Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Chapitre III. Le poids des armées (43-42)

Texte intégral

i. Captatio benevolentiae militum

  • 1 Cic., Fam. 12.23.3, 10 octobre 44 à Cornificius ; Cic., Phil., 4.4, trad. Wuilleumier 1959, 193.
  • 2 En Syrie, Q. Caecilius Bassus est assiégé par les légions césariennes dans Apamée, Cic., Fam., 11. (...)

1“On a une illusion de République, si la République réside dans les camps” déplore Cicéron en 44, et bien qu’il soit convaincu de la puissance du verbe et de la prééminence de la toge sur le glaive, du civil sur le militaire, en 43, il reconnaît : “Est-il en effet, quelqu’un qui ne s’en rende pas compte ? Si César n’avait pas levé une armée, nous n’aurions pu échapper au désastre dont nous menaçait le retour d’Antoine ?”1. Sans une armée, aucun parti n’a de poids. Les libérateurs et les Césariens s’emploient, durant les années 44-43, à créer ou à conserver un potentiel militaire, en ralliant les vétérans et les légions. C’est donc dans le contexte d’une âpre concurrence que les Antoniens luttent pour s’approprier la meilleure part de l’héritage césarien, ses armées. La mort du dictateur a brusquement arrêté une situation mouvante, ce qui explique la complexité de ce legs. D’un côté, les tyrannicides ont contrarié une évolution planifiée, celle du retour à la paix. Son rétablissement passait par la démobilisation des vétérans et par la préparation d’une expédition qui détourne la tension belliqueuse vers un ennemi extérieur, les Parthes. De l’autre côté, les derniers soubresauts de la guerre civile témoignent de la vigueur persistante du parti pompéien dans la péninsule Ibérique et en Orient2.

Les vétérans en Italie

  • 3 App., BC, 2.141. Dans son discours, Brutus établit une distinction entre la colonisation juste, ce (...)
  • 4 Les commandants de légions pratiquent couramment le panachage entre les evocati et les nouvelles r (...)
  • 5 La réaction des vétérans à l’égard de Cornelius Cinna le montre bien App., BC, 2.126.

2Appien souligne qu’ils constituent le principal souci de tous les partis. Les libérateurs veulent leur prouver que l’assassinat du dictateur ne remet pas en cause leurs acquis. Antoine espère les récupérer au même titre que le legs politique césarien. De plus, en tant que consul, il doit régler leur sort. Octavien, lui, compte sur le souvenir de son père et sur sa fortune pour se les attacher3. Ils forment une puissance autonome. Tout d’abord, ils représentent la première masse mobilisable dans la péninsule. Leur goût et leur expérience de la guerre, à laquelle ils doivent leur situation actuelle, leur professionnalisme en un mot, en font des recrues de grande valeur, capables de donner une armature à des troupes inexpérimentées, ou susceptibles d’être regroupés dans un corps d’élite restreint4. En outre, ils constituent une véritable force politique, disposée à troubler l’ordre si les promesses du dictateur ne sont pas tenues5. Cette menace, personne en Italie ne la néglige. La question des vétérans se pose donc en termes économiques (où et avec quelles ressources les établir ?), militaires (comment créer une troupe à partir de leurs effectifs ?) et politiques (comment utiliser cette arme qui peut être à double tranchant ?).

  • 6 Scuderi 1978, 117-137 ; Chamoux 1986a, 295-296.
  • 7 Plut., Ant., 3.1-11 ; Jos., AJ, 14.82-97.
  • 8 Cæs., Gal., 7.81.
  • 9 Cæs., Hirtius, Gal., 8.2.
  • 10 Cæs., Hirtius, Gal., 8.46-48.
  • 11 Cæs., Gal., 7.38 ; 8.46.
  • 12 Cæs., Civ, 3.24-30 ; Plut., Ant., 7.1 ; 7.2.6 ; App., BC, 1.59.
  • 13 Plut., Ant., 8.2-3.

3Le premier atout dont disposent les Antoniens pour les rallier vient de la popularité dont jouit Antoine auprès des légions. R. Scuderi souligne, en effet, qu’il garda longtemps la sympathie des soldats, même après les revers de la campagne parthique6. Or, l’attachement personnel à un chef valeureux, la foi dans sa felicitas, sont des éléments aussi déterminants que les avantages pécuniaires que l’on compte en retirer : après tout, un général maladroit, s’il provoque un massacre, réduit à néant les belles espérances ! Antoine a prouvé ses capacités militaires, en Syrie, aux côtés de Gabinius7, à Alésia8, puis à Bibracte9, contre Commius, le redoutable Atrébate10. Chargé par César des quartiers d’hiver en 52 et en 51, il a noué, à cette occasion, de nombreux liens avec les centurions de la majorité des légions gauloises, et les a conservés11 ; cela constitue un avantage sur ses compétiteurs, même si cinq ans de guerre civile ont ensuite décimé ces rangs. Durant cette dernière, il s’est illustré dans la traversée de l’Adriatique12, puis à Pharsale13. Bien que César et les circonstances l’aient éloigné des champs de bataille quelque temps, sa popularité demeure grande en 44.

  • 14 Cic., Phil., 8.26 ; Saxa a fait campagne en Espagne sous les ordres de César, en 49, à Ilerda, Cæs (...)
  • 15 Gel. 35.4.3
  • 16 Cic., Att., 13.52 ; Phil., 13.3.
  • 17 Dont la carrière est exemplaire : de 56, Cæs., Gal., 3.5.2, à 48, Cæs., Civ., 3.60.4, il poursuit (...)
  • 18 Il participe à la bataille de Munda : Flor., Epit., 2.13.86 ; D.C. 43.40.20 ; Oros. 6.16.9.
  • 19 En 48, il est légat en Etolie, puis en Achaïe, Cæs., Civ., 3.19.3.
  • 20 Il sert César en Macédoine en 49-48 Vell. 2.51 ; Cæs., Civ., 19.3.
  • 21 Caius et Publius, firent campagne en Afrique, B. Afr., 9.1 ; 10.1.
  • 22 Comme Cassius Barba, ils appartiennent à la garde armée d’Antoine, Cic., Phil., 4.18 et Appien pré (...)

4Dans son entourage se rencontrent des anciens combattants de ces campagnes, centurions, préfets, tribuns, ou anciens légats : à titre d’exemple, Cafo, Saxa14, P. Ventidius15, Cassius Barba16, peut-être Volusenus Quadratus17, Caesennius Lento18, Calvisius Sabinus19, Cornelius Balbus minor20, Hostilius Saserna21, sans doute, aussi Tiro et Mustela22. Ils sont les relais indispensables de cette réputation auprès des armées.

  • 23 La première démobilisation importante a lieu en Afrique, D.C. 43.14.2. Une grande partie demeure c (...)
  • 24 Keppie 1983, 50.
  • 25 Keppie 1983, 58.
  • 26 Keppie 1983, 56 et 58.
  • 27 Suet., Tib., 4.1. C’est Tiberius Claudius Nero qui déduisit les colonies d’Arles et de Narbonne ; (...)
  • 28 Cic., Phil., 2.102.
  • 29 App., BC, 2.135.
  • 30 L’implantation d’une colonie de vétérans en Epire, à Buthrote, avait été décidée par César en avri (...)

5Antoine et ses auxiliaires sont immédiatement confrontés à la question du lotissement des vétérans ; ils tentent de parachever l’œuvre commencée sous César, tout en la réglant à leur profit en y gagnant armées et clientèle. L’installation des soldats démobilisés sur le sol italien n’a pas débuté avant 46, à l’automne, après la célébration des triomphes23. En 44, à la mort de César, ne sont définitivement installés que les légionnaires de la VIIe légion à Calatia24, peut-être aussi sur le territoire de Calès, Teanum et Minturnae25. La situation des autres légions reste incertaine ; peut-être la IXe est-elle partiellement fixée dans le Picenum, la XIe dans le Samnium, la XIIe à Venusia et la XIIIe à Hispellum26. La VIe et la Xe reçoivent des lotissement en Gaule27. Mais, en mars, la VIIIe légion attend, aux portes de Rome, d’être établie dans la région de Casilinum en Campanie28. La pression des vétérans était donc importante en 44. Elle explique que les sénateurs aient voté, sans coup férir, la poursuite des installations. Appien précise qu’un sénatus-consulte confirme les acquis des colons déjà en place, tandis qu’un autre maintient les projets de colonies de César29. Ces règlements concernent, en principe, toutes les installations de civils ou de soldats en Italie, mais aussi dans l’empire de Rome, ainsi que nous l’apprend le dossier des lettres échangées entre Cicéron et Atticus au sujet de la colonie de Bouthrote30.

  • 31 Keppie 1983, 51.
  • 32 Sur ce voyage, Cic., Phil., 2.100-107 et Grattarola 1990, 35 sq.
  • 33 Cic., Phil., 2.100 et 102. Cicéron concède à Antoine qu’il l’a consulté à propos de Capoue ; il a (...)
  • 34 Cic., Phil., 2.102.
  • 35 Cic., Phil., 2.106.
  • 36 Cic., Phil., 2.101 ; 8.26 : sur Hippias, Phil., 2.62-63, le mime Sergius, 2.62 ; Volumnia Cytheris (...)
  • 37 Cic., Phil., 8.9 ; 26 ; 10.22 ; 11.12.
  • 38 Cic., Phil., 2.108.
  • 39 Cic., Phil., 5.18.
  • 40 Cette information peut être aisément déduite d’une lettre où Cicéron relate à Atticus la visite de (...)
  • 41 Cette légion fut une des premières de la guerre des Gaules, puisque César l’a trouve constituée en (...)
  • 42 CIL, V, 54.
  • 43 CIL, XIV, 3615, patron de Carthage.
  • 44 App., BC, 2.135.
  • 45 Celles-ci illustraient la gratitude des représentants des trente-cinq tribus, des chevaliers, des (...)
  • 46 Cic., Phil., 13.5.

6C’est donc au titre de cette lex Julia31, qu’Antoine entreprend son voyage en Campanie, de mars à avril 44. Il s’agit d’installer la VIIIe légion à Casilinum32. Sans doute, dans les papiers de César le projet n’était-il qu’ébauché, car de grandes incertitudes demeurent sur le périmètre dans lequel l’opération devait s’inscrire. Antoine songe à y inclure Capoue et demande conseil à ce sujet aux principes du sénat, en tout cas à ceux qui conservent des liens privilégiés avec Capoue, Cicéron et, sans doute, Piso33. Il ne tient compte de leurs avis que modérément, puisque la cité campanienne est privée d’une partie de son territoire au profit des nouveaux colons34. La VIIIe légion doit beaucoup à Antoine ; elle représente désormais pour lui une réserve d’hommes en cas de conflit. Dans cette expédition, l’accompagnent Mustela et Laco, que cite Cicéron dans la deuxième Philippique35, avant d’évoquer les acteurs et les actrices de sa suite (Volumnia Cythéris et Hypias)36 et de nommer dans des discours ultérieurs, Cafo et Saxa37. Le retour à Rome, au début du mois de mai, offre l’occasion d’un déploiement de force. Antoine exhibe alors sa garde, formée de vétérans césariens et constituée manifestement durant sa tournée campanienne38. Elle est destinée, en grande partie, à faire pression sur le sénat et à contrôler les comices au début du mois de juin. De ce fait, si l’on peut déduire que les commandants de cette garde accompagnaient le consul dans ses opérations de lotissement, puis de recrutement, les noms de trois d’entre eux nous sont restés, Cassius Barba, Numisius Tiro, ainsi que Seius Mustela39, que Cicéron mentionne dans la suite du consul. À l’exception de l’entourage privé de Marc-Antoine, composé de saltimbanques, mais aussi de son maître de rhétorique ainsi que de son médecin, les membres de sa suite, sauf peut-être Laco, sont des vétérans. Cafo et Saxa ont participé à des opérations de centuriation et ont également reçu des terres, lors de cette distribution, semble-t-il. Ils en avaient précédemment obtenu de César, comme d’autres membres du parti antonien. Cassius Barba a sans doute participé à des opérations semblables en décembre 4540, auprès de César, lorsque celui-ci a achevé l’installation de la VIIe légion, non loin de là, dans la région de Calatia. Aucun de ces anciens tribuns ou légats n’a, semble-t-il, de lien particulier avec la VIIIe légion41, mais, très probablement, César leur avait déjà confié des missions semblables à celles que leur assigne Antoine. Ce dernier, d’ailleurs, compte dans son entourage des Césariens qui ont participé à la précédente vague de déductions coloniales, opérations qui mêlaient, en revanche, colons militaires et civils ; ainsi P. Piso entretient des rapports privilégiés avec Pola42 et Utiedus Afer avec Carthage43. Ces exemples illustrent l’activité débordante que déploient, depuis la fin de la guerre civile, gouverneurs de provinces et magistrats, afin de mettre en pratique l’activité du dictateur. Grâce à Cicéron, les vicissitudes de la colonie de Bouthrote sont relativement bien connues. Cette installation, manifestement prévue par César, a été entérinée par le sénatus-consulte du 18 mars, semble-t-il, et appartient à la série des fondations non antoniennes44. Malgré cela, le cas de tous les vétérans n’a pu être réglé, ainsi que le prouve la loi de juin 44, qui prévoit la création du collège septemviral chargé d’opérer de nouvelles assignations. Les travaux de cette commission ne concernent pas exclusivement les vétérans ou les citoyens nécessiteux, ainsi que le montrent les dédicaces des statues de Lucius Antonius45 ; cependant, ils font partie des premiers bénéficiaires. De quelles légions s’agit-il ? Peut-être de la Ve Alaudae, dont les vétérans entourent le consul46. En fait, aucune précision n’est apportée par nos sources.

  • 47 Keppie 1983, 50.
  • 48 Keppie 1983, 57.
  • 49 La Campanie mise à part, les autres lieux d’installation demeurent hypothétiques. En Campanie, plu (...)

7En Italie, L. Keppie estime à 15 000, au maximum, le nombre des vétérans qui ont été installés47. Ils sont issus des légions gauloises de César. Ils ont été répartis soigneusement sur des terres publiques, ou au statut mal défini, ou encore sur le territoire de colonies déjà fondées, en petits groupes structurés et cohérents, qui reproduisent l’organisation de la légion. Cela explique la rapidité avec laquelle ils peuvent être mobilisés par les différents camps48. La plus forte concentration se trouve en Campanie, aux abords de Capoue, jusqu’à Pouzzoles peut-être. Une autre implantation doit se situer dans le Samnium, d’autres enfin dans le Picenum et en Ombrie49.

  • 50 Cic., Phil., 11.37.
  • 51 P. Ventidius est absent de Rome depuis juillet 44 puisque, le 8 juillet, Cicéron répond à Atticus, (...)
  • 52 Cic., Phil., 13.26.
  • 53 Caesennius Lento fut un des septemvirs agris dividundis, Cic., Phil., 13.26. Par ailleurs, Cicéron (...)
  • 54 Tous deux sont d’anciens Césariens et probablement issus des légions., Cic., Phil., 13.9.
  • 55 Cic., Fam., 10.33.4. Schmidt 1892b, 186-188 suppose que le texte de la lettre ne renvoie pas à un (...)
  • 56 App., BC., 5.31. En fait, cette anecdote révèle sans doute que Barbatius a procédé, aux côtés de B (...)
  • 57 Keppie 1983, 53, pense que si Octavien tente de recruter la VIIe, ce n’était pas pour son renom, n (...)
  • 58 App., BC, 5.14.

8Les agents de recrutement des vétérans s’identifient, le plus souvent, avec les déducteurs de la colonie. Ainsi, Cicéron nous apprend que Cafo et Saxa, qui ont accompagné Antoine lors de l’installation des vétérans de la VIIIe légion à Casilinum, ont levé des troupes dans cette région et les ont conduites devant Modène50. Ventidius Bassus, après un long séjour loin de Rome, probablement occasionné par des activités semblables, tente de rejoindre le proconsul, lors du siège, avec deux légions de vétérans recrutés en Campanie, certainement des éléments de la VIIe et de la VIIIe légions, puisqu’il leur donne ces numéros et une autre, levée dans le Picenum, autour d’Ancône, la IXe51. L’orateur prête également à Insteius des activités séditieuses dans la région de Pisaurum, sans doute encore des levées de troupes52, de même pour Caesennius Lento, cette fois en Étrurie53. Barbatius Pollio et Cassius Barba se trouvent également dans l’armée antonienne ; il est loisible de supposer qu’ils ne l’ont pas rejointe sans être accompagnés de troupes54. P. Bagiennus, légat d’une légion qui n’est connue que dans la retraite d’Antoine, après la défaite de Modène, l’a peut-être recrutée en partie dans sa région d’origine, la côte ligure55. Les liens entre les responsables de l’installation et les colons perdurent et paraissent très puissants : Barbatius Pollio, en 41, est consulté par les vétérans installés, sans doute, vers Pouzzoles, pour savoir le parti qu’ils doivent adopter56. Ceci explique qu’en 44, Octavien n’ait pas tenté de lever de troupes parmi les vétérans de la VIIIe légion dotée par son rival57, et aussi qu’en 41 les Antoniens réclament le droit de lotir leurs légions, de peur de voir cette clientèle leur échapper58.

  • 59 Cic., Phil., 1.18 ; 5.12.

9Cependant, la politique antonienne en faveur des vétérans paraît plus ambitieuse encore et, sur ce point, elle prolonge l’œuvre césarienne. En effet, la création, en vertu de la lex judicaria, votée en juin 44, de la troisième décurie, établie sur de nouveaux principes qui lui permettent de s’ouvrir aux vétérans, confère à ces derniers l’honorabilité, les place parmi les notables et entrouvre la voie des honneurs. Cette loi très novatrice répondait à plusieurs fins, et ne s’adressait pas à une seule catégorie sociale, nous l’avons vu. Cependant, si l’on en croit Cicéron elle a eu aussi pour résultat de favoriser l’ascension sociale des élites militaires. L’orateur affirme en outre qu’en faisant revivre une troisième décurie, Antoine viole les lois césariennes59. Du point de vue formel, il a raison : le dictateur a supprimé, en 46, la décurie des tribuns du Trésor, réduisant la participation aux jurys seulement aux sénateurs et aux chevaliers. Mais sur le fond, il a tort. Certains sénateurs introduits par le dictateur sont passés par le centurionat ou, ce qui est plus classique, sont issus du tribunat et doivent à leurs états de service leur rang parmi les Pères conscrits : L. Decidius Saxa, Volusenus Quadratus, pour ne citer qu’eux. Le consul de 44 agit simplement de manière plus systématique, en étendant la faveur, non plus à quelques individus distingués, mais à un groupe tout entier. Ces largesses lui ont-elles apporté le soutien des vétérans ? En partie, si l’on considère la garde d’Antoine, élite de son armée, composée exclusivement des anciens légionnaires des campagnes des Gaules et du Bellum civile. À vrai dire, cette petite troupe pose plus de problèmes qu’il n’y paraît.

  • 60 App., BC, 3.5.
  • 61 Cic., Phil., 2.108.
  • 62 Keppie 1983, 52-53.
  • 63 Cic., Phil., 2.8.
  • 64 App., BC, 3.5, des décorations notamment.

10Appien place sa création à la fin de mars 44, juste après la répression des émeutes d’Amatius60, alors que Cicéron n’en parle qu’à la fin de mai 44, lorsqu’Antoine revient des colonies à la tête d’un corps d’evocati61. De plus, Appien mentionne des effectifs impressionnants, 6 000 hommes, dont la majorité est constituée de centurions, parmi lesquels sont choisis les tribuns. En fait, ce n’est pas la seule fois que se rencontrent des télescopages et des raccourcis dans les récits d’Appien. La force armée composée de 6 000 soldats peut très bien s’expliquer par l’enrôlement provisoire, avant l’installation dans les colonies, des légionnaires de la Ve et de la VIIIe légions. L’auteur, d’ailleurs, spécifie qu’Antoine les prélève parmi les soldats alors présents dans la Ville. Il ne s’agit pas, bien sûr, de centurions, car, même en cette période d’intense mobilisation, il ne saurait y en avoir un tel nombre62. Il faut plutôt entendre qu’ils ont été assimilés au grade de centurion ou, plus probablement encore, qu’ils ont touché une prime équivalant au salaire annuel d’un centurion. Naturellement, cette troupe perd la plupart de ses effectifs, lors du voyage du consul en Campanie, mais celui-ci recrée alors une garde, plus restreinte, avec des vétérans réengagés à titre provisoire. Il semble, en effet, qu’il ait renvoyé dans leurs foyers une partie de ces soldats, après les premiers jours de juin, une fois votées les lois par les comices. Il en demeure toutefois un certain nombre, puisque Cicéron témoigne de leur présence menaçante aux abords du sénat, en septembre63. Cette précaution n’est pas aussi futile qu’il y paraît, puisque la mort de César a montré que la curie pouvait s’avérer aussi dangereuse qu’une rue de Rome. Mais, cette escorte lui permet surtout d’exercer une forte pression sur l’assemblée. Donc, le consul conserve auprès de lui un corps d’evocati formés durant les guerres de César et prélevés sur les colons établis en Italie. Il leur octroie des récompenses afin de se les attacher64.

  • 65 App., BC, 3.29.
  • 66 App., BC, 3.33-39.

11Sans doute en raison de son recrutement homogène et de ses cadres endogènes, ce détachement paraît fonctionner comme un groupe cohérent, doté d’une forte autonomie politique. Appien souligne, à deux reprises, les interventions des tribuns, porte-parole des vœux de la troupe auprès d’Antoine. Leurs revendications appartiennent au registre classique des pétitions des guerres civiles : rétablir la concorde entre les chefs afin d’éviter un combat fratricide. Il s’agit, ici, d’obtenir l’entente des deux principaux dirigeants césariens, Antoine et Octavien, pour la première fois, à la fin mai, juste avant la séance des calendes de juin65. La seconde fois, en juillet, les tribuns manifestent des intentions politiques plus élaborées66. Certes, ils demandent d’abord la réconciliation des deux hommes, qui s’étaient brouillés à la suite de la candidature d’Octavien au tribunat de la plèbe ; mais, ils réclament surtout, à Antoine, une justification de son œuvre depuis le 17 mars. En effet, ils ont obéi au consul, parce qu’il semblait tout à la fois un guide expérimenté et un Césarien fidèle, désireux de venger son ancien chef. Mais les méandres de sa stratégie les plongent dans la perplexité. La réponse d’Antoine permet à Appien de développer un discours-bilan fort brillant, où il démontre à la fois la sincérité de sa piété césarienne et, en même temps, une forte hostilité à l’égard du sénat. L’intérêt de ces péripéties réside dans ce qu’elles mettent en lumière plusieurs aspects du contexte politique de ces mois décisifs. Tout d’abord, l’existence d’une opinion publique “militaire”, distincte de celle des civils : les soldats et leurs cadres ont conscience que tout finira par reposer sur eux, puisque la guerre est inéluctable et qu’elle est devenue leur métier ; mais ils n’entendent pas la faire à n’importe quel prix, ni contre n’importe qui et, donc, exigent des garanties de leur chef, pèsent sur ses choix et le lui rappellent. Ils constituent un force distincte dans le parti antonien, avec laquelle le consul ne peut tenir le même discours qu’à ses alliés du sénat. Pour les soldats, les objectifs doivent être aussi clairement définis que les ennemis, les “libérateurs”, sont bien identifiés. Cette position se situe aux antipodes de l’esprit de conciliation et de concession qui règne depuis les ides de mars chez les pères conscrits. L’exigence des vétérans rappelle au parti antonien ses origines césariennes et le force à durcir sa ligne politique, dès la fin du mois de mai. Cicéron affirme, à juste titre, à ses collègues qu’aucune tractation n’est possible avec l’entourage militaire d’Antoine. Appien confirme le fossé infranchissable qui s’est creusé entre soldats et sénateurs au cours des guerres civiles. Le meurtre de César a tranché les derniers liens.

  • 67 Une lutte tout aussi serrée s’engage entre eux pour prendre le contrôle des légions rapatriées de (...)

12Ces revendications permettent également de mesurer l’efficacité de la propagande d’Octavien auprès de ceux-ci. Les vétérans italiens ne sont donc pas pour le parti antonien de simples objets politiques, qu’il convient de satisfaire pour les faire taire ou voter. Ils représentent une part active et originale dans ce groupe, ce qui explique que leurs chefs aient droit aux honneurs des Philippiques. En Italie, ne demeurent pratiquement que les vétérans. Ils sont l’objet d’une compétition acharnée entre le consul de 44 et Octavien67, mais les véritables enjeux militaires se situent dans les provinces. Là, se déroule une lutte plus âpre, entre les “Libérateurs” et les Antoniens ou leurs alliés césariens.

Le ralliement aléatoire des armées provinciales

13Cette bataille avant la guerre se joue en plusieurs actes. Au début, l’initiative appartient à Antoine : il utilise à son profit et modifie en conséquence le dispositif césarien, afin d’opposer une force armée à Decimus Brutus. Cette phase s’achève en novembre 44, lorsque le consul quitte la Ville pour rejoindre sa province, en ayant pris ses dispositions pour que ses partisans contrôlent le maximum de territoires (séance du 28 novembre). La seconde période apparaît plus complexe, car les initiatives des deux camps se croisent et s’annulent. Elle s’étend jusqu’à la seconde bataille devant Modène et le début de la retraite de l’armée d’Antoine vers la Gaule (21 avril 43). Elle est couronnée de succès pour les républicains : la prise en main des légions de Syrie et d’Égypte par Cassius, celle de la Macédoine et de ses troupes par Brutus, enfin, à l’Ouest, la victoire de Cisalpine et le ralliement espéré d’une partie des armées de Gallia Comata. La troisième époque, le dénouement en quelque sorte, se caractérise par la reconstitution d’un front césarien, uni autour des trois principaux commandants d’armée : Antoine, Lépide et Octavien. Elle débute dans les derniers jours du printemps 43, quand Antoine adjoint à ses légions celles de Narbonnaise et de l’Hispanie Ultérieure, puis, à l’été, celles d’Hispanie Citérieure et de la Gaule Chevelue. Cette réunion conduit à un affrontement entre l’Occident césarien – du moins pour les armées, car l’opinion publique, quant à elle, paraît plus partagée – et l’Orient républicain. Elle se clôt à Philippes, en novembre 42.

14Ce déroulement rappelé à grands traits, il convient maintenant de voir comment Antoine compte initialement utiliser ses partisans, d’analyser leurs échecs en Italie et principalement en Macédoine, leur succès en Gaule, en bref de comprendre par quelles erreurs on perd une légion et par quels procédés on en conquiert une autre.

  • 68 D.C. 45.9.2.

15Le souci du contrôle des armées réparties dans les provinces apparaît tout de suite chez les Césariens ; d’abord, parce qu’ils craignent, comme Matius, qu’un embrasement des peuples récemment soumis ne se produise à la nouvelle du décès de César ; ensuite, parce qu’ils attendent de celles-ci une revanche sur les “Libérateurs”. Chez Antoine, ces considérations se renforcent de la nécessité de disposer, une fois sorti de charge, l’année suivante, du bouclier des légions. Dès le mois d’avril 44, la répartition des commandements pour 43 est à l’ordre du jour. Les calculs vont bon train pour s’assurer des zones d’influence ; les deux consuls répartissent les responsabilités entre leurs partisans respectifs et leurs adversaires. Mais, aux yeux de tous les historiens anciens, c’est principalement Antoine et ses conseillers qui en décident. Dion Cassius décrit l’intense bouleversement qui préside à ces opérations : “Ce fut surtout par suite de cette circonstance (le fait que les trois Antonii soient magistrats) qu’ils purent destituer ceux qui gouvernaient alors les peuples alliés et les peuples soumis, à l’exception des meurtriers qui étaient en très grand nombre, et de quelques autres qu’ils croyaient leur être dévoués68.

  • 69 Initialement, César avait réservé cette province à Brutus pour 43 : elle constituait sans doute un (...)
  • 70 Il ne lui reste, en effet, qu’à obtenir une permutation des provinces, entre la Macédoine et la Ga (...)
  • 71 Cic., Phil., 3.24, trad. Wuilleumier 1959, 178.

16En effet, Antoine doit modifier complètement l’organisation de César, tournée vers des ennemis extérieurs, et résoudre deux problèmes : celui de l’inégale dispersion des légions et celui des provinces des “Libérateurs”. Il s’y prend en trois étapes ; tout d’abord, il se fait attribuer la Macédoine69 ; puis, dans le cadre de la loi de permutation des provinces, il l’échange contre la Cisalpine70 ; enfin, une fois la question des deux commandements proconsulaires réglée, il s’occupe du reste du dispositif. Les résultats de ces calculs apparaissent dans le tirage du 28 novembre, qui ne doit rien au hasard, prétend Cicéron : “tirage au sort des provinces avec observation minutieuse des règles, mais coup du sort miraculeux : à chacun échut ce qui lui convenait le mieux71”.

  • 72 Sextius est maintenu à son poste ; Calvisius espère bien retrouver le sien pour faire échec à son (...)

17Pour ce que l’on peut connaître de ces calculs, le principe en est très simple. Les deux plus fortes concentrations de soldats sont aux mains des consuls : à l’ouest, sept légions en Gaule, avec la possibilité d’accroître cet effectif par des levées de vétérans et de troupes fraîches, ainsi que la coordination possible avec les armées de Lépide ; à l’est, sept légions en Syrie, avec le ferme espoir de rallier celles d’Égypte, au nombre de trois, placées sous le commandement du Césarien Allienus. Les autres points forts du dispositif de l’ancien dictateur, les communications terrestres avec la péninsule Ibérique, le long de la Via Domitia, la surveillance des belliqueux peuples balkaniques, soit en Illyrie, soit en Macédoine, restent aux mains d’alliés très sûrs ou de parents d’Antoine. L’Afrique, avec ses cinq légions de vétérans et ses colonies militaires, doit échoir à deux Antoniens, Sex. Titius, ancien légat de César en Gaule, soldat d’expérience et d’envergure, pour l’Africa Nova, C. Calvisius Sabinus, de même trempe, pour l’Africa Vetus72.

Tableau II. Dispositif provincial d’Antoine pour 43 (après la loi de permutation des provinces, et le tirage au sort du 28 novembre 44).

Tableau II. Dispositif provincial d’Antoine pour 43 (après la loi de permutation des provinces, et le tirage au sort du 28 novembre 44).
  • 73 Le maintien de P. Vatinius s’impose de fait. Il n’est pas certain qu’Antoine n’ait pas prévu initi (...)
  • 74 En fait, restent à pourvoir, la Sardaigne avec une légion, la Bithynie, alors aux mains de Tillius (...)

Note 7273
Note 7374

  • 75 La détermination de leur camp dépend de l’explication que l’on donne de la boutade de Cicéron : “N (...)

Note 7475

18D’un autre côté, Antoine est contraint, en vertu du décret d’amnistie qu’il a lui-même appuyé, de doter, normalement, ses ennemis de provinces, à l’issue de leur préture. Il leur confie donc, comme on le pense bien, des provinces mineures et inermes, la Crète et la

  • 76 Du moins partiellement, Cic., Phil., 1.24 ; 2.97.
  • 77 Cic., Phil., 5.13 ; 8.27. Il était originaire de Gortyne mais citoyen romain, puisque le consul lu (...)
  • 78 Cic., Att., 14.12.1.
  • 79 Sur le nombre de ses légions les avis divergent. Appien atteste à deux reprises, BC, 3.46 et 3.97 (...)
  • 80 La guerre terminée, l’Ultérieure perdait beaucoup de son intérêt stratégique. Sur les difficultés (...)
  • 81 C’est ce que l’on peut déduire de la bataille que dut mener le gouverneur de l’Ultérieure pour con (...)
  • 82 Pollio reconnaît, dans cette même lettre, adressée, il est vrai, à Cicéron, que son attachement à (...)
  • 83 Cic., Fam., 10.32. Il a tenté de convertir la XXVIIIe légion à la cause antonienne ; puis s’est em (...)
  • 84 En fait, Pollio montre à Cicéron que Lépide peut bloquer toutes les communications s’il le désire  (...)

19Cyrénaïque. À deux promagistrats, peut-être hostiles, ou, en tout cas, peu sûrs, Q. Cassius et M. Cusinius, il confie la Sicile et l’Hispanie Ultérieure, ce qui peut sembler étonnant. Antoine a pris, au préalable, la précaution d’affaiblir le pouvoir de ces magistrats. En Crète, il a modifié le statut provincial, pour que Brutus ne puisse utiliser les ressources financières de sa province76 ; il a, de plus, fait renforcer ses liens de clientèle comme le montre la promotion de Cydas77. En Sicile, il s’est assuré le dévouement d’une partie de la population en promettant la citoyenneté78. Le cas de l’Hispanie, cependant, reste plus difficile à saisir. Antoine dispose, dans cette province, d’un allié possible en la personne de C. Asinius Pollio, qui commande deux ou trois légions79. En fait, Antoine compte sans doute désarmer la province, une fois la paix conclue avec Sextus Pompée80, et pousse Lépide à récupérer les soldats de Pollio81. Il semble, de surcroît, nourrir de la défiance à l’égard de ce dernier, Césarien mais doté82 d’une redoutable indépendance d’esprit. L’attitude séditieuse de son questeur, Balbus le jeune, à cette époque un Antonien convaincu, le montre bien83. Pollio est tenu étroitement en bride et ne peut guère se fier même à ses propres troupes84. La marge de manœuvre de Q. Cassius, sans doute privé, en plus, du recours des légions, devait, en théorie, s’avérer encore plus étroite.

  • 85 Il est bien sûr délicat de chercher des renseignements très précis chez Cicéron, qui a tout intérê (...)

20Le reste des dispositions du consul échappe à l’analyse. D’une part, l’on sait que des Antoniens avérés, tels que Gallius ou Annius, et d’autres, moins fermes, comme Piso ou Vehilius, ont reçu des commandements intéressants, sans que Cicéron ait jugé bon de rappeler lesquels. D’autre part, pour des provinces dotées de légions, la Sardaigne, par exemple, ou d’une réelle importance stratégique, comme c’est le cas pour l’Asie, le nom du gouverneur demeure inconnu. Le résultat du tirage ayant été annulé le 20 décembre, c’est-à-dire avant que les magistrats aient fait route vers leur destination, aucune indication supplémentaire ne peut être découverte. Il est probable, en outre, qu’un certain nombre des magistrats cités faisaient partie de l’entourage de Dolabella, ce qui rend plus complexe encore l’étude de la répartition des pouvoirs85. Il apparaît qu’Antoine compte, en 44, avant tout, sur la fidélité des légions césariennes, à l’est comme à l’ouest, puis sur l’aide de Lépide, de Sextius et de Calvisius, peut-être de P. Vatinius, qu’il se défie un peu de Pollio et, sans doute aussi, de Plancus.

21En fait, les vicissitudes des mois suivants font échouer une partie de ces calculs. Le phénomène le plus étonnant réside dans l’épidémie de mutineries et de défections qui se déclenche alors. La totalité des légions d’Orient se rallie à Cassius ; une grande partie de celles qui sont restées dans les Balkans passe à Brutus ; celles qu’Antoine fait débarquer en Italie se révoltent, puis finissent par déserter, malgré une sévère reprise en main ; Plancus, Pollio et Lépide ont à se plaindre de velléités séditieuses dans leurs rangs. Ce n’est pas l’apanage des Césariens, car Brutus, lui-même, reste vigilant. En fait, tous ces événements ne semblent pas d’une portée égale. L’échec de Syrie n’est pas imputable aux Antoniens, car ils sont alors absents de ce secteur, dévolu à Dolabella. De plus, le succès de Cassius s’explique par son grand prestige militaire dans cette province, qui n’a pas oublié sa conduite exemplaire lors de la retraite qui suivit la défaite de Carrhae, ainsi que par la persistance de fidélités pompéiennes, dans la population et dans l’armée, où demeurent encore, en grand nombre, d’anciens soldats de Pompée. En Italie, la IVe légion, ainsi que la legio Martia, restées césariennes, choisissent le commandement d’Octavien plutôt que celui d’Antoine. À cet égard, les agitations des légions de Gaule et de Macédoine paraissent constituer des cas plus intéressants encore, en ce qu’elles mettent en lumière la confrontation de forces opposées. Le trait commun à tous ces incidents réside dans l’autonomie des armées, qui optent pour un camp, librement, parfois contre l’avis de leur hiérarchie.

  • 86 D.C. 46.22.5.
  • 87 Antoine l’a chargé d’annoncer aux légions que la Macédoine lui avait été attribuée, puis lui ordon (...)
  • 88 App., BC, 3.43.
  • 89 App., BC, 3.31 ; 40.
  • 90 Antoine accuse ses hommes de ne pas lui avoir livré les émissaires d’Octave et demande aux tribuns (...)
  • 91 Ibid., 3.44 : “biblia polla tote malista”.
  • 92 De Blois 1992, 121.
  • 93 Cic., Phil., 3.7 ; 5.52, où l’orateur propose qu’en récompense le Sénat l’autorise à briguer les m (...)

22L’affaire de la mutinerie de Brindes, puis la défection des deux légions macédoniennes86, paraissent symptomatiques des relations entre les armées et leurs cadres, un cas d’école, en quelque sorte. En principe, ces troupes venues de province ne devraient avoir qu’une connaissance limitée de l’évolution politique et une conscience atténuée des enjeux qu’elles représentent. Marc-Antoine et ses conseillers comptent d’ailleurs sur leur malléabilité. Or, pratiquement dès leur débarquement, elles regimbent et revendiquent des gratifications proportionnelles à l’utilité qu’elles estiment avoir. Deux facteurs sont à l’œuvre : l’intérêt économique et surtout la propagande. Cette dernière débute en Macédoine, quand Octave y séjourne et il y a fort à parier que les agents de celui-ci, demeurés sur place après son départ, poursuivent leur travail de sape au nez et à la barbe de C. Antonius87, mandaté par son frère pour les réceptionner. Le préteur ne paraît pas très vigilant. Quand Antoine arrive sur les lieux, il croit remporter une victoire facile, en devançant les demandes et propose un congiaire de cent deniers88 à des hommes, à qui, en sous-main, les agents d’Octave en ont promis cinq cents89. On constate là l’infériorité tactique des Antoniens, qui n’ont pas réussi à infiltrer la troupe, ni su capter la confiance des cadres intermédiaires, les centurions surtout, sans quoi ils eussent été prévenus des tractations en cours. Ce qui rend encore plus intéressante cette affaire, c’est l’impuissance croissante des légats à contrôler leur légion face à l’intensification de la campagne d’information, une fois que les troupes ont débarqué sur le sol italien. Si l’on suit Appien, les allées et venues des agitateurs se déroulent au su des officiers chargés du maintien de l’ordre90. Des libelles sont largement distribuées91. Cela suggère deux niveaux de propagande. L’une, à teneur surtout économique, diffusée oralement, par la rumeur et le bouche-à-oreille, s’adresse avant tout à la base. L’autre, diffusée par la voie écrite, plus polémique, reste destinée à l’encadrement92. La première forme est la plus pernicieuse, car elle est insaisissable pour un observateur inattentif ; mais, quand la seconde converge avec la première, la légion passe, en bon ordre, à l’ennemi, une mutinerie légaliste en fin de compte. Egnatuleius, le questeur d’Antoine, semble avoir joué un rôle déterminant dans cette trahison, si l’on en croit Cicéron, manifestement bien renseigné sur cette affaire par les amis d’Octavien93. Malheureusement, les éléments qui expliquent sa forfaiture font défaut.

  • 94 Cic., Phil., 2.26. L’enjeu restait considérable, malgré le départ de l’essentiel des légions de la (...)
  • 95 Cic., Phil., 7.16 et 10.9-13 ; d’où il ressort qu’il s’y est rendu après l’annulation du tirage du (...)
  • 96 Les sources antiques donnent des versions légèrement différentes des opérations, mais toutes conve (...)
  • 97 Il a été légat de César en Gaule de 58 à 56, à nouveau en 51, puis, durant la guerre civile, en 48 (...)
  • 98 Il fut acclamé imperator et le Sénat décréta des supplications en son honneur, Cic., Fam., 5.10b. (...)
  • 99 Il n’était personne qui ne parut meilleur à Vatinius chez qui la laideur le disputait à la turpitu (...)
  • 100 D.C. 47.21.5.
  • 101 Flor., Epit., 2.13.31-32.
  • 102 Au contraire, il semble fort impopulaire si l’on en juge par la lettre dans laquelle Brutus exprim (...)
  • 103 Parmi eux, un certain L. Piso, legatus Antoni, sans doute apparenté étroitement au consulaire alli (...)
  • 104 App., BC, 3.101 ; D.C. 47.23.2-4 et 24.1.

23Les événements de Macédoine paraissent plus complexes et l’échec des Antoniens y est plus lourd de conséquences. La province est attribuée à C. Antonius, le 28 novembre 4394. Il s’y rend à la fin de l’année, sans doute après la séance du 20 décembre, malgré l’annulation des décisions précédentes95. Il débarque à Dyrrachium dans les premiers jours de janvier 43. Le rapport des forces tourne rapidement en sa défaveur. Il ne dispose que de sept cohortes, alors que Brutus reçoit son autorité des mains d’Hortensius, le gouverneur prédécent. À la mi-janvier, les trois légions d’Illyricum passent également aux républicains, contre l’aveu de leur commandant, P. Vatinius. C. Antonius s’enferme alors dans Apollonie, dont Brutus entreprend le siège96. Début mars, le frère d’Antoine est contraint à la reddition. Commencent alors pour lui neuf mois de captivité et de tribulations qui s’achèvent par son exécution. Les motivations des armées des Balkans restent moins bien connues que celles des forces qui ont été transférées outremer. Cependant, leur passage dans le camp adverse ne s’explique, ni par un passé pompéien, ni par la gloire militaire de Brutus, ni, dans le cas de Vatinius, par l’inexpérience ou la médiocrité de leur chef97. Mais quatre facteurs ont certainement joué. En premier lieu, les relations entre le proconsul d’Illyricum et ses troupes semblent très tendues, malgré les succès militaires de l’année précédente98. La rudesse des campagnes et le sentiment que les facultés de leur commandant déclinent, engendre un mécontentement latent99. De surcroît, la sédition des légions III et IV leur a montré l’exemple. Ensuite, le geste d’Hortensius a conféré à Brutus une apparente légitimité100. Enfin, l’attribution de la province à Caius Antonius a été cassée par le sénat. De toute façon, Antoine avait mal choisi son gouverneur de Macédoine. Caius a laissé dans cette province un mauvais souvenir, celui de l’une des rares défaites qu’aient jamais subies les forces césariennes101. La perte des armées envoyées en Italie tend à montrer qu’il ne sait guère écouter ses soldats. Il n’a rien du chef populaire qui aurait été nécessaire pour rétablir une situation aussi compromise102. La défection des légions d’Illyricum et de Macédoine s’avère bien plus grave que celle des deux autres, car elle fait basculer tout l’orient de l’empire dans le camp des “Libérateurs”, sans espoir de le regagner pacifiquement. Il semble que le cas soit différent de celui de novembre 44 ; cette fois, en effet, la troupe s’est dissociée de ses chefs : non seulement Vatinius, mais aussi le questeur et les légats103 continuent à être favorables à C. Antonius, malgré sa défaite et complotent contre Brutus104.

  • 105 Cic., Fam., 11.19.2 ; Sartori 1996, 406-407. Les vernae seraient d’après lui les ruraux de la cité (...)
  • 106 App., BC, 3.65-70. Ce récit est partiellement confirmé par Galba, Fam., 10.30 qui, pour le camp ad (...)

24La campagne de Modène et la retraite qui s’ensuit apparaissent comme une période déterminante pour l’histoire du parti antonien. Il semble qu’il ait trouvé des appuis dans la province de Cisalpine. Ceux-ci ne sont pas uniquement motivés par des liens de clientèle ancestraux mais aussi par l’espoir que la politique césarienne du proconsul a suscité. C’est ainsi que F. Sartori explique le soutien que lui ont apporté les vernae de Vicenze, dénoncés par Decimus Brutus105. Par ailleurs, l’armée intervient largement dans le débat. Là, encore, on voit apparaître chez les soldats une opinion politique originale, distincte parfois des calculs de leur encadrement. Malgré les incertitudes qui pourraient naître de l’éclatement du commandement césarien, les légions levées en Italie parmi les vétérans, mais aussi les nouvelles recrues, ainsi que les deux légions macédoniennes demeurées loyales, s’engagent avec détermination. Le récit que laisse Appien de la bataille de Forum Gallorum montre que, dans les deux camps, les soldats n’ont besoin, ni des exhortations, ni des instructions de leurs chefs : le combat est âpre, méthodique, acharné et silencieux. Les légions macédoniennes règlent entre elles un point d’honneur : dans ce débat leurs officiers ne peuvent intervenir106.

  • 107 Cic., Phil., 13.26.
  • 108 Ibid., 13.3 ; le 20 mars 43.
  • 109 C’est ce que l’on peut déduire de la XIIIe Philippique, où Cicéron indique qu’il est revenu d’exil (...)
  • 110 Cic., Phil., 14.8-9.
  • 111 Cic., Phil., 13.27.
  • 112 Volusenus a droit aux honneurs de la XIVe Philippique, aux côtés de Ventidius, du moins dans certa (...)

25L’état-major d’Antoine se compose en majorité d’anciens césariens. Les gouverneurs qui n’ont pas obtenu leur province l’ont rejoint, en principe, dès leur sortie de charge, ainsi que les autres magistrats, dont les tribuns de la plèbe de son bord, après le 10 décembre. La description polémique du sénat antonien que trace Cicéron ne permet pas, comme cela a déjà été dit, de préciser les contours de ce parti au sénat, mais nous donne des indications précieuses sur les commandants de cette armée107. En ce qui concerne les tribuns, seuls échappent à l’anonymat les vétérans de l’armée césarienne qui ont repris du service en 44, dans la si fameuse garde du consul, c’est-à-dire, Cassius Barba, Numisius Tiro et Seius Mustela, auxquels il faut sans doute ajouter l’alter ego du premier, Barbatius Pollio. Leur présence auprès du proconsul est attestée à plusieurs reprises dans les Philippiques, pour la dernière fois trois semaines avant Forum Gallorum108. P. Volumnius Eutrapelus sert comme praefectus fabrum ; il appartient au cercle des proches du proconsul. Parmi les légats et les conseillers, se rencontrent d’anciens officiers de César ; certains, dont on connaît les états de service en Gaule ou dans les guerres civiles, tels P. Ventidius, Volusenus Quadratus, les Hostilii Sasernae, Decidius Saxa, Caesennius Lento ; d’autres, dont le passé césarien, probablement militaire, reste sous-entendu, Marcius Censorinus, Annius Cimber, Varius Cotyla, Decius Mus et Munatius Byrsa109. Parmi ceux-ci, il faut placer Cafo, vétéran de César, mais dont on ne saurait préciser, ni le grade, ni la carrière. D’autres, enfin, n’ont pas d’antécédents militaires définis, Trebellius, Nucula, Bestia, Mela, Pontius, Caelius, Petusius, les Anseres, Gallius, Insteius, Tullus Hostilius, Asinus, Albesius, et le questeur Titius. À de très rares exceptions près, les missions dont ils sont chargés demeurent inconnues. Quelques-uns ont recruté des vétérans, comme cela a été exposé au chapître précédent. L. Antonius commande une partie de la cavalerie ; le seul fait d’armes dont il soit l’auteur, avant le passage des Alpes, est le sac de Parme, en avril, pratiquement au moment de la bataille de Forum Gallorum110. Munatius Byrsa s’est vu confier la garnison de Pollentia, place dont il est chassé, en mars, par Pontius Aquila. Blessé à la jambe à cette occasion, il continue néanmoins de servir111. P. Ventidius détient un commandement exceptionnel, puisqu’il a trois légions sous ses ordres. L’on ignore le nom des officiers qui l’accompagnent ; peut-être, faut-il compter parmi eux Volusenus et Insteius112 ?

  • 113 Le numéro des légions engagées nous est donné par Ser. Sulpicius Galba, dans la relation qu’il fai (...)
  • 114 Pour les circonstances des deux batailles, voir, en dernier lieu, la synthèse de Manfredi 1989, 33 (...)
  • 115 Là, encore, les pertes s’équilibrent, App., BC, 3.71-72. Appien attribue la décision de lever le c (...)
  • 116 Cic., Fam., 10.29 ; 11.22, lettres du 6 juillet 43.
  • 117 Il faut aussi envisager le cas des Antoniens prisonniers d’Octavien, qui, contrairement à P. Deciu (...)

26Même si leurs adversaires ont remporté une victoire à la Pyrrhus, les forces d’Antoine ont été très éprouvées par la bataille de Forum Gallorum, le 14 avril, où il perd sans doute la moitié de la IIe et de la XXXe légions, ainsi qu’une large partie de sa cohorte prétorienne et de celle que lui a amenée Iunius Silanus113, puis devant Mutina114, le 21 avril115. Parmi les cadres, un certain nombre disparaissent à l’issue de ces combats. P. Ventidius et ses troupes font exception, puisqu’il n’ont pas pris part à l’engagement et n’ont, de ce fait, à déplorer aucune perte. L. Antonius reçoit le commandement de la cavalerie lors du passage des Alpes. Varius Cotyla survit aussi, puisqu’Antoine lui confie, quelques mois plus tard, le commandement de la Gaule. La cohorte de Junius Silanus fut mise en pièce, mais lui même échappe à la mort et retourne, confus et repentant, auprès de Lépide, qui lui pardonne son incartade. Saxa, Censorinus, Gallius, Barbatius Pollio, Eutrapelus, Caelius et Lento, peut-être, poursuivent leur carrière dans les années suivantes. P. Decius compte au nombre des prisonniers qu’a faits Octavien et qu’il rend à son adversaire, en gage de sa bonne foi. Appius Claudius doit y figurer aussi116. Les autres disparaissent des sources. Comme cela a été déjà souligné, cela ne signifie pas, loin de là, qu’ils ont tous été tués à cette occasion, car l’arrêt de l’œuvre de Cicéron, dans les mois qui suivent, représente une perte irréparable pour notre connaissance de cette période. Cependant, les rangs des partisans d’Antoine furent sans doute éclaircis et ces défaites constituent, de ce fait, un tournant dans l’évolution de la faction117.

27L’étape suivante, celle de l’alliance avec Lépide, puis du ralliement de C. Asinius Pollio et de L. Munatius Plancus, importe encore davantage. D’abord parce qu’elle se conclut par la création du triumvirat, qui constitue une étape historique majeure, ensuite parce qu’elle marque l’entrée au service d’Antoine de deux hommes d’envergure qui, de surcroît, entraînent dans leur suite nombre de clients et d’amis, lesquels vont se révéler, dans les années suivantes, des auxiliaires précieux.

28La réunion des forces d’Antoine avec celles de Lépide s’accompagne d’une succession de péripéties extravagantes, qu’il n’est pas nécessaire de narrer ici par le menu. Quelques points, cependant, doivent être mis en lumière. En premier lieu, l’existence d’intermédiaires entre leurs deux factions, d’hommes qui, tout en embrassant le parti de Lépide, ont gardé des sympathies dans l’entourage d’Antoine, explique qu’un dialogue ininterrompu se soit poursuivi entre les deux camps, malgré les vicissitudes de la guerre. Ensuite, il paraît nécessaire de saisir les facteurs qui ont déterminé la formation de ce front uni, en dépit de la violence des mouvements centrifuges et, parmi ceux-ci, avant tout, le rôle des vétérans. Il convient, enfin, de se pencher sur les mobiles des trois promagistrats qui rejoignent alors Antoine.

  • 118 D.C. 46.38.5-7.
  • 119 Cic., Fam., 10.7.1, son envoyé est alors M. Varisidius Fam., 10.6.1.

29Les écrivains de l’époque impériale, relatant le début de sa carrière d’après sa fin peu glorieuse, tracent de Lépide le portrait d’un homme hésitant, inconsistant, et donc porté à la duplicité. Il fut, en fait, la première victime de la propagande de ses collègues triumvirs. En 43, consulaire, ancien second du dictateur, placé à la tête de deux provinces et de six légions, il occupe une position éminente dans l’État et le parti césarien. Comme tous les représentants de familles illustres, son réseau de relations chevauche les deux camps ; malgré son désir de venger César, il conserve des liens avec les “Libérateurs” par son épouse Junia. Le fait qu’il soit ainsi placé à la croisée des chemins, explique que son entourage regroupe des personnalités très opposées, toutes également convaincues que, seul, Lépide détient entre ses mains le pouvoir de faire basculer le destin de Rome, en faveur de l’une ou l’autre cause. Auprès de lui, Laterensis représente la tendance républicaine. Mais plusieurs de ses légats défendent les thèses opposées et se font les avocats d’Antoine. Iunius Silanus, parent par alliance du gouverneur de Narbonnaise, opte en premier pour le proconsul : envoyé par Lépide en Italie à la tête d’un détachement et nanti d’ordres si vagues qu’ils en deviennent équivoques, il conduit directement ses troupes auprès de lui. Son prudent beau-frère doit être l’instigateur de ce geste, mais il s’est probablement contenté de suggestions orales118. Ce procédé louvoyant est employé occasionnellement par les autres gouverneurs et élevé à la hauteur d’un principe par Plancus qui confie à Furnius, son ambassadeur auprès du sénat et de Cicéron, des lettres fort neutres, mais des promesses orales très engagées119. Semblable attitude se comprend : ils ne veulent pas aider les “tyrannicides”, parce que leurs troupes ne l’accepteraient sans doute pas, mais ils désirent éviter, le plus longtemps possible, une rupture avec le sénat, car ils ne se sentent pas prêts à franchir à nouveau le Rubicon. De plus, les légats se méfient les uns des autres.

  • 120 App., BC, 3.83.
  • 121 Cic., Fam., 10.34.2.
  • 122 Cic., Fam., 10.21.4.
  • 123 Cæs., Gal., 6.1.1.
  • 124 Plut., Pomp., 49.3.
  • 125 CIL, I2, 797 = CIL, VI, 25 575 = ILS, 73 et 75a.
  • 126 Faut-il l’identifier avec le lieutenant de Caton à Chypre, Plut., Cat. min., 37.1-6 ? Sur les prob (...)
  • 127 Vell. 2.87.
  • 128 Cic., Fam., 10.27.2.
  • 129 Cic., Fam., 10.31.4.

30La complicité passive de Lépide se révèle à nouveau lorsque les légions d’Antoine passent les Alpes. Il avait remis le commandement des garnisons qui contrôlaient la route maritime à Terentius Culleo. Celui-ci reçoit, à cette occasion, l’ordre formel d’empêcher Antoine d’entrer dans la province. Il s’empresse au contraire de lui ouvrir le passage120. Avec Silanus, il revient ensuite, en suppliant, auprès de son chef, dont la magnanimité semble la vertu cardinale. Celui-ci, en effet, les gourmande légèrement, estimant que la conscience de leur faute est une punition suffisante121. Quelques jours après leur retour, les légions de Lépide, campant à côté de celles d’Antoine, décident de faire cause commune avec leurs voisines. Silanus et Culleo n’y sont pas étrangers. D’autres légats du gouverneur, Rufrenus et Canidius Crassus, ont favorisé cette mutinerie convenue122. Ce sont tous quatre des Césariens convaincus. Silanus a servi comme légat durant la guerre des Gaules123. Culleo semble être, pour sa part, un Pompéien rallié au moment des guerres civiles124. Rufrenus, tribun de la plèbe en 42, est l’auteur de la loi qui institue des honneurs divins pour le dictateur défunt125. Le passé de Canidius est pratiquement inconnu126, mais il s’avère ensuite un Antonien fidèle jusqu’à la mort127. Ils ont, de l’aveu même de Lépide, agité l’opinion des soldats en faveur de l’alliance avec Antoine. Leur commandant connaît donc leur rôle et se méfie d’eux, mais, encore une fois, sa clémence toute paternelle l’empêche de sévir contre les corrupteurs. Il présente à Cicéron et, donc, au sénat, chaque étape de son rapprochement avec le proconsul banni comme un méchant tour que lui jouent des subordonnés peu scrupuleux. L’orateur n’est pas dupe de cette feinte innocence et lui intime sèchement l’ordre de choisir clairement le bon camp128. D’ailleurs les gouverneurs d’Hispanie Ultérieure et de Gaule Transalpine portent sur lui un jugement peu amène : depuis l’hiver, il œuvre en sous-main pour les contraindre à épouser le parti d’Antoine. Il lanterne Plancus par des promesses qu’il ne tient pas, ou le menace ; il intercepte les courriers ou essaie de débaucher les troupes de Pollio ; aux deux, il coupe l’accès à l’Italie129. Ainsi les trois promagistrats sont des victimes, Pollio et Plancus, de Lépide ; ce dernier, de la rouerie de ses hommes !

  • 130 App., BC, 3.80.
  • 131 Ibid., 3.83.
  • 132 Plut., Ant., 18.4-5.
  • 133 Lors de la séance du 3 février 43, Cic., Phil., 8.18-19.

31Selon les sources antiques, le facteur qui permet la reconstitution de l’union césarienne semble être l’armée. Les vétérans, sauf dans le cas où, comme à Forum Gallorum, ils ont un point d’honneur à régler, répugnent à s’entre-égorger. Ils constituent donc un trait d’union entre les différents chefs de parti. Octavien utilise les prisonniers qu’il relâche, pour faire savoir à Antoine qu’il désire se rapprocher de lui130. Dans la fondation du triumvirat, l’armée joue un rôle décisif. Lépide, outre ses troupes fraîches, a rappelé à son service les colons des vieilles légions gauloises de César, la VIe et la Xe. Elles avaient été installées par celui-ci à Narbonne et Arles. Or, Appien précise que ce sont les soldats de la Xe, principalement, qui se sont mutinés en faveur d’Antoine, car cette légion avait été recrutée par lui131. Ce dernier point paraît étrange, puisque cette unité fait partie des premières qu’ait employées César en Gaule ; il doit donc s’agir d’un recrutement partiel. Plutarque cite le nom de deux soldats, Clodius et Laelius, qui proposent même au proconsul, s’il le désire, de lui livrer leur chef. On peut toutefois nourrir des doutes sur la véracité de cette anecdote, car Lépide semble consentir à cette reddition “spontanée”132. Ainsi, le passé d’un corps de troupe peut motiver son adhésion à un camp, ici un lien presque affectif pour un ancien chef. Mais, de grands frais de propagande n’ont sans doute pas été nécessaires pour que la VIe suive le même chemin. En effet, un litige opposait les colons d’Arles à la cité de Marseille. Le sénat, devenu hostile à l’œuvre césarienne, a tranché le différend au profit de la cité phocéenne, malgré le plaidoyer de Calenus133. Mécontents, les vétérans se sentent bien proches du proconsul banni, qui, comme eux, souffre de l’hostilité des pères conscrits. Il arrive à point nommé, quelques semaines seulement après le résultat de l’arbitrage. La connivence de Lépide et d’Antoine, la prédominence des Césariens dans l’état major, qui constitue un lien supplémentaire entre les deux hommes et, enfin, l’opinion de soldats, que le cœur et l’intérêt incitent à prendre les armes contre le sénat, constituent les facteurs d’unité qui expliquent la réconciliation sur le sol gaulois.

32L’entrée d’Asinius Pollio et de Munatius Plancus au service d’Antoine, pourtant pratiquement acquise, à partir de ce moment-là, car résister à la coalition des dix légions de Lépide et d’Antoine représenterait une folie, demande encore plusieurs semaines de manœuvres d’intimidation et de tractations.

  • 134 van Wageningen 1919, 82.
  • 135 Cic., Fam., 10.31 ; 32 ; 33.
  • 136 La date de cette lettre pose un problème Celle indiquée le dix-septième jour des calendes d’avril, (...)

33L’évolution du gouverneur de l’Hispanie Ultérieure paraît plus simple que celle de Lépide134. Elle se résume en trois lettres, écrites à Cicéron135, entre le printemps et l’été 43 qui ont fait couler beaucoup d’encre. Dans la première lettre, datée du 16 avril 43, réouverture de la navigation136, Pollio justifie ses choix antérieurs d’une façon qui a été diversement jugée : soit un aveu sincère de républicanisme, contrarié par les événements, soit un monument d’hypocrisie. Pollio commence par se présenter, par inclination naturelle et par conviction philosophique comme un homme libre et pacifique : “Natura autem mea et studia trahunt me ad pacis et libertatis cupiditatem, illud”. Or, si ce ne sont pas des fleurs de rhétoriques, ces affirmations pourrait passer pour des prises de position politiques : aspirer à la libertas en avril 43 c’est se rapprocher des positions des républicains, combattre la tyrannie d’Antoine, adhérer à la condamnation de ses acta, quant à la paix c’est refuser la guerre civile mais aussi la vengeance du meurtre de César, peut-être même, mais ce serait aller trop loin, dans ce contexte car la fin de la phrase donne une autre lumière à la première affirmation : “itaque illud initium ciuitatis belli saepe defleui”. Il ne fait pas allusion à la situation actuelle et il s’agit d’une affirmation de principe mais les réalités sont autres, il le déplore, voilà tout. Il poursuit en justifiant son adhésion au parti de César. “Cum uero non liceret mihi nullius partis esse, quia utrubique magnos inimicos habebam ea castra fugi in quibus plane tutum me ab insidiis inimici sciebam non futurum”. Cette phrase fait allusion à un parcours dont nous ignorons l’essentiel, car nous ne connaissons avant la fin de 50 que sa participation à des procès et ses amitiés littéraires. L’adhésion au Césarisme serait donc une application du moindre mal stoïcien : Pollio serait un Césarien malgré lui “Compulsus eo quo minime uolebam”. Pas tout à fait, cependant, car il apporte dans la phrase suivante une nuance : Caesarem uero, quod me in tanta fortuna modo cognitum uetustissimorum familiarium loco habuit, dilexi summa cum pietate et fide. Ses relations personnelles avec César expliquent son engagement, les bons soins de César engagent la fides et la pietas de Pollio. Il évoque ici un engagement personnel de familiaris, sous un angle traditionnel. Cet argument de Pollio suggère d’une part l’archaïsme d’une structure politique fondée exclusivement sur les relations personnelles et d’autre part la vanité qu’il y aurait à donner un contenu politique à ce jeu de fidélités, enfin, l’inexistence d’une identité césarienne. Il réfute le caractère public de son engagement : sa fidélité envers César n’inclut pas une adhésion complète à la rupture de son chef avec le sénat et à la politique menées ensuite. À cet égard Pollio opère une séparation entre ce qui procédait de son libre-arbitre et ce qui relevait de l’obéissance à son chef : “imperatum esse”. Il va ensuite plus loin et affirme, “quam iucunda libertas, quam misera sub dominatione vita”. Cette libertas est-elle l’argument d’un parti ? ou est-elle ontologique ? En d’autres termes est-ce une adhésion à l’idéal républicain et une condamnation de César ? Cela y ressemble mais cela n’est pas le cas car il faut se garder de généraliser à partir d’affirmations dictées par les circonstances.

  • 137 Cette ligne de défense de Pollio rappelle sensiblement les arguments de C. Matius se démarquant du (...)

34En fait il faut replacer la lettre dans son contexte, non celui que nous connaissons. La lettre succède pour nous aux péripéties du siège de Modène et à la défaite d’Antoine, mais Pollio ne les connaît pas encore, et même s’il faut se garder de le croire aussi mal informé qu’il le prétend, il convient de réaliser qu’il y a un décalage entre les événements et sa réaction de pratiquement un mois. Pourquoi écrit-il à Cicéron ? Parce qu’il vient de recevoir une lettre officieuse de Pansa lui demandant de se déclarer spontanément en faveur du sénat. Or, Pollio ne le veut pas (il prétend que ce serait dangereux). Il écrit donc à Cicéron, une missive privée, afin que celui-ci sache qu’il ne se déclarera pas pour le sénat, mais qu’il est de tout cœur avec lui et que si le sénat ou les consuls veulent qu’il intervienne, il faut qu’ils en prennent l’initiative officielle par sénatus-consulte ou par mandata. Pourquoi à Cicéron ? Parce qu’en février et mars il incarne le parti le plus hostile à Antoine, bien qu’il ne soit pas parvenu encore à la condamnation comme hostis publicus, il a réussi à faire annuler ses acta. Pollio ne veut pas s’engager contre Lépide encore moins contre Antoine, et il risque d’être englobé dans la condamnation si Cicéron l’obtient. Pour prévenir ce risque, qu’il sent imminent, il écrit la fameuse lettre où il trace sa position, selon une marge de manœuvre étroite mais d’une stricte fidélité. Il est un césarien, par la loi des guerres civiles et des partis, étant attaché à la personne de César, il ne faut attendre de lui aucune condamnation de l’homme. On peut déplorer son action à son service mais il était un legatus, un délégué de l’imperium de César et là on ne peut rien lui reprocher, moralement pas plus que politiquement, puisque les acta de César ont été approuvés par le sénat. Il critique la dominatio : mais là encore c’est une posture parfaitement approuvée par la loi : une des premières mesures qu’a fait voter Antoine est l’interdiction de la dictature. Pollio s’exprime en termes généraux évitant avec soin d’associer directement le mot dominatio avec le nom de César. Celle d’Antoine qui est condamnée par le sénat n’est pas non plus directement attaquée : il dit certes clairement qu’il ne supportera pas une nouvelle domination137 mais il ajoute aussitôt : d’où qu’elle vienne, ce qui peut passer aussi bien comme une réponse aux pressions qui ont dû être opérées par les alliés de Cicéron. Ce qui lui importe c’est d’éviter une rupture avec le sénat. Ce passage répond de toute évidence à des critiques qui lui ont été adressées et on ne peut certainement pas l’interpréter comme un aveu sincère, pas davantage le considérer sans nuance comme une hypocrisie sans scrupule. Cicéron déplorait que les lettres que Lépide envoyait fussent ambiguës, il a sans doute qualifiée celle-là ainsi.

  • 138 Cic., Fam., 11.9.1 ; Beaujeu 1996, 38 n. c. ; Cic., Fam., 11.11.1

35Nous ne savons pas quelle fut la réponse et même s’il y en eut car les lettres suivantes n’y font pas allusion, mais les relations ne semblent pas rompues. Une phrase ambiguë de D. Junius à Cicéron semble indiquer l’on n’a aucun doute sur sa décision, au moment du choix : ce qui a été compris par Tyrell-Purser comme une preuve de crédit que Cicéron et Brutus accordait à Pollio et à l’inverse, Shackleton-Bailey, remarquant que la phrase associait Pollio à Lépide, y voit l’absence de toute illusion. Le second avis pour les raisons vues plus haut paraît préférable d’autant plus que dans une lettre suivante on remarque que Plancus est le seul gouverneur avec lequel Brutus croit pouvoir s’allier138.

  • 139 L’indépendance de celui-ci provient de ce qu’il est l’un des principaux notables de l’Ultérieure ; (...)
  • 140 Cic., Fam., 10.11.1.
  • 141 Pour mémoire, Asinius Pollio a négocié, plus tard, le ralliement de Domitius Ahenobarbus et a part (...)

36La deuxième lettre de Pollio, paraît d’ailleurs moins chaleureuse. Elle débute par un avertissement adressé à Cicéron et pointant les dangers de la tactique politique qu’il a mise en œuvre la division et l’opposition des forces césariennes entre elles. “Quo si qui laetantur in praesentia quia uidentur et duces et ueterani Caesaris partium interisse, tamen postmodo necesse est doleant cum uastitatem Italiae respexerint ; nam et robur et suboles militum interiit, si quidem quae nuntiantur ulla ex parte uera sunt.” Cicéron est bien sûr de ceux qui se réjouissent dans l’instant présent de voir morts les chefs et les vétérans du parti de César. Pour Pollio la défaite de Modène, qui est une victoire à la Pyrrhus pour le sénat, est d’abord une ruine pour l’Italie, car sont décédés ceux qui en constituaient la force et lignée. Cette déploration a beau être traditionnelle et générale, elle ne s’attache pas moins à un parti, le terme est prononcé, celui de César. Le reste de la lettre et la lettre suivante ont beau narrer complaisamment les soucis que lui a causés son questeur antonien, L. Cornelius Balbus139 et dénoncer violemment les manœuvres de Lépide et d’Antoine, le fond de la lettre est tout sauf anti-césarien, comme si l’éclatement des hostilités avait libéré le jeu diplomatique. En fait, Pollio reproche au sénat de n’avoir pas fait appel à lui tant qu’il en était temps, reprenant ainsi l’argument précédent, il n’a ni mission ni permission pour intervenir. Ces deux lettres font preuve de bonne volonté pour maintenir le dialogue, mais elles ne donnent aucune garantie au parti de Cicéron. Dans son dernier échange épistolaire avec Cicéron, Pollio reconnaît avoir conservé l’amitié d’Antoine. Cette assertion résume l’évolution de ce personnage, qui est passé d’une neutralité obligée à l’adhésion résolue à la cause de Lépide et d’Antoine. Cette modification est l’œuvre des nombreux émissaires que lui envoient les deux hommes140. Leurs arguments peuvent se reconstituer aisément : Pollio ne peut rien contre la coalition des forces des deux proconsuls ; d’ailleurs, les Républicains ne lui font pas confiance et méprisent ses services ; enfin, il doit embrasser leur cause s’il est un véritable ami du défunt dictateur. À son tour, Pollio contribue à la victoire de son nouveau parti, en renouant la négociation avec Munatius Plancus, qui avait, pour sa part, coupé auparavant les ponts avec les Césariens. Cette démarche inaugure une longue série de missions diplomatiques pour le compte d’Antoine141.

  • 142 Plut., Brut., 19.11.
  • 143 Cic., Att., 15.29. Des contacts se tissent, en septembre, entre l’orateur et le gouverneur, par l’ (...)
  • 144 Puisqu’il se propose, à plusieurs reprises, de prendre le gouvernement de cette province. Au début (...)
  • 145 Cic., Phil., 3.38.
  • 146 Il ne subsiste que peu de traces de l’activité gauloise de L. Munatius, si ce n’est dans le monnay (...)
  • 147 D.C. 46.50.3-4. Les nombreux problèmes posés par cette fondation semblent résolus, voir Goudineau (...)
  • 148 Le 20 mars 43 : Cic., Fam., 10.8.6.

37Le cheminement politique de L. Munatius Plancus, gouverneur de Gaule Transalpine emprunte de nombreux détours. Le 17 mars 44, il adopte une position neutre, et, dans le temple de Tellus, prononce un discours en faveur de la concorde142. Ensuite, il part rejoindre sa province. Durant l’été suivant, il se rapproche de Decimus Brutus, ce qui fait naître de grands espoirs chez Cicéron143 et de grands doutes chez Antoine, qui songe sérieusement à le dépouiller de son commandement lorsqu’il envisage le partage des provinces pour 43144. Le tirage du 28 novembre étant annulé, Plancus voit ses pouvoirs confirmés145. Le gouverneur, fort de cette décision, s’active alors dans sa province146. Il y fonde deux colonies, celles de Lugdunum et de Raurica147. Il s’assure de la fidélité des villes de son ressort et lève des troupes. Au total, il possède cinq légions au printemps et se sent prêt à toute éventualité148.

  • 149 Cic., Fam., 10.8.4.
  • 150 Cic., Fam., 10.6.1.
  • 151 Cic., Fam., 10.10.1.
  • 152 L’épisode du ralliement à Antoine est traité de manière assez neutre, alors que son attitude penda (...)
  • 153 Vell. 2.63-64.
  • 154 Cic., Fam., 11.9.
  • 155 Il reste quatorze lettres de Cicéron à Plancus, Rambaud [1958] 1987, 543 ; Perrochat 1957, 172-183
  • 156 Cic., Phil., 13.44-45, où il est revendiqué par les deux camps.
  • 157 Notamment après Modène, App., BC, 3.81.
  • 158 Cic., Fam., 11.11.
  • 159 Cic., Fam., 10.5.2.
  • 160 Cic., Fam., 10.8.
  • 161 Cic., Fam., 10.7 ; qui constitue le pendant de la lettre précédente et s’avére tout aussi vague : (...)
  • 162 Cic., Fam., 10.6.2 : “Seiunge te, quaeso, aliquando ab iis cum quibus te non tuum iudicium sed tem (...)
  • 163 Cic., Fam., 10.6.1.
  • 164 Cic., Fam., 10.12.2-3.
  • 165 Le 7 avril, T. Munatius, parent républicain de Munatius Plancus, se trouve à Rome, auprès de Cicér (...)
  • 166 C. Furnius a rendu de grands services à Cicéron, lorsqu’il fut tribun de la plèbe ; cependant il r (...)
  • 167 Ainsi que le laisse entendre Plancus, quand il le présente à Cicéron qui, manifestement, ne le con (...)
  • 168 Acquis à Lépide, Cic., Fam., 10.17.
  • 169 Cic., Fam., 10.18.
  • 170 Cela demeure hypothétique, Freyburger & Roddaz 1990, 43 n. 26.
  • 171 Cic., Fam., 10.10 ; 10.12.
  • 172 App., BC, 3.74 ; D.C. 46.29.6.
  • 173 Cic., Fam., 10.15.
  • 174 Cic., Fam., 11.11
  • 175 Cic., Fam., 10.9 ; 11 ; 15 ; 17 ; 18.
  • 176 Cic., Fam., 10.11 ; 15.
  • 177 Cic., Fam., 10.17.

38Commence alors un double jeu interminable, dont ne subsiste la trace que dans la correspondance avec Cicéron ; mais, il y a fort à parier que le propréteur a pris langue aussi avec le camp adverse ; du reste Plancus en convient officiellement149. Il aligne sa position sur celle de Lépide jusqu’au 20 mars 43, du moins pour ses déclarations publiques150, car, en privé et verbalement, il n’est pas de républicain plus ardent151. Il est délicat de suivre sereinement l’évolution politique de ce personnage, car il est affublé d’une légende noire qui provient essentiellement de deux auteurs : Appien152 qu’inspire, pour une large part, Asinius Pollio, d’une part, et Velleius Paterculus, d’autre part, qui, pour certains passages153, dut puiser à la même source, mais à d’autres fins. Quelle qu’en soit l’origine, la réputation de traîtrise de Plancus est bien établie pour la postérité, trop bien pour expliquer clairement ses mobiles. Ses contemporains, quant à eux, ne semblent pas partager ce point de vue et font confiance au gouverneur de la Transalpine. En effet, Plancus est courtisé par tous les camps, celui des républicains154 – l’abondance de sa correspondance avec l’auteur des Philippiques155 atteste de l’importance qu’il revêt à leurs yeux – par Lépide et Antoine, qui demeurent en communication avec lui156, par Octavien, enfin, qui lui écrit à plusieurs reprises157. Antoine tient déjà pour acquis le ralliement de Munatius158, tandis que Cicéron s’interroge toujours et le somme de s’expliquer159. Même dans la lettre qu’il adresse au sénat, le responsable de la Gallia Comata160 demeure dans une prudente expectative, se gardant bien, fût-ce en le nommant, d’incriminer Antoine. Il n’est question que de l’intégrité de l’État et du salut public. Les intentions sont voilées par de grands principes, ou, dans la correspondance confidentielle, laconiquement éludées161 ; finalement, aucun engagement formel n’est pris. Aussi, les Républicains lui demandent, comme gage de sa bonne foi, de rompre avec ses alliés de circonstance162. Sont ainsi désignés ses voisins, mais, en plus, des membres de son entourage. Il apparaît, en effet, que gravite autour de Plancus un état-major riche en personnalités contradictoires. L’opinion modérée est représentée par C. Furnius, par le frère du gouverneur, Plotius Plancus163, par son parent Titus Munatius164, qui ne doit pas être confondu avec Titus Munatius Byrsa, son autre frère, lequel reste un Antonien farouche165. Ces hommes sont favorables à une alliance avec les armées du sénat, mais aucun n’est un Républicain, car ils proviennent tous du parti césarien166. Même le représentant que le gouverneur envoie à Cicéron, le chevalier Varisidius, ressemble davantage à un spécialiste des missions discrètes qu’à un parangon des vertus civiques167. Bien que Plancus n’en convienne pas, il devait se trouver auprès de lui des représentants du camp adverse, tels que L. Gellius, Sex. Gavianus168, Cocceius Nerva169, ou son propre neveu, Titius170, qui apparaissent incidemment. À partir du 20 mars, les conseillers du parti “sénatorial” semblent l’emporter. Cicéron s’en réjouit171. Plancus reçoit l’ordre de se joindre à Lépide et de combattre Antoine, après la défaite de ce dernier devant Modène172. Dans les premiers jours de mai, des tractations s’engagent avec Lépide, afin de réaliser cette jonction173. Munatius, à l’annonce de l’arrivée de Lucius Antonius, puis d’Antoine et de Ventidius, dans la Province, affirme son intention de résister, puis de s’opposer, une fois l’accord d’Antoine et de Lépide connu, à la coalition césarienne. D. Brutus et Cicéron lui font confiance174. En réalité, il fait mouvement avec une lenteur qui répond davantage à des calculs diplomatiques qu’à des impératifs militaires175. Il opère des modifications dans son entourage. Son frère Plotius, qui s’était résolument engagé contre Antoine176, est renvoyé à Rome sous le prétexte d’un état de santé préoccupant. Deux de ses subordonnés l’abandonnent pour Lépide, Sex. Gaviannus et L. Gellius. Le gouverneur de la Province lui envoie un de ses légats, Apella, comme otage177.

  • 178 Plancus ouvre des pourparlers avec Octavien à la fin du mois de juillet, Cic., Fam., 10.24.
  • 179 Cic., Fam., 10.23, le 6 juin 43.
  • 180 Cic., Fam., 10.18.
  • 181 À vrai dire, la présence de ces soldats pose un problème. La Xe légion fait partie des troupes de (...)
  • 182 Liv., Per., 120 ; Plut., Ant., 18.7 ; App., BC, 3.97.
  • 183 Probablement en août, puisque la dernière lettre date du 28 juillet et que D. Brutus est exécuté d (...)
  • 184 Vell. 2.64 ; D.C. 46.53.1-2.

39Ces échanges d’officiers correspondent à une intensification des négociations178. Cellesci s’avèrent parfois âpres et périlleuses. Ainsi, Plancus ordonne l’exécution de C. Catius Vestinus, envoyé de ses deux collègues179 ; sans doute a-t-il craint que ce tribun militaire ne provoque une mutinerie, selon une technique éprouvée, dans des légions qu’il considère d’ores et déjà comme sa propriété personnelle, mais dont il redoute la défection180. D’autant plus, que Plancus a également auprès de lui des vétérans des guerres césariennes, et, parmi eux, en avril, des soldats de la fameuse Xe légion si dévouée à Antoine181. Le gouverneur, par ce geste, a rompu toute relation diplomatique avec les Césariens, du moins l’affirme-t-il à Cicéron. L’arrivée d’Asinius Pollio et de ses deux légions débloque la situation182. Celui-ci renoue le fil des discussions et permet à son collègue d’entrer dans la coalition183. Les conditions de cette réconciliation sont inconnues. Mais, l’on sait que Decimus Brutus est sacrifié aux mânes de cette entente184 et que les légions des deux provinces passent sous l’autorité d’Antoine. Les deux gouverneurs s’adjoignent à son parti pour de longues années, Pollio jusqu’en 39, au moins, Plancus jusqu’en 32. Ils amènent, en outre, dans leur suite, des subordonnés d’une certaine importance ; pour Plancus, C. Furnius, M. Cocceius Nerva, plus tard, Titius ; Pollio fait entrer au service d’Antoine, dans les mois qui suivent, Cornelius Gallus. Lépide perd, peut-être, dans cet accord, Rufrenus, et, certainement, Canidius Crassus. Ce n’est donc pas seulement une alliance de circonstances : elle repose sur un rapprochement profond, qui détermine l’avenir du parti antonien. En effet, à compter de cette date, Pollio et Plancus occupent une place particulière dans ce parti ; les responsabilités qui leur sont confiées les placent au dessus des autres partisans. Considérés comme de précieux alliés, ils peuvent garder leurs distances à l’égard de prises de position de leur chef. Il convient de garder à l’esprit cette nouvelle hiérarchie du parti antonien, à la veille des négociations qui conduisent à la formation du triumvirat.

  • 185 Cic., Fam., 12.28.1. La tournure qu’emploie Cicéron reste très allusive, et il est difficile de co (...)

40Un autre gouverneur de province œuvre simultanément pour Antoine. Il s’agit de T. Sextius, en Africa Nova. Maintenu à ce poste avec, sans doute, l’accord d’Antoine, il paraît étrangement calme au début de la crise. Il commence cependant à semer des embûches à Q. Cornificius, à partir du moment où celui-ci se voit confirmé dans ses pouvoirs par le sénat avec l’appui des Républicains et de Cicéron. Au nez et à la barbe de Cornificius, depuis sa province, il envoie, semble-t-il, de petits commandos sur les côtes de Sicile, à Lilybée, afin, probablement, de perturber l’approvisionnement en blé. Cornificius hésite à répliquer185. Il ne s’agit que du prologue des hostilités qui se déclenchent plus tard entre les deux commandants. On retrouve donc, en Afrique, les mêmes empiétements d’autorité qu’en Gaule, ainsi que des manœuvres subversives destinées à attirer son voisin dans son propre camp, ou à lui faire lâcher prise. Les agissements de Sextius, dans les semaines suivantes, restent méconnus. Le sénat lui a demandé de lui envoyer deux de ses légions ; en fait, une fois arrivées en Italie, celles-ci se rallient aux triumvirs, probablement à l’instigation de leur ancien chef.

  • 186 D.C. 46.52.3.
  • 187 App., BC, 3.80.
  • 188 D.C. 46.42.3 et 43.1.
  • 189 D.C. 46.42.3.
  • 190 Suet., Aug., 27.4, cite les deux versions, précisant que la plus humaine provient des mémoires d’A (...)
  • 191 App., BC, 3.95.
  • 192 Suet., Aug., 27.6. La date de cet incident peut être déduite de sa corrélation avec une anecdote d (...)
  • 193 App., BC, 5.48.

41La première mesure d’apaisement dont bénéficient les Antoniens précède l’instauration du triumvirat : c’est le décret d’amnistie en faveur des hostes publici présenté par Pédius au sénat186. Cette proposition est le corollaire de gestes de bonne volonté de la part d’Octavien, l’accueil généreux des anciens Antoniens dans ses rangs après Modène187, la grâce d’un compagnon du proconsul qu’il sollicite du sénat par la voix de ses centurions188, enfin, la proclamation de solidarité césarienne de ses troupes, qui ne devait rien à l’improvisation189. Ces attentions amorçaient les négociations. En même temps, à l’inverse, Octavien réaffirmait son autorité ou donnait des gages au sénat en exécutant quelques Antoniens. Cependant, cette répression est mal connue et reste en grande partie hypothétique. La disparition subite de Q. Gallius en cosntitue un bon exemple. Elle s’enveloppe de mystère ; comme pour le sacrifice d’Iphigénie, il existe deux versions. La première affirme que le malheureux préteur est tué, après avoir été torturé190. La seconde, plus édulcorée et plus tardive, préférée par le princeps, devenu plus clément, prétend que le jeune César aurait renvoyé le préteur épargné à son frère, M. Gallius, alors au service d’Antoine191. Malheureusement, la mer présente bien des dangers, et Q. Gallius n’arriva jamais au port. D’autres personnages, antoniens ou proches de ce parti, furent alors exécutés hâtivement, par exemple, Pinarius192, sans que les sources ne permettent de découvrir le motif exact de leur disparition. Cette politique produit au moins un résultat : elle stimule le zèle des Césariens sympathisants, membres du jury qui, comme L. Aemilius, tranchent le sort des tyrannicides en vertu de la lex Pedia193. Cette brève vague de répression semble marginale ; la tendance majeure vise à la réconciliation. L’approbation du décret d’amnistie par le sénat est la condition sine qua non des tractations. Sans ce préalable, il reste impossible d’entamer des négociations sans être, aussitôt, assimilé à son tour aux ennemis de l’État. Une fois les Antoniens amnistiés, la voie est libre pour la formation d’une nouvelle coalition.

II. L’affirmation du parti antonien au sein du triumvirat

42La création du triumvirat apparaît comme la coalition de la majeure partie des forces césariennes, celles de l’Occident, un retour à la situation antérieure, en quelque sorte, puisqu’à l’issue des péripéties de la guerre de Modène et des divisions des anciens compagnons du dictateur, l’alliance se reconstitue grâce à sa composante la plus solide, l’armée. Dans ce contexte, on pourrait craindre que le parti antonien, à nouveau inclus dans la formation césarienne qui l’a engendré, ne perde toute autonomie et ne forme plus qu’un élément de ce vaste ensemble.

  • 194 Plut., Ant., 18.8.
  • 195 Ainsi que le laisse entendre Dion Cassius, 46.54.1, qui affirme qu’ils laissèrent l’un et l’autre (...)

43Il n’en est rien. En réalité, aucun des chefs ne peut, ni ne veut, revenir en arrière. Les trois armées et les trois partis que fédèrent les accords de Bologne restent distincts. Plusieurs anecdotes le montrent bien. En Gaule, tout d’abord, les légions que laissent Lépide et Antoine reçoivent, sans doute, un commandement autonome. Plutarque affirme que l’Antonien Varius Cotyla prend la tête des huit légions laissées en arrière194. En fait, il assume sûrement l’intérim en Gaule Chevelue, puisque celle-ci passe au pouvoir d’Antoine. Dans le cas de la Narbonnaise, que Lépide entend conserver, ses légats demeurent sur place195.

  • 196 D.C. 46.54.2-46.55.4.
  • 197 App., BC, 4.2.
  • 198 App., BC, 4.3 ; D.C. 46.56.2.
  • 199 App., BC, 4.7 ; D.C. 47.2.1.
  • 200 App., BC, 4.5.

44Par la suite, les précautions qui président à la rencontre au sommet, dans l’îlot au milieu du fleuve Lavinius, soulignent, d’une part, la méfiance que ces hommes, adversaires de la veille, nourrissent les uns à l’égard des autres, d’autre part, le souci de rappeler qu’ils détiennent chacun une puissance autonome196. Ainsi, Antoine et Octavien conduisent sur les lieux cinq légions chacun, puis, sur les ponts qui relient l’île à la terre ferme, trois cent gardes pour chaque camp197. Lépide agit probablement de même. Durant les tractations, soldats et partisans sont tenus en lisière ; les pourparlers se déroulent à voix basse, entre les triumvirs, sans témoin ni truchement ; la totalité de leur contenu n’est pas révélée sur le champ, aux assistants. Mais leur présence pèse sur la négociation, chaque dirigeant ayant à cœur de satisfaire les intérêts des siens, dont il perçoit l’attente. Une fois les accords conclus, aucune fusion des forces ne se produit, mais une jonction. Chaque négociateur proclame les résultats du conciliabule à ses propres hommes, avec quelques divergences sans nul doute198. L’entrée des triumvirs dans l’Urbs traduit symboliquement l’étanchéité des partis. Ils pénètrent dans la ville à tour de rôle, Octavien le premier jour, puisqu’il est consul, Antoine le second, Lépide le troisième199. Chacun s’installe sur ses positions, définies au préalable. Toutes les mesures appliquées par les triumvirs durant la fin de l’année 43 sont le fruit de concessions mutuelles et traduisent aussi bien les points communs, la fidélité à la mémoire de César, par exemple, que les différences qui subsistent en profondeur, la répression contre les ennemis politiques essentiellement200.

  • 201 App., BC, 4.2, pour les cinq ans à venir ; D.C. 46.55.3.

45Dans ce cadre, le parti antonien, loin de s’effacer, s’affirme plus nettement encore. D’autant plus que l’institution triumvirale provoque un renforcement des trois partis qui constituent sa base. Elle planifie, en effet, la succession des subordonnés des triumvirs aux principales magistratures, pour les cinq ans à venir, les sacerdoces pour plus longtemps encore, sans autre titre à ce choix que l’appartenance à l’une des clientèles201. Pour cette raison, il paraît primordial de discerner, dans cette nouvelle répartition des pouvoirs, la part que se taillent les Antoniens. De même convient-il de se pencher sur leur rôle dans la proscription, qui leur permet de régler des comptes publics et personnels, d’accroître leur fortune et de jauger leur influence, ainsi que sur leur participation aux bouleversements politiques et militaires qui secouent l’État romain jusqu’à la conclusion des batailles de Philippes.

  • 202 Sur le partage des zones d’influence, voir App., BC, 4.2 ; D.C. 46.55.4. A posteriori, les profits (...)

46La distribution des sphères d’influence et des charges entre les triumvirs repose sur une égalité plus théorique que réelle. En apparence, Octavien, en obtenant de ses collègues la reconnaissance d’un territoire où s’exerce son autorité, accomplit un progrès sensible, mais il le paye de son renoncement au consulat et son domaine reste à conquérir. Lépide et Antoine demeurent apparemment sur leurs positions, mais le premier se voit privé des dividendes politiques qu’il aurait pu escompter de la guerre contre les tyrannicides202. Sans vraiment dominer la nouvelle institution, Antoine semble avoir tiré un parti considérable des caprices de la Fortune et ses partisans avec lui. Certains d’entre eux qui, quelques mois plus tôt, avaient été déclarés ennemis publics, connaissent un avancement brillant.

Une nouvelle hiérarchie

47Au sein du parti antonien, apparaissent comme les grands vainqueurs, non sans équité, les hommes qui se sont compromis en faveur de leur chef et ont résisté à toutes les manœuvres de corruption, de séduction ou d’intimidation du sénat.

  • 203 Cic., Phil., 14.21 ; D.C. 43.51.4-5.
  • 204 Cic., ad Brut., 1.5.1.
  • 205 Vell. 2.64-65 ; App., BC, 4.2 ; D.C. 47.15.2 ; Broughton, 2.337 et 339.
  • 206 Il est remplacé dans cette magistrature par un des édiles de 43, choisi sans nul doute parmi les p (...)
  • 207 Gel. 15.4.3.
  • 208 Vell. 2.64 ; Gel. 15.4.1-3 ; D.C. 43.51.4-5.
  • 209Mulionem Ventidium”, Ventidius, le muletier, fragment d’une Philippique indéterminée, citée par S (...)
  • 210 En fait, Ventidius n’apparaît, en 44, qu’une seule fois dans la correspondance de Cicéron lorsque (...)
  • 211 App., BC, 3.66.
  • 212 App., BC, 3.80.
  • 213 Cic., Fam., 11.9 ; 10.17 ; 18 ; 33 ; 34 ; App., BC, 3.84 ; Schmidt 1892a, 198-211.
  • 214 Cic., Fam., 10.33.
  • 215 Syme [1939] 1967, 193-194, assorti d’un commentaire des promotions des homines novi dotés de compé (...)

48La promotion la plus spectaculaire semble celle de P. Ventidius Bassus. Préteur désigné par le défunt dictateur pour l’année 43203, déclaré ennemi public par le sénat, le 27 avril de cette même année204, pour avoir conduit des troupes à Antoine, après la défaite de Modène, il prend la succession d’Octavien, lorsque celui-ci, conformément aux décisions du triumvirat, abdique le consulat205. Il doit se démettre de la charge de préteur206 pour revêtir sans attendre celle de consul. Cette démarche sans précédent provoque un petit scandale. La polémique s’en empare, trois vers sont placardés sur les murs de Rome, Aulu-Gelle les rapporte207 : “Accourez tous, augures, haruspices ! On a fabriqué un prodige jamais vu : on a fait consul celui qui étrillait les mules”. Certes, quelques mois plus tôt, Octavien a arraché par la force cette magistrature au peuple romain bien avant l’âge légal. Le procédé ne vaut pas mieux. Mais il était le fils de César, et, comme le rappelle cette épigramme, son successeur fut d’abord muletier. Ce qui est contesté ici, ce n’est pas tant la rapidité de la promotion que l’extraction de celui qui en est l’objet. P. Ventidius incarne un nouveau type de sénateur, qui chagrine les esprits conservateurs. Son nom, tout d’abord, rappelle la guerre des Alliés ; son père ou son grand père fut un des chefs des Picéniens révoltés. Publius, lui-même, figura parmi les captifs lors du triomphe de Pompeius Strabo. Les sources antiques rapportent à l’envi cette anecdote, qui illustrait, à leurs yeux, l’image traditionnelle de la roue de la Fortune, qui l’avait fait commencer au plus bas pour le porter ensuite au sommet de la gloire, lorsqu’il célébra à son tour un triomphe grandiose sur les Parthes, considérés alors comme les plus redoutables ennemis de Rome208. En 43, il n’a pas encore gagné ce titre à la reconnaissance publique. Ces adversaires ne voient que ses débuts modestes et laborieux, comme fournisseur aux armées. L’obscurité de la naissance et l’exercice d’une activité professionnelle représentent alors les thèmes favoris de l’invective politique ; Cicéron, Plancus et ses autres détracteurs ont donc amplement matière à l’attaquer sur ce point209. Pour l’auteur des Philippiques, Ventidius apparaît comme une créature de César, qui l’a remarqué et l’a introduit au sénat. Néanmoins, avant le mois d’avril 43, on ne discerne chez l’orateur aucune hostilité particulière à l’égard de Ventidius, de la défiance tout au plus, indice de sa position encore médiocre210. La guerre de Modène offre à l’ancien Césarien l’occasion de se rendre indispensable. Comme d’autres Antoniens, il recrute des soldats dans les colonies de vétérans de Campanie, puis dans le Picenum, sa région d’origine211. Il se retrouve finalement à la tête de forces considérables, pour un légat en tout cas, puisqu’il conduit trois légions complètes à Antoine. L’avancée de Pansa et l’abandon de Bologne, le coupent de son chef. Antoine, défait pour la seconde fois devant Modène, décide de se replier vers la Gaule Transalpine, afin de permettre sa jonction avec son lieutenant. Là commence l’épopée de l’ancien muletier : échappant à la fois à Octavien, qui ne se risque d’ailleurs pas à lui couper la route212, ainsi qu’à Decimus Brutus, il traverse les Apennins en suivant des pistes difficiles et parvient, le 3 mai, à Vada Sabatia, sur la côte ligure, où il effectue sa jonction avec le proconsul, comme prévu, sans avoir perdu d’hommes213. Cette prouesse lui vaut la considération de ses adversaires, sans doute aussi le titre d’imperator, décerné par ses troupes, et la condamnation du sénat. La réussite de Ventidius se lit à plusieurs niveaux. Psychologiquement, il rend le goût de la victoire à une armée démoralisée par des combats incertains et meurtriers, ainsi que par une retraite fort rude. Militairement, il apporte à Antoine des troupes fraîches, pour une bonne part très expérimentées, en vue des prochains affrontements214. Politiquement, enfin, la réussite du légat prouve la supériorité stratégique du proconsul, qui, contre l’avis de son état-major, a privilégié cette tactique aventureuse. L’aura d’Antoine est restaurée aux yeux de ses soldats et de ceux des autres gouverneurs césariens, ce qui facilite le ralliement de Lépide. Par ailleurs, les sénateurs et les républicains réalisent subitement qu’ils s’étaient réjouis trop vite d’une victoire qui n’était qu’apparente. Le consulat apparaît donc comme une récompense justement mesurée pour cette intervention décisive. De plus, il ouvre à Ventidius la voie des grands commandements. Ne vient-il pas de prouver qu’il en a l’étoffe ? Il appartient désormais au groupe étroit que R. Syme nomme les “maréchaux” antoniens215.

49L. Varius Cotyla et L. Decidius Saxa, sans connaître une promotion aussi spectaculaire que celle de Ventidius, leur rang étant moindre, voient leurs carrières s’accélérer pour des motifs différents.

  • 216 Cic., Phil., 8.24.
  • 217 Cic., Phil., 8.28.
  • 218 Cic., Phil., 8.38.
  • 219 Plut., Ant., 18.8.
  • 220 Cic., Phil., 13.26.
  • 221 Ainsi que le montrent les exemples de Salvidienus Rufus et d’Uttiedus Afer.

50Le premier a essentiellement montré des talents de diplomate et d’agent de renseignement. En février 43, il escorte le retour des ambassadeurs que le sénat avait envoyés à son maître216. Il met cette démarche à profit pour recenser les partisans que le proconsul compte encore dans l’assemblée et faire pression sur les indécis ou les faibles217. Pour cette raison, il s’attire les foudres de Cicéron, qui ne condescend qu’à regret à le laisser rejoindre son camp sans encourir de condamnation immédiate218. Il appartient au cercle des intimes d’Antoine auxquels celui-ci confie des missions délicates. Sa conduite durant le siège et la retraite dut être digne d’éloges, puisque son ami l’institue son procurateur pour la Gaule Transalpine219, alors qu’il n’a que le rang d’ædilicius220. La suite de sa carrière demeure malheureusement inconnue. Il ne devint jamais consul, ce qui ne signifie pas qu’il ne fut pas désigné pour cette fonction221.

  • 222 Cæs., Civ., 1.66.3.
  • 223 Syme 1937b, 127-137.
  • 224 Cic., Phil., 2.10 ; 8.9 ; 10.22 ; 11.12 ; 37 ; 13.27 ; 14.10.
  • 225 Cic., Phil., 11.12.
  • 226 App., BC, 4.102-104 ; D.C. 47.35, 2 et sq.

51Le second a surtout démontré ses qualités militaires. Remarqué, à cause d’elles, lors du siège d’Ilerda (Lérida) par César222, ce descendant de colons italiens établis dans la péninsule Ibérique223 fit un brillant début de carrière ; en 44, il est tribun de la plèbe. Il focalise la haine de Cicéron parce qu’il a travaillé dans la commission septemvirale chargée de lotir les vétérans. Ce dernier lui reproche ses prévarications, ses origines, exotiques pour un sénateur, bien sûr, son passé de centurion, c’est-à-dire sa promotion par l’armée, grâce à César224. En plus modeste, son parcours ressemble à celui de Ventidius. L’orateur, souvent, l’associe à Cafo, personnage méconnu, mais sans doute non négligeable ; il laisse entendre qu’ils ont participé à des recrutements de vétérans et à la répression de la mutinerie de Brindes225. Dans les mois suivants, ils ont accompagné Antoine à Modène. Après la bataille, plus aucune trace ne subsiste de Cafo. En revanche, Saxa accompagne Antoine en Italie lors de sa marche vers Rome, et il se voit confier, au début de l’année suivante, un commandement important face aux “Tyrannicides”226. Il demeure jusqu’à sa mort, en 40, l’un des principaux viri militares de l’entourage du triumvir.

52Ces hommes ne sont pas les seuls à engranger les dividendes de la victoire. Le triumvirat conforte la position d’autres Antoniens ambitieux. La désignation au consulat en est un bon indice.

53Dans chaque paire de consuls, il y a un Antonien, l’autre magistrat provient des rangs de Lépide ou d’Octavien. Cette inégalité en faveur du parti antonien suggère une position prédominante dans l’alliance de 43. Cette impression se renforce du constat que leurs collègues ont presque tous rendu de grands services à Antoine sans embrasser durablement sa cause. Il n’y a aucun consulat bis dans sa formation, qui comptait pourtant des consulaires. La raison en est qu’il dispose, plus que ses alliés, de magistrats qui présentent les titres requis pour assumer cette fonction. Ces hommes doivent presque tous leur entrée au sénat à César, dont ils ont été de loyaux serviteurs. On peut donc en conclure que les plus sérieux espoirs du parti césarien ont soutenu le proconsul.

54Quatre de ces cinq Antoniens ont été pourvus de commandements importants par Antoine, dans les années qui suivent immédiatement leur consulat. L’exception en est L. Antonius, en raison de l’issue malheureuse de la guerre de Pérouse. Bien qu’ils soient dotés de talents divers, littéraires, pour Pollio et Plancus, diplomatiques, pour le premier, politiques, dans le cas de Lucius et des deux magistrats déjà cités, ce sont leurs hauts faits militaires qui sont ici récompensés ; en ce qui concerne Ventidius et Canidius, ce sont les seules aptitudes que les sources leur reconnaissent.

Tableau III. Promotion des Antoniens au consulat en vertu des accords de Bologne, jusqu’aux accords de Brindes.

  • 227 Trouver Servilius dans cette liste, alors qu’il a voté le bannissement d’Antoine, prouve qu’il éta (...)
  • 228 Après avoir été fugitivement aux côtés d’Antoine, il avait rejoint le camp d’Octavien dès l’été 44 (...)

nom du consul, origine familiale

consulat

magistrature précédente

nature des services rendus

P. Ventidius Bassus homo novus, Picénien

cos. suffect en 43 avec Carrinas durée : quelques semaines

préteur en 43

militaires

L. Munatius Plancus famille sénatoriale récente, Tiburtin

cos. ordinaire en 42 avec Lépide II durée : l’année

préteur et préfet en 45

alliance militaire

L. Antonius nobilitas, frère du triumvir

cos. ordinaire en 41 avec P. Servilius Isauricus II227 durée : l’année

tribun de la plèbe en 44

soutien politique et nombreuses missions militaires

C. Asinius Pollio homo novus, Marrucin

cos. ordinaire en 40avec Cn. Domitius Calvinus II durée : 6 mois

préteur en 45

diplomatiques et militaires

P. Canidius Crassus homo novus

cos. suffect en 40 avec L. Cornelius Balbus228 durée : 6 mois

inconnue légat de Lépide en Gaule en 43

militaires

55Lucius Antonius mis à part, ils appartiennent à des familles récentes, dont ils sont les premiers consuls. Même si leur citoyenneté remonte à plus d’une génération, ils sont issus de ce vivier que constituent les notables italiens ; mieux encore, ainsi que nous l’avons déjà souligné, Ventidius et Asinius ennoblissent des noms attachés au souvenir de la guerre des Alliés.

  • 229 Il tenait beaucoup à conserver, malgré la mort de César, le bénéfice de cette désignation. Une par (...)

56La manière dont ils se succèdent à cette charge obéit à des règles de préséance qui n’ont rien à voir avec le caprice du triumvir. Le premier critère demeure l’opportunité et l’importance du service rendu, ce qui explique l’avancement de Ventidius, de L. Antonius et de Canidius. Le second semble la carrière antérieure ; ainsi, Plancus, qui était déjà désigné pour le consulat en 42229 par le dictateur, passe-t-il avant Pollio, qui a pourtant négocié son ralliement.

57Les promotions consulaires établissent donc une nouvelle hiérarchie dans le parti antonien. Celle-ci semble dictée, il est vrai, par les vicissitudes de la guerre civile. Les “maréchaux” de promotion récente et d’origine non romaine retiennent l’attention. Cependant, cette ascension n’a rien de véritablement révolutionnaire ; elle s’inscrit dans le droit fil des décisions césariennes. Elle traduit aussi un phénomène qui dépasse les limites du parti, la substitution à l’ancienne noblesse d’une nouvelle élite politique, apparue à la faveur des troubles. Il faut ajouter à la liste des consuls celle, moins bien connue, des autres magistrats. Les censeurs de 42 sont tous deux des parents de Marc-Antoine. Ils l’ont sans doute soutenu durant la crise sénatoriale, sinon ils eussent été sacrifiés pour l’exemple, comme L. Julius Cæsar. Le rang modeste de Sulpicius montre la carence de patriciens dans le camp triumviral, fait d’autant plus singulier que, théoriquement, la loi Cassia en avait augmenté le nombre et que les nouveaux patriciens auraient dû demeurer fidèles à la mémoire de César, qui avait permis leur élévation. Les censeurs de 42 ont vraisemblablement pour mission de faire du sénat triumviral un instrument docile, complétant en cela l’épuration de la proscription. Ils n’achèvent pas leur mission, en raison probablement du décès de Caius Antonius Hybrida.

La proscription antonienne

58L’entrée des triumvirs dans Rome a été précédée par le début de la proscription. Celle-ci dépasse, en elle-même, largement le cadre du parti antonien, mais elle affecte son évolution et concerne certains amis du triumvir, qu’ils fussent victimes ou bourreaux. Trois aspects retiennent l’attention : en premier lieu, la condamnation de partisans d’Antoine, inattendue dans le cadre d’une répression politique en partie commanditée par celui-ci ; ensuite, la participation des Antoniens à la curée et leurs intérêts personnels dans cet hallali ; enfin, à l’inverse, l’usage qu’ils firent de la clémence et les bénéficiaires de cet apaisement.

  • 230 Appien et Dion conservent la classification initiale de ces recueils. Après une analyse de la comp (...)
  • 231 D.C. 47.5.4-5.
  • 232 L’exécution de Catius Vestinus, sur l’ordre de Plancus, alors que des tractations étaient engagées (...)
  • 233 App., BC, 4.3 ; D.C. 46.56.3.

59Il est loisible de penser que plusieurs Antoniens périrent à l’occasion de la proscription. Le doute persiste sur leur identification, dans un certain nombre de cas, pour deux raisons principales. En premier lieu, les sources qu’utilisent Suétone, Appien ou Dion Cassius, les recueils d’exitus, par nature, confondent la chronologie230 et subordonnent exactitude et véracité à l’effet spectaculaire et à l’édification morale. En second lieu, le fait que les triumvirs et leurs lieutenants aient proscrit de proches parents entretient l’ambiguïté : quand un Decius est porté sur les listes, s’agit-il du partisan sacrifié, ou d’un homonyme de sa parentèle ? De prime abord, une explication demeure possible : les mobiles de la proscription de membres du parti victorieux peuvent être d’ordre privé ; il s’agirait alors de règlements de comptes, ou de regroupements de patrimoine, à l’intérieur d’une famille ou d’un clan. En outre, les historiens antiques rapportent que la constitution du triumvirat obligea chaque contractant à condamner des partisans personnels231. Certains amis loyaux d’Antoine avaient un ennemi en la personne d’un autre triumvir, ou d’un de ses subordonnés influents232. Le secret sur la proscription, le nombre et le nom de ses victimes, est conservé le plus longtemps possible, en partie pour cette raison233. La proscription correspond donc, également, à une volonté d’épuration des partis de la coalition.

60Quels sont donc ces Antoniens sacrifiés ? Ils paraissent peu nombreux. On ne peut guère citer, dans ce cadre, que Cæsennius Lento, Cornelius Cruscellio, Pupius Piso, Salvius, Q. Tullius Cicero ; le cas du père de Thuranius doit également être examiné, ainsi que celui de M. Vehilius. Il convient d’exclure de cette analyse Uttiedus Afer, P. Decius Mus, Ti. Claudius Nero, qui furent sans doute proscrits en 40 ; tandis que les cas de Q. Gallius et Pinarius sont antérieurs aux accords entre les triumvirs ; ils furent exécutés, comme nous l’avons vu, hors du cadre de la proscription. À vrai dire, seul le cas de Lento s’apparente aux règlements de comptes internes. Les autres, en effet, sont des dissidents.

  • 234 V. Max., 6.6.3.
  • 235 Cic, Phil., 3.25.
  • 236 La proscription de M. Pupius Piso, bien que vraisemblable, Hinard 1985b, 303, n’est pas absolument (...)
  • 237 Hinard 1985b, 316-317.

61Cornelius Cruscellio est un adfinis d’Antoine, puisqu’il a épousé Sulpicia, fille de P. Sulpicius Rufus234. En décembre 44, il compte encore au nombre des amis du consul. À l’occasion du tirage au sort du 28 novembre, il a été doté d’une province, que l’on peut supposer digne de ses ambitions ; cependant, lors de la séance du 20 décembre, il y renonce, en même temps qu’il désavoue son attachement précédent au camp antonien235. Le vent tourne et il espère davantage d’un ralliement que du consul d’alors, dont la position semble s’effriter. Deux anciens amis d’Antoine sont également dans ce cas, les préteurs Vehilius et Pupius Piso236. Leur proscription sanctionne donc cette erreur politique, ainsi que leur trahison237.

  • 238 C’est à dire les fêtes de Palès, Cic., Att., 14.14 ; 15.1.
  • 239 Cic., Att., 14.20.5.
  • 240 Cic., Att., 15.19.2 ; en juin 44 exactement.
  • 241 Cic., Att., 15.21.1. Mais Cicéron reste prudent et envoie à Atticus deux avis sur ce retournement, (...)
  • 242 Cic., Att., 16.14.4. Les pillages sont évoqués en avril 44 (Att., 14.14/15.5) période où le jeune (...)
  • 243 Plut., Cic., 47.4 ; App., BC, 4.20.

62Le cas de Q. Tullius Cicero le jeune s’apparente aux cas précédents. Entré, durant la guerre civile, dans le cercle des familiers de César, il reste un temps fidèle à la mémoire du dictateur, comme l’atteste sa participation à la commémoration de Munda238. Il lie alors son sort à celui d’Antoine. Cicéron raille son neveu, le décrivant comme le faible bras droit du consul. L’orateur espère bien, quand même, utiliser son parent pour faire aboutir ses requêtes239. Hélas, ce dernier ne jouit que d’un crédit limité, et, renonçant au parti antonien où il y a peu à gagner, quelques mois plus tard, il demande à Cicéron, au contraire, de l’introduire auprès de Brutus240. Pour justifier son changement de camp, le jeune homme allègue une brouille avec son protecteur. Les motifs en restent mystérieux – Antoine aurait exigé de Quintus “qu’il s’empare d’un point fort pour qu’il accède à la tyrannie” – ce qui ressemble bien aux affabulations ordinaires de Quintus241. En gage de bonne foi, Quintus le jeune se proposa, dans une lettre à son cousin, de dénoncer publiquement les détournements du trésor rassemblé par César dans le temple d’Ops. Ce n’est cependant qu’une proclamation sans suite et un secret de polichinelle car cette affaire est parfaitement connue des milieux dirigeants, les constantes allusions de l’orateur à ce forfait dans la correspondance et les Philippiques en témoignent242. Cependant, cette trahison vaut au jeune homme, l’année suivante, les honneurs de la seconde liste243.

  • 244 App., BC, 3.50-52.
  • 245 App., BC, 4.17 ; Hinard 1985b, 514-515 no 116.

63Le cas de Salvius est fort bien expliqué par Appien. Ce tribun de la plèbe, en janvier 43, empêche la condamnation du proconsul, en usant de son droit d’intercession. La séance du sénat est reportée au lendemain. Il se compromet donc sérieusement en faveur d’Antoine et, traduit par ses adversaires devant le peuple, doit alors se justifier244. Plus tard, précise l’historien alexandrin, Salvius décide de collaborer avec Cicéron et figure finalement sur la première liste, celle des opposants dangereux qui doivent être éliminés de toute urgence. Ce revirement est-il causé simplement par la corruption, ou résulte-t-il d’une mauvaise appréciation de la situation ? On ne sait. Salvius s’attend à sa proscription, puisqu’il organise un banquet qui est une sorte de défiaux triumvirs. Il est exécuté à cette occasion245.

  • 246 L’identification avec Toranius paraît plausible, car le condamné attend sa grâce d’Antoine, ce qui (...)
  • 247 L’exemple le plus intéressant à ce égard semble celui d’Annalis, que met en parallèle Appien. Il d (...)

64Les Thuranii, le père et le fils, appartiennent à une autre catégorie. En effet, le fils, un partisan d’Antoine, a fait inscrire son père sur la seconde liste, afin de recevoir son héritage plus rapidement encore. L’identification des personnages resta longtemps problématique : fallait-il assimiler la victime à Turranius, le préteur qui refuse le partage de 43, ou avec le précepteur d’Octavien, Toranius, également de rang prétorien ? Il semble bien que l’on doive identifier ce personnage avec Toranius, le tuteur d’Octavien et que le motif de la proscription soit plus politique que crapuleux246. Toranius appartient à la catégorie des proscrits “pour l’exemple”, dont l’inscription sur les listes a pour dessein de montrer le caractère implacable de la mesure ; cet ancien préteur avait voté la condamnation d’Antoine et ses liens avec Octavien ne purent malgré tout le sauver. Un dernier point doit être souligné dans l’affaire Toranius. Le fils du proscrit fut banni peu de temps plus tard. Les sources considèrent cela comme une manifestation de la justice immanente, mais, comme Toranius n’est pas le seul cas de proscripteur châtié par ceux-là mêmes qu’ils ont servis, ou dont ils se sont servis247, il est loisible de deviner une seconde épuration des éléments douteux au sein du parti.

  • 248 App., BC, 4.27. Il convient d’ajouter un argument, peut-être peu fiable, celui de l’ordre dans la (...)
  • 249 Cic., Phil., 12.23.
  • 250 Suet., Tib., 6.4 ; sa mort se situe vers 39 ou 38.

65Le cas de Cæsennius Lento paraît, de loin, le plus intéressant. L’identification du proscrit avec l’édile et septemvir repose sur la relative rareté de ce cognomen dans l’élite romaine, mais surtout sur sa réaction lorsqu’il apprend sa proscription. D’une part, il demeure incrédule jusqu’à son trépas, puisque ses assassins lui tranchent la tête tandis qu’il vérifie leurs affirmations sur la liste. Or, à moins d’appartenir à l’une des factions du triumvirat, il n’est guère possible de se sentir à l’abri de toute menace. D’autre part, il connaît bien ses poursuivants, car il les accuse d’avoir conspiré contre lui pour récupérer sa fortune248. Aucun de ces arguments ne confère une certitude formelle, mais ils inclinent tous en faveur de cette hypothèse. Pour autant, il n’est pas aisé d’interpréter ce sacrifice. Certes, on peut toujours affirmer que la grande fortune des Caesennii, accrue encore par ses activités septemvirales, a tenté des parents ou des amis, qui ont jugé opportun d’utiliser le prétexte des grandes purges pour réaliser une affaire lucrative. On peut cependant avancer une autre explication. Ce Césarien engagé a procédé, en 43, à des levées de troupes en Étrurie, sa région d’origine249. Or, c’était alors la principale zone de recrutement des envoyés d’Octavien, ce qui a constitué sans doute une cause de friction. Antoine a sacrifié, selon toute probabilité, quelques-uns des siens, qui ont été de violents adversaires d’Octavien. Ce ne fut naturellement pas le cas de tous. Nous connaissons l’exemple de M. Gallius, qui ne fut pas inquiété et resta auprès d’Antoine jusqu’à sa mort, en 39. Il est le frère du préteur Q. Gallius et l’hostilité d’Octavien à son endroit est bien connue, puisque Tibère craint alors de s’aliéner la faveur du jeune César, en recueillant son héritage en totalité250.

66Si la proscription a fait des victimes dans le camp d’Antoine, ce fut exceptionnel, malgré les raisons qui viennent d’être exposées et on ne peut donc pour 43, citer qu’un exemple d’épuration. Les autres Antoniens inscrits sur les listes étaient des renégats et avaient abandonné la cause depuis plusieurs mois.

  • 251 Enfin, Octavien a bénéficié de deux mois où, seul maître à Rome, il a pu commencer à régler quelqu (...)

67Dion et Appien soulignent la part importante que prennent Lépide, et surtout Antoine, dans la proscription. Dion attribue leur acharnement au nombre important d’ennemis que leur longue carrière politique a suscité. De plus, le sénat les a déclarés hostes au printemps, ce qui justifie amplement leur ressentiment251. Le parti antonien, condamné avec son chef, n’est pas en reste. On attribue à certains de ses membres quelques proscriptions. Il s’agit soit de règlements de comptes politiques, soit d’épuration à l’intérieur du groupe familial ou entre notables de même origine, soit même de condamnations purement crapuleuses. Les exempla ont surtout retenu les cas extrêmes, ce qui fausse l’appréciation d’ensemble que l’on peut en conserver. La hiérarchie de la proscription semble épouser celle du parti. Ainsi, en tête de la deuxième liste, se trouvent, juste après les parents des triumvirs, L. Julius Cæsar pour Antoine, Paulus Æmilius pour Lépide, ceux de leurs principaux lieutenants, Plotius Plancus, frère de Munatius, L. Quinctius, beau-père d’Asinius Pollio. Ces proscriptions attestent de la position exceptionnelle des deux hommes, considérés davantage comme des alliés des triumvirs que comme des adjoints d’Antoine. De même que pour les proches des triumvirs, les condamnations sont prononcées afin d’inspirer la terreur. Les raisons avancées dans le cas de Quinctius restent totalement inconnues. Toutefois, sa place sur la liste révèle, semble-t-il, que sa condamnation revêt un caractère politique : si Pollio avait été poussé simplement par l’appât du gain, il eût placé sa victime dans les profondeurs de l’énumération. La proscription de Plotius Plancus s’explique aisément. Quoique Césarien, il s’est compromis dans l’entourage de son frère en faveur de son ralliement à la cause sénatoriale. Il s’est même opposé aux Antoniens les armes à la main. Quand Plancus engage les négociations avec ceux-ci, il le renvoie à Rome, dans l’espoir de dissimuler quelque temps encore son choix, mais aussi parce qu’il devait constituer un obstacle aux pourparlers. Il est possible que, revenu au sénat, Plotius ait voté le bannissement de son frère. De toute façon, en décembre 43, le bruit court dans l’Urbs que Plotius est directement victime de celui-ci ; les soldats, durant le triomphe de Munatius, se font l’écho de cette rumeur insistante. Velleius, farouchement hostile à Plancus, appuie cette opinion. En fait, cette proscription le dessert plus qu’elle ne lui est utile et probablement sa responsabilité se borne-t-elle à l’acceptation d’une condamnation inévitable. En outre, ces quatre personnages n’étaient sans doute pas promis à un trépas assuré. Lépide protège son frère, Antoine sauve son oncle, Quinctius rejoint probablement la Sicile et son décès n’a pas de lien direct avec la proscription. Seul, succombe Plotius Plancus, trahi par son goût du luxe.

  • 252 Syme [1939] 1967, 542 n. 29.
  • 253 Les Ventidii ne se rencontrent guère que dans le Picenum et sont probablement apparentés ; les mot (...)
  • 254 La cause de l’inscription de ce notable sur les listes n’est pas connue ; elle était peut-être due (...)
  • 255 C’est ce que suppose Syme [1939] 1967, 542 n. 31.
  • 256 On doit, peut-être, ajouter à cette liste, Verginius, qui était en relation financière avec Faberi (...)

68Plus loin dans les listes se rencontrent d’autres victimes possibles des Antoniens, des familles rivales, dans leur petite patrie, ou des parents encombrants ; Coponius de Tibur, qui doit son inscription, sans doute, à Plancus252 ; Ventidius du Picenum, à P. Ventidius253 ; Sittius de Calès, à la rivalité de Calenus254 ; Urbinius Panapio, à Pollio255 ; l’origine de ces condamnations demeure néanmoins hypothétique256. Dans le cas de Coponius, la proscription peut aussi se justifier par le passé pompéien de sa famille. Pour Ventidius, il faut rappeler que le Picenum, depuis la guerre sociale, était partagé en des factions diverses, pompéienne et césarienne, et que leur opposition divisait les familles.

  • 257 App., BC, 4.23 ; Hinard 1985b, 519-520 no 121,.
  • 258 Plin., Nat., 37.81 ; Hinard 1985b, 498 no 93.
  • 259 Sur la question de son identification et son rapprochement éventuel, mais conjectural, avec L. Cae (...)

69Les proscriptions franchement crapuleuses sont rares et plus discrètes. Certes, on serait tenté de citer celle de Toranius, mais quelle que soit la responsabilité de son fils, elle se justifie politiquement. De même, celle de Septimius, que l’amant de sa femme, un Antonien bien en cour, fait inscrire sur la liste, peut s’expliquer aussi par le fait qu’un sénateur de ce nom était un ami de Cicéron, anti-Césarien de surcroît257. Celles de riches chevaliers romains, Pomponius Atticus et ses amis, Gellius Canus, L. Saufeius et Julius Calidus, s’expliquent par la détresse financière des triumvirs. Ces personnages font d’ailleurs partie des bénéficiaires de la clémence d’Antoine, ce qui constitue aussi un sujet digne d’intérêt. Les seules victimes effectives de la cupidité des Antoniens demeurent un Nonius, impossible à identifier258, et Caesetius Rufus, proscrit, dit-on, à l’initiative de Fulvia ; il périt à cause de sa somptueuse villa sur le Palatin, mais aussi, peut-être, en raison de ses liens avec des adversaires des Césariens259.

  • 260 Hinard 1985b, 240 et 536-537 no 139.
  • 261 L’ingratitude de Popilius devint une figure de rhétorique, sur ce thème : grâce à sa plaidoirie, C (...)
  • 262 Cic., Att., 13.52 ; 14.14.4.
  • 263 Cic., Att., 14.13.6.
  • 264 Syme [1939] 1967, 147-150.
  • 265 App., BC, 4.19 ; D.C. 47.11.1-2.
  • 266 Ainsi que le montre le jugement, sans indulgence, d’Asinius Pollio sur Cicéron, Sen. Rh., Suas., 6 (...)

70La mort de Cicéron causa le plus profond dommage à la réputation des Antoniens et de leur chef260. L’infamie marque à jamais l’ingratitude de Popilius Lænas261, la férocité d’Herennius, l’inclémence d’Antoine et de Fulvie, étant donnée l’envergure du personnage, qui était apparu par le passé comme le sauveur de la patrie. César avait su tolérer l’opposition de l’orateur ; mais, malgré leur estime réciproque, leurs relations restèrent plus cauteleuses que chaleureuses262. Antoine ne pouvait demeurer aussi patient : de vieux griefs l’opposaient à Cicéron. D’ailleurs, l’orateur ne lui a pas laissé le choix ; il a radicalisé ses positions, dédaignant des compromissions auxquelles le régime dictatorial l’avait parfois réduit par le passé263. La séduction de sa rhétorique, qui avait entraîné le sénat à condamner le proconsul et ses amis, lui apparut sans doute comme une circonstance aggravante. L’inscription de Cicéron sur la première liste et son exécution étaient inévitables. Même si Antoine avait souhaité l’épargner, ses partisans ne l’eussent pas toléré. Le héros principal des Philippiques a beau être Marcus, ses crimes politiques et ses vices domestiques, tous ses amis ont eu les honneurs des portraits venimeux et satiriques. Cicéron s’est acharné à anéantir ses adversaires. Ce faisant, il a outrepassé les bornes de l’éloquence polémique, malgré l’équanimité et le sens de l’humour de certains de ces hommes rompus depuis des années aux joutes de la curie et du forum, où la recherche du trait spirituel et de la complicité de l’auditoire passait avant la bonne foi264. Les nouveaux sénateurs de César ont moins encore accepté cette attaque. Ceci suffit à expliquer la jubilation de Popilius Lænas qui, non content d’engranger une récompense augmentée, fait placer sur les rostres sa statue à côté de la dépouille de l’orateur et une inscription commémorant son geste265. Semblable revendication montre l’impopularité relative de sa victime et incite à penser que le sicaire attend manifestement une gratitude qui n’est pas seulement matérielle. Au plus fort de la guerre civile, l’élimination de Cicéron n’avait pas le caractère monstrueux qu’elle a revêtu par la suite, mais elle était un symbole de victoire pour les Antoniens266.

  • 267 D.C. 47.8.1.
  • 268 Hinard 1985b, 247-255.
  • 269 App., BC, 4.47 ; Hinard 1985b, no 133.
  • 270 Sen., Suas., 6.15 ; Sur la requête, Cic., Fam., 11.16.2 ; 11.17.1-3 ; sur ses bonnes relations ave (...)

71Dion reconnaît que, malgré leur férocité, Antoine et ses proches, en l’occurrence Fulvie, ont gracié quelques proscrits ; mais, affirme-t-il aussitôt, c’est l’appât du gain qui dictait cette générosité : les Antoniens espéraient tirer plus de profit de leur pardon que de leur spoliation267, d’autant plus qu’ils ont comblé ce manque par de nouvelles condamnations. Effectivement, l’instabilité des listes constitue une des originalités de la procédure268 ; les substitutions sont prévues et ne sont pas l’apanage des Antoniens. Il importe, à cet égard, de distinguer les radiations antérieures à la bataille de Philippes de celles qui ont suivi la défaite des Républicains, car leur finalité diffère : dans le premier cas, il s’agit d’une mesure d’apaisement, dans le second, plutôt de la récupération des forces encore disponibles chez les vaincus. Seules, les premières retiennent ici notre attention. Le triumvir et le consul Plancus firent usage de clémence ; à notre connaissance, Antoine a fait radier des listes sept personnes : C. Coponius, Q. Gellius Canus, L. Julius Cæsar, L. Julius Calidus, T. Pomponius Atticus, L. Saufeius, Sergius ; pour sa part, le collègue de Lépide au consulat, en 42, est intervenu à deux reprises, en faveur de L. Julius Cæsar et de Sergius. Des Antoniens ont étendu leur protection à quelques proscrits : Q. Fufius Calenus s’est entremis pour sauver Varron269 ; P. Volumnius, pour Atticus. Asinius Pollio, très probablement dans les derniers jours de 43 ou les premiers de 42, défendit Aelius Lamia, ami de Cicéron qui s’était heurté autrefois à Clodius et à Gabinius pour défendre l’orateur. Il avait été en bons termes avec César et un édile généreux en 45. Mais en 44, il avait eut une attitude ambiguë : il avait figuré aux fêtes de Palès, semble-t-il, mais marqué ensuite ses distances avec Antoine et Dolabella. C’est, du moins, ce qu’affirme Cicéron qui désire le disculper du soupçon d’avoir collaboré à la rédaction d’un sénatus-consulte lésant Cornificius. Pis, il s’était compromis pour obtenir par l’intermédiaire de Cicéron un appui électoral de M. et D. Brutus pour la préture270. Il n’a pas été proscrit à notre connaissance, mais a été inquiété. Des liens tissés dans l’entourage de César expliquent probablement que Pollio ait défendu Lamia, sans doute avec succès, car le discours a été réécrit a posteriori pour servir la gloire de son auteur.

  • 271 Hinard 1985b, 249-251.
  • 272 Hinard 1985b, 520-521 no 122.

72Que peut-on en conclure ? Ces hommes ne figuraient là, ni au même rang, ni pour des motifs semblables. Paradoxalement, l’utilisation d’une procédure identique, la radiation sur décret du consul, dont la justification institutionnelle n’apparaît pas, souligne les différences qui subsistent entre les victimes. Elle sert, également, à rendre à la vie civique un sénateur méconnu, ou à ménager une sage retraite à l’oncle du triumvir, un censorius. La signification politique de ce second cas a été déjà donnée : les fautes de Lucius Cæsar étaient patentes. En recourant à l’intervention de Plancus, Antoine montrait que concéder une grâce ne signifiait pas effacer les offenses. Il atténuait ainsi le caractère apaisant de cette décision271. À l’opposé, rien ne vient dissiper les ténèbres qui environnent l’identité et les motifs de la condamnation de Sergius272. Faut-il en conclure que cette fois, au contraire, c’est la médiocrité du personnage qui explique que ce ne soit pas le triumvir, mais le consul, qui intervienne ? Pourtant c’est à Antoine et non à Plancus qu’alla la reconnaissance de Sergius.

  • 273 Nep., Att., 7.2-4 ; il refusa de souscrire à la contribution que demandaient les partisans des “Li (...)
  • 274 Nep., Att., 10.2-5 ; Hinard 1985b, 470 no 59.
  • 275 Nep., Att., 12.2.1 ; Hinard 1985b, s.v. “Saufeius”, no 117, 515.
  • 276 Hinard 1985b, 313. En effet, les ventes des biens des proscrits se faisaient à perte et, de plus, (...)
  • 277 Nep., Att., 12.4 ; Hinard 1985b, 479 no 67. À vrai dire on ignore presque tout de ce poète, réputé (...)
  • 278 Nep., Att., 10.4.

73La majorité des condamnations et des pardons obéissent à des mobiles politiques. Atticus doit son inscription à son amitié pour Cicéron et nombre de “Tyrannicides”, sa radiation à son refus de s’engager trop avant dans la collaboration avec ceux-ci, alors même qu’ils paraissaient vainqueurs273. Il est retiré du nombre des proscrits par Antoine, en compagnie de Canus274, de Saufeius275 et de Calidus. Pour ces derniers personnages le jugement de Dion se justifie : leur fortune et leurs relations en faisaient des alliés précieux ; les exclure de la condamnation constitue une perte restreinte, à court terme276, mais, à long terme, leur collaboration est un gage de crédit pour le régime en difficulté. Dans l’affaire Calidus, en outre, se devinent les calculs de P. Volumnius, praefectus fabrum du triumvir, lequel escomptait user de sa position pour arrondir son capital au détriment d’une personne restée neutre, dépourvue d’appui dans les factions au pouvoir. À la demande d’Atticus, Antoine le gracia ; par ce seul geste, il désavouait son lieutenant, qui détournait la proscription de son but politique277. Cependant, P. Volumnius ne joua pas qu’un rôle négatif ; il était intervenu antérieurement pour appuyer la radiation d’Atticus. Il est vrai qu’il s’agissait alors d’un échange de bons offices278, puisque Pomponius l’avait protégé, ainsi que Fulvie, de la colère des partisans de Cicéron.

  • 279 App., BC, 4.40.
  • 280 Hinard 1985b, 456-457 no 45, ; outre de nombreuses inscriptions qui signalent leur participation à (...)
  • 281 Vell. 2.83.3.

74Pour la grâce de Coponius, la postérité conserve une explication galante279. Pourtant le sort de ce personnage, descendant d’une famille de notables tiburtins, ne devait pas, de ce fait, laisser le triumvir indifférent, indépendamment des charmes de sa vertueuse épouse280. Si l’anecdote est véridique, il faut admettre que Coponius était philosophe et savait pardonner, puisqu’en 32, il reprocha sa trahison à Plancus. à moins qu’il n’ait été mal informé sur le motif exact de sa radiation281.

  • 282 La proscription fut un des thèmes favoris de la propagande anti-antonienne, Romano 1987, 9-21 ; Am (...)

75Après examen, il ne subsiste pas grand chose du parfum de scandale qui enveloppe la proscription opérées par les Antoniens. L’avidité et la rancune ne sont pas les mobiles majeurs de la condamnation dans la plupart des cas que nous avons examinés. Quoique la procédure soit radicale, elle paraît contrôlée, Antoine réprimant les abus de certains partisans et souffrant que ceux-ci protègent des adversaires, à condition, bien sûr, que leur radiation soit utile ou justifiée. Les condamnations que l’on peut attribuer à ses amis dénotent surtout la volonté de faire un exemple, en désignant leurs adversaires les plus compromis. En outre, la hiérarchie de la liste correspond à celle du parti, le rang attribué à son adversaire permet à un Antonien de jauger le prix que son chef accorde à ses services. Il semble que la propagande d’Octavien, par la suite, ait noirci considérablement le rôle de son collègue et de ses lieutenants, en dissimulant la cohérence de cette entreprise282.

III. Les Antoniens a l’épreuve de la guerre civile

76En dehors de la proscription, l’activité politique apparaît essentiellement tournée vers l’exaltation du souvenir de César. La mission des triumvirs – le rétablissement de l’État – passe par la punition des meurtriers, dont la lex Pedia et la proscription ne constituent que le premier volet. La guerre civile, à l’échelle de l’empire de Rome, se prépare durant l’hiver 43 et le premier semestre de 42. Alors que se dégage globalement des témoignages antiques la représentation de l’union des Césariens, sacralisée par le devoir de piété envers le dictateur assassiné, chaque faction joue sa partition. Dans ces dispositions, les Antoniens prennent une part très importante.

Les Antoniens dans “l’union sacrée”

  • 283 Ligne politique il est vrai bien fluctuante, puisqu’Antoine annule certaines dispositions en l’hon (...)
  • 284 D.C. 47.18-19.
  • 285Divo Iulio iussu populi romani statutum est lege Rufrena” : CIL, I2, 797 = 6.25 575 = ILS, 73 ; 7 (...)
  • 286 Alföldi 1973, 99-128. Il fonde son objection sur le rapprochement qui lui paraît opportun avec un (...)
  • 287 C’est pourquoi il attribue à l’année 42 la magistrature de Rufrenus, Broughton MRR 2, 360.
  • 288 Les deux premières mesures soulignent que César s’est élevé au dessus des mortels, pour atteindre (...)

77Les Antoniens n’ont plus à composer avec les modérés ou les pacifistes. Les diatribes cicéroniennes et la prise d’armes de leurs adversaires les ont délivrés des incertitudes et des ambiguïtés du 17 mars, en les plongeant résolument dans la guerre. Le recours à la proscription a mis fin à tout espoir d’accommodement. Sans que cela constitue en aucune façon une surprise, ils reprennent la ligne politique interrompue, le 2 septembre 44, par le début de l’offensive de Cicéron au sénat, celle de la divinisation officielle de César283. C’est, d’ailleurs, un des rares sujets de consensus entre les trois tendances. Dion284 en attribue l’initiative aux triumvirs, car, dans ces circonstances, il n’est pas d’autre instance qui puisse prendre des décisions de cette ampleur ; cependant, bien qu’elles émanent du sommet du parti, elles sont relayées par des magistrats subordonnés, qui restent pour nous anonymes dans la majorité des cas. Une seule exception à cette règle, Rufrenus, cet ancien légat de Lépide passé à Antoine, devient tribun de la plèbe en 42, semble-t-il, et propose la loi qui porte son nom. Celle-ci stipule qu’une statue dédiée au Divus Julius doit être érigée sur tous les forums italiens. Les bases de ces statues en témoignent285. La datation de cette mesure a été contestée par A. Alföldi286, qui la situe plutôt dans les premiers jours de 44, du vivant du dictateur. Or, cela s’avère impossible ; Rufrenus ne peut être tribun de la plèbe cette année-là, puisque, Broughton le souligne287, nous connaissons le nom de tous les titulaires de cette fonction pour l’année, en raison du scandale des Lupercales et du meurtre de César. Il ne peut davantage occuper ce poste en 43, puisqu’il se trouve auprès de Lépide en Narbonnaise. Un autre argument, ex silentio, interdit de retenir une date aussi haute. Si la Lex Rufrena avait été promulguée, Cicéron n’aurait pas manqué de la citer dans les Philippiques, ou dans sa correspondance. Dion ne l’ajoute pas davantage à la liste des marques de déférence que le Dictateur reçut de son vivant. Elle s’intègre parfaitement, au contraire, dans la série d’honneurs qui lui sont décrétés, à l’initiative des triumvirs, à partir du premier janvier 42 : l’érection de l’hérôon et son droit d’asile, la présence d’une de ses statues auprès de celle de Vénus, lors des jeux du cirque, la glorification de l’anniversaire de sa naissance, la damnatio de celui de sa mort, le remplacement de la curie de Pompée par la curia Julia288. La participation d’un partisan d’Antoine, il est vrai de fraîche date, à cette démonstration de piété césarienne, révèle que celle-ci n’était pas l’apanage exclusif des amis d’Octavien.

  • 289 Broughton MRR 2, 461, n. 85 ; Buttrey 1956, n °. 137 ; Crawford 1974, no 494/2a, Regulus, no 494/5 (...)
  • 290 Sur la place de la propagande dans les frappes monétaires du début du triumvirat, voir tout partic (...)

78Dans les émissions monétaires portant l’effigie d’Antoine, après son entrée dans Rome, les thèmes césariens se retrouvent en premier lieu. Cependant, alors qu’au début de 43, le monnayage de Chilo, tout en rappelant le souvenir de César, exaltait la paix civile, celui des quatre monétaires de 42, L. Livineius Regulus, P. Clodius M. f., L. Mussidius T. f. Longus, C. Vibius Varus289, associe son image à celle de la guerre. Ces quatre personnages sont, à n’en pas douter, des partisans des triumvirs, qui ont pourvu ainsi toutes les magistratures et n’auraient assurément pas omis ces charges, mineures dans le cursus, mais stratégiques pour influencer l’opinion290. D’ailleurs, chaque émission monétaire rend hommage ponctuellement à Lépide, Antoine et Octavien, en émettant trois séries, au revers identique, mais portant au droit le portrait de chacun des alliés. Ces monnaies ne peuvent-elles rien révéler sur l’appartenance politique de chaque monétaire, ni sur la spécificité des Antoniens au sein du triumvirat ?

  • 291 Crawford 1974, no 494/17.
  • 292 Crawford 1974, no 494/8b.
  • 293 Crawford 1974, no 494/32.
  • 294 Crawford 1974, no 494/14.
  • 295 Crawford 1974, no 494/12.
  • 296 Deuil figuré sur trois émissions, au droit, à la place des portraits des triumvirs ; Crawford 1974 (...)

79Les allégories des revers choisies dans le cadre des monnaies d’Antoine, en accord avec celles de ses collègues, traduisent un message politique limpide et cohérent. La plupart font allusion directement à la perspective de l’affrontement avec les Libérateurs – le denier de Clodius291, avec la représentation de Mars nu et casqué, que l’on retrouve sur la pièce de Mussidius292 – ou bien, elles évoquent la victoire, avec la Fortune accompagnée d’une victoire ailée tenant la corne d’abondance, sur le denier de Varus293. La restauration de la prospérité est également annoncée par Mussidius, qui orne les revers d’une corne d’abondance294. Un dernier thème apparaît, celui de l’union sacrée des Césariens, symbolisée par une poignée de mains sur le denier de Varus295. Toutes ces pièces concourent à affirmer l’entente des trois chefs et l’union de leurs forces ainsi que le deuil constant de César296, qui justifie tous les sacrifices en les subordonnant au devoir de vengeance ; autant d’idées consensuelles, qui sous-tendent effectivement l’activité des nouveaux maîtres durant cette année 42.

  • 297 Lépide avait choisi de représenter Æmilia, descendante d’Énée, équivalent de Rhéa Silva dans certa (...)

80Pourtant d’infimes nuances sont perceptibles. Dans le cas d’Antoine, le droit met l’accent sur le deuil, puisqu’il est toujours figuré barbu. Une émission monétaire se différencie des autres, la première série de Livineius Regulus. Celle-ci accorde à chaque triumvir un revers différent. Certes, on retrouve, encore une fois, un thème transversal, celui de la légitimité des triumvirs à exercer un empire sur leurs concitoyens, puisque les trois représentations renvoient aux racines mythologiques de leurs gentes.297 Une idée, déjà exprimée dans le protocole complexe qui règlait les pourparlers et l’entrée dans Rome des triumvirs, réapparaît ici : ce régime juxtapose trois partis sans les confondre ; le portrait figuré au droit réaffirme l’identité des contractants comme chefs de parti.

  • 298 La famille d’un de ses partisans semble associée au culte d’Hercule, celle de Manius, rappelée par (...)
  • 299 Hercule n’est pas la seule divinité qu’Antoine ait fait figurer dans son monnayage ; Apollon y tie (...)

81Antoine a choisi comme représentation symbolique de sa faction l’image d’Hercule. Ce dieu est revendiqué comme l’ancêtre de la gens, par le biais d’Anton, son fils, affirmation étayée par l’une de ces étymologies fantaisistes dont les familles de la nobilitas romaine ont le privilège. Hercule est également la divinité protectrice de Tibur, “fief” du triumvir et de nombre de ses partisans. Il n’est pas impossible, d’ailleurs, que sa famille ait eu des responsabilités sacerdotales auprès du sanctuaire d’Hercule vainqueur298. En outre, le choix du héros des douze travaux n’est pas neutre. En accomplissant sa mission, il a débarrassé la terre de fléaux du genre humain. Antoine, à l’instar de son protecteur, se fixe comme devoir de poursuivre et de faire exécuter les assassins de César, afin de restaurer la prospérité299.

82La lutte contre les “Libérateurs” et leurs alliés pompéiens se trouve donc au centre de la propagande monétaire des Antoniens. Leur participation effective aux opérations militaires engagées contre eux confirme l’enracinement césarien du parti d’Antoine à cette époque.

Les Antoniens dans la guerre de Philippes

  • 300 Pour mémoire : la péninsule Ibérique et la Province à Lépide ; le reste des Gaules, à Antoine ; l’ (...)
  • 301 Donc dix légions, les sept dont il disposait avant Bologne, plus les trois légions de Pollio en Ul (...)
  • 302 App., BC, 4.3.
  • 303 Schmitthenner 1958, 47.
  • 304 Cette reconstitution reprend les conclusions de Brunt [1971] 1987, 483-485, Schmitthenner 1958, 44 (...)

83La répartition des provinces et des tâches, décidée lors des négociations de Bologne300, s’accompagne du partage des troupes. Lépide qui dispose, en vertu de ces accords, des légions de la péninsule Ibérique et de la Narbonnaise301, mais qui ne se voit attribuer qu’une mission de surveillance, celle de l’Italie et, en fait, des bases occidentales des triumvirs, doit céder des soldats à ses collègues : trois légions à Octavien, quatre à Antoine, afin que tous deux atteignent le chiffre de vingt légions, stipule Appien302. En fait, il cède sans doute la majeure partie des vétérans césariens qui combattaient dans ses rangs, pour composer le fer de lance de l’armée envoyée en Macédoine303. Cette répartition suppose des échanges. L’armée d’Antoine se composait des légions dont il disposait à son entrée en Narbonnaise : en comptant les trois que venait de lui conduire Ventidius, les corps de troupes débandés, issus des cinq légions de Modène qui ont été refondues probablement en deux légions ; une légion de Ligurie, une d’evocati et la Ve alaudae ; il faut ajouter à ce noyau initial, deux légions récupérées après la défaite de Decimus Brutus et, bien sûr, les six légions de Gaule Chevelue et d’Hispanie, placées initialement sous les ordres de Plancus et de Pollio304. Il céda sans doute à Lépide les légions fraîchement engagées par Pollio et Plancus. Que des échanges soient nécessaires n’implique pas qu’une fusion des armées ou des partis soit envisagée ; il n’y a là qu’une coalition.

  • 305 Plut., Ant., 18.4.
  • 306 C’est l’avis de Ganter 1892, 9, pour 41 et 40.
  • 307 CIL, I, 461 et 478 ; Liv., Per., 125 ; Vell. 2.74.2 ; App., BC, 4.130 ; D.C. 48.4.2 ; Ganter 1892, (...)
  • 308 App., BC, 5.12.
  • 309 Ce que tend à confirmer le fait que, lors de la seconde bataille de Philippes, Octavien, malade, l (...)

84Dion Cassius critique la hâte avec laquelle les triumvirs, à la fin de 43, destituent les magistrats mis en place un mois plus tôt, en l’occurrence les préteurs, et les envoient en mission. À ses yeux, cette décision trahit leur dédain pour les formes traditionnelles du pouvoir à Rome, attitude dont ils donnent des preuves par ailleurs. En réalité, cette précipitation traduit seulement l’urgence de la situation. Le décès des consuls ordinaires et d’autres magistrats, la mise hors la loi des Antoniens, puis celle des amis de Lépide, enfin, la condamnation en vertu de la loi Pedia et la proscription, ont privé l’État de la majeure partie de son encadrement. L’existence, en outre, de commandements parallèles, césarien et républicain, comme ce fut le cas, durant quelques mois, pour la Macédoine, déroute les sujets de Rome. Il importe donc, en Occident au moins, de rendre aux provinces un cadre administratif cohérent, afin de consolider la base arrière des Césariens, d’autant plus qu’elle va se dégarnir de troupes pendant plusieurs mois. Quels sont les Antoniens qui furent chargés des Gaules ? Varius Cotyla demeure en Gaule Chevelue jusqu’à la fin de 43, date à laquelle, logiquement, il a dû obtenir la préture à Rome, en récompense de ses services305. Par la suite, on perd toute trace de lui. La Gaule Chevelue passe alors probablement aux mains de Ventidius Bassus, qui vient de quitter le consulat et se trouve encore en Transalpine l’année suivante306. Lucius Antonius est peut-être le gouverneur de Cisalpine ainsi que peut le suggérer le triomphe ex Alpibus, qu’il célèbre pour inaugurer son consulat, en 41307. Les positions des autres Antoniens, durant l’année 42, ne sont pas très bien connues, mais, quand c’est le cas, elles révèlent la prudence d’Antoine. Munatius Plancus occupe le consulat jusqu’à la fin de l’année, donc la plus haute magistrature, en dehors du triumvirat. Bien que ses pouvoirs soient restreints, il n’apparaît pas comme un fantoche. Certes, il exécute les décisions prises par les triumvirs, mais il n’hésite pas à réprimer les abus engendrés par la proscription. Malgré son infériorité hiérarchique, il fait donc office de contre-poids face à son collègue Lépide. Cependant, cette précaution ne saurait neutraliser complètement cet allié peu fiable, qui contrôle les bases arrières. Antoine laisse à la tête de plusieurs légions Q. Fufius Calenus308, partisan plus sûr que l’ancien gouverneur de Transalpine. Ces gouverneurs et magistrats dotés d’armées surveillent Lépide et compensent le renfort que pourraient lui apporter ses légions provinciales, si d’aventure il oubliait la teneur des accords de Bologne. D’autres Antoniens furent, au contraire, envoyés en mission par anticipation. Decidius Saxa a probablement reçu les insignes de la préture en 43. Dans les premiers jours de 42, il prépare le corps expéditionnaire qu’Antoine, conjointement avec Octavien, envoie en avant-garde en Macédoine. La répartition des responsabilités doit être éclaircie en ce domaine. En effet, l’avant-garde pour la Macédoine se compose de huit légions ; si l’on suit la logique qui préside à l’ensemble des dispositions du triumvirat, cet effectif est prélevé à parts égales dans les armées d’Octavien et de Marc-Antoine. Les deux commandants, donc, appartiennent respectivement à chaque parti. Decidius apparaissant résolument comme un Antonien, il faut admettre que Norbanus représente le jeune César309. Cependant, il convient de noter que ce second commandant a hérité de liens clientélaires assez anciens avec les Antonii ; ce choix, même s’il est l’œuvre d’Octavien, n’a pu que complaire à son collègue. D’ailleurs, une fois en Macédoine, Antoine traite Norbanus exactement comme Saxa et semble donc le considérer comme l’un de ses légats. En tout état de cause, la dualité de commandement n’affecte pas la cohésion du corps expéditionnaire.

  • 310 D.C. 47.35.2.
  • 311 D.C. 47.38.1.

85La participation des Antoniens aux opérations de Macédoine s’avère déterminante. Dans les combats préliminaires, c’est principalement Decidius Saxa qui est à l’honneur. Durant la première phase des opérations, rien ne vient freiner les mouvements de cette petite armée qui, en l’absence de véritable résistance, manœuvre comme à la parade. Elle traverse l’Adriatique, avant qu’un blocus ne soit mis en place par Staius Murcus310, suit la via Egnatia, dépasse le site de Philippes, pénètre dans les zones accidentées de la Thrace, s’empare des passages montagneux – Saxa celui des Sapaiens et Norbanus celui des Corpilli – puis choisit tranquillement la position la plus favorable pour attendre les renforts. À ce moment, leurs adversaires en sont encore à rassembler des forces de l’autre côté de l’Égée. Le rideau de troupes que Brutus a laissé en Macédoine ne permet pas de chasser les huit légions du sol de la province. Jusque là, la mission des deux légats apparaît raisonnable et limitée. Il s’agit de s’implanter solidement sur le terrain, afin que le gros des troupes débarque sans encombre, et soit à pied d’œuvre rapidement. Le contrôle du principal axe de communication de la province, la via Egnatia, s’avère le complément indispensable de ce dispositif, puisqu’elle les relie aux renforts venus d’Italie. Le choix d’un site aussi distant de la péninsule s’explique par trois mobiles essentiels : la volonté de repousser aux limites de la province les Libérateurs, dont le centre de gravité s’est déplacé vers l’Asie et, donc, de leur interdire l’entrée de la Macédoine ; la crainte, en restant près des côtes de l’Adriatique, d’être pris à revers par Sextus Pompée311 ; l’espoir, peut-être, de recevoir de l’aide de Rhascus, le roi thrace.

  • 312 App., BC, 4.102.
  • 313 App., BC, 4.103.
  • 314 App., BC, 4.104-105.
  • 315 D.C. 47.36.1. Ces opérations confuses ont donné lieu à de multiples tentatives de localisation. Co (...)
  • 316 Appien, BC, 4.107-108 et Dion Cassius, 47.37.5 sq., font une analyse identique des inconvénients d (...)
  • 317 App., BC, 4.107.
  • 318 Surtout avec l’arrivée des renforts de Turullius, App., BC, 5.2.

86Le premier face à face avec les libérateurs se déroule dans les cols de Thrace, situés à 150 stades à l’est de Philippes et qui défendent l’entrée de la Macédoine, au nord de Maronée. Il se conclut sur un résultat nul. Cassius parvient à faire croire à Norbanus qu’il est parvenu à tourner ses positions. Saxa accourt à l’aide de son collègue et abandonne la passe des Sapaiens, dont s’empare immédiatement Brutus312. S’apercevant du stratagème, les deux légats des triumvirs fortifient le second col et le rendent inexpugnable313. Rhascupolis, l’allié thrace de Brutus et de Cassius, frère ennemi de Rhascus, trouve la solution, en faisant emprunter à un corps expéditionnaire une route périlleuse à travers le massif boisé. Mais Rhascus, devinant la manœuvre de contournement, avertit Norbanus et Saxa, qui se replient sur Amphipolis à la faveur de la nuit314. À vrai dire, la situation des deux hommes se détériore parce que la flotte de Staius bloquant le passage des légions d’Antoine, les renforts tardent. Ils ne peuvent empêcher que leurs adversaires prennent position sur les hauteurs qui dominent Philippes, le mont Symbolon315. Lorsqu’Antoine arrive, il est soulagé de voir que ses lieutenants lui ont conservé Amphipolis, nœud de communication vital pour ses troupes, mais il ne peut que constater à quel point l’affaire est mal engagée à Philippes. Ses ennemis ne lui ont laissé aucun site de campement correct, la plaine marécageuse ne se prêtant pas à une installation trop longue. De plus, il n’a derrière lui aucun arrière-pays sur lequel il puisse s’appuyer, alors que les Libérateurs, solidement implantés à Thasos, se réapprovisionnent sans peine, par voie maritime. La phase préparatoire se termine donc à la confusion des Antoniens et de leurs alliés césariens316. Faut-il incriminer Norbanus et Saxa ? Avec leurs huit légions ils ne pouvaient pas durablement tenir en échec les dix-neuf légions adverses, tout au plus espérer les arrêter plus longtemps dans les passages escarpés à l’est de Philippes. La véritable cause de ce revers réside dans l’efficace blocus de l’Adriatique, qui retarde, puis arrête, toute communication avec l’Italie. Cassius le comprend bien et choisit de se priver d’une part importante de sa flotte pour le rendre totalement imperméable. Cn. Domitius Ahenobarbus rejoint alors Staius Murcus317. Désormais, les deux triumvirs ont le dos au mur, aucun renfort ne leur parvient plus. Cette partie du dispositif des Libérateurs, secondaire au début, s’avère, en réalité, la plus solide, puisqu’elle survit plus d’un an à la défaite de Philippes318.

  • 319 App., BC, 4.107.

87Un autre Antonien, Pinarius, probablement Pinarius Scarpus, dont c’est la première mission connue, doit garder Amphipolis avec une légion ; comme ce relais de la via Egnatia est considéré par Antoine comme sa base arrière, cela montre la confiance qu’il témoigne déjà à ce légat319.

  • 320 Puisqu’Antoine lui confie le gouvernement de la Macédoine, dès la fin des opérations militaires, P (...)
  • 321 Il rentre en Italie, à la suite d’un différend avec Antoine, en 41, App., BC, 5.31 ; c’est l’indic (...)
  • 322 Il est chargé, semble-t-il, de la fondation de la colonie de Philippes, Grant [1946] 1969, 274.
  • 323 App., BC, 4.49.
  • 324 Sur la question des effectifs engagés à Philippes et des pertes enregistrées, il faut se référer à (...)
  • 325 D.C. 47.48.3.
  • 326 D.C. 47.48.1 ; Cassius rencontre des difficultés auprès des troupes de recrutement indigène, qui s (...)
  • 327 Il suit tardivement le conseil que lui donnait Cicéron au printemps, ad Brut., 1.2a. 2. ; Plut., B (...)

88Dans la suite des opérations, les lieutenants s’effacent au profit des initiatives d’Antoine, aussi est-il délicat de savoir lesquels de ses partisans ont participé aux deux engagements. La présence de L. Marcius Censorinus320, Barbatius Pollio321, Q. Paquius Rufus322, est assurée : ils demeurent en Grèce durant les mois qui suivent. Barbula a également combattu, puisqu’il a reçu une part du butin, avec Lollius pour esclave323. Pour les autres on reste réduit aux suppositions. La plupart des subordonnés qui le servirent dans les années suivantes, Canidius Crassus, Asinius Pollio, C. Sosius, étaient sans doute là, car on ne voit guère dans quelles autres circonstances Antoine aurait pu juger de leurs aptitudes militaires. De plus, le rassemblement de vingt-et-une ou vingt-deux légions324 exigeant un encadrement fort lourd, la majeure partie des Antoniens doit donc être employée. Quant aux prisonniers antoniens exécutés par Brutus après les premières défections, on ignore leur identité325. La raison même de leur condamnation n’est pas claire. Cependant, Appien et Dion soulignent les difficultés grandissantes que rencontrent Cassius, puis Brutus326, pour tenir leurs troupes, et particulièrement leurs officiers, mécontents de la stratégie adoptée. Une partie de ces cadres provient des légions césariennes de Macédoine, d’Illyrie et d’Orient ; Brutus peut craindre une fraternisation avec leurs collègues captifs. Dans le même esprit, au début de l’été, il a donné l’ordre d’exécuter C. Antonius327.

89Les vétérans et l’armée des provinces constituaient stratégiquement la part déterminante de l’héritage césarien. Les Antoniens menèrent une active campagne de captation. Elle fut orchestrée par d’anciens cadres de l’armée de César, Cafo, Saxa, Nucula, Barbatius Pollio, Ventidius. L’enjeu essentiel était celui de la colonisation : la mort de César provoqua une amplification du phénomène. La création de la troisième décurie des juges offrait aux cadres de l’armée une nouvelle voie d’accès à l’ordre équestre par la judicature. La législation fut mise au service de l’accroissement des soutiens de la faction. Antoine avait donc utilisé les institutions pour élargir sa clientèle aux dimensions d’un véritable parti en faisant de rois-clients et de peuples entiers, les Siciliens par exemple, ses obligés. Comices et commissions agraires constituaient donc les deux armes principales pour en établir les soubassements. Le véritable directeur de ces deux politiques était L. Antonius. Cela suffit à expliquer que Cicéron, dans les Philippiques, ait fait de lui sa cible de prédilection.

90Mais la vengeance de César était également un des mots d’ordre politiques, qui ralliaient aussi bien les familiers de l’ancien dictateur et les chefs césariens que les vétérans. Pour ces derniers, la lutte contre les meurtriers impliquait la reprise de la guerre. Elle leur rendait une place que la paix menaçait. Cependant, Antoine ne pouvait assumer la rupture que cela imposait. Il était contraint de biaiser. Il délégua donc à ses partisans le soin de mener une action en ce sens. Les jeux, à la fois célébration de culte, exaltation des triomphes et réjouissance publique, constituèrent une des occasions privilégiées d’exalter la mémoire du défunt. Les Antoniens s’impliquèrent ainsi dans la préparation des jeux prétoriens, de la fête de Palès, des jeux en la mémoire de César. Ces gestes parurent insuffisants à ceux qui espéraient la revanche et excessifs à leurs adversaires.

91Cependant Antoine ne parvint pas à rallier la totalité de la mouvance et des forces césariennes. Politiquement, sa position centrale l’avait contraint à lutter à la fois contre les Républicains et contre les Césariens extrémistes. Les armées de Modène représentaient la coalition des tendances qu’il n’a su capter. Mais celle-ci ne profita pas de sa victoire car elle portait en elle, trop de contradictions et Antoine était, d’ores et déjà, trop puissant pour être abattu. Le parti antonien existait : il ne représentait pas une majorité du sénat, ni la totalité du parti césarien, mais il disposait d’une réserve suffisante pour surmonter un revers militaire.

92La formation du triumvirat modifia radicalement les données du problème. Les Antoniens retrouvèrent une place au sein de la tendance césarienne, mais il s’agissait d’une coalition, dans laquelle les différents partis restaient distincts, alors que leurs troupes étaient confondues. Cela conduit à s’interroger sur les rapports entre légions et partis. Sans armée, une faction n’exerce aucune influence. Aussi l’élite politique s’employait à séduire cette force, par une législation appropriée et, surtout, par des avantages économiques. Les légions étaient alors acquises au plus offrant, échangées entre les triumvirs, ou invitées à déserter. Cependant, elles ne furent pas des instruments passifs. Dans plusieurs cas, elles pesèrent sur les décisions de leurs chefs : lorsqu’Antoine et Lépide firent leur jonction, lors des accords de Bologne, quand le sénat entreprit d’envoyer les légions d’Octavien contre celles des Gaules. On peut objecter que les revendications des soldats ne faisaient que relayer les volontés de leurs maîtres, qui usaient de ce procédé pour qu’on leur imposât une mesure qu’ils avaient secrètement arrêtée. C’est partiellement exact. Mais, les mutineries, les relations parfois conflictuelles entre les légats et leurs troupes, montrent que l’encadrement ne maîtrisait pas totalement les volontés de celles-ci. Certaines légions manifestèrent un attachement durable à un triumvir ou à l’un de ses lieutenants. C’est le cas de la dixième légion, pour Antoine et aussi des légions qui suivirent Ventidius, envers et contre tout, dans les Apennins. Cette tendance se confirme dans la période suivante : parmi les légions qu’Octavien récupéra, à la mort de C. Fufius Calenus, il en est qui étaient antoniennes et le demeurèrent malgré le changement de chef. Elles obligèrent même le chef à changer de parti. En dépit d’un recrutement de plus en plus hétérogène, celles-ci avaient conscience de représenter le corps civique, et même sa part la plus utile. À ce titre, les légionnaires faisaient valoir leur opinion et adhéraient à une cause, pour des raisons qui n’étaient pas exclusivement économiques. Les armées n’étaient donc pas un corps étranger et apolitique ; elles formaient un élément des partis triumviraux et du parti antonien, notamment.

93La hiérarchie de ce parti se trouva modifiée, par la guerre civile. Antoine promut ceux qui l’avaient aidé dans l’adversité : Ventidius Bassus, L. Antonius et C. Fufius Calenus, soit en conférant des magistratures et des sacerdoces, soit en confiant des missions ou des commandements importants. Il sut aussi satisfaire largement les ambitieux qu’il avait ralliés, comme Plancus. L’élite du parti antonien se dessine alors, pour la première fois, avec une certaine précision. Elle est constituée essentiellement d’anciens Césariens qui avaient fait leur preuve dans l’entourage du dictateur, dans les campagnes de Gaule ou des guerres civiles. Ce n’étaient pas des nobiles. Ils appartenaient donc à la vague montante du régime précédent et continuèrent à occuper des places de premier plan jusqu’au milieu de la décennie suivante.

94Les Antoniens avaient été condamnés par une faction dominant le sénat ; la répression qui suivit leur victoire fut violente. Il reste difficile d’indiquer avec certitude la part que les Antoniens y ont pris. Ils ont inscrit, en tête des listes, des parents qui s’étaient opposés à eux, des ennemis politiques et quelques partisans qui furent victimes de tractations entre les triumvirs. Mais, dans cette dernière catégorie, on ne peut avancer que très peu de noms. La proscription permit de récompenser, avec les dépouilles des adversaires, quelques Antoniens qui avaient été très exposés aux attaques de Cicéron et de ses alliés, comme Volumnius, Fulvia et, peut-être, Faberius. Par ailleurs, la proscription était ouverte, elle donnait la liberté de radier des listes, pour des raisons personnelles ou politiques, des personnages que l’on désirait excepter. Le parti Antonien gagna de plus grand bénéfices en pardonnant qu’en condamnant. Le ralliement d’Atticus et de son cercle en constitue le meilleur exemple. L’union sacrée des Césariens fut pleinement réalisée lors qu’ils firent enfin campagne contre les “Libérateurs”. Cet engagement fut appuyé par un assaut de propagande, héroïsant César. Les Antoniens y participèrent, ainsi qu’en témoigne la lex Rufrena. La victoire de Philippes scelle la fin d’une époque pour le parti antonien. Jusqu’à la mort de Brutus et le suicide des principaux “Tyrannicides”, la vengeance représentait la raison d’être du triumvirat et le seul thème fédérateur, qui unissait aussi bien les sénateurs que les vétérans, les amis de Lépide ou d’Octavien et ceux d’Antoine. Désormais, les conflits d’ambitions opposent des hommes qui ont des raisons légitimes de revendiquer l’héritage de César. Le clivage entre les partis s’atténue ; en l’absence d’hostilité tranchée, le changement de camp devient plus anodin, donc plus fréquent. L’échiquier politique se modifie : le nouvel impératif est de récupérer les forces républicaines et de faire passer l’Orient sous l’autorité du triumvirat. C’est la mission que se réserve Antoine et à laquelle il emploie ses partisans, dès la fin de 42.

Notes

1 Cic., Fam. 12.23.3, 10 octobre 44 à Cornificius ; Cic., Phil., 4.4, trad. Wuilleumier 1959, 193.

2 En Syrie, Q. Caecilius Bassus est assiégé par les légions césariennes dans Apamée, Cic., Fam., 11.1.4 ; Att., 14.9.3. En Hispanie, Sex. Pompée menait une guérilla active contre Carrinas, puis contre Asinius Pollio, Cic., Att., 12.37a ; 12.4-3 ; Fam., 11.1.4 ; Att., 14.13.2 ; D.C. 45.10. Bien qu’elles soient secondaires, Syme [1939] 1967, 103-104, ces opérations prennent de l’importance avec la mort du dictateur. Il faut noter, en outre, que la résistance pompéienne en Espagne n’a pu être éradiquée que par un accord de paix.

3 App., BC, 2.141. Dans son discours, Brutus établit une distinction entre la colonisation juste, celle qu’il compte pratiquer, et l’injuste, imposée par la violence. Au sujet du recrutement effectué par Octavien en Campanie App., BC, 3.40.

4 Les commandants de légions pratiquent couramment le panachage entre les evocati et les nouvelles recrues ; Brunt [1971] 1987 481 et n. 7.

5 La réaction des vétérans à l’égard de Cornelius Cinna le montre bien App., BC, 2.126.

6 Scuderi 1978, 117-137 ; Chamoux 1986a, 295-296.

7 Plut., Ant., 3.1-11 ; Jos., AJ, 14.82-97.

8 Cæs., Gal., 7.81.

9 Cæs., Hirtius, Gal., 8.2.

10 Cæs., Hirtius, Gal., 8.46-48.

11 Cæs., Gal., 7.38 ; 8.46.

12 Cæs., Civ, 3.24-30 ; Plut., Ant., 7.1 ; 7.2.6 ; App., BC, 1.59.

13 Plut., Ant., 8.2-3.

14 Cic., Phil., 8.26 ; Saxa a fait campagne en Espagne sous les ordres de César, en 49, à Ilerda, Cæs., Civ., 66.3.

15 Gel. 35.4.3

16 Cic., Att., 13.52 ; Phil., 13.3.

17 Dont la carrière est exemplaire : de 56, Cæs., Gal., 3.5.2, à 48, Cæs., Civ., 3.60.4, il poursuit son ascension dans l’armée césarienne.

18 Il participe à la bataille de Munda : Flor., Epit., 2.13.86 ; D.C. 43.40.20 ; Oros. 6.16.9.

19 En 48, il est légat en Etolie, puis en Achaïe, Cæs., Civ., 3.19.3.

20 Il sert César en Macédoine en 49-48 Vell. 2.51 ; Cæs., Civ., 19.3.

21 Caius et Publius, firent campagne en Afrique, B. Afr., 9.1 ; 10.1.

22 Comme Cassius Barba, ils appartiennent à la garde armée d’Antoine, Cic., Phil., 4.18 et Appien précise que celle-ci était composée exclusivement d’anciens soldats des Gaules et de la guerre civile, BC, 3.19.5.

23 La première démobilisation importante a lieu en Afrique, D.C. 43.14.2. Une grande partie demeure cependant sous les armes, 43.18.4-5 avant le quadruple triomphe de César, 43.19.1.

24 Keppie 1983, 50.

25 Keppie 1983, 58.

26 Keppie 1983, 56 et 58.

27 Suet., Tib., 4.1. C’est Tiberius Claudius Nero qui déduisit les colonies d’Arles et de Narbonne ; pour les difficultés que rencontrent les vétérans de la VIe légion, voir Cic., Phil., 8. 18. Keppie 1983, 50.

28 Cic., Phil., 2.102.

29 App., BC, 2.135.

30 L’implantation d’une colonie de vétérans en Epire, à Buthrote, avait été décidée par César en avril 46. Le dictateur était revenu sur sa décision, probablement en septembre 45, Beaujeu 1988, 290, sous la pression d’Atticus et de Cicéron, sur les liens de clientèle entre Buthrote et Cicéron, voir E. Deniaux 1988, 143-164. La mort du dictateur complique l’affaire. Sa solution dépend de Plotius Plancus, puis, à partir du début du mois de juin, de la commission septemvirale. L’intérêt de ce dossier de correspondance réside dans ce qu’il prouve que la commission présidée par les consuls a repris à son compte toutes les questions pendantes. Cela explique la difficulté que l’on éprouve à distinguer les décisions césariennes des mesures antoniennes.

31 Keppie 1983, 51.

32 Sur ce voyage, Cic., Phil., 2.100-107 et Grattarola 1990, 35 sq.

33 Cic., Phil., 2.100 et 102. Cicéron concède à Antoine qu’il l’a consulté à propos de Capoue ; il a aussi pris l’avis de Piso, ancien duumvir de la colonie.

34 Cic., Phil., 2.102.

35 Cic., Phil., 2.106.

36 Cic., Phil., 2.101 ; 8.26 : sur Hippias, Phil., 2.62-63, le mime Sergius, 2.62 ; Volumnia Cytheris, 2.20 ; 58 ; 61 ; 69 ; 77. Ces trois personnages ne sont pas nommément désignés comme les bénéficiaires de terres publiques, mais Cicéron sous-entend qu’ils ont bénéficié des largesses d’Antoine en général.

37 Cic., Phil., 8.9 ; 26 ; 10.22 ; 11.12.

38 Cic., Phil., 2.108.

39 Cic., Phil., 5.18.

40 Cette information peut être aisément déduite d’une lettre où Cicéron relate à Atticus la visite de César, Cic., Att., 13.52 ; Cicéron s’inquiète de l’importance de la garde et du moyen de la loger ; Cassius Barba le tire d’embarras. Cicéron apprend à son correspondant que le dictateur voyage entouré de 2 000 soldats. Il s’agit manifestement de vétérans en cours d’installation, puisque cette tournée hivernale a pour but de lotir ceux de la VIIe légion, Keppie 1983, 50.

41 Cette légion fut une des premières de la guerre des Gaules, puisque César l’a trouve constituée en Cisalpine, en 58. Elle fut commandée, en 55, par Q. Pedius et hiverna avec P. Sulpicius Rufus ; en 54, elle fut sous les ordres de L. Munatius Plancus.

42 CIL, V, 54.

43 CIL, XIV, 3615, patron de Carthage.

44 App., BC, 2.135.

45 Celles-ci illustraient la gratitude des représentants des trente-cinq tribus, des chevaliers, des tribuns ayant servi deux ans dans les armées de César et d’un groupe de financiers romains ; il n’y a, à l’exception des tribuns, aucun vétéran dans ces catégories, pas plus que de citoyens nécessiteux.

46 Cic., Phil., 13.5.

47 Keppie 1983, 50.

48 Keppie 1983, 57.

49 La Campanie mise à part, les autres lieux d’installation demeurent hypothétiques. En Campanie, plusieurs territoires de cités sont concernés, outre Calatia et Casilinum, Cales, Teanum ; il n’existe aucune preuve d’une refondation à Capoue, Keppie 1983, 57 ; Cicéron ne mentionne qu’un prélèvement sur son territoire et non une refondation, Phil., 2.102. Peut-être y eut-il une fondation non loin de Pouzzoles ? César y séjourne en décembre 45 et Cafo, ainsi que Saxa, s’y sont livrés à leurs activités, Phil., 8.9 auxquelles Barbatius Pollio est peut-être également mêlé.

50 Cic., Phil., 11.37.

51 P. Ventidius est absent de Rome depuis juillet 44 puisque, le 8 juillet, Cicéron répond à Atticus, “De Ventidio ‘panikon’ puto”, allusion à une rumeur selon laquelle Ventidius léverait des troupes. On peut cependant déduire de ces incertitudes que cet ancien officier de César était en mission loin de Rome, mais en Italie, auprès des soldats. L’hypothèse la plus probable reste qu’il surveillait alors des opérations de colonisation, peut-être en Campanie, où il lève des troupes en premier, ou dans le Picenum, dont il est originaire, App., BC, 3.66.

52 Cic., Phil., 13.26.

53 Caesennius Lento fut un des septemvirs agris dividundis, Cic., Phil., 13.26. Par ailleurs, Cicéron nous apprend qu’il se trouve sans doute en Etrurie en février 43. Comme il le cite sur le même plan que Ventidius, Phil., 13.23, on peut supposer qu’il levait aussi des troupes.

54 Tous deux sont d’anciens Césariens et probablement issus des légions., Cic., Phil., 13.9.

55 Cic., Fam., 10.33.4. Schmidt 1892b, 186-188 suppose que le texte de la lettre ne renvoie pas à un légat nommé P. Bagiennus, mais qu’il fait allusion à une légion recrutée dans le pagus Bagiennorum. Sur le recrutement de légions indigènes, Brunt [1971] 1987, 181.

56 App., BC., 5.31. En fait, cette anecdote révèle sans doute que Barbatius a procédé, aux côtés de Barba, à une déduction en Campanie ; il n’est cité qu’une fois par Cicéron, en relation, précisément, avec Barba qui, on le sait, a accompagné César, lorsqu’il veilla à l’installation de la VIIe légion à Calatia. En 41, Barbatius, brouillé avec Antoine, rentre chez lui, en Italie. Or, il semble être d’origine campanienne, la gens Barbatia est bien attestée, au début de l’empire dans la région de Pouzzoles, AE, 1982, 188. Les vétérans de cette région, sollicités par Munatius Plancus et, peut-être, Fulvie, qui recrutent alors, demandèrent conseil à Barbatius, soit en tant que voisin, soit en tant que patron.

57 Keppie 1983, 53, pense que si Octavien tente de recruter la VIIe, ce n’était pas pour son renom, nic. Dam, Fg 130, mais parce que la VIIIe penchait pour Antoine.

58 App., BC, 5.14.

59 Cic., Phil., 1.18 ; 5.12.

60 App., BC, 3.5.

61 Cic., Phil., 2.108.

62 Keppie 1983, 52-53.

63 Cic., Phil., 2.8.

64 App., BC, 3.5, des décorations notamment.

65 App., BC, 3.29.

66 App., BC, 3.33-39.

67 Une lutte tout aussi serrée s’engage entre eux pour prendre le contrôle des légions rapatriées de Macédoine vers la Cisalpine.

68 D.C. 45.9.2.

69 Initialement, César avait réservé cette province à Brutus pour 43 : elle constituait sans doute une base arrière pour les campagnes orientales, aussi bien contre les Illyriens que contre les Parthes. Cela explique la concentration exceptionnelle, mais provisoire, de légions en cet endroit : six légions en Macédoine, trois en Illyricum. Pour Antoine, il n’est pas question de laisser un pareille force entre les mains de ses ennemis, de plus elles constituent la seule armée qu’il puisse rapatrier rapidement en Italie sans pour autant dégarnir une zone sensible. Il parvient à ses fins à la suite d’opérations complexes. Si l’on suit Appien, il aurait fait courir le bruit que des troubles importants, provoqués par le déferlement de hordes gètes dans la province, justifieraient l’intervention du consul. Le commandement obtenu, la commission d’enquête, envoyée par le Sénat et, peut-être inspirée par le consul, révèle qu’aucune invasion n’a eu lieu, mais que des menaces pèsent tout de même sur la région, App., BC, 3.25. Malheureusement, Cicéron ne souffle mot de cet épisode délicat à élucider. Il n’en reste pas moins que, dans les années suivantes, l’Illyrie et la Macédoine furent ébranlées par des invasions dont témoigne l’épigraphie. Les rumeurs qui parvinrent à Rome n’étaient peut-être pas infondées.

70 Il ne lui reste, en effet, qu’à obtenir une permutation des provinces, entre la Macédoine et la Gaule Cisalpine, afin d’avoir le droit de conduire une partie des légions en Italie. Le procédé étant un peu trop grossier, le Sénat regimbe et la loi passe devant les comices, dans le cortège des mesures populaires appuyées par les vétérans et peut-être aussi par Octavien, ce qui lui assure un total succès, App., BC, 3.30 ; D.C. 45.9.3-4.

71 Cic., Phil., 3.24, trad. Wuilleumier 1959, 178.

72 Sextius est maintenu à son poste ; Calvisius espère bien retrouver le sien pour faire échec à son rival et successeur, Q. Cornificius, trop proche des Républicains au goût d’Antoine. Calvisius a laissé sur place ses tribuns et n’est retourné à Rome qu’avec son principal légat, Statilius Taurus.

73 Le maintien de P. Vatinius s’impose de fait. Il n’est pas certain qu’Antoine n’ait pas prévu initialement son remplacement, étant donné qu’il occupait alors son poste depuis deux ans ; mais l’annulation des acta d’Antoine explique qu’il demeure en Illyrie.

74 En fait, restent à pourvoir, la Sardaigne avec une légion, la Bithynie, alors aux mains de Tillius Cimber, l’un des Césaricides, l’Asie, qu’occupent les “Libérateurs”, la Cilicie, l’Achaïe. Ce sont donc ces provinces qui ont été alors réparties, en plus de l’Hispanie Ultérieure et peut-être de l’Illyrie, Brunt [1971] 1987, 483.

75 La détermination de leur camp dépend de l’explication que l’on donne de la boutade de Cicéron : “Non habeo quid suspicer : duarum credo provinciarum sortes divinas fuisse.” Or, l’Hispanie n’est pas une province négligeable et la Sicile semble susciter l’intérêt d’Antoine. Faut-il donc entendre que, dans ce cas, le tirage au sort n’a pas favorisé des partisans du consul pour des postes qu’il jugeait importants ?

76 Du moins partiellement, Cic., Phil., 1.24 ; 2.97.

77 Cic., Phil., 5.13 ; 8.27. Il était originaire de Gortyne mais citoyen romain, puisque le consul lui a permis de siéger dans la troisième décurie des juges ; Tzamtis 1998, 551-556.

78 Cic., Att., 14.12.1.

79 Sur le nombre de ses légions les avis divergent. Appien atteste à deux reprises, BC, 3.46 et 3.97 que Pollio avait deux légions auprès de lui. Syme [1939] 1967, 175, en reste, donc, à l’hypothèse de deux légions seulement. Mais, à l’été 43, quand Pollio fait sa jonction avec Lépide et Antoine, il en a presque certainement laissé une dans sa province. Leur numérotation, XXVIIIe et XXXe, laisse penser qu’il en possédait trois au départ, Cic., Fam., 10.32. André 1949, 18 et Brunt [1971] 1987, 479, tiennent pour probable que Pollio commandait trois légions, avant son ralliement à Antoine.

80 La guerre terminée, l’Ultérieure perdait beaucoup de son intérêt stratégique. Sur les difficultés de Pollio face à la résistance des fidèles des Pompeii, Vell. 2.73.2 et D.C. 45.10.3.

81 C’est ce que l’on peut déduire de la bataille que dut mener le gouverneur de l’Ultérieure pour conserver la XXXe légion, Fam., 10.31.5, puisqu’il est impossible que cette requête lui soit venue des consuls de 43, qui ont formulé une demande très générale, un mois plus tôt. La lettre suivante informe Cicéron que l’on a tenté de corrompre aussi la XXVIIIe légion.

82 Pollio reconnaît, dans cette même lettre, adressée, il est vrai, à Cicéron, que son attachement à César est d’ordre particulier : Fam., 10.31.3 : “Caesarem vero, quod me in tanta fortuna modo cognitum vetustissimorum familiarium loco habuit, dilexi summa cum pietate et fide”. En réalité, sa position paraît très ambiguë, sa fidélité à César semble très forte, Vell. 2.63.3, ses positions par la suite ne laissent aucun doute là-dessus et, dans une lettre suivante, 10.33, il rappelle son amitié pour Antoine.

83 Cic., Fam., 10.32. Il a tenté de convertir la XXVIIIe légion à la cause antonienne ; puis s’est embarqué vers les états de Bogud, avec la solde des légions et une partie des impôts levés dans la province.

84 En fait, Pollio montre à Cicéron que Lépide peut bloquer toutes les communications s’il le désire ; d’ailleurs il l’a complètement isolé de l’Italie, Fam., 10.31.5. S’il est vrai que Pollio excuse ainsi son immobilité, le simple bon sens montre qu’il n’exagère pas.

85 Il est bien sûr délicat de chercher des renseignements très précis chez Cicéron, qui a tout intérêt à exagérer l’hostilité de ses collègues à l’égard d’Antoine ; cependant, il ne place pas tous ceux qui ont renoncé à leur commandement sur le même plan. Il y a d’abord les Antoniens repentis, L. Lentulus Cruscellio, M. Pupius Piso, M. Vehilius ; ensuite ceux qui semblent neutres, P. Naso “dépourvu de toute partialité”, 3.25, ou favorables à Octavien, comme Philippus ; des Républicains proches des “Libérateurs”, tels que Cinna, C. Turranius, Sp. Oppius, C. Cestius.

86 D.C. 46.22.5.

87 Antoine l’a chargé d’annoncer aux légions que la Macédoine lui avait été attribuée, puis lui ordonne de ramener ces légions en Italie, une fois la permutation des provinces obtenue, App., BC, 3.25 ; 27-28.

88 App., BC, 3.43.

89 App., BC, 3.31 ; 40.

90 Antoine accuse ses hommes de ne pas lui avoir livré les émissaires d’Octave et demande aux tribuns de dénoncer les séditieux, qu’il décime pour l’exemple, ce qui exacerbe la colère des troupes, App., BC, 3.43.

91 Ibid., 3.44 : “biblia polla tote malista”.

92 De Blois 1992, 121.

93 Cic., Phil., 3.7 ; 5.52, où l’orateur propose qu’en récompense le Sénat l’autorise à briguer les magistratures trois ans avant l’âge normal.

94 Cic., Phil., 2.26. L’enjeu restait considérable, malgré le départ de l’essentiel des légions de la Macédoine même. Outre les soldats de Vatinius, qui constituent la cible de tous les camps, il est possible de compter sur le réengagement des vétérans de la colonie de Cassandreïa, qui vient d’être déduite par Hortensius, mais aussi de ceux des colonies voisines de Buthrote et des établissements de l’Achaïe, Corinthe et Dymè.

95 Cic., Phil., 7.16 et 10.9-13 ; d’où il ressort qu’il s’y est rendu après l’annulation du tirage du 28 novembre.

96 Les sources antiques donnent des versions légèrement différentes des opérations, mais toutes convergent pour présenter ainsi les choses : si l’on suit Cicéron Phil. 10.9-13, C. Antonius arrive à Dyrrachium, puis prend le commandement des légions d’Illyrie et se livre au pillage dans la région ; à ce moment-là, le 15 février 43, il se trouve à Apollonie et sur le point de tomber entre les mains de Brutus. En mars, il dispose encore de plusieurs cohortes et de cavalerie, détient des garnisons à Byllis et Amantia et, bien sûr, se maintient à Apollonie, 11.26. Cependant, l’essentiel des forces de la province est passé aux mains des “Libérateurs” depuis février, 10.7. Le 20 mars, le Sénat apprend que le frère d’Antoine est prisonnier, 13.30. Pour sa part, Dion ne précise pas le périple qu’a suivi C. Antonius à partir de son débarquement ; il indique simplement qu’il est pris à la suite du siège d’Apollonie, et qu’il tombe vivant entre les mains de Brutus. Ce dernier a récupéré les troupes de P. Vatinius, qui se sont rendues à lui à la suite d’une traitrise, 47.21. Plutarque suit à peu près le récit de Cicéron, mais précise que c’est à la suite d’un combat non loin de Byllis que Caius est contraint à se rendre, Brut., 25.3-4 et 26.3-7. Appien confirme cette version, BC, 3.101.

97 Il a été légat de César en Gaule de 58 à 56, à nouveau en 51, puis, durant la guerre civile, en 48, en Illyrie précisément, Broughton MRR 2, 199 ; 282-283.

98 Il fut acclamé imperator et le Sénat décréta des supplications en son honneur, Cic., Fam., 5.10b. 11 ; Phil., 10.13.

99 Il n’était personne qui ne parut meilleur à Vatinius chez qui la laideur le disputait à la turpitude morale, au point que son âme semblait enfermée dans une demeure tout à fait digne d’elle Vell. 2.69, trad. Hellegouarc’h, 1982, 77. Les soldats le méprisaient et l’abandonnèrent parce qu’il était malade, D.C. 47.21.6-7.

100 D.C. 47.21.5.

101 Flor., Epit., 2.13.31-32.

102 Au contraire, il semble fort impopulaire si l’on en juge par la lettre dans laquelle Brutus exprime à Cicéron la crainte que quelque élément incontrôlable ne supprime ce précieux otage, Cic., ad Brut., 2.3.2.

103 Parmi eux, un certain L. Piso, legatus Antoni, sans doute apparenté étroitement au consulaire allié à Antoine, Cic., Phil., 10.13.

104 App., BC, 3.101 ; D.C. 47.23.2-4 et 24.1.

105 Cic., Fam., 11.19.2 ; Sartori 1996, 406-407. Les vernae seraient d’après lui les ruraux de la cité, de composante vénète opposés aux élites urbaines romanisées. Les premiers espèrent que le changement de statut de leur province, promis par César, leur donnera la citoyenneté, que possèdent déjà les seconds, d’opinion plus conservatrice. Comme au temps de la guerre sociale et de la première guerre civile, le choix entre les partis romains se décide en fonction des lignes de fracture locales, qui reposent souvent sur des différences sociologiques ou des divergences d’intérêt.

106 App., BC, 3.65-70. Ce récit est partiellement confirmé par Galba, Fam., 10.30 qui, pour le camp adverse, montre bien que la legio Martia et la cohorte prétorienne d’Octavien ont engagé le combat sans en avoir reçu l’ordre.

107 Cic., Phil., 13.26.

108 Ibid., 13.3 ; le 20 mars 43.

109 C’est ce que l’on peut déduire de la XIIIe Philippique, où Cicéron indique qu’il est revenu d’exil, les armes à la main, donc dans l’armée de César.

110 Cic., Phil., 14.8-9.

111 Cic., Phil., 13.27.

112 Volusenus a droit aux honneurs de la XIVe Philippique, aux côtés de Ventidius, du moins dans certains manuscrits ; quant à Insteius, l’orateur révèle qu’il se trouve dans le Picenum au moment où le “muletier” opère ses recrutements.

113 Le numéro des légions engagées nous est donné par Ser. Sulpicius Galba, dans la relation qu’il fait à Cicéron, et donc au Sénat, de ce combat acharné, Fam., 10.30.1. Son estimation des victimes antoniennes – les légions du Sénat auraient capturé la totalité des enseignes manipulaires d’Antoine, soixante, Fam., 10.30.5 – paraît, de ce fait, exagérée. Appien évalue les pertes à la moitié des effectifs des deux camps, BC, 3.70. Les morts sont nombreux du côté de Pansa et d’Octavien durant la première partie de la bataille, lorsqu’Antoine conserve l’initiative ; mais, dans la soirée, l’arrivée d’Hirtius, Fam., 10.30.4 ; BC, 3.70 provoque un retournement de situation au cours duquel l’attaquant perd une grande partie de ses cohortes de vétérans, Fam., 10.30, 5. En revanche, son fer de lance, la cavalerie mauresque, semble pratiquement intacte, Fam., 10.30.4.

114 Pour les circonstances des deux batailles, voir, en dernier lieu, la synthèse de Manfredi 1989, 338-342, principalement 340-342, sur le site des campements. Des balles de frondes antoniennes ont été retouvées, près du pont de Sant’Ambrogio ; l’une porte l’inscription “M ANTO”, l’autre “L II/LIV”. Cette dernière mention soulève une difficulté : elle associe deux légions qui combattent dans ce secteur, mais dans des camps opposés, puisque la IVe a fait défection à Alba Fucens, tandis que la IIe demeure aux ordres d’Antoine. Trois solutions peuvent être proposées : soit Antoine a renuméroté ses légions, ce qui paraît, tout de même, peu probable ; soit les balles gravées étaient communes dès le départ aux deux unités ; soit, enfin, plus vraisemblablement, elles doivent s’entendre ainsi : “De la part de la IIe Légion pour la IVe”. Appien, BC, 3.67 traduit l’hostilité qui règne entre ces corps de troupe. Les IIIe et IVe légions n’ont pas pardonné au proconsul la décimation de Brindes et s’insurgent de ce que leurs collègues des deux autres unités l’aient acceptée. Ces derniers, au contraire, les jugent traitres et mutins. Ce contentieux explique la férocité des combats du 14 avril. La gravure de messages hostiles ou satiriques sur les balles de fronde appartient à la tradition militaire, ainsi que le montrent les glandes de Pérouse, ILLRP, 1116.

115 Là, encore, les pertes s’équilibrent, App., BC, 3.71-72. Appien attribue la décision de lever le camp à Antoine seul, contre l’avis de son état-major, car il escompte opérer ainsi sa jonction avec Ventidius. Il préfère remettre sa fortune au hasard des routes, plutôt qu’à celui d’un troisième engagement.

116 Cic., Fam., 10.29 ; 11.22, lettres du 6 juillet 43.

117 Il faut aussi envisager le cas des Antoniens prisonniers d’Octavien, qui, contrairement à P. Decius Mus, choisissent de rester auprès de l’héritier de César. On n’en possède pas d’exemple, malheureusement.

118 D.C. 46.38.5-7.

119 Cic., Fam., 10.7.1, son envoyé est alors M. Varisidius Fam., 10.6.1.

120 App., BC, 3.83.

121 Cic., Fam., 10.34.2.

122 Cic., Fam., 10.21.4.

123 Cæs., Gal., 6.1.1.

124 Plut., Pomp., 49.3.

125 CIL, I2, 797 = CIL, VI, 25 575 = ILS, 73 et 75a.

126 Faut-il l’identifier avec le lieutenant de Caton à Chypre, Plut., Cat. min., 37.1-6 ? Sur les probabilités d’identification, Ferriès 2000, 414-419 et fiche no 30.

127 Vell. 2.87.

128 Cic., Fam., 10.27.2.

129 Cic., Fam., 10.31.4.

130 App., BC, 3.80.

131 Ibid., 3.83.

132 Plut., Ant., 18.4-5.

133 Lors de la séance du 3 février 43, Cic., Phil., 8.18-19.

134 van Wageningen 1919, 82.

135 Cic., Fam., 10.31 ; 32 ; 33.

136 La date de cette lettre pose un problème Celle indiquée le dix-septième jour des calendes d’avril, correspond au 16 mars ; mais Pollion affirme lui-même, 10.33.3 qu’il a expédié cette première lettre le jour de la bataille de Forum Gallorum, donc le 15 avril. André 1948 215-221 modifie la date, tandis que J. Beaujeu la conserve, 1991, 178. En fait, la première solution paraît la plus probable. Mais la date ne change rien à l’affaire.

137 Cette ligne de défense de Pollio rappelle sensiblement les arguments de C. Matius se démarquant du parti antonien avec lequel, cependant, il entretenait des relations suivies, Cic., Fam., 11.28.

138 Cic., Fam., 11.9.1 ; Beaujeu 1996, 38 n. c. ; Cic., Fam., 11.11.1

139 L’indépendance de celui-ci provient de ce qu’il est l’un des principaux notables de l’Ultérieure ; sa famille règne sur Gadès, Cadix. Il convient de noter que Pollio est, tout comme Lépide, victime de la malveillance ingénieuse de ses sous-ordres. Plus qu’une insubordination contagieuse, il faut incriminer la commodité de l’excuse.

140 Cic., Fam., 10.11.1.

141 Pour mémoire, Asinius Pollio a négocié, plus tard, le ralliement de Domitius Ahenobarbus et a participé aux discussions de Brindes.

142 Plut., Brut., 19.11.

143 Cic., Att., 15.29. Des contacts se tissent, en septembre, entre l’orateur et le gouverneur, par l’intermédiaire de Furnius, Fam., 10.1.1 ; 2 ; 10.3.2

144 Puisqu’il se propose, à plusieurs reprises, de prendre le gouvernement de cette province. Au début de juin, puis en janvier, il affirme se contenter de cette province en abandonnant la Cisalpine.

145 Cic., Phil., 3.38.

146 Il ne subsiste que peu de traces de l’activité gauloise de L. Munatius, si ce n’est dans le monnayage d’un chef gaulois, Attalus : Labrousse 1978, 97-105.

147 D.C. 46.50.3-4. Les nombreux problèmes posés par cette fondation semblent résolus, voir Goudineau 1989, 23-36. Tacite atteste qu’il s’agit d’une colonie de vétérans, Hist., 1.65. Cependant, l’unité d’origine des vétérans a fait couler beaucoup d’encre. M. Rambaud [1964] 1987, 519-539, inclinait pour la Ve légion, théorie ingénieuse mais abandonnée, Keppie, 1983, 54 ; Isaac, pour sa part, préférait trancher en faveur de la IXe, 1971, 11-43. En fait, il reste impossible de retenir une solution, puisqu’une des particularités de Lyon réside dans ce que, ni sa titulature, ni ses inscriptions, ne révèlent un numéro de légion. La date de la fondation elle-même a soulevé des controverses. L’hypothèse la plus plausible demeure celle de la fondation au printemps, car elle correspond à un échange épistolaire entre Plancus et Cicéron qui fait allusion au sénatus-consulte ordonnant sa déduction, Cic., Fam., 10.22 et 24 ; Rambaud [1958] 1987, 541-570 ; Goudineau 1989, 26-27 ; contra Guey 1959-1961, 128-173. En effet, la tradition qui la fixe en octobre, repose sur une interprétation du texte de Dion Cassius. L’ordre du récit laisse entendre qu’il faut placer le sénatus-consulte décrétant la déduction après la bataille de Forum Gallorum. En ce cas, effectivement, si l’on tient compte des délais de courrier et de l’enchaînement des événements, l’installation ne peut guère se situer avant l’automne. Mais Rambaud et Goudineau soulignent que la narration suit une trame logique et non chronologique ; l’anecdote de la fondation est empruntée à une source mineure dont Dion épouse les enchaînements ; en outre, le fossé temporel qui sépare l’auteur des événements qu’il narre ne lui permet pas d’établir une chronologie rigoureuse. De toute façon, en octobre, Munatius se trouve probablement en Italie. Sa province est aux mains de Varius Cotyla. Fonder une colonie n’est plus de saison. Il ressort de l’anayse de Ch. Goudineau que Plancus s’est trouvé dans l’obligation de lotir les colons expulsés de Vienne, et, faute de pouvoir les réinstaller sur place, a déduit une nouvelle colonie sur un site moins favorable, celui de Lugdunum. En guise de dédommagement, il s’emploie à obtenir qu’ils reçoivent le droit romain, statut qu’il a fini par obtenir du Sénat, Cic., Fam., 10.24. Ainsi, le gouverneur a employé une partie de son hiver à combattre les Rètes, ce qui détermine la fondation de Raurica, et justifie son triomphe ex Gallia ou ex Raetibus, ILS 886. Puis, au printemps, conjointement avec Lépide, il déduit Lugdunum, avec des colons expulsés de Vienne.

148 Le 20 mars 43 : Cic., Fam., 10.8.6.

149 Cic., Fam., 10.8.4.

150 Cic., Fam., 10.6.1.

151 Cic., Fam., 10.10.1.

152 L’épisode du ralliement à Antoine est traité de manière assez neutre, alors que son attitude pendant et après la guerre de Pérouse, ainsi que son comportement ultérieur, sont durement jugés par cet auteur.

153 Vell. 2.63-64.

154 Cic., Fam., 11.9.

155 Il reste quatorze lettres de Cicéron à Plancus, Rambaud [1958] 1987, 543 ; Perrochat 1957, 172-183.

156 Cic., Phil., 13.44-45, où il est revendiqué par les deux camps.

157 Notamment après Modène, App., BC, 3.81.

158 Cic., Fam., 11.11.

159 Cic., Fam., 10.5.2.

160 Cic., Fam., 10.8.

161 Cic., Fam., 10.7 ; qui constitue le pendant de la lettre précédente et s’avére tout aussi vague : “Plura tibi de meis consiliis scriberem,. sed breviorem me duae res faciunt.

162 Cic., Fam., 10.6.2 : “Seiunge te, quaeso, aliquando ab iis cum quibus te non tuum iudicium sed temporum uincla coniunxerunt”.

163 Cic., Fam., 10.6.1.

164 Cic., Fam., 10.12.2-3.

165 Le 7 avril, T. Munatius, parent républicain de Munatius Plancus, se trouve à Rome, auprès de Cicéron, tandis que Titus Byrsa, lui, se trouve à Modène, Cic., Phil., 13.27.

166 C. Furnius a rendu de grands services à Cicéron, lorsqu’il fut tribun de la plèbe ; cependant il rejoint le camp césarien au moment des guerres civiles, Cic., Att., 9.6.6 ; 11, 11. Plotius, pour sa part, est le fameux préteur que Cicéron a supplié d’épargner Buthrote de la colonisation césarienne et qui tente, malgré l’arbitrage officiel, de la fonder quand même, Cic., Att., 15.29.3 ; 16.1.2 ; 16.4.3. Cicéron, qui ne l’apprécie guère, le surnomme le parfumeur, 13.46.3. Il faut souligner, en outre, qu’Ateius Capito, son collègue dans l’affaire de Buthrote, et, d’ailleurs, peut-être le légat antonien de la guerre de Pérouse, a tissé des liens de clientèle avec Munatius Plancus, Cic., Fam., 13.29, début 46.

167 Ainsi que le laisse entendre Plancus, quand il le présente à Cicéron qui, manifestement, ne le connaît pas, Cic., Fam., 10.7.1 ; 10.12.2 ; il est originaire, semble-t-il, de Gaule Cisalpine, Nicolet, 1974, 373.

168 Acquis à Lépide, Cic., Fam., 10.17.

169 Cic., Fam., 10.18.

170 Cela demeure hypothétique, Freyburger & Roddaz 1990, 43 n. 26.

171 Cic., Fam., 10.10 ; 10.12.

172 App., BC, 3.74 ; D.C. 46.29.6.

173 Cic., Fam., 10.15.

174 Cic., Fam., 11.11

175 Cic., Fam., 10.9 ; 11 ; 15 ; 17 ; 18.

176 Cic., Fam., 10.11 ; 15.

177 Cic., Fam., 10.17.

178 Plancus ouvre des pourparlers avec Octavien à la fin du mois de juillet, Cic., Fam., 10.24.

179 Cic., Fam., 10.23, le 6 juin 43.

180 Cic., Fam., 10.18.

181 À vrai dire, la présence de ces soldats pose un problème. La Xe légion fait partie des troupes de Lépide et ses vétérans, démobilisés, sont installés à Narbonne. Appien, de plus, nous apprend que cette unité décide de se joindre à l’armée d’Antoine en mai, lorsque les deux armées campent côte à côte. Mais, lorsque Plancus, fin avril, affirme s’être assuré, difficilement, de la fidélité de la Xe légion, faut-il entendre que celle-ci avait participé aux opérations de fondation de Lugdunum avec Plancus puis, avec un peu de délai, avait rejoint Lépide dans sa province, comme le pense, Rambaud [1958] 1987, 555. Si c’est le sens véritable de la lettre de Plancus, il s’est lourdement trompé sur l’état d’esprit de cette légion.

182 Liv., Per., 120 ; Plut., Ant., 18.7 ; App., BC, 3.97.

183 Probablement en août, puisque la dernière lettre date du 28 juillet et que D. Brutus est exécuté dans les premiers jours de septembre : Rambaud [1958] 1987, 548-549.

184 Vell. 2.64 ; D.C. 46.53.1-2.

185 Cic., Fam., 12.28.1. La tournure qu’emploie Cicéron reste très allusive, et il est difficile de comprendre de quelle nature sont les actes évoqués. Il en ressort cependant que les trublions ont opéré à partir du territoire de Cornificius, qu’il s’agit d’ennemis politiques du gouverneur, donc d’hommes de main aux ordres de Calvisius ou de Titius, plus probablement ce dernier, qui est demeuré sur place et prépare son offensive contre Cornificius.

186 D.C. 46.52.3.

187 App., BC, 3.80.

188 D.C. 46.42.3 et 43.1.

189 D.C. 46.42.3.

190 Suet., Aug., 27.4, cite les deux versions, précisant que la plus humaine provient des mémoires d’Auguste, mais jugeant la première plus probable. Cette anecdote soulève des problèmes chronologiques et juridiques très épineux, voir fiche 147, qui rendent très suspect son contenu, Cogitore 2002, 49 n. 8.

191 App., BC, 3.95.

192 Suet., Aug., 27.6. La date de cet incident peut être déduite de sa corrélation avec une anecdote de D.C. 46.44, qui relate, sans le nommer, l’exécution d’un chevalier, dans des circonstances semblables.

193 App., BC, 5.48.

194 Plut., Ant., 18.8.

195 Ainsi que le laisse entendre Dion Cassius, 46.54.1, qui affirme qu’ils laissèrent l’un et l’autre des légats en Gaule, amenant en Italie l’élite de leurs armées.

196 D.C. 46.54.2-46.55.4.

197 App., BC, 4.2.

198 App., BC, 4.3 ; D.C. 46.56.2.

199 App., BC, 4.7 ; D.C. 47.2.1.

200 App., BC, 4.5.

201 App., BC, 4.2, pour les cinq ans à venir ; D.C. 46.55.3.

202 Sur le partage des zones d’influence, voir App., BC, 4.2 ; D.C. 46.55.4. A posteriori, les profits que l’on pouvait escompter de la campagne de Macédoine paraissent évidents ; mais, en novembre 43, la victoire sur les Libérateurs n’étant pas assurée, loin de là, Lépide pouvait croire qu’il détenait la position la plus avantageuse, car elle le mettait à l’abri des aventures militaires.

203 Cic., Phil., 14.21 ; D.C. 43.51.4-5.

204 Cic., ad Brut., 1.5.1.

205 Vell. 2.64-65 ; App., BC, 4.2 ; D.C. 47.15.2 ; Broughton, 2.337 et 339.

206 Il est remplacé dans cette magistrature par un des édiles de 43, choisi sans nul doute parmi les partisans des triumvirs, plus probablement encore chez les Antoniens. Malheureusement son identité reste inconnue, de même que celle des édiles désignés pour 43.

207 Gel. 15.4.3.

208 Vell. 2.64 ; Gel. 15.4.1-3 ; D.C. 43.51.4-5.

209Mulionem Ventidium”, Ventidius, le muletier, fragment d’une Philippique indéterminée, citée par Schol. Bob., ad Cic. Mil. 10 et Schol. Juv. S. 8.199. Cette image est aussi employée par Plancus, Fam., 10.18.3 ; Plin., Nat., 7.135.

210 En fait, Ventidius n’apparaît, en 44, qu’une seule fois dans la correspondance de Cicéron lorsque l’orateur écarte une rumeur qu’il juge infondée, Att., 16.1.4 : sans doute s’agissait-il de recrutement des troupes. Dans les Philippiques, il n’apparaît que tardivement, 13.23, ce qui indique qu’auparavant il n’avait pas encore pris parti ouvertement, ou qu’on ne lui accordait pas beaucoup d’importance. À compter de ce moment, il figure dans les discours du vieux consulaire comme un des ennemis les plus acharnés de l’État, 13.2 ; 26 ; 42 ; 14.21.

211 App., BC, 3.66.

212 App., BC, 3.80.

213 Cic., Fam., 11.9 ; 10.17 ; 18 ; 33 ; 34 ; App., BC, 3.84 ; Schmidt 1892a, 198-211.

214 Cic., Fam., 10.33.

215 Syme [1939] 1967, 193-194, assorti d’un commentaire des promotions des homines novi dotés de compétences militaires ou civiles.

216 Cic., Phil., 8.24.

217 Cic., Phil., 8.28.

218 Cic., Phil., 8.38.

219 Plut., Ant., 18.8.

220 Cic., Phil., 13.26.

221 Ainsi que le montrent les exemples de Salvidienus Rufus et d’Uttiedus Afer.

222 Cæs., Civ., 1.66.3.

223 Syme 1937b, 127-137.

224 Cic., Phil., 2.10 ; 8.9 ; 10.22 ; 11.12 ; 37 ; 13.27 ; 14.10.

225 Cic., Phil., 11.12.

226 App., BC, 4.102-104 ; D.C. 47.35, 2 et sq.

227 Trouver Servilius dans cette liste, alors qu’il a voté le bannissement d’Antoine, prouve qu’il était puissamment protégé par les deux autres triumvirs. Il faut convenir cependant qu’il défendit bravement les positions césariennes, et même parfois antoniennes, contre Cicéron.

228 Après avoir été fugitivement aux côtés d’Antoine, il avait rejoint le camp d’Octavien dès l’été 44 ; son neveu est resté plus longtemps dans son parti. Pour autant, les liens n’étaient pas rompus alors entre les Balbi et Antoine.

229 Il tenait beaucoup à conserver, malgré la mort de César, le bénéfice de cette désignation. Une partie de sa correspondance avec Cicéron rappelle cette ambition, Fam., 10.1.1 ; 10.6.2 ; 10.24. La satisfaction de cette demande fut sans doute une des conditions de son ralliement.

230 Appien et Dion conservent la classification initiale de ces recueils. Après une analyse de la composition des listes, 4.5-12, Appien égrène les anecdotes suivant un schéma littéraire et moral, 13, esclaves dénonciateurs et assassins, 14, scènes d’horreurs anonymes, 15-16, la proscription de magistrats en exercice, 17-22, les proscrits trahis par les femmes, 23-24, les proscrits batailleurs, 25-26, les proscrits rejoints par leur destin, 27-28, les proscrits victimes de leur fortune, 29-30 ; après quelques considérations sur les aspects économiques et les excès, 31-35, il poursuit avec les fuites réussies, les proscriptions qui finissent bien, 36-38, les épouses exemplaires, 39-40, les fils qui sauvent leur père, 41-42, les esclaves leur maître, 43, les proscrits sauvés par les triumvirs, 44-45, la mystification des bourreaux par leurs victimes, 45-47, les exemples de droiture et de réciprocité, 45-48. Dion, après une analyse politico-morale des proscriptions, comparaisons avec la précédente, 47.3-5, responsabilités inégales entre les triumvirs, 47.6-9, rapporte aussi les anecdotes par genre, les esclaves sauvant leur maître, les fils sauvant leur père, 10, l’ingratitude de Popilius Lænas, les curiosités et les paradoxes de la proscription, 11-12. Le classement des anecdotes correspond donc à des catégories morales et il se rencontre, parmi des récits de 43, des événements qui appartiennent aux lendemains d’Actium, comme le montre bien l’histoire des deux Metelli, App., BC, 4.42. À ce propos, Gowing 1992, 259-260.

231 D.C. 47.5.4-5.

232 L’exécution de Catius Vestinus, sur l’ordre de Plancus, alors que des tractations étaient engagées entre Lépide et Plancus, montre que l’on ne s’embarrassait pas de principes à cet égard.

233 App., BC, 4.3 ; D.C. 46.56.3.

234 V. Max., 6.6.3.

235 Cic, Phil., 3.25.

236 La proscription de M. Pupius Piso, bien que vraisemblable, Hinard 1985b, 303, n’est pas absolument certaine : il est possible qu’il se soit rallié finalement à Antoine, dont il était l’ami, et lui soit resté fidèle jusqu’en 32, date de sa mort dans les rangs du triumvir. Cette hypothèse repose sur l’interprétation d’une série de fresques peintes dans la villa de l’héritier des Pisones, à Oplontis, Sauron, 1994, 633-639. Turannius refuse aussi sa province, mais son cas est différent, puisque Cicéron ne le mentionne pas parmi les Antoniens repentis, Hinard 1985b, s. v. “Turranius”, no 143, 538-539.

237 Hinard 1985b, 316-317.

238 C’est à dire les fêtes de Palès, Cic., Att., 14.14 ; 15.1.

239 Cic., Att., 14.20.5.

240 Cic., Att., 15.19.2 ; en juin 44 exactement.

241 Cic., Att., 15.21.1. Mais Cicéron reste prudent et envoie à Atticus deux avis sur ce retournement, un officieux très dubitatif (Att., 16.1.6), l’autre officiel, témoignant d’une divine surprise (Att., 16.5.2).

242 Cic., Att., 16.14.4. Les pillages sont évoqués en avril 44 (Att., 14.14/15.5) période où le jeune Quintus était tout dévoué aux césariens et en mai au sujet de Dolabella (Att., 14.18.1) ainsi que dans les Philippiques (1.17 ; 2.35 ; 93 ; 5.15 ; 8.26 ; 12.12)

243 Plut., Cic., 47.4 ; App., BC, 4.20.

244 App., BC, 3.50-52.

245 App., BC, 4.17 ; Hinard 1985b, 514-515 no 116.

246 L’identification avec Toranius paraît plausible, car le condamné attend sa grâce d’Antoine, ce qui signifie qu’il ne pense pas avoir été proscrit à cause de lui. Turranius, par son refus, avait fait acte d’hostilité, il n’avait aucune merci à espérer de l’ancien consul, Hinard 1985b, 534-535 no 138.

247 L’exemple le plus intéressant à ce égard semble celui d’Annalis, que met en parallèle Appien. Il dénonce son père à ses poursuivants. Après avoir reçu la récompense de sa traîtrise, il est assassiné par ces mêmes soldats, au cours d’une rixe déclenchée sous un prétexte futile.

248 App., BC, 4.27. Il convient d’ajouter un argument, peut-être peu fiable, celui de l’ordre dans la narration. En effet, la mort de Caesennius se situe juste après le récit de celle de Quinctius, beau-père de Pollio. La proximité de ces victimes avec les Antoniens paraît le point commun de ce regroupement.

249 Cic., Phil., 12.23.

250 Suet., Tib., 6.4 ; sa mort se situe vers 39 ou 38.

251 Enfin, Octavien a bénéficié de deux mois où, seul maître à Rome, il a pu commencer à régler quelques comptes en vertu de la lex Pedia.

252 Syme [1939] 1967, 542 n. 29.

253 Les Ventidii ne se rencontrent guère que dans le Picenum et sont probablement apparentés ; les motifs de cette proscription restent inconnus, mais un règlement familial paraît l’hypothèse la plus vraisemblable.

254 La cause de l’inscription de ce notable sur les listes n’est pas connue ; elle était peut-être due à la rivalité d’un puissant auxiliaire des triumvirs, originaire de la même cité, Q. Fufius Calenus. Il est possible aussi que cette proscription n’ait pas eu pour but d’éliminer un rival, mais de rançonner un puissant propriétaire, en usant d’intimidation.

255 C’est ce que suppose Syme [1939] 1967, 542 n. 31.

256 On doit, peut-être, ajouter à cette liste, Verginius, qui était en relation financière avec Faberius, Cic., Att., 12.5a et fut proscrit en 43, App., 4.48 ; Hinard 1985b, 542-543 no 149. Comme il était le débiteur de celui-ci, il est possible que son créancier ait récupéré ses avoirs un peu brutalement.

257 App., BC, 4.23 ; Hinard 1985b, 519-520 no 121,.

258 Plin., Nat., 37.81 ; Hinard 1985b, 498 no 93.

259 Sur la question de son identification et son rapprochement éventuel, mais conjectural, avec L. Caesetius Flavus, Hinard 1985b, 439-441 no 28, principalement, 440 n. 8.

260 Hinard 1985b, 240 et 536-537 no 139.

261 L’ingratitude de Popilius devint une figure de rhétorique, sur ce thème : grâce à sa plaidoirie, Cicéron aurait évité une condamnation à son futur assassin, Sen. Rh, Con., 7.2.1-14 ; Suas., 6.20. Mais Sénèque l’Ancien doutait de la véracité de cette anecdote, qui n’était rapportée que par un petit nombre d’historiens. À l’heure actuelle, il est admis que cette plaidoirie est une couleur inventée par les rhéteurs du début de l’empire, brodant sur la mort de Cicéron, Roller 1997, 109-130 et Wright 2001, 436-452.

262 Cic., Att., 13.52 ; 14.14.4.

263 Cic., Att., 14.13.6.

264 Syme [1939] 1967, 147-150.

265 App., BC, 4.19 ; D.C. 47.11.1-2.

266 Ainsi que le montre le jugement, sans indulgence, d’Asinius Pollio sur Cicéron, Sen. Rh., Suas., 6.24.

267 D.C. 47.8.1.

268 Hinard 1985b, 247-255.

269 App., BC, 4.47 ; Hinard 1985b, no 133.

270 Sen., Suas., 6.15 ; Sur la requête, Cic., Fam., 11.16.2 ; 11.17.1-3 ; sur ses bonnes relations avec César Att. 13.45.1 ; sur sa participation hypothétique aux fêtes, Att. 14.14.1 ; sur l’affaire du sénatus-consulte, Fam., 12. 29.1-3. Lamia obtint la préture puisqu’il avait ce rang quand il mourut, Plin., NH, 7.173.

271 Hinard 1985b, 249-251.

272 Hinard 1985b, 520-521 no 122.

273 Nep., Att., 7.2-4 ; il refusa de souscrire à la contribution que demandaient les partisans des “Libérateurs”. Nepos ajoute que ces réticences déplaisaient profondément à des sénateurs de ses amis, ce tour allusif désigne probablement Cicéron, Hinard 1985b, no 108. Sur cet éloge de la neutralité, voir, en dernier lieu, Amerio 1991-1992, 5-48.

274 Nep., Att., 10.2-5 ; Hinard 1985b, 470 no 59.

275 Nep., Att., 12.2.1 ; Hinard 1985b, s.v. “Saufeius”, no 117, 515.

276 Hinard 1985b, 313. En effet, les ventes des biens des proscrits se faisaient à perte et, de plus, une part du patrimoine échappait à cette vente.

277 Nep., Att., 12.4 ; Hinard 1985b, 479 no 67. À vrai dire on ignore presque tout de ce poète, réputé délicat et élégant, à commencer par ses œuvres, Bardon 1952, 355.

278 Nep., Att., 10.4.

279 App., BC, 4.40.

280 Hinard 1985b, 456-457 no 45, ; outre de nombreuses inscriptions qui signalent leur participation à l’administration de la ville, on sait que le mausolée des Coponii se trouvait à Tivoli.

281 Vell. 2.83.3.

282 La proscription fut un des thèmes favoris de la propagande anti-antonienne, Romano 1987, 9-21 ; Amerio 1992 souligne, pour sa part, le mélange d’éléments à la fois hostiles et favorables à Antoine dans la biographie que Cornelius Nepos consacre à Atticus. Elle note que, malgré des concessions à Octavien, qu’elle date de la seconde version de l’œuvre, élaborée entre 32 et 27, Antoine apparaît dans ce passage sous un jour positif, puisqu’il incarne le sauveur, p. 7.

283 Ligne politique il est vrai bien fluctuante, puisqu’Antoine annule certaines dispositions en l’honneur de son ancien chef, notamment le trône d’or lors des jeux de l’édile Critonius, App., BC, 3.28, tandis qu’il en propose de nouvelles le 1er septembre, Cic., Phil., 2.110-111. Cette stratégie du balancier traduit sa volonté de conserver une position médiane entre les deux extrémismes.

284 D.C. 47.18-19.

285Divo Iulio iussu populi romani statutum est lege Rufrena” : CIL, I2, 797 = 6.25 575 = ILS, 73 ; 75a.

286 Alföldi 1973, 99-128. Il fonde son objection sur le rapprochement qui lui paraît opportun avec un denier de Balbus, émis du vivant du dictateur ; mais la datation cette dernière pièce est déjà, elle-même, fort controversée.

287 C’est pourquoi il attribue à l’année 42 la magistrature de Rufrenus, Broughton MRR 2, 360.

288 Les deux premières mesures soulignent que César s’est élevé au dessus des mortels, pour atteindre le monde divin ; la troisième appartient au domaine purement civique. Aucun argument ne conduit donc à remettre en question la tradition qui fixe en 42 la divinisation officielle de César. Ce qui déroute un peu, ce sont les attestations d’un culte spontané en 44, à la suite de son décès et de l’incinération de son cadavre. Réprimées, alors, par les consuls, ces manifestations reçoivent, en janvier 42, une justification légale a posteriori. qui conforte les mesures adoptées sous le consulat d’Antoine, le 1er septembre 44, et annulées par le Sénat, au début de l’année 43, avec le reste des acta de celui-ci.

289 Broughton MRR 2, 461, n. 85 ; Buttrey 1956, n °. 137 ; Crawford 1974, no 494/2a, Regulus, no 494/5 et no 494/17, Clodius, no 494/7b et no 494/14, Mussidius, no 494/11 et no 494/32, Vibius, pl. 58-60 ; Bernareggi 1973, 63-105, no 9, Clodius et no 10, Vibius.

290 Sur la place de la propagande dans les frappes monétaires du début du triumvirat, voir tout particulièrement, Wallmann 1977, 21-32.

291 Crawford 1974, no 494/17.

292 Crawford 1974, no 494/8b.

293 Crawford 1974, no 494/32.

294 Crawford 1974, no 494/14.

295 Crawford 1974, no 494/12.

296 Deuil figuré sur trois émissions, au droit, à la place des portraits des triumvirs ; Crawford 1974, 494/16 ; 24 ; 39a.

297 Lépide avait choisi de représenter Æmilia, descendante d’Énée, équivalent de Rhéa Silva dans certains récits mythiques ; Octavien, Énée et Anchise ; Antoine, Hercule, par l’intermédiaire d’Anto, son fils, ancêtre de la gens ; Buttrey 1956, 10-11 LIMC 1981, I, 240-241. Le dieu est représenté de face, assis sur un rocher, drapé dans une peau de lion, armé d’une lance dans la main gauche, un glaive dans la droite ; à son côté un bouclier décoré d’une tête de Gorgone.

298 La famille d’un de ses partisans semble associée au culte d’Hercule, celle de Manius, rappelée par une figlina, trouvée sur le site du sanctuaire de Tibur ; Coarelli 1987, 98.

299 Hercule n’est pas la seule divinité qu’Antoine ait fait figurer dans son monnayage ; Apollon y tient également une grande place, Wallmann 1977, 31. L’intérêt qu’Antoine porte à cette divinité est attesté par l’une des premières décisions qu’il adopta en Grèce, après Philippes, l’achèvement du sanctuaire pythien, Plut., Ant., 25.4. Apollon n’est pas l’apanage du camp césarien, puisque Brutus donne son nom comme cri de ralliement, lors de la bataille de Philippes.

300 Pour mémoire : la péninsule Ibérique et la Province à Lépide ; le reste des Gaules, à Antoine ; l’Afrique, la Sardaigne et la Sicile à Octavien, App., BC, 4.2 et D.C. 46.55.4.

301 Donc dix légions, les sept dont il disposait avant Bologne, plus les trois légions de Pollio en Ultérieure.

302 App., BC, 4.3.

303 Schmitthenner 1958, 47.

304 Cette reconstitution reprend les conclusions de Brunt [1971] 1987, 483-485, Schmitthenner 1958, 44-46.

305 Plut., Ant., 18.4.

306 C’est l’avis de Ganter 1892, 9, pour 41 et 40.

307 CIL, I, 461 et 478 ; Liv., Per., 125 ; Vell. 2.74.2 ; App., BC, 4.130 ; D.C. 48.4.2 ; Ganter 1892, 8.

308 App., BC, 5.12.

309 Ce que tend à confirmer le fait que, lors de la seconde bataille de Philippes, Octavien, malade, lui ait confié la garde de son camp : App., BC, 4.130.

310 D.C. 47.35.2.

311 D.C. 47.38.1.

312 App., BC, 4.102.

313 App., BC, 4.103.

314 App., BC, 4.104-105.

315 D.C. 47.36.1. Ces opérations confuses ont donné lieu à de multiples tentatives de localisation. Collart 1929, 351-364 a finalement proposé d’identifier les défilés des Corpiles avec les hauteurs qui dominent le cap Makri et place ceux des Sapéens entre le golfe de Port-Lagos et le Nestos. La manœuvre hardie de Bibulus fait perdre cette seconde position aux Antoniens, mais ils se sont repliés à temps, sans dommage alors qu’ils étaient confrontés à des forces plusieurs fois supérieures. Cela justifie la satisfaction relative d’Antoine.

316 Appien, BC, 4.107-108 et Dion Cassius, 47.37.5 sq., font une analyse identique des inconvénients du site. Cela explique la nécessité, pour les Antoniens, de forcer les “Libérateurs” à accepter un combat qu’ils n’ont aucun avantage à engager.

317 App., BC, 4.107.

318 Surtout avec l’arrivée des renforts de Turullius, App., BC, 5.2.

319 App., BC, 4.107.

320 Puisqu’Antoine lui confie le gouvernement de la Macédoine, dès la fin des opérations militaires, Plut., Ant., 24.1.

321 Il rentre en Italie, à la suite d’un différend avec Antoine, en 41, App., BC, 5.31 ; c’est l’indice qu’il l’a suivi en Grèce, puis en Asie.

322 Il est chargé, semble-t-il, de la fondation de la colonie de Philippes, Grant [1946] 1969, 274.

323 App., BC, 4.49.

324 Sur la question des effectifs engagés à Philippes et des pertes enregistrées, il faut se référer à Brunt [1971] 1987, 486-488.

325 D.C. 47.48.3.

326 D.C. 47.48.1 ; Cassius rencontre des difficultés auprès des troupes de recrutement indigène, qui sont d’ailleurs les premières à faire défection, D.C. 47.48.2 ; quand Brutus reprend en main les légions de son défunt collègue, ces problèmes s’accroissent, App., BC, 4.124-125 ; 130.

327 Il suit tardivement le conseil que lui donnait Cicéron au printemps, ad Brut., 1.2a. 2. ; Plut., Brut., 28.1 ; D.C. 47.24.5.

Table des illustrations

Titre Tableau II. Dispositif provincial d’Antoine pour 43 (après la loi de permutation des provinces, et le tirage au sort du 28 novembre 44).
Légende Note 7273Note 7374
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4574/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Note 7475
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4574/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search