Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Introduction

Texte intégral

  • 1 W. Shakespeare, Antony and Cleopatra, Acte III, Scène 11 ; trad. G. Lambin, Belles Lettres, Paris, (...)

“Amis partez !
Me voici résolu à donner à mes actes
Un cours qui n’a pas besoin de votre aide : partez1.”

  • 2 Syme [1939] 1967, 7.
  • 3 Syme [1939] 1967, 20.

1Par ces mots, Antoine, dans le drame de Shakespeare, congédie ses derniers fidèles au lendemain d’Actium. L’auteur anglais paie ici un tribut au mythe de la solitude d’Antoine. La littérature, qui s’est emparée des protagonistes de la guerre civile pour en faire des héros de tragédie, a tendu à les isoler du contexte prosaïque dans lequel ils évoluaient. Pourtant, un homme seul ne dispose d’aucun réel pouvoir à Rome ; pis, il inquiète. R. Syme le rappelait dans les premières pages de la Révolution romaine : “Quels que soient ses dons ou sa puissance individuels, l’homme d’État romain ne peut se tailler une place à lui seul sans allié et sans clients2”. Il explicitait ainsi la place très large qu’il consacrait à l’étude du parti césarien. Ces groupes constituent donc le substrat de la vie politique romaine. Ils sont d’autant plus importants que le pouvoir est disputé par des personnalités de grande envergure, qui espèrent le conquérir davantage par leur puissance personnelle que par la force des institutions. Naturellement, l’attention de R. Syme se porte en premier sur la faction qui triomphe “Le gouvernement d’Auguste était le gouvernement d’un parti3”. Ce qui conduit à penser que le destin de son principal adversaire, l’autre héritier de la cause césarienne, Antoine, fut celui de son parti.

  • 4 Plut., Ant., 69.6-7 ; 70.1-8, qui inspire Shakespeare.
  • 5 Sen., Cl., 7.1.10.

2Or, l’image des Antoniens paraît trouble et négative. De ceux-ci les auteurs antiques donnent des représentations divergentes. L’exercitus Antoni des Philippiques est un ramassis de brigands assoiffés de pillages et bannis de l’État. Appien, au début du cinquième livre des Guerres Civiles, dessine les contours larges et un peu flous d’une faction à son apogée. Plutarque et Dion insistent au contraire sur la solitude du triumvir durant les dernières années, dressant la longue liste de ceux que l’influence de Cléopâtre, ou un sens de l’intérêt bien compris, ont éloignés de son camp ; après Actium, Antoine s’installe près de Pharos dans la solitude de Timon4. Chez Sénèque, le parti d’Antoine est celui des vaincus que la clémence d’Auguste rend à l’État5. L’étude de ce parti paraît donc indispensable en ce qu’elle conduit à l’analyse des quatorze dernières années de la République selon une optique en général peu prisée, celle des vaincus.

3Avant de progresser dans cette entreprise, il convient de s’assurer des notions ainsi que du vocabulaire employé et, tout d’abord, préciser qui doit recevoir l’appellation de partisan. Si l’on entend partisan dans le sens le plus exigeant du terme, celui de thuriféraire, dévoué à un chef et militant pour ses idées ou celles qu’il représente, l’inventaire des Antoniens est vite achevé. D’une part, il est difficile de dégager une idéologie antonienne, valable de 44 à 30, même si, au gré des événements, des mots d’ordre et des stratégies propagandistes furent adoptés. D’autre part, nous ne connaissons que très peu d’hommes qui restèrent continûment au service d’Antoine de la mort de César à la défaite devant Alexandrie, ou du moins jusqu’à Actium.

  • 6 Cic., Phil., 13.26.
  • 7 Plut., Ant., 65.2.
  • 8 AE, 1992, 1520, origine Kilkis (Europos).
  • 9 Nous sommes en effet en présence d’une anomalie statistique : nous connaissons plus de partisans d (...)
  • 10 Il convient cependant d’atténuer cette critique pour le biographe d’Antoine. Plutarque, en effet, (...)

4Certes, pour expliquer ce dernier phénomène, il faut incriminer, en premier lieu, les lacunes de la documentation. En effet, rares sont les personnages dont la carrière se laisse connaître sans hiatus. Dans les meilleurs cas, navigant d’une source à l’autre, il est possible de reconstituer une portion d’existence, au prix de quelques hypothèses d’une solidité variable. Le cursus d’Insteius paraît à cet égard exemplaire. Cicéron en donne l’amorce dans les Philippiques6, puisqu’il nous apprend qu’il était tribun désigné pour 42 et Plutarque7 en mentionne l’ultime avatar, le commandement du centre de la flotte à Actium, ce qui témoigne de la confiance d’Antoine en ses aptitudes militaires. Le parcours entre ces deux extrêmes resterait bien mystérieux si une inscription découverte il y a un peu plus de dix ans en Macédoine8 ne dévoilait une activité ininterrompue et brillante qui justifie le choix d’Antoine au moment crucial. Que penser des dizaines de partisans révélés par les diatribes de Cicéron et dont toute trace se perd ensuite ? Assurément, les batailles livrées devant Modène furent meurtrières et, durant la retraite qui s’ensuivit, la famine harcela cruellement les survivants. Cependant, avant de mettre toute disparition sur le compte du décès, il paraît raisonnable de supposer qu’elle résulte simplement d’une lacune de notre information et que ces hommes furent surtout oubliés par les sources qui, pour nous, prennent le relais du sénateur arpinate9. Les historiographes antiques ne poursuivaient pas les mêmes fins que le polémiste. Leur propos était méditatif ; l’exposé des causes profondes de l’évolution vers le principat et la réflexion sur les vicissitudes de la Res Publica leur importaient davantage que le croquis spirituel, qui est l’arme de l’orateur dont le verbe est dévoué à l’action10. L’analyse y gagne, la précision s’y perd. Les individus se fondent dans des ensembles et ne réapparaissent qu’au hasard d’une anecdote édifiante ou d’une action d’éclat. En forçant le trait, il serait loisible d’affirmer qu’avec la partialité de Cicéron et de la propagande augustéenne, la distance de Velleius, d’Appien ou de Dion, pour ne citer qu’eux, causèrent autant de dommages au parti d’Antoine que les armées parthes à ses légions.

  • 11 Cic., Fam., 11.22.

5Ces limites rappelées, il faut ajouter, en second lieu, que, dans un parti romain, les entrées et les sorties alternent au gré des intérêts des participants. Ce comportement appartient aux mœurs politiques de l’aristocratie en cette période de guerre civile. Ainsi, le jeune Ap. Claudius n’éprouve aucune honte de ses revirements : pour obtenir la grâce de son père, il est devenu un familier d’Antoine ; après la défaite de celui-ci, il rompt un engagement qui ne peut plus rien lui apporter11. Personne ne songerait à l’en blâmer. En effet, il obéit à une obligation plus forte que la fidélité due à un chef de parti, il remplit ses devoirs à l’égard de sa lignée.

  • 12 Plut., Ant., 59.2.

6Faut-il s’interdire pour autant l’appellation de partisan ? Non, bien sûr ; il convient simplement de comprendre l’adhésion à un parti ainsi que le concevaient les contemporains d’Antoine. Une définition assez précise est donnée par Cicéron. Lorsqu’il propose un sénatusconsulte condamnant Dolabella et les siens, après la mort de Trebonius, il définit les contours du parti de son ancien gendre : “Cum P. Dollabella, quique eius crudelissimi et taeterrimi facinoris ministri, socii, adiutores fuerunt, hostes Populi romani a senatu iudicati sunt”. Ainsi, un parti se compose des agents et des subordonnés, des compagnons ou des alliés rassemblés en un moment donné. Tous ceux qui ont servi Antoine, ont obéi à ses ordres, l’ont défendu ou l’ont représenté, les philoi tou Antoniou12, les Antoniani, les Antoni collusores et sodales, les adiutores Antonii partium, peuvent être comptés au nombre de ses partisans, même s’ils proviennent de factions adverses, ou si leur adhésion reste éphémère. Il importe ensuite de distinguer dans ce groupe l’intérêt des divers apports et de déterminer l’utilisation qu’en fit Antoine.

  • 13 Ainsi Ti. Tisiennus Gallus est considéré sans discussion comme un Antonien, alors que son cas appa (...)

7Quand on admet cette acception fort large, un cas devient épineux, celui des partisans de L. Antonius durant la guerre de Pérouse. Doit-on les englober sans discussion dans le parti antonien, sous le prétexte que Lucius prétendait agir au nom de son frère ? Ou, au contraire, les en exclure, en soulignant que la majorité des Antoniens avérés, impliqués dans cette aventure a pris, tôt ou tard, ses distances à l’égard du consul de 41et que des Républicains siégeaient dans son conseil ? Aucune règle systématique n’est applicable. Il faut examiner les principaux cas avant de trancher ; c’est pourquoi, ils ont droit aux honneurs de la prosopographie. Cela d’autant plus volontiers qu’il est tentant de les étiqueter un peu vite13.

8La grande mobilité de la composition du parti antonien, exagérée probablement par les vicissitudes de nos connaissances, contraint toute étude à épouser le cours des événements. Le parti antonien est un organisme construit progressivement. Selon les époques, il n’offre pas le même aspect. Les amis de 44-43, cités dans les Philippiques, ont souvent un passé césarien et, autant qu’on le sache, des affinités avec la mouvance des populares. Ils divergent profondément des aristocrates ralliés après la défaite de Brutus, conservateurs issus de l’oligarchie romaine, qui constituent une tendance désormais importante du parti antonien au moment des accords de Brindes, trois ans plus tard. Cependant, une vague ne recouvre pas l’autre totalement ; ces apports peuvent éventuellement se contrarier, ils ne s’annulent pas. Ainsi, en 32, le haut commandement d’Antoine reflète les aléas du parti depuis la mort de César. M. Insteius, qui commandait donc le centre de la flotte à Actium, était à son service depuis le printemps 44 et représentait les alliés de la première heure. P. Canidius Crassus, responsable de l’infanterie, illustrait, peut-être, le ralliement des Césariens dans le cadre du triumvirat. Cn. Domitius Ahenobarbus, un des seconds d’Antoine depuis 40, était un des anciens Catoniens les plus prestigieux. Decimus Turullius, qui commandait une portion de la flotte appartenait au groupe des Césaricides. Q. Nasidius, pour sa part, figurait parmi les anciens Pompéiens. Les principales étapes de la guerre civile rythment donc l’évolution de l’entourage d’Antoine. La mort de César transforme son groupe de pression en parti, grâce à l’héritage d’une fraction des forces césariennes. Puis la guerre de Modène oppose les Antoniens à d’autres Césariens, avant de leur donner une place nouvelle dans la coalition que constitue le triumvirat. Après Philippes, les rangs du parti se grossissent du ralliement progressif des Républicains et, après Misène et Nauloque, de Pompéiens de circonstance ou de conviction. Notre analyse suivra donc les aléas de l’histoire : la première partie sera consacrée au noyau initial, comprenant la famille et les familiers ; la deuxième à la création du parti à la mort de César ; la troisième à la naissance douloureuse de l’entente triumvirale ; le quatrième chapitre traitera du ralliement des Républicains et des grandes expéditions orientales ; le dernier, enfin, analysera la transformation de cette faction dans l’affrontement bipolaire qui résulta de l’élimination des autres ambitieux, Lépide et Sextus Pompée.

9Par conséquent, la prosopographie rassemble tous ceux qui ont joué, au Sénat, sur le forum, aux armées, ou dans les provinces, un rôle en faveur d’Antoine. Le catalogue ne retient donc, en principe, que des citoyens romains et, surtout, les plus influents d’entre eux, ceux qui appartiennent aux élites dirigeantes, qu’ils siègent parmi les Pères conscrits ou qu’ils soient membres de l’ordre équestre. Cependant, il faut ajouter quelques affranchis, parce qu’ils ont joué un rôle diplomatique ou politique comparable à celui des légats. L’importance de ces nouveaux citoyens n’est pas un phénomène exclusif au parti antonien ; on trouve des exemples équivalents chez Sextus Pompée et Octavien. On peut objecter qu’il leur manque, pour être de vrais partisans, le libre-arbitre. Certes, ils sont moins indépendants que les ingénus pour choisir leur camp, puisqu’ils demeurent, en principe, entravés par l’obsequium qu’ils doivent à leur ancien maître. Mais de nombreux exemples contemporains montrent que certains liberti ont conquis leur indépendance, qu’ils peuvent changer de camp et, éventuellement, négocier ou monnayer leur ralliement ; tel est le cas d’Hipparchus dans le parti d’Antoine. Enfin, on pourrait arguer qu’ils appartiennent à l’entourage privé plus qu’à la sphère publique. En fait, cette distinction est purement artificielle. Antoine, comme c’était la coutume des aristocrates romains, recrutait ses adjoints, d’abord, au plus près, dans sa famille ou dans sa familia. Pour les missions qui requéraient une loyauté sans faille ou des compétences éprouvées, les liberti étaient préférés parfois à des citoyens de haut rang, alliés conditionnels que l’apprentissage des arts libéraux n’avait pas préparés aux questions techniques.

10Les femmes de la famille ou de l’entourage d’Antoine n’ont a priori aucun rôle politique. Leur statut leur interdit toute participation directe ; les sources littéraires les ignorent le plus souvent, ou les traitent en comparses, à l’exception notable de Fulvia. Une inscription, de-ci de-là, mentionne l’épouse d’un Antonien, qui l’a suivi dans sa province et a étendu ses bienfaits sur une cité ou un sanctuaire. Leur nom et leur filiation nous révèlent les liens solides tissés entre certaines familles du parti ; mais, de ces mariages, elles n’ont pas eu l’initiative. Quant à l’influence qu’elles ont pu exercer – ce lot de consolation de celles auxquelles les réalités du pouvoir sont refusées – elle appartient au domaine de l’extrapolation. Pour ces raisons, il convient donc de les écarter du catalogue. Il faut, toutefois, noter le rôle de conciliation entre les partis que jouèrent Julia, la mère d’Antoine, et Octavie. Mais leur neutralité obligée interdit de les considérer comme des partisans. Une exception confirme pourtant cette règle : le cas de Fulvia. Celle-ci intervint publiquement, à plusieurs reprises, en faveur de son mari et joua un rôle politique réel.

  • 14 C’est le cas par exemple de Rufus, qui fut peut-être gouverneur de Bithynie à l’époque triumvirale (...)

11En revanche, un certain nombre de personnages, de statuts divers, appartenant au proche entourage d’Antoine, n’ont pas trouvé leur place dans le catalogue prosopographique car, soit le lien demeure très ténu, ou d’ordre strictement privé, soit leur action au profit d’Antoine n’a pas semblé clairement établie. Cependant, certains d’entre eux font parfois l’objet d’un développement dans la synthèse14.

  • 15 Ces deux personnages sont des partisans attestés par Cicéron, mais on ne leur connaît pas d’autre (...)
  • 16 Suet., Rhet., 28.

12Par exemple, on pourrait s’étonner de l’absence d’Epidius, Marcus ou Caius, on ne sait, qui fut un des maîtres de rhétorique d’Antoine. Citoyen romain originaire de Nucérie, il fut marqué d’infamie pour une accusation calomnieuse ce qui témoigne d’une jeunesse houleuse, probablement engagée dans le jeu des factions. S’il ne figure pas dans le catalogue prosopographique, aux côtés de Crassicius et de Clodius15, c’est qu’il est devenu un mercenaire de l’art oratoire et qu’il a dirigé également Octavien. Ses préférences politiques ne ressortent donc pas avec évidence de la notice que lui consacre Suétone16.

  • 17 Plut., Ant., 48.1. De même, Eros qui reçut une mission identique à Alexandrie en 30, Ibid., 76.7-9
  • 18 Suet., Aug., 59.1.
  • 19 Plin., Nat., 25.77.

13De même, furent écartés, bien sûr, les affranchis qui ne jouèrent pas un rôle politique et restèrent attachés au service domestique. Ainsi fut exclu Rhamnus, qui accompagna Antoine durant toute la campagne parthique et reçut pour mission, lors de la retraite, de lui donner la mort si la situation se révélait désespérée17. Il fallut mettre de côté, aussi, Antonius Musa qui reste un des plus célèbres médecins du ier s. a. C. pour avoir sauvé Auguste de la mort, en 23. En témoignage de reconnaissance, il reçut l’anneau d’or des chevaliers, alors qu’il n’était qu’affranchi18. Pourtant, deux éléments attestent de son appartenance antérieure à la cour d’Antoine : son nom, tout d’abord, puisqu’il porte le gentilice de son ancien maître, ensuite la présence de son frère à la cour de Juba, l’époux de la fille de Cléopâtre, dont il était le médecin19. Mais, aucun indice d’une fonction d’ordre public ne subsiste pour Musa, il ne peut donc être considéré comme un partisan, d’autant plus que son statut ne lui laissait pas le choix de ses clients.

  • 20 Plut., Ant., 78.1.

14N’entrent pas davantage dans cette liste les orientaux qui secondèrent Antoine, en dépit parfois des missions importantes qui leur furent confiées, Timagène d’Alexandrie, Alexas de Laodicée, Aristocratès, le rhéteur ou encore Euphronios, le pédagogue des enfants d’Antoine et Cléopâtre, Dercataeus, un des gardes d’Antoine20, pour ne citer qu’eux.

15Les rois clients, Cléopâtre comprise, sortent du cadre de cette étude. Les rapports qu’ils eurent avec Antoine concernent la politique orientale de ce dernier et non son parti.

16En revanche, d’autres cas s’avèrent plus épineux, comme celui des proscrits graciés par Antoine. Un certain nombre d’entre eux ont trouvé place dans le catalogue. Cependant, ont été éliminés de celui-ci, ceux qui ont dû leur grâce à l’intervention d’un proche d’Antoine, que ce soit L. Julius Caesar, Saufeius, L. Julius Calidus, ou encore Terentius Varro. Leur cas est étudié dans la synthèse, car ils éclairent les relations qu’entretint Antoine avec ses partisans ou ses familiers, mais ils ne relèvent pas directement de la composition du parti. Deux personnages posent cependant un problème : Gellius Canus et Horatius Flaccus. Le premier a finalement été maintenu, parce que sa grâce allait de pair avec celle d’Atticus et qu’elle en était indissociable. Le second a fait l’objet d’une étude, parce qu’il illustrait, mieux encore qu’Arruntius peut-être, une tendance chez les républicains, ralliés à Octavien, celle de rappeler fièrement leur passé auprès des Libertatis Auctores mais de taire leur passage dans le parti antonien. L’indépendance d’esprit donnait du prix au ralliement et c’était un compliment choisi que de rappeler au princeps qu’il avait su convaincre un homme libre.

17Sont également bannis de la liste certains des bénéficiaires des faveurs du consul Antoine en 44, à l’exception des citoyens romains admis dans la troisième décurie des juges. Cependant, tous ces cas sont traités dans la première partie et ils figurent dans le tableau I qui regroupe les familiares Antonii.

18Reste la question des subordonnés et membres des consilia des partisans d’Antoine. Leurs cas ont été retenus car ils apportaient un éclairage sur la composition du parti.

19Les personnages sont classés dans ce catalogue en fonction de leur degré d’appartenance à la faction antonienne. Apparaissent d’abord, les partisans directement attestés par au moins une source antique, épigraphique, numismatique, ou littéraire. Dans ce groupe, il n’a pas été possible d’affiner les critères de classement et d’opérer une distinction entre adfines, legati ou socii, car la plupart relèvent de plusieurs qualificatifs. S’y ajoutent les alliés éphémères d’Antoine et les proscrits réhabilités par Antoine, désormais enchaînés par la gratia. En second lieu, sont rassemblés les partisans incertains, mais probables ou possibles, ainsi que les partisans de L. Antonius ; enfin, de prétendus Antoniens dont l’appartenance ne résiste pas à l’analyse.

20Cependant, pour conserver une vue d’ensemble du catalogue, un tableau alphabétique récapitule l’ensemble des personnages, en rappelant leurs caractéristiques essentielles.

21Le recensement des partisans d’Antoine n’est pas le seul propos de ce catalogue. Sa finalité essentielle est d’éclairer la nature et l’évolution des liens qui unissent Antoine à ceux-ci et de faire apparaître ce qui détermine le choix de ce camp. Il doit faire apparaître, en outre, la structure interne de cette construction politique en révélant les connections entre les partisans, leur hiérarchie, les profils de carrière, mais aussi les oppositions de clans et les clivages “idéologiques”. C’est pourquoi il convient de mettre en exergue, pour chaque personnage, d’une part les données familiales et géographiques, qui nous font connaître l’enracinement social et les modes de recrutement des Antoniens, d’autre part les renseignements que nous possédons sur son cursus ou – à défaut de carrière sénatoriale – les missions et délégations qu’il a reçues.

22Cependant, les renseignements ainsi obtenus n’ont pas tous la même valeur. Ainsi, l’origine d’un membre de la clientèle d’Antoine peut nous éclairer sur l’existence de liens privilégiés entre sa faction et une communauté donnée. En revanche, la même indication, concernant un Républicain rallié, n’apporte rien de tel ; elle peut, tout au plus, révéler qu’il ait trouvé des concitoyens, ennemis ou avocats, dans ce parti.

23NB – Le livre de B.H. Kreiler “Statthalter zwischen Republik und Prinzipat”, Francfort, 2006, m’est parvenu après la remise du manuscrit et je n’ai pas pu tenir compte de ses conclusions.

Notes

1 W. Shakespeare, Antony and Cleopatra, Acte III, Scène 11 ; trad. G. Lambin, Belles Lettres, Paris, 1967.

2 Syme [1939] 1967, 7.

3 Syme [1939] 1967, 20.

4 Plut., Ant., 69.6-7 ; 70.1-8, qui inspire Shakespeare.

5 Sen., Cl., 7.1.10.

6 Cic., Phil., 13.26.

7 Plut., Ant., 65.2.

8 AE, 1992, 1520, origine Kilkis (Europos).

9 Nous sommes en effet en présence d’une anomalie statistique : nous connaissons plus de partisans d’Antoine au pire moment de la crise qui l’oppose au Sénat que lorsque la faction est ressortie fortifiée de la fondation du second triumvirat.

10 Il convient cependant d’atténuer cette critique pour le biographe d’Antoine. Plutarque, en effet, en partie parce qu’il dispose d’une documentation riche et originale, en partie parce qu’il est de son propos de cerner plus intimement l’entourage de son sujet, redonne vie et nom à une foule de personnages que nous ignorerions sans lui. Cependant il faut se défier des esquisses de caractères qui accompagnent ces précieuses indications ; elles obéissent au dessein du moraliste. Celui-ci, dans son étude de l’influence du milieu sur la personnalité du triumvir, distribue les rôles suivant une vision personnelle, influencée probablement par une tradition antérieure qui nous échappe partiellement. Ainsi, Canidius Crassus prend-il chez lui un relief qu’il n’a dans aucune autre source, car il est le mauvais génie d’Antoine. Il conviendra de revenir plus en détail, dans la dernière partie, sur les finalités profondes des jugements moraux portés sur les Antoniens par les divers auteurs.

11 Cic., Fam., 11.22.

12 Plut., Ant., 59.2.

13 Ainsi Ti. Tisiennus Gallus est considéré sans discussion comme un Antonien, alors que son cas apparaît plus complexe et problématique.

14 C’est le cas par exemple de Rufus, qui fut peut-être gouverneur de Bithynie à l’époque triumvirale, mais dont ni le nom complet ni la chronologie ne sauraient être établis, IGUR 71 ; Moretti 1979, 1592. En revanche il est mentionné dans la synthèse.

15 Ces deux personnages sont des partisans attestés par Cicéron, mais on ne leur connaît pas d’autre emploi que le conseil et la formation d’Antoine ou de membres de son entourage. Leurs notices (18 et 29) figurent, dans l’œuvre de Suétone, aux côtés de celle d’Epidius. L’entourage des Antonii a toujours abondé en rhéteurs, c’est une tradition familiale, comme le montre l’exemple du célèbre M. Antonius Gnifon, affranchi qui forma César (7), au temps du grand-père du triumvir.

16 Suet., Rhet., 28.

17 Plut., Ant., 48.1. De même, Eros qui reçut une mission identique à Alexandrie en 30, Ibid., 76.7-9.

18 Suet., Aug., 59.1.

19 Plin., Nat., 25.77.

20 Plut., Ant., 78.1.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search