Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Deuxième partie. Les documents

Le Tropaevm Alpivm et l’Héraclès Monoikos. Mémoire et célébration de la victoire dans la propagande augustéenne à La Turbie

Sophie Binninger

Texte intégral

1La victoire la plus éclatante d’Auguste et, avec lui, celle de Rome, fut sans conteste celle d’Actium, obtenue grâce au soutien d’Apollon. C’est celle aussi qui a été la plus célébrée, considérée comme un événement fondateur de l’Empire qui inaugurait le retour de l’âge d’or. Mais Auguste et ses légats célébrèrent bien d’autres victoires et il en est certaines un peu moins connues. Toutes furent exploitées par la propagande augustéenne, au point que, dans l’issue du combat, au-delà de la soumission de l’adversaire ou de la maîtrise des territoires, c’était la célébration elle-même de la victoire qui servait largement l’idéologie impériale. Dans les Alpes, les succès remportés sous les auspices d’Auguste ne relevaient pas d’une véritable conquête, mais plutôt d’opérations de pacification dans une zone qui était, en théorie, déjà soumise à l’empire. À ce titre, il serait justifié de penser que le trophée qui, à La Turbie, commémorait la soumission des nombreux petits peuples alpins constituait un exemple supplémentaire de l’une de ces commémorations qui revêtaient souvent un caractère démesuré.

2Mais, à dire vrai, nous connaissons mal ce monument et les événements qu’il commémore. Après l’audacieuse restauration de l’édifice élaborée au début du xxe siècle et des travaux qui allaient au-delà d’une anastylose conventionnelle, les incertitudes qui subsistent sur la forme du monument originel justifient la reprise des recherches sur celui-ci. Cependant, le médiocre état de conservation des vestiges ainsi que tous les remaniements ultérieurs font obstacle à l’interprétation plastique et iconographique du trophée romain.

3Dans le présent article, nous nous proposons de revenir essentiellement aux sources littéraires antiques disponibles sur ce site. L’exploitation de ces dernières permet de mettre en relation les données d’ordre contextuel et de mieux comprendre la situation de l’édifice, son implantation dans l’environnement, les événements historiques qu’il commémorait, ou encore les choix qui ont pu être déterminants dans sa conception. Paradoxalement, la proximité du trophée avec un sanctuaire voué à l’Héraclès Monoikos avait jusqu’ici été peu prise en compte, alors que, dans les sources littéraires qui nous sont parvenues, ce dernier paraît même occulter le trophée d’Auguste. Aussi tentons-nous d’envisager les rapports qui existaient entre les deux. Cette investigation conduit à s’interroger sur la nature et la genèse du projet augustéen, sur l’ancienneté du site et les modalités de la commémoration, mais aussi sur les particularités du culte voué à Hercule. Nous saisirons mieux finalement en quoi cet édifice marque une étape importante – ou plusieurs – dans l’héroïsation de l’empereur.

Le monument reconstitué à La Turbie

  • 1 Plin., Nat., 3.136-137. Voir ci-dessous, note 10. Nous remercions Laurence Mercuri et Pierre Holze (...)

4Le texte de la célèbre inscription du trophée des Alpes nous a été transmis par une citation littéraire de Pline l’Ancien : à la fin du livre III de son Histoire Naturelle, l’auteur achève son exposé sur l’Italie par une description de la chaîne montagneuse et illustre la multitude des populations alpines en citant l’inscription du monument1. Le texte, daté de 7/6 a.C., est dédié à Auguste par le sénat et le peuple romain, pour commémorer la soumission des populations désignées dans l’inscription. Pline ne nous renseigne ni sur la forme, ni sur la localisation de ce qu’il appelle tropaeum Alpium.

  • 2 CIL, V, 7817 ; Formigé 1955.
  • 3 P. Gioffredo s’appuyait aussi sur des documents plus anciens comme la description d’un anonyme ita (...)

5Parmi les très nombreux fragments d’inscription retrouvés à La Turbie2, il en est un qui permet d’établir la corrélation entre la citation de Pline et la mention, chez Ptolémée (Geogr., 3.1.2), de Τρόπαια Σεβαστοῦ dans la région de Monaco : on reconnaît sur le bloc le mot T[RVMPILI]NI, nom du peuple établi au nord du Pô, dans le Val Trompia, et figurant dans la liste transmise par Pline. Repéré dès le xviie siècle alors qu’il était remployé dans l’une des portes du village médiéval, ce bloc fournissait aux érudits modernes un argument incontestable pour identifier les ruines du monument de La Turbie aux vestiges du trophée des Alpes3.

  • 4 Ph. Casimir présenta de brefs comptes-rendus des fouilles dans le Bulletin de la Société française (...)

6On peut lire aujourd’hui l’inscription transmise par Pline reconstituée sur la face ouest du trophée où les fragments épigraphiques ont été replacés et complétés de blocs modernes, à l’instar de tout ce côté du monument qui a été intégralement reconstruit. En effet, au fil des siècles, l’édifice avait éprouvé maintes transformations : à plusieurs reprises il avait été fortifié puis détruit, ou, encore, il avait subi de nombreux pillages. Totalement en ruines au xixe siècle, le trophée-tour fit l’objet de premières consolidations dès 1858 sur l’ordre de la Maison Royale de Savoie. Peu après le rattachement du comté de Nice à la France, l’édifice fut classé Monument Historique (1865). Les travaux reprirent au début du xxe siècle, sous l’impulsion de la Société française d’archéologie qui confia à Philippe Casimir, érudit local, la responsabilité de vastes travaux de déblaiement (1905-1908). L’entreprise se poursuivit sous la direction de Jean-Camille et Jules Formigé, membres des Monuments Historiques, qui furent les architectes de la reconstitution sur plans, puis, sur le site, de la reconstruction d’une partie de l’édifice4. Les documents anciens attestent l’ampleur des travaux effectués et permettent de prendre la mesure de leurs conséquences. Avec les 7 à 8 mètres de déblais dégagés à la base de l’édifice, les séquences stratigraphiques médiévales et modernes ont irrémédiablement disparu. Quoique restée partielle, la reconstruction matérielle (fig. 1) n’en a pas moins considérablement modifié l’aspect du monument, en le figeant dans une forme qui, si elle reste hypothétique, est aujourd’hui inscrite dans la mémoire collective ; et c’est, logiquement, cette image reconstituée qui est diffusée, y compris dans les ouvrages scientifiques où, d’ailleurs, l’absence de commentaire ou le silence des auteurs dénotent les incertitudes qui subsistent sur ce trophée.

Fig. 1 : L’ampleur des travaux effectués sur le monument de La Turbie : le côté sud-ouest de l’édifice, du milieu du xixe siècle à nos jours.

  • 5 Recherches de l’auteur en cours, dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat. La haute (...)

7Du point de vue architectural, le dégagement des vestiges permettait de lire le plan de l’édifice et de comprendre les principes généraux qui en régissaient l’élévation : une structure mixte, quadrangulaire et cylindrique, autorisait les architectes à restituer un monument composé d’un double soubassement carré surmonté d’un ptéron de plan circulaire (fig. 2). Toutefois, dans le détail, l’ordonnance, les espaces de circulation interne ou même la hauteur respective des différentes parties architecturales demeurent hypothétiques. Sans entrer dans ce vaste dossier, dont l’analyse implique une relecture des vestiges archéologiques, le seul constat de l’ampleur des reconstructions permet de saisir l’enjeu du réexamen de cet édifice, l’intérêt de retourner aux vestiges originels, de comprendre la démarche des restaurateurs, de tenter de retrouver et de vérifier leurs arguments et, enfin, de faire le point sur la part des incertitudes et des données archéologiques plus fiables5.

  • 6 Formigé 1949, spécialement p. 42.
  • 7 Binninger à paraître.

8La reconstitution du programme sculptural ainsi que celle de l’inscription sur la façade ouest suscitent un questionnement similaire et se prêtent au même type d’analyse qui, comme pour les parties architecturales, nécessite l’établissement d’un corpus exhaustif (inventaire des fragments, relevés, etc.). En matière d’iconographie, les restaurateurs proposaient les éléments suivants : sur le premier soubassement, intégralement reconstruit comme nous l’avons déjà indiqué, était placée l’inscription, encadrée de victoires et flanquée de reliefs ; à l’étage, en arrière de la colonnade, les statues des légats d’Auguste et des membres de la famille impériale ; puis, au sommet, une statue d’Auguste. Selon un tel programme, il y aurait eu une hiérarchisation des images assez séduisante : les vaincus et soumis étaient énumérés et représentés à l’étage inférieur ; les légats qui avaient mené les campagnes au nom d’Auguste étaient placés à l’étage intermédiaire ; enfin, la statue de l’empereur était installée en position dominante6. Or, les vestiges sculptés paraissent constituer un ensemble extrêmement fragmentaire et lacunaire qui ne suffit probablement pas à fournir une vision cohérente du programme iconographique et, encore moins, à étayer un commentaire d’ordre symbolique7.

Fig. 2 : Des vestiges à la reconstitution du trophée des Alpes : les recherches des architectes Jean-Camille et Jules Formigé.

  • 8 Voir ci-dessus note 4. Les ultimes adjonctions au programme de restauration ont eu lieu dans les a (...)
  • 9 Voir notamment, Binninger 2003a.

9Que la forme de cet édifice pose aujourd’hui encore de nombreux problèmes ne résulte pas, ou du moins pas seulement, de la manière dont les recherches antérieures ont été menées. Pour preuve, l’ouvrage signé par J. Formigé en 1949 répondait aux exigences des publications scientifiques de l’époque, mais si cette parution clôturait le cycle des restaurations, son auteur faisait état d’une recherche aboutie depuis plus longtemps, en partie publiée dès 1910, et complétée ici par des développements servant l’argumentation du chercheur8. La méconnaissance des trophées, la rareté des édifices conservés et donc l’absence de référence typologique, constituaient – et constituent encore – un obstacle essentiel à toute tentative de restitution9.

10En l’état actuel du dossier, l’énigme relative à la forme de l’édifice nous prive d’une vision globale, indispensable à l’interprétation symbolique. Nous voudrions néanmoins, et avec toutes les réserves qui s’imposent, aborder le sens de ce monument en faisant abstraction de sa forme plastique pour nous en tenir à des données plus contextuelles, essentiellement littéraires et historiques, susceptibles de nous éclairer sur la signification de cette dédicace et la portée de cet édifice dans le cadre de la propagande augustéenne.

La victoire d’Auguste dans les Alpes

  • 10 Non alienum uidetur hoc loco subicere inscriptionem e tropaeo Alpium, quae talis est : IMP. CAESAR (...)
  • 11 Pline précise d’ailleurs que certaines cités n’étaient pas ajoutées à la liste ; cela paraît sous- (...)
  • 12 C’est la chronologie retenue par J. Prieur (Prieur 1976). Voir également, Van Berchem 1962.
  • 13 Ce sont essentiellement Dion Cassius (54.20-24) et Strabon (4.6.7-10) qui nous renseignent sur cet (...)
  • 14 Hatt 1959, 87 ; Barruol 1969, 179.

11L’inscription du trophée10 commémorait la soumission des peuples alpins, “réduits” (redactae) sous l’imperium du peuple romain. Si le texte désigne explicitement “tous les peuples alpins qui s’étendaient de la mer supérieure à la mer inférieure”, c’est-à-dire de la mer Adriatique à la mer Tyrrhénienne, il ne les cite pas tous : seuls les peuples “vaincus” (devictae) sont énumérés11. Les auteurs antiques fournissent assez peu d’informations sur la chronologie des opérations militaires qui s’étaient probablement déroulées entre 25 et 14 a.C.12 Et si le récit qu’Auguste en avait fait lui-même ne nous est pas parvenu, nos sources font surtout état des exploits de ses légats qui, certes, agissaient en son nom13. En 25 a.C., les Salasses du Val d’Aoste que les Romains avaient déjà tenté de soumettre à plusieurs reprises furent enfin anéantis. De 17 à 15 a.C., plusieurs peuples des Alpes centrales et orientales furent assujettis ; le versant méridional puis le versant septentrional du massif furent conquis ; les armées romaines poursuivirent leur avancée jusqu’au Danube, conquérant ainsi la Rhétie. Dans les Alpes occidentales, les Ligures appelés Comati et encore libres furent asservis en 14 a.C. L’aménagement de la uia Julia en 13/12 a.C. semble indiquer qu’à cette date l’essentiel des opérations avait été mené dans la région littorale et, en dépit des suppositions souvent avancées14, rien n’atteste que les combats se soient prolongés ultérieurement, même s’il est vrai que la commémoration des événements apparaît plus tardive.

  • 15 D.C. 53.26.5 :... ἀψίς τε ἐν ταῖς Ἄλπεσι τροπαιοφόρος : “... et, dans les Alpes, un arc qui porte (...)
  • 16 CIL, V, 7231.
  • 17 Pline avait exploité des documents officiels : aux côtés des formulae prouinciarum qu’il indique l (...)

12Auguste ayant décliné le triomphe que le sénat lui avait décerné en 25 a.C., il fut décidé d’ériger “dans les Alpes”, un arc orné de trophées en son honneur, arc identifié par les historiens modernes à celui d’Aoste15. À Suse, chef lieu de la nouvelle préfecture de Cottius, un arc fut dédié à Auguste, en 9/8 a. C16. Enfin, si la dédicace du trophée des Alpes citée par Pline est datée de 7/6 a.C. (TRIB. POT. XVII), on ne sait à quoi correspond précisément ce texte : la décision du sénat, ses recommandations, la consécration du monument ou son inauguration... ?17 Au regard de la chronologie de la conquête des Alpes et de la série d’honneurs rendus à Auguste, il paraît légitime de se demander à quel moment, entre 25 et 7/6 a.C., il fut décidé d’ériger un monument à La Turbie.

13Si, dans un premier temps, sa célébration avait été différée, la victoire sur les Alpes était finalement commémorée en divers endroits et de multiples manières. Les modalités de cette célébration étaient aussi fonction du sort qui avait été réservé aux populations dans le règlement de la conquête, selon l’attitude qu’elles avaient eue.

  • 18 Les synthèses disponibles sur les trophées gréco-romains sont anciennes : Reinach 1877-1919 ; Lamm (...)
  • 19 Picard 1957, 286 et 291-301. L’édicule, remonté selon une hypothèse formulée par Jules Formigé (Fo (...)

14L’édification du trophée des Alpes revêtait un caractère tout à fait exceptionnel. Même dans ses versions “monumentalisées”, l’antique rite du trophée était toujours adressé au dieu qui avait assuré la victoire18. Depuis l’époque hellénistique, la figure du général qui avait mené les troupes au combat prenait une place de plus en plus importante dans la consécration. Le trophée des Alpes introduisait une nouveauté : il était dédié à Auguste qu’il honorait comme un dieu. En soulignant que cette particularité allait dans le sens de l’évolution de la “théologie de la Victoire impériale”, G. Ch. Picard avait émis l’hypothèse d’un culte rendu au génie d’Auguste à La Turbie ; sur le site, la ruine d’un autel fut également aménagée devant le monument dans les années 195019.

  • 20 Scheid 2001, 143 sq.
  • 21 C’est autour de temples et d’autels que le culte était rendu au Numen ou au Génie d’Auguste. Le ph (...)

15Certes, Auguste était honoré d’une manière exceptionnelle et nous percevons bien l’ambiguïté de cette dédicace, mais nous pensons que cela ne suffit pas à affirmer qu’un culte lui ait été rendu ici. Il y avait bien une dimension religieuse dans le développement même de l’idéologie triomphale : l’empereur incarnait la victoire voulue par les dieux et son triomphe prouvait sa puissance d’action quasi-divine20. Mais si le culte impérial s’était manifesté très tôt dans l’empire, il s’organisait autour d’édifices de nature différente de celle du trophée ; en outre, son instauration fut plus discrète et plus lente en Italie et à Rome que dans les provinces21. Or, La Turbie se trouvait aux confins de l’Italie.

L’implantation du monument

  • 22 Sur les questions relatives à l’environnement archéologique du trophée, Binninger 2001.
  • 23 Lorsqu’il entame sa description de l’Italie (3.47), Pline indique le Var, Nice, le Paillon, les Al (...)
  • 24 La réforme des régions urbaines eut lieu en 7 a.C., ou peu avant ; la création des régions italien (...)
  • 25 Str. 4.1.1 ; Plin., Nat., 3.31. Jusqu’au Var, la numérotation des milliaires est continue, depuis (...)
  • 26 La préfecture des Alpes Maritimes n’est attestée par l’épigraphie qu’à partir du règne de Claude ((...)
  • 27 Sur la notion de frontière et ses ambiguïtés, voir Trousset 1993.
  • 28 La glose figure sur un manuscrit du ixe siècle (It. Ant., 296.4). Cette hypothèse (Arnaud 2000, 12 (...)

16C’est précisément lorsque l’on s’interroge sur l’implantation géographique du monument que l’on perçoit toute sa dimension symbolique. L’édifice était en relation avec la uia Julia, jalonnée de milliaires en 13/12 a.C. (fig. 3)22. Il est possible que le monument et la route aient fait l’objet d’une campagne de construction commune, encore qu’on ne connaisse pas précisément la date de l’édification du trophée. Le monument surplombait légèrement le col de La Turbie, l’Alpis summa (It. Ant., 296.4) qui marquait le franchissement des Alpes sur cet itinéraire côtier le long duquel Rome inscrivait durablement son empreinte dans le paysage en prétendant désormais assurer la fiabilité des communications. Pour le voyageur venu d’Italie, le col de La Turbie était l’issue d’un parcours franchissant les Alpes, parcours rendu pénible par la succession des barres montagneuses. Le col marquait aussi une rupture dans le paysage : à l’est la voie longeait la côte puis, à partir du col, elle s’enfonçait vers l’intérieur des terres, tracé qu’elle conservait durant la traversée de la Gaule Narbonnaise. Symboliquement, le trophée pouvait donc signaler les confins de l’Italie et, d’ailleurs, cette idée selon laquelle les Alpes “ferment” l’Italie ressort de la structure du texte de Pline l’Ancien23. Dans cette perspective, la maîtrise définitive de l’espace alpin pouvait apparaître comme l’achèvement de l’Italie et il ne paraît pas anodin que le texte qui nous est indirectement parvenu du sénat, daté de 7/6 a.C., soit contemporain de l’organisation administrative mise en place par Auguste lui-même, à savoir, la création des régions urbaines et italiennes24. Pourtant, sur le terrain, il en était peut-être tout autrement de la topographie de la frontière : Strabon ou Pline placent la limite de l’Italie au Var, ce qui est cohérent avec la numérotation des milliaires25, mais ce qui ne paraît pas rendre compte de l’existence des Alpes Maritimes. En fait, l’organisation de cette entité territoriale issue de la conquête, la date de sa création, son étendue ou son évolution ne sont pas précisément connues26. Mais si nos sources – et leurs lacunes – nous incitent à nous demander si le trophée a été le marqueur d’une frontière, la question doit être posée prudemment car la notion de limite peut recouvrir diverses acceptions et nos sources renvoyer à autant de réalités différentes27. Ainsi, la glose d’un manuscrit de l’Itinéraire d’Antonin, usque hic Italia, hinc Gallia, pourrait être le souvenir tardif d’une limite fiscale relevant de la Quadragesima Galliarum, qui, placée à cet endroit, se serait trouvée au niveau d’un double relais terrestre et maritime, La Turbie-Monaco28.

Fig. 3 : L’implantation du monument de La Turbie.

  • 29 Str. 4.6.6 : en raison de la soumission des populations et des aménagements routiers augustéens. L (...)
  • 30 Str. 4.1.12. Ammien Marcellin, qui insiste sur les dangers du passage du Mont-Genèvre, confirme qu (...)

17Cependant, en ce qui concerne les communications transalpines, l’enjeu principal dans la maîtrise des Alpes ne se situait pas à La Turbie. Avec la conquête, les cols accessibles s’étaient multipliés, leur viabilité et leur sécurité étaient garanties par la domination romaine29. À propos du trajet Ibérie-Italie, Strabon souligne la facilité de la voie littorale qui ne franchissait que des cols de basse altitude, mais il précise aussi que la route du Mont-Genèvre était plus courte30. En outre, on peut objecter à la facilité du passage littoral ses dénivelés cumulés, probablement plus importants que sur les itinéraires de haute altitude.

  • 31 Prieur 1976, 637 qui cite Dion 1966. Selon R. Dion, Auguste rêvait d’étendre la frontière jusqu’à (...)

18Le col de La Turbie ne constituait pas un point stratégique au même titre que les autres cols alpins. On perçoit l’importance de la soumission des Salasses qui, des peuples concernés, est celle rapportée avec le plus de détails par les sources littéraires. La possession de leurs mines d’or ne constituait pas le seul enjeu de leur soumission. Il s’agissait aussi de contrôler des cols qui, selon le même Strabon (4.6.7 et 11), permettaient de passer de l’Italie vers la Celtique transalpine et septentrionale, mais aussi vers le lac Léman et le Rhin. Si l’on s’interroge sur les motivations de l’entreprise augustéenne, la soumission des Alpes n’était pas une fin en soi. La pacification permettait d’assurer la protection de l’ancienne Cisalpine rattachée à l’Italie ainsi que les communications – en premier lieu, le passage de l’armée et de l’administration impériale – vers la Gaule, la Péninsule Ibérique, le Rhin et le Danube. Sur ces deux derniers fronts, l’action d’Auguste s’inscrivait dans l’ambitieux projet d’une vaste Germanie31.

19Dans un tel contexte, la maîtrise des Alpes Maritimes ne représentait qu’un enjeu limité et si la victoire sur les Alpes était commémorée à ce col méridional de basse altitude, c’est qu’il s’agissait d’une position symbolique.

  • 32 Strabon (4.6.1) considère que les Alpes commencent à Vada Sabata (l’actuelle Vado Ligure, à l’oues (...)
  • 33 1.584-586 : Interea Rutulis longinqua per aequora uectis / Herculei ponto coepere existere colles, (...)

20Strabon nous apprend que certains auteurs, qu’il ne suit pas sur ce point, situaient à Monaco l’extrémité des Alpes32. Nous percevons aisément que l’édifice s’inscrivait dans un paysage évocateur : construit sur l’un des derniers contreforts alpins, il était dominé, au nord-est, par le Mont Agel, un sommet terminal de la chaîne alpine qui, à cet endroit, s’abaisse brutalement vers la mer. Implanté de la sorte, il était entre ciel, terre et mer, en un point où aujourd’hui encore s’élèvent les brumes qui constituent les formations nuageuses. On retrouve une évocation de ce paysage chez Silius Italicus : à la veille de la seconde guerre punique, les Rutules, venus par bateau depuis Sagonte pour réclamer la protection de Rome, voient depuis le large, apparaître progressivement les montagnes d’Hercule et le sommet brumeux des rochers de Monaco33.

  • 34 Voir, entre autres, Plin., Nat., 7.96. Nous renvoyons à la synthèse établie sur les sources littér (...)
  • 35 Pour le trophée de Pompée, voir en particulier D.C. 41.24 et Plin., Nat., 37.15-16. En ce qui conc (...)
  • 36 Luc., Pharsale, 1.403-409. Sur cette occurrence et le fait que Monaco ait pu constituer une limite (...)
  • 37 Aen., 6.830-831 : aggeribus socer Alpinis atque arce Monœci / descendens, gener aduersis instructu (...)

21Installé à l’extrémité des Alpes, le trophée d’Auguste était un pendant à celui que Pompée avait érigé à l’extrémité orientale des Pyrénées, après sa victoire sur les 876 oppida alliés à Sertorius34. Mais si cet édifice avait valu des critiques à Pompée parce qu’il commémorait une guerre civile, raison pour laquelle d’ailleurs l’inscription taisait le nom de Sertorius, le trophée d’Auguste restait en dehors de tout soupçon et la dédicace par le sénat et le peuple romain garantissait la conformité au droit35. L’écho à Pompée était doublement ambigu : des écrits de Lucain et, surtout, de Virgile, nous comprenons que Monaco avait peut-être constitué une étape notable dans la lutte entre César et Pompée. En 49 a.C., alors qu’il marchait sur Rome, César avait mobilisé ses troupes aux limites des Gaules et notamment sa flotte stationnée sur le Var et dans le port de Monaco36, autant de forces qui devaient le rejoindre dans l’offensive contre Pompée. Virgile associe également Monaco et César dans une évocation des luttes fratricides des guerres civiles où l’image de César descendant des Alpes par Monaco pourrait être celle du début de la déroute de Pompée, vaincu à Pharsale en 48 a.C.37 Monaco aurait été une position symbolique, antérieurement à l’édification du trophée d’Auguste sur ses hauteurs, ou indépendamment de celle-ci ; c’est du moins ce que le poète augustéen laisse entendre.

  • 38 Pharsale, 1.406-408 : non corus in illum / ius habet aut zephyrus, solusssua litora turbat / circi (...)
  • 39 Str. 4.6.3 et 4.6.2 : “Tout le littoral du port de Monoecus à la mer Tyrrhénienne, est exposé aux (...)
  • 40 Str. 4.6.3 : ἔχων ἱερòν Ἡρακλέους Μονοίκου καλουμένου.
  • 41 Verg., Aen., 6.830 ; St. Byz., FGrH 1F57 (cite Hécatée de Milet) ; Str. 4.6.3 ; Plin., Nat., 3.47  (...)

22Monaco était avant tout un abri portuaire avantageux. Lucain nous en livre la meilleure description : il offrait un mouillage sûr, exposé au mistral mais abrité des vents d’ouest et du sud-ouest38. Strabon le qualifie de “simple mouillage, suffisant pour les bâtiments de faible tonnage et en petit nombre” et il laisse entendre qu’il était, jusqu’à l’Étrurie, le dernier port aisément accessible39. Ce port possédait un sanctuaire dédié à l’Héraclès dit Μόνοικος40. À de rares exceptions près – Virgile, Stéphane de Byzance –, toutes nos sources ont conservé le souvenir de cette divinité à Monaco41 et, s’il faut retenir qu’un culte fut associé au trophée d’Auguste, c’est celui-ci qui, en priorité, doit être pris en compte. Aussi importe-t-il d’envisager la relation entre ces deux structures, commémorative et religieuse.

L’association d’un sanctuaire d’Hercule au trophée d’Auguste

  • 42 Sur les hypothèses d’un temple d’Hercule, abondante bibliographie rassemblée dans Reymond & Dugand (...)
  • 43 Signalé de longue date, le site avait déjà été fouillé par J. Formigé (Formigé 1951). Les travaux (...)

23Érigé à l’horizon de l’amphithéâtre naturel monégasque, le trophée s’inscrivait dans le même paysage que le sanctuaire dédié à Hercule. Les historiens et érudits modernes ont avancé diverses hypothèses à ce sujet en supposant l’existence d’un temple d’Hercule sur le rocher de l’actuelle Principauté, sur le rivage de Monte Carlo, ou encore, beaucoup plus haut, vers La Turbie ou au sommet du Mont Agel. Cependant, l’archéologie n’a pas permis de reconnaître formellement les vestiges d’un tel édifice dans cette zone littorale, où la densité de l’urbanisation a été défavorable à la conservation des sites42. Et si, à proximité immédiate du trophée, sur le site antique de la colline du Puy, les entailles aménagées dans le rocher pourraient être les assises de fondation d’un établissement important, rien ne permet à ce jour d’identifier précisément celui-ci43.

  • 44 Str. 4.1.11 ; Flor., Œuvres, 1.37 semble associer Fabius Maximus à cette action et décrit deux édi (...)
  • 45 Plut., Sull., 19.9-10 ; Camp et al. 1992.
  • 46 D.C. 41.24. Selon Arce 1994 (qui interprète notamment Str. 4.1.3) le trophée de Pompée était aussi (...)
  • 47 Virgile évoquait encore d’autres divinités dans son récit du miracle actien (Aen., 8.675 sq.) ; Ga (...)
  • 48 Richemond 1967, Sâmpetru 1984.

24Quelle que soit la proximité et l’identification des structures, il faut désormais élargir notre regard sur le trophée d’Auguste pour envisager son insertion dans un site plus complexe, au même titre d’ailleurs que d’autres trophées romains, connus par les sources littéraires ou archéologiques. Ainsi, selon Strabon, le trophée érigé au confluent de l’Isère et du Rhône par Domitius Ahenobarbus était associé à deux temples, l’un consacré à Arès, l’autre à Héraclès44. La victoire de Sylla à Chéronée était commémorée par deux trophées, dont un placé sur la cime du Thourion où se trouvait aussi un temple d’Apollon45. Dans les Pyrénées, on sait par Dion Cassius que César avait érigé un autel non loin du trophée de Pompée46. Plusieurs monuments commémoraient Actium autour du Golfe d’Ambracie : sur le cap, Apollon possédait un temple ancien et, à l’emplacement du camp de l’armée d’Octave, Mars et Neptune étaient dédicataires d’un monument orné de rostres de navires pris au ennemis47. Enfin, à Adamklissi, un autel et un mausolée étaient associés au trophée dédié à Mars Ultor, sur un site qui, avant de commémorer les victoires de Trajan, conservait le souvenir des soldats de Domitien48. Autant d’exemples où les trophées, loin d’être des édifices isolés, étaient associés à des monuments religieux, sur des sites où les commémorations étaient multiples : elles utilisaient des supports différents ou bien se référaient à plusieurs événements.

  • 49 Str. 4.6.3 ; voir ci-dessus note 40.
  • 50 Les auteurs emploient l’un des deux mots, portus étant le plus fréquent (voir références, note 41) (...)
  • 51 Ptol. 3.1.2 : Ἡρακλέους λιμὴν / Τρόπαια Σεβαστοῦ / Μονοίκου λιμὴν. Ce passage recèle d’autres erre (...)

25Quelle était la nature de l’établissement dédié à Hercule ? Strabon reste le plus clair – le port possède un ἱερòν49 – mais aucune source ne fait explicitement référence à un bâtiment cultuel. Les auteurs latins associent le nom de la divinité à l’ensemble du site et ce sont les termes arx et portus qui désignent l’établissement en évoquant ce paysage montagneux et maritime consacré à Hercule50. Au vu de ces descriptions ou appellations, il semble bien que portus, arx ἱερòν et τρόπαιον aient désigné un seul et même site. Si Ptolémée restitue une géographie éclatée des lieux, c’est vraisemblablement parce qu’il a tenté d’en concilier les différentes désignations, selon une pratique attestée par ailleurs dans son œuvre51.

  • 52 Amm. Marc. 15.10.9 : “La première [route] est due au Thébain Hercule (...) : il la construit près (...)

26L’image d’Hercule à proximité du trophée des Alpes était chargée de sens. Hercule était, avant Auguste, l’ouvreur de routes à travers le massif montagneux ; aux dires d’Ammien Marcellin, c’est lui qui avait construit le plus ancien passage, près des Alpes maritimes52. Cette association à Auguste rajoutait une part d’ambiguïté à l’édifice qui lui était dédié : la divinité n’était plus tout à fait absente du site – ni du rite traditionnel – et Hercule constituait un précédent symbolique. Héros civilisateur et triomphateur, il rappelait le caractère universel de la victoire de l’empereur ; fils de dieu, promis à la divinisation, il offrait une belle image de la prédestination d’Auguste. La connotation héroïsante du trophée n’en était que renforcée.

  • 53 Bayet 1926, 327-328 ; Gagé 1955, 416-417. Sur le temple d’Hercules Musarum : Boyancé 1955 ; Sauron (...)
  • 54 Hinard 2000, 677 et 702.
  • 55 Coarelli 1988, 77-84.
  • 56 Grimal 1951, 54.
  • 57 Sauron 1987, 463-464 ; Id. 1994, 249 sq. et spécialement 278-279.
  • 58 Diod. 4.19 et 5.24 ; voir Harmand 1967. Par ailleurs, J. Bayet avait souligné, chez Diodore, l’ori (...)

27La place d’Hercule dans la propagande des imperatores est connue : son culte se prêtait à la glorification triomphale et, fréquemment depuis le iie siècle a.C., les généraux lui consacraient une part du butin : ainsi, M. Fulvius Nobilior, censeur en 179 a.C. avait-il placé les images des Muses rapportées d’Ambracie dans l’aedes Herculis Musarum dont il avait décidé la construction53. Sylla, puis Crassus, avaient consacré la dîme de leurs biens à Hercule, conformément à la vieille coutume romaine selon laquelle l’homme le plus riche de son temps honorait la divinité qui lui avait insufflé le courage nécessaire pour arriver à ses fins54. Nous avons de nombreuses attestations de la propagande héracléeenne de Pompée. Il avait restauré le temple d’Hercules Inuictus désigné ensuite sous le nom d’Hercules Pompeianus55. P. Grimal a souligné que la date de la fête d’Hercules Inuictus coïncidait avec celle choisie par Pompée pour la dédicace du complexe architectural du champ de Mars à Venus Victrix, les deux divinités se trouvant ainsi unies “dans une même vénération”56. G. Sauron a montré que le programme iconographique de l’ensemble du champ de Mars illustrait l’ambition du conquérant à égaler les exploits des dieux et héros pacificateurs, Dionysos et Héraclès, et qu’il pouvait être interprété comme une “tentative de prédivinisation de l’imperator57. Enfin, à Pharsale, c’est Hercules Inuictus que Pompée avait invoqué, face à César soutenu par Venus Victrix (App., BC, 2.76). Nous pouvons d’ailleurs nous interroger sur les rapports qu’entretenait César avec Hercule. Lorsque, dans un récit mythologique, Diodore de Sicile attribuait la fondation d’Alésia à Héraclès, il associait à César, héros historique pour lequel il était rempli d’admiration, la divinité conquérante et bienfaitrice pour l’humanité, le héros civilisateur, modèle et garant de la victoire universelle. Cette association était peut-être une initiative de Diodore, mais il pourrait être significatif que sa narration de l’ouverture héracléenne des Alpes précède justement le passage concernant Alésia58. Nous nous étonnons aussi d’apprendre de Suétone que César avait écrit un Éloge d’Hercule dont Auguste avait interdit la publication (Caes., 56.9).

  • 59 Jaczynowska 1981, 634. Selon R. Schiling, ce sont probablement des raisons personnelles, notamment (...)
  • 60 Carm., 3.3.9-12 et 3.14.1-4. Grimal 1951, 59.
  • 61 Aen., 6. 801-803 et Sauron 1994, 528 ; Aen., 8.190-305.
  • 62 Grimal 1951.
  • 63 Le temple d’Hercules Musarum avait été reconstruit par L. Marcius Philippus (Suet., Aug., 29.7-8) (...)

28Antoine affichait également une prédilection pour Hercule dont il prétendait être le descendant. Cet aspect de la propagande antonienne pourrait expliquer en partie que la divinité en question ait été quelque peu délaissée par Octave-Auguste, au profit de Mars ou Apollon, alors que, pourtant, dans le contexte des réformes religieuses augustéennes, le héros victorieux paraissait destiné à une place de choix, d’autant qu’il fournissait un précédent de divinisation à l’empereur59. Il n’empêche, les allusions à Hercule restaient fréquentes dans la poésie augustéenne. Horace comparait l’imperator au héros en chantant son retour d’Espagne ou, encore, en l’évoquant qui buvait le nectar parmi les immortels60. Quelques vers de l’Énéide présentaient Auguste comme dépassant les exploits d’Hercule ; du mythe, Virgile évoquait le retour d’Espagne avec le troupeau repris à Géryon et la victoire sur Cacus, puis il décrivait la cérémonie du culte rendu à Hercule à l’Ara Maxima61. P. Grimal a mis en évidence la coïncidence des événements du récit et du calendrier des cérémonies – arrivée d’Énée à Rome le jour de la fête de l’Ara Maxima, date du triple triomphe augustéen commencé le jour même ou le lendemain de la fête d’Hercule, date de la dédicace à Venus Victrix au théâtre de Pompée – ; sur la base de ces observations, l’auteur a démontré qu’Auguste, en choisissant de triompher à cette date, confisquait à son profit la tradition pompéienne et tournait en dérision les anciennes prétentions d’Antoine. En outre, dans sa construction littéraire, Virgile montrait que ce triomphe héracléen était inscrit dans les destins de Rome ; ainsi le poète faisait-il face à ceux qui, à Rome, raillaient l’assimilation d’Auguste avec Hercule62. Au champ de Mars, dans la zone triomphale du circus Flaminius, Auguste avait fait restaurer le temple d’Hercules Musarum et l’ancien temple d’Apollon tout proche du théâtre de Marcellus. Le fronton du temple d’Apollon remployait des sculptures grecques représentant les combats d’Hercule et de Thésée contre les Amazones et sous la présidence d’Athéna ; ces aventures des héros civilisateurs contre les barbares étaient une allusion aux exploits d’Auguste et de Marcellus qui pouvaient être respectivement identifiés à Hercule et Thésée63.

Monaco : un lieu inscrit dans la culture collective

29L’implantation du trophée d’Auguste à La Turbie ne relevait pas du hasard ; il s’agissait d’un choix qui participait d’une construction iconographique voire idéologique, construction à laquelle avaient peut-être contribué les historiens, les mythographes ou, encore, les géographes qui plaçaient l’extrémité des Alpes à Monaco. Les origines de Monaco restent incertaines et, en envisageant les choix retenus par Auguste sur ce site, nous pouvons nous demander dans quelle mesure il avait tiré parti d’aménagement(s) préexistant(s), susceptible(s) d’offrir des opportunités.

  • 64 St. Byz., FGrH 1F57 : Μόνοικος πόλις Λιγυστική. Ἑκαταῖος Εὐρώπῃ. τò ἐθνικòν Μονοίκιος. Benoît 1965 (...)
  • 65 Les découvertes archéologiques à Monaco sont anciennes, souvent fortuites ou effectuées dans des c (...)
  • 66 Scyl., 4-5 ; Pseudo-Skymnos, 215-216. Stéphane de Byzance mettait sur le même plan des sources aus (...)
  • 67 En effet, la source directe la plus ancienne qui nous soit parvenue reste celle de Strabon (4.6.3) (...)
  • 68 Voir Benoît 1949, Jourdain-Annequin 1989 et Carrière 1995. De même, les témoignages sur le mythe d (...)
  • 69 Bayet 1926, 136-154.

30Nous nous heurtons ici à une question essentielle : quelle était l’ancienneté du site, en particulier du culte voué à Héraclès ? Les auteurs modernes ont vu, dans la citation d’Hécatée de Milet par Stéphane de Byzance, l’attestation d’un établissement à Monaco à partir du vie siècle a.C. Mais les avis divergent sur les caractéristiques et l’ampleur de la fondation : comptoir maritime important, ville ou bien petit relais, tout, ou presque, a été suggéré64. Or, en l’état actuel, les données archéologiques nous renseignent très mal sur l’emprise ou la chronologie du site dont l’ancienneté pourrait être discutée65. L’absence de mention dans les périples hellénistiques suscite des doutes sur l’attribution de la citation à Hécatée par Stéphane de Byzance, lexicographe et compilateur tardif66. Strabon (4.6.3) suppose que, avant lui, le cabotage massaliète s’étendait jusque-là. L’origine du mythe d’Héraclès en occident allait de pair avec la colonisation grecque et, à ce titre, il reste possible que l’établissement soit ancien. D’après Ammien Marcellin, d’ailleurs, l’arx et le port avaient été consacrés plusieurs siècles avant le passage d’Hannibal à travers les Alpes (15.10.9). Il pourrait cependant être significatif que le dossier littéraire disponible sur l’Hercule de Monaco ne comprenne que des occurrences d’époque impériale ou tardive67. En fait, c’est au ier siècle a.C. que la mythographie de l’Hercule alpin avait été développée et que la géographie du retour d’occident avait été détaillée68. Selon J. Bayet, à l’époque d’Auguste, la littérature marquait un vigoureux essai de reconstruction de la légende69. À Monaco, en choisissant d’associer un trophée romain à un édifice voué à Hercule, Auguste, ou le sénat, prenait vraisemblablement d’importantes responsabilités dans le développement ou le re-développement du culte rendu au héros sur ce site.

31La littérature a conservé le souvenir de César et de Pompée autour de Monaco. Cette donnée est importante dans le cadre d’un questionnement sur la nature du projet triomphal augustéen : Auguste avait-il réutilisé un ancien site commémoratif ou avait-il été l’artisan d’une reconstruction de la mémoire ?

  • 70 Luc. (Pharsale, 1.403-409) et Virgile (Aen., 6.830-831) ; voir ci-dessus notes 36 et 37.

32Que Monaco ait pu être le lieu du début de la déroute de Pompée70 nous renvoie à l’une des vocations anciennes des trophées, celle de marquer l’endroit où avait commencé la fuite de l’ennemi (τρoπή). Aussi pouvons-nous nous demander si César avait laissé quelques traces de son passage et si le lieu commémoratif était antérieur à Auguste. Dans pareil cas, l’ambiguïté que nous avons déjà soulignée de l’écho augustéen au trophée pyrénéen de Pompée n’en aurait été qu’accrue, tout comme l’efficacité de la comparaison. Car c’est Auguste qui avait définitivement mis un terme aux guerres civiles, qui avait motivé le nouveau consensus et achevé la construction de l’Italie. La position du trophée et les modalités de sa dédicace – par le sénat et le peuple romain – ne témoignaient-elles pas de tout cela à la fois ? Cependant, à ce jour, l’hypothèse d’un édifice césarien nous paraît invérifiable.

  • 71 Verg., Aen., 6.830-831 ; occurrence insérée dans 6.752-853.
  • 72 Grimal 1954.
  • 73 De tels programmes inspirèrent aussi l’organisation des cortèges des funérailles impériales ; Saur (...)

33La mention du lieu de Monaco par Virgile n’est pas anodine, d’autant qu’elle s’insère, dans les révélations et prophéties d’Anchise, au sein de la revue des grands personnages de l’histoire romaine71. César et Pompée sont évoqués parmi les meurtriers et les héros, d’une manière un peu ambiguë mais sans doute significative. Selon P. Grimal, Virgile faisait cette allusion parce qu’il ne pouvait l’éviter, il évoquait le beau-père et son gendre “avant leur querelle” (contenue par le mariage de Julia avec Pompée), sans mentionner les noms de César et Pompée, comme s’ils avaient été “des mots de mauvais augure”72. Nous pensons que cette manière de les désigner sans les nommer était indispensable à Virgile puisque, comme P. Grimal l’a montré, César divinisé ne pouvait figurer explicitement aux Enfers ; en outre, l’expression servait l’allégorie des luttes fratricides. Une fois encore, le poème pouvait être utile aux intentions d’Auguste, d’autant que toute allusion compromettante s’en trouvait exclue. C’est en premier lieu la citation littéraire elle-même, avec la mention explicite de Monaco, qui associait les deux imperatores au site et en prolongeait la mémoire. Mais cela nous autorise aussi à supposer que le souvenir de ces conquérants ait été entretenu d’une manière concrète autour du trophée d’Auguste. L’occurrence littéraire indique en effet que les images de César et de Pompée auraient eu leur place dans l’iconographie héroïsante d’un programme augustéen. Nous rappellerons, en suivant G. Sauron, que la revue virgilienne comme la galerie statuaire du forum d’Auguste juxtaposaient ainsi des personnages qui s’étaient déchirés de leur vivant et qui, tous, avaient participé au projet forgé par les dieux, “la mission confiée à Rome de pacifier la terre”, l’objectif étant aussi de multiplier les comparaisons entre les actions des différents personnages, à l’avantage d’Auguste73.

  • 74 Grimal 1982.

34Virgile avait accompagné ou précédé la pensée d’Auguste74 ; sa poésie suffisait à associer l’image des triomphateurs à l’héroïsation d’Auguste, vainqueur des Alpes, et ce, quelle qu’ait été la forme de la commémoration des imperatores sur ce site – monumentale, statuaire, ou même seulement littéraire. Une fois le trophée érigé, le poème de Virgile montrait que, à cet endroit aussi, le destin avait préparé la Rome d’Auguste.

La genèse du projet augustéen

35Si nous voulons comprendre la célébration de la victoire augustéenne à La Turbie, nous devons envisager la genèse de cette propagande dans un large contexte.

  • 75 Sur la datation du livre VI, voir Grimal 1954. Le poème inachevé à la mort de Virgile fit aussi l’ (...)
  • 76 Grimal 1985. Nous renvoyons aux travaux de G. Sauron sur les questions d’influence entre le forum (...)

36Le livre VI de l’Énéide nous y incite en effet. Il fut achevé vers la fin de l’année 23 a.C. ou au début de 22 a.C., peu après le décès de Marcellus. Aussi pouvons-nous nous demander si la commémoration ou, du moins, la propagande augustéenne mise en œuvre à l’extrémité méridionale des Alpes n’était pas en projet dès cette époque75. En l’absence de données précises sur la chronologie de l’édification du trophée, cette question est légitime : la multiplicité des commémorations est avérée sur ce genre de site, mais caractéristique aussi de la célébration de la victoire dans les Alpes. Toutefois, nous ne sous-entendons pas qu’un programme monumental ait influencé le poète, mais simplement qu’il y ait eu une intention contemporaine, puisqu’il est démontré que Virgile était au courant des desseins d’Octave-Auguste76.

  • 77 Voir ci-dessus, note 60.
  • 78 Voir ci-dessus, note 15. D.C. 53.25 et 26. Deux vers d’Horace (Carm., 2.9.18-20) pourraient encore (...)
  • 79 Ebel 1976, 96 sq.

37Sur ce site du trophée des Alpes, l’association de l’image d’Hercule, comme l’écho à Pompée, ne relevait d’aucun hasard. La comparaison à Pompée est indubitable, au moins en ce qui concerne les exploits pyrénéens ; associée à l’image d’Hercule, elle tournait nécessairement à l’avantage d’Auguste. C’est bien de la sorte qu’une telle image devait être perçue en 23 a.C., d’autant que, au retour des expéditions d’Espagne, Horace avait chanté Auguste en le comparant à Hercule77. En 25 a.C., après les premières expéditions contre les Salasses, les Cantabres et les Astures, lorsque Auguste déclinait le triomphe décerné par le sénat, peut-être refusait-il un triomphe de complaisance, mais peut-être aussi se donnait-il le temps de maîtriser le terrain, de prolonger ses conquêtes ou d’échafauder sa propagande. En 24 a.C., quand il rentrait d’expédition contre les Cantabres, Auguste était au retour d’un périple héracléen et un projet à Monaco aurait pu être conçu dès cette époque. Nous nous souvenons ici de l’arc orné de trophées mentionné par Dion Cassius, à l’issue d’un récit concernant les peuples non seulement alpins, mais aussi ibériques78. Dans l’hypothèse d’un tel projet, nous devrions donc considérer d’un autre point de vue la localisation du monument : les Alpes méridionales avaient aussi constitué les confins d’une zone administrative rattachée à l’Espagne, puis la Transalpine avait été pour Pompée une base dans ses opérations contre Sertorius79.

38Jusqu’aux exploits d’Auguste, la géographie de l’empire avait encore fluctué. À l’époque de César, lorsque la Cisalpine et la Transalpine étaient réunies sous un commandement unique, les Alpes méridionales étaient l’épine dorsale de la Gaule. En 7/6 a.C., les provinces occidentales étaient organisées, les routes étaient aménagées jusqu’aux colonnes d’Hercule, et les Alpes fermaient une Italie achevée ou en passe de l’être. Le culte impérial était désormais largement répandu et l’heure était de célébrer l’âge d’or et la paix romaine. C’est aussi dans un tel contexte que, à Rome, l’Ara Pacis avait été érigée : l’autel, dédié en 9 a.C., avait été voué par le sénat en 13 a.C., lorsque Auguste rentrait de Gaule et d’Espagne.

39Si autant de changements étaient survenus entre 25 a.C. et 7/6 a.C., le projet du trophée d’Auguste, s’il avait été conçu avant 23 a.C., aurait été bien différent de celui qui, une quinzaine d’années plus tard, pouvait faire l’objet d’un décret du sénat. Ainsi, pour un programme héroïsant et dynastique, les données n’étaient-elles plus les mêmes : Marcellus était décédé, puis Agrippa et Drusus l’Ancien, mais Caius César, Germanicus, Drusus le Jeune et le petit Lucius étaient nés ; enfin, en 7/6 a.C., Caius qui en était à ses premières armes ne devait pas tarder à être associé au pouvoir, mais Tibère qui triomphait en 7 a.C., s’exilait l’année suivante. Nous percevons ici toute la difficulté à restituer l’iconographie d’un tel édifice, d’autant que, si un projet avait pu être envisagé si tôt, nous ne savons s’il devait être remis à plus tard – en raison par exemple des bouleversements survenus au sein de la dynastie –, ou bien si le programme devait être modifié au cours de sa réalisation. Bien d’autres revirements auraient pu s’opérer dans les choix monumentaux ou religieux, en fonction des événements politiques, de l’évolution du pouvoir de l’empereur, et, peut-être, d’autres opportunités.

Quelle était la nature du culte rendu sur le site ?

40Dans l’état actuel des recherches, nous écartons l’hypothèse de l’existence d’un véritable culte impérial à La Turbie, ce lieu étant néanmoins essentiel à l’héroïsation d’Auguste et à l’expression de la propagande romaine.

  • 80 Voir ci-dessus, notes 66 et 67. Chez les auteurs modernes, les avis divergent sur l’étymologie et (...)
  • 81 Serv., Ad Aen., 6.830 : ATQUE ARCE MONOECI de Liguria, ubi est portus Monoeci Herculis. Dictus aut (...)

41Quelle était d’autre part la nature du culte rendu à Héraclès ? Cette question, qui demeure non résolue au terme de notre étude, conduit à s’interroger sur la signification de l’épithète Μόνοικος. En fait, le terme reste un hapax et, de l’épithète, de l’ethnique, ou du toponyme, nous ne savons quelle est la forme la plus ancienne80. Aussi nous demandons_nous si l’épithète signifiait simplement “le Monégasque”, ou bien si elle reflétait l’organisation du culte ou la manière dont la divinité était représentée. En effet, au ive siècle p.C., le terme Monoecus cité dans l’Énéide suggérait à Servius deux explications possibles : un endroit où Hercule habitait seul, ou bien un temple où il n’avait pas de parèdre81. Après Servius, nous devons nous poser une série de questions : Hercule était-il la seule divinité ? Était-il privé de ses habituels parèdres ? Était-il, au contraire, distingué, sur ce site, de ceux auxquels il était associé ? Car, à Rome, par exemple, dans l’ancien temple situé le long de la voie triomphale, Hercule était accompagné d’un chœur de Muses : filles de Mnémosyne – la Mémoire –, déesses de l’accord musical et de la concorde, elles maintenaient vivants les exploits des héros.

  • 82 Une première version latine en prose ayant été par la suite versifiée en provençal. Nous réservons (...)
  • 83 F. Benoît reconnaissait également Hercule dans cet Apollon (Benoît 1949, 124) ; voir aussi, avant (...)

42Pour comprendre le culte développé autour du trophée d’Auguste, il faut également verser au dossier la légende de Saint-Honorat, rédigée entre le xiie et le xiiie siècle82. Ce récit fabuleux attribue à Saint-Honorat, fondateur du monastère de Lérins au ve siècle p.C., la destruction de la tour de La Turbie par l’entremise d’un miracle. Les actions d’un oracle sont évoquées sur le site. La tour est celle d’un géant nommé Apollon, visiblement confondu avec Auguste ; mais ce géant est aussi un voyageur venu d’Espagne et d’Aragon, dans lequel nous pouvons reconnaître un Hercule83. L’étroite association d’Auguste et d’Hercule sur le site transparaît ici. Mais il reste aussi à envisager l’éventuelle place réservée à Apollon dans le programme iconographique ou dans le culte.

  • 84 Nous rejoignons ici l’interprétation de R. Dion qui a commenté le paragraphe 26 des Res Gestae con (...)
  • 85 Grimal 1951, 60.

43Il subsiste donc nombre de questions au terme de cette réflexion. Il apparaît que dans le projet augustéen développé à l’extrémité méridionale des Alpes, l’image d’Hercule était essentielle. La propagande mise en place par Auguste passait par une construction monumentale et iconographique, qui, dans une certaine mesure, rejoignait aussi les productions littéraires et géographiques. Le trophée d’Auguste représentait bien plus que le trophée des Alpes ou la liste des peuples alpins soumis à l’empire. Il ne s’agissait pas seulement d’un monument commémoratif, mais d’un édifice héroïsant, doté d’une dimension religieuse. La soumission des populations fournissait un prétexte qui légitimait l’héroïsation d’Auguste. Le monument d’Héraclès était installé à une place qui n’avait rien d’excentré car il était – ou avait été – aux confins des Alpes et de l’Italie, des Gaules et des Espagnes. Érigé sur la route menant à Gadès, le trophée d’Auguste était donc bien celui d’un héros qui avait marché sur les traces d’Héraclès, vers l’océan84. Le mythe avait largement été exploité et “Auguste [était] bien le seul Hercule pacificateur et triomphant”85. Nous aimerions encore prendre la mesure des influences respectives dans l’exploitation du mythe par Auguste, notamment la part des traditions antérieures, le poids de l’idéologie augustéenne et l’influence de la pensée néo-pythagoricienne. Autant de données qui doivent aussi être prises en compte dans les recherches sur le décor et l’architecture du monument de La Turbie.

Bibliographie

Éditions des sources antiques

Fromentin, V., éd. et trad. (1998) : Denys d’Halicarnasse, Antiquités Romaines. I, Introduction générale et livre I, CUF, Paris.

Lasserre, F., éd. et trad. (1966) : Strabon, Géographie. II, livres III-IV, CUF, Paris.

Miniconi, P. et G. Devallet, éd. et trad. (1979) : Silius Italicus, La guerre punique. I, Livres I-IV, CUF, Paris.

Sardou, A.-L., éd. (1874) : La Vida de sant Honorat, légende en vers provençaux du XIIIe siècle par Raymond Féraud, Nice.

Villeneuve, F. et J. Hellegouarc’h, éd. et trad. (1991) : Horace, Odes, CUF, Paris.

études

Arce, J. (1994) : “Los trofeos de Pompeyo in Pyrenaei iugis”, AEspA, 67, 261-268.

Arnaud, P. (1998) : “Introduction”, in : Arnaud & Counillon 1998, 7-24.

——— (2000) : “Varus, finis Italiae. Réflexions sur les limites occidentales du territoire d’Albintimilium et la frontière de l’Italie impériale”, in : D’Albintemelium à la prud’homie des pêcheurs mentonnais, Journées d’études du 9 octobre 1999, Menton, 5-20 (= idem, Journal of Ancient Topography, 11, 2001, 49-68).

——— (2001) : “Les Ligures : la construction d’un concept géographique et ses étapes de l’époque archaïque à l’empire romain”, in : Fromentin & Gotteland 2001, 327-346.

Arnaud, P. et P. Counillon, éd. (1998) : Geographica Historica, Ausonius Études 2, Bordeaux.

Arnaud, P. et M. Gazenbeek, éd. (2001) : Habitat rural antique dans les Alpes-Maritimes, Actes de la table ronde du 22 mars 1999, Antibes, 287-301.

Barruol, G. (1969) : Les peuples pré-romains du sud-est de la Gaule, RAN suppl. 1, Paris.

Bats, M., B. Dedet, P. Garmy, F. Janin, C. Raynaud et M. Schwaller, éd. (2003) : Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol, RAN suppl. 35, Paris.

Bayet, J. (1926) : Les origines de l’Hercule romain, Paris.

Benoît, F. (1949) : “La légende d’Héraclès et la colonisation grecque dans le delta du Rhône”, Lettres d’humanité, 8, 104-148.

——— (1965) : Recherches sur l’hellénisation du midi de la Gaule, Aix-en-Provence.

Binninger, S. (2001) : “L’environnement archéologique du monument de La Turbie, perspectives de recherche sur une région”, in : Arnaud & Gazenbeek 2001, 287-301.

——— (2002) : “La Turbie trophée d’Auguste”, BSR PACA 2001, Paris, 81.

——— (2003) : “Le trophée d’Auguste et la célébration de la victoire”, in : Images et représentations. Journées d’études interdisciplinaires 19-21 novembre 2002, Publications de l’université de Nice-Sophia Antipolis, 149-160.

——— (2003b) : “Commune de La Turbie”, BSR PACA 2002, Paris, 72.

——— (à paraître) : La sculpture figurative du monument de La Turbie.

Boyancé, P. (1955) : “Fulvius Nobilior et le Dieu ineffable”, RPh, 3e série, 29, 172-192 (= Études sur la religion romaine, Coll. EFR 11, Rome, 1972, 227-252).

Camp, J., M. Ierardi, J. McInerney, K. Morgan et G. Umholtz (1992) : “A Trophy from the Battle of Chaironeia of 86 B. C.”, AJA, 96/3, 443-455.

Carrière, J.-C. (1995) : “Héraclès de la Méditerranée à l’océan. Mythe, conquête et acculturation”, in : Clavel-Lévêque & Plana-Mallart 1995, 67-87.

Casimir, Ph. (1906, 1907 et 1908) : “Rapports de fouilles”, Bulletin de la Société Française de Fouilles Archéologiques, (1906, 157-172) ; (1907, 46-57) ; (1908, 24-32).

——— (1909) : Le trophée de La Turbie depuis 3000 ans, Cannes.

——— (1928) : Essai d’explication de la légende d’Hercule fondateur de Monaco, Monaco.

——— (1932) : Le trophée d'Auguste à La Turbie, Marseille.

Castellvi, G. (1991) : Le monument romain de Panissars (trophées de Pompée ?) et le franchissement pyrénéen de la voie domitienne, thèse de doctorat, Montpellier.

Christol, M. (1994) : “Pline l’Ancien et la formula de la province de Narbonnaise”, La mémoire perdue : à la recherche des archives oubliées, publiques et privées, de la Rome antique, Paris, 45-63.

Clavel-Lévêque, M. et R. Plana-Mallart, éd. (1995) : Cité et territoire : colloque européen (Béziers, 1994), Annales Littéraires de l’Université de Besançon 565, Paris.

Coarelli, F. (1988) : Il Foro Boario dalle origini alla fine della Repubblica, Rome.

——— (1997) : Il Campo Marzio, Rome.

Daremberg, Ch. et E. Saglio, éd. (1877-1919) : Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Paris, réimp. 1963.

De Maria, S. (1988) : Gli archi onorari di Roma e dell’Italia Romana, Rome.

Dion, R. (1966) : “Explication d’un passage des Res Gestae Divi Augusti”, in : Mélanges d’archéologie, d’épigraphie et d’histoire offerts à J. Carcopino, Paris, 249-269.

Ebel, Ch. (1976) : Transalpine Gaul. The emergence of a Roman province, Leyde.

Étienne, R. (1958) : Le culte impérial dans la Péninsule Ibérique d’Auguste à Dioclétien, BEFAR 191, Rome.

Fishwick, D. (1987) : The Imperial Cult in the Latin West. Studies in the Ruler Cult of the Western Provinces of the Roman Empire, I, 1, Leyde.

Formigé, J.-C. (1910) : “Le trophée de La Turbie” et “Le trophée d’Auguste”, CRAI, 76-87 et 509-516.

——— (1949) : Le trophée des Alpes (La Turbie), suppl. Gallia 2, Paris.

——— (1951) : “Restes supposés d’un sanctuaire pré-romain à La Turbie”, RA, 38, 58-59.

——— (1955) : “La dédicace du trophée des Alpes”, Gallia, 13, 101-106.

France, J. (2001) : Quadragesima Galliarum : l'organisation douanière des provinces alpestres, gauloises et germaniques de l'empire romain, Coll. EFR 278, Rome.

Frisch, P. (1980) : “Zu den Elogien des Augustusforums”, ZPE, 39, 93-98.

Fromentin, V. et S. Gotteland, éd. (2001) : Origines gentium, Ausonius Études 7, Bordeaux.

Gagé, J. (1936) : “Actiaca”, in : Mélanges d’archéologie et d’histoire, 53, 37-100.

——— (1955) : Apollon Romain, BEFAR 182, Rome.

Gioffredo, P. (1658) : Nicea Civitas Sacris monumentis illustrata, Turin.

——— (1692) : Storia delle Alpi Maritime, Turin, imp. 1839.

Gras, M. (2003) : “Antipolis et Nikaia. Les ambiguïtés de la frontière entre la Massalie et l’Italie”, in : Bats et al. 2003, 241-246.

Grimal, P. (1951) : “Énée à Rome et le triomphe d’Octave”, REA, 53, 51-61 (= Rome, la littérature et l’histoire, Coll. EFR 93, Rome, 1986, 809-819).

——— (1954) : “Le livre VI de l’Énéide et son actualité en 23 av. J.-C.”, REA, 56, p. 40-60 (= Rome, la littérature et l’histoire, Coll. EFR 93, Rome, 1986, 821-841).

——— (1982) : “Virgile artisan de l’empire romain”, CRAI, 748-760 (= Rome, la littérature et l’histoire, Coll. EFR 93, Rome, 1986, 903-915).

——— (1985) : Virgile ou la seconde naissance de Rome, Paris.

Gros, P. (1976) : Aurea Templa : Recherches sur l’architecture religieuse de Rome à l’époque d’Auguste, BEFAR 231, Rome.

——— (1987) : “La fonction symbolique des édifices théâtraux dans le paysage urbain de la Rome augustéenne”, in : L’Urbs : espace urbain et histoire, Coll. EFR 98, Rome, 319-346.

Harmand, J. (1967) : “Diodore IV, 19 ; V, 24 : Héraklès, Alésia, César le Dieu”, Latomus, 26, 956-986.

Hatt, J.-J. (1959) : Histoire de la Gaule romaine (120 av. J.-C. – 45 ap. J.-C.), Paris.

Hinard, F., éd. (2000) : Histoire romaine. I, Des origines à Auguste, Paris.

Jaczynowska, M. (1981) : “Le culte de l’Hercule romain au temps du Haut-Empire”, ANRW Principat, II. 17.2, 631-661.

Jourdain-Annequin, C. (1989) : Héraclès aux portes du soir. Mythe et histoire, Annales Littéraires de l’Université de Besançon 402, Paris.

Kajava, M. (2002) : “Marinai in tempesta”, in : L’Africa romana. Atti del XIV Convegno internazionale di Studi. Lo spazio marittimo de Mediterraneo occidentale in età romana : geografia, storica ed economica (Sassari, 7-10 dicembre 2000), a cura di M. Khanoussi, P. Ruggeri, C. Vismara, Rome, 125-129.

Küntzl, E. (1988) : Der römische Triumph : Siegesfeiern im antiken Rom, Münich.

La Rocca, E. (1985) : Amazzonomachia. Le sculture frontale del Tempio di Apollo Sosiano, Rome.

Lammert, F. et E. Kirsten (1939) : “τρόπαιον”, RE 7 A1, 662-674.

Lonis, R. (1979) : Guerre et religion en Grèce à l’époque classique : recherches sur les rites, les dieux, l’idéologie de la victoire, Paris.

Marion, Y. (1998) : “Pline et l’Adriatique orientale : quelques problèmes d’interprétation d’Histoire Naturelle 3. 129-152”, in : Arnaud & Counillon 1998, 119-135.

Mennella, G. (1992) : “La Quadragesima Galliarum nelle Alpes Maritimae”, MEFRA, 104-1, 209-232.

Murray, W. M. et P. M. Petsas (1989) : Octavian’s Campsite Memorial for the Actium War, Transactions of the American Philosophical Society 79/4, Philadelphie.

Nicolet, C. (1988) : L’inventaire du monde : géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

——— (1991) : “L’origine des regiones Italiae augustéennes”, CCG, 2, 73-97.

Picard, G. Ch. (1957) : Les trophées romains : contribution à l'histoire de la religion et de l'art triomphal de Rome, BEFAR 187, Rome.

Poulle, B. (1999) : “Le théâtre de Marcellus et la sphère”, MEFRA, 111-1, 257-272.

Prieur, J. (1976) : “L’histoire des régions alpestres (Alpes-Maritimes, Graies, Cottiennes et Pennines) sous le haut-empire romain (ier-iiie siècle ap. J.-C.)”, ANRW Principat, VII. 5.2, 630-656.

——— (1982) : “Les arcs monumentaux dans les Alpes occidentales : Aoste, Suse, Aix-les-Bains”, ANRW Principat, VII.2.12-1, 442-475.

Promis, C. (1862) : Le antichità di Aosta, Turin.

Reinach, A. (1877-1919) : “Tropaeum”, in : Daremberg & Saglio 1877-1919, 15, 497-518.

Reymond, G. et J.-E. Dugand (1970) : Monaco antique, Paris.

Richemond, I. A. (1967) : “Adamklissi”, PBSR, 35, 29-39, pl. 12-19.

Rocca, S. (1978) : Iulii Obsequentis Lexicon, Pubblicazioni dell’Istituto di filologia classica e medievale dell’Università di Genova 55, Gênes.

Roman, Y., éd. (1993) : La Frontière, Travaux de la Maison de l’Orient 21, Paris.

Sâmpetru, M. (1984) : Tropaeum Traiani II. monuentele romane, Bucarest.

Sauron, G. (1987) : “Le complexe pompéien du champ de Mars : nouveauté urbanistique à finalité idéologique”, in : L’Urbs : espace urbain et histoire, Coll. EFR 98, Rome, 457-473.

——— (1994) : Quis Deum ? L’expression plastique des idéologies politiques et religieuses à Rome, BEFAR 285, Rome.

Scheid, J. (2001) : Religion et piété à Rome, Paris.

Schilling, R. (1942) : “L’Hercule romain en face de la réforme religieuse d’Auguste”, Revue de philologie, de littérature et d’histoire ancienne, 16, 31-57.

Trousset, P. (1993) : “La frontière romaine et ses contradictions”, in : Roman 1993, 25-33.

Van Berchem, D. (1962) : “Conquête et organisation par Rome des districts alpins”, REL, 40, 228-235.

Notes

1 Plin., Nat., 3.136-137. Voir ci-dessous, note 10. Nous remercions Laurence Mercuri et Pierre Holzerny pour leur aide dans la traduction de plusieurs sources littéraires exploitées dans cet article.

2 CIL, V, 7817 ; Formigé 1955.

3 P. Gioffredo s’appuyait aussi sur des documents plus anciens comme la description d’un anonyme italien du xve siècle (Gioffredo 1658, 39-40 ; Gioffredo 1692, 84 sq.).

4 Ph. Casimir présenta de brefs comptes-rendus des fouilles dans le Bulletin de la Société française de fouilles archéologiques (Casimir 1906, 1907 et 1908). Voir également Casimir 1909 et Casimir 1932. En 1910, J.-C. Formigé livrait ses résultats et son projet de reconstitution à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Formigé 1910). Son fils, J. Formigé, lui succédant dans ces travaux, publia en 1949 l’ouvrage qui reste celui de référence (Formigé 1949). J. Formigé a repris le programme de son père en modifiant seulement quelques points de détails, pour la plupart d’ordre iconographique. Soulignons que l’hypothèse de J.-C. Formigé était déjà en partie élaborée dès avril 1907, puisqu’elle fit l’objet d’une première communication à la section locale de la Société française des fouilles archéologiques (Journal de La Corniche, no 200, 21 avril 1907). Les travaux de reconstruction furent, dans un premier temps, financés par l’État français (1908-1909), puis, par un mécène américain, Edward Tuck (1929-1933).

5 Recherches de l’auteur en cours, dans le cadre de la préparation d’une thèse de doctorat. La hauteur de l’édifice et l’inaccessibilité des vestiges nécessitent la mise en œuvre de moyens exceptionnels (camion-nacelle, échafaudage) et/ou l’établissement de documents de travail permettant de pallier les difficultés d’accès (photographie, photogrammétrie). Une première campagne d’archéologie du bâti a été menée conjointement aux travaux d’entretien effectués par les Monuments Historiques (Binninger 2002).

6 Formigé 1949, spécialement p. 42.

7 Binninger à paraître.

8 Voir ci-dessus note 4. Les ultimes adjonctions au programme de restauration ont eu lieu dans les années 1950 : plusieurs fragments récemment découverts sont alors replacés sur l’édifice, le remontage d’un autel devant la façade ouest et celui d’une porte côté nord sont intervenus également tardivement.

9 Voir notamment, Binninger 2003a.

10 Non alienum uidetur hoc loco subicere inscriptionem e tropaeo Alpium, quae talis est : IMP. CAESARI DIVI FILIO AVG. PONT. MAX. IMP. XIIII. TR. POT. XVII. S.P.Q.R. QVOD EIVS DVCTV AVSPICIISQVE GENTES ALPINAE OMNES QVAE A MARI SVPERO AD INFERVM PERTINEBANT SVB IMPERIVM P. R. SVNT REDACTAE. GENTES ALPINAE DEVICTAE TRVMPILINI. CAMVNNI. VENOSTES. VENNONETES. ISARCI. BREVNI. GENAVNES. FOCVNATES. VINDELICORVM GENTES QVATTVOR. COSVANETES. RVCINATES. LICATES. CATENATES. AMBISONTES. RVGVSCI. SVANETES. CALVCONES. BRIXENTES. LEPONTI. VBERI. NANTVATES. SEDVNI. VARAGRI. SALASSI. ACITAVONES. MEDVLLI. VCENNI. CATVRIGES. BRIGIANI. SOGIONTI. BRODIONTI. NEMALONI. EDENATES. VESVBIANI. VEAMINI. GALLITAE. TRIVLLATI. ECDINI. VERGVNNI. EGVI. TVRI. NEMATVRI. ORATELLI. NERVSI. VELAVNI. SVERTI. Non sunt adiectae Cottianae ciuitates XV, quae non fuerant hostiles, item adtributae municipiis lege Pompeia (Plin., Nat., 3.136-138).

11 Pline précise d’ailleurs que certaines cités n’étaient pas ajoutées à la liste ; cela paraît sous-entendre qu’elles auraient pu l’être ou que, sans être énumérées, elles comptaient parmi les gentes alpinae redactae.

12 C’est la chronologie retenue par J. Prieur (Prieur 1976). Voir également, Van Berchem 1962.

13 Ce sont essentiellement Dion Cassius (54.20-24) et Strabon (4.6.7-10) qui nous renseignent sur cette conquête ; Horace célèbre les actions de Drusus (Carm., 4.4.17-20). Dans sa Guerre d’Illyrie, Appien fait état des exploits d’Auguste dont il suit le récit (10.3.15 sq.) dans cette zone où l’armée romaine était intervenue dès 35-33 a.C., zone qui correspond aussi aux Alpes orientales (Plin., Nat., 3 ; Str. 4.6.10 ; sur l’Istrie, l’Illyrie et la méthode de Pline, voir Marion 1998).

14 Hatt 1959, 87 ; Barruol 1969, 179.

15 D.C. 53.26.5 :... ἀψίς τε ἐν ταῖς Ἄλπεσι τροπαιοφόρος : “... et, dans les Alpes, un arc qui porte des trophées”. C. Promis identifiait cet arc à celui d’Aoste (Promis 1862) ; il est cité par J. Prieur (Prieur 1982, 447) ; sans être totalement affirmatif, S. De Maria penche en faveur de cette identification (De Maria 1988, 229-230).

16 CIL, V, 7231.

17 Pline avait exploité des documents officiels : aux côtés des formulae prouinciarum qu’il indique lui-même parmi ses nombreuses sources (Nat., 3.37 ; voir Christol 1994), l’auteur a pu utiliser d’autres documents émanant du sénat, tels que la lex Pompeia mentionnée dans son texte, ou encore d’autres archives de l’assemblée relatives, par exemple, à la commémoration de la victoire. La phrase qui, après l’énumération des peuples, précise une restriction à la liste en définit également les critères de rédaction : elle pourrait provenir d’un document énonçant les directives relatives à l’édification des monuments ou aux honneurs rendus à Auguste (Nat., 3.138). L’hypothèse reste compatible avec le fait assuré que Pline utilise cette précision comme un argument supplémentaire pour illustrer la multitude des populations alpines, objet de sa démonstration.

18 Les synthèses disponibles sur les trophées gréco-romains sont anciennes : Reinach 1877-1919 ; Lammert et Kirsten 1939. Sur les édifices romains, voir la thèse de G. Ch. Picard (Picard 1957). Sur la pratique en monde grec, une mise au point dans Lonis 1979. Voir également, pour Rome, Küntzl 1988, 119-133. Nous estimons que, sur certains points, la définition et l’histoire des trophées peuvent être sujet à controverse. Dans la conclusion du colloque sur les rites de victoire (19-21 avril 2001, École française de Rome), M. Tarpin a souligné que ce rite du trophée, reproduit et transformé au fil des siècles, restait à définir.

19 Picard 1957, 286 et 291-301. L’édicule, remonté selon une hypothèse formulée par Jules Formigé (Formigé 1949, 38 ; voir ci-dessus note 8), remploie quelques fragments de moulures qui nous paraissent constituer des vestiges archéologiques insuffisants.

20 Scheid 2001, 143 sq.

21 C’est autour de temples et d’autels que le culte était rendu au Numen ou au Génie d’Auguste. Le phénomène fut précoce en Orient et dans la Péninsule Ibérique (autel à Tarragone en 26 ou 25 a.C. ; Étienne 1958, 367 sq. ; Fishwick 1987, 83 sq.).

22 Sur les questions relatives à l’environnement archéologique du trophée, Binninger 2001.

23 Lorsqu’il entame sa description de l’Italie (3.47), Pline indique le Var, Nice, le Paillon, les Alpes, Cimiez, Monaco puis la côte ligure, sans allusion à La Turbie ; l’auteur décrit successivement chaque région de l’Italie en suivant les côtes de la péninsule, de la Ligurie à l’Adriatique. Il termine son exposé par le nord du pays, et décrit donc l’arc alpin, d’est en ouest. L’inscription du trophée est citée à la fin de son discours (3.136-137), comme si la boucle géographique suivie au cours de l’exposé se refermait ici.

24 La réforme des régions urbaines eut lieu en 7 a.C., ou peu avant ; la création des régions italiennes serait contemporaine (Nicolet 1988, 273 sq. ; Id. 1991).

25 Str. 4.1.1 ; Plin., Nat., 3.31. Jusqu’au Var, la numérotation des milliaires est continue, depuis Rome.

26 La préfecture des Alpes Maritimes n’est attestée par l’épigraphie qu’à partir du règne de Claude (CIL, V, 1835). Nous renvoyons aux derniers travaux de P. Arnaud sur cette question : en émettant l’hypothèse d’une bande côtière intégrée à la regio IX, l’auteur rejoint la proposition antérieure de Mommsen, celle d’un territoire privé de façade maritime (Arnaud 2000).

27 Sur la notion de frontière et ses ambiguïtés, voir Trousset 1993.

28 La glose figure sur un manuscrit du ixe siècle (It. Ant., 296.4). Cette hypothèse (Arnaud 2000, 12 ; Binninger 2001, 298 sq.) est compatible avec la situation connue pour le Haut-Empire (Mennella 1992). En l’absence de véritable témoignage, J. France considère comme “probable” la présence d’une station du portorium sur la route littorale (France 2001, 324).

29 Str. 4.6.6 : en raison de la soumission des populations et des aménagements routiers augustéens. L’auteur fait état de la situation antérieure en citant Polybe qui indiquait seulement quatre passages (4.6.12 ; Lasserre 1966, n. 3, 221)

30 Str. 4.1.12. Ammien Marcellin, qui insiste sur les dangers du passage du Mont-Genèvre, confirme que cette route était la plus courte et la plus fréquentée (15.3-8).

31 Prieur 1976, 637 qui cite Dion 1966. Selon R. Dion, Auguste rêvait d’étendre la frontière jusqu’à l’Elbe et la soumission des Alpes permettait aussi l’accès à l’océan, de Gadès à l’Elbe (Dion 1966, 254 sq.).

32 Strabon (4.6.1) considère que les Alpes commencent à Vada Sabata (l’actuelle Vado Ligure, à l’ouest de Savone). Selon F. Lasserre, l’auteur fait peut-être référence à Artémidore (Lasserre 1966, 169, n. 2).

33 1.584-586 : Interea Rutulis longinqua per aequora uectis / Herculei ponto coepere existere colles, / et nebulosa iugis attollere saxa Monoeci : “Cependant, les Rutules ont parcouru sur mer un long chemin et les collines d’Hercule commencent à élever leurs rocs entourés des nuages sur les crêtes de Monaco”. L’expédition lutte ensuite contre tempête et vent du nord avant de débarquer dans le Latium (1.587-608).

34 Voir, entre autres, Plin., Nat., 7.96. Nous renvoyons à la synthèse établie sur les sources littéraires par J. Arce (Arce 1994).

35 Pour le trophée de Pompée, voir en particulier D.C. 41.24 et Plin., Nat., 37.15-16. En ce qui concerne les Alpes, il était explicitement précisé dans les Res Gestae que Auguste les avait pacifiées sans porter chez aucun peuple une guerre injuste (RGDA, 26.3). Le bellum iustum restait l’une des conditions du triomphe.

36 Luc., Pharsale, 1.403-409. Sur cette occurrence et le fait que Monaco ait pu constituer une limite, Arnaud 2000, 12.

37 Aen., 6.830-831 : aggeribus socer Alpinis atque arce Monœci / descendens, gener aduersis instructus Eois ! : “le beau-père descendant du rempart des Alpes et du rocher de Monécus ; le gendre, en face, appuyé des peuples de l’Aurore !”.

38 Pharsale, 1.406-408 : non corus in illum / ius habet aut zephyrus, solusssua litora turbat / circius at tuta prohibet statione Monoeci : “le corus n’a pas de droit sur lui, ni le zéphyr, seul le circius bouleverse ses rivages et défend l’accès du sûr mouillage de Monœcus”.

39 Str. 4.6.3 et 4.6.2 : “Tout le littoral du port de Monoecus à la mer Tyrrhénienne, est exposé aux vents et privé de bons ports, mis à part des mouillages et des ancrages peu profonds”.

40 Str. 4.6.3 : ἔχων ἱερòν Ἡρακλέους Μονοίκου καλουμένου.

41 Verg., Aen., 6.830 ; St. Byz., FGrH 1F57 (cite Hécatée de Milet) ; Str. 4.6.3 ; Plin., Nat., 3.47 ; Sil. 1.585-586 ; Luc., Pharsale, 1.404-408 ; Tac., Hist., 3.42 ; Mamertin, Panégyrique de Maximien (291), dans Panégyriques Latins, 3.4.2 ; Amm. Marc., 15.10.9 ; Servius, Ad. Aen., 6.830 ; It. Ant., 503 ; Ptol. 3.1.3. Selon M. Kajava, il faut rapporter au site une inscription du iie s. ou iiie s. p.C. découverte dans le Latium, dans les années 1990 (Kajava 2002). Nous excluons de notre propos la mention de l’Anonyme de Ravenne (64.46, 86.42, 131.33, éd. J. Schnetz) où la forme Pomona/Pomune serait l’abréviation tardive ( ?) de po(rtus) mon(oecus) (voir Reymond et Dugand 1970, 250 sq.). Nous écartons également de notre étude les mentions d’un port d’Hercule par Valère Maxime (1.6.7) et Julius Obsequens (158.15) qui pourrait être situé en Étrurie (Rocca 1978, 70).

42 Sur les hypothèses d’un temple d’Hercule, abondante bibliographie rassemblée dans Reymond & Dugand 1970, 177-181 ; sur la localisation des sites supposés, leur exposition dans le paysage, voir Binninger 2001, 293 et fig. 5 ; sur la révision de l’inventaire archéologique de la commune, Binninger 2003b.

43 Signalé de longue date, le site avait déjà été fouillé par J. Formigé (Formigé 1951). Les travaux entrepris sur ce site depuis 2003 (fouilles et relevés exhaustifs) permettront de caractériser et de dater plus précisément ces vestiges (S. Binninger, Document final de synthèse, en préparation).

44 Str. 4.1.11 ; Flor., Œuvres, 1.37 semble associer Fabius Maximus à cette action et décrit deux édifices.

45 Plut., Sull., 19.9-10 ; Camp et al. 1992.

46 D.C. 41.24. Selon Arce 1994 (qui interprète notamment Str. 4.1.3) le trophée de Pompée était aussi associé au temple d’Aphrodite ; l’auteur se prononce en faveur d’une localisation côtière, contre Castellvi 1991.

47 Virgile évoquait encore d’autres divinités dans son récit du miracle actien (Aen., 8.675 sq.) ; Gagé 1936 ; Murray et Petsas 1989.

48 Richemond 1967, Sâmpetru 1984.

49 Str. 4.6.3 ; voir ci-dessus note 40.

50 Les auteurs emploient l’un des deux mots, portus étant le plus fréquent (voir références, note 41). Amm. Marc. (15.10.9) associe les deux termes ; Lucain et Silius Italicus évoquent, avec le port, le rocher de l’arx (Pharsale, 1.406 : urget rupe caua pelagus ; Punica 1.586 : saxa Monoeci). Pour expliquer le sens de l’épithète Monoecus, Servius envisage et semble imaginer le templum consacré à la divinité (Comm. inVerg. Aen., 6.830 ; voir ci-dessous, note 81).

51 Ptol. 3.1.2 : Ἡρακλέους λιμὴν / Τρόπαια Σεβαστοῦ / Μονοίκου λιμὴν. Ce passage recèle d’autres erreurs, voir Arnaud 2000, 12 et n. 26. Sur les “brouillages” de la géographie ancienne et la duplication des sites chez Ptolémée, Arnaud 1998, 17 sq.

52 Amm. Marc. 15.10.9 : “La première [route] est due au Thébain Hercule (...) : il la construit près des Alpes maritimes (...). Semblablement il consacra à sa mémoire éternelle la citadelle et le port de Monaco”.

53 Bayet 1926, 327-328 ; Gagé 1955, 416-417. Sur le temple d’Hercules Musarum : Boyancé 1955 ; Sauron 1994, 84 sq. ; Coarelli 1997, 452 sq.

54 Hinard 2000, 677 et 702.

55 Coarelli 1988, 77-84.

56 Grimal 1951, 54.

57 Sauron 1987, 463-464 ; Id. 1994, 249 sq. et spécialement 278-279.

58 Diod. 4.19 et 5.24 ; voir Harmand 1967. Par ailleurs, J. Bayet avait souligné, chez Diodore, l’originalité de la construction et de l’interprétation des données légendaires du mythe d’Hercule à Rome (Bayet 1926, 131-137). Selon C. Jourdain-Annequin, Diodore justifie la conquête de César et l’histoire semble ici détourner le mythe (Jourdain-Annequin 1989, 309-310).

59 Jaczynowska 1981, 634. Selon R. Schiling, ce sont probablement des raisons personnelles, notamment liées aux traditions de la gens Julia, qui ont orienté Auguste vers d’autres dieux (Schiling 1942).

60 Carm., 3.3.9-12 et 3.14.1-4. Grimal 1951, 59.

61 Aen., 6. 801-803 et Sauron 1994, 528 ; Aen., 8.190-305.

62 Grimal 1951.

63 Le temple d’Hercules Musarum avait été reconstruit par L. Marcius Philippus (Suet., Aug., 29.7-8) et C. Sosius avait participé à celle du temple d’Apollon, mais tous ces travaux avaient été orchestrés par Auguste. Sur la date des constructions et l’unicité de projet le long de ce parcours processionnel, voir Gros 1976, 22, 82 et 241. Sur la reconstitution du tympan du temple d’Apollon, La Rocca 1985, 24 sq. Sur l’assimilation d’Auguste et de Marcellus aux deux héros mythologiques, La Rocca 1985, 89 ; Gros 1987, 336 ; Poulle 1999, 258-259.

64 St. Byz., FGrH 1F57 : Μόνοικος πόλις Λιγυστική. Ἑκαταῖος Εὐρώπῃ. τò ἐθνικòν Μονοίκιος. Benoît 1965, 96 et 102 ; Reymond & Dugand 1970, 28 et 31 ; et, en dernier lieu, Gras 2003.

65 Les découvertes archéologiques à Monaco sont anciennes, souvent fortuites ou effectuées dans des conditions non scientifiques ; elles restent assez mal documentées. À la lecture de G. Reymond, nous nous interrogeons sur la valeur des témoignages d’occupation archaïque ou massaliète : en dehors de monnaies, trésors et autres objets (parfois découverts en contexte funéraire), l’argument essentiel de l’auteur reste la mention d’Hécatée (Reymond & Dugand 1970, 52-56 et 66-70) ; les vestiges en question ne suffisent pas à rendre compte de l’occupation du sol. Sur la répartition des vestiges de nécropoles et l’agglomération romaine supposée, voir Binninger 2001, fig. 4, sur la base de Reymond & Dugand 1970, 166-188.

66 Scyl., 4-5 ; Pseudo-Skymnos, 215-216. Stéphane de Byzance mettait sur le même plan des sources aussi diverses que Ptolémée ou Hécatée (Arnaud 1998, 12). Concernant la Ligystique et le territoire de Marseille, P. Arnaud a émis des doutes sur l’authenticité de l’attribution des citations à Hécatée, en mettant en parallèle les informations issues de Stéphane de Byzance et Strabon (Arnaud 2001).

67 En effet, la source directe la plus ancienne qui nous soit parvenue reste celle de Strabon (4.6.3). Les auteurs des générations suivantes qui évoquent des événements contemporains de la République ont pu se référer à des écrits d’époque augustéenne : chez Silius Italicus, le passage au large des Alpes, des montagnes d’Hercule et des rochers de Monaco pourrait être une image empruntée (1.584-594, voir ci-dessus, note 33 ; sur la méthode et les sources de cet auteur influencé notamment par Virgile, voir Miniconi et Devallet 1979, spécialement p. XXIII, p. XXXIX sq. et p. LV sq.) ; lorsque Lucain énumère les forces mobilisées par César et mentionne le port consacré à Hercule, il a connaissance de sources augustéennes qui témoignent du recul de la frontière italienne au Var (Luc., Pharsale, 1.404-406 ; sur le statut frontalier du Var, voir Arnaud 2000) ; enfin, dans sa digression sur les Gaules, Ammien Marcellin cite notamment Timagène d’Alexandrie (15.9.2). Pour les autres occurrences, voir ci-dessus, note 41.

68 Voir Benoît 1949, Jourdain-Annequin 1989 et Carrière 1995. De même, les témoignages sur le mythe d’Héraclès en Italie sont ceux d’auteurs du ier siècle a.C. (Fromentin 1998, 20 sq.).

69 Bayet 1926, 136-154.

70 Luc. (Pharsale, 1.403-409) et Virgile (Aen., 6.830-831) ; voir ci-dessus notes 36 et 37.

71 Verg., Aen., 6.830-831 ; occurrence insérée dans 6.752-853.

72 Grimal 1954.

73 De tels programmes inspirèrent aussi l’organisation des cortèges des funérailles impériales ; Sauron 1994, 529, n. 208. Sur l’objectif de l’aménagement du forum d’Auguste, entreprise qui trouve son achèvement avec les Res Gestae affichées à l’entrée du mausolée, Frisch 1980, cité par Sauron, idem.

74 Grimal 1982.

75 Sur la datation du livre VI, voir Grimal 1954. Le poème inachevé à la mort de Virgile fit aussi l’objet de quelques retouches (Grimal 1982). Nous admettons, dans la formulation de notre hypothèse, que la mention de Monoecus ne soit pas une adjonction ultérieure.

76 Grimal 1985. Nous renvoyons aux travaux de G. Sauron sur les questions d’influence entre le forum d’Auguste et Virgile (Sauron 1994, 528-529, n. 203 et 208).

77 Voir ci-dessus, note 60.

78 Voir ci-dessus, note 15. D.C. 53.25 et 26. Deux vers d’Horace (Carm., 2.9.18-20) pourraient encore être significatifs :... potius noua cantemus Augusti tropaea Caesaris : “... chantons plutôt les nouveaux trophées d'Augustus César” ; en effet, dans cette ode, Horace paraît notamment faire allusion aux succès remportés par Auguste sur les Cantabres (Villeneuve & Hellegouarc’h 1991, 55 et note 1, 69).

79 Ebel 1976, 96 sq.

80 Voir ci-dessus, notes 66 et 67. Chez les auteurs modernes, les avis divergent sur l’étymologie et le sens du terme. Les différentes hypothèses se rejoignent globalement sur la reconnaissance des radicaux mono- et -oikos ou -oecus. Le vaste champ sémantique correspondant laisse place à nombre d’interprétations, multipliées en fonction des référents possibles : oikos/oecus pourrait être une structure domestique ou sacrée ; l’entité qualifiée par mono- pourrait être une chose, une personne ou une divinité. Beaucoup de suppositions en ont découlé : un habitat isolé (à l’écart), un petit établissement, un temple isolé (rareté des fondations sur la côte maritime ou exposition isolée dans le paysage), “celui qui habite seul”, l’Héraclès “Solitaire”, “celui qui est isolé dans son temple” (la statue ou la seule divinité adorée). Nous renvoyons à la synthèse de G. Reymond, que nous ne suivons pas dans ses commentaires mais qui fait état des travaux antérieurs à 1970 (Reymond & Dugand 1970, 211-229) ; nous n’abordons pas les questions relatives à Melqart, évoquées notamment par cet auteur. F. Benoît a reconnu dans la forme Μονοίκιος un ethnique de tribu grécisé (Benoît 1965, 96). Pour F. Lasserre, l’épithète Μόνοικος signifie “le Solitaire” (Lasserre 1966, note 2, 218). Dernièrement, M. Gras, en considérant le toponyme d’Hécatée de Milet, s’est prononcé en faveur d’une étymologie renvoyant à la caractérisation de l’habitat, “un tout petit relais avec un seul oikos” (Gras 2003).

81 Serv., Ad Aen., 6.830 : ATQUE ARCE MONOECI de Liguria, ubi est portus Monoeci Herculis. Dictus autem Monoecus uel quod pulsis omnibus illic solus habitavit, uel quod in eius templo numquam aliquis deorum simul colitur, sicut in Iouis Minerva et Iuno, in Veneris Cupido : “Et du rocher de Monaco de Ligurie, où se trouve le port d’Hercule Monoecus. Appelé Monoecus, soit parce qu’il fut seul à habiter dans cet endroit, tous ayant été chassés, soit que dans son temple jamais un autre dieu [n’ait été] en même temps honoré comme [cela se passe] dans [le temple] de Jupiter [où sont honorés] Minerve et Junon et dans [celui de] Vénus [où est aussi honoré] Cupidon”.

82 Une première version latine en prose ayant été par la suite versifiée en provençal. Nous réservons à une étude ultérieure l’analyse détaillée de ce texte qui devra notamment se baser sur les deux versions. Nous renvoyons à l’édition consultée dans le cadre du présent article, Sardou 1874, XLIX-LI. Ce texte de nature hagiographique est susceptible de se fonder en partie sur des faits contemporains de Théodose ou d’Honorius, c’est à dire de l’interdiction ou de la destruction des monuments païens.

83 F. Benoît reconnaissait également Hercule dans cet Apollon (Benoît 1949, 124) ; voir aussi, avant lui, Casimir 1928, 113.

84 Nous rejoignons ici l’interprétation de R. Dion qui a commenté le paragraphe 26 des Res Gestae concernant les actions militaires d’Auguste et, notamment, la pacification des Alpes : dans ce passage Auguste évoquait plus que le résultat de ses conquêtes, il montrait des gains acquis par Rome sur deux siècles ; selon l’auteur, il s’établissait pour Auguste un lien, de l’idée de pacification du monde alpin à celle des possessions des rivages océaniques (Dion 1966 ; voir ci-dessus, note 31).

85 Grimal 1951, 60.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : L’ampleur des travaux effectués sur le monument de La Turbie : le côté sud-ouest de l’édifice, du milieu du xixe siècle à nos jours.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Légende Fig. 2 : Des vestiges à la reconstitution du trophée des Alpes : les recherches des architectes Jean-Camille et Jules Formigé.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Légende Fig. 3 : L’implantation du monument de La Turbie.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Auteur

Centre d’études Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (Cépam - UMR 6130 - CNRS/UNSA), Université de Nice.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search