Version classiqueVersion mobile

Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne

 | 
Marie-Laurence Haack

Deuxième partie. Stratégies de société

Une nouvelle attestation du mot sacniσa. Urne inedite de la Collection Consortini de Volterra

Adriano Maggiani

Texte intégral

  • 1 Deecke 1882, 8 ; Cortsen 1935, 91 sq. ; Torp 1902, 6 ; Pallottino 1984, 514.
  • 2 Agostiniani 1994, 9 sq. ; Rix 1984, 230 ; Steinbauer 1999, 239 sq., G 3, 243 s, G 7 ; Wylin 2000, 2 (...)
  • 3 Consortini 1940. Dans l’œuvre de Consortini, deux des trois inscriptions de la collection sont répe (...)
  • 4 Une d’entre elles, de qualité exceptionnelle et très rare car elle est travaillée sur les quatre fa (...)
  • 5 D’après Consortini 1940, 245, l’hypogée de la famille devait être situé dans la nécropole “I Marmin (...)

1Le mot sacniσa a déjà fait l’objet d’une longue tradition d’études. Après les travaux pionniers de W. Deecke, de S. P. Cortsen, de A. Torp et de M. Pallottino1, plusieurs savants ont repris le problème récemment, dont L. Agostiniani, H. Rix, D. Steinbauer, K. Wylin, E. Benelli, G. M. Facchetti et maintenant V. Belfiore2. Pourtant, il faut reconnaître qu’il s’agit d’un problème encore ouvert, en particulier lorsqu’on s’attache à la traduction du mot. Dans ces conditions, tout nouveau document doit être regardé avec un intérêt et une attention particuliers, même s’il ne peut à lui seul résoudre la question. Le monument archéologique que je soumets à votre attention et à la discussion est conservé à Volterra, dans une collection particulière. J’en ai eu connaissance seulement à la mort de son propriétaire qui l’a légué à la paroisse de San Giusto. L’ancien propriétaire était un artiste, un sculpteur, nommé Raffaello Consortini, mais la formation de la collection doit remonter à l’un des membres de sa famille, Luigi Consortini qui a édité en 1940, Volterra etrusca e romana, livre dont le titre est bien connu des savants qui ont étudié l’archéologie de cette ville de l’Étrurie du Nord3. Cette collection compte environ trente urnes, en tuf et en albâtre, dont certaines d’assez grande qualité4. Les urnes doivent avoir appartenu, en partie au moins, à un tombeau de la famille Petru5. Deux urnes, en effet, ont conservé ce nom dans leurs épitaphes.

  • 6 Couvercle : h. m. 0.25 ; larg. 0.71 ; prof. 0.21.

2La première est fort endommagée6 : sur la base du couvercle au moment où j’ai pu voir la collection dans la cave de la maison de la famille Consortini, on pouvait lire seulement ces mots (fig. 2) :

[Image 10000000000000140000000430017A6E.png] petru. ls. herinixx[Image 10000000000000140000000430017A6E.png]

  • 7 Couvercle : h. 0.46 ; larg. 0.77 ; prof. 0.25. Cuve : h. 0.41 ; larg. 0.88 ; prof. 0.25
  • 8 Le mythe est représenté de la façon la plus claire sur l’urne Museo Guarnacci 176, B-K II, tav-L, 3
  • 9 Sur le rituel, cf. Lissarrague 1989, 34.

3L’autre monument est beaucoup mieux conservé et le couvercle paraît s’adapter convenablement à la cuve qu’il surmonte (fig. 1)7. Sur la cuve, on voit une scène du mythe de Pélops et Hippodamie8. Sur le couvercle est représentée l’image du défunt, à demi gisant sur une kliné, couronné et voilé ; dans la main droite, il tient une patère ombiliquée ; la tasse est inclinée, ce qui indique que le vin a été déjà consommé, qu’il a été bu par le mort ou versé lors de la spondè, la libation aux dieux qui ouvre le symposium9.

4À la base du couvercle, une inscription a été gravée (fig. 3) :

[Image 10000000000000140000000430017A6E.png] petru. ls. cavinal. mut xxx r.LXXIII. sacniσa

  • 10 Nielsen 1975, 301 sq. ; Maggiani 1976, 33, F b 4, pl. XI, 2 (“Gruppo flave 2”).
  • 11 Maggiani 1990, 192.

5La typologie du couvercle nous permet de dater le monument d’entre la fin du iie et le début du ier siècle a.C. Il peut appartenir au Groupe Idéalisant10. L’inscription, du point de vue paléographique, est un bon spécimen de l’écriture maniérée, ce type particulier d’écriture dont les lettres les plus caractéristiques sont l’epsilon et le digamma, et que l’on connaît à Volterra à partir du dernier quart du iie siècle a.C.11

  • 12 Rix, ET, s. v. Pour l’Île d’Elbe, adde Maggiani 2001.
  • 13 Rix ET, Vt 3. 2.
  • 14 Rix ET, Vt 4. 1.

6*Le défunt appartient donc à la famille des Petru. C’est un nom largement connu dans toute l’Étrurie septentrionale, de Chiusi à Pérouse, du territoire de Sienne à Cortone, jusqu’à l’Île d’Elbe12. À Volterra, le nom est attribué à une femme dans Rix ET Vt 1.134. Ce qui est plus important, c’est qu’il est, semble-t-il, attesté sur une stèle archaïque13. Ce nom manque pourtant dans la defixio de S. Jérôme, qui peut être considérée comme une véritable liste des familles de Volterra au iie siècle a.C.14

Image 1000000000000286000001FAFBEE7F02.jpg

Fig. 1. Volterra, Collection Consortini. Urne en albâtre.

Image 1000000000000177000000369CDCE4EE.jpg

Fig. 2. Inscription sur urne de la Collection Consortini.

Image 10000000000003400000004601BDE210.jpg

Fig. 3. Inscription sur urne de la Collection Consortini.

  • 15 Bien sûr, il y a plusieurs traces de remplissages anciens en plâtre, mais on ne voit aucun reste de (...)
  • 16 Rix 1991, 681 sq.
  • 17 Rix ET AS 4.5 ; LL VII. 6

7Le texte de la nouvelle inscription présente une lacune au début, là où l’on attend le prénom du défunt, mais elle est complète à gauche15. Le dernier mot est sans doute sacniσa. À propos de la forme de ce mot, on a exprimé différentes opinions. À mon avis, on a affaire sûrement, comme l’a proposé H. Rix16, à un adjectif articulé au moyen du pronom enclitique – σa, à partir de l’adjectif sacni. De ce terme, sacni, en effet, est dérivée toute une famille de noms, sacniσa, sacnica, sacnita, sacniu. On ne discutera pas ici le mot sacnita connu seulement grâce à deux témoignages assez problématiques17.

  • 18 Rix 1991, 682 sq.

8Considérons maintenant le rapport entre sacnica et sacniσa. Le premier terme est attesté dans le Liber Linteus seulement, plusieurs fois d’ailleurs, et avec nombre de suffixes et de postpositions. On trouve le deuxième terme, une fois seulement dans le Liber, associé au le mot sacnica (dans l’expression sacniσa sacnicleri), mais pour le reste, il est employé exclusivement dans le domaine funéraire. Il semble très probable que ces termes aient eu une distribution différente et un sens différent, puisque sacniσa se rapporte seulement à des individus, tandis que sacnica semble signaler une institution, parce qu’il est presque toujours associé dans le Liber, dans des formulaires fixes, aux termes cilth (arx), spura (civitas), methlum (urbs ou territoire)18.

9Il faut maintenant examiner les témoignages funéraires du mot sacniσa. Sacniσa est répertorié deux fois à Tarquinia, une fois dans son territoire (S. Giuliano), une fois à Bolsena (Vietena), deux fois à Vulci, une fois à Volterra. Dans ces inscriptions, le terme est seul ou associé à différents syntagmes :

10I. Il peut être isolé après la formule onomastique, comme dans le cas de Volterra, et dans l’épitaphe de Vietena (Rix ET Vs 1.248) :

11a seies : ha/ sacniσa

12II a. Il peut être suivi de la détermination locative θui “ici” et d’un verbe qui exprime une action transitive ou intransitive au passé simple. Les exemples proviennent tous les deux de Tarquinia :

  • 19 Pour la lecture, Morandi 1995 ; Wylin 2000, 153, note 371.

131. larθ velχas velθurus aprθnalc clan sacniσa θui eclθ suθiθ acazrce (Rix ET Ta 5.5)19

2. ramθa aprinθnai : an : sacniσa θui [Image 10000000000000140000000430017A6E.png]eθrce (Rix ET Ta 1.47)

14II b. Le terme est suivi, comme précédemment, d’une notation locative et d’une forme verbale, cette fois probablement passive ou intransitive :

151. Elnei ramθa clθ σuθiθ / sacniσa θui puts (Rix ET AT 1.193)

16III. sacniσa est précédé d’un mot qui est l’appositif d’une personne (hatrencu, ativu) :

171. Cippe de la nécropole de Cavalupo, à Vulci (Rix ET Vc 1.8)

ramθa papni armnes apu[Image 10000000000000140000000430017A6E.pngpui] a : hatrencu sacniσa

182. Cippe de la Tombe François de Vulci (Rix ET Vc 1.17)

19ravnθu seitiθi ativu sacniσa aturσ

  • 20 Je pense que aturσ est un nom au nominatif et qu’il est associé à ce qui précède par asyndète. Trad (...)

20Dans ce cas, l’adjectif sacniσa semble s’accorder au nom ativu (“mère”) appositif de la femme Ravθnu Seitiθi20.

Dans ET At 1.109, de Musarna, a [Image 10000000000000140000000430017A6E.png] aleθnas σeθreσa neσs sacn [Image 10000000000000140000000430017A6E.png] etc., les lacunes du texte et le génitif neσs devant sacn[Image 10000000000000140000000430017A6E.png] ne nous permettent pas d’aboutir à des résultats convaincants.

21On rencontre aussi une forme saniσa, qu’on ne saurait séparer de la série précédente et dont elle constitue seulement une variante. Elle est attestée dans la tombe tarquinienne des Anina (Rix ET Ta 1.159) :

22aninas-/…/ s [-] sa σuθi ceriχunce/ saniσa θui puts

  • 21 Cf. Rix 1991, 681. Aussi vecnate/venate, σucni/σuni Cf. Rix Et, s v

23La ressemblance parfaite du formulaire avec l’inscription provenant de S. Giuliano (Rix ET AT 1.193) (supra II b. 1) ne peut laisser de doute sur la légitimité de l’identification saniσa : sacniσa. D’ailleurs le passage cn : n est bien documenté en étrusque, non seulement au début (par ex. cnaive : nae) mais aussi à l’intérieur des mots (fraucni : frauni)21.

24L’identité, dont on ne saurait douter, entre sacniσa e saniσa, nous permet aussi d’ajouter au dossier l’inscription bien connue de la Tombe de Clavtie à Cerveteri, où l’on trouve le mot saniσva (Rix ET Cr 5.2). Le texte, dans son deuxième paragraphe, donne : apac atic saniσva θui cesu.

  • 22 Je rappelle ici qu’en étrusque le pluriel des mots qui désignent des êtres inanimés qui se finissen (...)
  • 23 Apud CIE 4149
  • 24 Rix ET Pe 1.812.
  • 25 Agostiniani 1994, 17.
  • 26 Dans les épitaphes latines de la République on trouve souvent les expressions :… ubei eorum ossa qu (...)
  • 27 Facchetti 2002, 56 sq.

25Cette inscription a été l’objet d’une étude soignée de L. Agostiniani, qui a identifié saniσva comme la forme du pluriel d’un saniσ (un nom commun)22. Saniσ serait en réalité attesté dans une inscription perdue provenant de la tombe de Venete à Pérouse, que nous connaissons seulement grâce à une copie schématique de G. B. Vermiglioli23. Mais dans le recueil des inscriptions étrusques de H. Rix, Etruskische Texte, ce mot a été interprété, sur la base d’une conjecture de F. Kouba, comme mania(l)24. Il est possible aussi qu’à la fin de l’épitaphe il y ait eu une lettre (alpha) qui n’avait pas été copiée par notre témoin. Dans cette hypothèse, il pouvait donc s’agir aussi d’un autre témoignage du type sa(c) niσa. Mais il n’y a aucune certitude sur ce point. D’ailleurs, la séduisante traduction “ossement, cendres” proposée par L. Agostiniani25, qui a utilisé encore une fois – semble-t-il – la méthode bilinguistique26 – n’apparaît pas non plus vraiment convaincante. En réalité, une interprétation qui reconnaît dans la terminaison –σva le nominatif pluriel du pronom enclitique –σa apparaît nettement plus intéressante et d’ailleurs presque sûre, si l’on considère les formes qui se terminent en – iσvla, iσvle dans la table de Cortone et dans l’hypogée de S. Manno27. Cela dit, on pourra conclure que, si le saniσva du tombeau des Clavtie est le même que sacniσva, il doit donc être identifié comme le pluriel de sacni-σa, qui se rapporte aux deux sujets de la phrase, apac atic, le père et la mère des deux fondateurs de la tombe familiale. Encore une fois, le mot saniσva est lié à l’adverbe θui et à une forme verbale, cesu, à laquelle on donne communément le sens de “ci-gît”, “ hic cubat” ou quelque chose de tel. Nous sommes donc dans le type de formulaire II b.

Dans cette tombe aussi, saniσva (=sacniσva ?) caractérise les défunts avec un qualificatif qui les définit comme étant dans un lieu particulier (le tombeau) et dans une situation particulière (y être gisants). Le mot sacniσa est attribué à des hommes autant qu’à des femmes : il est presque toujours accompagné de l’adverbe θui “ici” et de la détermination précise de l’endroit où l’on se trouve, c’est-à-dire ecl suθiθ, dans cette tombe-ci. Ces précisions topographiques semblent indiquer que le personnage, le défunt, est ici, dans sa tombe, dans sa qualité ou dans sa condition de sacniσa, et en tant que sacniσa, il a fait quelque opération (acazrce, [Image 10000000000000140000000430017A6E.png]eθrce) où il a été l’objet d’une action (si vraiment le mot puts signifie comme l’a proposé H. Rix positus est ou quelque chose de semblable).

26La série de dérivés de sacni comprend aussi le mot sacniu, sans doute un adjectif formé avec le suffixe – u. Ce mot est attesté presque exclusivement à Vulci. La variante sacniu est attestée, après l’indication de la personne défunte, seule ou précédée du nom hatrencu.

27Il faut considérer d’abord une inscription relative à une femme (Rix ET Vc 1.10) : eca σuθi tarχas levial hatrencu sacniu Au début, on trouve l’expression eca suθi suivie du nom de la titulaire au génitif et, après une césure syntaxique, on trouve l’expression hatrencu sacniu.

  • 28 Falconi Amorelli 1963, 208, n. 1.
  • 29 Falconi Amorelli 1963, 208 sq., n. 3, pl. a.
  • 30 On ne peut pas nier qu’il existe quelque différence dans le tracé des lettres dans les deux morceau (...)

28Il existe un second texte fragmentaire qui contient le terme sacniu. Il s’agit d’un fragment isolé trouvé dans la nécropole de Ponte Rotto, auprès de la Tombe François28. La typologie du fragment mouluré me fait penser à un cippe du type “à dé” ; la forme de la moulure sur laquelle l’inscription a été gravée et la ressemblance au niveau des dimensions m’ont fait penser que ce fragment pourrait être associé à l’inscription mutilée Rix ET Vc 1.6129 que l’on a repérée à peu de distance dans la même nécropole. Cette association, si elle est confirmée30, nous offrira un nouveau texte, presque parfaitement superposable à celui qu’on a mentionné auparavant (fig. 4).

[Image 10000000000000140000000430017A6E.png] larθal veluσ/la hatrencu / sacniu.

Image 10000000000002E60000003FBE3AEF2B.jpg

Fig. 4. Hypothèse de restitution des inscriptions Rix Et Vc. 10 et 61.

  • 31 Nielsen 1990.

29Je crois que le lien étroit entre les séries sacniσa : sacniu est assuré par le texte vulcien Rix ET Vc 1. 8 provenant de la nécropole de Cavalupo que nous avons évoqué plus haut, dans lequel Ramtha Papni est appelée hatrencu sacniσa (Type III). Ici, sacniσa occupe justement la position où, dans les autres inscriptions vulciennes, on trouve sacniu. Dans tous ces cas, l’adjectif sacniu semble compléter le mot qui le précède, c’està-dire hatrencu, dont il doit définir évidemment un aspect ou une particularité, et non pas la personne propriétaire du monument. Malheureusement on attend encore une interprétation convaincante pour hatrencu ; l’hypothèse la plus répandue reconnaît dans ce mot un titre religieux, qui désignerait peut-être une prêtresse31.

30Deux autres textes contiennent le mot sacniu ; il s’agit des épitaphes de larth tarsalu e marce tetnies. Le premier est gravé sur un magnifique disque en pierre (Rix ET Vc 1.4) : eca σuθi larθal tarsalus sacniu. Dans ce cas, il est difficile de décider si sacniu doit être associé à σuθi (le tombeau est sacniu) ou si l’on doit imaginer une interruption après le nom du défunt au génitif et considérer sacniu comme une forme indépendante, qui qualifie le monument et son propriétaire.

31La deuxième hypothèse semble convenir à l’épitaphe Rix ET Vc 1.46 sur sarcophage en pierre :

32marce tetnies veru sacniu

33Dans ce cas, la structure doit être celle de notre type I.

34Quel est donc le sens de cette famille de mots ?

  • 32 Torp 1902, 32 ; Cortsen 1935, 91. Cf. aussi Wylin 2000, 280.
  • 33 Steinbauer 1999, 240, 462.

35Une tradition ancienne, qui prend appui sur des travaux de W. Deecke et d’A. Torp, croyait pouvoir relier ces mots avec le latin sacer et proposer une traduction “sanctuaire, sacré” ou quelque chose de ce genre32. Cette proposition a été fortement rejetée par D. Steinbauer qui avait raison, à mon avis, de refuser une dérivation basée seulement sur l’assonance. Ce savant proposait aussi un sens profane, c’est-à-dire “Bürger”, “citoyen”. Mais cette proposition se heurte à des difficultés33.

36Si l’on peut en effet penser que les Clavtie de Cerveteri, en tant que famille probablement originaire de Rome, tenaient à souligner le statut récemment reçu, cette hypothèse n’est justifiée dans aucun des autres témoignages de notre dossier. Je ne vois pas pourquoi Ramtha Aprthnai, Ramtha Elnei ou Larth Velchas devaient souligner dans leur épitaphe leur qualité de citoyens, une qualité qui pouvait être pleinement assurée et garantie par leur formule onomastique.

37Encore une fois, on se tournera vers la nouvelle inscription de Volterra : est-il pensable que Petru, fils de Laris et d’une femme de la bonne société de Volterra, qui pouvait peut-être se vanter d’ancêtres remontants à l’époque archaïque, ait été le seul, parmi tous les membres des familles de la ville dont on connaît les inscriptions funéraires, qui ait éprouvé le besoin de proclamer son statut de citoyen ? J’ai du mal à le croire.

  • 34 Rix 1991, 682.
  • 35 Wylin 2000, 283.
  • 36 Benelli 2007, 54, n. 5.1. Mais il y a ici des difficultés, parce qu’un éventuel saniσ n’est pas le (...)
  • 37 Facchetti 2002, 60 sq.

38H. Rix avait proposé en 1991 la traduction “confrérie” pour sacnica et “membre de la confrérie” pour sacniσa34. K. Wylin a pensé, lui, suivant en partie la suggestion du savant allemand, que “ sacniσa potrebbe indicare la (persona) santa/ sacra (che potrebbe essere una denominazione per una carica di sacerdote)”35. E. Benelli pense pour saniσva de Cerveteri “a un plurale di saniσ appellativo per il quale è forse possibile ipotizzare un qualche rapporto con il termine sans = padre”36. Plus récemment, G. M. Facchetti a proposé pour sacniσa une traduction “consacrazione” et, dans le cas du syntagme hatrencu sacniu une traduction “sacro”37. On ne saurait souscrire à la première proposition : le nouveau texte de Volterra, qui montre que le mot sacniσa suit directement le nom du défunt, semble contredire d’une manière définitive cette interprétation. En ce qui concerne la traduction “sacré”, je crois qu’elle est plus séduisante, et je voudrais aborder la question pour aboutir à une traduction semblable, c’est-à-dire “consacré” (consecratus), en suivant pourtant un chemin tout à fait différent de celui choisi par ce savant italien.

39Considérons d’abord le mot sacni, qui est attesté par trois monuments. Dans la Tomba dell’Orco I, on lit sur une paroi :

40mur] inas sacni θui ceseθce

41Le personnage a fait l’action ces(e)-θ--ce ; le sens du verbe doit être mis en rapport à mon avis avec la forme ces-u, bien connue, à laquelle on donne le sens du latin “cubat, iacet”. La structure de l’inscription révèle une ressemblance frappante avec les autres témoignages tarquiniens du mot sacniσa (type II a- II b). Peut-on en déduire que le sens du mot sacni était très voisin de celui de l’adjectif articulé sacniσa ou bien a-t-on ici affaire à une forme précise, abrégée, pour sacniσa ?

  • 38 Morandi 1995.

42Les deux autres attestations ont un caractère différent. La première est gravée sur un autel d’Orvieto, où l’on lit le nom de Tinia (Rix ET Vs 4.13) : tinia tinscvil / s asil sacni, dans un contexte pour le reste assez obscur. Pourtant le caractère sacré du monument et de son inscription semble hors de doute38.

  • 39 Torelli 1966.

43Le dernier monument aussi peut également être rangé parmi les textes proprement religieux : la plaquette en plomb de Santa Marinella, qui vient du sanctuaire de Menerva, mentionne le mot à la ligne 2, juste avant la lacune (Rix ET Cr 4.10). On peut penser sur la base de ces monuments que le mot sacni ressort vraiment à la sphère de la religion39.

44Je voudrais maintenant proposer de joindre au dossier une inscription qui n’a pas encore été valorisée dans cette perspective. Sous le pied d’une amphore attique à figures noires avec des images de Dionysos, que l’on dit provenir de Cerveteri, maintenant conservée à Leipzig, un graffito a été gravé (fig. 5).

  • 40 Cristofani Martelli 1976, 250, n. 63.

45L’état de conservation presque parfait du vase fait penser qu’il provient d’une tombe à chambre. L’inscription, qui avait été lue par le premier éditeur uneias aniu et qui donnait, à son avis, un nom propre40, a été plus récemment relue de manière différente par H. Rix (Rix ET Cr 2.79). Sa lecture est :

46uneia saniu

  • 41 Rix ET Cr 4.3.
  • 42 Sur le mot cver, cf. Colonna 1983, 147 sq.
  • 43 Feruglio 1991.

47Je crois qu’il est possible d’isoler le terme saniu, qu’on identifiera avec sacniu (voir sacniσa : saniσa). Uneia sera alors le génitif d’époque archaïque de Unei, une forme alternant avec Uni, c’est-à-dire le théonyme dont est attesté le génitif plus récent Uneial dans la lamelle en bronze avec les formules de prière de Pyrgi41. En tout cas, l’adjectif saniu doit être associé à l’objet sur lequel l’inscription est gravée, c’est-à-dire le vase. Cela dit, l’expression uneia saniu aura un sens proche de la sphère sémantique de l’étrusque cver/ cvera, c’est-à-dire le sens d’une véritable consécration de l’objet à la divinité42. On doit donc penser à une inscription rédigée pour consacrer l’offrande dans un sanctuaire de Uni. Mais, dans ce cas, le fait que le vase provienne d’une tombe devrait être éclairci. On n’a pas de renseignements certains sur la provenance effective de l’objet, mais on ne saurait nier qu’un objet si bien conservé ait été trouvé dans une tombe. Alors, on pourra éventuellement recourir à la comparaison avec des cas certes rares, mais qui ne manquent pas : on se souviendra surtout des fameuses cnemides qu’on a découvertes dans une tombe de Pérouse, mais qui ont été fabriquées en Grande Grèce à la fin de l’époque archaïque et qui ont été consacrées quelques années après dans un sanctuaire de Menerva43.

48Tout cela nous reconduit à la sphère du sacré, au-delà et indépendamment de l’assonance avec les mots latins dotés d’une racine sac-. Mais il est beaucoup plus délicat de proposer un sens spécifique du mot dans les différents contextes dans lesquels il est utilisé.

Image 1000000000000295000000D631076924.jpg

Fig. 5. Inscription gravée sous le pied d’une amphore de Cerveteri.

Image 10000000000002660000015307A52EF8.jpg

Fig. 6. Inscription gravée provenant de Marzabotto.

  • 44 Sassatelli 1993.

Je veux signaler encore que le mot sacni est peut-être déjà attesté à la fin du vie siècle a.C. sur un fragment de bucchero trouvé à Marzabotto44. Le graffiti qu’on avait lu [Image 10000000000000140000000430017A6E.png]z sakiu [Image 10000000000000140000000430017A6E.png] (avec l’identification d’un nom propre qui n’est jamais attesté ailleurs), peut être interprété d’une autre façon. On pourra lire (fig. 6) : [Image 10000000000000140000000430017A6E.png] z sakn[Image 10000000000000140000000430017A6E.png].

49Cela constituerait un véritable enrichissement de la documentation dont nous nous sommes occupé jusqu’ici.

  • 45 Maggiani 1985, 34.

50Le nouveau monument de Volterra n’est pas vraiment décisif du point de vue de l’exégèse. Il constitue toutefois, soit dit entre parenthèse mais il faut le souligner, la première et pour l’instant l’unique image d’une personnalité qui est définie sacniσa. En effet, Petru, fils de Laris et d’une Cavinei, est représenté selon les conventions et la typologie de son temps, c’est-à-dire habillé d’une tunique et d’un manteau tiré sur la tête à la manière d’un voile. La représentation du défunt capite velato est une nouveauté typologique qui pénètre dans les ateliers de Volterra à la fin du deuxième siècle ; cette typologie fait probablement une référence spécifique à la sphère du sacré, en particulier au moment du sacrifice, auquel fait allusion la coupe que le défunt tient dans la main droite45.

51Je ne saurais penser pourtant que ce terme puisse faire référence à un sacerdoce particulier, puisqu’il est attribué à des hommes comme à des femmes. Il est plus prudent peut-être de se limiter à cette hypothèse, selon laquelle le mot désigne seulement une qualité spécifique, et donc de penser à un terme générique qui définit le mort dans la sacralité de son statut.

52D’une autre manière, le terme sacniσa attesté sur le Liber Linteus peut véritablement être associé au mot sacnica et pourra qualifier le personnage du nom du “consacré”, en tant que membre d’une communauté qu’on a pu considérer comme sacrée (un collège des prêtres ?). En somme, la nouvelle inscription de Volterra nous a permis d’arriver à quelques conclusions sur le mot sacniσa. Conclusions de caractère négatif surtout : il faut abandonner à mon avis l’interprétation de L. Agostiniani “ossements, cendres”, mais aussi les traductions “Bürger” de D. Steinbauer et “consacrazione” de G. M. Facchetti. Du point de vue positif, il me semble que le mot a un lien indéniable avec la sphère de la religion et du sacré. Mais il me semble également impossible de pouvoir en dire plus.

Bibliographie

references bibliographiques

Agostiniani, L. (1994) : “Per una riconsiderazione dell’iscrizione etrusca della tomba dei Claudii a Caere”, Studi in onore di C. A. Mastrelli. Scritti di allievi e amici fiorentini, Padoue, 23-44.

Agostiniani, L. et F. Nicosia (2000) : La Tabula Cortonensis, Rome.

Belfiore, V. (sous presse) : Il liber linteus di Zagabria : della testualità e del contenuto, Pise - Rome. Benelli, Enr. (2007) : Iscrizioni etrusche. Leggerle e capirle, Ancone.

Brun, P., P. Hohti, J. Kaimio, E. Michelsen et al. (1975) : Studies in the romanization of Etruria, Rome, Acta Instituti Romani Finlandiae 5.

Colonna, G. (1983) : “Note di mitologia e di lessico etrusco”, SE, 51, 143-159.

Consortini, L. (1940) : Volterra etrusca e romana, Lucques.

Cortsen, S. P. (1935) : “Glossar zur Agramer Mumienbinden”, Forschungen zur griechischen und lateinischen Grammatik, 11.

Cristofani Martelli, M. (1976) : “Caere”, SE, 42, 250, n. 63.

Deecke, W. (1882) : Forschungen und Studien, II, Stuttgart.

Facchetti, G. M. (2002) : Appunti di morfologia etrusca, Florence.

Feruglio, Ann. E. (1991) : “Una coppia di schinieri dedicata a Minerva : un esempio di trofeo ?”, ArchClass, 43, 1231-1252,

Lissarrague, Fr.(1989) : L’immaginario del simposio greco (traduz. it.), Bari.

Maggiani, Adr. (1976) : “Contributo alla cronologia delle urne volterrane : i coperchi”, Memorie Lincei, S. VIII, XIX, 1-44.
— (1985) : “Lineamenti di uno sviluppo”, Aa. Vv.,
Artigianato artistico in Etruria, Milan, 32-51.
— (1990) : “Alfabeti etruschi di età ellenistica”,
Annali Faina, 4, 177-220.
— (2001) : “Ilva : Buraccio”,
SE, 64, 1998, 349-50, n. 23.
— (2007) : “Urna (già Collezione Consortini)”, Aa.. Vv.,
Etruschi di Volterra, (G. Cateni Ed.), Bergame, 135-136.

Morandi, M. (1995) : “Novità sui Velcha di Tarquinia”, ArchClass, 47, 267-288.

Nielsen, M. (1975) : “The lid sculptures of Volaterran cinerary urns”, in : Brun et al. 1975, 263-404.
— (1990) : “Sacerdotesse e associazioni cultuali femminili in Etruria : testimonianze epigrafiche e iconografiche”,
Analecta Romana Istituto Danici, 19, 45-87.

Pallottino, M. (1984) : Etruscologia, Milan.

Pauli, C. (1880) : Etruskische Studien III, Göttingen.

Rix, H. (1984) : “La scrittura e la lingua”, Gli Etruschi. Una nuova immagine (M. Cristofani Ed.), Florence, 199-238.

Rix, H.(1991) : “Etrusco un, une, unuc” “te, tibi, vos” e le preghiere dei rituali paralleli nel Liber linteus”, AC, 43, 665-691.

Rix ET-Rix H. Ed. (1991) : Etruskische Texte. Editio minor, Tubingen.

Sassatelli, G. (1993) : “Marzabotto”, SE, 58, 192, 281-83, n. 6.

Steinbauer, D. (1999) : Neues Handbuch des Etruskischen, S. Katharinen.

Torelli, M. (1966) : “Terza campagna di scavi a Punta della Vipera e scoperta di una laminetta plumbea iscritta”, ArchClass, 18, 283-291.

Torp, Alf (1902) : Etruskische Beiträge, Leipzig.

Wylin, K. (2000) : Il verbo etrusco. Ricerca morfosintattica delle forme usate in funzione verbale, Rome.

Notes

1 Deecke 1882, 8 ; Cortsen 1935, 91 sq. ; Torp 1902, 6 ; Pallottino 1984, 514.

2 Agostiniani 1994, 9 sq. ; Rix 1984, 230 ; Steinbauer 1999, 239 sq., G 3, 243 s, G 7 ; Wylin 2000, 279 sq. ; Facchetti 2002, 55 sq. ; Benelli 2007,53 sq. ; Belfiore sous presse.

3 Consortini 1940. Dans l’œuvre de Consortini, deux des trois inscriptions de la collection sont répertoriées (Consortini 1940, 224, n. 38 ; 245, n. 68).

4 Une d’entre elles, de qualité exceptionnelle et très rare car elle est travaillée sur les quatre faces de la cuve, a été présentée dans une exposition récente, cf. Maggiani 2007, 175 sq.

5 D’après Consortini 1940, 245, l’hypogée de la famille devait être situé dans la nécropole “I Marmini”, au nord de la ville ; on peut en déduire aussi que la grande partie de la collection provient sans doute de cet endroit.

6 Couvercle : h. m. 0.25 ; larg. 0.71 ; prof. 0.21.

7 Couvercle : h. 0.46 ; larg. 0.77 ; prof. 0.25. Cuve : h. 0.41 ; larg. 0.88 ; prof. 0.25

8 Le mythe est représenté de la façon la plus claire sur l’urne Museo Guarnacci 176, B-K II, tav-L, 3.

9 Sur le rituel, cf. Lissarrague 1989, 34.

10 Nielsen 1975, 301 sq. ; Maggiani 1976, 33, F b 4, pl. XI, 2 (“Gruppo flave 2”).

11 Maggiani 1990, 192.

12 Rix, ET, s. v. Pour l’Île d’Elbe, adde Maggiani 2001.

13 Rix ET, Vt 3. 2.

14 Rix ET, Vt 4. 1.

15 Bien sûr, il y a plusieurs traces de remplissages anciens en plâtre, mais on ne voit aucun reste de lettres après sacniσa

16 Rix 1991, 681 sq.

17 Rix ET AS 4.5 ; LL VII. 6

18 Rix 1991, 682 sq.

19 Pour la lecture, Morandi 1995 ; Wylin 2000, 153, note 371.

20 Je pense que aturσ est un nom au nominatif et qu’il est associé à ce qui précède par asyndète. Traduction approximative : “…(et) les descendants”.

21 Cf. Rix 1991, 681. Aussi vecnate/venate, σucni/σuni Cf. Rix Et, s v

22 Je rappelle ici qu’en étrusque le pluriel des mots qui désignent des êtres inanimés qui se finissent en palatale est – va plutôt que -χva,-cva, cfr. Rix 1984, 227 ; Agostiniani 1992, 54 sq.

23 Apud CIE 4149

24 Rix ET Pe 1.812.

25 Agostiniani 1994, 17.

26 Dans les épitaphes latines de la République on trouve souvent les expressions :… ubei eorum ossa quiescant (ILLRP 928), ossa heic sita sunt (ILLRP 929), heic sunt ossa (ILLRP 930), mais presque toujours accompagnées du génitif de la personne.

27 Facchetti 2002, 56 sq.

28 Falconi Amorelli 1963, 208, n. 1.

29 Falconi Amorelli 1963, 208 sq., n. 3, pl. a.

30 On ne peut pas nier qu’il existe quelque différence dans le tracé des lettres dans les deux morceaux d’inscriptions, sans doute plus régulier dans ET Vc 1.10.

31 Nielsen 1990.

32 Torp 1902, 32 ; Cortsen 1935, 91. Cf. aussi Wylin 2000, 280.

33 Steinbauer 1999, 240, 462.

34 Rix 1991, 682.

35 Wylin 2000, 283.

36 Benelli 2007, 54, n. 5.1. Mais il y a ici des difficultés, parce qu’un éventuel saniσ n’est pas le même que σans

37 Facchetti 2002, 60 sq.

38 Morandi 1995.

39 Torelli 1966.

40 Cristofani Martelli 1976, 250, n. 63.

41 Rix ET Cr 4.3.

42 Sur le mot cver, cf. Colonna 1983, 147 sq.

43 Feruglio 1991.

44 Sassatelli 1993.

45 Maggiani 1985, 34.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search