Version classiqueVersion mobile

Les mystères d’Andania

 | 
Nadine Deshours

Deuxième partie. Les mystères d’Andania et l’histoire de la Messénie

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1La “légende nationale” messénienne (supposée retracer l’histoire de ce peuple depuis l’époque archaïque) explique les “malheurs” des Messéniens (leurs guerres contre Sparte, leurs défaites, la perte de leur État) comme la conséquence d’un déséquilibre dans leurs rapports avec deux déesses : Déméter, qui rend possible la vie civilisée, et Artémis, qui règle les rapports des hommes avec le monde sauvage. La Messénie apparaît comme une terre sous la protection de Déméter depuis la création du premier royaume jusqu’à la fondation de Messène en 370/369 et même à l’époque de Pausanias, où les Mystères des Grandes Déesses constituent la première curiosité du pays. Les “Guerres de Messénie” sont des guerres d’anéantissement, déclenchées et menées dans un contexte de toute-puissance d’Artémis. Les Messéniens retrouvent un État seulement après avoir rétabli un équilibre entre Déméter et Artémis.

2La critique a souvent mis en doute la véracité de la “légende nationale” messénienne, y compris dans le domaine des croyances religieuses parce que Pausanias voulait attribuer aux Mystères des Grandes Déesses d’Andania une origine éleusinienne ancienne – ce que démentait évidemment le règlement des Mystères. En fait, seule la partie éleusinienne de la légende de fondation paraît du cru du Périégète dans les Récits messéniens, qui par ailleurs sont puisés (directement ou non) à des sources contemporaines de la fondation de Messène.

3De plus, dans les références “éleusiniennes” de Pausanias, rien n’est véritablement éleusinien ; tous les détails font en réalité allusion aux Mystères de Phlya, dont les Lycomides détenaient le sacerdoce. Le Périégète dit lui-même avoir eu des liens d’amitié avec les Lycomides qui avaient aussi (semble-t-il) acquis un rôle dans les Mystères d’Éleusis à l’époque de Pausanias. Dans ces conditions, il est clair que la tentative de rattacher les Mystères d’Andania à ceux de Phlya ou d’Éleusis à une date ancienne n’appartient qu’au Périégète et doit être détachée de la “légende nationale” messénienne ; c’est une fiction d’époque impériale.

4Cependant, les Mystères d’Andania ne sont pas une création de l’époque impériale (contrairement à ce que serait tenté de croire un lecteur de Pausanias ignorant des témoignages épigraphiques du ier s. a.C.) ; ni le règlement des Mystères ni l’oracle d’Argos n’attestent non plus l’instauration d’un nouveau culte à mystères. Ils solennisent la restauration d’un culte à mystères plus ancien, remontant en l’occurrence à la fondation de Messène – au moins – et sa prise de contrôle par la cité. La lecture de l’oracle d’Argos montre que les sacrifices aux Grands Dieux étaient traditionnels (kata ta patria). De plus, l’une des clauses du règlement traite de la transmission par Mnasistratos de textes qui sont qualifiés de sacrés (ils pouvaient avoir un contenu cultuel et seuls les cultes à mystères nécessitent de tels écrits dans le monde grec) ; dans l’oracle d’Argos, Mnasistratos est qualifié de “hiérophante” (titre typique des cultes à mystères), mais n’a pas ce titre dans le règlement cultuel ; il exerçait donc la fonction de hiérophante avant 91/90 – ce qui implique aussi l’existence d’un culte à mystères avant la réforme.

5Aussi semble-t-il raisonnable de faire confiance à Pausanias lorsqu’il relie la fondation des Mystères à celle du nouvel État messénien en 370/369 a.C. Au moment de la libération de la Messénie par Épaminondas, l’institution des Mystères a symbolisé l’identité des Messéniens (ce dont témoigne les Récits messéniens). A cette époque, les Mystères s’adressaient aux Grands Dieux, c’est-à-dire aux Dioscures, qui se trouvaient associés à Déméter dans son sanctuaire urbain de Messène. Cette association permit, à l’époque impériale, la transformation des Mystères des Grands Dieux, en Mystères des Grandes Déesses, proches de ceux d’Éleusis.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search