Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Chapitre II. De la clientèle au parti : l’héritage césarien (44-43)

Texte intégral

1Les Ides de Mars 44 ouvrent une période particulière, celle de la formation du parti antonien. Certes, à ce moment, Antoine n’est plus une figure nouvelle du monde politique romain, pas plus qu’il n’apparaît comme un homme sans appuis, car la mort de César le surprend alors qu’il atteint le consulat, au sommet d’une courbe ascendante de sa carrière. Mais, privé de son protecteur et libéré de sa tutelle, c’est alors seulement qu’il entreprend un parcours autonome. Avant d’approfondir cette étude, il reste à déterminer si l’on peut déjà parler légitimement d’un parti antonien. Qu’Antoine ait possédé des partisans dès 44, nul ne songerait à le nier. Cicéron les nomme, individuellement, et les gratifie d’un portrait décapant. Les Philippiques, à elles seules, dénoncent quarante et un alliés objectifs de l’homme d’État, et laissent deviner, aussi, un certain nombre de sympathisants.

  • 1 Res Gestae, I, 1 “Rem Publicam a dominatione factionis oppressam in libertatem vindicaui”. De même (...)
  • 2 À vrai dire, Cicéron emploie deux fois ce mot en parlant d’Antoine ; mais, dans le premier cas, Ci (...)
  • 3 À titre d’exemple, Cic., Phil., 11.14 : “latronum manus et copia” ; 11.26 : “cetera ex eodem latro (...)
  • 4 Cic., Phil., 11.36 ; et Phil., 11.21 : “cum a populo romano pestiferi cives parricidiaeque descive (...)
  • 5 Cic., Fam., 10.30.
  • 6 Cic., Phil., 11.37.
  • 7 Cic., Phil., 13.3.

2La difficulté principale provient de ce qu’aucun témoin de ces années n’adopte de terme précis pour délimiter ce groupe. Dans les Res Gestae, Auguste présente les Antoniens en 43 comme une factio, dans le même sens que celui employé par Salluste : la tyrannie d’une clique dominatio paucorum1. Mais c’est une vision rétrospective (et partiale) de la situation. L’auteur des Philippiques n’emploie pratiquement jamais les vocables de partes ou de factio pour désigner l’ensemble de ceux qui soutiennent le consul2. Collectivement, ils ne sont présentés que comme une bande ou une armée de brigands et de pillards, simple addition de gens de sac et de corde3. Ils ne constituent même pas une fraction du corps civique. Négatifs du bon citoyen, “istos (...) concordiae, legum, iudiciorum, libertatis inimicos”,4 ils en sont naturellement exclus. L’appellation d’Antonien, “Antonianii5, n’apparaît que sous le stylet de Sulpicius Galba, dans sa relation de la bataille de Forum Gallorum. Mais il s’agit, dans ce cas, des soldats d’Antoine, tout comme les comites Antonii6, chez Cicéron, sont les vétérans demeurés à son service. L’orateur emploie certes les mots “Antonii sodales7, mais il est question alors d’une subdivision de l’entourage de son adversaire. Le caractère injurieux de cette présentation n’a rien d’original. Il s’agit de poncifs qui ont fait leurs preuves à l’encontre de Catilina et de Clodius, pour ne citer que les plus célèbres. L’absence de dénomination générale procède de la volonté de nier la puissance légitime de son ennemi. Elle permet aussi de dépeindre ses soutiens comme des “ desperados” et de restreindre ce groupe à sa part la plus visible. Cela ne signifie nullement que ce parti n’a pas d’existence.

  • 8 Taylor [1949] 1977, 12 ; Meier 1984, 49 : “Si l’on excepte certaines alliances provisoires, les se (...)
  • 9 Taylor 1949, 10. Sur le sens judiciaire de pars, Thesaurus, X-1, 474, 34-475, 6, sur son sens poli (...)

3À quels impératifs doit donc obéir l’association des Antoniens pour être gratifiée de l’appellation de parti ? Il serait vain de demander à un parti antique une constitution, des statuts, des listes, ou d’être cimenté et corseté par une idéologie : “there was no largescale party organization no party caucus or ticket and no fixed party line8.”. Les analyses soulignent, à juste titre, à Rome comme dans les autres sociétés politiques de l’Antiquité, l’absence de structures comparables aux partis modernes et la versatilité des associations politiques, qui se font et se défont au gré des élections ou des procès. Le terme partes appartient d’ailleurs à la langue judiciaire, comme le rappelait L. Ross Taylor9. On ne peut qu’acquiescer ; l’instabilité des alliances a déjà été soulignée pour le parti d’Antoine, lorsqu’il s’est avéré nécessaire de définir le terme de partisan. Il convient de souligner, en outre, que l’existence de factions, plus ou moins stables d’ailleurs, représente pour les Romains une forme de dégénérescence de la vie politique, puisqu’elles divisent le corps civique. Cette vision des conflits politiques que l’on trouve aussi bien chez Salluste que chez Cicéron et qui traverse les Res Gestae d’Auguste est largement partagée. Pollio dans la première lettre conservée qu’il adresse à Cicéron depuis son gouvernement d’Hispanie Ultérieure revient sur les conditions de son adhésion au parti de César. Ce passage, souvent commenté en raison de son ambiguïté, reste un témoignage très précieux car il est un des rares textes où le choix politique est commenté directement par son auteur. Selon lui, les partes apparaissent comme une conséquence de la discorde civique, que l’on ne saurait jamais assez déplorer. Cependant, Pollio ne peut se dérober à l’engagement dans une des structures : “itaque illud initium ciuilis belli saepe defleui ; cum uero non liceret mihi nullius partis esse…”. Il opère alors un choix qui n’a rien d’idéologique et résulte d’un calcul personnel, négatif d’ailleurs : “quia utrubique magnos inimicos habebam, ea castra fugi in quibus plane tutum me ab insidiis inimici sciebam non futurum. Compulsus eo quo minime uolebam, ne in extremis essem, plane pericula non dubitanter adii”. Cette adhésion n’a jamais modifié, s’il faut le croire, ses convictions profondes, elle leur a même fait violence et il fut l’exécutant d’une politique qui lui répugnait “quod iussus sum eo tempore atque ita feci ut appareret inuito imperatum esse”. À l’intérieur de cette coalition, ses relations avec César correspondaient à la sociabilité traditionnelle des élites : “Caesarem uero, quod me in tanta fortuna modo cognitum uetustissimorum familiarium loco habuit, dilexi summa cum pietate et fide”. Pollio est un familiaris de César auquel il manifeste sa pietas et sa fides. Plus tard, en 32, il exprime en des termes presque équivalents le lien qui l’a uni à Antoine : “Mea in Antonium maiora merita sunt, illius in me beneficia notiora” : une relation personnelle, contractuelle et réciproque fondée sur l’échange équivalent des bienfaits et des services qui s’apparente à de la clientèle. Il convient cependant de ne lire Pollio qu’à la lumière du contexte de la rédaction : en 43 comme en 32, ses protestations s’adressaient à un adversaire du parti qu’il avait embrassé, ce qui explique les réserves qu’il exprime sur la profondeur de son engagement. Malgré tout, si l’on ne s’en tient qu’à la lettre, il n’y a donc pour un contemporain d’Antoine, de partes que dans le cadre d’une guerre civile et il n’y a de relations avec leur chef qu’individuelle. Cette représentation de la vie politique emprunte largement à l’image traditionnelle de la Res Publica conçue comme une communauté unifiée et strictement définie. Il s’agit donc d’une présentation théorique. Mais, dans les faits, les dernières années de la République constituent un tournant. En effet, le libre jeu des institutions est entravé et, de ce fait, la fluidité des alliances compromise. Il n’y a donc plus de remise en cause permanente des soutiens et les factions deviennent des appareils stables dont la finalité est la prise de pouvoir par un homme et son réseau. Un second facteur intervient et accentue cet état de fait : l’ouverture géographique et sociale du sénat et de l’ordre équestre depuis Sylla, le recensement de 70, et les réformes de César. L’arrivée de novices sans culture politique romaine et la part croissante au sénat des pedarii par rapport à une élite de consulaires proportionnellement plus restreinte favorisent les agrégats fondés sur des solidarités, régionales ou autres, et une structuration pyramidale en faveur des élites de l’assemblée.

  • 10 Cic., Fam., 10.28.1. Pour une analyse de la composition du parti césarien avant la prise de pouvoi (...)

4Le parti de César a beau être fondé sur la personne de César, avant tout et regrouper des individus sans lien évident, il n’en reste pas moins que la mort du dictateur ne mit pas fin au parti Césarien. Certes, on compte d’anciens Césariens parmi les conjurés. Trebonius en constitue l’exemple le plus connu. De même, d’anciens Césariens se sont affrontés comme Hirtius et Pansa contre Antoine. Mais il demeure, par delà ces ruptures, le sentiment d’appartenir à une communauté. Pollio apprenant les résultats désastreux des batailles de Mutina et Forum Gallorum s’en prend à ceux qui se réjouissent de l’affaiblissement des Césariens dans des luttes fratricides : “qui laetantur in praesentia quia uidentur et duces et ueterani Caesaris partium interisse…” Il est vrai qu’il parle ici de l’armée césarienne et non du parti politique. Mais Cicéron lui-même reconnaît la persistance du parti césarien dans une lettre à Trebonius : “Quam uellem ad illas pulcherrimas epulas me Idibus Martiis inuitasses ! Reliquiarum nihil haberemus. At nunc cum iis tantum negoti est….”10.

  • 11 Ces conditions sont proposées par Hansen 1987, 72-74, pour déterminer si des partis existaient à A (...)
  • 12 Cic., Phil., 13.2-3.

5Il y a donc bien une structure stable que l’on peut nommer le parti césarien. À partir de quel moment peut-on employer une semblable appellation pour celui d’Antoine ? Lorsque le groupement politique en question témoigne d’une certaine stabilité et quand il apparaît quelque peu structuré. Il doit remplir quatre conditions pour répondre à cette exigence11. Il faut, tout d’abord, qu’il existe d’autres ensembles équivalents, en compétition avec ce groupe. Les Antoniens sont opposés, au moins, aux tyrannicides ; cette confrontation, culminant dans la guerre civile, ne fait aucun doute. Ensuite, ce groupe doit être constitué de dirigeants, en petit nombre, et d’un effectif important de simples partisans. Cicéron atteste de cette réalité en présentant ainsi les Antoniens dans la treizième Philippique : “comitatum relinquo, duces nomino”. Il y a donc une hiérarchie parmi eux. Les discours et les lettres de l’orateur ne nous fournissent de précisions que pour une élite restreinte. La base est décrite à grands traits : “À cela s’ajoutent les Alouettes et tous les autres vétérans, pépinière des jurés de la troisième décurie, qui, leurs biens épuisés, les bienfaits de César dévorés, ont convoité nos fortunes”12. De plus, les Antoniens, sans donner l’impression d’être sévèrement encadrés, laissent deviner une organisation relativement stable. Les chefs ont souvent un passé, qui explique leur adhésion et leur fidélité. Le gros de la troupe semble composé, dans une large part, de catégories bien définies : vétérans, membres de la troisième décurie des juges, pour ne citer que ces cibles de la verve cicéronienne. Enfin, ce qui constitue un parti, à la différence de toute autre association, c’est sa finalité, la conquête du pouvoir : les partisans d’Antoine, guidés par leur chef, ont pour but de s’emparer ou de conserver les leviers de l’État, par des voies légales ou violentes.

6Selon ces critères, il y a donc, à l’époque des Philippiques, un véritable parti derrière Antoine. Il n’est ni clairement nommé, ni exactement défini, mais révèle son existence par son propre fonctionnement. Il importe maintenant de comprendre comment le consul, durant l’année 44, l’a formé à partir de sa propre clientèle, avec l’aide de ses amis des premières heures, et aussi par quelles étapes il a recueilli, non sans mal, l’héritage césarien.

  • 13 Contrairement à une opinion parfois admise, Wuilleumier 1959, 221, 222, le cognomen Pollio doit êt (...)
  • 14 Cic., Att., 13.52. Lorsque Cicéron reçut César à Pouzzoles, le 19 décembre 45, Cassius Barba lui f (...)
  • 15 App., BC, 5.31.
  • 16 Exactement trente-neuf césariens avérés. Ce qui signifie, soit qu’ils ont manifesté ouvertement le (...)
  • 17 C’est d’ailleurs parce qu’ils jouent un rôle majeur que nous connaissons leurs antécédents. Presqu (...)

7Lorsqu’il décrit, dans la treizième Philippique, les partisans qu’Antoine a rassemblés autour de lui à Modène, Cicéron ne cite, parmi les “épaves des amis de César”, que deux hommes : Barbatius Pollio et Cassius Barba13. Ils apparaissent comme les archétypes des césariens ralliés. En fait, ce sont des personnalités secondaires dans l’entourage du dictateur. Cassius Barba commandait ses gardes du corps ; quant à Barbatius, il n’avait pas encore revêtu la questure. En revanche, ils étaient, semble-t-il, très proches du défunt. Cassius, par obligation professionnelle, le suivait dans tous ses déplacements, et veillait à sa sécurité14. Aucun témoignage ne subsiste, en revanche, sur Pollio avant son apparition dans les Philippiques. Cependant, Appien révèle qu’il fut consulté, en 41, par les vétérans de César et d’Antoine sur la conduite à adopter lors de la guerre de Pérouse15. Ceux-ci le considéraient donc comme un fidèle de longue date. Habilement, Cicéron choisit de ne citer que ces deux exemples, afin de réduire à sa part la plus négligeable l’apport des Césariens au parti de son adversaire. Mais, presque tous les Antoniens qu’il nomme par ailleurs sont passés dans le camp de César, ou lui sont redevables de leur réhabilitation, y compris bon nombre de familiers et de parents du consul de 44. Sur les quatre-vingt-deux Antoniens recensés entre 44 et 42, quarante-quatre sont des Césariens avérés ou probables16. Qualitativement, les principaux lieutenants, à cette époque, sont issus de ce groupe. Les trente-huit hommes qui n’entrent pas dans la catégorie, soit nous échappent en raison de leur origine obscure, soit appartiennent à l’entourage étroit de Marc-Antoine. Son parti a puisé ses forces initiales dans celui de César et, plus exactement, il s’est créé en son sein17.

8Il importe de connaître, maintenant, les modalités du ralliement de ces Césariens, leurs apports, leur rôle en faveur d’Antoine, leurs relations avec leurs adversaires : les Tyrannicides, les Républicains, les Césariens hostiles. Dans l’évolution de cette faction, plusieurs éléments interfèrent qui déterminent les défections ou les adhésions. Tout d’abord, l’apparition d’Octavien ouvre la perspective d’une tierce voie, en dehors des positions d’Antoine et des Tyrannicides. Ensuite, la diversité d’opinions d’un sénat, moins césarien qu’on aurait pu le croire, rend plus serré le jeu politique, plus aléatoires les succès. En outre, les longues absences d’Antoine, parti pour Brindes, pour les colonies de vétérans, ou encore pour Modène, affaiblissent la défense de ses partisans.

9Aucun levier de l’État, aucun instrument de pouvoir, ni le sénat, ni les comices, ni même les légions consulaires ou provinciales, n’interviennent dans cette crise civique de manière monolithique et constante. Le parti césarien, dont la structure paraît, dès avant les Ides de Mars, divisée et instable, ne réagit pas mieux. De ce fait, dans un premier temps, à Rome, les divergences et les oppositions que provoqua la politique d’Antoine parmi les membres de l’élite du parti césarien mérite d’être analysées.

I. “naufragia caesaris amicorum” : le ralliement aléatoire des élites césariennes

10Le parti antonien ne naît pas, tout armé, le 16 ou même le 17 mars 44. Il se dégage lentement de la coalition césarienne et apparaît comme le fruit de la politique du consul. Celui-ci, avant de songer à forger un instrument autonome, a dû rassembler autour de lui les amis du dictateur. Ce n’est qu’après s’être imposé à eux comme un successeur possible qu’il entame son action personnelle.

  • 18 Syme [1939] 1967, 70, mettait en évidence l’absence de toute forme d’idéologie dans l’engagement, (...)
  • 19 Syme [1939] 1967, 73-74. Le fils aîné de Crassus a rejoint le camp de César, bien qu’il fût lié au (...)
  • 20 Syme [1939] 1967, 69-70.
  • 21 Plut., Caes., 58 ; D.C. 43.46-47.

11Les partis à Rome, nous l’avons vu, n’ont pas de structure stricte et n’obéissent pas à une idéologie, ou même simplement à un programme18 mais à un homme. Ont suivi César, aussi bien des réformateurs au passé populaire, tels que Q. Fufius Calenus ou A. Gabinius, que des aristocrates distingués, comme Licinius Crassus, Ti. Claudius Nero, ou encore Q. Fabius Maximus19. Tout au plus, Pompée s’étant allié à l’oligarchie alors au pouvoir, les tenants du conquérant des Gaules pouvaient se présenter comme les opposants à l’ordre établi20. La victoire obtenue, les limites du parti devinrent plus floues encore. Les succès et les adhésions qu’incita la clémence de César en modifièrent encore la composition. Cependant, le parti demeura. La personne de son chef ralliait ces hommes si divers : son invincibilité, son charisme, sa fidélité en amitié, mais aussi sa capacité à satisfaire toutes les ambitions21. L’assassinat constitua un tournant décisif et brutal. Après la disparition du dictateur et la trahison de certains partisans existait-il un moyen de cimenter encore l’organisation qui en avait fait la puissance ? La difficulté résidait là : contenir les forces centrifuges, et capter à son profit exclusif une organisation dont on n’était la veille qu’un des rouages. En fait, la succession appartient à celui qui maintient les privilèges acquis, tout en glorifiant la mémoire de César. Celle-ci ne cesse d’être ravivée par les discours, les écrits, les gestes publics ; elle est devenue le seul lien entre les anciens césariens. Mais pour rallier ces derniers il faut aussi faire preuve de charisme et convaincre que l’on est digne de remplacer César.

  • 22 App., BC, 2.78, trad. Torrens 1994.
  • 23 D.C. 44.34.1.
  • 24 App., BC, 2.131-132.

12Se mettre à leur tête n’est donc pas aisé. Appien simplifie apparemment la crise de succession en décrivant l’acte de subordination spontanée de Lépide envers Antoine “qui était un ami plus proche de César et exerçait le consulat”22. Dion Cassius, pour sa part, insiste davantage sur la compétition entre Antoine et les autres chefs césariens, Lépide et Dolabella23. En fait, l’auteur alexandrin désire dégager l’essence de la situation et l’exposer directement à son lecteur. Il n’édulcore pas l’histoire car, plus loin, il décrit les manœuvres de Lépide, évoque ses espoirs et ses craintes24. Mais, il est sensible à l’habileté du coup de main qui permet à Antoine de se hisser au sommet sans susciter, du moins au début, de véritable contestation. Pourquoi est-il accepté si aisément ? Parce qu’il dispose de trois atouts : sa position dans l’État et dans le parti césarien d’abord, sa promptitude à dresser des plans, ensuite, et le soutien de certains Césariens, dont les Calpurnii, pour finir.

  • 25 Grattarola 1990, 16-17.
  • 26 Cic., Fam., 11.1.1.

13P. Grattarola explique très clairement la force de la position d’Antoine, le 16 mars25. Il assumait avec César le consulat, régulièrement. La mort de son collègue ne le prive pas de la jouissance de sa fonction. Bien au contraire, après la disparition du dictateur, qui était en même temps le consul prior, le consulat redevient la plus haute magistrature et son dépositaire unique se retrouve, en quelque sorte, le chef de l’État. Lépide, au contraire, perd l’avantage, puisqu’un maître de la cavalerie n’a plus de raison d’être, hors du cadre de la dictature. Mais la solidité de cette position n’apparaît pas clairement dans les premiers jours qui suivent l’assassinat. Une lettre de D. Brutus, datée du 17 ou du 22 mars, évoque au contraire la peur d’Antoine qui craint les manœuvres des Républicains26.

  • 27 Grattarola 1990, 18-22.
  • 28 D.C. 44.22.1 ; App., BC, 2.119, cite Lentulus Spinther, Favonius, Aquinius, Dolabella, Murcus et P (...)
  • 29 La première argumentation est développée dans le discours de Brutus, App., BC, 2.138 et le second (...)

14Le second facteur de la réussite d’Antoine semble la rapidité avec laquelle il comprend la situation, pénètre la stratégie des conjurés, ou plutôt son absence, et contre-attaque27. Sa riposte vise deux objectifs : l’alliance avec les césariens actifs, à l’exception de ceux qui se sont compromis avec les assassins, comme Dolabella et Cinna28 et l’acceptation par le sénat d’une conciliation, afin d’éviter, ou plutôt, de retarder la guerre civile, conséquence pourtant inéluctable du geste de Cassius et Brutus. Il s’agit de gagner du temps pour préparer l’affrontement et affaiblir l’adversaire29. Cette tactique n’a de la simplicité que l’apparence. Elle contient un paradoxe : comment, à la fois, convaincre des gens qui ne désirent que la vengeance et prêcher la conciliation ?

  • 30 App., BC, 2.134-135. Pour le discours des funérailles, 2.143-146 ; D.C. 44.36-42.

15C’est là que se manifeste l’adresse de l’ancien lieutenant de César. En tant que consul, garant de la sauvegarde de l’État, il raisonne le sénat, lui remontrant la folie de l’entreprise, sans trancher sur la légitimité de l’assassinat30. À l’inverse, au nom de sa parenté, de son amitié et de son compagnonnage avec la victime, il s’associe à l’émotion populaire ; mieux, il lui donne forme. Il peut l’utiliser alors pour convaincre les Césariens et intimider les sénateurs indécis. Mais, pour incarner la mémoire de son ancien chef, il a besoin de l’appui d’une partie de l’élite césarienne, dont les Calpurnii, et de la bienveillance de l’autre partie.

16Que faut-il entendre par élite, dans ce cadre ? Elle englobe tous ceux qui, jouissant de la confiance du dictateur, recevaient des missions de première importance et avaient exercé les plus hauts commandements, géré les magistratures curules. Cependant, elle est aussi plus composite qu’il ne semble à première vue, car, parmi les proches amis et les conseillers du dictateur, se trouvent aussi bien de nobles parents, comme Calpurnius Piso, des adfines engagés, comme P. Vatinius, formés aux joutes oratoires ou au commandement des légions, que des chevaliers ou des scribes, agents d’affaires, secrétaires ou propagandistes, tels qu’Oppius, Balbus ou Curtius Postumus, hommes dont l’influence s’exerce discrètement, aux marges des relations privées et de la vie publique.

  • 31 Il la gouverne de 45 à 43, Cic., Fam., 5.9.4 ; Phil., 10.13 ; App., Illyr., 13 ; Marasco 1995, 283 (...)
  • 32 Vell. 2.76 ; App., BC, 3.46 ; D.C. 45.10.3.
  • 33 App., BC, 3.85, 4.53 ; Broughton MRR 2, 307 et 330.
  • 34 D.C. 43.51.4 ; Broughton MRR 2, 337.
  • 35 D.C. 46.53.1 ; Nic. Damas, Caes., 28.112.
  • 36 Cic., Phil., 3.21 ; Fam., 13.25.
  • 37 Nic. Damas, Caes., 26.96.

17L’élite sénatoriale du parti était disséminée le 15 mars 44. À la veille d’une campagne militaire d’envergure et encore aux prises avec les reliquats du parti pompéien dans la péninsule Ibérique, les plus compétents étaient à la tête des armées, ou s’apprêtaient à rejoindre leur province. P. Vatinius guerroyait depuis plus d’un an en Illyrie31 ; Asinius Pollio avait rejoint l’Hispanie Citérieure à l’issue de sa préture, au début de l’année32 ; T. Sextius gouvernait l’Africa Nova33. Parmi les anciens légats ou officiers équestres qui avaient secondé César en Gaule ou durant la guerre civile, ne demeuraient à Rome que P. Ventidius, désigné préteur pour l’année suivante34, L. Munatius Plancus, consul désigné pour 4235, à la veille de son départ pour la Gaule Chevelue. Pour sa part, Calvisius Sabinus revenait tout juste d’Africa Vetus pour obtenir la prorogation de son commandement36. Avec Marcius Censorinus, il se battit pour défendre César contre les poignards de ses assassins37. Les magistrats curules qui ne se sont pas impliqués dans la conjuration apportent aussi leur soutien. Cette dispersion explique que le parti antonien n’ait pas toujours constitué une majorité sûre et influente dans les mois qui suivent les Ides de Mars.

  • 38 Cic., Pis., 8 ; l’orateur souligne leur collusion à l’occasion de la célébration des jeux compital (...)
  • 39 Q. Fufius Calenus, Cic., Att., 8.17. T. Munatius Byrsa, tribun de la plèbe favorable à Clodius en (...)
  • 40 Caes., Civ., 1.3.6 ; Cic., Fam., 14.14.2 ; D.C. 41.16.4.
  • 41 Cic., Att., 10.8a. 2, 1er mai 49.
  • 42 Calpurnius Bestia était en exil ; les Bibuli dans l’autre camp.
  • 43 L. Calpurnius Piso et les Antonii ont, d’autre part, des relations privilégiées avec Placentia. Le (...)
  • 44 Plut., Ant., 15.1 ; Cic., 43.6 ; App., BC, 2.125 ; 3.17 ; Flor., Epit., 4.4.2 ; D.C. 46.23.1.
  • 45 Cic., Phil., 3.26.

18Cependant, dans l’oligarchie césarienne se distingue L. Calpurnius Piso, qui joue alors un rôle déterminant. Avant de l’expliquer plus précisément, il convient de rappeler les liens qui rapprochent les deux hommes, outre, bien sûr, leur fidélité commune au défunt. En premier lieu, viennent des souvenirs de connivence politique. Durant son consulat, en 58, L. Calpurnius a soutenu les agissements de Clodius, dont Antoine avait été le familier, peu de temps auparavant, et fréquenta alors certains de ses partisans les plus actifs, parmi lesquels le fameux Cloelius, rappelé en 4438. Dans cette mouvance, il rencontra également des soutiens au sénat du tribun de 58, Q. Fufius Calenus et T. Munatius Byrsa39. Tout ceci ne constitue cependant qu’un épisode, d’ailleurs en contradiction avec la pondération diplomatique dont il fit preuve dans les années suivantes40. Il existe aussi des liens de fidélité privée entre la gens Calpurnia et Antoine. En 49, Cicéron reçoit la visite d’un homme de confiance de ce dernier, un familiaris, chargé d’une mission importante, puisqu’il doit convaincre l’orateur de ne pas rejoindre le camp pompéien. Ce personnage, qui appartient de toute évidence à la noblesse sénatoriale, se nomme Calpurnius41. Comme il ne s’agit ni d’un Bestia ni d’un Bibulus, il ne reste qu’à le ranger parmi les Pisones42. Il paraît possible de l’identifier avec L. Calpurnius Piso, légat d’Antoine en Macédoine, en 43. L’existence de cette relation expliquerait que l’on trouve trois Pisones dans le parti d’Antoine en 44-43. Ce n’en est pas la seule cause43. L’autorité qu’exerce L. Calpurnius, consulaire et censorien, sur sa famille, dont il est le véritable chef politique, incite aussi bien Calpurnia à remettre papiers et valeurs à Antoine44, que M. Pupius Piso à témoigner au consul “plus de considération qu’il n’eût voulu, depuis la mort de César”45 ; cette phrase laisse deviner qu’on exerça une pression sur sa volonté, à moins qu’il ne s’agisse d’une pieuse excuse pour dissimuler ses hésitations.

  • 46 Calpurnia lui remet, en effet, environ100 millions de sesterces. Une partie de ce trésor était rés (...)
  • 47 Enfin, son attitude, lors des débats sénatoriaux de l’hiver 43, confirme l’appui qu’il apportait à (...)

19L’alliance immédiate du consul de 58 ne fait aucun doute. Deux démarches la prouvent : l’aide de Calpurnia et son rôle dans les funérailles de César. Elles constituent des actes d’investiture pour le nouveau chef césarien. Dans le premier cas, Piso met entre ses mains les leviers du pouvoir : les notes du dictateur, qui permettent à Antoine, durant toute l’année, de forger des volontés posthumes qui servent ses intérêts, ainsi qu’un trésor capable d’éteindre des dettes46, de réduire les scrupules au silence et d’acheter bien des fidélités. Dans le second cas, son aide paraît plus décisive encore. En tant que beau-père du dictateur, il représente naturellement ses intérêts. Au devoir public s’ajoute donc pour lui une piété privée, d’autant plus spontanée qu’une réelle amitié semble avoir uni les deux hommes. De plus, l’ancienneté et la solidité de l’alliance conclue entre eux, puisqu’elle a résisté à quinze ans de discorde civique, tend à faire de Calpurnius le garant de la légitimité césarienne47.

  • 48 App., BC, 2.135.
  • 49 Yavetz 1990, 236-237.
  • 50 Cic., Mil., 11-13 ; App., BC, 2.21 ; D.C. 40.49.1, par exemple.
  • 51 Ascon., Mil., 18.35, Clark. Delia 1991, 211, n 17, établit un parallèle entre les deux funérailles
  • 52 Le tribun roussi de Cicéron, mais aussi des allusions directes dans les Philippiques, 6.10, Cic., (...)
  • 53 Cic., Att., 14.10.1.

20Sa première intervention au sénat date du 17 mars. Si l’on suit le récit d’Appien48, à la faveur du désordre qui succède à la fin de la séance, des sénateurs favorables aux tyrannicides entourent Piso et tâchent de l’intimider. Ils désirent que les funérailles de César demeurent une affaire privée et que son testament reste lettre morte : les biens d’un despote doivent être confisqués par l’État. Le problème des honneurs funèbres étant délicat, Antoine l’a délibérément laissé de côté, pour ne pas perdre l’avantage dans ce débat houleux ; celui qui veut éteindre un feu ne jette pas d’huile dessus. C’est d’ailleurs l’argument implicite des sénateurs qui s’y opposent : si les Césariens désirent la paix qu’ils abandonnent ce casus belli. Deux enjeux se mêlent ici, l’un théorique, l’autre pratique. Une question de principe, avant tout, se pose : la façon dont on traite la dépouille indique la façon dont on considère le défunt, comme un tyran, un magistrat qui a outrepassé ses pouvoirs pour réduire ses concitoyens en esclavage ; ou un quirite qui a reçu, dans des circonstances inédites, des pouvoirs extraordinaires mais légitimes ? Dans le premier cas, ses assassins sont dans leur droit, car ils ont sauvé la patrie. Ils méritent la gloire, tandis que le corps doit être enseveli dans l’anonymat. En revanche, dans le second cas, les conjurés sont des traîtres, passibles d’un châtiment exemplaire et leur victime doit être honorée. En dépit de la fièvre partisane, personne n’est dupe. César n’a reçu ses pouvoirs régulièrement qu’après s’être imposé par la force, et la puissance qu’il concentrait entre ses mains faussait le libre jeu des institutions à son seul profit. Le fond du problème est donc ailleurs. Les sénateurs romains sont trop pratiques pour se battre sur des questions purement théoriques. Les heures qui viennent de s’écouler ont montré aux conjurés que l’édifice construit par César ne s’écroulait pas avec lui et qu’il demeurait très populaire malgré tout49. Ils craignent donc que des funérailles officielles, outre leur portée symbolique, ne soient l’occasion de violences tournées contre le sénat, comme l’avaient été, en 52, celles de P. Clodius50. D’autant plus qu’aux côtés d’Antoine se trouvent d’anciens artisans de ces fameuses émeutes, Fulvia51, son épouse, et Titus Munatius Byrsa52, pour ne citer que les plus célèbres. Les seuls en mesure de déclencher, puis de réprimer, les dérèglements de la foule sont les Césariens. Il importe donc à leurs adversaires de leur ôter cette arme politique et, pour Calpurnius et Antoine, au contraire, d’obtenir la publicité des funérailles qui sont, plus encore que d’ordinaire, une cérémonie de glorification civique. Ces facteurs expliquent que Brutus ait déclaré alors, si l’on en croit Cicéron, que si les funérailles étaient célébrées leur cause était perdue53.

  • 54 App., BC, 2.136.
  • 55 Cependant, pour le testament, Calpurnius n’est pas cité explicitement, Plut., Caes., 68.1, App., B (...)
  • 56 App., BC, 2.143. Martin 1993, 37-39, souligne l’importance de cette revendication de l’héritage. S (...)
  • 57 Il le désintéressa essentiellement en obtenant son élection au Pontificat suprême, dans des condit (...)
  • 58 En renonçant à son opposition à l’élection de Dolabella, D.C. 44.53.1.
  • 59 Contrairement à ce qu’estime Grattarola 1990, 130, Dolabella n’est pas un Antonien.
  • 60 Lépide, en maintenant l’ordre, les 16 et 17. Dolabella, par la suite, dans l’affaire de l’autel dé (...)

21Calpurnius en appelle au consul ; tous deux désirent réaffirmer leur “césarisme”. La séance est donc rouverte ; Piso défend la mémoire de César et emporte la conviction, le sénatus-consulte entérine cette décision54. Qu’elle soit ou non préméditée, cette manœuvre révèle l’entente profonde entre les deux hommes. Piso intervient une seconde fois, dans la conduite des funérailles. Comme dépositaire du testament, il en préside la lecture publique55, en qualité de beau-père, il assiste à l’incinération. D’après Appien, c’est lui, et non pas Antoine, qui ordonne que le corps soit transporté, ô combien symboliquement, sur le Forum. Il est très probablement responsable aussi du choix de l’orateur. Bien sûr, l’éloge funèbre fut prononcé par Antoine. Le fait que Piso se soit effacé devant lui le désigne comme le véritable successeur du défunt. Les trois raisons alléguées pour cette décision sont qu’Antoine prend la parole “en tant que consul pour un consul, en tant qu’ami pour un ami, en tant que parent pour un parent”56. Cette phrase justifie en réalité ses droits d’héritier politique, sa place dans l’État, sa fidélité à sa cause, son adfinitas avec le défunt. Appien attribue une mise en scène théâtrale. Cet apparat funèbre est extrêmement suspect ; on n’en trouve aucun écho dans la correspondance de Cicéron. Il n’est pas sûr qu’Antoine ait eu l’intention de déclencher une émeute. Quoiqu’il en soit, la prise de parole suppose un accord préalable des chefs césariens avec Antoine, le 16 mars et les jours suivants. L’appoint de l’exécuteur testamentaire conforte l’autorité du magistrat. Ce dernier use de son pouvoir pour désintéresser Lépide57 et ramener Dolabella à ses anciennes amitiés58. Pourtant, quoique césariens, ces deux hommes ne peuvent être rangés parmi ses auxiliaires59. Ils mènent, l’un et l’autre, une politique autonome et ne lui prêtent leur concours que très ponctuellement60. Lépide apparaît comme un égal, Dolabella un adversaire ondoyant et imprévisible. La prudence du consul à leur égard prouve qu’ils constituent un danger réel au sein d’un parti qu’il n’a pas eu le temps encore de faire sien.

  • 61 Plut., Caes., 68.3-7 ; App., BC, 2.147 ; D.C. 44.50.4.
  • 62 Crawford 1974, 485 no 475 ; Broughton MRR 2, 313.
  • 63 Plut., Brut., 19.1.
  • 64 Cic., Fam., 10.8.1-2.

22En dehors de L. Piso, quelle aide Antoine peut-il escompter, les premiers temps, du parti césarien au sénat ? Les magistrats césariens, pour la plupart, disparaissent provisoirement de nos sources, durant les jours qui suivent ces événements. En fait, ils doivent être présents lors de la séance du 17 mars, mais ils ne sont pas individualisés. Les historiens antiques confrontés à la multiplicité des péripéties, ont opéré des choix. Ne figurent parmi les acteurs retenus que les renégats, comme Cornelius Cinna, les innocentes victimes, telles qu’Helvius Cinna61 et quelques intervenants remarquables. L. Munatius Plancus, prétorien, consul désigné, qui fut un des légats du conquérant des Gaules, échappe à ce titre à l’anonymat général. Il appartient, nous l’avons vu, à l’élite du parti. Il jouit pendant plusieurs années de la faveur constante de César et reçoit des pouvoirs importants durant l’une de ses absences, puisqu’il fut praefectus Urbi en 4562. Il doit trancher alors quelques affaires délicates, notamment celle des dettes d’Antoine, ce qui ne contribue pas à faciliter de bonnes relations entre les deux hommes. Néanmoins, lors de la réunion au temple de Tellus, il soutient celui-ci et prêche, après lui, la paix63. Une incertitude demeure : défend-il ainsi la concorde civile seulement, ou la politique de celui qui désire se mettre à la tête des Césariens ? Ce magistrat prudent entretient l’ambiguïté ; durant l’année qui suit, il laisse espérer son adhésion à tous les camps pour ne s’engager qu’à coup sûr64.

  • 65 App., BC, 2.129.
  • 66 App., BC, 3.14 ; 3.27.
  • 67 Cic., Phil., 3.26 et 14.26. Sur les liens de clientèle unissant les Gallii et les Antonii, voir in (...)
  • 68 Cic., Phil., 14.26.

23Ce n’est pas là le seul appui que trouve le consul chez les Pères Conscrits. Ainsi, ses ennemis sont déroutés par une manœuvre des préteurs de l’année, qui déclarent massivement qu’ils vont se démettre de leur charge afin de provoquer un vote populaire65. Les noms de ces magistrats ne nous sont pas conservés, mais on peut deviner sans peine qu’il s’agissait de C. Antonius66, M. Gallius67, familiers d’Antoine, mais aussi de M. Pupius Piso, M. Vehilius et, sans doute, L. Cornelius Lentulus Cruscellio. Pour ces trois derniers, Cicéron confirme qu’ils ont été des alliés provisoires du consul, bien malgré eux, cela va de soi68.

  • 69 Cic., Att., 14.4, 1-4, 24 mai 44. À vrai dire, il a toujours été persuadé qu’il comptait avec lui (...)
  • 70 D.C. 38.8.9 ; il s’agit d’une loi électorale, interdisant la confusion des suffrages, afin de savo (...)
  • 71 D.C. 38.8.1 ; Broughton MRR 2, 188.
  • 72 Cic., Att., 8.17.
  • 73 Wiseman 1971, no 185.
  • 74 Cæs., Hirtius, Gal., 8.39.4 ; Civ., 3.56 ; Cic., Att., 11.15, 2 ; SIG3, 761 ; Plut., Brut., 8.67.
  • 75 Cic., Phil., 10.4, sur son rôle dans les débats sénatoriaux de l’hiver 44-43, cf. chap. 1b.
  • 76 App., BC, 4.47.
  • 77 C. Fufius Cita, qui appartenait aux milieux d’affaires césariens était peut-être un proche de sa f (...)

24Dans cette élite sénatoriale césarienne se trouve enfin un consulaire, Q. Fufius Calenus. Il reste discret durant les premiers mois qui suivent la mort de César. Mais sa sympathie, déjà ancienne, pour Antoine se lit en filigrane dans la correspondance de Cicéron. Ce dernier exprime sa méfiance, dès le mois de mai 4469. L’orateur se tient à l’écart, de toute façon, de cet homme qui, par le passé, appartint régulièrement au camp opposé. Tribun de la plèbe en 6170, il présenta une réforme du vote dans les comices centuriates ; préteur en 5971, il soutint activement César ; en 57, Clodius72. Cet homme nouveau73 n’a pas varié, il a choisi son camp et y demeure fidèle, sans état d’âme, avec une obstination que Cicéron ne peut comprendre. Non content de se distinguer dans les joutes du forum ou du sénat, Fufius a commandé des légions césariennes en Gaule et en Achaïe74. Dans cette première ébauche d’un parti sénatorial antonien, il apporte des appuis différents de ceux de l’autre consulaire, Calpurnius Piso. Il n’appartient pas à l’oligarchie ancienne, mais il jouit d’une fortune opulente et tient entre ses mains un écheveau de relations étendues, qui incluent aussi bien C. Vibius Pansa75, son gendre, que Terentius Varro76. Issu d’une vieille souche campanienne, il conserve des amis et, peut-être, des parents dans l’ordre équestre77. Il constitue donc un allié précieux, car puissant et expérimenté, bien connu de la plèbe romaine et des vétérans, unanimement considéré comme un césarien fidèle.

  • 78 D.C. 48.40.5 ; Treggiari 1969, 184-185.
  • 79 Cic., Fam., 6.12.2. Cicéron affirme qu’il tient tous les familiers de César enserrés dans un lien (...)

25Le cœur de l’entourage césarien ne réside pourtant pas là. Ces personnalités jouissaient de l’estime du dictateur de son vivant, mais ne partageaient pas tous ses secrets. Une grande partie des décisions mûrissait dans un cercle étroit, composé de citoyens apparemment plus modestes. Ce sont eux, avant tout, qu’Antoine doit convaincre. Le groupe des conseillers privés et des procurateurs conserve pour nous des contours flous. Il se mélange avec la familia et englobe esclaves et affranchis. L’exemple le plus célèbre de ces grands affranchis, en même temps que le plus représentatif de la continuité dans le service, paraît être celui de C. Julius Demetrius78. Libéré par le dictateur, il demeure en fonctions et représente, en 39, les intérêts d’Antoine à Chypre. Cependant, le “conseil étroit” de César est dominé par quelques personnalités. Dans une lettre de mai 45, qu’il adresse à Ampius Balbus, Cicéron nomme ceux qui passaient, auprès des milieux bien informés, pour les véritables inspirateurs de sa politique : Balbus, Oppius, Matius, Postumus79.

  • 80 Des Boscs-Plateaux 1994, 7-35.
  • 81 Sur son rôle, voir les remarques de Syme [1939] 1967, 77, 80, 84, 88 ; pour un portrait de cette f (...)
  • 82 Cic., Att., 10.18.2. 19 mai 47.
  • 83 Gell., Att., 17.9 ; Des Boscs-Plateaux 1994, 21.
  • 84 Pour reprendre l’expression de Des Boscs-Plateaux 1994, 24.

26C. Cornelius Balbus apparaît comme un des plus singuliers homme de pouvoir de son temps80. Richissime citoyen romain de fraîche date, mais potentat de Gadès (Cadix), il passe de la clientèle de Pompée à celle de César à la faveur de leur alliance81. Peu de tractations financières ou d’accords diplomatiques échappent à son contrôle ou à sa vigilance. À partir de 49, il devient omniprésent dans la correspondance de Cicéron, indice de sa grande influence. Sa connivence avec César est si bien connue que l’orateur épie son humeur, pour mesurer la faveur et la disgrâce, ou deviner le sens des communiqués militaires82. Oppius et Balbus communiquent avec le proconsul en Gaule, puis avec le dictateur par des messages codés83. Il devient, après la victoire de César, le “fondé de pouvoir” du dictateur84.

  • 85 Oppius, RE, no 9, Nicolet 1974, no 251 ; peut-être est-il originaire de Spolète ? CIL, I2 4772 ; X (...)
  • 86 Cic., Att., 12.2.2, avril 47 ; Fam., 6.8.1.
  • 87 Cic., Att., 12.29.2. Ils interviennent pour se porter garants d’une dette de Faberius.
  • 88 Cic., Att. 12.13.2. Cicéron ne désire pas assister au banquet des augures, après le décès de Tulli (...)
  • 89 Lettre ouverte sur la clémence. : Cic., Att., 10.7c. 1.
  • 90 Cic., Att., 13.27.1.

27Il est presque toujours associé à un autre financier, d’origine italienne cette fois, C. Oppius85. Ensemble, ils assument des missions de première importance. De 49 à 47, en 47 surtout, ils veillent aux intérêts de César en Italie et secondent le maître de la cavalerie, Marc-Antoine86. Ils interviennent souvent comme intermédiaires dans les prêts, comme caution, ou comme garants d’un accord87. Pour Cicéron, ils sont des ambassadeurs permanents auprès de César et il ne manque jamais de leur écrire pour se justifier88. Ils ne se contentent pas de ce rôle passif : ils ont la charge de la propagande procésarienne. À ce titre, ils sont les destinataires d’une lettre ouverte de César justifiant sa politique89, et censurent les œuvres qui n’abondent pas dans le sens du pouvoir90 ; ils sont donc au centre du parti césarien.

  • 91 Nicolet 1974, no 228. Bien que Cicéron souligne l’ancienneté de leurs relations, il appartient peu (...)
  • 92 Il était, à la fois, l’ami de César et de Cicéron, de Trebatius et d’Auguste, plus tard.
  • 93 Le surnom de Calvenna apparaît à plusieurs reprises dans la Correspondance, notamment, Att., 14.1.
  • 94 Le richissisme banquier C., Rabirius Curtius Postumus est décrit, par Syme [1939] 1967, 78, comme (...)
  • 95 RE, no 1, Münzer.

28C. Matius91 joue un rôle assez semblable. L’affection qui le lie à César est indéfectible, mais il conserve des relations dans tous les camps92, notamment l’amitié, dépourvue d’indulgence, de Cicéron, qui l’a surnommé Calvenna93. Le financier C. Curtius Postumus94 et le scribe Faberius95 complètent ce tableau du “bureau politique” du dictateur. Ces personnages n’ont pas seulement apporté leur argent et celui de leurs clients, bien qu’ils aient comme caractéristique commune de compter parmi les hommes les plus riches de leur temps, mais ils sont, avant tout, des personnalités très influentes : par les prêts et les obligeances, ils ont enchaîné maints sénateurs. De plus, gens de lettres et de beaucoup d’esprit, ils mettent leurs brillantes qualités au service de la victoire de César, puis de sa mémoire dans les années qui suivent. Celui qui parviendrait à les rallier détiendrait un atout majeur. À l’inverse, sans leur appui ni leur consentement, Antoine ne peut espérer s’affirmer comme le successeur du dictateur. Certes, Piso lui a apporté l’onction familiale, mais Oppius, Balbus, Matius, sont les garants de l’orthodoxie césarienne et les gardiens de bien des secrets. Or, leurs relations avec Antoine sont changeantes et diverses.

  • 96 Cic., Att., 16.16b. 1 ; 14.18.1 ; Plut., Ant., 15, 2-4 ; App., BC, 3.5 ; sur l’utilisation des pap (...)
  • 97 Cic., Att., 15.13.3 ; 28 oct. 44.
  • 98 Cicéron était, de toute façon, en comptes avec Faberius, qui était son débiteur, depuis la guerre (...)
  • 99 Il est peut-être à l’origine de la proscription de Verginius, App., BC, 4.48 qui était son débiteu (...)

29De ces hommes puissants, c’est le discret Faberius qui s’avère le plus efficient auprès d’Antoine. Au courant de tous les dossiers du dictateur dont il était le secrétaire, il aide le consul à recenser et à utiliser les papiers de César et à dresser les comptes de son trésor, sans doute dès le 16 ou le 17 mars. Ses détracteurs affirment qu’il a ajouté des notes et en a falsifié d’autres96. Seuls, pourraient répondre Balbus et Oppius, mais ils restent muets, signe de leur accord tacite. En 43, Faberius demeure au service d’Antoine ; Atticus, ennemi des ruptures brutales, conseille à Cicéron de le ménager. Assez curieusement, l’orateur, qui pourtant s’engage dans l’ultime combat des Philippiques, suit ce conseil de modération97. Cela dit assez l’influence de Faberius98. Le triumvirat le récompensa de ses services, en le faisant profiter de la proscription et en lui permettant de régler quelques comptes99. Sa trace se perd ensuite.

  • 100 Cic., Att., 14.1 ; 14.2.

30C. Oppius, Matius et Balbus semblent avoir été atterrés par la mort de César. Cicéron témoigne de la profondeur et de la sincérité de leur douleur. Des lettres des premiers jours ressort l’impression que cet événement les a plongés dans une hébétude qui freina leur capacité de décision. Leur position paraissait compromise par ce décès. Il semble pourtant qu’il n’en fut rien100. Ils réagirent tous les trois différemment.

  • 101 Cic., Att., 14.1.1, 7 avril 44.
  • 102 Cic., Fam., 11.29 ; d’ailleurs, en octobre 44, il a repris du service, pour Octavien cette fois, p (...)
  • 103 Suet., Jul., 52.4.

31C. Oppius ne paraît pas s’engager, tout de suite. Au début d’avril, Cicéron jugea son attitude très sage ; il regrette César, mais il ne prononce pas une parole susceptible d’offenser un “homme de bien”101. Il semble décidé à se consacrer désormais à des travaux littéraires. Cependant, personne n’est dupe : l’écriture constitue un moyen, sans équivoque, de poursuivre des activités politiques et la rédaction d’une biographie de César, quelques semaines après son assassinat, ne se limite pas à un acte de piété amicale. Par ce biais, il réfute les discours des assassins du dictateur qui se vantent d’être les” auctores Libertatis”. Une autre lettre de l’orateur, datée du 30 juin ou du 1er juillet 44102, rappelle à Oppius leurs bons offices mutuels. Cicéron recherche des appuis dans l’autre camp et, tout naturellement, tente de renouer les liens anciens avec les Césariens qu’il connaît. Cette démarche ne paraît pas avoir de suite, mais elle prouve qu’Oppius est demeuré fidèle à ses attaches et travaille sans doute auprès du consul, du moins jusqu’à l’été. Un autre élément permet de le dire. Quelques années plus tard, lorsqu’il veut faire reconnaître Ptolémée Césarion comme le fils de César, Antoine fait appel à son témoignage103. Cela montre qu’il voit toujours en Oppius un allié sûr. Cette demande se retourne contre son auteur : entre temps, Caius, comme Matius, a choisi le camp d’Octavien.

  • 104 Cic., Att., 14.2. Il souhaite en effet une vengeance rapide, Cic., Att., 14.1 ; Nic. Damas, Caes.,(...)
  • 105 Cic., Att., 15.2. Il rencontre Octavien, au milieu d’avril 44, en Campanie, Att., 14.10.3 ; en nov (...)

32C. Cornelius Balbus, lui, réagit plus vite. Il se range aux côtés d’Antoine dès le mois de mars et lui prête son concours à sa défense des acta de César. Il affiche alors son attachement pour le consul, mais dissimule le fond de sa pensée104 ; la politique de ce dernier ne le satisfait pas, car il souhaite une prompte vengeance du meurtre de César. Quelque temps plus tard, il nourrit de nouveaux projets. dont on ne sait rien de plus, car il disparaît alors durant quatre ans, pour revenir dans la gloire du consulat105. Il a, très probablement, mis sa puissance au service d’Octavien dès le mois de mai 44.

  • 106 Cic., Att., 14.1.1. D’ailleurs, des troubles localisés se produisent en Gaule, ainsi qu’en témoign (...)
  • 107 Cic., Att., 15.2. Parmi les curateurs se trouvent également, C. Curtius, déjà cité et Tebassus, in (...)
  • 108 Plut., Caes., 16.3-4 ; Cic., Att., 13.23.3.
  • 109 Cet ancien centurion, originaire sans doute d’Acerrae CIL, X, 3758, commanda en Afrique pour le co (...)
  • 110 Désignation de mauvais augure d’après l’orateur. Les Sasernae sont tous trois des Antoniens Cic., (...)
  • 111 Cic., Fam., 11.28, C. Matius a affirmé qu’il rendait souvent au consul Antoine, une visite de salu (...)

33Le rôle de C. Matius semble complexe. Plus bouleversé sans doute que ses amis, il se répand en propos sinistres, prévoit une révolte de la Gaule et prédit mille catastrophes en punition de l’assassinat106. Il réapparaît cependant quelque temps plus tard, en juin 44, comme procurateur des jeux en l’honneur de César107. Cela ne prouve pas qu’il soit déjà un partisan d’Octavien. En effet, parmi les curateurs, se trouvent des Césariens fidèles, comme C. Cassius Scaeva, qui perdit un œil à Dyrrachium108, Fuficius Fango qui, lui, prend le parti du fils adoptif de César109 et Hostilius Saserna110, qui figure, au contraire, parmi les Antoniens. C. Curtius Postumus s’y rencontre également, mais on ne peut déterminer son camp à ce moment-là. Cette participation, inspirée par la piété amicale, est portée à charge contre lui : les amis de Cicéron accusent C. Matius d’être un Antonien déguisé, ce dont il se défend avec la dernière énergie, en octobre 44. Pour l’essentiel, ses ennemis lui reprochent trois “gestes” : d’avoir honoré la mémoire de César en acceptant d’être le commissaire des jeux, d’avoir émis un vote favorable sur une des lois de Marc Antoine et d’avoir montré son estime à ce dernier en lui rendant souvent visite. Cicéron, dans cet échange épistolaire, souligne que la haute situation de Matius dans l’État le désigne à l’attention générale et que chacun de ses gestes, même privé, acquiert une dimension politique. C. Matius admet qu’il entretient de bonnes relations avec Antoine mais refuse d’être compté au nombre de ses partisans111. Son mépris affiché pour les Antoniens est loin d’égaler toutefois sa haine pour les tyrannicides. La lettre qu’il envoie à Cicéron justifie sa propre action, mais elle a un ton polémique qui montre que toute conciliation s’avère impossible avec Cassius, Brutus et ceux qui les soutiennent. C. Matius reste donc fidèle à la mémoire de César, mais il tient la balance égale entre Octavien, pour lequel il accepte la curatelle des jeux, et Antoine, qu’il appuie, en s’efforçant de ne pas se compromettre irrévocablement.

  • 112 C. Oppius composa une biographie de César qui fut une des sources de Plutarque, Caes., 17.7, avec (...)

34Il ressort de cet aperçu qu’aucun des amis intimes de l’ancien dictateur ne suit durablement Antoine. Seul, Faberius lui fournit une aide prolongée, mais il demeure dans une position secondaire ; son appui est d’ordre technique, il ne possède pas l’entregent des Oppius, Balbus, Matius et Postumus. Ceux-ci apportent leur soutien au consul, au début de 44, lors de sa prise de contrôle du parti césarien. Sans leur accord, tacite ou explicite, ni les papiers, ni les biens de la victime ne lui seraient parvenus et sa législation aurait été vivement contestée. En plus, ils contribuent activement à la célébration de la mémoire de César, par les jeux, les dons, les œuvres littéraires, ce qui sert également la politique d’Antoine112. À partir de l’été 44, ils prennent leurs distances à son égard, semble-t-il. Cette réserve est le corollaire d’attaques de plus en plus dures au sénat ; un certain nombre de Césariens se détachent alors d’Antoine, les abandons les plus notoires étant ceux des consuls désignés pour 43, Hirtius et Pansa. Octavien commence à apparaître comme un compétiteur valable.

35En outre, sa jeunesse laisse espérer qu’il est plus malléable qu’un chef expérimenté. Enfin, il ne faut pas perdre de vue que le but ultime des fidèles du dictateur défunt reste le châtiment de ses meurtriers, revendication que la politique temporisatrice d’Antoine ne satisfait pas. Ses anciens compagnons se divisent donc entre des courants divers. Cette libération des forces centrifuges du parti césarien, dans un premier temps, affaiblit la position du consul, qui perd progressivement le soutien unanime qu’il escomptait, mais lui permet, à moyen terme, de créer enfin son propre parti, dont il peut faire un instrument plus docile. La bataille oratoire que se livrent ses amis et ses adversaires, à partir de décembre 44, s’avère donc une étape décisive dans cette évolution.

II. Chronique d’une bataille perdue : le parti antonien au sénat (17 mars 44 - 27 avril 43)

  • 113 Cic., Phil., 1.1, traduction de Wuilleumier 1959, 54 ; Bonnefond-Coudry 1989, 648-649.
  • 114 Bonnefond-Coudry 1989, 756-766, démontre, à l’appui de témoignages convaincants, que, ni Salluste, (...)
  • 115 La séance du 17 mars est unanimement commentée par les historiens antiques cf. tableau 1. Le récit (...)
  • 116 Cic., Phil., 1.2, traduction de Wuilleumier 1959, 55. Cicéron, bien sûr, peint en des couleurs idy (...)
  • 117 Deniaux 2005, 217.

36“Quand je gardais l’espoir que l’État était rendu à vos délibérations et à votre autorité, je me fixais comme devoir de rester en faction à mon poste de consulaire et de sénateur”113. Cicéron présente donc les Ides de Mars comme une libération et un retour au fonctionnement normal des institutions. Concrètement, cela signifie que le sénat, véritable guide de l’État romain aux yeux de l’orateur comme de la totalité de ses contemporains114, retrouve ses prérogatives et son indépendance à l’égard des magistrats et surtout du consul. Les faits l’attestent. Aussi importantes que soient les harangues populaires des Libérateurs ou des Antoniens, les décisions s’élaborent au sénat, lors des séances du 17 et du 18 mars, à l’issue d’un long débat houleux, où s’affrontent les argumentations des deux camps115. Antoine, pas plus que les autres chefs césariens, ne dispose d’une autorité suffisante pour dicter sa politique aux Pères conscrits ou à l’État tout entier. Il lui faut donc se concilier l’assemblée, puis s’appuyer sur elle pour gouverner. Cicéron, dans la première Philippique, reconnaît volontiers que le consul a honnêtement collaboré avec ses collègues tout d’abord : “pour les conférences qu’il tenait chez lui sur les affaires publiques, il avait recours aux premiers de l’État, il soumettait à notre ordre les plus sages propositions116”. Dans sa législation Antoine reprend les pratiques antérieures à la dictature de César et ne présente de proposition aux comices qu’après un examen préalable au sénat et après sa formalisation par un sénatus-consulte117. Cette idylle, cependant, ne dure guère, et des oppositions se manifestent dès le mois de juin, avant que les relations ne se dégradent à l’automne et ne se rompent après le départ de Marc-Antoine en Cisalpine.

  • 118 D.C. 46.1-28. Il cite des faits communs avec les Philippiques, par exemple le rappel de Licinius, (...)
  • 119 App., BC, 3.54-61.

37La dernière phase, du 20 décembre 44 au 27 avril 43, apparaît comme une âpre lutte oratoire, dont il ne nous reste qu’une voix, celle de Cicéron. Cette bataille, menée en l’absence de leur chef, les Antoniens l’ont doublement perdue : devant l’assemblée, car les avis de leurs adversaires ont prévalu ; devant l’histoire, car aucun fragment ne subsiste de leurs discours. Ainsi, lorsque Dion Cassius désire rendre la parole à Q. Fufius Calenus, il utilise le procédé de la controverse, en renversant simplement les arguments du discours de Cicéron. L’essentiel de sa documentation provient, semble-t-il, des Philippiques118. Appien, suivant une orientation différente, met dans la bouche de Calpurnius Piso une improvisation habile sur la légitimité du proconsul. Bien que cette mise au point soit assez conforme à ce que l’on devine du caractère de cet épicurien modéré et soucieux d’équité, elle apparaît comme une reconstitution complète119. Le 27 avril 43, le vote du sénatus-consulte qui déclare Antoine et les siens hostes publici, interdit désormais toute défense de leur personne ou de leurs actions. Il n’y a plus, officiellement, d’Antonien au sénat. Malgré tout, Cicéron a mis plusieurs mois à obtenir la victoire, en fin de compte, ce qui signifie qu’une partie des sénateurs, parmi les plus influents, soutient toujours le proconsul. Qui sont-ils ? En quoi consiste leur rôle ? Quelle est leur autorité sur l’assemblée ?

  • 120 Albedius, T. Annius Cimber, L. Calpurnius Bestia, Sex. Titus, M. Gallius, M. Insteius, Caelius, De (...)
  • 121 App., BC, 2.119 ; 127-128 ; 3.2 ; 27-30, ce qui explique peut-être que des Césariens vindicatifs s (...)
  • 122 App., BC, 2.119.
  • 123 App., BC, 2.128.
  • 124 Sur cette séance, Grattarola 1990, 18-20. Il convient de rapeller que chaque source met en scène c (...)

38La composition du groupe de pression antonien au sénat ne se dégage pas aisément. À part ses parents (ses frères, Caius et Lucius, qui exercent la préture et le tribunat, ses deux oncles consulaires) et des adfines, tels que P. Sulpicius Rufus, ainsi que quelques sodales120, Antoine ne doit compter que sur les Césariens. Dans cette assemblée, les Antoniens sont donc, avant tout, des ralliés. Quelle est l’attitude de la majorité des sénateurs à l’égard d’Antoine ? Les avis divergent. Appien insiste sur l’hostilité que les Pères conscrits manifestent dès le départ pour le consul121. Il les présente comme le plus solide rempart des Libérateurs ; ces derniers estiment que sont réunis dans la curie leurs amis ou leurs parents et qu’ils sont désormais las de s’entendre dicter des ordres, au lieu de prodiguer leurs conseils122. En fait, cette impression ne se dégage, ni du récit de Dion, ni de la correspondance de Cicéron. La réalité semble plus nuancée que ne l’affirme l’auteur alexandrin. Le sénat de 44 doit sa composition à César, qui en a élargi l’effectif, en favorisant l’entrée de nouvelles familles, issues des élites périphériques, italiennes et coloniales, et par la réintégration des victimes des épurations successives. En outre, le dictateur pouvait en surveiller l’évolution, puisque sa préfecture des mœurs lui donnait licence d’épurer l’assemblée. Cependant, ce renouvellement n’entraîne pas de modification profonde de la structure ou de la mentalité du sénat car, malgré quelques exceptions fort rares, jugées alors scandaleuses, les sénateurs de fraîche date appartiennent, à peu près, au même groupe social et culturel que les anciens. Ceci explique que le 17 mars, au lieu de s’insurger contre les Libérateurs, ils aient préféré la paix, la modération et l’amnistie de leurs pairs. Mais, en même temps, leur sympathie pour les Libérateurs reste limitée et conditionnelle. Comme les Patres de 44, y compris les consulaires, doivent, le plus souvent, une partie de leur carrière, ou leur grâce, à l’intervention de l’ancien dictateur, effacer son œuvre en totalité ne peut leur agréer, car ils ressentent cette entreprise comme une menace directe, ainsi que le rappelle Appien123. À défaut d’un franc soutien, Antoine peut au moins compter sur cette appréhension. Il ne saurait influer directement sur l’ancienne noblesse sénatoriale, au passé catonien ou pompéien, fort liée aux Libérateurs. Mais, possédant l’appui provisoire des plus proches amis de César, il lui reste possible d’espérer, au moins, la neutralité inquiète d’une large fraction de l’ordre, sinon l’aide bienveillante des Césariens véritables. Cette conjoncture explique le résultat de la séance des 17/18 mars 44124. Le sénat, quoique soulagé ou heureux de la mort du dictateur, n’est donc pas hostile d’emblée au consul ; mais il faut que ce dernier négocie à chaque séance et sa marge de manœuvre se rétrécit progressivement du printemps 44 au printemps 43. Il convient maintenant d’examiner le déroulement de cette perte d’influence, puis ses facteurs.

N.B. Les noms d’intervenants antoniens écrits en italiques indiquent que ces personnes ne sont pas encore des partisans effectifs, elles ont manifesté une sympathie provisoire aux propositions antoniennes mais n’adhérent que plus tard. L’astérisque indique qu’il s’agit d’un partisan occasionnel

  • 125 Deniaux 2005, 217-218.
  • 126 App., BC, 3.2.
  • 127 Cic., Phil., 1.3, traduction de Wuilleumier 1959, 55. Il s’agit du vote de la lex Antonia de dicta (...)
  • 128 Rotondi [1912] 1962, 427-431 : Lex Antonia de actis Caesaris confirmandis, à distinguer du plebisc (...)
  • 129 Cic., Fam., 11.2 ; 16.23 ; Att., 15.5.8.
  • 130 Ce que d’ailleurs semblaient souhaiter les deux camps : Cicéron et Antoine, Att., 15.4.1-4. Dans c (...)
  • 131 Cic., Phil., 1.6 ; Att, 15.5, 2 ; Cic., Phil., 5.128.

39La réunion du sénat au temple de Tellus doit être classée à part, pour deux raisons. Tout d’abord, tous les intervenants favorables aux idées d’Antoine ne sont pas des Antoniens : L. Munatius et Ti. Claudius Nero ne rejoignent son bord que, respectivement, un an et trois ans plus tard. En second lieu, l’adhésion des sénateurs s’explique par le caractère consensuel des propositions défendues aussi bien par Antoine que par ses associés ; l’amnistie satisfait les amis des libérateurs, le maintien des acta de César, presque tous les assistants et surtout ceux qui regrettent sa disparition, la poursuite de la colonisations est assumée par tous les camps, le désir de maintenir la paix civile rassure tout le monde125 ; seul, le sort de la dépouille de César divise. Cette unité traduit cependant l’ambiance de ces premiers mois de renouveau du sénat : exceptées quelques tensions, après les funérailles de César notamment126, toutes les sessions dont nous avons conservé la mention s’achèvent sur l’acceptation des propositions d’Antoine, parfois avec enthousiasme : “Après en avoir entendu la lecture, nous avons adopté sa proposition avec enthousiasme et l’avons remercié par un sénatus-consulte en termes magnifiques”127. Le nom des Antoniens, magistrats ou sénateurs, qui ont introduit ou défendu les mesures adoptées n’a pas été conservé. Dion et Appien les attribuent au consul lui-même, accompagné ou non de son collègue Dolabella. En fait, durant cette période, aucune des décisions adoptées n’apparaît foncièrement partisane. Toutes ont trait, soit au maintien de l’ordre – la législation sur le port d’armes – soit à la conservation des acquis-confirmation des acta de César128 et l’enregistrement du sénatus-consulte sur les Juifs-soit à l’affermissement de la paix, comme les pourparlers avec le fils de Pompée. L’atmosphère change en mai. La session du 1er juin s’annonce difficile. En fait, elle n’apporte rien, puisque la pression des vétérans a conduit de nombreux sénateurs, notamment Cicéron et Hirtius, à demeurer chez eux129. Ce sont donc les comices qui ont donné satisfaction aux décisions du consul130. Le silence et l’absentéisme des Patres constituent les premiers symptômes de la crise latente. Cependant elle n’est pas près d’éclater, puisqu’en août, lorsque, pour la première fois, un sénateur, Calpurnius Piso, pourtant un ami d’Antoine, s’élève contre la politique de ce dernier, il n’est suivi par aucun de ses collègues. Cette inertie montre l’efficacité des pressions extérieures, celles de sa garde et des vétérans, qui s’exercent sur l’assemblée131. Jusqu’en septembre, tous les sénatus-consulte proposés par ce dernier et les siens sont adoptés, mais il n’y a plus de conciliation. Ce durcissement s’explique par la division croissante des Césariens – Oppius, Balbus et, sans doute, Matius, ont prêté, d’ores et déjà, leur appui à Octavien – ainsi que par les sujets qu’Antoine ou ses représentants proposent à la discussion : prolongement des pouvoirs proconsulaires, distribution des postes à des partisans loyaux, mesures en faveur des colons ; tous dénotent la volonté de s’implanter solidement dans l’État et d’en contrôler les leviers dans les mois qui suivent. C’est alors que se dessinent pour la première fois les contours du parti antonien au sein de l’assemblée.

  • 132 Cic., Att., 15.4.1 et 4 ; le ton montre la défiance que Cicéron éprouve à l’égard de cette démarch (...)
  • 133 Cic., Phil., 5.12 : “Senatus consulta numquam facta ad Ærarium deferebantur” ; Fam., 12.29.2 : “Fa (...)
  • 134 Sur l’ensemble de la procédure et les abus qu’elle engendre, Bonnefond-Coudry 1994, 66-74.
  • 135 Jos., AJ, 219-221. L’authenticité du texte n’est pas assurée cf. Bonnefond-Coudry 1994, 67.
  • 136 Ainsi que le dénote l’étonnement qu’a suscité, dans l’opinion publique, la rigueur de Caton quand (...)
  • 137 Deux éléments inclinent à penser que ce S. C. concernait la province : la décision nuisait à la di (...)
  • 138 Jos., AJ, 14.219.

40Durant cette période, ses représentants ne restent pas inactifs : Q. Fufius Calenus semble déployer des efforts diplomatiques auprès des consulaires pour maintenir le dialogue132. Il semble aussi qu’aient été enregistrés alors de faux sénatus-consulte, à la demande d’Antoine, pour satisfaire tel ou tel de ses partisans133. Dans quelles circonstances cela s’est-il pratiqué ? Afin d’être valides, les décisions du sénat doivent être consignées dans le liber des questeurs urbains déposé à l’Ærarium134. Or, l’enregistrement laisse à désirer ; les procédures administratives apparaissent superfétatoires à la majorité des magistrats et ce soin était laissé à la discrétion des scribes et du personnel. Exemple encore frais, le sénatus-consulte du 9 février, obtenu par César, faute d’avoir rempli cette formalité, n’a aucune force exécutoire, ce qui motive la réunion du 11 avril135. C’est pourquoi, l’accusation de falsification appartient à l’arsenal classique des allégations de l’opposition, de même que la prise en compte de faux décrets est monnaie courante136. Cela laisse une importante marge de manœuvre aux magistrats, comme aux sénateurs. Cicéron cite un cas de falsification : celui d’un sénatus-consulte concernant, probablement, la province d’Africa Vetus et qui lèse Q. Cornificius. Ce dernier conserve des griefs à l’égard d’un des témoins, c’est-à-dire un des rédacteurs de ce texte, L. Aelius Lamia. L’orateur détrompe son correspondant, Lamia était même absent du sénat au moment supposé du vote. Ce texte construit de toute pièce vise, sans doute, à rendre la province à Calvisius Sabinus, qui est débouté finalement et échappe de peu à un blâme137. Ces enregistrements illicites supposent la complicité des deux questeurs urbains de 44, Q. Rutilius et Q. Cornelius138. Cela n’en fait pas pour autant des Antoniens déclarés.

  • 139 Ainsi qu’en atteste sa conduite voir supra. Cic., Phil., 12.1 ; 17-18 ; Cicéron précise qu’il est (...)
  • 140 Cic., Phil., 10.10 ; Att., 12.14. Une décision d’Antoine, prise en juin, l’a, sans doute, irrité. (...)
  • 141 Par ce biais, en effet, Antoine tentait de regrouper une importante armée au nord de Rome, ce qui (...)
  • 142 Cic., Phil., 1.14.
  • 143 Cic., Att., 15.26. C’est l’une des interprétations possibles de ce geste, à vrai dire assez diffic (...)
  • 144 Cic., Phil., 1.28.

41Comme cela a déjà été souligné, la séance du premier août représente une étape importante dans la bataille sénatoriale en ce qu’une opinion divergente s’exprime nettement, rompant avec la politique de la chaise vide qui avait prévalu jusque-là. L’action de Calpurnius n’a eu, ni suite directe, ni conséquence pour son auteur, mais elle mérite que l’on s’y arrête. Tout d’abord, parce qu’elle émane d’un soutien de Marc-Antoine139. Il critique les manquements du consul à l’orthodoxie césarienne et concentre surtout son attaque sur la permutation des provinces140. Or, cette question est particulièrement sensible aux sénateurs, qui ont perçu la menace que faisait peser sur la Ville ce changement de stratégie141. Piso propose de mener à bien la réforme décidée par César et d’incorporer la Cisalpine, dont il est originaire par sa famille maternelle, au reste de l’Italie. Cette solution présente l’avantage de priver aussi bien Antoine que Decimus Brutus de ce bastion et de porter la guerre civile sur un autre sol que celui de la péninsule. Cette proposition apaisante n’est pourtant soutenue par aucun collègue142. Pourquoi ? Avant tout, parce que les sénateurs craignent Antoine et se méfient de Piso ; ils voient peut-être dans son discours une provocation, destinée à découvrir les ennemis de son allié dans l’assemblée ; ce qui n’est vraisemblablement pas le cas. En juillet, le beau-père de César a tenté de prendre ses distances avec Antoine, en demandant une mission pour s’éloigner de Rome143. Sa prise de position, aux calendes, montre bien que les alliances qui tissent la trame du parti antonien au sénat sont encore fragiles et révocables. Seule, la férocité de l’opposition républicaine, durant l’automne et l’hiver, est finalement parvenue à cimenter cette faction. En outre, L. Calpurnius Piso est un personnage de trop grande envergure pour accepter de n’être qu’un subordonné aveugle du consul, de plus de vingt ans son cadet. Il assume pleinement le rôle de conseiller, que lui assigne sa place de consulaire et de censorius. Antoine l’accepte144.

  • 145 Cicéron fait allusion, à plusieurs reprises, aux pressions que tentèrent d’exercer sur lui les fam (...)
  • 146 Cic., Phil., 3.19-24 ; le récit est plus confus et plus ramassé, mais sensiblement identique, chez (...)
  • 147 Cic., Phil., 3.25-27.
  • 148 Cic., Phil., 5.5 et 7.

42À partir du mois de septembre, des jours difficiles commencent pour ce dernier. L’opposition se durcit, la première Philippique est prononcée145, malgré l’insistance des amis d’Antoine, puis la deuxième circule dans les cénacles littéraires et politiques. La légitimité d’un parti reposant uniquement sur la force, en période de discorde civile surtout, les circonstances extérieures érodent la position des Antoniens et révèlent les divergences grandissantes entre les Césariens. Les mutineries des vétérans les privent de leur moyen de pression le plus efficace. La désertion des deux légions contraint le consul à modifier la date et l’ordre du jour de la séance du 28 novembre. Celle-ci est houleuse, deux tribuns d’opposition, Ti. Cannutius et L. Cassius, se voient interdire l’entrée, tandis que Carfulenus, proche des consuls désignés pour 43, se fait expulser. Initialement, le 24 novembre, le sénat devait prononcer la mise hors la loi d’Octavien, mais la séance ne consiste finalement, le 28, que dans le vote d’honneurs à Lépide. Le sénatus-consulte prévu n’est même pas lu146. Le tirage au sort des provinces, qui se déroule irrégulièrement dans la soirée, est aussitôt contesté147. C’est la première défaite patente du parti antonien au sénat. D’autres ne tardent pas à suivre. Le 20 décembre, L. Varius Cotyla parle bravement en faveur d’Antoine, mais il n’est qu’un ædilicius et son avis est balayé par la vague de fond qui abroge les mesures prises lors de la séance précédente148.

  • 149 C’est Pansa, son gendre, consul désigné pour 43, qui lui a donné la parole en premier le jour des (...)
  • 150 Cic., Fam., 12.24.2 et, surtout, 12.41, où il critique vivement Piso et Philippus. La neuvième Phi (...)
  • 151 Cic., Phil., 12.1 ; App., BC, 3.50.
  • 152 Grattarola 1990, 117-132.
  • 153 Cic., Fam., 12.25.
  • 154 Le 2 février, Cic., Phil., 8.1 ; 8.20 ; 8.28 ; Grattarola 1990, 124-125.

43Désormais, le parti antonien est réduit à la défensive. À partir du 1er janvier, il n’a plus l’initiative des débats, même si le rôle de princeps de Q. Fufius facilite l’exposé des thèses de sa tendance149. La marge de manœuvre se rétrécit dangereusement ainsi que le montrent les séances du 1er au 4 janvier. Si Fufius et Calpurnius semblent détenir la majorité le premier jour, le second, celle-ci appartient franchement à leurs adversaires et ils doivent recourir aux grands moyens, l’intervention du tribun de la plèbe, Salvius, pour empêcher qu’Antoine ne soit déclaré ennemi public. Après de longs débats, ils obtiennent qu’une ambassade soit envoyée au proconsul en Cisalpine et que sa composition, de tendance césarienne et modérée, permette une négociation150. D’ailleurs, Piso en fait partie151. Mais ils ne peuvent s’opposer à ce que les honneurs soient votés à leurs ennemis et à ce que la législation antonienne soit annulée. La guerre que se livrent, au sénat, les Antoniens et Cicéron devient alors féroce. Elle est arbitrée par les Césariens qui ne se sont pas ralliés à Antoine, groupe à la composition variable, dont l’inspirateur semble être C. Vibius Pansa et par les modérés, tels que Lucius Cæsar152. S’ils suivent de plus en plus souvent les objurgations de Cicéron, ils en atténuent presque toujours la portée. Lors du vote sur la province d’Afrique153, ou de l’adoption du tumultus154, ils évitent de mettre les Antoniens hors la loi, afin d’obtenir, si possible, une solution négociée.

  • 155 Par exemple, les lettres de Plancus et Lépide, lues au Sénat le 20 mars, provoquent des réactions (...)
  • 156 Cic., ad. Brut., 2.5.14. Mais de grands doutes pèsent sur leur authenticité, Vozza 1976-1977, 119- (...)

44Après le départ de Pansa, l’ambiance se modifie et les antagonistes changent. Les séances sont provoquées par des lettres qui donnent des nouvelles des différents fronts. Presque toutes semblent en décalage par rapport à la position des Pères conscrits, car elles présentent une opinion plus modérée155, même lorsqu’elles émanent de Brutus156. Elles permettent de mesurer la radicalisation de l’assemblée, sous l’impulsion de Cicéron. Les mauvaises nouvelles militaires entament régulièrement les points d’appui antoniens ; lorsque parvient celle de Modène, ils n’ont plus moyen de résister et sont contraints de lâcher prise. Officiellement, la séance du 27 avril 43 met fin à l’existence du parti antonien au sénat.

  • 157 Cic., Phil., 12.1 et 8.18.
  • 158 Cic., Phil., 12.1.
  • 159 Dion Cassius prête à Calenus une anti-Philippique célèbre, 46.1-28 et Appien un long discours sur (...)

45Pour compléter l’examen des péripéties qui ont agité ce groupe, il semble nécessaire de se pencher sur sa composition. Deux noms dominent donc : celui de Fufius Calenus et celui de L. Calpurnius Piso. Q. Fufius Calenus apparaît comme le champion de la cause du proconsul. Il entretient avec lui une correspondance quotidienne, qui lui permet d’être bien informé sur ses intentions ; par ailleurs, il représente une de ses antennes dans la Ville157. L’hospitalité qu’offre Piso à la famille d’Antoine et, notamment, l’entreprenante Fulvia, n’est pas neutre, elle suppose qu’il reste également en liaison avec le proconsul et qu’il lui fait part de son appréciation de la situation158. Rien d’étonnant donc à ce qu’Appien, Dion Cassius, après Cicéron, leur reconnaissent la direction de cette faction au sénat après le départ du promagistrat pour sa province159. Pour être les défenseurs les plus voyants, ils ne sont pas pour autant les seuls : à plusieurs reprises, Cicéron insiste sur l’appui que trouve Antoine parmi les consulaires. Cela se vérifie pour les séances du 28 novembre, des 3 et 4 janvier, du 2 février, du 15 février.

  • 160 Cic., Fam., 12.2, Beaujeu 1991, 45 n. 10.
  • 161 Cic., Fam., 12.2.3.
  • 162 Lépide doit, de toute façon, être mis à part, étant données son importance et l’ambiguïté de sa po (...)
  • 163 Malgré les dissensions complaisament rappelées par Cicéron Phil., 2.98-99, sa censure, obtenue en (...)
  • 164 M. Valerius Messala Rufus fut un adjudicataire des biens de Pompée, butin dont il profita longueme (...)

46Avant d’analyser la manière dont se manifeste leur soutien, il convient de rappeler la personnalité de ces derniers. Dans une lettre à Cassius, que l’on peut dater de l’époque de la rupture entre Cicéron et Antoine, entre le 19 septembre et le 2 octobre 44160, l’auteur se plaint de l’insécurité qui menace les consulaires qui se sont opposés au consul, L. Calpurnius Piso, P. Servilius Isauricus (cos. 48) et lui-même. Il déplore surtout l’attitude de ses collègues, à l’exception de L. Aurelius Cotta, qui vient d’ailleurs peu au sénat, de Lucius Cæsar (cos. en 64, l’oncle maternel du consul), dont la santé chancelante l’excuse de ne pas souscrire à la politique de son neveu et de Ser. Sulpicius Rufus, qui est alors absent : “Les autres, exceptés les consuls désignés, pardonne-moi, mais je ne les compte pas au nombre des consulaires. Tu as là les conseillers du sénat !”161. Il faut également retirer de cette présentation les consulaires qui gouvernent des provinces : Lepide (cos. 46), P. Vatinius (cos. 47), C. Trebonius (cos. 45)162. Il reste donc parmi les “ principes” qui pensent mal : C. Antonius (cos. 63), l’oncle paternel d’Antoine163 ; C. Caninius Rebilius (cos. suff. 45) ; C. Valerius Messala Rufus (cos. 53), Césarien, l’un des grands bénéficiaires de la victoire sur Pompée164 ; Cn. Domitius Calvinus (cos. 53), de vieille famille aussi, qui reste fidèle à la mémoire de César, ce qui lui vaut par la suite la faveur d’Octavien et d’un second consulat en 40. Ces hommes là ne sont pas tous, à proprement parler, des Antoniens. Ne peuvent être comptés dans ce groupe que Calpurnius Piso, malgré la diatribe du 1er août ; Fufius, sans ambiguïté ; C. Antonius qui en est récompensé en 42. Les autres, y compris P. Servilius, doivent être considérés comme des Césariens occasionnellement favorables à Antoine. Leur aide apparaît pourtant souvent décisive.

  • 165 Cic., Phil., 5.5, trad. Wuilleumier 1959, 20.
  • 166 Les extraits de Phil., 5.1 ; 8.11 ; 10.1 ; 11.15 attestent de cette préséance pour Calenus. Il en (...)

47Cicéron s’étonne, lors de la séance des calendes de janvier, que “Ces douze jours ont-ils fait accomplir un tel progrès qu’un homme qui n’a naguère trouvé pour le défendre qu’un Cotyla, ait maintenant pour avocats jusqu’à des consulaires ?”165. Il se désole de ne pouvoir réfuter les arguments de ses contradicteurs, puisque un grand nombre d’entre eux vont opiner après lui. Quels sont donc les adversaires qui parlent à sa suite ? Nous ne possédons que quelques indications sur l’ordre de parole depuis le 1er janvier : Q. Fufius avait été désigné comme princeps ; il est probable également que Lucius Cæsar et P. Servilius s’expriment avant Cicéron166. Les contradicteurs sont donc, sans doute, C. Antonius, peutêtre L. Marcius. ou Messala.

  • 167 Cic., Phil., 7.1 : “C’est à propos de sujets de peu d’importance, mais sans doute utiles, que l’on (...)
  • 168 Cic., Phil., 7.1-2 ; 4.
  • 169 C’est un jeu de mot très fréquent chez Cicéron, Ses., 96. Les populares, au mauvais sens du terme, (...)
  • 170 Cic., Phil., 8.11-20. C’est d’ailleurs pour cette réfutation brillante de Calenus que Brutus le fé (...)
  • 171 Cic., Phil., 8.1-2.
  • 172 Ibid., 8.28 et 32.
  • 173 Cic., Fam., 10.12, 3. Cicéron s’exprime en second. Il ne mentionne plus ni Q. Fufius, ni Calpurniu (...)
  • 174 Grattarola 1990, 137 sq.

48Au milieu du mois de janvier, à la faveur d’un ordre du jour qu’il estime futile167, Cicéron incrimine à nouveau le parti d’Antoine “Car ils ne se tiennent pas tranquilles ceux qui souffrent de voir le sénat recouvrer l’espoir de son ancienne autorité, déjà, là, ils forgent les réponses d’Antoine et les défendent ; et ceux qui tiennent ces discours, sont ceux qu’auparavant, on tenait pour des populares, en raison de leur inconsistance… Et, on les appelle des consulaires, ou plus exactement, ce sont eux-mêmes qui s’appellent ainsi168.” Dans ce très célèbre passage de la septième Philippique, il vise directement Q. Fufius Calenus, dont le passé de popularis lui déplait. Il se livre d’ailleurs à un brillant jeu de mots sur le terme de popularis ; opposant le démagogue nuisible, Fufius, et le véritable ami du peuple, lui, Cicéron169. Mais il laisse entendre que ce petit groupe, qui soutient l’ambassade, réunit la majeure partie des consulaires et, sans doute, faut-il y inclure P. Servilius Isauricus, qui vient de parler avant lui. D’ailleurs la Philippique suivante, celle que Cicéron prononce pour le retour de la délégation, lève toute ambiguïté sur ce point. Avec une ironie féroce, il règle de vieux comptes avec Calenus170, puis achève son discours en s’en prenant aux consulaires, dont il a pris soin d’excepter Lucius Caesar, qu’il excuse pour son indulgence avunculaire171. Il les accuse d’avoir, la veille, entouré L. Varius Cotyla, le légat d’Antoine, de soins et d’attentions et d’avoir assoupli la motion que proposait Cicéron172. Après le départ de Pansa pour Modène, une modification se produit : il semble qu’alors, Fufius et Calpurnius Piso disparaissent du devant de la scène. Ils laissent la place de princeps à P. Servilius, choix dont Cicéron se plaint amèrement173. Avec l’aide du tribun P. Titius, Servilius fait systématiquement obstruction aux propositions de l’orateur. Ce dernier confie à Brutus qu’il le ménage afin de ne pas le pousser dans le camp adverse, mais reconnaît que, derrière lui, s’abritent des Antoniens, en quête d’un porte-parole. En fait, Servilius apparaît assez proche de Pansa, Césarien, souvent réticent à l’égard d’Antoine, mais plus encore hostile aux Libérateurs et à ceux qui, comme Plancus, semblent trahir leur fidélité césarienne174.

  • 175 Bonnefond-Coudry 1989, 644-655.
  • 176 Cic., Phil., 8.33 ; 13.50 ; 14.36-38, par exemple.
  • 177 Cic., Phil., 2.19-24. Sur cette séance et la tactique d’Antoine, voir Bonnefond-Coudry 1989, 492-4 (...)
  • 178 Ainsi, lors de la séance de la mi-février 43, pour l’obtention de la province de Macédoine pour Br (...)
  • 179 Cic., Ad Brut., 2.2.3.
  • 180 Cic., Phil., 13 26 ; sur cette parodie de Sénat, Bonnefond-Coudry 1989, 652-653.
  • 181 Cic., Phil., 3.29.

49Un des enjeux majeurs du débat est de capter la confiance de la majorité des consulaires. Au travers des citations précédentes, se devine, outre l’irritation de Cicéron à l’égard des sympathies antoniennes de ce groupe, le rôle central que ce rang leur fait jouer dans le gouvernement de Rome. Lors de ces attaques, l’orateur les rappelle à leurs responsabilités : ils sont les auctores consili publici, les véritables guides de l’État ; dans l’assemblée ils possèdent en premier le jus sententiae ; ils représentent l’auctoritas et tranchent toutes les questions175. Dans les débats de l’année 43, leur pouvoir est à son zenith. Toutes les décisions qui sont adoptées prennent leur source dans leurs propositions ; mieux, ils viennent au sénat avec des sénatus-consulte entièrement rédigés, qu’ils soumettent directement au vote176. Lors de la séance du 28 novembre 43, Antoine, qui entend pousser le sénat à déclarer Octavien “hostis”, ne procède pas autrement. Il prépare l’opinion publique lors d’une contio, la veille de la réunion, puis convoque le sénat sur un ton comminatoire. Là, si les circonstances lui avaient été plus favorables, il eût donné la parole à un consulaire (Q. Fufius ?), qui aurait proposé au vote des Pères conscrits un sénatus-consulte qu’il tenait déjà tout prêt177. La liberté des pedarii se borne à voter ; mais c’est une force non négligeable et, parfois, même un consularis aussi conscient de son rang que Cicéron, se trouve heureux de rencontrer leur appui quand ses collègues lui sont hostiles178. Dans le même esprit, il faut souligner qu’il n’étiquette jamais un consularis ou un princeps, même grandement compromis, comme Antonien. Il s’en garde même comme d’un danger, ainsi que cela apparaît dans le cas de Servilius179. Cette attitude s’explique de deux façons, qui d’ailleurs ne s’excluent pas. Il escompte, tout d’abord, rallier ses confrères à ses vues ; ne pas les condamner leur ménage alors une porte de sortie et laisse ouverte la voie d’une entente. De plus, il désire dénier toute légitimité au parti du proconsul et montrer ainsi qu’il n’est qu’un ramassis de pedarii, entrés au sénat à la faveur des bouleversements de l’État et dans la négligence générale. C’est sous cet éclairage, qu’il faut lire la féroce énumération des sénateurs qui sont auprès d’Antoine, dans la treizième Philippique180, où il ne voit qu’un seul consulaire, Antoine, le reste du groupe étant composé, au mieux, de préteurs et la présentation en ordre décroissant souligne davantage la chute. Il leur oppose le sénat pompéien, celui d’avant 49, et le brillant album des consuls disparus pendant la guerre civile181.

50Puisque c’est entre les principes du sénat que se joue la pièce, la fidélité de Piso et de Calenus, assortie de la complaisance de quelques autres, explique que Cicéron, malgré les revers et les erreurs d’Antoine, ait mis plusieurs mois à abattre son ennemi. Cependant, il ne faut pas négliger, pour autant, une autre catégorie qui, de part sa fonction, exerce une grande l’influence sur l’assemblée : les tribuns de la Plèbe.

  • 182 Cic., Phil., 3.23.
  • 183 Cic., Phil., 3.13-14.
  • 184 Cic., Phil., 7.1 ; 13.31 ; Grattarola 1990, 123 ; 151, n. 76.

51Il semble faux de dire que tous comptent au nombre des Antoniens, ou lui apportent un soutien fidèle. Au contraire, ils paraissent partagés. Dans le collège de 44, on connaît au moins trois opposants, L. Cassius Longinus, Ti. Cannutius et D. Carfulenus. Contre eux, Antoine emploie l’intimidation182. Les tribuns de 43 ne sont pas plus unanimes : certains d’entre eux convoquent le sénat le 20 décembre, sous le prétexte de discuter de l’escorte des consuls et de la garde du sénat, en fait pour livrer bataille aux Antoniens et annuler la répartition des provinces du 28 novembre183. Cette démarche s’explique sans doute par la pression qui avait été exercée sur leurs collègues durant cette même session. Ainsi, ils rétablissent leurs droits et prennent leur revanche. Un autre tribun, en 43, propose aux Pères conscrits de statuer sur les Luperques, sans doute les Luperques Juliens dont Antoine est le magister. Cet examen aboutit à la dissolution du collège, ce qui représente une défaite, aussi bien pour les amis du proconsul que pour les Césariens184.

  • 185 App., BC, 3.50-53.
  • 186 Cic., Fam., 10.12.3 ; ad Brut., 2.2-3.
  • 187 App., BC, 3.51.
  • 188 Cic., Fam., 10.12.
  • 189 App., BC, 3.52,
  • 190 Rotondi [1912] 1962, 434-435, lex Titia de IIIviris rei pubicae constituendae, 435, lex Titia de m (...)

52Dans le même temps, trois tribuns apportent un soutien actif à Marc-Antoine : L. Antonius, en 44, Salvius et P. Titius, en 43. Les activités multiples de Lucius Antonius ne se bornent pas aux limites du sénat où, d’ailleurs, elles sont mal connues ; Cicéron rappelle seulement la direction du collège des septemvirs. Les deux autres interviennent dans des situations similaires, le premier lors de la réunion du 1er au 4 janvier 43185, le second lors de celle du 8 avril186. Dans les deux cas, ils opposent leur veto à un sénatus-consulte sur le point d’être adopté, à la demande de l’un des consulaires : le 2 janvier, Fufius Calenus, sans doute ; le 8 avril, P. Servilius. Ils représentent donc l’ultime recours en cas de rupture avec le sénat. Ils offrent le répit d’une nuit pendant laquelle les Antoniens rassemblent leurs troupes, visitent leurs alliés, influencent les modérés187 et ils permettent à ceux-ci de revenir en force le lendemain188. Salvius est assurément un Antonien, en janvier 43 du moins ; il est lié personnellement à Antoine189 et défend ouvertement sa cause. Le cas de P. Titius, en revanche, paraît moins net. Tout d’abord, il intercède à la demande d’un consulaire qui, nous l’avons vu, paraît plus Césarien qu’Antonien. Ensuite, il s’oppose à ce que Plancus reçoive des honneurs pour avoir mis ses légions à la disposition du sénat, ce qui n’est pas seulement une défense indirecte des intérêts du proconsul. Ce faisant, il peut aussi bien travailler pour Antoine que pour Octavien, qui n’éprouve aucun plaisir à voir grossir des armées régulières anti-césariennes. De toute manière, P. Titius représente, pour les Antoniens, un allié dont la valeur ne fut pas négligée puisqu’il lui échut, en novembre de cette même année, l’honneur de proposer au vote comitial la loi sur les pouvoirs triumviraux à laquelle son nom reste lié. Son décès, à la fin de l’année, écourte sa carrière et ne permet pas de savoir vers quelle tendance du triumvirat il eût incliné s’il avait vécu190.

53L’exemple des consulaires et des tribuns montre que le parti attaché à la personne du consul de 44 se dégage au sénat du grand ensemble césarien, mais qu’il ne tranche pas les liens qui l’unissent avec cette pépinière ; bien au contraire, lorsque des menaces pèsent sur les intérêts fondamentaux des Césariens, la coalition se reforme spontanément. Toute l’action des consulaires fidèles à l’ancien dictateur, depuis le 17 mars 44 jusqu’en avril 43, a consisté à éviter l’éclatement de leur formation, et, surtout, le déclenchement d’une nouvelle guerre civile. Leur défense d’Antoine s’explique par cette volonté. En conséquence, mis à part les membres du “sénat” restreint de Modène, il paraît souvent difficile d’étiqueter avec certitude les patres de 44-43 ; d’autant plus que Cicéron a volontairement brouillé les pistes.

  • 191 Cic., Phil., 5.11, pour son passé et sa réputation voir le chapitre précédent, pour son influence (...)
  • 192 Cic., Phil., 13.271 : “Titus Plancus qui, s’il avait chéri le Sénat, jamais n’aurait incendié la c (...)
  • 193 Cic., Phil., 5.20 ; 33 ; 6.14 ; 11.10 ; 12.20 ; 13.37.
  • 194 Bonnefond-Coudry 1989, 774.
  • 195 Cic., Phil., 2.98-99.

54De surcroît, il n’apparaît aucun déterminisme qui expliquerait qu’un sénateur ou un magistrat ait, durant cette année, choisi le camp d’Antoine plutôt que celui des Césariens modérés ou celui d’Octavien. Il faut cependant souligner que de nombreux Antoniens issus du camp de César, avaient eu, par le passé, des sympathies clodiennes, ce qui les rapproche naturellement de l’ancien ami de Publius Clodius et de Curio. Dans le ralliement de ces anciens combattants, son épouse, Fulvia, intervient pour une grande part. Son pouvoir n’est pas seulement évoqué, négativement, par ses détracteurs, entre lesquels le plus éloquent reste Cicéron191, il est aussi reconnu par une source plus favorable, Appien. Celui-ci décrit comment, dans la nuit du 2 au 3 janvier 43, Fulvia a battu le rappel des parents et des amis et fait le tour des sénateurs influents et influençables pour, enfin, émouvoir et les Patres et le peuple de Rome, par ses larmes et celles de son fils. Mais la “filière clodienne” existe, elle compte au sénat, Fufius, Calpurnius, Munatius Byrsa et Gallius, mais les présomptions s’arrêtent là. Aucun élément ne permet de connaître le passé des autres magistrats antoniens, si ce n’est qu’ils demeuraient tous redevables à César de leur position. Néanmoins, cela permet à Cicéron d’arguer qu’Antoine et ses amis mènent une politique anti-sénatoriale. Ils sont des populares, au mauvais sens du terme. Cette attaque est particulièrement vive dans les extraits, cités plus haut, de la septième Philippique. Des allégations identiques se retrouvent dans la treizième Philippique, quand il décrit l’incendiaire de la curie, Titus Munatius Plancus Byrsa : “Titus Plancus, qui s’il avait aimé le sénat, ne l’eût jamais incendié”192. Lorsqu’il évoque l’action de Lucius Antonius et des septemvirs, il compte provoquer la crainte et le mépris des gens de bien contre les “partageux”193. En fait, si l’on suit l’orateur, les plus mauvais jours de Clodius sont revenus, avec leur cortège de violence sur les sénateurs, de pressions sur l’assemblée, de législation démagogique. Il y a là une exagération manifeste. Antoine et les siens conservent à l’égard du sénat une attitude conventionnelle. Les menaces dont ils usent à l’égard de Cicéron ne sont pas suivies d’effet, sur le moment du moins. Elles restent, en outre, extrêmement vagues et indirectes. Les convocations comminatoires d’Antoine ont pour but de lutter contre un absentéisme ordinaire, qui devient problématique alors que l’assemblée a retrouvé son rôle politique. Bien au contraire, le souci de faire examiner sa législation en premier lieu par le sénat, l’acharnement avec lequel les Antoniens tentent de se faire entendre à la curie et jusqu’à la falsification des sénatus-consulte, d’ailleurs commune à tous les camps, prouvent que ce parti reconnaît au sénat sa position centrale dans l’État194. Ainsi, dès le début, Antoine a désiré appuyer sa politique sur cette institution, et principalement grâce aux consulaires, mais la diversité de sa composition l’empêche d’y rencontrer un appui sûr, ainsi que les débats de l’hiver et du printemps l’ont abondamment montré. Ce désir constitue sans doute la principale raison de sa tentative pour restaurer la censure, en 44. La personnalité qu’il compte faire élire, son oncle, C. Antonius, n’est pas un parangon de vertu ; ce choix répond, donc, à des objectifs partisans : s’assurer d’une majorité stable, après avoir modifié l’album. Mais la manœuvre était maladroite et l’opposition sans doute vive, car Antoine renonce rapidement à cette solution195. Les Antoniens ne nourrissent, à l’égard des Pères conscrits, aucun projet révolutionnaire. Cependant, tout un volet de leur politique paraît ouvertement populaire et le passé de certains d’entre eux incite à poursuivre cette étude de l’autre côté des portes du sénat, sur le Forum et au Champ de Mars.

III. Les Antoniens et l’utilisation politique du souvenir de César

  • 196 Cic., Phil., 1.16, trad. Wuilleumier 1959, 16.
  • 197 App., BC, 3.5.
  • 198 D.C. 44.53.3-4.

55Aussi décisives pour la formation du parti antonien qu’aient été les joutes de la curie, elles ne constituent pas le seul enjeu politique. De mars 44 à l’automne de cette année-là, tout en se maintenant à la tête du parti césarien et en obtenant la collaboration partielle du sénat, Antoine renforce ses positions auprès d’autres catégories sociales. À cette fin, il utilise les acta de César, sans vergogne, précisent unanimement les sources. Cicéron l’en accuse explicitement dans la première Philippique “Il m’apprendrait, ou plutôt il vous apprendrait, sénateurs, comment il défend, quant à lui, les actes de César (.). C’est ainsi que nombre de promesses faites à nombre de gens n’ont pas été tenues par lui, et pourtant ces promesses se sont trouvées après sa mort bien plus nombreuses que les faveurs que pendant toutes les années de sa vie, il a accordées au mérite ou octroyées en pur don”196. Ces griefs sont repris par Appien, qui incrimine Faberius, le secrétaire de César, pour avoir falsifié les memoranda de ce dernier, afin de courtiser le sénat, ou d’y introduire des partisans197. Dion Cassius formule les mêmes reproches : dès qu’il est maître des papiers du dictateur, Antoine lève des contributions irrégulières, vend des terres, des immunités et le droit de cité198. La tactique semble transparente. Derrière le paravent des dernières volontés de l’ancien maître, Antoine propose des mesures catégorielles qui doivent lui attacher de petits groupes influents. Cicéron et ses successeurs ont beau jeu de montrer l’incohérence de ces décisions et surtout leurs contradictions avec les lois de César. Les manœuvres du consul de 44 n’ont-elles pour seul but que le succès à court terme, consolider son parti, ou comportent-elles des desseins à plus long terme, par une réforme de certains points faibles de l’État romain ? La propagande anti-antonienne a définitivement masqué la vérité. D’ailleurs, l’essentiel, pour notre propos, réside dans le fait que ces mesures ont rencontré l’adhésion des personnes concernées. En laissant, pour l’instant, de côté la question des clientèles militaires, aussi bien celle des légions sous les enseignes que celle des vétérans, lotis ou non, il convient de voir quels sont les groupes ainsi courtisés.

56Les sources ne fournissent que de rares données sur les soutiens collectifs dont bénéficient Antoine et les siens, exceptés des renseignements contradictoires sur leur popularité auprès de la plèbe urbaine, épineux problème que nous examinerons plus loin. Deux passages, cependant, nous éclairent partiellement : celui où Cicéron mentionne les statues de Lucius Antonius et celui où Appien décrit un serment prononcé à Tibur par une partie des élites civiques.

  • 199 Cic., Phil., 12-15, sur le sens de l’expression Ianus Medius, Andreau 1987, 707-709.

57Dans la sixième Philippique, l’orateur ironise sur les clientèles de Lucius Antonius. En effet, divers groupes lui ont rendu hommage publiquement. Les trente-cinq tribus lui ont dédié une statue équestre en bronze doré portant l’inscription “Quinque et triginta tribus patrono” ; une seconde est due à la reconnaissance des equites romani equo publico, sobrement gravée “patrono” ; une troisième fut installée à l’instigation des tribuns militaires qui ont servi deux ans dans l’armée de César ; une quatrième, enfin, proclame la gratitude des milieux financiers : “L. Antonio a Iano Medio patrono199. Faut-il donc conclure que L. Antonius a reçu dans sa fidélité l’ensemble des citoyens romains (les trente-cinq tribus), l’ordre équestre tout entier, et qu’il a su se concilier une part de l’encadrement des légions et de la banque ? Cicéron feint en plaisantant de le croire. En fait, il s’agit de preuves de reconnaissance de quelques groupes bien délimités, pour des faveurs de circonstance.

  • 200 Nicolet 1985, 816-839.
  • 201 Nicolet 1985, 814-815, cite le colombarium de la tribu Pollia et le tombeau ? de la famille Camill (...)
  • 202 Nicolet 1985, 817, n. 48.
  • 203 Nicolet 1985, 818, n. 51.

58Le sens de la première dédicace a été fort bien élucidé par Cl. Nicolet200. Les trente-cinq tribus désignent ici, non les citoyens romains inscrits dans les tribus, mais celles-ci en tant que corps constitué, puisqu’elles ont une existence juridique et une organisation. À ce titre, elles peuvent recevoir des héritages, comme le testament d’Auguste en atteste, et posséder des terrains ou des monuments201. Quant aux equites romani equo publico, il s’agit des centuries équestres aux comices, peut-être celles des juniores avant qu’ils aient “rendu” leur cheval. La délimitation de cette catégorie reste quelque peu imprécise202. “Ceux qui se réunissent sous le passage ( ?) du Janus” sont indubitablement des manieurs d’argent203 ; avec les tribuns, ils forment des groupements encore plus étroits, auxquels Cicéron dénie d’ailleurs toute capacité juridique.

  • 204Agrum iis divisit”, Cic., Phil., 6.13. Il s’agit des chevaliers. Pour les tribuns, “iis quoque di (...)
  • 205 Cic., Phil,., 6.14 : “Sed haec agrorum adsignatio paulo ante, L. Caesaris,. sententia, c’est-à-dir (...)
  • 206 La première distribution réservée aux vétérans doit se placer en avril, à la suite des résolutions (...)
  • 207 Nicolet, 1983, 820, n. 53 ; Keppie 1983, 106.
  • 208 Le champ de Mars restait “le seul terrain à lotir”, quand L. Antonius a quitté Rome avec son frère (...)
  • 209 D.C. 45.9.1-2. Une allusion, peut-être, à ces opérations, Cic, Phil., 8.9.
  • 210 Cic., Phil., 5.25 et surtout 33.
  • 211 Il en a les caractéristiques, selon la hiérarchie des valeurs cicéroniennes : il souhaite hâter la (...)
  • 212 Cic,. Phil., 2.106.
  • 213 Cic., Att., 14.12.1.
  • 214 Cic,. Phil., 11.13 : “Primum auos collegas Antoniorum et Dolabellae, Nuculam et tentomem, Italiae (...)
  • 215 Roddaz 1988, 331 : “En fait, Cicéron le présente comme un adversaire redoutable, parce que les app (...)

59Quelles faveurs ont-ils reçues des Antoniens ? Dans les trois premiers cas, il s’agit de distribution de terres, ainsi que l’indique implicitement Cicéron204. Elles ont été attribuées selon la loi du 2 ou 3 juin 44 (puisque l’orateur précise qu’elles ont été annulées) et dans le cadre des travaux de la commission septemvirale, car Numisius Nucula est cité auprès de L. Antonius205. Il semble nécessaire de distinguer ces dotations de celles des vétérans en Campanie206. Celles que mentionne Cicéron, dans la sixième Philippique, semblent avoir été exclusivement opérées dans la périphérie de Rome. Les tribuns ont reçu des lots pris sur l’ager Semurii situé dans les parages de la Ville, pour conserver là des hommes de confiance, suivant l’opinion de L. Keppie207. Les chevaliers concernés, ainsi que les tribus, durent également recevoir des présents de même nature et, probablement, dans la même région, si l’on comprend bien la plaisanterie de Cicéron : “campus Martius restabat208. En outre, Dion Cassius précise que la loi de juin 44, présentée par L. Antonius, prévoyait le partage des Marais Pontins. Il s’agit donc ici d’une seconde série de créations coloniales et de distributions de terres dont une grande partie est centrée sur le Latium209. Toutes les terres ainsi réparties n’appartiennent pas à l’ager publicus, comme celles de Semurium, une partie a dû être acquise auprès de particuliers, essentiellement des sénateurs. Si l’on suit les assertions de Cicéron, il s’agirait en ce cas, pratiquement, de confiscations210. Il y eut sans doute, en réalité, des achats ou des dédommagements et c’est vraisemblablement dans ce contexte qu’il faut placer les allusions de l’orateur à l’absence de crédit et à l’avidité de Lucius Antonius. Cicéron brode complaisamment sur ce thème et utilise la crainte rétrospective de ses collègues, pour présenter L. Antonius comme un dangereux révolutionnaire211. À vrai dire, les rumeurs les plus folles ont dû courir à Rome à ce sujet, avant même que la loi ne soit présentée. La crainte de voir s’installer une colonie sur son territoire, voire seulement la menace de la redistribution d’une partie de leur terroir, ont conduit bien des collectivités, comme Interamna ou Anagnia, à présenter des requêtes au consul, à l’issue de sa tournée campanienne qui marque le première étape de ces attributions212. Les particuliers, pour leur part, comme Atticus et Cicéron, pour Bouthrote, font antichambre pour solliciter Antoine. L’exemption est un beneficium qui peut enchaîner le débiteur à son patron autant qu’un don de terres. Nul doute qu’il y ait eu autour de ces opérations agraires de nombreux accommodements politiques213. Le pivot de cette commission semble être L. Antonius. C’est lui qui répartit les terres, lui qui envoie des directives à ses subordonnés. Mais la commission est présidée par les deux consuls, Antoine et Dolabella214. Même s’ils ne suivent pas le détail des opérations de la commission, il est probable que c’est eux qui en déterminent les objectifs généraux. Cicéron noircit à dessein le personnage du frère cadet du consul ; pour un peu, Antoine serait exonéré de toute responsabilité, car il désire détruire sa popularité, auprès des sénateurs comme de la plèbe215. L’ampleur des changements de propriété reste, malheureusement, impossible à apprécier, puisque les mesures prises par la commission furent annulées le 20 décembre 44.

  • 216 Cic., Phil., 14.10.
  • 217 Ibid., 11.12 ; le surnom de “decempedator” lui est donné plus loin, XIII, 97.
  • 218 Ibid., 10.22 ; 8.9.
  • 219 Ibid., 8.26.
  • 220 Ibid., 13.26-27.

60Les autres Antoniens responsables de ces opérations sont inégalement connus. Cicéron cite Nucula, sans doute Numisius Nucula, et Caesennius Lento. L’identité des deux derniers membres reste douteuse, peut-être s’agit-il de L. Decidius Saxa et du mystérieux Cafo. La quatorzième Philippique nous incline à penser que Saxa était bien un membre de cette commission : “(Rome) que déjà Saxa, arpenteur rusé et expérimenté avait lotie avec sa perche216”, ce qui rappelle l’appellation que lui décerne l’orateur dans la onzième Philippiquecastrorum metator217. Ces allusions directes aux opérations de centuriation paraissent des présomptions suffisantes pour inclure Saxa dans ce groupe. Les passages relatifs à Cafo sont encore moins nets. Comme son compagnon, il a profité des distributions de terres pour s’installer “crapuleusement”, en Campanie. Mais il n’est jamais spécifié qu’il exerçât le moindre contrôle sur les opérations218. Cependant, deux arguments font pencher la balance en faveur de sa participation : son association continuelle avec Saxa dans les Philippiques et la dénomination de centurio219 dont le gratifie Cicéron, ce qui rappelle aussi bien son passé de vétéran que l’activité agraire, puisque ce terme désigne également celui qui est chargé de la centuriation. En revanche, un autre passage des Philippiques paraît nier leur appartenance à la commission : lorsqu’il énumère les membres du sénat d’Antoine à Modène, Cicéron présente ainsi leur hiérarchie : “Suivent (...) d’anciens édiles, Bestia, Trebellius, Caelius, Varius Cotyla, les septemvirs, Lento, Nucula, puis, les délices et les amours du Peuple romain Lucius Antonius, au rang de tribun, d’abord, deux désignés, Tullus Hostilius et Insteius, suivent d’autres anciens tribuns, T. Plancus, Decius, quant à Saxa Decidius, puis-je passer sous silence un homme, tiré des confins du monde, pour que nous voyions tribun de la Plèbe un homme que nous n’avons jamais vu citoyen220 ? En fait, Cicéron cite à cet endroit de la liste, Nucula et Lento, non en leur qualité de septemvirs, qui ne leur donne aucun rang, mais parce qu’ils sont d’anciens édiles ; il cite ensuite L. Antonius, parce qu’il lui offre une transition avant l’énumération des tribuns, ce qui en rompt la monotonie. Il ne mentionne pas l’activité de Saxa parce qu’il a choisi de développer le thème de l’exotisme ce qui, encore une fois, lui permettait de varier son propos pour ne pas lasser l’auditoire. Rien ne s’oppose donc à considérer Saxa et Cafo comme les deux septemvirs manquants. La commission serait alors composée de deux consuls, deux anciens édiles, deux tribuns de la plèbe et d’un sénateur de rang indéterminé. Le rôle majeur semble dévolu aux édiles et, surtout, aux tribuns, mais il demeure impossible de savoir comment a travaillé cette commission.

  • 221 Nicolet 1985, 820-821, n. 54.
  • 222 Cic., Phil., 6.11 ; 10.22 ; 11.14 ; 13.26 ; au sujet de son rôle en 47, voir Simelon 1985, 387-405
  • 223 Cic., Att., 16.7.6.
  • 224 Des inscriptions de Pergame, IGRP, 400 et 401, de Magnésie du Sipyle, Robert 1954, 54, Thyateira e (...)

61Si la question agraire nécessite des solutions urgentes, elle ne constitue tout de même pas le seul secteur d’activité législative des Antoniens. Ainsi, la quatrième statue, celle qui est offerte par les milieux financiers à L. Antonius, ne commémore certainement pas un don de terres. L’hypothèse, avancée par Nicolet, d’une législation sur les dettes, apparaît fragile mais très plausible221. L’auteur remarque, en effet, que le passage où est décrite la statue suit un passage sur Trebellius. Or, celui-ci, durant son tribunat de la plèbe, en 47, a manifesté en faveur des créanciers lors des émeutes soulevées par Dolabella. Entre cette année-là et 44, son point de vue s’est modifié, d’après Cicéron : à son tour couvert de dettes, il est devenu le défenseur des débiteurs222. Comment faut-il l’entendre ? Malgré la législation césarienne, la question des dettes reste pendante. De plus, l’incertitude politique, qui est la conséquence de la mort de César, inquiète les financiers. L’argent se cache, la masse monétaire en circulation se restreint brutalement, au début de l’été 44 : “car la crainte de la guerre a rendu le numéraire incroyablement rare223”. Cette situation gêne au premier chef les débiteurs, ou tous ceux qui ont recours au crédit. Mais elle nuit également aux créanciers, qui voient leurs règlements rentrer plus irrégulièrement. Il est probable que, dans cette conjoncture, L. Antonius, comme sa magistrature l’y invite, ait proposé quelques mesures d’apaisement ; un moratoire pour échelonner le paiement de certaines dettes, peut-être. Nous ne saurons jamais, là non plus, le contenu exact de sa politique en ce domaine. Il convient de souligner, en outre, que L. Antonius jouit d’une assez bonne réputation auprès des milieux financiers. Il semble avoir laissé un bon souvenir de son administration en Asie, avant et pendant son interim, statues et inscriptions honorifiques en témoignent224. Les rumeurs d’une province aussi importante pour le commerce en Méditerranée se répercutèrent, sans doute, à Rome, et la bonne foi est la pierre de touche de toute tractation financière. En dépit des affirmations de Cicéron, il semble que l’action, passée et présente, de Lucius (et de Trebellius probablement) ait apporté à son camp le soutien d’une partie du cénacle restreint des manieurs d’argent.

  • 225 Yavetz 1991, 110-112, n. 12 et 13. La cohérence de ces mesures, qui, loin de n’être que des règlem (...)

62Il convient d’examiner les autres dispositions prises par Antoine et les siens afin d’accroître les appuis de leur parti. Ces mesures sont au nombre de quatre au moins : l’octroi du droit de cité à la Sicile, Lex Julia de civitate Siculis danda, l’amnistie, la lex Julia de exilibus revocandis, une loi proposant une amnistie fiscale pour la Crète et sans doute une nouvelle organisation fédérale225 et la réforme judiciaire, qui recrée une troisième décurie de juges.

  • 226 Cic., Att., 14.12.2. L’auteur lie cette mesure à la restitution des biens de Dejotarus, Rotondi [1 (...)
  • 227 Sex. Cloelius, Cic., Att., 14.13A. Dans la première Philippique, Cicéron concède qu’il n’y a eu qu (...)
  • 228 D.C. 45.25.2 ; 46.15.2 ; Yavetz 1991, 110-111.

63Elles ont en commun d’avoir été retrouvées dans les brouillons du dictateur défunt. La loi sur les Siciliens a été proposée aux comices durant le mois d’avril 44 ; elle progresse d’un cran, par rapport au projet de César, puisqu’elle prévoit d’octroyer la citoyenneté romaine aux insulaires qui viennent de recevoir le droit latin. Cicéron qui, pour sa part, envisageait une assimilation progressive des notables siciliens et affirme qu’Antoine a fait passer cette loi contre espèces sonnantes et trébuchantes226. Ce n’est pas son seul intérêt dans l’opération : il désire ainsi créer une clientèle électorale équivalente à celle de César en Cisalpine. Cette loi ne fut pratiquement pas appliquée ; de toute façon la Sicile échappa dès 43 à son contrôle, pour tomber au pouvoir de Sextus Pompée. En outre, Cicéron fait fréquemment allusion dans les Philippiques à une loi sur le rappel des exilés, sans que l’on en connaisse exactement les stipulations. L’on ne conserve avec certitude que le nom d’un gracié227. Z. Yavetz pense qu’il s’agissait d’une mesure sélective, ne rappelant que des alliés potentiels228. Le témoignage des adversaires du consul et l’instabilité de sa position à l’époque nous inclinent également à adopter cette solution de bon sens.

  • 229 Suet., Jul., 41.2 ; Yavetz 1991, 132-33, no 23, se range à l’idée de Mommsen, selon laquelle la dé (...)
  • 230 Cic., Phil., 5.12, trad. Wuilleumier 1959, 24.
  • 231 Ramsey 2005, 28-32 étudie les aspects sociaux de la loi. Deniaux 2005, 221 qui étudie également le (...)
  • 232 Ce personnage est mentionné à deux reprises dans les Philippiques, 5.14 ; 8.27 comme un des membre (...)

64La loi judiciaire d’Antoine paraît d’une autre envergure. Elle envisage la création d’une nouvelle catégorie de jurés, alors que César avait supprimé, en 46, la troisième décurie, qui incluait alors des tribuns de l’Ærarium229 ; Antoine la réhabilite, au profit cette fois d’une catégorie censitaire inférieure, des soldats affirme Cicéron : “Il avait, disaitil, établi comme juges, des soldats de première ligne, des légionnaires, des membres des Alouettes230”. Nous sommes là dans le ton de la polémique ; cette décurie pouvait sans doute inclure des centurions, à la condition qu’ils comptent, probablement, plusieurs années de campagne, mais ce n’était pas la seule catégorie visée. D’ailleurs, Cicéron ne cite dans cette troisième décurie que deux Romains, d’origine pérégrine, un joueur invétéré, ainsi qu’une foule anonyme d’exilés. Il souligne l’aspect démagogique de cette loi : elle ouvre les tribunaux à des strates inférieures. Il n’était sans doute pas question de recruter au delà de la première classe. Cette catégorie n’est pas composée de forces révolutionnaires mais elle reste traditionnellement exclue de cet organe de pouvoir. Elle complète les décisions prises par César pour promouvoir les centurions dans la première classe ainsi que le fait remarquer Ramsey et même au Sénat, comme le relève E. Deniaux231. Le second reproche implicite repose sur l’incompétence de ces juges. Étrangers aux coutumes judiciaires, ils constitueraient les instruments dociles d’une dictature qui ne dit pas son nom. Ce serait une loi factieuse. Il va sans dire que ces jurés tournés en ridicule étaient des personnalités souvent honorables et expérimentées ainsi que nous le montre le cas de Lysiadès et de Cydas232. Tzamtzis a parfaitement montré que leurs fonctions de magistrats en Crète et à Athènes leur a donné à instruire des affaires importantes qui les préparaient parfaitement à leurs nouvelles fonctions. Inscrire des vétérans, des étrangers distingués, des exilés tout juste réhabilités, confère à ceux-ci un brevet de notabilité, qui leur ouvre les portes des élites urbaines et facilite l’accès aux ordines. Cette faveur ne peut qu’attacher des citoyens ambitieux ou anxieux de s’intégrer à celui qui l’octroie. Mais elle dénote aussi la volonté d’ouvrir à des citoyens compétents un accès à la judicature et au delà une voie vers la promotion sociale et politique. Tzamtzis souligne la filiation qui existe entre la politique d’Antoine et les revendications populares exprimées notamment dans les lettres à César, du pseudo Salluste : ouverture des milieux dirigeants aux catégories supérieures de la plèbe, et octroi plus large de la citoyenneté aux élites des provinces. L’originalité de cette mesure transcende les calculs clientélaires (qui ne sont pas exclus) et explique la violence de l’opposition qu’elle soulève.

  • 233 App., BC, 3.46 ; D.C. 45.13.5 ; sur la contio, Cic., Phil., 13.19. Rouland 1979, 314, pour sa part (...)

65Ces mesures entraînèrent-elles des ralliements ? Un épisode rapporté par Appien et auquel Dion Cassius fait allusion permet de s’interroger. Le premier rapporte, en effet, que le 29 novembre 44, alors qu’il s’apprête à rejoindre la province de Cisalpine, Antoine se trouve à Tibur, son havre, où il fait prêter serment à ses troupes, celles du moins qui lui sont restées fidèles. À ce moment, presque tout le sénat, la majeure partie des chevaliers et des citoyens de la première classe, vinrent lui prêter serment, et, entraînés par l’enthousiasme de l’instant, lui firent spontanément cortège pour donner au consul l’image du soutien de la Res Publica233. Appien ajoute, non sans ironie, qu’on n’aurait su distinguer parmi eux ceux qui, peu de temps auparavant, avaient salué Octavien ; plus loin, il reproche à ceux-ci d’avoir complètement trahi leur serment. Antoine aurait-il reçu spontanément le soutien des élites civiques ? Ce sacramentum étonne en regard des circonstances. À cette date, la position d’Antoine au sénat s’est fragilisée : la séance du 28 novembre au sénat a été houleuse et décevante. De plus, un acte civique d’une telle ampleur aurait été rapporté par une source contemporaine, au moins pour s’en scandaliser. Cicéron parle bien d’une contio funeste qui se serait tenue à Tibur, mais il la situe avant la séance du 28 novembre et il n’est pas question de sacramentum. Dion Cassius, pour sa part, n’évoque qu’un serment des troupes et des sénateurs qui étaient avec elles, sans doute les magistrats, légats ou conseillers de rang sénatorial qui encadraient l’armée ou l’accompagnaient, ce qui n’a pas la même signification. Cela expliquerait, cependant, la violence de Cicéron à l’égard du “sénat d’Antoine” : ces patres se sont voués à Antoine et ont abdiqué la libertas qui constitue un des fondements de leur honneur. Antoine a sans doute solennisé son départ par une cérémonie spectaculaire pour combattre les effets psychologiques des événements précédents mais c’est Appien qui, reprenant peut-être une source antonienne, a amplifié et déformé le sacramentum pour dramatiser la rupture qui a suivi.

  • 234 Ramsey 2005, 32-38.

66En effet, moins d’un mois plus tard, le sénat prend ses distances à l’égard du consul. Une grande partie des mesures influencées par les Antoniens, en dehors des décisions de première urgence arrêtées les 17 et 18 mars, ont donc visé à poser les fondations d’un parti, en utilisant, non seulement les brouillons, mais aussi les recettes de César : terres, citoyenneté, notabilité, sont largement octroyées, afin de séduire des membres actifs du corps civique. Mais elles présentent aussi des aspects novateurs qui laissent deviner une ambition plus durable. L’abrogation des acta réduit à peu de chose cette construction qui reste inachevée, en apparence. Cependant, la législation antonienne a été partiellement reprise par le triumvirat. L’organisation fédérale de la Crète se déduit du monnayage et de l’inscription de Cydas, de fortes présomptions suggèrent que la loi Antonia sur la troisième décurie des juges a été remise en vigueur jusqu’en 28234. On n’est pas davantage revenu sur les assignations aux vétérans. Tout cela suggère que l’influence d’Antoine a prévalu dans les premières années du triumvirat.

  • 235 Appien détaille l’apparat funèbre comme une mise en condition préméditée et progressive de la foul (...)
  • 236 Cic., Phil., 1.5 ; App., 3.2-5 ; D.C., 44.51.2-3.

67En dehors de ces groupes sociaux, généralement favorisés, qu’en a-t-il été des rapports des Antoniens et de la plèbe plus humble ? Antoine, quant à lui, reconnaît qu’il l’a utilisée comme une arme à l’encontre des conjurés et du sénat. Appien, dans un discours qui doit sans doute fort peu à l’éloquence de celui-ci, explique ainsi sa tactique : une fois obtenue du sénat la reconnaissance des acta de César en échange de l’amnistie, les émeutes des funérailles de César furent déclenchées, volontairement, par son discours. Elles prirent rapidement un tour anti-sénatorial qui n’est pas sans rappeler l’époque clodienne. Auprès d’Antoine se trouvent d’ailleurs des sympathisants du défunt Clodius235. Mais, après avoir lâché les rênes, Antoine sait les rattraper, puisqu’il fait arrêter et exécuter les meneurs236, ce qui lui donne trois atouts, celui d’apparaître comme un consul énergique, capable de maintenir l’ordre, celui de sembler indispensable (ou, au pire, de passer pour un moindre mal) aux yeux des sénateurs effrayés par la furie populaire, enfin, celui d’avoir fourni un bon prétexte pour éliminer des extrémistes, qui auraient pu faire de cette plèbe urbaine un outil incontrôlable.

  • 237 En fait Lucius participe activement, en avril-mai 44, à une campagne virulente contre D. Brutus, p (...)
  • 238 Cic., Att., 14.14-15.1.
  • 239 Cic., Att., 16.4.1. La nouvelle appellation du mois de juillet avait été conférée par la lex Anton (...)
  • 240 Cic., Att., 16.15.1 ; 2.3.

68Quel poids ont eu les Antoniens eux-mêmes auprès de la Plèbe ? Leur rôle reste imprécis. Lucius Antonius, en tant que tribun, a l’occasion de réunir quelques contiones en 44, notamment celle durant laquelle il présente Octavien à la plèbe. Hormis le tour virulent de ses harangues, rien d’autre n’est connu à ce sujet237. Les Antoniens se manifestent surtout dans la préparation des jeux. Ils exploitent à vrai dire toutes les occasions pour tourner le décret d’amnistie et manifester leur fidélité césarienne. Ainsi, le 21 avril 44, les fêtes de Palès, qui coïncident avec la commémoration de la bataille de Munda, sont célébrées par Quintus Cicero, neveu de l’orateur, Aelius Lamia et un groupe de fidèles du dictateur qui sont, aux dires de Cicéron, “canaille et compagnie”238. De même, C. Antonius fait-il tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher que les jeux Apollinaires, que Brutus devait célébrer initialement, ne donnent de la popularité au geste des tyrannicides. Au contraire, il s’emploie à prolonger par ce biais le souvenir de César. Ainsi Brutus a été contrarié par l’insuccès d’une des attractions qu’il avait proposées, les jeux grecs, c’est-à-dire, sans doute, des épreuves athlétiques. Mais, ce qui semble avoir provoqué sa colère par dessus tout, c’est la date inscrite lors de l’affichage : “Nonis Juliis” ; C. Antonius a donc employé la nouvelle appellation du mois de juillet, décrétée en l’honneur du dictateur. Brutus n’a pas apprécié qu’un hommage à César se glisse subrepticement dans l’annonce de jeux destinés à glorifier ses assassins. Il se hâte donc de faire savoir que la venatio doit se dérouler deux jours avant les ides de Quintilis, rendant ainsi à juillet son ancien nom239. En fin de compte, C. Antonius échoue dans sa tentative et les jeux Apollinaires offrent aux partisans des libérateurs l’occasion de se manifester240.

  • 241 Cic., Att., 15.2.
  • 242 Cic., Att., 14.19.3. Quintus Cicero, neveu de l’orateur, a porté une couronne en l’honneur de Césa (...)
  • 243 Mais il lui consacre tout de même des jeux spectaculaires, ainsi qu’en atteste la proposition de l (...)

69Cependant, les Césariens eurent leur revanche avec les jeux célébrés en l’honneur de la victoire de César, du 20 au 30 juillet 44. Ceux-ci sont organisés par Octavien. Mais l’on retrouve, parmi les curateurs, un Antonien avéré, Saserna, aux côtés d’anciens proches de César241. En fait, cela montre que les Antoniens, comme tous les autres Césariens, restent fidèles à la mémoire du dictateur et le manifestent lors des cérémonies officielles, en finançant ces commémorations, ou en arborant des signes ostentatoires de leur attachement comme des couronnes, par exemple242. Même si Antoine restreint les honneurs posthumes décernés à son ancien chef243, surtout ceux qui rappelaient la royauté, la participation de certains de ses familiers à des cérémonies du souvenir montre que son parti revendique bien haut son origine césarienne. Leur collaboration avec des amis d’Octavien prouve, en outre, qu’ils souhaitent éviter une rupture. Cependant, il y a autour de ces célébrations des enjeux si importants que le consensus n’est pas de mise, ainsi qu’en atteste l’affaire Critonius. Deux politiques de commémoration sont en œuvre, celle du jeune César et des siens, qui utilise la vague de ferveur populaire pour affirmer la nature divine de César et celle, plus traditionnelle, des Antoniens, qui rend hommage à l’homme providentiel.

70Malheureusement, cette part de l’histoire politique de l’année 43 reste la plus méconnue et cela rend hasardeux toute interprétation d’ensemble. Les assauts de propagande auprès de la plèbe urbaine semblent se solder à l’avantage des Césariens, puisque les “Libérateurs” doivent quitter Rome où leur vie est en danger. Malgré cela, aucun camp ne peut se vanter de régner en maître sur le petit peuple de la Ville. Ni Octavien, dont la première marche sur Rome a été un échec, ni Antoine, qui doit recourir à la contrainte pour faire voter les lois aux comices et devient d’ailleurs impopulaire, ni les Républicains, qui continuent à craindre les éléments incontrôlables. Haranguée et courtisée, cette foule, soumise à des influences opposées, semble évoluer en fonction du rapport de force et toujours au gré du plus puissant.

71En fait, la survie politique d’Antoine et de son parti ne s’est pas jouée sur cette scène. L’essentiel s’est déroulé en dehors de Rome, aux armées dans les provinces, et, ni les légions, ni leurs commandants, ne se sont révélés des pions dociles ; ils se savaient les arbitres de la situation Les progrès et les échecs enregistrés sur ce terrain-là ont conditionné le reste de la politique. Les batailles devant Modène ont réduit provisoirement au silence les Antoniens ; la jonction des armées césariennes a entraîné la défaite de leurs opposants à Rome, puis leur proscription.

Notes

1 Res Gestae, I, 1 “Rem Publicam a dominatione factionis oppressam in libertatem vindicaui”. De même, un siècle et demi plus tard, aux yeux de Tacite (An., 4.44.) qui rappelle que le père de L. Domitius “ donec Antonii partibus, mox Caesaris misceretur”, l’existence d’un parti antonien et sa compétition avec celui du jeune César n’est pas douteuse.

2 À vrai dire, Cicéron emploie deux fois ce mot en parlant d’Antoine ; mais, dans le premier cas, Cic., Phil., 2.70, il s’agit des engagements précédents de son adversaire ; dans le second, Cic., Phil., 13.38, il reprend le terme dans le message que le proconsul adressait au Sénat, pour mieux le contester. Ces deux termes désignent les groupements politiques romains. D’après Taylor [1949] 1977, 50-55, le terme de factio appartient surtout au vocabulaire de Salluste, Cicéron ne l’emploie que vingt-sept fois tandis que Cicéron emploie fréquemment celui de pars, (Cic. Att. 10.10.2) le plus souvent au pluriel. Cicéron utilise une fois l’expression “Antonii secta” dans une lettre à Brutus, 1.3a, et insiste sur le caractère factieux que revêt le groupe antonien. Sur la signification polémique du terme partes, considéré comme une dégénérescence de la Res Publica, Pani 1996, 285-98, principalement 286.

3 À titre d’exemple, Cic., Phil., 11.14 : “latronum manus et copia” ; 11.26 : “cetera ex eodem latrocinio naufragia” ; 13.16 : “tæterrimorum latronum manus contra patriam” ; 13.26, “An vero tua castra potius senatus appellaremus ?”.

4 Cic., Phil., 11.36 ; et Phil., 11.21 : “cum a populo romano pestiferi cives parricidiaeque desciverint”.

5 Cic., Fam., 10.30.

6 Cic., Phil., 11.37.

7 Cic., Phil., 13.3.

8 Taylor [1949] 1977, 12 ; Meier 1984, 49 : “Si l’on excepte certaines alliances provisoires, les seules associations partisanes étaient celles des factions nobles, c’est-à-dire de groupes de politiciens qui s’unissaient pour accéder au pouvoir dans la cité. Le pouvoir – et les honneurs qui lui étaient attachés – étaient habituellement leur seul et unique but. Ils s’appuyaient sur des clients, non sur des groupements d’intérêts. Ils n’avaient en vue que leur propre avantage”.

9 Taylor 1949, 10. Sur le sens judiciaire de pars, Thesaurus, X-1, 474, 34-475, 6, sur son sens politique, 475, 7-476, 12.

10 Cic., Fam., 10.28.1. Pour une analyse de la composition du parti césarien avant la prise de pouvoir de César, Syme ([1939] 1967) : 55-81, puis comme parti au pouvoir 82-97.

11 Ces conditions sont proposées par Hansen 1987, 72-74, pour déterminer si des partis existaient à Athènes, dans l’ecclesia. Ces critères d’analyse restent valables, malgré les différences incommensurables entre ces systèmes politiques et la distance chronologique entre les deux époques.

12 Cic., Phil., 13.2-3.

13 Contrairement à une opinion parfois admise, Wuilleumier 1959, 221, 222, le cognomen Pollio doit être rattaché au nomen Barbatius. La phrase se lit ainsi : “Addite illa naufragia Caesaris amicorum, Barbas Cassios, Barbatios Polliones”. L’orateur use donc d’un chiasme, en croisant nomina et cognomina pour obtenir une allitération qui rythme l’invective. De plus, il paraît impossible que Cicéron puisse citer, parmi les amis déclarés d’Antoine, Asinius Pollio, alors que celui-ci écrit encore à l’orateur, en mars 43, pour protester de sa fidélité envers le Sénat et ne se rallie à Antoine que durant l’été de cette même année. Enfin, M. Barbatius Pollio est un partisan bien connu, cité par Appien et mentionné, de plus, par une monnaie et une inscription. La mauvaise lecture du texte de Cicéron provient d’une confusion fréquente entre Barbatius Pollio et un esclave fugitif qui usurpa le rang de préteur, Barbatius ou Barbius Philippus.

14 Cic., Att., 13.52. Lorsque Cicéron reçut César à Pouzzoles, le 19 décembre 45, Cassius Barba lui fournit des gardes et organisa leur campement dans la propriété. L’aide qu’il lui apporta fut importante : la garde de César comportait deux mille hommes.

15 App., BC, 5.31.

16 Exactement trente-neuf césariens avérés. Ce qui signifie, soit qu’ils ont manifesté ouvertement leur sympathie pour César, soit qu’ils ont vécu dans sa familiarité, Faberius ou Barba, soit qu’ils ont assumé un commandement sous ses auspices, Asinius Pollio, Calvisius Sabinus, soit qu’ils lui doivent leur réhabilitation, C. Antonius Hybrida, Calpurnius Bestia, soit qu’ils lui sont apparentés, P. Vatinius, P. Sulpicius Rufus, Calpurnius Piso, soit enfin qu’ils lui doivent leur entrée au Sénat, Decidius Saxa ou celle de leur famille, Censorinus, Norbanus.

17 C’est d’ailleurs parce qu’ils jouent un rôle majeur que nous connaissons leurs antécédents. Presque toujours, en ce cas, il s’agit d’anciens compagnons de César. Rien d’étonnant, non plus, à cela : c’est à ses fidèles lieutenants que le dictateur a confié, en priorité, des pouvoirs civils ou militaires, qui les conduisent, bon gré, mal gré, dans l’arène politique.

18 Syme [1939] 1967, 70, mettait en évidence l’absence de toute forme d’idéologie dans l’engagement, même en période de guerre civile : “La guerre civile pouvait partager en deux des familles : comme elle n’était pas la lutte de principes, ni de classes, la présence de membres de la même maison noble dans des camps opposés doit s’expliquer non pas par des querelles privées, mais, quelquefois par un choix délibéré pour sauvegarder la fortune et la position de la famille quelle que fût l’issue”.

19 Syme [1939] 1967, 73-74. Le fils aîné de Crassus a rejoint le camp de César, bien qu’il fût lié aux Metelli p. 71. Nommé gouverneur de Gaule Cisalpine par César, en 49, il meurt peu après, App., BC, 2.41. Q. Fabius Maximus rend le consulat à sa famille et meurt en fonction, en servant César ; Tiberius Claudius Nero, RE, no 254 fut questeur de César en 48.

20 Syme [1939] 1967, 69-70.

21 Plut., Caes., 58 ; D.C. 43.46-47.

22 App., BC, 2.78, trad. Torrens 1994.

23 D.C. 44.34.1.

24 App., BC, 2.131-132.

25 Grattarola 1990, 16-17.

26 Cic., Fam., 11.1.1.

27 Grattarola 1990, 18-22.

28 D.C. 44.22.1 ; App., BC, 2.119, cite Lentulus Spinther, Favonius, Aquinius, Dolabella, Murcus et Patisius, 2.121, Cinna, et 122 Dolabella ; Suet., Jul., 85.

29 La première argumentation est développée dans le discours de Brutus, App., BC, 2.138 et le second point de vue est exposé dans App., BC, 2.144.

30 App., BC, 2.134-135. Pour le discours des funérailles, 2.143-146 ; D.C. 44.36-42.

31 Il la gouverne de 45 à 43, Cic., Fam., 5.9.4 ; Phil., 10.13 ; App., Illyr., 13 ; Marasco 1995, 283-297.

32 Vell. 2.76 ; App., BC, 3.46 ; D.C. 45.10.3.

33 App., BC, 3.85, 4.53 ; Broughton MRR 2, 307 et 330.

34 D.C. 43.51.4 ; Broughton MRR 2, 337.

35 D.C. 46.53.1 ; Nic. Damas, Caes., 28.112.

36 Cic., Phil., 3.21 ; Fam., 13.25.

37 Nic. Damas, Caes., 26.96.

38 Cic., Pis., 8 ; l’orateur souligne leur collusion à l’occasion de la célébration des jeux compitalices.

39 Q. Fufius Calenus, Cic., Att., 8.17. T. Munatius Byrsa, tribun de la plèbe favorable à Clodius en 53-52, Phil., 13.27.

40 Caes., Civ., 1.3.6 ; Cic., Fam., 14.14.2 ; D.C. 41.16.4.

41 Cic., Att., 10.8a. 2, 1er mai 49.

42 Calpurnius Bestia était en exil ; les Bibuli dans l’autre camp.

43 L. Calpurnius Piso et les Antonii ont, d’autre part, des relations privilégiées avec Placentia. Le premier, par sa famille maternelle, Ascon., Pis., 13-21 et les seconds, par leur alliance avec les Caninii, Donati 1982, 307.

44 Plut., Ant., 15.1 ; Cic., 43.6 ; App., BC, 2.125 ; 3.17 ; Flor., Epit., 4.4.2 ; D.C. 46.23.1.

45 Cic., Phil., 3.26.

46 Calpurnia lui remet, en effet, environ100 millions de sesterces. Une partie de ce trésor était réservé à la campagne parthique, Shatzman 1975, 484-486. Il était impossible de réaliser cette opération discrètement ou sans l’aval de toutes les personnes concernées. Un simple calcul du poids de ce trésor, plus de huit tonnes si la totalité est convertie en monnaie d’or, et des conditions matérielles qui devaient être mises en œuvre pour ce transfert le montrent bien. Quant aux 700 millions du Temple d’Ops, la question ne se pose même pas, Urogdi 1962, 79-84.

47 Enfin, son attitude, lors des débats sénatoriaux de l’hiver 43, confirme l’appui qu’il apportait à Antoine, cf. supra, chap. suivant

48 App., BC, 2.135.

49 Yavetz 1990, 236-237.

50 Cic., Mil., 11-13 ; App., BC, 2.21 ; D.C. 40.49.1, par exemple.

51 Ascon., Mil., 18.35, Clark. Delia 1991, 211, n 17, établit un parallèle entre les deux funérailles.

52 Le tribun roussi de Cicéron, mais aussi des allusions directes dans les Philippiques, 6.10, Cic., Mil., 12-13 ; 47 ; 90-91 ; App., BC, 2.21, D.C. 40.49.1 ; Ascon., 31.52, Clark ; Schol. Bob., 115, Stangl.

53 Cic., Att., 14.10.1.

54 App., BC, 2.136.

55 Cependant, pour le testament, Calpurnius n’est pas cité explicitement, Plut., Caes., 68.1, App., BC, 2.143 ; D.C. 44.35.2.

56 App., BC, 2.143. Martin 1993, 37-39, souligne l’importance de cette revendication de l’héritage. Syme [1939] 1967, 99 et 525 n. 4 pense que rien ne prouve la volonté d’Antoine de susciter une émeute. Effectivement, dans une lettre du 19 avril Cicéron se contente de parler d’un éloge affligeant et d’esclaves et de nécessiteux lancés, les torches à la main, contre les demeures des possédants (Att., 14.10.1) sans imputer cela à Antoine, mais l’emploi du verbe immittere souligne que les émeutiers ont été manipulés. Comme il reprend les mêmes termes dans les Philippiques pour accuser le consul explicitement cette fois (2.91) il y a de fortes présomptions que le discours d’Antoine soit apparu aux contemporains comme le facteur déclenchant.

57 Il le désintéressa essentiellement en obtenant son élection au Pontificat suprême, dans des conditions d’ailleurs mal établies, Liv., Per., 117 ; Vell. 2.63.1 ; App., BC, 2.132 ; D.C. 44.53.6. Faut-il suivre Dion, qui affirme que, pour parvenir à ce résultat, Antoine a promulgué une loi transférant cette élection au peuple, ou doit-on croire Velleius et l’Abrégé de Tite-Live, qui dénoncent une élection illégale ? Rotondi [1912] 1962, 433. En outre, il renforce son alliance en nouant un lien familial : il fiance sa fille au fils de Lépide.

58 En renonçant à son opposition à l’élection de Dolabella, D.C. 44.53.1.

59 Contrairement à ce qu’estime Grattarola 1990, 130, Dolabella n’est pas un Antonien.

60 Lépide, en maintenant l’ordre, les 16 et 17. Dolabella, par la suite, dans l’affaire de l’autel dédié au père de la patrie, par exemple, D.C. 44.51.2.

61 Plut., Caes., 68.3-7 ; App., BC, 2.147 ; D.C. 44.50.4.

62 Crawford 1974, 485 no 475 ; Broughton MRR 2, 313.

63 Plut., Brut., 19.1.

64 Cic., Fam., 10.8.1-2.

65 App., BC, 2.129.

66 App., BC, 3.14 ; 3.27.

67 Cic., Phil., 3.26 et 14.26. Sur les liens de clientèle unissant les Gallii et les Antonii, voir infra, chap. 1

68 Cic., Phil., 14.26.

69 Cic., Att., 14.4, 1-4, 24 mai 44. À vrai dire, il a toujours été persuadé qu’il comptait avec lui un ennemi acharné dans le camp de César, Att., 11.8.

70 D.C. 38.8.9 ; il s’agit d’une loi électorale, interdisant la confusion des suffrages, afin de savoir comment votait chaque décurie. De plus, Q. Fufius avait des sympathies marianistes, si l’on examine la pièce qu’il émit lorsqu’il fut monétaire, en 70-68, Combès 1966, 212.

71 D.C. 38.8.1 ; Broughton MRR 2, 188.

72 Cic., Att., 8.17.

73 Wiseman 1971, no 185.

74 Cæs., Hirtius, Gal., 8.39.4 ; Civ., 3.56 ; Cic., Att., 11.15, 2 ; SIG3, 761 ; Plut., Brut., 8.67.

75 Cic., Phil., 10.4, sur son rôle dans les débats sénatoriaux de l’hiver 44-43, cf. chap. 1b.

76 App., BC, 4.47.

77 C. Fufius Cita, qui appartenait aux milieux d’affaires césariens était peut-être un proche de sa famille, Cæs, Gal., 7.3.1 ; mais cette hypothèse reste fragile, car le nomen de Cita n’est pas établi avec certitude, Nicolet 1974, 885-886, no 157.

78 D.C. 48.40.5 ; Treggiari 1969, 184-185.

79 Cic., Fam., 6.12.2. Cicéron affirme qu’il tient tous les familiers de César enserrés dans un lien d’amitié. Ces hommes représentent une des mutations majeures des mœurs politiques de la seconde moitié du premier siècle : la pratique croissante du “gouvernement secret”.

80 Des Boscs-Plateaux 1994, 7-35.

81 Sur son rôle, voir les remarques de Syme [1939] 1967, 77, 80, 84, 88 ; pour un portrait de cette famille influente, Rodriguez-Neila [1973] 1992

82 Cic., Att., 10.18.2. 19 mai 47.

83 Gell., Att., 17.9 ; Des Boscs-Plateaux 1994, 21.

84 Pour reprendre l’expression de Des Boscs-Plateaux 1994, 24.

85 Oppius, RE, no 9, Nicolet 1974, no 251 ; peut-être est-il originaire de Spolète ? CIL, I2 4772 ; XI, 4812.

86 Cic., Att., 12.2.2, avril 47 ; Fam., 6.8.1.

87 Cic., Att., 12.29.2. Ils interviennent pour se porter garants d’une dette de Faberius.

88 Cic., Att. 12.13.2. Cicéron ne désire pas assister au banquet des augures, après le décès de Tullia. Il se fait excuser auprès d’Appuleius, par Oppius et Balbus.

89 Lettre ouverte sur la clémence. : Cic., Att., 10.7c. 1.

90 Cic., Att., 13.27.1.

91 Nicolet 1974, no 228. Bien que Cicéron souligne l’ancienneté de leurs relations, il appartient peut-être à la génération suivante, puisque Cl. Nicolet le fait naître vers 80 ; cependant, Demougin 1992, 102-103, no 99, estime, au contraire, que Matius a sans doute l’âge de César. Il doit être identifié avec le destinataire de la fameuse lettre de César, où ce dernier résume sa victoire sur Pharnace par trois mots : “Veni, vidi, vici”, Plut., Caes., 50.3.

92 Il était, à la fois, l’ami de César et de Cicéron, de Trebatius et d’Auguste, plus tard.

93 Le surnom de Calvenna apparaît à plusieurs reprises dans la Correspondance, notamment, Att., 14.1.

94 Le richissisme banquier C., Rabirius Curtius Postumus est décrit, par Syme [1939] 1967, 78, comme le prince des financiers. Il commanda des troupes, B. Afr., 8.1 ; 26.4. et brigua même le consulat, Cic., Att., 12.49.2, ainsi que l’augurat Fam., 2.16.7.

95 RE, no 1, Münzer.

96 Cic., Att., 16.16b. 1 ; 14.18.1 ; Plut., Ant., 15, 2-4 ; App., BC, 3.5 ; sur l’utilisation des papiers de César, voir, en outre, D.C. 44.53.2-4. Des soupçons se sont très vite portés sur la véracité des acta tirés des archives du dictateur et ratifiés après le 15 mars. Sur proposition de Sulpicius Rufus, une commision était chargée d’examiner le bien-fondé des mesures proposées, mais elle ne fut jamais réunie semble-t-il, Cic., Phil., 2.100, une analyse de cette question très complexe et de la double lecture qu’il convient de faire de la polémique cicéronienne, Ramsey 1994, 131 ; 144-145.

97 Cic., Att., 15.13.3 ; 28 oct. 44.

98 Cicéron était, de toute façon, en comptes avec Faberius, qui était son débiteur, depuis la guerre civile sans doute. On ne sait pas, d’ailleurs, s’il a jamais acquitté ses dettes Drumann-Groebe 1908-10, 248 n. 2. L’existence de ce prêt montre bien que Cicéron, à l’instar de ses pairs, prenait des garanties dans tous les camps et se ménageait une issue honorable en cas de défaite, Royer 1967, 210.

99 Il est peut-être à l’origine de la proscription de Verginius, App., BC, 4.48 qui était son débiteur Cic., Att., 12.5a ; Hinard 1985b, 542-543 no 149.

100 Cic., Att., 14.1 ; 14.2.

101 Cic., Att., 14.1.1, 7 avril 44.

102 Cic., Fam., 11.29 ; d’ailleurs, en octobre 44, il a repris du service, pour Octavien cette fois, puisqu’il adjure Cicéron de rejoindre son parti, Cic., Att., 16.15.3.

103 Suet., Jul., 52.4.

104 Cic., Att., 14.2. Il souhaite en effet une vengeance rapide, Cic., Att., 14.1 ; Nic. Damas, Caes., 17.106.

105 Cic., Att., 15.2. Il rencontre Octavien, au milieu d’avril 44, en Campanie, Att., 14.10.3 ; en novembre ? Hirtius et Balbius font une “cure thermale”, sans doute très stratégique, en Campanie, Fam., 14.24.2. À cette date, il sert donc activement Octavien. Il devient consul, en 40, D.C. 48.32.1, sans jamais avoir effectué de cursus honorum, puisque les rumeurs annonçant son entrée au Sénat en 49, Cic., Fam., 2.16.7, se sont révélées infondées.

106 Cic., Att., 14.1.1. D’ailleurs, des troubles localisés se produisent en Gaule, ainsi qu’en témoigne l’expulsion des colons de Vienne par les Allobroges, D.C. 46.50.5 ; Goudineau 1989, 24.

107 Cic., Att., 15.2. Parmi les curateurs se trouvent également, C. Curtius, déjà cité et Tebassus, inconnu par ailleurs.

108 Plut., Caes., 16.3-4 ; Cic., Att., 13.23.3.

109 Cet ancien centurion, originaire sans doute d’Acerrae CIL, X, 3758, commanda en Afrique pour le compte d’Octavien D.C. 48.22.3.

110 Désignation de mauvais augure d’après l’orateur. Les Sasernae sont tous trois des Antoniens Cic., Phil., 13.28. L’un d’entre eux servit César en Afrique B. Afr., 9.1 ; 10.1.

111 Cic., Fam., 11.28, C. Matius a affirmé qu’il rendait souvent au consul Antoine, une visite de salutatio, en réponse aux reproches exprimés par Cicéron dans la lettre précédente, Fam., 11.27., mais dément que ce soit plus que de la courtoisie “Credas nullam communionem cum improbis esse posse” Fam., 11.28.12.,

112 C. Oppius composa une biographie de César qui fut une des sources de Plutarque, Caes., 17.7, avec une longue digression sur Marius, d’ailleurs, Bardon 1956, 271, Delvaux 1991, 88 à 91. Il écrivit en outre, peu de temps après Philippes, une vie de Cassius, Charis. 1.147, dont le contenu devait sans doute beaucoup à la polémique. Curtius et Matius célébrèrent des jeux. Cet engagement participe de la même politique que les mesures d’Antoine, à la gloire du défunt César, notamment la fameuse requête de supplicatio au Sénat, qui marque le début de l’affrontement avec Cicéron Phil., 1.11-12. Mais, par la suite, Matius desservit Antoine, en défendant la mémoire de César dans l’affaire Césarion, Suet., Jul., 50.2-4.

113 Cic., Phil., 1.1, traduction de Wuilleumier 1959, 54 ; Bonnefond-Coudry 1989, 648-649.

114 Bonnefond-Coudry 1989, 756-766, démontre, à l’appui de témoignages convaincants, que, ni Salluste, ni Clodius, ni aucun des populares, ne remettent en cause le principe du rôle central de l’assemblée. C’est le mauvais fonctionnement de cette institution, son accaparement par une oligarchie – les pauci – qu’ils incriminent.

115 La séance du 17 mars est unanimement commentée par les historiens antiques cf. tableau 1. Le récit le plus détaillé des débats reste celui d’Appien, BC, 3.126-136 dont, malheureusement, l’exactitude et la chronologie laissent à désirer. La question de la “couleur politique” de la majorité des sénateurs se pose : Velleius et surtout Appien montrent le sénat de 44 et 43 comme une assemblée conservatrice. Cristofoli 2001, 118-120, montre bien qu’il ne faut pas prendre au pied de la lettre des analyses destinées à servir les intentions et les démonstrations des historiographes. Ce que l’on peut connaître de la composition du sénat à la mort de César confirme le contrôle que le dictateur à exercé sur son recrutement, Bane 1971, 20 Cristofoli 1996, 109-114. Mais, des sénateurs de César nous ne connaissons même pas un quart. En fait tout se joue entre les sénateurs qui dirigent l’assemblée, p. 120.

116 Cic., Phil., 1.2, traduction de Wuilleumier 1959, 55. Cicéron, bien sûr, peint en des couleurs idylliques cette collaboration initiale, dans le dessein de noircir par constraste la politique de son adversaire en septembre et de justifier ainsi sa récente entrée dans l’opposition. En ce domaine, il faut donc faire la part d’une rhétorique spécieuse. Il est aisé d’en donner une illustration. Antoine use à deux reprises d’un procédé autoritaire, lors de la discussion sur l’abolition de la dictature et le 28 novembre, à l’encontre d’Octavien : il présente à l’assemblée un projet de S. C déjà rédigé dans les moindres détails et le fait adopter sans modification, ou, dans la seconde occasion, tente de le faire. Cette démarche n’a en soi rien de dictatorial. Mais la présentation de l’orateur montre bien l’évolution de sa stratégie. Dans le premier cas, l’unanimité des sénateurs est envisagée comme le signe de l’excellence des intentions d’Antoine dans la première Philippique, alors que, dans la troisième, 3.20 et 24, il critique le tour hâtif et autoritaire de ce procédé. Il demeure que l’ensemble des sources confirme la tentative de conciliation entre Antoine et le Sénat.

117 Deniaux 2005, 217.

118 D.C. 46.1-28. Il cite des faits communs avec les Philippiques, par exemple le rappel de Licinius, Denticulus ou Lenticula, D.C. 45.46.4 = Cic., Phil., 2.56.

119 App., BC, 3.54-61.

120 Albedius, T. Annius Cimber, L. Calpurnius Bestia, Sex. Titus, M. Gallius, M. Insteius, Caelius, Decidius Saxa, Munatius Byrsa, appartiennent au Sénat. Les autres n’ont sans doute jamais revêtu la questure.

121 App., BC, 2.119 ; 127-128 ; 3.2 ; 27-30, ce qui explique peut-être que des Césariens vindicatifs s’en soient pris à la curie lors des funérailles.

122 App., BC, 2.119.

123 App., BC, 2.128.

124 Sur cette séance, Grattarola 1990, 18-20. Il convient de rapeller que chaque source met en scène cette réunion avec des orateurs différents. Cicéron insiste naturellement sur son propre rôle, que souligne également D.C. alors qu’Appien valorise exclusivement Antoine et Calpurnius ; Plutarque cite Munatius Plancus ; Suétone, Tiberius Claudius Nero, car il écrit la biographie de son fils. En fait, le récit d’Appien, qui semble le plus détaillé, suggère des interventions multiples exprimant les avis de tous les camps. Tous les magistrats curules présents à Rome ont émis une sententia, nous en avons la trace pour les préteurs, II, 129. Ce qui paraît surtout singulier dans la présentation de l’historien, c’est son analyse de la stratégie d’Antoine. Prudemment, il tâte le terrain, tout en incitant certains de ses partisans à proposer des récompenses provocantes en l’honneur de ses adversaires.

125 Deniaux 2005, 217-218.

126 App., BC, 3.2.

127 Cic., Phil., 1.3, traduction de Wuilleumier 1959, 55. Il s’agit du vote de la lex Antonia de dictatura in perpetuum tollenda, Rotondi [1912] 1962, 431.

128 Rotondi [1912] 1962, 427-431 : Lex Antonia de actis Caesaris confirmandis, à distinguer du plebiscitum de Cæsaris actis cognoscendis cum consilio du 3 juin 44.

129 Cic., Fam., 11.2 ; 16.23 ; Att., 15.5.8.

130 Ce que d’ailleurs semblaient souhaiter les deux camps : Cicéron et Antoine, Att., 15.4.1-4. Dans cette lettre, Cicéron fait allusion à la tactique qu’Antoine devait adopter durant la séance du 1er juin, suivant Atticus. L’orateur l’estime génératrice de troubles : “Antoni consilia narras turbulenta”. Le consul avait, sans doute, prévu deux tactiques : l’intimidation des sénateurs pour pouvoir, du fait de leur absence, présenter le projet aux comices ; ou bien, dans le cas où la première échouerait, la solution plus aléatoire d’une séance contrôlée par les consulaires antoniens D.C. 45.9.2-3. L’auteur de la lettre anonyme qui relate la menace que les vétérans feront peser sur la réunion du 1er juin est, peut-être, dans ce cas, un Antonien. Le fait que Varron l’ait transmise et en ait effacé le nom, par prudence, incline à l’attribuer à Q. Fufius Calenus, ami très proche de ce dernier Att., 15.7.3.

131 Cic., Phil., 1.6 ; Att, 15.5, 2 ; Cic., Phil., 5.128.

132 Cic., Att., 15.4.1 et 4 ; le ton montre la défiance que Cicéron éprouve à l’égard de cette démarche.

133 Cic., Phil., 5.12 : “Senatus consulta numquam facta ad Ærarium deferebantur” ; Fam., 12.29.2 : “Falsa senatus consulta deferebantur”.

134 Sur l’ensemble de la procédure et les abus qu’elle engendre, Bonnefond-Coudry 1994, 66-74.

135 Jos., AJ, 219-221. L’authenticité du texte n’est pas assurée cf. Bonnefond-Coudry 1994, 67.

136 Ainsi que le dénote l’étonnement qu’a suscité, dans l’opinion publique, la rigueur de Caton quand il fut questeur, Plut., Cat. Min., 17.1. Cicéron, lui-même, souligne que les archives ont été falsifiées durant les années 81 à 63, Leg. agr., 2.37.

137 Deux éléments inclinent à penser que ce S. C. concernait la province : la décision nuisait à la dignitas de Q. Cornificius, et L. Aelius Lamia, qui entretenait des liens nombreux avec l’Africa Vetus, participait, au moins officiellement, à la rédaction. On connaît, par ailleurs, les efforts de Calvinius Sabinus pour conserver son imperium malgré tout, Fam., 12.25. Il paraît très logique de conclure à une manœuvre d’Antoine, désireux de conserver au pouvoir d’un de ses partisans une province aussi stratégique. L’attitude de Lamia dans cette affaire n’est peut-être pas aussi claire que le prétend Cicéron. Rien, au fond, ne prouve qu’il n’ait pas collaboré occasionnellement avec les consuls de 44, lui qui était un Césarien notoire et qui poursuivit sa carrière sous le triumvirat. En effet, L. Aelius Lamia, fils de Lucius, RE, no 75 ; Wiseman 1971, no 4 ; Deniaux 1993, no 1 439-441, obtint, sans doute, la préture en 42, V. Max. 1.8.12 ; Plin., Nat., 7.173, après avoir été édile plébéien en 45.

138 Jos., AJ, 14.219.

139 Ainsi qu’en atteste sa conduite voir supra. Cic., Phil., 12.1 ; 17-18 ; Cicéron précise qu’il est un intime d’Antoine, “familiaris”, 12.18 et qu’il a recueilli chez lui la femme et les enfants d’Antoine, 12.1.

140 Cic., Phil., 10.10 ; Att., 12.14. Une décision d’Antoine, prise en juin, l’a, sans doute, irrité. Celui-ci a entrepris de fonder une seconde colonie à Capoue Phil., 2.100. Or, Calpurnius avait été un des fondateurs de la colonie, en 59, Cic., Pis., 25.

141 Par ce biais, en effet, Antoine tentait de regrouper une importante armée au nord de Rome, ce qui faisait de lui le maître des destinées de la péninsule.

142 Cic., Phil., 1.14.

143 Cic., Att., 15.26. C’est l’une des interprétations possibles de ce geste, à vrai dire assez difficile à comprendre.

144 Cic., Phil., 1.28.

145 Cicéron fait allusion, à plusieurs reprises, aux pressions que tentèrent d’exercer sur lui les familiares d’Antoine. Il leur donne la parole dans la première Philippique chap. 28 “…ainsi que me l’on révélé certains de ses familiers, tout discours contraire à sa volonté, l’offense profondément…”. Ces amis bien intentionnés ajoutent : “Toi qui fus un adversaire de César, on ne te laissera pas la même marge de manœuvre qu’à Pison, son beau-père” et, enfin, pour le décourager de soutenir même une opposition silencieuse : “Pour ne pas venir au sénat, la maladie ne sera pas une excuse plus valable que la mort” trad. Wuillemier 1959, 70.

146 Cic., Phil., 3.19-24 ; le récit est plus confus et plus ramassé, mais sensiblement identique, chez App., BC, 3.45.

147 Cic., Phil., 3.25-27.

148 Cic., Phil., 5.5 et 7.

149 C’est Pansa, son gendre, consul désigné pour 43, qui lui a donné la parole en premier le jour des Calendes de janvier, Phil., 5.1 et 10.1-2.

150 Cic., Fam., 12.24.2 et, surtout, 12.41, où il critique vivement Piso et Philippus. La neuvième Philippique est dédiée en totalité à l’éloge funèbre du troisième délégué, Ser. Sulpicius Rufus. Appien, BC, 3.60-61, pour sa part, incrimine Cicéron, qui, chargé par le Sénat de rédiger le texte lu par les ambassadeurs, a dénaturé la volonté des pères conscrits en lui donnant la forme d’un ultimatum. Gabba 1961, 89.

151 Cic., Phil., 12.1 ; App., BC, 3.50.

152 Grattarola 1990, 117-132.

153 Cic., Fam., 12.25.

154 Le 2 février, Cic., Phil., 8.1 ; 8.20 ; 8.28 ; Grattarola 1990, 124-125.

155 Par exemple, les lettres de Plancus et Lépide, lues au Sénat le 20 mars, provoquent des réactions de surprise, car elles prêchent la paix alors que le sénat est déjà prêt à en découdre, du moins Cicéron le prétend-il, Cic., Fam., 10.60 ; 10.27.

156 Cic., ad. Brut., 2.5.14. Mais de grands doutes pèsent sur leur authenticité, Vozza 1976-1977, 119-128.

157 Cic., Phil., 12.1 et 8.18.

158 Cic., Phil., 12.1.

159 Dion Cassius prête à Calenus une anti-Philippique célèbre, 46.1-28 et Appien un long discours sur la légitimité de la position d’Antoine à L. Calpurnius Piso, App., BC, 3.50 ; 54-60. Cicéron réfute longuement les thèses de Calenus, Phil., 8.14-20, et l’attaque à plusieurs reprises, ad. Brut., 2.3.4 ; Phil., 10.2-6 ; 12.1-4 ; 12.18. Il se plaint également de l’attitude de Pison, Phil., 12.1, 18 ; Fam., 12.4.1. Sur la transposition des Philippiques, par Appien et Dion Cassius, Gowing 1992, 235-245.

160 Cic., Fam., 12.2, Beaujeu 1991, 45 n. 10.

161 Cic., Fam., 12.2.3.

162 Lépide doit, de toute façon, être mis à part, étant données son importance et l’ambiguïté de sa position. P. Vatinius est presque sûrement un Antonien ; en revanche, C. Trébonius est un tyrannicide.

163 Malgré les dissensions complaisament rappelées par Cicéron Phil., 2.98-99, sa censure, obtenue en 42, apparaît comme la récompense de ses services et le moyen d’en rendre de nouveaux.

164 M. Valerius Messala Rufus fut un adjudicataire des biens de Pompée, butin dont il profita longuement et scandaleusement. Quoiqu’il conserve d’assez bonnes relations avec lui et malgré un témoignage positif dans l’affaire de Buthrote, Cicéron ne nourrit aucune sympathie à son égard, Cic., Att., 14.10 et 16.16.

165 Cic., Phil., 5.5, trad. Wuilleumier 1959, 20.

166 Les extraits de Phil., 5.1 ; 8.11 ; 10.1 ; 11.15 attestent de cette préséance pour Calenus. Il en est de même pour Servilius, 7.27. Calpurnius Piso 10.1 et 3, et Lucius Cæsar, 8.1-2, sont sans doute dans la même position mais ce n’est pas absolument certain. Le choix de Q. Fufius comme princeps a été, sans doute, dicté, moins par des raisons de famille, que par le souci politique de resserrer les liens du parti césarien, Grattarola 1990, 120-121.

167 Cic., Phil., 7.1 : “C’est à propos de sujets de peu d’importance, mais sans doute utiles, que l’on nous consulte”. Il s’agit en effet de questions techniques – la monnaie, la voie Appia et les luperques – qui ne se prêtent pas à des considérations de politique générale, mais ne sont pas dépourvues d’arrière-pensées polémiques, car revenir sur le statut des luperques constitue une attaque indirecte contre l’héritage césarien.

168 Cic., Phil., 7.1-2 ; 4.

169 C’est un jeu de mot très fréquent chez Cicéron, Ses., 96. Les populares, au mauvais sens du terme, aux yeux de l’orateur, sont ceux qui lèsent les intérêts de l’État en cherchant à défendre les commoda populi, ceux, donc, qui flattent la multitude ; la levitas du démagogue, sa désinvolture, sa politique à court terme, s’opposent à la gravitas, qui est l’apanage du sénateur, dont la clairvoyance et le sérieux sont les guides de l’État. L’un jouit de la faveur du sot peuple, tandis que l’autre œuvre pour le bien du Populus, Mackie, 1992, 51-73.

170 Cic., Phil., 8.11-20. C’est d’ailleurs pour cette réfutation brillante de Calenus que Brutus le félicite plus tard, ad Brut., 2.3.4.

171 Cic., Phil., 8.1-2.

172 Ibid., 8.28 et 32.

173 Cic., Fam., 10.12, 3. Cicéron s’exprime en second. Il ne mentionne plus ni Q. Fufius, ni Calpurnius Piso, peut-être se sont-ils retirés, ou siègent-ils sans qu’aucune source ne nous ait conservé leur avis ?

174 Grattarola 1990, 137 sq.

175 Bonnefond-Coudry 1989, 644-655.

176 Cic., Phil., 8.33 ; 13.50 ; 14.36-38, par exemple.

177 Cic., Phil., 2.19-24. Sur cette séance et la tactique d’Antoine, voir Bonnefond-Coudry 1989, 492-493.

178 Ainsi, lors de la séance de la mi-février 43, pour l’obtention de la province de Macédoine pour Brutus, Cic., Phil. 11.26 ; 13.30-32 ; ad Brut., 1.44 ; Plut., Brut., 27.1 ; App., BC, 3.63 ; D.C. 48.22.1 ; Grattarola 1990, 129.

179 Cic., Ad Brut., 2.2.3.

180 Cic., Phil., 13 26 ; sur cette parodie de Sénat, Bonnefond-Coudry 1989, 652-653.

181 Cic., Phil., 3.29.

182 Cic., Phil., 3.23.

183 Cic., Phil., 3.13-14.

184 Cic., Phil., 7.1 ; 13.31 ; Grattarola 1990, 123 ; 151, n. 76.

185 App., BC, 3.50-53.

186 Cic., Fam., 10.12.3 ; ad Brut., 2.2-3.

187 App., BC, 3.51.

188 Cic., Fam., 10.12.

189 App., BC, 3.52,

190 Rotondi [1912] 1962, 434-435, lex Titia de IIIviris rei pubicae constituendae, 435, lex Titia de magistratu P. Servilio Cascae abrogando ; App., BC, 4.7 ; D.C. 47.2.1, vote de la loi confirmant les décisions prises à Bologne, mais Titius n’est pas nommé ; il nous apprend, par ailleurs, 46.49.1 que quelques temps plus tôt il avait destitué Casca et qu’il meurt à la fin de 43. Titius apparaît plutôt comme une créature d’Octavien, travaillant aux intérêts communs des différentes branches de l’ancien parti césarien.

191 Cic., Phil., 5.11, pour son passé et sa réputation voir le chapitre précédent, pour son influence sur la politique de son époux voir infra et chapitre suivant.

192 Cic., Phil., 13.271 : “Titus Plancus qui, s’il avait chéri le Sénat, jamais n’aurait incendié la curie”.

193 Cic., Phil., 5.20 ; 33 ; 6.14 ; 11.10 ; 12.20 ; 13.37.

194 Bonnefond-Coudry 1989, 774.

195 Cic., Phil., 2.98-99.

196 Cic., Phil., 1.16, trad. Wuilleumier 1959, 16.

197 App., BC, 3.5.

198 D.C. 44.53.3-4.

199 Cic., Phil., 12-15, sur le sens de l’expression Ianus Medius, Andreau 1987, 707-709.

200 Nicolet 1985, 816-839.

201 Nicolet 1985, 814-815, cite le colombarium de la tribu Pollia et le tombeau ? de la famille Camillia AE, 1948, 66 = ILLRP, 488.

202 Nicolet 1985, 817, n. 48.

203 Nicolet 1985, 818, n. 51.

204Agrum iis divisit”, Cic., Phil., 6.13. Il s’agit des chevaliers. Pour les tribuns, “iis quoque divisit Semurium” 6.14.

205 Cic., Phil,., 6.14 : “Sed haec agrorum adsignatio paulo ante, L. Caesaris,. sententia, c’est-à-dire le 4 janvier 43 dissoluta est,. septemvirum acta sustulimus. Jacent beneficia Nuculae, friget patronus Antonius.

206 La première distribution réservée aux vétérans doit se placer en avril, à la suite des résolutions du 18 mars, App., BC., 2.135 ; D.C. 44.51.4 et de la lex Antonia-Cornelia du 24 avril ; Groebe 1893, 14 et 46 ; Rotondi [1912] 1962, 429 ; Broughton MRR 2, 332 mais Deniaux 2205, 218 pense que tout a été voté le 3 juin.

207 Nicolet, 1983, 820, n. 53 ; Keppie 1983, 106.

208 Le champ de Mars restait “le seul terrain à lotir”, quand L. Antonius a quitté Rome avec son frère, ce qui signifie, non sans quelque exagération, que tous les terrains de l’ager romanus aux environs de la Ville avaient été aliénés.

209 D.C. 45.9.1-2. Une allusion, peut-être, à ces opérations, Cic, Phil., 8.9.

210 Cic., Phil., 5.25 et surtout 33.

211 Il en a les caractéristiques, selon la hiérarchie des valeurs cicéroniennes : il souhaite hâter la mort de l’État, 11.10, car il est acculé par une situation désespérée puisque son patrimoine est obéré par les dettes Cic., Phil., 6.15 ; 13.20, en même temps, il est taraudé par ses passions, la cupidité 5.20 ; 25, qui le pousse à s’emparer, par la force, de la fortune des sénateurs 11.6 et une férocité sanguinaire et sans scrupule qui l’a conduit à tuer un de ses camarades. C’est donc un nouveau Spartacus, 3.31 ; 5.30 ; 6.14 ; 7.16-18 ; 12.20.

212 Cic,. Phil., 2.106.

213 Cic., Att., 14.12.1.

214 Cic,. Phil., 11.13 : “Primum auos collegas Antoniorum et Dolabellae, Nuculam et tentomem, Italiae divibores lege car quam senatus pervim latam judicavit.

215 Roddaz 1988, 331 : “En fait, Cicéron le présente comme un adversaire redoutable, parce que les appuis dont il dispose à Rome le rendent aussi dangereux que son frère ; l’orateur ne peut manquer de rappeler sa popularité dans la capitale”.

216 Cic., Phil., 14.10.

217 Ibid., 11.12 ; le surnom de “decempedator” lui est donné plus loin, XIII, 97.

218 Ibid., 10.22 ; 8.9.

219 Ibid., 8.26.

220 Ibid., 13.26-27.

221 Nicolet 1985, 820-821, n. 54.

222 Cic., Phil., 6.11 ; 10.22 ; 11.14 ; 13.26 ; au sujet de son rôle en 47, voir Simelon 1985, 387-405.

223 Cic., Att., 16.7.6.

224 Des inscriptions de Pergame, IGRP, 400 et 401, de Magnésie du Sipyle, Robert 1954, 54, Thyateira et Éphèse, commémorent son administration “intègre, équitable et pieuse”. Dans cette dernière cité, il est honoré en tant que “patron et bienfaiteur d’Artémis et de la cité”., Merkelbach 1978, 36-37, en rapprochant cette appellation de deux cas semblables, trouvés chez César, Civ., 3.33 ; 3.105, suppose que l’inscription de l’Artemision rend hommage à sa protection à l’égard des activités bancaires du sanctuaire. Mais cette interprétation a été contestée par Eilers 1995, 81-82, qui rectifie l’interprétation : il serait patron de la cité et du sanctuaire, probablement en raison de l’arbitrage favorable d’un différend entre les publicains et le sanctuaire. Il faut naturellement faire la part des conventions du genre et des pressions que subissaient les cités : même Verrès avait été honoré de statues en Sicile.

225 Yavetz 1991, 110-112, n. 12 et 13. La cohérence de ces mesures, qui, loin de n’être que des règlements opportunistes, représentent des innovations, Tzamtzis 1998, 539-556.

226 Cic., Att., 14.12.2. L’auteur lie cette mesure à la restitution des biens de Dejotarus, Rotondi [1912] 1962, 431. Dans cette affaire, il semble que ce soit Fulvia qui ait mené les tractations. Il s’agit, dans les deux cas, de l’utilisation des brouillons de César pour accroître la clientèle, Yavetz 1991, no 15, 113-114 ; Rotondi [1912] 1962, 431. Une autre lex Julia fut proposée au sujet de la Crète, selon laquelle l’île était dispensée des vectigalia à partir du gouvernement de Brutus Cic., Phil., 2.97 ; D.C. 45.32.4 ; 46.23.3 ; Rotondi [1912] 1962, 430. Dans ces circonstances, les notes ont peut être été utilisées contre les adversaires, mais si ce n’était que cela la manœuvre serait grossière et se retournerait contre son auteur. D’autres motifs peuvent expliquer les réformes de la Crète.

227 Sex. Cloelius, Cic., Att., 14.13A. Dans la première Philippique, Cicéron concède qu’il n’y a eu qu’un seul rappel d’exilé ; par la suite, Antoine aurait décidé una amnistie plus complète, Rotondi [1912] 1962, 430.

228 D.C. 45.25.2 ; 46.15.2 ; Yavetz 1991, 110-111.

229 Suet., Jul., 41.2 ; Yavetz 1991, 132-33, no 23, se range à l’idée de Mommsen, selon laquelle la décurie des tribuns du trésor a été annulée, car ceux-ci ont été intégrés dans l’ordre équestre. Sur la lex Antonia iudicaria,. Rotondi [1912] 1962, 431.

230 Cic., Phil., 5.12, trad. Wuilleumier 1959, 24.

231 Ramsey 2005, 28-32 étudie les aspects sociaux de la loi. Deniaux 2005, 221 qui étudie également les personnages mentionnés 221-223, pour de plus amples détails se reporter aux fiches correspondantes, no 53, 56, 92.

232 Ce personnage est mentionné à deux reprises dans les Philippiques, 5.14 ; 8.27 comme un des membres de la troisième décurie. Il appartient à une famille athénienne distinguée, le philosophe épicurien Phaedrus, très lié à Atticus, était son père. Lysiadès, pour sa part, siégeait à l’Aréopage et il obtint sans doute l’archontat en 51/50 a. C. Münzer, RE, 5 ; E. Rawson, 1985, 55. Il était sans nul doute citoyen romain. Il est dans le même cas que le Crétois Cydas, Tzamtzis 1998, 529-556.

233 App., BC, 3.46 ; D.C. 45.13.5 ; sur la contio, Cic., Phil., 13.19. Rouland 1979, 314, pour sa part, pense qu’il y a bien eu un acte d’allégeance mais la critique est par ailleurs unanime pour contester la véracité de cet épisode, qui repose sans nul doute sur un fait avéré mais n’a jamais revêtu ni cette ampleur ni cette signification. Sur cette question, voir Torrens 2000a, 149.

234 Ramsey 2005, 32-38.

235 Appien détaille l’apparat funèbre comme une mise en condition préméditée et progressive de la foule, BC, 2.143-147. Il suit, en cela la version de Cicéron, Phil., 2.90-91 : Ton bel éloge, ton discours pathétique, ton exhortation ; c’est toi, toi, qui a mis le feu à ces brandons, qui n’ont brûlé qu’à moitié le grand homme mais qui ont allumé l’incendie qui a ravagé la maison de L. Bellienus, c’est toi, qui a déchaîné contre nos demeures les assauts de ces hommes désespérés, pour la plupart des esclaves, en plus, que nous nous avons repoussé de vive force.” Dion Cassius prête aussi au discours d’Antoine des effets dévastateurs et condamne sévèrement cette initiative inopportune, 44.35-50. Les éléments qui suggèrent le caractère anti-sénatorial de ces manifestations sont les suivants : l’incendie de la Curie et des maisons environnantes, Cic., Phil., 2.90-91, D.C. 44.50.2-3, un bûcher improvisé, App., BC, 2.148 ; la mort, à la suite d’une méprise, du tribun Helvius Cinna, dépecé par la foule. Une haine tenace à l’égard du sénat se manifeste dans cette agitation, ce qui va bien au-delà de la dévotion césarienne. Cicéron rappelle qu’il y a dans les rangs des Antoniens, à ce moment là, les fauteurs de trouble de 52, Munatius Byrsa, Sextus Cloelius et, bien sûr, Fulvia, en plus de quelques alliés de circonstance de Clodius, Piso et Fufius Calenus.

236 Cic., Phil., 1.5 ; App., 3.2-5 ; D.C., 44.51.2-3.

237 En fait Lucius participe activement, en avril-mai 44, à une campagne virulente contre D. Brutus, pour l’heure gouverneur de Cisalpine, Cic., Att., 15.5.3. Il s’agit probablement de préparer l’opinion à la loi sur la permutation des provinces Cic., Att., 14.20.2. Les contiones qui suivent la mort de César sont analysées par Morstein-Marx 2004, 150-159. Il reconnaît en Sex. Cloelius un orfèvre en rhétorique de masse, p. 1-2, ce qui donne un certain poids à l’éloquence populaire des Antoniens à partir du printemps 44.

238 Cic., Att., 14.14-15.1.

239 Cic., Att., 16.4.1. La nouvelle appellation du mois de juillet avait été conférée par la lex Antonia de Mense Quintili, au début de l’année 44, cf. Rotondi [1912] 1962, 427.

240 Cic., Att., 16.15.1 ; 2.3.

241 Cic., Att., 15.2.

242 Cic., Att., 14.19.3. Quintus Cicero, neveu de l’orateur, a porté une couronne en l’honneur de César lors des fêtes de Palès.

243 Mais il lui consacre tout de même des jeux spectaculaires, ainsi qu’en atteste la proposition de la lex Antonia de quinto die ludorum romanorum Rotondi [1912] 1962 428, qui se propose d’ajouter, en son nom, un cinquième jour aux Ludi Romani. En fait, Antoine dose avec beaucoup de subtilité les honneurs posthumes qu’il confère au dictateur. Il évite toutes les manifestations de la divinité de César, mais rend hommage à l’homme d’exception, Ferrary 1999, 215-232.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 339k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 382k
Légende N.B. Les noms d’intervenants antoniens écrits en italiques indiquent que ces personnes ne sont pas encore des partisans effectifs, elles ont manifesté une sympathie provisoire aux propositions antoniennes mais n’adhérent que plus tard. L’astérisque indique qu’il s’agit d’un partisan occasionnel
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/4571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search