Version classiqueVersion mobile

Écritures, cultures, sociétés dans les nécropoles d’Italie ancienne

 | 
Marie-Laurence Haack

Première partie. Transferts et population, transferts de cultures

La naissance des traditions épigraphiques funéraires. dans l’Étrurie archaïque : le cas de Crocifisso del Tufo

Gilles van Heems

Texte intégral

Introduction

  • 1 La présence dans les tombes d’objets inscrits est un fait qui mérite une attention particulière, m (...)
  • 2 Si l’on part du principe, généralement accepté pour les sociétés anciennes, qu’une génération dure (...)
  • 3 = ET Vn 1.1. Cf. Colonna 1977, 191, qui parle de “la più antica iscrizione funeraria d’Etruria”. L (...)
  • 4 = ET Ve 1.1. Sur cette datation, voir Buranelli 1984, 101-102. Nous n’avons pas pu consulter la no (...)
  • 5 = ET Pa 1.1 et 1.2. Sur la datation et l’établissement, voir Bermond Montanari 1986, 240-244 ; De (...)
  • 6 = ET Fe 1.2, 1.3, 6.2 et 0.1-0.4. Pour la datation des inscriptions et leur présentation, cf. M. P (...)
  • 7 = ET Vt 1.57. Cf. M. Cristofani, in REE 41, 1973, n. 30, et A. Maggiani, in : REE 43, 1975, n. 13.
  • 8 Ce chiffre se fonde sur le recensement proposé par M. Cristofani dans ses articles consacrés aux i (...)
  • 9 H. Rix parle d’une proportion de 10 % (cf. Rix 1993, 200). Mais on ne saurait dire si ce chiffre r (...)
  • 10 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de Doctorat, non encore publiée : van Heems 2006, 2 (...)
  • 11 Sur cette tombe et ses inscriptions, v. Colonna 2006 ; Id. 2007. Sur les inscriptions (avec une pr (...)
  • 12 Cf., par exemple, Colonna, in REE 71, 2005, 187-188.

1Il peut sembler paradoxal de proposer une étude des traditions épigraphiques funéraires de l’Étrurie archaïque. Car on sait que si la caractéristique première et essentielle de l’épigraphie étrusque est la place écrasante qu’y occupent les inscriptions funéraires (qui représentent – il n’est pas inutile de le rappeler – près de 70 % du corpus épigraphique global), à tel point qu’on peut l’opposer à bon droit aux autres corpus épigraphiques de l’Italie préromaine, corpus latin et osque en tête, où ce type d’inscriptions occupe une place relative moindre, force est de constater que les épitaphes n’apparaissent qu’assez tard par rapport aux premiers usages de l’écriture au viie siècle, et qu’elles restent globalement fort rares à l’époque archaïque, alors même que la quasi-totalité des inscriptions étrusques de cette période provient de contexte funéraire. Les premiers usages de l’écriture en Étrurie ne sont certes pas funéraires à proprement parler : les plus anciennes inscriptions étrusques, attestées dès le tout début du viie siècle, sont toutes apposées sur du mobilier et ressortissent aux classes des inscriptions de propriété ou de don et, bien qu’elles aient pour la plupart été découvertes en contexte funéraire, leur présence dans une tombe1 n’en fait pas pour autant des inscriptions funéraires. Il est hautement significatif de remarquer qu’il faut attendre un peu moins d’un siècle, soit plus de trois générations d’Étrusques alphabétisés2, pour voir apparaître les premières inscriptions funéraires : ainsi, l’antiquissima des épitaphes étrusques – même s’il est parfois difficile de proposer une datation précise – est, de l’avis général, la stèle d’Avile Feluske de Vétulonia3, qui date de la fin du viie siècle ; suivent, à peu près contemporaines, l’inscription pariétale de la tombe V de Riserva del Bagno à Véies de la fin du vie siècle4, les cippes de Rubiera5, les graffites du tumulus de La Montagnola à Quinto Fiorentino, eux aussi de la fin du viie siècle ou légèrement postérieurs6, et peut-être un cippe de Volterra, qu’on date plutôt du début du vie siècle7. On remarque donc que sur le total de 91 inscriptions étrusques du viie siècle8, les inscriptions funéraires représentent la portion congrue ; et si l’on étend l’examen à l’ensemble de la période archaïque, on constate que la répartition ne connaît pas de changement substantiel. Généralement, en effet, on estime – mais on manque à vrai dire d’un calcul à jour – la proportion d’inscriptions archaïques à environ un quart du corpus total9 ; mais il faudrait assurément revoir très nettement à la baisse cette valeur pour les inscriptions funéraires : d’après nos recherches, en effet, ces dernières ne dépassent pas, dans le meilleur des cas, les 15 % de la production épigraphique funéraire d’une cité donnée10, hormis dans un cas, auquel nous allons consacrer notre intervention, celui d’Orvieto, et elles représentent généralement moins de 10 % du total des inscriptions funéraires des cités dotées d’un corpus significatif. Dans ce panorama, il n’existe qu’une seule exception, mais une exception de taille : l’antique Volsinies. En effet, grâce à l’apport des nécropoles archaïques de Crocifisso del Tufo et, dans une moindre mesure, de la Cannicella, qui ont fourni à elles seules 145 épitaphes pour la plupart de la seconde moitié du vie siècle a. C., les inscriptions archaïques représentent plus du tiers des inscriptions funéraires mises au jour sur le territoire de la cité, et Volsinies apparaît sans nul doute comme la cité où l’usage funéraire de l’écriture à l’époque archaïque (essentiellement tardo-archaïque) est le mieux établi. Mais l’intérêt de ce corpus ne se limite pas à sa quantité : ces nécropoles, et en particulier celle de Crocifisso del Tufo, sont les seules où l’on peut déceler un rôle essentiel joué par l’écriture dans l’économie même de la nécropole. En effet, les inscriptions funéraires contemporaines, même quand elles sont relativement nombreuses, sont toujours le fait d’une manifestation individuelle ou accidentelle si l’on peut dire, et sont toujours des exceptions dans un ensemble où la “norme” est de ne pas associer l’écriture à la déposition. Ainsi, dans la tombe cérétaine des “Inscriptions gravées”, dont le patrimoine épigraphique a été tout récemment révélé et édité par G. Colonna11, et qui est à peu près contemporaine des tombes de Crocifisso del Tufo, les graffites, qui sont portés en très grand nombre sur la paroi d’entrée de la cella principale, sont, selon les premières conclusions qu’on peut tirer de ce document exceptionnel12, une manifestation certes collective, mais privée de pietas envers un défunt de la part de son épouse et de ses sodales. Et de fait, les tombes inscrites, à cette époque, à la Banditaccia – mais on peut tenir le même discours pour la nécropole des Monterozzi à Tarquinia, pour ne citer que des nécropoles d’Étrurie méridionale – sont rarissimes, alors qu’à Crocifisso del Tufo, l’usage funéraire de l’écriture est sinon systématique, du moins très largement répandu, et que se dessine un tableau très nettement différent : la “norme” au contraire y est, de toute évidence, comme nous allons le voir, d’associer l’écriture à la structure funéraire même.

2Notre projet, à l’origine, était d’étudier l’ensemble de la documentation épigraphique funéraire d’époque archaïque d’Étrurie, car c’est en elle que plongent les racines de la tradition épigraphique funéraire qui s’épanouira à partir du ive siècle, afin de comprendre comment a pu se développer une classe d’inscriptions qui allait devenir la marque la plus emblématique de l’épigraphie étrusque. Mais je limiterai mon examen à la seule nécropole de Crocifisso del Tufo, car elle est à la fois un document représentatif et tout à fait exceptionnel dans le panorama des inscriptions étrusques. Et l’étude approfondie de cette nécropole, qui est la première à confier à l’écriture un véritable rôle dans la définition et l’organisation de l’espace funéraire, devrait apporter, à mon avis, d’importants éléments de réponse à l’une des questions centrales que notre groupe de recherche se pose, à savoir l’incidence des inscriptions sur la définition même d’une nécropole dans le monde étrusco-italique.

La necropole de Crocifisso del Tufo

Situation et brève histoire des fouilles

  • 13 Cf. Bizzarri 1963, 3-4.
  • 14 Telle est l’estimation de M. Bizzarri (cf. Bizzarri 1966, 8).
  • 15 Cf. Klakowicz 1972, 11.
  • 16 Pour une brève histoire des fouilles, cf. Bizzarri 1963, 4 sq.
  • 17 La savante a travaillé sur l’ensemble du territoire d’Orvieto et a rassemblé les notes éparses des (...)

3Comme on le sait, les nécropoles de Crocifisso del Tufo et de la Cannicella se trouvent respectivement au nord-ouest et au sud-est de l’anneau de nécropoles qui entoure le piton de tuf sur lequel s’élève la cité d’Orvieto (fig. 1). Les deux constituent des sites de pente, où s’étagent les tombes les unes au-dessus des autres13. Le site de Crocifisso del Tufo est de loin le plus grand, puisque l’on estime qu’il contient approximativement 300 tombes14, réparties en plusieurs quartiers sur une imposante surface ; il est malheureusement connu et visité depuis fort longtemps, ce qui ne facilite pas une connaissance très exacte des tombes et, surtout, de leur mobilier. En effet, les premières mentions de découvertes faites à Crocifisso del Tufo remontent à 177215, et la zone a connu ensuite – pour ne parler que des visites officielles – diverses campagnes de fouilles, principalement dans les années 1830, puis, de manière intensive, à la fin du xixe siècle (années 1870-1890) ; les dernières fouilles systématiques en date, et les plus satisfaisantes du point de vue méthodologique, dont celles conduites par M. Bizzarri dans les années 196016, puis tout récemment encore par A. E. Feruglio. On peut malgré tout se faire une bonne idée des résultats des fouilles du xixe siècle grâce aux importants travaux d’archives menés par B. Klakowicz17.

Description de la nécropole

  • 18 Sur les mutations économiques qui sous-tendent ce changement, v. Pallottino 1952, 193 sq. ; Colonn (...)

4Il faut dire que l’excellent état de conservation des tombes, leur grand nombre et l’aspect régulier de la nécropole ont été un chant des sirènes particulièrement efficace sur les fouilleurs, clandestins ou non. La grande particularité de cette nécropole, en effet, est son plan régulier qui en fait à la fois un modèle d’urbanisme et une exception dans le panorama de l’architecture tant civile que funéraire de l’Étrurie tardo-archaïque. Si l’on relève des traces d’occupation de la nécropole dès la fin de l’âge du Bronze et que l’on constate qu’elle est utilisée jusqu’au iiie siècle a. C., on notera que le développement maximal de la nécropole se fait à partir de la seconde moitié du vie siècle, époque où est mis en place son plan si typique, qui assure l’unité de l’ensemble. Cette unité est d’abord une unité typologique : le plan des tombes est fixe – il s’agit de petites tombes à chambres rectangulaires, des “tombes à dé”, d’une surface à peu près constante d’env. 3 x 2 m, en blocs de tuf équarris, et recouvertes de terre battue. L’intérieur est fort simple : deux banquettes, destinées à recevoir le corps des défunts, courent le long des parois (généralement le long du mur de fond et de l’un des murs latéraux), et le sol est de terre battue. Ces tombes sont placées les unes à côtés des autres selon des axes qui se coupent généralement à angle droit ; sur le toit devait se trouver un cippe qui signalait l’emplacement de la sépulture. Les tombes étaient regroupées en îlots indépendants séparés les uns des autres par ces voies. Enfin, et c’est ce qui nous intéressera directement, elles portent presque toutes, sur l’architrave de la porte d’accès, une inscription gravée désignant le propriétaire de la tombe. Les dimensions de la tombe et le mobilier qu’on a retrouvé dans les rares tombes épargnées par les clandestins et qui avait été soigneusement décrit par les fouilleurs, nous apprennent que les deux rites, l’inhumation et la crémation, étaient pratiqués, et que chaque tombe était destinée à recevoir un petit nombre de défunts (un sur chaque banquette de déposition et sur le sol) ; il est certain, ainsi que d’autres l’ont déjà souligné, que nous n’avons pas affaire à des tombeaux gentilices comparables aux grands tumuli de l’époque précédente, où se massaient autour de la dépouille du la pater familias la plupart de ses descendants, mais à une structure fondée sur les dimensions de l’οἶκος18.

Image

Fig. 1. Les nécropoles archaïques de Crocifisso del Tufo et de la Cannicella.

  • 19 Comme le rappelle M. Bizzarri (in Bizzarri 1962, 8-9).
  • 20 Cf. Colonna 1976, 98.
  • 21 Sur l’isonomie à Volsinies (et dans le reste de l’Étrurie contemporaine), voir Cristofani 1993b, 1 (...)
  • 22 Cf. d’Agostino 1992.
  • 23 Cf. déjà Heurgon 1957, 64 sq. Dernièrement, sur la question, v. Maggiani 2001, 37 sq. (avec biblio (...)
  • 24 V., par exemple, la tombe de Marce Ursu ou celle des Munise. Sur la question, v. Colonna 1967, 21 (...)

5Entre la seconde moitié du vie siècle et le ve siècle, ce plan régulateur ne connaît que peu d’exceptions : les tombes à deux cellae sont très largement minoritaires, et les dérogations à la symétrie s’expliquent généralement par la présence de monuments plus anciens, dont il a fallu tenir compte. On rencontre certes, dans la réalisation de chaque tombe, des différences qui nous apprennent que les constructeurs de la tombe avaient une certaine liberté dans l’édification du monument19, mais il reste qu’ils devaient suivre un canon général assez contraignant. Il n’est pas la peine de préciser que cette planimétrie générale, qualifiée d’“hippodaméenne” avant la lettre, de ce qui apparaît de manière éclatante comme une véritable “cité des morts”, n’est pas passée inaperçue, et ce schéma régulateur parfaitement symétrique a très tôt reçu une interprétation d’ordre socio-politique : la nécropole reflèterait à travers sa structure, un souci d’unification, voire de normalisation remarquables à une époque aussi haute et qui ne peut être dû qu’à l’intervention de l’administration centrale20. Du point de vue historique, en effet, il est tentant de mettre en relation ce réaménagement radical de l’espace sépulcral avec les tendances isonomiques21 qui se font jour dans les sociétés méditerranéennes, en Grèce comme en Italie, à la fin de l’époque archaïque, et dont les traductions institutionnelles les plus évidentes sont l’adoption de réformes de type hoplitique22 et le passage à de nouvelles formes d’organisation politique – on a d’ailleurs de bonnes raisons de penser que la révolution de 509 ne s’est pas cantonnée à la rive gauche du Tibre, mais que les cités étrusques ont connu au vie siècle la même évolution institutionnelle23. On fera remarquer que, du point de vue proprement “urbanistique”, la nécropole de Crocifisso del Tufo n’est pas un unicum, puisque les nécropoles étrusques, au moins en Étrurie méridionale, ont connu des aménagements comparables, quoique orchestrés de manière moins systématique : ainsi à la Banditaccia, la nécropole suburbaine de Caeré, la construction de tumuli à cette époque devient rarissime, alors que des lots de tombes à dé construites sur un plan standard et parfaitement comparables à celles d’Orvieto font leur apparition, à vrai dire plutôt au début du ve siècle24.

6Toutefois le grand intérêt de Crocifisso del Tufo est de nous apprendre qu’à Volsinies, dès la seconde moitié du vie siècle, l’État central était intervenu dans l’espace funéraire, sans doute en procédant à son lotissement égalitaire, et en imposant une charte très contraignante, qui ne permettait un affichage du statut socio-économique du défunt et de sa famille ni par le faste architectural, ni par le mobilier, ni par l’inscription, qui suit, comme nous allons le voir, un schéma quasi-unique.

Le corpus epigraphique de Crocifisso del Tufo

Enjeux de l’étude épigraphique

  • 25 Ce corpus est rassemblé en annexe. Nous ferons désormais référence aux inscriptions de la nécropol (...)
  • 26 Cette question, fort ancienne (voir les contributions classiques de Pulgram 1948 et Bonfante 1948) (...)

7Cette longue introduction était nécessaire pour bien comprendre l’enjeu essentiel que constitue l’étude du corpus épigraphique25 de cette nécropole. En effet, bien qu’on ait très tôt souligné l’importance de ce qui constitue le premier corpus homogène et unitaire de l’épigraphie étrusque archaïque, ce corpus a essentiellement été exploité du point de vue onomastique et a constitué une pièce à conviction fondamentale dans le débat qui a eu lieu dans les années 1970 sur l’apparition du système onomastique gentilice dans l’Italie centrale26. Et pourtant la valeur de ce corpus dépasse largement les questions onomastiques, car, comme nous l’avons déjà souligné, son intérêt majeur est de nous offrir un grand nombre d’épitaphes normalisées par l’intervention de l’administration centrale. Par conséquent, nous aimerions ici élucider le rôle que joue l’écriture dans l’économie même de la nécropole, et dans l’organisation de l’espace funéraire, car il n’est certes pas anodin que la quasi-totalité des inscriptions de la nécropole se trouve sur des supports (architraves de tombes ou cippes) dotés d’une visibilité et, partant, d’une publicité que n’ont pas la plupart des inscriptions funéraires étrusques contemporaines ou des périodes successives, généralement placées à l’intérieur des tombes. Et il me semble qu’une enquête approfondie sur les rapports entre la production épigraphique de la nécropole et le contexte funéraire peut apporter des éclairages nouveaux et essentiels sur la nature et la fonction de l’espace funéraire et sur ce lien si particulier de l’écrit et du contexte funéraire dans le monde étrusque.

Répartition typologique, chronologique et spatiale des inscriptions du corpus

8La nécropole de Crocifisso del Tufo a fourni 159 inscriptions étrusques, dont la plupart se trouvent sur les architraves des tombes à dé (118) ou sur des cippes (16) ; on soulignera combien la proportion d’inscriptions exposées à l’extérieur du tombeau est grande : seules 16 % d’entre elles se trouvaient à l’intérieur des tombes, et 84 % des inscriptions du corpus se trouvaient exposées à la vue de tous ceux qui fréquentaient la nécropole (cf. fig. 2, p. 35). Cette répartition par support correspond également à une répartition typologique fondamentale : si on classe les inscriptions du corpus par classes d’inscriptions, on se rend compte que la place des épitaphes y est écrasante (84 % des inscriptions, ce qui correspond à la proportion d’inscriptions “visibles”), alors que les autres types d’inscriptions (dans l’ordre décroissant inscriptions de propriété, de don et abécédaires) y sont très largement minoritaires, sinon négligeables (cf. fig. 3, p. 35). Quant à la répartition chronologique des inscriptions, elle indique que l’emploi de l’écriture se fait essentiellement au moment de la mise en place du plan régulateur de la tombe (seconde moitié du vie siècle-début du ve siècle) (cf. fig. 4, p. 35), comme le suggérait déjà la répartition par support : 143 inscriptions, soit 90 % du corpus, appartiennent à l’époque archaïque. On a donc, et de très loin, affaire au corpus épigraphique le plus fourni pour cette période, et le plus unitaire, tant du point de vue typologique (l’essentiel du corpus est formé par des épitaphes), chronologique et géographique, que du point de vue socio-historique, puisque ces inscriptions nous renseignent sur l’identité et les pratiques graphiques d’une large part de la population volsinienne, qui se conçoit elle-même comme formée par un ensemble de citoyens égaux (ou qui se veulent tels).

9En ce qui concerne à présent la répartition des épitaphes à l’intérieur de la nécropole, nous formulerons les remarques suivantes.

101. Le chiffre de 118 épitaphes retrouvées ou reconstituées, sur un total d’environ 224 tombes fouillées ou mentionnées, est remarquable : on atteint une proportion de plus de 50 % de tombes dotées d’une épitaphe sur son architrave, proportion qui est en outre assurément inférieure à la proportion véritable de tombes inscrites, car elle ne tient pas compte des inscriptions perdues et des tombes mal fouillées. Seules les tombes à dé “normalisées” sont dotées d’une épitaphe : la seule tombe à deux chambres qui a fourni une inscription funéraire est la fameuse tombe du Guerrier, tombe à deux chambres qui contenait un cippe inscrit (n. 124). On ne saurait souligner assez que cette proportion fait de Crocifisso del Tufo l’une des nécropoles étrusques où l’épitaphe est associée à une sépulture de manière aussi fréquente.

112. Pour la répartition spatiale des inscriptions, je propose une carte récapitulative de l’emplacement des épitaphes (et plus généralement des inscriptions) retrouvées dans la nécropole (cf. fig. 5). On notera que l’on ne peut replacer sur la carte avec certitude que 72 % des architraves inscrites, en raison des lacunes des rapports de fouilles les plus anciens (33 architraves inscrites, soit env. 28 %, proviennent de tombes dont l’emplacement est inconnu) ; pour les cippes, la proportion d’objets hors contexte est plus forte encore, comme on peut s’y attendre, en raison de leur mobilité intrinsèque : seuls trois d’entre eux peuvent être replacés avec certitude sur la carte (soit moins de 20 % du nombre total de cippes). Bien entendu, il ne faudra pas surinterpréter la concentration des épitaphes dans un noyau central correspondant au fonds Bracardi, qui a été par la suite acquis par l’État, car c’est la zone de la nécropole qui a été le mieux fouillée (en particulier par M. Bizzarri), et pour laquelle la documentation est la plus abondante et la plus précise. La parcelle adjacente, le fond Mancini A a fourni également un grand nombre d’inscriptions (cf. t. 160-180), mais les données planimétriques ne sont pas systématiquement données dans les rapports de fouilles. Toutefois, si l’on concentre notre étude sur la parcelle Bracardi, on constate que la proportion de tombes inscrites atteint un chiffre significatif : on a 70 épitaphes réparties sur 99 tombes ; si l’on met de côté les cippes, on notera que 66 tombes sur les 99 (soit 67 % des tombes) sont inscrites sur leur façade (deux d’entre elles portent 2 inscriptions sur la même architrave). Cette parcelle, et ce n’est pas un hasard, correspond à la partie de la nécropole la plus symétrique, celle où les rangées de tombes sont les plus parallèles, si bien que l’on peut conclure que la rédaction d’une épitaphe sur l’architrave de ces tombes normalisées était sinon obligatoire, du moins encadrée par les normes collectives, et non pas laissée à la liberté du commanditaire du tombeau.

  • 27 Il est probable, au regard de la structure même de la nécropole, qu’on ait affaire à un régime de (...)

12Or – et c’est là tout l’intérêt du site de Crocifisso del Tufo – on constate que cette intervention de l’État (quelle que soit son organisation exacte27) ne se limite pas à organiser symétriquement les tombes dans l’espace de la nécropole, à distribuer les lots, à imposer une forme architecturale, voire à limiter la quantité et la qualité du mobilier funéraire accompagnant la mise en terre, mais qu’elle intervient également dans la structure même du texte que le commanditaire fait inscrire sur l’architrave de sa tombe ou sur le cippe qui en signale l’emplacement.

Image

Fig. 5. Répartition des inscriptions dans la nécropole. cercle = inscription sur architrave ; carré = inscription sur cippe ; étoile = inscription sur instrumentum.

Régulation de l’espace tombal et régulation de l’espace scriptural

Étude des formulaires

  • 28 Nous désignons par ce sigle (“formule onomastique de base”) le couple fondamental prénom-gentilice (...)

13L’étude des formulaires employés dans les inscriptions funéraires démontre de manière évidente que les choix en matière de composition de l’épitaphe n’étaient certainement pas libres : sur les 92 épitaphes utiles (nous n’avons retenu que les inscriptions dont le formulaire était totalement intact et exclu tous les textes lacunaires), 86 (soit plus de 93 % du total) suivent un formulaire “parlant” (et cette proportion est nettement minorée, du fait que nombre d’inscriptions certainement “parlantes” ont été exclues du total pour être incomplètes) (cf. fig. 6, p. 36). Bien mieux, on remarque que la grande majorité des épitaphes opte pour un seul formulaire, la formule ‘mi + FOB28’, qui revient 73 fois (80 % des cas). Certes quatre autres formulaires sont attestés à Crocifisso del Tufo, mais ils ne le sont que de manière sporadique. On a donc affaire à un corpus d’une unité rare, dont le caractère exceptionnel, à l’intérieur du corpus épigraphique étrusque, où la variation formulaire est au contraire très grande, doit être souligné.

14Si les chiffres suffisent donc pour accréditer l’hypothèse d’une législation ou d’une intervention hautement incitative de la part de l’administration centrale dans la composition même des épitaphes, il reste toutefois à interpréter correctement les exceptions, certes rares, mais indéniables, à cette règle. L’étude des écarts à ce qui peut apparaître comme une norme sera d’ailleurs très riche en enseignements pour comprendre l’organisation de la nécropole et son évolution.

Variations dans la formule onomastique

15Les variations les plus nombreuses se font dans la structure de la formule onomastique. Et c’est ce qui d’ailleurs peut le plus surprendre, si l’on estime que l’inscription, et partant la désignation onomastique du citoyen, étaient réglées par l’État.

16L’une des premières questions à soulever quand on s’intéresse à cette nécropole est de savoir qui sont les personnes mentionnées sur les architraves des tombes ; puisque, sauf exceptions rarissimes, il n’y a qu’une inscription sur le linteau des portes des tombes qui ne mentionne qu’une seule personne, mais que chaque tombe recueillait plusieurs dépositions, il est légitime de se demander quel membre de la famille avait le droit de voir son nom inscrit sur la tombe. Était-ce le pater familias ? Le premier membre de la famille à mourir ? Y a-t-il une réglementation en usage ? Malheureusement, les indices sont rares et peu faciles à interpréter : au vu de la structure formulaire majoritairement adoptée, le formulaire parlant ‘mi + gén.’, qui rapproche ces épitaphes, structurellement parlant, des inscriptions de propriété, sur le modèle desquelles, d’ailleurs, elles se sont élaborées, on peut se demander si les personnes mentionnées dans les épitaphes ne sont pas, tout simplement, les propriétaires de chaque tombe. Si l’on admet cette hypothèse, on pourra alors facilement interpréter les variations dans la formule onomastique.

17L’unique variation qu’on observe dans la formule onomastique consiste en l’ajout d’un troisième élément au noyau fondamental que sont les (prénom + gentilice). Cet élément peut être, dans l’ordre décroissant de fréquence :

  1. un patronyme : nn. 14, 26, 92 ; nn. 60, 124.
  2. un cognomen : n. 109.
  3. peut-être un matronyme, ou un non accordé29 ; en tout cas on a bien affaire à un élément onomastique, et non à un prédicat apposé au pronom mi : n. 43.

18Comment expliquer cette variation ? Par un statut différent de ces personnages ? Par un changement des normes onomastiques ? Il me semble que la raison est plus simple et qu’elle doit se comprendre diachroniquement : les personnes bénéficiant d’un “troisième nom” ont tous au moins un autre homonyme ou quasi-homonyme (ou, plus précisément, “homogentilice”, si l’on me concède un tel néologisme hybride !) dans la nécropole.

  • deux ou trois tombes (nn. 26, 92 et 43, si l’on peut rétablir vhulχena ; mais il pourrait aussi s’agir du gentilice vhulvena attesté dans la nécropole ; la variation f-/h- à l’initiale ne doit pas étonner dans l’Étrurie tibérine) appartiennent à des représentants de la gens (des gentes) hulχena/vhulχena qui doit n’être, à l’origine, qu’une seule famille. Or l’épitaphe de ces tombes a toujours un élément onomastique ajouté à la formule standard, patronyme (on notera d’ailleurs en 26 l’emploi du subst. cles qui doit être une forme erronée ou une graphie phonétique du gén. clens de clan pour exprimer le patronyme) ou matronyme30.
  • l’ajout du patronyme en 14 peut lui aussi s’expliquer comme une volonté de distinguer le titulaire de cette tombe du personnage mentionné en 49, qui lui aussi d’ailleurs n’a pas respecté le canon formulaire (mais on ne saurait déterminer avec certitude le formulaire adopté) ; il s’agit dans les deux cas de deux homonymes, laricena et larecena, car la distinction vocalique ne doit pas étonner.
  • de la même façon, on pourrait penser que mamarce apena (n. 109) a ajouté ce qui a tout l’air d’être un cognomen31, qutu, à ses prénom et gentilice pour se distinguer des uσele apena, attestés en 91 et peut-être aussi, en 101 (uσele apen[)
  • enfin, on peut invoquer la même raison pour l’inscription n. 60 (t. 131) : laris latinie ajoute son PT pour se distinguer de lauχusie latinie de l’inscr. n. 78 (t. 165) ; il abandonne d’ailleurs en même temps le formulaire parlant.
  • 32 Pour le cas précédent, on peut invoquer un faisceau d’indices rendant plus que vraisemblable cette (...)

19Dans tous ces cas, si l’on admet que la variation s’explique par un souci de distinction onomastique, il faut postuler que les inscriptions à formule onomastique trimembre sont postérieures à celles à formule onomastique bimembre32. Toutefois, si la volonté d’écarter toute ambivalence désignative explique la présence d’un troisième élément onomastique, il faut bien comprendre que cet ajout est libre ou, du moins, qu’il n’est pas systématiquement exigé, car on rencontre de nombreuses autres paires de gentilices identiques ou quasi-identiques dans des formules bimembres [cf. inscr. nn. 1 et 61 : venel esvena et venel esvana ; et ; nn. 8 et 79 : venel tveθelie et mamarce tveθelie ; nn. 10 et 25, plaisina et avele plaisena ; et ; nn. 17, 86, 110 : venel plaisena, laris plaisina et avele plaisena ; nn. 6, 23, 51 : mamarce ramaitela, aranθ ramaitela et aranθ ramaitela qui présente en outre l’intérêt de nous offrir l’attestation de deux parfaits homonymes (prénom + gentilice) ; et nn. 29 et 77 : laucie triesna et mamarce triasna].

Variation dans les formulaires non onomastiques

20Les variations dans les formulaires non onomastiques sont, quant à elles, de deux types : on assiste soit à un enrichissement du formulaire “parlant”, soit à l’abandon pur et simple de ce modèle formulaire.

  • 33 Pour cette typologie, v. Agostiniani 1982, 173 sq. et 187 sq.
  • 34 Et non comme une variante de hinθu “souterrain, infernal” (qui d’ailleurs pour le sens se prêterai (...)
  • 35 Cf. Vs 1.151 : mi larθia tequna[s σuθi h]/ẹθu.

21En pratique, l’enrichissement du formulaire “parlant” se fait dans la plupart des cas par l’ajout d’un prédicat nominal accordé à mi et explicitant la nature du référent – ou, si l’on se réfère à la typologie de L. Agostiniani, par la substitution du formulaire E6 au formulaire E133. Il s’agit en l’espèce de l’ajout du substantif σuθi en fin d’inscription, selon l’ordre canonique en étrusque (4 occurrences : nn. 41, 71, 83 et 91) ou par l’ajout de l’élément atrσ (n. 30), de sens et fonction encore mal connus, mais qui a tout l’air d’un substantif ; on notera enfin un enrichissement ultérieur du formulaire ‘mi + FOB + σuθi’ au n. 52, avec l’ajout après le subst. σuθi de la forme heθu, que j’interprète comme une forme verbale en ‑u34. On a en tout cas très probablement affaire à un formulaire funéraire typique de la Volsinies de cette époque puisque l’élément heθu reparaît au n. 96 (malheureusement en contexte lacunaire) et qu’on peut rétablir la séquence σuθi heθu dans une épitaphe de la Cannicella35, dans un contexte typologique et chronologique parfaitement comparable.

  • 36 Au vu de la lettre lisible <k> et de la taille de la lacune, on pourrait proposer de rétablir le pron</k> (...)

22Nous passerons en revanche plus rapidement sur deux autres variations sur le canevas “parlant”, car elles sont rarissimes : la postposition du pronom par rapport à la formule onomastique dans l’inscr. n. 5, assez fréquent dans l’ensemble des inscriptions “parlantes”, et une variation difficile à identifier (n. 49)36.

23Enfin, je terminerai par les inscriptions recourant à un formulaire non parlant, qui sont, comme je l’ai déjà indiqué, très largement minoritaires : elles sont relativement mieux représentées sur les cippes, et restent très rares sur les architraves des tombes de la nécropole (4 exemples : nn. 45, 60, 94 et 95).

24Il sera plus difficile de trouver une raison expliquant le choix de ces formulaires délibérément hors norme, quoique largement minoritaires. Toutefois, nous avons la chance de pouvoir rétablir dans trois cas une chronologie relative assurée qui laisse entendre que ces variations de formulaires non onomastiques, comme on l’avait également postulé pour les formulaires onomastiques, apparaissent dans un second temps, et sont postérieures au formulaire standard et à la législation primitive réglant l’organisation de la nécropole.

  • 37 Cf. supra, p. 9.
  • 38 Cf. Bizzarri 1966, 280 ; voir aussi M. Pandolfini in REE 39, 1971, p. 367.

25Deux architraves, comme on l’a indiqué plus haut37, portent deux inscriptions et sortent de ce fait du lot. Or sur ces deux supports, l’inscription rédigée en second temps comporte à chaque fois une variation de formulaire, tandis que la première inscription suit très strictement le canon ‘mi + FOB’. Les inscr. nn. 40 et 41 sont portées sur l’architrave de la tombe 98, et la seconde a clairement été gravée dans un second temps, au moment où fut aménagée une niche dans l’architrave, au-dessus de laquelle elle court38 ; elle se trouve d’ailleurs sur la partie gauche de l’architrave, c’est-à-dire à l’extrémité de l’espace scriptural dans le sens de lecture/écriture étrusque. De même, sur l’architrave de la tombe 123, l’inscr. n. 52 mi larθiịa camus σuθi heθu est, comme le prouve la disposition de ces inscriptions, certainement postérieure à l’inscr. n. 53 (mi aranθia flavienas).

  • 39 Voir la stèle d’Avile Feluske (ET Vn 1.1). Dans le sud, les premières attestations se font à Caeré (...)
  • 40 Rix 2004, 946 ; voir dernièrement, sur la question, Agostiniani 2006, 184-186.
  • 41 Voir, par exemple, la notation des sifflantes simples/s ∫/aux viie-vie siècles en Étrurie ou encor (...)
  • 42 On rappellera ici le rôle joué par Appius Claudius qui, durant sa censure, à l’occasion de la de 3 (...)

26Enfin, on peut se demander si certains témoignages orthographiques ne peuvent contribuer à établir une chronologie relative. Ainsi, l’inscription 53 qu’on vient d’évoquer, recourt, pour noter le phonème/f/au graphème <f>, tandis que dans l’inscr. n. 93 le même gentilice est orthographié avec le digramme <vh>, qui, en Étrurie méridionale, était employé pour noter ce phonème avant l’adoption de <f>. La seule difficulté qui empêche d’établir avec certitude une telle chronologie relative est la date à laquelle apparaît le signe en forme de 8 : employé dès les années 60039 en Étrurie septentrionale, son usage se développe et gagne l’Étrurie méridionale tout au long du reste du vie siècle40, époque à laquelle il est très largement répandu. La situation observée à Crocifisso del Tufo conduit à admettre soit que cette innovation graphique n’a gagné Volsinies qu’à une période où une partie des tombes avaient été construites, soit que par conservatisme graphique les Volsiniens ont continué longtemps à utiliser le digramme. On manque, à vrai dire, d’une étude consacrée spécifiquement à l’usage du digramme <vh>, mettant en évidence, pour chaque centre de l’Étrurie, la date approximative à laquelle il est sorti d’usage, et la période pendant laquelle <vh> et <f> ont pu coexister. À ce sujet, nous ferons noter qu’à Crocifisso del Tufo, le digramme <vh> est préféré au signe en forme de 8 avec trois attestations (nn. 43, 54, 93) contre deux (36, 53), ce qui est peut-être un indice que la première phase du développement de la nécropole s’est faite avant l’introduction de <f> dans les usages graphiques locaux. Dans tous les cas, on ne doit pas y voir une difficulté empêchant de considérer que l’adoption du signe en forme de 8 par l’État volsinien ne s’est pas faite plus tard que dans le reste de l’Étrurie : même s’il est impossible de juger, puisqu’à cause des phénomènes de conservatisme graphique, bien attestés en Étrurie, rien n’empêche qu’on ait conservé longtemps l’usage de <vh>, alors que <f> était déjà connu, l’indépendance de chaque cité en matière de choix graphiques41, qui est manifeste dès les premiers usages de l’écriture dans le monde étrusque, laisse la place à une réception tardive du signe <f> à Volsinies. Néanmoins, la conclusion la moins douteuse et la plus intéressante qui ressort de ces considérations orthographiques est le rôle que doit certainement y jouer l’“État”, probablement à travers l’action de certains magistrats. Car il est certain que l’État devait régler l’orthographe des gentilices, et c’est encore lui qui devait entériner l’usage d’une nouvelle lettre (qui peut avoir été inventée ou introduite par un individu ou un groupe d’individus – on pense notamment à une école de scribes). Le parallèle avec ce que l’on sait des réformes orthographiques de la Rome républicaine rend ce schéma assez vraisemblable42.

Accès au tombeau, citoyenneté et emploi de l’écriture

27Il convient, pour finir, d’examiner un dernier type d’inscriptions “hors-norme” de la nécropole : il s’agit des tombes dont le titulaire n’appartient pas au groupe majoritairement attesté, à savoir le groupe des ingénus mâles porteurs de gentilice. Ces inscriptions, quoique très minoritaires, apporteront un éclairage complémentaire des plus utiles.

  • 43 = t. 9 selon la numérotation de M. Bizzarri.
  • 44 Pour le détail du mobilier, v. Bizzarri 1962, 73-75.

28La tombe 6443 fouillée par M. Bizzarri en 1962, et bien datable au début de la seconde moitié du vie siècle par son mobilier44, porte sur son architrave l’inscription suivante (n. 24) :

29mi aviles laucieia

  • 45 Telle qu’elle apparaît en Rix 1993, §§ 30-32.
  • 46 Cf. Rix, art. cit § 32. Seuls les gentilices masculins en font un génitif (masculin) en a(l).
  • 47 Ce point avait déjà été soulevé par M. Bizzarri, lors de l’édition de l’inscription : cf. Bizzarri (...)

30Si son formulaire est, au premier abord, conforme aux règles en vigueur dans la nécropole (formulaire “parlant” introduit par et formule onomastique bimembre), on constate néanmoins une différence essentielle : son gentilice n’a pas un génitif en ‑s comme on s’y attendrait pour un gentilice masculin, mais un génitif en ‑ia (génitif II selon la terminologie de H. Rix45), qui est la désinence employée pour marquer le génitif des gentilices féminins46. laucieia a ainsi toutes les apparences d’un membre onomastique indirect renvoyant à une personne de sexe féminin47. Le titulaire de la tombe est par conséquent le seul personnage connu de la nécropole à n’être pas désigné par son propre gentilice. Il reste à déterminer la nature de ce second élément onomastique : des deux solutions envisageables, le matronyme et le nom de la patronne d’un éventuel esclave, la première est la plus probable ; il est en effet peu crédible que le titulaire d’une tombe dont le mobilier est assez riche, et qui ne se distingue en rien, par la structure de la sépulture, des autres personnages enterrés dans la nécropole, soit un esclave. Mais il faut encore interpréter l’absence de gentilice et la présence, à sa place, d’un matronyme. A-t-on affaire à un non-citoyen – on peut penser à un étranger, un pérégrin selon la terminologie juridique romaine, installé à Volsinies – ? Étant donné qu’il porte un prénom étrusque et que le second élément de sa formule onomastique est, lui aussi, parfaitement étrusque, il faut imaginer, si l’on retient l’hypothèse d’un “pérégrin”, qu’il devait avoir pour mère une citoyenne de Volsinies. Mais on a d’autres exemples d’étrangers à Crocifisso del Tufo, qui ont transformé leur nom d’origine en gentilice (v. l’emblématique velθur perecele au n. 65). L’interprétation de cette inscription est rendue probablement désespérée par notre ignorance totale des statuts juridiques : le fils naturel d’une citoyenne recevait-il, comme à Rome, la citoyenneté de sa mère ? Peut-être à Volsinies, contrairement à ce qui se passe à Rome, n’avait-il pas le droit de porter un gentilice ? Ces interrogations, nous le craignons, sont probablement destinées à rester sans réponse.

31Plus intéressant encore, on dispose d’un groupe un peu plus consistant d’inscriptions sur architraves relatives à des femmes. On en dénombre au moins quatre :

35.

mi larθuia amunaia

64

mi velelias eries

82.

mi velelias hirminaia

104.

mi veleliạ[

  • 48 Seul le mobilier de la tombe 79 (= inscr. n. 35) est connu (pour le détail, v. Bizzarri 1966, 10 e (...)
  • 49 Cf. supra, p. 3, n. 12.

32et ces inscriptions ne diffèrent pas plus, par leur structure, du reste du corpus, que les tombes ne se distinguent, par le mobilier48 ou la forme, des tombes dont les titulaires sont des hommes. C’est évidemment là qu’on aimerait savoir avec précision à qui correspond le nom inscrit sur l’architrave : renvoie-t-il, comme nous nous le demandions, au propriétaire légitime de la tombe, ainsi qu’on pourrait s’y attendre, au chef de famille ou encore, plus simplement, au premier défunt de l’οἶκος déposé dans la tombe ? La présence de titulaires féminins dans la nécropole ne doit pas conduire ipso facto à exclure la première hypothèse, car, comme on l’a vu avec l’exemple précédent, une personne visiblement dépourvue du droit de cité ou d’une grande partie des droits du citoyen volsinien pouvait se voir allouer une tombe de la nécropole. En outre, le recours si insistant au formulaire “parlant” de propriété suggère, à notre avis, que ces inscriptions désignent bien le propriétaire du tombeau. Dans ce cas, on portera un intérêt tout particulier à ces tombes dont les propriétaires sont des femmes, et qui sont mises exactement sur le même plan que les autres tombes “isonomiques” de la nécropole, indice que certaines femmes, dans la Volsinies de la seconde moitié du vie siècle, pouvaient être, dans des conditions qu’il serait intéressant d’élucider, effectivement propriétaires de leur tombeau. Le petit nombre de femmes représentées suggère toutefois que c’est un phénomène assez peu fréquent, et qu’il doit être lié à des circonstances particulières – veuvage ? Femme non mariée ? Femme distinguée par un honneur particulier (comme un sacerdoce) ? Mais s’il s’agit là assurément d’exceptions, on doit faire remarquer que l’époque archaïque n’est pas avare de témoignages d’emploi de l’écriture en contexte funéraire par des femmes : ainsi, l’importante tombe des “Inscriptions gravées” de Cerveteri, dont le patrimoine épigraphique a été tout récemment dévoilé49, présente un grand nombre de graffites qui s’organisent autour d’une longue inscription dédicatoire dont le personnage principal est une femme et, selon l’interprétation de G. Colonna, l’épouse, alors veuve, du fondateur de la tombe.

Conclusion

33On voit donc, pour conclure, que le rôle de l’écriture dans la nécropole est loin d’être accessoire ou décoratif, qu’il n’est pas non plus un effet de mode, mais qu’il revêt bien une fonction essentielle dans l’organisation de la nécropole : il sert de toute évidence à légitimer la présence de tel membre de la communauté (généralement des citoyens de pleins droits, mais aussi des citoyens sans doute de rang secondaire comme les femmes, et des personnes au statut difficile à déterminer, comme notre Avile fils d’une Lauciei) parmi les égaux de la cité, gratifié par l’État d’un lot dans la nécropole sur lequel ils pouvaient faire élever leur tombe en respectant un canon de règles très strictes. Cet emploi presque officiel et public de l’écriture dans la nécropole est là certainement une nouveauté et une particularité des nécropoles archaïques d’Orvieto, qui les opposent très nettement au reste des nécropoles d’Étrurie, et il faudrait certainement lier ce développement si intéressant de l’épitaphe à Crocifisso del Tufo aux techniques de recensement de la population civique, qu’on peut inférer par analogie avec ce qui se passe à Rome, et qui prévoyaient un recours généralisé à l’écriture par l’administration centrale, recours généralisé qu’on retrouve, par un intéressant jeu de miroir, dans la nécropole même, qui passe pourtant d’ordinaire pour être un espace typiquement privé. Dans le cas, donc, assurément particulier de Crocifisso del Tufo, on pourra conclure que la “cité des morts”, et tout spécialement sa production épigraphique, sont un reflet, certes déformé, mais fidèle, de la cité des vivants.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abréviations particulières

ET H. Rix, éd., Etruskische Texte, Editio minor, 2 vol., Tübingen, 1991.

Agostiniani, L. (1982) : Le “Iscrizioni parlanti” dell’Italia antica, Florence.

— (1992) : “Contribution à l’étude de l’épigraphie et de la linguistique étrusques”, Lalies 11, 37-74.

— (2006) : “Varietà (diacroniche e geografiche) della lingua etrusca”, SE, 72, 173-187.

Bagnasco Gianni, G. (1996) : Oggetti iscritti di epoca orientalizzante in Etruria, Florence.

Bermond Montanari, G. (1986) : “I cippi di Rubiera”, SE, 54, 239-244.

Bizzarri, M. (1963) : La Necropoli di Crocifisso del Tufo in Orvieto, Florence.

— (1966) : “La necropoli di Crocifisso del Tufo - II”, SE, 34, 3-109.

Bonfante, G. (1948) : “The origin of the Latin name-system”, in : Aa. Vv., Mélanges de philologie, de littérature et d’histoire anciennes offerts à J. Marouzeau par ses collègues et élèves étrangers Paris, 1948, 43-59 [= G. Bonfante, Alessandria, 1987, 391-406].

Buranelli, Fr. (1984) : “Un’iscrizione etrusca arcaica dalla tomba V di Riserva del Bagno a Veio”, SE, 50, 91-102.

Colonna, G. (1967) : “L’Etruria meridionale interna, dal villanoviano alle tombe rupestre”, SE, 35, 3-30.

— (1976) : “Basi conoscitive per una storia economica dell’Etruria”, Annali dell’Istituto Italiano di Numismatica 22, 3-23 [= G. Colonna, Italia ante Romanum imperium, Rome, 2005, I, 91-105].

— (1977) : “Nome gentilizio e società”, SE, 45, 175-192.

— (2006) : “Cerveteri. La tomba delle Iscrizioni Graffite”, in : Pandolfini-Angeletti 2006, 419-468.

— (2007) : “Novità su Thefarie Velianas”, Annali della Fondazione per il museo “C. Faina” 14, 9-24.

Cristofani, M. (1969) : “Appunti di epigrafia etrusca arcaica”, ANSP, 38, 99-113.

— (1971) : “Appunti di epigrafia etrusca arcaica. Postilla : la più antica iscrizione di Tarquinia”, ANSP, s. III, I, 2, 295-299.

— (1973-1974) : “Appunti di epigrafia etrusca arcaica - II”, ArchClass 25-26, 151-165.

— (1974) : “Diffusione dell’alfabeto e onomastica arcaica nell’Etruria interna settentrionale”, in : Aa. Vv., Aspetti e problemi dell’Etruria interna, Actes du VIIIe Convegno nazionale di Studi etruschi ed italici, (Orvieto, 1972), Florence, 307-324.

— (1976) : “Il sistema onomastico”, in : Aa. Vv., L’Etrusco arcaico, Actes du Colloque (Florence, 1974), Florence, 92-134.

— (1977) : “Appunti di epigrafia etrusca arcaica - III”, SE, 45, 193-204.

— (1982) : “Contatti fra Lazio ed Etruria in età arcaica : documentazione archeologica e testimonianze epigrafiche”, in : Aa. Vv., Alle origini del latino, Actes du congrès (Pise, 1980), Pise, 27-42.

— (1987) : Saggi di storia etrusca arcaica, Rome.

—, éd. (1993a) : Gli Etruschi. Una nuova immagine, Florence.

— (1993b) : “Diritto e amministrazione dello stato”, in : Cristofani 1993a, 125-138.

D’Agostino, Br. (1992) : “Organisation militaire et structure sociale dans l’Étrurie archaïque”, in : Murray & Price 1992, 59-82.

De Simone, C. (1992) : Le iscrizioni etrusche sui cippi di Rubiera, Reggio Emilia.

Desbordes, F. (1990) : Idées romaines sur l’écriture, Lille.

Heurgon, J. (1957) : “L’État étrusque”, Historia, 6, 63-97.

Humm, M. (2005) : Appius Claudius Caecus, Rome.

Klakowicz, B. (1972) : La Necropoli anulare di Orvieto I, Crocifisso del Tufo-le Conce, Rome.

Maggiani, Adr. (2001) : “Magistrature cittadine, magistrature federali”, in : Aa. Vv., La lega etrusca : dalla dodecapoli ai quindecim populi, Actes de la journée d’étude (Chiusi, 1999), Pise-Rome, 37-49.

Massa-Pairault, Fr.-H. (1996) : La cité des Étrusques, Paris.

Murray, O. et S. Price, éd. (1992) : La cité grecque d’Homère à Alexandre, Paris.

Pallottino, M. (1952) : “Qualche annotazione in margine al C.I.E. II, sect. I (Orvieto)”, SE, 22, 179-195.

Pandolfini-Angeletti, M., éd. (2006) : Archeologia in Etruria meridionale, Atti delle giornate di studio in ricordo di M. Moretti, Rome.

Pulgram, E. (1948) : “The Origin of the Latin nomen gentilicium”, HSPh, 58-59, 163-187.

Rix, H. (1963) : Das etruskische Cognomen : Untersuchugen zu System, Morphologie und Verwendung der Personennamen auf den jüngeren Inschiften Nordetruriens, Wiesbaden.

— (1972) : “Zum Ursprung des römisch-mittelitalischen Gentilnamensystems” in : ANRW, I, 2, Berlin-New York, 700-758.

— (1993) : “La scrittura e la lingua”, in : Cristofani 1993a, 199-227.

— (2004) : “Etruscan”, in : Woodard 2004, 943-966.

Sassatelli, G., éd. (2000) : Principi etruschi tra Mediterraneo ed Europa, Catalogue de l’exposition (Bologne, 2000), Venise.

van Heems, G. (2006) : Les inscriptions funéraires étrusques. Élaboration, fixation et diffusion des formulaires dans la production épigraphique de langue étrusque, Thèse de Doctorat, Univ. Lumière-Lyon 2, Lyon.

Woodard, R. D., éd. (2004) : The Cambridge Encyclopedia of the World’s Ancient Languages, Cambridge.

Annexes

ANNEXES

Image

Fig. 2. Répartition des inscriptions par support

Classe

Nb.

( %)

Épitaphe

133

84 %

Propriété

14

9 %

Don

4

2 %

Abécédaire

1

0,6 %

Non identifiée

7

4 %

Fig. 3. Répartition par classes d’inscriptions

Image

Fig. 4. Répartition chronologique

Type formulaire

Nb.

( %)

Formulaires parlants

85

92,4 %

Formulaires non parlants

7

7,6 %

Fig. 6. Répartition par type formulaire

Formulaires attestes dans la necropole

1. mi + FOBgén. : 73 [69 sur architraves / 4 sur cippes]

2. mi + form. onom. trimembre :

a. [PN G PT] : 3 (3 sur architraves/0 sur cippes) [nn. 14, 26, 92]

b. [PN G CN] : 1 (1 sur architrave/0 sur cippes) [n. 109]

c. [PN G MT ?] : 1 (1 arch.) [n. 43]

3. mi + prédicat nominal :

a. mi + FOB + σuθi : 4 (4 sur architraves/0 sur cippes) [nn. 41, 71, 83, 91]

b. mi + FOB + σuθi heθu : 1 (arch.) [n. 52]

c. mi + FOB + atrσ : 1 (arch.) [n. 30]

4. FOB + mi : 1 (arch.) [n. 5]

5. formulaire parlant indéterminable : 1 (arch.) [n. 49 ; peut-être formulaire mixte avec P1+ démonstratif ka ?]

6. FOB :

a. [PN+ G]gén : 1 (arch.) [n. 95]

b. PNnom + Ggén : 2 (arch.) [nn. 45, 94]

c. PNfém-nom + Gmasc-gén : 1 (cippe) [n. 122]

7. form. onom. trim. :

a. [PN+ G + PT]gén. : 1 (arch.) [n. 60]

b .PNnom + Ggén + PT : 1 (cippe) [n. 124]

Corpus

Nous présentons ici les inscriptions de la nécropole de Crocifisso del Tufo, classées par support et/ou par classe d’inscriptions, en distinguant bien les inscriptions archaïques des inscriptions d’époque récente ou incertaine. Nous ne donnons ici que le texte des inscriptions avec pour référence principale le numéro qui leur est attribué dans les Etruskische Texte, et renvoyons, pour les détails concernant la chronologie, le support, le contexte archéologique, d’éventuelles lectures alternatives et la bibliographie aux fiches correspondantes dans la Base de données ÉPIPOLES.

1. Épitaphes

1.1. Architraves inscrites

Époque archaïque :

1.

Vs 1.1

mi vẹṇelus esṿenas

2.

Vs 1.2

mi mamarces t[a]ṛχelnas

3.

Vs 1.3

mi larθurus tarχvetenas

4.

Vs 1.4

mi mamarces velθienas

5.

Vs 1.5

avele pḷẹṿaras mi

6.

Vs 1.6

mi mamarces raṃạịtelas

7.

Vs 1.7

mi venelus spurienaṣ

8.

Vs 1.8

mi venẹḷus tveθelies

9.

Vs 1.9

[mi] ạranθia viσeṇas

10.

Vs 1.10

mi mamarces papalnas

11.

Vs 1.11

mi velθurụ[s -?-]

12.

Vs 1.12

mi θucerus haθelnas

13.

Vs 1.13

mi aveles θanarsịenas

14.

Vs 1.14

[mi ar]anθia laricenas velχaes

15.

Vs 1.15

mi venelus velθuras

16.

Vs 1.17

]ẹs θenas

17.

Vs 1.18

mi venelus plaisenas

18.

Vs 1.19

mi larθ[-?-] nem[

19.

Vs 1.20

mi lareceṣ [-?-]ienas

20.

Vs 1.21

]s resθu mi

21.

Vs 1.22

]ṇisnas

22.

Vs 1.24

mi velχaes laiseces

23.

Vs 1.25

mi aranθia ramaitelas

24.

Vs 1.26

mi aviles laucieia

25.

Vs 1.27

mi venelus papanas

26.

Vs 1.28

mi larθia hulχenas velθurus cles

27.

Vs 1.29

mi puplies tatanas

28.

Vs 1.30

[-11-]as

29.

Vs 1.31

mi laucies triesnas

30.

Vs 1.32

mi larθia fulvenas atrσ

31.

Vs 1.33

mi avele{-}s kacenas

32.

Vs 1.34

[mi] temsias lauχusienas

33.

Vs 1.35

]rus rumịlnas

34.

Vs 1.36

mi velθurus pạlenaies

35.

Vs 1.37

mi larθuia amunaia

36.

Vs 1.38

mi aveles flusenas

37.

Vs 1.39

mi aveles sipanas

38.

Vs 1.40

mi larθia stramenas

39.

Vs 1.41

mi [-6/7-] apịnas

40.

Vs 1.42

mi piθes termunas

41.

Vs 1.43

mi larice(s) mulve 2 nas σìuθi

42.

Vs 1.44

mi venelus ates

43.

Vs 1.45

mi aveles vhulImageenas rutelna

44.

Vs 1.46

mi aranθia tusmenas

45.

Vs 1.47

spurie ritumenas

46.

Vs 1.48

mi aranθia tequnas

47.

Vs 1.49

mi pumpus θurme{r}nas

48.

Vs 1.50

]ẹθaures

49.

Vs 1.51

ṃi larisa larecenas k-

50.

Vs 1.52

mi aranθia θanursie[nas]

51.

Vs 1.53

mi aranθia ramaitelas

52.

Vs 1.54

mi larθịia camus σuθi heθu

53.

Vs 1.55

mi aranθia flavienas

54.

Vs 1.56

mi aveles velvheras

55.

Vs 1.57

mi mamarces σuθienas

56.

Vs 1.58

mi velθurus laiven[as]

57.

Vs 1.59

[mi a]ranθia kalaprenas

58.

Vs 1.60

mi ramnunas σatanas

59.

Vs 1.61

mi lareces θu-[

60.

Vs 1.62

larisa latinies mamarces

61.

Vs 1.63

mi venelus esvanas

62.

Vs 1.64

mi kạ[-?-]ece~[

63.

Vs 1.65

mi mamarces aps[

64.

Vs 1.66

mi velelias eries

65.

Vs 1.67

mi velθurus pereceles

66.

Vs 1.68

mi aranθia ha[p]irnas

67.

Vs 1.69

mi larθ(a) araṇθurnas

68.

Vs 1.70

mi velθu[ru]ṣ vaip[i]ṇas

69.

Vs 1.71

mi venelus ve[?

70.

Vs 1.72

mi larθia nuv[

71.

Vs 1.73

[m]i spu[ri]es aternaṣ σụθi

72

Vs 1.74

mi aranθia uσeln[as]

73.

Vs 1.75

[mi mama]rces [

74.

Vs 1.76

]isnas

75.

Vs 1.78

mi velθurus mụtelnas

76.

Vs 1.79

mi larθia srupinas

77.

Vs 1.80

mi mamarces triasnas

78.

Vs 1.81

mi lauχusies latinies

79.

Vs 1.82

mi mamarces tveθelies

80.

Vs 1.83

mi spuries atecenas

81.

Vs 1.84

mi aviles sasunas

82.

Vs 1.85

mi velelias hirminaia

83.

Vs 1.86

mi larices telaθuras σuθi

84.

Vs 1.87

] vercenas

85.

Vs 1.88

mi araθia araθenas

86.

Vs 1.89

mi larisa plaisinas

87.

Vs 1.90

mi mamarces kaviates

88.

Vs 1.91

mi θucerus anχes

89.

Vs 1.92

mi larθia amanas

90.

Vs 1.93

mi aranθial ḥersina[s]

91.

Vs 1.98

mi uσeles apenas σuθi

92

Vs 1.99

mi ṿelθurus hulχẹnas kaṿ[ies]

93

Vs 1.00

mi ạviles ṿhulvenas

94.

Vs 1.101

venel neverṇas

95.

Vs 1.102

piθes lentenas

96.

Vs 1.103

]s heθụ

97.

Vs 1.104

mi veneḷ[us –?]

98.

Vs 1.105

mi mamarces vetusạl

99.

Vs 1.106

]s vertes -[

100.

Vs 1.107

[mi] ḷarices alveθạ[nas]

101.

Vs 1.108

mi uσelẹs apẹṇ[as]

102.

Vs 1.110

mi ḳạ[

103.

Vs 1.111

mi larisal sχaθrṇ[

104.

Vs 1.112

mi veleliạ[s -?-]

105.

Vs 1.116

mi kalaṭ[u]ru[s] qutụs

106

Vs 1.117

mi venelus p[

107

Vs 1.118

[mi] aranθia kap[

108

Vs 1.119

[mi l]ạrθiạ- [

109

Vs 1.120

[mi ma]marces apenas qụtus

110

Vs 1.121

mi aṿ[e]les plaisena[s]

111

Vs 1.122

mi spuries a~inas

112.

Vs 1.123

?]entenas lar[

113.

Vs 1.124

mi lar[θia -?-]

114.

Vs 1.125

mi nuve[

115.

Vs 4.3

aisias

Époque récente :

116.

Vs 1.109

]θui50

117.

Vs 0.25

]s 2[~]aθe f ra[~ 3 ~]-es ⠇ sva≥[51

Époque ? :

118.

Vs 1.131

]alein[

1.2. Cippes inscrits

Époque archaïque :

119.

Vs 1.16

mi larθa teθunas

120.

Vs 1.23

mi velθurus skanesnas

121.

Vs 1.77

?] aranθi[

122.

Vs 1.94

rạmuθa esχunas

123.

Vs 1.95

mi larθia suθienas

124.

Vs 1.113

larθ cupures aranθia

125.

Vs 1.126

mi venelus vinucenas

Époque récente :

126.

Vs 1.96

casne

127.

Vs 1.97

larθi : hersus

128.

Vs 1.114

[l]arisal : -[

129.

Vs 1.115

arnθeal caicnas θamres

130.

Vs 1.127

larisal / velθuras

131.

Vs 1.128

mi : vetus : murinas

132.

Vs 1.129

ṿe : tetas : v

133.

Vs 1.130

vel : hercles : velus :

Époque ?

134.

Vs 1.132

]cei ana[

2. Autres inscriptions

2.1. Inscriptions de propriété

Époque archaïque :

135.

Vs 2.3

larθ

136.

Vs 2.11

mi atial

137.

Vs 2.13

mi atial

138.

Vs 2.14

arnθ

139.

Vs 2.19

laris[al]

140.

Vs 2.20

ruzus⠇

141.

Vs 2.21

[f]altuị [:]

142.

Vs 2.22

fal[tui] :

143.

Vs 2.23

faltui :

144.

Vs 2.24

[f]altui

Époque récente :

145.

Vs 2.50

θania

146.

Vs 2.51

lar( )

147.

Vs 2.52

laris : murcnas

148.

Vs 2.53

la[ris : murcnas]

Époque ? :

149.

Vs 0.38

lar[

2.2. Inscriptions de don

Époque archaïque :

150.

Vs 3.1

] mulvanice [

151.

Vs 3.2

mini mulvunuke laris numenaś

152.

Vs 3.3

mini mulvunuke l(a)ris numenas

153.

Vs 0.9

θaσesi

2.3. Abécédaires

Époque archaïque :

154.

Vs 9.1

] h θ i k l m n [

2.4. Textes de nature incertaine

Époque archaïque :

155.

Vs 0.1

eziϕuleca

156.

Vs 0.2

uru

157.

Vs 0.3

uχu

158.

Vs 0.10

tuc

Notes

1 La présence dans les tombes d’objets inscrits est un fait qui mérite une attention particulière, mais qui excède de loin l’horizon de notre étude. Pour une approche de ces problématiques complexes, voir, dans le même volume, la contribution de M.-L. Haack.

2 Si l’on part du principe, généralement accepté pour les sociétés anciennes, qu’une génération dure conventionnellement 25 ans.

3 = ET Vn 1.1. Cf. Colonna 1977, 191, qui parle de “la più antica iscrizione funeraria d’Etruria”. La datation à la fin du viie siècle repose en grande partie sur le mobilier (lacunaire) retrouvé lors de sa découverte (v. I. Falchi dans NS, 1895, 304 sq.).

4 = ET Ve 1.1. Sur cette datation, voir Buranelli 1984, 101-102. Nous n’avons pas pu consulter la notice consacrée à l’inscription dans le volume V du CIE regroupant désormais le corpus de Véies.

5 = ET Pa 1.1 et 1.2. Sur la datation et l’établissement, voir Bermond Montanari 1986, 240-244 ; De Simone 1992 ; Bagnasco Gianni 1996, n. 291 et p. 291-295 ; R. Macellari, in : Sassatelli 2000, n. 451-452, p. 341-344.

6 = ET Fe 1.2, 1.3, 6.2 et 0.1-0.4. Pour la datation des inscriptions et leur présentation, cf. M. Pallottino in : REE 31, 1963, 176-185.

7 = ET Vt 1.57. Cf. M. Cristofani, in REE 41, 1973, n. 30, et A. Maggiani, in : REE 43, 1975, n. 13.

8 Ce chiffre se fonde sur le recensement proposé par M. Cristofani dans ses articles consacrés aux inscriptions du viie siècle (cf. Cristofani 1982, pour la dernière en date, où il répertorie 75 inscriptions ; pour ses travaux antérieurs : Cristofani 1969 ; Id. 1971 ; Id. 1977) et nous avons complété ce chiffre par les inscriptions publiées depuis dans la REE (jusqu’au n. 65-68). Pour mémoire, voici la répartition géographique et numérique de ces 91 inscriptions :
Pontecagnano : 1 ; Préneste : 1 ; Rome : 2 ; Véies : 9 ; Caeré : 38 ; ager Faliscus : 6 ; Tarquinia : 6 ; Vulci : 6 ; Marsiliana d’Albegna : 2 ; Vetulonia : 2 ; Roselle : 1 ; Chiusi : 8 ; Monteriggioni : 1 ; Fiesole : 5 ; Origine incert. : 3.

9 H. Rix parle d’une proportion de 10 % (cf. Rix 1993, 200). Mais on ne saurait dire si ce chiffre résulte d’un calcul précis ou d’une simple approximation.

10 Nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de Doctorat, non encore publiée : van Heems 2006, 21-22.

11 Sur cette tombe et ses inscriptions, v. Colonna 2006 ; Id. 2007. Sur les inscriptions (avec une présentation plus rapide de la tombe), voir encore in REE 71, 2005, n. 26-37, 168-188.

12 Cf., par exemple, Colonna, in REE 71, 2005, 187-188.

13 Cf. Bizzarri 1963, 3-4.

14 Telle est l’estimation de M. Bizzarri (cf. Bizzarri 1966, 8).

15 Cf. Klakowicz 1972, 11.

16 Pour une brève histoire des fouilles, cf. Bizzarri 1963, 4 sq.

17 La savante a travaillé sur l’ensemble du territoire d’Orvieto et a rassemblé les notes éparses des premiers fouilleurs, permettant une reconstitution satisfaisante du mobilier. Les documents relatifs aux fouilles de Crocifisso del Tufo sont rassemblés dans son premier volume : Klakowicz 1972.

18 Sur les mutations économiques qui sous-tendent ce changement, v. Pallottino 1952, 193 sq. ; Colonna 1976, 97-98.

19 Comme le rappelle M. Bizzarri (in Bizzarri 1962, 8-9).

20 Cf. Colonna 1976, 98.

21 Sur l’isonomie à Volsinies (et dans le reste de l’Étrurie contemporaine), voir Cristofani 1993b, 118 sq. ; Massa-Pairault 1996, 90 sq.

22 Cf. d’Agostino 1992.

23 Cf. déjà Heurgon 1957, 64 sq. Dernièrement, sur la question, v. Maggiani 2001, 37 sq. (avec bibliographie). Des magistratures de type “républicain” sont attestées par l’épigraphie volsinienne, mais seulement à partir du ive siècle (sur les murs de la tombe Golini : cf. ET Vs 1.179, 1.180 et 1.182).

24 V., par exemple, la tombe de Marce Ursu ou celle des Munise. Sur la question, v. Colonna 1967, 21 sq. ; Id. 1976, loc. cit. ; D’Agostino 1992, 97 ; Massa-Pairault, op. cit., 94.

25 Ce corpus est rassemblé en annexe. Nous ferons désormais référence aux inscriptions de la nécropole selon la numérotation qui y est adoptée.

26 Cette question, fort ancienne (voir les contributions classiques de Pulgram 1948 et Bonfante 1948), a été formulée en de nouveaux termes dans les années 1970 essentiellement grâce à l’étude de H. Rix (Rix 1972), qui, en renouvelant les problématiques, a rendu possible dans ces mêmes années l’accomplissement d’importants progrès (cf. Colonna 1977 et, surtout, les travaux de M. Cristofani, qui est le premier à avoir exploité systématiquement le matériau de Crocifisso del Tufo : v. à ce sujet Cristofani 1973-1974 ; 1974 ; Id. 1976, avec la discussion qui a suivi ; Id. 1981, 47-78 ; Id. 1987, 107-135).

27 Il est probable, au regard de la structure même de la nécropole, qu’on ait affaire à un régime de type démocratique ou du moins de type républicain (à la romaine), reposant sur une oligarchie de fait, mais qui s’opposerait aux tendances tyranniques qu’on observe dans l’Italie centrale à la fin du viie et au début du vie siècle, et dont la tradition littéraire offre de nombreux échos. Dans tous les cas, il est tentant de lier cette structure architecturale à une réaction anti-aristocratique (ce qui n’implique pas que cette même aristocratie ait perdu son pouvoir : on a probablement affaire, à Crocifisso del Tufo, à une auto-régulation voulue et menée par les familles de l’aristocratie).

28 Nous désignons par ce sigle (“formule onomastique de base”) le couple fondamental prénom-gentilice. Les autres abréviations que nous utilisons sont les suivantes : PN = prénom ; G = gentilice ; PT = patronyme ; CN = ; MT = matronyme.

29 La lecture rutelnas, proposée par M. Bizzarri dans son édition du texte, est fausse, comme l’a montré M. Pandolfini, qui a rétabli la lecture rutelna.

30 Telle est la possible fonction de rutelna dans l’inscr. 43 (cf. Rix 1963, 195-196 ; Colonna 1977, 190, si l’on rétablit rutelna[la(s)]) ; mais on pourrait aussi imaginer avoir affaire à un cognomen dont manquerait la désinence de génitif (rutelna[s]).

31 Cf. Rix, op. cit., 196. Cet élément reparaît en fonction de gentilice au n. 105 : la nature anthroponymique de en est, d’une part, confirmée, et on pourrait penser de l’autre qu’on a affaire à un cognomen en fonction de gentilice (cette inscription constituerait dès lors l’attestation la plus ancienne de ce phénomène).

32 Pour le cas précédent, on peut invoquer un faisceau d’indices rendant plus que vraisemblable cette hypothèse : outre le changement dans la désignation onomastique, le changement dans le formulaire employé (l’inscr. 60 n’est pas “parlante”, alors que 78 l’est) et l’emplacement de la tombe de 165 (= inscr. 78) dans la partie la plus symétrique, qui forme peut-être le noyau le plus ancien de la nécropole “hippodaméenne”.

33 Pour cette typologie, v. Agostiniani 1982, 173 sq. et 187 sq.

34 Et non comme une variante de hinθu “souterrain, infernal” (qui d’ailleurs pour le sens se prêterait mal à la désignation des tombes d’Orvieto qui ne sont pas hypogées), ainsi qu’on le retient généralement (cf. Agostiniani, op. cit., 194).

35 Cf. Vs 1.151 : mi larθia tequna[s σuθi h]/ẹθu.

36 Au vu de la lettre lisible <k> et de la taille de la lacune, on pourrait proposer de rétablir le pronom démonstratif ka : nous aurions alors un exemple du formulaire mixte combinant le pronom personnel de P1 mi au démonstratif ka, comparable au formulaire, attesté dans les zones périphériques de l’épigraphie étrusque (Campanie et Adria) mêlant conjointement mi et ta. Sur ce type de contaminations, v. Agostiniani 1982, 175, avec références des inscriptions concernées.

37 Cf. supra, p. 9.

38 Cf. Bizzarri 1966, 280 ; voir aussi M. Pandolfini in REE 39, 1971, p. 367.

39 Voir la stèle d’Avile Feluske (ET Vn 1.1). Dans le sud, les premières attestations se font à Caeré dans les années 575-550 (cf. Agostiniani 1992, 45).

40 Rix 2004, 946 ; voir dernièrement, sur la question, Agostiniani 2006, 184-186.

41 Voir, par exemple, la notation des sifflantes simples/s ∫/aux viie-vie siècles en Étrurie ou encore la notation de l’occlusive vélaire non aspirée (/k/). L’unification orthographique de l’Étrurie ne se fait d’ailleurs pas avant le ive siècle, quand est définitivement abandonné le graphème <k> par les cités d’Étrurie septentrionale, qui se rangent alors sur le modèle méridional.

42 On rappellera ici le rôle joué par Appius Claudius qui, durant sa censure, à l’occasion de la de 312, a entériné dans la graphie officielle des gentilices le rhotacisme (cf. Pomponius, ap. Dig., I, 2, 2, 36 : Idem Appius Claudius, qui uidetur ab hoc processisse, R litteram inuenit, ut pro Valesiis Valerii essent et pro Fusiis Furii). Sur le rôle des “privés” dans la diffusion d’une innovation graphique, v. le rôle attribué à Spurius Carvilius, affranchi de Spurius Carvilius Ruga, qui, d’après la tradition (v. essentiellement Plut., Quaest. Rom 54 et 59), a ouvert la première école à Rome et a inventé la lettre <g> (peut-être au ive ou au iiie siècle). Sur le problème des réformes orthographiques romaines, et les sources qui nous en font part, voir Desbordes 1990, 146 sq. (en part. p. 153-155 pour le rhotacisme, et p. 149-153 pour le <g> ; cf. également Humm 2005, 195-199, sur l’action d’Appius Claudius).

43 = t. 9 selon la numérotation de M. Bizzarri.

44 Pour le détail du mobilier, v. Bizzarri 1962, 73-75.

45 Telle qu’elle apparaît en Rix 1993, §§ 30-32.

46 Cf. Rix, art. cit § 32. Seuls les gentilices masculins en font un génitif (masculin) en a(l).

47 Ce point avait déjà été soulevé par M. Bizzarri, lors de l’édition de l’inscription : cf. Bizzarri, art. cit., 143, n. 12.

48 Seul le mobilier de la tombe 79 (= inscr. n. 35) est connu (pour le détail, v. Bizzarri 1966, 10 et 60 sq.) : mais il ne se distingue en rien de celui des autres tombes fouillées par M. Bizzarri dans le même secteur (vaisselle de banquet en bucchero, deux thymiatéria, un vase de qualité, une fibule…).

49 Cf. supra, p. 3, n. 12.

50 Datation incertaine.

51 Ce texte n’est très probablement pas une épitaphe.

Auteur

Université Lumière - Lyon 2

© Ausonius Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search