Version classiqueVersion mobile

Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne

 | 
Marie-Laurence Haack

Première partie. Transferts et population, transferts de cultures

La poésie épigraphique funéraire en Italie centro-méridionale : du modèle sud-picénien au modèle latin1

Emmanuel Dupraz

Texte intégral

  • 1 Merci à Friedrich Redegger et à Élodie Sellier pour leur relecture. Merci aux professeurs Enrico Be (...)
  • 2 La tradition épigraphique en langue et en alphabet sud-picéniens, pour ce qui est des inscriptions (...)
  • 3 À titre d’exemple, il est possible de citer une dédicace publique à Apollon dans le sanctuaire du f (...)

11. Dans le présent article, nous nous proposons d’analyser les carmina epigraphica écrits sur le territoire des ive et ve régions de l’Italie augustéenne entre la mise en place de la domination romaine et la fin de la République. Ce territoire de l’Italie centro-méridionale comprend entre le iiie siècle a.C. et le milieu du ier siècle a.C. des populations d’origine diverse, les unes indigènes, les autres coloniales. Une grande partie des populations indigènes, au moins au début de la période, a pour langue maternelle un dialecte sabellique, soit ombrien, soit osque, soit même sud-picénien2. À la fin de la République, il est possible qu’une maîtrise au moins partielle du système des langues sabelliques se maintienne dans une partie au moins des populations, mais les documents épigraphiques qui attestent directement cette maîtrise deviennent très rares3. En revanche, les inscriptions latines sont de plus en plus nombreuses avec le temps. Le territoire rangé sous Auguste dans les ive et ve régions de l’Italie vit l’éviction progressive des langues originellement parlées au profit d’une maîtrise et d’un emploi de plus en plus courants du latin.

  • 4 Les inscriptions du territoire de la région IV sont rassemblées par Buonocore 1997b.
  • 5 Nous reprenons pour ces quatre inscriptions, en les précisant, les analyses publiées dans Dupraz 20 (...)

2Le territoire des ive et ve régions augustéennes a livré vingt-deux inscriptions datables d’entre le iiie siècle a.C. et la fin de la République qui puissent être considérées comme des inscriptions métriques. Dix-sept sont composées en latin4 et cinq en osque. Selon nous, ces inscriptions attestent la concurrence et la combinaison de deux traditions différentes de poésie funéraire, l’une, d’origine sud-picénienne, attestée auparavant dans les épitaphes sud-picéniennes des vie et ve siècles a.C. dans la même région, l’autre, d’origine latine, attestée à Rome et dans le Latium à partir du iiie siècle et surtout du milieu du iie siècle a.C. Nous développons brièvement les conclusions que permettent selon nous les inscriptions en osque : ces inscriptions attestent et illustrent pour quatre d’entre elles les traits caractéristiques de la tradition sud-picénienne5. Ensuite, nous définissons brièvement à partir d’exemples romains les traits caractéristiques de la tradition latine. À partir de là, nous consacrons la plus grande partie de la présente étude aux traits issus de l’une et de l’autre tradition que présentent les épitaphes métriques en latin du territoire des IVe et Ve régions augustéennes.

32.1. Quatre des cinq inscriptions osques, les épitaphes (1) à (4), retrouvées toutes les quatre sur le territoire des Péligniens et des Marrucins, présentent des traits caractéristiques hérités d’une tradition épigraphique et poétique sud-picénienne.

4– Les inscriptions sont composées selon une métrique qui prend en compte le nombre de syllabes : les inscriptions sont divisées en cola qui comprennent deux segments, et soit les deux segments soit au moins le second segment comportent un nombre de syllabes précis. La distribution des syllabes en mots-formes est également un trait métrique pertinent. Ceci est net, selon nous, pour les inscriptions dont le texte est le mieux conservé. L’inscription (4) peut être analysée comme formée de trois cola heptasyllabiques suivis d’une coda tétrasyllabique, et chacun des trois cola comprend un segment composé de deux mots-formes dissyllabiques, puis un segment composé d’un mot-forme trisyllabique, c’est-à-dire, en représentant chaque syllabe par x, en considérant que la paire d’adjectifs PES. PROS, “pieux et honnête”, peut être assimilée à une forme unique, ainsi que le syntagme SOLOIS. DES, “riche en tout”, constitué d’un adjectif précédé de son complément.

(4) PES. PROS. ECVF. INCVBAT /

xx xx - xxx

CASNAR. OISA. AETATE /

xx xx - xxx

C (auis). ANAES. SOLOIS. DES.

xx xx - xxx

FORTE / FABER

xx xx

  • 6 Pour cette hypothèse, cf. Vine 1993, 366-371, à la suite de Poccetti 1982, 230-235.
  • 7 Ceci suppose que l’adverbe IP, “là”, et les pronoms personnels VVS, “vous/à vous” puissent être con (...)

5De même, dans l’inscription (3), si l’hypothèse selon laquelle les passages à la ligne, les cas d’absence d’interponction et la présence d’interponctionsrondes peuvent signaler une partie des limites de cola est correcte6, alors chaque colon se termine par un dissyllabe, PRISMV, ṾIBDV, ECVC, CERFVM, SVA[?, FERTLID, ẠFDED, PACRIS, LEXE, DETI, sauf le dernier, HANVSTV. HERENTAS, lequel est encore une fois une coda. Aussi, nous proposons pour cette inscription la colométrie suivante, à partir de la ligne 2 où le texte est entièrement intelligible, dans laquelle chaque premier segment, malgré la variation du nombre de syllabes, est du moins caractérisé par la présence de deux accents seulement7, et chaque second segment comprend un mot-forme dissyllabique.

(3) PRISTAFALACIRIX. PRISMV.

xxx xxx - xx

PETIEDV. IP. VIDAD[? / ṾIBDV.

xxxx xx - xx

OMNITV. VRANIAS. ECVC.

xxx xxx - xx

EMPRATOIS/c] LISVIST. CERFVM

xxx xxx - xx

SACARACIRIX. SEMVNV. SVA [ ? /

xxxxx xxx - xx

ẠETATV. FIRATA. FERTLID

xxx xxx - xx

PRAICIME. PERSEPONAS / ẠFΔED •

xxx xxxx - xx

EITE. VVS. PRITROMEPACRIS

xxx xxx - xx

PVVS. ECIC/LEXE •

xx xx - xx

LIFAR. DIDA. VVS. DETI.

xx xxx - xx

HANVSTV. HERENTAS

xxx xxx

6Enfin, pour l’inscription (2), il est possible de considérer qu’elle est constituée de deux cola. Le premier est heptasyllabique et se compose de deux segments, un motforme trisyllabique et deux mots formes dissyllabiques, c’est-à-dire l’inverse des cola attestés dans l’inscription (4). Le second paraît être une variante du précédent, tenant compte de la nécessité d’inclure la formule onomastique :

(2) SACRACRIX ◊ / CIBAT. CERRIA /

xxx - xx xx

LICINA. SALVTA / SALAVS.

xxx - xxx xx

  • 8 Du moins à l’exception du premier colon et de l’antépénultième. Le premier est constitué uniquement (...)

7– Les quatre inscriptions osques (1) à (4) comportent également l’emploi systématique de l’allitération, entendue comme la répétition du même phonème en début de mot-forme. L’inscription (3) suffit à illustrer cet état de fait : les paires allitérantes se trouvent, dans un colon sur deux, de part et d’autre de la limite des segments, et, dans l’autre, dans le second segment uniquement8 :

(3) PRISTAFALACIRIX. PRISMV.

xxx xxx – xx

PETIEDV. IP. VIDAD [? / ṾIBDV.

xxxx xx xx

OMNITV. VRANIAS. ECVC.

xxx xxx – xx

EMPRATOIS/ c] LISVIST. CERFVM

xxx xxx xx

SACARACIRIX. SEMVNV. SVA [? /

xxxxx xxx – xx

ẠETATV. FIRATA. FERTLID

xxx xxx xx

PRAICIME. PERSEPONAS / ẠFDED •

xxx xxxx – xx

EITE. VVS. PRITROMEPACRIS

xxx xxx xx

PVVS. ECIC/LEXE •

xx xx – xx

LIFAR. DIDA. VVS. DETI.

xx xxx xx

HANVSTV. HERENTAS

xxx xxx

8Ainsi, les cola sont regroupés en dicola, un des cola se distinguant de l’autre par la position de la paire allitérante.

  • 9 Nous suivons la traduction proposée par Poccetti 1981, 264-266. L’analyse alternative consiste à an (...)
  • 10 Pour la notion de mérisme, cf. Watkins 1995, 45-46. Nous ne supposons pas que le mérisme en questio (...)

9– Les quatre inscriptions (1) à (4), enfin, comportent des formules et notions figées caractéristiques, par exemple la forme ECVF. INCVBAT présente sur les inscriptions (1) et (3), ou la division des biens de ce monde attestée dans les inscriptions (3) et (4) respectivement par DETI. HANVSTV, “la richesse et les vertus (?)9”, et par PES. PROS et SOLOIS. DES, “pieux, honnête” et “riche en tout”. Il s’agit là d’un mérisme, c’est-à-dire de la division d’une notion, la félicité, en deux éléments constitutifs complémentaires, figure poétique courante héritée d’une tradition poétique indo-européenne10.

  • 11 Au reste, la gens à laquelle appartient Gavis Annaes est bien attestée à Corfinium et dans les alen (...)

10– Enfin les quatre inscriptions comportent une visée communicative identique : le défunt est congratulé pour la perfection de son existence terrestre, soit que soient mentionnés les honneurs qu’il a occupés – ceci vaut pour les deux prêtresses des inscriptions (2) et (3), mais pas pour d’éventuels magistrats – soit que soit indiquée simplement l’ampleur des félicités dont il a joui – ceci vaut pour les inscriptions (2) et (4). La tradition poétique est aristocratique11. À cela s’ajoute un appel au lecteur, du moins dans les inscriptions (1), (3) et (4). Cet appel n’est pas une invitation à lire l’inscription, ni même un remerciement pour la lecture, mais seulement un souhait de prospérité. Les inscriptions sont donc de simples éloges funèbres, elles n’indiquent aucune déploration. Quant à l’autre monde, seule la prêtresse de l’inscription (3) fait allusion aux promesses du culte qu’elle a célébré de son vivant.

  • 12 Cf. Poccetti 1981.
  • 13 Quelle que soit l’explication de ce fait, le nord du pays osque, où sont attestées les épitaphes mé (...)

112.2. S’il est possible de mettre en évidence des traits helléniques dans les formules de l’inscription (3) liées au culte d’Uranie et à la croyance en un au-delà12, les autres traits caractéristiques des quatre inscriptions semblent hérités d’une poétique déjà attestée dans la même contrée aux vie et ve siècles a.C.13, dans l’épigraphie sudpicénienne. Nous nous limitons ici à commenter l’inscription Ri, Sp TE 2, de Bellante dans le Picenum :

postin. viam. videtas. tetis. tokam. alies. esmen. vepsen. vepeten “Le long du chemin vous voyez le monument (?) du Prince Allius, allongé dans cette tombe (?).”

  • 14 Nous reprenons l’analyse de Meiser 2003, 48-49, à propos de vepses, et celle de G. Meiser 1987b, se (...)
  • 15 En supposant diérèse dans alies.
  • 16 Selon une hypothèse de Marinetti 1985, 127-128 à propos de *tito-. Anna Marinetti fait le parallèle (...)
  • 17 Pour cette rupture, qui peut être interprétée comme renvoyant à des bouleversements sociaux et poli (...)

12Si le détail de la traduction est incertain14, la syntaxe est nette. L’inscription est constituée de trois cola heptasyllabiques, eux-mêmes constitués de deux mots-formes dissyllabiques puis d’un mot-forme trisyllabique, xx xx - xxx/ xx xx - xxx/ xx xx - xxx15. Des paires allitérantes figurent dans chaque colon, entre les deux dernières formes au premier et au dernier colon, entre les deux premières au colon intermédiaire. Au lieu du verbe qupat, correspondant à l’osque INCVBAT, l’inscription emploie le participe vepses, formé sur un autre lexème verbal ; mais qupat est attesté sur les inscriptions Ri Sp AP3 et MC 1. Enfin, la visée pragmatique de cette inscription est celle d’un appel au lecteur, non pas pour que celui-ci lise le texte ou éprouve un deuil quelconque, mais simplement pour que celui-ci regarde et perçoive la puissance qu’a détenue le défunt de son vivant, du moins si tetis et les termes apparentés sont bien des appellatifs, “prince [ou assimilé]”16. Une différence unique apparaît entre les épitaphes sud-picéniennes et les épitaphes osques métriques : les premières, comme nous venons de l’indiquer, semblent comporter la mention d’honneurs civiques, mais pas les secondes, ce qui fait que les secondes ne comportent pas d’appel au lecteur comme appel à témoin, mais simplement un souhait au lecteur. Cette différence unique peut renvoyer à la rupture avec le faste aristocratique qui caractérise les sociétés sabelliques à partir du ve siècle a.C., précisément l’époque où cesse d’être attestée l’épigraphie funéraire sud-picénienne17.

13Il nous semble que la poétique attestée par les inscriptions osques (1) à (4) est issue de celle-ci. En particulier, ce sont les élites sociales sud-picéniennes, puis osques qui commandent de semblables épitaphes. Après un long intervalle sans inscriptions où ont dû subsister l’usage oral de l’éloge funèbre et les composantes de ce genre poétique, en pays osque pélignien et marrucin à l’époque tardo-républicaine, de nouvelles inscriptions poétiques sont gravées selon la tradition héritée. Il se peut que la décision de graver à nouveau ces éloges funèbres ait été prise sur le modèle d’épitaphes d’autres régions, par exemple de Rome ; d’autre part, nous n’examinons pas ici les origines elles-mêmes de la poétique sud-picénienne, la part d’héritage indo-européen et la part éventuelle de traits helléniques repris à date ancienne ; quoi qu’il en soit quant à ces deux points, le genre des textes gravés osques est ancien dans la région, attesté dès l’épigraphie sud-picénienne.

143.1. L’inscription osque (5), si fragmentaire soit-elle, paraît attester la combinaison de cette tradition avec une deuxième tradition. Cette deuxième tradition est selon nous la tradition romaine de l’épigraphie funéraire en sénaires iambiques, telle qu’elle apparaît et se diffuse à Rome à partir de la seconde moitié du iie siècle a.C.

  • 18 Cette épigraphie doit noter par écrit des poèmes d’abord oraux, prononcés dans le cadre d’éloges fu (...)
  • 19 En dépit des différences, que nous précisons ci-après, il est possible que la décision de graver à (...)
  • 20 À propos de cette première tradition romaine et du vers saturnien en général, dont l’analyse nous p (...)
  • 21 Il ne s’agit pas, contrairement à ce qui semble être le cas de la poésie sabellique, d’un trait déf (...)
  • 22 Ces formules sont différentes de celles de la tradition sud-picénienne et osque.
  • 23 L’indication des honneurs civiques est étrangère à la tradition osque, sauf pour les prêtresses ; d (...)
  • 24 Comme dans la tradition sabellique.

15Une première tradition d’épitaphes métriques en vers saturniens est documentée à Rome entre le milieu du iiie et la deuxième moitié du iie siècle a.C. Quelle que soit l’origine et l’ampleur de cette pratique18 et en dépit des éléments helléniques qu’elle adopte, cette tradition est comparable à la tradition sud-picénienne, malgré des différences19, et elle remonte à un même héritage indo-européen20. En effet, le vers saturnien est un dicolon dont chaque colon comporte un nombre déterminé de syllabes. L’emploi des paires allitérantes y est fréquent, mais non systématique21. Des formules figées sont employées de manière récurrente, par exemple les deux vers hunc unum plurimae consentiunt gentes / /populi primarium fuisse uirum de l’épitaphe d’Aulus Atilius Calatinus, FPL pp. 13-14, ont un parallèle précis dans la formule HONC. OINO. PLOIRVME. COSENTIONT. R [omane/DVONORO. OPTVMO. FVISE. VIRO de l’épitaphe du fils de Lucius Scipion Barbatus, CIL I2, 9 = CLE, 6 = ILLRP, 31022. Enfin, les épitaphes en vers saturniens comportent peu ou pas d’expressions de deuil ou d’indications relatives à l’au-delà, ce sont des éloges funèbres des honneurs et hauts faits du défunt dans la cité, ou, si le défunt est mort jeune, de la gloire civique virtuelle de celui-ci. Un appel au lecteur est fait ; le lecteur est considéré comme un témoin de la carrière du défunt, il n’est pas instamment invité à lire l’inscription ni à éprouver un deuil23. Les défunts appartiennent à des familles aristocratiques24.

  • 25 Sur ce point, cf. Massaro 1992, 65-77.
  • 26 À ce propos, cf. l’étude de Massaro 2002.
  • 27 À propos de cette seconde tradition romaine, cf. la synthèse de Massaro 1992, en particulier p. I-X (...)
  • 28 Les exemples romains, du moins ceux qui sont recueillis dans le CIL I2, sont les inscriptions CIL I(...)

163.2. Cette tradition comparable à la tradition sabellique que nous avons précédemment analysée semble disparaître à Rome dans la seconde moitié du iie siècle a.C.25. Surtout, cette tradition semble avoir été peu pratiquée, du moins sous la forme d’inscriptions sur supports pérennes26. Une tradition toute différente paraît se diffuser à cette date27. Elle ne remplace pas la précédente, car le milieu social concerné est tout autre : il s’agit d’épitaphes métriques pour des esclaves ou des affranchis28. Les traits caractéristiques de cette tradition peuvent être opposés à ceux des traditions précédemment analysées :

17– Les inscriptions sont composées selon une métrique d’origine grecque, le plus souvent en sénaires iambiques. Un exemple caractéristique est fourni par l’inscription CIL I2, 1210 = CLE, 53 = ILLRP, 808 = Massaro 1998, 185, datable de la fin du iie siècle a.C. ou de la première moitié du ier :

Rogat. vt. resistas. hospes. t[e] hic. tacitvs. lapis
dvm. ostendit. qvod. mandav[
i]t. qvoivs. vmbram. te[git
pvdentis. hominis. frvgi.
c[u]m. magna. fide

praeconis. oli. grani. svnt. [o]ssa. heic. sita

TanTvm. est. hoc. volvit. nescivs. ne. esses. vale
A(
ulus). granivs. M(arci). L(ibertus). stabilio praeco

18dont la scansion est parfaitement conforme aux règles du temps, en particulier les césures penthémimères et hephthémimères :

19Le choix de ce mètre renvoie à un modèle littéraire qui est celui du genre le plus diffusé socialement, le genre dramatique, en particulier, s’agissant d’épitaphes, la tragédie. Au contraire, la poésie aristocratique, à la même époque, commence à composer en mètres dactyliques qui sont rares dans l’épigraphie funéraire.

20– L’emploi de l’allitération n’est plus systématique. L’allitération devient une figure de style, appréciée du public latinophone et couramment mise en œuvre, mais elle n’est plus un trait définitoire ni même un trait présent dans la plupart des vers. Dans l’épitaphe citée ci-dessus, elle est documentée au vers 1, Rogat. vt. resistas. hospes. t[e] hic. tacitvs. lapis, par des paires contiguës, et au vers 3, pvdentis. hominis. frvgi. c[u]m. magna. fide, à chaque extrémité du deuxième hémistiche, et au vers 5, TanTvm. est. hoc. volvit. nescivs. ne. esses. vale, en chiasme de part et d’autre de la césure et à l’intérieur du deuxième hémistiche.

  • 29 Pour le terme de “cornice”, cf. Massaro 1992, 16-18.
  • 30 Sur le cas particulier de l’inscription romaine que nous avons citée, cf. l’étude de Massaro 1998. (...)

21– Il se trouve des formules reprises avec ou sans variation d’une épitaphe à l’autre, pour lesquelles des modèles grecs sont souvent attestés. Le plus souvent la composition suit un principe d’organisation que Matteo Massaro29 appelle un cadre : l’inscription débute par un appel au lecteur, qui comporte une captatio beneuolentiae, l’inscription s’excusant de déranger le voyageur ; ensuite sont indiquées l’identité et les vertus du défunt, enfin l’inscription congédie le lecteur par un souhait de bon augure. Ainsi, la partie consacrée à l’identité et aux vertus du défunt est encadrée par l’interpellation du lecteur. Chacune des trois parties comporte son lot de formules reprises d’inscription en inscription, avec ou sans variation, et des textes entiers peuvent être repris et adaptés d’un défunt à l’autre30. Le locuteur est souvent la pierre elle-même, c’est-à-dire qu’il s’agit souvent d’inscriptions parlantes – ce n’est pas le cas dans l’inscription que nous avons citée – et l’interlocuteur est souvent le lecteur – ici indiqué par le vocatif et la deuxième personne du singulier. Le cadre, il est vrai, n’est pas présent dans toutes les épitaphes métriques romaines d’époque républicaine. Quoi qu’il en soit, la notion de cadre est étrangère tant à la tradition poétique sabellique qu’aux épitaphes latines en vers saturniens.

22– L’inscription a pour visée communicative d’obtenir du lecteur une marque d’intérêt, elle requiert l’attention et la lecture et en même temps l’émotion. Elle affirme fermement cette volonté de susciter l’intérêt, ici ROGAT et VOLVIT, et un sentiment de deuil, ici par TACITVS et VMBRAM, c’est-à-dire par deux termes qui indiquent un défaut d’être, tant de la part de la pierre que de celle du défunt. Cette visée communicative explicite par rapport au lecteur et ce souci de provoquer l’émotion devant la mort sont étrangers à la tradition poétique sabellique aussi bien qu’à l’épigraphie funéraire latine en vers saturniens, cette dernière se limitant parfois à indiquer que la gloire du défunt a été virtuelle en raison d’un décès précoce, sans faire appel explicitement à une réaction émotionnelle du lecteur. En revanche, sur ce point, l’épigraphie latine en sénaires iambiques est comparable avec l’épigraphie funéraire métrique grecque.

  • 31 Sur le statut des praecones, amenés à côtoyer des magistrats et à s’organiser en solidarités puissa (...)

23En même temps, selon nous, l’emploi d’inscriptions métriques de la part d’esclaves ou d’affranchis, parfois proches par leur activité d’ingénus de haut rang comme c’est le cas du praeco Aulus Granius31, a une deuxième visée communicative qui est elle aussi étrangère aux deux traditions aristocratiques. Il s’agit d’affirmer la maîtrise d’un des éléments qui définissent un ingénu, à savoir la culture littéraire libérale : le simple choix d’une épitaphe métrique affirme cette maîtrise. D’autre part, les vertus mises en avant sont celles que la cité prise pour ses ingénus, par exemple pour le praeco Aulus Granius pudor, fides et vertu d’être frugi.

  • 32 La synthèse précise de Bitto 1998 présente les traits caractéristiques des épitaphes métriques lati (...)

24Ainsi, apparaît dans la seconde moitié du iie siècle a.C. et se diffuse dans le courant du ier, à Rome, une pratique épigraphique caractéristique de milieux serviles qui souhaitent affirmer leur intégration culturelle et morale dans la cité de Rome32. Cette pratique n’a pas de relation directe avec la tradition des épitaphes aristocratiques en vers saturniens, ni, encore moins, avec les lointaines et aristocratiques épitaphes sabelliques. Cependant, au ier siècle a.C., se diffusant jusqu’en Italie centro-méridionale, elle entre dans une relation de concurrence et de combinaison avec la tradition aristocratique sabellique.

254.1. Il existe dans le territoire des régions IV et V de l’Italie augustéenne, à l’époque tardo-républicaine, des inscriptions qui correspondent parfaitement à la tradition romaine des épitaphes en sénaires iambiques.

  • 33 PACRỊD paraît être une forme du même lexème qui est attesté sous la forme pacris dans l’inscription (...)

26C’est d’abord le cas de l’épitaphe osque (5), au moins en partie : le syntagme lisible à la ligne 1,] hospvs P̣Ẹlegie [, est la traduction en osque de la formule latine hospes (...) pellege qui est attestée, par exemple, au vers 1 de l’inscription romaine CIL I2, 1211, datable du début du ier siècle a.C. De même, à la ligne 3, la formule Ḥ[os] P̣VS VAḶ[i est une formule de congé comparable au VALE de l’inscription latine que nous avons commentée plus haut. Ainsi, apparaît un cadre. Toutefois, l’inscription osque (5) conservait peut-être des éléments caractéristiques de la tradition osque. Toute d’abord, la formule de congé ne figure pas à la fin du texte. Ensuite, le mérisme inim] FAMEL. INIM. LOVFIR, “aussi bien esclave que libre”, quel qu’ait été son référent, ensemble des lecteurs possibles ou défunt selon les différentes phases de sa vie, renvoie à un procédé de composition par paires d’éléments complémentaires qui est hérité, et peut être ancien. Enfin, la formule P̣EO[i]S PACRỊD, “aux pieux (?) avec faveur (?)”, avec sa paire allitérante, paraît relever plutôt de la poétique sabellique33 que de la tradition romaine du sénaire iambique funéraire. Il n’est pas possible de connaître le milieu social auquel appartient le défunt ; la mention inim] FAMEL. INIM. LOVFIR, quoi qu’elle désigne, mentionne les milieux serviles, ce qui peut indiquer que le défunt appartenait à ceux-ci. L’ensemble de ces incertitudes ne permet guère d’évaluer la part de la tradition romaine d’épitaphes en sénaires iambiques dans l’inscription.

  • 34 L’inscription osque, cependant, ne peut pas avoir été composée en sénaires iambiques : en osque, co (...)

27Outre la possibilité d’une transposition en osque34, la pratique romaine des épitaphes métriques en sénaires iambiques est directement attestée en latin par plusieurs inscriptions.

  • 35 Pour les occurrences de la formule et des variantes de celle-ci, cf. Barbieri 1975, 334-363.
  • 36 À propos d’Alba Fucens, cf. RE, 1, col. 1300.

28Ainsi, l’inscription (12), d’Alba Fucens, s’achève par trois sénaires iambiques parfaitement réguliers, consacrés à un des quatre affranchis préalablement nommés, sans doute le dernier. L’inscription comporte un cadre limité et indirect, du moins si les restitutions sont correctes : après deux vers à la gloire des vertus du défunt, reconnues autour de lui, l’inscription, dont le locuteur est le défunt lui-même, fait référence au monument que le lecteur a sous les yeux, qualifié de “demeure éternelle” selon une formule très diffusée dès l’époque républicaine, en particulier à Rome35. La mise en œuvre de la tradition romaine à Alba Fucens s’explique par le statut juridique et l’origine de la population locale : Alba Fucens est une colonie latine déduite en 304 a.C.36, donc une communauté dont la culture est dérivée de celle de Rome depuis la déduction ; en outre le site est proche de Rome.

294.2. Un autre exemple caractéristique est l’inscription (19). Cette épitaphe, retrouvée à Trebula Mutuesca, est composée en sénaires iambiques parfaitement réguliers en particulier dans les césures, cinq penthémimères et une hephthémimère. Elle mentionne une affranchie et la fille de celle-ci. Elle comporte la première moitié, parfaitement explicite, d’un cadre : après une indication non métrique du nom des personnages, le vers 1 est un appel au lecteur, comportant en particulier la formule hospes (...) pellege. Ensuite, en cinq vers, figure l’indication non tant des vertus de la fille défunte que du deuil de la mère. En ceci, il est vrai, l’inscription est singulière : en une composition très savante, une vaste combinaison de chiasmes, elle entrelace le destin funeste de la fille et la douleur de la mère de façon à exprimer l’impossibilité pour la mère d’accepter la séparation :

POSILLA. SENENIA. QVART(ae). F(ilia). QVARTA. SENENIA. C(ai). L(iberta).
HOSPES. RESISTE. ET. PA[rite]R SCRIPTVM. PERLIG[e
MATREM. NON. LICITVM. ESS[e uni]CA. GNATA. FRVEI
QVAM. NEI. ESSET. CREDO. NESCI[o qui] INVEIDIT. DEVS.
EAM. QVONIAM. HAVD. LICITVM [est u]EIVAM. A MATRE. ORNARIE[r
POST. MORTEM. HOC. FECIG. AEQ[uo]Ṃ EXTREMO. TEMPORE
decoravIt. EAM. MONVMENTO. QVAM. DEILEXSERAT

  • 37 Pace la notice des ILLRP, 971, qui choisit, sans commenter, un développement QVART(i) supposant une (...)
  • 38 Il s’agit d’un prénom numérique caractéristique de l’Italie septentrionale. À ce sujet, cf. Salomie (...)
  • 39 À propos de Trebula Mutuesca, cf. RE, 2, 6, col. 2284-2285. À propos des confiscations et distribut (...)

30le chiasme du dernier vers, qui enferme les deux pronoms entre deux verbes dont le sujet est la mère, est souligné par la paire allitérante decorauit / deilexserat. Cette entrelacement indissoluble est encore souligné par l’étrangeté de la formule onomastique de la défunte. L’indication de filiation indique qu’elle est de naissance libre, mais c’est le prénom du père qui devrait figurer devant la lettre F. Or la forme QVART qui figure à cette place ne peut pas abréger le prénom du père, mais doit renvoyer à la mère37. D’une part, le prénom masculin Quartus n’est pas attesté en Italie centro-méridionale38. D’autre part, QVART(i) ne saurait guère, nous semble-t-il, s’expliquer dans une indication de filiation comme un cognomen du père. En revanche, QVART peut abréger le cognomen de la mère, QVARTA, attesté à la même ligne. En ce cas, l’entrelacement entre les deux personnages féminins exclut le père, triplement : le père n’est pas mentionné dans l’épitaphe métrique, il ne l’est pas dans l’indication de filiation de sa fille, et à la place de la finale masculine -i figure un vide qui doit être développé (ae) au féminin. Il nous semble qu’il s’agit là d’une inscription littérairement très raffinée, mais psychologiquement exceptionnelle par les affects qu’elle exprime ; l’éloge des vertus est remplacé par une protestation de deuil et de douleur. Pour ce qui est du milieu social et du genre littéraire pratiqué, en tout cas, cette inscription s’inscrit à la suite de la tradition urbaine de l’épigraphie funéraire en sénaires iambiques. Trebula Mutuesca se situe en Sabine, dans une région qui a connu de nombreuses déductions viritanes dès la mise en place de la domination romaine39 ; en outre, il s’agit d’un site proche de Rome. Ces facteurs expliquent sans doute l’adoption de la pratique romaine.

314.3. Une variation par rapport aux deux inscriptions précédemment analysées et par rapport à la tradition romaine est représentée par l’inscription (18). Le texte de cette inscription comprend la formule onomastique de la défunte, MANLIA. L(uci). F(ilia). SABI[na, qui est une ingénue, puis quatre sénaires iambiques qui semblent parfaitement réguliers, comportant des césures penthémimères.

  • 40 La présence d’une sententia à la deuxième moitié du cadre n’est pas isolée : cf. le cas de l’inscri (...)

32L’inscription comporte la deuxième moitié d’un cadre : le dernier vers est un congé au lecteur, assorti d’une sententia sur la brièveté de la vie. Au reste, elle comporte un éloge des vertus de la défunte, caractérisée par ses vertus privées envers ses proches. Ainsi, l’inscription appartient parfaitement au genre illustré par les épitaphes romaines40, sauf sur un point : il s’agit de l’épitaphe d’une ingénue. L’épitaphe a été retrouvée sur le territoire de Trebula Mutuesca, donc près de Rome et dans une population comprenant des colons, ce qui peut expliquer la diffusion et l’adoption du genre, mais non son emploi par des ingénus. La possibilité pour des ingénus de s’approprier le genre des épitaphes en sénaires iambiques, sur le territoire des régions IV et V, est attestée par d’autres documents légèrement différents.

  • 41 Dans la classification de Bitto 1998, 157-158, les inscriptions latines en sénaires iambiques que n (...)

335.1. Sur le territoire des régions augustéennes IV et V, y compris dans des sites plus éloignés de Rome, il existe aussi des épitaphes en sénaires iambiques qui sont d’un type différent. Il s’agit de textes courts, limités à un vers ou à un distique qui constituent une sententia, et composés pour des défunts qui n’appartiennent pas tous à des milieux serviles41. Un exemple caractéristique est fourni par l’inscription (10), du pays pélignien, qui est composée d’une formule onomastique, L(ucio). AVFIDIO.

34L(uci). F(ilio)/PLAVTO, suivie d’un sénaire iambique parfaitement régulier, à césure penthémimère,

QVOT. PAR. PARENTI FVE[r/AT. FACERET. FILIVS. /

  • 42 Cf. Campanile 1979, 86, qui n’inclut pas l’inscription (10), découverte après publication de l’arti (...)

35et d’un vers incorrect, MORS. INMATVRA. FEC[it / MATER. FACERET FILIO. Le défunt est un ingénu, et l’inscription se limite à une sententia sur l’injustice du sort. La sententia est une maxime figée, diffusée avec variations au moins à deux autres exemplaires sur le territoire des régions IV et V à la même époque, à savoir les inscriptions (7) et (11), respectivement du pays marrucin et du pays vestin. Dans l’inscription (7), le défunt est un esclave, mais, dans l’inscription (11) comme dans l’inscription (10), il s’agit d’un ingénu. Un archétype correct, constitué de deux sénaires iambiques à césures penthémimères, peut être reconstitué : Enrico Campanile42 propose

quod Par Parenti facere fuerat filium
mors inmatura fecit ut faceret Parens

36et observe que la présence de nombreuses allitérations suppose une datation “preclassica”. De fait, les allitérations sont dans ce distique un procédé systématique de composition.

  • 43 Liste des exemples chez Campanile 1979, 85-86.

37Le distique et les variations individuelles qu’il nécessite sont attestés à l’époque augustéenne et impériale encore43. Il nous paraît significatif que les trois attestations les plus anciennes, les trois seules qui semblent de date républicaine, proviennent précisément du territoire des régions IV et V, en l’espèce, du pays osque du nord, la région des Vestins, des Péligniens et des Marrucins. Ce fait est d’autant plus significatif que parmi les treize attestations de toutes les époques rassemblées par Enrico Campanile, sept proviennent de l’Italie centro-méridionale. Il s’agit d’une formule composée au ier siècle a.C., en latin et en sénaires iambiques, en Italie centro-méridionale et vraisemblablement dans le nord du pays osque.

  • 44 La pratique de représentations théâtrales, certainement en latin, jusque dans l’Italie centro-mérid (...)
  • 45 La tribu Arniensis n’est pas couramment attestée à Pinna, indique la notice du CIL I2, 3271, qui co (...)
  • 46 Pinna est une cité alliée intégrée après la Guerre Sociale dans la ciuitas optimo iure : à propos d (...)

38Cette formule est composée directement en latin, puisqu’elle met en œuvre un mètre latin, le sénaire iambique. Elle témoigne d’une maîtrise au moins superficielle du théâtre latin44, et, sans doute, d’une connaissance au moins approximative de la tradition latine des épitaphes en sénaires iambiques. Mais la formule emploie de manière systématique l’allitération, sur le modèle de la tradition poétique osque. Elle est mise en œuvre par des ingénus aussi bien que par des esclaves. Aux ingénus, elle permet de mettre en valeur non tant le statut d’homme libre, que les ingénus n’ont pas à souligner, qu’une intégration complète dans la cité de Rome : c’est du moins ainsi que nous interprétons l’indication de la tribu qui figure sur l’inscription (11)45. Ainsi, les indigènes qui ont obtenu après la Guerre Sociale la ciuitas optimo iure46, et qui pouvaient avoir encore pour langue maternelle l’osque, semblent avoir mis en valeur leur intégration juridique dans la cité de Rome en indiquant qu’ils maîtrisaient aussi la culture littéraire libérale romaine. Cette motivation peut expliquer le cas de l’épitaphe de Manlia Sabina, (18). Au reste, elle est étrangère aux Romains eux-mêmes, et ceci peut expliquer l’absence d’ingénus parmi les défunts honorés par des épitaphes métriques à Rome à l’époque républicaine, hormis les aristocrates qui se rattachent à la tradition du saturnien.

  • 47 Mesure indiquée par Besnier 1902, 245, et qui paraît correcte étant donnée la photographie fournie (...)

39Une autre composition brève, un sénaire iambique isolé, est attestée sur l’inscription (9), elle aussi originaire du pays pélignien. Le texte est incomplet, mais, sauf à supposer un support très important – la pierre telle qu’elle est attestée mesure à elle seule 2 m de largeur47 – l’inscription devait se limiter par ailleurs à peu de mots à gauche et à droite et à une formule onomastique manquante, dans le haut du monument. Le statut juridique du défunt est inconnu ; la représentation d’une scène d’élevage permet l’hypothèse d’un berger enrichi, c’est-à-dire éventuellement un affranchi.

  • 48 Autres exemples, les inscriptions CIL I2, 1251, 1270 et 1283 ; toutefois, il ne s’agit pas dans ces (...)

40Ces compositions brèves nous paraissent d’autant plus significatives qu’elles n’ont guère de modèles romains directs : à Rome, les épitaphes métriques républicaines limitées à un vers ou à un distique sont très peu nombreuses. Il s’agit par exemple48 de l’inscription CIL I2, 1219 = CLE, 185

prImae
pompeIae
ossva. heic
fortvna.
spondet. mvlta
mvltIs. praestat. nemini. vIve in dies
et. horas. nam. proprivm. est. nihil
salvivs. et. heros. dant

41laquelle comporte deux sénaires iambiques, dont le premier est incorrect – sans doute multa est-il un ajout maladroit à une formule figée –

fortuna spondet {multa} / multis praestat nemini
uiue in dies et horas nam proprium est nihil

42Correction faite, les deux vers sont parfaitement réguliers, avec césures hephthémimères,

43Ainsi, il semble que la pratique du sénaire iambique dans des compositions très brèves, formulaires, soit une pratique que les populations du territoire des régions IV et V aient mise en place eux-mêmes. À partir de leur culture théâtrale et de la tradition romaine de l’épigraphie funéraire en sénaires iambiques, ces populations ont composé des épitaphes brèves, formulaires, diffusées tant parmi les ingénus que parmi les affranchis, et caractéristiques d’une adaptation locale de la κοινή culturelle latine. Si l’importance du modèle théâtral et épigraphique romain est certaine, dans le choix du mètre pour une épitaphe, en tout cas le principe de graver une maxime générale brève et de se limiter à celle-ci n’est pas directement issu du modèle romain. Et la possibilité pour des ingénus d’utiliser ce nouveau genre épigraphique pour affirmer leur intégration culturelle dans la cité de Rome en même temps que juridique dans la ciuitas optimo iure est nouvelle.

  • 49 Sur les Lucani, cf. notamment la synthèse princeps de Colonna 1955 et le compte rendu provisoire de (...)
  • 50 À ce sujet, cf. Dupraz à paraître. L’inscription a pour texte vereias. lúvkanateís. /aapas. kaías. (...)

445.2. Un écart encore plus significatif par rapport à la tradition romaine est représenté par des inscriptions qui, plus nettement encore que les compositions brèves, mettent en œuvre en latin des traits de la tradition sabellique. Il s’agit de trois inscriptions qui présentent divers traits étrangers à la tradition romaine. La première est l’inscription (6), retrouvée en réemploi à Atessa sur le territoire des Lucani, une petite communauté installée dans la vallée du Sangro49. L’inscription (6) semble une des deux seules inscriptions retrouvées sur le territoire dominé par le centre fortifié d’altitude de Pallanum qui soient datables de l’époque républicaine ; l’autre est une inscription osque, Ve, 173 = Ri, Fr 2, datable du iiie ou du iie siècle a.C. Cette inscription osque, commémoration officielle, nous semble présenter les caractéristiques d’une inscription métrique conforme à la tradition sabellique, s’agissant cette fois d’une inscription publique et non d’une épitaphe50.

  • 51 La découverte en réemploi interdit toute certitude sur la provenance exacte, mais, selon nous, la p (...)
  • 52 Cf. Kruschwitz 2001, 56-58.

45L’inscription latine (6)51 est l’épitaphe d’un ingénu qui indique à la dernière ligne la tribu à laquelle il appartient. Il est possible d’en donner une scansion iambique, soit, comme le propose Peter Kruschwitz52, en incluant les lignes 1 et 2, soit en les excluant :

(6) (C(aius).’VTIVS. C(ai) F(ilius). LETO / OCCIDIT)
HONESTÂM. VITÂM. VIXSIT / PIVS. ET. SPLENDIDVS
VT. SIBI. QVISQVE. EXOPTET / SE. HONESTE. VIVERE

  • 53 Cf. Soubiran 1988, 13.

46Mais cette scansion iambique pose des difficultés. Pour ce qui est du vers 1 supposé, tout d’abord, Peter Kruschwitz scande Caius comme un trisyllabe, s’appuyant sur Catulle, 10, 30, mais Cai comme un monosyllabe, ce qui suppose un écart de prononciation très artificiel entre les deux formes casuelles du prénom. D’autre part, il suppose que l’-s final de Caius ne fait pas position, phénomène qui ne semble pas attesté après le tout début du ier siècle a.C., alors que l’inscription ne manifeste aucun trait qui renvoie à une date aussi ancienne53. Il ne nous paraît pas possible d’accepter la proposition de Peter Kruschwitz.

  • 54 Telle est la césure posée par Massaro 1992 19 note 22 et à sa suite par Kruschwitz 2001, 58. Elle e (...)
  • 55 Cf. Soubiran 1988, 156.

47Mais même la scansion iambique des deux vers suivants, qui est traditionnelle, nous paraît devoir être rejetée. En effet, si, pour le vers 2, le passage à la ligne entre les lignes 3 et 4 coïncide avec la coupe hepthémimère, c’est-à-dire que la scansion iambique est à la fois correcte et mise en valeur par l’ordinatio, pour le vers 3, il n’est pas possible de délimiter une penthémimère ni une hephthémimère, ce qui est très rare dans le corpus latin des sénaires iambiques. La seule césure acceptable du point de vue d’un sénaire iambique est une césure hephthémimère avant élision faite, c’est-à-dire que si se n’était pas élidé, il y aurait hephthémimère après se54. Cette césure peut être considérée comme mise en valeur par l’ordinatio, le passage à la ligne avant se. Mais la césure hephthémimère avant élision faite, si elle est bel et bien attestée dans le sénaire iambique latin, est très rare55.

48Une autre analyse métrique est possible. En effet, une colométrie des lignes 3 à 6 selon un principe syllabique nous paraît donner un résultat parfaitement satisfaisant :

(6) HONESTÂM. VITÂM. VIXSIT

xxx - xx xx

PIVS. ET. SPLENDIDVS

xxx – xxx

VT. SIBI. QVISQVE. EXOPTET

xxx - x xxx

SE. HONESTE. VIVERE

xxx – xxx

  • 56 La césure après coordination et est couramment attestée en latin, surtout si, comme dans pius et, u (...)
  • 57 Cf. Cole 1969, 22-32.
  • 58 Cf. Cole 1969, 32-39.
  • 59 Il s’agit plutôt de la métrique sabellique, encore attestée à la même date, que de la métrique lati (...)

49L’inscription se compose, selon nous, de deux dicola, chacun des deux formé d’un colon heptasyllabique avec césure après la troisième syllabe et d’un colon hexasyllabique avec césure après la troisième syllabe56. Les limites de colon coïncident avec les passages à la ligne. Un semblable colon heptasyllabique avec césure après la troisième syllabe nous paraît attesté, précisément chez les Lucani, dans l’inscription osque officielle Ve, 173 = Ri, Fr 2. Des cola heptasyllabiques avec césure après la troisième syllabe, au reste, sont bien attestés dans le vers saturnien latin57, comparable au vers sabellique et issu sans doute de la même tradition métrique que celui-ci. De même, les cola trisyllabiques avec césure après la troisième syllabe sont bien attestés dans le vers saturnien latin58. Nous proposons donc que l’inscription (6) soit écrite en latin pour des raisons de prestige, mais qu’elle utilise une métrique sabellique, celle des épitaphes métriques aristocratiques sud-picéniennes et osques59, avec un regroupement en dicola attesté aussi dans l’inscription (3).

  • 60 Cf. Kruschwitz 2001, 58.

50Cette hypothèse d’une scansion syllabique, conforme à la tradition indigène, nous paraît confirmée par les autres traits de l’inscription. La pratique de l’allitération n’est pas systématique, contrairement à la tradition sabellique, mais il se trouve tout de même une paire au premier colon, uitam uixit, et, grâce au polyptote, une double paire entre le premier colon et le dernier, honestam uitam et honeste uiuere, c’est-à-dire que l’allitération est un élément important de la construction du texte. Surtout, l’inscription ne contient pas de cadre, contrairement à la tradition de l’épigraphie funéraire en sénaires iambiques, ni de maxime générale, contrairement à la tradition secondaire des épitaphes métriques en sénaires iambiques limitées à un vers ou à un distique. Elle n’indique pas non plus des vertus conformes à l’idéal civique, mais la félicité du défunt dans la vie, honestam uitam étant développé sémantiquement par pius et splendidus. Cette mise en valeur de la félicité est caractéristique de la tradition sabellique, et le lecteur, comme dans les épitaphes sud-picéniennes, est pris à témoin, implicitement en l’occurrence, puisque le défunt affirme sa supériorité sur tout un chacun. Plus précisément encore, PIVS. ET. SPLENDIDVS est un mérisme sémantiquement identique à celui que constituent DETI. HANVSTV dans l’inscription (3) et PES. PROS (...) SOLOIS. DES dans l’inscription (4) : il s’agit de souligner une félicité constituée par la piété envers les dieux – PIVS est la traduction latine de PES – et la richesse parmi les hommes. Peter Kruschwitz60 observe que splendidus n’est attesté par ailleurs ni dans l’épigraphie latine républicaine en général, ni dans les carmina Latina epigraphica de toutes les époques, à une exception africaine près. Selon nous, cette formule exceptionnelle s’explique par le désir de traduire en latin un éloge funèbre conçu selon la tradition sabellique ; en particulier, c’est une métrique de type sabellique qui est mise en œuvre. Cette hypothèse d’une maîtrise complète de la tradition sabellique encore à la date de l’inscription est compatible avec le lieu de découverte : le territoire des Lucani est très proche de celui des Péligniens et des Marrucins, lequel a livré les inscriptions (1) à (5), contemporaines.

51De surcroît, un élément doit être souligné : le défunt est un ingénu, et certainement un membre des élites locales, même si, comme le défunt de l’inscription (4), il n’indique aucun titre. Il indique sa tribu, c’est-à-dire qu’il met en avant son intégration complète dans le peuple-roi. Mais l’affirmation de cette intégration juridique n’est pas la seule visée de l’inscription : il s’agit aussi de mettre en avant la supériorité sociale, et, pour cela, selon nous, c’est l’ancienne métrique sabellique qui est transposée en latin.

  • 61 Cf. Kruschwitz 2001, 58.

52L’auteur de l’épitaphe connaissait pourtant le latin et a su, par exemple, utiliser le lexème caractéristique de la poésie latine letum, mais Peter Kruschwitz61 observe que ce lexème s’emploie le plus souvent pour une mort violente, et qu’il est donc peu adapté pour un défunt mort à soixante-dix ans. Ce lexème s’utilise en tout cas pour une mort prématurée, peut-être violente, dans l’inscription (20).

  • 62 Cf. Soubiran 1988, 157.

535.3. Un cas partiellement comparable nous paraît présenté par l’inscription (21), d’Vrbs Saluia dans le Picenum. Cette inscription, après la formule onomastique d’un père et d’un fils mort jeune, présente quatre sénaires iambiques, dont les trois derniers sont parfaitement réguliers, comportant une césure penthémimère. Le premier, en revanche, se limite à une hepthémimère après élision faite62 :

par]enTibvs. Praesidivm. amIceis. gavdivm

  • 63 Cf. Kruschwitz 2001, 56. Il s’agit du fragment 7-10 Warmington des Epigrammes.

54Dans le cas de cette inscription, contrairement à la précédente inscription, il ne nous paraît pas possible de rejeter l’analyse en sénaires iambiques, car aucune alternative en termes de colométrie syllabique n’apparaît et l’inscription emploie des formules caractéristiques de la tradition épigraphique et aussi de la littérature romaines. Contrairement à la précédente inscription, en effet, l’inscription (21) présente des formules latines banales, par exemple l’adjectif acerbus pour qualifier la mort, attesté dans l’épitaphe métrique en sénaires iambiques CIL IX, 4362 = CIL I2, 1603 = CLE, 362 = ILLRP, 984, de Capoue, ou la iunctura funus fletu, dont Peter Kruschwitz observe qu’elle figure dans une épigramme d’Ennius63.

  • 64 Eu égard à l’Histoire institutionnelle complexe d’Vrbs Saluia, où ont coexisté des indigènes origin (...)

55En dépit de ces références à la tradition poétique romaine, l’épitaphe ne correspond pas aux usages des épitaphes métriques romaines en sénaires iambiques. Tout d’abord les allitérations y sont très nombreuses, ce qui peut renvoyer à un souvenir de la poétique indigène, parentibus praesidium, pollicita pueri, fletu funus ; à cela s’ajoute la répétition d’indigne avec deux sémantismes différents. Surtout, l’inscription ne présente pas de cadre ni de référence explicite au lecteur, mais, comme l’inscription (6), une référence implicite à celui-ci qui se voit rappeler sa présence aux funérailles du jeune défunt. D’autre part, si l’inscription, comme les épitaphes romaines, indique l’ampleur du deuil d’un être jeune, indigne occidit, et les vertus conformes à l’idéal civique déjà possédées par le défunt, la pietas envers les parents et envers les amis, elle comporte un élément entièrement étranger à la tradition romaine, la tristesse du peuple, laquelle est indiquée en deux vers. De plus, le défunt et le père du défunt sont tous deux ingénus, et le père indique son appartenance à une tribu, c’est-à-dire son intégration complète dans la cité de Rome64. Mais ici encore, c’est aussi et surtout son contrôle de la foule que le commanditaire veut exprimer, et non une simple intégration dans la ciuitas optimo iure. Ainsi, il s’agit vraisemblablement d’une famille qui appartient aux élites locales, capable de mobiliser une foule pour les funérailles d’un de ses membres, et de mentionner ce fait sur l’épitaphe. De semblables mentions et un semblable milieu social ne sont pas documentés dans les épitaphes romaines en sénaires iambiques contemporaines.

56Il se peut que cette indication de contrôle de la foule soit traditionnelle dans des éloges funèbres oraux prononcés dans la région, et qu’elle renvoie à des mentions attestées dans l’épigraphie sud-picénienne bien des siècles auparavant : ainsi, dans l’inscription sud-picénienne Ri, Sp TE 5, de Penna Sant’Andrea dans le Picenum, le monument paraît posé et l’inscription gravée par la nation sabine, safinas. tútas ; de même, dans l’inscription Ri, Sp CH 1 de Crecchio en pays frentanien, c’est une première personne du pluriel adstaeoms qui dresse la stèle funéraire. Cette hypothèse suppose que la tradition poétique indigène est encore bien connue et maîtrisée dans le Picenum à la date de l’inscription, ce qu’aucun autre témoignage ne prouve, contrairement aux territoires plus méridionaux des Marrucins et des Péligniens. Quoi qu’il en soit, l’indication du deuil collectif du peuple dans les funérailles d’un ingénu, même s’il s’exprime en sénaires iambiques et en latin, est étranger à la tradition romaine.

  • 65 Nous suivons la datation traditionnelle telle qu’elle est défendue par exemple par Wachter 1987, 41 (...)

575.4. Un cas singulier, difficile à interpréter, est celui de l’inscription (14). L’interprétation que nous en proposons doit être considérée comme purement spéculative. Retrouvée à Preturo près d’Amiternum en Sabine, cette épitaphe est datable du iie siècle a.C., peut-être même de la première moitié de ce siècle65. Elle est donc plus ancienne que l’apparition de la tradition des épitaphes métriques en sénaires iambiques à Rome.

  • 66 À propos d’Amiternum, cf. RE, 1, col. 1840-1841. À propos des déductions viritanes sur le territoir (...)
  • 67 Dimensions d’après Kruschwitz 2001, 108. Analyse comme dalle devant un loculus par Massaro 2001, 8 (...)
  • 68 Cf. Segenni 1992, 27.

58Par ailleurs, il s’agit de la seule épitaphe datable d’une époque aussi ancienne que le iie siècle a.C. retrouvée à Preturo et même sur le territoire d’Amiternum en général66. Et le support archéologique est lui aussi exceptionnel : il s’agit d’une dalle de pierre mesurant 28 cm de hauteur, 57 de largeur et 12 cm de profondeur, dont l’arrière était lisse, qui pouvait être fixée à l’intérieur d’une tombe devant un loculus, et dans tous les cas renvoie à une sépulture monumentale67. Au ier siècle a.C., les épitaphes attestées sur le territoire d’Amiternum sont de simples stèles plantées en terre68.

  • 69 À ce sujet, cf. Massaro 2001, 5 note 2.
  • 70 Pour l’existence de troupes itinérantes dans l’Italie tardo-républicaine, cf. Rawson 1985.
  • 71 Sur toutes ces incertitudes, cf. le bilan mesuré et précis de Massaro 2001, 8-16.

59Or l’épitaphe (14) est simplement l’épitaphe d’un affranchi, ou plus probablement d’un esclave69, le mime Protogenes. Aucune tradition d’épitaphes métriques, ni la tradition sabellique ni la tradition romaine en vers saturniens, ne comporte à cette date des épitaphes d’esclaves ou d’affranchis. C’est certainement la gloire acquise par le personnage, mentionnée précisément dans l’inscription, qui justifie cette singularité, ainsi que celles que constituent la présence même d’une épitaphe sur le site à cette date et la monumentalité de la tombe. Le choix du latin, quelle que soit la langue maternelle du défunt, peut s’expliquer par la présence d’un grand nombre de colons dans le territoire, alors même que l’inscription Ve, 227 = Ri, VM 9 atteste qu’un dialecte sabellique continue d’être maîtrisé et même écrit près d’Amiternum à la même époque. Par ailleurs, il est impossible de déterminer si le personnage vivait à Amiternum ou s’il était en tournée70 dans cette région lorsqu’il est mort, ni s’il était d’origine romaine ou indigène. En revanche, le maître appartenait certainement aux élites romaines elles-mêmes : il s’agit d’un membre de la gens Cloelia, qui pouvait, ou non, être propriétaire de terres près d’Amiternum71.

  • 72 Cf. Massaro 2001, avec bibliographie antérieure.

60La scansion de l’inscription pose des difficultés. Matteo Massaro, dans une étude précise et prudente, fait un bilan détaillé des études antérieures et conclut que le plus probable est une scansion en hexamètres dactyliques ; il propose des corrections au texte tel que celui-ci a été gravé72. Selon lui, l’hypothèse la moins douteuse est de lire :

Protogenes Cloul(ei) suauis heic est situs
mimus plouruma que fecit populo soueis gaudia nuges

  • 73 Par ailleurs, pour une analyse en vers saturnien, les propositions les plus récentes sont celles de (...)

61Cette lecture a toutefois l’inconvénient, non seulement de supposer un allongement de la syllabe finale de suauis au temps fort, ce qui est rare mais attesté, mais surtout de supposer une erreur dans la gravure. Matteo Massaro cite également des hypothèses de colométrie en vers saturnien, mais son adhésion à une théorie quantitative du vers saturnien, à notre sens inadéquate, ne permet pas une hypothèse d’analyse correcte73.

62Il nous semble cependant possible de proposer une analyse en termes syllabiques pour l’épitaphe. Selon notre analyse, la formule onomastique ne fait pas partie du poème. En revanche, les quatre lignes suivantes permettent d’observer une régularité, sans correction du texte transmis :

  • 74 Selon la prononciation d’-i-comme [i] ou comme [(...)

SVAVEI-HEICEI-SITVST

xx - xx xx

MIMVS-PLOVRVMA-QVE

xx - xxx x

FECIT-POPVLO-SOVEIS

xx - xxx x

GAVDIA-NVGES

xx - xx ou xxx - xx74

hic situs est, CIL2 CLE, ILLRP,7576-ei-77-ei-78

63À partir de cette analyse, il est nécessaire d’examiner si l’inscription se rattache plutôt à la tradition locale des épitaphes métriques sabelliques, ou à la tradition romaine de l’épigraphie en vers saturniens. La tradition locale est attestée en pays pélignien et marrucin, c’est-à-dire non loin d’Amiternum, site sabin qui est séparé du pays pélignien seulement par le territoire des Vestins.

64Une analyse en vers saturniens latins se heurte à une difficulté majeure : il n’existe pas, dans le corpus des vers saturniens attestés, de cola hexasyllabiques avec césure après la deuxième syllabe, et ce corpus est assez vaste pour exclure, selon nous, la possibilité d’une lacune accidentelle. Ainsi, si notre analyse syllabique est correcte, il est nécessaire de supposer que la tradition métrique sabellique était plus souple et admettait des cola de types plus variés que la tradition latine du vers saturnien à laquelle elle est apparentée. Mais si cette supposition est correcte, en tout cas le type de strophe, à savoir trois cola non réunis en dicola plus une coda plus brève à la fin, trouve un parallèle précis dans l’épitaphe osque (4). D’autre part, l’épitaphe (3), où la contrainte syllabique se limite à un deuxième segment dissyllabique à la fin de chaque colon, atteste elle aussi une règle syllabique inconnue du latin.

65En revanche, l’absence de paires allitérantes et l’emploi de la formule latine hic situs est renvoient nettement à une tradition métrique latine qui peut être celle du vers saturnien, telle qu’elle est attestée par exemple dans les épitaphes des Scipions.

66Il en est de même des interponctions, qui sont des tirets : comme le souligne Matteo Massaro, ce type d’interponction est inconnu dans le territoire de la région IV à toutes les époques, alors qu’il est attesté à Rome notamment dans des épitaphes du tombeau des Scipions.

67Pour ce qui est des thématiques abordées, elles sont aristocratiques et comparables à celles des épitaphes des Scipions, mais aussi à celles de la tradition sabellique, surtout sud-picénienne : le personnage se glorifie des exploits qu’il a accomplis, à son niveau social de mime, c’est-à-dire d’avoir fait rire le public, d’avoir eu une action à l’échelle de la cité. Le lecteur, implicitement, est pris à témoin, puisqu’il a fait partie du public. L’appel explicite au lecteur comme témoin des hauts faits du défunt est attesté dans la tradition latine des épitaphes en vers saturniens comme dans la tradition sabellique, en l’espèce sud-picénienne, les personnages mettant en avant leurs dignités sous le regard du lecteur. Les épitaphes proprement osques comportent cette mention des dignités occupées uniquement dans le cas de prêtresses.

68Au total, il nous paraît difficile de proposer une conclusion certaine pour cette inscription, dont l’analyse est rendue nettement plus spéculative que celle des autres par l’isolement complet du document. Il nous semble cependant que le mime Protogenes, pour des raisons difficiles à évaluer, a obtenu une sépulture et une épitaphe analogues à celles des élites sociales romaines et locales. Son épitaphe, selon nous, doit tant à la tradition locale des éloges funèbres aristocratiques qu’à celle de Rome. La tradition locale, d’abord manifestée par les épitaphes sud-picéniennes paraît à nouveau attestée par écrit, à la même époque, par l’inscription (1) ; la tradition romaine, quant à elle, est attestée par écrit depuis le iiie siècle a.C. et le reste pendant le iie siècle.

696.1. Ainsi, les épitaphes métriques du territoire des régions IV et V attestent un grand nombre d’épitaphes métriques au iie et surtout au ier siècle a.C. D’autres inscriptions peuvent s’ajouter à celles que nous avons commentées, mais leur analyse est rendue plus difficile par leur caractère fragmentaire, soit que la formule onomastique du défunt soit lacunaire, soit que le caractère métrique soit incertain.

  • 79 L’inscription (22) présente trois cas d’emploi d’une graphie -ei-, dont deux en syllabe intérieure (...)

70Tout d’abord, les inscriptions (20) et (22), qui proviennent toutes deux du Picenum, attestent nettement un cadre et l’indication des vertus conformes à l’idéal civique exercées par le défunt. Elles sont toutes deux rédigées en sénaires iambiques. Elles renvoient donc toutes deux à la tradition de l’épigraphie funéraire en sénaires iambiques telle qu’elle est attestée à Rome. Mais dans les deux cas la formule onomastique du défunt manque et il est impossible de déterminer si celui-ci appartient aux milieux serviles, comme ce serait le cas à Rome, ou s’il s’agit d’un ingénu79. En tout cas, la tradition des épitaphes en sénaire iambique, y compris la notion de cadre et la thématique caractéristique des inscriptions romaines, s’est diffusée non seulement dans des aires proches de Rome, mais jusqu’aux régions adriatiques.

  • 80 Édition du texte par Buonocore 1997a, 262-264, identification comme texte métrique par M. Buonocore (...)
  • 81 Cf. Cordella & Criniti 1996, 161. Buonocore 1997, 47 se borne prudemment à affirmer “metrum incertu (...)
  • 82 Il s’agit du vers 5 Warmington des Epigrammes.
  • 83 Ainsi le qualifie Buonocore 1997, 47.

71Au reste, les inscriptions (8), (13), (15), (16) et (17) sont d’une interprétation plus difficile parce que l’identification comme texte métrique est incertaine. L’inscription (8), de Teate Marrucinorum, est conservée de manière fragmentaire. Il existe une séquence dactylique qui miser in piscina. Il ne nous paraît pas certain que l’inscription soit pour autant conçue comme métrique, surtout que les mètres dactyliques sont rares dans l’épigraphie funéraire latine républicaine. L’inscription (13), d’Alba Fucens, pose des difficultés encore plus grandes. Marco Buonocore, après avoir publié le texte80, a cru identifier une séquence dactylique et negas tamen hoc ueniundum ; ceci n’est possible qu’à condition d’expliquer ce qui apparaît comme un crétique, et negas. L’inscription, elle non plus, n’est pas nécessairement métrique. Il est vrai que son incomplétude et l’étrangeté sémantique et pragmatique de la séquence et negas tamen hoc ueniundum ne permettent pas d’exclure l’hypothèse d’une épitaphe métrique. En tout cas, un ingénu est mentionné parmi les personnages. L’inscription (15) s’achève par un hexamètre dactylique, INCOLVMES [salu]OSQVE / SVOS. IN. MORTE. RELIQVIT, mais ce qui précède ne peut être dactylique tout entier, par exemple la première forme HABVIT. Le texte est trop lacunaire pour une quelconque certitude sur son caractère d’inscription métrique : il n’est pas exclu, selon nous, que la séquence formant un vers dactylique soit fortuite. Si elle ne l’est pas, peut-être s’agit-il d’un emploi de l’hexamètre dactylique à la place du sénaire iambique dans les inscriptions à partie métrique brève, limitée à une maxime ou, ici, à un éloge des vertus du défunt. L’identification du statut juridique est impossible. L’inscription (16), de Nursia, présente certes une fin d’hexamètre dactylique, habueront, comme le soulignent Romano Cordella et Nicola Criniti81. Mais le texte qui précède n’est pas un hexamètre dactylique et le projet de composer une épitaphe métrique paraît absent. Enfin, l’inscription (17), de Trebula Mutuesca, comporte la citation hic est ille situs, début d’un hexamètre dactylique d’Ennius couramment cité dans l’épigraphie funéraire postérieure82. Mais cette inscription est obscure : le texte paraît presque complet, s’agissant d’une stèle ; pourtant, le défunt masculin auquel doit référer la citation d’Ennius n’est pas indiqué, sinon implicitement comme le fils et le frère des deux femmes dont les formules onomastiques figurent. Il ne nous paraît pas impossible que, d’une façon ou d’une autre, l’inscription ne soit pas complète. En tout état de cause, le texte assure de la reprise d’une formule hexamétrique, mais cette formule ne paraît pas s’intégrer dans un vers complet, du moins dans l’état attesté de l’inscription. Le texte est donc au plus un commaticum83, et, à nos yeux, il n’est pas certain si les auteurs reprennent cette formule comme élément métrique ou simplement comme formule célèbre.

72Il nous paraît significatif que, parmi les épitaphes métriques certaines, aucune, sinon peut-être l’épitaphe de toute façon exceptionnelle du mime Protogenes, ne relève d’une scansion dactylique, alors que, parmi les épitaphes métriques douteuses, toutes sont potentiellement dactyliques. Ce fait indique, selon nous, que ces épitaphes, au moins pour la plupart, n’ont pas été conçues comme métriques.

736.2. Les épitaphes métriques attestées à l’époque républicaine sur le territoire des régions augustéennes IV et V sont nombreuses. Mise à part l’exceptionnelle et ancienne inscription (14) et l’inscription osque fragmentaire (1), elles datent toutes du ier siècle a.C. Schématiquement, elles peuvent être rattachées à deux traditions, celle des épitaphes métriques aristocratiques sabelliques, illustrée dès l’époque archaïque en sud-picénien, puis à date tardo-républicaine en osque, et celle des épitaphes latines en sénaires iambiques, attestée à Rome depuis la fin du iie siècle a.C., gravées pour des esclaves ou des affranchis.

74Les deux traditions possèdent chacune sa métrique et ses moyens stylistiques propres. Par ailleurs, elles se distinguent, non seulement par le statut juridique des défunts concernés, mais aussi par la thématique mise en œuvre et en particulier par la visée pragmatique de l’appel au passant. Dans la tradition aristocratique, le passant est tout au plus un témoin qui fait partie de la foule respectueuse des perfections et félicités du défunt, ou bien encore c’est un dernier bénéficiaire de la bonté du défunt, puisque l’épitaphe le salue et lui souhaite prospérité. Et l’inscription met en évidence les honneurs occupés par le défunt, ou du moins, à l’époque hellénistique, la liste de ses succès moraux et financiers. Dans la tradition romaine, le lecteur est présumé rétif, il est supplié de faire acte de lecture et de s’intéresser au défunt. Et il n’est pas possible de glorifier le défunt, qui appartient aux milieux serviles, mais on indique simplement la maîtrise qu’il avait ou que l’auteur de l’inscription avait pour lui de la culture littéraire en sénaires iambiques, ainsi que la possession des vertus exigées d’un homme libre : tout ceci fait du défunt un personnage intégré au moins moralement dans la cité de Rome.

75Les deux traditions coexistent au ier siècle a.C. en Italie centro-méridionale. La tradition romaine se diffuse en particulier dans des communautés coloniales proches de Rome, mais elle est attestée aussi, de manière moins nette, en particulier moins liée à des milieux exclusivement serviles, jusqu’à la côte adriatique. La tradition aristocratique s’exprime encore en osque. Mais avec la diffusion croissante du latin, les élites cherchent à poursuivre leur tradition d’épitaphes métriques dans la nouvelle langue de prestige, et, d’autre part, avec l’intégration des indigènes dans la ciuitas optimo iure, les ingénus peuvent être tentés d’affirmer non pas qu’ils sont dignes d’être des hommes libres, ils le sont par naissance, mais qu’ils sont dignes d’être des citoyens romains. Ainsi, les élites locales anciennement consommatrices d’épitaphes métriques sabelliques, mais plus généralement tous les ingénus, sont amenés à emprunter des traits de la tradition romaine, quoique celle-ci ne soit pas adaptée originellement à leur milieu social. Nous avons cherché à montrer qu’il existait nombre d’ingénus, et en particulier des membres des élites locales, qui reprenaient et adaptaient la tradition du sénaire iambique pour leur propre usage, par exemple grâce à des compositions métriques très courtes, ou bien grâce à des compositions thématiquement apparentées aux épitaphes sabelliques. Ces populations ne sont pas passivement demandeuses de modèles romains : elles sont pleinement à même d’effectuer, dans leur patrimoine culturel et dans celui de Rome, les choix qui expriment le mieux leurs aspirations nouvelles.

Les formes en alphabet national figurent en caractères gras, les formes en alphabet latin, en caractères majuscules. Les ligatures sont notées par un accent circonflexe sur la première lettre concernée.

Pinna (territoire des Vestins *Transmontani) a.C.).
(11)
CIL I2, 3271 = Buonocore 1997b, 40 no 46 (deuxième moitié du ier siècle a.C.)

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Barbieri, G. (1975) : “Una Nuova Epigrafe d’Ostia e ricerche sugli acrostici”, Quarta miscellanea greca e romana, Rome, 301-403.

Besnier, M. (1902) : “Monuments figurés du pays des Péligniens”, Mémoires de la société nationale des antiquaires de France, 61, 253-258 et planche XIX.

Bitto, Ir. (1998): “Tra Oralità e scrittura: il verso su pietra”, La ‘Parola’ delle immagini e delle forme di scrittura - modi e tecniche della comunicazione nel mondo antico, Messine, 151-167.

Blänsdorf, J. (19953): Fragmenta poetarum Latinorum epicorum et lyricorum praeter Ennium et Lucilium post W. Morel nouis curis adhibitis edidit Carolus Buechner editionem tertiam auctam curauit Jürgen Blänsdorf (FPL), Stuttgart - Leipzig.

Bücheler, F. (1895 - 1897): Carmina latina epigraphica (CLE), Leipzig.

Buonocore, M. (1985) : L’Epigrafia latina di Superaequum (corpus delle iscrizioni), Castelvecchio Subequo.
— (1993) : “38. Stele funeraria (Tav. XL)”,
Gentes et principes - iconografia romana in Abruzzo, Sanzi di Mino M. R. & L. Nista éd., Chieti, 110-111.
— (1997a) : “Nuovi testi dall’Abruzzo e dal Molise (
regiones II e IV)”, Epigraphica, 59, 231-266.
— (1997b) : “‘Carmina Latina epigraphica regionis IV Augusteae’ - avvio ad un censimento”,
GIF, 49,
21-50.
— (2003) : “La Tribù predominante fra i cittadini di Trebula Mutuesca”,
Epigraphica, 65, 47-61.

Campanile, En. (1979): “Archetipi popolari italici”, AIWN, 1, 81-93.

Caraba, Am. (1854) : “Iscrizioni latine inedite o corrette del Sannio”, Monumenti annali e bullettini pubblicati dall’instituto di corrispondenza archeologica, année 1854, 20-28.

Cole, T. (1969): “The Saturnian Verse”, YClS, 21, 2-73.

Colonna, G. (1955) : “Pallanum - una città dei Frentani”, ArchClass, 7, 164-178 et tables LXVI-LXXIII.

Copersino, M. R. (2004) : “Le Strutture architettoniche delle tombe a camera della necropoli di Fossa”, La Necropoli di Fossa, 2, “I Corredi orientalizzanti e arcaici”, En. Benelli & V. d’Ercole éd., Pescara, 247-250.

Copersino, M. R. et V. d’Ercole, éd. (2003) : La Necropoli di Fossa, 4, “L’Età ellenistico-romana”, Pescara.

Cordella, R. et N. Criniti (1996) : “Nursia - ager Nursinus”, Supplementa Italica, nouvelle série, 13, Rome, 11-189.

Cosentino, S., V. d’Ercole et G. Mieli, éd. (2001) : La Necropoli di Fossa, 1, “Le Testimonianze più antiche”, Pescara.

Cugusi, P. (2003): “‘Doppioni’ e ‘ritornelli’ epigrafici”, BStudLat, 33, 2, 449-466.

D’Ercole, V. (2001) : “IV. La Necropoli di Campovalano”, in Eroi e regine - Piceni popolo d’Europa, Rome, 81-83 et 85.

Degrassi, At. (1957 - 1963): Inscriptiones Latinae Liberae Rei Publicae (ILLRP), Florence.

Dupraz, Em. (2006) : “De la Poésie sud-picénienne à la poésie nord-osque”, in La Langue poétiqueindo- européenne - Actes du colloque de travail de la Société des Études Indo-Européennes (Indogermanische Gesellschaft/Society for Indo-European Studies) - Paris, 22-24 octobre 2003, Petit D. & G.-J. Pinault éd., Louvain et Paris, 63-78.
— (2007) : “Observations sur le vers saturnien”, Procédés synchroniques de la langue poétique en grec et en latin, Blanc Al. & Em. Dupraz éd., Bruxelles, 59-75.
— (à paraître) : “L’Inscription frentanienne Ve 173 = Ri Fr 2, la tradition poétique italique et le nom-racine *h2ep-, ‘eaux courantes’”, Autour de Michel Lejeune, F. Biville éd., Lyon.

Faustoferri, Am. et J. Lloyd (1998) : “Monte Pallano : a Samnite fortified centre and its hinterland”, JRA, 11, 5-22.

Humbert, M. (1978) : Municipium et ciuitas sine suffragio - l’organisation de la conquête jusqu’à la Guerre Sociale, Rome.

Kruschwitz, P. (1999) : “Saturnier erkennen, ohne den Saturnier zu kennen ?”, Epigraphica, 61, 27-35.
— (2001) : “Zu Republikanischen Carmina Latina Epigraphica”, ZPE, 136, 51-61.
— (2002) : Carmina Saturnia epigraphica - Einleitung, Text und Kommentar zu den saturnischen Versinschriften, Stuttgart.
— (2003) : “Zu republikanischen Carmina Latina Epigraphica (III)”, Tyche, 18, 59-71 et tables 5 à 7.

Mahoney, An. (2001): “Alliteration in Saturnian Verse”, NECJ, 28, 2, 78-82.

Marinetti, An. (1985): Le Iscrizioni sud-picene, 1, “Testi”, Florence.

Massaro, M. (1992): Epigrafia metrica latina di età repubblicana, Bari.
— (1998): “Gli Epigrammi per
L. Maecius Pilotimus e A. Granius Stabilio (CIL, I2, 1209 e 1210)”, Epigraphica, 60, 183-206.
— (2001): “L’Epitaffio metrico per il mimo Protogene”,
RFIC, 129, 5-50.
— (2002): “Il ‘Ciclo degli Scipioni’ e le origini della epigrafia metrica latina”,
Asta ac pellege - 50 años de la publicación de Inscripciones Hispanas en verso de S. Mariner, del Hoyo J. & J. Gómez Pallarès, Madrid, 17-37.

Meiser, G. (1986) : Lautgeschichte der umbrischen Sprache, Innsbruck.
— (1987a) : “Pälignisch, Latein und Südpikenisch”,
Glotta, 65, 104-125.
— (1987b) : compte rendu d’An. Marinetti (1985),
Kratylos, 32, 110-118.
— (1998) :
Historische Laut-und Formenlehre der lateinischen Sprache, Darmstadt.
— (2003) :
Veni uidi uici - die Vorgeschichte des lateinischen Perfektsystems, Munich.

Nicolet, Cl. (1974) : L’Ordre équestre à l’époque républicaine (312-43 av. J.-C.), Paris.

Parsons, J. (1999): “A New Approach to the Saturnian Verse and its Relation to Latin Prosody”, TAPhA, 129, 117-137.

Poccetti, P. (1979): Nuovi documenti italici a complemento del manuale di E. Vetter (Po), Pise.
— (1981): “Elementi culturali negli epitafi poetici peligni. II : modelli formulari”, in AIWN, 3, 259-270.
— (1982): “Elementi culturali negli epitafi poetici peligni.
III: la struttura metrica”, in AIWN, 4, 213-235.

Purcell, N. (1983): “The Apparitores : a Study in Social Mobility”, PBSR, 51, 125-173.

Rawson, El. (1985): “Theatrical Life in Republican Rome and Italy”, PBSR, 53, 97-113.

Rix, H. (2002) : Sabellische Texte, Heidelberg (Ri).

Salomies, Ol. (1987): Die römischen Vornamen - Studien zur römischen Namengebung, Helsinki.

Sanders, G. (1991) : Lapides memores - païens et chrétiens face à la mort : le témoignage de l’épigraphie funéraire latine, Donati An., D. Pikhaus et M. van Uytfanghe éd., Faenza.

Schmid, W. (1954): “Anaptyxe, Doppelschreibung und Akzent im Oskischen”, Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete der indogermanischen Sprachen, 72, 30-46.

Segenni, S. (1992) : “Amiternum - ager Amiterninus”, Supplementa Italica, nouvelle série, 9, Rome, 13-209.

Sommella, P. (1995): “Il Culto di Apollo a Peltuinum città dei Vestini”, in Mélanges Raymond Chevallier, 2, Tours, 279-291 = 1996, “Il Culto di Apollo a Peltuinum città dei Vestini”, Peltuinum antica città sul tratturo, Ad. Campanelli éd., Pescara, 44-49.

Soubiran, J. (1988) : Essai sur la versification dramatique des Romains - sénaire iambique et septénaire trochaïque, Paris.

Untermann, J. et alii (2000) : Wörterbuch des Oskisch-Umbrischen, Heidelberg.

Van Sickle, J. (1988): “The First Hellenistic Epigrams at Rome”, Vir bonus dicendi peritus - Studies in Celebration of Otto Skutsch’s Eightieth Birthday, Londres, 143-156.

Van Wonterghem, F. (1975): Antiche genti peligne, Sulmona.
— (1984):
Superaequum Corfinium Sulmo, Florence.

Vetter, Em. (1953): Handbuch der italischen Dialekte, 1, “Texte mit Erklärung, Glossen, Wörterverzeichnis”, Heidelberg (Ve).

Vine, B. (1993): Studies in Archaic Latin Inscriptions, Innsbruck.

Wachter, R. (1987): Altlateinische Inschriften - sprachliche und epigraphische Untersuchungen zu den Dokumenten bis etwa 150 v. Chr., Berne - Francfort sur le Main - New York - Paris.

Warmington, Er. H. (1935): Remains of Old Latin, 1, “Ennius and Caecilius”, Cambridge - Londres (Warmington).

Watkins, C. (1995): How to Kill a Dragon - Aspects of Indo-European Poetics, New York.

Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), I2, 1893 - 1986, Berlin - New York.

Corpus Inscriptionum Latinarum (CIL), IX, 1883, Berlin.

Paulys Real-Encyclopädie der classischen Altertumswissenchaft, neue Bearbeitung (RE), 1893 -, Stuttgart.

Annexes

APPENDICE : CORPUS DES INSCRIPTIONS

En osque

Serramonacesca (territoire des Marrucins) :
(1) Ri, MV 8 (
iiie ou iie siècles a.C. ?).

ST. LOISIES. PAQ. ECṾ ENC̣VBAT. A[
SALAVS. PEIS. ḶEEXE. HẠLẠ[.]Ạ[]EAS. SEI SIVM AIE [ ]M. NESCIS
sal] AVS [b]IVIVS.
ṾV[s ]T[

“Statis Loisies, fils de Paquis (?), gît ici (...) Salut, vous qui avez lu (...) Salut (?), vivants (?), vous (?) (...).”

Torre dei Passeri (territoire des Marrucins):
(2) Po, 205 = Ri, MV 7 (ier siècle a.C.).

SACRACRIX ◊
CIBAT. CERRIA
LICINA. SALVTA
SALAVS.

“Sacrificatrice de Cérès, ci-gît Licina Saluta. Salut !”

Corfinium (territoire des Péligniens) :
(3) Ve, 213 = Ri, Pg 9 (première moitié ou milieu du
ier siècle a.C.).

]Ạ[ ][
u] SVR. PRISTAFALACIRIX. PRISMV. PETIEDV. IP. VIDAD [?
ṾIBDV. OMNITV. VRANIAS. ECVC. EMPRATOIS
c] LISVIST. CERFVM SACARACIRIX. SEMVNV. SVA[?
ẠETATV. FIRATA. FERTLID PRAICIME. PERSEPONAS
ẠFDED• EITE. VVS. PRITROMEPACRIS PVVS. ECIC
LEXE• LIFAR. DIDA. VVS. DETI. HANVSTV. HERENTAS

“(...) épouse, prêtresse, Prima Petieda. Que l’y voie Vibidia la Prospère. Cette femme se trouve ( ?) dans les jardins d’Uranie. Sacrificatrice des Cérès et des Semones, ayant mené son âge avec prospérité, elle s’en est allée au pays de Perséphone. Allez de l’avant avec faveur, vous qui avez lu cet écrit. Que Vénus vous donne la richesse et les vertus ( ?).”

(4) Ve, 214 = Ri, Pg 10 (première moitié ou milieu du ier siècle a.C.).

PES. PROS. ECVF. INCVBAT
CASNAR. OISA. AETATE
C (auis). ANAES. SOLOIS. DES. FORTE
FABER

“Pieux, honnête, ci-gît, vieillard qui a usé de son âge, Gavis Annaes, riche en tout, artisan de sa fortune.”

Sulmo (territoire des Péligniens)
(5) Ve, 209 = Ri, Pg 11 (première moitié ou milieu du
ier siècle a.C.).

] HOSPVS P̣ẸLEGIE [
] XAṬ. MAT. MESICV.
] MEN[] CV Ḥ[os]P̣VS VAḶ[i
i inim] FAMEL. INIM. LOVFIR
]P̣EO[i]S PACRỊD A[

“Hôte, lis tout au long (...), hôte ( ?), salut ( ?), aussi bien esclave que libre (...) aux pieux ( ?), avec faveur ( ?) (...).”

En Latin

Atessa (territoire de la communauté des Lucani) :

(6) CIL IX, 2975 = CIL I2, 1761 = CLE, 70 = ILLRP, 978 = Buonocore 1997b, 32 no 12 = Kruschwitz 2001, 56-58 (milieu du ier siècle a.C.).

C(aius). 'VTIVS. C(ai) F(ilius). LETO
OCCIDIT
HONESTÂM. VITÂM. VIXSIT
PIVS. ET. SPLENDIDVS
VT. SIBI. QVISQVE. EXOPTET
SE. HONESTE. VIVERE
ÁRN(iensi tribu). A(nnos). N(atus).
LXX

Dans cette inscription, un apex figure sur l’-V- initial d’VTIVS.

Teate Marrucinorum (territoire des Marrucins)
(7)
CLE, 170 = Buonocore 1993, 110 no 38 = Buonocore 1997b, 34 no 18 (milieu ou seconde moitié du ier siècle a.C.).

ALEXANDER
MARAIDI. SEX. S(eruus)

QVOT

PAR

PAR[enti

DEQV[s

FACER(et)

FILI[u(s)

MO[rs

IMAT[u

RA

ADEM

IT

VT

FACE

R[et

MAT[er

FILIO

ALEXANDRO

(8) CIL IX, 6318 = CLE, 1643 = Buonocore 1997b, no 17 (deuxième moitié du ier siècle a.C.).

[...]
IPSE. PA[ter
SCVLPSI. PVERO [
]QVI. MISER. IN PISCINA.
P[eriit
VIXIT. ANNIS. III. MENS(ibus). VI

Sulmo (territoire des Péligniens)
(9)
CIL IX, 3128 = CIL I2, 1776 = CLE, 184 = ILLRP, 975 = van Wonterghem 1984, 227-229 = Buonocore 1997b, 35 no 23 (milieu ou seconde moitié du ier siècle a.C.).

ho] MINES. EGO. MONEO. NIQVEI. DIFFIDAT [

Superaequum (territoire des Péligniens)
(10)
CIL IX, 3321 = CIL I2, 1798 = CLE, 167 = ILLRP, 967 = Buonocore 1985, 58-59 no 41 = Buonocore 1997b, no 42 (ier siècle a.C.).

L(ucio). AVFIDIO. L(uci). F(ilio)
PLAVTO
QVOT. PAR. PARENTI FVE[r
AT. FACERET.
FILIVS.
MORS. INMATVRA. FEC[it
MATER.
FACERET. FILIO

QVOD. PAR. PARENTI. FVERAT. FACER[e...

C(aius). ORFIVS. V (ibi). F (ilius). ARN(iensi tribu) [

Alba Fucens (colonie latine)
(12)
CIL I2, 1822 = CLE, 72 = Buonocore 1997b, 44 no 64 (milieu du Ier siècle a.C.).

]ḶLEIVS. L(uci). L(ibertus). PHILOXSENVS hedera
] (gaiae). ET. M(arci). L(iberta). PHILOCRATEA
] ḶEIVS. L(uci). ET. (gaiae). L(iberta). PHILOCALVS
] ḶEIVS. L(uci). L(ibertus). PHILADELPHVS

sine lite et quest]V. VLLIVS hedera VIXSI. QVOM. FIDE
qui bene cogno]
ṛvnt. vItam lavdarvnt meam
post uitam ho] ṆESTAM. AETERNAM. DEVENI. DOMV[m

(13) Buonocore 1997a, 262-264 = Buonocore 1997b, 44 no 66 (deuxième moitié du ier siècle a.C.).

r]VBRIVS. C(ai). F(ilius). FAB(ia tribu). SALTORIA. T(iti) [f(ilia)
[?]
]ẸT. NEGAS.
TAMEN. HOC. VENIVNDV[m

Amiternum (territoire des Sabins)
(14)
CIL IX, 4463 = CIL I2, 1861 = CLE, 361 = ILLRP, 804 = Buonocore 1997b, 45 no 72 = Kruschwitz 2002, 108-115 (iie siècle a.C.).

PROTOGENES. CLOVL(ei)
SVAVEI-HEICEI-SITVST
MIMVS-PLOVRVMA-QVE
FECIT-POPVLO-SOVEIS
GAVDIA-NVGES

(15) CLE, 827 = Segenni 1992, 176 no 175 = Buonocore 1997b, 46 no 74 (ier siècle a.C.).

HABVIT [ ] FVIT
NVPTA [ ] ERVNT V
NAQVE[ ] SERVI
INCOLVMES [salu]OSQVE
SVOS. IN. MORTE.
RELIQVIT

Nursia (territoire des Sabins)
(16) Cordella & Criniti 1996, 161 no 112 = Buonocore 1997, 47 no 78 (ier siècle a.C).

]ANES[
st?]A. F(ilii).
QVE
Ṃ. BONO
Ṃ. BONEIS
HABVERONT

Aquae Cutiliae (territoire des Sabins)
(17)
CIL IX, 4666 = CIL I2, 1842 = Buonocore 1997, 47 no 79 (milieu du ier siècle a.C.).

ṛvTilia. IEPRIENA. T(iti). F(ilia). MATER
P̣VPPIA. T (iti). F (ilia). SOROR
SIBI. ET. SVIEIS
HIC. EST. ILLE. SITVS
fa]CIVNDVM. COERAVERUNT

Trebula Mutuesca (territoire des Sabins)
(18) CIL IX, 4922 = CIL I2, 1836 = CLE, 62 = Buonocore 1997b, 49 no 87 = Kruschwitz 2003, 59-64 et table 5 (ier siècle a.C.).

MANLIA. L(uci). F(ilia). SABI[na
PARENTEM. AMAVI. QVA. MIHI. FVIT [optumus
PÁRENS. VIRVM. PARENTI. PROXVṂ[
ITA. CASTA. VEITAE. CONSTITIT. RAT[io meae
VALEBIS. HOSPES. VEIVE. TIBI. IAM. Ṃ [ors uenit

(19) CIL IX, 4933 = CIL I2, 1837 = CLE, 54 = ILLRP, 971 = Buonocore 1997b, 49 no 88 (milieu du ier siècle a.C.).

POSILLA. SENENIA. QVART(ae). F(ilia). QVARTA. SENENIA. C(ai). L(iberta).
HOSPES. RESISTE. ET. PA[rite]R SCRIPTVM. PERLIG[e
MATREM. NON. LICITVM. ESS[e uni]CA. GNATA. FRVEI
QVAM. NEI. ESSET. CREDO. NESCI[o qui] INVEIDIT. DEVS.
EAM. QVONIAM. HAVD. LICITVM [est u] EIVAM. A MATRE. ORNARIE[r
POST. MORTEM. HOC. FECIG. AEQ[uo]Ṃ EXTREMO. TEMPORE
DECORAVIT. EAM. MONVMENTO.
QVAM. DEILEXSERAT

Asculum Picenum (Picenum)
(20)
CIL IX, 5258 = CIL I2, 1915 = CLE, 61 (ier siècle a.C.).

qui proper]ẠS. RESISTE. ET. PERLEGE. Ị[
m]ODESTVS. DOMEI NVṆ[
q] VONIAM. LETO. INMATṾ[r

Vrbs Saluia (Picenum)
(21)
CIL IX, 5557 = CIL I2, 1924 = CLE, 69 = ILLRP, 974 = Kruschwitz 2001, 54-56 (ier siècle a.C.).

] C̣(ai). Tvrpidi. P(ubli). F(ili). HOR(atia tribu)
c (aius) tu] ṚPIDIVS. C (ai). F (ilius). SEVERVS. F(ilius). V(ixit). A(nnos). XVI par]enTibvs. Praesidivm. amIceis. gavdivm
po]liciTa. pveri. virTvs. indigne. occidit
qvoivs. faTvm. acerbvm. popvlvs. indigne. TvliT
magnoqve. fleTv. fvnvs. prosecvTvs. esT

Ancone (Picenum)
(22)
CIL I2, 1930 = CLE, 117 = ILLRP, 972 = Kruschwitz 2001, 59-61 (seconde moitié du ier siècle a.C.).

]NA. CA[
]ṾS. COLI

L(ana?)

h]OSPES. RESEISTE. ET. ASPICE. AET[ernam
DOMV(m). PRO. MEREITIS. STATVIṬ
COIVX. COIVGEI.
E[t sibei

Notes

1 Merci à Friedrich Redegger et à Élodie Sellier pour leur relecture. Merci aux professeurs Enrico Benelli et Dominique Briquel pour leurs observations critiques.

2 La tradition épigraphique en langue et en alphabet sud-picéniens, pour ce qui est des inscriptions sur pierre, s’interrompt dans le courant du ve siècle a.C. À ce sujet, cf. Marinetti 1985, 45-46 et Rix 2002, 5-6. Mais il est possible que l’inscription Ve, 227 = Ri, VM 9, en alphabet latin, retrouvée en pays sabin à Scoppito près d’Amiternum et datée au plus tôt “a la mitad del siglo ii a.C.”, soit un témoignage de la persistance de la langue sud-picénienne, au moins dans une partie du territoire où avait été gravée l’épigraphie sud-picénienne. À ce sujet, cf. Adiego Lajara 1992, 117-119.

3 À titre d’exemple, il est possible de citer une dédicace publique à Apollon dans le sanctuaire du forum de Peltuinum, qui peut dater de la seconde moitié du ier siècle a.C. : cf. Sommella 1995 = Sommella 1996.

4 Les inscriptions du territoire de la région IV sont rassemblées par Buonocore 1997b.

5 Nous reprenons pour ces quatre inscriptions, en les précisant, les analyses publiées dans Dupraz 2006.

6 Pour cette hypothèse, cf. Vine 1993, 366-371, à la suite de Poccetti 1982, 230-235.

7 Ceci suppose que l’adverbe IP, “là”, et les pronoms personnels VVS, “vous/à vous” puissent être considérés comme enclitiques. D’autre part, ceci fournit peut-être une explication partielle des formes à double anaptyxe postérieure PRISTAFALACIRIX et SACARACIRIX, qui sont traditionnellement considérées comme des formes artificielles attestant un effort pour employer l’osque en dépit d’une maîtrise dégradée de cette langue, parce que l’anaptyxe postérieure serait étrangère à l’osque du pays pélignien et qu’une seule forme peut de toute façon comporter une seule anaptyxe – pour cette hypothèse, cf. par exemple Meiser 1987a, 122-123. Selon nous, l’anaptyxe postérieure, après consonne quelconque et devant sonante, n’est pas notée en osque du pays pélignien par convention graphique, mais elle devait exister dans la prononciation : à ce sujet, cf. Schmid 1954, 36 à propos de l’osque de Capoue où n’est pas non plus notée l’anaptyxe postérieure. D’autre part, l’anaptyxe en général, en osque, a lieu dans un groupe de consonnes après voyelle tonique : à ce sujet, cf. la démonstration de Schmid 1954. Dans l’inscription (3), les formes à double anaptyxe peuvent indiquer précisément que dans la même forme sont prononcés un accent principal et un accent secondaire, quelles que soient les règles osques pour la position de ces deux accents. La présence de deux accents dans des formes longues du latin, au moins à une époque de l’Histoire de la langue, est certaine : sur ce dernier point, cf. par exemple Parsons 1999, 130-132. Au total, selon nous, les formes longues à double anaptyxe postérieure peuvent indiquer une notation, non conventionnelle en osque du pays pélignien, de l’anaptyxe postérieure telle qu’elle se prononçait dans ce dialecte, et la présence de deux accents dans des formes longues. Ainsi, PRISTAFALACIRIX comprend deux accents, et le segment qu’il constitue est de ce point de vue identique aux autres segments à deux accents. En revanche, dans SACARACIRIX. SEMVNV, si notre explication est correcte, il y a trois accents, c’est-à-dire un accent de trop par rapport aux autres segments à deux accents. Notre hypothèse sur le nombre d’accents par segment et sur le lien entre double anaptyxe et double accent est ici inopérante, et il nous faut supposer que l’accent secondaire n’est pas pris en compte ici pour la définition du segment. Dans PRISTAFALACIRIX, peut-être l’accent secondaire n’est-il pris en compte pour la définition du segment que parce que le segment comprend un seul mot-forme.

8 Du moins à l’exception du premier colon et de l’antépénultième. Le premier est constitué uniquement de deux mots-formes et donc incapable de toute autre combinaison qu’une paire allitérante reliant ces deux formes. L’antépénultième est caractérisé par un [p] initial qui entre dans une allitération avec PRITROMEPACRIS au colon précédent, et par un [l] final qui entre dans une allitération avec LIFAR au colon suivant. D’autre part, nous supposons que les voyelles d’arrière des formes OMNITV et VRANIAS peuvent entrer dans une paire allitérante.

9 Nous suivons la traduction proposée par Poccetti 1981, 264-266. L’analyse alternative consiste à analyser HANVSTV comme un adjectif au féminin “vertueuse”, épithète du théonyme HERENTAS : cf. Untermann et al. 2000, 317. Même si cette analyse alternative est correcte, l’alliance dans le même énoncé de la richesse et des vertus est identique à celle qui se trouve dans la liste des félicités de Gavis Anaes dans l’inscription (4).

10 Pour la notion de mérisme, cf. Watkins 1995, 45-46. Nous ne supposons pas que le mérisme en question soit lui-même hérité de l’indo-européen, mais qu’il est fabriqué selon une poétique très ancienne.

11 Au reste, la gens à laquelle appartient Gavis Annaes est bien attestée à Corfinium et dans les alentours, tant à l’époque républicaine qu’à l’époque impériale, et il doit s’agir d’une gens de notables, même si elle n’apparaît pas comme une des principales gentes péligniennes : cf. van Wonterghem 1975, 11-12.

12 Cf. Poccetti 1981.

13 Quelle que soit l’explication de ce fait, le nord du pays osque, où sont attestées les épitaphes métriques osques, a connu aussi, plusieurs siècles auparavant, une épigraphie de langue sud-picénienne. À ce sujet, cf. Meiser 1987a.

14 Nous reprenons l’analyse de Meiser 2003, 48-49, à propos de vepses, et celle de G. Meiser 1987b, selon laquelle tetis est une forme du lexème *tito-, au génitif singulier.

15 En supposant diérèse dans alies.

16 Selon une hypothèse de Marinetti 1985, 127-128 à propos de *tito-. Anna Marinetti fait le parallèle avec l’appellatif *appaio-, qui appartient au champ lexical des noms de fonction, et ce parallèle nous paraît convaincant. Ensuite, Anna Marinetti elle-même observe que le lexème *tito- est attestée seulement au datif, en fonction de bénéficiaire, et qu’il doit plutôt s’agir d’un synonyme du latin genius. Mais l’argument ne vaut pas si tites est un génitif.

17 Pour cette rupture, qui peut être interprétée comme renvoyant à des bouleversements sociaux et politiques, et pour les marques archéologiques qui attestent celle-ci, cf. par exemple d’Ercole 2001, 83, qui analyse la nécropole de Campovalano, dans le Picenum. Comme d’autres nécropoles du territoire que nous étudions, cette nécropole manifeste un net appauvrissement des sépultures au ve siècle a.C., puis à l’époque médio-et tardo-républicaine le retour à des sépultures riches, moins riches cependant que celles de l’époque archaïque. Vincenzo d’Ercole écrit : “L’esistenza e la promulgazione di leggi suntuarie, contre l’eccessivo lusso nelle sepolture cioè, ben si accorderebbe con il radicale cambiamento avvenuto nelle comunità protostoriche abruzzesi alla fine dell’età arcaica, che vede il passaggio dagli ordinamenti monarchici a quelli a carattere repubblicano con cariche elettive (...).”. Cf. aussi les données très riches de la nécropole de Fossa en pays vestin, donc dans le voisinage immédiat du territoire des Péligniens et des Marrucins : en particulier, jusqu’à la fin du vie siècle a.C., cette nécropole atteste des tombes monumentales à tumulus, puis, jusqu’au iie siècle a.C., des tombes à fosse non monumentales, et enfin, au iie siècle a.C., sont à nouveau édifiées des tombes monumentales à chambre ; au-dessus de la chambre de pierre en maçonnerie est déversé assez de terre pour donner l’apparence d’un tumulus. Ainsi, la pratique disparue à l’époque archaïque est reprise à l’époque hellénistique après une phase de sobriété monumentale. Les tombes à chambre demeurent en usage pendant le ier siècle a.C. À propos de la nécropole de Fossa et en particulier des tombes à tumulus et à chambre, cf. Cosentino et al. 2001 et Copersino 2004. Il nous semble que le passage d’éloges funèbres écrits en sud-picénien à de simples éloges funèbres oraux, puis la reprise, en osque, des siècles après, de la tradition d’écrire ces éloges, mais sans indiquer les honneurs occupés, peuvent être interprétés de même que ces deux cas d’appauvrissement des nécropoles, puis de retour partiel à des sépultures riches.

18 Cette épigraphie doit noter par écrit des poèmes d’abord oraux, prononcés dans le cadre d’éloges funèbres : cf. par exemple Massaro 1992, 6 et Massaro 2001, 44. Elle est comparable à l’épigraphie osque et sud-picénienne, sur ce point comme sur d’autres.

19 En dépit des différences, que nous précisons ci-après, il est possible que la décision de graver à nouveau des épitaphes, en pays sabellique, au lieu de se contenter d’un éloge funèbre oral, ait été prise sur le modèle des épitaphes aristocratiques latines en vers saturnien. Mais il se peut aussi que cette décision renvoie à une dynamique purement régionale, le retour à des sépultures plus luxueuses après des siècles d’austérité républicaine. Quoi qu’il en soit, le genre des épitaphes métriques sabelliques, en lui-même, ne doit rien au modèle latin ; seule la décision de graver les textes peut renvoyer à un modèle romain.

20 À propos de cette première tradition romaine et du vers saturnien en général, dont l’analyse nous paraît avoir atteint un degré suffisant de certitude en particulier à la suite de l’article fondamental de Cole 1969, nous nous permettons de renvoyer à Dupraz 2007. Pour les éléments helléniques que la tradition inclut, cf. Van Sickle 1988 ; un élément que cet auteur attribue à l’influence hellénique, toutefois, nous paraît attesté en latin à date bien plus ancienne, quelle que soit son origine ultime : il s’agit de l’association des dicola en trois paires, que l’auteur considère comme marque du désir de composer l’équivalent de trois distiques helléniques. Dans Dupraz 2007, nous avons tenté de montrer que déjà l’inscription dite du vase de Duenos, CIL I2, 4 = ILLRP, 2, était une tentative pour associer six cola en trois dicola, c’est-à-dire pour regrouper les éléments en trois unités binaires. De fait, le vers saturnien romain, un dicolon, résulte de l’association systématique de deux cola, alors que cette association n’est pas obligatoire en sabellique, y étant attestée seulement par l’inscription (3). Ainsi, l’association de six dicola en trois paires de dicola qu’analyse John Van Sickle est l’application, à une échelon supérieur, d’un principe qui se manifeste dès le vase de Duenos, l’association de six unités en trois paires, qui n’est pas nécessairement une marque d’hellénisme.

21 Il ne s’agit pas, contrairement à ce qui semble être le cas de la poésie sabellique, d’un trait définitoire, indispensable. À ce sujet, cf. Mahoney 2001.

22 Ces formules sont différentes de celles de la tradition sud-picénienne et osque.

23 L’indication des honneurs civiques est étrangère à la tradition osque, sauf pour les prêtresses ; dans les épitaphes osques, le lecteur reçoit une bénédiction, mais il n’est pas pris à témoin de la gloire du défunt, sinon implicitement.

24 Comme dans la tradition sabellique.

25 Sur ce point, cf. Massaro 1992, 65-77.

26 À ce propos, cf. l’étude de Massaro 2002.

27 À propos de cette seconde tradition romaine, cf. la synthèse de Massaro 1992, en particulier p. I-XIII et 3-62.

28 Les exemples romains, du moins ceux qui sont recueillis dans le CIL I2, sont les inscriptions CIL I2, 1209 à 1223, 1251, 1270, 1283 et 2997. Des indications explicites, ou la présence de formes onomastiques grecques, ou encore l’indication de la beauté physique, incompatible avec le statut d’ingénu, permettent de supposer l’appartenance d’un au moins des personnages à un milieu servile, sauf dans le cas de CIL I2, 1217, 1222 et 2997 où aucune conclusion n’est possible. La grande proportion d’esclaves et d’affranchis parmi les personnages mentionnés sur les épitaphes latines, à l’échelle de l’ensemble de l’Histoire romaine, est soulignée par exemple par Sanders 1991, 439-444. Parmi les épitaphes latines métriques d’époque républicaine en particulier, il semble qu’à Rome du moins cette proportion atteigne l’unanimité.

29 Pour le terme de “cornice”, cf. Massaro 1992, 16-18.

30 Sur le cas particulier de l’inscription romaine que nous avons citée, cf. l’étude de Massaro 1998. L’inscription adapte notamment une épigramme littéraire, l’épitaphe pour le poète Pacuvius qui s’achève par l’hémistiche nescius ne esses. Vale !, en même temps qu’elle reprend des formules épigraphiques courantes.

31 Sur le statut des praecones, amenés à côtoyer des magistrats et à s’organiser en solidarités puissantes, cf. Purcell 1983. Sur le personnage d’Aulus Granius, peut-être parent d’un personnage connu, le praeco Quintus Granius mentionné par Lucilius et par Cicéron, et peut-être lié à une famille aristocratique de Puteoli, cf. Nicolet 1974, 903-907.

32 La synthèse précise de Bitto 1998 présente les traits caractéristiques des épitaphes métriques latines en général, toutes périodes comprises. Malheureusement elle ne prend pas en compte l’organisation interne des épitaphes, l’ordre des éléments, ni les mètres concernés aux différentes époques. Cette synthèse s’applique parfaitement aux épitaphes métriques latines de la tradition que nous sommes en train d’analyser ; plus précisément, ces épitaphes font partie des inscriptions longues, où la partie métrique ne se limite pas à un vers ou à un distique.

33 PACRỊD paraît être une forme du même lexème qui est attesté sous la forme pacris dans l’inscription (3).

34 L’inscription osque, cependant, ne peut pas avoir été composée en sénaires iambiques : en osque, comme en ombrien, la longueur des voyelles n’est plus un trait pertinent à date historique hors syllabe tonique, ce qui nous paraît exclure toute métrique quantitative. Pour la neutralisation des oppositions quantitatives en syllabe atone en ombrien, du moins dans les traitements non conditionnés, cf. Meiser 1986, 135-151, dont les arguments nous paraissent pouvoir être transposés pour l’osque, et sont sans doute aussi valables pour le sud-picénien à date récente. Aussi l’inscription osque (5) reprend-elle des éléments de la pratique latine, mais non le mètre, et, s’il s’agit d’un texte métrique, alors il doit relever de la métrique sabellique, ce que l’état de conservation du texte interdit de vérifier.

35 Pour les occurrences de la formule et des variantes de celle-ci, cf. Barbieri 1975, 334-363.

36 À propos d’Alba Fucens, cf. RE, 1, col. 1300.

37 Pace la notice des ILLRP, 971, qui choisit, sans commenter, un développement QVART(i) supposant une filiation par rapport au père.

38 Il s’agit d’un prénom numérique caractéristique de l’Italie septentrionale. À ce sujet, cf. Salomies 1987, 114-124.

39 À propos de Trebula Mutuesca, cf. RE, 2, 6, col. 2284-2285. À propos des confiscations et distributions opérées par le pouvoir romain, cf. Humbert 1978, 234-235.

40 La présence d’une sententia à la deuxième moitié du cadre n’est pas isolée : cf. le cas de l’inscription romaine CIL I2, 1223.

41 Dans la classification de Bitto 1998, 157-158, les inscriptions latines en sénaires iambiques que nous avons discutées précédemment et celles qui appartiennent à la même tradition appartiennent au genre “ampiamente articolato”. Celles dont il est question à partir d’ici appartiennent au genre “brevissimo”. Dans un article consacré à la question des doublets dans l’épigraphie latine métrique, de même, Cugusi 2003, 450-458 distingue, parmi les textes sérieux, souvent funéraires, les formules figées très brèves répétées dans des inscriptions limitées à un ou deux vers, des thèmes et allusions repris d’inscription en inscription dans des textes plus longs. La différence est nette.

42 Cf. Campanile 1979, 86, qui n’inclut pas l’inscription (10), découverte après publication de l’article.

43 Liste des exemples chez Campanile 1979, 85-86.

44 La pratique de représentations théâtrales, certainement en latin, jusque dans l’Italie centro-méridionale à l’époque tardo-républicaine est bien attestée : cf. Rawson 1985, en particulier p. 98-99. Sur ce point, cf. aussi notre analyse de l’inscription (14), p. 114-116.

45 La tribu Arniensis n’est pas couramment attestée à Pinna, indique la notice du CIL I2, 3271, qui considère que le personnage n’est pas originaire de Pinna. Ceci est d’autant plus plausible que le support a été acheté à Pinna sur le marché des antiquités, mais peut ne pas avoir été retrouvé dans cette ville. Ainsi, si l’inscription provient de Pinna, il se peut que la mention de la tribu serve non tant à mettre en valeur la qualité de citoyen romain qu’à indiquer une origine étrangère à Pinna. Si l’inscription provient d’une région dont la majorité des habitants libres appartiennent à la tribu Arniensis, alors l’indication de la tribu a pour seule fonction de souligner l’intégration civique dans la cité de Rome. Toutefois, la répartition des municipes selon les tribus n’était peut-être pas uniforme, pour des raisons diverses : à ce sujet, cf. en dernier lieu Buonocore 2003. Il n’est donc pas impossible que le défunt, quoiqu’il n’appartienne pas à la tribu la plus couramment attestée à Pinna par exemple parce qu’il a obtenu la citoyenneté romaine à une autre date que la majorité des habitants libres, soit néanmoins domicilié dans cette ville. En ce cas l’indication de la tribu renvoie bel et bien à une intégration complète dans la cité de Rome.

46 Pinna est une cité alliée intégrée après la Guerre Sociale dans la ciuitas optimo iure : à propos de la distinction entre Vestins Cismontani intégrés dès la mise en place de la domination romaine dans la ciuitas sine suffragio et *Transmontani demeurés socii, cf. Humbert 1978, 226-233. À propos de Pinna, cf. RE, 20, col. 1710-1711.

47 Mesure indiquée par Besnier 1902, 245, et qui paraît correcte étant donnée la photographie fournie par cet auteur, planche XIX. Maurice Besnier indique une hauteur de 60 cm. Au contraire, le CIL I2, 1776 et les ILLRP, 975 indiquent une largeur d’1 m pour une hauteur de 60 cm, ce qui paraît impossible étant donnée la photographie, qui indique nettement une largeur au moins triple de la hauteur.

48 Autres exemples, les inscriptions CIL I2, 1251, 1270 et 1283 ; toutefois, il ne s’agit pas dans ces trois inscriptions de sententiae, mais de brèves indications relatives au défunt.

49 Sur les Lucani, cf. notamment la synthèse princeps de Colonna 1955 et le compte rendu provisoire des fouilles en cours par Faustoferri & Lloyd 1998.

50 À ce sujet, cf. Dupraz à paraître. L’inscription a pour texte vereias. lúvkanateís. /aapas. kaías. palanúd, “De la cité de Lucania. Eaux captées provenant de Pallanum” ; elle nous paraît constituée de deux cola en chiasme, xxx - xxxx/xx xx - xxx, le second colon possédant le même rythme que ceux de l’inscription (4) ; l’un et l’autre rythme sont par ailleurs attestés dans le corpus des vers saturniens latins.

51 La découverte en réemploi interdit toute certitude sur la provenance exacte, mais, selon nous, la pierre peut provenir d’une des nécropoles du centre fortifié d’altitude de Pallanum. L’édition princeps est celle de Caraba 1854 qui met en rapport la découverte avec le site de Pallanum.

52 Cf. Kruschwitz 2001, 56-58.

53 Cf. Soubiran 1988, 13.

54 Telle est la césure posée par Massaro 1992 19 note 22 et à sa suite par Kruschwitz 2001, 58. Elle est attestée, il est vrai, dans l’inscription (21) : cf. p. 112-114.

55 Cf. Soubiran 1988, 156.

56 La césure après coordination et est couramment attestée en latin, surtout si, comme dans pius et, une synaphie relie la coordination à la forme qui précède : cf. Soubiran 1988, 68-69.

57 Cf. Cole 1969, 22-32.

58 Cf. Cole 1969, 32-39.

59 Il s’agit plutôt de la métrique sabellique, encore attestée à la même date, que de la métrique latine du vers saturnien, dont la tradition paraît épuisée à cette époque.

60 Cf. Kruschwitz 2001, 58.

61 Cf. Kruschwitz 2001, 58.

62 Cf. Soubiran 1988, 157.

63 Cf. Kruschwitz 2001, 56. Il s’agit du fragment 7-10 Warmington des Epigrammes.

64 Eu égard à l’Histoire institutionnelle complexe d’Vrbs Saluia, où ont coexisté des indigènes originellement ciues sine suffragio et des colons ciues optimo iure, ici encore, le fait que la tribu ne soit pas celle qui est le plus couramment attestée à Vrbs Saluia ne nous paraît pas indiquer nécessairement une provenance étrangère de la famille du défunt. À propos des vicissitudes institutionnelles d’Vrbs Saluia, cf. RE, 2, 9, col. 997-998 et Humbert 1978, 237-238, 244, 379-380 et 400-402. À propos de la tribu Horatia considérée, à tort selon nous, comme indice d’origine étrangère, cf. Kruschwitz 2001, 55. Il n’est pas possible de déterminer si la gens concernée est indigène ou non. Dans tous les cas, nous essayons de montrer que l’épitaphe ne renvoie pas à la tradition romaine, mais à une réinterprétation locale de celle-

65 Nous suivons la datation traditionnelle telle qu’elle est défendue par exemple par Wachter 1987, 416 pour des raisons de forme des lettres et de graphie pour les voyelles monophtonguées. Une datation dans la deuxième moitié du siècle ne nous paraît cependant pas impossible. En particulier l’emploi d’-e pour noter la monophtongaison d’*-eÚ-en syllabe finale est attesté, par exemple, dans l’inscription CIL I2, 635, de 135 a.C.

66 À propos d’Amiternum, cf. RE, 1, col. 1840-1841. À propos des déductions viritanes sur le territoire d’Amiternum dès la mise en place de la domination romaine, cf. Humbert 1978, 233-244, 338, 379-380, et Segenni 1992, 18-21. À propos de l’unicité de l’inscription comme épitaphe ancienne sur le site, cf. Massaro 2001, 8-9, et sur le territoire, cf. Segenni 1992, 27.

67 Dimensions d’après Kruschwitz 2001, 108. Analyse comme dalle devant un loculus par Massaro 2001, 8 note 5.

68 Cf. Segenni 1992, 27.

69 À ce sujet, cf. Massaro 2001, 5 note 2.

70 Pour l’existence de troupes itinérantes dans l’Italie tardo-républicaine, cf. Rawson 1985.

71 Sur toutes ces incertitudes, cf. le bilan mesuré et précis de Massaro 2001, 8-16.

72 Cf. Massaro 2001, avec bibliographie antérieure.

73 Par ailleurs, pour une analyse en vers saturnien, les propositions les plus récentes sont celles de Kruschwitz 1999 et Kruschwitz 2001, 108-115. Peter Kruschwitz part du principe de méthode de ne pas supposer connue la nature du vers saturnien, et de rechercher si une analyse métrique est à la fois nécessaire et impossible selon d’autres mètres ; seulement en ce cas une analyse en vers saturnien est légitime, et s’impose si des parallèles de toute nature avec le corpus certain des vers saturniens apparaissent. La possibilité d’une scansion dactylique l’incite à suspendre son jugement pour l’inscription (14). Nous considérons pour notre part que la nature fondamentalement syllabique du vers saturnien, comportant aussi des préférences en termes d’accents et de quantité, est établie.

74 Selon la prononciation d’-i-comme [i] ou comme [Image 100000000000000A00000018BCD8208B.jpg]. Notre proposition, comme la proposition d’analyse en termes dactyliques et comme il est bien attesté dans la métrique républicaine, suppose une prononciation monosyllabique de SOVEIS. À ce sujet, cf. Massaro 2001, 16.

75 Sur cet [s] débile, cf. Meiser 1998, 96.

76 Sur ce point, cf. Wachter 1987, 305-306 et 486-488.

77 C’est-à-dire hors syllabe initiale.

78 Sur cette monophtongaison, cf. Meiser 1998, 72.

79 L’inscription (22) présente trois cas d’emploi d’une graphie -ei-, dont deux en syllabe intérieure de mot pour noter un [i] bref. Dans cette inscription en sénaires iambiques, l’opposition entre voyelles longues et voyelles brèves ne saurait être neutralisée en syllabe intérieure. Une confusion entre phonétique locale, sabellique, et phonétique latine, peut expliquer l’anomalie, mais cette confusion n’est guère analysable.

80 Édition du texte par Buonocore 1997a, 262-264, identification comme texte métrique par M. Buonocore 1997b, 44.

81 Cf. Cordella & Criniti 1996, 161. Buonocore 1997, 47 se borne prudemment à affirmer “metrum incertum”.

82 Il s’agit du vers 5 Warmington des Epigrammes.

83 Ainsi le qualifie Buonocore 1997, 47.

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search