Version classiqueVersion mobile

Les mystères d’Andania

 | 
Nadine Deshours

Deuxième partie. Les mystères d’Andania et l’histoire de la Messénie

Chapitre I. Les cultes en Messénie avant la fondation de Messène : une question peu documentée

Texte intégral

  • 1 Ces questions qui outrepassent notre sujet sont traitées notamment dans Sordi 1974, Dipersia 1974, (...)
  • 2 Paus. 4.23.6 (Sicile) ; 24.7 (Naupacte) ; 26.5 (Italie, Sicile, Cyrénaïque) ; cf. Vidal-Naquet 1991 (...)
  • 3 Paus. 3.20.6 : πρτοί τε ἐγένοντο οτοι Λακεδαιμονίων δολοι το κοινο καὶ Ελωτες ἐκλήθησαν πρτοι, καθ (...)
  • 4 Paus. 4.6.6 : “Certes (les Spartiates) avaient une plus longue expérience de la guerre, mais (les M (...)
  • 5 Le serment des éphèbes en témoigne à Athènes (cf. Robert 1938, 296-307) et à Dréros (Syll.3, 527, c (...)
  • 6 Paus. 4.20.4 (Aristomène enfouit l’hydrie) ; 26.7-8 (Épitélès la retrouve) ; cf. infra, p. 191-195, (...)

1A nos yeux, l’identité des “Messéniens” avant 370/369 est problématique : étaient-ils des Doriens installés en Messénie, comme les Spartiates en Laconie (conformément à la légende du partage du Péloponnèse entre les Héraclides) ? Possédaient-ils une identité ethnique à l’époque archaïque avant que les Spartiates à la suite des Guerres de Messénie ne leur ôtent leur territoire et leur indépendance ? Quel(s) statut(s) juridiques(s) avaient-ils depuis lors ?1 Pour Pausanias, au contraire, la question est claire : les Messéniens possédaient un État en Messénie depuis les temps mythiques (l’époque de l’héroïne Messènè) ; ils avaient à la suite des Guerres de Messénie perdu leur indépendance, mais conservé leur identité malgré la domination spartiate et la contrainte de l’exil, en Grande Grèce, en Italie, en Cyrénaïque, puis à Naupacte2. Le Périégète évite généralement de parler des Messéniens restés dans le Péloponnèse et de leur donner le nom d’“Hilotes” (sauf lorsqu’il relate leur hilotisation3). De même, dans le processus de fondation de la cité en 370/369, Pausanias refuse tout rôle actif aux Hilotes aussi bien dans le domaine politique (car les Thébains et les Messéniens de la diaspora sont les instruments d’une décision qui appartient d’abord aux dieux) que dans le domaine religieux où seuls les Thébains et les Messéniens de la diaspora prennent des initiatives. En somme, Pausanias associe systématiquement les Messéniens à l’idée de liberté : il veut ainsi couper court au débat sur la légitimité d’un État fondé par des esclaves4. Dans cette perspective, il est logique que les Messéniens privilégiés dans son récit de la fondation de Messène soient ceux de la diaspora. Ainsi, ce ne sont pas des Messéniens hilotisés qui ont conservé l’objet permettant la restauration des Mystères, l’hydrie d’Aristomène, mais la terre de l’Ithôme, c’est-à-dire la part la plus matérielle (le sol) en même temps que la plus spirituelle du pays (la terre de la patrie fait l’objet d’un attachement religieux5 et l’Ithôme est le domaine du Zeus tutélaire des Messéniens). Cet objet qui assure la continuité entre les deux héros de la liberté messénienne, Aristomène et Épaminondas, ne passe pas entre les mains des Messéniens restés sur place : il demeure justement hors de leur atteinte6.

  • 7 Grandjean 2003, 54-57 ; il faut ajouter à ces Messéniens d’origine des hommes venus de tout le mond (...)

2Cependant, nous ne pouvons pas croire au mythe selon lequel les Messéniens de la diaspora auraient été les seuls à jouer un rôle dans la création de l’État fondé en 370/369 a.C. et dans l’élaboration de son panthéon. La population de la nouvelle Messène comprenait surtout des Hilotes messéniens (qui assuraient l’exploitation agricole de la Messénie au profit des Spartiates) et des Périèques7. Les uns et les autres avaient probablement des cultes qu’ils n’abandonnèrent certainement pas du jour au lendemain et qui durent donc être adoptés par le nouvel État. Aussi la connaissance des pratiques religieuses des Messéniens sous domination spartiate devrait-elle nous permettre de comprendre comment s’est formé le panthéon du nouvel État dans lequel s’inscrivent les divinités des Mystères d’Andania.

  • 8 Cf. infra, p. 204-212.

3Il existe peu de témoignages sur les cultes pratiqués en Messénie avant la fondation de Messène. Cependant, depuis une quinzaine d’années, les fouilles sur le site de la ville ont livré des documents concernant les cultes et les sanctuaires qui ne laissent pas de surprendre ; ces nouveaux témoignages coïncident assez bien avec le panthéon que Pausanias attribue, d’une part, aux Messéniens au long de son récit et, d’autre part, aux fondateurs de Messène en 370/3698.

  • 9 Cf. le plan du sanctuaire Pl. 4, p. 276.
  • 10 Paus. 4.3.9 ; 33.2 ; cf. Deshours 1989, 174-179 ; Zunino 1997, 101-108 (sur Zeus de l’Ithôme).
  • 11 BCH, 119, 1995, 880-881 (cf. SEG, 45, 302) ; Thémélis 1998, 183 ; cf. aussi infra, p. 208, 210, 212
  • 12 Grandjean 2003, 59-65.
  • 13 Le sanctuaire de Zeus Lykaios est le centre religieux du koinon arcadien (sur ce point, cf. Jost 19 (...)
  • 14 Cf. Jost 1985, 63-64 et 301-311 (pour Déméter Érinys, violée par Poséidon et mère d’Arion, à Thelpo (...)

4Ainsi, on a déjà pu identifier avec certitude deux lieux de cultes préexistant à cette date : celui de Zeus, au sommet du mont Ithôme, et celui de la divinité chthonienne, à laquelle est associé le Héros (dans le sanctuaire Ω-Ω situé à l’ouest de l’Asclépieion)9. Le sanctuaire de Zeus est simplement un téménos probablement sans temple (puisque Pausanias indique que le prêtre conservait chez lui la statue cultuelle) et – pour nous – sans matériel connu10. Celui de la divinité chthonienne est composé d’un bâtiment de 18 pièces, construit en plusieurs étapes sur une fosse creusée dans le rocher. Certes, “une divinité chthonienne” n’est pas nécessairement Déméter ; mais Pausanias parle de l’association des Dioscures à Déméter dans le sanctuaire de cette déesse à Messène (4.31.9). Or P. G. Thémélis y a découvert un bouclier de bronze qui porte une dédicace à Polydeukès11, l’un des Dioscures. Zeus et Déméter sont précisément les divinités représentées sur les premières monnaies de la cité que C. Grandjean date des années 365-360. Or ces émissions sont si restreintes que leur vocation ne peut être que politique et non économique ; il s’agit de conférer au nouvel État l’un des attributs traditionnels de la souveraineté, la monnaie, et les représentations choisies pour figurer sur les pièces expriment en l’occurrence plus que jamais l’identité politique12. Cette proximité entre les deux divinités ne surprend nullement, puisqu’on la trouve aussi en Arcadie, avec le culte de Despoina à Lycosoura et celui de Zeus sur le Lycée13. La Périégèse permet de dessiner la personnalité du Zeus de l’Ithôme : au cours des trois “Guerres de Messénie”, la souveraineté des Messéniens est liée au refuge sur cette montagne qui, comme une vigie, domine la plaine du Pamisos, regarde le Taygète à l’est, et protège le site de la future Messène. Déméter, en revanche, n’a pas, semble-t-il, de légende proprement messénienne (au contraire, plusieurs sanctuaires arcadiens sont fameux pour leurs figures surprenantes de la déesse14).

5En somme, les récentes découvertes archéologiques nous interdisent de considérer dans le domaine religieux l’année 370/369 comme un point de départ. Le panthéon du nouvel État messénien ne fut pas créé ex nihilo : des cultes qui lui préexistaient y furent intégrés.

  • 15 Cf. Dipersia 1974, 59 ; Asheri 1983 ; Isocrate, Archidamos, 16, 28, 87. Isocrate fait dire au roi d (...)

6Nous allons tenter d’esquisser les origines possibles des cultes qu’ont adoptés les Messéniens en 370/369, en passant en revue les composantes de la population de l’État nouvellement fondé : les Hilotes vivant en Messénie sous l’autorité spartiate devaient en former la majeure partie15 ; cependant, les Messéniens n’étaient pas tous des Hilotes et une partie d’entre eux vivaient dans des cités périèques (analogues à celles de Laconie), notamment Thouria, Aithaia, Pharai, lesquelles organisaient des cultes qui leur étaient propres. Enfin, les Spartiates, pour contrôler le territoire messénien, avaient dû s’approprier des sanctuaires ou en installer de nouveaux. Quelle que fût la durée de la période de soumission de la Messénie, il paraît inévitable que les cultes spartiates aient influencé les Messéniens lorsqu’ils organisèrent leur propre panthéon et leur calendrier cultuel.

Y a-t-il eu des cultes hilotiques ?

  • 16 Ducat 1990, 181 ; Vidal-Naquet 1991, 211-212 ; 219. C’est ce que montre en particulier un fragment (...)
  • 17 Plut., Lycurgue, 28.4 : Ἀριστοτέλης δ μάλιστά φησι καὶ τοὺς φóρους, ὅταν εἰς τὴν ἀρχὴν καταστσι π (...)
  • 18 de Ste Croix 1981, 93.

7Cette question est fort peu documentée et renvoie à une autre, qui est particulièrement délicate, celle de l’hilotisme. Bien qu’il prétende n’étudier que ses représentations, J. Ducat a remarquablement éclairé sa réalité historique en faisant justice de nombreuses allégations d’auteurs souvent tardifs et parfois emportés par des partis pris politiques ; il est arrivé à la conclusion que les Hilotes (contrairement aux esclaves-marchandises), parce qu’ils exerçaient une activité économique spécialisée et possédaient une famille, se constituaient eux-mêmes en “classe sociale” et même en “peuple” (ethnos)16. D’ailleurs les Spartiates (en tant que communauté politique) déclaraient officiellement la guerre au “peuple” formé par les Hilotes17. La plupart d’entre eux (voués à la fonction de production) vivaient ainsi parallèlement aux Spartiates (et aussi aux Périèques) – se trouvant à la campagne occupés au travaux des champs, alors que les Homoioi vivaient en ville (soumis, entre autres, à l’obligation quotidienne de participer aux syssities) ; il faut excepter de ce schéma les Hilotes qui avaient des fonctions domestiques en ville. Leur sentiment d’appartenir à une communauté explique que les Hilotes aient été capables de se révolter, à l’inverse des esclaves-marchandises18.

  • 19 Thuc. 4.80.3-4 (trad. J. de Romilly, CUF, 1967). On se couronne pour participer à un sacrifice ; ma (...)

8A partir de ces propositions (qui, contrairement à la plupart des autres aspects de l’hilotisme, ne sont guère discutables), J. Ducat arrive à la conclusion qu’il existait probablement des cultes propres aux Hilotes. Il est clair que ces derniers ne participaient pas généralement aux cultes civiques puisque Thucydide dit que, avant de les assassiner, les Spartiates avaient fait mine d’affranchir les quelque 2 000 Hilotes qui leur étaient venus en aide contre les Athéniens à Sphactérie et pour signifier l’affranchissement, ils les avaient couronnés en prétendant leur faire faire le tour des sanctuaires, c’est-à-dire leur donner accès aux cultes civiques ; puis ils les firent tous disparaître “sans que personne sût comment chacun avait péri”19.

  • 20 Deubner 1932, 152-155, notamment 152 pour la participation des esclaves ; cf. Macrobe, Satires, 1.1 (...)
  • 21 Ducat 1990, 118 avec la bibliographie ; cf. Pettersson 1992, 15-17.
  • 22 Ducat 1990, 187-188. Une scholie au vers d’Aristophane précise μιμεται δὲ τοὺς Ελωταςταν στεφανο(...)

9Cependant, nos rares témoignages sur leurs activités religieuses concernent une participation des Hilotes à certains cultes civiques, à la manière dont les esclaves trouvaient à Athènes une place très marginale dans certaines fêtes, comme les Cronia (à l’occasion desquelles, le temps d’un banquet, les maîtres, dans un rituel d’inversion sociale, étaient au service de leurs esclaves)20. Ainsi, les Hyacinthies, l’une des fêtes appartenant au cycle en l’honneur d’Apollon, comprenaient un banquet rituel auquel étaient conviés les Hilotes21. Les maigres fragments de la pièce d’Eupolis intitulée Les Hilotes et une possible allusion d’Aristophane dans les Cavaliers (v. 12-25) laissent deviner qu’elle avait pour cadre un repas rituel auxquels les Hilotes participaient aussi, peut-être dans le sanctuaire de Poséidon au Ténare22.

  • 23 C’est le moment où la fondation de l’État messénien incite tous ceux qui ne sont pas philolaconiens (...)
  • 24 Ducat 1990, 17 ; Plat., Lois, 6.776-777 ; cf. Vidal-Naquet 1991, 221 et 228.

10J. Ducat ne précise pas si son raisonnement s’applique à tous les Hilotes (de Laconie et de Messénie) ; or, à partir du ive siècle, la tradition littéraire (à la suite d’Éphore) présente les uns et les autres comme deux groupes nettement distincts23 et place l’hilotisme en Laconie à l’origine de l’État spartiate, mais fait intervenir plus tard l’hilotisation des Messéniens (quelle que soit la date avancée). Les deux groupes d’Hilotes sont, par conséquent, perçus comme de nature différente, d’autant plus que le sentiment d’identité des Hilotes messéniens est régulièrement allégué par les auteurs pour justifier l’organisation politique, les exigences de l’État spartiate ou ses faiblesses. Ainsi Platon explique la propension des Messéniens à se révolter par “l’homogénéité ethnique et linguistique d’une population asservie en bloc”24.

11C’est pourquoi l’existence de cultes hilotiques communs à tous les Hilotes, Laconiens et Messéniens confondus, paraît peu probable autant pour des raisons politiques et idéologiques (les Spartiates étaient certainement peu soucieux de renforcer le sentiment des Hilotes d’appartenir à une communauté – fût-elle définie comme inférieure à celle des Homoioi) que matérielles (quelle que soit l’origine de l’hilotisme en Laconie, il paraît clair qu’elle est différente en Messénie) ; on conçoit plus volontiers des cultes propres aux Hilotes laconiens d’une part, et aux Hilotes messéniens, d’autre part.

  • 25 Les Messéniens ont rarement les honneurs des manuels sur les institutions politiques (car leur État (...)

12Malgré la rareté des témoignages, les découvertes archéologiques récentes (grecques et américaines) nous permettent d’entrevoir ce que pouvaient être les cultes des Hilotes25 de Messénie, étant donné l’originalité de leur situation durant leur soumission à Sparte.

  • 26 Paus. 4.6.5 : à la fin de la “Première guerre” de Messénie, les Spartiates avait conquis la Messéni (...)
  • 27 Paus. 4.27.11 ; cf. supra, p. 62.

13Ici se pose la question de la chronologie de cette dernière. D’après la Périégèse, les Messéniens auraient été réduits à la condition d’Hilotes depuis la fin de la “Première guerre” de Messénie jusqu’à la fondation de Messène par les Thébains d’Épaminondas26. A ce sujet, Pausanias est notre source la plus étendue et, surtout, le seul auteur à fournir une histoire continue des Messéniens. Cependant, sur ce point, son isolement est patent ; en effet, seul à s’appuyer sur cette chronologie, il l’utilise pour grandir le mérite des Messéniens : il les déclare champions pour la durée de l’exil en même temps que pour la conservation du dialecte et des coutumes ancestrales27. Malgré les aléas de leur histoire et la durée de leur soumission à Sparte, ils ont su conserver leur identité.

  • 28 Fr. Kiechle pense qu’à la suite de leur défaite dans la “Première guerre” de Messénie, les Messénie (...)

14J. Ducat accorde peu de crédit à cette chronologie qu’avait déjà mise en doute Fr. Kiechle et qui appartient à la version thébaine – c’est-à-dire antispartiate – de l’histoire des Messéniens. Il pense plutôt qu’ils ne furent pas soumis à la fin de la “Première guerre” de Messénie, ni même de la “Deuxième” (contrairement à Fr. Kiechle), mais seulement de la “Troisième” (“Révolte de 464”) ; les Athéniens les installèrent peu après à Naupacte28.

  • 29 Pausanias (4.1.3) ne parle pas de cité-État (polis), mais d’ethnos, en suivant Homère.
  • 30 Ducat 1990, 142-143.

15Afin de préciser ce qu’ont pu être les cultes hilotiques, nous allons successivement considérer ces deux hypothèses chronologiques. L’hypothèse haute, celle du Périégète, postule la disparition de tout État messénien à la fin de la “Première guerre” de Messénie c’est-à-dire à la fin du viiie siècle. A cette époque, les Messéniens n’étaient pas organisés en polis, mais en ethnos29 : ils disposaient à ce titre d’un sanctuaire commun, de toute évidence, celui de Zeus Ithômatas, et avaient organisé leurs cultes d’une façon moins centralisée que dans une polis, laissant ainsi une large place aux cultes familiaux et locaux (en l’occurrence, des cultes héroïques)30.

  • 31 Baurain 1997, 383-384 “(L’écriture) : Il s’agit d’un simple outil mécanique qui a permis d’exprimer (...)

16Ces cultes reposaient essentiellement sur la fréquentation par des fidèles (dont le statut social était probablement indifférent, contrairement aux exigences strictes des cultes civiques) de sanctuaires abritant des divinités locales, dieux ou héros. Puisque ces cultes n’avaient guère de dimension politique, on peut supposer qu’ils pouvaient survivre à la disparition d’un ethnos messénien indépendant. On sait combien le rôle de la tradition orale (qui n’a pas besoin de support politique) n’a pas diminué dans le monde grec après la diffusion de l’écriture, dans la sphère religieuse moins qu’ailleurs31 ; par conséquent, il est plausible que de tels cultes se soient maintenus pendant plusieurs siècles dans la mesure où les Spartiates les toléraient.

17Dans la seconde hypothèse (l’hilotisation de ceux des Messéniens que les Athéniens n’avaient pas installés à Naupacte après la “Révolte de 464”), si les Messéniens ont cessé d’avoir un État ou une autonomie ( ?) pendant moins d’un siècle seulement, il est d’autant plus plausible qu’ils aient conservé de tels cultes. Ainsi arrive-t-on à la même conclusion (quelle que soit la chronologie) : les Hilotes messéniens avaient des cultes locaux qui leur étaient propres.

18Quant au culte de Zeus de l’Ithôme, son souvenir est resté gravé dans les mémoires parce que le massif de l’Ithôme ne peut pas passer inaperçu (il se présente comme une forteresse naturelle imposante, visible depuis la plaine basse et la plaine haute et même depuis le sommet du Lycée) et aussi parce qu’il symbolisait la résistance des Messéniens contre les Spartiates.

  • 32 Coldstream 1976, 8-17 ; cf. Alcock 1991, 451, 460-462, 465-466 (catalogues). Sur les cultes héroïqu (...)

19Cette reconstruction peut paraître abstraite – et peut-être aussi peu fiable que celle de Pausanias pour l’histoire de l’État messénien – ; cependant elle est confirmée sur plusieurs points par les découvertes archéologiques : J. N. Coldstream, qui a mis en évidence l’importance de l’instauration des cultes héroïques dans l’histoire de la religion grecque et son rôle dans la formation de la polis, avait déjà noté l’exceptionnelle multiplicité des cultes héroïques en Messénie, aussi bien à l’époque géométrique que dans ce que S. E. Alcock appelle la “cité post-classique” (fin du ive siècle et époque hellénistique)32. La singularité de la situation messénienne (tant la multiplicité des vestiges mycéniens que la soumission des Messéniens à Sparte) pourrait expliquer cette concentration de cultes héroïques sans exemple par ailleurs dans le monde grec.

  • 33 Ducat 1990, 145 ad Thuc. 4.80.3 que J. Ducat traduit : “Car le principe essentiel de la politique d (...)

20Il paraît difficile que les Spartiates aient toléré des pratiques religieuses communes à tous les Hilotes (avec le minimum d’organisation nécessaire à ce culte qui serait analogue à celui d’un koinon) quand on connaît la crainte que leurs maîtres avaient des Hilotes et qui apparaissait souvent comme la cause profonde de la fragilité de Sparte (par exemple aux yeux de Thucydide)33. Cependant, en partant de l’idée que dans la religion grecque une multitude de cultes divers s’offrait à chacun, en fonction de sa classe d’âge, de son métier ou de son groupe familial, on peut imaginer que les Hilotes messéniens avaient probablement, eux aussi, des cultes spécifiques, non pas dans le cadre civique (ce qui n’aurait pas de sens pour eux), mais dans les cadres plus limités où se déploient aussi les pratiques religieuses, soit la maisonnée, soit le cadre géographique local.

  • 34 Ducat 1990, 53-54 ; même si certains étaient des serviteurs de maison, la plupart des Hilotes étaie (...)
  • 35 Alcock 2001b, 190-195.

21Il pouvait s’agir de cultes organisés par les Hilotes là où ils vivaient, mais dont nous ignorons tout. S. Alcock, en s’appuyant sur les récentes découvertes du survey de l’Université de Minneapolis, considère que l’habitat des Hilotes en Messénie n’était pas le même qu’en Laconie où, sans aucun doute et quel que soit le mode de propriété du klèros, les Hilotes vivaient isolés, en famille34. En Messénie, au contraire, les Hilotes étaient sans doute regroupés dans des communautés plus larges, comme semble l’attester le grand bâtiment découvert à Kopanaki (à une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’Andania) et qui pourrait avoir été détruit durant la “Révolte de 464”35.

22Or, les cultes héroïques étaient particulièrement nombreux en Messénie à la fin des Siècles Obscurs et au début de l’archaïsme. Leur grand nombre s’explique d’abord par la prospérité du royaume de Pylos et par la présence de multiples vestiges mycéniens dans la région. Ces cultes s’établissaient, en effet, dans les tombes mycéniennes qui furent attribuées à des héros locaux. Ils correspondent bien aux cultes que nous recherchons puisqu’ils peuvent réunir un petit nombre d’Hilotes, sans organisation matérielle coûteuse, sans prêtre. De tels cultes locaux pouvaient se perpétuer de génération en génération. Dans la Périégèse aussi, Pausanias met en avant un grand nombre de cultes héroïques : celui de Messènè, de Caucôn, Eurytos, Mélaneus, d’Aristomène. On peut concevoir que certains de ces cultes étaient très anciens et ancrés dans le terroir messénien.

  • 36 Coldstream 1976, 12 fig. 1.
  • 37 Korres 1988, 311-328, notamment 325-328 ; Thémélis 1998, 183.

23Avec les trouvailles archéologiques nous disposons de témoignages plus sûrs. La carte de leur répartition procurée par J. N. Coldstream en 1976 montrait la remarquable concentration des cultes héroïques dans cette région36. Ce savant avait déjà souligné l’une de leurs spécificités en Messénie : “many of the deposits continue into classical times and – especially in Messenia – even as late as the Hellenistic and Roman periods”. Ainsi à Pylos-Koryphasion, G. S. Korres a fouillé une tombe qu’il identifie comme le site d’un culte héroïque dont témoignent des plaques de terre-cuite (assez semblables à celles du sanctuaire Ω-Ω fouillé par P. G. Thémélis à Messène) et où des offrandes furent déposées depuis l’époque archaïque jusqu’à l’époque romaine37.

La question des cultes périèques messéniens

  • 38 Ducat 1990, 13 sq. et 141 ; Hérodote distingue toujours entre Hilotes et Messéniens ; en revanche, (...)
  • 39 Parmi les Messéniens qui ne s’étaient pas exilés, Pausanias mentionne seulement ceux qui étaient de (...)
  • 40 Roebuck 1941, 28 sq. ; Jacoby, FGH, 324 F 49 (Androtion).
  • 41 Thouria : Thuc. 1.101 ; Meyer 1978b, s.v. Messenien, 182.
  • 42 Aithaia : Thuc. 1.101.2 ; Meyer 1978b, 183 ; le site n’est pas identifié.
  • 43 Pharai : Meyer 1978b, 181 ; Valmin 1930, 40-44.
  • 44 Asinè : Paus. 4.34.9-11 ; Hdt. 8.73.2 ; Jacoby, FGH, 115 F 383 (Théopompe) ; Meyer 1978b, 198 ; Bil (...)
  • 45 Mothônè : Paus. 4.24.4 ; 27.7-8 ; 35.2 ; Valmin 1930, 152 sq. ; Meyer 1978b, 200.
  • 46 Ithômè : Thuc. 1.101.
  • 47 Isthmios : Hdt. 9.35 ; Paus. 3.11.7.

24Certains auteurs emploient les mots “Hilotes” et “Messéniens” comme des synonymes38 ; cependant nous savons bien que les Hilotes n’étaient pas tous des Messéniens (certains étaient laconiens) et il est certain – malgré Pausanias39 – que tous les Messéniens n’étaient pas devenus des Hilotes. Malgré son organisation policière, il aurait été impossible à Sparte de contrôler l’ensemble de la Messénie, située au-delà du Taygète, si la population y avait été composée exclusivement d’Hilotes. Il paraît plus raisonnable de penser qu’il y avait, en Messénie – comme en Laconie – des Périèques qui vivaient dans des cités : un fragment d’Androtion affirme qu’il y avait au total cent cités périèques, les unes en Laconie et les autres en Messénie40. Parmi ces dernières, nous ne pouvons guère citer que les noms de Thouria (dont Thucydide dit qu’elle perdit son statut périèque pour prix de sa participation à la “Révolte de 464”)41, Aithaia42, Pharai43, ainsi que Asinè (où les Spartiates prétendaient avoir installé les Asinéens exilés d’Argolide vers 700)44, Mothônè45 ; Thucydide cite aussi Ithômè, alors que Pausanias affirme que Messène fut fondée ex nihilo. L’archéologie a donné raison à Thucydide46. Enfin, Hérodote nous apprend que les Spartiates ont vaincu les Hilotes messéniens à Isthmos après leur victoire de Dipaia, mais avant celle de Tanagra (457) ; le texte d’Hérodote a été suspecté de corruption, mais Pausanias le reprend tel quel presque mot pour mot (3.11.7-8). Cette ville nous est par ailleurs inconnue ; cependant, le nom d’Isthmos doit être en rapport avec la péninsule la plus occidentale du Péloponnèse (qui s’appelait Rhion à l’époque mycénienne) et il devait désigner une cité périèque47.

25L’existence de cultes périèques se déduit naturellement d’une telle situation ; la question se pose donc de savoir si ces cultes autochtones ont perduré après la fondation de l’État messénien.

  • 48 Sur IG, V. 1, 1387, cf. L. Robert, Rph., 1930, 35-36 ; J. et L. Robert, Bull. 1955, 115.
  • 49 N. Valmin pense que toute la partie est de la plaine inférieure appartenait à Thouria (1930, 61).
  • 50 SEG, XXV, 431 (b) ; cf. J. et L. Robert, Bull. 1971, 324.
  • 51 Thémélis 1969, 352 sq. ; 1970, A, 109 sq. ; Meyer 1978b, 181 ; Leon 1968 ; McDonald-Rapp 1972, MME (...)

Malgré l’absence de fouilles systématiques (mis à part sur le site de Messène), l’archéologie confirme qu’il existait des cultes autochtones, antérieurs à la fondation de l’État messénien par les Thébains, et démontre même que plusieurs sanctuaires ont connu une continuité cultuelle malgré la rupture politique. Ainsi Poséidon reçut dans son sanctuaire d’Akovitika un culte depuis le viie s. jusqu’à l’époque classique ; on ignore si ce sanctuaire situé à 4 km à l’ouest de Kalamata, dépendait de Pharai (dont l’acropole se trouvait à l’emplacement du kastro actuel de Kalamata) ou de Thouria. Deux inscriptions montrent qu’un concours y était organisé en l’honneur de Poséidon ; IG, V. 1, 213 mentionne un vainqueur spartiate dans des concours à Thouria (l. 19) ; W. Kolbe date l’inscription du ve siècle et la suppose antérieure à 431. Une autre, plus tardive (IG, V. 1, 1387), trouvée à Thouria mentionne des Πoσείδαια (l. 3), peut-être celles de Thouria48. Comme Strabon appelle le golfe de Messénie le “golfe thouriate”, il s’ensuit que le territoire de Thouria devait atteindre la mer et comprenait une partie de la plaine inférieure à l’est du Pamisos49. Dans les inscriptions de Thouria et de Sparte, comme dans celles du sanctuaire, le nom du dieu revêt la forme dorienne (celle qu’on trouve aussi en Laconie) : [Π]ohoιδImage 100000000000000B0000000FC441F299.jpg[νι]50. Quelques offrandes avaient été découvertes fortuitement sur le site du sanctuaire : un petit cheval de bronze d’époque géométrique, un kouros archaïque dans lequel on reconnaît une œuvre influencée ou produite par un atelier laconien, deux statuettes de taureaux et un hippocampe d’époque classique51.

  • 52 Paus. 4.31.4 ; cf. Valmin 1930, 53 ; eiusdem 1934, 20-23 ; eiusdem 1938, 419-465 ; Roebuck 1941, 36 (...)

26Le fleuve Pamisos était réputé non seulement pour la fertilité de la plaine qu’il irriguait, mais aussi pour les vertus thérapeutiques de ses eaux ; un sanctuaire fouillé et publié par N. Valmin lui était consacré. Vraisemblablement situé sur le territoire de Thouria (act. Hagios Phloros), il a été utilisé continûment depuis la fin de l’époque archaïque jusqu’au Bas-Empire (vie s. a.C.-ive s. p.C.). Il comprenait un petit temple in antis et un autre bâtiment qui ont livré un matériel abondant : notamment des vases miniatures et factices, des statuettes de bronze représentant des animaux (taureaux et chèvres) et toutes sortes d’ex-voto, parmi lesquels une offrande exceptionnelle, une statuette de bronze figurant un enfant, fondue en deux parties, dont l’une fut offerte au dieu et l’autre devait être gardée par le donateur, à la manière des tessons d’hospitalité dont chacun des hôtes conservait une partie52.

  • 53 Sanctuaire d’Apollon Corythos : Paus. 4.34.7 ; Deltion, 2, 1916, 65-118 ; Valmin 1930, 173-175 ; MM (...)

27Le sanctuaire d’Apollon Corythos, que Pausanias rattache à Corônè (act. Pétalidhi), fut également utilisé depuis l’époque archaïque jusqu’au Bas-Empire ; on ne sait pas en fait de quelle cité il dépendait, étant donné que Corônè, fondée selon la tradition en 370/369 n’a effectivement pas livré de témoignages archéologiques antérieurs au ive s. a.C. ; mais les fouilles de F. Versakis ont permis de dégager plusieurs bâtiments et ont livré des ex-voto (en particulier des armes) et des dédicaces. Une épée avec une inscription du vie s. permit d’identifier le sanctuaire (SEG, XI, 993)53.

  • 54 Pol. 7.12.3.
  • 55 BCH, 117, 1993, 795.

28Quant à Messène, le centre de l’État messénien fondé par Épaminondas, elle est présentée dans la “légende nationale messénienne” comme le site du sanctuaire de Zeus de l’Ithôme c’est-à-dire le sanctuaire commun de l’ethnos ; pour le Périégète cependant, Messène est une création ex nihilo (la première capitale de la Messénie étant Andania [4.1.2]). Si l’on a longtemps cru que le site de la capitale messénienne était vierge en 370/369 et avait été choisi seulement par référence à l’Ithôme, centre de la résistance des Messéniens aux Spartiates pendant les “Première” et “Troisième” guerres de Messénie ainsi que pour sa valeur stratégique (Polybe fait dire à Philippe V que le Péloponnèse est semblable à un bœuf et que celui qui tient l’Acrocorinthe et l’Ithôme tient ainsi ses deux cornes54), il a bien fallu constater que des sanctuaires étaient régulièrement fréquentés dans la ville basse (sur le site de la ville hellénistique) dès l’époque archaïque. P. G. Thémélis a en effet mis au jour des constructions et du matériel antérieurs à la création de la ville classique. Tout d’abord, le sanctuaire dit Ω-Ω est attribué par P. G. Thémélis à une divinité chthonienne, puis à Déméter. Il offre au moins un exemple de continuité cultuelle malgré la domination spartiate, puisqu’on y trouve des offrandes datées du viie au iie s. a.C. au moins55. La découverte de ce sanctuaire prouve l’existence d’un culte ancien de Déméter sur place et suffit à ruiner l’hypothèse d’une importation du culte de Déméter par les Thébains.

  • 56 Thémélis 1996, 145, fig. 2 ; cf. plan Pl. 3, p. 275.
  • 57 Thémélis 2000, 22-23 et fig. 16, 18 à 20 ; Sineux 1997, 20 ; l’auteur croit cependant à la fonction (...)

29Dans l’Asclépieion, les édifices actuellement visibles s’échelonnent entre le ive (le temple Σ7 consacré à Artémis) et les années 200 a.C. (le temple d’Asclépios et d’Hygie) ; cependant, à l’époque classique (y compris avant la fondation de Messène) ce sanctuaire existait déjà et était le lieu d’un culte thérapeutique comme l’attestent les quelques ex-voto offerts en action de grâce après une guérison. P. G. Thémélis a dégagé au sud du temple d’Asclépios et d’Hygie les vestiges d’un sanctuaire plus ancien, comportant un autel, un bothros, une stoa56. C’est là aussi qu’ont été trouvés des ex-voto typiques des sanctuaires thérapeutiques attestant l’existence d’un tel culte avant la fondation de Messène ; en revanche, il n’existe aucune attestation hellénistique d’un culte à Asclépios-médecin57.

30Il existait donc en Messénie des cultes propres aux Messéniens à la fois dans les cités périèques et dans les zones peuplées par des Hilotes (cultes héroïques), ainsi qu’à Messène, jamais mentionnée comme cité périèque, mais où plusieurs sanctuaires connurent une continuité cultuelle avant et après 370/369.

L’influence spartiate sur les cultes messéniens

  • 58 Pour les modalités possibles, cf. Ducat 1990, 115-118 (participation des Hilotes aux fêtes religieu (...)
  • 59 Sur les cultes laconiens : Wide 1893 ; sur l’embuscade à l’autel d’Artémis Orthia : Frontisi-Ducrou (...)

31Parallèlement, on peut aussi supposer que les Spartiates avaient mis en place des cultes qui leur étaient propres en Messénie, dans la mesure où ils y étaient installés de manière permanente pour contrôler la population. D’ailleurs, il reste possible que les Messéniens (Périèques et même Hilotes) aient participé aux cultes spartiates58. Cependant nous n’en avons aucune preuve. En revanche, nous pouvons imaginer que les Messéniens, dominés par les Spartiates – quelles que soient la nature et la durée de cette domination – furent influencés par les cultes spartiates lorsqu’ils fondèrent des cultes dans leur nouvel État, d’autant plus que la religion civique spartiate a frappé tous les esprits dans l’Antiquité par l’étrangeté de ses rituels (bomolochia, cryptie, etc.59), par la cohésion qu’elle produisait dans le corps civique et par les apparences primitives qu’elles avait conservées. Or les Messéniens de 370/369 se présentaient comme les restaurateurs d’un État ancien et ne recherchaient rien tant que le renforcement de leur identité ; il était tentant pour eux de s’approprier des rites ou des divinités d’apparence ancienne pour les adjoindre aux cultes et aux divinités autochtones, quand bien même ils étaient ceux de l’ennemi contre qui le nouvel État se constituait (les uns et les autres ne se disaient-ils pas Doriens ?).

  • 60 Avec les épiclèses typiquement spartiates de Ortheia (SEG, XXIII, 217 ; 220), Oupèsia (SEG, XXIII, (...)
  • 61 Paus. 4.4.2 pour la version spartiate (viol des jeunes filles spartiates par des Messéniens dans le (...)
  • 62 Ellinger 1993, 263. Telle est la version que donne Pausanias dans sa pseudo-histoire messénienne (4 (...)

32Parmi les divinités appartenant au panthéon spartiate, il est clair que les Messéniens ont ainsi adopté Artémis60 et les Dioscures, divinités typiquement spartiates, qui jouent un rôle important dans la “légende nationale” messénienne. Artémis intervient à plusieurs moments cruciaux du récit de Pausanias en particulier à l’origine des guerres de Messénie61. Plus tard, le sacrifice sacrilège offert par le roi Aristodème à Artémis scelle le destin des Messéniens qui perdent avec le suicide d’Aristodème à la fois leur dernier roi, l’institution de la royauté et toute possibilité de combattre victorieusement les Spartiates ; de fait, ils sont vaincus peu après et réduits à la condition d’Hilotes62.

  • 63 Cf. infra, p. 206-210.

33Dans le récit de Pausanias, la possibilité pour les Messéniens de retrouver un État est subordonnée à l’assouvissement de la vengeance des Dioscures, divinités protectrices de Sparte par excellence, singulièrement dans ses entreprises guerrières et qui jouent donc un rôle central dans la religion et l’imaginaire spartiates. Comme ils le firent pour Artémis, les Messéniens s’approprièrent les Dioscures et leur attribuèrent une légende locale dont Pausanias ne manque pas de se faire l’écho (4.3.1)63.

Le sanctuaire du Carneiasion

34Les témoignages que nous venons de réunir sur les cultes messéniens antérieurs à 370/369 permettent de réinterpréter les quelques éléments dont nous disposons à propos des Mystères et du sanctuaire où ils avaient lieu. En effet, la fin des Messèniaca donne une brève description du Carneiasion (4.33.4) :

Quand on a franchi (les rivières de la Leucasie et de l’Amphitos), il y a une plaine qu’on appelle Stényclaros. On dit qu’il y a eu un héros Stényclaros. En face de cette plaine se trouve Oichalia (qu’on appelle aujourd’hui le bois sacré de Carneiasion, planté de très nombreux cyprès) ; il y a là des statues d’Apollon Carneios, d’Hermès Criophore et d’Hagnè (Hagnè est une épiclèse de Corè, fille de Déméter). L’eau jaillit d’une source près de sa statue.

35Le bois sacré s’est donc d’abord appelé Oichalia, lorsqu’il a été donné à Mélaneus, personnage lié à Apollon, puis a changé de nom – à partir d’un moment et pour une raison que Pausanias ne précise pas (4.2.2) :

Par la suite, comme il ne restait plus aucun descendant de Polycaôn (à mon avis, sa famille produisit cinq générations et pas plus), on appela Périérès, fils d’Éole, pour qu’il soit roi. Vint auprès de lui – à ce que disent les Messéniens – Mélaneus, habile archer qui, pour cette raison, était considéré comme le fils d’Apollon. Périérès lui donna comme résidence une partie du territoire de la cité, le Carneiasion, que l’on appela, de ce moment, Oichalia. Ils prétendent que le nom d’Oichalia fut donné à la cité d’après (le nom de) la femme de Mélaneus.

  • 64 Paus. 4.1.2 (Messènè) ; 2.4 (Arènè) ; 33.6 (Oichalia) ; le Périégète ne croit guère à ces explicati (...)

36L’ancien nom d’Oichalia est ainsi expliqué selon le principe qui a permis au Périégète d’interpréter celui de Messènè (la première reine de Messénie est supposée avoir donné son nom à la région, comme l’épouse d’Aphareus donne le sien à la ville d’Arènè) : c’est la femme de Mélaneus qui portait le nom d’Oichalia64.

  • 65 Cf. supra, p. 137.
  • 66 Pharai : Paus. 4.31.1 (le site est peut-être à identifier avec MME 540) ; Cardamylè : Paus. 3.26.7  (...)
  • 67 Malkin 1999, 173-189 notamment.

37Si l’on accorde à Pausanias que le bois sacré a changé de nom à cause d’un personnage lié à Apollon, il faut mettre en rapport le nom du Carneiasion avec l’épiclèse d’Apollon Carneios mentionné dans le règlement des Mystères (l. 7). Cette divinité jouait un rôle important dans les initiations d’adolescents à Sparte où sa principale fête, les Carneia, avaient lieu au même moment de l’année que les Mystères d’Andania (le mois Carneios correspondant au Métageitniôn attique et au onzième mois du calendrier achaien65). Apollon Carneios est vénéré dans plusieurs cités messéniennes : à Pharai, où il a aussi un bois sacré avec une source comme à Andania, à Cardamylè où une statue d’Apollon Carneios est placée près de celle d’Athéna sur l’acropole, à Leuctra66. Tous situés en zone de frontière, ces sanctuaires pourraient bien avoir été établis par les Spartiates, pour qui Apollon Carneios était un dieu archégète67.

  • 68 Paus. 4.33.4.
  • 69 Cf. infra, p. 213-222.
  • 70 Heer 1979, 157 et 189.

Le Carneiasion se caractérise (aussi bien dans le règlement des Mystères que dans la Périégèse) par la présence d’une source et, à l’évidence, Hagna faisait partie des divinités liées au sanctuaire. Pausanias prétend que “Hagna est une épiclèse de Corè, fille de Déméter”68. En réalité, comme la suite du texte le montre nettement : “De l’eau jaillit d’une source près de cette statue (celle Hagna)” et comme l’inscription le confirme : τImage 100000000000000B0000000FC441F299.jpgς δὲ ὠνο<ι>μασμένας διὰ τImage 100000000000000B0000000FD86BEC52.jpgν ἀρχαίων ἐγγράφωνγνας (l. 84), Hagna n’est pas le nom donné ici à Corè, mais celui d’une divinité proprement messénienne, qui a, par la suite, été identifiée à Corè, lorsque les Mystères ont été influencés par ceux d’Éleusis (c’est-à-dire à l’époque impériale)69. Pausanias qui tient à démontrer l’ancienneté du culte éleusinien au Carneiasion ne s’embarrasse pas de ce détail. D’une manière générale, il répugne à s’attarder sur des formes de cultes qui lui paraissent trop primitives lorsqu’elles ont été supplantées par les déesses éleusiniennes70, alors même qu’il marque par ailleurs une préférence pour les cultes qui lui paraissent archaïques. Cependant, à l’origine, Hagna était probablement la nymphe de la source.

  • 71 Philippson 1959, 374.
  • 72 Breuillot 1985.
  • 73 Paus. 4.31.3 ; pour le sanctuaire cf. Valmin 1938, 437-465 ; pour les offrandes : 440-463 et pour s (...)
  • 74 Paus. 4.33.1 ; pour la fontaine dégagée sur le site de Messène : BCH, 115, 1990, 864 et fig. 25 ; p (...)

38Située sur la façade ouest du Péloponnèse, la Messénie est une région particulièrement bien arrosée ; les sources y sont nombreuses et les rivières y coulent souvent, même en été71 ; elles sont l’objet de nombreux cultes72. A Hagios Phloros, les “sources” chaudes du Pamisos étaient réputées dans l’Antiquité pour leur efficacité dans les maladies des enfants ; la source garde aujourd’hui une réputation thérapeutique73. La source Arsinoè (act. Kallirhoï) est à l’origine du site urbain de Messène, où préexistait un culte à Achéloos attesté par une dédicace du ve s. a.C. ; elle resurgit sur l’agora, où avait été construite une fontaine monumentale et alimentait les bains qui jouxtent l’Asclépieion, ainsi que le gymnase74.

  • 75 Pindare, fr. 133 : ἥρωες γνοί.

39A l’origine, Hagna est probablement le nom d’une héroïne liée au bois sacré où, comme dans d’autres sanctuaires (celui d’Apollon à Amyclées par exemple), des cultes héroïques semblent avoir précédé l’installation des dieux. D’ailleurs l’épithète d’hagnos s’applique spécifiquement aux héros75.

  • 76 Scholie ad Aves, 1762 δοκε δὲ πρτος Ἀρχίλοχος ἐν Πάρνικήσας τòν Δήμητρος μνον αυτ ἐπιφωνηκέναι  (...)

Dans un second temps, la divinité de la source dut être identifiée à Corè : le nom de l’héroïne devint ainsi une épiclèse divine (comme le nom du héros Hyakinthos est devenu l’épithète d’Apollon dans le sanctuaire d’Amyclées). Ce changement a pu s’opérer d’autant plus facilement peut-être que Déméter reçoit parfois l’épithète d’Hagna, en particulier dans le premier hymne qui ait semble-t-il été conjointement consacré à Déméter et à Corè, œuvre d’Archiloque dont le premier vers nommait Déméter γνή : Δήμητρος γνImage 10000000000000080000000FB71F7605.jpgς καὶ Κόρης τὴν πανήγυριν σέβων...76.

  • 77 Wilamowitz-Möllendorff 1932, 544.

40Wilamowitz a pensé que cette source divinisée se trouvait au centre du culte du Carneiasion et appartenait à sa forme la plus ancienne77 ; il en veut pour preuve la statue de culte (agalma) mentionnée dans le règlement des Mystères (l. 85) et le tronc à offrandes qui doit être placé près de cette statue (l. 91). On peut ajouter que Mnasistratos, restaurateur du culte, jouissant à titre personnel (et non en tant que hiérophante bien qu’il ait ce titre dans l’oracle d’Argos Syll.3, 735) de privilèges à vie, veille tout particulièrement sur la source Hagna (l. 84-85), alors même qu’il avait jusqu’alors conservé les objets sacrés nécessaires à la célébration des Mystères.

  • 78 Rudhardt 1998, 41.
  • 79 Hh Déméter, 439.
  • 80 Hésiode, Travaux, 465.

41Hagna veut dire “pure”, mais il est insuffisant de comprendre “claire, transparente”, en référence à l’eau de la source. L’adjectif a un sens religieux qu’a défini J. Rudhardt : “hagnos signifie une qualité vénérable, sensible chez le dieu dans la mesure où il se maintient au-dessus de l’humanité, où il ne se confond pas avec l’événement, corrélative pourrions-nous dire de sa transcendance”78. C’est en ce sens que l’adjectif γνός s’applique à d’autres dieux : et d’abord à Corè, effectivement dans l’Hymne homérique à Déméter79, à Déméter elle-même chez Hésiode80.

  • 81 Ce détail n’apparaît pas dans l’Hymne homérique, mais se trouve dans plusieurs traditions locales ; (...)
  • 82 Bérard 1974, Pl. 8 fig. 30b (cratère de Spina arv2, 612,1) ; Pl. 15 fig. 50 (cratère de New York, a (...)

42On trouve souvent des sources dans les sanctuaires des divinités chthoniennes car elles sont perçues comme un passage entre le monde des vivants et celui des morts : lorsqu’Hadès soustrait Perséphone aux vivants pour l’entraîner au royaume des morts, la légende les fait disparaître absorbés par une source81. Rendue aux vivants, Perséphone emprunte le chemin inverse. De nombreux vases attiques représentent cette scène (peut-être en écho avec la représentation rituelle de ce moment au cours des Mystères d’Éleusis)82.

  • 83 Valmin 1930, 92-99 en particulier 97-98 ; Meyer 1978, 186.

En somme, Hagna, nymphe de la source du Carneiasion, est probablement la divinité du sanctuaire la plus ancienne. Son nom suffit à indiquer qu’elle est particulièrement vénérable. Comme divinité chthonienne, elle participe du monde d’En-bas et assure la fertilité du sol. Comme N. Valmin l’avait noté en l’identifiant avec Divari, la source correspond bien à la brève notation descriptive de Pausanias : δωρ δ νεισιν κ πηγImage 10000000000000080000000FB71F7605.jpgς (4.33.4)83.

Conclusion du chapitre premier

43En somme, l’étude des témoignages archéologiques antérieurs au ive s. (en particulier ceux qui ne sont accessibles que depuis peu) nous a permis de dégager plusieurs points éclairants pour l’interprétation des Mystères d’Andania.

44D’abord, les cultes autochtones (hilotiques et périèques) sont effectivement attestés (en particulier sur le site de la future Messène) : le panthéon de l’État fondé en 370/369 n’a pas été créé ex nihilo. De tels cultes étaient possibles parce que les Hilotes comme les Périèques vivaient regroupés en communautés qui pouvaient se réunir dans des sanctuaires pour des célébrations collectives.

45Il est possible dès lors que les Mystères d’Andania tels que nous les connaissons par le règlement de 91/90 procèdent de cultes antérieurs à la création de l’État en 370/369. Le Carneiasion où ils se déroulaient semble typique des sanctuaires archaïques abritant des cultes héroïques (en l’occurrence celui de la source Hagna et du héros Eurytos). Le Carneiasion est peut-être le nom que les Spartiates ont donné à un sanctuaire indigène messénien, lorsqu’ils ont affirmé leur contrôle sur le territoire car il n’y a de culte d’Apollon Carneios (culte dorien, mais surtout typiquement spartiate) qu’à Andania (à proximité de la frontière avec Mégalopolis) et dans la zone frontière entre la Laconie et la Messénie au sud du Taygète.

  • 84 Thémélis 1998, 159-186.

46Quant au groupe cultuel, il semble regrouper des divinités vénérées avant la fondation de l’État messénien du ive s. puisque Déméter, associée à un héros guerrier (peut-être Mélaneus-Eurytos ?) et plus tard ( ?) aux Dioscures étaient vénérée depuis l’époque archaïque sur le site de la future Messène84.

Notes

1 Ces questions qui outrepassent notre sujet sont traitées notamment dans Sordi 1974, Dipersia 1974, Asheri 1983, Figueira 1999 et Luraghi 2002. Pour notre part, seul importe dans notre raisonnement le fait que les Messéniens ne pouvaient par participer aux cultes civiques spartiates et en possédaient donc nécessairement qui leur étaient propres.

2 Paus. 4.23.6 (Sicile) ; 24.7 (Naupacte) ; 26.5 (Italie, Sicile, Cyrénaïque) ; cf. Vidal-Naquet 1991, 237.

3 Paus. 3.20.6 : πρτοί τε ἐγένοντο οImage 10000000000000090000000F9B04314A.jpgτοι Λακεδαιμονίων δοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgλοι τοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg κοινοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpg καὶ Ελωτες ἐκλήθησαν πρτοι, καθάπερ γε καì Image 10000000000000070000000FE3E3048B.jpgσαν. Pour le Périégète, le mot “Hilotes” est l’ethnique d’Hélos, mais s’est par la suite diffusé pour être aussi appliqué aux Messéniens, seulement après la prise de l’Eira (4.23.1) τν δὲ Μεσσηνίων ὁπόσοι περὶ τὴν Εραν καὶ ἑτέρωθί που τς Μεσσηνίας ἐγκατελήφθησαν, τούτους μὲν οΛακεδαιμόνιοι προσένειμαν ἐς τò εἱλωτικόν ; id. 4.24.5 : Μεσσηνίων δὲ τος ἐγκαταληφθέντας ἐν τImage 10000000000000080000000F96C84620.jpg γImage 10000000000000080000000F96C84620.jpg, συντελοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgντας κατὰ ἀνάγκην ἐς τοὺς Εἵλωτας, ἐπέλαβεν ἀπò Λακεδαιμονίων στερον ποστναι κατ τὴν ἐνάτην ὀλυμπιάδα καὶ ἑβδομηκοστήν… ; cf Ducat 1990, 7, 9, 17.

4 Paus. 4.6.6 : “Certes (les Spartiates) avaient une plus longue expérience de la guerre, mais (les Messéniens) étaient pour leur part dans la nécessité la plus urgente de s’illustrer ; les dieux étaient favorables à ceux qui défendaient leur pays et n’avaient pris l’initiative d’aucune injustice” ; 4.8.2 : “Dans une telle situation (leur soumission aux Spartiates depuis la fin de la ‘ Première guerre’ de Messénie), les Messéniens qui n’attendaient aucun sentiment humain de la part des Spartiates et dans la pensée qu’ils préféraient la mort au combat ou l’exil loin du Péloponnèse, décidèrent de se révolter à tout prix”.

5 Le serment des éphèbes en témoigne à Athènes (cf. Robert 1938, 296-307) et à Dréros (Syll.3, 527, c. 220 a.C.).

6 Paus. 4.20.4 (Aristomène enfouit l’hydrie) ; 26.7-8 (Épitélès la retrouve) ; cf. infra, p. 191-195, 196-198.

7 Grandjean 2003, 54-57 ; il faut ajouter à ces Messéniens d’origine des hommes venus de tout le monde grec (cf. infra, p. 196 n. 136, 202).

8 Cf. infra, p. 204-212.

9 Cf. le plan du sanctuaire Pl. 4, p. 276.

10 Paus. 4.3.9 ; 33.2 ; cf. Deshours 1989, 174-179 ; Zunino 1997, 101-108 (sur Zeus de l’Ithôme).

11 BCH, 119, 1995, 880-881 (cf. SEG, 45, 302) ; Thémélis 1998, 183 ; cf. aussi infra, p. 208, 210, 212.

12 Grandjean 2003, 59-65.

13 Le sanctuaire de Zeus Lykaios est le centre religieux du koinon arcadien (sur ce point, cf. Jost 1985, 184 et sur le sanctuaire en général, 180-185) ; sur le sanctuaire de Despoina : Jost 1985, 172-177.

14 Cf. Jost 1985, 63-64 et 301-311 (pour Déméter Érinys, violée par Poséidon et mère d’Arion, à Thelpousa) ; 89-90 et 312-317 (pour Déméter Mélaina à Phigalie dont Pausanias ne put voir la représentation thériomorphique, une femme à tête de jument – parce qu’elle avait été détruite [8.42.11]). Seul le titre de la prêtresse de “Déméter de l’hippodrome” peut conduire à penser que les Messéniens vénéraient également une Déméter en rapport avec les chevaux qui pouvait, comme à Phigalie, être figurée comme une jument.

15 Cf. Dipersia 1974, 59 ; Asheri 1983 ; Isocrate, Archidamos, 16, 28, 87. Isocrate fait dire au roi de Sparte : “Ce sont en réalité les Hilotes qu’on installe à nos frontières” ; cf. Vidal-Naquet 1991, 241. Il est notable que, si, dans le texte de Pausanias, l’État messénien fondé en 370/369 apparaît comme une juste restitution faite aux Messéniens de la diaspora, il n’est pas question de la diaspora dans les deux témoignages contemporains de la fondation de Messène (l’Archidamos d’Isocrate et le Messèniacos logos d’Alkidamas d’Élée), lesquels, au contraire, argumentent pour ou contre la création d’un État dont le corps civique serait composé d’anciens Hilotes ; cf. Grandjean 2003, 54-56.

16 Ducat 1990, 181 ; Vidal-Naquet 1991, 211-212 ; 219. C’est ce que montre en particulier un fragment de Théopompe (FGH, 115 F 13) : τò δὲ τν Ελώτων θνος παντάπασιν ὠμς διάκειται καπικρς. εἰσγὰρ οImage 10000000000000090000000F9B04314A.jpgτοι καταδεδουλώμενοι πολὺνδη χρόνον πò τν Σπαρτιατν, οἱ μὲν αὐτν ἐκ Μεσσήνηςντες, οδἙλεάται κατοικοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgντες πρότερον τò καλούμενονλος τς Λακονικς. Ce texte est postérieur à la disparition de l’hilotisme messénien ; cf. Ducat 1990, 15, 50 et 66

17 Plut., Lycurgue, 28.4 : Ἀριστοτέλης δ μάλιστά φησι καὶ τοὺς φóρους, ὅταν εἰς τὴν ἀρχὴν καταστσι πρτον, τοImage 10000000000000070000000EAE8A4B0F.jpgς Ελωσι καταγγέλειν πόλεμον, ὅπως εὐαγὲς Image 10000000000000070000000F51E284A9.jpg το ἀνειλεImage 10000000000000070000000EAE8A4B0F.jpgν. “Aristote va jusqu’à dire que les éphores eux-mêmes, dès qu’ils entraient en charge, déclaraient la guerre aux Hilotes, pour qu’on pût les tuer sans contracter de souillure” (trad. R. Flacelière-E. Chambry-M. Juneaux, CUF, 1958). L’explication d’Aristote est une rationalisation ; la cause véritable de ce rite se trouve plus probablement dans le désir d’affirmer systématiquement la supériorité des Homoioi dans le domaine guerrier.

18 de Ste Croix 1981, 93.

19 Thuc. 4.80.3-4 (trad. J. de Romilly, CUF, 1967). On se couronne pour participer à un sacrifice ; mais la couronne fait aussi partie de la parure du mort – ce qui donne au passage une ironie tragique témoignant de la forte désapprobation de Thucydide (cf. Ducat 1974, 1460 ; Ducat 1990, 81-82, 121-123 notamment).

20 Deubner 1932, 152-155, notamment 152 pour la participation des esclaves ; cf. Macrobe, Satires, 1.10.22.

21 Ducat 1990, 118 avec la bibliographie ; cf. Pettersson 1992, 15-17.

22 Ducat 1990, 187-188. Une scholie au vers d’Aristophane précise μιμεImage 10000000000000070000000EAE8A4B0F.jpgται δὲ τοὺς Ελωταςταν στεφανοImage 100000000000000A0000000F66E7E690.jpgσιν τòν Ποσειδνα (D. M. Jones-N. G. Wilson, Scholia in Aristophanem [W. J. W. Korster ed.] I, 2 [1969], Scholia in Aristophanis Equites, 254) : “Imitation des Hilotes, quand ils couronnent Poséidon” (trad. J. Ducat).

23 C’est le moment où la fondation de l’État messénien incite tous ceux qui ne sont pas philolaconiens à distinguer entre deux catégories d’Hilotes : cf. Ducat 1990, 13-18. L’hypothèse que des Hilotes laconiens auraient été installés en Messénie (Figueira 1999, 212) ne repose sur aucun document. La soumission de la Messénie répondait à un besoin de nouveaux klèroi pour assurer la subsistance d’Homoioi plus nombreux, mais ne témoigne pas de la nécessité d’établir des Hilotes en dehors de la Laconie.

24 Ducat 1990, 17 ; Plat., Lois, 6.776-777 ; cf. Vidal-Naquet 1991, 221 et 228.

25 Les Messéniens ont rarement les honneurs des manuels sur les institutions politiques (car leur État a été fondé tardivement et on les mentionne plus volontiers comme Hilotes) ; mais les Hilotes n’intéressent pas non plus les historiens de l’esclavage : l’hypothèse d’une religion hilotique n’est pas même soulevée dans la belle monographie de Fr. Bömer (1960-1961). Il est vrai que “l’archéologie n’a pas, jusqu’à maintenant, découvert beaucoup d’Hilotes” (Vidal-Naquet 1991, 235).

26 Paus. 4.6.5 : à la fin de la “Première guerre” de Messénie, les Spartiates avait conquis la Messénie (c’est-à-dire probablement la plaine supérieure ; cf. Kiechle 1959, 56-64).

27 Paus. 4.27.11 ; cf. supra, p. 62.

28 Fr. Kiechle pense qu’à la suite de leur défaite dans la “Première guerre” de Messénie, les Messéniens étaient devenus des Périèques, mais qu’après leur révolte (dans la “Deuxième guerre” de Messénie), ils avaient été hilotisés (1959, 50 sq.) ; Ducat 1990, 141-144.

29 Pausanias (4.1.3) ne parle pas de cité-État (polis), mais d’ethnos, en suivant Homère.

30 Ducat 1990, 142-143.

31 Baurain 1997, 383-384 “(L’écriture) : Il s’agit d’un simple outil mécanique qui a permis d’exprimer l’essence de la culture orale antérieure” ; sur l’importance de l’oralité et le prestige qu’elle conserve malgré la diffusion de l’écriture aux époques archaïque et classique, cf. Finley 1981, 23-25 ; Thomas 1992, 3-4.

32 Coldstream 1976, 8-17 ; cf. Alcock 1991, 451, 460-462, 465-466 (catalogues). Sur les cultes héroïques à Messène, cf. Thémélis 2000.

33 Ducat 1990, 145 ad Thuc. 4.80.3 que J. Ducat traduit : “Car le principe essentiel de la politique des Lacédémoniens à l’égard des Hilotes a toujours été principalement dicté par le souci de s’en protéger”. Il s’agit des Hilotes messéniens (ceux qui sont venus en aide aux Spartiates à Sphactérie). J. Ducat (1974b, 1452 sq.) discute la validité de cette explication souvent reprise dans l’historiographie moderne et préfère voir dans le mépris plutôt que la peur le sentiment que les Hilotes inspiraient aux Spartiates.

34 Ducat 1990, 53-54 ; même si certains étaient des serviteurs de maison, la plupart des Hilotes étaient des esclaves ruraux : Plut., Apopht. lac., 223 a.l “Cléomène, le fils d’Anaxandridas, prétendait qu’Homère était le poète des Lacédémoniens et Hésiode celui des Hilotes : le premier avait montré comment il fallait faire la guerre, le second comment il fallait cultiver la terre” (trad. Fr. Fuhrmann, CUF, 1988).

35 Alcock 2001b, 190-195.

36 Coldstream 1976, 12 fig. 1.

37 Korres 1988, 311-328, notamment 325-328 ; Thémélis 1998, 183.

38 Ducat 1990, 13 sq. et 141 ; Hérodote distingue toujours entre Hilotes et Messéniens ; en revanche, l’Archidamos d’Isocrate confond systématiquement Hilotes messéniens et laconiens dans le but de discréditer toute revendication de création d’un État messénien au dépens de Sparte.

39 Parmi les Messéniens qui ne s’étaient pas exilés, Pausanias mentionne seulement ceux qui étaient devenus des Hilotes. (4.24.6 : [à la suite du séisme de 464] κατν Ελώτωνσοι Μεσσήνιοι τò ἀρχαImage 10000000000000070000000EAE8A4B0F.jpgον Image 10000000000000070000000FE3E3048B.jpgσαν ἐς τò ὄρος τὴν Ἰθώμην ἀπέστησαν)

40 Roebuck 1941, 28 sq. ; Jacoby, FGH, 324 F 49 (Androtion).

41 Thouria : Thuc. 1.101 ; Meyer 1978b, s.v. Messenien, 182.

42 Aithaia : Thuc. 1.101.2 ; Meyer 1978b, 183 ; le site n’est pas identifié.

43 Pharai : Meyer 1978b, 181 ; Valmin 1930, 40-44.

44 Asinè : Paus. 4.34.9-11 ; Hdt. 8.73.2 ; Jacoby, FGH, 115 F 383 (Théopompe) ; Meyer 1978b, 198 ; Billot 1989-1990, 38 n. 10 ; 63.

45 Mothônè : Paus. 4.24.4 ; 27.7-8 ; 35.2 ; Valmin 1930, 152 sq. ; Meyer 1978b, 200.

46 Ithômè : Thuc. 1.101.

47 Isthmios : Hdt. 9.35 ; Paus. 3.11.7.

48 Sur IG, V. 1, 1387, cf. L. Robert, Rph., 1930, 35-36 ; J. et L. Robert, Bull. 1955, 115.

49 N. Valmin pense que toute la partie est de la plaine inférieure appartenait à Thouria (1930, 61).

50 SEG, XXV, 431 (b) ; cf. J. et L. Robert, Bull. 1971, 324.

51 Thémélis 1969, 352 sq. ; 1970, A, 109 sq. ; Meyer 1978b, 181 ; Leon 1968 ; McDonald-Rapp 1972, MME 542.

52 Paus. 4.31.4 ; cf. Valmin 1930, 53 ; eiusdem 1934, 20-23 ; eiusdem 1938, 419-465 ; Roebuck 1941, 36-37 ; MME 530.

53 Sanctuaire d’Apollon Corythos : Paus. 4.34.7 ; Deltion, 2, 1916, 65-118 ; Valmin 1930, 173-175 ; MME 504.

54 Pol. 7.12.3.

55 BCH, 117, 1993, 795.

56 Thémélis 1996, 145, fig. 2 ; cf. plan Pl. 3, p. 275.

57 Thémélis 2000, 22-23 et fig. 16, 18 à 20 ; Sineux 1997, 20 ; l’auteur croit cependant à la fonction thérapeutique d’Asclépios à Messène.

58 Pour les modalités possibles, cf. Ducat 1990, 115-118 (participation des Hilotes aux fêtes religieuses spartiates dans des rôles dégradants).

59 Sur les cultes laconiens : Wide 1893 ; sur l’embuscade à l’autel d’Artémis Orthia : Frontisi-Ducroux 1984 ; sur la cryptie : Vidal-Naquet 1991, 161-163, passim.

60 Avec les épiclèses typiquement spartiates de Ortheia (SEG, XXIII, 217 ; 220), Oupèsia (SEG, XXIII, 208 ; 216) ou encore Limnatis (IG, V.1, 1442 ; 1458 ; 1470-1472).

61 Paus. 4.4.2 pour la version spartiate (viol des jeunes filles spartiates par des Messéniens dans le sanctuaire d’Artémis Limnatis situé dans le Taygète) et id. 4.4.3 pour la version messénienne (des Messéniens sont attaqués dans le sanctuaire par des Spartiates déguisés en jeunes filles).

62 Ellinger 1993, 263. Telle est la version que donne Pausanias dans sa pseudo-histoire messénienne (4.23.1 ; 24.5). Pour ce qui est de la réalité historique, J. Ducat, soulignant l’isolement de Pausanias, arrive à la conclusion que “la quatrième guerre de Messénie apparaît (...) non comme une révolte d’Hilotes cherchant à fuir leur condition, mais comme le dernier combat d’une ethnie encore au moins partiellement libre pour sa survie en tant que telle” (1990, 143).

63 Cf. infra, p. 206-210.

64 Paus. 4.1.2 (Messènè) ; 2.4 (Arènè) ; 33.6 (Oichalia) ; le Périégète ne croit guère à ces explications : “les guides s’accordent à dire que le nom de la cité (Andania) vient de celui d’une femme qui s’appelait ainsi ; mais je ne puis dire qui étaient ses parents ni qui elle a épousé”. Cependant cela ne l’empêche pas d’accréditer et de reprendre largement l’histoire officielle que les Messéniens cherchent à propager.

65 Cf. supra, p. 137.

66 Pharai : Paus. 4.31.1 (le site est peut-être à identifier avec MME 540) ; Cardamylè : Paus. 3.26.7 ; Leuctra : Paus. 3.26.5.

67 Malkin 1999, 173-189 notamment.

68 Paus. 4.33.4.

69 Cf. infra, p. 213-222.

70 Heer 1979, 157 et 189.

71 Philippson 1959, 374.

72 Breuillot 1985.

73 Paus. 4.31.3 ; pour le sanctuaire cf. Valmin 1938, 437-465 ; pour les offrandes : 440-463 et pour son rôle thérapeutique : 464-465 ; pour les dédicaces au Pamisos : 438-440 (= SEG, XI, 980 et 981).

74 Paus. 4.33.1 ; pour la fontaine dégagée sur le site de Messène : BCH, 115, 1990, 864 et fig. 25 ; pour la dédicace Ἀχελώωι τιμεον trouvée par P. G. Thémélis sur la terrasse située au-dessus de la fontaine qui jaillit d’un orifice du mur de pierres antiques remployées et qui vaut au village moderne le nom de Mavromati, “Œil Noir” : cf. Ephéméris, 1988, 28 ; BCH, 113, 1989, 610 ; SEG, 39, 382.

75 Pindare, fr. 133 : ἥρωες γνοί.

76 Scholie ad Aves, 1762 δοκεImage 10000000000000070000000EAE8A4B0F.jpg δὲ πρτος Ἀρχίλοχος ἐν Πάρνικήσας τòν Δήμητρος μνον αυτImage 100000000000000A0000000F7659E318.jpg ἐπιφωνηκέναι ; Preller 1837, 29 et 56.

77 Wilamowitz-Möllendorff 1932, 544.

78 Rudhardt 1998, 41.

79 Hh Déméter, 439.

80 Hésiode, Travaux, 465.

81 Ce détail n’apparaît pas dans l’Hymne homérique, mais se trouve dans plusieurs traditions locales ; par exemple à Syracuse, la source Kuanè était consacrée à Corè parce que Ploutôn y disparut sur le char avec lequel il l’avait enlevée (Diod. 5.4.1-2).

82 Bérard 1974, Pl. 8 fig. 30b (cratère de Spina arv2, 612,1) ; Pl. 15 fig. 50 (cratère de New York, arv2, 1012, 1), notamment.

83 Valmin 1930, 92-99 en particulier 97-98 ; Meyer 1978, 186.

84 Thémélis 1998, 159-186.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search