Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Chapitre I. Le premier cercle : cognati, adfines, sodales

Texte intégral

  • 1 Bruhns 1990, 571-598.

1S’interrogeant sur le rôle de la parenté dans l’engagement politique à Rome, H. Bruhns1 souligne que créer ou recréer la tradition familiale demeure un travail constant pour l’aristocrate. S’il veut s’appuyer sur elle, il doit s’employer à élargir le cercle étroit de ses proches en tissant des relations complexes. L’étude du parti antonien passe naturellement par cette première étape, celle des liens personnels que le consul de 44 entretenait dans le milieu dirigeant romain et au-delà. La société à laquelle il appartenait reposait en effet sur des rapports verticaux, de patron à client, et horizontaux, d’amitié réciproque, cimentés par la fides. Sentiments, intérêts, mariages, se mêlaient et confortaient, ou, parfois, contrariaient ces relations obligatoires. Celles-ci constituaient le groupe de pression de tout magistrat romain, et, au cas où celui-ci devenait un des premiers citoyens, le noyau d’un parti.

  • 2 Moreau 1990, 3-26.

2Cependant, il ne faut pas perdre de vue que cet ensemble, chez les Antonii comme dans toutes les familles aristocratiques, gardait des contours flous, ne se présentait pas comme un monolithe et n’intervenait pas en acteur unique. Cette diversité et cette incertitude provenaient de la structure même de l’oligarchie romaine2. Tous les sénateurs étaient liés entre eux par une certaine consanguinité ou par des obligations multiples ce qui, à force de contraintes contradictoires, laissait quelque place au libre-arbitre. Au gré des circonstances, les pères-conscrits faisaient donc prévaloir certains attachements plutôt que d’autres. De ce fait, il faut distinguer, parmi ceux qui préférèrent Antoine, plusieurs degrés : les cognati, les proches, les adfines, la parentèle, au sens large du terme, la part innée, héréditaire, de sa clientèle et l’acquis, ses fidèles seconds, ceux que Cicéron nomme ses “collusores et sodales”.

I. La gens antonia au cœur d’un reseau d’alliances

Le patrimoine de Marc-Antoine

  • 3 Cic., Phil., 2.42 : trad. Wuilleumier 1959, 111.
  • 4 Cic., Phil., 2.44 ; 2.14 et 56 ; 2.58
  • 5 Il avait fondé une large partie de son réquisitoire sur les dettes et une estimation réduite de la (...)
  • 6 Cela paraît faux : en 49, Marc-Antoine possédait une demeure sur le Palatin, D.C. 53.27.5. Sur ses (...)
  • 7 Cic., Phil., 2.48 ; Att., 7.3.5.
  • 8 Plut., Ant., 2.4-5.
  • 9 De même, Salluste, qui ne peut être suspect ni de servilité ni de sympathie, le confirme, Hist., 3 (...)
  • 10 Cic., Phil., 3.16.
  • 11 Pour cette raison, il fut exclu du Sénat en 70, Cic., Flacc., 95 ; Comm. Pet., 8 ; Ascon, Tog.Cand (...)

3Lorsqu’il passe au crible la vie de son adversaire, Cicéron l’exprime sans ambages : “Cependant, ce qui m’a le plus étonné, c’est que tu aies osé parler de succession, quand toi tu ne t’es pas présenté à la succession de ton père3”. Voici tracé le portrait de Marc Antoine, que l’illustre orateur peaufine à loisir : à la fois prodigue banqueroutier dont l’impécuniosité avive toutes les ambitions et jeune nobilis en rupture de famille. Oubliant le devoir filial puisque son père défunt ne lui est plus d’aucune utilité, au surplus, ignorant les conseils de ses oncles, négligeant sa mère, le consul, indigne de ses ancêtres, renierait, d’après lui, tous les liens que le devoir impose à un homme de son rang4. La page de l’héritage, à peine entamée, doit-elle se tourner ? Ce serait méconnaître l’exagération rhétorique5. Certes, dans les sources, un constat revient, lancinant : le legs, financièrement, ne pesait pas lourd. Cicéron donne des détails. Antoine ne possédait aucune demeure à Rome6 – d’ailleurs il avait été élevé sous le toit de son beau-père – et ne détenait qu’une villa lourdement hypothéquée dans le golfe de Naples7. Plutarque insiste également sur la pauvreté du jeune homme8. La coïncidence de ces deux auteurs pourrait s’expliquer par les emprunts flagrants du biographe à la deuxième Philippique, s’il n’y joignait une anecdote que ne connaissait pas l’orateur et qui appartient manifestement à une tradition moins négative9. M. Antonius, le père, donna subrepticement un plat à barbe, faute d’argent, à un ami qu’il désirait secourir. Son patrimoine était modeste et sa générosité naturelle menaçait de le réduire encore. Son épouse Julia, sans doute inquiète de voir sa dot aspirée par ce gouffre, surveillait de près l’intendance. Cette même gêne se retrouvait chez Caius Antonius, l’oncle du triumvir, qui ne franchit les premières étapes du cursus qu’à la faveur de la proscription et de la protection syllaniennes10. En outre, durant toute sa vie, il se rendit célèbre par ses prévarications11.

4Il y a là une rupture entre le parcours brillant de Marcus Antonius l’orateur, leur géniteur, et les difficultés des deux générations suivantes, freinées dans leurs ambitions par les multiples débours occasionnés par les frais de campagne. Plus que la prodigalité chronique de la famille, ce sont les vicissitudes politiques qui l’expliquent.

  • 12 Il fut questeur propréteur en Asie en 113-112, à ce titre il est honoré par une inscription de Pro (...)
  • 13 App., BC, 1.32. Si l’on suit la démonstration très convaincante de Rauh 1986, 433-435, M. Antonius (...)
  • 14 Avant 91, il avait défendu M. Marius Gratidianus, Cic., Brut., 168 ; David 1992, 709.
  • 15 App., BC, 1.72.
  • 16 Plut., Pomp., 24. Foucart 1906, 569-581, souligne l’efficacité de la campagne menée par M. Antoniu (...)

5En effet, riche d’un grand prestige et d’une importante clientèle, gagnés devant les tribunaux et à la tête des armées12, l’aïeul poursuivit sa carrière, quels que soient les maîtres du moment. Ainsi, il fut élu au consulat, sans encombre, au plus fort de la crise engendrée par les menées de Saturninus et de Glaucia13. En 97, choisi comme censeur, il ne fut pas davantage contesté. Cette quiétude et ce respect, l’orateur les devait autant à sa personnalité qu’à ses appuis multiples, principalement chez les Marianistes14. En 87, s’étant imprudemment rapproché de la cause syllanienne, il figura parmi les plus illustres victimes du retour vindicatif de Marius. Un tribun l’égorgea et sa tête pourrit en exposition sur le Forum15. Qu’advint-il de sa fortune, dans ces circonstances ? De son ampleur on ignore presque tout, mais on en devine les contours grâce à quelques indices. Lors du rapt de sa fille, il s’acquitta d’une rançon jugée alors considérable16. En outre, sa campagne, en 103, contre les pirates Ciliciens, dut lui procurer un butin conséquent et l’estime efficiente des negotiatores romains entravés par l’audace des brigands. La détresse financière qui s’ensuivit ne puise donc sa source que dans la confiscation de ses biens ; le retour en grâce de sa famille, après la victoire de Sylla, ne suffit pas à reconstituer le capital amassé par l’illustre avocat.

  • 17 Hor. 1.42. IG, IV, 2, 66, l. 25 ; Broughton MRR 2, 123, Foucart 1906, 581.
  • 18 Cic., Phil., 2.44.

6Malgré ce revers de fortune, son fils aîné s’éleva jusqu’à la préture. Il obtint à son tour du Sénat un commandement extraordinaire contre les pirates crétois. Source de profits et de gloire, cette mission constituait un tremplin idéal pour le consulat. Hélas, après avoir alterné échecs et succès, Marcus Antonius périt au cours d’un combat douteux17. Épi fauché avant la récolte, il ne légua que des dettes à sa famille18.

  • 19 Plut., Pomp., 24.
  • 20 Cic., Phil., 2.45 ; Plut., Ant., 2.4-5.

7Dans ces circonstances, la renonciation d’Antoine à l’héritage paternel semblerait logique. Mais cette démarche n’est pas absolument certaine ; seul Cicéron en témoigne et quelques éléments permettent d’en douter. Le seul bien-fonds qu’il reconnaissait à Antoine avant la guerre civile lui venait de sa famille paternelle19. Cette fameuse villa du cap Misène avait pu entrer en sa possession, soit directement, à la mort de sa tante, soit indirectement, par l’intermédiaire de son père. En outre, dès sa jeunesse, il se débattait avec un passif de six millions de sesterces20. Si l’on peut accorder quelque crédit à cette information, dont l’unique source, encore une fois, reste la seconde Philippique, un tel montant, en faisant la part d’un don précoce pour la dilapidation, suppose qu’il endossa les dettes paternelles. Enfin, même avec la garantie des Curion, les banquiers n’auraient pas consenti un tel crédit à un jeune homme sans patrimoine. Antoine appartenait simplement au bataillon serré des jeunes gens de bonne naissance, aussi endettés que fortunés, dont l’occupation essentielle consistait à éviter que leurs créanciers n’obtiennent la vente de leur patrimoine à l’encan. À ce mal, un seul remède, la carrière des honneurs. Le lieutenant de César accepta donc l’héritage paternel : malgré les dettes qui le grevaient, l’actif devait être plus important que ne l’affirme Cicéron. Il reste que le jeune ambitieux dut se soucier constamment de rétablir une fortune grandement compromise.

  • 21 Str. 5.4.3 ; App., BC, 5.39 ; Suet., Aug., 92.2 ; D.C. 52.43.2 ; ce sont probablement d’anciens es (...)

8Cette dernière et les butins de la guerre civile, permirent à Antoine d’accroître son capital de façon spectaculaire. En 47, alors qu’il remplit la charge de magister equitum, il hérita de plusieurs personnages qui ne lui étaient pas directement liés, pour un montant total de 20 millions de sesterces. Il s’en prit aussi aux propriétés de Pompée, à Rome même et à Tusculum, ainsi qu’à celle de Metellus Scipio, à Tibur. Enfin, il acheta, sans doute à ce moment, ses jardins près du Tibre et son domaine d’Ænaria21. Ces acquisitions, effectuées en grande partie à crédit, faisaient partie du butin, selon Antoine, mais César en exigea le paiement. C’est ce qu’affirme Cicéron dans son pamphlet. Après un an de démêlés, le subordonné aurait obtempéré. Les dettes d’Antoine seraient alors à l’image de sa fortune, immenses, puisque leur montant s’élevait à 40 millions de sesterces. Cependant, J. T. Ramsey propose une nouvelle version. Antoine se serait porté adjudicataire des biens de Pompée, non pour lui-même, mais pour les revendre ensuite, par lots, avec une plus-value. L’argent qu’il a avancé et dont la somme totale se montait sans doute à 200 millions de sesterces, ne pouvait venir de ses biens personnels, mais des caisses de César. Antoine aurait eu pour mission de réaliser ce patrimoine pour financer la politique du dictateur. Aux yeux de ses contemporains, les mouvements de capitaux et les transactions qui accompagnaient ces tractations le rendaient éminemment suspect. Il n’aurait conservé qu’un lot, celui de la villa des Carines, que revendiqua ensuite Sextus Pompée. La soi-disant brouille entre le dictateur et son principal lieutenant aurait été largement exagérée, peut-être inventée de toute pièce par Cicéron.

9Antoine ne renia pas davantage ses origines ; c’eût été une folie. Au Sénat, ses détracteurs, l’auteur des Philippiques en tête, brocardaient l’orgueil gentilice de celui qui allait, répétant : “Moi, consul et Antoine”. C’est que la plus belle part de son héritage résidait dans la réputation de ses ancêtres et dans la densité de son réseau de clients.

  • 22 Plut., Ant., 4.2.
  • 23 Suet., Jul., 6.1 ; Wiseman 1974, 153-164. Selon Badel 2006, 279, les généalogies divines, finaleme (...)

10Pour attester de l’antiquité de leur souche, les Antonii avançaient deux généalogies. La première, mythologique, les faisait descendre d’Anton, fils d’Hercule22. La seconde, historique, les reliait à un homonyme, magister equitum de P. Cornelius Rufinus en 334 et constituait une arme à double tranchant. Les adversaires ne manquaient pas de rappeler que cet ancêtre supposé avait été obligé de démissionner en même temps que le dictateur. Il demeure qu’appartenir aux Héraclides et être associé aux temps anciens de l’État combinaient, tout ensemble, une légitimité religieuse et civique, mêlant des caractères hellénistiques et romains, monarchiques et républicains. Cette inclination à forger le passé au service de prétentions présentes se retrouvait alors chez d’autres familles, nobles ou patriciennes, de la fin du premier siècle. César n’avait-il pas proclamé qu’il descendait de Iule et, par-delà, de Vénus23 ?

  • 24 Cic., De Or., 2.3 ; Tusc., 5.55 ; Quint., Inst., 10.3.171. Dans les Philippiques, l’orateur fit l’ (...)

11Le passé héroïque ne constituait cependant qu’une figure rhétorique destinée, aux yeux de ses pairs, de ses électeurs et de soi-même, parfois, à enrichir la dignitas de l’ambitieux. Si l’on s’attache aux ancêtres directs et assurés du triumvir, leur illustration s’avère plus récente. Les Antonii n’apparaissent qu’au milieu du iie siècle a.C., quand le trisaïeul devint tribun de la plèbe. L’aïeul fut le premier consul et ouvrit à sa famille les portes de la nobilitas. Or, le talent de ce dernier personnage, qui influença durablement l’éloquence romaine, restait, à l’époque des Philippiques, unanimement célébré, au point que Cicéron, lui-même, s’en reconnaissait le débiteur24.

  • 25 Plut., Ant., 1.1 ; App., Sic., 6.1-2.
  • 26 Cette hypothèse a été émise par Linderski 1990, 157-164.

12Quoique mineure, la carrière du père d’Antoine ne ternit peut-être pas l’honneur de sa souche, autant que le laissent entendre Cicéron et Plutarque. Sa campagne crétoise permit de détacher les insulaires d’une alliance dangereuse avec Mithridate et il montra sa vaillance en sauvant ses hommes, prisonniers des indigènes. Aucune source antique n’affirme directement que le surnom de Creticus lui fut donné par dérision25. Ce peut être un authentique cognomen ex virtute, décerné par ses soldats au soir des combats, ou par les parents lors de l’éloge funèbre, mais qui ne reçut pas de sanction officielle26.

  • 27 Sur l’ambiguïté de ce terme, Mackie 1992, 51-73.

13Intellectuellement et politiquement, il n’est pas certain que les Antonii aient cultivé une tradition claire et établie. Marc Antoine semble le seul à avoir rallumé le flambeau de l’éloquence et, encore, dans un style radicalement différent. Dans le domaine fluctuant des partis et des idées, la famille a suivi un parcours sinueux. Syllanienne depuis 87, elle ne dédaigna pas de donner des gages aux populares27. Leurs alliances matrimoniales et leur attachement au tribunat de la plèbe, magistrature séditieuse au regard des défenseurs acharnés de la cause sénatoriale, traduisirent cette tendance. Avant tout brillants, nobles et fiers de l’être, mais aussi libéraux et généreux, ses ascendants transmirent au consul de 44 un nom populaire.

  • 28 Rhodes, IGRRP, 4.1116 (année 102) ; Delos, Inscriptions de Delos, no 1700. En plus des clientèles (...)
  • 29 Ceux de L. Turselius et de Rubrius Cic., Phil., 2.41.

14Ce n’était pas tout ; l’inlassable patronage judiciaire de l’aïeul, ses liens avec la Grèce, la générosité de son fils créèrent et entretinrent un dense réseau de fidélités28. N’en restent, le plus souvent, que des témoignages indirects et anonymes, le villageois chez qui se réfugie la victime de Marius, l’ami à qui Creticus cède un plat d’argent. Il faut peut-être chercher là l’origine des héritages miraculeux que Cicéron reproche à son ennemi, sans preuve29.

  • 30 IGRRP, 4.1116.
  • 31 En 95, M. Antonius défendit avec bonheur C. Norbanus, son ancien légat, accusé de majestate. Il ét (...)

15De plus, au cours de sa carrière militaire, M. Antonius, l’orateur, tissa des liens avec des jeunes gens d’avenir, A. Gabinius30 et C. Norbanus31, dont les descendants jouèrent quelque rôle dans la vie de son petit-fils. Le fils de Gabinius offrit à Antoine sa première chance en le prenant dans son état-major ; le petit-fils de Norbanus conduisit les légions des triumvirs lors de la campagne de Philippes.

  • 32 SIG3, 748, 15-48.
  • 33 Son fils, probablement, fut duumvir d’Æsernia, CIL, I2, 1753 ; IX, 2662 ; ILLRP, 526.
  • 34 Foucart 1906, 579.
  • 35 App., BC, 1.39. De même que Numitorius, premier beau-père de Creticus, Hinard 1985a, 150.
  • 36 Moreau 1990, 3-26 ; Foucart 1906, 579, estimait, pour sa part, que les données étaient insuffisant (...)
  • 37 Cf. les fiches de M. Gallius et Q. Gallius.
  • 38 Sall., Hist., 3.6, son fils était le procurateur d’Antoine de 41 à 40, App., BC, 5.14.

16La découverte d’une inscription, à Gytteon, en Laconie32, permet d’identifier quelques clients du père d’Antoine. Elle rend hommage à deux financiers romains, bienfaiteurs de la cité puisqu’ils servirent d’intermédiaires avec l’état-major du futur Creticus, lors de son passage dans la région. Parmi ses legati, se trouvaient, P. Autronius, L. Marcilius, C. Julius, Fulvius, C. Gallius, Q. Ancharius. Prétendre que seules les relations de clientèle expliquent leur présence à ses côtés serait excessif, mais la plupart étaient des alliés ou des amis. L. Marcilius, seul, paraissait moins proche : c’était un domi nobilis ; ni lui ni son fils ne firent acte d’allégeance ultérieurement33. Le cas de P. Autronius Paetus semble plus délicat. Il appartint, plus tard, au groupe catilinien que fréquentaient l’oncle et le beau-père d’Antoine et son fils servit consciencieusement les triumvirs, ce qui lui valut le consulat en 3334 ; cependant, ce personnage, s’il fut antonien, ne le resta pas puisqu’il obtint d’Octavien le proconsulat d’Afrique. Les autres avaient des rapports plus nets avec la famille. Le père de Q. Ancharius fut supplicié en même temps que celui de Creticus, leurs têtes exposées ensemble35. Fulvius et César étaient des cousins éloignés, mais ce lien comptait alors36. Les Gallii appartenaient, eux, à sa clientèle et fournirent à la génération suivante deux fermes partisans du triumvir37. Un dernier lieutenant, Manius, n’est pas cité ici, mais on connaît sa présence grâce à Salluste38. Voilà donc la pépinière d’alliés que le consul de 44 reçut en héritage ; il la cultiva soigneusement.

  • 39 Rawson 1985, 44-67.
  • 40 Cic., Phil., 5.14 ; 8.27. Il était le fils du philosophe épicurien Phaedrus, ami aussi d’Atticus, (...)
  • 41 De nombreux Antonii, des Crétois nouveaux citoyens, sont attestés dans l’île, dès le premier siècl (...)
  • 42 Plut., Ant., 3.10. Il est possible, bien sûr, que ces relations ne datent que du séjour de Marc-An (...)

17Moins directement utile, mais également précieuse, sa clientèle grecque, pour une grande part, lui fut léguée par son grand-père. Deux aéropagites athéniens, liés à l’aristocratie romaine, Lysiades et Menedemus, conservèrent avec lui des relations suivies39 ; il introduisit le premier dans les jurys40. De son père et peut-être de son grand-père, Antoine hérita d’une importante clientèle crétoise, dont le plus célèbre exemple reste Cydas41. Par ailleurs, le syrien Archelaos entretenait avec lui des liens d’hospitalité42.

18Bien loin d’être promise à la ruine, cette famille, en dépit de quelques vicissitudes, possédait donc des ressources de popularité et de puissance indéniables. La génération de Creticus, malgré la carrière écourtée de celui-ci, joua un rôle déterminant : fils et fille contractèrent des unions avantageuses qui les insérèrent au cœur de l’oligarchie agissante. C’est là que Marc Antoine puisa ses premières forces et, en 44, elles continuaient à le soutenir.

Les liens avec la gens Julia

  • 43 Plut., Ant., 2.1 traduction Flacelière & Chambry 1977.

19Après avoir consacré un premier paragraphe à l’ascendance paternelle, Plutarque réserve le deuxième à l’influence maternelle : “Julia, de la famille des Césars (...) qui pouvait rivaliser avec les Romaines les meilleures et les plus sages de son temps”43. Le jugement du biographe apparaît clairement ; sa mère représente les principes de vertu qui auraient dû conduire le jeune homme vers le bien avant que la société et Curion, en particulier, ne le corrompent. Au-delà de ces considérations morales, hors de propos ici, Julia dirigea les premiers pas de ses fils en politique. Fit-elle appel, dans cette occasion, à la protection et la puissance de sa propre gens ?

20Les liens entre Antoine et les parents de sa mère paraissaient, a priori, paradoxaux. Cette famille fournit son appui aux jeunes fils de Creticus, puisque C. Antonius, devenu le doyen des Antonii à la mort de son frère, fut privé de ce rôle par son exil. Mais cette charge revint, curieusement, aux parents les plus éloignés. L’explication se trouve, peut-être, dans les divergences politiques qui affectèrent la gens.

  • 44 App., BC, 1.70-72 ; les Numitorii étaient apparentés à Créticus, par alliance : sa première épouse (...)
  • 45 Julia et L. Julius Caesar étaient les enfants de L. Julius Caesar, consul en 90, censeur en 89 (RE (...)
  • 46 En fait, c’est M. Aurelius Cotta qui lui fit décerner ce commandement, Mattingly 1979, 1491-1515.
  • 47 SIG3, 748.
  • 48 Hayne 1978, 96-105.

21En 87, les Julii, de la branche de Lucius Caesar et de Julia, appartenaient au même groupe que les Antonii et les Numitorii. Tous périrent lors du retour de Marius44. Les alliances qui s’étaient tissées alors traduisaient une communauté de vues provisoire. De surcroît, en épousant une patricienne, issue de deux rameaux qui avaient contribué à l’histoire de Rome, les Julii et les Fulvii45, Creticus était promis à une position éminente. Cet appui lui garantit d’ailleurs les pouvoirs exceptionnels à l’issue de sa préture46. Échange de bons procédés, il prit dans sa suite deux parents de sa femme47. Sa mort ne rompit pas les obligations. Ainsi que l’a démontré Léonie Hayne48, la carrière de ses fils fut grandement redevable à la protection de C. Julius Caesar.

  • 49 Cicéron, dans la deuxième Philippique, 2.48, fait mine de s’indigner qu’Antoine ait rejoint César (...)
  • 50 Hayne 1978, 98. D’autres raisons peuvent aussi bien expliquer que Gabinius ait choisi de prendre A (...)
  • 51 En tout cas pour Caius, Flor., Epit., 2.13.31-32. Mais la position de Lucius durant la guerre civi (...)

22Là réside donc l’élément le plus délicat à comprendre. Alors que les Antonii n’étaient que des parents éloignés, ils bénéficièrent de ce lien, et l’utilisèrent par delà la mort du dictateur, tandis que leur plus proche parent leur fut souvent hostile. Le paradoxe n’est qu’apparent ; l’aide de César ne fut ni inconditionnelle ni automatique, pas plus que l’opposition de L. Julius Caesar ne fut systématique. Marc Antoine accomplit la majeure partie de son cursus dans le sillage de César. Mais celui-ci ne l’admit qu’après qu’il eut fait ses preuves au service de Gabinius. À l’issue de cette campagne, Antoine rejoignit, sans transition, les légions en Gaule49. Léonie Hayne interprète sa hâte comme l’obéissance à un ordre de César, satisfait des faits d’armes du jeune homme. Il est possible que le choix du Pompéien Gabinius relève d’obligations réciproques entre les membres du premier triumvirat50. Le conquérant des Gaules ne voulait pas pratiquer le népotisme au profit d’un incapable, aussi délégua-t-il à un allié la responsabilité de lui faire subir une sorte d’examen de passage. Ce furent d’abord les talents – surtout militaires – et la fidélité d’Antoine qui le propulsèrent au premier rang des Césariens, après Pharsale. Le lien familial compta, bien sûr – César était attentif au sort du plus modeste de ses parents – mais il paraît secondaire. Les frères de son protégé durent sans doute beaucoup plus leur avancement au crédit de leur aîné qu’à toute autre considération51.

  • 52 Cic., Cat., 4.13 ; Sull., 55 ; Phil., 2.14 ; Att., 12.21.1.
  • 53 Sall., Cat., 51-52.
  • 54 Lactance, Inst. Div., 1.15.30.
  • 55 Cic., Fam., 10.28.3 ; 12.2.3 ; 12.5.2 ; Phil., 6.14 ; D.C. 47.8.5.
  • 56 App., BC, 4.37.
  • 57 Cic., Phil., 2.14-15.
  • 58 De fait, la fonction de princeps senatus est tombée en désuétude à partir de Sylla, Bonnefond-Coud (...)

23Pourtant leur plus proche parent, leur oncle maternel, L. Julius Cæsar, le chef de famille naturel, après l’exil de C. Antonius, joua, à première vue, un rôle inverse. Lors de l’affaire Catilina, il se prononça violemment en faveur de l’exécution des conjurés, parmi lesquels se trouvait Cornelius Lentulus, son beau-frère52, alors que Jules César prêchait en même temps la clémence53. Après la mort de ce dernier, dans les années 44-43, il opta pour une opposition résolue au souvenir de son défunt parent54 et à la politique de son propre neveu55. Lors de la séance du 27 avril 43, le premier, il le déclara hostis publicus56. Cicéron, durant cette période, voyait en lui un de ses fermes partisans et un pilier du sénat. Il alla jusqu’à lui décerner le titre plus honorifique qu’institutionnel de princeps senatus57, soulignant de ce fait l’influence bénéfique du consul de 64 sur les pères conscrits58.

24Les deux branches de la famille tendaient donc à épouser des causes divergentes. Mais, en examinant de plus près la carrière de Lucius, elle paraît moins monolithique et l’on devine la trace de ses sympathies privées.

  • 59 D.C. 37.27.2.
  • 60 Liou-Gille 1994, 3-38.
  • 61 César lui confia un commandement en Narbonnaise, Cæs., Gal., 8.65.1.
  • 62 Il appartenait à ce collège depuis au moins 80, Macr. 13.13.11, Welch 1995, 196 n. 11.
  • 63 Antoine le choisit pour ce poste de confiance tandis qu’il tentait de mater les mutineries des lég (...)

25À plusieurs reprises, il s’associa à la politique de son cousin et œuvra aux côtés de son neveu. Il seconda ainsi Jules César dans l’accusation du procès Rabirius59, qui constituait une attaque contre la procédure du S.C. Ultimum60. Nous voilà loin du sénateur sage et modéré décrit par l’auteur des Philippiques. Il fut légat de César en Gaule, comme Antoine61 ; il soutint probablement la candidature de son neveu à l’augurat62, et, à la demande de ce dernier, alors maître de la cavalerie, il remplit les fonctions de praefectus Urbi en 47, au plus fort de la tourmente créée par Trebellius et Dolabella63.

  • 64 Cic., Phil., 8.1-2 ; Fam., 10.28.3, vers le 2 février 43, et surtout Phil., 12.18. Il faut ajouter (...)
  • 65 App., BC, 4.37 ; Plut., Ant., 19.3 ; 20. 5-6 ; Cic., 46. 5-6 ; Liv., Per., 120 ; Sen. Rh., Suas., (...)

26Lors de la guerre de Modène, malgré son adhésion verbale à la cause cicéronienne, il tempère ses avis au Sénat, mettant en avant sa parenté avec le proconsul64. On peut même penser qu’il ne se prononça clairement contre lui que lorsqu’il le crut perdu. Toutefois, cette erreur d’appréciation lui valut d’être porté en second sur la liste des proscrits65.

  • 66 App., BC, 2.143. En prononçant l’éloge funèbre de César, Antoine se pose en héritier : le rappel d (...)

27Les Julii ne présentaient pas un front uni dans la vie publique, en toutes circonstances, mais ils savaient faire appel, dans les crises aiguës, à une union gentilice qui transcendait leurs divergences. Antoine dut compter avec cette donnée et l’utilisa dans sa harangue aux funérailles de César66. Sa mère usa également de cet argument familial à trois reprises, dans des affaires plus publiques que privées.

  • 67 App., BC, 4.37 ; D.C. 47.8.5.
  • 68 Il obtint du consul Plancus un décret de restitutio, App., BC, 4.37.
  • 69 Il existe plusieurs traditions sur la proscription de Lucius par Antoine. Suivant Plutarque, il s’ (...)

28La première circonstance fut la demande de réhabilitation de Lucius Julius Cæsar. Julia interpella son fils, en plein forum, l’obligeant à gracier son oncle, s’il ne voulait pas passer pour un monstre67. Dans ce cas, l’appel à des liens privés conduisit à une restitution officielle68. Cette mise en scène théâtrale avait peut-être l’agrément d’Antoine, en lui permettant de sauver son parent sans nuire à la sévérité de la proscription69.

  • 70 App., BC, 5.52.

29Une seconde fois, Julia, recueillie par Sextus Pompée, se servit de son nom pour faciliter un rapprochement entre les deux ennemis70.

  • 71 App., BC, 5.63.

30La troisième occasion paraît encore plus riche d’enseignements. En 40, lors du siège de Brindes, les relations diplomatiques étaient rompues et la situation bloquée. Cocceius Nerva tenta de renouer le fil des négociations. Mais Octavien mit un point d’honneur à ne pas s’adresser directement à Antoine et biaisa en entamant une correspondance avec Julia sur le thème de la piété familiale. En retour, celle-ci persuada son fils de reprendre le dialogue qui mena aux accords de Brindes, parce que, souligne Appien, elle était issue de la famille des Julii71. La diplomatie empruntait donc, avec succès, la voie à demi privée des liens gentilices : la réconciliation des césariens passait par l’extinction préalable des discordes intestines chez les Julii.

31Ainsi, malgré l’opposition intermittente, mais spectaculaire, de Lucius Julius Cæsar, la gens Julia soutint en général la carrière d’Antoine. Après la mort du dictateur, elle continua à le servir en lui offrant des recours politiques, un lien ténu avec Octavien et aussi, dans une certaine mesure, une légitimité césarienne, face à un homme qui bâtissait sa fortune sur son nom.

Le soutien d’autres gentes de la nobilitas

32En 44 et dans les premières années du triumvirat, les Julii constituèrent donc une carte maîtresse entre les mains d’Antoine. En outre, celui-ci joua des liens qui l’unissaient à d’autres familles, moins nobles ou moins chanceuses, mais qui gravitaient tout de même dans les sphères du pouvoir.

  • 72 Puisque L. Pinarius épousa la sœur de César, avant Q. Pédius ; M. Altius Balbus épousa la cadette.
  • 73 Il épousa une cousine de Julia, la fille de C. Caesar Strabo (cf. Stemma des Julii Caesares établi (...)
  • 74 La fidélité à la mémoire de César a dû compter. À vrai dire, il reste malaisé de distinguer les Pi (...)

33Pour dénouer l’écheveau des relations que les Antonii avaient tissé, il faut prendre en compte les unions des deux dernières générations. On reconnaît alors parmi les parents d’Antoine, P. Cornelius Sura, son beau-père, mort en 63, P. Vatinius, son beau-frère jusqu’en 45, P. Caninius Gallus, son cousin par alliance et beau-frère ; plus éloignés par la parenté, apparaissent les Pinarii, des collatéraux72, et P. Sulpicius Rufus73. Tous ne furent pas également utiles ou fidèles à Antoine. P. Sulpicius Rufus, son cousin issu de germain, resta prudent dans les débats du Sénat de la fin 44 et du début de 43 ; il demeure également absent de la liste des amis et de celle des ennemis dressées par Cicéron. Mais il dut apporter un soutien discret au proconsul banni, puisqu’il devint censeur en 42, aux côtés de l’oncle d’Antoine ; l’attachement des Pinarii au consul, puis au triumvir, ne se limitait pas à des motifs familiaux74.

  • 75 P. Cornelius Lentulus Sura mena une carrière chaotique. Comme Catilina et Hybrida, il commença son (...)
  • 76 Ascon., Tog. Cand., 83.
  • 77 Ascon., Tog. Cand., 84.
  • 78 On trouve des allusions à la permutation des provinces entre Cicéron et Hybrida dans la correspond (...)
  • 79 On peut citer, à titre d’exemple, L. Calpurnius Bestia, Curius peut-être ; mais l’existence de con (...)

34Le lien entre les Antonii et le groupe de P. Cornelius Sura paraît rompu en 44. L’échec puis la mort de celui-ci, en 63, après avoir été abandonné par l’oncle paternel et condamné par l’oncle maternel d’Antoine, conduiraient à classer le mariage qui l’unit à Julia parmi les accidents de parcours. Il n’en est rien : cette alliance s’intégrait logiquement dans le réseau politique des Julii et des Antonii75. Caius Antonius Hybrida, beau-frère de Julia, avait conclu en 64 un pacte électoral avec Catilina, non sans l’assentiment, plus ou moins explicite, de leur parent C. Julius Cæsar76. L’alliance conjugale de la mère d’Antoine avec l’un des plus proches amis de L. Sergius cimentait des complicités, qui, tout comme le mariage, précédaient largement la campagne consulaire. Cette ententereposait sur la même adhésion intéressée à la proscription syllanienne et sur un goût commun pour l’exploitation des provinciaux et le trafic d’influence menés à grande échelle77. Les accords d’Hybrida et de Cicéron78 contribuèrent à jeter un voile sur les relations des Antonii avec les Catiliniens. Pourtant, elles ne s’interrompirent peut-être pas et l’on trouve des noms de Catiliniens dans l’entourage d’Antoine lors de son consulat79.

  • 80 V. Max. 4.2.6.

35Deux proches parents d’Antoine figurent dans son parti : P. Vatinius et Canidius Gallus. Leur rôle n’est pas équivalent. On ignore tout des services que rendit à son cousin le consul de 37. Son union avec Antonia ne nous est rapportée que par une anecdote assez obscure de Valère-Maxime et elle nous permet de conclure que cet homme, sans grand relief, dut le consulat à cette relation80.

  • 81 Cic., Vat., 27-29. Dans le chapitre 27, Cicéron fait allusion à la condamnation de C. Antonius et, (...)
  • 82 Cic., Vat., 11 ; il fut élu à la questure pour 63, grâce à l’intervention du consul : Cousin 1965, (...)

36Le cas de P. Vatinius s’avère bien plus intéressant. La date de son entrée dans la gens Antonia reste délicate à établir. Les allusions du In Vatinium, qui traitent de son mariage avec la sœur d’Antoine, nous permettent simplement de conclure qu’il était antérieur à 56 et, peut-être, postérieur à l’exil de C. Hybrida, en 5981. Pourtant ce dernier point n’est pas établi ; lors de son élection à la questure, en 64, Vatinius bénéficia déjà de l’appui spectaculaire de Lucius Caesar : cette aide pourrait s’expliquer par des obligeances familiales82.

  • 83 Cic., Vat., 15 et 29 ; Moreau 1990, 10-11.
  • 84 Cic., Vat., 33.
  • 85 Cic., Vat., 19 : il était soutenu par les triumvirs (Att., 2.9.1) et fut coopté finalement en 48 o (...)
  • 86 Cic., Vat., 24 ; 29. Cicéron souligne qu’elle s’accrut de malversations en malversations, surtout (...)
  • 87 Un lien de plus entre A. Gabinius et les Antonii, Vat., 25. Cela n’empêcha pas cependant ses deux (...)
  • 88 Vat., 40 ; T. Annius Cimber, fils d’affranchi, était peut-être un de ses clients ; il fut, par la (...)

37Pourquoi Vatinius rechercha-t-il cette alliance ? La réponse est multiple. Essentiellement, Antonia lui offrait la possibilité d’entrer dans la famille de César, d’être lié à celui qu’il servait avec efficacité et constance par l’adfinitas83. Des considérations secondaires s’ajoutent à celle-là : ses bonnes relations avec Clodius et son entourage, où il retrouvait Antoine84, ses prétentions à l’augurat85. Dans ce dernier cas, l’influence des Antonii, jointe à celle du Pontifex Maximus César, donnait de la consistance à ses ambitions. Qu’offrait Vatinius en échange ? D’abord, une fortune importante, “effrayante” aux dires de Cicéron86, qui tenta ses nouveaux parents toujours à cours de liquidités, des relations ensuite. Cette union réaffirmait leur entente avec César, puisqu’ils s’associaient à l’un de ses plus fidèles lieutenants. Elle renforçait encore leurs relations avec A. Gabinius87, ami de Publius. Parmi ses alliés se trouve T. Annius88.

  • 89 Un consulat si bref que Cicéron s’excusait plaisamment de n’avoir pu l’en féliciter pendant qu’il (...)
  • 90 Moreau 1990, 15-19 ; en fait, il apparaît que les Romains tantôt s’estimaient déliés de cette obli (...)

38La fortune de Vatinius suivit celle de César. Malgré ses infirmités et ses revers, il parvint au consulat en 4789. En 45, il contracta un nouveau mariage avec une certaine Pompeia, inconnue par ailleurs. Faut-il conclure pour autant que l’adfinitas était rompue90 ? La mort d’un conjoint, ou le divorce ne brisait pas définitivement ce type de relation. En 44-43, Marc Antoine compta donc un allié en Illyrie, qu’il récompensa en lui faisant accorder un triomphe longtemps différé.

39Un constat ressort des relations familiales des Antonii. Ils faisaient corps avec la famille de César, par l’intermédiaire de Julia. Cette association entraîna de nouvelles alliances ; bon nombre des unions contractées précédaient ou renforçaient les options politiques des Julii ou des Antonii. D’une génération à l’autre les amitiés se prolongèrent. Le réseau familial fut un moteur de l’ascension d’Antoine : le jeune homme en fut un instrument au début de sa carrière, puis il sut l’utiliser, lorsqu’il assuma des responsabilités élevées.

Cohésion politique de la gens Antonia

  • 91 Cic., Fam., 2.18, année 50. Lettre adressée par Cicéron à Q. Minucius Thermus.
  • 92 Cic., Leg., 3.19.
  • 93 Cic., Cat., 4.13.

40Dès 50, Cicéron constatait la puissance que représentait l’union de Marc Antoine et de ses deux frères et mettait en garde Minucius Thermus, alors proconsul d’Asie, contre l’éventualité d’un conflit avec son questeur, Lucius Antonius, adulescens potens et nobilis91. Il ajoutait que les trois frères, bientôt, se succéderaient au tribunat de la plèbe, monopolisant pendant de longs mois un pouvoir dangereux, “magistrature née de la sédition pour la sédition”92. Derrière cette mise en garde, on devine sans peine des réminiscences de la “dictature tribunicienne” de C. Gracchus, que soutint jusqu’à la mort l’aïeul des Antonii93.

  • 94 D.C. 45.9.2.
  • 95 Cic., Phil., 5.25 ; 5.30 ; 6.10-15 ; 10.3 ; 10.5-6 ; 10.10 ; 13.4.
  • 96 Ainsi que le montre, Roddaz 1988, 330-334.
  • 97 Hayne 1978, 96 : “What I intend to do is look at the careers of all three brothers in their relati (...)

41En 44, le pronostic de l’orateur ne s’était pas tout à fait réalisé, puisque plusieurs années avaient séparé les magistratures des trois frères. Mais leur pouvoir culminait ; l’aîné était consul, le cadet préteur, le puîné tribun de la Plèbe94. Dans les Philippiques, ils sont dépeints, sans désemparer, comme une hydre tricéphale, une coalition pernicieuse, acharnée à détruire l’État Romain95. S’il plaît à leur auteur de souligner la profondeur de cette entente, c’est que cette image servait ses intérêts96. Faut-il donc conclure, avec lui, que la famille d’Antoine épousa comme une ombre son parcours et le seconda en toutes circonstances ? Ce serait hâtif. D’autant plus que Cicéron passait sous silence C. Antonius Hybrida, personnage non moins puissant qu’ambigu, avec lequel la famille devait compter. De surcroît, les Antonii ne différaient sans doute pas des autres familles nobles que de petits procès ou de grandes orientations scindaient souvent, par prudence ou par passion. Léonie Hayne s’était attachée à démontrer que, malgré leur appartenance aux Julii et l’attrait que la fortune de César leur inspirait, Caius et Lucius gardaient une relative indépendance à l’égard de Marcus et de leur famille. Confrontés à la nécessité de tracer leur route coûte que coûte, ils pouvaient s’opposer par opportunisme97. Malheureusement, les preuves qu’elle avançait témoignaient plutôt à décharge. La balance penchait du côté de la fraternité.

  • 98 Cic., Q.fr., 3.2 ; 3.1.5.
  • 99 Cic., Phil., 2.48.
  • 100 Sur le profit que les jeunes frères d’Antoine comptaient retirer du procès, voir Hayne 1978, 98, e (...)
  • 101 Avant 44, le dernier combat qui les ait réunis : Cic., Fam., 8.4.2. Il fallait faire barrage à C. (...)

42En effet, il n’existe qu’un seul cas où ils choisirent des camps opposés : le procès Gabinius. Alors que ce dernier avait été pour Marcus un chef bienveillant, ses jeunes frères figurèrent comme subscriptores de l’accusation dans les procès qui sont intentés au gouverneur de Syrie à son retour, en 55-5498. À vrai dire, ils ne s’affrontèrent pas directement : Antoine avait évité le procès en rejoignant César99. Cette participation appelle une justification : pourquoi se sont-ils associés à des ennemis politiques contre un proche de leur famille ? Il y a là un calcul. L’affaire Gabinius apparaissait comme une occasion exceptionnelle de faire son entrée dans le cercle politique romain. Règlement de comptes avec Pompée, attaque plus ou moins sournoise contre le “triumvirat”, ses hommes et les pouvoirs exceptionnels qu’il décernait, agitation des milieux d’affaires, banquiers et publicains, selon leurs intérêts respectifs, ce procès offrit une tribune aux deux camps, même si le fond du débat restait en coulisse100. Caius et Lucius préférèrent le camp des optimates parce que, d’une part, ceux-ci, détenant pour un an le pouvoir consulaire, entendaient prendre leur revanche et recrutaient de jeunes talents pour les seconder, d’autre part, la place d’accusateur était un moyen traditionnel de s’affirmer. Enfin, malgré leurs alliances anciennes et récentes, les Antonii ne se rattachaient pas encore irrévocablement à une faction. Une explication complémentaire et non contradictoire peut être avancée. En accusant Gabinius, les deux frères allégeaient la culpabilité de Marcus, très compromis dans cette affaire. L’intérêt familial constituerait alors un des mobiles de cette apparente trahison. Pourtant, L. Hayne avait une intuition juste. Plus loin, en effet, elle soulignait le vide qui existait dans la carrière des deux frères, entre 49 et 44, après qu’ils avaient assisté Marc Antoine contre Curion, son ami101, en 51. Or, c’est sans doute dans cette période que se manifeste vraiment, pour la première fois, l’indépendance de l’un des cadets.

  • 102 Flor., Epit., 2.13.31-32.
  • 103 46 paraît la seule année possible pour placer son tribunat, puisqu’on connait les noms de tous les (...)

43Pour Caius, point de mystère. Engagé aux côtés de César durant la guerre civile, il subit un cuisant échec face à Octavius en 50102. Avec Dolabella, il avait reçu l’ordre d’occuper les détroits de l’Adriatique, mais, encerclé par Libo, il fut contraint de se rendre. Ce revers explique, sans doute, les retards que prit sa carrière, puisqu’éligible en 48, il ne fut tribun de la Plèbe qu’en 46, si, même, il remplit cette fonction103.

  • 104 Cic., Fam., 2.18 ; Jos., AJ, 14.235 ; Nat., 2.235 ; BMC Ionia, Ephesus, no 176, pl. XII no 10 ; N. (...)
  • 105 À ce titre, il dut participer, alors, aux levées de troupes pour le compte des adversaires de Césa (...)
  • 106 Cic., Phil., 6.10-15.
  • 107 Cic., Phil., 5.7 ; 5.20 ; 6.14 ; 7.18 ; 11.10 ; 13.37 ; 14.10 ; Att., 15.15.1 ; 15.17.1 ; D.C. 45. (...)
  • 108 D.C. 46.37.1 ; Zonar. 10.14.
  • 109 Cic., Fam., 20.15.3 ; 10.33.4 ; 10.34.1.

44En revanche, une obscurité totale entoure les activités de Lucius durant presque cinq ans. De 50 à 49 inclus, il séjourna en Asie, d’abord en tant que questeur de Minucius Thermus, puis, comme questeur propréteur, puis proquesteur et propréteur, il assuma la transition avant l’arrivée de C. Fannius104. Il sut, donc, gagner la confiance de pompéiens puis de catoniens. Doté de grands pouvoirs pour un jeune magistrat, il administra énergiquement une province appartenant au domaine réservé du grand Pompée.105. S’engagea-t-il davantage ? On ne sait. Il ne réapparut ensuite qu’en 44. À notre connaissance, Marcus ne fit pas appel à lui, alors qu’il était maître de la cavalerie et qu’il désirait s’appuyer sur ses proches. Ce silence nous conduit à nous interroger sur l’indépendance de Lucius à l’égard de son frère aîné. Longtemps regardé comme un alter ego du consul puis du triumvir, son envergure fut minimisée et ses initiatives portées au compte de son aîné. Cicéron reconnaissait cependant en Lucius la tête pensante, le “Scipion l’Africain” du trio, un extrémiste dont les conseils pernicieux rendaient le consul plus redoutable106. Mais cette présentation du personnage sert trop bien l’argumentation de l’orateur pour qu’on lui accorde toute notre confiance. Il est certain que l’aide qu’apportèrent ses frères à Marc Antoine varia beaucoup. En 44, ils l’entourèrent et le secondèrent. Mais Caius apparaissait comme un simple exécutant, malheureux d’ailleurs, des ordres de son frère, alors que Marc Antoine confia des responsabilités civiles et militaires à Lucius, la présidence de la commission des septemvirs107, la direction du siège de Modène108, tandis qu’il coupait la route de Pansa, à nouveau le commandement de l’avantgarde lors du franchissement des Alpes109.

  • 110 Cic., Phil., 2.56 ; 2.70 ; 2.98-99, Cicéron avait intérêt à accentuer les divisions de la gens Ant (...)
  • 111 Cic., Fam., 12.2.2-3 (19 sept. - 20 oct. 44).
  • 112 Ascon., Tog. Cand., 88.
  • 113 Ascon., Tog. Cand., 84.
  • 114 Cic., Tog. Cand., 2 ; Ascon., Tog. Cand., 84 ; Q. Cic., Pet Cons., 8 ; Plut., Caes, 4.
  • 115 Cic., Tog. Cand., 18.
  • 116 Sur l’entente qui passait par la permutation des provinces : Cic., Att., 1.12.1 ; Fam., 5.5.1-3 ; (...)
  • 117 Cic., Flacc., 95.
  • 118 Cic., Phil., 2.56 ; 2.98. César avait été son accusateur par le passé.
  • 119 Cic., Cael, 74 ; Vat., 27-28 ; Str. 10.2.13 ; D.C. 38.10.3-4. Il possédait des biens importants da (...)
  • 120 Broughton MRR 2, 358 ; CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204 - InscrIt XIII, 1 ; Fast. Amit., 170 sq. ; Fast. (...)

45Il ne faut nullement négliger un personnage influent de cette famille, que Cicéron mentionne à peine dans les Philippiques : C. Antonius Hybrida. De même, il importe de ne pas faire crédit à l’auteur lorsqu’il relate les torts du proconsul à l’égard de son parent. Le collègue de l’orateur au consulat ne se manifesta pas, semble-t-il, dans les débats de l’année 43. Pourtant, il penchait probablement pour ses neveux. En effet, plus libre dans sa correspondance qu’au Sénat110, Cicéron apprenait à Cassius que les consulaires, à l’exception de trois d’entre eux, étaient des partisans de Marc Antoine, soit passifs, soit actifs. Hybrida comptait au nombre de ces derniers111. Le silence de l’orateur s’explique par son désir d’estomper les divisions entre les consulaires et d’atténuer leurs sympathies antoniennes. Cependant, il ne figurait pas parmi les conseillers directs de son neveu. Il est vrai que sa carrière erratique l’avait éloigné longtemps de la scène politique et que le cynisme et l’absence de scrupules dont il avait fait preuve n’honoraient aucun camp. Cicéron, dans son discours In Toga Candida préservé par Asconius, l’attaquait violemment. Partisan de Sylla “in excercitu sullano, praedonem, in introitu, gladiatorem, in victoria quadrigarium112, il avait profité des troubles des guerres civiles pour s’enrichir scandaleusement113. Cette fortune servit de moteur à sa carrière et le porta, non sans mal, au consulat ; mais elle fut obérée en partie par les procès innombrables qu’il dut affronter114. Chassé du Sénat en 70, il y retourna au rang prétorien en 66115. Proche de la conjuration de Catilina, lié à des amis de celui-ci, il dut au pacte conclu avec Cicéron l’impunité. En outre, une maladie diplomatique lui évita de commander la bataille contre son ancien allié116. Ses adversaires parvinrent malgré tout à l’évincer en obtenant sa condamnation pour les exactions innombrables dont il s’était rendu coupable durant son proconsulat en Macédoine117. Sa réhabilitation, en 49, sans doute, fut l’œuvre de César. Cicéron en fait grief à Antoine : celui-ci n’est pas intervenu en faveur d’un proche parent118. Le jeune magistrat n’avait tout simplement pas l’autorité suffisante pour arracher C. Antonius à son exil doré de Céphallénie119 et la caution de César fut nécessaire pour le rappel des consulaires. Sans que leur teneur ne soit passée à la postérité, C. Antonius dut rendre des services à son neveu, puisque celui-ci appuya sa candidature à la censure, en 44120.

  • 121 Wiseman 1976, 1-3 = Roman Studies, 83-85.

46Les Antonii soutinrent donc Marcus de 44 à 42, avec constance et une relative efficacité. Mais cette aide ne fut pas aussi inconditionnelle que Cicéron désirait le faire croire, puisqu’elle n’abolit jamais totalement les divergences antérieures. En étudiant deux célèbres dynasties de l’oligarchie romaine, les Metelli et la famille de Caton, T. P. Wiseman en était arrivé à une conclusion très nuancée : “Family trees do not make factions or even ‘groups’ in the political sense. Of course, cognatio and adfinitas, relationship by blood or marriage, sometimes mattered politically : but consensio ; political agreement mattered more, and that is something we cannot read off a stemma”. L’examen du groupe antonien vérifie en partie cette assertion121.

47Il ressort néanmoins de l’étude du noyau familial que Marc Antoine était, dès sa naissance, placé au cœur d’un réseau d’alliances qui le prédisposait, ainsi que ses frères, aux plus hautes ambitions. En retour, il favorisa l’ascension de ses parents et, à plusieurs reprises, en 47 et de 44 à 42, principalement, il s’appuya sur eux pour contrôler la situation politique.

II. La stratégie matrimoniale d’Antoine

  • 122 Syme [1939] 1967, 26.

48Loin d’être une affaire privée, le mariage dans l’aristocratie romaine s’apparentait à une entente dynastique, financière et politique. R. Syme le plaçait parmi les arcanes du pouvoir oligarchique : “Les nobiles étaient des puissances, leurs filles des princesses. Se marier avec une héritière pourvue de solides parentés devint un acte politique (...). C’était plus important que la gestion d’une magistrature, cela liait davantage qu’un pacte fondé sur un serment ou des intérêts122.”

  • 123 Il s’agit, bien sûr des mariages antérieurs aux années 44-43, ou contemporains de cette période. C (...)

49Les unions successives d’Antoine intéressent donc autant l’étude du parti antonien que la biographie de ce personnage. Pourtant, elles ne portent pas toutes la marque d’un arrangement politique de grande ampleur. Il faut distinguer, en effet, parmi celles-ci, les deux premières, avec Fadia et Antonia, qui semblent d’une envergure médiocre, de la troisième, contractée avec Fulvia, qui appartient à l’espèce décrite par R. Syme123.

  • 124 Deux raisons poussaient Cicéron à minimiser la culpabilité d’Antonia dans l’adultère avec Corneliu (...)
  • 125 Delia 1991, 206-207 : “The image of Fulvia preserved in the ancient sources that derived from the (...)
  • 126 Son rôle dans la proscription fut souvent souligné, App., BC, 4.29 et 32 ; D.C. 47.8.2. Son autori (...)

50Encore une fois, la nature des sources voile partiellement la vérité de ces alliances. L’essentiel de nos données sur les deux premières épouses d’Antoine provient de Cicéron ou de Plutarque, inspiré par ce dernier. Dans les Philippiques, plus proches du pamphlet que de l’exercice oratoire, l’auteur ne distribue pas les rôles au hasard. Il fait de la modeste Fadia et de ses enfants les protagonistes d’un mariage honteux. Il transforme Antonia, fille du puissant consulaire C. Antonius, en innocente victime124. Quant à Fulvia et sa famille, opposants très actifs, il ressasse leur nullité et leur avidité. Le souvenir de la troisième femme subit les outrages les plus graves. Au portrait qu’en trace Cicéron, celui “d’une veuve noire” qui réunit dans sa toile ses maris successifs125, s’ajoutent les réquisitoires de la guerre de Pérouse126.

51Dans ces conditions, redécouvrir la personnalité véritable de ces épouses paraît plus illusoire encore que dans le cas de leur mari. La seule possibilité qui nous soit offerte reste d’entrevoir les calculs d’Antoine et de sa famille lors de la conclusion de ces alliances et de mesurer leurs apports à sa clientèle.

Des mariages de raison

52À première vue, les deux premières noces n’apportèrent que peu de choses à Antoine et absolument rien à son parti. Impression sans doute erronée : si tel avait été le cas, elles n’eussent pas été contractées.

  • 127 Cic., Phil., 2.3 ; 3.17 ; 13.23 ; et Att., 16.11.1.
  • 128 Sauf peut-être Cic., Phil., 2.3 : “libertini generum” mais on peut porter ce terme au crédit de l’ (...)
  • 129 Quintus, Cic., Phil., 2.3 ; Caius, Cic., Att., 16.11 ; Q. Fadius Gallus, Huzar 1986a, 25. Cette de (...)
  • 130 Cic., Att., 16.11.1. Ce n’est pas tout à fait le cas de Sicca, ami sicilien de Cicéron. En revanch (...)
  • 131 Huzar 1986a, 25.
  • 132 Huzar 1986b, 97-111.
  • 133 Shatzman 1975, 298 ; D.G.I., 379-380.
  • 134 Bengtson 1977, 18. L’unique référence nous vient effectivement de Cicéron.
  • 135 Cic., Att., 16.11.1 : “liberos habuisse” ; Phil., 3.3 : “liberos tuos nepotes Q. Fadi (.) fuisse”  (...)
  • 136 Cette date paraît probable si l’on adopte 83 comme année de naissance, Scuderi 1988, 23 n. 4 et 5.
  • 137 De plus, l’attachement d’Antoine à ses ascendances aristocratiques rend tout à fait improbable cet (...)
  • 138 Cic., Phil., 2.46. Si l’on s’en tient à la version de Cicéron, il est intervenu personnellement da (...)
  • 139 Le cognomen “Gallus” reste une supposition d’E. Huzar. Hélas ! Aucune des références qu’elle cite (...)
  • 140 T. Fadius (Wiseman 1971, no  169 ; RE, no  9 ; MRR 2, 168 et 202) était une relation de Cicéron, C (...)

53L’union avec Fadia demeure la plus mystérieuse. Citée uniquement par Cicéron, elle n’est jamais présentée clairement. L’orateur insiste sur les enfants nés de ce couple127, mais ne dit jamais précisément qu’il y eut effectivement un mariage128. Cette femme était la fille d’un affranchi, Q. Fadius129. La richesse et la puissance de ce libertus ne font pas de doute. Cicéron, en effet, renonce à développer méchamment cette affaire dans la seconde Philippique, pour ne pas importuner Sicca et Septimia, des personnalités relativement obscures à nos yeux mais dont la susceptibilité devait, semble-t-il, être ménagée130. Cependant, pour un noble apparenté aux Julii, fils de préteur, petit-fils et neveu de consul, même dans la fleur de l’âge, il s’agit d’une mésalliance. E. Huzar avance plusieurs hypothèses pour justifier cet hymen : les difficultés financières d’Antoine à ses débuts, une dérision des valeurs aristocratiques, un amour de jeunesse131. Elle ajoute que cette union était sans doute un mariage sine manu132. I. Shatzman n’y voit, pour sa part, qu’un moyen d’éteindre ses dettes les plus criantes133. H. Bengtson s’interroge sur sa véracité134. Avant d’examiner, tour à tour, ces divers arguments, il convient de situer, chronologiquement, cet épisode. Les seules certitudes que l’on puisse extraire du texte des Philippiques sont que la vie commune d’Antoire et de Fadia dura quelques années, car il y eut plusieurs enfants, et qu’en 44 il s’agissait d’événements révolus, en raison, probablement, de la mort de tous les intéressés, à l’exception d’Antoine, puisque Cicéron emploie systématiquement le perfectum135. Cette union fut antérieure à l’année 53 quand Antoine épousa Antonia et sans doute postérieure à 65, car à cette date, le jeune homme prit la toge virile136. Elle paraît contemporaine de sa fréquentation du groupe de Clodius, de son expédition avec Gabinius et des plus noires années de sa jeunesse où il devait tenir compte des exigences de ses créanciers. Dans ces conditions, les hypothèses d’E. Huzar et de I. Shatzman prennent une force nouvelle. Le mariage d’amour reste une supposition romantique peu compatible avec l’institution romaine et relève du tribut que paie E. Huzar au mythe d’Antoine, homme mené par son inclination déraisonnable pour les femmes. En revanche, la bravade sociale paraît alors plus crédible. Il faut, cependant, remarquer que si le groupe de Clodius admettait dans les rangs des duces operum, des affranchis et des gens de modeste condition, leur chef n’abdiqua jamais les mœurs de l’aristocratie et se maria dans la noblesse. On ne saurait donc porter cette mésalliance au crédit de l’influence clodienne. De plus, l’extrême discrétion d’Antoine à son sujet laisse deviner de l’embarras plus que de l’impudence137. Reste le mariage d’argent. La situation délicate du fils de Creticus est bien connue. Il ne pouvait espérer alors une alliance dans la noblesse riche : n’étant pas en âge d’accomplir son cursus, il ne représentait aucun appui pour de nouveaux alliés. En revanche, contre leur argent, il offrait son nom et les relations de sa famille à des parvenus ambitieux. On peut alors préciser la date du mariage avec Fadia ; il dut être contracté pour apaiser l’inquiétude du père de Curio, vers 62 sans doute, et il devint caduc lorsqu’Antoine, enrichi par sa campagne sous les ordres de Gabinius, commença sa carrière auprès de César, en 58, ou plutôt en 55. La participation de Cicéron (et sans doute d’Atticus) à la résolution de la dette de Curio expliquerait alors sa bonne connaissance de l’affaire Fadia138. Ne faut-il donc voir ici que la satisfaction d’un intérêt financier ? Peut-être pas tout à fait. Fadia ne fut pas choisie au hasard. Son père était probablement l’affranchi d’une famille sénatoriale importante. E. Huzar suggère les Fadii Galli, qu’A. Donati pense originaires de Bologne139. On sait qu’il existait des rapports étroits entre les Antonii et cette ville. Bien qu’ils soient vraisemblablement postérieurs à l’installation des vétérans, à l’époque triumvirale, on ne saurait exclure totalement qu’il y eût antérieurement des relations clientélaires avec des notables de cette cité. La famille sénatoriale des Galli avait alors le vent en poupe, puisque Titus Fadius Gallus fut questeur en 63 et tribun de la Plèbe en 57. Rajeunir des liens anciens tenta peut-être le jeune homme. Il s’agirait alors d’un appel indirect à sa clientèle. Cependant, cette hypothèse, quoique séduisante, reste extrêmement fragile. En effet, les Galli semblent politiquement plus proches de Cicéron que de son futur adversaire. En outre, leur origine géographique reste controversée. Enfin, l’identité de l’ancien maître du beau-père d’Antoine n’est pas assurée140.

  • 141 Cic., Phil., 2.99 et Plut., Ant., 9 ; Bengtson 1977, 17-18 ; Huzar 1986a, 25 et 1986b, 97-111, pla (...)
  • 142 Antonia, RE, no 112. Elle était fiancée depuis l’enfance au fils de Lépide, D.C. 44.53.6 ; 46.38.6 (...)
  • 143 Shatzman 1975, no 89, 295. Il agrandit une première fois son patrimoine par des pillages en Grèce, (...)
  • 144 Cic., Att., 10.13.1, 7 mai 49. Hybrida revint d’exil en 49, grâce à César, Phil., 2.56 ; D.C. 46.1 (...)
  • 145 Ce lien se voit nettement chez Plutarque, alors qu’il est estompé chez Cicéron.
  • 146 D.C. 42.30.1.

54L’union avec Antonia paraît mieux assortie à sa naissance, mais son apport à la puissance de Marc-Antoine reste à établir. Elle se situe probablement vers 55 et s’achève par un divorce en 47 lorsque Antoine prend prétexte de son adultère avec P. Cornelius Dolabella pour la répudier141. Il naquit une fille, Antonia, au nom doublement mérité142. Ce mariage ne peut guère se placer avant le départ pour la Grèce, puis la province de Gabinius ; aussi faut-il le situer lors du premier retour d’Antoine à Rome, lorsqu’il brigua la questure. Son caractère politique apparaît clairement. En 53, on le sait, les appuis manquant au jeune homme, absent de Rome depuis cinq ans, César lui conseilla de courtiser Cicéron. Dans le même temps, Antoine comptait utiliser le prestige, l’influence et les amis de son oncle Hybrida, dernier consulaire en date de la famille. L’exil n’avait ôté à ce dernier qu’une partie de son influence. Immensément riche, il se conduisait dans l’île de Céphallonie comme un despote. Ce mariage permit, en outre, à Antoine de ne pas s’engager irrévocablement dans un camp, puisque les accointances de C. Hybrida, très diverses, anciens syllaniens, catiliniens, clodiens, équilibraient les gages qu’il donnait au parti de Cicéron. En retour, ce resserrement des liens du clan traduisait la volonté de rassembler ses forces pour revenir sur la scène politique, dont la famille avait été écartée depuis 63. Antoine prit donc la relève de son oncle dans la direction de la gens Antonia. Le côté financier ne doit pas non plus être oublié. Pour avoir été scandaleusement mal acquise, la fortune de C. Antonius n’en était pas moins opulente143. En épousant une parente, Antoine évitait la dispersion du patrimoine par le biais de la dot et se donnait, en même temps, les moyens de ses ambitions. On comprend mieux, dans ces conditions, pourquoi Antoine milite, au moment de la guerre civile, pour le retour des exilés144. Même si les rapports qu’il entretient avec son oncle sont assez peu cordiaux, l’appui d’un consulaire ne peut être négligé. Le divorce coïncide aussi avec une décision politique, celle de s’opposer franchement aux menées de Dolabella145. Il peut n’être qu’un signe extérieur du mécontentement d’Antoine, mais aussi une rupture d’alliance. Il reste possible que l’adultère n’ait pas été une simple affaire privée, mais qu’elle traduise un rapprochement d’Hybrida et de Dolabella. Dans l’ignorance totale où nous sommes de la date exacte du retour de l’exilé et de ses choix politiques jusqu’en 44, rien ne permet de l’affirmer. Il faut noter cependant que le maître de la cavalerie fit appel, pour maintenir l’ordre à son oncle maternel, plutôt qu’au frère de son père. Cette décision a pu être inspirée par sa méfiance envers ce dernier146.

55Ces deux unions se caractérisent par leur relative modestie. Mais elles furent précieuses pour Antoine en ce qu’elles lui apportèrent les moyens indispensables à la construction de sa carrière. Cependant, une mésalliance et un mariage endogame traduisent sa place encore secondaire sur l’échiquier politique au début des années 50. Lorsqu’il répudie Antonia, son cousin, devenu maître de la cavalerie par la grâce de César, en récompense de ses talents, sait qu’il peut et doit prétendre à un parti puissant, qui renforce une position plus brillante que solide.

Un beau parti

  • 147 Cic., Phil., 2.77 ; Plut., Ant., 10.6.
  • 148 Outre Cicéron, dans les Philippiques, elle eut pour adversaire et détracteur Octavien, à l’occasio (...)

56Le mariage avec Fulvia diffère sensiblement de ceux qui ont précédé : la personnalité et le rôle de l’épouse, l’intérêt qu’Antoine lui porte147, les ressentiments que cette femme cristallise autour d’elle, chez ses contemporains et dans la postérité148, soulignent que son mari a franchi un cap lors de la conclusion de cette alliance. L’union répond à un choix personnel : elle sert son ambition individuelle et non plus, seulement, des intérêts financiers ou familiaux. Pour en mesurer l’incidence, il faut peser ce que représentait Fulvia.

  • 149 Cic., Phil., 3.16. Cicéron accusant Bambalio de nullité, doit écarter la seule objection en faveur (...)
  • 150 SIG, 3, 748.
  • 151 Cic., Phil., 3.16 et V. Max., 7.8.1.
  • 152 Taylor 1942, 396-397 ; Babcock 1965, 1-32.
  • 153 D.C. 46.7.1. Cette réplique de Fufius n’est d’ailleurs pas claire et repose sur un jeu de mot, qu’ (...)
  • 154 D.C. 45.47.4.
  • 155 Syme [1939] 1967, 26. Cette interprétation traditionnelle de la place de Fulvia dans le monde poli (...)

57Née vers 84, ou 82, elle a sensiblement l’âge de son troisième conjoint. Autre point commun, elle descend de plusieurs familles nobles et se trouve au centre d’un réseau d’alliances qui la rapproche de personnalités influentes, quoique de second plan. Fulvia procède, en effet, de la lignée des Fulvii de Tusculum. Bien qu’aucune liaison ne puisse être établie avec précision, la noblesse de son extraction ne faisait pas de doute, même pour un détracteur aussi attentif que Cicéron149. Peut-être même ces Fulvii s’apparentent-ils aux Flacci, ancêtres maternels d’Antoine ? Par ailleurs, le degré de parenté entre son père et le légat Fulvius de l’état-major de Créticus reste impossible à déterminer et doit être probablement inexistant150. Fulvia est alliée également aux Sempronii Tuditani, dont le dernier représentant, réputé dément, a fait d’elle ou de Fulvius son légataire universel151. Suivant une habile reconstitution prosopographique, Lily Ross Taylor et Charles L. Babcock152 ont démontré que la mère de Fulvia, Sempronia, issue des Tuditani, s’était mariée successivement chez les Pinarii Nattae, chez les Fulvii et enfin avec Licinius Murena. Cela redonnerait effectivement quelque relief à un parti, apparemment moyen, Fulvia, ultime héritière de grandes gentes républicaines, ne comptant parmi ses parents les plus proches aucun magistrat important. En fait, la puissance de Fulvia et de son père réside dans leur fortune et conserve un parfum de scandale... du moins pour Cicéron. Le portrait de Fulvius Bambalio correspond trop bien aux lieux communs sur l’aristocratie décadente pour être absolument fidèle : éloigné de la vie publique, par son incapacité et ses tares héréditaires, il vit dans le néant ; objet de risée pour ses contemporains, il a acquis sa richesse dans des conditions douteuses, puisque le parent le plus proche de l’extravagant Tuditanus, T. Longus, fut deshérité à son profit. On ne peut trouver davantage de précisions dans le contrepoint esquissé par Fufius Calenus, chez Dion Cassius153. Dépouillées de leurs épines polémiques, les assertions des Philippiques présentent un noble, resté chevalier, que ses handicaps et, peut-être, la médiocrité initiale de son patrimoine ou, encore, une prudence analogue à celle d’Atticus et d’Oppius, ont écarté des tribunes. Pourtant, il possédait suffisamment d’entregent pour annihiler les menées judiciaires de T. Longus. En outre, il influença peut-être la politique de ses gendres, car on sait que le troisième écoutait ses conseils154. Toutes les alliances de Fulvia furent brillantes, ce qui réfute l’accusation de nullité de son père. Ne fut-elle alors que l’instrument des ambitions de Bambalio ? Non, elle offre l’exemple de ces matrones décrites par R. Syme : “les filles des grandes maisons disposaient d’une influence politique à titre personnel et exerçaient un pouvoir auquel n’atteignait pas celui de maint sénateur155”.

  • 156 Babcock 1965, 20.
  • 157 Ascon. 32.
  • 158 Elle était d’autant mieux connue qu’elle ne quittait presque jamais son époux et participait donc (...)
  • 159 Lors de son tribunat, Curio bénéficia d’un large soutien populaire lorsqu’il joua les agitateurs a (...)
  • 160 Welch, 1995, 182-201, pense que ce mariage fut contemporain des difficultés que connaissait Antoin (...)

58À en croire Cicéron – mais il faut conserver une prudente réserve à l’égard de sa malveillance calculée – dès la fin des années 60, Fulvia est l’âme d’un triumvirat Clodius, Curio, Antoine, dont elle inspire les actes séditieux. L’orateur attribue à des liaisons adultères une succession d’époux qui fut grandement l’effet du hasard et le résultat des amitiés politiques. L’influence de Fulvia sur ses deux premiers conjoints ne concerne pas cette étude. Cependant, il importe de souligner la cohérence de ses choix matrimoniaux ; les trois maris ont en commun les capacités, l’ambition et le goût des politiques hardies156. P. Clodius Pulcher, patricien par la naissance, plébéien par l’ambition, mena une politique démagogique, novatrice et violente, l’apparentant à ces fils de grande maison qui rompirent avec les traditions ancestrales dans des buts moins désintéressés que les Gracques. Une grande partie de sa puissance provint des divers groupements populaires organisés qu’il sut transformer en groupes militants. La mort de Clodius, l’exil de Milon, puis l’élimination, par des poursuites pénales, des principaux lieutenants de Publius ne rendirent pas tout de suite le calme au Forum. Il reste à savoir ce que devinrent les individus qui étaient issus de cette faction. Fulvia joua alors un grand rôle, elle sut galvaniser la fureur populaire157, rassembler le clan des Pulchri, rappeler contre Milon les partisans dissidents, comme Antoine. Elle porta à son comble l’émotion populaire en faisant une apparition théâtrale au procès du meurtrier. Pour les Clodiens dispersés, elle fut sans doute un phare158. D’autant plus que son nouveau mariage leur proposait un chef tout à fait acceptable, Curio159 Lorsque ce dernier rejoignit le camp césarien, il suivait encore une attraction naturelle pour les anciens trublions de ce parti. À sa mort, Fulvia ne resta pas veuve trop longtemps après le délai prescrit ; Antoine l’épousa sans doute à la fin de 47. Les profits qu’il pouvait attendre de cette union étaient immenses : une fortune opulente, grossie encore par les patrimoines que Pulcher et Curio avaient légués à la descendance issue de Fulvia, une influence accrue auprès de certaines familles patriciennes ou nobles, les Claudii, Sempronii, Fulvii et, enfin, une clientèle nombreuse, turbulente mais puissante, qui lui permettait de rallier une partie du pavé de Rome160.

Une alliance décisive

  • 161 Cic., Phil., 2.99, reprenant le même thème que dans Att., 16.11.1 ; Phil., 2.48. C’est ainsi qu’il (...)
  • 162 Plut., Ant., 10.5.
  • 163 Ainsi, il oppose dans la même période une épouse fidèle injustement accusée d’adultère, Antonia, à (...)

59Le contexte de cette union varie légèrement en fonction des sources et, avec lui, le sens qu’il faut lui donner. Cicéron la situe juste après le divorce avec Antonia, en 47 ; il estime que l’espoir de ce mariage motiva le second événement : dès que s’achève le deuil de Fulvia, Antoine l’épouse enfin, régularisant une liaison adultère qui dure depuis 60 environ161. Plutarque situe un peu plus tardivement ce mariage. Selon lui, il est lié au départ de César pour l’Afrique, dans l’hiver 47-46162, car il fait suite aux reproches que le dictateur a adressés à son second au sujet de sa vie dissipée, lors de son bref retour dans la ville, à la fin de 47. L’orateur avance, en fait, une chronologie volontairement spécieuse. En rapprochant le divorce du remariage, il étaye la thèse de l’adultère, afin de discréditer davantage, s’il se peut, Fulvia163. En fait, ces deux décisions paraissent inspirées par des données politiques assez éloignées d’épanchements sentimentaux et Plutarque paraît plus près de la vérité.

  • 164 Ces mutineries sont les plus graves que connut l’armée de César. Le dictateur s’est toujours emplo (...)
  • 165 Plut., Ant., 10.2 ; D.C. 42.51.2.
  • 166 Selon D.C. 42.21.1-2 ; les augures opposèrent à sa nomination les usages traditionnels : on ne peu (...)
  • 167 Parmi lesquels Dolabella, Pollio et Trebellius, les tribuns, situés, il est vrai, aux marges de la (...)
  • 168 Plut., Ant., 10.3. L’affaire de la maison de Pompée reste la plus célèbre : Antoine a acquis les b (...)
  • 169 Plut., Ant., 9.5.9 ; D.C. 42.27.2 ; 28.4 ; Cic., Phil., 2.62 ; 63. La plupart des arguments de Plu (...)
  • 170 D.C. 42.28, 4. D’après Welch 1995, 183-184, César aurait eu l’intention d’utiliser l’administratio (...)
  • 171 D.C. 42.30.3-4 ; Plut., Ant., 10.2.
  • 172 On peut le déduire de D.C. 42.51.1-2, César s’attira la haine de ses amis en réclamant le prix de (...)
  • 173 Plut., Ant., 10.3. Plutarque s’inspire là directement d’un discours d’Antoine, affirmant qu’il ne (...)
  • 174 Ramsey 2004, 161-167.
  • 175 Cic., Att., 12.19.2 ; 16.7.6 ; Phil., 2.76-78 ; Ramsey 2004, 166.
  • 176 Ramsey 2004, 167-173.

60Le divorce constitue la première étape de l’affrontement d’Antoine avec Dolabella. La nouvelle union coïncide avec une phase de repli, généralement interprétée comme une disgrâce. Elle débuta à la fin de 47, alors qu’Antoine est maître de la cavalerie. César, forcé par la situation politique de changer ses plans, prit connaissance de la gravité de la crise qui avait secoué Rome et l’Italie en son absence. Il constata l’impuissance de son second à arrêter les mutineries des légions stationnées en Campanie, faute de moyens financiers164. La tradition, inspirée essentiellement par Cicéron, veut qu’il ait mesuré, en outre, l’ampleur de son impopularité165. Contesté dès sa nomination166, Antoine mécontenta même certains Césariens167. Au travers des Philippiques et de Plutarque, qui en dérive ici, on découvre sans peine deux griefs essentiels : la spoliation délibérée des ennemis politiques168 et un profond mépris de l’opinion publique169. Antoine se serait comporté en vainqueur à l’égard d’ennemis et non en magistrat parmi ses concitoyens. Le dictateur, comprenant que les agissements de son maître de la cavalerie donnaient de sa domination l’image d’une tyrannie170, lui ôta ses pouvoirs, rétablit symboliquement les magistratures171 et lui enjoignit de mettre de l’ordre dans ses mœurs et dans ses comptes172. Ce désaveu public aurait occasionné une brouille durable173. J. T Ramsey s’est employé à démontrer avec brio l’inanité de cette théorie. Selon lui, les motifs allégués pour expliquer cette mésentente ne sont pas pleinement convaincants et surtout, il n’existe aucune raison suffisante pour justifier le spectaculaire retour en grâce à la fin de 45. Effectivement, rien n’est clair dans cette soi-disant disgrâce. Le seul point bien établi reste qu’entre la fin de l’année 47 et la seconde moitié de 45, Antoine n’assuma ni magistrature ni charge officielle, pas plus qu’il n’accompagna César dans les campagnes d’Afrique ou d’Espagne, malgré une tentative avortée pour le rejoindre174. Cependant, durant cette période, Antoine passait toujours, aux yeux de Cicéron comme de l’opinion publique, comme l’homme de confiance de César, celui auquel il pouvait confier les missions les plus délicates175. Selon Ramsey, c’est d’ailleurs à une tâche importante qu’il est attelé durant cette période. Il aurait joué le rôle de sector des biens de Pompée. Les profits qu’il devait réaliser dans cette affaire devaient faire face aux exigences financières de la politique de colonisation, entre autres projets du dictateur. Il est significatif d’ailleurs que ce soit aussitôt après la guerre d’Afrique que César ait demandé des comptes à son subordonné. Il fallait faire face aux demandes pressantes des vétérans. Le succès de cette entreprise expliquerait les spectaculaires marques de faveur que reçoit Antoine en 45176. Ces arguments éclairent d’un jour nouveau la situation mais ne suffisent à tout éclaircir. Cette opération financière paraît quand même en deçà des missions précédentes et il semble bien qu’Antoine ait dû faire quelques efforts pour regagner sa position de second de César, qui paraît avoir été dévolue à Lépide durant l’année 46.

  • 177 Huzar 1986b, 97-101, suit l’hypothèse cicéronienne. Comme presque tous les commentateurs, elle voi (...)
  • 178 Puisqu’en mars 44, Antyllus, le premier né de ce couple, fut donné en otage ; l’union était antéri (...)
  • 179 Plut., Ant., 10.7-9 ; Cic., Phil., 2.77.
  • 180 Plut., Ant., 11.1-2 ; Cic., Phil., 2.78.
  • 181 D.C. 43.49.2.
  • 182 D.C. 44.6.4 ; sur les manifestations de la faveur d’Antoine, voir en dernier lieu, Chamoux 1986, 9 (...)
  • 183 Plut., Ant., 11.3 ; D.C. 43.49.1 ; Cic., Phil., 2.79.
  • 184 D.C. 44.11.2-3.
  • 185 Plut., Ant., 13.3-4.
  • 186 D.C. 43.51.7.
  • 187 Cic., Phil., 2.79-81 ; Plut., Ant., 11.3-6 ; D.C. 43.51.8.

61Or, le mariage avec Fulvia apparaît comme une réponse directe177 à certaines plaintes formulées à son égard. Il apporte des garanties de solvabilité et de moralité. Cependant, la simple conclusion de cet accord ne coïncide pas avec le retour d’Antoine sur la scène politique. En effet, on ne peut guère envisager la date des noces après 46178. La période située entre le retour d’Afrique de César et son départ pour l’Espagne, l’année 46 et le début de 45, coïncide une période de difficultés. Antoine, qui devait l’accompagner dans cette dernière campagne, dut rebrousser chemin, en toute hâte, pour empêcher L. Munatius Plancus de mettre ses biens en vente. Le début de 45 fut consacré au règlement de la dette, au moins officiellement. Ce fut aussi une époque de reprise en main de l’opinion. On peut le déduire d’une anecdote transmise, à la fois, par Plutarque et par Cicéron179. Lors du départ de César pour l’Espagne, Antoine rentre incognito à Rome et se faisant passer pour un messager, fait lire à Fulvia une lettre où il déclare renoncer à sa maîtresse, Volumnia Cytheris. Attendrissement. Embrassades. Le petit conte romanesque fut accommodé à toutes les sauces. Témoignage à décharge, pour le biographe, qui y voit une manifestation de tendresse conjugale, il est rapporté par Cicéron, au contraire, comme une preuve supplémentaire de l’indécence d’Antoine. En fait, il est bien trop célèbre pour appartenir au domaine des souvenirs privés. On peut soupçonner à bon droit un beau geste, volontairement spectaculaire, qu’Antoine consent pour sa réhabilitation aux yeux de l’opinion publique. C’est sans doute là un des fleurons de sa campagne de propagande. Ces sacrifices ne furent pas vains. En septembre 45, l’étoile d’Antoine retrouvait le zénith, alors que deux ans de vie privée auraient dû affaiblir sa position. À l’inverse, chaque geste du dictateur témoigne de cette grande faveur : lors du retour triomphal de l’imperator en Italie, Antoine siège auprès de lui dans sa voiture, tandis que derrière se trouvent deux de ses principaux héritiers. Dès l’accueil, il fut d’ailleurs distingué parmi les autres partisans180. Dans les mois suivants, une avalanche d’honneurs s’abattit sur lui : les derniers travaux du Forum lui furent confiés et il en fit la dédicace181. Il devint le flamine du culte de Jupiter Julius182 et se vit conférer le consulat pour l’année entière, alors que César, son collègue, partait combattre les Parthes183. Leur entente était si profonde que bien des Romains soupçonnaient les deux hommes d’être des complices lors de la si fameuse cérémonie des Lupercales, car Antoine était de surcroît le magister des Luperci Iuliani184. Lorsque les tyrannicides décidèrent de tuer le dictateur, il fut question de sacrifier Antoine à la liberté du peuple romain, signe qu’il apparaissait alors dans les milieux dirigeants comme un alter ego de César, un successeur possible185. Pourtant, cette confiance n’allait pas sans réserve. Les pouvoirs que César donnait à Antoine étaient toujours contrebalancés par une procédure de contrôle. Pour l’assister en 44, César nomma Lépide comme maître de cavalerie186 et choisit comme suffect Dolabella187, sur lequel Antoine n’avait aucune influence, bien au contraire. De même, les gratifications qu’il distribuait n’élevaient Antoine que pour mieux souligner combien il dépendait de la volonté de son chef. César traita son lieutenant, devenu puissant, avec bienveillance, mais sans lui laisser de véritables moyens d’action.

62En 45, la situation se trouve donc complètement renversée ; mieux, le silence des années 46-45 a préparé le retour de l’ancien maître de cavalerie au premier rang de l’État. Plus que le consulat, affaibli depuis plusieurs années, c’est l’accumulation des faveurs du dictateur qui concrétise cette promotion. Antoine possède, en outre, une influence personnelle avec laquelle César doit compter. Le mariage avec Fulvia est à l’origine de cette transformation. En plus des apports financiers et clientélaires, Antoine sût exploiter cette union pour restaurer une réputation sans laquelle rien n’était possible.

III. “Antonii collusores et sodales”, Cic., Phil., 13.3

  • 188 Cic., Phil., 13.3.
  • 189 Sur le vocabulaire utilisé par Cicéron dans les Philippiques et sur l’emploi du lexique de l’escla (...)
  • 190 Cic., Phil., 13.3 et 26.

63La suite d’Antoine n’était pas composée que de cognati et d’adfines. Lorsqu’il accède au consulat, en 44, il se retrouve dans la même position que ses prédécesseurs à cette charge, ou presque. Derrière lui, un passé d’élections, de campagnes, de discours, de mesures et de libéralités a créé une clientèle dévouée à sa cause et, sans doute, un courant d’opinion attentif à ses paroles. Il importe, cependant, de ne pas se leurrer : cerner la piétaille des alliés reste impossible. Même Cicéron, disert et renseigné, dédaigne de parler des humbles, “Comitatum relinquo” et ne désigne que les chefs, “duces nomino188, alors que le vocabulaire qu’il leur réserve prête à confusion189. À plusieurs reprises, il décrit l’entourage d’Antoine, à Modène ou à Rome190. Malgré une hostilité constante et féroce qui assure l’unité de ton de ces diatribes, on peut distinguer plusieurs cercles dans ce parti et, parmi eux, celui des “familiers”, que l’orateur nomme dans la treizième Philippique, les collusores et les sodales d’Antoine.

64Il convient, tout d’abord, de préciser le contenu de cette appellation et les hommes qu’elle désigne. Ensuite, il faut distinguer d’autres personnages dont l’existence ou la proximité avec le proconsul n’est pas rappelée dans ce bref tour d’horizon et qui, ailleurs, dans les Philippiques ou la correspondance, bénéficient d’un semblable classement. Comprendre qui ils sont doit nous apprendre ce qu’ils représentent et soulever un pan du voile sur la composition progressive de la clientèle, puis du parti antonien.

La composition de cette faction

  • 191 Le vocabulaire qu’emploie le vieil homme d’État résume toutes les causes d’exclusion du Sénat, pro (...)

65On peut, certes, traduire “collusores et sodales” par “compagnons de jeu et de beuverie”. Cicéron décrit l’entourage d’Antoine comme une foule bigarrée d’ivrognes et de joueurs, qui mènent une vie désordonnée et corrompue. Cette expression reprend le vieil adage : “qui se ressemble, s’assemble”. Cependant, on ne peut ignorer que pour le vieux consulaire, comme pour ses collègues, la dépravation dépend de l’amitié politique. En dénonçant l’indignité morale des “créatures d’Antoine”, il travestit un règlement de comptes en vertueuse censure. Ou, plus exactement, ses discours en expriment le souhait191. En outre, Cicéron, en fin connaisseur de sa propre langue, use fréquemment de la pluralité sémantique. Ainsi, il emploie ici des termes qui n’appartiennent pas tout à fait au même domaine lexical : “sodalis” possède aussi une forte connotation politique, alors que “collusor” de son temps, ressort du vocabulaire privé.

  • 192 Hellgouarc’h 1963, 63 ; 109-110 ; 221.
  • 193 CIL, I2, 2, 583, Taylor [1949] 1977, 92.
  • 194 Hellgouarc’h 1963, 63 ; 109-110. Les sénateurs devaient avoir à l’esprit, d’ailleurs, la lex licin (...)
  • 195 Collusor, au temps de Cicéron, n’est employé qu’au sens de compagnon de jeu (Phil., 2.101) ; ce n’ (...)

66Être “sodalis” signifie que l’on appartient à la même association, au même collège, religieux ou civique, que l’on défend des intérêts identiques192. À ce titre, le sodalis ne peut être élu juré dans un procès impliquant un de ses collègues, cela confère un degré de proximité équivalent à celui d’un cognatus ou d’un adfinis193. Cicéron désigne donc, par là-même, la proche clientèle d’Antoine. Mais le jeu de mot ne s’arrête pas là et dévoile un nouvel arrière-plan. Sodalis se rattache autant à “sodalitas” de sens neutre, la communauté d’intérêts religieux et divers, qu’à sodalicium, groupement illicite créé pour des manœuvres électorales, assez proche de ce que désigne “factio194. De même, le substantif “collusor” correspond au verbe colludere et à collusio, qui traduisent l’entente frauduleuse, la collusion195. Nommés ainsi les familiers d’Antoine ne paraissent pas très éloignés des conjurés de Catilina et, en les peignant dans ces sombres couleurs, Cicéron entend faire passer un petit frisson d’angoisse dans le Sénat. Il ne lui déplaît pas non plus d’endosser alors le rôle de sauveur de la patrie, occasion qui ne s’est pas représentée depuis 63. Il reste à savoir quelles sont les personnalités qui se dissimulent derrière cette appellation ambiguë.

  • 196 Cic., Phil., 2.42-46 ; 3.22 ; 8.26.
  • 197 Cic., Phil., 2.101.
  • 198 Cic., Phil., 8.9 ; 8.26 ; 10.22 ; 11.12.
  • 199 Cic., Phil., 11.13.
  • 200 Cic., Att., 16.11.3 et Phil., 2.106. Le reste du temps, Mustela est associé à Tiro, puisqu’ils com (...)

67Dans la treizième Philippique, le terme d’Antonii collusores et sodales qualifie huit personnes : P. Volumnius Eutrapelus, Mela, Pontius (Aquila ?), Q. Caelius, L. Crassicius Pansa, Numisius Tiro, Seius Mustela, Petusius. Collusores est employé à plusieurs autres reprises dans les Philippiques. Ainsi, il désigne les détenteurs de terres sur les domaines de Campanie et de Leontium ; il faut alors ajouter à cette énumération, le rhéteur Sextus Clodius, le centurion Cafo, Decidius Saxa, les Numisii, Tiro et Nucula, le médecin d’Antoine, resté anonyme196. Dans la seconde Philippique, il désigne ceux qui ont accompagné le consul dans le domaine fraîchement confisqué à Varron et il faut adjoindre à la liste précédente Laco, ami de Mustela197. S’agit-il alors d’un groupe aux contours flous, que Cicéron a créé artificiellement par commodité rhétorique ? Il semble que non, dans les discours comme dans la correspondance. Ces personnages sont toujours associés, le plus souvent par paire, Cafo et Saxa198, Nucula et Lento199, Mustela et Laco ou Tiro200 ; ils ont, d’autre part, des activités et des intérêts en commun : tous, plus ou moins, ont eu affaire avec la distribution des terres du domaine public.

  • 201 Calpurnius, par exemple, Cic., Att., 10.8.
  • 202 Barbula, familier d’Antoine en 42, devait appartenir à son entourage depuis 44, App., BC., 4.49.
  • 203 L’amitié de Sempronius Atratinus et d’Antoine, en 34, est attestée par Dion Cassius (49.39.1). En (...)
  • 204 Cic., Phil., 1.18 et 23 et, pour les partisans, 10.22, “qui non Caesaris sed Antoni acta defundunt (...)
  • 205 Cic., Phil., 2.101 ; 10.22 ; mais Cafo est un vétéran de César, Phil., 11.12, et a bénéficié de se (...)

68Ainsi, tous les membres de ce groupe sont des personnages d’importance secondaire, qui sont attachés plus à Antoine qu’au parti césarien, même si l’un n’exclut pas l’autre. Résument-ils, pour autant, son entourage ? Certes non ; en réalité, cet ensemble ne se laisse pas cerner aisément, alors même que Cicéron semblait un guide précieux, notant tout le monde et étiquetant chacun. Mais l’orateur, d’une part, ne nomme pas tous les Antoniens, dont bon nombre, actifs dès 44, nous sont connus incidemment, soit par les correspondants de l’auteur201, soit par l’intermédiaire d’Appien202 ou de Dion Cassius203 ; d’autre part, il met plus de ralliements au compte d’un attachement personnel – et crapuleux – au proconsul qu’à celui de la fidélité à la mémoire de César. Le but de l’orateur n’est d’ailleurs pas de donner une image véridique des familiers d’Antoine, mais de définir ce dernier au travers de ses proches. Ils sont l’image démultipliée de leur chef, les reflets outrés de ses vices, de sa politique passée et de ses projets pour l’État. Aussi leur description illustre une des lignes directrices de l’argumentation cicéronienne depuis la première Philippique : Antoine, sous le prétexte de son respect pour les acta de César, conduit son œuvre personnelle, au détriment de celle de son prédécesseur204 ; ses partisans se prétendent césariens, alors qu’ils ne sont dévoués qu’au proconsul et à leurs propres intérêts. En poursuivant ce dessein, il arrive à Cicéron de donner à certains personnages une double étiquette, ainsi Saxa et Cafo, d’une Philippique à l’autre, sont promus du groupe des compagnons de débauches à celui des “épaves” du parti de César205. Pourtant, cette réserve émise, on ne peut qu’emboîter le pas de l’orateur, seul à nous faire pénétrer dans le camp d’Antoine, même au prix d’un travestissement.

  • 206 Ascon., Tog. Cand., 88 ; Suet., Tib., 6.4.
  • 207 Ces relations remontent au grand-père d’Antoine, dont Norbanus était le questeur, Cic., Orat., 2.2 (...)
  • 208 Manius était, en 41, le représentant personnel d’Antoine en Italie, App., BC, 4.14, ce qui impliqu (...)
  • 209 Uttiedus Afer fut, sans doute, un Antonien de la première heure, bien que la date de sa mort dépen (...)
  • 210 App., BC, 5.93.
  • 211 Cic., Fam., 10.8, année 49 – identifiable.
  • 212 D.C. 49.39.1.
  • 213 Ael., Frg., 7, vol. 2, 2384.
  • 214 App., BC, 5.60.
  • 215 Hor., S., 1.5.32 sq.
  • 216 D.C. 49.44.33.
  • 217 Cic., Phil., 2.84.
  • 218 Cic., Phil., 12.20 ; 13.2. Toujours cités ensemble. Sur leur action de conseiller, voir Phil., 6.1 (...)
  • 219 Cic., Phil., 13.28.
  • 220 Cic., Phil., 11.14 ; 13.26.
  • 221 Cic., Phil., 13.11.
  • 222 App., BC, 4.18.
  • 223 Cic., Phil., 13.26. Aucune allusion à un passé césarien pour ce Picénien, à vrai dire peu connu de (...)
  • 224 Cic., Phil., 13.28.
  • 225 Cic., Phil., 11.13.
  • 226 Cic., Phil., 13.26.
  • 227 Cic., Att., 14.13. A.
  • 228 Cic., Phil., 2.56 ; et D.C. 45.47.4 ; son rappel fut plaidé par Antoine lui-même. Il était, d’aprè (...)
  • 229 Cic., Phil., 2.62. Il s’agissait de la fourniture à l’État des chevaux de course, d’ordinaire rése (...)
  • 230 Cic., Phil., 8.27 et 5.13-14.

69En plus des personnages déjà mis en exergue, il faut retenir d’autres hommes, sénateurs ou chevaliers, vieux romains ou citoyens de fraîche date, cités, soit dans les Philippiques, soit dans la correspondance, soit dans d’autres sources. Pour les ranger dans la catégorie des sodales, il convient de définir plusieurs critères. Tout d’abord, viennent ceux dont la famille appartient à la clientèle des Antonii, ainsi Quintus et Marcus Gallius206, sans doute C. Norbanus207, Manius208, peut-être Uttiedus Afer209, ou se situe dans la dépendance juridique d’Antoine : Callias210, son affranchi et ambassadeur. En second lieu, se trouvent les Antoniens que Cicéron, dans sa correspondance ou dans ses discours, ainsi que d’autres auteurs, qualifient de familiarissimus, necessarius d’Antoine, à condition qu’ils ne soient pas en même temps des césariens militants, auquel cas la cause de l’adhésion devient plus délicate à établir. ; dans ce groupe on peut placer Calpurnius211, Atratinus212, Albius213, les Coccei214, Fonteius Capito215 L. Flavius216. Dans une troisième série, il faut considérer les membres de son “conseil étroit”, ceux qui influent directement sur ses décisions dans un cercle semi-privé ; auprès des cognati, comme L. Antonius, ou d’adfines, comme Bambalio, il reste peu de place pour les sodales, comme Sex. Clodius217, déjà cité, Trebellius, Calpurnius Bestia ou Munatius Byrsa218. Ensuite, on peut retenir les Antoniens, actifs en 44, dont le passé césarien n’est pas nettement établi, Sex. Albésius219, T. Annius Cimber220, les Anseres221, Toranius222, M. Insteius223, Sex. Titius224, Domitius Apulus225, Tullus Hostilius226 ; Il faut ajouter ceux qui bénéficient d’une faveur particulière du consul de 44, indépendante de la volonté de César, d’un rappel d’exil, comme Sex. Clœlius227 et Licinius Denticulus228, d’une adjudication de contrat comme Sergius229, ou encore d’une faveur collective mais dont l’amitié d’Antoine leur a réservé la primeur ; ainsi, Curius, Cydas, Lysiades, citoyens romains en dépit de l’apparence de leur nom, sont inscrits dans la troisième décurie des juges, tout juste restaurée230.

70Deux remarques se dégagent de cette liste d’une quarantaine de partisans : la confusion entre l’entourage privé et le cercle politique, qui dénote un mode de vie plus proche de celui d’un dynaste que d’un magistrat, ainsi que l’extrême diversité d’extraction de ces hommes, ce qui permet de supposer une hiérarchie parmi eux.

71Pour affiner notre connaissance de ces sodales d’Antoine, il convient de prêter attention maintenant à deux aspects distincts : tout d’abord, leur origine géographique et, par delà, leur éventuelle influence sur des communautés civiques ; en second lieu, leurs sympathies politiques antérieures ou leur participation aux joutes du forum.

L’origine géographique des familiares Antonii : des relations privilégiées avec quelques cités italiennes

  • 231 Cic., Att., 10.13,1 ; en mai 49, Antoine séjournait dans sa villa de Misène.
  • 232 Cic., Phil., 2.105-106.
  • 233 Cic., Att., 10.10, 2, 3, mai 49 ; Phil., 2.58 ; 62.
  • 234 Cic., Phil., 3.15.

72Le thème du dédain d’Antoine à l’égard des municipes et de leurs notables revient souvent dans la littérature cicéronienne, enrichi d’exemples variés. Tantôt, le lieutenant de César ayant convoqué les magistrats de Cumes et de Naples231, à l’aube, les oblige à faire antichambre et, finalement, ajourne l’entrevue. Tantôt, il traverse les villes en litière close, pour s’isoler des manifestations de déférence de la population232, ou bien, en exhibant en un long défilé son entourage fâcheux de mimes et de danseuses233, il provoque la déception ou un petit scandale dans ces cités paisibles. Au Sénat, fier de ses ascendances aristocratiques, il raille les origines “provinciales” de ses adversaires234. Si ces accusations étaient le reflet de la vérité, la conduite d’Antoine équivaudrait à un suicide politique car, depuis la Guerre Sociale surtout, les débats politiques ne restent plus circonscrits au forum ; bon nombre de sénateurs et de chevaliers sont issus de villes italiennes, parfois de souche non latine ; enfin, un magistrat romain ne peut rien sans la confiance des communautés de la péninsule. Pour considérer, avec un autre regard que celui de la polémique, l’importance de ces dernières dans son parti, ainsi que le soutien qu’elles lui ont apporté, il convient de s’intéresser, dans un premier temps, à l’extraction des familiares Antonii.

  • 235 Par exemple, C. Norbanus est-il originaire d’Étrurie, ou son gentilice indique-t-il tout simplemen (...)

73Cette étude se heurte à deux obstacles. Les sources littéraires n’associent que fort rarement les hommes à leurs origines, souvent parce que cette précision paraissait inutile aux contemporains. De plus, l’identification ou le rapprochement avec des occurrences épigraphiques s’avère parfois hasardeux pour des noms aussi anodins que Numisius, Oppius ou Herennius. Au contraire, l’exotisme des consonances d’autres gentilices n’appelle pas d’exemple et ouvre la voie à des conjectures gratuites235. Toutefois, à condition de garder à l’esprit que les localisations certaines demeurent exceptionnelles, on peut constater que quelques cités se trouvent particulièrement représentées dans l’entourage d’Antoine : Tibur, Tusculum, Anagnia et deux zones sont à l’honneur, d’une part, le Latium et ses abords immédiats, en second lieu, l’Ombrie et le Picenum.

  • 236 Ses origines anagniennes sont explicitement attestées par Cicéron (de même pour Mustela), Att., 16 (...)
  • 237 Ses origines picéniennes sont explicitement attestées par Cicéron, Phil., 13.3.
  • 238 Cic., Phil., 13.3.
  • 239 CIL, VI, 38 876 : L. Numisius Nucula, fils d’Aulus, de la tribu Tromentina.
  • 240 Licordari 1982, 44.
  • 241 CIL, IX, 5560 ; Syme 1964a, 117.
  • 242 CIL, I2, 1496 ; XIV, 3678, ILS, 6231 ; Licordari 1982, 42-43.
  • 243 CIL, XIV, 3666.
  • 244 Cic., Planc., 17 ; Licordari 1982, 49.
  • 245 Le premier consul originaire de Tusculum était L. Fulvius Curvus, en 322 a. C. ; Cic., Planc., 20  (...)
  • 246 V. Max. 1.8.1.

74Dans leur foyer d’origine, les Antoniens appartiennent aux élites. À Anagnia, Laco doit probablement être identifié ou apparenté avec C. Albutius Laco, deux fois édile, augure et pontife de sa petite patrie236. Insteius de Pisaurum237 appartenait sans doute à la catégorie des proceres. Nous ignorons si les Petusii comptaient des magistrats à Urbinum, mais nous savons, grâce à Cicéron, qu’ils possédaient un patrimoine conséquent qui fut obéré, peut-être à la suite de grandes dépenses édilitaires238. De même, l’inscription de Préneste qui commémore le souvenir de Nucula doit être considérée comme un hommage à une personnalité locale239. Originaire de cette même cité, Marcus Vehilius, ami d’Antoine, fortuné et influent, accède au Sénat de Rome, mais cela ne brise pas ses attaches avec ses compatriotes, bien au contraire240. À Urbs Salvia, un Hostilius Tullus est décurion241. Titus Munatius Byrsa descend de la gens Munatia, famille de magistrats de Tibur242 ; tout comme Manius, parent probable de Caius Manius, fils de Caius, quattuorvir de cette cité243. Fonteius Capito244, comme les Fulvii245, figure parmi les personnalités marquantes de Tusculum. De fait, non seulement les familiares, mais aussi certains des adfines d’Antoine, proviennent des élites municipales : Fulvius Bambalio, P. Vatinius de Réate246.

  • 247 Syme 1955a, 62-63.
  • 248 App., BC, 4.40 ; Hinard 1985b, 456-457, no 45.
  • 249 Syme [1939] 1967, 187.
  • 250 Cic., Balb., 53 ; Cael., 24 ; CIL, XIV, 3538, 3540, 3740 et V, 1027 ; Licordari 1982, 42-43.
  • 251 Vell., 2.83.3.
  • 252 Sur l’histoire de Préneste à cette époque troublée, Fernique 1880, 60-62. Les appuis qu’en attenda (...)
  • 253 Cic., Phil., 2.105-106.
  • 254 Delplace 1993, 42 ; cette adhésion s’explique par la fidélité d’une partie des Picéniens à la mémo (...)
  • 255 Cic., Phil., 2.105-106.
  • 256 Cic., Phil., 2.107.

75De ce fait, ses liens privilégiés avec certaines cités apparaissent nettement. Avec Tibur, ils semblent particulièrement étroits. R. Syme avait depuis longtemps attiré l’attention sur ce “fief” antonien, en soulignant l’existence d’un culte indigène d’Hercule dont le fils, Anto, est l’ancêtre éponyme de la gens247. De plus, des inscriptions, non datées mais sans doute postérieures d’un siècle environ, font resurgir en ce lieu le nomen Antonius ; peut-être s’agit-il de descendants d’affranchis. Marc-Antoine possédait là une villa depuis 49, une prise de guerre en quelque sorte, puisqu’elle appartenait antérieurement à Q. Caecilius Metellus Scipio. D’autres partisans, qui ne figuraient pas cependant dans son entourage immédiat en 44, étaient issus de Tibur : Lucius Munatius Plancus, parent de Byrsa, ancien légat de César, devenu en 35 un des hommes de confiance du maître de l’Orient ; peut-être, Geminius, que les Antoniens encore fidèles envoient à leur chef, en 32, pour le supplier d’infléchir sa politique. Ces deux cas illustrent l’importance de ces habitants dans le parti jusqu’au dénouement. Parmi les proscrits, se trouvait un autre Tiburtin, Coponius248, victime peut-être de la rivalité de Plancus249. Comme ce dernier, en effet, il provenait de l’aristocratie municipale250. Antoine intervint en sa faveur ; il fut rayé des listes. Lorsqu’en 32, Plancus trahit son ancien protecteur, Coponius qui avait de la mémoire le critiqua publiquement251. Cette anecdote montre que le consul de 44, devenu triumvir, continuait à s’intéresser aux luttes de clan à Tibur et que celles-ci se poursuivaient en marge de la grande politique, interférant parfois avec elle. À la veille de son départ pour Modène, c’est dans cette ville qu’Antoine rassemble les représentants du Sénat, de l’ordre équestre et de la plèbe, venus lui jurer fidélité. Il reste malaisé de connaître l’ancienneté des relations entre cette cité et lui-même. Pourtant, l’existence du culte d’Anto, la persistance des relations de clientèle entre sa famille et celle de Manius, inclinent à les juger vieilles d’au moins trois générations. L’acquisition de la propriété de Scipio ne marque donc pas son installation en ces lieux, mais signifie le renforcement de son influence sur la ville. Avec Tusculum les liens ne sont pas aussi forts. Certes, des représentants de grandes familles tusculanes se sont alliés par mariage ou par amitié avec la personne du consul. Celui-ci possède là-bas des biens-fonds depuis la guerre civile. Dans ce havre, il réunit ses conseillers, bon indice de la sûreté de l’endroit. Mais, plus qu’à Tibur, les candidats potentiels au patronage de la ville abondent. La plupart des propriétés sont détenues par des sénateurs. La défaite des Catoniens et des Pompéiens entraîne de vastes mouvements de biens puisque leurs villas, en 44, se retrouvent entre les mains de Césariens. Cette mutation n’a pu s’effectuer sans l’assentiment de leur chef et des lieutenants à qui celui-ci a confié l’Italie, Antoine, Lépide, Oppius et Balbus. Ces derniers, à l’exception du troisième, s’intéressent de si près à l’affaire qu’ils figurent parmi les nouveaux propriétaires. L’importance que revêt la ville aux yeux d’Antoine, à cette époque, provient de ce qu’elle lui permet de rester en contact avec ses alliés et de ce qu’elle constitue, en quelque sorte, le port d’attache de la famille de son épouse depuis plusieurs générations. Les relations d’Antoine et de Préneste n’apparaissent pas aussi nettement. D’ailleurs, si celui-ci pouvait compter sur l’appui de Nucula, celui du puissant Vehilius lui fit défaut. Cependant, Fulvia choisit cette ville en 41 comme base d’opérations. De là, elle envoya des renforts à son beau-frère. Il ne faut sans doute pas en déduire de forts liens personnels entre les Antonii et la cité. Cette dernière, depuis la guerre civile, a offert un foyer aux mécontents. Catilina n’envisageait-il pas d’en faire un de ses points d’appui252 ? Grâce à Mustela, un des chefs de la garde d’Antoine, et à Laco, ami intime, Anagnia semble toute dévouée au consul. Un cortège d’habitants s’avance au-devant de lui lorsqu’il voyage dans la région253. À Pisaurum, ville de M. Insteius, une colonie de vétérans d’Antoine vient renforcer, après la victoire de Philippes, les liens déjà tissés. Le cas de Pérouse apparaît moins simple. Il semble intéressant qu’un personnage aussi proche d’Antoine que Publius Volumnius Eutrapelus en soit originaire. Prétendre pour autant que cela suffit à établir des relations privilégiées serait très exagéré. Certes, de nombreux partisans de Lucius Antonius en proviennent également. Mais, pour une fois, la statistique ne prouve rien et il faut considérer qu’ils furent contraints à une participation active par le siège de leur cité. Aussi deux mobiles déterminèrent leur choix : le patriotisme municipal et la défense de leurs intérêts. En plus des impératifs stratégiques, Lucius choisit probablement ce site parce qu’il savait qu’il y trouverait un courant d’opinion hostile à Octavien, ce qui suffit à expliquer la férocité avec laquelle ce dernier punit ses habitants déjà éprouvés par la famine. Bien sûr, rien n’interdit de supposer l’existence d’un parti antonien chez les notables, mais rien n’atteste vraiment que ce soit un motif de leur résistance. Dans le foyer picéno-ombrien, les fidélités césariennes se mêlent à des relations clientélaires purement antoniennes. Les Picéniens, qui avaient quitté, en grande partie, la clientèle de Pompée lors de la guerre civile, constituèrent pour Antoine une réserve qui lui resta dévouée et où il recruta des soldats en 43254. En plus des liens individuels avec des notables influents on trouve la trace de clientèles collectives. Ainsi, Casinum, Aquinum, Interamna, manifestent leur dévouement à Marc-Antoine leur patron255. Comme entre particuliers, ces relations demandent à être entretenues, sinon elles se rompent. C’est le cas pour Pouzzoles et Teanum Sidicinum, qui préfèrent alors attacher leur sort à celui des libérateurs256.

  • 257 Coponius était un Pompéien notoire : Cæs., Civ., 3.5.3.
  • 258 Il s’agit des procédés de rétorsion à l’égard de Sidicinum et de Pouzzoles, Cic., Phil., 2.107.

76Des bribes du réseau des fidélités antoniennes en Italie réapparaissent donc. Tirer argument de ces localisations pour affirmer qu’une région particulière constitue le bassin de recrutement des Antoniens tiendrait de l’extrapolation : il n’y a pas de spécificité régionale ou ethnique dans l’entourage immédiat d’Antoine. Même à Tibur, qui demeure le foyer principal, il existe des adversaires de ce parti au sein des élites municipales257. L’importance apparente du Latium s’explique simplement par la proximité géographique et historique de Rome et cette caractéristique se retrouverait probablement, si l’étude en était possible, dans maintes clientèles de la vieille noblesse sénatoriale. D’ailleurs, l’ancrage de l’influence d’Antoine dans ces diverses communautés n’a rien que de très classique. Seules, les pressions qu’aurait fait subir le consul à certaines cités pour les garder dans sa dépendance sortent des limites conventionnelles. Encore faut-il préciser que cette affirmation provient d’un adversaire258.

  • 259 Guilhambet 1996, 185-197.
  • 260 Le lendemain, 7 mai 49, il se rend dans l’île d’Ischia ; Cic., Att., 10.10.3.
  • 261 César laisse à son maître de la cavalerie des consignes sévères, Cic., Att., 11.7.2 ; Cicéron subi (...)

77Autre phénomène intéressant, la dépossession des adversaires politiques, privés à la fois de leurs biens et de leur influence locale259. Dans cette opération, l’autorité du maître de la cavalerie fut déterminante. Ses tournées locales, si déformées par Cicéron, poursuivaient d’autres fins que l’exhibition. Elles devaient imposer l’autorité de César, encore discutée dans la péninsule, tandis que la guerre contre les Pompéiens se poursuivait dans des secteurs d’opérations lointains, en Orient, en Afrique et en Espagne. L’anecdote des magistrats campaniens s’intègre dans cette prise de contrôle. À ces notables réticents, voire hostiles, Antoine fait sentir qu’ils sont à la discrétion des nouveaux maîtres. En se rendant ensuite auprès des bannis260, il délivre un avertissement complémentaire : à Rome, comme dans les villes italiennes, l’ordre qui s’instaure à peine remet en question les équilibres acquis. Spoliations, interdictions, ou restrictions de séjour pour les adversaires261, sont le corollaire de cette démarche. C’est dans ce contexte, qui n’a sans doute pas laissé que de bons souvenirs, que s’est créé l’essentiel des liens de patronage non héréditaires d’Antoine ; auparavant, il n’avait pas séjourné suffisamment en Italie pour y asseoir son autorité. Cependant, jusqu’à la mort de César, il est difficile de dissocier son influence de celle de son chef.

Les antécédents politiques des familiares Antonii

78Le parti antonien n’apparaît donc pas comme une coalition désordonnée, assemblée à la hâte, au gré des circonstances. Ce constat se renforce lorsque l’on examine le passé politique des amis du consul. Le groupe est, en partie, le reflet du parcours d’Antoine lui-même. Certes, la majorité d’entre eux n’affiche pas de sympathie antérieure : soit, ils n’avaient pas la liberté de l’exprimer, tel Callias, affranchi et lié, de ce fait, à son maître par l’obsequium, soit, nouveaux venus, aucune tradition familiale ne les enchaînait à une cause. Ils avaient pourtant accompli une carrière avant de se dévouer au consul de 44, mais, ni Cicéron ni les autres auteurs, d’ailleurs, ne nous éclairent sur elle. Leur silence s’explique aisément : la majorité de ces partisans doit son élévation ou son entrée au Sénat à la victoire de César ; leurs antécédents subalternes n’intéressèrent pas ces sources sélectives.

79Parmi ceux dont les actes ou le nom témoignent d’un engagement précis, il importe de mettre de côté, pour l’instant, les Césariens véritables. Il s’agit d’hommes tels que Cafo, Saxa, Mustela et Pontius. Issus des états-majors ou des légions, ils ont fait leurs preuves durant les campagnes de Gaule et surtout la guerre civile. Dans ces occasions, Antoine les a approchés et probablement commandés ; leur attachement en découle. Seul Césarien à ne pas sortir de cette pépinière, Lysiadès s’en différencie par ses origines distinguées et étrangères. Il appartient à ces élites helléniques dont l’assimilation enrichit le patrimoine intellectuel romain.

  • 262 Il s’agit, bien sûr, de générations politiques et non génétiques. Le renouvellement des premières (...)

80Il reste quatorze personnages dont les opinions nous sont parvenues par bribes. Ceux-ci appartiennent à trois générations distinctes262.

81Les seniores, Byrsa, Bestia, Cloelius, peut-être Licinius, ont entre 40 et 60 ans ; ils connurent, donc, les grandes crises des années 65-50, auxquelles ils participèrent eux-mêmes. Exilés et rappelés, ils font figure de survivants et office de conseillers. Leur présence auprès d’Antoine ne peut, en aucun cas, être neutre.

  • 263 Son grand père, consul en 83, fut placé en troisième sur la liste des proscrits et son père, monét (...)
  • 264 Ils furent mandataires de l’accusation portée contre Calidius, l’un des défenseurs de Milon, Cic.,(...)
  • 265 En fait, la fréquence de ce nomen interdit de trop se reposer sur cette hypothèse. Mais Cicéron sp (...)

82Le second groupe d’âge est constitué par ceux qui entamèrent leur cursus après 49. Ils ont une trentaine d’années et leur carrière a été décidée par le sort de la guerre. Mais ils se rattachent souvent aux luttes antérieures par leur famille ou leurs aînés. C. Norbanus Flaccus n’a pu commencer une carrière qu’après la promulgation de la lex Antonia, puisqu’il était fils de proscrit ; cependant, son nom rappelle les grandes heures marianistes263 et son retour au Sénat parachève symboliquement la destruction de l’œuvre syllanienne. Les frères Gallius appartiennent à la clientèle des Antonii, ce qui explique leur choix en 44. Par ailleurs, leur père se compromit auprès d’Hybrida, au temps de son entente avec Catilina, puis ses fils furent proches de Clodius264. Q. Caelius s’apparente peut-être à son homonyme catilinien265. Trebellius, pour sa part, participa lui-même aux troubles de 47, en défendant les créanciers. Ils constituent la portion la plus efficiente du parti antonien : ils gèrent des magistratures, ils ont un rang parfois appréciable au Sénat, ils combattent en première ligne pour Antoine.

  • 266 Cette hypothèse, quoique séduisante, reste extrêmement fragile. Elle fut émise par Groag, dans la (...)
  • 267 Cette tradition est représentée par F. Münzer, RE, no 20. En revanche, Crawford 1974, no 429, s’op (...)
  • 268 En effet, s’ils n’avaient fait qu’un, Cicéron n’eût pas manqué de rappeler un passé aussi scandale (...)
  • 269 Son procès paraît, de toute façon, entâché d’irrégularités.

83La jeune garde se compose des espoirs du parti, ceux qui parvinrent au consulat dans les dernières années du second triumvirat. Pas plus que ceux du groupe précédent, ils n’ont participé personnellement aux combats qui mirent fin à la libera res publica ; à leur image, ils héritent des amitiés et inimitiés de leurs parents. Dès sa prime jeunesse, Sempronius Atratinus avait défendu son géniteur, Calpurnius Bestia, contre Caelius. L. Flavius descend, peut-être, des Flavii Fimbriae266, ce qui renforcerait le nombre des fils de marianistes au sein du parti antonien. Fonteius Capito est, sans aucun doute, un proche de P. Fonteius Capito, triumvir monétaire en 55, souvent identifié avec P. Fonteius, père adoptif de P. Claudius Pulcher267. Nous retrouvons un écho de la tendance clodienne, déjà représentée dans les générations antérieures. Le mime, bénéficiaire d’un contrat d’adjudication pour la fourniture de chevaux de course, porte le nomen de Sergius, ce qui rend vraisemblable son affranchissement par Catilina. Il convient, cependant, de ne pas le confondre avec L. Sergius, également libertus, écuyer, en fait, homme de main, successivement de son ancien maître et de Clodius268. Aucune précision ne subsiste sur les motifs de l’exil de Licinius. Cicéron l’attribue à des infractions de droit commun, alors qu’Antoine a présenté sa condamnation comme le résultat d’un règlement de comptes politique269. Si cette dernière assertion s’avère exacte, c’est probablement dans l’entourage de Pulcher qu’ils se sont liés.

  • 270 Mais son adhésion peut également s’expliquer par les liens d’adfinitas tissés par le remariage de (...)
  • 271 Cic., Mil., 14. Il intervint au Sénat en modifiant l’ordre du jour, pour que la nouvelle loi judic (...)
  • 272 Munatius et Cloelius firent ramener le corps et mirent en scène les fameuses funérailles de Clodiu (...)
  • 273 Les deux Fulvia sont parfois confondues. Celle qui dénonça la conjuration de Catilina à Cicéron ne (...)
  • 274 Sur l’utilisation du parti clodien, ou de ce qu’il en reste, par Antoine à partir de 47, voir en d (...)

84Ces réminiscences politiques se retrouvent également hors du cercle étroit des familiares. Appius Claudius Pulcher fut un partisan éphémère du consul de 44270. Un autre Antonien de la première heure, Q. Fufius Calenus271, défendit les Clodiens lors du procès de Milon ; il s’y trouva alors aux côtés de Sextus Cloelius, de Munatius Byrsa272 et de M. Antonius lui-même. Jusque dans sa famille, nous l’avons vu, se rencontrent aussi des proches de Catilina, C. Antonius Hybrida, bien sûr, et, peut-être, une parente de son épouse, Fulvia273, des familiers de Clodius, Fulvius Bambalio et sa fille, les enfants du défunt tribun dont il est le tuteur274.

  • 275 C. Marcius Censorinus et Norbanus Flaccus illustrent cette tendance.
  • 276 Les Munatii Planci, par exemple, ont un parent qui fut légat de Sylla, RE, no 28, App., Mith., 34.
  • 277 Tels que Ventidius Bassus et Asinius Pollio.

85Faut-il en conclure que le parti d’Antoine est l’héritier direct et exclusif de Catilina et de Clodius ? Cela paraîtrait aventureux. En effet, cette tendance ne forme qu’une fraction d’un vaste ensemble où se combinent d’autres legs, complexes et, parfois, contradictoires. Des descendants de marianistes275, mais aussi de syllaniens276, côtoient les rejetons des insurgés italiens de la guerre sociale277. Avant 44, ils soutinrent César ; après, ils rejoignent souvent Antoine. Mais, ce qui retient particulièrement l’attention c’est que des Catiliniens et des Clodiens appartiennent au cercle des intimes de ce dernier. Pourtant, des différences entre ces deux groupes se révèlent L’apport des partisans de Catilina semble moins décisif et moins net. La condamnation à mort des principaux chefs de ce parti et les vingt années qui séparent les deux épisodes expliquent l’érosion de cette tendance. Pour autant, il convient de ne pas nier son existence au sein de la faction antonienne. Le principal argument en faveur de cette dernière hypothèse réside dans le silence de Cicéron sur les antécédents catiliniens des proches du consul de 44. Or, il paraît bien fragile. Tout d’abord, parce que l’orateur cite des sénateurs dont nous connaissons par ailleurs les sympathies catiliniennes, Hybrida et Bestia, sans jamais rappeler ce souvenir. Confronté à un sénat encore indécis, il lui faut éviter des griefs qui peuvent créer de nouvelles fractures et lui aliéner une partie de l’assemblée. Il utilise, cependant, le souvenir de son rival malheureux, le comparant à Antoine pour discréditer ce dernier. Mais il n’a nul besoin de préciser ce qui rapproche les deux hommes : dans ce milieu étroit, chacun connaît les alliances passées de ses collègues.

  • 278 Cic., Att., 14.13A. 2-3 ; 13B.
  • 279 Sur l’importance de ce personnage, durant les années 58-52, Flambard 1977, 126-128.
  • 280 Cic., Dom., 25 ; 47 ; 129 ; Har., 11 ; Sest., 133.
  • 281 Cic., Pis., 8.
  • 282 Il affirme, cependant, qu’il avait obtenu cette faveur du dictateur avant sa mort, Cic., Att., 14. (...)
  • 283 Cic., Att., 14.13a. 3 : “Quamquam tuam fortunam, Cicero, ab omni periculo abesse certum habeo, tam (...)
  • 284 Bien qu’Antoine affirme que César y avait consenti, il semble que Cloelius ne doive son retour qu’ (...)

86Le renfort des anciens Clodiens n’est, en revanche, ni négligeable ni douteux. Le geste le plus significatif paraît la requête qu’adresse Antoine à l’auteur des Philippiques, afin qu’il ne s’oppose pas au retour de Sextus Cloelius278. La personnalité du banni explique cette démarche279. Celui-ci, greffier de son état, fut le principal artisan de la législation de P. Clodius Pulcher et, de ce fait, son conseiller le plus proche280. Il ne se contenta pas de ce poste d’observation ; il participa à l’exécution des mesures qu’il avait préconisées : il prit en charge la cura annonae, créée par la lex clodia frumentaria et célébra les jeux compitalices restaurés281. Il se rendit encore plus célèbre par sa participation aux combats de rues. Il commandait aux duces du tribun et, à sa mort, improvisa le bûcher funéraire qui incendia la curie. Cette dernière initiative lui fut préjudiciable, puisqu’elle donna à ses ennemis l’occasion, tant recherchée, de le faire comparaître sur l’accusation de vi et d’obtenir sa condamnation à une large majorité. Après 49, César ne prit aucune mesure en sa faveur, alors qu’il obtint le retour d’autres victimes de la période pompéienne ; la crainte d’être compromis n’y fut pour rien. Mais, il eût été éminemment dangereux de réintroduire sur un théâtre politique, secoué par les luttes civiles et les émeutes, un expert en manipulation des foules, peu contrôlable de surcroît. Ce n’est donc qu’à la mort du dictateur, qu’Antoine parvint à le faire rappeler282. Il est d’ailleurs significatif qu’il effectue cette démarche au nom de son beau-fils, c’est à dire de liens semi-privés ressortissant des obligations morales de l’adfinitas et de la clientèle. Comment doit-on interpréter la demande du consul ? Qu’il en réfère à Cicéron traduit, malgré les avertissements voilés de la lettre283, une volonté, au moins formelle, de conciliation. Mais ceci ne saurait masquer l’importance stratégique de la décision : il décide de faire entrer en scène le petit peuple de la Ville, ou, du moins, d’en faire peser la menace sur le Sénat. Il n’est pas certain, d’ailleurs, qu’Antoine ait désiré utiliser Cloelius avant avril 44. En effet, à partir du retour de César, en 45, fort bien en cour, il obtient du maître de Rome la satisfaction de presque toutes ses requêtes. Dans l’éclat des triomphes, les dangers de 48 et 47 semblaient un lointain souvenir ; s’il avait émis ce vœu, Antoine eût été exaucé284.

  • 285 Cic., Phil., 2.48.
  • 286 Cic., Phil., 2.49.
  • 287 Linderski & Linderski 1974, 213-233.
  • 288 Ascon., Mil., 41.

87Quels qu’aient été les impératifs du moment, ce rappel s’intègre dans un mouvement plus vaste, la récupération progressive des forces et du parti clodiens : Antoine fréquenta, quelque temps, Clodius Pulcher, aux côtés de Curio. Des liens se nouèrent alors avec d’autres membres sénatoriaux de ce parti, ainsi qu’avec des duces operae. Cette période fut brève – elle s’achève en 58, avant que Clodius ne commence à être véritablement puissant – et ne suffit pas à expliquer la présence de tant de Clodiens à ses côtés plus tard285. D’autant que Cicéron affirme qu’un conflit sérieux s’était déclaré entre les deux hommes, puisqu’à la fin de 53, lors d’une échauffourée, l’agitateur avait échappé de peu au mauvais sort que lui réservait Antoine286. En fait, tout spectaculaire qu’ait été l’incident, il n’y a là qu’une péripétie de campagne : César ayant recommandé à son lieutenant de solliciter l’aide de l’orateur pour briguer la questure, en 53, Antoine embrassa les mêmes inimitiés que son nouvel allié. Mais, ainsi que l’ont montré J. et A. N. Linderski287, la mort de Clodius en janvier 52, bouleversa les calculs d’Antoine : l’ampleur de l’émotion populaire lui fit sentir la puissance que détenaient ses anciens amis. Il opéra un revirement total, avec beaucoup d’aisance, cependant, puisqu’il revenait à ses premières inclinations. Il devint ainsi un des souscripteurs de l’accusation contre Milon288. Il en récolta immédiatement les dividendes : il est élu, sans coup férir, à la questure. Après la mort de son chef et l’exil de son second, le parti clodien paraissait décapité. Il n’était pas question de rendre sa puissance à cette faction, Pompée ne l’eût pas permis. Mais Curio, puis son ami, entreprirent de gagner à la cause de César et au service de leur ambition, ceux des partisans qui restèrent à Rome. Épouser Fulvia marque la revendication de cet héritage par les deux hommes. Pourtant le regroupement des Clodiens ne s’accélère vraiment qu’après 45. En effet, le consulat d’Antoine ne s’accompagne pas de la promotion de ces partisans à des magistratures inférieures, ce qui signifie que ceux-ci rentrent seulement d’exil en 44.

88Avant la mort de César, le nombre de ces partisans renforçait la position d’Antoine dans l’entourage du dictateur en lui permettant de devenir une force avec laquelle il fallait compter. Cependant, leur appui revêt un intérêt accru, après les ides de Mars, alors que les Pères Conscrits commencent à contrecarrer sa politique et qu’Octavien rivalise avec lui au sein du parti césarien. Ils constituent, d’abord, une réserve d’ennemis naturels et opiniâtres de Cicéron. Un homme tel que Cloelius apporte, en supplément, une clientèle urbaine, celle des boutiquiers, notamment, ainsi que l’expérience des émeutes. Il confère à celui qui le rappelle une caution populaire. Antoine renforce la base de son parti en utilisant, après Catilina et Clodius, une troisième force dans le combat politique que même les victoires de César n’avaient pas fait oublier, le pouvoir insurrectionnel de la plèbe.

Notes

1 Bruhns 1990, 571-598.

2 Moreau 1990, 3-26.

3 Cic., Phil., 2.42 : trad. Wuilleumier 1959, 111.

4 Cic., Phil., 2.44 ; 2.14 et 56 ; 2.58

5 Il avait fondé une large partie de son réquisitoire sur les dettes et une estimation réduite de la fortune de son ennemi. Les choix politiques de celui-ci n’étaient qu’une fuite en avant, il devenait ainsi un homme aux abois, un épouvantail pour les Boni. Cela ne trompait pas, sans doute, ses contemporains, mais la postérité ne dispose plus que de ces allégations pour établir son jugement, Syme [1939] 1967, 150. Ramsey 2004, 162, reprenant ici Babcock 1965, 22, estime cependant que l’on peut arriver à faire la part de la polémique dans les affirmations de l’orateur “keeping in mind that ‘the best propaganda is the exageration of a known or credible element’ it is often possible to recover a kernel of truth by reading between the lines of Cicero’sinvective”.

6 Cela paraît faux : en 49, Marc-Antoine possédait une demeure sur le Palatin, D.C. 53.27.5. Sur ses possessions, en général, Shatzman 1975, no 91, 297-304. Mais il est bien connu que la domus apparaît comme une valeur pour un sénateur, elle sert à s’affirmer et à se caractériser, Guilhambet 1996, 185-197. En nier la possession revient à dénier toute légitimité à son adversaire. Pour jeter le discrédit sur Antoine, Cicéron utilise cette veine à plusieurs reprises en dénonçant la dégradation qu’il fait subir à des maisons honnêtes tombées entre ses mains, Cic., Phil., 2.67-69 ; 104-105.

7 Cic., Phil., 2.48 ; Att., 7.3.5.

8 Plut., Ant., 2.4-5.

9 De même, Salluste, qui ne peut être suspect ni de servilité ni de sympathie, le confirme, Hist., 3.65.

10 Cic., Phil., 3.16.

11 Pour cette raison, il fut exclu du Sénat en 70, Cic., Flacc., 95 ; Comm. Pet., 8 ; Ascon, Tog.Cand., 84 ; le scandale le poursuivit durant le proconsulat en Macédoine, Cic., Att., 1.12.2 ; 1.13.3 ; Fam., 5.5 ; D.C. 38.10.1-3, et sa condamnation le contraignit à s’exiler à Céphallénie, Str. 10.2.3 ; Shatzman 1975, no 89295.

12 Il fut questeur propréteur en Asie en 113-112, à ce titre il est honoré par une inscription de Prostaenna en Pisidie et une dédicace à Délos, I. Delos, 1603, Hatzfeld 1912, 14 et Baslez 1996, 222 no 134, L. Antonius ; Cic., Brut., 161. Mais les liens des Antonii avec l’Orient sont certainement plus anciens. Au iiie s. un trapézite romain de ce nom se retrouve dans les archives ptolémaïques de Syène, BGU VI, 1305, l. 2 ; Peremans & Van’t Dack 1950, I, 106 no 1140 ; Rauh 1986, 433 et n. 831. Un L. Antonius mentionné à Délos en 154-153, I. Delos 1432, montre que des Antonii eurent très tôt des intérêts commerciaux dans l’Orient méditerranéen. Par ailleurs, les Antonii du iie s. sont liés aux Aemilii et semblent très occupés par la politique orientale Rauh 1986, 432-433 ; il suppose même que c’est à leur prospérité commerciale que les Antonii durent de (re)trouver leur place au sénat après une longue éclipse. Cependant, il n’est pas prouvé que tous les sénateurs Antonii du iie s. soient apparentés avec leurs homonymes des siècles précédents, ou entre eux, même s’il paraît probable d’identifier M. Antonius, le défenseur de Paullus, avec le trisaïeul d’Antoine.

13 App., BC, 1.32. Si l’on suit la démonstration très convaincante de Rauh 1986, 433-435, M. Antonius fut d’abord un allié de Marius, à l’action duquel il dut son commandement contre les pirates. Ce que l’on sait de la composition de son état-major confirme cette influence : deux Arpinates, L. Tullius Cicero et M. Gratidius, ainsi que son questeur, C. Norbanus, sont des représentants de ce réseau, Cic., De Or., 1.178 ; 2.2 ; Brut., 168 ; Leg., 3.36. Le mariage de son fils avec une Julia date peut-être de cette époque. Il s’en éloigna dans la décennie suivante et se rapprocha de Livius Drusus. C’est probablement cela qui fut considéré comme une trahison par Marius et cela expliquerait son exécution spectaculaire.

14 Avant 91, il avait défendu M. Marius Gratidianus, Cic., Brut., 168 ; David 1992, 709.

15 App., BC, 1.72.

16 Plut., Pomp., 24. Foucart 1906, 569-581, souligne l’efficacité de la campagne menée par M. Antonius, l’orateur, contre ce mal endémique de la navigation en Méditerranée orientale. Les pirates gênaient considérablement les activités de Délos, p. 569-570.

17 Hor. 1.42. IG, IV, 2, 66, l. 25 ; Broughton MRR 2, 123, Foucart 1906, 581.

18 Cic., Phil., 2.44.

19 Plut., Pomp., 24.

20 Cic., Phil., 2.45 ; Plut., Ant., 2.4-5.

21 Str. 5.4.3 ; App., BC, 5.39 ; Suet., Aug., 92.2 ; D.C. 52.43.2 ; ce sont probablement d’anciens esclaves d’Antoine qui sont mentionnés sur l’inscription, CIL, X, 6804 ; Shatzman 1975, 299. Tous les biens de Pompée ne tombèrent pas seulement dans le patrimoine d’Antoine : Ramsey 2004, 172-173, montre avec beaucoup de vraisemblance qu’Antoine n’a pas agi seulement pour son compte.

22 Plut., Ant., 4.2.

23 Suet., Jul., 6.1 ; Wiseman 1974, 153-164. Selon Badel 2006, 279, les généalogies divines, finalement assez rares, semblent avoir été l’apanage soit de familles patriciennes dont l’influence avait connu une longue éclipse, les Caesares, soit de certaines familles nouvelles, comme les Antonii.

24 Cic., De Or., 2.3 ; Tusc., 5.55 ; Quint., Inst., 10.3.171. Dans les Philippiques, l’orateur fit l’éloge de son propre patriotisme, Cic., Phil., 1.27 et 34, établissant une comparaison au détriment de Marc-Antoine.

25 Plut., Ant., 1.1 ; App., Sic., 6.1-2.

26 Cette hypothèse a été émise par Linderski 1990, 157-164.

27 Sur l’ambiguïté de ce terme, Mackie 1992, 51-73.

28 Rhodes, IGRRP, 4.1116 (année 102) ; Delos, Inscriptions de Delos, no 1700. En plus des clientèles grecques et orientales, il faut peut-être ajouter la Cisalpine, où Antoine a trouvé des voix pour son élection à l’augurat, Caes.(Hirtius), Gal., 8, 50. En 64, C. Antonius semble avoir mené une campagne active dans cette province, Comm. Pet., 8 ; Att., 1.1.2, Welch 1995, 196-197, n. 12 ; 24.

29 Ceux de L. Turselius et de Rubrius Cic., Phil., 2.41.

30 IGRRP, 4.1116.

31 En 95, M. Antonius défendit avec bonheur C. Norbanus, son ancien légat, accusé de majestate. Il était son sodalis, Cic., De Or., 2.197-203 ; David 1992, 709 ; Selon Thompson 1962, 351, il s’agirait d’un authentique lien de clientèle.

32 SIG3, 748, 15-48.

33 Son fils, probablement, fut duumvir d’Æsernia, CIL, I2, 1753 ; IX, 2662 ; ILLRP, 526.

34 Foucart 1906, 579.

35 App., BC, 1.39. De même que Numitorius, premier beau-père de Creticus, Hinard 1985a, 150.

36 Moreau 1990, 3-26 ; Foucart 1906, 579, estimait, pour sa part, que les données étaient insuffisantes pour risquer une identification.

37 Cf. les fiches de M. Gallius et Q. Gallius.

38 Sall., Hist., 3.6, son fils était le procurateur d’Antoine de 41 à 40, App., BC, 5.14.

39 Rawson 1985, 44-67.

40 Cic., Phil., 5.14 ; 8.27. Il était le fils du philosophe épicurien Phaedrus, ami aussi d’Atticus, Rawson 1985, 55.

41 De nombreux Antonii, des Crétois nouveaux citoyens, sont attestés dans l’île, dès le premier siècle a. C. : un M. Antonius fut duumvir à Cnossos au début de l’époque augustéenne, et M. Antonius Krito de Hierapytna reçut la proxénie à Gortyne, Baldwin-Browski 1999, 317 no 27-30, du iiie s. p. C. ; 335 et n. 46 ; ils sont répartis, aux trois premiers siècles de notre ère, entre les cités de Cnossos, Gortyne, Hierapytna, sur la côte sud et sur le territoire de Lyttos p. 343. Selon elle, les Antonii doivent être mis en relation avec Creticus, puis son fils. Ils portent, en général, les prénoms traditionnels de la famille d’Antoine, Marcus, Lucius et Caius, quand il subsiste dans l’inscription. Dans le cas de Gortyne, capitale et principal foyer de romanisation de la Crète, les Antonii ont fait l’objet d’une étude spécifique Baldwin-Browski 2001, 97-119. Elle publie une nouvelle inscription, datant probablement du milieu du premier siècle p. C., mentionnant un (M ?) Antonius E…, originaire de Cyrène, mais probablement d’ascendance italienne, lié, soit aux milieux d’affaires, soit aux anciennes clientèles triumvirales, l’un n’excluant pas l’autre, d’ailleurs. Elle souligne que l’idée d’une division politique de l’île entre Cnossos, favorable à Antoine et Gortyne penchant pour Octavien ne résiste pas à l’analyse. Antoine disposait dans les classes dirigeantes de cette dernière ville de clients et de partisans. Il faut noter cependant que les Antonii n’y brillent dans les milieux dirigeants qu’au iie s. p. C. Par ailleurs, les Antonii avaient tissé des liens serrés avec les milieux d’affaires orientaux, ce que traduisent, semble-t-il, des inscriptions de Délos, Hatzfeld 1912, 14 et Bazlez 1996, 222, et plus généralement en méditerranée orientale. Selon Rauh 1986, 432-441, il faut faire remonter ces relations privilégiées à M. Antonius l’orateur qui mena campagne contre les pirates en Cilicie. De nombreux Antonii se rencontrent, au premier siècle, à Corinthe, à Epidamne-Dyrrachium, à Apollonia d’Illyrie, etc… Il paraît malaisé de distinguer les familles dont la citoyenneté est antérieure à l’époque triumvirale, car les attestations épigraphiques sont postérieures et attestent surtout la longue durée de ce nom dans l’onomastique locale, jusqu’au troisième siècle le plus souvent.

42 Plut., Ant., 3.10. Il est possible, bien sûr, que ces relations ne datent que du séjour de Marc-Antoine en Syrie en 56, cf. Chamoux 1986, 38.

43 Plut., Ant., 2.1 traduction Flacelière & Chambry 1977.

44 App., BC, 1.70-72 ; les Numitorii étaient apparentés à Créticus, par alliance : sa première épouse était une Numitoria, fille d’un notable de Frégelles, probablement issue de la même famille que la victime de Marius, RE, no 8, Münzer ; Cic., Phil., 3.17.

45 Julia et L. Julius Caesar étaient les enfants de L. Julius Caesar, consul en 90, censeur en 89 (RE, no 142) et de Fulvia, fille de Fulvius Flaccus, partisan de C. Gracchus, consul en 125 (Cic., Cat., 4.13 ; Cic., Dom, 114).

46 En fait, c’est M. Aurelius Cotta qui lui fit décerner ce commandement, Mattingly 1979, 1491-1515.

47 SIG3, 748.

48 Hayne 1978, 96-105.

49 Cicéron, dans la deuxième Philippique, 2.48, fait mine de s’indigner qu’Antoine ait rejoint César directement après la fin de la campagne, sans revenir à Rome.

50 Hayne 1978, 98. D’autres raisons peuvent aussi bien expliquer que Gabinius ait choisi de prendre Antoine sous ses ordres : Gabinius avait fréquenté le cercle de Clodius où il avait pu remarquer Antoine alors très actif dans le groupe ; de plus, des liens anciens existaient entre les deux familles, puisque le père de Gabinius avait servi sous les ordres du grand-père d’Antoine (IGRRP, 4.116).

51 En tout cas pour Caius, Flor., Epit., 2.13.31-32. Mais la position de Lucius durant la guerre civile reste une inconnue, Roddaz 1988, 335-346.

52 Cic., Cat., 4.13 ; Sull., 55 ; Phil., 2.14 ; Att., 12.21.1.

53 Sall., Cat., 51-52.

54 Lactance, Inst. Div., 1.15.30.

55 Cic., Fam., 10.28.3 ; 12.2.3 ; 12.5.2 ; Phil., 6.14 ; D.C. 47.8.5.

56 App., BC, 4.37.

57 Cic., Phil., 2.14-15.

58 De fait, la fonction de princeps senatus est tombée en désuétude à partir de Sylla, Bonnefond-Coudry 1993, 103-134. À cette époque, la prérogative essentielle de l’ancien princeps, celle d’ouvrir le débat, était dévolue à l’un des consulaires au choix du consul qui s’adressait au Sénat. Cependant, Lucius Julius Caesar, pendant toute la durée des Philippiques se conduisit comme s’il était le princeps senatus. Techniquement d’ailleurs, il répondait aux conditions nécessaires pour occuper cette fonction ; ancien consul en 64 et ancien censeur en 61, Nicolet 1973, 150-158, il appartenait à une famille patricienne et par son attitude ferme et sans concession, il offrait l’image de rectitude morale que l’on attendait d’un censorius ou d’un princeps senatus. Durant l’année 43, il joua un rôle incitatif important qui découle de l’ordre de prise de parole dans les débats. À trois reprises, il parle en premier : lorsqu’il conseille au Sénat de casser les mesures prises par les septemvirs (Cic., Phil., 4.14 ; séance du 1-3 janvier), lors de la séance du 2 février, il vote en faveur de son neveu, mais recommande au Sénat de ne pas suivre son exemple, Cic., Phil., 8.1-2 ; enfin dans la onzième Philippique (19-20), Cicéron répond à une initiative de Lucius Caesar (séance du 8-10 mars).

59 D.C. 37.27.2.

60 Liou-Gille 1994, 3-38.

61 César lui confia un commandement en Narbonnaise, Cæs., Gal., 8.65.1.

62 Il appartenait à ce collège depuis au moins 80, Macr. 13.13.11, Welch 1995, 196 n. 11.

63 Antoine le choisit pour ce poste de confiance tandis qu’il tentait de mater les mutineries des légions de Campanie, D.C. 42.30.1. Ce fut un cadeau empoisonné, car il fut malmené par les tribuns. Seul le retour de César apaisa la crise. L’effacement relatif du vieux consulaire, après 47, s’explique en partie par l’amertume de cet échec. En outre, la mort de son fils dans des circonstances troubles – ancien pompéien, Cæs. Civ., 1.8.2, il fut assassiné, Cic., Fam., 9.7.1, après avoir obtenu sa grâce de César, B. Afr. 88, peut-être à l’instigation de ce dernier – paraît à l’origine du ressentiment qu’il porte au dictateur et à ses partisans. Sur cet épisode, voir : D.C. 43.12.3 qui incrimine César contre l’avis de Suétone, Cæs., 75.6.

64 Cic., Phil., 8.1-2 ; Fam., 10.28.3, vers le 2 février 43, et surtout Phil., 12.18. Il faut ajouter que son âge avancé et sa santé chancelante l’obligeaient à mener une carrière en pointillé. Cic., Fam., 12.2.3 ; Phil., 8.21. Cependant ses retraites semblent aussi diplomatiques. Elles coïncident avec une offensive de son neveu, en septembre et octobre 44, ou résultent d’une députation auprès de celui-ci, Phil., 8.19.

65 App., BC, 4.37 ; Plut., Ant., 19.3 ; 20. 5-6 ; Cic., 46. 5-6 ; Liv., Per., 120 ; Sen. Rh., Suas., 6.7 ; Vell. 2.67.3 ; D.C. 47.6.3 ; Flor., Epit, 2.16.4 ; Oros. 6.18.11 ; Vir. Ill., 85.3. Hinard 1985b, 477 no 67.

66 App., BC, 2.143. En prononçant l’éloge funèbre de César, Antoine se pose en héritier : le rappel de son consulat, de son amitié et de sa parenté avec le dictateur, constitue l’affirmation de sa légitimité. Il faut souligner l’insistance d’Appien sur ce lien familial, composante importante de la propagande antonienne, Cic., Phil., 3.17, estompée ensuite par la propagande augustéenne.

67 App., BC, 4.37 ; D.C. 47.8.5.

68 Il obtint du consul Plancus un décret de restitutio, App., BC, 4.37.

69 Il existe plusieurs traditions sur la proscription de Lucius par Antoine. Suivant Plutarque, il s’agit d’une concession à Octavien aux termes des accords de Bologne, Plut., Ant., 19.21. On ne saisit pas bien en ce cas, les torts du vieux censeur à l’égard du jeune homme. Dion souligne les griefs d’Antoine et de Lépide à l’égard de leurs parents, mais rappelle que leur proscription n’abrégea pas leurs jours, 47.8.5. En règle générale, la proscription du consul de 64 est portée au compte de Marc-Antoine, qui avait de sérieux motifs pour l’exiger. Il ne pouvait épargner l’un des principaux opposants à son autorité, sans pour autant désirer sa mort ou son martyre. Tout comme son oncle et ancien allié avait mis en avant sa parenté pour adoucir le sort d’Antoine, ce dernier en prit prétexte pour le sauver, avec la complicité de sa mère.

70 App., BC, 5.52.

71 App., BC, 5.63.

72 Puisque L. Pinarius épousa la sœur de César, avant Q. Pédius ; M. Altius Balbus épousa la cadette.

73 Il épousa une cousine de Julia, la fille de C. Caesar Strabo (cf. Stemma des Julii Caesares établi par Münzer, RE, “Julius”, col. 183-184).

74 La fidélité à la mémoire de César a dû compter. À vrai dire, il reste malaisé de distinguer les Pinarii Scarpi des Pinarii Nattae et de déterminer lesquels sont les héritiers de César. L. Pinarius Scarpus fut Antonien et l’on retrouve d’autres Pinarii dans ce camp. En revanche, les Nattae furent très tôt favorables à Octavien. Dans ces circonstances, il serait aventureux d’expliquer l’adhésion de Scarpus et des homonymes par une parenté incertaine et lointaine.

75 P. Cornelius Lentulus Sura mena une carrière chaotique. Comme Catilina et Hybrida, il commença son parcours politique sous la protection de Sylla, et fut impliqué dans les mêmes scandales que ses amis. Malgré les procès, il atteignit la préture en 75 et le consulat en 71. À ce moment, peut-être, se conclut son mariage avec Julia. Selon une autre hypothèse, cette union peut aussi dater de l’année suivante et résulter de leur exclusion collective du Sénat. Tout dépend de la date de la mort de Creticus, difficile à déterminer – 72 ou 71 ? – puisque la loi impose un veuvage de dix mois. En 70, donc, les censeurs l’excluent du Sénat pour le dérèglement de ses mœurs. Il reprit alors son cursus honorum et parvint à nouveau à la préture en 63. La révélation de sa part active dans la conjuration le contraignit à la démission, puis, convaincu de haute trahison il fut exécuté, à la demande de L. Julius Caesar, son beau-frère, malgré la défense de C. Julius Caesar. La passivité de C. Antonius Hybrida s’expliquait par le dilemme, entre la préservation de ses intérêts et sa proximité avec les conjurés.

76 Ascon., Tog. Cand., 83.

77 Ascon., Tog. Cand., 84.

78 On trouve des allusions à la permutation des provinces entre Cicéron et Hybrida dans la correspondance, Att., 1.12.2 ; Att., 1.13.1 ; Fam., 5.5.

79 On peut citer, à titre d’exemple, L. Calpurnius Bestia, Curius peut-être ; mais l’existence de connections avec les anciens Catiliniens est souvent écartée par les commentateurs car Cicéron n’utilise jamais cet argument pour discréditer son adversaire.

80 V. Max. 4.2.6.

81 Cic., Vat., 27-29. Dans le chapitre 27, Cicéron fait allusion à la condamnation de C. Antonius et, dans le chapitre 18, il ajoute que le mariage de Vatinius et d’Antonia dut constituer une piètre consolation. Cela peut nous incliner à conclure que le mariage était postérieur ou contemporain de l’exil.

82 Cic., Vat., 11 ; il fut élu à la questure pour 63, grâce à l’intervention du consul : Cousin 1965, 227.

83 Cic., Vat., 15 et 29 ; Moreau 1990, 10-11.

84 Cic., Vat., 33.

85 Cic., Vat., 19 : il était soutenu par les triumvirs (Att., 2.9.1) et fut coopté finalement en 48 ou 47, Fam., 5.10, 2 ; V. Max., 1.8.10.

86 Cic., Vat., 24 ; 29. Cicéron souligne qu’elle s’accrut de malversations en malversations, surtout durant le tribunat de la Plèbe.

87 Un lien de plus entre A. Gabinius et les Antonii, Vat., 25. Cela n’empêcha pas cependant ses deux beaux-frères de prendre une part active à l’accusation d’A. Gabinius, lors de son retour à Rome. Il faut cependant noter que le réseau des relations de P. Vatinius s’avérait plus complexe et contrariait parfois les alliances des Antonii. On peut citer, par exemple, son amitié avec Q. Maximus, Vat., 28, ennemi d’Hybrida, ou, ses liens, à vrai dire mal établis, avec les Cosconii de Tibur (il avait été légat de Cosconius en Espagne, Vat., 13, puis le collègue d’un autre C. Cosconius, en 59, Vat., 16). Mais dans ce dernier cas, leurs relations s’expliquent sans doute par leur appartenance commune au parti césarien.

88 Vat., 40 ; T. Annius Cimber, fils d’affranchi, était peut-être un de ses clients ; il fut, par la suite, un Antonien.

89 Un consulat si bref que Cicéron s’excusait plaisamment de n’avoir pu l’en féliciter pendant qu’il l’exerçait ; la nuit l’en avait empêché, Macr. 2.3.5).

90 Moreau 1990, 15-19 ; en fait, il apparaît que les Romains tantôt s’estimaient déliés de cette obligation par le veuvage ou le divorce, tantôt, restaient scrupuleusement fidèles à ces relations. Rien ne permet de penser que le remariage de Vatinius ait affecté ses bons rapports avec la famille du dictateur.

91 Cic., Fam., 2.18, année 50. Lettre adressée par Cicéron à Q. Minucius Thermus.

92 Cic., Leg., 3.19.

93 Cic., Cat., 4.13.

94 D.C. 45.9.2.

95 Cic., Phil., 5.25 ; 5.30 ; 6.10-15 ; 10.3 ; 10.5-6 ; 10.10 ; 13.4.

96 Ainsi que le montre, Roddaz 1988, 330-334.

97 Hayne 1978, 96 : “What I intend to do is look at the careers of all three brothers in their relations with one another and show that their predominant characteristic is a shrewd political opportunism which ensured that they aid indeed act in unison most of the time, althought there were occasions when circomstances dictated differing behaviour.

98 Cic., Q.fr., 3.2 ; 3.1.5.

99 Cic., Phil., 2.48.

100 Sur le profit que les jeunes frères d’Antoine comptaient retirer du procès, voir Hayne 1978, 98, et Roddaz 1988, 325. Sur les tréfonds de l’affaire Gabinius, Gruen 1984, 271-279, plus particulièrement 278-279. Une dernière hypothèse peut être avancée : les deux frères auraient pu être des subscriptores complaisants, destinés à faire échouer l’accusation. Cependant, rien dans les sources ne permet de le soutenir, et, si tel était le cas, ils ont lourdement échoué.

101 Avant 44, le dernier combat qui les ait réunis : Cic., Fam., 8.4.2. Il fallait faire barrage à C. Scribonius Curio, pourtant un ami de longue date, Cic., Phil., 2.44, et sq. qui briguait le tribunat. Dans cette affaire, l’esprit de parti passait avant les liens personnels. Curion était hostile à César ; pourtant au cours de l’année, son élection acquise, il changea brutalement de camp et se déclara ouvertement en faveur de son ennemi de la veille. Faut-il deviner derrière l’opposition des Antonii une manœuvre destinée à procurer à Curio l’appoint des voix conservatrices ? Ce n’est pas impossible. On peut également penser que César et les Antoine, après avoir tenté de le neutraliser par la force, préférèrent le gagner par la séduction, avec plus de bonheur.

102 Flor., Epit., 2.13.31-32.

103 46 paraît la seule année possible pour placer son tribunat, puisqu’on connait les noms de tous les tribuns de 47. Mais il n’est pas absolument certain qu’il ait exercé cette magistrature, car on n’en a aucune attestation, Broughton MRR 2, 296.

104 Cic., Fam., 2.18 ; Jos., AJ, 14.235 ; Nat., 2.235 ; BMC Ionia, Ephesus, no 176, pl. XII no 10 ; N.C., 189310 ; IGRRP, 4.400 et 401 ; Robert 1940, 54. Des allusions incessantes dans les Philippiques, Cic., Phil., 5.20 ; 6.10.13 ; 7.17.

105 À ce titre, il dut participer, alors, aux levées de troupes pour le compte des adversaires de César, Roddaz 1988, 326.

106 Cic., Phil., 6.10-15.

107 Cic., Phil., 5.7 ; 5.20 ; 6.14 ; 7.18 ; 11.10 ; 13.37 ; 14.10 ; Att., 15.15.1 ; 15.17.1 ; D.C. 45.34.1.

108 D.C. 46.37.1 ; Zonar. 10.14.

109 Cic., Fam., 20.15.3 ; 10.33.4 ; 10.34.1.

110 Cic., Phil., 2.56 ; 2.70 ; 2.98-99, Cicéron avait intérêt à accentuer les divisions de la gens Antonia.

111 Cic., Fam., 12.2.2-3 (19 sept. - 20 oct. 44).

112 Ascon., Tog. Cand., 88.

113 Ascon., Tog. Cand., 84.

114 Cic., Tog. Cand., 2 ; Ascon., Tog. Cand., 84 ; Q. Cic., Pet Cons., 8 ; Plut., Caes, 4.

115 Cic., Tog. Cand., 18.

116 Sur l’entente qui passait par la permutation des provinces : Cic., Att., 1.12.1 ; Fam., 5.5.1-3 ; Plut., Cic., 11.4 ; D.C. 37.33.1-9 ; sur la défaite de Catilina, face à l’armée d’Antoine : Plut., Cic., 22.7 ; D.C. 37.39.1-37.41.3.

117 Cic., Flacc., 95.

118 Cic., Phil., 2.56 ; 2.98. César avait été son accusateur par le passé.

119 Cic., Cael, 74 ; Vat., 27-28 ; Str. 10.2.13 ; D.C. 38.10.3-4. Il possédait des biens importants dans l’île qu’il semblait considérer comme sa propriété. Comme les autres membres de sa famille il possédait une clientèle active dans la région. Rauh 1986, n. 849, pense qu’il faut compter dans ce nombre, C. Antonius C. l. Pamphilus connu par une inscription funéraire latine de Dymè, datant du milieu du premier siècle a. C., qui témoigne de la relative aisance de cette famille de liberti, Bingen 1974, 17-19, fig. 3.

120 Broughton MRR 2, 358 ; CIL, XIV, 2611 = ILS, 6204 - InscrIt XIII, 1 ; Fast. Amit., 170 sq. ; Fast. Amer., 242 ; Fast. Colot., 273-275 ; Fast. Mag. Vic., 35, 504 sq. Antoine pousse son oncle à faire campagne, Cic., Phil., 2.98. Mais les comices n’eurent pas lieu, pour des motifs religieux. De plus, dans les circonstances d’alors, l’élection d’Hybrida paraissait douteuse. D’un commun accord, probablement, les deux hommes ont évité un échec. Le refus d’Antoine de faire participer son oncle à la commission des septemvirs, n’a rien d’étonnant : Caius, son frère, avait été également évincé, sans doute pour atténuer l’impression de népotisme. Par ailleurs, octroyer la présidence d’une commission agraire à un consulaire n’allait pas de soi. Depuis les Gracques, les opérations de partage de terres étaient l’apanage des tribuns de la plèbe ; lorsque César, élu au consulat, y procéda, cela parut scandaleux, Plut., Pomp., 47.5. Antoine, dont la marge de manœuvre était étroite, n’avait aucun intérêt à ouvrir une crise sur un point secondaire. De surcroît, la réputation détestable de son oncle aurait entaché d’un soupçon de vénalité les mesures prises par la commission.

121 Wiseman 1976, 1-3 = Roman Studies, 83-85.

122 Syme [1939] 1967, 26.

123 Il s’agit, bien sûr des mariages antérieurs aux années 44-43, ou contemporains de cette période. Ceux qui leur succédèrent, le mariage avec Octavie et l’union avec Cléopâtre, ne peuvent être traités ici. Ils sont, en outre, d’une nature différente, car ils dépassent le cadre traditionnel de l’endogamie aristocratique et scellent des traités qui engagent l’avenir de la communauté.

124 Deux raisons poussaient Cicéron à minimiser la culpabilité d’Antonia dans l’adultère avec Cornelius Dolabella. La première était d’ordre strictement politique : il lui fallait ménager, aux yeux du Sénat, la façade de l’amitié qu’il conservait avec son ancien collègue au consulat. En outre, il paraissait impératif de diviser l’ennemi, en exagérant d’anciens conflits. La seconde appartenait au domaine semi privé. Dolabella était alors le gendre de Cicéron et noircir son rôle dans l’affaire consistait à faire injure à la mémoire de Tullia.

125 Delia 1991, 206-207 : “The image of Fulvia preserved in the ancient sources that derived from the writings of Cicero and Augustus had already been manipulated into an antithesis of the ideal Roman matron (. She became a moral exemplum of the worst possible behaviour for a Roman matron, just as the portrait of Octavia was deliberetly groomed to project the feminine ideals formulated by Roman men”.

126 Son rôle dans la proscription fut souvent souligné, App., BC, 4.29 et 32 ; D.C. 47.8.2. Son autorité et son initiative déterminante lors de la guerre de Pérouse, App., BC, 5.14 ; 5.19 ; 5.21 ; 5.33 ; 5.43 ; 5.59 ; 5.62 ; Plut., Ant., 20.1. D.C. 48.1-10, puis sa défaite et sa mort expliquent en grande partie qu’Antoine et ses alliés en aient fait le bouc émissaire de ce pas de clerc lorsqu’il fallut se réconcilier avec Octavien, Plut., Ant., 30.5-6 ; elle fut donc sacrifiée à la propagande adverse. Sur son compte, abondent les lieux communs, d’ailleurs contradictoires, sur le pouvoir des femmes. Tantôt, elle est dépeinte comme une puissance occulte, usant de ses charmes pour réunir en un dangereux triumvirat, Clodius, Curio, Antoine, Cic., Att., 16.11.1 ; Phil., 2.48 ; 2.99. Plus souvent, c’est une virago impérieuse et brouillonne, qui l’accompagne même auprès des troupes, App., BC, 5.19 ; Cic., Phil., 3.4 ; 5.22 ; Mart., 11.20.4-5 ; D.C. 48.10.3-4, ou encore une intrigante avide, jamais rassasiée de puissance ou d’argent, App., BC, 4.29-32 ; Cic., Phil., 1.33 ; 2.11 ; 2.95 ; 3.10 ; 5.11 ; 6.14 ; D.C. 47.8.2-3, enfin, une “sorcière” d’une profonde cruauté, D.C. 47.8.4.

127 Cic., Phil., 2.3 ; 3.17 ; 13.23 ; et Att., 16.11.1.

128 Sauf peut-être Cic., Phil., 2.3 : “libertini generum” mais on peut porter ce terme au crédit de l’amplification oratoire. L’insistance de Cicéron sur la postérité et non sur l’union peut s’expliquer de deux façons : d’une part, la mésalliance abâtardit la famille noble des Antonii, d’autre part, il ne s’agit peut-être pas d’un mariage officiel, plutôt d’un concubinage.

129 Quintus, Cic., Phil., 2.3 ; Caius, Cic., Att., 16.11 ; Q. Fadius Gallus, Huzar 1986a, 25. Cette dernière hypothèse n’est malheureusement pas justifiée.

130 Cic., Att., 16.11.1. Ce n’est pas tout à fait le cas de Sicca, ami sicilien de Cicéron. En revanche Septimia paraît tout à fait inconnue. On peut quand même supposer qu’elle était la femme de Sicca, Beaujeu 1991, 245.

131 Huzar 1986a, 25.

132 Huzar 1986b, 97-111.

133 Shatzman 1975, 298 ; D.G.I., 379-380.

134 Bengtson 1977, 18. L’unique référence nous vient effectivement de Cicéron.

135 Cic., Att., 16.11.1 : “liberos habuisse” ; Phil., 3.3 : “liberos tuos nepotes Q. Fadi (.) fuisse” ; 3.17 : “habuerit uxorem”.

136 Cette date paraît probable si l’on adopte 83 comme année de naissance, Scuderi 1988, 23 n. 4 et 5.

137 De plus, l’attachement d’Antoine à ses ascendances aristocratiques rend tout à fait improbable cette interprétation.

138 Cic., Phil., 2.46. Si l’on s’en tient à la version de Cicéron, il est intervenu personnellement dans cette affaire à la demande de Curion le jeune. L’orateur convainquit son père d’éteindre la dette pour laquelle le jeune homme s’était porté garant. Le père de l’étourdi dut alors obtenir une contre-partie quelconque d’Antoine. Le mariage avec la riche Fadia constituait peut-être ce gage financier.

139 Le cognomen “Gallus” reste une supposition d’E. Huzar. Hélas ! Aucune des références qu’elle cite à l’appui ne le confirme. Il n’est pas certain non plus que la famille des Fadii de Bologne ait porté ce cognomen, contrairement à Donati 1982, 301-308, voir Wiseman 1971, no 169. Le lien entre les notables de Bologne et l’affranchi se fonde sur cet argument : Fadius ne pouvait être que l’affranchi d’une famille puissante, liée soit à l’ordre équestre, soit au Sénat. Or le nom de Fadius, dans ces milieux, ne se rencontre guère, que dans une famille originaire, soit d’Arpinum selon Wiseman, soit de Bologne selon Taylor 1964, 213 suivie par Donati 1982, 306. L’origine bolognaise du sénateur T. Fadius semble, en fin de compte, un peu plus probable en raison des témoignages épigraphiques, CIL, XI, 757 et 5936.

140 T. Fadius (Wiseman 1971, no  169 ; RE, no  9 ; MRR 2, 168 et 202) était une relation de Cicéron, Cic., Q fr., 1.4.3 ; Att., 3.23.4. Il est donc également possible que Cicéron soit à l’origine du choix de Fadia, opéré par l’intermédiaire d’un de ses proches amis. Il faut souligner que ce mariage coïncide avec une période de rapprochement entre l’orateur et Antoine, puisqu’il lui consentit alors un prêt par l’intermédiaire de Quintus en 58, Cic., Q. fr., 1.3.7.

141 Cic., Phil., 2.99 et Plut., Ant., 9 ; Bengtson 1977, 17-18 ; Huzar 1986a, 25 et 1986b, 97-111, place ce mariage entre 58 et 55 ; il résulte, selon elle, d’arrangements de famille et coïncide avec la reprise en main du patrimoine par Antoine.

142 Antonia, RE, no 112. Elle était fiancée depuis l’enfance au fils de Lépide, D.C. 44.53.6 ; 46.38.6. Le mariage eut lieu en 37, App., BC, 5.93, époque où elle atteint l’âge nubile. Elle était donc née en 50 ou en 49 et sa conception coïncide avec le retour d’Antoine à Rome pour briguer l’augurat.

143 Shatzman 1975, no 89, 295. Il agrandit une première fois son patrimoine par des pillages en Grèce, puis au cours de la proscription. Expulsé du Sénat pour ses exactions, il parvint, grâce à des prête-noms, à en sauvegarder une partie, Ascon., Tog. Cand., 87. Sa province de Macédoine lui permit de s’enrichir hors de toute mesure. Il fut jugé et partit en exil dans l’île de Céphallénie, qu’il traita comme sa propriété, et où il entreprit de fonder une nouvelle cité, Str. 10.2.13. De plus, il jouissait d’une grande popularité acquise par ses exploits sportifs, Ascon., Tog. Cand., 88.

144 Cic., Att., 10.13.1, 7 mai 49. Hybrida revint d’exil en 49, grâce à César, Phil., 2.56 ; D.C. 46.15.

145 Ce lien se voit nettement chez Plutarque, alors qu’il est estompé chez Cicéron.

146 D.C. 42.30.1.

147 Cic., Phil., 2.77 ; Plut., Ant., 10.6.

148 Outre Cicéron, dans les Philippiques, elle eut pour adversaire et détracteur Octavien, à l’occasion de la guerre de Pérouse, Mart., 11.20.4-5. Lorsque les triumvirs tentèrent d’imposer les mille quatre cents plus riches héritières de Rome, Fulvia s’opposa violemment à une délégation de ces dernières. Cela lui valut d’être incriminée devant le tribunal des triumvirs, par Hortensia, leur porte-parole, App., BC, 4.32. Manifestement, l’entente ne régnait pas avec certaines aristocrates, qui prisaient peu son ubris. Elle demeure pour la postérité une intrigante, conduite à la ruine par son orgueil et sa jalousie, pour une version conforme à la tradition littéraire antique, Ciccotti 1895, 48-49.

149 Cic., Phil., 3.16. Cicéron accusant Bambalio de nullité, doit écarter la seule objection en faveur de son adversaire : “at avus nobilis”. Il élude l’argument en faisant allusion à la succession de Sempronius Tuditanus, dont il n’était qu’un parent éloigné, par alliance, Münzer 1914, 209, n. 1 recompose l’arbre généalogique des Tuditani Ainsi C. Sempronius Tuditanus, senateur en 146, aurait eu pour fils, C. Sempronius Tuditanus, cos. 129, dont la petitefille, Sempronia, aurait épouseé M. Fulvius Bambalio. Ce qui lui donne l’occasion de rappeler le petit scandale de la succession. Bambalio, pour sa part, se référait probablement aux Fulvii, absents de la scène politique depuis deux générations. Cependant, Cicéron ne nie pas l’ascendance noble de Fulvia.

150 SIG, 3, 748.

151 Cic., Phil., 3.16 et V. Max., 7.8.1.

152 Taylor 1942, 396-397 ; Babcock 1965, 1-32.

153 D.C. 46.7.1. Cette réplique de Fufius n’est d’ailleurs pas claire et repose sur un jeu de mot, qu’il reprend plus loin.

154 D.C. 45.47.4.

155 Syme [1939] 1967, 26. Cette interprétation traditionnelle de la place de Fulvia dans le monde politique romain est défendue par Förtsch 1935, 198, par Babcock 1965, 1-32, Huzar 1986a et b, et, récemment, par Kleiner 1992, 317-367. En étudiant les représentations féminines sur les monnaies d’Antoine, cet auteur souligne que les deniers de Lyon, Crawford 1974, no 489 et de Rome, Crawford 1974, no 495 portent l’effigie de Fulvia, ce qui exprime son importance politique, principalement dans le parti césarien. Mais le rôle politique de Fulvia est pratiquement nié par Delia 1991, 197-217, qui estime qu’elle se cantonne en fait dans l’emploi classique de la matrone.

156 Babcock 1965, 20.

157 Ascon. 32.

158 Elle était d’autant mieux connue qu’elle ne quittait presque jamais son époux et participait donc à ses réunions politiques, Cic., Mi., 28 et 55 ; sur ce point, voir Babcock 1965, 20-21.

159 Lors de son tribunat, Curio bénéficia d’un large soutien populaire lorsqu’il joua les agitateurs au Sénat. Son action devint alors le prétexte d’une réaction anti-sénatoriale, Syme [1939] 1967, 49 et 50.

160 Welch, 1995, 182-201, pense que ce mariage fut contemporain des difficultés que connaissait Antoine avec Dolabella. Confronté à un agitateur démagogue, il lui fallait trouver un soutien populaire. De plus, cette union renforçait son pouvoir dans un moment où de grandes incertitudes pesaient sur l’avenir de César.

161 Cic., Phil., 2.99, reprenant le même thème que dans Att., 16.11.1 ; Phil., 2.48. C’est ainsi qu’il faut entendre : “alia condicione quaesita et ante perspecta” jouant sur le double sens des mots, 2.99.

162 Plut., Ant., 10.5.

163 Ainsi, il oppose dans la même période une épouse fidèle injustement accusée d’adultère, Antonia, à une femme fatale infidèle, qu’Antoine épouse à cause de son adultère.

164 Ces mutineries sont les plus graves que connut l’armée de César. Le dictateur s’est toujours employé à minimiser les mouvements de mécontentements dans ses récits. Dans ce cas, il ne fait pas exception, Chrissanthos 2001, 66-67. Mais des indices concordants tendent à prouver que ce mouvement impliqua toutes les légions de la Guerre des Gaules. Ce n’est sans doute pas la seule présence de César, son habileté oratoire, qui mirent fin à la situation, mais plutôt les concessions qu’il fit. Aucun de ses subordonnés n’avait des moyens suffisants pour résoudre cette crise, p. 72-75,

165 Plut., Ant., 10.2 ; D.C. 42.51.2.

166 Selon D.C. 42.21.1-2 ; les augures opposèrent à sa nomination les usages traditionnels : on ne peut nommer un magister equitum pour plus de six mois ; en outre, il fallait qu’il soit de rang prétorien. Pour lever ces objections, l’autorité de César s’avéra indispensable.

167 Parmi lesquels Dolabella, Pollio et Trebellius, les tribuns, situés, il est vrai, aux marges de la coalition césarienne, mais les deux derniers se rallièrent en 43 à Antoine. À la question des dettes s’ajoute une grave mutinerie des soldats, Plut., Ant., 10.5 et D.C. 42.30.2.

168 Plut., Ant., 10.3. L’affaire de la maison de Pompée reste la plus célèbre : Antoine a acquis les biens de Pompée à Rome, sa maison et ses jardins à Tusculum, Cic., Phil., 2.15 ; 2.64-68 ; 2.109 ; 13.11 ; Vell. 2.60.3. Mais, il ne s’est pas contenté de ces biens ; il s’est emparé de la propriété de Metellus Scipio à Tibur, Cic., Fam., 12.2.1 ; Phil., 2.103 ; 5.19 et, probablement, d’une autre à Aenaria pour laquelle on ignore le nom de l’ancien maître, Shatzman 1975 ; no 51.

169 Plut., Ant., 9.5.9 ; D.C. 42.27.2 ; 28.4 ; Cic., Phil., 2.62 ; 63. La plupart des arguments de Plutarque viennent explicitement des Philippiques.

170 D.C. 42.28, 4. D’après Welch 1995, 183-184, César aurait eu l’intention d’utiliser l’administration d’Antoine pour retrouver sa réputation de popularis, ternie par la répression des émeutes de Caelius, en 48. Mais Antoine aurait été tenté de tourner la situation à son profit tout en luttant contre Dolabella, qui nourrissait les mêmes ambitions. C’est dans ce contexte que le mariage avec Fulvie devrait être analysé. Cette théorie est très séduisante mais un peu radicale : elle mésestime la complexité de la question en 47. Cependant, l’idée que l’union d’un personnage de l’ampleur d’Antoine avec la veuve de Clodius modifie l’équilibre des forces politiques ne fait aucun doute.

171 D.C. 42.30.3-4 ; Plut., Ant., 10.2.

172 On peut le déduire de D.C. 42.51.1-2, César s’attira la haine de ses amis en réclamant le prix de leurs acquisitions. C’est explicite chez Plut., Ant., 10.3 ; Cic., Phil., 2.64-69 ; 71 ; 109. Il s’agit, avant tout, pour Antoine, de la demeure de Pompée et de ses jardins.

173 Plut., Ant., 10.3. Plutarque s’inspire là directement d’un discours d’Antoine, affirmant qu’il ne participa pas à la campagne d’Afrique parce qu’il ne se sentait pas suffisamment bien récompensé de ses services antérieurs. Une version plus défavorable apparaît chez Cicéron, Phil., 2.74 : avant le départ de César pour l’Espagne, les milieux bien informés bruissent des échos d’un complot ourdi par Antoine et les invectives de César, au Sénat, répondent à ces rumeurs.

174 Ramsey 2004, 161-167.

175 Cic., Att., 12.19.2 ; 16.7.6 ; Phil., 2.76-78 ; Ramsey 2004, 166.

176 Ramsey 2004, 167-173.

177 Huzar 1986b, 97-101, suit l’hypothèse cicéronienne. Comme presque tous les commentateurs, elle voit dans cette union l’occasion pour Antoine de retrouver un lustre politique et d’éteindre provisoirement ses dettes. À cette toute dernière opinion se rallie Shatzman 1975, no 91 qui, cependant, place le mariage en 46. Bengtson 1977, 18-19.

178 Puisqu’en mars 44, Antyllus, le premier né de ce couple, fut donné en otage ; l’union était antérieure de deux ans, Cic., Phil., 2.90.

179 Plut., Ant., 10.7-9 ; Cic., Phil., 2.77.

180 Plut., Ant., 11.1-2 ; Cic., Phil., 2.78.

181 D.C. 43.49.2.

182 D.C. 44.6.4 ; sur les manifestations de la faveur d’Antoine, voir en dernier lieu, Chamoux 1986, 94-99.

183 Plut., Ant., 11.3 ; D.C. 43.49.1 ; Cic., Phil., 2.79.

184 D.C. 44.11.2-3.

185 Plut., Ant., 13.3-4.

186 D.C. 43.51.7.

187 Cic., Phil., 2.79-81 ; Plut., Ant., 11.3-6 ; D.C. 43.51.8.

188 Cic., Phil., 13.3.

189 Sur le vocabulaire utilisé par Cicéron dans les Philippiques et sur l’emploi du lexique de l’esclavage, entre autres, Favory 1981, 86-151, principalement 107, “cette forme de dévalorisation de l’individu (...) fonctionne comme un invariant du discours polémique de la Rome républicaine esclavagiste”.

190 Cic., Phil., 13.3 et 26.

191 Le vocabulaire qu’emploie le vieil homme d’État résume toutes les causes d’exclusion du Sénat, professions dégradantes, conduite privée indigne, malversations dans l’exercice des magistratures. Cela appelle une épuration de l’album sénatorial, une censure, donc.

192 Hellgouarc’h 1963, 63 ; 109-110 ; 221.

193 CIL, I2, 2, 583, Taylor [1949] 1977, 92.

194 Hellgouarc’h 1963, 63 ; 109-110. Les sénateurs devaient avoir à l’esprit, d’ailleurs, la lex licinia de sodaliciis, votée en 55, à leur instigation, et les multiples règlements, y compris ceux de César, destinés à lutter contre les activités subversives des sodalitates.

195 Collusor, au temps de Cicéron, n’est employé qu’au sens de compagnon de jeu (Phil., 2.101) ; ce n’est que plus tardivement (Dig. Théo.) qu’il a pris le sens de coupable de collusion ; tandis que collusio a déjà, chez l’orateur, le sens de collusion, Cic., III Verr., 33.

196 Cic., Phil., 2.42-46 ; 3.22 ; 8.26.

197 Cic., Phil., 2.101.

198 Cic., Phil., 8.9 ; 8.26 ; 10.22 ; 11.12.

199 Cic., Phil., 11.13.

200 Cic., Att., 16.11.3 et Phil., 2.106. Le reste du temps, Mustela est associé à Tiro, puisqu’ils commandent les gardes d’Antoine, Cic., Phil., 2.8 ; 5.18 ; 8.26 ; 12.14.

201 Calpurnius, par exemple, Cic., Att., 10.8.

202 Barbula, familier d’Antoine en 42, devait appartenir à son entourage depuis 44, App., BC., 4.49.

203 L’amitié de Sempronius Atratinus et d’Antoine, en 34, est attestée par Dion Cassius (49.39.1). En fait, cette familiarité est ancienne, puisque L. Calpurnius Bestia, géniteur d’Atratinus, était un conseiller d’Antoine en 44. À cette époque, Atratinus avait déjà participé à un procès retentissant, celui de Caelius Rufus en 56.

204 Cic., Phil., 1.18 et 23 et, pour les partisans, 10.22, “qui non Caesaris sed Antoni acta defundunt” il s’agit de Cafo et Saxa (voir note suivante).

205 Cic., Phil., 2.101 ; 10.22 ; mais Cafo est un vétéran de César, Phil., 11.12, et a bénéficié de ses largesses, Phil., 11.37, tandis que Saxa est classé ailleurs parmi les “épaves” du parti césarien, Phil., 13.3.

206 Ascon., Tog. Cand., 88 ; Suet., Tib., 6.4.

207 Ces relations remontent au grand-père d’Antoine, dont Norbanus était le questeur, Cic., Orat., 2.200.

208 Manius était, en 41, le représentant personnel d’Antoine en Italie, App., BC, 4.14, ce qui implique qu’Antoine avait en lui une confiance absolue depuis longtemps éprouvée ; il appartenait, sans doute, à sa clientèle héréditaire (pour son père, Sall., Hist., 3.6).

209 Uttiedus Afer fut, sans doute, un Antonien de la première heure, bien que la date de sa mort dépende de conjectures. Classé parmi les Antoniens en raison de ses origines tiburtines CIL, XIV, 3615 = I.I. 4.134.

210 App., BC, 5.93.

211 Cic., Fam., 10.8, année 49 – identifiable.

212 D.C. 49.39.1.

213 Ael., Frg., 7, vol. 2, 2384.

214 App., BC, 5.60.

215 Hor., S., 1.5.32 sq.

216 D.C. 49.44.33.

217 Cic., Phil., 2.84.

218 Cic., Phil., 12.20 ; 13.2. Toujours cités ensemble. Sur leur action de conseiller, voir Phil., 6.10.

219 Cic., Phil., 13.28.

220 Cic., Phil., 11.14 ; 13.26.

221 Cic., Phil., 13.11.

222 App., BC, 4.18.

223 Cic., Phil., 13.26. Aucune allusion à un passé césarien pour ce Picénien, à vrai dire peu connu de Cicéron.

224 Cic., Phil., 13.28.

225 Cic., Phil., 11.13.

226 Cic., Phil., 13.26.

227 Cic., Att., 14.13. A.

228 Cic., Phil., 2.56 ; et D.C. 45.47.4 ; son rappel fut plaidé par Antoine lui-même. Il était, d’après Dion Cassius, un “collusor” d’Antoine.

229 Cic., Phil., 2.62. Il s’agissait de la fourniture à l’État des chevaux de course, d’ordinaire réservée aux sénateurs.

230 Cic., Phil., 8.27 et 5.13-14.

231 Cic., Att., 10.13,1 ; en mai 49, Antoine séjournait dans sa villa de Misène.

232 Cic., Phil., 2.105-106.

233 Cic., Att., 10.10, 2, 3, mai 49 ; Phil., 2.58 ; 62.

234 Cic., Phil., 3.15.

235 Par exemple, C. Norbanus est-il originaire d’Étrurie, ou son gentilice indique-t-il tout simplement qu’il vient de Norba ? Cafo est-il un Étrusque ?

236 Ses origines anagniennes sont explicitement attestées par Cicéron (de même pour Mustela), Att., 16.11.1 ; Phil., 2.106 ; Pour Albutius Laco, voir CIL, X, 5906 = ILS, 6258.

237 Ses origines picéniennes sont explicitement attestées par Cicéron, Phil., 13.3.

238 Cic., Phil., 13.3.

239 CIL, VI, 38 876 : L. Numisius Nucula, fils d’Aulus, de la tribu Tromentina.

240 Licordari 1982, 44.

241 CIL, IX, 5560 ; Syme 1964a, 117.

242 CIL, I2, 1496 ; XIV, 3678, ILS, 6231 ; Licordari 1982, 42-43.

243 CIL, XIV, 3666.

244 Cic., Planc., 17 ; Licordari 1982, 49.

245 Le premier consul originaire de Tusculum était L. Fulvius Curvus, en 322 a. C. ; Cic., Planc., 20 ; la femme d’Antoine, Fulvia, était Tusculane, Cic., Phil., 3.16 ; Licordari 1982, 49-50.

246 V. Max. 1.8.1.

247 Syme 1955a, 62-63.

248 App., BC, 4.40 ; Hinard 1985b, 456-457, no 45.

249 Syme [1939] 1967, 187.

250 Cic., Balb., 53 ; Cael., 24 ; CIL, XIV, 3538, 3540, 3740 et V, 1027 ; Licordari 1982, 42-43.

251 Vell., 2.83.3.

252 Sur l’histoire de Préneste à cette époque troublée, Fernique 1880, 60-62. Les appuis qu’en attendait Catilina sont mentionnés par Cicéron, Cat., 1.8. Sur les rapports de force dans la cité de Préneste, après la colonisation syllanienne voir, Harvey 1978, 55-56. L’installation de Fulvia dans cette ville est rapportée par Appien, BC, 5.21-24 et Dion-Cassius, 47.10-12.

253 Cic., Phil., 2.105-106.

254 Delplace 1993, 42 ; cette adhésion s’explique par la fidélité d’une partie des Picéniens à la mémoire de César, dont Antoine apparaît comme l’héritier. Une autre considération entre en ligne de compte : une vive hostilité à l’égard des Pompéii persiste dans cette région ; elle est représentée par la famille des Ventidii, alliés à César puis à Antoine

255 Cic., Phil., 2.105-106.

256 Cic., Phil., 2.107.

257 Coponius était un Pompéien notoire : Cæs., Civ., 3.5.3.

258 Il s’agit des procédés de rétorsion à l’égard de Sidicinum et de Pouzzoles, Cic., Phil., 2.107.

259 Guilhambet 1996, 185-197.

260 Le lendemain, 7 mai 49, il se rend dans l’île d’Ischia ; Cic., Att., 10.10.3.

261 César laisse à son maître de la cavalerie des consignes sévères, Cic., Att., 11.7.2 ; Cicéron subit des tracasseries, Att., 11.12 ; 18.1.

262 Il s’agit, bien sûr, de générations politiques et non génétiques. Le renouvellement des premières s’opère, environ, tous les dix ans.

263 Son grand père, consul en 83, fut placé en troisième sur la liste des proscrits et son père, monétaire cette même année, subit le même sort, Hinard 1985b, 88 n. 75, no 51 et no 52.

264 Ils furent mandataires de l’accusation portée contre Calidius, l’un des défenseurs de Milon, Cic., Fam., 8.4.

265 En fait, la fréquence de ce nomen interdit de trop se reposer sur cette hypothèse. Mais Cicéron spécifie qu’il s’agit d’un homme brisé et ruiné (homo dirutus dirutusque ; Cic., Phil., 13.26), ce qui laisse supposer un passé politique houleux.

266 Cette hypothèse, quoique séduisante, reste extrêmement fragile. Elle fut émise par Groag, dans la PIR2, 3, no 188 Elle repose sur la continuité sénatoriale de cette famille, qui se maintient encore au consulat sous les Flaviens. Il est tentant de voir dans le consul méconnu de 33 le maillon entre l’époque républicaine et l’époque impériale, celui qui favorise la conversion de sa souche au nouveau régime. Rien ne s’y oppose. Mais la fréquence du gentilice interdit de trop y croire. Le clan antonien, lui-même, contenait deux autres Flavii, qui n’ont apparemment aucun lien de parenté avec celui-ci.

267 Cette tradition est représentée par F. Münzer, RE, no 20. En revanche, Crawford 1974, no 429, s’oppose à cette identification. Cicéron révèle que quand il adopta P. Clodius, en mars 59, P. Fonteius n’avait que 20 ans. Il a donc l’âge d’être monétaire en 55. Mais Crawford estime que le message politique du revers contredit cette hypothèse. En effet, P. Fonteius, en se prêtant à la comédie de l’adoption, s’est déclaré comme un adversaire résolu de Cicéron, puisque cette formalité permit à Clodius d’être élu au tribunat de la plèbe et d’entamer son offensive contre l’ancien consul. Le denier de Fonteius, par contre, associant la Concorde, sur le droit, à une représentation de la Villa Publica, que son ancêtre T. Didius, consul en 98, fit restaurer, sur le revers, illustre la réconciliation entre homines novi et nobiles, c’est à dire le consensus omnium Bonorum, cher au cœur de l’orateur.

268 En effet, s’ils n’avaient fait qu’un, Cicéron n’eût pas manqué de rappeler un passé aussi scandaleux dans la seconde Philippique.

269 Son procès paraît, de toute façon, entâché d’irrégularités.

270 Mais son adhésion peut également s’expliquer par les liens d’adfinitas tissés par le remariage de Fulvia avec Antoine.

271 Cic., Mil., 14. Il intervint au Sénat en modifiant l’ordre du jour, pour que la nouvelle loi judiciaire, favorable à l’accusation, passât.

272 Munatius et Cloelius firent ramener le corps et mirent en scène les fameuses funérailles de Clodius. Munatius fut même à l’origine de l’incendie qui brûla la curie, ce qui explique le surnom de tribun roussi que lui décoche Cicéron, Cic., Mil., 12 ; comme tribun de la Plèbe, il s’opposa à ce que Milon soit déféré devant les tribunaux ordinaires, Cic., Mil., 14.

273 Les deux Fulvia sont parfois confondues. Celle qui dénonça la conjuration de Catilina à Cicéron ne saurait être l’épouse de Clodius. Elles appartiennent à deux générations distinctes : Salluste décrit la première comme une femme d’un certain âge. Argument supplémentaire, les polémistes, qui reprochèrent mille crimes à Fulvia la jeune, ne l’accusèrent jamais d’avoir fréquenté des Catiliniens. Toutefois, elles sont toutes deux issues de la partie aristocratique de la gens Fulvia, Plutarque et Salluste affirmant que la délatrice était de noble maison. La maîtresse de Curius pourrait être la tante de l’épouse d’Antoine.

274 Sur l’utilisation du parti clodien, ou de ce qu’il en reste, par Antoine à partir de 47, voir en dernier lieu, Welch 1995, 182-201. Il faut ajouter à cela les études prosopographiques du parti clodien, notamment celle de Flambard 1977, 115-156 et, plus récemment, celle de Benner 1987. Ils s’accordent, l’un et l’autre, pour distinguer divers groupes dans ce parti insurrectionnel : les duces operarum, parmi lesquels on rencontre Sex. Cloelius, mais aussi un Gellius et un Sergius, les operae clodianae, les juvenes, au nombre desquels se trouvent Antoine, Curio, Fonteius, peut-être Atratinus, les magistrates, Pupius Piso, Fufius Calenus, C. Herennius, L. Piso et A. Gabinius, consul en 58. De futurs antoniens ou leurs proches parents adhérèrent donc à la mouvance clodienne.

275 C. Marcius Censorinus et Norbanus Flaccus illustrent cette tendance.

276 Les Munatii Planci, par exemple, ont un parent qui fut légat de Sylla, RE, no 28, App., Mith., 34.

277 Tels que Ventidius Bassus et Asinius Pollio.

278 Cic., Att., 14.13A. 2-3 ; 13B.

279 Sur l’importance de ce personnage, durant les années 58-52, Flambard 1977, 126-128.

280 Cic., Dom., 25 ; 47 ; 129 ; Har., 11 ; Sest., 133.

281 Cic., Pis., 8.

282 Il affirme, cependant, qu’il avait obtenu cette faveur du dictateur avant sa mort, Cic., Att., 14.13a. 2.

283 Cic., Att., 14.13a. 3 : “Quamquam tuam fortunam, Cicero, ab omni periculo abesse certum habeo, taman arbitror malle te quietam senectutem et honorificam potius agere quam sollicitam.

284 Bien qu’Antoine affirme que César y avait consenti, il semble que Cloelius ne doive son retour qu’aux volontés d’outre-tombe du dictateur, puisque son nom apparaît uniquement dans les fameuses notes que Faberius a contribué à étoffer.

285 Cic., Phil., 2.48.

286 Cic., Phil., 2.49.

287 Linderski & Linderski 1974, 213-233.

288 Ascon., Mil., 41.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search