Version classiqueVersion mobile

La transmission de l’idéologie impériale dans l’Occident romain

 | 
Milagros Navarro Caballero
, 
Jean-Michel Roddaz

Deuxième partie. Les documents

Le “modèle” du forum d’Auguste et ses applications italiques ou provinciales. État de la question après les dernières découvertes

Pierre Gros

Texte intégral

  • 1 D’une bibliographie importante, nous retiendrons seulement les études les plus suggestives, à savo (...)
  • 2 Voir sur ce point les observations toujours pleinement recevables de Zanker 1987, 85-106. Nous avo (...)

1Le Forum d’Auguste, qui a longtemps constitué, dans la première Rome impériale, l’exemple le plus accompli et le plus récent de l’intégration des nouveaux espaces politico-administratifs sous l’égide des divinités officielles, est sans aucun doute resté, tout au long du ier s. p.C., le monument urbain le plus souvent reproduit, en Italie et dans les provinces occidentales1. La puissance symbolique de ses volumes et de son décor facilitait le choix de “citations” planimétriques ou plastiques plus ou moins développées qui, tout en évitant une transposition globale, n’atténuaient nullement l’efficacité du message. Dans un système où l’imitatio Urbis impliquait des références claires à l’expression idéologique du pouvoir et à la maiestas imperii, le recours à de telles formules, anthologiques pourrait-on dire, cautionnées sinon suscitées par le souverain, s’imposait à toutes les communautés qui en avaient les moyens2.

  • 3 La liste en a été récemment dressée, avec la bibliographie correspondante, par Kleinwächter 2001, (...)
  • 4 Trillmich 1990, 310-316 ; 1995, 269-291.
  • 5 De La Barrera 2000, 181-190.
  • 6 De La Barrera & Trillmich 1996, 119-138.
  • 7 Trillmich 1993, 175-195.
  • 8 Mar 1993, 107-147.
  • 9 Id. 1993, 147-156.

2La liste est longue des témoignages archéologiques du prestige de ce complexe ; ses images récurrentes ont été identifiées sur de nombreux sites3. Les exemples les plus développés et les moins contestables sont assurément ceux des trois capitales hispaniques : le “forum de marbre” de Mérida, la troisième place de la ville, daté par W. Trillmich de l’époque julio-claudienne, représente l’une des versions les plus complètes mais aussi l’une des plus anciennes de ces transpositions4. Trop souvent décrite pour que nous y insistions ici, elle se recommandait par des portiques dont l’attique était rythmé par des cariatides alternant avec des masques de Juppiter Ammon et de Méduse5 ; des répliques des fameux groupes d’Énée et de Romulus, assorties, au moins pour le premier, d’un elogium qui ne pouvait que reprendre, termes pour termes, celui de Rome, disparu à jamais, rendaient encore plus explicite la finalité de l’opération6. Des éléments du même ordre, d’une qualité qui laisse à penser qu’ils ont bénéficié de l’intervention d’équipes urbaines, et qui peuvent dater encore de la pleine époque augustéenne, ont été dernièrement retrouvés à Cordoue ; ils semblent avoir pris place sur le forum septentrional ainsi que dans les parages du théâtre7. Les portiques qui, à Tarragone, encadrent le “forum provincial” d’époque flavienne reprennent significativement les mêmes motifs et les mêmes thèmes8. Tant il est vrai que le Forum Augustum, qui a revêtu dès la mort du princeps un rôle spécial dans la liturgie de la veneratio Augusti, et devint rapidement le siège principal du plus ancien culte dynastique, fut adopté dans les villes provinciales comme le cadre le mieux approprié pour les manifestations du culte impérial, même après son institutionnalisation par Vespasien9.

  • 10 Schmidt 1982, 102 sq. ; Wesenberg 1984, 180 sq. ; Bergemann 1998, 101-106.

3Hors d’Espagne, il est vrai que les données sont plus sporadiques. Des réserves ont pu être émises sur l’assimilation automatique qui a parfois été faite de toute cariatide à une citation du Forum d’Auguste : les cas de Vaison-la-Romaine, Vienne, Corinthe ou Buthrote sont de ce point de vue peu démonstratifs10.

  • 11 Wallat 1997, 37 et 220 sq.
  • 12 Gros 1990, 562-564.
  • 13 Kleinwächter 2001, 5 n. 14.
  • 14 Ricci 1997, 503-512.

4Il n’en va pas de même pour la découverte des elogia épigraphiques ; lorsque, comme ceux de Pompéi ou celui, déjà cité, de Mérida, ils nous livrent le type original de ceux de l’Urbs, l’allusion est parfaitement claire, d’autant que ces fragments d’inscription ne peuvent être séparés de l’iconographie dont ils ne sont que le commentaire11. La même observation vaut pour Carthage, dans la version augusto-tibérienne du forum de la haute ville, où l’elogium de Sextus Appuleius, flamen Julialis qui eut l’insigne honneur de figurer sur la frise de l’enclos de l’Ara Pacis, quoique plus actualisé en ce qu’il commémore d’une façon indirecte la fondation césarienne de la colonie africaine, doit reproduire l’un des tituli des summi uiri du Forum augustéen de Rome12. Sur les forums d’Arezzo ou d’Aquileia, l’imitation est moins nette, encore que les personnages qui y sont mentionnés semblent avoir appartenu à des galeries historiques locales, placées sous les portiques de la place. Leur présence traduit la volonté de récupérer les antiques traditions gentilices, caractéristique du début du ier s. p.C., une volonté qui n’a pu qu’être favorisée ou réactualisée par l’exemple du monument romain13. La relecture récente d’une inscription d’Étrurie méridionale, datée de la même période, montre que les communautés de cette région n’étaient pas non plus étrangères à ce mouvement14.

  • 15 Ensoli 1997, 161-169.
  • 16 Verzar 1977, 33-46 et Casari 2004.
  • 17 Kleinwächter 2001b, 145-166.
  • 18 Gros 1987, 339-363 ; Verzar 1977.

5Quant aux clipei à masques d’Ammon, et leurs variantes plus ou moins végétalisées, si fréquents dans les sanctuaires voués au culte dynastique, ils s’avèrent encore plus significatifs, même si, dans beaucoup de cas, il est difficile de savoir à quel endroit du complexe cultuel, temple ou portiques, ils avaient trouvé place15. Leur diffusion en milieu sud-gallique, en Germanie inférieure et dans l’arc septentrional de l’Adriatique, sur au moins une douzaine de sites, plaide en faveur d’une allusion au monument romain, dans la mesure où ils proviennent pour plusieurs d’entre eux de colonies de citoyens16 ; la sémantique originelle de ces images, d’ailleurs toujours discutée, dut s’estomper assez rapidement, du fait des interprétations plus ou moins maladroites du motif par des ateliers régionaux. Mais ils conservèrent probablement longtemps la valeur d’un signe d’appartenance, et d’une référence dépourvue d’ambiguïté. À cet égard les panneaux d’Arles, pour lesquels vient d’être proposée une datation relativement basse qui ne nous paraît pas pertinente17, de par leur qualité exceptionnelle, mais aussi en raison de leur appartenance à une place à exèdres, nous paraissent constituer de véritables têtes de série, dont M. Verzar avait du reste pleinement évalué l’importance18.

6Tout cela est bien connu, mais méritait d’être rappelé, pour que soit appréciée à sa juste valeur la nouveauté de la situation créée par les recherches qui se sont récemment développées, et se poursuivent sur le terrain et dans les réserves de la séquence monumentale des Forums impériaux de Rome.

  • 19 Pour les premiers résultats, voir La Rocca et al. 2001, 171-264. Des notices avaient été publiées (...)
  • 20 La Rocca et al. 2001, 184-207.
  • 21 Sur ce point voir en dernier lieu, Coarelli 2000, 3-10.

7Les explorations archéologiques conduites à la fois sur le Forum de Trajan et sur celui de Vespasien (Forum ou Templum Pacis) ont, en peu d’années, plus précisément entre 1998 et 2001, profondément modifié l’image qu’imposaient depuis plus d’un demi-siècle les restitutions graphiques et plastiques de I. Gismondi19. Certes ces fouilles dites du Jubilé n’ont pas affecté l’aire du Forum d’Auguste. Mais la découverte, sous les structures sud-occidentales du Forum de Trajan, d’une exèdre qui redouble, en un peu plus petite, celle ouverte derrière les portiques de la place augusténne, à la hauteur du temple de Mars Ultor, a provoqué dans le landerneau des topographes de l’Urbs un séisme comparable à celui que déclencha la disparition annoncée du temple du diuus Traianus20. Comme sa voisine du nord-est, cette exèdre garde la trace indubitable d’un élargissement similaire de l’espace, et oblige à admettre que dans sa phase julio-claudienne, c’est-à-dire avant que les implantations adjacentes ne les rabotent littéralement, le Forum d’Auguste offrait un plan bien singulier. Sa présence implique en fait celle d’une exèdre analogue sous les niveaux du Forum Transitorium, pour des raisons élémentaires de symétrie sur lesquelles il est inutile d’épiloguer. La conclusion qui s’impose est donc celle-ci : quatre exèdres latérales s’ouvraient initialement de part et d’autre de la place. Si la disparition de deux d’entre elles à la fin du ier s. témoigne de la “faim d’espace” dont ont souffert les promoteurs des forums ultérieurs, et dont l’arasement du tronçon de colline qui joignait le Capitole au Quirinal par les architectes de Trajan constituera la manifestation la plus éloquente21, leur apparition dans le programme augustéen nous oblige à considérer que le “modèle” était en réalité bien différent de celui que nous avions pris l’habitude d’imaginer (fig. 1).

Fig. 1 : Plan restitué provisoire de la séquence des Forums impériaux après les fouilles récentes, d’après E. La Rocca. Les deux absides qui animaient les portiques du Forum d’Auguste au Sud-Ouest et au Sud-Est n’apparaissent pas sur ce schéma, car elles ont été absorbées par les Forums adjacents de Nerva et de Trajan.

  • 22 Spannagel 1999 ; Kleinwächter 2001.
  • 23 Ungaro 2002, 109-121 ; La Rocca et al. 2001.

8Face à une telle situation, deux attitudes sont possibles : ou bien l’ignorer superbement, au prétexte que le travail sur le terrain n’est pas achevé et que de toute façon les vestiges mis au jour sont modestes et requièrent beaucoup d’imagination pour acquérir une dignité monumentale. C’est ce que semblent avoir voulu faire, volontairement ou par méconnaissance des derniers développements de la recherche, M. Spannagel et Cl. Kleinwächter dans leurs ouvrages respectifs22. Ou bien en tirer les conséquences, toutes les conséquences, et alors le vertige n’est pas loin. Au risque d’y céder, nous voudrions essayer de suivre cette seconde voie, déjà ouverte du reste par L. Ungaro et E. La Rocca23.

  • 24 Sur ce problème des absides du Forum d’Auguste, voir déjà Schmidt-Colinet 1991, 43-60.
  • 25 La Rocca et al. 2001, 193 fig. 14.
  • 26 Suet., Aug., 56.3.
  • 27 Gros 2002, 214.
  • 28 Vitr., De arch., 5.1.7.

9L’ignorance où nous sommes de l’organisation de la partie sud-ouest de la place autorise en principe toutes les hypothèses. En fait l’intégration de ces nouvelles exèdres symétriques ne peut se concevoir que de deux façons : soit sous la forme d’un élargissement des portiques latéraux, comparable à celui que provoquent leurs voisines ; soit sous la forme d’absides hémisphériques situées aux extrémités d’une basilique judiciaire de type canonique24. Arguant du diamètre plus réduit de l’exèdre récemment découverte, E. La Rocca opte pour cette seconde solution, et une restitution provisoire a même été proposée dans son dernier article, qui donne une idée assez claire des volumes, si du moins ont retient cette solution25. Le Forum Augustum apparaîtrait ainsi moins innovant qu’on ne le pensait quant à la hiérarchie des espaces et des fonctions, puisqu’il relèverait du schéma du forum tripartite, où une zone sacrée, en l’occurrence celle du temple de Mars Ultor, ferait face à une basilique, au-delà de la place proprement dite. Celle-ci semble bien réduite, par rapport aux masses monumentales qui l’enserrent, mais son exiguïté peut expliquer le qualificatif d’angustus appliqué par Suétone à un complexe qui, en fin de compte, n’aurait fait que reproduire, en se soumettant aux contraintes d’un environnement densément occupé, le plan adopté quelques décennies plus tôt par Agrippa au champ de Mars26 : face au Panthéon s’élevait la basilique de Neptune, les deux édifices définissant, de part et d’autre de l’esplanade, sous sa forme la plus simple et la plus immédiatement transposable, une formule promise à une belle postérité27. Vitruve avait du reste déjà réalisé une composition analogue dans la colonie de Fano, si l’on en juge par la relation visuelle qu’il prétend établir entre la basilique qu’il y a construite et le temple de Jupiter, de l’autre côté du forum28.

  • 29 On ne connaît pas encore (les connaîtra-t-on jamais ?) les structures qui assuraient la liaison en (...)

10Pour séduisante qu’elle soit, cette solution qui a le mérite d’absorber tous les éléments connus à ce jour, n’en pose pas moins quelques problèmes. Le premier est d’ordre topographique : compte tenu de la continuité qui nécessairement s’établissait entre le Forum de César et celui d’Auguste, on est contraint de postuler une juxtaposition étroite entre une basilique à trois nefs, ou du moins pourvue d’un spatium medium entouré d’un déambulatoire, et un portique double, puisque c’est ce type de structure qui assurait la limite du Forum Caesaris sur son flanc nord-est29. Même en admettant la présence d’un passage axial permettant de gagner le portique césarien depuis la basilique augustéenne, la succession de ces deux espaces hypostyles n’apparaît pas très satisfaisante. Mais il y a plus ennuyeux.

  • 30 Suet., Aug., 29.1.
  • 31 Camodeca 1992, 47-50 et 79-81 ; Carnabuci 1996.
  • 32 Spannagel 1999, 16-20.
  • 33 Laur-Belart 1991, 44-56.
  • 34 CIL, VI, 5536 ; cf. La Rocca et al. 2001, 194-195.

11Les activités judiciaires, bien attestées sur le Forum d’Auguste, qui fut, selon Suétone, expressément conçu pour abriter les publica iudicia dont la multiplication dépassait les possibilités d’accueil du vieux forum républicain30, semblent s’être développées pour l’essentiel sous les portiques latéraux ou dans leurs exèdres : les tablettes de cire d’Herculanum et les archives des Sulpicii de Pouzzoles, où l’on trouve la mention d’une porticus Julia, situent l’endroit où se sont déroulés chacun des procès en question ; il s’agit toujours de définir l’emplacement retenu par rapport à une colonne (ad quartam columnam, par ex.), ou par rapport à une statue (ante signum Dianae Luciferae, par ex.). La précision de ces notations est telle que G. Camodeca et E. Carnabuci ont pu établir que le préteur urbain tenait ses audiences dans l’hémicycle septentrional, et le préteur pérégrin dans l’hémicycle méridional31, ce qu’a confirmé la profonde étude de M. Spannagel32. Or nulle référence n’est jamais faite, dans ces documents juridiques, à une basilica ; c’est pourtant dans un édifice de ce genre, s’il avait existé dans l’enceinte du Forum, que se serait déployée, sinon exclusivement, du moins dans la majorité des cas, l’activité des magistrats. Les autres sources sont par ailleurs muettes elles aussi sur la présence d’une basilique qui, en toute hypothèse, aurait dû être en place dès la fin du règne d’Auguste et n’aurait pas disparu obligatoirement lorsque ses hémicycles auraient été arasés ; à la façon de la basilique d’Augst dans sa dernière phase, la basilica du Forum Augustum aurait pu sans difficulté continuer sa carrière, même privée de ses annexes latérales33. Nous n’ignorons pas qu’une inscription du même Forum, publiée en 1994, où il est question d’un beneficium duarum Antoniarum a été interprétée par E. La Rocca comme une allusion à l’énigmatique basilica Antoniarum duarum dont la mention a été retrouvée jadis sur la uia Appia : à l’instar du portique d’Octavie, cette basilique aurait été construite au nom, et peut-être aux frais, de membres de la famille d’Auguste, en l’occurrence ses deux nièces, filles d’Octavie et de Marc-Antoine34. Avancée avec prudence, cette hypothèse reste fragile. Elle ne comble pas, tant s’en faut, l’absence tout de même fâcheuse d’une réelle tradition littéraire et épigraphique relative à une basilica forensis du complexe augustéen.

Fig. 2 : Plan de la place située au Sud du forum de Cumes.

  • 35 De Caro & Greco 1981, 88-89.
  • 36 Voir Gros 1987.

12Quoi qu’il en soit, avec ou sans basilique, la première version du Forum d’Auguste comportait donc quatre exèdres. Cela n’est pas sans conséquences sur l’identification de ses prétendues reproductions italiques ou provinciales. Encore faut-il moduler la question dans la diachronie, car on peut être assuré que dès la fin du ier s. les hémicycles avaient disparu, laissant la place à un schéma proche de celui que proposa jadis Gismondi. À vrai dire nous ne connaissons pas de forum à quatre hémicycles à l’exception de l’annexe méridionale du forum de Cumes, construite au début de l’époque julio-claudienne, et qui forme le péribole d’un temple à abside (fig. 2). Les exèdres alternativement semi-circulaires et quadrangulaires qui s’ouvrent derrière les portiques sont tellement petites qu’elles ne constituent, au mieux, qu’un écho amorti, si tant est qu’il soit concerté, de la composition romaine ; mais sa probable consécration au culte des diui légitime un rapprochement avec celle-ci35. Pour la place d’Arles, accolée elle aussi au forum colonial, qui présente deux exèdres curvilignes, la seconde étant restituée par symétrie sur le schéma de celle du Museon Arlaten, le problème se pose en termes nouveaux : si l’on y voit une imitation du Forum Augustum il faut convenir qu’elle est incomplète, à moins d’en situer la construction après les interventions de l’époque de Domitien, ce qui, en l’état actuel des connaissances, paraît difficile36.

  • 37 Trunk 1991, 52-58. Sur cette question, voir aussi Gros 2002, 255-259.
  • 38 Trunk 1991, 212-214 ; 210-212 ; 194-196. Pour la basilique de Nyon, voir aussi Rossi 1995, 14-30.

13Ce critère des quatre exèdres qui, formellement, est de nature à limiter le nombre des transpositions, réelles ou supposées, qui étaient postulées jusqu’à présent, est largement compensé par le prestige accru conféré à la formule du forum tripartite, si l’on retient la restitution de E. La Rocca. Et la question si épineuse de l’origine des basiliques provinciales à hémicycles latéraux, qui a donné lieu à des spéculations dont M. Trunk a bien montré la faible validité historique37, se trouverait, par la présence d’un édifice de ce type dans un forum romain du début de l’Empire, sinon résolue, du moins largement renouvelée : nous disposerions d’un relais entre les grandes basiliques quadrangulaires du forum républicain et la basilica Ulpia du Forum de Trajan ; et dès lors des cas problématiques comme ceux de l’édifice basilical de Nyon en Germanie Supérieure (fig. 3), de celui de Martigny dans les Alpes Pénines ou du premier forum de Kempten en Rhétie, tous antérieurs aux années 80, et, pour les deux premiers datables de la période claudio-néronienne, pourraient aisément se déchiffrer comme des émules de la basilica forensis du complexe augustéen38. Mais ce ne sont là, bien évidemment, que des supputations dont les bases restent fragiles, compte tenu de ce que nous pouvons aujourd’hui savoir de l’état initial réel du monument.

14Ce qui reste acquis malgré tout, c’est l’ampleur des perspectives ouvertes par la simple apparition d’une trace semi-circulaire sur la frange du Forum Augustum. Ce qui, sur tout autre site archéologique, n’aurait été qu’un épisode somme toute mineur, à mettre au crédit d’une phase rapidement effacée par l’évolution édilitaire, revêt par le seul fait que la péripétie se produit dans le cœur monumental de la Rome impériale, une importance décisive et, à bien des égards, bouleversante.

  • 39 Nicolet 1988, 61 sq. et 66 sq. Pour le Sébastéion d’Aphrodisias, voir maintenant Smith 1990, 89-10 (...)
  • 40 Cf. I luoghi del consenso imperiale, Catalogo, 1995, 80-81, n. 28.
  • 41 Velleius Paterculus 2.39.2. Le texte, lié à une base inscrite retrouvée sur le Forum d’Auguste, po (...)
  • 42 Voir en dernier lieu sur la question Parisi Presicce 1999, 87-92.
  • 43 Coarelli 1999, 138-139.
  • 44 Spannagel 1999, 339-341.

15Sans prétendre être complet, nous voudrions aborder pour finir un autre aspect de ce même Forum, que les recherches accomplies dans les réserves, et une reprise partielle du dossier textuel, ont remis au premier plan avec, là encore, un questionnement énigmatique mais potentiellement fécond. C’est celui des représentations des peuples, ou des personnifications des gentes qui auraient, si l’on en croit Velleius Paterculus, constitué l’un des attraits du Forum Augustum : Diuus Augustus, praeter Hispanias aliasque gentes quarum titulis forum eius praenitet… (2.39.2). Tirant parti de ce texte, Cl. Nicolet, dans son livre intitulé L’inventaire du Monde, imaginait que les clipei situés entre les cariatides étaient des “sculptures allégoriques identifiées par des inscriptions” et il en tirait argument pour faire de la fondation augustéenne de Rome le précédent immédiat du Sébastéion d’Aphrodisias, où les prouinciae de l’Empire sont en effet représentées sous la forme de personnages féminins, dûment désignés par une épigraphe39. Depuis cette proposition, la question n’a guère avancé, car nulle inscription de ce type n’a été retrouvée sur le Forum, et les nombreux fragments de statues, toutes masculines à l’exception d’une seule40, paraissent appartenir à la série des grands personnages de l’histoire de Rome, les summi uiri, dont on sait qu’ils peuplaient les entrecolonnements des portiques et des exèdres. Si l’on a renoncé aujourd’hui à voir dans les têtes barbues des médaillons de l’attique (les clipei) des figures censées caractériser telle ou telle ethnie, car même la présence d’un torque sur certaines d’entre elles ne suffit pas à désigner un peuple celtique, et de fait la série, autant qu’on en puisse juger, comportait essentiellement des têtes d’Ammon et de Méduse à valeur apotropaïque, il a fallu chercher ailleurs. Une dédicace à l’Empereur, par l’Hispania Ulterior Baetica, d’un objet de cent livres, peut-être un trépied, a suscité l’hypothèse d’une accumulation de ces bases inscrites autour du quadrige d’Auguste qui régnait au centre de la place41. C’est en effet une possibilité, mais qui ne répond pas à la réalité entendue par la notion de tituli : des offrandes ne sont pas des images ethniques, ces dernières supposant toujours une figuration humaine assortie d’une nomenclature. Si vraiment elles ont existé sur le Forum Augustum, et l’on voit mal comment pourrait être révoquée en doute la notice de Velleius, elles devaient être en relation directe avec les elogia des généraux triomphateurs de l’époque républicaine, et permettre en même temps à Auguste d’apparaître lui-même, grâce à ses conquêtes, comme le continuateur de ces valeureux imperatores, et plus précisément celui à qui il fut donné d’achever leur œuvre42. Il s’agissait en somme de répondre sous une forme amplifiée à la prétention de Pompée qui, avec les statues des 14 nationes, avait voulu s’affirmer comme l’architecte du nouvel ordre de l’Orient grec43 ; et, comme le note M. Spannagel, ce n’est pas un hasard si le texte de Velleius vient au terme d’une recension chronologiquement ordonnée de l’expansion progressive de la puissance romaine hors d’Italie44.

Fig. 3 : Plan du centre de la colonia Julia Equestris (Nyon), d’après F. Rossi.

  • 45 Voir sur ce point les remarques de Wesenberg 1984, 172, 178, 183-184, n. 141.
  • 46 Vitr., De arch., 1.1.5, avec le commentaire de Ph. Fleury, CUF, 1990, 74-76.

16Cela étant, nous ignorons toujours où et comment, dans le complexe décor des portiques latéraux, ces figures ethniques étaient placées ; on ne saurait de toute façon imaginer des inscriptions sur l’attique, qui eussent été rendues illisibles par leur éloignement du sol, quels que fussent les artifices utilisés pour accroître l’éclat de leurs lettres45. Quant aux cariatides, nul ne songe plus à y voir le symbole des peuples vaincus : la référence artistique et culturelle à l’Athènes classique l’emporte ici indubitablement sur la sémantique, d’ailleurs douteuse, suggérée par le trop célèbre excursus de Vitruve46. En sommes-nous pour autant toujours au même point qu’avant la reprise des investigations sur les Forums impériaux ? Pas tout à fait. Là encore, des découvertes périphériques, à défaut de nous apporter des solutions, viennent nourrir la problématique.

  • 47 D’Ambra 1993, 3 sq. et 47-77.
  • 48 Wiegartz 1996, 171-179.

17C’est le Forum Transitorium qui, cette fois, entre en jeu. L’idée, développée naguère par E. D’Ambra, selon laquelle le programme iconographique de cette place adjacente au Forum d’Auguste illustrait la politique de rigueur morale engagée par Domitien par le biais de l’exaltation des vertus matronales47 a été récemment battue en brèche par une observation très pertinente de H. Wiegartz. La figure centrale du programme était l’effigie de Minerve conservée sur l’attique de la colonnade adossée, les fameuses “Colonnacce” de la topographie populaire de Rome, et D’Ambra imaginait que l’image de cette déesse se répétait d’une façon rythmique et obsessive tout le long de la place. Or Wiegartz a rapproché la silhouette en question de l’allégorie du peuple des Pirustai, telle qu’elle est présentée au Sébastéion d’Aphrodisias, et il propose de voir dans la série, dont un seul exemplaire nous est parvenu, une galerie de gentes et de prouinciae48.

  • 49 Voir les références rassemblées par D’Ambra 1993, 29-30.
  • 50 Article sous presse.

18Ce qui aurait pu rester une hypothèse stimulante mais invérifiable semble sur le point d’être confirmé par la découverte de fragments de reliefs représentant des figures féminines. En l’attente de leur publication, il est permis de penser que la diversification des effigies de l’attique donnera toute sa force à la restitution imaginée par Wiegartz. La déesse protectrice de Domitien n’est pas pour autant bannie, mais il est clair que, dans l’esprit des concepteurs du programme, ses attributions guerrières, évoquées d’ailleurs par les poètes contemporains, Stace ou Martial, l’emportaient sur le savoir-faire et le magistère de l’Erganè49. On peut certes objecter que dans cette optique la mise en scène du mythe d’Arachné sur la frise de l’entablement sous-jacent perd une grande part de sa signification, mais il est toujours possible d’interpréter cette évocation de l’hybris et de son châtiment comme l’expression du sort réservé aux provinces qui seraient tentées de s’opposer à la domination romaine, selon la juste observation de E. Rosso50.

  • 51 Nous renvoyons à l’article de Smith 1990.
  • 52 Koppel 1990, 328-340, particulièrement 327-332 et pl. 30-31. Voir aussi Liverani 1995, 222-223 et (...)
  • 53 Lopez 1998 ; Márquez Moreno 2002, 255-260.

19Cette nouvelle interprétation n’est pas sans intérêt pour notre propos, car elle révèle une dimension qui a souvent été sous-évaluée, la dimension triomphale de ces forums impériaux du ier s. Celui d’Auguste n’échappait sans doute pas à la règle ; sous une forme apparemment plus discrète mais non moins efficace, il contribuait à manifester non seulement la fin de l’histoire, mais aussi l’accomplissement du peuple conquérant. Il reste à trouver par quels moyens. Mais un indice de la présence, peut-être très médiatisée et subtilement allusive, de simulacra gentium, ou du moins de leur énumération épigraphique, par le biais des tituli de Velleius, peut être décelé dans la postérité du Forum Augustum : non seulement en effet le portique nord du Sébastéion d’Aphrodisias, antérieur de plusieurs décennies au Forum Transitorium, comportait une série de représentations d’“ethnè”51, mais les versions hispaniques que nous évoquions en commençant, qui comptent, nous l’avons dit, parmi les plus accomplies des imitationes du Forum d’Auguste, et qui sont en toute hypothèse antérieures à la construction du Forum de Domitien, étaient pourvues de “personnifications ethniques”, pour reprendre l’expression de E. M. Koppel52 : des vestiges en ont été retrouvés sur le “forum provincial” de Tarragone, qui sont attribués à un arc mais peuvent aussi bien provenir d’une galerie de prouinciae ; de même à Cordoue, des séries du même ordre ont été récemment publiées53. Il est vrai que dans la capitale de la Bétique ces représentations sont datées de la fin du ier ou du début du iie s. p.C., mais les critères chronologiques adoptés, peu explicites, n’emportent pas tous la conviction.

  • 54 Éclairantes sont de ce point de vue les études de Cecamore 1994-1995, 9-32, et 2002, 213-231.
  • 55 C’est sur ces questions que les fouilles engagées au cours de ces dernières années risquent d’appo (...)

20En conclusion, nous soulignerons que, sans remettre en question l’ordonnance ni la thématique générales du Forum d’Auguste, les découvertes de ces dernières années, et les hypothèses qu’elles ont suscitées, en enrichissent singulièrement le projet initial, les composantes et, potentiellement, les programmes. D’aucuns diront que pour l’instant elles contribuent à brouiller les pistes anciennes plutôt qu’à en ouvrir de nouvelles. Nous préférons considérer qu’elles constituent une incitation à approfondir la réflexion sur les modalités de la transposition de ce “modèle” urbain en Italie et en Occident. D’autant plus que l’expérience est faite depuis longtemps de ce que nous apprennent sur les prototypes de l’Urbs leurs imitations provinciales. Mais l’exploration archéologique de ce secteur des Forums impériaux nous remet aussi en mémoire un aspect essentiel de la vie édilitaire de la capitale de l’Empire, à savoir sa relative instabilité : même un édifice aussi étroitement lié au pouvoir central et, d’une certaine façon, aussi sacré que le Forum Augustum a subi, non pas sur la longue durée, mais en l’espace de moins d’un siècle, de brutales modifications. Le phénomène est à placer sur le même plan que l’enfouissement sous les remblais tardo-flaviens de la majeure partie des dépendances du domaine augustéen du Palatin54. Ces ajustements constants, imposés par l’exiguïté des terrains disponibles dans le centre monumental et par la volonté, propre à chaque dynastie, de laisser dans la ville une trace de son passage, mettaient assurément les architectes à rude épreuve ; dans le cas du Forum d’Auguste ils ont dû préserver l’essentiel de cette pièce maîtresse du dispositif symbolique et fonctionnel de l’expression du pouvoir, et maintenir, en dépit de la réduction de son emprise au sol, sa cohérence et son axialité. S’il faut attendre, pour juger de leur habileté, d’avoir une idée plus précise de la ou des entrées monumentales de cette place, et des communications qui étaient ménagées avec les forums adjacents55, on peut déjà les créditer d’une réussite globale : celle-ci explique sans aucun doute que le complexe voulu par le premier Empereur ait continué d’être totalement ou partiellement reproduit après son amputation programmée.

Bibliographie

Bibliographie

Amici, C. M. (1991) : Il Foro di Cesare, Florence.

Arce, J., S. Ensoli et E. La Rocca, éd. (1997) : Hispania Romana. Da terra di conquista a provincia dell’Impero, Milan.

Bergemann, J. (1998) : Die römische Kolonie von Butrint und die Romanisierung Griechenlands, Studien zur antiken Städte 2, Berlin.

Camodeca, G. (1992) : L’archivio Puteolano dei Sulpicii, I, Naples.

Carnabuci, E. (1996) : I luoghi dell’amministrazione della giustizia nel Foro di Augusto, Naples.

Casari, P. (2004) : Iuppiter Ammon e Medusa nell’Adriatico Nordorientale. Simbologia imperiale nella decorazione architettonica forense, Rome.

Cecamore, Cl. (1994-1995) : “Apollo e Vesta sul Palatino fra Augusto e Vespasiano”, BCAR, 96, 9-32.

——— (2002) : Palatium. Topografia storica del Palatino tra III. sec. A.C. e I. sec. D.C., Rome.

Coarelli, F. (2000) : The Column of Trajan, Rome.

——— (1999) : s. v. “Porticus ad Nationes”, in : LTUR, IV, Rome, 138-139.

D’Ambra, E. (1993) : Private Lives, Imperial Virtues. The Frieze of the Forum Transitorium in Rome, Princeton.

De Caro, S. et A. Greco, (1981) : Campania. Guide archeologiche Laterza, Bari.

De La Barrera, J. L. (2000) : La decoración arquitectónica de los foros de Augusta Emerita, Mérida.

De La Barrera, J. L. et W. Trillmich (1996) : “Eine Wiederholung der Aeneas-Gruppe vom Forum Azugustum samt ihrer Inschrift in Merida”, RM, 103, 119-138.

Ensoli, S. (1997) : “Clipei figurati dei Fori di età imperiale a Roma e nelle province occidentali. Da sigla apotropaica a simbolo di divinizzazione imperiale”, in : Arce et al. 1997, 161-169.

Ganzert, J. et V. Kockel (1988) : “Augustusforum und Mars-Ultor-Temple”, in : Kaiser augustus und die verlorene republik, Berlin.

Gros, P. (2002) : Architecture romaine. I. Les monuments publics (2e éd.), Paris.

——— (1990) : “Le premier urbanisme de la colonia Julia Karthago”, in : L’Afrique dans l’Occident Romain, Coll. EFR 134, Rome, 547-573.

——— (1987) : “Un programme augustéen : le centre monumental de la colonie d’Arles”, JDAI, 339-363.

Kleinwächter, Cl. (2001) : Platzanlagen Nordafrikanischer Städte, Mayence.

——— (2001b) : “Tiberius in Arles ?”, in : Studia Honoraria Klaus Fittschen gewidmet, Rahden, 145-166.

Koppel, E. (1990) : “Rilieves arquitectonicos de Tarragona” in : Trillmich & Zancker 1990, 328-340.

La Rocca, E., S. Rizzo et R. Meneghini (2001) : “Fori imperiali. Relazione preliminare degli scavi esiguiti in occasione del Grand Giubileo del Duemila”, MDAI(R), 108, 171-264.

Laur-Belart, R. (1991) : Guide d’Augusta Raurica, 5e éd. augmentée et revue par L. Berger.

Liverani, P. (1995) : “Nationes e civitates nella propaganda imperiale”, MDAI(R), 102, 222 sq.

——— (1997) : “L’immagine della Hispania”, in : Arce et al. 1997, 93-97.

López, I. (1998) : Estatuas masculinas togadas y estatuas femeninas vestidas de colecciones cordobesas, Cordoue.

Mar, R., éd. (1993) : Els Monuments Provincials de Tarraco, Tarragone.

——— (2001) : “Tiberius in Arles ?”, Studia Honoraria Klaus Fittschen gewidmet, Rahden, 145-166.

Márquez Moreno, C. (2002) : “Relieve de Nike y otros fragmentos con representacion de provinciae”, in : El teatro Romano de Cordoba, Cordoue, 255-260.

Nicolet, Cl. (1988) : L’inventaire du monde, Paris.

Parisi Presicce, Cl. (1999) : “Le rappresentazioni allegoriche di popoli e province nell’arte romana imperiale”, Provinciae fedeles, Rome, 87-92.

Ricci, C. (1997) : “CIL VI 31619 : frammento di un elogio dell’Etruria meridionale ?”, MEFRA, 109, 503-512.

Rossi, F. (1995) : L’area sacra du Forum de Nyon et ses abords, Lausanne.

Schmidt, E. (1982) : Geschichte der Karyatide. Funktion und Bedeutung der menschlichen Träger-und Stützfigur in der Baukunst, Munich.

Schmidt-Colinet, A. (1991) : “Exedra duplex. Überlungen zum Augustusforum”, Hefte der archäelogischen Seminars der Universität Bern, 14, 43-60.

Smith, R. R. R. (1990) : “Myth and allegory in the Sébasteion”, Aphrodisias Papers, JRA Suppl. 1, Ann Arbor.

Spannagel, M. (1999) : Exemplaria Principis, Untersuchungen zu Entstehung und Ausstattung des Augustusforum, Heidelberg.

Trillmich, W. (1990) : “Colonia Augusta Emerita, die Haupstadt von Lusitanien”, in : Trillmich & Zancker 1990, 310-316.

——— (1995) : “Gestalt und Ausstattung des ‘Mamorsforums’ ‘in Mérida’”, MDAI(M), 36, 269-291.

——— (1993) : “Los tres foros de Augusta Emerita y el caso de Corduba”, Colonia Patricia Corduba. Una reflexión arqueológica, Cordoue, 175-195.

Trillmich, W. et P. Zanker, éd. (1990) : Stadtbild und Ideologie. Die Monumentalisienung hispanicher Städte zwischen Republik und Kaiserzeit (Madrid, 1987), Munich.

Trunk, M. (1991) : Römische Tempel in der Rhein-und westlichen Donauprovinzen, Augst.

Ungaro, L. (1995) : “Il Foro di Augusto”, I luoghi del consenso imperiale. Introduzione storicotopografica, Rome, 38-47.

——— (2002) : “Il Foro di Augusto”, I marmi colorati della Roma imperiale, Rome, 109-121.

Ungaro, L. et M. Milella (1995) : I luoghi del consenso imperiale, Catalogo, Rome.

Verzar, M. (1977) : Aventicum II. Un temple du culte impérial, Avenches.

Wallat, K. (1997) : Die Ostseite des Forums in Pompeji, Francfort.

Wesenberg, B. (1984) : “Augustusforum und Akropolis”, JDAI, 99, 180-185.

Wiegartz, H. (1996) : “Simulacra gentium auf dem Forum Transitorium”, Boreas, 19, 171-179.

Zanker, P. (1987) : Augustus und die Macht der Bilder, Munich.

Notes

1 D’une bibliographie importante, nous retiendrons seulement les études les plus suggestives, à savoir celles de Ganzert & Kockel 1988, 149-199, et de Ungaro 1995, 38-57.

2 Voir sur ce point les observations toujours pleinement recevables de Zanker 1987, 85-106. Nous avons aussi abordé la question dans Gros 2002, 216-217 et 229-231.

3 La liste en a été récemment dressée, avec la bibliographie correspondante, par Kleinwächter 2001, 5-6.

4 Trillmich 1990, 310-316 ; 1995, 269-291.

5 De La Barrera 2000, 181-190.

6 De La Barrera & Trillmich 1996, 119-138.

7 Trillmich 1993, 175-195.

8 Mar 1993, 107-147.

9 Id. 1993, 147-156.

10 Schmidt 1982, 102 sq. ; Wesenberg 1984, 180 sq. ; Bergemann 1998, 101-106.

11 Wallat 1997, 37 et 220 sq.

12 Gros 1990, 562-564.

13 Kleinwächter 2001, 5 n. 14.

14 Ricci 1997, 503-512.

15 Ensoli 1997, 161-169.

16 Verzar 1977, 33-46 et Casari 2004.

17 Kleinwächter 2001b, 145-166.

18 Gros 1987, 339-363 ; Verzar 1977.

19 Pour les premiers résultats, voir La Rocca et al. 2001, 171-264. Des notices avaient été publiées auparavant dans le BCAR.

20 La Rocca et al. 2001, 184-207.

21 Sur ce point voir en dernier lieu, Coarelli 2000, 3-10.

22 Spannagel 1999 ; Kleinwächter 2001.

23 Ungaro 2002, 109-121 ; La Rocca et al. 2001.

24 Sur ce problème des absides du Forum d’Auguste, voir déjà Schmidt-Colinet 1991, 43-60.

25 La Rocca et al. 2001, 193 fig. 14.

26 Suet., Aug., 56.3.

27 Gros 2002, 214.

28 Vitr., De arch., 5.1.7.

29 On ne connaît pas encore (les connaîtra-t-on jamais ?) les structures qui assuraient la liaison entre le Forum Caesaris et le Forum Augusti, mais la frange nord-est a été bien explorée et restituée par Amici 1991, 35-64.

30 Suet., Aug., 29.1.

31 Camodeca 1992, 47-50 et 79-81 ; Carnabuci 1996.

32 Spannagel 1999, 16-20.

33 Laur-Belart 1991, 44-56.

34 CIL, VI, 5536 ; cf. La Rocca et al. 2001, 194-195.

35 De Caro & Greco 1981, 88-89.

36 Voir Gros 1987.

37 Trunk 1991, 52-58. Sur cette question, voir aussi Gros 2002, 255-259.

38 Trunk 1991, 212-214 ; 210-212 ; 194-196. Pour la basilique de Nyon, voir aussi Rossi 1995, 14-30.

39 Nicolet 1988, 61 sq. et 66 sq. Pour le Sébastéion d’Aphrodisias, voir maintenant Smith 1990, 89-100.

40 Cf. I luoghi del consenso imperiale, Catalogo, 1995, 80-81, n. 28.

41 Velleius Paterculus 2.39.2. Le texte, lié à une base inscrite retrouvée sur le Forum d’Auguste, pourrait attester l’existence d’une série de statues de personnifications ethniques ; cf. sur cette hypothèse et sa discussion, Liverani 1995, 222-223 et 1997, 93-97.

42 Voir en dernier lieu sur la question Parisi Presicce 1999, 87-92.

43 Coarelli 1999, 138-139.

44 Spannagel 1999, 339-341.

45 Voir sur ce point les remarques de Wesenberg 1984, 172, 178, 183-184, n. 141.

46 Vitr., De arch., 1.1.5, avec le commentaire de Ph. Fleury, CUF, 1990, 74-76.

47 D’Ambra 1993, 3 sq. et 47-77.

48 Wiegartz 1996, 171-179.

49 Voir les références rassemblées par D’Ambra 1993, 29-30.

50 Article sous presse.

51 Nous renvoyons à l’article de Smith 1990.

52 Koppel 1990, 328-340, particulièrement 327-332 et pl. 30-31. Voir aussi Liverani 1995, 222-223 et pl. 55.

53 Lopez 1998 ; Márquez Moreno 2002, 255-260.

54 Éclairantes sont de ce point de vue les études de Cecamore 1994-1995, 9-32, et 2002, 213-231.

55 C’est sur ces questions que les fouilles engagées au cours de ces dernières années risquent d’apporter les réponses les moins précises malheureusement, en raison de la localisation des zones de contact entre les principales places de la séquence impériale sous l’actuelle via dei Fori imperiali.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Plan restitué provisoire de la séquence des Forums impériaux après les fouilles récentes, d’après E. La Rocca. Les deux absides qui animaient les portiques du Forum d’Auguste au Sud-Ouest et au Sud-Est n’apparaissent pas sur ce schéma, car elles ont été absorbées par les Forums adjacents de Nerva et de Trajan.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/435/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 2 : Plan de la place située au Sud du forum de Cumes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/435/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Fig. 3 : Plan du centre de la colonia Julia Equestris (Nyon), d’après F. Rossi.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/435/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 303k

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search