Version classiqueVersion mobile

Les partisans d’Antoine

 | 
Marie-Claire Ferriès

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre qui s’ouvre est le terme d’un travail qui m’a longuement occupée et préoccupée. Je ne serais pas parvenue à lui donner forme sans l’aide et le soutien de nombreux “adjutores, ministri, socii et, surtout, amici”. Pas plus qu’Antoine, je n’ai été isolée dans mon entreprise et je tiens à remercier tous ceux qui l’ont rendue possible.

2Ma pensée va tout d’abord à l’initiateur de ce projet, mon directeur de thèse, M. J.-M. Roddaz, qui m’a suggéré ce sujet, a dirigé mes recherches et combattu mon découragement, ainsi qu’à mon jury : M. E. Gabba dont la critique subtile, nuancée de bienveillance, m’a été précieuse ; M. A. Balland qui m’a fait bénéficier de ses remarques rigoureuses et érudites, enfin, son président, Monsieur le Recteur Fr. Hinard, dont les nombreuses suggestions ont orienté ma reprise pour la publication.

3M. J.-M. David a accepté de lire ce travail avant sa publication et je saurais assez le remercier pour ses avis et annotations qui m’ont permis de l’amender. Je remercie également A. Suspène pour m’avoir généreusement fait profiter de ses réflexions au fil de sa lecture.

4Dans cette entreprise, qui avança très lentement (il est vrai que la prosopographie compte surtout des sénateurs), le défaitisme m’a souvent gagnée et je dois beaucoup à tous ceux qui m’ont persuadée de poursuivre, MM. Roddaz, Hinard, Bost, Reddé, Balland, Suspène, Tarpin, Rémy, Roman, ainsi qu’à mes collègues de Grenoble qui m’ont chaleureusement encouragée.

5Ma gratitude va à tous ceux avec lesquels j’ai eu de fructueux échanges, qui m’ont fait profiter de leurs lumières et qui m’ont fait parvenir leurs travaux : Annie Allély, Clara Berrendonner, Estelle Bertrand, Isabelle Cogitore, Fabrice Delrieux, Jean-Louis Ferrary, Luca Fezzi, Frédéric Hurlet, François Jougleux, Sabine Lefebvre, Francesca Rohr-Vio, Michel Tarpin, Philippe Torrens, les participants aux journées d’étude de la Damnatio Memoriae et ceux des séminaires de Grenoble et de Chambéry.

6Cependant, ce travail n’aurait sans doute pas été achevé sans l’abondante documentation de la bibliothèque de la Maison de l’Archéologie de Bordeaux, de la Maison de l’Orient de Lyon, sans un séjour fructueux à l’École Française de Rome pas plus qu’il n’aurait su se passer des trésors, connus et méconnus, de la bibliothèque universitaire de Grenoble.

7Que soient assurés de ma gratitude ceux qui ont soutenu cette entreprise en lui fournissant le nerf de la guerre : le CRHIPA et la Société d’histoire alpine et italienne, ainsi que le CLUSTER 13 de la Région Rhône-Alpes. Au delà, ce livre n’aurait pas vu le jour sans la compétence, l’efficacité et le soutien amical des Éditions Ausonius, que Jérôme France, Nathalie Tran et Stéphanie Vincent en soient remerciés.

8Enfin, il faut remonter à la source et témoigner ma reconnaissance à Messieurs les Professeurs Étienne et Bost qui m’ont convertie à l’histoire romaine.

9Les partisans d’Antoine sont un terme, donc, non un aboutissement. Cette étude entre maintenant dans le domaine de la critique et des prolongements. J’espère qu’en dépit de ses défauts, elle apportera quelque matière à de nouvelles recherches.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search