans, car ils lui donnent raison sur ce point, contre les triumvirs qui sont, tout de même, les garants de la colonisation.

103 App., BC, 5.20.

104 Puisqu’Appien précise que des vétérans d’Antoine, installés à Ancône, ont sollicité l’arbitrage de Gabies 5.23. Pour toutes les colonies d’Antoine, voir Keppie 1984, 62, carte 65.

105 Appien la mentionne parmi les dix-huit cités qui doivent recevoir des vétérans 4.3. L’épigraphie nous apprend, en outre, que l’installation de ces derniers revint à l’Antonien Plancus ILS, 886.

106 D.C. 50.6.3 ; il ajoute que cette colonie fut refondée par Octavien, peut-être après Actium Gabba 1973, 459-471, surtout, 463-464 et 469. Bologne appartenait depuis longtemps à la clientèle des Antonii Suet., Aug., 17.2.

107 Parmi les prodiges qui annoncèrent la fin d’Antoine, Plutarque cite la destruction de Pisaurum, colonie antonienne, à l’occasion d’un tremblement de terre Ant., 60.2.

108 Ces vétérans avaient été victimes, en effet, d’un arbitrage du Sénat, en février 43. Ils avaient été privés, à cette occasion, d’une partie de leurs possessions Cicéron mentionne la requête des Marseillais, à laquelle s’est opposé Fufius Calenus, Phil., 8.18-19.

109 App., BC, 5.33.

110 Gabba 1970c, 62 ; Freyburger & Roddaz 1994, 67 n. 90 et LIII.

111 Gabba 1973, 463, cf. 1970c, 62, se fondant sur l’expression qu’employa Appien BC, 5.31, pense que le fait que cette place était avantageuse pour Lucius implique qu’elle était une colonie. En fait, sa position stratégique, jointe à des sympathies républicaines, peuvent aussi bien expliquer l’importance que revêtait cette cité aux yeux de Lucius Antonius.

112 App., BC, 4.3 ; Keppie 1984, 24.

113 Keppie 1984, 67-68.

114 Broughton suppose que Plancus agissait en tant que proconsul MRR 2, p. 374 ; mais Keppie incline pour le titre de præfectus 1984, 59.

115 Roddaz 1984, 49 ; App., BC, 5.30 ; D.C. 48.13.2.

116 Brunt [1971] 1987, 329.

117 Keppie 1984, 62.

118 Verg., Ecl., 9.26-30 ; G., 2.198 ; Plin., Nat., 3.130.

119 App., BC, 5.21.

120 App., BC, 5.60.

121 App., BC, 52.

122 Plut., Ant., 30.4.

123 D.C. 48.4.1-6. Sur le point de vue de Dion sur ces événements et les sources qu’il emploie, voir Freyburger & Roddaz 1994, 59-62 ; pour le portrait de Lucius, 62-64.

124 Il apparaît sans peine que les témoignages qui subordonnent le consul à Fulvie sont influencés par une “propagande” hostile, issue des rangs d’Octavien, sans nul doute. Cette présentation des faits ridiculise le magistrat et minimise son rôle et ses qualités. Sordi 1985, 301-316 souligne, au contraire, que les hypomnemata de l’historien alexandrin ne sont pas des sources officielles, car il s’emploie à rendre au consul son importance politique dans cet épisode. M. Sordi attribue ce point de vue favorable à l’utilisation des Commentarii de Bello Civile de Valerius Messala.

125 Ant., 28.1. Cette présentation convient aux intentions du moraliste, qui subordonne tout le récit à un portrait de son héros et à l’édification de son lecteur. En présentant cet épisode, fort brièvement d’ailleurs, l’auteur veut montrer les ravages de la passion, qui conduit à oublier ou à renier ses proches, et insiste, à cette fin, sur l’altruisme de Fulvie et de Lucius, qu’il compare à l’indolence d’Antoine, plongé dans les délices d’Alexandrie. Cela restreint beaucoup l’intérêt que présente ce témoignage.

126 Vell. 2.74. Velleius dépend de la tradition historiographique augustéenne, qui restreint les buts de guerre de Lucius au refus de l’installation des vétérans, cf., sur ce point Gabba 1956, 196-197 et Roddaz 1988, 318 sq.

127 Cette solution paraît bien utopique et sans doute démagogique, mais elle met Octavien dans une position difficile D.C. 48.7.1 ; 11.1.

128 D.C. 47.6.4 ; 10.3.

129 Avant d’être, en 44, un efficace tribun de la plèbe et un allié brillant de son frère, Lucius n’a pas manifesté un zèle pro-césarien flagrant. Au moment de la première guerre civile, il se trouve, par les hasards du tirage au sort dans une province pompéienne ; sur son passé, Roddaz 1988, 325-334.

130 D.C. 48.5.4.

131 Mais il n’a manifesté aucune intention d’abandonner les pouvoirs triumviraux.

132 App., BC, 5.54.

133 Roddaz 1988, 323-325.

134 Ant., 30.1.

135 App., BC, 5.19.

136 D.C. 48.4.1.

137 Flor., Epit., 2.16 : “virilis audaciae uxor”, ce qui rappelle le portrait fameux de Sempronia dans la conjuration de Catilina Sal., Cat., 18.

138 App., BC, 5.54.

139 Plut., Ant., 20.1 ; D.C. 46.56.3.

140 App., BC, 4.29 ; 31 ; D.C. 47.8.2.

141 D.C. 48.5.3.

142 Non sans raison, semble-t-il : lorsque les fils d’Antoine accompagnent leur oncle dans sa tournée des colonies de vétérans, ils sont suivis par une troupe de cavaliers menaçants, envoyés par Octavien, qui prétend les protéger de Sextus Pompée App., BC, 5.19.

143 D.C. 48.4.1.

144 App., BC, 5.19 ; D.C. 48.4.4.

145 Vell. 2.74 ; Flor., Epit., 2.16 ; ce qui rappelle le portrait que trace Plutarque, Ant., 10.5-6.

146 App., BC, 5.33.

147 Plut., Ant., 30.6.

148 App., BC, 5.19.

149 App., BC, 5.21.

150 App., BC, 5.20, à Teanum elle n’est pas mentionnée, à Gabies 5.23, Appien ne parle que de Lucius ; Dion 48.12, 3 indique seulement que ni Fulvie, ni Lucius, ne sont venus.

151 App., BC, 5.33.

152 App., BC, 5.50.

153 Voir supra, première partie.

154 App., BC, 5.14.

155 App., BC, 5.19.

156 App., BC, 5.22.

157 App., BC, 5.29.

158 App., BC, 5.32.

159 App., BC, 5.52 et 66.

160 Hinard 1985b, no 40, 41, 50, 136 et 146 ; sur les additions, voir 247-248.

161 Il est probable que cette addition sur la liste, qui n’exigeait pas de procédure particulière ait été réalisée lors du bref retour d’Octavien à Rome, après le départ de Lucius, puisqu’il y resta quelques jours, le temps de se prémunir contre une autre tentative du même ordre D.C. 48.13.5. Florus mentionne la condamnation de Lucius par le Sénat 2.16 qu’obtient Octavien, vraisemblablement lors de ce séjour. La majorité des sénateurs favorables à Lucius l’a suivi, lorsqu’il a quitté la cité ; Octavien a fini d’épurer l’assemblée, qui n’a pas manqué, alors, de déclarer Lucius hostis publicus. Le triumvir a donc rétabli la légitimité en sa faveur Freyburger & Roddaz 1994, 67 n. 92.

162 App., BC, 5.29.

163 Decius, en effet, contrairement aux autres proscrits, n’a pas suivi Lucius pour défendre des principes républicains. Pour les victimes de cette même mesure, au nombre desquels il faut, peut-être, compter les ennemis d’Octavien exécutés à Pérouse c’est le cas de Cannutius, Hinard, no 32, la condamnation apparaît inéluctable : “le Triumvirat. prétendait reconstituer l’unité du peuple romain telle qu’elle avait été réalisée par César. Représentant un ensemble considérable de forces et d’intérêts, il a tendu naturellement à définir une nouvelle légitimité qui impliquait l’élimination automatique de tous ceux qui refusaient de la reconnaître” Hinard 1985b, 317.

164 App., BC, 5.30.

165 D.C. 48.13.3.

166 D.C. 48.13.2.

167 App., 5.32.

168 Un graffito, de l’époque augustéenne, à Bologne CIL, XI, 739 50 mentionne un homonyme. Sur les liens anciens entre les Antonii et Bologne : Suet., Aug., 17.2.

169 Wiseman 1965, 19-20, 1971, 260 no 434.

170 Donati 1982, 306.

171 App., BC, 5.27.

172 D.C. 48.13, 6 ; Freyburger & Roddaz 1994, LXV.

173 App., BC, 5.104 ; D.C. 49.16, 1 ; Roddaz 1988, 311 ; Freyburger & Roddaz 1994, 67 n. 89.

174 App., BC, 5.38 ; D.C. 48.15, 1.

175 App., BC, 5.40.

176 App., BC, 5.41.

177 App., BC, 5.48.

178 App., BC, 5.46.

179 La famille des Propertii, originaire d’Assise, Forni 1985, 205-223, offre un bon exemple de cette lutte. Liée à des familles sénatoriales d’Italie centrale, elle a cruellement pâti de la guerre de Pérouse ; ce qui explique sans doute la réserve du poète Properce à l’égard d’une éventuelle participation à un cercle politico-littéraire, Sileoni 1985, 163-183.

180 Pour un résumé des troubles touchant l’armée en 41, De Blois 1992, 123-124 ; pour la politisation des vétérans des armées césariennes, 109-111.

181 App., BC, 5.19.

182 App., BC, 5.20. En effet, il obtient une réaffirmation de la validité de l’imperium consulare domi du consul. Il peut donc exercer pleinement ses prérogatives civiles. En revanche, l’obligation de licencier sa garde montre que l’imperium militiae lui est refusé. Sur la question du maintien des prérogatives consulaires sous le triumvirat, cf. en dernier lieu, Roddaz 1993, 189-211.

183 App., BC, 5.23.

184 D.C. 48.12.3.

185 App., BC, 5.31.

186 D.C. 48.12.1.

187 App., BC, 5.52.

188 Ventidius partage sans doute ses légions avec Calenus, auquel il laisse la surveillance de leurs deux provinces. Ventidius se retrouve avec trois légions, Calenus onze, Asinius sept.

189 App., BC, 5.50. Sur les effectifs des Antoniens et leur sort voir Brunt [1971] 1987, 495-496.

190 Pour les mouvements des principaux légats, voir App., BC, 5.50 ; pour des précisions sur le rôle de Pollio chez Velleius, 2.76. Pour Tiberius Nero, voir Vell. 2.75 ; Suet., Tib., 4.4-5 ; D.C. 48.15.1 ; il se replie d’abord sur la base antonienne de Preneste, ce qui confirme ses liens avec Fulvie, puis il se rend à Naples, car il bénéficie, en Campanie, des liens de clientèle héréditaires des Claudii.

191 Tarente occupe une place importante dans le dispositif antonien en 40, puisque la cité constitue le point de ralliement d’un certain nombre de légions. En 37, également, faute de pouvoir débarquer à Brindes, la flotte d’Antoine mouille à Tarente Plut., Ant., 35.1.

192 Il se peut que l’armée de Ventidius, dont on n’entend plus parler ensuite, se soit débandée ; Schmitthenner 1958, 73-75 ; Brunt [1971] 1987, 496.

193 Cic., Phil., 10.4.

194 App., BC, 5.51 ; de façon allusive, D.C. 48.15.1.

195 Ant., 30.6.

196 Vell. 2.76.

197 App., BC, 5.52.

198 Plut., Ant., 30.5 ; App., BC, 5.59.

199 App., BC, 5.55.

200 Ibid., 56-58.

201 Ibid., 5.59 ; Keppie 1984, 69. Les vétérans qu’Agrippa a récupérés à Camerinum étaient des evocati des légions VI et XXX. Il leur permet de retourner sur leurs terres. Ils regagnent Bénévent. Quelques semaines plus tard, ils sont à nouveau enrôlés, pour aller combattre Pompée, en fait Antoine. On conçoit leur manque d’enthousiasme et leur hâte de voir la paix conclue.

202 App., BC, 5.60-63.

203 L’énoncé des griefs est simple du côté d’Octavien, le siège de Brindes, le rapprochement avec Pompée, l’alliance avec Ahenobarbus : la guerre de Pérouse, on le voit, n’est pas directement évoquée ; de même, du côté d’Antoine, la récupération des légions de Calenus et la fermeture du port de Brindes constituent l’essentiel des reproches.

204 Ahenobarbus et Pompée doivent être écartés de la négociation, dans un premier temps, pour rassurer Octavien et l’armée.

205 En échange de la mise à l’écart des deux alliés d’Antoine, c’est Octavien qui doit prendre l’initiative de demander la négociation. Cette démarche humiliante est adoucie par le recours à la médiation de Julia. La cohésion du triumvirat est d’ailleurs renforcée par un nouveau mariage, celui qu’Antoine contracte avec Octavie 5.66.

206 App., BC, 5.64.

207 Ibid., 5.66. À l’occasion des accords, Antoine, par excès de confiance ou de naïveté, selon les auteurs antiques, dénonce la trahison de Salvidienus Vell. 2.76, App., 5.66 ; D.C. 48.33.1. Octavien le convoque, le confond, le fait condamner ou le conduit à se suicider. Ses partisans fidèles participent à la curée des biens de l’ami déchu ainsi qu’en témoigne, peut-être, l’inscription d’un esclave de Salvidienus, Q. Salvidienus Zosimus, devenu la propriété de Cornificius, consul en 35, AE, 1991, 679. Antoine est-il si maladroit, ou songe-t-il à affaiblir son nouvel allié, en l’obligeant à se débarrasser d’un partisan de grande valeur, dont la trahison ne lui est plus d’aucun profit ?

208 Syme [1939] 1967, 206.

209 Toutefois, la participation des Césariens semble moindre après l’épisode de Pérouse. C’est probablement de ce moment qu’il faut dater le ralliement de Calvisius à Octavien. Demeurent auprès d’Antoine, Pollio, Plancus, Ventidius, Fufius jusqu’à sa mort.

210 App., BC, 5.75.

211 Sa famille proche est engagée auprès d’Antoine ce dont témoignent les reproches qu’Octavien adresse à Cocceius avant Brindes. Il négocie à Brindes et à Tarente.

212 Il négocie l’entente provisoire de 40 entre Pompée et Antoine, marie peu après Scribonia à Octavien, amorce les accords de Misène ; il est, enfin, le maître d’œuvre du ralliement des Pompéiens à Antoine, après Nauloque.

213 Il est l’artisan du ralliement de Plancus avant Bologne, d’Ahenobarbus après Pérouse, le représentant d’Antoine à Brindes, enfin.

214 À Tarente et auprès de Cléopâtre.

215 Plut., Ant., 25.3 ; Jos., AJ, 15.25-28 ; D.C. 49.39.3.

216 Plut., Ant., 36.2.

217 Plut., Ant., 30.5 ; App., BC, 5.73 ; D.C. 48.36.4 ; 48.54.6.

218 D.C. 48.29.2.

219 App., BC, 4.129 ; 5.65.

220 Sa carrière entre 43 et 39 demeure parfaitement inconnue. Il est impossible de savoir à quel triumvir il doit son consulat, en 39. Cependant, à compter de cette date, il appartient à l’état-major d’Octavien App., BC, 5.80. Il est probable qu’il reste Antonien jusqu’à la guerre de Pérouse et qu’il ait changé de camp, à cette occasion.

221 App., BC, 5.72.

222 Plut., Ant., 30.6.

223 D.C. 48.35.1.

224 App., BC, 5.73.

225 D.C. 48.46.1.

226 D.C. 49.53.4.

227 D.C. 48.43.2. On assiste, de même, à la multiplication des postes de questeurs, puisqu’il y en a désormais deux, en plus, par consul. L’augmentation du nombre des magistrats conduit évidemment à une addition de sénateurs. Cette multiplication est liée explicitement aux campagnes militaires. Ce n’est plus l’imperium consulare domi qui est recherché dans la magistrature, mais l’imperium militiae que l’on peut exercer à sa sortie de charge, Roddaz 1993, 190. L’institution des suffects permet de ne pas attendre trop longtemps cette occasion de se distinguer.

228 D.C. 48.35.1-3.

229 En 40 D.C. 48.32.1. Il faut nuancer ce tableau très noir. Il y a certes une dévalorisation des magistratures, du consulat surtout. Cependant, la destitution des magistrats n’est pas toujours une fantaisie de tyran. Ainsi, en 40, c’est, peut-être, la situation militaire en Espagne et en Macédoine qui oblige Octavien et Antoine à envoyer les consuls hors d’Italie et à les remplacer par des suffects. L’institution de deux questeurs par consul se justifie par l’alourdissement progressif de la charge administrative liée à cette fonction ; cette transformation est maintenue sous le principat.

230 Il entre dans les prérogatives ordinaires des consuls de désigner leur successeur Mommsen 1887, 246-248.

231 En caractères gras, sont reportés les consuls, qui appartiennent au parti antonien lors de l’exercice du consulat ; en italique, ceux qui ont changé de camp et ne sont probablement plus des partisans d’Antoine au moment de leur consulat.

232 L. Nonius appartient probablement à la famille des Asprenates, partisans fidèles d’Octavien. En revanche, Q. Marcius, dont on n’a longtemps connu que le gentilice, reste difficile à identifier. Salomies 1991, 187-192, suggère de reconnaître en lui un fils cadet de Marcius Philippus ; dans ce cas, le second suffect appartiendrait également au camp d’Octavien. Mais il pourrait aussi bien s’agir de Q. Marcius Crispus, dont on ignore le sort après 43. Aucune hypothèse ne satisfait totalement, car on n’a aucune preuve de l’existence du premier et le second n’est probablement plus en vie à cette époque.

233 C’est aussi ce que montre parfaitement le sénatus-consulte d’Aphrodisias, qui date probablement du 2 octobre 39. Parmi les sénateurs cités comme témoins dans la prescription du document, se retrouvent aussi bien des Césariens de longue date, tels que L. Cornelius Balbus, Cn. Asinius, peut être le frère de Pollio, que Valerius Messala, App. Claudius Pulcher, L. Scribonius Libo. Sur la question de la datation et de l’identification des rédacteurs du document, Reynolds 1978, 59-71, dont les restitutions sont discutées par Badian 1984a, 101-113.

234 Dans le cas de Titius, il s’agit d’une question d’âge, car il ne commence son cursus qu’en 36. C’est pour cette raison que, l’année suivante, Sex. Pompée préfère traiter avec Furnius, préteur et consul désigné, car il juge le jeune homme d’un rang insuffisant.

235 Sur l’importance de cette invasion pour l’Anatolie, Sartre 1995, 134, sur la stratégie de Labienus en Carie, Delrieux & Ferriès 2004, 64-71.

236 C’est probablement à cette occasion qu’il rebaptise Eumeneia et lui donne le nom de Fulvia, Head, BMC Phrygia, Eumeneia, lxi, 213. Le nom a été érasé, ce qui suggère que cette appellation fut très vite abandonnée.

237 Plut., Ant., 23.1 ; 29.5 ; Jos., BJ, 1.242-247 ; App., BC, 5.1 ; 5-11 ; D.C. 48.24.1-2.

238 Pour la Grèce, voir infra ; en Asie et en Anatolie, les dédommagements sont de natures diverses, mais s’expriment par des mesures à caractère fiscal le plus souvent : exemption et liberté pour Laodicée et Tarse, exemption également pour le koinon lycien. Rhodes bénéficie, pour sa part, d’une extension de son territoire, puisque Andros, Naxos, Myndos et Tenos passent provisoirement sous son autorité.

239 App., BC, 5.3 ; D.C. 48.2.2 ; 30.2 ; ces exactions fiscales provoquent de violentes réactions en Anatolie, elles vont de la controverse polie, qu’illustre la réponse spirituelle d’Hybréas de Mylasa Plut., Ant., 24.7, jusqu’à la révolte contre l’autorité romaine, à Arados D.C. 48.24.3.

240 App., BC, 5.10. Œuvre superficielle, si l’on en juge par le soutien qu’ont reçu les Parthes l’année suivante, non seulement auprès des dynastes Antiochos de Commagène, mais aussi auprès des cités Ptolémaïs et Sidon.

241 Même s’il ne parvient pas à faire exécuter tout de suite ses décisions. C’est le cas en Cappadoce, où il choisit d’installer Sisinès, de la dynastie de Comana, le futur Archelaos, plutôt que l’héritier de la dynastie, Ariarathe X Philadelphe, peu sûr App., BC, 5.7 ; Sartre 1995, 135 ; Sullivan 1990, 180-182. Archélaos n’entre en possession de son nouveau domaine qu’en 37, au plus tôt.

242 Sur les problèmes de chronologie, voir infra, l’étude de l’activité locale des magistrats.

243 Légations qui accompagnent l’entrée en fonction de nouveaux rois clients App., 5.75.

244 En fait, la Cilicie disparaît une première fois du concert des provinces quand Cassius s’en empare. En effet, le sénatus consulte que Cicéron propose en faveur du Tyrannicide lui accorderait un imperium maius sur l’ensemble des provinces orientales, c’est-à-dire, la Bithynie, l’Asie, la Syrie. Syme 1939b, 299-332 = RP 120-148, surtout 143 pense qu’Antoine a peut-être rendu à la vie, fugitivement, cette province en 41 ; mais il souligne que cette restauration, si elle s’est produite, n’a laissé aucune trace. En fait, la déroute de Saxa nous incline à penser qu’Antoine a maintenu la réorganisation de Cassius. Le légat d’Antoine, après sa défaite en Syrie, se réfugie en Cilicie. Ce repli paraît tout à fait logique s’il est également gouverneur de ce second territoire. Par ailleurs, aucun autre légat n’est mentionné dans cette province, alors que la déroute du gouverneur d’Asie en Carie est rapportée par Dion Cassius.

245 Sur la politique d’Antoine en général, Buccheim 1960.

246 En effet, deux sources se complètent : Plutarque indique que Marcius fut laissé à la tête de l’Achaïe ; mais, deux ans plus tard, les fastes mentionnent qu’il triomphe ex Macedonia.

247 La première communauté qui bénéficie de la sollicitude d’Antoine se trouve être, naturellement, Thasos, puisqu’Antoine, après avoir négocié avec les Républicains, vient récupérer les forces qui y demeurent stationnées. Une statue du triumvir, idéalisant quelque peu ses traits, commémore ce séjour Holtzman & Salviat 1981, 265-288. Il s’agit aussi de récompenser les alliés durant la guerre contre Brutus. Ainsi, Athènes reçoit à nouveau les territoires d’Egine, Icos, Sciathos, Peparethos et, probablement, celui d’Oropos, qui lui avait été ôté par César, en punition pour ses sympathies pompéiennes. Dans un premier temps, la cité avait pris le parti des tyrannicides et accueillit triomphalement Brutus SEG 18, 209 ; mais elle opéra un virage brutal, peu de temps avant Philippes, ce qui explique la générosité d’Antoine Oikonomides, 1979, 97-103.

248 En fait, à l’exception de celle de Philippes, Antoine ne fonde pas véritablement de colonie durant cette première année ; les troupes qu’il reçoit lors du partage de Philippes sont des légions destinées au service. Il laisse la responsabilité entière de l’installation des vétérans à Octavien. Il se peut qu’il ait procédé à de nouvelles fondations de colonies césariennes. Mais il paraît plus logique de conclure qu’il a parachevé un travail commencé avant la mort de César, par Hortensius et laissé en suspens lors de la guerre civile.

249 Il est peut-être l’ancien légat d’une des légions installées dans cette colonie. Il semble que la XXVIIIe légion y fut lotie, ainsi qu’en témoigne l’inscription de Sextus Volcasius, Salac 1923, 87 ; Susini 1966, 147-148.

250 Plut. Ant., 23.1-3 ; il séjourne à Athènes et à Mégare, promet de restaurer un sanctuaire d’Apollon, vraisemblablement le Pythion d’Athènes Flacelière & Chambry 1977, 216.

251 L’Achaïe, depuis l’époque de César, tend à devenir une province autonome, distincte de la Macédoine. Ce dernier l’a octroyée à des lieutenants dans lesquels il plaçait toute sa confiance, Q. Fufius Calenus, en 48, Ser. Sulpicius Rufus, en 46-45, et M. Acilius, en 45-44. En 42-41, cette province retrouve une grande importance stratégique. Même si la refondation des colonies reste une question discutée, il est certain que l’œuvre coloniale amorcée dans les derniers mois du gouvernement de César se poursuit sous le contrôle des gouverneurs antoniens. Elles subissent l’influence d’Antoine à ce moment car, pour asseoir son autorité dans les colonies, celles de Dymè et de Corinthe, il place des hommes à lui, Amandry 1982-1983, 1-6. Le souci de s’assurer des points d’appui stables dans cette province se traduit par la permanence des élites coloniales de Corinthe, Amandry 1988.

252 Papazoglou 1979, 324-325.

253 AE, 1992, no 1524. Cette inscription date, soit de 44, soit de 42. Elle témoigne de la gratitude d’Anthemous Galatista envers un bienfaiteur anonyme, qui a sauvé la population et, tout spécialement, les Romains, des périls qui les menaçaient.

254 Les Dardani sont des adversaires traditionnels de Rome. En 84, associés à d’autres peuplades, ils ravagent la péninsule jusqu’à Delphes. Scribonius Curio, le grand-père du partisan d’Antoine, les combat victorieusement de 76 à 72. Mais ce sucès est compromis par la défaite de C. Antonius Hibryda sur l’ampleur de cette défaite Rosenstein 1990, 181.

255 Les Parthini se sont alliés à Brutus, Papazoglou 1979, 324.

256 Syme 1937a, 18-30.

257 Bosworth 1972, 472-474, suppose que la guerre de Pérouse a entraîné la disgrâce de Pollio auprès d’Antoine et explique son éloignement progressif 470. De ce fait, son gouvernement de Macédoine est la première étape de son rapprochement avec Auguste. Cette hypothèse, très originale, impose malheureusement que l’on torture les sources pour lui donner raison. Pour la soutenir, il est obligé d’étendre le territoire des Parthini au-delà de la frontière macédonienne, afin que Pollio reçoive sa mission d’Octavien et non d’Antoine 466. Il conclut que son triomphe s’est déroulé en 39, sans le démontrer, et suppose que l’année suivante, c’est à un autre légat qu’Antoine a confié la guerre contre les Parthini466, ce qui ne peut pas se concevoir si Pollio a remporté une victoire de quelque importance contre eux. Il paraît évident, au contraire, que Pollio, de 40 à 38, est au faîte de sa faveur dans le camp antonien.

258 D.C. 48.32.1.

259 D.C. 48.42.1-4.

260 D.C. 48.41.7.

261 CIL, I2, 50 ; 76.

262 Là, encore, l’année fait défaut, mais elle peut être déduite des sources littéraires.

263 À ces arguments s’ajoute l’interprétation de la VIIIe Bucolique, où l’on reconnaît souvent des allusions au triomphe annoncé de Pollio. C’est la conclusion qu’en retire Bosworth 1972, 466. Mais Bowersock 1971, 73-80, affirme que Pollio ne peut pas être identifié avec le patron de ce poème, puisqu’il n’a pas effectué de campagnes en Illyrie. Ces vers, selon lui, se réfèrent aux campagnes illyriennes d’Octavien.

264 App., BC, 5.75.

265 AE, 1992, no 1520.

266 Nigdélis 1994, 215-228, surtout 218.

267 Crawford 1974, no 530 ; fatalement postérieure à 40, puisque la pièce mentionne son sacerdoce.

268 L’inscription d’Hypata en Thessalie IG, IX. 2, 39 = ILS, 9461 lui donne le titre d’antistratègos, ce qui correspond sans doute à legat propréteur. Comme il est honoré également par Sparte, Grunnauer 1978, 39, 57, 145, groupe 16, 9 °série, pl. 12 no 103, 106, et par Patras SEG, 30, 1980, no 433, il est loisible de supposer qu’il a poursuivi sa mission après 37, lorsque le Péloponnèse est revenu sous l’autorité d’Antoine, après la rupture des accords de Misène. Sur le monnayage signé par Atratinus, Amandry 1990, 65-94, surtout 71.

269 Combès 1966, 459 ; Broughton MRR 2, 407 et 482, pour sa part, soit n’avance aucune date, soit l’identifie avec le légat anonyme de 35.

270 D.C. 48.46.1.

271 App., BC, 5.138.

272 Sur l’administration de la Bithynie à l’époque des guerres civiles, Harris 1979, 873-874.

273 App., BC, 5.46.

274 Str. 12.8.9 ; Fernoux 2004, 170.

275 Ibid., 5.63.

276 App., BC, 5.137.

277 Appien indique, en effet, qu’en 35, Furnius, gouverneur de l’Asie, dépourvu de troupes, demande l’appui des forces d’Ahenobarbus, pour contrer les menées belliqueuses de Pompée. L’armée de Bithynie devait être composée en partie de troupes romaines, puisque l’auteur précise plus loin que le traître Curius, qui appartenait à l’état-Major d’Ahenobarbus, fut condamné par un jury composé des Romains présents.

278 Plut., Ant., 40.8.

279 De toute façon, le rôle qu’Antoine compte laisser à Domitius doit être considérable, puisqu’il prend la précaution, au moment des accords de Tarente, de renforcer les liens du gouverneur de Bithynie avec les deux triumvirs, en fiançant sa fille, née d’Octavie, avec le fils d’Ahenobarbus D.C. 48.54.4.

280 Les inscriptions de Bithynie permettent de connaître un autre gouverneur de l’époque triumvirale, mais, seuls, son cognomen, Rufus, et sa filiation, fils de Lucius, sont connus. Il est malheureusement impossible de dater plus précisément son proconsulat IGUR, 71 ; Moretti 1979, 1587-1592. Cependant, Fernoux 2004 ne le prend pas en compte pour cette période.

281 Le récit d’Appien est le plus détaillé. Ainsi que cela a déjà été souligné, la description de la “reddition” proprement dite 5.55, suggère une alliance plus qu’une soumission. Suétone Ner., 4, indique qu’Ahenobarbus fut le seul condamné ex Lege Pedia à rentrer dans sa patrie avec les honneurs, ce qui est faux, mais cela suggère qu’il a obtenu sa réintégration à des conditions exceptionnelles. Enfin, Octavien fut contraint à signer avec lui un traité identique à l’accord conclu avec Antoine App., 5.65 ; en revanche, Dion Cassius – 48.29.2 – n’y fait pas directement allusion. Ahenobarbus paraît être, pour les triumvirs, un partenaire de rang inférieur, plutôt qu’un simple subordonné.

282 Selon Plutarque, ces faits d’armes sont contemporains des succès de Sosius en Judée Ant., 34.10. Dion Cassius situe cette campagne durant l’hiver 37-36, D.C. 49.24.1. Elle s’achève sans doute au printemps. Nos connaissances au sujet de ces opérations proviennent exclusivement de ces deux récits.

283 Sherwinn-White 1984, 307.

284 Cic., Phil., 13.27.

285 D.C. 48.24.3.

286 Ibid., 48.24.7-8.

287 Hier., Chr. Abr., 156 Helm ; sur la révolte d’Arados en général, D.C. 48.24.3 ; 41.4 et 6.

288 D.C. 48.25.2.

289 D.C. 48.25.1.

290 C’est là qu’il se réfugie aussitôt après sa défaite D.C. 48.25.3.

291 Le récit de Plutarque Ant., 30.2 est allusif, de même que celui de l’abrégé de Tite-Live, Per., 127, de Festus, 18.1 et d’Eutrope 7.5. Dion Cassius choisit la version la plus hostile, la fuite en Cilicie et l’exécution. Velleius, 2.78.1 adopte aussi la thèse de l’exécution ; Florus, Epit., 2.19 préfère, au contraire, celle du suicide. Le gouverneur est en fait la victime de la politique d’Antoine : Noè 1997, 417-420 pense que de la réussite parthe résulte des premières mesures prises par Antoine, extorsions fiscales, élimination des tyrans parthophiles remis au pouvoir par Cassius, dignité de Tétrarque à Hérode pour son initiative contre Cassius, qui rendirent son administration impopulaire.

292 App., BC, 5.65.

293 Vell. 2.78.

294 D.C. 48.39.3.

295 Plut., Ant., 33.1.

296 Cette version a la faveur de Tarn 1932, 72 et Seaver 1952, 278. Mais les accords de Misène interviennent alors que l’année 39 est déjà entamée, ce qui constitue une date un peu tardive pour l’entrée en campagne de Ventidius. Il ne peut engager les opérations militaires qu’en été, au plus tard.

297 De même, Jos., AJ, 14.381-385 ; 394-395. L’essentiel des auteurs accepte cette date : Ganter 1892, Gardthausen [1891] 1964, 1.230, 2.112, n. 3 ; Bürcklein 1878, 49-54 n. 60 ; Debevoise 1938, 114 ; Gundel, RE, s.v. “Ventidius” ; Broughton MRR 2, p. 383 et Buttrey 1960, 104.

298 App., BC, 5.75.

299 Sur les questions chronologiques, Freyburger & Roddaz 1995, CXV. Sur la date du début de la campagne, voir Reinhold 1988, 219. La thèse qui suppose que Ventidius ait hiverné en Syrie, après avoir escorté Hérode, ne peut être retenue, parce que Ventidius débarque en Asie depuis la Grèce. Cependant, l’envoi d’Hérode et la mission du légat sont liés logiquement et chronologiquement. Un des buts de la guerre contre les Parthes est de rétablir en Judée un souverain favorable aux Romains, à la place d’Antigone, soutenu par les Parthes.

300 D.C. 48.35.1 ; Watkins 1997, 98 n. 28.

301 BCH, 1888, 15 ; Ferrary 1992, 70-87 surtout 84, “récapitulation des honneurs cultuels dédiés à des magistrats” et 1997, 199-225.

302 D.C. 48.32.4.

303 Delrieux & Ferriès 2004, 69-71, carte p. 50.

304 Il est certain qu’il fut gouverneur de la province jusqu’à son consulat, en 36, puisque deux inscriptions, une de Lagina, publiée par Hatzfeld 1920, no 4, 73-74, mais attribuée à tort à l’empereur Nerva, et une de Téos SEG, 4, 604 = ILS, 8780 mentionnent qu’il est imperator et consul désigné. Il est honoré à Téos par une dédicace du koinon au bienfaiteur et sauveur de l’eparcheia, expression qui n’est employée habituellement que pour des chefs absolus du monde romain, tels que César ou Auguste. Dans ce cas, il faut comprendre que sa protection s’étend à l’ensemble de la province Erskine 1994, 70-87.

305 Inscription de Colophon, Ferrary 1992, 86.

306 Pour des écrivains aussi distants les uns des autres et dont les buts sont aussi différents que Velleius Paterculus, Plutarque, Dion Cassius, Florus, Epit., 2.19, Festus 18.1, Eutrope 7.5, Orose, la guerre de Ventidius représente une épopée héroïque qu’ils narrent avec enthousiasme. Le récit d’Appien n’a pas été conservé. Le témoignage de Flavius Josèphe, par contre, est moins positif : à ses yeux, Ventidius est un gouverneur romain semblable aux autres, rapace et ambitieux BJ, 1.288-289.

307 D.C. 48.39.3-4 ; Sherwin-White 1984, 303. Noè 1997, 415 ; 417 ; 434.

308 D.C. 48.40.1-3.

309 D.C. 48.40.4-6.

310 Plut., Ant., 33.6 ; D.C. 48.41.1-7.

311 Jos., BJ, 1.291 ; 294 ; 297-302. La campagne de Judée rapporta un riche butin, par exemple lors de la prise de Jericho, 1.302. Poppaedius Silo appartient à la descendance du chef des insurgés marses de la Guerre Sociale. Le fait qu’il poursuive sa carrière dans l’entourage de Ventidius, dont la famille a suivi le même parcours, n’est sans doute pas fortuit.

312 Plut., Ant., 34.2-3 ; D.C. 49.19.1-49.20.4.

313 Plut., Ant., 34.4-7. C’est Antoine, arrivé entre-temps, qui obtient la reddition d’Antiochos, à des conditions jugées peu intéressantes par Plutarque ; D.C. 49.20.5 ; 49.22.2, confirme cette version des faits.

314 Plut., Ant., 34.5.

315 D.C. 48.41.5.

316 D. C 49.21.2-3.

317 Ils se retrouvent donc dans le cas des magistrats ordinaires, lorsqu’un dictateur est désigné. Des exemples antérieurs, en 358 et en 309, montrent bien que les magistrats ordinaires pouvaient triompher indépendamment du dictateur. D’ailleurs, cela serait possible même s’ils n’étaient que des légats des triumvirs, Schumacher 1985, 191-222, démontre que les triumvirs ne détiennent pas l’exclusivité des auspicia. Leurs légats sont dotés d’un imperium cum auspiciis ; ils peuvent être acclamés imperator et triompher, ainsi que le montre d’ailleurs l’inscription récente de M. Insteius. Cependant, tous les légats n’ont pas le même rang ; certains ne sont pas dotés de l’imperium cum auspiciis, Roddaz 1993, 197.

318 D.C. 48.53.1-2.

319 Ainsi que le montrent les cas de Ventidius et de Calvinus, D.C. 48.42.4.

320 Sherwin-White 1984, 304-305.

321 Plut., Ant., 34.4.

322 D.C. 49.21.1 ; il affirme de plus que Sosius craignait également d’encourir la jalousie d’Antoine en remportant de trop brillants succès.

323 Plut., Ant., 34.8.

324 En fait, les triumvirs n’ont pas cherché à accaparer les succès de leurs lieutenants ; leur salutations impératoriales ne correspondent qu’à des campagnes qu’ils ont menées eux-mêmes, cf.. Schumacher 1985 210 contra D.C. 49.21.1, qui affirme qu’Antoine doit à Ventidius des supplications d’action de grâce et un triomphe. Sur le caractère erroné de cette dernière affirmation, voir Freyburger & Roddaz 1994, 174 n. 197.

325 D.C. 49.22.1.

326 D.C. 49.22.3.

327 Sherwin-White 1984, 306.

328 Ainsi qu’en atteste la défaite de Pappos et des six cohortes romaines Jos., AJ, 14.457. C. Sosius avait envoyé deux légions en avant-garde, puis arriva avec le gros de son armée Jos., AJ, 14.447.

329 Sur la datation, voir Reinhold 1988, 218-219.

330 App., BC, 5.9.

331 D.C. 48.40.5-6.

332 Mitford 1979, 1292-1293. Mitford pense, en outre, que M. Vehilius, connu comme proconsul de Chypre AE, 1928, no 62, doit être identifié avec le préteur de 44, et s’est vu confier le gouvernement de Chypre durant la brève période de rétablissement de l’autorité romaine, sous la direction d’Antoine. À l’inverse, Christol 1986, 1-14 pense qu’il s’agit d’un gouverneur de l’époque augustéenne.

333 Bicknell 1977, 325-342 ; Pouilloux & Roesch 1987, 47, no 97

334 D.C. 48.46.5-6.

335 D. C 48.30.8.

336 Cf. la fiche de C. Julius Demetrius.

337 Perl 1970, 319-354, surtout 334 sq.

338 App., BC, 5.2 ; Perl 1970, no 16.

339 Perl 1970, no 15.

340 Perl 1970, no 16 ; BMC Cyrenaica, pl. CCVI, CCXII sq. et 113 sq. ; Winsemann-Falghera 1988, 35-38 ; pl. XIII, l’identifie à Canidius Crassus et la date de 37. Cette hypothèse n’est pas conciliable avec la carrière de Canidius Crassus et avec l’ampleur de la frappe qui suppose une installation durable dans la province, Ferriès 2000, 422-424.

341 D.C. 48.1.3. Pour une synthèse vraisemblaable d’événements assez embrouillés, Gsell 1930, 183-194.

342 App., BC, 4.52.

343 App., BC, 4.52-56.

344 App., BC, 5.12.

345 Il avait déjà été mis à contribution par les Antoniens, en 43. L. Cornelius Balbus a quitté la péninsule avec un trésor de guerre pour le rallier à la cause d’Antoine Cic., Fam., 10.33.

346 App., BC, 5.26 ; D.C. 48.45, 1-3.

347 App., BC, 5.66. S’agit-il des légions récupérées sur les armées gauloises que détenait Fufius Calenus, au nom d’Antoine, comme le pense l’historiographie, traditionnellement Hinard 1991, 33-38, ou, au contraire de légions prélevées sur les troupes prises à L. Antonius et à ses alliés au cours de la guerre de Pérouse, comme le suppose, à juste titre, semble-t-il Schmitthener 1958, 82-83.

348 Sur les émissions monétaires au nom d’Antoine ils accompagnent leur nom, soit d’une magistrature, soit d’un sacerdoce, Atratinus, l’augurat Crawford 1974, no 530, soit de la salutation impératoriale, L. Munatius Plancus Crawford 1974, no 522, soit enfin de deux de ces éléments combinés, P. Ventidius, Pontife et Imperator Crawford 1974, no 531.

349 CIL, VI, 1364 = ILS 943

350 Szramkiewicz 1976, 336-337.

351 Crawford 1974, no 521.

352 D.C. 48.49.4.

353 Shipley 1931, 7-60.

354 CIL, X, 6087 = ILS, 886 ; Coarelli [1986] 1994, 52 ; le podium en travertin appartient à sa restauration.

355 AE 1993, no 579.

356 Ov., Tr., 3.1.71 ; Plin., Nat., 7.115 ; 25.10 ; Suet., Aug., 29.5 ; Isid., Orig., 6.5.2. Casson 2001, 79-81 ; Coarelli [1986] 1994, 75 ; 83, 84, 85. La localisation de L’Atrium Libertatis reste problématique ; il a été rasé, lors de la construction du Forum de Trajan, parce qu’il se situait sur la croupe qui reliait la Capitole au Quirinal. Les fonctions de l’Atrium de Pollio ont été probablement reprises par la Basilique Ulpienne, pour les actes liés à la manumissio, tandis que les bibliothèques grecques et latines prennent la relève de la bibliothèque installée précédemment.

357 Suet., Jul., 44.3

358 Plin., Nat., 36.33.

359 Zanker [1987] 1992, 69.

360 Mais ses choix artistiques ne le sont peut-être pas autant. Certaines œuvres se prêtent à l’expression de la contestation, comme le torse du Belvédère qui, d’après Säftlund 1976, 63-84, serait un Marsyas, l’adversaire d’Apollon, placé en signe de protestation muette à l’encontre d’Octavien, qui s’approprie alors le culte d’Apollon. Cette hypothèse, extrêmement séduisante, repose malheureusement sur trop de conjectures. Il n’est même pas assuré que la statue du belvédère doive être reliée à Pollio, d’ailleurs, l’auteur ne le dissimule pas.

361 En choisissant Varron, il poursuivait encore une fois le dessein de César, qui avait confié au polygraphe la charge de constituer le fond de la bibliothèque. Pollio a bénéficié très probablement des fruits du travail de Varron, ce qui explique son hommage. Casson 2001, 79-81 situe l’achèvement de cette bibliothèque avant 27, date de la mort de Varron, car sa statue avait été installée de son vivant en ce lieu. Pollio a-t-il voulu en outre donner une nouvelle définition à la libertas en donnant librement accès aux trésors de la connaissance ? Morgan 2000, 66.

362 Suet., Aug., 29.8. Shipley 1931, 10.

363 Une controverse existe sur le temple en question. Gros 1974, 163, restreint la signification du terme d’Apollo Sosianus à la statue de cèdre, ramenée de Séleucie, par Sosius et déposée dans le temple in circo. Coarelli [1986] 1994, 192, l’identifie avec le temple d’Apollo Medicus, édifié au ve siècle. Shipley 1930, 84 sq.

364 Gagé 1955, 496 ; Hinard 1992, 57-72.

365 Zanker [1987] 1992, 66-67. La première dédicace, Liv. 4.29.7 ; la première restauration en 353, Liv. 7.10.9 ; Shipley 1931, 83.

366 Zanker [1987] 1992, 65, et surtout Hinard 1992, 61-62. Le dies natalis du temple coïncide avec celui d’Auguste, le 23 septembre ; les prisonniers figurés sur la décoration triomphale sont des occidentaux et non des juifs ; le décor célèbre, peut-être, le triomphe d’Octavien sur l’Illyricum à moins que ce ne soit la victoire d’Actium cf. La Rocca 1985, 83-99. Le cas de Sosius est un exemple flagrant, mais non pas unique. La plupart des œuvres conçues par des partisans d’Antoine, laissées inachevées avant la défaite, reçoivent ensuite une décoration qui reflète l’idéologie du vainqueur. Sur le contexte de l’année 34, la polémique entre les camps d’Antoine et d’Octavien, le “rachat” de l’Apollon Sosianus par Octavien, voir infra.

367 Benoist 1999, 276-286 et 2004, 200-203.

368 Benoist 1999, 281-282.

369 Sosius apprécie la rhétorique. Sénèque le Rhéteur, Suas., 2.21, le cite comme un orateur de choix pour Corvus. Plancus, également, protège des rhéteurs, comme Albutius Silus de Novare ; ce dernier, utilisé comme fairevaloir, surclasse son patron. Cet exploit le rendit célèbre Suet., Rhet., 30.2-3, ce qui constitue un hommage indirect à l’éloquence de Plancus, par ailleurs attestée par Jérôme Chron. Abr., 1992. Le consulaire ne dédaigne pas de faire connaître son jugement sur Porcius Latro, Sen. Rh., Con., 1.8.15.

370 Il anime un cercle littéraire Sen. Rh., Suas., 3.6 ; 7.27. Sur son rôle d’arbitre des élégances et sa controverse avec Mécène au sujet du vers 210 du onzième chant de l’Enéide, Suas., 2.20. Sur son influence sur Tibulle, Johnson 1990, 95-113 ; selon l’auteur, Messala incarne pour Tibulle, la Romanitas. Pollio est le protecteur de Virgile, pendant quelque temps, peut-être jusqu’en 34 ou en 33, Tanner 1969-1970, 68-100.

371 Zanker [1987] 1992, 64-65, souligne à juste titre le prolongement de l’opposition entre les deux images rivales d’Octavien et d’Antoine au travers des choix littéraires et rhétoriques. Le débat topique de l’époque hellénistique, entre le style attique, retenu, privilégiant la réflexion sur l’instinct, et le style asiatique, foisonnant, qui fait appel aux sens et aux sentiments plus qu’à la rigueur démonstrative, en bref, le dilemme entre réflexion et émotion, se renouvelle dans l’opposition entre les goûts apolliniens d’Octavien et la prédilection dionysiaque d’Antoine. Mais cette dualité reste plus théorique que réelle, car les partisans des deux bords n’ont pas renoncé, fort heureusement, à leurs goûts individuels. D’ailleurs, les factions aristocratiques de la Rome antique n’ont jamais imposé à leurs membres une idéologie ou une esthétique. Les partisans d’Antoine ou d’Octavien ne sont pas de plats serviteurs du goût de leur maître.

372 Fronton, Ad Ver., 2.1.7 ; sur le sens de ce passage discuté, Reinhold 1988, 220.

373 Sen. Rh., Suas., 1.7.

374 Scuderi 1978, 117-137.

375 Jos., BJ, 1.280-285.

376 Jos., BJ, 1.243.

377 Sen. Rh., Con., 2.4.8 ; 3, pref. 15 ; Suet., Gram., 26 ; Quint., Inst., 11.1.68.

378 D.C. 48.35.1.

379 Sénatus-consulte d’Aphrodisias, cf. supra, note 237.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search