Version classiqueVersion mobile

Les mystères d’Andania

 | 
Nadine Deshours

Remerciements

Texte intégral

1C’est grâce à A. Laronde que je me suis d’abord intéressée aux Mystères d’Andania : il m’avait proposé comme sujet de DEA une édition et un commentaire du règlement des Mystères. Le présent travail ne reprend que les axes de ce commentaire, car ma thèse, également dirigée par A. Laronde et consacrée aux cultes en Messénie (de l’époque classique à l’époque impériale) permettait d’entrevoir de nouvelles perspectives d’interprétation, sans que j’aie pu à ce moment-là les développer. Je lui dois non seulement ce sujet, mais le plaisir d’avoir découvert et arpenté une région qui, certes, n’est pas le centre du monde, mais est devenue pour moi un lieu d’élection.

2Ph. Gauthier, qui avait eu la générosité de me donner de précieuses indications dès cette époque, inscrivit le règlement des Mystères au programme de son séminaire à l’EPHE en 1998-1999 et y consacra une série de séances de janvier à mars 1999. C’est finalement ce qui me stimula pour terminer ce travail. Les auditeurs du séminaire m’ont souvent révélé un aspect des questions que je n’avais pas envisagé et m’ont incitée à formuler des idées. Que Ph. Gauthier trouve ici ma reconnaissance la plus vive pour son aide et pour l’occasion qu’il m’a fournie de mettre à l’épreuve du jugement d’autrui mes interprétations ou mes hypothèses.

3P. G. Thémélis m’a reçue à plusieurs reprises à Messène et m’a autorisée à voir des inscriptions conservées au Musée de Mavromati ; il n’a pas ménagé son temps pour m’exposer les résultats — fréquemment enthousiasmants — des fouilles qu’il a reprises depuis 1986.

4C’est souvent à la bibliothèque de l’École Française d’Athènes, où O. Picard et R. Étienne m’ont permis de faire plusieurs séjours que j’ai demandé de l’aide à F. Burkhalter, Chr. Chandezon, Éd. Chiricat, M. Daumas, Fr. Lefèvre, B. Le Guen, É. Scheid, O. Tresch, C. Tuan. Tous m’ont éclairée sur des points qui, sans eux, seraient restés obscurs pour moi.

5Cependant, le résultat de ce travail n’aurait pas pu être publié sans l’intérêt que lui ont porté A. Bresson, P. Brun, R. Descat et J. France qui a accepté de le publier dans cette collection d’Ausonius. Qu’ils trouvent ici l’expression de toute ma reconnaissance pour l’accueil chaleureux qu’ils m’ont réservé à Bordeaux.

6Dans la toute dernière phase d’édition, l’efficacité et la gentillesse de N. Tran ainsi que de S. Vincent ont aplani toutes les difficultés.

7Je remercie mes amies C. Grandjean et S. Psoma, qui, à Paris, à Athènes, dans le Péloponnèse, ont été, tout au long de ces années, des compagnes à la fois savantes et enjouées.

8Enfin, ma pensée va aujourd’hui au regretté R. Weil qui dirigea mon mémoire de maîtrise ; je souhaite seulement ne pas avoir été indigne de la rigueur intellectuelle et morale qu’il savait transmettre à ses étudiants.

9Paris-Athènes, août 2005

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search